Chapitre 1 - Dispositions générales

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapitre 1 - Dispositions générales"

Transcription

1

2 Chapitre 1 - Dispositions générales ARTICLE 1-1 : CHAMP D APPLICATION La présente Convention, conclue en application des dispositions du Titre troisième du Livre I du code de Travail, régit les relations entre : D une part, La Fédération du Crédit Mutuel du Sud Ouest et la Caisse Régionale du CMSO et ses organismes affiliés, La Fédération du Crédit Mutuel du Massif Central et la Caisse Régionale du CMMC et ses organismes affiliés, la Fédération du Crédit Mutuel de Bretagne et ses organismes affiliés, ainsi que les sociétés ayant adhéré à la Convention, à savoir : la Compagnie Financière du Crédit Mutuel, la Caisse Interfédérale de Crédit Mutuel, la Caisse de Bretagne de Crédit Agricole Mutuel, la B.C.M.E, Banque Federal Finance, Synergie Finance Gestion, Federal Gestion, Bail Entreprises, Camefi-Banque, dénommés ensemble «UES ARKADE» ou «l Entreprise», dans la Convention, et d autre part, leurs salariés, employés et cadres, à l exclusion des Cadres de Direction et Fondés de Pouvoir ainsi que du personnel de service. Les différentes dispositions de la présente Convention ne se cumulent pas avec les dispositions légales ou réglementaires de même nature. En cas de conflit de textes, seule la disposition la plus favorable aux salariés s applique. ARTICLE 1-2 : DUREE - DENONCIATION - REVISION La présente Convention est conclue pour une durée indéterminée Elle peut être dénoncée, en totalité ou en partie, par l une ou l autre des parties signataires. La dénonciation doit être signifiée aux autres parties signataires trois mois à l avance et donner lieu à dépôt auprès de la Direction Départementale du Travail. La date de ce dépôt détermine le point de départ du préavis, pendant lequel doit obligatoirement s engager une nouvelle négociation. 1

3 Les dispositions dénoncées continuent à produire effet jusqu à l entrée en vigueur de l accord qui s y substitue ou, à défaut, pendant une durée de un an à compter de l expiration du délai de préavis La Convention peut faire l objet d une révision, à la demande de l une ou l autre des parties, sans que cela n entraîne dénonciation même partielle. Un accord de révision supprimant ou réduisant un ou plusieurs avantages individuels ou collectifs ne peut prendre effet que si une ou plusieurs organisations syndicales, ayant recueilli les voix de plus de la moitié des électeurs inscrits lors des élections aux comités d établissements, ne s y opposent pas. Cette opposition doit être écrite et motivée, et signifiée aux parties signataires dans les huit jours de la signature de l accord La dénonciation ou la révision de la Convention Collective ne peut avoir pour effet de réduire ou supprimer les avantages individuels acquis antérieurement. ARTICLE 1-3 : COMMISSION DE NEGOCIATION La Commission de Négociation est composée : d une part de représentants du personnel de l entreprise mandatés par les organisations syndicales représentatives dans l entreprise. Leur nombre ne peut excéder, par organisation syndicale, le nombre de délégués syndicaux d entreprise, d autre part de représentants mandatés par les Conseils d Administration des Fédérations. Selon la nature et l importance des sujets à l ordre du jour, et en fonction des délégations consenties par les Conseils d Administration, deux types de Commissions de Négociation peuvent être constitués : Commission n 1, dans laquelle la délégation employeur comprend des représentants nommés par les Conseils d Administration, dont le Président de la Commission de Négociation, ainsi que des représentants des Directions Générales, Commission n 2, dans laquelle la délégation employeur est composée de représentants de la Direction Générale, Le secrétariat de la Commission de Négociation est assuré par la Direction des Ressources Humaines et de la Formation. ARTICLE 1-4 : COMMISSION PARITAIRE Il est institué une Commission Paritaire composée : d une part, de représentants choisis parmi le personnel et mandatés par les organisations syndicales représentatives au niveau de l entreprise ; leur nombre ne saurait excéder par organisation syndicale, le nombre de délégués syndicaux d entreprise ; d autre part, de représentants mandatés par les Conseils d Administration dont le nombre est égal à celui des délégués syndicaux. Chaque organisation syndicale ainsi que la délégation employeur peut s adjoindre un conseiller à titre consultatif. Elle est compétente pour l interprétation de cette convention. 2

4 La Commission Paritaire est présidée alternativement par un représentant mandaté par les Conseils d Administration des FEDERATIONS et par un représentant mandaté par les organisations syndicales, selon les dispositions prévues dans son règlement intérieur. Le secrétariat de la Commission Paritaire est assuré par la Direction des Ressources Humaines et de la Formation. La Commission se réunit à la demande de l une ou l autre des parties. Elle se réunit dans un délai maximum de 15 jours à partir de la demande de convocation et doit statuer dans les 15 jours suivants. Dans tous les cas, les parties conservent la possibilité de porter le ou les cas litigieux devant les tribunaux. 3

5 Chapitre 2 : Libertés individuelles et droit syndical ARTICLE 2-1 : LIBERTES SYNDICALES ET INDIVIDUELLES Les parties contractantes reconnaissent le droit, aussi bien pour les employeurs et leurs représentants que pour les salariés, de se regrouper en syndicats régulièrement constitués et la pleine liberté pour ces syndicats d exercer leur action en vue de la défense des intérêts professionnels respectifs de leurs mandants Aucune décision ne peut être arrêtée à l égard des candidats et des salariés en considération de l origine, du sexe, des mœurs, de l orientation sexuelle, de l âge, de la situation de famille, de ses caractéristiques génétiques, de l appartenance ou la non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation ou une race, des opinions politiques, des activités syndicales ou mutualistes, des convictions religieuses, de l apparence physique, du patronyme, de l exercice normal du droit de grève ou, sauf inaptitude constatée par le médecin du travail, en raison de l état de santé ou du handicap D une manière plus générale, nul ne peut apporter aux droits des personnes et aux libertés individuelles de restrictions qui ne seraient pas justifiées par la nature de la tâche à accomplir ni proportionnées au but recherché. ARTICLE 2-2 : DROIT SYNDICAL Les syndicats s organisent et les délégués syndicaux exercent leur activité conformément aux dispositions de la réglementation en vigueur Sont reconnus représentatifs les syndicats appartenant à une fédération reconnue représentative sur le plan national, ou répondant aux critères d importance des effectifs, d expérience et d ancienneté et enfin d indépendance Les délégués syndicaux d établissements sont désignés, et leur nombre fixé conformément aux dispositions des articles L et du Code de Travail. Toutefois, pour la Direction Départementale du Finistère, le nombre de délégués syndicaux est augmenté d une unité par organisation syndicale. En outre, chaque organisation syndicale représentative peut désigner cinq délégués syndicaux d entreprise Dans le but de participer aux réunions diverses (assemblées générales, colloques, congrès), chaque section syndicale dispose d un quota de jours au titre du congé syndical et calculé comme suit : forfait de 20 jours par an pour chaque organisation syndicale représentative dans l entreprise, à ce forfait, viennent s ajouter 3 jours par délégué du personnel titulaire élu sous son appartenance syndicale. 4

6 En cas de représentation aux élections sur une liste commune, ce forfait supplémentaire est divisé par le nombre d organisations syndicales ayant présenté le délégué titulaire. Ce quota est utilisable à compter du 1 er jour du mois qui suit l élection des délégués du personnel. La section syndicale adresse à la Direction des Ressources Humaines et de la Formation la liste des absents pour congé syndical huit jours avant la date prévue Une fois par an, il est accordé au personnel l autorisation de s absenter une journée (délai de route inclus) pour lui permettre d assister à l assemblée générale de la section syndicale à laquelle il appartient Information syndicale : les organisations syndicales sont autorisées à organiser à l intention de leurs adhérents une réunion mensuelle d information prélevée, à raison d une heure sur le temps de travail, sans perte de salaire. Cette réunion se déroule, en principe, au cours de la 3 ème semaine de chaque mois : une heure avant la fin de la plage fixe pour les structures soumises à un horaire variable. une heure avant l heure de fermeture pour les structures soumises à un horaire fixe, dans les locaux mis, dans la mesure du possible, à la disposition des organisations syndicales par l établissement concerné (Siège et Directions Régionales ou Départementales). Il est prévu un délai de route d une heure pour 60 kilomètres. Chaque organisation syndicale a la faculté de regrouper sur un seul mois l heure d information : du mois en cours et celle du mois précédent, ou du mois en cours et celle du mois ultérieur. Le personnel intéressé doit informer de son absence le responsable hiérarchique direct dont il relève, par le dépôt d une fiche de demande d autorisation de sortie, au plus tard la veille du jour prévu de la réunion. En aucun cas, la réunion d information mensuelle ne doit être la cause de la fermeture d un guichet ou de l interruption d activité d un service. L effectif nécessaire à un service minimum est fixé, d un commun accord, entre le responsable hiérarchique et son personnel Dans le cas où un salarié serait appelé par une organisation syndicale reconnue dans l entreprise, par le Comité Central d Entreprise ou un Comité d établissement, à tenir une fonction de permanent, il sera, à sa demande, placé en position de disponibilité pendant une période maximale de trois ans, reconductible tacitement par période d un an. Six mois avant l expiration de cette période, il devra, s il désire reprendre son emploi, en avertir, son organisme employeur d origine, auquel cas il sera réintégré, dans ses fonctions ou dans un poste équivalent comportant un coefficient hiérarchique et des avantages identiques à ceux qu il avait avant son départ, son affectation ayant lieu au plus proche de son domicile Communication syndicale Distribution de tracts : 5

7 La distribution de tracts est autorisée conformément à l article L du Code du Travail. En outre, les organisations syndicales peuvent, moyennant une redevance annuelle forfaitaire, utiliser le service courrier de l entreprise pour la diffusion de leurs communications. En cas de grève, cette diffusion ne pourra être admise que si le service courrier assure également l acheminement du courrier de l entreprise. Affichage : L affichage des communications syndicales est autorisé sous deux formes : Affichage sur les panneaux syndicaux : Dans toutes les unités géographiques de travail. Cet affichage se fait librement sur des panneaux distincts de ceux réservés aux délégués du personnel et au comité d entreprise. Chaque panneau d affichage doit pouvoir contenir au minimum six feuillets format 21 x 29,7. Un exemplaire des communications est transmis, simultanément à l affichage, au Directeur de l établissement. Affichage électronique : Un panneau d affichage électronique est mis à disposition de chaque organisation syndicale et de chaque section d établissement. L information de la mise à jour desdits panneaux est transmise, simultanément, au Directeur de l établissement. Messagerie électronique : Pour les autres besoins de communication, chaque organisation syndicale et chaque section d établissement dispose, sous sa responsabilité : d une boîte de messagerie interne par établissement, réservée aux communications vers ses adhérents, d une adresse , par établissement, réservée aux communications vers l extérieur de l entreprise. Les dispositions du présent article sont applicables aux communications de nature syndicale, sous réserve qu elles respectent les dispositions relatives à la presse quant à leur contenu Allocation syndicale Une somme globale de indexée sur l évolution de la valeur du point ARKADE est allouée annuellement aux organisations syndicales représentatives dans l UES ARKADE selon la clé de répartition suivante : 20% de cette somme à parts égales à chaque organisation syndicale, 80% au prorata du nombre de suffrages valablement exprimés au premier tour des élections DP/CE (titulaires et suppléants). En cas de liste commune, les suffrages exprimés sont répartis de manière égale entre les organisations syndicales ayant présenté la liste. L enveloppe de chaque organisation syndicale représentative sera versée en janvier de l année n sur la base de la situation au 31 décembre de l année n-1. 1 Valeur

8 ARTICLE 2-3 : DELEGUES DU PERSONNEL Les délégués du personnel sont élus et exercent leurs fonctions conformément aux dispositions du Titre deuxième du Livre quatrième du Code du Travail. Pour la Direction Départementale du Finistère, le nombre de délégués est fixé à 10 membres titulaires (dont 2 cadres) et 10 membres suppléants (dont 2 cadres). ARTICLE 2-4 : COMITE D ENTREPRISE Le comité central d entreprise et les comités d établissements sont régis par les dispositions du Titre troisième du Livre quatrième du Code de Travail. Pour la Direction Départementale du Finistère, le nombre de membres est fixé à 9 titulaires (dont 2 cadres) et 5 suppléants (dont 2 cadres) Le financement des activités sociales et culturelles est assuré conformément à la législation en vigueur. Pour chacun des 5 comités d établissement suivants, le siège administratif et les directions départementales du Finistère, des Côtes d Armor, d Ille et Vilaine et du Morbihan, la dotation s élève à 1 % de la masse salariale brute de l exercice précédent. Pour l établissement de la Direction Régionale du CMMC, la dotation s élève à 0,75% de la masse salariale brute de l exercice précédent de cet établissement. Pour l établissement de la Direction Régionale du CMSO, la dotation s élève à 1,1% de la masse salariale brute de l exercice précédent de cet établissement Deux membres du comité central d entreprise délégués par le comité et appartenant l un au collège «Cadres», l autre au collège «Employés» assistent avec voix consultative aux séances du Conseil d Administration ou du Conseil de Surveillance, selon le cas, de la Fédération du Crédit Mutuel de Bretagne, de la Fédération du CMMC, de la Fédération du CMSO, de la CICM, de la Caisse Régionale du Massif Central, de la Caisse Régionale du Sud Ouest, de la Compagnie Financière, de la BCME Au-delà des moyens de communication prévus par la loi, chaque comité d établissement et le CCE disposent, sous leur responsabilité : D un panneau d affichage électronique, réservé aux informations relatives à leurs missions et compétences, D une boîte de messagerie interne, réservée aux communications relatives aux activités sociales et culturelles, D une adresse , réservée aux communications externes. 7

9 2-4-5 Commissions obligatoires ou facultatives auprès des CE et CCE 2 : Les principes : Le nombre de membres de chacune des commissions auprès d un CE est au maximum de 15. Le nombre de membres de chacune des commissions auprès du CCE est au maximum de 28. Les commissions facultatives peuvent se réunir dans la limite de quatre fois par an. Outre le temps de réunion et les délais de route, il est accordé aux membres de ces commissions ne disposant pas d un crédit d heures au titre d un mandat quelconque un crédit individuel de 25 heures par an. Les membres disposant d un crédit d heures par ailleurs bénéficient d un crédit individuel de 20 heures par an. Les frais de déplacement sont pris en charge par l entreprise. Disposition spécifique : La commission médiathèque du Siège administratif bénéficie d un crédit d heures global de 600 heures par an réparti entre ses membres. L usage de ce crédit fait l objet, par le président de la commission d une déclaration récapitulative mensuelle des personnes ayant utilisé ce crédit avec, pour chacune, le nombre d heures utilisées. ARTICLE 2-5 : C.H.S.C.T. ET C.C.H.S.C.T Les C.H.S.C.T. sont régis par les dispositions des articles L à L du Code du Travail Le nombre des membres des délégations salariales est fixé comme suit : Siège administratif : 2 employés et 4 cadres ; DR CMMC : 3 employés et un cadre ; DR CMSO : 4 employés et 2 cadres ; DD29 : 5 employés et 3 cadres ; DD22 : 4 employés et 2 cadres ; DD56 : 4 employés et 2 cadres ; DD35 : 4 employés et 2 cadres Les frais de déplacement des membres des C.H.S.C.T. sont pris en charge par l entreprise lorsqu il s agit de missions effectuées dans le cadre défini par l article L236-2 du code du travail Il est institué un Comité Central d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail (C.C.H.S.C.T.) dont les compétences sont celles attribuées par la loi aux C.H.S.C.T. mais qui dépassent le cadre d un seul «établissement» ou, d une manière générale, qui intéressent l ensemble de l Entreprise. 2 Les règles relatives à la composition des commissions s appliquent à partir de la mise en place des instances issues des élections professionnelles de A partir de septembre 2007 et jusqu à cette mise en place, les commissions aux CE existantes restent inchangées et les établissements CMSO et CMMC pourront désigner des membres aux commissions CCE dans la limite de trois personnes par établissement. 8

10 2-5-5 Le C.C.H.S.C.T. est présidé par le Chef d Entreprise ou son représentant, qui a voix délibérative Les membres du C.C.H.S.C.T. à titre consultatif sont : le Responsable de la Sécurité, le Responsable de la Formation, le Médecin du Travail, l Infirmière le Chargé des Conditions de Travail La délégation salariale du C.C.H.S.C.T. est composée de vingt trois membres, chaque C.H.S.C.T. désignant parmi ses membres, pour deux ans : pour l établissement Siège administratif : trois personnes, dont deux cadres ; pour l établissement Direction Régionale du CMMC : deux personnes dont un cadre ; pour l établissement Finistère : six personnes, dont deux cadres ; pour les autres établissements : trois personnes, dont un cadre ; En cas de vacance définitive de siège, un nouveau membre est désigné pour la période restant à courir, sauf si celle-ci est inférieure à trois mois, par le C.H.S.C.T. qui avait désigné le membre dont le siège est devenu vacant. Chaque organisation syndicale représentative dans l entreprise peut également désigner un représentant syndical ayant voix consultative auprès de cette instance Le C.C.H.S.C.T. désigne un secrétaire parmi ses membres ayant voix délibérative Le C.C.H.S.C.T. se réunit au moins deux fois par an et chaque fois qu une consultation prévue par la loi le nécessite. Il est également réuni lorsque trois C.H.S.C.T. en font la demande. L ordre du jour est établi par le président et le secrétaire, et communiqué aux membres au moins quinze jours à l avance, ainsi qu à l Inspecteur du Travail et aux Agents des services de prévention des organismes de Sécurité Sociale. ARTICLE 2-6 : DISPOSITIONS COMMUNES Etablissements distincts Il est convenu que constituent des «établissements», au sens retenu par le Code du Travail pour l exercice de la représentation du personnel, d une part le siège administratif, et d autre part chacune des Directions Régionales ou Directions Départementales Locaux Sociaux Un local syndical est mis à la disposition des sections syndicales pour l exercice de la mission de leurs délégués. Ce local est équipé d un poste informatique répondant aux «normes entreprise» et dispose en outre d un accès internet. 9

11 Les organisations syndicales représentatives dans l entreprise peuvent accéder aux salles de visioconférence disponibles. Elles devront les réserver dans un délai maximum de 15 jours avant la réunion. Un local est également mis à la disposition du comité d établissement et des délégués du personnel. Les locaux sociaux sont situés au siège de l établissement, ou sinon dans l agglomération de celui-ci Comptes rendus des instances du personnel Une copie des registres des délégués du personnel et du compte rendu des réunions de comité d établissement et du comité central d entreprise est adressée par la direction par voie électronique dans chacune des unités de travail. Ces documents et leurs annexes, ainsi que les comptes rendus des CHSCT et du CCHSCT sont également disponibles sur des panneaux d affichage électroniques. Les comptes rendus des Commissions de Négociation et Paritaires et leurs annexes sont adressés aux délégués syndicaux, aux secrétaires des comités d établissement ainsi qu au secrétaire du Comité Central d Entreprise par voie électronique Remplacement d un délégué du personnel suppléant ou d un membre suppléant du comité d établissement Lorsqu un membre titulaire du comité d établissement ou un délégué du personnel titulaire cesse ses fonctions, le suppléant nommé titulaire à sa place sera lui-même remplacé par le premier candidat non-élu dans la liste à laquelle appartenait le titulaire dont les fonctions ont cessé. D une manière plus générale, lorsque, en dehors de ce cas de remplacement d un titulaire, un poste de suppléant deviendra vacant de façon définitive, il sera tenu par le premier candidat de la liste à laquelle appartenait ce suppléant. ARTICLE 2-7 : HEURES DE DELEGATION Crédit d heures de délégation - Informations relatives à leur utilisation Les délégués et représentants syndicaux, les membres du personnel titulaires d un mandat électif ou suppléants, les membres élus ou non-élus d une commission obligatoire ou facultative devront informer le responsable hiérarchique de la façon décrite ci-après de leurs absences dans le cadre de leur mandat. Fiche d information d utilisation d heures de délégation : Cette fiche devra être remplie et remise au responsable hiérarchique avant toute absence. Elle ne constitue pas une demande d autorisation d absence mais une information préalable. Exceptionnellement, cette information préalable pourra être faite par téléphone, mais elle sera confirmée dès le lendemain par écrit au responsable. Etat mensuel d utilisation des heures de délégation : Cet état devra être dûment rempli et transmis à la fin de chaque mois à la Direction des Ressources Humaines et de la Formation. 10

12 Un exemplaire sera remis au responsable hiérarchique qui devra constater la concordance entre les fiches d information et le cumul des heures de délégation utilisées au cours du mois. En cas de litige, il devra en informer l intéressé, dans les huit jours Nombre d heures de délégation par fonction Le crédit d heures attribué à chaque fonction est le suivant : Délégué du Personnel titulaire Membre titulaire du Comité d Établissement Membre d une Commission obligatoire ou facultative d un Comité d Établissement disposant d un crédit d heures au titre d un mandat quelconque. Membre d une Commission obligatoire ou facultative d un Comité d Établissement ne disposant d aucun crédit d heures au titre d un mandat quelconque. Représentant Syndical au Comité d Établissement Délégué Syndical d Établissement de moins de 500 salariés Délégué Syndical d Établissement de plus de 500 salariés Membre du C.H.S.C.T Délégué Syndical d Entreprise Membre titulaire du Comité Central d Entreprise Secrétaire du Comité Central d Entreprise Trésorier du Comité Central d Entreprise Président de Commission CCE (Économique, Formation, Vacances Adultes) Représentant du CCE ou des salariés au CA ou CS Membre du Comité de Groupe Représentants des salariés au CS des FCPE 15 H 00 /mois 20 H 00/mois 20 H 00/an 25 H 00/an 20 H 00/mois 15 H 00/mois 20 H 00/mois 15 H 00/mois 35 H 00/mois 10 H 00/mois 25 H 00/mois 20 H 00/mois 10 H 00/mois 4 H 00/réunion 3 jours/an 4 H 00/réunion Répartition des crédits d heures Les délégués syndicaux peuvent répartir entre eux les heures de délégation dont ils disposent globalement. Au préalable, le Directeur de l établissement devra en être informé par écrit avec copie à la Direction des Ressources Humaines et de la Formation. De la même manière, les membres d un C.H.S.C.T. peuvent répartir entre eux leur crédit d heures Délégués du personnel - membres du Comité d établissement et du comité central d entreprise Réunions préparatoires : Les délégués du personnel suppléants, les membres suppléants du comité d établissement et du comité central d entreprise et les représentants syndicaux au comité central d entreprise ont la possibilité de se réunir pour préparer les réunions de leur instance convoquées par l employeur. Le temps passé par le membre suppléant ainsi que le délai de trajet (1 heure pour 60 kilomètres) n est pas décompté du crédit d heures de délégation attribué aux membres titulaires. Les frais de déplacement relatifs à ces réunions préparatoires sont également pris en charge par l employeur. Dans le cas où le temps de déplacement nécessaire pour cette réunion déborde de l horaire normal 11

13 de la Caisse ou du Service auquel appartiennent les membres suppléants et titulaires, la possibilité leur est laissée de le récupérer à une date fixée en accord avec leurs responsables hiérarchiques. ARTICLE 2-8 : DROIT D EXPRESSION DES SALARIES Nature et portée du droit d expression Les salariés bénéficient d un droit à l expression directe et collective : directe, c est-à-dire qui ne passe pas par l intermédiaire d un mandataire ou d un représentant, collective, c est-à-dire dans le cadre de réunions telles que définies aux articles et Le droit d expression porte sur le contenu et l organisation du travail ainsi que sur la définition et la mise en œuvre d actions destinées à améliorer les conditions de travail, l organisation de l activité et la qualité de la production, dans l unité de travail ou dans l entreprise. Sont exclues de ce domaine les questions se rapportant au contrat de travail, aux classifications, aux contreparties directes ou indirectes du travail, ou à la détermination des objectifs et programmes généraux de l Entreprise. Il est entendu que ce droit d expression ne peut se substituer au rôle dévolu aux différentes Instances représentatives du Personnel Niveau et mode d organisation des réunions Les réunions rassemblent les salariés de chaque unité élémentaire de travail dans le cadre de la Caisse ou du Service. L unité élémentaire correspondant à un groupe de personnes appartenant à la même structure et participant à la même mission. En cas de besoin, une scission en sous-groupes est possible. A la demande du groupe, des personnes qualifiées, appartenant nécessairement à l entreprise, peuvent, dès lors qu elles ont été choisies à l unanimité, intervenir dans les réunions pour apporter leur concours technique sur des sujets de leur compétence. Les réunions ont lieu dans un local préservant la discrétion des débats, durant le temps de travail, et sont payées comme tel : à guichets fermés pour les Caisses locales, en recherchant les jours et heures de moindre fréquentation, en accord avec le Conseil d Administration de la Caisse, en tenant compte des heures et jours chargés dans certaines équipes de travail, ainsi que des contraintes de service à rendre aux Caisses locales pour les services du 2 e degré. Le temps annuel consacré aux réunions est de six heures. L utilisation de ce crédit d heures est modulable en fréquence et en durée selon l importance ou l urgence des sujets. Toutefois, chaque équipe sera invitée à tenir deux réunions à des périodes fixes, la première au cours du premier trimestre, la seconde à l issue de la campagne commerciale d automne. Il revient à l équipe de travail de déterminer en commun les thèmes à aborder. 12

14 Toutefois, l une des réunions sera consacrée à l examen d un thème d intérêt général, proposé par la Direction dans le champ des sujets relevant du domaine de l expression des salariés. L animation des réunions revient au Responsable hiérarchique ou à la personne choisie en son sein par l équipe de travail. L animateur a en charge : a) la préparation de la réunion : fixation des dates et heures de rencontres, établissement de l ordre du jour à partir des thèmes retenus, recueil des informations s y rapportant et de la documentation utile, organisation de la venue de l éventuel intervenant extérieur à l équipe. b) la tenue de la réunion, en veillant particulièrement à ce que chacun puisse s exprimer conformément à l esprit de la loi. c) la rédaction d une synthèse de réunion suivant le modèle fourni, dont l original sera conservé par l équipe et le double transmis au Responsable de Personnel d Établissement. d) le suivi des réponses apportées aux demandes, propositions ou avis. A cet effet, il dispose d un guide de réunions. Les tâches liées à l animation sont réalisées sur le temps de travail Dispositions spécifiques à l encadrement hiérarchique Les personnels d encadrement exerçant une responsabilité hiérarchique ont, de plus, la possibilité de se réunir entre eux, par regroupement, pour traiter des problèmes qui leur sont propres, indépendamment de leur participation aux réunions d expression des salariés placés sous leur autorité. Les modalités pratiques de mise en oeuvre de ces dispositions seront définies par avenant au présent accord. L animateur est choisi par le groupe et exerce sa mission dans les conditions et selon les modalités définies à l article Liberté d expression et transmission des demandes, propositions ou avis Chaque salarié peut participer aux réunions et s y exprimer, à égalité de droit, sans considération de grade ou de fonction. Les opinions émises dans le cadre du droit d expression ne peuvent motiver une sanction. A la suite des réunions et selon le cas, le responsable hiérarchique ou l animateur de groupe d encadrement hiérarchique adresse les demandes, propositions ou avis au service Emploi et Conditions de Travail de la Direction des Ressources Humaines et de la Formation, qui les transmettra aux Directions ou Services concernés et s assurera des suites qui leur seront données Suites réservées aux demandes, propositions ou avis 13

15 Les réponses sont apportées : par les responsables hiérarchiques lorsque cela est possible directement, par le service Emploi/Conditions de Travail dans les autres cas. Au moins une fois par an, les C.H.S.C.T. et le C.C.H.S.C.T. examinent un rapport sur l exercice de l expression des salariés : nombre de réunions tenues, état des demandes, propositions ou avis émanant des groupes, suites qui leur sont données. Les secrétaires de comités d établissements et du comité central d entreprise ainsi que les délégués syndicaux reçoivent un exemplaire du rapport. 14

16 Chapitre 3 - Contrat de travail ARTICLE 3-1 : SECRET PROFESSIONNEL ET ENGAGEMENT DE TRAVAIL EXCLUSIF Sous peine de licenciement, les Salariés sont tenus à la plus entière discrétion et à une obligation de réserve sur les affaires ou informations dont ils ont connaissance dans l exercice de leurs fonctions. Ils restent liés par le secret professionnel même après leur départ de l Organisme de CREDIT MUTUEL, sous peine de poursuites. Sauf autorisation générale ou spéciale de la Direction, le Personnel s engage, sous peine de sanction, à ne pas travailler pour le compte d un autre employeur. Cette dernière disposition ne s applique pas aux salariés à temps partiel qui exercent une activité socio-culturelle, syndicale ou politique. ARTICLE 3-2 : EMBAUCHAGE La Direction détermine le nombre et la nature des différents emplois. Les Syndicats signataires de la présente Convention Collective ainsi que le comité central d entreprise et les comités d établissement sont informés des besoins en personnel et des nominations effectuées. La Direction procède, en accord avec l organisme intéressé, à l embauchage du personnel, soit par concours ou examen, soit sur titres et références, en donnant, à valeur égale, la préférence aux enfants des sociétaires et des membres du personnel, ainsi qu aux conjoints survivants sans emploi de ces derniers. Le recrutement de personnel bénéficiant d une retraite ou d une pension au titre d un précédent emploi ne peut s effectuer qu après consultation des délégués syndicaux Chaque embauchage est confirmé par une lettre dans laquelle la classification de l intéressé est indiquée, ainsi que sa rémunération. L embauchage effectif est subordonné à la production d un dossier comprenant notamment : un extrait de l acte de naissance, une copie des diplômes ou certificats obtenus, une déclaration de non-condamnation (au titre du Décret du ). L embauchage ne pourra toutefois être définitif qu à l issue d une visite médicale favorable. L embauchage est soumis aux lois et décrets en vigueur. Lors de son entrée dans l établissement, toute personne embauchée reçoit un exemplaire de la Convention Collective. Lors de son affiliation à une Caisse de Retraite et de Prévoyance, chaque Salarié reçoit un exemplaire du règlement de cet Organisme. 15

17 ARTICLE 3-3 : PERIODE D ESSAI La durée de la période d essai est fixée à 6 mois. Elle peut être prolongée d une nouvelle période de 3 mois, renouvelable une fois. A la fin de chacune de ces 3 périodes, le Responsable Hiérarchique est tenu de faire une appréciation écrite de son collaborateur - justifiant ou non la titularisation de l intéressé - et de l en informer. Au cours de la période d essai, l Employeur peut mettre fin au contrat de travail du Salarié qu il soit Cadre ou Employé : sans préavis, durant le 1 er mois, avec un préavis de15 jours calendaires, du 2 ème au 6 ème mois, avec un préavis de 30 jours calendaires, à compter du 7 ème mois. Le Salarié est tenu aux mêmes préavis en cas de démission durant la période d essai. L Employeur ne doit pas prendre en considération l état de grossesse d une femme pour résilier son contrat de travail au cours de la période d essai. A l expiration de la période d essai, si celle-ci est concluante, l intéressé reçoit notification écrite de sa titularisation et de sa classification Lorsqu un Salarié a été, au préalable, embauché par contrat à durée déterminée inférieure à 6 mois, la période déjà effectuée en cette qualité sera prise en considération pour déterminer la date de titularisation. Si l embauchage intervient à l issue d un contrat supérieur à 6 mois, le Salarié est dispensé de la période d essai telle qu elle est prévue à l alinéa ci-dessus. Il est alors recruté en qualité de titulaire. Ces dispositions ne s appliquent que si aucune interruption n a été enregistrée depuis la fin du contrat à durée déterminée. ARTICLE 3-4 : DUREE DU TRAVAIL La durée hebdomadaire du travail est celle qui est retenue par l accord d entreprise sur l aménagement réduction du temps de travail et ses avenants. Des dispositions spécifiques sont définies pour certains services afin d ajuster la durée du travail aux fluctuations de l activité compte tenu du caractère particulier des conditions de travail de ces services Travail posté Pour les personnes en équipes successives dans les C.T.I. du RELECQ-KERHUON, RENNES et VANNES, la durée du travail est fixée à 189 heures pour une période de six semaines consécutives. La durée hebdomadaire du travail peut varier, selon des plannings établis en collaboration entre le Responsable d Exploitation et les Chefs d Equipe, entre 31 heures et la durée légale du travail en fonction des besoins du Service. Chaque journée d absence est décomptée pour sept heures. 16

18 3-4-3 Horaires d ouverture des Caisses de Crédit Mutuel Dans le cadre de leurs horaires de travail, les Caisses sont autorisées à effectuer par semaine deux heures de travail à guichet fermé à des fins d organisation du travail, de formation ou d information. Ces dispositions incluent le temps d information du personnel La définition des horaires d ouverture se réalisera de la façon suivante : Le Directeur de Caisse, en concertation avec le personnel et après consultation de la Direction Régionale ou Départementale, soumettra au Conseil d Administration les dispositions d ouverture envisagées, le comité d établissement étant consulté dans le cadre de ses attributions en matière de modification d horaires de travail La plus grande attention sera portée sur la définition des plages horaires d ouverture au public dans un souci d adaptation aux besoins de la clientèle. La mise en place de ces dispositions se fera dans le cadre d une réflexion globale sur l aménagement du temps de travail de la Caisse, et ce en veillant au respect simultané des intérêts économiques et sociaux de l unité de travail Les présentes dispositions seront revues dès qu une évolution de l organisation des Caisses ou des conditions d exercice des activités le justifiera Organisation du travail dans les services de traitement des chèques Les services de traitement de chèques fonctionnent du lundi au samedi et sont organisés en équipes, sachant que chaque salarié travaille toujours selon des horaires identiques et bénéficie de deux jours de repos hebdomadaires consécutifs (samedi et dimanche ou dimanche et lundi) La durée de travail est fixée à 7 heures les jours d exécution de la prestation de travail en continu avec prise de poste anticipée. Les salariés concernés bénéficient alors des primes de poste, de panier, respectivement de 36 et 46 points, au prorata du nombre de jours travaillés dans ces conditions. Ces primes sont versées dans les conditions prévues aux articles et de la convention collective Organisation du temps de travail dans l établissement CMSO : Pour les salariés de l Établissement CMSO, la durée hebdomadaire du travail (35h) est répartie sur quatre jours et demi, du lundi au vendredi ou du mardi au samedi matin. Elle est suivie de deux jours et demi de repos consécutifs, dont le samedi après-midi et le dimanche. ARTICLE 3-5 : TEMPS PARTIEL La possibilité de travail à temps partiel est offerte à tout salarié qui en fait la demande. 17

19 a) soit par transformation de son poste de travail à temps plein en poste de travail à temps partiel, si la demande est compatible avec les exigences du service, et dans la mesure où l organisation du poste et la nature de la fonction le permettent. L attribution du poste à temps partiel est subordonnée au dépôt d une demande écrite auprès du supérieur hiérarchique, deux mois au moins avant la date souhaitée. Le supérieur hiérarchique, après interrogation de sa Direction (Centrale, Régionale ou Départementale) sur les possibilités de compensation directe dans l unité de travail, la transmet accompagnée de son avis, à la Direction des Ressources Humaines et de la Formation. b) soit lorsqu est créé ou est vacant un poste de travail à temps partiel. Dans ce cas, les salariés de l Entreprise ont priorité pour accéder à ce poste dans la mesure où il s agit d un emploi ressortissant de leur catégorie professionnelle ou un emploi équivalent. L Employeur porte à la connaissance des salariés qui ont souhaité travailler à temps partiel la liste des emplois disponibles correspondants En cas de refus opposé par le responsable hiérarchique à une demande de travail à temps partiel, le salarié peut demander que son cas soit réexaminé par une instance composée du Président et du Secrétaire du comité d établissement. La décision finale appartient au Directeur Régional ou Départemental ou au Directeur Central, laquelle doit intervenir dans un délai d un mois. Le secrétaire du comité d établissement est systématiquement informé des demandes de travail à temps partiel et de la suite qui leur est réservée Les salariés à temps partiel qui souhaitent occuper ou reprendre un emploi à temps complet ont priorité pour l attribution d un emploi ressortissant de leur catégorie professionnelle ou d un emploi équivalent. L Employeur porte à la connaissance de ces salariés la liste des emplois disponibles correspondants. Pour un salarié subissant un évènement familial grave affectant les ressources du foyer, la reprise à temps complet devra s effectuer dans un délai maximum de deux mois Si les contraintes de l Entreprise le nécessitent, l horaire primitivement arrêté peut être modifié, mais uniquement avec l accord du salarié concerné. De même, celui-ci peut prétendre à une modification de l horaire mentionné dans son contrat de travail à temps partiel, avec l accord de la Direction Lorsque le salarié à temps partiel est inscrit à un stage dispensé par l Entreprise, le temps réel de formation est rémunéré, et les frais de déplacement remboursés selon les règles applicables à l ensemble du Personnel D une manière générale, les salariés à temps partiel bénéficient des avantages accordés par la Convention Collective, sauf dispositions légales ou conventionnelles contraires. Toutefois, les rémunérations, primes et indemnités sont calculées au prorata du temps de travail, hormis les cas prévus à l alinéa ARTICLE 3-6 : EXERCICE DE LA TELEVENTE ET DU TELEMARKETING La télévente Contexte 18

20 La télévente ne peut s exercer que dans un contexte de volontariat : tout exercice de cette activité sera soumis à l accord préalable du salarié concerné. Par ailleurs, la mise en place de cette activité au sein d une caisse locale est précédée par une réflexion menée sur l organisation de la caisse, pour intégrer la télévente. L acteur de télévente pourra demander à mettre un terme à son engagement d effectuer cette activité, après deux années de pratique. Il en informera son Responsable Hiérarchique au moins trois mois à l avance, sauf cas de force majeure. Ce délai de deux ans pourra être réduit dans le cas d évolution professionnelle avec changement d emploi Formation : De manière à exercer cette mission avec le maximum de sérénité et d efficacité les acteurs de télévente bénéficient d une formation complémentaire appropriée, qui vise à favoriser l actualisation de leurs connaissances et à parfaire leur maîtrise des pratiques de télévente Confirmation de la mission : Les conditions de la télévente : - Cette mission doit être exercée par des salariés classés, au minimum dans l emploi conseiller de clientèle de particuliers titularisés dans leur emploi. - Lors de l entrée en télévente, une lettre de mission est adressée au salarié concerné par le Directeur de groupe, avec copie au responsable des Ressources Humaines et de la Formation. Cette lettre indique la date de départ de l activité de télévente. Elle sera la référence pour le départ des délais de 6 mois et de 2 ans prévus au présent article. Une annexe précisant les modalités d exercice de la télévente sera jointe à cette lettre de mission. - L entretien en vue de la confirmation intervient au terme de 6 mois de pratique effective. Une prorogation de 3 mois peut éventuellement être mise en place, accompagnée d un plan de progrès. Dans tous les cas (confirmation, non confirmation, prorogation), un courrier de notification est adressé au salarié, dans le mois qui suit l échéance des 6 mois. En cas de confirmation dans la mission, le salarié bénéficie d une augmentation de 30 points de qualification Modalités d exercice : Dans la Caisse : Elle s exerce dans le cadre des horaires collectifs de travail de la Caisse, et donc dans le cadre des 35 heures hebdomadaires moyennes. En site : Le site de télévente, lieu de regroupement de plusieurs acteurs de télévente, constitue en lui-même une unité de travail spécifique, qui a, en conséquence, ses propres horaires de fonctionnement. La fixation de ces horaires donne lieu à une consultation préalable du Comité d Établissement pour avis. 19

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3255 Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES ACCORD DU 28 FÉVRIER 2014 RELATIF AU TEMPS

Plus en détail

Juin. Modernisation du Marché du Travail

Juin. Modernisation du Marché du Travail Juin Modernisation du Marché du Travail 2008 les fiches argumentaires du medef Les dispositions de l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2008, dont la mise en œuvre requiert un support législatif,

Plus en détail

CHAPITRE I ER NÉGOCIATION DE BRANCHE

CHAPITRE I ER NÉGOCIATION DE BRANCHE MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective IDCC : 1468. CRÉDIT MUTUEL (29 juin 1987) AVENANT DU 24 SEPTEMBRE

Plus en détail

LA FORMATION DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

LA FORMATION DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE CENTRE DE GESTION DE MAINE ET LOIRE NOTE D INFORMATION MARS 2008 Mise à jour JUIN 2009 (Annule et remplace la précédente) LA FORMATION DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE

Plus en détail

ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT

ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT PRÉAMBULE Conscientes de la nécessité technique, économique ou sociale de faire travailler certains salariés, hommes ou femmes, la nuit, pour pourvoir

Plus en détail

Siège national. L'UNSA et internet. Les délégués du personnel. UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99

Siège national. L'UNSA et internet. Les délégués du personnel. UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99 Siège national UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99 L'UNSA et internet Le site web www.unsa.org Le courriel unsa@unsa.org page 2 les délégués du personnel

Plus en détail

Vu la loi n 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée portant droits et obligations des fonctionnaires.

Vu la loi n 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée portant droits et obligations des fonctionnaires. CONVENTION DE MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL POUR ASSURER LES SECRETARIATS DU COMITÉ MÉDICAL DÉPARTEMENTAL ET DE LA COMMISSION DÉPARTEMENTALE DE RÉFORME Entre : Mme ESTELLE GRELIER, Présidente du Centre

Plus en détail

ACCORD SUR LES ASTREINTES UES CAPGEMINI

ACCORD SUR LES ASTREINTES UES CAPGEMINI ACCORD SUR LES ASTREINTES UES CAPGEMINI PREAMBULE Pour répondre à la continuité du service que l entreprise doit assurer à ses clients, certaines activités pour certains rôles ou fonctions, recourent à

Plus en détail

le syndicat CGT représenté par [à compléter] en sa qualité de délégué syndical,

le syndicat CGT représenté par [à compléter] en sa qualité de délégué syndical, Projet d accord collectif mettant en place un régime de remboursement de «frais de santé» au bénéfice du personnel de l EPIC SNCF relevant du régime général de ENTRE LES SOUSSIGNEES : SOCIETE NATIONALE

Plus en détail

CIRCULAIRE CDG90 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE

CIRCULAIRE CDG90 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE CIRCULAIRE CDG90 11/12 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée, portant droits et obligations

Plus en détail

Annexe ANNEXE I - Employés Convention collective nationale du 14 janvier 2000

Annexe ANNEXE I - Employés Convention collective nationale du 14 janvier 2000 Le 19 mars 2015 Annexe ANNEXE I - Employés Convention collective nationale du 14 janvier 2000 Classification et définition des emplois Article 1er Modifié par Classifications - art. 1er (VNE) Les niveaux

Plus en détail

LES APPORTS DE LA LOI DE MOBILITE POUR LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

LES APPORTS DE LA LOI DE MOBILITE POUR LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 LES APPORTS DE LA LOI DE MOBILITE POUR LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE L E S S E N T I E L La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours

Plus en détail

PROTOCOLE D ACCORD CONCERNANT LE COMPTE EPARGNE TEMPS

PROTOCOLE D ACCORD CONCERNANT LE COMPTE EPARGNE TEMPS PROTOCOLE D ACCORD CONCERNANT LE COMPTE EPARGNE TEMPS Le présent protocole d accord crée un Compte Epargne Temps au sein de SGS et en définit les règles de fonctionnement et de gestion. Ce dispositif s

Plus en détail

les organisations professionnelles patronales signataires de la présente convention.

les organisations professionnelles patronales signataires de la présente convention. MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3090 Convention collective nationale IDCC : 1527. IMMOBILIER (Administrateurs de biens, sociétés immobilières, agents

Plus en détail

Règlement intérieur de l Université Sorbonne Paris Cité

Règlement intérieur de l Université Sorbonne Paris Cité Règlement intérieur de l Université Sorbonne Paris Cité (adopté par le Conseil d administration du 8 octobre 2014) * Chapitre 1. Dispositions électorales communes aux instances de gouvernance Article 1.

Plus en détail

EDITION MAI 2008 C O N V E N T I O N C O L L E C T I V E N A T I O N A L E

EDITION MAI 2008 C O N V E N T I O N C O L L E C T I V E N A T I O N A L E EDITION MAI 2008 C O N V E N T I O N C O L L E C T I V E N A T I O N A L E 2 SOMMAIRE Convention collective nationale du Crédit Agricole Annexe 1 Classification et rémunération Annexe 2 Durée et organisation

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3002 Convention collective nationale et accords nationaux BÂTIMENT IDCC : 2609. ETAM

Plus en détail

MP convention 20/11/01 14:37 Page 1 CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE

MP convention 20/11/01 14:37 Page 1 CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE MP convention 20/11/01 14:37 Page 1 CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE EDITION JANVIER 2003 MP convention 20/11/01 14:37 Page 3 SOMMAIRE Convention collective nationale du Crédit Agricole Annexe 1 Classification

Plus en détail

Le comité d entreprise

Le comité d entreprise Le comité d entreprise En bref Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus du personnel

Plus en détail

Accord relatif à l activité de portage salarial

Accord relatif à l activité de portage salarial Accord relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord a pour finalité d organiser l activité de portage salarial. Les personnes portées sont titulaires d un contrat de travail conclu

Plus en détail

- 29 - TABLEAU COMPARATIF

- 29 - TABLEAU COMPARATIF - 29 - TABLEAU COMPARATIF Projet de loi portant modernisation du marché du travail Article 1 er I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : 1 Le premier alinéa est ainsi rédigé : «Le

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE

RÈGLEMENT INTÉRIEUR RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE RÈGLEMENT INTÉRIEUR Règlement intérieur de la Croix-Rouge française adopté par l assemblée générale extraordinaire du 20 janvier 2012 et approuvé par le ministre de l Intérieur RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA

Plus en détail

MUTUELLE DENTAIRE RENAULT

MUTUELLE DENTAIRE RENAULT MUTUELLE DENTAIRE RENAULT 9, rue de Clamart 92772 Boulogne Billancourt Cedex Tél. : 01.46.94.29.50 CHAPITRE 1 FORMATION, OBJET ET COMPOSITION DE LA MUTUELLE DENTAIRE RENAULT Article 1 Dénomination... 3

Plus en détail

c) Tous les cadres d emplois sauf certains relevant de la catégorie A+ sont concernés par ces dispositions. !!!

c) Tous les cadres d emplois sauf certains relevant de la catégorie A+ sont concernés par ces dispositions. !!! CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE LA VENDEE Maison des Communes 45, Boulevard des Etats-Unis B.P.239 85006 LA ROCHE-SUR-YON - CEDEX -! : 02.51.44.50.60 : 02.51.37.00.66 " : 3614

Plus en détail

ACCORD SUR LA CREATION D UN COMPTE EPARGNE TEMPS (CET)

ACCORD SUR LA CREATION D UN COMPTE EPARGNE TEMPS (CET) ACCORD SUR LA CREATION D UN COMPTE EPARGNE TEMPS (CET) ENTRE LES SOUSSIGNES : L'Office International de l'eau, Association loi 1901, dont le siège social est situé 21 rue de Madrid 75008 PARIS, immatriculée

Plus en détail

QUESTIONS / REPONSES SUR L ACCORD SUR L EXERCICE DU DROIT SYNDICAL

QUESTIONS / REPONSES SUR L ACCORD SUR L EXERCICE DU DROIT SYNDICAL QUESTIONS / REPONSES SUR L ACCORD SUR L EXERCICE DU DROIT SYNDICAL SOMMAIRE I) - Les effets de l accord sur les dispositions conventionnelles actuelles :... 3 II) - L exercice d'une activité syndicale

Plus en détail

ACCORD RELATIF AU COMPTE ÉPARGNE TEMPS A LA CDC

ACCORD RELATIF AU COMPTE ÉPARGNE TEMPS A LA CDC ACCORD RELATIF AU COMPTE ÉPARGNE TEMPS A LA CDC Entre : - La Caisse des dépôts et consignations (CDC), sise 56 rue de Lille 75007 PARIS représentée par Pierre DUCRET, agissant en qualité de secrétaire

Plus en détail

RAPPEL DE COURS. L embauche. I. Le placement. II. Les filières de recrutement. 1. Le service public de l emploi CHAPITRE

RAPPEL DE COURS. L embauche. I. Le placement. II. Les filières de recrutement. 1. Le service public de l emploi CHAPITRE 1 CHAPITRE I. Le placement RAPPEL DE COURS L activité de placement consiste à fournir à titre habituel des services visant à rapprocher offres et demandes d emploi sans que la personne assurant cette activité

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3175 Convention collective nationale IDCC : 1909. ORGANISMES DE TOURISME

Plus en détail

PROJET DE LOI ------ Article 1 er. I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié :

PROJET DE LOI ------ Article 1 er. I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité NOR : MTSX0805954L/Bleue-1 PROJET DE LOI portant modernisation du marché du travail ------ Article 1

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. Association régie par les dispositions de la loi du 1 er juillet 1901 SIÈGE SOCIAL ZA LE BOIS ARDENT 50000 SAINT LO ARTICLE 4

REGLEMENT INTERIEUR. Association régie par les dispositions de la loi du 1 er juillet 1901 SIÈGE SOCIAL ZA LE BOIS ARDENT 50000 SAINT LO ARTICLE 4 REGLEMENT INTERIEUR «SERVICE INTERPROFESSIONNEL DE SANTÉ AU TRAVAIL DE LA MANCHE» Association régie par les dispositions de la loi du 1 er juillet 1901 SIÈGE SOCIAL ZA LE BOIS ARDENT 50000 SAINT LO PREAMBULE

Plus en détail

ACCORD DU 24 JUIN 2010

ACCORD DU 24 JUIN 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel MODERNISATION DU MARCHÉ DU TRAVAIL (Portage salarial) ACCORD DU 24 JUIN 2010 RELATIF AU PORTAGE

Plus en détail

RÈGLEMENT GÉNÉRAL DES ACTIONS DE FORMATION NATIONALES

RÈGLEMENT GÉNÉRAL DES ACTIONS DE FORMATION NATIONALES RÈGLEMENT GÉNÉRAL DES ACTIONS DE FORMATION NATIONALES Préambule Le présent règlement général des formations fixe les conditions générales et spécifiques notamment pour la mise en œuvre de procédures d

Plus en détail

Accord collectif relatif au Compte Epargne Temps

Accord collectif relatif au Compte Epargne Temps Accord collectif relatif au Compte Epargne Temps Entre les soussignés La Caisse d'epargne LOIRE CENTRE dont le siège social est situé à ORLEANS, 7 rue d'escures, représentée par adame Dominique LANGUILLAT,

Plus en détail

«CHAPITRE I ER DISPOSITIONS GÉNÉRALES

«CHAPITRE I ER DISPOSITIONS GÉNÉRALES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3061 Conventions collectives nationales AGENCES DE VOYAGES ET DE TOURISME IDCC

Plus en détail

ACCORD DU 5 AVRIL 2006

ACCORD DU 5 AVRIL 2006 MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective nationale IDCC : 7501. CRÉDIT AGRICOLE (4 novembre 1987) ACCORD DU 5 AVRIL 2006 RELATIF AUX MODALITÉS D APPLICATION

Plus en détail

Mutuelle Retraite Européenne N SIREN 477 908 305 STATUTS RÈGLEMENTS. M E RMutuelle Retraite Européenne

Mutuelle Retraite Européenne N SIREN 477 908 305 STATUTS RÈGLEMENTS. M E RMutuelle Retraite Européenne Mutuelle Retraite Européenne N SIREN 477 908 305 2015 STATUTS RÈGLEMENTS M E RMutuelle Retraite Européenne Statuts MRE applicables à compter du 01/01/2015 Titre I ER - Formation, Objet et composition

Plus en détail

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI)

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) 1 Définition du CDDI un contrat de travail à durée déterminée dont le motif de recours est spécifique : favoriser le recrutement de certaines catégories

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3255 Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES ACCORD DU

Plus en détail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Le point sur ALLER PLUS LOIN DANS VOTRE ACTUALITÉ SOCIALE SOCIAL Juillet 2008 La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Les partenaires sociaux ont signé un accord national interprofessionnel

Plus en détail

LA FORMATION PROFESSIONNELLE

LA FORMATION PROFESSIONNELLE éférences : - oi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires, - oi n 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique territoriale,

Plus en détail

Section soutien des Patriotes SALARIÉE ET SALARIÉ TEMPORAIRE. (autre qu en service de garde)

Section soutien des Patriotes SALARIÉE ET SALARIÉ TEMPORAIRE. (autre qu en service de garde) DE-02-03-04 Section soutien des Patriotes SALARIÉE ET SALARIÉ TEMPORAIRE (autre qu en service de garde) La convention collective et les arrangements locaux S3 2000-2002 Fédération du personnel de soutien

Plus en détail

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF SOMMAIRE PREAMBULE P. 4 DISPOSITIONS GENERALES : I. Généralités P. 05 I.1. Définition de la classification P. 05 I.2. Relation classification emploi P. 05 I.3.

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SOLIDARITÉS ETABLISSEMENTS SOCIAUX ET MÉDICO-SOCIAUX

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SOLIDARITÉS ETABLISSEMENTS SOCIAUX ET MÉDICO-SOCIAUX SOLIDARITÉS ETABLISSEMENTS SOCIAUX ET MÉDICO-SOCIAUX Arrêté du 21 décembre 2012 relatif à l agrément de certains accords de travail applicables dans les établissements et services du secteur social et

Plus en détail

LA MISE A DISPOSITION DES FONCTIONNAIRES TERRITORIAUX

LA MISE A DISPOSITION DES FONCTIONNAIRES TERRITORIAUX Réf. : CDG-INFO2008-18/CDE Personnes à contacter : Christine DEUDON - Sylvie TURPAIN PLAN DE CLASSEMENT : 1-25-20 : 03.59.56.88.48/58 Date : le 17 juillet 2008 MISE A JOUR DU 27 MARS 2012 Suite à la parution

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE DU SECTEUR DU NETTOYAGE

CONVENTION COLLECTIVE DU SECTEUR DU NETTOYAGE 1 CONVENTION COLLECTIVE DU SECTEUR DU NETTOYAGE S O M M A I R E TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 : Objet et champ d'application Article 2 : Durée Article 3 : Révision Article 4 : Dénonciation

Plus en détail

STATUTS ASSOCIATION LOI 1901

STATUTS ASSOCIATION LOI 1901 STATUTS ASSOCIATION LOI 1901 TITRE I CONSTITUTION OBJET SIEGE SOCIAL DUREE Article 1 : CONSTITUTION ET DENOMINATION Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul Base de calcul En votre qualité d employeur, vous devez déclarer à l URSSAF toutes les sommes payées et tous les avantages consentis à vos salariés. Ces éléments constituent la base de calcul des cotisations

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3078 Conventions collectives nationales CABINETS D AVOCATS IDCC : 1000. Personnel

Plus en détail

Accord de prévoyance des personnels cadres et assimilés - mai 2011

Accord de prévoyance des personnels cadres et assimilés - mai 2011 1 SYNADIC PRÉAMBULE Un régime de prévoyance obligatoire au niveau national garantissant les risques incapacité, invalidité et décès a été instauré par l accord du 28 novembre 2005. Les partenaires sociaux

Plus en détail

L'EXERCICE DU DROIT SYNDICAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Année 2015

L'EXERCICE DU DROIT SYNDICAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Année 2015 MA/SL/GB/GL P.S.J L'EXERCICE DU DROIT SYNDICAL DANS LA Année 2015 Le droit syndical constitue l'une des garanties accordées à l'ensemble des fonctionnaires et agents non titulaires par le statut général

Plus en détail

LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC

LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC Les fiches consacrées aux agents non titulaires de droit public ne concernent que les actes de recrutement (contrats

Plus en détail

ACCORD PROFESSIONNEL SUR LE REGIME COMPLEMENTAIRE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SANTE PREAMBULE

ACCORD PROFESSIONNEL SUR LE REGIME COMPLEMENTAIRE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SANTE PREAMBULE ACCORD PROFESSIONNEL SUR LE REGIME COMPLEMENTAIRE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SANTE PREAMBULE Le présent accord a pour objet de mettre en place un régime conventionnel complémentaire relatif au remboursement

Plus en détail

Statut du personnel des chambres de métiers et de l artisanat

Statut du personnel des chambres de métiers et de l artisanat Statut du personnel des chambres de métiers et de l artisanat 1 Statut du personnel des chambres de métiers et de l artisanat CPN 52 du 13 novembre 2008 (JORF du 6 janvier 2009) CPN 52 du 19 juin 2009

Plus en détail

Sommaire détaillé 9 AR

Sommaire détaillé 9 AR Sommaire détaillé 1 CONTRÔLE DU TRAVAIL... 1.001 A - Ouverture d un établissement industriel et commercial... 1.101 1 - Déclaration nominative préalable à l embauche... 1.102 2 - Registre du commerce -

Plus en détail

ACCORD MODIFIANT LE STATUT DU PERSONNEL ADMINISTRATIF DES CHAMBRES DE COMMERCE ET D INDUSTRIE

ACCORD MODIFIANT LE STATUT DU PERSONNEL ADMINISTRATIF DES CHAMBRES DE COMMERCE ET D INDUSTRIE ACCORD MODIFIANT LE STATUT DU PERSONNEL ADMINISTRATIF DES CHAMBRES DE COMMERCE ET D INDUSTRIE Conscients de la nécessité de faire évoluer le Statut du Personnel Administratif des Chambres de Commerce et

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Décret n o 2010-1463 du 1 er décembre 2010 mettant en œuvre la réforme du réseau des chambres de commerce

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3257 Convention collective nationale IDCC : 1601. BOURSE (3 e édition. Juin 2004) ACCORD DU 8 JUILLET 2005

Plus en détail

CONTRAT D ADHESION AU SERVICE MANDATAIRE

CONTRAT D ADHESION AU SERVICE MANDATAIRE Association agréée pour la fourniture de services aux personnes : SAP/N 377891759 N de Siret: 37789175900054 CONTRAT D ADHESION AU SERVICE MANDATAIRE Mme/Mr ------------------------------------------,-----------------------------------------------------

Plus en détail

FICHE OBLIGATIONS LEGALES

FICHE OBLIGATIONS LEGALES FICHE OBLIGATIONS LEGALES L article 99 de la loi n 2010-1330 du 9 novembre 2 010 portant réforme des retraites a instauré, à compter du 1 er janvier 2012, pour les entreprises dont l effectif est au moins

Plus en détail

Ociane Professionnels Indépendants

Ociane Professionnels Indépendants JUIN 2012 Ociane Professionnels Indépendants Statuts approuvés par l Assemblée Générale du 11 septembre 2012 OCIANE PROFESSIONNELS INDÉPENDANTS Association régie par la Loi du 1 er juillet 1901 Siège social

Plus en détail

Restauration rapide IDCC 1501 BROCHURE JO 3245

Restauration rapide IDCC 1501 BROCHURE JO 3245 CD Permanent Conventions collectives - Restauration rapide Voir jurisprudence A jour au 1 er mai 2007 Date du dernier texte enregistré : 1er décembre 2006 Avertissement Caractères bleu : dispositions non

Plus en détail

ACCORD SUR LE TELE TRAVAIL. Préambule : Page 2. Article 1 : Principes généraux Page 3. Article 2 : Critères d éligilibilité Page 3

ACCORD SUR LE TELE TRAVAIL. Préambule : Page 2. Article 1 : Principes généraux Page 3. Article 2 : Critères d éligilibilité Page 3 ACCORD SUR LE TELE TRAVAIL Préambule : Page 2 Article 1 : Principes généraux Page 3 Article 2 : Critères d éligilibilité Page 3 Article 3 : Mise en œuvre du télétravail Page 4 - Article 3.1 : formulation

Plus en détail

ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007

ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007 ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007 Préambule Dans le prolongement de la loi du 9 mai 2001 relative

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche NOR :

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche NOR : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche NOR : Décret du Modifiant le décret n 84-431 du 6 juin 1984 fixant les dispositions statutaires communes applicables aux enseignants-chercheurs

Plus en détail

ASSOCIATION AXIVA STATUTS

ASSOCIATION AXIVA STATUTS ASSOCIATION AXIVA Association déclarée, régie par la loi du 1 er juillet 1901 103-105, rue des Trois Fontanot 92000 Nanterre STATUTS mis à jour au 7 juin 2012 Copie certifiée conforme Le président 1 ARTICLE

Plus en détail

RÉFORME DE LA CATÉGORIE B 7 ème PARTIE. CADRE D EMPLOIS DES REDACTEURS TERRITORIAUX Date d effet : 1 er août 2012

RÉFORME DE LA CATÉGORIE B 7 ème PARTIE. CADRE D EMPLOIS DES REDACTEURS TERRITORIAUX Date d effet : 1 er août 2012 RÉFORME DE LA CATÉGORIE B 7 ème PARTIE CADRE D EMPLOIS DES REDACTEURS TERRITORIAUX Date d effet : 1 er août 2012 La réforme de la catégorie B de la fonction publique territoriale a initié un nouvel espace

Plus en détail

NOTE D INFORMATION COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T)

NOTE D INFORMATION COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T) NOTE D INFORMATION CV Réf. : II-6-1-14 Pôle des services 1 er avril 2011 Tel : 05 63 60 16 66 1-3 Temps de travail Mail : services@cdg81.fr COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T) Décret n 2004-878 du 26 août 2004

Plus en détail

ACCORD DE COMPTE EPARGNE TEMPS

ACCORD DE COMPTE EPARGNE TEMPS (7BB) ACCORD DE COMPTE EPARGNE TEMPS Entre les parties L UNITE ECONOMIQUE ET SOCIALE UES du GROUPE MALAKOFF représentée par Monsieur Stéphane ROSTAND Directeur des Ressources Humaines Et Les représentants

Plus en détail

«CL AUSES GÉNÉR ALES

«CL AUSES GÉNÉR ALES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective régionale IDCC : 1315. INDUSTRIES MÉTALLURGIQUES, MÉCANIQUES ET CONNEXES (Haute-Marne et Meuse) (1

Plus en détail

STATUTS TITRE PREMIER CONSTITUTION ET OBJET DE LA SOCIÉTÉ

STATUTS TITRE PREMIER CONSTITUTION ET OBJET DE LA SOCIÉTÉ Société de Réassurance mutuelle régie par le Code des Assurances Siège Social : 65, rue de Monceau - 75008 PARIS STATUTS TITRE PREMIER CONSTITUTION ET OBJET DE LA SOCIÉTÉ ARTICLE PREMIER - FORMATION -

Plus en détail

LE COMPTE EPARGNE-TEMPS

LE COMPTE EPARGNE-TEMPS CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DES PYRENEES-ATLANTIQUES Maison des Communes - B.P. 609 64006 PAU CEDEX Tél : 05 59 84 40 40 Télécopie : 05 59 84 11 98 Internet : www.cdg-64.fr GA/2/10/MLO

Plus en détail

Formation, Objet et Composition de la Mutuelle page 3. CHAPITRE II : Admission, Démission, Radiation et Exclusion page 3

Formation, Objet et Composition de la Mutuelle page 3. CHAPITRE II : Admission, Démission, Radiation et Exclusion page 3 STATUTS 1 SOMMAIRE Formation, Objet et Composition de la Mutuelle page 3 CHAPITRE I : Formation et Objet de la Mutuelle page 3 CHAPITRE II : Admission, Démission, Radiation et Exclusion page 3 Administration

Plus en détail

PROTOCOLE D ACCORD SUR LES NEGOCIATIONS ANNUELLES OBLIGATOIRES 2014. C.S.F. France 1/9

PROTOCOLE D ACCORD SUR LES NEGOCIATIONS ANNUELLES OBLIGATOIRES 2014. C.S.F. France 1/9 PROTOCOLE D ACCORD SUR LES NEGOCIATIONS ANNUELLES OBLIGATOIRES 2014 C.S.F. France 1/9 En préambule, il est rappelé que la négociation annuelle obligatoire prévue par les articles L.2242-1 et suivants du

Plus en détail

STATUTS DE l ASSOCIATION SPORTIVE ANTONY VOLLEY

STATUTS DE l ASSOCIATION SPORTIVE ANTONY VOLLEY STATUTS DE l ASSOCIATION SPORTIVE ANTONY VOLLEY Article 1 : Constitution et siège social Il est fondé, le 12 mai 1998, entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet

Plus en détail

CONTRAT DE TRAVAIL. Nom :... Prénom :... Ce contrat doit être établi avant l accueil de l enfant.

CONTRAT DE TRAVAIL. Nom :... Prénom :... Ce contrat doit être établi avant l accueil de l enfant. CONTRAT DE TRAVAIL Il est conclu un contrat de travail régi par : la loi n 2005-706 du 27 juin 2005 relative aux assistants maternels et aux assistants familiaux ; le décret n 2006-627 du 29 mai 2006 relatif

Plus en détail

ACCORD SUR LE COMPTE EPARGNE TEMPS

ACCORD SUR LE COMPTE EPARGNE TEMPS ACCORD SUR LE COMPTE EPARGNE TEMPS ARTICLE 1 - OBJET Le Compte Epargne Temps permet au salarié, à son initiative, d accumuler des droits à congés rémunérés ou de bénéficier d une rémunération, immédiate

Plus en détail

AGECFA - VOYAGEURS GUIDE DU CONGE DE FIN D ACTIVITE

AGECFA - VOYAGEURS GUIDE DU CONGE DE FIN D ACTIVITE AGECFA - VOYAGEURS GUIDE DU CONGE DE FIN D ACTIVITE SOMMAIRE 04 Introduction OBJET FINANCEMENT FONCTIONNEMENT 10 Les entreprises et le Congé de Fin d Activité ADHeSION à L AGECFA-Voyageurs PERSONNEL AFFILIe

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3265 Convention collective nationale IDCC : 1672. SOCIÉTÉS D ASSURANCES (6 e édition. Juillet 2003) Brochure

Plus en détail

Mise en place des élections des Délégués du Personnel

Mise en place des élections des Délégués du Personnel Les fiches pratiques de législation Mise en place des élections des Délégués du Personnel Chambre de Commerce et d Industrie de Rouen Espace Emploi Compétences Quai de la Bourse BP 641 76007 ROUEN Cedex

Plus en détail

ÉPARGNE TEMPS DÉCRET CIRCULAIRE DECRET

ÉPARGNE TEMPS DÉCRET CIRCULAIRE DECRET LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS DÉCRET N 2004-878 DU 26 AOÛT 2004 MODIFIE CIRCULAIRE DU 31 MAI 2010 SUR LA REFORME DU CET DANS LA FONCTION PUBLIQUE DECRET 2010-531 DU 21 MAI 2010 Le compte épargne temps (CET)

Plus en détail

Fonction Publique Territoriale

Fonction Publique Territoriale Fonction Publique Territoriale Filière Catégorie Administrative B Concours Rédacteur Principal 2 ème classe Mise à jour : juillet 2014 SOMMAIRE L'EMPLOI La fonction... 2 La rémunération... 2 LES CONDITIONS

Plus en détail

STATUTS I- L ASSOCIATION : Article 1 er. Article 2. Article 3. Association loi 1901

STATUTS I- L ASSOCIATION : Article 1 er. Article 2. Article 3. Association loi 1901 Association loi 1901 STATUTS I- L ASSOCIATION : Article 1 er Il est formé entre les adhérents aux présents statuts, une association, régie par la loi du 01/07/1901 et le décret du 16/08/1901 sous la dénomination

Plus en détail

Le Groupement d Employeurs

Le Groupement d Employeurs Le Groupement d Employeurs Une formule qui permet aux petites et moyennes entreprises de se regrouper pour employer une maind œuvre qu elles n auraient pas, seules les moyens de recruter Qu est-ce qu un

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective nationale IDCC : 1468. CRÉDIT MUTUEL (29 juin 1987) ACCORD DU 9 DÉCEMBRE

Plus en détail

Modèle de décision unilatérale mettant en place un régime complémentaire frais de santé

Modèle de décision unilatérale mettant en place un régime complémentaire frais de santé Modèle de décision unilatérale mettant en place un régime complémentaire frais de santé L entreprise Forme juridique, au capital de dont le siège est à Code NAF n SIRET Effectif salarié : Représentée par

Plus en détail

STATUTS. approuvés par l Assemblée générale extraordinaire du 25 mai 2013. TITRE PREMIER - CONSTITUTION ET OBJET

STATUTS. approuvés par l Assemblée générale extraordinaire du 25 mai 2013. TITRE PREMIER - CONSTITUTION ET OBJET STATUTS approuvés par l Assemblée générale extraordinaire du 25 mai 2013. TITRE PREMIER - CONSTITUTION ET OBJET ARTICLE PREMIER - FORMATION DE LA SOCIÉTÉ Il est formé, entre les personnes qui ont adhéré

Plus en détail

Les motifs du licenciement

Les motifs du licenciement Chapitre 1 Les motifs du licenciement Exigence d une cause réelle et sérieuse Légalité du motif Contrôle des motifs par les tribunaux Une exception : la période d essai L a décision de l employeur de rompre

Plus en détail

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique Mieux connaître le licenciement économique 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique I. L obligation préalable d adaptation et de reclassement «Le licenciement pour motif économique

Plus en détail

Accord relatif à l activité de portage salarial

Accord relatif à l activité de portage salarial Accord relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord a pour finalité d organiser l activité du portage salarial et s applique aux personnes titulaires d un contrat de travail en

Plus en détail

I ADAPTATION DU TEMPS DE TRAVAIL A LA DUREE LEGALE DE 35 HEURES. Les alinéas 6 à 9 inclus de l article 5 de l accord national sont supprimés.

I ADAPTATION DU TEMPS DE TRAVAIL A LA DUREE LEGALE DE 35 HEURES. Les alinéas 6 à 9 inclus de l article 5 de l accord national sont supprimés. ACCORD NATIONAL DU 3 MARS 2006 PORTANT AVENANT A L ACCORD NATIONAL DU 28 JUILLET 1998 MODIFIE SUR L ORGANISATION DU TRAVAIL DANS LA METALLURGIE, A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES INGENIEURS ET CADRES

Plus en détail

STATUTS ARTICLE 1 ER CONSTITUTION ARTICLE 2 OBJET ARTICLE 3 DURÉE - EXERCICE SOCIAL CONSEIL D ADMINISTRATION DU 10/07/2013

STATUTS ARTICLE 1 ER CONSTITUTION ARTICLE 2 OBJET ARTICLE 3 DURÉE - EXERCICE SOCIAL CONSEIL D ADMINISTRATION DU 10/07/2013 STATUTS CONSEIL D ADMINISTRATION DU 10/07/2013 Les présentes dispositions statutaires sont décidées par le Conseil d administration de l Apec dans le respect du principe général de transparence applicable

Plus en détail

ACCORD DU 24 MAI 2011

ACCORD DU 24 MAI 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3085 Convention collective nationale IDCC : 16. TRANSPORTS ROUTIERS ET ACTIVITÉS AUXILIAIRES DU TRANSPORT ACCORD DU 24

Plus en détail

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation...

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation... Le Guide Pratique du SOCIAL chef d entreprise Délégués du Personnel Faut il faire une visite d embauche? Droit Quel contrat pour mon salarié? Entreprise La journée de solidarité, c est quand? Obligation...

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE DES EMPLOYES ET CADRES DU REGIME SOCIAL DES INDEPENDANTS

CONVENTION COLLECTIVE DES EMPLOYES ET CADRES DU REGIME SOCIAL DES INDEPENDANTS CONVENTION COLLECTIVE DES EMPLOYES ET CADRES DU REGIME SOCIAL DES INDEPENDANTS Entre d une part La Caisse Nationale du Régime Social des Indépendants, dont le siège est 264 avenue du Président Wilson à

Plus en détail

10.B. Les obligations légales et réglementaires. 1. Gestion des documents de l entreprise. A. Les affichages obligatoires

10.B. Les obligations légales et réglementaires. 1. Gestion des documents de l entreprise. A. Les affichages obligatoires Les obligations légales et réglementaires 1. Gestion des documents de l entreprise A. Les affichages obligatoires L affichage est un élément essentiel de la communication dans l entreprise et cela peut

Plus en détail

Conditions générales. retraite option 1A RI OBJET PRISE D EFFET DES GARANTIES

Conditions générales. retraite option 1A RI OBJET PRISE D EFFET DES GARANTIES la retraite option 1A RI Conditions générales LA RETRAITE (1A RI) est une Convention d assurance collective sur la vie à adhésion facultative, régie par le Code des assurances.elle est souscrite par la

Plus en détail

Statuts. Les soussignés :

Statuts. Les soussignés : Statuts Les soussignés : APICIL PRÉVOYANCE, institution de prévoyance régie par le titre III du livre IX du Code de la Sécurité sociale, dont le siège social est situé 38 rue François Peissel 69300 Caluire

Plus en détail

Pratique. Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Guide destiné aux entreprises

Pratique. Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Guide destiné aux entreprises UIDE Pratique Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes Guide destiné aux entreprises P GUIDE Pratique p.2 - Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes RÉAMBULE L égalité professionnelle

Plus en détail