Conférence de presse conjointe de M. Nicolas Sarkozy et Mme Angela Merkel, à Berlin

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Conférence de presse conjointe de M. Nicolas Sarkozy et Mme Angela Merkel, à Berlin"

Transcription

1 Accueil > Les actualités > Conférences de presse > 2011 Conférence de presse conjointe de M. Nicolas Sarkozy et Mme Angela Merkel, à Berlin CONFÉRENCE DE PRESSE CONJOINTE DE M. LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE ET DE MME ANGELA MERKEL CHANCELIÈRE DE LA RÉPUBLIQUE FÉDÉRALE D'ALLEMAGNE Berlin -- Vendredi 17 juin 2011 MME ANGELA MERKEL -- Mesdames et Messieurs, je suis heureuse que nous ayons aujourd'hui le plaisir d'accueillir le président de la République, Nicolas SARKOZY. Comme très souvent, nous avons aujourd'hui choisi de préparer le Conseil européen de la semaine prochaine et je pense que c'est une rencontre importante, puisque nous avons notamment abordé l'ensemble des questions concernant l'euro. Je voudrais dire d'entrée que, pour nous, il est tout à fait clair -- je dois le souligner encore -- ce que nous avons toujours dit, c'est que l'euro, c'est notre monnaie commune. L'Europe et l'euro sont intimement liés l'un à l'autre. Je le dis pour l'allemagne : l'allemagne a énormément profité de l'euro. La puissance économique de l'allemagne est liée à la force de l'euro, c'est pourquoi nous ferons tout pour maintenir, soutenir, conserver la sécurité de l'euro et surmonter les difficultés que nous connaissons. L'Allemagne est décidée, la France y est décidée, nous y sommes décidés ensemble. Deuxièmement, cela veut dire que nous devons résoudre les problèmes qui se posent et là je dirais très clairement que, plus nous les résoudrons rapidement, mieux ce sera. En d'autres termes, il nous faut un nouveau programme pour venir en aide à la Grèce. Cela présuppose, d'une part, que la Grèce remplisse ses engagements. Hier, je me suis entretenue au téléphone avec le Premier ministre grec, M. PAPANDREOU, et j'ai pu m'assurer de l'engagement défendu par le Premier ministre grec pour que la Grèce respecte les engagements qu'elle a pris. Il se bat pour qu'elle y parvienne et pour que la Grèce s'engage sur la bonne voie. J'ajouterais qu'il serait évidemment souhaitable que l'opposition grecque apporte son soutien au gouvernement d'athènes, parce que cela améliorerait évidemment les chances de la Grèce de se remettre sur la bonne voie. Mais, en tout cas, nous soutenons le Premier ministre grec. Ensuite, pour cela nous avons besoin d'un rapport de la troïka, qui est nécessaire pour la mise en place d'un nouveau programme. Et troisièmement, nous souhaitons que les créanciers privés participent sur une base volontaire -- je le dis, sur une base volontaire -- il n'y a aucune base juridique nous permettant d'imposer une participation des créanciers privés. Nous croyons aussi que cette participation des créanciers privés doit être définie avec la BCE. Il ne doit pas y avoir de Conférence de presse conjointe de M. Nicolas Sarkozy et Mme Angela Merkel, à Berlin 1/6

2 contradiction dans les approches avec la BCE. Et c'est sur cette voie que nous voulons avancer et aboutir le plus rapidement possible à une solution, pour clarifier un petit peu l'ensemble de cette situation, parce que depuis tout le mois de mai et tout le mois de juin, on discute des mêmes questions sans avoir vraiment apporté les solutions. L'Allemagne et la France sont déterminées, à l'occasion du prochain Conseil européen, et c'est un message que nous adressons aussi aux ministres des Finances, d'aboutir à une solution rapide. Et je le dis aussi à l'intention du Bundestag, nous serons prêts à voter dès lors que la solution aura été trouvée, comme cela avait été prévu à la Pentecôte. Donc je crois que, maintenant, il faut aller au bout de cette voie. Il faut que la troïka nous présente un rapport final et que la Grèce adopte évidemment ces différentes mesures au Parlement. Pour cela, la semaine prochaine, nous allons devoir prendre des décisions sur le mécanisme de stabilité permanent de l'euro. Ça aussi, c'est un message important pour la sécurité de l'euro. Et nous devrons également adopter un pacte de stabilité de croissance renouvelé. J'espère que nous parviendrons à clarifier les derniers points encore ouverts avec le Parlement. Nous ne reproduirons pas les erreurs du passé, nous avons un pacte de stabilité et de croissance strict et nous voulons nous y tenir. Lors du déjeuner, nous parlerons des questions de politique étrangère, nous évoquerons évidemment le Proche-Orient. Dans quelques jours, nous en serons au 5e anniversaire de l'enlèvement du soldat SHALIT, donc nous en appelons à tous pour souligner que sa libération est un élément très important mais nous sommes également très attachés à ce que les discussions pour la paix au Proche-Orient se poursuivent et se relancent. Il faut absolument un dialogue pour la paix. La France et l'allemagne s'y engagent et le défendent. Merci de cette visite et nous ferons tout ce qui est dans notre pouvoir pour avancer vers la solution d'ici le Conseil de la semaine prochaine. LE PRESIDENT -- Merci Madame la Chancelière, merci chère Angela. Je dois dire que la France et l'allemagne défendent la même position s'agissant des événements qui touchent la Grèce et la zone euro. L'engagement de la France, comme celui de l'allemagne, pour défendre la stabilité de l'euro est un engagement total. L'euro est une avancée majeure de l'europe. Il est l'une des conditions de notre croissance. Je rappelle que nous réalisons les 2/3 de notre commerce extérieur avec les pays européens. Donc la France et l'allemagne, ensemble, nous soutenons de toutes nos forces l'euro. Deuxième point d'accord : nous pensons, comme nos amis Allemands, qu'un nouveau programme pour la Grèce est nécessaire. Nous saluons les efforts du gouvernement grec. Nous les engageons à poursuivre sur la voie des réformes et des privatisations. Troisièmement, la France comme l'allemagne souhaite un rapport précis de la troïka, parce que ce sont des sujets qui ne sont pas que politiques, ce sont des sujets extrêmement techniques : le montant du programme, les modalités techniques du programme. C'est la troïka qui doit nous faire des propositions. Par ailleurs, la France, comme l'allemagne, souhaite que ce nouveau programme soit mis en place rapidement. Il n'y a pas de temps à perdre et l'échéance qui a été donnée par la chancelière est également celle de la France. Nous aurons toute la semaine prochaine des réunions. Plus les modalités techniques feront l'objet d'un accord rapidement, mieux cela sera Conférence de presse conjointe de M. Nicolas Sarkozy et Mme Angela Merkel, à Berlin 2/6

3 Quatrième point : nous souhaitons que ce programme soit fait en plein accord avec la BCE et les mots de la chancelière sont importants sur ce sujet. Naturellement, c'est une position commune entre la France et l'allemagne, cela doit se faire en accord, ce nouveau programme, avec la BCE. Et enfin, nous avons également trouvé une solution pour l'implication du privé sur une base volontaire. Le but de notre réunion avec la chancelière c'était de fixer des principes. Principes relativement précis, mais principes. Ces principes étant fixés, les modalités de mise en uvre peuvent se mettre en place extrêmement rapidement. Je crois donc que c'était une réunion qui était fort bien préparée par nos collaborateurs et nos contacts téléphoniques et qui montre, encore une fois, la force du couple franco-allemand. J'ajoute, comme Angela MERKEL, qu'au début de la sixième année de l'emprisonnement du jeune soldat SHALIT, comme la chancelière, j'appelle à sa libération le plus rapidement possible. Maintenant si vous le voulez bien, nous pouvons répondre à vos questions. QUESTION -- Bonjour, vous venez de nous dire que vous avez trouvé les modalités de l'implication du secteur privé pour un nouveau programme d'aide à la Grèce, est-ce que vous pouvez nous donner des précisions? Et également : les marchés sont très inquiets d'un risque de contagion de la Grèce aux autres pays périphériques de la zone euro. Est-ce que vous pensez vraiment pouvoir donner des détails concrets dès la semaine prochaine, parce qu'on a parlé de juillet, même de septembre et là, il y a une vraie inquiétude? Merci beaucoup. MME ANGELA MERKEL -- Nous connaissons ces inquiétudes, et c'est pourquoi nous disons qu'il faut arriver à une solution le plus vite possible. Il ne s'agit pas de fixer une date aujourd'hui, mais nous avons dégagé des principes, comme vient de le dire Nicolas SARKOZY. Le principe premier, c'est que cette participation des créanciers privés doit être volontaire, sur une base volontaire. C'est le message ; et il ne faut pas déclencher d'événement de crédit, c'est un risque que nous ne voulons pas prendre ; et c'est pourquoi nous voulons tout faire en concertation avec la BCE et avec la troïka. Il va falloir mener des entretiens techniques que nous n'avons pas menés ce matin mais, en tout cas, le message que nous allons faire passer à toutes nos équipes, c'est d'agir vite et de dire que nous sommes prêts. Dès lors que la Grèce aura, de son côté, accepté les formalités et les nouveaux engagements du nouveau programme, nous sommes prêts -- je peux parler pour la partie allemande mais pour la partie française aussi -- à soutenir ce deuxième programme. Il ne s'agit pas de septembre, il s'agit de travailler le plus vite possible. LE PRESIDENT -- Madame, sur cette question bien difficile de l'implication du privé, nous avons fixé quatre principes qui me semblent très clairs. Le premier principe, c'est la base volontaire. C'est très important. Le deuxième principe, nous ne voulons pas d'événement de crédit ou de défaut de paiement. Troisième principe, nous voulons un accord sur ce plan avec la BCE. Quatrième principe, nous voulons aller le plus vite possible sans fixer une date. Mais comme septembre, ce n'est pas le plus vite possible, comme en août, on peut avoir d'autres occupations et comme nous sommes déjà dans le dernier tiers du mois de juin, le plus vite possible, vous voyez à peu près ce que cela veut dire. QUESTION -- Monsieur le Président, pour réagir à ce que vous venez de dire : est-ce que vous pensez que la prolongation des obligations -- donc l'initiative de Vienne -- c'est compatible avec les quatre critères que vous venez de nommer? Et Mme la Chancelière, si le gouvernement grec n'est pas stable, il risque d'y avoir un vote de défiance : n'y a-t-il pas un plan B qui permettrait à la France et à l'allemagne de réagir? LE PRESIDENT -- La question qui m'est posée : est-ce que nous sommes dans l'esprit de Vienne? Est-ce que c'est Vienne ou Vienne +? Sans doute, en tout cas, dire que nous sommes dans l'esprit de Vienne, cela nous va très bien. Ce qu'il faut c'est prendre des décisions, des décisions fortes pour que l'on sorte de cette crise et que la Grèce puisse se Conférence de presse conjointe de M. Nicolas Sarkozy et Mme Angela Merkel, à Berlin 3/6

4 reconstruire. J'estime que ce que nous venons de conclure est dans la lignée de Vienne. MME ANGELA MERKEL -- Je ne peux que confirmer. Il s'agit d'une implication des créanciers privés sur base volontaire, et donc l'initiative de Vienne, comme on l'appelle, c'est une base tout à fait satisfaisante, et je pense que sur cette base, on peut avancer. Mais il faut maintenant avancer et je crois qu'il est clair que nous voulons faire participer le secteur privé sur cette base. C'est important pour nous. C'est important pour pouvoir assurer la solvabilité de la Grèce et c'est une des conditions pour la coopération du FMI et de la BCE et pour le travail de la Commission européenne. Nous travaillons à apporter notre contribution pour que le gouvernement grec dégage une majorité sur ce projet. Puisque vous me parliez d'un plan B, j'en ai parlé hier à M. PAPANDREOU. Il me disait aussi que, pour lui, il est important que le Conseil donne un signal dans les prochaines semaines pour bien montrer que la composante de solidarité au sein de l'union européenne existe et, à partir de là, chacun fera son travail et je suis très optimiste, je pense que la Grèce y parviendra. QUESTION -- Une question à Mme MERKEL. Pourquoi vous n'avez pas fait sur le nucléaire de concertation préalable avec vos partenaires et est-ce que l'on peut savoir si les Allemands participeront à l'audit de la centrale de Cattenom, mais pas celle de Fessenheim qui est la plus vieille et la plus contestée en France? Une question à M. SARKOZY : vous vantez la filière nucléaire française, mais vous venez de changer finalement sa figure de proue, Mme LAUVERGEON. Est-ce qu'elle est si satisfaisante que cela? Est-ce que vous allez mettre un veto, c'est ce qui est paru dans la presse, à la nomination de M. DRAGHI si M. SMAGHI ne laisse pas sa place à un Français à la BCE. MME ANGELA MERKEL -- On a fait un changement de programme en ce qui concerne la politique énergétique. Je crois qu'il est important de dire encore devant la presse française que l'allemagne va couvrir elle-même son besoin net d'énergie. Évidemment, nous faisons partie du marché européen de l'énergie, mais en production nette l'allemagne couvrira son besoin. Ensuite je suis parfois un peu surprise du débat qui apparaît, parce que, jusqu'il y a six mois, entre 2001 et il y a six mois, il a toujours été clair que l'allemagne allait sortir du nucléaire d'ici 2021, Personne ne s'est demandé à l'époque si cela allait perturber le marché européen, si c'était un problème énorme. Nous l'avons accepté et cela n'a jamais constitué de menace pour personne sur le marché européen. Et puis notre gouvernement avait prolongé la durée de vie des centrales, et après l'accident de Fukushima, je l'ai dit aussi à titre très personnel, je pensais que nous avions besoin d'un large consensus. Moi, j'étais bouleversée par l'accident de Fukushima. Mais en principe, on revient à la voie qui avait déjà été engagée par l'allemagne. Donc ce n'est pas quelque chose de totalement nouveau la sortie du nucléaire, et cela ne représente pas une charge totalement nouvelle imposée à nos partenaires européens. Ce que je voudrais vraiment souligner, c'est que la France et les autres pays de l'union européenne étaient prêts à mener des tests de sécurité transparents. C'est un message important pour tous ceux qui vivent à proximité de la frontière. Je suis reconnaissante au Président Nicolas SARKOZY de s'être engagé sur ces voies, il n'y a pas de compétence de l'union européenne en la matière et, néanmoins, tous les Etats membres, et notamment la France, ont dit qu'ils allaient mener ces tests pour faire avancer la sécurité. C'est un signal important. LE PRESIDENT -- Je dois dire que je respecte la décision de nos amis Allemands s'agissant du choix de leur bouquet énergétique. C'est une décision des Allemands pour l'allemagne, je ne vois pas au nom de quoi la France devrait la contester ou s'y immiscer et de la même manière, nos amis Allemands sont aussi respectueux des décisions Conférence de presse conjointe de M. Nicolas Sarkozy et Mme Angela Merkel, à Berlin 4/6

5 de la France s'agissant de son propre bouquet énergétique. Deuxième question, celle de la présence d'observateurs étrangers pour l'audit de sécurité. Il va de soi -- je l'ai toujours dit à la chancelière -- que la France s'ouvrirait à des observateurs ou à des experts étrangers. Spécialement s'agissant de l'allemagne, la volonté de la France, c'est de poursuivre l'énergie nucléaire avec le plus haut niveau de sûreté du monde et il n'y a pas de sûreté s'il n'y a pas de transparence, et notamment de transparence avec nos voisins et nos amis Allemands, qu'il s'agisse de Fessenheim comme de toute autre centrale. Je précise, comme l'a très bien dit la chancelière, que j'ai moi-même demandé à ce qu'il y ait une réglementation internationale de la sûreté nucléaire et que désormais les experts de la Commission puissent participer au processus de transparence sur la sûreté. Donc, je le dis bien volontiers en Allemagne, les centrales nucléaires françaises sont parmi les plus sûres du monde et vous aurez tous les éléments sur la sûreté de nos centrales, et naturellement vos experts seront associés de façon à ce qu'il y ait aucun doute de ce côté-là. Troisième question, la filière nucléaire. Vous savez sans doute qu'areva, c'est personnes. Et donc la crédibilité de la filière nucléaire française ne se réduit pas à l'action d'une personne quelle qu'elle soit. De la même manière que la crédibilité d'un grand journal comme Le Monde, n'est pas mise en cause parce que vous avez décidé de changer la direction de la rédaction. Quand on change le directeur d'un journal, on change le directeur. Dois-je comprendre, d'après votre question, que c'est tout le travail des journalistes qui est mis en cause parce que l'on change de directeur? Ce qui est valable dans une grande entreprise qui est un journal, ne le serait-il pas dans une grande entreprise nucléaire? J'ajoute que Mme LAUVERGEON a fait deux mandats, dix ans à la tête d'une entreprise, c'était la fin de son mandat. Le gouvernement a pris la décision de nommer à la tête de l'entreprise le numéro 2 de l'entreprise. Il y a donc de la continuité. Mais je n'en dirai pas plus, parce qu'étant à l'étranger et voyant d'ailleurs Mme LAUVERGEON lundi, cela serait désagréable de parler en public avant d'avoir eu cet entretien avec elle. Enfin, s'agissant de M. DRAGHI, comme Mme MERKEL, la France soutient la candidature de M. DRAGHI pour assurer la succession de M. TRICHET. Il y a une règle qui est une règle non écrite mais que chacun connaît bien, c'est que dans les six membres du directoire de la BCE, il est de l'intérêt de la BCE de voir représentés les grands pays et peut-être peut-on considérer que la France est un grand pays. Et peut-être peut-on considérer que deux Italiens sur six membres du directoire, cela ne serait pas une solution extrêmement européenne. Dire cela, c'est dire, me semble-t-il, le bon sens. Et par ailleurs, l'italie a engagé sa parole. Je n'ai aucune raison de douter de la parole de l'italie. Même si les plans de carrière des uns et des autres sont absolument passionnants, ils sont quand même moins importants que l'intérêt général. QUESTION -- Monsieur le président, la France est engagée pour une action militaire contre le régime libyen. En Syrie aussi, le régime s'en prend violemment à sa population, pourquoi la France est-elle plus réticente? Et puis une question à vous deux, Madame la chancelière, Monsieur le président, quelles sont selon vous les possibilités d'aboutir pour la Syrie à une solution avec la Russie au Conseil de sécurité? MME ANGELA MERKEL -- En ce qui concerne la question qui nous est adressée à tous les deux, la France et l'allemagne veulent une résolution condamnant l'action de M. ASSAD contre son peuple, et nous allons défendre cette résolution. Je crois qu'il est admis que la violence qui est faite à la population n'est pas acceptable et donc nous allons tous les deux nous entretenir avec la Russie pour aboutir sur ce point. Je me suis également entretenue cette semaine avec le Premier ministre turc. La Turquie est particulièrement concernée et nous essayons à tous les niveaux d'avancer sur ce dossier Conférence de presse conjointe de M. Nicolas Sarkozy et Mme Angela Merkel, à Berlin 5/6

6 LE PRESIDENT -- Madame, je vous rappelle que si l'armée française est intervenue en Côte d'ivoire, comme en Libye, c'est parce qu'il y a eu, à chaque fois, une résolution du Conseil de sécurité. Ce n'était pas une décision isolée, à chaque fois le Conseil de sécurité nous a demandé d'intervenir. A ma connaissance, il n'y a pas de résolution du Conseil de sécurité en Syrie. Donc je ne vois pas où vous avez noté une réticence. La France, main dans la main avec l'allemagne, plaide pour un renforcement des sanctions à l'endroit des autorités syriennes qui conduisent une action de répression intolérable et inadmissible à l'endroit de la population. Mais il n'y a pas de résolution du Conseil de sécurité. Par ailleurs, j'avais vu, il y a quelques semaines, qu'on reprochait à la France de trop intervenir. Je suis heureux de venir en Allemagne pour me faire entendre et me faire dire que nous ne voulons pas intervenir en Syrie. Nous appliquons des résolutions du Conseil de sécurité et s'il y avait une résolution du Conseil de sécurité plus sévère à l'endroit du régime de Damas, nous en tirerions bien évidemment toutes les conséquences. Et enfin sur la Libye, je veux dire que les choses progressent, qu'elles progressent dans le bon sens et que j'ai été très heureux de la visite du ministre des Affaires étrangères allemand à Benghazi, de la reconnaissance du CNT et qu'il est grand temps que les Libyens puissent construire librement un avenir démocratique qui passe par le départ de M. KADHAFI, après 41 ans de dictature à la tête de son pays Conférence de presse conjointe de M. Nicolas Sarkozy et Mme Angela Merkel, à Berlin 6/6

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

En voiture (*) de Sylvain BRISON

En voiture (*) de Sylvain BRISON En voiture (*) de Sylvain BRISON Pour demander l'autorisation à l'auteur : sylvain@kava.fr Durée approximative : 8 minutes Personnages - A, homme ou femme - B, homme ou femme Synopsis Un voyage pour Issoudun

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. Rabat Jeudi 4 avril 2013

CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. Rabat Jeudi 4 avril 2013 PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE Rabat Jeudi 4 avril 2013 LE PRESIDENT : «Ce voyage et cette visite arrivent au terme de tous leurs moments

Plus en détail

Lisez ATTENTIVEMENT ce qui suit, votre avenir financier en dépend grandement...

Lisez ATTENTIVEMENT ce qui suit, votre avenir financier en dépend grandement... Bonjour, Maintenant que vous avez compris que le principe d'unkube était de pouvoir vous créer le réseau virtuel le plus gros possible avant que la phase d'incubation ne soit terminée, voyons COMMENT ce

Plus en détail

P A R L E M E N T W A L L O N

P A R L E M E N T W A L L O N C.R.A.C. N 179 (2014-2015) 2e session de la 10e législature P A R L E M E N T W A L L O N SESSION 2014-2015 C O M P T E R E N D U AVANCÉ Séance publique de commission* Commission du budget et de la fonction

Plus en détail

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes 1 Intervention de Marisol Touraine Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Conseil d administration du régime social des indépendants Jeudi 25 juin 2015 Monsieur le Ministre,

Plus en détail

C. H.: : Installe-toi. A cette époque de l'année, on se souhaite les vœux!

C. H.: : Installe-toi. A cette époque de l'année, on se souhaite les vœux! Christian Husson: Salut Matthieu. Matthieu Tenenbaum: Comment vas-tu? C. H.: : Installe-toi. A cette époque de l'année, on se souhaite les vœux! M. T.: Mes meilleurs vœux! C. H.: Alors, moi, je vais te

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Intervention de S.E.M. Paul BIYA, Président de la République du Cameroun.

Intervention de S.E.M. Paul BIYA, Président de la République du Cameroun. 14 ème SOMMET DE LA FRANCOPHONIE Intervention de S.E.M. Paul BIYA, Président de la République du Cameroun. (Kinshasa, 12-14 octobre 2012) Point 7 à l ordre du jour sur le thème : «L Afrique dans la francophonie

Plus en détail

50ème anniversaire de l'organisation de coopération et de développement économiques (OCDE)

50ème anniversaire de l'organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) Accueil > Les actualités > Discours > 2010 50ème anniversaire de l'organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) ALLOCUTION DE M. LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE Palais de l'élysée --

Plus en détail

Épreuve de Compréhension orale

Épreuve de Compréhension orale 60 questions (4 sections) 40 minutes L épreuve de compréhension orale rassemble 4 sections comprenant 60 questions (questions 51 à 110). SECTION A SECTION B 8 questions Associer des illustrations à des

Plus en détail

c'est possible les clefs de la réussite Par Valérie Gueudet

c'est possible les clefs de la réussite Par Valérie Gueudet c'est possible les clefs de la réussite Par Valérie Gueudet Mon nom est Valérie Gueudet, je suis formatrice indépendante dans de grandes entreprises. Je suis spécialisée dans l'accueil verbal et dans l'accueil

Plus en détail

Produits de base et matières premières: Vers un approvisionnement équitable, sans distorsion et durable

Produits de base et matières premières: Vers un approvisionnement équitable, sans distorsion et durable SPEECH/11/434 José Manuel Durão Barroso Président de la Commission européenne Produits de base et matières premières: Vers un approvisionnement équitable, sans distorsion et durable Conférence BEPA Bruxelles,

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières Discours d ouverture Andrew J. Kriegler Président et chef de la direction Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières 25

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE. Discours de bienvenue de M. Koïchiro Matsuura

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE. Discours de bienvenue de M. Koïchiro Matsuura DG/2000/38 Original anglais ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Discours de bienvenue de M. Koïchiro Matsuura Directeur général de l'organisation des Nations Unies

Plus en détail

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur,

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur, Version de : juillet 2013 Le point sur... Informations fournies par le ministère fédéral des Finances Les mécanismes européens de stabilité Sur la voie de l Union de la stabilité 1 2 3 4 ème volet Editorial

Plus en détail

devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable

devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable VERSION DÉFINITIVE Allocution prononcée par Anthony Ariganello, CGA Président-directeur général CGA-Canada devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable Toronto (Ontario) Le 20 octobre

Plus en détail

ISBN 979-10-91524-03-2

ISBN 979-10-91524-03-2 ISBN 979-10-91524-03-2 Quelques mots de l'auteur Gourmand le petit ours est une petite pièce de théâtre pour enfants. *** Gourmand le petit ours ne veut pas aller à l'école. Mais lorsque Poilmou veut le

Plus en détail

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ----------

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Cher David Lasfargue, Mesdames, Messieurs, C est toujours un honneur et un plaisir pour un Ambassadeur

Plus en détail

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire 1 Intervention de Marisol TOURAINE Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Maison de Santé Pluridisciplinaire Magny-en-Vexin Vendredi 20 février 2015 Seul le prononcé fait

Plus en détail

Conseil Diocésain de Solidarité et de la Diaconie. 27 juin 2015. «Partager l essentiel» Le partage est un élément vital.

Conseil Diocésain de Solidarité et de la Diaconie. 27 juin 2015. «Partager l essentiel» Le partage est un élément vital. 27 juin 2015 Le partage est un élément vital. Notre démarche Notre chemin Dans un premier temps, nous sommes partis de mots qui expriment ce qui est essentiel pour nous, indispensable pour bien vivre.

Plus en détail

Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA

Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA Bonjour à toutes et à tous, Merci d être présents nombreux pour cette 20 ème assemblée générale. Créée en 1994, par des militants

Plus en détail

Discours de Philippe MARTIN Ministre de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie

Discours de Philippe MARTIN Ministre de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie Philippe MARTIN, Ministre de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie Paris, le jeudi 6 février 2014 Discours de Philippe MARTIN Ministre de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie

Plus en détail

M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de la défense. Discours pour les vingt ans du lancement du satellite Hélios IA

M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de la défense. Discours pour les vingt ans du lancement du satellite Hélios IA MINISTÈRE DE LA DÉFENSE M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de la défense Discours pour les vingt ans du lancement du satellite Hélios IA A Toulouse, le 9 juillet 2015 Seul le prononcé fait foi Page 1 sur

Plus en détail

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui Les chaises.' Ca a ete terrible, a l'ecole, aujourd'hui! Nous sommes arrives ce matin, comme d'habitude, et quand Ie Bouillon (c'est notre surveillant) a sonne la cloche, nous sommes alles nous mettre

Plus en détail

Le nouvel IN RS Notes pour l'allocution prononcée par M. Pierre Lucier, président de l'université du Québec, à l'occasion de la remise des nouvelles lettres patentes de l'institut national de la recherche

Plus en détail

Forum Paris Europlace. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Pavillon d Armenonville. Mercredi 9 juillet 2014

Forum Paris Europlace. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Pavillon d Armenonville. Mercredi 9 juillet 2014 MICHEL SAPIN MINISTRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Forum Paris Europlace Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics Pavillon d Armenonville Mercredi 9 juillet 2014

Plus en détail

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS.

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS. Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS 28 mai 2012 Madame la Représentante permanente adjointe de Sri Lanka, Présidente

Plus en détail

Comment avoir une banque sans banque. Tome 2

Comment avoir une banque sans banque. Tome 2 Comment avoir une banque sans banque Tome 2 Bonjour, Philippe Hodiquet à votre service. Je vous avais promis de mettre dans votre bibliothèque d'ebooks, un système économique fou furieux: une banque sans

Plus en détail

COMMUNIQUE. Réunion du Conseil des ministres franco-allemand à Berlin

COMMUNIQUE. Réunion du Conseil des ministres franco-allemand à Berlin PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse Berlin, le 31 mars 2015 COMMUNIQUE Réunion du Conseil des ministres franco-allemand à Berlin La Chancelière fédérale Angela Merkel, le Président de la République

Plus en détail

DEVOIR / POUVOIR / VOULOIR

DEVOIR / POUVOIR / VOULOIR Activité 1. Complète les phrases avec le bon verbe au présent. DEVOIR / POUVOIR / VOULOIR 1. Elle absolument terminer son boulot avant de partir. 2. Elle sait bien qu elle rentrer à dix heures! 3. Il acheter

Plus en détail

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Discours d ouverture du Forum des Associations 2009 Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Mesdames et Messieurs les élus, Mesdames et Messieurs les responsables associatifs,

Plus en détail

L UNAF LA DEMI-PART FISCALE

L UNAF LA DEMI-PART FISCALE L UNAF et LA DEMI-PART FISCALE Union nationale des associations familiales 28 place Saint-Georges 75009 PARIS Tél : 01 49 95 36 00 Fax : 01 40 16 12 76 www.unaf.fr 1/11 L'UNAF et la suppression de la demi-part

Plus en détail

PRESIDENCE FRANCAISE DU G20 ET DU G8 DE DEAUVILLE A CANNES. www.g20-g8.com

PRESIDENCE FRANCAISE DU G20 ET DU G8 DE DEAUVILLE A CANNES. www.g20-g8.com PRESIDENCE FRANCAISE DU G20 ET DU G8 DE DEAUVILLE A CANNES www.g20-g8.com 1 «Nous avons travailléàla fois sur des enjeux de court terme pour réduire la portée des crises, et de long terme pour faire retrouver

Plus en détail

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Mesdames, Messieurs, Chers collègues, Je suis particulièrement heureux de vous compter aussi nombreux

Plus en détail

REPRESENTATION PERMANENTE AUPRES DE LA COMMISSION DE L UNION AFRICAINE ET DE LA COMMISSION ECONOMIQUE DES NATIONS UNIES POUR L AFRIQUE ALLOCUTION INTRODUCTIVE DE S. E. M. L AMBASSADEUR LIBERE BARARUNYERETSE,

Plus en détail

NOUVEAU TEST DE PLACEMENT. Niveau A1

NOUVEAU TEST DE PLACEMENT. Niveau A1 NOUVEAU TEST DE PLACEMENT Compréhension écrite et structure de la langue Pour chaque question, choisissez la bonne réponse parmi les lettres A, B, C et D. Ne répondez pas au hasard ; passez à la question

Plus en détail

Navigation dans Windows

Navigation dans Windows Cours 03 Navigation dans Windows Comme je le disais en introduction, notre souris se révèle plus maligne qu'elle n'en a l'air. À tel point qu'il faut apprendre à la dompter (mais c'est très simple, ce

Plus en détail

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT)

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) FACONNER ENSEMBLE L OIT DU FUTUR «Pour tout ce qui a été, merci. Pour tout ce qui sera, oui.» (Dag

Plus en détail

Rechercher. dimanche 15 novembre 2009

Rechercher. dimanche 15 novembre 2009 Rechercher Bernard Vuilleumier ebetez dimanche 15 novembre 2009 ebetez [00:55]: Bonjour Bernard, Comment créer pour les membres d'un cours (enseignant et élèves) dans Moodle, une zone dans laquelle ceux-ci

Plus en détail

SOUS RÉSERVE DE MODIFICATIONS

SOUS RÉSERVE DE MODIFICATIONS DÉCLARATION AUX MÉDIAS POUR LA PUBLICATION DU Rapport annuel 2013-2014 par François Boileau Commissaire aux services en français de l Ontario Jeudi 10 juillet 2014 11 h 00 Salle des médias Édifice de l

Plus en détail

Xavier Bertrand Ministre de la Santé et des Solidarités. Discours Sous réserve du prononcé

Xavier Bertrand Ministre de la Santé et des Solidarités. Discours Sous réserve du prononcé Xavier Bertrand Ministre de la Santé et des Solidarités Discours Sous réserve du prononcé IXe journée de l Hospitalisation à domicile Fédération nationale des établissements d hospitalisation à domicile

Plus en détail

Entretien avec Jean-Paul Betbéze : chef économiste et directeur des études économiques du Crédit agricole, est membre du Conseil d'analyse économique

Entretien avec Jean-Paul Betbéze : chef économiste et directeur des études économiques du Crédit agricole, est membre du Conseil d'analyse économique Faut-il reculer l âge de la retraite? Entretien avec Jean-Paul Betbéze : chef économiste et directeur des études économiques du Crédit agricole, est membre du Conseil d'analyse économique Entretien avec

Plus en détail

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER 1 DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER A L OCCASION DE LA RENCONTRE SUR «L ARRIVEE DE L ENFANT EN FRANCE : LA FIN DU PROCESSUS D ADOPTION?» (Centre

Plus en détail

Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, Chers Collègues,

Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, Chers Collègues, v040708 Intervention de Jean Marc BOURNIGAL Directeur Général de l Alimentation Séminaire sur la modernisation de l inspection sanitaire en abattoir Lyon 7-11 juillet 2008 Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs,

Plus en détail

DISCOURS DE M. LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE. Ouverture du séminaire du G20 sur la réforme du système monétaire international

DISCOURS DE M. LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE. Ouverture du séminaire du G20 sur la réforme du système monétaire international DISCOURS DE M. LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE Ouverture du séminaire du G20 sur la réforme du système monétaire international Nankin (Chine) -- Jeudi 31 mars 2011 Mesdames et Messieurs, mes chers amis,

Plus en détail

«Nous assistons à un mouvement de révolte contre la création de nouveaux impôts»

«Nous assistons à un mouvement de révolte contre la création de nouveaux impôts» NZZ - Dimanche 10 novembre 2013 «Nous assistons à un mouvement de révolte contre la création de nouveaux impôts» Denis Kessler, PDG de SCOR, principal réassureur français, s indigne contre le déclin économique

Plus en détail

Prise de rendez-vous pour une présentation Tupperware

Prise de rendez-vous pour une présentation Tupperware Manuel : Objectifs du module Définir la prise de rendez-vous dans le cadre d'une entreprise Tupperware. Comprendre l'importance de la prise de rendez-vous dans une entreprise Tupperware. Identifier où

Plus en détail

Avenir de la Fonction publique «parcours professionnels, carrières, rémunérations»

Avenir de la Fonction publique «parcours professionnels, carrières, rémunérations» Avenir de la Fonction publique «parcours professionnels, carrières, rémunérations» Point d étape de la négociation PPCR 10 Mars 2015 Discours d ouverture de Marylise LEBRANCHU Mesdames et Messieurs, Nous

Plus en détail

Introduction NOTE D ETONNEMENT CONSEIL DES TEMOINS FABRIQUE CITOYENNE JANVIER 2015

Introduction NOTE D ETONNEMENT CONSEIL DES TEMOINS FABRIQUE CITOYENNE JANVIER 2015 NOTE D ETONNEMENT CONSEIL DES TEMOINS FABRIQUE CITOYENNE JANVIER 2015 Introduction La fabrique citoyenne initiée par la Ville de Rennes va conduire à la rédaction d une charte de la démocratie locale.

Plus en détail

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire,

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Paris, le Grand Véfour, mardi 3 février 2004 Messieurs

Plus en détail

Partage prix solde vente maison indivision

Partage prix solde vente maison indivision Partage prix solde vente maison indivision Question sur partage vente d'une maison acquise en indivision avec mon ex. Début PACS en 2003, fin en août 2008. Nous avons acheté une maison en 2006 à 137000?

Plus en détail

Membre de la Commission européenne, chargé du Marché intérieur et des Services

Membre de la Commission européenne, chargé du Marché intérieur et des Services SPEECH/13/XXX Michel BARNIER Membre de la Commission européenne, chargé du Marché intérieur et des Services Dématérialisation de la commande publique : un levier de modernisation de l administration publique

Plus en détail

http://www.lesechos.fr/imprimer.php

http://www.lesechos.fr/imprimer.php Page 1 sur 5 Comment réformer la finance? Le débat Pérol-Giraud Par Guillaume Maujean, Dominique Seux et François Vidal 23/09 06:00 Nicolas Guerbe pour «Les Echos» Vous avez accepté ce débat entre un patron

Plus en détail

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui.

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Mesdames et Messieurs, 1 Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Le but de ce moment d échange est de mieux faire connaissance. Il est aussi

Plus en détail

Maintenant, c est à votre tour de vous présenter. Chaque classe va nous informer du nom de son école et de son degré.

Maintenant, c est à votre tour de vous présenter. Chaque classe va nous informer du nom de son école et de son degré. 1. Pour débuter notre beau projet scientifique en ligne, nous allons nous présenter. Nous sommes Maryse et Guylaine, les deux assistantes du prof Albert. Nous essayons d expliquer certains phénomènes scientifiques.

Plus en détail

LES CONGÉS POUR VENTE ET REPRISE

LES CONGÉS POUR VENTE ET REPRISE LES CONGÉS POUR VENTE ET REPRISE Je suis locataire et mon propriétaire veut récupérer son logement... Est-ce légal? Quelle est la différence entre un congé vente et un congé reprise? Que faire? A qui m'adresser?

Plus en détail

MME LE MAIRE : Madame OUFKIR. MME OUFKIR :

MME LE MAIRE : Madame OUFKIR. MME OUFKIR : Préambule du rapport n 12 Madame OUFKIR. MME OUFKIR : Ce rapport vous propose d autoriser la signature d une convention de groupement de commandes entre CHAMBERY METROPOLE et la Ville de CHAMBERY afin

Plus en détail

La Constitution européenne

La Constitution européenne La Constitution européenne "Le Parlement européen approuve la Constitution et appuie sans réserve sa ratification"(*): elle éclaire la nature et les objectifs de l'union, renforce son efficacité et son

Plus en détail

Discours de Philippe Maystadt sur l'union économique et monétaire (Bruxelles, 8 octobre 1997)

Discours de Philippe Maystadt sur l'union économique et monétaire (Bruxelles, 8 octobre 1997) Discours de Philippe Maystadt sur l'union économique et monétaire (Bruxelles, 8 octobre 1997) Légende: Le 8 octobre 1997, Philippe Maystadt, vice-premier ministre et ministre des Finances et du Commerce

Plus en détail

Jambes, le 12 novembre 2003. Au Collège des Bourgmestre et Echevins Administration communale «Adresse» «CP» «Commune»

Jambes, le 12 novembre 2003. Au Collège des Bourgmestre et Echevins Administration communale «Adresse» «CP» «Commune» Jambes, le 12 novembre 2003 Au Collège des Bourgmestre et Echevins Administration communale «Adresse» «CP» «Commune» N/Réf. : E-THL/val/2003/13317/PAL (à rappeler dans toute correspondance) Annexes : 2

Plus en détail

Le conditionnel présent

Le conditionnel présent Le conditionnel présent EMPLOIS On emploie généralement le conditionnel présent pour exprimer: une supposition, une hypothèse, une possibilité, une probabilité ( certitude); Ça m'étonnerait! J'ai entendu

Plus en détail

COMMISSION DE LA SANTÉ PUBLIQUE, DE L'ENVIRONNEMENT ET DU RENOUVEAU DE LA SOCIÉTÉ du 10 mars 2015

COMMISSION DE LA SANTÉ PUBLIQUE, DE L'ENVIRONNEMENT ET DU RENOUVEAU DE LA SOCIÉTÉ du 10 mars 2015 COMMISSION DE LA SANTÉ PUBLIQUE, DE L'ENVIRONNEMENT ET DU RENOUVEAU DE LA SOCIÉTÉ du 10 mars 2015 Questions jointes de - M. Willy Demeyer à la ministre des Affaires sociales et de la Santé publique sur

Plus en détail

2. Eléments de langage/speaking points

2. Eléments de langage/speaking points A10278 - Mme Quintin participe à la conférence "Gérer les transitions: l'orientation tout au long de la vie dans l'espace européen." Lyon, 17-18 septembre 2008 2. Eléments de langage/speaking points [Salutations

Plus en détail

Deutsche Welle, Learning by Ear 2011, Entrepreneurs africains, Épisode 07 : Charles Adede

Deutsche Welle, Learning by Ear 2011, Entrepreneurs africains, Épisode 07 : Charles Adede Entrepreneurs africains Couronnés de succès et responsables Épisode 07 Titre : Avec passion vers le succès : le photographe kényan Charles Adede Auteur : Eric Ponda Rédacteurs : Katrin Ogunsade, Adrian

Plus en détail

Déclaration de la Commission sur les conséquences de cet été caniculaire

Déclaration de la Commission sur les conséquences de cet été caniculaire SPEECH/03/379 Michel Barnier Commissaire européen responsable de la politique régionale et de la réforme des institutions Déclaration de la Commission sur les conséquences de cet été caniculaire Parlement

Plus en détail

La recherche d'une entreprise d'accueil

La recherche d'une entreprise d'accueil La recherche d'une entreprise d'accueil Comment faire ses démarches par téléphone! Ce document vous apporte quelques conseils ainsi que la démarche générale pour prendre contact avec les entreprises et

Plus en détail

LES AUTORITES INDEPENDANTES, NOUVEAU MODE DE GOUVERNANCE? Discours d André Merlin Forum d Iéna, Paris le 22 juin 2006

LES AUTORITES INDEPENDANTES, NOUVEAU MODE DE GOUVERNANCE? Discours d André Merlin Forum d Iéna, Paris le 22 juin 2006 LES AUTORITES INDEPENDANTES, NOUVEAU MODE DE GOUVERNANCE? Discours d André Merlin Forum d Iéna, Paris le 22 juin 2006 Débat présidé par M. André Merlin sur le thème : «Quelle articulation souhaitable avec

Plus en détail

Proposition de Charte éthique de l élu-e pour un renouveau démocratique et la renaissance des pratiques politiques

Proposition de Charte éthique de l élu-e pour un renouveau démocratique et la renaissance des pratiques politiques Proposition de Charte éthique de l élu-e pour un renouveau démocratique et la renaissance des pratiques politiques Version du 23 février 2015, soumise à consultation publique jusqu au 15 avril 2015. N

Plus en détail

Christina 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque part...

Christina 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque part... Christina 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque part... - Collection Littérature humoristique - Retrouvez cette oeuvre et beaucoup d'autres sur http://www.atramenta.net 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque

Plus en détail

La responsabilité civile et l'entreprise

La responsabilité civile et l'entreprise La responsabilité civile et l'entreprise Dans la présente rubrique, nous poursuivons notre étude de la responsabilité civile, cette fois-ci du point de vue d'un commerce ou d'une entreprise. Les questions

Plus en détail

Discours à la communauté d affaires française Montréal, 6 février 2014 Résidence du Consul général

Discours à la communauté d affaires française Montréal, 6 février 2014 Résidence du Consul général Discours à la communauté d affaires française Montréal, 6 février 2014 Résidence du Consul général Version du 30-01 08h30 Monsieur l Ambassadeur, Monsieur le Consul général, Madame la Conseillère, Chers

Plus en détail

Madame le Maire, Monsieur le Maire, Chers Collègues,

Madame le Maire, Monsieur le Maire, Chers Collègues, Beauvais, le 24 octobre 2012 Dossier suivi par le cabinet de la Présidente Tél. - 03.44.15.68.27 - s.landry@beauvaisis.fr La Présidente, Madame le Maire, Monsieur le Maire, Chers Collègues, Vous le savez

Plus en détail

DISCOURS D OUVERTURE DU SEMINAIRE SUR LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS (GAR) DANS LE PROCESSUS BUDGETAIRE. Possotomé, les 19 et 20 août 2013

DISCOURS D OUVERTURE DU SEMINAIRE SUR LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS (GAR) DANS LE PROCESSUS BUDGETAIRE. Possotomé, les 19 et 20 août 2013 République du Bénin ---------- Assemblée Nationale ---------- Sixième Législature ---------- DISCOURS D OUVERTURE DU SEMINAIRE SUR LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS (GAR) DANS LE PROCESSUS BUDGETAIRE Possotomé,

Plus en détail

Les fusées Ariane. Par Jennifer MOULLET, 3 3

Les fusées Ariane. Par Jennifer MOULLET, 3 3 Les fusées Ariane Par Jennifer MOULLET, 3 3 Sommaire: I) le contexte A: recommencer après un échec B: de nombreux enjeux internationaux et un grand succès II) présentation des fusées A: Généralités B:

Plus en détail

Sites pour la vie autonome et évolutions des politiques du handicap

Sites pour la vie autonome et évolutions des politiques du handicap Sites pour la vie autonome et évolutions des politiques du handicap Jean-Pierre BOURELY, Chef du bureau de la vie autonome des personnes handicapées (DGAS) Vie autonome des personnes âgées et des personnes

Plus en détail