Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment?"

Transcription

1 Investir en Syrie 1

2 Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment? Algérie / Egypte / Israël /Jordanie / Liban / Libye / Maroc / Palestine (Autorité) / Syrie / Tunisie / Turquie NOTES ET ETUDES ANIMA n 22 Avril 2007 Ouvrage collectif dirigé par Sonia Bessamra et Bénédict de Saint-Laurent

3 Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment? Références Cet ouvrage a été réalisé dans le cadre de la mission confiée par la Commission des Communautés Européennes à lʹagence Française pour les Investissements Internationaux (AFII), pour développer un Réseau Euroméditerranéen des Agences de Promotion des Investissements de la Méditerranée («ANIMA»). Le n d identification du contrat est : ME8/B7 4100/IB/99/0304 ISBN : EAN AFII ANIMA Reproduction interdite sans autorisation de l AFII. Tous droits réservés Crédits Cet ouvrage est la deuxième édition d un guide de synthèse réalisé avec les contributions de divers experts mobilisés sur le projet ANIMA, en particulier pour la rédaction des textes de base du site web du projet. Les auteurs suivants ont collaboré aux diverses éditions : En 2006, Sonia Bessamra (consultante indépendante) et Bénédict de Saint Laurent (AFII) ont entièrement revu le contenu de l ouvrage (mise à jour, révision, correction et actualisation), assistés de Pierre Henry, Amar Kaddouri, Emmanuel Noutary et Elsa Vachez (équipe ANIMA, révisions, mises à jour); L édition précédente datant de 2004 et qui sert de trame à l ouvrage était due à Bénédict de Saint Laurent (ANIMA, coordination, synthèse, rewriting, données), Stéphane Jaffrin (ANIMA, mise en ligne) et Christian Apothéloz (consultant indépendant, coordination), assistés d Alexandre Arditti, Delphine Bréant, Jean François Eyraud, Jean Louis Marcos, Laurent Mauron, Stéphanie Paicheler, Samar Smati, Nicolas Sridi et Jihad Yazigi (articles divers par pays ou thème). Les textes sur les pays ont été relus et amendés par les agences de promotion des investissements des pays MEDA. ANIMA décline toute responsabilité sur les erreurs qui pourraient subsister. 3

4 Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment? Table des matières Evolution de la conjoncture économique récente dans les pays MEDA Une vue d ensemble Une croissance appréciable...10 Des revenus extérieurs en augmentation sensible...13 L avancée des réformes et privatisations...15 La croissance de l investissement étranger...17 Evolution de la conjoncture économique à moyen terme par pays. 20 Le partenariat euro-méditerranéen et la nouvelle politique de voisinage Le cadre du partenariat euro-méditerranéen Bilan des accords d association Euro-Med Les instruments financiers MEDA, FEMIP et les jumelages institutionnels La coopération Sud-Sud Les opportunités d affaires dans les pays MEDA Algérie Panorama général...40 Comment investir en Algérie?...48 L Agence Nationale pour le Développement de lʹinvestissement (ANDI)...52 Finance & banques en Algérie...53 Télécom & Internet en Algérie...56 Opportunités d affaires en Algérie...58 Une success story : Orascom, 10 millions d abonnés en Algérie...73 Egypte Panorama général

5 Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment? Comment investir en Egypte?...83 L Autorité Générale pour les Zones Franches et l Investissement (GAFI)...85 Finance & banques en Egypte...86 Télécom & Internet en Egypte...88 Opportunités d affaires en Egypte...92 Une success story : le Néerlandais Heineken brasse cent millions de litres de boissons maltées par an Israël Panorama général Comment investir en Israël? Le Centre de Promotion des Investissements en Israël : Invest in Israël Finance & banques en Israël Télécom & Internet en Israël Opportunités d affaires en Israël Une success story: Tel Aviv Grenoble, alliance high tech planétaire Jordanie Panorama général Comment investir en Jordanie? Jordan Investment Board (JIB) Finance & banques en Jordanie Télécom & Internet en Jordanie Opportunités d investissement en Jordanie Une success story : Land Rover fait un investissement stratégique tout terrain Liban Panorama général Comment investir au Liban? L Agence pour le développement des investissements au Liban (IDAL)

6 Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment? Finance & banques au Liban Télécom & internet au Liban Opportunités d investissement au Liban Une success story : Ipsos sonde tout le Moyen Orient depuis Beyrouth Libye Panorama général Comment investir en Libye? L Agence de promotion des investissements étrangers : Libyan Foreign Investment Board (LFIB) Finance & banques en Libye Télécommunication & Internet en Libye Opportunités d affaires en Libye Maroc Panorama général Comment investir au Maroc? La Direction des Investissements du Maroc et les CRI Finance & banques au Maroc Télécom & internet au Maroc Opportunités d affaires au Maroc Une success story : Telefonica investit le marché marocain des télécommunications Palestine (Autorité Palestinienne) Panorama général Comment investir dans les territoires palestiniens? L Agence Palestinienne de Promotion des Investissements (PIPA) Finance & banques en Palestine Télécom & Internet en Palestine Opportunités dʹaffaires en Palestine Une success story : Watanyia Telecom, un optimisme communicatif dans les Territoires Palestiniens

7 Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment? Syrie Panorama général Comment investir en Syrie? Le Bureau de l Investissement Syrien Finance & banques en Syrie Télécom & Internet en Syrie Opportunités dʹaffaires en Syrie Une success story : l espagnol Aceites del Sur croit en l huile d olive syrienne Tunisie Panorama général Comment investir en Tunisie? L Agence de Promotion de l Investissement Extérieur FIPA (Foreign Investment Promotion Agency) Finance & banques en Tunisie Télécom & Internet en Tunisie Opportunités d affaires en Tunisie Une success story : le groupe espagnol Uniland investit dans les cimenteries d Enfidha Turquie Panorama général Comment investir en Turquie? Direction Générale des Investissements Etrangers (GDFI) Finance & banques en Turquie Télécom & Internet en Turquie Opportunités d affaires en Turquie Une success story : Schneider Turquie

8 Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment? Acronymes AA : Accord d association ALE : Accord de libre échange API : Agence de Promotion des Investissements BEI : Banque européenne d investissement BM : Banque mondiale CE : Commission Européenne CNUCED : Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement CSP : Document de stratégie nationale (Country Strategy Paper) FMI : Fonds monétaire international MEDA : Pays méditerranéens partenaires de l UE MENA : Région du Moyen Orient et de l Afrique du Nord (Middle East and North Africa, soit MEDA + pays du Golfe + Irak et Iran) MEPP : Processus de paix au Moyen Orient (Middle East Peace Process) MIGA : Agence multilatérale de garantie des investissements (groupe Banque Mondiale) MIPO : Observatoire de l investissement en Méditerranée (ANIMA) OCDE : Organisation pour la coopération et le développement économique ODM : Objectifs de développement du millénaire (Millenium Development Goals) OMC : Organisation Mondiale du Commerce PIB : Produit intérieur brut PIN : Programme indicatif national PIR : Programme indicatif régional PMI : Programme de modernisation industrielle PNUD : Programme des Nations Unies pour le Développement RSP : Document de stratégie régionale (Regional Strategy Paper) UE : Union Européenne ZLE : Zone de libre échange 8

9 9 Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment?

10 Evolution de la conjoncture économique récente dans les pays MEDA Une vue d ensemble Dans cette édition 2007, la Libye, qui dispose actuellement d un statut d observateur mais pourrait à terme adhérer au partenariat euro méditerranéen, a été incluse au sein de l ensemble MEDA. Une croissance appréciable En 2005, la population totale des pays MEDA était estimée à 265 millions dʹhabitants et le PIB global y avait atteint 864 milliards d US$ (avec la Libye mais hors Autorité Palestinienne). Il devrait dépasser pour la première fois milliards d US$ en 2007 (par comparaison, le PIB de la Chine était de milliards d US$ en 2005). Le revenu national brut par habitant exprimé en parité de pouvoir dʹachat (PPA) était cependant très disparate, allant de US$ par tête pour la Syrie à US$ par tête pour Israël. La stabilité macroéconomique et le rythme soutenu des réformes économiques ont permis de relever sensiblement le niveau de revenu par tête dʹhabitant des pays MEDA. Au delà des réformes en cours, ces bons résultats sʹexpliquent en grande partie par lʹouverture croissante de la région et, en particulier, par son intégration économique accrue avec lʹunion Européenne. Les accords d association et de libre échange conclus entre les pays de la rive sud et est de la Méditerranée et l UE sont entrés en vigueur dans tous les pays à l exception de la Syrie

11 Conjoncture économique récente Figure 1. Evolution du PIB des pays MEDA (en milliards d US$, prix courants Projection pour 2007). Source WDI 2006 Algérie Egypte Israël Jordanie Liban Libye Maroc Syrie Tunisie Turquie La croissance dans les pays MEDA suit, depuis quelques années, une courbe ascendante et la tendance s est confirmée en 2005 et 2006, avec les exceptions notables du Liban, des Territoires Palestiniens et, à un moindre degré de la Syrie (2,9% en 2006 après 3,8% en 2005). Les autres pays ont enregistré une croissance assez robuste, aux alentours de 5%, liée à une conjoncture mondiale favorable évolution du marché pétrolier, développement du tourisme, augmentation des investissements étrangers et fonds rapatriés par les travailleurs migrants : En Algérie, le boom énergétique a porté le taux de croissance à 5,1% en 2005 et 4,4% (moyenne d estimations assez divergentes) en

12 Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment? En Egypte, la croissance accélère (4,8% en 2005, estimation moyenne de 6,2% en 2006). En Israël, une reprise sensible de la croissance du PIB s est confirmée en 2005 (5,2%) et 2006 (4,8%). Grâce aux investissements extérieurs et aux transferts des immigrants, la Jordanie a pu maintenir un taux de croissance relativement élevé (7,2% en 2005, 4,6% en 2006) dans un environnement difficile. La croissance du Liban demeure volatile (4,9% en 2003, 6,3% en 2004, entre 0 et 1% en 2005, négative en 2006) et soutenue par une consommation privée supérieure à la production intérieure, alimentée par des transferts massifs de la diaspora. Les chiffres pour la Libye sont sujets à controverse. Pour la Banque mondiale, l économie du pays n a cru que de 3,5% en 2005 après 4,8% en Cependant, il semblerait que l année 2006 ait été nettement meilleure que les précédentes selon les premières éstimations. Victime d une mauvaise performance du secteur agricole et de l augmentation de la facture pétrolière, le Maroc a connu une croissance faible en 2005 (1,8%, mais 4,6% hors agriculture) mais s est rattrapé en 2006 (6,7%). La Tunisie a connu une croissance assez forte en 2005 (4,2%) et 2006 (moyenne de 4,5%). En Turquie, le PIB réel a augmenté de 5,2% en 2006, après de fortes poussées en 2005 (7,4%) et 2004 (8,9%). Quant aux Territoires Palestiniens, la crise actuelle ne permet pas de préjuger aisément de l évolution de ses fondamentaux économiques. 12

13 Conjoncture économique récente Figure 2. Croissance du PIB en 2005 dans la région (Source WDI 2006) 8,0% 7,2% 7,4% 4,0% 1,0% 1,8% 4,8% 3,5% 3,8% 4,2% 5,1% 5,2% 0,0% Liban Maroc Libye Syrie Tunisie Egypte Algérie Israël Jordanie Turquie Figure 3. Croissance du PIB en 2006 dans la région (CIA et EIU) Pays CIA World Fact Book Economist Intelligence Unit Algérie 5,6% 3,1% Egypte 5,7% 6,8% Israêl 1 4,8% 4,8% Jordanie 4,6% 4,6% Liban 5,0% 7,8% Libye 8,1% 8,1% Maroc 2 6,7% 6,7% Palestine (Autorité) 3 n.a. 18,5% Syrie 2,9% 2,9% Tunisie 4,0% 5,1% Turquie 5,2% 5,2% 1. Selon l Israel Central Bureau of Statistics, ce serait 5% 2. Selon la Banque Al Maghrib (Banque centrale du Maroc) 8,1% 3. Chiffres évidemment soumis à caution Des revenus extérieurs en augmentation sensible Si les sorties de capitaux restent importantes (ordre de grandeur de 8 milliards d US$ par an pour les placements à l étranger en provenance du Maghreb central, venant grossir un stock de 100 milliards, selon l IE Med, dividendes rapatriés par les entreprises 13

14 Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment? étrangères de l ordre de 1,5 milliard d US$ pour la seule Tunisie), les capitaux entrants sont en forte augmentation. Ceci en particulier grâce aux IDE (passés de moins de 10 milliards d US$ pour la région en 2002 à environ 30 milliards en 2005) et aux recettes de tourisme (qui ont plus que doublé entre ,5 milliards d US$et milliards ). L aide au développement diminue, alors que les transferts des émigrants augmentent sensiblement (Figure 4). Les pays producteurs d hydrocarbures comme la Libye et l Algérie, et dans une moindre mesure l Egypte ou la Tunisie (gaz), ont amélioré leurs recettes grâce à l augmentation du prix mondial du pétrole qui est passé de 39 US$ en 2004 à 53 US$ en 2005 (dépassant même les 70 dollars en 2006). La gestion prudente de la rente pétrolière actuellement en œuvre a permis de réduire l endettement tout en maintenant les réserves à un niveau appréciable. Parallèlement, les pays non producteurs de pétrole ont souffert de cette flambée du pétrole et n ont pu pallier ce déficit que grâce aux revenus tirés des transferts financiers des travailleurs expatriés, du tourisme et des investissements venus du Golfe : Selon la Banque Mondiale, le Liban a été en 2006 le principal bénéficiaire des transferts de travailleurs migrants, avec 5,2 milliards d US$, suivi par le Maroc (5,1 milliards d US), l Egypte (3,3 milliards d US) et la Jordanie (2,8 milliards d US). La plupart des spécialistes s accordent à dire qu il faut doubler ces montants pour tenir compte des transferts informels; Le stock de pétrodollars disponible pour des investissements à l étranger était estimé à 620 milliards d US$ par le FMI en 2006, et une part croissante est orientée vers la région MEDA). 14

15 Conjoncture économique récente Figure 4. Ordre de grandeur des revenus extérieurs de la région MEDA en million Investissement Revenus du Transferts des Aide publique au Total * US$ direct étranger tourisme émigrants développement Année Source CNUCED OMT B. Mondiale Banque Mondiale Algérie Egypte Israël Jordanie Liban Maroc A. Palestine Syrie Tunisie Turquie MEDA % 37% 34% 22% 7% 100% * Ce total doit être considéré avec précaution, car les données agrégées portent malheureusement sur des années différentes (derniers chiffres obtenus par l équipe ANIMA). Les recettes de privatisation sont incluses dans les IDE. L avancée des réformes et privatisations La plupart des pays ont poursuivi les réformes structurelles engagées pour améliorer le climat de l investissement : Plusieurs pays de la région ont mis en œuvre des réformes budgétaires comme l Algérie qui a amélioré sa transparence budgétaire et créé un fonds de régulation des recettes pétrolières pour constituer des réserves. En Jordanie, les mesures budgétaires adoptées par le gouvernement pour accroître les recettes fiscales et juguler les dépenses courantes ont sensiblement amélioré la situation budgétaire. L Egypte a engagé une profonde réforme de la fiscalité et des douanes et un programme de restructuration financière. 15

16 Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment? Le Maroc s est lancé dans l élaboration d une stratégie visant à réduire son déficit budgétaire structurel en coopération avec la Banque mondiale et le FMI. Il a également commencé à restructurer ses banques publiques spécialisées. L Algérie a récemment pris des mesures pour renforcer les systèmes de paiement et améliorer la réglementation et la supervision prudentielles. Les agréments ont été retirés à Khalifa Bank, à la Banque commerciale et industrielle d Algérie (BCIA) et à deux autres banques privées. L Etat prévoit la cession de certaines banques publiques à des repreneurs étrangers stratégiques. Le bilan des privatisations dans la région est pour l instant mitigé. Beaucoup de privatisations rentables ont été réalisées ou sont en cours (banques, téléphone mobile, ports à conteneurs, transport aérien etc.). Même sʹil reste des pépites, les pays doivent maintenant sʹattaquer aux secteurs plus difficiles (services plus sociaux comme lʹeau, le transport de personnes, privatisation de lʹoutil productif). Certains programmes sont au point mort, tandis que d autres ont donné des résultats positifs, notamment au Maghreb, en Jordanie et en Turquie (importantes opérations dans la téléphonie mobile). Par ailleurs, plusieurs pays ont créé des incitations pour encourager l initiative privée, faciliter l établissement des entreprises étrangères et améliorer l accès au marché. Ainsi, en Algérie, l entrée en vigueur de la nouvelle loi sur les hydrocarbures, qui vise à ouvrir le secteur aux investissements privés, offre des perspectives prometteuses. De la même manière, au Maroc, les réformes du marché du travail, la facilitation des procédures dʹinvestissement et la mise en oeuvre des réformes judiciaires sont des étapes significatives d une évolution favorable aux affaires, qui est générale dans la région entière. Un démantèlement des tarifs et l abolition des licences dʹimportation 16

17 Conjoncture économique récente sont mis en oeuvre ou sont en cours d examen dans la plupart des pays MEDA, dans le cadre des accords dʹassociation avec l UE. La croissance de l investissement étranger Bien que l état des réformes et la volonté des gouvernements de s y tenir soient variables, les mesures adoptées jusqu à présent ont permis d améliorer le climat de l investissement dans la région et suscité des réactions positives de la part des investisseurs privés. Figure 5. Evolution des montants d IDE vers la région MEDA (en mln US$, CNUCED pour et sources diverses pour 2006) Flux d IDE Algérie Chypre n. a Egypte Israël Jordanie Liban Malte n. a Maroc A. Palestine n. a. 3 n. a. n. a. Syrie Tunisie Turquie Total MEDA 12 MEDA MEDA sans Israël 1 Estimation ANIMA d après les annonces officielles extrapolées 2 Chiffres UNCTAD publiés le 10 janvier Chiffres Israel Trade publiés en janvier Estimation EDC 5 Chiffre de la Banque Centrale de Tunisie De fait, depuis 2001, la région reçoit des flux croissants de capitaux privés tant sous la forme de titres de dette que de prises de 17

18 Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment? participations. Les investissements directs étrangers (IDE) sont, eux, en très forte progression récente dans la région (Figure 5). Les raisons pour lesquelles les grandes entreprises s installent sont à la fois les débouchés (marchés prometteurs, plateforme pour la réexportation), l existence d avantages comparatifs (faible coût de la main l œuvre, proximité géographique avec le marché européen) et le mouvement de globalisation (délocalisations, nouveaux modèles de production et division du travail). Les services (banque, télécom, offshoring et tourisme) et l immobilier sont en plein boom. En Egypte, de nouveaux records d IDE ont été enregistrés en 2005 et 2006 (plus de 5 milliards d US$ chaque année, contre une moyenne de 1,2 milliard par an entre 1997 et 2004). Il s agit d investissements industriels (énergie, chimie, engrais), de la construction (immobilier, tourisme) et du rachat de réseaux bancaires. Le volume des IDE vers la Turquie explose depuis quelques années, en particulier depuis l ouverture des négociations d adhésion. Le pays aurait attiré 17 milliards d US$ en 2006, contre 9,7 milliards d US$ en 2005, 2,8 milliards d US$ en 2004 et une moyenne de 1,3 milliard par an entre 1997 et Le pays comptait début sociétés à capitaux étrangers, dont créées en Une bonne part des IDE est liée aux licences de téléphonie mobile et au rachat de réseaux bancaires. Les investissements étrangers en Israël ont été soutenus par de nombreuses prises de participation et fusions acquisitions, en particulier dans les technologies. Les investissements étrangers ont atteint 5,6 milliards d US$ en 2005 (CNUCED). En 2006, ce montant s élèverait à 13,2 milliards d US$ selon Israel Trade. En Jordanie, les investissements étrangers affichent une reprise sensible, atteignant ou dépassant le seuil des 1,5 milliard d US$ en 2005 et 2006 (contre une moyenne de 357 millions seulement 18

19 Conjoncture économique récente de 1997 à 2004). Il s agit principalement d investissements en portefeuille et de projets immobiliers. Après avoir beaucoup progressé (rachat de Maroc Télécom par Vivendi), les IDE plafonnent quelque peu au Maroc en 2006 (2,3 milliards d US$, contre 2,9 en 2005; la moyenne est de 1,27 milliard d US$). Toutefois, les projets annoncés (observatoire MIPO ANIMA), en particulier dans le domaine immobilier et touristique, atteignent un montant très important (5,3 milliards pour 2006) En Tunisie, les opérations de privatisations ont dopé les IDE notamment grâce au secteur des télécoms. Les IDE auraient dépassé pour la 1 ère fois le seuil du milliard d US$ en 2006, contre une moyenne de 610 millions seulement de 1997 à Début 2006, la vente de 35% du capital de Tunisie Telecom au profit de TeCom DIG (Dubaï) a généré 3,052 milliards de DT de recettes (2,3 milliards d US$, échelonnés sur plusieurs années), dépassant l ensemble des recettes de privatisations depuis Au Liban, les investissements étrangers étaient sur une pente très prometteuse (2,5 milliards d US$ en 2005, retour très net des investisseurs du Golfe), mais les attentats contre des dirigeants et journalistes, le conflit de l été 2006 avec Israël et la crise qui s en est suivi ont affecté la confiance. La majorité des IDE est dirigée vers le secteur bancaire, ainsi que l immobilier et le tourisme. La Syrie quant à elle, sort de son isolement et aurait enregistré environ 2 milliards de dollars d IDE en 2006 (majorité de projets venant du Golfe), contre 500 millions en 2005 et des flux beaucoup plus faibles auparavant (moyenne de 200 millions seulement de 1997 à 2004). Les investissements domestiques ont beaucoup augmenté (6,3 milliards de dollars contre 3,7 milliards en 2004). 19

20 Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment? Enfin les Territoires Palestiniens continuent de souffrir de la crise interminable qui affecte leur économie et leur attractivité, malgré des atouts humains indéniables. ANIMA a toutefois détecté en 2006 un projet d IDE de 289 millions d euros (licence de téléphonie mobile pour le groupe koweitien Watanya). Evolution de la conjoncture économique à moyen terme par pays En Algérie, les réformes structurelles menées ont permis le rétablissement des équilibres macroéconomiques, l amélioration des performances en termes de croissance du PIB et le développement d un secteur privé plus dynamique, entraînant un plus grand flux entrant dʹinvestissements directs étrangers. Le taux de croissance du PIB est passé de 4,1% par an en 2002 à 6,8% en 2003 et 5,2% en 2004, pour finalement se stabiliser autour de 5,1% en 2005 et 4,4% (moyenne de plusieurs estimations assez divergentes) en 2006, soutenu essentiellement par l augmentation de la production des hydrocarbures et des cours mondiaux du pétrole qui ont permis de réaliser d appréciables excédents de la balance courante (les recettes des hydrocarbures représentent 97% des recettes d exportation des biens et services non facteurs). Les projections pluriannuelles de la loi de finances pour 2005 tablent sur un taux moyen de 5,3% par an sur la période La politique budgétaire expansionniste orchestrée depuis 2001 autour du Plan de Soutien à la Relance Economique, PSRE (6,9 milliards d USD entre 2001 et 2004), suivi du Plan Complémentaire de Soutien à la Croissance, PCSC (80 milliards d USD étalés sur la période ) contribue à soutenir la croissance : la demande publique permet ainsi de tirer vers le haut la contribution à la croissance des secteurs hors hydrocarbures. La valeur ajoutée dans les services a ainsi progressé de plus de 60% en 5 ans. Le BTP a, quant à lui, 20

21 Conjoncture économique récente enregistré une croissance de 40% de sa valeur ajoutée. L inflation a baissé à 1,6% contre 2,7 % en 2004 en raison de la baisse des prix des produits alimentaires. Les réserves en devises ont dépassé les prévisions avec 56,2 milliards d USD atteints fin Enfin la dette publique extérieure a été totalement remboursée et un fonds de réserve permet de mettre de côté pour les futures générations une partie des pétrodollars. En Egypte, la nouvelle équipe issue du remaniement ministériel de juillet 2004 s est attachée à faire progresser la libéralisation commerciale et financière et le programme de réformes économiques et structurelles. Entre 2000 et 2003, le pays a enregistré un taux de croissance moyen de 3,5% en raison notamment de chocs exogènes, tels que les attentats du 11 septembre et la guerre en Irak. Cependant, bénéficiant de la reprise mondiale et de la dépréciation de la livre, la croissance ne cesse de s améliorer avec un taux de 4,1% enregistré en 2004, 4,5% en 2005 et des estimations moyennes de 6,2% en 2006, dopées par les recettes touristiques (6,4 milliards d USD en ), les transferts des travailleurs émigrés (4,3 milliards d USD), les recettes du Canal de Suez (3,3 milliards d USD) et les exportations de pétrole (1,2 milliard d USD). En Israël, après une baisse de la croissance en (1,3% sur la période, 0.9% en 2002 et 1.5% en 2003) due à la forte crise liée à la seconde Intifada dans les territoires palestiniens et l éclatement mondial de la bulle technologique en 2000, une reprise sensible s est amorcée en 2004, 2005 et 2006 avec des taux de croissance du PIB de 4,8%, 5,2% et 4,8% respectivement. Les moteurs majeurs de cette croissance ont été les exportations (+15%), la consommation privée, ainsi que la rapide expansion des industries de pointe domaine d excellence de l économie israélienne et du tourisme. 21

22 Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment? La Jordanie a été le pays le plus exposé à la guerre en Irak, qui représentait son principal marché dʹexportation. Après une croissance spectaculaire du PIB de 7,7% en 2004 contre 4,1% en 2003, la situation économique s est détériorée en 2005 à cause de l augmentation de la facture d importations des hydrocarbures et une baisse inattendue de l aide internationale, qui a représenté environ 700 millions d USD en 2005, contre 1,3 milliards en De plus les tensions dans la région ont contribué à la détérioration des revenus touristiques et la réduction sensible de lʹintérêt des investisseurs occidentaux. La croissance est restée malgré tout forte en 2005 (5%) tandis que les estimations les plus récentes pour 2006 font état d un léger tassement (4,6%). Le Liban a connu une croissance soutenue d une moyenne de 6 à 7% entre 1992 et 1997, croissance tirée notamment par la reconstruction du pays après 15 ans de guerre civile, et par le secteur financier, ce qui avait entraîné un fort relèvement du PIB. La dette publique n avait cessé d augmenter, mais les conférences de Paris II de 2002 et Paris III de 2007 ont permis une forte mobilisation de la communauté internationale pour rééchelonner et bonifier cette dette. Les conséquences du conflit de l été 2006 avec Israël ont toutefois rendus caduque une partie des efforts engagés, et leur impact reste difficile à mesurer. Le ratio dette publique sur PIB à la fin 2006 était estimé à plus de 200%. La contraction qui a découlé du conflit pourrait représenter un repli de 7% environ du PIB en 2006, récession qui devrait être suivie en 2007 par un redémarrage lié à la reconstruction, à condition cependant que les troubles politiques actuels n affectent pas outre mesure l environnement macro économique. La levée des sanctions onusiennes qui frappaient la Libye depuis 1992, ainsi que la levée corrélative de l embargo, ont permis un quasi retour à la normale des relations économiques 22

23 23 Conjoncture économique récente et financières du pays avec le reste du monde. Les performances économiques du pays ne cessent de s améliorer grâce aux résultats obtenus en matière de production pétrolière, à la reprise des exportations pétrolières et à la hausse du cours du baril depuis Cette conjoncture internationale favorable a permis au PIB de croître de 4,6% en 2004, 3,5% en 2005 et 8,1% en 2006 (estimations). Le Maroc a accompli des avancées significatives en matière de démocratisation de la vie publique, d éducation et de santé, et de renforcement des infrastructures de base. Cependant la croissance du PIB reste volatile. Alors que le taux de croissance réel du PIB était de 4,2% en 2004, il est en effet tombé à 1,7% en 2005 (mauvais résultats du secteur agricole). Une nette reprise a été observée en 2006 (6,7%). L industrie textile a retrouvé un certain éclat, de même que les exportations de phosphates. Les services fournissent d importants surplus, tandis que les revenus du tourisme continuent de progresser. Le paysage économique syrien, qui dépend largement du secteur public, est en train de changer grâce à un programme soutenu de réformes structurelles qui vise à créer un environnement économique favorisant davantage le secteur privé sans négliger lʹéquilibre social. La croissance, soutenue par l agriculture, la construction et les services stagne cependant entre 2 et 3% (2% en 2004, 3,8% en 2005, 2,9% en 2006). La Tunisie a opté très tôt pour le développement d une économie de marché et pour une intégration progressive dans l économie mondiale. Entre 1992 et 2004, le PIB a augmenté de 4,1% par an en moyenne. Après le pic de 2004 à 5,8%, le taux de croissance du PIB constant est retombé à 4,2% en 2005 et 4,5% (estimations) en En dépit de l intensification de la concurrence internationale et de la flambée des prix du pétrole, les performances du pays sont globalement positives, et ce en

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Mise à jour - Janvier 2015 Giorgia Albertin Représentante Résidente pour la Tunisie Fonds Monétaire International Plan de l exposé

Plus en détail

Index d encadrés. Bilan : l année méditerranéenne. 453 Med.2010 Index d encadrés

Index d encadrés. Bilan : l année méditerranéenne. 453 Med.2010 Index d encadrés Index d encadrés Bilan : l année méditerranéenne Politiques méditerranéennes Moyen-Orient Vers une communauté de l eau et de l énergie au Moyen-Orient........................ 208 La Turquie-Les Balkans

Plus en détail

Le Programme de soutien à la sécurité des investissements dans la région méditerranéenne (ISMED)

Le Programme de soutien à la sécurité des investissements dans la région méditerranéenne (ISMED) Optimiser le cadre légal et réglementaire de l investissement dans les infrastructures en région méditerranéenne SENsibiliser aux instruments de mitigation des risques financiers Le Programme de soutien

Plus en détail

Présentation du Programme : Phase II

Présentation du Programme : Phase II PROGRAMME D APPUI A LA MISE EN ŒUVRE DE L ACCORD D ASSOCIATION Présentation du Programme : Phase II L Accord d Association constitue le cadre juridique L Accord d Association constitue le cadre juridique

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Juin 2013 Agenda Facteurs de développement du secteur bancaire syrien Le secteur bancaire syrien: performance solide, mais La Syrie

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

Quelle relation entre transferts et développement?

Quelle relation entre transferts et développement? MINISTERE DES FINANCES ET DE LA PRIVATISATION Quelle relation entre transferts et développement? Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières 15 décembre 2006 Plan 1. Introduction.

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Marchés boursiers au Maghreb

Marchés boursiers au Maghreb Marchés boursiers au Maghreb Etat des lieux & Perspectives Par : Fadhel ABDELKEFI, Directeur Général Membre d 30 Mai 2010 1 Maghreb : Cadre macroéconomique 1 Maghreb : Cadre macroéconomique Petit Maghreb

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2016 asdf Nations Unies New York, 2016 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial L économie mondiale a connu des revers en

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Printemps arabes : quelles conséquences sur l investissement étranger?

Printemps arabes : quelles conséquences sur l investissement étranger? Annuaire IEMed. de la Méditerranée 213 27 Printemps arabes : quelles conséquences sur l investissement étranger? Emmanuel Noutary Délégué général ANIMA Investment Network, Marseille Zoé Luçon Chef de projet,

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

«Réglementation des Investissements Directs Étrangers au Maroc : progrès et réformes»

«Réglementation des Investissements Directs Étrangers au Maroc : progrès et réformes» «Réglementation des Investissements Directs Étrangers au Maroc : progrès et réformes» M. Marwane MANSOURI Chef de la Division des Etudes et de l Information Direction des Investissements Paris, le 29 octobre

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

Dîner Maroc Entrepreneurs

Dîner Maroc Entrepreneurs Entrepreneurs Conseil Dîner Maroc Entrepreneurs Enjeux et tendances des investissements directs étrangers au Maroc 19 avril 2004 1 Sommaire 1. Synthèse des enjeux et des tendances 2. Chiffres clefs Importations

Plus en détail

Politiques en faveur des PME Afrique du Nord et Moyen-Orient 2014

Politiques en faveur des PME Afrique du Nord et Moyen-Orient 2014 Politiques en faveur des PME Afrique du Nord et Moyen-Orient 2014 Évaluation sur la base du Small Business Act pour l Europe Tunis, 10 Septembre 2014 Ordre du jour 1. Introduction et objectifs 2. Méthodologie

Plus en détail

Moyen-Orient et Afrique du Nord Page 1 sur 5 Notes sectorielles

Moyen-Orient et Afrique du Nord Page 1 sur 5 Notes sectorielles Moyen-Orient et Afrique du Nord Page 1 sur 5 1. Généralités DEVELOPPEMENT URBAIN La région MENA a l un des taux de croissance démographique les plus élevés du monde (2,1 % en moyenne par an de 1990 à 2003).

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Moyen-Orient et Afrique du Nord. Octobre 2015

Perspectives économiques régionales Moyen-Orient et Afrique du Nord. Octobre 2015 Perspectives économiques régionales Moyen-Orient et Afrique du Nord Octobre 215 1 Feuille de route Environnement mondial Thèmes régionaux Exportateurs et importateurs de pétrole de la région MOANAP 2 Perspectives

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Développement de l'afrique Subsaharienne. Quels rôles et Opportunités pour le Maroc? TANGER (Maroc) 24, 25, 26 AVRIL 2014

Développement de l'afrique Subsaharienne. Quels rôles et Opportunités pour le Maroc? TANGER (Maroc) 24, 25, 26 AVRIL 2014 Développement de l'afrique Subsaharienne. Quels rôles et Opportunités pour le Maroc? TANGER (Maroc) 24, 25, 26 AVRIL 2014 L accompagnement des IDE (Investissements Directs Etrangers) par les banques marocaines

Plus en détail

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité - Justice Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles Communication de Madame la Secrétaire d Etat Fatimetou Mint

Plus en détail

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial Entretien accordé par Monsieur Le Ministre du Commerce à l APS ( 31/01/2014) Points abordés : Protection du produit national, Crédit à la consommation, L accord commercial préférentiel "Algérie-Tunisie,

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

Investissement au Maroc

Investissement au Maroc Investissement au Maroc Pourquoi le Maroc La compétitivité des coûts A seulement 14 km de l Europe, le Maroc se positionne comme une plateforme compétitive à l export: o Des charges salariales réduites

Plus en détail

Espagne: Une Reprise Fragile

Espagne: Une Reprise Fragile Focus OFP 28 Aout 2015 Frédéric Mackel (33) 1 85 08 13 73 f.mackel@oaksfieldpartners.com Timothée Sohm-Quéron t.sohm@oaksfieldpartners.com Chloe-Elizabeth Challier chloeelizabeth.challier@esade.edu Introduction

Plus en détail

Forum économique de l Algérie le 24 septembre 2008 à Lausanne

Forum économique de l Algérie le 24 septembre 2008 à Lausanne Forum économique de l Algérie le 24 septembre 2008 à Lausanne Intervention de Monsieur l Ambassadeur Norbert Frick Porte parole AELE pour les négociations de l Accord de Libre-échange AELE-Algérie Monsieur

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

DEBT SUSTAINABILITY AND DEBT MANAGEMENT STRATEGY IN

DEBT SUSTAINABILITY AND DEBT MANAGEMENT STRATEGY IN 4 th Forum (4 ème Forum) of Debt Management Facility Stakeholder s 2-3 May, 2013 Berlin (Germany) DEBT SUSTAINABILITY AND DEBT MANAGEMENT STRATEGY IN DEVELOPING COUNTRIES THAT ARE SEEKING NON CONCESSIONAL

Plus en détail

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement :

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Outils et produits financiers pour le Maghreb et la Zone franc RÉSUMÉ EXÉCUTIF Naceur Bourenane Saïd

Plus en détail

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Les origines et les manifestations de la crise économique et financière par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Plan Introduction 1. Origines de la crise financière: les «subprimes» 2. Les

Plus en détail

Accord de libre échanges Maroc-USA Maroc/USA

Accord de libre échanges Maroc-USA Maroc/USA Conseil National du Commerce Extérieur Accord de libre échanges Maroc-USA Maroc/USA Anticiper Partager Agir 2006 www.cnce.org.ma SOMMAIRE A. Vers une importante ouverture du marché marocain des produits

Plus en détail

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu Généralités La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu l environnement dans lequel opèrent les pays en développement plus difficile et incertain. Depuis quelques mois, la

Plus en détail

CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014

CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014 CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014 La politique énergétique et climatique européenne se trouve à la croisée des chemins. Les

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la Alger, le 11 Juin 2015 Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la croissance 1. Stabilité macroéconomique et financière Contrairement aux années 1990 marquées par l ajustement structurel (1991

Plus en détail

Analyse des Echanges Commerciaux de la Tunisie 3 premiers trimestres 2014

Analyse des Echanges Commerciaux de la Tunisie 3 premiers trimestres 2014 Banque Centrale de Tunisie Direction Générale des Statistiques Direction de la Balance des Paiements et de la PEG Sous direction des opérations courantes Service du commerce Extérieur Analyse des Echanges

Plus en détail

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Bulletin du FMI BILAN DE SANTÉ ÉCONOMIQUE France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Kevin C. Cheng et Erik de Vrijer Département Europe du FMI 27 juillet 2011 Vendanges dans le

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

CONFERENCE INTERNATIONALE LE PARTENARIAT STRATEGIQUE ENTRE LE MAROC ET LA FEDERATION DE RUSSIE

CONFERENCE INTERNATIONALE LE PARTENARIAT STRATEGIQUE ENTRE LE MAROC ET LA FEDERATION DE RUSSIE CONFERENCE INTERNATIONALE LE PARTENARIAT STRATEGIQUE ENTRE LE MAROC ET LA FEDERATION DE RUSSIE RABAT, 18 OCTOBRE 2012 Les relations entre le Maroc et la Russie sont anciennes. Toutefois, elles n ont connu

Plus en détail

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 PLAN Situation de la PME au Maroc : Définition, PME en chiffres Forces et faiblesses de la

Plus en détail

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers U Etude réalisée sous la direction d IDEFIE par Charline Jacob-Nassimian Juillet 2010 UI. La situation économique

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

La Banque européenne d investissement. en Afrique, dans les Caraïbes et le Pacifique ainsi que dans les pays et territoires d outre-mer

La Banque européenne d investissement. en Afrique, dans les Caraïbes et le Pacifique ainsi que dans les pays et territoires d outre-mer La Banque européenne d investissement en Afrique, dans les Caraïbes et le Pacifique ainsi que dans les pays et territoires d outre-mer La banque de l UE La Banque européenne d investissement, la banque

Plus en détail

ACCORD DE LIBRE ECHANGE ENTRE LE MAROC ET LES ETATS- UNIS D AMERIQUE

ACCORD DE LIBRE ECHANGE ENTRE LE MAROC ET LES ETATS- UNIS D AMERIQUE ACCORD DE LIBRE ECHANGE ENTRE LE MAROC ET LES ETATS- UNIS D AMERIQUE M. EL AZIZI ABDOU Chef du Service Amériques Direction du Trésor et des Finances Extérieures MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

POUR UNE BANQUE MEDITERRANEENNE DE

POUR UNE BANQUE MEDITERRANEENNE DE POUR UNE BANQUE MEDITERRANEENNE DE DEVELOPPEMENT 11 mai 2011 - Paris Constats Les besoins en investissements des pays du bassin méditerranéen sont considérables tant en matière d infrastructures que de

Plus en détail

http://www.eib.org! " # $ %&

http://www.eib.org!  # $ %& http://www.eib.org! " # $ %& La Banque Européenne d Investissement (BEI) Créée par le Traité de Rome en 1957 L Institution financière de l Union européenne 42 Mds EUR de prêts en 2003 (dont 2.1 dans les

Plus en détail

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 Associer le financement et les poliaques pour medre en œuvre un programme de développement post- 2015 porteur de changement 22 juin 2015, Ministère des Affaires

Plus en détail

"La Tunisie- l'usa et l'union du Maghreb Arabe" pour " Emerging tunisia 2005 "

La Tunisie- l'usa et l'union du Maghreb Arabe pour  Emerging tunisia 2005 "LA TUNISIE-L'USA ET L'UNION DU MAGHREB ARABE" pour" Emerging tunisia 2005 " "La Tunisie- l'usa et l'union du Maghreb Arabe" pour " Emerging tunisia 2005 " L histoire des relations entre les Etats-Unis

Plus en détail

Fonds disponibles pour la Coopération en matière de Transport pour le Voisinage Sud

Fonds disponibles pour la Coopération en matière de Transport pour le Voisinage Sud Fonds disponibles pour la Coopération en matière de Transport pour le Voisinage Sud Projet de document Novembre 2010 1. Le financement global de l Instrument Européen de Voisinage et de Partenariat (ENPI):

Plus en détail

MINISTERE DE L INDUSTRIE, DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE ET DE LA PROMOTION DE L INVESTISSEMENT. Atelier n 1

MINISTERE DE L INDUSTRIE, DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE ET DE LA PROMOTION DE L INVESTISSEMENT. Atelier n 1 MINISTERE DE L INDUSTRIE, DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE ET DE LA PROMOTION DE L INVESTISSEMENT Atelier n 1 Les Petites et Moyennes Entreprises comme élément de développement de l économie locale et

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

Soutien de la Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement aux entreprises actives au Maroc

Soutien de la Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement aux entreprises actives au Maroc Soutien de la Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement aux entreprises actives au Maroc Sommaire 1. 2. 17 mars 2015 European Bank for Reconstruction and Development 2015 2 À propos

Plus en détail

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 PEROU Ministère de l Economie et des Finances Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 Conclusions des co-présidents Alonso Arturo SEGURA VASI, Ministre de l Economie et des

Plus en détail

L AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT ET LA MÉDITERRANÉE. Promouvoir un développement durable et partagé

L AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT ET LA MÉDITERRANÉE. Promouvoir un développement durable et partagé L AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT ET LA MÉDITERRANÉE Promouvoir un développement durable et partagé L AFD ET LA MÉDITERRANÉE Le groupe Agence Française de Développement (AFD) est autorisé à intervenir

Plus en détail

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où?

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Résumé : La création de la Zone Euro a participé au développement rapide des échanges entre ses membres. L Allemagne est l élément moteur de l essor

Plus en détail

CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN : DÉFIS ET PROMESSES DE LA LIBÉRALISATION. Montréal, 24 29 mars 2003

CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN : DÉFIS ET PROMESSES DE LA LIBÉRALISATION. Montréal, 24 29 mars 2003 ATConf/5-WP/107 1 26/3/03 CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN : DÉFIS ET PROMESSES DE LA LIBÉRALISATION Montréal, 24 29 mars 2003 Point 2 : 2.5 : Examen des questions clés de réglementation dans le

Plus en détail

change poursuivie par la Banque d'algérie continue de bien servir l'économie nationale.

change poursuivie par la Banque d'algérie continue de bien servir l'économie nationale. CONCLUSION CONCLUSION L'Algérie a renforcé, d'une manière soutenue, la stabilité macroéconomique au cours des années 2000 à 2005, tout en réalisant une performance économique robuste. La croissance forte

Plus en détail

Casablanca finance city

Casablanca finance city Casablanca finance city Introduction : Aujourd hui les pays en vois de développement ont libéralisé leurs économies et ils ont mis en place un ensemble de mesures attractives pour attirer les investisseurs

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal

Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal Session plénière : Séance introductive De l'importance de l'investissement productif des migrants en milieu rural Stéphane Gallet (Ministère

Plus en détail

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 Septembre 2015 Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 L objet de cette revue est de présenter les principaux éléments qui caractérisent l évolution de la situation de la position

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

Cadre budgétaire et fiscal

Cadre budgétaire et fiscal Cadre budgétaire et fiscal Séminaire sur la gestion du risque social Paris, 30 juin 2003 Brian Ngo Politique fiscale : une vue d ensemble Utilise la puissance des impôts (T), des dépenses (G) et des emprunts

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 05/03/2015 RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une progression de son résultat opérationnel

Plus en détail

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE 18 MARS 2008 INTERVENTION DE MONSIEUR MOHAMMED LAKSACI GOUVERNEUR DE LA BANQUE D ALGERIE A LA CONFERENCE REGIONALE SUR LA GLOBALISATION ET LES DEFIS ET OPPORTUNITES AUXQUELS FONT FACE LES INSTITUTIONS

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Avril 2012 ACTIVITE DANS L INDUSTRIE En mars, le climat des affaires s accroît légèrement après sept mois consécutifs de baisse : l indicateur correspondant augmente de 3 points mais

Plus en détail

Remarques sur le dispositif régissant l investissement en zone franche : cas Tanger Free Zone

Remarques sur le dispositif régissant l investissement en zone franche : cas Tanger Free Zone Remarques sur le dispositif régissant l investissement en zone franche : cas Tanger Free Zone Finances Mediterranee - 23 octobre 2012 Profil du pays Situation Région: Afrique du nord Côte: Océan Atlantique

Plus en détail

Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Pour: le Maroc

Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Pour: le Maroc Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Pour: le Maroc Un projet financé par l Union Européenne Réunion de Travail des Coordonnateurs du SBA et des Conseillers

Plus en détail

Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020

Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020 COMMISSION EUROPEENNE MÉMO Bruxelles, le 8 novembre 2012 Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020 L objet du plan d action présenté aujourd hui par la Commission européenne (voir IP/12/1187)

Plus en détail

Note Synthétique Relative à La Stratégie de mobilisation en faveur de la Communauté Marocaine Résidant à l Etranger

Note Synthétique Relative à La Stratégie de mobilisation en faveur de la Communauté Marocaine Résidant à l Etranger Note Synthétique Relative à La Stratégie de mobilisation en faveur de la Communauté Marocaine Résidant à l Etranger Source : http://www.marocainsdumonde.gov.ma/index.php?option=com_content&task=view&id=52&ite

Plus en détail

Le commerce des marchandises et des services a connu d importantes fluctuations au cours des 20 dernières années

Le commerce des marchandises et des services a connu d importantes fluctuations au cours des 20 dernières années mondiales de services commerciaux 1995 1 179 milliards 2005 2 516 milliards 2014 4 872 milliards mondiales de marchandises Le commerce des marchandises et des services a connu d importantes fluctuations

Plus en détail

Accompagnement de la promotion et du financement de l innovation en Méditerranée (IT1)

Accompagnement de la promotion et du financement de l innovation en Méditerranée (IT1) Accompagnement de la promotion et du financement de l innovation en Méditerranée (IT1) Centre de Marseille pour l intégration en Méditerranée Le CMI, le Centre de Marseille pour l intégration en Méditerranée,

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL FR FR FR COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le XXX SEC(2009) yyy final RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL visant à autoriser la Commission à ouvrir des négociations en vue de la

Plus en détail

The views expressed are those of the author and do not necessarily reflect the views of the United Nations

The views expressed are those of the author and do not necessarily reflect the views of the United Nations UNCTAD Expert Meeting on Development Implications of International Investment Rule Making 28-29 JUNE 2007 Élaboration des règles régissant l investissement international équilibre entre intérêts publics

Plus en détail

GECA GLOBAL CONSULTING suarl 76, Avenue Habib Bourghiba App. A1-1 2080 Ariana - TUNISIA MF: 1260762R/A/M/000

GECA GLOBAL CONSULTING suarl 76, Avenue Habib Bourghiba App. A1-1 2080 Ariana - TUNISIA MF: 1260762R/A/M/000 GECA GLOBAL CONSULTING suarl 76, Avenue Habib Bourghiba App. A1-1 2080 Ariana - TUNISIA MF: 1260762R/A/M/000 GECA Global Consulting est une société de consultation internationale, constituée à Tunis. Cette

Plus en détail

«QUELLES PERSPECTIVES DE RENFORCEMENT DES RELATIONS DE COOPERATION ENTRE LE MAROC ET LE MEXIQUE?»

«QUELLES PERSPECTIVES DE RENFORCEMENT DES RELATIONS DE COOPERATION ENTRE LE MAROC ET LE MEXIQUE?» CONFERENCE-DEBAT «QUELLES PERSPECTIVES DE RENFORCEMENT DES RELATIONS DE COOPERATION ENTRE LE MAROC ET LE MEXIQUE?» MOT D INTRODUCTION DE M. MOHAMMED TAWFIK MOULINE DIRECTEUR GENERAL DE L INSTITUT ROYAL

Plus en détail

Communiqué!des!ministres!des!finances!et!des!gouverneurs!de!banque!centrale!du!G20! Paris,!France,!14"15!Octobre!2011!

Communiqué!des!ministres!des!finances!et!des!gouverneurs!de!banque!centrale!du!G20! Paris,!France,!1415!Octobre!2011! CommuniquédesministresdesfinancesetdesgouverneursdebanquecentraleduG20 Paris,France,14"15Octobre2011 1. Nous, ministres des finances et gouverneurs de banque centrale du G20, nous sommes réunis dans un

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2013

Situation et perspectives de l économie mondiale 2013 Situation et perspectives de l économie mondiale 2013 Embargo 17 janvier 2013 Rapport des Nations Unies : L économie africaine rebondit en dépit d un ralentissement économique mondial Des liens commerciaux

Plus en détail

Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation

Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation Plusieurs tentatives visant la mise à niveau et la refonte du secteur des assurances en Tunisie ont déjà

Plus en détail

I. Les crédits immobiliers ont enregistré une croissance soutenue tant au niveau de la production que de l encours

I. Les crédits immobiliers ont enregistré une croissance soutenue tant au niveau de la production que de l encours NOTE RELATIVE A L ENQUETE SUR LES CREDITS IMMOBILIERS Le secteur immobilier connait un essor important sous l impulsion conjuguée des actions des pouvoirs publics et d une politique d offre de crédit plus

Plus en détail

2 ème Forum de l Energie de Rabat **** Intervention du Dr Abdelkader Amara Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement

2 ème Forum de l Energie de Rabat **** Intervention du Dr Abdelkader Amara Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement 2 ème Forum de l Energie de Rabat **** Intervention du Dr Abdelkader Amara Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement Rabat, le 25 février 2015 Messieurs les Ministres, Monsieur le

Plus en détail

Attijariwafa bank - Wafasalaf

Attijariwafa bank - Wafasalaf L événement Wafasalaf : 20 ans au service du consommateur 3 Historique L accompagnement du développement 5 de la société de consommation Attijariwafa bank - Wafasalaf L appartenance au premier groupe bancaire

Plus en détail

Bilans 2012 des IDE et partenariats en Méditerranée. 4 leçons à tirer de la crise. www.anima.coop

Bilans 2012 des IDE et partenariats en Méditerranée. 4 leçons à tirer de la crise. www.anima.coop Bilans 2012 des IDE et partenariats en Méditerranée 4 leçons à tirer de la crise 19 Novembre 2013, Marseille / Alger Lancement du rapport ANIMA-MIPO 2012 www.anima.coop Observatoire des Investissements

Plus en détail

3 ème Forum des entrepreneurs maghrébins

3 ème Forum des entrepreneurs maghrébins 3 ème Forum des entrepreneurs maghrébins Allocution de Monsieur Abdellatif Jouahri Wali de Bank Al-Maghrib Marrakech, 17-18 février 2014 Monsieur le Chef du Gouvernement, Monsieur le Secrétaire Général

Plus en détail

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO COMMUNAUTE ECONOMIQUE DES ETATS DE L=AFRIQUE DE L=OUEST ECONOMIC COMMUNITY OF WEST AFRICAN STATES Réunion de lancement du programme de comparaison Internationale pour l Afrique Addis Abéba, 2-4 décembre

Plus en détail

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA FinAfrique Research Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA Octobre 2015 Dans ce document nous comparons la performance du secteur bancaire des zones CEMAC et UEMOA depuis 2006. Si la pénétration

Plus en détail

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON COMMENT S OPÈRE LE FINANCEMENT de L ÉCONOMIE MONDIALE? LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON INTERPRÉTATION ÉCONOMIQUE A. QU EST-CE QU UNE BALANCE DES PAIEMENTS B. LA BALANCE DES TRANSACTIONS COURANTES C. LA

Plus en détail

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE/OMC

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010 Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne FMI Département Afrique Mai 21 Introduction Avant la crise financière mondiale Vint la grande récession La riposte politique pendant le ralentissement

Plus en détail

Le présent document a été établi sous ma propre responsabilité et sans préjudice de la position du Ministère du Commerce Extérieur du Maroc.

Le présent document a été établi sous ma propre responsabilité et sans préjudice de la position du Ministère du Commerce Extérieur du Maroc. NOTE SYNTHETIQUE SUR LA PARTICIPATION DU MAROC AUX SECTEURS NOUVEAUX ET DYNAMIQUES DU COMMERCE MONDIAL : DIMENSION SUD-SUD. Le présent document a été établi sous ma propre responsabilité et sans préjudice

Plus en détail