LA SITUATION ECONOMIQUE DE LA RUSSIE : POURQUOI LA RUSSIE A-T-ELLE ECHOUE LA OU LA CHINE A REUSSI?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA SITUATION ECONOMIQUE DE LA RUSSIE : POURQUOI LA RUSSIE A-T-ELLE ECHOUE LA OU LA CHINE A REUSSI?"

Transcription

1 ESSEC Mastère Spécialisé Strategy and Management of International Business Mémoire d INTELLIGENCE ECONOMIQUE Sous la direction de M. Harbulot Avril 2013 LA SITUATION ECONOMIQUE DE LA RUSSIE : POURQUOI LA RUSSIE A-T-ELLE ECHOUE LA OU LA CHINE A REUSSI? BALI Alicia BRISON Marine GUIGO Emilie MARLIER Pierre-Germain SENHADJI Amina

2 AVANT-PROPOS AVANT-PROPOS Ce mémoire de synthèse s inscrit dans le cadre du cours d Intelligence Economique dispensé à l ESSEC Business School, par Monsieur Harbulot, Directeur de l Ecole de Guerre Economique située à Paris.. En préambule de ce mémoire, nous souhaiterions remercier les personnes qui nous ont apporté leur aide et aiguillé sur la compréhension du sujet et les problématiques abordées. Nous tenons en premier lieu à remercier Monsieur Harbulot pour sa disponibilité et son écoute tout au long de l élaboration de ce mémoire. Nos remerciements s adressent également à Messieurs Vercueil, Sapir et Mangot 1, spécialistes de l économie asiatique ou russe, qui ont bien voulu nous accorder de leur temps pour nous orienter dans notre démarche et nous apporter des éclairages précis sur certaines thématiques. Enfin, nous remercions Ekaterina Syomina, étudiante russe à l ESSEC, d avoir répondu à nos questions. 1 Le contenu de cet article n engage la responsabilité que de ses auteurs, il ne reflète pas nécessairement les opinions des personnes interviewées qui n ont en aucun cas validé nos propos, ni ne cautionnent l intégralité de ce mémoire. 2

3 SOMMAIRE SOMMAIRE PARTIE 1 Une transition chaotique : les fondements de la Russie d aujourd hui La Russie à l épreuve du «grand bain de lave» La thérapie de choc adoptée par la Russie : la marche forcée vers le capitalisme Les quatre piliers de la réforme : d une «grande économie planifiée qui ne fonctionnait pas bien à une petite économie de marché qui fonctionne mal» La transition brutale vers le capitalisme à la Russe versus la voie moyenne et changement dans la continuité suivie par la Chine vers l économie de marché La négligence des institutions Le processus chaotique de démocratisation Un cadre institutionnel essentiel pour le devenir économique du pays L évolution du système politique : une transition politique quasi-inexistante en Russie versus une transition progressive en Chine Une société meurtrie par la transition Les conséquences sociales de la transition chaotique Le développement corrélatif des sociétés russes et chinoises 16 PARTIE 2 La Russie entre repli et ouverture à l international L'URSS avant l éclatement du bloc en 1991 : une puissance mondiale Les relations bilatérales avec les Etats-Unis La CAEM (Conseil d Assistance Economique Mutuelle) en réponse à l OECE La politique extérieure de la perestroïka De 1992 à 1998: un Etat post-soviétique indécis quant à sa politique économique internationale Un Etat post-soviétique cherchant à s ouvrir «à tout prix» : une ouverture controversée menant à une situation économique chaotique Un renfermement partiel : le «protectionnisme par l incertitude» Une réouverture financière par le rapprochement avec le FMI Du krach de 1998 à aujourd hui : retour international de la Russie sous l impulsion de Vladimir Poutine Une volonté affirmée d ouverture à l international L héritage soviétique du communisme dans la stratégie extérieure de la Russie moderne Une stratégie de partenariats internationaux 35 PARTIE 3 La Russie, une mauvaise exploitation des ressources du pays Une économie basée sur une économie de rente Le cas du pétrole Pourquoi ce modèle, et comment en sommes-nous arrivés à la situation actuelle Une Russie hyper dépendante, une situation dangereuse avec plus que des enjeux économiques Les menaces autour du secteur pétrolier Le combat contre une économie unilatérale Désertification : comment retenir les "cerveaux du pays"? 48 3

4 INTRODUCTION INTRODUCTION Dans le cadre de ce mémoire, nous nous sommes intéressés à l étude de la situation actuelle de la Russie et nous avons essayé de comprendre comment s est opérée la transition de de sa forme d état communiste vers le capitalisme à partir de la chute de l URSS. Afin d apprécier les choix stratégiques de la Fédération de Russie, nous avons choisi de les mettre en parallèle avec ceux de la Chine à la même époque dont l évolution a été spectaculaire depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Nous avons ainsi tenté de déceler les points de convergence et de divergence dans la manière dont ces deux pays ont géré leur transition. A ce titre, il est intéressant de noter la montée spectaculaire de la Chine du point de vue économique et au sein de la communauté internationale au moment où la Russie s embourbait. A l inverse, à l époque où la Russie occupait la place d une superpuissance mondiale tenant tête aux Etats-Unis, la Chine était un Etat économiquement appauvri par les guerres et les famines, sans poids réel à l international. Il conviendra donc d étudier comment, en l espace d une vingtaine d années, l échiquier mondial s est inversé laissant la part belle à la Chine, aujourd hui deuxième puissance mondiale affichant un PIB de milliards de dollars 2. Cette question en soulèvera une seconde à savoir pourquoi la Russie n a pas su garder son rang de puissance mondiale? Même s il peut paraître paradoxal de comparer la transition politique, économique et sociale qu ont menée la Chine et la Russie vers le capitalisme et l économie de marché, cette comparaison n est pourtant pas si inopportune dans la mesure où ces deux pays ont, au fil du temps, partagé des défis communs. A titre d illustration, Jean Géronimo 3 a pu mettre en parallèle les similarités entre ces deux pays de la manière suivante : «La Russie a un espace géographique, mental et historique en propre tel qu elle peut comme la Chine n être qu avec elle-même en autogestion : le vase clos, matrice de toute dictature». 4 En outre, bien que partageant un modèle idéologique commun au moment de la seconde guerre mondiale, la Chine et la Russie se sont cependant beaucoup différenciées au fil du temps, empruntant l une et l autre des chemins radicalement différents et laissant place à des régimes politiques, économiques et sociaux différents. Au vu de l ensemble de ces éléments, notre plan s articulera donc autour de trois axes. Dans un premier temps, nous nous intéresserons à la «thérapie de choc» suivie par la Russie et notamment à sa transition chaotique vers le capitalisme après la chute du bloc soviétique. Cette transition brutale et très rapide de la Russie sera mise en parallèle avec la 2 Source FMI, estimations J. GERONIMO «La pensée stratégique russe» 4

5 PARTIE 1 Une transition chaotique : les fondements de la Russie d aujourd hui situation de la Chine à la même période, qui au contraire de la Russie, a évolué de façon lente et progressive. Ces considérations nous permettront ainsi, après comparaison, de déterminer quelles conséquences il est possible de tirer de l évolution qu ont suivie ces deux pays socialistes en termes de développements économiques et sociaux ainsi que de persistance politique et idéologique du modèle communiste. Dans un second temps, nous étudierons les relations internationales de la Russie tout au long de son évolution. Nous verrons que là encore, la Chine a su jouer la carte de la modération et de la continuité alors que la Russie a longtemps été indécise sur la stratégie de sa politique internationale tâtonnant entre repli sur elle-même et ouverture à outrance. Cette partie nous amènera à une comparaison de la Chine et de la Russie en termes d investissements étrangers et nous verrons pourquoi la Chine a su davantage attirer les capitaux étrangers que la Russie. Enfin, nous nous intéresserons à l exploitation par la Russie de ses ressources. Dans cette optique, il conviendra de comprendre pourquoi la Russie, ayant une si grande superficie et détenant d abondantes ressources naturelles qui pourraient la faire vivre en autarcie si elle le souhaitait, affiche plus de 50% d importations? Il conviendra également de comprendre pourquoi la Russie a-t-elle plutôt choisi de baser son économie sur une économie de rente qui la rend dépendante à un nombre de secteurs limités alors qu elle détient les ressources suffisantes pour diversifier ses activités? 5

6 PARTIE 1 Une transition chaotique : les fondements de la Russie d aujourd hui «Après 74 ans de collectivisme, d'égalitarisme, de patriotisme au nom de la grande puissance et de bien d'autres choses encore, voilà que notre archétype national dominant est devenu le petitbourgeois affamé {...} il ne possède ni fortune, ni pratique du marché, ni habitude du travail bien fait, c'est vrai ; mais il aspire à la paix, à la prospérité, à l'évolution et pas à la révolution 5» Léonid RADZIKHOVSKÏI PARTIE 1 Une transition chaotique : les fondements de la Russie d aujourd hui Il peut paraitre paradoxal de comparer la transition politique, économique et sociale qu ont menée la Chine et la Russie vers le capitalisme et l économie de marché tant l on s est rarement interrogé sur la question. Pourtant, cette comparaison n est pas si inopportune. Etant à l origine deux pays socialistes pendant la seconde guerre mondiale, les réformes politiques et économiques successives ont fait migré la Russie vers le capitalisme tandis que la Chine a, quant à elle, suivi une voie moyenne caractérisée par le «socialisme de marché». Partant donc d un modèle idéologique a priori commun, les deux pays se sont beaucoup différenciés au fil du temps laissant place à des régimes politiques, économiques et sociaux différents. Il s agit donc bien ici de l évolution de deux modèles socialistes différents. Quels sont les éléments à prendre en compte pour réaliser une telle comparaison? En d autres termes, sur quelle base peut-on comparer ces deux modèles? Transition économique vers le capitalisme, tentative d adoption de principes démocratiques, succès en termes de développement économique? Le modèle socialiste a-t-il été éradiqué et remplacé par le modèle capitaliste ou s agit-il d une simple mutation du système socialiste? Surtout, dans la volonté d évoluer vers le capitalisme, la transition russe semble avoir été relativement brève et celle de la Chine beaucoup plus avancée mais non complètement aboutie. Il conviendra donc de réaliser 5 RADZIKHOVSKÏI Léonid, "Boris Eltsine comme miroir de l'évolution russe", Ogonek, n 24-26, 13 juin-4 juillet

7 PARTIE 1 Une transition chaotique : les fondements de la Russie d aujourd hui cette comparaison sur la base de divers critères mettant en lumière les points de rencontre et les divergences entre ces deux modèles. Dans cette optique, un des points communs majeurs de ces modèles a été l introduction d éléments capitalistes dans l économie du pays bien que leur mise en pratique traduise des divergences profondes. Ainsi, si la transition opérée par la Russie vers le capitalisme a été brutale et très rapide, la Chine a, de son côté, évolué de façon lente et continue. Ces considérations permettront, après comparaison, de déterminer quelles conséquences il est possible de tirer de l évolution qu ont suivie ces deux pays socialistes en termes de développements économiques et sociaux ainsi que de persistance politique et idéologique du modèle communiste. Pour comprendre la comparaison entre les modèles chinois et russe, il nous faut étudier les années de transition de la Russie. La Russie, suite à l éclatement de l URSS, sera à l épreuve du grand bain de lave dans une transition économique rapide. Mais ces réformes économiques brutales ne seront pas accompagnées de réformes politiques majeures et ne seront pas encadrées par des institutions politiques fortes, aussi la Russie sera confrontées à un chaos économique, politique et social sans précédent La Russie à l épreuve du «grand bain de lave» Avec l effondrement de l URSS en 1991, la Russie fait le constat d une économie exsangue, ayant pris près d une trentaine d années de retard sur la Chine et son économie ouverte au monde. Prête à tout pour rattraper le retard accumulé sous l ère soviétique, la Russie va entreprendre «une thérapie de choc» afin de bouleverser son économie se jetant ainsi dans un grand bain de lave avec des réformes économiques majeures. Cette transition brutale semble très loin de la voie moyenne adoptée par la Chine à la même période La thérapie de choc adoptée par la Russie : la marche forcée vers le capitalisme La nécessité de réformer le système économique russe apparait déjà avec l arrivée au pouvoir de Mikhaïl Gorbatchev en Dès lors, trois conceptions 6 des transformations économiques et politiques s opposent : o Les partisans d une évolution conservatrice et technocratique prônent le maintien du système planifié et l amélioration de son efficacité au travers de nouvelles technologies de planification et de gestion. L introduction d entreprises privées sous contrôle renforcé de l Etat est même envisagée. o Les partisans de transformations progressives et graduelles prônent un modèle économique à deux secteurs avec la coexistence d une économie planifiée en 6 SAPIR J., NEKIPELOV A., IVANTER V., KOUVALINE D., La transition russe, vingt ans après, édition des Syrtes, 2012, 229 pages. 7

8 PARTIE 1 Une transition chaotique : les fondements de la Russie d aujourd hui parallèle de laquelle se développeraient des relations marchandes, solutionnant ainsi le problème de l incitation au travail. o Les partisans des méthodes radicales de transition vers une économie de marché, affirmant que «l on franchit un précipice en un saut, pas deux». Avec le démantèlement de l URSS, ce sont les méthodes radicales qui vont être favorisées. En effet, l économie russe est exsangue, en 1991 la production chute de 15 à 20%, le déficit budgétaire atteint 20 à 30% du PNB, les exportations chutent de 40%, etc ; et la seule solution pour un retour à une situation moins préoccupante apparait être la «thérapie de choc». Ainsi, l économie planifiée en vigueur en URSS depuis des décennies s effondre, faisant place petit à petit à une économie aux méthodes occidentales. Pour J. Geronimo 7, il s agit d une «spécificité russe comme entité socio-économique à la recherche d une troisième voie entre le socialisme planifié et le libéralisme de marché» car pour lui «la pensée stratégique russe oscille entre un passé soviétique en pleine inertie et une nécessaire réforme». L année 1992 démarre ainsi sous le signe de la libéralisation la plus importante possible ; la «thérapie de choc» est en marche vers une libéralisation et stabilisation financière de la Russie, sous l impulsion de Boris Eltsine et Egor Gaïdar. Cette politique ultralibérale repose sur quatre piliers que sont la liberté des prix, l ouverture à l économie mondiale, les restrictions financières et les privatisations. Pour J. Sapir 8, ce sont les bases qui ont mené vers le chaos de la Russie. Loin d améliorer la situation en Russie, la période est marquée par une explosion des prix, avec une hausse de 160% en 1991, atteignant jusqu à 2500% en 1992, puis 840% en 1993 et 215% en Dans la même période, le PIB de la Russie diminue de 34,6%. 9 Malgré le mécontentement de la population, les partisans de la «thérapie de choc» estiment qu il n y a pas d autres voies pour établir une économie de marché dans le pays. Pour Julien Vercueil 10, l ouverture de la Russie trop rapide à ce type d économie a été trop importante et surtout compromettante pour l économie russe. Pour lui, la Russie «s est jetée dans un grand bain, mais le problème était que c était un bain de lave». Il considère ainsi que, au vu de l héritage soviétique et la manière dont la l ouverture s est opérée, le gouvernement a précipité le pays vers la «catastrophe». Quelles ont donc été ces mesures phares de la «thérapie de choc» et ses conséquences? 7 GERONIMO J. La pensée stratégique russe. Guerre tiède sur l échiquier eurasien, Editions SIGEST, 2011, 173 pages. 8 SAPIR J., Le chaos russe. Désordres économiques, conflits politiques, décomposition militaire, éditions La Découverte, 9 Courrier international : Egor Gaïdar, la thérapie de choc l a tué. 10 VERCUEIL J., entretien 8

9 PARTIE 1 Une transition chaotique : les fondements de la Russie d aujourd hui Les quatre piliers de la réforme : d une «grande économie planifiée qui ne fonctionnait pas bien à une petite économie de marché qui fonctionne mal» 11 La première réforme a été de libéraliser les prix, comme le souhaitaient la Banque Mondiale et le FMI, entrainant comme nous venons de le voir une poussée inflationniste extrêmement importante entre 1991 et Le deuxième axe de réforme a porté sur l ouverture économique de la Russie, dans le but d éviter l inflation par l entrée de la compétition d autres pays. Nous verrons dans la deuxième partie de ce mémoire que cette ouverture s est faite trop rapidement et que le choc brutal a entrainé une logique de «compétition destructrice 12» participant au chaos économique de la transition. Boris Elstine s exprime en 1992 sur le troisième axe des réformes : «Nous avons besoin de millions de petits propriétaires, pas d un petit groupe de millionnaires». Le troisième axe n est donc pas des moindres puisqu il s agit du processus de privatisations de masse, principalement mené par Anatoli Tchoubaïs. Ce processus est la clef de voûte de la transition du pays vers une économie libérale, tranchant avec les principes communistes. La population se voit offrir des coupons leur permettant d acheter des actions dans des entreprises privatisées ou de les revendre. La seconde étape est la mise aux enchères de participations dans certaines entreprises dans des secteurs clés comme l énergie, afin de combler le déficit grandissant du budget fédéral. Cela s opère comme un «immense jeu de Monopoly» 13, profitant à un petit groupe privé au pouvoir. Certains gestionnaires d entreprises en ont tiré leur épingle du jeu en devenant propriétaires, d autres ont négligé cet aspect et ont dû céder leur place. Les conséquences de ces privatisations sont désastreuses pour l économie du pays entrainant fuite des capitaux, spéculation et collusion auprès des instances dirigeantes. A. Kharchenko-Dorbec 14 note que les travaux empiriques (Stiglitz, 2001) confirment que les pays qui ont connu une privatisation très rapide, sans prêter attention aux questions d organisation de la gouvernance et de transparence des entreprises nouvellement privatisées, ont eu une croissance significativement affaiblie. Au lieu de créer les conditions de la croissance du bien-être social, la privatisation a abouti à la dispersion des actifs et à la destruction de la richesse. Cette troisième mesure participe donc comme les deux précédentes à la création d un chaos économique de transition. La dernière mesure phare de cette «thérapie de choc» concerne les restrictions budgétaires nécessaires pour diminuer le déficit budgétaire et le ralentissement de la création de monnaie. Cela a donné lieu à une sorte de séquestration budgétaire des régions et de certaines entreprises. Certains pans entiers de l économie ont été négligés, laissant dans la misère certains pans de la société, d autant plus que l épargne des ménages a été détruite et consommée par l Etat. Le déficit est de ce fait ramené de 20% du PNB en 1991 à 6% du PNB en 1992, mais les conséquences de ces réformes sont catastrophiques sur l économie. 11 IVANTER V. in SAPIR J., NEKIPELOV A., IVANTER V. KOUVALINE D., La transition russe, vingt ans après, édition des Syrtes, 2012, 229 pages. 12 SAPIR J., Le chaos russe. Désordres économiques, conflits politiques, décomposition militaire, éditions La Découverte 13 idem 14 KHARCHENKO-DORBEC A., La transition russe : une interprétation en termes d incertitude keynésienne, Strates, 12/2006 9

10 PARTIE 1 Une transition chaotique : les fondements de la Russie d aujourd hui Les réformes fiscales jettent également les bases d une économie de marché. La fin des années 1990 est caractérisée, dans l ensemble du monde, par la reprise en main des économies par les Etats grâce à une «reconstruction des capacités» 15 des Etats, comme expliqué par J. Vercueil. Souffrant d un manque crucial d intervention de l Etat au début des années 1990, la Russie amorce une série de réformes fiscales permettant de redonner à l Etat les capacités financières nécessaires à sa reprise. «En Russie, les années 1990 ont été caractérisées par des modifications importantes du cadre législatif et réglementaire destinées à jeter les fondements d une économie de marché» 16. On assiste ainsi le 1 er janvier 1992 à l adoption de la TVA, qui vient augmenter le budget de l Etat. S y ajoutent l adoption d un système déclaratif des résultats pour les entreprises, une administration modernisée de l impôt et la formation accrue de personnel spécialisé dans le domaine fiscal suite à la création du Service fiscal d Etat en En effet, au temps de la Russie soviétique, le «prélèvement fiscal était géré au sein de chaque ministère, notamment pour les entreprises (industrie, commerce ), encadré par deux ministères tentaculaires : ceux du Plan et de l Economie 17», la création du Service fiscal d Etat en 1991 marque une coupure avec le Ministère des finances et la prise d autonomie de la fiscalité. «L effacement des structures antérieures, voire leur disparition, a conduit à procéder à un reversement massif de fonctionnaires sur la nouvelle administration fiscale». La transformation de la fiscalité va donc permettre à l Etat russe de recouvrer ses fonctions «dans un cadre de croissance recouvrée, à l abri d abord de la dévaluation, et ensuite favorisée par le fait que le secteur énergétique et des matières premières bénéficie de l augmentation du prix du pétrole» selon J. Vercueil. Par ailleurs, le système bancaire russe est trop fragile pour supporter une économie ayant besoin de ressources financières importantes. L Etat ne prête pas attention à la restructuration du secteur financier et ne prend pas de mesures pour assainir les banques. Aussi, les problèmes structurels s aggravent. Certaines entreprises, pour sortir de ce système imposé, vont développer des méthodes annexes comme le crédit interentreprises ou le système de troc qui nuiront également à l économie du pays. La Russie a voulu projeter et appliquer des «formes réputées modernes empruntées à des sociétés considérées comme plus avancées» 18 au lieu de réutiliser et adapter ses formes traditionnelles. Le nouveau système doit s appuyer sur l ancien, la Russie n a pas voulu admettre cet adage et a appliqué sans recul des schémas théoriques inadaptés à sa situation, la menant à une situation chaotique sur le plan économique. 15 VERCUEIL J., entretien 16 Rapport de synthèse de l OCDE de 2011 intitulé «Etudes économiques de l OCDE : Fédération de Russie». 17 GIRAULT Y., L ambition de la réforme fiscale dans les Etats en transition 18 SAPIR J., Retour sur l URSS, Economie, société, histoire, édition L Harmattan, collection «Pays de l Est», 1997, 252 pages. 10

11 PARTIE 1 Une transition chaotique : les fondements de la Russie d aujourd hui Lorsque Boris Eltsine quitte le pouvoir, l économie russe est au plus mal : la capacité de production a été divisée par deux entre 1991 et 1995, les inégalités sont croissantes dans la société entre misère et élites économiques nées de la transition, la mafia s établit petit à petit dans le pays et le PIB a chuté de 7,5% par an en moyenne entre 1990 et 1998, alors que dans ce même temps, dans une situation similaire de transition, la Chine connait 10% de croissance par an en moyenne. Déjà un écart se creuse entre les deux pays La transition brutale vers le capitalisme à la Russe versus la voie moyenne et changement dans la continuité suivie par la Chine vers l économie de marché La Chine comme la Russie ont libéralisé leur économie en y introduisant des principes du capitalisme sur le modèle des économies des pays développés. Comme indiqué précédemment, il semble que le début de cette «transition» vers le capitalisme puisse être fixé pour la Russie aux réformes mises en œuvre par Gorbatchev en et la brutalité caractéristique des réformes opérées en Russie s est surtout ressentie lors de l effondrement du bloc soviétique en En Chine, l introduction de ce qu on peut appeler «la voie chinoise», beaucoup moins brutale et dans la continuité, remonte aux réformes des quatre modernisations, œuvre de Deng Xiaoping en C est, en effet, à la fin des années 1970 et début des années 1980 que la nécessité d une réforme se fait sentir en Chine comme en Russie, URSS à cette époque. La Russie avait déjà tenté de mettre en place une réforme économique mais cette dernière avait été avortée. De même, la lutte des quatre ainsi que la Révolution culturelle en Chine avait provoqué un désastre économique. Ainsi, prenant exemple sur la réussite des modèles capitalistes des pays d occident, ces deux pays ont alors tenté d introduire des éléments de capitalisme dans leur économie à partir des années Les années 1990 traduisent une plus profonde divergence entre les deux modèles puisque ces derniers vont prendre des orientations radicalement différentes. En URSS, les années 1970 sont marquées par l'immobilisme brejnévien sur le plan économique. La réforme Lieberman de 1965 n'a duré que deux ans et la production industrielle est réalisée à 75 % par des entreprises de plus de salariés et le secteur B n'en constitue que les 2/5. En 1982, Andropov puis Tchernenko en 1984 lancent la réforme Experiment pour tenter d'adopter une gestion plus autocentrée de l'entreprise, puis le programme scientifique «Complexe». En 1985, Gorbatchev instaure deux réformes d orientation capitaliste : une gestion propre des entreprises de plus de salariés et l apparition du marché pour les productions agricoles individuelles et la Glasnost répond à la Pérestroïka où le marché s étend aux petites et moyennes entreprises. De son côté, sur le plan économique, la Chine détient à l origine une production industrielle qui se concentre sur la sidérurgie et le bâtiment, les mesures de rénovation des entreprises ayant été abandonnées dès C est à partir des réformes de mises en place par Deng Xiaoping en que la Chine va libéraliser son économie. La production libéralisée du lopin individuel avec la suppression des «communes populaires» fait écho à trois grandes mesures économiques : une réforme de la gestion des entreprises, une ouverture de la production de celles-ci au commerce extérieur et, surtout, la création des zones économiques 11

12 PARTIE 1 Une transition chaotique : les fondements de la Russie d aujourd hui spéciales (ZES), comme celle de Schenzhen, sur la façade pacifique. Ces zones d expérimentation de la bande côtière chinoise seront étendues en 1984, puis en 1987 avec l'ile de Hainan. Ainsi, l économie chinoise va être basée sur une ouverture à l extérieur qui se traduit par une augmentation des exportations et des flux d investissements directs à l'étranger. Dans le même temps, elle favorise la formation d'une dynamique régionale. Par comparaison, jusqu en 1990, la Russie est beaucoup plus renfermée sur elle-même et n utilise pas ces facteurs externes. 12

13 PARTIE 1 Une transition chaotique : les fondements de la Russie d aujourd hui 1.2. La négligence des institutions Une des grandes erreurs de la Russie dans la gestion de sa transition aura été d avoir voulu instaurer à marche forcée à la fois le capitalisme comme nous l avons vu mais aussi la démocratie. Les réformes économiques envisagées ne sont pas établies dans un cadre institutionnel solide, pourtant essentiel pour le devenir du pays. L évolution du système politique s est faite différemment : avec une transition politique quasi-inexistante en Russie et une transition progressive en Chine Le processus chaotique de démocratisation Dans sa course vers l économie de marché et le capitalisme, la Russie a voulu se tourner vers la démocratie. Un processus ayant «inspiré beaucoup d espoirs et de craintes» 19 et qui s est avéré être chaotique, dans une société qui n avait jamais connu la démocratie. La démocratie a du se développer en même temps que la construction nationale dans un pays qui n avait connu qu un Empire puis une Union. L élection de Boris Eltsine constitue en ce sens un premier pas vers un système politique à tendance démocratique, malgré son goût personnel pour le pouvoir et la dérive autoritaire de son entourage. L élaboration d un système politique démocratique est laborieuse, mais la liberté de la presse semble, par exemple, revenir avec la loi sur l abolition de la censure de la presse le 12 juin L atmosphère de terreur établie sous l ère soviétique semble disparaitre, mais la pression s accroit. La Douma, le Parlement russe se sent petit à petit oppressé et l opposition ne peut jouer son rôle, menant petit à petit à «une décomposition progressive du système 20», caractérisée dans la tentative de dissolution de l Assemblée en Les tensions sociales se développent, comme les conflits politiques, la corruption et surtout l émergence d une multitude de pôles de décisions, ce qui complexifie le maillage et le contrôle sur l appareil politique. Le semblant de démocratie recule alors, d autant plus quand «les gouvernants russes retrouvent les réflexes hérités de leurs prédécesseurs soviétiques» 21. Par ailleurs, les incohérences politiques s accumulent et aboutissent à une instabilité conséquente que J. Sapir caractérise de «chaos politique», face à un système politique incapable de gérer les crises politiques successives. L établissement de la démocratie en Russie est un processus long et complexe qui n a toujours pas abouti dans sa forme la plus complète. Lors de la transition économique et politique, la Russie s est donné l apparence d une démocratie sans en maîtriser les fondamentaux, ce qui a mené à une situation chaotique. 19 SAPIR J., Retour sur l URSS, Economie, société, histoire, édition L Harmattan, collection «Pays de l Est», 1997, 252 pages. 20 SAPIR J., Le chaos russe. Désordres économiques, conflits politiques, décomposition militaire, éditions La Découverte, 21 idem 13

14 PARTIE 1 Une transition chaotique : les fondements de la Russie d aujourd hui Un cadre institutionnel essentiel pour le devenir économique du pays D une économie centralisée et planifiée, la Russie s est brutalement transformée en une économie décentralisée et libéralisée. L ampleur de cette transformation aurait dû être accompagnée par la production d institutions capables de soutenir l ensemble des réformes. Une des erreurs majeures de la Russie a donc été de négliger ces institutions indispensables. Selon certains réformateurs, le marché ne peut fonctionner sans un cadre institutionnel solide. Pour A. Nekipelov 22, la «mise en place d une politique macro-économique ad hoc aurait permis le bon fonctionnement d une économie de marché». Accompagner et contrôler les réformes via des instances publiques est un aspect qui n a pas été pris en compte par le pouvoir en place et qui a mené à des monopoles et un renforcement de la corruption dans le pays. La Russie aurait dû investir dans l établissement d institutions essentielles telles qu un système juridique capable d encadrer la gestion des contrats et la négociation notamment entre les entreprises mais aussi des structures de régulation afin d assurer, par exemple, un fonctionnement sain du système financier. La négligence d institutions fortes accompagnant les réformes lui a fait grandement défaut et explique en partie la tournure chaotique qu ont pris ces réformes. Par ailleurs, il a été difficile pour les nouveaux gouvernements de gérer la question de la centralisation, trait caractéristique du pouvoir soviétique, condition même de sa survie. La centralisation politique a été reproduite dans la transition alors même que les institutions auraient dû être développées à plusieurs niveaux différents pour assurer un meilleur suivi des réformes. Il faudra attendre les conséquences du défaut de 1998 pour voir des institutions politiques fleurir en Russie, le pouvoir central se mettant à reconsidérer les réformes institutionnelles et à lancer de grands projets. A noter que l Etat a toujours exercé une pression forte sur l ensemble des pans de l économie et des secteurs, comme cela sera expliqué en troisième partie de ce mémoire L évolution du système politique : une transition politique quasi-inexistante en Russie versus une transition progressive en Chine L évolution du système politique en Russie, comme en Chine, a eu une incidence incontestable sur la manière dont ces deux pays ont mené les réformes économiques de leurs pays. Cette évolution s est traduite par une libéralisation de l économie pour l un comme pour l autre mais a été réalisée très différemment dans la mesure où l économie de la Russie s est NEKIPELOV A. in SAPIR J., NEKIPELOV A., IVANTER V. KOUVALINE D., La transition russe, vingt ans après, édition des Syrtes, 2012, 229 pages. 14

15 PARTIE 1 Une transition chaotique : les fondements de la Russie d aujourd hui basée sur quelques grands «géants» de l industrie lourde tandis que la Chine a fait reposer son économie sur les exportations et l investissement. Le pouvoir politique a eu une influence non négligeable sur la prise de réformes économiques successives qui ont suivi. Dans l un comme dans l autre cas, l idéologie communiste a été présente mais a été mise en pratique à des degrés différents. En d autres termes, la mise en place de dirigeants au pouvoir a fortement orienté la prise de décisions au niveau économique. La gestion de l appareil politique a commencé à diverger entre les deux modèles à partir des années En URSS, la libéralisation politique influence la libéralisation de l économie très rapidement tandis que les changements politiques sont quasi inexistants en Chine à la même époque. Puis c est à partir de 1990 qu est orchestrée la chute de l URSS : après la chute du mur de Berlin en 1989 et les indépendances baltes, la tentative de putsch de 1991 puis la démission de Gorbatchev la même année sonnent le glas de l'urss. Cette instabilité politique laisse alors la voie à la corruption et aux mafias qui deviennent puissantes en Russie et les tentatives de Tchernomyrdine restent sans effet pour la transition vers l'économie capitaliste. De son côté, la révolution culturelle en Chine avait déjà traduit la volonté de réformes sur le plan politique au temps de Mao Zedong. Ce n est cependant qu un peu plus tard que l Etat va réagir sur le plan politique pour mettre en œuvre certaines réformes économiques. En 1992 par exemple, le Parti Communiste Chinois lors du XIVème Congrès fera preuve de flexibilité au niveau politique en reconnaissant le principe de l entreprise, puis celui du marché en 1997 et enfin certains autres principes de type capitaliste en Jusqu'en 1997, la corruption est «utilisée» à bon escient par Deng Xiaoping qui n'hésite pas à «naviguer» entre les courants politiques allant même jusqu à concéder certaines faveurs à ses opposants politiques. Cela étant, Deng Xiaoping détient la légitimité nécessaire à appuyer les fondements mêmes du système communiste dans la mesure où il a activement participé à la Longue Marche dans les années Ainsi, si les turbulences politiques ont été nombreuses en URSS allant jusqu à provoquer la chute du bloc soviétique, la transition vers l adoption d un nouveau système capitaliste a cependant été pratiquement inexistante là où le Parti Communiste Chinois a adopté une stratégie de transition progressive. Le développement économique n est pas le seul facteur à prendre en compte dans la comparaison des deux modèles. Un autre facteur, l évolution du régime politique, peut également être pris en considération. En Russie, un semblant de démocratie apparaît par le rétablissement officiel de la Douma (i.e. le Parlement) en 1993 et l élection de Vladimir Poutine a, en 2000, confirmé ce semblant de démocratie du régime politique bien que beaucoup d anciens oligarques se soient maintenus au pouvoir et que la corruption et corrélativement la mafia caractérisent une économie «souterraine» pompant pratiquement 25% du PIB russe en En Chine, sous l ère maoïste, la population reste très encadrée par l Etat et est surpolitisée. Cette «dépolitisation» qui ne devient concrète qu à partir de 1997, date du XVème Congrès du PCC. A la mort de Mao, la dictature est cependant confirmée par son successeur, Deng Xiaoping, lors du XIIIème Congrès du PCC. En témoignent d ailleurs les violentes répressions de Tien-An-Men en

16 PARTIE 1 Une transition chaotique : les fondements de la Russie d aujourd hui 1.3. Une société meurtrie par la transition La transition aura des répercussions importantes dans la société russe, et ce pendant de nombreuses années. Comment se développent alors corrélativement les deux sociétés voisines que sont les sociétés russes et chinoises? Les conséquences sociales de la transition chaotique La longue transition systémique de la Russie initiée en 1991 va appauvrir considérablement la Russie au niveau économique. La dépression engendrée va entraîner une forte désindustrialisation, un chômage de masse avec près de 12 millions de personnes touchées et de fortes inégalités sociales. Les privatisations vont, en outre, accentuer ces inégalités : 10% de la population concentre alors plus de deux tiers des revenus. Le capitalisme développé en Russie pousse à un développement mal réparti : Au niveau géographique, les disparités sont importantes par secteurs et régions : les grands centres s occidentalisent et certaines régions profitent de la rente naturelle via l exploitation des hydrocarbures et des métaux ; à côté de cela, la province retourne quasiment au soviétisme. Certaines zones du Nord et de l Extrême-Orient sont, en effet, particulièrement sinistrées. Au niveau de la redistribution des richesses, certains grands groupes ne participent pas à cet effort, gardant l ensemble de leurs recettes. L Etat n est pas à même d apporter des actions correctrices à cette appropriation arbitraire. Sur le plan social, l Etat en difficulté avec des dépenses publiques très insuffisantes n est pas en mesure de mettre en place une politique sociale et apporter l aide sociale nécessaire à la population qui s enfonce d autant plus dans la misère. Enfin, l Etat russe se trouve enfermé dans un cercle vicieux où, incapable de recueillir de l impôt, il ne peut mettre en place des politiques efficaces pour le sortir de cette situation difficile Le développement corrélatif des sociétés russes et chinoises C est au niveau du développement des sociétés chinoises et russes que des convergences entre les deux modèles peuvent être notées même si des divergences subsistent. Depuis 1991 en Russie, une classe moyenne est apparue mais cette dernière a subi la crise du rouble en 1998 et le système social russe ne la soutient que très peu. A ce titre, il faut donc souligner l'influence de politiques ultra-libéralistes en 1996 et 1997 en Russie sur le plan économique et donc la différence nette avec l'évolution de la Chine. 16

17 PARTIE 1 Une transition chaotique : les fondements de la Russie d aujourd hui Comme la Russie, la Chine révèle également l émergence d une classe moyenne dans le milieu des années 1980, classe qui s est développée grâce à l arrivée des premiers expatriés de la diaspora chinoise qui ont fait leur retour en Chine, notamment à Shanghai. Autrefois freinée par Mao Zedong souhaitant «amener l industrie à la campagne», cette classe moyenne se concentre essentiellement dans les grands centres urbains. Ceci étant, il convient de noter que la population chinoise rurale constitue toujours une large partie de la population totale là où les paysans ne constituent que 4% de la population russe depuis Le système social apparaît également plus développé en Chine et le niveau de vie chinois a fortement progressé durant la période s étalant de 1991 à Cependant, le niveau de vie de la population chinoise dissimule d énormes disparités notamment entre la Chine intérieure et la bande côtière développée. En effet, les provinces intérieures restent relativement isolées et y compris à l'intérieur des ZES et des provinces côtières, les disparités entre pôles urbains et milieux ruraux, déficience accrue par l'exode rural, sont notables. V. Ivanter s interroge : «L URSS pouvait-elle, en appliquant des réformes, suivre le chemin de la Chine» 23? Sa réponse est négative, les deux pays n ont pas eu les mêmes évolutions. Il prend l exemple de la propriété pour les paysans. Les paysans soviétiques ont reçu les mêmes droits que les autres citoyens et les prix d achat de la production agricole des fermes coopératives ont été relevés. En parallèle, l Etat a gardé l entière possession de la terre, les paysans ont reçu la liberté et la possibilité d avoir un salaire normal sans avoir le droit de propriété de la terre, contrairement à la Chine où les paysans ont eu la possibilité de travailler à leur compte. La décision d augmenter les prix payés à la paysannerie au lieu de lui confier la responsabilité réelle d exploiter les terres a conduit à l effondrement politique. L incitation à travailler est un élément clé dans la compréhension de l évolution des deux pays et a été très peu présente en Russie. 23 IVANTER V. in SAPIR J., NEKIPELOV A., IVANTER V. KOUVALINE D., La transition russe, vingt ans après, édition des Syrtes, 2012, 229 pages. 17

18 PARTIE 1 Une transition chaotique : les fondements de la Russie d aujourd hui *** Comme nous l avons vu dans cette première partie, l Etat affaibli par l effondrement de l URSS a mal maîtrisé la transition économique menant à un déclin économique, renforcé par un vide institutionnel. J. Geronimo affirme que le «déclin économique aurait précipité le déclin international de la Russie». Nous allons donc étudier dans une seconde partie pourquoi la Russie a oscillé entre repli et ouverture sur la scène internationale. La transition économique et politique abordée après l effondrement de l URSS va poser les fondements de ce qu est la Russie aujourd hui et des problèmes auxquels elle est confrontée. Le niveau du PIB du pays en est le triste témoin, puisque ce n est qu en 2007 qu il a retrouvé un niveau égal à son niveau de C est finalement grâce à la crise financière qu elle connaîtra en 1998 que la Russie sera à même de rebondir et de retrouver le chemin de la croissance, des réformes économiques et sociales soutenues par des institutions solides, qui lui permettront de retrouver un poids économique important sur la scène internationale. 18

19 PARTIE 2 La Russie, entre repli et ouverture à l international «La Russie, sentimentale, souvent autiste, capable d autant de retrait sur elle-même que d un expansionnisme paraissant simpliste, n a jamais trouvé son partenaire, faute d être connue et (reconnue)». Jean GERONIMO PARTIE 2 La Russie entre repli et ouverture à l international Dans son Histoire, la Russie a connu plusieurs phases concernant son ouverture aux échanges internationaux. Si à l époque soviétique, le pays était relativement fermé au reste du monde, ne participant aux échanges que de manière très réglementée, principalement à travers le Conseil d Assistance Economique Mutuelle (CAEM), les années post-soviétiques sont marquées par des mouvements d ouverture puis de repli alternés, au gré des orientations stratégiques de l Etat et des effets de ces mouvements sur l économie russe. Tout au long de cette partie, nous nous efforcerons d évaluer quelle a été la stratégie de la Chine à l international quand il est intéressant de le faire et quand la comparaison le permet. Enfin, en guise de conclusion, nous nous intéresserons aux similitudes, ou au contraire, aux divergences des stratégies de la Chine et de la Russie dans le contexte international. 19

20 PARTIE 2 La Russie, entre repli et ouverture à l international Alors que la Russie se voit isolée du reste du monde par l œuvre des Etats-Unis, la Chine, elle, bénéficie de l aide du géant mondial pour effectuer son essor. La période de la guerre froide aura donc fait subir au bloc soviétique un isolement du reste du monde. De plus, économiquement épuisé par ce conflit, le modèle économique soviétique montrera ses limites à partir de la décennie 70 et atteindra un seuil critique dans les années L année 1991, chute du bloc URSS, marque le début d une nouvelle vague d américanisme aux conséquences dramatiques pour la Russie. «Les conseillers et experts auto-proclamés des institutions américaines, ou sous leur contrôle comme le FMI, vont régner en quasi-maître sur le pays jusqu à la crise d août 1998». Ce n est qu à partir de cette période que la Russie se dépendra de son «amour» pour les Etats-Unis qui pour leur part ressentiront alors la perte d une hégémonie idéologique et culturelle sur la Russie bien qu elle ne leur a jamais appartenue La CAEM (Conseil d Assistance Economique Mutuelle) en réponse à l OECE A l époque soviétique, en réponse à la création de l OECE (Organisation Européenne de Coopération Economique) capitaliste et au Plan Marshall, Staline créé en 1949 le CAEM (Conseil d Assistance Economique Mutuelle), plus connu sous le nom de COMECON, qui a pour but de planifier et de spécialiser les industries nationales des pays communistes : Bulgarie, Hongrie, Pologne, Roumanie, Tchécoslovaquie, Albanie, RDA, Mongolie, Cuba, Vietnam et Yougoslavie. C est sûrement à cette époque que la Russie s est le plus fermée aux échanges internationaux. Dans le cadre du CAEM, les échanges entre les pays des blocs communistes s effectuaient de manière très stricte. Le CAEM fonctionnait de manière autarcique du fait de la non-convertibilité des monnaies, un système très spécifique de formation des prix, et des barrières commerciales. La méthode du «clearing» bilatéral était la seule méthode possible pour les échanges extérieurs des pays à économie planifiée. Le dollar ne pouvait servir que pour les échanges de produits dits «stratégiques» tels que les minerais, les combustibles, le pétrole ou le gaz. Cela dit, les échanges avec les pays étrangers du bloc capitaliste étaient compromis du fait de la non adhésion des pays de l URSS au plan Marshall tel qu indiqué à l issue de la conférence constitutive du COMECON en janvier 1949 : «les gouvernements des Etats-Unis d Amérique, de la Grande-Bretagne et de certains pays d Europe occidentale, boycottent les relations commerciales avec les démocraties populaires et l URSS, parce que ces pays se refusent à se soumettre aux obligations du plan Marshall...». Le «clearing» multilatéral, qui a vu le jour par la suite, a instauré le système du «rouble transférable» qui permettait ainsi à l URSS de renforcer son hégémonie sur les pays satellites de l Europe de l Est. Ce système permettait également à l URSS d avoir un plus grand poids dans les affaires intérieures grâce à des subventions, des prêts ou du transfert de main d œuvre. 26 Jean GERONIMO. La pensée stratégique russe. Guerre tiède sur l échiquier eurasien. 21

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 PEROU Ministère de l Economie et des Finances Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 Conclusions des co-présidents Alonso Arturo SEGURA VASI, Ministre de l Economie et des

Plus en détail

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 Associer le financement et les poliaques pour medre en œuvre un programme de développement post- 2015 porteur de changement 22 juin 2015, Ministère des Affaires

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA»

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA» REPUBLIQUE DU SENEGAL =-=-=-= PRIMATURE =-=-=-= ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION =-=-=-= «LES MERCREDI DE L ENA» Edition spéciale Termes de référence THEME : «REFORMES DES FINANCES PUBLIQUES DANS LES PAYS

Plus en détail

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE I. Quelques définitions Politique conjoncturelle : C est l ensemble des décisions prisent à court terme par les pouvoirs publics dans le but de maintenir ou de rétablir

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010 Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne FMI Département Afrique Mai 21 Introduction Avant la crise financière mondiale Vint la grande récession La riposte politique pendant le ralentissement

Plus en détail

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics Bulletin du FMI PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES MONDIALES Quelques leçons de l histoire pour maîtriser la dette publique Bulletin du FMI en ligne 27 septembre 2012 Le fronton du Trésor américain : la dette publique

Plus en détail

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement?

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Portefeuilles de retraite TD La nouvelle réalité de la retraite Le paysage de la retraite a changé, et les marchés aussi. Êtes-vous préparé? Si vous êtes

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Amérique Latine : bilan et perspectives

Amérique Latine : bilan et perspectives Amérique Latine : bilan et perspectives Conférence de M. Jacques de Larosière pour le colloque organisé par le CFCE et l Institut des Hautes Etudes de l Amérique Latine (Paris, le 21 mars 2001) L économie

Plus en détail

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Juin 2013 Agenda Facteurs de développement du secteur bancaire syrien Le secteur bancaire syrien: performance solide, mais La Syrie

Plus en détail

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée Épreuve composée Pour la partie 3 (Raisonnement s appuyant sur un dossier documentaire), il est demandé au candidat de traiter le sujet : en développant un raisonnement ; en exploitant les documents du

Plus en détail

BTS NRC AIDE. Fiches de révision Guide intégral 2014-2015. Théophile ELIET aidebtsnrc.com. La référence en ligne des révisions BTS NRC

BTS NRC AIDE. Fiches de révision Guide intégral 2014-2015. Théophile ELIET aidebtsnrc.com. La référence en ligne des révisions BTS NRC Fiches de révision Guide intégral 2014-2015 AIDE BTS NRC La référence en ligne des révisions BTS NRC 2 annés d études en moins de 100 fiches Théophile ELIET aidebtsnrc.com 1 Sommaire Économie Droit Management

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

Une stratégie Bas Carbone

Une stratégie Bas Carbone Colloque UFE - Mardi 17 juin 2014 Une stratégie Bas Carbone au service de la Transition énergétique Comment réussir la Transition énergétique à moindre coût? 1 12 Contexte A la veille de la présentation

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Février 1996

Plus en détail

INTRODUCTION. L Alliance Européenne pour la Liberté défendra les changements fondamentaux suivants:

INTRODUCTION. L Alliance Européenne pour la Liberté défendra les changements fondamentaux suivants: INTRODUCTION Les futures élections européennes se tiendront du au 5 mai 014 dans l ensemble des 8 États membres. Cette charte, non contraignante, présente les positions politiques communes que les membres

Plus en détail

La croissance chinoise

La croissance chinoise Lacroissancechinoise Aprèspresque30ansd économiemaoïste,lachines estengagéedepuis1978,sousl impulsionde Deng Xiaoping, sur la voie de la modernisation économique. Les «Quatre Modernisations» industrie,agriculture,rechercheetdéfense

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles

ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles I. Questions à traiter 1. Pour quelles raisons le modèle de grande banque universelle est-il aujourd hui contesté? Le modèle de

Plus en détail

Comprendre l expérience néozélandaise : leçons à tirer pour la production laitière de demain.

Comprendre l expérience néozélandaise : leçons à tirer pour la production laitière de demain. Comprendre l expérience néozélandaise : leçons à tirer pour la production laitière de demain. Professeur Hugh Campbell Université d Otago, Nouvelle-Zélande La politique agricole avant la Deuxième guerre

Plus en détail

Les effets économiques de la guerre en Syrie et de la progression de l État islamique sur les pays du Levant. Elena Ianchovichina et Maros Ivanic

Les effets économiques de la guerre en Syrie et de la progression de l État islamique sur les pays du Levant. Elena Ianchovichina et Maros Ivanic Les effets économiques de la guerre en Syrie et de la progression de l État islamique sur les pays du Levant Elena Ianchovichina et Maros Ivanic Résumé détaillé Cet article propose une estimation quantitative

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement ONTARIO : 215-224 L investissement dans le secteur de la construction de l Ontario croîtra à moyen terme, parallèlement à de nombreux

Plus en détail

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE 18 MARS 2008 INTERVENTION DE MONSIEUR MOHAMMED LAKSACI GOUVERNEUR DE LA BANQUE D ALGERIE A LA CONFERENCE REGIONALE SUR LA GLOBALISATION ET LES DEFIS ET OPPORTUNITES AUXQUELS FONT FACE LES INSTITUTIONS

Plus en détail

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 RÉVISIONS DES ÉPREUVES DU BACCALAURÉAT Histoire LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 HISTOIRE La gouvernance économique mondiale depuis 1944 LEAGUE OF NATIONS 1919 : création de la Société des

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

Le document de présentation de la Tunisie distribué au G8

Le document de présentation de la Tunisie distribué au G8 Le document de présentation de la Tunisie distribué au G8 «Le peuple tunisien a, en un temps très court, et par la seule force de ses convictions démocratiques, réalisé une révolution pacifique qui fera

Plus en détail

WS26 La protection des salariés

WS26 La protection des salariés WS26 La protection des salariés Session 1 La vision chinoise Les populations de travailleurs migrants/paysans s étant déplacées dans les villes pour travailler ont des droits très réduits. Comme ils n

Plus en détail

Chantier restructurations

Chantier restructurations Chantier restructurations Le présent document réalisé par le groupe de travail en charge du chantier restructurations, se fixe pour objectif de décrire de manière synthétique les enjeux présents et à venir

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial Entretien accordé par Monsieur Le Ministre du Commerce à l APS ( 31/01/2014) Points abordés : Protection du produit national, Crédit à la consommation, L accord commercial préférentiel "Algérie-Tunisie,

Plus en détail

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE?

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Depuis la crise financière et économique mondiale, l'ue pâtit de faibles niveaux d investissement. Des efforts collectifs et coordonnés

Plus en détail

APERÇU DU PLAN MUNICIPAL DE PRÉPARATION AUX PANDÉMIES

APERÇU DU PLAN MUNICIPAL DE PRÉPARATION AUX PANDÉMIES APERÇU DU PLAN MUNICIPAL DE PRÉPARATION AUX PANDÉMIES Le présent plan n est pas un document indépendant. Il faut le considérer dans le contexte du Plan d urgence de la ville de Moncton. 1 Préambule Le

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

LA PROTECTION SOCIALE, LES SERVICES PUBLICS ET LE ROLE DE L ETAT

LA PROTECTION SOCIALE, LES SERVICES PUBLICS ET LE ROLE DE L ETAT LA PROTECTION SOCIALE, LES SERVICES PUBLICS ET LE ROLE DE L ETAT Matthew Martin Directeur, Development Finance International Le Role de la Banque Mondiale et du FMI dans les pays arabes en transition Tunis,

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN :

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS ET ÉVOLUTION RÉCENTE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-51F Le 11 décembre 2000 Qu est-ce qui détermine la valeur Externe

Plus en détail

ASSOCIATION BULGARE DE L INDUSTRIE METALLURGIQUE /АBIM/

ASSOCIATION BULGARE DE L INDUSTRIE METALLURGIQUE /АBIM/ ASSOCIATION BULGARE DE L INDUSTRIE METALLURGIQUE /АBIM/ Carte routière de restucturation dans le secteur métallurgique - gestion de la restructuration, inclusion active des partenaire sociaux, diffusion

Plus en détail

Chiffres clés de l'europe

Chiffres clés de l'europe Sommaire 1 L économie et les finances... 1 1.1 Le PIB... 1 1.2 La production économique... 3 1.3 Les dépenses du PIB et les investissements... 5 1.4 La productivité de la main-d œuvre... 6 2 La population

Plus en détail

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI ****** MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN PROCESSUS PREPARATOIRE DE LA TROISIEME CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

FAIRE FACE AUX CHOCS DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES À L EXPORTATION : L EXPÉRIENCE DU ZIMBABWE. Présenté par. W. L. Manungo

FAIRE FACE AUX CHOCS DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES À L EXPORTATION : L EXPÉRIENCE DU ZIMBABWE. Présenté par. W. L. Manungo FAIRE FACE AUX CHOCS DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES À L EXPORTATION : L EXPÉRIENCE DU ZIMBABWE Présenté par W. L. Manungo Secrétaire pour les finances, Zimbabwe Plan de la présentation Introduction Structure

Plus en détail

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec, M me Monique Jérôme-Forget, lors des consultations

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec, M me Monique Jérôme-Forget, lors des consultations Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec, M me Monique Jérôme-Forget, lors des consultations prébudgétaires provinciales 2008-2009 Conseil du patronat

Plus en détail

Salaire minimal: «autogoal» et abus de confiance dans le partenariat social

Salaire minimal: «autogoal» et abus de confiance dans le partenariat social Salaire minimal: «autogoal» et abus de confiance dans le Ernst Bachmann, Vice-président de GastroSuisse Président Commission pour le droit du travail et les affaires sociales Conférence de presse annuelle

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission - 53 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution, Vu la proposition de règlement du Conseil confiant à la Banque centrale européenne

Plus en détail

La dette de consommation au Québec et au Canada

La dette de consommation au Québec et au Canada La dette de consommation au Québec et au Canada par : James O Connor Direction des statistiques sur les industries INTRODUCTION La croissance de l endettement à la consommation au Québec et au Canada entre

Plus en détail

- permettre le maintien et le développement des liens d amitié et de solidarité entre les étudiants et les diplômés des différentes promotions ;

- permettre le maintien et le développement des liens d amitié et de solidarité entre les étudiants et les diplômés des différentes promotions ; Projet de fusion des associations fondatrices de fbs Alumni I - Objectif du projet de fusion Le Conseil d administration a validé lors du CA du 12 juin 2013 la décision de procéder à la fusion/absorption

Plus en détail

Note mensuelle de conjoncture wallonne

Note mensuelle de conjoncture wallonne Note mensuelle de conjoncture wallonne Août 2012 L IWEPS est un institut scientifique public d aide à la prise de décision à destination des pouvoirs publics. Par sa mission scientifique transversale,

Plus en détail

Table des matières. Préface par Gilles DE KERCHOVE... VII Remerciements... 1 Liste des principales abréviations... 3 Sommaire... 7

Table des matières. Préface par Gilles DE KERCHOVE... VII Remerciements... 1 Liste des principales abréviations... 3 Sommaire... 7 Table des matières Préface par Gilles DE KERCHOVE... VII Remerciements... 1 Liste des principales abréviations... 3 Sommaire... 7 Introduction... 9 I. Le cadre général de la recherche : l espace pénal

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles Dissertation Introduction Les différents liens que les entreprises peuvent établir entre elles sont indispensables pour leur expansion et leur compétitivité. L organisation de tels liens est capitale et

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

Junior ESSEC 19/01/2015

Junior ESSEC 19/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 3ème journée Compte-rendu de l atelier 4 : Transformation numérique des relations administration-usagers Thème de la journée

Plus en détail

WT54 La gestion des sols et politiques foncières

WT54 La gestion des sols et politiques foncières Session 1 La vision chinoise Différence fondamentale entre foncier urbain (propriété de l Etat, pouvant être soumis aux lois du marché) et foncier rural (de propriété collective, sur lequel les paysans

Plus en détail

SYMPOSIUM DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INDÉPENDANCE DES BANQUES CENTRALES MYTHE OU RÉALITÉ Malabo, 13 août 2015 Exposé

SYMPOSIUM DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INDÉPENDANCE DES BANQUES CENTRALES MYTHE OU RÉALITÉ Malabo, 13 août 2015 Exposé SYMPOSIUM DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INDÉPENDANCE DES BANQUES CENTRALES MYTHE OU RÉALITÉ Malabo, 13 août 2015 Exposé liminaire du Premier ministre Charles Konan Banny Je me

Plus en détail

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES*

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* R. GESTION DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* Le Groupe de travail des politiques de coopération en matière de et de normalisation: Reconnaissant que l atténuation du risque qui peut avoir une incidence

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 1. Eléments de contexte A. Un contexte économique en légère reprise L année 2016 est marquée par une légère reprise de la croissance. Le

Plus en détail

L UE, la crise économique et le marché immobilier Quel projet d avenir?

L UE, la crise économique et le marché immobilier Quel projet d avenir? L UE, la crise économique et le marché immobilier Quel projet d avenir? Prise de position CEPI, le Conseil Européen des Professions Immobilières Contact Référence Janet K. Griffiths - janet.griffiths@cepi.eu

Plus en détail

«Questions d Europe»

«Questions d Europe» Compte rendu de la conférence d Alain Juppé du 28.03 à Sciences Po. «Questions d Europe» Introduction : Le budget pluriannuel européen est en baisse par la cause de compromis nationalistes. Le Parlement

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 Baromètre annuel vague 7-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

La gestion de projet

La gestion de projet K E K σ C D C C O N S U L T A N T S rue Hugi 3 CH 2502 Biel Bienne Tél: +41 32 325 19 25 Fax: +41 32 325 19 29 e-mail: kessler@kek.ch www.kek.ch La gestion de projet Sommaire 1 Le concept de «projet» 1

Plus en détail

LES COURANTS DE PENSEE ECONOMIQUE

LES COURANTS DE PENSEE ECONOMIQUE LES COURANTS DE PENSEE ECONOMIQUE - le libéralisme - le socialisme - le keynésianisme I. Le courant libéral (XVIII s) Adam SMITH (1723-1790) un des pères fondateurs du courant libéral (son ouvrage principal

Plus en détail

CHAPITRE N 5 : LA POLITIQUE ECONOMIQUE

CHAPITRE N 5 : LA POLITIQUE ECONOMIQUE CHAPITRE N 5 : LA POLITIQUE ECONOMIQUE Niveau TERMINALE GF Matière ECONOMIE Thème 9. L Etat a-t-il des marges de manœuvre en termes de politiques économiques? Durée de la séquence 3 heures Notions -Le

Plus en détail

LES RELATIONS INTERNATIONALES (1945-1991) LES DEUX GRANDS

LES RELATIONS INTERNATIONALES (1945-1991) LES DEUX GRANDS LES RELATIONS INTERNATIONALES (1945-1991) LES DEUX GRANDS HTTP://WWW.BASELYNE.NET A AFFRONTEMENT DES DEUX BLOCS Les 2 blocs et les grandes crises, 1960-1975 Explosions ou premiers engins opérationnels

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail

Fiche relative au taux d intérêt

Fiche relative au taux d intérêt Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Fiche relative au taux d intérêt Juillet 1999 Document de travail n L une des priorités du Gouvernement est de hisser l économie marocaine

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE CARREFOUR EUROPE 6 NOVEMBRE 2013 Présenté par: Équipe internationale, Banque Nationale du Canada 1 Contexte Situation

Plus en détail

PAC, Volatilité des prix et Sécurité Alimentaire dans les pays du Sud

PAC, Volatilité des prix et Sécurité Alimentaire dans les pays du Sud PAC, Volatilité des prix et Sécurité Alimentaire dans les pays du Sud Françoise Gérard, CIRAD, SFER, 7 mai 2010 La libéralisation des échanges et la réforme de la PAC : une solution contre l insécurité

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

Abdenour Mouloud Matouk Belattaf

Abdenour Mouloud Matouk Belattaf Abdenour Mouloud Matouk Belattaf Algérie Université A-Mira-Bejaia, Algérie La société de l information dans le monde: Etat des lieux et perspectives Introduction L avènement des nouvelles technologies

Plus en détail

Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte

Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte Chapitre 4 Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte Introduction modèle keynésien : on suppose que les prix sont fixes quand la production augmente, tant que l on ne dépasse pas le revenu

Plus en détail

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-117F Le 20 décembre 2004 Le dollar canadien Le dollar canadien évolue selon

Plus en détail

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire d hier et d aujourd hui Hier Autrefois, les Etats battaient monnaie et les banques centrales dépendaient directement

Plus en détail

De l immobilier et du Hockey!

De l immobilier et du Hockey! De l immobilier et du Hockey! Cercle Finance du Québec Restaurant Michelangelo - Québec Mercredi 28 octobre 2015 Mario Lefebvre Président-directeur général Institut de développement urbain du Québec mlefebvre@iduquebec.com

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

SUJET :BANQUE MONDIALE ET FMI PLAN D ETUDE :

SUJET :BANQUE MONDIALE ET FMI PLAN D ETUDE : SUJET :BANQUE MONDIALE ET FMI PLAN D ETUDE : INTRODUCTION PARTIE I : LES CRITIQUES SUBIES PAR LE FMI ET LA BANQUE MONDIALE (pourquoi reformer) PARTIE II: LES REFORMES PRECONISER POUR UNE MEILLEURE ADEQUATION

Plus en détail

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile Association internationale de la sécurité sociale Quinzième Conférence internationale des actuaires et statisticiens de la sécurité sociale Helsinki, Finlande, 23-25 mai 2007 Optimisation du financement

Plus en détail

Dépenses en infrastructures publiques et externalités positives. Luc Savard Professeur d économie Directeur du GREDI Faculté d administration

Dépenses en infrastructures publiques et externalités positives. Luc Savard Professeur d économie Directeur du GREDI Faculté d administration 1 Dépenses en infrastructures publiques et externalités positives Luc Savard Professeur d économie Directeur du GREDI Faculté d administration 2 Les infrastructure dans l économie Depuis plusieurs années,

Plus en détail

L évolution du G20 et de l économie mondiale - Perspective du ministère des Finances

L évolution du G20 et de l économie mondiale - Perspective du ministère des Finances L évolution du G20 et de l économie mondiale - Perspective du ministère des Finances Présentation à l Association des économistes québécois Par Jean-François Perrault Direction des finances et des échanges

Plus en détail

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 PRB 05-40F ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 Jean Dupuis Division de l économie Le 8 juin 2005 PARLIAMENTARY INFORMATION AND RESEARCH SERVICE SERVICE D INFORMATION ET DE RECHERCHE

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie Par Serge Lamarche, vice-président, Service à la clientèle, ADP Canada Dénicher des employés qualifiés dans le secteur du commerce de

Plus en détail

N o 13. Août 2004. Gestion des placements

N o 13. Août 2004. Gestion des placements N o 13 Résumé des travaux de la 52 e session du Comité mixte de la Caisse commune des pensions du personnel des Nations Unies (CCPPNU) (Montréal, 13-23 juillet 2004) Août 2004 La délégation de l OIT à

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

La crise des dettes souveraines*

La crise des dettes souveraines* La crise des dettes souveraines* ANTON BRENDER, FLORENCE PISANI & EMILE GAGNA (*) La découverte 1. Table des matières I Dette souveraine, dette privée II D une crise à l autre III Le piège japonais IV

Plus en détail