SOMMAIRE. Profil Climat & Livre Blanc du Grand Chalon

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SOMMAIRE. Profil Climat & Livre Blanc du Grand Chalon"

Transcription

1

2 ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 1 SOMMAIRE 1.Présentationduterritoire Contextegénéral Contextedémographique Urbanismeethabitat Profiléconomiqueduterritoire Organisationdesdéplacements Leclimatactueletlephénomènedechangementclimatique Leclimatactueletlesévolutionsconstatées Lephénomènedechangementclimatique Lapolitiqueinternationaleetnationale LerôleduGrandChalondanslaluttecontrelechangementclimatique LeprofildesémissionsdeGazàEffetdeSerre Laméthodeutilisée LesémissionsdeGESduterritoireduGrandChalon LesenseignementsduBilanCarbone LesénergiesrenouvelablessurleterritoireduGrandChalon Lechauffageurbain,unatoutdepoidspourlavalorisationdubois Projetsdeproductiond électricitérenouvelable Initiativesindividuelles Analysedelavulnérabilitéduterritoirefaceauchangementclimatique Lanotiondevulnérabilité Lesévolutionsdéjàobservables Leschangementsetconséquencespossibles Vulnérabilitéduterritoirefaceauxinstabilitésàvenirsurlemarchédel énergie Lesacteursetlesactionsengagéessurleterritoire LesactionsengagéessurleGrandChalon ActeursclésàimpliquerdansladémarchedePCET LadémarchedelabellisationCit ergie LesrésultatsdelaCoélaboration(livreblanc) Laméthodedecoconstruction Lesenjeuxpartagés Lesfamillesd actionsidentifiées PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

3 ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 2 8.Lasuitedeladémarche Annexes LaméthodeBilanCarbone Vulnérabilitéduterritoirefaceauxinstabilitésàvenirsurlemarchédel énergie Lesévolutionsdéjàobservablesduchangementclimatique Lescommunesduterritoire Synthèsedesrisquesparcommune PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

4 1.PRESENTATIONDUTERRITOIRE 1.1.Contextegénéral ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 3 La Communauté d Agglomération du Grand Chalon est un Etablissement Public de Coopération IntercommunalelocalisédanslarégionBourgogne.Regroupant39communes(44540ha)etreprésentant habitants,elleestlapremièreagglomérationdudépartementdelaSaôneetLoireetledeuxième pôleéconomiquedebourgogne. Créée en 1994, la Communauté de Communes de Chalon Val de Bourgogne regroupait initialement 17 communes. L intercommunalité accueille au cours des années de nouvelles communes puis élargit ses compétencesetdevienten2004legrandchalon. Traversée par l'autoroute A6, le Grand Chalon est connecté au réseau routier européen vers le bassin parisien par l'a6, l'allemagne par l'a36 et le Benelux par l'a31 via Dijon, l'europe Méditerranéenne par l'a40viamâconetl'a7vialyon.leterritoirebénéficieégalementd unedesserteferroviairepourlefretet lesvoyageurs,àpartird unelignereliantlesplusimportantesmétropoles. Le territoire du Grand Chalon intègre à l'ouest, la Côte Chalonnaise, dont l'activité viticole participe fortementàsonimagedemarque.laconstructiondel'agglomérationchalonnaiseestlargementtributaire des avantages de la Saône. Ainsi la rivière a facilité son développement (ressources en eau, desserte, protection).larivièreestunobstaclenatureldemandantd'importantsouvragesdefranchissementpour assurerlacohésionduterritoireetpouraccompagnerlacroissancedesdéplacementsurbainsetdutrafic detransit.l'eausuperficielleestomniprésente,cequiapermislacréationdechampsdecaptagedanslelit majeurdelasaône. 1.2.Contextedémographique Sur les 39 communes, ChalonsurSaône accueilleleplusgrandnombred habitants,puis les communes les plus peuplées sont Saint Rémy, SaintMarcel et ChâtenoyleRoyal. 20 communes accueillent entre 500 et 2000habitantset9communesprésententmoins de 500 habitants. Par ailleurs, au regard de l évolution démographique, on remarque la diminutiondelapopulationàchalonsursaône en comparaison avec une nette augmentation deshabitantsencouronnepériphérique. Les projections démographiques prévoient une stabilisation de la population d ici 2030, voire une diminution pour les prévisions régionales (projection INSEE 0530) mais le vieillissement s accentue : en Saône et Loire, les plus de 60 ans représenteront37%delapopulationen2030,contre31%en2007. PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

5 Parailleurslaréductiondelatailledesménagessepoursuit. Les projections nationales laissent augurer un nombre de personnes par ménage se rapprochant de 2. La taille des ménagesdanslegrandchalonsuitcettetendanceetilest vraisemblablequ en2030:latailledesménagesdelaville centre soit nettement en dessous de 2 personnes (1,8 ou 1,9) et que celle des autres communes ait diminué fortement,del ordrede0,3personnesenmoyenne. ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon Urbanismeethabitat Lesrelationsentrelesecteurdel habitatetdelaconstruction,etlephénomènedechangementclimatique sont essentiellement liées à l utilisation des énergies fossiles du secteur résidentiel et tertiaire et les matériauxutilisésdanslesconstructionsetvoiries. Le parc immobilier du Grand Chalon est relativement ancien (78% construits avant 1982) et de nature diverseenfonctiondelaproximitéaucentre: - Lavillecentre quiregroupe52%deslogementscomprend86%delogementscollectifsetune majoritédespetitsetmoyenslogements(t1àt3); - Les communes de première couronne, et encore plus de seconde couronne proposent quasi exclusivement des maisons individuelles et des logements de grande taille (plus de 50% avec 5 piècesetplusen2 ème couronne). PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

6 ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 5 SourceInsee2007 SourceInsee2007 Ces caractéristiques s atténuent ces dernières années dans la première couronne comme l indiquent les graphessurlestypesdelogementsconstruitsdepuis2000,maistrèspeuendeuxièmecouronne. Mais, face à une diminution inéluctable de la taille des ménages, une inadéquation entre la taille importantedeslogementsactuelsetlesbesoinsdesménagesestprévisible. Oncontinueàconstruiretoujoursplusencouronnequedanslavillecentrecequientraîneunétalement urbainimportantetdesbesoinsendéplacementsaccrus.deplus,lamoitiédeslogementsconstruitsentre 2000et2008sontdesmaisonsindividuelles:2229logements«individuelpur»surles4512constructions commencées; seulement 858 en groupés et 1129 en collectifs. Cette majorité de logements génère des consommations énergétiques élevées: un logement individuel consomme 30% plus d énergie qu un logementcollectif. Ellegénèreaussiuneconsommationdel espaceparl habitattrèsimportante: - Prèsde233haontétéurbaniséspourl habitatsurlescotentre2001et lataillemoyennedesparcellesvacrescendodelavillecentre(oùl offren existequasimentpas)à lapremièrecouronne(800à1000m 2 toutdemêmepournombredecommunes)pouratteindre nettement1000m²ensecondecouronne(souventplusde1800m 2 ). PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

7 ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 6 Laconsommationfoncièreestestiméàenviron4455haentre1976et2006àl échelledupayschalonnais dont25%pourlesactivitéset75%pourlerésidentiel.en30ans,lasurfaceartificialiséeaaugmentéde 84%. Près de 233 ha ont été réservés pour l habitat sur le SCOT (0106). Les réserves foncières étaient encore de 710 ha en AU ou NA en La taille moyenne des parcelles est quant à elle plus petite à Chalon et à proximité avec des surfaces allant jusqu à 1000 m² puis des surfaces plus importantes en s éloignant. PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

8 ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 7 PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

9 ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 8 Cetétalementurbainentraîneuneaugmentationdel étenduedu bassindevie,d habitatetdetravail.cetagrandissementfavorise aussi l accroissement de la motorisation des ménages. L augmentation de la demande en logements est aussi due à la diversité dans la taille des ménages par logement et à la complexité des parcours résidentiels avec une ancienneté d emménagement très diverse suivant les ménages. Ce changement démographique entraîne une augmentation de la demandeenlogementspourunepopulationstablemaisaussiune inadéquation entre les logements actuels qui sont de taille importante et les besoins en logement des nouveaux et futurs ménages. La vulnérabilité énergétique des ménages reste faible au niveau du Grand Chalon que ce soit pour les dépensesduesauxlogementsouauxdéplacementsdomicile/travail. PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

10 ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 9 Les politiques engagées en matière d habitat sont importantes avec des programmes et des documents d urbanisme (un Programme Local de l Habitat en cours , un Schéma Directeur approuvé en 2001 qui vaut SCOT, 37 documents d urbanisme communaux (sur 39) (20 PLU approuvés, 10 en élaborationrévisionpos,6pos,1cartecommunale),leschémadirecteurmunicipaldechalon;maisaussi diversprojets(leprojetderenouvellementurbainpréstjean),réhabilitationdesaubépins,desprojetsde reconversionimportantsàchalon(sucrerie StCosmes;siteKodaketréservefoncière,QuaideSaôneet avenueniepce;îlestlaurent),8projetsurbainsenvilleetencampagneaccompagnéspardesapproches Environnementalesdel Urbanisme(AEU),unappelàprojet«Lotissementdequalité»lancéen07)etenfin unechartedel urbanisme. Lesgrandesorientationsduschémadirecteurvisentà: renforcerlamultipolaritéduterritoire:s inscriredansuneagglomérationmultipolaire,renforcer lespôlessecondaires modérerlesextensionsd urbanisation:refairelavillesurellemême,assureruneurbanisationen continuitédanslespôlessecondaires,organiserlescoupuresd urbanisationetmainteniridentités etdifférencesdansladeuxièmecouronne. réorganiser le réseau d infrastructures routières: détourner le trafic de transit, améliorer les liaisonsinterquartiers,améliorerlesliaisonsaveclespôlessecondaires,ralentirlacroissancedu traficautomobile créer durablement les conditions d adaptation du potentiel économique: accompagner les mutations,hiérarchiserleszonesd accueild activitéséconomiques préserverlesespacesnaturelseturbainsdisponibles:gestionglobaledel eau,desdéchets,prise encomptedesrisquestechnologiques,protégeretaméliorerl environnementetlepaysagerural eturbain, développer les solidarités internes: valoriser ensemble les ressources humaines disponibles, se doterdesinstitutionsnécessairespourrépartirlesressourcesfinancièressurleterritoire. tisserdesalliancesrégionales. PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

11 1.4.Profiléconomiqueduterritoire ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 10 L économie du Grand Chalon est portée par ses actifs (dontunpeuplusde36000danslesecteurprivé)etses3400 entreprises. Le secteur industriel, très présent sur le territoire, est un encorepivotdel économielocalemaisilestaussiunsecteur enmutationauprofitdutertiaireetdesservices.lafermeture de l établissement Kodak a été l évènement économique le plusmarquantetleplusperturbantdesdernièresannéessur le territoire. Elle a entrainé la disparition de 1700 emplois directsetde178emploisindirectssurlapériode Lereclassementdessalariésanécessitéd importantsefforts etaaboutiàunredéploiementéconomiqueduchalonnais. L activité commerciale est intense et offre de nombreux emplois (près de 20% des effectifs salariés). L agglomération châlonnaise draine une partie de la population du département et même audelà. Les services logistiques sont égalementparticulièrementdéveloppés. L agriculture du territoire est relativement diversifiée et marquéeparuneviticulturereconnueinternationalement. L agglomération chalonnaise dispose d une offre d enseignementsupérieur«intéressantemaispasforcément en adéquation avec le milieu économique» selon l état des lieux réalisé pour le Plan de développement économique du Grand Chalon. Le territoire se caractérise par une forte densité de zones d activités réparties sur le territoire mais égalementparuneoffreenfoncierimmédiatementdisponible particulièrement faible. Les vastes secteurs de friches industrielles ou urbainesjalonnant le territoire constituentàlafoisl unedesesfaiblessesetunindéniableatoutàmoyenterme. L identitéetlescaractéristiqueséconomiquesdugrandchalonsontdesélémentsclésàintégrerdansla réalisationdesonpcet.onnoteraenparticulierque: l emploiestunequestioncentralesurceterritoireenmutation; certainsacteursindustrielsconstituentdespilierssurlesquelsilestpertinentdes appuyer; lescommerçantsreprésententunepartimportantedelapopulationactivequi,commeailleurs,est aucontactquotidiendel ensembledelapopulationdugrandchalonetd ailleurs; avecl industrie,laviticultureestunsecteurvéhiculantuneimagebienaudelàdesfrontièresdu territoire; la présence de plusieurs friches industrielles et urbaines et de nombreuses zones d activités structurantespourl aménagementdel espace. PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

12 ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon Organisationdesdéplacements LeGrandChalonsecaractériseparuneutilisationdevoitures et de vélos qui se situent dans la moyenne comparé à d autres agglomérations de taille moyenne. La part des transportsencommunetdelamarcheresteparailleursplus importante (Le bus urbain représente une part modale de 4,1%surl ensembledestc).lesdéplacementssontdoncen comparaisonplusdouxmêmesideseffortspeuventencore permettred améliorerceschiffres. Ilexisteunepartimportanted actifsquinetravaillentpassur leurcommunederésidenceetdoncoùuntransportdomicile/travailestnécessaire.cettepopulationpeut constituerunemarged améliorationcarsurcetypededéplacements,lapartdestrajetsenvoitureatteint 77% (en tant que conducteur). Cela peut s expliquer par l étendue du territoire, les besoins en mobilité diversifiés et surtout le stationnement facile sur les lieux de travail. Le choix pour la voiture n est pas indifférent à cette facilité de stationnement. Cela est aussi présent au centre ville où l offre de stationnementesttrèsforte(seulement14,5%despersonnesserendantsurleurlieudetravail/étudesen voitureontdéclarérencontrerdesproblèmesdestationnement). PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

13 Leréseauviaireestdenseetconcentréverslecœur de ville. Cette concentration pénalise la circulation ducentrevilleetentrainelasaturationdutraficen heure de pointe, notamment sur les axes qui conditionnent le réseau comme la traversée de la Saône. Les ponts de la ville sont saturés en heures de pointe (prioritairement le Pont de Bourgogne, puisjeanrichardetenfinlepontsaintlaurent). Le bouclage de la rocade permet normalement d améliorer la situation avec un contournement possible. ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 12 Lestransportsencommunrestentunedessolutions permettant de diminuer le trafic et la place de la voituredanslaville.leréseaudetransportcollectif ZOOMs articuleautourde20lignesrégulièresetdu transport à la demande avec Déclic. Le réseau est organiséautourde2niveaux.leniveauurbainavec deuxlignesstructurantes(lignes1et10)surchalon sursaône.deslignesprincipales3à6desserventlapremièrecouronneetchalonsursaôneetenfindes lignes spécifiques ou saisonnières. Un réseau de niveau périurbain avec un schéma plus «interurbain» (lignesaàm)estaussiprésentavecdeslignesenhorairesréguliersorganiséssurlesrythmesscolaireset ayantdeshorairessurréservationenheurecreuse(transportàlademandedeclic). Leréseaudeniveauurbainpermetunecouverturequasiexhaustiveduterritoireavecunedessertefinedes quartiers.lepouce,lanavettegratuiteducentreville,circuletoutelajournéede7h30à19h30.elle permetdesegarersurlesparkingsgratuitsavantderejoindretrèsfacilementlecentreville.cetteoffre permet une bonne alternative pour se déplacer dans le centreville. Par ailleurs, on remarque des fréquences relativement faibles avec 15 au mieux sur les lignes structurantes et des conditions de circulationpeufavorables(pasd axesréservés,peudeprioritésauxfeux.).undesproblèmeslesplus importantsestundéficitd intermodalité.cetteintermodalitéestnotammentperfectibleàlagare:rupture dechargespourrejoindreleslignesstructurantes,correspondancesaveclesteràaméliorer Lespôlesd échanges(gares,obélisque,placemathias)peuventencoreêtreaméliorésenconséquenceen fonctiondeleurvocationpourunemeilleuregestiondesdéplacements. PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

14 ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 13 Ledéveloppementdesdéplacementsdouxestaussiàprivilégier.Unréseaucyclableestencroissanceavec lamiseenplaced unschémadirecteurmodesdoux(cyclablesetpiétons)quiaétédéfiniàl échellede l agglomération. Aujourd hui, il existe environ 42 km de réseau et 110 km sont en projet. Les aménagementsexistantssonttoutefoisponctuelsetencoresansréelmaillage. Unservicedevélosenlibreserviceavec150bicyclettesrépartissur30stations(véloReflex)existesurla villecentrepourencouragerl utilisationdemodesdoux.ilexisteaussiunréseaupiétonnierdanslecentre de Chalon avec un plan de signalisation adapté. Néanmoins, en dehors de la zone piétonne, les cheminementsinterquartierouentrelescommunessontmoinslisibles. PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

15 ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 14 Source:ZOOMVélosReflex Cartedesstations«VélosReflex»auGrandChalon Lesdéplacementssontlapremièresourced émissiondegazàeffetdeserredugrandchalonaveclefret dûàlaforteactivitélogistiquemaisaussietsurtoutlapriseencomptedutraficdetransitsurl autorouteet dufretentrantetsortantdel agglomération.letransportdepersonnesestquantàluiladeuxièmesource principaleaveclaprésenceautoroutièreetl importancedesdéplacementsdomicile/travail. Auniveaudespolitiquesengagéesdanscedomaine,lamiseenplaced unplandedéplacementurbain (PDU)en2002permetuneplanificationglobale.Ils articuleautourdedeuxgrandesorientations:offrirdes alternativescrédiblesàlavoitureindividuelleetoptimiserlesdéplacements.cellescisedéclinenten17 actions,dont: Moderniserleréseaudetransportcollectif Développerunréseaudevoiescyclablesetpiétonnes Partagerlavoiriepourfavoriserlesmodesdoux Animerunpartenariataveclesentreprises Animerunpartenariataveclesécoles Améliorerlalivraisondescommerces PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

16 ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 15 Règlementerletraficpoidslourds Modifierlescomportementsàl égarddustationnementencentreville Cesactionsontétéévaluéeslespremièresannées,maiscetteévaluationn apasétépérennisée.l impact delamiseenœuvredesactionsdupduetleursincidencessurlaqualitéenvironnementaleduterritoire n ontdoncpaspuêtreconnu.aujourd hui,lapolitiquemenéeetlesprojetsdéveloppésvontaudelàdece qui était inscrit dans le PDU. Toutefois, la révision du PDU n est pas précisément programmée, elle interviendraaprèscelleduscotquiestdéjàlancée. LesenjeuxprioritairespourleGrandChalonpourunemobilitéplusdurablesontderenforcerlaplacedes transports en commun à l échelle du territoire et les pratiques intermodales, de diminuer la place de la voitureenville,pourretrouverunespacepublicetlesusages(maillageurbain)quiysontliésetdemettre enœuvrelesconditionsnécessairesaudéveloppementdesmodesdoux. PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

17 ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 16 2.LECLIMATACTUELETLEPHENOMENEDECHANGEMENTCLIMATIQUE 2.1.Leclimatactueletlesévolutionsconstatées Leclimatdelarégion Le climat du territoire est de type tempéré à légère tendance continentale avec des étés chauds et des hivers froids, avec une amplitude thermique assez importante entre ces deux saisons. Les précipitations sontassezhétérogènessurl'année,avecunmoisd epluspluvieuxdel'année. Leventestpeufréquent,maislenombredejoursdechaleuresttrèsimportantsil ontientcomptedesa positionseptentrionale. Les relevés effectués par la météorologie nationale entre 1998 et 2007 montrent que la température moyennevariede3 Cenjanvierà20 Cenjuillet.Lerecorddechaleuraétéatteintenaoût2003avec 39.7 C,tandisquelerecorddefroidaétéétabliendécembre2005avec16.8 C.Lenombredejoursde geléesestenmoyennede74etlenombredejoursavecfortechaleur(>30 C)estde20. Les précipitations sont faibles avec une moyenne annuelle de 681mm. Les mois les plus pluvieux sont octobreetnovembreavecrespectivement85mmet73mm Deschangementsclimatiquesdéjàperceptibles(Source:AlterreBourgogne) Les conditions climatiques ont sensiblement évolué en Bourgogne depuis un peu plus d un siècle ; les températures ont augmenté et le régime des précipitations s est modifié : il pleut davantage l hiver et moinsl été. LesdonnéesdelastationmétéorologiquedeDijonontpermisdemettreenévidencequelatempérature annuelle moyenne a augmentée de 0,8 C au cours du XXème siècle. L augmentation des températures annuellesmoyennesestessentiellementdueàl augmentationdestempératuresminimalessaisonnières. Cesminimalessontenhausseàtouteslessaisons,notammentenhiveretenété:enunsiècle,ellesont augmenté deplusde1 Csurcesdeuxsaisons.Leshiversfroidssontdemoinsenmoins fréquents;les séquences de cinq jours consécutifs avec des températures minimales inférieures à 5 C sont moins nombreusesàlafindusièclequ audébut:leurnombreadiminuéde30%.lestempératuresmaximales,en revanche, n ont pas évolué de manière significative. Mais parmi les vingt années les plus chaudes entre 1883et2004,huitsontpostérieuresà1990. PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

18 ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 17 Surl ensembledel année,lesprécipitationsontaugmentéde10%depuis1877.cetteévolutionannuelle nedoitpasmasquerlesdisparitéssaisonnières:ilpleutdavantagel hiver,maismoinsl été.l augmentation desprécipitationshivernaless accompagneenoutred uneaugmentationdunombredejoursdepluie.on compteenviron8joursdepluiedeplusen2000qu en1875,cequireprésenteuneaugmentationde10% environ Lesprévisionsclimatiques(Source:AlterreBourgogne) AucoursduXX ème siècle,latempératuremoyenneaaugmentéd environ0,6 CàlasurfacedelaTerre,et de1 CenFrance.Cetteaugmentationdestempératuresvasepoursuivreets amplifier.lesclimatologues ont développé des modèles qui permettent d appréhender ces évolutions pour le XXI ème siècle. Tous décriventlesmêmestendances,mêmes ilssedifférencientparlesrésultatsauxquelsilsaboutissent,selon lesparamètresprisencompteetlesscénariosretenus. L évolution des températures ne sera pas la même partout : le réchauffement sera par exemple plus importantdansl hémisphèrenordquedansl hémisphèresud;elleneserapasnonpluslamêmeàtoutes les saisons : en France, les températures estivales augmenteront davantage que les températures hivernales. EvolutiondestempératuresestivalesenFranced icilafinduxxièmesiècle PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

19 ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 18 Cegraphiquereprésentel évolutiondestempératuresmoyennesestivalesquepourraitconnaîtrelafrance auxxi ème siècle:l augmentationobservablesurl ensembleduxx ème sièclesepoursuitets accentue;les températures exceptionnellement élevées de l été 2003 deviennent des valeurs fréquentes : elles sont atteintesoudépasséesunétésurdeuxaucoursdelasecondemoitiédusiècle.cesrésultatssontceuxde l un des scénarios développé par le groupe intergouvernemental d experts sur les évolutions du climat (GIEC). Ce scénario est appelé scénario A2. Considéré comme un scénario «médian», il est pour cette raisonsouventretenupoursituerl ampleurdeschangementsauxquelsilestnécessairedesepréparer. D ici 2100, l augmentation des températures moyennes à la surface de la Terre sera de 1,5 à 6 C. La situationàlaquelleconduitlescénarioa2estintermédiaireentrecesdeuxvaleurs,avecunréchauffement global de 3,8 C. Ce réchauffement serait l été de 3 à 7 C sur l Europe de l Ouest. En Bourgogne, les températures estivales augmenteraient de 5 à 6 C. Les températures hivernales seront également plus douces,maisl écartseraitmoinsmarquéqu enété,avecdestempératuressupérieuresde2 Cenvironaux températuresactuelles. L augmentation des températures est la première conséquence du réchauffement climatique, mais elle n est pas la seule. Elle s accompagne d une modification de la circulation des masses d air et, par conséquent,desvents.elles accompagneégalementd uneaccélérationducycledel eau,quisetraduitpar uneaugmentationdesprécipitationsannuellessurlaplupartdesrégionscontinentalesdesmoyenneset hauteslatitudesdel hémisphèrenord.maiscetteaugmentationdesprécipitationsneserapasuniforme: lesvariationsintersaisonnièresdurégimedesprécipitationsserontaucontraireaccentuées.enfrance,les précipitationshivernalesserontplusabondantesqu actuellement:plus0,25à2mm/jouràl horizondela finduxxi ème siècle;enbourgogne,cetteaugmentationserade0,75à1,5mmparjour,cequireprésente uneaugmentationde38à76%.lesprécipitationsestivales,enrevanche,diminueront.ilyauraitdoncàla foisuneaugmentationdesépisodestrèspluvieux durantl hiver etuneaugmentationdesépisodesde sécheresse durantl été. SimulationdesparamètresmétéorologiquesenBourgogneen2050(scénariomodéréB2duGIECMétéo France) Hiver Printemps Eté Automne Températures maximales ( C) et écart par rapport à l actuel 7.4 C (+2 C) 13.6 C (+2.2 C) 23 C (+1.4 C) 16.5 C (+1.8 C) Températures minimales ( C) et écart par rapport à l actuel 2.1 C (+1.1 C) 6.1 C (+1.7 C) 14.8 C (+1.6 C) 9.7 C (+2 C) Précipitations journalières (mm/j)etécartparrapport àl actuel 3.8mm/j (+0.3mm/j) 2.8mm/j (0.2mm/j) 2.7mm/j (+0.1mm/j) 2mm/j (0.5mm/j) Rayonnement (w/m2)etécart solaire 43.6w/m2 (+7.4w/m2) 163.3w/m2 (+16w/m2) 211.6w/m2 (+2.2w/m2) 98.2w/m2 (+1.7w/m2) Réserveseneaudanslesol (kg/m2)etécart 441.3kg/m2 (+1.6kg/m2) 421.1kg/m2 (8.6kg/m2) 339.2kg/m2 (29.7kg/m2) 335.9kg/m2 (22.8kg/m2) PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

20 2.2.Lephénomènedechangementclimatique ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon Lephénomèned effetdeserre Laterrereçoittoutesonénergiedusoleil.Seuleunepartiedecetteénergieestabsorbéeparlaterreet l'atmosphère;leresteétantrenvoyéversl'espace.aveccetteénergie,laterres'échauffeetcegrâceaux gaz à effet de serre présents dans l'atmosphère, qui empêchent les rayonnements infrarouges d'être renvoyésdelaterreversl'espace.l'effetdeserre,phénomènenaturel,estdonclaconditionindispensable à la vie sur terre. Sans lui, la température de notre planète serait alors de18 C, contre une moyenne actuellede15 C. L'accroissement de la concentration de gaz à effet de serre, dont certains sont très efficaces en petite quantité,retientdansl'atmosphèredavantagederayonnementinfrarouge.cesurplusartificield'effetde serreprovoqueunréchauffementduclimat.lesgazditsàeffetdeserre,émisparlesactivitéshumaines, intensifientcephénomènedepuisdeuxsiècles. PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

21 ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 20 Le gaz carbonique est surtout dû à la combustion des énergies fossiles (charbon, pétrole, gaz) par les transports, les bâtiments et à l'industrie. Le méthane provient des activités agricoles, de l'élevage, des ruminants, du riz et des décharges d'ordure. Le protoxyde d'azote vient des engrais azotés et de divers procédéschimiques.lesgazfluoréssontessentiellementdesgazréfrigérantsutilisésparlesclimatiseurs. LesémissionstotalesdeGESontdiminuéesde12%entre1990et2007,notammentdufaitdelabaissedes émissions de CO 2 et de N 2 O (respectivement 30 et 29 Mt CO2éq.). Cette réduction provient en particulierdesprocessusindustrielsdontlesémissionsontbaissédeprèsde27%parrapportà1990etdu secteur UTCF pour lequel la séquestration du carbone a crû de 84 %.( source Agence européenne pour l environnement,2009.).néanmoins,labaisseobservéeentre2007et2008n étaitquede0,6%. PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

22 ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 21 En Bourgogne, les émissions de gaz à effet de serre représentent chaque année 16 millions de tonnes équivalentco2, soit près de 10 tonneséquivalent CO2 par habitant, 65 % provenant de la combustion d énergiesfossiles:pétrole,gazetcharbon(alterre) Lesincidencesduchangementclimatique L'impactduréchauffementclimatiquesetraduiradansaumoinscinqdomaines: des phénomènes climatiques aggravés: multiplication de certains événements météorologiques extrêmes(tempêtes,inondations,sécheresses), unbouleversementdenombreuxécosystèmes,avecl'extinctionde20à30%desespècesanimales etvégétales,etdesconséquencesimportanteségalementpourlesétablissementshumains; descrisesliéesauxressourcesalimentaires:dansdenombreusespartiesduglobe(asie,afrique, zonestropicalesetsubtropicales),lesproductionsagricoleschuteront,provoquantdegravescrises alimentaires,sourcesdeconflitsetdemigrations, desdangerssanitaires:lechangementclimatiqueauravraisemblablementdesimpactsdirectssur lefonctionnementdesécosystèmesetsurlatransmissiondesmaladiesanimales,susceptiblesde présenterdesélémentspathogènespotentiellementdangereuxpourl'homme, des déplacements de population: l'augmentation du niveau de la mer (18 à 59 cm d'ici 2100) devraitprovoquerl'inondationdecertaineszonescôtières(notammentlesdeltasenafriqueeten Asie) et causer la disparition de pays entiers (Maldives, Tuvalu), provoquant d'importantes migrations. PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

23 ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 22 Du point de vue économique, le rapport Sternqui est un essai d évaluation des coûts du changement climatiqueestimelecoûtdel'inactionentre5%et20%dupibmondial,etceluidel'actionà1%dupib mondial.legiecétablitlecoûtdelatonnedecarboneévitéepourmaintenirlaconcentrationengazà effet de serre en dessous de 550 ppm à environ 100$: ceci correspondrait à une augmentation de 20 centimesd'eurodulitred'essenceoudegazole. 2.3.Lapolitiqueinternationaleetnationale Pourluttercontrelephénomèneplanétairequeconstituelechangementclimatique,deuxaccordsmajeurs ont été adoptés par la communauté internationale : la convention cadre des Nations unies sur les changementsclimatiques(ccnucc),adoptéeen1992àrio,etleprotocoledekyoto,adoptéen1997et entréenvigueuren2005. LaprincipalecaractéristiqueduProtocoleestqu ilfixedesobjectifsobligatoiressurlesémissionsdegazà effetdeserrepourlespaysleaderssurleplanéconomiquequil ontaccepté.cesobjectifsvontde8%à +10%parrapportauxémissionsindividuellesdespaysen1990"envuederéduireleursémissionsglobales d au moins 5% par rapport aux niveaux de 1990 dans la période d engagements 2008 à 2012." Dans presque tous les cas même pour ceux disposant de +10% par rapport aux niveaux de 1990 ces limitations proposent des réductions significatives dans les émissions actuellement projetées. Les futurs objectifsobligatoiressontprévusd établirles"périodesd engagements"del après2012.ceuxcidoivent êtrenégociéslongtempsàl avancedespériodesconcernées. EnFrance,lespremièresmesurespourréduirelesémissionsdegazàeffetdeserreontétéprisesdèsle début des années Un Plan National de Lutte contre le Changement Climatique (PNLCC) a ensuite officiellement été adopté par le gouvernement en janvier 2000, suite au protocole de Kyoto. Il a été renforcéen2004parleplanclimat,luimêmeamélioréen2006. CesprogrammesdeluttedoiventpermettreàlaFrancederespecterlesengagementsqu'elleaprisautitre duprotocoledekyoto:stabiliseren sesémissionsdegazàeffetdeserreauniveaudecellesde 1990.Celacorrespondenréalitéàuneréductionde plus de 15%desesrejetsparrapportàcequ'ilse seraitpassésilafrancen avaitpasmisenœuvrecesplans.afindepréparerl avenirdecesengagements, des négociations se sont mises en place pour répondre à la question de l après Kyoto. Lors du rassemblement à Copenhague en décembre 2009 (COP15), les débats n ont mené qu à des accords peu contraignants en termes de dates butoirs ou d objectifs quantitatifs. La réduction des émissions de GES seraitdemoitiéen2050parrapportàcellede1990afindenepasdépasserlabarrede2 Cd augmentation detempératureen2100parrapportàl èrepréindustrielle.laconférencedecancún(cop16)en2010a quantàelle,permislacréationd uncomitépourl adaptationauxchangementsclimatiques,d uncentrede technologiepourleclimatetdufondsvertpourlesoutienauxprojets.laprochaineconférenceàdurban (COP17)estdonctrèsattendupourarriveràdesengagementsconcretspourl aprèskyoto. La lutte contre le changement climatique est placée au premier rang des priorités de la loi de programmationrelativeàlamiseenœuvredugrenelledel environnement.lesloisgrenelleietiiontmis enavantlerôledescollectivitésdanslesdémarchesd aménagementdurable.ellesontaussigénéraliséla miseenplacedediversplansd actionsdontlesplansclimatsterritoriauxetlesschémasrégionauxclimat Air Energie. Ces derniers doivent permettre dans un unique cadre plusieurs documents de planification liant le climat et l énergie comme les Plans Climat Régionaux, les Schémas régionaux des énergies renouvelableslesschémasrégionauxéoliensetlesplansrégionauxpourlaqualitédel air. PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

24 ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 23 Danscetteperspective,estconfirmél engagementprisparlafrancedediviserparquatresesémissionsde gazàeffetdeserreentre1990et2050enréduisantde3%paran,enmoyenne,lesrejetsdegazàeffetde serredansl atmosphère,afinderameneràcetteéchéancesesémissionsannuellesdegazàeffetdeserreà unniveauinférieurà140millionsdetonneséquivalentdedioxydedecarbone. EstimationdesémissionsdeGES(enMtéq.CO2)avecetsanslamiseenœuvredesobjectifsduGrenelleEnvironnement. LaFrancesefixeainsicommeobjectifdedevenirl économielaplusefficienteenéquivalentcarbonede l Union Européenne d ici à A cette fin, elle prendra toute sa part à la réalisation de l objectif de réductiond aumoins20%desémissionsdegesfixéparlacommissioneuropéenneàcetteéchéance,cet objectif étant porté à 30% pour autant que d autres pays industrialisés s engagent sur des objectifs comparablesetquelespaysémergentsapportentunecontributionadaptée.elleconcourraàlaréalisation del objectifd améliorationde20%del efficacitéénergétiquedelacommunautéeuropéenneets engageà porterlapartdesénergiesrenouvelablesàaumoins23%desaconsommationd énergiefinaled icià2020. PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

25 ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon LerôleduGrandChalondanslaluttecontrelechangementclimatique LescompétencesduGrandChalon LescompétencesduGrandChalonconcernent: L aménagementduterritoire:assurerundéveloppementcohérentduterritoireavecl élaboration et la mise en œuvre du Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT), la création de zones d'aménagementconcertéd'intérêtcommunautaire,lamiseenplacederéseauxdetransports,plan dedéplacementsurbainsetlapolitiqueglobaled'aménagementdel'espacecommunautaire. Le développement culturel et sportif: avec des soutiens aux associations, le Conservatoire à Rayonnement Régional, des équipements adaptés pour la danse, la musique et le théâtre, la gestionetconstructiond équipementssportifscommel EspaceNautique. Le développement économique: accompagner le développement des filières économiques traditionnellesetdevaloriserl'émergencedenouveauxpôlesdecompétences. L enseignement supérieur: soutien à «Arts et Métiers ParisTechInstitut ChalonsurSaône», promotiondesétablissementsetcréationdefilièresdeformationetderechercheadaptéesaux besoinsdesentreprisesetàlastratégiededéveloppementdesonterritoirenotammentdansles domainesdel'image,dusonetdunucléaire. L environnementetlaqualitédevie:missiontransversaledugrandchalonavecunevolontéde développementdurablepourtoutescesactivitésnotammentdanslaluttecontrelapollutionde l air,lagestiondesdéchetsetlamaîtrisedelaconsommationenénergie. Lacohésionsocialeetl emploi:soutenirlesassociationsetlescollectivitésdansleursprojetsde développementetderésolutiondesproblématiquessociales,rééquilibreretharmoniserlescadres devieàl'échelledel'agglomérationaveclecontraturbaindecohésionsociale(cucs)etleplan Localpourl'Insertionàl'Emploi(lePLIE). Lapolitiquedel habitatetdurenouvellementurbain:maintenirl'équilibresocialdel'habitatavec les différentes politiques de l habitat (Programme Local de l'habitat (P.L.H) et les Opérations Programméesd'Améliorationdel'Habitat(O.P.A.H))etlesprojetsderénovationurbaine. Les technologies de l information et de la communication: création d espaces multimédia sur le territoireetd unréseauhautdébitd agglomérationparexemple. Lavoirie,lestransportsetlesdéplacements:gérerlestransportsurbainsetparticiperauxgrands projetsdevoiriecommunautaireavecl élaborationd unplandedéplacementsurbains(pdu) LerôleduGrandChalon Le Grand Chalon détient sur son territoire une place centrale afin de lutter contre le changement climatique.ilalaresponsabilitédirectesurlesinvestissementsàlapluslongueduréedevie:bâtimentset certainesinfrastructuresdetransport.or,cesdeuxsecteurssontàl originedesdeuxtiersdesémissionsde GES.Ilaégalementàchargel urbanismeetl aménagementurbaindesonterritoirequisontdessecteurs porteursdedécisionsstructurantesetdetrèslongterme.elleluttenotammentcontrel étalementurbain, phénomèneamplificateurd émissionsdeges.lescollectivitéscontribuentdirectementpourenviron12% PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

26 ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 25 desémissionsnationalesdeges,maisellesagissentindirectement(aménagementduterritoire,urbanisme, habitat,transport,..)surplusde50%desémissions. Certainesactionsd adaptationauchangementclimatiquesontdéjàenclenchéesetconcernentnotamment laprotectiondespopulationscontrelescanicules,contrelesinondations, LeGrandChalonestunacteurcléd intermédiationetdetraductionentred uncôtéleniveaunationald où émanelapriseenchargescientifiqueetpolitiquedusujet,etdel autrecôté,leniveaulocal,d oùl action doitvenir.elleconstituedoncl interfacepermettantladéclinaisonopérationnelledespolitiquesnationales etfacilitantl atteintedesobjectifsderéductiond émissionsdeges. Sonrôled animationauprèsdescitoyensetdesacteursprivésetpublicsestaussiessentielcarlamoitié desémissionsdegesdécouledeschoixetdescomportementsindividuelscequiinduituneparticipation activedechacunpourobtenirdesrésultats. D unpointdevueopérationnel,legrandchalonpeutagirautraversde: Lagestionexemplairedesonpatrimoineetdesesservices(gestiondesbâtimentsetéquipements publics, politiques gérées en régie ou déléguées concernant les déchets, les transports collectifs,.). La mise en œuvre de politiques compatibles avec les enjeux énergétiques et climatiques (compétences directes: organisation et planification du territoire, politique de développement économique,etc.) Sacapacitéd animationduterritoireafind instaurerunedynamiqued acteurs(entreprises, associations,communes,population,etc.)surlesenjeuxdel énergieetduclimat. PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

27 ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 26 3.LEPROFILDESEMISSIONSDEGAZAEFFETDESERRE 3.1.Laméthodeutilisée LaméthodologiegénéraleduBilanCarboneestdéveloppéeenannexe. Lebilancarboneestunoutildecomptabilisationdesémissionsdegazàeffetdeserre.Ilpermetd évaluer, en ordre de grandeur, les émissions de gaz à effet de serre engendrées par l ensemble des processus physiquesquisontnécessairesàl existenced uneactivitéouorganisationhumaine. LespostesprisencomptedanslacomptabilisationdesémissionsdeGESsontlessuivants: Postes Industriesdel énergie Emissions des procédés industriels Tertiaire Résidentiel Agricultureetpêche Transportdespersonnes Transport marchandises Constructionsetvoirie de Déchets du territoire et fabrication des futurs déchets Descriptiondespostes consommationettypedecombustibleutiliséparlesindustriesdel énergie utilisationdecombustiblesfossilespourlesprocédésindustriels,émissions engendrées parlesachatsd électricitéetdevapeur,émissionsnonliées à l utilisationdel énergie consommationdirectedecombustiblespourlechauffage,pourl eauchaude sanitaire,consommationélectrique consommationdirectedecombustiblespourlechauffage,pourl eauchaude sanitaire,consommationélectrique électricité,usagedesmachines,fabricationdesintrants,émissionsdirectes del élevage comptabilisationdirectedescarburantsetdel électricitéàpartirdesfluxde véhiculesparcatégoriesdevéhicules. fret routier interne, transit routier de marchandises, fret aérien entrant et sortant,fretfluvialentrantetsortant permisdeconstruire,routesetparkings matériaux mis en décharge, déchets des entreprises et des résidents, matériauxincinérés,eauxusées. Asonorigine,l outilbilancarboneétaitplusparticulièrementdestinéauxentreprises.endécembre2004, l ADEME a lancé l expérimentation du Bilan Carbone version «Collectivités et Territoires», tirée de la premièreversiondéjàexploitée.pourcela,l outildecalculaététestésurunpaneldecollectivitéslocales etterritoriales(communes,communautésdecommunes,conseilsgénérauxetconseilsrégionaux). LeGrandChalonaétél unedespremièrescollectivitésàs engagerdanslaréalisationd unbilancarbonede sonterritoire.en2006,leterritoiread ailleursétéchoisiparl ADEMEpourexpérimenterl outiletidentifier lesadaptationsnécessairesdubilancarbone existant.aumodule«collectivitésetterritoire» PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

28 ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 27 EnJanvier2007,unemiseàjourdesl outilbilancarbone setraduitparlacréationd uneversionv5.le tableurinitialsubitdesmodificationssignificativesetsescindeendeuxmodulesdistincts: - Unmodule«PatrimoineetServices»quis attacheauxémissionsengendréesparl activitédela collectivitéouparlesservicesqu ellerend, - Unmodule«Territoire»quiconcernepluslargementlesémissionsgénéréesparl ensembledes activités situées sur le territoire de la collectivité considérée. Précisons que la méthode Bilan Carboneavocationàindiquerl ensembledesémissionsenrelationavecl activitéduterritoire,et non seulement celles générées sur le territoire. Nécessairement, cela incorpore des émissions géographiquementdistantesquipourraientêtreégalementprisesencomptedanslebilancarbone d unautreterritoire. UnedernièremiseàjourdesmodulesdecalculsdéveloppésdanslesversionsV4etV5voitlejourenJuin 2009pourdonnernaissanceàlaversionV6.Audelàdesaméliorationsd ordreergonomiques,ils agità nouveaudecorrectifsauniveaudesfacteursd émissions.deplus,auniveauméthodologique,laprincipale nouveauté réside dans la prise en considération plus fine des valorisations énergétiques et matière (recyclage)dutraitementdesdéchets. 2006: Etablissement du Bilan Carbone du Grand Chalon en Avril 2006 établi à partir de la version d expérimentationv4.l annéederéférencepourl ensembledesdonnéessourcesest :Suiteàl élaborationdumodulespécifique«territoire»développéparl ADEME,unemiseàjourdes résultatsdelaversionexpérimentaleestréaliséeenjuin2008:cettemiseàjourdubilancarbone du GrandChalonconsisteenunesimplemigrationdesrésultatssurlenouveautableurspécifiqueauTerritoire (VersionV5).Aucunedonnéeexistanten aétéréactualiséeetaucunenouvelledonnéen aétéintégrée. Cette migration fait cependant apparaître un bilan global des émissions légèrement plus élevé du essentiellementàl ajustementdenombreuxfacteursd émissionsentrelesversionsv4etv :Appropriationdesrésultatsexistantsdanslebutdedéfinirlesleviersd actionslesplusefficaceset lespluspertinentsdanslecadred unedémarchederéductiondesniveauxd émissionsdegazàeffetde serre,partieintégrantedupcetdugrandchalon. Acetitre,certainesdonnéessourcesontétéactualiséesentenantcomptedescritèressuivants: - Importanceduposte - Existencededonnéesplusrécentes - Nécessairepriseencomptedemodificationssurleterritoire(départdeKODAKparexemple) - Intérêtdelamiseàjour(fonctiondupoidsCarboneduposteconcerné) - Pertinence d une réactualisation au regard du niveau d incertitude relatif au mode de prise en comptedeladonnée D autresdonnéesresterontinchangéescomptetenudesremarquessuivantes: - Pas de modification des sources exploitées lors de la première évaluation de 2006 (bases de donnéesinchangées) - Poidsethiérarchieduposteconnusavecsuffisammentdeprécision - L ordredegrandeurdel incertituderestelargementsupérieuràlamodificationinduiteparlaprise encomptededonnéesplusrécentesl évolutiondeladonnéerestedanscecasnonsignificative. - Optimisationdutempsdemiseàjourdevantlesexigencesactuellesdemiseenplaced unplan d actionderéductiondesémissions. PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

29 ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 28 Letableauciaprèsmentionnelesdifférentspostesactualisés: Poste 1 Poste 2 Poste 3 Poste 4 Poste 5 Poste 6 Poste 7 Poste 8 Poste 9 Productiond énergiesur leterritoire Procédésindustrielsdu Territoire Secteurtertiaire Secteurrésidentiel Activitésagricoleset pêche Déplacementde marchandises Déplacementde personnes Constructionsetvoiries prenantplacesurle territoire Findeviedesdéchetsdu territoire Miseàjour2008effectuée Miseàjour2008effectuée Pas de mise à jour envisagéemalgré l existence de données plus récentes, leur exploitation n est pas pertinente au regard de l incertitudegénéréeparplusieurshypothèsessimplificatrices. Pas de mise à jour envisagéel incidence de l évolution du parc reste très inférieure au niveau d incertitude généré par les hypothèsesdecalcul. PasdemiseàjourenvisagéeDonnées2004suffisammentprécises. Pasderéactualisationdepuis. Mise à jour partielle (transport fluvial et fret ferroviaire pas de reprisedufretroutier) 1 er posteémetteurdeges importancedéjàdémontréfretroutier difficilementévaluableavecplusdepertinence Peudedonnéessourcesspécifiquesauterritoire(commeen2006, l activitédel aéroportdechampforgeuilresteraexcluedelapriseen compte, son activité ayant nettement diminuée depuis 2004: environ15000mouvementsen2009contre31610en2004) Miseàjour2008effectuéeàpartirdel exploitationdesinformations de la base de données sitadel pour l année intégration des voiriesréaliséesen2008. Le mode de prise en compte des données relatives à ce poste conduitàdesvariationsbrutalesd uneannéesurl autredirectement liées aux surfaces construites par an. Les valeurs 2009 sont, par exemple,nettementsupérieuresàcellesde2008. Miseàjournonprioritairecomptetenudupoidsrelativementfaible duposte. 3.2.LesémissionsdeGESduterritoireduGrandChalon Aveclapremièreversiondubilancarbone(V4)réaliséeen2006,lesémissionsglobalesduterritoireontété estiméespourl année2004à:712620teqcsoit teqco 2,cequicorrespondenvironà7teqCou 24teqCO 2 parhabitantduterritoireetparan. LamigrationdesrésultatsdelaversionV4àlaversionV5réaliséeen2008,sansmodificationdesdonnées sources, a permis de donner une nouvelle estimation des émissions globales à teqc soit teqCO2.correspondantàunerevalorisationde+7%. L exploitation de données plus récentes et bénéficiant d un niveau d incertitude suffisamment faible (cf. chapitreprécédent)conduitàuneréestimationdecertainspostes.ladernièreestimationdesémissions globalesduterritoireestde772527teqcsoit teqco2. PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

30 ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 29 Lesémissionsduterritoireserépartissentparordredécroissantcommesuit: Poste Emissions en tonne Poids du équivalentco 2 poste Fret Poste ,5% Transportdepersonnes Poste ,0% Secteurrésidentiel Poste ,9% Fabricationdesfutursdéchets Poste ,4% Procédésindustriels Poste ,2% Industriedel énergie Poste ,1% Secteurtertiaire Poste ,4% Agricultureetpêche Poste ,4% Constructionsetvoiries Poste ,8% Findeviedesdéchets Poste ,4% TOTAL % Disposer à l échelle du territoire d une «image Carbone» servant de référence est déterminant. Ce résultatneconstituecependantqu unepremièreétape.eneffet,cebilandétaillénepermetpas,àluiseul, d apporterl éclairagesuffisantdonnantaccèsauxmoyensderéduirelafacturecarbonemiseenlumière. Cediagnosticconstitue,parcontre,unactemajeur,permettantd initieretd orienteràtraversl analyse desrésultats,ladémarchederéductiondesémissionsdeges. Acetitre,leGrandChalon,deparsonstatutd interfaceentreleniveaunationaletleniveaulocalausein duquel se trouvent les acteurs à mobiliser pour engager les actions de réduction, doit désormais s approprier la responsabilité et l initiative de l ensemble des actions à engager, exploitant le plus pertinemmentlesdonnéesdésormaisàsadisposition.ildoitégalementêtregarantdel efficacité,dela durabilitéetdusuividesactionsmisesenplace. Pourcela,lesseulsrésultatsbrutsduBilanCarbonenesuffisentpas.Bienquelespostesd émissionssoient hiérarchisés,l efficacitédeladémarchederéductiondépendrafortementdelafacultédugrandchalon d agir dans des secteurs ciblés, pour lesquels son potentiel d intervention aura un impact sensible, mesurable,durabledansletemps,etdépendantlemoinspossibledefacteursexternes. Danscetteoptique,ilestindispensabledediscerner,surl ensembledessourcesd émissionsdeges,celles pourlesquelleslegrandchalondisposeeffectivement,deparsesfonctions,desmoyensd actionetdes leviers permettant d influer sensiblement sur le niveau final des émissions. Il est donc nécessaire de se pencherplusfinementsurlesrésultatsetconclusionsdubilancarbone. PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

31 3.3.LesenseignementsduBilanCarbone ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 30 Bien que sa réalisation ait exploité certaines données n ayant pas toujours eu la spécificité régionale escomptée,lebilancarbonedontdisposeaujourd huilegrandchalonamisenévidencecertainséléments caractéristiquespropresàsonterritoire: Une«factureCarbone»dontplusde50%estduauxdéplacements.L activitééconomiquedela zone est clairement tournée vers le transport tous modes de marchandises. De plus, les trajets routiersdesrésidentssontlargementmajoritaires. Unaxeroutiermajeurconstituéparl autoroutea6quiimpactetrèslourdementleterritoire(20% desémissionsduterritoire).lesparamètresrégissantlesémissionsdegesquienrésultentnesont pas,dansleursmajeuresparties,accessiblesaugrandchalon, Un poids socioéconomique du secteur des transports routiers très net (300 entreprises implantées), Uneconcentrationdeplusieurssitesindustriels,trèsgrosconsommateursd énergieetgénérateurs d importantesémissionsliéesauxprocédésindustrielsqui,ànouveau,nesontpasaccessiblesau GrandChalon, Unpatrimoinebâtiqui,justederrièrelestransports,constitueunposteàfortenjeusurleterritoire, Une activité agricole réduite dont l impact, malgré les émissions de méthane et l utilisation d engraisazotés,restelimité. Interveniravecefficacitésurcesélémentsdemanded avoirsuffisammentdeprisesurlesleviersagissant surleniveaudesémissions.ilestdoncindispensable,avanttouteinitiative: De définir le plus finement possible les postes et sous postes directement ou indirectement dépendantsdespolitiquesmenéesetdeschoixeffectuésparlegrandchalon, D écarter les postes dont les résultats dépendent essentiellement de paramètres extérieurs au territoire, PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

32 ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 31 De repérer les secteurs pour lesquels, malgré une action possible, des paramètres extérieurs peuventamplifierouaucontraireréduireleseffetsd actionsengagées, CettedémarchedonneraauGrandChalonunpérimètredetravailpeutêtreplusrestreint,maissurlequelil optimiseralepotentield impactdeschoixetdesactionsenfaveurdelaréductiondesémissionsdegeset pourlequelilaugmenteralafacultédecontrôledeseffetsescomptés. Le tableau cidessous présente une première hypothèse de répartition des postes et sous postes en fonction de la potentialité du Grand Chalon à intervenir dans le cadre d une réduction du niveau des émissionsdeges(lesdonnéessontenkgéqc). Poste Sousposte A B C D Fret Fretroutierinterne Transitroutierdemarchandises Fretroutiersortant Fretaériensortant Fretferroviairesortant 0 Fretmaritimeetfluvialsortant Fretroutierentrant Fretaérienentrant Fretferroviaireentrant 0 Fretmaritimeentrant Transport personnes de Energie achetée sur le territoire (comptabilisation de carburants)(consograndchalon) Consommationsd'électricitépourlesvéhicules (ConsoGrandChalon) Déplacementsenvoiturenonliésauxrésidents déplacementsdesrésidentsenvoiture Déplacementsdesrésidentsenbus Déplacementsdesrésidentsenavion traficferroviairedesrésidents 0 Traficautomobiledesvisiteurs Visiteursenbusetautocars 0 traficaériendesvisiteurs traficferroviairedesvisiteurs 0 Secteur résidentiel Chauffagefossile ECSfossile Chauffageélectrique(pertesincluses) ECSélectrique(pertesincluses) Electricitéspécifique(équipementspertesincluses) Déchets territoire du Métaux Plastiques PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

33 ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 32 Verre PapierCarton Déchetsalimentaires Eauxusées Procédés industriels Constructions etvoiries CO2fossile,comptabilisationdirecte EmissionsdegazautresqueleCO Constructionsdebâtiments Constructionsderoutesetparkings Industrie l énergie de Utilisation de combustibles pour les industries de l'énergie Chauffageurbain(émissionsamontincluses) Secteur tertiaire Comptabilisationdirectedecombustibles ChauffageetECSaugazoufioul Electricitétoususagesconfondus(pertesincluses) Halocarbures Agriculture et pêche Combustiblespourenginsagricoles:estimationparles surfacescultivées Electricité émissionsdeméthaneliéesàl'élevage N2Oprovenantdesengrais FabricationdesengraisetPPP Fabricationdesenginsagricoles A:ActionpossibleduGrandChalonImpactlisible B:ActionpossibleduGrandChalonImpactpeulisible C:ActiondifficileduGrandChalonet/ouinfluencefortedeparamètresextérieurs D:IndépendantduGrandChalonet/ouinfluencetrèsfortedeparamètresextérieurs PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

34 ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 33 Cette répartition, associée au poids de chacun des postes concernés, permet d évaluer la nature et les limitesdupérimètredanslequellegrandchalonpourradéfinirsonpotentield intervention. Globalement, l ensemble des postes et sous postes susceptibles d être traités par des actions développées par le Grand Chalon (colonnesaetb)représente35%desémissionsduterritoire. Auniveaudufret,premierposteémetteurdeGES,onvoitquele Grand Chalon peut envisager d agir sur 5% des émissions. Il représentelefretroutierinternequipourraitêtrediminué. Par ailleurs, le poste de transport de personnes qui représente 18% des émissions totales peut proposer des actions pour influencer sur 43% de cellesci ce qui représente presque 6000 teqc soit presque 8% des émissions totales. Cette diminution pourrait être due principalement à une moindre place de la voitureetdesonutilisationsurleterritoireparlesrésidents. Source:calculéeàpartirdesrésultats dubilancarbonedugrandchalon Les postes du secteur résidentiel, de l industrie de l énergie et du secteur tertiaire représentent respectivement 12,9%, 3,1% et 2,4% des émissions totales. Ces postes présentent des réductions qui pourraientêtrepossiblespardesactionsdugrandchalonmêmesil impactpeutresterdifficileàobserver. Cesdiminutionsconcernentprincipalementlesdépensesénergétiques(chauffageeteauchaudesanitaire, combustibleetélectricité)desménagesetdesentreprisesetlechauffageurbain. Auniveaudesconstructionsetvoiriesetdesdéchetsduterritoire,cespostesreprésententlespostesaux pouvoirsémetteurslesplusfaiblesavec1,8et1,4%.parailleurs,legrandchalondisposedescompétences nécessairespourdiminuercespostesavecunegestionplusmaîtriséedesdéchets(déchetsorganiques)et durecyclage(papier,carton)etuneutilisationdematériauxpourlesconstructionsetvoiriesquiimpactent moinssurlechangementclimatique. Enfin,lesprocédésindustriels,l agricultureetlapêche,quiémettentrespectivement10,2%et2,4%des émissionstotalesdegessontdessourcesdifficilesàatteindrepourlesréduire.celaremettraitenquestion PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

35 ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 34 les modes de production et par conséquent la viabilité économique des activités. Cela pourrait se répercuter sur tout le secteur économique, les offres d emplois, etc. PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

36 ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 35 4.LESENERGIESRENOUVELABLESSURLETERRITOIREDUGRANDCHALON Laproductiond énergiesrenouvelablesrépondàplusieursobjectifsparmilesquels: Réduire la dépendance d un territoire aux énergies fossileset limiter l épuisement de ressources finies; Décentraliserlaproductiond énergie(etréduireladépendanceetlavulnérabilitédesterritoires déficitaires); Valoriserlesressourceslocalesetrelocaliserl emploideproductiond énergie; Produireuneénergiemoinsintenseenémissionsdegazàeffetdeserre. Passage obligé afin d atteindre le Facteur 4 avec l amélioration de l efficacité énergétique et la sobriété énergétique, l augmentation de la production d énergie renouvelable constitue un objectif repris à plusieursniveaux.al échelleeuropéenne,lapartd énergiesrenouvelablesdanslemixénergétiquedevra atteindre20%àl horizon2020(3 20).Cetobjectifaétédéclinéàl échellenationale,commel imposaitla législation européenne, mais également à l échelle de la ville de ChalonsurSaône de façon volontaire puisquelavilleasignélaconventiondesmairesquifixeunobjectifminimumde20%d utilisationd énergie renouvelableàl horizon2020. Pour atteindre cet objectif, le territoire pourra exploiter ses ressources pour produire de la chaleur renouvelable (ex. biomasse, panneaux solaires thermiques) mais également favoriser l installation de systèmesdeproductiond électricitérenouvelable(ex.éolienne,panneauxphotovoltaïque). La production actuelle. S il est difficile d estimer précisément la production actuelle d énergie renouvelable du fait de la nature dispersée des installations, le premier paragraphe décrit les principalessourcesactuellementmisesenvaleurs. Les projets à l étude. Plusieurs projets de production d électricité renouvelables sont à l étude actuellement.ilssontexplicitésdansledeuxièmeparagraphe. Lesinitiativesindividuelles.L unedescaractéristiquesdelaproductiond énergierenouvelableest d êtredispersée.letroisièmeparagrapherevientsurlessourceslespluspopulaires. 4.1.Lechauffageurbain,unatoutdepoidspourlavalorisationdubois Les 30 km du réseau de chaleur urbain alimentent ménages sur le chalonnais via 3 chaufferies principalesfonctionnant aufioul,aucharbon,augazetauboiscette centralisationdelaproduction de chaleur permet de recourir à des sources d énergies renouvelable de façon significative et présente plusieursavantagesparrapportàlamultiplicationdel installationdechaufferiesboisindividuelles: Unetaillecritiquepermettantlastructurationdelafilièred approvisionnement, Unapprovisionnementsimplifié(peudepointsàapprovisionner), Uncontrôledesémissionsdepolluantsatmosphériquesviauntraitementperformantdesfumées LavilledeChalonasusaisirl opportunitédesonréseaudechaleururbainpourinvestirdans2chaufferies bois. La première d une puissance de 4,2 MW a été construite en 2004 et la seconde de 1,5 MW a été inauguréeen2011surunnouveausite.ellesalimententenviron1375équivalentslogementssoit14%dela consommationduréseauurbain.leurmiseenplacepermetd économiserannuellement2300tonnesde fioulet1000tonnesdecharbonetd éviterainsiprèsde10000tonnesd équivalentco2. PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

37 ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 36 Etpuisquelavillenesouhaitepass arrêterensibonchemin,uneétudeestencourspourlamiseenplace d une troisième installation bois permettant d atteindre l objectif d utilisation de 50 % d énergies renouvelablessurleréseau. Pour approvisionner le réseau de chaleur, la société CURCHAL a également investi dans un système de cogénérationdepuisunedizained année.cesinstallationsproduisentdel électricitéàpartird unesource d énergie(icilegaz)etvalorisentlachaleurproduitelorsdelacombustion.cessystèmesnefontpaspartie desénergiesrenouvelablesmaispermettentunevalorisationtrèsélevéedesénergiesfossiles. D autressourcesd énergiesurleterritoire Valorisationdel énergiedesdéchetsménagers LeSMETNordEst71àChagnyregroupe7EPCI(Etablissementspublicsdecoopérationintercommunale), soit quelque habitants au nord SaôneetLoire et Sud Côted'Or, avec en principale mission la gestiondesdéchetsménagerssurunsiteunique. Jusqu'alorslestorchèresdeChagnybrûlaient600m 3 /hd'unbiogazcontenantdescomposésorganiques volatilspolluants.avecl installationd uneunitédetraitementdubiogazetdeturbinescogénératrices,le siteproduitdésormais8000mwhd'électricitéparan,soitl équivalentdelaconsommationde2500foyers (hors chauffage). L unité produit en plus 10,4 millions de KWh de chaleur fournis au SMET 71 pour ses propres besoins. Cette initiative permet directement d éviter d émettre tonnes de CO2. Cette initiative inédite en Bourgogne devrait connaitre un retour sur investissement de 8 ans. Elle apporte égalementd autresbénéfices:desdéplacementsdepoidslourdspourletransportdeslixiviats(150trajets paran)etlanonlibérationdepolluantsatmosphériquesdubiogaz. Valorisationdelachaleurdeseauxusées Une autre source d énergie fatale est déjà exploitée sur le territoire: la chaleur des eaux usées. Actuellementvaloriséepourchaufferlesbâtimentsdelastationd épuration,ellepourraitfairel objetde projetsàl avenirlorsdelaconstructiondenouveauxbâtimentsparexemple. Enfin,unprojetdevalorisationdeshuilesusagéesdanslesvéhiculesdecollectedesdéchetsaétélancémais lescontraintesréglementairesn ontpaspermisdeledévelopperdemanièresignificative. 4.2.Projetsdeproductiond électricitérenouvelable Plusieursprojetssontàl étudesurleterritoireetenparticulier: Développementd unparcéolien.uneétudedefaisabilitéestencoursdefinalisation.cetteétude viseàidentifierlessitessurlesquelsdesparcséolienspourraientêtreimplantésentenantcompte du gisement éolien, du respect des contraintes paysagères, des distances aux constructions et infrastructures, etc. Le rassemblement des ces données destinées aux élus locaux puis à la population permettra d effectuer le choix ou non de l implantation d éoliennes sur le territoire danslecadred uneprocédurequidoitdurerde3à6ans.atitreindicatif,unparcde8éoliennes produirait environ 15% de l électricité consommée par les ménages du Grand Chalon1 (soit 60 GWh). Projetdecentralephotovoltaïqueausol.Différentsporteursdeprojetsontsollicitélacommunauté d Agglomération du Grand Chalon afin d implanter des centrales photovoltaïques au sol sur ses terrains.l undesterrainsconvoitésestl aérodromeàchampforgeuilsurlequeluneproposition relative à l implantation d un tel équipement a été formulée et est à l étude. Le projet proposé 1 Estimationprésentéeàl issuedel étudedefaisabilité. PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

38 ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon concerne une surface de 10 hectares pour une production annuelle attendue d environ MWh/an, soit de quoi alimenter en électricité 1300 foyers (hors chauffage). Le contexte réglementaireétantenévolutionetlespropositionsformuléesdevantêtresérieusementétudiées, ce projet n aboutira pas nécessairement mais cela montre l intérêt des investisseurs pour les terrainsdugrandchalonetlespossiblesprojetsquipourraientémergerdanslesannéesàvenir Initiativesindividuelles LesménagesetentreprisesduGrandChalonpeuventégalements êtreéquipésensystèmesindividuelsde productiond énergierenouvelable: Panneauxsolairesthermiques:Lespanneauxsolairesthermiquessontgénéralementutiliséspour produire l eau chaude sanitaire d un bâtiment ou d un équipement. Un capteur thermique récupèreentre50et60%durayonnementsolaire,soit600w/m²maximum.surl année,1m²de capteurfournitenbourgogneentre450et500kwh.1m²decapteurparpersonnepourcouvrir50 à 60% des besoins annuels de la famille. Certains ménages, communes et entreprises du Grand Chalonontdéjàfranchilepasmaisilestdifficileaujourd huid estimerlasurfacetotaleinstallée. 119m 2 ontétéinstalléssurchalonsursaôneentre2006et2010. Panneaux solaires photovoltaïques : Ces installations convertissent le rayonnement solaire en énergieélectrique.pourinformationlespanneauxphotovoltaïquesontunrendementde14à18 %,soit140à180w/m2.l électricitéproduiteestgénéralementinjectéedansleréseauetrachetée parlesfournisseursd énergieavecuntarifderachatimposé.376m 2 ontétéinstalléssurchalon sursaôneentre2006et2010. Chaufferie bois individuelles: Certains particuliers, groupes de particuliers, communes ou professionnels utilisent le bois pour chauffer leur logement ou locaux. Plusieurs types d installationsexistent (defoyerdecheminée classiqueàla chaufferieindustrielle)etlesmodes d approvisionnement varient (bois buche à bois raméal fragmenté). Il est difficile d estimer précisémentlenombred utilisateursquecelareprésentehorsinstallationsrécentes. D autressourcespeuventêtreexploitéesàpetiteéchelle,commel énergiedusoloudesnappesviades systèmesdepompesàchaleurouencorelemicroéolienquiestassezpeurépandu. Conclusion Plusieurssourcesd énergiesrenouvelablessontaujourd huiexploitéessurleterritoiremaispouratteindre l objectifde20%en2020,d importantseffortsdoiventencoreêtrefaits.l abondancedelaressourceen boisenfaitunepisteprivilégiéemaisd autressourcescommelesolairephotovoltaïque,l énergieéolienne ainsiquelespompesàchaleursurnappe/solpourraienttrouverleurplacedanslepaysagechalonnais.au delà des grands projets, il est important de favoriser les initiatives individuelles, par exemple en les soutenant(ex.conseilsurlechoixdestechniques)ouenlesvalorisant(ex.observatoire). PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

39 ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 38 5.ANALYSEDELAVULNERABILITEDUTERRITOIREFACEAUCHANGEMENTCLIMATIQUE 5.1.Lanotiondevulnérabilité La mise en place d une «politique climat» territoriale vise non seulement à limiter la contribution de la collectivité au réchauffement climatique mais également à identifier ses vulnérabilités et ses faiblesses, avecenperspectiveladéfinitiondesmesuresd adaptationnécessaires.eneffet,audelàdel atténuation desémissionsdeges,lacollectivitédevras adapterauxfutursaléasclimatiques. Les conséquences du changement climatique pour la collectivité sont à la fois économiques, sociales et écologiques. Les services offerts par une collectivité dépendent, indirectement ou pas, des conditions climatiques et météorologiques. Le climat et son évolution influent donc en tant que facteurs primaires sur de nombreusesresponsabilitésquiincombentauxcollectivités.lechangementclimatiqueaggraveracertains problèmesquiseposentdéjàetenprovoqueradenouveaux. L analyse des vulnérabilités doit aider à l identification des mesures les plus urgentes à mettre en place dansl objectifdeminimiserlesimpactsduchangementclimatique,avecenlignedemirelapréservationde lacohésionterritorialeetdel équitéterritorialeenmatièred émissionsdeges. 5.2.Lesévolutionsdéjàobservables Uncertainnombred évolutions,déjàobservablesdansnotrerégion,constituentdesindicestrèsprobables deschangementsencours(source:alterrebourgognerepèresn 38):CfAnnexe. L augmentation des teneurs en dioxyde de carbone de l atmosphère contribue à augmenter la productivitéforestière Latempératuredel airinfluencedirectementledéroulementdesdifférentsstadesdelaviedela vigne et la précocité de la floraison et des vendanges constituent un indicateur des conditions climatiques Les dates d arrivée plus précoces de certaines espèces migratrices, l expansion vers le nord et l ouest d espèces méridionales peuvent être considérées comme une conséquence du réchauffementclimatique. 5.3.Leschangementsetconséquencespossibles Changementdurégimedesprécipitationsetinondations Lesscientifiquess accordentàdirequecertainesmanifestationsclimatiquesextrêmes,commelesvagues dechaleuroulespériodesdesécheresse,serontplusfréquentes.demanièregénérale,parrapportàla situation actuelle, les contrastes saisonniers devraient s accentuer: davantage de pluie l hiver et moins l été. Desmouvementsdeterrainpourraientêtreremarquésplussouventaveclesévènementsconsécutifsde sécheresseetréhydratationsurdessolsàdominanceargileuse.cephénomènederetraitgonflementpeut entraînerdesfissuresdanslesmaisonsetunefragilisationdubâti.onpourraitavoirunimpactplusfortdu fait des contrastes encore plus important entre pluie en hiver et vagues de sécheresse en été plus violentes. Beaucoup de communes sont concernées par ce risque et ont déposées des arrêtés de reconnaissancedecatastrophenaturelle«mouvementsdeterraindifférentielsconsécutifsàlasécheresse etàlaréhydratationdessols». PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

40 ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon Le changement climatique aura des conséquences sur l évolution du débit descoursd eau,ainsiqu uneinfluence certaine sur la demande en eau potable, sur les pratiques d irrigation agricolesetsurlagestiondesbarrages hydroélectriques. La conséquence extrême du changement dans les précipitations qui paraît la plus évidente est l inondation. Les inondations brutales causent des dégâtsmatérielsimportants,favorisent l engorgementdesstationsd épuration et érodent les sols. On peut voir qu actuellement près d une commune sur deux est déjà concernée par des risques d inondation. Ces communes serontprobablementtouchéespardes crues d ampleur supérieure. Cette augmentation des crues pourraient aussi toucher des communes pour l instantépargnées. 39 CetteévolutiondurégimepeutengendreraussiunrisquesupérieurpourlacommunedeDemignyquise caractérise par un risque de rupture de barrage. La rupture du barrage peut être due à des crues exceptionnelles qui ne seraient pas prévues pour le dimensionnement de l ouvrage ou d autres causes naturellescommeunglissementdeterrain. D après les scientifiques du GIEC, les évènements de tempêtes devraient être plus fréquents et plus intenses.cesintempériespourraientdoncavoirdesconséquencesplusimportantespourleterritoireetses infrastructures.touteslescommunesdugrandchalonsontconcernéesparunarrêtédereconnaissance decatastrophenaturellepourlatempête.cettezones avèredoncsensibleàcetyped aléas Conséquencessanitairesetsociales Les conditions météorologiques influencent notre état de santé. Ces répercussions peuvent être directes cesontnotammentcellesquisontdues auxépisodesdefroidoudechaleur etindirectes ce sont celles qui sont dues aux agents pathogènes dont les évolutions climatiques favorisentledéveloppement. Leseffetsdirectsduclimatsontprincipalementliés auxépisodesdegrandsfroidsoudeforteschaleurs, même si ce sont les impacts sanitaires dus aux vaguesdechaleurquiretiennentleplusl attention. La canicule de l été 2003 a provoqué une surmortalité qui a particulièrement touché les personneslesplusâgées.du4au18août,cesont SourceIned PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

41 ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon décèssupplémentairesquiontétéenregistrésenBourgogne,c estàdireprèsdedeuxfoisplusquela moyennedesannéesprécédentes.cettesurmortalitéaétéde72%chezlespersonnesdeplusde70ans,et de144%chezcellesdeplusde85ans.levieillissementestainsiunfacteurquiaccentuelavulnérabilitéde lapopulationauxaléasclimatiques;enfrancelenombredepersonnesdeplusde85ansaétémultiplié parquatredepuis1976. Indépendamment des épisodes de grands froids ou de fortes chaleurs, les changements climatiques peuvententraînerunemodificationdurythmeannueldelamortalité. Celleciestactuellementplusélevéel hiverquel été.ceschémapourraitsemodifier,voires inverser.des hiversplusdouxentraineraientunediminutiondelamortalitéhivernaletandisquedesétéspluschauds augmenteraient au contraire la mortalité estivale : les affections respiratoires ainsi que les maladies cardiovasculairesetcérébrovasculairessontplusfréquenteslorsdesforteschaleurs. Silesconditionsclimatiquesontuneincidencedirectesurlasantéhumaine,ellesconditionnentégalement ledéveloppementdemicroorganismesetd insectesdontcertainspeuventêtredesagentspathogènesou véhiculer des maladies. Actuellement, ces vecteurs touchent principalement les pays en voie de développement.sousl effetd unemodificationdestempératuresetdurégimedesprécipitations,leuraire derépartitionpourraits étendreetatteindredeszonesjusqu àprésentpréservées.leurdéveloppement biologiqueetleurproliférationdépendentpourunelargepartdesconditionsthermiquesetdel humidité ambiante. Leschangementsclimatiquespourraientainsiaugmenterleniveaudetransmissiondecertainesmaladieslà où elles sévissent déjà, mais ils favoriseraient également leur transmission dans d autres régions : ce pourraitêtrelecasdupaludisme.d autresmaladiessontégalementconcernées;ellessontmoinsconnues, maisleursconséquencespeuventêtretoutaussiimportantes.despropagationstrèsrapidesdeladengue oudelafièvrewestnileontdéjàétéobservées.lesfacteursquiconditionnentcettepropagationrestent cependant mal connus et leurs raisons exactes encore difficiles à analyser. Dans l état actuel des connaissances, une surveillance épidémiologique et entomologique est nécessaire pour surveiller l éventuelleexpansiondecesvecteursdemaladieetcomprendrelesraisonsdecettepropagation Conséquencessurlesressourceseneauetlaqualitéécologiqueduterritoire Au niveau des réserves en eau du sol, les fluctuations seront très importantes avec en hiver une augmentationdesréservesconduisantparfoismêmeàdesdébordementsetenétéunediminutionforte desressources.cesoscillationsimportantesentraînentunenouvellevisiondelaressourceeneauetdesa gestion.notreperceptiondoitsefairedemanièrepluriannuelleafindegérerlesvariationsàlongtermede la pluviosité car les phénomènes de recharge et de vidange vont s effectuer sur plusieurs années consécutives. On aura donc des niveaux de réserve très différents entre les saisons et les années. Les prélèvements effectués pour les activités pourront aussi engendrer de lourdes répercussions pour la ressource. PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

42 ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 41 Lesvariationsclimatiquesontdesconséquencessurl écologieduterritoireentermesdephysiologiemais aussid airederépartitiondesespècesvégétalesetanimalesetparconséquentdesproductionsforestières importantes pour la région. Les aires de répartition vont évoluer et les espèces devront s adapter ou migrer.cesévènementspourraientdiminuerlabiodiversitéanimaleetvégétaleduterritoire Vulnérabilité du territoire face aux instabilités à venir sur le marché de l énergie Vulnérabilitéàl évolutionduprixdupétrole Il existe des corrélations entre les dépenses énergétiques et de carburants et les émissions de GES, de manièreparticulièrementflagrante.c estàcetitrequeladépendanceauprixdupétroleestimportante. Comptetenudelasituationéconomiqueactuelletrèsfluctuante,unevariationdusimpleaudoublesur unepériodecourten estplusàexclure.laseuleprédictionquel onpuisseétabliravecunequelconque certitude,c estquelescourss envolerontànouveaudèsquelademandemondialeserarevenueetque l épuisementdesréservesmondialesserapprochera. PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

43 ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 42 Entre1996et2006,l indiceduprixdescombustibleseneurosconstantsacrûde4.2%enmoyennechaque année. Ces fluctuations entraînent des écarts importants sur la facture énergétique globale du Grand Chalon.Malgrécertainesbaissesen2006et2008,l augmentationduprixdubarilaatteint15%pour2010. Lesvariationsduprixdupétroleaurontunimpactparticulièrementélevéproportionnelàcesvariations. Réduirelafactureénergétique,c estbiensûrs attacheràunebaissedesémissionsdeges,maispourle gestionnaire de biens qu est le Grand Chalon, c est également chercher à réduire l impact financier qu induirontcesvariationssurlesacteursdelacollectivité. Au3Mars2010,leprixdubarildepétrolebrutsesitueautourde80Euros.Uneaugmentationduprixdu barilentraîneunsurcoûtdel énergie.enfonctiondesémissionsetdel énergieconsommée,cesurcoûtse répercutesurlesdépensesdugrandchalon.parconséquentunediminutiondesémissionsréduiraitaussi les coûts économiques. Les simulations ont été réalisées avec un tarif du baril à 100, 120 et 140 et 160euros. Principe: Exemple: Calcul des surcoûts sur la base des résultats 2008 du poste production de l énergie du Bilan CarboneduGrandChalon:74690Tonneséqu.CO 2 Prixinitialdubaril au3mars $ Prix futur du baril SurcoûtpartonneCO 2 Surcoûtglobaldéduitpour 74690Tonneséqu.CO 2 100$ $ $ $ Undoublementduprixdubarilconduiraitsurunepériodedeunanàunsurcoûtdeprèsde10millions d euros qui serait réparti entre les acteurs du Grand Chalon. Ce coût est calculé selon un scénario fictif «tendanciel»denonadaptationdescomportementsàlahausseduprixdescombustibles.danslesfaits, lorsqu unetellehausseintervient,lesadaptationsdescomportementsdesacteursconduisentàdescoûts moins élevés. Ces adaptations des comportements sont une preuve du potentiel de réduction des émissionsdegesd unterritoire. PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

44 5.4.2VulnérabilitéàlabalanceEuro/Dollar ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon Leprixdubarilestbasésurledollar,parconséquentlecoursduDollarparrapportàl Euroentraînedes répercussions sur le coût de l énergie dans la zone Euro et donc dans le Grand Chalon. Ces simulations permettentdevoirlesimpactsd unehaussedudollarparrapportàl eurosurlesdépensesénergétiques. Uneréductiondel énergieconsomméeengendreunedépendancemoindreàcesévolutions. Au3Mars2010,labalanceEuro/Dollarestde1Euro=1,36Dollar.Lessimulationscidessouspermettent dequantifierlesurcoûteneurospartonneéqu.co 2 relativementàl évolutionducoursdudollar(àprixdu barilconstant).ellesontétéréaliséesavecuncoursdudollarà1,20,1,10 et1. Principe: 43 Exemple: Calcul des surcoûts sur la base des résultats 2008 du poste production de l énergiedu Bilan CarboneduGrandChalon:74690Tonneséqu.CO 2 Valeur du dollar au3mars2010 1,36$/ Valeur future du dollar SurcoûtpartonneCO 2 Surcoûtglobaldéduitpour 74690Tonneséqu.CO 2 1,20$/ ,10$/ ,00$/ Lescalculsprécédentsmettentenévidencelafortedépendanceetlavulnérabilitééconomiquedetoute collectivitéfaceauxvariationsdecesdeuxparamètres.réduirelessourcesd émissionsdegazàeffetde serrecontribueindirectementàunemaîtrisetrèssensibledescoûtspesantsurleterritoire. PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

45 ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 44 6.LESACTEURSETLESACTIONSENGAGEESSURLETERRITOIRE LePlanClimatEnergieTerritorialdoit s appuyersurles actionsdéjàengagées,lesoptimiser,lesintégrer dans un programme d actions et rechercher une cohérence globale. La construction du PCET suivra le modèleschématiséciaprès: 6.1.LesactionsengagéessurleGrandChalon DansunephaseinitialedeconstructionduPCETduterritoire,lesactionsmenéessurleterritoire parle GrandChalonoud autresacteurs ontétérecenséesafin: d éviterde«réinventerl eautiède»; dedémontrerladynamiqueexistante; d inspirerdenouvellesactions Lesactionsengagéesdansledomainedesdéplacements La carte «Grand air» : elle permet aux jeunes (des collèges, lycées ou établissements d enseignementsupérieur)deprendregratuitementlesbusduréseaupourleursdéplacements duquotidien(weekendcompris). AdhésionausiteMOBIGO(centraledemobilitéRégionale).Cettecentraled informationfacilitela compréhensionetl articulationdel ensembledifférentsréseauxpourlesusagers. Lasignatured uneconventionpourlamiseenœuvreetl exploitationdel intermodalitébillettique enbourgogne. Signaturede5conventionspourlamiseneplacedePDE(Plandedéplacementsentreprise)avec desentreprises. PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

46 Créationd untitreintermodalparkingducvdechalon+vélosréflex ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon Aménagement d un premier P+R (parking relais) sur la commune de SaintRémy (pour le covoiturageetreliéauxlignesdetcinterurbainesduconseilgénéral) Existencedemanifestationspériodiquespourpromouvoirl écomobilitécommelorsdelasemaine delamobilitéouàtraverslebusdudéveloppementdurable; D'ici2014deuxlignesdeBusàHautNiveaudeServiceirriguerontChalonetsa1èrecouronne Parmileschangementsrelatifsauxtransportscollectifs: 45 De nouveaux véhicules confortables et accessibles aux personnes à mobilité réduite sur les lignesdubhns Denouveauxparkingsrelaisauxentréesdel'agglomération Denouvellesvoiriesetaménagementsàl'avantageduBHNS Lafiabilitédeshorairesetl extensiondeshorairesensoiréeetledimanchematin Desinformationsdynamiquesàbord UneréflexioncomplémentairepourréorganiserleréseauencohérenceavecleBHNS. Concernantlesmodesdoux,despistescyclablesontétéréaliséesAvenueKennedy,rueFourier,Alléesde SaintJean des Vignes et rue Ledru Rollin. En 2010, un schéma cyclable municipal sera lancé et de nombreuses actions visant à développer l usage du vélo seront mises en œuvre. Plusieurs actions sont évoquéesquipourraientêtremisesenœuvrecourant2010pourdévelopperlaplaceduvélo: Inciteràl utilisationduvélopoureffectuersescoursesenville, Développerleszones30ouderencontredites«apaisées»enhypercentre. Aménagerdesparcsdestationnementvéloscouvertsetsécurisés. Systématiserles«tourneàdroite»auxfeuxtricolorespourlescyclistesEtudierlafaisabilitéde bandescyclablessurlestrottoirssuffisammentspacieuxduboulevarddelarépublique EtudierlafaisabilitédecréerunevoiedédiéeauxdeuxrouesnonmotoriséessurlaruedeLyon TesterdescontresenscyclablessurlarueduGénéralLeclerc Ces actions ou projets ciblées sur le transport et la mobilité permettent déjà de faciliter et de favoriser l utilisationdetransportsencommuns,dedéplacementsdouxoudemutualisationdumodedetransport Actionsengagéesdansledomainedel économie Auniveaudel entreprise Undiagnosticénergétique(DanfossScola)etunedémarchedemanagementenvironnemental (Gerresheimer Chalon SA verre pour pharmaceutique, Nextis plasturgie (automobile et Décathlon)). UnPDEentreprises:UnpartenariatquiassocieleGrandChalon,laSTAC,5entreprises(Areva, lalyonnaisedeseaux,laposte,chalonservicesetb2s) Desactionsd accompagnementmenéesparlaccisurdesthèmesvariés(gestiondel énergie, gestiondesdéchets,démarchesenvironnementales,etc.) UnPlandePerformanceEnergétiquequidonneunappuifinancierpourlesagriculteurs: PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

47 ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 46 o o Dispositifd aideauxinvestissements(enretéconomied énergie) EDFparticipeaudiagnosticPlanète/Dia Terre Appuietinformationtechnique(parlachambred agriculture71): o Guidetechnique«ViticulturedurableenBourgogne» o Economied énergieensystèmeviande(élevage) o Productiond énergiesrenouvelables Auniveaudelafilière Actionsconcrètes o Investissementpourrechargerdesbatteries(SARLEcoBatterie) o Formationsupérieureàlanavigationintérieure(bac+2)(ISNI) Auniveauduterritoire Zonesd activités:démarchehqe(mediccenter) Réflexionterritoriale:placedufleuvedanslaréflexionetlastructurationdudéveloppement économiquedugrandchalon Lesactionsengagéesdansledomainedel habitat Le Projet de Renouvellement Urbain de Chalon. Le projet de rénovation du quartier a pour objectifdeleréinsérerdanslefonctionnementdelavilleetdesonagglomération,enl'ouvrant, en lui donnant une vraie fonction dans la ville, mais aussi en améliorant l'accessibilité des servicesdeproximitéetlecadredeviedeshabitants.pourrépondreàcesobjectifs,unpôle dédiéauxloisirsetauxsportsavecnotammentunboulodrome,lamaisondesassociations,les tennis, l'école de voile, un skatepark, etc. ainsi qu'un centre commercial sur le centre du quartierserontcréés.parallèlement,260nouveauxlogements(100logementslocatifssociaux, 70logementslocatifsprivéset90logementsenaccessionlibreouaidée).Enoutre,ceprojet prévoitlaréhabilitationde1042logementssociauxainsiqueles200studiosdufjt. Laréhabilitationdes1384logementsdel OPACdeSaôneetLoiresurlequartierAubépinsvise, entreautre,desperformancesénergétiquesmaximum,maisvariablesselonl étatdubâtietles contraintestechniques.cetteréhabilitationviseunobjectifbbc. Leconseilauxparticuliers:L'EspaceINFO>ÉNERGIE.AniméparleCAUEdeSaôneetLoire,il assureunservicegratuit,neutreetindépendant.ilconseillesurleséconomiesd énergie,les énergies renouvelables, l isolation et la ventilation, le chauffage et l eau chaude, les équipementsdel habitation,lesaidesfinancièresetlestransports Le Programme Local de l Habitat actuellement en cours affiche un potentiel de réhabilitationde1700logementsvacants. Leterritoireadéjàfaitl objetde4dispositifsopérationnelsdepuis1999:l OPAHmenéesurles communes de ChalonsurSaône, ChâtenoyleRoyal, SaintMarcel et SaintRémy ( ), l OPAHNord( ),l OPAHCœurdeRempart( )surlecentrehistoriquedela villedechalonsursaône,lepig( )surlescommunesdelux,champforgeuiletsaint Marcel.Cesopérationsontpermisderéhabiliter766logementsdont228logementsvacants. Actuellement, une OPAH est en cours sur 19 communes de l ouest et du Sud de l Agglomération.UnProgrammed IntérêtGénéral(PIG)«logementindigne»seraégalement misenplaceen2011surl ensembleduterritoiredelavillecentre.audelàdelaréhabilitation de 165 logements, ces deux dispositifs disposent d un volet «économie d énergie» avec la miseenplaced aidesspécifiques. PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

48 ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 47 Par ailleurs, le Grand Chalon a signé le 4 janvier 2011, un contrat local d engagement avec l Etat,leConseilGénéraletlaCAFdontl objectifestdemettreenplaceledispositif«habiter mieux»quipermetdemobiliserdesfinancementssupplémentairesenfaveurdespropriétaires occupantsensituationdeprécaritéénergétique. LenouveauProgrammeLocaldel Habitat(PLH)doitpermettrederépondreauxbesoinsaux logementsenfavorisantlerenouvellementurbainetlamixitésociale,prendreencompteles besoinsspécifiquesdespopulations(handicap,vieillissement,etc.)toutenassurantl équilibre duterritoire(redynamiserlavillecentreetlimiterl étalementurbain).ainsil améliorationdela qualitéglobaleetdel'attractivitéduparcdelogementsactuelenfavorisantlaréhabilitationde l'habitatancien(publicetprivé)estaussicibléetoutentransformantunepartieduparcsocial (démolitionreconstruction).cesélémentsentraînentunediversitéetuneaccessibilitéauparc delogementsafind assureràtousledroitaulogementetrépondreauxdifficultésdecertaines populationspourbénéficierd'unlogement(personnesâgées,àmobilitéréduite,publicjeune, ménages aux revenus précaires, gens du voyage,...). une mixité des publics au sein du parc immobilierestsouhaitée,aveclamiseenplaced outilspermettantdedéfinirunepolitiquede peuplement efficace. La réhabilitation de logements de faible qualité ou inoccupée va aussi être privilégié. Pour mettre en place ces actions, la mise en place d un service commun d urbanisme est préconisée avec une politique d intervention foncière. L observatoire de l habitatetledispositifdepilotagedegouvernancepermettrontuncontrôleetuneévaluation deseffets. Lachartedel urbanisme.cettecharteapoureffetd harmoniseretdemaîtriserl urbanisation del agglomérationdemanièreconcertéeetpartagée.ellepermetdedisposerd undocument permettant d apprécier les futures extensions urbaines, dans le respect des enjeux du développement durable. En lien avec les documents de planification communautaires, cette Charte d Urbanisme fixe donc un certain nombre d orientations et d engagements respectifs entrelacommunautéd Agglomérationetsescommunessurlabasedes6grandsprincipes:un développement raisonné, une identité préservée, une mixité sociale affirmée, un développementdesdéplacementsalternatifsàlavoiture,uneréservationdesressourcesetde l environnement,uneassociationdelapopulation. Laréductiondesconsommationsd énergiedanslesbâtimentsmunicipauxestaussiciblée avec des études et des travaux et la volonté de développer le recours aux énergies renouvelables(diagnosticsénergétiquessurlesécolesmunicipales,miseenplacedecapteurs solairespourlesserresmunicipales, ). LarévisionduSchémadeCohérenceTerritorial(SCOT)etlacréationd uneagenced urbanisme commune aux communautés de CreusotMontceau et du Grand Chalon sont en cours de réflexion. Toutescesactionsserejoignentafind avoirunegestionplusmaîtriséedel habitat.unecohérenceentre touslesprogrammesestrecherchée Lesactionstransversales LaVilledeChalonaétélapremièreàs engagerdansunprogrammeprivilègesetdisposeainsid unplan municipaldemaîtrisedesges.en2010,l élaborationd unagenda21municipalaétélancée. Au niveau des ressources énergétiques, une deuxième chaufferie bois sera mise en service sur la ZAC ThaliePrésDevantPontParon.LeréseauCURCHAL,dechauffageurbain,estaussidéveloppé.Destravaux danslecadredelapolitiqued économiesd énergiesonteffectuésavecleremplacementdeluminaires, uneétudedel optimisationdel éclairagepublic,miseenplacedefeuxtricoloresavecdessignauxàledset deshorodateursàalimentationsolaire. Laconsommationd engraisetd eauparleservicedesespacesvertsabaissésuiteàlamiseenplaced une politiquevolontaristeenlamatière.en2010,lesplacesdelagareetdel HôteldeVilleferontl objetd une végétalisation.desplantationsseronteffectuéesavenuenièpceetlelongdelabarreducanal. PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

49 ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 48 Unprogrammelocaldepréventiondesdéchetsestégalementmisenplaceavec: Pourlesdéchetsverts:laplateformedecompostage,leprogramme«Compostageàtousles étages»,l opérationdebroyagegratuitdedéchetsverts Laparticipationàlasemaineeuropéennederéductiondesdéchets Leprogramme«Icionsemobilise»:informerlesusagerssurlesdifférentesfilièresdetrioet de traitement des déchets et sensibiliser les usagers sur les gestes alternatifs qu'ils peuvent mettreenœuvrepourdiminuerquotidiennementlesquantitésdedéchetsdéposés. Enfin,chaqueannée,l organisationderencontresetdeconférenceslorsdelasemainedudéveloppement durable permet d informer et de sensibiliser le public aux grands enjeux de développement durable. En 2010,lavilledeChalonsurSaôneadistribué,danslecadredesonAgenda21,2000kitsgest éco,outilde sensibilisationetdeconseilspourl actionauquotidienenfaveurdudéveloppementdurable. Ilestimportantderappelerqu ungrandnombred actionsenfaveurdelaréductiondesconsommations énergétiquesestportépard autresacteursquelacollectivité:lescommunesdugrandchalon(éclairage public,écoquartiers, ),certainesentreprises,leconseilgénéraletlarégionégalement. 6.2.ActeursclésàimpliquerdansladémarchedePCET LeGrandChalonneparviendrapasseulàatteindrelesobjectifsduPCET 2.Ildoitpourcelamobiliserles acteurs«finaux»(population,entreprise)dontlesactivitésetcomportementsgénèrentdesémissionsde GESetsontconsommateursd énergie.etantdonnéleurnombreetlescontactsplusoumoinsdirectsqu il entretientaveceux,ildoitégalementbiens entourer,c'estàdiremobiliserdesacteursintermédiairesqui pourront être les relais du PCET. Si certains acteurs relais sont facilement identifiables (ex. CCI, ADERC, commune),d autresjouenttantôtlerôled acteurfinal,tantôtceluid acteurrelais.c estparexemplelecas descommunes,maiségalementceluidesentreprisesellesmêmessontdesrelaispourlapopulation(dont fontpartieleurssalariés,leursclients,leursfournisseurs,etc.). LeschémasuivanttentedereprésenterunepartiedesacteursclésqueleGrandChalondevraassocierafin demettreenœuvresonpcet.lesnombreusesrelationsquileslientnesontpasreprésentéesparsoucide clartémaisellessontàprendreencompteparlegrandchalon.lesfrontièresentrelesgrandescatégories d acteurs proposées sont également mobiles. Le territoire du Grand Chalon et ses acteurs forment un systèmecomplexe,quelareprésentationgraphiquedoitsimplifier. Représentation et positionnement desacteursclés PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

50 6.3.LadémarchedelabellisationCit ergie ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 49 Parallèlementàladémarched élaborationduplanclimatenergieterritorial,lavilledechalonetlegrand ChalonsesontengagésdansunedémarchedelabellisationCit ergie. LelabelCit ergiepermetdedonneruneidentitéforteetuneimagedynamique,synonymedeperformance etqualité.lacollectivitépeutainsi: identifierlesforcesetlesfaiblessesdesapolitiqueénergétiqueetclimatique secomparerauxautres Sefixerdesobjectifsdeprogrès Mettreenœuvrelesmesuresadéquatesycomprisdanssonorganisationinterne Suivrelesrésultats Cettedémarchepermetauxcollectivitésd allerplusvitedansl atteinted objectifsambitieux,encohérence avec les enjeux nationaux, européens et mondiaux. Elle apporte les outils et la méthode pour faire et atteindre les objectifs fixés en établissant pour chaque territoire une feuille de route stratégique et opérationnelle,danssesdomainesdecompétences,enagissantsimultanémentsurleschampstechnique etorganisationnel. Cit ergieundispositifopérationneld appuietdereconnaissancepourconstruirelecontenu: Duvoleténergied unagenda21 Du programme d action de la collectivité dans le cadre d un PCET. Cit ergie peut ainsi se caractérisercommelevolet«pland actionsinterne»duplanclimat. PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

51 ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 50 Ladéfinitiondelapolitiqueénergieclimatestactuellementencoursd élaboration. PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

52 ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 51 7.LESRESULTATSDELACOELABORATION(LIVREBLANC) Véritable exercice de démocratie participative, le livre blanc s attache à donner une vision partagée des enjeux locaux et regroupe l ensemble des propositions exprimées par les participants dans l optique d aboutiràunconsensus.iln engagetoutefoispasdirectementlacollectivité,maisilconstitueunematière premièrericheàexploiterdanslaphasesuivanted analyseapprofondieetd instructiontechnique. 7.1.Laméthodedecoconstruction LaméthodedecoconstructionduPlanClimatEnergieTerritorials appuiesurlaparticipationdel ensemble des acteurs du territoire dans chacun des domaines: élus, associations, entreprises, bureaux d études, organismesdivers,syndicats, Cettephasedecoconstructions estorganiséeautourdedeuxséminairesquionteulieule10décembre 2010etle21janvier2011.Chacundecesséminairesétaientorganisésdelamanièresuivante: Séminairen 1du10décembre2010 Introduction:Enjeuxénergétiquesetclimatiques: pourquoiagir? Présentationdel outilpcetetdesleviersd actions Explicationméthodologique Répartition des participants en 3 ateliers thématiques Partage des enjeux et échanges sur les actions engagéesouprojetées Retoursd expériencesetidentificationdesaxesde travailpourlasuite Conclusion:synthèsedesateliers Séminairen 2du21janvier2011 Introduction:synthèsedesateliersprécédents Retours sur les enjeux partagés et sur les premièresfamillesd actionidentifiées Explicationméthodologique Répartition des participants en 3 ateliers thématiques Echanges autour des familles d actions pré identifiées Réalisationd unportefeuilled actions Conclusion:synthèsedesateliers Il a été fait le choix d aborder les ateliers de travail selon les trois grands domaines qui ont le plus d interactionaveclephénomènedechangementclimatique: PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

53 ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 52 Lepremierséminaireétaitunmoment«fédérateur»pourlePlanClimatavecuneconcertationélargiequi apermisd informerlespersonnesintéressées.ilaréuniprèsde60participants: Mobilité Habitat Economie Collectivités Entreprises Associations 4 2 Institutions/organismes Enseignement 1 1 ServicesGdChalon Total Lesecondséminairearéunienviron50personnesquisouhaitaientréellementparticiperetapporterleur contributionàl élaborationdupcet. Mobilité Habitat Economie Collectivités Entreprises 8 6 Associations Institutions/organismes ServicesGdChalon Total PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

54 PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon 53 ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 7.2.Lesenjeuxpartagés Les deux séminaires ont permis de partager les enjeux du territoire autour des trois grands domaines. Aprèsréorganisationdesproposdechacundesparticipants,lesenjeuxpeuventseprésentersouslaforme desschémassuivants:

55 ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 54 Cetteséparationentroisgrandsdomainesnedoitpasfaireoublierlesinteractionsentrelesdomainesetla transversalitédesenjeux.ainsi,quelquesoitledomaine,l enjeudemobilisationdel ensembledesacteurs desdifférentesfilièresapparaît,toutcommel enjeutrèsprégnantdesensibilisation,depédagogieetde formationdesprofessionnelsetparticulierspouruneévolutiondescomportements. Enfin, l enjeu premier, et qui se trouve en amont de toute action concrète, concerne la planification et l aménagementduterritoire,quipeuventavoirdesincidencesconsidérablesenmatièrederéductiondes consommationsénergétiques. PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

56 7.3.Lesfamillesd actionsidentifiées ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 55 Lestableauxquisuiventretranscriventlesdifférentespropositionsdesacteurssocioprofessionnelsquiont étéréaliséeslorsdesateliers.cespropositionsonttoutefoisétéréorganiséesparorientationetobjectif. L hétérogénéitédespropositionsesttoutàfaitnormalàcetteétapedeconstructionduprojet,certaines propositions relèvent de l action concrète, tandis que d autres nécessitent d être approfondies pour trouverunetraductionopérationnelle Auniveaudelaconsommationetdesentreprises Orientation Objectifàpoursuivre Typologied actionsproposées Favoriserlesdémarches«énergieenvironnement»desentreprises Valoriserles ressources locales. Aménagerleterritoire durablement Informer sensibiliser et Favoriser les économiesd énergies Diffusion des bonnes pratiques Utilisation d énergies renouvelables Valorisation déchets des Réhabiliter les friches existantes Favoriserlefretfluvial PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon Créer des clubs d entreprises destinés à s informer et échanger particulièrementsurleséconomiesd énergiecommedéjàlancés paredf.cesclubsdoiventêtreinitiésparlesfilières. Organiserdesvisitesdebâtimentsdedémonstration Favoriserl éclairageauxleds Miseenplacedemécanismesd incitation Formerdesemployéspouréconomiserl énergiedansl entreprise Miseenplacedeguidedebonnespratiquessurl éclairageetle chauffage et refroidissement avec des références énergétiques surlesdépensesetleséconomiesréalisées Miseenplaced unguideàdestinationdesentreprisesprésentant desactions(àtraversdesfiches)visantàréaliserdeséconomies en contribuant aux objectifs d un développement durable en s inspirantdel initiativeacte Favoriser la mobilisation des salariés dans l entreprise autour d undéfienvironnemental.ilcontribueaussibienàlaréduction des déchets qu à la réalisation d économies d énergie directes avecl Ecochallenge Recenser et diffuser les bonnes pratiques avec des fiches techniques présentant des exemples locaux reproductibles. Ces informationsdoiventêtreorganiséesparcorpsdemétiers Développementdel utilisationduboisénergie Evaluerlespossibilitésd implantationd éoliensurleterritoire Miseenplacedeprojetsdeméthanisation Valoriserlachaleurdeseauxuséessiprojetprocheduréseau Absencedepropositionsconcrètespourl instant Développerlanavigationfluviale Faciliterl accèsauxportsetauxusagesmultimodaux(route,fer etfleuve) Promouvoirlefretfluvialeninformantetsensibilisantmaisaussi avecdesformations

57 ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 56 Favoriserl'émergenceetle développementdefilières "vertueuses". Contribueràla relocalisationde l'économie Promouvoir l écologie industrielle sur le territoire Promouvoir la production et la consommation de produitsdequalité Faciliter la réduction desdéchets Promouvoirlescircuits courts Auniveaudel habitatetdel urbanisme Absencedepropositionsconcrètespourl instant Absencedepropositionsconcrètespourl instant Réaliserdesdiagnosticsapprofondissurlesdéchetseffectuéspar lacci Financementdeprojetsinnovantssurlathématiquedesdéchets (notamment)effectuéparlecg71 Organiserlemarchédescircuitscourtspourconfronterl offreet lademande Améliorer la logistique et l organisation (communication, informations ) Favoriserlescircuitscourtsavecapportsdepanierssurlelieude travail qui ont un coût GES moindre (association ACTIVE en partenariat avec les producteurs et les comités d entreprises ACEB) Orientation Objectifàpoursuivre Typologied actionsproposées Réduirel étalementurbainetdévelopperla proximitéetlamixitéurbaine. Promouvoirles nouvellesformes urbainesetune architecture économesen énergie Planificationurbaine Assurer plus de proximitéetmixité Architecture bioclimatique Opérations d urbanisme Sensibiliser les élus et les habitants aux enjeux de leur commune dans son environnement et notamment sur les questionsénergétiquesetfoncières Reprendre les PLU, et les adapter pour en faire des PLU économesenénergieetenfoncier Mettre en œuvre une véritable politique commune à l agglomérationpourlesautorisationsdeconstructiondans lesplu.fixerdes«normes»pourl agglomérationdansle SCOT Favoriser les zones de convivialité (zone 30) en réduisant leslargeursdesvoiesetensupprimantlestrottoirs Densifier les cœurs de ville et village et conserver les commercesetservicesdeproximité Accélérerlarénovationdescentresvillesouvillages Promouvoirlevoisinage.Communiquersurlaqualitédela vieurbaineplutôtquesurunidéalpériurbain Absencedepropositionsconcrètespourl instant Imposer les Approches Environnementales de l Urbanisme (ou études environnementales) avant toute ouverture de zone à urbanisation. Développer des prescriptions jusqu auxphasesopérationnelles PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

58 Réduirelesémissionsetconsommationsdesbâtimentset deschantiers Construire compact plus Multiplierlesécocentres ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon Promouvoirlesopérationsdurablesexistantes Développerdescentralesdechauffage Nepaslaisserconstruiredebâtimentsdeniveauinférieurà A,BouC Faire une (ou des) étude(s) pour prouver que l investissement sur le court terme sera rentabilisé sur le long terme. Avoir des arguments chiffrés du retour sur investissement dans un écoquartier, en construction, en réhabilitation Fairedesmodèlesinnovants Menerdesopérationspubliquesexemplaires Développer un accompagnement, comme dans les OPAH, pour les habitants des nouveaux quartiers durablespour conseiller et suivre: les usages, les budgets et le poste énergie,évaluerleséconomiesd énergieréalisées DéveloppersystématiquementduconseilsurlesPermisde Construire (auprès des pétitionnaires et constructeurs), avec un accompagnement du CAUE. Sensibiliser les particuliers qui veulent construire ou rénover (CAUE+ADIL+Espace Info Energies). Avoir une «Maison de l habitat», guichet unique où trouver toutes les informationsetconseilssurlelogement,neufetancien,sur leséconomiesd énergies. Formation Former artisans et entreprises du bâtiment aux constructions durables, économes en énergies. Avec des ateliers thématiques organisés par les instances professionnelles. En ciblant les ouvriers du bâtiment (pas quelespatrons) Chantiers tests, avec formation des artisans, étudiants en bâtiments. Avec le CFA bâtiment, sur le suivi d une opérationdanssonensemble. Sensibilisation Certification Développerlamaisondel habitatpermettantd avoirenun seul lieu l ensemble des informations relatives à son logement Développer les visites de chantiers, puis les visites de réalisation après plusieurs années pour avoir le retour d informationdansladurée. Communiquer aux entreprises des résultats en termes de consommationetcoûtd exploitationdebâtimentconstruit ouréhabilité Développerdeslabellisationstype«écoartisan» 57 PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

59 ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 58 Réduirelesconsommationsénergétiquesdansleparcexistant Réhabiliter les logementsexistants Agir sur les comportements Créerunlogementtémoin(commeàStPantaléonàAutun) oùrecevoirlesgensetleurproposerdesvisitesàdomicile pour du conseil, avec appui de la CAF, de l assistance sociale du CG71 pour toucher les familles les plus modestes OPAHcibléeséconomied énergie Faire la promotion des Contrats de Performances Energétiques pour les copropriétés, en particulier celles disposantd unsystèmedechauffagecollectif Faireunconcours«10projets,10réhabilitations» Améliorer la régulation du chauffage dans les logements. Disposer des thermostats programmables dans les logements, et expliquer leur fonctionnement. Poser des appareilsavecarrêtautomatique Inciterauxcommandesgroupéespourfairedeséconomies d échelle Développer des services ou équipements mutualisés: chaufferies,laveries Obliger la population à surveiller sa consommation d électricité,d eauchaude,degaz Equiperleslogementsd unafficheurquidonnelapuissance électrique instantanée (appel de puissance) et la températureintérieure. Informer les personnes sur les conséquences de leurs comportementsentermesdedépensesénergétiquesetde gaspillages. Sensibiliser sur les gestes quotidiens (campagnesconcertées:écoles,journaux,internet) Accompagnerlesoccupantssurlenouveaufonctionnement deleurlogementsuiteàlaréhabilitation:livrets(ludiques), explications sur le lien entre le comportement et les consommations; sur des opérations importantes, instrumentaliser quelques logements (souscompteurs, capteursdetempérature ) Auniveaudelamobilité Orientation Objectifàpoursuivre Typologied actionsàenvisager Rechercher une cohérence entre urbanisme et Réduirelapartmodale delavoituredansles déplacements AgirsurlesnormesdestationnementdanslesPLU Attribuer des subventions (projet urbain, logements, ) sous conditions du respect de la cohérence entre urbanismeettransport PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

60 ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 59 Améliorerlaperformancedestransportscollectifs Promouvoirlapratiquedes modesdoux Rechercheruneplacejuste delavoituredanslaville Développ erle partageet la multimod alité Rendre plus attractif l offre de transports collectifs Favoriser des usages mixtesdetransports Faciliter l accès aux transportscollectifs Augmenter l offre de cheminementsdoux Sécuriser et adapter l offre Diminuer l espace de la voituredanslavoirie Faciliter les conditions decirculation Favoriserlecovoiturage ouautresmodesde voiture Développer le réseau de TC actuel autour de lignes de BHNS; performantes en termes de vitesse et de cadencement Diminuerletarifdestransportscollectifspourdévelopper leurutilisation Renforcer une infrastructure de transport en commun en forme de croix, d est en ouest et du nord au sud, se croisantàlagare. MettreenplacedesparcsrelaisreliésàdesnavettesdeTC cadencéespourdesservirlecentreurbain Améliorer la complémentarité des transports collectifs entre les différentes échelles (urbain, interurbain et régional) MettreenaccessibilitéleréseaudeTCpourlespersonnes ensituationdehandicapetlespmr Faciliterl accèsàl offredetransportalademande(tad) Assurer un maillage des itinéraires du territoire avec des cheminementsdoux Mise en place de pratiques avec les écoles comme le Pédibus Aménager des cheminements piétons de qualité (notammentversetsurleszonesd activité) Réaliser des aménagements cyclables sécurisés pour développerlapratiquedesmodesdoux Améliorerlestationnementvéloavecuneoffreadaptéeen quantitéetsécurisée Diminuer l espace dédié au stationnement automobile dans certains secteurs pour un stationnement plus cohérent PrioriserlesTCdanslesaménagementsdevoiriesàtravers dessitespropres,systèmesdepriorités Fluidifier le trafic en diminuant le recours aux feux tricolores Pacifier la circulation avec des zones 30 et des zones de rencontreetenagissantsurlesvitessesdecirculation Développer des zones bien identifiées pour les co voitureurs Développerl autopartage Développerl autostopàl échelleduterritoire PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

61 ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 60 Sensibilisation Mettre en œuvre des journées et actions spécifiques à travers de la sensibilisation et des expérimentations (journéessansvoiture, ) Communiquer et sensibiliser la population sur le recours auxmodesalternatifsnotammentsousl angledesbienfaits pourlasanté PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

62 8.LASUITEDELADEMARCHE ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 61 Cesdifférentespropositionsvontfairel objetd uneanalyseapprofondieetd unesélectionselondifférents critères: Appréciationdelacontributionauxobjectifsderéductiondesconsommationsénergétiques Mesuredelafaisabilitéetdelacomplexitédel action L identificationdesobstaclestechniqueset/oujuridiques Lesconditionsdemiseenœuvre Lecoûtetlesmodalitésdefinancement Ilressortiradecetteanalyseunportefeuilled actionsreformulées,triéesetorganiséespargranddomaine d action. Dans ce portefeuille d actions, l opérationnalité des actions ne sera pas homogène: certaines propositionsserontrelativementbiencadréestandisquecertainesmériterontuntravailsupplémentaire aveclesacteursconcernés. Cetravaild approfondissementseraconduitdanslecadredesclubsacteursclimat,quiserontorganisés entre avril et juin Ces groupes de travail seront constitués de quelques personnes volontaires désirantparticiperàladéfinitionplusprécisedel actionàporter.lesdomainesd actionsàtraitersonten coursdedéfinition. Principesd organisationdesclubsacteursclimat Composition:groupede1à5personnes Mission:préciserlesactionsidentifiées:partenariat, moyens,financements, Méthode:réuniondetravail,échangesd information, rencontreindividuelle Planning:entreavriletjuin2011 PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

63 9.ANNEXES 9.1.LaméthodeBilanCarbone ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 62 Lebilancarboneestunoutildecomptabilisationdesémissionsdegazàeffetdeserre.Ilpermetd évaluer, en ordre de grandeur, les émissions de gaz à effet de serre engendrées par l ensemble des processus physiques qui sont nécessaires à l existence d une activité ou organisation humaine. Par «processus physiquenécessaire»,ilfautcomprendrequel entitéexaminéen existeraitpassoussaformeactuelle,ou avec ses contours actuels, si le processus physique en question n était pas possible. L un des points fondamentauxdelaméthodeconsisteàmettresurunpiedd égalité: Lesémissionsdegazàeffetdeserrequiprennentdirectementplaceauseindel entité(quisont, d unecertainemanière,desaresponsabilitéjuridiqueouterritorialedirecte) les émissions qui prennent place à l extérieur de cette entité, mais qui sont la contrepartie de processusnécessairesàl existencedel activitéoudel organisationsoussaformeactuelle. LesémissionsquifigurentdansunBilanCarbonenesontdoncpasuniquementcellesdontl entitéestouse sentresponsable,maisavanttoutcellesdontelledépend. Ilpermetàlacollectivitéd évaluersapressionglobalesurleclimat,sesmargesdemanœuvreàcourtet long terme, son exposition au risque économique d un renchérissement de l utilisation de combustibles fossiles. La méthode bilan carbone développée par l ADEME mesure l impact de six gaz à effet de serre comptabilisésparleprotocoledekyoto: Ledioxydedecarbone,CO2,émislorsdetoutecombustion,dansdesproportionsvariablesetselon le combustible. La majorité des émissions viennent de la production d électricité à partir de combustibles fossiles, de l industrie, du transport et des secteurs résidentiel et tertiaire. Les émissionsdeco2sontdoncétroitementliéesàladensitédepopulationetdutissuindustriel. Le méthane, CH4, provient essentiellement de la fermentation issue des décompositions de matièresorganiquesetvégétales.lasecondegrandesourced émissionestlamiseendéchargedes déchets. Le protoxyde d azote, N2O, provient essentiellement de l agriculture, notamment du fait des apportsazotéssurlessolscultivésparépandagedefertilisantsminérauxetd origineanimale.la secondesourceestlesecteurindustrieletnotammentlachimie. Les hydrofluorocarbures, HFC, sont une famille de produits. La réfrigération commerciale et domestique,associéeàl utilisationd aérosols,placelesecteurrésidentielettertiaireaupremier plan des émissions. La part importante du transport routier tient à la généralisation de la climatisationsurlesvéhicules. Les perfluorocarbures, PFC, sont une autre famille de composés issus du secteur industriel, notamment de la production d aluminium de première fusion et de l industrie des semi conducteurs. L hexafluorure de soufre, SF6, provient essentiellement du secteur industriel et de la transformation de l énergie. Les émissions sont principalement engendrées par la production de magnésium, le remplissage des disjoncteurs et interrupteurs haute tension et la fabrication des semiconducteurs. PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

64 ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 63 LespostesprisencomptedanslacomptabilisationdesémissionsdeGESsontlessuivants: Industriesdel énergie Emissionsdesprocédésindustriels Tertiaire Résidentiel Agricultureetpêche Transportdespersonnes Constructionsetvoirie Déchetsduterritoireetfabricationdesfutursdéchets Lesémissionsdegazàeffetdeserresontcomptabiliséesentonnesdegazémisesannuellement.Chaque gazémisauneduréedeviedansl atmosphèreetunpouvoird effetdeserrespécifique.leurimpactsurle réchauffement global varie en fonction de ces facteurs. Pour comparer ces impacts entre eux et les additionnerpourl ensembledesémissions,entenantcomptedupotentielderéchauffementglobal(prg), onutiliselatonned équivalentco2(teqco2).ainsi,unetonnedech4vaut21teqco2,unetonneden2o vaut310teqco2etunetonnedesf6vaut23900teqco2. Ilestimportantdesoulignerqueleschiffresrestentdesestimationsetdonnedesordresdegrandeursdes émissions.ilseraitdonchasardeuxdetenterdescomparaisonsavecd autresterritoiresouentresecteurs dumêmeterritoire.ceschiffresconstituentcependant,etc estleurintérêtessentiel,unebasedetravailà partirdelaquellepourrontêtrecalculéeslesréductionsd émissionsobtenuesgrâceaupland action,en respectantlaméthodologied estimationmiseenœuvredanslecadredecepremierbilancarbone Vulnérabilité du territoire face aux instabilités à venir sur le marché de l énergie Traductiondel évolutionduprixdupétrolesurlecoûtdesémissionsdecarbone Au3Mars2010,leprix dubarildepétrolebrutsesitueautourde80euros.lessimulationscidessous permettentdequantifierlesurcoûteneurospartonneéqu.co 2 relativementàl augmentationduprixdu baril(àbalanceeuro/dollarconstante).ellesontétéréaliséesavecuntarifdubarilà100,120et140et 160euros. Principe: Quantitédepétrole consommé SurcoutenEurospartonne équivalentco 2 émis Augmentationduprix dubaril PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

65 Résultats: ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 64 Exemple: Calcul des surcoûts sur la base des résultats 2008 du poste production de l énergie du Bilan CarboneduGrandChalon:74690Tonneséqu.CO 2 Prix initial du baril au3mars2010 Prixfuturdubaril SurcoûtpartonneCO 2 Surcoût global déduit pour 74690Tonneséqu.CO 2 100$ $ 120$ $ $ Undoublementduprixdubarilconduiraitsurunepériodedeunanàunsurcoûtdeprèsde10millions d euros. Traductiondel évolutionduprixénergétiqueenfonctiondelabalanceeuro/dollar La tarification du baril de pétrole s exprimant en dollar, le coût des dépenses énergétiques dépend directementdelabalancemonétaireeuro/dollar.ilenestdemêmepourlecoûtdelatonnedeco 2 émise. Au3Mars2010,labalanceEuro/Dollarestde1Euro=1,36Dollar.Lessimulationscidessouspermettent dequantifierlesurcoûteneurospartonneéqu.co 2 relativementàl évolutionducoursdudollar(àprixdu barilconstant).ellesontétéréaliséesavecuncoursdudollarà1,20,1,10 et1. Principe: Quantitédepétrole consommé Tonneséquivalent CO 2 émis HausseduDollarpar rapportàl Euro SurcoutenEurospartonne équivalentco 2 émis PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

66 Résultats: ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 65 Exemple: Calcul des surcoûts sur la base des résultats 2008 du poste production de l énergiedu Bilan CarboneduGrandChalon:74690Tonneséqu.CO 2 Valeurdudollarau 3Mars2010 Valeur future du dollar SurcoûtpartonneCO 2 Surcoût global déduit pour 74690Tonneséqu.CO 2 1,20$/ ,36$/ 1,10$/ ,00$/ Lescalculsprécédentsmettentenévidencelafortedépendanceetlavulnérabilitééconomiquedetoute collectivitéfaceauxvariationsdecesdeuxparamètres.réduirelessourcesd émissionsdegazàeffetde serrecontribueindirectementàunemaîtrisetrèssensibledescoûtspesantsurlacollectivité. 9.3.Lesévolutionsdéjàobservablesduchangementclimatique Uncertainnombred évolutions,déjàobservablesdansnotrerégion,constituentdesindicestrèsprobables deschangementsencours(source:alterrebourgognerepèresn 38) Laproductionforestière L augmentationdesteneursendioxydedecarbonedel atmosphèrecontribueàaugmenterlaproductivité forestière. Directement, elle stimule la photosynthèse et, par conséquent, la production de bois. Le réchauffementduclimatestégalementunfacteurdecroissancedesforêts:eneuropedel ouest,ladurée dessaisonsdevégétationaaugmentédeplusd unedizainedejoursaucoursdestrentedernièresannées. Laproductivitémoyennedesforêtsbourguignonnesaaugmentéde1,8%paranentre1980et1990. La contribution des différents facteurs qui augmentent la productivité forestière n est pas encore clairementévaluée.parmicesfacteurs,l impactdesreboisementseffectuésaucoursdelasecondemoitié du XXème siècle semble incontestable : les espèces introduites sont sensiblement plus productives que celles qu elles ont remplacées. L âge des arbres intervient également : les peuplements actuels, majoritairementinstallésentre1950et1980,sontdésormaisprochesdeleurâgedeproductionmaximale. PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

67 9.3.1.Laprécocitédelafloraisonetdesvendanges ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon Latempératuredel airinfluencedirectementledéroulementdesdifférentsstadesdelaviedelavigneet laprécocitédelafloraisonetdesvendangesconstituentunindicateurdesconditionsclimatiques.d autres facteurspeuventtoutefoisintervenir:lestechniquesculturales,notamment,influencentégalementladate desvendanges.depuis1970,ladatedefloraisondelavignes estavancéede12joursencôted Or,etla datedesvendangesde23jours L évolutiondel airederépartitiondesoiseaux Les facteurs climatiques influencent pour une large part leur répartition géographique : grâce à leur capacitédedéplacement,ilsréagissentrapidementàdesmodificationsdeleurmilieu.lesdatesd arrivée plusprécocesdecertainesespècesmigratrices,l expansionverslenordetl ouestd espècesméridionales peuventêtreconsidéréescommeuneconséquenceduréchauffementclimatique.maisd autresfacteurs pourraient intervenir : la faculté d adaptation des espèces à des conditions nouvelles ou la gestion des espècesetdeleurshabitatsparl homme. Lesdatesd arrivéedespremièreshirondellesdefenêtresontdeplusenplusprécoces.depuisledébutdes années 1960, les dates de retour des premières Hirondelles de fenêtre avancent d environ 6 jours par décennieensaôneetloire. La Fauvette mélanocéphale est un petit oiseau considéré par les ornithologues comme une espèce indicatricestricteduclimatméditerranéen.elles estinstalléeen2001ensaôneetloire. 66 PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

68 9.4.Lescommunesduterritoire ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 67 Communes Superficie(ha) Populationen2007 (habitants) Barizey ChalonsurSaône Champforgeuil Charrecey ChâtenoyenBresse ChâtenoyleRoyal Crissey Demigny DracyleFort Epervans FargeslesChalon Fontaines Fragnes Gergy Givry Jambles LaCharmée LaLoyère Lans LessardleNational Lux Marnay Mellecey Mercurey Oslon Rully SaintAmbreuil SaintDenisdeVaux SaintDésert SaintJeandeVaux SaintLoupdeVarennes PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

69 ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 68 SaintMarcel SaintMarddeVaux Saint Martin Sous Montaigu PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon SaintRémy Sassenay Sevrey VarennesleGrand VireyleGrand Total 44540ha habitants 9.5.Synthèsedesrisquesparcommune Communes Inondations Erosion viticole Rupture de barrage Mouvement deterrain Arrêté: mouvementde terrain Arrêté: tempête Arrêté: coulées de boues Barizey X X X Chalonsur Saône X X X X Champforgeuil X X X X Charrecey X X X Châtenoyen Bresse Châtenoyle Royal X X X X X X X X Crissey X X X Demigny X X X X X DracyleFort X X X X X Epervans X X X X Fargesles X X X Chalon Fontaines X X X Fragnes X X X Gergy X X X X Givry X X X X X Jambles X X X X X LaCharmée X X LaLoyère X X X X Lans X X Lessardle X X X X

70 ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 69 National Lux X X X X Marnay X X X X Mellecey X X X X X Mercurey X X X Oslon X X X Rully X X X X X X SaintAmbreuil X X X X SaintDenisde Vaux X X X SaintDésert X X X SaintJeande X X X X Vaux SaintLoupde X X X X Varennes SaintMarcel X X X X SaintMardde Vaux SaintMartin SousMontaigu X X X X x X X X SaintRémy X X X X Sassenay X X X X Sevrey X X X Varennesle Grand X X X X VireyleGrand X X X X PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

71 ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 70 PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

72 ProfilClimat&LivreBlancduGrandChalon 71 PlanClimatEnergieTerritorialduGrandChalon

Présentation et proposition d engagement. Conseil Municipal de Courtry 13/06/2013

Présentation et proposition d engagement. Conseil Municipal de Courtry 13/06/2013 COMMUNAUTE D AGGLOMERATION MARNE ET CHANTEREINE AGENDA 21 - DEVELOPPEMENT DURABLE PLAN CLIMAT ENERGIE TERRITORIAL Présentation et proposition d engagement Conseil Municipal de Courtry 13/06/2013 DE QUOI

Plus en détail

Évolution du climat et désertification

Évolution du climat et désertification Évolution du climat et désertification FACTEURS HUMAINS ET NATURELS DE L ÉVOLUTION DU CLIMAT Les activités humaines essentiellement l exploitation de combustibles fossiles et la modification de la couverture

Plus en détail

Communauté Urbaine du Grand Toulouse. Profil énergie/climat du territoire Introduction et Synthèse

Communauté Urbaine du Grand Toulouse. Profil énergie/climat du territoire Introduction et Synthèse Communauté Urbaine du Grand Toulouse Profil énergie/climat du territoire Introduction et Synthèse Juin 2011 Table des matières 1 Introduction 3 1.1. Les défis énergétiques et climatiques 3 1.1.a. Les émissions

Plus en détail

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN ATELIER REGIONAL AFRIQUE SUR LE FONDS POUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES: POUR UNE MEILLEURE INTEGRATION DES COMMUNAUTES VULNERABLES BÉNIN ATLANTIQUE BEACH HÔTEL, COTONOU, 29 ET 30 AVRIL 2012

Plus en détail

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme)

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) 1) Les modalités de la Concertation 2) Plan de situation 3) Contexte 4) Les études

Plus en détail

7. Analyse des coûts collectifs et bilan énergétique du projet

7. Analyse des coûts collectifs et bilan énergétique du projet 7. Analyse des coûts collectifs et bilan énergétique du projet 7.1. Méthodologie 7.1.1. Calcul des coûts socio-économiques L intérêt du projet de prolongement de la ligne T1 vers Val de Fontenay est évalué

Plus en détail

Bilan GES réglementaire d Eovi Mutuelle en France. Olivier Laguitton

Bilan GES réglementaire d Eovi Mutuelle en France. Olivier Laguitton Bilan GES réglementaire d Eovi Mutuelle en France Olivier Laguitton Saint Etienne, le 18 février 2013 Contenu de la présentation Le contexte du développement durable Passage en revue de la législation

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre 2010-2011

Bilan des émissions de gaz à effet de serre 2010-2011 Bilan des émissions de gaz à effet de serre 21-211 Méthode Bilan Carbone - Rapport final - février 212 II. DESCRIPTION DE LA PERSONNE MORALE Page 6 Sommaire I. CONTEXTE III. ANNÉE DE REPORTING ET ANNÉE

Plus en détail

Plan d actions Bilan Carbone. Périmètres d étude Sources d émissions Nbre d actions

Plan d actions Bilan Carbone. Périmètres d étude Sources d émissions Nbre d actions Plan d actions Bilan Carbone Périmètres d étude Sources d émissions Nbre d actions Patrimoine et services communaux Territoire d Uccle 1) Energie 8 2) Déplacements de personnes 5 3) Transport de marchandise

Plus en détail

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières 1. CONSOMMATION FINALE D ELECTRICITE...2 1.1 EVOLUTION SUR LA PERIODE 2000-2013... 2 1.2 ENTRE 2010

Plus en détail

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons L énergie en France et en Allemagne : comparaisons En matière de consommation d énergie, de structure du système électrique, de recours aux énergies renouvelables, d émission de gaz à effet de serre, les

Plus en détail

Lambotte J.-M. Géographe-Urbaniste. Chercheur au Lepur ULg. Semaine Universitaire Luxembourgeoise de l'environnement - Libramont - 15-11-2011

Lambotte J.-M. Géographe-Urbaniste. Chercheur au Lepur ULg. Semaine Universitaire Luxembourgeoise de l'environnement - Libramont - 15-11-2011 Aménagement rural et développement durable Dépendance à la voiture en milieu rural : le cas de la Province du Luxembourg Constats, enjeux et pistes de solutions à moyen-long terme via l aménagement du

Plus en détail

Commission Populations - Equipements

Commission Populations - Equipements Commission Populations - Equipements Synthèse du diagnostic stratégique Septembre 2010 Document de travail usage et diffusion soumis à l accord du SEBB Commission populations équipements synthèse du diagnostic

Plus en détail

Plan Climat Territorial de la Communauté d Agglomération de l Artois

Plan Climat Territorial de la Communauté d Agglomération de l Artois Plan Climat Territorial de la Communauté d Agglomération de l Artois I - Le changement climatique A) L effet de serre 1 Un phénomène naturel. 2 Les différents gaz à effet de serre. 3 Les effets probables

Plus en détail

Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP

Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP Capacités d accueil, aménagements commerciaux, mutabilité foncière : des outils concrets pour construire un SCOT intégrant les vulnérabilités énergétiques et climatique Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP

Plus en détail

Présentation des projets de plans directeurs sectoriels

Présentation des projets de plans directeurs sectoriels Présentation des projets de plans directeurs sectoriels 20.05.2014 Le plan sectoriel transports (PST) Sommaire Considérations générales Le PST, ses éléments réglementaires et mise en conformité des PAG

Plus en détail

Les émissions de GES au quotidien et les gains possibles

Les émissions de GES au quotidien et les gains possibles Les émissions de GES au quotidien et les gains possibles Un Français émet environ 2,2 tonnes équivalent carbone par an tous gaz à effet de serre confondus (et en tenant compte des puits de carbone que

Plus en détail

Le réchauffement climatique, c'est quoi?

Le réchauffement climatique, c'est quoi? LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE Le réchauffement climatique, c'est quoi? Le réchauffement climatique est l augmentation de la température moyenne à la surface de la planète. Il est dû aux g az à effet de serre

Plus en détail

Gaz à effet de serre émis et consommations énergétiques inhérentes. à l habitation et aux déplacements d

Gaz à effet de serre émis et consommations énergétiques inhérentes. à l habitation et aux déplacements d Gaz à effet de serre émis et consommations énergétiques inhérentes à l habitation et aux déplacements d des ménagesm Exemple d un ménage de 3 personnes habitant un logement de 100m² à Lille Métropole Mars

Plus en détail

Bilan d'émissions de gaz à effet de serre SNI

Bilan d'émissions de gaz à effet de serre SNI Bilan d'émissions de gaz à effet de serre SNI Direction du patrimoine Le 12/12/2014 SNI - 125 avenue de Lodève - CS 70007-34074 Montpellier Cedex 3 Tél. : 04 67 75 96 40 - www.groupesni.fr Siège social

Plus en détail

BILAN GAZ A EFFET DE SERRE EN STATION SAINT MARTIN DE BELLEVILLE (LES MENUIRES, VAL THORENS)

BILAN GAZ A EFFET DE SERRE EN STATION SAINT MARTIN DE BELLEVILLE (LES MENUIRES, VAL THORENS) BILAN GAZ A EFFET DE SERRE EN STATION SAINT MARTIN DE BELLEVILLE (LES MENUIRES, VAL THORENS) Étude menée en partenariat avec : Agence De l Environnement et de la Maîtrise de l Energie (ADEME) Commune de

Plus en détail

Fiches de Lecture SCoT Colmar-Rhin-Vosges approuvé le 28 juin 2011

Fiches de Lecture SCoT Colmar-Rhin-Vosges approuvé le 28 juin 2011 Fiches de Lecture SCoT Colmar-Rhin-Vosges approuvé le 28 juin 2011 1. La ville centre de Colmar 2. Les villes couronnes 3. Les pôles pluri-communaux 4. Les pôles secondaires 5. Les villages 6. En zone

Plus en détail

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire!

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire! Plan Climat énergie Territorial notre défi pour l avenir du territoire! La Communauté Urbaine en 2050... Celle de nos enfants, petits-enfants,... Quels objectifs pour ce Plan Climat? Vous rêvez pour eux

Plus en détail

la Contribution Climat Energie

la Contribution Climat Energie Paris le 05/09/2009 la Contribution Climat Energie 1. Quelle assiette aura la CCE? a. Assiette : La CCE serait une contribution additionnelle aux taxes intérieures (TIPP, TICGN, TICC), assise sur l ensemble

Plus en détail

Rapport Bilan d Emission de gaz à effet de serre (BEGES)

Rapport Bilan d Emission de gaz à effet de serre (BEGES) Rapport Bilan d Emission de gaz à effet de serre (BEGES) Exercice 2013-2014 Rapport Bilan d Emission de gaz à effet de serre (BEGES)... 1 Exercice 2013-2014... 1 1. Description de la personne morale concernée...

Plus en détail

Rééquilibrer les fonctions urbaines àl échelle communautaire

Rééquilibrer les fonctions urbaines àl échelle communautaire Enjeu 3, lié aux fonctions urbaines et sociales : Rééquilibrer les fonctions urbaines àl échelle communautaire SCoT de la CUA 53 Enjeu 3, lié aux fonctions urbaines et sociales: Quelles difficultés surmonter?

Plus en détail

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 Synthèse Juin 2015 Sommaire Analyse globale 4 1. Prévision de consommation 5 2. Disponibilité du parc de production 7 3. Étude du risque

Plus en détail

Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars

Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars Agriculture et industrie Consommations d énergie finale et émissions de GES Industrie : ¼ des consommations d énergie Plus de 30% si l on cumule

Plus en détail

Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) de BAYER SANTE SAS SIREN : 706 580 149

Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) de BAYER SANTE SAS SIREN : 706 580 149 Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) de BAYER SANTE SAS Décembre 2012 Table des matières I. DESCRIPTION GÉNÉRALE... 3 I.1 Contexte et objectif... 3 I.2 Année de reporting de l exercice et de

Plus en détail

[Texte] GLOSSAIRE DU CDT. [Texte]

[Texte] GLOSSAIRE DU CDT. [Texte] GLOSSAIRE DU CDT AGENCE NATIONALE POUR LA RENOVATION URBAINE (ANRU) L agence nationale pour la rénovation urbaine est un établissement public industriel et commercial, créé par l article 10 de la loi d

Plus en détail

Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 9, Numéro 5, 296-8, Septembre - Octobre 2002, La filière

Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 9, Numéro 5, 296-8, Septembre - Octobre 2002, La filière L'impact des biocarburants sur l'effet de serre Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 9, Numéro 5, 296-8, Septembre - Octobre 2002, La filière Auteur(s) : Etienne POITRAT, ADEME (Agence de l'environnement

Plus en détail

RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT

RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT Dans un avenir marqué par : des incertitudes importantes de nature économique, énergétique et technologique, à l échelle mondiale, européenne

Plus en détail

Volet «mobilité» > PHASE3 : préfiguration et faisabilité d un pôle logistique de proximité

Volet «mobilité» > PHASE3 : préfiguration et faisabilité d un pôle logistique de proximité Etudes préalables à la création d une ZAC multisites «Vallée du Thérain» à Beauvais (60) Volet «mobilité» > PHASE3 : préfiguration et faisabilité d un pôle logistique de proximité Réunion du 7 mai 2014

Plus en détail

Plan Climat Énergie Territorial

Plan Climat Énergie Territorial Plan Climat Énergie Territorial Présentation des actions 2012-2020 2 avril 2012 1 1 de 2011 à 2020, poursuivre la dynamique de co-construction Nov.2010-Mai 2011 Diagnostics Février-Mai 2011; publication

Plus en détail

Bilan GES Entreprise. Bilan d émissions de Gaz à effet de serre

Bilan GES Entreprise. Bilan d émissions de Gaz à effet de serre Bilan GES Entreprise Bilan d émissions de Gaz à effet de serre Conformément à l article 75 de la loi n 2010-788 du 12 Juillet 2010 portant engagement national pour l environnement (ENE) Restitution pour

Plus en détail

BILAN D ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE 2011 DU SIAAP

BILAN D ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE 2011 DU SIAAP BILAN D ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE 2011 DU SIAAP Sommaire 1/ DESCRIPTION DE LA PERSONNE MORALE CONCERNÉE 2 2/ ANNÉE DE REPORTING DE L EXERCICE ET L ANNÉE DE RÉFÉRENCE 3 Utilisation d énergie sur

Plus en détail

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Dans la perspective de la première conférence franco-allemande sur l énergie qui se tiendra le 2 juillet prochain à Paris 1, il paraît

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

Bilan GES Entreprise. Bilan d émissions de Gaz à effet de serre

Bilan GES Entreprise. Bilan d émissions de Gaz à effet de serre Bilan GES Entreprise Bilan d émissions de Gaz à effet de serre Conformément à l article 75 de la loi n 2010-788 du 12 Juillet 2010 portant engagement national pour l environnement (ENE) Restitution pour

Plus en détail

Appuis de l ADEME à la Transition Energétique dans les Transports

Appuis de l ADEME à la Transition Energétique dans les Transports Appuis de l ADEME à la Transition Energétique dans les Transports Jérôme CICILE Transports, Mobilité, Qualité de l Air ADEME Direction Régionale PACA ORT- Avril 2015 De l évaluation des filières énergétique

Plus en détail

On estime que 15 à 25 % de la population

On estime que 15 à 25 % de la population 4 DOSSIER Développement d un indicateur du changement climatique sur la biodiversité : exemple des pollens MICHEL THIBAUDON, SAMUEL MONNIER Réseau National de Surveillance Aérobiologique On estime que

Plus en détail

Figure 1 : Graphique de l évolution des températures en France sur 100 ans Source : Météo France

Figure 1 : Graphique de l évolution des températures en France sur 100 ans Source : Météo France 1) Le changement climatique Le changement climatique qui est maintenant prouvé scientifiquement est connu de tous. Il a une influence sur nous, sur la végétation, mais aussi sur la pollinisation. Les changements

Plus en détail

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ 1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT NOR : SOCU 00611881A ARRÊTÉ relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments existants proposés à

Plus en détail

COMMUNAUTE D AGGLOMERATION ROYAN ATLANTIQUE 107, Avenue de Rochefort 17201 ROYAN Cedex 05 46 22 19 20 contact@agglo-royan.fr DOCUMENT DE SYNTHESE

COMMUNAUTE D AGGLOMERATION ROYAN ATLANTIQUE 107, Avenue de Rochefort 17201 ROYAN Cedex 05 46 22 19 20 contact@agglo-royan.fr DOCUMENT DE SYNTHESE COMMUNAUTE D AGGLOMERATION ROYAN ATLANTIQUE 107, Avenue de Rochefort 17201 ROYAN Cedex 05 46 22 19 20 contact@agglo-royan.fr DOCUMENT DE SYNTHESE Mettre la question énergie-climat au cœur des politiques

Plus en détail

les évolutions récentes

les évolutions récentes DE L ADEUS les évolutions récentes dans le BAS-RHIN : des territoires plus spécialisés et plus interdépendants 92 DéCEMBRE 2012 TRANSVERSAL Illustration : ADEUS, 2012 Depuis le milieu des années 1970,

Plus en détail

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT Service du climat et de l efficacité énergétique Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique Synthèse SYNTHESE Prise en compte de l'élévation

Plus en détail

La fée électricité sous le capot?

La fée électricité sous le capot? La fée électricité sous le capot? Quand on analyse les nouvelles motorisations proposées pour les véhicules on s aperçoit vite qu elles reposent pratiquement toutes sur l emploi de moteurs électriques

Plus en détail

EPF Languedoc Roussillon Communautés de Communes Clermontais et de la Vallée de l Hérault Mandataire : Diagnostics Fonciers lot 4 Co-traitants : Lancement et échanges Comité de pilotage 3 Décembre 2013

Plus en détail

La façon dont le monde

La façon dont le monde LES FORCES AGISSANTES DU CHANGEMENT CLIMATIQUE ÉNERGIE NUCLÉAIRE ET LES DERNIERS SCÉNARIOS D'ÉMISSSIONS DU GIEC VLADIMIR KAGRAMANIAN, SERGUEI KONONOV ET HANS-HOLGER ROGNER La façon dont le monde évoluera

Plus en détail

Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux?

Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux? Avec la participation i de l Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux? Philippe EVEILLARD UNIFA Union des Industries de la Fertilisation Le développement durable et l agriculture :

Plus en détail

BILAN DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFETS DE SERRES. Selon la méthode «Bilan Carbone» DDCS de La Manche

BILAN DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFETS DE SERRES. Selon la méthode «Bilan Carbone» DDCS de La Manche Les services de l'état dans la Manche BILAN DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFETS DE SERRES Selon la méthode «Bilan Carbone» DDCS de La Manche Direction Départementale de la Protection des Populations 50 1304

Plus en détail

Le Bilan réglementaire des Emissions de GES Au titre de l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010

Le Bilan réglementaire des Emissions de GES Au titre de l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010 Le Bilan réglementaire des Emissions de GES Au titre de l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010 Schneider Electric Energy France Publication Décembre 2012 Emissions de l année fiscale 2011

Plus en détail

Rapport Bilan Carbone Groupe GMBA Baker Tilly (exercice 2012)

Rapport Bilan Carbone Groupe GMBA Baker Tilly (exercice 2012) Rapport Bilan Carbone Groupe GMBA Baker Tilly (exercice 2012) Introduction : GMBA est un cabinet d audit, d expertise comptable et de conseil situé sur 3 sites géographiques différents : deux à Paris et

Plus en détail

BILAN ENERGETIQUE DE LA REGION WALLONNE 2004

BILAN ENERGETIQUE DE LA REGION WALLONNE 2004 BILAN ENERGETIQUE DE LA REGION WALLONNE 24 Rapport Final Novembre 26 Visa 5/489/NOLL pour le compte du Ministère de la Région Wallonne DGTRE BILAN ENERGETIQUE DE LA REGION WALLONNE 24 Rapport final Novembre

Plus en détail

Compétitivité des entreprises et maîtrise des consommations d énergie sont-elles conciliables?

Compétitivité des entreprises et maîtrise des consommations d énergie sont-elles conciliables? Fiches extraites du dossier du participant remis à l'occasion du Débat national sur les énergies lors de la rencontre de Nice, le 15 avril 2003. Le thème de cette rencontre était " Énergie, entreprises

Plus en détail

Du diagnostic au Plan d Actions

Du diagnostic au Plan d Actions PDU DE LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DE ROYAN ATLANTIQUE (CARA) 2013-2022 Du diagnostic au Plan d Actions Réunions Publiques Automne 2012 1 Déroulé de la séance Rappel de la démarche (loi, diagnostic,

Plus en détail

LA TRANSITION ENERGETIQUE Vendredi 20 juin 2014 De la part de Stéphane Le Foll

LA TRANSITION ENERGETIQUE Vendredi 20 juin 2014 De la part de Stéphane Le Foll LA TRANSITION ENERGETIQUE Vendredi 20 juin 2014 De la part de Stéphane Le Foll Le projet de loi de programmation pour la transition énergétique, dont les grands axes ont été présentés mercredi 18 juin

Plus en détail

Synthèse du bilan carbone

Synthèse du bilan carbone Synthèse du bilan carbone patrimoine et services ville de CANNES Ce projet est co-financé par l Union europénne. Projet sélectionné dans le cadre du programme opérationnel FEDER PACA 27-213. Année de référence

Plus en détail

L HABITAT ET LE LOGEMENT

L HABITAT ET LE LOGEMENT L HABITAT ET LE LOGEMENT CARACTERISTIQUES DU PARC DE LOGEMENTS Un habitat traditionnel et rural Au recensement de la population de 2006, la Communauté de Communes de la Picardie Verte comptait 13 688 logements.

Plus en détail

Contribution des industries chimiques

Contribution des industries chimiques Contribution des industries chimiques au débat national sur la transition énergétique Les entreprises de l industrie chimique sont des acteurs clés de la transition énergétique à double titre. D une part,

Plus en détail

LA CONSOMMATION D ENERGIE EN ALLEMAGNE ET EN FRANCE : UNE COMPARAISON INSTRUCTIVE

LA CONSOMMATION D ENERGIE EN ALLEMAGNE ET EN FRANCE : UNE COMPARAISON INSTRUCTIVE LA CONSOMMATION D ENERGIE EN ALLEMAGNE ET EN FRANCE : UNE COMPARAISON INSTRUCTIVE Bernard LAPONCHE 18 mai 2011 www.global-chance.org LA CONSOMMATION D ENERGIE EN ALLEMAGNE ET EN FRANCE UNE COMPARAISON

Plus en détail

Compte Rendu Journée de lancement PCT Cœur de Flandre. Michel GILLOEN (Président Pays Cœur de Flandre)

Compte Rendu Journée de lancement PCT Cœur de Flandre. Michel GILLOEN (Président Pays Cœur de Flandre) Compte Rendu Journée de lancement PCT Cœur de Flandre 103 participants au matin Introduction de la journée de lancement Michel GILLOEN (Président Pays Cœur de Flandre) Le Plan Climat Territorial s intègre

Plus en détail

Rapport d évaluation EMPREINTE CARBONE COMPARATIVE D UNE SOLUTION CONSTRUCTIVE BOIS + + + + + COMMANDITAIRE : SYBOIS Groupe Millet Industrie

Rapport d évaluation EMPREINTE CARBONE COMPARATIVE D UNE SOLUTION CONSTRUCTIVE BOIS + + + + + COMMANDITAIRE : SYBOIS Groupe Millet Industrie EMPREINTE CARBONE COMPARATIVE D UNE SOLUTION CONSTRUCTIVE BOIS Rapport d évaluation + + + + + ACV et Evaluation environnementale Outils logiciels R&D Transfert de compétences Eco-conception Eco-communication

Plus en détail

Conservation, efficacité et fourniture de l énergie

Conservation, efficacité et fourniture de l énergie Ministère de l Énergie Printemps 2015 Conservation, efficacité et fourniture de l énergie Fiche d information Déclaration de principes provinciale, 2014 La Déclaration de principes provinciale de 2014

Plus en détail

Synthèse de l étude ADEME "2 roues motorisés Euro3 : progrès environnementaux et comparaison à l automobile"

Synthèse de l étude ADEME 2 roues motorisés Euro3 : progrès environnementaux et comparaison à l automobile mai 2007 Synthèse de l étude ADEME "2 roues motorisés Euro3 : progrès environnementaux et comparaison à l automobile" Contexte de l étude La mise en application de la nouvelle étape réglementaire Euro3

Plus en détail

Lutte contre l étalement urbain

Lutte contre l étalement urbain Lutte contre l étalement urbain L étalement urbain et la consommation d espace résultent de plusieurs causes cumulatives. Ces phénomènes s expliquent notamment par l insuffisance et l inadaptation de l

Plus en détail

L énergie en Wallonie et à Bruxelles

L énergie en Wallonie et à Bruxelles L énergie en Wallonie et à Bruxelles Yves Marenne - ICEDD Forum étopia «Kyoto 2» du 16 février 2005 étopia_ 1 Introduction : L état des lieux de la situation énergétique en Wallonie et à Bruxelles donne

Plus en détail

Le plan régional de développement durable de la Région de Bruxelles-Capitale : mode d emploi

Le plan régional de développement durable de la Région de Bruxelles-Capitale : mode d emploi Agence de développement et d urbanisme de Lille Métropole 29 mars 2012 Le plan régional de développement durable de la Région de Bruxelles-Capitale : mode d emploi www.adt-ato.be Qui sommes-nous? Partager

Plus en détail

Comprendre les négociations internationales sur le climat. Contexte, historique et enjeux

Comprendre les négociations internationales sur le climat. Contexte, historique et enjeux Comprendre les négociations internationales sur le climat Contexte, historique et enjeux Chapitre 1 LE CONTEXTE: L URGENCE CLIMATIQUE La planète s est déjà réchauffée de +0,8 C Les impacts Les impacts

Plus en détail

Les données urbaines

Les données urbaines Les données urbaines Pour les études de faisabilité, le STIF a chargé l Institut d Aménagement et d Urbanisme d Ile-de- France (IAU IdF), d analyser et d'estimer les évolutions urbaines possibles du territoire

Plus en détail

Construction modulaire pour la Faculté des sciences

Construction modulaire pour la Faculté des sciences Construction modulaire pour la Faculté des sciences Résultat de l'évaluation Outil mis à disposition par l'unité de développement durable du Département des infrastructures de l'état de Vaud. Données concernant

Plus en détail

L ENERGIE CORRECTION

L ENERGIE CORRECTION Technologie Lis attentivement le document ressource mis à ta disposition et recopie les questions posées sur une feuille de cours (réponds au crayon) : 1. Quelles sont les deux catégories d énergie que

Plus en détail

Pour l environnement. Strength. Performance. Passion.

Pour l environnement. Strength. Performance. Passion. Strength. Performance. Passion. Pour l environnement Réduire les émissions de CO 2 en optimisant les matériaux de construction et les méthodes de production Holcim (Suisse) SA Les fondements de notre avenir

Plus en détail

DIAGNOSTIC GAZ A EFFET DE SERRE DE TERRITOIRE DU PARC NATUREL REGIONAL DES PYRENEES ARIEGEOISES

DIAGNOSTIC GAZ A EFFET DE SERRE DE TERRITOIRE DU PARC NATUREL REGIONAL DES PYRENEES ARIEGEOISES DIAGNOSTIC GAZ A EFFET DE SERRE DE TERRITOIRE DU PARC NATUREL REGIONAL DES PYRENEES ARIEGEOISES Sommaire INTRODUCTION...5 I. CONSOMMATIONS ENERGETIQUES...6 Industrie...6 Agricole...7 Transports...7 Résidentiel

Plus en détail

Portrait énergétique de la Chaudière-Appalaches

Portrait énergétique de la Chaudière-Appalaches Portrait énergétique de la Chaudière-Appalaches Présenté par : Joël Leblond et Martin Loiselle 19 novembre 2010 Plan de la présentation Introduction Objectifs des Rendez-vous de l énergie Constats nationaux

Plus en détail

Réseau de chaleur Cantagrelh. Commune d Onet-le-Château

Réseau de chaleur Cantagrelh. Commune d Onet-le-Château Réseau de chaleur Cantagrelh Commune d Onet-le-Château Maître d ouvrage : Mairie d Onet-le-château 12, rue des Coquelicots BP 5-12850 Onet le Château Télécopie : 05 65 78 00 91 - www.onet-le-chateau.fr

Plus en détail

GROUPE DE TRAVAIL ELUS: Quelles sont les actions pour atténuer l impact et adapter les collectivités s locales aux changements climatiques et

GROUPE DE TRAVAIL ELUS: Quelles sont les actions pour atténuer l impact et adapter les collectivités s locales aux changements climatiques et Plan Climat Energie Territorial GROUPE DE TRAVAIL ELUS: Quelles sont les actions pour atténuer l impact et adapter les collectivités s locales aux changements climatiques et énergétiques? Plan de la réunion

Plus en détail

Bilan Car bon e 2 009 de la Com m unauté d aggl om ération Loire For e z

Bilan Car bon e 2 009 de la Com m unauté d aggl om ération Loire For e z Bilan Car bon e 2 009 de la Com m unauté d aggl om ération Loire For e z Bilan Carbone de la Communauté d agglomération Loire Forez Patrimoine et Services 2009 Contexte de l étude Afin de lutter contre

Plus en détail

Schéma Régional des Infrastructures et des Transports en Aquitaine Conférence territoriale de DORDOGNE 14 novembre 2007

Schéma Régional des Infrastructures et des Transports en Aquitaine Conférence territoriale de DORDOGNE 14 novembre 2007 Schéma Régional des Infrastructures et des Transports en Aquitaine Conférence territoriale de DORDOGNE 14 novembre 2007 Conférence territoriale du SRIT 14 novembre 2007 1 Conférence territoriale de Dordogne!

Plus en détail

www.hdgdev.com Eco matériaux Quelles performances, quelles assurances?

www.hdgdev.com Eco matériaux Quelles performances, quelles assurances? www.hdgdev.com Eco matériaux Quelles performances, quelles assurances? 1 Contexte L effet de serre un phénomène naturel Contexte Le changement climatique en chiffres 2 Contexte Contexte Le climat en 2100

Plus en détail

Matériels de Formation du GCE Inventaires Nationaux de Gaz à Effet de Serre. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles

Matériels de Formation du GCE Inventaires Nationaux de Gaz à Effet de Serre. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques Matériels de Formation du GCE Inventaires Nationaux de Gaz à Effet de Serre Secteur de l'energie Combustion de Combustibles Version du

Plus en détail

LA SOCIÉTÉ CANADIAN TIRE VIABILITÉ DE L ENTREPRISE EMPREINTE ÉCOLOGIQUE DE L ENTREPRISE ET DE LA CHAÎNE D APPROVISIONNEMENT 2007 (1)

LA SOCIÉTÉ CANADIAN TIRE VIABILITÉ DE L ENTREPRISE EMPREINTE ÉCOLOGIQUE DE L ENTREPRISE ET DE LA CHAÎNE D APPROVISIONNEMENT 2007 (1) Incorporées aux produits (2) LA SOCIÉTÉ CANADIAN TIRE VIABILITÉ DE L ENTREPRISE EMPREINTE ÉCOLOGIQUE DE L ENTREPRISE ET DE LA CHAÎNE D APPROVISIONNEMENT 2007 (1) TABLEAU 1 TOTAUX Émissions de gaz à effet

Plus en détail

planclimat Contributions des acteurs du territoire Livre blanc du pour l élaboration du Plan Climat Energie Territorial > septembre 2011

planclimat Contributions des acteurs du territoire Livre blanc du pour l élaboration du Plan Climat Energie Territorial > septembre 2011 Livre blanc du planclimat > septembre 2011 Contributions des acteurs du territoire pour l élaboration du Plan Climat Energie Territorial Plus de 4500 heures de travail collectif Editorial Pierre Cohen

Plus en détail

Energie et morphologie : vers la perdurabilité de la forme urbaine? Généralités et transports. Luc Adolphe

Energie et morphologie : vers la perdurabilité de la forme urbaine? Généralités et transports. Luc Adolphe Energie et morphologie : vers la perdurabilité de la forme urbaine? Généralités et transports Luc Adolphe RÉDUCTION DES BESOINS ÉNERGÉTIQUES DANS LES TRANSPORTS. Contexte : Densité, Mobilité Réduire

Plus en détail

Jean-Yves RICHARD ADEME

Jean-Yves RICHARD ADEME «Matériau de structure,isolant et biocombustible, le bois, une matière au service de la construction durable» - le 12 janvier 2009 Les enjeux environnementaux du bâtiment Jean-Yves RICHARD ADEME Le réchauffement

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre

Bilan des émissions de gaz à effet de serre Bilan des émissions de gaz à effet de serre SOMMAIRE 1 Contexte réglementaire 3 2 Description de la personne morale 4 3 Année de reporting de l exercice et l année de référence 6 4 Emissions directes de

Plus en détail

Montvalezan La Rosière

Montvalezan La Rosière Montvalezan La Rosière Elaboration du Plan Local d Urbanisme Réunion publique n 2 Synthèse du diagnostic Février 2015 1 Déroulement 1. Rappel de la démarche 2. Les enjeux identifiés par thématique 3. Synthèse

Plus en détail

ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE. récupération d énergie. 100% des besoins en

ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE. récupération d énergie. 100% des besoins en ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE RESEAU DE CHALEUR DE L ECO- QUARTIER «CAP AZUR» A ROQUEBRUNE-CAP-MARTIN : Un réseau de chaleur innovant,

Plus en détail

Stratégie Carbone et Energie de la STIB à l horizon 2030

Stratégie Carbone et Energie de la STIB à l horizon 2030 Stratégie Carbone et Energie de la STIB à l horizon 2030 Mai 2014 Introduction 03 Diagnostic pour l année 2010 04 Paramètres d influence 05 Actions visant à réduire les émissions 06 Modélisation 07 Scénarios

Plus en détail

AMENAGER LE TERRITOIRE POUR REDUIRE LES CONSOMMATIONS ENERGETIQUES. Boucle énergétique «BREST Rive Droite»

AMENAGER LE TERRITOIRE POUR REDUIRE LES CONSOMMATIONS ENERGETIQUES. Boucle énergétique «BREST Rive Droite» AMENAGER LE TERRITOIRE POUR REDUIRE LES CONSOMMATIONS ENERGETIQUES Boucle énergétique «BREST Rive Droite» Intervenants Sylvie MINGANT Responsable division Energie de Brest métropole océane 1er Vice-président

Plus en détail

Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement

Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement GSE 2011-2012 I.1 Que représente : - 1 kcal en kj? : 1 kcal = 4,187 kj - 1 frigorie (fg) en kcal? : 1 fg = 1 kcal - 1 thermie (th) en kcal? : 1

Plus en détail

Le bois, la première des énergies renouvelables

Le bois, la première des énergies renouvelables Le bois, la première des énergies renouvelables Chiffres clés du bois-énergie en France La France dispose de l un des plus importants massifs européens avec une forêt qui couvre près de 1/3 du territoire

Plus en détail

Pourquoi étudier l aérosol atmosphérique?

Pourquoi étudier l aérosol atmosphérique? Pourquoi étudier l aérosol atmosphérique? Impact Climatique Impact sanitaire Les particules atmosphériques sont avant tout étudiées pour leurs impacts sur le climat et sur la santé humaine. 39 Réchauffement

Plus en détail

REVISION SIMPLIFIEE DU P.L.U. Z.A.C. DU DOMAINE DE CAYLUS : CREATION D UN ECOQUARTIER

REVISION SIMPLIFIEE DU P.L.U. Z.A.C. DU DOMAINE DE CAYLUS : CREATION D UN ECOQUARTIER REVISION SIMPLIFIEE DU P.L.U. Z.A.C. DU DOMAINE DE CAYLUS : CREATION D UN ECOQUARTIER REUNION PUBLIQUE DU 8 MARS 2012 Architecte/urbaniste Agence A. Garcia-Diaz Bureau d Etudes Techniques SERI SITUATION

Plus en détail

Gérard COLLOMB et ses équipes sont à l écoute de vos sollicitations et de vos demandes, car la Ville de demain se construit évidemment avec vous.

Gérard COLLOMB et ses équipes sont à l écoute de vos sollicitations et de vos demandes, car la Ville de demain se construit évidemment avec vous. Madame, Monsieur, Dans un courrier électronique en date du 10 février 2014, vous nous avez interrogés en matière de transition énergétique et de lutte contre le changement climatique. Nous vous prions

Plus en détail

Une approche globale et intégrée

Une approche globale et intégrée COHERENCE ENERGIES Une intervention indépendante au cœur c de la transition énergétique des territoires COHERENCE ENERGIES 42 rue Agache 59840 PERENCHIES Tel. : 03 20 00 38 72 Email : contact@coherence-energies.fr

Plus en détail

Mobilités. Bâtiments. Ressources naturelles. Sobriété énergétique. Agriculture Énergies renouvelables. Solidarités. Urbanisme.

Mobilités. Bâtiments. Ressources naturelles. Sobriété énergétique. Agriculture Énergies renouvelables. Solidarités. Urbanisme. Le lan d actions de la Communauté urbaine du Grand Toulouse et de la Ville de Toulouse 2012 > 2020 Sobriété énergétique Mobilités Agriculture Énergies renouvelables Habitat Urbanisme Solidarités Déchets

Plus en détail

L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail

L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail Thème : Transport durable Orientation : Faire évoluer les pratiques de mobilité L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail par aire urbaine et département hors aires urbaines La part

Plus en détail

Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles

Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE Nom :. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles 1. Quels sont les gaz généralement inclus dans le secteur de l'énergie, conformément au

Plus en détail

Plan Climat Énergie. Territorial

Plan Climat Énergie. Territorial Plan Climat Énergie Territorial Avril 2014 Rédaction : Anne LASTMANN, Gilles GRANDVAL, Gaël LAMBERTHOD Mosaïque Environnement Contribution et Rédaction : l ensemble des services du Conseil général de la

Plus en détail