La réforme de l assurance prospection s articule autour de 5 axes principaux :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La réforme de l assurance prospection s articule autour de 5 axes principaux :"

Transcription

1 MESURE 1 REFORME DES PROCEDURES FINANCIERES PUBLIQUES DE LA COFACE La réforme concerne particulièrement deux procédures : l Assurance Prospection et l Assurance Crédit. L objectif est de simplifier et favoriser l utilisation de ces procédures par les PME et les entreprises innovantes. A- REFORME DE L ASSURANCE PROSPECTION La réforme de l assurance prospection s articule autour de 5 axes principaux : 1 Simplifier Des droits d ouverture de dossier (180 par dossier) sont demandés par la Coface à l entreprise. Ces droits sont supprimés. Le processus d instruction est allégé de manière significative ; le calcul de la part étrangère (part de composants étrangers), qui est très complexe, ne sera notamment plus requis pour les entreprises moyennes (chiffre d affaires annuel inférieur à 75M ). Il est mis en place un mécanisme simplifié de renouvellement de la garantie pour les entreprises qui ont bénéficié d un contrat d assurance prospection d un an et qui souhaitent poursuivre leur effort commercial. Il ne sera plus nécessaire d effectuer une nouvelle demande de garantie pour obtenir le prolongement du contrat. 2 Fidéliser les meilleurs utilisateurs Une entreprise qui a déjà bénéficié d un ou plusieurs contrats d assurance prospection et a remboursé au moins 80% des indemnités qui lui ont été versés par la Coface bénéficiera automatiquement, lors du dépôt d un nouveau dossier d assurance prospection, d une amélioration de sa quotité garantie qui passera de 65% à 80%. Cette mesure a pour objet d inciter les entreprises françaises qui engagent une action de prospection internationale à inscrire celle-ci dans la durée, ce qu elles ne font pas assez à l heure actuelle. 3 Encourager la prospection des entreprises innovantes La quotité garantie par la Coface sera portée de 65% à 80% afin de faire un effort accru sur les entreprises innovantes, à savoir les entreprises qui bénéficient du statut de Jeune entreprise Innovante ou qui ont bénéficié d'une aide d'oséo- Innovation dans les cinq dernières années. Bercy, le 7 février 2008

2 Depuis le 1er janvier 2001, les entreprises dont le chiffre d affaires n excède pas 1,5 M peuvent bénéficier d une avance sur indemnités. L avance sur indemnités sera systématiquement proposée à toutes les entreprises innovantes prises en garantie même si leur chiffre d affaires est supérieur à 1,5M. Le champ de la garantie sera étendu à des entreprises qui ne disposent pas encore de produits ou services commercialisables. Une expérience pilote sera mise en place avec le Génopôle d Evry (génomique) qui a exprimé les besoins de ses membres en matière de prospection à l international en phase de développement des produits. La Coface accompagnera les entreprises de façon très précoce, et pour compenser ce risque accru, bénéficiera en cas de succès d un intéressement sur les exportations réalisées. Le schéma de garantie et de partenariat élaboré dans le cadre de l assurance prospection avec le Génopôle d Evry pourra bien sûr être étendu à d autres pôles ou regroupements des entreprises innovantes. 4 Intensifier la commercialisation de la procédure par un travail en réseau La Coface complètera son action de commercialisation de l assurance prospection en travaillant en réseau avec OSEO et les CCI. En outre, une facilité de préfinancement des dépenses de prospection sera mise en place, à titre expérimental, avec les banques : les banques commercialiseront l assurance prospection au travers de leur réseau ; en contrepartie, elles seront assurées par la Coface pour leur permettre de financer les dépenses de prospection des entreprises. 5 Etendre l expérience APFE à de nouveaux pays L APFE (Assurance Prospection des Français de l Etranger) sera étendue à des pays développés d Asie et d Océanie (Japon, Hong-Kong, Singapour, Australie, Nouvelle Zélande) présentant à la fois de bonnes opportunités commerciales, un bon climat des affaires et une communauté française motivée. Ce produit restera un complément à l assurance prospection normale, avec l avantage de tirer profit de l expérience des entrepreneurs déjà présents dans les pays concernés. B- REFORME DE L ASSURANCE CREDIT La réforme de l assurance crédit s articule autour de 4 objectifs principaux : 1 Mieux soutenir les secteurs de haute valeur ajoutée C est le cas par exemple des secteurs de l économie de l immatériel, pour lesquels une garantie est créée afin de protéger le paiement des droits d usage (marque, brevet, etc.) à l international. Cette garantie permettra de couvrir le risque de défaut d une contractant étranger dans le cadre d un contrat de droit d usage. Le secteur aéronautique sera soutenu grâce à une garantie spécifique de préfinancement. Cette garantie est une adaptation de la garantie des préfinancements aux besoins spécifiques du secteur aéronautique : les sous traitants français n exportent pas directement mais participent à un programme d exportation d aéronefs.

3 Enfin, la modernisation de la garantie des services, pour l amener au niveau de la garantie des biens, permettra de mieux couvrir ces contrats de haute valeur ajoutée. 2 Améliorer la compétitivité des offres françaises Ensuite, la compétitivité des grands groupes français doit être défendue. Cela implique d assouplir les règles de parts étrangères, alors que la mondialisation a profondément modifié les conditions de réalisation des contrats internationaux. Un nouvel outil de financement, la couverture de prêts en devises locales, sera également à la disposition des exportateurs afin de mieux répondre aux demandes des acheteurs étrangers. 3 Simplifier les procédures Tout comme en assurance prospection, les droits d ouverture de dossier sont supprimés. Les règles de part étrangères sont fortement simplifiées : - pour les entreprises de moins de 75M de chiffre d affaires, aucune condition n est imposée, ces entreprises s approvisionnant principalement en France ; - pour les autres entreprises, un seuil unique de part étrangère de 50% de la part rapatriable est fixé ; les contrats dépassant ce seuil ou de plus de 500M seront sujets à une instruction spécifique de l administration. 4 Appuyer la présence française à l étranger et défendre nos intérêts stratégiques Enfin, les intérêts français, dans un sens plus large, font l objet de la rénovation de la garantie des investissement (conquête de part de marché) et d une garantie déliée (sans exportation) pour couvrir des projets stratégiques tels que ceux assurant l approvisionnement de la France en énergie. Cette dernière garantie devra faire l objet d une modification législative, et s inscrira dans le cadre des règles de l arrangement à l OCDE.

4 MESURE 2 UBIFRANCE : UNE AGENCE INTERNATIONALE DEDIEE A L ACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRISES I/ Etat des lieux UBIFRANCE, Agence française pour le développement international des entreprises a été créée en 2003 pour devenir le guichet national du dispositif public d appui aux entreprises et notamment aux PME en proposant des prestations d informations sur les marchés extérieurs et d accompagnement individuel. La convention d objectifs et de moyens triennale signée en 2006 a confié à UBIFRANCE le pilotage de l activité commerciale du réseau des Missions économiques à l étranger et des Directions Régionales du Commerce Extérieur. Elle lui assignait aussi des missions et objectifs ambitieux en matière d entreprises clientes, de recettes commerciales de développement du nombre des volontaires internationaux en entreprises et d accompagnement des entreprises et notamment des PME sur les salons étrangers. Les résultats obtenus fin 2007 sont excellents dans la mesure où la notoriété de l agence s est accrue et où tous les objectifs fixés pour 2008 ont d ores et déjà été atteints. II/ Décisions 1- Renforcer le dispositif d appui au commerce extérieur en confiant à UBIFRANCE la gestion directe du réseau international d appui aux entreprises Afin d en améliorer la lisibilité, le dispositif d appui au commerce extérieur sera renforcé à l étranger et en France autour de l agence UBIFRANCE, qui deviendra le «navire amiral» du dispositif. A l étranger, afin d en faire une grande agence internationale, l Agence se dotera de son propre réseau en exerçant la tutelle et la gestion directe du personnel commercial de Missions économiques. Bercy, le 7 février 2008

5 2- Multiplier le nombre d entreprise pérennes à l international en s appuyant notamment sur des partenaires de proximité En France, UBIFRANCE s appuiera dès 2008 sur le réseau consulaire dans le cadre d un partenariat ambitieux décliné par région, qui confiera aux Chambres de Commerce et d Industrie, la détection et l accompagnement individuel ou collectif du développement international des entreprises. Cette complémentarité des deux réseaux, les Chambres de Commerce et d Industrie pour l ancrage territorial et la connaissance du tissu économiques en région d un coté, et UBIFRANCE pour la fourniture de produits et prestations d information, de prospection et d appui à l implantation sur les marchés étrangers, participera à l objectif assigné au réseau public : entreprises accompagnées à l export par le dispositif public d ici 2011, soit un doublement du nombre d entreprises.

6 MESURE 3 LE VOLONTARIAT INTERNATIONAL EN ENTREPRISE I/ Etat des lieux Le volontariat international en entreprise représente un enjeu déterminant pour notre pays. C est un formidable moyen d internationalisation de nos entreprises et de renforcement de la communauté économique française dans le monde. Il permet en outre de familiariser nos futurs cadres avec l environnement international et crée de nombreux emplois, puisque 75% des VIE reçoivent une proposition d embauche à l issue de leur mission. Fin 2007, VIE étaient en poste à l étranger pour le compte de entreprises dont 36% de PME, soit une hausse de 21% du nombre de VIE en poste au cours des 12 derniers mois. II/ Décisions : Des initiatives nouvelles pour atteindre l objectif de VIE d ici 2009 L objectif est de doubler le nombre de VIE pour le porter à VIE en poste à l étranger d ici fin Ouverture de la procédure aux entrepreneurs français implantés à l étranger et ayant un partenaire en France Les chefs d entreprise français établis hors de France et ayant créé leur société localement, peuvent accueillir des VIE quand elles ont un partenariat avec une société de droit français. Pour des raisons liées au statut des VIE et à sa perception par les autorités locales, ainsi qu à la sécurité des jeunes, la société recrutant le VIE sera le partenaire français mais toute société locale dirigée par un français pourra ainsi bénéficier de la formule. 2- Validation de l expérience VIE dans le cadre d un diplôme européen L expérience VIE déjà reconnue par les entreprises et les jeunes est maintenant validée dans le cadre d un diplôme européen. UBIFRANCE s est inscrit comme organisme de formation dans le cadre du dispositif européen EUROPASS. L agence Bercy, le 7 février 2008

7 délivrera à chaque VIE, à ce titre, un certificat reconnu dans l ensemble des pays européen. 3- Appel à des partenaires extérieurs pour prospecter davantage d entreprises et de jeunes Leur objectif est de recruter davantage d entreprises et de leur proposer des candidats correspondants à leurs besoins notamment dans des secteurs très spécialisés. 4- Simplification de la procédure et création d un «VIE/PME clef en main» Cette simplification passe par la dématérialisation des demandes de VIE et la mise en place d un extranet client. L agrément des entreprises n aura plus à être renouvelé. Les délais de traitement des dossiers seront réduits à un mois (hors délai d obtention de visa). Une cellule spécifique gère la formule «VIE/PME clés en main», dont l objectif est de simplifier la procédure et en réduire le coût. De manière personnalisée, elle identifie les aides et subventions disponibles et en facilite l accès aux PME, la structure d accueil adéquate à l étranger, et le bon profil de candidat adapté aux besoins de l entreprise. Enfin, elle l accompagne dans les démarches administratives en France et à l étranger. 5- Nouveaux accords de financement du VIE signés avec des collectivités locales En 2008, 14 régions soutiendront le volontariat international en entreprise en finançant tout ou partie des coûts liées au recrutement d un jeune. C est 6 de plus qu en 2006 et les efforts de conviction seront poursuivis vis à vis des autres conseils régionaux. 6- Reconnaissance du VIE dans 7 nouveaux pays L acceptation du statut des VIE par les autorités des pays d affectation soulève des difficultés parfois considérables. En 2007, les démarches menées par UBIFRANCE, les Missions Economiques et la DGTPE ont permis de lever les blocages constatés dans 7 pays majeurs représentant plus du quart des VIE en poste.

8 MESURE 4 ENGAGEMENT DES GRANDS GROUPES POUR LE SOUTIEN DES PME Les grands groupes peuvent participer activement à la mobilisation générale pour l exportation des PME en leur ouvrant leurs réseaux et en leur apportant leur connaissance des marchés et leur expertise internationale. Les grandes entreprises seront mobilisées afin d apporter une aide au développement des PME sur les marchés étrangers. Ce soutien peut prendre plusieurs formes : Conseils sur les marchés Mise en relation Partenariats d entreprises Assistance juridique et commerciale Appui à la prospection Salon VIE Sous-traitance Des engagements sur des objectifs de portage de PME seront pris et un suivi trimestriel permettra d évaluer la mise en œuvre des actions. Bercy, le 7 février 2008

9 MESURE 5 NOUVELLE LISTE DE PAYS CIBLES La politique d appui aux exportations des PME s appuyait jusqu à aujourd hui sur une liste de pays cibles, qui avait été définie en Au moment où l ensemble de ce dispositif d appui est revu et modernisé, il semble opportun d adapter la liste des pays cibles, en particulier pour tenir compte des réformes lancées sur notre dispositif d appui à l exportation ainsi que des évolutions économiques et commerciales intervenues depuis La nouvelle liste des pays permettra d orienter les efforts du réseau public d appui aux entreprises à la fois vers les marchés proches de la France (zone Europe et Méditerranée), qui constituent une zone déterminante pour aider les PME à amorcer et consolider leur internationalisation, et vers un certain nombre de marchés plus éloignés, à fort potentiel et relativement négligés par les entreprises françaises, notamment par rapport à leurs concurrentes des autres grands pays européens. 1 La zone Europe - Méditerranée 1 Le dispositif en place pour aider une PME à exporter vers l Italie ne peut pas être équivalent à celui prévu pour exporter vers la Malaisie : pour une entreprise, les «coûts» (financiers ou non) engendrés pour prospecter le marché et entreprendre les démarches en vue d exporter ne sont pas comparables dans l un ou l autre de ces pays. Au-delà du coût, l appartenance ou non à l Union européenne est pour nos PME un élément crucial pour l accès aux marchés tiers. Facteurs linguistiques et culturels mis à part (mais importants), cet accès est facilité dans l UE par l absence de barrières commerciales (il s agit du «Marché intérieur»), de risque politique, de risque de change et par un environnement des affaires relativement proche. A cette zone Europe, on peut adjoindre les pays du pourtour méditerranéen, en particulier les pays du Maghreb, culturellement proches et où nos PME sont bien implantées. Ces marchés de proximité sont de fait le marché de prédilection de nos PME, notamment lorsqu elles sont petites, qu elles n exportent que vers un ou deux pays ou bien qu elles exportent pour la première fois. Cette zone constitue pour une PME la première étape de son internationalisation. Il est donc important de l accompagner à ce stade de son développement. De plus, si cette zone comprend essentiellement des pays d Europe de l Ouest, dont le potentiel de croissance demeure modéré par rapport à d autres zones économiques, elle comprend aussi 1 UE27 (sauf France) + Suisse/Norvège/Croatie + Turquie ; Afrique du Nord (Maroc, Algérie, Tunisie, Libye, Egypte) ; Israël et Liban Bercy, le 7 février 2008

10 les Nouveaux Etats membres de l Union européenne ainsi qu un certain nombre de pays du pourtour méditerranéen (Maghreb, Egypte, Turquie), qui sont particulièrement dynamiques. Sur ces marchés, l action des pouvoirs publics doit surtout viser à accompagner au mieux les entreprises dans leurs démarches. La professionnalisation du réseau international et l amélioration du soutien offert par Ubifrance et les Missions économiques que doit permettre la poursuite de la réforme du réseau d appui, en seraient les leviers. 2 Le «Grand Large» La seconde zone à privilégier pour notre dispositif d appui porte sur un certain nombre de régions du monde plus lointaines : nous avons identifié 20 pays sur lesquels nous pourrions concentrer nos efforts. Sur ces zones, les coûts d internationalisation pour les entreprises sont plus élevés. Pour identifier ces pays, de nombreux critères ont été utilisés. Les pays que nous avons retenus sont ceux qui satisfont au maximum de critères ou aux critères les plus importants. Ces critères peuvent être classés en trois catégories : ceux qui portent sur la taille des marchés cibles, ceux qui portent sur le potentiel de développement de ces marchés et ceux qui portent sur la position commerciale relative de la France par rapport à ses principaux concurrents européens sur ces marchés, cette position relative étant appréciée à la fois en termes de niveaux (écarts de part de marché) et en termes de dynamique (évolution des parts de marché). Hormis le Japon, sept des pays retenus appartiennent à l Asie émergente : la Chine (y compris Hong Kong et Taïwan), l Inde, la Malaisie, la Corée, la Thaïlande, l Indonésie et le Vietnam. Les deux grands pays d Amérique latine que sont le Mexique et le Brésil se retrouvent dans cette liste, de même que le Chili. En dehors de ces zones, la Russie ainsi que l Ukraine ont été retenues, de même que, en Amérique du Nord, les Etats-Unis et le Canada et, en Afrique, l Afrique du Sud. Enfin, quatre pays du Golfe font leur entrée dans la liste des pays prioritaires : l Arabie saoudite, les Emirats Arabes Unis, le Qatar et le Koweït. Asie (8 pays) Amériques (5) Autres zones (7) Japon Chine (y compris Hong Kong et Taïwan) Inde Malaisie Corée Thaïlande Indonésie Vietnam Etats-Unis Canada Mexique Brésil Chili Russie Ukraine Afrique du Sud Arabie saoudite Emirats Arabes Unis Qatar Koweït

11 MESURE 6 RENFORCEMENT DES PLANS D ACTION SECTORIELS Mis en place en 2005, les plans d action sectoriels (PAS) ont un objectif majeur : organiser et coordonner l approche collective d un secteur vers des marchés prioritaires au regard de la demande mondiale et de l offre française. I/ Etat des lieux : les PAS répondent aux besoins des entreprises Les PAS ont permis de réunir les acteurs d une profession autour de la problématique commune du développement international des entreprises du secteur. Ils ont une durée de trois ans. L élaboration de ces PAS est confiée aux organisations professionnelles représentatives. Une fois adoptées, les actions mises en œuvre peuvent recevoir un soutien financier majoré via la procédure de labellisation gérée par UBIFRANCE. A ce jour, 11 PAS ont été mis en place : Aéronautique, Equipements de la maison, Santé, Chimie, Equipements de la personne, Eco industries, Equipements de loisirs, Agroalimentaire, TIC, Métiers du droit, et enfin, Foires, salons et congrès. Les PAS ont permis d augmenter les actions collectives communes labellisées par UBIFRANCE. Depuis le lancement de la procédure de labellisation, 240 opérations collectives ont été réalisées dans le cadre des PAS réunissant plus de entreprises françaises (soit 31% des opérations totales et des entreprises participantes). Les résultats des PAS sont très encourageants et les plans doivent être dynamiser pour atteindre leur pleine efficacité. II/ Décisions : de nouvelles orientations pour renforcer l efficacité des PAS Renforcer le suivi des actions prévues dans les PAS existants Afin de favoriser le pilotage et l animation des actions prévues dans les plans élaborés par les fédérations professionnelles concernées, plusieurs nouvelles mesures seront prises : Soutenir le pilotage des PAS par des coordonnateurs chargés d animer les actions et les membres du PAS. Ce coordonnateur pourrait être un VIE, son statut lui permettant de passer 165 jours en France. Bercy, le 7 février 2008

12 Articuler les PAS aux pôles de compétitivité existants, en particulier les pôles mondiaux ou à vocation mondiale. Cette plus grande coordination entre actions internationales prévues dans les PAS et celles programmées par les pôles est gage de plus grande cohérence des programmes d action. Susciter de nouveaux PAS afin de soutenir l internationalisation de secteurs porteurs Initialement, les PAS visaient les segments de marché répondant à trois grands critères : s adresser à un large tissu de PME, concerner un secteur stratégique en croissance au niveau mondial et intéresser des secteurs de production structurés disposant de points forts face à la concurrence. Au regard de ces critères et de la cartographie des 71 pôles de compétitivité, de nouveaux PAS seront lancés par les organisations professionnelles et les pôles de compétitivité, en coopération avec UBIFRANCE, l Agence Française pour les Investissements Internationaux (AFII), la Direction Générale du Trésor et de la Politique Economique (DGTPE) et la Direction Générale des Entreprises (DGE). Plusieurs secteurs sont envisagés, en particulier l ingénierie, le transport ferroviaire, l automobile, l énergie, l architecture

13 MESURE 7 RENFORCEMENT DES SOUTIENS POUR LES SALONS ET MISSIONS D ENTREPRISES Etat des lieux L implication de l Etat dans le soutien à l exportation et en particulier sur les salons est une constante en Europe, même si les situations sont hétérogènes en termes de périmètres et de moyens mis en œuvre. En 2007, entreprises françaises ont bénéficié du dispositif public pour exposer sur des salon internationaux : sur des pavillons organisés par Ubifrance et sur des stands collectifs de tiers ayant eu recours à la procédure de labellisation (1 ère annexe). A ces manifestations sur salons, se rajoutent en 2007, les 440 opérations collectives initiés et pilotées par les Missions économiques (6 600 entreprises accompagnées) ainsi que les actions du Soutien Individualisée à la Démarche Export (SIDEX), soutiens spécifiquement dédiés aux PME et TPE françaises (2 ème annexe). Objectif Doubler d ici 2011, le nombre d entreprises accompagnées à l export par le dispositif public, soit entreprises, dont la moitié sur des salons à l étranger. Cet objectif sera porté par le programme d actions du réseau «Ubifrance et les Missions économiques», par les opérations labellisées des partenaires de l exportation, ainsi que par les actions individuelles financées via la procédure SIDEX. Bercy, le 7 février 2008

14 1ERE ANNEXE A- LABELLISATION DES OPERATIONS COLLECTIVES Lancée en 2003, la labellisation exerce un effet de levier supplémentaire et très significatif sur les actions de développement international des entreprises françaises. Etat des lieux : la labellisation a permis de développer significativement les actions collectives tierces tout en maintenant une cohérence avec les priorités nationales Depuis 2003, près de 800 opérations ont été labellisées, au profit d environ participations d entreprises et la procédure est en progression constante. Elle fédère l adhésion des partenaires de l exportation (organisations professionnelles, opérateurs privés, Chambres de Commerce et d Industrie ) aux priorités gouvernementales en focalisant leur effort sur les pays prioritaires. Ces pays attirent ainsi la majorité des opérations (75 % des opérations et 86 % des entreprises bénéficiaires). Enfin, la labellisation s inscrit dans une logique de cohérence sectorielle via les plans d action sectoriels et les pôles de compétitivité, intégrés à la procédure. Décisions : augmentation des subventions en fonction des nouvelles priorités géographiques et simplification de la procédure L objectif est de conforter les entreprises françaises et les partenaires de l export dans cette approche collective des marchés étrangers, plus particulièrement en direction des marchés proches et des marchés les plus dynamiques. Pérennisée, la procédure de labellisation sera également aménagée avec 2 orientations majeures : renforcement des soutiens financiers sur les nouveaux pays prioritaires (zone «Europe Méditerranée» et «Grand Large») ; simplification du dispositif pour une meilleure visibilité de la procédure (regroupement des différentes catégories d actions : salon, mission, etc).

15 Dispositions pratiques de la labellisation Les tableaux ci-après résument l effort de simplification et de renforcement des subventions prévus. Dispositions actuelles Montant maximum de l'aide accordée à chacune des entreprises participantes, en fonction de la nature de l'opération, du pays, du secteur, de la nature de l'opérateur Projet intégré dans un plan d action Sectoriel (PAS) et/ou dont l opérateur est agréé par un pôle de compétitivité Pavillon collectif sur un salon à l étranger Autre type d action Pavillon collectif sur un salon à l étranger Autre projet Autre type d action Pays Pilote Pays Prioritaire Autre Pays Nouvelles dispositions Montant maximum de l'aide accordée à chacune des entreprises participantes, en fonction du pays, du secteur, de la nature de l'opérateur Action collective à l étranger (salon, mission, etc), intégrée dans un PAS et/ou dont l opérateur est agréé par un pôle de compétitivité Autre action collective à l étranger (salon, mission, etc), non intégrée dans un PAS et non soutenue par un pôle de compétitivité Pays «Grand Large» Marchés de proximité «Europe Méditerranée» Autre Pays

16 2EME ANNEXE B- SOUTIEN INDIVIDUALISE A LA DEMARCHE EXPORT (SIDEX) I/ Etat des lieux : Ie SIDEX répond aux attentes des PME Le Soutien individualisé à la démarche export (SIDEX), géré par Ubifrance est une aide spécifiquement dédiée aux PME et TPE françaises. Le SIDEX leur permet de finaliser un projet de développement international, en prenant en charge certaines dépenses liées au déplacement à concurrence d un plafond de versement fixé à par demande. Un maximum de trois demandes est accepté par entreprise et par an. Depuis 2005, on note une augmentation régulière du recours à la procédure, reconnue pour sa simplicité et sa souplesse : 26 dossiers par mois en 2005, 33 soutiens en La procédure est bien adaptée aux PME et TPE (80 % des entreprises bénéficiaires ont un chiffre d affaires inférieur à 5 M ). Les pays cibles représentent 67 % des dossiers. II/ Décision : un renforcement du SIDEX Au vu des résultats, cet outil, opérationnel et efficace est renforcé et tant sa base que sa surface sont considérablement élargies : Le nombre annuel d opérations double, passant de 3 à 6 opérations. Son champ d utilisation s élargit, incluant les actions de prospection ; des participations individuelles à des foires et salons à l étranger - hors opérations collectives subventionnées des missions individuelles de prospection Le plafond maximum de prise en charge, de 7 500, est augmenté sur les pays cibles : à pour les pays prioritaires lointains, dits «Grand Large». De plus, la période prise en charge (3 jours) est portée à 6 jours ; à pour des pays de proximité, pays dits «Europe - Méditerranée», la période prise en charge (3 jours) est portée à 4 jours. à sur les autres pays.

17 MESURE 8 LA DEMATERIALISATION DES PROCEDURES DU COMMERCE EXTERIEUR I/ Etat des lieux Plusieurs pays asiatiques (souvent sous l autorité de l Etat) ont mis en œuvre, avec succès, des services de dématérialisation des procédures d exportation. En France deux projets fondés sur l initiative privée (même s ils ont reçu un soutien de l Etat) sont en cours, témoignant de l intérêt économique de cette approche, à la fois pour les entreprises exportatrices et pour l opérateur du service de dématérialisation. Le gain provenant d une dématérialisation de ces procédures même partielle est important pour les entreprises exportatrices : ainsi, avec le lancement de sa plateforme de dématérialisation nationale Dagang.Net, la Malaisie a permis à ses entreprises de réaliser, pour un traitement administratif d une expédition, un gain de productivité de 97% sur le temps passé. Ces chiffres sont corroborés par ceux des plateformes Tradelink (Hong-Kong) ou TradeVan (Taïwan). Au niveau français, la douane française a complété son offre de services dématérialisés avec le lancement, le 28 juin 2007, du programme DELTA qui permet désormais d effectuer les déclarations en douane via internet. En complément de ce projet public, M. Hervé Novelli, Secrétaire d Etat chargé des Entreprises et du Commerce Extérieur a souhaité, dès sa prise de fonction, donner une nouvelle impulsion et fixé un objectif très ambitieux de lancement des services dématérialisés des procédures du commerce extérieur d'ici à fin II/ Décisions : L intervention de l État se focalise sur 3 axes Des projets de plates-formes ont été développés par des opérateurs privés mais leur mise en œuvre nécessite une intervention forte de l Etat qui se focalisera à court terme sur 3 grands axes : 1. La création d un comité de pilotage interministériel Afin de fluidifier la réflexion stratégique et la coordination entre les acteurs publics et privés, un comité de pilotage interministériel pour la dématérialisation Bercy, le 7 février 2008

18 du commerce extérieur sera mis en place. Il associeraa les principaux départements ministériels concernés, les organismes consulaires et agences publiques, qui jouent un rôle clé dans ce processus de dématérialisation (en particulier ceux chargés de l émission ou la vérification de documents légaux à l export). 2. L attribution d un label aux opérateurs de plates-formes de dématérialisation A l image de ce qui a été fait pour certains services de confiance qui sont assurés par des acteurs privés, mais pour lesquels l État garantit aux utilisateurs la sécurité et la qualité du service, un label sera attribué aux opérateurs de dématérialisation respectant un cahier des charges technique et organisationnel précis. La rédaction de ce cahier des charges (et la définition des procédures de contrôle) aboutissant à la délivrance du label sera effectuée au sein du comite de pilotage précité. 3. La mise en place de partenariats bilatéraux avec des plates-formes étrangères En l absence d accord multilatéral sur la dématérialisation dans un avenir proche, des accords de reconnaissance bilatéraux seront lancés par l Etat. Ces partenariats bilatéraux permettront un gain précieux pour l interconnexion des plates-formes labellisées françaises et leurs homologues étrangères. Les principaux pays cibles avec lesquels il convient d établir un partenariat sur la base de critères stratégiques et économiques seront identifiés.

SOMMAIRE. 2-1. Déduction de l impôt sur le revenu à partir de 120 jours à l étranger

SOMMAIRE. 2-1. Déduction de l impôt sur le revenu à partir de 120 jours à l étranger SOMMAIRE Cap Export : Pour Mieux Exporter 1. Favoriser l emploi des jeunes à l export Un crédit d impôt export étendu 2. Partir gagner des marchés à l étranger 2-1. Déduction de l impôt sur le revenu à

Plus en détail

Catalogue des aides financières à l international

Catalogue des aides financières à l international Catalogue des aides financières à l international Février 2012 SOMMAIRE SOMMAIRE Un Pôle à vocation mondiale 3 COFACE 5 Assurance prospection 6 Soutien de trésorerie 7 Assurance caution risque exportateur

Plus en détail

Principales aides financières au Développement Export

Principales aides financières au Développement Export Principales aides financières au Développement Export Retrouver en page 5 " L appui régional aux Projets Stratégiques d Entreprises" > Régionales Programme ASTREE / Aide Stratégique Régionale à l Entreprise

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Région Haute-Normandie. Plan régional pour l internationalisation des entreprises en Haute-Normandie

Région Haute-Normandie. Plan régional pour l internationalisation des entreprises en Haute-Normandie Région Haute-Normandie Plan régional pour l internationalisation des entreprises en Haute-Normandie Novembre 2013 ! "# $"% &%'' $ (')#!*+,*'-#&+,./ 0 $1&/2+,(.'1&/2+,(.'' 3,/,// 4 (553 5#+' 2 '+ 0 6 #

Plus en détail

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Depuis 2012, un ensemble d actions est engagé au service du renforcement

Plus en détail

Analyse prospective des marchés à l export, par secteur et par pays

Analyse prospective des marchés à l export, par secteur et par pays Analyse prospective des marchés à l export, par secteur et par pays Octobre 2012 RESULTATS DE L ANALYSE DES COUPLES PAYS/SECTEURS PORTEURS EN FAVEUR DU COMMERCE EXTERIEUR DE LA FRANCE SOMMAIRE Résumé 2

Plus en détail

Le Volontariat International en Entreprise: Simplifiez-vous les Ressources Humaines en Chine

Le Volontariat International en Entreprise: Simplifiez-vous les Ressources Humaines en Chine Le Volontariat International en Entreprise: Simplifiez-vous les Ressources Humaines en Chine Contacts: Matthieu.garcia@ubifrance.fr Bertrand.jimenez@ubifrance.fr QU EST-CE QUE LE V.I.E? UNE FORMULE FLEXIBLE

Plus en détail

LES ESPACES CAMPUS FRANCE A PROCEDURES CEF. étrangers

LES ESPACES CAMPUS FRANCE A PROCEDURES CEF. étrangers LES ESPACES CAMPUS FRANCE A PROCEDURES CEF Atelier «accueil des étudiants étrangers» 8 décembre d 2007-1 Accompagner l inscription Aider les établissements dans leur sélection Un guichet unique en ligne

Plus en détail

Les mesures en faveur de

Les mesures en faveur de Les mesures en faveur de l attractivité Invest in France La France est une destination de premier ordre pour les investissements directs étrangers. Elle accueille sur son sol plus de 0 000 entreprises

Plus en détail

Dossier de presse Les entreprises artisanales exportent!

Dossier de presse Les entreprises artisanales exportent! Dossier de presse Les entreprises artisanales exportent! Contact presse Assemblée permanente des chambres de métiers et de l artisanat (APCMA) Elisabeth de Dieuleveult 01 44 43 10 96 et 06 61 25 98 00

Plus en détail

Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 8 ème ÉDITION

Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 8 ème ÉDITION Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 8 ème ÉDITION S.M.A.R.T. Production 2004-2005 - Tous droits de reproduction réservés. Par les mêmes organisateurs : 40 ateliers gratuits sur

Plus en détail

BOURSES SCOLAIRES. au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER

BOURSES SCOLAIRES. au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER BOURSES SCOLAIRES au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER ÉTABLISSEMENT PUBLIC NATIONAL À CARACTÈRE ADMINISTRATIF SOUS

Plus en détail

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013 LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES 1. Facteurs structurels du ralentissement de la croissance dans les BRIC 2. Interdépendances commerciales entre les BRIC et le reste du monde Françoise Lemoine, Deniz

Plus en détail

Note relative à l investissement direct étranger dans le monde et au Maroc

Note relative à l investissement direct étranger dans le monde et au Maroc Royaume du Maroc Département de l Economie, des Finances et de la Privatisation Direction de la Politique Economique Générale Note relative à l investissement direct étranger dans le monde et au Maroc

Plus en détail

Coface et les soutiens publics à l Exportation

Coface et les soutiens publics à l Exportation Coface et les soutiens publics à l Exportation LES OPPORTUNITES D AFFAIRES AUX EMIRATS ARABES UNIS Financer sa démarche de prospection, Son projet export. 16 décembre 2014 / Saint Denis de La Réunion Les

Plus en détail

Plan régional d internationalisation des entreprises en Pays de la Loire 2013 / 2015

Plan régional d internationalisation des entreprises en Pays de la Loire 2013 / 2015 Plan régional d internationalisation des entreprises en Pays de la Loire 2013 / 2015 Dans le cadre du Schéma Régional de l Economie et de l Emploi Durables et de la Stratégie régionale à l international

Plus en détail

MSH INTERNATIONAL pour le compte de l ASFE

MSH INTERNATIONAL pour le compte de l ASFE 2014 RELAIS EXPAT L ASSURANCE SANTÉ EN COMPLÉMENT DE LA POUR EXPATRIÉS MSH INTERNATIONAL pour le compte de l ASFE L ASSURANCE SANTÉ SANS FRONTIÈRES Le contrat Relais Expat de l ASFE : pourquoi vous couvrir?

Plus en détail

LE VIE VOLONTARIAT INTERNATIONAL EN ENTREPRISE >>>

LE VIE VOLONTARIAT INTERNATIONAL EN ENTREPRISE >>> >>> LE VIE VOLONTARIAT INTERNATIONAL EN ENTREPRISE SERVICE COMMUN UNIVERSITAIRE D INSERTION ET D ORIENTATION Campus centre-ville Site Ste Marthe 74 rue Louis Pasteur 84029 AVIGNON CEDEX 1 Tél. + 33 (0)4

Plus en détail

L innovation chez OSEO en 2010 L. REINHART Séminaire Aristote «La Recherche en quête d Innovation» Jeudi 18 Novembre 2010

L innovation chez OSEO en 2010 L. REINHART Séminaire Aristote «La Recherche en quête d Innovation» Jeudi 18 Novembre 2010 L innovation chez OSEO en 2010 L. REINHART Séminaire Aristote «La Recherche en quête d Innovation» Jeudi 18 Novembre 2010 Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr

Plus en détail

ECOLE DES MINES DE NANCY

ECOLE DES MINES DE NANCY Emploi ECOLE DES MINES DE NANCY FORMATION INGÉNIEUR CIVIL DES MINES ENQUÊTE D INSERTION de la PROMOTION 2005 DIPLÔMÉE en 2008. Cette analyse est issue des résultats collectés par l Ecole des Mines de Nancy

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 6 juin 2014 AGEN

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 6 juin 2014 AGEN Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 6 juin 2014 AGEN 5 années de croissance perdues 1 850 Volume de la production nationale en milliard d'euros constants (valeur 2005) 1 800 1 750 1 700

Plus en détail

Volontariat International en Entreprise

Volontariat International en Entreprise DOSSIER DE PRESSE Volontariat International en Entreprise Contact presse : Clément Moulet, clement.moulet@ubifrance.fr tél. : 01 40 73 35 31 Communication V.I.E : Didier Cros, didier.cros@ubifrance.fr

Plus en détail

Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif :

Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif : Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif : Un dispositif d une telle ampleur et avec tant d innovations, de simplications et de sécurisation, du jamais

Plus en détail

Groupe AFNOR au service de votre performance

Groupe AFNOR au service de votre performance Groupe AFNOR au service de votre performance GROUPE AFNOR Les clés de votre différenciation et de votre développement AFNOR est un groupe de services organisé autour de 4 grands domaines de compétences

Plus en détail

Financer et accompagner les entreprises

Financer et accompagner les entreprises Financer et accompagner les entreprises EN HAUTE-NORMANDIE Créer EN HAUTE-NORMANDIE Innover Fiches pratiques Développer Transmettre Outils communs Édito des Présidents La Région Haute-Normandie et OSEO,

Plus en détail

LA SOCIETE DE PARTICIPATIONS FINANCIERES «LA SOPARFI»

LA SOCIETE DE PARTICIPATIONS FINANCIERES «LA SOPARFI» LA SOCIETE DE PARTICIPATIONS FINANCIERES «LA SOPARFI» La SOPARFI n'est pas régie par une loi spécifique, mais se définit comme une société de capitaux luxembourgeoise soumise à une fiscalité tant directe

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

LES SIGNATAIRES DE LA CHARTE EXPORT EN AUVERGNE. Un numéro dédié. AUVERGNE INTERNATIONAL, vous conseille, vous guide et vous soutient lors de :

LES SIGNATAIRES DE LA CHARTE EXPORT EN AUVERGNE. Un numéro dédié. AUVERGNE INTERNATIONAL, vous conseille, vous guide et vous soutient lors de : Les acteurs opérationnels de l international en Auvergne regroupent leurs expertises et dispositifs sous la bannière Auvergne International pour vous offrir un accompagnement harmonisé et cohérent sur

Plus en détail

Base de données sur l'économie mondiale Alix de Saint Vaulry *

Base de données sur l'économie mondiale Alix de Saint Vaulry * Base de données sur l'économie mondiale Alix de Saint Vaulry * 1) Base de données 2) Sources et définitions * Alix de Saint Vaulry est économiste au CEPII, responsable de la production de la base de données

Plus en détail

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE ORGANISATION FOR ECONOMIC CO-OPERATION AND DEVELOPMENT TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE 14-15 septembre 2006 Séoul, Corée Déclaration de Séoul (version définitive) CENTRE

Plus en détail

2013 : une activité stable dans un environnement contrasté. Une rentabilité opérationnelle préservée.

2013 : une activité stable dans un environnement contrasté. Une rentabilité opérationnelle préservée. COMMUNIQUE DE PRESSE 6 décembre 2013 Résultats annuels 2013 2013 : une activité stable dans un environnement contrasté. Une rentabilité opérationnelle préservée. Volume d activité Villages stable à taux

Plus en détail

L aventure de l international : Entreprises et Pôles/Clusters témoignent

L aventure de l international : Entreprises et Pôles/Clusters témoignent Nos partenaires L aventure de l international : Entreprises et Pôles/Clusters témoignent Intervenant : Jean-Baptiste Anginot Directeur Général - société ECOFIT Animatrice : Sylvie Hevia Conseillère en

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/12/INF/4 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 3 OCTOBRE 2013 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Douzième session Genève, 18 21 novembre 2013 RÉSUMÉ DE L ÉTUDE SUR LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

Programmes Opérationnels Européens 2007-2013 CADRE D INTERVENTION (FONDS FEDER)

Programmes Opérationnels Européens 2007-2013 CADRE D INTERVENTION (FONDS FEDER) Page 1 Axe Référence Domaine Service instructeur Dates agréments CLS 2 La compétitivité de l économie : développer l économie réunionnaise dans l environnement international REGION Direction des Affaires

Plus en détail

Via Volontariat International en Entreprise (V.I.E Pays de la Loire)

Via Volontariat International en Entreprise (V.I.E Pays de la Loire) Via Volontariat International en Entreprise (V.I.E Pays de la Loire) La Région des Pays de la Loire apporte un soutien financier aux entreprises régionales qui souhaitent recourir au service de Volontaires

Plus en détail

Les banques suisses 2013 Résultats des enquêtes de la Banque nationale suisse

Les banques suisses 2013 Résultats des enquêtes de la Banque nationale suisse Communiqué presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 19 juin 2014 Les banques suisses 2013 Résultats s enquêtes la Banque nationale suisse

Plus en détail

FONDS UNIQUE INTERMINISTERIEL DE SOUTIEN AUX PROJETS DE RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT COLLABORATIFS DES POLES DE COMPETITIVITE

FONDS UNIQUE INTERMINISTERIEL DE SOUTIEN AUX PROJETS DE RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT COLLABORATIFS DES POLES DE COMPETITIVITE FONDS UNIQUE INTERMINISTERIEL DE SOUTIEN AUX PROJETS DE RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT COLLABORATIFS DES POLES DE COMPETITIVITE 13 e APPEL A PROJETS Les moyens destinés au soutien financier de l Etat en faveur

Plus en détail

BASE DE DONNEES - MONDE

BASE DE DONNEES - MONDE BASE DE DONNEES - MONDE SOMMAIRE Partie I Monnaies Partie II Epargne/Finances Partie III Démographie Partie IV Finances publiques Partie V Matières premières Partie I - Monnaies Cours de change euro/dollar

Plus en détail

Coface et les soutiens publics à l Exportation

Coface et les soutiens publics à l Exportation Coface et les soutiens publics à l Exportation Béatrice Langella 15 Février 2013 Vos besoins, notre offre 1. L Assurance Prospection 2. L Assurance- Crédit ( >2 ans) 3. Les Assurances Risque Exportateur

Plus en détail

Click to edit Master title style

Click to edit Master title style Le Service des délégués commerciaux MAECI: Orientation et rôle Investissement étranger direct (IED) Anderson Blanc Délégué commercial Click to edit Master title style Investissement & Innovation Coordonnateur

Plus en détail

Kit produits garanties publiques. Direction des garanties publiques

Kit produits garanties publiques. Direction des garanties publiques Kit produits garanties publiques Direction des garanties publiques 09 04 2013 Les soutiens publics à l exportation Vos besoins / Notre offre Développer votre chiffre d affaires à l international sans craindre

Plus en détail

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Royaume du Maroc La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Table des Matières 1. Données sur la masse salariale...2 1.1. Importance de la masse salariale...2 1.2. Aggravation

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

VERS UNE COMMUNAUTÉ EURO- MÉDITERRANÉENNE DE L ÉNERGIE : Passer de l'import-export à un nouveau modèle énergétique régional

VERS UNE COMMUNAUTÉ EURO- MÉDITERRANÉENNE DE L ÉNERGIE : Passer de l'import-export à un nouveau modèle énergétique régional VERS UNE COMMUNAUTÉ EURO- MÉDITERRANÉENNE DE L ÉNERGIE : Passer de l'import-export à un nouveau modèle énergétique régional Avril 2013 En 2011, pour la première fois, la Commission européenne parle d une

Plus en détail

Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011

Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011 Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011 PRESENTATION Le groupe ALTIOS International Une société leader dans le conseil et le développement opérationnel

Plus en détail

CIR CREDIT D IMPOT RECHERCHE

CIR CREDIT D IMPOT RECHERCHE Porté par les pôles de compétitivité Systematic Paris-Region, Cap Digital, Images & Réseaux, Minalogic, Solutions Communicantes Sécurisées, avec Syntec Numérique, Comité Richelieu, PME Finance, CGPME Paris

Plus en détail

Investissements d avenir. Action : «Projets agricoles et agroalimentaires d avenir (P3A)»

Investissements d avenir. Action : «Projets agricoles et agroalimentaires d avenir (P3A)» Investissements d avenir Action : «Projets agricoles et agroalimentaires d avenir (P3A)» Appel à projets «Innovation et compétitivité des filières agricoles et agroalimentaires» Volet compétitif «Initiatives

Plus en détail

Aux services secrets de sa majesté : l accompagnement personnalisé dans l implantation à l international 18 mars 2014

Aux services secrets de sa majesté : l accompagnement personnalisé dans l implantation à l international 18 mars 2014 Aux services secrets de sa majesté : l accompagnement personnalisé dans l implantation à l international 18 mars 2014 Groupe Crédit Agricole Une Banque Universelle de Proximité à votre service Métiers

Plus en détail

La Région des Pays de la Loire se dote d un fonds souverain régional pour le financement des PME

La Région des Pays de la Loire se dote d un fonds souverain régional pour le financement des PME La Région des Pays de la Loire se dote d un fonds souverain régional pour le financement des PME DOSSIER DE PRESSE Communiqué de presse.................................. p.2 et 3 Bilan des P2RI en Pays

Plus en détail

«TRANSMÉA», UN FONDS UNIQUE DE CAPITAL INVESTISSEMENT DÉDIÉ AUX RES ORGANISÉS EN SCOP

«TRANSMÉA», UN FONDS UNIQUE DE CAPITAL INVESTISSEMENT DÉDIÉ AUX RES ORGANISÉS EN SCOP «TRANSMÉA», UN FONDS UNIQUE DE CAPITAL INVESTISSEMENT DÉDIÉ AUX RES ORGANISÉS EN SCOP I. Présentation de l action La Région Rhône-Alpes a lancé en 2007, en partenariat avec l Union régionale des Scop (Urscop),

Plus en détail

L externalisation un vecteur de développement du cabinet BPO Services France. Atelier Solution

L externalisation un vecteur de développement du cabinet BPO Services France. Atelier Solution L externalisation un vecteur de développement du cabinet BPO Services France Intervenants : Régis BIZIEN, EC et CAC Cabinet MBV, Paris Christophe BERNARD, Consultant NSG Phase 2 Brice BLAZY, Directeur

Plus en détail

de résultat opérationnel courant (3) en hausse de 20,7 % (4) Ratings AA-, perspective stable par Fitch Ratings et A2, perspective stable par Moody s

de résultat opérationnel courant (3) en hausse de 20,7 % (4) Ratings AA-, perspective stable par Fitch Ratings et A2, perspective stable par Moody s REGARD SUR COFACE / Le Groupe Coface est un leader mondial de l assurance-crédit et un expert reconnu des risques commerciaux. Il propose aux entreprises du monde entier des solutions pour les protéger

Plus en détail

Informations générales

Informations générales PHARMACEUTICAL INSPECTION CONVENTION PHARMACEUTICAL INSPECTION CO-OPERATION SCHEME Informations générales PS/INF 71/2012 26 septembre 2012 Le schéma de coopération dans le domaine de l inspection pharmaceutique

Plus en détail

Présentation Bpifrance Janvier 2014. Ariane Voyatzakis, Responsable du secteur agroalimentaire

Présentation Bpifrance Janvier 2014. Ariane Voyatzakis, Responsable du secteur agroalimentaire Présentation Bpifrance Janvier 2014 Ariane Voyatzakis, Responsable du secteur agroalimentaire 01. Qui sommes-nous? 02. Le financement bancaire 03. Le soutien à l innovation Titre de la présentation 2 01.

Plus en détail

Les mécanismes d aides et de financement proposés par l Ifcic et Coface

Les mécanismes d aides et de financement proposés par l Ifcic et Coface Compte-rendu de la réunion organisée par le Bureau Export et le CNV 8 novembre 2006 Les mécanismes d aides et de financement proposés par l Ifcic et Coface Intervenants : Mathieu de Seauve, Directeur Crédit

Plus en détail

LA BOITE A OUTILS DE L EXPORT OU COMMENT ABORDER L EXPORT CONDITIONS

LA BOITE A OUTILS DE L EXPORT OU COMMENT ABORDER L EXPORT CONDITIONS LA BOITE A OUTILS DE L EXPORT OU COMMENT ABORDER L EXPORT DANS LES MEILLEURES CONDITIONS POURQUOI EXPORTER? Trouver de nouveaux débouchés après avoir maîtrisé le marché national Accélérer la croissance

Plus en détail

NOTRE SAVOIR-FAIRE : VALORISER LE VOTRE

NOTRE SAVOIR-FAIRE : VALORISER LE VOTRE NOTRE SAVOIR-FAIRE : VALORISER LE VOTRE FRANCE Créer, améliorer, développer, défendre votre réseau de distribution 32 réseaux de distribution créés en 2013 Aide au choix des stratégies contractuelles de

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/25 NOTE COMMUNE N 16/2011

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/25 NOTE COMMUNE N 16/2011 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2011/26/06 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2011/25 NOTE COMMUNE N 16/2011 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

RENCONTRES REGIONALES POUR L AVENIR DU BOIS EN BRETAGNE. Thématique : Projets d entreprise et accès aux financements

RENCONTRES REGIONALES POUR L AVENIR DU BOIS EN BRETAGNE. Thématique : Projets d entreprise et accès aux financements RENCONTRES REGIONALES POUR L AVENIR DU BOIS EN BRETAGNE Thématique : Projets d entreprise et accès aux financements Introduction: objectifs et cadre général (1/2) ATELIERS REGIONAUX THEMATIQUES Objectifs

Plus en détail

L INITIATIVE «FRENCH TECH»

L INITIATIVE «FRENCH TECH» L INITIATIVE «FRENCH TECH» POUR LA CROISSANCE ET LE RAYONNEMENT DE L ÉCOSYSTÈME NUMÉRIQUE FRANÇAIS La French Tech en actions Mobilisation des écosystèmes sur les territoires : labellisation de quelques

Plus en détail

JOURNAL OFFICIEL DU SENEGAL

JOURNAL OFFICIEL DU SENEGAL 1 sur 6 12.11.2010 16:41 JOURNAL OFFICIEL DU SENEGAL LOI D ORIENTATION n 2008-29 du 28 juillet 2008 LOI D ORIENTATION n 2008-29 du 28 juillet 2008 relative à la promotion et au développement des petites

Plus en détail

Le dispositif de financement des jeunes entreprises de création

Le dispositif de financement des jeunes entreprises de création Le dispositif de financement des jeunes entreprises de création Pour la première fois en association avec le ministère du Redressement productif, des établissements bancaires associés, le DEFI (comité

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

notre vision CARTE DE VISITE

notre vision CARTE DE VISITE 360 notre vision CARTE DE VISITE 2012 Malgré un durcissement de la conjoncture économique à partir du second semestre 2011, le Groupe SEB a maintenu son cap et consolidé ses positions sur la plupart des

Plus en détail

BANK AL-ÂMAL INSTITUTION DEDIEE AU FINANCEMENT DES INVESTISSEMENTS DES MRE

BANK AL-ÂMAL INSTITUTION DEDIEE AU FINANCEMENT DES INVESTISSEMENTS DES MRE BANK AL-ÂMAL INSTITUTION DEDIEE AU FINANCEMENT DES INVESTISSEMENTS DES MRE Financement des projets de création d entreprises innovantes au Maroc par les expatriés marocains.-paris-23 mai 2006 Sommaire

Plus en détail

Éléments méthodologiques sur le reporting environnemental 2011

Éléments méthodologiques sur le reporting environnemental 2011 1 Nos performances environnementales, sociales et sociétales en 2011 Éléments méthodologiques sur le reporting environnemental 2011 Sur les données environnementales publiées dans le présent rapport, il

Plus en détail

Étiquette des rencontres d affaires en pays étranger Guide des références sur Internet

Étiquette des rencontres d affaires en pays étranger Guide des références sur Internet Étiquette des rencontres d affaires en pays étranger Guide des références sur Internet à l intention des entreprises des secteurs de l agroalimentaire et des fruits de mer de la C.-B. Sa Majesté la Reine

Plus en détail

Emmanuel MACRON, ministre de l Economie, de l Industrie et du Numérique

Emmanuel MACRON, ministre de l Economie, de l Industrie et du Numérique 3 Éditorial «Le numérique est aujourd hui dans tous les usages : les transports, les entreprises, les loisirs, les objets connectés, l accès à l information, les smartphones, etc. Mais il n est pas dans

Plus en détail

MANAGEMENT DE TRANSITION FRANCE

MANAGEMENT DE TRANSITION FRANCE MANAGEMENT DE TRANSITION FRANCE EDITO «Quand le cabinet de recrutement Robert Walters a lancé l activité Management de Transition en France il y a 10 ans, beaucoup d entreprises et de candidats étaient

Plus en détail

34-Internationalisation des entreprises 166- Fonds Régional d Appui à l Exportation Annexe 2 VIE PAYS DE LA LOIRE

34-Internationalisation des entreprises 166- Fonds Régional d Appui à l Exportation Annexe 2 VIE PAYS DE LA LOIRE VIE PAYS DE LA LOIRE REGLEMENT D'INTERVENTION le règlement n 1998/2006 de la Commission Européenne du 15 décembre 2006 concernant l'application des articles 107 et 108 du traité CE aux aides de minimis,

Plus en détail

La BRI. Au service de la stabilité monétaire et financière

La BRI. Au service de la stabilité monétaire et financière La BRI Au service de la stabilité monétaire et financière Fondée le 17 mai 1930, la BRI est la plus ancienne organisation financière internationale. Outre son siège social, à Bâle (Suisse), elle possède

Plus en détail

«garanties publiques» Direction des garanties publiques Marie-Claire SARLIEVE

«garanties publiques» Direction des garanties publiques Marie-Claire SARLIEVE «garanties publiques» 25 05 2012 Direction des garanties publiques Marie-Claire SARLIEVE Profil de Coface Coface commercialise des solutions pour gérer les créances commerciales que les entreprises détiennent

Plus en détail

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Mise à jour - Janvier 2015 Giorgia Albertin Représentante Résidente pour la Tunisie Fonds Monétaire International Plan de l exposé

Plus en détail

Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010. Axe Emploi et Solidarité. PME - Indépendants

Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010. Axe Emploi et Solidarité. PME - Indépendants Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010 Axe Emploi et Solidarité PME - Indépendants Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010 PME - Indépendants Etat des lieux

Plus en détail

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Juin 2014 Page 1 898 SYNTHESE En 2013, le nombre des investisseurs étrangers en actions cotées à la Bourse de Casablanca a enregistré une hausse ; il est

Plus en détail

ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944

ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944 ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944 Entrée en vigueur : L Accord est entré en vigueur le 30 janvier 1945. Situation : 130 parties. Cette liste

Plus en détail

création oseo.fr Pour financer et accompagner les PME

création oseo.fr Pour financer et accompagner les PME création oseo.fr OSEO Document non contractuel Réf. : 6522-02 Janvier 2007 Pour financer et accompagner les PME création oser pour gagner! Que la création porte sur une activité traditionnelle avec un

Plus en détail

dispositif lorrain de soutien à l export

dispositif lorrain de soutien à l export objectif export dispositif lorrain de soutien à l export 2 _S INFORMER S INFORMER_ 3 INFORMATIONS TECHNIQUES ET RÉGLEMENTAIRES Information sur les formalités et la réglementation à l international Apporter

Plus en détail

1. Les interventions destinées à soutenir l innovation

1. Les interventions destinées à soutenir l innovation Fiche N : 414 Version : 20/06/2014 Les interventions de Bpifrance en financement des investissements Mots clés : Bpifrance, OSEO, financements, aides, services, innovation, investissements, croissance,

Plus en détail

L AIDE AU DÉVELOPPEMENT FRANÇAISE

L AIDE AU DÉVELOPPEMENT FRANÇAISE L AIDE AU DÉVELOPPEMENT FRANÇAISE L Aide publique au développement (APD) désigne les dépenses publiques au bénéfice des pays en développement dont le but essentiel est de favoriser le développement économique

Plus en détail

Kit produits «Garanties Publiques» Direction des Garanties Publiques

Kit produits «Garanties Publiques» Direction des Garanties Publiques Kit produits «Garanties Publiques» 03 02 2011 Direction des Garanties Publiques Les soutiens publics à l exportation + nouveaux visuels 2 Vos besoins / Notre offre Développer votre chiffre d affaires à

Plus en détail

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Résumé L excédent commercial suisse affiche un nouveau record en 2013, à 26,6 Mds CHF (environ 4,5% du PIB). Recevant près de 55% des exportations suisses, l

Plus en détail

De vraies perspectives d avenir Des dispositifs d accompagnement et de financements De multiples complémentarités

De vraies perspectives d avenir Des dispositifs d accompagnement et de financements De multiples complémentarités De vraies perspectives d avenir Des dispositifs d accompagnement et de financements De multiples complémentarités Organisateurs : Partenaires : Des outils d accompagnement Des outils de financement Zoom

Plus en détail

Schéma Régional d Intelligence Economique (SRIE) de la région CENTRE 2012-2015

Schéma Régional d Intelligence Economique (SRIE) de la région CENTRE 2012-2015 Orléans, le 5 octobre 2012 Schéma Régional d Intelligence Economique (SRIE) de la région CENTRE 2012-2015 Introduction L intelligence économique, c est le dispositif par lequel tout acteur économique assure

Plus en détail

Délégation Asie-Pacifique du Groupe Crédit Agricole à Hong Kong et à Shanghai. Le RMB s internationalise: Un simple filet d eau ou le déluge?

Délégation Asie-Pacifique du Groupe Crédit Agricole à Hong Kong et à Shanghai. Le RMB s internationalise: Un simple filet d eau ou le déluge? Délégation Asie-Pacifique du Groupe Crédit Agricole à Hong Kong et à Shanghai Le RMB s internationalise: Un simple filet d eau ou le déluge? Le Tour du Monde en 8 heures Poitiers, le 21 juin 2011 Agenda

Plus en détail

Les chartes de France Investissement

Les chartes de France Investissement Les chartes de France Investissement Introduction : le dispositif France Investissement Les PME les plus dynamiques ou à fort potentiel de croissance apportent une contribution essentielle au développement

Plus en détail

CULTURE D ENTREPRISE ET GESTION DES RISQUES. Favoriser la performance des organisations publiques par l influence des valeurs opérantes

CULTURE D ENTREPRISE ET GESTION DES RISQUES. Favoriser la performance des organisations publiques par l influence des valeurs opérantes CULTURE D ENTREPRISE ET GESTION DES RISQUES Favoriser la performance des organisations publiques par l influence des valeurs opérantes L exemple du Comité de Bâle Julien Benomar Culture d entreprise et

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Direction de la ville et de la cohésion urbaine CONTRATT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Proposition d architecture Novembre 2014 Les contrats de ville de nouvelle génération qui succèderont, à compter

Plus en détail

Innovation Capital annonce le lancement du fonds d investissement sectoriel SISA dédié à la filière Silver économie

Innovation Capital annonce le lancement du fonds d investissement sectoriel SISA dédié à la filière Silver économie Innovation Capital annonce le lancement du fonds d investissement sectoriel SISA dédié à la filière Silver économie Paris, le 25 février 2014 Innovation Capital, société de capital investissement fondée

Plus en détail

MSH INTERNATIONAL pour le compte de l ASFE

MSH INTERNATIONAL pour le compte de l ASFE 2014 RELAIS EXP A T L ASSURANCE SANTÉ EN COMPLÉMENT DE LA POUR EXPATRIÉS MSH INTERNATIONAL pour le compte de l ASFE L ASSURANCE SANTÉ SANS FRONTIÈRES Le contrat Relais Expat de l ASFE : pourquoi vous couvrir?

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 5 DU 12 JANVIER 2010 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 7 S-1-10 INSTRUCTION DU 29 DECEMBRE 2009 IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE. CALCUL DE L IMPOT. REDUCTION D

Plus en détail

ROBERT WALTERS ENQUÊTE CANDIDATS 2015. www.robertwalters.fr CHIFFRES CLÉS

ROBERT WALTERS ENQUÊTE CANDIDATS 2015. www.robertwalters.fr CHIFFRES CLÉS ROBERT WALTERS ENQUÊTE CANDIDATS 2015 Pour mieux comprendre les attentes des candidats, Robert Walters référence mondiale du recrutement spécialisé a diffusé une enquête au début de l année 2015, auprès

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

125 700 m² LE MARCHÉ LOCATIF - 3T 2014 LA DÉFENSE. Demande placée. Taille des transactions 2010 2011 2012 2013 3T2014 2010 2011 2012 2013 3T2014

125 700 m² LE MARCHÉ LOCATIF - 3T 2014 LA DÉFENSE. Demande placée. Taille des transactions 2010 2011 2012 2013 3T2014 2010 2011 2012 2013 3T2014 LE MARCHÉ LOCATIF - 3T 2014 LA DÉFENSE Demande placée 125 700 m² +41% : confirme son retour en grâce sur le marché locatif, en dépit d un 3 ème trimestre 2014 beaucoup moins flamboyant que le précédent,

Plus en détail

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales»

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les chaînes d activité mondiales (CAM) Les chaînes d activité recouvrent la gamme complète des fonctions et des tâches

Plus en détail

2014 RÉSULTATS ANNUELS

2014 RÉSULTATS ANNUELS 2014 RÉSULTATS ANNUELS Conférence de presse Paris - 25 février 2015 Certaines déclarations figurant dans ce document contiennent des prévisions qui portent notamment sur des événements futurs, des tendances,

Plus en détail