Les relations commerciales entre les pays méditerranéens

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les relations commerciales entre les pays méditerranéens"

Transcription

1 Les relations commerciales entre les pays méditerranéens Giorgia Giovannetti Directrice du volet «Développement» du Programme de gouvernance mondiale Centre d études Robert Schuman Institut universitaire européen Professeur d économie internationale Université de Florence Au cours de ces dernières années, les pays méditerranéens ont connu des transformations politiques importantes et profondes. Ces réformes ont démarré (lentement) entre la fin des années 1980 et le début des années 1990, lorsque plusieurs pays de la rive sud de la Méditerranée 1 ont entrepris trois virages politiques majeurs liés les uns aux autres : a) aller vers une plus grande intégration dans l économie mondiale, principalement en réduisant les barrières commerciales et en réformant les marchés de change ; b) passer d une économie dominée par le pétrole à une production et à des exportations plus diversifiées ; c) se détourner du secteur public pour se diriger vers une économie de marché, impliquant notamment une privatisation des entreprises. Ce programme inachevé, le mécontentement à l égard des régimes politiques en place, lié à la dynamique des populations, la situation dramatique du marché du travail et le bouleversement de la demande mondiale après la crise financière de , ont conduit à la naissance du printemps arabe, accompagné d importants enjeux par rapport aux modèles de mondialisation. La région, bien qu ayant accéléré le rythme de ses réformes et de son intégration commerciale, a été à la traîne tout au long des années En effet, elle n a pas pleinement participé aux nouveaux réseaux de production mondiale qui se sont développés et n a pas beaucoup bénéficié des opportunités offertes par l essor de marchés émergents. La croissance et l intégration auraient aussi pu être favorisées par la cohésion régionale amorcée dès 1957 par la création du Conseil de l unité économique arabe 2. Cependant, celui-ci est loin d avoir atteint ses ambitieux objectifs, malgré la signature de l accord portant création de la Zone panarabe de libreéchange (PAFTA, 1998) et de l accord d Agadir (signé par l Égypte, la Jordanie, le Maroc et la Tunisie). C est dans ce contexte que nous analyserons brièvement les relations commerciales entre les pays méditerranéens. D une part, nous tâcherons de mesurer jusqu à quel point ceux-ci sont parvenus à diversifier leur économie, passant des secteurs reposant sur les ressources naturelles, à l industrie manufacturière et/ou aux services. Nous tenterons également de déterminer si leur potentiel de croissance peut être renforcé et de quelle façon. D autre part, nous verrons si le commerce au sein de cette zone présente une composition sectorielle spéci- 1 Les pays de cette zone peuvent être regroupés de différentes manières. Dans le présent article, sauf indication contraire, nous faisons référence aux pays du Moyen-Orient et d Afrique du Nord (région MENA), à savoir l, Djibouti, l Égypte, l Iran, l Irak, la Jordanie, le Liban, la Libye, le Maroc, la Syrie, les territoires palestiniens, la Tunisie et le Yémen. Le partenariat euro-méditerranéen comprend l, l Égypte, Israël, la Jordanie, le Liban, la Libye, le Maroc, la Syrie, les territoires palestiniens occupés, la Tunisie et la Turquie. Le Maghreb englobe l, la Libye, le Maroc et la Tunisie ; le Machreq englobe la Jordanie, le Liban, la Syrie et les territoires palestiniens. Les pays membres du Conseil de coopération du Golfe (CCG) sont Bahreïn, le Koweït, Oman, le Qatar, l Arabie saoudite et les Émirats arabes unis. 2 En 1964, l Égypte, l Irak, la Jordanie et la Syrie ont essayé de former un Marché commun arabe. En 1989, l, la Libye, la Mauritanie, le Maroc et la Tunisie ont créé l Union du Maghreb arabe. Bilan Annuaire IEMed. de la Méditerranée

2 Bilan Annuaire IEMed. de la Méditerranée fique. Ces questions obligent à se pencher sur le rôle des politiques macroéconomiques et de l abondance des ressources naturelles dans les modèles de diversification économique de la région. Afin de pouvoir dresser ce bilan, il est aussi crucial d évaluer l impact du taux de change réel sur la compétitivité (Sekkat, 2012). Commerce et spécialisation Le tableau 8 rend compte de l ouverture commerciale des pays du Moyen-Orient et d Afrique du Nord (MENA), exprimée à l aide d une mesure standard (part du volume total des importations et des exportations dans le PIB). On constate que le degré d ouverture de cette région est supérieur à la moyenne mondiale, mais nettement inférieur à celui de l Asie de l Est. TABLEAU 8 Degré d ouverture commerciale, 2010 Échanges Exportations Importations % PIB Asie de l Est et Pacifique 74,1 46,4 27,7 Europe et Asie centrale 50,2 32,0 18,2 Amérique latine et 35,2 21,0 14,2 Caraïbes Moyen-Orient et Afrique 49,7 29,1 20,6 du Nord Asie du Sud 26,5 15,7 10,8 Afrique subsaharienne 52,2 31,0 21,2 Monde 41,5 24,1 17,4 Sources : Indicateurs du développement dans le monde (WDI). Le degré d ouverture commerciale varie considérablement d un pays à l autre (tableau 9). Tous, cependant, à l exception de l, ont accru leur ouverture au cours de la dernière décennie. TABLEAU 9 Degré d ouverture commerciale pour différents pays et années Le graphique 16 illustre l évolution des exportations de la région MENA au cours des dix dernières années. Le volume total des exportations a plus que doublé, passant de moins de 100 milliards à plus de 200 milliards de dollars, avec un pic au début de la crise financière, laquelle a provoqué une chute de presque 20 %. Par ailleurs, depuis la crise, l UE des 27 a peu à peu perdu de son importance en tant que destinataire des exportations. En effet, les exportations vers l UE des 27 représentaient plus de 43 % du total en 2003, contre 30 % seulement en En revanche, les marchés asiatique et de la région MENA font preuve d un plus grand dynamisme, ce qui pourrait stimuler la croissance. Le volume des exportations au sein des pays de la MENA est ainsi passé de 7 milliards de dollars en 2005 à près de 17 milliards en 2011, soit un bond de 143 % en six ans. Le graphique 17 montre les exportations de plusieurs pays de la région MENA, d une part vers l UE, et d autre part vers d autres pays de la région MENA. Les écarts sont significatifs. En 2011, la Jordanie et le Liban ont exporté davantage au sein de la région MENA que vers l UE. Pour l Égypte également, les pays de la région sont un marché clé, puisque celui-ci représente plus de 10 % de ses exportations totales. Pour la Tunisie, en revanche, l UE demeure le principal marché de destination. Entre 2000 et 2011, tous les pays ont enregistré une baisse de leurs exportations vers l UE ; à l inverse, celles-ci se sont intensifiées au sein de la région, et ce pour la plupart des pays. Dans le cas de l Égypte, cette tendance est particulièrement significative, contrairement à la Tunisie, pour qui l UE reste la première destination. La Jordanie n a pas réduit sa part d exportations vers l UE, mais a considérablement accru celles destinées à d autres pays de la région MENA. Pays ,19 51,23 64,68 48,38 62,53 71,92 52,33 Égypte, Rép. arabe d 39,61 32,94 73,38 52,76 39,02 62,95 47,48 Israël 23,04 78,60 103,12 80,08 74,78 85,84 71,79 Jordanie 124,05 154,65 110,29 146,91 116,82 Liban 117,92 50,12 63,99 72,39 Libye 70,80 51,12 94,73 Maroc 46,27 39,22 44,13 58,31 61,33 70,23 75,92 syrienne, Rép. arabe 49,16 39,36 54,76 56,29 63,97 82,01 71,08 Tunisie 46,74 85,84 94,16 82,46 90,25 104,98 Cisjordanie et Gaza 87,16 82,24

3 GRAPHIQUE Exportations de la région MENA dans le monde, vers l UE et au sein de la région Bilan Millions de dollars américains Monde EU27 MENA Sources : WDI, 24 avril GRAPHIQUE % Part des échanges avec l UE et intra-mena par rapport aux exportations totales 80 % 76 % 51 % 47 % 32 % Égypte 22 % 23 % 2 % 6 % 12 % 5 % Iran Jordanie 46 % 30 % Malgré cette récente augmentation, les échanges intra-mena demeurent minoritaires (5,9 % des exportations ; 5,1 % des importations). Les exportations à destination de l UE 3 sont presque dix fois plus importantes que les flux commerciaux intra-me- NA, ce qui révèle une asymétrie notable. En effet, si la MENA représente un marché naturel pour l UE, en raison de leur proximité géographique et culturelle, cette région ne reçoit que 6 % des exportations hors EU Liban Total MENA 3 % 1 % 17 % 3 Le volume des importations, non spécifié pour des raisons d espace, est huit fois supérieur. Tunisie Yémen Égypte 1 % Iran 29 % 19 % Jordanie MENA 1 16 % Liban 3 % Total MENA 9 % 6 % 2 % UE. Inversement, malgré la baisse récente évoquée précédemment, l UE représente 26 % des exportations des pays du Machreq et plus de 57 % de celles du Maghreb (Mati, 2013). Au sein de l UE, l Italie, la France et l Espagne sont leurs principaux partenaires commerciaux. Au plan sous-régional, les échanges intra-maghreb et intra-machreq présentent des modèles divergents. Les exportations au sein du Maghreb (2,5 % des ex- Tunisie Yémen Annuaire IEMed. de la Méditerranée

4 Bilan GRAPHIQUE 18 Répartition sectorielle des exportations de sept pays de la région MENA dans le monde (2011) 100 % 80 % 60 % 40 % 20 % 0 % Égypte, Rép. arabe d' Iran, Rép. islamique d' Jordanie Liban Tunisie Yémen Agriculture Carburants Minerais et métaux Produits manufacturés Annuaire IEMed. de la Méditerranée portations totales du Maghreb) sont négligeables, excepté pour la Tunisie. Les exportations au sein du Machreq, elles, sont plus conséquentes, représentant 10,4 % du volume total. Cependant, les résultats de plusieurs modèles gravimétriques (voir Diop et al., 2013 pour enquête) indiquent que les échanges intra-mena sont bien au-dessous de leur potentiel. Les structures des échanges sont en grande partie façonnées par les différences qui existent d un pays à l autre. La plupart sont caractérisés par une faible diversification de leur production intérieure et de leurs exportations, et quelques-uns seulement sont riches en ressources. En et en Libye, riches en pétrole, le secteur minier a pris encore plus d ampleur en termes relatifs, ce qui laisse penser que la diversification économique dans des secteurs autres que le pétrole n a pas été opérée. En 2010, le secteur minier représentait plus de 35 % du PIB (contre 2 en 1990), environ 85 % des exportations de marchandises, et entre 65 et 95 % des revenus de l État. Les exportations se sont peu diversifiées ; elles concernent des produits transformés ou primaires existant déjà (principalement du pétrole brut ou raffiné) et des marchés de destination traditionnels situés en Asie, dans l UE et au sein de la région. L exportation de nouveaux produits a lieu exclusivement dans le secteur industriel et dans les pays pauvres en ressources (Égypte, Jordanie, Liban, Maroc, Tunisie). Les produits primaires et transformés, ainsi que les biens de consommation sont au cœur de l augmentation des exportations, confinée aux marchés européens. La diversification dans des secteurs de fabrication plus spécialisée pourrait élargir les possibilités de stimuler l exportation de nouveaux produits («marge extensive»), par opposition au fait d exporter les mêmes produits de façon plus intense («marge intensive»). Les échanges de produits manufacturés sont plus intenses entre pays similaires, tandis que le commerce basé sur les ressources naturelles a plus tendance à se développer avec les pays occidentaux, dans un cadre d échange «Nord-Sud» Le graphique 18 montre qu en 2011, les exportations sont encore hétérogènes et présentent une certaine dichotomie : la Tunisie, la Jordanie, le Liban et l Égyp te concentrent leurs exportations sur les biens manufacturés, tandis que l, l Iran et le Yémen privilégient les carburants. Les autres activités sem blent marginales, bien que l agriculture occupe encore une place importante en Égypte. Une étude plus approfondie

5 GRAPHIQUE % Échanges intra-mena par secteur Bilan 80 % 60 % 40 % 20 % 0 % Égypte, Rép. arabe d' Iran, Rép. islamique d' Jordanie Liban Tunisie Yémen Agriculture Carburants Minerais et métaux Produits manufacturés GRAPHIQUE 20 Indice de diversification des exportations pour différents pays et années 1 0,8 0,6 0,4 0,2 0 Égypte Iran Irak Jordanie Liban Libye Maroc Syrie Tunisie Yémen révèle que les biens de consommation et les produits primaires représentent actuellement 64 % des exportations totales (Asie 41 %, Amérique latine 57 %) ; les biens d équipement, eux, ne représentent que 6 %. Ces structures freinent le potentiel commercial de la MENA et, de fait, ces pays commercent moins avec le reste du monde que ce à quoi l on pourrait s attendre. Les relations commerciales au sein de la région présentent un schéma différent. En comparant les graphiques 18 et 19, l on s aperçoit que les échanges de produits manufacturés sont plus intenses entre pays similaires, tandis que le commerce basé sur les ressources naturelles a plus tendance à se développer avec les pays occidentaux, dans un cadre d échange «Nord-Sud». Dans six cas sur sept, les carburants représentent une part marginale des échanges internes. Dans cinq pays, l industrie manufacturière est à l origine de la majorité des exportations, alors qu au Annuaire IEMed. de la Méditerranée

6 Bilan Annuaire IEMed. de la Méditerranée Yémen les exportations intra-mena concernent principalement l agriculture. L semble une exception, puisque c est le seul pays à exporter des carburants au sein de la région. Le graphique 20 semble indiquer que les exportations des pays de la MENA sont encore très concentrées 4, relativement dépendantes d un nombre limité de produits, et que peu de progrès ont été réalisés au cours de la dernière décennie. Bien sûr, il existe d importantes différences parmi ces pays ; ainsi, le modèle d exportation de l Égypte et de la Tunisie se rapproche progressivement de celui des autres pays du monde. Conclusions Le développement des pays méditerranéens est caractérisé par l incertitude et la volatilité, en raison de la faible diversification de leur production et de leurs exportations, mais aussi en partie à cause de l évolution des prix des marchandises. Une plus grande diversification pourrait engendrer des économies d échelle et offrir des opportunités pour récolter les bénéfices de l intégration à l économie mondiale, stimulant ainsi une croissance à long terme. Les échanges intra-régionaux peuvent également permettre de renforcer la diversification et la croissance, d autant plus que la demande provenant de l UE a diminué de façon considérable ; ces pays pourraient améliorer leur intégration avec les marchés émergents ou au sein de la région. Venables (2011) soutient que la proximité entre des pays riches en ressources et d autres plus pauvres dans ce domaine pourrait donner lieu à une répartition équitable des richesses parmi ces pays à travers une intégration régionale. Toujours selon ce dernier, les pays riches en ressources seraient plus susceptibles d opérer une réorientation des échanges puisque ces pays s approvisionnent à présent chez leurs partenaires pauvres en ressources et moins performants. La région MENA, cependant, est encore loin d avoir atteint ses ambitieux objectifs. Malgré les accords commerciaux, l intégration régionale est encore faible, peut-être en raison des encombrantes procédures de dédouanement qui prennent plus de temps que dans d autres régions ; dans ce domaine, la Cisjordanie et Gaza, le Liban et l obtiennent les pires résultats. Par ailleurs, les coûts du transport, particulièrement élevés dans les territoires précédemment mentionnés, freinent ce processus d intégration. Enfin, malgré d importantes réformes des tarifs douaniers 5, ceux-ci demeurent élevés (environ 10 % en 2011). Les pays de la région MENA doivent changer de stratégie, adopter une politique davantage centrée sur les exportations et la diversification. Les exportations sont trop concentrées sur les produits primaires et les biens manufacturés nécessitant une forte main-d œuvre, des secteurs comportant peu de technologies ou de transferts de connaissances. Contrairement à 1995, lorsque le processus de Barcelone fut lancé, la région MENA pourrait connaître un avenir plus radieux via une intégration régionale plutôt qu une intégration avec l UE. Références Diop, N., Marotta, D. et De Melo, J. (éd.) Natural Resource Abundance, Growth, and Diversification in the Middle East and North Africa. The Effects of Natural Resources and the Role of Policies, Washington, Banque mondiale, Mati, A. «Picture This: Trade, Growth and Jobs», Finance & Development, mars, FMI, Sekkat, K. «Manufactured Exports and FDI in Southern Mediterranean Countries: Evolution, determinants and prospects», MEDPRO Technical Report, nº 14, avril, Venables, A. «Economic Integration in Remote Resource-Rich Regions?» in Barro, R. et Lee, J. W. (éd.) Costs and Benefits of Economic Integration in Asia, New York : Oxford University Press, L indice de diversification repose sur la formule suivante : DXj = (sum hij hi ) / 2 où hij est la part du produit i dans les exportations totales du pays j et où hi est la part de ce produit dans les exportations totales dans le monde. Cet indice permet de déterminer si la structure par produit des exportations d un pays donné diverge de la structure par produit des exportations totales dans le monde. Sa valeur varie de 0 à 1 ; plus l indice est proche de 1, plus l écart est grand par rapport à la moyenne mondiale. 5 La plupart des pays ont baissé leurs tarifs douaniers au cours des vingt dernières années, souvent par le biais d accords commerciaux avec l Union européenne et les États-Unis.

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Mise à jour - Janvier 2015 Giorgia Albertin Représentante Résidente pour la Tunisie Fonds Monétaire International Plan de l exposé

Plus en détail

Base de données sur l'économie mondiale Alix de Saint Vaulry *

Base de données sur l'économie mondiale Alix de Saint Vaulry * Base de données sur l'économie mondiale Alix de Saint Vaulry * 1) Base de données 2) Sources et définitions * Alix de Saint Vaulry est économiste au CEPII, responsable de la production de la base de données

Plus en détail

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Perspectives de croissance de l industrie des Médias et des Loisirs 25 Juin 2009 01 François ANTARIEU, Associé PwC, Responsable France de l Industrie Médias

Plus en détail

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Juin 2014 Page 1 898 SYNTHESE En 2013, le nombre des investisseurs étrangers en actions cotées à la Bourse de Casablanca a enregistré une hausse ; il est

Plus en détail

Fiche récapitulative 2013/14 Sommaire des réformes Doing Business au Moyen-Orient et en Afrique du Nord 1

Fiche récapitulative 2013/14 Sommaire des réformes Doing Business au Moyen-Orient et en Afrique du Nord 1 Faits marquants Doing Business 2015 : Moyen-Orient et Afrique du Nord Entre le 1 ier Juin 2013 et le 1 ier Juin 2014, onze des 20 économies du Moyen-Orient et Afrique du Nord ont entrepris au moins une

Plus en détail

Note relative à l investissement direct étranger dans le monde et au Maroc

Note relative à l investissement direct étranger dans le monde et au Maroc Royaume du Maroc Département de l Economie, des Finances et de la Privatisation Direction de la Politique Economique Générale Note relative à l investissement direct étranger dans le monde et au Maroc

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Centre de recherches conjoncturelles ETH Zurich LEE G 116 Leonhardstrasse 21 892 Zurich Tél. +41 44 632 8 3 Fax +41 44 632 12 18 www.kof.ethz.ch globalization@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich,

Plus en détail

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE?

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? Françoise Lemoine & Deniz Ünal CEPII Quel impact de l expansion chinoise sur l économie mondiale? Rencontres économiques, 18 septembre

Plus en détail

Le tourisme international en France

Le tourisme international en France Le tourisme international en France Le tourisme international en France 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête Dgcis - Banque de France auprès des visiteurs venant de l

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010 Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne FMI Département Afrique Mai 21 Introduction Avant la crise financière mondiale Vint la grande récession La riposte politique pendant le ralentissement

Plus en détail

Moyen-Orient et Afrique du Nord : définir la voie à suivre

Moyen-Orient et Afrique du Nord : définir la voie à suivre Moyen-Orient et Afrique du Nord : définir la voie à suivre Deux ans après le début du «Printemps arabe», de nombreux pays de la région MOANAP 1 endurent encore des transitions politiques, sociales et économiques

Plus en détail

résumé un développement riche en emplois

résumé un développement riche en emplois ne pas publier avant 00:01 Gmt le mardi 27 mai 2014 résumé un développement riche en emplois Rapport sur le Travail dans le Monde 2014 Un développement riche en emplois Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE

Plus en détail

VERS UNE COMMUNAUTÉ EURO- MÉDITERRANÉENNE DE L ÉNERGIE : Passer de l'import-export à un nouveau modèle énergétique régional

VERS UNE COMMUNAUTÉ EURO- MÉDITERRANÉENNE DE L ÉNERGIE : Passer de l'import-export à un nouveau modèle énergétique régional VERS UNE COMMUNAUTÉ EURO- MÉDITERRANÉENNE DE L ÉNERGIE : Passer de l'import-export à un nouveau modèle énergétique régional Avril 2013 En 2011, pour la première fois, la Commission européenne parle d une

Plus en détail

Bilans 2012 des IDE en. Focus sur les investissements t européens au Liban. www.anima.coop. 27 janvier 2014, Marseille Manal Tabet

Bilans 2012 des IDE en. Focus sur les investissements t européens au Liban. www.anima.coop. 27 janvier 2014, Marseille Manal Tabet Bilans 2012 des IDE en Méditerranée é en 2012 Focus sur les investissements t européens au Liban 27 janvier 2014, Marseille Manal Tabet www.anima.coop Observatoire des Investissements et Partenariats en

Plus en détail

Le Moyen-Orient et le pétrole. pp32-39

Le Moyen-Orient et le pétrole. pp32-39 Le Moyen-Orient et le pétrole. pp32-39 Sujet 2 : Introduction : Définir l espace géographique qui constitue le M-O est une difficulté car cette notion ne recoupe pas les mêmes espaces lorsque l on utilise

Plus en détail

Le Moyen-Orient depuis `1990: carte `1

Le Moyen-Orient depuis `1990: carte `1 Le Moyen-Orient depuis `1990: carte `1 L essentiel de la carte comprend des états membres de la ligue arabe. Au nord, se trouvent des états non membres, en allant d ouest en est: la Turquie, l Iran et

Plus en détail

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire Par Soraya Oulad Benchiba, Chargée d'études à l'institut Amadeus Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire L afflux d IDE en Afrique a été spectaculaire

Plus en détail

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée Rapport de situation 2013 RÉSUMÉ L UNICEF s est engagé à publier des rapports annuels de situation relatifs à la survie de l enfant en soutien

Plus en détail

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S REGARD SUR L EPIDEMIE DU VIH D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S Photo: ONUSIDA Levier de la riposte au sida, l ONUSIDA s emploie à bâtir l action politique et à promouvoir les droits de tous les

Plus en détail

Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation

Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation Plusieurs tentatives visant la mise à niveau et la refonte du secteur des assurances en Tunisie ont déjà

Plus en détail

Sommaire INVESTIR AU MAROC

Sommaire INVESTIR AU MAROC INVESTIR AU MAROC Sommaire Profil du pays 3 Économie du Maroc 3 Infrastructures 4 Axes de développement majeurs du Maroc 6 Avantages comparatifs du Maroc 6 Incitations pour les investisseurs étrangers

Plus en détail

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013 LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES 1. Facteurs structurels du ralentissement de la croissance dans les BRIC 2. Interdépendances commerciales entre les BRIC et le reste du monde Françoise Lemoine, Deniz

Plus en détail

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures 1 Introduction I Cette étude considère l urbanisation comme

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Le rôle de la Turquie dans la nouvelle architecture économique du Moyen-Orient

Le rôle de la Turquie dans la nouvelle architecture économique du Moyen-Orient Économie et territoire Relations commerciales Le rôle de la Turquie dans la nouvelle architecture économique du Moyen-Orient Javier Albarracín Responsable du développement socio-économique Institut européen

Plus en détail

La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien

La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien Publication n o 2013-19-F Le 22 avril 2013 Mathieu Frigon Division de l économie, des ressources et des affaires internationales

Plus en détail

Un parcours non encore achevé : La réforme de l éducation au Moyen-Orient et en Afrique du Nord

Un parcours non encore achevé : La réforme de l éducation au Moyen-Orient et en Afrique du Nord RAPPORTS SUR LE DÉVELOPPEMENT DE LA RÉGION MENA Un parcours non encore achevé : La réforme de l éducation au Moyen-Orient et en Afrique du Nord Résumé analytique BANQUE MONDIALE Washington 2007 The International

Plus en détail

Programme CNRS-ERC- IREMAM- CERI. When Authoritarianism Fails in the Arab World (WAFAW) APPEL A CANDIDATURES

Programme CNRS-ERC- IREMAM- CERI. When Authoritarianism Fails in the Arab World (WAFAW) APPEL A CANDIDATURES Programme CNRS-ERC- IREMAM- CERI When Authoritarianism Fails in the Arab World (WAFAW) APPEL A CANDIDATURES Chercheurs doctorants et post-doctorants en sciences politiques/relations internationales/économie

Plus en détail

P opulation. ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES en Ile-de-France / Regards sur l immigration / Population 2. Photo : Philippe Desmazes/AFP

P opulation. ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES en Ile-de-France / Regards sur l immigration / Population 2. Photo : Philippe Desmazes/AFP P opulation Photo : Philippe Desmazes/AFP Près de 40 % des immigrés résidant en métropole vivent en Ile-de-France en 1999. Environ 15 % de la population francilienne est immigrée, c est une proportion

Plus en détail

THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES

THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES I. SECTEURS D ACTIVITES - Aéronautique - Agriculture - Assurances - Banques (épargne, office des chèques postaux) - Bâtiment et génie civil - Communications - Postes - Télécommunications

Plus en détail

Sommaire INVESTIR AU MAROC

Sommaire INVESTIR AU MAROC INVESTIR AU MAROC Sommaire Profil du pays 3 Économie du Maroc 3 Infrastructures 4 Axes de développement majeurs du Maroc 6 Avantages comparatifs du Maroc 6 Attractivité des investissement Directs Etrangers

Plus en détail

Les accords entre le Maroc et l UE Effectué par : Adil EL ACHARI Lausane INDOULI Yassir BENBOUZID Plan: Introduction I. Historique II. Accord de libre échange entre Maroc et UE 1. Présentation 2. Opportunité

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION On constate trois grandes phases depuis la fin de la 2 ème guerre mondiale: 1945-fin 50: Deux blocs économiques et

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Colonisation/colonialisme: variables coloniales dans l économie internationale

Colonisation/colonialisme: variables coloniales dans l économie internationale Colonisation/colonialisme: variables coloniales dans l économie internationale Présentation de David Cobham Heriot-Watt University, Edinburgh 1 Esquisse: Les variables coloniales dans les modèles de gravité

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance 9% services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services ont progressé en 2013. Les services financiers, qui avaient

Plus en détail

L implantation des banques marocaines en Afrique

L implantation des banques marocaines en Afrique L implantation des banques marocaines en Afrique L intégration de l économie marocaine à l économie mondiale est désormais une évidence qui fait l unanimité, le dynamisme de cette intégration a été rendu

Plus en détail

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève ***

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève *** Atelier de présentation du Programme Améliorer les capacités institutionnelles pour la gouvernance des migrations de main-d oeuvre en Afrique du Nord et de l Ouest (Bamako, Mali, 3 au 5 mars 2009) Intervention

Plus en détail

Dii Le réseau d entreprises pour l électricité des deserts Faciliter la création de marchés du solaire et de l éolien en Europe, en Afrique du Nord

Dii Le réseau d entreprises pour l électricité des deserts Faciliter la création de marchés du solaire et de l éolien en Europe, en Afrique du Nord Dii Le réseau d entreprises pour l électricité des deserts Faciliter la création de marchés du solaire et de l éolien en Europe, en Afrique du Nord et au Moyen-Orient Dii Le réseau d entreprises pour l

Plus en détail

20 Rapport Annuel 1428H. La liste des PMMA est fournie à la Section II du Chapitre III. 3

20 Rapport Annuel 1428H. La liste des PMMA est fournie à la Section II du Chapitre III. 3 PERFORMANCE ECONOMIQUE ET 1 PRINCIPALES PROBLEMATIQUES DE DEVELOPPEMENT L Economie mondiale L économie mondiale a enregistré une croissance durable de 4,9 pourcent en 2007. Les crises liées au crédit,

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES www.oc.gov.ma 2007 La reproduction des informations contenues dans la présente publication est autorisée sous réserve d en mentionner expressément la source. 1 TABLE

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

Le rôle de l assurance dans les pays du Moyen-Orient et d Afrique du Nord

Le rôle de l assurance dans les pays du Moyen-Orient et d Afrique du Nord Le rôle de l assurance dans les pays du Moyen-Orient et d Afrique du Nord Le rôle de l assurance dans les pays du Moyen-Orient et d Afrique du Nord Sommaire I. Introduction 1 II. Principaux défis de la

Plus en détail

FICHE DOCUMENTAIRE IFM n 3/12

FICHE DOCUMENTAIRE IFM n 3/12 Comité de Toulon Provence Toulon, 5 mars 2012 FICHE DOCUMENTAIRE IFM n 3/12 Objet : Préambule -o- La dernière réunion de la Convention de Barcelone sur la protection de la Méditerranée, à Paris en février

Plus en détail

BOURSES SCOLAIRES. au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER

BOURSES SCOLAIRES. au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER BOURSES SCOLAIRES au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER ÉTABLISSEMENT PUBLIC NATIONAL À CARACTÈRE ADMINISTRATIF SOUS

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

La réforme de l assurance prospection s articule autour de 5 axes principaux :

La réforme de l assurance prospection s articule autour de 5 axes principaux : MESURE 1 REFORME DES PROCEDURES FINANCIERES PUBLIQUES DE LA COFACE La réforme concerne particulièrement deux procédures : l Assurance Prospection et l Assurance Crédit. L objectif est de simplifier et

Plus en détail

Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux

Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux 7 avril Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux La crise de 9 a eu des conséquences néfastes pour

Plus en détail

Leçon n 3 : «Les mobilités humaines»

Leçon n 3 : «Les mobilités humaines» Leçon n 3 : «Les mobilités humaines» Introduction : Le XXè siècle a connu plus de déplacements de personnes qu aucune autre période. Les migrations peuvent être internes aux pays ou bien régionales et

Plus en détail

Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives. CCI International Centre

Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives. CCI International Centre CCI International Centre NUMÉRO 08 LE CAHIER SPÉCIAL DE L OBSERVATOIRE DES ENTREPRISES À L INTERNATIONAL 2015 Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives Une publication

Plus en détail

Performance commerciale du Canada

Performance commerciale du Canada Document de travail des Performance commerciale du Canada Examen de huit indicateurs Dylan Moeller d EDC Le 1 er août 2012 11 Table des matières Résumé... 3 1. Croissance des exportations... 5 2. Croissance

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

Ce chapitre offre un aperçu du processus de

Ce chapitre offre un aperçu du processus de Identification des be Introduction Ce chapitre offre un aperçu du processus de planification qui sert à déterminer les besoins des réfugiés, des apatrides et des autres personnes relevant de la compétence

Plus en détail

PAYS et Associations BIENS / SERVICES REGLEMENTS (CE) RESOLUTIONS DES NATIONS UNIES LEGISLATION BELGE

PAYS et Associations BIENS / SERVICES REGLEMENTS (CE) RESOLUTIONS DES NATIONS UNIES LEGISLATION BELGE LISTE DES PAYS ET ASSOCIATIONS SOUS EMBARGO 1 AFGHANISTAN (certaines personnes et entités) - Règlement (UE) n 753/2011 du Conseil du 1.08.2011 (JO L199 du 2.08.2011) AL-QAIDA (certaines personnes et entités)

Plus en détail

Le HCR est pleinement conscient. Le budget du HCR pour l exercice 2013. Le processus de planification

Le HCR est pleinement conscient. Le budget du HCR pour l exercice 2013. Le processus de planification Identification des be Le HCR est pleinement conscient de la nécessité de travailler en étroit partenariat avec ses principaux bailleurs de fonds pour rassembler les ressources dont il doit disposer pour

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

Aperçu de la régulation postale dans la région arabe. Introduction

Aperçu de la régulation postale dans la région arabe. Introduction Aperçu de la régulation postale dans la région arabe Introduction Ce chapitre a trait à la région arabe, qui se caractérise par une grande diversité tant en ce qui concerne les modèles organisationnels

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

Focus sur Asie 9 pays: Chine, Hong Kong, Inde, Japon, Singapour, Corée du Sud, Taiwan, Thaïlande et Vietnam

Focus sur Asie 9 pays: Chine, Hong Kong, Inde, Japon, Singapour, Corée du Sud, Taiwan, Thaïlande et Vietnam Focus sur Asie 9 pays: Chine, Hong Kong, Inde, Japon, Singapour, Corée du Sud, Taiwan, Thaïlande et Vietnam 1 Chine Singapour Hong Kong Cross Border ZBA Crédit Agricole CIB succursale du Japon solutions

Plus en détail

INVENTAIRE DES ACCORDS DE TRANSPORT ET DE COOPÉRATION EUROMAGHRÉBINS

INVENTAIRE DES ACCORDS DE TRANSPORT ET DE COOPÉRATION EUROMAGHRÉBINS INVENTAIRE DES ACCORDS DE TRANSPORT ET DE COOPÉRATION EUROMAGHRÉBINS 0 Étude réalisée par MM. Jillali Chafik, El Mostafa Touti et Abdelaziz Jazouli, pour le compte du CETMO Avinguda Josep Tarradellas,

Plus en détail

L assurance islamique ou Takaful : A-t-elle un avenir en Algérie?

L assurance islamique ou Takaful : A-t-elle un avenir en Algérie? L assurance islamique ou Takaful : A-t-elle un avenir en Algérie? Mr Toufik CHEDDADI General Manager FIRST ASSUR Broker/ Alger Introduction Cet article vise à introduire le concept et l'industrie du Takaful

Plus en détail

Restructuration et performance des banques au Maghreb Algérie, Maroc, Tunisie

Restructuration et performance des banques au Maghreb Algérie, Maroc, Tunisie 4 ème Forum International de la Finance 4 th Finance International Forum Alger 13 14 mai 2008 Restructuration et performance des banques au Maghreb Algérie, Maroc, Tunisie Mehrez BEN SLAMA et Dhafer SAIDANE.

Plus en détail

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Royaume du Maroc La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Table des Matières 1. Données sur la masse salariale...2 1.1. Importance de la masse salariale...2 1.2. Aggravation

Plus en détail

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1 Affaires étrangè et Commerce International Canada Le Bureau de l économiste en chef Série de papiers analytiques L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada

Plus en détail

TENDANCES DANS LE COMMERCE DE MARCHANDISES INTERNATIONAL : UN EXAMEN DES PAYS MEMBRES DE L'OCI

TENDANCES DANS LE COMMERCE DE MARCHANDISES INTERNATIONAL : UN EXAMEN DES PAYS MEMBRES DE L'OCI ORGANISATION DE LA CONFÉRENCE ISLAMIQUE CENTRE DE RECHERCHES STATISTIQUES, ÉCONOMIQUES ET SOCIALES ET DE FORMATION POUR LES PAYS ISLAMIQUES PERSPECTIVES DE L'OCI Juin 8 TENDANCES DANS LE COMMERCE DE MARCHANDISES

Plus en détail

Perspectives de l économie mondiale

Perspectives de l économie mondiale Études économiques et financières Perspectives de l économie mondiale Octobre 215 Distribution préliminaire Avant-propos, résumé analytique et chapitre 1 L ajustement au repli des prix des produits de

Plus en détail

Info-commerce : Incertitude économique mondiale

Info-commerce : Incertitude économique mondiale Info-commerce : Incertitude économique mondiale avril 2012 Panel de recherche d EDC Résultats du sondage de février 2012 Faits saillants Même si les É.-U. restent une importante destination commerciale,

Plus en détail

IV - Domaine social 1 - Accords de circulation et de réadmission des personnes

IV - Domaine social 1 - Accords de circulation et de réadmission des personnes IV - Domaine social 1 - Accords de circulation et de réadmission des personnes 20 septembre 1955-17 janvier 1956 : Échange de notes constituant accord au sujet de la gratuité des visas accordés aux personnels

Plus en détail

Principaux Indicateurs Conjoncturels

Principaux Indicateurs Conjoncturels BANQUE CENTRALE DE TUNISIE Direction Générale des Statistiques Principaux Indicateurs Conjoncturels 21 Mars 2015 2 FICHES : Fiche n 1 : Secteur réel Fiche n 2 : Evolution des principaux soldes de la balance

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

Le solde commercial de la France, qui était

Le solde commercial de la France, qui était 3.1 Échanges extérieurs Le solde commercial de la France, qui était positif au début des années 2, redevient négatif à partir de 25. Le solde des produits manufacturés devient alors déficitaire et va ensuite

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010

Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010 Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010 Présenté par Daniel Denis Associé, SECOR 4 décembre 2009 Une croissance mondiale forte Au cours de la dernière décennie Évolution du PIB mondial Croissance

Plus en détail

Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises?

Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises? Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises? En marge du salon «Outsourcing & IT Solutions 2009», le cabinet Ernst & Young a présenté les résultats de l étude intitulée

Plus en détail

L'économie libanaise et le système bancaire libanais: Faits et chiffres

L'économie libanaise et le système bancaire libanais: Faits et chiffres La croissance économique L'économie libanaise et le système bancaire libanais: Faits et chiffres 1- Le Liban a connu une croissance économique exceptionnelle et solide à partir de 2007 jusqu'en 2010, le

Plus en détail

Le ralentissement de la croissance s'étend à 2013

Le ralentissement de la croissance s'étend à 2013 BANQUE MONDIALE Bulletin trimestriel d'information économique de la région MENA Bureau de l'économiste en chef Numéro 1 Juillet 2013 Le ralentissement de la croissance s'étend à 2013 FAITS MARQUANTS S'il

Plus en détail

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales Quinzième inventaire Édition 2013 La production d électricité d origine renouvelable dans le monde Collection chiffres et statistiques Cet inventaire a été réalisé par Observ ER et la Fondation Énergies

Plus en détail

RAPPORT SUR LE COMMERCE ET LE DéVELOPPEMENT, 2013

RAPPORT SUR LE COMMERCE ET LE DéVELOPPEMENT, 2013 CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE COMMERCE ET LE DÉVELOPPEMENT RAPPORT SUR LE COMMERCE ET LE DéVELOPPEMENT, 213 S adapter à la nouvelle dynamique de l économie mondiale CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR

Plus en détail

Présentation au Cercle finance du Québec

Présentation au Cercle finance du Québec PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Québec, 19 janvier 1 Présentation au Cercle finance du Québec François Dupuis Vice-président et économiste en chef Mouvement des caisses Desjardins Matières premières

Plus en détail

Politiques en faveur des PME Afrique du Nord et Moyen-Orient 2014

Politiques en faveur des PME Afrique du Nord et Moyen-Orient 2014 Politiques en faveur des PME Afrique du Nord et Moyen-Orient 2014 Évaluation sur la base du Small Business Act pour l Europe Tunis, 10 Septembre 2014 Ordre du jour 1. Introduction et objectifs 2. Méthodologie

Plus en détail

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef.

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef Groupe de la Banque africaine de développement BAfD Septembre 2011 1 Plan de la

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

Le Centre MENA pour la Compétitivité

Le Centre MENA pour la Compétitivité Le Centre MENA pour la Compétitivité Programme MENA-OCDE pour l Investissement 31 mars 2010, Tunis Division Développement du Secteur Privé Agenda 1. Aperçu et objectifs 2. Activités et programme de travail

Plus en détail

PRESIDENCE FRANCAISE DU G20 ET DU G8 DE DEAUVILLE A CANNES. www.g20-g8.com

PRESIDENCE FRANCAISE DU G20 ET DU G8 DE DEAUVILLE A CANNES. www.g20-g8.com PRESIDENCE FRANCAISE DU G20 ET DU G8 DE DEAUVILLE A CANNES www.g20-g8.com 1 «Nous avons travailléàla fois sur des enjeux de court terme pour réduire la portée des crises, et de long terme pour faire retrouver

Plus en détail

Les flux de capitaux privés vers les économies de marché émergentes

Les flux de capitaux privés vers les économies de marché émergentes Les flux de capitaux privés vers les économies de marché émergentes Jean-François Perrault, département des Relations internationales Après avoir atteint, en 1996, des niveaux sans précédent dans l histoire

Plus en détail

Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment?

Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment? Investir en Syrie 1 Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment? Algérie / Egypte / Israël /Jordanie / Liban / Libye / Maroc / Palestine (Autorité) / Syrie / Tunisie / Turquie NOTES ET ETUDES ANIMA

Plus en détail

Extrait d'acte de naissance de moins de trois mois traduit en français. Si marié : carte nationale d'identité ou passeport de votre conjoint.

Extrait d'acte de naissance de moins de trois mois traduit en français. Si marié : carte nationale d'identité ou passeport de votre conjoint. F.23 Carte de Séjour Temporaire «Vie Privée et Familiale» ------- Rente d'accident du travail ou de maladie professionnelle -articles L.313-11 al.9 & R.313-20 du CESEDA -Accord franco-algérien du 27 décembre

Plus en détail

Les Perspectives Énergétiques à l horizon 2040

Les Perspectives Énergétiques à l horizon 2040 The Outlook for Energy: A View to 24 highlights Les Perspectives Énergétiques à l horizon 24 ExxonMobil vous présente dans ses Perspectives Énergétiques sa vision à long terme de notre avenir énergétique.

Plus en détail

Promouvoir une énergie sûre, compétitive et durable en Europe

Promouvoir une énergie sûre, compétitive et durable en Europe Promouvoir une énergie sûre, compétitive et durable en Europe L une des priorités stratégiques de l Union européenne consiste à promouvoir une énergie sûre, compétitive et durable pour l Europe. La BEI

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

PAYS EN DÉVELOPPEMENT

PAYS EN DÉVELOPPEMENT Chapitre 6 PAYS EN DÉVELOPPEMENT Comment l OMC traite les besoins spéciaux d un groupe de plus en plus important 1. Aperçu général Sur les 150 membres environ de l OMC, à peu près deux tiers sont des pays

Plus en détail

Hightech Payment Systems en bref

Hightech Payment Systems en bref Hightech Payment Systems en bref Mission Fourniture de solutions de paiement électronique multi-canal Quelques Chiffres +100 collaborateurs dont 85 Ingénieurs et Consultants +50 sites installés et 150

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

Royaume du Maroc. Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham

Royaume du Maroc. Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham Royaume du Maroc Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de la Direction de la Politique Economique Générale, les

Plus en détail