Accès au financement des entreprises artisanales en Haute-Normandie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Accès au financement des entreprises artisanales en Haute-Normandie"

Transcription

1 Décembre 2012 Accès au financement des entreprises artisanales en Haute-Normandie La situation financière des entreprises artisanales et le recours aux banques Région Haute-Normandie

2 Depuis novembre 2011, la Chambre Régionale de Métiers et de l Artisanat de Haute- Normandie s est dotée d un Observatoire régional de l Artisanat. Outil indispensable d évaluation de l activité artisanale, il permet de cerner au mieux le contexte dans lequel évoluent les entreprises artisanales de notre territoire et d adapter l offre du réseau des Chambres de Métiers et de l Artisanat aux besoins et aux préoccupations des entreprises. Dès la mise en place de l Observatoire, j ai demandé à ce que la priorité soit donnée à la conduite d une étude sur le financement des entreprises artisanales, et ciblée notamment sur des emprunts de moins de euros ; question majeure portée par notre secteur. Parmi les résultats de l enquête, il est frappant de constater que 35% des chefs d entreprise jugent leur situation financière «préoccupante» voire «très préoccupante». Effet d une crise désormais pesante? Poids inconsidéré d une fiscalité oppressante? Situation financière aggravée par des difficultés d accès au crédit? Pour répondre de manière sereine et décomplexée à ces interrogations, il fallait disposer de données fiables. L enquête tente de répondre indirectement à ces questions. Que deux tiers des artisans se tournent vers les établissements bancaires pour financer leur activité ne surprendra personne mais trop peu font aujourd hui jouer la concurrence (20 % seulement). Que 80% des demandes de crédit d investissement soient acceptées est un élément positif mais combien ont pu être réellement instruites? Nous constatons aujourd hui une convergence entre l enquête sur le financement et l ensemble des études de conjoncture menées en 2012 par l Observatoire. Toutes mettent en exergue les difficultés économiques auxquelles se heurtent nos artisans. La frilosité croissante des banques dans le contexte de crise est systématiquement évoquée ainsi que des charges patronales excessives, un manque de main-d œuvre qualifiée, la concurrence des grands groupes et l étude de l évolution du régime fiscal des auto-entrepreneurs. Ritournelle du secteur diront certains. Je ne le crois pas et je ne m y résigne pas. Les difficultés de financement dont font part les entreprises sont aussi liées à une trésorerie qui ne cesse de faiblir et qui rend sans doute l accès au crédit encore plus délicat. Ce sont donc nos marges et nos bénéfices qu il faut aujourd hui défendre pour exister demain. C est aussi la formation et l innovation qui nous ferons perdurer. Avec ces atouts, les acteurs du financement, banques et sociétés de caution, pourront continuer à être des partenaires efficaces si eux-mêmes jouent la carte de l audace, de la confiance et de l écoute. sommaire Bruno LEFEBVRE Président de la CRMA Haute-Normandie 1. situation financière des entreprises artisanales Relations entre les artisans et les banques Difficultés de financement recours aux banques Accès au crédit d investissement Accès aux crédits de trésorerie Synthèse des témoignages des artisans... 18

3 1 situation financière des entreprises artisanales 1.1 Relations entre les artisans et les banques Les banques principale source de financement Un important recours aux banques (65%). Un autofinancement qui atteint 26%. Principale source de financement 100% 80% 60% 10% 7% 9% 11% 9% 13% 25% 24% 26% 38% la famille / les proches l'autofinancement / l'apport personnel 40% 20% 77% 68% 53% 65% 65% la banque 0% Les artisans haut-normands ont tendance à se tourner majoritairement vers des établissements bancaires lorsqu ils ont un besoin de financement (65% des artisans interrogés). Ce chiffre exprime une forte dépendance des artisans haut-normands à l égard des banques, indispensables au financement de leur activité économique. Cependant, il est important de noter que 26% des artisans citent l autofinancement comme première source de financement ; ce qui représente une proportion non-négligeable. Une forte mono-bancarisation 80% des artisans font appel à une seule banque pour financer leur activité, alors que 16% s adressent à deux établissements bancaires. Nombre de banques sollicitées par un chef d'entreprise artisanale Une 80% Deux 16% Plus de deux 4% Décembre

4 1 situation financière des entreprises artisanales 1.1 Relations entre les artisans et les banques Evaluation de la relation entre artisans et banques Le niveau de satisfaction concernant les relations des artisans avec les banques est variable, selon les critères. Niveau de satisfaction selon le critère Coût du financement 23% 43% 34% Relation avec le conseiller financier 13% 24% 63% Accès aux financements d investissement 29% 30% 41% Accès aux financements de trésorerie 32% 35% 33% 0% 20% 40% 60% 80% 100% Insatisfaisant Moyennement satisfaisant Satisfaisant Le jugement des artisans est relativement sévère quant à l accès aux financements de trésorerie (court terme). Les «insatisfaits» représentent 32%. Parmi les avis positifs, un tiers se dit «satisfait» et un pourcentage proche (35%), «moyennement satisfait». L opinion est plus favorable en matière d accès aux financements d investissement (moyen-long terme). Les «insatisfaits» sont moins nombreux (29%). La proportion des «satisfaits» s élève à 41%, celle des «moyennement satisfaits» à 30%. Globalement, la relation entretenue avec le conseiller financier est satisfaisante (pour 63% des artisans, auxquelles s ajoutent 24% des avis «moyennement satisfaisants»). Les artisans insatisfaits sont minoritaires (13%). Les avis sont partagés en ce qui concerne les coûts du financement : 23% se disent «insatisfaits», contre 34% de «satisfaits». Les plus nombreux se retrouvent dans le groupe des «moyennement satisfaits» (43%). 4 Décembre 2012

5 1 situation financière des entreprises artisanales 1.2 Difficultés de financement Identification des difficultés financières 1 entreprise sur 2 rencontre des difficultés de financement, quel que soit le secteur d activité. 100% Difficultés de financement (tous crédits confondus) 80% 60% 50% 54% 50% 53% 52% NON 40% 20% 50% 46% 50% 47% 48% OUI 0% 48% des artisans haut-normands déclarent être régulièrement confrontés à des difficultés de financement. Ce taux est légèrement inférieur dans les secteurs des Services et du Bâtiment. Il est de 50% dans l Alimentation et la Fabrication. Décembre

6 1 situation financière des entreprises artisanales 1.2 Difficultés de financement Les difficultés variables selon le type de financement 68 % des difficultés concernent le court terme (trésorerie), 8% le moyen-long terme (investissements) Principales difficultés de financement Trésorerie (court terme) 68% Investissement (moyen-long terme) 8% Les deux 24% Les difficultés de financement portent essentiellement (68%) sur le court terme. Il s agit des chefs d entreprises qui éprouvent d importants problèmes pour financer les décalages de trésorerie. En revanche, les besoins relatifs aux investissements de moyen-long terme sont rarement cités (8% des réponses). A noter que 24% des artisans subissent des difficultés à la fois de court terme et de moyen-long terme. 6 Décembre 2012

7 1 situation financière des entreprises artisanales 1.2 Difficultés de financement L auto - évaluation des artisans de leur situation financière Bilan contrasté de la santé financière des entreprises artisanales. 100% Situation financière des entreprises artisanales 9% 11% 7% 7% 80% 34% 30% 17% 29% 28% 60% 40% 56% 49% 61% 57% 55% 20% 0% 10% 12% 11% 7% 10% Très saine Plutôt saine Préoccupante Très préoccupante La situation apparaît majoritairement «saine» dans tous les secteurs. En effet, la totalité des avis «positifs» atteint 65% (réponses «très saine» et «plutôt saine»). Néanmoins, une part importante, à savoir, 35% des artisans, jugent leur situation financière «préoccupante» ou «très préoccupante». Décembre

8 1 situation financière des entreprises artisanales 1.2 Difficultés de financement Une partie minime (entre 7 et 12% selon le secteur) des répondants évaluent la situation financière de leur entreprise comme «très saine», soit 1 artisan sur 10 en moyenne (tous secteurs confondus). Les chefs d entreprise ont tendance à choisir la rubrique «plutôt saine» (55% en moyenne, soit entre 49 et 61% selon le secteur). Hormis l Alimentation, les autres secteurs d activité connaissent une situation financière «très préoccupante» (7% dans les Services, 9% dans le Bâtiment et 11% dans la Fabrication). En moyenne, 28% jugent leur situation financière «préoccupante» ; cette proportion varie fortement d un secteur à l autre (par exemple 34% dans l Alimentation contre 17% dans la Fabrication).à la fois de court terme et de moyen-long terme. Les artisans haut-normands témoignent : - «Mon entreprise ne connaît pas actuellement de difficultés financières, car sa gestion est extrêmement rigoureuse. Comme je souhaite continuer à développer son activité et sa clientèle, mon inquiétude porte essentiellement sur une conjoncture économique atone». Ce témoignage d un chef d entreprise du secteur «installation électrique» en Seine-Maritime mérite d être cité, même s il se distingue nettement de ceux de la majorité des artisans ayant répondu à l enquête et qui font part de difficultés. 8 Décembre 2012

9 2 recours aux banques 2.1 Accès au crédit d investissement Niveau d acceptation des demandes de crédits d investissement 20% des demandes de crédits d investissement sont refusées, 76% accordées totalement, et 4% partiellement. Part des prêts accordés par la banque Refusés 20% Accordés totalement 76% Accordés partiellement 4% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% Les prêts demandés par les artisans haut-normands sont refusés pour un cinquième d entre eux (20%). Les trois quarts (76%) des demandes sont acceptés pour la totalité du montant demandé. Seulement 4% des prêts sollicités sont accordés pour des montants inférieurs à la demande initiale. Décembre

10 2 recours aux banques 2.1 Accès au crédit d investissement Niveau d acceptation des demandes de crédits d investissement (suite) Le taux d obtention des crédits varie faiblement d un secteur à l autre 80% des demandes de crédit d investissement sont acceptées et 20 % refusées. Taux d'obtention des crédits bancaires 100% 80% 22% 17% 21% 22% 20% 60% 40% 78% 83% 79% 78% 80% 20% 0% Crédits accordés Crédits refusés Le taux d acceptation général est donc de 80% (crédits accordés totalement et partiellement). Ce taux reste similaire dans différentes branches d activités, se situant légèrement en-dessous de la moyenne, à l exception du secteur «Bâtiment», où il est supérieur de 3 points. 10 Décembre 2012

11 2 recours aux banques 2.1 Accès au crédit d investissement Montants des crédits demandés Des montants de crédits majoritairement faibles Les deux tiers des crédits n excèdent pas Montants des crédits demandés 100% 80% 60% 40% 30% 13% 44% 18% 9% 55% 27% 27% 42% 9% 9% 5% 21% 46% 45% plus de % 0% 13% 18% 32% 18% 19% moins de Le montant global du prêt demandé est inférieur à euros pour 64% des artisans. Plus précisément, 45% sont compris entre et euros et 19% sont inférieurs à euros. A l opposé, il est intéressant de souligner que 27% des «dossiers» portent sur des crédits supérieurs à euros. Décembre

12 2 recours aux banques 2.1 Accès au crédit d investissement Destination des financements demandés Les ¾ des investissements concentrés sur 2 objets 40 % : renouvellement du matériel de production et achat de nouveaux équipements. 32 % : achat d un véhicule à usage professionnel. Objet du financement 5% 7% 22% Renouvellement / Modernisation du matériel de production Achat de nouveaux équipements de production Mise aux normes 32% 18% Agencement du local d activité / du magasin, rénovation intérieure Achat d un véhicule à usage professionnel 12% 4% Informatique / Bureautique Immobilier 40% des crédits d investissement concernent l outil de production, à savoir, le renouvellement du matériel de production et l achat de nouveaux équipements. 22% des prêts d investissement sont destinés à l achat d un véhicule à usage professionnel. Par ailleurs, 18% sont investis dans l achat de nouveaux équipements de production. Le poste suivant représente 12% (agencement du local d activité ou du magasin / rénovation intérieure). 12 Décembre 2012

13 2 recours aux banques 2.1 Accès au crédit d investissement L intervention d une société de caution mutuelle 21% des prêts accordés ont nécessité le cautionnement mutuel. Prêt garanti par une société de caution mutuelle NON 79% OUI 21% Le profil des entreprises ayant eu recours à une société de caution mutuelle artisanale se distingue de la moyenne. Elles cumulent davantage de difficultés générales de financement (67% contre 48% en moyenne). Cet écart est particulièrement prononcé (28% contre 8% en moyenne) en matière de prêts d investissement En revanche, ces entreprises «cautionnées» bénéficient d un taux d acceptation des demandes de crédits supérieur de 6 points à la moyenne (respectivement 86% et 80%). Refus antérieur d'octroyer un financement NON 75% OUI 25% Refus antérieur d octroyer un crédit 25% des artisans ont connu au moins un refus avant d obtenir leur dernier crédit. Décembre

14 2 recours aux banques 2.1 Accès au crédit d investissement Prêt en cours, doublé d une nouvelle demande de crédit Remboursement d un prêt antérieur avant la nouvelle demande de crédit Cumul des crédits pour la majorité des artisans Parmi les artisans qui sollicitent un financement, 59% sont déjà en train de rembourser un prêt contracté antérieurement. OUI 59% NON 41% Délai de réponse des banques pour l octroi de crédit Délai de réponse de la banque Plus d'un mois 13% Délai de réponse inférieur à 2 semaines pour les ¾ des demandes. 1 mois 14% 2 semaines 39% 1 semaine 34% 34% des demandes de crédit sont traitées en une semaine et 39% en deux semaines. Les demandes restantes nécessitent un mois ou plus (respectivement 14 et 13% des dossiers). 14 Décembre 2012

15 2 recours aux banques 2.2 Accès aux crédits de trésorerie Recours aux crédits de trésorerie par secteur 4 artisans sur 10 bénéficient d un crédit de trésorerie. 100% Recours aux crédits de trésorerie 80% 60% 53% 60% 67% 62% 61% Non 40% 20% 47% 40% 33% 38% 39% Oui 0% 61% des artisans n accèdent pas aux crédits de trésorerie, contre 39% qui en bénéficient. Le recours à ce type de crédits se font principalement dans l Alimentation (47%), le Bâtiment (40%) et les Services (38%). Décembre

16 2 recours aux banques 2.2 Accès au crédit de trésorerie Financement du besoin en fonds de roulement (BFR) et ses déterminants Difficultés de financement du besoin en fonds de roulement Un tiers des artisans confronté à ce type de difficultés (BFR). NON 66% OUI 34% Principaux facteurs des difficultés de financement du besoin en fonds de roulement 61% 27% 0% 4% 8% Délai de paiement - fournisseurs Délai de paiement - clients Stock important Capitaux propres insuffisants 34% des artisans haut-normands éprouvent des difficultés pour financer leur BFR (besoin en fonds de roulement). Les artisans confrontés à ces difficultés, citent essentiellement les raisons suivantes : - l insuffisance des capitaux propres (61% des réponses) ; - les délais de paiement accordés aux clients (27%), qu ils jugent relativement longs. 16 Décembre 2012

17 2 recours aux banques 2.2 Accès au crédit de trésorerie Les artisans haut-normands témoignent : Les différentes difficultés de trésorerie - «Le raccourcissement des délais de paiement fournisseurs est une source de problèmes de trésorerie, car certains délais de paiement clients sont restés beaucoup trop longs». - «La loi LME (Loi de modernisation de l économie - LOI n du 4 août 2008) pénalise lourdement mon entreprise, car elle oblige à avancer de la trésorerie et ne peut contraindre mes clients à régler plus tôt. Actuellement le délai de règlement est de 60 à 75* (sic!) jours fin de mois. En outre, mon encours auprès de mes fournisseurs s est réduit sans prévis et ne couvre plus mes besoins». - «Notre problème se résume en termes de trésorerie et de coût des charges qui sont disproportionnées par rapport à notre activité depuis plusieurs mois». Une autre source vient corroborer le fait que les délais de paiement de la clientèle constituent un motif important d inquiétude, bien avant la difficulté d obtention de crédits (enquêtes de l Observatoire régional de l artisanat de la CRMA HN sur la conjoncture du 1 er et 2 nd semestre 2012). Plus généralement, il ressort également de nos enquêtes que l inquiétude majeure des artisans porte sur le ralentissement de l activité et la détérioration de la conjoncture économique. Soulignons enfin que de nombreux artisans font part de difficultés de trésorerie, de financement de leurs besoins en fonds de roulement, ou d obtention de crédits d investissement (même des montants faibles). En revanche, le témoignage suivant ne surprendra personne : «si une entreprise a une bonne trésorerie, elle accède plus facilement au prêt bancaire». * Depuis le 1 er janvier 2012, le délai légal maximum de paiement est de 45 jours fin de mois, ou de 60 jours calendaires à compter de la date d émission de la facture, et non pas de 75 jours. Décembre

18 3 synthèse des témoignages des artisans Au-delà des informations chiffrées, il est intéressant de faire part des observations exprimées par les artisans ayant répondu à cette enquête exceptionnelle, commandée en période de crise. Il convient cependant de nuancer le contenu des avis recueillis, provenant d une faible proportion des participants (environ 18%). Il est permis de supposer que l on exprime plus facilement le mécontentement que la satisfaction lors d une enquête et notamment en ce qui concerne le financement de l activité artisanale. Aussi, une sorte de «filtre» s impose afin d atténuer les aspects extrêmes, dictées par l émotion, le désarroi ou le sentiment d insécurité économique; sentiments recueillis ça et là, dont nous tenions à faire mention par cette insertion. Frilosité croissante des établissements bancaires Les constats récurrents se rejoignent sur les points suivants : - Les banques sont de plus en plus «frileuses», méfiantes et exigeantes pour accorder un financement ces dernières années, notamment compte tenu de la dégradation de la situation économique. - Les banques demandent de plus en plus de garanties et d apports personnels (La première question porte sur les valeurs immobilières). - Les banquiers prennent en considération uniquement les «données purement comptables», sans tenir compte d autres indicateurs : - santé économique de l entreprise artisanale, tels que le carnet de commandes ou le chiffre d affaires (pourtant parfois en progression) ; - des éléments qualitatifs (par exemple la fidélité à la banque depuis plus de 20 ans) ; - les aléas du métier (par exemple dans le bâtiment secteur tributaire de la météo, ne pouvant pas estimer précisément et invariablement son carnet de commandes). Citons une observation illustrant ce type de situations : «Les banques sont en ce moment bien plus fébriles que les années précédentes. Malgré ma situation financière très stable et identique, celles-ci demandent de nos jours bien plus de garanties personnelles et des apports plus importants, sans compter que bien souvent elles imposent de contracter des services bancaires. Pour moi elles ne jouent pas leur rôle dans la reprise économique». Plus généralement, les artisans soulignent le manque de dialogue et de compréhension de la part des banquiers : «dans certains cas ils deviennent réticents dès la première difficulté survenue dans l entreprise artisanale». 18 Décembre 2012

19 3 synthèse des témoignages des artisans Observations générales Les artisans évoquent aussi des difficultés concernant les charges, le manque de main-d œuvre qualifiée ou la concurrence des grands groupes ou des auto-entrepreneurs L observation suivante résume de très nombreux avis recueillis dans l enquête : «Le problème : trop de charges, réduction des marges, matière première en hausse, difficultés de règlements des clients». A titre d exemple, voici deux citations : «Les banquiers ne sont pas la raison des difficultés que peuvent rencontrer les entreprises. Après 5 ans d activité, je pense que le problème est tout simplement que la matière première est beaucoup trop chère à l achat et que les charges sont d une telle exagération qu il nous est difficile d envisager un avenir sur du long terme». «Quand vous êtes un petit entrepreneur et que vous cherchez du personnel pour évoluer et assainir vos problèmes financiers ( ) c est très compliqué à trouver. Alors que je ne manque pas de travail rémunérateur, mais de mains d œuvre pour combler mes difficultés». Secteur Services Seine-Maritime Par ailleurs, si l Artisanat est la «Première entreprise de France», il souffre de la taille de ses entreprises et du sentiment d insécurité, contrairement aux «grandes» qui ont suffisamment de poids pour influer les politiques publiques («Les grands arrivent toujours à se débrouiller, alors que les petits mettent les clés sous la porte» C est pourquoi, en ce qui concerne l acquisition de matières premières, certains artisans ont fait le choix de se regrouper pour acheter. Des solutions envisageables? Certains commentaires comportent des esquisses de solutions, comme ci-dessous : «Il est vrai que l entreprise peut rencontrer des difficultés, notamment avec la trésorerie en proie à une conjoncture difficile ( ). Même si l activité baisse, les charges sur salaires et les charges de fonctionnement continuent d augmenter. Il est vraiment nécessaire de faire un diagnostic soit avec son comptable soit faire appel à la Chambre des Métiers. Cela permet de reprendre confiance et d avoir une vision plus complète de l activité pour faire face à ces facteurs qui peuvent dégrader la trésorerie et générer des frais bancaires supplémentaires. L analyse financière reste la solution». Souhaitant terminer sur une note positive, évoquons un point de vue original et constructif. Ainsi, un boulanger-pâtissier de l Eure suggère d inverser les rôles et nous rappelle que «les artisans en tant que clients des banques sont indispensables à leur développement. Ils devraient plus souvent faire jouer la concurrence». Ce témoignage appelle à veiller à «déjouer les abus de certaines banques en matière de financement d activités. Les entreprises artisanales relativement solides pourraient constituer une certaine force de médiation et de décision», tentant ainsi de moduler les relations entre les artisans et les établissements bancaires. Décembre

20 Observatoire Régional de l Artisanat CRMA de Haute-Normandie 5-9, avenue de Caen BP Rouen Cedex Contact : Maria CHALLOT Tél courriel : Éléments de méthode Cette étude est réalisée à partir de l enquête menée entre juin et septembre Plus de mails ont été envoyés aux artisans de Haute-Normandie. Le panel des répondants a été redressé en respectant deux critères : 1) la répartition du nombre d entreprises entre les deux départements de la région, 2) la structure selon les quatre secteurs d activité dans chaque département. L enquête a été réalisée en collaboration avec Marie LAMY, stagiaire en Master II «Economie et Gestion des Risques financiers» de l Université de Rouen. Région Haute-Normandie Crédits photos : Fotolia et CMA 76

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE SOMMAIRE. Décembre 2014 - N 6

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE SOMMAIRE. Décembre 2014 - N 6 NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE Décembre 2014 - N 6 ENQUETE DU 2 nd SEMESTRE 2014 SOMMAIRE Tendance générale Tendance par département Tendance par grand secteur Focus sur les conjoints

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

Pratiques et besoins de financement des entreprises artisanales

Pratiques et besoins de financement des entreprises artisanales ÉTUDES et Recherches de l Institut Supérieur des Métiers Pratiques et besoins de financement des entreprises artisanales FÉVRIER 2014 Présentation des résultats Pratiques et besoins de financement des

Plus en détail

Les artisans et leur banque

Les artisans et leur banque Chambre de métiers et de l artisanat de Région Nord - Pas de Calais Les artisans et leur banque Analyse des relations entre les artisans et leur banquier Enquête réalisée en août et septembre 2013 Octobre

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

ENQUÊTE DE SATISFACTION

ENQUÊTE DE SATISFACTION Département CRM ENQUÊTE DE SATISFACTION 3 QUI SOMMES-NOUS? CUSTOMER RELATIONSHIP MANAGEMENT (CRM) Ensemble de mesures prises pour optimiser la relation et la fidélisation client dans le but d augmenter

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT DES PAYS DE LA LOIRE 2nd semestre 2013 - Edition Janvier 2014 Au cours du second semestre, l activité a été contrastée. Même si le nombre d artisans déclarant une hausse

Plus en détail

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance pour Note méthodologique Etude réalisée pour:

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE AUPRÈS DES CRÉATEURS D'ENTREPRISE

RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE AUPRÈS DES CRÉATEURS D'ENTREPRISE Les notes de l Juin 2007 OBSERVATOIRE PARTENARIAL LYONNAIS EN ECONOMIE RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE AUPRÈS DES CRÉATEURS D'ENTREPRISE L entrepreneuriat est une priorité pour le développement économique de l

Plus en détail

Le banquier idéal des Français et des Américains

Le banquier idéal des Français et des Américains pour Le banquier idéal des Français et des Américains Février 2011 1 La méthodologie 2 2 Note méthodologique Etude réalisée pour : Groupama Banque Echantillons : France : Echantillon de 1000 personnes,

Plus en détail

LES CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT. Bilan des immatriculations / radiations d entreprises artisanales. Solde net 1 002 entreprises 74%

LES CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT. Bilan des immatriculations / radiations d entreprises artisanales. Solde net 1 002 entreprises 74% n 6 - JANVIER 21 LES CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT 23 629 c est * le nombre d entreprises 2 inscrites au Répertoire des métiers de l Essonne. dirigeants d entreprise artisanale ont été interrogés à la fin

Plus en détail

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Centre de Recherche pour l Etude et l Observation des Conditions de Vie LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Anne LOONES Marie-Odile SIMON Août 2004 Département «Evaluation des Politiques Sociales»

Plus en détail

LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE

LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE Michel MOUILLART Directeur Scientifique de l Observatoire de l Endettement des Ménages

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

UN 1 ER SEMESTRE EN DEMI-TEINTE

UN 1 ER SEMESTRE EN DEMI-TEINTE 2015 UN 1 ER SEMESTRE EN DEMI-TEINTE Activité : reprise modérée Emploi : contraction des effectifs Contrairement à leurs prévisions de novembre dernier, les PME de la région anticipent un développement

Plus en détail

ENQUÊTE SALARIÉS. VIAVOICE Mieux comprendre l opinion pour agir 178 rue de Courcelles 75 017 Paris + 33 (0)1 40 54 13 90 www.institut-viavoice.

ENQUÊTE SALARIÉS. VIAVOICE Mieux comprendre l opinion pour agir 178 rue de Courcelles 75 017 Paris + 33 (0)1 40 54 13 90 www.institut-viavoice. Délégation interministérielle à la Famille ENQUÊTE SALARIÉS Baromètre de l Observatoire de la parentalité en entreprise, en partenariat avec la Délégation interministérielle à la famille et l Union nationale

Plus en détail

Crédit hypothécaire : croissance durable

Crédit hypothécaire : croissance durable Union Professionnelle du Crédit Communiqué de presse Crédit hypothécaire : croissance durable Bruxelles, le 6 mai 2011 Au cours du premier trimestre de 2011, 24 % de crédits hypothécaires de plus ont été

Plus en détail

ENQUÊTE DE SATISFACTION SUR LE RÉSEAU UNIVERSITAIRE ET PROFESSIONNEL DE L'UCP

ENQUÊTE DE SATISFACTION SUR LE RÉSEAU UNIVERSITAIRE ET PROFESSIONNEL DE L'UCP OBSERVATOIRE DE LA VIE ÉTUDIANTE ENQUÊTE DE SATISFACTION SUR LE RÉSEAU UNIVERSITAIRE ET PROFESSIONNEL DE L'UCP Étudiants et entreprises ANNÉE 2008 PLAN GÉNÉRAL INTRODUCTION p. 2 I. Étudiants p. 3 A. Statistiques

Plus en détail

La cotation Banque de France

La cotation Banque de France ENTREPRISES PROFESSION BANCAIRE La cotation Banque de France Guide de référence 2011 Une référence pour le dialogue entre la banque et l entreprise Sommaire LA COTATION BANQUE DE FRANCE 1.1. UNE COTATION

Plus en détail

les travailleurs non-salari

les travailleurs non-salari Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salari salariés, s, la crise et l assurancel pour Note méthodologique Etude réalisée

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Les temps forts de l année 2000. Les grandes masses budgétaires 1995-2000. Les résultats de la politique financière. La dette régionale et le bilan

Les temps forts de l année 2000. Les grandes masses budgétaires 1995-2000. Les résultats de la politique financière. La dette régionale et le bilan S O M M A I R E Les temps forts de l année 2000 Les grandes masses budgétaires 1995-2000 L équilibre financier 2000 et les dépenses par secteurs d intervention Les résultats de la politique financière

Plus en détail

TRAVAUX DE PLOMBERIE SOMMAIRE

TRAVAUX DE PLOMBERIE SOMMAIRE TRAVAUX DE PLOMBERIE SOMMAIRE LE MARCHÉ DES TRAVAUX DE PLOMBERIE... 2 LA RÉGLEMENTATION DES TRAVAUX DE PLOMBERIE... 5 L'ACTIVITÉ DES TRAVAUX DE PLOMBERIE... 8 LES POINTS DE VIGILEANCE DES TRAVAUX DE PLOMBERIE...

Plus en détail

ENTREPRISE DE NETTOYAGE

ENTREPRISE DE NETTOYAGE ENTREPRISE DE NETTOYAGE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'ENTREPRISE DE NETTOYAGE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'ENTREPRISE DE NETTOYAGE... 5 L'ACTIVITÉ DE L'ENTREPRISE DE NETTOYAGE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DE

Plus en détail

PIERRE MOSCOVICI, MINISTRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES, PRÉSENTE SON PLAN POUR LE RENFORCEMENT DE LA TRÉSORERIE DES ENTREPRISES

PIERRE MOSCOVICI, MINISTRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES, PRÉSENTE SON PLAN POUR LE RENFORCEMENT DE LA TRÉSORERIE DES ENTREPRISES PIERRE MOSCOVICI, MINISTRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES, PRÉSENTE SON PLAN POUR LE RENFORCEMENT DE LA TRÉSORERIE DES ENTREPRISES 1. Le constat : la trésorerie est l une des premières préoccupations des

Plus en détail

BUDGET ANNEXE DE L ASSAINISSEMENT

BUDGET ANNEXE DE L ASSAINISSEMENT BUDGET ANNEXE DE L ASSAINISSEMENT Le service de l assainissement est un service public à caractère industriel et commercial, soumis à la comptabilité M4 différente de la comptabilité M14 applicable au

Plus en détail

Rapport Lille. Sondage National de Satisfaction de la CNAV auprès des entreprises

Rapport Lille. Sondage National de Satisfaction de la CNAV auprès des entreprises Sondage National de Satisfaction de la CNAV auprès des entreprises Rapport Sommaire Présentation de l'étude Satisfaction globale La réalisation des DADS salaires Les contacts avec la CARSAT, CGSS ou CNAV

Plus en détail

L ENQUETE CGPME SUR LE FINANCEMENT BANCAIRE DES PME

L ENQUETE CGPME SUR LE FINANCEMENT BANCAIRE DES PME L ENQUETE CGPME SUR LE FINANCEMENT BANCAIRE DES PME Conditions de l enquête Du fait des difficultés économiques actuelles, la restriction de l accès au crédit pour les PME devient une préoccupation majeure.

Plus en détail

Satisfaction des stagiaires de BRUXELLES FORMATION Résultats 2013

Satisfaction des stagiaires de BRUXELLES FORMATION Résultats 2013 Satisfaction des stagiaires de BRUXELLES FORMATION Résultats 2013 Cahier méthodologique, tableau récapitulatif 2009-2013 et Matrices importance/performance Mars 2014 Service Études et Statistiques Table

Plus en détail

Form. tion. Magazine. spécial emploi. Le magazine de la formation de la chambre régionale de métiers et de l'artisanat de haute-normandie

Form. tion. Magazine. spécial emploi. Le magazine de la formation de la chambre régionale de métiers et de l'artisanat de haute-normandie Form tion Magazine Le magazine de la formation de la chambre régionale de métiers et de l'artisanat de haute-normandie spécial emploi Région Haute-Normandie Édito P 3 P 4 P 6 P 7 P 8 P 10 P 11 Engagé dans

Plus en détail

LES ETAPES DE LA CREATION

LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION DE VOTRE ENTREPRISE L ELABORATION DU PROJET p. 13 A/ L étude commerciale p. 13 B/ L étude financière p. 18 C/ L étude juridique p. 27 LES FORMALITES

Plus en détail

Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise

Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise Septembre 2014 Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise Quelles sont les attentes des entreprises en Loire-Atlantique? Afin de mieux cerner globalement la demande des entreprises de

Plus en détail

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie Les Français et les nuisances sonores Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie RB/MCP N 112427 Contacts Ifop : Romain Bendavid / Marion Chasles-Parot Département Opinion

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Stratégie Régionale. envers les Jeunes. l Artisanat

Stratégie Régionale. envers les Jeunes. l Artisanat Stratégie Régionale de l Artisanat envers les Jeunes Stratégie Régionale de l Artisanat envers les Jeunes La Stratégie Régionale de l Artisanat envers les Jeunes (S.R.A.J.) constitue une offre globale

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014 n 26 mai 2014 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 Sommaire 1.INTRODUCTION 4 2.LE MARCHÉ DE L ASSURANCE VIE INDIVIDUELLE 6 2.1.La bancassurance

Plus en détail

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario avril Situation financière des ménages au et en Au cours des cinq dernières années, les Études économiques ont publié quelques analyses approfondies sur l endettement des ménages au. Un diagnostic sur

Plus en détail

Les Français et l assurance santé

Les Français et l assurance santé Mai 2013 Contacts : 01 45 84 14 44 Jérôme Fourquet Magalie Gérard prénom.nom@ifop.com Les Français et l assurance santé pour Note méthodologique Etude réalisée pour : Groupama Assurances Echantillon :

Plus en détail

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX PERSPECTIVES CONJONCTURE ÉCONOMIQUE LE MARCHÉ DES BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE 1 er Semestre 212 PERSPECTIVES Un contexte de marché favorable aux utilisateurs La crise financière

Plus en détail

ÉDITORIAL. Chiffres Clés. 29% des emplois. 11% des établissements employeurs de la région

ÉDITORIAL. Chiffres Clés. 29% des emplois. 11% des établissements employeurs de la région ÉDITORIAL Les mutations environnementales, économiques et sociales n ont de cesse et depuis quelques années nous ressentons que cette vitesse d évolution tend à devenir exponentielle Que sera demain? Cette

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Institut CSA pour Metlife Novembre 2014 Sommaire Fiche technique 3 Profil de l échantillon

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE 4 septembre 2013 à Paris

CONFÉRENCE DE PRESSE 4 septembre 2013 à Paris CONFÉRENCE DE PRESSE 4 septembre 2013 à Paris UNE PHOTOGRAPHIE DE L APPRENTISSAGE EN FRANCE EN 2013 À l occasion de la rentrée des jeunes en apprentissage Résultats et analyse du BAROMÈTRE DE LA VIE DE

Plus en détail

Internet modifie la relation des Français. ais à leurs banques. Présentation du 12 janvier 2010

Internet modifie la relation des Français. ais à leurs banques. Présentation du 12 janvier 2010 Internet modifie la relation des Français ais à leurs banques Présentation du 12 janvier 2010 1 Objectif et méthodologie Objectif Mesurer le type de services bancaires possédé par les Français Analyser

Plus en détail

LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES

LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES Enquête complémentaire mentaire de mars 2009 LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES présentée par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université de Paris X - Nanterre - Mercredi 22 juillet 2009 -

Plus en détail

USAGE ET PERCEPTION DE L ADMINISTRATION ELECTRONIQUE EN LIGNE PAR LES PROFESSIONNELS

USAGE ET PERCEPTION DE L ADMINISTRATION ELECTRONIQUE EN LIGNE PAR LES PROFESSIONNELS USAGE ET PERCEPTION DE L ADMINISTRATION ELECTRONIQUE EN LIGNE PAR LES PROFESSIONNELS - Sondage de l'institut CSA - N 0501353 Novembre 22, rue du 4 Septembre BP 6571 75065 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44

Plus en détail

«Extrait du cahier de l OPEQ n 148»

«Extrait du cahier de l OPEQ n 148» «Extrait du cahier de l OPEQ n 148» LE CONTEXTE ECONOMIQUE DU PRF 2006-2007 PREQUALIFICATION, QUALIFICATION, ACCES A L EMPLOI En 2007, l emploi salarié privé en région tend à la hausse sur l ensemble des

Plus en détail

Les dépenses et la dette des ménages

Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses des ménages représentent près de 65 % 1 du total des dépenses au Canada et elles jouent donc un rôle moteur très important dans l économie. Les ménages

Plus en détail

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix!

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix! Communiqué de presse 21 novembre 2011 Une étude CEDRE/Ifop 1 propose le regard croisé des consommateurs et des chefs d entreprises français sur le «Made in France» 72% des Français prêts à payer plus cher

Plus en détail

Services Observatoire 2010 de l opinion sur l image des banques

Services Observatoire 2010 de l opinion sur l image des banques Observatoire 2010 de l opinion sur l image des banques - Juillet 2010 Méthodologie Méthodologie : Cette étude a été menée dans le cadre de l'omcapi, l'enquête périodique multi-clients de l'ifop, réalisée

Plus en détail

Dossier de presse. Semaine nationale de la création reprise d entreprises artisanales. Du 18 au 25 novembre 2011

Dossier de presse. Semaine nationale de la création reprise d entreprises artisanales. Du 18 au 25 novembre 2011 Dossier de presse Semaine nationale de la création reprise d entreprises artisanales Du 18 au 25 novembre 2011 2 Semaine nationale de la création reprise d entreprises artisanales - 18 au 25 novembre 2011

Plus en détail

Les moyens de financement mobilisables par les entreprises de la Plasturgie

Les moyens de financement mobilisables par les entreprises de la Plasturgie Les moyens de financement mobilisables par les entreprises de la Plasturgie Les entreprises industrielles s appuient régulièrement sur des moyens de financement autres que les fonds propres, afin de développer

Plus en détail

La Médiation du crédit aux entreprises DOSSIER DE PRESSE. Juin 2014

La Médiation du crédit aux entreprises DOSSIER DE PRESSE. Juin 2014 La Médiation du crédit aux entreprises DOSSIER DE PRESSE Juin 2014 Sommaire 1. La mission de la Médiation du crédit aux entreprises 3 2. Comment saisir le Médiateur du crédit?.4 3. Les Tiers de confiance

Plus en détail

à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011

à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011 observatoire régional #41 Synthèse régionale août 2014 à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011 2 899 diplômés de M2 professionnel

Plus en détail

COUVERTURE ET ÉTANCHÉITÉ

COUVERTURE ET ÉTANCHÉITÉ COUVERTURE ET ÉTANCHÉITÉ SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA COUVERTURE ET ÉTANCHÉITÉ... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA COUVERTURE ET ÉTANCHÉITÉ... 5 L'ACTIVITÉ DE LA COUVERTURE ET ÉTANCHÉITÉ... 8 LES POINTS DE VIGILANCE

Plus en détail

panorama des mobilités professionnelles des cadres édition 2012

panorama des mobilités professionnelles des cadres édition 2012 panorama des mobilités professionnelles des cadres édition 2012 DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 28 JUIN 2012 A 0H01 Les études de l emploi cadre juin 2012 Bilan de la mobilité des cadres en 2011 Perspectives

Plus en détail

Baromètre 2010 Publi-News - Solucom de la relation banque / client LES ENQUÊTES SOLUCOM. The power of simplicity. Juillet 2010

Baromètre 2010 Publi-News - Solucom de la relation banque / client LES ENQUÊTES SOLUCOM. The power of simplicity. Juillet 2010 Juillet 2010 LES ENQUÊTES SOLUCOM Baromètre 2010 Publi-News - Solucom de la relation banque / client The power of simplicity «Ce qui est simple est fort» Baromètre banque / client 2010 Sommaire Avant-propos

Plus en détail

Territoires et Finances

Territoires et Finances Territoires et Finances Étude sur les finances des communes et des intercommunalités Bilan 2 14 et projections 215-217 214 : une forte baisse de l épargne brute et des investissements qui cristallisent

Plus en détail

Emp r u n t e r po u r se dé v e l o p p e r :

Emp r u n t e r po u r se dé v e l o p p e r : Emp r u n t e r po u r se dé v e l o p p e r : u n e ut o p i e po u r le s pe t i t e s a s s o c i a t i o n s? Vous êtes dirigeant d une petite association : vous avez des besoins de financement? vous

Plus en détail

Etude statistique des données fournies par la CCIJP

Etude statistique des données fournies par la CCIJP Etude statistique des données fournies par la CCIJP Sommaire Introduction : Stagnation du nombre de cartes accordées en 2012... 4 1. Dans quels secteurs d activité les journalistes encartés travaillent-ils?

Plus en détail

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007.

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. Edition 2008 LE PASS-TRAVAUX Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. A la demande de l ANPEEC, MV2 Conseil a réalisé, en 2007,

Plus en détail

ETUDE SUR LES BESOINS DE FORMATION DANS LES ENTREPRISES PUBLIQUES TUNISIENNES. Analyse et synthèse des résultats

ETUDE SUR LES BESOINS DE FORMATION DANS LES ENTREPRISES PUBLIQUES TUNISIENNES. Analyse et synthèse des résultats ETUDE SUR LES BESOINS DE FORMATION DANS LES ENTREPRISES PUBLIQUES TUNISIENNES Analyse et synthèse des résultats Etude organisée par le service Etudes du CIFODECOM 1. INTRODUCTION 2. OBJETIF DE L ETUDE

Plus en détail

ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI. Contribuer à la performance de l entreprise. Novembre 1999. GT015-rev octobre 2002

ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI. Contribuer à la performance de l entreprise. Novembre 1999. GT015-rev octobre 2002 GT015-rev octobre 2002 ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI Enquête IPSOS Novembre 1999 Contribuer à la performance de l entreprise 153 rue de Courcelles 75817 Paris cedex 17 Tél. 01 44 15 60

Plus en détail

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL LA SYNTHESE L Observatoire de la branche des acteurs du lien social et familial - centres

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Dossier Avertissement Les résultats et analyses présentés dans la vue d ensemble, dans les fiches sectorielles et dans la plupart des fiches thématiques sont, sauf mention contraire, définis sur la base

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2014 DE SNCF

RÉSULTATS ANNUELS 2014 DE SNCF COMMUNIQUÉ PARIS, LE 12 FEVRIER 2015 RÉSULTATS ANNUELS 2014 DE SNCF Préambule : le présent communiqué s inscrit dans le contexte de la mise en œuvre de la Loi du 4 août 2014 portant réforme ferroviaire

Plus en détail

FICHE N 1 FONCTIONNEMENT DE L EIRL

FICHE N 1 FONCTIONNEMENT DE L EIRL L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL À RESPONSABILITÉ LIMITÉE BERCY > LE 27 JANVIER 2010 FICHE N 1 FONCTIONNEMENT DE L EIRL Quel est l intérêt du dispositif? L EIRL permet la séparation du patrimoine de l entrepreneur,

Plus en détail

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» A l'initiative de Réalisée par Pour le compte de Une étude basée sur un nombre significatif

Plus en détail

UN REGAIN D OPTIMISME

UN REGAIN D OPTIMISME 2015 UN REGAIN D OPTIMISME Activité : reprise en pente douce Emploi : renforcement des effectifs Comme pressenti en novembre dernier, les chefs d entreprise de la région Rhône- Alpes anticipent un développement

Plus en détail

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE TABLEAU DE BORD LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE DEFINITION Le tableau de bord est un support (papier ou informatique) qui sert à collecter de manière régulière des informations permettant de

Plus en détail

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude localnova OBS Observatoire des finances locales des Petites Villes de France novembre # Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude financière prospective

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Étude : Les PME à l heure du travail collaboratif et du nomadisme

Étude : Les PME à l heure du travail collaboratif et du nomadisme Étude : Les PME à l heure du travail collaboratif et du nomadisme Synthèse des principaux enseignements Octobre 2012 sfrbusinessteam.fr FICHE TECHNIQUE DE L ETUDE Echantillon : 300 entreprises de 20 à

Plus en détail

OBSERVATOIRE de la qualité du service

OBSERVATOIRE de la qualité du service OBSERVATOIRE de la qualité du service public de l eau Principaux enseignements 2013 Éditorial Pour être encore mieux à l écoute de ses quatre millions de consommateurs, le SEDIF a mis en place depuis 2002

Plus en détail

Étude sur la compétitivité des administrations cantonales

Étude sur la compétitivité des administrations cantonales Étude sur la compétitivité des administrations cantonales réalisée pour les Chambres de commerce latines Avril 2015 2 1. Descriptif de la recherche Contexte et méthodologie 3 La 7 ème vague de l étude

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

PME Finance 29 avril 2014

PME Finance 29 avril 2014 PME Finance 29 avril 2014 http://www.pmefinance.org/9587-crowdfunding-analyse-du-projet-d-ordonnance.html Crowdfunding : le projet d'ordonnance se précise Très attendu, le projet d'ordonnance de simplification

Plus en détail

La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation

La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation (Synthèse) Enquête réalisée dans le cadre du projet Concert Action Septembre 2011 La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires

Plus en détail

Les préoccupations des enseignants en 2014

Les préoccupations des enseignants en 2014 Les préoccupations des enseignants en 204 Une profession en quête de valorisation Date Rapport rédigé par : Jean-Daniel Lévy, Directeur du Département Politique Opinion Magalie Gérard, Directrice de clientèle

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

TRAVAUX DE SERRURERIE

TRAVAUX DE SERRURERIE TRAVAUX DE SERRURERIE SOMMAIRE LE MARCHÉ DES TRAVAUX DE SERRURERIE... 2 LA RÉGLEMENTATION DES TRAVAUX DE SERRURERIE... 5 L'ACTIVITÉ DES TRAVAUX DE SERRURERIE... 8 LES POINTS DE VIGILANCE DES TRAVAUX DE

Plus en détail

Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint. Actes du Colloque Xerfi

Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint. Actes du Colloque Xerfi Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint Finance emploi relocalisations Actes du Colloque Xerfi Michel Aglietta Eric Bourdais de Charbonnière Jérôme Cazes Louis

Plus en détail

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales kpmg.fr 1 Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales 2 La gestion de la trésorerie,

Plus en détail

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire Résultats de l enquête Ifop/Wincor sur les relations des Français à leur agence bancaire Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire -

Plus en détail

LA GESTION DE LA TRESORERIE : Les outils pour anticiper les difficultés et optimiser les excédents. Mardi 29 novembre 2011

LA GESTION DE LA TRESORERIE : Les outils pour anticiper les difficultés et optimiser les excédents. Mardi 29 novembre 2011 LA GESTION DE LA TRESORERIE : Les outils pour anticiper les difficultés et optimiser les excédents Mardi 29 novembre 2011 SOMMAIRE Introduction : pourquoi la gestion de la trésorerie est-elle indispensable?

Plus en détail

Enquête nationale sur le développement commercial des PME. Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés

Enquête nationale sur le développement commercial des PME. Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés Enquête nationale sur le développement commercial des PME Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés 1 Sommaire INTRODUCTION... 4 1. SYNTHESE DE L ENQUÊTE...

Plus en détail

Note d application du mécanisme d écrêtement des surprimes médicales

Note d application du mécanisme d écrêtement des surprimes médicales Commission de médiation de la convention AERAS 18 décembre 2012 Note d application du mécanisme d écrêtement des surprimes médicales A Conditions d éligibilité 1) Condition de ressources Cette condition

Plus en détail

Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi

Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi Version 4.7 Simulation d Entreprise «Artemis» Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi p. 1 1. Objectifs et Contexte Général L objectif de la simulation d entreprise «Artemis» est

Plus en détail

INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES ET DE CLIMATISATION

INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES ET DE CLIMATISATION INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES ET DE CLIMATISATION SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES ET DE CLIMATISATION... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES

Plus en détail

Baromètre 2014 Club de l Epargne Salariale - Harris Interactive

Baromètre 2014 Club de l Epargne Salariale - Harris Interactive Baromètre 2014 Club de l Epargne Salariale - Harris Interactive La perception des salariés sur l épargne salariale Toute diffusion de résultats tirés de cette étude doit être accompagnée de la mention

Plus en détail

L unité commerciale X&Y «Fidéliser la clientèle»

L unité commerciale X&Y «Fidéliser la clientèle» Exemple de dossier de PDUC L unité commerciale X&Y «Fidéliser la clientèle» NB1 : Le dossier doit comporter 10 pages : passer en annexes les documents qui prennent trop de place dans le dossier (ex : Etude

Plus en détail

Présentation du dispositif départemental d aide au «Microcrédit Personnel»

Présentation du dispositif départemental d aide au «Microcrédit Personnel» DOSSIER DE PRESSE Présentation du dispositif départemental d aide au «Microcrédit Personnel» Lundi 21 janvier 2013 à 15h30 A l Hôtel du Département, à Rouen En présence de : Didier MARIE, Président du

Plus en détail

Les dirigeants face à l innovation

Les dirigeants face à l innovation Les dirigeants face à l innovation Vague 2 FACD N 111164 Contact Ifop : Flore-Aline Colmet Daâge Directrice d Etudes Département Opinion et Stratégies d'entreprise flore-aline.colmet-daage@ifop.com Mai

Plus en détail

SOMMAIRE DU RAPPORT ANNUEL 2013 DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL

SOMMAIRE DU RAPPORT ANNUEL 2013 DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL SOMMAIRE DU RAPPORT ANNUEL 2013 DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL Avertissement : LE PRÉSENT DOCUMENT CONSTITUE UN CONDENSÉ DU RAPPORT ANNUEL DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL. VOUS ÊTES INVITÉ À CONSULTER LA VERSION INTÉGRALE

Plus en détail

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Luxembourg, le 21 avril 211 Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Dans la mesure où le Service Central de la Statistique et des Etudes Economiques (STATEC) n'est pas encore à

Plus en détail

Artiscope. Les chiffres clés de l emploi dans l Artisanat en Région Centre Au 31 décembre 2013 (2ème Semestre 2013 - Année 2013)

Artiscope. Les chiffres clés de l emploi dans l Artisanat en Région Centre Au 31 décembre 2013 (2ème Semestre 2013 - Année 2013) Observatoire des Métiers et de l Artisanat Région Centre Juin 214 Artiscope Les chiffres clés de l emploi dans l Artisanat en Région Centre Au 31 décembre 213 (2ème Semestre 213 - Année 213) La révision

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES. Tableau de bord. 25 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013

L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES. Tableau de bord. 25 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013 L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES 25 ème rapport annuel Tableau de bord Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013 La photographie des ménages détenant des crédits que propose la 25 ième

Plus en détail

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES 1 er et 2 ème trimestres 2010 Note semestrielle N 1 BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES 1. CHIFFRE D AFFAIRES TOTAL DES CENTRES D AFFAIRES Chiffre d affaires total / surface totale

Plus en détail