La réforme de l assurance prospection s articule autour de 5 axes principaux :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La réforme de l assurance prospection s articule autour de 5 axes principaux :"

Transcription

1 MESURE 1 REFORME DES PROCEDURES FINANCIERES PUBLIQUES DE LA COFACE La réforme concerne particulièrement deux procédures : l Assurance Prospection et l Assurance Crédit. L objectif est de simplifier et favoriser l utilisation de ces procédures par les PME et les entreprises innovantes. A- REFORME DE L ASSURANCE PROSPECTION La réforme de l assurance prospection s articule autour de 5 axes principaux : 1 Simplifier Des droits d ouverture de dossier (180 par dossier) sont demandés par la Coface à l entreprise. Ces droits sont supprimés. Le processus d instruction est allégé de manière significative ; le calcul de la part étrangère (part de composants étrangers), qui est très complexe, ne sera notamment plus requis pour les entreprises moyennes (chiffre d affaires annuel inférieur à 75M ). Il est mis en place un mécanisme simplifié de renouvellement de la garantie pour les entreprises qui ont bénéficié d un contrat d assurance prospection d un an et qui souhaitent poursuivre leur effort commercial. Il ne sera plus nécessaire d effectuer une nouvelle demande de garantie pour obtenir le prolongement du contrat. 2 Fidéliser les meilleurs utilisateurs Une entreprise qui a déjà bénéficié d un ou plusieurs contrats d assurance prospection et a remboursé au moins 80% des indemnités qui lui ont été versés par la Coface bénéficiera automatiquement, lors du dépôt d un nouveau dossier d assurance prospection, d une amélioration de sa quotité garantie qui passera de 65% à 80%. Cette mesure a pour objet d inciter les entreprises françaises qui engagent une action de prospection internationale à inscrire celle-ci dans la durée, ce qu elles ne font pas assez à l heure actuelle. 3 Encourager la prospection des entreprises innovantes La quotité garantie par la Coface sera portée de 65% à 80% afin de faire un effort accru sur les entreprises innovantes, à savoir les entreprises qui bénéficient du statut de Jeune entreprise Innovante ou qui ont bénéficié d'une aide d'oséo- Innovation dans les cinq dernières années. Bercy, le 7 février 2008

2 Depuis le 1er janvier 2001, les entreprises dont le chiffre d affaires n excède pas 1,5 M peuvent bénéficier d une avance sur indemnités. L avance sur indemnités sera systématiquement proposée à toutes les entreprises innovantes prises en garantie même si leur chiffre d affaires est supérieur à 1,5M. Le champ de la garantie sera étendu à des entreprises qui ne disposent pas encore de produits ou services commercialisables. Une expérience pilote sera mise en place avec le Génopôle d Evry (génomique) qui a exprimé les besoins de ses membres en matière de prospection à l international en phase de développement des produits. La Coface accompagnera les entreprises de façon très précoce, et pour compenser ce risque accru, bénéficiera en cas de succès d un intéressement sur les exportations réalisées. Le schéma de garantie et de partenariat élaboré dans le cadre de l assurance prospection avec le Génopôle d Evry pourra bien sûr être étendu à d autres pôles ou regroupements des entreprises innovantes. 4 Intensifier la commercialisation de la procédure par un travail en réseau La Coface complètera son action de commercialisation de l assurance prospection en travaillant en réseau avec OSEO et les CCI. En outre, une facilité de préfinancement des dépenses de prospection sera mise en place, à titre expérimental, avec les banques : les banques commercialiseront l assurance prospection au travers de leur réseau ; en contrepartie, elles seront assurées par la Coface pour leur permettre de financer les dépenses de prospection des entreprises. 5 Etendre l expérience APFE à de nouveaux pays L APFE (Assurance Prospection des Français de l Etranger) sera étendue à des pays développés d Asie et d Océanie (Japon, Hong-Kong, Singapour, Australie, Nouvelle Zélande) présentant à la fois de bonnes opportunités commerciales, un bon climat des affaires et une communauté française motivée. Ce produit restera un complément à l assurance prospection normale, avec l avantage de tirer profit de l expérience des entrepreneurs déjà présents dans les pays concernés. B- REFORME DE L ASSURANCE CREDIT La réforme de l assurance crédit s articule autour de 4 objectifs principaux : 1 Mieux soutenir les secteurs de haute valeur ajoutée C est le cas par exemple des secteurs de l économie de l immatériel, pour lesquels une garantie est créée afin de protéger le paiement des droits d usage (marque, brevet, etc.) à l international. Cette garantie permettra de couvrir le risque de défaut d une contractant étranger dans le cadre d un contrat de droit d usage. Le secteur aéronautique sera soutenu grâce à une garantie spécifique de préfinancement. Cette garantie est une adaptation de la garantie des préfinancements aux besoins spécifiques du secteur aéronautique : les sous traitants français n exportent pas directement mais participent à un programme d exportation d aéronefs.

3 Enfin, la modernisation de la garantie des services, pour l amener au niveau de la garantie des biens, permettra de mieux couvrir ces contrats de haute valeur ajoutée. 2 Améliorer la compétitivité des offres françaises Ensuite, la compétitivité des grands groupes français doit être défendue. Cela implique d assouplir les règles de parts étrangères, alors que la mondialisation a profondément modifié les conditions de réalisation des contrats internationaux. Un nouvel outil de financement, la couverture de prêts en devises locales, sera également à la disposition des exportateurs afin de mieux répondre aux demandes des acheteurs étrangers. 3 Simplifier les procédures Tout comme en assurance prospection, les droits d ouverture de dossier sont supprimés. Les règles de part étrangères sont fortement simplifiées : - pour les entreprises de moins de 75M de chiffre d affaires, aucune condition n est imposée, ces entreprises s approvisionnant principalement en France ; - pour les autres entreprises, un seuil unique de part étrangère de 50% de la part rapatriable est fixé ; les contrats dépassant ce seuil ou de plus de 500M seront sujets à une instruction spécifique de l administration. 4 Appuyer la présence française à l étranger et défendre nos intérêts stratégiques Enfin, les intérêts français, dans un sens plus large, font l objet de la rénovation de la garantie des investissement (conquête de part de marché) et d une garantie déliée (sans exportation) pour couvrir des projets stratégiques tels que ceux assurant l approvisionnement de la France en énergie. Cette dernière garantie devra faire l objet d une modification législative, et s inscrira dans le cadre des règles de l arrangement à l OCDE.

4 MESURE 2 UBIFRANCE : UNE AGENCE INTERNATIONALE DEDIEE A L ACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRISES I/ Etat des lieux UBIFRANCE, Agence française pour le développement international des entreprises a été créée en 2003 pour devenir le guichet national du dispositif public d appui aux entreprises et notamment aux PME en proposant des prestations d informations sur les marchés extérieurs et d accompagnement individuel. La convention d objectifs et de moyens triennale signée en 2006 a confié à UBIFRANCE le pilotage de l activité commerciale du réseau des Missions économiques à l étranger et des Directions Régionales du Commerce Extérieur. Elle lui assignait aussi des missions et objectifs ambitieux en matière d entreprises clientes, de recettes commerciales de développement du nombre des volontaires internationaux en entreprises et d accompagnement des entreprises et notamment des PME sur les salons étrangers. Les résultats obtenus fin 2007 sont excellents dans la mesure où la notoriété de l agence s est accrue et où tous les objectifs fixés pour 2008 ont d ores et déjà été atteints. II/ Décisions 1- Renforcer le dispositif d appui au commerce extérieur en confiant à UBIFRANCE la gestion directe du réseau international d appui aux entreprises Afin d en améliorer la lisibilité, le dispositif d appui au commerce extérieur sera renforcé à l étranger et en France autour de l agence UBIFRANCE, qui deviendra le «navire amiral» du dispositif. A l étranger, afin d en faire une grande agence internationale, l Agence se dotera de son propre réseau en exerçant la tutelle et la gestion directe du personnel commercial de Missions économiques. Bercy, le 7 février 2008

5 2- Multiplier le nombre d entreprise pérennes à l international en s appuyant notamment sur des partenaires de proximité En France, UBIFRANCE s appuiera dès 2008 sur le réseau consulaire dans le cadre d un partenariat ambitieux décliné par région, qui confiera aux Chambres de Commerce et d Industrie, la détection et l accompagnement individuel ou collectif du développement international des entreprises. Cette complémentarité des deux réseaux, les Chambres de Commerce et d Industrie pour l ancrage territorial et la connaissance du tissu économiques en région d un coté, et UBIFRANCE pour la fourniture de produits et prestations d information, de prospection et d appui à l implantation sur les marchés étrangers, participera à l objectif assigné au réseau public : entreprises accompagnées à l export par le dispositif public d ici 2011, soit un doublement du nombre d entreprises.

6 MESURE 3 LE VOLONTARIAT INTERNATIONAL EN ENTREPRISE I/ Etat des lieux Le volontariat international en entreprise représente un enjeu déterminant pour notre pays. C est un formidable moyen d internationalisation de nos entreprises et de renforcement de la communauté économique française dans le monde. Il permet en outre de familiariser nos futurs cadres avec l environnement international et crée de nombreux emplois, puisque 75% des VIE reçoivent une proposition d embauche à l issue de leur mission. Fin 2007, VIE étaient en poste à l étranger pour le compte de entreprises dont 36% de PME, soit une hausse de 21% du nombre de VIE en poste au cours des 12 derniers mois. II/ Décisions : Des initiatives nouvelles pour atteindre l objectif de VIE d ici 2009 L objectif est de doubler le nombre de VIE pour le porter à VIE en poste à l étranger d ici fin Ouverture de la procédure aux entrepreneurs français implantés à l étranger et ayant un partenaire en France Les chefs d entreprise français établis hors de France et ayant créé leur société localement, peuvent accueillir des VIE quand elles ont un partenariat avec une société de droit français. Pour des raisons liées au statut des VIE et à sa perception par les autorités locales, ainsi qu à la sécurité des jeunes, la société recrutant le VIE sera le partenaire français mais toute société locale dirigée par un français pourra ainsi bénéficier de la formule. 2- Validation de l expérience VIE dans le cadre d un diplôme européen L expérience VIE déjà reconnue par les entreprises et les jeunes est maintenant validée dans le cadre d un diplôme européen. UBIFRANCE s est inscrit comme organisme de formation dans le cadre du dispositif européen EUROPASS. L agence Bercy, le 7 février 2008

7 délivrera à chaque VIE, à ce titre, un certificat reconnu dans l ensemble des pays européen. 3- Appel à des partenaires extérieurs pour prospecter davantage d entreprises et de jeunes Leur objectif est de recruter davantage d entreprises et de leur proposer des candidats correspondants à leurs besoins notamment dans des secteurs très spécialisés. 4- Simplification de la procédure et création d un «VIE/PME clef en main» Cette simplification passe par la dématérialisation des demandes de VIE et la mise en place d un extranet client. L agrément des entreprises n aura plus à être renouvelé. Les délais de traitement des dossiers seront réduits à un mois (hors délai d obtention de visa). Une cellule spécifique gère la formule «VIE/PME clés en main», dont l objectif est de simplifier la procédure et en réduire le coût. De manière personnalisée, elle identifie les aides et subventions disponibles et en facilite l accès aux PME, la structure d accueil adéquate à l étranger, et le bon profil de candidat adapté aux besoins de l entreprise. Enfin, elle l accompagne dans les démarches administratives en France et à l étranger. 5- Nouveaux accords de financement du VIE signés avec des collectivités locales En 2008, 14 régions soutiendront le volontariat international en entreprise en finançant tout ou partie des coûts liées au recrutement d un jeune. C est 6 de plus qu en 2006 et les efforts de conviction seront poursuivis vis à vis des autres conseils régionaux. 6- Reconnaissance du VIE dans 7 nouveaux pays L acceptation du statut des VIE par les autorités des pays d affectation soulève des difficultés parfois considérables. En 2007, les démarches menées par UBIFRANCE, les Missions Economiques et la DGTPE ont permis de lever les blocages constatés dans 7 pays majeurs représentant plus du quart des VIE en poste.

8 MESURE 4 ENGAGEMENT DES GRANDS GROUPES POUR LE SOUTIEN DES PME Les grands groupes peuvent participer activement à la mobilisation générale pour l exportation des PME en leur ouvrant leurs réseaux et en leur apportant leur connaissance des marchés et leur expertise internationale. Les grandes entreprises seront mobilisées afin d apporter une aide au développement des PME sur les marchés étrangers. Ce soutien peut prendre plusieurs formes : Conseils sur les marchés Mise en relation Partenariats d entreprises Assistance juridique et commerciale Appui à la prospection Salon VIE Sous-traitance Des engagements sur des objectifs de portage de PME seront pris et un suivi trimestriel permettra d évaluer la mise en œuvre des actions. Bercy, le 7 février 2008

9 MESURE 5 NOUVELLE LISTE DE PAYS CIBLES La politique d appui aux exportations des PME s appuyait jusqu à aujourd hui sur une liste de pays cibles, qui avait été définie en Au moment où l ensemble de ce dispositif d appui est revu et modernisé, il semble opportun d adapter la liste des pays cibles, en particulier pour tenir compte des réformes lancées sur notre dispositif d appui à l exportation ainsi que des évolutions économiques et commerciales intervenues depuis La nouvelle liste des pays permettra d orienter les efforts du réseau public d appui aux entreprises à la fois vers les marchés proches de la France (zone Europe et Méditerranée), qui constituent une zone déterminante pour aider les PME à amorcer et consolider leur internationalisation, et vers un certain nombre de marchés plus éloignés, à fort potentiel et relativement négligés par les entreprises françaises, notamment par rapport à leurs concurrentes des autres grands pays européens. 1 La zone Europe - Méditerranée 1 Le dispositif en place pour aider une PME à exporter vers l Italie ne peut pas être équivalent à celui prévu pour exporter vers la Malaisie : pour une entreprise, les «coûts» (financiers ou non) engendrés pour prospecter le marché et entreprendre les démarches en vue d exporter ne sont pas comparables dans l un ou l autre de ces pays. Au-delà du coût, l appartenance ou non à l Union européenne est pour nos PME un élément crucial pour l accès aux marchés tiers. Facteurs linguistiques et culturels mis à part (mais importants), cet accès est facilité dans l UE par l absence de barrières commerciales (il s agit du «Marché intérieur»), de risque politique, de risque de change et par un environnement des affaires relativement proche. A cette zone Europe, on peut adjoindre les pays du pourtour méditerranéen, en particulier les pays du Maghreb, culturellement proches et où nos PME sont bien implantées. Ces marchés de proximité sont de fait le marché de prédilection de nos PME, notamment lorsqu elles sont petites, qu elles n exportent que vers un ou deux pays ou bien qu elles exportent pour la première fois. Cette zone constitue pour une PME la première étape de son internationalisation. Il est donc important de l accompagner à ce stade de son développement. De plus, si cette zone comprend essentiellement des pays d Europe de l Ouest, dont le potentiel de croissance demeure modéré par rapport à d autres zones économiques, elle comprend aussi 1 UE27 (sauf France) + Suisse/Norvège/Croatie + Turquie ; Afrique du Nord (Maroc, Algérie, Tunisie, Libye, Egypte) ; Israël et Liban Bercy, le 7 février 2008

10 les Nouveaux Etats membres de l Union européenne ainsi qu un certain nombre de pays du pourtour méditerranéen (Maghreb, Egypte, Turquie), qui sont particulièrement dynamiques. Sur ces marchés, l action des pouvoirs publics doit surtout viser à accompagner au mieux les entreprises dans leurs démarches. La professionnalisation du réseau international et l amélioration du soutien offert par Ubifrance et les Missions économiques que doit permettre la poursuite de la réforme du réseau d appui, en seraient les leviers. 2 Le «Grand Large» La seconde zone à privilégier pour notre dispositif d appui porte sur un certain nombre de régions du monde plus lointaines : nous avons identifié 20 pays sur lesquels nous pourrions concentrer nos efforts. Sur ces zones, les coûts d internationalisation pour les entreprises sont plus élevés. Pour identifier ces pays, de nombreux critères ont été utilisés. Les pays que nous avons retenus sont ceux qui satisfont au maximum de critères ou aux critères les plus importants. Ces critères peuvent être classés en trois catégories : ceux qui portent sur la taille des marchés cibles, ceux qui portent sur le potentiel de développement de ces marchés et ceux qui portent sur la position commerciale relative de la France par rapport à ses principaux concurrents européens sur ces marchés, cette position relative étant appréciée à la fois en termes de niveaux (écarts de part de marché) et en termes de dynamique (évolution des parts de marché). Hormis le Japon, sept des pays retenus appartiennent à l Asie émergente : la Chine (y compris Hong Kong et Taïwan), l Inde, la Malaisie, la Corée, la Thaïlande, l Indonésie et le Vietnam. Les deux grands pays d Amérique latine que sont le Mexique et le Brésil se retrouvent dans cette liste, de même que le Chili. En dehors de ces zones, la Russie ainsi que l Ukraine ont été retenues, de même que, en Amérique du Nord, les Etats-Unis et le Canada et, en Afrique, l Afrique du Sud. Enfin, quatre pays du Golfe font leur entrée dans la liste des pays prioritaires : l Arabie saoudite, les Emirats Arabes Unis, le Qatar et le Koweït. Asie (8 pays) Amériques (5) Autres zones (7) Japon Chine (y compris Hong Kong et Taïwan) Inde Malaisie Corée Thaïlande Indonésie Vietnam Etats-Unis Canada Mexique Brésil Chili Russie Ukraine Afrique du Sud Arabie saoudite Emirats Arabes Unis Qatar Koweït

11 MESURE 6 RENFORCEMENT DES PLANS D ACTION SECTORIELS Mis en place en 2005, les plans d action sectoriels (PAS) ont un objectif majeur : organiser et coordonner l approche collective d un secteur vers des marchés prioritaires au regard de la demande mondiale et de l offre française. I/ Etat des lieux : les PAS répondent aux besoins des entreprises Les PAS ont permis de réunir les acteurs d une profession autour de la problématique commune du développement international des entreprises du secteur. Ils ont une durée de trois ans. L élaboration de ces PAS est confiée aux organisations professionnelles représentatives. Une fois adoptées, les actions mises en œuvre peuvent recevoir un soutien financier majoré via la procédure de labellisation gérée par UBIFRANCE. A ce jour, 11 PAS ont été mis en place : Aéronautique, Equipements de la maison, Santé, Chimie, Equipements de la personne, Eco industries, Equipements de loisirs, Agroalimentaire, TIC, Métiers du droit, et enfin, Foires, salons et congrès. Les PAS ont permis d augmenter les actions collectives communes labellisées par UBIFRANCE. Depuis le lancement de la procédure de labellisation, 240 opérations collectives ont été réalisées dans le cadre des PAS réunissant plus de entreprises françaises (soit 31% des opérations totales et des entreprises participantes). Les résultats des PAS sont très encourageants et les plans doivent être dynamiser pour atteindre leur pleine efficacité. II/ Décisions : de nouvelles orientations pour renforcer l efficacité des PAS Renforcer le suivi des actions prévues dans les PAS existants Afin de favoriser le pilotage et l animation des actions prévues dans les plans élaborés par les fédérations professionnelles concernées, plusieurs nouvelles mesures seront prises : Soutenir le pilotage des PAS par des coordonnateurs chargés d animer les actions et les membres du PAS. Ce coordonnateur pourrait être un VIE, son statut lui permettant de passer 165 jours en France. Bercy, le 7 février 2008

12 Articuler les PAS aux pôles de compétitivité existants, en particulier les pôles mondiaux ou à vocation mondiale. Cette plus grande coordination entre actions internationales prévues dans les PAS et celles programmées par les pôles est gage de plus grande cohérence des programmes d action. Susciter de nouveaux PAS afin de soutenir l internationalisation de secteurs porteurs Initialement, les PAS visaient les segments de marché répondant à trois grands critères : s adresser à un large tissu de PME, concerner un secteur stratégique en croissance au niveau mondial et intéresser des secteurs de production structurés disposant de points forts face à la concurrence. Au regard de ces critères et de la cartographie des 71 pôles de compétitivité, de nouveaux PAS seront lancés par les organisations professionnelles et les pôles de compétitivité, en coopération avec UBIFRANCE, l Agence Française pour les Investissements Internationaux (AFII), la Direction Générale du Trésor et de la Politique Economique (DGTPE) et la Direction Générale des Entreprises (DGE). Plusieurs secteurs sont envisagés, en particulier l ingénierie, le transport ferroviaire, l automobile, l énergie, l architecture

13 MESURE 7 RENFORCEMENT DES SOUTIENS POUR LES SALONS ET MISSIONS D ENTREPRISES Etat des lieux L implication de l Etat dans le soutien à l exportation et en particulier sur les salons est une constante en Europe, même si les situations sont hétérogènes en termes de périmètres et de moyens mis en œuvre. En 2007, entreprises françaises ont bénéficié du dispositif public pour exposer sur des salon internationaux : sur des pavillons organisés par Ubifrance et sur des stands collectifs de tiers ayant eu recours à la procédure de labellisation (1 ère annexe). A ces manifestations sur salons, se rajoutent en 2007, les 440 opérations collectives initiés et pilotées par les Missions économiques (6 600 entreprises accompagnées) ainsi que les actions du Soutien Individualisée à la Démarche Export (SIDEX), soutiens spécifiquement dédiés aux PME et TPE françaises (2 ème annexe). Objectif Doubler d ici 2011, le nombre d entreprises accompagnées à l export par le dispositif public, soit entreprises, dont la moitié sur des salons à l étranger. Cet objectif sera porté par le programme d actions du réseau «Ubifrance et les Missions économiques», par les opérations labellisées des partenaires de l exportation, ainsi que par les actions individuelles financées via la procédure SIDEX. Bercy, le 7 février 2008

14 1ERE ANNEXE A- LABELLISATION DES OPERATIONS COLLECTIVES Lancée en 2003, la labellisation exerce un effet de levier supplémentaire et très significatif sur les actions de développement international des entreprises françaises. Etat des lieux : la labellisation a permis de développer significativement les actions collectives tierces tout en maintenant une cohérence avec les priorités nationales Depuis 2003, près de 800 opérations ont été labellisées, au profit d environ participations d entreprises et la procédure est en progression constante. Elle fédère l adhésion des partenaires de l exportation (organisations professionnelles, opérateurs privés, Chambres de Commerce et d Industrie ) aux priorités gouvernementales en focalisant leur effort sur les pays prioritaires. Ces pays attirent ainsi la majorité des opérations (75 % des opérations et 86 % des entreprises bénéficiaires). Enfin, la labellisation s inscrit dans une logique de cohérence sectorielle via les plans d action sectoriels et les pôles de compétitivité, intégrés à la procédure. Décisions : augmentation des subventions en fonction des nouvelles priorités géographiques et simplification de la procédure L objectif est de conforter les entreprises françaises et les partenaires de l export dans cette approche collective des marchés étrangers, plus particulièrement en direction des marchés proches et des marchés les plus dynamiques. Pérennisée, la procédure de labellisation sera également aménagée avec 2 orientations majeures : renforcement des soutiens financiers sur les nouveaux pays prioritaires (zone «Europe Méditerranée» et «Grand Large») ; simplification du dispositif pour une meilleure visibilité de la procédure (regroupement des différentes catégories d actions : salon, mission, etc).

15 Dispositions pratiques de la labellisation Les tableaux ci-après résument l effort de simplification et de renforcement des subventions prévus. Dispositions actuelles Montant maximum de l'aide accordée à chacune des entreprises participantes, en fonction de la nature de l'opération, du pays, du secteur, de la nature de l'opérateur Projet intégré dans un plan d action Sectoriel (PAS) et/ou dont l opérateur est agréé par un pôle de compétitivité Pavillon collectif sur un salon à l étranger Autre type d action Pavillon collectif sur un salon à l étranger Autre projet Autre type d action Pays Pilote Pays Prioritaire Autre Pays Nouvelles dispositions Montant maximum de l'aide accordée à chacune des entreprises participantes, en fonction du pays, du secteur, de la nature de l'opérateur Action collective à l étranger (salon, mission, etc), intégrée dans un PAS et/ou dont l opérateur est agréé par un pôle de compétitivité Autre action collective à l étranger (salon, mission, etc), non intégrée dans un PAS et non soutenue par un pôle de compétitivité Pays «Grand Large» Marchés de proximité «Europe Méditerranée» Autre Pays

16 2EME ANNEXE B- SOUTIEN INDIVIDUALISE A LA DEMARCHE EXPORT (SIDEX) I/ Etat des lieux : Ie SIDEX répond aux attentes des PME Le Soutien individualisé à la démarche export (SIDEX), géré par Ubifrance est une aide spécifiquement dédiée aux PME et TPE françaises. Le SIDEX leur permet de finaliser un projet de développement international, en prenant en charge certaines dépenses liées au déplacement à concurrence d un plafond de versement fixé à par demande. Un maximum de trois demandes est accepté par entreprise et par an. Depuis 2005, on note une augmentation régulière du recours à la procédure, reconnue pour sa simplicité et sa souplesse : 26 dossiers par mois en 2005, 33 soutiens en La procédure est bien adaptée aux PME et TPE (80 % des entreprises bénéficiaires ont un chiffre d affaires inférieur à 5 M ). Les pays cibles représentent 67 % des dossiers. II/ Décision : un renforcement du SIDEX Au vu des résultats, cet outil, opérationnel et efficace est renforcé et tant sa base que sa surface sont considérablement élargies : Le nombre annuel d opérations double, passant de 3 à 6 opérations. Son champ d utilisation s élargit, incluant les actions de prospection ; des participations individuelles à des foires et salons à l étranger - hors opérations collectives subventionnées des missions individuelles de prospection Le plafond maximum de prise en charge, de 7 500, est augmenté sur les pays cibles : à pour les pays prioritaires lointains, dits «Grand Large». De plus, la période prise en charge (3 jours) est portée à 6 jours ; à pour des pays de proximité, pays dits «Europe - Méditerranée», la période prise en charge (3 jours) est portée à 4 jours. à sur les autres pays.

17 MESURE 8 LA DEMATERIALISATION DES PROCEDURES DU COMMERCE EXTERIEUR I/ Etat des lieux Plusieurs pays asiatiques (souvent sous l autorité de l Etat) ont mis en œuvre, avec succès, des services de dématérialisation des procédures d exportation. En France deux projets fondés sur l initiative privée (même s ils ont reçu un soutien de l Etat) sont en cours, témoignant de l intérêt économique de cette approche, à la fois pour les entreprises exportatrices et pour l opérateur du service de dématérialisation. Le gain provenant d une dématérialisation de ces procédures même partielle est important pour les entreprises exportatrices : ainsi, avec le lancement de sa plateforme de dématérialisation nationale Dagang.Net, la Malaisie a permis à ses entreprises de réaliser, pour un traitement administratif d une expédition, un gain de productivité de 97% sur le temps passé. Ces chiffres sont corroborés par ceux des plateformes Tradelink (Hong-Kong) ou TradeVan (Taïwan). Au niveau français, la douane française a complété son offre de services dématérialisés avec le lancement, le 28 juin 2007, du programme DELTA qui permet désormais d effectuer les déclarations en douane via internet. En complément de ce projet public, M. Hervé Novelli, Secrétaire d Etat chargé des Entreprises et du Commerce Extérieur a souhaité, dès sa prise de fonction, donner une nouvelle impulsion et fixé un objectif très ambitieux de lancement des services dématérialisés des procédures du commerce extérieur d'ici à fin II/ Décisions : L intervention de l État se focalise sur 3 axes Des projets de plates-formes ont été développés par des opérateurs privés mais leur mise en œuvre nécessite une intervention forte de l Etat qui se focalisera à court terme sur 3 grands axes : 1. La création d un comité de pilotage interministériel Afin de fluidifier la réflexion stratégique et la coordination entre les acteurs publics et privés, un comité de pilotage interministériel pour la dématérialisation Bercy, le 7 février 2008

18 du commerce extérieur sera mis en place. Il associeraa les principaux départements ministériels concernés, les organismes consulaires et agences publiques, qui jouent un rôle clé dans ce processus de dématérialisation (en particulier ceux chargés de l émission ou la vérification de documents légaux à l export). 2. L attribution d un label aux opérateurs de plates-formes de dématérialisation A l image de ce qui a été fait pour certains services de confiance qui sont assurés par des acteurs privés, mais pour lesquels l État garantit aux utilisateurs la sécurité et la qualité du service, un label sera attribué aux opérateurs de dématérialisation respectant un cahier des charges technique et organisationnel précis. La rédaction de ce cahier des charges (et la définition des procédures de contrôle) aboutissant à la délivrance du label sera effectuée au sein du comite de pilotage précité. 3. La mise en place de partenariats bilatéraux avec des plates-formes étrangères En l absence d accord multilatéral sur la dématérialisation dans un avenir proche, des accords de reconnaissance bilatéraux seront lancés par l Etat. Ces partenariats bilatéraux permettront un gain précieux pour l interconnexion des plates-formes labellisées françaises et leurs homologues étrangères. Les principaux pays cibles avec lesquels il convient d établir un partenariat sur la base de critères stratégiques et économiques seront identifiés.

«Les financements exports» ou comment en bénéficier, comment s y retrouver?

«Les financements exports» ou comment en bénéficier, comment s y retrouver? «Les financements exports» ou comment en bénéficier, comment s y retrouver? Mme BLEYER et M. LEMESRE (Banque Populaire) M. BREHIER (Oséo) M. BRUN (Coface) M. HAM (DIRRECTE) Sommaire 1. Je m informe Grâce

Plus en détail

Vos partenaires sur les marchés étrangers

Vos partenaires sur les marchés étrangers Secrétaire d Etat chargé du Commerce extérieur Direction générale du Trésor et de la Politique économique ACFCI UBIFRANCE Missions Economiques UCCIFE partenaires OSEO COFACE CNCCEF partenaires ENTREPRISES

Plus en détail

Le PARI de l International Du projet à la mise en place d une démarche optimisée

Le PARI de l International Du projet à la mise en place d une démarche optimisée Le PARI de l International Du projet à la mise en place d une démarche optimisée Atelier ATLANPOLE 9 avril 2013 Florence CROSSAY Conseiller International - Responsable de Pôle Conseil CCI International

Plus en détail

Au service de votre entreprise à l international

Au service de votre entreprise à l international Un réseau mondial au service des entreprises 1.500 personnes dans 156 Missions économiques réparties dans 113 pays des experts sectoriels et géographiques en France et à l étranger une agence nationale

Plus en détail

SOMMAIRE. 2-1. Déduction de l impôt sur le revenu à partir de 120 jours à l étranger

SOMMAIRE. 2-1. Déduction de l impôt sur le revenu à partir de 120 jours à l étranger SOMMAIRE Cap Export : Pour Mieux Exporter 1. Favoriser l emploi des jeunes à l export Un crédit d impôt export étendu 2. Partir gagner des marchés à l étranger 2-1. Déduction de l impôt sur le revenu à

Plus en détail

Le Volontariat International en Entreprise: Simplifiez-vous les Ressources Humaines en Chine

Le Volontariat International en Entreprise: Simplifiez-vous les Ressources Humaines en Chine Le Volontariat International en Entreprise: Simplifiez-vous les Ressources Humaines en Chine Contacts: Matthieu.garcia@ubifrance.fr Bertrand.jimenez@ubifrance.fr QU EST-CE QUE LE V.I.E? UNE FORMULE FLEXIBLE

Plus en détail

Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr

Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr OSEO et le soutien de l innovation Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr Notre mission Soutenir l innovation et la croissance des entreprises Par nos trois métiers

Plus en détail

Lancement de bpifrance export

Lancement de bpifrance export PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Communiqué de presse www.economie.gouv.fr NICOLE BRICQ MINISTRE DU COMMERCE EXTERIEUR Communiqué de presse www.commerce-exterieur.gouv.fr Soutenir

Plus en détail

Salon de la création d entreprises

Salon de la création d entreprises Salon de la création d entreprises Tunis 17 octobre 2008 «Comment mettre l innovation au cœur de l entreprise» soutient l innovation et la croissance des PME oseo.fr 2 OSEO Soutient l innovation et la

Plus en détail

Financer et accompagner les entreprises

Financer et accompagner les entreprises Financer et accompagner les entreprises EN HAUTE-NORMANDIE Créer EN HAUTE-NORMANDIE Innover Fiches pratiques Développer Transmettre Outils communs Édito des Présidents La Région Haute-Normandie et OSEO,

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

Principales aides financières au Développement Export

Principales aides financières au Développement Export Principales aides financières au Développement Export Retrouver en page 5 " L appui régional aux Projets Stratégiques d Entreprises" > Régionales Programme ASTREE / Aide Stratégique Régionale à l Entreprise

Plus en détail

Réforme du dispositif d aide à l internationalisation des entreprises

Réforme du dispositif d aide à l internationalisation des entreprises Réforme du dispositif d aide à l internationalisation des entreprises D O S S I E R D E P R E S S E O c t o b r e 2 0 0 8 Information journalistes : Dominique Picard, Responsable Relations presse, UBIFRANCE

Plus en détail

Exporter où et comment? : Vous accompagner à l international jeudi 24 septembre 2015 Les activités de Business France Export : Le développement international des entreprises Invest : La prospection et

Plus en détail

SOMMAIRE. 2-1. Déduction de l impôt sur le revenu à partir de 120 jours à l étranger

SOMMAIRE. 2-1. Déduction de l impôt sur le revenu à partir de 120 jours à l étranger SOMMAIRE Cap Export : Pour Mieux Exporter 1. Favoriser l emploi des jeunes à l export Un crédit d impôt export étendu 2. Partir gagner des marchés à l étranger 2-1. Déduction de l impôt sur le revenu à

Plus en détail

votre développement à l international :

votre développement à l international : 15h30 à 16h30 Financer votre développement à l international : des outils à votre dispositioniti Salle N 4-5 Financer votre développement à l international Financer votre développement à l international

Plus en détail

1. Garanties accordées sur les interventions en matière d innovation et d investissement

1. Garanties accordées sur les interventions en matière d innovation et d investissement Fiche N : 504 Version : 20/06/2014 Les interventions de Bpifrance en garantie des financements bancaires Mots clés : Bpifrance, financements, investissements, international, garantie Objet : présenter

Plus en détail

Dîner Maroc Entrepreneurs

Dîner Maroc Entrepreneurs Entrepreneurs Conseil Dîner Maroc Entrepreneurs Enjeux et tendances des investissements directs étrangers au Maroc 19 avril 2004 1 Sommaire 1. Synthèse des enjeux et des tendances 2. Chiffres clefs Importations

Plus en détail

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Direction de l Economie Service des Projets d Entreprises Conseil régional Juin 2013 MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Le développement à l'international

Plus en détail

Exportations de programmes audiovisuels français

Exportations de programmes audiovisuels français Exportations de programmes audiovisuels français Quels appuis? Paris - 15 juin 2006 Le SIDEX LE SIDEX Soutien Individualisé à la Démarche EXport pour les PME/TPE Le SIDEX 1. Définition Le SIDEX, une aide

Plus en détail

APPEL A PROJETS INTERNATIONALISATION ET CONQUETE DE NOUVEAUX MARCHES

APPEL A PROJETS INTERNATIONALISATION ET CONQUETE DE NOUVEAUX MARCHES APPEL A PROJETS INTERNATIONALISATION ET CONQUETE DE NOUVEAUX MARCHES I. CONTEXTE Le Schéma Régional de développement Economique, d Innovation et d Internationalisation (SRDEII) adopté par la Région fin

Plus en détail

SOCIETE MAROCAINE D ASSURANCE A L EXPORTATION

SOCIETE MAROCAINE D ASSURANCE A L EXPORTATION SOCIETE MAROCAINE D ASSURANCE A L EXPORTATION LA SMAEX, INSTRUMENT DE SÉCURISATION DES EXPORTATIONS Nezha LAHRICHI Présidente Directrice Générale 02 Novembre 2009 1 A propos de la SMAEX: Exporter c est

Plus en détail

L innovation chez OSEO en 2010 L. REINHART Séminaire Aristote «La Recherche en quête d Innovation» Jeudi 18 Novembre 2010

L innovation chez OSEO en 2010 L. REINHART Séminaire Aristote «La Recherche en quête d Innovation» Jeudi 18 Novembre 2010 L innovation chez OSEO en 2010 L. REINHART Séminaire Aristote «La Recherche en quête d Innovation» Jeudi 18 Novembre 2010 Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr

Plus en détail

Coface et les soutiens publics à l Exportation

Coface et les soutiens publics à l Exportation Coface et les soutiens publics à l Exportation Béatrice Langella 15 Février 2013 Vos besoins, notre offre 1. L Assurance Prospection 2. L Assurance- Crédit ( >2 ans) 3. Les Assurances Risque Exportateur

Plus en détail

Les outils de financement des entreprises. Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr

Les outils de financement des entreprises. Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr Les outils de financement des entreprises Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr Réseau OSEO 37 implantations 1 000 collaborateurs 28 directions régionales 6 directions

Plus en détail

Via Prim Export. Nom Objectif

Via Prim Export. Nom Objectif Via Prim Export La Région des Pays de la Loire apporte un soutien financier aux entreprises dans le cadre de leur participation à un salon ou une mission de prospection commerciale à l étranger Nom Objectif

Plus en détail

EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER...

EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER... EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER... SIMPLIFIER ET ACCÉLÉRER LA RÉALISATION DE VOS PROJETS WWW.BUSINESSFRANCE.FR CHIFFRES-CLÉS 1 500 collaborateurs expérimentés à votre écoute et prêts à se mobiliser

Plus en détail

Présentation Bpifrance Caroline GEORGES 28 novembre 2013

Présentation Bpifrance Caroline GEORGES 28 novembre 2013 Présentation Bpifrance Caroline GEORGES 28 novembre 2013 01. Qui sommes-nous? 02. Nos métiers 03.La gamme d interventions 04. Les nouveaux dispositifs 2 01.Qui sommes-nous? Bpifrance, partenaire de confiance

Plus en détail

L évolution du commerce international et ses conséquences pour le Canada

L évolution du commerce international et ses conséquences pour le Canada L évolution du commerce international et ses conséquences pour le Canada Congrès annuel de l Association des économistes québécois Glen Hodgson Premier vice-président et économiste en chef Conference Board

Plus en détail

Les opportunités de collaborations et de business à l international avec le pôle Eurobiomed

Les opportunités de collaborations et de business à l international avec le pôle Eurobiomed Les opportunités de collaborations et de business à l international avec le pôle Eurobiomed Eurobiomed: qui sommes-nous? Les Missions La Valeur Ajoutée - Développer et fédérer un réseau d acteurs dans

Plus en détail

Coface et les soutiens publics à l Exportation

Coface et les soutiens publics à l Exportation Coface et les soutiens publics à l Exportation LES OPPORTUNITES D AFFAIRES AUX EMIRATS ARABES UNIS Financer sa démarche de prospection, Son projet export. 16 décembre 2014 / Saint Denis de La Réunion Les

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec

Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec Consultation du Groupe conseil sur l actualisation de la Stratégie québécoise de la recherche et de l innovation 8 septembre 2009 Préambule

Plus en détail

AFPC Positionnement à l'europe

AFPC Positionnement à l'europe Positionnement à l'europe Des clusters innovants au service de la croissance, de l emploi et de l innovation en Europe À travers leurs activités et services, les clusters innovants accompagnent les acteurs

Plus en détail

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 PLAN Situation de la PME au Maroc : Définition, PME en chiffres Forces et faiblesses de la

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES GUIDE PRATIQUE POUR LES ENTREPRISES Programme compétitivité régionale et emploi 2007-2013 INNOVATION www.europe-en-aquitaine.eu 1 2 3 L Aquitaine avance, l Europe

Plus en détail

LES ESPACES CAMPUS FRANCE A PROCEDURES CEF. étrangers

LES ESPACES CAMPUS FRANCE A PROCEDURES CEF. étrangers LES ESPACES CAMPUS FRANCE A PROCEDURES CEF Atelier «accueil des étudiants étrangers» 8 décembre d 2007-1 Accompagner l inscription Aider les établissements dans leur sélection Un guichet unique en ligne

Plus en détail

Catalogue des aides financières à l international

Catalogue des aides financières à l international Catalogue des aides financières à l international Février 2012 SOMMAIRE SOMMAIRE Un Pôle à vocation mondiale 3 COFACE 5 Assurance prospection 6 Soutien de trésorerie 7 Assurance caution risque exportateur

Plus en détail

UBIFRANCE. et les Missions économiques

UBIFRANCE. et les Missions économiques UBIFRANCE et les Missions économiques VOS PARTENAIRES A L EXPORT L EXPORT : IL EST URGENT DE S Y METTRE! Un réseau de partenaires pour accompagner les PME Pour mieux accompagner les PME, UBIFRANCE et

Plus en détail

FONDS AQUI-INVEST. I. Présentation de l action. Contexte Développement de l action et enjeux

FONDS AQUI-INVEST. I. Présentation de l action. Contexte Développement de l action et enjeux FONDS AQUI-INVEST I. Présentation de l action AQUI-INVEST, est le premier fonds de co-investissement en capital risque régional français. Il s'agit d une nouvelle génération d investissement public impulsée

Plus en détail

entreprendre et réussir en seine-et-marne

entreprendre et réussir en seine-et-marne entreprendre et réussir en seine-et-marne 3 métiers : informer Etre informé, c est pouvoir agir en connaissance de cause. Alimentée par son réseau de partenaires, l agence recueille toutes les informations

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2013. «Accompagner les projets d'investissements des petites et très petites entreprises de production qui souhaitent se développer»

APPEL A PROJETS 2013. «Accompagner les projets d'investissements des petites et très petites entreprises de production qui souhaitent se développer» Direction de l Economie Service des Projets d Entreprises APPEL A PROJETS 2013 «Accompagner les projets d'investissements des petites et très petites entreprises de production qui souhaitent se développer»

Plus en détail

UBIFRANCE. et les Missions économiques. Charlotte LOUYS Déléguée Régionale Ile de France Est Anne-Céline Mothes Chargée d opérations Eco-activités

UBIFRANCE. et les Missions économiques. Charlotte LOUYS Déléguée Régionale Ile de France Est Anne-Céline Mothes Chargée d opérations Eco-activités UBIFRANCE et les Missions économiques VOS PARTENAIRES A L EXPORT 16/06/2011 Club éco-activités de Sénart Charlotte LOUYS Déléguée Régionale Ile de France Est Anne-Céline Mothes Chargée d opérations Eco-activités

Plus en détail

«LE Capital-Investissement : accelerateur de croissance de l economie tunisienne»

«LE Capital-Investissement : accelerateur de croissance de l economie tunisienne» «accelerateur de croissance de l economie tunisienne» Note conceptuelle LE MOT DU PRESIDENT Le Capital-Investissement - ou Private Equity - est un des moteurs du financement de l économie réelle et du

Plus en détail

Prospective des dispositifs médicauxm. : diagnostic et potentialités s de la filière dans la concurrence international

Prospective des dispositifs médicauxm. : diagnostic et potentialités s de la filière dans la concurrence international Prospective des dispositifs médicauxm : diagnostic et potentialités s de la filière dans la concurrence international Dominique Carlac h - Directrice Générale D&C LYON 19 Bd Deruelle 69 003 Lyon Tél :

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

Programme d Investissements d Avenir

Programme d Investissements d Avenir www.caissedesdepots.fr Programme d Investissements d Avenir Créateur de solutions durables Programme d Investissements d Avenir L État investit 35 milliards d euros Pilotage 0 gestionnaires 5 priorités

Plus en détail

MONTAGE ET REALISATION DU PROGRAMME SOFT-WHERE EXPORT 2013 CAHIER DES CHARGES

MONTAGE ET REALISATION DU PROGRAMME SOFT-WHERE EXPORT 2013 CAHIER DES CHARGES MONTAGE ET REALISATION DU PROGRAMME SOFT-WHERE EXPORT 2013 CAHIER DES CHARGES 1) Introduction Dans le cadre de son PDI (Plan de Développement International), le Cluster EDIT a mis en place une action nommée

Plus en détail

CADRE D INTERVENTION DU CONTRAT D APPUI AU DEVELOPPEMENT

CADRE D INTERVENTION DU CONTRAT D APPUI AU DEVELOPPEMENT CADRE D INTERVENTION DU CONTRAT D APPUI AU DEVELOPPEMENT Préambule Après un bilan de la politique régionale antérieure «Nouvelles Activités Nouveaux Services», en 2007, le nouveau cadre d intervention

Plus en détail

En allant à l international, vous choisissez la voie de la croissance!

En allant à l international, vous choisissez la voie de la croissance! oseo.fr OSEO Document non contractuel Conception-Réalisation : W & CIE Réf. : 6519-05 Juin 2010 Ce document est imprimé avec des encres végétales sur du papier issu de forêts gérées durablement certifié

Plus en détail

Plan régional de soutien à l économie

Plan régional de soutien à l économie Plan régional de soutien à l économie Le 23 mars 2009 La crise financière mondiale qui s est déclarée à l été 2008 se double d une crise économique et sociale. L onde de choc de ce phénomène a des effets

Plus en détail

ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ

ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ DIRECTION DE LA VILLE ET DE LA COHÉSION URBAINE Bureau du développement économique et de l emploi Février 2015

Plus en détail

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Appel d offres Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Le GIM, chambre syndicale territoriale de l UIMM en région parisienne,

Plus en détail

«TRANSMÉA», UN FONDS UNIQUE DE CAPITAL INVESTISSEMENT DÉDIÉ AUX RES ORGANISÉS EN SCOP

«TRANSMÉA», UN FONDS UNIQUE DE CAPITAL INVESTISSEMENT DÉDIÉ AUX RES ORGANISÉS EN SCOP «TRANSMÉA», UN FONDS UNIQUE DE CAPITAL INVESTISSEMENT DÉDIÉ AUX RES ORGANISÉS EN SCOP I. Présentation de l action La Région Rhône-Alpes a lancé en 2007, en partenariat avec l Union régionale des Scop (Urscop),

Plus en détail

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 Contexte et enjeux : Depuis plusieurs années la politique économique de la Région Centre - Val de Loire s est fixée comme objectif de soutenir la

Plus en détail

PO COOPERATION TERRITORIALE 2007-2013 CADRE D INTERVENTION FEDER

PO COOPERATION TERRITORIALE 2007-2013 CADRE D INTERVENTION FEDER Page 1 Axe 2 : Intégration économique régionale Service instructeur DRRT Dates agréments CLS 04 Décembre 2008 POURSUITE D UNE MESURE D UN PROGRAMME PRÉCÉDENT Non X Oui, partiellement Oui, en totalité I.

Plus en détail

Le financement des TPE / PME : Les interventions d Oséo

Le financement des TPE / PME : Les interventions d Oséo Le financement des TPE / PME : Les interventions d Oséo XXI CONGRES AMA MONTPELLIER Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr Une mission, trois métiers Innovation

Plus en détail

LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES

LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES I. Présentation de l action La Région Guadeloupe a créé en 2007 une Agence régionale de développement économique (ARDE) afin de se doter d un outil performant capable

Plus en détail

la taille des entreprises

la taille des entreprises 1 Contrat de génération : une mise en œuvre adaptée à la taille des entreprises Si le contrat de génération concerne toutes les entreprises, elles n ont pas toutes les mêmes leviers en matière d emploi,

Plus en détail

Réunion actionnaires. Strasbourg. 14 décembre 2011

Réunion actionnaires. Strasbourg. 14 décembre 2011 Réunion actionnaires Strasbourg 14 décembre 2011 Sommaire Général A la découverte d Edenred Stratégie Dernières tendances et perspectives 2011 Réunion actionnaires 14 décembre 2011 - Strasbourg 2 Sommaire

Plus en détail

Octobre 2009. Les outils de soutien au financement des entreprises

Octobre 2009. Les outils de soutien au financement des entreprises Octobre 2009 Les outils de soutien au financement des entreprises Les outils de soutien au financement des entreprises Les produits AFD et OSEO Les fonds de garantie AFD : Permettent d apporter des garanties

Plus en détail

REFORME du MARCHE FINANCIER en ALGERIE

REFORME du MARCHE FINANCIER en ALGERIE REFORME du MARCHE FINANCIER en ALGERIE Principaux axes De développement et modernisation Du Marché Financier en Algérie présenté par Monsieur ismail Noureddine, président de la COSOB PRINCIPALES REALISATIONS

Plus en détail

«garanties publiques» Direction des garanties publiques Marie-Claire SARLIEVE

«garanties publiques» Direction des garanties publiques Marie-Claire SARLIEVE «garanties publiques» 25 05 2012 Direction des garanties publiques Marie-Claire SARLIEVE Profil de Coface Coface commercialise des solutions pour gérer les créances commerciales que les entreprises détiennent

Plus en détail

PRESENTATION DU 08/03/07

PRESENTATION DU 08/03/07 PRESENTATION DU 08/03/07 1 RAPPEL DES 5 ENJEUX STRATEGIQUES IDENTIFIES A PARTIR DU DIAGNOSTIC PARTAGE 1 - UNE REGION SOLIDAIRE : Promouvoir un développement équilibré qui concilie efficacité économique,

Plus en détail

AIDES AUX ENTREPRISES. artisanat commerce tourisme. Le Conseil régional de Picardie soutient les projets des entreprises picardes

AIDES AUX ENTREPRISES. artisanat commerce tourisme. Le Conseil régional de Picardie soutient les projets des entreprises picardes AIDES AUX ENTREPRISES artisanat commerce tourisme Le Conseil régional de Picardie soutient les projets des entreprises picardes Le Conseil régional de Picardie participe activement au développement économique

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du à

Le Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du à Le Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du à 1 Présentation générale Annoncé le 14 janvier 2014 par le Président de la République puis présenté par le Premier ministre lors de sa déclaration

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE CREATION, TRANSMISSION, FINANCEMENT : LA REGION ACCOMPAGNE LES ENTREPRENEURS À CHAQUE ETAPE

DOSSIER DE PRESSE CREATION, TRANSMISSION, FINANCEMENT : LA REGION ACCOMPAGNE LES ENTREPRENEURS À CHAQUE ETAPE DOSSIER DE PRESSE Contacts presse Région Rhône-Alpes Clémence CAPRON 04 26 73 49 57 06 87 56 05 48 + CREATION, TRANSMISSION, FINANCEMENT : LA REGION ACCOMPAGNE LES ENTREPRENEURS À CHAQUE ETAPE SALON DES

Plus en détail

La Fédération des Les Industries Mécaniques

La Fédération des Les Industries Mécaniques La Fédération des Industries Mécaniques Les Industries Mécaniques Chi fres clés 2010 et enjeux Les Industries Mécaniques en chiffres 11 000 Entreprises* 101,2 milliards d euros de Chiffre d affaires 6

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

Communiqué dé préssé

Communiqué dé préssé Communiqué dé préssé Business France est l agence nationale au service de l internationalisation de l économie française. Elle est chargée du développement international des entreprises et de leurs exportations,

Plus en détail

http://www.economie.gouv.fr

http://www.economie.gouv.fr PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES http://www.economie.gouv.fr Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l Economie et des Finances Conférence de presse pour le lancement de la Banque

Plus en détail

Parcours développement stratégique commercial

Parcours développement stratégique commercial P01 Parcours professionnalisant de formation Parcours développement stratégique commercial Partenaires : Avec le soutien de : P02 Parcours professionnalisant de formation INTERVENANTS Sophie DESCHAMPS

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Création des commissions d assistance aux entreprises en Poitou-Charentes

DOSSIER DE PRESSE. Création des commissions d assistance aux entreprises en Poitou-Charentes wwww.poitou-charentes.gouv.fr DOSSIER DE PRESSE Création des commissions d assistance aux entreprises en Poitou-Charentes Lundi 19 décembre 2011 Le marché de l emploi en Poitou-Charentes touché par la

Plus en détail

Comment s associer avec un partenaire du Sud

Comment s associer avec un partenaire du Sud Comment s associer avec un partenaire du Sud FCM 15/11/12 1 DLO / POLE COMEX Les Etapes du Processus La Relation Commerciale Comment vais-je m implanter? Croissance organique/interne Croissance externe

Plus en détail

Dossier de presse. 100 000ème Prêt à la Création d Entreprise. 14 avril 2008 1

Dossier de presse. 100 000ème Prêt à la Création d Entreprise. 14 avril 2008 1 Dossier de presse 100 000ème Prêt à la Création d Entreprise 14 avril 2008 1 OSEO ET LA CREATION D ENTREPRISE..3 PRET A LA CREATION D ENTREPRISE....4 L objectif.. 4 Caractéristiques....4 PREMIERE ETUDE

Plus en détail

Quels soutiens à l international pour les éco entreprises françaises? 15 septembre 2009 Commission développement Durable - MEDEF

Quels soutiens à l international pour les éco entreprises françaises? 15 septembre 2009 Commission développement Durable - MEDEF Quels soutiens à l international pour les éco entreprises françaises? 15 septembre 2009 Commission développement Durable - MEDEF Sommaire Introduction. Définition et contexte 1. Des dispositifs multiples

Plus en détail

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale - nombre de ressources (ETP) mutualisées Exemples d indicateurs de résultat - couverture des besoins en services par type de handicap - couverture des besoins et répartition des places d hébergement -

Plus en détail

Rappel du PARCOURS DE LA BOURSE D ALGER.

Rappel du PARCOURS DE LA BOURSE D ALGER. Journée de restitution des Travaux relatifs a la Reforme du Marché Financier Intervention du Directeur National du Projet de la Reforme du Marché Financier en Algérie Messieurs les ministres, les PDG des

Plus en détail

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE CARREFOUR EUROPE 6 NOVEMBRE 2013 Présenté par: Équipe internationale, Banque Nationale du Canada 1 Contexte Situation

Plus en détail

Vous pensez que l international est une nécessité pour votre entreprise et pour la Bretagne.

Vous pensez que l international est une nécessité pour votre entreprise et pour la Bretagne. Vous pensez que l international est une nécessité pour votre entreprise et pour la Bretagne. Devenez acteur du développement international de l économie de votre région en adhérant à Bretagne Commerce

Plus en détail

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil :

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : Journée de l Ingénieur Tunisien Tunis, 30 octobre 2010

Plus en détail

Référencement des acteurs du conseil en Crédit impôt recherche (CIR) et Crédit impôt innovation (CII)

Référencement des acteurs du conseil en Crédit impôt recherche (CIR) et Crédit impôt innovation (CII) Référencement des acteurs du conseil en Crédit impôt recherche (CIR) et Crédit impôt innovation (CII) Pierre Pelouzet, Médiateur des relations inter-entreprises : «l objectif est d aider les porteurs de

Plus en détail

L ES PARTENARIATS T ECHNOLOGIQUES I NTERNATIONAUX. au service des PME innovantes. www.diplomatie.gouv.fr. www.industrie.gouv.fr. www.oseo.

L ES PARTENARIATS T ECHNOLOGIQUES I NTERNATIONAUX. au service des PME innovantes. www.diplomatie.gouv.fr. www.industrie.gouv.fr. www.oseo. www.diplomatie.gouv.fr L ES PARTENARIATS www.industrie.gouv.fr T ECHNOLOGIQUES I NTERNATIONAUX www.oseo.fr www.retis-iei.com www.ubifrance.fr au service des PME innovantes Ce document a été réalisé par

Plus en détail

Innovation Capital annonce le lancement du fonds d investissement sectoriel SISA dédié à la filière Silver économie

Innovation Capital annonce le lancement du fonds d investissement sectoriel SISA dédié à la filière Silver économie Innovation Capital annonce le lancement du fonds d investissement sectoriel SISA dédié à la filière Silver économie Paris, le 25 février 2014 Innovation Capital, société de capital investissement fondée

Plus en détail

Bercy Financements Export. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Bercy. Mardi 17 mars 2015

Bercy Financements Export. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Bercy. Mardi 17 mars 2015 MICHEL SAPIN MINISTRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Bercy Financements Export Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics Bercy Mardi 17 mars 2015 Contact presse :

Plus en détail

IMPORTEURS - EXPORTATEURS

IMPORTEURS - EXPORTATEURS Août 2013 IMPORTEURS - EXPORTATEURS Service Etudes CCI Indre Importateurs - Exportateurs Toute reproduction interdite sans l autorisation de l auteur Page 1 SOMMAIRE Page LES OPERATEURS DU COMMERCE INTERNATIONAL

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

Pour bien démarrer et pour durer!

Pour bien démarrer et pour durer! oseo.fr OSEO Document non contractuel Conception-Réalisation : W & CIE Réf. : 6522-04 Septembre 2009 Ce document est imprimé sur du papier fabriqué à 100 % à base de fibres provenant de forêts gérées de

Plus en détail

Le crédit d impôt recherche (CIR)

Le crédit d impôt recherche (CIR) Le crédit d impôt recherche (CIR) Conditions d éligibilité et constitution du dossier Rescrit, Contrôle Dispositions 2013 Objectifs du Crédit d Impôt Recherche : Favoriser les entreprises qui investissent

Plus en détail

Personnes physiques fiscalement domiciliées en France, PME * de moins de 3 ans.

Personnes physiques fiscalement domiciliées en France, PME * de moins de 3 ans. Personnes physiques fiscalement domiciliées en France, PME * de moins de 3 ans. Aider le créateur à préciser son plan d entreprise et à procéder à des vérifications a minima techniques et juridiques pour

Plus en détail

OSEO et la transmission / reprise d entreprise. Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr

OSEO et la transmission / reprise d entreprise. Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr OSEO et la transmission / reprise d entreprise Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr Notre mission Financer l innovation et la croissance des entreprises Par

Plus en détail

Programmes Opérationnels Européens 2007-2013 CADRE D INTERVENTION FEDER

Programmes Opérationnels Européens 2007-2013 CADRE D INTERVENTION FEDER Page 1 Axe Axe 2 : développer l économie réunionnaise dans l environnement international Service instructeur Région Direction des Affaires Economiques Dates agréments CLS 6 août 2009 4 mars 2010 05 novembre

Plus en détail

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 PRESENTATION HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 Zone aéroparc2 Contact : M Jean-Claude REBISCHUNG 3 rue des Cigognes Email : info@hrexcellium.fr 67960 Strasbourg-aéroport Site web : www.hrexcellium.fr (en

Plus en détail

A LA CONQUÊTE DES PAYS ÉMERGENTS. www.parlonsentreprise.com

A LA CONQUÊTE DES PAYS ÉMERGENTS. www.parlonsentreprise.com A LA CONQUÊTE DES PAYS ÉMERGENTS www.parlonsentreprise.com Sommaire Les pays éemergents au coeur du processus de mondialisation Les PME face aux pays emergents Les contributions specifiques de l Expert-Comptable

Plus en détail

Région Haute-Normandie. Plan régional pour l internationalisation des entreprises en Haute-Normandie

Région Haute-Normandie. Plan régional pour l internationalisation des entreprises en Haute-Normandie Région Haute-Normandie Plan régional pour l internationalisation des entreprises en Haute-Normandie Novembre 2013 ! "# $"% &%'' $ (')#!*+,*'-#&+,./ 0 $1&/2+,(.'1&/2+,(.'' 3,/,// 4 (553 5#+' 2 '+ 0 6 #

Plus en détail

La Quinzaine de l International en Rhône-Alpes FINANCER SON DEVELOPPEMENT A L INTERNATIONAL

La Quinzaine de l International en Rhône-Alpes FINANCER SON DEVELOPPEMENT A L INTERNATIONAL La Quinzaine de l International en Rhône-Alpes FINANCER SON DEVELOPPEMENT A L INTERNATIONAL Introduction de la CCI locale La Chambre de Commerce et d Industrie, le contact de proximité pour les PME Information

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

Plus de 2 600 emplois créés ou sauvegardés et 850 entreprises accompagnées et financées grâce à l action du réseau Initiative Bretagne

Plus de 2 600 emplois créés ou sauvegardés et 850 entreprises accompagnées et financées grâce à l action du réseau Initiative Bretagne Communiqué de presse Paris, le 24 avril 2014 RESULTATS 2013 Plus de 2 600 emplois créés ou sauvegardés et 850 entreprises accompagnées et financées grâce à l action du réseau Initiative Bretagne Initiative

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES RELATIF AU PORTAGE DU LABEL CENTRE DE RESSOURCE ET D INFORMATION DES BENEVOLES (CRIB) DE L ORNE

APPEL A CANDIDATURES RELATIF AU PORTAGE DU LABEL CENTRE DE RESSOURCE ET D INFORMATION DES BENEVOLES (CRIB) DE L ORNE LE PREFET DE L ORNE Alençon, le janvier 014 APPEL A CANDIDATURES RELATIF AU PORTAGE DU LABEL CENTRE DE RESSOURCE ET D INFORMATION DES BENEVOLES (CRIB) DE L ORNE Contexte : Pour répondre aux besoins croissants

Plus en détail

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique APPEL D OFFRES N 01/2015/IE Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique ACCORD CADRE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) ARTICLE 1 OBJET DE L ACCORD CADRE Le présent accord-cadre

Plus en détail