INTRODUCTION. M. Alain SAYAG, Directeur scientifique du CREDA, Professeur à la Faculté de droit de l'université de Paris V

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INTRODUCTION. M. Alain SAYAG, Directeur scientifique du CREDA, Professeur à la Faculté de droit de l'université de Paris V"

Transcription

1 INTRODUCTION M. Alain SAYAG, Directeur scientifique du CREDA, Professeur à la Faculté de droit de l'université de Paris V 1. Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, la réunion de cette nombreuse et prestigieuse assemblée démontre, et il faut s'en réjouir, qu'il n'y a pas que l'accident d'une actualité immédiate, une novation législative par exemple, pour susciter l'intérêt à l'égard d'un colloque juridique. La question de la publicité légale qui nous réunit aujourd'hui a, il est vrai, pour elle d'être à la fois d'une absolue permanence, puisque notre système juridique l'a toujours connue et développée, et d'une très grande modernité, comme cela va apparaître tout au long de notre séance. 2. Mais en préambule, comme la formule «publicité légale» a cette force d'évidence qui suscite tous les malentendus, il me faut délimiter très brièvement la notion sur laquelle nous allons porter l'attention. La publicité légale, comme M. le Président Cambournac l'a indiqué tout à l'heure, c'est l'ensemble des règles qui imposent à certaines personnes de communiquer au public une information selon une forme et un support déterminés. Il y a donc tout d'abord une personne assujettie, personne physique ou morale, d'espèces et de situations très différentes ; mais ici nous nous limiterons, bien sûr, aux personnes qui ressortissent du droit des affaires. Il y a également diffusion obligatoire d'une information, ce qui fait intervenir deux éléments distincts, bien qu'interdépendants l'un de l'autre : d'un côté, un message à délivrer, une information, et d'un autre côté, le vecteur que celle-ci empruntera pour parvenir à la connaissance du public. Ils sont interdépendants parce qu'il est clair que la nature du renseignement à transmettre commandera le choix du support de diffusion, lequel, à son tour, interférera avec ladite information. Il y a enfin le public. Le public visé ne se définit pas. Peut-être quelques personnes, très peu, deux ou trois ; mais peut-être aussi quelques milliers, quelques centaines de milliers, voire millions de personnes, lorsqu'il s'agit d'actionnaires d'une très grande société par exemple. En réalité, pour qu'il y ait publicité il suffit que ce public, quel que soit le nombre de personnes qui le composent, soit indéterminé et anonyme. Dès que les destinataires d'une information sont connus, nous avons affaire à une notification, non pas à une publicité, et c'est alors un tout autre régime juridique qui s'applique. 3. On ne peut évidemment pas poser une définition de la publicité légale sans évoquer sa fonction juridique. Je ne m'attarderai pas sur ses effets juridiques, qu'il appartiendra au Professeur Guyon de traiter. Toutefois, pour la clarté de l'exposé, je rappellerai très brièvement qu'il y a trois catégories de publicités légales. On trouve, en premier lieu, les publicités légales qui créent un droit. Tout le monde pensera à l'exemple classique de l'immatriculation, qui fait naître la personnalité morale de la société. On trouve, en deuxième lieu, les publicités légales, qui rendent un droit préexistant opposable aux tiers. Ce sont de loin les plus nombreuses. L'illustration la plus classique est celle de la vente immobilière qui transmet la propriété inter partes, mais qui n'aura d'effet à l'égard des tiers qu'après réalisation effective de la publicité au bureau des hypothèques. On trouve, enfin, 1

2 la grande masse, présente surtout en matière financière, des publicités qui n'entraînent aucun effet juridique en soi et que les spécialistes qualifient pour cette raison de publicité notice. Je donnerai comme exemple le dépôt des comptes annuels au registre du commerce. 4. La publicité légale, comme vous le voyez, existe donc depuis toujours. Pourtant c'est une institution jusqu'à présent méprisée et négligée des juristes. Pourquoi réfléchir sur les publicités légales? Sur quoi réfléchir, sur quels aspects de la matière? Voilà les deux questions qui s'imposent et auxquelles je voudrais apporter successivement quelques éléments de réponse. I. Pourquoi porter la réflexion sur les publicités légales? 5. A priori, le sujet a tout pour rebuter : une matière vétuste et éparpillée, construite au coup par coup, par strates législatives successives, sans souci d'unité ni de coordination, surtout marquée d'un formalisme ingrat à quoi souvent elle semble se réduire, et qui a manqué pendant très longtemps d'une véritable réflexion de synthèse. Je pense au contraire qu'il faut transformer la matière des publicités légales en un système rationnel et unitaire, animé qu'il est par une logique interne. La démarche s'impose aujourd'hui d'autant plus que ce domaine est le théâtre d'un bouleversement technologique dont l'origine remonte à une dizaine d'années, mais dont il est difficile d'entrevoir, dès à présent, tous les prolongements et tous les aboutissements. 6. En pratique, et pour faire bref, ces innovations résultent des progrès combinés de l'informatique et de la télématique. Qu'ont apporté ces deux techniques? Elles ont entraîné des modifications dans trois domaines. D'abord, l'informatique permet un stockage de l'information, qui devient quasiment illimité. Ensuite, et cela est entièrement nouveau par rapport au papier, l'informatique donne des possibilités de tri et de traitement elles-aussi quasiment illimitées. Enfin, la télématique permet de communiquer les informations de façon instantanée ou presque, par envoi à distance, ces informations ayant pu être, le cas échéant, préalablement triées et traitées. Les enjeux qui se profilent sont, on le voit, considérables. J'en évoquerai quelques uns très rapidement. 7. Qu'en est-il de l'oubli et du secret des affaires? Jusqu'où peut-on aller dans l'idéal, techniquement réalisable maintenant, de la transparence totale? Qu'en est-il de la négation de deux contraintes que l'on a cru longtemps intangibles, le temps et l'espace? Vous voyez qu'à poser ces questions, on s'aperçoit très vite que la problématique de l'information obligatoire relève de considérations de société qui dépassent très largement la sphère purement juridique. En réalité, nous vivons, c'est une banalité de le dire mais il faut ici le répéter, dans une société de communication, en ce sens que la communication s'affirme comme l'un des enjeux majeurs de consommation et de profit en termes économiques, et aussi de pouvoir. Dès lors, l'information est logiquement devenue l'un des rouages essentiels du système juridique de telles sociétés. D'ailleurs, l'accession de l'information au rang de concept juridique illustre une évolution bien plus profonde du droit privé, qui substitue au primat de la possession de biens tangibles la propriété de valeurs dématérialisées ; et naturellement, l'information trouve sa place parmi celle-ci. 8. Par ailleurs, les acteurs de l'économie ont des besoins accrus de sécurité juridique. Parce que l'information devient l'élément nécessaire préalable à toute transaction, elle est elle- 2

3 même un objet de transactions. De fait, l'entreprise est à la fois de façon permanente consommatrice et productrice d'information, en sorte que l'information apparaît pour cette entreprise comme un instrument, certes de connaissance des autres, mais tout autant de connaissance d'elle-même. 9. Par conséquent, on assiste à une double mutation du contenu de l'information, sur le plan à la fois technique et juridique. Et je dirai que cette mutation est à ce point profonde, substantielle, qu'il n'y a qu'un seul précédent historique qui puisse venir à l'esprit, c'est la comparaison avec le tournant qui s'est produit au XVI e siècle lorsqu'on est passé d'une civilisation juridique fondamentalement orale à un ordre juridique écrit. Certes, le passage de l'écrit plus exactement du support papier à l'informatique ne se fera pas brutalement. Avant le XVI e siècle les publicités légales prenaient forme de cérémonial. Il y avait l'abandon de biens, une cérémonie pittoresque qui se passait sur la grand'place : le débiteur devait frapper la pierre, je le dirai en latin pour respecter les convenances... «de culo nudo percussit lapidem» ; il y avait le bonnet vert du failli. Et ensuite, avec le développement du support écrit, on voit apparaître l'affiche qui se substitue au cérémonial et à la proclamation. Puis l'affiche disparaît progressivement, remplacée par les «petites affiches» que sont devenus les différents journaux d'annonces légales. Il est donc clair que les transformations qui s'esquissent seront lentes, mais il faut bien savoir que nous sommes au début d'une évolution fondamentale. 10. Je terminerai par une remarque à propos de ce que j'appellerai le paradoxe du contenu sur le plan juridique. La publicité légale, comme nous l'avons vu, suppose une divulgation obligatoire, c'est même sa définition première. Autrement dit, par l'effet de l'obligation légale, l'information fait l'objet, dès le départ, d'une sorte d'expropriation d'utilité publique à la source. Or, cette information constitue en même temps un bien informationnel susceptible d'appropriation privative et qui a une grande valeur économique. Apparaît ainsi en évidence une opposition dialectique, tenant à ce que l'on passe d'une matière première gratuite, ou presque, à un instrument de profit ; phénomène d'autant plus intéressant qu'il va s'opérer et nous allons voir que c'est un des débats actuels essentiels de la matière à l'intérieur des instances officiellement chargées d'assurer le service public de la diffusion. Cela vaudra donc pour l'inpi, pour les greffes, pour les journaux officiels le BALO en l'espèce. Cela vaudra aussi pour les journaux d'annonces légales. Par conséquent, il faudra prendre acte de ce que la transformation d'une information en publicité légale n'altère pas finalement sa nature de bien incorporel, donc de «bien dans le commerce». Mais dire cela, c'est déjà engager une réflexion sur le fond de la matière. II. Sur quels aspects de la matière doit-on porter la réflexion? 11. Cette réflexion peut s'engager selon trois axes principaux, dont le premier concerne la nécessaire réorganisation du fond du droit. Réorganiser le contenu des publicités légales implique avant tout de clarifier les obligations auxquelles sont soumises les entreprises. Clarifier, c'est d'abord compléter là où il y a insuffisances ; parmi les exemples qui pourraient être donnés, je citerai au moins le jugement d'ouverture d'un redressement judiciaire non publié à la conservation des hypothèques, alors que l'on sait que son prononcé entraîne l'arrêt du cours des inscriptions. Clarifier, c'est aussi élaguer les trop nombreuses informations superflues ou redondantes. Le législateur a fait de notables efforts ces dernières années pour supprimer 3

4 les formalités inutiles, par exemple en supprimant la seconde insertion dans un journal d'annonces légales lors de la cession d'un fonds de commerce. Mais il faut bien voir que lorsque l'on veut entreprendre un allègement des formalités, on aboutit en réalité inévitablement à s'interroger sur les règles de fond que ces formalités traduisent et à envisager la simplification de ces règles mêmes. Je ne donnerai qu'un exemple, que je n'ai pas le temps de détailler : il y a en matière de liquidation de sociétés une suite de publicités qui paraissent extraordinairement compliquées. En fait, elles ne sont inutilement lourdes et coûteuses que parce que la procédure de liquidation des sociétés est elle-même trop minutieuse et mériterait une simplification. Il faut donc, et j'insiste sur cette idée qui m'apparaît essentielle, penser à la primauté du système publicitaire dans l'ordre juridique, penser à relier de manière systématique l'opposabilité d'un droit ou d'une situation à sa publicité légale. 12. Le deuxième axe de réflexion concerne une question beaucoup plus délicate : elle touche au fonctionnement des instances. J'évoquerai très rapidement, au passage, un des thèmes de réflexion qui, après la guerre notamment, avait suscité beaucoup d'intérêt je me souviens en particulier qu'un président du tribunal de commerce de la Seine, M. Fargeaud s'y était intéressé ( 1 ). Il s'agit du casier commercial, c'est-à-dire du projet consistant à regrouper l'ensemble des informations disponibles sur une entreprise en un lieu unique. On a créé, vous le savez, le CFE, un guichet unique des formalités. Pourquoi dans ces conditions, ne pas imaginer un lieu unique de la publicité? Je dirai que le paradoxe du casier commercial est que celui-ci devient à l'heure actuelle moins urgent dès lors que sa mise en œuvre est techniquement réalisable. En effet, lorsqu'on a soulevé l'idée après guerre, les paperasses à manipuler représentaient une masse tellement terrifiante que l'on a reculé devant cette tâche. Maintenant l'informatique rendrait le casier commercial tout à fait possible, mais peut-être parce que les banques de données se chargent finalement de centraliser l'information le casier commercial devient de ce fait beaucoup moins urgent. 13. À propos du fonctionnement des instances, il convient de s'interroger sur le bouleversement en cours des modes traditionnels de diffusion de l'information légale, ne seraitce que pour tenter d'en maîtriser le développement. On peut l'analyser de la manière suivante : la distinction entre information brute et information traitée se brouille, comme parallèlement se brouille la distinction entre instances publiques et instances privées. Traditionnellement, l'information légale pouvait être considérée sans aucun doute comme une information brute, et on aurait pu imaginer il y a quinze ans que les instances publiques se bornent strictement au rôle que leur donnait la loi. Ainsi l'inpi aurait pu continuer à conserver le registre national du commerce, les greffiers à délivrer, sur papier seulement, des états ou des copies. Les uns et les autres auraient laissé aux sociétés privées le soin d'exploiter sur banques de données informatisées les informations brutes délivrées par ces organismes. (1) P. Fargeaud, Le fichier (ou casier) commercial : RTD com. 1965, p. 1. 4

5 Heureusement, ces instances ne se sont pas déconnectées du marché, car elles se seraient condamnées ainsi à un archaïsme tout à fait regrettable. Mais la conséquence de cela, c'est que les instances publiques, les greffes et l'inpi tout au moins, ont eu tendance à «privatiser» leurs prestations, c'est-à-dire à enrichir la présentation et à faciliter l'accès de l'information légale brute que la loi leur fait obligation d'offrir au public. Le résultat, c'est que ces instances agissent comme des diffuseurs privés. Aussi se retrouvent-elles en situation de concurrence et entre elles et à l'égard des diffuseurs privés avec lesquels elles nouent d'ailleurs des liens par contrat. 14. La difficulté vient de ce que la frontière n'est plus rigoureuse entre d'une part une simple clarification de l'information écrite, un tri pertinent, une bonne présentation intégrant un traitement élémentaire («sortir» un pourcentage d'évolution des résultats, par exemple) et d'autre part un véritable traitement pouvant nécessiter de nombreuses recherches, donc de gros investissements. Je dirai qu'à l'heure actuelle la seule frontière absolument nette que l'on peut introduire entre l'information brute et l'information traitée apparaît lorsque le diffuseur privé introduit dans ses prestations des sources d'information extérieures à la publicité légale ; ce que les instances officielles doivent en tout état de cause s'interdire de faire car le traitement proposé demeure lié à leur mission de service public. D'ailleurs, il n'est pas absurde de penser que ce qui est aujourd'hui information traitée devienne demain de l'information légale, une fois que des normes de traitement auront été entérinées par le législateur. Je précise ma pensée par un exemple : le bénéfice par action, qui est une information traitée dont on fait un très large usage dans la presse financière, pourrait demain, si le traitement était réglementé, devenir une information obligatoire, c'est-à-dire une publicité légale. 15. Le système est donc parvenu à un certain équilibre. Cet équilibre, on peut le dire, est globalement satisfaisant, mais il soulève des difficultés, notamment parce que le statut des publicités légales est remis en cause dès lors que la diffusion de celles-ci s'opère à travers les services facultatifs et rémunérés offerts par les instances publiques, dont certaines se font concurrence, quelquefois même directement. 16. Pour terminer, et c'est le troisième axe de réflexion, il faut évoquer les problèmes spécifiques soulevés par l'information financière. Je serai extrêmement bref parce que la question est très vaste et que le temps tourne. Je voudrais néanmoins évoquer brièvement trois séries de problèmes, en précisant bien, d'ailleurs, qu'il ne faut pas confondre la publicité légale financière, autrement dit l'information imposée par la loi, avec l'information financière au sens large, c'est-à-dire largement facultative dont usent les grandes sociétés qui sont sur le marché financier. Il s'agit là d'un domaine qui est beaucoup plus vaste et très sensiblement différent de celui que nous comptons traiter. 17. S'agissant de l'information légale financière stricto sensu, il faut d'abord s'interroger sur les résistances, légitimes ou pas, dont font preuve certains assujettis à son égard. On sait que le pourcentage des sociétés qui résistent à la publicité obligatoire des comptes annuels ne se réduit malheureusement pas. Or, ce qui est plus surprenant, et je dirai plus critiquable, c'est que parmi ces irréductibles on trouve même, selon les rapports de la COB, des sociétés cotées. En somme, l'objectif d'une véritable transparence est loin d'être encore accompli. Cela soulève la question de savoir si, au fond, cette résistance est justifiée ou pas au regard notamment du nécessaire secret des affaires. En France, vous le savez, il a fallu sortir 5

6 d'une mentalité passéiste considérant que le profit est honteux en lui-même et qu'il est dangereux de publier celui que l'on fait, car c'est susciter l'appétit d'un Etat exacteur. C'est une tradition complètement rebelle aux nécessités d'un marché financier de quelque importance. Ceci dit, il ne faut pas non plus que l'information financière devienne une fin en soi, c'est-à-dire conduise à privilégier le bon résultat à court terme sur l'effort d'investissement ou d'assainissement à long terme. Pourtant, entre l'attitude négative et dépassée d'un secret généralisé sur la marche des affaires et la transparence intégrale, une voie moyenne peut être trouvée : celle qui prend en compte le souci parfaitement légitime de préserver une part d'ombre, fût-ce à titre temporaire. 18. En somme, de nombreux progrès doivent encore être accomplis, et je pense que la table ronde qui suivra permettra de proposer des solutions. Il est clair qu'il faut améliorer l'effectivité de l'obligation légale, mais sûrement pas l'améliorer je dis cela parce que nous sommes au jour de naissance du nouveau Code pénal par des incriminations qui s'avèrent totalement inefficaces. En revanche, ne manque pas de logique l'idée qui consisterait à imaginer une sanction intrinsèque à la publicité prescrite, c'est-à-dire à faire en sorte que le non-accomplissement de la formalité rejaillisse directement sur le droit ou la situation en cause. 19. Il est clair également qu'il importe en tout cas d'assurer l'efficacité, donc la lisibilité de l'information. Et lorsqu'on soulève cette question, on en appelle une seconde, beaucoup plus difficile à résoudre, qui est celle de savoir pour quelle sorte de lecteurs on prétend assurer la lisibilité, car il y a la clarté pour l'épargnant ordinaire et il y a l'intérêt de l'information pour l'analyste financier. C'est incontestablement un problème majeur en matière d'information financière, qui résulte de l'hétérogénéité de ses destinataires. Est-ce à dire que l'on peut opter pour une information légale à deux vitesses en distinguant les documents destinés au grand public et les documents établis à l'attention des professionnels? C'est dans cette voie que l'on semble s'engager, notamment sous l'impulsion de la COB, qui encourage les entreprises à fractionner leurs documents d'information, avec d'un côté un document de base et de l'autre un document simplifié synthétisant les informations contenues dans le premier. Pourtant une telle démarche paraît contradictoire avec ce que je disais au début à propos de l'anonymat du public. On se heurte donc là à une difficulté de principe considérable. Voilà donc beaucoup de thèmes de réflexion, qui sont autant de questions d'actualité et de sujets de discussion, cela sur une matière naguère reléguée au rang des accessoires subalternes, pour ne pas dire poussiéreux, de l'ordre juridique. Cette réunion aura atteint son but si elle démontre qu'il s'agit bien là d'un rouage primordial de la vie des affaires qui mérite toute notre sollicitude intellectuelle. 6

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes service technique des Remontées mécaniques et des Transports guidés Systèmes de transport public guidés urbains de personnes Principe «GAME» (Globalement Au Moins Équivalent) Méthodologie de démonstration

Plus en détail

N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992

N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992 N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992 Rattache pour ordre au procès-verbal de la séance du 8 juillet 1992. Enregistre a la Présidence du Senat le 28 septembre 1992. PROPOSITION DE LOI

Plus en détail

Guide pratique pour planifier la reprise après sinistre de manière rentable

Guide pratique pour planifier la reprise après sinistre de manière rentable Livre blanc www.novell.com Guide pratique pour planifier la reprise après sinistre de manière rentable Table des matières Table des matières...2 Évaluation du coût d'investissement...3 Évaluation des performances...4

Plus en détail

STATUTS D'UNE SOCIETE A RESPONSABILITE LIMITEE UNIPERSONNELLE (SARL UNIPERSONNELLE)

STATUTS D'UNE SOCIETE A RESPONSABILITE LIMITEE UNIPERSONNELLE (SARL UNIPERSONNELLE) Ce document est un simple modèle Des commentaires sont apportés sur certains points (entre parenthèse ou en pied de page). Ils n ont bien sûr pas à figurer sur le texte définitif. En outre, dans certains

Plus en détail

La correction des erreurs d'enregistrement et de traitement comptables

La correction des erreurs d'enregistrement et de traitement comptables La correction des erreurs d'enregistrement et de traitement comptables Après l'étude des différents types d'erreurs en comptabilité (Section 1) nous étudierons la cause des erreurs (Section 2) et les techniques

Plus en détail

CONTRÔLES D'ACCÈS PHYSIQUE AUTOMATISÉS

CONTRÔLES D'ACCÈS PHYSIQUE AUTOMATISÉS Cour Pénale Internationale International Criminal Court Instruction administrative ICC/AI/2007/004 Date : 19/06/2007 CONTRÔLES D'ACCÈS PHYSIQUE AUTOMATISÉS Le Greffier, aux fins d'établir des groupes d'accès

Plus en détail

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques VIII. 1 Ce chapitre porte sur les courants et les différences de potentiel dans les circuits. VIII.1 : Les résistances en série et en parallèle On

Plus en détail

Défaut de paiement : une obligation incomplète

Défaut de paiement : une obligation incomplète Défaut de paiement : une obligation incomplète La loi de 2003 relative à la Centrale des Crédits aux Particuliers (CCP) organise l'enregistrement de tous les crédits à la consommation et crédits hypothécaires

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Les Bases de Données occupent aujourd'hui une place de plus en plus importante dans les systèmes informatiques. Les Systèmes de Gestion de Bases de Données

Plus en détail

Nice Samedi 12 mai 2007- Salle Pierre JOSELET IL DIRITTO FALLIMENTARE ITALIANO LE DROIT FRANÇAIS DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES

Nice Samedi 12 mai 2007- Salle Pierre JOSELET IL DIRITTO FALLIMENTARE ITALIANO LE DROIT FRANÇAIS DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES avec la participation de l Union des Avocats Européenset de l Institut Méditerranéen des Procédures Collectives 4 EME RENCONTRE FRANCO-ITALIENNE ENTRE LES BARREAUX DE NICE ET DE MILAN 4 INCONTRO ITALO-FRANCESE

Plus en détail

Introduction. I Étude rapide du réseau - Apprentissage. II Application à la reconnaissance des notes.

Introduction. I Étude rapide du réseau - Apprentissage. II Application à la reconnaissance des notes. Introduction L'objectif de mon TIPE est la reconnaissance de sons ou de notes de musique à l'aide d'un réseau de neurones. Ce réseau doit être capable d'apprendre à distinguer les exemples présentés puis

Plus en détail

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel».

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Compte Rendu Café RH Dauphine du vendredi 7 février 2014 «L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Ce compte rendu vise à

Plus en détail

2. Fractions et pourcentages

2. Fractions et pourcentages FRACTIONS ET POURCENTAGES. Fractions et pourcentages.. Définitions Certaines divisions tombent justes. C'est par exemple le cas de la division 4 8 qui donne.. D'autres ne s'arrêtent jamais. C'est ce qui

Plus en détail

Octroi de crédit : la minimisation des risques de défaillance n'a pas le dernier mot

Octroi de crédit : la minimisation des risques de défaillance n'a pas le dernier mot Octroi de crédit : la minimisation des risques de défaillance n'a pas le dernier mot Aucun prêteur, c'est entendu, n'octroie de crédit à une personne qu'il ne considérerait pas comme potentiellement solvable.

Plus en détail

1 JO no C 24 du 31. 1. 1991, p. 3. 2 JO no C 240 du 16. 9. 1991, p. 21. 3 JO no C 159 du 17. 6. 1991, p. 32.

1 JO no C 24 du 31. 1. 1991, p. 3. 2 JO no C 240 du 16. 9. 1991, p. 21. 3 JO no C 159 du 17. 6. 1991, p. 32. Directive 91/533/CEE du Conseil, du 14 octobre 1991, relative à l'obligation de l'employeur d'informer le travailleur des conditions applicables au contrat ou à la relation de travail Journal officiel

Plus en détail

Cadre réservé à l administration : Demande reçue le. Collège communal du :

Cadre réservé à l administration : Demande reçue le. Collège communal du : Commune d Esneux Cadre réservé à l administration : Demande reçue le. Collège communal du : Aides déjà octroyées sur l exercice : oui / non FORMULAIRE A REMPLIR POUR LA DEMANDE DE MISE A DISPOSITION GRATUITE

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

La FIDH remercie le Bureau du Procureur (le Bureau) de donner à la société civile la possibilité de s'exprimer sur sa politique.

La FIDH remercie le Bureau du Procureur (le Bureau) de donner à la société civile la possibilité de s'exprimer sur sa politique. DÉCLARATION DE LA FIDH SUR LA STRATÉGIE EN MATIÈRE DE POURSUITES DU BUREAU DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE Introduction La Haye, 26 septembre 2006 La FIDH remercie le Bureau du Procureur

Plus en détail

" Internet : Comment communiquer? Visibilité, Promotion, Communication... " Intervenants. Mercredi 16 juin 2010

 Internet : Comment communiquer? Visibilité, Promotion, Communication...  Intervenants. Mercredi 16 juin 2010 Mercredi 16 juin 2010 " Internet : Comment communiquer? Intervenants Visibilité, Promotion, Communication... " Olivier Cartieri, Animateur, Conseil Technologies de l Information et de la Communication

Plus en détail

«Mieux communiquer. avec internet» Rentrée 2010. Intervenants. Jeudi 16 septembre 2010

«Mieux communiquer. avec internet» Rentrée 2010. Intervenants. Jeudi 16 septembre 2010 Jeudi 16 septembre 2010 Rentrée 2010 «Mieux communiquer avec internet» Intervenants Olivier Cartieri, Animateur, Conseil Technologies de l Information et de la Communication Maître Frédéric Bourguet, Cabinet

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F REGL PROF - Qualifications prof. A2 Bruxelles, 26 mai 2011 MH/JC/JP A V I S sur LA REFORME DE LA DIRECTIVE RELATIVE A LA RECONNAISSANCE DES QUALIFICATIONS

Plus en détail

Code de bonne conduite relatif à la publicité et à l information sur les assurances-vie individuelles

Code de bonne conduite relatif à la publicité et à l information sur les assurances-vie individuelles VS10052 09.03.2012 Code de bonne conduite relatif à la publicité et à l information sur les assurances-vie individuelles Précisions pour l'application du code de bonne conduite L'objet de la présente note

Plus en détail

Commission Nationale de l Informatique et des Libertés Recommandation (97-008)

Commission Nationale de l Informatique et des Libertés Recommandation (97-008) RECOMMANDATION Délibération n 97-008 du 4 février 1997 portant adoption d'une recommandation sur le traitement des données de santé à caractère personnel (Journal officiel du 12 avril 1997) La Commission

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE CLUB MEDITERRANEE SA

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE CLUB MEDITERRANEE SA REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE CLUB MEDITERRANEE SA Le Conseil d Administration (le "Conseil d Administration" ou le "Conseil") de la société Club Méditerranée SA (la "Société") a décidé

Plus en détail

S'organiser pour ne plus se noyer dans l'information

S'organiser pour ne plus se noyer dans l'information S'organiser pour ne plus se noyer dans l'information S'organiser pour ne plus se noyer dans l'information Filtrer ce qui est important Filtrer les informations au regard de sa mission Transformer l'information

Plus en détail

FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D'ASSURANCES

FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D'ASSURANCES FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D'ASSURANCES 26, boulevard Haussmann 75311 Paris Cedex 09 Téléphone : 01 42 47 90 00 - Télécopie : 01 42 47 93 11 - Internet : http://www.ffsa.fr 12 juillet 2007 Observations

Plus en détail

La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante

La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins du 8 octobre 2010 Dr Irène KAHN-BENSAUDE Dr Jean-Marie FAROUDJA La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 11 mars 2015 relative à la communication aux administrations publiques et aux organismes exerçant une prérogative de puissance publique d informations ou copies de pièces issues des procédures

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DE L APPLICATION L@GOON Version Mai 2015

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DE L APPLICATION L@GOON Version Mai 2015 CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DE L APPLICATION L@GOON Version Mai 2015 ARTICLE 1. OBJET ET PREAMBULE Le présent document constitue les Conditions Générales d Utilisation de l application (ciaprès

Plus en détail

Numéro du rôle : 286. Arrêt n 41/91. du 19 décembre 1991 A R R E T

Numéro du rôle : 286. Arrêt n 41/91. du 19 décembre 1991 A R R E T Numéro du rôle : 286 Arrêt n 41/91 du 19 décembre 1991 A R R E T En cause : la question préjudicielle posée par le bureau d'assistance judiciaire du tribunal de première instance de Mons par décision du

Plus en détail

2 Grad Info Soir Langage C++ Juin 2007. Projet BANQUE

2 Grad Info Soir Langage C++ Juin 2007. Projet BANQUE 2 Grad Info Soir Langage C++ Juin 2007 Projet BANQUE 1. Explications L'examen comprend un projet à réaliser à domicile et à documenter : - structure des données, - objets utilisés, - relations de dépendance

Plus en détail

Série TD 3. Exercice 4.1. Exercice 4.2 Cet algorithme est destiné à prédire l'avenir, et il doit être infaillible! Exercice 4.3. Exercice 4.

Série TD 3. Exercice 4.1. Exercice 4.2 Cet algorithme est destiné à prédire l'avenir, et il doit être infaillible! Exercice 4.3. Exercice 4. Série TD 3 Exercice 4.1 Formulez un algorithme équivalent à l algorithme suivant : Si Tutu > Toto + 4 OU Tata = OK Alors Tutu Tutu + 1 Tutu Tutu 1 ; Exercice 4.2 Cet algorithme est destiné à prédire l'avenir,

Plus en détail

1. faciliter la création des sociétés à responsabilité limitée (SARL) :

1. faciliter la création des sociétés à responsabilité limitée (SARL) : Note de présentation du projet de loi modifiant et complétant la loi n 5-96 sur la société en nom collectif, la société en commandite simple, la société en commandite par actions, la société à responsabilité

Plus en détail

AVANT-PROPOS CREATIVITE, FEMMES ET DEVELOPPEMENT L'EXEMPLE QUI VIENT DES AUTRES...

AVANT-PROPOS CREATIVITE, FEMMES ET DEVELOPPEMENT L'EXEMPLE QUI VIENT DES AUTRES... AVANT-PROPOS CREATIVITE, FEMMES ET DEVELOPPEMENT L'EXEMPLE QUI VIENT DES AUTRES... Tellement à la mode depuis quelques années, le mot de créativité est peut-être déjà démodé. La publicité, la médiatisation,

Plus en détail

Observation des modalités et performances d'accès à Internet

Observation des modalités et performances d'accès à Internet Observation des modalités et performances d'accès à Internet Avant-propos La base de cette étude est constituée par les informations collectées par l'outil Cloud Observer d'iplabel (chargement des différents

Plus en détail

1 - PREAMBULE - OBJET

1 - PREAMBULE - OBJET 1 - PREAMBULE - OBJET Les présentes Conditions Générales ont pour objet de définir les modalités et les conditions générales dans lesquelles la Société EntrepreneurKbis SAS, immatriculée au registre du

Plus en détail

Politique de l'acei en matière de règlement des différends relatifs aux noms de domaine Version 1.3 (le 22 août 2011) ARTICLE 1 INTRODUCTION

Politique de l'acei en matière de règlement des différends relatifs aux noms de domaine Version 1.3 (le 22 août 2011) ARTICLE 1 INTRODUCTION Politique de l'acei en matière de règlement des différends relatifs aux noms de domaine Version 1.3 (le 22 août 2011) ARTICLE 1 INTRODUCTION 1.1 Objet. La présente politique de l'acei en matière de règlement

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIERES DES OFFRES 100% GRATUITES

CONDITIONS PARTICULIERES DES OFFRES 100% GRATUITES CONDITIONS PARTICULIERES DES OFFRES 100% GRATUITES Les présentes conditions particulières d enregistrement, de renouvellement et de transfert de noms de domaine (ci-après les «CPV») forment un contrat

Plus en détail

LES ASSURANCES SOCIALES CONDITIONS QUE DOIT REMPLIR UNE RÉGLEMENTATION COMMUNE A TOUTE LA FRANCE PAR M. LE COLONEL DE VILLE, MEMBRE TITULAIRE.

LES ASSURANCES SOCIALES CONDITIONS QUE DOIT REMPLIR UNE RÉGLEMENTATION COMMUNE A TOUTE LA FRANCE PAR M. LE COLONEL DE VILLE, MEMBRE TITULAIRE. LES ASSURANCES SOCIALES CONDITIONS QUE DOIT REMPLIR UNE RÉGLEMENTATION COMMUNE A TOUTE LA FRANCE PAR M. LE COLONEL DE VILLE, MEMBRE TITULAIRE. Parmi les nombreuses questions que soulève la réintégration

Plus en détail

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3)

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) Lors d'une précédente analyse, nous avions présenté deux outils d'appel public à l'épargne qui bénéficient d'un régime légal favorable

Plus en détail

Les mises à disposition de personnels ou de matériels

Les mises à disposition de personnels ou de matériels Les mises à disposition de personnels ou de matériels Les associations sont souvent confrontées à des besoins précis et ponctuels en matériel ou en personnel. Or, l'achat, la location ou l'embauche s'avèrent

Plus en détail

Les Guides des Avocats de France LA TRANSMISSION UNIVERSELLE DE PATRIMOINE : UN OUTIL DE TRANSMISSION DES ENTREPRISES

Les Guides des Avocats de France LA TRANSMISSION UNIVERSELLE DE PATRIMOINE : UN OUTIL DE TRANSMISSION DES ENTREPRISES Les Guides des Avocats de France LA TRANSMISSION UNIVERSELLE DE PATRIMOINE : UN OUTIL DE TRANSMISSION DES ENTREPRISES 2 Janvier 2006 Les Guides des Avocats de France Page 4 INTRODUCTION Page 6 DÉFINITIONS

Plus en détail

Réponse de la FAMH à la consultation concernant la révision de la loi sur l analyse génétique humaine (LAGH)

Réponse de la FAMH à la consultation concernant la révision de la loi sur l analyse génétique humaine (LAGH) FAMH CH-4500 Soleure Office fédéral de la santé publique OFSP Département Biomédecine Genetic Testing Case postale 3003 Berne Soleure, mai 2015 Réponse de la FAMH à la consultation concernant la révision

Plus en détail

La responsabilité civile et l'entreprise

La responsabilité civile et l'entreprise La responsabilité civile et l'entreprise Dans la présente rubrique, nous poursuivons notre étude de la responsabilité civile, cette fois-ci du point de vue d'un commerce ou d'une entreprise. Les questions

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

LA PROTECTION DU PATRIMOINE DU CHEF D ENTREPRISE. Les petits déjeuners de l entreprise 17 11 09

LA PROTECTION DU PATRIMOINE DU CHEF D ENTREPRISE. Les petits déjeuners de l entreprise 17 11 09 LA PROTECTION DU PATRIMOINE DU CHEF D ENTREPRISE Les petits déjeuners de l entreprise 17 11 09 Avec la participation de Maître Mary-Line LEGRAND-MAMPEY, Notaire Maître Thierry BESSON, Avocat Sommaire INTRODUCTION

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIERES NUMEROS SVA

CONDITIONS PARTICULIERES NUMEROS SVA CONDITIONS PARTICULIERES NUMEROS SVA Version en date du 31/08/2012 DEFINITIONS : - Compte OVH : Compte de facturation regroupant l ensemble des fonctionnalités et informations relatives à la facturation

Plus en détail

Le Registre national

Le Registre national E Le Registre national 34 2005 RAPPOR D ACTIVITES E.1. Description Le Registre national est un système de traitement d'informations qui assure, conformément aux dispositions de la loi du 8 août 1983 organisant

Plus en détail

Épreuve orale de TIPE

Épreuve orale de TIPE Banque Agro Veto. Session 2012 Rapport sur les concours A TB Épreuve orale de TIPE Concours Nb cand. Moyenne Ecart type TB ENSA- ENITA Note la plus basse Note la plus haute 65 11,98 3,09 5 20 TB ENV 28

Plus en détail

Dématérialisation et document numérique (source APROGED)

Dématérialisation et document numérique (source APROGED) Dématérialisation et document numérique (source APROGED) La dématérialisation se répand très rapidement dans tous les domaines d'activités. Depuis l'origine, le concept de dématérialisation repose sur

Plus en détail

Paris, le 14 janvier 2005. La directrice des Archives de France. Mesdames et Monsieur les directeurs des centres des Archives nationales

Paris, le 14 janvier 2005. La directrice des Archives de France. Mesdames et Monsieur les directeurs des centres des Archives nationales Paris, le 14 janvier 2005 La directrice des Archives de France à Mesdames et Monsieur les directeurs des centres des Archives nationales Mesdames et Messieurs les directeurs d archives départementales

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F PRAT COM - compétence territoriale A2 Bruxelles, le 26 mai 2011 MH/AB/JP A V I S sur UNE PROPOSITION DE LOI MODIFIANT LA LOI DU 6 AVRIL 2010 RELATIVE AUX

Plus en détail

LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE

LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE Par Nabila EL HEDDA, Elyès JOUINI et Denis CHEMILLIER-GENDREAU "Le marché tunisien de l'assurance va connaître, dans les années

Plus en détail

Conditions Générales Location d équipements terminaux

Conditions Générales Location d équipements terminaux Conditions Générales Location d équipements terminaux Vous trouverez dans le présent document les conditions générales qui s'appliquent à la location des équipements terminaux de Orange. Elles peuvent

Plus en détail

A) Les modifications du champ d'application du Règlement n 1346

A) Les modifications du champ d'application du Règlement n 1346 La proposition de la Commission pour la révision du Règlement "faillite": une deuxième chance pour les entreprises en difficulté Durant le mois de mars 2012, une consultation publique a été lancée, sollicitant

Plus en détail

MODE D'EMPLOI DE LA CALCULATRICE POUR LES COURTS SÉJOURS DANS L'ESPACE SCHENGEN

MODE D'EMPLOI DE LA CALCULATRICE POUR LES COURTS SÉJOURS DANS L'ESPACE SCHENGEN MODE D'EMPLOI DE LA CALCULATRICE POUR LES COURTS SÉJOURS DANS L'ESPACE SCHENGEN 1. Introduction Le règlement (UE) n 610/2013 du 26 juin 2013 a modifié la convention d'application de l'accord de Schengen,

Plus en détail

DEMANDE D ACCES AU SERVICE DE CONSULTATION EN LIGNE ORADEA VIE APPORTEUR SOUSCRIPTEUR DECLARATION DU SOUSCRIPTEUR

DEMANDE D ACCES AU SERVICE DE CONSULTATION EN LIGNE ORADEA VIE APPORTEUR SOUSCRIPTEUR DECLARATION DU SOUSCRIPTEUR SOCIÉ TÉ ANONYME D ASSURANCE SUR LA VIE ET DE CAPITALISATION AU CAPITAL DE 8 199 856 EUR ENTIÈREMENT LIBÉRÉ ENTREPRISE RÉGIE PAR LE CODE DES ASSU RANCE S RC S NANTERRE 430 435 669 SIÈGE SOCIAL : 50, AVENUE

Plus en détail

Etablissement et dépôt des comptes consolidés et du rapport de gestion consolidé

Etablissement et dépôt des comptes consolidés et du rapport de gestion consolidé Département Informations micro-économiques Service Centrale des bilans boulevard de Berlaimont 14 - BE-1000 Bruxelles tél. 02 221 30 01 - fax 02 221 32 66 e-mail: centraledesbilans@nbb.be - site Internet:

Plus en détail

Réponse du Conseil d Etat à la question écrite urgente de M. François Lefort : Le Conseil d Etat a-t-il estimé l évasion fiscale à partir de Genève?

Réponse du Conseil d Etat à la question écrite urgente de M. François Lefort : Le Conseil d Etat a-t-il estimé l évasion fiscale à partir de Genève? Secrétariat du Grand Conseil QUE 72-A Date de dépôt : 15 mai 2013 Réponse du Conseil d Etat à la question écrite urgente de M. François Lefort : Le Conseil d Etat a-t-il estimé l évasion fiscale à partir

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 61 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 25 octobre 2010 PROPOSITION DE LOI sur les sondages visant à mieux garantir la sincérité du débat politique et électoral,

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

Dr. Philippe Briand Professeur à la faculté de droit de Nantes

Dr. Philippe Briand Professeur à la faculté de droit de Nantes [L assurance Lyers Impayés] L assurance loyers impayés Submitted By Dr. Philippe Briand Professeur à la faculté de droit de Nantes Depuis plus de trente ans, le contrat de bail d habitation fait l objet

Plus en détail

COMITÉ : ECO SOC. ISSUE : Jusqu'où la société peut-elle accepter le remboursement des traitements médicaux coûteux?

COMITÉ : ECO SOC. ISSUE : Jusqu'où la société peut-elle accepter le remboursement des traitements médicaux coûteux? COMITÉ : ECO SOC ISSUE : Jusqu'où la société peut-elle accepter le remboursement des traitements médicaux coûteux? Membres de l Etat Major : Hira Yassine ; Cantor Brian François Hollande : «Nous pouvons

Plus en détail

Chapitre 9 : La transformation de la SA

Chapitre 9 : La transformation de la SA Chapitre 9 : La transformation de la SA SECTION 1 : CONDITIONS GENERALES DE TRANSFORMATION DES SA... 2 A. OBJECTIFS... 2 B. FORMES ISSUES DE LA TRANSFORMATION... 3 1. La SA ne peut se transformer qu en

Plus en détail

LIBRE CIRCULATION DES MARCHANDISES

LIBRE CIRCULATION DES MARCHANDISES LIBRE CIRCULATION DES MARCHANDISES La libre circulation des marchandises, la première des quatre libertés fondamentales du marché intérieur, est garantie par la suppression des droits de douane et des

Plus en détail

Principes de liberté d'expression et de respect de la vie privée

Principes de liberté d'expression et de respect de la vie privée L'Initiative mondiale des réseaux Protéger et faire progresser la liberté d'expression et le respect de la vie privée dans les technologies de l information et de la communication Principes de liberté

Plus en détail

La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement?

La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement? La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement? La nouvelle loi organique relative aux lois de finances a été promulguée en août 2001. Deux ans plus tard, et bien que la mise en œuvre de cette

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES SYNDIC DE COPROPRIETE

CAHIER DES CHARGES SYNDIC DE COPROPRIETE CAHIER DES CHARGES SYNDIC DE COPROPRIETE Le cahier des charges du syndic de copropriété de la résidence. annexé au contrat conclu entre l'"association des copropriétaires" et le syndic dd.. et qui en fait

Plus en détail

Conditions générales d utilisation

Conditions générales d utilisation Conditions générales d utilisation En utilisant le Pack de Services de DOOBLECARE vous acceptez de respecter les présentes conditions générales d utilisation. 1. OBJET La société DOOBLECARE, éditeur de

Plus en détail

L Entrepreneur Individuel (E.I.R.L)

L Entrepreneur Individuel (E.I.R.L) L Entrepreneur Individuel à Responsabilité Limitée (E.I.R.L) L EIRL Définition L EIRL : Pourquoi? Comment? Mise en garde Formalités Coûts des formalités Régime fiscal Définition Régime social Avantages

Plus en détail

Conditions générales d abonnement en ligne et d utilisation du site

Conditions générales d abonnement en ligne et d utilisation du site Conditions générales d abonnement en ligne et d utilisation du site Ce site est édité par Veolia Eau - Compagnie Générale des Eaux, nommé Veolia dans la suite du document, SCA au capital de 2.207.287.340,98

Plus en détail

Obligation de publication des comptes annuels et consolidés de sociétés étrangères

Obligation de publication des comptes annuels et consolidés de sociétés étrangères Département Informations micro-économiques Service Centrale des bilans boulevard de Berlaimont 14 - BE-1000 Bruxelles tél. 02 221 30 01 - fax 02 221 32 66 e-mail: centraledesbilans@nbb.be - site Internet:

Plus en détail

Les relations entre le Conseil constitutionnel et les juridictions françaises et européennes

Les relations entre le Conseil constitutionnel et les juridictions françaises et européennes Les relations entre le Conseil constitutionnel et les juridictions françaises et européennes (exposé présenté lors de la visite au Conseil constitutionnel, en juillet 1998, de représentants de la Cour

Plus en détail

B u n d e s v e r w a l t u n g s g e r i c h t. T r i b u n a l a d m i n i s t r a t i v f e d e r a l

B u n d e s v e r w a l t u n g s g e r i c h t. T r i b u n a l a d m i n i s t r a t i v f e d e r a l B u n d e s g e r i c h t B u n d e s s t r a f g e r i c h t B u n d e s v e r w a l t u n g s g e r i c h t B u n d e s p a t e n t g e r i c h t T r i b u n a l f é d é r a l T r i b u n a l p é n a

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANçAIS

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANçAIS 1 ex 'y': '-, 1., ':'f" P'~>::p..1~. 84 Grand'Rue TRIB UN -67504 AL D' HAGUENAU ln STAN C~ ~J~~~~~~~ CEDEX Tél: 03.88.06.03.84 -Télécopieur: 03.88.06.03.81 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANçAIS

Plus en détail

La démocratie sociale et la participation des syndicats et des représentants des salariés aux décisions économiques en France

La démocratie sociale et la participation des syndicats et des représentants des salariés aux décisions économiques en France Conférence internationale sur le modèle social européen organisée par EURISPES et la Fondation Friedrich Ebert à Rome 10-11 mai 2007 La démocratie sociale et la participation des syndicats et des représentants

Plus en détail

CREATION D UNE ASSOCIATION SPORTIVE ET DEROULEMENT D UNE ASSEMBLEE GENERALE Sources : Legifrance, Mémento Lefebvre Associations, URSSAF

CREATION D UNE ASSOCIATION SPORTIVE ET DEROULEMENT D UNE ASSEMBLEE GENERALE Sources : Legifrance, Mémento Lefebvre Associations, URSSAF CREATION D UNE ASSOCIATION SPORTIVE ET DEROULEMENT D UNE ASSEMBLEE GENERALE Sources : Legifrance, Mémento Lefebvre Associations, URSSAF LA CREATION D UNE ASSOCIATION SPORTIVE Une association est définie

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 2 : Banque et Monnaie I)- Principes Généraux : 1)- Définition du Terme Monnaie

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE Mercredi 26 avril 2006. Doing Business, le «Da Vinci Code» du droit comparé?

COMMUNIQUE DE PRESSE Mercredi 26 avril 2006. Doing Business, le «Da Vinci Code» du droit comparé? COMMUNIQUE DE PRESSE Mercredi 26 avril 2006 Doing Business, le «Da Vinci Code» du droit comparé? À l'heure de la mondialisation, un marché du droit s'ouvre sur lequel les systèmes juridiques sont évalués,

Plus en détail

CNAFC CONSOMMATEURS. Entraide et vie quotidienne des familles Informer - Conseiller Concilier

CNAFC CONSOMMATEURS. Entraide et vie quotidienne des familles Informer - Conseiller Concilier CNAFC CONSOMMATEURS Entraide et vie quotidienne des familles Informer - Conseiller Concilier Réclamer à La Poste, ce n'est pas impossible. Voir résoudre le problème, c'est possible. 1-Pourquoi cette fiche.

Plus en détail

1. faire l'objet d'une inscription à l'ordre du jour de la plus proche réunion de l'assemblée délibérante ;

1. faire l'objet d'une inscription à l'ordre du jour de la plus proche réunion de l'assemblée délibérante ; Monsieur le Président, Par courrier en date du 3 octobre 2006, je vous ai adressé le rapport d'observations définitives arrêté par la chambre dont il a été accusé réception le 4 octobre 2006. En application

Plus en détail

PREFECTURE DE L OISE. Beauvais, le 2 mai 2006. Objet : modification du régime juridique des biens vacants sans maître

PREFECTURE DE L OISE. Beauvais, le 2 mai 2006. Objet : modification du régime juridique des biens vacants sans maître PREFECTURE DE L OISE Direction des Relations avec les Collectivités Locales Bureau de l'urbanisme, des affaires foncières et scolaires Affaire suivie par : M. ABDELLATIF Mme LENGLIN Tel : 03 44 06 12 76/

Plus en détail

STATUTS. DE L UNION SUISSE DES PROFESSIONNELS DE L IMMOBILIER (USPI Suisse)

STATUTS. DE L UNION SUISSE DES PROFESSIONNELS DE L IMMOBILIER (USPI Suisse) STATUTS DE L UNION SUISSE DES PROFESSIONNELS DE L IMMOBILIER (USPI Suisse) Chapitre premier: Nature et buts Article 1: Dénomination et siège Les associations cantonales de gérants, courtiers et experts

Plus en détail

ACCORD EUROPÉEN SUR UN CODE DE CONDUITE VOLONTAIRE RELATIF À L'INFORMATION PRÉCONTRACTUELLE CONCERNANT LES PRÊTS AU LOGEMENT (CI-APRÈS "L'ACCORD")

ACCORD EUROPÉEN SUR UN CODE DE CONDUITE VOLONTAIRE RELATIF À L'INFORMATION PRÉCONTRACTUELLE CONCERNANT LES PRÊTS AU LOGEMENT (CI-APRÈS L'ACCORD) ACCORD EUROPÉEN SUR UN CODE DE CONDUITE VOLONTAIRE RELATIF À L'INFORMATION PRÉCONTRACTUELLE CONCERNANT LES PRÊTS AU LOGEMENT (CI-APRÈS "L'ACCORD") L'accord a été négocié et adopté par les associations

Plus en détail

Les badges de chantier*

Les badges de chantier* Fabienne Muller Université de Strasbourg - Octobre 2013 Les badges de chantier* * Travail réalisé à partir de l'exploitation des questionnaires envoyés aux partenaires concernés par les dispositifs, éventuellement

Plus en détail

Conditions particulières d enregistrement et de renouvellement de noms de domaine

Conditions particulières d enregistrement et de renouvellement de noms de domaine Conditions particulières d enregistrement et de renouvellement de noms de domaine PREAMBULE Les présentes sont conclues entre Mise à jour le 2 mars 2010 - la société Mediaserv, SAS au capital de 1 000

Plus en détail

Fiche Juridique CRÉATION ET FONCTIONNEMENT D'UNE ASSOCIATION LOI DU 1ER JUILLET 1901!

Fiche Juridique CRÉATION ET FONCTIONNEMENT D'UNE ASSOCIATION LOI DU 1ER JUILLET 1901! Fiche Juridique CRÉATION ET FONCTIONNEMENT D'UNE ASSOCIATION LOI DU 1ER JUILLET 1901 Cette fiche à vocation pédagogique a été conçue pour vous initier au droit des associations, tout en vous présentant

Plus en détail

FAQ n 10 : Curateurs et TVA

FAQ n 10 : Curateurs et TVA FAQ n 10 : Curateurs et TVA Cette FAQ n 10 vise à regrouper les règles spécifiques en matière de TVA qui concernent les curateurs de faillites telles qu elles ont été précisées dans la circulaire du 20

Plus en détail

Résolution de problèmes à distance

Résolution de problèmes à distance Résolution de problèmes à distance Table des matières 1. INTRODUCTION... 2 2. PROCESSUS DE GESTION DES PROBLEMES... 3 3. RECONNAITRE LE PROBLEME... 4 3.1. NE PAS CONFONDRE QUESTION ET PROBLEME... 4 3.2.

Plus en détail

http://www.apce.com/pid1627/comparaison-rapide.html?espace=1

http://www.apce.com/pid1627/comparaison-rapide.html?espace=1 Page 1 of 9 Comparaison rapide EIRL : entrepreneur individuel à responsabilité limitée : entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée ( unipersonnelle) : société à responsabilité limitée SA : société

Plus en détail

Page 1 of 8. août 2010

Page 1 of 8. août 2010 note d'orientation concernant la certification et les services connexes NOV-46 communications avec les cabinets d'avocats dans le contexte des nouvelles normes de comptabilité et d'audit TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Chapitre 5 : les immobilisations

Chapitre 5 : les immobilisations Chapitre 5 : les immobilisations Définition des immobilisations Nous avons vu que l'entreprise achète des marchandises pour les revendre et des matières premières pour les consommer dans son processus

Plus en détail

a) La technique de l analyse discriminante linéaire : une brève présentation. 3 étapes de la méthode doivent être distinguées :

a) La technique de l analyse discriminante linéaire : une brève présentation. 3 étapes de la méthode doivent être distinguées : a) La technique de l analyse discriminante linéaire : une brève présentation. Nous nous limiterons ici à l'analyse discriminante linéaire et à deux groupes : - linéaire, la variante utilisée par ALTMAN

Plus en détail

REDRESSEMENT ET LIQUIDATION JUDICIAIRES I. DEFINITION DE LA CESSATION DES PAIEMENTS

REDRESSEMENT ET LIQUIDATION JUDICIAIRES I. DEFINITION DE LA CESSATION DES PAIEMENTS REDRESSEMENT ET LIQUIDATION JUDICIAIRES 23/07/2012 Tout dirigeant d entreprise en état de cessation de paiement doit en principe dans les 45 jours déposer son bilan auprès de la Chambre Commerciale du

Plus en détail

Initiation au mail. Sommaire : 1. Qu'est-ce qu'un mail?...3 2. Deux types d'outils pour consulter ses mails...4

Initiation au mail. Sommaire : 1. Qu'est-ce qu'un mail?...3 2. Deux types d'outils pour consulter ses mails...4 Initiation au mail Sommaire : 1. Qu'est-ce qu'un mail?...3 2. Deux types d'outils pour consulter ses mails...4 2.1. Les logiciels de gestion de mail...4 2.2. Les webmails...5 3. Se connecter au webmail...6

Plus en détail

Comité sectoriel du Registre national. Avis RN n 01/2013 du 11 décembre 2013

Comité sectoriel du Registre national. Avis RN n 01/2013 du 11 décembre 2013 1/9 Comité sectoriel du Registre national Avis RN n 01/2013 du 11 décembre 2013 Objet : demande d'avis relatif au projet d'arrêté royal autorisant la Banque Nationale de Belgique et les établissements

Plus en détail

PUBLICITÉ ET CRÉDIT À LA CONSOMMATION. Les modifications apportées par la Loi du 1 er juillet 2010

PUBLICITÉ ET CRÉDIT À LA CONSOMMATION. Les modifications apportées par la Loi du 1 er juillet 2010 PUBLICITÉ ET CRÉDIT À LA CONSOMMATION Les modifications apportées par la Loi du 1 er juillet 2010 La Directive «crédit à la consommation» du 23 avril 2008 a été transposée par la loi n 2010-737 du 1 er

Plus en détail

le 25 juin 1985 SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1984-1985 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT relatif à certaines activités d'économie sociale.

le 25 juin 1985 SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1984-1985 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT relatif à certaines activités d'économie sociale. PROJET DE LOI adopté N 142 SÉNAT le 25 juin 1985 SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1984-1985 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT relatif à certaines activités d'économie sociale. (Urgence déclarée.) Le Sénat

Plus en détail

A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 -------------------------------------------

A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 ------------------------------------------- A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 ------------------------------------------- Utilisation de titres-repas électroniques : projet d'arrêté royal adapté modifiant l'article

Plus en détail

Avantages de l'archivage des e-mails

Avantages de l'archivage des e-mails Avantages de l'archivage des e-mails En plus d'être l'un des plus importants moyens de communication actuels, l'e-mail est aussi l'une des sources d'information les plus complètes et précieuses. Or, les

Plus en détail