CAPITAL INVESTISSEMENT ÉTUDE 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CAPITAL INVESTISSEMENT ÉTUDE 2013"

Transcription

1 CAPITAL INVESTISSEMENT ÉTUDE

2 SOMMAIRE 00. CONJONCTURE ÉCONOMIQUE 2012 : RAPPEL DES FAITS MARQUANTS 01. LE MARCHÉ DU CAPITAL INVESTISSEMENT L organisation du marché : les principaux acteurs Les grands flux financiers et les tendances des marchés français et européens La place de Bpifrance sur le marché français 02. L ACTIVITÉ DES FONDS DE BPIFRANCE ET DE SES PARTENAIRES Synthèse de l activité 2012 Les levées de fonds Le flux d affaires Les investissements Les cessions Les performances 03. MOBILISATION POUR LA CROISSANCE ET LA COMPÉTITIVITÉ Profil des PME du portefeuille des fonds partenaires et directs de Bpifrance L investissement pour la croissance et pour l emploi Titre de la présentation 2

3 00. Conjoncture économique 2012 : rappel des faits marquants 3

4 00. Conjoncture économique 2012 : rappel des faits marquants Conjoncture économique 2012 : les faits marquants 2012 : l année de la panne de l économie française En 2012, dans le sillage d une zone euro en rechute (-0,7% de croissance du PIB), l économie française est en panne (+0%) après le redémarrage de 2010 (+1.7%) et 2011 (+2%) Malgré un taux d épargne en baisse, les dépenses de consommation des ménages baissent pour la première fois depuis En cause, le recul du pouvoir d achat dans un contexte de hausse du taux de chômage (10.2%* de la population active en France métropolitaine en fin d année) et de frein généralisés sur les revenus (du travail et du capital). Les ménages freinent également leurs investissements immobiliers Face à cette demande atone et la compression des marges et des capacités d autofinancement qu elle entraine, les entreprises réduisent leurs investissements et leurs stocks. Les défaillances repartent à la hausse (+2,9%). Les exportations constituent dans ce contexte le seul bol d air de l économie, résistant (+2,4%) malgré la récession en zone euro, grâce notamment aux ventes aéronautiques et aux produits pharmaceutiques 2013 : le frémissement au printemps Après une année de croissance zéro, les moindres signes de frémissement de la croissance sont les bienvenus. Au deuxième trimestre 2013, l Insee annonce un rebond de +0.5% de croissance du PIB, plus forte hausse depuis le premier trimestre Si ce rebond est en partie imputable à des facteurs temporaires (consommation énergétique des ménages), certains signaux apparaissent encourageants (reconstitution des stocks, stabilisation de l investissement des entreprises non financières après 5 trimestres consécutifs de baisse). Les dernières enquêtes de l été apportent de la consistance à l idée d un rebond, l INSEE anticipant une progression de 0,4% de l activité sur le deuxième semestre. La situation de trésorerie des entreprises s améliore progressivement. 4

5 00. Conjoncture économique 2012 : rappel des faits marquants Cinq trimestres consécutifs de croissance nulle ou négative en accompagnés d un fort recul de l investissement Légère amélioration au deuxième trimestre 2013 du climat des affaires, et des jugements sur les situations de trésorerie 120 Indicateur synthétique du climat des affaires (moyenne longue période=100) PIB et investissement des sociétés non financières Taux de croissance trimestriel (en %) 110 2,0% 1,7% 1,8% 100 1,5% 90 1,1% 1,0% 80 0,5% 0,0% -0,5% -1,0% -1,5% -2,0% 0,5% 0,2% 0,2% 0,2% 0,0% 0,0% -0,1% -0,2% -0,1% -0,3% -0,6% -0,5% -0,7% -0,8% -1,0% -1,1% -1,8% 2011T1 2011T2 2011T3 2011T4 2012T1 2012T2 2012T3 2012T4 2013T1 2013T janv-08 janv-09 janv-10 janv-11 janv-12 janv Services Industrie Jugement sur la situation de trésorerie des PME en fin de mois (solde d'opinion, cvs, en %) Sources : INSEE PIB Investissement des SNF Sources : INSEE janv.-08 janv.-09 janv.-10 janv.-11 janv.-12 janv.-13 Industrie Manufacturière Services Sources : Banque de France Titre de la présentation 5

6 01. Le marché du capital investissement a. L organisation du marché : les principaux acteurs b. Les grands flux financiers et les tendances des marchés français et européens c. La place de Bpifrance sur le marché français 6

7 01. Le marché du capital investissement : (a ) L organisation du marché : les principaux acteurs Définition, fonctionnement et chaine de valeur du capital investissement Un secteur d activité économique qui regroupe : Les investisseurs (appelés aussi les souscripteurs), en début de chaine de valeur : les assureurs, les banques, leurs outils de placement sous forme de fonds de fonds, les personnes physiques et family office, les industriels, les pouvoirs publics nationaux ou régionaux Les gestionnaires des fonds : environ 300 sociétés de gestion ont une activité de capital investissement en France, elles géraient en France en 2011 plus de 60 Mds d d actifs (source AFIC) Les entreprises (en très large majorité non cotées) en fin de chaine : 5405 entreprises sont en cours de financement (présence d au moins un fonds à leur capital) en France par le capital investissement à fin 2011 (AFIC 2011) soit 9,1% de plus qu en Pour les 2744 entreprises pour lesquelles les données sont disponibles à fin 2011, cela représente plus de 142 Mds d de chiffres d affaires générés et salariés (AFIC 2011) Les secteurs d activités les plus représentés sont : l industrie, les biens de consommation, l informatique et les services et transports Les acteurs du capital investissement (souscripteurs et gestionnaires des fonds) ont un point commun qui détermine leurs choix : la valeur de leur investissement est conditionnée par la croissance attendue des PME investies 7

8 01. Le marché du capital investissement : (a ) L organisation du marché : les principaux acteurs Définition, fonctionnement et chaine de valeur du capital investissement Un mode de financement fondamental pour le développement des entreprises : Cet apport en fonds propres (capital versé par les actionnaires) permet à la PME d avoir : une plus grande capacité d autofinancement une plus grande solvabilité auprès des banques pour emprunter et donc une capacité à se développer mieux maitrisée une meilleure stabilité financière, en augmentant ses «réserves de sécurité» financières en cas de besoin en contrepartie, les choix stratégiques sont discutés et décidés avec l ensemble des actionnaires Ces fonds propres sont particulièrement nécessaires au développement des entreprises en création des entreprises innovantes, très exposées aux risques, pour qui la contraction d emprunts est limitée par manque de visibilité de la part de la banque sur les secteurs innovants (inhérente au projet innovant) et/ou à l insuffisance de garanties (collatéral notamment) La présence d acteurs variés répond à la diversité des entreprises investies en termes de taille, de secteurs d activité et à l évolution de leurs besoins au cours de leur vie. La cible du capital investissement aux PME (85% des entreprises financées par le capital investissement en Europe sont des PME définition européenne) va de : la start-up qui n a pas encore finalisé les développements de son produit à l entreprise établie dans une industrie traditionnelle 8

9 01. Le marché du capital investissement : (a ) L organisation du marché : les principaux acteurs Définition, fonctionnement et chaine de valeur du capital investissement Pour les souscripteurs, l intérêt pour le capital investissement repose sur : un couple rendement-risque particulier (voir zoom) bénéficier d une rentabilité plus importante que dans d autres classes d actifs, en confiant le choix des investissements à des professionnels de l évaluation du potentiel des PME et des technologies diversifier les placements afin de réduire les risques pour les investisseurs institutionnels tels que les fonds de pensions, les mutuelles, les banques, notamment par une compensation naturelle des plus et moins values au sein d un même véhicule FCPR pour certains souscripteurs (industriels notamment) : soutenir un secteur d activité et favoriser le développement de start-up technologiques pour les fonds corporate et les industriels soutenir le marché et répondre à ses défaillances pour les fonds souverains et les agences gouvernementales Titre de la présentation 9

10 01. Le marché du capital investissement : (a ) L organisation du marché : les principaux acteurs Zoom un couple rendement-risque particulier Une projection d investissements sur le long terme avec des pertes prononcées en début de période suivies de profits croissants qui compensent largement les pertes initiales (courbe en «J») Un retour sur investissement attractif pour les investisseurs, en particulier pour le capital transmission et justifiant le risque pris : à long terme les investissements réalisés par des fonds de capital investissement sont plus performants que l investissement dans des entreprises du CAC 40. La performance (TRI sur 10 ans à fin 2012) atteint 10, 7 % à fin 2012 (source AFIC), contre 4,5% pour le CAC 40 sur la même période Source : AFIC Titre de la présentation 10

11 01. Le marché du capital investissement : (a ) L organisation du marché : les principaux acteurs Comparaison du poids relatif des souscripteurs par sous ensemble de pays européens : une implication très différente selon les pays (source EVCA) En Europe, de nombreux acteurs financent le capital investissement : banques, fonds souverains, agences gouvernementales,. Néanmoins, le poids de chacun de ces acteurs varie de façon considérable selon les pays/régions: Les family offices, les institutions publiques et les fonds souverains sont les principales sources des levées de fonds (12% chacun) en Europe Mais, la quasi inexistence des fonds souverains (0,9% des montants levés) et le poids minime des fonds de pensions (8,7%) distinguent la France et le Benelux des autres régions européennes En contrepartie, les agences gouvernementales représentent 18,7% des souscripteurs dans la zone France / Benelux, soit plus que la moyenne européenne C est également en France et Benelux que le poids des industriels (investisseurs corporates) est le plus élevé (7,2% vs 0,7% en moyenne en Europe) L Europe du Sud se distingue par un poids des banques particulièrement élevé (60% des montants souscrits), néanmoins, l engagement des banques dans ces pays ne totalisent que 360M, alors qu il est de 611 M en France et Benelux et de 241M en GB et Irlande) : c est moins le taux d effort des banques qui est à souligner dans les pays du Sud Europe, que la très faible implication des autres catégories de souscripteurs. 11

12 01. Le marché du capital investissement : (a ) L organisation du marché : les principaux acteurs Comparaison du poids relatif des souscripteurs par sous ensemble de pays européens : une implication très différente selon les pays (source EVCA) 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% 1,2% 1,8% 21,1% 29,4% 10,2% 24,4% 1,8% 20,5% 8,6% 13,6% 23,8% 17,3% 0,2% 0,9% 26,8% 3,8% 29,7% 22,5% 8,7% 9,3% 18,7% 18,6% 23,2% 1,3% 12,4% 13,8% 6,7% 3,9% 60,7% 7,2% 0,0% 3,6% 5,4% 0,2% 4,3% 8,6% 2,7% 0,0% 3,6% 13,2% 6,4% 3,2% 3,9% 1,5% 1,3% DACH (Autriche, France et Benelux Allemagne, Suisse) Royaume-Uni et Irlande Pays Nordiques (Danemark, Finlande, Norvège, Suède) Europe du Sud (Grèce, Italie, Portugal, Espagne) 11,7% 22,2% 8,8% 10,1% 14,2% 10,2% 3,1% 7,5% 2,2% 8,5% Europe Autres Les fondations et les institutions académiques Les banques Le marché des capitaux Les investisseurs corporates Les family office et investisseurs individuels Les fonds de fonds Les agences gouvernementales Les compagnies d'assurance Les fonds de pension Les fonds souverains 1,5% 12

13 01. Le marché du capital investissement a. L organisation du marché : les principaux acteurs b. Les grands flux financiers et les tendances des marchés français et européens c. La place de Bpifrance sur le marché français 13

14 b. Les grands flux financiers et les tendances des marchés français et européens 1. Les levées de fonds 2. Les investissements 14

15 01. Le marché du capital investissement : (b) Les grands flux financiers et les tendances - (1) les levées de fonds L activité de levées de fonds en Europe et en France : malgré une reprise depuis 2010, l année 2012 est marquée par une réduction des montants levés En Europe 23,6Md ont été levés en 2012, en baisse de 43% par rapport à l année précédente Cette forte diminution est en partie due à la chute des levées de fonds supérieures à 250M en nombre (13 levées de fonds en 2012 contre 26 en 2011) et en volume (baisse de 25% sur la même période). Plus résistant que la moyenne européenne, les montants des fonds levés sur le marché français en 2012 diminuent de 22% 5 Md de capitaux ont été levés en 2012 en France soit 1,4Md de moins qu en 2011 (-22%) Cette baisse a eu lieu sur les levées de fonds de très grande taille. En effet, les levées de capitaux supérieures à 200M passent de 3,1Md à 1,2Md La tendance hors levées >200M est en revanche à la hausse (14 %), principalement sur les opérations entre 100 M et 200 M ; plus modestement sur les levées de 50 à 100M et les levées < 20M Titre de la présentation 15

16 01. Le marché du capital investissement : (b) Les grands flux financiers et les tendances - (1) les levées de fonds Evolution du marché du capital investissement en Europe en Md (source : EVCA) - 43% pour les levées de fonds en 2012 Montant des fonds levés en Europe (Md ) 80 Le marché français se porte mieux que la moyenne européenne même si les montants des fonds levés diminuent : 183 véhicules (183 véhicules) - 22% en (2011) M (6 456 M en 2011) 3 5 > 200 M de 100 M à 200 M de 50 M à 100 M de 20 M à 50 M < 20 M Source : EVCA, Yearbook 2012 Source : AFIC

17 01. Le marché du capital investissement : (b) Les grands flux financiers et les tendances - (1) les levées de fonds Evolution du marché du capital investissement en Europe en Md (source : EVCA) Depuis 2009, les fonds levés sont inférieurs aux montants investis en France (LBO>100M inclus) ,8 10 9, ,1 3,7 5 6,6 6,5 5 6, Fonds levés Investissements Source : EVCA, Yearbook Fonds levés Investissements Source : AFIC

18 01. Le marché du capital investissement : (b) Les grands flux financiers et les tendances - (1) les levées de fonds L analyse de l évolution des montants souscrits en France par les principaux acteurs du capital investissement depuis 2008 L analyse de l évolution des montants souscrits en France par les principaux acteurs du capital investissement depuis 2008 montre une chute spectaculaire de leurs engagements, sauf pour deux catégories : les entités du secteur public et les industriels En revanche, depuis le creux de 2009, on constate une reprise pour l ensemble des acteurs (hors family office et banques), avec des capitaux apportés aux fonds qui ont augmenté de près de 40% (incluant les investisseurs étrangers) et de 31% hors investisseurs étrangers, : + 100% pour les fonds de fonds (+236% hors investisseurs étrangers) + 32% pour les compagnies d assurance (+18% hors investisseurs étrangers) + 38% pour les caisses de retraite (+36% hors investisseurs étrangers) + 302% pour les entités du secteur public (+274% hors investisseurs étrangers) Mais les souscriptions 2012 auprès des personnes physiques et des banques sont inférieures à leur niveau de Pour les personnes physiques, cela constitue la cinquième baisse consécutive en 5 ans. Entre 2011 et 2012, seules les souscriptions des industriels et des entités du secteur public ont augmenté. Elles dépassent même leur niveau de 2008, qui constituait une année exceptionnelle pour l ensemble du marché 18

19 Le marché du capital investissement : (b) Les grands flux financiers et les tendances - (1) les levées de fonds L analyse de l évolution des montants souscrits en France par les principaux acteurs du capital investissement depuis 2008 Une chute spectaculaire de leurs engagements, sauf pour deux catégories : les entités du secteur public et les industriels Source : AFIC % % % -29% % % % Personnes physiques Family Office Fonds de fonds Compagnies d assurance Mutuelles Banques Caisses de retraite Entités du secteur public Industriels Souscripteurs étrangers Souscripteurs français 19

20 01. Le marché du capital investissement : (b) Les grands flux financiers et les tendances - (1) les levées de fonds Le marché français du capital investissement évolue pour s adapter au retrait des souscripteurs En marge des difficultés rencontrées pour lever de nouveaux véhicules d investissement, notamment dues au retrait sensible des investisseurs institutionnels, les acteurs du capital investissement font preuves d initiatives et d innovations dans le montage de nouveaux produits Plusieurs tendances se manifestent sur le marché : Un rapprochement des fonds au sein de mêmes sociétés de gestion afin de bénéficier d économies d échelle Une différenciation accrue des stratégies d investissement et une spécialisation des nouveaux outils Une tendance à la diminution de la taille des fonds effectivement souscrits La montée en puissance des souscriptions d industriels dans les fonds de capital-risque et de capital développement Titre de la présentation 20

21 b. Les grands flux financiers et les tendances des marchés français et européens 1. Les levées de fonds 2. Les investissements 21

22 01. Le marché du capital investissement : (b) Les grands flux financiers et les - (2) les investissements L activité d investissement : les montants investis dans les entreprises baissent nettement en Europe et plus encore en France En Europe, 36,5Md investis dans entreprises en 2012 (source EVCA) 43% de ces entreprises ont ouvert leur capital au capital investissement pour la première fois en ,5 Md ont été investis dans les entreprises européennes en 2012, soit une réduction de 19% par rapport à PME ont été investies en 2012 soit une augmentation de 1% par rapport à 2011 En France, 6Md investis dans entreprises en 2012 (source AFIC) Entre 2011 et 2012, les montants investis en France diminuent de 38 % alors que le nombre d entreprises investies diminue de 9 % Les tickets moyens des opérations d investissement ont baissé Toutes les tranches d investissement sont concernées par la baisse des investissements mais la chute des montants investis par les opérations >100M est la plus marquée (-59%) 8 entreprises investies sur 10 sont des PME Titre de la présentation 22

23 Montants en Md Nombre de PME Montants en Md Nombre de PME 01. Le marché du capital investissement : (b) Les grands flux financiers et les tendances - (2) les investissements Des montants et un nombre d entreprises investis en baisse par rapport à 2011 Evolution des investissements en Europe Evolution des investissements en France ,4 24,3 41,9 44,9 36, ,0 4,1 6,6 9,7 6, Montants investis Nombre d'entreprises investies Source : EVCA, Yearbook 2012 Montants investis Nombre d'entreprises investies Source : AFIC

24 01. Le marché du capital investissement : (b) Les grands flux financiers et les tendances - (2) les investissements Malgré les tendances de 2012, la France fait partie des 3 leaders européens en capital investissement avec le Royaume-Uni et l Allemagne Approche par la prise en compte de la nationalité de l entreprise investie Le marché français du capital investissement en Europe N 2 en montants de fonds levés derrière le Royaume N 2 en nombre d entreprises investies, derrière l Allemagne N 3 en montants investis derrière le Royaume Uni et l Allemagne En particulier sur le marché du Venture Capital N 1 en montants de fonds levés en capital risque N 2 en nombre d entreprises investies, derrière l Allemagne N 3 en montants investis derrière le Royaume Uni et l Allemagne Approche par la prise en compte de la nationalité de la société de gestion Le marché français du capital investissement en Europe N 2 en montants de fonds levés derrière le Royaume Uni N 2 en nombre d entreprises investies, derrière l Allemagne N 2 en montants investis derrière le Royaume Uni et légèrement devant l Allemagne En particulier sur le marché du Venture Capital N 1 en montants de fonds levés en capital risque N 2 en nombre d entreprises investies, derrière l Allemagne N 2 en montants investis derrière le Royaume Uni Les sources utilisées sont celles de l EVCA pour les données européennes et celles de l Afic et de Bpifrance pour la France 24

25 01. Le marché du capital investissement a. L organisation du marché : les principaux acteurs b. Les grands flux financiers et les tendances des marchés français et européens c. La place de Bpifrance sur le marché français 25

26 c. La place de Bpifrance sur le marché français 1. Les levées de fonds 2. Les investissements 26

27 01. Le marché du capital investissement : (c) La place de Bpifrance sur le marché français - (1) levées de fonds Sur le marché du capital investissement : les fonds levés par Bpifrance représentent 15% des fonds levés en 2012 Bpifrance et ses partenaires ont levé 44% des fonds levés en 2012 Deux méthodologies ont été utilisées pour évaluer la part de marché de Bpifrance sur le marché du capital investissement français Méthodologie 1 : comparaison des levées de fonds du portefeuille de portefeuille de Bpifrance par rapport aux levées de fonds du marché La «part de marché» de Bpifrance a atteint son plus haut niveau depuis % des fonds levés en France en 2012 ont été souscrits par Bpifrance. Cette part de marché a un caractère exceptionnel, la part de marché de Bpifrance dans les levées de fonds était inférieure à 10% les années antérieures Ce taux quasi équivalent à celui de 2010 est dû en partie aux fonds souscrits par Bpifrance dans ses propres fonds souscrits à 100% 400M de fonds souscrits dans les fonds OC+A et FCID II en M de fonds souscrits dans les fonds gérés par Bpifrance Investissement Régions en 2012 Si on ajoute à l effort de Bpifrance, les souscriptions des tiers dans les fonds du portefeuille levés en 2012, on obtient 2,2 Md de fonds levés par le portefeuille de Bpifrance soit 44% des fonds levés en 2012 sur le marché français. C est le résultat le plus élevé depuis 5 ans 27

28 01. Le marché du capital investissement : (c) La place de Bpifrance sur le marché français - (1) levées de fonds Les souscriptions de Bpifrance dans les fonds de son portefeuille représentent 15% des fonds levés en France en 2012 En y ajoutant les souscriptions des autres investisseurs, les levées de fonds du portefeuille de Bpifrance représentent 44% en France en 2012* Part des souscriptions de Bpifrance sur le marché français Part des levées de fonds du portefeuille de Bpifrance sur le marché français % % % % 274 4% % % % % % Fonds levés Fonds levés par Bpifrance Fonds levés Fonds levés par Bpifrance et ses fonds partenaires * Source : AFIC, total des levées de fonds (fonds LBO>200M, FIP, FCPI inclus) 28

29 01. Le marché du capital investissement : (c) La place de Bpifrance sur le marché français - (1) levées de fonds En France, la part des souscriptions de Bpifrance en 2012 est en forte progression sur un an en capital développement et en diminution sur un an en capital innovation Méthodologie 2 : comparaison des fonds souscrits par Bpifrance par segments de marché (capital développement et capital innovation) avec ceux souscrits par les membres de l AFIC dans des FCPR et autres véhicules (les fonds souscrits dans des fonds retails et autres ont été retirés car les fonds partenaires de Bpifrance sont exclusivement des FCPR ou des SCR) La part de marché de Bpifrance sur le segment du capital innovation (capital risque + capital amorçage), avec 232 M souscrits est passée de : 44% des montants levés en 2011 à 26% en 2012 : cette diminution s explique entre autre par le retour des investisseurs tiers sur le capital risque, et deux levées de fonds exceptionnelles La part de marché de Bpifrance sur le segment du capital développement est passée de : 14% des montants levés en 2011 à 32% en 2012, avec 523M souscrits par Bpifrance (dont 350M dans Bpifrance régions) sur 1 598M (montants souscrits par les FCPR et autres membres de l AFIC en capital développement) En revanche, Bpifrance n a financé aucun fonds dans la catégorie des fonds de «capital transmission» répertorié par l AFIC 29

30 c. La place de Bpifrance sur le marché français 1. Les levées de fonds 2. Les investissements 30

31 01. Le marché du capital investissement : (c) La place de Bpifrance sur le marché français -(2) les investissements Sur le marché du capital investissement : l action de Bpifrance concerne chaque année : 1 PME sur 2 et un quart des montants investis Deux méthodologies ont été utilisées pour évaluer la part de marché de Bpifrance sur le marché du capital investissement français Méthodologie 1 : comparaison des montants et du nombre de PME investies par Bpifrance et les fonds partenaires souscrits par Bpifrance aux montants et nombre de PME investis par l ensemble des acteurs du marché, hors LBO>=100M (Bpifrance (hors FSI) et les fonds partenaires ne réalisant pas d opérations de ces montants) La «part de marché» de Bpifrance en nombre d entreprises et en montants investis a atteint son plus haut niveau depuis 2008 : Plus d une PME sur 2 financées (57%) par le capital investissement en France est investie par un fonds du portefeuille de Bpifrance Plus d un quart des montants investis (29%) dans une PME est le résultat de l activité de Bpifrance : indirectement via les fonds dans lesquels elle souscrit ou directement via les fonds qu elle souscrit et gère 31

32 01. Le marché du capital investissement : (c) La place de Bpifrance sur le marché français -(2) les investissements Sur le marché du capital investissement : l action de Bpifrance concerne chaque année : plus d 1 PME sur 2 et plus d un quart des montants investis Part des PME investies par Bpifrance et ses partenaires sur le marché français (hors LBO>=100M Part des montants investis par Bpifrance et ses partenaires sur le marché français (hors LBO>=100M ) % % % % % % % % % % Nombre de PME investies par Bpifrance et ses partenaires Nombre de PME investies en France Sources : AFIC 2012 Retraitement Bpifrance Montant investi par Bpifrance et ses partenaires Montant investi en France Sources : AFIC 2012 Retraitement Bpifrance 32

33 01. Le marché du capital investissement : (c) La place de Bpifrance sur le marché français-(2) les investissements En France, la part de marché de Bpifrance en 2012 est en forte progression sur un an en capital développement et stable à très haut niveau sur le capital innovation Méthodologie 2 : comparaison des investissements par segments de marché (capital développement et capital innovation) réalisés par les fonds du portefeuille de Bpifrance à ceux réalisés exclusivement par les FCPR et autres, membres de l AFIC (l activité des FIP et des FCPI a été soustraite : les fonds partenaires de Bpifrance étant exclusivement des FCPR ou des SCR, les LBO>100M sont inclus dans cette comparaison faute de données disponibles les excluant) Pour le capital innovation les montants investis chaque année par Bpifrance et ses fonds partenaires sont équivalents aux montants investis en capital innovation par les fonds sous forme de FCPR (et autres) recensés par l AFIC, de même que le nombre de PME financées est quasi égal au nombre de PME financées par le marché d après l AFIC Pour le capital développement en 2012, Bpifrance et ses partenaires représentent 39% des montants investis en capital (624M investis par Bpifrance et ses fonds en capital développement / 1606M investis par les FCPR et autres véhicules AFIC) et 53% des PME financées. 33

34 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires a. Synthèse de l activité 2012 b. Les levées de fonds c. Le deal flow d. Les investissements e. Les cessions f. Les performances 34

35 a. Synthèse de l activité

36 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (a) Synthèse de l activité 2012 Bpifrance : la société de gestion de capital investissement de Bpifrance ÉTAT 50% 50% CAISSE DES DÉPÔTS Bpifrance BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT INVESTISSEMENT INDIRECT 248 fonds privés 1 généralistes ou sectoriels dont 98 fonds régionaux Bpifrance Investissement Société de portefeuille Société de gestion agréée AMF INVESTISSEMENT DIRECT 2 Fonds «PME» Fonds «Innovation» Fonds «ETI» AUTRES SOUSCRIPTEURS (BANQUES, ASSURANCES, INDUSTRIELS...) Titre de la présentation PME ET ETI CIBLES Capital amorçage Capital risque Capital développement Capital transmission (1) Au 31/07/2013 hors fonds internationaux (2) 28 fonds gérés par Bpifrance, y compris fonds «ETI 2020» et «Large Venture» en cours de création à la date de cette étude Détient Confie la gestion de fonds Souscrit Investit 36 36

37 Montant des investissements en Fonds propres 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (a) Synthèse de l activité 2012 Positionnement des fonds gérés par Bpifrance Fonds souscrits par Bpifrance destiné aux investissement dans les entreprises stratégiques (GE et ETI) et aux investissements en capital risque supérieur à 10M 15 M 10 M Fonds souscrits par Bpifrance : fonds indirects nationaux et régionaux Investissements indirects non cotés avec 248 fonds partenaires dont 98 régionaux* : Programme FSI-FI Programme France Investissement 2020 Programme des Investissements d Avenir : FNA * au 31/07/2013 Bpifrance : fonds directs Co-investissements directs minoritaires non cotés : 4 M FCID 1 et 2 OC+ A Fonds sectoriels : Bioam, Innobio, Mode et Finance, Patrimoine et Création I et II, Bois, Savoir-Faire d Excellence (FSFE), Croissance Rail FSN-PME-Ambition Numérique (PIA) Ecotechnologies (PIA) Fonds biothérapie et Maladie Rare (FNA) Bpifrance Régions Fonds propres et Quasi Fonds propres (OC+B, mezzanine) Consolidation et Développement Gestion FCDE Amorçage Capital Risque Capital Développement Capital Transmission Rachat d entreprises Consolidation et Développement Gestion FCDE : filiale à 49% de Bpifrance et à 51% de banques françaises Structuration de filières et consolidation de secteurs en mutation Entreprises cotées Titre de la présentation 37

38 Montant des investissements en Fonds propres 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (a) Synthèse de l activité 2012 Synthèse de l activité de Bpifrance en 2012 par type de fonds 1,3Md * investis +4% soit 29% des investissements du marché français** 881* PME +3% soit 57% des entreprises financées en France en 2012** Fonds directs Grandes Entreprises et ETI 19 entreprises M 15 M 10 M 770 PME 1062M Fonds partenaires de Bpifrance (indirect) Investissements directs niveau national 4 M 63 PME 149M Investissements directs niveau régional 88 PME 79 M Consolidation et Développement Gestion FCDE 3 PME 11M Amorçage y.c réinvestissements Capital Risque Capital Développement Capital Transmission Rachat d entreprises Structuration de filières et consolidation de secteurs en mutation Entreprises cotées Titre de la présentation * Hors fonds directs GE et ETI (ex FSI) ** Sur la base de 1523 entreprises investies hors LBO>=100M pour un total de 4,4Md (Afic) 38

39 b. Les levées de fonds 39

40 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (b) Les levées de fonds Bpifrance chiffres clés des levées de fonds réalisés en 2012 Flux 2012 Stock au 31/07/ M souscrits par Bpifrance et les souscripteurs tiers dans les fonds du portefeuille 755 M Apportés par Bpifrance M Apportés par des souscripteurs tiers Dans 61 fonds dont 44 souscrits par Bpifrance 15,7 Md Sous gestion dans les fonds du portefeuille 274 * fonds dans le portefeuille de Bpifrance * Hors fonds ETI, large venture, et fonds internationaux Titre de la présentation 40

41 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (b) Les levées de fonds Evolution des montants souscrits et origine des capitaux +65% : 2012 année record des montants des fonds levés par les fonds portefeuille de Bpifrance (33% hors fonds souscrit à 100%) : Les levées de fonds réalisées par les fonds du portefeuille de Bpifrance atteignent des montants record avec plus de 2 Md souscrits soit une augmentation de 65% par rapport à l année précédente Hors fonds souscrits à 100% par Bpifrance, ils sont proches des niveaux atteints en 2008, année performante au niveau national Les montants atteints sont en partie le résultat de l action de la puissance publique Un effort important des fonds souscrits à 100% par Bpifrance pour financer le capital développement : 350M Et dans le capital amorçage : 138M souscrits dans des fonds d amorçage au titre du FNA Ainsi que de la mobilisation des acteurs privés : Hors fonds souscrits à 100% et hors FNA l effet levier est de 5,4 en 2012 : pour 1 souscrit par la puissance publique, ce sont 4,4 souscrits par des acteurs privés, il se maintient sur la même tendance depuis 3 années consécutives. En 2012, le poids des montants souscrits par Bpifrance, comme en 2010, a été fondamental pour soutenir le marché, l effet de levier à 2,9 en témoigne. Capitaux levés totaux Hors véhicules 100% Bpifrance, Hors FNA Levée de fonds Effet de levier 5,1x 4,0x 5,6x 5,6x 5,4x Nombre de fonds

42 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (b) Les levées de fonds Evolution des montants souscrits et origine des capitaux /07/ Autres souscripteurs Souscription de Bpifrance dans les fonds Bpifrance Investissement partenaires (ex CDC Entreprises) Fonds souscrits à 100% et gérés par Bpifrance Souscriptions de Bpifrance pour le compte du FNA Souscriptions de tiers dans des fonds du FNA PIA géré en direct par Bpifrance (Fonds Ambition Numérique FSN PME et Fonds Ecotechnologie) 42

43 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (b) Les levées de fonds Evolution des capitaux souscrits par stade d intervention Forte progression dans le portefeuille de Bpifrance des fonds levées dans des véhicules de capital amorçage et de capital-risque : Au total en 2012, 938M ont été souscrits dans le capital «innovation» : capital amorçage (307M ) et capital risque (631 M ). 13 véhicules de capital amorçage soit près de 3 fois plus que l année précédente et 9 véhicules de capital risque ont été souscrits en Cette progression se vérifie également au niveau national où les prévisions d affectation des capitaux levées pour le capital Innovation (risque + amorçage) affichent une progression de 128% d après l AFIC Les souscriptions issues du FNA dans les fonds affiliés représentent une part importante de l activité en capital amorçage : en 2012, ce sont 137,8M qui ont été apportés par Bpifrance au nom du FNA. Le retour de l intérêt des industriels observé en 2011 pour le capital amorçage et le capital-risque s est nettement confirmé en 2012 Pour partie, ce regain pourrait aussi s expliquer par des cycles de renouvellement de fonds créés dans les années (création de fonds successeurs) Le capital développement jusqu alors préservé de la crise commence à fléchir : Si le nombre de véhicules a progressé de 36%, le montant des souscriptions n a quant à lui pas évolué, les capitaux sont donc plus difficiles à lever. Les fonds supérieurs à 100 M sont de moins en moins nombreux Ces tendances semblent se poursuivre en

44 Montant en M Nombre de véhicules en unité 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (b) Les levées de fonds Evolution des capitaux souscrits par stade d intervention Evolution des montants souscrits par segment d intervention (en M ) Evolution du nombre de véhicules souscrits par segment d intervention /07/ /07/2013 Amorçage Capital risque Capital développement Amorçage Capital risque Capital développement Hors fonds souscrits à 100% par Bpifrance pour le compte de la Caisse des Dépôts, de l Etat, et du FSI (fonds gérés par ex FSI Régions, Bioam 1 et 2, FCID 1 et 2, fonds Ecotechnologie, fonds Ambition numérique, fonds Patrimoine et Création 2, FSFE) Titre de la présentation 44

45 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (b) Les levées de fonds Evolution des montants par zone géographique Les souscriptions dans les fonds régionaux ont connu une activité très soutenue en 2012 Les capitaux levés par des fonds régionaux représentent 24% des capitaux levés en 2012, alors qu ils ne représentaient que 8% en 2011 Les souscriptions de Bpifrance dans les fonds régionaux partenaires ont augmenté considérablement, passant de 27,6M en 2011 à 125,2M en Ces souscriptions ont permis de lever 415M de capitaux dans les fonds régionaux soit un effet levier de 4,3x. Pour 1 public souscrit dans les fonds régionaux les partenaires privés souscrivent 3,3 Le Fonds National d Amorçage participe à cette activité soutenue des fonds régionaux : les souscriptions réalisées dans des fonds régionaux par Bpifrance dans le cadre du FNA s élèvent à 66,1M, elles ont permis de lever au total 117,5M. 35% des montants souscrits dans le cadre du FNA sont souscrits dans des fonds régionaux et interrégionaux Les acteurs institutionnels locaux ont continué à jouer leur rôle de financeurs traditionnels de ces fonds La nécessité d une équipe professionnelle, accédant à des opportunités d investissement suffisantes en quantité et en qualité a incité les acteurs privés et les collectivités territoriales à se regrouper et à créer des fonds d amorçage interrégionaux, permettant d atteindre une taille critique suffisante Ainsi, ce sont 3 fonds d amorçage interrégionaux qui ont été créés en 2012, couvrant 13 régions Bien que 2011 et 2012 aient été des années dynamiques en termes de souscription, l année 2013 devrait également présenter un rythme soutenu d investissement 45

46 Montant investis 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (b) Les levées de fonds Evolution des montants par zone géographique Capitaux levés par zone géographique Poids de Bpifrance % 29% 30% % 22% 25% 22% 26% % 19% 17% 16% /07/2013 Véhicules Nationaux Véhicules Régionaux Véhicules Nationaux Véhicules Régionaux Hors fonds souscrits à 100% par Bpifrance pour le compte de la Caisse des Dépôts, de l Etat, et du FSI (fonds gérés par ex FSI Régions, Bioam 1 et 2, FCID 1 et 2, fonds Ecotechnologie, fonds Ambition numérique, fonds, patrimoine et création 1 et 2, FSFE) 46

47 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (b) Les levées de fonds Evolution des capitaux souscrits selon la taille des fonds Signe d une difficulté croissante à lever des fonds auprès des investisseurs privés les fonds de taille inférieure à 100 M sont devenus majoritaires pour la première fois en 5 ans Les fonds de taille inférieure à 100M représentent 86% du nombre des fonds souscrits en 2012, et pour la première fois depuis 5 ans, le total de leurs montants levés est supérieur à 50% du total des montants levés par l ensemble des fonds. Cette tendance semble s affirmer en 2013, puisqu au 31 /07/2013, ils représentent 72% des montants souscrits. Au niveau national, les montants des souscriptions dans des fonds de cette taille représentaient également 73,6% des montants souscrits en 2012 selon l AFIC A l inverse, les souscriptions réalisées dans des fonds d une taille supérieure à 100 M ont diminué de 37% par rapport à 2011 et ne représentent plus que 36% des montants souscrits en 2012 Signe de la plus grande difficulté pour les grands fonds à lever des capitaux : en 2012 seules 2 levées de fonds au sein du portefeuille de Bpifrance ont été réalisées dans des fonds supérieurs à 200 M contre 5 l année précédente. Les souscriptions réalisées dans des fonds de taille supérieure à 100M ont diminué de 37% par rapport à 2011 et représentent 36% des montants souscrits en

48 Montant investis Nombre de véhicules en unité 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (b) Les levées de fonds Evolution des capitaux souscrits selon la taille des fonds Répartition des montant de capitaux levés en 2012 par taille de fonds Répartition du nombre de véhicules souscrits en 2012 par taille de fonds 30% 36% 9% 9% 15% 36% 27% 10% 13% 14% 11% 6% 2% 4% 11% 12% 20% 9% 18% 20% 45% 49% 21% 30% 72% 35% 28% 18% 24% 25% 39% 30% 17% 18% 33% 18% 14% 26% 34% 43% 86% 64% 24% 41% 23% 21% 29% 7% 5% 4% 6% 6% 4% 3% 1% /07/2013 < 20 M M < M < M < 200 M 33% 38% 25% 20% 18% 9% /07/2013 < 20 M M < M < M < 200 M Hors fonds souscrits à 100% par Bpifrance pour le compte de la Caisse des Dépôts, de l Etat, et du FSI (fonds gérés par ex FSI Régions, Bioam 1 et 2, FCID 1 et 2, fonds Ecotechnologie, fonds Ambition numérique, fonds, patrimoine et création 1 et 2, FSFE) 48

49 Nombre de véhicules en unité Nombre de véhicules en unité 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (b) Les levées de fonds Les levées de fonds des fonds partenaires de Bpifrance : 2012 Evolution de la répartition des nouvelles souscriptions de Bpifrance entre premier closing et closings ultérieurs Evolution de la répartition des nouvelles souscriptions de Bpifrance entre les équipes nouvellement créées sur le marché et les équipes existantes 2 10% 1 6% 3 17% 2 11% 9 31% 3 23% % 15 94% 15 83% 16 89% 20 69% 10 77% /07/2013 Premier closing Closing ulterieur /07/2013 Equipes existantes sur le marché Nouvelles équipes sur le marché Hors fonds souscrits à 100% par Bpifrance pour le compte de la Caisse des Dépôts, de l Etat, et du FSI (fonds gérés par ex FSI Régions, Bioam 1 et 2, FCID 1 et 2, fonds Ecotechnologie, fonds Ambition numérique, fonds, patrimoine et création 1 et 2, FSFE) 49

50 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (b) Les levées de fonds Panorama des fonds partenaires et directs du portefeuille de Bpifrance au 31/07/2013 Répartition géographique des fonds du portefeuille de Bpifrance Véhicules Régionaux 98 36% Véhicules Nationaux % 2/3 des fonds du portefeuille de Bpifrance sont des fonds nationaux, répartition équivalente aux années antérieures - Les fonds nationaux sont principalement orientés vers le capital développement (52%) et le capital risque (42%) - Les fonds régionaux privilégient leurs investissements dans le segment du capital développement (73%) et en capital amorçage (16%) Répartition par situation d investissement En période de désinvestissement % En période d'investissement % Plus de la moitié des fonds du portefeuille de Bpifrance sont en période d investissement, ce qui représente 7,8Md - 57% de ces fonds sont des fonds nationaux - 63% sont orientés vers des investissements en capital développement et 37% en capital innovation (amorçage 16% + risque 21%) Répartition par segment d investissement Capital développement % Amorçage 41 15% Capital risque 85 31% Près de la moitié des fonds du portefeuille sont destinés à financer le capital innovation - 58% des fonds de capital amorçage sont en période d investissement - 58% des fonds de capital risque sont en période d investissement - 62% des fonds de capital développement sont en période d investissement Hors fonds souscrits à 100% par Bpifrance pour le compte de la Caisse des Dépôts, de l Etat, et du FSI (fonds gérés par ex FSI Régions, Bioam 1 et 2, FCID 1 et 2, fonds Ecotechnologie, fonds Ambition numérique, fonds, patrimoine et création 1 et 2, FSFE) 50

51 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (b) Les levées de fonds Panorama des fonds partenaires et directs du portefeuille de Bpifrance au 31/07/2013 Plus un fonds est petit plus la part des montants investis en capital amorçage est importante Les fonds régionaux sont plus petits que les fonds nationaux Les fonds nationaux investissent proportionnellement plus dans le capital innovation que les petits fonds régionaux Répartition par taille de fonds en nombre de fonds M < 43 16% M < 52 19% 200 M 10 4% M < 86 31% < 20 M 83 30% Profil type de fonds <20M : Ils représentent 30% des fonds et 5% des montants Près de la moitié des montants de ces fonds sont destinés au capital innovation capital (risque + capital amorçage) 71% sont des fonds régionaux, 29% des fonds nationaux Profil type des fonds entre 20M et 50M Ils représentent 31% des fonds et 17% des montants 51% de ces fonds sont destinés au capital innovation 59% sont des fonds nationaux, 41% sont des fonds régionaux Profil type des fonds entre 50M et 100M Ils représentent 19% des fonds et 23% des montants 46% de ces fonds sont destinés au capital innovation 94% sont des fonds nationaux Profil type des fonds entre 100M et 200M ils représentent 16% des fonds et 37% des montants 58% de ces fonds sont destinés au capital développement, 41% au capital risque Ils sont tous nationaux Profil type des fonds supérieurs à 200M Ils représentent 4% des fonds et 17% des montants 70% de ces fonds sont destinés au capital développement; 30% au capital risque Ils sont tous nationaux Titre de la présentation 51

52 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (b) Les levées de fonds Le portefeuille des fonds partenaires de Bpifrance La taille globale cumulée des fonds partenaires du portefeuille de Bpifrance est de M à la fin 2012 et M à fin juillet 2013 Bpifrance reste le plus gros souscripteur des fonds du portefeuille de Bpifrance y compris hors fonds souscrits à 100% par Bpifrance pour le compte de l Etat, de la Caisse des Dépôts qui ne font pas appel à des souscripteurs privés Les 2 principales évolutions par rapport à 2011 sont : Le classement des banques qui arrivent en 2 e position devant les fonds de fonds Le classement des industriels qui ont depuis 2012, un total de capitaux dans les fonds du portefeuille de Bpifrance supérieur à celui des Family office (5 e position) La croissance annuelle moyenne depuis 2010 se situe autour de 20% pour les banques, les industriels, les family office (due à une très bonne année 2011) et de Bpifrance 52

53 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (b) Les levées de fonds Le portefeuille des fonds partenaires de Bpifrance CDC Entreprises Banques Fonds de fonds Compagnies d'assurances - Mutuelles Personnes physiques - Family office Fonds souverains / Etats Industriels 952 Caisses de retraite 639 Collectivités locales 252 Organismes de recherche publics 150 Organismes consulaires 26 Organismes internationaux 21 Autres 474 Fonds souscrits à 100% par Bpifrance Hors fonds souscrits à 100% par Bpifrance pour le compte de la Caisse des Dépôts, de l Etat, et du FSI (fonds gérés par ex FSI Régions, Bioam 1 et 2, FCID 1 et 2, fonds Ecotechnologie, fonds Ambition numérique, fonds, patrimoine et création 1 et 2, FSFE) 53

54 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (b) Les levées de fonds Le portefeuille des fonds partenaires de Bpifrance au Au total, la taille globale cumulée du portefeuille de Bpifrance et de ses fonds partenaires est de 14,8 Md à la fin 2012 et de 15,7 Md à fin juillet 2013 : Une manne financière conséquente qui constitue un levier stratégique pour financer l économie française Sur ces 15,7 Md, 7,8 Md sont dans des fonds en période d investissement. Sur ces 7,8 Md, 5,2 Md n ont pas encore été appelés et représentent le potentiel disponible prêt à s investir dans les entreprises françaises, soit environ 3 à 4 ans au rythme actuel d investissement. Titre de la présentation 54

55 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (b) Les levées de fonds Montants non appelés par les fonds en phase d investissement au Evolution du différentiel entre investissements et levées de fonds des fonds du portefeuille de Bpifrance M % M 33% 31/07/ Montants des fonds levés Montants investis Montants appelés Montants non appelés Titre de la présentation 55

56 c. Le flux d affaires 56

57 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (c) Le flux d affaires La situation des fonds du portefeuille de Bpifrance Les fonds du portefeuille de Bpifrance ont accepté de répondre à un questionnaire les interrogeant sur leur flux d affaires en fonds d investissement en période d investissement ont été interrogés, 71 ont répondu au questionnaire, soit 47% des fonds interrogés Pour la majorité d entre eux, la situation globale est stable, 29% considèrent même qu elle s est améliorée (ce taux atteignait 34% en 2011 soit une diminution de 14,7%) Situation des portefeuilles des fonds de Bpifrance en 2011 par rapport à 2010 Situation des portefeuilles des fonds de Bpifrance en 2012 par rapport à 2011 Amélioration 34% Déterioration 16% Déterioration 15% Amélioration 29% Stabilité 50% Stabilité 56% 57

58 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (c) Le flux d affaires Le flux d affaires des fonds partenaires de Bpifrance et des fonds directs dossiers reçus par les 71 fonds partenaires et directs de Bpifrance ayant répondu aux questionnaires soit 20% de plus qu en 2011 (pour ces mêmes fonds) 1/3 des dossiers reçus a fait l objet d une première rencontre avec le fonds. A l issue de la première rencontre Dont plus de 20% ont fait l objet de due diligence approfondies Et dont 10% ont été présentés en comité Sur l ensemble des dossiers présentés au comité : 15% des dossiers ont reçu un avis défavorable 24% ont reçu un avis favorable mais n ont pas été investis 61% ont été investis Au final, 3% des dossiers reçus par les fonds, reçoivent un avis favorable et 2% des dossiers sont finalement investis 58

59 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (c) Le flux d affaires Le processus d examen des dossiers Titre de la présentation 59

60 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (c) Le flux d affaires Le flux d affaires des fonds partenaires de Bpifrance et des fonds directs Variation entre 2011 et 2012 % par rapport au nb de dossiers reçus (2012) Nombre de dossiers reçus par les fonds % Nombre de dossiers ayant fait l objet d une 1ère rencontre % 33% Nombre de dossiers ayant fait l objet de due diligences approfondies % 9% Nombre de dossiers présentés en comités % 4% Nombre de dossiers ayant reçu un avis favorable en comité d'investissement mais finalement non investis % 1% Nombre de dossiers investis % 2% Nombre moyen de dossiers reçus par fonds % Nombre moyen de dossiers ayant fait l'objet d'une 1ère rencontre par fonds Nombre moyen de dossiers ayant fait l'objet de due diligences approfondies % % Nombre moyen de dossiers investis par fonds % Avis favorable mais non investis % 60

61 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (c) Le flux d affaires Le flux d affaires : les refus et les motifs d abandon Les raisons de refus de dossier à l issue de la première rencontre Le critère d éligibilité* du dossier est la raison la plus fréquemment citée qui explique le rejet d un dossier lors de la première rencontre, puisque 57% des fonds la mentionne comme la cause n 1 et 8% comme la cause n 2. Le second motif de rejet d un dossier après la première rencontre est la nature du projet (22% des fonds le citent comme le motif n 1 et 27% comme le motif n 2) suivi de près par le profil de l entreprise (16% des fonds considèrent que c est la cause n 1 de rejet et 43% la cause n 2) Les motifs d abandon des dossiers en cours d'instruction et non présentés en comité d investissement La stratégie ou positionnement produit ou Business Plan constitue, comme en 2011, le principal motif d abandon des dossiers, soit 1 sur 2 14% des dossiers ont été abandonnés en cours d instruction du fait de désaccord sur la valorisation demandée Alors que l insuffisance de la gouvernance et du management représentait 21% des raisons d abandon des dossiers en 2011, elle ne représente que 7% en 2012 *dossier en dehors de la stratégie d investissement telle que définie dans les statuts 61

62 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (c) Le flux d affaires Le flux d affaires : les refus et les motifs d abandon Critères de rejet des dossiers lors de la 1ère rencontre Classement des critères de 1 (raison la plus fréquente) à 5 (raison la moins fréquente) Motif des abandons des dossiers en cours d'instruction et non présentés en comité d investissement en % 9% 4% 9% 21% 15% 19% 12% 8% 24% 27% 60% 36% Audit non satisfaisant 2% Autres 18% 57% 27% 43% 21% 29% Gouvernance ou management 7% Offre d'un autre fonds 9% Stratégie ou positionnement produit ou Business Plan 50% 22% 16% 8% 10% 12% Valorisation demandée par l'entrepreneur (ou le cédant) 14% Critères d éligibilité Nature du projet Profil entreprise Conditions de négociation 2% 2% Profil Management

63 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (c) Le flux d affaires Le flux d affaires : la réorientation des dossiers reçus Les fonds partenaires de Bpifrance, conformément à la charte France Investissement qu ils ont signée, réorientent les dossiers qui ne correspondent pas à leurs cibles d investissement vers d autres acteurs du marché dossiers reçus par les fonds partenaires ont été réorientés en 2012 contre en 2011 Les dossiers sont réorientés principalement vers les fonds privés qu ils soient nationaux ou régionaux mais aussi vers d autres acteurs dont les financements correspondent mieux aux besoins de la PME : Business Angel, banque, Bpifrance Financement 63

64 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (c) Le flux d affaires Le flux d affaires : la réorientation des dossiers reçus Réorientation des dossiers reçus par les fonds partenaires en 2011 Réorientation des dossiers reçus par les fonds partenaires en 2012 Vers Bpifrance Financement (ex OSEO) 5% Vers business angels 7% Vers banques 4% Vers un autre acteur 11% Vers fonds privés régionaux 32% Vers Bpifrance Investissement (ex CDC Entreprises) 5% Vers Bpifrance Investissement (ex FSI Régions) 3% Vers fonds privés nationaux 33% Vers business angels 11% Vers banques 3% Vers Bpifrance Financement (ex OSEO) 4% Vers fonds privés régionaux 14% Vers Bpifrance Investissement (ex CDC Entreprises) 6% Vers un autre acteur 13% Vers Bpifrance Investissement (ex FSI Régions) 3% Vers fonds privés nationaux 46% 64

65 d. Les investissements 65

66 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (d) Les investissements Bpifrance chiffres clés des investissements au 31/12/ M Investis en M investis par des fonds indirects en M investis par des fonds directs en 2012 Flux 2012 Stock à fin 2012 dans Dans Dans 881 PME investies en PME investies par des fonds indirects en PME investies par des fonds directs en M Investis dans les PME du portefeuille de Bpifrance et des fonds partenairesau 31/12/2012 Dans PME dans le portefeuill de Bpifrance au 31/12/2012 Certaines PME sont financées à la fois par un fonds direct et par un fonds indirect Titre de la présentation 66

67 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (d) Les investissements Bpifrance et les fonds partenaires ont investi 1,3Md dans 881 PME en 2012 Plus d une PME sur 2 financées en fonds propres en France est financée par un fonds géré ou partenaire de Bpifrance Depuis 2008, les montants et le nombre de PME investis par Bpifrance et ses partenaires ne cessent d augmenter mais le taux de croissance ralentit Les investissements ont atteint leur plus haut niveau en 2012 avec 1,3Md investis dans 881 PME Ils augmentent de plus de 3% en montant investis et de plus de 4 % en nombre de PME investies par rapport à 2011 Cependant, les investissements des fonds présents dans le portefeuille depuis 2011 et avant ont légèrement fléchi en 2012 (-1% soit 14 M ). Les hausses du total des montants investis et du nombre de PME investies en 2012 par rapport à 2011 s explique donc en totalité par une extension de périmètre Au niveau national, les montants investis ont diminué de 38% (source AFIC 2012) Cette situation est en partie due à la forte baisse des investissements en capital transmission de plus de 100M. Ils diminuent de 27% hors LBO >= 100 M Titre de la présentation 67

68 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (d) Les investissements Bpifrance et les fonds partenaires ont investi 1,3Md dans 881 PME en 2012 Evolution des investissements réalisés par Bpifrance et ses fonds partenaires Evolution des montants investis à périmètre constant (M ) M 1259 M 1129 M 881 PME 934 M 918 M 844 PME 835 PME +4% 818 PME +1% +6% - 3% 788 PME % ,7% +22% +11% +3% Montants investis Nombre de PME Fonds ayant commencé à investir en 2012 Fonds ayant commencé à investir en 2011 et avant Titre de la présentation 68

69 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (d) Les investissements Evolution des investissements réalisés par Bpifrance depuis 2008 Contrairement à 2010 et 2011, qui avait vu le nombre de PME nouvellement investies exactement égal au nombre de PME réinvesties, on constate en 2012 à nouveau une primauté des réinvestissements en nombre et une réduction de l écart entre les nouveaux investissements et les réinvestissements en montants Sur l ensemble de l activité (réinvestissements et investissements) la croissance des montants investis par les fonds du portefeuille est principalement le résultat de l augmentation des investissements des fonds directs gérés par Bpifrance La croissance de 4% observée sur la totalité des investissements du portefeuille est imputable aux fonds gérés par Bpifrance, En effet, les partenaires dont l activité représente les deux tiers du portefeuille, ont connu une année 2012 quasi stable par rapport à la précédente aussi bien en montant (1Md ) qu en nombre de PME (770) soit (+ 5 PME et montant quasi équivalent) Les fonds indirects ont privilégié les refinancements de PME déjà présentes dans leur portefeuille en répondant à leur besoin de financement. 69

70 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (d) Les investissements Evolution des investissements réalisés par Bpifrance depuis 2008 Evolution de l activité de l ensemble des fonds du portefeuille de Bpifrance Evolution de la seule activité des fonds partenaires entre 2008 et M 918 M 1129 M 1259 M 1301 M M 577 M 364 M 749 M M 881 M M 378 M M 513 M Nombre de PME nouvellement investies Nombre de PME réinvesties M 891 M 1064 M 1062M M 492 M 349 M M 760 M M 299 M 304 M M 414 M Nombre de "nouvelles PME" Nombre de PME refinancées Montants investis : primo investissements Montants investis : réinvestissements

71 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (d) Les investissements Typologie des fonds en portefeuille L activité de Bpifrance est organisée autour de 4 types de fonds : Les fonds nationaux et les fonds régionaux - dits fonds partenaires, gérés par des sociétés de gestion indépendantes - dans lesquels Bpifrance et d autres acteurs souscrivent. 82% des montants investis dans les entreprises en 2012 Les fonds directs nationaux et régionaux gérés par Bpifrance sont soit souscrits à 100% par Bpifrance pour le compte de tiers tels que l Etat ou la Caisse des dépôts, soit souscrits par Bpifrance et des acteurs privés (industriels, institutionnels) 18% des montants investis dans les entreprises en 2012 Ces types de fonds ont des caractéristiques propres qui leur permettent de mieux répondre aux besoins du marché Les fonds nationaux proposent des tickets d investissement plus élevés que les fonds régionaux Ils représentent plus des deux tiers des montants investis et 63% des véhicules du portefeuille de Bpifrance Quasiment la moitié des PME sont investies par des équipes présentes dans les régions à travers les fonds directs régionaux et les fonds indirects régionaux, mais ils ne réalisent que 17% du total des montants investis Aussi, les tickets moyens d investissement varient selon le type de fonds : 2,1 M pour les fonds directs nationaux et 0,8 M pour les fonds directs régionaux 1,9 M pour les fonds indirects nationaux et 0,3 M pour les fonds indirects régionaux 71

72 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (d) Les investissements Typologie des fonds en portefeuille Répartition des investissements réalisés en nombre de PME - en 2012 Répartition des investissements réalisés en montant - en 2012 Fonds directs nationaux Fonds directs 7% régionaux 9% Fonds indirects régionaux % Fonds directs régionaux 79 6% Fonds directs nationaux % Fonds indirects nationaux 45% Fonds indirects régionaux 39% Fonds indirects nationaux % 72

73 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (d) Les investissements Evolution des montants investis par type de fonds En 2012, pour tous les types de fonds, à l exception des fonds indirects nationaux, les investissements ont augmenté : Seuls les montants investis par les fonds indirects nationaux ont légèrement fléchi en 2012 : -3% mais, Les montants investis par les fonds indirects régionaux ont augmenté de 27% Les montants investis par les fonds directs nationaux ont augmenté de 16% Les montants investis par les fonds directs régionaux ont augmenté de 36% L activité des fonds régionaux, qu ils soient directs ou indirects, a été renforcée aussi bien en montant investi qu en nombre d entreprises financées en 2012 Les investissements des fonds régionaux directs et indirects représentent de façon assez constante depuis 5 ans moins de 20% des montants investis mais à peu près 50% des PME investies Les montants investis par les fonds directs gérés par Bpifrance (nationaux et régionaux) restent sur la même tendance de croissance sur le long terme (+22% par rapport à 2011) avec un taux de croissance annuelle moyen depuis 2008 de 25% (contre 38% entre 2007 et 2011) Titre de la présentation 73

74 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (d) Les investissements Evolution des montants investis par type de fonds Evolution des montants investis par type de fonds 934 M 918 M 1129 M 1259 M 1301 M Evolution du nombre d'entreprises investies par type de fonds* Fonds directs nationaux Fonds directs régionaux Fonds indirects nationaux Fonds indirects régionaux Fonds gérés par des sociétés de fonds, privées dans lesquels Bpifrance souscrit Fonds gérés en direct par Bpifrance Fonds directs nationaux Fonds indirects nationaux Fonds directs régionaux Fonds indirects régionaux *Une PME investie par deux types de fonds différents est comptabilisée deux fois 74

75 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (d) Les investissements Evolution du ticket moyen d investissement Le ticket moyen d investissement en 2012 s élève à 1,23M, il est stable par rapport à 2011 aussi bien pour l activité des fonds partenaires que pour celle des fonds gérés en direct. Seul le ticket moyen du capital transmission continue d augmenter Les tickets moyens des fonds directs augmentent sur tous les segments de marché excepté sur le segment du capital développement (-15%) Les tickets moyens des fonds indirects diminuent sur les segments du capital amorçage (-13,7%) et du capital risque (- 27%) La valeur médiane, tous fonds confondus s élève à 420k Au niveau national d après l AFIC, le ticket moyen est de 4,1M pour les primo investissement, et 3,2M pour les réinvestissements en 2012 Bpifrance et ses partenaires répondent à un besoin de financement sur des petits tickets, quel que soit le segment d intervention Titre de la présentation 75

76 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (d) Les investissements Evolution du ticket moyen d investissement Evolution des tickets moyens des fonds partenaires 1,68 1,78 1,79 2,06 1,90 Evolution des tickets moyens d'investissement de Bpifrance (en M ) 0,92 0,92 1,02 1,25 1,20 1,28 1,23 0,29 0,26 0,27 0,31 0,36 1, ,95 0,95 Ticket moyen global fonds indirects Ticket moyen fonds indirects nationaux Ticket moyen fonds indirects régionaux Evolution des tickets moyens des fonds directs 2,48 1,94 1,98 1,19 1,27 1,60 2,08 2,13 1,44 1, ,58 0,65 0,85 0,86 0, Ticket moyen direct global Ticket moyen fonds directs nationaux Ticket moyen fonds directs régionaux Titre de la présentation 76

77 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (d) Les investissements La repartition des investissements par taille de tickets démontre cette année encore une forte concentration sur les opérations de moins de 500K 64% des investissements réalisés en 2012 sont inférieurs à 1M (en légère diminution par rapport à 2011). Au niveau national, 52% des entreprises investies sont financées par des tickets inférieurs à 1M Distribution par quartile des tickets d investissement du portefeuille de Bpifrance en % des investissements sont inférieurs à 120k (contre 100k en 2011) 25% sont situés entre 120k et 420K (entre 100 et 400k en 2011) 25% sont situé en 420k et 1300k (entre 400 et 1500k en 2011) 25% sont supérieurs à 1300k (sup à 1500k en 2011) La moitié des investissements sont inférieurs 420 k (ticket médian) et 90% des investissements sont inférieurs à 3,1M (9 e décile) et donc inférieurs au ticket moyen d investissement au niveau national Titre de la présentation 77

78 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (d) Les investissements Evolution du ticket moyen d investissement 600 Répartition des investissements 2012 par tickets Inféieur à 0,5M De 0,5 à 1M De 1 à 2M De 2 à 3M De 3 à 5M De 5 à 10M De 10 à 15M Supérieur à 15M 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% 57,7% 55% Inférieur à 0,5M Comparaison des tickets d investissements (en%) entre 2011 et ,2% 14% 14% 10,5% ,8% 6% 5,7% 5% 4,6% 4% 1,2% 1% 0,2% 0% De 0,5 à 1M De 1 à 2M De 2 à 3M De 3 à 5M De 5 à 10M De 10 à 15M Supérieur à 15M Titre de la présentation 78

79 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (d) Les investissements Répartition des investissements réalisés par Bpifrance et les fonds partenaires en 2012 par étape à l entrée Une volonté sur le long terme de financer les premières étapes de vie des PME 41% des PME financées en 2012 ont été financées en capital amorçage et risque lors de leur entrée dans le portefeuille (vision en flux) L amorçage et le capital risque représentent 24% des PME financées au niveau national (source AFIC 2012) Par ailleurs, sur l ensemble des PME actives dans le portefeuille de Bpifrance (vision en stock), 45% ont été financées en capital innovation lors de leur entrée dans le portefeuille (pour 24% des montants investis) Les fonds indirects nationaux et les fonds indirects régionaux financent un part quasi équivalente de PME en capital amorçage Les PME financées en capital risque sont en revanche investies à 75% par des fonds indirects nationaux et 25% par des fonds indirects régionaux Plus de 75% des montants investis dans les PME du portefeuille des fonds directs, gérés par Bpifrance concernent du capital développement ou transmission 79

80 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (d) Les investissements Répartition des investissements réalisés par Bpifrance et les fonds partenaires en 2012 par étape à l entrée Répartition des entreprises investies par Bpifrance et les fonds partenaires en 2012 par étape à l entrée Répartition des entreprises par type d investissement en France (source AFIC 2012) Capital transmission 18% Capital risque 22% Capital amorçage 19% Capital développement 41% Capital retournement 1% Capital innovation 24% Capital transmission 19% Capital développement 56% Bpifrance et ses partenaires ont investi en % des PME en capital innovation, Sur la totalité des investissements réalisés par les membres de l AFIC 24% sont destinés à financé le capital innovation 80

81 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (d) Les investissements Evolution du ticket moyen d investissement par étape à l entrée Le ticket moyen d investissement des fonds indirects est en diminution sur tous les segments d intervention à l exception du capital transmission Les tickets moyens d investissement en capital innovation des fonds directs est en augmentation mais n atteint pas le niveau de 2010 Au global, les tickets moyens sur les différents segments d intervention restent inférieurs à ceux des adhérents de l AFIC qui s élèvent à 1,21M pour le capital innovation et à 2,23M pour le capital développement. Le ticket moyen est également en diminution sur ces deux segments par rapport à 2011 Titre de la présentation 81

82 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (d) Les investissements Evolution du ticket moyen d investissement par étape à l entrée Evolution des tickets d'investissements par segment (en M ) Evolution des tickets moyens d investissements des fonds indirects (M ) 2,12 1,87 1,91 1,23 1,21 1,50 1,44 1,92 0,51 0,40 0,43 0,86 0,84 1,72 1,71 1,56 Capital Amorçage Capital Risque Capital Développement Capital Transmission 1,41 1, ,22 0,98 0,94 Evolution des tickets moyens d'investissements des fonds directs (M ) 2,93 2,26 0,43 0,5 0,43 1,75 1,84 1,48 1,56 1,16 0,991,091,20 0,470,53 Capital Amorçage Capital Risque Capital Développement Capital Transmission Capital Amorçage Capital Risque Capital Développement Capital Transmission Titre de la présentation 82

83 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (d) Les investissements Répartition des investissements par secteur d activité Insee A21 en 2012* Les 3 premiers secteurs dans lesquels Bpifrance et ses partenaires investissent en priorité - 74% des PME investies - sont : Les activités spécialisées, scientifiques et techniques ; L industrie manufacturière ; L information et la communication représentent Ces 3 secteurs ne représentent que 19% du nombre total de PME françaises en

84 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (d) Les investissements Répartition des investissements par secteur d activité Insee A21 en 2012 Répartition des PME investies en 2012 par secteurs d'activités A21 Information et communication 23% Industrie manufacturière 22% Autres 6% Activités de services administratifs et de soutien 4% Activités spécialisées, scientifiques et techniques 29% Commerce ; Construction réparation 2% d'automobiles et de motocycles 14% Répartition des PME françaises par secteurs d activité INSEE A21 Source Insee 2011 Autres activités de services 5% Hébergement et restauration 7% Autres* 24% Information et communication 4% Agriculture, sylviculture et pêche 9% Industrie manufacturière 6% Construction 12% Activités de services administratifs et de soutien 5% Activités spécialisées, scientifiques et techniques 9% Commerce - réparation d'automobiles et de motocycles 19% * Autres Arts, spectacles et activités récréatives Autres activités de services Transports et entreposage Hébergement et restauration Administration publique Santé humaine et action sociale Production et distribution d'eau ; assainissement, gestion des déchets et dépollution Autres Industries extractives Production et distribution d'eau - assainissement, gestion des déchets et dépollution Production et distribution d'électricité, de gaz, de vapeur et d'air conditionné Enseignement Transports et entreposage Activités financières et d'assurance Activités immobilières Administration publique Santé humaine et action sociale Arts, spectacles et activités récréatives 84

85 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (d) Les investissements Répartition régionale des montants investis par type de fonds Pour chaque catégorie d acteurs (rouge = indirect régional; gris = indirect national; jaune = direct), le montant global des investissements est réparti (en%) entre les régions. Pour chaque catégorie, le total est à 100% lorsque l on additionne les parts dans toutes les régions Deux régions concentrent à elles seules 72% des montants investis par les fonds directs : la région Ilede-France (56%) et la région Rhône Alpes (16%) et plus de la moitié des investissements des fonds indirect nationaux * Dans la plupart des autres régions, les investissements réalisés par les fonds nationaux sont minoritaires par rapport aux investissements réalisés par les fonds régionaux ou par les fonds directs Bpifrance Cette inégalité dans la répartition territoriale des investissements nationaux est atténuée par l activité homogène et mieux répartie des fonds régionaux * Cette statistique est fondée sur la région dans laquelle est située le siège social de l entreprise investie, beaucoup d entreprise ont leur siège social en Région parisienne alors que leur site d activité se situe dans une autre région 85

86 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (d) Les investissements Répartition régionale des montants investis par type de fonds Rhôné Alpes Réunion PACA Poitou Charentes Picardie Pays de la Loire Nord-Pas-de-Calais Midi-Pyrénées Martinique Lorraine Limousin Languedoc-Rousillon Ile-de-France Haute-Normandie France Comté Corse Champagne-Ardenne Centre Bretagne Bourgogne Basse-Normandie Auvergne Aquitaine Alsace Répartition régionale des montants investis par type de fonds 0% 5% 10% 15% 20% 25% 30% 35% 40% 45% 50% Indirect régional Indirect national Direct 86

87 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (d) Les investissements Répartition des montants investis par type de fonds dans chaque région La représentation des montants investis par les fonds du portefeuille de Bpifrance, région par région, entre les 3 catégories d acteurs (dans chaque région, le total des 3 barres est égal à 100%) montre que : Dans 16 régions sur 22, les PME sont financées par les 3 types de fonds du portefeuille de Bpifrance (indirects régionaux, indirects nationaux, direct) Les montants investis par les fonds indirects nationaux (en gris) sont majoritaires en Rhône-Alpes, Midi-Pyrénées, Languedoc Roussillon, Ile de France, Haute-Normandie, Champagne-Ardenne, Bretagne, Auvergne, Aquitaine et Alsace Les montants investis par les fonds indirects régionaux en Franche-Comté et en Bourgogne Les PME des régions Poitou-Charentes et de Corse n ont été financées que par des fonds régionaux 87

88 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (d) Les investissements Répartition des montants investis par type de fonds dans chaque région Répartition des montants investis par type de fonds dans chaque région Rhône-Alpes Réunion Provence-Alpes-Côte d'azur Poitou-Charentes Picardie Pays-de-la-Loire Nord-Pas-de-Calais Midi-Pyrénées Lorraine Limousin Languedoc-Roussillon Ile-de-France Haute-Normandie Franche-Comté Corse Champagne-Ardenne Centre Bretagne Bourgogne Basse-Normandie Auvergne Aquitaine Alsace 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100% Indirect régional Indirect national Direct 88

89 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (d) Les investissements Répartition des investissements par région en 2012 La répartition géographique des investissements réalisés par les fonds adhérents de l AFIC et par les fonds partenaires de Bpifrance est similaire et se caractérise par : Une relative homogénéité de la répartition des investissements par région à l exception des régions Ile-de-France et Rhône Alpes Cependant, certaines régions, en particulier le sud de l hexagone ainsi que la Bretagne, Ile-de-France, Nord-Pas-de- Calais et Alsace, concentrent une part importante des investissements Un nombre équivalent de PME ayant été financées en 2012 sont recensées par l AFIC et par les fonds du portefeuille de Bpifrance en Picardie, Aquitaine et Franche-Comté 89

90 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (d) Les investissements Répartition des investissements par région en 2012 Répartition des investissements des fonds du portefeuille de Bpifrance Répartition des investissements des fonds français (AFIC) NB : hors investissements dans des PME étrangères Lecture de la carte : le code couleur donne le pourcentage du montant investi dans la région par rapport au montant total 90

91 e. Les cessions 91

92 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (d) Les cessions Les cessions réalisés par Bpifrance et les fonds partenaires en % des PME financées depuis 1996 sont sorties du portefeuille de Bpifrance et des fonds partenaires En 2012, Bpifrance et ses fonds partenaires ont cédé 218 participations (hors liquidation) pour un montant de 389M La majorité de ces désinvestissements sont des cessions au profit du dirigeant ou d un industriel ; Les cessions industrielles et les reprises par personne physique/lbo génèrent les plus-values les plus importantes L analyse des montants des cessions réalisées en 2012 montre que : Les entreprises financées en capital amorçage sont, pour la plupart, cédées sous forme d introduction en bourse (37 % des montants) ou de fusion (32 % des montants) ; Pour les entreprises financées en capital-risque et en capital développement, la principale voie de désinvestissement est la cession industrielle (respectivement 89 % et 46 % des montants) ; Enfin, les entreprises financées en capital transmission sont cédées par transmission industrielle (36 % des montants) ou par reprise par personne physique/lbo (44 % des montants) (1) Hors liquidation Titre de la présentation 92

93 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (d) Les cessions Les cessions réalisés par Bpifrance et les fonds partenaires en 2012 Répartition des mouvements de cession par type de mouvement 2012 en montants cédés Répartition des mouvements de cession par type de mouvement 2012 en nombre de cessions LBO / Reprise par personne physique (MBO, MBI, OBO ) 20% Cotation en Bourse 4% Liquidation 3% Reprise par Dirigeant Actuel 9% Secondaire 10% Cession à un Autre Organisme Financier 3% Cession Industrielle 51% LBO / Reprise par personne physique (MBO, MBI, OBO ) 7% Cotation en Bourse 3% Liquidation 26% Cession Industrielle 33% Reprise par Dirigeant Actuel 25% Secondaire 5% Cession à un Autre Organisme Financier 1% Titre de la présentation 93

94 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (d) Les cessions Evolution des cessions réalisées par Bpifrance et les fonds partenaires L activité de désinvestissement en 2012 : s est ralentie en 2012 après une année 2011 marquée par des plus-values importantes. Le nombre de désinvestissement retombe au niveau de 2009 avec cependant des plus-value plus importante qu en 2009 Le soutien financier de long terme auprès des PME du portefeuille de fonds partenaires et des fonds directs de Bpifrance souligne son caractère d investisseur patient : 75 % des entreprises cédées en 2012 (1) ont été soutenues pendant plus de 5 ans et 36 % l ont été pendant plus de 10 ans (la moyenne de détention de l actif par un fonds de capital investissement du marché est plus proche de 4 ans en général). Titre de la présentation 94

95 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (d) Les cessions Evolution des cessions réalisées par Bpifrance et les fonds partenaires Evolution des cessions Répartition des cessions par étape à l entrée (au moment du primo investissement) Capital transmission 26% Capital risque 21% Capital développement 40% Prix de cession Nombre de cessions 0 Capital amorçage 13% * hors liquidation Titre de la présentation 95

96 f. Les performances du premier programme Bpifrance 96

97 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (f) Indicateurs de performance financière Les multiples Total Value to Paid-In-capital (TVPI) permet de mesurer la performance réalisée et la performance latente des investissements réalisés sans prise en compte de la durée des investissements. Le TVPI (multiple moyen total) correspond à la somme du DPI et du RVPI définis ci-dessous. Distributed Capital to Paid-In Capital (DPI) permet de mesurer les retours réalisés sur les montants investis (soit également le taux effectif de retour sur investissement). Cet indicateur permet de suivre la performance historique d un investissement. Residual Value to Paid-In Capital (RVPI) permet de mesurer la performance financière latente d un investissement (soit également le taux de retour potentiel sur investissement). L indicateur se calcule en divisant la valeur estimative de l investissement par le capital engagé dans l investissement. TRI Taux de Rendement Interne (TRI) est un index de mesure qui exprime la rentabilité d un investissement financier sur une période de temps donnée. La différence entre les multiples et le TRI porte sur la prise en compte du facteur temps dans le TRI. 97

98 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (f) Multiples moyens par stade d intervention Le périmètre retenu pour cette analyse de la performance porte uniquement sur les fonds souscrits dans le cadre du programme antérieur à FSI France Investissement (appelé programme PME Innovation) dont les fonds sont suffisamment matures pour avoir une rentabilité révélatrice de leur performance, bien qu elle soit encore fortement impactée par la crise. Le capital développement se distingue avec un multiple de 1,35: Pour 1 euro investi, 0,89 euros reçus (produit réalisé) et 0,46 euros à recevoir (produit latent), soit un retour sur investissement global attendu de 1,35 euros pour 1 euro investi. Les investissements réalisés en capital risque et en amorçage affichent une moins bonne performance, qui s explique notamment par: - l éclatement de la bulle internet de 2000/2001, - certains projets n ont jamais émergé (amorçage / capital risque) - le retour sur investissement généralement plus faible qu en capital développement et surtout plus long (la valeur estimative des investissements en capital risque non distribués représentent plus de deux tiers du multiple global au 30 juin). TVPI (multiple total: DPI + RVPI) RVPI (valeur estimative au 30/06/2013/capitaux appelés) DPI (retour effectif) Le multiple sur le segment du capital risque est décomposé par génération en slide 9 Le multiple sur le segment du capital développement est décomposé par génération en slide 9 98

99 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (f) TRI moyens au par stade d intervention Au , le TRI moyen des fonds en portefeuille des fonds de fonds de l ancien programme PMEI ressort positif à +1,84%. Ce TRI prend en compte : - l ensemble des flux de cash (appels de fonds et distributions réalisées entre la date de souscription et le 30 juin 2012) qui résultent des investissements et des cessions réalisées, - la valorisation au qui résulte d une estimation des sociétés en portefeuille. Ce TRI est impacté négativement par la crise de qui a fortement dégradé la performance des fonds : L histogramme ci-dessus présente les TRI moyens par stade d intervention. Ces indicateurs ont été calculés en rapprochant les flux (réalisés et latents) aux capitaux investis pour chaque segment. Répartition des appels totaux des sous-jacents du PMEI au En M 30/06/2013 Amorçage 136,7 Capital risque 438,5 Capital développement 536,6 Total 1 111,9 - Les sorties en bourse et les cessions industrielles étant plus difficiles, les fonds ont dû réviser leurs planifications de cessions dans certains cas (en intégrant une baisse de valorisation). Peu de distributions ont donc été réalisées sur cette période. - Les situations des sociétés en portefeuille s étant dégradées (financièrement et/ou économiquement), leur valorisation ont chuté en 2008 et On observe depuis mi 2010 une tendance à la hausse des valorisations, mais cette hausse est encore loin d avoir «compensé» la chute constatée en sur certains investissements, en particulier en capital risque et amorçage. 99

100 02. L activité des fonds de Bpifrance et de ses partenaires : (f) TRI moyens au par millésime Au , le TRI moyen des fonds en portefeuille des fonds de fonds de l ancien programme PMEI ressort positif à +1,84%. Les fonds ayant moins de 7 ans (i.e. souscrits après 2005) représentent plus d un tiers des investissements réalisés par le FPMEI. Avec un TRI moyen de -2,16%, ces fonds affichent des performances en retrait par rapport aux fonds souscrits avant En effet, avec des taux de réalisation encore faibles, leur performance est fortement liée aux valorisations, qui sont impactées à la baisse du fait notamment de perspectives de sorties rendues limitées avec la crise financière. Les fonds souscrits avant 2005 affichent des TRI positifs: +1,45% pour les fonds souscrits entre 2000 et 2004 (46% des investissements des fonds de l ancien programme PMEI) et +6,82% pour les fonds souscrits en 1998 et 1999 (14% des investissements des fonds de l ancien programme PMEI). Ayant bénéficié de conditions de sorties plus favorables avant la crise, ces fonds affichent de meilleures performances. Répartition des appels totaux des sous-jacents du PMEI au En M 30/06/ , , ,2 Total 1 111,9 100

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France Communiqué de presse Paris, le 20 novembre 2012 CDC Entreprises, filiale de la Caisse des Dépôts, gère dans

Plus en détail

CAPITAL INVESTISSEMENT ÉTUDE 2013 CAPITAL INVESTISSEMENT ÉTUDE 2013. 27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél.

CAPITAL INVESTISSEMENT ÉTUDE 2013 CAPITAL INVESTISSEMENT ÉTUDE 2013. 27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. CAPITAL INVESTISSEMENT ÉTUDE 2013 CAPITAL INVESTISSEMENT ÉTUDE 2013 27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 Le périmètre de cette étude comprend : tous les fonds

Plus en détail

Financer votre projet en fonds propres : acteurs

Financer votre projet en fonds propres : acteurs Acteur majeur du capital investissement pour les PME Forum 1ers contacts Financer votre projet en fonds propres : acteurs et modalités juin 2011 LES ACTIONS ET MOYENS DE CDC ENTREPRISES CDC Entreprises,

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE FRANCE ZONE EURO 1. Crédits nouveaux au secteur privé en septembre 2012 : tassement pour les entreprises, contraction pour les ménages 2. Déficit

Plus en détail

LE CAPITAL-INVESTISSEMENT FRANÇAIS EN AQUITAINE ET DANS LE GRAND SUD-OUEST

LE CAPITAL-INVESTISSEMENT FRANÇAIS EN AQUITAINE ET DANS LE GRAND SUD-OUEST LE CAPITAL-INVESTISSEMENT FRANÇAIS EN AQUITAINE ET DANS LE GRAND SUD-OUEST Simon Ruchaud, Économiste, AFIC Alexandra Audouard, Senior Manager, MAZARS Bordeaux Marc Brière, Président de la Commission Action

Plus en détail

Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME

Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME Patrimoine Sélection PME Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME Dans un contexte économique et financier difficile, les investisseurs doivent plus que jamais s'entourer de professionnels aguerris,

Plus en détail

LE CAPITAL-INVESTISSEMENT, UN OUTIL PLEINEMENT RÉGULÉ AU SERVICE DU FINANCEMENT DIRECT DE L ÉCONOMIE RÉELLE Rencontres institutionnelles de l AF2i 12

LE CAPITAL-INVESTISSEMENT, UN OUTIL PLEINEMENT RÉGULÉ AU SERVICE DU FINANCEMENT DIRECT DE L ÉCONOMIE RÉELLE Rencontres institutionnelles de l AF2i 12 LE CAPITAL-INVESTISSEMENT, UN OUTIL PLEINEMENT RÉGULÉ AU SERVICE DU FINANCEMENT DIRECT DE L ÉCONOMIE RÉELLE Rencontres institutionnelles de l AF2i 12 juin 2013 Introduction Les chiffres clés du capital-investissement

Plus en détail

L acteur incontournable du Capital Investissement. Dynamics le 5/12/2013

L acteur incontournable du Capital Investissement. Dynamics le 5/12/2013 L acteur incontournable du Capital Investissement Dynamics le 5/12/2013 4 1. Les métiers 2. Le Capital Investissement points clés 3. Les éléments clés 4. Les points de contact 2 1. Les métiers (1/4) Branches

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Capital investissement et cycle de vie des PME en croissance

[ les éco_fiches ] Capital investissement et cycle de vie des PME en croissance Des fiches pour mieux compren- dre l'actualité économique et les enjeux pour les PME Ce que la crise nous a appris, c est que le seul financement bancaire ne peut suffire pour assurer la pérennité des

Plus en détail

«Les Fonds Français, une solution pour financer nos PME?»

«Les Fonds Français, une solution pour financer nos PME?» Entreprendre Financer Réussir «Les Fonds Français, une solution pour financer nos PME?» Raphaël Abou Administrateur Délégué Allyum 20 octobre 2010 Forum Financier Mons Introduction Notre métier : Accompagner

Plus en détail

Quel regard portent les investisseurs financiers sur le secteur du Tour Operating? FORUM SETO 10 décembre 2013. Serge Mesguisch

Quel regard portent les investisseurs financiers sur le secteur du Tour Operating? FORUM SETO 10 décembre 2013. Serge Mesguisch ḃpifrance Quel regard portent les investisseurs financiers sur le secteur du Tour Operating? FORUM SETO 10 décembre 2013 Serge Mesguisch 1 Rappel de l action de Bpifrance Investissement dans le secteur

Plus en détail

PRESENTATION DES AIDES ECONOMIQUES

PRESENTATION DES AIDES ECONOMIQUES PRESENTATION DES AIDES ECONOMIQUES 10 décembre 2013 Service Développement Economique Direction de l Innovation, de la Recherche, de l Economie et du Tourisme Cadre des aides économiques Depuis 2004, la

Plus en détail

Un holding d'investissement dans les PME

Un holding d'investissement dans les PME Un holding d'investissement dans les PME La Financière Viveris Diversifier Optimiser Capitaliser L objet de la Financière Viveris est de prendre des participations dans les petites et moyennes entreprises

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

Les entreprises en Ile de France

Les entreprises en Ile de France Tendances régionales Les entreprises en Ile de France Contexte conjoncturel Bilan 1 Perspectives 1 lndicateur du Climat des Affaires Un indicateur du climat des affaires permet une lecture rapide et simplifiée

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

CONJONCTURE FRANÇAISE

CONJONCTURE FRANÇAISE CONJONCTURE FRANÇAISE Faiblesse de l investissement L amélioration récente du climat des affaires peine à se traduire par une augmentation de l activité. Dans le secteur industriel, la production reste

Plus en détail

Bpifrance, partenaire des entreprises innovantes. Véronique Jacq Directrice Investissement Numérique, Bpifrance Janvier 2014

Bpifrance, partenaire des entreprises innovantes. Véronique Jacq Directrice Investissement Numérique, Bpifrance Janvier 2014 Bpifrance, partenaire des entreprises innovantes Véronique Jacq Directrice Investissement Numérique, Bpifrance Janvier 2014 01. Bpifrance en bref 02. L offre pour les entreprises innovantes L investissement

Plus en détail

Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009

Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009 Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009 Tableau de bord 1997-2009 Sommaire 5,5 Md de fonds levés dont 3,3 Md destinés à l innovation page 3 3 Md investis

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Les chartes de France Investissement

Les chartes de France Investissement Les chartes de France Investissement Introduction : le dispositif France Investissement Les PME les plus dynamiques ou à fort potentiel de croissance apportent une contribution essentielle au développement

Plus en détail

Présentation des industries de la Métallurgie

Présentation des industries de la Métallurgie Présentation des industries de la Métallurgie - Sources U.I.M.M. Lorraine En France Les industries de la transformation des métaux recouvrent les activités suivantes : - Biens intermédiaires : production

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco - n 192 Semaine du 2 au 6 février 2015

MEDEF Actu-Eco - n 192 Semaine du 2 au 6 février 2015 MEDEF Actu-Eco - n 192 Semaine du 2 au 6 février 2015 SOMMAIRE FRANCE 1. Forte révision à la hausse des budgets d investissement dans l industrie manufacturière : +2% pour 2014 et +3% pour 2015 2. Dépenses

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014 n 26 mai 2014 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 Sommaire 1.INTRODUCTION 4 2.LE MARCHÉ DE L ASSURANCE VIE INDIVIDUELLE 6 2.1.La bancassurance

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2013 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2013 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2013 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Les marchés du neuf et de l ancien au 4 ème trimestre 2013 Les données caractéristiques du marché selon le type de marché

Plus en détail

La conjoncture en région Centre Val de Loire

La conjoncture en région Centre Val de Loire Tendances régionales La conjoncture en région Centre Val de Loire Enquêtes mensuelles Septembre 215 Tassement de la production industrielle, activité globale un peu plus soutenue dans les services marchands.

Plus en détail

Présentation d Helix international

Présentation d Helix international 31 ème Congrès international de l Ordre des Experts Comptable de Tunisie En partenariat avec «Développement économique : modèle et gouvernance de la décentralisation» Sfax, les 17 et 18 septembre 2014

Plus en détail

Contexte conjoncturel. Indicateur du Climat des Affaires

Contexte conjoncturel. Indicateur du Climat des Affaires Tendances régionales Les entreprises en Franche-Comté Bilan 2012 Perspectives 2013 Contexte conjoncturel Indicateur du Climat des Affaires Un indicateur du climat des affaires permet une lecture rapide

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

A l heure du redressement productif, ne pas tarir le financement de l économie numérique

A l heure du redressement productif, ne pas tarir le financement de l économie numérique Le capital investissement, principal soutien de l économie numérique Position de l Association Française des Editeurs de Logiciels et Solutions Internet Octobre 2012 Avant propos A l heure du redressement

Plus en détail

Les marchés européens

Les marchés européens .creditfoncier.com U N E É T U D E D U C R É D I T F O N C I E R Les marchés européens du crédit immobilier résidentiel en 2014 MAI 2015 rappel méthodologique Cette étude porte sur les marchés du crédit

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

LE CAPITAL INVESTISSEMENT D ENTREPRISES

LE CAPITAL INVESTISSEMENT D ENTREPRISES PLAN INNOVATION Inciter les entreprises à investir dans les PME de croissance : LE CAPITAL INVESTISSEMENT D ENTREPRISES 1 Pierre Moscovici, ministre de l Économie et des Finances «Après cinq années de

Plus en détail

Un holding d investissement dans les PME

Un holding d investissement dans les PME Un holding d investissement dans les PME La Financière Viveris Diversifier Optimiser Capitaliser L objet de la Financière Viveris est de prendre des participations dans les petites et moyennes entreprises

Plus en détail

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi.

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. 2 ème trimestre 20 Juillet 20 - N 21 >> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. Alors que 20 s annonçait comme l année de la reprise, l évolution de l activité

Plus en détail

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Résumé: - Les Fonds en Euros des compagnies d assurance assurent un couple sécurité / rendement optimal notamment dans l optique d une épargne en vue de

Plus en détail

Investissements d Avenir Premier bilan du FSN PME, le Fonds Ambition Numérique, fonds dédié aux PME innovantes du domaine numérique,

Investissements d Avenir Premier bilan du FSN PME, le Fonds Ambition Numérique, fonds dédié aux PME innovantes du domaine numérique, MINISTERE DELEGUEE CHARGEE DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES, DE L INNOVATION ET DE L ECONOMIE NUMERIQUE COMMISSARIAT GENERAL A L INVESTISSEMENT C o m m u n i q u é d e p r e s s e C o m m u n i q u

Plus en détail

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE OCTOBRE 2015 La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée solide au deuxième trimestre 2015. L

Plus en détail

Endettement des sociétés non financières françaises : ne nous alarmons pas!

Endettement des sociétés non financières françaises : ne nous alarmons pas! Apériodique n 13/24 19 mars 2013 Endettement des sociétés non financières françaises : ne nous alarmons pas! Le taux d endettement des sociétés non financières (SNF), défini comme l endettement rapporté

Plus en détail

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

n 20 octobre 2013 Suivi de la collecte et des

n 20 octobre 2013 Suivi de la collecte et des n 20 octobre Suivi de la collecte et des placements Suivi de des la collecte 12 principaux et des assureurs-vie placements à fin des mars 12 2015 principaux assureurs-vie à fin mars 2015 n XX n 49 mars

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

ENTREPRISES. Finances des entreprises martiniquaises Qui s enrichit paye ses dettes

ENTREPRISES. Finances des entreprises martiniquaises Qui s enrichit paye ses dettes Finances des entreprises martiniquaises Qui s enrichit paye ses dettes Après la mauvaise passe du début des années 90, la situation financière des entreprises de la Martinique s est améliorée, mais pas

Plus en détail

Bonne nouvelle du côté de la situation financière, où les mesures de soutien en faveur des entreprises semblent porter leurs fruits.

Bonne nouvelle du côté de la situation financière, où les mesures de soutien en faveur des entreprises semblent porter leurs fruits. COMMUNIQUE DE PRESSE 05 AOUT 2015 Bpifrance présente la 61 ème enquête de conjoncture dans les PME Un redressement des perspectives d activité des PME qui se poursuit, mais lentement et en ordre dispersé.

Plus en détail

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne Paris, le 3 avril 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013 Résultats du groupe Caisse des Dépôts Résultat net part du Groupe... 2,137 Md Résultat récurrent... 1,35 Md Résultat

Plus en détail

Avis de l Académie des technologies sur le financement des start-up de biotechnologies pharma

Avis de l Académie des technologies sur le financement des start-up de biotechnologies pharma Avis de l Académie des technologies sur le financement des start-up de biotechnologies pharma La chaîne du financement des start-up biotech pharma ne fonctionne plus en France car l absence de relais suffisants

Plus en détail

Bonne lecture! Nicolas Dufourcq Directeur général de Bpifrance

Bonne lecture! Nicolas Dufourcq Directeur général de Bpifrance Lorsque la décision de créer Bpifrance a été prise, les regards se sont tournés vers les entités qui devaient fusionner pour former la banque. CDC Entreprises, peu connue du grand public, était l une d

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

Conférence de presse FFSA Mercredi 26 juin 2013

Conférence de presse FFSA Mercredi 26 juin 2013 Conférence de presse FFSA Mercredi 26 juin 2013 Conférence de presse FFSA Retour sur 2012 et premières tendances pour 2013 : l assurance française remplit ses deux missions, protéger et financer Les chiffres

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009 L Tableau de bord mensuel Octobre 2009 Avertissement : les indications mensuelles reprises dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitives qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple

Plus en détail

Création de Fonds Communs de Placement à Risque

Création de Fonds Communs de Placement à Risque LA RÉGION SOUTIENT LES ENTREPRISES LOCALES Création de Fonds Communs de Placement à Risque Pour mieux accompagner la création d entreprise, pour soutenir sa croissance et faciliter sa reprise DOSSIER DE

Plus en détail

L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet

L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet En juillet, le marché français de la gestion collective a enregistré une légère hausse de +1,2%. Le total des actifs sous gestion atteint désormais 761,2 milliards

Plus en détail

Rapport semestriel au 30 juin 2015

Rapport semestriel au 30 juin 2015 A nthologie Rapport semestriel au 30 juin 2015 Le fonds 1. L environnement économique et financier 2015 Au premier semestre 2015, l économie mondiale a globalement évolué à des niveaux légèrement inférieurs

Plus en détail

Les financements et placements des ménages et des entreprises en 2002

Les financements et placements des ménages et des entreprises en 2002 Les financements et placements des ménages et des entreprises en 22 Après une phase de croissance soutenue et de forte valorisation boursière, l année 22, plus encore que 21, a été marquée par le ralentissement

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain Avril 2015 Méthodologie Les résultats présentés sont issus du panel de conjoncture «suivi de la situation économique» CCIR / CCIT de Rhône-Alpes. 362 TPE-PME représentatives de l industrie, du BTP, du

Plus en détail

Comment ouvrir son capital à. investisseurs.

Comment ouvrir son capital à. investisseurs. Comment ouvrir son capital à des investisseurs? Introduction La vie d une entreprise et son développement connaîtront de nombreuses étapes qui constitueront pour son actionnaire dirigeant autant d occasions

Plus en détail

FONDS D INVESTISSEMENT DES INDUSTRIES CREATIVES SYNTHESE DE L ETUDE

FONDS D INVESTISSEMENT DES INDUSTRIES CREATIVES SYNTHESE DE L ETUDE FONDS D INVESTISSEMENT DES INDUSTRIES CREATIVES SYNTHESE DE L ETUDE 1. Contexte territorial A l initiative du Pôle Media Grand Paris, et en relation avec les Pôles et Clusters franciliens concernés 1,

Plus en détail

Idinvest Private Value Europe II

Idinvest Private Value Europe II Fonds Commun de Placement à Risques (FCPR) Idinvest Private Value Europe II www.allianz.fr Avec vous de A à Z Idinvest Private Value Europe II Une stratégie d investissement dans l univers des entreprises

Plus en détail

Hébergements. Matériel médical. Crèches. FIP Fonds d Investissement de Proximité. 123Capitalisation II

Hébergements. Matériel médical. Crèches. FIP Fonds d Investissement de Proximité. 123Capitalisation II Hébergements Matériel médical Crèches FIP Fonds d Investissement de Proximité 123Capitalisation II PRéSENTATION D 123CAPITALISATION II DURÉE DE BLOCAGE & RISQUES DU PRODUIT / Les parts du FIP 123Capitalisation

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

Délais de paiement : Le grand écart

Délais de paiement : Le grand écart Délais de paiement : Le grand écart Conférence de Presse, Paris, le 28 juin 2012 Ludovic Subran, Chef Economiste Arnaud Roger, Directeur des Indemnisations Maxime Lemerle, Responsable des Etudes Macroéconomiques

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 3 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 3 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 3 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

LA LETTRE HEBDOMADAIRE D ANTEIS

LA LETTRE HEBDOMADAIRE D ANTEIS 9 LA LETTRE HEBDOMADAIRE D ANTEIS page 4 : un outil de gestion de trésorerie, Octavie 2. La fin de semaine a été marquée par la dégradation de la situation politique en Egypte qui d une part menace la

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES FRANCHE-COMTE

TENDANCES RÉGIONALES FRANCHE-COMTE TENDANCES RÉGIONALES FRANCHE-COMTE OCTOBRE 2010 Tous les commentaires s appliquent à des données corrigées des variations saisonnières. Les résultats des enquêtes sont désormais publiés selon la nouvelle

Plus en détail

FCPR 123CA P I T A L I S A T I O N FCPR / FONDS COMMUN DE PLACEMENT À RISQUE

FCPR 123CA P I T A L I S A T I O N FCPR / FONDS COMMUN DE PLACEMENT À RISQUE FCPR 123CA P I T A L I S A T I O N FCPR / FONDS COMMUN DE PLACEMENT À RISQUE DURÉE DE BLOCAGE & RISQUES DU PRODUIT Les parts du FCPR 123Capitalisation sont bloquées jusqu au 30 septembre 2016, cette durée

Plus en détail

Assemblée générale mixte

Assemblée générale mixte Assemblée générale mixte Philippe BOUAZIZ, Président Stéphane CONRARD, DGD Finance 24 Juin 2015 SOMMAIRE PRESENTATION PRODWARE FAITS MARQUANTS 2014 RESULTATS ANNUELS 2014 EVENEMENTS POST CLOTURE PERSPECTIVES

Plus en détail

L ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ EN 2009. Stabilisation? Effet d aubaine? Ou amorce d une reprise durable du marché de la primo accession?

L ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ EN 2009. Stabilisation? Effet d aubaine? Ou amorce d une reprise durable du marché de la primo accession? L L ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ H DANS L HÉRAULT EN 2009 Stabilisation? Effet d aubaine? Ou amorce d une reprise durable du marché de la primo accession? Cette note a pour objectif de faire ressortir

Plus en détail

Banque de France. Agen. Chambre de Commerce et Industrie du Lot-et-Garonne. Réunion du 14 Février 2014

Banque de France. Agen. Chambre de Commerce et Industrie du Lot-et-Garonne. Réunion du 14 Février 2014 Direction des Affaires Régionales Aquitaine Banque de France Agen «L Économie en Aquitaine Bilan 2013, Perspectives 2014» Chambre de Commerce et Industrie du Lot-et-Garonne Réunion du 14 Banque de France

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Avril 2012 ACTIVITE DANS L INDUSTRIE En mars, le climat des affaires s accroît légèrement après sept mois consécutifs de baisse : l indicateur correspondant augmente de 3 points mais

Plus en détail

Le capital-risque est-il une option viable pour financer les projets innovants en matière d énergie? Le point de vue d un entrepreneur

Le capital-risque est-il une option viable pour financer les projets innovants en matière d énergie? Le point de vue d un entrepreneur Clubs Mines-Energie et Mines-Finance - Le capital-risque est-il une option viable pour financer les projets innovants en matière d énergie? Le point de vue d un entrepreneur Franck Rabut - NovaWatt Président

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Le bilan de l année 2014 Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

CROISSANCE ET SANTÉ DES ENTREPRISES ACCOMPAGNÉES EN CAPITAL-TRANSMISSION EN 2012

CROISSANCE ET SANTÉ DES ENTREPRISES ACCOMPAGNÉES EN CAPITAL-TRANSMISSION EN 2012 CROISSANCE ET SANTÉ DES ENTREPRISES ACCOMPAGNÉES EN CAPITAL-TRANSMISSION EN 2012 Le AFIC Etudes 2014 www.afic.asso.fr MÉTHODOLOGIE Étude d impact économique et social (2013) Les statistiques sont établies

Plus en détail

123CAPITAL PME. Bénéficiez d une double réduction d impôt : ISF + impôt sur le revenu Sous réserve de conserver votre placement 8 ans minimum

123CAPITAL PME. Bénéficiez d une double réduction d impôt : ISF + impôt sur le revenu Sous réserve de conserver votre placement 8 ans minimum FIP / FONDS D INVESTISSEMENT DE PROXIMITÉ 123CAPITAL PME Bénéficiez d une double réduction d impôt : ISF + impôt sur le revenu Sous réserve de conserver votre placement 8 ans minimum QUI EST 123VENTURE?

Plus en détail

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux chocs importants ont affecté le comportement des prix de détail des principaux pays

Plus en détail

LES SCPI CHEZ SPIRICA Description et méthodes de valorisation MARS 2013

LES SCPI CHEZ SPIRICA Description et méthodes de valorisation MARS 2013 1 LES SCPI CHEZ SPIRICA Description et méthodes de valorisation MARS 2013 2 Sommaire Contexte et objectifs 3 Les Principales Caractéristiques des SCPI 4 Les SCPI dans un contrat Spirica 13 Exemple de calculs

Plus en détail

Contexte conjoncturel. Indicateur du Climat des Affaires

Contexte conjoncturel. Indicateur du Climat des Affaires Tendances régionales Les entreprises en Franche-Comté Bilan 2014 Perspectives 2015 Contexte conjoncturel Indicateur du Climat des Affaires Un indicateur du climat des affaires permet une lecture rapide

Plus en détail

L actualité en 12 graphiques

L actualité en 12 graphiques Point de conjoncture de la Région Ile-de-France L actualité en 12 graphiques Unité La croissance de la zone euro devrait accélérer progressivement en 2015 et s affermir en 2016 sous l effet de la baisse

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015 SITUATION FINANCIERE DE L ASSURANCE CHOMAGE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 Octobre 2015 Cette note présente la prévision de la situation financière de l Assurance chômage pour les années 2015 et

Plus en détail

Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E

Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E Préfecture de Vaucluse 6 février 2015 L ordre du jour Eléments de la conjoncture PACA Analyse de la situation économique en Vaucluse Présentation

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé 2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé Si les dépenses de protection sociale pendant la crise ont joué globalement un rôle de stabilisateur automatique (cf. fiche

Plus en détail

régime de retraite supplémentaire 1,24%

régime de retraite supplémentaire 1,24% rapport de gestion 2011 CCPMA Prévoyance régime de retraite supplémentaire 1,24% CCPMA Prévoyance, auprès de vous à chaque instant Le 1,24% en chiffres 271 502 5 175 cotisants entreprises adhérentes 108

Plus en détail

ACTIVITÉ DES ACTEURS FRANÇAIS DU CAPITAL- INVESTISSEMENT

ACTIVITÉ DES ACTEURS FRANÇAIS DU CAPITAL- INVESTISSEMENT ACTIVITÉ DES ACTEURS FRANÇAIS DU CAPITAL- INVESTISSEMENT 1 er semestre 2015 Le 15 octobre 2015 AFIC Études 2015 www.afic.asso.fr PRINCIPAUX ENSEIGNEMENTS DE L ACTIVITÉ DU S1 2015 Un volume d ac@vité soutenu

Plus en détail

Les fonds d investissement

Les fonds d investissement Un objectif commun la croissance des PME Les fonds d investissement Le manque de maturité de certaines entreprises, les techniques de pointe qu elles développent, rendent difficile l appréciation de leur

Plus en détail

Investir dans des projets d entreprises à travers un mandat de gestion

Investir dans des projets d entreprises à travers un mandat de gestion OFFRE ISF 2013 Investir dans des projets d entreprises à travers un mandat de gestion D 123Club PME 2013 UN INVESTISSEMENT PERMETTANT DE BéNEFICIER DE 50% DE RéDUCTION D ISF JUSQU à 45 000 (cf. risques

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel Novembre 2015

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel Novembre 2015 L Tableau de bord mensuel Novembre 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple =

Plus en détail

CNP Assurances signe avec Banco Santander un partenariat stratégique de long terme en assurance en Europe. 10 juillet 2014

CNP Assurances signe avec Banco Santander un partenariat stratégique de long terme en assurance en Europe. 10 juillet 2014 CNP Assurances signe avec Banco Santander un partenariat stratégique de long terme en assurance en Europe 0 juillet 04 Avertissement «Le présent document peut contenir des données de nature prospective.

Plus en détail

Le CIC en 2014 Vitalité du réseau commercial, solidité financière confirmée

Le CIC en 2014 Vitalité du réseau commercial, solidité financière confirmée Paris, le 26 février 2015 Le CIC en 2014 Vitalité du réseau commercial, solidité financière confirmée Résultats au 31 décembre 2014 Produit net bancaire 4 410 M Un PNB stable 1 (-0,8%) Résultat net comptable

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE LE MARCHE FRANÇAIS DE LA GESTION EN 2014

COMMUNIQUE DE PRESSE LE MARCHE FRANÇAIS DE LA GESTION EN 2014 COMMUNIQUE DE PRESSE LE MARCHE FRANÇAIS DE LA GESTION EN 2014 DYNAMISME CONFIRME MALGRE LA FAIBLESSE CHRONIQUE DE L EPARGNE LONGUE EN ACTIONS 1 En France, les encours globaux sous gestion (mandats et OPC)

Plus en détail

FCPI. FCPI NextStage CAP 2020. Code ISIN : FR0012086601. Agrément AMF du 23/09/2014 sous le numéro FCI20140033

FCPI. FCPI NextStage CAP 2020. Code ISIN : FR0012086601. Agrément AMF du 23/09/2014 sous le numéro FCI20140033 FCPI FCPI NextStage CAP 2020 Code ISIN : FR0012086601 Agrément AMF du 23/09/2014 sous le numéro FCI20140033 Durée de blocage des parts : 6 ans (sans prolongation) FCPI éligible à la réduction d IR* ou

Plus en détail

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40%

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40% COMMUNIQUE de Presse PARIS, LE 18 FEVRIER 2013 Résultats 2012. L UFF enregistre un résultat net consolidé de 15,2 M et une collecte nette de 49 M Une activité stable, grâce à une bonne adaptation de l

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

AXA Réunion d information

AXA Réunion d information AXA Réunion d information Marseille 7 décembre 2009 Christian Rabeau Directeur de la Gestion AXA Investment Managers Paris 1 1 Avertissement Certaines déclarations figurant dans cette présentation contiennent

Plus en détail

Premier bilan de l activité de FSN PME, le Fonds Ambition Numérique 17/06/2013

Premier bilan de l activité de FSN PME, le Fonds Ambition Numérique 17/06/2013 Premier bilan de l activité de FSN PME, le Fonds Ambition Numérique 01. 02. Le numérique, au cœur de l innovation Présentation de FSN PME, le Fonds Ambition Numérique 03.Le premier bilan à J + 18 mois

Plus en détail

Offre Isf 2013. 2013 fonds d investissement de proximité

Offre Isf 2013. 2013 fonds d investissement de proximité Offre Isf 2013 2013 fonds d investissement de proximité du fip 123ISF 2013 Fiscalité La souscription au FIP 123ISF 2013 offre : Une réduction d ISF immédiate de 50% des versements effectués (déduction

Plus en détail