BTSCOM1/ECONOMIE C3 L ETAT & LE FONCTIONNEMENT DU MARCHE DOUMENTS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BTSCOM1/ECONOMIE C3 L ETAT & LE FONCTIONNEMENT DU MARCHE DOUMENTS"

Transcription

1 BTSCOM1/ECONOMIE C3 L ETAT & LE FONCTIONNEMENT DU MARCHE DOUMENTS Doc 1 Le marché des véhicules d occasion Dans un article célèbre («The market for lemons : Quality uncertainity and the market mechanisms»1970), Akerlof va démontrer que le prix n'est pas nécessairement synonyme de qualité, bonne ou mauvaise selon son évolution. Et pour cela, il prend l'exemple d'un marché de cent voitures d'occasion où cinquante sont des modèles de mauvaise qualité («lemons») et cinquante sont des modèles de bonne qualité. Qui connaît la qualité exacte du modèle proposé? Certainement pas l'acheteur. Seul le propriétaire dispose de l'information. Pour les acheteurs potentiels, l'asymétrie d'information est totale. Quel sera le prix du marché? Tout laisse à penser que le propriétaire d un mauvais modèle est prêt à le vendre beaucoup moins cher que le propriétaire d'une voiture de bonne qualité. Si la qualité des modèles est parfaitement identifiée, pas de problème. Par contre, que se passe-t-il si l'acheteur est incapable d'estimer la qualité du modèle proposé, asymétrie d'information oblige? À cette question, Akerlof répond simplement : en proposant un prix unique, qui pourrait être un prix moyen, le marché permet uniquement la mise en vente des modèles de médiocre qualité. A ce prix, les propriétaires des modèles de bonne qualité se retirent du marché, le prix moyen du marché étant trop faible. L'asymétrie de l'information exclut donc du marché les produits de bonne qualité au profit des produits de moindre qualité. C'est ce qu'on appelle donc l antisélection ou sélection adverse. «Les mauvais produits chassent les bons» Ainsi le laisser faire peut avoir des conséquences désastreuses : élimination des bons produits, voire absence d échange. Dans ce cadre, une réglementation, assurant la révélation de tout ou partie de l information, ou encore instituant des procédures de recours efficaces contre les ventes de produits de mauvaise qualité (garantie légale contre les vices cachés), permet d améliorer le fonctionnement des marchés. 1. Quelles sont les conditions posées par le modèle de la concurrence pure & parfaite? 2. Quelle condition théorique ne respecte pas le marché des véhicules d occasion? 3. Qu est-ce que l asymétrie d information? 4. Quels sont les effets de l asymétrie d information sur le marché des voitures d occasion? 5. Quelles sont les solutions privées et institutionnelles (étatiques) possibles au problème d asymétrie d information sur le marché des automobiles d occasion? Doc 2 Délit d'initiés confirmé pour 17 dirigeants d'eads 01/04/2008 Le groupe aéronautique lui-même est mis en cause. EADS devra répondre d'«information trompeuse» en tant que personne morale, pour ne pas avoir dévoilé les retards de construction de l'a380, et sur l'abandon du programme A350, dès qu'il en a eu connaissance. Selon un communiqué de l'autorité des marchés financiers publié ce mardi, 17 des 21 dirigeants et actionnaires cités dans ce dossier vont être poursuivis. Le collège de l'amf a en effet confirmé les conclusions du rapport de son enquêteur, présentées en septembre dernier. Arnaud Lagardère, un des administrateurs du groupe, et Thomas Enders, le président d'airbus, sont visés par la procédure. Tous deux, comme les autres délinquants présumés, se sont vu notifier des griefs pour «manquement d'initiés». Ils pourront ensuite se justifier devant la Commission des sanctions de l'amf, qui doit désormais ouvrir une procédure contradictoire. ( ) L'AMF a en effet retenu le scénario avancé dès l'automne. Selon celui-ci, entre novembre 2005 et mars 2006, plusieurs dirigeants d'eads auraient eu connaissance en avant-première de retards dans la construction de son gros porteur, l'a380. Ils auraient alors compris que l'annonce de ces difficultés pèserait sur le titre du constructeur aéronautique en Bourse. Ils auraient donc procédé à une vente massive de leurs titres, qui valent chacun entre 31 et 35. Un avertissement sur les résultats du groupe avait été lancé trois mois plus tard. Au lendemain de cette annonce, le 14 juin 2006, l'action EADS avait plongé de 26%, à 18,75 euros, à la Bourse de Paris. A la Bourse de Paris, les investisseurs prennent les poursuites de l'amf au sérieux. Le titre EADS a perdu 2,07 % à l'ouverture, tandis que Lagardère abandonnait 1,18 % ( ). Source : 1

2 Doc 3 L AMF Créée par la loi n de sécurité financière du 1er août 2003, l'autorité des marchés financiers a pour objectif de renforcer l'efficacité et la visibilité de la régulation de la place financière française. L'Autorité des marchés financiers est un organisme public indépendant, doté de la personnalité morale et disposant d'une autonomie financière, qui a pour missions de veiller : A la protection de l'épargne investie dans les instruments financiers et tout autre placement donnant lieu à appel public à l'épargne ; A l'information des investisseurs ; Au bon fonctionnement des marchés d'instruments financiers. Elle apporte son concours à la régulation de ces marchés aux échelons européen et international. L'Autorité des marchés financiers réglemente les opérations financières et l'information diffusée par les sociétés cotées. Ces sociétés ont l'obligation d'informer le public de leurs activités, de leurs résultats et de leurs opérations financières. L'AMF supervise et contrôle l'information délivrée, en veillant à ce qu'elle soit précise, sincère, exacte et diffusée à l'ensemble de la communauté financière. L'Autorité des marchés financiers peut également procéder à des contrôles et à des enquêtes et, en cas de pratiques contraires à son règlement général ou aux obligations professionnelles, la Commission des sanctions peut prononcer des sanctions. Lorsque les faits paraissent constitutifs d'un délit, le Collège de l'autorité des marchés financiers transmet le rapport de contrôle ou d'enquête au procureur de la République. Source : 1. Quels sont les faits reprochés aux dirigeants d EADS? 2. Appréciez l importance de disposer d une information fiable en temps réel pour assurer la confiance des intervenants du marché des actions de la bourse de Paris? 3. Identifiez le rôle de le l AMF dans l affaire du délit d initié des dirigeants du groupe EADS. Doc 4 L information des consommateurs L étiquetage des denrées alimentaires préemballées : Il s agit d un produit constitué par une denrée alimentaire et l emballage dans lequel elle a été conditionnée avant sa présentation à la vente. Les denrées préemballées sont des produits le plus souvent vendus dans les rayons de libre service et soumis à des règles strictes. Deux grandes règles doivent être respectées : a) L étiquetage doit faire figurer diverses informations qui renseignent objectivement le consommateur. Elles doivent être rédigées au moins en français. b) L étiquetage doit être loyal et ne doit pas induire le consommateur en erreur (composition du produit, origine ). Ventes de denrées non préemballées, vendues en vrac Les denrées non préemballées sont les denrées présentées à la vente en vrac. C est à dire présentées sans emballage à la vente et emballé à la demande du client au moment de l achat (ex. : fruits ou légumes en vrac, baguette de pain, pâtisserie non emballée, traiteur ). Une affichette (ou un écriteau) doit être placée à proximité de ce qui est proposé à la vente en mentionnant : - La dénomination de vente ; - L état physique du produit (Ex. décongelé) ; - Le prix de vente (Ex. à la pièce et/ou au poids selon le cas). Source : 1. Quel est le problème d asymétrie de l information sur le marché des produits alimentaires? 2. Quelle est la solution institutionnelle à ce problème d asymétrie d information? 2

3 Doc 5 Nature des pratiques sanctionnées 3 Source : Doc 6 INTEL condamné pour abus de position dominante La Commission européenne a infligé une amende de d' à Intel Corporation pour infraction aux règles antitrust du traité CE relatives à l'abus de position dominante (article 82) par le recours à des pratiques anticoncurrentielles illégales visant à exclure les concurrents du marché des puces informatiques appelées «processeurs x86». La Commission a aussi ordonné à Intel de mettre immédiatement un terme à ses pratiques illégales dans la mesure où elles ont toujours cours. Tout au long de la période d'octobre 2002 à décembre 2007, Intel a occupé une position dominante sur le marché mondial des processeurs x86, détenant une part de marché d'au moins 70 %. La Commission a jugé qu'intel recourait à deux formes spécifiques de pratique illégale. Premièrement, elle accordait des remises intégralement ou partiellement occultes aux fabricants d'ordinateurs à la condition qu'ils lui achètent la totalité ou la quasitotalité des processeurs x86 dont ils avaient besoin. Intel a aussi effectué des paiements directs en faveur d'un grand distributeur à la condition qu'il ne vende que des ordinateurs équipés de processeurs x86. Ces remises et paiements ont effectivement empêché les clients - et, en fin de compte, les consommateurs - de se tourner vers des produits alternatifs. Deuxièmement, Intel a effectué des paiements directs en faveur des fabricants d'ordinateurs dans le but d'arrêter ou de retarder le lancement de produits spécifiques contenant des processeurs x86 de concurrents et de limiter les circuits de vente utilisés pour ces produits. La Commission a estimé que ces pratiques constituaient, de la part d'intel, des abus de position dominante sur le marché des processeurs x86, lesquels ont porté préjudice aux consommateurs dans l'ensemble de l'eee. En réduisant la capacité des concurrents à se livrer concurrence par la qualité intrinsèque de leurs produits, les agissements d'intel ont porté atteinte à la concurrence et à l'innovation. La Commission surveillera activement le respect de la présente décision par Intel. Le marché mondial des processeurs x86 représente actuellement près de 22 milliards d' (30 milliards d'usd) par an, l'europe prenant environ 30 % de ce montant à son compte. Source : Doc 7 Les palaces parisiens condamnés pour entente illicite La cour d'appel de Paris a confirmé vendredi 29 septembre les amendes allant de à prononcées l'an dernier à l'encontre de six prestigieux palaces parisiens le Bristol, le Crillon, le George-V, le Meurice, le Plaza-Athénée et le Ritz pour avoir échangé des informations commerciales confidentielles. Le 25 novembre 2005, le Conseil de la concurrence avait estimé que les établissements hôteliers avaient enfreint les dispositions du code du commerce et avait condamné Le Bristol à d'amende, le Crillon à , le George-V à , le Meurice à , le Plaza-Athénée à et le Ritz à Selon le Conseil de la concurrence, les hôtels avaient échangé des informations commerciales confidentielles sur leur activité respective et sur les éléments nécessaires à l'élaboration de leurs plans marketing, afin "d'altérer le jeu normal de la concurrence" sur le marché restreint des palaces parisiens. Les échanges d'informations leur permettaient en effet "de s'assurer que leur niveau de performance ne subit pas un décrochage par rapport aux autres", avait noté le Conseil dans sa décision. Les hôtels contestaient la décision du Conseil de la concurrence en faisant valoir notamment qu'ils n'avaient jamais été sanctionnés antérieurement, "que le dommage à l'économie n'était pas établi, la clientèle concernée étant majoritairement étrangère" et en soulignant que le marché concerné n'avait qu'une "dimension parisienne". Des arguments qui n'ont pas été entendus. 1. Pour quelles raisons une entreprise chercherait-elle à éliminer ses concurrents? Expliquez le paradoxe en vertu duquel la concurrence conduit à la disparition de la concurrence. 2. Quelles sont les pratiques anticoncurrentielles faisant l objet de sanctions par les pouvoirs publics? 3. Quelles conséquences sur le fonctionnement des marchés ces pratiques ont-elles? 4. La commission Européenne condamne-t-elle la position dominante sur un marché? Pourquoi? 5. Sur quel point porte l entente entre les entreprises hôtelières de Paris? Pourquoi les ententes entre entreprises sont-elles interdites?

4 DOC 1 Qu est-ce que l information parfaite? L information imparfaite? L asymétrie d information? L information parfaite suppose que tous les agents connaissent parfaitement toutes les qualités et les défauts des biens échangés, ainsi que les prix proposés par tous les offreurs, et que tous disposent de la même information. L information est imparfaite dès lors qu elle n est pas complète (insuffisance d information) ou qu elle est méconnue par l un des échangistes (asymétrie d information). L asymétrie d information est la situation dans laquelle se trouvent deux agents (au moins) qui ne disposent pas de la même information au moment d une transaction. DOC 2/3 1. Accusés de délit d initiés, à savoir d avoir utilisé des informations internes à EADS sur la dégradation des performances de l avionneur pour vendre les stock-options. Il n est pas interdit de vendre ses stock-options, mais il est interdit d utiliser une information confidentielle pour le faire. Ceci est un délit, car les opérateurs qui ne disposent pas de cette information sont désavantagés. 2. Les intervenants à la bourse se rémunèrent sur les dividendes distribués par action, mais aussi sur les plus values réalisées entre l achat et la revente de leurs actions. À l inverse, ils essaient d éviter les moins-values. Pouvoir anticiper l évolution du cours de l action est donc primordial. Par conséquent, les investisseurs doivent être sur un pied d égalité en ce qui concerne l appropriation de toutes informations qui influent sur le cours des actions (stratégies de l entreprise, retard, contre-performance, etc.), et ceci de façon simultanée. 3. L Autorité des marchés financiers supervise et contrôle l information délivrée par les sociétés cotées, en veillant à ce qu elle soit précise, sincère, exacte et diffusée à l ensemble de la communauté financière. L AMF peut également procéder à des contrôles et à des enquêtes. Son rôle est de rompre l asymétrie d information qui pourrait exister entre les opérateurs du marché. L AMF a ouvert une enquête sur les infractions boursières éventuelles et peut prendre des sanctions contre les contrevenants. DOC 4 Pour que les économies de marché fonctionnent efficacement, les entreprises et les individus doivent disposer d informations fiables. La publicité joue un rôle économique important en fournissant des informations sur les choix possibles. Lorsque l information est imparfaite, les ménages et les entreprises ne vont pas pouvoir prendre les décisions les mieux adaptées à leurs besoins et à leur budget. L information imparfaite entraîne donc des inefficacités du marché. L étiquetage réduit l asymétrie d information entre le vendeur et l acheteur et permet la comparaison des produits des différents vendeurs. L intervention de l État est souvent nécessaire car les producteurs ne communiquent pas forcément toutes les caractéristiques de leurs produits (exemple : pas de mention du pourcentage de graisse animale) ou communiquent de manière subjective (exemple : dentifrice agréé par l Association des dentistes professionnels, association en réalité créée à l initiative du producteur de dentifrice). Solutions possibles sur le marché des produits alimentaires : un label de qualité (exemple : AB pour les produits issus de l agriculture biologique), une charte signée (exemple : la charte du commerce équitable). Le logo NF réduit l asymétrie d information et sécurise l acheteur, qui sait ainsi que le produit a été testé et agréé. DOC 5 1. Qu est-ce qu un phénomène d antisélection? En quoi s applique-t-il au marché des voitures d occasion? Le phénomène d antisélection (ou sélection adverse) signifie qu en présence d asymétrie d information, les biens de qualité sont chassés du marché par les biens de moins bonne qualité. Dans l exemple de George Akerlof, les mauvaises voitures chassent les bonnes, pour parodier la loi de Gresham en vertu de laquelle «lorsque deux monnaies circulent en même temps, la mauvaise monnaie chasse la bonne». Puisque le prix moyen du marché est inférieur à leur prix de réserve, les vendeurs de bonnes voitures se retirent du marché : seules les mauvaises voitures restent disponibles à la vente. 2. Quels sont les effets de l asymétrie d information sur le fonctionnement des marchés? En présence d une asymétrie d information, le marché ne conduit pas à la confrontation de l offre et de la demande. D une part, l offre ne s exprime pas. D autre part, les demandeurs, en raisonnant comme nous venons de le faire, en déduisent 4

5 qu ils ne trouveront que des véhicules de mauvaise qualité pour un prix trop élevé : ils préfèrent se retirer eux aussi du marché. 3. Quelles sont les solutions privées possibles au problème d asymétrie d information sur le marché des automobiles d occasion? Solutions privées possibles sur le marché des voitures d occasion : offrir une garantie «pièces et main-d œuvre» à l acheteur potentiel, le rassurer par la notoriété du vendeur (concessionnaire connu), lui fournir le carnet de bord du véhicule ainsi que les factures d entretien et de réparations Solution institutionnelle : L État impose un contrôle technique des véhicules. Le justificatif du contrôle doit être présenté au moment de la vente. Solutions possibles sur les marchés en général : informations fiables sur le produit et engagement à réparation en cas de problème. DOC 6 1. Une entreprise cherche à éliminer ses concurrents pour augmenter ses parts de marché, ses ventes et donc son profit. Une fois les concurrents éliminés, elle se retrouve en situation de monopole et peut augmenter ses prix. Le paradoxe de la concurrence signifie qu un régime de concurrence conduit à la disparition des entreprises les moins rentables jusqu à ce qu il n en reste qu une (ou quelques-unes) et que le marché devienne un monopole (ou un oligopole). 2. Deux principaux types de pratiques anticoncurrentielles sont sanctionnées par les pouvoirs publics. Ce sont, par ordre décroissant d importance, que ce soit au niveau de la France ou au niveau de la Communauté européennes : - les ententes, qui sont passées entre plusieurs entreprises, et qui peuvent être horizontales quand elles concernent des entreprises qui opèrent sur le même bien ou service, ou verticales quand elles sont réalisées entre fournisseurs et distributeurs ; - les abus de position dominante, qui sont des pratiques unilatérales. Il s agit donc de lutter contre la concurrence déloyale et contre des mouvements trop puissants de concentration, de manière à conforter une économie de marché qui doit être ouverte au maximum, très transparente, et avec concurrence la plus libre possible. L Union européenne a mis en place un ensemble de règles visant à condamner mais aussi à prévenir les comportements anticoncurrentiels des entreprises. Par ailleurs, les opérations de fusion ou de rachat d une entreprise par une autre peuvent avoir pour effet de restreindre la concurrence en créant ou en renforçant un acteur dominant sur le marché. L U.E. contrôle donc, et si nécessaire interdit ou soumet à conditions, les opérations de concentration de dimension communautaire. 3. Les pratiques anticoncurrentielles ont pour but de donner aux entreprises un plus important pouvoir de marché, spécialement en matière de fixation des prix, et d en retirer des avantages en termes de domination et de profit. 4. Il est reproché à Intel d avoir abusé de sa position dominante dans le secteur des puces informatiques afin d exclure du marché européen son principal concurrent, AMD. Intel aurait eu des pratiques répréhensibles : rabais importants accordés à un gros distributeur européen d ordinateurs personnels pour l inciter à vendre ses produits, paiement d un fabricant de PC pour retarder la fabrication de produits équipés de la puce de son concurrent AMD, ristournes importantes accordées à ce dernier fabricant de PC pour équiper ses ordinateurs de microprocesseurs Intel. Ce n est pas sa position dominante qui est reprochée à Intel mais son abus qui «a pour effet d empêcher, de restreindre ou de fausser la concurrence sur un marché». Une position dominante n est pas condamnée a priori ; seul l abus de position dominante l est. Abuser consiste à vouloir faire disparaître ses concurrents. Si la position dominante n est pas condamnée, c est parce qu elle permet à des groupes européens d obtenir une taille suffisante pour rivaliser sur les marchés mondiaux avec des groupes hors Union européenne. 5. En cas d ententes illicites, les prix pratiqués sont supérieurs aux prix qui résulteraient de la concurrence. Ces surcoûts sont de 20 % et même de 30 % dans le cas de grands cartels internationaux. Ces hausses significatives des prix vont donc pénaliser les consommateurs, qui paient plus cher les produits achetés. 5

aolfq=ab=i^=`lk`roobk`b

aolfq=ab=i^=`lk`roobk`b aolfq=ab=i^=`lk`roobk`b ABUS DE POSITION DOMINANTE : AMENDE RECORD Stéphanie Yavordios Juin 2009 Dans le prolongement de la publication, en février dernier, de son guide d orientation sur les priorités

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire Chap 2 : Le marché financier et son rôle économique Les marchés de capitaux assurent le financement de l économie. Sur ces marchés se confrontent des agents à la recherche de financements et d autres à

Plus en détail

LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA

LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA Plan INTRODUCTION 1 / LA SOCIÉTÉ DE BOURSE DE CASABLANCA 2 / L AUTORITE DE SURVEILLANCE (CDVM) 3 / LES SOCIETES DE BOURSE 4 / LES ORGANISMES DE PLACEMENT

Plus en détail

1/ L obligation générale de conformité

1/ L obligation générale de conformité LES GARANTIES DU VENDEUR A la suite de l achat de divers biens de consommation courante (canapé, véhicule, frigidaire, machine à laver, téléviseur ), il peut arriver que le consommateur ait besoin d invoquer

Plus en détail

Rappel : le programme du DSCG suppose connu celui du DCG.

Rappel : le programme du DSCG suppose connu celui du DCG. Rappel : le programme du DSCG suppose connu celui du DCG. UE 1 - GESTION JURIDIQUE, FISCALE ET SOCIALE Niveau M : 180 heures - 20 ECTS 1. L entreprise et son environnement (50 heures) 1.1 Éléments généraux

Plus en détail

UE 1 - GESTION JURIDIQUE, FISCALE ET SOCIALE

UE 1 - GESTION JURIDIQUE, FISCALE ET SOCIALE UE 1 - GESTION JURIDIQUE, FISCALE ET SOCIALE Niveau M : 180 heures 20 ECTS Thèmes Sens et portée de l'étude Notions et contenus 1. L entreprise et son environnement (50 heures) 1.1 Eléments généraux sur

Plus en détail

Quelles sont les obligations légales et réglementaires de conservation des données informatisées?

Quelles sont les obligations légales et réglementaires de conservation des données informatisées? Quelles sont les obligations légales et réglementaires de conservation des données informatisées? Intervenants : Valérie PAROT - AVOCAT Bruno DENIS - VIF SOMMAIRE Informatique et données de l entreprise?

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

La franchise présente des avantages pour les deux partenaires. Pour le franchiseur :

La franchise présente des avantages pour les deux partenaires. Pour le franchiseur : 1 Qu est-ce que la franchise? La franchise est un contrat liant deux personnes juridiquement indépendantes : le franchiseur, propriétaire ou détenteur des droits d une marque ou d une enseigne, transmet

Plus en détail

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers présenté à l Autorité des marchés financiers dans le cadre de la consultation relative à la distribution de produits d assurance par les concessionnaires et autres marchands d automobiles Octobre 2006

Plus en détail

Marques de distributeurs et accès au marché des fournisseurs de la grande distribution

Marques de distributeurs et accès au marché des fournisseurs de la grande distribution Marques de distributeurs et accès au marché des fournisseurs de la grande distribution Patrice Reis, Maître de conférences en droit privé UNS, CREDECO-IGREDEG-CNRS email reis@gredeg.cnrs.fr La grande distribution

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

CONCURRENCE DISTRIBUTION PROPRIETE INTELLECTUELLE TECHNOLOGIES DE L INFORMATION

CONCURRENCE DISTRIBUTION PROPRIETE INTELLECTUELLE TECHNOLOGIES DE L INFORMATION N 5 12 février 2013 Réseaux de distribution : confirmation de l interdiction d interdire la vente sur internet Cour d appel de Paris, 31 janvier 2013, n 2008/23812, Pierre Fabre Décision de l Autorité

Plus en détail

BILAN TRIMESTRIEL DE LA STRATEGIE DE PROTECTION DE LA MARQUE PEFC 31 décembre 2014

BILAN TRIMESTRIEL DE LA STRATEGIE DE PROTECTION DE LA MARQUE PEFC 31 décembre 2014 10-1-1 BILAN TRIMESTRIEL DE LA STRATEGIE DE PROTECTION DE LA MARQUE PEFC 31 décembre 2014 CONTEXTE ET ENJEUX Avec plus de 3100 entreprises certifiées en France, la marque PEFC continue à gagner en visibilité

Plus en détail

Class action en droit français

Class action en droit français Class action en droit français Commission juridique de la Chambre Franco- Allemande de Commerce et d Industrie Paris, le 12 mai 2013 Christian Connor Avocat au Barreau de Paris cconnor@lmtavocats.com Introduction

Plus en détail

Politique de prévention, de détection et de gestion des conflits d intérêts

Politique de prévention, de détection et de gestion des conflits d intérêts Politique de prévention, de détection et de gestion des conflits d intérêts Octobre 2015 Validée par Mr Christophe Issenhuth 1 TABLE DES MATIERES I. CADRE GENERAL DU DISPOSITIF DE GESTION DES CONFLITS

Plus en détail

L application du droit de la concurrence dans le gaz et l électricité : puissance ou impuissance?

L application du droit de la concurrence dans le gaz et l électricité : puissance ou impuissance? L application du droit de la concurrence dans le gaz et l électricité : puissance ou impuissance? François Lévêque (energypolicyblog.com) 17 janvier 2008 Séminaire d Economie de l Energie Les pouvoirs

Plus en détail

VENTES PROMOTIONNELLES

VENTES PROMOTIONNELLES VENTES PROMOTIONNELLES 13/04/2012 Elle consiste pour le commerçant à accorder une réduction (rabais, remise ou ristourne) aux consommateurs, sur l'un ou l'autre des articles mis en vente. Une telle pratique

Plus en détail

GROUPE HNZ INC. POLITIQUE EN MATIÈRE D OPÉRATIONS D INITIÉS

GROUPE HNZ INC. POLITIQUE EN MATIÈRE D OPÉRATIONS D INITIÉS GROUPE HNZ INC. POLITIQUE EN MATIÈRE D OPÉRATIONS D INITIÉS La présente politique fournit des lignes directrices aux administrateurs, aux dirigeants, aux employés et aux consultants de Groupe HNZ Inc.

Plus en détail

La Publicité écologique trompeuse de l art. 23 1 LPC, et l entrave à la libre circulation des biens au niveau européen.

La Publicité écologique trompeuse de l art. 23 1 LPC, et l entrave à la libre circulation des biens au niveau européen. La Publicité écologique trompeuse de l art. 23 1 LPC, et l entrave à la libre circulation des biens au niveau européen. La question s est posée à plusieurs reprises au sein de la Commission Etiquetage

Plus en détail

Numéro du rôle : 5633. Arrêt n 26/2014 du 6 février 2014 A R R E T

Numéro du rôle : 5633. Arrêt n 26/2014 du 6 février 2014 A R R E T Numéro du rôle : 5633 Arrêt n 26/2014 du 6 février 2014 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 4 de l arrêté royal du 18 novembre 1996 «instaurant une assurance sociale en

Plus en détail

Document-cadre du [ ] sur les programmes de conformité aux règles de concurrence

Document-cadre du [ ] sur les programmes de conformité aux règles de concurrence RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Document-cadre du [ ] sur les programmes de conformité aux règles de concurrence Les programmes de conformité sont des outils permettant aux acteurs économiques de mettre toutes les

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

Économie Partie 1 Chapitre 1 Échanges sur les marchés

Économie Partie 1 Chapitre 1 Échanges sur les marchés I) Le fonctionnement du marché A) L organisation des échanges 1) A quoi sert l échange? Dans nos sociétés modernes, une personne ne peut pas tout produire pour satisfaire ses besoins. L échange va alors

Plus en détail

Renforcer la protection des consommateurs dans les grands secteurs de la vie courante La santé et la dépendance

Renforcer la protection des consommateurs dans les grands secteurs de la vie courante La santé et la dépendance Renforcer la protection des consommateurs dans les grands secteurs de la vie courante La santé et la dépendance Mesure n 14 : accroître la confiance du consommateur dans la vente sur Internet de produits

Plus en détail

Chap 12 : Le prix. I. La fixation du prix dans les unités commerciales. A. Les étapes. 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne

Chap 12 : Le prix. I. La fixation du prix dans les unités commerciales. A. Les étapes. 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne Chap 12 : Le prix I. La fixation du prix dans les unités commerciales A. Les étapes 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne En fonction de la cible à atteindre et du positionnement de l enseigne,

Plus en détail

Des bons de souscription accessibles aux sociétés non cotées

Des bons de souscription accessibles aux sociétés non cotées Des bons de souscription accessibles aux sociétés non cotées Article à paraître dans Patrimoine et marchés réalisé par Jean SALWA, Président du CIIB Alors que les investisseurs/épargnants investissant

Plus en détail

GROUPE BONDUELLE. Code de Déontologie Boursière

GROUPE BONDUELLE. Code de Déontologie Boursière GROUPE BONDUELLE Code de Déontologie Boursière Relatif à la politique de communication financière du Groupe Bonduelle et à la prévention des délits d initiés A jour au 30 septembre 2011 Page 1 sur 14 Sommaire

Plus en détail

La garantie légale des vices cachés

La garantie légale des vices cachés La garantie légale des vices cachés Article juridique publié le 11/05/2015, vu 682 fois, Auteur : Yaya MENDY La garantie des vices cachés est une protection contre les défauts d un produit acheté et qui

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE SUD RHONE ALPES

CREDIT AGRICOLE SUD RHONE ALPES CREDIT AGRICOLE SUD RHONE ALPES Société coopérative à capital et personnel variables Siège social : 15-17, rue Paul Claudel 381 GRENOBLE Siret 42 121 958 19 - APE 651 D Note d information émise pour faire

Plus en détail

Résumé non nominatif d une décision de sanction administrative en matière de délit d initié (04 04 2006)

Résumé non nominatif d une décision de sanction administrative en matière de délit d initié (04 04 2006) Résumé non nominatif d une décision de sanction administrative en matière de délit d initié (04 04 2006) 1. Exposé des faits Les actions de la société Y sont admises à la négociation sur un marché réglementé

Plus en détail

ECO 3.4 les asymétries d information

ECO 3.4 les asymétries d information ECO 3.4 les asymétries d information PARTIE ECO 3. La coordination par le marché 3.1 Qu'est-ce qu'un marché? 3.2 Comment un marché concurrentiel fonctionne t il? 3.3. Comment les marchés imparfaitement

Plus en détail

Introduction à l'économie numérique et du commerce électronique. DU Modèles de l'economie Numérique - Université Paris 2

Introduction à l'économie numérique et du commerce électronique. DU Modèles de l'economie Numérique - Université Paris 2 Introduction à l'économie numérique et du commerce électronique DU Modèles de l'economie Numérique - Université Paris 2 Module n 2 / Etude de cas sectorielle n 1 Internet et la distribution automobile

Plus en détail

La Bourse Régionale des produits de base. Document didactique de formation destiné aux acheteurs

La Bourse Régionale des produits de base. Document didactique de formation destiné aux acheteurs La Bourse Régionale des produits de base Document didactique de formation destiné aux acheteurs 11 1 Sommaire 1- Introduction générale...3 1- Les entrepôts de la bourse...5 2- Le certificat d'entrepôt...5

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS Actualisation effectuée le 1 er janvier 2014 Le présent document a pour but d informer les mandants et les porteurs de Financière de l Echiquier de sa politique

Plus en détail

POLITIQUE EN MATIERE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS

POLITIQUE EN MATIERE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS POLITIQUE EN MATIERE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS Janvier 2014 KURMA PARTNERS 5/7 rue de Monttessuy F-75340 Paris cedex 07, France Agrément AMF n GP 09000027 Pour nous contacter Tel +33 (0)1 58 19

Plus en détail

Les attentes des consommateurs sont-elles satisfaites?

Les attentes des consommateurs sont-elles satisfaites? Les attentes des consommateurs sont-elles satisfaites? Point de vue européen Intro Prise en compte des intérêts des consommateurs, par les autorités publiques, n est pas récente, même si différences importantes

Plus en détail

DIRECTIVE D APPLICATION DE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS EN REGARD DE LA DÉFINITION D EXPERT EN SINISTRE ET DES ACTIVITÉS QUI LUI SONT EXCLUSIVES

DIRECTIVE D APPLICATION DE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS EN REGARD DE LA DÉFINITION D EXPERT EN SINISTRE ET DES ACTIVITÉS QUI LUI SONT EXCLUSIVES DIRECTIVE D APPLICATION DE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS EN REGARD DE LA DÉFINITION D EXPERT EN SINISTRE ET DES ACTIVITÉS QUI LUI SONT EXCLUSIVES La présente directive remplace la directive publiée

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

Importations parallèles: intérêt du consommateur et intégration communautaire

Importations parallèles: intérêt du consommateur et intégration communautaire «Le traitement des restrictions verticales en droit comparé de la concurrence» Université Paris II Panthéon Assas & University College London Paris, le 23 mai 2008 Importations parallèles: intérêt du consommateur

Plus en détail

LES MÉCANISMES DE BASE

LES MÉCANISMES DE BASE LES MÉCANISMES DE BASE Même si les nouvelles technologies nous offrent la possibilité d intervenir très facilement en Bourse et de disposer d outils de gestion modernes et intuitifs, les mécanismes de

Plus en détail

360Hixance am 22, rue des Capucines 75 002 Paris Tél : 01 53 23 01 23 Fax : 01 42 86 68 69 www.360hixanceam.fr

360Hixance am 22, rue des Capucines 75 002 Paris Tél : 01 53 23 01 23 Fax : 01 42 86 68 69 www.360hixanceam.fr 360Hixance Asset Managers LA PREVENTION ET LA GESTION DES CONFLITS D'INTERETS La prévention et la gestion des conflits d'intérêts chez 360Hixance AM s'inscrivent dans le cadre de principes généraux posés

Plus en détail

Note de présentation

Note de présentation Note de présentation Objet : Projet de décret d application de la loi n 24-09 relative à la sécurité des produits et des services et complétant le dahir du 9 ramadan 1331 (12 aout 1913) formant code des

Plus en détail

L encadrement du crédit par la loi Française

L encadrement du crédit par la loi Française L encadrement du crédit par la loi Française Le législateur a, depuis les années 70, mis en place des dispositions visant à mieux protéger les emprunteurs et les personnes en situation de fragilité financière,

Plus en détail

PROTÉGER ET CONSOLIDER LA RÉPUTATION DE LA SOCIÉTÉ

PROTÉGER ET CONSOLIDER LA RÉPUTATION DE LA SOCIÉTÉ IV L éthique dans vos relations d affaires Nos activités sont tributaires de la qualité des relations que nous entretenons avec les clients, la collectivité, diverses organisations et nos partenaires.

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

A. Introduction. Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés. Editions ENI - All rights reserved

A. Introduction. Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés. Editions ENI - All rights reserved Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés 65 A. Introduction Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés Editions ENI - All rights reserved Acheter en ligne présente des risques

Plus en détail

ACTE CONSTITUTIF POUR LA CREATION D UN GROUPEMENT DE COMMANDE FOURNITURE DE GAZ NATUREL

ACTE CONSTITUTIF POUR LA CREATION D UN GROUPEMENT DE COMMANDE FOURNITURE DE GAZ NATUREL ACTE CONSTITUTIF POUR LA CREATION D UN GROUPEMENT DE COMMANDE FOURNITURE DE GAZ NATUREL PREAMBULE Depuis le 1er juillet 2004, le marché du gaz naturel est ouvert à la concurrence. Cette ouverture, d abord

Plus en détail

BTS BLANC MUC/NRC 1 ère année

BTS BLANC MUC/NRC 1 ère année BTS BLANC MUC/NRC 1 ère année (Aucun document autorisé) Février 2010 Epreuve d Economie générale [2 heures] Questions de cours : A partir de vos connaissances de cours, répondez aux questions suivantes

Plus en détail

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale des entreprises et de l industrie Document d orientation 1 Bruxelles, le 1 er février 2010 - L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures

Plus en détail

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR Date Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcomconseil.com SOMMAIRE SOMMAIRE...2 LE PORTEUR...4 L IDEE DE DEPART...5 L ETUDE DE MARCHE...6 Le marché et son environnement...6

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS CODE DE CONDUITE DU CONSEIL

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS CODE DE CONDUITE DU CONSEIL CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS CODE DE CONDUITE DU CONSEIL APPLICATION Le présent code de conduite (le «code du conseil») s applique à vous si vous êtes membre du conseil d

Plus en détail

École Nationale de Commerce et de Gestion El Jadida Business Marketing Introduction. koubaasalah@gmail.com

École Nationale de Commerce et de Gestion El Jadida Business Marketing Introduction. koubaasalah@gmail.com École Nationale de Commerce et de Gestion El Jadida Business Marketing Introduction koubaasalah@gmail.com Définition «Le business to business B to B est un Américanisme désignant d le commerce interentreprises,

Plus en détail

Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009

Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009 Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009 Le gouvernement a créé une commission présidée par Paul Champsaur pour faire

Plus en détail

Doc. : Th-Franchise A 4 Bruxelles, le 16.3.2001 MH/RHdG/JP A V I S. concernant LES CONTRATS DE COLLABORATION COMMERCIALE (LA FRANCHISE) ***

Doc. : Th-Franchise A 4 Bruxelles, le 16.3.2001 MH/RHdG/JP A V I S. concernant LES CONTRATS DE COLLABORATION COMMERCIALE (LA FRANCHISE) *** Doc. : Th-Franchise A 4 Bruxelles, le 16.3.2001 MH/RHdG/JP A V I S concernant LES CONTRATS DE COLLABORATION COMMERCIALE (LA FRANCHISE) *** 2 Après avoir consulté la commission permanente «Politique générale

Plus en détail

«Enquête auprès d utilisateurs de réseaux d opticiens agréés par les mutuelles»

«Enquête auprès d utilisateurs de réseaux d opticiens agréés par les mutuelles» Dossier de presse 27 novembre 2012 «Enquête auprès d utilisateurs de réseaux d opticiens agréés par les mutuelles» Une enquête IPSOS pour la Mutualité Française Une satisfaction globalement élevée pour

Plus en détail

Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination

Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination Les problèmes d information George A. Akerlof : The Market for «Lemons»: Quality Uncertainty and the Market Mechanism (QJE, 1970) Thèmes de recherche

Plus en détail

ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU

ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU 1 CHAPITRE 3: L ASYMÉTRIE D INFORMATION NOTIONS IMPORTANTES: Asymétrie d information Antisélection (ou sélection

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

La gestion des informations confidentielles et d intiés au sein de l APE

La gestion des informations confidentielles et d intiés au sein de l APE La gestion des informations confidentielles et d intiés au sein de l APE Vendredi 14 Février 2014 Objectifs de cette présentation : faire la différence entre information confidentielle et information privilégiées

Plus en détail

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION DROIT

Plus en détail

Plan détaillé de Dissertation : Les stratégies de fusions acquisitions

Plan détaillé de Dissertation : Les stratégies de fusions acquisitions Plan détaillé de Dissertation : Les stratégies de fusions acquisitions Nouvel exemple de la concentration à l œuvre dans l aluminium : annoncée le 7 juillet 2003, l OPA du canadien Alcan sur Pechiney était

Plus en détail

Master-2 Recherche et Professionnel Droit de la coopération économique et des affaires internationales

Master-2 Recherche et Professionnel Droit de la coopération économique et des affaires internationales 1 Master-2 Recherche et Professionnel Droit de la coopération économique et des affaires es Universite Nationale du Vietnam-Hanoi Faculté de Droit Matières Objectifs du cours Compétences acquises UE UE-1

Plus en détail

LA DIRECTIVE EUROPÉENNE SUR LES MARCHÉS D INSTRUMENTS FINANCIERS (MIFID)

LA DIRECTIVE EUROPÉENNE SUR LES MARCHÉS D INSTRUMENTS FINANCIERS (MIFID) LA DIRECTIVE EUROPÉENNE SUR LES MARCHÉS D INSTRUMENTS FINANCIERS (MIFID) POUR UNE MEILLEURE PROTECTION DE L INVESTISSEUR SOMMAIRE DES SERVICES FINANCIERS PLUS TRANSPARENTS 3 LES PRINCIPAUX THÈMES VISÉS

Plus en détail

La loi consommation. Jour mois année - jj/mm/aaaa. Présentation simplifiée. Avril 2014 06/06/2014 1

La loi consommation. Jour mois année - jj/mm/aaaa. Présentation simplifiée. Avril 2014 06/06/2014 1 La loi consommation Loi n 2014-344 du 17 mars 2014, parue au JORF du 18 mars 2014 Présentation simplifiée Jour mois année - jj/mm/aaaa Avril 2014 06/06/2014 1 Une loi destinée à renforcer l information

Plus en détail

Décision n 15-DCC-58 du 26 mai 2015 relative à la prise de contrôle exclusif de ProwebCE par Edenred France SAS

Décision n 15-DCC-58 du 26 mai 2015 relative à la prise de contrôle exclusif de ProwebCE par Edenred France SAS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 15-DCC-58 du 26 mai 2015 relative à la prise de contrôle exclusif de ProwebCE par Edenred France SAS L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification adressé

Plus en détail

S informer sur. Le médiateur de l AMF

S informer sur. Le médiateur de l AMF S informer sur Le médiateur de l AMF 04 Autorité des marchés financiers Le médiateur de l AMF Sommaire Quelle est la mission du médiateur de l AMF? 03 Quelles situations peuvent donner lieu à médiation?

Plus en détail

Guide pour les investisseurs

Guide pour les investisseurs 19 octobre 2012 Guide pour les investisseurs Qu est-ce que l AEMF? L AEMF est l Autorité européenne des marchés financiers. Il s agit d une autorité de régulation indépendante de l Union européenne dont

Plus en détail

Partiel (mai 2013) : Droit des affaires 2, Licence 3 Monsieur le Professeur Germain Cas pratique

Partiel (mai 2013) : Droit des affaires 2, Licence 3 Monsieur le Professeur Germain Cas pratique Bibliothèque numérique ASSAS.NET www.assas.net Partiel (mai 2013) : Droit des affaires 2, Licence 3 Monsieur le Professeur Germain Cas pratique www.assas.net Remerciements ASSAS.NET souhaite remercier,

Plus en détail

CODE INTERNATIONAL ICC/ESOMAR DES ETUDES DE MARCHE ET D OPINION

CODE INTERNATIONAL ICC/ESOMAR DES ETUDES DE MARCHE ET D OPINION CODE INTERNATIONAL ICC/ESOMAR DES ETUDES DE MARCHE ET D OPINION INTRODUCTION Le premier Code de bonnes pratiques en matière d études de marché et d opinion a été publié par ESOMAR en 1948. Depuis, il a

Plus en détail

TOTAL S.A. REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TOTAL S.A. REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le Conseil d Administration du 29 juillet 2014 TOTAL S.A. REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Le Conseil d administration de TOTAL S.A. 1, a arrêté le présent Règlement intérieur.

Plus en détail

TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIEGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES

TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIEGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES Avril 2013 TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIEGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES Position de l Afep et de l Ansa L Afep et l Ansa soutiennent l adoption par la Commission européenne d une directive sur le

Plus en détail

------------- ------------ DECRET N /PM DU portant Code de déontologie du secteur de l Audit, de Contrôle et de la Vérification.

------------- ------------ DECRET N /PM DU portant Code de déontologie du secteur de l Audit, de Contrôle et de la Vérification. REPUBLIQUE DU CAMEROUN PAIX TRAVAIL - PATRIE ------------- ------------ DECRET N /PM DU portant Code de déontologie du secteur de l Audit, de Contrôle et de la Vérification. LE PREMIER MINISTRE, CHEF DU

Plus en détail

Position recommandation AMF n 2009-15 Guide relatif à la commercialisation des emprunts obligataires auprès des clients non professionnels

Position recommandation AMF n 2009-15 Guide relatif à la commercialisation des emprunts obligataires auprès des clients non professionnels Position recommandation AMF n 2009-15 Guide relatif à la commercialisation des emprunts obligataires auprès des clients non professionnels Textes de référence : articles 212-28, 212-29 et 314-10 du règlement

Plus en détail

CODE DE DÉONTOLOGIE DES REPRÉSENTANTS EN ASSURANCE DE DOMMAGES

CODE DE DÉONTOLOGIE DES REPRÉSENTANTS EN ASSURANCE DE DOMMAGES (1998, c. 37, a. 313, 1 er al., par. 1 ) Section I Dispositions générales 1. Les dispositions du présent code visent à favoriser la protection du public et la pratique intègre et compétente des activités

Plus en détail

La Présidence luxembourgeoise

La Présidence luxembourgeoise La Présidence luxembourgeoise Outre la conférence du 2 mai 2005, la Direction de la Consommation a assuré la présidence du groupe Conseil Protection et Information du consommateur dont les dossiers ont

Plus en détail

ACTE CONSTITUTIF du Groupement de Commandes «ENERGIES VIENNE» pour l achat d Energies

ACTE CONSTITUTIF du Groupement de Commandes «ENERGIES VIENNE» pour l achat d Energies ACTE CONSTITUTIF du Groupement de Commandes «ENERGIES VIENNE» pour l achat d Energies PREAMBULE Les tarifs réglementés de vente de gaz naturel et d électricité appliqués en France seront progressivement

Plus en détail

RÉFORMER LES PROFESSIONS AUJOURD HUI RÉGLEMENTÉES

RÉFORMER LES PROFESSIONS AUJOURD HUI RÉGLEMENTÉES Des acteurs mobiles et sécurisés. La mobilité économique doit s étendre à tous les abus de position dominante, quelle que soit leur origine. RÉFORMER LES PROFESSIONS AUJOURD HUI RÉGLEMENTÉES Le champ des

Plus en détail

FAQ FCM. Abréviations : FCM : Food Contact Materials. DC: Déclaration de conformité. LMS : Limite de migration spécifique

FAQ FCM. Abréviations : FCM : Food Contact Materials. DC: Déclaration de conformité. LMS : Limite de migration spécifique FAQ FCM Abréviations : FCM : Food Contact Materials DC: Déclaration de conformité LMS : Limite de migration spécifique 1. Quels opérateurs actifs dans la chaîne alimentaire doivent posséder et conserver

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les options Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre informatif. Vous êtes seul responsable

Plus en détail

GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS

GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS KARAKORAM - 112, boulevard Haussmann - 75008 Paris T +33 (0)1 82 83 47 30 - F +33 (0)1 82 83 47 36 - contact@karakoram.fr - www.karakoram.fr KARAKORAM applique la procédure

Plus en détail

La Bourse Régionale des produits de base. Document didactique de formation destiné aux vendeurs/dépositaires

La Bourse Régionale des produits de base. Document didactique de formation destiné aux vendeurs/dépositaires La Bourse Régionale des produits de base Document didactique de formation destiné aux vendeurs/dépositaires 11 1 Sommaire Introduction générale...3 1- Choix de l'entrepôt...5 2- Dépôt de la marchandise...5

Plus en détail

Mali. Liberté des prix et de la concurrence

Mali. Liberté des prix et de la concurrence Liberté des prix et de la concurrence Ordonnance n 92-021/P-CTSP du 13 avril 1992 Titre 1 - Des dispositions générales Art.1.- Les règles définies à la présente ordonnance s appliquent à toutes les activités

Plus en détail

Droit/Recht. Présentation des autorités de concurrence. Les consommateurs et les marchés

Droit/Recht. Présentation des autorités de concurrence. Les consommateurs et les marchés Présentation des autorités de concurrence Photo: shutterstock.de Les consommateurs et les marchés L achat et la vente de biens et de services se font sur les marchés. Un marché est le lieu où se rencontrent

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 81 -

TABLEAU COMPARATIF - 81 - - 81 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l'article 88-4 de la Constitution, européen et du Conseil sur les produits dérivés négociés de gré à gré, les contreparties centrales et les référentiels centraux

Plus en détail

Diagnostic commercial

Diagnostic commercial Diagnostic commercial Si elle veut réussir, l entreprise doit avant tout vendre son produit. Pour cela, la fonction commerciale en son sein lui est d une grande utilité. Ceci est dû à la finalité même

Plus en détail

Cas n COMP/M.3870 Carlyle/ Otor. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS. Article 7(3) date: 27/06/2005

Cas n COMP/M.3870 Carlyle/ Otor. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS. Article 7(3) date: 27/06/2005 FR Cas n COMP/M.3870 Carlyle/ Otor Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS Article 7(3) date: 27/06/2005 COMMISSION DES COMMUNAUTES

Plus en détail

L 129/52 Journal officiel de l Union européenne 28.5.2010

L 129/52 Journal officiel de l Union européenne 28.5.2010 L 129/52 Journal officiel de l Union européenne 28.5.2010 RÈGLEMENT (UE) N o 461/2010 DE LA COMMISSION du 27 mai 2010 concernant l application de l article 101, paragraphe 3, du traité sur le fonctionnement

Plus en détail

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Emploi privé- âge- procédure de recrutement-rejet de la candidature sans entretien profil surdimensionné- diplôme- compétences managériales expérience professionnelle

Plus en détail

Publicité comparative et médicaments : une réglementation à clarifier?

Publicité comparative et médicaments : une réglementation à clarifier? DIVERS Publicité comparative et médicaments : une réglementation à clarifier? Alors que l industrie pharmaceutique connaît un mouvement important de concentration et une évolution sensible marquée par

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Ottawa, le 7 janvier 2014 MÉMORANDUM D13-3-13 EN RÉSUMÉ Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Les modifications supplémentaires liées à la

Plus en détail

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface C O F A C E 9 novembre 2000 Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface Le commerce interentreprise s est considérablement développé

Plus en détail

Thème : La consommation des ménages

Thème : La consommation des ménages Thème : La consommation des ménages Vous effectuez votre période de PFMP au sein du magasin ZARA, grande surface spécialisée dans le prêt-à-porter féminin, implantée dans le centre commercial Cap 3000

Plus en détail

Guillaume comprend que le marché est composé de 3 composantes, mais desquelles s agit-il?

Guillaume comprend que le marché est composé de 3 composantes, mais desquelles s agit-il? Thème 1 : Mercatique et consommateur Question de gestion : La mercatique cherche-t-elle à répondre aux besoins des consommateurs ou à les influencer? Chapitre 4 : Sur quel(s) marché(s) agir et comment

Plus en détail

POLITIQUE 5.6 OFFRES PUBLIQUES DE RACHAT DANS LE COURS NORMAL DES ACTIVITÉS

POLITIQUE 5.6 OFFRES PUBLIQUES DE RACHAT DANS LE COURS NORMAL DES ACTIVITÉS POLITIQUE 5.6 OFFRES PUBLIQUES DE RACHAT DANS LE COURS NORMAL DES ACTIVITÉS Champ d application de la politique La présente politique expose la procédure et les politiques de la Bourse applicables aux

Plus en détail

Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal

Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal Loi n 91-14 du 11 février 1991 Article Premier Il est institué un Médiateur de la République, autorité indépendante qui reçoit, dans les conditions

Plus en détail