LA BIOÉTHIQUE EST- ELLE UN FREIN À LA SCIENCE?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA BIOÉTHIQUE EST- ELLE UN FREIN À LA SCIENCE?"

Transcription

1 Version pré-print - pour citer cet article : «La bioéthique est-elle un frein à la science?» in dix ans de bioéthique, n spécial de la Revue Générale de Droit Médical, 2006, p. 165 LA BIOÉTHIQUE EST- ELLE UN FREIN À LA SCIENCE? Étienne VERGES Professeur à l Université Pierre Mendès-France (Grenoble 2) Groupe de recherche «droit et sciences» On a le sentiment que toute la bioéthique est liée à la science, en ce sens que les questions de bioéthique ont été suscitées par les progrès réalisés dans le domaine des biotechnologies. Néanmoins, la question de l expérimentation scientifique se présente comme un problème à part au sein de la réflexion éthique sur le progrès technologique. Si la procréation médicalement assistée et le diagnostic préimplantatoire, sont des techniques issues du progrès scientifique, elles n en restent pas moins, aujourd hui des techniques médicales, mises en œuvre par des praticiens 1. L expérimentation scientifique soulève, quant à elle, des questions d une nature particulière. Il s agit de savoir si, au nom de principes bioéthiques, on peut interdire aux scientifiques de réaliser des recherches dans un domaine donné ou plutôt sur un objet donné 2. La première question qui s est posée en la matière, dès les premières lois bioéthiques, a été celle de l expérimentation sur les cellules souches embryonnaires ou fœtales. La France prit alors le parti d interdire cette recherche, notamment au regard du risque de réification du corps humain engendré par l acte d expérimentation. Sans se prononcer sur le statut juridique de l embryon, on a admis que cette entité pouvait faire l objet d une protection juridique. Puis est arrivée la Brebis Dolly, obtenue par clonage en La question s est alors posée de savoir s il fallait autoriser les scientifiques à réaliser des recherches dans le domaine du clonage. Sur ce sujet, la littérature, et notamment le roman d Huxley, avait montré quelles étaient les potentialités destructrices et discriminantes d une telle technique. Qu il s agisse de recherches sur l embryon ou sur le clonage, la difficulté éthique consiste dans l utilisation d éléments du corps humain de façon utilitaire et sans le consentement de l intéressé 3. Cet utilitarisme ne manque pas de choquer, s agissant d expériences menées sur des «personnes humaines potentielles» comme les nomme 1 Même si ces techniques sont toujours susceptibles d être améliorées et donc de donner lieu à de nouvelles expérimentations. 2 Le terme d objet étant ici entendu au sens large comme étant l objet de l observation. 3 Ce critère du consentement est certainement celui qui permet de distinguer la recherche avant et après la naissance de l humain, laquelle relève de la recherche biomédicale et ne suscite pas le même débat. 1

2 le Comité consultatif national d éthique 4. Toutefois, les expériences sont porteuses d espérances, en matière d aide à la procréation et plus encore en matière thérapeutique. Apparaît ainsi l idée que la perspective d une thérapie future constituerait une justification légitime à la recherche sur un embryon ou sur une technique de clonage. Cet intérêt thérapeutique est d ailleurs à l origine de la distinction fondamentale entre clonage reproductif, qui vise à faire naître une personne par ce procédé, et clonage thérapeutique, qui se contente d une reproduction embryonnaire interrompue avant l implantation in utero. Dès lors, la recherche scientifique porte en elle un enjeu susceptible de s opposer aux principes éthiques et de les faire reculer. Ce conflit d intérêts a été présent dans tout le processus de réforme des lois bioéthiques, qu il s agisse des nombreux rapports consultatifs remis aux autorités depuis 1999 ou des débats parlementaires qui ont précédé le vote de la loi du 6 août L étude de ces volumineux travaux préparatoires 5 permet ainsi de mettre en évidence les différents aspects du conflit entre l éthique et la recherche scientifique (I) et d expliquer les choix opérés par le législateur pour résoudre juridiquement ce conflit (II). I) L E CONFLIT ENTRE L ETHIQUE ET LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE Lors de la présentation du projet de loi à l Assemblée Nationale, un membre du gouvernement mettait en avant les grandes aspirations de la réforme des lois bioéthiques, à savoir, le désir d enfant, l amélioration des soins aux malades et le renforcement des droits des personnes 6. Au regard de ce propos, tout à la fois généreux et ambigu, on s aperçoit qu en matière de bioéthique, comme dans d autres domaines, la recherche d un équilibre préside aux choix effectués par le législateur. Ainsi l enjeu de nouvelles découvertes scientifiques (A) se présente-t-il comme un argument de poids de nature à faire reculer les principes qui gouvernent la bioéthique (B). A) LES ENJEUX DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE Ces enjeux se présentent à des degrés très différents s agissant respectivement de la recherche sur les cellules souches (1), du clonage thérapeutique (2) et enfin du clonage reproductif (3). 4 CCNE, avis n 1 du 22 mai 1984, 5 Ces travaux préparatoires peuvent être trouvés sur les sites internet du sénat et de l assemblée nationale. Dans la suite de ce document, ils seront cités sans références aux numéros de pages dans la mesure où leur téléchargement rend aléatoire la consultation par page. 6 Elisabeth Guigou, ministre de l'emploi et de la solidarité Débats AN, 15 janvier 2002, première lecture. 2

3 1) LA RECHERCHE SUR LES CELLULES SOUCHES EMBRYONNAIRES ET FOETALES Le débat concernant la recherche sur les cellules souches avait déjà eu lieu au moment de l adoption des lois bioéthiques de À l époque, les potentialités de cette recherche en matière médicale avaient été soulignées par certains chercheurs 7. On évoquait alors la possibilité de mieux connaître les causes de mortalité de l embryon humain, de rechercher de nouvelles méthodes contraceptives, ou de fécondation. Pour autant, l argument scientifique, principalement axé sur des questions relatives à la procréation, n avait pas convaincu le législateur ; lequel avait interdit les recherches sur l embryon 8. L enjeu médical de la recherche scientifique n avait pas été suffisamment convaincant face aux arguments éthiques. Depuis, le potentiel de la recherche sur les cellules souches embryonnaire s est étendu à de nombreux domaines de la médecine, ouvrant des possibilités de guérir des maladies aujourd hui incurables. D un enjeu procréatif, on est passé à un enjeu thérapeutique. Loin d être abstrait, cet enjeu s est concrétisé par la mise en culture, dès 1998, aux États-Unis, de lignées de cellules souches issues d un embryon humain. On a ainsi évoqué la possibilité future de trouver des solutions thérapeutiques au diabète, au cancer, aux maladies neurodégénératives telle que celle de Parkinson ou d Alzheimer. Dès l ouverture des débats à l Assemblée Nationale, le ministre de la Recherche soulignait dans les termes suivants, l enjeu de santé publique que représentait désormais l ouverture de cette recherche : «L embryon ne peut être réifié ; mais les malades ont le droit d être soignés et de bénéficier de nouvelles thérapeutiques. Pensons aux drames que vivent certains patients actuellement incurables ainsi que leurs familles» 9. En effet, la recherche sur les cellules souches ouvre la voie de la médecine régénératrice qui permettrait de remplacer une cellule ou un organe défaillant. Cette modification de perspective a conduit l ensemble des institutions consultées, ainsi que le parlement vers un consensus consistant à autoriser la recherche sur les cellules souches tout en définissant un cadre très strict à ces recherches 10. Ici, la potentialité de découvertes scientifiques a joué un rôle primordial dans l évolution des mentalités, puis de la législation. Toutefois, pour mener à bien de telles recherches, il faut disposer d embryons humains 11. S est alors posée la question du clonage thérapeutique. 7 Notamment le Professeur Charles Thibault, cité in Rapport d information de la mission commune préparatoire au projet de loi de révision des «lois bioéthiques», 27 juin Laissant la possibilité de réalisé des «études» sur l embryon ; la distinction avec les «recherches» n ayant pas été explicitée. 9 Roger-Gérard Schwartzenberg, ministre de la recherche, Débats AN, 15 janvier 2002, première lecture 10 Ce consensus est résumé dans le rapport de la mission commune préparatoire au projet de loi de révision des «lois bioéthiques», 27 juin Il résulte encore de la lecture des débats parlementaires. Dans leur grande majorité, les parlementaires qui prirent la parole ne remirent pas en cause l ouverture de la recherche sur les cellules souches embryonnaires. 11 Ces embryons proviennent aujourd hui des stocks d embryons surnuméraires. Ils peuvent être aussi importés. 3

4 2) LE CLONAGE THERAPEUTIQUE La question du clonage thérapeutique humain n a pas été posée clairement par le législateur en On considérait alors que cette technique appartenait au domaine de la littérature. Toutefois, le premier clonage animal a fait naître la possibilité d envisager tout à la fois de reproduire un être humain à l identique (clonage dit reproductif) mais aussi de reproduire, plus modestement, des embryons permettant d obtenir des lignées de cellules souches. Dans les deux cas, la technique est la même, mais pour le clonage thérapeutique, l embryon créé in vitro ne fait pas l objet d une implantation. A l heure actuelle, il n est nullement démontré que la technique du clonage humain est opérationnelle. On en est donc au stade de la recherche et la question s est posée de savoir si l expérimentation devait être autorisée. Le clonage thérapeutique, ne porte pas en lui la dimension fantasmagorique du clonage reproductif. Au contraire, certains ont pu souligner l intérêt que pourrait représenter la recherche dans ce domaine. D un point de vue purement scientifique, le clonage permettrait de multiplier les embryons nécessaires à la recherche sur les cellules souches. D un point de vue purement thérapeutique, le clonage permettrait d obtenir, à partir d une personne malade, des cellules souches pluripotentes dont la différenciation ouvrirait la voie d un traitement de la maladie qui frappe cette personne. On a ainsi émis l hypothèse qu une greffe réalisée sur un patient par l intermédiaire d un processus de clonage permettrait d écarter les risques de rejets. Un autre argument s est immiscé dans le débat au regard de la disparité de législation sur la scène internationale. Au cours des débats parlementaires, le ministre de la Recherche a mis en évidence le risque de fuite des chercheurs provoqué par l interdiction de toute recherche sur le clonage thérapeutique. Plus qu un retard de la recherche française dans ce domaine, obligeant de coûteuses opérations d achat de licences sur des brevets, le ministre a évoqué la possibilité pour les chercheurs français spécialistes de partir réaliser leurs travaux à l étranger, particulièrement au Royaume- Uni, qui venait d autoriser de telles recherches. Comme on le verra plus loin, l ensemble de ces arguments, trop abstraits ou incertains, n a pas suffi à convaincre le parlement d ouvrir des perspectives scientifiques sur le clonage thérapeutique. Sur cette question, la faiblesse des arguments a surtout été confrontée au spectre du clonage reproductif. 3) LE CLONAGE REPRODUCTIF Les potentialités du clonage reproductif apparaissent tout à la fois plus considérables et plus effrayantes, de sorte qu en la matière, les arguments scientifiques peinent à emporter la conviction. Quelle serait donc l utilité du développement de la recherche sur le clonage reproductif? Plusieurs raisons d obtenir un clone ont été avancées. D abord, la création d un être identique serait susceptible de constituer un réservoir d organe pour son géniteur ainsi protégé en cas de maladie ou d accident grave. Ensuite, on pourrait obtenir, par clonage, la reproduction d un enfant décédé en prélevant quelques cellules sur son corps. Enfin, plus imaginative et moins réaliste, serait l idée de créer un clone qui permettrait au géniteur de se perpétuer après son 4

5 décès. Les deux premières applications, bien que choquantes en elles-mêmes, demeurent potentiellement réalisables. La troisième relève de la pure fiction dans la mesure où il n est pas possible à un être humain de se poursuivre par la création d un être identique. Les plus cyniques ont envisagé la possibilité de créer des clones génétiquement sélectionnés en fonction de caractéristiques qui permettraient à ces derniers de s adapter particulièrement à certaines tâches difficiles ou répétitives 12. Le clonage reproductif présenterait, en dernier lieu, une apparente utilité, en permettant à un individu stérile de concevoir un enfant. Il a été justement répondu que l enfant résultant du clonage serait lui-même stérile. En définitive, les finalités du clonage reproductif ont davantage heurté qu elles n ont emporté l engouement. C est sur cette question que se sont concentrées les objections éthiques tout au long du travail préparatoire à la réforme ; objections qui ont constitué autant d obstacles éthiques à la recherche scientifique. B) LES OBSTACLES ETHIQUES A LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE Il est intéressant d observer que les arguments d ordre éthique, qui ont été évoqués au cours sur débat sur la réforme des lois de 1994, ont été d autant plus nombreux et d autant plus forts que l intérêt de la recherche scientifique était corrélativement de faible importance. Le clonage reproductif a ainsi été largement remis en cause, puis le clonage thérapeutique, et, plus légèrement, la recherche sur les cellules souches. 1) LE CLONAGE REPRODUCTIF Beaucoup d arguments abstraits et peu rationnels ont été avancés contre le clonage reproductif. On a dit que cette méthode donnait «le vertige», seule la reproduction sexuée étant légitime car elle assurait «la création d un être singulier et autonome, deux éléments essentiels de la condition humaine» 13. On a encore dit que le clonage reproductif était «un véritable crime contre le genre humain, car l instrumentalisation de l être humain revient, en définitive, à faire disparaître l humain» 14. Le comité consultatif national d éthique a lui-même affirmé que l on ne pouvait manquer d être saisi par le caractère «inadmissible en conscience» de cette technique 15. Tous ces propos, à la fois offensifs et évasifs, montrent avant tout la crainte que l on peut exprimer face à l avènement d une nouvelle forme de vie que 12 Sur ces différentes hypothèses, cf. Commission consultative des droits de l homme, Avis Portant sur la révision des lois de 1994 sur la bioéthique, Adopté le 29 juin 2000 ; Comité consultatif national d éthique, Réponse au Président de la République au sujet du clonage reproductif, N avril Elisabeth Guigou, ministre de l'emploi et de la solidarité ; Débats AN, 15 janvier 2002, 1 ère lecture 14 Ivan Renar, Débats sénat, 28 janvier 2003, 1 ère lecture 15 Comité consultatif national d éthique, Réponse au Président de la République au sujet du clonage reproductif, N avril

6 l on pourrait qualifier de «nouvel homme» dont on ne connaîtrait, ni les caractéristiques exactes (serait-il réellement identique à l original? quel age auraitil 16?) ni les réactions vis-à-vis de son géniteur. Plus précisément, des problèmes éthiques concrets ont été soulevés par la naissance éventuelle d un clone humain. Le premier résultait de l impossibilité d individualiser la personne par rapport à ses caractéristiques physiques (corps, visage... Cet argument rencontre cependant l obstacle de l existence naturelle des jumeaux). De même, Le clonage ferait l économie d un système de filiation composé de deux parents biologiques à part entière. Ce mode de filiation se révélerait, selon le comité national d éthique, «très hautement problématique», car serait écartée, l idée même de filiation. Enfin, le clonage, en permettant la reproduction d un être identique, constituerait aussi une certaine forme d eugénisme, puisqu il permettrait d opérer, à l avance, une détermination certaine des caractéristiques de l être à venir 17. Cet exposé des motifs, qui condamne par anticipation le clonage, suscite tout de même un certain malaise. Comme le précise le comité d éthique, le clonage est condamné par principe et en conscience. Pourtant, ni dans les travaux préparatoires, ni dans les débats parlementaires, n apparaît la moindre trace de travaux scientifiques prospectifs (psychologiques, sociologiques ) donnant une idée des difficultés que pourrait susciter le clonage. La crainte du nouvel homme a cantonné le débat sur le clonage au domaine de considérations purement philosophiques et morales ; ce qui ne l a pas enrichi. Cette carence dans les travaux préparatoires permet d expliquer la méfiance exprimée à l égard du clonage thérapeutique. 2) LE CLONAGE THERAPEUTIQUE La principale inquiétude suscitée par le clonage thérapeutique réside précisément dans la potentialité de dérive d une pratique médicale vers une pratique reproductive. La technique étant, à l origine, la même, le clonage thérapeutique porte en germe le mal symbolisé par le clonage reproductif. Un sénateur affirme ainsi que le clonage thérapeutique «doit être interdit parce qu il risque de nous coûter éthiquement très cher, vu les dérives vers lesquelles il porte inéluctablement» 18. Un scientifique confie encore à la mission parlementaire que son autorisation «entraînerait tôt ou tard, le franchissement de la frontière avec le clonage reproductif» 19. En d autres termes, toute recherche sur les techniques de clonage humain devrait être interdite, car elle risquerait d ouvrir la voie au clonage reproductif. Cette argumentation n emporte pas 16 On sait par exemple que la brebis Dolly, à l age de deux ans, possédait des chromosomes correspondant à ceux d un animal de neuf ans. L hypothèse a été émise que l animal cloné aurait le même age que celui qui l avait engendré. Cf. le Rapport d information de la mission commune préparatoire au projet de loi de révision des «lois bioéthiques», 27 juin Dans cette perspective, l éventualité de la production par clonage d une main d œuvre sélectionnée pour ses caractéristiques a été qualifiée a juste titre de «monstrueuse humanité». 18 Francis Giraud, rapporteur de la commission des affaires sociales, Débats sénat, 28 janvier 2003, 1 ère lecture 19 Dr Marie-Odile Alnot, cité in Rapport d information de la mission commune préparatoire au projet de loi de révision des «lois bioéthiques», 27 juin

7 la conviction, car elle repose sur l idée qu il est préférable de rester ignorant plutôt que de risquer un jour d affronter les conséquences illicites et indirectes d une recherche scientifique. Elle perpétue la confusion entre la recherche scientifique et l utilisation détournée de ses résultats. Le second argument, repose sur l idée d une instrumentalisation de l embryon 20, utilisé comme une chose, créé pour l utilité qu il représente (la recherche). Cette réification de l embryon, déjà alléguée en ce qui concerne la recherche sur les cellules souches, est plus visible encore, pour le clonage thérapeutique. Alors que l embryon surnuméraire, qui fait l objet d une recherche, a été créé dans le cadre d un projet parental, l embryon cloné doit son existence à l utilité qu il représente pour le chercheur. Dans le prolongement de cette réflexion sur l instrumentalisation de l embryon, on avance le risque d une commercialisation des ovocytes indispensables pour créer un embryon par clonage 21. A titre d exemple, les chercheurs coréens qui ont créé le premier clone humain en 2004 ont utilisé 242 ovocytes provenant de 16 femmes pour réussir un seul clonage thérapeutique. On imagine alors facilement le développement d un trafic illicite pour développer cette technique, même au stade expérimental. En dernier lieu, c est l incertitude scientifique qui pèse sur le clonage, qui motive son rejet. Certains parlementaires expliquent ainsi que les «désordres génétiques» constatés sur les animaux clonés et le manque de maîtrise de la technique rendent le clonage dangereux pour l homme. Il serait alors préférable d approfondir les recherches sur l animal et sur les cellules souches adultes pour mieux connaître les mécanismes de différenciation cellulaire. De façon générale, la question du clonage thérapeutique a entraîné des divisions plus grandes que celle du clonage reproductif. Malgré ses potentialités en terme de recherche, nombreux sont ceux qui l ont considéré comme prématuré, préférant une interdiction temporaire sur laquelle il serait possible de revenir. Le débat de principe a surtout porté sur les cellules souches. 3) LA RECHERCHE SUR LES CELLULES SOUCHES Le débat sur l embryon s est cristallisé, depuis la loi autorisant l interruption volontaire de grossesse, sur son statut juridique. L embryon est-il une personne ou non? Aucune loi, aucun juge, aucun comité n a répondu à cette question. On pourrait néanmoins citer ce jugement du tribunal administratif d Amiens du 9 mars 2004, statuant sur une demande de réparation en raison de la perte accidentelle d embryons surnuméraires et qui a affirmé clairement que «les ovocytes surnuméraires (fécondés) ne sont pas des personnes» 22. Le débat reste donc ouvert et il a encore agrémenté les débats sur la réforme des lois bioéthiques. Une députée considérait ainsi que la «chosification» de l embryon considéré «comme un matériau d expérimentation» 20 Roger-Gérard Schwartzenberg, ministre de la recherche ; Débats AN, 15 janvier 2002, première lecture 21 Jean-Louis Lorrain, Débats sénat, 28 janvier 2003, 1 ère lecture 22 TA Amiens, 9 mars 2004, JCP 2005, II,

8 était «inacceptable en soi» 23. Pour donner plus de force à l argumentaire contre l expérimentation, on a fait appel à la loi morale qui se situe «au dessus de la loi des hommes» 24 ou encore, aux «principes fondamentaux» qui commanderaient de limiter certaines avancées scientifiques, lesquelles compromettent la dignité de l humanité 25. Il faut admettre que ces opinions, exprimées avec beaucoup de conviction, n ont pas été majoritaires dans les débats parlementaires. On a pu leur opposer qu en considérant l embryon comme une personne, il était paradoxal de le soustraire à des recherches alors que, précisément, les personnes humaines, quel que soit leur âge, peuvent faire l objet de telles recherches 26. L autre argument, inspiré par des considérations éthiques, s est situé néanmoins sur le terrain scientifique. Il a consisté à mettre en évidence l incertitude planant sur les résultats des recherches à entreprendre. Plusieurs scientifiques ont ainsi considéré qu il était prématuré d entreprendre des recherches sur les cellules souches embryonnaires, notamment car il serait «éthiquement inacceptable de ne pas procéder préalablement à des essais à partir d embryons animaux» 27. L argument scientifique du caractère hypothétique des résultats est assez surprenant s agissant de la possibilité de réaliser des expérimentations sur l embryon humain, lesquelles, ont précisément pour objectif de mesurer le potentiel thérapeutique des cellules issues de cet embryon. Face au recul des arguments éthiques et aux espoirs thérapeutiques représentés par la recherche sur les cellules souches embryonnaires, un consensus s est dessiné pour mettre fin à l interdiction d expérimentation. On a alors assisté au règlement juridique du conflit entre normes éthiques et enjeux scientifiques. II) L E REGLEMENT JURIDIQUE DU CONFLIT Ce conflit a donné lieu à des solutions très différentes en fonction des intérêts en présence. Toutefois, la résolution nationale du conflit (A) laisse entières les incertitudes quant à l harmonisation internationale du droit de la bioéthique (B). A) AU PLAN INTERNE Le législateur a mis au point un système fondé sur des principes éthiques, mais dont l assouplissement est graduel en fonction de la nécessité de concilier éthique et recherche scientifique. Les principes éthiques peuvent ainsi se présenter comme un mur face à toute tentative de franchissement scientifique. C est le principe de 23 Christine Boutin, Débats AN, 15 janvier 2002, première lecture 24 Michel Mercier., Débats sénat, 28 janvier 2003, 1 ère lecture 25 Christine Boutin, précit. 26 Axel Kahn, cité par Jean-Louis Lorrain, Débats sénat, 28 janvier 2003, 1ère lecture. Cf. notamment, Loi n du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique qui a réformé les articles L et suivants du Code de la santé publique. La recherche biomédicale est ainsi autorisée sur les mineurs. 27 J. Testar, in Rapport d information de la mission commune préparatoire au projet de loi de révision des «lois bioéthiques», 27 juin position partagée par A. Munnich, ibid. 8

9 l interdiction de tout clonage (1). En ce qui concerne la recherche sur les cellules souches embryonnaires, les principes éthiques définissent plutôt un cadre permettant d ouvrir progressivement la voie de l expérimentation (2). 1) L INTERDICTION DU CLONAGE Cette interdiction concerne tout autant le clonage reproductif que thérapeutique. Pour le clonage reproductif, un alinéa a été rajouté à l article 16-4 C.civ. aux termes duquel «Est interdite toute intervention ayant pour but de faire naître un enfant génétiquement identique à une autre personne vivante ou décédée.». Pour donner une dimension symbolique et une pleine efficacité à cette interdiction, le législateur a créé, au sein du Code pénal, une catégorie particulière de crimes dénommés «crimes contre l espèce humaine. Cette catégorie englobe les pratiques eugéniques et le clonage reproductif, tel qu il est défini dans le Code civil. Les peines sont exemplaires : 30 ans de réclusion criminelle et d amende 28. Elles dissuaderaient tout scientifique digne de ce nom, de transgresser l interdit, mais encore tout adepte d une secte qui pourrait être entraîné par des convictions peu rationnelles vers la pratique du clonage, comme on a pu le craindre un temps. Cette incrimination a déjà fait l objet de commentaires doctrinaux critiques. On a fait remarquer que la notion d espèce humaine n était pas clairement définie, que ce soit par la biologie ou par la philosophie 29. On pourrait ajouter à cela que la distinction entre espèce humaine et humanité n est pas, elle aussi, dénuée d ambiguïté alors que les deux catégories coexistent aujourd hui dans le Code pénal. Il a encore été mentionné que «l intervention ayant pour but de faire naître un enfant génétiquement identique à une autre personne vivante ou décédée» visait la technique du clonage cellulaire et non celle du clonage par transfert de noyaux qui, précisément, permet le clonage reproductif 30. Il y aurait alors plus de différences entre l original et son clone qu entre deux jumeaux homozygotes 31 et l incrimination se trouverait en porte-à-faux vis-à-vis du principe de l interprétation stricte de la loi pénale. Quel que soit le sort réservé par les tribunaux à cette incrimination, il faut admettre que le poids des arguments éthiques et le consensus autour de ces arguments a joué un rôle non négligeable dans la sévérité de la répression d un comportement qui l heure actuelle, relève de l expérimentation. L infraction pourrait être constituée dès le stade de la recherche, puisque la naissance du clone n est pas un élément de l incrimination. Seule la finalité de l expérimentation devra être prise en compte par le juge. La voie répressive a encore été choisie par le législateur s agissant du clonage thérapeutique. L interdiction de principe figure aux articles L et L du Code de la santé publique, lesquels visent «la conception in vitro d embryon ou la 28 Art C.pén. 29 PH. Descamps, Enfants clonés, enfants damnés, D. 2004, point de vue, p A. Dorsner-Dolivet, De l interdiction du clonage à la réification de l être humain, JCP 2004, I, PH. Descamps, précit. 9

10 constitution par clonage d embryons humains» à des fins de recherche ou à des fins thérapeutiques 32. Ici encore, des peines sont prévues par le Code pénal, 33 mais l incrimination ne figure pas parmi les crimes contre l espèce humaine. Il s agit d un délit puni de sept ans d emprisonnement et d amende 34. Concernant le clonage thérapeutique, l attitude du législateur semble trancher avec l indécision qui avait dominé les travaux préparatoires. Le Comité consultatif national d éthique avait connu des dissensions sur le sujet, le Groupe européen d'éthique des sciences et des nouvelles technologies auprès de la Commission européenne avait émis un avis réservé inspiré par «une approche de précaution» et considérant que le clonage thérapeutique était prématuré. La Commission nationale consultative des droits de l'homme concédait, quant à elle, qu une faible majorité s était prononcée contre le clonage thérapeutique et cette même position a été acquise, à une voix de majorité, par l'assemblée générale du Conseil d'état 35. Face à de telles dissensions, on peut être étonné de la sévérité de la répression mise en place par le législateur. Seul un consensus sur la question du clonage thérapeutique aurait dû générer une telle répression. Cette sévérité contraste avec la libéralisation de la recherche sur les cellules souches au sein d un cadre précis défini par la loi. 2) L ENCADREMENT DE LA RECHERCHE SUR LES CELLULES SOUCHES C est l article L CSP qui aménage ce cadre juridique. Son premier alinéa précise que «la recherche sur l'embryon humain est interdite», mais la suite du texte aménage les possibles dérogations à cette interdiction de principe. Le cadre de la recherche sur les cellules souches est inspiré par la nécessité de concilier l enjeu scientifique et les considérations éthiques. Ainsi, la recherche sur l embryon est soumise à deux conditions : d une part, elle doit être susceptible de permettre la réalisation de progrès thérapeutiques majeurs ; d autre part, elle ne peut être effectuée qu à condition qu'aucune méthode alternative d'efficacité comparable ne soit possible pour mener l'expérimentation. Ainsi, chaque fois qu un résultat identique pourra être obtenu par une recherche sur les animaux ou sur des cellules souches adultes, l interdiction de la recherche sur l embryon ne pourra être levée. Ce mécanisme d autorisation pourrait être comparé aux conditions posées par la Convention européenne des droits de l homme pour déroger aux droits fondamentaux qui sont prévus par ce texte. Plusieurs articles de la Convention européenne prévoient ainsi qu une ingérence dans un droit fondamental peut être admise si elle est nécessaire pour atteinte un but légitime et proportionné à ce but. Dans la loi bioéthique du 6 août 2004, la recherche doit être rendue nécessaire par l espoir d un progrès thérapeutique et elle 32 Etant précisé que selon l article L CSP, «un embryon humain ne peut être ni conçu, ni constitué par clonage, ni utilisé, à des fins commerciales ou industrielles». 33 Art et C.pén. 34 Ces peines sont placées dans un chapitre du Code pénal relatif aux infractions en matière d'éthique biomédicale et plus précisément dans une section relative à la protection de l'embryon humain. 35 Toutes ces positions sont synthétisées dans le rapport de la mission parlementaire précitée. 10

11 doit être proportionnée à cet espoir dans la mesure où le sacrifice d un embryon doit constituer le seul moyen de réaliser le progrès thérapeutique. L esprit utilitariste qui a dominé les travaux préparatoires de la réforme des lois bioéthiques se retrouve donc dans le texte à travers la combinaison d un principe (l interdiction) et d une possibilité d aménagement du principe lorsque cette atteinte présente une utilité (le progrès thérapeutique). Mais une fois que les conditions sont théoriquement réunies, encore faut-il trouver concrètement un matériau d expérimentation. Les cellules souches peuvent alors provenir d embryons surnuméraires qui ne font plus l objet d un projet parental et pour lesquels les deux membres du couple ont donné leur accord en vue de l expérimentation. Des embryons pourront encore être obtenus à l issue d une IVG ou encore par le biais d une importation. L importation est d ailleurs de mode d obtention qui a été choisi pendant une période transitoire. Les premières équipes ayant été autorisées à réaliser des recherches sur des cellules souches ont dû être autorisées à acheter des lignées de cellules à des laboratoires étrangers. Ainsi, le 16 février 2005, les ministres de la santé et de la Recherche ont signé le premier arrêté autorisant l INSERM à importer des cellules souches en provenance de Suède pour réaliser les premières expérimentations en France 36. La procédure d autorisation devrait passer, à terme, par la décision d une autorité administrative, l Agence de la biomédecine 37, laquelle examinera les dossiers qui lui seront présentés par les chercheurs. La décision d'autorisation est prise en fonction de la pertinence scientifique du projet de recherche, de ses conditions de mise en oeuvre au regard des principes éthiques et de son intérêt pour la santé publique. Les critères d autorisation résultent donc d une conciliation entre l enjeu scientifique, constitué par la potentialité de découvrir des méthodes thérapeutiques, et le respect des principes éthiques, dans la mise en œuvre de la recherche. L éthique joue pleinement son rôle de frein à la science, mais un frein qui cède devant l intérêt de la santé publique et la capacité des chercheurs à résoudre potentiellement un problème de santé publique. En, définitive, en portant un regard d ensemble sur la relation entre l éthique et la recherche scientifique, on constate un recul progressif de l éthique au profit de la recherche. Ce recul devrait, dans le futur, se poursuivre, notamment au regard de l enjeu international de la recherche dans ce domaine. B) AU PLAN INTERNATIONAL Le problème essentiel de la législation nationale en matière de bioéthique réside dans la concurrence juridique internationale. Si la France a fait le choix d interdire le clonage reproductif, tel n est pas le cas du Royaume-Unis qui a autorisé le 8 février 2005 le créateur de la brebis Dolly à entreprendre un clonage humain dans le but de trouver une thérapie pour des maladies neurologiques. Cette politique plus libérale est 36 JO, 3 mars Sur les missions et le fonctionnement de cette agence, cf. 11

12 encore appliquée en Corée du sud, ce qui a conduit à la création de la première lignée de cellules souches humaines par clonage en La Belgique et les Pays-bas ont suivi le même chemin 38. Les États-Unis connaissent, quant à eux, des divergences de législation entre les États. Ces disparités génèrent un risque de «tourisme scientifique» 39 constitué par la fuite des chercheurs à l étranger, mais aussi un risque de déséquilibre important en termes de connaissance scientifique et de propriété des résultats. L harmonisation des législations s impose comme le seul moyen d éviter ces déséquilibres, mais elle rencontre d importantes résistances. Par exemple, le protocole additionnel à la convention européenne sur les droits de l homme et la biomédecine 40 a interdit, dans son article premier, «toute intervention ayant pour but de créer un être humain génétiquement identique à un autre être humain vivant ou mort». Cette interdiction générale du clonage n a pas fait l unanimité et les Pays-Bas ont émis une réserve d interprétation selon laquelle le terme d «être humain» correspond uniquement à un individu humain déjà né. Cette réserve laisse donc le champ libre au clonage thérapeutique aux Pays-Bas. La dissension peut encore être illustrée par la tentative d élaboration d une convention internationale sous l égide de l ONU. À l initiative commune de la France et de l Allemagne, une commission a été créée au sein de l organisation internationale chargée de rédiger un texte. Les travaux ont fait apparaître d importantes divisions entre les états favorables à l interdiction de tout clonage et ceux qui prônent une distinction entre l interdiction du clonage reproductif et l encadrement du clonage thérapeutique 41. L échec des négociations en vue de l élaboration d une Convention internationale a conduit l ONU à adopter le 8 mars 2005, en assemblée générale, une déclaration invitant les États à interdire toutes les formes de clonage humain dans la mesure où elles seraient incompatibles avec la protection de la vie humaine 42. Cette déclaration, qui conserve une grande ambiguïté, est une manifestation au sein de l assemblée générale, des clivages déjà explicités. Le communiqué de presse de l ONU indique ainsi que de nombreuses délégations ont défendu le clonage thérapeutique au nom de la «révolution médicale» susceptible d être engendrée par cette technique. Le caractère ambigu et non contraignant du texte a d ailleurs conduit certains États à s abstenir ou à s y opposer. Le nouveau terrain de la bioéthique dans le domaine de l expérimentation est certainement l harmonisation du droit au plan international. Compte tenu des dissensions actuelles, l avenir de cette harmonisation est plus incertain que les espoirs thérapeutiques susceptibles d être engendrés par la recherche dans le domaine de la 38 Cf. F. Sergent, I. Cosyn, Vers une réglementation internationale du clonage humain, document internet, Centre de documentation multimédia en droit médical, document internet, 39 Ibid Groupe d Etats auquel appartient, paradoxalement, la France ème séance plénière matin - Communiqué de presse 8 mars

13 bioéthique. Le frein que peut représenter la législation française au développement de la recherche dans le domaine de la bioéthique risque de se trouver en porte-à-faux avec l accélération des découvertes scientifiques dans des pays plus libéraux. Un nouvel élément pourrait alors entrer en ligne de compte pour modifier l équilibre qui se dégage de la loi du 6 août 2004 : l enjeu économique. Mais il s agit là d un tout autre débat. 13

Les lois de bioéthique : cinq ans après

Les lois de bioéthique : cinq ans après Les lois de bioéthique : cinq ans après Sommaire Introduction... 4 Première partie Le clonage, la recherche sur l embryon et l assistance médicale à la procréation... 7 Faut-il interdire explicitement

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Commentaire de la décision n 2007-557 DC du 15 novembre 2007 Loi relative à la maîtrise de l immigration, à l intégration et à l asile Déposé sur le bureau

Plus en détail

Annexe P.1 : Bulletins de vote

Annexe P.1 : Bulletins de vote Annexe P.1 : Bulletins de vote Annexe P.2 : Grille de correction du travail écrit Critères d évaluation Note Introduction du sujet : /6 Définition du clonage Types de clonage Brève explication d une technique

Plus en détail

AVIS N 112. Une réflexion éthique sur la recherche sur les cellules d origine embryonnaire humaine, et la recherche sur l embryon humain in vitro

AVIS N 112. Une réflexion éthique sur la recherche sur les cellules d origine embryonnaire humaine, et la recherche sur l embryon humain in vitro Comité Consultatif National d'éthique pour les Sciences de la Vie et de la Santé AVIS N 112 Une réflexion éthique sur la recherche sur les cellules d origine embryonnaire humaine, et la recherche sur l

Plus en détail

L Udaf de l Isère. se positionne sur. les lois de. bioéthique. Dossier de presse. janvier 2011

L Udaf de l Isère. se positionne sur. les lois de. bioéthique. Dossier de presse. janvier 2011 L Udaf de l Isère se positionne sur les lois de bioéthique Dossier de presse janvier 2011 Contact : Marie Catrice 04 76 85 13 23 - mcatrice-udaf38@orange.fr 2 rue de Belgrade, 38000 Grenoble La Bioéthique?

Plus en détail

Une analyse succincte des relations juridiques liant les professionnels de la santé à l hôpital peut apporter une réponse à ces questions.

Une analyse succincte des relations juridiques liant les professionnels de la santé à l hôpital peut apporter une réponse à ces questions. LONGNEAUX, Jean-Michel, Institution de soins, euthanasie et liberté thérapeutique, in "Rapport des travaux de la Commission d'éthique de la FIHW" 2001-2002, annexe 4, pp.16. 1.- La problématique En milieu

Plus en détail

Avis n 5 du 9 février 1998 relatif à la protection des inventions biotechnologiques

Avis n 5 du 9 février 1998 relatif à la protection des inventions biotechnologiques COMITE CONSULTATIF DE BIOETHIQUE Avis n 5 du 9 février 1998 relatif à la protection des inventions biotechnologiques Demande d avis, en date du 22 février 1996, de Monsieur Elio Di Rupo, Vice-Premier Ministre,

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 61 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 25 octobre 2010 PROPOSITION DE LOI sur les sondages visant à mieux garantir la sincérité du débat politique et électoral,

Plus en détail

PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE

PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE 77 PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE Les lois fédérales sur les brevets, le droit d auteur et les marques de commerce assurent la protection de la propriété intellectuelle au Canada. Le Canada a signé l Accord

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail

Président : M. Blin, conseiller le plus ancien faisant fonction., président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Président : M. Blin, conseiller le plus ancien faisant fonction., président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 22/11/2011 Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 10 avril 1997 N de pourvoi: 96-83152 Publié au bulletin Rejet Président : M. Blin, conseiller le plus ancien faisant fonction.,

Plus en détail

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE Nicolae Cochinescu Juge à la Cour constitutionnelle de la Roumanie CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE 1. Conformément à l article 146 de la Constitution de la

Plus en détail

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples donneurs. Le don. d embryons

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples donneurs. Le don. d embryons Assistance médicale à la procréation Informations pour les couples donneurs Le don d embryons Sommaire Le don d embryons, qu est-ce que c est? 2 Qui peut en bénéfi cier? Qui peut donner les embryons et

Plus en détail

N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 25 mai 2005. PROPOSITION DE LOI abrogeant l article 434-7-2 du code

Plus en détail

REVUE DE L AIDE FISCALE ACCORDÉE AUX PERSONNES AYANT RECOURS À LA VOIE MÉDICALE POUR DEVENIR PARENTS

REVUE DE L AIDE FISCALE ACCORDÉE AUX PERSONNES AYANT RECOURS À LA VOIE MÉDICALE POUR DEVENIR PARENTS REVUE DE L AIDE FISCALE ACCORDÉE AUX PERSONNES AYANT RECOURS À LA VOIE MÉDICALE POUR DEVENIR PARENTS Le présent bulletin d information vise rendre publiques les différentes modifications qui seront apportées

Plus en détail

Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010

Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010 Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010 Âge Accès aux crédits à la consommation Recommandations L établissement de crédit X, filiale de F, a refusé d attribuer une carte de paiement adossée à une

Plus en détail

DIRECTIVE 98/71/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 13 octobre 1998 sur la protection juridique des dessins ou modèles

DIRECTIVE 98/71/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 13 octobre 1998 sur la protection juridique des dessins ou modèles L 289/28 FR Journal officiel des Communautés européennes 28. 10. 98 DIRECTIVE 98/71/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 13 octobre 1998 sur la protection juridique des dessins ou modèles LE PARLEMENT

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

Droits des malades en fin de vie. Connaître la loi Leonetti et l appliquer

Droits des malades en fin de vie. Connaître la loi Leonetti et l appliquer Droits des malades en fin de vie Connaître la loi Leonetti et l appliquer Lorsque la médecine trouve ses limites et que la personne, avec ses proches, se situe dans la perspective d une échéance annoncée,

Plus en détail

Ethique de l adoption

Ethique de l adoption Ethique de l adoption L adoption est une mesure sociale et légale de protection de l enfant ; c est également un arrangement entre personnes, dans l intérêt supérieur de l enfant et le respect de ses droits

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 14 décembre 1996 1995 ;

L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 14 décembre 1996 1995 ; Loi n 96-022/ Régissant la mutualité en République du Mali. L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 14 décembre 1996 1995 ; Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT Série LÉGISLATION COMPARÉE LA GESTATION POUR AUTRUI n LC 182 Janvier 2008 - 3 - LA GESTATION POUR AUTRUI Sommaire Pages NOTE DE SYNTHÈSE... 5 DISPOSITIONS NATIONALES

Plus en détail

I. Une nouvelle loi anti-discrimination

I. Une nouvelle loi anti-discrimination Extrait du Bulletin de Liaison Le Défi n 17, LHFB, Juillet 2004 Discriminations et assurances ; les apports de la Loi du 25 février 2003 et le rôle du Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre

Plus en détail

ENSEIGNEMENTS ET SÉMINAIRES

ENSEIGNEMENTS ET SÉMINAIRES CHAIRE ESSEC-AVENTIS ÉTHIQUE & BIOTECHNOLOGIES Dans un marché comme celui du médicament où les clients sont d abord des patients, les biotechnologies sont appelées à répondre à un double défi, à la fois

Plus en détail

Données juridiques : gestion du risque

Données juridiques : gestion du risque Chrystelle Boileau Les facteurs de risques relatifs à l accompagnement de nuit à domicile sont de plusieurs ordres : - Risques routiers, du fait des déplacements véhiculés des professionnels ; - Risques

Plus en détail

Les photographies individuelles des élèves «Chacun a droit au respect de sa vie privée.» La circulaire N 2003-091 DU 5-6-2003 parue au Bulletin

Les photographies individuelles des élèves «Chacun a droit au respect de sa vie privée.» La circulaire N 2003-091 DU 5-6-2003 parue au Bulletin Publier des photos d élèves sur l internet Publier des photographies d élèves mineurs sur l internet doit toujours se faire avec l accord des parents. Ce document fait le point sur le sujet et fournit

Plus en détail

2 - LES APPLICATIONS :

2 - LES APPLICATIONS : - 17 - Version pré-print : pour citer cet article : «La notion de personne en droit : à quel moment commence et termine la personne»? in La personne dans les sociétés techniciennes,dir. R. Mache, l Harmattan,

Plus en détail

PRINCIPES GENERAUX ET CRITERES ORDINAUX D APPLICATION DE L ARTICLE L.4113-6 DU CODE DE LA SANTE PUBLIQUE

PRINCIPES GENERAUX ET CRITERES ORDINAUX D APPLICATION DE L ARTICLE L.4113-6 DU CODE DE LA SANTE PUBLIQUE 21/06/2007 PRINCIPES GENERAUX ET CRITERES ORDINAUX D APPLICATION DE L ARTICLE L.4113-6 DU CODE DE LA SANTE PUBLIQUE I PRINCIPES GENERAUX L article L 4113-6 du CSP pose le principe d une interdiction pour

Plus en détail

Droits des personnes malades en fin de vie

Droits des personnes malades en fin de vie R S L S Droits des personnes malades en fin de vie Dr. R. Mislawski Médecin coordonnateur, Docteur en droit Sommaire Introduction 1 Domaine de la loi 2 Conditions de fond de mise en œuvre de la loi 3 Critères

Plus en détail

DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ

DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 42127/98 présentée par W. A. contre la Suisse La Cour européenne des Droits de l'homme (deuxième section), siégeant en chambre le 12 janvier 1999 en présence

Plus en détail

LA COMMERCIALISATION DES INFORMATIONS MEDICALES EST-ELLE DEONTOLOGIQUEMENT CORRECTE?

LA COMMERCIALISATION DES INFORMATIONS MEDICALES EST-ELLE DEONTOLOGIQUEMENT CORRECTE? 180 boulevard Haussmann- 75008 PARIS LA COMMERCIALISATION DES INFORMATIONS MEDICALES EST-ELLE DEONTOLOGIQUEMENT CORRECTE? Pr Liliane DUSSERRE RESUME Comme d autres informations, les informations médicales

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE 13 mars 2015 AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE 13 mars 2015 AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE 13 mars 2015 Adopté SANTÉ - (N 2302) AMENDEMENT présenté par le Gouvernement ---------- ARTICLE 47 N o AS1373 Substituer aux alinéas 1 à 52 les soixante-quatorze alinéas suivants :

Plus en détail

AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME?

AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME? AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME? Propositions de la CGPME Introduction : Nombre d adhérents à votre organisation : Avant propos : Compte tenu du niveau d information qui peut être

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine

Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine Patrick Niaudet Président du Conseil d Orientation de l ABM Servie de Néphrologie Pédiatrique Hôpital Necker-Enfants Malades, Paris Mon intervention ne

Plus en détail

La fraude fiscale : Une procédure pénale dérogatoire au droit commun. Par Roman Pinösch Avocat au barreau de Paris

La fraude fiscale : Une procédure pénale dérogatoire au droit commun. Par Roman Pinösch Avocat au barreau de Paris La fraude fiscale : Une procédure pénale dérogatoire au droit commun Par Roman Pinösch Avocat au barreau de Paris La volonté affichée au printemps 2013 par le Président de la République d intensifier la

Plus en détail

Les certificats médicaux

Les certificats médicaux Les certificats médicaux Dr BOUDRIES COURS DROIT MEDICAL (BEJAIA) 2013 I - généralités Les certificats médicaux sont de plus en plus demandés par les malades et les non malades pour répondre aux attentes

Plus en détail

L analyse de l adoption plénière doit précéder celle de l adoption simple, le maintien de l une comme de l autre étant acquis.

L analyse de l adoption plénière doit précéder celle de l adoption simple, le maintien de l une comme de l autre étant acquis. VII. L ADOPTION 1. ANALYSE L'institution de l'adoption doit être résolument replacée dans la perspective de l'intérêt de l'enfant. Il ne s'agit pas de permettre à des adultes d'assouvir un désir d'enfant,

Plus en détail

CENTRE DE RECHERCHE GRENOBLE RHÔNE-ALPES

CENTRE DE RECHERCHE GRENOBLE RHÔNE-ALPES informatiques d Inria CENTRE DE RECHERCHE GRENOBLE RHÔNE-ALPES Table des matières 1. Préambule...3 2. Définitions...3 3. Domaine d application...4 4. Autorisation d accès aux ressources informatiques...5

Plus en détail

La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité. Marie Pierre ROUSSEAU

La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité. Marie Pierre ROUSSEAU La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité Marie Pierre ROUSSEAU Avec l existence du seul contrôle a priori des lois l ordre juridique français n a jusqu à présent

Plus en détail

CHRONIQUE LEGISLATIVE. Etienne Vergès, Professeur à l Université Pierre Mendès-France Grenoble II

CHRONIQUE LEGISLATIVE. Etienne Vergès, Professeur à l Université Pierre Mendès-France Grenoble II Version pré-print pour citer cet article : La loi constitutionnelle n 2007-238 du 23 février 2007 portant modification du titre IX de la Constitution : une clarification du régime de responsabilité du

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-444 QPC du 29 janvier 2015. Association pour la recherche sur le diabète

Commentaire. Décision n 2014-444 QPC du 29 janvier 2015. Association pour la recherche sur le diabète Commentaire Décision n 2014-444 QPC du 29 janvier 2015 Association pour la recherche sur le diabète (Acceptation des libéralités par les associations déclarées) Le Conseil constitutionnel a été saisi le

Plus en détail

3. Un crédit à la consommation responsable

3. Un crédit à la consommation responsable 3. Un crédit à la consommation responsable Comité consultatif du secteur financier Rapport 2009-2010 49 Au cours de l exercice 2009-2010, le CCSF a suivi de près l évolution du texte de loi sur la réforme

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 14 mai 2004 MONEYVAL (2004)6 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

Les responsabilités des professionnels de santé

Les responsabilités des professionnels de santé Chapitre 5 : UE6 - Le Droit pharmaceutique Les responsabilités des professionnels de santé Martine DELETRAZ-DELPORTE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Vu l ordonnance n 58-1067 du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ;

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Vu l ordonnance n 58-1067 du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ; Décision n 2010-55 QPC du 18 octobre 2010 (M. Rachid M. et autres) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 19 juillet 2010 par la Cour de cassation (arrêts n os 12182 et 12183 du 16 juillet 2010), dans

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Ordonnance n o 2010-18 du 7 janvier 2010 portant création d une agence nationale chargée de la sécurité sanitaire de l

Plus en détail

OBSERVATIONS INTRODUCTION

OBSERVATIONS INTRODUCTION Comité d experts gouvernementaux d UNIDROIT sur l applicabilité des clauses de compensation avec déchéance du terme Deuxième session FR UNIDROIT 2013 C.E.G/Netting/2/W.P. 5 Original: anglais Rome, 4-8

Plus en détail

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 RÈGLEMENT (UE) N o 1259/2010 DU CONSEIL du 20 décembre 2010 mettant en œuvre une coopération renforcée dans le domaine de la loi applicable au

Plus en détail

Commentaire Décision n 2013-347 QPC du 11 octobre 2013 I. Les dispositions contestées A. Historique et contexte des dispositions contestées

Commentaire Décision n 2013-347 QPC du 11 octobre 2013 I. Les dispositions contestées A. Historique et contexte des dispositions contestées Commentaire Décision n 2013-347 QPC du 11 octobre 2013 M. Karamoko F. (Élection de domicile des étrangers en situation irrégulière sans domicile stable) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 17 juillet

Plus en détail

LA DEONTOLOGIE FRANCAISE DU CONFLIT D INTERET

LA DEONTOLOGIE FRANCAISE DU CONFLIT D INTERET LA DEONTOLOGIE FRANCAISE DU CONFLIT D INTERET Le respect de la règle du conflit d intérêts est un des principes essentiels de la déontologie de l avocat français. 1. La règle Elle est énoncée par l article

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084

LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084 Montreuil, le 03/11/2009 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION, DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084 OBJET : Loi de simplification et clarification du droit et d allègement des procédures

Plus en détail

Protection juridique des inventions biotechnologiques

Protection juridique des inventions biotechnologiques BREVETS Protection juridique des inventions biotechnologiques Directive 98/44 CE du Parlement Européen et du Conseil du 6 Juillet 1998 Le Parlement Européen et le Conseil de l' Union Européenne ont arrêté

Plus en détail

développe les solidarités le guide de l adoption

développe les solidarités le guide de l adoption développe les solidarités le guide de l adoption Sommaire LA PROCéDURE D AGRéMENT 4 La demande d agrément 4 La réunion d information 4 La confirmation avec renvoi du questionnaire 5 Les investigations

Plus en détail

SURVEILLANCE ÉLECTRONIQUE

SURVEILLANCE ÉLECTRONIQUE Strasbourg, 21 juin 2012 pc-cp\docs 2012\pc-cp (2012) 7 f rév PC-CP (2012) 7 rév COMITÉ EUROPÉEN POUR LES PROBLÈMES CRIMINELS (CDPC) Conseil de coopération pénologique (PC-CP) CHAMP D APPLICATION ET DÉFINITIONS

Plus en détail

Convention sur la réduction des cas d apatridie

Convention sur la réduction des cas d apatridie Convention sur la réduction des cas d apatridie 1961 Faite à New York le 30 août 1961. Entrée en vigueur le 13 décembre 1975. Nations Unies, Recueil des Traités, vol. 989, p. 175. Copyright Nations Unies

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28 Ordonnance n 03-08 du 19 Joumada El Oula 1424 correspondant au 19 juillet 2003 relative à la protection des schémas de configuration des circuits intégrés TABLE DES MATIERES Articles Titre I : Dispositions

Plus en détail

le guide de l adoption

le guide de l adoption développe les solidarités www.gard.fr le guide de l adoption Sommaire LA PROCéDURE D AGRéMENT 4 La demande d agrément 4 La réunion d information 4 La confirmation avec renvoi du questionnaire 5 Les investigations

Plus en détail

Les responsabilités à l hôpital

Les responsabilités à l hôpital Les responsabilités à l hôpital Pour aller à l essentiel Dans leurs activités de prévention de diagnostic et de soins, les établissements publics de santé et les personnels qui y exercent relèvent principalement

Plus en détail

ATELIER DROIT DES CONTRATS, DE LA CONSOMMATION ET DU COMMERCE ELECTRONIQUE

ATELIER DROIT DES CONTRATS, DE LA CONSOMMATION ET DU COMMERCE ELECTRONIQUE ATELIER DROIT DES CONTRATS, DE LA CONSOMMATION ET DU COMMERCE ELECTRONIQUE Présidence : Martine Behar-Touchais, professeur à l Université Paris Descartes (Paris V) Les clauses abusives à l épreuve de la

Plus en détail

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Les relations entre les Cours constitutionnelles et les autres juridictions nationales, y compris l interférence, en cette matière, de

Plus en détail

BLANCHIMENT DE CAPITAUX : L ACAM OU LE MESSAGE PASSE AUX COURTIERS. L ACAM a-t-elle déclenché une tempête dans le ciel serein du courtage?

BLANCHIMENT DE CAPITAUX : L ACAM OU LE MESSAGE PASSE AUX COURTIERS. L ACAM a-t-elle déclenché une tempête dans le ciel serein du courtage? BLANCHIMENT DE CAPITAUX : L ACAM OU LE MESSAGE PASSE AUX COURTIERS L ACAM a-t-elle déclenché une tempête dans le ciel serein du courtage? Car c est une impression d orage à venir que laisse la première

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

CC, Décision n 2012-284 QPC du 23 novembre 2012

CC, Décision n 2012-284 QPC du 23 novembre 2012 Version pré-print pour citer cet article : «Les droits de celui qui décide de se défendre seul et le principe d égalité» (Cons. Const. 23 nov. 2012), Rev. Pén. Dr. Pén. 2012, p. 917, Les droits de celui

Plus en détail

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés.

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. -Avril 2014- Article premier Les dispositions qui suivent constituent la charte d

Plus en détail

7 ème partie du rapport

7 ème partie du rapport 3 6 ème partie du rapport SOMMAIRE DU TOME II Avertissement : De très nombreuses modifications purement formelles ont été apportées au texte adopté par le Sénat, sans avoir fait l objet d amendements en

Plus en détail

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE ORGANISATION FOR ECONOMIC CO-OPERATION AND DEVELOPMENT TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE 14-15 septembre 2006 Séoul, Corée Déclaration de Séoul (version définitive) CENTRE

Plus en détail

LE ROYAUME DE BELGIQUE

LE ROYAUME DE BELGIQUE ACCORD DE SIEGE ENTRE LE ROYAUME DE BELGIQUE ET L OFFICE INTERNATIONAL DES EPIZOOTIES ACCORD DE SIEGE ENTRE LE ROYAUME DE BELGIQUE ET L OFFICE INTERNATIONAL DES EPIZOOTIES LE ROYAUME DE BELGIQUE, dénommé

Plus en détail

Comores. Entreprises de crédit différé

Comores. Entreprises de crédit différé Entreprises de crédit différé Loi n 52-332 du 24 mars 1952 [NB - Loi n 52-332 du 24 mars 1952 relative aux entreprises de crédit différé] Art.1.- Sont considérées comme entreprises de crédit différé, toutes

Plus en détail

Introduction Quels défis pour l Administration Publique face àla crise? Crise et leadership : quelles relations? Quels défis pour les dirigeants?

Introduction Quels défis pour l Administration Publique face àla crise? Crise et leadership : quelles relations? Quels défis pour les dirigeants? Renforcement des capacités en matière de Leadership au niveau du Secteur Public dans le contexte de la crise financière et économique Par Dr. Najat ZARROUK Introduction Quels défis pour l Administration

Plus en détail

Ministère de la Santé et de la Qualité de la Vie. Colloque sur le prélèvement de tissus et d organes Humains

Ministère de la Santé et de la Qualité de la Vie. Colloque sur le prélèvement de tissus et d organes Humains Ministère de la Santé et de la Qualité de la Vie Colloque sur le prélèvement de tissus et d organes Humains Venue: Salle de Conférence Hôtel Gold Crest Quatre Bornes Jeudi 27 août à 14 heures 1 Miss How

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89

Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89 Paris, le 12 janvier 2012 Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89 Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des

Plus en détail

La délégation de pouvoirs

La délégation de pouvoirs La délégation de pouvoirs DELEGATIONS DE POUVOIR Secteur Pharmaceutique Paris, 27 septembre 2006 Introduction: définition, contexte et rappel des principes généraux Délégation de pouvoirs et notions voisines

Plus en détail

devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable

devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable VERSION DÉFINITIVE Allocution prononcée par Anthony Ariganello, CGA Président-directeur général CGA-Canada devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable Toronto (Ontario) Le 20 octobre

Plus en détail

ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE DECLARATION D HELSINKI Principes éthiques applicables à la recherche médicale impliquant des êtres humains

ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE DECLARATION D HELSINKI Principes éthiques applicables à la recherche médicale impliquant des êtres humains ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE DECLARATION D HELSINKI Principes éthiques applicables à la recherche médicale impliquant des êtres humains Adoptée par la 18e Assemblée générale de l AMM, Helsinki, Finlande,

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013. M. Jory Orlando T.

Commentaire. Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013. M. Jory Orlando T. Commentaire Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013 M. Jory Orlando T. (Conditions d attribution d une carte de séjour mention «vie privée et familiale» au conjoint étranger d un ressortissant français)

Plus en détail

LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée

LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée (JO n 4984 p. 13) L assemblée nationale à délibéré et adopté, Le président de la république promulgue la loi dont la teneur suit

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT Les étapes du don de rein DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT concerner CHACUN le don du vivant 3 /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

LES DONNEES DE SANTE & LA LOI DE INFORMATIQUE, FICHIERS ET LIBERTEE

LES DONNEES DE SANTE & LA LOI DE INFORMATIQUE, FICHIERS ET LIBERTEE LES DONNEES DE SANTE & LA LOI DE INFORMATIQUE, FICHIERS ET LIBERTEE Introduction 1.- L article 1 er de la loi du 6 janvier 1978 (version modifiée, notamment par la loi du 7 aout 2004) expose que : «l'informatique

Plus en détail

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005 LE COACHING Texte communiqué par Norbert CASAS MONTPELLIER Mars 2005 Le terme de «coaching» recouvre aujourd hui une réalité disparate car il et utilisé dans de nombreux domaines aussi divers que la gestion

Plus en détail

Chapitre I. Dispositions générales relatives à la protection de la personne à l égard des traitements des données à caractère personnel. Art. 1 er.

Chapitre I. Dispositions générales relatives à la protection de la personne à l égard des traitements des données à caractère personnel. Art. 1 er. 2339 Texte coordonné de la loi du 2 août 2002 relative à la protection des personnes à l égard du traitement des données à caractère personnel modifiée par la loi du 31 juillet 2006, la loi du 22 décembre

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT Sommaire Comment se fait la recherche sur un nouveau médicament? (page 1) A quoi sert la recherche sur un nouveau médicament? (page

Plus en détail

Droits de l enfant au parlement Aperçu de la session d automne 2014

Droits de l enfant au parlement Aperçu de la session d automne 2014 Droits de l enfant au parlement Aperçu de la session d automne 2014 Durant cette session le Conseil national traitera plusieurs infractions concernant les droits de l enfant. Le postulat Bilan de la mise

Plus en détail

L encadrement légal de l avortement en Europe de l Ouest et aux États-Unis

L encadrement légal de l avortement en Europe de l Ouest et aux États-Unis L encadrement légal de l avortement en Europe de l Ouest et aux États-Unis Le Canada est le seul pays occidental où il n existe pas d encadrement légal, au sens du droit criminel, de l interruption volontaire

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

Historiquement, la loi n 65-557 du

Historiquement, la loi n 65-557 du 04RL861-p472 25/06/08 10:03 Page 472 La dispense d ouverture d un compte bancaire séparé : tribulations RL>215 POUR POUVOIR APPRÉCIER LA PORTÉE DES OBLIGATIONS QUI PÈSENT AUJOURD HUI SUR LE SYNDIC, CONCERNANT

Plus en détail

Commande publique. 1. Une question délicate : la détermination du champ d application de l article 2.I. de la loi «MURCEF»

Commande publique. 1. Une question délicate : la détermination du champ d application de l article 2.I. de la loi «MURCEF» Compétence juridictionnelle à l égard des contrats d assurance souscrits par les personnes publiques : retour vers une interprétation raisonnable de la loi «MURCEF» Par Florence Caille La première chambre

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI NOTE : Le texte que vous consultez est une codification administrative des Règlements de l'uqar. La version officielle est contenue dans les résolutions adoptées par le Conseil d'administration. RÈGLEMENT

Plus en détail

Les autorités judiciaires françaises n ont pas mis en œuvre de politique nationale de prévention dans ce domaine.

Les autorités judiciaires françaises n ont pas mis en œuvre de politique nationale de prévention dans ce domaine. COMITE D EXPERTS SUR LE TERRORISME (CODEXTER) CYBERTERRORISME L UTILISATION DE L INTERNET A DES FINS TERRORISTES FRANCE Avril 2008 Kapitel 1 www.coe.int/gmt A. Politique Nationale 1. Existe-t-il une politique

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

FICHE PEDAGOGIQUE DROIT CIVIL - DROIT PENAL SPECIAL DROIT EUROPEEN

FICHE PEDAGOGIQUE DROIT CIVIL - DROIT PENAL SPECIAL DROIT EUROPEEN ROUX-DEMARE François-Xavier Publication sur http://fxrd.blogspirit.com Janvier 2012 FICHE PEDAGOGIQUE DROIT CIVIL - DROIT PENAL SPECIAL DROIT EUROPEEN L embryon et le fœtus en droit Définitions. Il convient

Plus en détail

DU PRELEVEMENT A LA GREFFE : REFLEXIONS LEGALES ET ETHIQUES

DU PRELEVEMENT A LA GREFFE : REFLEXIONS LEGALES ET ETHIQUES DU PRELEVEMENT A LA GREFFE : REFLEXIONS LEGALES ET ETHIQUES Préambule. Ce cours nous présentera le regard d un praticien non éthicien (Benoît AVERLAND) exerçant en «honnête homme» avec un regard relativement

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Bordeaux statuant au contentieux N 04BX02064 Inédit au Recueil Lebon M. Jean-Michel BAYLE, Rapporteur M. PEANO, Commissaire du gouvernement M. LEPLAT, Président CABINET D

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION 1 Document Unique de Délégation Un document qui permet de définir les responsabilités : civiles - pénales Des dirigeants pleinement conscients de leur périmètre de responsabilité,

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 11 mars 2015 relative à la communication aux administrations publiques et aux organismes exerçant une prérogative de puissance publique d informations ou copies de pièces issues des procédures

Plus en détail

Introduction au droit La responsabilité professionnelle

Introduction au droit La responsabilité professionnelle Introduction au droit La responsabilité professionnelle I. Introduction au droit 2 ordres de juridiction : Judiciaire : o Juridiction civiles : conflit entre particulier Tribunal de gde instance : litige

Plus en détail

Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité

Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité Être prêt pour le 1 er janvier 2015 II. Procédures administratives La loi du 11 février 2005 relative aux personnes handicapées a prévu

Plus en détail