Troubles de la statique rectale et pelvienne De la rectopexie à la triple pexie

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Troubles de la statique rectale et pelvienne De la rectopexie à la triple pexie"

Transcription

1 Troubles de la statique rectale et pelvienne De la rectopexie à la triple pexie Marc Papillon ASRCC 2012

2 Différents troubles de la statique rectale : - Prolapsus extériorisé du rectum - Prolapsus rectal interne - Rectocèle et Colpocèle postérieure

3 Prolapsus extériorisé du rectum

4 Prolapsus extériorisé du rectum

5 Prolapsus rectal interne du rectum )

6 prolapsus interne INTRA-ANAL du rectum CCD IRM d

7 Prolapsus interne intra-anal du rectum Symptômes associés Dyschesie,faux besoins 57% Incontinence 44% pesanteur,sens corps etrangé 43% Rectorragie 27% Johanson G. Dis. Colon Rectum 1985:28,920

8 rectocèle : simple protusion rectale dans le vagin? En poussée

9 rectocèle et prolapsus intra-anal du rectum En poussée En évacuation

10 Un trouble de la statique rectale doit faire rechercher ceux des autres compartiments. Le rectocèle : ne faut il pas mieux parler le plus souvent de colpocèle posterieure?

11 Le rectocèle : ne faut il pas mieux parler de colpocèle postérieure? entérocèle septale avec PRI

12 Le rectocèle : ne faut il pas mieux parler de colpocèle postérieure? entérocèle septale avec PRI entérocèle rectale avec RCA

13 Colpocèle postérieure : IRM pelvienne dynamique au repos

14 Colpocèle postérieure : rectocèle puis enterocèle IRM pelvienne dynamique au repos en poussée

15 Colpocèle postérieure : rectocèle puis enterocèle IRM pelvienne dynamique au repos en poussée en evacuation

16 rectocèle? non : enterocèle

17 Un trouble de la statique rectale doit faire rechercher ceux des autres compartiments. cystoptose et hystéroptose : IRMd avant évacuation rectale

18 Un trouble de la statique rectale doit faire rechercher ceux des autres compartiments. cystoptose et hystéroptose : IRMd avant évacuation rectale fin d'évacuation rectale CCP 3, HP 3, RCA,P desc.

19 Faut il traiter preventivement les autres compartiments?

20 Faut il traiter preventivement les autres compartiments? Au repos

21 Faut il traiter preventivement les autres compartiments? Au repos décompensation antérieure En poussée

22 La prise en charge «globale» La consultation Les explorations complémentaires L indication La technique

23 La consultation : l anamnèse Difficultés de fonction Troubles de la perception Troubles urinaires Dysurie, pollakiurie, Algurie Troubles sexuels Troubles anorectaux Troubles de la continence Incontinence

24 La consultation : l anamnèse Difficultés de fonction Troubles de la perception Troubles de la continence Troubles urinaires Dysurie, pollakiurie, Algurie Incontinence Troubles sexuels Troubles anorectaux Dyspareunie, Hypoanorgasmie, algies

25 La consultation : l anamnèse Difficultés de fonction Troubles urinaires Dysurie, pollakiurie, Troubles sexuels Troubles anorectaux Dyspareunie, Dyschésie, constipation Troubles de la perception Algurie Hypoanorgasmie, algies Épreintes, ténesme, proctalgie Troubles de la continence Incontinence Incontinence, impériosités

26 La consultation : l examen Les anomalies anatomiques décelées par l examen clinique expliquent elles les symptomes décrits?.

27 Les explorations complémentaires -L IRM PELVIENNE DYNAMIQUE qui remplace de plus en plus la colpo-cysto-défécographie avec opacification ileale.

28 IRM Pelvienne dynamique

29 Les explorations complémentaires - Défécographie : si besoin pour affiner les images rectales données par l IRM

30 Les explorations complémentaires -Manométrie anale -Exploration colo-rectale(coloscanner à l air) - Echo endo-anale

31 Les explorations complémentaires -Manométrie anale -Exploration colo-rectale(coloscanner à l air) - Echo endo-anale - Bilan Uro Dynamique -Cystoscopie -ECBU

32 Prise en charge pluridisciplinaire : le GRCC Groupe de Perineologie de la Clinique Charcot chirurgiens urologue, viscéral, gynécologue, radiologues, médecins fonctionnels, kinésithérapeutes, sexologues Siproudhis L., Eleonet M. Colon rectum 2008 ; 2 ;

33 Indication - 80 % des troubles de la statique du rectum sont associés à celui d un autre compartiment.

34 Indication - 80 % des troubles de la statique du rectum sont associés à celui d un autre compartiment. - La correction d un seul compartiment peut décompenser un autre non traité et/ou démasquer un symptôme(iue). Il faut savoir le traiter préventivement.

35 Indication - Une trouble de la continence anale doit faire rechercher impérativement un trouble de la statique rectale par IRM dynamique ou par défecographie.

36 Indication - Une trouble de la continence anale doit faire rechercher impérativement un trouble de la statique rectale par IRM dynamique ou défecographie. - en cas d association ( prolapsus intra-anal ou extériorisé, rectocele ) l indication de rectopexie premiere doit etre discutée.

37 Parlons de technique.

38 Parlons de technique. Plus de 160 techniques différentes ont été décrites pour traiter le prolapsus du rectum. C est dire qu aucune n est parfaite.

39 Rectopexie - aux fils (directe)

40 Rectopexie - aux fils (directe) - par prothèse interposée (indirecte) : post, ant, unique, double

41 Rectopexie - aux fils (directe) - par prothèse interposée (indirecte) : post, ant, unique, double

42 Rectopexie - aux fils (directe) - par prothèse interposée (indirecte) : post, ant, unique, double

43 Rectopexie - aux fils (directe) - par prothèse interposée (indirecte) : post, ant, unique, double

44 Rectopexie - aux fils (directe) - par prothèse interposée (indirecte) : post, ant, unique, double

45 Rectopexie - aux fils (directe) - par prothèse interposée (indirecte) : post, ant, unique, double

46 Rectopexie - aux fils (directe) - par prothèse interposée (indirecte) : post, ant, unique, double

47 Avis contradictoires! A. d Hoore : Rectopexie antérieure,prothétique, sans dissection rétro rectale B. Roche : Rectopexie postérieure, aux fils, sans dissection pré rectale

48

49

50 EVOLUTION DE NOTRE TECHNIQUE Technique de base 1ère génération 2ème génération 3ème génération

51 Prothèses agrafées depuis janvier 2001 Pince Endouniversal 4mm (covidien)

52 - De janvier 2001 à décembre Patients : 198 * dont 8 hommes - Age moyen : 62 ans (20-85) - Recul moyen : 91 mois (3-122) * Exclusion : 3

53 Endométriose intestinale et de la cloison recto vaginale

54 Type d intervention - RECTOPEXIE Seule : 30 (15,5%) - Associée : 165 (84,5%) * pexie vag. Post et Ant. 98 * pexie vag. Post. 67

55 Utilisation de la pince Endo Universale (4 mm) nombre d applications Pexie rectale Pexie vaginale post Pexie vaginale ant 98

56 Complications per opératoire : 2 post opératoires précoces : 2 post opératoires tardives : 1

57 Complications post op. précoces : Hématome sous péritonéal (1 cas)

58 Complications post op. précoces : brêche rectale (1 cas) Mme LA., 66 ans J0 : pexie rect, vag post, ant J2 H+0 : douleur aigue pelvienne

59 Complications post op. précoces : brêche rectale (1 cas) Mme LA., 66 ans J0 : pexie rect, vag post, ant J2 H+0 : douleur aigue pelvienne J2 H+3 : coelioscopie. Micro perforation rect aveuglée. Ablation prothèses et agrafes. Rectopexie aux fils

60 Complications post op. tardives : 1 cas - Infection chronique 1* - Exposition prothétique 0 - Infection aigue 0 - Occlusion 0 * abcès chronique, ablation prothèses 32eme mois, pas de perforation

61 Résultats anatomiques - Démontage prothèse, récidive 0 - Correction insuffisante : 2-2 prolapsus muco-hémorroïdaire résiduel ttt: hémorroidopexie 1 hémorroidectomie 1

62 Résultats sur la continence Avant rectopexie Après rectopexie Incontinent 54 (58 %) Guéri 54 % Amélioré 39 % Stable 7 % Aggravé 0 % 93% Tr.continence + tr.statique rectale = rectopexie

63 Résultats sur la constipation Avant rectopexie Après rectopexie Constipé 37 Guéri 19 % Amélioré 32 % Stable 46 % Aggravé 3 % 97 % Non constipé 56 De novo 2 %

64 Résultats sur la dyschésie Avant rectopexie Après rectopexie Dyschésie 43 Guéri 51 % Amélioré 16 % Stable 29 % Aggravé 4 % 68 % Pas de dyschésie 50 De novo 2 %

65 Résultats sur la fonction urinaire IUE 28 / 33 % (hors 4 TVT per op)* Guérie 28,5 % Améliorée 32 % Stable 21,5 % Aggravée (5) 18 %* IUE De Novo (3) 5,5 %**

66 Conseils techniques - La pince ENDO UNIVERSAL 4 mm (Covidien) permet une fixation des prothèses fiable, reproductible et de réalisation aisée.

67 Le chirurgien vit une époque formidable

68

Laurent SIPROUDHIS P COULOM

Laurent SIPROUDHIS P COULOM Laurent SIPROUDHIS P COULOM Intérêt des explorations complémentaires dans les troubles de la statique pelvienne - Connaitre les explorations complémentaires dans les troubles de la statique - Connaitre

Plus en détail

La promontofixation chez la femme: indications, techniques, imagerie et complications

La promontofixation chez la femme: indications, techniques, imagerie et complications La promontofixation chez la femme: indications, techniques, imagerie et complications M Pouquet (1), M Mathonnet (1), H Caly (1), K Lacheheub (1), P Bouillet (1), JP Rouanet (2), A Maubon (1) (1)Limoges

Plus en détail

Dans le prolapsus rectal extériorisé: les troubles de la continence sont-ils suffisamment améliorés par la rectopexie par coelioscopie?

Dans le prolapsus rectal extériorisé: les troubles de la continence sont-ils suffisamment améliorés par la rectopexie par coelioscopie? Dans le prolapsus rectal extériorisé: les troubles de la continence sont-ils suffisamment améliorés par la rectopexie par coelioscopie? Mémoire de DESC de chirurgie hépatobiliaire et digestive SCVO, RENNES

Plus en détail

Item 321 : Incontinence urinaire de l'adulte Prolapsus et Incontinence Urinaire d'effort (IUE) (Évaluations)

Item 321 : Incontinence urinaire de l'adulte Prolapsus et Incontinence Urinaire d'effort (IUE) (Évaluations) Item 321 : Incontinence urinaire de l'adulte Prolapsus et Incontinence Urinaire d'effort (IUE) (Évaluations) Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF) Date de création du document

Plus en détail

IUE LES BANDELETTES SOUS URETRALES

IUE LES BANDELETTES SOUS URETRALES IUE LES BANDELETTES SOUS URETRALES L Incontinence Urinaire: - Chez la femme. - Quel que soit le type. - Tous âges confondus. Introduction A une PREVALENCE GLOBALE de 27,6%* Augmente avec l âge 2 pics:

Plus en détail

Echographie introïtale : Place en Pelvi-Périnéologie

Echographie introïtale : Place en Pelvi-Périnéologie Echographie introïtale : Place en Pelvi-Périnéologie Club d Echanges en Pelvi-Périnéologie Samedi 4 octobre 2014 Institut Portman Dr philippe FARBOS Service de Radiologie (drs DESCAT, FARBOS, LEVANTAL,

Plus en détail

Prolapsus vaginal : Pratique au quotidien, qu est-il raisonnable de faire?

Prolapsus vaginal : Pratique au quotidien, qu est-il raisonnable de faire? Prolapsus vaginal : Pratique au quotidien, qu est-il raisonnable de faire? Dr Yannick THIROUARD yannick.thirouard@ch-larochelle.fr Groupe hospitalier La rochelle Ré Aunis Introduction La prévalence du

Plus en détail

Apport de l IRM pelvienne dynamique pour l exploration des troubles de la statique

Apport de l IRM pelvienne dynamique pour l exploration des troubles de la statique Apport de l IRM pelvienne dynamique pour l exploration des troubles de la statique S Novellas,F Dausse,, P Chevallier,, M Fournol,, T Piche,, JN Bruneton Service d imagerie médicale Hopital de l archet

Plus en détail

Incontinence urinaire a l effort chez la femme. Dr BOILEAU Laurent MEDIPOLE de SAVOIE

Incontinence urinaire a l effort chez la femme. Dr BOILEAU Laurent MEDIPOLE de SAVOIE Incontinence urinaire a l effort chez la femme Dr BOILEAU Laurent MEDIPOLE de SAVOIE INTRODUCTION EPIDEMIOLOGIE Forme d incontinence la plus fréquente chez la femme Pathologie souvent méconnue ou minimisée

Plus en détail

Incontinence Urinaire Bandelettes sous urétrales BSU

Incontinence Urinaire Bandelettes sous urétrales BSU Incontinence Urinaire Bandelettes sous urétrales BSU BSU Bandelette Synthétique Non résorbable Intervention chirurgicale Par voie vaginale Faible morbidité Hospitalisation maximum 48h BSU - Principes Intervention

Plus en détail

Constipation. H.Lardy Séminaire du collège Paris septembre 2015

Constipation. H.Lardy Séminaire du collège Paris septembre 2015 Constipation H.Lardy Séminaire du collège Paris septembre 2015 Un peu de physiologie Fonction défécatoire Physiologie ano-rectale Appareil recto-anal au repos: Rectum vide Continence assurée par: -sphincter

Plus en détail

Le patient neurologique et ses prolapsus. M. Le Fort, L. Le Normand, J.J. Labat, B. Reiss, B. Perrouin-Verbe

Le patient neurologique et ses prolapsus. M. Le Fort, L. Le Normand, J.J. Labat, B. Reiss, B. Perrouin-Verbe Le patient neurologique et ses prolapsus M. Le Fort, L. Le Normand, J.J. Labat, B. Reiss, B. Perrouin-Verbe prolapsus pelvien = pathologie fréquente pourtant risque de méconnaissance / dysfonctions pelvi-périnéales

Plus en détail

Dyschésie traitement chirurgical. Docteur Christian THOMAS CLAUZEL Groupe hospitalier Diaconesses- Croix St Simon jfpd fmc 2005

Dyschésie traitement chirurgical. Docteur Christian THOMAS CLAUZEL Groupe hospitalier Diaconesses- Croix St Simon jfpd fmc 2005 Dyschésie traitement chirurgical Docteur Christian THOMAS CLAUZEL Groupe hospitalier Diaconesses- Croix St Simon jfpd fmc 2005 Chirurgie de la dyschésie la prise en charge chirurgicale de la dyschésie

Plus en détail

IRM pelvienne dynamique

IRM pelvienne dynamique IRM pelvienne dynamique Valérie Laurent, Laurent Bresler Service de Radiologie Adultes Hôpital de Brabois CHU - NANCY Introduction Gde fréquence des troubles de la statique pelvienne Diagnostic et traitement

Plus en détail

Présentation et organisation du département

Présentation et organisation du département Présentation et organisation du département médecins généralistes. L unité de chirurgie gynécologique apporte aux patientes une solution chirurgicale de qualité dans le cadre d une étroite collaboration

Plus en détail

QCM/examen final DIU de Pelvi périnéologie de la femme

QCM/examen final DIU de Pelvi périnéologie de la femme QCM/examen final DIU de Pelvi périnéologie de la femme 1 - Quel(s) est (sont) le(s) facteur(s) protecteur(s) contre l incontinence urinaire postnatale? a - Césarienne délibérée (de convenance) b. Episiotomie

Plus en détail

DIPLÔME INTER-UNIVERSITAIRE DE PELVI PERINEOLOGIE

DIPLÔME INTER-UNIVERSITAIRE DE PELVI PERINEOLOGIE DIPLÔME INTER-UNIVERSITAIRE DE PELVI PERINEOLOGIE SEMINAIRE 1 FACULTE DE MEDECINE VERSAILLES / St QUENTIN EN YVELINES Hôpital Ambroise Paré - Boulogne Billancourt (Métro : Boulogne Jean Jaurès, ligne 10)

Plus en détail

CURE DE PROLAPSUS GÉNITAL PAR VOIE VAGINALE

CURE DE PROLAPSUS GÉNITAL PAR VOIE VAGINALE Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie *, est destinée aux patients ainsi qu aux usagers du système de santé. Remise lors de votre consultation d urologie avant de pratiquer

Plus en détail

CURE DE PROLAPSUS GÉNITAL PAR PROMONTOFIXATION COELIOSCOPIQUE

CURE DE PROLAPSUS GÉNITAL PAR PROMONTOFIXATION COELIOSCOPIQUE Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie *, est destinée aux patients ainsi qu aux usagers du système de santé. Remise lors de votre consultation d urologie avant de pratiquer

Plus en détail

Bilan et traitement de l incontinence anale (IA) Emilie DUCHALAIS - Nantes DESC Chirurgie viscérale 08 juin 2011

Bilan et traitement de l incontinence anale (IA) Emilie DUCHALAIS - Nantes DESC Chirurgie viscérale 08 juin 2011 Bilan et traitement de l incontinence anale (IA) Emilie DUCHALAIS - Nantes DESC Chirurgie viscérale 08 juin 2011 Incontinence Anale : Définition Absence de continence anale Continence anale Emission de

Plus en détail

Les troubles de la statique ano-rectale sont fréquents.

Les troubles de la statique ano-rectale sont fréquents. Les troubles de la statique ano-rectale sont fréquents. Ils résultent de lésions du système de soutien de la filière ano-rectale (muscles, ligaments et aponévroses) qui induisent la perte de ses rapports

Plus en détail

INCONTINENCE URINAIRE

INCONTINENCE URINAIRE INCONTINENCE URINAIRE Généralités Perte involontaire d'urine par l'urètre. Symptôme fréquent (2,5 millions de personnes en France). Nombre sous estimé. Risque 2 fois plus élevé pour les femmes que pour

Plus en détail

LES BONNES PRATIQUES

LES BONNES PRATIQUES LES BONNES PRATIQUES DE SOINS EN ÉTABLISSEMENTS D H É B E R G E M E N T POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES Direction Générale de la Santé Direction Générale de l Action Sociale Société Française de Gériatrie

Plus en détail

Introduction Diagnostic de la cystite aiguë

Introduction Diagnostic de la cystite aiguë CYSTITES Introduction Les infections urinaires basses sont fréquentes : 20 à 30 % des femmes adultes ont au moins une cystite* dans leur vie. La prévalence de l infection urinaire basse est 30 fois plus

Plus en détail

PROLAPSUS RECTAL. CHU Pontchaillou ; Rennes

PROLAPSUS RECTAL. CHU Pontchaillou ; Rennes PROLAPSUS RECTAL Laurent SIPROUDHIS Véronique DESFOURNEAUX Pôle Abdomen & Métabolisme CHU Pontchaillou ; 35033 Rennes Cedex @mail: laurent.siproudhis@chu-rennes.fr CONFLITS D INTÉRÊT aucun Connaître les

Plus en détail

Constipation terminale: Diagnostic et traitement

Constipation terminale: Diagnostic et traitement Constipation terminale: Diagnostic et traitement G. Staumont,, GCB 2006 Edouard Chabrun Bordeaux Tursac,, octobre 2006 Généralités Appartient au syndrome de constipation fonctionnelle. = Dyschésie = difficulté

Plus en détail

Traitement de l incontinence urinaire d effort par pose d une bandelette sous urétrale (TOT ou TVT)

Traitement de l incontinence urinaire d effort par pose d une bandelette sous urétrale (TOT ou TVT) CONSENTEMENT ECLAIRE version 1.1 (2011) Traitement de l incontinence urinaire d effort par pose d une bandelette sous urétrale (TOT ou TVT) Cette fiche d information est rédigée par la Belgian Association

Plus en détail

CANCER DE LA PROSTATE

CANCER DE LA PROSTATE CANCER DE LA PROSTATE Il peut se présenter sous la forme d une tumeur localisée (circonscrite à la prostate) ou sous une forme évoluée, avec des métastases ganglionnaires et osseuses. La prostate est une

Plus en détail

"BANDELETTES" POSÉES PAR VOIE VAGINALE. Rapport d enquête. Décembre 2005

BANDELETTES POSÉES PAR VOIE VAGINALE. Rapport d enquête. Décembre 2005 "BANDELETTES" POSÉES PAR VOIE VAGINALE Rapport d enquête Décembre 2005 Afssaps, décembre 2005 SOMMAIRE CONTEXTE OBJECTIF DE L ENQUÊTE 4 MÉTHODOLOGIE 5 Information des établissements 5 Recueil de données

Plus en détail

RÉSULTATS DE LA DÉFÉCO-IRM. Hervé Laumonier*, Sébastien Brunot, Hervé Bouin Polyclinique Bordeaux Tondu

RÉSULTATS DE LA DÉFÉCO-IRM. Hervé Laumonier*, Sébastien Brunot, Hervé Bouin Polyclinique Bordeaux Tondu RÉSULTATS DE LA DÉFÉCO-IRM Hervé Laumonier*, Sébastien Brunot, Hervé Bouin Polyclinique Bordeaux Tondu Corrélation clinico-radiologique Approche multi-disciplinaire de «pelvipérinéotologie» indispensable.

Plus en détail

Incontinence Urinaire Examen Clinique Calendrier Mictionnel

Incontinence Urinaire Examen Clinique Calendrier Mictionnel Incontinence Urinaire Examen Clinique Calendrier Mictionnel R. MATIS Département de périnéologie du GH-ICL Examen clinique Interrogatoire Manœuvre de Bonney Calendrier Mictionnel Interrogatoire Circonstances

Plus en détail

Incontinence urinaire chez la femme

Incontinence urinaire chez la femme Incontinence urinaire chez la femme C est une perte involontaire d urine par l urètre. Elle est multifactorielle. Elle retentie sur l activités professionnelles, sociales et psychiques des patientes. Dans

Plus en détail

Association de troubles de la statique pelvienne : démarches rationnelles

Association de troubles de la statique pelvienne : démarches rationnelles Association de troubles de la statique pelvienne : démarches rationnelles R. Villet* P O I N T S F O R T S P O I N T S F O R T S Devant une patiente consultant pour des troubles de l un des étages du plancher

Plus en détail

Laure Elkrief Séminaire DES 13 février 2010

Laure Elkrief Séminaire DES 13 février 2010 Laure Elkrief Séminaire DES 13 février 2010 Les hémorroïdes : A. Sont des formations vasculaires physiologiques B. Participent à la continence anale C. Les hémorroïdes internes sont constitués de 5 paquets

Plus en détail

M. Simple Chambre : 2309

M. Simple Chambre : 2309 M. Simple Chambre : 2309 AVC Dr Ruth Consignes Faire une lecture personnelle de la situation clinique. Souligner les éléments importants ou ceux qui ont besoin d être clarifiés. Répondre aux questions

Plus en détail

Apport diagnostique de la déféco-irm dans les troubles fonctionnels du périnée postérieur

Apport diagnostique de la déféco-irm dans les troubles fonctionnels du périnée postérieur Apport diagnostique de la déféco-irm dans les troubles fonctionnels du périnée postérieur Céline Savoye-Collet, Edith Koning, Anne- Marie Leroi, Jean-Nicolas Dacher CHU Charles Nicolle Rouen - France Introduction

Plus en détail

Prévalence et prise en charge de l incontinence urinaire chez la femme ménopausée marocaine

Prévalence et prise en charge de l incontinence urinaire chez la femme ménopausée marocaine Prévalence et prise en charge de l incontinence urinaire chez la femme ménopausée marocaine I.HATIM. M.GHAZLI; N.MATAR Service de Gynéco-Obstétrique «B» CHU - Casablanca. Maroc. INTRODUCTION Fuites d'urine

Plus en détail

Incontinence anale du post-partum

Incontinence anale du post-partum Incontinence anale du post-partum Laurent Abramowitz Unité de proctologie médico-chirurgicale de l hôpital Bichat, Paris Et cabinet libéral Prévalence Inc anale France (1) : 11% > 45 ans Damon et al (2):Pop

Plus en détail

Ce qu attend le chirurgien du compte-rendu radiologique L.Bresler

Ce qu attend le chirurgien du compte-rendu radiologique L.Bresler Ce qu attend le chirurgien du compte-rendu radiologique L.Bresler De quoi parle-t-on Du prolapsus total du rectum De la dyschésie Rectocèle Prolapsus interne De l ulcère solitaire du rectum Qu attend le

Plus en détail

DES : Médecine physique et de réadaptation. Module : Troubles sphinctériens et MPR Paris: février 2008. Coordonnateur : Gérard AMARENCO

DES : Médecine physique et de réadaptation. Module : Troubles sphinctériens et MPR Paris: février 2008. Coordonnateur : Gérard AMARENCO DES : Médecine physique et de réadaptation Module : Troubles sphinctériens et MPR Paris: février 2008 Coordonnateur : Gérard AMARENCO Titre :La rééduca)on périnéale Auteur : Gilberte Robain Cofemer 2008

Plus en détail

LE PROLAPSUS DU RECTUM. Prise en charge optimale. Guénolé SIMON DESC Brest 2014

LE PROLAPSUS DU RECTUM. Prise en charge optimale. Guénolé SIMON DESC Brest 2014 LE PROLAPSUS DU RECTUM Prise en charge optimale Guénolé SIMON DESC Brest 2014 Généralités Trouble de la statique du rectum aboutissant à son extériorisation à travers l'anus Généralités Une pathologie

Plus en détail

Mise au point sur l IRM l troubles de la statique pelvienne chez la femme

Mise au point sur l IRM l troubles de la statique pelvienne chez la femme Mise au point sur l IRM l et les troubles de la statique pelvienne chez la femme V.FAUTH P.MESTDAGH M.COSSON J.P.LUCOT E.PONCELET Service d imagerie d médicalem Hôpital Jeanne de Flandres - CHRU Lille

Plus en détail

Retrouver un contrôle du sphincter anal, neuromodulation des racines sacrées

Retrouver un contrôle du sphincter anal, neuromodulation des racines sacrées Retrouver un contrôle du sphincter anal, neuromodulation des racines sacrées 31 èmes journées nationales d étude et de perfectionnement de l UNAIBODE V. BLONDEY IBODE S. CUENOT IBODE P. MATHIEU Chirurgien

Plus en détail

IRM DYNAMIQUE PELVIENNE

IRM DYNAMIQUE PELVIENNE IRM DYNAMIQUE PELVIENNE Dr Mina SMITH Dr Sandrine SIRONNEAU Dr Sylvie BERNARD Service d imagerie MSP Bagatelle 1. Avantages de l IDP - Excellent contraste entre les espaces cellulo-graisseux et les muscles

Plus en détail

Les journées du Trocadéro

Les journées du Trocadéro Les journées du Trocadéro 21 Octobre 2014 lparois@club internet.fr Faut il avoir peur de ses patients? Dans quel cas sommes nous indéfendables? Cas n 1 a Mme O, âgée de 67 ans, consulte pour diarrhée chronique

Plus en détail

Femme de 65 ans (75 kg pour 1m65)

Femme de 65 ans (75 kg pour 1m65) Cas clinique 1 Femme de 65 ans (75 kg pour 1m65) Appendicectomie, cholécystectomie, cure de hernie inguinale bilatérale il y a 10 ans. Deux accouchements par voie vaginale (3500 et 3400g) avec épisiotomie

Plus en détail

L INCONTINENCE URINAIRE TYPES ET CAUSES

L INCONTINENCE URINAIRE TYPES ET CAUSES L INCONTINENCE URINAIRE TYPES ET CAUSES Le Mai Tu, MD, M.Sc., urologue Institut universitaire de gériatrie de Sherbrooke Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke Université de Sherbrooke Octobre

Plus en détail

CONSTIPATION TERMINALE

CONSTIPATION TERMINALE CONSTIPATION TERMINALE Dr El Mekkaoui Amine Service de gastro-entérologie Faculté de médecine et de pharmacie d Oujda (FMPO) Journée du printemps, Programme Scientifiq ue, Vendredi 16 Mai 2014 Hôtel Royal

Plus en détail

Constipation chronique (300) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Constipation chronique (300) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Constipation chronique (300) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Motricité intestinale Sensibilité digestive Anatomie du périnée Physiologie de la défécation Sémiologie des troubles du transit

Plus en détail

Recommandations de consensus pour la prise en charge chirurgicale des prolapsus génitaux de la femme.

Recommandations de consensus pour la prise en charge chirurgicale des prolapsus génitaux de la femme. 1 Recommandations de consensus pour la prise en charge chirurgicale des prolapsus génitaux de la femme. INDICATIONS OPERATOIRES Le POP-Q réalisé en pré- et post-opératoire peut être considéré comme le

Plus en détail

Entérocolpodéfécographie associée à l'étude du temps de transit colique: procédure diagnostique pour exécution en même temps.

Entérocolpodéfécographie associée à l'étude du temps de transit colique: procédure diagnostique pour exécution en même temps. Entérocolpodéfécographie associée à l'étude du temps de transit colique: procédure diagnostique pour exécution en même temps. Marco Estienne, Piero Glorialanza, Veronica Giasotto, Fabrizio Gandolfo, Marianella

Plus en détail

Prise en charge et traitement de la constipation chronique de l'adulte

Prise en charge et traitement de la constipation chronique de l'adulte Prise en charge et traitement de la constipation chronique de l'adulte Groupe de veille documentaire Nambotin P, Boussageon R, Jamet S, Mas Jl, Oriol JM, Senez B FORGENI 18 sept 2008 «Recommandations pour

Plus en détail

Dr Thomas CHARLES Service d Urologie Centre de pelvi-périnéologie

Dr Thomas CHARLES Service d Urologie Centre de pelvi-périnéologie Dr Thomas CHARLES Service d Urologie Centre de pelvi-périnéologie Vrai / Faux? L incontinence urinaire est fréquente L incontinence urinaire fait partie du vieillissement normal L incontinence urinaire

Plus en détail

SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS POUR LE TRAITEMENT CHIRURGICAL DU PROLAPSUS NON RÉCIDIVÉ DE LA FEMME

SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS POUR LE TRAITEMENT CHIRURGICAL DU PROLAPSUS NON RÉCIDIVÉ DE LA FEMME SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS POUR LE TRAITEMENT CHIRURGICAL DU PROLAPSUS NON RÉCIDIVÉ DE LA FEMME RECOMMANDATIONS POUR LA PRATIQUE CLINIQUE 2016 Pr Philippe JUDLIN Dr Gilles DAUPTAIN Hanoï Ho Chi Minh

Plus en détail

Le principe d action:

Le principe d action: Le principe d action: D-Mannose ajoutée Le D-mannose passe sous forme inchangée dans la vessie et les voies urinaires, par la circulation sanguine. Le D-mannose et la canneberge se lient ensemble aux fimbrae

Plus en détail

Suivi du cancer colorectal

Suivi du cancer colorectal Suivi du cancer colorectal Dre. Caroline Racicot,MD,FRCSC Chirurgienne générale,chrdl Cancer du colon 4500 cas/année au québec 4 ieme cancer le plus fréquent 2ieme le plus mortel 61% survie à 5 ans Stade

Plus en détail

Dyschésie et Prolapsus Algorithme diagnostique et thérapeutique

Dyschésie et Prolapsus Algorithme diagnostique et thérapeutique CNGOF 2013 : «PROLAPSUS» Dyschésie et Prolapsus Algorithme diagnostique et thérapeutique Dr Pauline Roumeguère Service de gastroentérologie CHU de Bordeaux Hôpital St André Service de proctologie Clinique

Plus en détail

HEMORROIDES. 1) Traitement chirurgical: les indications (recommandations 2001)

HEMORROIDES. 1) Traitement chirurgical: les indications (recommandations 2001) HEMORROIDES 1) Traitement chirurgical: les indications (recommandations 2001) 2) Comparaison de 2 techniques chirurgicales: Milligan-Morgan (technique conventionnelle) Vs Longo (anopexie par agrafage circulaire).

Plus en détail

Exploration IRM des troubles de la statique pelvienne

Exploration IRM des troubles de la statique pelvienne Exploration IRM des troubles de la statique pelvienne Dr Pedro FERNANDEZ Service de radiologie Hôpital Bichat, Paris Centre d IRM de l Orangerie, Le Perreux DU urodynamique, 11 janvier 2014 Généralités

Plus en détail

Item 56 (Item 40) Sexualité normale et ses troubles EVALUATIONS

Item 56 (Item 40) Sexualité normale et ses troubles EVALUATIONS Item 56 (Item 40) Sexualité normale et ses troubles EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Parmi les propositions suivantes, concernant la physiologie de la sexualité : A - C est une combinaison de phénomènes

Plus en détail

Le lambeau vaginal dans la. la chirurgie des fistules cervico urétrales obstétricales

Le lambeau vaginal dans la. la chirurgie des fistules cervico urétrales obstétricales Le lambeau vaginal dans la préservation de la continence dans la chirurgie des fistules cervico urétrales obstétricales Situation difficile Fréquence 10 à 30 % Résultat parfois décevant et pour le chirurgien

Plus en détail

Dyschésie et rectocèle Modérateurs : Thierry Higuero, Pierre Coulom, Hélène Pillant-le Moult

Dyschésie et rectocèle Modérateurs : Thierry Higuero, Pierre Coulom, Hélène Pillant-le Moult Dyschésie et rectocèle Modérateurs : Thierry Higuero, Pierre Coulom, Hélène Pillant-le Moult Orateurs : Henri Damon, Clinique Protestante, Lyon Philippe Chabert, Clinique Natecia, Lyon Jean-Luc Faucheron,

Plus en détail

La psychologie scientifique au service de l humain

La psychologie scientifique au service de l humain THERAPIES COGNITIVO COMPORTEMENTALES La psychologie scientifique au service de l humain Ces techniques interviennent à 3 niveaux COMPORTEMENT -COGNITIF- EMOTIONNEL Environnement Comportement Cognition

Plus en détail

INFECTION URINAIRE. DR ELHADJI NDIAYE DIOP Chirurgien-urologue CS DE NDAMATOU

INFECTION URINAIRE. DR ELHADJI NDIAYE DIOP Chirurgien-urologue CS DE NDAMATOU INFECTION URINAIRE DR ELHADJI NDIAYE DIOP Chirurgien-urologue CS DE NDAMATOU I) INTRODUCTION C est un véritable problème de santé publique qui intéresse tous les acteurs. L infection urinaire est un terme

Plus en détail

Complications des Bandelettes Sous-Urétrales. Ph. Ballanger

Complications des Bandelettes Sous-Urétrales. Ph. Ballanger Complications des Bandelettes Sous-Urétrales Ph. Ballanger IU et Bandelettes sous urétrales La Révolution de 1995 - Ulmsten Bandelette de Polypropylène Objectif Position sous-urétrale corriger la défaillance

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Actualisation avril 2011 Afin d aider les femmes et leur chirurgiens dans cette discussion, l Afssaps met à disposition un guide d aide

Plus en détail

C L I N I Q U E S A I N T - J E A N

C L I N I Q U E S A I N T - J E A N C L I N I Q U E S A I N T - J E A N LIVRET D INFORMATION DES PATIENTES ENTRANT POUR UNE INTERRUPTION VOLONTAIRE DE GROSSESSE (IVG) Clinique Saint-Jean Avenue Georges Bizet 83000 TOULON Tél : 0 826 00 44

Plus en détail

Fièvre d origine bactérienne

Fièvre d origine bactérienne FIÈVRE EN UROLOGIE Elle est présente dans deux cadres cliniques bien distincts : le plus fréquent est celui de l infection bactérienne d un parenchyme appartenant à l appareil urogénital, à savoir les

Plus en détail

III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée

III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée Chapitre 22 : Item 234 Diverticulose colique et sigmoïdite I. Définitions - Anatomie II. Épidémiologie physiopathologie III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée IV. Complications de la diverticulose

Plus en détail

RECOMMANDATIONS JPP2. IU et/ou IA

RECOMMANDATIONS JPP2. IU et/ou IA RECOMMANDATIONS JPP2 IU et/ou IA I EXAMENS COMPLEMENTAIRES 1. BUD Tableau clinique d instabilité vésicale Si le tableau clinique d IUE n est pas typique (notamment si impériosité) En pré-opératoire (correction

Plus en détail

Artères nourricières. Hémorroides internes. Ligne pectinée. Hémorroides externes

Artères nourricières. Hémorroides internes. Ligne pectinée. Hémorroides externes 1 Traitement chirurgical des Hémorroïdes Les hémorroïdes Définition: les hémorroïdes sont des réservoirs vasculaires (ou plexus), existant à létat l état normal. Ces coussinets sont utiles, car ils participent

Plus en détail

LES BANDELETTES SOUS URETRALES Ghislaine Philippe MK- CHU Besançon

LES BANDELETTES SOUS URETRALES Ghislaine Philippe MK- CHU Besançon LES BANDELETTES SOUS URETRALES Ghislaine Philippe MK- CHU Besançon Introduction : Le TVT ou le TOT (Tension Free Vaginal Tape) sont des techniques récentes dans le traitement de l incontinence urinaire

Plus en détail

Traitement du prolapsus par voie coelioscopique

Traitement du prolapsus par voie coelioscopique Traitement du prolapsus par voie coelioscopique Site des urologues de la polyclinique de Picardie Amiens Adresse du site : www.docvadis.fr/www.urologie-polycliniquedepicardie L intervention qui vous est

Plus en détail

Place du bilan urodynamique dans les explorations de l incontinence urinaire. Dr Béatrice DAVENNE

Place du bilan urodynamique dans les explorations de l incontinence urinaire. Dr Béatrice DAVENNE 1 Place du bilan urodynamique dans les explorations de l incontinence urinaire Dr Béatrice DAVENNE Médecin de Médecine Physique et de Réadaptation. Chef de service Rééducation Neurologique et Urodynamique

Plus en détail

Facteurs favorisants. L âge dans les infections urinaires. L infection urinaire: Recommandations 2009

Facteurs favorisants. L âge dans les infections urinaires. L infection urinaire: Recommandations 2009 Le bon usage des antibiotiques dans les infections urinaires du sujet âgé Dr F. LECOMTE CHIC QUIMPER L infection urinaire: Recommandations 2009 Classification IU simples ou non compliquées (AP) Cystite

Plus en détail

Place de l IRM dans les troubles de la statique pelvienne. POUR vs CONTRE. Philippe Debodinance CH Dunkerque

Place de l IRM dans les troubles de la statique pelvienne. POUR vs CONTRE. Philippe Debodinance CH Dunkerque Place de l IRM dans les troubles de la statique pelvienne POUR vs CONTRE Philippe Debodinance CH Dunkerque PRE-OP Prolapsus vaginal. Comment l IRM pelvienne dynamique vient-elle compléter l examen clinique?

Plus en détail

Les Séquelles Douloureuse de la Chirurgie du prolapsus génital: aspects cliniques

Les Séquelles Douloureuse de la Chirurgie du prolapsus génital: aspects cliniques AFU 2008 CUROPF Les Séquelles Douloureuse de la Chirurgie du prolapsus génital: aspects cliniques Jean Jacques LABAT et Jérôme RIGAUD Clinique Urologique CHU de Nantes 3 Analyser les différents types de

Plus en détail

30/10/2015. Voie ascendante, rétrograde. Anomalies anatomiques et/ou dispositif/exploration urinaire. Voie hématogène

30/10/2015. Voie ascendante, rétrograde. Anomalies anatomiques et/ou dispositif/exploration urinaire. Voie hématogène Infections urinaires communautaires Physio-pathologie Voie ascendante, rétrograde Anomalies anatomiques et/ou dispositif/exploration urinaire Voie hématogène 1 Rappel anatomique Rétrograde Rappel anatomique

Plus en détail

LES DISPOSITIFS MEDICAUX IMPLANTABLES EN URO-GYNECOLOGIE

LES DISPOSITIFS MEDICAUX IMPLANTABLES EN URO-GYNECOLOGIE LES DISPOSITIFS MEDICAUX IMPLANTABLES EN URO-GYNECOLOGIE (OBSTRUCTION ET INCONTINENCE) 10, 11 et 12 octobre 2006 Dr Jacques BISERTE Urologie = pathologies des app. excréto-urinaire et génital masculin

Plus en détail

A. ROCK, E. PONCELET, V. FAUTH, M. LERNOUT, M. COSSON, P. ZERBIB, J.F. QUINTON

A. ROCK, E. PONCELET, V. FAUTH, M. LERNOUT, M. COSSON, P. ZERBIB, J.F. QUINTON A. ROCK, E. PONCELET, V. FAUTH, M. LERNOUT, M. COSSON, P. ZERBIB, J.F. QUINTON Il est communément admis, au regard de la littérature, que la défécographie est l examen de référence le plus performant pour

Plus en détail

Prise en charge de l incontinence anale de l adulte: comparaison neurostimulation sacrée vs sphincter artificiel. G.

Prise en charge de l incontinence anale de l adulte: comparaison neurostimulation sacrée vs sphincter artificiel. G. Prise en charge de l incontinence anale de l adulte: comparaison neurostimulation sacrée vs sphincter artificiel G. Meurette Nantes Incontinence anale: les rumeurs Affection fréquente? Deux facteurs de

Plus en détail

Incontinence anale! Séminaire DES! 13/02/2010! O. Roux!

Incontinence anale! Séminaire DES! 13/02/2010! O. Roux! Incontinence anale! Séminaire DES! 13/02/2010! O. Roux! Incontinence anale! Définitions! Diagnostic! Score! Explorations! Traitements.! !Lʼappareil sphinctérien! Sphincter interne : continence basale!

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

L incontinence urinaire de la femme

L incontinence urinaire de la femme L incontinence urinaire de la femme I- Introduction - Définition : Dr Mehdi Jaidane L incontinence urinaire est à la fois un symptôme dont se plaint la patiente, un signe clinique et une pathologie. L

Plus en détail

TRAUMATISMES EN UROLOGIE TRAUMATISMES DU REIN. QUI présente ces traumatismes? C est un homme jeune 3 hommes pour 1 femme âge moyen = 25 ans

TRAUMATISMES EN UROLOGIE TRAUMATISMES DU REIN. QUI présente ces traumatismes? C est un homme jeune 3 hommes pour 1 femme âge moyen = 25 ans TRAUMATISMES EN UROLOGIE TRAUMATISMES DU REIN QUI présente ces traumatismes? C est un homme jeune 3 hommes pour 1 femme âge moyen = 25 ans Etiologie des traumatismes du rein Les signes cliniques Signes

Plus en détail

Us et abus des examens d imagerie médicale en pathologie digestive

Us et abus des examens d imagerie médicale en pathologie digestive Us et abus des examens d imagerie médicale en pathologie digestive M. MELANGE michel.melange@uclouvain.be Dampremy 9 janvier 2010 Prescription d imagerie par le médecin généraliste à 22% de ses patients;

Plus en détail

La pathologie méniscale

La pathologie méniscale Dr. KABBACHE Morhaf Chirurgie Orthopédique 39 1 01260 6 00 3 30 1 41 Membre de la Société Française de Chirurgie Orthopédie et traumatologie Tél. 0384798062 La pathologie méniscale Les ménisques, au nombre

Plus en détail

Incontinence urinaire : diagnostic et évaluation. CAS CLINIQUE n 1

Incontinence urinaire : diagnostic et évaluation. CAS CLINIQUE n 1 Incontinence urinaire : diagnostic et évaluation CAS CLINIQUE n 1 Madame TM 45 ans Secrétaire de direc:on Mariée, 2 enfants Dernier accouchement il y a 5 ans Asthme (traité par Ventoline) Deux accouchements

Plus en détail

Adénome de prostate et soins infirmiers

Adénome de prostate et soins infirmiers I Adénome de prostate Définitions, généralités Adénome de prostate et soins infirmiers Il touche plus les hommes de plus de 50 ans. On opère de plus en plus, ce qui augmente la durée de vie. Il est caractérisé

Plus en détail

Que lui proposez vous en première intention?

Que lui proposez vous en première intention? Mme F. 30 ans consulte pour besoins exonérateurs impérieux et incontinence aux gaz apparus 1 mois après un accouchement par voie vaginale avec forceps. Au toucher rectal, le tonus anal est normal mais

Plus en détail

TABLE DES MATIERES L EQUIPE...4 LE GROUPE DE TRAVAIL...5 SYNTHESE...6 LISTE DES ABREVIATIONS...9

TABLE DES MATIERES L EQUIPE...4 LE GROUPE DE TRAVAIL...5 SYNTHESE...6 LISTE DES ABREVIATIONS...9 ÉVALUATION DES IMPLANTS DE RENFORT POUR TRAITEMENT DE L INCONTINENCE URINAIRE D ÉFFORT FÉMININE ET POUR TRAITEMENT DU PROLAPSUS DES ORGANES PELVIENS DE LA FEMME Révision des descriptions génériques de

Plus en détail

Rétention urinaire et personnes âgées

Rétention urinaire et personnes âgées Rétention urinaire et personnes âgées Docteur Anne Marie Mathieu Chef de service Hôpital Corentin Celton AP-HP La rétention urinaire complète est une urgence diagnostique et thérapeutique. Risque vital

Plus en détail

LESIONS TRAUMATIQUES DE LA CEINTURE PELVIENNE. Dr BOUAKKADIA EPIDEMIOLOGIE. traumas violents traumatologie routière lésions associées fréquentes

LESIONS TRAUMATIQUES DE LA CEINTURE PELVIENNE. Dr BOUAKKADIA EPIDEMIOLOGIE. traumas violents traumatologie routière lésions associées fréquentes LESIONS TRAUMATIQUES DE LA CEINTURE PELVIENNE Dr BOUAKKADIA EPIDEMIOLOGIE traumas violents traumatologie routière lésions associées fréquentes 20% des polytraumatiséont une fracture du bassin EPIDEMIOLOGIE

Plus en détail

Incontinence urinaire : trop souvent taboue

Incontinence urinaire : trop souvent taboue Incontinence urinaire : trop souvent taboue Tous concernés! De quoi s agit-il? C est une perte accidentelle ou involontaire des urines, qu il s agisse de quelques gouttes à une fuite plus conséquente :

Plus en détail

3 % = résultat. décevant

3 % = résultat. décevant 3 % des hanches prothésées = résultat décevant Les difficultés après arthroplastie totale de hanche sont d autant plus mal vécues que l opération est réputée pour ses bons résultats. plus de 25 CAUSES

Plus en détail

(suite) ADMINISTRATION: liste déroulanted FICHE PATIENT FICHE PATIENT GENERATEUR DE BILAN DYNAMIQUE EN REEDUCATION

(suite) ADMINISTRATION: liste déroulanted FICHE PATIENT FICHE PATIENT GENERATEUR DE BILAN DYNAMIQUE EN REEDUCATION BILAN DIAGNOSTIC ET SUIVI EN REEDUCATION DE LA SPHERE LOMBO-ABDOMINO ABDOMINO-PELVIENNE Femmes, Hommes, Enfants Édité par la S.F.K.P Promoteur: M.C. CAPPELLETTI Promoteur Responsables scientifiques:sandrine

Plus en détail

MALADIES INFLAMMATOIRES CHRONIQUES DE L INTESTIN. Dr Nina DIB CHU Angers 26/03/2015

MALADIES INFLAMMATOIRES CHRONIQUES DE L INTESTIN. Dr Nina DIB CHU Angers 26/03/2015 MALADIES INFLAMMATOIRES CHRONIQUES DE L INTESTIN Dr Nina DIB CHU Angers 26/03/2015 Deux entités Maladie de Crohn (MC) Recto-colite hémorragique (RCH) 1-2 patients? < 5 patients? 5-10 patients? Epidémio

Plus en détail

COLOSCOPIE VIRTUELLE Expérience en pratique de ville. SFR Ile de France Octobre 2011 Dr. Kunstlinger Dr. Pariente

COLOSCOPIE VIRTUELLE Expérience en pratique de ville. SFR Ile de France Octobre 2011 Dr. Kunstlinger Dr. Pariente COLOSCOPIE VIRTUELLE Expérience en pratique de ville SFR Ile de France Octobre 2011 Dr. Kunstlinger Dr. Pariente Apprentissage Matériel et locaux adaptés Informations et ordonnances envoyées Indications

Plus en détail

UNIVERSITE DE NANTES FACULTE DE MEDECINE. Année 2010 N 100 T H E S E. Pour le DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE

UNIVERSITE DE NANTES FACULTE DE MEDECINE. Année 2010 N 100 T H E S E. Pour le DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE UNIVERSITE DE NANTES FACULTE DE MEDECINE Année 2010 N 100 T H E S E Pour le DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE Qualification en chirurgie générale Emeric ABET Né le 19 Décembre 1981 à Amiens Présentée

Plus en détail