Approche de couplage de BD et d ontologie pour l aide à la décision sémantique : contribution pour la satisfaction des requêtes SQL et SPARQL.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Approche de couplage de BD et d ontologie pour l aide à la décision sémantique : contribution pour la satisfaction des requêtes SQL et SPARQL."

Transcription

1 Approche de couplage de BD et d ontologie pour l aide à la décision sémantique : contribution pour la satisfaction des requêtes SQL et SPARQL. Mariem Mahfoudh 1, Wassim Jaziri 2 1. Laboratoire MIPS, EA Université de Haute-Alsace (UHA), 12 rue des frères Lumière, Mulhouse Cedex, France. 2. College of Computer Science and Engineering, Taibah University, P.O Box 344, Postal Code: 41411, Madinah, KSA. RÉSUMÉ. La modélisation des systèmes d informations et l interrogation de leurs données présentent de plus en plus un défi primordial qui ne cesse de s imposer. Les solutions proposées dans la littérature étaient principalement organisées autour des bases de données (BD), des entrepôts de données et plus récemment, des ontologies. Cette multitude de formalismes a entraîné la nécessité d étudier le couplage entre les différents supports de stockage et d interrogation de l information. Cet article s intéresse à étudier le couplage entre BD et ontologie recouvrant le même domaine d étude, pour la satisfaction des requêtes utilisateurs. L'approche proposée se base sur un ensemble de règles définies et dédiées pour la recherche de l'information pertinente permettant de satisfaire les requêtes SQL et SPARQL. Un outil de couplage est également développé pour implémenter et valider nos propositions. ABSTRACT. The modeling of information systems and the extraction of their data present an important challenge. The proposed solutions in the literature were mainly organized around databases, data warehouse and more recently the ontologies. This multitude of formalisms requires studying the coupling between the different formalisms of information storage and query. This paper studies the coupling between DB and ontology covering the same domain, to satisfy users' queries. The developed approach is based on a set of defined rules for finding relevant information to satisfy SQL and SPARQL queries. A tool is also developed to implement and validate our proposals. MOTS-CLES : Couplage, Base de données, Ontologie, Reformulation de requêtes, SQL, SPARQL. KEYWORDS: Coupling, Database, Ontology, Query reformulation, SQL, SPARQL. DOI: /tsi Lavoisier Techniques et sciences informatiques

2 2 TSI Introduction Les ontologies, comme les Bases de Données (BDs), conceptualisent l univers du discours au moyen de classes (concepts) reliées par des relations et associées à des propriétés. Elles sont le résultat d une modélisation plus ou moins abstraite présentant et reflétant la structure et les contraintes d un domaine d étude. Malgré leurs points communs, les ontologies et les bases de données présentent diverses différences. Les ontologies sont considérées comme des modèles de haut niveau qui permettent de décrire les concepts d un problème donné d un point de vue assez général. Alors que les BDs sont construites pour représenter l information d un système pour faire face à un besoin applicatif donné. En effet, les BDs et les ontologies sont fondées sur des hypothèses différentes : les BDs sont construites sur la base de l'hypothèse du monde fermé à la différence des ontologies qui sont fondées sur l'hypothèse du monde ouvert (Guarino, 1998). D ailleurs, dans une BD, chaque concept est référencé par la notion d identifiant qui ne prend sens qu au sein du système informatique dans lequel l application est réalisée, tandis que dans une ontologie, chaque composant possède un identifiant universel (comme l URI : Uniform Resource Identifier) permettant de le référencer à partir de n importe quel environnement, indépendamment de l ontologie dans laquelle il a été défini. La BD et l ontologie possèdent toutes les deux leurs propres avantages et inconvénients. Les BDs se distinguent par leur : 1) évolutivité, leur évolution ne cause pas des inconsistances ; 2) efficacité de stockage grâce à la non-redondance des données représentées ; 3) structuration idéale permettant un temps optimal d exécution des requêtes utilisateurs ; 4) gestion des droits d accès, les BDs offrent des mécanismes de contrôle et de sécurité. L ontologie est : 1) consensuelle, décrit les concepts d un domaine d étude de manière à permettre de satisfaire les besoins techniques et métiers partagés par une communauté d'utilisateurs ; 2) référençable, les composantes de l ontologie possèdent des identifiants universels permettant de les référencer à partir de n importe quel environnement ; 3) expressive 1, formelle et fournit une contribution essentielle au défi de l'intégration des données hétérogènes. Nous pensons que l utilisation simultanée de ces deux supports d'information procure d une part une structuration forte des données et une capacité de stockage importante (la BD) et d'autre part une sémantique explicite et universelle (l ontologie). Dans ce travail, nous nous basons sur cette complémentarité pour proposer une démarche permettant de faire cohabiter les BDs et les ontologies avec leurs avantages et inconvénients propres. Notre travail se positionne dans un cadre d aide à la décision sémantique. Suite à une requête utilisateur, on voudrait que le système soit en mesure de fournir une réponse sémantiquement satisfaisante. Les requêtes peuvent êtres de différents types (simples, sémantiques ou bien mixtes) ce qui nécessite la présence de la BD et de l ontologie à la fois. 1. Bien entendu, le niveau d expressivité dépend du type d ontologie (cf. ontologie «légère» vs «lourde») et du langage de représentation sous-jacent.

3 Approche de couplage de BD et d ontologie 3 Cet article est organisé comme suit. La section 2 passe en revue le couplage entre BDs et ontologies. Les sections 3 et 4 présentent notre démarche de couplage basée sur un processus de satisfaction de requêtes utilisateur suivant leur contenu. Les sections 5 et 6 sont dédiées au mécanisme de traitement des requêtes SQL et SPARQL. La section 7 présente la partie implémentation au travers de l'outil CoDBOnto. Enfin, une conclusion synthétise la proposition de l article et trace les perspectives envisagées. 2. Etat de la question Dans le but d expliciter les connaissances relatives à un domaine donné, plusieurs travaux ont étudié le couplage entre des bases de données et des ontologies. Ces travaux ont suivi différentes orientations : 1. Suivre une approche BD classique puis dériver vers des spécifications sémantiques conduisant à la construction d une ontologie ; 2. Entamer une approche ontologique aboutissant à la construction d une ontologie qui servira par la suite à concevoir la BD ; 3. Disposer de la BD et de l ontologie puis définir un lien de correspondance (mapping) entre elles Construction d ontologies à partir des BDs Plusieurs travaux se sont intéressés à la construction d une ontologie à partir d une BD dans le but d exprimer la sémantique, insuffisamment (implicitement) traitée par les BDs. Le recours aux ontologies est justifié principalement par la capacité de ces dernières de faire face aux problèmes d hétérogénéité et d intégration de données. (Nyulas et al., 2007) ont proposé une méthode d importation d une Base de Données Relationnelle (BDR) dans une ontologie. L approche est validée par le développement du DataMaster : un plug-in de Protégé 2 qui peut supporter comme entrée n importe quel type de BD et peut générer en sortie une ontologie OWL ou une ontologie frame. Cependant, DataMaster n'est pas paramétrable. Il ne permet pas, par exemple, des traitements spécifiques à certaines tables ou bien le choix de conventions sur le nommage des concepts extraits. (Cerbah, 2008) propose l outil RDBToOnto dédié à la conversion des BDs en ontologies. Cet outil implémente une approche d'apprentissage automatique qui peut être progressivement affinée par l'utilisateur. Ce dernier peut choisir le convertisseur approprié (parmi ceux prédéfinis) pour l'implémentation de la transformation, ou le recours à une nouvelle méthode. RDBToOnto est un outil assez riche et assure une interaction importante avec l utilisateur. Cependant, comme la plupart des outils proposés dans la littérature, il ne permet pas de traiter les problèmes d héritage. 2. protege.stanford.edu

4 4 TSI 2013 (Lubyte et Tessaris, 2009) ont proposé un framework pour l extraction d une ontologie à partir d une BDR. Pour représenter le modèle conceptuel extrait, l approche utilise un langage d ontologie expressif DLR-Lite : une variante de la description logique capable de capturer la sémantique du schéma ER et des diagrammes de classes d UML. Cette approche a l avantage de traiter certains axiomes. Par ailleurs, elle exige que les relations du schéma relationnel soient en troisième forme normale (3NF) pour pouvoir prouver formellement que le modèle extrait est fidèle au modèle initial. L approche garantit la non perte des données et la préservation des contraintes. Cependant la transformation ne respecte pas les caractéristiques de l ontologie et le résultat est plus proche d'un schéma relationnel exprimé en langage d ontologie qu une vraie ontologie. (Kamel et Aussenac-Gilles, 2009) présentent une approche de construction automatique d ontologie à partir d un document de spécification de BD au format XML. Cette approche vise à exploiter la sémantique véhiculée par les balises. Ainsi, le processus de construction commence par l analyse des balises du document dans le but d identifier les concepts, les relations conceptuelles et les propriétés. Ces composants servent pour la création du noyau de l ontologie qui sera enfin enrichi à l aide de patrons lexico-syntaxiques. Cette approche apparaît différente par rapport aux précédentes puisque la BD est au format XML. L ontologie résultante s avère riche en concepts et relations, puisque basée sur des techniques de traitement automatique des langages naturels. Toutefois, elle souffre de certaines limites dans le sens où l'ontologie résultat peut contenir des incohérences qui ne peuvent être corrigées que manuellement. En plus, l'ontologie résultante est très dépendante de la structure du fichier XML d'entrée puisque les règles de transformation se basent essentiellement sur la hiérarchisation de ce fichier. (Farouk et Ishizuka, 2012) proposent de transformer une BD en un fichier RDF 3 (Resource Description Framework) pour l exploiter dans le domaine du Web Sémantique. En effet, plusieurs travaux ont été présentés dans ce cadre, comme par exemple ceux de (Bizer, 2003), (Laborda et Conrad, 2006), (An et al., 2006) et (Tirmizi et al., 2008). Leur objectif était principalement d obtenir un fichier RDF ou bien OWL qu ils pourront interroger par les langages d interrogation du web sémantique à l instar de SPARQL 4, RQL 5 et ontoql (Jean et al., 2006). Par contre, l utilisation de ces fichiers ne pourra être vraiment de grande utilité que s ils contiennent de la connaissance. Un tel avantage ne peut pas être obtenu par une transformation automatique de la BD. Afin de remédier à ce problème, (Farouk et Ishizuka, 2012) ont proposé de suivre une approche semi-automatique composée de deux étapes. La première consiste à transformer automatiquement la BD en document RDF alors que la deuxième permet d ajouter manuellement par l utilisateur des connaissances et des règles d inférence. (Gherabi et Bahaj, 2012) proposent une méthode de transformation d un diagramme de classes UML à une ontologie OWL. Cette méthode consiste en trois athena.ics.forth.gr:9090/rdf/rql

5 Approche de couplage de BD et d ontologie 5 étapes. La première se charge à présenter le diagramme de classes en une formulation mathématique. La seconde consiste à convertir le diagramme en un fichier texte représentant sa structure. Enfin, et en se basant sur le résultat de ces deux étapes, le diagramme de classes est converti en une ontologie OWL. Les règles de transformation sont assez simples, comme par exemple, tout attribut doit être transformé en DataProperty et toute relation est transformée en ObjectProperty. Ce travail, suppose que la transformation d une BD en fichier OWL garantit d avoir une ontologie, ce qui est loin d être vrai car cela dépend des connaissances véhiculées et conceptualisées dans le modèle conceptuel défini dans OWL. Différentes approches et outils traitant la construction (ou l extraction) de l ontologie à partir de la BD ont été proposés. Les approches sont variées et se placent, soit au niveau conceptuel avec un intérêt centré sur la couche conceptuelle/logique, essentiellement le modèle relationnel (Cerbah, 2008), (Trinkunas et al., 2007), soit à un niveau plus bas pour chercher des correspondances au niveau physique, par exemple, au niveau des langages de définition/représentation et de manipulation des BDs (SQL) et des ontologies OWL (Cullot et al., 2007), des ontologies DLR_Lite (Lubyte et al., 2007), frame (Nyulas et al., 2007) et RDF (Sahoo et al., 2009). Cependant, malgré cette variété, les règles utilisées se ressemblent et se basent souvent sur une extraction «plate» : la structure de l ontologie obtenue reste très proche du schéma de la BD. Par exemple, les structures hiérarchiques extraites sont peu profondes alors que l ontologie se distingue par sa structure hiérarchique (Krivine et al., 2009). On peut noter également que la plupart des outils développés peuvent être vus comme une aide à la construction d ontologies, d'autant plus que le résultat doit s intégrer dans une ontologie déjà existante avec des principes de modélisation et de structuration particuliers (ex : utilisation d une ontologie fondatrice comme BFO 6 : Basic Formal Ontology ou DOLCE 7 : Descriptive Ontology for Linguistic and Cognitive Engineering) Construction de BD à partir d'ontologie Grâce à la sémantique offerte par les ontologies et leur capacité de résolution des problèmes d intégration, plusieurs concepteurs s en servent, entre autres, dans la modélisation de leurs systèmes d informations. Cependant, à cause de l évolution continue de ces derniers, les données stockées atteignent rapidement des tailles qui deviennent incompatibles avec le traitement en mémoire centrale. (Sugumaran et Storey, 2006) ont proposé un outil nommé OMDDE (Ontology Management and Database Design Environment) d aide à la conception des Modèles Conceptuels de Données (MCD) à partir d ontologies de domaine. Il s agit d une approche linguistique dans laquelle le système analyse les termes du cahier des charges de l application et, par référence à l ontologie, suggère différents

6 6 TSI 2013 éléments à introduire dans le MCD. La méthode ne garde pas le lien entre les concepts et relations de l ontologie et le MCD défini, i.e., ne permet pas l accès à la BD résultante via l ontologie et ne facilite ni l échange ni l accès aux données. (Vysniauskas et Nemuraite, 2006) ont proposé une méthode de transformation d une ontologie OWL en un schéma relationnel, inspirée de la méthode «OWL2BD» de (Gali et al., 2004). Le processus de transformation est initialisé par le concepteur qui est chargé d introduire l ontologie. Après la vérification de la syntaxe OWL de l ontologie, la méthode proposée se base sur des algorithmes de transformation de chaque entité de l ontologie. (Astrova et al., 2007) ont proposé une approche pour la transformation automatique d'ontologie OWL en une BDR exprimée en SQL. Cette approche est implémentée dans un utilitaire QUALEG DB et se distingue des autres approches par sa capacité de traitement des axiomes et des restrictions, ainsi que la définition des règles de mapping pour les différentes catégories des objectproperty et des dataproperty (à valeurs uniques, à valeurs multiples). Toutefois, cette approche ne gère pas convenablement les namespace supportés par OWL et non supportés par SQL. (Fankam et al., 2009) ont proposé une approche nommée SISRO (Spécialisation des classes, Importation Sélective des propriétés et Représentation des Ontologies) permettant au concepteur de réutiliser la connaissance du domaine formalisée dans l ontologie. Cette approche comporte quatre étapes essentielles : 1) création d'une ontologie locale à partir d'ontologies de domaine ; 2) construction du modèle conceptuel à partir du sous ensemble canonique de l ontologie locale ; 3) définition des modèles logique et physique ; 4) fourniture d accès au niveau ontologique. La méthode SISRO est supportée par un ensemble d outils permettant de mettre en œuvre les différentes étapes. Ainsi, PLIBEditor permet de créer l ontologie locale. OntoDB (Dehainsala et al., 2007), système de gestion de base de données à base ontologique (BDBO), permet la génération de la BD et son exploitation par le langage de requêtes OntoQL. Une BDBO est définie dans (Dehainsala et al., 2007) comme «une source de données qui contient : une ontologie (locale), éventuellement, des références de l ontologie locale à des ontologies (partagées) externes, un ensemble de données et un lien entre chaque donnée et la notion ontologique qui en définit le sens». La méthode SISRO possède plusieurs avantages. Elle permet, d une part, au concepteur d importer d une façon sélective les concepts et les propriétés qu il juge pertinents et permet, d autre part, d éviter les conflits liés à l approche classique ANSI/SPARC 8 de conception de BD en se basant sur différentes ontologies partagées. Cependant, elle nécessite un travail exhaustif de la part du concepteur. Bien que la construction d une BD à partir d une ontologie présente un axe de recherche prometteur, les approches proposées présentent certaines limites : 8. ANSI/SPARC est l architecture fondamentale sur laquelle reposent les SGBD modernes.

7 Approche de couplage de BD et d ontologie 7 elles sont implémentées sous forme de prototypes de recherche qui souffrent souvent du manque de documentation et des tests prouvant leurs fonctionnalités ; elles ne fournissent pas de moyen de vérification et d analyse des pertes de la structure résultant du mapping, essentiellement l héritage. En fait, les ontologies se distinguent par leur structure hiérarchique souvent assez profonde. Une transformation automatique d une ontologie en une BD pourra ne pas prendre en compte toutes les relations d héritage et produira ainsi une perte de structure ; elles supposent que toutes les constructions d'une ontologie peuvent être mappées vers une BDR. L expérience du projet NeuroLOG 9 a montré qu en voulant mettre toute la sémantique de l ontologie dans un modèle relationnel (notamment les liens de subsomption multiples), on obtenait un modèle relationnel incompréhensible Travaux traitant le mapping entre ontologie et BD Traiter le mapping entre une ontologie et une BD consiste à disposer de ces deux composantes et à définir un lien de correspondance entre elles. Le résultat de mapping est utilisé, généralement, pour remédier aux problèmes d intégration et d interrogation des données 10. Cette orientation présente une voie prometteuse puisqu elle exploite les BDs et les ontologies avec leurs propres avantages et inconvénients. Cependant, les travaux qui s inscrivent dans cette orientation restent assez rares. (Rodriguez et Gómez Pérez, 2006) ont présenté un langage déclaratif R2O permettant de spécifier des correspondances entre une ontologie, décrite en RDFS 11 (Resource Description Framework Schema) ou en OWL, et une BD SQL. L'approche proposée consiste à créer un document de description du mapping avec toutes les correspondances entre les éléments du schéma de la BD et ceux de l'ontologie. Afin d exploiter le contenu du document R2O à des fins utiles, comme par exemple, la réponse aux requêtes utilisateurs, l invention de R2O a été accompagnée avec celle du processeur ODEMapster. Cependant, R2O ne définit pas des degrés de similitude entre les composants de la BD et de l ontologie, ce qui rend le jugement sur l existence de liens entre elles est très rigide. (Hu et Qu, 2007) ont proposé un processus de mapping entre un schéma relationnel et une ontologie, se déroulant en 4 phases : 1) réaliser une classification heuristique des entités du schéma relationnel et de celles de l ontologie dans le but de faciliter la recherche de candidats de correspondance ; 2) construire pour chaque entité candidate son propre «document virtuel» : une collection de pondérations dérivées non seulement de la description de l'entité elle-même, mais aussi des descriptions de ses voisines (Salton et McGill, 1983) ; 3) vérifier et valider la consistance du mapping ; 4) alimenter les correspondances découvertes par des 9. neurolog.polytech.unice.fr 10. L ontologie peut constituer une documentation aidant à gérer un modèle relationnel. 11.

8 8 TSI 2013 instances afin d être utilisées par un mapping sémantique connu sous le nom de «contextual mapping» (Bohannon et al., 2006). L algorithme de mapping est implémenté à l'aide de l'outil MARSON (MApping between Relational Schema and ONtologie). Cette approche possède deux limites : 1) la qualité du mapping est étroitement liée au choix du seuil de confiance ; 2) l incapacité de détecter des relations autres que l équivalence et l héritage, ce qui restreint le champ d application du mapping résultant. 3. Approche de couplage BD-Ontologie L étude des travaux de la littérature permet de constater que les approches proposées souffrent de certaines limites. Par exemple, la transformation d une ontologie en une BD conduit à des problèmes de redondance et d incohérence qui sont contradictoires avec les principes de base d une BD. La construction d une ontologie à partir d une BD amène à une ontologie contenant peu de concepts, de relations sémantiques et de hiérarchisations (ceci dépend tout de même de la complexité du schéma de la BD). Ces problèmes sont le résultat de la négligence des spécificités des ontologies et des BDs : certaines approches supposent que toutes les constructions d'une ontologie peuvent être mappées à une BD et inversement, ce qui est loin d être vrai puisque chacune a ses propres caractéristiques. Une voie prometteuse consiste donc à exploiter les potentialités des BDs et des ontologies via un couplage permettant de garder leurs avantages propres. Dans notre travail, nous supposons que la BD et l ontologie sont déjà construites et sont cohérentes 12 l une vis-à-vis de l autre (conceptuellement et sémantiquement) et qu elles modélisent le même domaine d étude. Nous exigeons également que la BD contienne toutes les instances afin de profiter de sa capacité de stockage et de sa puissance de gestion des données alors que l ontologie représente la sémantique du domaine d étude grâce à la structuration de ses entités ontologiques et ne contient aucun individu. Toutefois, l'existence d'instances dans l'ontologie (i.e. le cas des ontologies OWL qui peuvent avoir des instances au niveau d ABox) ne remet pas en cause notre approche. En effet, ceci nous semble nécessaire pour mieux exploiter les avantages de ces deux composants (puisque le stockage des instances est mieux supporté par les BDs et n'est pas une caractéristique essentielle des ontologies) Types de requêtes Notre approche consiste à exploiter l ontologie et la BD afin de satisfaire les besoins des utilisateurs. Si on se positionne dans un cadre d aide à la décision sémantique, suite à une requête utilisateur, le système doit être en mesure de fournir une réponse sémantiquement satisfaisante (cohérente) soit en interrogeant la BD ou bien l ontologie, ou en liant les deux composants. A cet effet, nous distinguons trois 12. Cette hypothèse de cohérence permet de travailler dans un environnement consistant garantissant que les réponses aux requêtes utilisateur soient sémantiquement satisfaisantes.

9 Approche de couplage de BD et d ontologie 9 catégories de requêtes auxquelles on se propose d'apporter des réponses adéquates en consultant les sources d information (la BD et/ou l ontologie). Requête simple : comporte des informations directement explicitées dans la BD. Ce type de requête ne nécessite aucun traitement au niveau sémantique et une BD saura y répondre facilement du moment que la requête est conforme au langage de manipulation de données qu elle supporte. Requête sémantique : comporte des interrogations nécessitant de déduire des connaissances (en ayant recours éventuellement à un raisonneur). Ce type de requête peut être satisfait directement en interrogeant l ontologie. Ceci sous-entend que la requête comporte tous les éléments nécessaires (d entrée) pour déduire la réponse. Requête mixte : demande à la fois l accès à la BD et à l ontologie. Ceci nécessite, par exemple, de faire appel à la sémantique (raisonner au niveau de l'ontologie) pour enrichir ou reformuler des requêtes avant de les lancer sur la BD et extraire ainsi les instances souhaitées, ou bien d exploiter la BD puis d'aller chercher la réponse dans l ontologie. Par exemple, on peut tomber sur des requêtes qui nécessitent de déduire des connaissances mais qui ne comportent pas les éléments (attributs, concepts, ) nécessaires à cette déduction. Il convient, dans ce cas, d accéder à la BD, éventuellement après une reformulation 13 de la requête, pour en extraire les informations nécessaires. Ces dernières serviront comme paramètres de la requête qui sera envoyée à l ontologie pour pouvoir enfin répondre à la requête initiale. Ce type de requête nécessite donc un traitement supplémentaire (la reformulation) pour adapter le contenu au système mis en place Processus de satisfaction de requêtes Le processus de satisfaction est initialisé par l utilisateur qui se charge d introduire une ontologie et une BD et de saisir les requêtes relatives à ses besoins. Dans notre travail, nous exigeons que les requêtes soient exprimées par des langages formels et non en langage naturel. Le système se charge alors de déterminer le type de la requête saisie ainsi que sa réponse en exécutant un ensemble de règles définies 14 à cette fin. Dans le cas où les règles ne permettent pas de trouver une réponse à la requête, on peut faire recours à l assistance d un expert qui peut, soit reformuler la requête, soit charger un référentiel sémantique (nous pouvons citer comme référentiel sémantique les thésaurus, les ontologies linguistiques ou d autres ontologies de domaine) qui sera exploité pour la recherche de la réponse pertinente. Dans notre approche, nous pensons également à la journalisation des requêtes pour assurer un mécanisme d'apprentissage permettant un gain en temps et de 13. La technique de reformulation de la requête a été proposée afin de limiter l impact du mauvais choix des termes et elle consiste à modifier les éléments de la requête jusqu à la satisfaction du besoin d information de l utilisateur. 14. Ces règles ne seront pas toutes présentées dans cet article pour des raisons de simplification.

10 10 TSI 2013 ressources. De ce fait, nous enregistrons les requêtes erronées ainsi que les requêtes équivalentes reformulées pour les utiliser en cas de besoin. 4. Description de l'approche L'approche que nous proposons (voir Figure 1) passe par trois étapes essentielles : (1) analyse de la BD et de l'ontologie pour créer un fichier enregistrant leurs correspondances ; (2) analyse des requêtes utilisateurs pour déterminer la source et le rôle de chaque terme constituant les requêtes; (3) traitement de la requête et communication du résultat adéquat à l'utilisateur. Figure 1. Approche de couplage entre base de données et ontologies Analyse de la BD et de l'ontologie L analyse de la BD et de l ontologie est une étape importante aidant à connaître la source de la réponse à la requête utilisateur. Elle consiste tout d abord, à extraire les différents éléments constituant le schéma de la BD (récupérer la liste des tables, la liste des colonnes, etc.) et de l'ontologie (extraire les concepts, les relations, etc.). Ces éléments seront sauvegardés séparément pour servir par la suite dans la recherche de la source des termes constituant les requêtes utilisateurs et connaître exactement leur rôle (un concept, une propriété, etc.). Ensuite, un fichier de correspondance est créé entre ces deux sources d informations pour mettre en évidence leurs éléments communs 15 que nous devons détecter et extraire. Le fichier de correspondance est exploité pour satisfaire les requêtes utilisateurs et pour 15. Du point de vue des termes et non de la structure, étant donné que ces deux composantes ont des structures différentes.

11 Approche de couplage de BD et d ontologie 11 l optimisation du temps de recherche de l information pertinente. Ce fichier, comme le présente la Figure 2 est un fichier XML qui renferme : les termes appartenant à la fois à la BD et à l ontologie (point de vue syntaxique) et leur rôle dans ces deux sources d informations ; les correspondances sémantiques entre les termes de la BD et de l ontologie : il s agit de détecter le lien sémantique entre les termes et concepts, en se basant sur les connaissances véhiculées par l ontologie et sur des référentiels sémantiques que nous exploitons pour chercher des relations de synonymie 16 (entre termes), de méronymie 17, et de subsomption 18 (entre concepts). Notant que pour cette dernière relation, nous étendons la recherche aux synonymes et aux descendants des termes fils. Figure 2. Structure générale du fichier de correspondance entre une BD et une ontologie. 16. La synonymie est une relation sémantique reliant deux termes différents qui peuvent exprimer le même sens. 17. La relation de méronymie est la relation partie/tout. 18. La subsomption désigne une relation hiérarchique entre des concepts.

12 12 TSI Analyse de la requête utilisateur Comme nous l avons déjà évoqué, l utilisateur est invité à formuler ses requêtes en utilisant des langages formels pouvant être des langages de requête de BD ou bien des langages sémantiques. Ces requêtes doivent être analysées afin de déterminer leur type (simple, sémantique ou bien mixte) et procéder à l interrogation de la BD et/ou l ontologie pour les satisfaire. Cette analyse se déroule en trois phases assurant chacune un objectif bien déterminé : Première phase permet de distinguer entre les mots réservés/clés (from, select, where, ) du langage formel utilisé et ceux introduits par l utilisateur reflétant ses besoins réels (les données ou connaissances qu il voulait extraire de la BD et/ou de l ontologie). Cette phase se base sur des analyseurs lexico-syntaxiques correspondant aux langages choisis ; Deuxième phase, après la séparation entre les mots réservés et ceux reflétant l objectif de la recherche, il convient de déterminer la source de chacun de ces termes (BD, ontologie) ; Troisième phase détermine le rôle que les termes de la requête occupent aussi bien dans la requête que dans les sources de données : tables (concepts), relations, tuples (instances), colonnes (propriétés), etc. Le résultat de ces différentes phases sert comme input pour la troisième étape de notre approche à propos du traitement des requêtes utilisateur Traitement des requêtes utilisateurs Cette étape s'intéresse au chargement des règles adéquates pour préciser le type de requêtes (simple, sémantique, mixte) et le traitement nécessaire pour leur satisfaction qui est fortement lié à la nature de la requête. En effet, dans notre travail, nous traitons les requêtes de nature suivantes : Requête vide : requête bien formulée mais ayant comme résultat un ensemble vide d enregistrements. Autrement dit, aucune donnée de la BD ou de l ontologie ne correspond aux conditions spécifiées dans la requête. Requête invalide : toute requête non conforme au langage d expression. Il s agit des requêtes incorrectes qui souffrent des problèmes syntaxiques ou structurels. Exemple, le cas d une requête SQL qui demande d afficher le contenu d une colonne sans préciser dans la partie ItemsFrom la table en question. Requête inadaptée : une requête mal formulée contenant des termes inadaptés ou erronés. Ces derniers doivent être remplacés par d autres termes équivalents permettant de constituer une requête exécutable dans la BD ou dans l ontologie. - Terme inadapté : terme appartenant à la BD et/ou à l ontologie mais sa présence empêche l exécution de la requête, i.e., un terme de l ontologie qui se présente dans une requête qui va être exécutée sur la BD. Ce terme doit donc être reformulé par un autre terme équivalent qui fait partie de la BD.

13 Approche de couplage de BD et d ontologie 13 - Terme erroné : tout terme ne faisant partie ni de la BD ni de l ontologie. Requête erronée : une requête qui ne peut être corrigée par aucune règle de l approche proposée. Après l'analyse faite sur la BD, l ontologie et la requête utilisateur, nous distinguons, en fonction des termes de la requête saisie, quatre cas : 1. les termes constituant la requête utilisateur appartiennent tous à la BD ; 2. les termes constituant la requête appartiennent tous à l ontologie ; 3. les termes constituant la requête appartiennent simultanément à l ontologie et à la BD ; 4. il existe au moins un terme dans la requête qui n appartient ni à la BD ni à l ontologie. Nous adoptons pour chacun de ces cas, des stratégies différentes de satisfaction de requêtes utilisateur selon l'algorithme suivant : Algorithme 1. Stratégies adoptées pour le traitement des requêtes utilisateur. 1: Entrées : BD, ontologie, fichier de correspondance entre BD et ontologie, requête utilisateur, résultat de l analyse de la requête utilisateur 2: Début : 3: si la requête est constituée de termes appartenant tous à la BD alors 4: si elle n est pas exprimée à l'aide d un langage capable d interroger la BD alors 5: elle doit être reformulée en langage d'interrogation approprié 6: sinon 7: si la requête est valide alors 8: elle est de type simple (quel que soit qu elle admet une réponse ou qu elle est une requête vide) 9: sinon le système doit reformuler la requête en se basant seulement sur le contenu de la BD 10: si la requête est devenue valide alors 11: la requête est de type simple 12: sinon la requête est considérée comme erronée 13: fin condition 14: fin condition 15: fin condition 16: fin condition 17: si la requête est constituée des termes appartenant tous à l ontologie alors 18: si la requête est exprimée à l'aide d un langage d interrogation de BD et que tous ses termes aient des correspondances dans la BD alors 19: la requête doit être reformulée en se basant sur le fichier de correspondance et elle est considérée comme mixte 20: sinon

14 14 TSI : si elle n est pas exprimée à l'aide d un langage sémantique permettant l interrogation de l ontologie alors 22: elle doit être transformée en un langage capable d interroger l ontologie 23: sinon la requête doit être exécutée dans l ontologie 24: si elle est valide alors 25: il s agit d une requête sémantique 26: sinon le système doit extraire les connaissances nécessaires à sa satisfaction tout en se basant sur les différentes relations sémantiques exprimées par l ontologie 19 27: si le système arrive à constituer une requête valide c est qu elle est sémantique. 28: sinon la requête est erronée. 29: fin condition 30: fin condition 31: fin condition 32: fin condition 33: fin condition 34: si la requête est constituée des termes appartenant à la fois à la BD et à l ontologie alors 35: le système doit reformuler la requête jusqu à ce qu elle devienne formée soit des termes appartenant tous à la BD soit des termes appartenant tous à l ontologie et ceci en se basant sur le fichier de correspondance. 36: fin condition 37: si la requête contient au moins un terme qui ne fait partie ni de la BD ni de l ontologie alors 38: la requête, dans sa forme actuelle, n admet pas de réponse et le système demande l assistance de l expert. 39: fin condition 40: Sortie : Résultat de la requête utilisateur, type de la requête (simple, sémantique ou bien mixte), les éventuelles reformulations de la requête. Dans notre travail, nous considérons les requêtes exprimées selon deux langages standards : le langage SQL (Structured Query Language), le standard utilisé par les principaux SGBDs et le langage SPARQL (Protocol And RDF Query Language) qui se distingue par sa capacité d exploiter et d interroger les différents formalismes du Web sémantique du W3C en particulier RDF et OWL (Sirin et Parsia, 2007). Il est important, ici, de signaler que le choix du langage formel influe sur la destination de la requête (BD et/ou ontologie) ainsi que sur son type (simple, sémantique ou bien mixte) : 19. Une requête utilisateur peut être inadaptée. En extrant les connaissances nécessaires par exemple les synonymies des termes inadaptés, le système peut constituer une requête valide exécutable dans l ontologie.

15 Approche de couplage de BD et d ontologie 15 Si la requête utilisateur est exprimée en SQL : alors sa destination ne peut être que la BD (pour des raisons techniques 20 ) et par voie de conséquence, la requête SQL ne peut être que simple ou mixte. Si la requête utilisateur est formulée avec SPARQL : dans ce cas, elle peut avoir n importe quelle destination (BD ou ontologie) puisqu on peut transformer une requête SPARQL en SQL et la diriger ainsi à la BD ce qui signifie que la requête peut être simple, sémantique ou bien mixte. Dans la section suivante, nous présenterons certaines règles définies pour le traitement des requêtes mixtes qui représentent un bon exemple de l'exploitation simultanée de la BD et l ontologie dans le cadre de leur couplage. 5. Traitement des requêtes SQL Les requêtes SQL mixtes sont le résultat de la reformulation des requêtes inadaptées. Pour qu une requête SQL inadaptée soit exécutable dans la BD, il faut que tous ses termes (après reformulation) fassent partie de la BD. Ceci nécessite : 1) la reformulation des termes inadaptés en s appuyant sur le fichier de correspondance de la BD et de l ontologie ; 2) la reformulation des termes erronés en s appuyant sur un référentiel sémantique. A cet effet, nous avons défini deux procédures : 1. La procédure ReformulationTermesInadaptés 21 qui prend en paramètres une requête inadaptée, un vecteur des termes inadaptés et le fichier de correspondance entre BD et ontologie. Elle cherche les éventuelles correspondances des termes inadaptés en se basant sur le fichier de correspondance ; 2. La procédure ReformulationTermesErronés qui prend en paramètres une requête inadaptée, un vecteur des termes erronés, la BD interrogée et un référentiel sémantique. Elle a pour rôle d extraire les connaissances du référentiel sémantique afin de trouver des correspondances (de synonymie, de méronymie, etc.) entre les termes erronés dans la BD. Algorithme 2. Résolution des termes inadaptés d une requête utilisateur. 1: Procédure ReformulationTermesInadaptés (ReqInadaptée, TermesInadaptés, FichCorrespondance) 2: Début : 3: pour tout TermeInadapté de la liste TermesInadaptés faire 4: Appliquer une expansion par synonymie à TermeInadapté pour générer «terme» 5: si «terme» n existe pas dans la BD alors 20. Puisqu on ne dispose pas actuellement d un moyen pour transformer une requête en SQL en un langage sémantique capable d interroger l ontologie. 21. Nous nous basons sur le travail de (Fayech et Ounalli, 2010) que nous enrichissons et adoptons à nos besoins.

16 16 TSI : Appliquer une expansion par spécialisation à TermeInadapté pour générer «terme» 7: si «terme» n est pas valide alors 8: Etendre la reformulation par spécialisation aux synonymes des concepts fils. 9: si toujours pas de résultat correct alors 10: Parcourir des niveaux plus profonds 22 dans la hiérarchie pour générer «terme» 11: si «terme» est inadapté alors 12: Demander avis utilisateur pour appliquer une expansion par méronymie à TermeInadapté et générer «terme» 13: fin condition 14: fin condition 15: fin condition 16: fin condition 17: si on trouve un «terme» valide alors 18: Retirer TermeInadapté de TermesInadaptés. 19: Reformuler la requête ReqInadaptée par le nouveau «terme» et générer ReqReformuleee. 20: sinon 21: La requête est erronée et le traitement 23 s'arrête. 22: fin condition 23: fin pour 24: fin procédure Notons que la reformulation par synonymie est une technique d expansion de requête qui consiste à remplacer un ensemble de termes par leurs synonymes extraits de dictionnaires, de thésaurus, d une ontologie linguistique ou d autres référentiels sémantiques. La reformulation par spécialisation consiste à remplacer certains termes de la requête par des termes qui les spécialisent. La reformulation par méronymie consiste à remplacer certains termes de la requête par leurs méronymes. Dans notre approche, afin de ne pas nuire à la pertinence du résultat, l intervention de l utilisateur nous semble indispensable pour décider de l'application de la reformulation en fonction des termes méronymes disponibles. Il est intéressant également de mentionner que nous n admettons pas la technique de reformulation par généralisation puisqu elle donne souvent des solutions plus générales et moins précises par rapport à ce qui est souhaité par l utilisateur. Nous présentons ci-dessous l'algorithme adopté pour la résolution des termes inadaptés dans une requête SQL et qui consiste à exécuter tout d abord la procédure ReformulationTermesInadaptés sur les tables inadaptées puis sur les colonnes inadaptées. 22. Chercher dans les descendants des concepts fils et ne pas se limiter aux descendants directs. 23. Il est inutile de poursuivre le traitement avec l existence de termes ne pouvant pas être adaptés.

17 Approche de couplage de BD et d ontologie 17 Algorithme 3. Résolution des termes inadaptés d une requête SQL. 1: Procédure ReformulationTermesInadaptés (ReqInadaptée, TablesInadaptées, ColonnesInadaptées, FichCorrespondance) 2: Début : 3: ReqReformulée ReformulationTermesInadaptés (ReqInadaptée, TablesInadaptées, FichCorrespondance) 4: si TablesInadaptées 24 est vide et ColonnesInadaptées est non vide alors 5: pour chaque table de ReqReformulée 6: Traiter les colonnes inadaptées 7: ReqReformulée ReformulationTermesInadaptés (ReqInadaptée, ColonnesInadaptées, FichCorrespondance) 8: fin boucle 9: fin condition 10: Sortie : Résultat de la requête utilisateur, son type et les éventuelles reformulations utilisées. La procédure ReformulationTermesErronés suit pratiquement la même stratégie que la procédure ReformulationTermesInadaptés à la différence qu elle cherche les éventuelles correspondances des termes inadaptés en s appuyant sur le référentiel sémantique et non pas sur le fichier de correspondance. Nous présentons ci-dessous un exemple de requêtes basées sur les extraits de la BD et l ontologie illustrées dans les Figures 3 et 4. La Figure 3 présente un extrait d une BD constituée de trois tables : 1) la table «teacher» contient trois colonnes : «cin» pour identifier le numéro de la carte d identité nationale d un enseignant, «name» précise son nom et «category» présente son grade ; 2) la table «paper» renferme la colonne «cod_pap» pour identifier les papiers, «title» pour enregistrer le titre et «date» pour préciser la date d édition ; 3) la table «writes» est une relation entre les deux tables «teacher» et «paper» ses colonnes sont ainsi les clés primaires de ces dernières. Figure 3. Extrait du modèle logique de la BD. 24. Il est inutile de corriger les colonnes si les tables sont encore inadaptées. Dans notre travail, nous abordons le traitement des colonnes uniquement si toutes les tables sont adaptées.

18 18 TSI 2013 person rdfs:subclassof rdfs:subclassof rdfs:subclassof student professor researcher student owl:equivalentclass owl:equivalentclass rdf:domain educator teacher level Figure 4. Extrait de l ontologie. La Figure 4 présente un extrait d ontologie OWL avec la syntaxe RDF/XML 25. Elle est composée de six concepts («person», «student», «professor», «reasercher student», «educator» et «teacher») et une propriété «level» (de type dataproperty) présentant le grade d un professeur. Certains concepts sont reliés par une relation d héritage (exprimée par rdfs:subclassof) comme (person, student), (person, professor) et (person, teacherstudent). D autres, sont considérés plutôt équivalents (owl:equivalentclass) et on trouve (professor équivalent à la fois à teacher et educator). Le fichier de correspondance entre les deux exemples d ontologie et de la BD est représenté par la Figure 5. <CorrespondanceDBOnto> <CommonTerms> <term value="teacher" roledb="table" roleonto="concept"/> </CommonTerms> <DBOnto> <term value="teacher" roledb="table"> <synonymy> <syn id="0" value="professor" roleonto="concept"/> <syn id="0" value="educator" roleonto="concept"/> </synonymy> </term> <term value="category" roledb="colonne"> <synonymy> <syn id="0" value="level" roleonto="datatypproperty"/> </synonymy> 25. OWL utilise différentes syntaxes (syntaxe RDF/XML basée sur RDF, syntaxe XML, syntaxe abstraite plus compacte que les précédentes, syntaxe graphique basée sur les conventions d UML, etc.).

19 Approche de couplage de BD et d ontologie 19 </term> </DBOnto> <OntoDB> <term value="professor" roleonto="concept"> <synonymy> <syn id="0" value="teacher" roledb="table"/> </synonymy> </term> <term value="level" roleonto="datatypproperty"> <synonymy> <syn id="0" value="category" roledb="colonne"/> </synonymy> </term> <term value="person" roleonto="concept"> <specialisation> <synsub id="0" value="teacher" roledb="table"/> </specialisation> </term> </OntoDB> </CorrespondanceDBOnto> Figure 5. Fichier de correspondance entre la BD et l ontologie de l exemple. Exemple : Soit la requête SQL suivante: SELECT level FROM teacher Comme déjà évoqué, l étape qui suit la création du fichier de correspondance consiste à analyser la requête utilisateur pour déterminer le rôle et la source de chaque terme en identifiant les éventuelles erreurs. Tables (ItemsFrom) Colonnes (ItemsSelect) Condition (ItemsWhere) Teacher (adapté) Level (inadapté) Dans cet exemple, la requête possède un terme inadapté «level» jouant le rôle d une colonne. Il faut donc chercher dans le fichier de correspondance un terme qui lui est correspondant jouant aussi le même rôle pour construire une requête correcte. En examinant le fichier de correspondance, on trouve que ce terme possède un synonyme («category») qui est une colonne de la table «teacher» de la BD. La requête doit être donc reformulée ainsi : SELECT category FROM teacher. 6. Traitement des requêtes SPARQL A l instar de la requête SQL, la requête SPARQL doit être analysée afin de déterminer sa nature. La requête SPARQL peut être de type : «select», la requête sélectionne des éléments selon un patron de requête particulier ; «ask», permet de répondre à une requête, en spécifiant si le patron recherché est présent dans le graphe interrogé ;

20 20 TSI 2013 «describe», la requête renvoie sous forme d un graphe RDF une description de la ressource passée en argument. Cette phase d'analyse permet dans certains cas de préciser directement le type de la requête (simple, sémantique, mixte). Par exemple, les requêtes «ask» et «describe» ne peuvent être que des requêtes sémantiques puisqu elles nécessitent de déduire des connaissances ne pouvant être fournies que par l ontologie. Ensuite, il faut distinguer les mots réservés (select, ask, where, ) de ceux introduits par l utilisateur reflétant son besoin réel. Outre les mots réservés, une requête SPARQL est composée par des termes issus directement de la source d information (dans notre cas la BD et l ontologie) et des variables utilisateur, précédées par un point d interrogation. Ces variables doivent être détectées pour ne pas être le sujet d une reformulation puisqu elles n ont pas de sémantique et elles peuvent aussi être identifiées par une suite alphanumérique quelconque. Une requête SPARQL peut être simple, sémantique ou bien mixte. Nous définissons une requête SPARQL mixte comme une requête qui demande à la fois l accès à la BD et à l ontologie. En effet, plusieurs cas peuvent se présenter, en l'occurrence, le cas des requêtes qui nécessitent de faire appel à la sémantique (raisonner au niveau de l'ontologie) avant qu elles ne soient lancées sur la BD pour en extraire les instances souhaitées. Règle : Si une requête SPARQL a le prédicat «rdf:type» et demande l affichage d un sujet, alors, elle a pour but d afficher des instances ce qui nécessite de la traduire en SQL et de l orienter vers la BD où sont stockées toutes les instances. La transformation d une requête SPARQL en une requête SQL peut être réalisée en se basant sur l'un des travaux suivants : Moteur sparql2sql de la plateforme Jena 26, SPASQL 27, Virtuos 28 ou encore en admettant le travail de (Zhang et al., 2012). Exemple. Soit la requête SPARQL suivante : SELECT?individu WHERE {?individu rdf:type onto:person} Cette requête demande l affichage de toutes les instances de type «person». Comme déjà évoqué, l ontologie ne contient aucune instance d où la nécessité d orienter la requête vers la BD. Mais avant cela, il faut l adapter pour qu elle ne soit constituée que de termes appartenant à la BD, ce qui nécessite le recours aux techniques de reformulation pour remplacer le terme «person» par ses correspondants dans la BD. En consultant le fichier de correspondance et en appliquant la reformulation par synonymie, la requête aura la forme suivante : SELECT?individu WHERE {?individu rdf:type onto:teacher} 26. jena.sourceforge.net/sparql2sql virtuoso.openlinksw.com/dataspace/dav/wiki/main/vossqlrdf

Les principaux domaines de l informatique

Les principaux domaines de l informatique Les principaux domaines de l informatique... abordés dans le cadre de ce cours: La Programmation Les Systèmes d Exploitation Les Systèmes d Information La Conception d Interfaces Le Calcul Scientifique

Plus en détail

Information utiles. cinzia.digiusto@gmail.com. webpage : Google+ : http://www.ibisc.univ-evry.fr/ digiusto/

Information utiles. cinzia.digiusto@gmail.com. webpage : Google+ : http://www.ibisc.univ-evry.fr/ digiusto/ Systèmes de gestion de bases de données Introduction Université d Evry Val d Essonne, IBISC utiles email : cinzia.digiusto@gmail.com webpage : http://www.ibisc.univ-evry.fr/ digiusto/ Google+ : https://plus.google.com/u/0/b/103572780965897723237/

Plus en détail

Structuration des décisions de jurisprudence basée sur une ontologie juridique en langue arabe

Structuration des décisions de jurisprudence basée sur une ontologie juridique en langue arabe Structuration des décisions de jurisprudence basée sur une ontologie juridique en langue arabe Karima Dhouib, Sylvie Després Faiez Gargouri ISET - Sfax Tunisie, BP : 88A Elbustan ; Sfax karima.dhouib@isets.rnu.tn,

Plus en détail

SemWeb : Interrogation sémantique du web avec XQuery. Les membres du projet SemWeb

SemWeb : Interrogation sémantique du web avec XQuery. Les membres du projet SemWeb SemWeb : Interrogation sémantique du web avec XQuery Les membres du projet SemWeb Contexte et objectifs Le projet SemWeb s inscrit dans les efforts de recherche et de développement actuels pour construire

Plus en détail

Problématiques de recherche. Figure Research Agenda for service-oriented computing

Problématiques de recherche. Figure Research Agenda for service-oriented computing Problématiques de recherche 90 Figure Research Agenda for service-oriented computing Conférences dans le domaine ICWS (International Conference on Web Services) Web services specifications and enhancements

Plus en détail

Généralités sur les bases de données

Généralités sur les bases de données Généralités sur les bases de données Qu est-ce donc qu une base de données? Que peut-on attendre d un système de gestion de bases de données? Que peut-on faire avec une base de données? 1 Des données?

Plus en détail

PROSOP : un système de gestion de bases de données prosopographiques

PROSOP : un système de gestion de bases de données prosopographiques PROSOP : un système de gestion de bases de données prosopographiques Introduction : Ce document présente l outil en développement PROSOP qui permet la gestion d'une base de donnée prosopographique de la

Plus en détail

Projet 2. Gestion des services enseignants CENTRE D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE EN INFORMATIQUE. G r o u p e :

Projet 2. Gestion des services enseignants CENTRE D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE EN INFORMATIQUE. G r o u p e : CENTRE D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE EN INFORMATIQUE Projet 2 Gestion des services enseignants G r o u p e : B E L G H I T Y a s m i n e S A N C H E Z - D U B R O N T Y u r i f e r M O N T A Z E R S i

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Les Bases de Données occupent aujourd'hui une place de plus en plus importante dans les systèmes informatiques. Les Systèmes de Gestion de Bases de Données

Plus en détail

Structure documentaire d une ontologie

Structure documentaire d une ontologie Chapitre 4 Structure documentaire d une ontologie 1. Introduction Structure documentaire d une ontologie L ontologie en tant que fichier informatique comporte une structure qui lui est propre. En plus

Plus en détail

Conversion des requêtes en langage naturel vers nrql

Conversion des requêtes en langage naturel vers nrql Conversion des requêtes en langage naturel vers nrql Hasna Boumechaal 1, Sofiane Allioua 2, Zizette Boufaida 3 1 Université Mentouri, Constantine, Algérie boumechaal.h@gmail.com 2 Laboratoire LIRE, Université

Plus en détail

Cours Bases de données

Cours Bases de données Informations sur le cours Cours Bases de données 9 (10) séances de 3h Polycopié (Cours + TD/TP) 3 année (MISI) Antoine Cornuéjols www.lri.fr/~antoine antoine.cornuejols@agroparistech.fr Transparents Disponibles

Plus en détail

10 Intégration de données sur le web

10 Intégration de données sur le web 10 Intégration de données sur le web 240 Requête utilisateur : Où est-ce que je peux voir les films qui ont participé au dernier Festival de Cannes? Je voudrais les résumés et critiques des films de Pedro

Plus en détail

4. Utilisation d un SGBD : le langage SQL. 5. Normalisation

4. Utilisation d un SGBD : le langage SQL. 5. Normalisation Base de données S. Lèbre slebre@unistra.fr Université de Strasbourg, département d informatique. Présentation du module Contenu général Notion de bases de données Fondements / Conception Utilisation :

Plus en détail

Requêtes en Web Intelligence Rich Client

Requêtes en Web Intelligence Rich Client 81 Chapitre 3 Requêtes en Web Intelligence Rich Client 1. Vue d'ensemble Requêtes en Web Intelligence Rich Client Comme nous l'avons évoqué dans un chapitre précédent, la requête sur un univers est le

Plus en détail

basée sur le cours de Bertrand Legal, maître de conférences à l ENSEIRB www.enseirb.fr/~legal Olivier Augereau Formation UML

basée sur le cours de Bertrand Legal, maître de conférences à l ENSEIRB www.enseirb.fr/~legal Olivier Augereau Formation UML basée sur le cours de Bertrand Legal, maître de conférences à l ENSEIRB www.enseirb.fr/~legal Olivier Augereau Formation UML http://olivier-augereau.com Sommaire Introduction I) Les bases II) Les diagrammes

Plus en détail

C est en marchant que se fait le chemin. Paulo Coelho.

C est en marchant que se fait le chemin. Paulo Coelho. i C est en marchant que se fait le chemin. Paulo Coelho. c Saidi Imène,. Typeset in L A TEX 2ε. ii A ma maman A ma grand-mère et mes deux oncles A mes frères et sœurs et toute la famille A mon professeur

Plus en détail

Systèmes d information et bases de données (niveau 1)

Systèmes d information et bases de données (niveau 1) Systèmes d information et bases de données (niveau 1) Cours N 1 Violaine Prince Plan du cours 1. Bibliographie 2. Introduction aux bases de données 3. Les modèles 1. Hiérarchique 2. Réseau 3. Relationnel

Plus en détail

Intelligence Artificielle et Systèmes Multi-Agents. Badr Benmammar bbm@badr-benmammar.com

Intelligence Artificielle et Systèmes Multi-Agents. Badr Benmammar bbm@badr-benmammar.com Intelligence Artificielle et Systèmes Multi-Agents Badr Benmammar bbm@badr-benmammar.com Plan La première partie : L intelligence artificielle (IA) Définition de l intelligence artificielle (IA) Domaines

Plus en détail

Chapitre 9 : Informatique décisionnelle

Chapitre 9 : Informatique décisionnelle Chapitre 9 : Informatique décisionnelle Sommaire Introduction... 3 Définition... 3 Les domaines d application de l informatique décisionnelle... 4 Architecture d un système décisionnel... 5 L outil Oracle

Plus en détail

Introduction à ORACLE WAREHOUSE BUILDER Cédric du Mouza

Introduction à ORACLE WAREHOUSE BUILDER Cédric du Mouza Introduction à ORACLE WAREHOUSE BUILDER Cédric du Mouza Avant de commencer à travailler avec le produit, il est nécessaire de comprendre, à un haut niveau, les problèmes en réponse desquels l outil a été

Plus en détail

Cours Base de données relationnelles. M. Boughanem, IUP STRI

Cours Base de données relationnelles. M. Boughanem, IUP STRI Cours Base de données relationnelles 1 Plan 1. Notions de base 2. Modèle relationnel 3. SQL 2 Notions de base (1) Définition intuitive : une base de données est un ensemble d informations, (fichiers),

Plus en détail

UE 8 Systèmes d information de gestion Le programme

UE 8 Systèmes d information de gestion Le programme UE 8 Systèmes d information de gestion Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur Indications

Plus en détail

Je catalogue, tu FRBRises, il/elle googlise. L évolution des catalogues et les bibliothécaires Vendredi 29 mars 2013 Manufacture des tabacs

Je catalogue, tu FRBRises, il/elle googlise. L évolution des catalogues et les bibliothécaires Vendredi 29 mars 2013 Manufacture des tabacs Je catalogue, tu FRBRises, il/elle googlise. L évolution des catalogues et les bibliothécaires Vendredi 29 mars 2013 Manufacture des tabacs Journée organisée par le CRFCB Midi-Pyrénées / Languedoc-Roussillon

Plus en détail

INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES. Guide d étude

INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES. Guide d étude INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES Guide d étude Sous la direction de Olga Mariño Télé-université Montréal (Québec) 2011 INF 1250 Introduction aux bases de données 2 INTRODUCTION Le Guide d étude

Plus en détail

Introduction au WEB Sémantique Cours 2 : Ontologies

Introduction au WEB Sémantique Cours 2 : Ontologies Cours 2 : Ontologies ESIL Université de la méditerranée Odile.Papini@esil.univmed.fr http://odile.papini.perso.esil.univmed.fr/index.html Plan du cours 1 Introduction 2 3 4 5 Bibliographie I Supports de

Plus en détail

CONCEPTION Support de cours n 3 DE BASES DE DONNEES

CONCEPTION Support de cours n 3 DE BASES DE DONNEES CONCEPTION Support de cours n 3 DE BASES DE DONNEES Auteur: Raymonde RICHARD PRCE UBO PARTIE III. - LA DESCRIPTION LOGIQUE ET PHYSIQUE DES DONNEES... 2 A. Les concepts du modèle relationnel de données...

Plus en détail

Le Web sémantique, une infrastructure d'intégration de sources de données

Le Web sémantique, une infrastructure d'intégration de sources de données Le Web sémantique, une infrastructure d'intégration de sources de données Chantal Reynaud Université Paris X & LRI (Université Paris-Sud & CNRS), UR INRIA Futurs Plan de l'exposé 1. Importance du point

Plus en détail

1. LA GESTION DES BASES DE DONNEES RELATIONNELLES

1. LA GESTION DES BASES DE DONNEES RELATIONNELLES Dossier G11 - Interroger une base de données La base de données Facturation contient tout un ensemble d'informations concernant la facturation de la SAFPB (société anonyme de fabrication de produits de

Plus en détail

Bases de Données. Plan

Bases de Données. Plan Université Mohammed V- Agdal Ecole Mohammadia d'ingénieurs Rabat Bases de Données Mr N.EL FADDOULI 2014-2015 Plan Généralités: Définition de Bases de Données Le modèle relationnel Algèbre relationnelle

Plus en détail

MODELISATION UN ATELIER DE MODELISATION «RATIONAL ROSE»

MODELISATION UN ATELIER DE MODELISATION «RATIONAL ROSE» MODELISATION UN ATELIER DE MODELISATION «RATIONAL ROSE» Du cours Modélisation Semi -Formelle de Système d Information Du Professeur Jean-Pierre GIRAUDIN Décembre. 2002 1 Table de matière Partie 1...2 1.1

Plus en détail

Initiation aux bases de données (SGBD) Walter RUDAMETKIN

Initiation aux bases de données (SGBD) Walter RUDAMETKIN Initiation aux bases de données (SGBD) Walter RUDAMETKIN Bureau F011 Walter.Rudametkin@polytech-lille.fr Moi Je suis étranger J'ai un accent Je me trompe beaucoup en français (et en info, et en math, et...)

Plus en détail

Présentation du module Base de données spatio-temporelles

Présentation du module Base de données spatio-temporelles Présentation du module Base de données spatio-temporelles S. Lèbre slebre@unistra.fr Université de Strasbourg, département d informatique. Partie 1 : Notion de bases de données (12,5h ) Enjeux et principes

Plus en détail

Rappel sur les bases de données

Rappel sur les bases de données Rappel sur les bases de données 1) Généralités 1.1 Base de données et système de gestion de base de donnés: définitions Une base de données est un ensemble de données stockées de manière structurée permettant

Plus en détail

avec nos solutions spécialisées pour la microfinance et ses institutions coopératives Big Data

avec nos solutions spécialisées pour la microfinance et ses institutions coopératives Big Data avec nos solutions spécialisées pour la microfinance et ses institutions coopératives Big Data Historique de Big data Jusqu à l avènement d Internet et surtout du Web 2.0 il n y avait pas tant de données

Plus en détail

Cahier de charges (Source : "Java EE - Guide de développement d'applications web en Java" par Jérôme Lafosse) Module. Site Web dynamique JSP / Servlet

Cahier de charges (Source : Java EE - Guide de développement d'applications web en Java par Jérôme Lafosse) Module. Site Web dynamique JSP / Servlet Cahier de charges (Source : "Java EE - Guide de développement d'applications web en Java" par Jérôme Lafosse) Module Site Web dynamique JSP / Servlet Sujet : betaboutique Soutenance le 04 / 01 /2013 &

Plus en détail

et les Systèmes Multidimensionnels

et les Systèmes Multidimensionnels Le Data Warehouse et les Systèmes Multidimensionnels 1 1. Définition d un Datawarehouse (DW) Le Datawarehouse est une collection de données orientées sujet, intégrées, non volatiles et historisées, organisées

Plus en détail

La plate-forme DIMA. Master 1 IMA COLI23 - Université de La Rochelle

La plate-forme DIMA. Master 1 IMA COLI23 - Université de La Rochelle La plate-forme DIMA Master 1 IMA COLI23 - Université de La Rochelle DIMA Bref aperçu Qu'est-ce? Acronyme de «Développement et Implémentation de Systèmes Multi-Agents» Initié par Zahia Guessoum et Jean-Pierre

Plus en détail

Proposition de sujet de thèse CIFRE EUROCOPTER / LGI2P

Proposition de sujet de thèse CIFRE EUROCOPTER / LGI2P EUROCOPTER SAS Groupe EADS Marignane Ecole des Mines d Alès Laboratoire de Génie Informatique et d Ingénierie de Production LGI2P Nîmes Proposition de sujet de thèse CIFRE EUROCOPTER / LGI2P Titre Domaine

Plus en détail

OASIS www.oasis-open.org/committees/xacml/docs/docs.shtml Date de publication

OASIS www.oasis-open.org/committees/xacml/docs/docs.shtml Date de publication Statut du Committee Working Draft document Titre XACML Language Proposal, version 0.8 (XACML : XML Access Control Markup Language) Langage de balisage du contrôle d'accès Mot clé Attestation et sécurité

Plus en détail

Visual Paradigm Contraintes inter-associations

Visual Paradigm Contraintes inter-associations Visual Paradigm Contraintes inter-associations Travail de Bachelor d'informaticien de gestion Partie C Présentation de Visual Paradigm 1 Présentation de Visual Paradigm For UML L objet du travail de Bachelor

Plus en détail

LES TECHNOLOGIES DU WEB APPLIQUÉES AUX DONNÉES STRUCTURÉES

LES TECHNOLOGIES DU WEB APPLIQUÉES AUX DONNÉES STRUCTURÉES LES TECHNOLOGIES DU WEB APPLIQUÉES AUX DONNÉES STRUCTURÉES 1e partie : encoder et structurer les données Gautier Poupeau Antidot http://www.lespetitescases.net Twitter @lespetitescases Emmanuelle Bermès

Plus en détail

BD réparties. Bases de Données Réparties. SGBD réparti. Paramètres à considérer

BD réparties. Bases de Données Réparties. SGBD réparti. Paramètres à considérer Bases de Données Réparties Définition Architectures Outils d interface SGBD Réplication SGBD répartis hétérogènes BD réparties Principe : BD locales, accès locaux rapides accès aux autres SGBD du réseau

Plus en détail

SGBDR. Systèmes de Gestion de Bases de Données (Relationnelles)

SGBDR. Systèmes de Gestion de Bases de Données (Relationnelles) SGBDR Systèmes de Gestion de Bases de Données (Relationnelles) Plan Approches Les tâches du SGBD Les transactions Approche 1 Systèmes traditionnels basés sur des fichiers Application 1 Gestion clients

Plus en détail

Utilitaire d importation et d exportation de données pour NewWayService 4

Utilitaire d importation et d exportation de données pour NewWayService 4 Utilitaire d importation et d exportation de données pour NewWayService 4 Copyright 1996-2009 OroLogic Inc. http://www.orologic.com Révision 4.01 Table des matières I Table des matières Introduction à

Plus en détail

Bases de données Cours 1 : Généralités sur les bases de données

Bases de données Cours 1 : Généralités sur les bases de données Cours 1 : Généralités sur les bases de données POLYTECH Université d Aix-Marseille odile.papini@univ-amu.fr http://odile.papini.perso.esil.univmed.fr/sources/bd.html Plan du cours 1 1 Qu est ce qu une

Plus en détail

INTERSYSTEMS CACHÉ COMME ALTERNATIVE AUX BASES DE DONNÉES RÉSIDENTES EN MÉMOIRE

INTERSYSTEMS CACHÉ COMME ALTERNATIVE AUX BASES DE DONNÉES RÉSIDENTES EN MÉMOIRE I N T E RS Y S T E M S INTERSYSTEMS CACHÉ COMME ALTERNATIVE AUX BASES DE DONNÉES RÉSIDENTES EN MÉMOIRE David Kaaret InterSystems Corporation INTERSySTEMS CAChé CoMME ALTERNATIvE AUx BASES de données RéSIdENTES

Plus en détail

Brève introduction au Web Sémantique

Brève introduction au Web Sémantique Brève introduction au Web Sémantique Bernard ESPINASSE Professeur à l'université d'aix-marseille 2010 Du Web au Web Sémantique : Le Web Sémantique : Architecture du Web Sémantique Langages du Web Sémantique

Plus en détail

Introduction aux bases de données

Introduction aux bases de données Introduction aux bases de données Références bibliographiques Jeff Ullman,Jennifer Widom, «A First Course in Database systems», Prentice-Hall, 3rd Edition, 2008 Hector Garcia-Molina, Jeff Ullman, Jennifer

Plus en détail

Communiqué de Lancement

Communiqué de Lancement Direction du Marketing Produits Sage - Division Mid Market Communiqué de Lancement Rapprochement Bancaire 1000 Produit : Rapprochement Bancaire 1000 Bases de Données : Oracle - MS/SQL Server Microsoft

Plus en détail

Catalogue des formations Edition 2015

Catalogue des formations Edition 2015 Antidot - Formations Catalogue des formations Edition 2015 : catalogue_formation_2015 Révision du 06.01.2015 Sommaire!!"##$%&'( )! $*$+,(-'(."##'+.'&( /!,'.0+"1"2%'( /!!."3'( /! $(3&"3"!(-4(5(.$,$1"24'(-'!(6"&#$,%"+!(7('-%,%"+()89:(;(

Plus en détail

BASES DE DONNÉES. CNAM Centre associé de Clermont-Ferrand Cycle A Année 1997-98. J. Darmont I. INTRODUCTION II. LES SYSTÈMES HIÉRARCHIQUES

BASES DE DONNÉES. CNAM Centre associé de Clermont-Ferrand Cycle A Année 1997-98. J. Darmont I. INTRODUCTION II. LES SYSTÈMES HIÉRARCHIQUES BASES DE DONNÉES CNAM Centre associé de Clermont-Ferrand Cycle A Année 1997-98 J. Darmont I. INTRODUCTION II. LES SYSTÈMES HIÉRARCHIQUES III. LES SYSTÈMES RÉSEAU IV. LES SYSTÈMES RELATIONNELS V. LE LANGAGE

Plus en détail

THOT - Extraction de données et de schémas d un SGBD

THOT - Extraction de données et de schémas d un SGBD THOT - Extraction de données et de schémas d un SGBD Pierre-Jean DOUSSET (France), Benoît ALBAREIL (France) pj@miningdb.com, benoit@miningdb.com Mots clefs : Fouille d information, base de données, système

Plus en détail

Exemple accessible via une interface Web. Bases de données et systèmes de gestion de bases de données. Généralités. Définitions

Exemple accessible via une interface Web. Bases de données et systèmes de gestion de bases de données. Généralités. Définitions Exemple accessible via une interface Web Une base de données consultable en ligne : Bases de données et systèmes de gestion de bases de données The Trans-atlantic slave trade database: http://www.slavevoyages.org/tast/index.faces

Plus en détail

Quelques patterns pour la persistance des objets avec DAO DAO. Principe de base. Utilité des DTOs. Le modèle de conception DTO (Data Transfer Object)

Quelques patterns pour la persistance des objets avec DAO DAO. Principe de base. Utilité des DTOs. Le modèle de conception DTO (Data Transfer Object) Quelques patterns pour la persistance des objets avec DAO Ce cours présente des modèles de conception utilisés pour effectuer la persistance des objets Université de Nice Sophia-Antipolis Version 1.4 30/8/07

Plus en détail

Linked Open Data. Le Web de données Réseau, usages, perspectives. Eric Charton. Eric Charton

Linked Open Data. Le Web de données Réseau, usages, perspectives. Eric Charton. Eric Charton Linked Open Data Le Web de données Réseau, usages, perspectives Sommaire Histoire du Linked Open Data Structure et évolution du réseau Utilisations du Linked Open Data Présence sur le réseau LOD Futurs

Plus en détail

Présentation du module. Base de données spatio-temporelles. Exemple. Introduction Exemple. Plan. Plan

Présentation du module. Base de données spatio-temporelles. Exemple. Introduction Exemple. Plan. Plan Base de données spatio-temporelles S. Lèbre slebre@unistra.fr Université de Strasbourg, département d informatique. Présentation du module Contenu général Partie 1 : Notion de bases de données (Conception

Plus en détail

Module BD et sites WEB

Module BD et sites WEB Module BD et sites WEB Cours 8 Bases de données et Web Anne Doucet Anne.Doucet@lip6.fr 1 Le Web Architecture Architectures Web Client/serveur 3-tiers Serveurs d applications Web et BD Couplage HTML-BD

Plus en détail

Modélisation Principe Autre principe

Modélisation Principe Autre principe Modélisation Principe : un modèle est une abstraction permettant de mieux comprendre un objet complexe (bâtiment, économie, atmosphère, cellule, logiciel, ). Autre principe : un petit dessin vaut mieux

Plus en détail

Le Web de Données Dan VODISLAV Université de Cergy-Pontoise Master Informatique M2 Plan

Le Web de Données Dan VODISLAV Université de Cergy-Pontoise Master Informatique M2 Plan Le Web de Données Dan VODISLAV Université de Cergy-Pontoise Master Informatique M2 Plan RDF sur le Web Micro-formats Micro-données RDFa Vocabulaires communs Dublin Core, FOAF, SKOS Linked Open Data Architecture

Plus en détail

Architecture Logicielle

Architecture Logicielle Architecture Logicielle Chapitre 3: UML pour la description et la documentation d une architecture logicielle Année universitaire 2013/2014 Semestre 1 Rappel L architecture d un programme ou d un système

Plus en détail

Programmabilité du réseau avec l'infrastructure axée sur les applications (ACI) de Cisco

Programmabilité du réseau avec l'infrastructure axée sur les applications (ACI) de Cisco Livre blanc Programmabilité du réseau avec l'infrastructure axée sur les applications (ACI) de Cisco Présentation Ce document examine la prise en charge de la programmabilité sur l'infrastructure axée

Plus en détail

Chapitre VIII. Les bases de données. Orientées Objet. Motivation

Chapitre VIII. Les bases de données. Orientées Objet. Motivation Chapitre VIII Motivation Le modèle relationnel connaît un très grand succès et s avère très adéquat pour les applications traditionnelles des bases de données (gestion) Les bases de données Orientées Objet

Plus en détail

Jade. Projet Intelligence Artificielle «Devine à quoi je pense»

Jade. Projet Intelligence Artificielle «Devine à quoi je pense» Jade Projet Intelligence Artificielle «Devine à quoi je pense» Réalisé par Djénéba Djikiné, Alexandre Bernard et Julien Lafont EPSI CSII2-2011 TABLE DES MATIÈRES 1. Analyse du besoin a. Cahier des charges

Plus en détail

NVU, Notepad++ (ou le bloc-note), MySQL, PhpMyAdmin. HTML, PHP, cas d utilisation, maquettage, programmation connaissances en HTML, PHP et SQL

NVU, Notepad++ (ou le bloc-note), MySQL, PhpMyAdmin. HTML, PHP, cas d utilisation, maquettage, programmation connaissances en HTML, PHP et SQL Prise en main de NVU et Notepad++ (conception d application web avec PHP et MySql) Propriétés Intitulé long Formation concernée Matière Présentation Description Conception de pages web dynamiques à l aide

Plus en détail

DOSSIER SOLUTION CA ERwin Modeling. Comment gérer la complexité des données et améliorer l agilité métier?

DOSSIER SOLUTION CA ERwin Modeling. Comment gérer la complexité des données et améliorer l agilité métier? DOSSIER SOLUTION CA ERwin Modeling Comment gérer la complexité des données et améliorer l agilité métier? CA ERwin Modeling fournit une vue centralisée des définitions de données clés afin de mieux comprendre

Plus en détail

Bases de Données. Stella MARC-ZWECKER. stella@unistra.u-strasbg.fr. Maître de conférences Dpt. Informatique - UdS

Bases de Données. Stella MARC-ZWECKER. stella@unistra.u-strasbg.fr. Maître de conférences Dpt. Informatique - UdS Bases de Données Stella MARC-ZWECKER Maître de conférences Dpt. Informatique - UdS stella@unistra.u-strasbg.fr 1 Plan du cours 1. Introduction aux BD et aux SGBD Objectifs, fonctionnalités et évolutions

Plus en détail

Évaluation et implémentation des langages

Évaluation et implémentation des langages Évaluation et implémentation des langages Les langages de programmation et le processus de programmation Critères de conception et d évaluation des langages de programmation Les fondations de l implémentation

Plus en détail

Architecture N-Tier. Ces données peuvent être saisies interactivement via l interface ou lues depuis un disque. Application

Architecture N-Tier. Ces données peuvent être saisies interactivement via l interface ou lues depuis un disque. Application Architecture Multi-Tier Traditionnellement une application informatique est un programme exécutable sur une machine qui représente la logique de traitement des données manipulées par l application. Ces

Plus en détail

ADELFE : Atelier de développement de logiciels à fonctionnalité émergente

ADELFE : Atelier de développement de logiciels à fonctionnalité émergente ADELFE : Atelier de développement de logiciels à fonctionnalité émergente Gauthier Picard*, Carole Bernon*, Valérie Camps**, Marie- Pierre Gleizes* * Institut de Recherche en Informatique de Toulouse Université

Plus en détail

Présentation générale du projet data.bnf.fr

Présentation générale du projet data.bnf.fr Présentation générale du projet data.bnf.fr La Bibliothèque nationale a mis en œuvre un nouveau projet, qui a pour but de rendre ses données plus utiles sur le web. Ceci nécessite de transformer données

Plus en détail

Devenez un véritable développeur web en 3 mois!

Devenez un véritable développeur web en 3 mois! Devenez un véritable développeur web en 3 mois! L objectif de la 3W Academy est de former des petits groupes d élèves au développement de sites web dynamiques ainsi qu à la création d applications web

Plus en détail

Introduction à la B.I. Avec SQL Server 2008

Introduction à la B.I. Avec SQL Server 2008 Introduction à la B.I. Avec SQL Server 2008 Version 1.0 VALENTIN Pauline 2 Introduction à la B.I. avec SQL Server 2008 Sommaire 1 Présentation de la B.I. et SQL Server 2008... 3 1.1 Présentation rapide

Plus en détail

Module BDR Master d Informatique (SAR)

Module BDR Master d Informatique (SAR) Module BDR Master d Informatique (SAR) Cours 6- Bases de données réparties Anne Doucet Anne.Doucet@lip6.fr 1 Bases de Données Réparties Définition Conception Décomposition Fragmentation horizontale et

Plus en détail

Bases de Données. Le cas des BD relationnelles ouverture sur les BD relationnelles spatiales Séance 2 : Mise en oeuvre

Bases de Données. Le cas des BD relationnelles ouverture sur les BD relationnelles spatiales Séance 2 : Mise en oeuvre Bases de Données Le cas des BD relationnelles ouverture sur les BD relationnelles spatiales Séance 2 : Mise en oeuvre Synthèse : conception de BD langage de modélisation famille de SGBD SGBD Analyse du

Plus en détail

Utiliser Access ou Excel pour gérer vos données

Utiliser Access ou Excel pour gérer vos données Page 1 of 5 Microsoft Office Access Utiliser Access ou Excel pour gérer vos données S'applique à : Microsoft Office Access 2007 Masquer tout Les programmes de feuilles de calcul automatisées, tels que

Plus en détail

TP Bases de données réparties

TP Bases de données réparties page 1 TP Bases de données réparties requêtes réparties Version corrigée Auteur : Hubert Naacke, révision 5 mars 2003 Mots-clés: bases de données réparties, fragmentation, schéma de placement, lien, jointure

Plus en détail

XML et Bases de données. XMLType Oracle XML DB

XML et Bases de données. XMLType Oracle XML DB Oracle XML DB Oracle XML DB Depuis la version 9i et de façon enrichie dans la version 10g, Oracle propose des outils pour gérer des documents XML Depuis la 10g il n'y a plus d'extraction car auparavant

Plus en détail

Conception, architecture et urbanisation des systèmes d information

Conception, architecture et urbanisation des systèmes d information Conception, architecture et urbanisation des systèmes d information S. Servigne Maître de Conférences, LIRIS, INSA-Lyon, F-69621 Villeurbanne Cedex e-mail: sylvie.servigne@insa-lyon.fr 1. Introduction

Plus en détail

Utilisation des tableaux sémantiques dans les logiques de description

Utilisation des tableaux sémantiques dans les logiques de description Utilisation des tableaux sémantiques dans les logiques de description IFT6281 Web Sémantique Jacques Bergeron Département d informatique et de recherche opérationnelle Université de Montréal bergerja@iro.umontreal.ca

Plus en détail

Chapitre 5 LE MODELE ENTITE - ASSOCIATION

Chapitre 5 LE MODELE ENTITE - ASSOCIATION Chapitre 5 LE MODELE ENTITE - ASSOCIATION 1 Introduction Conception d une base de données Domaine d application complexe : description abstraite des concepts indépendamment de leur implémentation sous

Plus en détail

analyse et pérennise votre patrimoine informationnel

analyse et pérennise votre patrimoine informationnel analyse et pérennise votre patrimoine informationnel Décoder le passé Donner une signification «métier» aux gérées par vos applications, retrouver les liens qui les unissent, connaître en détail leur utilisation

Plus en détail

UNE DÉMARCHE D ANALYSE À BASE DE PATRONS POUR LA DÉCOUVERTE DES BESOINS MÉTIER D UN SID

UNE DÉMARCHE D ANALYSE À BASE DE PATRONS POUR LA DÉCOUVERTE DES BESOINS MÉTIER D UN SID 1 UNE DÉMARCHE D ANALYSE À BASE DE PATRONS POUR LA DÉCOUVERTE DES BESOINS MÉTIER D UN SID 31 janvier 2012 Bordeaux Présentée par :Mme SABRI Aziza Encadrée par : Mme KJIRI Laila Plan 2 Contexte Problématique

Plus en détail

Le génie logiciel. maintenance de logiciels.

Le génie logiciel. maintenance de logiciels. Le génie logiciel Définition de l IEEE (IEEE 1990): L application d une approche systématique, disciplinée et quantifiable pour le développement, l opération et la maintenance de logiciels. Introduction

Plus en détail

Mercredi 15 Janvier 2014

Mercredi 15 Janvier 2014 De la conception au site web Mercredi 15 Janvier 2014 Loïc THOMAS Géo-Hyd Responsable Informatique & Ingénierie des Systèmes d'information loic.thomas@anteagroup.com 02 38 64 26 41 Architecture Il est

Plus en détail

Université de Bangui. Modélisons en UML

Université de Bangui. Modélisons en UML Université de Bangui CRM Modélisons en UML Ce cours a été possible grâce à l initiative d Apollinaire MOLAYE qui m a contacté pour vous faire bénéficier de mes connaissances en nouvelles technologies et

Plus en détail

IFT2255 : Génie logiciel

IFT2255 : Génie logiciel IFT2255 : Génie logiciel Chapitre 6 - Analyse orientée objets Section 1. Introduction à UML Julie Vachon et Houari Sahraoui 6.1. Introduction à UML 1. Vers une approche orientée objet 2. Introduction ti

Plus en détail

Développement d un interpréteur OCL pour une machine virtuelle UML.

Développement d un interpréteur OCL pour une machine virtuelle UML. ObjeXion Software Prototyping made easy SA au capital de 500 000 F Siret 421 565 565 00015 APE 722Z Téléphone : 03 89 35 70 75 Télécopie : 03 89 35 70 76 L embarcadère 5, rue Gutemberg 68 800 Vieux-Thann,

Plus en détail

Modélisation multidimensionnelle des données complexes : application aux données médicales

Modélisation multidimensionnelle des données complexes : application aux données médicales Modélisation multidimensionnelle des données complexes : application aux données médicales Sommaire : Midouni Sid Ahmed Djallal Version 9 08/06/05 1. Introduction... 3 2. Etat de l art... 4 3. Modélisation

Plus en détail

D une part, elles ne peuvent faire table rase de la richesse contenue dans leur système d information.

D une part, elles ne peuvent faire table rase de la richesse contenue dans leur système d information. PACBASE «Interrogez le passé, il répondra présent.». Le Module e-business Les entreprises doivent aujourd hui relever un triple défi. D une part, elles ne peuvent faire table rase de la richesse contenue

Plus en détail

Intégration de données hétérogènes et réparties. Anne Doucet Anne.Doucet@lip6.fr

Intégration de données hétérogènes et réparties. Anne Doucet Anne.Doucet@lip6.fr Intégration de données hétérogènes et réparties Anne Doucet Anne.Doucet@lip6.fr 1 Plan Intégration de données Architectures d intégration Approche matérialisée Approche virtuelle Médiateurs Conception

Plus en détail

Use Cases. Introduction

Use Cases. Introduction Use Cases Introduction Avant d aborder la définition et la conception des UC il est bon de positionner le concept du UC au sein du processus de développement. Le Processus de développement utilisé ici

Plus en détail

Aperçu général sur la technologie des Workflows

Aperçu général sur la technologie des Workflows Aperçu général sur la technologie des Workflows Zakaria Maamar Groupe Interfonctionnement Section Technologie des systèmes d'information Centre de recherches pour la défense Valcartier 2459 boul. Pie-XI

Plus en détail

Administration d un serveur de base de données SQL Server 2000 Et programmation

Administration d un serveur de base de données SQL Server 2000 Et programmation Compte rendu d'activité Nature de l'activité : Administration d un serveur de base de données SQL Server 2000 Et programmation Contexte : Dans le cadre de l implémentation d une base de données (Access)

Plus en détail

Les Architectures Orientées Services (SOA)

Les Architectures Orientées Services (SOA) Les Architectures Orientées Services (SOA) Ulrich Duvent Guillaume Ansel Université du Littoral Côte d Opale 50, Rue Ferdinand Buisson BP 699 62228 Calais Cedex Téléphone (33) 03.21.46.36.92 Télécopie

Plus en détail

Analyse,, Conception des Systèmes Informatiques

Analyse,, Conception des Systèmes Informatiques Analyse,, Conception des Systèmes Informatiques Méthode Analyse Conception Introduction à UML Génie logiciel Définition «Ensemble de méthodes, techniques et outils pour la production et la maintenance

Plus en détail

Construction d'un entrepôt de métadonnées - LOM Application: E-learning

Construction d'un entrepôt de métadonnées - LOM Application: E-learning Construction d'un entrepôt de métadonnées - LOM Application: E-learning Nawel Iles, Azzeddine Chikh, Sidi Mohammed Chouiti Faculté des sciences de l ingénieur Université de Tlemcen Algérie (n_iles/ az_chikh

Plus en détail

Conception des bases de données : Modèle Entité-Association

Conception des bases de données : Modèle Entité-Association Conception des bases de données : Modèle Entité-Association La modélisation d un problème, c est-à-dire le passage du monde réel à sa représentation informatique, se définit en plusieurs étapes pour parvenir

Plus en détail

Modélisation de bases de données : Le modèle relationnel

Modélisation de bases de données : Le modèle relationnel Modélisation de bases de données : Le modèle relationnel Rappel chapitre 1 C est quoi un modèle? Type de modèle : Modèle hiérarchique Modèle réseau Modèle objet Modèle relationnel Cours BD Dr REZEG K 1

Plus en détail