INTRODUCTION. M. Alain SAYAG, Directeur scientifique du CREDA, Professeur à la Faculté de droit de l'université de Paris V

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INTRODUCTION. M. Alain SAYAG, Directeur scientifique du CREDA, Professeur à la Faculté de droit de l'université de Paris V"

Transcription

1 INTRODUCTION M. Alain SAYAG, Directeur scientifique du CREDA, Professeur à la Faculté de droit de l'université de Paris V 1. Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, la réunion de cette nombreuse et prestigieuse assemblée démontre, et il faut s'en réjouir, qu'il n'y a pas que l'accident d'une actualité immédiate, une novation législative par exemple, pour susciter l'intérêt à l'égard d'un colloque juridique. La question de la publicité légale qui nous réunit aujourd'hui a, il est vrai, pour elle d'être à la fois d'une absolue permanence, puisque notre système juridique l'a toujours connue et développée, et d'une très grande modernité, comme cela va apparaître tout au long de notre séance. 2. Mais en préambule, comme la formule «publicité légale» a cette force d'évidence qui suscite tous les malentendus, il me faut délimiter très brièvement la notion sur laquelle nous allons porter l'attention. La publicité légale, comme M. le Président Cambournac l'a indiqué tout à l'heure, c'est l'ensemble des règles qui imposent à certaines personnes de communiquer au public une information selon une forme et un support déterminés. Il y a donc tout d'abord une personne assujettie, personne physique ou morale, d'espèces et de situations très différentes ; mais ici nous nous limiterons, bien sûr, aux personnes qui ressortissent du droit des affaires. Il y a également diffusion obligatoire d'une information, ce qui fait intervenir deux éléments distincts, bien qu'interdépendants l'un de l'autre : d'un côté, un message à délivrer, une information, et d'un autre côté, le vecteur que celle-ci empruntera pour parvenir à la connaissance du public. Ils sont interdépendants parce qu'il est clair que la nature du renseignement à transmettre commandera le choix du support de diffusion, lequel, à son tour, interférera avec ladite information. Il y a enfin le public. Le public visé ne se définit pas. Peut-être quelques personnes, très peu, deux ou trois ; mais peut-être aussi quelques milliers, quelques centaines de milliers, voire millions de personnes, lorsqu'il s'agit d'actionnaires d'une très grande société par exemple. En réalité, pour qu'il y ait publicité il suffit que ce public, quel que soit le nombre de personnes qui le composent, soit indéterminé et anonyme. Dès que les destinataires d'une information sont connus, nous avons affaire à une notification, non pas à une publicité, et c'est alors un tout autre régime juridique qui s'applique. 3. On ne peut évidemment pas poser une définition de la publicité légale sans évoquer sa fonction juridique. Je ne m'attarderai pas sur ses effets juridiques, qu'il appartiendra au Professeur Guyon de traiter. Toutefois, pour la clarté de l'exposé, je rappellerai très brièvement qu'il y a trois catégories de publicités légales. On trouve, en premier lieu, les publicités légales qui créent un droit. Tout le monde pensera à l'exemple classique de l'immatriculation, qui fait naître la personnalité morale de la société. On trouve, en deuxième lieu, les publicités légales, qui rendent un droit préexistant opposable aux tiers. Ce sont de loin les plus nombreuses. L'illustration la plus classique est celle de la vente immobilière qui transmet la propriété inter partes, mais qui n'aura d'effet à l'égard des tiers qu'après réalisation effective de la publicité au bureau des hypothèques. On trouve, enfin, 1

2 la grande masse, présente surtout en matière financière, des publicités qui n'entraînent aucun effet juridique en soi et que les spécialistes qualifient pour cette raison de publicité notice. Je donnerai comme exemple le dépôt des comptes annuels au registre du commerce. 4. La publicité légale, comme vous le voyez, existe donc depuis toujours. Pourtant c'est une institution jusqu'à présent méprisée et négligée des juristes. Pourquoi réfléchir sur les publicités légales? Sur quoi réfléchir, sur quels aspects de la matière? Voilà les deux questions qui s'imposent et auxquelles je voudrais apporter successivement quelques éléments de réponse. I. Pourquoi porter la réflexion sur les publicités légales? 5. A priori, le sujet a tout pour rebuter : une matière vétuste et éparpillée, construite au coup par coup, par strates législatives successives, sans souci d'unité ni de coordination, surtout marquée d'un formalisme ingrat à quoi souvent elle semble se réduire, et qui a manqué pendant très longtemps d'une véritable réflexion de synthèse. Je pense au contraire qu'il faut transformer la matière des publicités légales en un système rationnel et unitaire, animé qu'il est par une logique interne. La démarche s'impose aujourd'hui d'autant plus que ce domaine est le théâtre d'un bouleversement technologique dont l'origine remonte à une dizaine d'années, mais dont il est difficile d'entrevoir, dès à présent, tous les prolongements et tous les aboutissements. 6. En pratique, et pour faire bref, ces innovations résultent des progrès combinés de l'informatique et de la télématique. Qu'ont apporté ces deux techniques? Elles ont entraîné des modifications dans trois domaines. D'abord, l'informatique permet un stockage de l'information, qui devient quasiment illimité. Ensuite, et cela est entièrement nouveau par rapport au papier, l'informatique donne des possibilités de tri et de traitement elles-aussi quasiment illimitées. Enfin, la télématique permet de communiquer les informations de façon instantanée ou presque, par envoi à distance, ces informations ayant pu être, le cas échéant, préalablement triées et traitées. Les enjeux qui se profilent sont, on le voit, considérables. J'en évoquerai quelques uns très rapidement. 7. Qu'en est-il de l'oubli et du secret des affaires? Jusqu'où peut-on aller dans l'idéal, techniquement réalisable maintenant, de la transparence totale? Qu'en est-il de la négation de deux contraintes que l'on a cru longtemps intangibles, le temps et l'espace? Vous voyez qu'à poser ces questions, on s'aperçoit très vite que la problématique de l'information obligatoire relève de considérations de société qui dépassent très largement la sphère purement juridique. En réalité, nous vivons, c'est une banalité de le dire mais il faut ici le répéter, dans une société de communication, en ce sens que la communication s'affirme comme l'un des enjeux majeurs de consommation et de profit en termes économiques, et aussi de pouvoir. Dès lors, l'information est logiquement devenue l'un des rouages essentiels du système juridique de telles sociétés. D'ailleurs, l'accession de l'information au rang de concept juridique illustre une évolution bien plus profonde du droit privé, qui substitue au primat de la possession de biens tangibles la propriété de valeurs dématérialisées ; et naturellement, l'information trouve sa place parmi celle-ci. 8. Par ailleurs, les acteurs de l'économie ont des besoins accrus de sécurité juridique. Parce que l'information devient l'élément nécessaire préalable à toute transaction, elle est elle- 2

3 même un objet de transactions. De fait, l'entreprise est à la fois de façon permanente consommatrice et productrice d'information, en sorte que l'information apparaît pour cette entreprise comme un instrument, certes de connaissance des autres, mais tout autant de connaissance d'elle-même. 9. Par conséquent, on assiste à une double mutation du contenu de l'information, sur le plan à la fois technique et juridique. Et je dirai que cette mutation est à ce point profonde, substantielle, qu'il n'y a qu'un seul précédent historique qui puisse venir à l'esprit, c'est la comparaison avec le tournant qui s'est produit au XVI e siècle lorsqu'on est passé d'une civilisation juridique fondamentalement orale à un ordre juridique écrit. Certes, le passage de l'écrit plus exactement du support papier à l'informatique ne se fera pas brutalement. Avant le XVI e siècle les publicités légales prenaient forme de cérémonial. Il y avait l'abandon de biens, une cérémonie pittoresque qui se passait sur la grand'place : le débiteur devait frapper la pierre, je le dirai en latin pour respecter les convenances... «de culo nudo percussit lapidem» ; il y avait le bonnet vert du failli. Et ensuite, avec le développement du support écrit, on voit apparaître l'affiche qui se substitue au cérémonial et à la proclamation. Puis l'affiche disparaît progressivement, remplacée par les «petites affiches» que sont devenus les différents journaux d'annonces légales. Il est donc clair que les transformations qui s'esquissent seront lentes, mais il faut bien savoir que nous sommes au début d'une évolution fondamentale. 10. Je terminerai par une remarque à propos de ce que j'appellerai le paradoxe du contenu sur le plan juridique. La publicité légale, comme nous l'avons vu, suppose une divulgation obligatoire, c'est même sa définition première. Autrement dit, par l'effet de l'obligation légale, l'information fait l'objet, dès le départ, d'une sorte d'expropriation d'utilité publique à la source. Or, cette information constitue en même temps un bien informationnel susceptible d'appropriation privative et qui a une grande valeur économique. Apparaît ainsi en évidence une opposition dialectique, tenant à ce que l'on passe d'une matière première gratuite, ou presque, à un instrument de profit ; phénomène d'autant plus intéressant qu'il va s'opérer et nous allons voir que c'est un des débats actuels essentiels de la matière à l'intérieur des instances officiellement chargées d'assurer le service public de la diffusion. Cela vaudra donc pour l'inpi, pour les greffes, pour les journaux officiels le BALO en l'espèce. Cela vaudra aussi pour les journaux d'annonces légales. Par conséquent, il faudra prendre acte de ce que la transformation d'une information en publicité légale n'altère pas finalement sa nature de bien incorporel, donc de «bien dans le commerce». Mais dire cela, c'est déjà engager une réflexion sur le fond de la matière. II. Sur quels aspects de la matière doit-on porter la réflexion? 11. Cette réflexion peut s'engager selon trois axes principaux, dont le premier concerne la nécessaire réorganisation du fond du droit. Réorganiser le contenu des publicités légales implique avant tout de clarifier les obligations auxquelles sont soumises les entreprises. Clarifier, c'est d'abord compléter là où il y a insuffisances ; parmi les exemples qui pourraient être donnés, je citerai au moins le jugement d'ouverture d'un redressement judiciaire non publié à la conservation des hypothèques, alors que l'on sait que son prononcé entraîne l'arrêt du cours des inscriptions. Clarifier, c'est aussi élaguer les trop nombreuses informations superflues ou redondantes. Le législateur a fait de notables efforts ces dernières années pour supprimer 3

4 les formalités inutiles, par exemple en supprimant la seconde insertion dans un journal d'annonces légales lors de la cession d'un fonds de commerce. Mais il faut bien voir que lorsque l'on veut entreprendre un allègement des formalités, on aboutit en réalité inévitablement à s'interroger sur les règles de fond que ces formalités traduisent et à envisager la simplification de ces règles mêmes. Je ne donnerai qu'un exemple, que je n'ai pas le temps de détailler : il y a en matière de liquidation de sociétés une suite de publicités qui paraissent extraordinairement compliquées. En fait, elles ne sont inutilement lourdes et coûteuses que parce que la procédure de liquidation des sociétés est elle-même trop minutieuse et mériterait une simplification. Il faut donc, et j'insiste sur cette idée qui m'apparaît essentielle, penser à la primauté du système publicitaire dans l'ordre juridique, penser à relier de manière systématique l'opposabilité d'un droit ou d'une situation à sa publicité légale. 12. Le deuxième axe de réflexion concerne une question beaucoup plus délicate : elle touche au fonctionnement des instances. J'évoquerai très rapidement, au passage, un des thèmes de réflexion qui, après la guerre notamment, avait suscité beaucoup d'intérêt je me souviens en particulier qu'un président du tribunal de commerce de la Seine, M. Fargeaud s'y était intéressé ( 1 ). Il s'agit du casier commercial, c'est-à-dire du projet consistant à regrouper l'ensemble des informations disponibles sur une entreprise en un lieu unique. On a créé, vous le savez, le CFE, un guichet unique des formalités. Pourquoi dans ces conditions, ne pas imaginer un lieu unique de la publicité? Je dirai que le paradoxe du casier commercial est que celui-ci devient à l'heure actuelle moins urgent dès lors que sa mise en œuvre est techniquement réalisable. En effet, lorsqu'on a soulevé l'idée après guerre, les paperasses à manipuler représentaient une masse tellement terrifiante que l'on a reculé devant cette tâche. Maintenant l'informatique rendrait le casier commercial tout à fait possible, mais peut-être parce que les banques de données se chargent finalement de centraliser l'information le casier commercial devient de ce fait beaucoup moins urgent. 13. À propos du fonctionnement des instances, il convient de s'interroger sur le bouleversement en cours des modes traditionnels de diffusion de l'information légale, ne seraitce que pour tenter d'en maîtriser le développement. On peut l'analyser de la manière suivante : la distinction entre information brute et information traitée se brouille, comme parallèlement se brouille la distinction entre instances publiques et instances privées. Traditionnellement, l'information légale pouvait être considérée sans aucun doute comme une information brute, et on aurait pu imaginer il y a quinze ans que les instances publiques se bornent strictement au rôle que leur donnait la loi. Ainsi l'inpi aurait pu continuer à conserver le registre national du commerce, les greffiers à délivrer, sur papier seulement, des états ou des copies. Les uns et les autres auraient laissé aux sociétés privées le soin d'exploiter sur banques de données informatisées les informations brutes délivrées par ces organismes. (1) P. Fargeaud, Le fichier (ou casier) commercial : RTD com. 1965, p. 1. 4

5 Heureusement, ces instances ne se sont pas déconnectées du marché, car elles se seraient condamnées ainsi à un archaïsme tout à fait regrettable. Mais la conséquence de cela, c'est que les instances publiques, les greffes et l'inpi tout au moins, ont eu tendance à «privatiser» leurs prestations, c'est-à-dire à enrichir la présentation et à faciliter l'accès de l'information légale brute que la loi leur fait obligation d'offrir au public. Le résultat, c'est que ces instances agissent comme des diffuseurs privés. Aussi se retrouvent-elles en situation de concurrence et entre elles et à l'égard des diffuseurs privés avec lesquels elles nouent d'ailleurs des liens par contrat. 14. La difficulté vient de ce que la frontière n'est plus rigoureuse entre d'une part une simple clarification de l'information écrite, un tri pertinent, une bonne présentation intégrant un traitement élémentaire («sortir» un pourcentage d'évolution des résultats, par exemple) et d'autre part un véritable traitement pouvant nécessiter de nombreuses recherches, donc de gros investissements. Je dirai qu'à l'heure actuelle la seule frontière absolument nette que l'on peut introduire entre l'information brute et l'information traitée apparaît lorsque le diffuseur privé introduit dans ses prestations des sources d'information extérieures à la publicité légale ; ce que les instances officielles doivent en tout état de cause s'interdire de faire car le traitement proposé demeure lié à leur mission de service public. D'ailleurs, il n'est pas absurde de penser que ce qui est aujourd'hui information traitée devienne demain de l'information légale, une fois que des normes de traitement auront été entérinées par le législateur. Je précise ma pensée par un exemple : le bénéfice par action, qui est une information traitée dont on fait un très large usage dans la presse financière, pourrait demain, si le traitement était réglementé, devenir une information obligatoire, c'est-à-dire une publicité légale. 15. Le système est donc parvenu à un certain équilibre. Cet équilibre, on peut le dire, est globalement satisfaisant, mais il soulève des difficultés, notamment parce que le statut des publicités légales est remis en cause dès lors que la diffusion de celles-ci s'opère à travers les services facultatifs et rémunérés offerts par les instances publiques, dont certaines se font concurrence, quelquefois même directement. 16. Pour terminer, et c'est le troisième axe de réflexion, il faut évoquer les problèmes spécifiques soulevés par l'information financière. Je serai extrêmement bref parce que la question est très vaste et que le temps tourne. Je voudrais néanmoins évoquer brièvement trois séries de problèmes, en précisant bien, d'ailleurs, qu'il ne faut pas confondre la publicité légale financière, autrement dit l'information imposée par la loi, avec l'information financière au sens large, c'est-à-dire largement facultative dont usent les grandes sociétés qui sont sur le marché financier. Il s'agit là d'un domaine qui est beaucoup plus vaste et très sensiblement différent de celui que nous comptons traiter. 17. S'agissant de l'information légale financière stricto sensu, il faut d'abord s'interroger sur les résistances, légitimes ou pas, dont font preuve certains assujettis à son égard. On sait que le pourcentage des sociétés qui résistent à la publicité obligatoire des comptes annuels ne se réduit malheureusement pas. Or, ce qui est plus surprenant, et je dirai plus critiquable, c'est que parmi ces irréductibles on trouve même, selon les rapports de la COB, des sociétés cotées. En somme, l'objectif d'une véritable transparence est loin d'être encore accompli. Cela soulève la question de savoir si, au fond, cette résistance est justifiée ou pas au regard notamment du nécessaire secret des affaires. En France, vous le savez, il a fallu sortir 5

6 d'une mentalité passéiste considérant que le profit est honteux en lui-même et qu'il est dangereux de publier celui que l'on fait, car c'est susciter l'appétit d'un Etat exacteur. C'est une tradition complètement rebelle aux nécessités d'un marché financier de quelque importance. Ceci dit, il ne faut pas non plus que l'information financière devienne une fin en soi, c'est-à-dire conduise à privilégier le bon résultat à court terme sur l'effort d'investissement ou d'assainissement à long terme. Pourtant, entre l'attitude négative et dépassée d'un secret généralisé sur la marche des affaires et la transparence intégrale, une voie moyenne peut être trouvée : celle qui prend en compte le souci parfaitement légitime de préserver une part d'ombre, fût-ce à titre temporaire. 18. En somme, de nombreux progrès doivent encore être accomplis, et je pense que la table ronde qui suivra permettra de proposer des solutions. Il est clair qu'il faut améliorer l'effectivité de l'obligation légale, mais sûrement pas l'améliorer je dis cela parce que nous sommes au jour de naissance du nouveau Code pénal par des incriminations qui s'avèrent totalement inefficaces. En revanche, ne manque pas de logique l'idée qui consisterait à imaginer une sanction intrinsèque à la publicité prescrite, c'est-à-dire à faire en sorte que le non-accomplissement de la formalité rejaillisse directement sur le droit ou la situation en cause. 19. Il est clair également qu'il importe en tout cas d'assurer l'efficacité, donc la lisibilité de l'information. Et lorsqu'on soulève cette question, on en appelle une seconde, beaucoup plus difficile à résoudre, qui est celle de savoir pour quelle sorte de lecteurs on prétend assurer la lisibilité, car il y a la clarté pour l'épargnant ordinaire et il y a l'intérêt de l'information pour l'analyste financier. C'est incontestablement un problème majeur en matière d'information financière, qui résulte de l'hétérogénéité de ses destinataires. Est-ce à dire que l'on peut opter pour une information légale à deux vitesses en distinguant les documents destinés au grand public et les documents établis à l'attention des professionnels? C'est dans cette voie que l'on semble s'engager, notamment sous l'impulsion de la COB, qui encourage les entreprises à fractionner leurs documents d'information, avec d'un côté un document de base et de l'autre un document simplifié synthétisant les informations contenues dans le premier. Pourtant une telle démarche paraît contradictoire avec ce que je disais au début à propos de l'anonymat du public. On se heurte donc là à une difficulté de principe considérable. Voilà donc beaucoup de thèmes de réflexion, qui sont autant de questions d'actualité et de sujets de discussion, cela sur une matière naguère reléguée au rang des accessoires subalternes, pour ne pas dire poussiéreux, de l'ordre juridique. Cette réunion aura atteint son but si elle démontre qu'il s'agit bien là d'un rouage primordial de la vie des affaires qui mérite toute notre sollicitude intellectuelle. 6

Juridique - ne pas confondre un contrat de gardiennage d'un bateau de plaisance, avec ses opérations d amarrage

Juridique - ne pas confondre un contrat de gardiennage d'un bateau de plaisance, avec ses opérations d amarrage Juridique - ne pas confondre un contrat de gardiennage d'un bateau de plaisance, avec ses opérations d amarrage Publié le 2 juillet 2015 par Jérôme Heilikmann Jérôme Heilikamnn, responsable de la rubrique

Plus en détail

Les vertus de l information légale

Les vertus de l information légale Les vertus de l information légale Arnaud REYGROBELLET Chercheur au CREDA, Maître de conférences à l Université Paris X-Nanterre. Intervenant après les pénétrantes analyses développées par Messieurs Etchegoyen

Plus en détail

MESSAGE DU GOUVERNEMENT AU PARLEMENT RELATIF AU PROJET DE LOI CONCERNANT LE GUICHET VIRTUEL SECURISE

MESSAGE DU GOUVERNEMENT AU PARLEMENT RELATIF AU PROJET DE LOI CONCERNANT LE GUICHET VIRTUEL SECURISE MESSAGE DU GOUVERNEMENT AU PARLEMENT RELATIF AU PROJET DE LOI CONCERNANT LE GUICHET VIRTUEL SECURISE Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Députés, Le Gouvernement a l'honneur de vous transmettre

Plus en détail

Mlle Audrey EGIZIANO, doctorante contractuelle en droit public

Mlle Audrey EGIZIANO, doctorante contractuelle en droit public L'obligation de notification au bénéficiaire d'une autorisation d'urbanisme (arrêt CAA Lyon, 9 avril 2013, Association des habitants de Vésegnin, n 13LY00066) Présenté par : Mlle Audrey EGIZIANO, doctorante

Plus en détail

8 LES FORMALITÉS DE CRÉATION. À vos marques. papiers!

8 LES FORMALITÉS DE CRÉATION. À vos marques. papiers! À vos marques prêts papiers! DEPUIS LA MISE EN PLACE DES CENTRES DE FORMALITÉS DES ENTREPRISES (CFE), ONT ÉTÉ CONSIDÉRABLEMENT SIMPLIFIÉES. DÉSORMAIS, TOUTES LES DEMANDES OU PRESQUE PEUVENT ÊTRE DÉPOSÉES

Plus en détail

Club des juristes Projet de 14 ème directive. sur les transferts transfrontaliers des sièges sociaux des sociétés de capitaux

Club des juristes Projet de 14 ème directive. sur les transferts transfrontaliers des sièges sociaux des sociétés de capitaux Club des juristes Projet de 14 ème directive DIRECTIVE /./CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du. sur les transferts transfrontaliers des sièges sociaux des sociétés de capitaux LE PARLEMENT EUROPEEN

Plus en détail

N 112 SENAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1986-1987. Annexe au procès-verbal de la séance du 15 décembre 1986. PROPOSITION DE LOI

N 112 SENAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1986-1987. Annexe au procès-verbal de la séance du 15 décembre 1986. PROPOSITION DE LOI N 112 SENAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1986-1987 Annexe au procès-verbal de la séance du 15 décembre 1986. PROPOSITION DE LOI tendant à harmoniser avec le droit privé alsacien-mosellan, certaines dispositions

Plus en détail

Evaluation de votre conférence de méthode ou cours-séminaire

Evaluation de votre conférence de méthode ou cours-séminaire Enseignement : INTRODUCTION A LA SOCIOLOGIE 2 : CONCEPTS, METHODES, ET ENJEU ACTUELS Excellent Bon Moyen Insuffisant Comment évaluez-vous la préparation et l'organisation des séances? 6 (30%) 11 (55%)

Plus en détail

Guide pratique pour planifier la reprise après sinistre de manière rentable

Guide pratique pour planifier la reprise après sinistre de manière rentable Livre blanc www.novell.com Guide pratique pour planifier la reprise après sinistre de manière rentable Table des matières Table des matières...2 Évaluation du coût d'investissement...3 Évaluation des performances...4

Plus en détail

La loi n 2009-888 du 22 juillet 2009 de développement et de modernisation des services touristiques

La loi n 2009-888 du 22 juillet 2009 de développement et de modernisation des services touristiques La loi n 2009-888 du 22 juillet 2009 de développement et de modernisation des services touristiques Les enjeux Un contexte communautaire : la directive Services Un contexte d incohérence juridique et un

Plus en détail

1. faciliter la création des sociétés à responsabilité limitée (SARL) :

1. faciliter la création des sociétés à responsabilité limitée (SARL) : Note de présentation du projet de loi modifiant et complétant la loi n 5-96 sur la société en nom collectif, la société en commandite simple, la société en commandite par actions, la société à responsabilité

Plus en détail

Les relations de pouvoir dans les organisations

Les relations de pouvoir dans les organisations Bouteiller Charlotte Master DGRH Crombez Claire Année 2003/04 Verbecq Antoine Les relations de pouvoir dans les organisations Introduction : Il y a deux ans, une loi réprimant le harcèlement moral a été

Plus en détail

B u n d e s v e r w a l t u n g s g e r i c h t. T r i b u n a l a d m i n i s t r a t i v f e d e r a l

B u n d e s v e r w a l t u n g s g e r i c h t. T r i b u n a l a d m i n i s t r a t i v f e d e r a l B u n d e s g e r i c h t B u n d e s s t r a f g e r i c h t B u n d e s v e r w a l t u n g s g e r i c h t B u n d e s p a t e n t g e r i c h t T r i b u n a l f é d é r a l T r i b u n a l p é n a

Plus en détail

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques VIII. 1 Ce chapitre porte sur les courants et les différences de potentiel dans les circuits. VIII.1 : Les résistances en série et en parallèle On

Plus en détail

Thème: Les nouvelles technologies de l'information ATTITUDES ET ORIENTATIONS À PRENDRE DANS LE SECTEUR D'ÉDUCATION FACE AUX NOUVELLES TECHNOLOGIES

Thème: Les nouvelles technologies de l'information ATTITUDES ET ORIENTATIONS À PRENDRE DANS LE SECTEUR D'ÉDUCATION FACE AUX NOUVELLES TECHNOLOGIES Colloque organisé par l'institut d'administration publique du Grand Montréal et par l'association des diplômés et diplômées de l'école nationale d'administration publique Thème: Les nouvelles technologies

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 10 D-3-07 N 102 du 6 SEPTEMBRE 2007 DROIT DE LA PUBLICITE FONCIERE ACTES PORTANT CHANGEMENT DE REGIME MATRIMONIAL. NOR : BUD L 07 00079 J Bureau

Plus en détail

Visite au Tribunal administratif de Nîmes ****** Intervention de M. Jean-Marc Sauvé 1, vice-président du Conseil d Etat ****** 24 février 2014

Visite au Tribunal administratif de Nîmes ****** Intervention de M. Jean-Marc Sauvé 1, vice-président du Conseil d Etat ****** 24 février 2014 Visite au Tribunal administratif de Nîmes ****** Intervention de M. Jean-Marc Sauvé 1, vice-président du Conseil d Etat ****** 24 février 2014 Monsieur le préfet du Gard, Monsieur le préfet de Vaucluse,

Plus en détail

DIAGNOSTICS ENERGETIQUES DE BATIMENTS PUBLICS

DIAGNOSTICS ENERGETIQUES DE BATIMENTS PUBLICS PETR du Pays du Sud Toulousain BP17, 68 rue de l Eglise 31390 CARBONNE DIAGNOSTICS ENERGETIQUES DE BATIMENTS PUBLICS Cahier des Clauses Administratives Particulières MARCHE PUBLIC DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES

Plus en détail

DEFLATEURS ET TECHNOLOGIE : INDICES DE PRIX ET INDICES DE PERFORMANCES

DEFLATEURS ET TECHNOLOGIE : INDICES DE PRIX ET INDICES DE PERFORMANCES BULLETIN DE l'acn n 28 INSEE Association de Comptabilité Nationale 18, bd Adolphe Pinard 75675 PARIS CEDEX 14 (France) DEFLATEURS ET TECHNOLOGIE : INDICES DE PRIX ET INDICES DE PERFORMANCES Henri DUPRAT

Plus en détail

La régularisation du contrat de crédit pour lequel des facilités de paiement ont été accordées est comprise sous le point b).

La régularisation du contrat de crédit pour lequel des facilités de paiement ont été accordées est comprise sous le point b). RAPPORT AU ROI Sire, La loi du 10 août 2001 relative à la Centrale des Crédits aux Particuliers réorganise la Centrale des Crédits aux Particuliers qui existe au sein de la Banque nationale de Belgique.

Plus en détail

Modèle de Statuts Association loi 1901

Modèle de Statuts Association loi 1901 Modèle de Statuts Association loi 1901 STATUTS DE Association ARTICLE 1 Objet: Il est fondé entre le adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du

Plus en détail

Note d observations de la Commission nationale de l informatique et des libertés concernant la proposition de loi relative à la protection de l

Note d observations de la Commission nationale de l informatique et des libertés concernant la proposition de loi relative à la protection de l Note d observations de la Commission nationale de l informatique et des libertés concernant la proposition de loi relative à la protection de l identité Examinée en séance plénière le 25 octobre 2011 Depuis

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F REGL PROF - Qualifications prof. A2 Bruxelles, 26 mai 2011 MH/JC/JP A V I S sur LA REFORME DE LA DIRECTIVE RELATIVE A LA RECONNAISSANCE DES QUALIFICATIONS

Plus en détail

MISSION ET FONCTIONNEMENT DU CHSCT

MISSION ET FONCTIONNEMENT DU CHSCT MISSION ET FONCTIONNEMENT DU CHSCT Le CHSCT (comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail) est une instance souvent mal connue des salariés et qui ne peut fonctionner convenablement sans

Plus en détail

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes service technique des Remontées mécaniques et des Transports guidés Systèmes de transport public guidés urbains de personnes Principe «GAME» (Globalement Au Moins Équivalent) Méthodologie de démonstration

Plus en détail

La correction des erreurs d'enregistrement et de traitement comptables

La correction des erreurs d'enregistrement et de traitement comptables La correction des erreurs d'enregistrement et de traitement comptables Après l'étude des différents types d'erreurs en comptabilité (Section 1) nous étudierons la cause des erreurs (Section 2) et les techniques

Plus en détail

1 JO no C 24 du 31. 1. 1991, p. 3. 2 JO no C 240 du 16. 9. 1991, p. 21. 3 JO no C 159 du 17. 6. 1991, p. 32.

1 JO no C 24 du 31. 1. 1991, p. 3. 2 JO no C 240 du 16. 9. 1991, p. 21. 3 JO no C 159 du 17. 6. 1991, p. 32. Directive 91/533/CEE du Conseil, du 14 octobre 1991, relative à l'obligation de l'employeur d'informer le travailleur des conditions applicables au contrat ou à la relation de travail Journal officiel

Plus en détail

LA CONSTRUCTION DES PUITS EN AFRIQUE TROPICALE

LA CONSTRUCTION DES PUITS EN AFRIQUE TROPICALE LA CONSTRUCTION DES PUITS EN AFRIQUE TROPICALE BURGÉAP EAU-SOL-ENVIRONNEMENT LA CONSTRUCTION DES PUITS EN AFRIQUE TROPICALE Collection Techniques rurales en Afrique MINISTÈRE DE LA COOPÉRATION ET DU DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

Nice Samedi 12 mai 2007- Salle Pierre JOSELET IL DIRITTO FALLIMENTARE ITALIANO LE DROIT FRANÇAIS DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES

Nice Samedi 12 mai 2007- Salle Pierre JOSELET IL DIRITTO FALLIMENTARE ITALIANO LE DROIT FRANÇAIS DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES avec la participation de l Union des Avocats Européenset de l Institut Méditerranéen des Procédures Collectives 4 EME RENCONTRE FRANCO-ITALIENNE ENTRE LES BARREAUX DE NICE ET DE MILAN 4 INCONTRO ITALO-FRANCESE

Plus en détail

DOCUMENTS COMPTABLES OBLIGATOIRES

DOCUMENTS COMPTABLES OBLIGATOIRES DOCUMENTS COMPTABLES OBLIGATOIRES 15/11/2010 L'obligation de tenir des livres de commerce résulte des articles L 123-12 à L 123-28 du Code de Commerce. L'obligation de tenir les documents comptables s'impose

Plus en détail

1 - PREAMBULE - OBJET

1 - PREAMBULE - OBJET 1 - PREAMBULE - OBJET Les présentes Conditions Générales ont pour objet de définir les modalités et les conditions générales dans lesquelles la Société EntrepreneurKbis SAS, immatriculée au registre du

Plus en détail

Défaut de paiement : une obligation incomplète

Défaut de paiement : une obligation incomplète Défaut de paiement : une obligation incomplète La loi de 2003 relative à la Centrale des Crédits aux Particuliers (CCP) organise l'enregistrement de tous les crédits à la consommation et crédits hypothécaires

Plus en détail

La loi qui a créé la CNIL n 78-17 a été votée le 6 janvier 1978 et le décret d'application n 78-774 a été publié le 17 juillet 1978.

La loi qui a créé la CNIL n 78-17 a été votée le 6 janvier 1978 et le décret d'application n 78-774 a été publié le 17 juillet 1978. 1. Que signifie l'acronyme Cnil? Commission Nationale pour l'informatique et les Libertés 2. Quand la Cnil a-t-elle été instituée? La loi qui a créé la CNIL n 78-17 a été votée le 6 janvier 1978 et le

Plus en détail

Exemple de lettre de mission «Projet de contrat d externalisation de la fonction comptable»

Exemple de lettre de mission «Projet de contrat d externalisation de la fonction comptable» Exemple de lettre de mission «Projet de contrat d externalisation de la fonction comptable» Atelier «offrir une mission globale!» Pôle LES MISSIONS DE DEMAIN www.experts comptables.fr/65 La présente lettre

Plus en détail

Numéro du rôle : 1058. Arrêt n 20/98 du 18 février 1998 A R R E T

Numéro du rôle : 1058. Arrêt n 20/98 du 18 février 1998 A R R E T Numéro du rôle : 1058 Arrêt n 20/98 du 18 février 1998 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l'article 4, alinéa 1er, de la loi du 3 juillet 1978 relative aux contrats de travail, posée

Plus en détail

Pour un vrai marché unique des paiements par carte, internet et mobile

Pour un vrai marché unique des paiements par carte, internet et mobile SPEECH/12/329 Michel BARNIER Membre de la Commission européenne, chargé du Marché intérieur et des Services Pour un vrai marché unique des paiements par carte, internet et mobile Conférence sur les paiements

Plus en détail

relatif à la comptabilisation des comptes et plans d'épargne-logement dans les établissements habilités à recevoir des dépôts d'épargne-logement

relatif à la comptabilisation des comptes et plans d'épargne-logement dans les établissements habilités à recevoir des dépôts d'épargne-logement CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION - AVIS N 2006-02 DU 31 MARS 2006 relatif à la comptabilisation des comptes et plans d'épargne-logement dans les établissements habilités à recevoir

Plus en détail

Garanties fondamentales préconisées par le CPT et les initiatives de l UE

Garanties fondamentales préconisées par le CPT et les initiatives de l UE Strasbourg, le 6 juillet 2010 CPT (2010) 69 (cf. point 29 de l ordre du jour de la 72e réunion) COMITE EUROPEEN POUR LA PREVENTION DE LA TORTURE ET DES PEINES OU TRAITEMENTS INHUMAINS OU DEGRADANTS (CPT)

Plus en détail

N 204 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 19791980. Annexe au procès-verbal de la séance du 11 avril 1980. PROPOSITION DE LOI

N 204 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 19791980. Annexe au procès-verbal de la séance du 11 avril 1980. PROPOSITION DE LOI N 204 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 19791980 Annexe au procès-verbal de la séance du 11 avril 1980. PROPOSITION DE LOI tendant à modifier l'article 99 de la loi n 67-563 du 13 juillet 1967 sur le

Plus en détail

Journal officiel n L 082 du 22/03/2001 p. 0016-0020

Journal officiel n L 082 du 22/03/2001 p. 0016-0020 Directive 2001/23/CE du Conseil du 12 mars 2001 concernant le rapprochement des législations des États membres relatives au maintien des droits des travailleurs en cas de transfert d'entreprises, d'établissements

Plus en détail

Série TD 3. Exercice 4.1. Exercice 4.2 Cet algorithme est destiné à prédire l'avenir, et il doit être infaillible! Exercice 4.3. Exercice 4.

Série TD 3. Exercice 4.1. Exercice 4.2 Cet algorithme est destiné à prédire l'avenir, et il doit être infaillible! Exercice 4.3. Exercice 4. Série TD 3 Exercice 4.1 Formulez un algorithme équivalent à l algorithme suivant : Si Tutu > Toto + 4 OU Tata = OK Alors Tutu Tutu + 1 Tutu Tutu 1 ; Exercice 4.2 Cet algorithme est destiné à prédire l'avenir,

Plus en détail

La structure comptable de base, le couple Bilan - Etat de résultat

La structure comptable de base, le couple Bilan - Etat de résultat La structure comptable de base, le couple Bilan - Etat de résultat L'information comptable de synthèse prend la forme d'un bilan (Section 1) et d'un état de résultat (Section 2), deux états de synthèse

Plus en détail

N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992

N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992 N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992 Rattache pour ordre au procès-verbal de la séance du 8 juillet 1992. Enregistre a la Présidence du Senat le 28 septembre 1992. PROPOSITION DE LOI

Plus en détail

La FIDH remercie le Bureau du Procureur (le Bureau) de donner à la société civile la possibilité de s'exprimer sur sa politique.

La FIDH remercie le Bureau du Procureur (le Bureau) de donner à la société civile la possibilité de s'exprimer sur sa politique. DÉCLARATION DE LA FIDH SUR LA STRATÉGIE EN MATIÈRE DE POURSUITES DU BUREAU DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE Introduction La Haye, 26 septembre 2006 La FIDH remercie le Bureau du Procureur

Plus en détail

STATUTS D'UNE SOCIETE A RESPONSABILITE LIMITEE UNIPERSONNELLE (SARL UNIPERSONNELLE)

STATUTS D'UNE SOCIETE A RESPONSABILITE LIMITEE UNIPERSONNELLE (SARL UNIPERSONNELLE) Ce document est un simple modèle Des commentaires sont apportés sur certains points (entre parenthèse ou en pied de page). Ils n ont bien sûr pas à figurer sur le texte définitif. En outre, dans certains

Plus en détail

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement 1 Dix ans après ou presque. La proposition de réforme qui suit a été faite initialement dans L erreur européenne (Grasset 1998, ch.4), puis reprise dans divers articles, sans aucun succès auprès des décideurs

Plus en détail

RECOMMANDATION N 1 RELATIVE AUX CONVOCATIONS DES ASSEMBLÉES GÉNÉRALES

RECOMMANDATION N 1 RELATIVE AUX CONVOCATIONS DES ASSEMBLÉES GÉNÉRALES MINISTÈRE DE LA JUSTICE COMMISSION RELATIVE À LA COPROPRIÉTÉ La recommandation ci-après annule et remplace la précédente recommandation compte tenu de la loi SRU du 13 décembre 2000 et de son décret d'application

Plus en détail

LA PROTECTION DU PATRIMOINE DU CHEF D ENTREPRISE. Les petits déjeuners de l entreprise 17 11 09

LA PROTECTION DU PATRIMOINE DU CHEF D ENTREPRISE. Les petits déjeuners de l entreprise 17 11 09 LA PROTECTION DU PATRIMOINE DU CHEF D ENTREPRISE Les petits déjeuners de l entreprise 17 11 09 Avec la participation de Maître Mary-Line LEGRAND-MAMPEY, Notaire Maître Thierry BESSON, Avocat Sommaire INTRODUCTION

Plus en détail

Résoudre un problème mise en pratique

Résoudre un problème mise en pratique Résoudre un problème mise en pratique Objectifs généraux Rappel de certains concepts mathématiques. Analyse des problèmes et des procédures de résolution. Étude de notions élémentaires de didactique Apport

Plus en détail

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel».

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Compte Rendu Café RH Dauphine du vendredi 7 février 2014 «L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Ce compte rendu vise à

Plus en détail

N 297 SENAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1989-1990. Annexe au procès-verbal de la séance du 15 mai 1990. PROJET DE LOI

N 297 SENAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1989-1990. Annexe au procès-verbal de la séance du 15 mai 1990. PROJET DE LOI N 297 SENAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1989-1990 Annexe au procès-verbal de la séance du 15 mai 1990. PROJET DE LOI modifiant l'ordonnance du 21 octobre 1986 relative à intéressement et à la participation

Plus en détail

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL LI Bin Résumé 1. Thème. Le droit de propriété a été l objet de réformes successives en Chine.

Plus en détail

CONTRÔLES D'ACCÈS PHYSIQUE AUTOMATISÉS

CONTRÔLES D'ACCÈS PHYSIQUE AUTOMATISÉS Cour Pénale Internationale International Criminal Court Instruction administrative ICC/AI/2007/004 Date : 19/06/2007 CONTRÔLES D'ACCÈS PHYSIQUE AUTOMATISÉS Le Greffier, aux fins d'établir des groupes d'accès

Plus en détail

U N I D R O I T COMITE D EXPERTS GOUVERNEMENTAUX CHARGE D ELABORER UNE LOI MODELE SUR LA DIVULGATION DES INFORMATIONS EN MATIERE DE FRANCHISE

U N I D R O I T COMITE D EXPERTS GOUVERNEMENTAUX CHARGE D ELABORER UNE LOI MODELE SUR LA DIVULGATION DES INFORMATIONS EN MATIERE DE FRANCHISE UNIDROIT 2002 Etude LXVIII Doc. 39 (Original: français) U N I D R O I T INSTITUT INTERNATIONAL POUR L UNIFICATION DU DROIT PRIVE =========================================================== COMITE D EXPERTS

Plus en détail

VENTE DU FONDS DE COMMERCE

VENTE DU FONDS DE COMMERCE VENTE DU FONDS DE COMMERCE INTRODUCTION: Le fonds de commerce est par définition un bien meuble incorporel. Selon l'article 135 de l'acte Uniforme OHADA portant droit commercial général, c'est un ensemble

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 97.06 du 18 juin 1997 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d'estimation, changements d'options fiscales et corrections d'erreurs Le Conseil

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DE L APPLICATION L@GOON Version Mai 2015

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DE L APPLICATION L@GOON Version Mai 2015 CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DE L APPLICATION L@GOON Version Mai 2015 ARTICLE 1. OBJET ET PREAMBULE Le présent document constitue les Conditions Générales d Utilisation de l application (ciaprès

Plus en détail

Contrat d'abonnement et accès

Contrat d'abonnement et accès Contrat d'abonnement et accès & Contrat Entre : Et : EDITIONS NATIONALES DU PERMIS DE CONDUIRE S.A.S. au capital de 3 333 333, immatriculée au registre du commerce et des sociétés de Nantes sous le n 502

Plus en détail

L'ACCORD DU PARTICIPE PASSÉ : UN MODULE POUR HYPERPROF

L'ACCORD DU PARTICIPE PASSÉ : UN MODULE POUR HYPERPROF 93 L'ACCORD DU PARTICIPE PASSÉ : «L'accord du participe passé» est un module pour HyperProf, un système auteur hypermédia pour Macintosh, commercialisé par le CUDEC 1. 1. CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES D'HYPERPROF

Plus en détail

10 Fichier des écritures comptables

10 Fichier des écritures comptables S 10 Fichier des écritures comptables Votre entreprise est-elle prête pour le contrôle «tout informatique»? PAR JEAN SAYAG, Avocat Associé, Landwell & Associés ET YVES TULEAU, Avocat, Landwell & Associés

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Bien organiser votre assemblée générale (Dossier réalisé par Michèle Lorillon, In Extenso Octobre 2011) Quelles sont les obligations à respecter pour une bonne gouvernance

Plus en détail

Communication sur le rôle de la douane dans l'application de la législation et la réglementation commerciales a la lumière de la pratique

Communication sur le rôle de la douane dans l'application de la législation et la réglementation commerciales a la lumière de la pratique Communication sur le rôle de la douane dans l'application de la législation et la réglementation commerciales a la lumière de la pratique La douane a longtemps été assimilée à un «gendarme aux frontières»

Plus en détail

REDRESSEMENT ET LIQUIDATION JUDICIAIRES I. DEFINITION DE LA CESSATION DES PAIEMENTS

REDRESSEMENT ET LIQUIDATION JUDICIAIRES I. DEFINITION DE LA CESSATION DES PAIEMENTS REDRESSEMENT ET LIQUIDATION JUDICIAIRES 23/07/2012 Tout dirigeant d entreprise en état de cessation de paiement doit en principe dans les 45 jours déposer son bilan auprès de la Chambre Commerciale du

Plus en détail

Avis concernant le projet de loi relatif aux extraits de Casier judiciaire délivrés aux particuliers.

Avis concernant le projet de loi relatif aux extraits de Casier judiciaire délivrés aux particuliers. 3000213 ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Rue Av. Haute, de la 139, porte B-1000 de Hal, Bruxelles 5-8, B-1060 Bruxelles Tél.: Tél.: +32(0)2/213.85.40 +32(0)2/542.72.00 E-mail E-mail : commission@privacycommission.be

Plus en détail

Charte d éthique pour la vidéo protection

Charte d éthique pour la vidéo protection Charte d éthique pour la vidéo protection La vidéo protection est un dispositif mis au service de la politique de sécurité et de prévention de la Ville du Perreux-sur-Marne. Ses objectifs sont de prévenir

Plus en détail

1. L'Europe fait face à une demande croissante de qualité de la justice

1. L'Europe fait face à une demande croissante de qualité de la justice Intervention de Monsieur Jean-Marie CAVADA, Président de la commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures du Parlement européen, devant le séminaire de travail des membres

Plus en détail

" Internet : Comment communiquer? Visibilité, Promotion, Communication... " Intervenants. Mercredi 16 juin 2010

 Internet : Comment communiquer? Visibilité, Promotion, Communication...  Intervenants. Mercredi 16 juin 2010 Mercredi 16 juin 2010 " Internet : Comment communiquer? Intervenants Visibilité, Promotion, Communication... " Olivier Cartieri, Animateur, Conseil Technologies de l Information et de la Communication

Plus en détail

La responsabilité civile et l'entreprise

La responsabilité civile et l'entreprise La responsabilité civile et l'entreprise Dans la présente rubrique, nous poursuivons notre étude de la responsabilité civile, cette fois-ci du point de vue d'un commerce ou d'une entreprise. Les questions

Plus en détail

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3)

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) Lors d'une précédente analyse, nous avions présenté deux outils d'appel public à l'épargne qui bénéficient d'un régime légal favorable

Plus en détail

«Mieux communiquer. avec internet» Rentrée 2010. Intervenants. Jeudi 16 septembre 2010

«Mieux communiquer. avec internet» Rentrée 2010. Intervenants. Jeudi 16 septembre 2010 Jeudi 16 septembre 2010 Rentrée 2010 «Mieux communiquer avec internet» Intervenants Olivier Cartieri, Animateur, Conseil Technologies de l Information et de la Communication Maître Frédéric Bourguet, Cabinet

Plus en détail

Le site est donc destiné à être utilisé par les membres de la communauté ImmoGoodDeal afin :

Le site est donc destiné à être utilisé par les membres de la communauté ImmoGoodDeal afin : Les présentes Conditions Générales d'utilisation s'appliquent, sans restriction ni réserve à l'ensemble des services proposés par OXYGENET sur son site Internet IMMOGOODDEAL.FR, à savoir : La mise en relation

Plus en détail

Les Guides des Avocats de France LA TRANSMISSION UNIVERSELLE DE PATRIMOINE : UN OUTIL DE TRANSMISSION DES ENTREPRISES

Les Guides des Avocats de France LA TRANSMISSION UNIVERSELLE DE PATRIMOINE : UN OUTIL DE TRANSMISSION DES ENTREPRISES Les Guides des Avocats de France LA TRANSMISSION UNIVERSELLE DE PATRIMOINE : UN OUTIL DE TRANSMISSION DES ENTREPRISES 2 Janvier 2006 Les Guides des Avocats de France Page 4 INTRODUCTION Page 6 DÉFINITIONS

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 2 : Banque et Monnaie I)- Principes Généraux : 1)- Définition du Terme Monnaie

Plus en détail

Code de bonne conduite relatif à la publicité et à l information sur les assurances-vie individuelles

Code de bonne conduite relatif à la publicité et à l information sur les assurances-vie individuelles VS10052 09.03.2012 Code de bonne conduite relatif à la publicité et à l information sur les assurances-vie individuelles Précisions pour l'application du code de bonne conduite L'objet de la présente note

Plus en détail

SESSION DU CIFAF 2013

SESSION DU CIFAF 2013 SESSION DU CIFAF 2013 Présenté Par Maître Maximin CAKPO-ASSOGBA Avocat à la Cour Mardi 03 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Les sûretés sont des techniques juridiques destinées à assurer le règlement des créances

Plus en détail

Fiche de l'awt Contrat d'accès à l'internet

Fiche de l'awt Contrat d'accès à l'internet Fiche de l'awt Contrat d'accès à l'internet Définition et enjeux de ce type de contrats. Objet et prestations liées au contrat. Les différentes obligations pour les parties Créée le 24/11/00 Modifiée le

Plus en détail

2. Fractions et pourcentages

2. Fractions et pourcentages FRACTIONS ET POURCENTAGES. Fractions et pourcentages.. Définitions Certaines divisions tombent justes. C'est par exemple le cas de la division 4 8 qui donne.. D'autres ne s'arrêtent jamais. C'est ce qui

Plus en détail

Chapitre 2 : la comptabilité en partie double

Chapitre 2 : la comptabilité en partie double Chapitre 2 : la comptabilité en partie double Les opérations à crédit Les comptes Caisse et Banque ne suffisent pas à décrire les opérations de l'entreprise car certaines génèrent des paiements différés

Plus en détail

Obligation de publication des comptes annuels et consolidés de sociétés étrangères

Obligation de publication des comptes annuels et consolidés de sociétés étrangères Département Informations micro-économiques Service Centrale des bilans boulevard de Berlaimont 14 - BE-1000 Bruxelles tél. 02 221 30 01 - fax 02 221 32 66 e-mail: centraledesbilans@nbb.be - site Internet:

Plus en détail

Paris, le 14 janvier 2005. La directrice des Archives de France. Mesdames et Monsieur les directeurs des centres des Archives nationales

Paris, le 14 janvier 2005. La directrice des Archives de France. Mesdames et Monsieur les directeurs des centres des Archives nationales Paris, le 14 janvier 2005 La directrice des Archives de France à Mesdames et Monsieur les directeurs des centres des Archives nationales Mesdames et Messieurs les directeurs d archives départementales

Plus en détail

2 Grad Info Soir Langage C++ Juin 2007. Projet BANQUE

2 Grad Info Soir Langage C++ Juin 2007. Projet BANQUE 2 Grad Info Soir Langage C++ Juin 2007 Projet BANQUE 1. Explications L'examen comprend un projet à réaliser à domicile et à documenter : - structure des données, - objets utilisés, - relations de dépendance

Plus en détail

MODE D'EMPLOI DE LA CALCULATRICE POUR LES COURTS SÉJOURS DANS L'ESPACE SCHENGEN

MODE D'EMPLOI DE LA CALCULATRICE POUR LES COURTS SÉJOURS DANS L'ESPACE SCHENGEN MODE D'EMPLOI DE LA CALCULATRICE POUR LES COURTS SÉJOURS DANS L'ESPACE SCHENGEN 1. Introduction Le règlement (UE) n 610/2013 du 26 juin 2013 a modifié la convention d'application de l'accord de Schengen,

Plus en détail

Administrateur judiciaire responsable faute d assurance décennale efficace

Administrateur judiciaire responsable faute d assurance décennale efficace Administrateur judiciaire responsable faute d assurance décennale efficace Actualité juridique publié le 25/01/2015, vu 622 fois, Auteur : Laurent LATAPIE Avocat Il convient de s'intéresser à un arrêt

Plus en détail

Un quatrième décret relatif au traitement par l INPI des demandes en matière de propriété industrielle

Un quatrième décret relatif au traitement par l INPI des demandes en matière de propriété industrielle Les échos du silence de l INPI : Un quatrième décret relatif au traitement par l INPI des demandes en matière de propriété industrielle Par Olivier THRIERR conseil en propriété industrielle - mandataire

Plus en détail

Table des matières. Le chèque

Table des matières. Le chèque Le chèque Table des matières L utilisation...2 Le délai de validité...2 Les mentions obligatoires...2 Le montant :...2 La signature :...2 L'opposition...3 Les cas d'opposition :...3 La procédure :...3

Plus en détail

CIRCULAIRE N 362 DU 24 Mai 1967

CIRCULAIRE N 362 DU 24 Mai 1967 CIRCULAIRE N 362 DU 24 Mai 1967 Prise en application de I'arrêté du 24 mars 1967 modifiant les conditions d'attribution de la prime de service aux personnels de certains établissements d'hospitalisation,

Plus en détail

EURO, AUGMENTATION DU CAPITAL SOCIAL ET EPARGNE SALARIALE : UNE INTERFERENCE LEGISLATIVE A SUPPRIMER

EURO, AUGMENTATION DU CAPITAL SOCIAL ET EPARGNE SALARIALE : UNE INTERFERENCE LEGISLATIVE A SUPPRIMER EURO, AUGMENTATION DU CAPITAL SOCIAL ET EPARGNE SALARIALE : UNE INTERFERENCE LEGISLATIVE A SUPPRIMER Rapport présenté par Mme BOUILLET-LAROUSSE au nom des Commissions juridique et du travail et des questions

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE CLUB MEDITERRANEE SA

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE CLUB MEDITERRANEE SA REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE CLUB MEDITERRANEE SA Le Conseil d Administration (le "Conseil d Administration" ou le "Conseil") de la société Club Méditerranée SA (la "Société") a décidé

Plus en détail

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER DROITS DES CREANCIERS 23/07/2012 Lorsqu une entreprise éprouve des difficultés financières telles qu elle se trouve en état de cessation des paiements, il y a lieu d ouvrir une procédure judiciaire. Cette

Plus en détail

P/Plan justice Koen Geen/Pot-pourri I/Recouvrement de créances/30.06.2015/final

P/Plan justice Koen Geen/Pot-pourri I/Recouvrement de créances/30.06.2015/final Observations d AVOCATS.BE concernant le projet de loi modifiant le droit de la procédure civile et portant des dispositions diverses en matière de justice (Doc. parl., Chambre, 54/1219) en ce qui concerne

Plus en détail

Commission Nationale de l Informatique et des Libertés Recommandation (97-008)

Commission Nationale de l Informatique et des Libertés Recommandation (97-008) RECOMMANDATION Délibération n 97-008 du 4 février 1997 portant adoption d'une recommandation sur le traitement des données de santé à caractère personnel (Journal officiel du 12 avril 1997) La Commission

Plus en détail

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit :

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit : Secrétariat du Grand Conseil PL 10909 Projet présenté par le Conseil d Etat Date de dépôt : 11 janvier 2012 Projet de loi modifiant la loi sur le tourisme (LTour) (I 1 60) Le GRAND CONSEIL de la République

Plus en détail

Le Registre national

Le Registre national E Le Registre national 34 2005 RAPPOR D ACTIVITES E.1. Description Le Registre national est un système de traitement d'informations qui assure, conformément aux dispositions de la loi du 8 août 1983 organisant

Plus en détail

FAQ GENERALISATION DES TELEPROCEDURES FAQ GENERALE. 01 - Mon entreprise est-elle concernée par l'obligation de recourir aux téléprocédures?

FAQ GENERALISATION DES TELEPROCEDURES FAQ GENERALE. 01 - Mon entreprise est-elle concernée par l'obligation de recourir aux téléprocédures? FAQ GENERALISATION DES TELEPROCEDURES FAQ GENERALE 01 - Mon entreprise est-elle concernée par l'obligation de recourir aux téléprocédures? Si votre entreprise relève d'un régime réel d'imposition, normal

Plus en détail