matériaux, innovation, éco-conception et bâtiment

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "matériaux, innovation, éco-conception et bâtiment"

Transcription

1 matériaux, innovation, éco-conception et bâtiment Renaud Caplain Maître de conférences CNAM Paris vendredi 30 janvier

2 Les matériaux dans le bâtiment Trois grandes catégories et, très vite, une quatrième. céramiques métaux composites plastiques vendredi 30 janvier

3 Les métaux dans le bâtiment fontes et aciers aluminium cuivre zinc vendredi 30 janvier

4 céramiques pierres briques verres ciments plâtres vendredi 30 janvier

5 polymères Polycarbonates Polyuréthane Résines époxy silicones PVC vendredi 30 janvier

6 composites Du mur de pisé au béton pisé : maçonnerie de terre argileuse comprimée sur place. torchis : mortier composé de terre grasse et de paille béton : mélange de ciment, sables et granulats vendredi 30 janvier

7 Obtention des métaux Par voie chimique : on part d un oxyde d un silicate, d un carbonate, d un sulfate.on ramène tout à l état d oxyde que l on réduira ensuite. Cette réduction produit des gaz à effet de serre (CO 2, SO 2, NO x, ) et consomme beaucoup d énergie. Acier 15 MWh/tonne* Aluminium 85 MWh/tonne Zinc 20 MWh/tonne *Choix des matériaux en conception mécanique Michael F. Ashby Dunod 2000 vendredi 30 janvier

8 Obtention du ciment Le ciment est obtenu par calcination à 1300 C d un mélange de calcaire et d argile. Cette calcination produit également du dioxyde de carbone. La calcination de 1 tonne de calcaire produit 440 kg de CO 2 L énergie consommée pour obtenir 1 tonne de ciment est de l ordre de : 1,5 MWh vendredi 30 janvier

9 La production de verre Le verre pour le bâtiment est un mélange de nombreux (6 7) oxydes, silicates, carbonates, nitrates portés à 1500 C. Un tel mélange, à cette température, dégage environ 250 m 3 de gaz, en majorité à effet de serre. Pour le verre de vitre il faut une énergie de 5 MWh/tonne vendredi 30 janvier

10 Mise en forme des polymères Pour les différents matériaux polymères utilisés dans le bâtiment les énergies mises en jeu sont : Polystyrène : 35 MWh/ tonne PVC : 20 MWh/tonne Tous ces matériaux sont dérivés du pétrole ou d hydrocarbures. vendredi 30 janvier

11 Bilan énergétique A la suite des données numériques on peut rapidement faire un bilan de l énergie qui a été dépensée pour élaborer les matériaux nécessaires à la construction du bâtiment. Il faut maintenant mettre en œuvre les économies d énergie au moins équivalentes aux dépenses précédentes. vendredi 30 janvier

12 La conduction thermique L expérience commune nous montre que tous les matériaux, à des degrés divers, sont de plus ou moins bons conducteurs de la chaleur. L écoulement de chaleur se fait toujours de la source chaude vers la source froide. La vitesse d écoulement est proportionnelle à l écart de température entre ces deux sources. Elle s annule lorsque les deux températures sont égales. vendredi 30 janvier

13 La conductivité thermique* *Engineering Materials and their Applications Fourth Edition Flinn/Trojan vendredi 30 janvier

14 Les économies d énergie Il n y a pas de petite économie : tous les moyens sont bons. Un minimum de bon sens s impose : inutile de mettre le paquet sur les économies de chauffage sans bonne isolation. Une bonne formation pour la mise en œuvre : certains nouveaux matériaux ne se manipulent pas comme les anciens. Utiliser de bons moyens de contrôle. vendredi 30 janvier

15 Les fuites thermiques vendredi 30 janvier

16 Isolation Un principe de base : le multicouche Plusieurs couches avec de l air entre les couches vendredi 30 janvier

17 Exemples pratiques recommandations de l ADEME Isolation interne des murs, lorsque le ravalement extérieur est en bon état vendredi 30 janvier

18 Isolation extérieure lorsque le ravalement est défectueux traitement des ponts thermiques plus efficace vendredi 30 janvier

19 Mur et contrecloison vendredi 30 janvier

20 La brique creuse Le réseau d alvéoles contrarie la propagation de la chaleur vendredi 30 janvier

21 Le double vitrage La simple vitre constitue très facilement un pont thermique, non pas en raison de ses médiocres qualités conductrices mais en raison de son épaisseur : Un petit calcul montre que pour une vitre de 3 mm d épaisseur, hauteur 1,5 m, largeur 1,2 m- et un écart de température de 20 C (20 C à l intérieur, 0 C à l extérieur) la déperdition d énergie est de l ordre de 15 kw. On estime à une division par 5 les pertes liées à un double vitrage (sans pont thermique). vendredi 30 janvier

22 Isolation des combles vendredi 30 janvier

23 Toitures terrasses On doit toujours isoler une toiture terrasse à l extérieur vendredi 30 janvier

24 Les planchers vendredi 30 janvier

25 La protection des vitrages La protection ne vaut pas uniquement en hiver il faut penser aussi été. Pour maintenir une température constante dans des locaux spécialisés, il faut, par exemple, traiter les vitrages par un dépôt semiréfléchissant. L opacité à certaines ondes peut jouer dans les deux sens. vendredi 30 janvier

26 Les bétons traditionnels Parmi les qualités d un béton il y a celle qui résulte du dosage en eau. Celle-ci doit servir à l hydratation du ciment et à la rhéologie du béton frais. Un surdosage est mauvais à tout point de vue : environnement et mécanique. 10% en trop provoque un effondrement des propriétés mécaniques de 20 à 50% suivant le mélange, sans compter les problème de corrosion des armatures. vendredi 30 janvier

27 Les <<nouveaux>> bétons A la place des armatures on peut incorporer des fibres en acier gainé qui peut encaisser des contraintes de cisaillement. On peut aussi incorporer des fibres optiques convenablement orientées. vendredi 30 janvier

28 «nouveaux bétons» (suite) Les porosités créées par l élimination de l eau peuvent être comblées par toutes sortes de produits additifs à caractère plus ou moins isolant comme des cendres, des fumées de silice, du polystyrène, de la poudre d aluminium (béton cellulaire), etc. vendredi 30 janvier

29 Un peu de bon sens Autant que cela est possible, tenir compte du climat et orienter le bâtiment en fonction de son usage. Former les personnes qui vont mettre en œuvre les nouveaux matériaux afin de ne pas créer de ponts thermiques. Dans les bâtiments anciens ne pas commencer par des panneaux solaires ou la pompe à chaleur avant d avoir isolé la maison. vendredi 30 janvier

30 résumé Nous avons utilisé de l énergie pour fabriquer les matériaux nécessaires à la construction du bâtiment. Il faut, à tout prix, faire des économies d énergie lors de l utilisation du bâtiment. Il serait souhaitable que les économies soient à la hauteur de ce qui a été déjà dépensé. Les uns et les autres nous avons à nous préoccuper du remplacement progressif de l énergie d origine fossile pour de nouvelles sources : soleil, vent, marées, biomasse, etc. vendredi 30 janvier

31 Merci de votre attention vendredi 30 janvier

Isolation thermique. est à 20 C, tandis qu à l extérieur

Isolation thermique. est à 20 C, tandis qu à l extérieur Isolation UN PEU DE THÉORIE L isolation de la maison a deux fonctions : réduire les dépenses de chauffage et accroître le confort de la maison. Pour savoir quoi et comment isoler, quelques notions théoriques

Plus en détail

Rénovation énergétique d une maison individuelle à Vanves

Rénovation énergétique d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Rénovation énergétique d une maison individuelle à Vanves B ÂTIMENTS Une maison en briques des années 1920 à Vanves avec un petit jardin. Un cadre idéal, si

Plus en détail

La thermique dans le bâtiment

La thermique dans le bâtiment La thermique dans le bâtiment I] Les modes de propagation de la chaleur : La conduction : La transmission de chaleur par conduction se fait à travers un ou plusieurs éléments en contact direct. Le flux

Plus en détail

Extrait : DTU 26-1 Travaux d enduits de mortiers Avril 2008

Extrait : DTU 26-1 Travaux d enduits de mortiers Avril 2008 3 Liants 3.1 Ciments Les ciments Portland (CEM I) et ciments Portland composés (CEM II) doivent être conformes à la norme NF EN 197-1. NOTE 1 La marque NF-Liants hydrauliques, ou son équivalent dans les

Plus en détail

Rénovation en maison individuelle : le mix énergétique une solution efficace et abordable?

Rénovation en maison individuelle : le mix énergétique une solution efficace et abordable? Rénovation en maison individuelle : le mix énergétique une solution efficace et abordable? Mardi 7 février 2012 / 10H45-11H45 Maurice DI GIUSTO Président UNA CPC de la CAPEB Jean-Denis HASSENBOELHER Technicien

Plus en détail

FORMULAIRE ETUDE THERMIQUE ET DEVIS GRATUIT

FORMULAIRE ETUDE THERMIQUE ET DEVIS GRATUIT MERCI DE RÉPONDRE AUX QUESTIONS SUIVANTES : Vos coordonnées personnelles : Les coordonnées du chantier : Société : Nom : Prénom : Rue : Code postal : Ville : Téléphone : Adresse email : Fax : Type de Construction

Plus en détail

L HABITAT. Technologie 5ème

L HABITAT. Technologie 5ème L HABITAT LES FONCTIONS CLORE: air, eau RESISTER: poids propre, charges d exploitation, charges climatiques (neige, vent) ISOLER: thermique, acoustique CHAUFFER l hiver RAFFRAICHIR l été PROCURER: hygiène,

Plus en détail

Isolation Thermique par l Extérieur

Isolation Thermique par l Extérieur Isolation Thermique par l Extérieur Protéger le présent, préserver l avenir Pourquoi isoler? Les origines des fuites s d un immeuble ou d une maison sont connues. Provenant d une isolation absente ou faible,

Plus en détail

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN Bureau d Etudes Thermiques SCHLIENGER 45, rue de Mulhouse 68210 BALSCHWILLER Tél. 03.89.25.91.95 Fax 03.89.25.91.95 E-mail : sschlienger@free.fr SOMMAIRE

Plus en détail

Diagnostic thermique sur une amiénoise

Diagnostic thermique sur une amiénoise Diagnostic thermique sur une amiénoise Par Jordi Hubert Ingénieur thermicien Bureau d études Pic Energie SCOP Ekidina Note synthétique Isolation des murs : Laine de bois à privilégier Il s avère que lors

Plus en détail

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves X B ÂTIMENTS Afin de réduire les factures d énergie de sa maison des années 30, un habitant de Vanves

Plus en détail

Votre logement présente des fuites thermiques? DÉCOUVREZ COMMENT RÉPARER SIMPLEMENT LES DÉFAUTS D ISOLATION THERMIQUE DE VOTRE HABITAT!

Votre logement présente des fuites thermiques? DÉCOUVREZ COMMENT RÉPARER SIMPLEMENT LES DÉFAUTS D ISOLATION THERMIQUE DE VOTRE HABITAT! Votre logement présente des fuites thermiques? DÉCOUVREZ COMMENT RÉPARER SIMPLEMENT LES DÉFAUTS D ISOLATION THERMIQUE DE VOTRE HABITAT! MC03503-FR Découvrez comment réparer simplement les défauts d isolation

Plus en détail

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière II.1. La dilatation thermique Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière Lorsqu on chauffe une substance, on provoque l augmentation de l énergie cinétique des atomes et des molécules, ce qui accroît

Plus en détail

>I En savoir plus I Thermique

>I En savoir plus I Thermique g Un peu d histoire n Choc pétrolier en 1973 Prise de conscience de notre totale dépendance au pétrole Nécessité de maîtrise de la consommation énergétique dans le secteur du bâtiment n Protocole de Kyoto

Plus en détail

TD de thermique de l habitat 1

TD de thermique de l habitat 1 TD de thermique de l habitat - Parois de locaux - Isolation intérieure / Isolation extérieure La figure représente la coupe transversale de la paroi d un pavillon. Pour une étude simplifiée cette paroi

Plus en détail

TP 17 : Notion de résistance thermique d un matériau

TP 17 : Notion de résistance thermique d un matériau TP 17 : Notion de résistance thermique d un matériau Objectifs : - Mesurer la résistance thermique de certains matériaux. - Comparer ces matériaux pour l appliquer à l isolation des bâtiments. Compétences

Plus en détail

COMMENT CALCULER ET PREVOIR LES PERTES THERMIQUES D UN LOCAL?

COMMENT CALCULER ET PREVOIR LES PERTES THERMIQUES D UN LOCAL? COMMENT CALCULER ET PREVOIR LES PERTES THERMIQUES D UN LOCAL? Un problème important dans le bâtiment est celui de l'isolation thermique. De nombreuses déperditions ayant lieu, il est important de les limiter

Plus en détail

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+ Chapitre 22 Sciences Physiques - BTS Transfert thermique 1 Généralités 1.1 Température La température absolue est mesuré en Kelvin [K]. La relation de passage entre C et K est : T [K] = [ C ]+ 273,15 Remarque

Plus en détail

EAU CHAUDE SANITAIRE. Espace INFO>ENERGIE 37. INTERVENTION PRECARITE ENERGETIQUE ACTIONS SIMPLES TRAVAILLEURS SOCIAUX LE 26 Septembre 2009

EAU CHAUDE SANITAIRE. Espace INFO>ENERGIE 37. INTERVENTION PRECARITE ENERGETIQUE ACTIONS SIMPLES TRAVAILLEURS SOCIAUX LE 26 Septembre 2009 EAU CHAUDE SANITAIRE HABITAT CHAUFFAGE Espace INFO>ENERGIE 37 INTERVENTION PRECARITE ENERGETIQUE ACTIONS SIMPLES TRAVAILLEURS SOCIAUX LE 26 Septembre 2009 L HABITAT L HABITAT DEPERDITION TOITURE: 30% Priorité

Plus en détail

Transfert thermique, Isolation.

Transfert thermique, Isolation. Quelques rappels théoriques. Les 3 phénomènes. Rayonnement Au travers du vide. Par extension : milieu transparent Transfert thermique. Conduction Grace à la présence de : matière immobile Convection Grace

Plus en détail

www.hdgdev.com Eco matériaux Quelles performances, quelles assurances?

www.hdgdev.com Eco matériaux Quelles performances, quelles assurances? www.hdgdev.com Eco matériaux Quelles performances, quelles assurances? 1 Contexte L effet de serre un phénomène naturel Contexte Le changement climatique en chiffres 2 Contexte Contexte Le climat en 2100

Plus en détail

ANALYSE DE LA QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE D UNE RÉHABILITATION DE BÂTIMENT

ANALYSE DE LA QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE D UNE RÉHABILITATION DE BÂTIMENT ANALYSE DE LA QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE D UNE RÉHABILITATION DE BÂTIMENT Réhabilitation du bâtiment «Mendès France» à Auch 12 logements au standard «BBC Effinergie Rénovation» pour l OPH 32 Octobre 2011

Plus en détail

VENTILATION EAU CHAUDE SANITAIRE

VENTILATION EAU CHAUDE SANITAIRE VENTILATION PANNEAUX SOLAIRES ISOLATION EAU CHAUDE SANITAIRE POMPE A CHALEUR FENETRES A ISOLATION RENFORCEE DIAGNOSTIC CONSEIL TRAVAUX Diagnostic Recommandations Travaux Un expert sistems étudie la configuration

Plus en détail

Une réhabilitation en maison passive? L enjeux de l isolation par l extérieur.

Une réhabilitation en maison passive? L enjeux de l isolation par l extérieur. Une réhabilitation en maison passive? L enjeux de l isolation par l extérieur. Réduire par 10 les consommations de chauffage Bâtiments existants : besoins en chauffage de 180 à 300 kwh/m².an Objectif :

Plus en détail

L isolation des pavillons

L isolation des pavillons L isolation des pavillons 1 Que connaissez-vous comme type d isolation. Donnez une définition. L isolation permet d apporter un meilleur confort de vie et de faire des économies d énergies IL y a deux

Plus en détail

«Habitat et Maîtrise de l énergie»

«Habitat et Maîtrise de l énergie» «Habitat et Maîtrise de l énergie» Réunion d information Introduction l ALEC SQY - le CAUE MDE écogestes - petits travaux Isolation et Architecture Rénovation isolation - préconisations Énergie chauffage

Plus en détail

Situation actuelle Préconisation 1 Préconisation 2

Situation actuelle Préconisation 1 Préconisation 2 Menuiserie : Double vitrage bois 4/12/4 + 2 Velux 4/8/4 + 2 "lucarnes" de toiture. Murs Situation actuelle Préconisation 1 Préconisation 2 Brique rouge alvéolaire 25cm + 7,5cm laine de verre + 7cm brique

Plus en détail

REMPLACER LES CHÂSSIS ET VITRAGES

REMPLACER LES CHÂSSIS ET VITRAGES Lisez aussi : Fiche 1 INTRODUCTION + Fiche 2 MAÎTRISER L ÉTANCHÉITÉ ET PROTÉGER L ISOLANT + Fiche 10 AMÉLIORER LA VENTILATION RÉNOVER POUR CONSOMMER MOINS D ÉNERGIE : GUIDE PRATIQUE REMPLACER LES CHÂSSIS

Plus en détail

Fiche d Information - Étude Thermique

Fiche d Information - Étude Thermique Fiche d Information - Étude Thermique 7, Grande Rue 84370 BEDARRIDES Tél. : 04.90.22.85.30 Fax : 04.90.22.85.31 e-mail : new-tec@orange.fr Site : www.new-tec.fr Références constructeur ou code avantage

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE POSTE METALLIQUE

FICHE TECHNIQUE POSTE METALLIQUE CEL FRANCE Sarl au capital de 40 000E RC Alès 97RM 300 SIRET 410 748 875 00011 TVA CEE FR56410748875 NAF 316D Tableaux HTA Transformateur HTA Postes de transformation TGBT Disjoncteur BT www.cel france.com

Plus en détail

Rapport d audit énergétique

Rapport d audit énergétique Rapport d audit énergétique Version du logiciel 2.0.0#124 Date d enregistrement : 26.07.2013 Date de modification : 29.07.2013 Certificat PEB d origine n : 1 Type de bâtiment : APPARTEMENT Type d audit

Plus en détail

D2-VERRE PROBLÉMATIQUE

D2-VERRE PROBLÉMATIQUE D2-VERRE LE VERRE EST UNE MATIÈRE AUX MULTIPLES PROPRIÉTÉS ET AUX APPLICATIONS TRÈS DIVERSES: EMBALLAGES POUR L AGRO-ALIMENTAIRE ET LA COSMÉTIQUE, ISOLATION ET VITRAGES DANS LE BÂTIMENT, FIBRES OPTIQUES

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : 1 Formation Bâtiment Durable : ENERGIE PASSIF/BASSE ENERGIE Bruxelles Environnement ISOLATION : INTRODUCTION THEORIQUE Marny DI PIETRANTONIO Plate-forme Maison Passive asbl Objectif(s) de la présentation

Plus en détail

Analyse comparée du cycle de vie des fenêtres bois, aluminium et PVC Etude de cas

Analyse comparée du cycle de vie des fenêtres bois, aluminium et PVC Etude de cas Pour une éco-construction dans les règles de l art Analyse comparée du cycle de vie des fenêtres bois, aluminium et PVC Etude de cas Mars 2011 www.eti-construction.fr - 1 - RENFORCER L ENVELOPPE chap.

Plus en détail

Comment optimiser la performance énergétique de son logement?

Comment optimiser la performance énergétique de son logement? Comment optimiser la performance énergétique de son logement? Janvier 2014 AHF / J.M. VOGEL Plan de la présentation Contexte Objectifs Faire un premier bilan énergétique Les différents travaux d économies

Plus en détail

TRANSMISSION THERMIQUE PAR CONDUCTION

TRANSMISSION THERMIQUE PAR CONDUCTION TRANSMISSION THERMIQUE PAR CONDUCTION 1) définition de la conduction La conduction est le mode de propagation de l'énergie thermique à travers la matière. Elle se produit par contact entre les particules

Plus en détail

Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie

Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie Du projet à la réalisation Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie Lay Saint Christophe 54 «Notre projet est né en 2006, d une volonté de minimiser notre empreinte écologique. Nous

Plus en détail

Systèmes de supportage. Systèmes coupe-feu. Hilti. Performance. Fiabilité.

Systèmes de supportage. Systèmes coupe-feu. Hilti. Performance. Fiabilité. Systèmes de supportage Systèmes coupe-feu Hilti. Performance. Fiabilité. Mastics coupe-feu Mastic coupe-feu silicone CFS-S SIL page 252 Mastic coupe-feu acrylique CFS-S ACR page 253 Mastic coupe-feu intumescent

Plus en détail

Améliorer le bâti. Roger Cadiergues L16. SOMMAIRE. Livraison 16. 23 avril 2009 (prochain livret le 30 avril 2009) 1. Les techniques p.

Améliorer le bâti. Roger Cadiergues L16. SOMMAIRE. Livraison 16. 23 avril 2009 (prochain livret le 30 avril 2009) 1. Les techniques p. Roger Cadiergues Améliorer le bâti L16. SOMMAIRE 1. Les techniques p. 3 1.01. La triple importance du bâti 1.02. Améliorer les parois (hiver) 1.03. Améliorer les parois (été) 1.04. Améliorer les vitrages

Plus en détail

La rénovation thermique des copropriétés

La rénovation thermique des copropriétés La rénovation thermique des copropriétés Isolation thermique par l extérieur (façades, toitures, planchers bas) ASDER - Chambéry Mardi 19 mars 2013 François Sivardière Chargé de mission Copropriétés L

Plus en détail

E N R O B A G E. Enrobage par compression à chaud EROBAGE

E N R O B A G E. Enrobage par compression à chaud EROBAGE E N R O B A G E On enrobe les échantillons métallographiques pour protéger la surface des matériaux fragiles et pour en assurer l uniformité dimensionnelle. L enrobage sous pression s effectue à l'aide

Plus en détail

HABITATION ISOLATION Présentation

HABITATION ISOLATION Présentation Un particulier vient d acheter une maison individuelle construite dans les années 70 suivant le plan de masse ci-contre. Classe énergétique : Emission de Gaz à effet de Serre : 1 / 6 limite terrain N 8m

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Physique-chimie Exemple d activités de classe Ressources pour le lycée général et technologique Préambule Notion de résistance thermique Extrait du programme d enseignement spécifique de physique-chimie

Plus en détail

Les différentes étapes lors de la construction d un bâtiment FIN

Les différentes étapes lors de la construction d un bâtiment FIN Avant d attaquer les travaux, les étapes suivantes doivent être réalisées: le terrain a été acheté. le notaire a édité tous les papiers administratifs nécessaires. les plans ont été dessinés et validés

Plus en détail

TOUT COMPRENDRE SUR L ISOLATION DE VOTRE LOGEMENT

TOUT COMPRENDRE SUR L ISOLATION DE VOTRE LOGEMENT TOUT COMPRENDRE SUR L ISOLATION DE VOTRE LOGEMENT Chaleur, humidité, canicule Au fil des saisons, les variations de température devraient être le moins ressenti possible dans votre habitation. Il est donc

Plus en détail

SlimVac. L isolant nouvelle génération : résistance thermique record, le gain d espace en plus. R 5,71 m 2 K/W épaisseur 40 mm. + 2,5 m 2.

SlimVac. L isolant nouvelle génération : résistance thermique record, le gain d espace en plus. R 5,71 m 2 K/W épaisseur 40 mm. + 2,5 m 2. + 1,8 m 2 + 2,5 m 2 + 1,6 m 2 R 5,71 m 2 K/W épaisseur 40 mm λ 0,007 SlimVac L isolant nouvelle génération : résistance thermique record, le gain d espace en plus LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE, LE DÉFI DE

Plus en détail

Travaux permettant de réaliser des économies d'énergie

Travaux permettant de réaliser des économies d'énergie Travaux permettant de réaliser des économies d'énergie Espace Info Energie de la CoVe eie.carpentras@aere-asso.com 0490362509 Avec le soutien de : Isolation par l'intérieur des murs extérieurs Isolation

Plus en détail

Styrodur C, un XPS exempt de CFC, HCFC et HFC. De l air, tout simplement. Ecologique, tout simplement.

Styrodur C, un XPS exempt de CFC, HCFC et HFC. De l air, tout simplement. Ecologique, tout simplement. Styrodur C, un XPS exempt de CFC, HCFC et HFC. De l air, tout simplement. Ecologique, tout simplement. Isolation thermique plus qu une simple protection de l environnement Une isolation thermique optimale

Plus en détail

ISOLATION THERMIQUE DES BÂTIMENTS. Techniques et matériaux. Licence 3 Génie Civil et Infrastructure

ISOLATION THERMIQUE DES BÂTIMENTS. Techniques et matériaux. Licence 3 Génie Civil et Infrastructure ISOLATION THERMIQUE DES BÂTIMENTS Techniques et matériaux Licence 3 Génie Civil et Infrastructure UJF Grenoble 1 1974 Politique d'économie d'énergie... Nouvelle réglementation RT 2010 R&D Matériaux et

Plus en détail

Thierry Gallauziaux et David Fedullo LE GRAND LIVRE DE L ISOLATION. Groupe Eyrolles, 2009, ISBN 978-2-212-12404-0

Thierry Gallauziaux et David Fedullo LE GRAND LIVRE DE L ISOLATION. Groupe Eyrolles, 2009, ISBN 978-2-212-12404-0 Thierry Gallauziaux et David Fedullo LE GRAND LIVRE DE L ISOLATION Groupe Eyrolles, 2009, ISBN 978-2-212-12404-0 Pourquoi isoler? La thermique dans l habitat 14 Les performances thermiques des matériaux

Plus en détail

Concours. 2011 Présentation des projets lauréats. ats

Concours. 2011 Présentation des projets lauréats. ats Concours «Ma maison éco» 2011 Présentation des projets lauréats ats PROJETS Rénovations R 4 Projets retenus Famille THIL 37330 Marcilly sur Maulne Famille THIL Natures des parois: Murs extérieurs Nord

Plus en détail

CHAPITRE 1 : CONNAISSANCES GENERALES ET CONNAISSANCES SIMPLES EN THERMIQUE

CHAPITRE 1 : CONNAISSANCES GENERALES ET CONNAISSANCES SIMPLES EN THERMIQUE Le QCM (questionnaire à choix multiple) a 40 questions piochées au hasard dans un potentiel de 400 questions environ, divisées en 4 chapitres repris ci-après. La liste des connaissances requises correspond

Plus en détail

Présente: I N N O T H E R M L ISOLATION THERMIQUE PAR L EXTÉRIEUR

Présente: I N N O T H E R M L ISOLATION THERMIQUE PAR L EXTÉRIEUR Présente: I N N O T H E R M L ISOLATION THERMIQUE PAR L EXTÉRIEUR POURQUOI ISOLER SA MAISON?: 65% des logements en France ont été construits avant 1975 et sont peu ou pas isolés et ceux construits après

Plus en détail

LA SOLUTION IDÉALE POUR LES PONTS THERMIQUES!

LA SOLUTION IDÉALE POUR LES PONTS THERMIQUES! nano et R nano LA SOLUTION IDÉALE POUR LES PONTS THERMIQUES! connecting insulations 1.0 QU EST-CE QUE MARMOX THERMOBLOCK? Marmox THERMOBLOCK est un bloc de construction isolant breveté constitué d un élément

Plus en détail

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de l Habitat et de l Urbanisme Centre National d Études et Recherches Intégrées du Bâtiment

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de l Habitat et de l Urbanisme Centre National d Études et Recherches Intégrées du Bâtiment République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de l Habitat et de l Urbanisme Centre National d Études et Recherches Intégrées du Bâtiment Euromed Green Building, Lisbonne 13 et 14 mai 20102010

Plus en détail

Thierry Gallauziaux et David Fedullo LE GRAND LIVRE DE L ISOLATION. Troisième édition. Groupe Eyrolles, 2009, 2010, 2011, ISBN 978-2-212-13269-4

Thierry Gallauziaux et David Fedullo LE GRAND LIVRE DE L ISOLATION. Troisième édition. Groupe Eyrolles, 2009, 2010, 2011, ISBN 978-2-212-13269-4 Thierry Gallauziaux et David Fedullo LE GRAND LIVRE DE L ISOLATION Troisième édition Groupe Eyrolles, 2009, 2010, 2011, ISBN 978-2-212-13269-4 Sommaire Sommaire Pourquoi isoler? La thermique dans l habitat

Plus en détail

PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Plancher, plafond, et mur chauffant.

PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Plancher, plafond, et mur chauffant. PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Les panneaux photovoltaïques. Plancher, plafond, et mur chauffant. Les puits canadiens: sert à la fois de chauffage

Plus en détail

Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020

Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020 Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020 M. Delorme 1 Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020 Marc Delorme Inter Forêt-Bois 42 FR-Saint Etienne 2 3 ème Forum

Plus en détail

Intervenir pour le Développement Ecologique et l Environnement en Casamance

Intervenir pour le Développement Ecologique et l Environnement en Casamance Intervenir pour le Développement Ecologique et l Environnement en Casamance IDEE Casamance BP 120 Ziguinchor 33 991 45 92 ideecasamance@arc.sn www.ideecasamance.org www.ideecasamance.net IDEE Casamance

Plus en détail

HAGA AG Naturbaustoffe, Hübelweg 1, CH-5102 Rupperswil Téléphone +41 (0)62 897 41 41, Fax +41 (0)62 897 26 30, info@haganatur.ch, www.haganatur.

HAGA AG Naturbaustoffe, Hübelweg 1, CH-5102 Rupperswil Téléphone +41 (0)62 897 41 41, Fax +41 (0)62 897 26 30, info@haganatur.ch, www.haganatur. HAGA AG Naturbaustoffe, Hübelweg 1, CH-5102 Rupperswil Téléphone +41 (0)62 897 41 41, Fax +41 (0)62 897 26 30, info@haganatur.ch, www.haganatur.ch HAGA BIOTHERM L enduit de fond d isolation, de déshumidification

Plus en détail

DELTA -MAXX COMFORT spécial rénovation

DELTA -MAXX COMFORT spécial rénovation DELTA protège les valeurs. Economise l énergie. Procure le confort. Le 1er écran de sous-toiture isolant DELTA -MAXX COMFORT spécial rénovation Q U A L I T E P R E M I U M L hiver vous le révèle : Petites

Plus en détail

7 Avant-propos 9 Domaine d application du Guide La toiture-terrasse, qu est-ce que c est?

7 Avant-propos 9 Domaine d application du Guide La toiture-terrasse, qu est-ce que c est? SOMMAIRE 7 Avant-propos 9 Domaine d application du Guide 11 La toiture-terrasse, qu est-ce que c est? 11 1. Définition 12 2. Composition 13 La fonction des éléments constitutifs de la toiture-terrasse

Plus en détail

Raccord entre le mur extérieur et la fondation - construction massive

Raccord entre le mur extérieur et la fondation - construction massive Raccord entre le mur extérieur et la fondation - construction massive 1 0,810 0,020 0,025 2 chappe 0,840 0,080 0,095 3 0,026 0,260 10,000 4 béton armé 1,700 0,200 0,118 Somme des résistances thermiques

Plus en détail

ECONOMIE D ENERGIE Pourquoi isoler nos maisons?

ECONOMIE D ENERGIE Pourquoi isoler nos maisons? ECONOMIE D ENERGIE Pourquoi isoler nos maisons? La déperdition de chaleur se fait à travers les murs non isolés dû a un refroidissement interne des murs La limitation des flux de chaleur se fait grâce

Plus en détail

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ 1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT NOR : SOCU 00611881A ARRÊTÉ relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments existants proposés à

Plus en détail

Un bâti en tuffeau pour aujourd hui

Un bâti en tuffeau pour aujourd hui P a r c naturel régional Loire-Anjou-Touraine Les fiches techniques du Parc Patrimoine bâti Un bâti en tuffeau pour aujourd hui Isolation écologique d une maison de maître du XIX e siècle Localisation

Plus en détail

1 - Définitions et principes

1 - Définitions et principes Fiche technique Attention : L air chaud étant moins dense que l air froid, il va avoir tendance à monter! Répartition des déperditions thermiques 1 - Définitions et principes Si à l échelle d un immeuble

Plus en détail

INBTP_TECHNOBAT LECON_013 TECHNOBAT LECON_013

INBTP_TECHNOBAT LECON_013 TECHNOBAT LECON_013 INBTP_TECHNOBAT LECON_013 INBTP_TECHNOBAT LECON_013 www.inbtpmanlio.altervista.org ? inbtpmanlio@gmail.com PROGRAMME LECONS LECON_001 (T) Présentation Notions de technobat LECON_002 (T) Exigences et contraintes

Plus en détail

Audit Energétique En Maison Individuelle

Audit Energétique En Maison Individuelle V 1.03 Audit Energétique En Maison Individuelle Date : 14/06/2012 Réf: AR 0000 613 Prescripteur : OPERATION RENOV EE Mr CORBIN ARNAUD 50 Rue des Paras 56 000 VANNES INOVEHA Bureau d Etudes Thermiques 5,

Plus en détail

Réhabilitation éco-responsable d une maison de pêcheur

Réhabilitation éco-responsable d une maison de pêcheur Aménagement - Décoration Réhabilitation éco-responsable d une maison de pêcheur Réhabilitation en tenant compte de considérations écologiques et environnementales. Tant aux étapes de la construction (tri

Plus en détail

SOLUTIONS CONSTRUCTIVES

SOLUTIONS CONSTRUCTIVES Performance des dispositifs pare soleil par Aziz Laouadi CNRC CONSTRUCTION SOLUTIONS CONSTRUCTIVES N o 77, juin 2011 Ce numéro décrit les résultats d une étude sur un certain nombre de dispositifs pare

Plus en détail

TRANSFERTS THERMIQUES

TRANSFERTS THERMIQUES TRANSFERTS THERMIQUES I. RAYONNEMENT 1. Connaissances a. Qu est-ce qui véhicule l énergie thermique par rayonnement? b. Quelle est la propriété du modèle idéal du corps noir? c. Imaginons que vous exposiez

Plus en détail

source image : http://www.passeursdenergie.be

source image : http://www.passeursdenergie.be LE SOLAIRE THERMIQUE Conférence du 12 mai 2010 par M. Joseph Dejonghe, expert solaire thermique pour la Division de l énergie du Ministère de la région Wallone. (M. LEFORT, Président présente l association

Plus en détail

Un guide pour la Réhabilitation des maisons individuelles : rénover avec le bois

Un guide pour la Réhabilitation des maisons individuelles : rénover avec le bois Un guide pour la Réhabilitation des maisons individuelles : rénover avec le bois Un nouvel ouvrage est paru en 2013, destiné aux artisans, entreprises, architectes, maîtres d œuvre et maîtres d ouvrage,

Plus en détail

Etanchéité à l air, fondamentale mais souvent négligé

Etanchéité à l air, fondamentale mais souvent négligé Isoler pour demain Une bonne isolation: plus qu une question d épaisseur! Historique 2001: Paul Eykens lance isoproc: 2004: Croissance annuelle avec doublement du chiffre d affaires Etanchéité à l air,

Plus en détail

2. Propriétés thermiques

2. Propriétés thermiques 2. Propriétés thermiques Elles permettent d interpréter les réactions d un matériau aux variations de la température 1. Capacité thermique 2. Dilatation thermique 3. Conductivité thermique Energie de liaison

Plus en détail

PLANS DU BÂTIMENT CALCULS Performances Energétiques du Bâtiment Niveau d étanchéité à l air du bâtiment à faire imposer dans le cahier des charges et à faire contrôler par un test Blower Door. Exemples

Plus en détail

Utilisation historique de nanomatériaux en pneus et possibilités de nouveaux développements

Utilisation historique de nanomatériaux en pneus et possibilités de nouveaux développements Utilisation historique de nanomatériaux en pneus et possibilités de nouveaux développements 7 juin 2012 Francis Peters Bien qu il n y ait pas de nano particules dans les usines qui produisent les mélanges

Plus en détail

Delémont. Vendre. Situation. attique

Delémont. Vendre. Situation. attique Delémont Delémont Situation Bel très moderne, agencé et équipé avec goût. Très grande terrasse, magnifique vue dégagée sur la ville et la vallée de Delémont. Construit en 2012 avec des matériaux d excellentes

Plus en détail

Les mortiers de réparation

Les mortiers de réparation Les mortiers de réparation Pathologie du béton et la réparation du béton Déroulement de l opération 1 Diagnostic Evaluer la maladie et son étendue Réparations Structurelles / Superficielles 2 Préparation

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue Jean Haust N : 122 Boîte : CP : 4000 Localité : Liège(4000) Impact sur l'environnement - émissions de CO 2

Données administratives. Rue : Rue Jean Haust N : 122 Boîte : CP : 4000 Localité : Liège(4000) Impact sur l'environnement - émissions de CO 2 CP : 4000 Localité : Liège(4000) Impact sur l'environnement - émissions de CO 2 Émissions de CO 2 du bâtiment : 14799 kg CO 2/an Émissions de CO 2 spécifiques : 66 kg CO 2/m².an Description du bâtiment

Plus en détail

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID FACULTE DES SCIENCES DE L INGENIEUR DEPARTEMENT DE GENIE CIVIL SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION Responsable: Dr. GHOMARI Fouad COMPORTEMENT AU FEU DU BETON. Le feu est

Plus en détail

Rénovation des fenêtres

Rénovation des fenêtres Enjeux : (Energétique / patrimoniaux) Rénovation des fenêtres Le changement des fenêtres (ou vitrages), réduit les consommations de chauffage, fait diminuer l effet paroi froide et les condensations, améliore

Plus en détail

ISOLATION PAR L INTÉRIEUR ET PAR L EXTÉRIEUR

ISOLATION PAR L INTÉRIEUR ET PAR L EXTÉRIEUR ISOLATION PAR L INTÉRIEUR ET PAR L EXTÉRIEUR solutions résidentielles en isolation www.greensun.be Greensun: la société Isolez avec Greensun L isolation de votre habitation ou appartement, par l intérieur

Plus en détail

La maison zéro énergie (ou énergie positive)

La maison zéro énergie (ou énergie positive) La maison zéro énergie (ou énergie positive) Maison qui consomme pas ou peu d énergie Utilise des énergies renouvelables Respectueuse de l'environnement Avantages : - Diminution du bilan carbone (moins

Plus en détail

ALVÉOLAIRES MOUSSES MINÉRALES LAINES VÉGÉTALES BASES ANIMALES FIBRES BOIS PMR

ALVÉOLAIRES MOUSSES MINÉRALES LAINES VÉGÉTALES BASES ANIMALES FIBRES BOIS PMR Performances thermiques Marquage Conductivité Épaisseur Thermique en mm pour C E A c e r m i AT R 5 R 8 λ Feu Environnement FDES Prix TTC pour R=8 Rapport qualité/ prix Commentaire MOUSSES ALVÉOLAIRES

Plus en détail

BILAN ENERGETIQUE D UN LOGEMENT Première approche CENTRE D INTERET CI 1. CONCEPTION, COMPETITIVITE ET CREATIVITE OBSERVATIONS

BILAN ENERGETIQUE D UN LOGEMENT Première approche CENTRE D INTERET CI 1. CONCEPTION, COMPETITIVITE ET CREATIVITE OBSERVATIONS ENSEIIGNEMENT TRANSVERSAL Page 1/7 Classe : Nom :.. Prénom :. Binôme :..... BILAN ENERGETIQUE D UN LOGEMENT Première approche Date :... CENTRE D INTERET CI 1. CONCEPTION, COMPETITIVITE ET CREATIVITE NOTE

Plus en détail

Réponses techniques existantes, généralités

Réponses techniques existantes, généralités Réponses techniques existantes, généralités Les bâtiments existants peuvent être construits de manières très différentes. De ce fait, il n existe pas une unique manière de réhabiliter. Il faut agir en

Plus en détail

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 18 Economies d énergie et bâtiment

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 18 Economies d énergie et bâtiment FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 18 Economies d énergie et bâtiment Type d'activité Activité avec étude documentaire Notions et contenus du programme de Terminale S Compétences exigibles

Plus en détail

les vitrages d h Les multiples capacités de calibration des performances Synergia Concept International synergia@lucjoubert.com

les vitrages d h Les multiples capacités de calibration des performances Synergia Concept International synergia@lucjoubert.com Comment tbien utiliser les vitrages d aujourd hui d h Les multiples capacités de calibration des performances LucJoubert consultant SeniorenVitrages Luc Joubert, consultant Senior en Vitrages, Synergia

Plus en détail

LA MAISON BIOCLIMATIQUE Isolation thermique de la maison. NOM : Classe : Page 1/2

LA MAISON BIOCLIMATIQUE Isolation thermique de la maison. NOM : Classe : Page 1/2 S1 - S2 NOM : Classe : Page 1/2 1. Problème à résoudre Comment isoler efficacement la maison bioclimatique. 2. Connaitre les matériaux d'isolation En se connectant au site Leroymerlin.fr rubrique : construction

Plus en détail

PB 250, PB 400 / SD 560x Systèmes époxys moussants résilients, durcissant à l'ambiante

PB 250, PB 400 / SD 560x Systèmes époxys moussants résilients, durcissant à l'ambiante Page 1 / 6 PB 250, PB 400 / SD 560x Systèmes époxys moussants résilients, durcissant à l'ambiante Les systèmes PB sont des formulations d'époxy moussant développés pour des productions in situ de mousse

Plus en détail

chauffage par le sol CHAUFFAGE MURAL RESTER À LA MAISON N A JAMAIS ÉTÉ AUSSI BIEN

chauffage par le sol CHAUFFAGE MURAL RESTER À LA MAISON N A JAMAIS ÉTÉ AUSSI BIEN RESTER À LA MAISON N A JAMAIS ÉTÉ AUSSI BIEN chauffage par le sol CHAUFFAGE MURAL Kruishoefstraat 50, B-3650 Dilsen T.+32-(0)89 79 04 11 F. +32-(0)89 79 05 00 marketing@vasco.be www.vasco.be 01/2011 VASCO

Plus en détail

Un bâti en tuffeau pour aujourd hui

Un bâti en tuffeau pour aujourd hui Parc naturel régional L o i r e -A n j o u -T o u r a i n e Patrimoine bâti Les fiches techniques du Parc Un bâti en tuffeau pour aujourd hui Réhabilitation d une grange semi-troglodytique Localisation

Plus en détail

DR Fiche isolant Comment améliorer son habitat? ACTIVITE DECOUVRIR ET ANALYSER :

DR Fiche isolant Comment améliorer son habitat? ACTIVITE DECOUVRIR ET ANALYSER : DR Fiche isolant Comment améliorer son habitat? ACTIVITE DECOUVRIR ET ANALYSER : Mise en évidence du phénomène de déperdition thermique aux travers des parois 1. Première activité : Mise en évidence du

Plus en détail

RÉNOVER POUR CONSOMMER MOINS D ÉNERGIE : GUIDE PRATIQUE

RÉNOVER POUR CONSOMMER MOINS D ÉNERGIE : GUIDE PRATIQUE Lisez cette fiche d introduction attentivement avant de lire la fiche qui concerne vos travaux (Fiches 2 à 10). INTRODUCTION RÉNOVER POUR CONSOMMER MOINS D ÉNERGIE : GUIDE PRATIQUE Pourquoi rendre votre

Plus en détail

NOTE EXPLICATIVE DE PROTECTION INCENDIE

NOTE EXPLICATIVE DE PROTECTION INCENDIE Vereinigung Kantonaler Feuerversicherungen Association des établissements cantonaux d assurance incendie Associazione degli istituti cantonali di assicurazione antincendio NOTE EXPLICATIVE DE PROTECTION

Plus en détail

ISOLER LA TOITURE PLATE

ISOLER LA TOITURE PLATE Lisez aussi : Fiche 1 INTRODUCTION + Fiche 2 MAÎTRISER L ÉTANCHÉITÉ ET PROTÉGER L ISOLANT + Fiche 10 AMÉLIORER LA VENTILATION RÉNOVER POUR CONSOMMER MOINS D ÉNERGIE : GUIDE PRATIQUE ISOLER LA TOITURE PLATE

Plus en détail

LUTTER contre le réchauffement climatique : Pourquoi pas le plastique?

LUTTER contre le réchauffement climatique : Pourquoi pas le plastique? LES PLASTIQUES EN DEBAT 3 ODP3 LUTTER contre le réchauffement climatique : Pourquoi pas le plastique? 1 Les premières matières plastiques ont fait leur apparition autour de 1860. A l époque les premières

Plus en détail

MISE EN ŒUVRE D UNE DALLE ISOLANTE CHAUX - CHANVRE

MISE EN ŒUVRE D UNE DALLE ISOLANTE CHAUX - CHANVRE F3 MISE EN ŒUVRE D UNE DALLE ISOLANTE CHAUX - CHANVRE Groupement des producteurs de chanvre en Luberon Important : L utilisation de la chaux nécessite de toujours prendre la précaution d utiliser des gants.

Plus en détail