LES RAISONS. La solidarité La concurrence Les formations L immobilier Le bénévolat Le professionnalisme Les économies

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES RAISONS. La solidarité La concurrence Les formations L immobilier Le bénévolat Le professionnalisme Les économies"

Transcription

1 LA FUSION

2 LES RAISONS La solidarité La concurrence Les formations L immobilier Le bénévolat Le professionnalisme Les économies

3 LES ACTEURS Le chef d établissement Les dirigeants associatifs OGEC Les membres de l association OGEC Les autres bénévoles Les familles Les salariés Les Instances Représentatives du Personnel

4 GROUPE DE PILOTAGE La mise en place d un groupe de pilotage par les chefs d établissement est indispensable. Il doit être composé de personnes apportant des compétences différentes Il sera chargé de suivre le projet et de valider les différentes étapes du processus Connaître les structures existantes Faire un état des lieux : pointer les points forts, les points faibles Identifier les besoins Prévoir les évolutions S assurer que le projet est viable

5 Groupe de pilotage - Les domaines : Pédagogique Scolaire Situation géographie de l établissement Le personnel des établissements L immobilier La gestion. Veiller à L histoire de chaque établissement La symbolique du nom, du siège Ce que chacun trouve réponse à ses attentes La communication

6 Transfert d établissement - Fusion Transfert d établissement sans fusion d OGEC Délocalisation géographique d un établissement Pas de disparition du contrat La direction ne doit pas avoir changé La composition du personnel enseignant ne doit pas avoir subi de modifications plus importantes qu habituellement La nature de l enseignement ne doit pas varier Démarches à effectuer auprès du Rectorat Cas d une école : le Préfet ne demande pas l avis du maire (mais il est préférable que l OGEC se rapproche de la commune concernée) Des avenants sont nécessaires afin d identifier la nouvelle adresse

7 Transfert d établissement - Fusion Fusion d OGEC sans transfert Il y aura un établissement principal et une annexe (1 ou plusieurs chefs d établissement) L académie doit donner son aval à cette organisation

8 Transfert d établissement - Fusion Fusion d OGEC avec transfert d établissement Un avenant identifiera le nouvel OGEC chargé de la gestion de l établissement transféré Si disparition d un contrat : avenant au contrat d établissement qui absorbe les classes de l établissement qui disparaît

9 FUSION D OGEC Avant la fusion La décision : Diagnostic Echanges Etude Statuts OGEC Règlement intérieur Projet d établissement Rapport d activité Indicateurs socio-économiques Budget prévisionnel Bilans et comptes de résultat Ces éléments doivent permettre aux OGEC de prendre leur décision. ensuite, les 2 OGEC doivent permettre la finalisation du projet, définir son cadre et le calendrier de la fusion.

10 FUSION D OGEC Les différents type de regroupement Partiel : Apport partiel d actif : ex : transfert d une école d un OGEC à un autre OGEC, le premier continuant à assumer juridiquement la gestion d un collège et d un lycée Total : Fusion-absorption : un OGEC absorbe un autre OGEC. Si un OGEC détient des immeubles : il est préférable qu il soit l absorbant (Le transfert du patrimoine immobilier nécessite que le traité de fusion soit déposé au rang des minutes d un notaire) Fusion-création : les 2 OGEC disparaissent et une troisième association les regroupant est créée.

11 FUSION D OGEC Avant la fusion La consultation des Instances Représentatives des Personnels Consultation du CE de l OGEC absorbé Consultation du CE de l OGEC absorbant Défaut de consultation = délit d entrave Remise d un dossier complet (au plus tard lors de la convocation au moins 3 jours avant la séance) La consultation doit donner lieu à une discussion, un échange de point de vue et non pas à une simple information. Le CE doit émettre un avis : ce qui marque la fin de la consultation et le début de la mise en œuvre du projet par le chef d établissement

12 LA FUSION Aspects comptables Evaluation du patrimoine (biens mobiliers, immeubles, matériels, stocks ) Valoriser les éléments, les inscrire à l actif du bilan qui doit refléter l existant Conformité avec la réglementation comptable Harmonisation comptable Simulation de situation consolidée des # OGEC pour en apprécier les effets. Etablir un budget prévisionnel de fonctionnement N+1,+2,+3 Etablir un budget prévisionnel d investissement N+1, +2,+3,.

13 LA FUSION Aspects juridiques Rédaction d un traité de fusion Les motifs, buts et conditions de la fusion. (buts similaires faire référence au contrat d association) Les dates d arrêtés des comptes utilisées pour la fusion (N-1) Effet rétroactif, toutes les opérations réalisées par les associations sont considérées de plein droit comme étant faites pour le compte du nouvel OGEC La désignation et l évaluation de l actif et du passif de l OGEC absorbé Les conditions particulières Le respect de la finalité de l OGEC absorbé Le sort des salariés de l association absorbé La modification des baux en cours L adhésion des membres de l association absorbée à l association absorbante La substitution de l association dans tous les contrats (assurances, organismes sociaux.) Les accords intervenus entre les tutelles d établissement (dévolution de tutelle ou exercice partagée de tutelle) (DSEL C4-1)

14 LA FUSION Aspects juridiques Les Conseils d administration de chaque OGEC Déterminent les termes du traité de fusion Donnent mandat aux présidents pour signer le traité Convoquent les assemblées générales extraordinaires

15 LA FUSION Aspects juridiques Fusion absorption AGE de l OGEC absorbé Approuve le traité de fusion Prononce la dissolution de l association AGE de l OGEC absorbant Approuve le traité de fusion Accepte l adhésion des nouveaux membres Eventuellement modifie ses statuts et / ou sa dénomination

16 LA FUSION Aspects juridiques La fusion création Avant de procéder à la fusion Création d un nouvel OGEC (AGE) Déclaration de son existence à la Sous-Préfecture Publier son identité administrative au JO Accepte le projet de fusion Puis, les OGEC absorbés en AGE Acceptent le projet de fusion Prononcent leur dissolution

17 LA FUSION Aspects fiscaux Le traité peut être enregistré à la recette des impôts : conseillé pour donner une date certaine (perception d un droit fixe ~ 375 ) Acte authentique ou le dépôt au rang des minutes d un notaire : s il y a transfert de patrimoine immobilier. L acte de fusion d association doit être signé devant notaire et déposé au rang des minutes d un notaire

18 LA FUSION La suite Déclaration à la Sous-Préfecture dans le mois à compter du jour de l adoption des décisions : Modification éventuelles des statuts de l OGEC absorbant Modification des dirigeants de l association L acquisition des biens immobiliers par voie d apport par l OGEC absorbant Dissolution de l OGEC absorbé Création de l OGEC ou modification des statuts de l OGEC absorbant Publication au JO

19 LA FUSION La suite La DADS : l OGEC absorbé a 60 jours à compter de la prise d effet de la fusion pour la fournir L URSSAF : démarches à effectuer pour Obtenir un SIRET dans le cas d une création Obtenir un SIRET dans le cas d une fusion absorption avec maintien d activité sur un lieu distinct du siège de l OGEC (un SIREN et 2 SIRET) Radier un SIRET pour le ou les OGEC dissous Important pour établir au plus tôt les bulletins de paie des salariés avec la nouvelle entité, et communiquer ce siret aux fournisseurs

20 LA FUSION La suite Les contrats de travail : la totalité des contrats en cours au jour de la modification subsiste entre les salariés et le nouvel employeur (art L C.travail) Les CDD : sont transmis, leur terme reste inchangé Les charges salariales : transmis au nouvel OGEC Licenciement : la fusion ne peut constituer un motif de licenciement Avantages acquis : les salariés continuent d en bénéficier Le règlement intérieur de l OGEC absorbant s applique à l ensemble du personnel

21 LA FUSION La suite Les DP : les mandats subsistent jusqu à leur terme Le CE : si du fait de la fusion > 50 salariés : l employeur a 1 an pour organiser les élections Si l un des OGEC n a pas de CE : le CE existant représente l ensemble du personnel Si les 2 OGEC ont un CE : une négociation est nécessaire pour les fusionner Les délégués syndicaux : les mandats subsistent chez le nouvel employeur. (cas de double représentation : le syndicat concerné doit en désigner un)

22 LA FUSION La suite Information des organismes Banque Pôle Emploi Recette des impôts Caisses de retraite Organismes de prévoyance OPCALIA Compagnie d assurances Collectivités territoriales Fournisseurs

23 LA FUSION - les étapes Etape 1 Etape 2 Etape 3 Etape 4 J Etape 5 Projet Phase préparatoire Evaluation du patrimoine Tenue des Rédaction et Assemblées signature du projet de Générales fusion Extraordinaires Déclarations Fixation d un calendrier de travail Rédaction d un projet d établissement commun Etude des conditions financières, juridiques, fiscales et sociales de l opération Rédaction d un protocole de coordination Rédaction d un projet de fusion Protocole d accord Signature d un accord de principe 23 «Déroulage» complet des activités à transférer Inventaire des actifs, emprunts et réévaluation Détermination des surfaces occupées et développées Mise à jour des comptes selon méthode commune, Harmonisation comptable (plan comptable identique) Choix du regroupement (total ou partiel) et de la méthode (fusionabsorption/création Choix méthode d allocation des fonds propres et trésorerie si regroupement partiel La désignation et l'évaluation de l'actif et du passif dont la transmission est prévue. Convocation des conseils d administration Réunion des membres du Conseil d administration - Décision de fusion absorption, - Fixation des modalités d apport, - Pouvoirs aux Président pour signer le traité d apport (ou fusion) Les Comités d Entreprises sont informés et consultés : La loi fixe que l information du CE est préalable à la décision (même s il s agit d une décision de principe). L employeur doit donner des informations précises et écrites au cours d une ou plusieurs réunions (en particulier sur les conséquences sur l emploi de la fusion s il y en avait), doit fixer un délai d examen suffisant pour qu il puisse poser des questions et donner un avis. L employeur devra donner une réponse motivée au CE. La consultation induit que l avis du CE est transmis à l AG qui délibère sur la fusion. Le CE peut se faire assister d un expert sans que ce recours légal et rémunéré par les employeurs n allonge le processus. Notez qu au regard du droit social, la fusion entraîne le transfert légal et automatique des contrats de travail en cours d exécution au sein des associations absorbées, au jour de la réalisation de l opération. Convocation des AGE AGE : Jour J - Signature du projet de fusion - Dissolution des associations absorbées (cas fusion-absorption) ou de l ensemble des associations (cas création). La dissolution s opère sans liquidation et automatiquement - Réalisation définitive des apports fusion, - Agrément des nouveaux membres issus des associations absorbées, - Modifications statuaires, CA - Election éventuelle des nouveaux membres du bureau Si transfert du patrimoine immobilier d'un OGEC/AEP, l'acte de fusion doit être signé devant notaire. Déclaration à la préfecture par le dépôt des nouveaux statuts et de la liste des membres du CA. La déclaration de dissolution est conseillé afin d officialiser ces décisions. Il est conseillé d enregistrer le traité à la recette des impôts, il donne lieu à la perception d'un droit fixe de 375. Toutefois, si la fusion entraîne transmission d'immeuble, se rajoutent les honoraires du notaire. Notification aux bailleurs et autres organismes concernés

24 LA FUSION Réfléchir à la fusion, n oblige pas à fusionner

25 LA FUSION Economies? Quelques conséquences budgétaires de la fusion (positives) Répondre à un problème immobilier Masse salariale : le non remplacement du personnel..

26 LA FUSION Economies? Quelques conséquences budgétaires de la fusion (négatives) : Les recettes : effectifs, contributions familiales, forfaits Les charges fixes Nouvelles charges sur une des structures suite à des clés de répartition d une comptabilité analytique Nomination d un commissaire aux comptes Les frais de personnel La masse salariale : maintien de tous les contrats (postes en doublon?) les seuils d effectifs Augmentation des charges sociales, diminution des allègements Comité Entreprise : 0,20 % sur masse salariale

27 Les autres solutions Les transferts d établissement, des parcours d enseignement commun, des passerelles entre les structures sans fusion d OGEC Renforcer la notion de réseaux d établissements au sein de l Enseignement Catholique notamment vers nos interlocuteurs Développement de services techniques communs Créer et gérer des espaces et un immobilier commun (salle de sport, restauration, internat ) Adhérer à une centrale de référencement (recommandé depuis plusieurs années par l UDOGEC) AMMA Le cèdre

28 Les autres solutions Le groupement d employeur Identifier les besoins étude de faisabilité motivation des adhérents Création d une structure (autorisation de l Inspecteur du travail) Responsabilité d employeur solidaire Le multisalariat Le salarié cumule plusieurs emplois à temps partiel pour différents employeurs. (Arc Boutant janvier 2011)

29 Les autres solutions Convention de mise en commun de moyens De locaux : salles de sport, salles spécifiques.. De matériels et outils Pour la restauration scolaire D internat Convention de mise en commun de personnel Entre plusieurs OGEC Mise en place de manière ponctuelle ou non, limitée au besoin horaires d un établissement Gratuite ou payante Service mutualisé en administration, entretien. (DSEL C19)

RÈGLEMENT INTÉRIEUR. Applicable au 19 décembre 2013 (Décisions du Conseil d Administration du 19/12/2013) I ADHÉSION

RÈGLEMENT INTÉRIEUR. Applicable au 19 décembre 2013 (Décisions du Conseil d Administration du 19/12/2013) I ADHÉSION RÈGLEMENT INTÉRIEUR Applicable au 19 décembre 2013 (Décisions du Conseil d Administration du 19/12/2013) PRÉAMBULE Dans le cadre du présent règlement : - l association sera dénommée «SIMT», - le membre

Plus en détail

TITRE I Création et dissolution de l Agence - Dispositions générales

TITRE I Création et dissolution de l Agence - Dispositions générales STATUTS DE L AGENCE DEPARTEMENTALE DES YVELINES INGENIERY TITRE I Création et dissolution de l Agence - Dispositions générales Article 1er - Constitution de l Agence En application de l article L.5511-1

Plus en détail

STATUTS DE L OPQIBI. Edition du 08/04/2010

STATUTS DE L OPQIBI. Edition du 08/04/2010 STATUTS DE L OPQIBI Edition du 08/04/2010 Organisme de Qualification de l Ingénierie 104, rue Réaumur - 75002 Paris Tél. : 01.55.34.96.30 - Fax : 01.42.36.51.90 - E-mail : opqibi@wanadoo.fr Site Internet

Plus en détail

REFORME TERRITORIALE : GUIDE des FUSIONS. RECAPITULATIF des 3 PHASES

REFORME TERRITORIALE : GUIDE des FUSIONS. RECAPITULATIF des 3 PHASES REFORME TERRITORIALE : GUIDE des FUSIONS RECAPITULATIF des 3 PHASES 1/ Chaque structure dresse son bilan patrimonial Actif : - Biens mobiliers et immobiliers - Placements financiers (assurances, contrats

Plus en détail

Initiative Côte-d Or REGLEMENT INTERIEUR

Initiative Côte-d Or REGLEMENT INTERIEUR Initiative Côte-d Or REGLEMENT INTERIEUR Partie 1 : Règlement d intervention. Article 1 Objet Les projets d entreprise éligibles aux fonds d intervention géré par l association ont un objet économique

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR PREVU PAR LES STATUTS DE L ASSOCIATION ANIMATION EMPLOI 14

REGLEMENT INTERIEUR PREVU PAR LES STATUTS DE L ASSOCIATION ANIMATION EMPLOI 14 REGLEMENT INTERIEUR PREVU PAR LES STATUTS DE L ASSOCIATION ANIMATION EMPLOI 14 PREAMBULE L association Animation Emploi 14 propose des actions d accompagnement en direction de ses membres actifs, dans

Plus en détail

MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE PATRIMONIALE. TITRE Ier - DISPOSITIONS GENERALES

MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE PATRIMONIALE. TITRE Ier - DISPOSITIONS GENERALES MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE PATRIMONIALE TITRE Ier - DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er - Création Il est créé entre : - la (les) collectivité(s)

Plus en détail

STATUTS AGENCE LOCALE DE L ENERGIE TITRE 1 OBJET ET COMPOSITION

STATUTS AGENCE LOCALE DE L ENERGIE TITRE 1 OBJET ET COMPOSITION STATUTS AGENCE LOCALE DE L ENERGIE TITRE 1 OBJET ET COMPOSITION ARTICLE 1. FORME ET DENOMINATION Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association par la loi du 1 er juillet 1901 et

Plus en détail

AUDIT CONJOINT 3e Congrès de la CAFR BUCAREST 3 et 4 novembre 2011 par Brigitte GUILLEBERT et Janin AUDAS Commissaires aux comptes

AUDIT CONJOINT 3e Congrès de la CAFR BUCAREST 3 et 4 novembre 2011 par Brigitte GUILLEBERT et Janin AUDAS Commissaires aux comptes AUDIT CONJOINT 3e Congrès de la CAFR BUCAREST 3 et 4 novembre 2011 par Brigitte GUILLEBERT et Janin AUDAS Commissaires aux comptes 1 AUDIT CONJOINT Sommaire 1. Livre vert de l UE de 2010 sur l audit 2.

Plus en détail

ANNEXE 3 à la circulaire 2007/2008.12 OGEC - CONSEIL D ADMINISTRATION

ANNEXE 3 à la circulaire 2007/2008.12 OGEC - CONSEIL D ADMINISTRATION ANNEXE 3 à la circulaire 2007/2008.12 OGEC - CONSEIL D ADMINISTRATION Il nous semble important de vous rappeler quelques règles élémentaires du fonctionnement des Conseils d Administration de nos OGEC.

Plus en détail

«Association nationale pour le développement de la qualité dans les hôpitaux et les cliniques»

«Association nationale pour le développement de la qualité dans les hôpitaux et les cliniques» statuts, 24 novembre 2009 «Association nationale pour le développement de la qualité dans les hôpitaux et les cliniques» Statuts I. But Art. 1 Nom et but Sous le nom «Association nationale pour le développement

Plus en détail

MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE DE SPECTACLE VIVANT (*) TITRE Ier - DISPOSITIONS GENERALES

MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE DE SPECTACLE VIVANT (*) TITRE Ier - DISPOSITIONS GENERALES MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE DE SPECTACLE VIVANT (*) TITRE Ier - DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er - Création Il est créé entre : - la (les)

Plus en détail

Mandat - Modèle détaillé

Mandat - Modèle détaillé La gouvernance des PME Mandat - Modèle détaillé - modèle détaillé mandat pour un comité consultatif Nous vous présentons ci-dessous un exemple de mandat pour un comité consultatif plus sophistiqué que

Plus en détail

Statuts. Statuts Franche-Comté Interactive

Statuts. Statuts Franche-Comté Interactive Statuts Franche-Comté Interactive STATUTS DU SYNDICAT FRANC-COMTOIS DES PROFESSIONNELS TIC 1 ASSOCIATION FRANCHE-COMTE INTERACTIVE Adoptés par l assemblée Générale Extraordinaire du 11/06/09 Statuts Article

Plus en détail

VENTE PAR APPEL D OFFRES SOUS PLIS CACHETES. 27 bis RUE VICTOR HUGO 88000 EPINAL

VENTE PAR APPEL D OFFRES SOUS PLIS CACHETES. 27 bis RUE VICTOR HUGO 88000 EPINAL VENTE PAR APPEL D OFFRES SOUS PLIS CACHETES d un bien immobilier, propriété du Département des Vosges, situé : 27 bis RUE VICTOR HUGO 88000 EPINAL AVIS D APPEL A CANDIDATURE I OBJET Le Département des

Plus en détail

AMIDON 45 STATUTS. Mis à Jour le 27 juin 2005

AMIDON 45 STATUTS. Mis à Jour le 27 juin 2005 AMIDON 45 STATUTS Mis à Jour le 27 juin 2005 ARTICLE 1 CONSTITUTION ET DENOMINATION Lors de l Assemblée Générale Constitutive du 20 mars 1996, il a été fondé entre les adhérents aux présents statuts une

Plus en détail

Le Droit Individuel à la Formation - DIF

Le Droit Individuel à la Formation - DIF DADS 2008 Page 1 Le Droit Individuel à la Formation - DIF A Le principe L accord de branche du 26 mai 2005 permet de faciliter les parcours personnalisés de formation des salariés tout au long de leur

Plus en détail

Dossier de demande de subvention déposé par une association au titre de l année 2016

Dossier de demande de subvention déposé par une association au titre de l année 2016 Dossier de demande de subvention déposé par une association au titre de l année 2016 Attention, tout dossier incomplet (pièces à joindre au dossier en dernière page) ou hors délai ne pourra malheureusement

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR PROJET PRESENTE A L ASSEMBLEE GENERALE DU 17 JUIN 2011

RÈGLEMENT INTÉRIEUR PROJET PRESENTE A L ASSEMBLEE GENERALE DU 17 JUIN 2011 RÈGLEMENT INTÉRIEUR PROJET PRESENTE A L ASSEMBLEE GENERALE DU 17 JUIN 2011 Art.1 : Présentation Le Comité Français d Hydrogéologie (C.F.H.), est une Association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et

Plus en détail

LA RUPTURE CONVENTIONNELLE DU CDI

LA RUPTURE CONVENTIONNELLE DU CDI LA RUPTURE CONVENTIONNELLE DU CDI Elle obéit à une procédure spécifique (entretien(s) entre les parties, homologation de la convention.), elle est entourée d un certain nombre de garanties pour le salarié

Plus en détail

Mise en œuvre de la réforme territoriale : Guide de Fusion des Ligues Régionales

Mise en œuvre de la réforme territoriale : Guide de Fusion des Ligues Régionales Mise en œuvre de la réforme territoriale : Guide de Fusion des Ligues Régionales I) Contexte : Application obligatoire de la réforme territoriale Depuis la promulgation de «loi n 2015-29 du 16 janvier

Plus en détail

UESL Conseil de surveillance du 26 Juin 2014

UESL Conseil de surveillance du 26 Juin 2014 UESL Conseil de surveillance du 26 Juin 2014 Directive ------------------------------- Règles minimales communes applicables aux GIE et associations de moyens Les CIL sont des associations régies par la

Plus en détail

PROCÉDURE DE LICENCIEMENT POUR MOTIF ÉCONOMIQUE : LES MODÈLES DE LETTRES -2 ème partie-

PROCÉDURE DE LICENCIEMENT POUR MOTIF ÉCONOMIQUE : LES MODÈLES DE LETTRES -2 ème partie- Groupement des Métiers de l Imprimerie ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- NOVEMBRE 2015 NOTE N 41 PROCÉDURE DE LICENCIEMENT

Plus en détail

Le rôle du préfet en matière d associations syndicales de propriétaires

Le rôle du préfet en matière d associations syndicales de propriétaires Le rôle du préfet en matière d associations syndicales de propriétaires Fiche n 12 Références : Ordonnance (O) n 2004-632 du 1er juillet 2004 relative aux associations syndicales de propriétaires Décret

Plus en détail

Le vote et l exécution du budget

Le vote et l exécution du budget Le vote et l exécution du budget G E S T I O N Le budget primitif est un acte ayant valeur d autorisation prévisionnelle. Il devrait donc être voté avant le début de l exercice auquel il s applique, c

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Accord professionnel

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Accord professionnel MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel BANQUE POPULAIRE ACCORD DU 28 SEPTEMBRE 2012 RELATIF AU FONCTIONNEMENT

Plus en détail

COMITE ŒUVRES SOCIALES DU PERSONNEL COMMUNAL DE SAINT-PAUL (C.O.S)

COMITE ŒUVRES SOCIALES DU PERSONNEL COMMUNAL DE SAINT-PAUL (C.O.S) Comité des Oeuvres Sociales (COS) du Personnel Communal de Saint-Paul S T A T U T S Article 1 - Application des statuts Les présents statuts s appliquent aux agents de la Commune de Saint-Paul dont les

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL PYRENEES GASCOGNE

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL PYRENEES GASCOGNE CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL PYRENEES GASCOGNE La médiation bancaire est régie par le Code de la consommation (en particulier les articles L. 151-1 à L. 157-2) et le Code monétaire

Plus en détail

La Mairie de l Union a confié à MAZARS une mission visant à réaliser un examen de la situation de l ASU.

La Mairie de l Union a confié à MAZARS une mission visant à réaliser un examen de la situation de l ASU. Mairie de l Union PRÉAMBULE La Mairie de l Union a confié à MAZARS une mission visant à réaliser un examen de la situation de l ASU. Cette démarche comprend plusieurs parties : Analyse de la situation

Plus en détail

Investissement immobilier : modalités juridiques

Investissement immobilier : modalités juridiques JUILLET 2013 FICHE PRATIQUE Investissement immobilier : modalités juridiques 1. Préambule 2. Le propriétaire assume seul l investissement 3. Participation du locataire aux charges découlant de l investissement

Plus en détail

CHARTE DU COMITE D AUDIT

CHARTE DU COMITE D AUDIT CHARTE DU COMITE D AUDIT INTRODUCTION... 2 I. RÔLE... 2 II. RESPONSABILITÉS... 2 1. Reporting financier... 2 2. Contrôle interne - gestion des risques et compliance... 3 3. Audit interne... 3 4. Audit

Plus en détail

RÈGLEMENT DE l AGIRC

RÈGLEMENT DE l AGIRC REGLEMENT DE L AGIRC Approuvé par la commission paritaire nationale le 22 septembre 2005 Modifié par la commission paritaire nationale le 21 mars 2006 Modifié par la commission paritaire nationale le 10

Plus en détail

RECOMMANDATION N 95-01

RECOMMANDATION N 95-01 RECOMMANDATION N 95-01 COMMUNE A LA COB ET AU CNC RELATIVE AUX METHODES À METTRE EN OEUVRE PAR LES EXPERTS CHARGES D ÉVALUER LES ACTIFS IMMOBILIERS DES SOCIÉTÉS CIVILES DE PLACEMENT IMMOBILIER (Bulletin

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL

REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL Article 1 er - Le présent règlement intérieur a pour objet de fixer, dans le cadre des lois et règlements en vigueur, les

Plus en détail

ASSOCIATION REGIONALE DES EXPERTS-COMPTABLES AGRICOLES

ASSOCIATION REGIONALE DES EXPERTS-COMPTABLES AGRICOLES ASSOCIATION REGIONALE DES EXPERTS-COMPTABLES AGRICOLES DE PICARDIE-ARDENNES Association déclarée Loi du 1 er juillet 1901 STATUTS Article 1 : Forme Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents

Plus en détail

ANNEXES PROTOCOLE D ACCORD RELATIF AUX CONDITIONS D EMPLOI ET DE TRAVAIL DES EMPLOYÉS À TEMPS PARTIEL DANS L INDUSTRIE HÔTELIÈRE

ANNEXES PROTOCOLE D ACCORD RELATIF AUX CONDITIONS D EMPLOI ET DE TRAVAIL DES EMPLOYÉS À TEMPS PARTIEL DANS L INDUSTRIE HÔTELIÈRE ANNEXES Texte non annoté PROTOCOLE D ACCORD RELATIF AUX CONDITIONS D EMPLOI ET DE TRAVAIL DES EMPLOYÉS À TEMPS PARTIEL DANS L INDUSTRIE HÔTELIÈRE Dispositions préalables Il est préalablement exposé que

Plus en détail

ÉVALUATION PROFESSIONNELLE

ÉVALUATION PROFESSIONNELLE DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES GROUPE Centre de Prestations Partagées Relations sociales et Conditions d Emploi (DRHG/CPP/RSC) C1 INTERNE Paris, le 22/06/2011 APPRÉCIATION INSTRUCTION N 013672 ÉVALUATION

Plus en détail

Règlement intérieur du CHSCT. de l Université d Aix-Marseille du 11-03-2015

Règlement intérieur du CHSCT. de l Université d Aix-Marseille du 11-03-2015 Conformément à l article 51 du décret 82-453 du 28 mai 1982 modifié relatif à l hygiène et la sécurité au travail ainsi qu à la prévention médicale de la fonction publique, le CHSCT de l Université d Aix

Plus en détail

L association «Comité d usagers du Centre social Kanéveden», structure de participation des habitants, a pour buts :

L association «Comité d usagers du Centre social Kanéveden», structure de participation des habitants, a pour buts : Article 1 : Le siège social Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901, ci-après dénommée : «L association

Plus en détail

Loi portant relance de la négociation collective en matière de licenciement économique

Loi portant relance de la négociation collective en matière de licenciement économique CONFEDERATION FRANÇAISE DU COMMERCE DE GROS ET DU COMMERCE I NTERNATION AL Loi portant relance de la négociation collective en matière de licenciement économique Licenciement économique p.1 Harcèlement

Plus en détail

AIDE ODONTOLOGIQUE INTERNATIONALE STATUTS PREMIERE PARTIE : CONSTITUTION

AIDE ODONTOLOGIQUE INTERNATIONALE STATUTS PREMIERE PARTIE : CONSTITUTION AIDE ODONTOLOGIQUE INTERNATIONALE STATUTS PREMIERE PARTIE : CONSTITUTION ARTICLE 1 TITRE DE L ASSOCIATION : Il a été constitué par l UNION DES JEUNES CHIRURGIENS-DENTISTES, membre fondateur et entre les

Plus en détail

COMITÉ D ÉTUDES DE DÉFENSE NATIONALE

COMITÉ D ÉTUDES DE DÉFENSE NATIONALE COMITÉ D ÉTUDES DE DÉFENSE NATIONALE STATUTS Adoptés en AGE le 10 décembre 2013 I) BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Article 1 er : Objet de l association Fondée en 1939 pour «éclairer le pays sur les

Plus en détail

Statuts. Association pour le Prolongement de la Ligne B du métro

Statuts. Association pour le Prolongement de la Ligne B du métro Statuts Association pour le Prolongement de la Ligne B du métro Contact : Mail : assoplb@gmail.com Site internet : www.associationplb.fr Twitter : https://twitter.com/assoplb Association pour le Prolongement

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE CENTRE-EST

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE CENTRE-EST CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE CENTRE-EST La médiation bancaire est régie par le Code de la consommation (en particulier les articles L. 151-1 à L. 157-2) et le Code monétaire et financier

Plus en détail

PROJET DE CONVENTION DE MANDAT

PROJET DE CONVENTION DE MANDAT PROJET DE CONVENTION DE MANDAT ÉQUIPEMENT DES SALLES SERVEURS DE LA COMMUNAUTÉ D AGGLOMÉRATION DU GRAND DOLE ET DE LA VILLE DE DOLE DANS LE CADRE D UN SYSTÈME D INFORMATION MUTUALISÉ ENTRE La Communauté

Plus en détail

SALARIÉS PERMANENTS ETT DE 10 SALARIÉS ET PLUS PLAN DE FORMATION MODE D EMPLOI. v1-11/2013 - photo : gettyimages

SALARIÉS PERMANENTS ETT DE 10 SALARIÉS ET PLUS PLAN DE FORMATION MODE D EMPLOI. v1-11/2013 - photo : gettyimages Adapter les salariés permanents à leur poste de travail et à l évolution de leur emploi Favoriser le maintien dans l emploi de vos collaborateurs Développer les compétences des permanents, en vue d une

Plus en détail

Initiation à la comptabilité simplifiée

Initiation à la comptabilité simplifiée Initiation à la comptabilité simplifiée Les obligations comptables Obligations minimales Obligations de fait Obligations légales Les règles de la comptabilité de trésorerie Principes d enregistrement Utilisation

Plus en détail

R É G I E D 'EX P L O I TAT I O N D E L A F I B R E O P T I Q U E

R É G I E D 'EX P L O I TAT I O N D E L A F I B R E O P T I Q U E R É G I E D 'EX P L O I TAT I O N D E L A F I B R E O P T I Q U E D E S A I N T- Q U E N T I N - EN-Y V E L I N E S Ordre du Jour du Conseil d administration du 12 novembre 2009 Points soumis à Délibération

Plus en détail

PROJET CHARTE PARTENARIALE ENTRE LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX ET LA DIRECTION GENERALE DES FINANCES PUBLIQUES ***

PROJET CHARTE PARTENARIALE ENTRE LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX ET LA DIRECTION GENERALE DES FINANCES PUBLIQUES *** PROJET CHARTE PARTENARIALE ENTRE LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX ET LA DIRECTION GENERALE DES FINANCES PUBLIQUES *** DEFINITION D UNE POLITIQUE DE RECOUVREMENT 1 Entre la Communauté Urbaine de Bordeaux,

Plus en détail

CHARTE DE L ACTION SOCIALE

CHARTE DE L ACTION SOCIALE CHARTE DE L ACTION SOCIALE Préambule En adhérant au CNAS, votre collectivité ou établissement a choisi de mettre en place une politique d action sociale pour son personnel conformément aux dispositions

Plus en détail

FEDERATION FRANCAISE DE FOOTBALL DE TABLE

FEDERATION FRANCAISE DE FOOTBALL DE TABLE Préambule Article 1 Organisation comptable Page 1 1.1. L Assemblée générale Page 1 1.2. Le Comité Directeur Page 1 1.3. Le bureau Page 1 1.4. Le président Page 1 1.5. Le trésorier général Page 1 Article

Plus en détail

TITRE I Constitution - Objet - Siège social - Durée

TITRE I Constitution - Objet - Siège social - Durée Statuts de l Association FEDERATION AQUITAINE des MAISONS et POLES de SANTE PLURIPROFESSIONNELS «FAMPoS» Adoptés par l AG constitutive du 29 Juin 2013 -------------- Art. 1 - Constitution TITRE I Constitution

Plus en détail

L Entreprise et le DIF

L Entreprise et le DIF L Entreprise et le DIF Le DIF : pour quelle formation et pour qui? Le DIF est une modalité supplémentaire d accès à la formation pour les salariés, à leur initiative et avec l accord de leur employeur.

Plus en détail

Vu le Traité instituant la Communauté Economique et Monétaire de l Afrique Centrale,

Vu le Traité instituant la Communauté Economique et Monétaire de l Afrique Centrale, REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D'ADMINISTRATION DE LA BEAC Le Conseil d Administration de la Banque des Etats de l Afrique Centrale (BEAC), Vu le Traité instituant la Communauté Economique et Monétaire

Plus en détail

REGLEMENT COBAC R-93/09 RELATIF AUX MODIFICATIONS DE SITUATION DES ETABLISSEMENTS DE CREDIT

REGLEMENT COBAC R-93/09 RELATIF AUX MODIFICATIONS DE SITUATION DES ETABLISSEMENTS DE CREDIT REGLEMENT COBAC R-93/09 RELATIF AUX MODIFICATIONS DE SITUATION DES ETABLISSEMENTS DE CREDIT La Commission Bancaire de l Afrique Centrale, Vu la Convention du 16 octobre 1990 portant création d une Commission

Plus en détail

La représentativité syndicale

La représentativité syndicale La représentativité syndicale La loi du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail refonde les bases du système des relations sociales dans les entreprises,

Plus en détail

Paris, le 09 NOV 2011. Le ministre de la fonction publique

Paris, le 09 NOV 2011. Le ministre de la fonction publique MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE Paris, le 09 NOV 2011 Direction générale de l administration et de la fonction publique B9 n 11- MFPF1130836C Le ministre de la fonction publique A Monsieur le ministre

Plus en détail

conseils d administration : échéancier

conseils d administration : échéancier conseils d administration : échéancier Ce tableau présente les échéances incontournables d une année scolaire. Il n est bien entendu pas exhaustif. Les dates de CA sont données à titre indicatif ; c est

Plus en détail

STATUTS DE BREST ARTS MARTIAUX HISTORIQUES EUROPEENS

STATUTS DE BREST ARTS MARTIAUX HISTORIQUES EUROPEENS STATUTS DE BREST ARTS MARTIAUX HISTORIQUES EUROPEENS OBJET ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Article 1 : constitution, dénomination, objet Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts, une association

Plus en détail

PROPOSITION DE NOUVEAUX STATUTS DE L ASSOCIATION POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS EN GRECE A.E.F.G.

PROPOSITION DE NOUVEAUX STATUTS DE L ASSOCIATION POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS EN GRECE A.E.F.G. PROPOSITION DE NOUVEAUX STATUTS DE L ASSOCIATION POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS EN GRECE A.E.F.G. 1/ Buts et composition et fonctionnement de l Association ARTICLE 1. Il est fondé entre les adhérents aux

Plus en détail

Dissoudre une SARL. Assistant-juridique.fr

Dissoudre une SARL. Assistant-juridique.fr 2016 Dissoudre une SARL Assistant-juridique.fr Sommaire I Organisation d une assemblée générale extraordinaire de dissolution... 5 A) Convocation des associés... 5 B) Majorité nécessaire... 5 1) La SARL

Plus en détail

Règlement sur le cheminement scolaire

Règlement sur le cheminement scolaire Règlement sur le cheminement scolaire Adopté le : 17 décembre 2001 218 e réunion du conseil d administration Amendé le : 10 juin 2008 261 e réunion du conseil d administration Amendé le : 16 décembre 2013

Plus en détail

Règlement intérieur de la FFII France

Règlement intérieur de la FFII France Règlement intérieur de la FFII France (version 1 - février 2006) Préambule Conformément aux statuts de l Association «FFII France», dite également FFII.fr, le règlement intérieur est établi par le Conseil

Plus en détail

Relations collectives du travail : des réformes substantielles

Relations collectives du travail : des réformes substantielles Le texte du mois Relations collectives du travail : des réformes substantielles La loi du 5 mars 2014 ayant réformé la formation professionnelle présente un second volet qui modifie divers aspects de nos

Plus en détail

ANNEE 2015. Dossier de demande de subvention destiné aux Associations. Date limite de dépôt du dossier le 31 JANVIER 2015. Nom de l association :...

ANNEE 2015. Dossier de demande de subvention destiné aux Associations. Date limite de dépôt du dossier le 31 JANVIER 2015. Nom de l association :... Loi du 1er juillet 1901 relative au contrat d association ANNEE 2015 Dossier de demande de subvention destiné aux Associations Loi du 1 er juillet 1901 relative au contrat d association Date limite de

Plus en détail

CONVENTION FÉDÉRATION FRANÇAISE D ATHLÉTISME LIGUE NATIONALE D ATHLÉTISME

CONVENTION FÉDÉRATION FRANÇAISE D ATHLÉTISME LIGUE NATIONALE D ATHLÉTISME CONVENTION FÉDÉRATION FRANÇAISE D ATHLÉTISME LIGUE NATIONALE D ATHLÉTISME PRÉAMBULE La Fédération Française d Athlétisme (FFA), association déclarée reconnue d utilité publique, est une Fédération sportive

Plus en détail

- STATUTS - A / Dénomination Siège Objet Durée.

- STATUTS - A / Dénomination Siège Objet Durée. - STATUTS - A / Dénomination Siège Objet Durée. Article 1 : Dénomination. Entre les adhérents, personnes morales ou personnes physiques, signataires des présents statuts, il est créé une association régie

Plus en détail

Chapitre III. L assistance au Parlement et au. Gouvernement

Chapitre III. L assistance au Parlement et au. Gouvernement Chapitre III L assistance au Parlement et au Gouvernement La loi organique du 1 er août 2001 relative aux lois de finances (LOLF) et la loi organique du 2 août 2005 relative aux lois de financement de

Plus en détail

CONVENTION CONSTITUTIVE DU GROUPEMENT D INTERET PUBLIC (G.I.P.) FONDS DE SOLIDARITE LOGEMENT

CONVENTION CONSTITUTIVE DU GROUPEMENT D INTERET PUBLIC (G.I.P.) FONDS DE SOLIDARITE LOGEMENT CONVENTION CONSTITUTIVE DU GROUPEMENT D INTERET PUBLIC (G.I.P.) FONDS DE SOLIDARITE LOGEMENT Il est constitué entre : - le Conseil Général représenté par le vice-président chargé du développement social,

Plus en détail

«CONSTRUIRE ENSEMBLE UNE PLACE POUR TOUS LES JEUNES»

«CONSTRUIRE ENSEMBLE UNE PLACE POUR TOUS LES JEUNES» STATUTS ARML-idf Préambule A la suite de l ordonnance du 26 mars 1982, les premières missions locales se sont créées en Ile-de-France, à l initiative des collectivités locales Avec l appui - de l État

Plus en détail

STATUTS conformes à ceux de la Fédération Française de la Retraite Sportive dans le cadre du décret du 7 janvier 2004. MAJ 2010

STATUTS conformes à ceux de la Fédération Française de la Retraite Sportive dans le cadre du décret du 7 janvier 2004. MAJ 2010 Retraite Sportive du Pays Gapençais (R.S.P.G.) STATUTS conformes à ceux de la Fédération Française de la Retraite Sportive dans le cadre du décret du 7 janvier 2004. MAJ 2010 TITRE I BUT et COMPOSITION

Plus en détail

Annexe 2 Gestion de risques et contrôles internes

Annexe 2 Gestion de risques et contrôles internes Annexe 2 Gestion de risques et contrôles internes Gestion de risques et contrôles internes Repérage des risques : Évaluation des risques : Le comité doit repérer les situations qui peuvent comporter des

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR. Janvier 2012 1

CE QU IL FAUT SAVOIR. Janvier 2012 1 QUESTIONS-REPONSES SUR LE CAHIER DES CHARGES «EXPERIMENTATION DE NOUVEAUX MODES D ORGANISATIONS DES SOINS DESTINES A OPTIMISER LES PARCOURS DE SOINS DES PERSONNES AGEES EN RISQUE DE PERTE D AUTONOMIE»

Plus en détail

FORMATION REPRESENTANTS DU PERSONNEL 1/12

FORMATION REPRESENTANTS DU PERSONNEL 1/12 CATALOGUE DES FORMATIONS 2015 1/12 PROGRAMME DES FORMATIONS PROGRAMME 1 Formation économique du CE Pour une analyse pertinente des comptes de l entreprise 2 jours Pages 3 à 4 PROGRAMME 2 Gérer le budget

Plus en détail

STATUTS PARTICULIERS DU FONDS NATIONAL POUR L'EDUCATION ET LA RECHERCHE (FONER)

STATUTS PARTICULIERS DU FONDS NATIONAL POUR L'EDUCATION ET LA RECHERCHE (FONER) STATUTS PARTICULIERS DU FONDS NATIONAL POUR L'EDUCATION ET LA RECHERCHE (FONER) 2 CHAPITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er Article 2 : Article 3 : : Les attributions, l organisation et le fonctionnement

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION SPORTIVE RAID AVENTURE BELLONE

STATUTS DE L ASSOCIATION SPORTIVE RAID AVENTURE BELLONE 1 STATUTS DE L ASSOCIATION SPORTIVE RAID AVENTURE BELLONE OBJET ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Article 1 : constitution, dénomination, objet Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts, une

Plus en détail

«DELEGATIONS de SERVICE PUBLIC»

«DELEGATIONS de SERVICE PUBLIC» CONTROLE DE LEGALITE «AFFAIRES GENERALES» Irrégularités les plus fréquentes le délai de convocation des membres du conseil municipal : la convocation est adressée :. dans les communes de moins de 3 500

Plus en détail

Organismes de placement collectif immobilier (OPCI) Projet de règlement général soumis à la consultation du public

Organismes de placement collectif immobilier (OPCI) Projet de règlement général soumis à la consultation du public Organismes de placement collectif immobilier (OPCI) Projet de règlement général soumis à la consultation du public 12 septembre 2006 fin de la consultation 10 novembre 2006 1 Plan Caractéristiques de l

Plus en détail

La transformation des SIH en GCS

La transformation des SIH en GCS Club 10-13 3 avril 2012 Patrick COIGNET Expert Centre de droit JuriSanté La transformation des SIH en GCS 1 La transformation des SIH en GCS LOI n 2009-879 du 21 juillet 2009 portant réforme de l'hôpital

Plus en détail

«La Grande Famille de Procida & Ischia»

«La Grande Famille de Procida & Ischia» «La Grande Famille de Procida & Ischia» STATUTS Version 3.1 adoptés le 3 mai 2011 Chapitre 1 L Association Article 1 Objet Il est créé entre les adhérents aux présents statuts une Association régie par

Plus en détail

CONVENTION DE CONSTITUTION D UNE ENTENTE POUR L INSTRUCTION DES DEMANDES D AUTORISATIONS DU DROIT DU SOL

CONVENTION DE CONSTITUTION D UNE ENTENTE POUR L INSTRUCTION DES DEMANDES D AUTORISATIONS DU DROIT DU SOL Document annexe au rapport n 14/162 Commune de Biscarrosse Commune de Gastes Commune de Luë Commune de Parentis-en-Born Commune de Sanguinet Commune de Sainte-Eulalie-en-Born Commune d Ychoux CONVENTION

Plus en détail

LE FONCTIONNEMENT de l ASL et de l AFUL

LE FONCTIONNEMENT de l ASL et de l AFUL LE FONCTIONNEMENT de l ASL et de l AFUL 1 LISTE DES CHAPITRES I) L ORIGINE DE CETTE LEGISLATION II) LE CADRE JURIDIQUE ACTUEL DU STATUTS DES ASL ET DES AFUL III) LES ORGANES DE FONCTIONNEMENT ISSUS DE

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3246 Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION AVENANT N 150 DU

Plus en détail

Statuts approuvés par l'a.g. extraordinaire 6 juin 2015

Statuts approuvés par l'a.g. extraordinaire 6 juin 2015 Statuts approuvés par l'a.g. extraordinaire 6 juin 2015 Chapitre I - Dénomination, siège, but et objet Article 1er. L association est dénommée Réseau Financité ; son siège social est établi à 5000 Namur,

Plus en détail

Demande d approbation d un Agenda d accessibilité programmée (Ad ap)

Demande d approbation d un Agenda d accessibilité programmée (Ad ap) Ministère chargé de la construction Demande d approbation d un Agenda d accessibilité programmée (Ad ap) Articles L. 111-7 et D. 111-19-34 du code de la construction et de l habitation (CCH) N 15246*01

Plus en détail

Les outils de gestion des difficultés : Le licenciement collectif pour motif économique

Les outils de gestion des difficultés : Le licenciement collectif pour motif économique Les outils de gestion des difficultés : Le licenciement collectif pour motif économique 1) Définition du licenciement pour motif économique Prévu par l article L1233-3 du Code du travail, le licenciement

Plus en détail

GUIDE D'UTILISATION DU DROIT INDIVIDUEL A LA FORMATION

GUIDE D'UTILISATION DU DROIT INDIVIDUEL A LA FORMATION CONNAITRE LES DISPOSITIFS BRANCHE PROFESSIONNELLE DU TOURISME GUIDE D'UTILISATION DU DROIT INDIVIDUEL A LA FORMATION 2012 POURQUOI? L objectif du droit individuel à la formation (DIF) est de permettre

Plus en détail

Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions

Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions Préparée par les permanents du Conseil sur la comptabilité dans le secteur public Octobre 2009 TABLE DES MATIÈRES PARAGRAPHE Introduction....01

Plus en détail

FLASH INFOTOURISME N 105 Fév. 2016

FLASH INFOTOURISME N 105 Fév. 2016 FLASH INFOTOURISME N 105 Fév. 2016 Le point sur la Formation professionnelle LA FORMATION PROFESSIONNELLE LES POINTS CLÉS DE LA RÉFORME La loi du 5 mars 2014 La loi du 5 mars 2014 relative à la formation

Plus en détail

STATUTS DE L AGENCE BENINOISE DE METROLOGIE ET DE CONTROLE DE LA QUALITE (ABMCQ)

STATUTS DE L AGENCE BENINOISE DE METROLOGIE ET DE CONTROLE DE LA QUALITE (ABMCQ) 22/01/2009 STATUTS DE L AGENCE BENINOISE DE METROLOGIE ET DE CONTROLE DE LA QUALITE (ABMCQ) TITRE PREMIER : DE LA CREATION, DE L OBJET, DU SIEGE SOCIAL ET DE LA DOTATION CHAPITRE 1 : De la création, de

Plus en détail

CLAIRE DANIS DE ALMEIDA Avocat au Barreau de Paris

CLAIRE DANIS DE ALMEIDA Avocat au Barreau de Paris MEMORANDUM RUPTURE CONVENTIONNELLE Salariés non protégés MAJ 04/02/2010 Ce mémorandum donne une information synthétique et peut ne pas traiter des cas particuliers. Il est indispensable de se fonder sur

Plus en détail

Autorisation d emprunt pour l acquisition d actions nominatives et au porteur de la Banque cantonale

Autorisation d emprunt pour l acquisition d actions nominatives et au porteur de la Banque cantonale Projet de loi (89) accordant une autorisation d emprunt de 6 00 000 F au Conseil d Etat pour financer l acquisition d actions nominatives et au porteur de la Banque cantonale de Genève et ouvrant un crédit

Plus en détail

Statuts de l association DixiemeFamille.com

Statuts de l association DixiemeFamille.com I. CONSTITUTION OBJET - COMPOSITION ARTICLE 1. Constitution - Objet Il est formé, entre les soussignés, ainsi que les personnes, physiques ou morales, qui adhèreront par la suite aux présents statuts,

Plus en détail

Dossier de presse Base élèves

Dossier de presse Base élèves Dossier de presse Base élèves Afin de répondre aux interrogations légitimes d une partie des parents d élèves aveyronnais qui nous sont relayées par les syndicats, nous vous transmettons un dossier de

Plus en détail

Mesures relatives à la santé au travail

Mesures relatives à la santé au travail Mesures relatives à la santé au travail 1- Pénibilité a) Fiche pénibilité (article L 4161-1 du Code du travail) La fiche individuelle de prévention des risques professionnels est remplacée par une déclaration

Plus en détail

RĒGLEMENT DES PRÊTS - 1 -

RĒGLEMENT DES PRÊTS - 1 - RĒGLEMENT DES PRÊTS Fondation Jean Moulin Service des Prêts Immeuble Oudinot Place Beauvau 75800 PARIS Cedex 08 Tél : 01.53.69.28.37 Fax : 01.53.69.28.68 mail : fjm-prets@interieur.gouv.fr site internet

Plus en détail

FORMATION TERTIAIRE DROIT DES SOCIETES COMMERCIALES ET DU GROUPEMENT D INTERET ECONOMIQUE NOTE DE COURS

FORMATION TERTIAIRE DROIT DES SOCIETES COMMERCIALES ET DU GROUPEMENT D INTERET ECONOMIQUE NOTE DE COURS 1 NOTE DE COURS ORGANISATIONS ET FONCTIONNEMENT DE LA SA ET DE LA SARL SECTION 2 : ORGANISATIONS ET FONCTIONNEMENT DE LA SA ET DE LA SARL Six principaux points seront successivement abordés : - L organe

Plus en détail

Règlement intérieur du comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail de l Université de Picardie Jules Verne

Règlement intérieur du comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail de l Université de Picardie Jules Verne Règlement intérieur du comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail de l Université de Picardie Jules Verne Article 1 er Le présent règlement intérieur a pour objet de fixer, dans le cadre

Plus en détail

RÈGLEMENT DU CONCOURS

RÈGLEMENT DU CONCOURS RÈGLEMENT DU CONCOURS «Les pros-moteurs de la Sécurité sociale» 2015 Page 1 Article 1 er CONTEXTE ET OBJECTIFS DU CONCOURS 11. Contexte La mise en place de la Sécurité sociale depuis 1945 est l une des

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMÉRIQUE Décret n o 2015-1382 du 30 octobre 2015 relatif à la médiation des litiges de la consommation NOR :

Plus en détail