Quand le. Livret de témoignages.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Quand le. Livret de témoignages. www.archives.rennes.fr"

Transcription

1 Quand le e t n o c a r e s Livret de témoignages 1

2 Les documents illustrant ce livret provenant des Archives de Rennes portent la mention AdR suivie de la cote, ceux du Musée de Bretagne, MdB. Page de couverture : AdR, 100Fi 31 et 664, 350 Fi 221, 10 Z 116, 18 Num 17, 350 Fi 302. Pages 4 et 5 : AdR, 34 Num 04, 37 Num 02, 10 Z 39, 41 Z 141 et

3 Édito «L histoire du commerce est celle de la communication des peuples» disait Montesquieu. Voilà une belle introduction à ce livret de témoignages patiemment collectés par l équipe des Archives de Rennes dans le cadre de l événement intitulé «Quand le commerce se raconte», une exposition historique présentée en Fidèles à leur tradition de collecte de la mémoire orale, les Archives de Rennes ont à nouveau fait appel aux souvenirs d acteurs de la ville et plus particulièrement ici du tissu commercial. Ces portraits croisés témoignent d une histoire où se mêlent initiatives individuelles ou entrepreneuriales sur un terrain investi par ailleurs par le politique et le syndicaliste. À travers des réussites familiales et le souvenir de commerces de détail aujourd hui disparus, on prend conscience des mutations qui révolutionnent constamment le modèle commercial. Avec l aide de ces treize témoins de l histoire commerçante rennaise, les Archives de Rennes ont pu recueillir une mémoire inédite et confronter les points de vue sur une activité au cœur de notre lien social. Chaque témoin s est prêté avec beaucoup de sérieux à cet exercice, en dénichant des archives familiales qui viennent compléter les témoignages tout autant que les collections des Archives de Rennes. Grâce à eux, un pan entier de l histoire qui jalonne nos rues est ainsi dévoilé au grand public sous un nouveau jour. Qu ils soient remerciés pour leur précieuse contribution. René Jouquand Adjoint au maire, délégué à la culture Honoré Puil Conseiller municipal, délégué au commerce et à l artisanat 3

4 Neuf portraits, neuf regards Le commerce rennais a connu des bouleversements importants pendant le XX e siècle : les boutiques du petit commerce, en plein essor au début du siècle, et les grands magasins, installés en centre-ville dans les années 1920, subissent de plein fouet, dans les années , la concurrence des grandes surfaces implantées à la périphérie urbaine où de grands ensembles s élèvent. L apparition de la voiture et du réfrigérateur modifient le mode de consommation des Rennais. Face à ces changements brutaux, les politiques, les syndicats et les commerçants doivent s organiser. Les archives publiques conservées aux Archives de Rennes sont riches d enseignement. Elles témoignent néanmoins rarement d un parcours personnel ou familial, de vécus, d émotions, d anecdotes rendant leur récit vivant et sensible. C est en revanche ce que nous apportent les témoignages oraux et les documents privés. Les Archives de Rennes vous proposent dans ce livret neuf portraits, comme autant de regards différents sur l histoire du commerce à Rennes depuis le milieu du XIX e siècle : Jean-François Bessec et l épopée d une famille de chausseurs, Rémi Guillemot et les Nouvelles Galeries, Jacqueline Lagoutte et l épicerie en gros familiale, Gisèle et Odette Leprince et la boutique Radio Pièces rue de Châteaudun, Yvonne Jouin et sa petite-fille Sandrine de la lingerie Jouin, rue du Champ-Jacquet, Henri Panaget avec ses deux filles Michelle et Jacqueline de la droguerie de Cleunay, Brigitte Ruault et les Magasins Modernes, Loïc Richard et les luttes syndicales de Mammouth, Edmond Hervé en tant que maire de Rennes entre 1977 à «QUAND LE COMMERCE SE RACONTE» Ces portraits sont le reflet d une collecte de témoignages initiée par les Archives de Rennes au printemps Huit entretiens auprès de dix personnes ont été menés, auxquels vient s ajouter celui de Henri Panaget et ses deux filles, Michelle et Jacqueline, recueilli en 2011 dans le cadre du projet «Regards neufs». L objectif de cette collecte est scientifique : il s agit de créer des archives orales, matériau de la recherche historique, ethnologique ou linguistique, que les scientifiques se chargeront d utiliser comme toute autre source. Il est aussi patrimonial et culturel : des parcours individuels ou familiaux deviennent mémoire collective, fondement du lien social selon le sociologue Maurice Halbwachs. En sollicitant les souvenirs et la mémoire des témoins, voire pour certains les éléments d une saga familiale, le récit perd sûrement en exactitude mais il nous apporte un autre éclairage, plus subjectif mais très évocateur pour le lecteur. Cette collecte vient compléter celle réalisée par le Musée de Bretagne à la fin des années 1980, notamment pour préparer l exposition «L épicerie du lycée» en à l écomusée de La Bintinais. Ce livret propose des extraits choisis parmi une trentaine d heures d interviews, illustrés par des documents personnels, le plus souvent des photographies, que les témoins ont bien voulu nous confier ainsi que des documents des Archives de Rennes ou du Musée de Bretagne. Les propos transcrits dans ce livret ont été légèrement modifiés pour faciliter la lecture, mais restent fidèles à leurs auteurs. Ces portraits ne sont pas la restitution exacte des entretiens, mais des séquences choisies proposant des mises en perspectives singulières et complémentaires d une histoire urbaine. Les entretiens dans leur globalité sont consultables aux Archives de Rennes, selon des modalités fixés contractuellement avec les témoins. 4

5 CENT CINQUANTE ANS D ÉVOLUTION Suivant un ordre chronologique, ces portraits nous font découvrir cent cinquante ans d évolution du commerce rennais. Le récit débute avec le retour de Pierre Bessec de La Nouvelle-Orléans pour fonder les magasins de chaussures Bessec en C ess une période propice à l essor des boutiques des indépendants du centre-ville, bénéficiant du fort développement de l industrie. À la fin du XIX e siècle, les grands magasins apparaissent à Rennes, notamment grâce à la famille Guillemot, fondatrice des Nouvelles Galeries de Rennes et de l Ouest de la France. L entre-deux-guerres voit fleurir bistrots, cafés, petites épiceries, notamment dans les anciens faubourgs, artères populaires et populeuses de Rennes, que les épiceries en gros, et notamment celle de la famille Lagoutte-Desclos, fournissent en produits variés. Les commerces de proximité sont alimentaires mais aussi spécialisés comme la lingerie Jouin en centre-ville et la boutique d éléments radio et électroménager, rue de Châteaudun, de la famille Leprince-Delahaye. Ce commerce de proximité joue également un rôle dans la mise en place des nouveaux quartiers en périphérie, comme la droguerie Panaget à Cleunay. Très fréquentés jusqu aux années 1970 voire 1980, tous ces commerces subissent la très forte concurrence des nouvelles grandes surfaces, dont l arrivée dans les années 1970 et l épanouissement dans les années 1980 obligent les commerçants à évoluer, en se spécialisant, notamment dans le conseil, ou en modifiant leur offre. Certains baisseront le rideau définitivement. Une organisation se met parallèlement en place avec des organismes comme la Chambre de commerce ou l Union du commerce pour défendre les intérêts communs ou animer la vie rennaise. Dans ce contexte, syndicats et politiques jouent un rôle important de médiation et entretiennent des relations, parfois houleuses, avec les commerçants. Traditionnellement défendus par la CGT, notamment dans les grands magasins comme le fait Brigitte Ruault aux Magasins Modernes, les salariés se regroupent aussi à la CFDT, nouvellement implantée dans les grandes surfaces et qui sera moteur, notamment grâce à Loïc Richard et ses actions innovantes et marquantes à Mammouth au tout nouveau Centre Alma, dans l amélioration des conditions de travail des salariés. C est Edmond Hervé, ancien maire de Rennes, qui clôt ce récit et revient sur les évolutions du commerce rennais dans les années 1980, impulsées par sa nouvelle équipe municipale : plateau piétonnier, parkings, ouverture du dimanche, maîtrise des implantations commerciales... Le commerce fait alors partie d une stratégie globale de gestion de la ville puis de l agglomération rennaise. Ces portraits croisés, ces parcours diversifiés dans la ville, illustrent la vivacité de l activité commerciale et rappellent des lieux emblématiques et des moments-clefs de l histoire rennaise. Ils sont le reflet de rencontres marquantes et singulières, au cours desquelles les témoins se sont livrés de façon sincère et spontanée sur leurs parcours personnels, dévoilant ainsi la richesse de l histoire du commerce rennais. Les Archives de Rennes leur témoignent tout particulièrement leur gratitude pour cette contribution à l écriture d une nouvelle page de l histoire de notre ville. 5

6 6

7 Jean-François Bessec Les chaussures Bessec, Au Bas Breton, rue de Rohan, [entre 1892 et 1918]. AdR, 36 Num 01, don Bessec. «Traditionnellement, on parlait de la Maison Bessec sur Rennes» Premier souvenir de la boutique, c étaient des blouses noires, c était un personnel féminin, très nombreux, il a dû y avoir une vingtaine de personnes dans le magasin à travailler, à l époque. Il y avait une caissière, l accueil, trois ou quatre personnes qui assuraient la réception de la marchandise et le chien qui était là, qui suivait. À l époque, j avais le sentiment d une ruche. Je suis Jean-François Bessec, né le 21 janvier 1946 à Saint-Malo. L histoire est simple. Au début du XIX e siècle, il y avait une famille Bessec qui habitait la paroisse Saint-Germain avec dix-huit ou dix-neuf enfants, dont un qui s appelait Pierre Bessec. Il a émigré à la Nouvelle-Orléans, il était tailleur et c est là qu il a rencontré sa femme. C était notre émigré. Ils se sont mariés à la Nouvelle-Orléans et fortune faite, il est revenu en 1858 pour ouvrir un magasin, Au Bas Breton, rue de Rohan. C était plutôt de la lingerie qu il vendait ; la chaussure est venue juste après. «Dès les années 1860, les premiers commerces de chaussures se sont développés» Autrefois, traditionnellement, les gens qui n étaient pas fortunés portaient des sabots fabriqués par des sabotiers puis, vous aviez les familles riches qui portaient des chaussures en cuir, de cordonniers. En 1850, on commence à fabriquer les chaussures dans les usines et se développent des négociants, des commerces de chaussures qui vont écouler des produits. 7

8 Au Bas Breton, rue de Rohan, cliché Heurtier, AdR, 36 Num 01, don Bessec. «Fin XIX e, il y a trois boutiques» Pierre Bessec va ensuite ouvrir, rue de l Horloge, un deuxième magasin, La Cordonnerie, dans les années Il était un petit peu plus bas de gamme alors qu Au Bas Breton, si vous regardez les catalogues, c était plutôt haut de gamme. Et vers 1882, il va ouvrir un dernier magasin situé rue des Foulons, actuellement la rue d Estrées. «On reste une maison qui a chaussé une multitude de générations» «La famille Bessec faisait partie de la bourgeoisie rennaise» Ensuite, Henriette s installe avec son père et son mari Pierre Vallais. Et c est son plus jeune frère, Henri, qui prendra la suite. Il va s associer avec son fils, William. L achat de la boulangerie, voisine du magasin rue de Rohan, a eu lieu à ce moment-là, en C est là que le magasin va prendre son amplitude définitive. C est vrai que le magasin s est extrêmement développé. À l époque, il y avait plus de marchandises en réserve qu aujourd hui. Les réserves étaient dans les greniers. Rue d Estrées, les salariés montaient jusqu au cinquième étage pour chercher des pantoufles! D après les anciens, ça existait encore dans les années Et ne parlons pas de l inventaire, c était abominable, ça pouvait durer trois semaines alors que nous, aujourd hui, un inventaire, ça dure trois jours. «Un âge d or de la chaussure» Mon père, Yves Bessec, petit-cousin de William, reprend le magasin en Nous étions dans une période de prospérité, depuis l entre-deux-guerres jusqu aux années 1970, tant qu il y a eu une industrie française forte. Le commerçant, c était le détaillant, celui qui distribuait les chaussures. À l époque, les fabricants avaient des voyageurs qui venaient présenter les collections. Fougères, c était quand même un fournisseur important : il y avait mille entreprises en 1945! «Il faut connaître le produit» La vente en libre-service s est développée après les années 1960, avec le groupe Eram, le groupe André, tout ce qui est périphérie, avec des ventes de produits fabriqués en Chine ou ailleurs. En fait, on est arrivé à une multiplication des concurrents. J ai fait le calcul, il y a 100 ou 120 chausseurs, comparé à une dizaine dans les années Nous sommes certifiés «service» : pour moi, c est la seule façon de résister à la concurrence de la grande distribution. Il faut se servir d un chausse-pied, que la cliente soit assise, il ne faut pas qu il y ait du libre-service dans le magasin, le client n a pas à se chausser lui-même. 8

9 «J ai tout fait, c est comme ça que j ai appris» Lorsque j ai repris en 1983, j ai appris seul, j ai demandé à passer dans tous les postes. Je voyais, avec mon père, les représentants et ce qu il m a transmis, c est une connaissance du produit. Aujourd hui, il faut savoir tout faire dans une entreprise : le marquage, la vérification, la vente, l encaissement. Dans les années 1950, il y avait la vendeuse qui était à la vente, métier noble, et vous aviez les autres qui déballaient, qui marquaient, qui étiquetaient : elles faisaient des tâches un peu plus ingrates. Aujourd hui, quand on embauche une vendeuse, elle fait tout. «Une Maison qui continue à rendre service» Il y a un esprit maison et il y a une équipe qui est là depuis longtemps. En fait, on reste une maison qui a chaussé une multitude de générations. J ai le sentiment qu on a un service à rendre, qu on a besoin de proximité. Je pense qu à terme, il y a deux paris : on va devenir une société complètement fermée, sclérosée, cloîtrée ou bien, on a besoin d avoir du lien. Nous, on a des clients qui vont venir trois fois ou quatre fois, pour parler, parce qu ils ont besoin de voir quelqu un! Moi, je me suis battu par exemple sur Rennes, notamment à la Chambre de commerce, pour qu il y ait des pôles commerciaux de quartier. Et je suis content parce qu on a réussi. Le tout, c est de savoir si on tiendra la route, si ce n est pas trop tard. Publicité pour les chaussures Bessec, [entredeux-guerres]. AdR, 36 Num 05, don Bessec. Catalogue du magasin Au Bas Breton, début XX e siècle. AdR, 36 Num 06, don Bessec. 9

10 Rémi Guillemot Du Grand Bazar Parisien aux Galeries Lafayette, «Il y avait un peu de magie!» Aussi loin que je me souvienne, j ai toujours considéré que je travaillerais aux Galeries. Au moment de Noël, il y avait des animations, notamment de trains électriques, avec des passages à niveau. Et moi j ai connu ça petit garçon. Ce n était pas tout à fait les vitrines du boulevard Haussmann à Paris mais ça y ressemblait! «Les Nouvelles Galeries étaient un grand bazar populaire» Je m appelle Rémi Guillemot, je suis né le 29 septembre 1955 à Rennes. L histoire commence avec mon arrièregrand-père Alfred Guillemot, né dans les environs d Auxerre en Après des premiers travaux dans la région parisienne, il a décidé de venir vers 1885 aider sa tante, Madame veuve Démogé, qui exploitait un petit bazar à Rennes. Ce bazar faisait partie de l expansion de grands magasins de province initiée par la famille Démogé, 20 ans plus tôt. Les bazars, c étaient des articles utilitaires de première nécessité, plutôt des articles ménagers, quelques articles d habillement mais essentiellement des tissus. Les Nouvelles Galeries, quai Duguay-Trouin, années AdR, 39 Num 06, don Guillemot. Mon arrière-grand-père avait quelques capacités à tenir un grand bazar puisque pendant les années de cette codirection, le magasin de Rennes est passé d une douzaine d employés à plus d une centaine avec extension du bâtiment. C était essentiellement des gens jeunes issus de la campagne. En parallèle, avec ses cousins Démogé, ils ont fondé la maison d achat parisienne qui approvisionnait, dans un premier temps, tous les magasins fondés par les frères de la famille. Alfred Guillemot a été administrateur de la maison d achat pendant toute la période où il a exercé son activité, il en était un des membres fondateurs. Le rôle de cette maison d achat était d acheter en gros pour leurs clients ; elle avait donc un rôle de grossiste auprès des magasins qui se sont appelés Grand Bazar au début puis, très rapidement Nouvelles Galeries. C est en partie pour ça que les Nouvelles Galeries en province se sont développées à toute allure. 10

11 L Union vélocipédique du Grand Bazar de Rennes en balade à Paimpont, vers AdR, 39 Num 03, don Guillemot. «Toute la ville venait au Grand Bazar» Vous aviez la bourgeoisie qui venait là parce qu elle trouvait un assortiment, sans doute un peu plus large que dans les petites échoppes, mais vous aviez aussi les gens qui avaient peu de moyens et qui étaient sûrs de trouver là les meilleurs prix de la ville. Le magasin à l époque était ce qu on pourrait appeler aujourd hui un magasin discount. Le premier concurrent à Rennes était Les Dames de France qui ont porté aussi l enseigne Mag Mod (Magasins Modernes) et le troisième grand magasin, c était les Magasins Jacquart qui étaient place de Bretagne. Jacquart, du nom de son premier propriétaire. Encart publicitaire des magasins de l Ouest fondés par A. Guillemot, fin XIX e siècle. AdR, 39 Num 05, don Guillemot. Une réussite sociale «C était le plus grand magasin de Rennes» Vers 1893, Alfred Guillemot rachète à sa tante le Grand Bazar et se lance dans la création d une douzaine de points de vente dans l Ouest de la France. Il s est fait construire une grande maison, rue de Paris, à l entrée de Rennes. Il y a mis beaucoup d argent, la maison est toujours visible avec une façade chargée, ouvragée et un intérieur très chargé et très ouvragé aussi. C était certainement sa façon de montrer qu il avait réussi financièrement et donc socialement. Prospectus pour l ouverture des Nouvelles Galeries sur les quais, AdR, 39 Num 05, don Guillemot. La folie Guillemot, avenue du Général-Leclerc, années AdR, 39 Num 06, don Guillemot. 11

12 Il avait épousé Blanche Couvreur, une fille de commerçants qui avait été élevée dans cette ambiance. Quand son mari est mort, en 1910, elle a assuré l exploitation de l entreprise, en attendant que ses fils, dont mon grand-père, Paul, veuillent bien venir la rejoindre. Et il a commencé à travailler dans l entreprise familiale en Un nouveau magasin sur les quais «Une inauguration officielle en janvier 1931» Progressivement, germe l idée que la place Rallier-du-Baty, comme l avait prévu Alfred, n était plus le bon emplacement et qu il fallait descendre vers la Vilaine, sur l emplacement dont la famille était déjà propriétaire. Parce qu Alfred avait racheté des bouts d immeubles, des appartements sur ce site, dès Les travaux ont démarré en 1929 et l ouverture du magasin à la clientèle s est faite en octobre C était le plus grand magasin de la ville de Rennes en surface commerciale, avec une trémie centrale et une verrière qui sera bouchée au début des années 1950, quand on a eu besoin de récupérer de la surface de vente et avec l arrivée des escalators. Intérieur des Nouvelles Galeries, place Rallier-du-Baty, le jour de leur déménagement sur les quais, AdR, 39 Num 02, don Guillemot. Le grand magasin Nouvelles Galeries de 1930 a commencé par faire une large place à l équipement de la maison, aux loisirs et puis, dans une moindre mesure, à l équipement de la personne. Au début des années 1960, quand la ville de Rennes s est mise à grossir très vite du fait de l afflux des populations rurales, nous étions le premier vendeur de mobilier d équipement de la cuisine. «Les Galeries Lafayette : un grand magasin de mode» On a changé d enseigne en 1996, mais dès 1991, on a eu de la marchandise étiquetée Galeries Lafayette. On a agrandi la confection homme, femme, enfant, les accessoires de mode, on a essayé de faire entrer les marques de parfumerie, on a commencé à réduire la maison et les loisirs progressivement. Pendant quatre ans, on a fait des travaux tous les ans : on a préservé l entourage de notre trémie centrale avec une décoration 1930 donc un peu art déco, on a aussi essayé de préserver les ascenseurs clients. On a essayé de préserver un peu de rêve, un peu de magie qui correspond aux articles qu on vend. Catalogue des Nouvelles Galeries de Rennes, couverture, début XX e siècle. AdR, 39 Num 05, don Guillemot. 12

13 Jacqueline Lagoutte Une famille d épiciers en gros, La famille Lagoutte vers AdR, 37 Num 01, don Lagoutte. «Une famille de commerçants» Mes grands-parents étaient de milieu modeste. Chez les Lagoutte, du côté de mon père, ils avaient des fermes à Caulnes mais chez ma mère, c était plutôt pauvre. À la suite du décès prématuré de mon grand-père en 1910, son épouse a acheté un commerce de location de chambres meublées, rue Poullain-du-Parc. Notre mère avait son certificat d études. Elle était employée, d abord au Grand Bazar Parisien, place Rallier-du-Baty comme comptable puis chez Petithomme, marchand de tissus. Ensuite, elle est rentrée au Crédit Lyonnais et a rencontré mon père. Mon père travaillait au Crédit Lyonnais. Et comme, il n a pas voulu faire grève en , il a préféré quitter son emploi pour s installer à son compte : il a monté avec ma mère une épicerie en gros. C était une opportunité, ils connaissaient leur prédécesseur et puis c était tout près de l endroit où ils habitaient, rue Thiers. Étiquette de l épicerie en gros Lagoutte-Desclos, années AdR, 10 Z 211, don Lagoutte. 13

14 L épicerie en gros Lagoutte-Desclos, rue Thiers, vers AdR, 37 Num 03, don Lagoutte. Le fonctionnement d une épicerie en gros Ils s associent avec mon oncle, le frère de ma mère. Mon père faisait le représentant, ma mère était au bureau et mon oncle faisait les livraisons et préparait les commandes. Je me rappelle vaguement du local, rue Thiers, dans le quartier Colombier. C était un hangar avec des tôles ondulées mais assez grand quand même, 200 m². Quelques années plus tard, on a déménagé. On a acheté l entrepôt d un marchand de cuir, rue Chicogné, il n y avait pas de maison. On en a construit une et on est rentré dedans le 1 er septembre Il y avait une terrasse de 70 m² avec une buanderie et du chauffage. Elle était très moderne : on avait une salle de bains! «Le lait, on ne le faisait pas, ça ne se conservait pas.» Nos produits arrivaient en sacs. Les pâtes, le riz et le café arrivaient en sacs de 100 kg ou de 50 kg. Il n y avait pas de palette, ils se mettaient à l arrière. On conditionnait dans des petits sacs en papier de 3, 4 ou 5 kg suivant les demandes. Mais il y avait des choses qui étaient conditionnées quand même. Le sucre par exemple, ça existe toujours, en 1 kg. Et les pâtes, c est pareil. Beaucoup de gros sel, on livrait à des boulangers, de la farine. Le vinaigre, l huile, l alcool à brûler, c était en bouteilles de verre, ça n existait pas le plastique, à l époque. La confiture, elle était livrée par 5 kg en boîtes de fer et les petits épiciers détaillaient ça. C est notamment la maison Métraille qui venait nous livrer, d abord à cheval puis en camion. Mais nous, on avait nos propres camionnettes pour livrer. On a toujours eu le téléphone mais il y avait beaucoup de petits épiciers qui ne l avaient pas. C est pour ça qu on passait régulièrement toutes les semaines. «Des cafés et des épiceries à toutes les portes» Nos clients, c étaient vraiment les épiceries de quartier, souvent tenues par des femmes. L homme travaillait à l extérieur. Nous livrions plusieurs centaines de commerces, je ne sais pas combien mais rien que dans la rue de Brest, il y avait des cafés et épiceries, boulangeries, marchands de peaux de lapin c était comme ça. Il y avait beaucoup de bistros aussi, il y en avait énormément, dans les petites rues derrière, surtout dans le centre-ville et dans la périphérie. Il y avait aussi la rue de Nantes, la rue de Saint-Malo, la rue du Chapitre, la rue Saint-Georges. Près de l entrepôt, sur le boulevard de la Tour-d Auvergne. Ils buvaient du cidre, beaucoup de cidre, l apéritif n existait pas beaucoup dans les cafés. À l époque, c était la bolée. L îlot des grossistes de la rue Thiers, années Archives de Rennes, 350 Fi

15 Le rationnement pendant la Seconde Guerre mondiale Pendant la guerre, il était hors de question que mes parents ferment. Au contraire, ils étaient mobilisés pour distribuer la nourriture. Des tickets étaient donnés aux familles qui allaient dans les petites épiceries chercher leur sucre, c était compliqué. C était surtout le sucre, le pain, la farine, le beurre, les matières grasses. Moi, j ai passé des soirées à coller les tickets, ce sont des petits tickets qui étaient en demi-timbre par exemple, ça faisait des planches. Puis, lors des bombardements, nous les enfants, on est parti à la campagne avec la grand-mère et les parents sont restés. «Dans les années 1960, c est devenu difficile» On n avait plus de clients, les petites épiceries fermaient. Mon père en avait marre parce que ça rapportait moins. Ils ont eu des belles années avant la guerre, même pendant la guerre, mais à partir de , certains fermaient. Nous, on a vendu notre clientèle à un confiseur en gros. Les particuliers allaient dans les grandes surfaces. «Nos clients, c étaient vraiment les épiceries de quartier» Carte de rationnement utilisée pendant la Seconde Guerre mondiale. AdR, 7 F 18. DES ÉPICERIES CONCURRENTES? D autres épiceries étaient connues sur Rennes, comme les Frères Provençaux ou La Créole. Ils vendaient des articles fins, ils faisaient un peu de vins et spiritueux mais ils faisaient surtout de l alimentation fine, un peu comme les Frères Provençaux, un peu plus haut de gamme, plus cher. Il y avait Valton également qui était important. Ce n est pas une petite épicerie mais ce n est pas une épicerie en gros, c était demi-gros ; ils avaient des locaux importants. Ce n était pas des concurrents car ils ne s adressaient pas à la même clientèle. Valton, c était alimentaire, Prisunic aussi, les Nouvelles Galeries n en faisaient pas. Les employés devant la Maison Valton, rue d Antrain, début XX e siècle. Coll. MdB. 15

16 Yvonne Jouin avec sa petite-fille Sandrine La Lingerie Jouin, rue du Champ-Jacquet, La Lingerie Jouin, rue du Champ-Jacquet, AdR, 38 Num 01, don Jouin. «Je n ai pas choisi mon métier, non!» Je ne vais pas vous dire quand je suis née, je ne le dis plus c était en Mes parents étaient un peu dans le commerce : mon père était maréchal-ferrant et ma mère ne travaillait pas, elle avait quatre gosses, elle n en avait pas la possibilité. À 15 ans, on m a mise en apprentissage, ma mère m a dit : «tu ne veux pas suivre tes études, tu ne veux rien faire, donc tu vas travailler». Elle avait raison. Je n ai pas choisi corsetière, je voulais être modiste! Ma mère cherchait sur les journaux. Tout d un coup, elle voit un petit encart et elle me dit : «On cherche une corsetière apprentie, Madame Roamer, place de la Mairie». On est venu, je lui ai plu, ma mère était toute contente, moi je n aimais pas ça, du tout, même. Madame Roamer avait une boutique, Perséphone. J étais apprentie, trois ans d apprentissage ; elle avait une employée qui était à son atelier et qui m apprenait. Et j ai appris à l aimer ce métier, au bout de six mois, j ai trouvé que ce n était quand même pas si terrible. Je m adapte assez vite, alors ça a été. «Se mettre à son compte» À la fin de la guerre, je n étais plus apprentie, Madame Roamer m avait gardée. Et, du jour où elle a su que je commençais à faire des corsets chez moi, à mon compte, elle n a plus aimé, c était normal. J avais ans. Je vendais à des clientes qui demandaient. À ce moment-là, vous savez c était l époque de la 16

17 «J ai les filles, les petites-filles, les arrière-petites-filles qu avait Mamie» guerre, on n avait pas de tissu, on n avait rien du tout pour travailler. Mon mari était débrouillard, il allait à Paris chercher le tissu malgré les bombardements des trains et tout ça, chez les fournisseurs que je connaissais. Parce que moi, pas trop sotte, j avais pris des adresses quand même. Et j avais une belle clientèle, attention! Donc ma première cliente, c était la bouchère, après la boulangère. Après, ça a été une amie de la boulangère, ainsi de suite. Alors, elles montaient chez moi, au troisième étage et «est-ce que vous pouvez me faire un corset?» C est comme ça que j ai démarré. «J avais des ambitions» Je n ai pas mis dans mon marché de rester toute ma vie en étage, non, non, non, non! Et j ai trouvé, avec mon mari, cette boutique. C était une petite banque, rue du Champ- Jacquet à l angle. La banque qui était là nous avait vendu son pas-de-porte mais on n avait pas les murs. Et bien, ensuite on a acheté l immeuble, tout simplement. On a installé le magasin, on a donc acheté des meubles, des petits meubles pas trop chers, il fallait bien du comptoir. J avais une réserve, un bureau. Il y avait une petite pièce derrière, on a fait un petit atelier et j avais pris une personne, la même qui m avait suivie. Parce que je n y arrivais plus, je faisais du corset jusqu à onze heures, minuit. La Lingerie Jouin, rue du Champ-Jacquet, vers AdR, 38 Num 01, don Jouin. Je vendais les corsets que nous faisions déjà. Puis après, les usines ont commencé à marcher et les représentants sont venus me solliciter. Ils me faisaient à moitié confiance parce que j étais quand même jeune. J ai appris les achats sur le tas. Quand tu prends un bouillon, tu apprends très vite, il faut faire attention. Des corsets à la lingerie J ai arrêté de fabriquer les corsets à la fin des années 1950, il y avait vraiment tout ce qu il fallait dans les gammes de produits qu on peut acheter. Je n avais plus le temps non plus! Et puis après, il n y avait plus de corsetières! J avais quand même Aimée qui était à la corseterie toute la journée. La corseterie, ça voulait dire les retouches, à ce moment-là, les retouches de soutien-gorge, de gaines et puis il y avait les maillots de bain qui sont venus avec. «On m appelait Madame Barbara» La petite boutique, elle a duré à peu près dix ans. Après, j ai racheté l autre à côté. J ai agrandi le nombre de salariés, il fallait bien quand même! Et j ai étendu la gamme de produits. Il y avait Barbara déjà, Charmeil, Chantelle, Pérèle, Scandale, il y avait plein de petites marques que je n ai plus en tête. Il y avait Révéa aussi, il y avait Scandale bien entendu, Rosy! Il y a beaucoup de marques qui existent ou qu on connaît encore. Mais ça a changé. Ce ne sont plus les mêmes produits. Par exemple, Rosy qui était haut de gamme à l époque, maintenant, c est une marque de grande surface, de supermarché. Scandale, par exemple, n est plus qu un fabricant de gaines et ce n est même plus français, c est anglais. Mais à ce moment-là, c était de bonnes gaines et de bons soutiens-gorge. 17

18 La Lingerie Jouin, rue du Champ-Jacquet, vers AdR, 38 Num 02, don Jouin. Une histoire de générations Nous avons des clients très fidèles. J ai eu les mères et les grandsmères, moi. Et moi, j ai les filles, les petites-filles, les arrière-petitesfilles des clientes qu avait Mamie. Parce que la majorité de mes clientes, leurs mères connaissaient Mamie, elles connaissaient ma mère, elles connaissent la famille et moi, je connais leur famille, pas toutes mais voilà! C est sûrement dû au fait qu on est petit peu dans l intime ici, dans la lingerie. Elles ont peut-être plus tendance à se raconter ici parce que je les vois quasi nues quand même. Et donc, si elles ont une cicatrice par exemple, elles racontent l histoire de la cicatrice, forcément. Pour moi, c est toujours pareil, ça n a pas changé. Et mes filles m ont rejointe, quand elles ont eu l âge, vers vingt ans à peu près. C était naturel, mais ce n était pas du tout forcé. Elles étaient douées pour ça. Puis, elles aimaient bien venir ici quand elles étaient petites. Dans la boutique, elles ont appris à vendre, déjà. La vente, l arrangement. Oui, il fallait bien commencer! C est moi qui leur ai appris. Et puis lorsqu on aime, ça s apprend tout seul. Encart publicitaire de la boutique Perséphone, AdR, 10 Z

19 Gisèle et Odette Leprince Radio-pièces Delahaye-Leprince, rue de Châteaudun, La famille Delahaye devant la voiture publicitaire Delahaye, rue de Châteaudun, AdR, 35 Num 04, don Leprince. Je suis Gisèle Leprince, née Delahaye à Saint-Marc-le- Blanc, le 23 juin À toi, ma cousine. Je m appelle Odette Leprince, je suis née à Baulon, le 17 novembre Je suis la cousine de Mme Leprince, parce que mon cousin Robert Leprince, en venant me rendre visite souvent, a connu Mme Gisèle Leprince quand je travaillais chez M. Delahaye. «C était son dada, son atelier, c était sa vie!» Mon père, M. Delahaye Maurice, né le 7 mai 1910 à Rennes, a ouvert sa boutique Radio-Pièces au 23, rue de Châteaudun, en Il a fait des études pas très loin, boulevard Laennec à l école d Industrie où il a passé toutes sortes de CAP. En même temps, il a suivi des cours d ingénieur des radios de la Seine. Il était très attiré par tout ce qui est un peu technique, et puis à l époque, la radio, les postes à galène, c était attractif pour des jeunes un petit peu curieux, comme après, l informatique. À l époque, ils étaient trois dans le domaine de la radio, installés à Rennes. Il y avait M. Racine, M. Bianchi et mon père. Mais mon père était le seul qui était capable de dépanner. En fait, il dépannait ses clients et les clients des autres. En même temps, il montait lui-même des postes de radio, y compris des postes montés dans des petites choses originales : des petits meubles bretons. Il vendait aussi des pièces, des composants liés à la radio. Et tout ce qui était lié à l électricité : les ampoules, les piles. «C était très simple. Le début de la radio, on pouvait très bien le comprendre.» Maman est décédée en 1946, mon père s est remarié ensuite dans les années Et ils ont pris une employée : Odette Leprince. Moi, je sortais de chez moi, je sortais d une boucherie. Je ne savais pas ce que c était qu une lampe, je ne savais pas ce que c était une résistance, un condensateur. Franchement, Pépé, il a eu de la patience avec moi. J ai même suivi des cours par correspondance. 19

20 Maurice Delahaye dans son atelier, rue de Châteaudun, AdR, 35 Num 03, don Leprince. «On a connu la période de la moulinette, la période des yaourtières» Mon père qui n avait pas tellement envie de me voir partir loin, un jour s est dit : «Tiens, après tout, ça pourrait être intéressant : ton futur mari a des possibilités de s installer, pourquoi vous ne vous lanceriez pas à côté?» Il a acheté l Économique à côté en 1964 : ça permettait d agrandir l activité, puisque la télévision arrivait. Et puis c était la sortie des nouveaux appareils, les fers à repasser, les rasoirs. Il y avait presque chaque année une nouveauté qui sortait. À cette époque-là, on expliquait tout aux gens, que ce soit un rasoir, un aspirateur, on savait très, très bien comment chaque chose se montait et se démontait. Gisèle Leprince devant la vitrine de Radio Pièces, rue de Châteaudun, AdR, 35 Num 01, don Leprince. «C est les clients qui nous ont fait la meilleure publicité» Les gens disaient : «C est la rue Delahaye-Leprince!» Nous avons pu bénéficier de la clientèle de mon père parce qu il était connu à Rennes, compte tenu de son passé de résistant. C est pour cette raison qu on a nommé le magasin Delahaye-Leprince. Ça nous a quand même beaucoup aidés. Et puis après, c est les clients qui nous ont fait la meilleure publicité! On s est ensuite trouvé un peu dépassés par les événements, parce que finalement, on avait un petit endroit et on avait vraiment beaucoup de monde. C était impressionnant : les gens faisaient la queue sur le trottoir, quand c était Noël, la fête des Mères. On a embauché du personnel : on avait des dépanneurs pour la télévision, pour le matériel radio. La partie dépannage du petit ménager, c était mon père qui faisait ça. Et puis on a même pris une vendeuse et quelqu un à la comptabilité, au secrétariat. Donc, on s est retrouvés à treize personnes. 20

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript

HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript 2014 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text M: Bonjour Yasmine. Ça va? F: Ah bonjour! Oui, ça va bien. Écoute, ce weekend

Plus en détail

Trois cheveux pour épouser Philomène

Trois cheveux pour épouser Philomène Trois cheveux pour épouser Philomène Autrefois, il y avait un homme qui était Chef. Etant Chef, il avait mis au monde une fille. Cette fille était vraiment très belle. La fille avait grandi et on l avait

Plus en détail

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan Le premier visage fait le dernier voyage Amir Hassan 3 e prix Je me souviens de mon père quand j étais petite. Il me parlait toujours de la Palestine, il disait : «C est un pays volé par des occupants

Plus en détail

Est-ce que les habitudes de consommation ont beaucoup changé au Québec depuis 1905? Activité 1 - Noël et la publicité depuis 1905. aujourd hui.

Est-ce que les habitudes de consommation ont beaucoup changé au Québec depuis 1905? Activité 1 - Noël et la publicité depuis 1905. aujourd hui. Est-ce que les habitudes de consommation ont beaucoup changé au Québec depuis 1905? Ce document doit être utilisé avec la ligne du temps «*La consommation au Québec au 20 e siècle» disponible dans les

Plus en détail

Comte-Gaz Quentin 13 février au 6 mars 2006 3 ème 1. Rapport de stage. 442, Avenue de Vénaria Place du marché 38220 Vizille 38220 Vizille.

Comte-Gaz Quentin 13 février au 6 mars 2006 3 ème 1. Rapport de stage. 442, Avenue de Vénaria Place du marché 38220 Vizille 38220 Vizille. Comte-Gaz Quentin 13 février au 6 mars 2006 3 ème 1 Rapport de stage Mme Bouverot M. Colin Collège Les Mattons Cap Informatique SARL 442, Avenue de Vénaria Place du marché 38220 Vizille 38220 Vizille Page

Plus en détail

Chap 8 : L agencement de l unité commerciale I. L organisation de l espace de vente dans une grande surface

Chap 8 : L agencement de l unité commerciale I. L organisation de l espace de vente dans une grande surface Chap 8 : L agencement de l unité commerciale I. L organisation de l espace de vente dans une grande surface A. L organisation de la circulation dans le magasin B. L implantation des rayons 1. Les contraintes

Plus en détail

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce?

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce? 1 LA FAMILLE 1.1 Lecture premier texte Nadja va passer quatre mois de la prochaine année scolaire en France. Aujourd hui, elle a reçu cette lettre de sa famille d accueil. Chère Nadja, Je m appelle Martine

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

créé, pourquoi pas moi? www.claee.org Elles ont

créé, pourquoi pas moi? www.claee.org Elles ont Elles ont créé, pourquoi pas moi? (garde d enfant) (patronne salon coiffure) - (patronne restaurant) (femme de ménage / vendeuse à la sauvette) www.claee.org DepliantCLAEE-Final.indd 1 1/02/11 22:16:36

Plus en détail

SITE INTERNET Mémoire de Magny AVRIL 2015 Portrait. Louise Lecarpentier, 100 ans, 40 ans de vie à Magny

SITE INTERNET Mémoire de Magny AVRIL 2015 Portrait. Louise Lecarpentier, 100 ans, 40 ans de vie à Magny SITE INTERNET Mémoire de Magny AVRIL 2015 Portrait Louise Lecarpentier, 100 ans, 40 ans de vie à Magny En janvier dernier, Louise Lecarpentier soufflait ses 100 bougies. Elle vit encore dans sa maison

Plus en détail

Petit Hector et la triche

Petit Hector et la triche Petit Hector et la triche En plus de la vie avec ses parents, Petit Hector en avait au moins trois autres : deux vies à l école, avec les maîtres et avec les copains, et puis la vie des vacances, où il

Plus en détail

«Nous avions huit vaches et cent poules»

«Nous avions huit vaches et cent poules» «Nous avions huit vaches et cent poules» Portrait Mme HINSCHBERGER Marie Et si on vous demandait de vous présenter «J ai perdu ma maman à l âge de 3 ans et 8 mois. Elle a eu une grippe et une pneumonie.

Plus en détail

Page 2/5. Vivre dans une résidence sociale, à Paris.

Page 2/5. Vivre dans une résidence sociale, à Paris. Page 1/5 Vivre dans une résidence sociale, à Paris. Je viens d une petite île en Italie de 9,2 kilomètres. Ma grand-mère y tient une épicerie. J ai 33 ans et ça fait 21 ans que ma mère fait des ménages

Plus en détail

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript 2013 H I G H E R S C H O O L C E R T I F I C A T E E X A M I N A T I O N French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text FEMALE: MALE: FEMALE: MALE: FEMALE: Salut,

Plus en détail

Et avant, c était comment?

Et avant, c était comment? 3 Et avant, c était comment? Objectifs de l unité Tâche La première partie de l évaluation comprend une tâche, QUELS CHANGEMENTS!, divisée en quatre phases. Dans la première phase, il s agit d écouter

Plus en détail

Quand un investissement réduit permet la réussite

Quand un investissement réduit permet la réussite Quand un investissement réduit permet la réussite Il s installe dans l ancien local vide de la boulangerie déplacée à 100 m et fait le choix d un investissement réduit. Pour leur première installation,

Plus en détail

Irina L. Irina d ici. Témoignage recueilli en juin 2005

Irina L. Irina d ici. Témoignage recueilli en juin 2005 Irina L. Irina d ici Témoignage recueilli en juin 2005 Production : atelier du Bruit Auteur (entretiens, récit de vie, module sonore) : Monica Fantini Photos : Xavier Baudoin 197 7 Naissance à Caransebes,

Plus en détail

Nell Leyshon La Couleur du lait Traduit de l anglais (Royaume-Uni) par Karine Lalechère

Nell Leyshon La Couleur du lait Traduit de l anglais (Royaume-Uni) par Karine Lalechère La Couleur du lait Nell Leyshon La Couleur du lait Traduit de l anglais (Royaume-Uni) par Karine Lalechère A vue d œil Titre original : The Color of Milk Nell Leyshon, 2012. Première publication en Grande-Bretagne

Plus en détail

Régulièrement tu arrives à Paris et puis le soir, tu te rends compte que tu as laissé ta brosse à dents à Berlin

Régulièrement tu arrives à Paris et puis le soir, tu te rends compte que tu as laissé ta brosse à dents à Berlin Une interview avec la direction de l'ofaj, Max Claudet et Eva Sabine Kuntz Régulièrement tu arrives à Paris et puis le soir, tu te rends compte que tu as laissé ta brosse à dents à Berlin Le Grand méchant

Plus en détail

Le Cauchemar révélateur

Le Cauchemar révélateur Le Cauchemar révélateur Hier c était le départ de ma mère. On l emmena à l aéroport. Elle devait partir pour son travail. Quand l avion dans lequel elle était décolla, il passa au-dessus de nos têtes.

Plus en détail

Monmousseau. 2 automnes et 3 étés. Le bar Floréal. Mots et Regards. Photographies : Collecte de récits : Projet initié par Plaine Commune Habitat

Monmousseau. 2 automnes et 3 étés. Le bar Floréal. Mots et Regards. Photographies : Collecte de récits : Projet initié par Plaine Commune Habitat Monmousseau 2 automnes et 3 étés Photographies : Le bar Floréal Collecte de récits : Mots et Regards Projet initié par Plaine Commune Habitat conçue par le bar Floréal.photographie avec la complicité de

Plus en détail

Module 1: Introduction au Blogging - Transcription vidéo

Module 1: Introduction au Blogging - Transcription vidéo Module 1: Introduction au Blogging - Transcription vidéo VIDEO, autres modules, ressources et questions à poser sur http://vivredesonblog.com/formation par Ling-en Hsia Dans cette toute première partie,

Plus en détail

Dessins : Nicolas J. 1

Dessins : Nicolas J. 1 Dessins : Nicolas J. 1 Dans ce numéro «Il était une fois dans le Bâtiment...», nous vous proposons des interviews et articles, notamment sur Mme Crozon, une chef d'entreprise spécialisée dans la construction

Plus en détail

VOYAGE AU JAPON OCTOBRE-NOVEMBRE 2014, COLIBRI

VOYAGE AU JAPON OCTOBRE-NOVEMBRE 2014, COLIBRI VOYAGE AU JAPON OCTOBRE-NOVEMBRE 2014, COLIBRI Durant 3 semaines j étais { Hiratsuka, près de Yokohama où j allais tous les jours au lycée. Ma famille d accueil se composait du père, de la mère, de ma

Plus en détail

7. Est-ce que vous êtes (tu es) paresseux (paresseuse) ou travailleur (travailleuse)?

7. Est-ce que vous êtes (tu es) paresseux (paresseuse) ou travailleur (travailleuse)? Leçon 1 1. Comment ça va? 2. Vous êtes (Tu es) d'où?' 3. Vous aimez (Tu aimes) l'automne? 4. Vous aimez (Tu aimes) les chats? 5. Comment vous appelez-vous (t'appelles-tu)? 6. Quelle est la date aujourd'hui?

Plus en détail

Episode 9 Longueur 7 17

Episode 9 Longueur 7 17 Episode 9 Longueur 7 17 Allo, oui? Infirmière : Je suis bien chez mademoiselle Chloé Argens? Oui, c est moi. Infirmière : Ici l hôpital Saint-Louis. Je vous passe monsieur Antoine Vincent. C est lui, monsieur

Plus en détail

L Intégrale de l Humour ***

L Intégrale de l Humour *** Un enfant va dans une épicerie pour acheter des bonbons. Comme l épicier n en vend généralement pas beaucoup, il les range tout en haut d une étagère très haute. Le garçon demande : 1 euro de bonbons s

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE. Février 2012 ETALAGISTE. NOM prénom classe

RAPPORT DE STAGE. Février 2012 ETALAGISTE. NOM prénom classe RAPPORT DE STAGE Février 2012 ETALAGISTE NOM prénom classe 2 SOMMAIRE I Présenter l entreprise page 2 A Identification B Environnement II Le travail page 3 à 4 A Nature du métier B Condition de travail

Plus en détail

Galères, petits boulots et «plans voilées» Hanane, 27 ans (Saint-Denis)

Galères, petits boulots et «plans voilées» Hanane, 27 ans (Saint-Denis) Galères, petits boulots et «plans voilées» Hanane, 27 ans (Saint-Denis) Après ses déboires scolaires, qu elle nous a racontés dans le premier chapitre, nous retrouvons Hanane, qui nous raconte ici ses

Plus en détail

Première scène. SERGE (en baillant) Ca ne veut rien dire, «ça va». Il fait beau ou pas?

Première scène. SERGE (en baillant) Ca ne veut rien dire, «ça va». Il fait beau ou pas? Première scène Il est assis sur le bord du lit. En boxer-short et en tee-shirt. Il fait visiblement de grands efforts pour se réveiller. Elle est dans la cuisine. On ne la voit pas encore. Quel temps fait-il?

Plus en détail

Appliquer un pourcentage série 2

Appliquer un pourcentage série 2 1. Dans un club multisports, il y a 75 enfants inscrits. 20% de ces enfants font du football. Quel est le nombre d enfants qui fait du foot? enfants du club multisports font du foot. 2. Dans l entreprise

Plus en détail

L après midi l inspecteur se rendit à la boulangerie. Il interrogea Madame Madeleine, pendant que son équipe inspectait les lieux.

L après midi l inspecteur se rendit à la boulangerie. Il interrogea Madame Madeleine, pendant que son équipe inspectait les lieux. Récit 15 Dans une petite ville paisible d Allemagne, appelée Brestër, vivait un certain M. Choufleur. Une nuit alors qu il était profondément endormi, le téléphone sonna. - «Allo, suis-je bien chez M.

Plus en détail

Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe

Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe de Luc Tartar * extraits * Les sardines (on n est pas des bêtes) - Qu est-ce qu

Plus en détail

Épreuve de Compréhension orale

Épreuve de Compréhension orale 60 questions (4 sections) 40 minutes L épreuve de compréhension orale rassemble 4 sections comprenant 60 questions (questions 51 à 110). SECTION A SECTION B 8 questions Associer des illustrations à des

Plus en détail

C ÉTAIT POURTANT UN BON PRINCIPE...

C ÉTAIT POURTANT UN BON PRINCIPE... C ÉTAIT POURTANT UN BON PRINCIPE... Maxime : «J habite dans une petite ville avec mes parents. J ai été admis en formation d apprenti boulanger dans une grande ville voisine. La collocation? Je pense que

Plus en détail

L ECOLE DE L ARNAQUE

L ECOLE DE L ARNAQUE L ECOLE DE L ARNAQUE Vous avez tous eu des projets de rénovation ou des projets d améliorations de votre habitation! Voici toutes les techniques de vente, les secrets des commerciaux, les pièges à éviter

Plus en détail

Exercices de mathématiques. Choisir l opération selon la situation ( + ou - ). Nous sommes plusieurs à une fête. Mes parents doivent partir.

Exercices de mathématiques. Choisir l opération selon la situation ( + ou - ). Nous sommes plusieurs à une fête. Mes parents doivent partir. EXERCICE 1 Choisir l opération selon la situation ( ou ). Exemple : Nous sommes plusieurs à une fête. Mes parents doivent partir. 1) Aujourd hui, je dois payer mon loyer. 2) Le cuisinier a plusieurs douzaines

Plus en détail

Rapport de stage en entreprise PROSPECTIVE IMAGE. Produire et réaliser en vidéo pour l entreprise, la télévision et l internet

Rapport de stage en entreprise PROSPECTIVE IMAGE. Produire et réaliser en vidéo pour l entreprise, la télévision et l internet ROLAND Quentin 3èmeD Rapport de stage en entreprise PROSPECTIVE IMAGE Produire et réaliser en vidéo pour l entreprise, la télévision et l internet Année scolaire 2006-2007 Collège André CHENE SOMMAIRE

Plus en détail

2010 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Beginners. (Section I Listening) Transcript

2010 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Beginners. (Section I Listening) Transcript 2010 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION French Beginners (Section I Listening) Transcript Familiarisation Text FEMALE: Allô, Monsieur Ledoux? Madame Chavignol à l appareil, la maman de Maxime. Je voudrais

Plus en détail

2012 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript

2012 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript 2012 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text FEMALE : MALE : FEMALE : MALE : Heureusement que nous sommes très en avance.

Plus en détail

Colloque international Quel budget minimum pour participer à la vie sociale? Un débat européen sur les budgets de référence 13 octobre 2015

Colloque international Quel budget minimum pour participer à la vie sociale? Un débat européen sur les budgets de référence 13 octobre 2015 Colloque international Quel budget minimum pour participer à la vie sociale? Un débat européen sur les budgets de référence 13 octobre 2015 Gabrielle Bortolozzo : En premier lieu, on a une réunion une

Plus en détail

LEARNING BY EAR. Sécurité routière EPISODE 3 : «Mesures de sécurité pour les piétons»

LEARNING BY EAR. Sécurité routière EPISODE 3 : «Mesures de sécurité pour les piétons» LEARNING BY EAR Sécurité routière EPISODE 3 : «Mesures de sécurité pour les piétons» Auteur : Victoria Averill Editeurs : Johannes Beck, Katrin Ogunsade Correction : Martin Vogl Traduction : Aude Gensbittel

Plus en détail

Si vous êtes à la recherche d un business, que vous souhaitez arrondir vos fins de mois, ce guide s adresse directement à vous.

Si vous êtes à la recherche d un business, que vous souhaitez arrondir vos fins de mois, ce guide s adresse directement à vous. Ce e-book vous a été offert par Stéphane. En aucun cas il ne peut être vendu. Je suis heureux de vous offrir ce petit book qui je l espère vous aidera dans le développement de votre activité à domicile.

Plus en détail

Conversations au château hanté : Scène de ménage

Conversations au château hanté : Scène de ménage Séquence 34 - Sketch 1/5 Les verbes terminés par «-ant» sketches à imprimer, sketchs à imprimer, sketch à imprimer, sketches gratuits, sketchs gratuits, sketch métier, sketch à jouer, sketch fle, sketch

Plus en détail

Entrée de Simon. Acte 1 Scène 6 : Rebecca, Edith, Agathe, Simon

Entrée de Simon. Acte 1 Scène 6 : Rebecca, Edith, Agathe, Simon Entrée de Simon. Acte 1 Scène 6 : Rebecca, Edith, Agathe, Simon Agathe : Simon, mon chéri! Simon (embrassant sa mère) : Salut maman. Mais tu es en pleine forme dis-moi! (embrassant Rebecca) Toi, par contre,

Plus en détail

La maison de ma grand-mère

La maison de ma grand-mère La maison de ma grand-mère Voici une belle histoire de recherches survenue dernièrement concernant des gens qui ont vécu à Ste-Marie. Cette petite aventure a débuté sur le site Facebook dans le Groupe

Plus en détail

Français Authentique Pack 2

Français Authentique Pack 2 Guide : Comment utiliser le pack 2 Discussions Authentiques Cher(e) ami(e), Merci d avoir acheté le pack 2 Discussions Authentiques. C est une bonne décision et vous ne le regretterez pas. Je mets à votre

Plus en détail

Fiches Pratiques Secrets de Miel Votre réussite point par point!

Fiches Pratiques Secrets de Miel Votre réussite point par point! Fiches Pratiques Secrets de Miel Votre réussite point par point! Mes bonnes résolutions pour réussir en Vente Directe - L engagement o Engagement avec soi : Je vais réussir La Vente directe est comme une

Plus en détail

Carnet de voyage. Dina Prokic. Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni

Carnet de voyage. Dina Prokic. Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni Carnet de voyage Dina Prokic Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni 3 juillet 2011 C est ma première fois en France. Je suis venue

Plus en détail

13 Ne confonds pas avec : Hier, j ai mangé au restaurant. 16 Ce livre, je l ai lu l été dernier. Un ou

13 Ne confonds pas avec : Hier, j ai mangé au restaurant. 16 Ce livre, je l ai lu l été dernier. Un ou Un ou 1 le, un, mon, ton, son, ce chien méchant aboie la, une, ma, ta, sa, cette chienne méchante aboie plusieurs 2 les, des, mes, tes, ses, ces chiens méchants aboient quelques, beaucoup de chiennes méchantes

Plus en détail

de l instruction publique estime que je vais donner des idées aux enfants lorsque je vais dans les écoles et nous devons nous battre pour aller dans

de l instruction publique estime que je vais donner des idées aux enfants lorsque je vais dans les écoles et nous devons nous battre pour aller dans Gavin COCKS, fondateur de l Association GASP/Afrique du Sud («des jeux auxquels les enfants ne devraient pas jouer»). Actions de prévention en Afrique du Sud. Bonjour à tous et merci beaucoup à Françoise

Plus en détail

Rapport de fin de séjour Mobilité en formation :

Rapport de fin de séjour Mobilité en formation : Rapport de fin de séjour Mobilité en formation : A. Vie pratique : J ai effectué mon Master 1 de droit public en Erasmus à Copenhague d août 2009 à fin mai 2010. Logement : Accès au logement : J ai pu

Plus en détail

МИНИСТЕРСТВО НА ОБРАЗОВАНИЕТО И НАУКАТА ЦЕНТЪР ЗА КОНТРОЛ И ОЦЕНКА НА КАЧЕСТВОТО НА УЧИЛИЩНОТО ОБРАЗОВАНИЕ ТЕСТ ПО ФРЕНСКИ ЕЗИК ЗА VII КЛАС

МИНИСТЕРСТВО НА ОБРАЗОВАНИЕТО И НАУКАТА ЦЕНТЪР ЗА КОНТРОЛ И ОЦЕНКА НА КАЧЕСТВОТО НА УЧИЛИЩНОТО ОБРАЗОВАНИЕ ТЕСТ ПО ФРЕНСКИ ЕЗИК ЗА VII КЛАС МИНИСТЕРСТВО НА ОБРАЗОВАНИЕТО И НАУКАТА ЦЕНТЪР ЗА КОНТРОЛ И ОЦЕНКА НА КАЧЕСТВОТО НА УЧИЛИЩНОТО ОБРАЗОВАНИЕ ТЕСТ ПО ФРЕНСКИ ЕЗИК ЗА VII КЛАС I. COMPREHENSION ORALE Texte 1 1. Les élèves de l école «Saint-

Plus en détail

King Kong. La cuisine et le ménage. et des trucs comme des crocodiles. mes grands parents, A la maison, il y a maman qui fait le ménage

King Kong. La cuisine et le ménage. et des trucs comme des crocodiles. mes grands parents, A la maison, il y a maman qui fait le ménage La cuisine et le ménage King Kong A la maison, il y a maman qui fait le ménage et papa qui fait la cuisine. Chez mes grands parents, J ai un jeu vidéo qui s appelle King Kong. C est un gorille qui se bagarre

Plus en détail

Le temps de l arbre généalogique

Le temps de l arbre généalogique Une ardoise et son boulier : outil de l élève en 1910 Un ordinateur portable : outil de l élève en 2010 Des événements importants ont eu lieu au 20 e siècle : les premiers transports de voyageurs en avion,

Plus en détail

Une nuit magique dans l hiver

Une nuit magique dans l hiver Patrick ALLEN Une nuit magique dans l hiver A magic night in Winter Conte pour le temps de Noël 2009 ne nuit magiqu dans l hive 1 Il était une fois, dans une lointaine province située au nord d un immense

Plus en détail

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Jalousie Du même auteur Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Dominique R. Michaud Jalousie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

Indications pédagogiques E1 / 31

Indications pédagogiques E1 / 31 à la Communication Objectif général Indications pédagogiques E1 / 31 E. APPRECIER UN MESSAGE Degré de difficulté 3 Objectif intermédiaire 3 : DISTINGUER DANS UN MESSAGE UN PLAN D ARGUMENTATION Objectif

Plus en détail

www.ao-editions.com page 1

www.ao-editions.com page 1 www.ao-editions.com page 1 Extrait d une allocution du président de la République Françaises, Français, Un certain nombre de nos compatriotes s effarouchent que des gens disparaissent comme ça du jour

Plus en détail

L école maternelle est un coffre aux trésors et si on l ouvrait?

L école maternelle est un coffre aux trésors et si on l ouvrait? L école maternelle est un coffre aux trésors et si on l ouvrait? Approchez, tendez l oreille, écoutez notre petit lapin et vous saurez comment l école maternelle transforme les bébés en écoliers. C est

Plus en détail

Mais ce n est intéressant que si tu passes à l action Cliquez ici pour aller plus loin

Mais ce n est intéressant que si tu passes à l action Cliquez ici pour aller plus loin C est cadeau! Mais ce n est intéressant que si tu passes à l action Cliquez ici pour aller plus loin Ma Hijra au Maroc : point d étape après 8 mois Je vous avais promis de vous parler de ma nouvelle vie

Plus en détail

par André Dumont, journaliste

par André Dumont, journaliste par André Dumont, journaliste Mystérieuse endive Philippe Schryve est le plus important producteur d endives au pays. Pas évident, quand on est pratiquement seul à cultiver un légume peu connu. PHOTOS

Plus en détail

Auxiliaire avoir au présent + participe passé

Auxiliaire avoir au présent + participe passé LE PASSÉ COMPOSÉ 1 1. FORMATION DU PASSÉ COMPOSÉ Formation : Auxiliaire avoir au présent + participe passé PARLER MANGER REGARDER J ai parlé Tu as parlé Il/elle/on a parlé Nous avons parlé Vous avez parlé

Plus en détail

French Beginners (Section I Listening)

French Beginners (Section I Listening) 2008 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE SPECIMEN EXAMINATION French Beginners (Section I Listening) Transcript Question 1 Les jeunes d aujourd hui deviennent de plus en plus obèses. Lorsqu ils rentrent chez eux

Plus en détail

EXERCICIOS AUTOAVALIABLES

EXERCICIOS AUTOAVALIABLES EXERCICIOS AUTOAVALIABLES 1.- Transforme les phrases au passé récent a) Il a changé de travail b) Nous avons pris une décision importante c) Elle a téléphoné à Jean d) J ai envoyé un SMS à ma collègue

Plus en détail

Bernier Léa 3 1. Rapport de stage. Sallard immobilier. Photo de Sallard immobilier

Bernier Léa 3 1. Rapport de stage. Sallard immobilier. Photo de Sallard immobilier Bernier Léa 3 1 Rapport de stage Sallard immobilier Photo de Sallard immobilier 1 Sommaire 1 e partie : Enquête sur l entreprise 1) Présentation de l entreprise... p.3 2) Situation de l entreprise... p3-4

Plus en détail

- Madame Mathot, vous êtes ingénieur chez IBM. Quelles sont vos fonctions dans l entreprise?

- Madame Mathot, vous êtes ingénieur chez IBM. Quelles sont vos fonctions dans l entreprise? Entretien avec Dominique Mathot, ingénieure chez IBM France - Madame Mathot, vous êtes ingénieur chez IBM. Quelles sont vos fonctions dans l entreprise? - J exerce un métier d architecte en systèmes d

Plus en détail

Découpe les photos et classe-les en deux groupes. Explique ton choix à la maîtresse et donne un nom à chaque colonne.

Découpe les photos et classe-les en deux groupes. Explique ton choix à la maîtresse et donne un nom à chaque colonne. Séance 1 (a) Prénom : Date : Découpe les photos et classe-les en deux groupes. Explique ton choix à la maîtresse et donne un nom à chaque colonne. Séance 1 (b) Mon cher Benjamin, C est avec grand plaisir

Plus en détail

OTTO entend tout ou presque. Par Linda Hutsell-Manning

OTTO entend tout ou presque. Par Linda Hutsell-Manning OTTO entend tout ou presque Par Linda Hutsell-Manning A propos de l auteur : Linda Hutsell-Manning est l auteur de ce livre d image, de jeux et séries de voyages dans le temps. www.lindahutsellmanning.ca

Plus en détail

Le don de l inconnu. Par Chantal Pinel

Le don de l inconnu. Par Chantal Pinel Le don de l inconnu Par Chantal Pinel Chapitre 1 La décision Ça fait quelque temps que je pense à être agent pour le gouvernement, mais j hésite, je réfléchis depuis six mois. J ai 21ans et il faut que

Plus en détail

Un e-commerce de proximité à Levallois. Constats tirés des enquêtes commerçants et consommateurs Enjeux et facteurs clés de succès

Un e-commerce de proximité à Levallois. Constats tirés des enquêtes commerçants et consommateurs Enjeux et facteurs clés de succès Un e-commerce de proximité à Levallois Constats tirés des enquêtes commerçants et consommateurs Enjeux et facteurs clés de succès Attentes et perspectives des commerçants et artisans levalloisiens 2 Un

Plus en détail

Gilles Villeneuve. Q ui était... ORTS SPORTS SPORTS SPORTS SPORTS SPORTS SPORTS SPORTS SPORTS SPORTS SPORTS S

Gilles Villeneuve. Q ui était... ORTS SPORTS SPORTS SPORTS SPORTS SPORTS SPORTS SPORTS SPORTS SPORTS SPORTS S ORTS SPORTS SPORTS SPORTS SPORTS SPORTS SPORTS SPORTS SPORTS SPORTS SPORTS S Q ui était... Textes : Élise Bouthillier et Sylvain Croteau Illustrations : Gabrielle Pleau Gilles Villeneuve CHAPITRE 1 L ENFANCE

Plus en détail

COMMUNIQUÉ LE PETIT LIVRET. pour dire STOP. aux idées fausses sur. la pauvreté

COMMUNIQUÉ LE PETIT LIVRET. pour dire STOP. aux idées fausses sur. la pauvreté LE PETIT LIVRET pour dire COMMUNIQUÉ STOP aux idées fausses sur la pauvreté LE PETIT LIVRET pour dire COMMUNIQUÉ As-tu déjà entendu dire : «On est chômeur parce qu on ne veut pas travailler»? C est une

Plus en détail

Table des matières (cliquable)

Table des matières (cliquable) Table des matières (cliquable) De l importance de se créer des revenus passifs et alternatifs...4 Pourquoi investir dans une place de parking?..6 Qu est ce qui fait un bon emplacement de parking?...8 Gare

Plus en détail

Poème n 9. Poème n 10

Poème n 9. Poème n 10 Poème n 9 Quand je t ai vu, je savais que t avais un bon jus. Je t ai goutté, tu étais sucré Je ne pouvais plus me passer de toi Mais un jour, tu m as fait grossir Merci coca-cola pour tout ce plaisir

Plus en détail

www.voies-du-travail.ch Retranscriptions des interviews Page 1/6

www.voies-du-travail.ch Retranscriptions des interviews Page 1/6 www.voies-du-travail.ch Retranscriptions des interviews Page 1/6 Retranscription des Interviews du film Voies du travail Introduction En fait, je me sens ici chez moi et je me sens très bien, même comme

Plus en détail

Mon stage au Sénégal avec Mer et Monde

Mon stage au Sénégal avec Mer et Monde Mon stage au Sénégal avec Mer et Monde Joannie Gagné Printemps 2006. Il y a de cela environ un an, j étais assise chez moi à réfléchir à ma vie. J ai étudié pendant trois ans à Québec en Techniques d éducation

Plus en détail

OUTIL «FICHE DE TRAVAIL : LES BESOINS» VERSION DECEMBRE 2012

OUTIL «FICHE DE TRAVAIL : LES BESOINS» VERSION DECEMBRE 2012 OUTIL «FICHE DE TRAVAIL : LES BESOINS» VERSION DECEMBRE 2012 MODE D UTILISATION : - Cet outil est utilisé pour les entretiens «Du projet au business plan» et l atelier «Marketing mix» - Dans le cadre des

Plus en détail

comestibles Question 7 : 6 Question 8 : 1907 Question 4 : Clefs et cadenas Question 5 : serrurerie - boutique Question 6 : charcuterie -

comestibles Question 7 : 6 Question 8 : 1907 Question 4 : Clefs et cadenas Question 5 : serrurerie - boutique Question 6 : charcuterie - Réponses aux questions :Question 1 : A-B Question 2 : 1912 Question 3 : N 5-18-30-36 Question 4 : Clefs et cadenas Question 5 : serrurerie - boutique Question 6 : charcuterie - comestibles Question 7 :

Plus en détail

Portraits. Trouvez l objet

Portraits. Trouvez l objet unité Portraits 5 Trouvez l objet grammaire 1 Répondez comme dans l exemple. Qu est-ce que c est? Exemple : Ce sont des vases. 1 3 4 1 3 3 vocabulaire Barrez l intrus. 1 un vase des fleurs une chaise une

Plus en détail

Le temps d un après-midi, Dominique,

Le temps d un après-midi, Dominique, La fête des voisins Côté rue, E.M.S la Terrassière Le temps d un après-midi, Dominique, Nina et moi-même, avons décidé d installer à l entrée de la Terrassière quelques tables et chaises. Avec l aide et

Plus en détail

Les repères de temps familiers

Les repères de temps familiers séquence 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Les repères de temps familiers Je me repère dans le temps séance 1 A. Observe bien chacune de ces séries de deux photographies. À chaque fois, indique dans quel ordre elles

Plus en détail

À propos d exercice. fiche pédagogique 1/5. Le français dans le monde n 395. FDLM N 395 Fiche d autoformation FdlM

À propos d exercice. fiche pédagogique 1/5. Le français dans le monde n 395. FDLM N 395 Fiche d autoformation FdlM fiche pédagogique FDLM N 395 Fiche d autoformation FdlM Par Paola Bertocchini et Edvige Costanzo Public : Futurs enseignants en formation initiale et enseignants en formation continue Objectifs Prendre

Plus en détail

Changer sa vie. Houssen Mze Hamadi. Témoignage recueilli en octobre 2007 à Marseille

Changer sa vie. Houssen Mze Hamadi. Témoignage recueilli en octobre 2007 à Marseille extrait du site http://portraits.histoire-immigration.fr/ Houssen Mze Hamadi Changer sa vie Témoignage recueilli en octobre 2007 à Marseille Production : atelier du Bruit Auteur (entretiens, récit de vie)

Plus en détail

Semestre d étude à l Université de Limerick

Semestre d étude à l Université de Limerick Camille DESTOMBES Rapport fin de séjour Semestre d étude à l Université de Limerick Année 2013-2014 J ai passé le semestre d automne 2013-2014 dans l université de Limerick dans le sud-ouest de l Irlande

Plus en détail

EXPOSITION. «Nantais venus d ailleurs»

EXPOSITION. «Nantais venus d ailleurs» EXPOSITION «Nantais venus d ailleurs» de 1918 à nos jours Madame, Monsieur, Le Château des ducs de Bretagne Musée d Histoire de Nantes prépare pour l année 2010 une exposition consacrée à l histoire des

Plus en détail

Indications pédagogiques C3 / 22

Indications pédagogiques C3 / 22 à la Communication Objectif général Indications pédagogiques C3 / 22 C : Comprendre un message Degré de difficulté 3 Objectif intermédiaire 2 : Saisir la signification globale d un message Objectif opérationnel

Plus en détail

Objectifs de formation

Objectifs de formation Dossier 7 C22 - Présenter les produits à la vente C24 - Maintenir l attractivité de la surface de vente Objectifs de formation Objectifs de formation C22 - Identifi er les objectifs de vente du point de

Plus en détail

MON EXPERIENCE. Quelle impression avez-vous eu à votre arrivée? (votre ressenti?)

MON EXPERIENCE. Quelle impression avez-vous eu à votre arrivée? (votre ressenti?) Université d accueil : University of Leicester, Leicestershire, United Kingdom Semestre/Année de séjour : 2008-2009 Domaine d études : Histoire-Anglais L accueil : MON EXPERIENCE Quelle impression avez-vous

Plus en détail

Sommaire. La Bulgarie, contexte général... 19. Monter un commerce...37. Remerciements...5 Synthèse...7 Information pratique... 11

Sommaire. La Bulgarie, contexte général... 19. Monter un commerce...37. Remerciements...5 Synthèse...7 Information pratique... 11 Sommaire Remerciements............................................................................................5 Synthèse........................................................................................................7

Plus en détail

FICHE PÉDAGOGIQUE. New York 24 h chrono MONDES EN VF. Tâche : Relever un défi littéraire! Dix mots en dix minutes. Documents d aide.

FICHE PÉDAGOGIQUE. New York 24 h chrono MONDES EN VF. Tâche : Relever un défi littéraire! Dix mots en dix minutes. Documents d aide. APPRENANT New York 24 h chrono À partir du niveau A2 Tâche :! Dix mots en dix minutes Cette fiche pédagogique permet de mettre en place un atelier d écriture de 30 minutes avant ou après la lecture intégrale

Plus en détail

Bienvenue à la Maison des Arts

Bienvenue à la Maison des Arts Bienvenue à la Maison des Arts Livret jeu pour les enfants Exposition Jacques MONORY Du 25 janvier au 7 mars 2004 Aujourd hui grâce à ton livret jeu, tu vas pouvoir découvrir l univers de JACQUES MONORY

Plus en détail

Définitions du commerce et de la distribution

Définitions du commerce et de la distribution Photo : Marc Benoun Définitions du commerce et de la distribution 1 Le champ de ce cours est globalement celui du commerce et de la distribution, c est-à-dire des transactions et des opérations nécessaires

Plus en détail

Travail significatif de français 6P

Travail significatif de français 6P Etablissement primaire Payerne et environs Nom : Date : Travail significatif de français 6P L1:21 Lire de manière autonome des textes variés et développer son efficacité en lecture. Progression des apprentissages:

Plus en détail

GILBERT «Etre à l antenne le samedi et le dimanche, c est tout aussi valorisant que la semaine»

GILBERT «Etre à l antenne le samedi et le dimanche, c est tout aussi valorisant que la semaine» Bruno Gilbert évoque la radio comme une histoire d'amour. 40 ans de passion, d'amour. L'animateur de la matinale du week-end sur NOSTALGIE a accepté notre invitation pour parler de son métier, de ses souvenirs

Plus en détail

Thèmes : 1) questionnaire : chaque élève coche au fur et à mesure de sa lecture les propositions qui lui correspondent.

Thèmes : 1) questionnaire : chaque élève coche au fur et à mesure de sa lecture les propositions qui lui correspondent. Education à Thèmes : MOI J AIMERAIS DEVENIR l'orientation Niveau : 4 ème /3 ème Groupe : ½ Classe Durée : 1H30 2 heures Périodes : 1 er trimestre Matériel : - 1 questionnaire - 1 grille intérêts - 1 grille

Plus en détail

A. PRODUCTION ÉCRITE 30 POINTS

A. PRODUCTION ÉCRITE 30 POINTS ΤΠΟΤΡΓΔΙΟ ΠΑΙΓΔΙΑ ΚΑΙ ΠΟΛΙΣΙΜΟΤ ΓΙΔΤΘΤΝΗ ΜΔΗ ΔΚΠΑΙΓΔΤΗ ΚΡΑΣΙΚΑ ΙΝΣΙΣΟΤΣΑ ΔΠΙΜΟΡΦΩΗ ΣΕΛΙΚΕ ΕΝΙΑΙΕ ΓΡΑΠΣΕ ΕΞΕΣΑΕΙ ΥΟΛΙΚΗ ΥΡΟΝΙΑ 2014-2015 Μάθημα: Γαλλικά Δπίπεδο: E3 Γιάρκεια: 2 ώρες Ημερομηνία: Τπογραφή

Plus en détail

Compte rendu d entretien Abidjan Côte d Ivoire. Mme COULIBALY Date de l entretien : 28/01/2009

Compte rendu d entretien Abidjan Côte d Ivoire. Mme COULIBALY Date de l entretien : 28/01/2009 Compte rendu d entretien Abidjan Côte d Ivoire Mme COULIBALY Date de l entretien : 28/01/2009 Age 33 Ans Niveau d Etude Brevet de Technicien Supérieur (BTS) Statut marital Mariée, un enfant (4ans et demi)

Plus en détail

DOCTEUR SÉMOI. de Patrick Mermaz

DOCTEUR SÉMOI. de Patrick Mermaz 1 Ce texte est offert gracieusement à la lecture. Avant toute exploitation publique, professionnelle ou amateur, vous devez obtenir l'autorisation de la SACD : www.sacd.fr de Patrick Mermaz Présentation

Plus en détail