MATHEMATIQUES FINANCIERES et INDUSTRIE BANCAIRE le point actuel ; quelques perspectives

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MATHEMATIQUES FINANCIERES et INDUSTRIE BANCAIRE le point actuel ; quelques perspectives"

Transcription

1 MATHEMATIQUES FINANCIERES et INDUSTRIE BANCAIRE le point actuel ; quelques perspectives Mardi 1 er avril 2008 Salle Hugot, Académie des sciences de l Institut de France 23 quai de Conti, PARIS Table ronde et débat organisés par la SMF et la SMAI sous les auspices de l Académie des sciences avec le concours des Professeurs Peter BANK, Technische Universität, Berlin Mark DAVIS, Imperial College, Londres Paul EMBRECHTS, ETH, Zurich Nicole EL KAROUI, Ecole polytechnique, Palaiseau Damien LAMBERTON, Université de Marne-la-Vallée

2 Les mathématiciens nourrissent des collaborations nombreuses, non seulement avec l industrie bancaire, mais avec presque toutes les composantes du monde industriel. En particulier, on sait, ou on croit savoir, le rôle des mathématiques financières dans la gestion des banques. L actualité a fait porter aux mathématiques et aux mathématiciens une attention parfois exagérée, ayant quelquefois tendance à les rendre responsables de désordres auxquels ils n ont pas de part directe. Toutefois, les mathématiciens dans leur ensemble, et particulièrement ceux dont l activité de recherche et d enseignement est en prise avec les activités financières, se doivent d éclairer et de discuter des problèmes et des enjeux qui surgissent de leur activité. C est pourquoi, à l invitation de l Académie des sciences, la SMF et de la SMAI vont animer un débat sur les sujets suivants : 1. Succès et difficultés spécifiques dans les collaborations avec l industrie bancaire 2. Interactions entre mathématiques financières et industrie bancaire, vues sous différents angles en Europe. Transferts et échanges de connaissances entre monde académique et monde industriel 3. Essaimage des étudiants dans tous les secteurs où leur formation est utile. ooo La table ronde sera introduite par les Présidents de la SMF et de la SMAI, et comportera une série d exposés, faits par des collègues ayant une large vue des différents aspects des mathématiques financières en Europe, et en France en particulier. Le débat qui suivra est ouvert à tous les membres de l Académie et des Sociétés savantes qui souhaitent participer à la rencontre, ainsi qu aux professionnels intéressés. Pour la participation à cette demi-journée, il est indispensable de s inscrire auprès de Mme Fabienne Bonfils, Service des colloques de l Académie des sciences (cf bulletin d inscription). Si, en outre, vous souhaitez intervenir dans le débat, il serait souhaitable que vous précisiez votre question. Il est envisagé qu à l issue de la rencontre, des recommandations pertinentes soient dégagées de concert par l Académie des sciences, la SMF et la SMAI.

3 MATHEMATIQUES FINANCIERES et INDUSTRIE BANCAIRE le point actuel; quelques perspectives Mardi 1 er avril 2008, Académie des sciences de l Institut de France Salle des 5 Académies, 23 quai de Conti, PARIS Programme de la Table Ronde 16h Accueil Jean DERCOURT, Secrétaire perpétuel de l Académie des sciences Ouverture : Présentation succincte de l ensemble Jean-Pierre KAHANE, de l Académie des sciences 16h10 Inventaire des formations concernées en France Damien LAMBERTON, Professeur à l Université de Marne-la-Vallée 16h15 Présentation de la Table ronde et du Débat Denis TALAY, Président de la SMAI Stéphane JAFFARD, Président de la SMF 16h35 Point et perspectives dans quatre pays européens In Germany: Peter BANK, Technische Universität, Berlin In Great Britain: Mark DAVIS, Imperial College, Londres In Switzerland: Paul EMBRECHTS, ETH, Zurich En France: Nicole EL KAROUI, Ecole Polytechnique, Palaiseau 17h35 18h35 Débat ouvert Public concerné : Académiciens, probablement concernés par les applications industrielles responsables M2 (ex. DEA) professionnels. étudiants Clôture Marc Yor, de l Académie des sciences, Professeur à l Université P.& M. Curie Organisation : Service des colloques de l Académie des sciences. Inscription auprès de Fabienne Bonfils : / 87

4 Damien LAMBERTON Professeur à l Université de Marne-la-Vallée Professeur de mathématiques à l Université de Marne-la-Vallée depuis Responsable du master Mathématiques et Applications (Universités de Marne-la-Vallée, Paris XII et Evry Val d Essonne, Ecole Nationale des Ponts et Chaussées), anciennement DEA Analyse et Systèmes Aléatoires. Habilité à diriger des recherches en Enseignant-chercheur à l Ecole des Ponts de 1983 à 1991.

5 Inventaire des formations concernées en France Damien LAMBERTON, Université Marne-la-Vallée Le but de cette note est de présenter les principales formations dans le domaine des mathématiques financières en France. Cette présentation ne prétend pas à l exhaustivité. Elle se concentre sur les formations principalement tournées vers les méthodes mathématiques et ne traite pas des formations centrées sur la gestion ou l économie. 1. Masters à orientation recherche Dans les années soixante-dix, les travaux de Black, Scholes et Merton fondent la théorie des options sur un modèle où le mouvement brownien et le calcul stochastique d Itô jouent un rôle fondamental. A la suite des travaux de Harrison, Kreps et Pliska, le cadre mathématique de la théorie des options se précise et, dans les années quatre-vingts, les mathématiciens, notamment des probabilistes, investissent ce nouveau champ d application. Parallèlement, les marchés financiers se développent, des produits de plus en plus complexes apparaissent et la mise au point de nouveaux modèles et de méthodes numériques adaptées devient un enjeu important pour l industrie financière. Les banques commencent alors à recruter, pour leurs activités sur les marchés financiers, des jeunes de formation scientifique, en particulier des diplômés d écoles d ingénieurs. Les écoles commencent à inclure dans leur cursus des cours d introduction aux mathématiques financières. Dans le même temps, des universitaires s attachent à présenter dans leurs cours de DEA les applications des probabilités à la finance, et, peu à peu, apparaissent des cursus complets orientés vers la finance de marché. C est ainsi que naissent l option Probabilités et Finance du DEA Probabilités et Applications de Paris VI, ancêtre de l actuel master El Karoui, et l option Statistique et Modèles Aléatoires en Finance du DEA Modélisation Aléatoire de Paris VII. Ces deux formations, devenues des masters, sont aujourd hui deux références pour la profession, tant en France qu à l étranger, et produisent de l ordre de cent à cent cinquante diplômés par an. D autres universités de la région parisienne proposent des masters recherche de mathématiques appliquées à la finance, notamment les universités Paris-Dauphine et Paris I, qui ont une tradition de recherche en mathématiques appliquées à l économie, et l université de Marne-la-Vallée : master MASEF (Mathématiques de l Assurance, de l Economie et de la Finance), à Paris- Dauphine; master MAEF (Mathématiques Appliquées à l Economie et à la Finance), à Paris I; parcours finance du master Mathématiques et Applications à l Université de Marne-la- Vallée, en partenariat avec l Ecole des Ponts. Ces divers masters, tout en offrant une formation de base similaire (autour de la modélisation probabiliste et du calcul stochastique) développent leurs propres spécificités : accent sur les aspects statistiques plus marqué à Paris VII, liens avec l économie mathématique à Dauphine et Paris I, méthodes numériques à Marne-la-Vallée. En province, on peut citer le master de l université de Besançon, adossé à une solide équipe de recherche. La plupart des masters de probabilités des grands centres de province (Rennes, Toulouse, Marseille...) contiennent au moins un cours présentant les applications du calcul stochastique à la finance. 2. Masters à orientation professionnelle La distinction entre masters à orientation recherche (anciens DEA) et masters à orientation professionnelle (anciens DESS) tend à s estomper. De fait, les masters précédemment évoqués ont des traits communs avec des DESS (certains ont d ailleurs officiellement la double orientation recherche et professionnelle), notamment par leur volonté de coller aux attentes de la profession et de faire intervenir des praticiens dans la formation. L orientation recherche reste cependant assez marquée. Elle est liée à la sophistication des modèles et

6 des techniques mathématiques utilisés. Elle se justifie par l utilité de former des professionnels maîtrisant les fondements théoriques des outils qu ils manipulent, de façon à pouvoir les adapter à des situations nouvelles issues du développement incessant des marchés. Par ailleurs, des formations plus tournées vers la mise en oeuvre, s adressant à des étudiants dont les goûts ou les capacités les portent moins vers l approfondissement théorique ou l abstraction, se sont récemment développées. Elles combinent généralement une présentation plus opératoire des méthodes mathématiques et une formation poussée en informatique. On peut citer le master ingénierie financière de l Université d Evry-Val d Essonne; le master ISIFAR (Ingénierie Statistique et Informatique de la Finance, de l Assurance et du Risque) des Universités Paris VII et Paris X; le master IFMA (Ingénierie Financière et Modèles Aléatoires) de l Université Paris VI. D autres masters à orientation professionnelle, plus ou moins spécialisés en finance ou en assurance sont proposés en région parisienne et en province. Leur énumération serait fastidieuse. On peut se reporter au site pour un annuaire assez complet des formations. 3. Autres formations Comme il a été mentionné plus haut, les grandes écoles ont depuis plusieurs années introduit des cours de mathématiques financières dans leurs cursus. Plus récemment, elles ont renforcé des partenariats avec des universités, dans le cadre de masters recherche cohabilités. Ainsi, l Ecole Polytechnique est partie prenante du master recherche de Paris VI. Le master de Paris VII est cohabilité avec Télécom Paris et a une convention avec l ENSAE, qui est également associée au master de Dauphine. L Ecole des Ponts a développé une filière propre de mathématiques financières, dont certains cours sont des cours du master cohabilité avec l université de Marne-la-Vallée. Des partenariats du même type se développent ailleurs (Dauphine/ENSAE, Paris I/ENSTA, etc.). Parmi les autres écoles développant des filières en mathématiques financières, on peut citer, l ENSIMAG, Supaéro, l Ecole Supérieure d Ingénieurs Léonard de Vinci, l Ecole Internationale des Sciences du Traitement de l Information (à Cergy), l Ecole Centrale de Paris (récemment dotée d une chaire financée par BNP Paribas). On peut noter, dans la période récente, que les grandes écoles tendent d une part à renforcer les partenariats (avec les universités, avec d autres écoles) et d autre part à développer leurs propres filières en interne. Souhaitons qu à l avenir, les atouts complémentaires des universités et des grandes écoles pourront continuer à se combiner pour former les professionnels de haut niveau scientifique dont l industrie financière a besoin.

7 Denis TALAY Président de la SMAI Directeur de recherche à l INRIA. Professeur chargé de cours à l Ecole Polytechnique. Responsable scientifique des Équipes Projets OMEGA ( ) et TOSCA (2006) à l'inria Sophia Antipolis : Président de la Société de Mathématiques Appliquées et Industrielles (SMAI) : Vice-président de la Fondation d'entreprise IXIS-CIB sept.2002 : Président du groupe Modélisation Aléatoire et Statistiques de la SMAI.

8 Présentation de la Table Ronde et du Débat Denis TALAY, Président de la SMAI Les mathématiques ont constamment été enrichies, motivées, diversifiées, par de multiples dynamiques internes conduisant à créer de nouveaux outils et à étudier de nouveaux objets abstraits. Les mathématiques ont aussi été enrichies, motivées, diversifiées, par de multiples autres domaines scientifiques ou technologiques : la physique, bien sûr, mais aussi, plus récemment, l informatique et la biologie, ainsi que diverses industries pour lesquelles le savoir-faire technique doit être complété par des modélisations sophistiquées ou des simulations numériques complexes. La théorie des probabilités illustre particulièrement bien la dualité de la dynamique mathématique. En effet, elle est née de phénomènes physiques particuliers (les jeux de hasard), a été fondée par les travaux axiomatiques de Kolmogorov, s est complètement renouvelée en développant le calcul différentiel stochastique sous des impulsions diverses dont le traitement du signal et la physique théorique, s est nourrie d interactions naturelles et fécondes avec la théorie du potentiel, l analyse harmonique, l analyse des équations aux dérivées partielles, la géométrie, etc., autant que de ses succès en modélisation de phénomènes turbulents, de systèmes complexes soumis à des excitations désordonnées, d incertitudes sur des conditions d expériences, etc. De plus, les succès en algorithmique, traitement du signal et traitement d images, analyse numérique, illustrent que les probabilités s utilisent aussi pour traiter des problèmes qui s expriment naturellement de manière déterministe et qui, néanmoins, s attaquent efficacement grâce à des interprétations probabilistes artificielles. Parmi les applications spectaculaires des probabilités, les mathématiques financières ont un statut particulier à plusieurs égards. Tout d abord, il est remarquable que beaucoup de notions familières aux praticiens des salles de marché aient d abord été élaborées pour répondre à des besoins théoriques : ainsi, les processus adaptés sont parfaits pour représenter des prix en l absence de délits d initiés; les théorèmes de représentation de martingales fournissent des stratégies de couverture d options; le théorème de Girsanov est un outil-clef pour définir l absence d opportunité d arbitrage, etc. Par ailleurs, il est évident que les applications financières ont largement contribué : au développement d outils récents de l analyse stochastique comme, par exemple, les équations différentielles stochastiques rétrogrades; au renouvellement d outils plus anciens passés un peu de mode comme le contrôle stochastique; à l émergence de questions originales en statistique des processus et en calibration de modèles stochastiques, en probabilités numériques, en optimisation, en calculs explicites sur les lois de fonctionnelles de processus stochastiques; à l introduction de concepts nouveaux, comme les mesures de risques, dont l étude fait appel à l analyse fonctionnelle; à l interaction de disciplines très différentes comme la météorologie et l économie pour traiter des risques climatiques; à l essor de techniques d analyse et de méthodes numériques qui s appuient à la fois sur les équations aux dérivées partielles et les processus stochastiques. Ainsi la finance quantitative est un champ transverse à des pans entiers de l analyse. Par ailleurs, elle suscite de manière féconde des questions numériques non classiques ainsi que des questions d ordre informatique puisque les codes de calcul doivent tantôt fournir des réponses précises en quelques secondes (cas des calculs de prix d actifs dérivés pour les traders), tantôt traiter des problèmes en très grande dimension (cas des calculs de risques pour le back-office). Il est donc naturel que la communauté des mathématiques appliquées et l industrie financière se soient rapprochées depuis que les praticiens se sont accordés à fonder leur travail sur les modèles stochastiques et la formalisation mathématique des notions d arbitrage, de liquidité, de risque, etc. La création récente du Grand Prix Natixis- SMAI décerné par l Académie des Sciences est une vitrine de ce rapprochement.

9 Pour mémoire, ce prix est destiné à récompenser des travaux en finance qualitative, et son premier lauréat, Huyêm Pham, est mathématicien. Cela étant, la finance moderne n est pas tout-à-fait un domaine comme les autres : les modèles mathématiques servent habituellement à tenter d expliquer, ou tout au moins de décrire, le monde réel; en finance, ils contribuent largement à la création de valeurs virtuelles : en quelque sorte, les mathématiques en salle de marché contribuent à élaborer le monde qu il s agit d étudier; depuis près de vingt ans l industrie financière est un extraordinaire vivier d emplois de niveau mastère ou doctorat en mathématiques appliquées et à fortes rémunérations; ce succès est d autant plus grand pour les filières françaises que les étudiants diplômés sont très recherchés à l étranger; le revers de la médaille est la fuite d étudiants brillants vers ces carrières attractives plutôt que vers des carrières de chercheur ou d enseignantchercheur à faible rémunération, à contraintes croissantes au moment du recrutement (post-docs souhaitables) et dans l exercice des fonctions (effets du pilotage de la recherche par d innombrables guichets); en devenant quants, bien des étudiants ont le sentiment de réussir à faire de la recherche, sans doute plus appliquée que dans un laboratoire, mais mieux considérée et bien mieux rémunérée; dans une certaine mesure, l industrie financière contribue ainsi à remplir les mastères et à vider les doctorats; les relations entre les institutions financières et le monde académique ont longtemps été mal équilibrées puisque, entre autres pour des raisons de confidentialité, les collaborations étaient largement fondées sur des contrats individuels de consultance voire pas de contrats du tout!; ce mode de fonctionnement a tendance à évoluer grâce à la création de chaires et à l augmentation des contrats de recherche passés avec des laboratoires, ce qui permet à ces derniers de bénéficier d un sorte de retour sur investissement pour avoir si bien formé les ingénieurs financiers dont les salles de marché ont besoin, et pour savoir organiser tant de séminaires, colloques, cours, auxquels ces ingénieurs ont accès gratuitement; enfin, les enjeux de la finance et les sommes astronomiques échangées en salle de marché rendent les médias et l opinion publique friands de tout événement sortant de l ordinaire; à certaines occasions, dont la récente affaire Société Générale est un exemple prototypique, les rumeurs les plus absurdes circulent sur le rôle catastrophique des modèles mathématiques même quand, à l évidence, les faits relèvent de falsifications informatiques, de délits d initiés, ou d erreurs plus ou moins involontaires de gestion; néanmoins, on ne peut nier que les mathématiques financières ont servi de caution, auprès des autorités politiques et bancaires, au développement des crédits à risques et des produits financiers correspondants mais les mathématiques ne sont tout de même pas la cause de la crise des subprimes : il faudrait surtout parler des politiques commerciales agressives et dangereuses pour développer, au-delà de toute mesure, d une part les endettements des consommateurs et des entreprises, d autre part le marché des produits financiers adossés au risque de crédit; il faudrait aussi parler des raisons pour lesquelles le risque de crédit a été autant sous-évalué par les institutions financières et les pouvoirs politiques. Faut-il s inquiéter de la fuite de cerveaux et des divagations de certains journalistes? Les débats de ce soir nous apporteront quelques éclaircissements. Mon avis (momentanément ce n est plus le président de la SMAI qui s exprime) est que la fuite des cerveaux vers les banques relève de la politique générale de la recherche française et de l image de marque que nous, scientifiques, donnons de notre métier et de la science; quant aux media, il nous faut tenter de faire passer le message que la finance moderne, loin de comporter trop de mathématiques, n en utilise pas assez à bon escient, c est-à-dire pour rationaliser les marchés, contrôler les risques, détecter les délits, et éviter que la Bourse ne dénature ses fonctions d assurance et de levier économique en se transformant épisodiquement en casino.

10 Stéphane JAFFARD Président de la Société Mathématique de France Fonction depuis le 1er Septembre 1995 : Professeur à l Université Paris XII : Membre de l Institut Universitaire de France. 1er Trimestre 1999 : Invité par le Newton Institute de Cambridge pour le trimestre Applications des Fractals : Habilitation à diriger des Recherches en Mathématiques (Soutenue à l Université Paris Dauphine) : Chercheur à l Ecole Nationale des Ponts et Chaussées (Ingénieur du Corps des Ponts et Chaussées) : Membre de l Institute for Advanced Study (Princeton) : Thèse de l Ecole Polytechnique; sujet : Construction et propriétés des bases d ondelettes; remarques sur la contrôlabilité exacte (sous la direction d Yves Meyer) : Elève de l Ecole Polytechnique.

11 Présentation de la Table Ronde et du Débat Stéphane JAFFARD, Président de la Société Mathématique de France Les mathématiques financières sont aujourd hui au cœur d un paradoxe : d un côté elles sont reconnues comme l un des fleurons actuels de la science en France, et le développement rapide et remarquable de cette discipline est cité couramment en exemple par les instances scientifiques. Cependant, la crainte est apparue que ce succès ne soit générateur de déséquilibres, voire de dysfonctionnements au sein de notre discipline. Ceci ne peut être seulement attribuée à la jalousie de scientifiques extérieurs au domaine puisque, au sein même de la discipline, des interrogations et des doutes apparaissent. Ainsi, Marc Yor a suggéré d organiser, avec la SMF et la SMAI cette table ronde, afin que nous examinions ensemble ces questions. Puisque j interviens en ouverture, je vais présenter ma courte intervention sous forme d une série de questions, volontairement provocatrices, afin de lancer le débat. En ce qui concerne l enseignement, le succès des mathématiques financières est-il, un atout (en attirant des étudiants vers les mathématiques, et aussi en permettant de faire vivre des M2 de mathématiques plus généralistes grâce à la présence d une filière finance)? Sontelles au contraire une menace, en tarissant à leur seul profit les autres filières? Les M2 de mathématiques financières dénaturent-ils la vocation des M2 recherche, au sens où la motivation des étudiants n est en général pas de poursuivre par un doctorat, mais d être recrutés par une banque? Cette question se pose d ailleurs dans le cadre plus général de la dévalorisation des doctorats de sciences fondamentales en France, par comparaison avec nos voisins (Allemagne et Royaume-Uni par exemple). Pourquoi le titulaire d un doctorat en mathématiques financières essaierait-il d obtenir un poste de Maître de conférence ou de chargé de recherche, souvent obtenu seulement après plusieurs années d ATER et de post-doc, alors que des banques lui offre aussitôt un salaire sans commune mesure? Au sein de la communauté des chercheurs et enseignants chercheurs, il existe un attrait puissant à travailler en mathématiques financières, attrait largement dû aux capacités des banques à rémunérer les recherches dans ce domaine de façon bien supérieure à la plupart des industriels «classiques». Ce phénomène risque-t-il de créer un déséquilibre parmi les thématiques traitées au sein de notre communauté? Courons-nous le risque d un appauvrissement de certains domaines des mathématiques, notamment les plus proches thématiquement, comme les probabilités appliquées? Ce phénomène ne risque-t-il pas d être accru du fait de l autonomie des universités, celles-ci étant tentées de flécher les postes de mathématiques en priorité vers un domaine si médiatique, et le Ministère ne jouant plus son rôle de régulateur national? Risque-t-on de voir apparaître une nouvelle catégorie de «financiers mathématiciens», qui se déconnecte de la communauté mathématique, et dont le type de travail et le mode de fonctionnement s éloignent des standards de notre communauté? Enfin, nous devons peut-être aussi réfléchir sur l actualité immédiate : la grande médiatisation des mathématiques financières, avec les raccourcis et les à-peu-près qui l accompagnent inévitablement, risque-t-elle d être nuisible à l image de marque des mathématiques? Les conséquences d une crise financière toujours possible risquerait-elle d être imputée aux spécialistes de mathématiques financières? Les outils qu ils développent influeraient-ils sur la formation d une telle crise? Si oui, comprend-on aujourd hui selon quels mécanismes, et avec quels effets probables?

12 Peter BANK Technische Universität, Berlin Peter Bank holds a Diploma in Mathematics from Universität Bonn. He graduated as a Ph.D. from Humboldt-Universität with a dissertation in Mathematical Finance and Economics in From 2002 through 2004 he served as one of the first Junior Professors at Humboldt- Universität before joining the Department of Mathematics of Columbia University in the City of New York. Having worked there as an Assistant Professor and Associate Professor for three years, he returned to Berlin in 2007 to join the Department of Mathematics of Technische Universität and to work as a scientific director of the Quantitative Products Laboratory, a joint venture of Deutsche Bank AG, Humboldt-Universität and Technische Universität Berlin.

13 Point et perspectives : in Germany Peter BANK, Technische Universität, Berlin Historical Survey Long standing tradition in Insurance Mathematics (Deutsche Aktuarvereinigung 1903) Since end of 1970s programs in business mathematics Lectures in Mathematical Finance since early 1990s (earlier only as part of lectures on Probability Theory and its applications) First public funding for research projects devoted to Mathematical Finance since early 1990s First chairs in Mathematical Finance: early 1990s Internships in quantitative research groups at German banks since mid 1990s First degree programs (Diploma) in Financial Mathematics end of 1990s Since 2001: Fraunhofer research group in Mathematical Finance Several more research labs founded since then: RiskLab (Munich), HVBInsitut (Munich), Quantitative Products Laboratory (Berlin) Students, Jobs, Employers Insurance industry well established (Munich Re, Allianz,...) and adding financial products requiring quantitative skills German banks late to move into investment banking (e.g. Deutsche Bank early 1990s) German Landesbanken even later... No large hedge funds in Germany About 50% of students in Mathematics end up working in financial industry, mostly as actuaries and quants (other employers: IT, consulting) Fraction of students interested in Mathematical Finance keeps rising Quantitative Products Laboratory Joint venture of Deutsche Bank AG as sponsor, Humboldt-Universität and Technische Universität Berlin Research in Quantitative Finance: Mathematics, Economics, Statistics Practical applications: direct access to and close collaboration with practitioners at Deutsche Bank (mostly quants, traders) Training of young researchers: > 20 doctoral and postdoctoral positions Data and IT infrastructure provided by Deutsche Bank Conclusions Comparably little high-level investment banking in Germany (Deutsche Bank only truly global player), longer tradition in insurance Virtually no German hedge funds Strong interest in Mathematical Finance (or comparable analytic skills) both from students and from industry New research challenges arising at the interface of Mathematics, Finance, and Insurance New funding opportunities for mathematical teaching and research: joint ventures, master programs, consulting

14 Mark DAVIS Department of Mathematics, Imperial College London Mark Davis is Professor of Mathematics at Imperial College London, specializing in stochastic analysis and mathematical finance, in particular in credit risk models, pricing in incomplete markets and stochastic volatility. From he was Head of Research and Product Development at Tokyo-Mitsubishi International, leading a front-office group providing pricing models and risk analysis. Dr Davis holds a PhD in Electrical Engineering and Computer Science from the University of California Berkeley. He is the author of three books on stochastic modelling and optimisation, and has recently published, with Alison Etheridge, an annotated translation of Bachelier s Théorie de la Spéculation. He was a founding co-editor of the journal Mathematical Finance ( ).

15 Point et perspectives : in Great Britain Mark DAVIS, Department of Mathematics, Imperial College London Q1: Involvement of mathematics in the UK with Mathematical Finance and the Banking Industry * Centuries-long tradition in insurance and actuarial mathematics. * Key dates Incoming Thatcher government removes exchange controls. - Bichteler-Dellacherie Theorem - First IBM PC 1986 Big Bang wholesale change in regulatory regime in the City of London. After 20 years, 26% of UK corporate tax receipts are from financial services industry. * After 1990 Increasing employment of PhDs (physics, mathematics, engineering...). Completely international market. Masters degrees post Q2: How are UK mathematicians involved along the chain of specific topics related to banking? Mathematical theories: Pioneer in UK was Lucien Foldes (LSE) general semimartingale models in papers from 1970s. Later: mainly PDE approach and physics-based analytic techniques. Later than that: stochastic analysis. No formal educational programmes until mid-1990s. FORC (Financial Options Research Centre, Stewart Hodges) at Warwick University. Statistics and Engineering (signal processing): Traditionally (and continuing) econometrics and time series analysis for macroeconomic data. More recently * Volatility modelling. * Large-scale data analysis for retail banking (fraud detection..) * Algorithms for automated trading (investment banks and hedge funds). Computing and Information Technology: Huge expenditure! (2nd biggest cost, after salaries) * Provision of trading systems, data services, settlement systems etc. * Efficient processes for risk management hardware/software interface in algorithm implementation. Constant need for - and shortage of - qualified people in these areas. Q3: How do links with the banking industry mainly occur? At Imperial College, most collaborations are between individual academics and individuals in the industry, or between small groups (e.g. the Math Finance group at Imperial and some trading desk at Merrill Lynch.) Very little institutional collaboration (except possibly at the Tanaka Business School). Occasional endowed Chairs/research facilities, such as the MANOxford Research Institute. Collaboration generally takes the form of * Consultancy arrangements (possibly including PhD students). * PhD sponsorship * Masters degree projects

16 Q4: Proportion of students directing themselves towards the financial services industry? A substantial proportion of mathematics first-degree graduates are heading for the financial services industry in some form, such as * Specialized higher degree (Masters or PhD - the latter not necessarily in finance) * Investment banks * Insurance/actuarial science * Accountancy * Professional services companies (KPMG etc.) * Asset management or hedge funds Students from engineering courses are also going for these jobs. Q5: Comparison to other industries? Other major employment is in * Life sciences/health care (pharmaceutical companies ) * Energy (major oil companies...) * Government service (statistics, economic modelling,...) *... Is the balance right? In UK, a job at Goldman Sachs would be regarded as top of the tree. In Japan, maybe a job at Hitachi Research Labs is top of the tree. Who is right? A new Society: the SPPNWF. Q6: Lessons from personal involvement? (a) I certainly found working as a quant challenging and rewarding (both senses). It requires many skills beyond straightforward technical competence. - Communication skills, in particular the ability to listen. - The ability to size up a problem: how much can you say given what you know now? Which factors matter and which can be ignored? Can you get a zero th order approximation in 15 minutes? [Mathematicians often have little training in this sort of skill, in contrast to engineers and physicists.] - However hard you try, you can never get away from information technology! (b) In my view the UK is clearly over-dependent on the financial services industry. However, this does not mean we should walk away from it, and the industry (worldwide) is clearly in a critical phase: an opportunity for the talented and ambitious.

17 Paul EMBRECHTS Department of Mathematics, ETH Zurich Paul Embrechts is since 1989 Professor of Mathematics at the ETH Zurich. He has written over 130 scientific publications, including successful textbooks like Modelling Extremal Events for Insurance and Finance (Springer, 1997) and Quantitative Risk Management: Concepts, Techniques, Tools ( Princeton UP, 2005). He has been a keynote speaker at numerous international conferences and is a nonexecutive board member of companies in the financial industry. He holds an honorary degree from the University of Waterloo (Canada). International teaching positions held include Centennial Professor of Finance, LSE and the Cattedra Galileiana, Scuola Normale in Pisa. For further details, see:

18 Point et perspectives : in Switzerland Paul EMBRECHTS, Department of Mathematics, ETH Zurich Question 1: Can you give a brief summary about the involvement of mathematicians in Switzerland with Mathematical Finance and the Banking Industry? The wider context 1) For over a hundred years mathematicians have been employed by the Insurance Industry, especially the Life Insurance Industry, and more recently the Non-Life and Reinsurance Industry. 2) Also more recently, Regulators (national as well as international), Consulting Companies, specialised Software Companies, Government Services have taken an increasing interest in mathematicians. 3) Other branches using financial mathematics skills: Energy Sector, Transport Services (Railways, Road Systems, Air Traffic, ). The Banking Industry Though mathematicians have sporadically been employed by the banking sector pre-1980, and this mainly in IT Departments and also in Portfolio Management, the main revolution came in the early nineties. due to the explosive growth of regulatory guidelines for capital adequacy, i.e. the Basel Accords. In the USA and the UK, the involvement of mathematicians started earlier because of the birth of derivatives (options, futures, ) markets (1973+, say). As a consequence, mathematicians went either as quants within the trading departments of larger international banks (UBS, Credit Suisse, ) in London or New York, or entered (and this more recently) Quantitative Risk Management (QRM) groups. The latter is mainly due to the fact that the head offices of these banks are in Switzerland. The Evolution of Quantitative Risk Management Tools 1952 Markowitz mean-variance framework 1963 Sharpe's single-factor beta model 1966 Multiple-factor models 1973 Black-Scholes option-pricing model, "Greeks" 1983 RAROC, risk-adjusted return 1986 Limits on exposure by duration bucket 1988 Limits on "Greeks", Basel I 1992 Stress testing 1993 Value-at-Risk (VAR) 1994 RiskMetrics 1996 Basel I ½ (Ammendment to Basel I) 1997 CreditMetrics Integration of credit and market risk Enterprisewide risk management Basel II (Jorion (200)7 PE (2008)

19 Question 2: Can you describe how mathematicians in Switzerland are involved along the long chain of specific knowledge? In Switzerland, most mathematicians in the banking industry work on QRM related issues, hence less on pricing and hedging but more on risk measurement and management. Hence key mathematical skills used are statistical data analysis, portfolio analysis/optimisation (OR techniques), IT expertise (simulation methodology, scenario testing), numerical analysis, advanced reporting for management and regulators. Given an excellent mathematical background, great emphasis is put on communication skills. Within the insurance industry, specific actuarial techniques like (stochastic) reserving, Solvency II methodology, rate making, credibility, valuation and hedging of embedded options, asset-liability modelling, market consistent valuation of insurance liabilities, biometric estimation are called for. We also witness an increasing interest in actuarial (insurance mathematics) skills from the banking and financial consulting industry. Question 3: About links with the banking industry, how do mainly they occur? Several possible collaborations exist: - individual bank-to-individual academic: example Delbaen-Credit Suisse - banks to-academia: Swiss Finance Institute (SFI, global support of finance to several Swiss Universities, 40 Mio CHF) leading to new Chairs in Finance, research grants, aiming at a Swiss wide collaboration on education and (PhD)-research - banks-to-students: scholarships, conferences, - banks to-universities: endowed chairs, contributions to Foundations (mostly between one industry partner and one university; this kind of support is on the increase) - specific support: RiskLab, Zurich Information Security Centre (both at ETH), Question 4: Proportions of young mathematicians working in the financial industry (broad estimates/personal experience). Of the total number of mathematics students, about a third till half will end up working in the broader financial (including insurance) industry: these can be described as Quants. The percentage has been steadily rising over the last ten years. In Switzerland, fewer are ending up in trading, mainly due to the market competition from New York, London, places where several of our students end up (less than 5%). In view of the importance of the financial industry for Switzerland, these numbers are indeed important and sustainable (so far!).

20 Question 5: Comparison to other industries. The broader financial industries (as discussed above, by far top the ranking for employing mathematicians). It is also important to point out that there is a strong competition from students from quantitative economics, physics and (financial) engineering (increasing!). Several Swiss Universities start (or have started) educational programmes in Financial Engineering either fully away from mathematics or in collaboration with mathematics. Question 6: Conclusion for Switzerland Increasing interest in more holistic skills as needed in Quantitative Risk Management. Also increasing need for basic, additional skills in economics, law, accounting, or at least a willingness to get more involved with those aspects of banking and finance. For Swiss industry in general, and the financial and insurance industry more in particular, I expect a continuing strong demand for mathematically trained students. Question/discussion: possible consequences of the subprime crisis?

Bourses d excellence pour les masters orientés vers la recherche

Bourses d excellence pour les masters orientés vers la recherche Masters de Mathématiques à l'université Lille 1 Mathématiques Ingénierie Mathématique Mathématiques et Finances Bourses d excellence pour les masters orientés vers la recherche Mathématiques appliquées

Plus en détail

Ekaterina VOLTCHKOVA

Ekaterina VOLTCHKOVA Ekaterina VOLTCHKOVA Nationalité française/russe, 28 ans, mariée Adresse : 19 rue des Bolets, 31650 St Orens de Gameville, France Tél. : +33.5.61.12.85.67 E-mail : ekaterina.voltchkova@univ-tlse1.fr Page

Plus en détail

Matinale Recherche. «G20 & Global Systemic Risk : how to differentiate Insurance vs Banking challenges?» avec Amélie de Montchalin et Zhili Cao

Matinale Recherche. «G20 & Global Systemic Risk : how to differentiate Insurance vs Banking challenges?» avec Amélie de Montchalin et Zhili Cao Matinale Recherche «G20 & Global Systemic Risk : how to differentiate Insurance vs Banking challenges?» avec Amélie de Montchalin et Zhili Cao INFORMATIONS PRATIQUES FORMAT Matinale Recherche DATE 15 octobre

Plus en détail

MSO MASTER SCIENCES DES ORGANISATIONS GRADUATE SCHOOL OF PARIS- DAUPHINE. Département Master Sciences des Organisations de l'université Paris-Dauphine

MSO MASTER SCIENCES DES ORGANISATIONS GRADUATE SCHOOL OF PARIS- DAUPHINE. Département Master Sciences des Organisations de l'université Paris-Dauphine MSO MASTER SCIENCES DES ORGANISATIONS GRADUATE SCHOOL OF PARIS- DAUPHINE Département Master Sciences des Organisations de l'université Paris-Dauphine Mot du directeur Le département «Master Sciences des

Plus en détail

Ekaterina VOLTCHKOVA

Ekaterina VOLTCHKOVA Ekaterina VOLTCHKOVA Née le 27 avril 1978, nationalité française et russe, mariée, 2 enfants Adresse professionnelle : GREMAQ, 21, allée de Brienne, 31000 Toulouse, France Tél. : +33.5.61.12.85.67 E-mail

Plus en détail

MEMORANDUM POUR UNE DEMANDE DE BOURSE D ETUDES POST-DOCTORALES

MEMORANDUM POUR UNE DEMANDE DE BOURSE D ETUDES POST-DOCTORALES MEMORANDUM POUR UNE DEMANDE DE BOURSE D ETUDES POST-DOCTORALES ATTENTION : Tout formulaire de candidature qui présentera des erreurs ou anomalies dans le remplissage des champs NE POURRA ETRE PRIS EN CONSIDERATION.

Plus en détail

Activités d encadrement et de recherche - Membre du projet PREMIA (1999-2003), logiciel d évaluation d options

Activités d encadrement et de recherche - Membre du projet PREMIA (1999-2003), logiciel d évaluation d options Stéphane VILLENEUVE Né le 25 Février 1971 Marié, 2 enfants GREMAQ Université des Sciences Sociales Manufacture des Tabacs 21 allée de Brienne 31000 TOULOUSE Tél: 05-61-12-85-67 e-mail: stephane.villeneuve@univ-tlse1.fr

Plus en détail

David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments

David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments Article (Accepted version) (Refereed) Original citation: Marsden, David

Plus en détail

MAT 2377 Solutions to the Mi-term

MAT 2377 Solutions to the Mi-term MAT 2377 Solutions to the Mi-term Tuesday June 16 15 Time: 70 minutes Student Number: Name: Professor M. Alvo This is an open book exam. Standard calculators are permitted. Answer all questions. Place

Plus en détail

MSO MASTER SCIENCES DES ORGANISATIONS GRADUATE SCHOOL OF PARIS- DAUPHINE. Département Master Sciences des Organisations de l'université Paris-Dauphine

MSO MASTER SCIENCES DES ORGANISATIONS GRADUATE SCHOOL OF PARIS- DAUPHINE. Département Master Sciences des Organisations de l'université Paris-Dauphine MSO MASTER SCIENCES DES ORGANISATIONS GRADUATE SCHOOL OF PARIS DAUPHINE Département Master Sciences des Organisations de l'université ParisDauphine Mot du directeur Le département «Master Sciences des

Plus en détail

MUSEE DU QUAI BRANLY MEMORANDUM POUR UNE DEMANDE DE BOURSE D ETUDES POST-DOCTORALES

MUSEE DU QUAI BRANLY MEMORANDUM POUR UNE DEMANDE DE BOURSE D ETUDES POST-DOCTORALES MUSEE DU QUAI BRANLY MEMORANDUM POUR UNE DEMANDE DE BOURSE D ETUDES POST-DOCTORALES Imprimer le formulaire puis le SIGNER et le DATER avant de le photocopier en 2 exemplaires à joindre au dossier original

Plus en détail

Les infrastructures des municipalités s effondrent partout au Canada. Canada s cities and towns are crumbling around us

Les infrastructures des municipalités s effondrent partout au Canada. Canada s cities and towns are crumbling around us SKILLED TRADES PLATFORM 2015 PLATEFORME DES MÉTIERS SPÉCIALISÉS 2015 Canada s cities and towns are crumbling around us Canada needs a comprehensive integrated infrastructure program that will eliminate

Plus en détail

Experiences TCM QUALITY MARK. Project management Management systems ISO 9001 ISO 14001 ISO 22000

Experiences TCM QUALITY MARK. Project management Management systems ISO 9001 ISO 14001 ISO 22000 TCM QUALITY MARK Jean-Marc Bachelet Tocema Europe workshop 4 Project management Management systems ISO 9001 ISO 14001 ISO 22000 + lead auditors for certification bodies Experiences Private and state companies,

Plus en détail

Photo Manipulations in the 2011 CES

Photo Manipulations in the 2011 CES Canadian Election Study Methodological Briefs Methodological Brief #2013-A Photo Manipulations in the 2011 CES Patrick Fournier, Université de Montréal Stuart Soroka, McGill University Fred Cutler, University

Plus en détail

MASTER M1 QUANTITATIVE ECONOMICS AND FINANCE

MASTER M1 QUANTITATIVE ECONOMICS AND FINANCE MASTER M1 QUANTITATIVE ECONOMICS AND FINANCE jointly organized by Goals Prepare students to a career in research related jobs in economics and finance Not a general culture program Instead: forming experts

Plus en détail

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking European Commission DG MARKT Unit 02 Rue de Spa, 2 1049 Brussels Belgium markt-consultation-shadow-banking@ec.europa.eu 14 th June 2012 Natixis Asset Management Response to the European Commission Green

Plus en détail

CONTRAT D ETUDES - LEARNING AGREEMENT

CONTRAT D ETUDES - LEARNING AGREEMENT CONTRAT D ETUDES - LEARNING AGREEMENT Règles générales La présence aux séances d enseignement des modules choisis est obligatoire. Chaque module comporte des séances de travail encadrées et non encadrées

Plus en détail

The UNITECH Advantage. Copyright UNITECH International Society 2011. All rights reserved. Page 1

The UNITECH Advantage. Copyright UNITECH International Society 2011. All rights reserved. Page 1 The UNITECH Advantage Copyright UNITECH International Society 2011. All rights reserved. Page 1 Two key aspects of UNITECH Distinctive by being selective Standing out while fitting in The Wide and Varied

Plus en détail

Assoumta Djimrangaye Coordonnatrice de soutien au développement des affaires Business development support coordinator

Assoumta Djimrangaye Coordonnatrice de soutien au développement des affaires Business development support coordinator 2008-01-28 From: [] Sent: Monday, January 21, 2008 6:58 AM To: Web Administrator BCUC:EX Cc: 'Jean Paquin' Subject: RE: Request for Late Intervenorship - BCHydro Standing Offer C22-1 Dear Bonnie, Please

Plus en détail

«Rénovation des curricula de l enseignement supérieur - Kazakhstan»

«Rénovation des curricula de l enseignement supérieur - Kazakhstan» ESHA «Création de 4 Ecoles Supérieures Hôtelières d'application» R323_esha_FT_FF_sup_kaza_fr R323 : Fiche technique «formation des enseignants du supérieur» «Rénovation des curricula de l enseignement

Plus en détail

Implications and Opportunities Presented by the Securitization of Catastrophe (Re)insurance

Implications and Opportunities Presented by the Securitization of Catastrophe (Re)insurance Implications and Opportunities Presented by the Securitization of Catastrophe (Re)insurance M. Morton N. Lane, Ph. D. Président, Lane Financial LLC Directeur, M. Sc. en ingénierie financière Université

Plus en détail

IS/07/TOI/164004. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=6140

IS/07/TOI/164004. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=6140 La vente au détail - RetAiL est un cours fondé sur la technologie de l information, un IS/07/TOI/164004 1 Information sur le projet La vente au détail - RetAiL est un cours fondé sur la technologie de

Plus en détail

UNIVERSITE D'EVRY VAL D'ESSONNE Référence GALAXIE : 4062

UNIVERSITE D'EVRY VAL D'ESSONNE Référence GALAXIE : 4062 UNIVERSITE D'EVRY VAL D'ESSONNE Référence GALAXIE : 4062 Numéro dans le SI local : 06 MCF 0413 Référence GESUP : Corps : Maître de conférences Article : 26-I-1 Chaire : Non Section 1 : 06-Sciences de gestion

Plus en détail

DIPLOME D'ETUDES APPROFONDIES EN ECONOMIE ET FINANCE THEORIE DES MARCHES FINANCIERS. Semestre d hiver 2001-2002

DIPLOME D'ETUDES APPROFONDIES EN ECONOMIE ET FINANCE THEORIE DES MARCHES FINANCIERS. Semestre d hiver 2001-2002 Département d économie politique DIPLOME D'ETUDES APPROFONDIES EN ECONOMIE ET FINANCE THEORIE DES MARCHES FINANCIERS Semestre d hiver 2001-2002 Professeurs Marc Chesney et François Quittard-Pinon Séance

Plus en détail

Application Form/ Formulaire de demande

Application Form/ Formulaire de demande Application Form/ Formulaire de demande Ecosystem Approaches to Health: Summer Workshop and Field school Approches écosystémiques de la santé: Atelier intensif et stage d été Please submit your application

Plus en détail

French 2208A. French for Healthcare Le français de la santé

French 2208A. French for Healthcare Le français de la santé French 2208A French for Healthcare Le français de la santé Professeur : Heures de bureau : Iryna Punko disponible tous les jours par courriel, sauf le week-end. Préalable - Fr 1900 E ou Fr 1910, ou permission

Plus en détail

TRADITIONAL ARCHTECTURE AND URBANISM: CURRICULA AND TRAINING COURSE DEVELOPMENT-TAUMA

TRADITIONAL ARCHTECTURE AND URBANISM: CURRICULA AND TRAINING COURSE DEVELOPMENT-TAUMA COURSE DEVELOPMENT-TAUMA 2010-1-TR1-LEO05-16787 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: TRADITIONAL ARCHTECTURE AND URBANISM: CURRICULA AND TRAINING COURSE DEVELOPMENT-TAUMA 2010-1-TR1-LEO05-16787

Plus en détail

companies FEDERAL BILINGUAL VET DIPLOMA IN COMMERCE May 30th, 2013 Département de la solidarité et de l'emploi

companies FEDERAL BILINGUAL VET DIPLOMA IN COMMERCE May 30th, 2013 Département de la solidarité et de l'emploi FEDERAL BILINGUAL VET DIPLOMA IN COMMERCE A new offer adapted to English speaking companies May 30th, 2013 19.06.2013 - Page 1 SWISS PILOT PROJECT DEVELOPED IN GENEVE Project from the Swiss Confederation

Plus en détail

The assessment of professional/vocational skills Le bilan de compétences professionnelles

The assessment of professional/vocational skills Le bilan de compétences professionnelles The assessment of professional/vocational skills Le bilan de compétences professionnelles 03/06/13 WHAT? QUOI? Subject Sujet The assessment of professional/vocational skills (3 hours) Bilan de compétences

Plus en détail

Master de sociologie : double diplôme possible

Master de sociologie : double diplôme possible Master de sociologie : double diplôme possible Parcours du master «changements sociaux en Europe» en partenariat avec l Université de Vienne Version française Information générale Les étudiants s inscrivent

Plus en détail

L intégration socioscolaire des jeunes Québécois d origine chinoise : le rôle des écoles ethniques complémentaires

L intégration socioscolaire des jeunes Québécois d origine chinoise : le rôle des écoles ethniques complémentaires L intégration socioscolaire des jeunes Québécois d origine chinoise : le rôle des écoles ethniques complémentaires Ming Sun Université de Montréal Haï Thach École Chinoise (Mandarin) de Montréal Introduction

Plus en détail

MODULES DE COURS BILINGUES EN GESTION DE COOPÉRATIVES

MODULES DE COURS BILINGUES EN GESTION DE COOPÉRATIVES MODULES DE COURS BILINGUES EN GESTION DE COOPÉRATIVES Claude-André Guillotte Directeur, IRECUS Université de Sherbrooke Claude-Andre.Guillotte@USherbrooke.ca Karen Miner Directrice générale Co-operative

Plus en détail

C est quoi, Facebook?

C est quoi, Facebook? C est quoi, Facebook? aujourd hui l un des sites Internet les plus visités au monde. Si tu as plus de 13 ans, tu fais peut-être partie des 750 millions de personnes dans le monde qui ont une page Facebook?

Plus en détail

Design and creativity in French national and regional policies

Design and creativity in French national and regional policies Design and creativity in French national and regional policies p.01 15-06-09 French Innovation policy Distinction between technological innovation and non-technological innovation (including design) French

Plus en détail

Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development. Bil.

Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development. Bil. A usage officiel/for Official Use C(2006)34 C(2006)34 A usage officiel/for Official Use Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development

Plus en détail

Master. en sciences et technologies mention mathématiques et applications

Master. en sciences et technologies mention mathématiques et applications Master en sciences et technologies mention mathématiques et applications master mathématiques et applications Contacts Nicolas Lerner lerner@math.jussieu.fr www.master.math.upmc.fr Master sciences et technologies

Plus en détail

SCHOLARSHIP ANSTO FRENCH EMBASSY (SAFE) PROGRAM 2015-2 APPLICATION FORM

SCHOLARSHIP ANSTO FRENCH EMBASSY (SAFE) PROGRAM 2015-2 APPLICATION FORM SCHOLARSHIP ANSTO FRENCH EMBASSY (SAFE) PROGRAM 2015-2 APPLICATION FORM APPLICATION FORM / FORMULAIRE DE CANDIDATURE Note: If there is insufficient space to answer a question, please attach additional

Plus en détail

Expériences des Universités européennes dans l enseignement de la Finance islamique. Zineb Bensaid, Senior Consultant ISFIN

Expériences des Universités européennes dans l enseignement de la Finance islamique. Zineb Bensaid, Senior Consultant ISFIN Expériences des Universités européennes dans l enseignement de la Finance islamique Zineb Bensaid, Senior Consultant ISFIN 40 millions EUROPEENS sont musulmans (Ex Turquie) CROISSANCE de la finance islamique

Plus en détail

Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference

Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference 13-14 novembre 2008-13th -14th Novembre 2008 Centre des Congrès, Lyon Le rôle des accords d entreprise transnationaux

Plus en détail

Stress and Difficulties at School / College

Stress and Difficulties at School / College Stress and Difficulties at School / College This article will deal with the pressures and problems that students face at school and college. It will also discuss the opposite - the positive aspects of

Plus en détail

C est quoi, Facebook?

C est quoi, Facebook? C est quoi, Facebook? Si tu as plus de 13 ans, tu fais peut-être partie des 750 millions de personnes dans le monde qui ont un compte Facebook? Et si tu es plus jeune, tu as dû entendre parler autour de

Plus en détail

IDENTITÉ DE L ÉTUDIANT / APPLICANT INFORMATION

IDENTITÉ DE L ÉTUDIANT / APPLICANT INFORMATION vice Direction des Partenariats Internationaux Pôle Mobilités Prrogrramme de bourrses Intterrnattiionalles en Mastterr (MIEM) Intterrnattiionall Mastterr Schollarrshiip Prrogrramme Sorrbonne Parriis Ciitté

Plus en détail

Le projet de recherche : fonctions, pratiques et enjeux. Bernard Schneuwly Université de Genève

Le projet de recherche : fonctions, pratiques et enjeux. Bernard Schneuwly Université de Genève Le projet de recherche : fonctions, pratiques et enjeux Bernard Schneuwly Université de Genève Faire de la science Une institution sociale avec des règles Une règle fondatrice: l évaluation par les pairs

Plus en détail

France with an OIB. Updated January 2014

France with an OIB. Updated January 2014 France with an OIB Updated January 2014 The French system May appear complicated Not too expensive Good opportunities if you look carefully 2 European harmonisation of higher education - LMD system Licence

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE

FORMULAIRE DE DEMANDE English version follows Instructions de la demande FORMULAIRE DE DEMANDE Les établissements canadiens doivent faire la demande au nom du candidat. Le formulaire de demande en ligne doit être rempli et

Plus en détail

Cloud Computing: de la technologie à l usage final. Patrick CRASSON Oracle Thomas RULMONT WDC/CloudSphere Thibault van der Auwermeulen Expopolis

Cloud Computing: de la technologie à l usage final. Patrick CRASSON Oracle Thomas RULMONT WDC/CloudSphere Thibault van der Auwermeulen Expopolis Cloud Computing: de la technologie à l usage final Patrick CRASSON Oracle Thomas RULMONT WDC/CloudSphere Thibault van der Auwermeulen Expopolis ADOPTION DU CLOUD COMPUTING Craintes, moteurs, attentes et

Plus en détail

AccessLearn Community Group: Introductory Survey. Groupe communautaire AccessLearn : étude introductive. Introduction.

AccessLearn Community Group: Introductory Survey. Groupe communautaire AccessLearn : étude introductive. Introduction. AccessLearn Community Group: Introductory Survey Introduction The W3C Accessible Online Learning Community Group (aka AccessLearn) is a place to discuss issues relating to accessibility and online learning,

Plus en détail

CURRENT UNIVERSITY EDUCATION SYSTEM IN SPAIN AND EUROPE

CURRENT UNIVERSITY EDUCATION SYSTEM IN SPAIN AND EUROPE CURRENT UNIVERSITY EDUCATION SYSTEM IN SPAIN AND EUROPE 1 st Cycle (1 Ciclo) (I livello) DEGREE (Grado) 240 ECTS (European Credit Transfer System) credits* over four years of university study). The equivalent

Plus en détail

ICC International Court of Arbitration Bulletin. Cour internationale d arbitrage de la CCI

ICC International Court of Arbitration Bulletin. Cour internationale d arbitrage de la CCI ICC International Court of Arbitration Bulletin Cour internationale d arbitrage de la CCI Extract for restricted use Extrait à tirage limité International Court of Arbitration 38, Cours Albert 1er, 75008

Plus en détail

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships A project under the Intelligent Energy Europe programme Contract Number: IEE/10/130 Deliverable Reference: W.P.2.1.3

Plus en détail

2 players Ages 8+ Note: Please keep these instructions for future reference. WARNING. CHOKING HAZARD. Small parts. Not for children under 3 years.

2 players Ages 8+ Note: Please keep these instructions for future reference. WARNING. CHOKING HAZARD. Small parts. Not for children under 3 years. Linja Game Rules 2 players Ages 8+ Published under license from FoxMind Games NV, by: FoxMind Games BV Stadhouderskade 125hs Amsterdam, The Netherlands Distribution in North America: FoxMind USA 2710 Thomes

Plus en détail

Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=5095

Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=5095 Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: Année: 2008 Type de Projet: Statut: Accroche marketing: Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110 Projets de transfert

Plus en détail

The Euro-Mediterranean University of Fez L Université Euro-Méditerranéenne de Fès

The Euro-Mediterranean University of Fez L Université Euro-Méditerranéenne de Fès The Euro-Mediterranean University of Fez L Université Euro-Méditerranéenne de Fès Excellence in Higher Education, Research and Innovation L excellence dans l enseignement supérieur, la recherche et l innovation

Plus en détail

Must Today s Risk Be Tomorrow s Disaster? The Use of Knowledge in Disaster Risk Reduction

Must Today s Risk Be Tomorrow s Disaster? The Use of Knowledge in Disaster Risk Reduction Must Today s Risk Be Tomorrow s Disaster? The Use of Knowledge in Disaster Risk Reduction Website: https://dce.yorku.ca/crhn/ Submission information: 11th Annual Canadian Risk and Hazards Network Symposium

Plus en détail

6. Les désastres environnementaux sont plus fréquents. 7. On ne recycle pas ses déchets ménagers. 8. Il faut prendre une douche au lieu d un bain.

6. Les désastres environnementaux sont plus fréquents. 7. On ne recycle pas ses déchets ménagers. 8. Il faut prendre une douche au lieu d un bain. 1. Notre planète est menacée! 2. Il faut faire quelque chose! 3. On devrait faire quelque chose. 4. Il y a trop de circulation en ville. 5. L air est pollué. 6. Les désastres environnementaux sont plus

Plus en détail

The potential of the building sector in sustainable and lowcarbon

The potential of the building sector in sustainable and lowcarbon The potential of the building sector in sustainable and lowcarbon strategies Arab Hoballah, UNEP SUSTAINABLE AND COMPETITIVE HOTELS THROUGH ENERGY INNOVATION - NEZEH 2015 L'INNOVATION ÉNERGÉTIQUE AU SERVICE

Plus en détail

Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE

Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE 1 Objectifs de l étude Comprendre l impact des réseaux sociaux externes ( Facebook, LinkedIn,

Plus en détail

Product Platform Development: A Functional Approach Considering Customer Preferences

Product Platform Development: A Functional Approach Considering Customer Preferences Product Platform Development: A Functional Approach Considering Customer Preferences THÈSE N O 4536 (2009) PRÉSENTÉE le 4 décembre 2009 À LA FACULTé SCIENCES ET TECHNIQUES DE L'INGÉNIEUR LABORATOIRE DES

Plus en détail

Source: Archives de l Université d Ottawa (portrait pris en 1979) Source: Archives of the University of Ottawa (photo taken in 1979

Source: Archives de l Université d Ottawa (portrait pris en 1979) Source: Archives of the University of Ottawa (photo taken in 1979 Le père Oblat Florent Brault a été professeur à l Université d Ottawa de 1948 à 1979 et est considéré comme le fondateur du Département de science économique. Il a été le directeur de ce département de

Plus en détail

IDENTITÉ DE L ÉTUDIANT / APPLICANT INFORMATION

IDENTITÉ DE L ÉTUDIANT / APPLICANT INFORMATION Direction des Partenariats Internationaux - Pôle Mobilités Prrogrramme de bourrses Intterrnattiionalles en Mastterr (MIEM) Intterrnattiionall Mastterr Schollarrshiip Prrogrramme Sorrbonne Parriis Ciitté

Plus en détail

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe Formation en conduite et gestion de projets Renforcer les capacités des syndicats en Europe Pourquoi la gestion de projets? Le département Formation de l Institut syndical européen (ETUI, European Trade

Plus en détail

1986 Maîtrise Sciences Economiques (Nice University)

1986 Maîtrise Sciences Economiques (Nice University) Daniel Haguet Accounting, Law and Finance Department Professor - Speciality: Finance Phone : +33 (0)4.93.18.45.65 Fax : +33 (0)4.93.18.78.40 E-mail : daniel.haguet@edhec.edu After being in the top management

Plus en détail

Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique?

Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique? Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique? Mardi 3 juin 2014 Younes TAZI Directeur Général Agence Marocaine de Développement de la Logistique younes.tazi@amdl.gov.ma

Plus en détail

La collaboration germano-luxembourgeoise dans le domaine de la recherche fondamentale est intensifiée

La collaboration germano-luxembourgeoise dans le domaine de la recherche fondamentale est intensifiée 09.09.2009 INFORMATION A LA PRESSE La collaboration germano-luxembourgeoise dans le domaine de la recherche fondamentale est intensifiée DFG et FNR signent un accord visant à simplifier les procédures

Plus en détail

French / English bilingual and bicultural section

French / English bilingual and bicultural section Section bilingue et biculturelle français / anglais (6 ème / 5 ème / 2 nde ) French / English bilingual and bicultural section Deux langues et deux cultures Two languages and two cultures La section bilingue

Plus en détail

Formations et diplômes. Rapport d'évaluation. Master Finance. Université Toulouse 1 Capitole UT1. Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A)

Formations et diplômes. Rapport d'évaluation. Master Finance. Université Toulouse 1 Capitole UT1. Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Finance Université Toulouse 1 Capitole UT1 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin, président

Plus en détail

8. Cours virtuel Enjeux nordiques / Online Class Northern Issues Formulaire de demande de bourse / Fellowship Application Form

8. Cours virtuel Enjeux nordiques / Online Class Northern Issues Formulaire de demande de bourse / Fellowship Application Form F-8a-v1 1 / 7 8. Cours virtuel Enjeux nordiques / Online Class Northern Issues Formulaire de demande de bourse / Fellowship Application Form Nom de famille du candidat Langue de correspondance Français

Plus en détail

The space to start! Managed by

The space to start! Managed by The space to start! Managed by ESA Business Incubation Centers (ESA BICs) : un programme de soutien à la création d entreprises L Agence Spatiale Européenne (ESA) dispose d un programme de transfert de

Plus en détail

AMBASSADE DE FRANCE EN TURQUIE

AMBASSADE DE FRANCE EN TURQUIE AMBASSADE DE FRANCE EN TURQUIE SERVICE DE COOPERATION ET D ACTION CULTURELLE Projets de coopération universitaire et scientifique franco-turque / Turkish-French university and scientific cooperation projects

Plus en détail

Testing : A Roadmap. Mary Jean Harrold. Présentation de Olivier Tissot

Testing : A Roadmap. Mary Jean Harrold. Présentation de Olivier Tissot Testing : A Roadmap Mary Jean Harrold Présentation de Olivier Tissot Testing : A Roadmap I. L auteur II. Introduction sur les test : les enjeux, la problématique III. Les tests : roadmap IV. Conclusion

Plus en détail

National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC)

National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC) National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC) Reporting to the General Manager, Engineering and Maintenance, you will provide strategic direction on the support and maintenance of

Plus en détail

Bologne à l EPFL. Réforme de Bologne Implications pour l EPFL. Prof. Dominique Bonvin, Doyen Bachelor-Master

Bologne à l EPFL. Réforme de Bologne Implications pour l EPFL. Prof. Dominique Bonvin, Doyen Bachelor-Master Bologne à l EPFL Réforme de Bologne Implications pour l EPFL Prof. Dominique Bonvin, Doyen Bachelor-Master EPFL Quelques chiffres 6 600 Etudiants, 23% femmes, 38% étrangers, 109 nationalités 1 400 Doctorants

Plus en détail

Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud

Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud Sommaire Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Comment définir

Plus en détail

Catella Asset Management

Catella Asset Management Catella Asset Management Asset management immobilier Catella Asset Management se consacre aux activités d investissement, asset et property management immobiliers pour le compte de tiers Investisseurs

Plus en détail

Miroir de presse. International Recruitment Forum 9-10 mars 2015

Miroir de presse. International Recruitment Forum 9-10 mars 2015 Miroir de presse International Recruitment Forum 9-10 mars 2015 Contenu 1. L Agefi, 9'510 ex., 02.03.2015 2. Market, online, 12.3.2015 3. Studyrama, online, 13.3.2015 4. Venture Magazine, online, 15.3.2015

Plus en détail

Scénarios économiques en assurance

Scénarios économiques en assurance Motivation et plan du cours Galea & Associés ISFA - Université Lyon 1 ptherond@galea-associes.eu pierre@therond.fr 18 octobre 2013 Motivation Les nouveaux référentiels prudentiel et d'information nancière

Plus en détail

Examen Final. Indications

Examen Final. Indications DANS LE SECTEUR BANQUE-ASSURANCE NOM : MATRICULE : PRENOM : Examen Final Problèmes Indications Veuillez respecter les indications suivantes: 1. Vous avez 3 heures à disposition 2. Veuillez vérifier que

Plus en détail

Discours de Eric Lemieux Sommet Aéro Financement Palais des congrès, 4 décembre 2013

Discours de Eric Lemieux Sommet Aéro Financement Palais des congrès, 4 décembre 2013 Discours de Eric Lemieux Sommet Aéro Financement Palais des congrès, 4 décembre 2013 Bonjour Mesdames et Messieurs, Je suis très heureux d être avec vous aujourd hui pour ce Sommet AéroFinancement organisé

Plus en détail

Industrial Phd Progam

Industrial Phd Progam Industrial Phd Progam Catalan Government: Legislation: DOGC ECO/2114/2012 Modification: DOGC ECO/2443/2012 Next: Summary and proposal examples. Main dates March 2013: Call for industrial Phd projects grants.

Plus en détail

UNIVERSITE DE YAOUNDE II

UNIVERSITE DE YAOUNDE II UNIVERSITE DE YAOUNDE II The UNIVERSITY OF YAOUNDE II INSTITUT DES RELATIONS INTERNATIONALES DU CAMEROUN INTERNATIONAL RELATIONS INSTITUTE OF CAMEROON B.P. 1637 YAOUNDE -CAMEROUN Tél. 22 31 03 05 Fax (237)

Plus en détail

90558-CDT-06-L3French page 1 of 10. 90558: Listen to and understand complex spoken French in less familiar contexts

90558-CDT-06-L3French page 1 of 10. 90558: Listen to and understand complex spoken French in less familiar contexts 90558-CDT-06-L3French page 1 of 10 NCEA LEVEL 3: FRENCH CD TRANSCRIPT 2006 90558: Listen to and understand complex spoken French in less familiar contexts New Zealand Qualifications Authority: NCEA French

Plus en détail

Dématérialisation des documents de transport

Dématérialisation des documents de transport 3 La lettre de voiture électronique dans le transport ferroviaire Background The work to implement the e-railfreight project showed that for the time it was written, the principle of functional equivalence

Plus en détail

RAPID 3.34 - Prenez le contrôle sur vos données

RAPID 3.34 - Prenez le contrôle sur vos données RAPID 3.34 - Prenez le contrôle sur vos données Parmi les fonctions les plus demandées par nos utilisateurs, la navigation au clavier et la possibilité de disposer de champs supplémentaires arrivent aux

Plus en détail

Seul le discours prononcé fait foi

Seul le discours prononcé fait foi NOTES POUR UNE ALLOCUTION DU MAIRE DE MONTRÉAL MONSIEUR GÉRALD TREMBLAY GALA BÉNÉFICE DU CENTRE CANADIEN D ARCHITECTURE CCA MAISON SHAUGHNESSY 11 JUIN 2009 Seul le discours prononcé fait foi 1 Depuis 20

Plus en détail

Florida International University. Department of Modern Languages. FRENCH I Summer A Term 2014 FRE 1130 - U01A

Florida International University. Department of Modern Languages. FRENCH I Summer A Term 2014 FRE 1130 - U01A Florida International University Department of Modern Languages FRENCH I Summer A Term 2014 FRE 1130 - U01A Class time: Monday, Tuesday, Wednesday, Thursday; 6:20 P.M. - 9:00 P.M. Instructors: Prof. Jean-Robert

Plus en détail

GCSE Bitesize Controlled Assessment

GCSE Bitesize Controlled Assessment GCSE Bitesize Controlled Assessment Model 2 (for A/A* grade) Question 3 Subject: Topic: French Writing In this document you will find practical help on how to improve your grade. Before you start working

Plus en détail

Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech

Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech Le dispositif L Institut suisse de brainworking (ISB) est une association

Plus en détail

RISK-BASED TRANSPORTATION PLANNING PRACTICE: OVERALL METIIODOLOGY AND A CASE EXAMPLE"' RESUME

RISK-BASED TRANSPORTATION PLANNING PRACTICE: OVERALL METIIODOLOGY AND A CASE EXAMPLE' RESUME RISK-BASED TRANSPORTATION PLANNING PRACTICE: OVERALL METIIODOLOGY AND A CASE EXAMPLE"' ERTUGRULALP BOVAR-CONCORD Etwiromnental, 2 Tippet Rd. Downsviel+) ON M3H 2V2 ABSTRACT We are faced with various types

Plus en détail

Etudiants entrants / Incoming students 2014-2015

Etudiants entrants / Incoming students 2014-2015 Etudiants entrants / Incoming students 2014-2015 Service Relations Internationales de l IAE Karine MICHELET, Bureau AF114 www.iae-toulouse.fr international@iae-toulouse.fr Tel: 05 61 63 57 10 Ce guide

Plus en détail

How to be a global leader in innovation?

How to be a global leader in innovation? How to be a global leader in innovation? 2014-03-17 / Rybinsk Marc Sorel Safran Country delegate /01/ Innovation : a leverage to create value 1 / 2014-01-30/ Moscou / Kondratieff A REAL NEED FOR INNOVATION

Plus en détail

Christophe REVELLI Associate Professor Kedge Business School christophe.revelli@kedgebs.com PROFESSIONAL +33 491 827 896

Christophe REVELLI Associate Professor Kedge Business School christophe.revelli@kedgebs.com PROFESSIONAL +33 491 827 896 Christophe REVELLI Associate Professor Kedge Business School christophe.revelli@kedgebs.com PROFESSIONAL +33 491 827 896 EDUCATION 2011 Qualification aux fonctions de Maître de Conférences en Sciences

Plus en détail

Bibliothèque numérique de l enssib

Bibliothèque numérique de l enssib Bibliothèque numérique de l enssib European integration: conditions and challenges for libraries, 3 au 7 juillet 2007 36 e congrès LIBER Results from the Seminar on Measuring Quality in Libraries Bayir,

Plus en détail

2002 Maritime Mathematics Competition Concours de Mathématiques des Maritimes 2002

2002 Maritime Mathematics Competition Concours de Mathématiques des Maritimes 2002 2002 Maritime Mathematics Competition Concours de Mathématiques des Maritimes 2002 Instructions: Directives : 1 Provide the information requested below Veuillez fournir les renseignements demandés ci-dessous

Plus en détail

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39 under the SMALL BUSINESS INVESTOR TAX CREDIT ACT (O.C. 2003-220) Regulation Outline Filed July 29, 2003 Citation........................................... 1 Definition

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Ingénierie mathématique de l Université d Evry-Val-d Essonne - UEVE Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

RESULTING FROM THE ANTI-SEMITIC LEGISLATION IN FORCE DURING THE OCCUPATION. (Decree 99-778 of September 10, 1999) QUESTIONNAIRE. Family Name...

RESULTING FROM THE ANTI-SEMITIC LEGISLATION IN FORCE DURING THE OCCUPATION. (Decree 99-778 of September 10, 1999) QUESTIONNAIRE. Family Name... COMMISSION FOR THE COMPENSATION OF VICTIMS OF SPOLIATION RESULTING FROM THE ANTI-SEMITIC LEGISLATION IN FORCE DURING THE OCCUPATION (Decree 99-778 of September 10, 1999) Case Number : (to remind in all

Plus en détail

46 000 Alumni. 15 Double Degrees. ESSEC Business School Global key figures. Founded in1907 AACSB, EQUIS. 4 400 Fulltime. BBA, Masters, MBA, PhD

46 000 Alumni. 15 Double Degrees. ESSEC Business School Global key figures. Founded in1907 AACSB, EQUIS. 4 400 Fulltime. BBA, Masters, MBA, PhD ESSEC s value MSc in Management vs. MBA Campus / Location & Transportation Courses Accommodation Events Places to visit in Paris Contacts Today s Agenda ESSEC Business School Global key figures Founded

Plus en détail

Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011.

Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011. Sent: 11 May 2011 10:53 Subject: Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011. I look forward to receiving two signed copies of this letter. Sent: 10

Plus en détail

Bienvenue / Welcome 27 mars 2014

Bienvenue / Welcome 27 mars 2014 Bienvenue / Welcome HEC Executive Mission Mettre à jour et acquérir de nouvelles connaissances Update and expand your knowledge, learn new topics Obtenir des qualifications supplémentaires Obtain new or

Plus en détail

Une expérience de mathématiques appliquées en Grande Ecole

Une expérience de mathématiques appliquées en Grande Ecole Une expérience de mathématiques appliquées en Grande Ecole El Karoui Nicole Univ Paris VI / Ecole Polytechnique elkaroui@cmapx.polytechnique.fr 6 Novembre 2009 El Karoui Nicole (Labo de proba/ CMAP) Conf

Plus en détail