La démarche de La Forge

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La démarche de La Forge"

Transcription

1 La démarche de La Forge Le collectif Les principales productions La Forge - p.1

2 La Forge - p.2 Le collectif La Forge

3 LA FORGE Créé en 1994 par Alex Jordan, un des Grapus, aujourd hui graphiste à l atelier Nous Travaillons Ensemble (NTE), Eric Larrayadieu, photographe, Marie Claude Quignon, plasticienne et François Mairey, pratiques sociales, rejoints par Denis Lachaud, homme de théâtre - écrivain, Valérie Debure, graphiste de NTE, Olivia Gay et Mickaël Troivaux, photographes, Christophe Baticle, socio-anthropologue, Sophie Douchain, auteure-chercheuse, Valérie Mochi-Uttscheid, artiste multimédia. (Et dans chacune de ses interventions La Forge se complète de nouveaux partenaires.) Une création qui s est inspiré fortement des réflexions de Pierre Bourdieu et Hans Haacke de leur livre Libre-échange (Seuil 1994). Pour produire de l art, de la science à partir d un lieu, avec leurs occupants, résidents, habitants, particulièrement concernés par le sujet central, choisi par le collectif, discuté et réapproprié. Dans ce sens, une réflexion, avec les participant-e-s, sur ce qu il faut entendre par «habitant-e-s» semble nécessaire. Derrière cette formule magique s impose de questionner une notion «fourre-tout». Pour exemple, si habiter ne se résume pas à résider, on pourra échanger sur les manières de faire lien avec un espace, territorialisé ou pas, sur les habiter polytopiques1, d autant plus dans une société multiculturelle. Il s agira donc d articuler ces habitant-e-s multiples et divers, parfois mobiles avec l acte d habiter, ses modes et une tierce composante : la cohabitation. Pour parler de la société, pour donner à penser, pour essayer de faire entendre ce qui n est pas, ceux qui ne sont pas, audibles. Et ce, avec eux et par eux, sachant que pour eux relèvera de leur libre appréciation. Pour traiter le sujet choisi et proposer des regards croisés, chaque auteur travaille avec ses modes d illustration, sa façon de co-produire du sens avec un groupe d acteurs volontaires, en visant à rebondir sur le travail des autres membres du collectif. Pour son travail, le Collectif pluridisciplinaire, plutôt que se limiter à un projet précis, privilégie les démarches itératives, construites à partir de ce qui advient, avec un groupe de pilotage associant les partenaires, et ce, dans la durée. Le collectif fait tout pour ne pas influer sur l expression de ses partenaires. Il écoute, entend et produit à partir de ce qui est dit, à partir des savoirs, des savoir-faire, du groupe social concerné. Une restitution à ce groupe social est faite, pas à pas, avec des Lettres diffusées dans la population pour permettre de réagir et ouvrir une nouvelle étape. * Livres édités par La Forge ** Livres aux Éditions Dumerchez 1 - Cf. Augustin Berque et al. : L habiter dans sa poétique première, Paris : Donner lieu, 2008 ; Alessia de Biase, Christina Rossi (dir.) : Chez nous : territoires et identités dans les mondes contemporains, préface de Marc Augé, Paris : éditions de La Villette, 2006, «Etudes et recherches» ; Guillaume Faburel : «L habitant et les savoirs de l habiter comme impensés de la démocratie participative», in Biau, Fenker, Macaire (dir.) : L implication des habitants dans la fabrication de la ville. Métiers et pratiques en question, Paris : éditions de la Villette, 2013, «Cahiers Ramau» n 6, pp ; Brigitte Frelat-Kahn, Olivier Lazzarotti (dir.) : Habiter : vers un nouveau concept, Paris : Armand Colin, 2012, «Recherches». La Forge - p.3

4 La Forge - p.4 Les principales productions

5 HABITER (2010 ) Essayer de faire entendre les habitants qui ne font l objet d attention que lors d événements, d affrontements et de violences. En France et dans le monde 2010, ACTE 1 / Habiter un bord de fleuve, un marais en Réhabilitation paysagère (2010) Avec des Habitants de cinq villages de la Moyenne-Somme (80), et des mineurs du Nord de la France, expulsés de leur lieu de vacances. Les rencontres se sont déroulées dans les mairies, à la Maison familiale rurale (MFR), dans plusieurs cafés, pour en arriver à déterminer un questionnement commun : habiter un bord de fleuve. D intenses interactions en sont ressorties, permettant de faire émerger le non-dit, la douleur et le rapport à l altérité. Diffusions, expositions et installations, Livre Nous sommes ici** et le 1 er festival «Rendez-vous du Fleuve». DE La Forge et les photographies d Hélène Jayet et Bertrand Meunier. Avec la compagnie La Lune Bleu. La Forge - p.5

6 , ACTE 2 / Habiter un bord de ville, une Zone urbaine sensible en Réhabilitation urbaine ( ) Avec les habitants du quartier périphérique Fafet-Brossolette de la ville d Amiens (80), déplacés de leur quartier, triés pour être relogés dans d autres lieux. Avec les associations Cardan (lutte contre illettrisme), Carmen (télévision de quartier), les rappeurs Bloc 5, la classe de carrosserie du Lycée Montaigne, la classe d exploration littérature et société du Lycée Delambre et de la Classe d inclusion scolaire de l école élémentaire Voltaire. Journal de La Place des Habitants. Installations, expositions et rencontres dans la salle des Fêtes et dans la rue du Quartier, au Festival du film d Amiens, à la Maison de la culture d Amiens, Espace Camille Claudel (UPJV), Livre Hors la République?** DE La Forge et Hugues Bazin, chercheur, Ixel Delaporte, journaliste politique, Sophie Ricard, architecte. Place des habitants La Forge - p.6

7 2014 ACTE 3 / Habiter un bord de monde, un camp de réfugiés là-bas, et ici, des hébergements précaires ou la rue [pour des personnes qu il faudrait réhabiliter ] (2014 ) Avec des réfugiés de camps palestiniens, en Palestine, jumelés avec des habitants de villes françaises et des personnes exilées, réfugiées, ici. À partir d habitants de villes de l Agglomération creilloise, jumelées avec des habitants de camps de réfugiés palestiniens. Entre les villes de Creil, Montataire, Nogent, leur comité de jumelages et les camps de Qadoura, Dheisheh, Aida. Entre les jeunes de l option cinéma du Lycée Uhry, de l École Descartes de Creil et des jeunes de Qadoura. Puis avec de jeunes mineurs, ou majeurs, isolés, étrangers, accueillis au Lycée professionnel l Acheuléen, à Amiens, et des jeunes du Centre de développement social du camp d Askar Le Printemps palestinien de Montataire (2015), de Creil (2017) : rencontres, expositions, projections, conférences, concerts, spectacles. Déplacé(e)s, exposition, conférence, lecture au théâtre de la Verrière de Lille, avec Amitié Lille-Naplouse (2018) DE La Forge et Mohammad et Yasser Jamous, de «Refugee Of Rap», Sandrine Mansour, historienne, et les photographes Joss Dray, Anne Pacq, l homme de théâtre Mustafa Abuhannud La Forge - p.7

8 LE TRAVAIL ( ) Avec des travailleurs et des agricultrices en Thiérache du Centre (département de l Aisne), et les associations Tac Tic Animation, Femmes Rurales, Femmes et projets, USAA (Union des Syndicats Agricole de l Aine) et sa Commission des agricultrices, et des jeunes de la Maison Familiale Rurale de Clairfontaine. Productions : - Traite, de la main au manège? - Journée de femme à la ferme. - «La peau des vaches», vidéo. Installation dans le Festival du Bocage et lors des Rencontres d agricultrices. Livre Et le travail? En Thiérache du Centre ** La Forge et Jeanne Benameur, écrivaine, Nelly Jazra, économiste. La Forge - p.8

9 Avec des sidérurgistes de l usine ARCELOR (Oise), leur Comité d entreprise, des habitants de Montataire, avec la complicité de la Ville de Montataire, des jeunes du Lycée André Malraux. Questions posées : le travail concret, contraint? L innovation, la Solidarité, le passé/présent, et l avenir? Diffusion au Palace de Dialogues du travail entre jeunes et adultes : la transmission. Livre Et le travail? À Montataire** La Forge et Jeanne Benameur, écrivaine, Sophie Boutillier, économiste. La Forge - p.9

10 Avec des salariés de l usine Godin (Aisne) et leur Comité d entreprise, avec des habitants du Palais social et le Syndicat mixte du Familistère Godin de Guise, l Association pour la fondation Godin, l école Godin. Questions explorées : Coopérative? Et les bénéfices sortis du travail? L association du Capital et du travail? Pourquoi fêter le travail? Diffusions les 1 er mai au Familistère de Guise. Installations participatives : Tas de briques, Bleu de Chauffe... Livre Et le travail? À Guise** La Forge et Jeanne Benameur, écrivaine, Nathalie Ferreira, économiste. La Forge - p.10

11 Avec des chômeuses sans papier, accueillies, ainsi que des travailleuses accueillantes du Centre d hébergement d urgence des Malmaisons, Emmaüs Paris. Question posée : le travail dans le monde fragile de la précarité, de la pauvreté? Installations in situ, exposition au Point Éphémère, Paris Livre Et le travail? À Malmaisons** La Forge et Laurène Boglio graphiste, Ginette Francequin, psychosociologue, Olivia Gay, photographe. La Forge - p.11

12 Avec les salariés d une usine coopérative de recyclage - réinsertion Le Relais (Emmaüs), à L Étoile (Somme) et du Centre de tri Toum Song Taaba, Le Relais à Koudougou (Burkina-Faso). Question posée : une entreprise à But Socio-économique? Quelle place pour le social? Les lieux de rencontres sont ici des lieux de sociabilité habituels des participants. Des cafés, quand l accès au lieu de travail est interdit, quand il n y a pas de lieux publics. Les usines Le Relais de l Étoile et de Koudougou se sont ouvertes au questionnement. Installations in situ, dans l usine Livre Et le travail? À L Étoile** La Forge et Mickaël Troivaux, photographe, Sophie Douchain, auteure, Stéphanie Smalbeen, chercheuse et artiste. La Forge - p.12

13 ASSISTÉES et ASSISTANTES ( ) Avec les Femmes des centres médico-social de Friville-Escabotin et d Ault (dans la Somme), Femmes devenues assistantes de La Forge pendant plus de trois années pour un travail de recherche scientifique sur les Objets de réderie (terme vernaculaire pour exprimer la brocante, le vide-grenier), puis les créations d une œuvre plastique Les Chaises, d un roman photos Franky et d un livre. Avec le suivi de l écrivain Denis Lachaux. Expositions accompagnées de lectures dans les Bibliothèques municipales, Installations dans les Réderies d Amiens, de Friville-Escarbotin, au Salon estival Mers-les-livres (commune de Mers les bains). Livre Fées diverses** La Forge et Octave Debary, anthropologue, Arnaud Tellier, psychologue, et les assistantesactrices : Claudine, Dominique, Elisabeth, Geneviève, Henriette, Jocelyne, Maria, Marie-Françoise, Marie-Reinette, Marilyne, Martine, Micheline, Nicole, Nouara, Sadia, Séverine, Sylvie. La Forge - p.13

14 MÉMOIRE VIVANTE D UNE ANCIENNE INDUSTRIE ( ) Avec les Habitants du Val de Nièvre (Somme), vallée isolée où le chômage et l illétrisme dominent le paysage social. Vallée du paternalisme Saint Frères, usines textiles de 1857 à La question posée était ici celle de leur mémoire vivante, celle des acteurs de cette tranche de vie industrielle et humaine. Avec l Association locale des demandeurs d emploi, les Fanfares de Saint-Ouen et de Flixecourt, les médiathèques de la Communauté de communes et l école primaire de Bertaucourt-les-Dames : production de Bureaux d Objets prêtés, installation dans d anciens bureaux de l usine, rencontres, débats, musique, lectures, objets de mémoire installés sur une remorque au marché bi-mensuel (lieu de rencontre), avec studio portrait, afin de préparer le Café parlé suivant, dans un bistrot de la Vallée, à L Étoile, Flixecourt, Ville-le-Marclet, Saint-Ouen, Domart en Ponthieu, Saint-Léger-lès-Domart, Bertheaucourt-les-dames, Pernois, Canaples, Havernas et Vignacourt. Diffusion sur France Culture, dans Le vif du sujet du 1er mai 2001 et Multipistes ( ). Présentation à la Laiterie, Strasbourg 2002, au Granit, Scène nationale de Belfort, aux Rencontres Internationales de la Photographie, Arles Création théâtrale, issue d une résidence À L ÉMANCIPATION (POURVU QU IL N ARRIVE RIEN)* Représentation au festival Off d Avignon, dans les petites scènes de la Somme, en tournée dans 20 centres de vacances CCAS (été 2002). Exposition dans les Rencontres de la photographie d Arles (2003) Livre Quelle vie* La Forge et Leslie Kaplan, écrivain, et contributions des historiens Rolande Trempé et François Lefebvre, de Luc Bernard, ethnologue sonore, de David Andrieux, auteur, de Phonotopie, plasticiens sonores, de Mickaël Troivaux, photographe, de la compagnie Chés Panses Vertes (théâtre objet-marionnette), de Sylvie Baillon (mise en scène) et des musiciens de Trio d vie. La Forge - p.14

15 OLES DE FEMMES MÉDITERRANÉENNES ( ) Avec des Femmes méditerranéennes, vivant en France, rencontrées dans leurs associations de Maubeuge, Roubaix, Tourcoing, Amiens, Noisy-Le-Grand, Beauvais, Lyon et Viennes : un hommage aux femmes qui se battent contre les violences, en Algérie, en Corse. Avec pour moyen un objet médiateur et une stratégie : détourner un ustensile de cuisine (un bocal de conserve) pour y disposer des «choses» symboliques, à transmettre, à réfléchir. Au total, ce sont 700 bocaux qui furent produits, avec autant de messages, témoins de vécus, ainsi légués à l avenir, dans une forme de conserverie «bonne à penser», pour reprendre la formule de Claude Lévi-Strauss. Installation présentée dans chacune associations et expositions à la Maison de la Culture et au Centre culturel Le Safran d Amiens, à Noisy le Grand, Beauvais, Galerie, MPT et L art sur la place à la Biennale de Lyon, à Vienne et dans la Nuit Blanche de Paris ( ). Édition du livre, Livre Mille et un bocaux* La Forge et Annie Cohen, écrivaine, ainsi que Philippe Robin, photographe, Sadia, Séverine, Sylvie. La Forge - p.15

16 PHOTOGRAPHIE et ENGAGEMENT (1997) Avec des photographes, intellectuels, syndicalistes et public à Arles, lors des Rencontres internationales de la photographie sur le thème Éthique, esthétique, politique, la question posée étant l implication politique des photographes quand ils fabriquent une image : prendre ou produire? Installations, expositions rencontres, débats dans la Bourse du Travail et publications diffusées dans la ville. Livre Photographie et engagement La Forge et et Bernard Noël, poète, écrivain. Et les contributions de Phanette Cornu-Debono, Edgar Roskis, Françoise Denoyelle et Jean-Michel Letterrier, Jane Evelyn Atwood, Claude Baillargeon, Patrick Bard, Rémi Caritey, Luc Choquer, Régis Debray, Françoise Denoyelle, Claude-Raymond Dityvon, Claudine Doury, Joss Dray, Bettina Flitner, Ici-même, Rainer Komers, Krzysztof Kieslowski, Wolfgang Kunz, André Lejarre, Guy le Querrec, Michel Maïofiss, Dolorès Marat, Willy Ronis, Edgar Roskis, Christine Spengler, René Tanguy, Pierre Trovel, Willy Vainqueur, Valérie Winckler. La Forge - p.16

17 PUBLIC et PRIVÉ (1996) Avec des Agents EDF de l Usine Hydroélectrique d Avignon, EDF-GDF fête les 50 ans de la loi de nationalisation. Le festival d Avignon, créé par Jean Vilar, qui voulait faire du théâtre un service public, fête aussi ses 50 ans alors que sa gestion, ainsi que le Palais des Papes, ont été privatisés. Le privé remplace de plus en plus le public. Installation-spectacle-musicale sur l île de la Barthelas, pendant le Festival d Avignon (off) et dans le Festival Uzeste Musical : Public/Privé La Forge et les Compagnies de Jean Paul Céalis et de Bernard Lubat, le musicien Henri Ogier. Et les contributions de Gérard Astor, Michel Dibilio, Eugène Durif, Laure Duthilleul, Jean-Marie Lhote, Jean-Yves Picq, Raphaël Simonet, Jean-Pierre Vincent, La revue Commune, et Théâtre/Public. REPRÉSENTATIONS DE LA GUERRE (1994) Avec des Habitants de Proyart, village au cœur de la Bataille de la Somme (1916) : démarche conçue dans le village, dans le café L Embuscade, afin d aboutir à des représentations de la guerre, de ses monuments. Mise en place d une télévision, de jeux, d une musique, dans une installation-performance in-situ, en résonance avec la guerre du Golf. Installation-événement Un signe en Santerre La Forge et Dee Nasty (DJ, composition mixage), Marie Kobayashi (Mezzo-soprano, 2e2m), Lug Lebel (Son et lumière, Profil de Face). La Forge - p.17