BTSCOM1/ECONOMIE C3 L ETAT & LE FONCTIONNEMENT DU MARCHE DOUMENTS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BTSCOM1/ECONOMIE C3 L ETAT & LE FONCTIONNEMENT DU MARCHE DOUMENTS"

Transcription

1 BTSCOM1/ECONOMIE C3 L ETAT & LE FONCTIONNEMENT DU MARCHE DOUMENTS Doc 1 Le marché des véhicules d occasion Dans un article célèbre («The market for lemons : Quality uncertainity and the market mechanisms»1970), Akerlof va démontrer que le prix n'est pas nécessairement synonyme de qualité, bonne ou mauvaise selon son évolution. Et pour cela, il prend l'exemple d'un marché de cent voitures d'occasion où cinquante sont des modèles de mauvaise qualité («lemons») et cinquante sont des modèles de bonne qualité. Qui connaît la qualité exacte du modèle proposé? Certainement pas l'acheteur. Seul le propriétaire dispose de l'information. Pour les acheteurs potentiels, l'asymétrie d'information est totale. Quel sera le prix du marché? Tout laisse à penser que le propriétaire d un mauvais modèle est prêt à le vendre beaucoup moins cher que le propriétaire d'une voiture de bonne qualité. Si la qualité des modèles est parfaitement identifiée, pas de problème. Par contre, que se passe-t-il si l'acheteur est incapable d'estimer la qualité du modèle proposé, asymétrie d'information oblige? À cette question, Akerlof répond simplement : en proposant un prix unique, qui pourrait être un prix moyen, le marché permet uniquement la mise en vente des modèles de médiocre qualité. A ce prix, les propriétaires des modèles de bonne qualité se retirent du marché, le prix moyen du marché étant trop faible. L'asymétrie de l'information exclut donc du marché les produits de bonne qualité au profit des produits de moindre qualité. C'est ce qu'on appelle donc l antisélection ou sélection adverse. «Les mauvais produits chassent les bons» Ainsi le laisser faire peut avoir des conséquences désastreuses : élimination des bons produits, voire absence d échange. Dans ce cadre, une réglementation, assurant la révélation de tout ou partie de l information, ou encore instituant des procédures de recours efficaces contre les ventes de produits de mauvaise qualité (garantie légale contre les vices cachés), permet d améliorer le fonctionnement des marchés. 1. Quelles sont les conditions posées par le modèle de la concurrence pure & parfaite? 2. Quelle condition théorique ne respecte pas le marché des véhicules d occasion? 3. Qu est-ce que l asymétrie d information? 4. Quels sont les effets de l asymétrie d information sur le marché des voitures d occasion? 5. Quelles sont les solutions privées et institutionnelles (étatiques) possibles au problème d asymétrie d information sur le marché des automobiles d occasion? Doc 2 Délit d'initiés confirmé pour 17 dirigeants d'eads 01/04/2008 Le groupe aéronautique lui-même est mis en cause. EADS devra répondre d'«information trompeuse» en tant que personne morale, pour ne pas avoir dévoilé les retards de construction de l'a380, et sur l'abandon du programme A350, dès qu'il en a eu connaissance. Selon un communiqué de l'autorité des marchés financiers publié ce mardi, 17 des 21 dirigeants et actionnaires cités dans ce dossier vont être poursuivis. Le collège de l'amf a en effet confirmé les conclusions du rapport de son enquêteur, présentées en septembre dernier. Arnaud Lagardère, un des administrateurs du groupe, et Thomas Enders, le président d'airbus, sont visés par la procédure. Tous deux, comme les autres délinquants présumés, se sont vu notifier des griefs pour «manquement d'initiés». Ils pourront ensuite se justifier devant la Commission des sanctions de l'amf, qui doit désormais ouvrir une procédure contradictoire. ( ) L'AMF a en effet retenu le scénario avancé dès l'automne. Selon celui-ci, entre novembre 2005 et mars 2006, plusieurs dirigeants d'eads auraient eu connaissance en avant-première de retards dans la construction de son gros porteur, l'a380. Ils auraient alors compris que l'annonce de ces difficultés pèserait sur le titre du constructeur aéronautique en Bourse. Ils auraient donc procédé à une vente massive de leurs titres, qui valent chacun entre 31 et 35. Un avertissement sur les résultats du groupe avait été lancé trois mois plus tard. Au lendemain de cette annonce, le 14 juin 2006, l'action EADS avait plongé de 26%, à 18,75 euros, à la Bourse de Paris. A la Bourse de Paris, les investisseurs prennent les poursuites de l'amf au sérieux. Le titre EADS a perdu 2,07 % à l'ouverture, tandis que Lagardère abandonnait 1,18 % ( ). Source : 1

2 Doc 3 L AMF Créée par la loi n de sécurité financière du 1er août 2003, l'autorité des marchés financiers a pour objectif de renforcer l'efficacité et la visibilité de la régulation de la place financière française. L'Autorité des marchés financiers est un organisme public indépendant, doté de la personnalité morale et disposant d'une autonomie financière, qui a pour missions de veiller : A la protection de l'épargne investie dans les instruments financiers et tout autre placement donnant lieu à appel public à l'épargne ; A l'information des investisseurs ; Au bon fonctionnement des marchés d'instruments financiers. Elle apporte son concours à la régulation de ces marchés aux échelons européen et international. L'Autorité des marchés financiers réglemente les opérations financières et l'information diffusée par les sociétés cotées. Ces sociétés ont l'obligation d'informer le public de leurs activités, de leurs résultats et de leurs opérations financières. L'AMF supervise et contrôle l'information délivrée, en veillant à ce qu'elle soit précise, sincère, exacte et diffusée à l'ensemble de la communauté financière. L'Autorité des marchés financiers peut également procéder à des contrôles et à des enquêtes et, en cas de pratiques contraires à son règlement général ou aux obligations professionnelles, la Commission des sanctions peut prononcer des sanctions. Lorsque les faits paraissent constitutifs d'un délit, le Collège de l'autorité des marchés financiers transmet le rapport de contrôle ou d'enquête au procureur de la République. Source : 1. Quels sont les faits reprochés aux dirigeants d EADS? 2. Appréciez l importance de disposer d une information fiable en temps réel pour assurer la confiance des intervenants du marché des actions de la bourse de Paris? 3. Identifiez le rôle de le l AMF dans l affaire du délit d initié des dirigeants du groupe EADS. Doc 4 L information des consommateurs L étiquetage des denrées alimentaires préemballées : Il s agit d un produit constitué par une denrée alimentaire et l emballage dans lequel elle a été conditionnée avant sa présentation à la vente. Les denrées préemballées sont des produits le plus souvent vendus dans les rayons de libre service et soumis à des règles strictes. Deux grandes règles doivent être respectées : a) L étiquetage doit faire figurer diverses informations qui renseignent objectivement le consommateur. Elles doivent être rédigées au moins en français. b) L étiquetage doit être loyal et ne doit pas induire le consommateur en erreur (composition du produit, origine ). Ventes de denrées non préemballées, vendues en vrac Les denrées non préemballées sont les denrées présentées à la vente en vrac. C est à dire présentées sans emballage à la vente et emballé à la demande du client au moment de l achat (ex. : fruits ou légumes en vrac, baguette de pain, pâtisserie non emballée, traiteur ). Une affichette (ou un écriteau) doit être placée à proximité de ce qui est proposé à la vente en mentionnant : - La dénomination de vente ; - L état physique du produit (Ex. décongelé) ; - Le prix de vente (Ex. à la pièce et/ou au poids selon le cas). Source : 1. Quel est le problème d asymétrie de l information sur le marché des produits alimentaires? 2. Quelle est la solution institutionnelle à ce problème d asymétrie d information? 2

3 Doc 5 Nature des pratiques sanctionnées 3 Source : Doc 6 INTEL condamné pour abus de position dominante La Commission européenne a infligé une amende de d' à Intel Corporation pour infraction aux règles antitrust du traité CE relatives à l'abus de position dominante (article 82) par le recours à des pratiques anticoncurrentielles illégales visant à exclure les concurrents du marché des puces informatiques appelées «processeurs x86». La Commission a aussi ordonné à Intel de mettre immédiatement un terme à ses pratiques illégales dans la mesure où elles ont toujours cours. Tout au long de la période d'octobre 2002 à décembre 2007, Intel a occupé une position dominante sur le marché mondial des processeurs x86, détenant une part de marché d'au moins 70 %. La Commission a jugé qu'intel recourait à deux formes spécifiques de pratique illégale. Premièrement, elle accordait des remises intégralement ou partiellement occultes aux fabricants d'ordinateurs à la condition qu'ils lui achètent la totalité ou la quasitotalité des processeurs x86 dont ils avaient besoin. Intel a aussi effectué des paiements directs en faveur d'un grand distributeur à la condition qu'il ne vende que des ordinateurs équipés de processeurs x86. Ces remises et paiements ont effectivement empêché les clients - et, en fin de compte, les consommateurs - de se tourner vers des produits alternatifs. Deuxièmement, Intel a effectué des paiements directs en faveur des fabricants d'ordinateurs dans le but d'arrêter ou de retarder le lancement de produits spécifiques contenant des processeurs x86 de concurrents et de limiter les circuits de vente utilisés pour ces produits. La Commission a estimé que ces pratiques constituaient, de la part d'intel, des abus de position dominante sur le marché des processeurs x86, lesquels ont porté préjudice aux consommateurs dans l'ensemble de l'eee. En réduisant la capacité des concurrents à se livrer concurrence par la qualité intrinsèque de leurs produits, les agissements d'intel ont porté atteinte à la concurrence et à l'innovation. La Commission surveillera activement le respect de la présente décision par Intel. Le marché mondial des processeurs x86 représente actuellement près de 22 milliards d' (30 milliards d'usd) par an, l'europe prenant environ 30 % de ce montant à son compte. Source : Doc 7 Les palaces parisiens condamnés pour entente illicite La cour d'appel de Paris a confirmé vendredi 29 septembre les amendes allant de à prononcées l'an dernier à l'encontre de six prestigieux palaces parisiens le Bristol, le Crillon, le George-V, le Meurice, le Plaza-Athénée et le Ritz pour avoir échangé des informations commerciales confidentielles. Le 25 novembre 2005, le Conseil de la concurrence avait estimé que les établissements hôteliers avaient enfreint les dispositions du code du commerce et avait condamné Le Bristol à d'amende, le Crillon à , le George-V à , le Meurice à , le Plaza-Athénée à et le Ritz à Selon le Conseil de la concurrence, les hôtels avaient échangé des informations commerciales confidentielles sur leur activité respective et sur les éléments nécessaires à l'élaboration de leurs plans marketing, afin "d'altérer le jeu normal de la concurrence" sur le marché restreint des palaces parisiens. Les échanges d'informations leur permettaient en effet "de s'assurer que leur niveau de performance ne subit pas un décrochage par rapport aux autres", avait noté le Conseil dans sa décision. Les hôtels contestaient la décision du Conseil de la concurrence en faisant valoir notamment qu'ils n'avaient jamais été sanctionnés antérieurement, "que le dommage à l'économie n'était pas établi, la clientèle concernée étant majoritairement étrangère" et en soulignant que le marché concerné n'avait qu'une "dimension parisienne". Des arguments qui n'ont pas été entendus. 1. Pour quelles raisons une entreprise chercherait-elle à éliminer ses concurrents? Expliquez le paradoxe en vertu duquel la concurrence conduit à la disparition de la concurrence. 2. Quelles sont les pratiques anticoncurrentielles faisant l objet de sanctions par les pouvoirs publics? 3. Quelles conséquences sur le fonctionnement des marchés ces pratiques ont-elles? 4. La commission Européenne condamne-t-elle la position dominante sur un marché? Pourquoi? 5. Sur quel point porte l entente entre les entreprises hôtelières de Paris? Pourquoi les ententes entre entreprises sont-elles interdites?

4 DOC 1 Qu est-ce que l information parfaite? L information imparfaite? L asymétrie d information? L information parfaite suppose que tous les agents connaissent parfaitement toutes les qualités et les défauts des biens échangés, ainsi que les prix proposés par tous les offreurs, et que tous disposent de la même information. L information est imparfaite dès lors qu elle n est pas complète (insuffisance d information) ou qu elle est méconnue par l un des échangistes (asymétrie d information). L asymétrie d information est la situation dans laquelle se trouvent deux agents (au moins) qui ne disposent pas de la même information au moment d une transaction. DOC 2/3 1. Accusés de délit d initiés, à savoir d avoir utilisé des informations internes à EADS sur la dégradation des performances de l avionneur pour vendre les stock-options. Il n est pas interdit de vendre ses stock-options, mais il est interdit d utiliser une information confidentielle pour le faire. Ceci est un délit, car les opérateurs qui ne disposent pas de cette information sont désavantagés. 2. Les intervenants à la bourse se rémunèrent sur les dividendes distribués par action, mais aussi sur les plus values réalisées entre l achat et la revente de leurs actions. À l inverse, ils essaient d éviter les moins-values. Pouvoir anticiper l évolution du cours de l action est donc primordial. Par conséquent, les investisseurs doivent être sur un pied d égalité en ce qui concerne l appropriation de toutes informations qui influent sur le cours des actions (stratégies de l entreprise, retard, contre-performance, etc.), et ceci de façon simultanée. 3. L Autorité des marchés financiers supervise et contrôle l information délivrée par les sociétés cotées, en veillant à ce qu elle soit précise, sincère, exacte et diffusée à l ensemble de la communauté financière. L AMF peut également procéder à des contrôles et à des enquêtes. Son rôle est de rompre l asymétrie d information qui pourrait exister entre les opérateurs du marché. L AMF a ouvert une enquête sur les infractions boursières éventuelles et peut prendre des sanctions contre les contrevenants. DOC 4 Pour que les économies de marché fonctionnent efficacement, les entreprises et les individus doivent disposer d informations fiables. La publicité joue un rôle économique important en fournissant des informations sur les choix possibles. Lorsque l information est imparfaite, les ménages et les entreprises ne vont pas pouvoir prendre les décisions les mieux adaptées à leurs besoins et à leur budget. L information imparfaite entraîne donc des inefficacités du marché. L étiquetage réduit l asymétrie d information entre le vendeur et l acheteur et permet la comparaison des produits des différents vendeurs. L intervention de l État est souvent nécessaire car les producteurs ne communiquent pas forcément toutes les caractéristiques de leurs produits (exemple : pas de mention du pourcentage de graisse animale) ou communiquent de manière subjective (exemple : dentifrice agréé par l Association des dentistes professionnels, association en réalité créée à l initiative du producteur de dentifrice). Solutions possibles sur le marché des produits alimentaires : un label de qualité (exemple : AB pour les produits issus de l agriculture biologique), une charte signée (exemple : la charte du commerce équitable). Le logo NF réduit l asymétrie d information et sécurise l acheteur, qui sait ainsi que le produit a été testé et agréé. DOC 5 1. Qu est-ce qu un phénomène d antisélection? En quoi s applique-t-il au marché des voitures d occasion? Le phénomène d antisélection (ou sélection adverse) signifie qu en présence d asymétrie d information, les biens de qualité sont chassés du marché par les biens de moins bonne qualité. Dans l exemple de George Akerlof, les mauvaises voitures chassent les bonnes, pour parodier la loi de Gresham en vertu de laquelle «lorsque deux monnaies circulent en même temps, la mauvaise monnaie chasse la bonne». Puisque le prix moyen du marché est inférieur à leur prix de réserve, les vendeurs de bonnes voitures se retirent du marché : seules les mauvaises voitures restent disponibles à la vente. 2. Quels sont les effets de l asymétrie d information sur le fonctionnement des marchés? En présence d une asymétrie d information, le marché ne conduit pas à la confrontation de l offre et de la demande. D une part, l offre ne s exprime pas. D autre part, les demandeurs, en raisonnant comme nous venons de le faire, en déduisent 4

5 qu ils ne trouveront que des véhicules de mauvaise qualité pour un prix trop élevé : ils préfèrent se retirer eux aussi du marché. 3. Quelles sont les solutions privées possibles au problème d asymétrie d information sur le marché des automobiles d occasion? Solutions privées possibles sur le marché des voitures d occasion : offrir une garantie «pièces et main-d œuvre» à l acheteur potentiel, le rassurer par la notoriété du vendeur (concessionnaire connu), lui fournir le carnet de bord du véhicule ainsi que les factures d entretien et de réparations Solution institutionnelle : L État impose un contrôle technique des véhicules. Le justificatif du contrôle doit être présenté au moment de la vente. Solutions possibles sur les marchés en général : informations fiables sur le produit et engagement à réparation en cas de problème. DOC 6 1. Une entreprise cherche à éliminer ses concurrents pour augmenter ses parts de marché, ses ventes et donc son profit. Une fois les concurrents éliminés, elle se retrouve en situation de monopole et peut augmenter ses prix. Le paradoxe de la concurrence signifie qu un régime de concurrence conduit à la disparition des entreprises les moins rentables jusqu à ce qu il n en reste qu une (ou quelques-unes) et que le marché devienne un monopole (ou un oligopole). 2. Deux principaux types de pratiques anticoncurrentielles sont sanctionnées par les pouvoirs publics. Ce sont, par ordre décroissant d importance, que ce soit au niveau de la France ou au niveau de la Communauté européennes : - les ententes, qui sont passées entre plusieurs entreprises, et qui peuvent être horizontales quand elles concernent des entreprises qui opèrent sur le même bien ou service, ou verticales quand elles sont réalisées entre fournisseurs et distributeurs ; - les abus de position dominante, qui sont des pratiques unilatérales. Il s agit donc de lutter contre la concurrence déloyale et contre des mouvements trop puissants de concentration, de manière à conforter une économie de marché qui doit être ouverte au maximum, très transparente, et avec concurrence la plus libre possible. L Union européenne a mis en place un ensemble de règles visant à condamner mais aussi à prévenir les comportements anticoncurrentiels des entreprises. Par ailleurs, les opérations de fusion ou de rachat d une entreprise par une autre peuvent avoir pour effet de restreindre la concurrence en créant ou en renforçant un acteur dominant sur le marché. L U.E. contrôle donc, et si nécessaire interdit ou soumet à conditions, les opérations de concentration de dimension communautaire. 3. Les pratiques anticoncurrentielles ont pour but de donner aux entreprises un plus important pouvoir de marché, spécialement en matière de fixation des prix, et d en retirer des avantages en termes de domination et de profit. 4. Il est reproché à Intel d avoir abusé de sa position dominante dans le secteur des puces informatiques afin d exclure du marché européen son principal concurrent, AMD. Intel aurait eu des pratiques répréhensibles : rabais importants accordés à un gros distributeur européen d ordinateurs personnels pour l inciter à vendre ses produits, paiement d un fabricant de PC pour retarder la fabrication de produits équipés de la puce de son concurrent AMD, ristournes importantes accordées à ce dernier fabricant de PC pour équiper ses ordinateurs de microprocesseurs Intel. Ce n est pas sa position dominante qui est reprochée à Intel mais son abus qui «a pour effet d empêcher, de restreindre ou de fausser la concurrence sur un marché». Une position dominante n est pas condamnée a priori ; seul l abus de position dominante l est. Abuser consiste à vouloir faire disparaître ses concurrents. Si la position dominante n est pas condamnée, c est parce qu elle permet à des groupes européens d obtenir une taille suffisante pour rivaliser sur les marchés mondiaux avec des groupes hors Union européenne. 5. En cas d ententes illicites, les prix pratiqués sont supérieurs aux prix qui résulteraient de la concurrence. Ces surcoûts sont de 20 % et même de 30 % dans le cas de grands cartels internationaux. Ces hausses significatives des prix vont donc pénaliser les consommateurs, qui paient plus cher les produits achetés. 5

ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU

ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU 1 CHAPITRE 3: L ASYMÉTRIE D INFORMATION NOTIONS IMPORTANTES: Asymétrie d information Antisélection (ou sélection

Plus en détail

Les Conditions Générales De Vente

Les Conditions Générales De Vente Les Conditions Générales De Vente Les CGV: visent à encadrer les relations entre cocontractants ; interviennent aussi bien dans les relations contractuelles entre professionnels (le plus souvent fournisseur-

Plus en détail

Chapitre 4 Quelles sont les principales défaillances du marché?

Chapitre 4 Quelles sont les principales défaillances du marché? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 12 octobre 2014 à 18:25 Chapitre 4 Quelles sont les principales défaillances du marché? Introduction Dans la réalité les marchés peuvent être défaillants dans le

Plus en détail

ECO 3.4 les asymétries d information

ECO 3.4 les asymétries d information ECO 3.4 les asymétries d information PARTIE ECO 3. La coordination par le marché 3.1 Qu'est-ce qu'un marché? 3.2 Comment un marché concurrentiel fonctionne t il? 3.3. Comment les marchés imparfaitement

Plus en détail

Position AMF n 2004-07 Les pratiques de market timing et de late trading

Position AMF n 2004-07 Les pratiques de market timing et de late trading Position AMF n 2004-07 Les pratiques de market timing et de late trading Textes de référence : articles 411-65, 411-67 et 411-68 du règlement général de l AMF 1. Questions-réponses relatives aux pratiques

Plus en détail

Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination

Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination Les problèmes d information George A. Akerlof : The Market for «Lemons»: Quality Uncertainty and the Market Mechanism (QJE, 1970) Thèmes de recherche

Plus en détail

Fiche 3.3 : Comment les marchés imparfaitement concurrentiels fonctionnent-ils?

Fiche 3.3 : Comment les marchés imparfaitement concurrentiels fonctionnent-ils? eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 3. La coordination par le marché Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 3.3 : Comment les marchés imparfaitement

Plus en détail

Étape 2. Respecter les règles applicables aux relations commerciales entre professionnels et les droits du consommateur

Étape 2. Respecter les règles applicables aux relations commerciales entre professionnels et les droits du consommateur Étape 2 Respecter les règles applicables aux relations commerciales entre professionnels et les droits du consommateur n Les règles applicables aux relations entre professionnels (relations b to b) Des

Plus en détail

La Commission de la concurrence (ci-après: Comco) a adopté le 21 octobre 2002 une

La Commission de la concurrence (ci-après: Comco) a adopté le 21 octobre 2002 une Wettbewerbskommission WEKO Commission de la concurrence COMCO Commissione della concorrenza COMCO Competition Commission COMCO Note explicative de la Commission de la concurrence se rapportant à la Communication

Plus en détail

Évolution du budget automobile des ménages français depuis 1990 1

Évolution du budget automobile des ménages français depuis 1990 1 N 14 Avril 2013 Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix Évolution du budget automobile des ménages

Plus en détail

LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE

LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE Suite à l examen des modalités de service élaborées par différentes entreprises offrant des services de téléphonie cellulaire, l Union des consommateurs a constaté que

Plus en détail

AIDE-MÉMOIRE COMPLÉMENT D INFORMATION

AIDE-MÉMOIRE COMPLÉMENT D INFORMATION AIDE-MÉMOIRE COMPLÉMENT D INFORMATION Identifiez vos besoins et votre capacité financière En tant qu acheteur, vous devez vous assurer que le véhicule correspond vraiment à vos besoins et à votre capacité

Plus en détail

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire Chap 2 : Le marché financier et son rôle économique Les marchés de capitaux assurent le financement de l économie. Sur ces marchés se confrontent des agents à la recherche de financements et d autres à

Plus en détail

L épreuve composée en première ES : un exemple d évaluation formative.

L épreuve composée en première ES : un exemple d évaluation formative. L épreuve composée en première ES : un exemple d évaluation formative. L épreuve composée en SES peut s identifier à la réalisation d une tâche complexe nécessitant des compétences. Pour réaliser une tâche

Plus en détail

Recommandation AMF n 2006-15 Expertise indépendante dans le cadre d opérations financières

Recommandation AMF n 2006-15 Expertise indépendante dans le cadre d opérations financières Recommandation AMF n 2006-15 Expertise indépendante dans le cadre d opérations financières Texte de référence : article 262-1 du règlement général de l AMF Le titre VI du livre II du règlement général

Plus en détail

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI Textes de référence : articles 313-18 à 313-22 du règlement général de l AMF

Plus en détail

LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE

LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE Les relations au sein de l entreprise tendent à se complexifier depuis quelques années. L ouverture internationale multiplie en effet le

Plus en détail

Coûts de production et de distribution

Coûts de production et de distribution Le prix Coûts de production et de distribution Coûts directs et indirects Clés de répartition Coûts fixes et coûts variables Fixes : indépendants du volume de vente : amortissement des machines, salaires

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU REDRESSEMENT PRODUCTIF PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES, INNOVATION ET ÉCONOMIE NUMÉRIQUE Ordonnance n o 2014-329 du 12 mars 2014 relative à l

Plus en détail

Cas 9 - Le rôle de l Etat et de l environnement légal

Cas 9 - Le rôle de l Etat et de l environnement légal Cas 9 - Le rôle de l Etat et de l environnement légal Objectif : comprendre le rôle de l Etat dans l économie et son influence sur les décisions de production des entreprises. Introduction Théorie néoclassique

Plus en détail

Université des Sciences Sociales de Toulouse. TD3 L asymétrie d information

Université des Sciences Sociales de Toulouse. TD3 L asymétrie d information Université des Sciences Sociales de Toulouse Année Universitaire 2008 2009 Micro-économie - Semestre 5 - Cours de Isabelle Dubec et Yolande Hiriart TD3 L asymétrie d information Exercice 1. Les affirmations

Plus en détail

Chiffrer les préjudices Savoir compter ne suffit pas

Chiffrer les préjudices Savoir compter ne suffit pas Chiffrer les préjudices Savoir compter ne suffit pas «le manque à gagner n'est pas le fruit d'un simple calcul mathématique, mais le résultat d'une opération d'évaluation et d'appréciation de données économiques

Plus en détail

Asymétries d information

Asymétries d information cours Asymétries d information Département Économie HEC Automne 2015 cours Asymétrie d information Il est des contextes où des agents économiques en position de contracter ne disposent pas de la même information

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE ARTICLE PREMIER - Champ d'application Les présentes conditions générales de vente constituent le socle de la négociation commerciale et s'appliquent sans réserve et en priorité

Plus en détail

Violation du «Transitional Rule Book» (Swiss Blue Chip Segment) de SIX Swiss Exchange et de la «Blue Chip Segment Directive 19» de SIX Swiss Exchange

Violation du «Transitional Rule Book» (Swiss Blue Chip Segment) de SIX Swiss Exchange et de la «Blue Chip Segment Directive 19» de SIX Swiss Exchange Violation du «Transitional Rule Book» (Swiss Blue Chip Segment) de SIX Swiss Exchange et de la «Blue Chip Segment Directive 19» de SIX Swiss Exchange La Commission des sanctions a constaté que le participant

Plus en détail

LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, a rendu l'arrêt suivant :

LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, a rendu l'arrêt suivant : Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du mercredi 22 janvier 2014 N de pourvoi: 13-80576 Non publié au bulletin Rejet M. Louvel (président), président SCP Waquet, Farge et Hazan, avocat(s)

Plus en détail

GÉRER SON ENTREPRISE EN RESPECTANT LA LOI SUR LA CONCURRENCE

GÉRER SON ENTREPRISE EN RESPECTANT LA LOI SUR LA CONCURRENCE GÉRER SON ENTREPRISE EN RESPECTANT LA LOI SUR LA CONCURRENCE Pierre-Yves Guay et Yanick Poulin Direction générale des affaires criminelles, Bureau de la concurrence Interprétation Cette présentation n

Plus en détail

GARANTIE LEGALE DU VENDEUR

GARANTIE LEGALE DU VENDEUR GARANTIE LEGALE DU VENDEUR L ensemble des biens achetés auprès d Apple, y compris les biens qui ne sont pas de la marque Apple, sont couverts par la garantie légale de deux ans du vendeur contre les défauts

Plus en détail

Rappel : le programme du DSCG suppose connu celui du DCG.

Rappel : le programme du DSCG suppose connu celui du DCG. Rappel : le programme du DSCG suppose connu celui du DCG. UE 1 - GESTION JURIDIQUE, FISCALE ET SOCIALE Niveau M : 180 heures - 20 ECTS 1. L entreprise et son environnement (50 heures) 1.1 Éléments généraux

Plus en détail

Les responsabilités des professionnels de santé

Les responsabilités des professionnels de santé Chapitre 5 : UE6 - Le Droit pharmaceutique Les responsabilités des professionnels de santé Martine DELETRAZ-DELPORTE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

AUGMENTATION DE CAPITAL NATIXIS

AUGMENTATION DE CAPITAL NATIXIS AUGMENTATION DE CAPITAL NATIXIS QUESTIONS / REPONSES 1. Pourquoi faire cette augmentation de capital maintenant alors que les marchés financiers sont en crise et le cours de Natixis au plus bas? A quoi

Plus en détail

ENM 2012 Examen de droit civil Enoncé

ENM 2012 Examen de droit civil Enoncé ENM 2012 Examen de droit civil Enoncé La société "Eurobéton" dont le siège est à Bordeaux a commandé par Internet 10 ordinateurs pour la gestion de l'entreprise sur le site du distributeur de matériel

Plus en détail

VALENER INC. (la «Société») POLITIQUE RELATIVE À LA NÉGOCIATION RESTREINTE

VALENER INC. (la «Société») POLITIQUE RELATIVE À LA NÉGOCIATION RESTREINTE VALENER INC. (la «Société») POLITIQUE RELATIVE À LA NÉGOCIATION RESTREINTE Politique approuvée par le Conseil d administration le 29 septembre 2010 1. ÉNONCÉ DE POLITIQUE La législation en valeurs mobilières

Plus en détail

Economie de l information

Economie de l information 1 Introduction Economie de l information Les méthodes de la microéconomie peuvent être appliquées à tout problème particulier de la vie économique De nombreuses études sont consacrées à des marchés ou

Plus en détail

----------------------------------------

---------------------------------------- REGULATION DU SECTEUR DES JEUX D ARGENT ET DE HASARD EN LIGNE COMMISSION DES SANCTIONS instituée par l article 35 de la loi n 2010-476 du 12 mai 2010 relative à l'ouverture à la concurrence et à la régulation

Plus en détail

(Actes non législatifs) RÈGLEMENTS

(Actes non législatifs) RÈGLEMENTS 23.4.2010 Journal officiel de l Union européenne L 102/1 II (Actes non législatifs) RÈGLEMENTS RÈGLEMENT (UE) N o 330/2010 DE LA COMMISSION du 20 avril 2010 concernant l'application de l'article 101, paragraphe

Plus en détail

A. LA VENTE A DISTANCE

A. LA VENTE A DISTANCE LES REGLES APPLICABLES AUX VENTES A DISTANCE ET AUX OFFRES PROMOTIONNELLES Ventes par Internet, vente par correspondance, opérations commerciales promotionnelles, soldes..., les obligations en matière

Plus en détail

2- Microstructure des marchés financiers

2- Microstructure des marchés financiers 2- Microstructure des marchés financiers Principes d'organisation des marchés modes de cotation modes de transmission et d'exécution des ordres rôle des intermédiaires informations disponibles aux agents

Plus en détail

T : +33 1 47 38 55 00 F : +33 1 47 38 55 55 info@cms-bfl.com www.cms-bfl.com Neuilly-sur-Seine, le 14 décembre 2011

T : +33 1 47 38 55 00 F : +33 1 47 38 55 55 info@cms-bfl.com www.cms-bfl.com Neuilly-sur-Seine, le 14 décembre 2011 CMS Bureau Francis Lefebvre 1-3 Villa Emile Bergerat, 92522 Neuilly-sur-Seine Cedex, France T : +33 1 47 38 55 00 F : +33 1 47 38 55 55 info@cms-bfl.com www.cms-bfl.com Neuilly-sur-Seine, le 14 décembre

Plus en détail

MARCHÉ DE L ÉLECTRI- CITÉ : CONCURRENCE ET DÉSENCHEVÊTREMENT DU «SWISS GRID»

MARCHÉ DE L ÉLECTRI- CITÉ : CONCURRENCE ET DÉSENCHEVÊTREMENT DU «SWISS GRID» MARCHÉ DE L ÉLECTRI- CITÉ : CONCURRENCE ET DÉSENCHEVÊTREMENT DU «SWISS GRID» La Suisse est-elle prête pour la concurrence et pour l Europe? Urs Meister, Avenir Suisse Document de discussion Ce document

Plus en détail

TABLE ANALYTIQUE. Les chiffres renvoient aux numéros de pages. Section 2 Exonération 144. Chapitre 2 Applications 179

TABLE ANALYTIQUE. Les chiffres renvoient aux numéros de pages. Section 2 Exonération 144. Chapitre 2 Applications 179 TABLE ANALYTIQUE Les chiffres renvoient aux numéros de pages Introduction générale 7 LIVRE 1 Droit européen de la concurrence Introduction 19 Partie 1 Ententes et abus de position dominante Titre 1 Domaine

Plus en détail

LCEN, loi Chatel et LME : quelles conséquences pour les PME?

LCEN, loi Chatel et LME : quelles conséquences pour les PME? Conférence APECA : La dématérialisation, réelle opportunité pour les PME? LCEN, loi Chatel et LME : quelles conséquences pour les PME? 7 avril 2009 Denise Lebeau-Marianna Avocat, Baker & McKenzie SCP denise.lebeau_marianna@bakernet.com

Plus en détail

LES CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE ENTRE PROFESSIONNELS

LES CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE ENTRE PROFESSIONNELS Ressources pour les enseignants et les formateurs Activités pour la classe CE, EO, EE, terminologie, phraséologie, discours Crédit : Michel Soignet. LES CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE ENTRE PROFESSIONNELS

Plus en détail

Acheter sur internet: réglementation et contrôle, pièges à éviter, conseils utiles

Acheter sur internet: réglementation et contrôle, pièges à éviter, conseils utiles Acheter sur internet: réglementation et contrôle, pièges à éviter, conseils utiles Journée de formation Clés pour consommer intelligemment Fraud Prevention Month 14 mars 2014 PROGRAMME Réglementation et

Plus en détail

LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA

LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA Plan INTRODUCTION 1 / LA SOCIÉTÉ DE BOURSE DE CASABLANCA 2 / L AUTORITE DE SURVEILLANCE (CDVM) 3 / LES SOCIETES DE BOURSE 4 / LES ORGANISMES DE PLACEMENT

Plus en détail

Code de conduite du Label de Qualité BeCommerce pour la Vente à

Code de conduite du Label de Qualité BeCommerce pour la Vente à Code de conduite du Label de Qualité BeCommerce pour la Vente à Distance January 1 2013 Le Code de conduite du label de qualité BeCommerce a pour objectif de poser les principes de base à respecter pour

Plus en détail

VENTES AVEC PRIMES ET CADEAUX

VENTES AVEC PRIMES ET CADEAUX VENTES AVEC PRIMES ET CADEAUX 17/06/2015 Les primes et cadeaux offerts à un consommateur par un commerçant sont des procédés tendant à augmenter les ventes. Ces pratiques ont des incidences indirectes

Plus en détail

Textes de référence : articles 223-1, 223-2 et 223-9 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 223-1, 223-2 et 223-9 du règlement général de l AMF Position AMF n 2009-14 Information financière diffusée par les sociétés en difficulté Textes de référence : articles 223-1, 223-2 et 223-9 du règlement général de l AMF L Autorité des marchés financiers,

Plus en détail

Comment aborder l Investment Challenge dans les meilleures conditions?

Comment aborder l Investment Challenge dans les meilleures conditions? en collaboration avec Comment aborder l Investment Challenge dans les meilleures conditions? Vous participez au concours organisé par l association Transaction l Investment Challenge, et vous avez bien

Plus en détail

réparation ou fabrication, transports, etc. Dans des cas semblables, vous pouvez souvent cocher également la case 29.

réparation ou fabrication, transports, etc. Dans des cas semblables, vous pouvez souvent cocher également la case 29. GUIDE RELATIF A LA TYPOLOGIE DE PROBLEMES ET DE DEMANDES DU CONSOMMATEUR Le présent guide fournit des explications concernant les différentes catégories de problèmes et de demandes du consommateur, ainsi

Plus en détail

LA VENTE ET SES CONDITIONS

LA VENTE ET SES CONDITIONS LA VENTE ET SES CONDITIONS I - LES PRINCIPES GENERAUX Le refus de vente au consommateur (article L. 122-1 du Code de la consommation) A- Le principe Lorsqu un consommateur demande des produits ou des services

Plus en détail

Chapitre 20. Les options

Chapitre 20. Les options Chapitre 20 Les options Introduction Les options financières sont des contrats qui lient deux parties. Les options existent dans leur principe depuis plusieurs millénaires, mais elles connaissent depuis

Plus en détail

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE RESTRICTED AG/DOC/7/JPN/2 Z^lll^L^ DOCUMENTATION CONCERNANT L'AGRICULTURE CATALOGUE DES MESURES NON TARIFAIRES Nonnes de commercialisation et règles

Plus en détail

ARGUMENTAIRE JURIDIQUE EN FAVEUR DU STATUT DE LA MUTUELLE EUROPEENNE

ARGUMENTAIRE JURIDIQUE EN FAVEUR DU STATUT DE LA MUTUELLE EUROPEENNE ARGUMENTAIRE JURIDIQUE EN FAVEUR DU STATUT DE LA MUTUELLE EUROPEENNE Sommaire du document 1. OBSERVATIONS GENERALES 1.1. Le SME est indispensable, les instruments juridiques actuels étant insuffisants.

Plus en détail

Quels risques encourez-vous si vous utilisez, achetez ou vendez une machine non-conforme?

Quels risques encourez-vous si vous utilisez, achetez ou vendez une machine non-conforme? Quels risques encourez-vous si vous utilisez, achetez ou vendez une machine non-conforme? Introduction Le matériel de construction disponible sur le marché de l Union européenne doit être conforme à la

Plus en détail

SCPI GEMMEO COMMERCE. L immobilier de commerce français en portefeuille

SCPI GEMMEO COMMERCE. L immobilier de commerce français en portefeuille SCPI GEMMEO COMMERCE L immobilier de commerce français en portefeuille AVERTISSEMENT Facteurs de risques Avant d investir dans une société civile de placement immobilier (ci-après «SCPI»), vous devez tenir

Plus en détail

I / Un marché planétaire de la devise

I / Un marché planétaire de la devise I / Un marché planétaire de la devise Le marché des changes est le plus important des marchés. Pour beaucoup, il apparaît également comme le plus parfait des marchés, sur lequel l information circule vite

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28 Ordonnance n 03-08 du 19 Joumada El Oula 1424 correspondant au 19 juillet 2003 relative à la protection des schémas de configuration des circuits intégrés TABLE DES MATIERES Articles Titre I : Dispositions

Plus en détail

REGLEMENT D USAGE DE LA MARQUE COLLECTIVE QUALITE TOURISME

REGLEMENT D USAGE DE LA MARQUE COLLECTIVE QUALITE TOURISME REGLEMENT D USAGE DE LA MARQUE COLLECTIVE QUALITE TOURISME Version du 17/04/2014 Approuvée par le comité de pilotage de la Marque QUALITE TOURISME Déposée à l'inpi le 07/07/2014 et publiée au BOPI n 2014-32

Plus en détail

Marchés financiers et activité économique Canaux de transmission de la politique monétaire

Marchés financiers et activité économique Canaux de transmission de la politique monétaire Marchés financiers et activité économique Canaux de transmission de la politique monétaire Mishkin F. (1996), «Les canaux de transmission monétaire : leçons pour la politique monétaire», Bulletin de la

Plus en détail

Cas Crédit Agricole - Crédit Lyonnais

Cas Crédit Agricole - Crédit Lyonnais Cas Crédit Agricole - Crédit Lyonnais Thierry Pénard Mai 2004 Crédit Agricole-Crédit Lyonnais Le leader sur le marché bancaire français 9 100 agences avec deux réseaux différents 21 millions de clients

Plus en détail

Circulaire du 7 juillet 2009

Circulaire du 7 juillet 2009 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l économie, de l industrie et de l emploi NOR : ECEC0907743C Circulaire du 7 juillet 2009 concernant les conditions d application de l arrêté du 31 décembre 2008 relatif

Plus en détail

Sécurisez la rédaction r de vos contrats

Sécurisez la rédaction r de vos contrats Sécurisez la rédaction r de vos contrats Olivier COLNAT Michael DECORNY AUDIT CONSEIL DÉFENSE 1 INTRODUCTION De nombreux outils sont à la disposition des entreprises pour régir leurs relations avec les

Plus en détail

CERTIFICATS TURBOS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004

CERTIFICATS TURBOS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 CERTIFICATS TURBOS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 Emétteur : BNP Paribas Arbitrage Issuance B.V. Garant du remboursement : BNP Paribas S.A. POURQUOI INVESTIR

Plus en détail

La sanction du manquement d'initié par l'autorité des marchés financiers

La sanction du manquement d'initié par l'autorité des marchés financiers La sanction du manquement d'initié par l'autorité des marchés financiers Article juridique publié le 24/04/2014, vu 3259 fois, Auteur : Elodie Plassard Les scandales financiers impactant plus que jamais

Plus en détail

Enterprise Europe Network, CCI de Lyon Contact : Catherine Jamon-Servel Tél : 04 72 40 57 46 Mail : jamon@lyon.cci.fr www.lyon.cci.

Enterprise Europe Network, CCI de Lyon Contact : Catherine Jamon-Servel Tél : 04 72 40 57 46 Mail : jamon@lyon.cci.fr www.lyon.cci. FICHE PRATIQUE LES PRODUITS BIOCIDES Enterprise Europe Network, CCI de Lyon Contact : Catherine Jamon-Servel Tél : 04 72 40 57 46 Mail : jamon@lyon.cci.fr www.lyon.cci.fr/een La Chambre de commerce et

Plus en détail

QUESTIONS FRÉQUEMMENT POSÉES CONCERNANT L'APPLICATION DES RÈGLES DE L'UE RELATIVES AUX ENTENTES DANS LE SECTEUR AUTOMOBILE

QUESTIONS FRÉQUEMMENT POSÉES CONCERNANT L'APPLICATION DES RÈGLES DE L'UE RELATIVES AUX ENTENTES DANS LE SECTEUR AUTOMOBILE COMMISSION EUROPÉENNE QUESTIONS FRÉQUEMMENT POSÉES CONCERNANT L'APPLICATION DES RÈGLES DE L'UE RELATIVES AUX ENTENTES DANS LE SECTEUR AUTOMOBILE 27 août 2012 Depuis l adoption du nouveau règlement d exemption

Plus en détail

Problématique. Aucun spécialiste du marketing ne peut aujourd'hui ignorer le cadre juridique complexe du commerce électronique

Problématique. Aucun spécialiste du marketing ne peut aujourd'hui ignorer le cadre juridique complexe du commerce électronique Problématique Aucun spécialiste du marketing ne peut aujourd'hui ignorer le cadre juridique complexe du commerce électronique Europe: CA e-commerce 246 Milliards d euros. Plus grand marché e-commerce devant

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 711 SÉNAT SECONDE SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2009-2010 Enregistré à la Présidence du Sénat le 15 septembre 2010 PROPOSITION DE LOI visant à limiter la production de viande provenant d animaux abattus

Plus en détail

Maintien des prix et l affaire Visa / Master Card

Maintien des prix et l affaire Visa / Master Card Maintien des prix et l affaire Visa / Master Card Denis Gascon Associé Norton Rose Fulbright Canada S.E.N.C.R.L., s.r.l. 15 novembre 2013 Centre d études en droit économique, Université Laval PLAN DE LA

Plus en détail

Importations parallèles: intérêt du consommateur et intégration communautaire

Importations parallèles: intérêt du consommateur et intégration communautaire «Le traitement des restrictions verticales en droit comparé de la concurrence» Université Paris II Panthéon Assas & University College London Paris, le 23 mai 2008 Importations parallèles: intérêt du consommateur

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

Conditions générales de vente Starterre (Applicables à compter du 17/03/2015)

Conditions générales de vente Starterre (Applicables à compter du 17/03/2015) Conditions générales de vente Starterre (Applicables à compter du 17/03/2015) Les présentes conditions générales de vente s appliquent, sans restrictions ni réserves, à l ensemble des ventes de véhicules

Plus en détail

SYNTHESE SUR LE RENFORCEMENT DES OBLIGATIONS DANS LES RELATIONS ENTRE PROFESSIONNELS

SYNTHESE SUR LE RENFORCEMENT DES OBLIGATIONS DANS LES RELATIONS ENTRE PROFESSIONNELS LOI N 2014-344 DU 17 MARS 2014 RELATIVE A LA CONSOMMATION juin SYNTHESE SUR LE RENFORCEMENT DES OBLIGATIONS DANS LES RELATIONS ENTRE PROFESSIONNELS 25/04/2014 I. CONDITIONS GENERALES DE VENTE L article

Plus en détail

Marchés, réseaux et politique de la concurrence. Claude Crampes (claude.crampes@tse-fr.eu)

Marchés, réseaux et politique de la concurrence. Claude Crampes (claude.crampes@tse-fr.eu) Marchés, réseaux et politique de la concurrence Claude Crampes (claude.crampes@tse-fr.eu) Toulouse, avril 2015 2. Comportements anti-concurentiels 2.1. Choix stratégiques 2.2. Abus de position dominante

Plus en détail

Chapitre 4 La prise en compte de l informa6on dans le modèle de marché

Chapitre 4 La prise en compte de l informa6on dans le modèle de marché Chapitre 4 La prise en compte de l informa6on dans le modèle de marché Microéconomie 2014/2015 Rappel Chapitre 1 Hypothèses du modèle canonique concurrence pure et parfaite: Atomicité des agents Biens

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 03-D-68 du 23 décembre 2003 relative aux pratiques mises en œuvre par le Centre National des Professions de l Automobile (CNPA) dans le secteur de la distribution automobile

Plus en détail

Les responsabilités de l employeur. APAVE - Diffusion interdite Pilote : P

Les responsabilités de l employeur. APAVE - Diffusion interdite Pilote : P Les responsabilités de l employeur APAVE - Diffusion interdite Pilote : P Date : 10/2012 Différentes responsabilités 1- La Responsabilité Administrative Est relative - au respect des obligations du contrat

Plus en détail

La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante

La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins du 8 octobre 2010 Dr Irène KAHN-BENSAUDE Dr Jean-Marie FAROUDJA La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante

Plus en détail

PROTECTION DES SIGNES DISTINCTIFS D'UNE ENTREPRISE

PROTECTION DES SIGNES DISTINCTIFS D'UNE ENTREPRISE PROTECTION DES SIGNES DISTINCTIFS D'UNE ENTREPRISE 17/11/2011 L'entreprise peut être désignée par un ensemble de signes distinctifs. Une entreprise individuelle est identifiable par son nom commercial,

Plus en détail

alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance.

alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. alpha sélection alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. Instrument financier émis par Natixis (Moody

Plus en détail

CIRCULAIRE N 06/00 RELATIVE A LA GESTION INDIVIDUELLE DE PORTEFEUILLE EN VERTU D UN MANDAT PAR UNE SOCIETE DE BOURSE

CIRCULAIRE N 06/00 RELATIVE A LA GESTION INDIVIDUELLE DE PORTEFEUILLE EN VERTU D UN MANDAT PAR UNE SOCIETE DE BOURSE Rabat, le 25 décembre 2000 CIRCULAIRE N 06/00 RELATIVE A LA GESTION INDIVIDUELLE DE PORTEFEUILLE EN VERTU D UN MANDAT PAR UNE SOCIETE DE BOURSE Aux termes de l'article premier du Dahir portant loi n 1-93-212

Plus en détail

Document à caractère publicitaire

Document à caractère publicitaire Ce titre de créance complexe émis par Natixis (Standard & Poor s : A / Moody s : A2 / Fitch : A), dont l investisseur supportera le risque de crédit, est une alternative à un placement risqué en actions

Plus en détail

POLITIQUE DE DANAHER CORPORATION EN MATIERE DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION

POLITIQUE DE DANAHER CORPORATION EN MATIERE DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION POLITIQUE DE DANAHER CORPORATION EN MATIERE DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION I. OBJET La corruption est interdite par le droit de presque tous les pays et territoires de la planète. Danaher Corporation («Danaher»)

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 17/09/2014 Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 14 février 2012 N de pourvoi: 10-30872 Non publié au bulletin Rejet Mme Favre (président), président SCP Didier et Pinet, SCP

Plus en détail

- JURISPRUDENCE - Assurances Contrat type d assurance R.C. auto Inapplication d une directive européenne Action récursoire

- JURISPRUDENCE - Assurances Contrat type d assurance R.C. auto Inapplication d une directive européenne Action récursoire 1 LA REVUE EN LIGNE DU BARREAU de LIEGE - JURISPRUDENCE - Tribunal de première instance de Liège (4 ième chambre ) 18 avril 2001 Assurances Contrat type d assurance R.C. auto Inapplication d une directive

Plus en détail

ING Turbos. Faible impact de la volatilité. Evolution simple du prix

ING Turbos. Faible impact de la volatilité. Evolution simple du prix ING Turbos Produit présentant un risque de perte en capital et à effet de levier. Les Turbos sont émis par ING Bank N.V. et sont soumis au risque de défaut de l émetteur. ING Turbos ING a lancé les Turbos

Plus en détail

LOI CONSOMMATION. Suppression des frais de restitution de dossier en cas de changement d autoécole

LOI CONSOMMATION. Suppression des frais de restitution de dossier en cas de changement d autoécole LOI CONSOMMATION La loi consommation du 17 mars 2014 redonne du pouvoir au consommateur. Nous vous proposons de découvrir cette série de mesures en faveur des français selon différentes thématiques : VOITURE

Plus en détail

La législation est très stricte sur la sécurité des portes automatiques d où un grand nombre de normes et de règlementations.

La législation est très stricte sur la sécurité des portes automatiques d où un grand nombre de normes et de règlementations. La législation est très stricte sur la sécurité des portes automatiques d où un grand nombre de normes et de règlementations. Portes automatiques de garage Les normes relatives à la sécurité des portes

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 10.06.2004 COM(2004)415 final COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN Plan d'action européen en matière d'alimentation et

Plus en détail

Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise

Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise On ne peut concevoir l entreprise comme une entité isolée du milieu dans lequel elle agit. L entreprise

Plus en détail

Chapitre 2 L inexécution des contrats: la responsabilité contractuelle

Chapitre 2 L inexécution des contrats: la responsabilité contractuelle Chapitre 2 L inexécution des contrats: la responsabilité contractuelle La responsabilité contractuelle est la sanction de l inexécution ou de la mauvaise exécution du contrat. Elle est prévue par l article

Plus en détail

Les obligations du vendeur de produits et services financiers Marseille 16 novembre 2011. Tous droits réservés 2011

Les obligations du vendeur de produits et services financiers Marseille 16 novembre 2011. Tous droits réservés 2011 Les obligations du vendeur de produits et services financiers Marseille 16 novembre 2011 1 Tous droits réservés 2011 Objectif et plan PLAN DE LA PRÉSENTATION Les produits, les services et les instruments

Plus en détail

Concurrence et économie industrielle

Concurrence et économie industrielle Concurrence et économie industrielle THIIERRY PENARD PROFESSEUR D ECONOMIE A L UNIVERSITE DE RENNES 1, CREM L économie industrielle s intéresse à l organisation des marchés et des entreprises. La question

Plus en détail

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels 07/10/2014 Le présent document énonce les risques associés aux opérations sur certains instruments financiers négociés

Plus en détail

PLUS DE DROITS ET PLUS DE CHOIX POUR LE CONSOMMATEUR. Plus d informations sur la loi Consommation : mars 2015

PLUS DE DROITS ET PLUS DE CHOIX POUR LE CONSOMMATEUR. Plus d informations sur la loi Consommation : mars 2015 Plus d informations sur la loi Consommation : www.loiconso.gouv.fr #LoiConso VOITURE CONSOMMATION RESPONSABLE QUALITÉ & TRAÇABILITÉ CARTE DE FIDÉLITÉ ON LITIGES OFF LUTTE CONTRE LE SURENDETTEMENT SANTÉ

Plus en détail

ING Turbos Infinis. Avantages des Turbos Infinis Potentiel de rendement élevé. Pas d impact de la volatilité. La transparence du prix

ING Turbos Infinis. Avantages des Turbos Infinis Potentiel de rendement élevé. Pas d impact de la volatilité. La transparence du prix ING Turbos Infinis Produit présentant un risque de perte en capital et à effet de levier. Les Turbos sont émis par ING Bank N.V. et sont soumis au risque de défaut de l émetteur. ING Turbos Infinis Les

Plus en détail

LA GARANTIE LÉGALE DU VENDEUR

LA GARANTIE LÉGALE DU VENDEUR LA GARANTIE LÉGALE DU VENDEUR Tous les produits achetés auprès d'apple, y compris les produits qui ne sont pas de la marque Apple, bénéficient de la garantie légale de conformité de 2 ans du vendeur, prévue

Plus en détail

La Bourse Régionale des produits de base. Document didactique de formation destiné aux acheteurs

La Bourse Régionale des produits de base. Document didactique de formation destiné aux acheteurs La Bourse Régionale des produits de base Document didactique de formation destiné aux acheteurs 11 1 Sommaire 1- Introduction générale...3 1- Les entrepôts de la bourse...5 2- Le certificat d'entrepôt...5

Plus en détail

Finance internationale : 04 Analyse d un cas concret : EADS Romain BAYLE Page n 2 / 10

Finance internationale : 04 Analyse d un cas concret : EADS Romain BAYLE Page n 2 / 10 FIN-INTER-05 ANALYSE D UN CAS CONCRET : EADS Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 8 heures. Objectifs : o Utiliser les acquis des cours précédents sur un cas concret. Pré requis

Plus en détail