CULTURE D ENTREPRISE ET GESTION DES RISQUES. Favoriser la performance des organisations publiques par l influence des valeurs opérantes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CULTURE D ENTREPRISE ET GESTION DES RISQUES. Favoriser la performance des organisations publiques par l influence des valeurs opérantes"

Transcription

1 CULTURE D ENTREPRISE ET GESTION DES RISQUES Favoriser la performance des organisations publiques par l influence des valeurs opérantes L exemple du Comité de Bâle

2

3 Julien Benomar Culture d entreprise et gestion des risques Favoriser la performance des organisations publiques par l influence des valeurs opérantes L exemple du Comité de Bâle Essai Éditions Persée

4 Consultez notre site internet Éditions Persée, 2015 Pour tout contact : Editions Persée 38 Parc du Golf Aix-en-Provence

5 Ce livre s adresse aux étudiants en gestion des risques et à tous ceux qui considèrent que ce domaine pourrait contribuer significativement à l amélioration de la gestion des administrations françaises. Il vise à identifier les valeurs opérantes d une organisation comme étant un facteur contributif de la gestion du risque lié au facteur humain.

6

7 Sommaire Prologue Résumé Partie I : Qu est-ce que la gestion des risques? La réponse à des problématiques opérationnelles, du point de vue entrepreneurial Une discipline dont le niveau d avancement dépend de la place accordée à la performance au sein des objectifs stratégiques de l organisation Partie II : La méthodologie de gestion des risques opérationnels préconisée par le Comité de Bâle Le contexte et les composantes Le but de la gestion des risques Le bien-fondé de la gestion des risques La valeur ajoutée de la gestion des risques Les étapes structurant la méthodologie L étape 1 (E1) : L identification et l évaluation des risques Etape 2 (E2) : L identification de plans d actions réduisant la probabilité d occurrence et/ou l impact des risques identifiés Etape 3 (E3) : La quantification de l exposition globale de l organisation via la quantification de l ensemble des risques identifiés en E1 ; Etape 4 (E4) : La communication auprès de l ensemble des parties prenantes sur la conformité de l établissement par rapport à la contrainte règlementaire

8 3 Les axes d améliorations potentielles de la méthodologie La méthodologie nécessite une forte implication des collaborateurs et de la Direction générale, ce qui n est pas toujours le cas La méthodologie ne comprend pas de facteurs de motivation (incentives) pour les collaborateurs Les dispositifs de gestion des risques ne sont soumis à aucune évaluation externe «sur site» La focalisation de la gestion des risques sur l atteinte des objectifs de production, tandis que l incertitude se situe essentiellement aux niveaux stratégiques et managériaux La méthodologie porte exclusivement sur les modes de coordination formalisés Conclusion intermédiaire : les méthodologies de gestion des risques préconisées par le Comité de Bâle répondent à une obligation de moyens La finalité de la méthodologie de gestion des risques opérationnels préconisée par le Comité de Bâle Les lacunes de cette méthodologie Conclusion Perspective Partie III : Une autre approche est possible : associer la gestion des risques à l atteinte des objectifs stratégiques Une réorientation préconisée par la norme ISO La norme ISO préconise un revirement significatif Onze principes qui constituent un cadre structurant au développement d une approche qualitative Présentation des étapes structurant l approche qualitative de gestion des risques L identification des objectifs respectifs de l organisation et la vérification de leur cohérence et consistance

9 2. Intégrer la gestion de l incertitude, lié au facteur humain, à la gestion des risques L identification des facteurs de risques pouvant entraver l atteinte des objectifs respectifs La validation de l exhaustivité de la cartographie des risques bruts par la confrontation avec une base de données externes La réconciliation des risques identifiés avec l historique comptable des pertes financières L intégration de la gestion des ressources humaines et de la gestion des risques liés au facteur humain L identification des valeurs opérantes favorisant la gestion des risques Conclusion Glossaire

10

11 Prologue : La responsabilité du Comité de Bâle dans la crise financière Créé au milieu des années 70 s, le Comité de Bâle regroupe les autorités de contrôles au niveau bancaire des principaux pays développés (Europe, États-Unis, Japon, Chine, Inde, Australie, Brésil, Russie, Afrique du Sud, Arabie saoudite, Argentine) Tenant son nom de la ville suisse où il se réunit quatre fois par an, ce comité a pour finalité de gérer le risque systémique pour le secteur financier et d éviter l effet domino que pourrait provoquer la faillite d un établissement bancaire dans une économie financière fortement interdépendante. Composer de représentants des banques centrales des pays membres, son mode de fonctionnement est celui d une organisation publique notamment concernant le postulat fondamental de l obligation de moyens. Sa finalité première étant de renforcer la sécurité et la fiabilité du secteur financier, la responsabilité du Comité de Bâle est ainsi de premier plan dans la crise financière de La crise ayant débuté par l effet de contagion ou «effet domino» qui suivit la chute de Lehmann Brothers et menaça l ensemble du secteur bancaire, la responsabilité du Comité de Bâle dans l absence de maitrise du risque systémique est ainsi incontestable mais est-elle compréhensible? Comment comprendre l inefficacité du Comité de Bale dans sa gestion du risque systémique ayant conduit à la crise financière récente? Pourquoi sa responsabilité n a-t-elle pas été mise en cause lors de la matérialisation du risque systémique contre lequel il est censé lutter? Comment comprendre que ce Comité soit systématiquement renouvelé et doté en ressources publiques alors même que sa plus-value, voire son utilité, reste manifestement marginale, au regard de la dernière crise financière ainsi que des réformes prises depuis lors 11

12 au niveau politique et qui ne tiennent pas compte de son existence (citons, par exemple, la volonté de séparer les banques d investissement des banques de dépôt, comme préconisée en 1930)? Afin d apporter un éclairage sur la réelle responsabilité du Comité de Bâle sur le déclenchement et la gestion de la dernière crise financière, nous allons décortiquer les méthodologies de gestion des risques financiers préconisées afin de s interroger sur la plusvalue recherchée par le Comité et son impact sur le secteur financier. Nous verrons qu audelà des aspects méthodologiques, le mode de supervision sélectionnée par le Comité de Bâle ne laisse aucun doute quant aux objectifs stratégiques réellement poursuivis Cette analyse est-elle transposable à l ensemble des administrations ou organisations (para) publiques? 12

13 Résumé Henry Mintzberg conçoit l entreprise comme «un dispositif de division des tâches associé à un dispositif de coordination pour recoller les morceaux». Le processus de division des tâches est à la fois horizontale dans la distinction des différents métiers (comptabilité, vente, marketing, secrétariat ), et verticale via la ségrégation hiérarchique (opérationnels, managers, directeurs ). Le dispositif de coordination est, lui aussi, double par la présence d un mode de coordination explicite (écrit), nous parlons de mode de coordination formalisé (essentiellement les procédures de l entreprise) et par la présence d un mode de coordination non explicite (oral) : les us et coutumes de l organisation composant la culture d entreprise. L objet de cet ouvrage est de mettre en lumière le fait que l ensemble des contrôles en entreprise porte sur le mode de coordination formalisé : revue des procédures opérationnelles, fixation de seuils d exposition, limites d autorisations ou de prix alors que le mode de coordination non formalisé (la culture d entreprise), crucial dans l influence des comportements et dans la prise de décision, opérationnelle et stratégique, constitue potentiellement un risque majeur pour certaines organisations. Afin d illustrer ce propos, une analyse de la méthodologie de gestion des risques bancaires est proposée, mettant en valeur certaines failles importantes, et permettant d établir un lien entre la récurrence des crises financières et le mode de fonctionnement du Comité en charge de la supervision du secteur financier : le Comité de Bâle. Au-delà du regard porté sur la fiabilité et la pertinence des approches de gestion des risques du secteur financier, la trame principale de cet ouvrage est l identification d un risque majeur pour les organisations publiques (tel le Comité de Bâle) : un manque de performance dû à une culture organisationnelle inadaptée. 13

14

15 Partie I : Qu est-ce que la gestion des risques? 1. La réponse à des problématiques opérationnelles, du point de vue entrepreneurial Depuis le milieu du XXe siècle, l internationalisation des échanges liée à la mondialisation, et la complexité croissante des activités industrielles et financières, ont provoqué une L initiation à la gestion des risques via la rencontre avec un entrepreneur augmentation significative de la part d incertitude inhérente à la gestion des projets au sein des organisations. Débutant mon expérience professionnelle au sein du département économique de l ambassade de France en Indonésie, j ai pu m imprégner de cette réalité via, notamment, la rencontre avec des entrepreneurs français, dans le cadre de la gestion de leurs projets et des potentiels appuis que ces derniers pouvaient solliciter, auprès de l ambassade. Un des entrepreneurs rencontrés était, par exemple, en charge, au nom d un consortium international, d un projet d implantation d eau potable dans certaines des provinces de la région de Jakarta. Suite à la progression des aspects juridiques et organisationnels, l avancement de son projet était entravé du fait d importantes problématiques, que l on pourrait résumer ainsi : de nombreux problèmes techniques (fuites d eau, branchements défectueux ) liés notamment au climat et à la difficulté pour les équipes expatriées à gérer les ressources humaines locales ; 15

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE :

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : DECRYPTAGE ET TEMOIGNAGE Le coaching en entreprise est souvent source de questionnement sur différents aspects : quelles populations concernées? Dans

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Rapport intérimaire sur la mise en œuvre du cadre réglementaire de Bâle

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Rapport intérimaire sur la mise en œuvre du cadre réglementaire de Bâle Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Rapport intérimaire sur la mise en œuvre du cadre réglementaire de Bâle Octobre 2013 Le présent document est traduit de l anglais. En cas de doute ou d ambiguïté,

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/12/INF/4 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 3 OCTOBRE 2013 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Douzième session Genève, 18 21 novembre 2013 RÉSUMÉ DE L ÉTUDE SUR LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

ROBERT WALTERS ENQUÊTE CANDIDATS 2015. www.robertwalters.fr CHIFFRES CLÉS

ROBERT WALTERS ENQUÊTE CANDIDATS 2015. www.robertwalters.fr CHIFFRES CLÉS ROBERT WALTERS ENQUÊTE CANDIDATS 2015 Pour mieux comprendre les attentes des candidats, Robert Walters référence mondiale du recrutement spécialisé a diffusé une enquête au début de l année 2015, auprès

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

École Supérieure Algérienne des Affaires 2ième Rencontres du Consortium ESAA-entreprises Mutation digitale et conséquences sur l organisation de l entreprise et ses salariés ( 3 Juin 2015) La digitalisation

Plus en détail

Assurance-crédit. Maîtriser les défauts de paiement/

Assurance-crédit. Maîtriser les défauts de paiement/ Assurance-crédit Maîtriser les défauts de paiement/ Souvent, la confiance ne paie pas/ A toute facture en souffrance est associé un risque de perte. Tout se passe bien pendant un temps, jusqu à ce qu un

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance 9% services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services ont progressé en 2013. Les services financiers, qui avaient

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

La BRI. Au service de la stabilité monétaire et financière

La BRI. Au service de la stabilité monétaire et financière La BRI Au service de la stabilité monétaire et financière Fondée le 17 mai 1930, la BRI est la plus ancienne organisation financière internationale. Outre son siège social, à Bâle (Suisse), elle possède

Plus en détail

Alert PRÉVENIR ET ALERTER LA BONNE PERSONNE, AU BON MOMENT, AU BON ENDROIT, AVEC LA BONNE INFORMATION. www.pcvuesolutions.com

Alert PRÉVENIR ET ALERTER LA BONNE PERSONNE, AU BON MOMENT, AU BON ENDROIT, AVEC LA BONNE INFORMATION. www.pcvuesolutions.com Alert PRÉVENIR ET ALERTER LA BONNE PERSONNE, AU BON MOMENT, AU BON ENDROIT, AVEC LA BONNE INFORMATION www.pcvuesolutions.com France allemagne chine ItaLIe Japon MaLaISIe SInGapoUr SUISSe UK USa Alert Alert

Plus en détail

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013 LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES 1. Facteurs structurels du ralentissement de la croissance dans les BRIC 2. Interdépendances commerciales entre les BRIC et le reste du monde Françoise Lemoine, Deniz

Plus en détail

Régime de protection des contribuables et de recapitalisation des banques: une réponse canadienne à la désignation «trop grandes pour faire faillite»

Régime de protection des contribuables et de recapitalisation des banques: une réponse canadienne à la désignation «trop grandes pour faire faillite» Régime de protection des contribuables et de recapitalisation des banques: une réponse canadienne à la désignation «trop grandes pour faire faillite» Association des économistes québécois Le 22 mai 2015

Plus en détail

Atelier A7. Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité?

Atelier A7. Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité? Atelier A7 Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité? 1 Intervenants Jean-Pierre Hottin Associé, PWC jean-pierre.hottin@fr.pwc.com Annie Bressac Directeur de l audit et du contrôle

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

Résultats Semestriels 2011

Résultats Semestriels 2011 Résultats Semestriels 2011 9 Juin 2011 Sandpiper Bay Floride Faits marquants du 1 er semestre 2011 Forte progression de l activité Croissance à deux chiffres du Volume d Activité Villages Croissance sur

Plus en détail

Présentation du Système d Administration Générale des Projets (Agape )

Présentation du Système d Administration Générale des Projets (Agape ) Altaïr Conseil QUALITE - ORGANISATION - CHANGEMENT Présentation du Système d Administration Générale des Projets (Agape ) Altaïr Conseil - 2007-33, Rue Vivienne 75 002 Paris - 01 47 33 03 12 Présentation

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION RAPPORT INTERMÉDIAIRE MISE À JOUR DES INDICATEURS RELATIFS A L EMPLOI ET AU NIVEAU DE FORMATION

REGARDS SUR L ÉDUCATION RAPPORT INTERMÉDIAIRE MISE À JOUR DES INDICATEURS RELATIFS A L EMPLOI ET AU NIVEAU DE FORMATION REGARDS SUR L ÉDUCATION RAPPORT INTERMÉDIAIRE MISE À JOUR DES INDICATEURS RELATIFS A L EMPLOI ET AU NIVEAU DE FORMATION Regards sur l éducation Rapport intermédiaire Mise à jour des indicateurs relatifs

Plus en détail

MANAGEMENT DE TRANSITION FRANCE

MANAGEMENT DE TRANSITION FRANCE MANAGEMENT DE TRANSITION FRANCE EDITO «Quand le cabinet de recrutement Robert Walters a lancé l activité Management de Transition en France il y a 10 ans, beaucoup d entreprises et de candidats étaient

Plus en détail

Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives. CCI International Centre

Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives. CCI International Centre CCI International Centre NUMÉRO 08 LE CAHIER SPÉCIAL DE L OBSERVATOIRE DES ENTREPRISES À L INTERNATIONAL 2015 Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives Une publication

Plus en détail

Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS

Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS 23 mars 2015 Synthèse Avec plus de 12.000 évaluations

Plus en détail

B.A.A. Affaires internationales

B.A.A. Affaires internationales B.A.A. Affaires internationales Présentation Info. Carrière Belgacem Rahmani Responsable profil B.A.A. Affaires internationales Le 5 novembre 2014 # 1 Qu est-ce que les affaires internationales? L environnement

Plus en détail

Premiers résultats de l enquête: Responsables pays expatriés

Premiers résultats de l enquête: Responsables pays expatriés Premiers résultats de l enquête: Responsables pays expatriés 1. De quelle zone géographique vos PDG/Responsables pays expatriés proviennent-ils? Les dirigeants expatriés proviennent à 42% d'europe occidentale

Plus en détail

Equipements multimédias et réseaux sociaux les tendances clés à travers le monde

Equipements multimédias et réseaux sociaux les tendances clés à travers le monde Powering Informed Decisions Equipements multimédias et réseaux sociaux les tendances clés à travers le monde En 2015 l écosystème du digital continue d évoluer rapidement. Mais les annonceurs comprennent-ils

Plus en détail

Comment mieux lutter contre la fraude à l assurance? Gestion de sinistres Odilon Audouin, le 4 avril 2013

Comment mieux lutter contre la fraude à l assurance? Gestion de sinistres Odilon Audouin, le 4 avril 2013 Comment mieux lutter contre la fraude à l assurance? Gestion de sinistres Odilon Audouin, le 4 avril 2013 Eléments de contexte Un coût significatif, une évolution des typologies Selon l ALFA (sur la base

Plus en détail

www.fortinet.com Les Services FortiCare

www.fortinet.com Les Services FortiCare www.fortinet.com Les Services FortiCare Services FortiCare Service et satisfaction des clients: Les priorités de Fortinet SERVICES PROFESSIONNELS FORTICARE SERVICES PREMIUM FORTICARE P R E M P I U R ME

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence. Synthèse

Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence. Synthèse Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence Synthèse SYNTHESE L incertitude est une donnée intrinsèque à la vie de toute organisation. Aussi l un des principaux défis pour la direction

Plus en détail

RISKALIS CONSULTING. Executive Summary

RISKALIS CONSULTING. Executive Summary Page 1 RISKALIS CONSULTING Executive Summary Historique Fort du constat qu aucune société de conseil existante ne possédait une compétence importante et exhaustive centrée sur les métiers du risque, Jean-Christophe

Plus en détail

La surveillance prudentielle des institutions de dépôt

La surveillance prudentielle des institutions de dépôt La surveillance prudentielle des institutions de dépôt Journée des carrières de PRMIA Montréal Présentée par : Gouro Sall Diagne Mardi 17 mars 2015 Autorité des marchés financiers AGENDA L AUTORITÉ DES

Plus en détail

Intop360. Une méthodologie originale pour identifier les compétences, lacunes et potentiels des cadres. Fiable. Valide. Cohérent. Crédible.

Intop360. Une méthodologie originale pour identifier les compétences, lacunes et potentiels des cadres. Fiable. Valide. Cohérent. Crédible. Intop360 Fiable Valide Cohérent Crédible Rapide Simple Une méthodologie originale pour identifier les compétences, lacunes et potentiels des cadres Faire évaluer vos cadres par leur entourage professionnel

Plus en détail

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière Les grandes étapes de la crise financière Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière (Banque de France, février 2009), qui a pour objet d expliquer le passage d une crise

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Perspectives de croissance de l industrie des Médias et des Loisirs 25 Juin 2009 01 François ANTARIEU, Associé PwC, Responsable France de l Industrie Médias

Plus en détail

Secteur bancaire Enjeux d image

Secteur bancaire Enjeux d image Secteur bancaire Enjeux d image Étude mondiale Luc Durand Président Ipsos, Québec Luc.Durand@ipsos.com Plan de la présentation Sommaire méthodologique Portrait global La surveillance des banques Quand

Plus en détail

Quels sont le taux d encadrement et la taille des classes?

Quels sont le taux d encadrement et la taille des classes? Quels sont le taux d encadrement et la taille des classes? Indicateur Dans l enseignement primaire, on compte plus de 21 élèves par classe, en moyenne, dans les pays de l OCDE. La taille des classes varie

Plus en détail

BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ----------------------

BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ---------------------- BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ---------------------- Direction de la Recherche et de la Statistique APPUIS

Plus en détail

pour l épargne, la prévoyance et l assurance dommages Chiffre d affaires 18,0 milliards d euros millions d euros

pour l épargne, la prévoyance et l assurance dommages Chiffre d affaires 18,0 milliards d euros millions d euros Partenaires pour l épargne, la prévoyance et l assurance dommages BNP Paribas Assurance conçoit et commercialise dans quarante-deux pays ses produits et services dans les domaines de l épargne, de la prévoyance

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

les étudiants d assas au service des professionnels

les étudiants d assas au service des professionnels les étudiants d assas au service des professionnels 2 3 Présentation Générale Les avantages de l Association Pour les professionnels QUI SOMMES-NOUS? Assas Junior Conseil est une association à caractère

Plus en détail

résumé un développement riche en emplois

résumé un développement riche en emplois ne pas publier avant 00:01 Gmt le mardi 27 mai 2014 résumé un développement riche en emplois Rapport sur le Travail dans le Monde 2014 Un développement riche en emplois Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE

Plus en détail

Management par les processus Retour sur Investissement. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE

Management par les processus Retour sur Investissement. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE Management par les processus Retour sur Investissement Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE 1 Programme Cours Module Type de Cours Duree Planning Objectifs et définitions du "Management par le process" CM 1.5

Plus en détail

MSH INTERNATIONAL pour le compte de l ASFE

MSH INTERNATIONAL pour le compte de l ASFE 2014 RELAIS EXPAT L ASSURANCE SANTÉ EN COMPLÉMENT DE LA POUR EXPATRIÉS MSH INTERNATIONAL pour le compte de l ASFE L ASSURANCE SANTÉ SANS FRONTIÈRES Le contrat Relais Expat de l ASFE : pourquoi vous couvrir?

Plus en détail

REF01 Référentiel de labellisation des laboratoires de recherche_v3

REF01 Référentiel de labellisation des laboratoires de recherche_v3 Introduction Le présent référentiel de labellisation est destiné aux laboratoires qui souhaitent mettre en place un dispositif de maîtrise de la qualité des mesures. La norme ISO 9001 contient essentiellement

Plus en détail

Un monde économique interconnecté La mondialisation appliquée aux actions. Livret complémentaire de l exposition temporaire

Un monde économique interconnecté La mondialisation appliquée aux actions. Livret complémentaire de l exposition temporaire Un monde économique interconnecté La mondialisation appliquée aux actions Livret complémentaire de l exposition temporaire Un monde économique interconnecté Sans Bourse, Sommaire Circulation des capitaux

Plus en détail

Rapport standard analyse des risques/stratégie d audit. Sommaire

Rapport standard analyse des risques/stratégie d audit. Sommaire Projet de mise en consultation du 9 septembre 2003 Circ.-CFB 0 / Annexe 1: Rapport standard analyse des risques/stratégie d audit Rapport standard analyse des risques/stratégie d audit Les sociétés d audit

Plus en détail

Présentation. Eleven Business. La Parade Niepce 104 1600 rte des milles 13090 Aix-en-Provence. Tél : 06.64.92.19.83 contact@eleven-business.

Présentation. Eleven Business. La Parade Niepce 104 1600 rte des milles 13090 Aix-en-Provence. Tél : 06.64.92.19.83 contact@eleven-business. Présentation Eleven Business La Parade Niepce 104 1600 rte des milles 13090 Aix-en-Provence Tél : 06.64.92.19.83 contact@eleven-business.com www.eleven-business.com Sommaire Sommaire... 2 1. Eleven Business...

Plus en détail

ÉTABLIR DES LIENS : comparabilité, portabilité et capacité d évaluer les diplômes d études internationaux au Canada

ÉTABLIR DES LIENS : comparabilité, portabilité et capacité d évaluer les diplômes d études internationaux au Canada ÉTABLIR DES LIENS : comparabilité, portabilité et capacité d évaluer les diplômes d études internationaux au Canada > > ARUCC 2014 16 juin 2014, Québec (Québec) PRÉSENTATION VUE D ENSEMBLE À propos du

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Centre de recherches conjoncturelles ETH Zurich LEE G 116 Leonhardstrasse 21 892 Zurich Tél. +41 44 632 8 3 Fax +41 44 632 12 18 www.kof.ethz.ch globalization@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich,

Plus en détail

AVIS AUX ACTIONNAIRES SUISSES DE LA SOCIETE D INVESTISSEMENT A CAPITAL VARIABLE DE DROIT LUXEMBOURGEOIS «DNCA INVEST»

AVIS AUX ACTIONNAIRES SUISSES DE LA SOCIETE D INVESTISSEMENT A CAPITAL VARIABLE DE DROIT LUXEMBOURGEOIS «DNCA INVEST» AVIS AUX ACTIONNAIRES SUISSES DE LA SOCIETE D INVESTISSEMENT A CAPITAL VARIABLE DE DROIT LUXEMBOURGEOIS «DNCA INVEST» Les actionnaires suisses de la société d investissement à capital variable (ci-après

Plus en détail

Présentation à l EIFR. 25 mars 2014

Présentation à l EIFR. 25 mars 2014 Présentation à l EIFR 25 mars 2014 1 Contexte BCBS 239 Les établissements font face depuis les cinq dernières années aux nombreux changements réglementaires visant à renforcer la résilience du secteur:

Plus en détail

Santé et secteur social Lettres, sciences humaines et arts Sciences sociales, commerce et droit. Nouvelle-Zélande. Danemark. Portugal.

Santé et secteur social Lettres, sciences humaines et arts Sciences sociales, commerce et droit. Nouvelle-Zélande. Danemark. Portugal. Indicateur Quels sont les domaines d études les plus attractifs pour les étudiants? Les femmes sont majoritaires dans l effectif d étudiants et de diplômés dans la quasi-totalité des pays de l OCDE, et

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

La création d une agence autonome présenterait les avantages et inconvénients suivants, recensés à travers l étude:

La création d une agence autonome présenterait les avantages et inconvénients suivants, recensés à travers l étude: RÉSUMÉ Contexte de l étude Le 4 septembre 2003, le Parlement européen a adopté une résolution contenant des recommandations à la Commission sur les langues européennes régionales et moins répandues les

Plus en détail

AXA Réunion d information

AXA Réunion d information AXA Réunion d information Toulouse 8 décembre 2009 Christian Rabeau Directeur de la Gestion AXA Investment Managers Paris 1 1 Avertissement Certaines déclarations figurant dans cette présentation contiennent

Plus en détail

Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10)

Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10) 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10) Le document ICH Q10 sur le

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Dossier de presse Les entreprises artisanales exportent!

Dossier de presse Les entreprises artisanales exportent! Dossier de presse Les entreprises artisanales exportent! Contact presse Assemblée permanente des chambres de métiers et de l artisanat (APCMA) Elisabeth de Dieuleveult 01 44 43 10 96 et 06 61 25 98 00

Plus en détail

Bref portrait. LGT Bank (Suisse) SA

Bref portrait. LGT Bank (Suisse) SA Bref portrait LGT Bank (Suisse) SA S.A.S. le Prince Max von und zu Liechtenstein (à gauche) et Heinrich Henckel (à droite) Votre partenaire pour des générations Chère cliente, cher client, Au cours de

Plus en détail

TABLE DE MATIERES. Pourquoi les Organisations doivent-elles être accréditées?...

TABLE DE MATIERES. Pourquoi les Organisations doivent-elles être accréditées?... TABLE DE MATIERES Qu est-ce que SADCAS? Pourquoi les Organisations doivent-elles être accréditées?... En quoi les Organismes d Accréditation peuvent être bénéfiques jusqu aux derniers utilisateurs?.. Le

Plus en détail

7 avril 2009 Le chiffrement des équipements nomades : les clefs du succès

7 avril 2009 Le chiffrement des équipements nomades : les clefs du succès Chiffrement s données locales s moyens nomas (ordinateurs portables et clés USB) 7 avril 2009 Le chiffrement s équipements nomas : les clefs du succès 7 avril 2009 Le chiffrement s équipements nomas :

Plus en détail

FISCALITÉ COMPARÉE : LA TRANSMISSION D ENTREPRISE. Master 223 Droit du patrimoine professionnel Université Paris Dauphine

FISCALITÉ COMPARÉE : LA TRANSMISSION D ENTREPRISE. Master 223 Droit du patrimoine professionnel Université Paris Dauphine FISCALITÉ COMPARÉE : LA TRANSMISSION D ENTREPRISE Master 223 Droit du patrimoine professionnel Université Paris Dauphine Clément DORNIER Caroline FERTÉ Audrey LEGRAND Marie-Anne MILAN 1 UN ÉVENTAIL DE

Plus en détail

France. Ressources humaines : un savoir-faire d experts

France. Ressources humaines : un savoir-faire d experts France Ressources humaines : un savoir-faire d experts France Ressources humaines : un savoir-faire d experts MERCER HUMAN RESOURCE CONSULTING Un pont entre les ressources humaines et la finance..........

Plus en détail

Risques juridiques (accrus) dans le cadre des activités financières

Risques juridiques (accrus) dans le cadre des activités financières Point de Presse, 22 octobre 2010, Genève Dr Urs Zulauf General Counsel Membre de la direction Risques juridiques (accrus) dans le cadre des activités financières transfrontières Mesdames, Messieurs, Lors

Plus en détail

1 De la logique de l entreprise au projet managérial

1 De la logique de l entreprise au projet managérial De la logique de l entreprise au projet managérial Caisse à outils du manager en quête de performances managériales!. Rappel de ce qu est la logique de l entreprise Une entreprise se définit comme la somme

Plus en détail

L Union bancaire européenne Une réforme à la hauteur des enjeux? Dominique Plihon Attac France ESU Paris 20 août, 2014

L Union bancaire européenne Une réforme à la hauteur des enjeux? Dominique Plihon Attac France ESU Paris 20 août, 2014 L Union bancaire européenne Une réforme à la hauteur des enjeux? Dominique Plihon Attac France ESU Paris 20 août, 2014 Introduction Union bancaire européenne (UBE) : décision du conseil européen de décembre

Plus en détail

«Les financements exports» ou comment en bénéficier, comment s y retrouver?

«Les financements exports» ou comment en bénéficier, comment s y retrouver? «Les financements exports» ou comment en bénéficier, comment s y retrouver? Mme BLEYER et M. LEMESRE (Banque Populaire) M. BREHIER (Oséo) M. BRUN (Coface) M. HAM (DIRRECTE) Sommaire 1. Je m informe Grâce

Plus en détail

La situation est bien pire qu on ne le pense: De la mauvaise qualité des processus documentaires découle des risques majeurs pour les entreprises

La situation est bien pire qu on ne le pense: De la mauvaise qualité des processus documentaires découle des risques majeurs pour les entreprises Un livre blanc d IDC sponsorisé par Ricoh Juin 2012 Points Clés La situation est bien pire qu on ne le pense: De la mauvaise qualité des processus documentaires découle des risques majeurs pour les entreprises

Plus en détail

RENFORCEZ VOS EQUIPES CONFIEZ VOS RECRUTEMENTS A UN EXPERT

RENFORCEZ VOS EQUIPES CONFIEZ VOS RECRUTEMENTS A UN EXPERT RENFORCEZ VOS EQUIPES CONFIEZ VOS RECRUTEMENTS A UN EXPERT Hays Finance & Comptabilité UNE PRESENCE MONDIALE 32 Pays 247 Bureaux 8 000 salaries dont 1 000 en finance & comptabilite UNE PRESENCE NATIONALE

Plus en détail

CIDMEF: vision pour la prochaine décennie?

CIDMEF: vision pour la prochaine décennie? CIDMEF: vision pour la prochaine décennie? Proposition d enquête Pr Jacques Barrier Chargé de mission CIDMEF DFMCDP / Département management de la santé (faculté de médecine de Nantes) jacques.barrier@univ-nantes.fr

Plus en détail

Menaces informatiques et Pratiques de sécurité en France Édition 2014. Paris, mercredi 25 juin 2014

Menaces informatiques et Pratiques de sécurité en France Édition 2014. Paris, mercredi 25 juin 2014 Menaces informatiques et Pratiques de sécurité en France Édition 2014 Paris, mercredi Enquête 2014 Les Entreprises M. Lionel MOURER Administrateur Président Mme Annie BUTEL Responsable Continuité d'activité

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Principes fondamentaux pour un contrôle bancaire efficace

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Principes fondamentaux pour un contrôle bancaire efficace Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Principes fondamentaux pour un contrôle bancaire efficace Septembre 2012 Le présent document est traduit de l anglais. En cas de doute ou d ambiguïté, se reporter

Plus en détail

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs Ben S. C. Fung (+852) 2878 718 ben.fung@bis.org Robert N. McCauley (+852) 2878 71 robert.mccauley@bis.org Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs La demande de comptes bancaires

Plus en détail

SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA

SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA TERMES DE REFERENCE SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA TDR : REFERENTIELS ET PROCEDURES

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

CONGRES DES ACTUAIRES du 29 juin 2009. IMPACT DE SOLVABILITE II SUR l OFFRE PRODUIT EXEMPLE DE L EPARGNE RETRAITE

CONGRES DES ACTUAIRES du 29 juin 2009. IMPACT DE SOLVABILITE II SUR l OFFRE PRODUIT EXEMPLE DE L EPARGNE RETRAITE CONGRES DES ACTUAIRES du 29 juin 2009 IMPACT DE SOLVABILITE II SUR l OFFRE PRODUIT EXEMPLE DE L EPARGNE RETRAITE SOMMAIRE 1- Préambule /Contexte 2- Macro analyse d impact sur l épargne 3- Transition vers

Plus en détail

QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL?

QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL? QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL? Clément ANNE, clem.anne@hotmail.fr Doctorant, Ecole d Economie de Clermont-Ferrand, CERDI 18/03/2015, Assises Régionales de l économie EN

Plus en détail

Le Conseil d administration. L Article VI du Statut du PAM définit comme suit les fonctions du Conseil:

Le Conseil d administration. L Article VI du Statut du PAM définit comme suit les fonctions du Conseil: 1. L E C O N S E I L D A D M I N I S T R A T I O N E T S E S F O N C T I O N S 1er janvier 1996, suite à l adoption de résolutions parallèles par l Assemblée générale des Nations Unies et la Conférence

Plus en détail

MASTER MESME. Master Européen en Management et Stratégie d Entreprise DESCRIPTION GÉNÉRALE. PROGRAMME DE 1 ère ANNÉE

MASTER MESME. Master Européen en Management et Stratégie d Entreprise DESCRIPTION GÉNÉRALE. PROGRAMME DE 1 ère ANNÉE DESCRIPTION GÉNÉRALE Niveau et conditions d accès Le master MSE (master européen de niveau I délivré par la Fédé*) est préparé en 2 ans pour un étudiant titulaire d un diplôme bac +3 (licence, DEES ou

Plus en détail

Building Competence. Crossing Borders. Prof. Dr. Andreas Bergmann. Institut für Verwaltungs-Management. Président du Conseil IPSAS Board

Building Competence. Crossing Borders. Prof. Dr. Andreas Bergmann. Institut für Verwaltungs-Management. Président du Conseil IPSAS Board Institut für Verwaltungs-Management Outre le bilan, que doit contenir le rapport financier? Réflexions sur les plus-values latentes, le périmètre de consolidation et les perspectives à long terme Prof.

Plus en détail

Principales tendances des statistiques internationales BRI 1

Principales tendances des statistiques internationales BRI 1 Principales tendances des statistiques internationales BRI 1 En collaboration avec des banques centrales et autorités monétaires du monde entier, la BRI compile et diffuse plusieurs séries de statistiques

Plus en détail

Les banques suisses 2013 Résultats des enquêtes de la Banque nationale suisse

Les banques suisses 2013 Résultats des enquêtes de la Banque nationale suisse Communiqué presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 19 juin 2014 Les banques suisses 2013 Résultats s enquêtes la Banque nationale suisse

Plus en détail

LE COLLATÉRAL : QUELS ENJEUX?

LE COLLATÉRAL : QUELS ENJEUX? LE COLLATÉRAL : QUELS ENJEUX? Par Céline Bauné, Consultante Depuis la faillite de Lehman Brothers en septembre 28, les acteurs financiers font de plus en plus appel au collatéral : d une part, ses utilisations

Plus en détail

ORGANISER CP3 : Organiser et optimiser les activités de maintenance

ORGANISER CP3 : Organiser et optimiser les activités de maintenance CP3.1 : Définir et/ou optimiser la stratégie de La liste des biens Déterminer les indicateurs de Les indicateurs sont correctement disponibilité des biens déterminés La politique de Les données de production

Plus en détail

Organisation Financière Intégrée

Organisation Financière Intégrée IBM GLOBAL Business Services Le juste équilibre entre risques et performances au sein d'une Organisation Financière Intégrée Etude internationale sur la fonction Finance «Global CFO Study 2008» Synthèse

Plus en détail

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année CONTENU DES ENSEIGNEMENTS ET MODALITES D EVALUATION Semestre 1 : 30 crédits 9 EC obligatoires 1 EC optionnelle à choisir parmi 2

Plus en détail

Le marché français des logiciels et services ERP poursuit sa croissance

Le marché français des logiciels et services ERP poursuit sa croissance COMMUNIQUE DE PRESSE Le marché français des logiciels et services ERP poursuit sa croissance Paris, février 2008 Le marché des logiciels et services ERP est resté dynamique et en progression en 2006 et

Plus en détail

LICENCE PRO Management des projets commerciaux à l international

LICENCE PRO Management des projets commerciaux à l international LICENCE PRO Management des projets commerciaux Formation initiale Objectifs de la formation La licence professionnelle MPCI met l accent sur la maîtrise des techniques commerciales internationales dans

Plus en détail

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales Ministère de la modernisation des secteurs publics Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Ecole Nationale d Administration Fondation Hanns Seidel Original :

Plus en détail

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE?

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? Françoise Lemoine & Deniz Ünal CEPII Quel impact de l expansion chinoise sur l économie mondiale? Rencontres économiques, 18 septembre

Plus en détail

Click to edit Master title style

Click to edit Master title style Le Service des délégués commerciaux MAECI: Orientation et rôle Investissement étranger direct (IED) Anderson Blanc Délégué commercial Click to edit Master title style Investissement & Innovation Coordonnateur

Plus en détail

Comment assurer la conformité des systèmes informatiques avec les référentiels et normes en vigueur

Comment assurer la conformité des systèmes informatiques avec les référentiels et normes en vigueur Comment assurer la conformité des systèmes informatiques avec les référentiels et normes en vigueur Quels outils mettre en œuvre pour garantir une sécurité informatique maximale et conforme aux exigences

Plus en détail

E-T-A PowerPlex Commande multiplexée pour applications nautiques

E-T-A PowerPlex Commande multiplexée pour applications nautiques E-T-A PowerPlex Commande multiplexée pour applications nautiques E-T-A PowerPlex La technologie E-T-A PowerPlex commande multi - plexée et protection de réseau électrique de bord pour applications nautiques.

Plus en détail