RÈGLEMENT* CONCERNANT L'AUDIT DE QUALITÉ DANS LE DOMAINE DES SERVICES COMPTABLES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RÈGLEMENT* CONCERNANT L'AUDIT DE QUALITÉ DANS LE DOMAINE DES SERVICES COMPTABLES"

Transcription

1 RÈGLEMENT* CONCERNANT L'AUDIT DE QUALITÉ DANS LE DOMAINE DES SERVICES COMPTABLES * ) Approuvé par la Décision no. 00/39 du Conseil Supérieur du Corps des Experts Comptables et des Comptables Agréés de Roumanie, publié dans le Journal Officiel de la Roumanie no. 38/ et actualisé par la Décision du Conseil Supérieur du Corps no. 02/45, avec les modifications et compléments ultérieurs. CHAPITRE 1- Introduction Art. 1 L audit de qualité dans le domaine des services comptables fournis par les membres du Corps est fondé sur les principes suivants : 1) Les normes internationales publiées par IFAC - La norme internationale sur le contrôle de la qualité (ISQC) no. 1 ; - La Déclaration Internationale de Pratique Professionnelle (IPPS) no. 1, appelée «L assurance de la qualité des services professionnels» ; - La déclaration sur l accomplissement des obligations des membres (SMO) no. 1, approuvée par le Conseil IFAC du novembre ) La recommandation de la CEE du 15 novembre 2000 (no. 2001/256/CE) sur les exigences minimes à l'égard du contrôle de la qualité des services professionnels. La méthodologie de la CEE prévoit deux approches du contrôle de la qualité : - le contrôle par l'intermédiaire des personnes embauchées par l'organisme professionnel, par une autre autorité ou entité; - le contrôle par l'intermédiaire des membres actifs ayant une formation adéquate. 3) L'ordonnance du Gouvernement no. 65/1994, approuvée et modifiée par la Loi no. 42/1995: - art. 19: Le Corps des Experts Comptables et des Comptables Agréés remplit les attributions suivantes : ( ) c) assure le déroulement, dans de bonnes conditions, de l'activité des experts comptables et des comptables agréés; ( ) 4) Le règlement d'organisation et de fonctionnement du Corps des Experts Comptables et des Comptables Agréés de Roumanie, approuvé par la Décision de la Conférence Nationale des experts comptables et des comptables agréés no. 1/1995, publiée dans le Journal Officiel de la Roumanie, Partie I, no. 276 du 27 novembre 1995, modifié et complété par la Décision de la Conférence Nationale des experts comptables et des comptables agréés no. 99/44 publiée dans le Journal Officiel de la Roumanie, Partie I, no. 450/12 septembre 2000, republié dans le Journal Officiel, Partie I, no. 153/28 mars 2001, avec les modifications et les ajouts ultérieurs. - point 65 : "Le Conseil de la filiale remplit les attributions suivantes: a) surveille la modalité dont les professions d'expert comptable et comptable agréé sont exercées dans la sphère d'activité de la filiale"; - point 115 : "L'assemblée générale remplit les attributions suivantes: c) prend connaissance du rapport du conseil de la filiale concernant le résultat de l'analyse de l'activité professionnelle des experts individuels et des sociétés commerciales contrôlées, en vue d'assurer un bon 1

2 déroulement de la profession d'expert comptable et de comptable agréé sur le territoire de la filiale." - point 124: "Les faits suivants sont considérés comme des délits disciplinaires: j) le refus de mettre à la disposition des organes de contrôle du Corps les documents concernant l'activité professionnelle;" 5) Le code éthique national des professionnels comptables approuvé par la Décision de la Conférence Nationale des experts comptables et des comptables agréés no. 02/50 du 22 septembre 2002, Chapitre IV La Qualité des services : - Il est nécessaire de s'assurer que tous les services fournis par le professionnel comptable sont exécutés au plus haut niveau de performance. 6) Les Normes nationales d'audit, approuvées par la Décision du Conseil Supérieur du Corps no. 99/24/1999, publiées dans le Journal Officiel de la Roumanie, Partie I, no. 75 bis, du 23 février 1999; - La Norme d'audit no. 22 "Le contrôle de qualité dans une mission d'audit" - point 4: "La société d'expertise comptable est censée définir et mettre en place des politiques et des procédures de contrôle de qualité." Art. 2 Dans ce Règlement, les termes ci-dessous ont la signification suivante : a) L'expression audit de qualité désigne un ensemble de mesures prises par le Corps des Experts Comptables et des Comptables Agréés de Roumanie ayant comme but l'analyse des modalités d'organisation et fonctionnement d'un cabinet et l'évaluation de la modalité de mise en œuvre, dans le cadre de celui-ci, des normes professionnelles établies par le Corps. L'audit de qualité est exercé sur le cabinet et sur chaque professionnel comptable inscrit dans le Tableau du Corps. Il est exercé tant au siège principal du cabinet, que dans les sièges des bureaux secondaires, inscrits ou non dans le Tableau du Corps. b) L'expression cabinet désigne soit un cabinet individuel dirigé par un expert comptable ou par un comptable agréé, membre du Corps, soit une société d' expertise comptable et/ou de comptabilité, reconnue par le Corps. c) L expression audit de qualité dans un cabinet ayant des bureaux secondaires sur le territoire de plusieurs filiales du Corps désigne l'audit exercé tant au siège du cabinet, qu'aux sièges du bureau ou de ses bureaux secondaires. d) Les auditeurs de qualité sont des experts comptables avec expérience, formés et instruits par le Corps dans le domaine de l audit de qualité des services comptables. CHAPITRE 2- Objectifs, principes et méthodologie de l'audit dans le domaine de la qualité des services comptables Art. 3 L audit de qualité dans le domaine des services comptables est soumis aux objectifs suivants : - offrir au public une bonne perception sur la qualité des services fournis, l'harmonisation des comportements professionnels des membres ; - contribuer à la bonne organisation des cabinets et au perfectionnement des méthodes de travail ; - évaluer la manière de mise en oeuvre des règles et des normes professionnelles; - développer la solidarité dans le cadre de la profession, en favorisant les contacts entre les collègues, le rapprochement et le respect des professionnels à l'égard des organismes du Corps. Art. 4 L'audit de qualité est fondé sur cinq principes fondamentaux : - universalité: l'audit s'applique à tous les cabinets ainsi définis et à tous les services professionnels fournis par ces cabinets : comptabilité, audit, expertise, etc. ; - confidentialité: aucune information concernant un cabinet ou un membre de celui-ci, ne peut pas être portée à la connaissance des tiers; 2

3 - l'adaptation de l'audit: il correspond à la nature des missions exercées et à la taille du cabinet; - collégialité: l'audit est effectué par les membres actifs du Corps, ayant la formation nécessaire, qui sont employés par le Corps ; - harmonisation: autant que possible, les cabinets qui exécutent des activités réglementées par plusieurs organismes professionnels peuvent faire l'objet d'un audit dont les objectifs sont établis par le commun accord de ces organismes. Art. 5 L'audit de qualité comprend: - la connaissance de la manière d'organisation du cabinet, des systèmes et des procédures en vigueur dans le cadre de celui-ci (l'audit structurel); - l'évaluation de la manière de mise en œuvre des normes professionnelles, en examinant par sondage les dossiers de travail correspondants aux missions sélectionnés pour l'audit (l audit technique). le respect des normes relatives à la formation et au développement professionnel continu et l accomplissement des obligations des membres (l adit de conformité). Art.6 L'audit de qualité a comme référence les règles et les normes professionnelles en vigueur au moment d'exercice des missions et des usages professionnels. Art. 7 Le présent règlement fait référence tant aux missions normalisées par le Corps, qu'aux missions requises par certaines réglementations en vigueur. CHAPITRE 3 - L'organisation de l'audit de qualité Art. 8 Le département pour la surveillance de la mise en œuvre des normes professionnelles et de l audit de qualité (DUANPAC) remplit les attributions suivantes : a) rédige le programme annuel de l audit de qualité dans le domaine des services comptables y compris des listes des cabinets à auditer, selon les propositions formulées par les filiales ; b) surveille l accomplissement du programme d audit de qualité dans le domaines des services comptables, en fonction des graphiques des listes mensuelles des cabinets, fournis par les filiales ; c) prépare et adapte aux conjonctures la méthodologie de l'audit de qualité dans le domaines des services comptables ; d) analyse des cas de récusation des auditeurs de qualité et fait les propositions correspondantes ; e) propose l embauche d auditeurs de qualité, analyse et contrôle leur activité et propose les moyens de sanction nécessaires ; f) tire des conclusions et fait des recommandations aux filiales, suite à la synthèse des audits effectués auprès des cabinets ; g) gère les certificats d attestation d audit de qualité dans le domaine des services comptables et fait des propositions aux cabinets audités en ce qui concerne l établissement de ces certificats ; h) au cas du non respect des réglementations visant l exercice de la profession, du Code Ethique national ou des normes professionnelles établies par le Corps, DUANPAC informe les commissions de discipline auprès des filiales ou la Commission Supérieure de Discipline, selon le cas ; i) résout les problèmes rencontrés dans l activité d audit de qualité, suite aux propres investigations ou suite aux notifications des tiers, dans le domaine des services comptables j) rédige la synthèse annuelle de l'audit de qualité et présente cette synthèse au président du Conseil Supérieur du Corps ; k) assure la formation des auditeurs de qualité, l organisation des tables rondes et des rencontres de travail dans le domaine de l audit de qualité des services comptables ; l) rédige le budget annuel des frais (salaires, frais de transport et de logement) concernant l'audit de qualité, qu il présente pour approbation au Conseil Supérieur du Corps. Art. 9 Les auditeurs de qualité sont des employés avec contrats de travail et font partie du Département de surveillance de la mise en œuvre des normes professionnelles et de l audit de qualité. 3

4 Art. 10 L audit sur la qualité des services comptables peut également être exécuté par externalisation, par l intermédiaire des contrats de services conclus avec DUANPAC avec des personnes physiques et morales, membres du Corps, dans des conditions approuvées par le Bureau Permanent du Conseil Supérieur. Art. 11 Les auditeurs de qualité ont les droits suivants : a) exécutent la mission d audit de qualité, de manière personnelle, auprès des cabinets prévus par le programme d audit de qualité ; b) organisent leur mission et la sphère de leurs investigations en fonction du délai prévu par le Règlement ; c) rendent des visites aux cabinets en vue d exécuter la mission d audit de qualité, en tenant compte de la méthodologie d analyse structurelle et de conformité ; d) entrent dans la possession des normes, des orientations professionnelles et des réglementations du Corps et bénéficient des formations professionnelles organisées par le Corps ; e) reçoivent des remboursements pour les dépenses engendrés par les déplacements liées à l exercice des attributions. Art. 12 Les auditeurs de qualité ont les attributions suivantes : a) assurent l accomplissement de la mission d audit de qualité aux cabinets prévus dans les graphiques des listes mensuelles du Programme d audit de qualité dans le domaine des services comptables ; b) exécutent l audit de qualité en respectant les normes et les orientations professionnelles établies par le Corps ; c) rédigent le dossier d audit de qualité du cabinet qui comprend le rapport, les notes de synthèse et les annexes prévus dans les orientations et les transmettent à DUANPAC ; d) au cas du non respect des réglementations concernant l exercice de la profession, du Code Ethique national et des normes professionnelles établies par le Corps, ils informent les commissions de discipline auprès des filiales ; e) évaluent les problèmes rencontrés dans l activité d audit de qualité, suite aux propres investigations ou aux notifications reçus des tiers, dans le domaine des services comptables et font des propositions à DUANPAC ; f) font des propositions sur l adaptation des conjonctures de la méthodologie de l audit de qualité dans le domaine des services comptables. Art. 13 Les auditeurs de qualité ont le droit, et l obligation à la fois, de refuser une mission d audit de qualité si leur indépendance était en danger dans ces situations. CHAPITRE 5 - Le déroulement de l'audit de qualité Art. 14 Avant le 31 janvier de chaque année, la filiale transmet à chaque membre du Corps le formulaire "Rapport annuel sur l'audit de qualité" (modèle joint); chaque membre du Corps a l'obligation de remplir le "Rapport annuel sur l'audit de qualité" et de le déposer à la filiale d'où il appartient, avant le 31 mars. Avant le 20 avril de chaque année les directeurs exécutifs des filiales transmettent à DUANPAC : - les rapports annuels sur l'audit de qualité, complétés par tous les membres de la sphère d'activité; - une liste des cabinets à contrôler l'année suivante, rédigée par la filiale, en précisant les cabinets qui ont demandé de bon gré de bénéficier d'un audit de qualité. Art. 15 DUANPAC rédige le programme d'audit de la qualité pour l'année suivante, qui est soumis à l'approbation avant le 31 mai de chaque année, en indiquant la modalité d accomplissement de l'audit de qualité: par contrôle fondé sur des déclarations, par contrôle sur le terrain ou par contrôle mixte. 4

5 Art.16 Avant le 30 juin de chaque année DUANPAC envoie à chaque filiale le Programme d'audit de la qualité pour l'année prochaine. Art. 17 Les étapes de l'audit de qualité sont : a) Préparation. Le délai nécessaire pour une mission d audit dépend de l'importance du cabinet et est établi seulement après avoir rempli et analysé le questionnaire d'enquête. Le cabinet élu pour l'audit de qualité est informé par lettre, au moins 60 jours avant la date convenue pour le commencement de la mission d'audit. La lettre est accompagnée par un questionnaire qui contient un ensemble d'informations liées, d'une part, à l'organisation générale du cabinet, aux missions déroulées par celui-ci et d'autre part au respect des obligations de membre. Le questionnaire complété doit être renvoyé à la filiale, dans un délai de 30 jours à partir de sa date de réception. Lors du retour du questionnaire, le cabinet peut demander de bénéficier des dispositions du présent règlement concernant la récusation des auditeurs, cas ou l'audit sera réalisé par d auditeurs qui ne font pas partie de la sphère d activité de la filiale, avec l appui de DUANPAC. b) Modalités d'audit. Chaque mission d audit de qualité comprend trois phases complémentaires: l audit structural, l audit technique et l audit de conformité. L'audit de qualité s'effectue conformément au Guide approuvé par le Conseil Supérieur du Corps. - L'audit structural consiste dans un diagnostique d'organisation du cabinet dans le but d'évaluer si la manière d'organisation assure l'accomplissement de missions conformément aux normes, règles et usages professionnels, établis ou reconnus par le Corps, faisant ressortir tant les aspects positifs, que les manques relatifs aux méthodes et aux procédures du cabinet. - L'audit technique consiste dans la révision d un nombre de dossiers de travail et permet d'apprécier la qualité des méthodes effectivement mises en oeuvre par le cabinet. Le choix des dossiers se fait conformément aux conclusions et informations résultées de l'audit structural. L'audit technique se fait par rapport aux normes, règles et usages professionnels en vigueur. -L audit de conformité consiste dans la vérification de la manière d accomplissement des obligations de membre par le cabinet, par rapport à la formation et au développement professionnel, au dépôt des déclarations annuelles, au payement des obligations financières. c) Rapport - - À la fin d'une mission d audit de qualité, les auditeurs rédigent une note de synthèse qui est envoyée au cabinet qui a fait l objet de l audit. Ce cabinet dispose d'un délai de 30 jours pour présenter, par écrit, ses observations aux auditeurs. - Le rapport d'audit est rédigé par les auditeurs et comprend dans les annexes la note de synthèse et les éventuelles observations du cabinet. Le rapport d'audit met en évidence les manques découverts pendant l'audit effectué et les infractions graves et répétées aux réglementations professionnelles. Le rapport doit contenir également des recommandations ou d autres mesures pour remédier les déficiences. - Le rapport, les annexes et le dossier d'audit sont envoyés à DUANPAC, dans un délai de 15 jours à compter de l'expiration de la période où le cabinet avait la possibilité de soumettre des observations. - Après avoir vérifié le rapport d audit et la note de synthèse, DUANPAC fait des recommandations à la filiale et après l'approbation de ceux-ci, envoie au président du conseil de la filiale le dossier sur l'audit effectué. Le président du conseil de la filiale décide sur le moyen de valorisation et communication des résultats de l'audit de qualité, à savoir : - peut envoyer au cabinet qui a fait l objet de l audit une lettre de conclusions sans observations ; - peut envoyer au cabinet qui a fait l objet de l audit une lettre de conclusions avec de simples observations, en joignant éventuellement une convocation au bureau du président ; - peut envoyer au cabinet qui a fait l objet de l audit une lettre de conclusions avec des observations, accompagnée par une décision de mis en place d un nouveau audit après une période d un an, pour s'assurer que ses observations ont été prises en compte. 5

6 - Le dossier d'audit, les conclusions du président de la filiale et le rapport de l auditeur sont gardés dans le dossier du cabinet concerné existant dans la filiale, jusqu à la date où le cabinet va faire l objet d un nouvel audit de qualité. - Au cas des infractions répétées constatées, le président du conseil de la filiale va en informer la commission de discipline de la filiale du Corps. Art L'audit de qualité sur les travaux d expertise comptable est effectué avec le respect des procédures établies par les Normes du Corps no : CHAPITRE 5- Les droits et les obligations du cabinet Art. 19 Le cabinet choisi pour un audit de qualité est obligé de mettre à la disposition des auditeurs, à son siège social, ou/et au bureau secondaire toutes les pièces et les documents nécessaires et de fournir toute explication utile à l accomplissement de l'audit. Art. 20 Le cabinet informé sur un audit de qualité a le droit de récuser l auditeur désigné. La récusation peut être demandé par l'intermédiaire de la lettre adressée au président du conseil de la filiale, dans un délai de 30 jours à compter de la réception de la lettre par la quelle il a pris connaissance de l'audit. La demande est envoyée à DUANPAC, qui va prendre les mesures adéquates. Art. 21 Un cabinet ne peut faire l objet d un audit qu'après une période de 3 ans à partir de la fin de l'audit précédent. Lorsque le président du conseil de la filiale décide qu'un cabinet doit être soumis à une nouvelle mission d audit, cet audit ne peut avoir lieu qu'après une période d'un an, en vue de s'assurer que les déficiences du rapport d'audit ont été remédiées. Art. 22 La durée de l'audit de qualité est établit sur le terrain, en fonction de la taille du cabinet qui fait l objet de l audit et ne peut pas dépasser 20 heures auditeur. CHAPITRE 6- L audit des cabinets installés dans plusieurs filiales Art. 23 L'audit de qualité auprès des cabinets installés dans plusieurs filiales est caractérisé par la séparation de l'audit structural et de l audit de conformité, qui se déroulent au siège du cabinet, de l'audit technique, effectué au niveau des bureaux secondaires, en commençant par la synthèse de l'audit structural. CHAPITRE 7- Le financement Art. 24 Les coûts de l'audit de qualité sont inclus dans le budget de l appareil central du Corps. DUANPAC rédige le budget annuel de coûts (rétributions, frais de transport et logement) qui est soumis à l'approbation du Conseil Supérieur du Corps en vue de l'inclure distinctement, dans le budget annuel du Corps. CHAPITRE 8- Le rapport présenté à la Conférence Nationale Art. 25 DUANPAC rédige la synthèse annuelle de l'audit de qualité et soumet cette synthèse au président du Conseil Supérieur du Corps. Après l'assimilation de celle-ci par le Conseil Supérieur du Corps, la synthèse est incluse dans le rapport annuel destiné au débat et à l'approbation de la Conférence Nationale annuelle. 6

7 ANNEXE Le Corps des Experts Comptables et des Comptables Agréés de Roumanie RAPPORT ANNUEL concernant l'audit de qualité 1) Nom et prénom du membre (nom de la société commerciale ou du cabinet)... 2) Le numéro et la date du carnet de membre et de l'autorisation de fonctionnement Carnet.../...Autorisation.../... 3) Adresse: Localité... rue.... no.... Immeuble... esc... et... arrondissement (département)... E1 INFORMATIONS GÉNÉRALES SUR LE CABINET 1.1. Forme juridique d'exercice de la profession: - société commerciale: - par actions (SA) - à responsabilité limitée (SRL) - avec capital autochtone - avec capital étranger - avec capital mixte - personne physique autorisée: 1.2. Filiales (F), succursales (S), points de travail (PI): Localité et adresse Forme d'organisation (F, S ou Pl) 1.3. Structure des actionnaires : No. crt. Nom et prénom des Associés (actionnaires) Membre CECCAR oui */ non Fonction dans le cadre du cabinet Pourcentage du capital social 7

8 Total X X 100 * Si "oui" on écrit une des initiales "i" (travailleur indépendant) ou "e" (embauché) E2 L' ORGNISATION DU CABINET 2.1. L'organigramme du cabinet. (Présentez une description de la structure organisationnelle et joignez une annexe, si c est le cas) E3 PERSONNEL 3.1. Nombre personnel utilisé pendant l'année a) Nombre moyen des salariés conformément au Code du Travail TOTAL dont économistes et comptables - dont travailleurs indépendants / juridique et fiscal social informatique avec une formation technique - dont travailleurs indépendants / b) Nombre moyen des collaborateurs employés pendant l'année dont: personnes physiques - dont travailleurs indépendants/ embauchés / c) Est-ce qu'il existe des contrats de travail et des contrats de prestations de services? (oui ou non) 8

9 d) Dans les contrats de travail des salariés ou de prestations de services il y a des clauses concernant: - la concurrence loyale OUI NON - le secret professionnel OUI NON - l indépendance OUI NON L'annexe inclut un modèle de contrat de travail et un modèle de contrat de prestations de services pour les collaborateurs. e) Y a-t-il des fiches d'attributions et/ou des manuels de procédures propres? OUI NON E4 FORMATION PROFESSIONNELLE 4.1. Est-ce qu'il a eu un programme de formation professionnelle pour l'année précédente? OUI NON 4.2. Combien d'heures/personne ont été consacrées à la formation et au développement professionnel des membres du Corps dans le cadre du cabinet? - par actions organisées dans le cabinet - par actions organisées à l'extérieur du cabinet 4.3. Quelles sont les sources de documentation dans le cadre du cabinet: - livres techniques et guides établis par le Corps (nombre) - livres techniques et guides existants sur le marché (nombre) - législation: abonnements au Journal Officiel (nombre) E5 CLIENTS ET MISSIONS 5.1. Présentez le nombre (ou la meilleure estimation du nombre) des clients du cabinet pour l'année précédente ainsi que le chiffre d'affaires réalisé (ou la meilleure estimation du chiffre d'affaires): Nombre Chiffre d'affaires (mil.lei) - la tenue de la comptabilité - la vérification de la comptabilité - évaluation et études de faisabilité - assistance financière- comptable et fiscale - audit - activité de commissaire aux comptes - expertises comptables judiciaires - d autres activités (à nommer autant que possible) Total activité réalisée l'année précédente 5.2. Quels sont les 5 premiers clients en fonction du volume des honoraires dans le total du chiffre d'affaires réalisé par le cabinet? No. crt. Code interne du client Honoraires (mil. lei) Nature de la mission

10 Modalités d'établissement et de perception des honoraires: Comment sont établis les honoraires? % du total - négociation directe à partir du marché OUI / NON - négociation directe à partir du Tarif professionnel OUI / NON - participation à la vente aux enchères OUI / NON Comment sont perçus les honoraires? - à la fin des travaux OUI / NON - à l'avance jusqu'à...% et le reste à la remise des ouvrages OUI / NON - mensuellement OUI / NON 5.4. a) Clients nouveaux dans l'année clôturée: Nature de la mission Nombre b) Clients perdus dans l'année clôturée: Nature de la mission Nombre 5.5. Modalités d informer le client (précisez quels rapports et à quelles périodes sont livrés ces rapports à la direction de l'entité - client) Nature de la mission Rapport fait Délai (période) 5.6. Assurance: Est-ce que le cabinet a une police d'assurance du risque professionnel? OUI / NON -No. de la police d'assurance pour l'année clôturée -Montant assuré -Assureur 10

11 E6 MÉTHODES DE TRAVAIL 6.1.a) Quelles sont les normes professionnelles utilisées dans le cadre du cabinet? Mission Norme professionnelle utilisée (No.) b) Est-ce qu'il existe dans la dotation du cabinet un nombre suffisant de Normes professionnelles émises par le Corps OUI / NON 6.2. Outils informatiques: - Est-ce que vous utilisez des programmes informatiques dans le cabinet? OUI / NON Si oui, précisez pour quel genre de missions: - Est-ce que vous utilisez des systèmes de transmission automatique des données? OUI / NON Si oui, précisez les. (Internet, modem, autres) Est-ce qu'il y a un système de contrôle interne dans le cadre du cabinet OUI / NON (Si oui, décrivez brièvement le système) Dossiers de travail Y a-t-il des dossiers de travail prévus dans les normes professionnelles pour chaque genre de mission? Mission OUI/ NON 11

12 6.5. Délégation et surveillance Comment est organisée la surveillance des ouvrages? (décrivez brièvement la procédure). E7 COLLABORATION AVEC LES ORGANISMES PROFESSIONNELS DE PROFIL 7.1. Le cabinet est également membre des organismes professionnels qui fonctionnent conformément à la loi : - Chambre des Experts fiscaux OUI / NON - Chambre des Auditeurs financiers OUI / NON - L'Union des praticiens de réorganisations et liquidations OUI / NON 7.2. Le cabinet est également membre des associations suivantes: (nom précis de l'association ou de l'organisation) Collaboration avec la filiale CECCAR: - avez-vous bénéficié de la revue mensuelle du Corps? OUI / NON (si oui, nombre d'exemplaires) - avez-vous participé aux cours, séminaires et heures de consultations offerts par la filiale du Corps? (si oui, indiquez le nombre de participations et leur nature) - avez-vous participé à l'assemblée générale des membres de la filiale? OUI / NON - avez-vous participé à un Congrès International de la profession comptable de Roumanie? OUI / NON (si oui, indiquez quand) 12

13 E8 CERTIFICATION Je soussigné...(expert comptable, comptable agréé ou la qualité dans le cadre du cabinet) certifie en toute connaissance de cause que les informations contenues dans ce rapport représentent une déclaration réelle et précise concernant la modalité d organisation et de fonctionnement du cabinet pendant l'année clôturée. Date Nom, prénom, signature (et cachet) NOTE: Conformément au point du Règlement concernant l'audit de qualité dans le domaine des services comptables le Rapport annuel est envoyé à la filiale CECCAR avant le 31 mars de chaque année. 13

CONFÉRENCE INTERAFRICAINE DES MARCHÉS D'ASSURANCES. C () N SEI L n E S M l!\ 1 S T l{ l': S J) E S A S S II [{ A NeE S

CONFÉRENCE INTERAFRICAINE DES MARCHÉS D'ASSURANCES. C () N SEI L n E S M l!\ 1 S T l{ l': S J) E S A S S II [{ A NeE S I~,0:.----------, c 1 M A CONFÉRENCE INTERAFRICAINE DES MARCHÉS D'ASSURANCES.'.- 1. ~ 0 0 0 SI: C () N SEI L n E S M l!\ 1 S T l{ l': S J) E S A S S II [{ A NeE S REGLEMENT N,.ICIMAlPCMA/ CE/ SG/ 2DD9

Plus en détail

plate-forme mondiale de promotion

plate-forme mondiale de promotion plate-forme mondiale de promotion À propos de The Institute of Internal Auditors (Institut des auditeurs internes) L'institut des auditeurs internes (IIA) est la voix mondiale de la profession de l'audit

Plus en détail

Cette proposition est pour une police d'assurance ayant trait à des réclamations faites contre l'assuré au cours de la période d'assurance.

Cette proposition est pour une police d'assurance ayant trait à des réclamations faites contre l'assuré au cours de la période d'assurance. PROPOSITION ASSURANCE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE/ERREURS ET OMISSIONS Cette proposition est pour une police d'assurance ayant trait à des réclamations faites contre l'assuré au cours de la période

Plus en détail

Charte d audit du groupe Dexia

Charte d audit du groupe Dexia Janvier 2013 Charte d audit du groupe Dexia La présente charte énonce les principes fondamentaux qui gouvernent la fonction d Audit interne dans le groupe Dexia en décrivant ses missions, sa place dans

Plus en détail

SPECIFICATION "E" DU CEFRI CONCERNANT LES ENTREPRISES EMPLOYANT DU PERSONNEL DE CATEGORIE A OU B TRAVAILLANT DANS LES INSTALLATIONS NUCLEAIRES

SPECIFICATION E DU CEFRI CONCERNANT LES ENTREPRISES EMPLOYANT DU PERSONNEL DE CATEGORIE A OU B TRAVAILLANT DANS LES INSTALLATIONS NUCLEAIRES 92038 PARIS LA DEFENSE CEDEX Page 1 / 11 SPECIFICATION "E" DU CEFRI CONCERNANT LES ENTREPRISES EMPLOYANT DU PERSONNEL DE CATEGORIE A OU B TRAVAILLANT DANS LES INSTALLATIONS NUCLEAIRES 29/11/00 13 Indice

Plus en détail

QUESTIONNAIRE D AUTO EVALUATION

QUESTIONNAIRE D AUTO EVALUATION ETRE PRET POUR LE CONTROLE QUALITE 2007 page 1/5 0 INFORMATIONS GENERALES Existe-t-il des procédures dans le cabinet? Le cabinet est-il membre d'un groupe ou d'un réseau? Le cabinet est-il membre d'une

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2007-01 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Séance du 6 juillet 2007 Lors de la séance du

Plus en détail

++++++++++++++++++++++++++++++++++++ Présenté par : Imed ENNOURI

++++++++++++++++++++++++++++++++++++ Présenté par : Imed ENNOURI ++++++++++++++++++++++++++++++++++++ Présenté par : Imed ENNOURI Réglementation de la profession d expert comptable en Tunisie - Loi 88-108 du 18 août 1988, portant refonte de la législation relative à

Plus en détail

Le Conseil des Ministres

Le Conseil des Ministres UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE -------------- Le Conseil des Ministres UEMOA DIRECTIVE N 0 2 / 07 /CM/UEMOA PORTANT CREATION D'UN ORDRE NATIONA DES EXPERTS-COMPTABLE ET DES COMPTABLES AGREES

Plus en détail

Objet: stages pour les candidats secouristes-ambulanciers

Objet: stages pour les candidats secouristes-ambulanciers . MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE L'ENVIRONNEMENT Al' ADMINISTRATION DES SOINS DE SANTE Secours Sanitaires à la Population Civile Service 100. 1010 BRUXELLES, 0 9 nec.1001 Cité

Plus en détail

Banque européenne d investissement. Charte de l Audit interne

Banque européenne d investissement. Charte de l Audit interne Charte de l Audit interne Juin 2013 Juin 2013 page 1 / 6 Juin 2013 page 2 / 6 1. Politique L Audit interne est une fonction essentielle dans la gestion de la Banque. Il aide la Banque en produisant des

Plus en détail

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Source : "Comptable 2000 : Les textes de base du droit comptable", Les Éditions Raouf Yaïch. Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Le nouveau système comptable consacre d'importants

Plus en détail

Diplôme d'expertise comptable

Diplôme d'expertise comptable Diplôme d'expertise comptable Dispositions relatives aux épreuves NOR : ESRS1400075A arrêté du 28-3-2014 ESR - DGESIP A3 Vu ordonnance n 45-2138 du 19-9-1945 ; décret n 2012-432 du 30-3-2012, notamment

Plus en détail

Convention européenne sur la promotion d'un service volontaire transnational à long terme pour les jeunes

Convention européenne sur la promotion d'un service volontaire transnational à long terme pour les jeunes Convention européenne sur la promotion d'un service volontaire transnational à long terme pour les jeunes Strasbourg, 11.V.2000 Préambule Les Etats membres du Conseil de l'europe et les autres Etats Parties

Plus en détail

R E G L E M E N T I N T E R I E U R

R E G L E M E N T I N T E R I E U R 19, rue Cognacq-Jay 75007 PARIS Tél. 01 44 15 60 00 Fax : 01 44 15 90 05 www. Edificas.fr ASSOCIATION LOI 1901 CREEE A L INITIATIVE DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES R E G L E M E N T I N T E R I E U R

Plus en détail

Statuts. La désignation des personnes s entend aussi bien au féminin qu au masculin.

Statuts. La désignation des personnes s entend aussi bien au féminin qu au masculin. Statuts La désignation des personnes s entend aussi bien au féminin qu au masculin. Nom et siège 1. La Fédération romande des consommateurs (FRC) est une association à but non lucratif au sens des articles

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS Date : MMES et MM les Directeurs 31/05/95 MMES et MM les Agents Comptables Origine : - des Caisses Primaires

Plus en détail

Prise de position de l'iia LES TROIS LIGNES DE MAÎTRISE POUR UNE GESTION DES RISQUES ET UN CONTRÔLE EFFICACES

Prise de position de l'iia LES TROIS LIGNES DE MAÎTRISE POUR UNE GESTION DES RISQUES ET UN CONTRÔLE EFFICACES Prise de position de l'iia LES TROIS LIGNES DE MAÎTRISE POUR UNE GESTION DES RISQUES ET UN CONTRÔLE EFFICACES JANVIER 2013 TABLE DES MATIÈRES Introduction... 1 La surveillance du système de gestion des

Plus en détail

Principauté de Monaco Dossier préparé par : --- Tél : Commission de Contrôle des Activités Financières Secrétariat Général

Principauté de Monaco Dossier préparé par : --- Tél : Commission de Contrôle des Activités Financières Secrétariat Général Principauté de Monaco Dossier préparé par : --- Tél : Commission de Contrôle des Activités Financières Secrétariat Général DOSSIER D AGREMENT POUR EXERCER TOUT OU PARTIE DES ACTIVITES COUVERTES PAR LA

Plus en détail

Journal officiel de l'union européenne

Journal officiel de l'union européenne 31.3.2015 FR L 86/13 RÈGLEMENT (UE) 2015/534 DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 17 mars 2015 concernant la déclaration d'informations financières prudentielles (BCE/2015/13) LE CONSEIL DES GOUVERNEURS

Plus en détail

REGLES GENERALES DE CERTIFICATION HACCP

REGLES GENERALES DE CERTIFICATION HACCP REGLES GENERALES DE CERTIFICATION HACCP Date d application 1 er Mars 2012 Angle Avenue Kamal Zebdi et rue Dadi Secteur 21, Hay Riad-Rabat Tél.: (+212) 537 57 24 49/53 Fax: (+212) 537 71 17 73 URL : www.imanor.ma

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC ET DU FONDS D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC

RÈGLEMENT SUR LA GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC ET DU FONDS D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC RÈGLEMENT SUR LA GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC ET DU FONDS D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC Loi sur la Société de l assurance automobile du Québec (chapitre S-11.011) Le

Plus en détail

Appendice A I. Mission II. Domaine d'activité A. VÉRIFICATION

Appendice A I. Mission II. Domaine d'activité A. VÉRIFICATION Appendice A Charte du Bureau de l'inspecteur général I. Mission 1. Le Bureau de l'inspecteur général assure la supervision des programmes et des opérations de l'organisation, par des opérations de vérification

Plus en détail

1 - Les conditions légales et réglementaires

1 - Les conditions légales et réglementaires LES REMPLACEMENTS 1. Les conditions légales et réglementaires 2. Formalités diverses - obligations 3. Responsabilités du médecin remplacé et du médecin remplaçant 1 1 - Les conditions légales et réglementaires

Plus en détail

Loi modifiant et complétant le Code des Assurances

Loi modifiant et complétant le Code des Assurances Loi modifiant et complétant le Code des Assurances Article premier : Il est inséré au code des assurances promulgué par la loi n 92-24 du 9 mars 1992, un sixième titre intitulé "Le Comité Général des Assurances

Plus en détail

REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF REACTION AU FEU MANCHONS ET PLAQUES D ISOLATION THERMIQUE EN ELASTOMERE EXPANSE PARTIE 4

REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF REACTION AU FEU MANCHONS ET PLAQUES D ISOLATION THERMIQUE EN ELASTOMERE EXPANSE PARTIE 4 REGLES DE CERTIFICATION MARQUE MANCHONS ET PLAQUES D ISOLATION THERMIQUE EN ELASTOMERE EXPANSE PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION SOMMAIRE 4.1. Processus

Plus en détail

Projet d'engagements de Henkel dans le cadre d'une procédure de non-contestation de griefs dans les affaires n 06/OOOlF et 06/0042F

Projet d'engagements de Henkel dans le cadre d'une procédure de non-contestation de griefs dans les affaires n 06/OOOlF et 06/0042F 3 Projet du 2l août 20 13 Projet d'engagements de Henkel dans le cadre d'une procédure de non-contestation de griefs dans les affaires n 06/OOOlF et 06/0042F Au cours de l'année 2008 et à la suite des

Plus en détail

ASSOCIATION DES ADMINISTRATIONS MARITIMES D AFRIQUE. PROJET DE RÈGLEMENT INTÉRIEUR Adopté le 23 octobre 2013 à Johannesburg en Afrique du Sud

ASSOCIATION DES ADMINISTRATIONS MARITIMES D AFRIQUE. PROJET DE RÈGLEMENT INTÉRIEUR Adopté le 23 octobre 2013 à Johannesburg en Afrique du Sud ASSOCIATION DES ADMINISTRATIONS MARITIMES D AFRIQUE PROJET DE RÈGLEMENT INTÉRIEUR Adopté le 23 octobre 2013 à Johannesburg en Afrique du Sud 1 PREMIÈRE PARTIE DISPOSITIONS GÉNÉRALES Article 1: OBJECT DU

Plus en détail

Charte de l'audit informatique du Groupe

Charte de l'audit informatique du Groupe Direction de la Sécurité Globale du Groupe Destinataires Tous services Contact Hervé Molina Tél : 01.55.44.15.11 Fax : E-mail : herve.molina@laposte.fr Date de validité A partir du 23/07/2012 Annulation

Plus en détail

LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE

LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE Septembre 2011 Page 1 Au sommaire Préambule Le nouveau référentiel sur la forme Le nouveau référentiel sur le

Plus en détail

STATUTS. DE L UNION SUISSE DES PROFESSIONNELS DE L IMMOBILIER (USPI Suisse)

STATUTS. DE L UNION SUISSE DES PROFESSIONNELS DE L IMMOBILIER (USPI Suisse) STATUTS DE L UNION SUISSE DES PROFESSIONNELS DE L IMMOBILIER (USPI Suisse) Chapitre premier: Nature et buts Article 1: Dénomination et siège Les associations cantonales de gérants, courtiers et experts

Plus en détail

EXIGENCES MINIMALES RELATIVES À LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS LORS DE SONDAGES RÉALISÉS PAR UN ORGANISME PUBLIC OU SON MANDATAIRE

EXIGENCES MINIMALES RELATIVES À LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS LORS DE SONDAGES RÉALISÉS PAR UN ORGANISME PUBLIC OU SON MANDATAIRE EXIGENCES MINIMALES RELATIVES À LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS LORS DE SONDAGES RÉALISÉS PAR UN ORGANISME PUBLIC OU SON MANDATAIRE JUIN 1999 Exigences minimales relatives à la protection des

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE

CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE I. Organisation de la profession comptable Profession comptable Comptable s salariés Comptable s libéraux Comptable s publics A. Comptables salariés 1. La profession

Plus en détail

QUESTIONNAIRE ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE ET DECENNALE DES ARCHITECTES, MAITRES D ŒUVRE, BET ET INGENIEURS CONSEILS.

QUESTIONNAIRE ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE ET DECENNALE DES ARCHITECTES, MAITRES D ŒUVRE, BET ET INGENIEURS CONSEILS. QUESTIONNAIRE ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE ET DECENNALE DES ARCHITECTES, MAITRES D ŒUVRE, BET ET INGENIEURS CONSEILS. 1 INFORMATIONS GENERALES Nombre d ouvriers en CDI : (Gérant compris)

Plus en détail

Dahir n 1-06-15 du 15 moharrem 1427 (14 février 2006) portant promulgation de la loi n 54-05 relative à la gestion déléguée des services publics.

Dahir n 1-06-15 du 15 moharrem 1427 (14 février 2006) portant promulgation de la loi n 54-05 relative à la gestion déléguée des services publics. Dahir n 1-06-15 du 15 moharrem 1427 (14 février 2006) portant promulgation de la loi n 54-05 relative à la gestion déléguée des services publics. LOUANGE A DIEU SEUL! (Grand Sceau de Sa Majesté Mohammed

Plus en détail

Recommandation AMF n 2006-15 Expertise indépendante dans le cadre d opérations financières

Recommandation AMF n 2006-15 Expertise indépendante dans le cadre d opérations financières Recommandation AMF n 2006-15 Expertise indépendante dans le cadre d opérations financières Texte de référence : article 262-1 du règlement général de l AMF Le titre VI du livre II du règlement général

Plus en détail

QUESTIONNAIRE FINANCIER Liste de contrôle et page de signature

QUESTIONNAIRE FINANCIER Liste de contrôle et page de signature QUESTIONNAIRE FINANCIER Liste de contrôle et page de signature NED demande de remplir un certain nombre de documents à joindre à ce questionnaire Complétez cette page en s'assurant que toutes les informations

Plus en détail

CERTIFICAT D ACCREDITATION ET DOMAINE D APPLICATION D UNE ACCREDITATION : Lignes directrices générales pour la formulation et l évaluation

CERTIFICAT D ACCREDITATION ET DOMAINE D APPLICATION D UNE ACCREDITATION : Lignes directrices générales pour la formulation et l évaluation BELAC 2-002 Rev 2-2014 CERTIFICAT D ACCREDITATION ET DOMAINE D APPLICATION D UNE ACCREDITATION : Lignes directrices générales pour la formulation et l évaluation Les dispositions de la présente procédure

Plus en détail

DEMANDE D'ADHÉSION. 1 Informations sur l'entreprise. Nom de l'entreprise. Adresse de correspondance. Interlocuteur. Filiales, succursales

DEMANDE D'ADHÉSION. 1 Informations sur l'entreprise. Nom de l'entreprise. Adresse de correspondance. Interlocuteur. Filiales, succursales DEMANDE D'ADHÉSION Je souhaiterais / nous souhaiterions adhérer à la SIBA (Swiss Insurance Brokers Association). À cette fin, j'envoie / nous envoyons le formulaire suivant, rempli entièrement et en toute

Plus en détail

Points d'audit SCI-E : contrôles englobant toute l'entreprise et cadre du SCI

Points d'audit SCI-E : contrôles englobant toute l'entreprise et cadre du SCI Société d assurance Type d'agrément Société d'audit Auditeur responsable Année d'exercice 2015 Version du modèle 28.04.2015 Division Assurances Page 1 / 1 Audit base_points d'audit_sci-e_version 2015_FR.xlsx

Plus en détail

QUESTIONNAIRE ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE ET DECENNALE DES ARCHITECTES, MAITRES D ŒUVRE, BET ET INGENIEURS CONSEILS.

QUESTIONNAIRE ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE ET DECENNALE DES ARCHITECTES, MAITRES D ŒUVRE, BET ET INGENIEURS CONSEILS. Cadre réservé à SFS Origine de la demande :.... Gestionnaire :... Coordonnées du courtier Nom :.. Adresse :.. CP :..Ville :.. N tel :... E-mail :.. N ORIAS :. QUESTIONNAIRE ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE

Plus en détail

Décennale Maitre d œuvre et Bureau Etudes Techniques bâtiment SMART Courtage Assurances

Décennale Maitre d œuvre et Bureau Etudes Techniques bâtiment SMART Courtage Assurances ASSURE Décennale Maitre d œuvre et Bureau Etudes Techniques bâtiment SMART Courtage Assurances Raison sociale : Adresse de la société : Code postal : Ville : Téléphone : Fax : mail : Site web : S il s

Plus en détail

Exigences pour la certification HERMES. Règlement des examens de certification personnelle, version public

Exigences pour la certification HERMES. Règlement des examens de certification personnelle, version public Exigences pour la certification HERMES Règlement des examens de certification personnelle, version public Suivi des modifications, contrôle, approbation Version Date Description, remarque Nom ou rôle 2.0

Plus en détail

LA CRÉATION D'UNE ENTREPRISE EN ESTONIE

LA CRÉATION D'UNE ENTREPRISE EN ESTONIE LA CRÉATION D'UNE ENTREPRISE EN ESTONIE Ce document aborde les processus de création des entreprises les plus courantes, à savoir les FIE, OÜ et AS. La première étape dans le processus de la création d'une

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA DÉFENSE SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR L'ADMINISTRATION CHARTE DE L'AUDIT INTERNE DU SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR L'ADMINISTRATION

MINISTÈRE DE LA DÉFENSE SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR L'ADMINISTRATION CHARTE DE L'AUDIT INTERNE DU SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR L'ADMINISTRATION MINISTÈRE DE LA DÉFENSE SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR L'ADMINISTRATION CHARTE DE L'AUDIT INTERNE DU SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR L'ADMINISTRATION 02 CHARTE DE L'AUDIT INTERNE DU SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR L'ADMINISTRATION

Plus en détail

sur l organisation des travaux du conseil d administration et son rôle en matière de contrôle interne et des risques

sur l organisation des travaux du conseil d administration et son rôle en matière de contrôle interne et des risques CENTRE TECHNIQUE DES INSTITUTIONS DE PRÉVOYANCE Recommandations du CTIP sur l organisation des travaux du conseil d administration et son rôle en matière de contrôle interne et des risques JANVIER 2011

Plus en détail

B.O.I. N 46 du 7 MARS 2000 [BOI 5J-1-00]

B.O.I. N 46 du 7 MARS 2000 [BOI 5J-1-00] B.O.I. N 46 du 7 MARS 2000 [BOI 5J-1-00] Références du document 5J-1-00 Date du document 07/03/00 SECTION 2 : TABLEAU V - NOMBRE D'ADHERENTS ET DE COMPTABILITES PAR REGIME D'IMPOSITION S'agissant du nombre

Plus en détail

BOURSES DE RECHERCHE DOCTORALE «EUGEN IONESCU»

BOURSES DE RECHERCHE DOCTORALE «EUGEN IONESCU» BOURSES DE RECHERCHE DOCTORALE «EUGEN IONESCU» 2014-2015 RÈGLEMENT Appel international à candidatures ouvert du 13 octobre au 14 décembre 2014 (17h, heure de Bucarest) 1. OBJECTIFS Les séjours doctoraux

Plus en détail

DOSSIER MODÈLE D'AUDIT NAGR OSBL DU SECTEUR PRIVÉ TABLE DES MATIÈRES GÉNÉRALE PARTIE 1 NOTIONS THÉORIQUES PARTICULARITÉS POUR LES OSBL.

DOSSIER MODÈLE D'AUDIT NAGR OSBL DU SECTEUR PRIVÉ TABLE DES MATIÈRES GÉNÉRALE PARTIE 1 NOTIONS THÉORIQUES PARTICULARITÉS POUR LES OSBL. DOSSIER MODÈLE D'AUDIT NAGR OSBL DU SECTEUR PRIVÉ GÉNÉRALE PARTIE 1 NOTIONS THÉORIQUES PARTICULARITÉS POUR LES OSBL Introduction Module 1 Contrôle de la qualité et documentation Module 2 Acceptation de

Plus en détail

la Direction des ressources humaines et des relations de travail (langue du travail ; maîtrise du français par les employé(e)s)

la Direction des ressources humaines et des relations de travail (langue du travail ; maîtrise du français par les employé(e)s) L'application de cette politique est sous la responsabilité et la coordination de la Direction générale en collaboration avec la Direction des études et la Direction de la formation continue (langue d

Plus en détail

Cadre réservé à SFS. Origine de la demande. Gestionnaire

Cadre réservé à SFS. Origine de la demande. Gestionnaire Questionnaire Assurance Responsabilité Civile Professionnelle et Décennale des architectes, maîtres d œuvre, BET et ingénieurs conseils de Polynésie française Origine de la demande Cadre réservé à SFS

Plus en détail

Ordre des Experts Comptables de Tunisie

Ordre des Experts Comptables de Tunisie Ordre des Experts Comptables de Tunisie Projet de réforme de la loi n 88-108 du 18 août 1988, portant refonte de la législation relative à la profession d'expert comptable Approuvé par le Conseil National

Plus en détail

Normes pour la pratique professionnelle de l'audit interne

Normes pour la pratique professionnelle de l'audit interne Normes pour la pratique professionnelle de l'audit interne Copyright 2001 de The Institute of Internal Auditors, 247 Maitland Avenue, Altamonte Springs, Florida 32701-4201. Tous droits réservés. Conformément

Plus en détail

AUDIT INTERNE. BELAC 3-03 Rev 3-2014. Mise en application : 27.06.2014

AUDIT INTERNE. BELAC 3-03 Rev 3-2014. Mise en application : 27.06.2014 BELAC 3-03 Rev 3-2014 AUDIT INTERNE Les versions des documents du système de management de BELAC telles que disponibles sur le site internet de BELAC (www.belac.fgov.be) sont seules considérées comme authentiques.

Plus en détail

Fédération suisse des aveugles et malvoyants (FSA) Section vaudoise

Fédération suisse des aveugles et malvoyants (FSA) Section vaudoise Fédération suisse des aveugles et malvoyants (FSA) Section vaudoise Chapitre 1: Dispositions générales Art. 1. Forme juridique et siège 1. La section vaudoise, membre de la Fédération suisse des aveugles

Plus en détail

SOUS-SECTION 2 OBLIGATIONS CONSÉCUTIVES À L'HABILITATION [DB 5J1332]

SOUS-SECTION 2 OBLIGATIONS CONSÉCUTIVES À L'HABILITATION [DB 5J1332] SOUS-SECTION 2 OBLIGATIONS CONSÉCUTIVES À L'HABILITATION [DB Références du document 5J1332 Date du document 15/03/95 2. Respect d'engagements particuliers. Conformément à l'article 164 F unvicies C de

Plus en détail

RÈGLEMENT RELATIF À LA DÉLIVRANCE ET AU RENOUVELLEMENT DU CERTIFICAT DE REPRÉSENTANT (n o 1)

RÈGLEMENT RELATIF À LA DÉLIVRANCE ET AU RENOUVELLEMENT DU CERTIFICAT DE REPRÉSENTANT (n o 1) RÈGLEMENT RELATIF À LA DÉLIVRANCE ET AU RENOUVELLEMENT DU CERTIFICAT DE REPRÉSENTANT (n o 1) Loi sur la distribution de produits et services financiers (L.R.Q., c. D-9.2, a. 200, 1 er al., par. 1, 2, 3,

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Dahir n 1-91-131 du 21 chaabane 1412 (26 février 1992) portant promulgation de la loi n 58-90 relative aux places financières offshore.

Dahir n 1-91-131 du 21 chaabane 1412 (26 février 1992) portant promulgation de la loi n 58-90 relative aux places financières offshore. LOI N 58-90 RELATIVE AUX PLACES FINANCIERES OFFSHORE. Dahir n 1-91-131 du 21 chaabane 1412 (26 février 1992) portant promulgation de la loi n 58-90 relative aux places financières offshore. Article premier

Plus en détail

Statuts d'expertsuisse Association suisse des experts en audit, fiscalité et fiduciaire, Ordre Fribourgeois

Statuts d'expertsuisse Association suisse des experts en audit, fiscalité et fiduciaire, Ordre Fribourgeois Statuts d'expertsuisse Association suisse des experts en audit, fiscalité et fiduciaire, Ordre Fribourgeois I. Dénomination, secteur géographique Art. 1 Dénomination Il existe une association, dénommée

Plus en détail

Responsabilité Civile Professionnelle et Décennale Architectes et Bureaux d Etudes QUESTIONNAIRE. 4. Forme sociale : Code APE : N SIRET :

Responsabilité Civile Professionnelle et Décennale Architectes et Bureaux d Etudes QUESTIONNAIRE. 4. Forme sociale : Code APE : N SIRET : Responsabilité Civile Professionnelle et Décennale Architectes et Bureaux d Etudes QUESTIONNAIRE 1. Assuré : Nom ou Raison sociale : 2. Adresse (siège social) : Téléphone : Fax : E-mail : 3. Date du début

Plus en détail

INSTRUCTION N 017-12-2010 RELATIVE A L'ORGANISATION DU CONTRÔLE INTERNE AU SEIN DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

INSTRUCTION N 017-12-2010 RELATIVE A L'ORGANISATION DU CONTRÔLE INTERNE AU SEIN DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES INSTRUCTION N 017-12-2010 RELATIVE A L'ORGANISATION DU CONTRÔLE INTERNE AU SEIN DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES Le Gouverneur de la Banque Centrale des Etats de l'afrique de l'ouest, Vu le Traité

Plus en détail

Article L52-4 Article L52-5 Article L52-6

Article L52-4 Article L52-5 Article L52-6 Article L52-4 Tout candidat à une élection désigne un mandataire au plus tard à la date à laquelle sa candidature est enregistrée. Ce mandataire peut être une association de financement électoral, ou une

Plus en détail

CREATION PAR LE GREFFIER DE FONDS D'AFFECTATION SPECIALE. Section 1

CREATION PAR LE GREFFIER DE FONDS D'AFFECTATION SPECIALE. Section 1 Cour Pénale Internationale International Criminal Court Instruction Administrative ICC/AI/2004/005 Date : 04 novembre 2004 CREATION PAR LE GREFFIER DE FONDS D'AFFECTATION SPECIALE Section 1 L'article 116

Plus en détail

QUESTIONNAIRE PROPOSITION RC PROFESSIONNELLE INTERMEDIAIRE EN ASSURANCE

QUESTIONNAIRE PROPOSITION RC PROFESSIONNELLE INTERMEDIAIRE EN ASSURANCE QUESTIONNAIRE PROPOSITION RC PROFESSIONNELLE INTERMEDIAIRE EN ASSURANCE DOCUMENTS A JOINDRE IMPERATIVEMENT (ACTIVITE D INTERMEDIAIRE EN ASSURANCE AGENT, COURTIER, SOUS-COURTIER) o Une copie de l arrêté

Plus en détail

Vu le Code monétaire et financier, notamment ses articles L. 612-23-1, R. 612-29-3 et R. 612-29-4 ;

Vu le Code monétaire et financier, notamment ses articles L. 612-23-1, R. 612-29-3 et R. 612-29-4 ; AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ET DE RÉSOLUTION ----- Instruction n 2015-I-02 relative au formulaire de nomination ou de renouvellement de dirigeant des organismes du secteur assurance L Autorité de contrôle

Plus en détail

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI REGLEMENT INTERIEUR Document GEN REF 02 Révision 04- juin 2012 SOMMAIRE ARTICLE 1 - OBJET... 3 ARTICLE 2 MEMBRES DE L ASSOCIATION... 3 ARTICLE 3 - ASSEMBLEE GENERALE... 3 ARTICLE 4 - ADMINISTRATEURS...

Plus en détail

AVIS DE MARCHÉ DE SERVICES

AVIS DE MARCHÉ DE SERVICES AVIS DE MARCHÉ DE SERVICES Assistance Technique au Programme d Appui à la Réforme du Secteur de la Sécurité 1. Référence de la publication N EuropeAid/135235/IH/SER/GN 2. Procédure Restreinte 3. Programme

Plus en détail

d application de la législation fédérale sur la poursuite pour dettes et la faillite (LALP)

d application de la législation fédérale sur la poursuite pour dettes et la faillite (LALP) Loi du 12 février 2015 Entrée en vigueur :... d application de la législation fédérale sur la poursuite pour dettes et la faillite (LALP) Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu la loi fédérale du 11

Plus en détail

CERTIFICATION CERTIPHYTO

CERTIFICATION CERTIPHYTO CONDITIONS GENERALES DE CERTIFICATION MONOSITE Indice 2 Page 1/12 «Distribution de produits phytopharmaceutiques, Application en prestation de service de produits phytopharmaceutiques, Conseil à l utilisation

Plus en détail

REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF DENTAIRE PARTIE 3 OBTENTION DE LA CERTIFICATION

REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF DENTAIRE PARTIE 3 OBTENTION DE LA CERTIFICATION REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF DENTAIRE PARTIE 3 OBTENTION DE LA CERTIFICATION SOMMAIRE 3.1. Constitution du dossier de demande 3.2. Processus d'évaluation initiale Rev. 9 mai 2012 PROCESSUS D'OBTENTION

Plus en détail

Rapport d'audit étape 2

Rapport d'audit étape 2 Rapport d'audit étape 2 Numéro d'affaire: Nom de l'organisme : CMA 76 Type d'audit : audit de renouvellement Remarques sur l'audit Normes de référence : Autres documents ISO 9001 : 2008 Documents du système

Plus en détail

MANITOWOC. Bulletin d'orientation de l'entreprise. Circulaire originale En remplacement de la circulaire 103 datée du 22 septembre 1999

MANITOWOC. Bulletin d'orientation de l'entreprise. Circulaire originale En remplacement de la circulaire 103 datée du 22 septembre 1999 Page 1 MANITOWOC Bulletin d'orientation de l'entreprise Objet : Éthique Circulaire originale En remplacement de la circulaire 103 datée du 22 septembre 1999 CIRCULAIRE 103 2 décembre 2002 EXPIRATION :

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (89) 2 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (89) 2 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (89) 2 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES SUR LA PROTECTION DES DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL UTILISÉES À DES FINS D'EMPLOI 1 (adoptée

Plus en détail

...... (dénomination statutaire)...( 1 ) a désigné au cours de l'assemblée générale de la société du...( 2 )

...... (dénomination statutaire)...( 1 ) a désigné au cours de l'assemblée générale de la société du...( 2 ) 5112/PC/MS ANNEXE 1 À LA COMMUNICATION F.2 DÉSIGNATION D'UN COMMISSAIRE AUPRÈS D'UNE SOCIÉTÉ DE CAUTIONNEMENT MUTUEL La société de cautionnement mutuel...... (dénomination statutaire)......... (adresse

Plus en détail

ASSOCIATION SUISSE POUR LA QUALITE DANS LES SOINS PALLIATIFS STATUTS. Art.1

ASSOCIATION SUISSE POUR LA QUALITE DANS LES SOINS PALLIATIFS STATUTS. Art.1 ASSOCIATION SUISSE POUR LA QUALITE DANS LES SOINS PALLIATIFS STATUTS I. Nom et siège Art.1 Sous le nom de qualitépalliative, Association suisse pour la qualité dans les soins palliatifs existe une association

Plus en détail

NORME PROFESSIONNELLE APPLICABLE AUX ATTESTATIONS PARTICULIÈRES DELIVRÉES PAR LE PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE À LA DEMANDE DE L ENTITÉ

NORME PROFESSIONNELLE APPLICABLE AUX ATTESTATIONS PARTICULIÈRES DELIVRÉES PAR LE PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE À LA DEMANDE DE L ENTITÉ NORME PROFESSIONNELLE APPLICABLE AUX ATTESTATIONS PARTICULIÈRES DELIVRÉES PAR LE PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE À LA DEMANDE DE L ENTITÉ (NP 3100) (Norme agréée par arrêté ministériel du 20 juin

Plus en détail

N 57 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1967-1963 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT. modifiant le statut de VOrdre

N 57 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1967-1963 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT. modifiant le statut de VOrdre PROJET DE LOI adopte le 25 avril 1968. N 57 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1967-1963 PROJET DE MODIFIÉ PAR LE SÉNAT LOI modifiant le statut de VOrdre des experts-comptables et des comptables agréés.

Plus en détail

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC»

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» Par Pierre-Claver NZOHABONAYO SECRETAIRE GENERAL ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES «OPC» 1. OBJECTIFS Dès sa création, l OPC vise une régulation articulée

Plus en détail

Politique de scolarisation à la maison

Politique de scolarisation à la maison Code : 2521-02-12-01 POLITIQUE X DIRECTIVE RÈGLEMENT PROCÉDURE Politique de scolarisation à la maison Date d approbation : 12 juin 2012 Service dispensateur : Date d entrée en vigueur : 13 juin 2012 Services

Plus en détail

Ordonnance concernant la gestion et le contrôle financier et des prestations de la HES-SO Valais/Wallis du 16 décembre 2014

Ordonnance concernant la gestion et le contrôle financier et des prestations de la HES-SO Valais/Wallis du 16 décembre 2014 - 1-414.703 Ordonnance concernant la gestion et le contrôle financier et des prestations de la HES-SO Valais/Wallis du 16 décembre 2014 Le Conseil d'etat du canton du Valais vu l'article 57 de la Constitution

Plus en détail

3. NORMES RELATIVES A LA CERTIFICATION DES COMPTES ANNUELS CONSOLIDES

3. NORMES RELATIVES A LA CERTIFICATION DES COMPTES ANNUELS CONSOLIDES 3. NORMES RELATIVES A LA CERTIFICATION DES COMPTES ANNUELS CONSOLIDES Considérant que la révision des comptes consolidés doit s exercer conformément aux normes générales de révision; que ses caractéristiques

Plus en détail

CONTRÔLES D'ACCÈS PHYSIQUE AUTOMATISÉS

CONTRÔLES D'ACCÈS PHYSIQUE AUTOMATISÉS Cour Pénale Internationale International Criminal Court Instruction administrative ICC/AI/2007/004 Date : 19/06/2007 CONTRÔLES D'ACCÈS PHYSIQUE AUTOMATISÉS Le Greffier, aux fins d'établir des groupes d'accès

Plus en détail

DOSSIER D'INSCRIPTION D'UNE PERSONNE PHYSIQUE SUR LA LISTE DES COMMISSAIRES AUX COMPTES

DOSSIER D'INSCRIPTION D'UNE PERSONNE PHYSIQUE SUR LA LISTE DES COMMISSAIRES AUX COMPTES DOSSIER D'INSCRIPTION D'UNE PERSONNE PHYSIQUE SUR LA LISTE DES COMMISSAIRES AUX COMPTES NOM & Prénom : Adresse professionnelle : Dénomination du Cabinet :... Adresse du Cabinet :... Adresse personnelle

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 85 DU 9 NOVEMBRE 2005 CONCERNANT LE TELETRAVAIL, MODIFIEE PAR LA CONVENTION COLLECTIVE

CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 85 DU 9 NOVEMBRE 2005 CONCERNANT LE TELETRAVAIL, MODIFIEE PAR LA CONVENTION COLLECTIVE CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 85 DU 9 NOVEMBRE 2005 CONCERNANT LE TELETRAVAIL, MODIFIEE PAR LA CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 85 BIS DU 27 FEVRIER 2008 ----------------------- Vu la loi du 5 décembre

Plus en détail

. Syndicat National de l Entreprise Crédit Agricole (S.N.E.C.A. - C.G.C.) représenté par M.

. Syndicat National de l Entreprise Crédit Agricole (S.N.E.C.A. - C.G.C.) représenté par M. ACCORD NATIONAL DU 15 NOVEMBRE 2006 SUR LES ASPECTS SOCIAUX DES RESTRUCTURATIONS ET REGROUPEMENTS DE MOYENS DANS LES CAISSES REGIONALES DE CREDIT AGRICOLE ET LES ORGANISMES ADHERANT A LA CONVENTION COLLECTIVE

Plus en détail

ACCORD DE PRÊT. Membre ou Conseil de (ci-après appelé «l'emprunteur»)

ACCORD DE PRÊT. Membre ou Conseil de (ci-après appelé «l'emprunteur») ACCORD DE PRÊT INTERVENU CE jour du mois de 20. N o de prêt du Prêteur : ENTRE : La Société canadienne d'hypothèques et de logement ou Un prêteur approuvé par la Société canadienne d'hypothèques et de

Plus en détail

le 25 juin 1985 SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1984-1985 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT relatif à certaines activités d'économie sociale.

le 25 juin 1985 SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1984-1985 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT relatif à certaines activités d'économie sociale. PROJET DE LOI adopté N 142 SÉNAT le 25 juin 1985 SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1984-1985 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT relatif à certaines activités d'économie sociale. (Urgence déclarée.) Le Sénat

Plus en détail

Page 1 of 8. août 2010

Page 1 of 8. août 2010 note d'orientation concernant la certification et les services connexes NOV-46 communications avec les cabinets d'avocats dans le contexte des nouvelles normes de comptabilité et d'audit TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Circulaire n 41/G/2007 du 2 août 2007 relative à l 'obligation de vigilance incombant aux établissements de crédit

Circulaire n 41/G/2007 du 2 août 2007 relative à l 'obligation de vigilance incombant aux établissements de crédit Circulaire n 41/G/2007 du 2 août 2007 relative à l 'obligation de vigilance incombant aux établissements de crédit Le Gouverneur de Bank Al-Maghrib ; vu la loi n 34-03 relative aux établissements de c

Plus en détail

Art. 5. - L'agrément du courtier d'assurance est subordonné aux conditions suivantes: a) Pour les personnes physiques:

Art. 5. - L'agrément du courtier d'assurance est subordonné aux conditions suivantes: a) Pour les personnes physiques: Décret exécutif n 95-340 du 6 Joumada Ethania 1416 correspondant au 30 octobre 1995 fixant les condition d'octroi et de retrait d'agrément, de capacités professionnelles, rétributions et de contrôle des

Plus en détail

141 NOUVEAUX ACTES, 117 ACTES ACTUALISES

141 NOUVEAUX ACTES, 117 ACTES ACTUALISES Lexis Legal Manager MISE À JOUR DES BIBLES D'ACTES Juillet 2014 141 NOUVEAUX ACTES, 117 ACTES ACTUALISES Fort de son expertise éditoriale, LexisNexis est soucieux d'offrir toujours plus d'actualité et

Plus en détail

INTERLIGUE Q.B.C. STATUTS

INTERLIGUE Q.B.C. STATUTS INTERLIGUE Q.B.C. STATUTS Adopté au Bureau des gouverneurs le 22 avril 2015 Entériné à l'assemblée générale des membres le XXX 2015 Table des matières 1. Nom... 3 2. Siège social et adresse... 3 3. Définition...

Plus en détail

LOI 211.22 sur l'accueil de jour des enfants (LAJE)

LOI 211.22 sur l'accueil de jour des enfants (LAJE) Version du.0.00, entrée en vigueur le 0.06.00 (actuelle) LOI. sur l'accueil de jour des enfants (LAJE) du 0 juin 006 LE GRAND CONSEIL DU CANTON DE VAUD vu l'article 6, alinéa de la Constitution du Canton

Plus en détail

Commission Nationale de l Informatique et des Libertés Recommandation (97-008)

Commission Nationale de l Informatique et des Libertés Recommandation (97-008) RECOMMANDATION Délibération n 97-008 du 4 février 1997 portant adoption d'une recommandation sur le traitement des données de santé à caractère personnel (Journal officiel du 12 avril 1997) La Commission

Plus en détail

VADE-MECUM des droits et devoirs du géomètre-expert stagiaire et du maître de stage

VADE-MECUM des droits et devoirs du géomètre-expert stagiaire et du maître de stage VADE-MECUM des droits et devoirs du géomètre-expert stagiaire et du maître de stage 14 juin 2011 1/11 Préambule Dans le cadre de la nécessaire communication auprès des jeunes en formation, le Conseil supérieur

Plus en détail

CHAÎNE DE TRACABILITÉ GLOSSAIRE DES TERMES ET DÉFINITIONS

CHAÎNE DE TRACABILITÉ GLOSSAIRE DES TERMES ET DÉFINITIONS CHAÎNE DE TRACABILITÉ GLOSSAIRE DES TERMES ET DÉFINITIONS Mars 2014 Sustainable Agriculture Network (SAN) and Rainforest Alliance, 2012-2014. Ce document est disponible sur les sites suivants: www.sanstandards.org

Plus en détail

Société française d'économie rurale

Société française d'économie rurale Article 1 : L'association dite «Société Française d'économie Rurale}} est régie par la loi du 1er juillet 1901 et par les présents statuts. Article 2 : Le siége social de la SFERest au 19 avenue du Maine,

Plus en détail

EXPERTISE COMPTABLE ACCOMPAGNEMENT COMPTABLE ET FINANCIER AUDIT CONSEIL

EXPERTISE COMPTABLE ACCOMPAGNEMENT COMPTABLE ET FINANCIER AUDIT CONSEIL EXPERTISE ACCOMPAGNEMENT ET FINANCIER CONSEIL présentation Implanté en plein cœur de Paris, le cabinet Exalys Audit & Expertise est un cabinet d expertise-comptable pluridisciplinaire, intervenant auprès

Plus en détail