Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment?"

Transcription

1 Investir en Syrie 1

2 Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment? Algérie / Egypte / Israël /Jordanie / Liban / Libye / Maroc / Palestine (Autorité) / Syrie / Tunisie / Turquie NOTES ET ETUDES ANIMA n 22 Avril 2007 Ouvrage collectif dirigé par Sonia Bessamra et Bénédict de Saint-Laurent

3 Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment? Références Cet ouvrage a été réalisé dans le cadre de la mission confiée par la Commission des Communautés Européennes à lʹagence Française pour les Investissements Internationaux (AFII), pour développer un Réseau Euroméditerranéen des Agences de Promotion des Investissements de la Méditerranée («ANIMA»). Le n d identification du contrat est : ME8/B7 4100/IB/99/0304 ISBN : EAN AFII ANIMA Reproduction interdite sans autorisation de l AFII. Tous droits réservés Crédits Cet ouvrage est la deuxième édition d un guide de synthèse réalisé avec les contributions de divers experts mobilisés sur le projet ANIMA, en particulier pour la rédaction des textes de base du site web du projet. Les auteurs suivants ont collaboré aux diverses éditions : En 2006, Sonia Bessamra (consultante indépendante) et Bénédict de Saint Laurent (AFII) ont entièrement revu le contenu de l ouvrage (mise à jour, révision, correction et actualisation), assistés de Pierre Henry, Amar Kaddouri, Emmanuel Noutary et Elsa Vachez (équipe ANIMA, révisions, mises à jour); L édition précédente datant de 2004 et qui sert de trame à l ouvrage était due à Bénédict de Saint Laurent (ANIMA, coordination, synthèse, rewriting, données), Stéphane Jaffrin (ANIMA, mise en ligne) et Christian Apothéloz (consultant indépendant, coordination), assistés d Alexandre Arditti, Delphine Bréant, Jean François Eyraud, Jean Louis Marcos, Laurent Mauron, Stéphanie Paicheler, Samar Smati, Nicolas Sridi et Jihad Yazigi (articles divers par pays ou thème). Les textes sur les pays ont été relus et amendés par les agences de promotion des investissements des pays MEDA. ANIMA décline toute responsabilité sur les erreurs qui pourraient subsister. 3

4 Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment? Table des matières Evolution de la conjoncture économique récente dans les pays MEDA Une vue d ensemble Une croissance appréciable...10 Des revenus extérieurs en augmentation sensible...13 L avancée des réformes et privatisations...15 La croissance de l investissement étranger...17 Evolution de la conjoncture économique à moyen terme par pays. 20 Le partenariat euro-méditerranéen et la nouvelle politique de voisinage Le cadre du partenariat euro-méditerranéen Bilan des accords d association Euro-Med Les instruments financiers MEDA, FEMIP et les jumelages institutionnels La coopération Sud-Sud Les opportunités d affaires dans les pays MEDA Algérie Panorama général...40 Comment investir en Algérie?...48 L Agence Nationale pour le Développement de lʹinvestissement (ANDI)...52 Finance & banques en Algérie...53 Télécom & Internet en Algérie...56 Opportunités d affaires en Algérie...58 Une success story : Orascom, 10 millions d abonnés en Algérie...73 Egypte Panorama général

5 Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment? Comment investir en Egypte?...83 L Autorité Générale pour les Zones Franches et l Investissement (GAFI)...85 Finance & banques en Egypte...86 Télécom & Internet en Egypte...88 Opportunités d affaires en Egypte...92 Une success story : le Néerlandais Heineken brasse cent millions de litres de boissons maltées par an Israël Panorama général Comment investir en Israël? Le Centre de Promotion des Investissements en Israël : Invest in Israël Finance & banques en Israël Télécom & Internet en Israël Opportunités d affaires en Israël Une success story: Tel Aviv Grenoble, alliance high tech planétaire Jordanie Panorama général Comment investir en Jordanie? Jordan Investment Board (JIB) Finance & banques en Jordanie Télécom & Internet en Jordanie Opportunités d investissement en Jordanie Une success story : Land Rover fait un investissement stratégique tout terrain Liban Panorama général Comment investir au Liban? L Agence pour le développement des investissements au Liban (IDAL)

6 Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment? Finance & banques au Liban Télécom & internet au Liban Opportunités d investissement au Liban Une success story : Ipsos sonde tout le Moyen Orient depuis Beyrouth Libye Panorama général Comment investir en Libye? L Agence de promotion des investissements étrangers : Libyan Foreign Investment Board (LFIB) Finance & banques en Libye Télécommunication & Internet en Libye Opportunités d affaires en Libye Maroc Panorama général Comment investir au Maroc? La Direction des Investissements du Maroc et les CRI Finance & banques au Maroc Télécom & internet au Maroc Opportunités d affaires au Maroc Une success story : Telefonica investit le marché marocain des télécommunications Palestine (Autorité Palestinienne) Panorama général Comment investir dans les territoires palestiniens? L Agence Palestinienne de Promotion des Investissements (PIPA) Finance & banques en Palestine Télécom & Internet en Palestine Opportunités dʹaffaires en Palestine Une success story : Watanyia Telecom, un optimisme communicatif dans les Territoires Palestiniens

7 Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment? Syrie Panorama général Comment investir en Syrie? Le Bureau de l Investissement Syrien Finance & banques en Syrie Télécom & Internet en Syrie Opportunités dʹaffaires en Syrie Une success story : l espagnol Aceites del Sur croit en l huile d olive syrienne Tunisie Panorama général Comment investir en Tunisie? L Agence de Promotion de l Investissement Extérieur FIPA (Foreign Investment Promotion Agency) Finance & banques en Tunisie Télécom & Internet en Tunisie Opportunités d affaires en Tunisie Une success story : le groupe espagnol Uniland investit dans les cimenteries d Enfidha Turquie Panorama général Comment investir en Turquie? Direction Générale des Investissements Etrangers (GDFI) Finance & banques en Turquie Télécom & Internet en Turquie Opportunités d affaires en Turquie Une success story : Schneider Turquie

8 Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment? Acronymes AA : Accord d association ALE : Accord de libre échange API : Agence de Promotion des Investissements BEI : Banque européenne d investissement BM : Banque mondiale CE : Commission Européenne CNUCED : Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement CSP : Document de stratégie nationale (Country Strategy Paper) FMI : Fonds monétaire international MEDA : Pays méditerranéens partenaires de l UE MENA : Région du Moyen Orient et de l Afrique du Nord (Middle East and North Africa, soit MEDA + pays du Golfe + Irak et Iran) MEPP : Processus de paix au Moyen Orient (Middle East Peace Process) MIGA : Agence multilatérale de garantie des investissements (groupe Banque Mondiale) MIPO : Observatoire de l investissement en Méditerranée (ANIMA) OCDE : Organisation pour la coopération et le développement économique ODM : Objectifs de développement du millénaire (Millenium Development Goals) OMC : Organisation Mondiale du Commerce PIB : Produit intérieur brut PIN : Programme indicatif national PIR : Programme indicatif régional PMI : Programme de modernisation industrielle PNUD : Programme des Nations Unies pour le Développement RSP : Document de stratégie régionale (Regional Strategy Paper) UE : Union Européenne ZLE : Zone de libre échange 8

9 9 Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment?

10 Evolution de la conjoncture économique récente dans les pays MEDA Une vue d ensemble Dans cette édition 2007, la Libye, qui dispose actuellement d un statut d observateur mais pourrait à terme adhérer au partenariat euro méditerranéen, a été incluse au sein de l ensemble MEDA. Une croissance appréciable En 2005, la population totale des pays MEDA était estimée à 265 millions dʹhabitants et le PIB global y avait atteint 864 milliards d US$ (avec la Libye mais hors Autorité Palestinienne). Il devrait dépasser pour la première fois milliards d US$ en 2007 (par comparaison, le PIB de la Chine était de milliards d US$ en 2005). Le revenu national brut par habitant exprimé en parité de pouvoir dʹachat (PPA) était cependant très disparate, allant de US$ par tête pour la Syrie à US$ par tête pour Israël. La stabilité macroéconomique et le rythme soutenu des réformes économiques ont permis de relever sensiblement le niveau de revenu par tête dʹhabitant des pays MEDA. Au delà des réformes en cours, ces bons résultats sʹexpliquent en grande partie par lʹouverture croissante de la région et, en particulier, par son intégration économique accrue avec lʹunion Européenne. Les accords d association et de libre échange conclus entre les pays de la rive sud et est de la Méditerranée et l UE sont entrés en vigueur dans tous les pays à l exception de la Syrie

11 Conjoncture économique récente Figure 1. Evolution du PIB des pays MEDA (en milliards d US$, prix courants Projection pour 2007). Source WDI 2006 Algérie Egypte Israël Jordanie Liban Libye Maroc Syrie Tunisie Turquie La croissance dans les pays MEDA suit, depuis quelques années, une courbe ascendante et la tendance s est confirmée en 2005 et 2006, avec les exceptions notables du Liban, des Territoires Palestiniens et, à un moindre degré de la Syrie (2,9% en 2006 après 3,8% en 2005). Les autres pays ont enregistré une croissance assez robuste, aux alentours de 5%, liée à une conjoncture mondiale favorable évolution du marché pétrolier, développement du tourisme, augmentation des investissements étrangers et fonds rapatriés par les travailleurs migrants : En Algérie, le boom énergétique a porté le taux de croissance à 5,1% en 2005 et 4,4% (moyenne d estimations assez divergentes) en

12 Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment? En Egypte, la croissance accélère (4,8% en 2005, estimation moyenne de 6,2% en 2006). En Israël, une reprise sensible de la croissance du PIB s est confirmée en 2005 (5,2%) et 2006 (4,8%). Grâce aux investissements extérieurs et aux transferts des immigrants, la Jordanie a pu maintenir un taux de croissance relativement élevé (7,2% en 2005, 4,6% en 2006) dans un environnement difficile. La croissance du Liban demeure volatile (4,9% en 2003, 6,3% en 2004, entre 0 et 1% en 2005, négative en 2006) et soutenue par une consommation privée supérieure à la production intérieure, alimentée par des transferts massifs de la diaspora. Les chiffres pour la Libye sont sujets à controverse. Pour la Banque mondiale, l économie du pays n a cru que de 3,5% en 2005 après 4,8% en Cependant, il semblerait que l année 2006 ait été nettement meilleure que les précédentes selon les premières éstimations. Victime d une mauvaise performance du secteur agricole et de l augmentation de la facture pétrolière, le Maroc a connu une croissance faible en 2005 (1,8%, mais 4,6% hors agriculture) mais s est rattrapé en 2006 (6,7%). La Tunisie a connu une croissance assez forte en 2005 (4,2%) et 2006 (moyenne de 4,5%). En Turquie, le PIB réel a augmenté de 5,2% en 2006, après de fortes poussées en 2005 (7,4%) et 2004 (8,9%). Quant aux Territoires Palestiniens, la crise actuelle ne permet pas de préjuger aisément de l évolution de ses fondamentaux économiques. 12

13 Conjoncture économique récente Figure 2. Croissance du PIB en 2005 dans la région (Source WDI 2006) 8,0% 7,2% 7,4% 4,0% 1,0% 1,8% 4,8% 3,5% 3,8% 4,2% 5,1% 5,2% 0,0% Liban Maroc Libye Syrie Tunisie Egypte Algérie Israël Jordanie Turquie Figure 3. Croissance du PIB en 2006 dans la région (CIA et EIU) Pays CIA World Fact Book Economist Intelligence Unit Algérie 5,6% 3,1% Egypte 5,7% 6,8% Israêl 1 4,8% 4,8% Jordanie 4,6% 4,6% Liban 5,0% 7,8% Libye 8,1% 8,1% Maroc 2 6,7% 6,7% Palestine (Autorité) 3 n.a. 18,5% Syrie 2,9% 2,9% Tunisie 4,0% 5,1% Turquie 5,2% 5,2% 1. Selon l Israel Central Bureau of Statistics, ce serait 5% 2. Selon la Banque Al Maghrib (Banque centrale du Maroc) 8,1% 3. Chiffres évidemment soumis à caution Des revenus extérieurs en augmentation sensible Si les sorties de capitaux restent importantes (ordre de grandeur de 8 milliards d US$ par an pour les placements à l étranger en provenance du Maghreb central, venant grossir un stock de 100 milliards, selon l IE Med, dividendes rapatriés par les entreprises 13

14 Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment? étrangères de l ordre de 1,5 milliard d US$ pour la seule Tunisie), les capitaux entrants sont en forte augmentation. Ceci en particulier grâce aux IDE (passés de moins de 10 milliards d US$ pour la région en 2002 à environ 30 milliards en 2005) et aux recettes de tourisme (qui ont plus que doublé entre ,5 milliards d US$et milliards ). L aide au développement diminue, alors que les transferts des émigrants augmentent sensiblement (Figure 4). Les pays producteurs d hydrocarbures comme la Libye et l Algérie, et dans une moindre mesure l Egypte ou la Tunisie (gaz), ont amélioré leurs recettes grâce à l augmentation du prix mondial du pétrole qui est passé de 39 US$ en 2004 à 53 US$ en 2005 (dépassant même les 70 dollars en 2006). La gestion prudente de la rente pétrolière actuellement en œuvre a permis de réduire l endettement tout en maintenant les réserves à un niveau appréciable. Parallèlement, les pays non producteurs de pétrole ont souffert de cette flambée du pétrole et n ont pu pallier ce déficit que grâce aux revenus tirés des transferts financiers des travailleurs expatriés, du tourisme et des investissements venus du Golfe : Selon la Banque Mondiale, le Liban a été en 2006 le principal bénéficiaire des transferts de travailleurs migrants, avec 5,2 milliards d US$, suivi par le Maroc (5,1 milliards d US), l Egypte (3,3 milliards d US) et la Jordanie (2,8 milliards d US). La plupart des spécialistes s accordent à dire qu il faut doubler ces montants pour tenir compte des transferts informels; Le stock de pétrodollars disponible pour des investissements à l étranger était estimé à 620 milliards d US$ par le FMI en 2006, et une part croissante est orientée vers la région MEDA). 14

15 Conjoncture économique récente Figure 4. Ordre de grandeur des revenus extérieurs de la région MEDA en million Investissement Revenus du Transferts des Aide publique au Total * US$ direct étranger tourisme émigrants développement Année Source CNUCED OMT B. Mondiale Banque Mondiale Algérie Egypte Israël Jordanie Liban Maroc A. Palestine Syrie Tunisie Turquie MEDA % 37% 34% 22% 7% 100% * Ce total doit être considéré avec précaution, car les données agrégées portent malheureusement sur des années différentes (derniers chiffres obtenus par l équipe ANIMA). Les recettes de privatisation sont incluses dans les IDE. L avancée des réformes et privatisations La plupart des pays ont poursuivi les réformes structurelles engagées pour améliorer le climat de l investissement : Plusieurs pays de la région ont mis en œuvre des réformes budgétaires comme l Algérie qui a amélioré sa transparence budgétaire et créé un fonds de régulation des recettes pétrolières pour constituer des réserves. En Jordanie, les mesures budgétaires adoptées par le gouvernement pour accroître les recettes fiscales et juguler les dépenses courantes ont sensiblement amélioré la situation budgétaire. L Egypte a engagé une profonde réforme de la fiscalité et des douanes et un programme de restructuration financière. 15

16 Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment? Le Maroc s est lancé dans l élaboration d une stratégie visant à réduire son déficit budgétaire structurel en coopération avec la Banque mondiale et le FMI. Il a également commencé à restructurer ses banques publiques spécialisées. L Algérie a récemment pris des mesures pour renforcer les systèmes de paiement et améliorer la réglementation et la supervision prudentielles. Les agréments ont été retirés à Khalifa Bank, à la Banque commerciale et industrielle d Algérie (BCIA) et à deux autres banques privées. L Etat prévoit la cession de certaines banques publiques à des repreneurs étrangers stratégiques. Le bilan des privatisations dans la région est pour l instant mitigé. Beaucoup de privatisations rentables ont été réalisées ou sont en cours (banques, téléphone mobile, ports à conteneurs, transport aérien etc.). Même sʹil reste des pépites, les pays doivent maintenant sʹattaquer aux secteurs plus difficiles (services plus sociaux comme lʹeau, le transport de personnes, privatisation de lʹoutil productif). Certains programmes sont au point mort, tandis que d autres ont donné des résultats positifs, notamment au Maghreb, en Jordanie et en Turquie (importantes opérations dans la téléphonie mobile). Par ailleurs, plusieurs pays ont créé des incitations pour encourager l initiative privée, faciliter l établissement des entreprises étrangères et améliorer l accès au marché. Ainsi, en Algérie, l entrée en vigueur de la nouvelle loi sur les hydrocarbures, qui vise à ouvrir le secteur aux investissements privés, offre des perspectives prometteuses. De la même manière, au Maroc, les réformes du marché du travail, la facilitation des procédures dʹinvestissement et la mise en oeuvre des réformes judiciaires sont des étapes significatives d une évolution favorable aux affaires, qui est générale dans la région entière. Un démantèlement des tarifs et l abolition des licences dʹimportation 16

17 Conjoncture économique récente sont mis en oeuvre ou sont en cours d examen dans la plupart des pays MEDA, dans le cadre des accords dʹassociation avec l UE. La croissance de l investissement étranger Bien que l état des réformes et la volonté des gouvernements de s y tenir soient variables, les mesures adoptées jusqu à présent ont permis d améliorer le climat de l investissement dans la région et suscité des réactions positives de la part des investisseurs privés. Figure 5. Evolution des montants d IDE vers la région MEDA (en mln US$, CNUCED pour et sources diverses pour 2006) Flux d IDE Algérie Chypre n. a Egypte Israël Jordanie Liban Malte n. a Maroc A. Palestine n. a. 3 n. a. n. a. Syrie Tunisie Turquie Total MEDA 12 MEDA MEDA sans Israël 1 Estimation ANIMA d après les annonces officielles extrapolées 2 Chiffres UNCTAD publiés le 10 janvier Chiffres Israel Trade publiés en janvier Estimation EDC 5 Chiffre de la Banque Centrale de Tunisie De fait, depuis 2001, la région reçoit des flux croissants de capitaux privés tant sous la forme de titres de dette que de prises de 17

18 Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment? participations. Les investissements directs étrangers (IDE) sont, eux, en très forte progression récente dans la région (Figure 5). Les raisons pour lesquelles les grandes entreprises s installent sont à la fois les débouchés (marchés prometteurs, plateforme pour la réexportation), l existence d avantages comparatifs (faible coût de la main l œuvre, proximité géographique avec le marché européen) et le mouvement de globalisation (délocalisations, nouveaux modèles de production et division du travail). Les services (banque, télécom, offshoring et tourisme) et l immobilier sont en plein boom. En Egypte, de nouveaux records d IDE ont été enregistrés en 2005 et 2006 (plus de 5 milliards d US$ chaque année, contre une moyenne de 1,2 milliard par an entre 1997 et 2004). Il s agit d investissements industriels (énergie, chimie, engrais), de la construction (immobilier, tourisme) et du rachat de réseaux bancaires. Le volume des IDE vers la Turquie explose depuis quelques années, en particulier depuis l ouverture des négociations d adhésion. Le pays aurait attiré 17 milliards d US$ en 2006, contre 9,7 milliards d US$ en 2005, 2,8 milliards d US$ en 2004 et une moyenne de 1,3 milliard par an entre 1997 et Le pays comptait début sociétés à capitaux étrangers, dont créées en Une bonne part des IDE est liée aux licences de téléphonie mobile et au rachat de réseaux bancaires. Les investissements étrangers en Israël ont été soutenus par de nombreuses prises de participation et fusions acquisitions, en particulier dans les technologies. Les investissements étrangers ont atteint 5,6 milliards d US$ en 2005 (CNUCED). En 2006, ce montant s élèverait à 13,2 milliards d US$ selon Israel Trade. En Jordanie, les investissements étrangers affichent une reprise sensible, atteignant ou dépassant le seuil des 1,5 milliard d US$ en 2005 et 2006 (contre une moyenne de 357 millions seulement 18

19 Conjoncture économique récente de 1997 à 2004). Il s agit principalement d investissements en portefeuille et de projets immobiliers. Après avoir beaucoup progressé (rachat de Maroc Télécom par Vivendi), les IDE plafonnent quelque peu au Maroc en 2006 (2,3 milliards d US$, contre 2,9 en 2005; la moyenne est de 1,27 milliard d US$). Toutefois, les projets annoncés (observatoire MIPO ANIMA), en particulier dans le domaine immobilier et touristique, atteignent un montant très important (5,3 milliards pour 2006) En Tunisie, les opérations de privatisations ont dopé les IDE notamment grâce au secteur des télécoms. Les IDE auraient dépassé pour la 1 ère fois le seuil du milliard d US$ en 2006, contre une moyenne de 610 millions seulement de 1997 à Début 2006, la vente de 35% du capital de Tunisie Telecom au profit de TeCom DIG (Dubaï) a généré 3,052 milliards de DT de recettes (2,3 milliards d US$, échelonnés sur plusieurs années), dépassant l ensemble des recettes de privatisations depuis Au Liban, les investissements étrangers étaient sur une pente très prometteuse (2,5 milliards d US$ en 2005, retour très net des investisseurs du Golfe), mais les attentats contre des dirigeants et journalistes, le conflit de l été 2006 avec Israël et la crise qui s en est suivi ont affecté la confiance. La majorité des IDE est dirigée vers le secteur bancaire, ainsi que l immobilier et le tourisme. La Syrie quant à elle, sort de son isolement et aurait enregistré environ 2 milliards de dollars d IDE en 2006 (majorité de projets venant du Golfe), contre 500 millions en 2005 et des flux beaucoup plus faibles auparavant (moyenne de 200 millions seulement de 1997 à 2004). Les investissements domestiques ont beaucoup augmenté (6,3 milliards de dollars contre 3,7 milliards en 2004). 19

20 Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment? Enfin les Territoires Palestiniens continuent de souffrir de la crise interminable qui affecte leur économie et leur attractivité, malgré des atouts humains indéniables. ANIMA a toutefois détecté en 2006 un projet d IDE de 289 millions d euros (licence de téléphonie mobile pour le groupe koweitien Watanya). Evolution de la conjoncture économique à moyen terme par pays En Algérie, les réformes structurelles menées ont permis le rétablissement des équilibres macroéconomiques, l amélioration des performances en termes de croissance du PIB et le développement d un secteur privé plus dynamique, entraînant un plus grand flux entrant dʹinvestissements directs étrangers. Le taux de croissance du PIB est passé de 4,1% par an en 2002 à 6,8% en 2003 et 5,2% en 2004, pour finalement se stabiliser autour de 5,1% en 2005 et 4,4% (moyenne de plusieurs estimations assez divergentes) en 2006, soutenu essentiellement par l augmentation de la production des hydrocarbures et des cours mondiaux du pétrole qui ont permis de réaliser d appréciables excédents de la balance courante (les recettes des hydrocarbures représentent 97% des recettes d exportation des biens et services non facteurs). Les projections pluriannuelles de la loi de finances pour 2005 tablent sur un taux moyen de 5,3% par an sur la période La politique budgétaire expansionniste orchestrée depuis 2001 autour du Plan de Soutien à la Relance Economique, PSRE (6,9 milliards d USD entre 2001 et 2004), suivi du Plan Complémentaire de Soutien à la Croissance, PCSC (80 milliards d USD étalés sur la période ) contribue à soutenir la croissance : la demande publique permet ainsi de tirer vers le haut la contribution à la croissance des secteurs hors hydrocarbures. La valeur ajoutée dans les services a ainsi progressé de plus de 60% en 5 ans. Le BTP a, quant à lui, 20

21 Conjoncture économique récente enregistré une croissance de 40% de sa valeur ajoutée. L inflation a baissé à 1,6% contre 2,7 % en 2004 en raison de la baisse des prix des produits alimentaires. Les réserves en devises ont dépassé les prévisions avec 56,2 milliards d USD atteints fin Enfin la dette publique extérieure a été totalement remboursée et un fonds de réserve permet de mettre de côté pour les futures générations une partie des pétrodollars. En Egypte, la nouvelle équipe issue du remaniement ministériel de juillet 2004 s est attachée à faire progresser la libéralisation commerciale et financière et le programme de réformes économiques et structurelles. Entre 2000 et 2003, le pays a enregistré un taux de croissance moyen de 3,5% en raison notamment de chocs exogènes, tels que les attentats du 11 septembre et la guerre en Irak. Cependant, bénéficiant de la reprise mondiale et de la dépréciation de la livre, la croissance ne cesse de s améliorer avec un taux de 4,1% enregistré en 2004, 4,5% en 2005 et des estimations moyennes de 6,2% en 2006, dopées par les recettes touristiques (6,4 milliards d USD en ), les transferts des travailleurs émigrés (4,3 milliards d USD), les recettes du Canal de Suez (3,3 milliards d USD) et les exportations de pétrole (1,2 milliard d USD). En Israël, après une baisse de la croissance en (1,3% sur la période, 0.9% en 2002 et 1.5% en 2003) due à la forte crise liée à la seconde Intifada dans les territoires palestiniens et l éclatement mondial de la bulle technologique en 2000, une reprise sensible s est amorcée en 2004, 2005 et 2006 avec des taux de croissance du PIB de 4,8%, 5,2% et 4,8% respectivement. Les moteurs majeurs de cette croissance ont été les exportations (+15%), la consommation privée, ainsi que la rapide expansion des industries de pointe domaine d excellence de l économie israélienne et du tourisme. 21

22 Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment? La Jordanie a été le pays le plus exposé à la guerre en Irak, qui représentait son principal marché dʹexportation. Après une croissance spectaculaire du PIB de 7,7% en 2004 contre 4,1% en 2003, la situation économique s est détériorée en 2005 à cause de l augmentation de la facture d importations des hydrocarbures et une baisse inattendue de l aide internationale, qui a représenté environ 700 millions d USD en 2005, contre 1,3 milliards en De plus les tensions dans la région ont contribué à la détérioration des revenus touristiques et la réduction sensible de lʹintérêt des investisseurs occidentaux. La croissance est restée malgré tout forte en 2005 (5%) tandis que les estimations les plus récentes pour 2006 font état d un léger tassement (4,6%). Le Liban a connu une croissance soutenue d une moyenne de 6 à 7% entre 1992 et 1997, croissance tirée notamment par la reconstruction du pays après 15 ans de guerre civile, et par le secteur financier, ce qui avait entraîné un fort relèvement du PIB. La dette publique n avait cessé d augmenter, mais les conférences de Paris II de 2002 et Paris III de 2007 ont permis une forte mobilisation de la communauté internationale pour rééchelonner et bonifier cette dette. Les conséquences du conflit de l été 2006 avec Israël ont toutefois rendus caduque une partie des efforts engagés, et leur impact reste difficile à mesurer. Le ratio dette publique sur PIB à la fin 2006 était estimé à plus de 200%. La contraction qui a découlé du conflit pourrait représenter un repli de 7% environ du PIB en 2006, récession qui devrait être suivie en 2007 par un redémarrage lié à la reconstruction, à condition cependant que les troubles politiques actuels n affectent pas outre mesure l environnement macro économique. La levée des sanctions onusiennes qui frappaient la Libye depuis 1992, ainsi que la levée corrélative de l embargo, ont permis un quasi retour à la normale des relations économiques 22

23 23 Conjoncture économique récente et financières du pays avec le reste du monde. Les performances économiques du pays ne cessent de s améliorer grâce aux résultats obtenus en matière de production pétrolière, à la reprise des exportations pétrolières et à la hausse du cours du baril depuis Cette conjoncture internationale favorable a permis au PIB de croître de 4,6% en 2004, 3,5% en 2005 et 8,1% en 2006 (estimations). Le Maroc a accompli des avancées significatives en matière de démocratisation de la vie publique, d éducation et de santé, et de renforcement des infrastructures de base. Cependant la croissance du PIB reste volatile. Alors que le taux de croissance réel du PIB était de 4,2% en 2004, il est en effet tombé à 1,7% en 2005 (mauvais résultats du secteur agricole). Une nette reprise a été observée en 2006 (6,7%). L industrie textile a retrouvé un certain éclat, de même que les exportations de phosphates. Les services fournissent d importants surplus, tandis que les revenus du tourisme continuent de progresser. Le paysage économique syrien, qui dépend largement du secteur public, est en train de changer grâce à un programme soutenu de réformes structurelles qui vise à créer un environnement économique favorisant davantage le secteur privé sans négliger lʹéquilibre social. La croissance, soutenue par l agriculture, la construction et les services stagne cependant entre 2 et 3% (2% en 2004, 3,8% en 2005, 2,9% en 2006). La Tunisie a opté très tôt pour le développement d une économie de marché et pour une intégration progressive dans l économie mondiale. Entre 1992 et 2004, le PIB a augmenté de 4,1% par an en moyenne. Après le pic de 2004 à 5,8%, le taux de croissance du PIB constant est retombé à 4,2% en 2005 et 4,5% (estimations) en En dépit de l intensification de la concurrence internationale et de la flambée des prix du pétrole, les performances du pays sont globalement positives, et ce en

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Mise à jour - Janvier 2015 Giorgia Albertin Représentante Résidente pour la Tunisie Fonds Monétaire International Plan de l exposé

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

«L INVESTISSEMENT EN ALGÉRIE»

«L INVESTISSEMENT EN ALGÉRIE» Ministère de l Industrie de la PME et de la de la Promotion des Investissements Communication «L INVESTISSEMENT EN ALGÉRIE» Présentée par: Mr A.C. BOUDIA Madrid, Octobre 2012 Une importante position Géo-Stratégique

Plus en détail

Les relations commerciales entre les pays méditerranéens

Les relations commerciales entre les pays méditerranéens Les relations commerciales entre les pays méditerranéens Giorgia Giovannetti Directrice du volet «Développement» du Programme de gouvernance mondiale Centre d études Robert Schuman Institut universitaire

Plus en détail

Quelle relation entre transferts et développement?

Quelle relation entre transferts et développement? MINISTERE DES FINANCES ET DE LA PRIVATISATION Quelle relation entre transferts et développement? Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières 15 décembre 2006 Plan 1. Introduction.

Plus en détail

LES IMPLICATIONS FISCALES DE L ACCORD D ASSOCIATION UE- MAROC

LES IMPLICATIONS FISCALES DE L ACCORD D ASSOCIATION UE- MAROC LES IMPLICATIONS FISCALES DE L ACCORD D ASSOCIATION UE- MAROC Mohamed SBIHI Professeur à la faculté des sciences juridiques, économiques et sociales Rabat-Agdal Dans un contexte d ouverture, caractérisé

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire Par Soraya Oulad Benchiba, Chargée d'études à l'institut Amadeus Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire L afflux d IDE en Afrique a été spectaculaire

Plus en détail

Principaux Indicateurs Conjoncturels

Principaux Indicateurs Conjoncturels BANQUE CENTRALE DE TUNISIE Direction Générale des Statistiques Principaux Indicateurs Conjoncturels 21 Mars 2015 2 FICHES : Fiche n 1 : Secteur réel Fiche n 2 : Evolution des principaux soldes de la balance

Plus en détail

PAYS EN DÉVELOPPEMENT

PAYS EN DÉVELOPPEMENT Chapitre 6 PAYS EN DÉVELOPPEMENT Comment l OMC traite les besoins spéciaux d un groupe de plus en plus important 1. Aperçu général Sur les 150 membres environ de l OMC, à peu près deux tiers sont des pays

Plus en détail

Présentation du Programme : Phase II

Présentation du Programme : Phase II PROGRAMME D APPUI A LA MISE EN ŒUVRE DE L ACCORD D ASSOCIATION Présentation du Programme : Phase II L Accord d Association constitue le cadre juridique L Accord d Association constitue le cadre juridique

Plus en détail

Bilans 2012 des IDE en. Focus sur les investissements t européens au Liban. www.anima.coop. 27 janvier 2014, Marseille Manal Tabet

Bilans 2012 des IDE en. Focus sur les investissements t européens au Liban. www.anima.coop. 27 janvier 2014, Marseille Manal Tabet Bilans 2012 des IDE en Méditerranée é en 2012 Focus sur les investissements t européens au Liban 27 janvier 2014, Marseille Manal Tabet www.anima.coop Observatoire des Investissements et Partenariats en

Plus en détail

Réunion d experts Financement du développement en Afrique du Nord Rabat, Maroc, 19-21 octobre 2010

Réunion d experts Financement du développement en Afrique du Nord Rabat, Maroc, 19-21 octobre 2010 CEA-AN/AH/FD/10/3 Nations Unies Commission économique pour l Afrique Bureau pour l Afrique du Nord Réunion d experts Financement du développement en Afrique du Nord Rabat, Maroc, 19-21 octobre 2010 LE

Plus en détail

Banque Européenne. pour la Reconstruction et le Développement. Tunisie

Banque Européenne. pour la Reconstruction et le Développement. Tunisie Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement Tunisie Marie-Alexandra Veilleux Chef du Bureau de la BERD en Tunisie Sommaire 1. à la BERD 2. Les opérations de la BERD 3. 25 avril 2014 Banque

Plus en détail

INVENTAIRE DES ACCORDS DE TRANSPORT ET DE COOPÉRATION EUROMAGHRÉBINS

INVENTAIRE DES ACCORDS DE TRANSPORT ET DE COOPÉRATION EUROMAGHRÉBINS INVENTAIRE DES ACCORDS DE TRANSPORT ET DE COOPÉRATION EUROMAGHRÉBINS 0 Étude réalisée par MM. Jillali Chafik, El Mostafa Touti et Abdelaziz Jazouli, pour le compte du CETMO Avinguda Josep Tarradellas,

Plus en détail

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION LA CRISE DES ANNEES 1980 DU SYSTEME BANCAIRE DE L UMOA : ORIGINES ET REPONSES INSTITUTIONNELLES INTRODUCTION Système bancaire= Institution ou Corps organique

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN Freetown, juillet 2008 2 L année 2007 avait été placée

Plus en détail

Glossaire du voisinage sud

Glossaire du voisinage sud EU Neighbourhood Info Centre An ENPI project Cette publication n est disponible qu au format électronique. Elle a été rédigée par le Centre d Information pour le Voisinage Européen, un projet financé par

Plus en détail

Politiques en faveur des PME Afrique du Nord et Moyen-Orient 2014

Politiques en faveur des PME Afrique du Nord et Moyen-Orient 2014 Politiques en faveur des PME Afrique du Nord et Moyen-Orient 2014 Évaluation sur la base du Small Business Act pour l Europe Tunis, 10 Septembre 2014 Ordre du jour 1. Introduction et objectifs 2. Méthodologie

Plus en détail

Sommaire INVESTIR AU MAROC

Sommaire INVESTIR AU MAROC INVESTIR AU MAROC Sommaire Profil du pays 3 Économie du Maroc 3 Infrastructures 4 Axes de développement majeurs du Maroc 6 Avantages comparatifs du Maroc 6 Incitations pour les investisseurs étrangers

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES www.oc.gov.ma 2007 La reproduction des informations contenues dans la présente publication est autorisée sous réserve d en mentionner expressément la source. 1 TABLE

Plus en détail

Note relative à l investissement direct étranger dans le monde et au Maroc

Note relative à l investissement direct étranger dans le monde et au Maroc Royaume du Maroc Département de l Economie, des Finances et de la Privatisation Direction de la Politique Economique Générale Note relative à l investissement direct étranger dans le monde et au Maroc

Plus en détail

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement :

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Outils et produits financiers pour le Maghreb et la Zone franc RÉSUMÉ EXÉCUTIF Naceur Bourenane Saïd

Plus en détail

Restrictions et Libéralisation des I.D.E Au Maroc. Mr. Marwane MANSOURI

Restrictions et Libéralisation des I.D.E Au Maroc. Mr. Marwane MANSOURI Restrictions et Libéralisation des I.D.E Au Maroc Mr. Marwane MANSOURI Chef de la Division des Etudes et de l Information Direction des Investissements Amman, Jordanie 4 septembre 2007 Direction des Investissements,

Plus en détail

Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé

Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé Depuis le premier discours du nouveau président du gouvernement à l adresse du peuple

Plus en détail

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES XIIème Conférence sur la Transition Economique Les services financiers et bancaires au cœur de la transition économique Bruxelles, les 21 et 22 février 2008 Système

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

INVESTIR AU TCHAD. Le Tchad est un pays d agriculture et d élevage, un pays dont le peuple est laborieux, un pays dont le sous sol est promoteur.

INVESTIR AU TCHAD. Le Tchad est un pays d agriculture et d élevage, un pays dont le peuple est laborieux, un pays dont le sous sol est promoteur. INVESTIR AU TCHAD POURQUOI INVESTIR AU TCHAD Des Potentialités Economiques Enormes Un Environnement Politique et Economique Favorable Une Activité Economique Réglementée Un Cadre Indicatif Favorable. DES

Plus en détail

Rencontre programme d aide à la création d entreprises innovantes en Méditerranée Paris, 6, 7 et 8 mars 2012

Rencontre programme d aide à la création d entreprises innovantes en Méditerranée Paris, 6, 7 et 8 mars 2012 Rencontre programme d aide à la création d entreprises innovantes en Méditerranée Paris, 6, 7 et 8 mars 2012 Investir en Algérie : Mode opératoire Ahmed BERRiCHI, Directeur d Etudes Agence Nationale de

Plus en détail

Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation

Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation Plusieurs tentatives visant la mise à niveau et la refonte du secteur des assurances en Tunisie ont déjà

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

VEILLE SECTORIELLE. 3 ème Trimestre 2013

VEILLE SECTORIELLE. 3 ème Trimestre 2013 VEILLE SECTORIELLE 3 ème Trimestre 213 Novembre 213 EDITORIAL VEILLE SECTORIELLE / 3 ème TRIMESTRE 213 SOMMAIRE Économie Conjoncture Internationale Maintien de la stabilité du cadre économique national

Plus en détail

Moyen-Orient et Afrique du Nord : définir la voie à suivre

Moyen-Orient et Afrique du Nord : définir la voie à suivre Moyen-Orient et Afrique du Nord : définir la voie à suivre Deux ans après le début du «Printemps arabe», de nombreux pays de la région MOANAP 1 endurent encore des transitions politiques, sociales et économiques

Plus en détail

ACCORDS MONÉTAIRES INTERNATIONAUX

ACCORDS MONÉTAIRES INTERNATIONAUX INTERNATIONAUX 1 ANALYSES DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSIONS ET PROGRAMMES EXERCICE 2011 COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS ACCORDS MONÉTAIRES INTERNATIONAUX MAI 2012 INTERNATIONAUX 3 Compte de

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

Sommaire INVESTIR AU MAROC

Sommaire INVESTIR AU MAROC INVESTIR AU MAROC Sommaire Profil du pays 3 Économie du Maroc 3 Infrastructures 4 Axes de développement majeurs du Maroc 6 Avantages comparatifs du Maroc 6 Attractivité des investissement Directs Etrangers

Plus en détail

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 DES TAUX D INTÉRÊT TRÈS BAS DEPUIS LONGTEMPS SANS REDÉCOLLAGE SENSIBLE DE LA CROISSANCE MONDIALE Les taux d intérêt réels à court et moyen

Plus en détail

1- La politique monétaire et de change dans la phase de construction du système financier moderne

1- La politique monétaire et de change dans la phase de construction du système financier moderne LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE CHANGE DE LA BCRG, FONDEMENTS ET OBJECTIFS 1- La politique monétaire et de change dans la phase de construction du système financier moderne La politique monétaire et de change

Plus en détail

LE SECTEUR DE L EAU EN JORDANIE : ENJEUX ET ENSEIGNEMENTS. Présentation des enjeux du secteur

LE SECTEUR DE L EAU EN JORDANIE : ENJEUX ET ENSEIGNEMENTS. Présentation des enjeux du secteur LE SECTEUR DE L EAU EN JORDANIE : ENJEUX ET ENSEIGNEMENTS Présentation des enjeux du secteur Avec des taux d accès proches de 100 %, les enjeux de l eau et l assainissement en Jordanie ne sont pas l accès

Plus en détail

VERS UNE COMMUNAUTÉ EURO- MÉDITERRANÉENNE DE L ÉNERGIE : Passer de l'import-export à un nouveau modèle énergétique régional

VERS UNE COMMUNAUTÉ EURO- MÉDITERRANÉENNE DE L ÉNERGIE : Passer de l'import-export à un nouveau modèle énergétique régional VERS UNE COMMUNAUTÉ EURO- MÉDITERRANÉENNE DE L ÉNERGIE : Passer de l'import-export à un nouveau modèle énergétique régional Avril 2013 En 2011, pour la première fois, la Commission européenne parle d une

Plus en détail

Casablanca finance city

Casablanca finance city Casablanca finance city Introduction : Aujourd hui les pays en vois de développement ont libéralisé leurs économies et ils ont mis en place un ensemble de mesures attractives pour attirer les investisseurs

Plus en détail

Fiche récapitulative 2013/14 Sommaire des réformes Doing Business au Moyen-Orient et en Afrique du Nord 1

Fiche récapitulative 2013/14 Sommaire des réformes Doing Business au Moyen-Orient et en Afrique du Nord 1 Faits marquants Doing Business 2015 : Moyen-Orient et Afrique du Nord Entre le 1 ier Juin 2013 et le 1 ier Juin 2014, onze des 20 économies du Moyen-Orient et Afrique du Nord ont entrepris au moins une

Plus en détail

GUIDE DES AVANTAGES FISCAUX

GUIDE DES AVANTAGES FISCAUX Mai 2008 REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE DIRECTION GENERALE DES DOUANES DIRECTION DE LA VALEUR ET DE LA FISCALITE SOUS DIRECTION DE LA FISCALITE ET DU TARIF GUIDE DES AVANTAGES FISCAUX

Plus en détail

LISBONNE- 20 avril 2015 TRANSITION ÉNERGÉTIQUE: EXPÉRIENCE DU MAROC

LISBONNE- 20 avril 2015 TRANSITION ÉNERGÉTIQUE: EXPÉRIENCE DU MAROC LISBONNE- 20 avril 2015 TRANSITION ÉNERGÉTIQUE: EXPÉRIENCE DU MAROC Sommaire de la présentation MAROC EN CONSTANTE EVOLUTION DES RÉFORMES ET DES VISIONS STRATÉGIQUES TRANSITION ÉNERGÉTIQUE: ENJEUX ET DÉFIS

Plus en détail

Contrat d application 2014-2020 pour l amélioration de la compétitivité logistique IMPORT-EXPORT

Contrat d application 2014-2020 pour l amélioration de la compétitivité logistique IMPORT-EXPORT Contrat d application 2014-2020 pour l amélioration de la compétitivité logistique IMPORT-EXPORT CONTEXTE GÉNÉRAL L amélioration de la compétitivité logistique des flux import-export, en termes de développement

Plus en détail

la voie bilatérale reste la meilleure option

la voie bilatérale reste la meilleure option WWW.ELECTIONS.CH FICHE THEMATIQUE : SUISSE-UE la voie bilatérale reste la meilleure option L UE est un des principaux partenaires commerciaux de la Suisse. A l inverse, la Suisse est le deuxième partenaire

Plus en détail

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010 Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC 1. Présentation... 328 2. Méthodologie... 328 3. Définitions... 328 4. Sources de

Plus en détail

Rapport sur le travail dans le monde 2012

Rapport sur le travail dans le monde 2012 Rapport sur le travail dans le monde 2012 De meilleurs emplois pour une économie meilleure Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL INSTITUT INTERNATIONAL D ÉTUDES SOCIALES Comment sortir du piège

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 1 Macroéconomie : croissance à

Plus en détail

The views expressed are those of the author and do not necessarily reflect the views of the United Nations

The views expressed are those of the author and do not necessarily reflect the views of the United Nations UNCTAD Expert Meeting on Development Implications of International Investment Rule Making 28-29 JUNE 2007 Élaboration des règles régissant l investissement international équilibre entre intérêts publics

Plus en détail

15 Les Fonds Petroliers

15 Les Fonds Petroliers CHAPTER IV OIL POLICY IN THE GULF OF GUINEA 15 Les Fonds Petroliers By Albert Yama Nkounga I. Introduction 1. La vulnérabilité des économies des pays producteurs de pétrole aux fluctuations à la baisse

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

L implantation des banques marocaines en Afrique

L implantation des banques marocaines en Afrique L implantation des banques marocaines en Afrique L intégration de l économie marocaine à l économie mondiale est désormais une évidence qui fait l unanimité, le dynamisme de cette intégration a été rendu

Plus en détail

Comité monétaire et financier international

Comité monétaire et financier international Comité monétaire et financier international Vingt-neuvième réunion Le 12 avril 2014 Déclaration de M. Akagha-Mba, Ministre de l Économie et de la Prospective, Gabon Représentant les pays suivants : Bénin,

Plus en détail

NOTE D'INFORMATION SUR L'ÉMISSION OBLIGATAIRE DE $.US 1 MILLIARD SUR 10 ANS (JANVIER 2015)

NOTE D'INFORMATION SUR L'ÉMISSION OBLIGATAIRE DE $.US 1 MILLIARD SUR 10 ANS (JANVIER 2015) NOTE D'INFORMATION SUR L'ÉMISSION OBLIGATAIRE DE $.US 1 MILLIARD SUR 10 ANS (JANVIER 2015) En vue d éclairer l opinion publique tunisienne, initiée et non initiée, sur l opportunité de l émission obligataire

Plus en détail

MULTINATIONALITE NAISSANTE DE BMCE BANK

MULTINATIONALITE NAISSANTE DE BMCE BANK MULTINATIONALITE NAISSANTE DE BMCE BANK MediCapital Bank Acteur de Référence en Afrique Dans un contexte économique pourtant difficile, Medi- Capital Bank (MCB) a démontré sa capacité à générer du chiffre

Plus en détail

L AFD et LA MICROFINANCE

L AFD et LA MICROFINANCE AFD André Pouillès-Duplaix L AFD et LA MICROFINANCE Plus de vingt ans d expérience Encourager l extension géographique et la diversification des services de microfinance en République Démocratique du Congo

Plus en détail

L'économie libanaise et le système bancaire libanais: Faits et chiffres

L'économie libanaise et le système bancaire libanais: Faits et chiffres La croissance économique L'économie libanaise et le système bancaire libanais: Faits et chiffres 1- Le Liban a connu une croissance économique exceptionnelle et solide à partir de 2007 jusqu'en 2010, le

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Le FMI et son rôle en Afrique

Le FMI et son rôle en Afrique Le FMI et son rôle en Afrique M a r k P l a n t, V a l e r i a F i c h e r a, N o r b e r t F u n k e D a k a r, l e 3 n o v e m b r e 2 0 1 0 Sommaire Comment fonctionne le FMI? Comment l Afrique a-t-elle

Plus en détail

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Juin 2014 Page 1 898 SYNTHESE En 2013, le nombre des investisseurs étrangers en actions cotées à la Bourse de Casablanca a enregistré une hausse ; il est

Plus en détail

assurer les investissements garantir les opportunités

assurer les investissements garantir les opportunités assurer les investissements garantir les opportunités LA MISSION DE LA MIGA Promouvoir l investissement direct à l étranger dans les pays en développement pour contribuer à la croissance économique, faire

Plus en détail

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité - Justice Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles Communication de Madame la Secrétaire d Etat Fatimetou Mint

Plus en détail

WWW.INVEST.GOV.MA. Réformes et libéralisation des investissements Maroc. Souraya Ouali 26 juin 2007

WWW.INVEST.GOV.MA. Réformes et libéralisation des investissements Maroc. Souraya Ouali 26 juin 2007 Réformes et libéralisation des investissements Maroc Souraya Ouali 26 juin 2007 Direction des Investissements, email : info@invest-in-morocco.gov.ma 1 Réformes et libéralisation des investissements au

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Le Marché des Changes haïtien

Le Marché des Changes haïtien Le Marché des Changes haïtien Le taux de change Vers la fin des années 1980 la parité fixe de 5 gourdes pour 1 dollar américain qui prévalait depuis plus de 60 ans allait progressivement disparaître en

Plus en détail

Libre-échange euro-méditerranéen : premier bilan au Maroc et en Tunisie. Tél : 33 (1) 53 44 31 31 - Fax : 33 (1) 44 53 99 39 - Internet : www.afd.

Libre-échange euro-méditerranéen : premier bilan au Maroc et en Tunisie. Tél : 33 (1) 53 44 31 31 - Fax : 33 (1) 44 53 99 39 - Internet : www.afd. Libre-échange euro-méditerranéen : premier bilan au Maroc et en Tunisie AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT, 2005 5 rue Roland Barthes - 75598 Paris cedex 12 Tél : 33 (1) 53 44 31 31 - Fax : 33 (1) 44 53

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 PLAN Situation de la PME au Maroc : Définition, PME en chiffres Forces et faiblesses de la

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010 Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne FMI Département Afrique Mai 21 Introduction Avant la crise financière mondiale Vint la grande récession La riposte politique pendant le ralentissement

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

Les mesures en faveur de

Les mesures en faveur de Les mesures en faveur de l attractivité Invest in France La France est une destination de premier ordre pour les investissements directs étrangers. Elle accueille sur son sol plus de 0 000 entreprises

Plus en détail

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE La forte réduction de la dette extérieure durant la seconde moitié des années 2000, en contexte d envolée des importations des biens et services, a

Plus en détail

GECA GLOBAL CONSULTING suarl 76, Avenue Habib Bourghiba App. A1-1 2080 Ariana - TUNISIA MF: 1260762R/A/M/000

GECA GLOBAL CONSULTING suarl 76, Avenue Habib Bourghiba App. A1-1 2080 Ariana - TUNISIA MF: 1260762R/A/M/000 GECA GLOBAL CONSULTING suarl 76, Avenue Habib Bourghiba App. A1-1 2080 Ariana - TUNISIA MF: 1260762R/A/M/000 GECA Global Consulting est une société de consultation internationale, constituée à Tunis. Cette

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

Plenary Session 3 Regional Network Integration and Management: Harmonisation of Regulation at National and Regional Level

Plenary Session 3 Regional Network Integration and Management: Harmonisation of Regulation at National and Regional Level Plenary Session 3 Regional Network Integration and Management: Harmonisation of Regulation at National and Regional Level ALGERIA AND REGIONAL ENERGY INTEGRATION IN THE MEDITERRANEAN BASIN Dr Chakib Khelil,

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC Rabat, 19 octobre 21 M. Ahmed HAJOUB Adjoint au Directeur du Trésor et des Finances Extérieures chargé du pôle macroéconomie I- Consolidation budgétaire: expérience

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

Les accords entre le Maroc et l UE Effectué par : Adil EL ACHARI Lausane INDOULI Yassir BENBOUZID Plan: Introduction I. Historique II. Accord de libre échange entre Maroc et UE 1. Présentation 2. Opportunité

Plus en détail

DISCOURS D OUVERTURE DU PRÉSIDENT DU CONSEIL DES GOUVERNEURS

DISCOURS D OUVERTURE DU PRÉSIDENT DU CONSEIL DES GOUVERNEURS DISCOURS D OUVERTURE DU PRÉSIDENT DU CONSEIL DES GOUVERNEURS AM101f-Y 1 M. Harris Georgiades Président du Conseil des gouverneurs de la BERD Assemblée annuelle, Tbilissi 15-16 mai 2015 Discours d ouverture

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

BANK AL-ÂMAL INSTITUTION DEDIEE AU FINANCEMENT DES INVESTISSEMENTS DES MRE

BANK AL-ÂMAL INSTITUTION DEDIEE AU FINANCEMENT DES INVESTISSEMENTS DES MRE BANK AL-ÂMAL INSTITUTION DEDIEE AU FINANCEMENT DES INVESTISSEMENTS DES MRE Financement des projets de création d entreprises innovantes au Maroc par les expatriés marocains.-paris-23 mai 2006 Sommaire

Plus en détail

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre Perspectives des marchés des matières premières de l alimentation animale Analyse prospective des écarts de prix de l aliment porcin dans l UE, aux Etats-Unis et au Les variations des prix des matières

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Royaume du Maroc La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Table des Matières 1. Données sur la masse salariale...2 1.1. Importance de la masse salariale...2 1.2. Aggravation

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1123829L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1123829L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant à la convention entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Redressement et stabilisation du cadre. Reformes structurelles de l économie Reformes des finances publiques Bonne gouvernance

Redressement et stabilisation du cadre. Reformes structurelles de l économie Reformes des finances publiques Bonne gouvernance Avant - Économie congolaise caractérisée par un tissu industriel délabré - Infrastructures socio-économiques de base détruites - Inflation galopante - Monnaie chancelante Après - Ambitieux programme de

Plus en détail

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées COMMUNIQUE DE PRESSE 1 er septembre 2015 Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées Chiffre d affaires

Plus en détail

résumé un développement riche en emplois

résumé un développement riche en emplois ne pas publier avant 00:01 Gmt le mardi 27 mai 2014 résumé un développement riche en emplois Rapport sur le Travail dans le Monde 2014 Un développement riche en emplois Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE

Plus en détail