Français. Emergeans Note. Aout La notation des dettes souveraines par les agences financières

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Français. Emergeans Note. Aout 2012. La notation des dettes souveraines par les agences financières"

Transcription

1 Français Emergeans Note Aout 2012 La notation des dettes souveraines par les agences financières

2 Avertissement Emergeans & Emergeans Capital Ce document a été préparé par Emergeans dans le but d informer son réseau et les acteurs du développement. Emergeans est une entreprise sociale dont l objectif est d améliorer les indicateurs de bien-être individuel ou collectif des populations au sud du Sahara. Spécialisée dans la recherche, l investissement socialement responsable et le conseil, Emergeans intègre les besoins des Etats, démembrements publics et des entreprises d Afrique subsaharienne pour développer des stratégies ciblées conduisant à des progrès sociaux tangibles. Les données financières, écomomiques ou sociales contenues dans le présent document ont été obtenues à partir soit de la base de données propriétaire d Emergeans, soit de sources jugées crédibles. Emergeans dispose de bases de données sur les Etats, les entreprises publiques et privées et les marchés, permettant des benchmarks pertinents. La firme produit de la recherche pour non seulement éduquer une cible plus large, mais également informer les décideurs. Les opinions exprimées ne constituent pas une invitation à initier ou à intervenir dans une transaction. Pour toute information additionnelle ou correspondance, merci d adresser un courrier électronique à l adresse emergeans.com ou de consulter le site Credit photos: RoyaltyFreeImages.net

3 1 L a notation des dettes souveraines par les agences financières Le 5 Novembre 2009, le gouvernement du Premier Ministre grec George Papandreou annonce un déficit budgétaire annuel de 12.7% du Produit Intérieur Brut (PIB), plus de deux fois supérieur à celui communiqué quelques jours plus tôt. Déjà échaudées par l aveu des autorités grecques en novembre 2004, de la manipulation volontaire des indicateurs de convergence requis pour l adhésion à la zone Euro, les agences de notation réagissent. Le 8 décembre 2009, Fitch rabaisse d un cran la note de la Grèce de A- 1 à BBB+ 2 avec une perspective négative. Le 16 décembre, deux jours après que la Grèce ait rendu public son premier plan d austérité, Standard & Poors (S&P) dégrade sa note de A- à BBB+. Six jours plus tard, soit le 22 décembre 2009, c est au tour de Moody s de réviser à la baisse, de A2 à A1, sa note attribuée au pays de l hellénisme. Aujourd hui, la note de la Grèce gravite autour de C, correspondant à une dette extrêmement spéculative comportant des risques substantiels et s orientant vraisemblablement vers le défaut. L épisode grec est le premier d une longue série de dégradations de la dette souveraine des Etats principalement et des entreprises accessoirement. Depuis lors, l Irlande, le Portugal, l Espagne, la France, l Italie en Europe et les Etats-Unis d Amérique, parmi les plus importants pays, ont vu leur note abaissée progressivement de plusieurs 1 Qualité moyenne supérieure. 2 Qualité moyenne inférieure. crans par la quasi-totalité des agences de notation. La notation financière dont les effets affectent systématiquement l économie mondiale et la position relative des Etats contient dans son histoire et sa nature, les limitations de son modèle. La notation financière est une opinion émise par une agence portant sur deux aspects distincts mais souvent liés : 1. la capacité et la résolution de l emprunteur à repayer sa dette à temps, en principal et en intérêt ; 2. la qualité d un titre de créance et la probabilité que les obligations principales relatives à ce titre de créance ne soient pas respectées. C est le défaut. L opinion est représentée par un symbole indicatif de la solvabilité de l émetteur, l emprunteur qui peut être un Etat ou ses démembrements, une collectivité locale, une entreprise 3. Ce symbole autrement appelé «note» affecte principalement les taux d intérêt auxquels l émetteur lève des fonds et incidentement, l accès de l émetteur au financement. Les titres de créances et instruments financiers couverts par la notation des agences incluent en plus de la dette des Etats, celle des collectivités locales, les obligations des entreprises et plus récemment les actifs garantis par des cré- 3 Aux Etats-Unis, les personnes physiques sont également notées par un système de crédit scoring évaluant leur solvabilité et conditionnant leur accès au crédit.

4 2 Emergeans ances sous-jacentes 4. Pour les Etats, la notation porte principalement sur leurs dettes à court et à long terme. Cette technique financière a été lancée par John Moody en 1909, dans une publication destinée à l évaluation d un type de dettes, les obligations, émis par une entreprise de chemins de fer. Le but de Moody était d offrir aux investisseurs un système simple de gradation par lequel l avenir de la solvabilité relative de titres de créances spécifiques pourrait être évalué. En raison de l asymétrie d information caractéristique des marchés financiers naissants et malgré les suretés, garanties, limitations et engagements de toutes sortes 5 contenues dans les contrats, les prêteurs souhaitaient obtenir une tierce opinion de la capacité de l emprunteur à respecter les échéances. Trois agences principales se partagent un marché aux marges lucratives 6 : Moody s, S&P basés aux Etats-Unis et Fitch en Angleterre 7. Au cours des premières années d existence, les agences de notation tiraient leurs revenus exclusivement des paiements des prêteurs, les investisseurs. Au début des années 1970, elles ont inclus dans leur portefeuille clients les emprunteurs, élargissant ainsi leur modèle d affaires. Depuis lors, l emprunteur paie pour évaluer sa «signature», sa solvabilité, indiquée par un symbole. 4 Hypothèques, cartes de crédit, prêts automobiles 5 Une limitation très courante par exemple est le maintien à un niveau indiqué dans le contrat de prêt, d un indicateur de solvabilité intégrant la dette, les fonds propres, les capitaux permanents ou le total des actifs. Tout dépassement de ce seuil rendrait exigible le paiement intégral du prêt. 6 Moody s a affiché entre 2003 et 2008 une marge nette moyenne avant impôt de 52%. 7 Dagong Global Credit Rating (Dagong) est une agence de notation chinoise qui, bien qu ayant une influence grandissante sur les marchés émergents, n a pas obtenu l accès formel au grand marché financier américain. Les symboles attribués aux Etats diffèrent selon les agences et la nature de l instrument financier évalué. Une notation alphanumérique a été adoptée par les 3 agences pour les dettes à court terme 8. Moody s a preferé une combinaison de nomenclatures alphanumérique et alphabétique pour la notation des dettes à long terme 9. S&P et Fitch utilisent quant à elles un index alphabétique 10 pour les dettes à long terme, avec des notes intermédiaires incluant un signe positif (+) ou négatif (-). Un qualificatif (positif, stable ou négatif) de la perspective des conditions de l emprunteur suit en général la note. L échelle de notation la mieux connue, parce que régulièrement citée, est celle des dettes à long terme. Les notes y vont de AAA, la plus sûre, jusqu à D (ou C pour Moody s) attribuable à un emprunteur qui a déjà fait défaut. La dette des Etats notée au-dessus de BBB- (ou Baa pour Moody s) est considérée comme «investment grade», c est-à-dire assimilable à de la quasiliquidité. En dessous de ce niveau, elle est considérée comme spéculative ou plus familièrement comme indésirable. A fin juillet 2012, le Nigeria était le seul pays d Afrique de l ouest évalué collectivement par les 3 agences. La dette du Ghana et du Bénin est évaluée par S&P et Fitch, celle du Sénégal par S&P et Moody s quand le Burkina Faso est coté par S&P uniquement. Ces pays, qui ont réalisé des progrès économiques remarquables au cours de ces dernières années, sont classés au mieux BB- (le Nigéria par Fitch) quand tous les autres ont une dette fortement spéculative (entre B+ et B3 en général). La disparité des notes est le résultat d une méthodologie qui varie sensiblement d une agence à 8 Exemple : P1 pour Moody s, A1 pour S&P et F1 pour Fitch. 9 Aaa et Aa1 par exemple, les deux premières notes. 10 AAA par exemple correspondant à la meilleure qualité.

5 AOUT l autre. Une majorité des notations financières sont toutefois supportées par des modèles statistiquesmaisons sophistiqués et compilant plusieurs années d informations quantitatives et qualitatives historiques. L examen analytique n est pas seulement historique (historique des paiements de l emprunteur, historique des performances économiques ). Elle est également prospective (projections des indicateurs de finances publiques ) et fournit une indication de la solvabilité de l émetteur tenant compte de l évolution prédictible de ses ressources mobilisables, de la disponibilité d actifs et de l étendue de ses obligations financières actuelles. Parmi la batterie de critères définis par les agences, plusieurs grandes lignes sont récurrentes chez chacune d elles: capacité de l Etat à mobiliser des ressources internes ou à réaliser des économies: L historique des paiements des Etats est scruté ainsi que l évolution du niveau de la dette publique rapprochée à celle de la richesse produite. Pour être soutenable à long terme, la dette doit se situer à un niveau de croissance moyenne annuelle inférieur à celui du PIB. La majorité des pays d Europe de l ouest ont affiché entre 2006 et 2012 des taux de croissance de la dette plus de deux fois supérieurs à ceux du PIB. 1. Les institutions et l environnement politique: il s agit d évaluer parmi plusieurs éléments, l effectivité des institutions, le cadre réglementaire et juridique, la gouvernance, la transparence ainsi que le risque politique. 2. La structure de l économie, sa capacité à absorber les chocs et à s adapter aux mutations, ses performances actuelles et ses perspectives: Les agences évaluent, en plus de la cohérence de la politique économique, des ratios de création de richesse, projettent d autres indicateurs économiques jugés pertinents suivant leur méthodologie propre 11 et apprécient la flexibilité de l économie. 3. La situation des finances publiques et la 11 Chez S&P, la croissance du PIB réel par habitant est estimée pour l année en cours et projetée sur les 3 prochaines années en utilisant les 6 dernières années historiques. Les données de l année la plus récente, l estimation de l année en cours et les projections sont pondérées à 100%, laissant aux 5 années historiques une pondération plus faible afin de lisser une performance (ou contreperformance) exceptionnelle de l économie. Ces 10 années de données intègrent généralement un cycle économique complet (composé d une période d expansion et d une période de contraction). Croissance moyenne annuelle (CMA) de la dette vs CMA du PIB d un échantillon des pays de l Europe de l ouest 4. La politique monétaire et la position concurrentielle vis-à-vis de l extérieur, incluant notamment la gestion de l inflation, la pertinence des décisions monétaires, le système financier national, le solde de la balance des paiements et l impact de la fluctuation des taux de change. Pour les pays d Afrique, l évaluation inclut de nombreux facteurs aussi banals que les droits de douane, la qualité des infrastructures et l accès aux capitaux. Il existe également une interaction entre l évaluation de ces indicateurs et les résultats des études sectorielles comme le Doing Business,

6 4 Emergeans publié conjointement par la Banque Mondiale et le Fonds Monétaire International, ou le Rapport global de compétitivité publié par le Forum Economique Mondial. La notation attribuée à un pays influence in fine celle d une entreprise installée dans le pays. Il est rare de constater qu une entreprise évoluant dans un environnement caractérisé par une faiblesse endémique des institutions nationales et une instabilité politique chronique attire particulièrement des prêteurs de capitaux. Malgré la science qui soutient les opinions des agences de notation, leur pertinence a été plusieurs fois remise en cause en raison notamment de leur nature et des risques inhérents au modèle économique actuel de ces établissements. Les agences de notation l affirment clairement dans leurs énoncés : elles n émettent qu une opinion. Cependant, cette opinion s est renforcée au fil des années pour constituer une référence internationalement admise. En juin 2004, les accords de Bâle II 12 ont recommandé que les banques utilisent la note des agences de notation dans l évaluation des risques de crédit en portefeuille, la constitution des réserves réglementaires et en fin de compte, la détermination des fonds propres. Les compagnies d assurance utilisent également le système de notation pour la constitution des provisions financières. Pourtant, une opinion par nature peut s avérer inexacte. Les principales agences de notation ont été au centre de nombreux scandales financiers : elles n ont pas décelé les manipulations comptables d Enron 13 et de WorldCom 14 en 2001, anticipé les défaillances retentissantes d émetteurs d obligations municipales supposées de première qualité 15 et plus récemment, alerté sur la crise des surprimes aux Etats-Unis qui a entrainé la chute de l une des plus prestigieuses banques d affaires, Lehman Brothers, pourtant classée Investment Grade par l ensemble des trois grandes agences jusqu au jour de sa faillite. Réagissant à cette série de débâcles, le législateur américain a adopté le 21 juillet 2010 la loi Dodd-Frank. Elle enjoint le gendarme de la bourse américaine, le SEC (Security & Exchange Commission) à non seulement autoriser des substituts à la notation des titres de créances spécifiques pour la constitution des provisions, mais aussi à créer une division de surveillance et d inspection des activités de notation financière. En juin 2011, S&P a révisé ses critères d évaluation de la dette des Etats pour refléter les changements intervenant tant dans l économie mondiale que dans la réglementation financière et tenter de résorber les failles du système. Toutefois, ces adaptations parviennent difficilement à voiler la nature singulièrement prémonitoire de la notation en ce sens qu elle précipite souvent la survenance des risques qu elle est censée prévenir. En dégradant la note d un Etat, l agence de notation renchérit le cout de la dette de celui-ci, réduisant de facto la marge de manœuvre financière des gouvernants, adresse des signaux à la communauté des affaires, impacte la confiance des prêteurs et rend des fois exigible les prêts contenant des clauses d exigibilité anticipée. 12 Les accords de Bâle sont des recommandations formulées par un forum, le Comité de Bale sur le Contrôle Bancaire, pour la conception de la réglementation applicable aux banques. 13 Les trois agences de notation avaient maintenu la dette d Enron, entreprise américaine spécialisée dans la production d énergie, le négoce et les services, à Investment Grade quatre jours seulement avant sa faillite. 14 WorldCom, alors deuxième plus grande compagnie des communications longue-distance aux Etats-Unis, était classée Investment Grade trois mois avant sa faillite. 15 Washington Public Power Supply System.

7 AOUT L accumulation de ces revers et leur répétition dans le temps vont perpétuer les dégradations continues de note et souvent, à défaut de restructuration, précipiter la faillite intégrale de l emprunteur. Par ailleurs, le retour au principe d investisseurpayeur utilisé aux premières années de l existence des agences de notation, continue d être réclamé par une partie des acteurs du marché financier parce qu il réduirait le risque de conflits d intérêt. Ceux-ci comparent les services des agences de notation aux prestations d un critique culinaire que le Chef d un restaurant engagerait pour évaluer ses plats. Son impartialité paraitrait contestable. En outre, certaines agences de notation offrent des services de conseil pour la levée de fonds aux émetteurs qu elles notent, accentuant ainsi les soupçons de collusion. Et pourtant, les marchés ont récemment permis d entrevoir une précieuse et bien connue alternative. Il est admis en effet en finance que la relation du taux au risque est positivement corrélée: plus le risque de défaut est élevé, plus cher est le cout de l emprunt matérialisé par le taux d intérêt. En 2011, le cout de la dette française avait légèrement augmenté. La France a été rétrogradée le 13 janvier dernier par S&P de AAA à AA+ avec une perspective négative. Cependant, la France a réussi à placer le 09 juillet 2012 des bons du Trésor à trois mois à -0,005% et des bons à six mois à -0,006%. Les investisseurs ont donc accepté de recevoir, dans trois ou six mois, un peu moins que leurs fonds immobilisés au départ, tout le contraire du principe du prêt, bien que la tendance des notes des agences aurait justifié un rencherissement du cout des bons. A vrai dire, la France a bénéficié des retraits massifs des investisseurs des pays dits PIIGS (Portugal, Irlande, Italie, Grèce, Espagne). Le marché en appliquant la règle sacro-sainte de l offre et de la demande s est en quelque sorte auto régulé, rappelant la nature simplement indica- tive de la notation et consacrant ainsi le marché comme une alternative crédible (au moins à court terme) à la notation financière des agences. L industrie de la notation est en définitive dans une période délicate de son évolution. La stagnation des économies de l Europe occidentale et américaine l a remise au-devant de la scène internationale, au rang des coupables présumés. Une transition qu elle se doit de réussir afin de subsister dans un environnement extrêmement volatile. --- O ---

8 Emergeans, Recherche et Investissement Connecticut Avenue NW, Washington DC 20008, USA - -

alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance.

alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. alpha sélection alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. Instrument financier émis par Natixis (Moody

Plus en détail

Collection Au Quotidien

Collection Au Quotidien Collection Au Quotidien Toutes nos publications sont disponibles : - en téléchargement, depuis l adresse internet de notre ASBL dans la rubrique Publications : http://www.cpcp.be/etudes-et-prospectives

Plus en détail

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté 18 ans après le référendum de 1995 Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté présenté par Marcel Leblanc, économiste pour le comité de travail sur la souveraineté

Plus en détail

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit ESSEC Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Plan de la séance 3 : Le risque de crédit (1) Les opérations de crédit Définition d un crédit La décision de crédit Les crédits aux petites

Plus en détail

Crises financières et de la dette

Crises financières et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-2 Crises financières

Plus en détail

Total Sélection Période de souscription : Durée d investissement conseillée Éligibilité

Total Sélection Période de souscription : Durée d investissement conseillée  Éligibilité Total Sélection Instrument financier émis par Natixis SA (Moody s : A2, Fitch : A, Standard & Poor s : A au 20 novembre 2014) dont l investisseur supporte le risque de crédit. Total Sélection est une alternative

Plus en détail

thématique d'investissement

thématique d'investissement 6// thématique d'investissement PRéSERVER LE CAPITAL AVEC DU CRéDIT DE QUALITé Alors qu elles avaient bien résisté à la crise de la dette souveraine sur le premier semestre, les obligations d entreprise

Plus en détail

Politique de placement de l encaisse

Politique de placement de l encaisse Politique de placement de l encaisse SERVICE DES FINANCES Division du budget et de la planification financière Date d approbation : N o de résolution : 2013-05-21 CA-2013-0188 Date de modification : N

Plus en détail

Le système bancaire dans la crise de la zone euro. par Michel Fried* (Synthèse de l exposé fait au CA de Lasaire du 21/06/2012)

Le système bancaire dans la crise de la zone euro. par Michel Fried* (Synthèse de l exposé fait au CA de Lasaire du 21/06/2012) Le système bancaire dans la crise de la zone euro par Michel Fried* (Synthèse de l exposé fait au CA de Lasaire du 21/06/2012) La crise de la zone euro a mis en évidence les liens étroits qui relient la

Plus en détail

LE PROCESSUS D OCTROI D UN CREDIT COMMERCIAL ET LES CRITERES DE DECISION

LE PROCESSUS D OCTROI D UN CREDIT COMMERCIAL ET LES CRITERES DE DECISION LE PROCESSUS D OCTROI D UN CREDIT COMMERCIAL ET LES CRITERES DE DECISION Marija Vukmanovic, Director, chef de secteur clientèle entreprises Office de Promotion Economique du Canton de Genève Petit-déjeuner

Plus en détail

La méthode des scores, particulièrement de la Banque de France

La méthode des scores, particulièrement de la Banque de France La méthode des scores, particulièrement de la Banque de France Devant la multiplication des défaillances d entreprises au cours des années 80 et début des années 90, la Banque de France a produit des travaux

Plus en détail

G&R Europe Distribution 5

G&R Europe Distribution 5 G&R Europe Distribution 5 Instrument financier émis par Natixis, véhicule d émission de droit français, détenu et garanti par Natixis (Moody s : A2 ; Standard & Poor s : A au 6 mai 2014) dont l investisseur

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail

Protégez vous contre l inflation

Protégez vous contre l inflation Credit Suisse (A+/Aa) À QUOI VOUS ATTENDRE? P. Inflation Booster 0 Credit Suisse Inflation Booster 0 est un titre de dette structuré. Le produit est émis par Credit Suisse AG et vous donne droit à un coupon

Plus en détail

REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO. (avril 2014)

REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO. (avril 2014) REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO (avril 2014) PREAMBULE REGLEMENT FINANCIER DE L AGIRC L Association générale des institutions de retraite des cadres (Agirc) a pour objet la mise en œuvre

Plus en détail

FCPE AG2R LA MONDIALE ES CARMIGNAC INVESTISSEMENT. Notice d Information

FCPE AG2R LA MONDIALE ES CARMIGNAC INVESTISSEMENT. Notice d Information FCPE AG2R LA MONDIALE ES CARMIGNAC INVESTISSEMENT Fonds Commun de Placement d Entreprise (FCPE) - Code valeur : 990000097549 Compartiment oui non Nourricier oui non Notice d Information Un Fonds Commun

Plus en détail

Colloque Groupama AM CEPII. La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle?

Colloque Groupama AM CEPII. La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle? Colloque Groupama AM CEPII La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle? Table ronde 1 : la stabilité et l unité du système financier européen vont- elles être rétablies? Patrick Goux et Christophe h Morel

Plus en détail

p s den Titres de créance de droit français présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance(1).

p s den Titres de créance de droit français présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance(1). p s den 1 / 12 Titres de créance de droit français présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance(1). ériode de commercialisation : du 18 mai au 17 juillet 2015. La commercialisation

Plus en détail

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT)

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) Portefeuille de trésorerie de l Université d Ottawa Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) 1. But L Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie

Plus en détail

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels 07/10/2014 Le présent document énonce les risques associés aux opérations sur certains instruments financiers négociés

Plus en détail

Les placements des organismes d assurance à fin 2012

Les placements des organismes d assurance à fin 2012 Les placements des organismes d assurance à fin 212 Gaël HAUTON Secrétariat général de l Autorité de contrôle prudentiel et de résolution Direction des Études Omar BIROUK et Alain Nicolas BOULOUX Direction

Plus en détail

Votre coupon augmente avec la hausse des taux d intérêt. Crédit Agricole CIB (AA- / Aa3) Interest Evolution 2018 STRATÉGIE P. 2. DURÉE p.

Votre coupon augmente avec la hausse des taux d intérêt. Crédit Agricole CIB (AA- / Aa3) Interest Evolution 2018 STRATÉGIE P. 2. DURÉE p. Crédit Agricole CIB (AA- / Aa3) STRATÉGIE P. 2 Crédit Agricole CIB - fait bénéficier l investisseur d un coupon brut annuel intéressant pendant 8 ans. Concrètement, le calcul du coupon s opère sur la base

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Chapitre 2 : l évaluation des obligations

Chapitre 2 : l évaluation des obligations Chapitre 2 : l évaluation des obligations 11.10.2013 Plan du cours Flux monétaires, prix et rentabilité Bibliographie: caractéristiques générales Berk, DeMarzo: ch. 8 obligations zéro-coupon obligations

Plus en détail

LE CONTRAT DE CAPITALISATION Une opportunité de placement financier

LE CONTRAT DE CAPITALISATION Une opportunité de placement financier Conférence ATEL - 11 décembre 2012 LE CONTRAT DE CAPITALISATION Une opportunité de placement financier Marc-Antoine DOLFI, associé 1 PLAN DE PRESENTATION Le contrat de capitalisation 1. Description 2.

Plus en détail

4,50 % Obligation Crédit Mutuel Arkéa Mars 2020. par an (1) pendant 8 ans. Un placement rémunérateur sur plusieurs années

4,50 % Obligation Crédit Mutuel Arkéa Mars 2020. par an (1) pendant 8 ans. Un placement rémunérateur sur plusieurs années Obligation Crédit Mutuel Arkéa Mars 2020 4,50 % par an (1) pendant 8 ans Souscrivez du 30 janvier au 24 février 2012 (2) La durée conseillée de l investissement est de 8 ans. Le capital est garanti à l

Plus en détail

TARGET ACTION TOTAL MARS 2015

TARGET ACTION TOTAL MARS 2015 TARGET ACTION TOTAL MARS 2015 Titres de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance 1 Durée d investissement conseillée : 8 ans (hors cas de remboursement automatique

Plus en détail

Activités et résultats 2011

Activités et résultats 2011 Activités et résultats rci en bref RCI Banque est la captive financière de l Alliance Renault Nissan et assure à ce titre le financement des ventes des marques Renault, Renault Samsung Motors (RSM), Dacia,

Plus en détail

RENDEMENT ACTION BOUYGUES JUILLET 2015

RENDEMENT ACTION BOUYGUES JUILLET 2015 RENDEMENT ACTION BOUYGUES JUILLET 2015 Titres de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance 1 Durée d investissement conseillée : 8 ans (hors cas de remboursement

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

NOTE D'INFORMATION SUR L'ÉMISSION OBLIGATAIRE DE $.US 1 MILLIARD SUR 10 ANS (JANVIER 2015)

NOTE D'INFORMATION SUR L'ÉMISSION OBLIGATAIRE DE $.US 1 MILLIARD SUR 10 ANS (JANVIER 2015) NOTE D'INFORMATION SUR L'ÉMISSION OBLIGATAIRE DE $.US 1 MILLIARD SUR 10 ANS (JANVIER 2015) En vue d éclairer l opinion publique tunisienne, initiée et non initiée, sur l opportunité de l émission obligataire

Plus en détail

Titre de créance de droit français présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance (1)

Titre de créance de droit français présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance (1) alpha privilège Titre de créance de droit français présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance Durée d investissement conseillée : 5 ans (hors cas de remboursement automatique

Plus en détail

DIRECTIVES DE PLACEMENT RISK BUDGETING LINE 5

DIRECTIVES DE PLACEMENT RISK BUDGETING LINE 5 DIRECTIVES DE PLACEMENT RISK BUDGETING LINE 5 29.06.2011 Groupe de placement Prisma Risk Budgeting Line 5 (RBL 5) Caractéristiques du groupe de placement 1. Le RBL 5 est un fonds composé d actifs susceptibles

Plus en détail

AVERTISSEMENT ET INFORMATION SUR LES RISQUES LIES A LA NEGOCIATION DES CONTRATS A TERME ET DES ACTIONS

AVERTISSEMENT ET INFORMATION SUR LES RISQUES LIES A LA NEGOCIATION DES CONTRATS A TERME ET DES ACTIONS Le présent document énonce les risques associés aux opérations sur certains instruments financiers négociés par Newedge Group S.A. pour le compte d un client «le Client». Le Client est informé qu il existe

Plus en détail

l eri Communication à caractère promotionnel

l eri Communication à caractère promotionnel l eri Titres de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance. L investisseur supporte le risque de crédit de NATIXIS (Moody s : A2 / Fitch : A / Standard & Poor s :

Plus en détail

25 / 06 / 2008 APPLICATION DE LA RÉFORME BÂLE II

25 / 06 / 2008 APPLICATION DE LA RÉFORME BÂLE II 25 / 06 / 2008 APPLICATION DE LA RÉFORME BÂLE II Avertissement Cette présentation peut comporter des éléments de projection et des commentaires relatifs aux objectifs et à la stratégie de la Société Générale.

Plus en détail

7 métiers d avenir pour renforcer la compétitivité du secteur financier africain Avril 2012

7 métiers d avenir pour renforcer la compétitivité du secteur financier africain Avril 2012 7 métiers d avenir pour renforcer la compétitivité du secteur financier africain Avril 2012 Fabrice KOM TCHUENTE Fabrice.kom-tchuente@finafrique.com Deux chiffres pour caractériser le marché financier

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE NE PAS DIFFUSER AUX ETATS-UNIS D AMERIQUE COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 4 juin 2007 LANCE LA SECONDE TITRISATION DE RISQUE D ASSURANCE AUTOMOBILE SUR UN PORTEFEUILLE PANEUROPEEN annonce le lancement de

Plus en détail

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

PROSPECTUS SIMPLIFIÉ LE 7 MAI 2014

PROSPECTUS SIMPLIFIÉ LE 7 MAI 2014 LE 7 MAI 2014 PROSPECTUS SIMPLIFIÉ Fonds de revenu Fonds Desjardins Revenu à taux variable (parts de catégories A, I, C et F) Aucune autorité en valeurs mobilières ne s est prononcée sur la qualité de

Plus en détail

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORMES IAS 32/39 : INSTRUMENTS FINANCIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive!

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive! Allianz Suisse Case postale 8010 Zurich www.allianz-suisse.ch Info Finance 01 YDPPR267F et Prévoyance Édition 01, mars 2013 EXCÉDENTS LPP En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012

La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012 La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012 Sommaire I - Le rôle prépondérant des marchés financiers I.1 - Financiarisation de l'économie mondiale I.2 Lien avec l'entreprise

Plus en détail

Guide de l investisseur

Guide de l investisseur Guide de l investisseur Sommaire 2 Les principes d investissement 5 Les différentes formes d investissement 6 Les obligations 16 Les actions 24 Les fonds d investissement 36 Les produits dérivés 42 Les

Plus en détail

EPARGNE SELECT RENDEMENT

EPARGNE SELECT RENDEMENT EPARGNE SELECT RENDEMENT Instrument financier non garanti en capital 1 Durée d investissement conseillée : 6 ans (en l absence d activation automatique du mécanisme de remboursement anticipé) Ce produit

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Objectif 1 Une entité peut exercer des activités à l international de deux manières. Elle peut conclure des transactions

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Nature et risques des instruments financiers

Nature et risques des instruments financiers 1) Les risques Nature et risques des instruments financiers Définition 1. Risque d insolvabilité : le risque d insolvabilité du débiteur est la probabilité, dans le chef de l émetteur de la valeur mobilière,

Plus en détail

FCPE EP ECHIQUIER PATRIMOINE. Notice d Information

FCPE EP ECHIQUIER PATRIMOINE. Notice d Information FCPE EP ECHIQUIER PATRIMOINE Fonds Commun de Placement d Entreprise (FCPE) - Code valeur : 990000097559 Compartiment oui non Nourricier oui non Notice d Information Un Fonds Commun de Placement d Entreprise

Plus en détail

LA CRH EST LA CENTRALE FRANCAISE DE REFINANCEMENT DU LOGEMENT. son unique activité est le refinancement des prêts acquéreurs au Logement des banques

LA CRH EST LA CENTRALE FRANCAISE DE REFINANCEMENT DU LOGEMENT. son unique activité est le refinancement des prêts acquéreurs au Logement des banques LA CRH EST LA CENTRALE FRANCAISE DE REFINANCEMENT DU LOGEMENT son unique activité est le refinancement des prêts acquéreurs au Logement des banques 1 PRÉSENTATION DE LA CRH La CRH est un établissement

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

Fonds Assurance Retraite du contrat BNP Paribas Avenir Retraite Données au 31 décembre 2014. Communication à caractère publicitaire

Fonds Assurance Retraite du contrat BNP Paribas Avenir Retraite Données au 31 décembre 2014. Communication à caractère publicitaire Fonds Assurance Retraite BNP Paribas Avenir Retraite Données au 31 décembre 2014 Communication à caractère publicitaire Le contrat BNP Paribas Avenir Retraite est géré par Cardif Assurance Vie avec un

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

CONSERVATEUR OPPORTUNITÉ TAUX US 2

CONSERVATEUR OPPORTUNITÉ TAUX US 2 Placements financiers CONSERVATEUR OPPORTUNITÉ TAUX US 2 Profitez de la hausse potentielle des taux de l économie américaine et d une possible appréciation du dollar américain (1). (1) Le support Conservateur

Plus en détail

JANVIER 2012 THEMA 14

JANVIER 2012 THEMA 14 JANVIER 2012 THEMA 14 THEMATIQUE D INVESTISSEMENT LES OBLIGATIONS D ENTREPRISES JANVIER 2012 Janvier 2012 P.2 THEMATIQUE OBLIGATIONS D ENTREPRISES Alors qu elles avaient bien résisté à la crise de la dette

Plus en détail

LA MESURE DES PERFORMANCES DES COMPAGNIES D ASSURANCES

LA MESURE DES PERFORMANCES DES COMPAGNIES D ASSURANCES LA MESURE DES PERFORMANCES DES COMPAGNIES D ASSURANCES Séminaire - Atelier La mesure des performances des compagnies d assurances 1 ère communication Généralités sur les processus d évaluation des activités

Plus en détail

POLITIQUE GÉNÉRALE D INVESTISSEMENT Ordre des conseillers en ressources humaines agréés

POLITIQUE GÉNÉRALE D INVESTISSEMENT Ordre des conseillers en ressources humaines agréés POLITIQUE GÉNÉRALE D INVESTISSEMENT Ordre des conseillers en ressources humaines agréés Présentée par Krzysztof Kuzniar Directeur, finances et administration Le lundi 29 mars 2010 Table des matières 1.

Plus en détail

Une porte d entrée vers un nouveau monde. par Sergio Trigo-Paz

Une porte d entrée vers un nouveau monde. par Sergio Trigo-Paz Une porte d entrée vers un nouveau monde Pour les investisseurs professionnels uniquement par Sergio Trigo-Paz STRATEGIC SOLUTIONS Edition Printemps 2013 Une porte d entrée vers un nouveau monde par Sergio

Plus en détail

FONDS DE L AVENIR DE LA SANB INC. RÈGLEMENT ADMINISTRATIF RÉGISSANT LES POLITIQUES DE

FONDS DE L AVENIR DE LA SANB INC. RÈGLEMENT ADMINISTRATIF RÉGISSANT LES POLITIQUES DE FONDS DE L AVENIR DE LA SANB INC. RÈGLEMENT ADMINISTRATIF RÉGISSANT LES POLITIQUES DE PLACEMENT ET DE GESTION Adopté le 26 septembre 2009 1 RÈGLEMENT ADMINISTRATIF RÉGISSANT LES POLITIQUES DE PLACEMENT

Plus en détail

Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB. Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les

Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB. Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-7 Cours et rendement

Plus en détail

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS Principaux enseignements de l audit financier réalisé en octobre 2014 26 JANVIER 2015 4 rue Galilée 75782 PARIS cedex 16 Tél. : 01 43 06 08 10 Web : www.cabinetmichelklopfer.fr

Plus en détail

ANANTA PATRIMOINE PRESENTATION

ANANTA PATRIMOINE PRESENTATION ANANTA PATRIMOINE PRESENTATION ANNEE 2011 1 ANANTA PATRIMOINE S.A. (Genève) est une société de gestion affiliée à l O.A.R.G. (Organisme d Autorégulation des Gérants de patrimoine) sous le numéro d agrément

Plus en détail

Son Organisation, son Fonctionnement et ses Risques

Son Organisation, son Fonctionnement et ses Risques La Bourse Son Organisation, son Fonctionnement et ses Risques Le Marché Financier a un double rôle : apporter les capitaux nécessaires au financement des investissements des agents économiques et assurer

Plus en détail

L activité financière des sociétes d assurances

L activité financière des sociétes d assurances L activité financière des sociétes d assurances L année 2002 est de nouveau marquée par une forte baisse des marchés financiers. Celle-ci entraîne une diminution des plus-values latentes et des produits

Plus en détail

DORVAL FLEXIBLE MONDE

DORVAL FLEXIBLE MONDE DORVAL FLEXIBLE MONDE Rapport de gestion 2014 Catégorie : Diversifié International/Gestion flexible Objectif de gestion : L objectif de gestion consiste à participer à la hausse des marchés de taux et

Plus en détail

Lettre d information aux porteurs de parts du FCP INTRINSEQUE FLEXIBLE

Lettre d information aux porteurs de parts du FCP INTRINSEQUE FLEXIBLE 3, rue Boudreau 75009 PARIS Tél +33 (0)1 44 94 29 24 / Fax +33 (0)1 44 94 23 35 Paris, le 19/6/2013 Lettre d information aux porteurs de parts du FCP INTRINSEQUE FLEXIBLE Part I : FR0010758722 / Part P

Plus en détail

UFF PRESENTE UFF OBLICONTEXT 2021, NOUVEAU FONDS A ECHEANCE D OBLIGATIONS INTERNATIONALES, en partenariat avec La Française AM

UFF PRESENTE UFF OBLICONTEXT 2021, NOUVEAU FONDS A ECHEANCE D OBLIGATIONS INTERNATIONALES, en partenariat avec La Française AM COMMUNIQUE de Presse PARIS, LE 13 JANVIER 2015 UFF PRESENTE UFF OBLICONTEXT 2021, NOUVEAU FONDS A ECHEANCE D OBLIGATIONS INTERNATIONALES, en partenariat avec La Française AM UFF Oblicontext 2021 est un

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

1 À noter... 3. 2 Demande de prêt REER... 3. 3 But du produit... 4. 4 Le produit en bref... 5. 5 Les principaux avantages... 6

1 À noter... 3. 2 Demande de prêt REER... 3. 3 But du produit... 4. 4 Le produit en bref... 5. 5 Les principaux avantages... 6 Table des matières 1 À noter... 3 2 Demande de prêt REER... 3 3 But du produit... 4 4 Le produit en bref... 5 5 Les principaux avantages... 6 6 Utilisation du prêt REER... 6 6.1 Taux d intérêt... 6 7 Modalités

Plus en détail

Options en matière de réforme des systèmes financiers

Options en matière de réforme des systèmes financiers Options en matière de réforme des systèmes financiers Hansjörg Herr et Rainer Stachuletz Le projet de mondialisation néolibérale est monté en puissance à la fin des années 1970 grâce aux politiques de

Plus en détail

TARGET ACTION GDF SUEZ

TARGET ACTION GDF SUEZ TARGET ACTION GDF SUEZ NOVEMBRE 2014 Titres de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance 1 Durée d investissement conseillée : 8 ans (hors cas de remboursement automatique

Plus en détail

L activité financière des sociétes d assurances

L activité financière des sociétes d assurances L activité financière des sociétes d assurances Les marchés boursiers ont repris au cours de l année 2003. Par conséquent, les plus-values latentes sur actifs des sociétés d assurances augmentent. Les

Plus en détail

SEMINAIRE INTERNATIONAL «Risques de crédit bancaire en Afrique» Ouagadougou du 23 au 26 octobre 2012 Hôtel Laïco Ouaga 2000

SEMINAIRE INTERNATIONAL «Risques de crédit bancaire en Afrique» Ouagadougou du 23 au 26 octobre 2012 Hôtel Laïco Ouaga 2000 Contexte et justification du séminaire L actualité financière et bancaire de ces dernières années nous a instruit largement sur les conséquences que peut avoir une mauvaise notation financière sur la capacité

Plus en détail

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Ligne directrice Objet : Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Date : Introduction La simulation de crise

Plus en détail

Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur.

Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur. Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur. Bienvenue. Des arguments qui comptent Les points forts des fonds de placement du Credit Suisse. De nets avantages Les fonds de placement:

Plus en détail

Prospérer dans un contexte de faibles taux

Prospérer dans un contexte de faibles taux LEADERSHIP DE LA PENSÉE perspectives AGF Prospérer dans un contexte de faibles taux Comment ajouter de la valeur dans ce contexte difficile pour les titres à revenu fixe Par David Stonehouse, B. Sc. Eng.,

Plus en détail

Annexe 1. Stratégie de gestion de la dette 2014 2015. Objectif

Annexe 1. Stratégie de gestion de la dette 2014 2015. Objectif Annexe 1 Stratégie de gestion de la dette 2014 2015 Objectif La Stratégie de gestion de la dette énonce les objectifs, la stratégie et les plans du gouvernement du Canada au chapitre de la gestion de ses

Plus en détail

Comité monétaire et financier international

Comité monétaire et financier international Comité monétaire et financier international Vingt-neuvième réunion Le 12 avril 2014 Déclaration de M. Akagha-Mba, Ministre de l Économie et de la Prospective, Gabon Représentant les pays suivants : Bénin,

Plus en détail

LOI FÉDÉRALE SUR LES PLACEMENTS COLLECTIFS DE CAPITAUX (LPCC) DU 23 JUIN 2006

LOI FÉDÉRALE SUR LES PLACEMENTS COLLECTIFS DE CAPITAUX (LPCC) DU 23 JUIN 2006 LOI FÉDÉRALE SUR LES PLACEMENTS COLLECTIFS DE CAPITAUX (LPCC) DU 23 JUIN 2006 NEUFLIZE USA OPPORTUNITES $ Société d investissement à capital variable de droit français Fusion-absorption de la SICAV NEUFLIZE

Plus en détail

Étude d impact quantitative No 3 Risque de crédit - Instructions

Étude d impact quantitative No 3 Risque de crédit - Instructions Étude d impact quantitative No 3 Risque de crédit - Instructions Nous vous remercions de votre participation à cette étude d impact quantitative (EIQt n o 3), qui a pour but de recueillir de l information

Plus en détail

L'analyse de la structure financière

L'analyse de la structure financière 2 L'analyse de la structure financière Les différentes conceptions La structure financière d une entreprise dépend principalement des contraintes technico-économiques liées à la nature des activités développées

Plus en détail

Le FMI et son rôle en Afrique

Le FMI et son rôle en Afrique Le FMI et son rôle en Afrique M a r k P l a n t, V a l e r i a F i c h e r a, N o r b e r t F u n k e D a k a r, l e 3 n o v e m b r e 2 0 1 0 Sommaire Comment fonctionne le FMI? Comment l Afrique a-t-elle

Plus en détail

La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables

La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables Cycle de Conférence à la Cour de Cassation 21 février 2005 Alain Duchâteau Directeur de la Surveillance Générale

Plus en détail

PARVEST WORLD AGRICULTURE Compartiment de la SICAV PARVEST, Société d Investissement à Capital Variable

PARVEST WORLD AGRICULTURE Compartiment de la SICAV PARVEST, Société d Investissement à Capital Variable Compartiment de la SICAV PARVEST, Société d Investissement à Capital Variable PARVEST World Agriculture a été lancé le 2 avril 2008. Le compartiment a été lancé par activation de sa part N, au prix initial

Plus en détail

Millésime Excellence VI Investir au cœur de la gestion privée

Millésime Excellence VI Investir au cœur de la gestion privée Millésime Excellence VI Investir au cœur de la gestion privée Obligation de droit français à capital intégralement garanti à l échéance émise par Natixis * Durée de détention conseillée : 8 ans jusqu au

Plus en détail

La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux

La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux OCP Policy Center Seminar series La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux Pierre-Richard Agénor, Hallsworth Professor, University of Manchester and Senior Fellow, OCP

Plus en détail

Formes d investissement: points forts et points faibles

Formes d investissement: points forts et points faibles Formes d investissement: points forts et points faibles Ce document est un extrait de la brochure Formes d investissement : points forts et points faibles et comprend les descriptions de produits de différents

Plus en détail

Note informative aux clients de la BANQUE RAIFFEISEN et des CAISSES RAIFFEISEN affiliées en relation avec les produits financiers offerts

Note informative aux clients de la BANQUE RAIFFEISEN et des CAISSES RAIFFEISEN affiliées en relation avec les produits financiers offerts Note informative aux clients de la BANQUE RAIFFEISEN et des CAISSES RAIFFEISEN affiliées en relation avec les produits financiers offerts Cher client, chère cliente, La BANQUE RAIFFEISEN tient à vous informer

Plus en détail

H RENDEMENT 20. titres de créance de droit français présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance

H RENDEMENT 20. titres de créance de droit français présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance H RENDEMENT 20 titres de créance de droit français présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance émetteur / Garant : instrument financier émis par natixis structured issuance

Plus en détail

Investir sur les marchés de taux au sein des pays émergents

Investir sur les marchés de taux au sein des pays émergents Gestion obligataire Investir sur les marchés de taux au sein des pays émergents Nous pensons que la répression financière se prolongera encore plusieurs années. Dans cet intervalle, il sera de plus en

Plus en détail

entreprises. Ensuite, la plupart des options d achat d actions émises par Corporation

entreprises. Ensuite, la plupart des options d achat d actions émises par Corporation 28RE_chap_EP4.qx:quark de base 7/16/09 7:37 PM Page 858 Troisième partie : Le financement des ressources Les principales caractéristiques des travaux suggérés Questions de révision (N os 1 à 25) Exercices

Plus en détail

Mardi 23 octobre 2007. Séminaire. Schumann-bourse

Mardi 23 octobre 2007. Séminaire. Schumann-bourse Mardi 23 octobre 2007 Séminaire Schumann-bourse La Bourse : environnement économique et monétaire Définition de la bourse et de son rôle dans l'économie Influence des taux d'intérêts Déterminer les cycles

Plus en détail

Règlement de placement de l EPER

Règlement de placement de l EPER Règlement de placement de l EPER Entraide Protestante Suisse Le texte allemand fait foi. 1. Principes généraux Les moyens financiers mis à disposition par les donatrices et donateurs ainsi que par les

Plus en détail

des risques inhérentes Page Utilisation de ce document Champ d application de ce document Gestion du capital Gestion des risques risques

des risques inhérentes Page Utilisation de ce document Champ d application de ce document Gestion du capital Gestion des risques risques Informations complémentaires inhérentes à la gestion des risques (non auditées) Pour la période terminée le 30 septembre 2014 TABLE DES MATIÈRES Remarques à l intention du lecteur Utilisation de ce document

Plus en détail