Le dispositif de contrôle de la conformité: attentes et recommandations du superviseur

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le dispositif de contrôle de la conformité: attentes et recommandations du superviseur"

Transcription

1 Le dispositif de contrôle de la conformité: attentes et recommandations du superviseur Audrey Sudara-Boyer ACPR Chef du service du droit de la lutte anti-blanchiment et du contrôle interne 1

2 Sommaire I. Le dispositif de contrôle de la conformité II. Points d attention en matière de conformité III. Le contrôle par l ACPR du dispositif de contrôle de la conformité IV. Un contexte de sanctions significatives au plan international 2

3 I Le dispositif de contrôle de la conformité La définition du risque de non-conformité : «Le risque de sanction judiciaire, administrative ou disciplinaire, de perte financière significative ou d atteinte à la réputation, qui naît du non-respect de dispositions propres aux activités bancaires et financières, qu elles soient de nature législative ou réglementaire, nationales ou européennes directement applicables, ou qu il s agisse de normes professionnelles et déontologiques, ou d instructions des dirigeants effectifs prises notamment en application des orientations de l organe de surveillance». Définition nationale, prévue à l article 10 p) de l arrêté du 3 novembre 2014 relatif au contrôle interne Reprise de la définition figurant dans l ancien règlement du CRBF n sous réserve d une adaptation des termes issus de la transposition de CRD 4 Le champ de la conformité est très large, puisqu il couvre toutes les règles professionnelles et les instructions internes Dispositif de contrôle de la conformité et missions du responsable conformité : Dispositions prévues aux articles 28 à 42 de l arrêté du 3/11/2014 ; Reprise de celles figurant dans l ancien règlement n Dispositions essentiellement nationales Champ d application : les établissements du secteur de la banque (EC, SF, EI, EP, EME) ; application au niveau consolidé ou sous-consolidé Principe de proportionnalité : Les établissements mettent en œuvre les obligations de manière adaptée et proportionnée à la taille, au volume de leurs activités, aux implantations ainsi qu à la nature, à l échelle et à la complexité des risques inhérents à leur modèle d entreprise et à leurs activités. Pour le secteur de l assurance : la fonction de vérification de la conformité figure parmi les fonctions clés du système de gouvernance (ordonnance de transposition de la directive dite «Solvabilité 2» du 2 avril 2014) 3

4 Contrôles 1 er niveau Autres Directions Contrôle permanent Contrôle périodique Organes dirigeants I Le dispositif de contrôle de la conformité Le cadre organisationnel du dispositif de contrôle de la conformité Organe de surveillance et dirigeants effectifs Examen au moins deux fois par an de l activité et des résultats du contrôle de la conformité par l organe de surveillance Définition par les dirigeants effectifs de procédures permettant de garantir la séparation des tâches et de prévenir les conflits d intérêts, conformément aux orientations de l organe de surveillance Faculté pour tout dirigeant (comme tout préposé) de faire part au responsable de la conformité d interrogations sur d éventuels dysfonctionnements dans la mise en œuvre effective des obligations de conformité Contrôles permanent 2 ème niveau Responsable du contrôle de la conformité/du contrôle permanent et/ou périodique Chargé de veiller à la cohérence et à l efficacité du contrôle du risque de non-conformité Positionnement élevé au sein de l établissement/ Indépendance vis-à-vis des fonctions commerciales, financières et comptables/rend compte de l exercice de sa mission au responsable du contrôle permanent, s il est différent du responsable du contrôle de la conformité (ou directement aux dirigeants effectifs), et directement à l organe de surveillance En fonction de la taille de l entreprise, la responsabilité du contrôle permanent et du contrôle périodique peut être confiée à une seule personne (article 18 de l arrêté du 3/11/2014) Agents dédiés au contrôle permanent et au contrôle périodique Dotation de moyens suffisants (personnel, système d information, accès aux informations internes et externes) Expérience, formation et positionnement adéquat du personnel concerné Opérationnels Formation aux procédures de contrôle de la conformité, adaptée aux opérations qu ils effectuent. Enjeu : insuffler une véritable culture de la conformité 28/05/2015 Audrey Sudara-Boyer 4

5 I Le dispositif de contrôle de la conformité Le dispositif de contrôle de la conformité repose notamment sur : La mise en place de procédures de contrôle des opérations réalisées La mise en place de procédures d approbation préalable systématique pour les nouveaux produits et les transformations significatives de produits existants La mise en place de procédures de centralisation des informations relatives aux éventuels dysfonctionnements dans la mise en œuvre des obligations de conformité : possibilité pour les salariés ou dirigeants de faire part au responsable de la conformité de leurs interrogations vis-à-vis d une opération Suivi adapté et efficace des dysfonctionnements constatés et des mesures correctrices prises pour y remédier Une veille réglementaire aux fins de suivi régulier des modifications pouvant intervenir dans les textes applicables aux opérations doit être mise en place. La formation de l ensemble des personnels concernés aux impératifs de conformité adaptés aux opérations qu ils effectuent. 28/05/2015 Audrey Sudara-Boyer 5

6 II Points d attention en matière de conformité 1- La lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme (LCB-FT) De manière générale, le contrôle permanent du dispositif LCB-FT fait partie intégrante du dispositif de contrôle de la conformité, le responsable du contrôle de la conformité veille au caractère adapté des dispositifs et procédures et notamment au respect des obligations en matière de LCB-FT Actualités : Plan d action du Ministre des finances du 18 mars 2015 en matière de lutte contre le financement du terrorisme (LFT) et plan d action du GAFI dans ce domaine ; communiqué de la DGTrésor de fin janvier 2015 sur la lutte contre le financement de DAECH Adoption par le Parlement européen de la 4ème directive anti-blanchiment et de la refonte du règlement sur les informations devant accompagner les transferts de fonds ; publication à prévoir en juin prochain avec un délai maximal de transposition de 2 ans Révision en cours des lignes directrices conjointes ACPR-Tracfin sur la déclaration de soupçon, notamment pour intégrer : - les nouvelles obligations de communication systématique d information à Tracfin-COSIprévues à l article L du CMF (pour les transmissions de fonds et à compter du 1 er janvier 2016, pour les dépôts/retraits d espèces supérieurs à euros) ; - la jurisprudence de la Commission des sanctions de l ACPR en matière d obligation de vigilance, notamment d examen renforcé, et d obligation de déclaration de soupçon, y inclus de fraude fiscale (une déclaration de soupçon de fraude fiscale doit être effectuée en présence d au moins un des 16 critères de fraude fiscale prévus à l article D du CMF) 7

7 II Points d attention en matière de conformité Focus sur les principales nouveautés à venir avec le paquet législatif anti-blanchiment Un renforcement de l approche par les risques : Analyse supranationale des risques BC-FT par la Commission européenne dans les 2 ans suivant l entrée en vigueur de la 4 ème directive; risques liés aux activités transfrontalières affectant le marché intérieur Analyse nationale des risques BC-FT : un premier rapport public sur la menace a été élaboré en 2012 Publication d une liste noire européenne énumérant les États tiers à l EEE, dont la législation est défaillante en matière de LCB-FT: mesures de vigilance renforcées à mettre en œuvre à l égard des personnes physiques ou morales établies dans un des États ou juridictions figurant sur la liste noire; interdiction de recourir à des tiers introducteurs établis dans ces États ou juridictions, ou d y offrir des services de correspondance bancaire Situations présentant un risque faible ou plus élevé présentées en annexe de la 4 ème directive et enrichies par des orientations des autorités européennes de supervision sur les facteurs de risques et les mesures de vigilance allégées ou renforcées à mettre en place (consultation publique à venir sur ces orientations) Des mesures de vigilance minimales devront être mises en œuvre, même en cas de risque faible : plus d exonération totale de vigilance ; cette exigence de mesures de vigilance minimales facilitera la mise en œuvre de l obligation de déclaration de soupçon. 8

8 II Points d attention en matière de conformité Des développements spécifiques sur le bénéficiaire effectif : Définition du bénéficiaire effectif maintenue mais précisée : faute d être en mesure d identifier, sur la base des critères existants, le bénéficiaire effectif, personne physique, il convient de vérifier l identité des dirigeants, considérés alors comme bénéficiaires effectifs par défaut La directive prévoit l accès des organismes financiers aux informations sur les bénéficiaires effectifs des sociétés et autres entités juridiques,telles que les trusts ou les fiducies La mise en œuvre de la 4ème directive permettra aux établissements de mieux remplir leurs obligations de vigilance. L ACPR contrôle le respect des obligations d identification et de vérification de l identité du bénéficiaire effectif ; l exigence du superviseur se fondera sur les nouveaux instruments qui seront mis en place. L élargissement de la notion de personnes politiquement exposées : La définition des PPE ne porte plus que sur les fonctions exercées (approche exclusivement «fonctionnelle» ; suppression du critère de non résidence). Absence de distinction selon que les PPE sont nationales, ressortissantes de l Union Européenne ou de pays tiers Les mesures de vigilance renforcées dédiées aux PPE s appliqueront tant aux clients qu aux bénéficiaires effectifs, du moment que l un d entre eux est une PPE. 9

9 II Points d attention en matière de conformité Le renforcement de la transparence sur les virements et transmissions de fonds (refonte du règlement sur les transferts de fonds) Introduction de mesures de transparence relatives aux bénéficiaires, en sus de celles concernant les donneurs d ordre Introduction d obligations spécifiques pour les prestataires de services de paiement (PSP) intermédiaires : Obligation de définir et mettre en œuvre des procédures efficaces, fondées sur les risques, pour déterminer s il y a lieu d exécuter, de rejeter ou de suspendre un transfert de fonds pour lequel les informations requises sur le donneur d ordre ou le bénéficiaire sont manquantes ou incomplètes Obligation de prendre les mesures de suivi qui s imposent déjà aux PSP du bénéficiaire en cas d informations manquantes ou incomplètes : demander la communication des informations; en cas d omissions répétées, faire une déclaration à l ACPR, clôturer la relation d affaires ou encore effectuer une déclaration à Tracfin en cas de soupçon. Restrictions à l émission de monnaie électronique «anonyme»: Exclusivement pour l achat de biens ou services Lorsque les instruments de monnaie électronique ne sont pas rechargeables Capacité de chargement limitée à 250 euros. 33

10 II Points d attention en matière de conformité Mise en œuvre d un dispositif LCB-FT au niveau du groupe (obligations d ores et déjà en vigueur en France) Obligation de définir, à l échelle du groupe, des procédures LCB-FT cohérentes et adaptées notamment aux implantations : Les procédures couvrent le partage des informations au sein du groupe aux fins de LCB-FT, en particulier les informations relatives aux relations d affaires présentant un risque élevé et aux dossiers constitués dans le cadre d un examen renforcé concernant des clients communs à plusieurs entités du groupe (article L du CMF) ainsi que les informations portant sur le contenu et l existence d une déclaration de soupçon (article L du CMF). Obligation de mettre en œuvre dans les succursales et filiales à l étranger des mesures au moins équivalentes en matière de vigilance et de conservation des documents (article L du CMF) Lorsque le droit local fait obstacle à la mise en œuvre de mesures équivalentes, l ACPR doit être informée La 4 ème directive introduit des pouvoirs spécifiques pour le superviseur de la maison-mère du groupe en cas d impossibilité de mise en œuvre de mesures suffisantes pour traiter efficacement les risques BC-FT dans les implantations étrangères, allant jusqu à la fermeture de l entité concernée. Contrôle interne au niveau du groupe afin notamment de s assurer que les instructions de la maison-mère sont respectées et que les informations pertinentes remontent effectivement 33

11 II Points d attention en matière de conformité 2- Le gel des avoirs : LFT et sanctions économiques Les règlements européens portant mesures restrictives Mise en œuvre des décisions du Comité des sanctions de l ONU (par exemple, règlements européens Al Qaïda et Afghanistan/Talibans; règlement portant mesures restrictives à l encontre de l Iran), Prise par l UE de sanctions autonomes, notamment : des mesures de gel à l encontre de personnes identifiées comme finançant ou susceptibles de financer des activités terroristes (règlement n 2580/2001 du 27 décembre 2001) ; des régimes de sanctions à l encontre de certains pays, incluant des mesures de gel (exemples récents de l Ukraine et de la Russie) Le dispositif national de gel des avoirs (articles L et suivants du CMF) : mise en œuvre régulière de ce dispositif national, via des arrêtés du Ministère des Finances, essentiellement dans le cadre de la LFT (plus de 100 personnes gelées depuis 2012) Obligation de mettre en place «immédiatement» les mesures de gel et d informer «sans délai» la Direction générale du Trésor (Article R du CMF) : Mise en œuvre d un dispositif adapté et efficace de détection des fonds, instruments financiers ou ressources économiques détenus par des personnes ou entités soumises à des mesures de gel ainsi que des opérations au bénéfice de ces personnes (notamment, filtrage des entrées en relation d affaires au regard des listes européenne et nationale et filtrage de la clientèle existante lors de la publication de nouvelles listes ou de leur mise à jour, traitement des alertes/homonymies dans les meilleurs délais) 10

12 III Le contrôle par l ACPR du dispositif de contrôle de la conformité L ACPR est compétente pour contrôler le respect par les organismes financiers assujettis à son contrôle, y inclus les EC importants surveillés directement par la BCE sur le plan prudentiel, des dispositions en matière de conformité, LCB-FT, protection de la clientèle : supervision sur base consolidée et sous-consolidée ; contrôle permanent et contrôle sur place Suites données aux contrôles : lettres de suite, mesures de police administrative ou, le cas échéant, ouverture d une procédure disciplinaire devant la Commission des sanctions de l ACPR. Exemples de décisions de la Commission des sanctions de l ACPR dont les griefs portent principalement sur le dispositif de contrôle de la conformité : Décision du 24 octobre 2012 n : dispositif de conformité au niveau du groupe (aucun contrôle sur la gestion des alertes dans les entités locales dans le cadre du dispositif de contrôle ; carences concernant l encadrement et la surveillance des dispositifs de contrôle de la conformité au niveau local ; absence de procédures formalisées de remontée des dossiers individuels- procédure d escalade ) Décision du 25 juin 2013 n : moyens des responsables du contrôle de la conformité insuffisants ; retard à définir les procédures propres à remédier aux dysfonctionnements relatifs à la conformité des activités transfrontalières dans l organisation de l établissement Depuis 2010, 13 décisions de sanctions comportant des griefs en matière de LCB-FT, dont une comportant des griefs en matière de mesures restrictives à l encontre de l Iran ; plusieurs décisions de sanctions en matière de commercialisation et de protection de la clientèle, notamment en

13 IV Un contexte de sanctions significatives au plan international Exercice d activité à l étranger dans le respect des règlementations locales Effets au-delà des implantations locales des sanctions pour violations des lois locales atteignant la maison mère Domaines particulièrement sensibles (embargos et autres mesures restrictives, fiscal, corruption, concurrence, IBOR et règles de marché etc ) Rappel : La conformité doit être pilotée au niveau du groupe en tenant compte : Des implantations locales Des réglementations locales applicables Des impacts pour la maison-mère 13

Contrôle interne Le nouveau cadre prudentiel

Contrôle interne Le nouveau cadre prudentiel Contrôle interne Le nouveau cadre prudentiel ASF Formation 10 février 2015 Sommaire 1. Introduction 2. Focus sur le nouvel arrêté relatif au contrôle interne 3. Les principales mesures de transposition

Plus en détail

Les grands sujets de conformité : le point de vue du superviseur

Les grands sujets de conformité : le point de vue du superviseur Les grands sujets de conformité : le point de vue du superviseur Conformité et code de bonne conduite Les nouvelles règles du jeu Paris, le 17 septembre 2015 Frédéric VISNOVSKY Secrétaire général adjoint

Plus en détail

Evaluation mutuelle de la Belgique par le GAFI : Le Secteur Financier et la BNB

Evaluation mutuelle de la Belgique par le GAFI : Le Secteur Financier et la BNB Evaluation mutuelle de la Belgique par le GAFI : Le Secteur Financier et la BNB Résultats globaux Niveaux d'efficacité : Élevé : 0 Significatif : 4 Modéré : 7 Faible : 0 Niveaux de conformité : Conforme

Plus en détail

Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement

Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement Le 13 novembre 2013 Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement 2013-P-01 Document de nature explicative La présente

Plus en détail

Note à Messieurs les :

Note à Messieurs les : DIRECTION GENERALE Alger, le 02 septembre 2015 DE L INSPECTION GENERALE Réf./DGIG/N 1039/2015 Note à Messieurs les : - Présidents des Conseils d Administration ; - Présidents Directeurs Généraux ; - Directeurs

Plus en détail

Les travaux de la Commission consultative LCB-FT. Anne-Marie MOULIN, Adjointe au directeur des affaires juridiques

Les travaux de la Commission consultative LCB-FT. Anne-Marie MOULIN, Adjointe au directeur des affaires juridiques Les travaux de la Commission consultative LCB-FT Anne-Marie MOULIN, Adjointe au directeur des affaires juridiques 1 Les compétences de la Commission consultative LCB-FT La Commission consultative LCB-FT

Plus en détail

Principes d application sectoriels de l Autorité de contrôle prudentiel relatifs au recours à la tierce introduction pour le secteur des assurances

Principes d application sectoriels de l Autorité de contrôle prudentiel relatifs au recours à la tierce introduction pour le secteur des assurances Principes d application sectoriels de l Autorité de contrôle prudentiel relatifs au recours à la tierce introduction pour le secteur des assurances Décembre 2011 Les principes d application sectoriels,

Plus en détail

Lignes directrices relatives aux échanges d informations au sein d un groupe et hors groupe

Lignes directrices relatives aux échanges d informations au sein d un groupe et hors groupe Mars 2011 Lignes directrices relatives aux échanges d informations au sein d un groupe et hors groupe Les lignes directrices élaborées par l Autorité de contrôle prudentiel (ACP) répondent à une demande

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ Avril 2009 Table des matières Préambule... 3 Introduction... 4 Champ d application... 5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour... 6 1. Cadre de gestion de la conformité...

Plus en détail

Sommaire. Introduction

Sommaire. Introduction Février 2012 Bilan des missions de contrôle sur place sur le respect des obligations de LCB-FT dans le domaine de la gestion de fortune pour les secteurs de la banque et de l assurance Le Secrétariat général

Plus en détail

La surveillance Sid Noma Murielle Minougou

La surveillance Sid Noma Murielle Minougou La surveillance Sid Noma Murielle Minougou La lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme, objectif phare de la 3 ème Directive de 2005 transposée en 2009, prévoit un certain nombre d obligations

Plus en détail

Bilan des contrôles sur place. 7 décembre 2011 Edouard FERNANDEZ-BOLLO Secrétaire Général Adjoint

Bilan des contrôles sur place. 7 décembre 2011 Edouard FERNANDEZ-BOLLO Secrétaire Général Adjoint Bilan des contrôles sur place 7 décembre 2011 Edouard FERNANDEZ-BOLLO Secrétaire Général Adjoint 1 Vue d ensemble Les organismes du secteur de la banque font l objet de contrôles sur place qui permettent

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 22.2.2014 Journal officiel de l Union européenne C 51/3 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 19 novembre 2013 sur une proposition de directive du

Plus en détail

* * * Document créé le 12 février 2013 1/12

* * * Document créé le 12 février 2013 1/12 recommandation AMF n 2013-04 Lignes directrices relatives à la tierce introduction en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Textes de référence : articles L.561-7

Plus en détail

La proposition de règlement sur les informations accompagnant les virements de fond

La proposition de règlement sur les informations accompagnant les virements de fond La proposition de règlement sur les informations accompagnant les virements de fond Hong Van PHAM Le cadre actuel européen dans la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme

Plus en détail

Charte de Qualité sur l assurance vie

Charte de Qualité sur l assurance vie Charte de Qualité sur l assurance vie PRÉAMBULE La présente Charte de Qualité sur l assurance vie s'inspire largement de la Charte de Qualité ICMA Private Wealth Management, qui présente les principes

Plus en détail

Lignes directrices relatives à la notion de personnes politiquement exposées (PPE)

Lignes directrices relatives à la notion de personnes politiquement exposées (PPE) Janvier 2010 Lignes directrices relatives à la notion de personnes politiquement exposées (PPE) Document de nature explicative (Version actualisée avec mise à jour des dispositions législatives et réglementaires

Plus en détail

BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 49/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative à la fonction "conformité"

BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 49/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative à la fonction conformité BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 49/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative à la fonction "conformité" Le Gouverneur de Bank Al-Maghrib; vu la loi n 34-03 relative aux établissements de crédit

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 15 4 février 2010. S o m m a i r e

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 15 4 février 2010. S o m m a i r e MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 227 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 15 4 février 2010 S o m m a i r e Règlement grand-ducal du 1 er février

Plus en détail

Impact des règles de protection des données Sur l industrie financière. Dominique Dedieu ddedieu@farthouat.com

Impact des règles de protection des données Sur l industrie financière. Dominique Dedieu ddedieu@farthouat.com Impact des règles de protection des données Sur l industrie financière Dominique Dedieu ddedieu@farthouat.com 1 INTRODUCTION Loi Informatique et Liberté et établissements financiers Plan : 1. Règles de

Plus en détail

AUX MAISONS DE TRANSFERT AUX AGENTS DE CHANGE

AUX MAISONS DE TRANSFERT AUX AGENTS DE CHANGE AUX MAISONS DE TRANSFERT ET AUX AGENTS DE CHANGE Les présentes lignes directrices résument les principales obligations légales auxquelles sont assujetties les maisons de transfert et les agents de change,

Plus en détail

Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales

Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales EIFR Risques opérationnels Enjeux structurels et défis à venir Paris, 5 novembre 2014 Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales Philippe BILLARD Chef du service des affaires internationales

Plus en détail

DECISION DE LA COMMISSION TUNISIENNE DES ANALYSES FINANCIERES N 2006-2 DU 20 AVRIL

DECISION DE LA COMMISSION TUNISIENNE DES ANALYSES FINANCIERES N 2006-2 DU 20 AVRIL DECISION DE LA COMMISSION TUNISIENNE DES ANALYSES FINANCIERES N 2006-2 DU 20 AVRIL 2006, PORTANT DIRECTIVES GENERALES AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT, AUX BANQUES NON RESIDENTES ET A L OFFICE NATIONAL DES

Plus en détail

Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel

Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel Avril 2012 Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel Document de nature explicative (Version actualisée avec mise à jour des dispositions législatives et réglementaires

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

Principes d application sectoriels de l Autorité de contrôle prudentiel relatifs aux virements de fonds

Principes d application sectoriels de l Autorité de contrôle prudentiel relatifs aux virements de fonds Octobre 2010 Principes d application sectoriels de l Autorité de contrôle prudentiel relatifs aux virements de fonds Les principes d application sectoriels, élaborés par l Autorité de contrôle prudentiel

Plus en détail

Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie

Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie 2013-R-01 du 8 janvier 2013 1 Contexte Pour la commercialisation

Plus en détail

Politique de transparence de l Autorité de contrôle prudentiel

Politique de transparence de l Autorité de contrôle prudentiel Juillet 2011 Politique de transparence de l Autorité de contrôle prudentiel Document de nature explicative L instauration de l Autorité de contrôle prudentiel (ACP) par l ordonnance n o 2010-76 1 s est

Plus en détail

Charte de Compliance ERGO Insurance sa

Charte de Compliance ERGO Insurance sa Charte de Compliance ERGO Insurance sa Introduction Sur la base de la circulaire PPB/D. 255 du 10 mars 2005 sur la compliance adressée aux entreprises d assurances, une obligation légale a été imposée

Plus en détail

MIFID 2 Loi sur les services financiers Votations du 9 février 2014

MIFID 2 Loi sur les services financiers Votations du 9 février 2014 MIFID 2 Loi sur les services financiers Votations du 9 février 2014 Nouvelles contraintes, limites, mais avec quel avantage? Vincent Tattini Plan A. Les nouveautés de MIFID 2 B. Loi sur les services financiers

Plus en détail

Introduction à la réforme MiFID*

Introduction à la réforme MiFID* Introduction à la réforme MiFID* Pour Pour obtenir obtenir la la présentation complète, écrire écrire à à :: finance@sia-conseil.com Janvier 2007 * Markets in Financial Instruments Directive Sommaire Introduction

Plus en détail

LUTTE CONTRE LA CRIMINALITE ET REGLES D IDENTIFICATION DE LA CLIENTELE

LUTTE CONTRE LA CRIMINALITE ET REGLES D IDENTIFICATION DE LA CLIENTELE LUTTE CONTRE LA CRIMINALITE ET REGLES D IDENTIFICATION DE LA CLIENTELE Punissabilité des entreprises En automne 2001, les Chambres fédérales ont adopté les nouveaux articles 102 et 102a du Code pénal qui

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-55 DU 12 MARS 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT

DELIBERATION N 2014-55 DU 12 MARS 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT DELIBERATION N 2014-55 DU 12 MARS 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR FINALITE

Plus en détail

CIRCULAIRE CSSF 11/508

CIRCULAIRE CSSF 11/508 COMMISSION de SURVEILLANCE du SECTEUR FINANCIER Luxembourg, le 15 avril 2011 A toutes les sociétés de gestion de droit luxembourgeois au sens du chapitre 15 de la loi du 17 décembre 2010 concernant les

Plus en détail

Contrôle de l intermédiation en opération de banque et services de paiement

Contrôle de l intermédiation en opération de banque et services de paiement Contrôle de l intermédiation en opération de banque et services de paiement Paris, 4 avril 2012 Cécile Sellier - Directeur adjoint Direction du contrôle des pratiques commerciales 1 Sommaire 1. Mission

Plus en détail

CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME

CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME MAI 2006 LES ARTICLES > ARTICLE 1 ER périmètre et objectifs page 2 > ARTICLE 2 soutien de l esprit d entreprise en favorisant la création ou la reprise d entreprises

Plus en détail

Gestionnaires de placements collectifs de capitaux Marchés

Gestionnaires de placements collectifs de capitaux Marchés Communication FINMA 35 (2012), 20 février 2012 Gestionnaires de placements collectifs de capitaux Marchés Einsteinstrasse 2, 3003 Bern Tel. +41 (0)31 327 91 00, Fax +41 (0)31 327 91 01 www.finma.ch Sommaire

Plus en détail

Lignes directrices relatives à la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme dans le domaine de la gestion de fortune

Lignes directrices relatives à la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme dans le domaine de la gestion de fortune Mars 2014 Lignes directrices relatives à la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme dans le domaine de la gestion de fortune Document de nature explicative 1. Les lignes

Plus en détail

Foire aux questions (FAQ)

Foire aux questions (FAQ) Règlement (CE) n 924/2009 concernant les paiements transfrontaliers dans la Communauté (Règlement concernant l égalité des frais pour les paiements nationaux et transfrontaliers) Foire aux questions (FAQ)

Plus en détail

(Règles agréées par arrêté ministériel du 7 septembre 2010 applicables à partir du 12 septembre 2010) SOMMAIRE INTRODUCTION 1-3 DÉFINITIONS 4

(Règles agréées par arrêté ministériel du 7 septembre 2010 applicables à partir du 12 septembre 2010) SOMMAIRE INTRODUCTION 1-3 DÉFINITIONS 4 RÈGLES PROFESSIONNELLES RELATIVES AUX OBLIGATIONS DES PROFESSIONNELS DE L EXPERTISE COMPTABLE POUR LA PRÉVENTION DE L UTILISATION DU SYSTÈME FINANCIER AUX FINS DE BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET DE FINANCEMENT

Plus en détail

Circulaire Projet de la Commission fédérale des banques: Surveillance et contrôle internes du xxx Sommaire Objet... 2 Champ d application...

Circulaire Projet de la Commission fédérale des banques: Surveillance et contrôle internes du xxx Sommaire Objet... 2 Champ d application... Circulaire de la Commission fédérale des banques: Surveillance et contrôle internes Projet du xxx Sommaire 1 Objet... 2 2 Champ d application... 2 3 Conseil d administration... 2 3.1 Indépendance des membres

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 196 9 novembre 2007. S o m m a i r e

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 196 9 novembre 2007. S o m m a i r e MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 3495 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 196 9 novembre 2007 S o m m a i r e Loi du 7 novembre 2007 portant

Plus en détail

Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22

Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22 Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22 OBJECTIF 01. La Norme Comptable NC 01 - Norme Comptable Générale définit les règles relatives

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993 relative à la protection des informations nominatives, modifiée ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993 relative à la protection des informations nominatives, modifiée ; DELIBERATION N 2015-76 DU 16 SEPTEMBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

Recommandations révisées du GAFI: davantage d obligations de diligence pour les intermédiaires financiers?

Recommandations révisées du GAFI: davantage d obligations de diligence pour les intermédiaires financiers? Recommandations révisées du GAFI: davantage d obligations de diligence pour les intermédiaires financiers? Séminaire pour journalistes de SwissBanking, Alexander Karrer, Secrétaire d Etat suppléant Secrétariat

Plus en détail

JORF n 0108 du 11 mai 2013. Texte n 5

JORF n 0108 du 11 mai 2013. Texte n 5 JORF n 0108 du 11 mai 2013 Texte n 5 DECRET Décret n 2013-388 du 10 mai 2013 portant adaptatio n des pouvoirs et missions des autorités de supervision en matière bancaire et financière en raison de la

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-49 DU 20 MAI 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE

DELIBERATION N 2015-49 DU 20 MAI 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DELIBERATION N 2015-49 DU 20 MAI 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR FINALITE

Plus en détail

Mesures de contrôle interne en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme

Mesures de contrôle interne en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Mesures de contrôle interne en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme 1. Organisation interne de l opérateur. L opérateur de ventes volontaires doit mettre en

Plus en détail

5 juin 2013 LES SANCTIONS FINANCIERES INTERNATIONALES

5 juin 2013 LES SANCTIONS FINANCIERES INTERNATIONALES 5 juin 2013 LES SANCTIONS FINANCIERES INTERNATIONALES Qu est est-ce que la DG Trésor? La direction générale du Trésor est au service du ministre pour lui proposer et conduire sous son autorité la politique

Plus en détail

Les missions du comité d audit

Les missions du comité d audit AUDIT COMMITTEE INSTITUTE FRANCE Les missions du comité d audit Aide mémoire kpmg.fr Sommaire Réglementation... 3 Exemples de bonnes pratiques... 6 Suivi de l efficacité des systèmes de contrôle interne

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel

Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel Avril 2012 Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel Document de nature explicative 1. Les lignes directrices élaborées par l Autorité de contrôle prudentiel (ACP)

Plus en détail

DÉCOUVRIR L AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ET DE RÉSOLUTION

DÉCOUVRIR L AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ET DE RÉSOLUTION DÉCOUVRIR L AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ET DE RÉSOLUTION Autorité administrative indépendante adossée à la Banque de France, l Autorité de contrôle prudentiel et de résolution est en charge de l agrément

Plus en détail

Principes d application sectoriels sur les bénéficiaires effectifs d organismes de placements collectifs

Principes d application sectoriels sur les bénéficiaires effectifs d organismes de placements collectifs Mars 2013 Principes d application sectoriels sur les bénéficiaires effectifs d organismes de placements collectifs Document de nature explicative 1. Les principes d application sectoriels élaborés par

Plus en détail

CHARTE D AUDIT INTERNE

CHARTE D AUDIT INTERNE CHARTE D AUDIT INTERNE adoptée par le Conseil des gouverneurs le 26 mars 2013 Centre de recherches pour le développement international Ottawa, Canada Assurances et conseils afin de soutenir le développement

Plus en détail

La déontologie de l avocat fiduciaire

La déontologie de l avocat fiduciaire LA FIDUCIE: Retour sur des utilisations réussies et description de perspectives nouvelles 26 février 2013 La déontologie de l avocat fiduciaire Par Silvestre TANDEAU de MARSAC/ Hugues LETELLIER Avocats

Plus en détail

RELATIONS AVEC LES PARTENAIRES COMMERCIAUX

RELATIONS AVEC LES PARTENAIRES COMMERCIAUX RELATIONS AVEC LES PARTENAIRES COMMERCIAUX Politique Groupe Keolis - Mai 2015 - Document à usage interne et externe RE Rappels des principes fondamentaux posés par le GUIDE ETHIQUE DE CONDUITE DES AFFAIRES

Plus en détail

Algérie. Prévention et la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme

Algérie. Prévention et la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme Prévention et la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme Règlement de la Banque d n 05-05 du 15 décembre 2005 Le gouverneur de la Banque d', Vu l ordonnance n 75-59 du 26 septembre

Plus en détail

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ Rue Saint-Jean 32-38 à 1000 Bruxelles Table des matières 1. Introduction 3 2. Réglementation 3 3. Rappel

Plus en détail

Les nouveaux défis de la Conformité : cadre réglementaire, responsabilités et organisation

Les nouveaux défis de la Conformité : cadre réglementaire, responsabilités et organisation Les nouveaux défis de la Conformité : cadre réglementaire, responsabilités et organisation Des responsabilités toujours renforcée & des sanctions alourdies JÉRÉMIE DUHAMEL Jeudi 28 mai 2015 Un contexte

Plus en détail

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit Proposition N o : 2015-S05f Au : Conseil d administration Pour : DÉCISION Date : 2015-04-22 1. TITRE Modifications à la charte du Comité d audit 2. BUT DE LA PROPOSITION Obtenir l approbation du conseil

Plus en détail

DELIBERATION N 2013-15 DU 22 JANVIER 2013 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION SUR LA DEMANDE PRESENTEE

DELIBERATION N 2013-15 DU 22 JANVIER 2013 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION SUR LA DEMANDE PRESENTEE DELIBERATION N 2013-15 DU 22 JANVIER 2013 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION SUR LA DEMANDE PRESENTEE PAR LA BANK AUDI SAM RELATIVE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT

Plus en détail

La surveillance prudentielle du secteur financier

La surveillance prudentielle du secteur financier La surveillance prudentielle du secteur financier Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre II Chapitre I Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre

Plus en détail

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger (Mai 1983) I. Introduction Ce rapport 1 expose certains principes qui, de l avis du Comité, devraient régir le contrôle, par les autorités

Plus en détail

Créer un cadre institutionnel favorable à la transparence des systèmes de contrôle

Créer un cadre institutionnel favorable à la transparence des systèmes de contrôle Le Sénat formule des propositions pour lutter plus efficacement contre l'évasion fiscale - Richard Yung, s La commission d'enquête sénatoriale sur le rôle des banques et acteurs financiers dans l'évasion

Plus en détail

Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1)

Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1) PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1) Loi modifiant diverses dispositions législatives concernant principalement le processus d attribution des contrats des

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission - 53 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution, Vu la proposition de règlement du Conseil confiant à la Banque centrale européenne

Plus en détail

Code de conduite des prestataires de services d argent mobile

Code de conduite des prestataires de services d argent mobile Code de conduite des prestataires de services d argent mobile SOLIDITÉ DES SERVICES TRAITEMENT ÉQUITABLE DES CLIENTS SÉCURITÉ DES RÉSEAUX ET CANAUX MOBILES VERSION 1 - NOVEMBRE 2014 Introduction Le présent

Plus en détail

Notre devise : Formation professionnelle. Conseillers en Investissements Financiers

Notre devise : Formation professionnelle. Conseillers en Investissements Financiers Notre devise : «Offrir une qualité optimale de formation basée en premier lieu sur la confiance des Hommes et des Femmes qui font et feront l entreprise de demain en Outre-Mer» Formation professionnelle

Plus en détail

Covéa Finance Charte de l Audit et du Contrôle Interne

Covéa Finance Charte de l Audit et du Contrôle Interne CHARTE D AUDIT ET DE CONTROLE INTERNE DE COVÉA FINANCE DEFINITION DU CONTROLE INTERNE Le contrôle interne est un dispositif défini et mis en œuvre par les dirigeants et les personnels des sociétés, qui

Plus en détail

Introduction Jean-Philippe Thierry, Vice-président de l Autorité de contrôle prudentiel

Introduction Jean-Philippe Thierry, Vice-président de l Autorité de contrôle prudentiel Introduction Jean-Philippe Thierry, Vice-président de l Autorité de contrôle prudentiel 2 Sommaire 1. Le dispositif préventif LCB-FT : l insertion au sein du dispositif de contrôle interne (Henry de Ganay,

Plus en détail

Consultation : projet de règlement général relatif aux conseillers en investissements financiers

Consultation : projet de règlement général relatif aux conseillers en investissements financiers Consultation : projet de règlement général relatif aux conseillers en investissements financiers LIVRE III- PRESTATAIRES TITRE 3- AUTRES PRESTATAIRES CHAPITRE 5- CONSEILLERS EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS

Plus en détail

ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES Luxembourg REGLEMENT SUR LE CONTROLE CONFRATERNEL

ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES Luxembourg REGLEMENT SUR LE CONTROLE CONFRATERNEL ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES Luxembourg REGLEMENT SUR LE CONTROLE CONFRATERNEL INDEX 1. INTRODUCTION Page 2 1.1 Base légale 1.2. Objectifs 2. CHAMP D APPLICATION Page 3 3. METHODOLOGIE Page 3 3.1 Contrôle

Plus en détail

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie DIRECTION GENERALE DES DROITS DE L HOMME ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DIRECTION DES MONITORINGS Strasbourg, 11 juin 2010 Public Greco RC-II (2008) 4F Addendum Deuxième Cycle d Evaluation Addendum au Rapport

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE 1. OBJET La présente politique vise à garantir la conformité D EXANE SA, EXANE DERIVATIVES, EXANE OPTIONS, EXANE LIMITED et leurs succursales concernées

Plus en détail

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 PV/04/11 CONSEIL DES GOUVERNEURS Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite OLAF : DÉCISION EN MATIÈRE DE LUTTE CONTRE LA

Plus en détail

INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005 du 07 mai 2002

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

Introduction Jean-Philippe Thierry, Vice-président de l Autorité de contrôle prudentiel

Introduction Jean-Philippe Thierry, Vice-président de l Autorité de contrôle prudentiel Introduction Jean-Philippe Thierry, Vice-président de l Autorité de contrôle prudentiel 2 Sommaire 1. Le dispositif préventif LCB-FT : l insertion au sein du dispositif de contrôle interne (Henry de Ganay,

Plus en détail

LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME

LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME Sommaire Introduction Cadre législatif et réglementaire applicable Extension de l obligation de déclaration Obligations des professionnels Textes

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2)

LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2) LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2) Le Parlement a adopté, le jeudi 27 février, une loi dont l article 30 procède

Plus en détail

Département des Risques

Département des Risques DOCUMENTATION RELATIVE AU PILIER 3 DE LA REGLEMENTATION BALE II SOMMAIRE 1- Présentation 2- Politique de gestion des risques 3- Fonds propres 4- Adéquation des fonds propres 5- Risques de contrepartie

Plus en détail

La fonction Conformité dans l assurance

La fonction Conformité dans l assurance La fonction Conformité dans l assurance L approche par les risques L exemple de la lutte contre le blanchiment Présentation pour : Faculté d Orléans Intervenant(s) : Laurent GUEREL AG2R LA MONDIALE 1/19

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

Chapitre 1. Définitions... 3. Chapitre 2. Champ d application... 5. Art. 2... 5. Chapitre 3. Approche fondée sur le risque... 5

Chapitre 1. Définitions... 3. Chapitre 2. Champ d application... 5. Art. 2... 5. Chapitre 3. Approche fondée sur le risque... 5 Luxembour g LBC / FT R è g l e m e n t ( a n n o t é ) C S S F N 1 2-0 2 d u 1 4 d é c e m b r e 2 0 1 2 r e l a t i f à l a l u t t e c o n t r e l e b l a n c h i m e n t e t c o n t r e l e f i n a

Plus en détail

www.pwc.com Alerte regulatory Le dispositif de gouvernance et de contrôle interne des établissements bancaires Novembre 2014

www.pwc.com Alerte regulatory Le dispositif de gouvernance et de contrôle interne des établissements bancaires Novembre 2014 www.pwc.com Alerte regulatory Le dispositif de gouvernance et de contrôle interne des établissements bancaires Novembre 2014 En bref L arrêté du 3 novembre 2014 relatif au contrôle interne des entreprises

Plus en détail

Récapitulatif: Du 30 Mars au 10 Avril 2015. Rapports de l OICV sur les plans de continuité d activité.

Récapitulatif: Du 30 Mars au 10 Avril 2015. Rapports de l OICV sur les plans de continuité d activité. Du 30 Mars au 10 Avril 2015 Récapitulatif: Rapports de l OICV sur les plans de continuité d activité. Mise à jour de la liste des Contreparties Centrales autorisées en Europe. Lancement d un projet conjoint

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET

POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET LA BANQUE DE NOUVELLE ÉCOSSE POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET PROCÉDURES Y AFFÉRENTES Supplément au Code d éthique Octobre 2015 BANQUE SCOTIA Table des matières SECTION 1 INTRODUCTION... 3 SECTION 2 RAISON

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE LUTTER CONTRE LE FINANCEMENT DU TERRORISME

DOSSIER DE PRESSE LUTTER CONTRE LE FINANCEMENT DU TERRORISME DOSSIER DE PRESSE LUTTER CONTRE LE FINANCEMENT DU TERRORISME Novembre 2015 SOMMAIRE 1. Lutte contre le financement du terrorisme en 2015 : les principales étapes 2. Retour sur l avancée du plan d action

Plus en détail

DELIBERATION N 2013-109 DU 16 JUILLET 2013 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE

DELIBERATION N 2013-109 DU 16 JUILLET 2013 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DELIBERATION N 2013-109 DU 16 JUILLET 2013 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

L ENVIRONNEMENT JURIDIQUE ET FISCAL

L ENVIRONNEMENT JURIDIQUE ET FISCAL 3 L ENVIRONNEMENT JURIDIQUE ET FISCAL SUR LES GRANDS SUJETS AYANT CONCERNÉ L ASSURANCE ET LA FFSA EN 2010 ( LA FISCALITÉ DE L ASSURANCE VIE, SOLVABILITÉ II, LA MISE EN PLACE DE L ACP, LA CONVENTION AERAS

Plus en détail

Instruction administrative du 18 mai 2001 (006) portant réglementation de l activité des messageries financières (Banque centrale du Congo)

Instruction administrative du 18 mai 2001 (006) portant réglementation de l activité des messageries financières (Banque centrale du Congo) Instruction administrative du 18 mai 2001 (006) portant réglementation de l activité des messageries financières (Banque centrale du Congo) Chap. I. Dispositions générales Art. 1 : Les messageries financières

Plus en détail

Mandat d audit confié à une entreprise soumise à la surveillance de l État (ci-après: entreprise de révision )

Mandat d audit confié à une entreprise soumise à la surveillance de l État (ci-après: entreprise de révision ) Oberaufsichtskommission Berufliche Vorsorge OAK BV Annexe 2 Mandat d audit confié à une entreprise soumise à la surveillance de l État (ci-après: entreprise de révision ) 1 Objectif La Commission de haute

Plus en détail

Financement participatif : le rôle de l ACPR

Financement participatif : le rôle de l ACPR Financement participatif : le rôle de l ACPR CrowdTuesday Paris 16 septembre 2014 Fabrice Pesin Secrétaire général adjoint de l ACPR 1 Introduction Des activités de «crowdfunding» supervisées par l ACPR

Plus en détail

Ordonnance sur les audits des marchés financiers

Ordonnance sur les audits des marchés financiers Ordonnance sur les audits des marchés financiers (OA-FINMA) du... Le Conseil fédéral, vu l art. 38a, al. 3, de la loi du 25 juin 1930 sur l émission de lettres de gage (LLG) 1, vu les art. 127, al. 2,

Plus en détail

Introduction. Jean-Philippe Thierry, vice-président de l ACP 19/10/2012. Banque de France - Autorité de Contrôle Prudentiel

Introduction. Jean-Philippe Thierry, vice-président de l ACP 19/10/2012. Banque de France - Autorité de Contrôle Prudentiel Introduction Jean-Philippe Thierry, vice-président de l ACP Banque de France - Autorité de Contrôle Prudentiel Sommaire 1. L actualité du contrôle LCB-FT 2. Le contrôle sur place en matière de LCB-FT pour

Plus en détail

Master-2 Recherche et Professionnel Droit de la coopération économique et des affaires internationales

Master-2 Recherche et Professionnel Droit de la coopération économique et des affaires internationales 1 Master-2 Recherche et Professionnel Droit de la coopération économique et des affaires es Universite Nationale du Vietnam-Hanoi Faculté de Droit Matières Objectifs du cours Compétences acquises UE UE-1

Plus en détail

Une gestion conforme Solvabilité 2 pour permettre aux porteurs de risque de respecter les exigences relatives à la sous-traitance

Une gestion conforme Solvabilité 2 pour permettre aux porteurs de risque de respecter les exigences relatives à la sous-traitance Une gestion conforme Solvabilité 2 pour permettre aux porteurs de risque de respecter les exigences relatives à la sous-traitance PROGRAMME DE MISE EN CONFORMITE SOLVABILITE 2 Disposer d un délégataire

Plus en détail