UN MANUEL FORESTIER DE L'AN X

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UN MANUEL FORESTIER DE L'AN X"

Transcription

1 UN MANUEL FORESTIER DE L'AN X OEuvre méconnue de Bernard LORENTZ Premier Directeur de l'école Forestière Par Roger BLAIS GARDE GENERAL DES EAUX ET FORÊTS ANN. FOREST. - T. V. - FASC. I.

2

3 UN MANUEL FORESTIER DE L'AN X OEuvre méconnue de Bernard LORENTZ Premier Directeur de l'école Forestière INTRODUCTION En 1929, a été publié un document d'une grande importance pour l'histoire des idées forestières en France; nous voulons parler des premiers cours de sylviculture et d'aménagement professés par Bernard LORENTZ, dans la période o (I). L'introduction et les notes explicatives qui accompagnent le texte, dues à M. le professeur HUFFEL, mettent en lumière les caractéristiques de cet enseignement, le premier donné dans notre pays flous une forme orale. La plus importante de celles-ci, est selon nous, qu'il constitue une adaptation aux forêts françaises, de ce qu'il est convenu d'appeler la Sylviculture Allemande, adaptation imparfaite encore en 1825, très satisfaisante en 1830, à quelques détails prés. Du point de vue de la littérature forestière française, cet enseignement fait figure d'une apparition nullement préparée. Les ouvrages, publiés dans les trente années antérieures peuvent, en effet, se classer en deux catégories très distinctes. Une première série, la plus importante, continue la tradition des maîtrises : citons les ouvrages de DE PERTHUIS (an VI), le Manuel du Forestier, par RICHARD (an IX) (2), le Dictionnaire forestier de DUMONT (1) G. HUFFEL, Les débuts de l'enseignement forestier en France par Bernard Lorentz, o (Annales de l'école Nationale des Eaux et Forêts et de la Station de recherches et e.cpériences forestières. Tome III, fasc. r, p. 1. Nancy, 1929). (2) Ce livre, dit au maître particulier de Mortagne, est dans la lignée la plus pure des maîtrises. La science allemande est totalement ignorée. RICHARD savait cependant que l'allemagne possédait des écoles forestières, et il termine son livre (p. 259) en émettant le voeu que la France imite sa voisine à cet égard.

4 4 UN MANUEL FORESTIER DE L'AN X (an XI), les ouvrages de DRALET. La deuxième série comprend les traductions plus ou moins littérales des auteurs allemands BURGSDORF et HARTIG, dues à la plume de BAUDRILLART. Le sous-titre du Manuel du Forestier, traduit de BURGSDORF, en 1808, porte qu'il est adapté d notre système d'administration; en réalité, l'adjonction, en appendice, de quelques circulaires françaises ne saurait incorporer ce livre dans notre littérature. Les Mémoires sur l ' Administration forestière, de VARENNE DE FENILLE, parus en 1792, occupent une position particulière; la doctrine qu'ils contiennent est trop connue pour qu'on s'y arrête; remarquons seulement qu'à aucun égard, ils ne constituent une oeuvre de transition entre les deux catégories susvisées. Ces ouvrages, qu'ils continuent ou qu'ils innovent, n'ont pas pour l'histoire de la pensée forestière, l'intérêt d'un livre qui exposerait, sur un même plan, dans une synthèse, la tradition et la nouveauté, ou à défaut, qui donnerait des méthodes allemandes, un exposé reconstruit en français. Si nous ne craignions, en matière historique de philosopher, nous dirions volontiers qu'une œuvre de cette nature répond à une exigence de l'esprit. Est-il concevable qu'entre la disparition des maîtrises et la création de l'école forestière, nul n'ait songé à se placer au point de rencontre des deux courants, à lier une gerbe avec des épis moissonnés ici et là. Vraiment, la gloire de Bernard LORENTZ, du premier professeur de l'école, n'en saurait être diminuée. Mais nous avons beau jeu pour raisonner de la sorte! Ce livre existe en effet. Bien plus, il est de la plume de LORENTZ luimême... Le lecteur est pour le moins surpris : nous l'avons été nousmême à notre heure. «Oui nous dira-t-on vous cultivez le paradoxe dans l'histoire! Que ce livre soit, je l'admets; mais de LORENZ, dont l'activité est bien connue, dont la biographie grâce à TASSY est du domaine public, allons donc? On le saurait. On le représente en 1825, à la recherche d'un manuel pour ses élèves (I); que (I) Cf. HUFFEL, op. eit., p. 6.

5 Buste de J.-B. LORENTZ Par Bartholdi, 1866, à la Bibliothèque de l'école nationale des Eaux et Forêts.

6

7 UN MANUEL FORESTIER DE L'AN X 5 n'a-t-il pris le sien? Et si, enfin, ce livre, et vous le ferez probablement croire, a été répudié par son auteur comme un péché de jeunesse, comment n'a-t-il pas servi d'arme lors de l'opposition conduite par Bazile THOMAS, qui s'est élevée contre l'enseignement novateur de l'école en 1842? Quel précieux argument contre un adversaire quand on sait qu'il a varié! Les variations de M. Lorentz. Quel bel article pour la rédaction du Moniteur des Eaux et Forêts : on l'aurait confié aux frères NETTEMENT!» Mais ces objections, et quelques autres encore, nous nous les sommes faites. Le lecteur sera juge des réponses que nous avons cru pouvoir leur apporter. L'ouvrage dont nous voulons parler comporte deux volumes qui répondent au titre Manuel du Forestier (I) et respectivement aux sous-titres suivants : 1. Traité complet de tout ce qui a rapport à l'histoire naturelle des arbres, aux semis et plantations, repeuplement, conservation, aménagement, estimation et exploitation des forêts, avec des tables contenant la comparaison des anciennes mesures avec les nouvelles, tant sur la superficie que sur les mesures des bois marchands, de construction et de chauffage. 2. Recueil des Lois, Règlements et Arrêtés relatifs aux Forêts rendus depuis l'ordonnance de 1669; suivi de l'instruction de l'administration générale actuelle, et d'un aperçu général sur la culture, conservation, usage et aménagement des forêts et de la chasse, enfin ce que les forestiers doivent observer pendant les différentes saisons de l'année. Il est dû à un certain J.-B. LORENZ; imprimé (in-8) à Sarrebourg, chez Jean-Simon JARREIS, il se vend à Paris, chez LEVREAULT frères, libraires, quai Malaquai, et chez MICHEL, rue des Moulins, n 531, à Strasbourg, chez les frères LEVREAULT, (r) Le titre n'est pas original. Il appartenait déjà à l'ouvrage de RICHARD, publié en l'an IX, et on le retrouvera en 18o8 sur la traduction de l'ouvrage de BURGSDORF, précédé d'ailleurs de l'épithète nouveau.

8 6 UN MANUEL FORESTIER DE L'AN X imprimeurs libraires, rue des Juifs. Il est daté de l'an X de la République (i). Dans une première partie, nous en étudierons le contenu, et nous insisterons spécialement sur son apport original. Dans une seconde partie, nous nous attacherons au problème de l'auteur. (r) L'exemplaire que nous avons étudié appartient à la bibliothèque de la Société d'agriculture, Sciences et Arts de la Sarthe : les deux parties sont reliées en une seule. L'École Nationale des Eaux et Forêts possède un exemplaire en deux volumes. Nous devons noter que, d'après la France littéraire de QUÉRARD, l'ouvrage a été également imprimé à Dijon chez NOELLAT (in-r2). x

9 CHAPITRE I LE CONTENU DU MANUEL Et d'abord la préface (xiv p.). C'est un tableau sévère de la situation forestière. «Depuis environ deux siècles, on nous peint la dégradation des forêts et la disette des bois qui nous menace, avec des couleurs effrayantes. Cette disette est malheureusement réelle; elle nous a été préparée par les mauvais aménagements de nos forêts, par les dilapidations, et par les faux calculs de l'égoïsme; et cependant, rien n'a été fait depuis l'ordonnance de 1669, qui eût pu nous en garantir!» Et LORENZ précise durement la responsabilité de ses prédécesseurs. «L'ignorance des forestiers est une des principales sources de la dégradation de nos forêts... Ce sera en vain que nous aurons de bonnes lois et de sages règlements; ils resteront inexécutés... parce que les individus chargés de leur exécution sont trop bornés pour les comprendre et ont trop peu ou point de connaissance de leur état...; et cet état de choses durera aussi longtemps que l'on considérera une simple pratique de plusieurs années comme la mesure par excellence des connaissances nécessaires au forestier.» Une science forestière existe bien pourtant! LORENZ le reconnaît mais, accablant de son mépris un fatras de mots obscurs, il s'écrie : «Le forestier aura-t-il toujours la faculté de masquer son ignorance à l'aide de termes inintelligibles, qui ne sont techniques que pour les forestiers ignorants.» Avouons-le; la vérité n'est pas mise sous le boisseau. Quelle autorité a l'auteur pour parler ainsi? C'est là une question importante qui relève de la deuxième partie de cette étude. Le remède à cette situation est dans la création d'écoles spéciales.

10 8 UN MANUEL FORESTIER DE L'AN X «J'espère bientôt, dit LORENZ, voir se former des établissements pour donner aux forestiers une instruction uniforme aux frais de l'état (I).» A défaut d'écoles dans lesquelles cet enseignement puisse être dès maintenant donné, l'auteur se propose de présenter un précis de la science forestière. Il ne prétend pas innover mais enseigner. «J'adresse encore un mot aux forestiers; si, après avoir lu cet ouvrage, ils y ont trouvé des principes qui soient d'accord avec les connaissances qu'ils ont acquises par suites d'observations et d'expériences, sans y rencontrer ce qu'on se plaît à appeler du nouveau, ils devront cependant y voir avec plaisir que ces observations s'y trouvent réunies en un système.» Nous convions notre lecteur à goûter, rétrospectivement, ce plaisir. Un premier chapitre est consacré à l'histoire naturelle des arbres. Il est divisé, selon un plan adopté pour l'ensemble de l'ouvrage, en courts articles numérotés. Le fond de la documentation provient certainement du Manuel de BURGSDORF; comparons plutôt les deux fragments suivants relatifs au Bouleau : LORENZ (p. 53) : Celui qui nous est indigène se différencie, et peut être considéré comme étant de deux espèces; en ce que, l'une a une fleuraison hâtive, dont la semence atteint déjà sa maturité en thermidor, laquelle est également propre au semis, ainsi qu'il en est résulté des expériences auxquelles on doit ajouter foi; et l'autre, dont la BURGSDORF (p. 175 de la traduction BAUDRILLART). Nous avons deux variétés de bouleaux; l'une qui fleurit plus tôt, et qui d'après les observations exactes qu'on a faites, fournit, dès le mois de juillet, des semences fertiles; l'autre, dont les semences ne mûrissent que sur la fin de septembre et ne tombent souvent qu'à l'époque des neiges. Plusieurs au- (r) L'auteur a donc, sur ce sujet important, la priorité sur Van RECUM (Cf. GUYOT, L'enseignement forestier en France. L'Ecole de Nancy. Nancy, 1898, p. rr). Nous avons vu que RICHARD l'avait sur LORENZ lui-même. BAUDRILLART qui donne dans son Dictionnaire un article très documenté sur cette question controversée, ne cite ni l'un ni l'autre, mais seulement Van RECUM.

11 UN MANUEL FORESTIER DE L'AN X 9 semence n'atteint sa parfaite maturité qu'en vendémiaire, et qui souvent ne tombe et se répand qu'avec l'apparition de la neige. C'est à tort que plusieurs auteurs se sont plu à douter de l'existence de la première espèce, sans se donner la peine d'une recherche exacte qui infailliblement les eût mis au fait. Il est presque l'unique espèce de bois dont on doit se servir pour obtenir avec succès, le repeuplement des cantons si indignement dégarnis par la dévastation, parce qu'il prépare le terrain à recevoir peu à peu de meilleures espèces. teurs ont mal à propos et sans avoir fait aucune recherche révoqué en doute l'existence de la première espèce... Il est presque la seule espèce de bois que nous cultivons avec succès dans les vides qui affligent l'oeil dans nos forêts de la Marche, et que nous puissions employer pour parvenir petit à petit à rendre ces déserts propres à la culture d'essences plus précieuses. Remarquons par ailleurs que si BURGSDORF offre une synonymie précise, notre Manuel pèche par une absence presque systématique de nomenclature. Il n'est point parlé de l'aire des essences, le pin cependant est noté comme un des arbres les plus communs d'allemagne; ce mot désigne d'ailleurs l'épicéa, le pin sylvestre étant le pinastre. Le chapitre suivant traite de la culture des bois. LORENZ croit à l'excellence de la régénération naturelle. «La nature abandonnée à elle-même produira toujours une quantité de bois égale à celle qui dépérit naturellement. Cependant la décadence des forêts nous prouve que la propagation naturelle ne peut suffire, si nous ne nous empressons de seconder les vues et d'aider l'action de la nature.» Un exposé des deux méthodes de régénération est alors introduit. L'auteur ne sépare pas la méthode naturelle d'un certain travail du sol. «Il ne suffit pas de laisser

12 IO UN MANUEL FORESTIER DE L'AN X des brins de semences, il faut encore que le terrain soit préparé pour les recevoir; à cet effet, il doit être remué et mis en réserve. On pourra lorsque ces brins auront rempli leur tâche, les enlever, successivement.» Chaque espèce exige d'ailleurs des soins particuliers, objet du chapitre IV. Les qualités que doivent présenter les réserves sont étudiées avec soin, et une discrimination précise est faite des brins issus de semences, de racines et de souches. Avant d'exposer en détail les procédés de la régénération artificielle, LORENZ insiste à nouveau sur leur place subordonnée. «Lorsque la nature refuse ce qu'on devait en attendre, on doit y suppléer par l'art et la prévoyance, surtout lorsqu'une administration impropre en est la cause.» Les semis, les plantations sont la rançon de la maladresse du forestier. Relevons quelques traits. Le choix des essences est une affaire d'extrême importance. «Il est naturellement du ressort de l'administration supérieure. On fera bien cependant de consulter les forestiers (il s'agit du service local).» Contre la manie des exotiques : «On ne devra pas user de trop de partialité en faveur d'espèces étrangères d'une crue trop prompte, au détriment de bonnes essences indigènes.» Plus loin, LORENZ développe l'idée qu'on ne saurait créer une forêt de toutes pièces et insiste sur le bouleau comme essence transitoire. Pour clore cette étude, LORENZ cite un bel exemple de restauration de forêt : celle de Rouvray dans la ci-devant Normandie. Avait-il vu la forêt? Non, sans doute, mais il avait lu TELLES D'AcosTA (I). Quoiqu'il en soit, et malgré les allures méprisantes de la préface, il rend hommage, le cas échéant, aux bonnes oeuvres de ses prédécesseurs. * * Le chapitre III est intitulé : «De la connaissance des forêts d'après leur contenance.» (I) TELLES D'ACOSTA donne en effet à la page 53 de son Instruction sur les bois de marine et autres (édition de 1782) une description des procédés de reconstitution alors employés, sous la direction du Grand Maître PECQUET, le célèbre auteur des Lois forestières. Dans le détail, le texte de LORENZ offre des précisions plus grandes que celui de TELLES D'ACOSTA, en sorte qu'on doive admettre sur ce point une source commune. Mais peu importe pour notre sujet.

13 UN MANUEL FORESTIER DE L'AN X La qualité de cette étude est telle que nous suivrons le texte pas à pas. Par contenance, il faut entendre la superficie de la forêt, au sens des estimateurs. Le forestier s'étant assuré du nombre d'arpents confiés à sa garde, il doit «procéder au récolement de chaque sujet en particulier, contenu dans la forêt» afin de savoir la contenance de cette dernière d'une manière positive. Il se livre à l'exploration des massifs et des clairières. Cette connaissance n'est pas une quantité numérique précise : c'est une connaissance de la forêt née d'un contact de tous les jours. Elle se traduit pourtant et d'une façon naturelle, chez les forestiers habiles, par une supputation approximative du matériel, et donne les premières bases sur lesquelles devra s'étayer le système forestier. Mais il est nécessaire d'aller plus avant et d'en venir à la consistance de la forêt, on entend par là «tous les genres, toutes les différentes espèces de bois qui se trouvent dan, les différents cantons forestiers» qui composent la forêt. «Elle exige une occupation spéciale que l'on dénomme taxation dans les termes techniques forestiers. Cette taxation est générale ou particulière.» «La taxation générale est la manière de supputer toute une forêt en estimant la quantité de cordes de bois et de pieds cubes que peuvent donner les différentes espèces qui la composent... Celle particulière, consiste à savoir estimer chaque arbre ou tronc sur pied mathématiquement et au simple coup d'oeil, afin de connaître combien il contient de cordes et de pieds cubes de bois.» LORENZ décrit alors la taxation générale : «On devra employer plusieurs bûcherons expérimentés, dont le coup d'oeil juste sache apprécier chaque arbre, et les charger de parcourir uniformément tous les cantons de la forêt; il faudra les munir de tables ou d'états, sur lesquels ils inscriront, avec un crayon, dans les colonnes indicatives, la quantité d'une même structure et hauteur en commençant par un arpent seulement, en mettant par exemple les chênes de 3o à 36 pieds avec une marque dans la colonne des chênes de cette grandeur, et les hêtres dans celle des hêtres de cette même grandeur, etc...» «On procédera successivement au levé des autres arpents, et ainsi de tout le triage.» Un tempérament est apporté cependant à ce lourd tra- II

14 I2 UN MANUEL FORESTIER DE L'AN X vail : «On pourra, après avoir parcouru deux ou trois arpents ayant bois de différentes crues, plus ou moins épaisses et d'un âge différent, se former un résultat des autres arpents, d'une même consistance et qualité, en les rangeant dans une même classe.» Ce qui précède ne s'applique qu'aux arbres. «A l'égard des broussailles et des taillis, on se contentera d'évaluer un arpent de la consistance moyenne de l'ensemble, ou autant d'arpents qu'il y aura de consistances différentes.» On aboutira, de toutes façons, à des tables générales que l'on complètera par le calcul du volume de chaque catégorie inventoriée, à partir des résultats de la taxation particulière opérée sur un arbre de chaque espèce ou qualité. Arrivé en ce point, il s'agit de connaître la nature et la propriété intérieure des forêts, «c'est-à-dire, de se procurer des notions exactes sur la nature du sol qui les compose, afin de pouvoir combiner les différentes crues de bois, tant d'après leur exposition que d'après les circonstances ordinaires et accidentelles qui peuvent concourir à leur croissance et décroissance...» «Il s'ensuit de là que le forestier doit prendre des notices exactes, tant sur la propriété du terrain, que sur les différentes crues de bois, et faire la table de croissance périodique de chaque arbre en particulier.» Voilà qui est clair et qui situe admirablement chacune des opérations préliminaires de l'aménagement, dans la lumière d'un premier résultat : la table de croissance périodique de chaque essence. Et cette table n'est pas engendrée dans l'obscurité d'un cabinet, mais sur le terrain; ainsi, à propos des qualités du sol, il réitère le conseil «de désigner sur une note expresse, s'il est grayeux, graveleux, sablonneux, marécageux, s'il contient un bon terreau, ou bien une terre trop putréfiée...» Pour parfaire la table périodique, il ne reste plus qu'à introduire la notion d'âge. Plusieurs articles sont consacrés à cette recherche. L'âge est donné par les feuillets accolés du liber, par les noeuds, et principalement enfin par les couches ligneuses qu'on dénombre sur la section des abattis.. «On est ainsi amené à reconnaître dans combien d'années tel ou tel arbre peut prendre tant ou tant de pieds en circonférence.» Ainsi la notion de

15 UN MANUEL FORESTIER DE L'AN X 13 temps de passage, si importante et si pratique malgré ses obscurités, n'a point échappé à LORENZ. Quoiqu'il en soit, le forestier détient maintenant l'accroissement annuel en diamètre ou en volume, cellule de la table périodique. «Lorsqu'en comparant les différentes espèces il aura trouvé que, dans un âge de 30 à 40 ans, les arbres d'une espèce ont pris par exemple une épaisseur de I, 2, 3 pieds, il lui sera alors facile de connaître le total de cette crue, en supputant, l'un portant l'autre, la crue annuelle de chaque espèce, par la division du nombre d'années, en employant le diamètre pour diviseur.» (Sic.) Arrivé à ce stade de son développement, soit qu'il pressente quelque fatigue chez son lecteur, soit que lui-même éprouve un trouble léger, émané de ces théories, pourtant si proches du réel (comme tendrait à le prouver la légère erreur que nous avons scrupuleusement reproduite à la fin de notre dernière citation), LORENZ éprouve le besoin de se retremper, dans la considération des motifs de bien public qui l'ont décidé à écrire et s'écrie : «Faire l'enlèvement des arbres ou en ordonner l'abattis au hasard est autant que commettre l'imprudence d'attaquer un domaine en son fond. On n'a que trop fait l'expérience combien une administration aussi fortuite est devenue préjudiciable aux forêts, en entraînant leur dégradation totale. Le forestier probe et instruit ne doit par conséquent jamais permettre des abattis, sans avoir au préalablement sainement jugé de la crue et recrue d'une forêt, d'après des principes stables et invariables.» Confirmé dans son apostolat, LORENZ poursuit son enseignement. Il dégage les lois générales de l'accroissement. Puis, il précise une dernière fois la mesure de l'accroissement annuel en hauteur et en diamètre. L'accroissement en volume qui se déduit de ces données appliqué aux volumes taxés, «met à même de connaître parfaitement l'accroissement d'une forêt pour tel temps qu'on voudra déterminer.» L'étude de la production n'est pas envisagée pour elle-même, mais dans le cadre de l'économie nationale, c'est-à-dire par rapport à la consommation. «Il est certain que lorsque les forêts sont bien administrées, c'est-à-dire conformément aux règles d'économies générales, on ne doit jamais les attaquer ou faire des coupes au delà de leur produit. Il faut donc qu'un forestier

16 14 UN MANUEL FORESTIER DE L'AN X sache apprécier au juste ce produit, pour savoir au besoin donner les renseignements nécessaires, lorsqu'une administration a besoin de connaître quels moyens elle doit employer pour régulariser d'une manière positive les besoins généraux de toute une contrée, sans anticiper sur le produit effectif de ses forêts.» La connaissance des besoins est extrêmement délicate. Il y a d'abord une première source d'erreur : les défrichements. Ceuxci jettent sur le marché de grosses quantités de bois, qui contentent sans doute la production, mais d'une façon accidentelle : c'est le dumping perturbateur des statistiques. «Il sera donc impossible de supputer au juste les besoins en bois dont une contrée a besoin annuellement, tant et si longtemps que l'on ne prendra des mesures efficaces pour empêcher le défrichement des forêts, soit publiques, soit particulières.» Les besoins réels des citoyens sont, de plus éclipsés par des besoins factices. «On doit particulièrement commencer par mettre un frein à la profusion avec laquelle on délivre des bois de construction, pour la bâtisse des maisons, surtout dans les contrées où il y a abondance d'autres matériaux, en ne délivrant que ce qui est absolument nécessaire pour la toiture et les ouvrages de menuiserie; et non seulement ne plus permettre l'établissement de nouvelles scieries, ateliers de goudron et verreries, mais encore ordonner la démolition de celles reconnues superflues. On reconnaît les besoins réels de bois, par la consommation qu'en font les citoyens des villes, bourgs et villages, en analysant les quantités qui ont été délivrées par les forestiers. C'est donc par la voie de ces derniers lorsqu'ils veulent être véridiques, qu'on peut savoir les quantités nécessaires à la consommation de tout un pays. Il ne s'agit donc que de comparer au juste cette consommation avec le produit des forêts, pour établir l'équilibre entre ce produit et la distribution qu'il convient d'en faire, et lorsqu'il se trouve que la consommation outrepasse le produit, prendre des mesures efficaces, pour rétablir la balance.» Descendant dans le détail, LORENZ donne des conseils aux inspecteurs pour la délivrance des bois de marnage, et sur la nécessité dans laquelle ils sont,de connaître à fond la quotité

17 UN MANUEL FORESTIER DE L'AN X 15 des besoins particuliers afin de n'être pas induits en erreur par des demandes outrées. Au terme de cet important chapitre, jetons un coup d'oeil en arrière. Le cycle forestier a été tout entier parcouru. Parti de l'arbre, le lecteur du Manuel forestier a accédé progressivement aux questions les plus générales de la régénération et de la production. Le premier, sans doute, dans notre littérature, LORENZ a développé un calcul de production sur la double base d'un inventaire du matériel, et de la détermination expérimentale de taux d'accroissement. L'originalité et la valeur du système proposé, résident, selon nous, dans ce fait qu'il ne fait appel à aucune hypothèse : il reste indépendant de la notion, si contingente dans les aménagements par volume, de révolution. Il subsiste en dehors de toute position aménagistique, et à ce titre diffère profondément de la méthode de production d'hartig. Les calculs de ce dernier (dont notre auteur dût toutefois s'inspirer) entrent dans des cadres faits à l'avance, car la possibilité doit être subordonnée au traitement, et l'aménagement, outre le rapport soutenu, doit tendre à l'amélioration progressive des forêts. Entendons que cette amélioration consiste dans l'établissement laborieux de la forêt d'âges gradués, à la venue de laquelle l'aménagiste aura trouvé seulement l'éternel repos. LORENZ se garde d'un tel idéalisme. Les âges gradués ne sont point de son vocabulaire. Il prend la forêt telle qu'elle est, et par là, combien il est plus proche de nous! Le chapitre suivant répond au titre de l'aménagement des forêts. Son importance est au moins égale à celle du précédent, mais son plan laisse à désirer et le résumé qui suit manque, à cet égard, de fidélité. Il y a deux genres de possibilité : «Les coupes, les abattis, se font ou d'après un nombre déterminé d'arpents, ou d'après la contenance du bois (au sens préalablement défini) u. D'où une double étude. Commençons par les coupes d'après un nombre déterminé d'arpents. «Elles se font, ou par tour de rôle dans une

18 IÔ UN MANUEL FORESTIER DE L'AN X certaine étendue, de manière qu'ayant fini l'un des bouts de la forêt, mise en coupes réglées, on recommence par celle qui avait été abattue en premier, ou d'après la qualité du bois, sans avoir égard à la contiguité des coupes, parce que l'on a reconnu que tel ou tel canton, ayant acquis le terme de sa plus haute croissance, il devient nécessaire d'en faire l'abattis.» L'auteur développe davantage cette dernière idée : «L'enlèvement du bois par coupes successives et à tour de rôle serait charmant, s'il était possible d'y plier la nature; mais l'expérience n'a que trop démontré combien il est difficile de l'assujettir à de pareilles règles.» Ne nous obstinons donc point à les suivre, et asseyons les coupes dans les lieux «où les arbres ont atteint leur plus grand accroissement.» Le tout dans ce genre d'aménagement est de pouvoir supputer le nombre d'arpents qui se trouveront annuellement disponibles. «Pour parvenir à cette supputation, on doit examiner et vérifier, dans combien d'années les bois de cette forêt atteignent, en proportion moyenne, le terme de leur accroissement, ou comme taillis ou comme bois de charpente. En divisant le nombre d'arpents qui s'y trouvent par le nombre d'années, on trouvera combien d'arpents pourront être coupés annuellement.» Quelques exemples simples de cette division sont alors fournis. Il reste à voir l'utilité de cette méthode. «Les abattis par coupes sont utiles, et il serait à désirer qu'ils fussent usités dans toutes les forêts, parce qu'ils maintiennent un certain ordre, qu'ils sont une barrière aux dévastations et qu'ils établissent une juste balance entre les produits et la consommation. Mais là où il est impossible de régler les coupes d'après un nombre d'arpents déterminé, on devra faire les abattis d'après la consistance du bois existant dans la forêt, c'est-à-dire d'après la taxation.» Sans effort, nous sommes introduits dans le «volume». Nous aurions aimé savoir, dans quels cas les abattis par arpents sont impossibles, mais le texte est muet sur ce point : nul doute que ces cas sont fréquents puisque le début du chapitre nous plonge dans un calcul de possibilité par volume, d'ailleurs contestable. Nous avons été violemment tenté de censurer le texte sur ce point, mais nous avons été rappelé à l'ordre par BAUDRILLART dans sa Préface à la traduction de BURGSDORF : «On se méfie

19 UN MANUEL FORESTIER DE L'AN X I7 d'ailleurs beaucoup des extraits et on a raison. Un traducteur profite de cette manière d'opérer, pour passer les endroits qu'il entend difficilement et qui souvent, sont les plus intéressants.» Voici l'objet : «... Quand le forestier a reconnu, par exemple, que la quantité existante actuellement sur son triage est de stères; qu'il s'est en outre aperçu que le grand bois propre à l'abatage, actuellement sur pied, a besoin de cent années pour atteindre son plus grand accroissement, il pourra, sans avoir égard à la recrue, déterminer ou juger que s'il enlève chaque année, pendant cent années, le produit de tout ce triage, il pourra faire l'abatage de 400 stères de bois par année. Mais il peut se trouver que ce produit ne suffise pas et que la recrue doive alors être prise en considération. S'il trouvait donc, qu'après avoir fait des enlèvements successifs dans tout son triage, qu'au bout de cent ans, la quantité de ce produit aurait diminué, il devrait alors estimer cette recrue, et en faire la taxation positive; et si d'après des données certaines, il a vérifié qu'après une révolution de cent ans, il n'aurait plus que stères de produit, il ne pourrait, dans ce cas, plus permettre l'abatage de 400 stères, et conséquemment opérer une diminution jusqu'à concurrence du produit effectif. Pour parvenir à la connaissance de ce produit, il n'a qu'à additionner les 40.00o stères avec les et diviser ces nombres réunis par 200, comme le total des années de la consistance actuelle de la forêt et de la future recrue, et il trouvera qu'il ne peut faire d'abatage outrepassant 30o stères, s'il veut avoir la même consistance en bois au bout de cent ans, que celle qu'il possède actuellement. Cependant s'il vérifiait, après avoir fait la taxation de la recrue, qu'au bout de cent ans, son produit aurait augmenté, et que, par exemple, au lieu de o stères, il pourrait en produire 6o.00o, il devrait alors ne pas s'en tenir au nombre de 400 stères, mais en délivrer jusqu'à concurrence de 600 stères, comme le produit nécessaire de cette quantité; ce qu'il peut facilement vérifier, en divisant les 60.00o stères par le nombre de ioo années.» Le lecteur maintenant peut juger. Pour nous, nous persistons à penser : un état normal est supposé à l'origine : alors de deux choses l'une; ou la révolution est convenable, ou sa durée ANN. FOREST. - T. V. - F>SC. I. i

ANNEXE 4 RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF)

ANNEXE 4 RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) ANNEXE 4 RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) En vue d'une première discussion, le comité permanent

Plus en détail

L amélioration du boisé lors des coupes

L amélioration du boisé lors des coupes L amélioration du boisé lors des coupes Feuillet technique 1 Les propriétaires de boisés présents sur le territoire de l Agence de mise en valeur des Appalaches sont très actifs dans leurs boisés comme

Plus en détail

Équations et inéquations du 1 er degré

Équations et inéquations du 1 er degré Équations et inéquations du 1 er degré I. Équation 1/ Vocabulaire (rappels) Un équation se présente sous la forme d'une égalité constituée de nombres, de lettres et de symboles mathématiques. Par exemple

Plus en détail

Réussir sa vie ce n est pas toujours réussir dans la vie.

Réussir sa vie ce n est pas toujours réussir dans la vie. Réussir sa vie 1. Réussir sa vie ce n est pas toujours réussir dans la vie. 2. Pour certaines personnes avoir une fonction importante, un poste à responsabilités, c est le signe de la réussite. 3. Pour

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

LES ASSURANCES SOCIALES CONDITIONS QUE DOIT REMPLIR UNE RÉGLEMENTATION COMMUNE A TOUTE LA FRANCE PAR M. LE COLONEL DE VILLE, MEMBRE TITULAIRE.

LES ASSURANCES SOCIALES CONDITIONS QUE DOIT REMPLIR UNE RÉGLEMENTATION COMMUNE A TOUTE LA FRANCE PAR M. LE COLONEL DE VILLE, MEMBRE TITULAIRE. LES ASSURANCES SOCIALES CONDITIONS QUE DOIT REMPLIR UNE RÉGLEMENTATION COMMUNE A TOUTE LA FRANCE PAR M. LE COLONEL DE VILLE, MEMBRE TITULAIRE. Parmi les nombreuses questions que soulève la réintégration

Plus en détail

CODE CIVIL FRANÇAIS (ANTERIEUR A 1960)

CODE CIVIL FRANÇAIS (ANTERIEUR A 1960) CODE CIVIL FRANÇAIS (ANTERIEUR A 1960) ARTICLES 1874 À 1914 DU PRÊT Téléchargé sur Le premier portail consacré au droit des affaires à Madagascar TITRE DIXIEME Du prêt Art. 1874 - Il y a deux sortes de

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise)

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) Commentaire Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012 M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel le 18 novembre

Plus en détail

DISPOSITIONS LÉGALES : MURS, CLÔTURES ET HAIES

DISPOSITIONS LÉGALES : MURS, CLÔTURES ET HAIES DISPOSITIONS LÉGALES : MURS, CLÔTURES ET HAIES Fréquemment, les citoyens nous demandent quelles sont les distances à respecter pour planter une haie ou une barrière. Vous trouverez ci-dessous quelques

Plus en détail

Algorithmique et Programmation Projets 2012/2013

Algorithmique et Programmation Projets 2012/2013 3 Dames 3. Objectif Il s agit d écrire un programme jouant aux Dames selon les règles. Le programme doit être le meilleur possible. Vous utiliserez pour cela l algorithme α β de recherche du meilleur coup

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

Système de gestion de sécurité dans le transport ferroviaire

Système de gestion de sécurité dans le transport ferroviaire Système de gestion de sécurité dans le transport ferroviaire Dr CHEN Daoxing, ingénieur expert au Bureau de la sécurité des transports du Canada Présentation générale du système de sécurité Définition

Plus en détail

La Clé informatique. Formation Access XP Aide-mémoire

La Clé informatique. Formation Access XP Aide-mémoire La Clé informatique Formation Access XP Aide-mémoire Septembre 2003 Définitions de termes Base de données : Se compare à un énorme classeur ayant plusieurs tiroirs où chacun d eux contient des informations

Plus en détail

Chapitre 2. Valeur acquise par un capital

Chapitre 2. Valeur acquise par un capital MATHEMATIQUES FINANCIERES Le temps, c'est de l'argent Si un capital est placé pendant "un temps assez long", on utilise les intérêts composés. En règle générale, à moins d'être complètement étranger aux

Plus en détail

Yvon CAVELIER. Méthode n 31 du Club des Turfistes Gagnants. A l Assaut du ZE-Couillon

Yvon CAVELIER. Méthode n 31 du Club des Turfistes Gagnants. A l Assaut du ZE-Couillon Yvon CAVELIER Méthode n 31 du Club des Turfistes Gagnants A l Assaut du ZE-Couillon Réservé aux membres du Club Des Turfistes Gagnants Copyright 2010 - Page 1 Table des Matières I - CE QUI A CHANGE DANS

Plus en détail

Plan d un Rapport de fin de projet

Plan d un Rapport de fin de projet Plan d un Rapport de fin de projet 1. COMMENT LE PROJET A ÉTÉ VÉCU DANS SON SUIVI 1.1. RÉALISATION DES OBJECTIFS Cette partie du document décrit la façon dont les objectifs du projet spécifiés dans le

Plus en détail

Chapitre 5 Les Probablilités

Chapitre 5 Les Probablilités A) Introduction et Définitions 1) Introduction Chapitre 5 Les Probablilités De nombreuses actions provoquent des résultats qui sont dus en partie ou en totalité au hasard. Il est pourtant nécessaire de

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

régime d assurance collective

régime d assurance collective régime d assurance collective L heure d adhérer Ma ligne de vie Ma ligne de santé Ma ligne de protection de revenu 2 Bonjour, je suis Fiche Adhésion, la toute dernière de la série des fiches. Ma mission

Plus en détail

CUMUL DES INÉGALITÉS SOCIO-ÉCONOMIQUES D'ACCÈS AUX SOINS

CUMUL DES INÉGALITÉS SOCIO-ÉCONOMIQUES D'ACCÈS AUX SOINS ARgSES Arguments socio-économiques pour la santé CUMUL DES INÉGALITÉS SOCIO-ÉCONOMIQUES D'ACCÈS AUX SOINS Andrée MIZRAHI 1 et Arié MIZRAHI 1 En France, en 1995 la dépense de soins et biens médicaux 2 s'est

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

Document de vente en automobile

Document de vente en automobile Document de vente en automobile Introduction Le guide de la réparation automobile signé avec le ministère de la consommation le 21/01/1993 a défini plusieurs points qui sont des devoirs du réparateur.

Plus en détail

1. Création d'un état... 2. 2. Création d'un état Instantané Colonnes... 3. 3. Création d'un état Instantané Tableau... 4

1. Création d'un état... 2. 2. Création d'un état Instantané Colonnes... 3. 3. Création d'un état Instantané Tableau... 4 1. Création d'un état... 2 2. Création d'un état Instantané Colonnes... 3 3. Création d'un état Instantané Tableau... 4 4. Création d'un état avec plusieurs tables... 9 5. Modifier la structure d'un état...11

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/MP.PP/WG.1/2010/8 Distr. générale 17 mai 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion des Parties à la Convention sur l accès

Plus en détail

Bac Blanc Terminale ES - Février 2014 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures)

Bac Blanc Terminale ES - Février 2014 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures) Bac Blanc Terminale ES - Février 2014 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures) L attention des candidats est attirée sur le fait que la qualité de la rédaction, la clarté et la précision des raisonnements

Plus en détail

VADE-MECUM DU JUGE D OBSTACLE

VADE-MECUM DU JUGE D OBSTACLE VADE-MECUM DU JUGE D OBSTACLE Le but du présent vade-mecum n est pas d établir un règlement ou des annexes au règlement concernant les concours d attelage, mais bien d expliquer aux juges d obstacles et

Plus en détail

SUITES ET SÉRIES GÉOMÉTRIQUES

SUITES ET SÉRIES GÉOMÉTRIQUES SUITES ET SÉRIES GÉOMÉTRIQUES Sommaire 1. Suites géométriques... 2 2. Exercice... 6 3. Application des suites géométriques aux mathématiques financières... 7 4. Vocabulaire... 7 5. Exercices :... 8 6.

Plus en détail

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION 1. CHAMP D'APPLICATION Cette directive traite du paiement d intérêts par la Société de l assurance automobile du Québec (la Société). 2. CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE Cette directive découle de la Loi sur

Plus en détail

Procédure de consultation. Prise de position de : SASSA. Plan d études cadre pour la maturité professionnelle (PEC MP) 29 février 2012

Procédure de consultation. Prise de position de : SASSA. Plan d études cadre pour la maturité professionnelle (PEC MP) 29 février 2012 29 février 2012 Procédure de consultation Plan d études cadre pour la maturité professionnelle (PEC MP) A renvoyer d ici au 30 juin 2012 à RLP-BM@bbt.admin.ch Veuillez utiliser uniquement le présent formulaire

Plus en détail

I - Convocation et transmission de l ordre du jour et des documents

I - Convocation et transmission de l ordre du jour et des documents Règlement intérieur du comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail d établissement public du Centre d études et d expertise sur les risques, l environnement, la mobilité et l aménagement

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2

FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2 FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2 Cadre 47/2 : enchaînements dans le carré central La direction technique de la fédération vous propose une série de fiches dédiées au cadre 47/2. Les situations de jeu proposées

Plus en détail

Programmation C++ (débutant)/les tableaux statiques

Programmation C++ (débutant)/les tableaux statiques Programmation C++ (débutant)/les tableaux statiques 1 Programmation C++ (débutant)/les tableaux statiques Le cours du chapitre 6 : les tableaux statiques Les tableaux Une variable entière de type int ne

Plus en détail

Apprendre pas à pas les règles de base de la comptabilité générale (EXTRAIT)

Apprendre pas à pas les règles de base de la comptabilité générale (EXTRAIT) Page 1 Apprendre pas à pas Les règles de base De la Comptabilité Cours complet reprenant les parties 1, 2 et 3 (Extrait) Page 2 Apprendre pas à pas les règles de base de la comptabilité Cours complet Bruno

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Par combien de zéros se termine N!?

Par combien de zéros se termine N!? La recherche à l'école page 79 Par combien de zéros se termine N!? par d es co llèg es An dré Do ucet de Nanterre et Victor Hugo de Noisy le Grand en seignants : Danielle Buteau, Martine Brunstein, Marie-Christine

Plus en détail

Le chiffre est le signe, le nombre est la valeur.

Le chiffre est le signe, le nombre est la valeur. Extrait de cours de maths de 6e Chapitre 1 : Les nombres et les opérations I) Chiffre et nombre 1.1 La numération décimale En mathématique, un chiffre est un signe utilisé pour l'écriture des nombres.

Plus en détail

JEU DE DÉS V3.1 : ALLEZ PLUS HAUT!

JEU DE DÉS V3.1 : ALLEZ PLUS HAUT! JEU DE DÉS V3.1 : ALLEZ PLUS HAUT! un jeu de Pierre Charriot Des amis se sont lancés un défi : être capable d'escalader le plus haut possible une chaîne de montagne. Mais, attention, nous n'avons pas affaire

Plus en détail

Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion. Année Universitaire: 2011-2012. L3 Economie et gestion

Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion. Année Universitaire: 2011-2012. L3 Economie et gestion Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion Année Universitaire: 2011-2012 L3 Economie et gestion 1 SEANCE 1 Introduction : Comptabilité de gestion : historique, définitions

Plus en détail

LE PROBLEME DU FLOT MAXIMAL

LE PROBLEME DU FLOT MAXIMAL LE PROBLEME DU FLOT MAXIMAL I Exemple d introduction Deux châteaux d'eau alimentent 3 villes à travers un réseau de canalisations au sein duquel se trouvent également des stations de pompage. Les châteaux

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Améliorations 2014 des Normes comptables pour les entreprises à capital fermé Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Avant-propos En octobre 2014, le Conseil

Plus en détail

Paysage Martin. Ronde préliminaire Cas d entrepreneuriat Desjardins. Place à la jeunesse 2008

Paysage Martin. Ronde préliminaire Cas d entrepreneuriat Desjardins. Place à la jeunesse 2008 Paysage Martin Cas d entrepreneuriat Desjardins Place à la jeunesse 2008 PAYSAGE MARTIN : NICHOLAS MARTIN UN EMPLOI D ÉTÉ LUI DONNE LE GOÛT DE SE LANCER EN AFFAIRES Alors qu il n avait que quatorze ans,

Plus en détail

Être Responsable De Club

Être Responsable De Club Être Responsable De Club Prénom NOM Promo Date Objet Sylvain BOUCHERAND 2010 16/08/09 Création du document Charles- Adrien LOUIS 2010 29/08/09 Mise à jour parti Comptabilité Page 1 sur 8 Table des matières

Plus en détail

Appréciation de la qualité de l Etude d Impact. accompagne le Projet de loi de «Nouvelle Organisation du Marché de l Electricité - NOME»

Appréciation de la qualité de l Etude d Impact. accompagne le Projet de loi de «Nouvelle Organisation du Marché de l Electricité - NOME» 1 Institut Européen pour la Gestion Raisonnée de l Environnement (IEGRE) 83 boulevard de Courcelles, 75008 Paris 06 78 05 09 88 garrigues@iegre.net 4 mai 2010 Appréciation de la qualité de l Etude d Impact

Plus en détail

Dossier PME. Positionnement salarial

Dossier PME. Positionnement salarial Dossier PME Positionnement salarial Imaginons la situation suivante: l'entreprise X, active dans le secteur des services, compte 40 collaborateurs et est située en région bruxelloise. La société se développe

Plus en détail

Quelle évolution pour le prix de l essence?

Quelle évolution pour le prix de l essence? Quelle évolution pour le prix de l essence? Jean-Baptiste Noé www.jbnoe.fr L essence augmente. Comme les prix d ailleurs. Il semble que cela soit une constante de l histoire : les prix augmentent et le

Plus en détail

Elaborer un projet d action

Elaborer un projet d action FICHE PRATI QUE Elaborer un projet d action Un projet n est pas le fruit du hasard mais le résultat d une situation que l on juge insatisfaisante et que l on souhaite changer. On pourrait dans ce sens

Plus en détail

(Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC

(Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC (Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC 1. Je souhaiterais, dans la présente Déclaration, expliquer les raisons pour lesquelles j ai voté contre l alinéa 18) du dispositif, au paragraphe

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie Ordonnance sur l assurance directe sur la vie (Ordonnance sur l assurance-vie, OAssV) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 29 novembre 1993 sur l assurance-vie

Plus en détail

Fiche info Service Carrières

Fiche info Service Carrières Fiche info Service Carrières L entretien professionnel Thème : Déroulement de carrière février 15 Textes de référence Décret n 86-473 du 14 mars 1986 relatif aux conditions générales de notation des fonctionnaires

Plus en détail

Progresser par la foi

Progresser par la foi Chapitre 54 Progresser par la foi Il n est pas toujours sage, en effet, de ne rien entreprendre qui entraîne de fortes dépenses sans avoir au préalable l argent nécessaire. Le Seigneur n épargne pas toujours

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

Évaluation au rendement: D'une culture d'évaluation à une culture d'appréciation

Évaluation au rendement: D'une culture d'évaluation à une culture d'appréciation 102-1406 Esther Blondin, Québec, G1Y 3S5 www.sane-solution.com 418-952-3243 Évaluation au rendement: D'une culture d'évaluation à une culture d'appréciation Lorsqu'on parle d'évaluation au rendement, voici

Plus en détail

Chapitre 1 : la comptabilité de caisse

Chapitre 1 : la comptabilité de caisse La comptabilité de caisse www.comptanat.fr Chapitre 1 : la comptabilité de caisse À l'origine de la comptabilité de caisse se trouve l'idée que, pour limiter les risques de détournement, seule une personne

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Arrêté du 24 avril 2015 relatif au règlement intérieur de la commission administrative paritaire compétente à l égard du corps d encadrement et d application du personnel de surveillance de l administration

Plus en détail

DÉFAUTS DE PAIEMENT. Dans le cas d'une vente à tempérament, le commerçant peut :

DÉFAUTS DE PAIEMENT. Dans le cas d'une vente à tempérament, le commerçant peut : DÉFAUTS DE PAIEMENT COMPLÉMENT DU CHAPITRE 9 (PAGE 70) ET CHAPITRE 26 (PAGE 214) Cette section traite des règles prévues dans la Loi de la protection du consommateur (LPC) en cas de défaut du consommateur

Plus en détail

CONSEIL SYNDICAL LE CONSEILLER SYNDICAL

CONSEIL SYNDICAL LE CONSEILLER SYNDICAL COLLECTION Ce que tout propriétaire ou copropriétaire doit connaître Union des Syndicats de l Immobilier LE CONSEIL SYNDICAL LE CONSEILLER SYNDICAL Notre métier, c est votre garantie Le conseil syndical

Plus en détail

Bulletin de pratique professionnelle n o 3

Bulletin de pratique professionnelle n o 3 Bulletin de pratique professionnelle n o 3 INDICATIONS SUR LES DIVERS TYPES DE RAPPORT D ÉVALUATION 1. Les Normes d exercice 110 et 120 s appliquent à tout rapport d évaluation par lequel est transmise

Plus en détail

POLICES FRANÇAISES D ASSURANCE MARCHANDISES TRANSPORTÉES PAR VOIE MARITIME, TERRESTRE, AÉRIENNE OU FLUVIALE CLAUSE ADDITIONNELLE

POLICES FRANÇAISES D ASSURANCE MARCHANDISES TRANSPORTÉES PAR VOIE MARITIME, TERRESTRE, AÉRIENNE OU FLUVIALE CLAUSE ADDITIONNELLE Les clauses ci-dessous sont mises à la disposition de toute personne intéressée, sur simple demande. Elles sont indicatives, les parties pouvant convenir de conditions d assurance différentes. Pour toute

Plus en détail

Rallye mathématique 2006/2007 des écoles de Haute-Loire Cycle 3 Première manche Eléments de solutions 1. Les œufs de Pâques (10 points)

Rallye mathématique 2006/2007 des écoles de Haute-Loire Cycle 3 Première manche Eléments de solutions 1. Les œufs de Pâques (10 points) Rallye mathématique 2006/2007 des écoles de Haute-Loire Cycle 3 Première manche Eléments de solutions 1. Les œufs de Pâques (10 points) Il s'agit d'un problème qui fait appel aux connaissances sur la numération.

Plus en détail

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Le paragraphe 27 est modifié. Les paragraphes 27A et 27B sont ajoutés. Importance des instruments

Plus en détail

PV CHSCT. Le procès-verbal est un document administratif, une pièce officielle. Le procès-verbal à pour objet de prendre actes des,

PV CHSCT. Le procès-verbal est un document administratif, une pièce officielle. Le procès-verbal à pour objet de prendre actes des, PV CHSCT Le procès-verbal est un document administratif, une pièce officielle. Le procès-verbal à pour objet de prendre actes des, Informations transmises au CHSCT, Avis émis par le CHSCT lors des consultations

Plus en détail

RÈGLES DE PERFECTIONNEMENT POUR LE PERSONNEL ENSEIGNANT ET PROCÉDURES À SUIVRE POUR UNE DEMANDE D'AIDE FINANCIÈRE EN

RÈGLES DE PERFECTIONNEMENT POUR LE PERSONNEL ENSEIGNANT ET PROCÉDURES À SUIVRE POUR UNE DEMANDE D'AIDE FINANCIÈRE EN RÈGLES DE PERFECTIONNEMENT POUR LE PERSONNEL ENSEIGNANT ET PROCÉDURES À SUIVRE POUR UNE DEMANDE D'AIDE FINANCIÈRE EN ACCORD AVEC L'APPLICATION DE LA CONVENTION COLLECTIVE Document adopté par le Comité

Plus en détail

Chapitre 1 : Évolution COURS

Chapitre 1 : Évolution COURS Chapitre 1 : Évolution COURS OBJECTIFS DU CHAPITRE Savoir déterminer le taux d évolution, le coefficient multiplicateur et l indice en base d une évolution. Connaître les liens entre ces notions et savoir

Plus en détail

Règlement intérieur du comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail Centre de Gestion de la Fonction Publique de la Nièvre

Règlement intérieur du comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail Centre de Gestion de la Fonction Publique de la Nièvre Règlement intérieur du comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail Centre de Gestion de la Fonction Publique de la Nièvre Règlement adopté lors de la réunion du CHSCT du 16 février 2015,

Plus en détail

Synthèse de la réunion de l IASB du mois de Décembre 2013

Synthèse de la réunion de l IASB du mois de Décembre 2013 Synthèse de la réunion de l IASB du mois de Décembre 2013 Sommaire 1. Revue post-application de la norme IFRS 3 sur les regroupements d entreprises... 2 2. Mise en équivalence : part dans les variations

Plus en détail

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F9. ETRE ASSISTE D UN AVOCAT : OUI MAIS COMMENT?

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F9. ETRE ASSISTE D UN AVOCAT : OUI MAIS COMMENT? Comme vous le savez, vous êtes libre de choisir l avocat que vous désirez. Attention! Il est conseillé de trouver un avocat spécialisé dans le type de droit qui intéresse, selon votre affaire (exemple

Plus en détail

NC 11 Norme comptable relative aux Modifications comptables

NC 11 Norme comptable relative aux Modifications comptables NC 11 Norme comptable relative aux Modifications comptables Objectifs 01. La divulgation des informations financières repose sur les caractéristiques qualitatives prévues par le cadre conceptuel, notamment,

Plus en détail

LE LICENCIEMENT. Présenté par: AITOUYHYANE Hamza ZAKI Ghita Encadré par: Mr Larhzal

LE LICENCIEMENT. Présenté par: AITOUYHYANE Hamza ZAKI Ghita Encadré par: Mr Larhzal LE LICENCIEMENT Présenté par: AITOUYHYANE Hamza ZAKI Ghita Encadré par: Mr Larhzal Introduction Votre qualité d'employeur vous autorise à sanctionner un salarié fautif. Cette sanction peut prendre la forme

Plus en détail

Contrôle. De nombreuses entreprises contrôlent toujours l exactitude des factures selon les documents papier. Contrôle des visas

Contrôle. De nombreuses entreprises contrôlent toujours l exactitude des factures selon les documents papier. Contrôle des visas Contrôle Contrôle des visas Pages 3/2006 Pages romandes Contrôler et viser des factures électroniquement De nombreuses entreprises contrôlent toujours l exactitude des factures selon les documents papier

Plus en détail

6 Les forces mettent les objets en mouvement.

6 Les forces mettent les objets en mouvement. 6 Les forces mettent les objets en mouvement. Tu dois devenir capable de : Savoir expliquer la proportion directe entre la force et l accélération à l aide d un exemple ; expliquer la proportion inverse

Plus en détail

Une pelouse fleurie INTRODUCTION

Une pelouse fleurie INTRODUCTION INTRODUCTION La notion de pelouse fleurie est assez récente. Elle répond, dans certaines circonstances, à une attente du public pour des aménagements plus soignés tout en ne négligeant pas une certaine

Plus en détail

Fiscal : TVA et frais de restaurant

Fiscal : TVA et frais de restaurant NOTE D INFORMATION 2013/16 du 20 septembre 2013 Fiscal : TVA et frais de restaurant La récupération de la TVA sur les factures relatives aux frais de représentation et de réception est subordonnée à un

Plus en détail

LA CONSERVATION PAR LE FROID DES GRAINES DE RÉSINEUX

LA CONSERVATION PAR LE FROID DES GRAINES DE RÉSINEUX REVUE FORESTIÈRE FRANÇAISE 93 NOTES SUR LE REBOISEMENT LA CONSERVATION PAR LE FROID DES GRAINES DE RÉSINEUX Il ne peut être question clans cette courte note de traiter complètement le problème de la conservation

Plus en détail

CALCUL MENTAL AU CYCLE 3

CALCUL MENTAL AU CYCLE 3 CALCUL MENTAL AU CYCLE 3 Constat de départ : Les élèves du cycle 3 de l école ont des difficultés pour utiliser des procédures de calcul mental lors de calculs réfléchis : ils se trompent ou utilisent

Plus en détail

GUIDE DE MESURAGE DES BILLES DE SCIAGE AVEC LA TABLE ROY

GUIDE DE MESURAGE DES BILLES DE SCIAGE AVEC LA TABLE ROY GUIDE DE MESURAGE DES BILLES DE SCIAGE AVEC LA TABLE ROY 2005 Ce document est la propriété exclusive et toute reproduction ou utilisation du document doit être autorisée par l Association des propriétaires

Plus en détail

TAUX DE PLACEMENT A UTILISER EN FUTAIE JARDINÉE RÉSINEUSE

TAUX DE PLACEMENT A UTILISER EN FUTAIE JARDINÉE RÉSINEUSE 672 REVUE FORESTIÈRE FRANÇAISE TAUX DE PLACEMENT A UTILISER EN FUTAIE JARDINÉE RÉSINEUSE Application au calcul des valeurs devenir et des dommages-intérêts Les problèmes d'évaluation des forêts ou d'estimation

Plus en détail

Alltech Young Scientist Conseils pour rédiger un papier

Alltech Young Scientist Conseils pour rédiger un papier Alltech Young Scientist Conseils pour rédiger un papier Chers étudiants, De nombreux étudiants nous ont demandé, les années passées, si nous pouvions vous communiquer un article-type, ce qui est difficile,

Plus en détail

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête 1. Les faits L enquête sous forme de questionnaire a été menée durant le mois d octobre 2011 auprès des assistants diplômés

Plus en détail

Perte de superficies ayant fait l objet de traitements sylvicoles

Perte de superficies ayant fait l objet de traitements sylvicoles OBJET : Perte de superficies ayant fait l objet de traitements sylvicoles Numéro de la politique : FMB 017 2006 Numéro du dossier : 836 00 0003 Date d entrée en vigueur : 1 er septembre 2006 Date de révision

Plus en détail

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC Janvier 2014 AVANT-PROPOS Dans un service de sécurité incendie, il y a de nombreuses mesures par lesquelles nous pouvons évaluer l efficacité

Plus en détail

Ecrire un récit fantastique avec les TICE

Ecrire un récit fantastique avec les TICE Ecrire un récit fantastique avec les TICE Aymeric Simon, professeur au collège Gérard Philipe, Villeparisis Niveau : 4e Durée : 7-8 heures Objectifs : Etre capable d écrire un récit complet d au moins

Plus en détail

FOIRE AUX QUESTIONS. Que veut dire «étalement»? Que veut dire «valeur au rôle»? Que veut dire «valeur uniformisée»? Que veut dire «valeur ajustée»?

FOIRE AUX QUESTIONS. Que veut dire «étalement»? Que veut dire «valeur au rôle»? Que veut dire «valeur uniformisée»? Que veut dire «valeur ajustée»? Que veut dire «étalement»? FOIRE AUX QUESTIONS Lorsque l augmentation de la valeur foncière de la propriété depuis la dernière mise à jour du rôle peut être répartie sur plus d une année, on dit qu elle

Plus en détail

COMITE DU COMMERCE DES AERONEFS CIVILS. Projet. Compte rendu de la réunion du Comité tenue le 14 mars 1988

COMITE DU COMMERCE DES AERONEFS CIVILS. Projet. Compte rendu de la réunion du Comité tenue le 14 mars 1988 "STRICTED '*9 988 Déciale COMITE DU COMMERCE DES AERONEFS CIVILS Projet Compte rendu de la réunion du Comité tenue le 14 mars 1988 Les délégations sont invitées à faire parvenir au secrétariat, d'ici au

Plus en détail

Les probabilités. Chapitre 18. Tester ses connaissances

Les probabilités. Chapitre 18. Tester ses connaissances Chapitre 18 Les probabilités OBJECTIFS DU CHAPITRE Calculer la probabilité d événements Tester ses connaissances 1. Expériences aléatoires Voici trois expériences : - Expérience (1) : on lance une pièce

Plus en détail

Notre avenir énergétique. Plan de la Nouvelle-Écosse en matière d électricité 2015-2040

Notre avenir énergétique. Plan de la Nouvelle-Écosse en matière d électricité 2015-2040 Notre avenir énergétique Plan de la Nouvelle-Écosse en matière d électricité 2015-2040 Notre avenir énergétique Plan de la Nouvelle-Écosse en matière d électricité 2015-2040 Résumé Contexte La Nouvelle-Écosse

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

FEDERATION CYNOLOGIQUE INTERNATIONALE (AISBL)

FEDERATION CYNOLOGIQUE INTERNATIONALE (AISBL) FEDERATION CYNOLOGIQUE INTERNATIONALE (AISBL) Place Albert 1er, 13, B - 6530 Thuin (Belgique) Tél : ++32.71.59.12.38 Fax : ++32.71.59.22.29, email : info@fci.be REGLEMENT DE LA COUPE D'EUROPE DE GRANDE

Plus en détail

Paiements de transfert Chapitre SP 3410. Avril 2011. Bases des conclusions CCSP

Paiements de transfert Chapitre SP 3410. Avril 2011. Bases des conclusions CCSP Paiements de transfert Chapitre SP 3410 Avril 2011 CCSP AVANT-PROPOS La lettre de mise à jour n o 33 du Manuel de comptabilité de l ICCA pour le secteur public, publiée en mars 2011, comprenait le chapitre

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

Les pourcentages. A) Tout d abord, quelques notions de base à maîtriser. 1- Comment calculer le pourcentage d un nombre?

Les pourcentages. A) Tout d abord, quelques notions de base à maîtriser. 1- Comment calculer le pourcentage d un nombre? Les pourcentages Cette séance est dédiée à l étude des pourcentages. Bien comprendre cette séance s avère être un passage obligé si vous souhaitez aborder de manière sereine les séances concernant les

Plus en détail

Les graphes d intervalles

Les graphes d intervalles Les graphes d intervalles Complément au chapitre 3 «Vol aux archives cantonales» Considérons un ensemble de tâches ayant chacune une heure de début et une heure de fin bien précises. Supposons qu on demande

Plus en détail

Chapitre 1 I:\ Soyez courageux!

Chapitre 1 I:\ Soyez courageux! Chapitre 1 I:\ Soyez courageux! Pour ne rien vous cacher, le langage d'assembleur (souvent désigné sous le terme "Assembleur", bien que ce soit un abus de langage, puisque "Assembleur" désigne le logiciel

Plus en détail

NCECF EN UN COUP D OEIL Chapitre 3465 Impôts sur les bénéfices méthode des impôts futurs1

NCECF EN UN COUP D OEIL Chapitre 3465 Impôts sur les bénéfices méthode des impôts futurs1 NCECF EN UN COUP D OEIL Chapitre 3465 Impôts sur les bénéfices méthode des impôts futurs1 December 2014 CHAMP D'APPLICATION Ne s'applique pas à : La comptabilisation des crédits d'impôt à l'investissement

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel Citation : A. D. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDA 296 Appel No : 2013-0127 ENTRE : A. D. Appelante et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU TRIBUNAL DE

Plus en détail

Apprendre aux enfants la manière de gagner de l argent et de le dépenser

Apprendre aux enfants la manière de gagner de l argent et de le dépenser Chapitre 63 Apprendre aux enfants la manière de gagner de l argent et de le dépenser Enseignez la simplicité dans la vie quotidienne Les parents doivent élever et éduquer leurs enfants de manière à leur

Plus en détail

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Sommaire 1. CHAMP D APPLICATION... 2 2. CHANGEMENTS DE METHODES

Plus en détail