Utilisation des tableaux sémantiques dans les logiques de description

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Utilisation des tableaux sémantiques dans les logiques de description"

Transcription

1 Utilisation des tableaux sémantiques dans les logiques de description IFT6281 Web Sémantique Jacques Bergeron Département d informatique et de recherche opérationnelle Université de Montréal Mars 2011

2 But de la présentation Faire le lien entre web sémantique et raisonnement automatique. Présenter un algorithme intuitif illustrant comment on peut faire raisonner un ordinateur. Exemple: algorithme quick sort vs problème du tri

3 Plan de la présentation But de la présentation Lien avec raisonnement automatique Concept de méthode de preuve Méthode des tableaux sémantiques Exemples de tableaux Logiques de description Conclusion

4 Lien avec raisonnement automatique OWL - web ontology language Langage déclaratif langage de programmation. Hypothèse du monde ouvert une base de données. Plusieurs caractéristiques des classes et des individus doivent être déduites à partir des descriptions. Ces déductions sont réalisés à l aide du raisonnement automatique.

5 Exemple simple Une pizza dont aucun ingrédient n est de la viande est une pizza végétarienne. Le fromage, les légumes et les épices ne sont pas de la viande. Le mozzarella est un fromage et rien d autre. Les tomates sont des légumes et rien d autre. La basilic est une épice et rien d autre. Une pizza margarita a comme ingrédients du mozzarella, des tomates, de la basilic et rien d autre. Donc une pizza margarita est une pizza végétarienne. Le donc est la partie raisonnement automatique et ne sera pas spécifié dans l ontologie des pizzas.

6 Reasoner Définition personnelle Technologie permettant d appliquer une méthode de preuve à un énoncé, formulé dans une logique particulière, dans le but de déterminer si cet énoncé est valide dans le contexte d une base de connaissances spécifique. (Racer, Pellet, FaCT++, etc). Services de raisonnement Dans un reasoner, ces tests de validité sont effectués plusieurs fois pour obtenir des résultats sur l ensemble de la base de connaissances (p. ex. construire le treillis de subsomption des classes). Concepts Logique Validité des énoncés Implication logique Méthode de preuve Base de connaissances

7 Logiques Une logique est un système formel comprenant : Un alphabet définissant les symboles utilisés. Une grammaire définissant de façon récursive les formules syntaxiquement correctes construites à partir de l alphabet. Une liste de schémas axiomatiques. Une liste de règles d inférences permettant de construire des énoncés valides à partir d autres énoncés valides (ex. Modus ponens).

8 Logiques Il existe plusieurs logiques : Logique des propositions Logique des prédicats du premier ordre Logique des prédicats du second ordre Logiques modales Logiques non-monotones Logiques de descriptions... À chacune de ces logiques on peut appliquer une ou plusieurs méthodes de preuve.

9 Validité d un énoncé Un énoncé est une formule syntaxiquement correcte d une logique. Une interprétation est l affectation de valeurs aux variables d une logique ou d une base de connaissance. Un énoncé est dit valide s il est vrai pour toutes les interprétations possibles. Par exemple, en logique propositionnelle un énoncé dont chaque ligne de la table est vrai est un énoncé valide. Autre exemple : si A est une variable booléenne alors A A est vrai peu importe la valeur de A. On dit alors que A A est valide. La validité des énoncés est importante pour permettre l hypothèse du monde ouvert.

10 Méthode de preuve Approche systématique pour démontrer si un énoncé, d une logique particulière, est valide ou non Elle est complète si elle permet de vérifier la validité de tous les énoncés valides dans la logique correspondante. Elle est valide si tous les énoncés qu elle déclare valides sont effectivement valides dans la logique correspondante.

11 Méthodes de preuve On parle de familles avec chacune plusieurs variantes Axiomatiques (Frege / Hilbert à 1934) Déduction naturelle (Gentzen ) Calcul des séquents (Gentzen ) Tableaux sémantiques (Beth ) Résolution (Robinson ) Inverse method (Maslov ) Connexions (Bibel 1974)...

12 Caractéristiques des méthodes Quelques remarques Certaines méthodes peuvent s appliquer à plusieurs logiques Les méthodes traditionnelles sont dites constructives car elles vont des axiomes vers les énoncés Les méthodes constructives sont très difficiles à mécaniser car pour prouver un énoncé on doit remonter de l énoncé vers les axiomes

13 Caractéristiques des méthodes Exemple: La déduction naturelle C est la façon normalement utilisée par les humains Elle est fortement basée sur le Modus ponens (si on sait A et on sait que A B alors on peut conclure B). Pour montrer B on doit remonter vers les axiomes en trouvant un A plus facile à démontrer que B. On pose A en hypothèse puis on montre que A B. On recommence avec A jusqu à ce que qu on remonte aux axiomes ou à un théorème déjà prouvé Le problème est évidemment de trouver les étapes intermédiaires. On ne peut pas encore coder ce genre d intuition dans un programme. Donc, on ne peut pas faire raisonner un ordinateur en suivant la déduction naturelle.

14 Caractéristiques des méthodes Quelques remarques - suite Les méthodes plus récentes ont été créées spécifiquement pour l automatisation. Elles remontent donc de l énoncé vers les axiomes La plus utilisée est la Résolution (et ses variantes) Le problème est que le lien entre la méthode de preuve et la logique n est pas évident.

15 Caractéristiques des méthodes Calcul des séquents Le calcul des séquents est constructif (axiomes vers énoncés) mais n utilise que des constructeurs qui combinent des énoncés (pas de modus ponens). Chaque constructeur a une opération inverse qui va de l énoncé vers les axiomes. Gentzen, dans les années 1930, a donc réussi à construire une méthode de preuve monotone. C est cette idée qui a été reprise dans la méthode des tableaux sémantiques.

16 Méthode des tableaux dynamiques Concept Preuve par contradiction (si la négation de l énoncé est impossible alors l énoncé est valide) On exécute le calcul des séquents à l envers (de l énoncé vers les axiomes) S applique à toute logique pour laquelle on peut définir un ensemble de constructeurs monotones croissants c est-à-dire ayant des opérations inverses qui décomposent progressivement un énoncé. Comme on ne peut pas décomposer plus fin que les axiomes, on sera certain de finir en appliquant un nombre restreint d opérations possibles (si une preuve existe)

17 Méthode des tableaux sémantiques Étapes 1. Faire la négation d un énoncé 2. Phase d expansion du tableau. On applique les règles d expansion (de déconstruction ) chaque branche est une conjonction certaines règles vont créer de nouvelles branches on arrête de développer une branche quand aucune règle n est applicable les feuilles sont des axiomes 3. On essaie de fermer les branches (trouver des contradictions)

18 Méthode des tableaux sémantiques Arrêt Si on ferme toutes les branches La négation de l énoncé est impossible Donc l énoncé est valide Si une branche reste ouverte Elle donne un exemple de la négation de l énoncé Donc au moins un contre-exemple de l énoncé existe Donc l énoncé n est pas valide

19 Méthode des tableaux sémantiques Pour chaque logique Définir comment faire la négation d un énoncé Définir les règles d expansion (de déconstruction) relatives à chaque constructeur Montrer que le facteur de branchement lors de la création des branches est fini Montrer que les règles sont bien monotones décroissantes Définir les règles de fermeture des branches Prouver la complétude et la validité de ces règles en regard de la logique concernée.

20 On utilise une logique simple Constructeurs Négation : A avec signification habituelle Implication : A B avec signification habituelle Négation d énoncé On ajoute un signe (T ou F ) à chaque énoncé ex. FX veut dire intuitivement que l on assume que X est Faux Règles d expansion T A FA i.e. T A T A FA F A TA T (A B) FA TB F (A B) TA FB Conditions de fermeture Fermer la branche si contradiction i.e. TX FX

21 Premier exemple Est-ce que l énoncé (X Y ) ((X Y ) X ) est valide? C est-à-dire vrai pour toutes affectations à X et Y

22 Exemple valide F (X Y ) ((X Y ) X ) Préliminaire Ajouter le signe F à l énoncé

23 Exemple valide - 1 Règle F (A B) TA FB 1 F (X Y ) ((X Y ) X ) 2 TX Y 3 F (X Y ) X

24 Exemple valide - 2 Règle F (A B) TA FB 1 F (X Y ) ((X Y ) X ) 2 TX Y 3 F (X Y ) X 4 TX Y 5 F X

25 Exemple valide F (X Y ) ((X Y ) X ) 2 TX Y 3 F (X Y ) X Règle F A TA 4 TX Y 5 F X 6 TX

26 Exemple valide F (X Y ) ((X Y ) X ) 2 T X Y 3 F (X Y ) X 4 TX Y 5 F X 6 TX 7 FX 8 TY Règle T (A B) FA TB

27 Exemple valide F (X Y ) ((X Y ) X ) 2 TX Y 3 F (X Y ) X 4 TX Y 5 F X 6 TX 7 FX Fermeture de branche 8 TY

28 Exemple valide F (X Y ) ((X Y ) X ) 2 TX Y 3 F (X Y ) X 4 T X Y 5 F X 6 TX 7 FX 8 TY Règle T (A B) FA TB 9 FX 10 T Y

29 Exemple valide F (X Y ) ((X Y ) X ) 2 TX Y 3 F (X Y ) X 4 TX Y 5 F X 6 TX 7 FX Fermeture de branche 8 TY 9 FX 10 T Y

30 Exemple valide - 8 Règle T A FA 1 F (X Y ) ((X Y ) X ) 2 TX Y 3 F (X Y ) X 4 TX Y 5 F X 6 TX 7 FX 8 TY 9 FX 10 T Y 11 FY

31 Exemple valide F (X Y ) ((X Y ) X ) 2 TX Y 3 F (X Y ) X 4 TX Y 5 F X 6 TX 7 FX 8 TY 9 FX Fermeture de branche 10 T Y 11 FY

32 Exemple valide F (X Y ) ((X Y ) X ) 2 TX Y 3 F (X Y ) X 4 TX Y 5 F X 6 TX 7 FX 8 TY 9 FX Toutes les branches sont fermées La négation est impossible L énoncé est valide 10 T Y 11 FY

33 Deuxième exemple Est-ce que l énoncé (X Y ) (( X Y ) Y ) est valide? C est-à-dire vrai pour toutes affectations à X et Y

34 Exemple non-valide 1 F (X Y ) (( X Y ) Y ) 2 TX Y 3 F ( X Y ) Y 4 T X Y 5 FY 6 FX 7 TY 8 F X 9 T Y 10 TX 11 FY Résultat : 1 2, 3; 3 4, 5; 2 6, 7; ferme7; 4 8, 9; 8 10; ferme10; 9 11 Une branche n est pas fermée On a un contre-exemple X = F, Y = F L énoncé n est pas valide

35 Logiques de description Avant 1991 Origine des réseaux sémantiques (hiéarchies de généralisation / spécialisations) Origine aussi des frames (rôles correspondent aux slots ) Système KL-ONE (début des années 80) Utilisées par Brachman et Levesque (1985) pour montrer que la complexité des inférences dépend des constructeurs de chaque logique Méthodes de preuve basées sur la subsomption structurelle des graphes

36 Connexion avec les tableaux sémantiques Article de Schmidt-Schauβ et Smolka en 1991 Publié dans Articifial Intelligence Journal S applique à la logique ALC On définit formellement les logiques de description Méthode de preuve basée sur les tableaux sémantiques On donne les 6 règles de propagation de base On précise les règles de fermeture On démontre que c est une procédure complète et valide

37 Connexion avec les logiques modales Quelques mois plus tard... La logique de description ALC est montrée équivalente à la logique modale K L algorithme de Schmidt-Schauβ et Smolka est en fait une reformulation de la méthode des tableaux sémantiques déjà utilisée pour la logique modale K

38 Extensions Test de l appartenance d un individu à une classe Inclusion sans équivalence Fermeture transitive (hierarchies de rôles) Services plus complexes Construire la hiérarchie des classes Identifier tous les individus appartenant à une classe......

39 Remarque sur la complexité La méthode devient exponentielle par rapport à la grosseur de l énoncé pour plusieurs logiques. Une ontologie va produire de très gros énoncés. On ne veut pas que les utilisateurs aient à se soucier de la façon dont le raisonnement automatique est effectué. On doit donc restreindre les constructions du langage à des patrons pour lesquels on peut gérer la complexité. La grande réussite des logiques de description est de permettre des constructions assez puissantes pour être utiles sans perdre le contrôle au niveau de la complexité.

40 Détails des logiques de description (LD) Normalement la suite serait : D identifier les 6 constructeurs de base De décrire les 6 règles de propagation de base De décire les conditions de fermeture De montrer que la propagation converge pour ces règles De montrer des exemples de preuves en LD D analyse la complexité du processus D analyser chacune des extensions De décrire les nouvelles approches étudiées qui pourraient éventuellement remplacer l utilisation des tableaux sémantiques pour les LD... Mais le temps ne nous le permet évidemment pas

41 Références The Description Logics Handbook Chap 1 - An Introduction to Description Logics - D. Nardi et R.J. Brachman Chap 2 - Basic Description Logics - F. Baader et W. Nuit Handbook of Tableaux Methods Chap Introduction - M. Fitting Handbook of Logic in AI and Logic Programming Chap 2 - First Order Logic - M. Davis Chap 3 - Methods and calculi for deduction - W. Bibel et E. Eder Handbook of Knowledge Representation Chap 1 - Knowledge Representation and Classical Logic - V. Lifschitz, L. Morgenstern et D. Plaisted Chap 6 - Nonmonotonic Reasoning - G. Brewka, I. Niemela et M. Truszczynski First Order Logic and Automated Theorem Proving, 1996, Melvin Fitting

42 Conclusion Le web sémantique utilise les logiques de description, donc du raisonnement automatique, pour déduire des relations dans les ontologies. La méthode de preuve utilisée (tableaux sémantiques) permet une description intuitive du mécanisme de base des reasoners.

Logique et bases de données

Logique et bases de données Logique et bases de données Plan Théorie du premier ordre Hypothèses CWA, unique name, domain closure BD comme interprétation BD comme théorie du 1er ordre BD déductives Signification des différentes formes

Plus en détail

LES OUTILS D ALIMENTATION DU REFERENTIEL DE DB-MAIN

LES OUTILS D ALIMENTATION DU REFERENTIEL DE DB-MAIN LES OUTILS D ALIMENTATION DU REFERENTIEL DE DB-MAIN Les contenues de ce document sont la propriété exclusive de la société REVER. Ils ne sont transmis qu à titre d information et ne peuvent en aucun cas

Plus en détail

Intelligence Artificielle et Systèmes Multi-Agents. Badr Benmammar bbm@badr-benmammar.com

Intelligence Artificielle et Systèmes Multi-Agents. Badr Benmammar bbm@badr-benmammar.com Intelligence Artificielle et Systèmes Multi-Agents Badr Benmammar bbm@badr-benmammar.com Plan La première partie : L intelligence artificielle (IA) Définition de l intelligence artificielle (IA) Domaines

Plus en détail

Démonstrations. Chapitre 4. 4.1 Introduction

Démonstrations. Chapitre 4. 4.1 Introduction Chapitre 4 Démonstrations L objectif de ce chapitre est de commencer à aborder la question fondamentale suivante : qu est-ce qu une démonstration? Pour cela, plus précisément, on va se focaliser dans ce

Plus en détail

Mathématiques pour l'informatique? Au programme. Objectif du semestre

Mathématiques pour l'informatique? Au programme. Objectif du semestre Mathématiques pour l'informatique? Calcul des Ensembles David Teller 09/02/2007 Q L'informatique, au juste, c'est quoi? A L'informatique, c'est : de l'électronique de la théorie des processus de la linguistique

Plus en détail

Systèmes d'informations Géographiques - Graphes

Systèmes d'informations Géographiques - Graphes Systèmes d'informations Géographiques - Graphes Institut National des Sciences Appliquées - Rouen Département Architecture des Systèmes d'information michel.mainguenaud@insa-rouen.fr Graphe et Spatialisation!

Plus en détail

Automatisation de la certification formelle de systèmes critiques par instrumentation d interpréteurs abstraits

Automatisation de la certification formelle de systèmes critiques par instrumentation d interpréteurs abstraits 1 d Automatisation de la certification formelle de systèmes critiques par instrumentation d sous la direction de Michaël Périn Soutenance de Thèse de Doctorat Université de Grenoble - Laboratoire Verimag

Plus en détail

Cours M2 Ontologies et web sémantique : Introduction aux logiques de description

Cours M2 Ontologies et web sémantique : Introduction aux logiques de description Cours M2 Ontologies et web sémantique : Introduction aux logiques de description Andreas Herzig Université de Toulouse et CNRS, IRIT http://www.irit.fr/~andreas.herzig (en partie repris du cours de Nicola

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

DECHARGEMENT ET CHARGEMENT MASSIF DES DONNEES

DECHARGEMENT ET CHARGEMENT MASSIF DES DONNEES DECHARGEMENT ET CHARGEMENT MASSIF DES DONNEES Les contenus de ce document sont la propriété exclusive de la société REVER. Ils ne sont transmis qu à titre d information et ne peuvent en aucun cas être

Plus en détail

Correction de programmes : Logique de Hoare

Correction de programmes : Logique de Hoare 16 juillet 2009 Logique et informatique Vis-à-vis de l informatique la logique a au moins 2 rôles : 1 Externe et théorique (fondements de l informatique - Électif en S4) : Logique comme méta-informatique

Plus en détail

NOTES DE COURS LA MÉTHODE DES ARBRES POUR LE CALCUL DES PROPOSITIONS

NOTES DE COURS LA MÉTHODE DES ARBRES POUR LE CALCUL DES PROPOSITIONS NOTES DE COURS L MÉTHODE DES RRES POUR LE CLCUL DES PROPOSITIONS JOSEPH VIDL-ROSSET TLE DES MTIÈRES 1. L essentiel sur la méthode des arbres 1 1.1. Méthode sémantique ou syntaxique? 1 1.2. Le comment et

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Rapport Technique No. GIDE-01-2013. Soyons un peu logiques! par. Jean-Marc BERNARD GIDE GIDE

Rapport Technique No. GIDE-01-2013. Soyons un peu logiques! par. Jean-Marc BERNARD GIDE <jeanmarc@gide.net> GIDE Rapport Technique No. -01-2013 Soyons un peu logiques! par Jean-Marc BERNARD 17 rue La Noue Bras de Fer 44200 Nantes, France 28 février 2014 Soyons un peu logiques! Jean-Marc BERNARD

Plus en détail

Intégration des données issues du Web sémantique dans les Systèmes d'information logiques

Intégration des données issues du Web sémantique dans les Systèmes d'information logiques 1/20 Intégration des données issues du Web sémantique dans les Systèmes d'information logiques Pierre Allard Equipe LIS - IRISA (Rennes) 01 décembre 2008 2/20 Problématique Côté systèmes d'information

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

Fonctions homographiques

Fonctions homographiques Fonctions homographiques On donne ci-dessous deux définitions des fonctions homographiques, et on montre que ces deux définitions sont équivalentes. On décrit la courbe représentative d une fonction homographique.

Plus en détail

LES MAINTENANCES EVOLUTIVES DE BASES DE DONNEES

LES MAINTENANCES EVOLUTIVES DE BASES DE DONNEES LES MAINTENANCES EVOLUTIVES DE BASES DE DONNEES Les contenus de ce document sont la propriété exclusive de la société REVER. Ils ne sont transmis qu à titre d information et ne peuvent en aucun cas être

Plus en détail

EVOLUTIONS EXOGENES. REVER S.A. Belgique Tél : +32 71 20 71 61 http://www.rever.eu

EVOLUTIONS EXOGENES. REVER S.A. Belgique Tél : +32 71 20 71 61 http://www.rever.eu EVOLUTIONS EXOGENES Les contenus de ce document sont la propriété exclusive de la société REVER. Ils ne sont transmis qu à titre d information et ne peuvent en aucun cas être considérés comme un engagement

Plus en détail

Exploration des capacités des CSP pour la localisation d erreurs à partir de. contre-exemples

Exploration des capacités des CSP pour la localisation d erreurs à partir de. contre-exemples École Doctorale STIC de l Université de Nice Sophia-Antipolis capacités des CSP pour la localisation d erreurs Domaine: Mathématique-informatique Filière: Informatique Juin 2012 Présenté par : BEKKOUCHE

Plus en détail

Introduction à la gestion de projets. Laurent Poinsot. Introduction. 26 janvier 2009

Introduction à la gestion de projets. Laurent Poinsot. Introduction. 26 janvier 2009 26 janvier 2009 Le modèle du est une méthodologie de développement logiciel qui est devenue un standard de l industrie logicielle. Ce modèle est constitué de deux phases : l une est dite descendante et

Plus en détail

Certifying an Automated Code Generator Using Formal Tools

Certifying an Automated Code Generator Using Formal Tools Certifying an Automated Code Generator Using Formal Tools Preliminary experiments in the GeneAuto Project N. Izerrouken, X. Thirioux, M. Pantel, M. Strecker IRIT-ACADIE Continental Automotive Toulouse,

Plus en détail

L approche Bases de données

L approche Bases de données L approche Bases de données Cours: BD. Avancées Année: 2005/2006 Par: Dr B. Belattar (Univ. Batna Algérie) I- : Mise à niveau 1 Cours: BDD. Année: 2013/2014 Ens. S. MEDILEH (Univ. El-Oued) L approche Base

Plus en détail

Vidéo partie 1. Logique Vidéo partie 2. Raisonnements Exercices Logique, ensembles, raisonnements

Vidéo partie 1. Logique Vidéo partie 2. Raisonnements Exercices Logique, ensembles, raisonnements Exo7 Logique et raisonnements Vidéo partie 1. Logique Vidéo partie 2. Raisonnements Exercices Logique, ensembles, raisonnements Quelques motivations Il est important d avoir un langage rigoureux. La langue

Plus en détail

(3.22) Interchangeabilité mutuelle : p q r p q r

(3.22) Interchangeabilité mutuelle : p q r p q r Préséance (priorité) des opérateurs (1) [x := e] (substitution textuelle) (prioritéélevée) (2). (application de fonction) (3) + P (opérateurs unaires préfixes) (4) / mod pgcd (5) + (opérateurs binaires)

Plus en détail

Chapitre 2. Eléments pour comprendre un énoncé

Chapitre 2. Eléments pour comprendre un énoncé Chapitre 2 Eléments pour comprendre un énoncé Ce chapitre est consacré à la compréhension d un énoncé. Pour démontrer un énoncé donné, il faut se reporter au chapitre suivant. Les tables de vérité données

Plus en détail

Résolution d équations non linéaires

Résolution d équations non linéaires Analyse Numérique Résolution d équations non linéaires Said EL HAJJI et Touria GHEMIRES Université Mohammed V - Agdal. Faculté des Sciences Département de Mathématiques. Laboratoire de Mathématiques, Informatique

Plus en détail

L enseignement de l algorithmique au Lycée

L enseignement de l algorithmique au Lycée L enseignement de l algorithmique au Lycée Sisteron 12 novembre 2009 Fernand Didier didier@irem.univ-mrs.fr Approche naïve C est une méthode, une façon systématique de procéder, pour faire quelque chose

Plus en détail

Introduction au WEB Sémantique Cours 2 : Ontologies

Introduction au WEB Sémantique Cours 2 : Ontologies Cours 2 : Ontologies ESIL Université de la méditerranée Odile.Papini@esil.univmed.fr http://odile.papini.perso.esil.univmed.fr/index.html Plan du cours 1 Introduction 2 3 4 5 Bibliographie I Supports de

Plus en détail

INFO-F-302 Informatique Fondamentale Logique du premier ordre

INFO-F-302 Informatique Fondamentale Logique du premier ordre INFO-F-302 Informatique Fondamentale Logique du premier ordre Prof. Emmanuel Filiot Exercice 1 1. Soit un langage L = (p, q, r, s, t, f, g) où p, q sont des prédicats unaires, r, s, t sont des prédicats

Plus en détail

Machine de Turing. Informatique II Algorithmique 1

Machine de Turing. Informatique II Algorithmique 1 Machine de Turing Nous avons vu qu un programme peut être considéré comme la décomposition de la tâche à réaliser en une séquence d instructions élémentaires (manipulant des données élémentaires) compréhensibles

Plus en détail

Introduc)on à la logique Michel Rueher

Introduc)on à la logique Michel Rueher Introduc)on à la logique Michel Rueher SI3 Qu est ce que la logique? Etre Logique? Formaliser le raisonnement? Automatiser le raisonnement? Un art paradoxal? A quoi peut servir la logique? Formaliser le

Plus en détail

Modélisation de la Résolution de Problèmes

Modélisation de la Résolution de Problèmes Modélisation de la Résolution de Problèmes - Rappels : «Suite d opérations par lesquelles on conclut qu une proposition implique la vérité d une autre proposition» ( * ) Historiquement : Nécessité de séparer

Plus en détail

Introduction à la logique

Introduction à la logique Introduction à la logique Pierre Lescanne 26 janvier 2007 16 : 27 Modèle et démonstration Métathéorie Les ingrédients de la logique Démonstrations Une démonstration ou une preuve est un moyen de déduire

Plus en détail

APPROCHE PAR COMPÉTENCES ET ÉVALUATION

APPROCHE PAR COMPÉTENCES ET ÉVALUATION APPROCHE PAR COMPÉTENCES ET ÉVALUATION (Gérard Scallon, 2005) PLAN DE FORMATION À L ÉVALUATION Introduction L évaluation des apprentissages est sans contredit un élément clé de tout programme de formation.

Plus en détail

Sémantique des Langages de Programmation

Sémantique des Langages de Programmation Sémantique des Langages de Programmation Introduction Stefano Guerrini stefano.guerrini@univ-paris13.fr LIPN - Institut Galilée, Université Paris Nord 13 Sup Galillée Informatique, 1ère année 2009 2010

Plus en détail

Représentation des Nombres

Représentation des Nombres Chapitre 5 Représentation des Nombres 5. Representation des entiers 5.. Principe des représentations en base b Base L entier écrit 344 correspond a 3 mille + 4 cent + dix + 4. Plus généralement a n a n...

Plus en détail

Logique et bases de données

Logique et bases de données Logique et bases de données Vision logique d une BD relationnelle Signification des règles logiques Le modèle DATALOG Evaluation des règles non récursives Signification et évaluation des règles récursives

Plus en détail

Resolution limit in community detection

Resolution limit in community detection Introduction Plan 2006 Introduction Plan Introduction Introduction Plan Introduction Point de départ : un graphe et des sous-graphes. But : quantifier le fait que les sous-graphes choisis sont des modules.

Plus en détail

BASES DU RAISONNEMENT

BASES DU RAISONNEMENT BASES DU RAISONNEMENT P. Pansu 10 septembre 2006 Rappel du programme officiel Logique, différents types de raisonnement. Ensembles, éléments. Fonctions et applications. Produit, puissances. Union, intersection,

Plus en détail

Introduction au model-checking et application à la vérification des protocoles cryptographiques

Introduction au model-checking et application à la vérification des protocoles cryptographiques Introduction au model-checking et application à la vérification des protocoles cryptographiques Prof. John MULLINS École Polytechnique de Montréal Prof. John MULLINS (École Polytechnique) Introduction

Plus en détail

CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL

CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL Coopératives de services financiers Publication initiale : Décembre 2007 Mise à jour : TABLE DES MATIÈRES 1. Introduction... 3 2. Principes généraux...

Plus en détail

Points fixes de fonctions à domaine fini

Points fixes de fonctions à domaine fini ÉCOLE POLYTECHNIQUE ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE DE CACHAN ÉCOLE SUPÉRIEURE DE PHYSIQUE ET DE CHIMIE INDUSTRIELLES CONCOURS D ADMISSION 2013 FILIÈRE MP HORS SPÉCIALITÉ INFO FILIÈRE PC COMPOSITION D INFORMATIQUE

Plus en détail

Avant-propos. 1. Introduction

Avant-propos. 1. Introduction Avant-propos Les sections ou sous-sections marquées d un astérisque (*) ne font pas partie de la matière du cours IFT1969. Elles sont destinées à définir complètement le langage C (ANSI-C99) et à en préciser

Plus en détail

INTRODUCTION AUX TECHNOLOGIES D INGENIERIE DES DONNEES DIRIGEE PAR LES MODELES

INTRODUCTION AUX TECHNOLOGIES D INGENIERIE DES DONNEES DIRIGEE PAR LES MODELES INTRODUCTION AUX TECHNOLOGIES D INGENIERIE DES DONNEES DIRIGEE PAR LES MODELES Les contenus de ce document sont la propriété exclusive de la société REVER. Ils ne sont transmis qu à titre d information

Plus en détail

Analyse syntaxique et application aux langues naturelles. Grammaires Lexicales Fonctionnelles (LFG)

Analyse syntaxique et application aux langues naturelles. Grammaires Lexicales Fonctionnelles (LFG) Université de Nice Sophia Antipolis Master 2 Recherche PLMT Analyse syntaxique et application aux langues naturelles Grammaires Lexicales Fonctionnelles (LFG) Jacques Farré et Sylvain Schmitz Analyse syntaxique

Plus en détail

Programmation Avancée - Prolog

Programmation Avancée - Prolog Programmation Avancée - Prolog N. Prcovic Programmation Avancée - Prolog p.1/26 Introduction La programmation logique est une forme particulière de programmation déclarative. La programmation déclarative

Plus en détail

2A-SI 4 - Bases de Données 4.4 - Normalisation de schémas relationnels

2A-SI 4 - Bases de Données 4.4 - Normalisation de schémas relationnels 2A-SI 4 - Bases de Données 4.4 - Normalisation de schémas relationnels Stéphane Vialle Stephane.Vialle@supelec.fr http://www.metz.supelec.fr/~vialle Avec l aide du cours de Y. Bourda Intérêt de la «normalisation»

Plus en détail

IFT3913 Qualité du logiciel et métriques. Chapitre 5 Mesure de la qualité du logiciel

IFT3913 Qualité du logiciel et métriques. Chapitre 5 Mesure de la qualité du logiciel IFT3913 Qualité du logiciel et métriques Chapitre 5 Mesure de la qualité du logiciel Plan du cours Introduction Théorie de la mesure Qualité du logiciel Mesure du produit logiciel Mesure de la qualité

Plus en détail

CONDITIONS NÉCESSAIRES ET DÉPENDANCE EXISTENTIELLE

CONDITIONS NÉCESSAIRES ET DÉPENDANCE EXISTENTIELLE CONDITIONS NÉCESSAIRES ET DÉPENDANCE EXISTENTIELLE Introduction Le concept de condition nécessaire est largement utilisé en philosophie, quelquefois explicitement pour définir d autres concepts importants.

Plus en détail

Une tâche complexe : LES BATTEMENTS DU CŒUR HUMAIN

Une tâche complexe : LES BATTEMENTS DU CŒUR HUMAIN Une tâche complexe : LES BATTEMENTS DU CŒUR HUMAIN Ce travail peut venir en introduction à la leçon sur l écriture scientifique. Enoncé : Caroline est invitée à fêter les 80 ans de sa grand-mère. Elle

Plus en détail

Planification. Plan. Planification. Introduction à la planification. La langage STRIPS. Représentation des plans. Planification partiellement ordonnée

Planification. Plan. Planification. Introduction à la planification. La langage STRIPS. Représentation des plans. Planification partiellement ordonnée Planification 1 Plan Introduction à la planification La langage STRIPS Représentation des plans Planification partiellement ordonnée Graphes de panification 2 Planification Un agent planificateur construit

Plus en détail

Chapitre 11. Séries de Fourier. Nous supposons connues les formules donnant les coefficients de Fourier d une fonction 2 - périodique :

Chapitre 11. Séries de Fourier. Nous supposons connues les formules donnant les coefficients de Fourier d une fonction 2 - périodique : Chapitre Chapitre. Séries de Fourier Nous supposons connues les formules donnant les coefficients de Fourier d une fonction - périodique : c c a0 f x dx c an f xcosnxdx c c bn f xsinn x dx c L objet de

Plus en détail

Définitions. Numéro à préciser. (Durée : )

Définitions. Numéro à préciser. (Durée : ) Numéro à préciser (Durée : ) On étudie dans ce problème l ordre lexicographique pour les mots sur un alphabet fini et plusieurs constructions des cycles de De Bruijn. Les trois parties sont largement indépendantes.

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010 Applications 1 Introduction Une fonction f (plus précisément, une fonction réelle d une variable réelle) est une règle qui associe à tout réel x au

Plus en détail

Techniques et outils de test pour les logiciels réactifs synchrones

Techniques et outils de test pour les logiciels réactifs synchrones Journées Systèmes et Logiciels Critiques Institut IMAG ; 14-16 nombre 2000 Techniques et outils de test pour les logiciels réactifs synchrones Farid Ouabdesselam 1 Méthodes de test : classification générale

Plus en détail

Calculabilité Cours 3 : Problèmes non-calculables. http://www.irisa.fr/lande/pichardie/l3/log/

Calculabilité Cours 3 : Problèmes non-calculables. http://www.irisa.fr/lande/pichardie/l3/log/ Calculabilité Cours 3 : Problèmes non-calculables http://www.irisa.fr/lande/pichardie/l3/log/ Problèmes et classes de décidabilité Problèmes et classes de décidabilité Nous nous intéressons aux problèmes

Plus en détail

Cours de logique pour l informatique

Cours de logique pour l informatique Cours de logique pour l informatique Prof. Jean-François Raskin Département d Informatique Faculté des Sciences Université Libre de Bruxelles Année académique 2007-2008 0-0 Organisation pratique du cours

Plus en détail

Langages de programmation: approche scientifique

Langages de programmation: approche scientifique IGE 2004 - ENS 29 juin 2004 Présentation au CGTI 1 Informatique théorique 2 3 Une science? Informatique théorique Chaque science repose un dogme fondamental. Les mathématiques Les raisonnements formels

Plus en détail

Anne Tasso. Java. Le livre de. premier langage. 10 e édition. Avec 109 exercices corrigés. Groupe Eyrolles, 2000-2015, ISBN : 978-2-212-14154-2

Anne Tasso. Java. Le livre de. premier langage. 10 e édition. Avec 109 exercices corrigés. Groupe Eyrolles, 2000-2015, ISBN : 978-2-212-14154-2 Anne Tasso Java Le livre de premier langage 10 e édition Avec 109 exercices corrigés Groupe Eyrolles, 2000-2015, ISBN : 978-2-212-14154-2 Table des matières Avant-propos Organisation de l ouvrage..............................

Plus en détail

Rédiger un rapport technique

Rédiger un rapport technique Rédiger un rapport technique Prof. N. Fatemi Plan Introduction Présentation écrite Programmation du travail Rédaction Conseils génériques Références 2 Introduction Objectifs du cours Savoir étudier un

Plus en détail

Relations Binaires Relations d équivalence sur un ensemble

Relations Binaires Relations d équivalence sur un ensemble Relations Binaires Relations d équivalence sur un ensemble MPSI 2 1 Généralités Soit E un ensemble non vide. Définition 1..1 On appelle relation binaire sur E le couple (E, G où G est un graphe de E dans

Plus en détail

Raisonnement symbolique et géométrique pour la robotique mobile

Raisonnement symbolique et géométrique pour la robotique mobile Introduction à la réunion finale Raisonnement symbolique et géométrique pour la robotique mobile J. Guitton, J.L. Farges Control Architectures of Robots - Bourges - 30 mai 2008 1 Plan Introduction Vers

Plus en détail

Logique pour l informatique

Logique pour l informatique UR Sciences et Techniques Licence S&T 1 année Logique pour l informatique Jean-Yves Antoine http://www.info.univ-tours.fr/~antoine 1 MATHEMATIQUES ET INORMATIQUE Travaux pionniers toujours d actualité

Plus en détail

Chapitre 1 : Évolution COURS

Chapitre 1 : Évolution COURS Chapitre 1 : Évolution COURS OBJECTIFS DU CHAPITRE Savoir déterminer le taux d évolution, le coefficient multiplicateur et l indice en base d une évolution. Connaître les liens entre ces notions et savoir

Plus en détail

Partiel - 12 mars 2014

Partiel - 12 mars 2014 Licence STS, semestre 4 013 14 Mathématiques pour l Informatique (Info 9) 1 mars 014 http://www.lri.fr/~paulin/mathinfo Partiel - 1 mars 014 L examen dure heures. L énoncé est composé de 5 pages. Toutes

Plus en détail

Annexe B. Liste des lois. E E[v := F ] (1.8) (GS1.2) Réflexivité : x = x (1.9) (GS1.3) Symétrie (commutativité) : (x = y) =(y = x)

Annexe B. Liste des lois. E E[v := F ] (1.8) (GS1.2) Réflexivité : x = x (1.9) (GS1.3) Symétrie (commutativité) : (x = y) =(y = x) Annexe B Liste des lois (1.7) (GS1.1) Substitution : E E[v := F ] (1.8) (GS1.2) Réflexivité : x = x (1.9) (GS1.3) Symétrie (commutativité) : (x = y) =(y = x) (1.10) (GS1.4) Transitivité : X = Y, Y = Z

Plus en détail

Problèmes de Mathématiques Filtres et ultrafiltres

Problèmes de Mathématiques Filtres et ultrafiltres Énoncé Soit E un ensemble non vide. On dit qu un sous-ensemble F de P(E) est un filtre sur E si (P 0 ) F. (P 1 ) (X, Y ) F 2, X Y F. (P 2 ) X F, Y P(E) : X Y Y F. (P 3 ) / F. Première Partie 1. Que dire

Plus en détail

Notes de cours. Cours introductif sur la théorie des domaines. Modèles des langages de programmation Master Parisien de Recherche en Informatique

Notes de cours. Cours introductif sur la théorie des domaines. Modèles des langages de programmation Master Parisien de Recherche en Informatique Notes de cours Cours introductif sur la théorie des domaines Paul-André Melliès Modèles des langages de programmation Master Parisien de Recherche en Informatique 1 Ensembles ordonnés Definition 1.1 (ensemble

Plus en détail

INTRODUCTION AUX METHODES D INGENIERIE DES DONNEES DIRIGEE PAR LES MODELES

INTRODUCTION AUX METHODES D INGENIERIE DES DONNEES DIRIGEE PAR LES MODELES INTRODUCTION AUX METHODES D INGENIERIE DES DONNEES DIRIGEE PAR LES MODELES Les contenus de ce document sont la propriété exclusive de la société REVER. Ils ne sont transmis qu à titre d information et

Plus en détail

Anglais CAHIER- PROGRAMME

Anglais CAHIER- PROGRAMME Anglais CAHIER- PROGRAMME Dans le présent document, le masculin est utilisé sans aucune discrimination et uniquement dans le but d alléger le texte. NOTE : Tous les renseignements contenus dans ce document

Plus en détail

Cours d Algorithmique et structures de données 1

Cours d Algorithmique et structures de données 1 Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Université Mohamed Khider - Biskra Faculté des Sciences Exactes et des Sciences de la Nature et de la Vie Département d Informatique

Plus en détail

COMMENT PROGRAMMER et EVALUER LE LANGAGE?

COMMENT PROGRAMMER et EVALUER LE LANGAGE? COMMENT PROGRAMMER et EVALUER LE LANGAGE? PROGRAMMER LES APPRENTISSAGES Programmation # Progression Progression: division du savoir en petites unités réparties dans le temps: aller du simple au complexe.

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

CCI Génie Logiciel UFR - IMA. Objectifs du cours d'aujourd'hui. Génie Logiciel Validation par le test. Qu est-ce que tester un programme?

CCI Génie Logiciel UFR - IMA. Objectifs du cours d'aujourd'hui. Génie Logiciel Validation par le test. Qu est-ce que tester un programme? Validation par le test Objectifs du cours d'aujourd'hui Donner des réponses aux questions suivantes : Lydie du Bousquet 2 Qu est-ce que tester un programme? Exercice 1 : Inscrivez sur une feuille ce que

Plus en détail

Aperçu rapide des méthodes formelles

Aperçu rapide des méthodes formelles Méthodes formelles 1 Aperçu rapide des méthodes formelles Christian Attiogbé Faculté des sciences Université de Nantes Christian.Attiogbe@univ-nantes.fr Méthodes formelles 2 Développement de logiciels

Plus en détail

Systèmes experts. MASTER 1 /IUP 3 Informatique. ISTV Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis E. ADAM

Systèmes experts. MASTER 1 /IUP 3 Informatique. ISTV Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis E. ADAM Systèmes experts MASTER 1 /IUP 3 Informatique ISTV Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis E. ADAM Introduction Premiers Systèmes Experts fin 1970 But du SE = reproduire le comportement d'un

Plus en détail

UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010. N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES

UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010. N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010 N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES 1 Les énoncés La plupart des phrases que l on rencontre dans un livre

Plus en détail

Heuristique et métaheuristique. 8. Optimisation combinatoire et métaheuristiques. Optimisation combinatoire. Problème du voyageur de commerce

Heuristique et métaheuristique. 8. Optimisation combinatoire et métaheuristiques. Optimisation combinatoire. Problème du voyageur de commerce Heuristique et métaheuristique IFT1575 Modèles de recherche opérationnelle (RO) 8. Optimisation combinatoire et métaheuristiques Un algorithme heuristique permet d identifier au moins une solution réalisable

Plus en détail

Sommaire des mises à jour au document : Indicateurs de rendement des mathématiques M à 9 de l Alberta

Sommaire des mises à jour au document : Indicateurs de rendement des mathématiques M à 9 de l Alberta Sommaire des mises à jour au document : Indicateurs de rendement des mathématiques M à 9 de l Alberta Ce document présente les mises à jour qui ont été faites au document d appui Indicateurs de rendement

Plus en détail

Définition d une suite récurrente à l aide de la fonction ln

Définition d une suite récurrente à l aide de la fonction ln Définition d une suite récurrente à l aide de la fonction ln Thèmes. fonction ln, théorème des valeurs intermédiares, suite définie par récurrence : majoration, minoration, monotonie, convergence, eistence.

Plus en détail

Analyse abstraite de missions sous PILOT

Analyse abstraite de missions sous PILOT Analyse abstraite de missions sous PILOT Damien Massé EA 3883, Université de Bretagne Occidentale, Brest damien.masse@univ-brest.fr Résumé Nous étudions la possibilité de réaliser un analyseur par interprétation

Plus en détail

Corrigé de l examen partiel du 19 novembre 2011

Corrigé de l examen partiel du 19 novembre 2011 Université Paris Diderot Langage Mathématique (LM1) Département Sciences Exactes 2011-2012 Corrigé de l examen partiel du 19 novembre 2011 Durée : 3 heures Exercice 1 Dans les expressions suivantes, les

Plus en détail

Aide à la conception de Système d Information Collaboratif, support de l interopérabilité des entreprises

Aide à la conception de Système d Information Collaboratif, support de l interopérabilité des entreprises Aide à la conception de Système d Information Collaboratif, support de l interopérabilité des entreprises Jihed Touzi, Frédérick Bénaben, Hervé Pingaud Thèse soutenue au Centre de Génie Industriel - 9

Plus en détail

PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DEVELOPPEMENT

PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DEVELOPPEMENT PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DEVELOPPEMENT TERMES DE REFERENCE I. Information sur la consultation/contrat de service Titre Projet Type de contrat Durée initiale Lieu d affectation CONSULTANT NATIONAL

Plus en détail

Algorithmique. Mode d application

Algorithmique. Mode d application I - Généralités Algorithmique T ale S Définition: Un algorithme est une suite finie d instructions permettant la résolution systématique d un problème donné. Un algorithme peut-être utilisé pour décrire

Plus en détail

Contradicting Beliefs and Communication. J.-M. Tallon, J.-C. Vergnaud, & S. Zamir CNRS-EUREQua

Contradicting Beliefs and Communication. J.-M. Tallon, J.-C. Vergnaud, & S. Zamir CNRS-EUREQua Contradicting Beliefs and Communication J.-M. Tallon, J.-C. Vergnaud, & S. Zamir CNRS-EUREQua Introduction Papier propose : Considère structure de Kripke (KD45 au lieu de S5) Processus de communication

Plus en détail

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale 22 septembre 2015 Généralités Dans tout ce qui suit V désigne un espace de Hilbert réel muni d un produit scalaire x, y. Définition Soit A une application

Plus en détail

Programme de la licence informatique, université de Caen http://www.info.unicaen.fr

Programme de la licence informatique, université de Caen http://www.info.unicaen.fr Programme de la licence informatique, université de Caen http://www.info.unicaen.fr Unité Systèmes d'information CM : 45h - TD : 60h - TP : 12h - Coeff 2 Systèmes de Gestion de Bases de Données Modéliser

Plus en détail

Partie II. Supplémentaires d un sous-espace donné. Partie I. Partie III. Supplémentaire commun. MPSI B 8 octobre 2015

Partie II. Supplémentaires d un sous-espace donné. Partie I. Partie III. Supplémentaire commun. MPSI B 8 octobre 2015 Énoncé Dans tout le problème, K est un sous-corps de C. On utilisera en particulier que K n est pas un ensemble fini. Tous les espaces vectoriels considérés sont des K espaces vectoriels de dimension finie.

Plus en détail

Offre de formation de troisième cycle (LMD)

Offre de formation de troisième cycle (LMD) Offre de formation de troisième cycle (LMD) (Arrêté n 250 du 28 juillet 2009, fixant l organisation de la formation de troisième en vue de l obtention du diplôme de doctorat) Etablissement Faculté / Institut

Plus en détail

Le ce rcl e de lecture (d après les travaux de Jocelyne GIASSON Les textes littéraires De Boeck éditions)

Le ce rcl e de lecture (d après les travaux de Jocelyne GIASSON Les textes littéraires De Boeck éditions) Le ce rcl e de lecture ( ) 1 Le principe : C est un temps d échanges entre des élèves ayant lu le même livre qui se déroule de la manière la plus autonome possible. Afin de rendre ce temps d échanges riche,

Plus en détail

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema.

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. Chapitre 5 Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. On s intéresse dans ce chapitre aux dérivées d ordre ou plus d une fonction de plusieurs variables. Comme pour une fonction d une

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

Introduction aux automates

Introduction aux automates Introduction aux automates Principes et exemples Pascal André IRIN Université de Nantes 2 rue de la Houssinière ; B.P. 92208 44322 Nantes Cedex 03 Pascal.Andre@irin.univ-nantes.fr Introduction aux automates

Plus en détail

La logique dans les nouveaux programmes pour le lycée

La logique dans les nouveaux programmes pour le lycée La logique dans les nouveaux programmes pour le lycée Zoé MESNIL Laboratoire de Didactique André Revuz IREM de Paris zoe.mesnil@univ-paris-diderot.fr Une vaste question : les professeurs de mathématiques

Plus en détail

Évaluation et implémentation des langages

Évaluation et implémentation des langages Évaluation et implémentation des langages Les langages de programmation et le processus de programmation Critères de conception et d évaluation des langages de programmation Les fondations de l implémentation

Plus en détail

Mathématiques et Philosophie en classe de seconde

Mathématiques et Philosophie en classe de seconde Mathématiques et Philosophie en classe de seconde Intervention du Professeur de mathématiques. Effectif de la classe : 34 élèves. Intervention : quinze heures en alternance avec le cours de Philosophie.

Plus en détail

TITRE : DES CHROMOSOMES AUX CARACTERES DE L INDIVIDU

TITRE : DES CHROMOSOMES AUX CARACTERES DE L INDIVIDU TITRE : DES CHROMOSOMES AUX CARACTERES DE L INDIVIDU classe :3ème durée : 1h 30 la situation-problème. Mickaël vient d apprendre que son cousin de 28 ans, avec qui, il s entend si bien, a un caryotype

Plus en détail