S GUIDE LES MECANISMES PSYCHIQUES FREINANT L ACCES AUX SOINS DE PUBLICS EN SITUATION DE PRECARITE : LES COMPRENDRE, Y FAIRE FACE.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "S GUIDE LES MECANISMES PSYCHIQUES FREINANT L ACCES AUX SOINS DE PUBLICS EN SITUATION DE PRECARITE : LES COMPRENDRE, Y FAIRE FACE."

Transcription

1 S GUIDE LES MECANISMES PSYCHIQUES FREINANT L ACCES AUX SOINS DE PUBLICS EN SITUATION DE PRECARITE : LES COMPRENDRE, Y FAIRE FACE.

2

3 3 S Remerciement Ce document conçu en 2009, est le fruit d un travail de concertation partenariale dans le cadre de la Coordination Santé Précarité gérée par la Caisse Primaire d Assurance Maladie des Hautes-Alpes. Il constitue un outil d information mis à disposition des professionnels et des bénévoles du département intervenant auprès de publics en situation de précarité. Plus précisément, ce document a pour vocation d expliciter les mécanismes psychiques freinant, entre autres, l accès aux soins et de proposer des attitudes ou des actions qui permettront aux bénévoles et aux professionnels de davantage s adapter à ces publics en situation de précarité. La Caisse Primaire d Assurance Maladie des Hautes-Alpes remercie les structures partenaires de la Coordination Santé-Précarité qui ont assisté à la journée du 8 octobre 2009 (Aides ; Conseil Général 05 ; CRAM sud-est), journée pendant laquelle le contenu du présent document a été conçu, mais aussi les structures partenaires présentes au comité de Coordination du 7 décembre 2009 (Aides ; ANPAA 05 ; Le Cap ; le CHICAS ; Le CHRS la Cordéel Etape ; la CRAM sud-est ; la Croix-rouge Française 05 ; le FJT de Gap ; France Terre d Asile) pour leurs commentaires constructifs. Enfin, La Caisse Primaire d Assurance Maladie des Hautes-Alpes remercie le Docteur Philippe Truze et le cabinet Formation et Conseil en Méthodologie (F.C.M.) pour leurs apports de connaissances, et leurs savoir-faire. Mécanismes psychiques freinant l accès aux soins - Février Version 6

4 4 S Pourquoi un tel document? Aujourd hui en France, «le droit à la santé n est pas assuré pour tous»(5). «Il est impératif de promouvoir le pluralisme, la multidisciplinarité et l interaction des acteurs concernés»(7). Dans ce contexte, la Caisse Primaire d Assurance Maladie des Hautes Alpes a décidé d initier une démarche de prévention coordonnée, afin de faciliter, entre autres, l accès aux droits santé et aux soins des personnes en situation de précarité. C est ainsi qu en 2006, le projet de la Coordination Santé Précarité était finalisé, projet conçu par un groupe de travail partenarial. Cette Coordination s adresse aux : «Majeurs (plus de 18 ans), relevant de l Assurance Maladie (tous régimes confondus) ; résidants (habitant ou possédant une adresse postale, ou un avis de domiciliation), ou présents («sans chez soi») sur le département 05 ; présentant des critères de précarisation («les faibles revenus, un handicap réduisant la capacité de travail, une rupture de quelque nature que ce soit : rupture de statut professionnel ou social, de lien familial»(7)) ; présentant une problématique d accès au droit santé (afin d anticiper les ruptures de droits) et / ou au soin et la nécessité d une prise en charge médicale (physique ou mentale), pour laquelle les réponses offertes séparément par chaque institution, sur le département 05, ne sont pas adaptées». Elle poursuit les objectifs généraux suivants : Favoriser équitablement l accès aux droits santé et aux soins des usagers ciblés ; optimiser les réponses des professionnels et des bénévoles ciblés en matière d accès aux droits santé et aux soins. Le présent document est un des moyens de réponse à ce second objectif général en complément d autres actions déjà menées, ou qui seront à mener ultérieurement. Plus précisément, ce document a pour objectifs : de présenter les mécanismes psychiques qui, au regard des théories actuelles, expliquent la problématique de non accès aux soins des publics en situation de précarité ; de présenter des recommandations, des attitudes professionnelles favorisant l accès aux soins de ces publics. Le groupe de travail est composé de : Le CCAS (Mairie de Gap) ; L Etape ; La DDASS 05 ; AIDES 05 ; Le CAP ; Le Conseil Général 05 ; La Croix-Rouge 05 ; L ADMR 05 ; Le CODES 05 ; Le CCAA 05 ; Le CPE ; La CRAM PACA (service social) ; Bâtir ; La PASS (CH de Gap) ; Le CHS de Laragne ; ESVAD Mécanismes psychiques freinant l accès aux soins - Février Version 6

5 S Publics en situation de précarité : quelques points de repère zone massicotée Quelques points de repère

6 zone massicotée

7 7 S Publics en situation de précarité : quelques points de repère 1 INTRODUCTION Jusqu à il y a 30 ans, lorsque des gens connaissaient ce que l on appelait alors, la misère, il était communément admis que le fait d appartenir à une classe dite «exploitée» en expliquait la raison. Il n y avait alors pas de remise en cause individuelle. Quelques points de repère Aujourd hui, c est l individu qui devient incapable («c est de sa faute» ; «c est un inadapté de la vie») et son appartenance à une classe dite «exploitée» n est plus évoquée. Cet individu ne se dit pas : «je suis victime de la lutte des classes». Aussi, les défenses collectives n existent plus, l individu est seul responsable de ses échecs. Or, «notre pays est marqué par des inégalités sociales de santé» (6) croissantes. Le lien entre la pauvreté matérielle (la misère), et la mauvaise santé existe mais n explique pas tout loin s en faut. Aussi, «le pauvre n est pas en bonne santé pas seulement parce qu il est pauvre»(6). Pour comprendre pourquoi la pauvreté n explique pas à elle seule les comportements de santé, il faut s intéresser à ce que les auteurs appellent la précarité. «La précarité sociale résulte de parcours de vie faits de ruptures sociales, professionnelles ou affectives»(1). «Ces ruptures ou conditions de vie passées et présentes induisent ou révèlent des problèmes de santé, parfois aussi, elles en découlent. Elles rendent moins à même les personnes de repérer et de soigner ces problèmes de santé qui s aggravent et se cumulent. Entre consultations tardives et renoncements, ce type de recours aux soins limite aussi les chances de guérison et de récupération»(1). Contrairement à la précarité qui s apparente à un processus, la pauvreté, elle, décrit un état. La seule définition «officielle» de la pauvreté est celle retenue par l Union Européenne qui considère comme pauvre: «les personnes dont les ressources matérielles, culturelles et sociales sont si faibles qu elles sont exclues des modes de vie minimaux acceptables dans l Etat membre où elles vivent». En France, on retient généralement 3 types d indicateurs pour mesurer la pauvreté : les indicateurs de pauvreté monétaires ; zone massicotée les indicateurs de pauvreté en conditions de vie (logement ) ; les indicateurs de pauvreté mesurée par les minima sociaux». Mécanismes psychiques freinant l accès aux soins - Février Version 6

8 8 Quelques points de repère S Publics en situation de précarité : quelques points de repère 2 CARACTÉRISATION DE PUBLICS EN SITUATION DE PRÉCARITÉ Les personnes en situation de précarité qui n accèdent pas aux soins de manière normative, présentent les mêmes pathologies que l ensemble de la population française, mais ces pathologies sont aggravées par la présence de nombreux facteurs de risques comme des conditions de vies défavorables, comportements de santé insatisfaisants, recours moindre à des examens préventifs, usage inadapté du système de santé, peu de consultation chez les spécialistes, renoncement aux soins pour des questions financières et par des facteurs psychiques défavorables, le principal étant le déni qui retarde les prises en charge. En exemple : Des personnes avec des ressources financières renoncent aux soins car tous les tracas administratifs pour y accéder les angoissent. Des personnes, malades chroniques, inscrites dans un parcours de soins, qui dès que la «déroute sociale» arrive, disent : «ça ne sert à rien les médicaments» et qui ne prennent plus leurs traitements. Des personnes qui ne vont pas vers les soins parce qu elles ne savent pas qui fait quoi en matière d accès aux soins, mais surtout qui ne veulent pas être dépendantes d une administration et qui le revendiquent. zone massicotée Des personnes qui n osent pas, qui possèdent un sentiment d infériorité, d écrasement face à la machine administrative et qui peuvent se sentir persécutées face aux institutions. Des publics au RSA qui relèvent de l AAH, qui sont dans le déni de leur problématique de santé, et qui refusent d accéder à cette prestation. Des personnes qui choisissent de bénéficier du RSA et non de l AAH, car elles associent au RSA une image moins dégradante. Des bénéficiaires du RSA qui refusent tout changement, un changement signifiant pour eux une perte de repères, ce statut les sécurisant. Des «sans chez soi» qui renoncent aux soins pour ne pas laisser un squat, un animal. Mécanismes psychiques freinant l accès aux soins - Février Version 6

9 9 S Publics en situation de précarité : quelques points de repère 3 CARACTÉRISATION DE PUBLICS QUI N ACCÈDENT PAS AUX SOINS Parmi ces publics en situation de précarité, qui n accèdent pas aux soins de manière adaptée, sont notamment représentés : Quelques points de repère les «sans chez soi» qui s inscrivent dans leur propre système en s excluant du système de fonctionnement de droit commun. Toutes les pathologies sont représentées s accompagnant quasi systématiquement de retards de diagnostics et donc de complications. les «migrants» demandeurs d asile (environ personnes par an arrivent en France). Un certain nombre d entre eux étaient précédemment dans leur pays des enseignants ou exerçaient d autres professions dites «intermédiaires». 1/3 environ est pris en charge dans le cadre des CADA (Centre d Accueil pour Demandeurs d Asile), et 2/3 ne bénéficie pas de réelle prise en charge mais sont en situation régulière. Ces publics connaissent le plus souvent le traumatisme du départ de leur pays, de l exil, du transport dans des conditions particulières, la perte de leur statut professionnel et social, l incertitude liée à leur statut de demandeur d asile qui peut durer 2 ans avec la peur du «rejet», signifiant le retour «honteux» dans le pays ou de devoir vivre en situation «irrégulière», «sans papier». les étrangers malades avec une Autorisation Pour Soin. Cette autorisation est revue au bout de 3 mois. Ces personnes n ont pas d autorisation de travail, ne bénéficient d aucune prestation sociale (sauf l AME). Leur statut d hébergement est précaire, ils n ont pas de réels moyens de subsistance et ont des pathologies relevant de la santé mentale le plus souvent. les publics dont les ressources sont constituées des minima sociaux (RSA ), qui présentent plusieurs pathologies souvent accompagnées de troubles et de souffrance psychique, et/ ou qui entretiennent un nombre très faible de contacts avec autrui et/ou qui présentent un certain mal-être (4). Pour ces publics, les théories actuelles proposent des clefs de lecture de leur comportement de renoncement au soin, clefs de lecture qui seront peut-être en partie obsolètes dans quelques années lorsque de nouvelles théories apparaîtront mais qui ont le mérite aujourd hui d expliquer des fonctionnements, des mécanismes à même d aider les professionnels et les bénévoles dans l accompagnement de ces publics. zone massicotée Mécanismes psychiques freinant l accès aux soins - Février Version 6

10 zone massicotée

11 S Mécanismes psychiques en jeu expliquant entre autres, le non accès aux soins zone massicotée Mécanismes psychiques

12 zone massicotée

13 13 S Mécanismes psychiques en jeu expliquant entre autres, le non accès aux soins 1 OBJET SOCIAL La plupart des mécanismes ci-dessous présentés sont expliqués par les théories de Jean Furtos, qui ne sont pas, par définition, des vérités mais qui sont amenées à évoluer. Il conviendra donc d être prudent en se disant «tout ce passe comme si». Le renoncement aux soins ne constitue qu un symptôme de la précarité et plus largement de la souffrance psychique. Et, la précarité sociale au sens où le définit Jean Furtos «allant croissante, la souffrance psychique ira croissante aussi»(6). La précarité signifie alors (2&3), la perte ou la crainte de la perte de l objet social, et par conséquent la peur de ne plus être reconnu comme un être humain. En effet, la relation entre humains est toujours médiatisée par quelque chose (diplôme, voiture x ou y, argent, logement, emploi ) : il y a des joueurs de hand-ball sur un terrain, on leur prend leur ballon, cela n est pas grave, ils peuvent en fabriquer un autre avec des chiffons par exemple. En revanche, si on dit à l un d entre eux, toi, tu ne joues plus, ce joueur perd un objet social (le poste qu il occupait et qui le mettait en relation avec les autres joueurs de l équipe), il perd la capacité de jouer avec les autres. La perte du lien social peut entraîner ou non une souffrance psychique plus ou moins supportable, ou un recours à des capacités d adaptation et/ou à des aides de proches. La qualité du lien social autour de soi, de l estime de soi est importante. C est ainsi que pour certaines personnes perdre un travail c est tout perdre (par exemple, un homme qui n a pas d autre objet social que son travail pour communiquer avec autrui pourra cacher à ses proches le fait qu il n ait plus de travail), alors que pour d autres, cette perte sera très relative. Mécanismes psychiques Les objets sociaux permettent donc d interagir avec les autres. La perte des objets sociaux est progressive cela va aller de : «qu est-ce que je vais bien pouvoir lui dire, à ne plus rien avoir à dire aux autres». Plus précisément, la perte des objets sociaux peut selon les individus entraîner 3 niveaux de souffrance psychique (Jean Furtos repris par P. Truze) : «La souffrance non pathologique (quoi qu il arrive, je m en sortirai) ; la souffrance commençante avec la perte réelle ou imaginaire d objets sociaux (si je perds, je suis foutu), cette souffrance commence à altérer le lien social, la capacité d agir, la capacité à demander de l aide. La notion de mal-être souvent utilisée par les professionnels se retrouve à ce niveau ; la souffrance pathologique (tout est foutu, disparaissons) qui risque de provoquer le phénomène d auto-exclusion». zone massicotée Mécanismes psychiques freinant l accès aux soins - Février Version 6

14 14 S Mécanismes psychiques en jeu expliquant entre autres, le non accès aux soins 2 SOUFFRANCE PSYCHIQUE En corollaire à la souffrance psychique, une santé mentale raisonnablement bonne serait «la capacité de vivre et de souffrir dans un environnement donné et transformable, c est-à-dire la capacité de vivre avec autrui en restant en lien avec soi-même sans destructivité mais non pas sans révolte»(2&3), la révolte étant la capacité de dire non. Mécanismes psychiques Aussi, la souffrance psychique est une douleur et lorsque cette douleur est forte, l individu met en place des stratégies psychiques, de déni pour atténuer voire éviter la souffrance, c est le phénomène d auto-exclusion. La douleur par peur d être exclu de l Humanité n a plus de mot tellement elle est forte, c est un processus psychique actif qui fait disparaître le sujet (disparaître pour ne pas souffrir). Le sujet devient de plus en plus transparent jusqu à une déshabitation du corps. Ces personnes peuvent laisser en apparence un faux «soi» caricatural («moi je suis dans la rue, j emmerde tout le monde» ) ou «erroné» (par exemple, lorsque qu un professionnel ou un bénévole pose aux «sans chez soi» la question de leur famille, leur réponse peut être : «ma femme et mes enfants sont morts dans un accident de voiture», ce qui met fin, en général, à toute autre questionnement sur le sujet). La prise de produits de type alcool (ou autre) favorise ce mécanisme psychique connu notamment chez certains «sans chez soi». Les premiers signes de souffrance psychique sont : le découragement («à quoi bon») ; et la perte de l estime de soi («je ne vaux rien»), puis apparaissent(2&3), des signes de type : «émoussement affectif», «la non-anticipation», «l anesthésie corporelle» (la douleur physique n est plus ressentie ), l inhibition intellectuelle («mise hors circuit de l intelligence»), l incurie («l accumulation de déchets de toute nature dans son habitat qui révèle la manière singulière de ne pas habiter»), l errance (au sens de «fuite permanente au dehors»), lorsque la souffrance psychique est telle qu elle s apparente au phénomène d auto-exclusion. Ainsi, les mécanismes en jeu dans la précarité dite sociale, la souffrance psychique et l autoexclusion sont étroitement liés. zone massicotée Mécanismes psychiques freinant l accès aux soins - Février Version 6

15 15 S Mécanismes psychiques en jeu expliquant entre autres, le non accès aux soins 3 MÉCANISMES DE DÉFENSE Le syndrome d auto-exclusion est un processus psychique actif des personnes «qui sont exclues du travail, du logement, de la culture, de la citoyenneté, qui se sentent exclues de l appartenance à la commune Humanité», qui, par conséquent, commencent à souffrir intensément et, pour se défendre de cette douleur mettent en place des défenses paradoxales de plusieurs types, dont : la non demande, alors que la situation de la personne nécessite des aides (le malade qui ne demande rien) et la demande portée par un tiers (la personne qui accompagne la personne à aider et qui connaît sa situation). Si ce tiers qui accompagne la personne malade est mis de côté par le médecin pour des questions de confidentialité, le patient dira alors qu il n est pas malade. la réaction thérapeutique négative : les conditions de vie s améliorent (mise à disposition d un logement ), et la personne va de moins en moins bien psychiquement («plus je l aide, plus il s enfonce»). Une personne dans un processus d auto-exclusion, ne peut atteindre un résultat immédiat. Aussi, si cette personne considère que les choses évoluent trop vite pour elle (logement, formation.), elle sera mise en échec et psychiquement elle ira de moins en moins bien. l inversion sémiologique des demandes : c est le cas d une personne qui casse les «perches» du travailleur social, car elle veut déposer sa douleur auprès de lui, alors qu il l oriente vers un psychiatre pour la «travailler». Et, devant le psychiatre la personne ne déposera pas sa douleur pour éviter que ce dernier ne la réactive (ou ne la «réchauffe»). Le mécanisme de défense en jeu consiste à «refroidir» cette douleur, à juste la mettre en dépôt quelque part donc plutôt auprès d un travailleur social qui lui ne représente pas «un soignant». Par exemple, la personne va parler de problèmes administratifs à son psychiatre, ou va indiquer à son docteur : «Docteur, je n ai pas payé ma facture d électricité». zone massicotée Mécanismes psychiques Mécanismes psychiques freinant l accès aux soins - Février Version 6

16 zone massicotée

17 S Recommandations, stratégies, actions pour intervenir de manière pertinente Recommandations, stratégies et actions

18

19 19 S Recommandations, stratégies, actions pour intervenir de manière pertinente Les indications ici formalisées ne se veulent aucunement exhaustives et sont étroitement liées aux mécanismes psychiques de la précarité décrits ci-avant. Elles découlent des théories aujourd hui prises en considération en matière d accompagnement de personnes en situation de précarité sociale voire d auto-exclusion, théories qui pourront dans un futur plus ou moins proche être remises en cause. Toutefois, les recommandations ou stratégies ci-dessous présentées relèvent de la prise en compte de l autre comme être humain à part entière quelle que soit sa problématique. Elles supposent également que les professionnels et les bénévoles renoncent à l idée de guérir tout le monde et qu ils acceptent d être dépositaires de la douleur de quelqu un, ce qui ne signifie pas guérir, et est en aucun cas un échec (même si la personne a déposé sa douleur ailleurs que chez un psychiatre). Enfin, ces recommandations supposent aussi d admettre que la relation entre un professionnel et la personne aidée est asymétrique, personne aidée qui entre en interaction, et qui peut manipuler cette interaction (être dans la séduction ). L essentiel se joue dans la façon d accueillir («j aime pas les questions qu on me pose» ; «je me suis senti jugé» ), pour éviter la méfiance ou le rejet des professionnels (par exemple, le travailleur social peut être considéré comme celui qui dit toujours non à leur demande : «non vous ne pouvez pas bénéficier de cette aide» ). Quelques principes ou attitudes qui favorisent l entrée en relation, la mise en confiance au moment de l accueil : penser aux règles de politesse de base (étymologiquement : «art de vivre en société») : saluer la personne, la regarder dans les yeux, pas de regard stigmatisant ; lui faire comprendre, la rassurer sur le fait qu on est dans la même Humanité ; ne pas demander nom et adresse lors de ce temps là ; ne pas prendre de notes pendant le temps de l accueil, ne pas pianoter sur le clavier de l ordinateur ; Ne pas se positionner d emblée avec un objectif professionnel face à cette personne ; avoir en tête que le fait que la personne ait franchi la porte, est déjà «énorme» pour elle. Reconnaître cet effort accompli par la personne ; ne pas être en face à face avec la personne (éviter les attitudes qui rappelle la position «maître - élève» ou «patron employé»), mais de ¾ pour favoriser les échanges ; Laisser les papiers de côté et demander à l autre de présenter sa demande ; Mécanismes psychiques freinant l accès aux soins - Février Version 6 Recommandations, stratégies et actions

20 20 S Recommandations, stratégies, actions pour intervenir de manière pertinente etre attentif et identifier les silences qui peuvent signifier que le professionnel ou le bénévole s est approché d une cause de souffrance. Il en est de même des changements brutaux de sujet par la personne. Après l accueil, quelques attitudes favorisantes ou recommandations d intervention : Développer une attitude bienveillante en appelant la personne par son nom, en étant accueillant à l égard de tout ce qu elle exprime, en essayant de la comprendre à partir de son point de vue. accepter de ne pas avoir la maîtrise du temps, tolérer l absence de progrès et se mettre à la temporalité de la personne. L enchaînement d entretiens tous les quarts d heure accompagné du sentiment d être expédié n est pas adapté. En revanche, la souplesse sera recherchée sans pour autant que l entretien ne dure 2 heures. renoncer à l efficacité thérapeutique immédiate si elle n est pas vitale et répondre à la demande même si on sait que ce n est pas le plus efficace. Exemple d une personne qui depuis 15 ans est sans papier et qui a besoin d être soignée : elle demande à se faire soigner mais pour cela, elle doit faire faire des papiers, ce qu elle refuse. Elle n accède donc pas aux soins, et elle met en échec toutes les démarches du travailleur social (constitution de dossier ). Comprendre le fonctionnement structurel de la personne dans sa globalité (par rapport à l exemple ci-dessus, la personne refuse toutes démarches liées à des «papiers»). limiter les réponses cloisonnées et répondre plutôt de manière globale. Raccourcir les passages de bureau en bureau, les délais et durées d attente (par des appels téléphoniques entre professionnels ou bénévoles ). Mettre en place des informations collectives pour permettre aux personnes d échanger entre elles, à condition de cette démarche collective n engendre pas malaise et souffrance. Recommandations, stratégies et actions face à la souffrance psychique : rétablir le lien, faire comprendre à cette personne qu elle est des nôtres, l accueillir (cf. ci-dessus le temps de l accueil). eviter de raviver la douleur. Quelqu un qui a trouvé un équilibre dans sa précarité, et qui vient demander au travailleur social de faire quelque chose, éviter de réchauffer une douleur, et ne répondre qu à sa demande, avoir une compréhension par stratégie (le meilleur chemin n étant pas la ligne droite) et une compréhension différente d un individu à l autre. Sinon le risque est que la personne parte ou mette en échec le professionnel. De surcroît, lorsque le professionnel ou le bénévole commettent une erreur ou plutôt quand ils provoquent une douleur, il convient d arrêter, de dire pardon et de reconnaître son erreur devant la personne («on reviendra un autre jour sur cette question», «excusez-moi d avoir abordé quelque chose de douloureux pour vous»), de se montrer comme un être humain, donc qui n est pas parfait et qui peut commettre des erreurs. Mécanismes psychiques freinant l accès aux soins - Février Version 6

21 21 S Recommandations, stratégies, actions pour intervenir de manière pertinente etre soi-même convaincu de la dangerosité des conceptions «hygiénistes» et «élitistes» de la société pouvant amener à rejeter dans l anormalité quiconque est différent : personne handicapée, personne laide, personne illettrée ne pas être normatif. Ne pas calquer ses propres valeurs, ne pas donner de réponses toutes faites, être conscient que l on n est pas un observateur neutre par rapport à sa douleur et respecter le fait que les personnes souhaitent éviter de raviver cette douleur. Le fait qu elles viennent est déjà un effort important. face à la non demande : aller vers la personne avec patience (ne pas attendre une demande formalisée). C est une faute technique en tant que professionnel, que de ne se sentir mobilisé qu avec une demande directe d après Jean Furtos. etre vigilant aux premiers signes de souffrance psychique que sont le découragement et la perte de l estime de soi. Par exemple, les gens qui ne ramènent pas les papiers, ne pas attendre mais aller vers eux, faire cas de ce signe «d abandon», qui est un signe fort. Quelqu un qui n honore pas ses rendez-vous est un signe qui doit alerter. Allez vers car des gens n arrivent même plus à sortir de chez eux. l intervenant en tant que professionnel ou bénévole, précise à son interlocuteur ce qu il peut faire et ce qu il ne peut pas faire lors de ses interventions. inventer le prétexte pour faire venir les gens pour garder le contact (par exemple, des personnes dites «marginales» viennent auprès de l association AIDES juste pour prendre des seringues stériles pour ne pas se contaminer, ils viennent pour garder un contact avec une partie de la société qui peut les accepter). Deux moyens qui peuvent aider les professionnels et les bénévoles dans leur accompagnement de personnes en situation de précarité : le site Internet Traducmed ( «pour permettre au personnel médical d estimer une situation en l absence de traducteur et d évaluer les urgences médicales, sociales ou administratives. Ce site permet aussi d expliquer au patient le déroulement de l examen médical. Il propose des traductions sonores dans de nombreuses langues d un interrogatoire médical en Français et des phrases d explication de la prise en charge médicale» ( la nouvelle prestation expérimentale du Programme Départemental d Insertion : l Analyse des Pratiques Professionnelles dans le champ de l Insertion (APPI). Pour participer à ce nouveau groupe de réflexion ou pour disposer d informations complémentaires sur cette nouvelle prestation, un interlocuteur Valerie Rignault (Conseil Général des Hautes - Alpes) et un numéro de téléphone Mécanismes psychiques freinant l accès aux soins - Février Version 6 Recommandations, stratégies et actions

22 22 S Glossaire : AAH : Allocation Adulte Handicapé AME : Aide Médicale d Etat CADA : Centre d Accueil pour Demandeurs d Asile RSA : Revenu de Solidarité Active S Bibliographie : (1) e. Cambois (2003). Les personnes en situation sociale difficile et leur santé. DRESS. Travaux de l Observatoire de la Pauvreté et de l Exclusion Sociale (2) J. Furtos (2008). Les cliniques de la Précarité : contexte social, psychopathologie et dispositifs. Masson. CPNLF (Congrès de Psychiatrie et de Neurologie de la Langue Française). (3) J. Furtos (2007). Les effets cliniques de la souffrance psychique d origine sociale. Mental idées n 11 09/2007. L.B.F.S.M. (4) J.L Pan Ké Shon (2003). Isolement relationnel et mal-être. INSEE PREMIERE n 931. Novembre 2003 (5) J. THORAVAL - Président de la Commission Consultative des Droits de l Homme (2006). Le droit à la santé n est pas assuré pour tous - Article de la Gazette Santé-Social, mars (6) p. Truze (2008). La santé des personnes en situation de précarité. Le rameau, 25 mars (7) LETTRE-RESEAU : LR/DAR/111/2005 du 26/07/2005. Assurance Maladie, Caisse Nationale Mécanismes psychiques freinant l accès aux soins - Février Version 6

23 Achevé d imprimer en avril 2010

24 Pour tout renseignement et réactualisation, contacter par mail la Coordination Santé-Précarité :

HABITAT INDIGNE, SOUFFRANCE PSYCHIQUE. ET DEFENSES DELIRANTES DANS LES EXCLUSIONS (internes et externes) Lyon, 2014

HABITAT INDIGNE, SOUFFRANCE PSYCHIQUE. ET DEFENSES DELIRANTES DANS LES EXCLUSIONS (internes et externes) Lyon, 2014 HABITAT INDIGNE, SOUFFRANCE PSYCHIQUE ET DEFENSES DELIRANTES DANS LES EXCLUSIONS (internes et externes) Lyon, 2014 Les évolutions récentes Remplacer «incurie» par «abandon» Abandon de soi, de son soin

Plus en détail

La santé des jeunes Rhônalpins en insertion

La santé des jeunes Rhônalpins en insertion La santé des jeunes Rhônalpins en insertion Diagnostic commun et actions partenariales URML, URHAJ et MFRA CRDSU (centre de ressources et d'échanges pour le développement social urbain) 12 octobre 2012

Plus en détail

Note de recommandation Médecins du Monde. Concertation sur la Réforme de l Asile. Octobre 2013

Note de recommandation Médecins du Monde. Concertation sur la Réforme de l Asile. Octobre 2013 Note de recommandation Médecins du Monde Concertation sur la Réforme de l Asile Octobre 2013 Introduction Cette note de contribution est rédigée dans le cadre de la concertation sur la Réforme de l Asile,

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Définition. Recherche sur Internet. Quelques chiffres. Stress et enseignement. Symptômes 3 catégories de causes Le burn out Gestion du stress

Définition. Recherche sur Internet. Quelques chiffres. Stress et enseignement. Symptômes 3 catégories de causes Le burn out Gestion du stress Stress et enseignement Symptômes 3 catégories de causes Le burn out Gestion du stress Recherche sur Internet Moteur de recherche: GOOGLE Mots-clés: + stress + enseignement Nombre de pages francophones

Plus en détail

Comité national d évaluation du rsa Annexes

Comité national d évaluation du rsa Annexes Comité national d évaluation du rsa Annexes Annexe 11 La mise en place du Rsa dans les caisses d allocations familiales (*) Pauline Domingo, Stéphane Donné (Cnaf) Décembre 2011 Les documents d études sont

Plus en détail

Problèmes de rejet, de confiance, d intimité et de loyauté

Problèmes de rejet, de confiance, d intimité et de loyauté Chapitre 7 Problèmes de rejet, de confiance, d intimité et de loyauté Il y a en moi un désir profond d avoir une relation longue et pleine de sens avec quelqu un, mais cela me fait peur, parce que si vous

Plus en détail

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant Vivre avec un trouble dépressif Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin

Plus en détail

Chapitre 17 Action publique et régulation

Chapitre 17 Action publique et régulation CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 16 novembre 2014 à 19:40 Chapitre 17 Action publique et régulation Introduction Pourquoi les pouvoirs publics interviennent-ils dans les économies contemporaines?

Plus en détail

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999)

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999) Délégation ANCREAI Ile-de-France CEDIAS - 5 rue Las-Cases 75007 PARIS Tél : 01 45 51 66 10 Fax : 01 44 18 01 81 E-mail : creai.idf@9online.fr Contact : Carole PEINTRE LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

Mieux connaître les publics en situation de handicap

Mieux connaître les publics en situation de handicap Mieux connaître les publics en situation de handicap Plus de 40 % des Français déclarent souffrir d une déficience 80 Comment définit-on le handicap? au moins une fois au cours de leur vie et 10 % indiquent

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

Réunion plénière du CNLE

Réunion plénière du CNLE Réunion plénière du CNLE Recherche-actions pour réduire le non-recours aux prestations sociales Paris, le 27 juin 2013 1 Contexte, objectifs et méthodologie de la recherche-actions 2 Principaux enseignements

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

P.A.R.A.D.S. PÔLES D ACCUEIL EN RÉSEAU POUR L ACCÈS AUX DROITS SOCIAUX

P.A.R.A.D.S. PÔLES D ACCUEIL EN RÉSEAU POUR L ACCÈS AUX DROITS SOCIAUX P.A.R.A.D.S. PÔLES D ACCUEIL EN RÉSEAU POUR L ACCÈS AUX DROITS SOCIAUX MAI 2011 SOMMAIRE ADMINISTRATIF - DOMICILIATION - C.N.I Carte Nationale d Identité - EXTRAIT D ACTE DE NAISSANCE - DEMANDE D ASILE

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer

L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer Inspection générale des affaires sociales RM2014-090R Inspection générale de l administration N 14-122/14-077/01 L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer SYNTHESE Établie par Michel

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Se libérer de la drogue

Se libérer de la drogue Chacun doit savoir qu il peut se libérer de la drogue à tout moment. Se libérer de la drogue Je ne maîtrise plus la situation Longtemps encore après la première prise de drogue, le toxicomane croit pouvoir

Plus en détail

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins Observatoire National de la santé des jeunes Accès aux droits et aux soins Données septembre 2012 «Observatoire santé UNHAJ - accès aux droits et aux soins» La santé des jeunes sous observationerreur!

Plus en détail

ENQUETE MARS 2014 L HEBERGEMENT D URGENCE EN 2014 ETAT DES LIEUX ET PARCOURS DES PERSONNES SANS DOMICILE FIXE DANS 5 VILLES DE FRANCE

ENQUETE MARS 2014 L HEBERGEMENT D URGENCE EN 2014 ETAT DES LIEUX ET PARCOURS DES PERSONNES SANS DOMICILE FIXE DANS 5 VILLES DE FRANCE ENQUETE MARS 2014 L HEBERGEMENT D URGENCE EN 2014 ETAT DES LIEUX ET PARCOURS DES PERSONNES SANS DOMICILE FIXE DANS 5 VILLES DE FRANCE MEDECINS DU MONDE MARS 2014 2 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 CONTEXTE ET

Plus en détail

Droits des malades en fin de vie. Connaître la loi Leonetti et l appliquer

Droits des malades en fin de vie. Connaître la loi Leonetti et l appliquer Droits des malades en fin de vie Connaître la loi Leonetti et l appliquer Lorsque la médecine trouve ses limites et que la personne, avec ses proches, se situe dans la perspective d une échéance annoncée,

Plus en détail

Toute personne résidant en France de façon régulière peut, si. La couverture maladie universelle ATELIER 2

Toute personne résidant en France de façon régulière peut, si. La couverture maladie universelle ATELIER 2 ATELIER 2 21 OCTOBRE 2000 La couverture maladie universelle Instaurée depuis le 1 er janvier 2000, la couverture maladie universelle (Cmu) concerne 6 millions de personnes en France (soit 10 % de la population).

Plus en détail

Contribution de Médecins du Monde

Contribution de Médecins du Monde Contribution de Médecins du Monde Conférence nationale de lutte contre la pauvreté et les exclusions des 10 et 11/12/12 Thématique Hébergement / logement Cette contribution fait suite à la participation

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

Précarité sociale et recours aux soins dans les établissements de soins du Tarn-et-Garonne

Précarité sociale et recours aux soins dans les établissements de soins du Tarn-et-Garonne O B S E R V A T O I R E R E G I O N A L D E L A S A N T E D E M I D I - P Y R E N E E S Précarité sociale et recours aux soins dans les établissements de soins du Tarn-et-Garonne Novembre 2007 SYSTEME

Plus en détail

ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU

ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU 1 CHAPITRE 3: L ASYMÉTRIE D INFORMATION NOTIONS IMPORTANTES: Asymétrie d information Antisélection (ou sélection

Plus en détail

La situation financière des Canadiens

La situation financière des Canadiens La situation financière des Canadiens 1 Approche client Microsoft Advertising Hiver 2015 LA SITUATION FINANCIÈRE DES CANADIENS 2 Des décisions financières difficiles et importantes doivent être prises

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

Introduction. Consultation nationale sur l éducation artistique et culturelle : Pour un accès de tous à l art et à la culture

Introduction. Consultation nationale sur l éducation artistique et culturelle : Pour un accès de tous à l art et à la culture Introduction Depuis leur création par Coluche en 1985, les Restos du cœur poursuivent une mission fondamentale de lutte contre la pauvreté et l exclusion sous toutes ses formes en France, en apportant

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Améliorer l hébergement des plus défavorisés : Un plan triennal pour réduire le recours aux nuitées hôtelières

DOSSIER DE PRESSE. Améliorer l hébergement des plus défavorisés : Un plan triennal pour réduire le recours aux nuitées hôtelières DOSSIER DE PRESSE Améliorer l hébergement des plus défavorisés : Un plan triennal pour réduire le recours aux nuitées hôtelières Paris, le mardi 3 février 2015 Contact presse Ministère du Logement, de

Plus en détail

SUPPLEMENT AU DIPLÔME

SUPPLEMENT AU DIPLÔME SUPPLEMENT AU DIPLÔME Le présent supplément au diplôme (annexe descriptive) suit le modèle élaboré par la Commission européenne, le Conseil de l'europe et l'unesco/cepes. Le supplément vise à fournir des

Plus en détail

LA SOUFFRANCE DU MALADE EN FIN DE VIE. LES COMPORTEMENTS FACE A LA PERTE : vécu de la mort

LA SOUFFRANCE DU MALADE EN FIN DE VIE. LES COMPORTEMENTS FACE A LA PERTE : vécu de la mort LA SOUFFRANCE DU MALADE EN FIN DE VIE LES COMPORTEMENTS FACE A LA PERTE : vécu de la mort relation SRLF Paris, 11-12-13 mai C.LE BRIS BENAHIM Psychothérapeute - Formatrice Quimper CHIC Comment le vécu

Plus en détail

Comment la proposer et la réaliser?

Comment la proposer et la réaliser? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment la proposer et la réaliser? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les professionnels de santé dans la mise en œuvre d un programme

Plus en détail

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 1 Berne, mai 2007 Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 2 Pourquoi la CSIAS en tant qu association privée peut-elle établir des normes en matière d aide sociale? La CSIAS est l association professionnelle

Plus en détail

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris)

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) 1. Contexte local Géographie La psychiatrie adulte de l hôpital Sainte-Anne est orientée vers 7 secteurs psychiatriques adultes, que ce soit pour les hospitalisations,

Plus en détail

«Tout le monde devrait faire une psychothérapie.»

«Tout le monde devrait faire une psychothérapie.» «Tout le monde devrait faire une psychothérapie.» Moins je me connais, mieux je me porte. Clément Rosset, Loin de moi, 1999 Faut-il tout «psychiatriser»? Tout événement de vie difficile tel qu une rupture

Plus en détail

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre Avril 2011 La longue expérience de la Mutualité Française dans la mise en œuvre d actions de prévention,

Plus en détail

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle CONTRE-VALEURS 7 octobre 2014 Les contre-valeurs représentent ce que l on cherche à fuir. Elles nous motivent négativement en ce sens où elles incarnent des situations que nous évitons ou que nous cherchons

Plus en détail

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN JEAN-PIERRE BRUN PROFESSEUR CHAIRE EN GESTION DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL UNIVERSITÉ LAVAL http://cgsst.fsa.ulaval.ca Dans quatre

Plus en détail

Charte de la laïcité à l École Charte commentée

Charte de la laïcité à l École Charte commentée Charte de la laïcité à l École Charte commentée Ce document propose un commentaire de la phrase de préambule et de chacun des articles de la Charte de la laïcité à l École. Il explicite le sens des principales

Plus en détail

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE!

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! rétablissement et psychose / Fiche 1 JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! JJérôme s énerve : «Je ne suis pas psychotique! Vous ne dites que des conneries! Je suis moi, Jérôme, et je ne vois pas le monde comme vous,

Plus en détail

Conseils sur la conduite à tenir en cas de suicide d un salarié sur le lieu de travail

Conseils sur la conduite à tenir en cas de suicide d un salarié sur le lieu de travail Conseils sur la conduite à tenir en cas de suicide d un salarié sur le lieu de travail Document réalisé avec l aide de Philippe BIELEC, Ingénieur Conseil à la Direction des risques professionnels de la

Plus en détail

Or, la prévention des risques psychosociaux relève de l obligation générale de l employeur de protéger la santé physique et mentale des salariés.

Or, la prévention des risques psychosociaux relève de l obligation générale de l employeur de protéger la santé physique et mentale des salariés. Introduction Les symptômes du stress (troubles du sommeil, de l appétit, agressivité, épuisement, troubles de la concentration ), touchent un nombre croissant de salariés en France : un salarié sur 6 déclare

Plus en détail

Synthèse Assurance, responsabilité civile

Synthèse Assurance, responsabilité civile Synthèse Assurance, responsabilité civile SJE/mai 2013 REMARQUES PRELIMINAIRES : 1) Dans le cadre de sa mission d aide sociale à l enfance le Conseil général se voit confier des enfants. Le Département

Plus en détail

La goutte la maladie des rois

La goutte la maladie des rois La goutte la maladie des rois Tous droits protégés Pharmanetis Sàrl Tout savoir sur la goutte Comment bien gérer sa maladie? Par Van Nguyen et Xavier Gruffat (pharmaciens) Photo: Matthew Cole - Fotolia.com

Plus en détail

Information et orientation

Information et orientation Information et orientation Des services sociaux peuvent vous informer et vous accompagner Proxim Social Service d accueil, d information et d orientation physique et téléphonique. 0805.01.2530 appel gratuit

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR POUR GUIDER NOS INTERLOCUTEURS DANS LE DOMAINE DE LA SANTE

CE QU IL FAUT SAVOIR POUR GUIDER NOS INTERLOCUTEURS DANS LE DOMAINE DE LA SANTE CE QU IL FAUT SAVOIR POUR GUIDER NOS INTERLOCUTEURS DANS LE DOMAINE DE LA SANTE SE SOIGNER A MOINDRE FRAIS... 2 La CMU de BASE... 3 LA CMU COMPLEMENTAIRE... 5 L ACS... 7 TABLEAU... 8 L'AME... 9 LE CMP...

Plus en détail

Base de données sociales sur Paris

Base de données sociales sur Paris Base de données sociales sur Paris Fiches d identité sociale des 20 arrondissements - 2012 Apur - David Boureau Étude réalisée en collaboration avec le Centre d Action Sociale de la Ville de Paris (CASVP)

Plus en détail

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Université d été de la performance en santé - 29 août 2014- Lille Monsieur le président, Monsieur le directeur général,

Plus en détail

Bilan annuel 2013 Accès aux droits SANTE Mission de médiation sociale PPV93

Bilan annuel 2013 Accès aux droits SANTE Mission de médiation sociale PPV93 Bilan annuel 2013 Accès aux droits SANTE Mission de médiation sociale PPV93 Sommaire Contexte... 3 Nombre de personnes reçues en 2013... 3 Demandes réalisées lors des permanences... 8 Aspects qualitatifs...

Plus en détail

Origines possibles et solutions

Origines possibles et solutions Ne plus avoir peur de vieillir «Prends soin de ton corps comme si tu allais vivre éternellement, Prends soin de ton âme comme si tu allais mourir demain.» Introduction Ce petit document est la résultante

Plus en détail

Conseil national de l information statistique

Conseil national de l information statistique Conseil national de l information statistique Commission Système financier et financement de l économie Accessibilité et inclusion bancaire 25 septembre 2014 1 Pourquoi la Croix-Rouge française s occupe-t-elle

Plus en détail

contre la pauvreté et pour l inclusion sociale

contre la pauvreté et pour l inclusion sociale PREMIER MINISTRE PLAN PLURIANNUEL contre la pauvreté et pour l inclusion sociale 3 mars 2015 SYNTHÈSE Adopté à la suite d un comité interministériel de lutte contre l exclusion en 2013, le plan pluriannuel

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. Droit d accès

GUIDE PRATIQUE. Droit d accès 111 GUIDE PRATIQUE Droit d accès QU EST-CE QUE LE DROIT D ACCÈS? page 2 COMMENT EXERCER SON DROIT D ACCÈS? page 3 POUR ACCÉDER A QUOI? page 5 QUELLE RÉPONSE ATTENDRE? page 6 QUAND ET COMMENT SAISIR LA

Plus en détail

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009 L aide aux aidants Aude Comberieu Psychologue clinicienne Hôpital Émile Roux Capacité de gériatrie mars 2009 Définition L aidant naturel L aidant non professionnel L aidant familial «L aidant familial

Plus en détail

Convention de partenariat pour l accès aux droits, aux soins et à la prévention des rennais

Convention de partenariat pour l accès aux droits, aux soins et à la prévention des rennais Vendredi 3 octobre 2014 Convention de partenariat pour l accès aux droits, aux soins et à la prévention des rennais Convention de partenariat pour l accès aux droits, aux soins et à la prévention des

Plus en détail

COUPLE ET PROBLÈMES SEXUELS

COUPLE ET PROBLÈMES SEXUELS COUPLE ET PROBLÈMES SEXUELS Introduction Christine Reynaert et Pierre Collart ont tous deux activement participé à l ouverture de centres spécialisés dans le traitement de troubles sexuels (voir analyse

Plus en détail

A - Nomenclature des préjudices de la victime directe

A - Nomenclature des préjudices de la victime directe ANNEXE NOMENCLATURE DES PREJUDICES RESULTANT D UNE ATTEINTE A LA PERSONNE A - Nomenclature des préjudices de la victime directe 1 ) Préjudices patrimoniaux a) Préjudices patrimoniaux temporaires (avant

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION Face à une rationalisation croissante du secteur social et médico-social, accentuée par les effets de crise, comment un directeur de structure

Plus en détail

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014 L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS Juin 2014 Contacts BVA : Céline BRACQ Directrice BVA Opinion Lilas BRISAC Chargée d études 01 71 16 88 00

Plus en détail

Inégalités sociales de Santé Propositions du SMG dans le cadre de la discussion conventionnelle

Inégalités sociales de Santé Propositions du SMG dans le cadre de la discussion conventionnelle Inégalités sociales de Santé Propositions du SMG dans le cadre de la discussion conventionnelle Le constat Des études de plus en plus nombreuses (1) (2) montrent que les déterminants socioéconomiques ont

Plus en détail

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008 Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation Septembre 2008 Louis Plamondon Centre de recherche de l institut universitaire de gériatrie

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

Améliorer la communication Transmettre l information Mener une politique d évaluation

Améliorer la communication Transmettre l information Mener une politique d évaluation Anne Kolasinski Coach de Vie certifiée Améliorer la communication Transmettre l information Mener une politique d évaluation Prendre vos fonctions Atteindre vos objectifs Améliorer vos performances Renforcer

Plus en détail

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S Observatoire Ipsos-LogicaBusiness Consulting/Crédit Agricole Assurances Des attitudes des Européens face aux risques Fiche technique Ensemble : 7245 répondants

Plus en détail

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas :

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : Introduction Le CRM se porte-t-il si mal? Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : «75 % de projets non aboutis» «La déception du CRM» «Le CRM : des

Plus en détail

Synthèse des réflexions

Synthèse des réflexions Synthèse des réflexions 5ème Journée de Rencontres Inter-Professionnelles ADDICTION ET PRÉCARITÉ Le 2 février 2008 À l Auberge de Jeunesse DU PORT DU RHIN ------------------------------------ Organisée

Plus en détail

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Questions / Réponses Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Quelques chiffres sur les troubles du sommeil et la consommation de benzodiazépines

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS?

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? Pourquoi vivons-nous des émotions? Voilà une excellente question! Avez-vous pensé: «Les émotions nous rendent humains» ou : «Elles nous permettent de sentir ce qui

Plus en détail

IDENTIFICATION DE CLIGNOTANTS SOCIAUX AU COURS DE l E4M

IDENTIFICATION DE CLIGNOTANTS SOCIAUX AU COURS DE l E4M IDENTIFICATION DE CLIGNOTANTS SOCIAUX AU COURS DE l E4M La loi de la protection de l enfance La loi du 5 mars 2007 insiste sur la prévention et confie au Président du Conseil Général le soin d organiser,

Plus en détail

1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs?

1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? Ménages et consommation 1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? question 1: comment le revenu des ménages est-il réparti? question 2: quelle est l influence

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

sociales (pour information) CIRCULAIRE DGS(SD6/A)/DGAS/DSS/2002/551 / du 30 octobre 2002 relative aux appartements de coordination thérapeutique (ACT)

sociales (pour information) CIRCULAIRE DGS(SD6/A)/DGAS/DSS/2002/551 / du 30 octobre 2002 relative aux appartements de coordination thérapeutique (ACT) Le Ministre de la Santé, de la Famille Et des personnes Handicapées A Mesdames et Messieurs les Préfets de région Direction régionales des affaires sanitaires et sociales Mesdames et Messieurs les Préfets

Plus en détail

Projet de loi RSA et politiques d insertion Observations et propositions d amendements de l Uniopss

Projet de loi RSA et politiques d insertion Observations et propositions d amendements de l Uniopss Projet de loi RSA et politiques d insertion Observations et propositions d amendements de l Uniopss Modalités d attribution des droits connexes au RSA Instaurer une automaticité de fait et non de droit

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS Synthèse des débats rédigée par : 26 janvier 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Poitiers, le 26 janvier 2012,

Plus en détail

Inégalités sociales de santé et accès aux soins. Inégalités sociales de santé et protection sociale 2006-07 Psychomot 1 UPMC/VHF

Inégalités sociales de santé et accès aux soins. Inégalités sociales de santé et protection sociale 2006-07 Psychomot 1 UPMC/VHF Inégalités sociales de santé et accès aux soins INEGALITES SOCIALES DE SANTE Définition : Inégalités/ sociales /de santé Inégalités face à la mort Comparaisons européennes Les maladies inégalitaires Inégalités

Plus en détail

«Politique des ARS pour les seniors»

«Politique des ARS pour les seniors» «Politique des ARS pour les seniors» Claude EVIN, Directeur Général de l Agence Régionale de Santé d Ile-de-France XX/XX/XX L ARS, acteur majeur de la politique de santé et d accompagnement au service

Plus en détail

Pôle de compétence en promotion de la santé région Centre en Promotion de la Santé en Région Centre. Salon des formations en promotion de la santé

Pôle de compétence en promotion de la santé région Centre en Promotion de la Santé en Région Centre. Salon des formations en promotion de la santé Fédération Régionale des Acteurs FRAPS Pôle de compétence en promotion de la santé région Centre en Promotion de la Santé en Région Centre Salon des formations en promotion de la santé Mardi 20 janvier

Plus en détail

Code d'éthique de la recherche

Code d'éthique de la recherche Code d'éthique de la recherche Ce texte reprend le code d'éthique de la FPSE de l'université de Genève, avec une adaptation des références aux instances académiques. Cette version est plus particulièrement

Plus en détail

Le guide du bon usage des médicaments

Le guide du bon usage des médicaments Le guide du bon usage des médicaments Les médicaments sont là pour vous aider mais......ils ont parfois du mal à vivre ensemble. Votre médecin et votre pharmacien peuvent adapter votre traitement pour

Plus en détail

Mon boss ne délègue pas

Mon boss ne délègue pas Situation 3 Mon boss ne délègue pas L importance d une rhétorique soignée Les situations de pur rapport de force Autonomie et contrôle La délégation Explication/justification La situation Pierre, notre

Plus en détail

Citizenship Language Pack For Migrants in Europe - Extended FRANÇAIS. Cours m ultim édia de langue et de culture pour m igrants.

Citizenship Language Pack For Migrants in Europe - Extended FRANÇAIS. Cours m ultim édia de langue et de culture pour m igrants. Project Nr. 543248-LLP-1-2013-1-IT-KA2-KA2MP Citizenship Language Pack For Migrants in Europe - Extended FRANÇAIS Cours m ultim édia de langue et de culture pour m igrants Niveau A2 Pour com m uniquer

Plus en détail

Chapitre 4 Quelles sont les principales défaillances du marché?

Chapitre 4 Quelles sont les principales défaillances du marché? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 12 octobre 2014 à 18:25 Chapitre 4 Quelles sont les principales défaillances du marché? Introduction Dans la réalité les marchés peuvent être défaillants dans le

Plus en détail

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT Introduction Frédéric PETITBON Directeur général délégué, IDRH Les collectivités doivent à la fois respecter des engagements vis-à-vis des citoyens, poursuivre des démarches managériales et tenir compte

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT Sommaire Comment se fait la recherche sur un nouveau médicament? (page 1) A quoi sert la recherche sur un nouveau médicament? (page

Plus en détail

Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins

Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins études résultats et N 603 octobre 2007 Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins Une enquête a été effectuée par la DREES au deuxième trimestre 2006 auprès de personnes

Plus en détail

n 8 Hépatites virales chroniques : faciliter mes démarches...

n 8 Hépatites virales chroniques : faciliter mes démarches... HépatiteC onseil n 8 Ma maladie Mon traitement Ma vie sociale Hépatites virales chroniques : faciliter mes démarches... Sommaire ( Qu est-ce 1 2 3 Les hépatites chroniques sont des affections de longue

Plus en détail

L expérience patient : lorsque le rationnel rencontre l émotion Le cas du CSSS Richelieu-Yamaska

L expérience patient : lorsque le rationnel rencontre l émotion Le cas du CSSS Richelieu-Yamaska Le cas du CSSS Richelieu-Yamaska Écrit par Jocelyn Théoret, directeur en gestion de l expérience client, Groupe-conseil en stratégie et performance de Raymond Chabot Grant Thornton, en collaboration avec

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction OFDT Note n 2010-12 Saint-Denis, le 09/08/2010 Introduction Les premières structures

Plus en détail

LES PROFESSIONNELS DE SANTE ET LE TIERS PAYANT COMPLEMENTAIRE Enquête Mut Santé/TNS Healthcare auprès de 150 pharmaciens

LES PROFESSIONNELS DE SANTE ET LE TIERS PAYANT COMPLEMENTAIRE Enquête Mut Santé/TNS Healthcare auprès de 150 pharmaciens LES PROFESSIONNELS DE SANTE ET LE TIERS PAYANT COMPLEMENTAIRE Enquête Mut Santé/TNS Healthcare auprès de 150 pharmaciens Nouvel opérateur de la gestion du Tiers Payant Complémentaire, Mut Santé a souhaité

Plus en détail

Positionnement de l UNCCAS relatif au registre national des crédits aux particuliers ou «fichier positif»

Positionnement de l UNCCAS relatif au registre national des crédits aux particuliers ou «fichier positif» Positionnement de l UNCCAS relatif au registre national des crédits aux particuliers ou «fichier positif» Ce registre national des crédits aux particuliers a été introduit (article 22) dans le projet de

Plus en détail

LES CONSTATS. Les difficultés généralement pointées par les usagers et les partenaires sont :

LES CONSTATS. Les difficultés généralement pointées par les usagers et les partenaires sont : QUELQUES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE La conférence nationale contre la pauvreté et pour l inclusion sociale de (le 10 et 11 décembre 2012) a fait de la lutte contre les inégalités sociales une priorité nationale

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

Françoise TRUFFY, Présidente de la CDAPH 94. Bonjour,

Françoise TRUFFY, Présidente de la CDAPH 94. Bonjour, Françoise TRUFFY, Présidente de la CDAPH 94 Bonjour, Je me présente : J ai une formation de base d ergothérapeute et d infirmièreassistante sociale spécialisée en psychiatrie et comme pour faire, j ai

Plus en détail