UNIVERSITE PARIS XII - VAL DE MARNE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UNIVERSITE PARIS XII - VAL DE MARNE"

Transcription

1 UNIVERSITE PARIS XII - VAL DE MARNE Sciences économiques Sciences humaines Sciences juridiques et politiques Thèse pour le Doctorat de Sciences Economiques Présentée et soutenue publiquement par Vitaliy DENYSYUK 15 Décembre 2004 LES EFFETS ECONOMIQUES DE L INTEGRATION COMMERCIALE DE L UKRAINE AUX STRUCTURES EUROPEENNES Directeur de thèse : Monsieur le Professeur Gérard DUCHENE (Université Paris XII) Jury : M. Wladimir ANDREFF, Rapporteur, Professeur à l Université Paris I M. Xavier RICHET, Rapporteur, Professeur à l Université Paris III M. Gérard DUCHENE, Professeur à l Université Paris XII Mme Fabienne BOUDIER-BENSEBAA, maître de conférence à l Université Paris XII M. Boris NAJMAN, maître de conférence à l Université Paris XII

2 L Université de Paris XII n entend donner aucune approbation, ni improbation aux opinions émises dans les thèses. Ces opinions doivent être considérées comme propres à leurs auteurs. 2

3 Résumé Notre recherche a produit de nouveaux résultats empiriques sur le régionalisme de l Europe de l Est appliqué au cas de l Ukraine : des observations sur l insertion de l Ukraine dans la division du travail en Europe, une analyse des effets macro-économiques de la création de la ZLE Ukraine-UE, une nouvelle manière (de type gravitationnel avec l indicateur de discrimination commerciale révélée) d évaluer les effets du libre-échange sur le commerce extérieur de l Ukraine, non seulement au niveau macro-économique, mais aussi à un niveau sectoriel suffisamment fin, où des impacts significatifs ont plus de chance de se produire. La spécificité du projet euro-ukrainien est également affinée plus qualitativement en le replaçant dans la perspective du "nouveau régionalisme". Notre étude donne des résultats qui tendent à montrer que si rien ne devait changer dans la structure socio-économique de l Ukraine, si tout devait rester à l identique, le libre-échange avec l Europe donnerait non seulement un bilan maigre en terme de croissance, mais serait coûteux et risqué en terme socio-économique. Cela suppose de profonds changements institutionnels. La nature de la politique d accompagnement de l ouverture économique extérieure de l Ukraine est donc centrale. Mots-clés : Intégration Nord-Sud, politique commerciale, protection, zone de libre-échange, négociation commerciale, Ukraine, UE, prévision et simulation du commerce JEL : F14, F15, F17 The Economic Effects of the Commercial Integration of Ukraine to European Structures Summary Our study produced new empirical results on Eastern European regionalism applied to the case of Ukraine: observations on the inclusion of Ukraine in the division of labour in Europe; an analysis of the macro-economic effects of the creation of the Ukraine-EU FTA; and a new approach (gravitational type with indicator of trade discrimination) to assessing the consequences of free trade on Ukrainian foreign trade, not only at a macro-economic level, but also at the level of sector, where significant impact is more likely to be observed. The specificity of the Euro-Ukrainian project is qualitatively refined even further in the perspective of "new regionalism". The results of our study tend to suggest that if no change is made to the socio-economic structure of Ukraine, free trade with Europe will only lead to weak growth, as well as generating high socio-economic costs and risks. Profound institutional changes are called for. The nature of the policy accompanying the economic opening of Ukraine is thus a central issue. Keywords : North-South Integration, Commercial Policy, Protection, Free Trade Areas, Trade Negotiations, Ukraine, EU, Trade Forecasting and Simulation JEL classification: F14, F15, F17 3

4 Sommaire 1 INTRODUCTION... 6 CHAPITRE I OUVERTURE INSTITUTIONNALISÉE: LES GAINS DE L INTÉGRATION ÉCONOMIQUE Section I.1 Les contours de la mondialisation Section I.2 La régionalisation et l émergence des zones d intégration régionale Section I.3 Les avantages de l intégration commerciale régionale. Rétrospective théorique de l intégration régionale Conclusion du chapitre I CHAPITRE II LA DIMENSION INSTITUTIONNELLE DE L INTEGRATION REGIONALE ET COMMERCIALE DE L UKRAINE Section II.1 La régionalisation en Europe Section II.2 La dimension institutionnelle de l intégration économique de la périphérie à l UE Section II.3 Un partenariat entre l Ukraine et l Union européenne: transition en vue de l intégration ou intégration pour la transition? Section II.4 Les défis de la coopération régionale et sous-régionale pour l Ukraine Section II.5 Le développement du régionalisme commercial : analyse quantitative Conclusion du chapitre II CHAPITRE III SPECIALISATION INTERNATIONALE, COMPETITIVITE ET OPPORTUNITES COMMERCIALES: UKRAINE ET UNION EUROPEENNE Section III.1 Le cas ukrainien: une structure commerciale duale Section III.2 Le redéploiement des courants d échanges, les résultats d ensemble Section III.3 L Ukraine dans la division du travail en Europe Section III.4 Avantages comparatifs: forces et faiblesses Section III. 5 La nature du commerce par types d échanges Section III.6 Compétitivité de l Ukraine et insertion commerciale Section III.7 L ouverture impose les réformes Section III.8 Déterminants de la structure par produits du commerce extérieur ukrainien : test économétrique Conclusion du chapitre III CHAPITRE IV CADRAGE ET MISE EN PERSPECTIVE DE LA POLITIQUE DE VOISINAGE : GESTION DE L INTEGRATION COMMERCIALE DE L UKRAINE A L UE Section IV. 1 Les effets «classiques» de la zone de libre-échange : base théorique Section IV.2 Les effets dynamiques Une table des matières, plus détaillée, se trouve à la fin de cette thèse 4

5 Section IV.3 Vers l édification d une zone de libre-échange euro-ukrainienne : une évaluation macro-économique Section IV.4 L intégration économique : analyse à partir des IDE comme l un des instruments de l intégration régionale dans la perspective de la création de la ZLE Section IV.5 Politique commerciale, instrument d ouverture Section IV.6 Accès aux marchés: un défi aux échanges Conclusion du chapitre IV CHAPITRE V EFFETS DE L ADOPTION DES DISCIPLINES COMMERCIALES MULTILATERALES SUR L UKRAINE: EXERCICE DE SIMULATION ECONOMIQUE Section V.1 Note méthodologique Section V.2 Perspectives commerciales. Résultats agrégés Section V.3 La libéralisation des échanges modifie peu les exportations ukrainiennes en Europe Section V.4 Le potentiel d importations ukrainiennes en provenance de l Europe est important Conclusion du chapitre V CONCLUSIONS GENERALES BIBLIOGRAPHIE Annexes du chapitre III Annexes du chapitre IV Annexes du chapitre V Table des matières

6 INTRODUCTION Trois types d institutions régissent les échanges internationaux : les organisations commerciales de type OMC, les accords d intégration régionale et enfin les accords bilatéraux sur l investissement. L OMC compte désormais dans ses rangs presque tous les pays. Ces trois types d accords interagissent. Par exemple, les accords régionaux constituent des dérogations par rapport aux règles du GATT et de l OMS (art XXIV du code du GATT). Tous ces accords institutionnalisent l ouverture 1. Pourquoi de plus en plus de pays recherchent-ils l institutionnalisation de l ouverture? L admission à une organisation internationale impose un certain nombre de contraintes variant d une organisation à l autre. Elle nécessite souvent une modification des structures sociales et des législations nationales. Les contraintes de la libéralisation ont été renforcées par l apparition d instances de sanction au niveau international. Par exemple, il existe une différence «d efficacité» à ce niveau entre les régles de l OMC et celles de l Union européenne : les premières sont moins spécifiques, et de moindre portée que les secondes et n impliquent pas de sanctions potentielles à la différence des lois européennes 2. Les contreparties qu on peut escompter d une institutionnalisation de l ouverture dépendent naturellement du type d organisation rejoint et des avantages particuliers à chaque accord ; par exemple, pour l OMC, le fait de pouvoir bénéficier de la clause de la nation la plus favorisée et de la clause de non-discrimination. Par ailleurs, dès lors que la mondialisation est perçue comme inéluctable, les pays ont intérêt à participer à la mise en ordre du système de régulation internationale. Dans ce cas, «la justification de la participation à une organisation commerciale internationale réside non pas dans la recherche d une ouverture accrue, mais dans la volonté de mieux la gérer au niveau international» 3. L objectif de l ouverture de la seconde vague d intégration régionale est devenu bien moins une libéralisation tarifaire qu un moyen de promouvoir de nécessaires réformes structurelles. Mais cette promotion n est pas menée pour en tirer le maximum de gains mais afin de mener les réformes à un coût minimal. La logique qui commande le «nouveau régionalisme» 4 n est donc pas fondamentalement celle de «l ouverture» mais celle de «l intégration» 5. Mais, tout comme 1 Il ne s agit pas seulement d ouverture d une économie nationale sur l extérieur. Pour l Ukraine, l ouverture est conçue pour opérer la transition entre l héritage des politiques d industrialisation socialistes fondées sur la substitution d importations et les nouvelles stratégies de croissance en économie ouverte. 2 A titre d exemple, on peut comparer les obligations que les pays d Europe centrale et orientale ont dû remplir pour entrer à l OMC, et celles, plus strictes, qu ils ont dû remplir pour intégrer l Union européenne. Ghérin (1999) compare les contraintes imposées à un pays souhaitant rejoindre l OMC et l UE. Les contraintes de l UE sont nettement plus fortes. Droits de douane : pour l OMC, - tarif à un niveau quelconque. Deux contraintes : non discriminant (clause de la nation la plus favorisée) et inférieur au tarif consolidé ; UE- tarif extérieur commun. Tarif extérieur nul. Politique économique : OMC- aucune contrainte dès lors que l accord OMC est accepté ; UE- coordination de certaines politiques. Normes : OMC- les discussions débutent dans certains sujets fort controversés ; UE- élaboration de multiples codes. Compétence en matière de concurrence : OMCfragmentaires ; UE- réelle politique de la concurrence. GUERIN Jean- Louis, "Les pays en développement profitent-ils du commerce mondia?", Problèmes économiques 2645, le 22 décembre 1999, p GUERIN Jean- Louis, "Les pays en développement profitent-ils du commerce mondial?", Problèmes économiques 2645, le 22 décembre 1999, p Le «nouveau régionalisme» est à interpréter comme un moyen d intégration entre économies nationales afin de créer des ensembles économiques de taille significative en termes de production et de marché. J. de MELO & A. PANAGARIYA (eds.), New Dimension in Regional Integration, Cambridge, Cambridge University Press, En prenant ce terme dans le sens large qui se réfère au mouvement de dépérissement, partiel ou total, de l un ou de plusieurs des déterminants qui définissent une économie nationale. On distingue quatre déterminants d un espace économique (espace monétaire, espace de marché, espace de mobilité des facteurs de production, espace 6

7 il n existe pas de modèle unique d insertion dans la globalisation, il n y a pas de modèle unique pour les intégrations régionales, qui se présentent sous des formes extrêmement variées. Au cours des années 90 les accords d intégration régionaux ont connu une forte expansion 1. S ils permettent de lever les obstacles de nature réglementaire aux échanges, ils obéissent souvent à des considérations d ordre politique, et ne constituent ni une condition nécessaire, ni une condition suffisante à l intégration économique effective. Ils peuvent constituer une première étape vers une ouverture à l échelle mondiale, et donnent plus de poids aux pays membres dans leurs négociations avec des pays tiers. Le terme d «intégration régionale» désigne à la fois l intégration économique 2, soit le degré d interpénétration de l activité économique des pays appartenant à une même zone géographique, et l intégration «institutionnelle» 3, les accords visant à promouvoir cette interpénétration. Le degré d intégration économique dépend de l intensité des flux commerciaux, financiers et de main-d œuvre, de la synchronisation des cycles économiques et de la convergence nominale (taux d intérêt, inflation et taux de change). La nature solennelle et contraignante des traités internationaux garantit le non-retour au modèle protectionniste et dirigiste d industrialisation du passé, fondé sur la substitution aux importations. Dans tous les cas, toutefois, la crédibilité des choix des gouvernements devrait sortir renforcée vis-à-vis de la communauté internationale des affaires et aussi vis-à-vis des groupes de pression interne, elle devrait en outre éliminer l incertitude et accroître la crédibilité des réformes. Ainsi, l accession à l OMC permet au gouvernement ukrainien d affirmer son engagement dans un processus irréversible de libéralisation commerciale. L intégration institutionnelle comporte également plusieurs degrés, de l abaissement des tarifs douaniers à la mise en commun des politiques économiques. Elle ne constitue ni une condition nécessaire, ni une condition suffisante de l intégration économique. En effet, les motivations des accords sont souvent plus politiques qu économiques, ce qui explique leur impact limité sur l intégration économique. Ainsi, l intégration avec l Europe est perçue par l Ukraine, entre autres, comme un moyen de limiter sa dépendance vis-à-vis de la Russie. Les arguments économiques en faveur des accords d intégration régionale reposent sur les bénéfices de l ouverture commerciale. Selon les théories traditionnelles du commerce international, elle accroît la concurrence et donc la productivité, elle permet une spécialisation conforme aux avantages comparatifs des pays, elle augmente la taille des marchés et permet de bénéficier d économies d échelle, enfin elle favorise les transferts technologiques. Dans ce cadre, l ouverture à l échelle mondiale constitue l optimum de premier rang. Si elle est de formulation des règles, des politiques et des compromis sociaux) et les modalités de régulation qui y sont associées. 1 De 1948 à 1994, le GATT a reçu 124 notifications concernant des accords commerciaux régionaux (dans le domaine du commerce des marchandises) et, depuis la création de l OMC en 1995, plus de 130 accords additionnels couvrant le commerce des marchandises ou des services ont été notifiés. Le nombre total des ACR en vogieur pourrait bien avoisiner 300 d ici à WTO, «Accords commerciaux régionaux. «Faits et chiffres». La diversité très grande des accords régionaux en Europe est présentée dans le tableau II.2 du chapitre II, section 1. 2 L intégration économique peut être caractérisée indépendamment même des accords formels par une plus grande interdépendance des économies nationales, l affirmation de marchés régionaux, l intensification des flux d échanges. L intégration est dite spontanée si elle ne s explique pas par des accords formels de nature discriminatoire et négociés sur la base de la réciprocité. 3 L intégration institutionnelle constitue la forme «classique» de l intégration. Elle repose sur des accords astreignants qui visent à réduire et, à terme, éliminer, des obstacles commerciaux ou réglementaires aux échanges de biens, de services et de facteurs. Elle impose une harmonisation des réglementations qui assure, au minimum, la viabilité de cette libéralisation réciproque. 7

8 difficile à mettre en œuvre pour des raisons politiques, ce qui est souvent le cas, une ouverture uniquement régionale peut constituer un optimum de second rang, voire une première étape vers une ouverture plus large. Notons que la formation de zones de libre échange ne constitue pas une condition nécessaire ou suffisante à l accroissement des flux commerciaux. Le vaste corpus de travaux sur l intégration régionale est certes aussi divers qu approfondi et, cependant, l on n y trouve ni assez de clarté ni assez d accord sur les raisons principales de l explosion des accords du commerce régional (ACR) ces derniers temps. La littérature spécialisée apporte cependant un éclairage intéressant sur les raisons qui poussent les États à prendre la voie régionale plutôt que la voie multilatérale pour faire avancer leurs priorités et leur agenda commercial. En ce qui concerne les différentes théories du régionalisme, l apport de la littérature au sujet de l intégration régionale se résume à trois problématiques : celle des économistes, celle des politologues et celle de l économie politique internationale. Malgré l unité de la problématique, les travaux des économistes forment un ensemble éclaté de travaux. Les travaux des économistes exposent les trois grands systèmes théoriques: Théorie des unions douanières : (Viner (1950) 1, Meade (1957) 2 ). Cette théorie traite uniquement des échanges commerciaux Théorie des zones monétaires optimales : (Mundell (1963), Bayoumi (1997) 3 ; elle concerne l intégration monétaire Théorie des zones naturelles dans le cadre théorique de la nouvelle économie géographique : (Wonnacott & Lutz (1989) 4, travaux de Krugman ( ) 5 ; elle introduit la dimension géographique Les analyses de l intégration économique par l approche politique se divisent en trois volets (Il ne s agit pas ici d une analyse de science politique du régionalisme mais plutôt d une réflexion sur la manière dont les objectifs politiques devraient orienter notre évaluation économique du régionalisme) : Le néo-fonctionnalisme : Haas (1958) 6. Ce courant part de la primauté des facteurs techniques et économiques dans ds sociétés pluraliste, dominées par la rationalité de gestion, et décrit l évolution fonctionnelle d une subnationalité initiale vers une supranationalité régionale. 1 VINER J., The Customs Union Issue, New York, Carnegie Endowment for International Peace, MEADE J., The Theory of Customs Unions, Amsterdam, North Holland, MUNDELL R. A., "A theory of optimum Currency Areas", American Economic Review 51, 1961, pp BAYOUMI T., Financial integration and real activity, Manchester University Press, WONNACOTT P. & LUTZ M., "Is There a Case for Free Trade Area?", dans Free Trade Areas and US Trade Policy, Schott J. J. (éd.), Washington DC, Institute for International Economics, KRUGMAN, Paul, Increasing returns and economic geography, Journal of political economy 3, vol. 99, juin 1991, pp ; KRUGMAN, Paul. Geography and trade. Cambridge (MA), MIT Press, 1991; KRUGMAN, Paul, History versus expectations, Quarterly journal of economics 2, vol. 106, numéro 2, mai 1991, p ; KRUGMAN, Paul, A dynamic spatial mode, NBER working paper, numéro 4219, novembre 1992;- KRUGMAN, Paul, Development, geography, and economic theory, Cambridge (MA) : MIT Press, 1995; KRUGMAN, Paul, What s new about the new economic geograph?, Oxford review of economic policy 2, vol. 4, été 1998, p.7-17; KRUGMAN Paul, entretien avec BENKO Georges. Géographie, économie, société 2, vol. 1, numéro 2, 1999, p HAAS Ernst, The Uniting of Europe: Political, Social and EconomicForces , Stanford, Stanford University Press,

9 L inter-gouvernementalisme : Moravcsik (1991/1998) 1. L idée principale de ce courant est que l intégration régionale est un compromis entre les leaders politiques dominants d une région en accordant aux Etats un rôle central de gouvernance. Le néo-réalisme : Robert Gilpin, Kenneth Waltz (2000/2003). Sur la question plus particulière du régionalisme, les réalistes disent essentiellement trois choses : (1) le régionalisme n est pas une alternative au système des États ; celui-ci porte les valeurs, les intérêts et les ambitions nationales des pays qui y participent.(2) Le régionalisme est pour les grandes puissance un «dilemme de sécurité», dans le sens où celui-ci va leur permettre par cette voie de se renforcer à l intérieur du système international et d engager celui-ci dans un mode de gestion partagée de sa stabilité en nouant des alliances stratégiques. (3) Le régionalisme permet de faire converger puissance économique et puissance politique ; d autres voies que la voie régionale sont possibles, mais celle-ci a pour elle l avantage de que les États qui s y engagent pourront de la sorte mieux maîtriser les évolutions de l économie mondiale, grâce en particulier aux partenariats économiques qu ils établissent entre eux. L analyse d Economie Politique Internationale (EPI) cherche à expliquer pourquoi et comment se constitue une organisation des relations économiques internationales, c est-à-dire un ensemble de règles, de normes, de procédures et d institutions qui réalisent une forme d ordre politique international (théorie de la stabilité hégémonique et des théories des régimes internationaux, etc.). L analyse conventionnelle de l EPI nous montre pourquoi les facteurs favorables à la création de régimes, c est-à-dire les dilemmes d action collective, ont tendance à se concentrer, en intensité et en nombre, sur une base géographique en raison des interdépendances plus fortes à cette échelle : La théorie néo-libérale, qui part de l idée que les coûts de transaction sont un déterminant important de l offre de régimes, montre de son côté que ces coûts, étant plus faibles à l échelle régionale, doivent pousser à des arrangements institutionnels à ce niveau (Keohane (1984) 2, Stein (1990) 3, Young, Lake, Snidal (1991, 1993) 4, etc.). La théorie néo-réaliste, qui repose sur l idée que les conflits entre puissances sont structurants à l échelle internationale, montre de son côté que les alliances ont également tendance à se nouer sur une base régionale (Baldwin (1993) 5, Powell (1994) 6, Griego (1993) 7, etc.). 1 MORAVCSIK A., "Negociating the Single European Act: National Interests and Conventional Statecraft in the European Community", International Organization 45, hiver 1991, pp MORAVCSIK A., The choice for Europe, Cornell University Press, KEOHANE R.O., After Hegemony. Cooperation and Discord in the World Political Economy, Princeton, Princeton University Press, STEIN A.A., Why Nations Cooperate: Circumstance and Choice in International relations, Ithaca, Cornell University Press, SNIDAL D., Relative Gains and the Pattern on International Cooperation, American Political Science Review 85, n 3, 1991, pp ; SNIDAL D., The Relative- Gains Problem for International Cooperation Response, American Political Science Review 87, n 3, 1993, pp BALDWIN D.A. (ed.), Neorealism and Neoliberalism: The Contemporary Debate, New York, Columbia University Press, POWELL R., «Anarchy in International Relations Theory : the Neorealist- neoliberal Debate», International Organization 48, v. 2, 1994, pp GRIEGO J., «Anarchy and the Limits of Cooperation : A Realist Critique of the Newest Liberal Institutionalism et Understanding the Problem of International Cooperation: The Limits of the Neoliberal Institutionalism and the Future of Realist Theory in BALDWIN D.A. (ed.), Neorealism and Neoliberalism: The Contemporary Debate, New York, Columbia University Press, 1993, pp , GRIEGO J., The 9

10 La théorie réaliste est appelée à apporter une contribution majeure en soulevant la question de l «hégémonie régionale» (qui à l heure de la «triadisation» se développe comme une tendance parallèle à l «hégémonie mondiale»), donc en mettant l accent sur le facteur d offre crucial de la constitution de régimes régionaux qui tient à l intervention du politique et la dimension «puissance» de l intégration régionale (voir, par exemple, l idée de l «Europe-puissance»). (Johnson (1953) 1, Drazen (2000) 2, Padoa (2001) 3. En d autres termes, «par des chemins différents, toutes les théories convergent vers la même conclusion, affermissant ainsi la pertinence de l hypothèse selon laquelle la régionalisation est appelée à devenir un principe d organisation majeur de l économie du XXI e siècle» 4. Notre synthèse ne couvre pas toute la littérature, extrêmement abondante, qui relève de la théorie de l intégration régionale, mais seulement les théories et les études qui concernent notre champ de recherche. La littérature spécialisée récente montre, toutefois, qu en dépit des avantages attendus de l appartenance aux organisations internationales multilatérales ou régionales, les gains en termes de croissance semblent bien faibles pour les pays en développement. Aucune étude empirique n a permis jusqu à présent de montrer que les pays qui adhèrent à des accords régionaux ou multilatéraux bénéficient systématiquement d un surcroît de croissance. Dans un monde d information imparfaite, la stratégie du signal apparaît comme une des raisons majeures d officialiser l ouverture, mais n est pas exempte de risques. Les risques liés à l institutionnalisation de l ouverture tiennent en grande partie à ce que plusieurs organisations visent davantage à ouvrir les économies des pays membres qu à les aider à gérer leur propre ouverture. Or, l ouverture, si elle est considérée comme un but et non plus comme un moyen, sans tenir compte de l avancement économique des pays et de leur capacité à le gérer, porte en germes de nombreux problèmes (Banque mondiale (2005), Guérin (1999), Gaulier (2002), Bensidoun, Chevallier & Gaulier (2001) 5. Plusieurs accords régionaux ont une composante Nord-Sud, par exemple l ALENA, Euromed ou encore l UE avec son «Nouveau voisinage». Tout d abord formulée sous l expression Initiative "Nouveaux voisins" par le Conseil de l UE, la réflexion qui intéressait uniquement les nouveaux voisins orientaux (Ukraine, Biélorussie, Moldavie) s est transformée en une politique de voisinage (Neighbourhood Policy) concernant les Etats disposant d une frontière terrestre ou maritime avec l Europe élargie (Wider Europe), à savoir les voisins de l Est mais aussi les pays du Sud de la Méditerranée (Algérie, Egypte, Israël, Jordanie, Liban, Libye, Maroc, Autorité palestinienne, Syrie et Tunisie). En juillet 2004, le Conseil Européen a également étendu cette initiative aux pays du Caucase du Sud. Relative-Gains problem for International Cooperation. Comment, American Political Science Review 87, n 3, 1993, pp JOHNSON H.G., «Optimum tariffs and retaliation», Review of Economic Studies 21, 1953, pp DRAZEN, Political Economy in Macroeconomics, Princeton University Press, PADOA P.C., «Political Economy of New Regionalism and World Governance», in M. Telo (ed), European Union and New Regionalism, Asghate, KEBABDJIAN G., Les théories de l économie politique internationale, Paris, Seuil, 1999, pp Voir, par exemple, Banque mondiale, Global Economic Prospects 2005 : Trade, Regionalism, and Trade, Washington, 2005 ;GUERIN J.-L., Ouverture et croissance, thèse pour le Doctorat ès sciences économiques, Paris, Université de Paris-I- Panthéon- Sorbonne, 1999 ; GAULIER G., Intégration économique et convergences réelles, thèse pour le Doctorat ès sciences économiques, Paris, Université de Paris-I- Panthéon- Sorbonne, 2002 ; BENSIDOUN I., Chevallier A. & Gaulier G. «Repenser l ouverture du Sud», Lettre du CEPII 205, octobre

11 Cette initiative vise à construire des bases nouvelles dans les relations entre les pays de l UE et sa périphérie dans un contexte de mondialisation et d intégration régionale "profonde" au sein de l espace européen. Cette intégration suppose en effet qu ils revoient et modifient un grand nombre de leurs politiques et institutions, de même qu elle soulève un ensemble important et complexe de problèmes d ajustement économique et social, notamment en matière de commerce, mais pas exclusivement. La validité du projet de régionalisation à l égard de la périphérie pose problème car la régionalisation actuelle est appelée à être une "intégration profonde" 1 alors que les deux ensembles concernés ne semblent pas prêts à accepter les implications d un tel choix. D un côté, on se trouve en présence d un espace économique développé et de grande taille ayant sa propre cohérence, de l autre, on est en présence d un ensemble fragmenté de petites économies hétérogènes qui n entretiennent entre elles que peu de relations économiques (les échanges commerciaux Sud-Sud ne se montent qu à 7% du commerce extérieur de ces pays) et qui ont toutes leurs relations économiques extérieures polarisées vers l Europe (et à un moindre degré vers les Etats-Unis et pour les pays de l ex-urss vers leur métropole, la Russie) selon une logique centre-périphérie généralement décrite par le modèle "moyeurayons". Hétérogènes (non seulement en termes de structures socio-économiques mais également sur le plan des formes d organisation politique et des mentalités), animés chacun de dynamiques dont la convergence n apparaît pas évidente, le Nord, le Sud (la Méditerranée) et le Nord-Est (ex-urss) semblent s être fixés un projet commun a priori irréaliste. Tel est le premier constat. Le projet repose sur deux paris qui restent aussi problématiques l un que l autre : le premier est que la région disposant d une frontière terrestre ou maritime avec l Europe élargie puisse devenir un espace économique, c est-à-dire un espace régional pertinent pour promouvoir un processus intégré de co-développement Nord-Sud de nature à soutenir la croissance des pays les plus pauvres ; le second est que la constitution de cette "zone de prospérité partagée" puisse être accessible à partir de la mise en oeuvre de deux moyens économiques fondamentaux : le libre-échange régional et un soutien financier, non négligeable mais limité, de l Europe. Problématique Pour l économiste, deux questions se trouvent posées : existe-t-il des possibilités de régionalisation dans le cadre de «Nouveaux voisins» crédibles et lesquelles? ces possibilités, si elles existent, sont-elles porteuses de développement pour le Sud? La thèse s intéresse à la nature exacte du processus en cours entre l Union européenne (UE) et l Ukraine. L Ukraine se veut européenne. Quel sens cette intégration revêt-elle pour les Ukrainiens et quelle lisibilité ont-ils du projet européen? Comme on l a dit, le libre-échange commercial est la principale proposition contenue dans la politique de voisinage (Neighbourhood Policy) pour promouvoir la régionalisation. Nous aborderons donc la question de l intégration UE-Ukraine du point de vue commercial. 1 En dehors de l échange de marchandises, le nouveau régionalisme comprend d autres dimensions essentielles de la régionalisation : la politique en matière d investissements extérieurs, les questions relatives à la mobilité du travail, les questions monétaires et financières, la coordination des politiques et des réglementations, les politiques publiques en matière d infrastructure ou de protection de l environnement. 11

12 Quel est le degré d ouverture ou de fermeture du pays dans ses relations avec le monde extérieur, en l occurrence l UE? Avec quel degré de liberté le capital, le travail, les biens et l information peuvent-ils circuler de l Ukraine vers les pays de l UE? Dans quelle mesure le pays est-il intégré à un groupe de plusieurs pays, jusqu où est-il "globalisé", ou encore, dans quelle mesure est-il coupé des tendances à l intégration et à la globalisation? Quelle a été l incidence des accords d intégration régionale, en particulier l Accord de partenariat et de coopération (APC) du point de vue: 1) de l UE; et 2) de l Ukraine? Dans quelle mesure le potentiel des accords d intégration régionale, en particulier l APC, a-t-il été pleinement exploité? Quels sont les principaux obstacles qui limitent une coopération plus poussée entre l Ukraine et les pays d Europe occidentale? Quelles mesures devraient être prises par l Ukraine et les pays occidentaux pour intensifier leur coopération? Bien que l intégration européenne de l Ukraine ait été décrétée priorité de la politique extérieure du pays, la littérature spécialisée n a que partiellement abordé ce thème. Aussi, nous nous efforçons ici de donner quelques indications qui en définissent les enjeux. La question a été traitée selon des méthodes parfois très différentes. Un premier groupe des travaux cherche à expliquer les motivations ainsi que l évolution des rapports économiques et institutionnels entre l Ukraine et l UE, l évaluation des aspects de l intégration (aussi bien positifs que négatifs) à partir de l intégration de la dimension politique. On peut citer, pour l Ukraine, une étude de Byrakovsky & Biletsky (1999) 1, Blandinieres & Morgos (2000) 2, Siskos (1999) 3, des travaux du groupe des experts ukraino-allemands (1999, 2001) 4, Denysyuk (2002, 2003) 5, AHT Consulting Group (2003) 6. Dans la littérature spécialisée internationale, on peut mentionner Hillon (1998) 7, Aslund & Menil (2000) 8, Foster (2000) 9. La contribution Denysyuk (2003) analyse les lignes de force des accords sectoriels UE / Suisse comme exemple à suivre pour les gouvernements des NEIO 10. Nous aimerions signaler la participation en de M. Gérard Duchêne, en tant que chef du groupe des économistes, au travail du centre de promotion de l intégration, 1 BYRAKOVSKY Igor & BILETSKY Victor, Ukraine s way to the European union. View from Ukraine, Kiev, Center for Peace, Conversion and Foreign Policy of Ukraine, April BLANDINIERES Jean- Paul & MORGOS Petro, "Adopting a two-steps economic strategy for an effective rapprochement between Ukraine and the European Union", Ukrainian Economic Trends 7, juillet 2000, pp СИСКОС Евангелос, ЄС і проблеми міжнародної економічної інтеграції (L UE et problèmes de l intégration économique et internationale), thèse pour le Doctorat ès sciences économiques (кен), Київ, Інститут світової економіки, East West Institute, EWI Kyiv Centre Staff, The European Union and Ukraine: Consolidating Constituencies for Integration. Report of a conference held in Kyiv, 1-2 October HOFFMANN Lutz, MÖLLERS Felicitas, (éds.), Ukraine on the Road to Europe, Heidelberg, New York, Physica-Verlag, DENYSYUK V., Distant European Horizons. European Integration of Ukraine and EU Response: On One Wav?, Politics and the Times 4 (Kyiv), 2001, pp ; DENYSYUK V., «Ukraine : une réputation trompeuse», Accomex 49, 2003, pp ; DENYSYUK V., The price of the European omelet: relations between the EU and its new northeastern neighbors, EuroJournal.org (Journal of Foreign Policy of Moldova), October 6, AHT Consulting Group, Украіна- ЄС : на шляху до 4 свобод» (Ukraine- UE : en route pour les 4 libertés), Rapport analytique, juin <www.me.kmu.gov.ua> 7 HILLON, C, "Partnership and Cooperation Agreements between the European Union and the New Independent States of the Ex-Soviet Union", European Foreign Affairs Review 3(3),1998, pp ASLUND Anders & de MENIL Georges, Economic Reform in Ukraine. The Unfinished Agenda, Armonk, New York, London, M.E. Sharpe, FOSTER Eric, "L économie de l Ukraine: une progression incertaine vers l Union européenne", Les études du CERI 73, décembre DENYSYUK V. Practice of Switzerland- EU Bilateral Agreements and Implications for the European States of the CI?, Obchestvo i economika (Russia), January 2003, pp

13 financé par l Union Européenne, Ukrainian-European Policy and Legal Advice Centre (Kyiv). Ce centre a édité une revue macro-économique, Ukrainian Economic Trends, dont les données ont été utilisées dans notre travail. Brenton & Walley (1999) ont proposé pour la première fois une évaluation macroéconomique de l impact du libre-échange sur l Ukraine dans le cadre de la création de la zone de libre-échange avec l UE 1. Denysyuk (2003) avait pour objectif principal d analyser la faisabilité économique du projet de ZLE entre l UE et l Ukraine 2. Des chercheurs ukrainiens et étrangers ont abordé certains aspects de l intégration commerciale de l Ukraine à l économie mondiale en évoquant les problèmes de l intégration aux marchés européens : Dibrova (1996) (exportations agro-alimentaires) 3, Loukyanenko (1996) (compétitivité de la production ukrainienne) 4 Duchêne (1992, 1993, 1994, 2000) (l évaluation de la CEI aux prix mondiaux, l intégration et désintégration économique dans l ex-urss, l intégration de l économie ukrainienne aux marchés mondiaux et européens) 5, Sidenko (2003) (accès aux marchés européens) 6. Les rapports bilatéraux dans le cadre de l intégration régionale ont été décrits dans les travaux d Aydinkaya (2000) 7, Mayko (1999) 8, EstWest Institute (2004) 9. Denysyuk (2002) 10 a abordé la question de l intégration subrégionale et régionale de l Ukraine. Blandinieres (2000) 11, Loukyanenko (2002) 12, 1 BRENTON Paul, WHALLEY John, Evaluating A Ukraine-EU Free Trade Agreement Using a Numerical General Equilibrium Trade Model, report prepared for TACIS project "Policy Advice on GATT/WTO to Ukraine", mimeo, Brussels, CEPS, DENYSYUK V. Establishment of a Common European Economic Area as a factor of Ukraine s sustainable growth, Economic Annals- XXI (Ukraine), September ДІБРОВА Лариса В., Експортний потенціал АПК України (Potentiel d exportation du secteur agroalimentaire de l Ukraine), thèse pour le Doctorat ès sciences économiques (кен), Київ, Інститут економіки, ЛУК ЯНЕНКО Дмитро Г., Розвиток національної економіки в умовах міжнародноі інтеграціі (Développement de l économie nationale dans le cadre de l intégration internationale), thèse pour le Doctorat ès sciences économiques (ден), Київ, КГУ, DUCHENE Gérard, "Courte histoire économique de l Ukraine indépendante", dans L Ukraine, nouvel acteur du jeu international, TINGUY de, Anne (éd.), Bruylant- Bruxelles, L.G.D.J.- Paris, 2000, pp ; DUCHENE Gérard, "Ukraine Au bord du gouffre", Le courrier des pays de l Est 439, avril-mai 1999, pp ; DUCHENE Gérard, "Structural Change and Output Decline in transition economies", Higher School of Economy Review 4, Volume 3, 1998, Moscow, pp ; DUCHENE Gérard, «Intégration et désintégration dans l ex-urss», Revue Economique 3, vol 45, mai 1994, pp ; DUCHENE Gérard, «Le niveau de développement de la CEI», Economie et Prévision 109, vol. 3, 1993, pp SIDENKO V., «Ukraine in the Market of the European Union», Analytical Report, 3 December АЙДИНКАЯ Ількер Ясін, Турецько-українське партнерство в економічних інтеграційних обєднаннях (Partenariat turco-ukrainien dans les groupements d intégration économiques), Київ, КГУ, МАЙКО Віктор А., Розвиток британсько-українських економічних відносин в сучасних умовах (Développement des rapports économiques anglo-ukrainiens dans la situation actuelle), thèse pour le Doctorat ès sciences économiques (кен), Київ, Українська академія зовнішньої торгівлі, Est-West Institute & Institute for Regional ans Euro-Integration Studies «EuroRegio Ukraine», «2004 European Union Accession : Implications for Ukraine s Relations with its Central European Neighbours», Analytical Report, September <www.eru.org.ua> 10 DENYSYUK V., «Challenges to the regional integration of Ukraine in the context of European its choice», Economic Annals- XXI (Kyiv), September 2002, pp BLANDINIERES Jean- Paul, "EU enlargement an opportunity for Ukraine", Ukrainian Economic Trends 9, septembre 2000, pp LOUKYANENKO D.G., Conséquences qui découlent pour l Ukraine de l élargissement de l Union européenne, United Nations, ECOSOC, Economic Commission for Europe, Coordinating Unit for Operational Activities, OPA/AC.34/3, 27 February

14 Havrylyshyn (2004) 1 et Astrov & Havlic (2004) 2 ont abordé les questions des coûts de l élargissement de l UE pour l Ukraine. Certains économistes ont cherché à simuler et à prévoir l impact global de l intégration commerciale à l UE sur le commerce extérieur et l activité économique de l Ukraine au moyen de modèles dits d équilibre général calculables (MEGC), pour la plupart conçus dans le cadre du Projet d analyse du commerce mondial (Global Trade Analysis Project ou GTAP). On peut citer une étude relativement récente de Sulama Pekka & Widgren Mika (2002) 3. Malheureusement, le modèle GTAP, en plus de sa nature statique, a un autre défaut : il ne comprend pas l Ukraine comme une région séparée. L Ukraine est agrégée dans la région «Ancienne Union Soviétique» (FSU). C est pourquoi une étude ukrainienne a tenté de faire les simulations pour la région ex-urss et ensuite de désagréger la part de l Ukraine des gains statiques en bien-être, en fonction de sa part dans le commerce de la zone ex-urss sur une base industrielle (Harbuzyuk, 2001) 4. Le CEPS a également utilisé un MGG pour analyser les impacts potentiels d un accord de libre-échange entre l Ukraine et l UE 5. L évaluation du potentiel du commerce extérieur de l Ukraine à l aide de modèles de gravité concluent à l existence d un potentiel de développement de commerce entre l UE et l Ukraine (par exemple, Brenton (1999), Kalyna (2001), Kulpinsky S. (2002), Elborgh- Woytek (2003) 6 (tableau n IV.3.4). A l inverse, d autres études mettent en évidence que le commerce avec la CEI dépasse de plusieurs fois son potentiel «naturel» (par exemple, Koukhartchouk & Maurel (2002 et 2003), Dean, Eremenko & Mankowska (2003) 7. Certaines études économétriques ont posé la question de savoir combien d IDE l Ukraine peut espérer recevoir à la suite de la transformation continue et de l accroissement des relations avec l Union Européenne via un accord de libre-échange (Brenton (1999) 8. 1 HAVRYLYSHYN Oleh, "The Impact of EU Enlargement on Countries Beyond the New Frontiers," in Michael Landesmann and Dariusz Rosati (eds.), Shaping the New Europe: Economic Policy Challenges of European Union Enlargement, Houndsmills, UK, and New York: Palgrave Macmillan, ASTROV Vasily & Peter HAVLIC, «European Union, Russia and Ukraine : Creating New Neighbourhoads, WIIW Research Report 305, April SULAMA Pekka & WIDGREN Mika, EU enlargement and the opening of Russia, ETLA Discussion Papers 825, The Research Institute of the Finnish Economy, <www.etla.fi> 4 HARBUZYUK Oksana, Customs Union with the UE: GTAP Analysis for Ukraine, MA Research Report, EERC, National University Kyiv-Mohila Academy, Kyiv, BRENTON Paul, WHALLEY John, Evaluating A Ukraine-EU Free Trade Agreement Using a Numerical General Equilibrium Trade Model, report prepared for TACIS project "Policy Advice on GATT/WTO to Ukraine", mimeo, Brussels, CEPS, BRENTON Paul, Analysis of Trade and Production Structures in Ukraine and the EU: Implications for a Free Trade Agreement dans Evaluating A Ukraine-EU Free Trade Agreement Using a Numerical General Equilibrium Trade Model, report prepared for TACIS project "Policy Advice on GATT/WTO to Ukraine", mimeo, BRENTON Paul, WHALLEY John, Brussels, CEPS, 1999, ch. 5; KALYNA Anastasiia, Integrating Europe: prospects for Ukrainian Trade Performance, MA Research Report, EERC, National University Kyiv- Mohila Academy, Kyiv, <www.eerc.kiev.ua/research/matheses>; KULPINSKY S., External Factors of Ukraine s Trade (Econometric Study), Newsletter of the Center for Monetary Policy within NBU Council 1, 2002, pp ELBORGH-WOYTEK Katrin, «Of Openness and Distance: Trade Developments in the Commonwealth of Independent States, , IMF Working Paper 03/207, October KOUKHARTCHOUK O., MAUREL M., Institutions and Trade in Transition Economies, RECEP working paper, Moscow, <www.recep.org>; DEAN James W., EREMENKO Igor & MANKOWSKA Nadiya, «Will WTO membership really improve market access for Ukrainian export?, Working paper, Kyiv, Institute of Economic Research and Policy Consulting, KOUKHARTCHOUK O., MAUREL M., Accession to the WTO and EU enlargement: what potential for trade increas?, DP 3944, London, CEPR, June <www.cepr.org> 8 BRENTON Paul, Foreign Direct Investment, Technology Transfer and Economic Growth in Ukraine dans Evaluating A Ukraine-EU Free Trade Agreement Using a Numerical General Equilibrium Trade Model, report 14

15 Denysyuk (2003) a analysé le rôle des IDE européens comme l un des instruments de l intégration régionale de l Ukraine 1. Comme on l a vu, notre sujet n a pas encore été étudié dans sa globalité dans la littérature spécialisée. Objectif de la recherche L objet du travail suivant est de tenter, à la lumière des critères d intégration relevant du pôle commercial, de mesurer l impact de l Accord de partenariat et de coopération (APC) sur les échanges entre l UE et l Ukraine. Comment ces accords influencent-ils les flux d échanges et d investissements directs étrangers (IDE) et les relations économiques en Ukraine, tant en ce qui concerne leurs effets à court terme que dans une perspective plus éloignée? L étude aura pour objet de fournir une analyse de l impact économique de l Accord de partenariat et de coopération et d une future ZLE aux niveaux macro-économique et sectoriel et, dans certains cas, au niveau de certains produits. On doit examiner les coûts et avantages de l ouverture du marché régional aux importations en provenance de l UE, au niveau macro-économique en général et pour les principaux secteurs de l économie (agriculture, produits de base, produits manufacturés), en identifiant les contraintes internes spécifiques de certains produits ou secteurs. Les résultats viseront à : résumer les progrès accomplis au niveau de l intégration économique régionale et sub-régionale dans le cas de l Ukraine, décrire les politiques commerciales, en procédant notamment à l analyse de la protection tarifaire et des entraves non tarifaires appliquées aux importations en provenance de l UE et d autres partenaires commerciaux, notamment à l intérieur de la région, présenter la structure et les évolutions des échanges de l Ukraine avec l UE et parfois les autres partenaires commerciaux (surtout la Russie), notamment pour le commerce intra-régional, estimer l impact quantitatif aux niveaux macro-économique et sectoriel du libre-échange sur le commerce extérieur de l Ukraine après la signature de l accord de libre-échange entre l Ukraine et l UE; mettre en évidence les activités économiques spécifiques qui seraient touchées positivement ou négativement par le plan de libéralisation, évaluer les coûts d ajustement du plan de libéralisation après la signature de l accord de libre-échange entre l Ukraine et l UE (perte de recettes douanières pour le budget, restructuration de l économie, mesures de sauvegarde pour les secteurs vulnérables, ), décrire les bénéfices «dynamiques» produits par un accord de partenariat économique régional, notamment en termes de flux d investissements de l UE et de pays tiers, de renforcement de l intégration régionale, d intégration au système multilatéral des échanges et de crédibilité du cadre macro-économique et légal. prepared for TACIS project "Policy Advice on GATT/WTO to Ukraine", mimeo, BRENTON Paul, WHALLEY John, Brussels, CEPS, 1999, ch DENYSYUK V., Ukraine between Russia and the EU: analysis from FDI flows as one instrument of integration, Economist ( Kyiv), March 2003, pp

16 Importance des hypothèses de base 1. L intégration commerciale de fait avec l Union européenne est de nature sans doute plus «spontanée» (de facto) qu «institutionnelle» (de jure), même si l l Accord de partenariat et de coopération (APC) a pu jouer le rôle d un catalyseur. 2. L étude se concentre sur l évaluation de l impact de l établissement de la zone de libre- échange (ZLE). Une évaluation de l impact de la notion beaucoup plus large d accord de partenariat économique n est abordée que très partiellement. 3. En ce qui concerne la ZLE, l étude repose sur l hypothèse, que pour assurer la compatibilité avec l OMC, chaque partie, y compris l Ukraine, devra libéraliser 90% de ses importations en provenance de l autre partie, et cela sur une période de 10 ans. 4. Cette hypothèse ne tient pas compte de l engagement de l UE de négocier les ZLE avec les pays en développement (PVD) de façon aussi souple que possible «en fixant la durée de la période de transition et le degré d asymétrie en termes de calendrier du démantèlement tarifaire et de couverture finale des produits» et des opportunités offertes par les dispositions appropriées du GATT pour appliquer effectivement une telle flexibilité. 5. Couverture des produits. En effet, bien que la signification précise de l article XXIV du GATT, selon lequel la libéralisation des échanges doit couvrir «l essentiel des échanges» entre les parties, soit encore controversée, il est généralement admis que cette disposition fait référence à la totalité des échanges entre les parties. Il est également admissible que l article XXIV du GATT laisse certaines possibilités d introduire une asymétrie dans la libéralisation des échanges, pourvu qu aucun secteur ne soit entièrement exclu de part et d autre. Méthodes et cadre référentiel Nos recherches nous ont conduits, sur le plan théorique, à dépasser une approche néolibérale du commerce international standard au sens strict pour intégrer des préoccupations institutionnelles et géoéconomiques 1 de la théorie d économie politique. Cette approche méthodologique nous permet, pensons-nous, d accroître l intelligibilité et la compréhension des transformations en cours induites par les formes nouvelles que prend l intégration économique au niveau régional comme au niveau mondial et qui est en phase avec le type de problèmes rencontrés dans le cas de l intégration commerciale entre l UE et sa périphérie. Nous avons cherché à ébaucher des concepts ayant une portée suffisamment générale pour rendre intelligible les processus d intégration de l Ukraine. Dans notre travail nous utiliserons des méthodes quantitatives: méthodes d estimation statistique courantes 2 : principaux indicateurs statistiques courants (ratios de structure, taux de croissance, hiérarchisation des flux, etc. ), indices 1 La géoéconomie est l analyse des stratégies menées par les Etats afin de renforcer leur potentiel économique et social. Ces stratégies peuvent prendre la forme aussi bien d une protection totale ou partielle de l économie nationale considérée que celle de l aide à des entreprises nationales en vue de maîtriser certaines technologies clefs ou de conquérir tel ou tel segment de marché. LOROT Pascal, «Géoéconomie», dans Dictionnaire de la mondialisation, Paris, Ellipses, 2001, pp Pour une analyse de différents indicateurs et leurs défauts voir LAFAY G., "Les indicateurs de spécialisation internationale", Document de travail du CEPII 88-01, janvier 1988; LAFAY G., "La mesure des avantages comparatifs révélés", Economie Prospective Internationale 41, 1 trimestre 1990, pp ; LAFAY G. & HERZOG C., La fin des avantages acquis, Paris, Economisa, 1989; une illustration des possibilités offertes par ces indicateurs a été donnée dans l ouvrage de LAFAY G., HERZOG C., FREUDENBERG M. et Ünal D., Nations et mondialisation, Paris, Economica,

17 d ajustement des importations et des exportations (solde commercial, taux de couverture, importations/exportations par tête, position par marché, performance, etc..), ainsi que des indices d ajustement structurel (p. ex., indice de Grubel-Llyod, indice de similarité, avantage comparatif révélé etc.), économétriques, en particulier notre simulation économique à partir du concept de discrimination commerciale révélée introduit dans Gaulier (2001) 1. Cette méthode a été subdivisée en plusieurs étapes. 1/ On évalue produit par produit le degré de protection de chaque pays, à partir des distorsions dans la distribution géographique de ses fournisseurs. On compare la structure géographique des exportations mondiale pour un produit à la structure géographique des importations mondiales et ukrainiennes de ce même produit. Tout ça en tenant compte des déterminants gravitationnels du commerce: distance, taille. 2/ On en tire un indicateur de discrimination (tarifaire et non tarifaire multilatéral) sur le marché mondial et ukrainien du produit. 3/ Connaissant la protection tarifaire on en déduit les taux de protection (BT+BNT) sur le marché mondial et ukrainien pour ce produit. Ce taux de protection (étant donné l élasticité de la demande d importations pour ce produit) donne l accroissement potentiel du marché mondial et ukrainien pour ce produit. 4/ Ce potentiel multilatéral est redistribué entre les partenaires, après correction des distorsions les plus fortes. De là on tire les potentiels de commerce bilatéral. On la complète par les résultats des simulations obtenus à l aide du modèle de gravité 2 et du modèle d équilibre général 3. Une analyse de type Leontief des tableaux intrants-sorties de l industrie ukrainienne et le modèle de Baldwin sont utilisés pour préciser les déterminants de la structure par produits du commerce extérieur. Originalité du travail et présentation des résultats L étude suivante a pour objet d analyser les effets économiques et géoéconomiques de l APC et de la «politique de voisinage» de l UE dans le cadre de «nouveau régionalisme» par rapport à l Ukraine et d étudier leur impact direct sur le processus de l intégration commerciale de l Ukraine. Notre recherche a produit de nouveaux résultats empiriques sur le régionalisme de l Europe de l Est appliqué au cas de l Ukraine. Parmi ceux-ci : le premier examen cohérent des avantages que peuvent apporter des accords d intégration régionale pour l Ukraine. L originalité de notre étude est de combiner l approche strictement économique (théorie des droits de douane optimaux, la «nouvelle» théorie du commerce international 4, etc.) avec l approche d économie politique (théorie 1 GAULIER G., «Discrimination commerciale : une mesure à partir des flux bilatéraux», Document de Travail CEPII 01-04, <www.cepi.fr> 2 Nous renvoyons le lecteur qui aurait besoin de s informer en détail sur ces questions à FONTAGNE Lionel, Michael PAJOT, Jean Michel PASTEELS, «Trade Potential Among Heterogeneous Countries : A Shirt User s Guide», Economie et Prévision , 2002, pp <www.fontagne.fr.st>. "Fondements théoriques du modèle de gravité" dans Régionalisme et désintégration en Europe centrale et orientale. Une approche gravitationnelle, MAUREL Mathilde, Paris, CNRS, 1998, pp Nous renvoyons le lecteur qui aurait besoin de s informer en détail sur ces questions à HERTEL T. (ed.), Global Trade analysis, Modelling and applications, Cambridge University Press, 1997, SHUBERT K., "Les modèles d équilibre général calculable : préalables statistiques et comptables", dans Archambault E. et Arkhipoff O. (dir), La comptabilité nationale, pour quoi fair?, Paris, PUF, 1992, SHUBERT K., "Les modèles d équilibre général calculable : une revue de la littérature", Revue d économie politique 103(6), 1993, pp , MARTENS André, DECALUWE Bernard, SAVARD Luc, La politique économique du développement et les modèles d équilibre général calculable, Montréal, Presses de l Université de Montréal, Contrairement aux théories classiques (Ricardo) ou néoclassiques (HOS), ses modèles analysent des économies imparfaitement concurrentielles, en particulier le développement de l échange intra-branche. C est 17

18 politique de la protection, théorie des régimes internationaux et la théorie de la stabilité hégémonique) ; des observations sur l insertion de l Ukraine dans la division du travail en Europe. Sur la base des nouvelles données empiriques, on présente une première étude comparative du commerce de l Ukraine avec la Russie et l UE pour mettre en lumière les nouvelles complémentarités apparues dans le commerce UE-Ukraine ; une analyse des effets macro-économiques de la création de la ZLE sur l économie ukrainienne. Notre thèse examine ce sujet d une manière plus détaillée que ne pouvait le faire un travail tel celui de Brenton & Walley (1999) ; sur le plan économétrique, pour la première fois dans la littérature spécialisée, nous présentons une nouvelle manière d évaluer les effets du libre-échange sur le commerce extérieur de l Ukraine, non seulement au niveau macro-économique, mais aussi à un niveau sectoriel suffisamment fin, où des impacts significatifs ont plus de chance de se produire, et en particulier dans le commerce de l Ukraine avec l UE-25, afin de mettre en évidence les activités économiques spécifiques qui seraient touchées positivement ou négativement par le plan de libéralisation dans le cadre de la création de la zone de libre-échange. Bien que l intégration européenne de l Ukraine soit complexe et spécifique 1, et qu elle soit affectée par tellement d autres facteurs (comme les conditions politiques nationales, la politique économique, et l économie mondiale) qu il est difficile d en démêler les différents effets. Nous nous sommes efforcés de formuler quelques conclusions générales : La définition de la politique d intégration européenne de l Ukraine présente un mélange indissociable de considérations d ordre politique et économique. C est la recherche d un type de relation intermédiaire, entre adhésion et aide au développement. L intégration commerciale de fait avec l Union européenne est de nature sans doute plus «spontanée» (de facto) qu «institutionnelle» (de jure), même si l Accord de partenariat et de coopération (APC) a pu jouer le rôle d un catalyseur. L insertion de l Ukraine dans la division du travail en Europe est marquée par une faible convergence structurelle. L Ukraine semble, pour l ensemble des indicateurs retenus, nettement mieux placée dans le commerce avec la Russie qu avec l UE. Pour l heure, l Ukraine rejoint à peine le niveau des PECO les moins avancés. L impact de l intégration sur les entrées d IDE reste incertain. Eu égard aux résultats que nous avons obtenus, deux questions se posent : les tendances observées récemment dans les échanges et qui suggèrent une faible convergence avec l Europe occidentale peuvent-elles être améliorées durablement avec l accord préférentiel? Dans quelle mesure l ensemble des structures productives, dont les échanges extérieurs ne sont que la partie émergée, suit-il la même dynamique? Une méthode d évaluation de l ouverture commerciale (avec l indicateur de discrimination commerciale révélée) fournit des résultats qui tendent à montrer que si rien ne l application de l économie industrielle internationale (dans un cadre d oligopole ou dans un contexte de rendements croissants, des grandes entreprises peu nombreuses caractérisées par leur comportement "stratégiques" (elles font des hypothèses sur les décisions des autres firmes pour prendre leurs propres décisions), la différenciation du produit, etc.). Ce qu on appelle actuellement "nouvelle théorie du commerce international" c est la «nouvelle économie géographique», qui prend en compte les coûts de transport, de passage de frontière et autres et met l accent sur les phénomènes d agglomération/polarisation etc. 1 Une conséquence de nos postulats de recherches est que nous n avons pas été en mesure de résoudre empiriquement toutes les questions qui nous intéressaient. Il n y a pas d ACR entre l Ukraine et l UE et dont l application serait suffisamment constante pour que nous disposions de données historiques convaincantes. Dans notre cas, il s agit uniquement de la faisabilité économique de la création de la zone de libre-échange UE- Ukraine et de l intégration commerciale. 18

19 devait changer dans la structure socio-économique de l Ukraine, si tout devait rester à l identique, le libre-échange avec l Europe donnerait non seulement un bilan maigre en terme de croissance, mais serait en plus coûteux et risqué en terme socio-économiques. Les pays comme l Ukraine courent ainsi le risque d une marginalisation continue, d une spécialisation statique et d une mauvaise insertion internationale, notamment dans leurs relations commerciales avec l Europe. Telle est la principale conclusion qui ressort de l étude de simulation effectuée. Les gains, pour l Ukraine en particulier, ne sont pas liés à la seule libéralisation commerciale, mais aussi aux autres effets : réelle ouverture des marchés, et nette amélioration de la productivité. Or, cela suppose de profonds changements institutionnels. La nature de la politique d accompagnement suivie est donc centrale. Dans les conditions actuelles, l Ukraine doit combiner l intégration régionales de type Sud-Sud (création d un Espace Economique Commun avec le Bélarus, le Kazakhstan et la Russie que le Parlement ukrainien a ratifiée le 20 avril 2004) et de type Nord-Sud (zone de libre-échange avec l UE dans le cadre de la politique de «voisinage» de l UE). Au terme de cette analyse, la question se pose de savoir si l Ukraine doit pratiquer également la stratégie d alliances commerciales 1, en complétant les options multilatérale et régionale par l option bilatérale (ZLE avec les Etats-Unis ou la Chine, par exemple), ce que constitue, de notre point de vue, une voie de recherche future. En proposant une analyse du processus d intégration en Ukraine, ce travail entend contribuer à l ouverture d une ligne de recherche portant sur l analyse de l économie politique des relations internationales, des politiques commerciales et de l intégration régionale centrée sur l Ukraine comme exemple de pays de la périphérie européenne. Les conclusions de ce travail de recherche indiquent, en effet, que les questions de l intégration Nord-Sud sont devenues prioritaires pour une compréhension profonde du phénomène de la mondialisation ainsi que pour pouvoir apprécier la direction de l évolution de l économie européenne. L étude est composée d une introduction, de cinq parties principales suivies d une conclusion et des annexes. Le premier chapitre permettra de s interroger sur les perspectives théoriques qui permettent de saisir les nouveaux processus d intégration, les interactions entre les nouvelles stratégies économiques des acteurs publics ainsi que les problèmes que rencontre la coopération économique internationale. Le libre-échange régional: une étape incontournable sur le chemin du libre-échange multilatéral pour l Ukraine? Le premier chapitre ne vise pas à présenter une réponse définitive à cette question et cherche plus modestement à voir si la littérature théorique et, plus précisément, la littérature d "économie politique internationale", qui est plus en phase avec le type de problèmes rencontrés dans le cadre de la politique de «nouveau voisinage» de l UE est en mesure de fournir des instruments ou des clés de réponse appropriés et à les utiliser dans les chapitres suivants, surtout dans le deuxième et le quatrième. Le deuxième chapitre résume les principaux aspects du processus d intégration régionale et invite à examiner différentes initiatives d intégration régionale auxquelles participe l Ukraine. Nous devons reconstruire les finalités générales et spécifiques de la coopération régionale en Europe orientale, telle qu elle a été conçue et s est effectivement réalisée. Nous partons de la thèse selon laquelle la coopération régionale, telle qu elle se 1 Que l on songe au Chili, le Mexique, le Mercosur ou le Maroc, engagés dans un accord de libre-échange avec un bloc (l Union européenne ou les Etats-Unis) et instaurant ou négociant de zone de libre-échange avec les autres. Sans parler de la nouvelle dynamique commerciale des Etats-Unis avec la stratégie d alliances commerciales. 19

20 présente aujourd hui, est de nature transitoire et a pour but d intégrer les pays de la région au système économique européen (mondial). L analyse des flux commerciaux avec l Union européenne et la place de l Ukraine dans la division du travail en Europe pendant la période forme le noyau de la troisième partie. Pour fournir une évaluation complète des changements qui ont affecté la structure et la nature des relations commerciales entre l UE et l Ukraine, nous avons choisi différentes approches. Ce chapitre analyse les échanges entre l UE et l Ukraine sous plusieurs angles: évolution récente des importations et des exportations, évolution des spécialisations, effets de la segmentation internationale des processus productifs, nature des échanges et positionnement de l Ukraine sur l échelle de qualité. L impact sur les flux d échange UE- Ukraine est appréhendé par le biais de plusieurs indicateurs. Cette analyse permet de mettre en évidence certaines forces mais aussi certaines faiblesses de l économie ukrainienne. Le chapitre montre que l Ukraine reste globalement spécialisée dans les industries intensives en main-d œuvre et en ressources naturelles ou dans les industries à forte intensité en capital (sidérurgie). L Ukraine demeure insérée dans une division du travail basée sur des complémentarités traditionnelles. Une différenciation croissante entre l Ukraine et les pays d Europe centrale s explique en partie par le rôle important que jouent désormais les investissements étrangers directs dans les restructurations industrielles en Europe centrale. Les échanges de l UE avec l Ukraine restent presque exclusivement inter-branche, basés principalement sur des complémentarités sectorielles. Ce chapitre donnera des indications sur les opportunités, les problèmes et les menaces du développement futur du commerce entre l Union européenne et l Ukraine. Nous devons établir les critères nécessaires pour apprécier l impact et l efficacité propres à la coopération régionale, et appliquer ensuite ces critères pour fournir dans les deux derniers chapitres des évaluations qualitatives et quantitatives des programmes de l intégration commerciale. Le quatrième chapitre a pour objectif principal d analyser la faisabilité économique du projet de la création de la zone de libre-échange entre l UE et l Ukraine. L étude du cinquième chapitre se concentre sur l évaluation de l impact de la libéralisation commerciale (simulation économique), à court et moyen termes tant au niveau sectoriel et macro-économique qu au niveau sous-régional. Les résultats des analyses quantitatives sur l impact du libre-échange régional pour l Ukraine permettent de préciser les enjeux auxquels se trouve confronté ce pays, car ils font apparaître un bilan prévisionnel très ouvert. L intérêt principal des exercices de simulation est alors d expliciter la possibilité de scénarios divergents et d éclairer les conditions susceptibles de rendre positif le bilan du libreéchange pour l Etat ukrainien. Trois séries de conditions apparaissent nécessaires : la reconversion compétitive de l appareil productif de ce pays en transition; la mise en place de politiques économiques appropriées ; une augmentation significative des entrées de capitaux extérieurs. L étude est illustrée par des annexes et complétée d une bibliographie. Nous avons voulu que cette étude permette de mieux comprendre la situation de l économie ukrainienne et incitera ainsi à soutenir l Ukraine dans les actions qu elle doit maintenant entreprendre pour pouvoir tirer partie des énormes ressources naturelles et humaines dont elle dispose. 20

L union douanière, zone de libre-échange et tarif extérieur commun

L union douanière, zone de libre-échange et tarif extérieur commun Les pouvoirs fédéraux de l Union européenne L union douanière, zone de libre-échange et tarif extérieur commun Une pièce maîtresse du «carré libéral» de l Union européenne 28 février 2005 Picasso, Matisse

Plus en détail

Les accords internationaux du Canada en matière de commerce et d investissement : une diversité d options

Les accords internationaux du Canada en matière de commerce et d investissement : une diversité d options Les accords internationaux du Canada en matière de commerce et d investissement : une diversité d options Publication n o 2012-32-F Le 19 juillet 2012 Katie Meredith Alexandre Gauthier Division des affaires

Plus en détail

APPEL A COMMUNICATIONS

APPEL A COMMUNICATIONS APPEL A COMMUNICATIONS Colloque régional UEMOA-CRDI sur Intégration régionale et stratégies régionales de réduction de la pauvreté 8-10 décembre 2009, Ouagadougou, Burkina Faso Délai de soumission de résumé

Plus en détail

Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique?

Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique? Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique? Mardi 3 juin 2014 Younes TAZI Directeur Général Agence Marocaine de Développement de la Logistique younes.tazi@amdl.gov.ma

Plus en détail

TAUX DE CHANGE REELS FONDES SUR LA PARITE DES POUVOIRS D ACHAT : APPLICATION AU CAS DE L ECONOMIE TUNISIENNE

TAUX DE CHANGE REELS FONDES SUR LA PARITE DES POUVOIRS D ACHAT : APPLICATION AU CAS DE L ECONOMIE TUNISIENNE TAUX DE CHANGE REELS FONDES SUR LA PARITE DES POUVOIRS D ACHAT : APPLICATION AU CAS DE L ECONOMIE TUNISIENNE Auteur : Sana GUERMAZI-BOUASSIDA Assistante Permanente à l Ecole Supérieure de Commerce de la

Plus en détail

Accord de libre échanges Maroc-USA Maroc/USA

Accord de libre échanges Maroc-USA Maroc/USA Conseil National du Commerce Extérieur Accord de libre échanges Maroc-USA Maroc/USA Anticiper Partager Agir 2006 www.cnce.org.ma SOMMAIRE A. Vers une importante ouverture du marché marocain des produits

Plus en détail

Lignes Directrices pour l évaluation conjointe par les services de la Banque et du FMI du Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté

Lignes Directrices pour l évaluation conjointe par les services de la Banque et du FMI du Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté Lignes Directrices pour l évaluation conjointe par les services de la Banque et du FMI du Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté 1. Lors de sa présentation par le Gouvernement aux Conseils d

Plus en détail

TITRE DE LA THESE. Développement durable et lutte contre la pauvreté, Cas de la Tunisie. Par. Riadh Béchir. Unité de recherche ; Laboratoire ;

TITRE DE LA THESE. Développement durable et lutte contre la pauvreté, Cas de la Tunisie. Par. Riadh Béchir. Unité de recherche ; Laboratoire ; TITRE DE LA THESE Développement durable et lutte contre la pauvreté, Cas de la Tunisie Par Riadh Béchir Unité de recherche ; Laboratoire ; Entreprise - Economie - Environnement Economie et sociétés rurales

Plus en détail

Argumentaire pour la facilitation des échanges dans la pratique. Andrew Grainger

Argumentaire pour la facilitation des échanges dans la pratique. Andrew Grainger Argumentaire pour la facilitation des échanges dans la pratique Andrew Grainger Nottingham University Business School andrew.grainger@nottingham.ac.uk Page: 1 Incitants politiques génériques 1. Modernisation

Plus en détail

Les prix et les coûts de l industrie touristique suisse: une comparaison internationale

Les prix et les coûts de l industrie touristique suisse: une comparaison internationale Les prix et les coûts de l industrie touristique suisse: une comparaison internationale Entre 2000 et 2007, la compétitivité-prix de l économie suisse du tourisme s est nettement améliorée. Le tourisme

Plus en détail

1 ère Conférence des Ministres de l Économie et des Finances de la Francophonie

1 ère Conférence des Ministres de l Économie et des Finances de la Francophonie 1 ère Conférence des Ministres de l Économie et des Finances de la Francophonie (Monaco, 14 et 15 avril 1999) Déclaration de Monaco 1. Lors du 7 ème Sommet des Chefs d Etat et de Gouvernement des pays

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

Notifier les entraves au commerce

Notifier les entraves au commerce Notifier les entraves au commerce ACCES AU MARCHE : STRATEGIE ET ENJEUX 1. Une stratégie d accès au marché mise en œuvre par la Commission européenne avec les Etats membres et les fédérations d entreprises

Plus en détail

Unions monétaires et commerce régional en Afrique

Unions monétaires et commerce régional en Afrique Nations Unies Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Distr. générale 8 avril 2014 Français Original: anglais TD/B/EX(59)/3 Conseil du commerce et du développement Cinquante-neuvième

Plus en détail

CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR L'OMC Genève, 17-18 février 2003

CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR L'OMC Genève, 17-18 février 2003 CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR L'OMC Genève, 17-18 février 2003 Organisée conjointement par l'union interparlementaire et le Parlement européen Point 2b) de l'ordre du jour provisoire LE VOLET DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Conférence d Economie Internationale

Conférence d Economie Internationale Conférence d Economie Internationale 13 e séance, 2 juin 2009 Trade and Development SCIENCES-PO, MASTER Affaires Internationales, UP : 57517 Plan de la séance 1. Intro 2. Commerce et spécialisation 3.

Plus en détail

UPEC AEI - Licence 3 Administration publique Socio-Economie des mutations contemporaines (8) D. Glaymann - 2010-2011 1

UPEC AEI - Licence 3 Administration publique Socio-Economie des mutations contemporaines (8) D. Glaymann - 2010-2011 1 8. Les grande étapes du dilemme protectionnisme/ libre-échange Le contenu et la comptabilisation des échanges internationaux Les argumentaires favorables au protectionnisme et au libre-échange L évolution

Plus en détail

L avantage comparatif

L avantage comparatif L avantage comparatif Grégory Corcos et Isabelle Méjean ECO 434: Economie Internationale Ecole Polytechnique, 2ème Année The theory of comparative advantage is the only result in social science that is

Plus en détail

la voie bilatérale reste la meilleure option

la voie bilatérale reste la meilleure option WWW.ELECTIONS.CH FICHE THEMATIQUE : SUISSE-UE la voie bilatérale reste la meilleure option L UE est un des principaux partenaires commerciaux de la Suisse. A l inverse, la Suisse est le deuxième partenaire

Plus en détail

I) L ouverture des économies à l international

I) L ouverture des économies à l international L autarcie s oppose au système du libreéchange. I) L ouverture des économies à l international A) La mesure des échanges de biens et services. La balance des transactions courantes. Cette balance retrace

Plus en détail

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées.

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées. Nom Organisation n de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL ATConf/6-WP/49 14/2/12 SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN Montréal, 18 22 mars 2013 Point 2 : 2.2 Examen de questions

Plus en détail

David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments

David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments Article (Accepted version) (Refereed) Original citation: Marsden, David

Plus en détail

européenne 2. Théorie des unions douanières en concurrence parfaite (suite)

européenne 2. Théorie des unions douanières en concurrence parfaite (suite) 2. Théorie des unions douanières en concurrence parfaite (suite) 4Conclusion des modèles de Smith, Ricardo et HOS : échange international et spécialisation des économies nationales sont générateurs de

Plus en détail

2. Enjeux et opportunités de l intégration régionale en Afrique

2. Enjeux et opportunités de l intégration régionale en Afrique NOTE DE SYNTHÈSE POUR LA CONFÉRENCE ÉCONOMIQUE AFRICAINE 2013 L INTÉGRATION RÉGIONALE EN AFRIQUE 28-30 octobre 2013 JOHANNESBOURG, AFRIQUE DU SUD Groupe de la Banque africaine de développement Commission

Plus en détail

PAYS EN DÉVELOPPEMENT

PAYS EN DÉVELOPPEMENT Chapitre 6 PAYS EN DÉVELOPPEMENT Comment l OMC traite les besoins spéciaux d un groupe de plus en plus important 1. Aperçu général Sur les 150 membres environ de l OMC, à peu près deux tiers sont des pays

Plus en détail

Annexe 3 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles

Annexe 3 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Annexe 3 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Filière : économique et commerciale Option : Economique (ECE) Discipline : Economie, sociologie et histoire du monde contemporain (ESH)

Plus en détail

EUROPEAN TRADE UNION COMMITTEE FOR EDUCATION COMITE SYNDICAL EUROPEEN DE L EDUCATION

EUROPEAN TRADE UNION COMMITTEE FOR EDUCATION COMITE SYNDICAL EUROPEEN DE L EDUCATION EUROPEAN TRADE UNION COMMITTEE FOR EDUCATION COMITE SYNDICAL EUROPEEN DE L EDUCATION Document énonçant la position du CSEE sur la proposition de recommandation du Parlement européen et du Conseil établissant

Plus en détail

Forum économique de l Algérie le 24 septembre 2008 à Lausanne

Forum économique de l Algérie le 24 septembre 2008 à Lausanne Forum économique de l Algérie le 24 septembre 2008 à Lausanne Intervention de Monsieur l Ambassadeur Norbert Frick Porte parole AELE pour les négociations de l Accord de Libre-échange AELE-Algérie Monsieur

Plus en détail

II LES ENGAGEMENTS EN MATIÈRE DE POLITIQUE COMMERCIALE ET LES MESURES CONTINGENTES A INTRODUCTION... 21

II LES ENGAGEMENTS EN MATIÈRE DE POLITIQUE COMMERCIALE ET LES MESURES CONTINGENTES A INTRODUCTION... 21 TABLE DES MATIÈRES TABLE DES MATIÈRES ABRÉVIATIONS ET SYMBOLES...vii REMERCIEMENTS...ix AVERTISSEMENT...x AVANT-PROPOS DU DIRECTEUR GÉNÉRAL...xi RÉSUMÉ ANALYTIQUE...xiii I SITUATION DU COMMERCE EN 2008-2009...

Plus en détail

Strategic Management M. Jean Mourani

Strategic Management M. Jean Mourani Strategic Management M. Jean Mourani The course deals with the traditional and contemporary concepts of strategy. It will provide the students with an in-depth knowledge of the integration of the strategy

Plus en détail

Coopération transfrontalière

Coopération transfrontalière 2007 Instrument européen de voisinage et de partenariat Coopération transfrontalière Document de stratégie 2007-2013 Programme indicatif 2007-2010 Résumé Le document de stratégie 2007-2013 de la coopération

Plus en détail

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14 TABLE DES MATIERES Préface... 5 Avant- propos... 9 Partie 1 Approches macroéconomique et fiscale Introduction à la première partie... 14 CHAPITRE 1 La politique budgétaire est- elle encore efficace pour

Plus en détail

Couverture du risque de change dans les pays émergents

Couverture du risque de change dans les pays émergents Couverture du risque de change dans les pays émergents Présentation AFTE 10 avril 2013 Thierry APOTEKER, CEO, TAC Présentation rapide de TAC Une société indépendante de recherche appliqué et de conseil

Plus en détail

Gestion du risque pour le contrôle douanier 2

Gestion du risque pour le contrôle douanier 2 Janvier 2011 UNCTAD Trust Fund on Trade Facilitation Negotiations 1 Technical Note No. 12 Gestion du risque pour le contrôle douanier 2 Contexte Une caractéristique du travail des douanes est le volume

Plus en détail

DECISION N 10/2006/CM/UEMOA PORTANT ADOPTION DU PROGRAMME DE TRANSITION FISCALE AU SEIN DE L UEMOA

DECISION N 10/2006/CM/UEMOA PORTANT ADOPTION DU PROGRAMME DE TRANSITION FISCALE AU SEIN DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE -------- LE CONSEIL DES MINISTRES DECISION N 10/2006/CM/UEMOA PORTANT ADOPTION DU PROGRAMME DE TRANSITION FISCALE AU SEIN DE L UEMOA LE CONSEIL DES MINISTRES

Plus en détail

Le développement de services aux entreprises : les enjeux de la proximité pour les territoires industriels

Le développement de services aux entreprises : les enjeux de la proximité pour les territoires industriels Le développement de services aux entreprises : les enjeux de la proximité pour les territoires industriels AUTEURS Fabienne PICARD, Nathalie RODET-KROICHVILI, Nafaa HAMZA-SFAXI RÉSUMÉ L objectif de cette

Plus en détail

I. LES GRANDES ÉTAPES DE L INTÉGRATION ÉCONOMIQUE EUROPÉENNE

I. LES GRANDES ÉTAPES DE L INTÉGRATION ÉCONOMIQUE EUROPÉENNE I. LES GRANDES ÉTAPES DE L INTÉGRATION ÉCONOMIQUE EUROPÉENNE L intégration économique européenne ne s est pas déroulée selon un processus linéaire. Ainsi si le traité de Rome de 1957 et l Acte unique de

Plus en détail

Guillaume CHEIKBOSSIAN

Guillaume CHEIKBOSSIAN Guillaume CHEIKBOSSIAN Date de naissance : 08/12/69, Nationalité : Française Tel : 05 61 23 65 57/06 70 12 51 22 Situation actuelle (depuis septembre 2003) Professeur des universités en sciences économiques,

Plus en détail

L adaptation des structures de l entreprise à l évolution des outils de gestion.

L adaptation des structures de l entreprise à l évolution des outils de gestion. L adaptation des structures de l entreprise à l évolution des outils de gestion. Définition des termes du sujet : - Structure : c est l ensemble des dispositifs et mécanismes qui permettent la répartition

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2015 asdf Nations Unies New York, 2015 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial La croissance mondiale progressera légèrement

Plus en détail

Point de vue VERSION 1. De démographie et d économie

Point de vue VERSION 1. De démographie et d économie VERSION 1 sur la dynamique sur économique le marché du mondiale pétrole Février 2015 De démographie et d économie Nous voici au moment où les premiers baby boomers sont à l âge de prendre leur retraite.

Plus en détail

Objectif : Programme: Projet coordonné par l Office International de l Eau. Evènement labellisé World Water Forum 6

Objectif : Programme: Projet coordonné par l Office International de l Eau. Evènement labellisé World Water Forum 6 Atelier WaterDiss2.0: Valoriser les résultats de la recherche sur l'eau comme catalyseur de l'innovation. Paris, Pollutec, 1 er Décembre 2011 De 14h à 17h Salle 617 Objectif : L'objectif du projet WaterDiss2.0

Plus en détail

Performances sociales (I) : un outil d'audit des performances sociales proposé par Cerise et ses partenaires

Performances sociales (I) : un outil d'audit des performances sociales proposé par Cerise et ses partenaires Performances sociales (I) : un outil d'audit des performances sociales proposé par Cerise et ses partenaires BIM n - 28 juin & 05 juillet 2005 Cécile LAPENU En novembre 2003, deux BIM avaient présenté

Plus en détail

40 ans, célibataire Nationalité française. U.F.R. de Sciences Economiques Université Paris Nord 99, avenue J.B. Clément - 93430 VILLETANEUSE

40 ans, célibataire Nationalité française. U.F.R. de Sciences Economiques Université Paris Nord 99, avenue J.B. Clément - 93430 VILLETANEUSE Céécci ilee COUHARDE 40 ans, célibataire Nationalité française U.F.R. de Sciences Economiques Université Paris Nord 99, avenue J.B. Clément - 93430 VILLETANEUSE Tél. : 33 1 49 40 20 78 e-mail : couharde@seg.univ-paris13.fr

Plus en détail

Présentation des résultats du rapport Mondial sur la compétitivité 2007-2008. WEF. IACE 31 Octobre 2007

Présentation des résultats du rapport Mondial sur la compétitivité 2007-2008. WEF. IACE 31 Octobre 2007 Présentation des résultats du rapport Mondial sur la compétitivité 2007-2008. WEF IACE 31 Octobre 2007 SOMMAIRE Présentation du nouveau mode de calcul du modèle du WEF Le classement 2006-2007 révisé selon

Plus en détail

DECLARATION MINISTERIELLE

DECLARATION MINISTERIELLE Distr. : LIMITEE NATIONS UNIES CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL Novembre 2002 FRANCAIS Original : ANGLAIS COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Trente-cinquième session de la Commission/Conférence des ministres

Plus en détail

2004 : Licence de Sciences Economiques et Gestion, Mention A. Bien, Université de Pau et des Pays de l Adour

2004 : Licence de Sciences Economiques et Gestion, Mention A. Bien, Université de Pau et des Pays de l Adour Florent DEISTING Mail : florent.deisting@esc-pau.fr Téléphone : 05.59.92.33.44 Responsable du Département Académique Finance-Economie Formation 2013 : Qualification CNU Section 5 2010 : Doctorat en Sciences

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

Table des matières. Préface par Gilles DE KERCHOVE... VII Remerciements... 1 Liste des principales abréviations... 3 Sommaire... 7

Table des matières. Préface par Gilles DE KERCHOVE... VII Remerciements... 1 Liste des principales abréviations... 3 Sommaire... 7 Table des matières Préface par Gilles DE KERCHOVE... VII Remerciements... 1 Liste des principales abréviations... 3 Sommaire... 7 Introduction... 9 I. Le cadre général de la recherche : l espace pénal

Plus en détail

Économétrie, causalité et analyse des politiques

Économétrie, causalité et analyse des politiques Économétrie, causalité et analyse des politiques Jean-Marie Dufour Université de Montréal October 2006 This work was supported by the Canada Research Chair Program (Chair in Econometrics, Université de

Plus en détail

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année CONTENU DES ENSEIGNEMENTS ET MODALITES D EVALUATION Semestre 1 : 30 crédits 9 EC obligatoires 1 EC optionnelle à choisir parmi 2

Plus en détail

ACCORD SUR LES MARCHÉS PUBLICS. Ouvrir les marchés et promouvoir la bonne gouvernance

ACCORD SUR LES MARCHÉS PUBLICS. Ouvrir les marchés et promouvoir la bonne gouvernance ACCORD SUR LES MARCHÉS PUBLICS Ouvrir les marchés et promouvoir la bonne gouvernance Le saviez-vous? Les marchés publics représentent en moyenne au moins 15% du PIB d un pays. L Accord de l OMC sur les

Plus en détail

Accord de libre-échange Suisse-Chine

Accord de libre-échange Suisse-Chine Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche DEFR Secrétariat d Etat à l économie SECO Direction des affaires économiques extérieures Accord de libre-échange Suisse-Chine Christian

Plus en détail

la séparation totale des activités des postes et télécommunications;

la séparation totale des activités des postes et télécommunications; LE CADRE GENERAL D ASSISTANCE PAR CONSULTANTS POUR L ELABORATION ET LA MISE EN OEUVRE D UN CADRE LEGAL APPROPRIE POUR LE SECTEUR DES TELECOMMUNICATIONS CONTEXTE GENERAL Le Gouvernement [PAYS] a adopté,

Plus en détail

MINISTERE DE L EDUCATION INSPECTION GENERALE DE L EDUCATION NATIONALE COMMISSION NATIONALE D ECONOMIE

MINISTERE DE L EDUCATION INSPECTION GENERALE DE L EDUCATION NATIONALE COMMISSION NATIONALE D ECONOMIE 1 MINISTERE DE L EDUCATION INSPECTION GENERALE DE L EDUCATION NATIONALE COMMISSION NATIONALE D ECONOMIE CURRICULUM D ECONOMIE GENERALE CLASSE DE TERMINALE G SOMMAIRE 1 Budget horaire 2 Calendrier annuel

Plus en détail

20 janvier : Modèle scientifique Enjeux méthodologiques et épistémologiques Grands débats méthodologiques et épistémologiques

20 janvier : Modèle scientifique Enjeux méthodologiques et épistémologiques Grands débats méthodologiques et épistémologiques INT 6100 Séminaire de méthodologie Ekaterina Piskunova Hiver 2006 Heures de bureau : mercredi, 11.30 15.30 ou sur rendez-vous Adresse électronique : ekaterina.piskunova @umontreal.ca Objectifs Ce cours

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

Résumé: Perceptions des étudiants universitaires au sujet des carrières du secteur communautaire

Résumé: Perceptions des étudiants universitaires au sujet des carrières du secteur communautaire Résumé: Perceptions des étudiants universitaires au sujet des carrières du secteur communautaire Mars 2010 Le Conseil RH fait progresser les enjeux relatifs à la main-d œuvre communautaire. En tant que

Plus en détail

Eric BARGET, MCF à la Faculté des sports de Poitiers CEREGE (Centre de Recherche en Gestion), IAE de Poitiers

Eric BARGET, MCF à la Faculté des sports de Poitiers CEREGE (Centre de Recherche en Gestion), IAE de Poitiers Journée d étude sur «la métalogistique des événements sportifs» CRO3S / UFR STAPS d Orléans / 2 mai 2006 Eric BARGET, MCF à la Faculté des sports de Poitiers CEREGE (Centre de Recherche en Gestion), IAE

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 DÉVELOPPEMENT LOCAL MENÉ PAR LES ACTEURS LOCAUX POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 Les nouvelles règles et la législation régissant le prochain financement de la politique européenne de cohésion pour la période

Plus en détail

Énergie et Mondialisation

Énergie et Mondialisation Énergie et Mondialisation Il est fréquent d affirmer que de nombreuses questions énergétiques ou environnementales ne peuvent être posées correctement qu au niveau mondial. Résolument ancré dans le réseau

Plus en détail

Réponse à la consultation publique française sur le projet d accord de libre-échange entre l Union européenne et les Etats-Unis

Réponse à la consultation publique française sur le projet d accord de libre-échange entre l Union européenne et les Etats-Unis 27/02/2013 Réponse à la consultation publique française sur le projet d accord de libre-échange entre l Union européenne et les Etats-Unis American Chamber of Commerce in France 77 rue de Miromesnil, 75008

Plus en détail

L autodiagnostic stratégique

L autodiagnostic stratégique PÔLE DE COOPERATION R H Ô N E - A L P E S LA COOPÉRATION ENTRE LES ASSOCIATIONS SANITAIRES ET SOCIALES L autodiagnostic stratégique Cadre d analyse des Etablissements & Services GUIDE PRATIQUE DE LA COOPERATION

Plus en détail

Université Paris1- Panthéon Sorbonne : Commerce International Professeur Philippe Martin Partiel Septembre 2004 CORRIGE

Université Paris1- Panthéon Sorbonne : Commerce International Professeur Philippe Martin Partiel Septembre 2004 CORRIGE Université Paris1- Panthéon Sorbonne : ommerce International Professeur Philippe Martin Partiel Septembre 2004 ORRIGE Partie 1: Questions à choix multiple (8 points : 1 point chacune) Reporter sur votre

Plus en détail

Rapport sur le Commerce Mondial 2012. Commerce et politiques publiques: gros plan sur les mesures non tarifaires au XXIe siècle

Rapport sur le Commerce Mondial 2012. Commerce et politiques publiques: gros plan sur les mesures non tarifaires au XXIe siècle Rapport sur le Commerce Mondial 2012 Commerce et politiques publiques: gros plan sur les mesures non tarifaires au XXIe siècle Pourquoi cette présentation? MNTs ont pris de l importance avec la baisse

Plus en détail

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO COMMUNAUTE ECONOMIQUE DES ETATS DE L=AFRIQUE DE L=OUEST ECONOMIC COMMUNITY OF WEST AFRICAN STATES Réunion de lancement du programme de comparaison Internationale pour l Afrique Addis Abéba, 2-4 décembre

Plus en détail

Document 1.2: Définition de l indicateur d ouverture (OPENNESS) de Sachs et Warner,1995

Document 1.2: Définition de l indicateur d ouverture (OPENNESS) de Sachs et Warner,1995 PROGRAMME DE FORMATION CONTINUE SESSION 6 : RENNES, 1314 MARS 2008 Atelier : Ouverture et croissance Animé par Akiko SuwaEisenmann (EEP) L objectif de cet atelier est d examiner les données de plusieurs

Plus en détail

La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux

La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux OCP Policy Center Seminar series La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux Pierre-Richard Agénor, Hallsworth Professor, University of Manchester and Senior Fellow, OCP

Plus en détail

COMMERCE INTERNATIONAL, CROISSANCE ET DEVELOPPEMENT

COMMERCE INTERNATIONAL, CROISSANCE ET DEVELOPPEMENT COMMERCE INTERNATIONAL, CROISSANCE ET DEVELOPPEMENT I) L'internationalisation des échanges A) Mesurer les échanges La balance des paiements Le taux d'ouverture La part de marché Le taux de pénétration

Plus en détail

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial Entretien accordé par Monsieur Le Ministre du Commerce à l APS ( 31/01/2014) Points abordés : Protection du produit national, Crédit à la consommation, L accord commercial préférentiel "Algérie-Tunisie,

Plus en détail

Freddy Huet. Adresse professionnelle : Adresse personnelle :

Freddy Huet. Adresse professionnelle : Adresse personnelle : Maître de conférences à l université de la Réunion Membre du CEMOI (université de la Réunion) Chercheur associé à la chaire EPPP (IAE de Paris) Né le 04 janvier 1979 Nationalité Française Adresse professionnelle

Plus en détail

Note de synthèse complémentaire (à partir des apports de l atelier du Caire)

Note de synthèse complémentaire (à partir des apports de l atelier du Caire) Note de synthèse complémentaire (à partir des apports de l atelier du Caire) Serge Allou, Gwénaëlle Corre Juillet 2010 A la suite des trois ateliers d échange successivement tenus à Hanoï, Abidjan et Addis

Plus en détail

Groupe de la Banque africaine de développement. Dialogue de l OCDE avec les Non Membres sur «L AIDE POUR LE COMMERCE: DE LA POLITIQUE A LA PRATIQUE»

Groupe de la Banque africaine de développement. Dialogue de l OCDE avec les Non Membres sur «L AIDE POUR LE COMMERCE: DE LA POLITIQUE A LA PRATIQUE» Groupe de la Banque africaine de développement The African Development Bank Group Dialogue de l OCDE avec les Non Membres sur «L AIDE POUR LE COMMERCE: DE LA POLITIQUE A LA PRATIQUE» Présentation de Monsieur

Plus en détail

ESCWA. Beirut 5 Juin 2013. Adib Nehmeh. Conseiller Régional - ESCWA. Excellences. Mesdames, Messieurs

ESCWA. Beirut 5 Juin 2013. Adib Nehmeh. Conseiller Régional - ESCWA. Excellences. Mesdames, Messieurs ESCWA L'interdépendance de la situation politico-économique entre le Liban et la Syrie: Les répercussions de la crise syrienne sur le Liban et étapes-clé pour la transition et la reprise économique. Beirut

Plus en détail

Mandat concernant l examen des activités d assistance technique de l OMPI dans le domaine de la coopération pour le développement

Mandat concernant l examen des activités d assistance technique de l OMPI dans le domaine de la coopération pour le développement F CDIP/4/8/REV/TOR ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 20 OCTOBRE 2010 Mandat concernant l examen des activités d assistance technique de l OMPI dans le domaine de la coopération pour le développement établi par

Plus en détail

Dans les coulisses d une décision de politique monétaire

Dans les coulisses d une décision de politique monétaire 1 Dans les coulisses d une décision de politique monétaire Yves Longchamp Conjoncture suisse Banque Nationale Suisse Université de Fribourg le 4 mai 2007 Plan de la présentation 2 Plan de la présentation

Plus en détail

Synthèse. Loyauté et réciprocité des échanges entre l Union Européenne et les pays tiers. Propositions et axes de réflexion des IEEC

Synthèse. Loyauté et réciprocité des échanges entre l Union Européenne et les pays tiers. Propositions et axes de réflexion des IEEC Synthèse Loyauté et réciprocité des échanges entre l Union Européenne et les pays tiers Propositions et axes de réflexion des IEEC Introduction Alors que les marchés internationaux ont toujours été un

Plus en détail

VISITE D ADMINISTRATEURS FRANÇAIS. Adrian van den Hoven le 9 février 2012

VISITE D ADMINISTRATEURS FRANÇAIS. Adrian van den Hoven le 9 février 2012 VISITE D ADMINISTRATEURS FRANÇAIS Adrian van den Hoven le 9 février 2012 Introduction Crise de l Eurozone - Situation économique difficile - Réformes sociales importantes - Politique de croissance: - Marché

Plus en détail

The evolution and consequences of the EU Emissions Trading System (EU ETS)

The evolution and consequences of the EU Emissions Trading System (EU ETS) The evolution and consequences of the EU Emissions Trading System (EU ETS) Jon Birger Skjærseth Montreal 27.10.08 reproduction doivent être acheminées à Copibec (reproduction papier) Introduction What

Plus en détail

14,0 12,0 10,0 8,0 6,0 4,0 2,0 0,0-2,0. Graphique réalisé à partir des données de contribution à la croissance (panel B)

14,0 12,0 10,0 8,0 6,0 4,0 2,0 0,0-2,0. Graphique réalisé à partir des données de contribution à la croissance (panel B) L3 Commerce International TD n 2 : Indicateurs de spécialisation Exercice 2.1 : A partir du fichier worldtrad.xls, expliquez comment les contributions du panel B sont calculées et commentez le rôle joué

Plus en détail

Alexandre REICHART Associate Researcher in PHARE Université Paris I Panthéon-Sorbonne

Alexandre REICHART Associate Researcher in PHARE Université Paris I Panthéon-Sorbonne Alexandre REICHART Associate Researcher in PHARE Université Paris I Panthéon-Sorbonne Civil state: Born: 19 May 1986, Thionville, France Nationality: French Office: PHARE Maison des Sciences économiques

Plus en détail

L Organisation mondiale du commerce...

L Organisation mondiale du commerce... L Organisation mondiale du commerce......en quelques mots, l Organisation mondiale du commerce (OMC) est la seule organisation internationale qui s occupe des règles régissant le commerce entre les pays.

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 LES INSTRUMENTS FINANCIERS DE LA POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 La Commission européenne a adopté des propositions législatives concernant la politique de cohésion 2014-2020

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Liste des auteurs... Sommaire... Liste des principales abréviations... Avant-propos... I. LES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE

TABLE DES MATIÈRES. Liste des auteurs... Sommaire... Liste des principales abréviations... Avant-propos... I. LES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE TABLE DES MATIÈRES Liste des auteurs................................................... Sommaire........................................................... Liste des principales abréviations...................................

Plus en détail

COMITÉ INTERGOUVERNEMENTAL POUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DE LA DIVERSITÉ DES EXPRESSIONS CULTURELLES

COMITÉ INTERGOUVERNEMENTAL POUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DE LA DIVERSITÉ DES EXPRESSIONS CULTURELLES 9 IGC CE/15/9.IGC/8 Paris, 5 octobre 2015 Original : français COMITÉ INTERGOUVERNEMENTAL POUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DE LA DIVERSITÉ DES EXPRESSIONS CULTURELLES Neuvième session ordinaire Paris,

Plus en détail

Rappelle dans ce contexte que l exécution des arrêts de la Cour peut nécessiter l implication du pouvoir judiciaire et des parlements ;

Rappelle dans ce contexte que l exécution des arrêts de la Cour peut nécessiter l implication du pouvoir judiciaire et des parlements ; Conférence de haut niveau sur la mise en œuvre de la Convention européenne des droits de l homme, une responsabilité partagée Déclaration de Bruxelles 27 mars 2015 La Conférence de haut niveau, réunie

Plus en détail

Présentation du Programme : Phase II

Présentation du Programme : Phase II PROGRAMME D APPUI A LA MISE EN ŒUVRE DE L ACCORD D ASSOCIATION Présentation du Programme : Phase II L Accord d Association constitue le cadre juridique L Accord d Association constitue le cadre juridique

Plus en détail

La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien

La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien Publication n o 2013-19-F Le 22 avril 2013 Mathieu Frigon Division de l économie, des ressources et des affaires internationales

Plus en détail

L Environnement et la coopération environnementale en perspective internationale URS LUTERBACHER

L Environnement et la coopération environnementale en perspective internationale URS LUTERBACHER L Environnement et la coopération environnementale en perspective internationale URS LUTERBACHER Le problème de la coopération La coopération au sein d un système décentralisé tel que la communauté internationale

Plus en détail

FIRMES MULTINATIONALES et INSERTION TERRITORIALE

FIRMES MULTINATIONALES et INSERTION TERRITORIALE FIRMES MULTINATIONALES et INSERTION TERRITORIALE 1 Christian Milelli (CNRS EconomiX) Workshop «Localisation des entreprises et performances des territoires» Nanterre 18 novembre 2009 Problématique Modalités

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Droit international des affaires de l Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section

Plus en détail

Baccalauréat STG Sciences et technologies de la gestion Document d accompagnement de l épreuve d économie droit.

Baccalauréat STG Sciences et technologies de la gestion Document d accompagnement de l épreuve d économie droit. Baccalauréat STG Sciences et technologies de la gestion Document d accompagnement de l épreuve d économie droit. I - AVANT-PROPOS II - DÉFINITION DE L ÉPREUVE DU BACCALAURÉAT III - QU EST-CE QUE DÉMONTRER

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

Liens entre communication. environnementale et performance. d entreprise : l implication des doctorants HEC

Liens entre communication. environnementale et performance. d entreprise : l implication des doctorants HEC Liens entre communication environnementale et performance d entreprise : l implication des doctorants HEC Plusieurs doctorants travaillent sur les thématiques reliées à la Chaire. Rodolophe Durand supervise

Plus en détail

UNIVERSITE TOULOUSE (UT1)

UNIVERSITE TOULOUSE (UT1) CURRICULUM VITAE résumé COLLETIS Gabriel Professeur de Sciences économiques À l'université de Toulouse (UT1) UNIVERSITE TOULOUSE (UT1) LEREPS Manufacture des Tabacs 21 allée de Brienne 31170 Toulouse Tél.

Plus en détail

ECN-7010: Macroéconomique I http://www.portaildescours.ulaval.ca

ECN-7010: Macroéconomique I http://www.portaildescours.ulaval.ca UNIVERSITÉ LAVAL Département d économique Professeur: Benoît Carmichæl Automne 2014 Bureau: J.-A.-DeSève 2260 Adresse courriel: benoit.carmichael@ecn.ulaval.ca Assistant: Jean Armand Gnagne Adresse couriel:

Plus en détail

CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN : DÉFIS ET PROMESSES DE LA LIBÉRALISATION. Montréal, 24 29 mars 2003

CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN : DÉFIS ET PROMESSES DE LA LIBÉRALISATION. Montréal, 24 29 mars 2003 ATConf/5-WP/107 1 26/3/03 CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN : DÉFIS ET PROMESSES DE LA LIBÉRALISATION Montréal, 24 29 mars 2003 Point 2 : 2.5 : Examen des questions clés de réglementation dans le

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE La Commission Département des Politiques Economiques NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA Février 2005 I INTRODUCTION Le Traité instituant

Plus en détail

Impacts opérationnels de la loi bancaire française

Impacts opérationnels de la loi bancaire française Impacts opérationnels de la loi bancaire française Analyse comparée des propositions Volcker, Vickers, Liikanen et de la Réforme française Présenté par Mays Lloyd MOUISSI Introduction Questionnement initial

Plus en détail

LA MONDIALISATION EST-ELLE UN FACTEUR DE PAIX?

LA MONDIALISATION EST-ELLE UN FACTEUR DE PAIX? LA MONDIALISATION EST-ELLE UN FACTEUR DE PAIX? 14 avril 2008 Philippe Martin Université de Paris 1, Centre d Economie de la Sorbonne Thierry Mayer Université de Paris 1, Centre d Economie de la Sorbonne

Plus en détail