LA QUESTION PALESTINIENNE.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA QUESTION PALESTINIENNE."

Transcription

1 1 LA QUESTION PALESTINIENNE. LE PAYS. La Palestine tire son nom du pays des Philistins, peuple qui, dans l Antiquité, occupait l actuelle Bande de Gaza. Elle subira de nombreuses dominations étrangères : perse (VIe-IVe s.), hellénistique ( acn), romaine (64 acn-330 pcn), byzantine ( , sauf courte occupation perse, ), arabe ( ), turque ( ). Dans le cadre de l Empire ottoman, la Palestine comme telle n existe pas, car son territoire est réparti entre plusieurs circonscriptions : au nord, le vilayet (province) d Alep ; sur le littoral (de Lattaquieh jusqu au nord de Jaffa), le villayet de Beyrouth, traversé en son milieu par le sandjak (district) du Liban ; en bordure du désert (de Hama jusqu à Aqaba), le vilayet de Syrie ; au sud-ouest de la Syrie, un triangle qui s avance jusqu à Aqaba forme le sandjak de Jérusalem. Juifs, chrétiens et musulmans vivent sur un pied d égalité et se côtoient en général pacifiquement, même si l on enregistre sporadiquement des heurts violents entre Juifs et Arabes DANS L EMPIRE OTTOMAN. CHRONOLOGIE Création de l Alliance israélite universelle. ± 1880 Début de l immigration juive La population juive de Palestine compte habitants ; en 1895, ; en 1910, (24-6) Télégramme des notables de Jérusalem au gouvernement turc, pour réclamer l interdiction aux Juifs d immigrer en Palestine et d y acheter des terres. Un firman (décret) fait droit à leur requête, mais une intervention britannique le rendra sans effet Publication de L Etat juif, ouvrage de Théodore Herzl* ( ), écrivain juif de Hongrie, qui expose la doctrine sioniste (programme politique) Création de l Organisation sioniste mondiale au 1er congrès du mouvement sioniste, tenu à Bâle sous la présidence de Théodore Herzl. Des congrès suivront annuellement Création d un Fonds national juif destiné à l achat de terres en Palestine (8-4) Entente cordiale : accord franco-britannique réglant le contentieux colonial - notamment à propos du Maroc, dont le protectorat est laissé à la France moyennant renonciation de celle-ci à l Egypte Le 7e Congrès sioniste rejette tout projet de colonisation juive ailleurs qu en Palestine et dans les pays voisins, suite à la proposition faite en 1903 par le gouvernement britannique d offrir à l organisation sioniste un territoire autonome dans les hautes terres inhabitées de l Ouganda (cette proposition avait été favorablement accueillie par une minorité de sionistes) (31-8) Convention de Saint-Petersbourg, réglant le contentieux entre la Grande-Bretagne et la Russie en Asie : la Perse est partagée en deux zones d influence, tandis que l Afghanistan et le Tibet sont reconnus par la Russie comme zone d influence britannique (13-9) Confirmation de la Convention de Saint-Petersbourg. - N.B. L expression de Triple Entente (ou, plus simplement, l Entente) désigne non pas un traité d alliance en particulier, mais bien l entente réalisée entre France, Grande-Bretagne et Russie de 1907 à Elle ne sera consacrée par un acte officiel que le 3 septembre 1914, lorsque les trois puissances s engageront à ne pas conclure de paix séparée (engagement violé par les Bolcheviks en mars 1918) Création à Haïfa du journal El Karmel, appartenant à des Grecs orthodoxes et qui ambitionne de dévoiler les visées sionistes et les menaces que font peser sur la Palestine l immigration juive et l achat de terres par les colons (11-6) Rencontre entre le roi de Grande-Bretagne Edouard VII et le tsar Nicolas II à Reval (actuellement Tallin, Estonie). L opinion publique turque est convaincue que les deux monarques se sont entendus sur un partage de l Empire ottoman.

2 La population juive de Palestine s élève à habitants Fondation de la colonie de Tel-Aviv, au nord de Jaffa. Les députés arabes au nouveau parlement turc soulèvent le problème de l immigration juive Création des premières organisations politiques de lutte contre le sionisme (Haïfa, Jaffa). Fondation à Jaffa du journal Falastine (Palestine), également anti-sioniste et propriété de Grecs orthodoxes ; plus modéré qu El Karmel, il soutient l unité de l Empire (2-11) Entrée en guerre de l Empire turc. La Palestine compte alors habitants, dont Juifs (mai) Conférence secrète tenue à Damas par les comités des mouvements nationalistes arabes el Fatat (ou Jeunes Arabes, créé en 1911) et el Ahd (créé en 1914), en présence de l émir Fayçal ibn Hussein. Le père de celui-ci, le chérif Hussein de La Mecque, est reconnu comme le porteparole de la Nation arabe tout entière. Il est décidé (protocole de Damas) de déclencher la révolte des Arabes contre la Turquie pour appuyer la Grande-Bretagne, à la condition que celleci garantisse l indépendance arabe de la Méditerranée au golfe Persique et de la frontière nord de la Syrie jusqu au sud de la péninsule arabique. Dans le cadre de cette confédération sera constituée une Grande Syrie formée de la Syrie actuelle, du Liban, de la Palestine et de la Jordanie. Sur les promesses faites par Londres (24 octobre 1915), les Arabes engageront le combat en juin (24-10) Lettre adressée par sir Henry Mac Mahon, haut-commissaire britannique au Caire, au chérif Hussein de La Mecque, dans laquelle l indépendance est promise aux Arabes dans une zone très vaste incluant implicitement la Palestine. C est sur base de cette promesse que le chérif Hussein déclenchera la révolte des Arabes contre les Turcs le 5 juin (mai) Accord Sykes-Picot. Accord secret négocié ( ) entre deux diplomates, le Britannique Mark Sykes ( ) et le Français Georges Picot, sur un partage entre leurs pays des territoires à arracher à l Empire turc après la guerre : Grande-Bretagne et France se déclarent disposées à reconnaître un Etat arabe (ou une confédération d Etats) sous leur influence ; la Grande-Bretagne se verra confier les intérêts de la Basse-Mésopotamie et des territoires à l est du Jourdain, tandis que la France assumera le protectorat du Liban, de la Syrie et de la Haute- Mésopotamie. La Palestine serait soumise à une administration internationale. L accord sera ensuite avalisé par la Russie et signé par les trois puissances en mai 1916 ; mais, dénoncé par le gouvernement bolchevique en 1917 et ensuite condamné par les Arabes, il n entrera jamais en vigueur. Cependant, il était totalement contraire aux promesses faites aux Arabes, ceci étant dû notamment à la ferme volonté de la France de préserver ses intérêts au Proche-Orient (5-6) Entrée en guerre des forces arabes contre la Turquie (2-11) Déclaration Balfour * : lettre adressée par Lord Arthur Balfour, ministre des Affaires étrangères britanniques, au Baron Lionel Walter de Rotschild ( ), qui soutenait le mouvement sioniste. Le Royaume-Uni est favorable à la création d un foyer national juif en Palestine, étant entendu que rien ne sera fait qui pourrait porter préjudice aux droits civils et religieux des communautés non-juives en Palestine, ainsi qu'aux droits et au statut politique dont les Juifs pourraient jouir dans tout autre pays. En dépit de cette réserve, la déclaration contredit ouvertement les promesses faites aux Arabes en 1915, mais elle sera bientôt reconnue par les gouvernements français, italien et américain. C est une victoire pour le mouvement sioniste, et en particulier pour son chef en Grande-Bretagne, Chaïm Weizmann, tandis que les Arabes n ont aucunement été consultés sur la question (10-12) Prise de Jérusalem aux Turcs par les Britanniques (Général Allenby) (4-1) Le commandant Hogarth (Bureau arabe de la Grande-Bretagne au Caire) assure au chérif Hussein de La Mecque (devenu roi du Hedjaz) que le gouvernement britannique ne s opposera pas à l immigration juive en Palestine pour autant qu elle est compatible avec la liberté économique et politique de la population existante (juin) Les promesses antérieures concernant l indépendance et la consultation des populations sont confirmées par les autorités britanniques au Caire à sept notables arabes (7-11) Déclaration franco-britannique largement diffusée dans toutes les zones occupées par les Alliés, selon laquelle l objectif des deux Etats en Orient est l affranchissement des populations du joug turc ; elle promet l établissement d Etats nationaux et l autodétermination des populations (6-2) A la conférence de la paix à Paris, le prince Fayçal du Hedjaz (fils du roi Hussein), accompagné

3 3 du colonel Lawrence, vient plaider la cause arabe, mais n obtient pas l indépendance promise (février) Premier congrès palestinien, à Jérusalem. Regroupant des associations palestiniennes chrétiennes et musulmanes qui se sont formées à Jaffa et à Jérusalem à la fin de l année Foyers de la lutte palestinienne contre le mandat britannique et l immigration juive, sept congrès de ce type se tiendront entre 1919 et La charte publiée à l issue de ce premier congrès souligne que la Palestine (appelée Syrie du Sud par les Arabes) fait partie de la Syrie, dont l indépendance et l intégrité doivent être assurées, et à laquelle elle est attachée par des liens nationaux, religieux, linguistiques et économiques. Il envoie à la conférence de la paix à Paris un télégramme contenant le refus des délégués d accepter l établissement en Palestine d un foyer national juif et demandant qu aucune décision concernant leur pays ne soit prise sans que les habitants aient été consultés (19-4) Charte de la Société des Nations, qui sera placée en tête des différents traités de paix, à commencer par celui de Versailles (28 juin 1919). Dans son article 22 instaurant le système des mandats à conférer par la S.D.N. à un Etat pour l administration d un territoire donné, le texte prévoit que " certaines communautés qui appartenaient autrefois à l Empire ottoman ont atteint un degré de développement tel que leur existence en tant que nations indépendantes peut être provisoirement reconnue à la condition qu un mandataire apporte ses conseils et son assistance à leur administration jusqu au moment où elles seront capables de se diriger seules. Les voeux de ces communautés doivent d abord être pris en considération pour le choix du mandataire. " 1919 (2-7) Congrès général syrien à Damas, avec la participation de délégués palestiniens. Il réclame l indépendance politique totale pour la Syrie, qui ne doit pas être séparée de la région méridionale connue sous le nom de Palestine, ni de la région côtière occidentale, qui comprend le Liban. Il dénie à la France tout droit sur une partie quelconque de la Syrie et rejette la Déclaration Balfour. Amir Fayçal, fils du roi du Hedjaz Hussein ibn Ali, doit devenir roi constitutionnel de la Syrie unie (incluant la Palestine). Dès juillet 1920 cependant, le nouveau roi est déposé par les Français. Les dix résolutions prises par le congrès sont envoyées à une commission d enquête américaine envoyée en Syrie pendant l été 1919 par le président Wilson (août) Deux membres de la commission d enquête américaine en Syrie (Henry King et Charles Crane), rentrés à Paris, préconisent une profonde modification du programme sioniste en Palestine. Se référant à la Déclaration Balfour, ils indiquent qu établir un foyer national juif n équivaut pas à faire de la Palestine un Etat juif. La création d un Etat juif ne pourrait se faire sans porter les plus graves atteintes aux droits civils et religieux des communautés non-juives en Palestine. Ils ajoutent : " Le fait est constamment apparu que les sionistes envisagent une complète dépossession des habitants non-juifs actuels de la Palestine, par diverses formes d achat de terres. " 1920 (27-2) Proclamation officielle du général Louis Bols, chef de l administration militaire britannique, selon laquelle son gouvernement a l intention d appliquer la Déclaration Balfour. ; il en résulte des manifestations de protestation (Jérusalem, Haïfa), des pétitions aux autorités britanniques, des grèves. La réunion du deuxième congrès palestinien, prévue pour février à Jaffa, a été interdite (8-3) Le second congrès pansyrien proclame le prince Fayçal roi de la Syrie indépendante et souveraine (18 au 26-4). Conférence de San Remo (Ligurie) entre les chefs de gouvernement français (Millerand), britannique (lloyd George) et italien (Nitti), sur l exécution du traité de Versailles et la préparation du traité de Sèvres avec la Turquie. La Syrie est officiellement partagée entre la France (Syrie) et la Grande-Bretagne (Transjordanie et Palestine), contre le voeu des populations. Le mandat britannique sur la Palestine fait obligation à la Grande-Bretagne d appliquer la Déclaration Balfour Fondation en Palestine de la Haganah * (mot hébreu = défense), milice juive d autodéfense. Son objectif était d assurer l implantation et la défense des colonies juives de Palestine contre la population arabe. Tolérée, mais non officiellement reconnue par le gouvernement britannique, la Haganah condamnera l action des groupes terroristes extrémistes juifs (Irgoun, Stern) jusqu en A cette date, forte de volontaires environ, elle se lancera à son tour dans ce type d actions, prenant part à la lutte contre la puissance mandataire. Son action contribua à l exode massif des populations arabes en

4 (1-7) L administration militaire britannique (général Louis Bols) fait place à une administration civile dirigée par un haut-commissaire ; le premier sera sir Herbert Samuel (un Juif qui saura garder ses distances à l égard du sionisme) (24-7) Syrie : entrée des troupes françaises (général Gouraud) à Damas (28-7) Syrie : départ pour l exil du roi Fayçal, chassé de Syrie par les Français ; il sera ensuite roi d Irak ( ) (13-12) Ouverture à Haïfa du 3ème congrès palestinien. Il réclame la constitution d un gouvernement palestinien indépendant et élit un Comité exécutif arabe (24 membres), présidé par Moussa Kazem al-husseini, ancien maire de Jérusalem et parent du grand mufti. Ce Comité a pour mission d appliquer le programme défini par le congrès : dénonciation de la politique britannique visant à appliquer la Déclaration Balfour ; refus de l immigration juive ; formation d un gouvernement palestinien représentatif et indépendant (mars) Visite de Winston Churchill, secrétaire d Etat aux colonies, au Caire et en Palestine. Désignation d Amin al-husseini ( ) comme mufti de Jérusalem (le mufti est un docteur en droit religieux musulman qui remplit des fonctions religieuses, judiciaires et civiles). Etant donné l importance de Jérusalem, il fait figure de chef de la communauté musulmane palestinienne, d autant plus qu à partir de janvier 1922 il présidera le Conseil suprême musulman nouvellement créé. Ce conseil, important sur le plan politique, nomme en outre les juges musulmans et surtout gère les immenses revenus des biens appartenant aux institutions religieuses (mosquées, hôpitaux, écoles, etc.) (1-4) Entrée en fonction de la première administration autonome de Transjordanie. Cette région, promise aux Arabes (correspondance Mac Mahon - Hussein en 1915) et revendiquée par les sionistes (bien qu il ne s y trouve aucune colonie juive), a été remise par les Britanniques à l émir Abdullah ibn Hussein ( ), fils du chérif Hussein (dynastie hachémite toujours en place actuellement) ; il sera émir de Transjordanie ( ), puis roi de Transjordanie ( ), et enfin de Jordanie (suite à l annexion à son royaume de la Cisjordanie) (mai) Violentes luttes armées entre Arabes et Juifs (fin mai) 4ème congrès palestinien. Décision d envoyer une délégation à Londres (plutôt qu auprès du haut-commissaire, au Caire) pour défendre le programme du Comité exécutif arabe auprès du gouvernement britannique Le rapport de la commission d enquête britannique Haycraft souligne que le mécontentement et l hostilité de la population arabe à l égard des Juifs est dû à des causes économiques autant que politiques (juill.) La délégation palestinienne constituée au 4ème congrès part pour Londres (3-2) Accord franco-britannique de Beyrouth sur la limite des zones d influence respectives de ces deux puissances. Le découpage territorial déçoit les sionistes, privé de régions qu il revendiquait pour la Palestine (Liban sud, rive orientale du Jourdain et autorité sur le golfe d Aqaba) MANDAT BRITANNIQUE* Mandat britannique * [A 128]. Le texte du mandat a été approuvé par le Conseil de la S.D.N. le 24 juillet (juin) Livre blanc (white paper) du gouvernement britannique (rédigé par Winston Churchill) donnant son interprétation du foyer national juif. Celui-ci est à établir en Palestine, mais il n est pas question qu il recouvre l ensemble du pays, ni qu il entraîne la subordination ou la disparition de la population, de la langue et de la culture arabes en Palestine ; l immigration ne doit pas dépasser les capacité d absorption du pays sur le plan économique ; on mettra progressivement en place un Conseil législatif. D autre part cependant, la communauté juive est en Palestine de droit et non pas par tolérance. Ces propositions sont rejetées par les Arabes, à la fois par principe et parce que l immigration juive, qui poursuit un but politique, va être régulée par des critères économiques (24-7) Le Conseil de la Société des Nations approuve définitivement le texte du mandat britannique sur la Palestine, y compris son préambule imposant à la puissance mandataire de mettre à

5 5 exécution la Déclaration Balfour ; il n y a pas un mot sur une future indépendance palestinienne (22-8) 5ème congrès palestinien, à Naplouse (foyer du nationalisme arabe le plus radical). La délégation envoyée à Londres (juillet 1921) fait rapport sur son échec ; décision de boycotter les élections pour le Conseil législatif. En effet, Londres a décidé d instituer en Palestine un Conseil législatif (22 membres, dont 10 Britanniques nommés par le haut-commissaire, celui-ci disposant d un droit de veto). L abstention des électeurs arabes fera échouer le projet britannique, et on en reviendra à l ancien Conseil consultatif (sept.) La Transjordanie, bien que comprise dans le mandat britannique sur la Palestine, est exclue du champ de la Déclaration Balfour, au grand dépit des sionistes (15-5) Herbert Samuel, haut commissaire britannique, annonce officiellement, à Amman, que le gouvernement britannique reconnaît l indépendance de l émir Abdallah de Transjordanie (29-9) Entrée en vigueur officielle du mandat britannique sur la Palestine (6-2) La S.D.N. approuve l accord franco-britannique du 3 février Arrivée de immigrants juifs ; en 1925, il y en aura , et en (mars) Création en Egypte de la confrérie des Frères musulmans par l instituteur Hasan al-banna ; c est l avènement du mouvement intégriste musulman, qui restera longtemps marginal, pour prendre un formidable essor suite à la défaite des pays arabes face à Israël en (juin) 7e congrès palestinien, tenu à Jérusalem, à propos de la création par la puissance mandataire d un Conseil représentatif (refusé par la jeune génération, plus radicale, qui milite pour une Palestine indépendante, mais néanmoins décidé) ; toutes les résolutions des congrès précédents restent en vigueur (août-sept.) Violents accrochages entre Arabes et Juifs. Très grave tension entre les deux communautés à Jérusalem, sur les conditions d accès au Mur des Lamentations. Par la suite, une commission d enquête dirigée par sir Walter Shaw, dont le rapport demandera une clarification de la politique britannique en Palestine, stigmatisant une immigration juive excessive et l éviction des paysans comme facteurs principaux de la contestation arabe (mai) Commission d enquête britannique (Colonial Office) en Palestine, dirigée par sir John Hope Simpson. Elle confirme les conclusions de la commission Shaw : les paysans arabes sont dépossédés de leurs terres et privés de moyens de subsistance ; la superficie totale des terres à cultiver par les colonies juives est à revoir à la baisse (oct.) Déclaration de lord Passfield, secrétaire aux Colonies, sur la politique du gouvernement britannique en Palestine (Livre blanc Passfield ). Elle appuie les conclusions de la commission Simpson, déclarant qu il n y a plus de terres libres pour la création de nouvelles colonies agricoles juives. La tempête provoquée en Grande-Bretagne (presse, Parlement) par ces déclarations va amener le gouvernement travailliste, qui ne disposait que d une étroite majorité, à faire marche arrière (voir 13-2) (13-2) Lettre de James Ramsay MacDonald, chef du gouvernement travailliste britannique, au Dr Weizmann, réaffirmant que la Grande-Bretagne est toujours engagée dans les termes du mandat. Le document est appelé lettre noire par les Arabes, qui y voient la soumission britannique aux visées sionistes, alors que, quelques mois auparavant, une délégation arabe s était rendue à Londres pour réclamer la fin de l immigration juive et des transferts de terres, ainsi que l établissement d un gouvernement démocratique en Palestine, avec représentation proportionnelle de tous les habitants du pays (déc.) Congrès islamique mondial à Jérusalem, réunissant les délégations de 22 Etats musulmans pour discuter de la menace que représente le mouvement sioniste L accession au pouvoir d Hitler en Allemagne renforce le mouvement d immigration juive en Palestine : en 1933, en 1934, en bien que la majorité de ces immigrants venait d autres pays que l Allemagne (automne) Emeutes arabes contre les autorités britanniques Fondation de l Irgoun (Irgoun Z vai Leumi, càd. Organisation militaire nationale), organisation de combat sioniste. Groupe d extrême droite dissidentde la Haganah, l Irgoun avait pour objectif de répondre par des actions terroristes aux raids effectués par les Arabes contre les colonies juives (kibboutzim) de Palestine (ces actes terroristes commenceront dès les premières semaines de 1939); elle organisait aussi l immigration juive clandestine. S attaquant même aux

6 6 Britanniques, l Irgoun sera particulièrement active entre 1944 et (nov.) Les partis politiques arabes réclament la cessation de l immigration juive, l interdiction d aliéner des terres et l établissement d institutions démocratiques. En décembre, l administration britannique propose l établissement d un Conseil législatif de 28 membres, au sein duquel il y aurait 14 sièges pour les Arabes (chrétiens et musulmans) et 8 pour les Juifs. Bien que la communauté arabe ne s y trouvait pas représentée en proportion de son importance numérique, certains de ses membres souhaitaient prendre la proposition en considération, mais la farouche opposition des sionistes, relayée à la Chambre des Communes à Londres, va faire échouer le projet et déclencher une rébellion arabe Rébellion arabe en Palestine (avril) Les six partis politiques arabes forment un Haut Comité arabe présidé par le mufti de Jérusalem, Haj Amin al-husseini, qui prend en main le mouvement palestinien et appelle à la grève générale ; celle-ci durera six mois. Simultanément, des rebelles arabes, rejoints par des volontaires des pays arabes voisins, s installent dans les collines ; à la fin de l année, le mouvement a pris les dimensions d une révolte nationale. La grève a pris fin (octobre) à la demande des chefs d Etats arabes voisins, mais la lutte armée s est poursuivie Fondation du groupe Stern*, organisation nationaliste juive extrémiste, par Abraham Stern. Dissidence de l Irgoun, le groupe Stern se signala par des actions terroristes anti-arabes et antibritanniques (7-7) Publication du rapport de la Commission d enquête sur la situation en Palestine, présidée par Lord Peel (plan de partage ). Considérant que le mandat britannique est impossible à exercer et que les revendications des deux camps sont absolument inconciliables, le rapport recommande la partition du pays, prévoyant trois Etats en Palestine : l un arabe, l autre juif, et le troisième (les lieux saints) sous statut international. La réaction des sionistes est ambivalente : d une part, ils ont la satisfaction que le gouvernement britannique fasse explicitement mention d un Etat juif, que la superficie allouée à cet Etat soit immensément plus vaste que les colonies juives existantes, et qu on recommande même le transfert forcé des populations arabes du territoire alloué aux Juifs ; d autre part cependant, les sionistes ont encore besoin de la puissance mandataire pour soutenir et protéger l extension de la colonisation, ce qui les fait pencher en faveur du maintien d une Palestine unitaire. Quant aux Arabes, ils sont horrifiés à l idée d un démembrement de leur pays, et en particulier à celle de transferts forcés de populations. Le rapport Peel entraînera une aggravation du soulèvement arabe, qui atteint son paroxysme en 1937 et (21-7) Le grand mufti de Jérusalem rencontre le consul allemand Döhle en Palestine (août) 20e congrès sioniste, à Bâle (sept.) Le Conseil de la Société des Nations autorise la Grande-Bretagne à préparer un plan détaillé de partition de la Palestine (avril-août) Commission technique britannique en Palestine, dirigée par sir John Woodhead, chargée de proposer des plans concrets de partage du pays (févr.-mars) Table ronde sur la Palestine à Londres ; elle n aboutit à aucun résultat. La population juive de Palestine, passée de personnes en 1930 à , représente alors 30 % des habitants (17-5) Livre blanc (white paper) du gouvernement britannique sur la Palestine. Dans les cinq ans, le nombre de Juifs autorisés à immigrer se monte à après quoi l immigration juive sera soumise à l approbation des Arabes ; les transferts de terres ne seront plus autorisés que dans certaines zones du pays ; la création d un Etat palestinien indépendant est à envisager dans les dix ans. - Les Arabes, bien que favorables à cette nouvelle orientation politique, ne pouvaient accepter, et cela à la fois par méfiance vis-à-vis de la Grande-Bretagne et dans la perspective d une prolongation du mandat britannique au-delà des dix ans. Quant aux sionistes, choqués par le projet, ils considèrent qu il enterre leur programme et s oppose à la Déclaration Balfour. Le Livre blanc de 1939 a sonné la fin de l entente entre le mouvement sioniste et la Grande- Bretagne - ce qui n empêchera pas nombre de ses membres de combattre aux côtés de celle-ci contre les puissances de l Axe pendant la guerre. Le déclenchement des hostilités, d ailleurs, empêchera le Conseil de la S.D.N. d entamer les discussions sur le livre blanc

7 (20-11) Le grand mufti de Jérusalem Amin al-husseini, oncle de Yasser Arafat, est reçu à Berlin par Joachim von Ribbentrop, ministre des Affaires étrangères du III e Reich (28-11) Rencontre, à Jérusalem, d Hitler et du grand mufti de Jérusalem. Les relations établies par le mufti avec les autorités allemandes ont fait l objet de vives controverses Indépendance du Liban (novembre). Assassinat, au Caire, de lord Moyne, ministre britannique en Egypte, par des terroristes sionistes Les persécutions systématiques du régime nazi à l encontre des Juifs allemands, puis sa politique d extermination de l ensemble des Juifs d Europe ont profondément ému l opinion mondiale sur le sort de ce peuple martyr. Dès lors, le projet sioniste de rétablir un Etat juif en Palestine rallie davantage de suffrages (22-3) Création, au Caire, de la Ligue arabe, en vue de promouvoir la solidarité entre Etats arabes (notamment face aux puissances occidentales, la Grande-Bretagne en particulier) et de défendre les droits des Arabes en Palestine Evacuation du Liban par les troupes françaises (mars) Le mandat britannique sur la Transjordanie s achève, suite aux services rendus contre les forces de l Axe, au profit d Abdullah ibn Hussein, qui prend le titre de roi de Transjordanie (on parlera de Jordanie après l annexion de la Cisjordanie en janvier 1949) (juillet) Dans le cadre de la conférence anglo-américaine (juin-juillet 1946) préparatoire à la conférence de Londres qui doit réunir le gouvernement britannique avec les représentants arabes et sionistes sur la Palestine, les Britanniques proposent le plan Morrison (du nom du ministre britannique Herbert Stanley Morrison) : partage provisoire de la Palestine en trois zones, une juive, une arabe et la troisième, incluant Jérusalem, sous administration directe de la Grande-Bretagne. Ce plan est repoussé autant par l Agence juive (5 août) que par les Arabes. Pour ces derniers, toute partition du pays est exclue par principe, et a fortiori contre la volonté de la majorité de ses habitants ; en outre, la zone allouée aux sionistes comporterait presque autant d Arabes que de Juifs. En 1946, la population de Palestine compte Arabes et Juifs ; en 1949, les Arabes seront encore dans le nouvel Etat d Israël (22-7) Les terroristes sionistes font sauter toute une aile de l hôtel Roi David, siège du quartier général britannique à Jérusalem (91 tués) (11-8) Le Gouvernement britannique annonce qu il continuera à s opposer à l immigration juive clandestine (31-1) La Grande-Bretagne décide l évacuation de Palestine d une partie de ses ressortissants (femmes et enfants) face au terrorisme sioniste (4-2) Echec et ajournement de la conférence de Londres, qui avait proposé le plan Bevin (du nom d Ernest Bevin, secrétaire d Etat britannique aux Affaires étrangères). Ce plan prévoyait de maintenir la tutelle britannique sur la Palestine pendant cinq ans, au cours desquels les zones arabe et juive jouiraient d une large autonomie ; au terme de quatre ans, une assemblée constituante serait élue pour organiser un Etat indépendant. Si Juifs et Arabes ne parviennent pas à s entendre, le problème palestinien sera déféré à l O.N.U (14-2) La Grande-Bretagne défère le problème palestinien à l O.N.U. ; le 28 avril s y ouvre l assemblée générale extraordinaire consacrée au problème palestinien (été) Affaire de l Exodus : les réfugiés juifs doivent y ré-embarquer pour l Allemagne (31-8) La Commission d enquête de l O.N.U. conclut à un partage de la Palestine. Ce plan de partage, repoussé par les Arabes dès le lendemain, sera accepté (11 et 13 octobre) tant par l U.R.S.S. que par les Etats-Unis (29-11)* Résolution 181 de l O.N.U. approuvant le plan de partage de la Palestine en deux Etats, l un arabe, l autre juif, la ville de Jérusalem étant sous administration internationale [A 129]. Cette partition reprend le plan Morrison (1946). La résolution est adoptée par 33 voix (dont les Etats- Unis, l U.R.S.S. et la France) contre 13 (11 pays musulmans, plus Cuba et la Grèce) et 10 abstentions (dont la Grande-Bretagne). La résolution 181 ne sera jamais appliquée! 1947 (fin) Début de la guerre entre Juifs et Arabes (4-5) Message à l O.N.U. du roi Abdullah de Transjordanie, qui définit la position arabe sur la Palestine : elle doit constituer un Etat arabe unitaire ; les Juifs pourront y jouir d un statut complet de citoyens et, dans certaines régions, posséder une administration autonome.

I la question d'israël. 1 les origines et le conflit iraélo-arabe

I la question d'israël. 1 les origines et le conflit iraélo-arabe I la question d'israël 1 les origines et le conflit iraélo-arabe Le sionisme apparaît à la fin du XIXe siècle, à l'époque des nationalismes. Pour cette idéologie, les juifs doivent retourner sur la terre

Plus en détail

b. La montée des tensions entre les deux guerres

b. La montée des tensions entre les deux guerres Un plan chronologique : I- De 1918 à 1948 : une région sous influence étrangère a. Au lendemain de la Première Guerre Mondiale Pendant la 1GM les Britanniques étaient alliés aux princes arabes contre l

Plus en détail

Cela fait des années que deux peuples

Cela fait des années que deux peuples Cela fait des années que deux peuples caressent le même rêve. Tous deux veulent vivre en paix sur ce petit bout de terre qui malgré sa petite taille fait l objet de convoitises qui s expriment par la violence.

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 NATIONS UNIES S Conseil de sécurité Distr. GÉNÉRALE S/RES/1270 (1999) 22 octobre 1999 RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

Réflexion-Débats. Le génocide des arméniens. Spécificité et difficulté d un enseignement.

Réflexion-Débats. Le génocide des arméniens. Spécificité et difficulté d un enseignement. Réflexion-Débats Le génocide des arméniens. Spécificité et difficulté d un enseignement. Par Sophie Ferhadjian Présentation du génocide des Arméniens, 1915 L Arménie est un territoire situé entre l Euphrate

Plus en détail

Avantages et inconvénients d une force internationale

Avantages et inconvénients d une force internationale e 11 r aaooûût t 22000066 Institut du Renseignement Centre d Etudes du Terrorisme Avantages et inconvénients d une force internationale (par le Général. (res.) Moshe Yaalon et le Général. (res.) Yaakov

Plus en détail

Résolution. De la réunion extraordinaire du

Résolution. De la réunion extraordinaire du OIC/PAL-02/NY/2015/EX.CFM.FC/ Résolution De la réunion extraordinaire du Conseil des ministres des affaires étrangères des États membres de l'organisation de la coopération islamique Sur les attaques israéliennes

Plus en détail

Unité 5: L Inde, l Égypte et l Afrique du Sud

Unité 5: L Inde, l Égypte et l Afrique du Sud Unité 5: L Inde, l Égypte et l Afrique du Sud 5.1.1 Définir : autodétermination, colonialisme, loi sur l indépendance de l Inde, apartheid, Congrès national africain. (c) Autodétermination: La détermination

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur la base du rapport de la Sixième Commission (A/65/475)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur la base du rapport de la Sixième Commission (A/65/475)] Nations Unies A/RES/65/34 Assemblée générale Distr. générale 10 janvier 2011 Soixante-cinquième session Point 107 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur la base du rapport

Plus en détail

Quelle est l évolution du paysage politique du monde depuis 1945? Comment est-on passé d un monde bipolaire à un monde multipolaire?

Quelle est l évolution du paysage politique du monde depuis 1945? Comment est-on passé d un monde bipolaire à un monde multipolaire? LES RELATIONS INTERNATIONALES DE 1945 à nos JOURS p126 à 157 Quelle est l évolution du paysage politique du monde depuis 1945? Comment est-on passé d un monde bipolaire à un monde multipolaire? I- LES

Plus en détail

Résolution 1686 - Prolongation du mandat de la Commission d enquête sur l assassinat de Rafic Hariri (15 juin 2006)

Résolution 1686 - Prolongation du mandat de la Commission d enquête sur l assassinat de Rafic Hariri (15 juin 2006) SELECTION DE DOCUMENTS à propos du LIBAN Provenance:Ministère Français des Affaires Etrangères Résolution 1686 - Prolongation du mandat de la Commission d enquête sur l assassinat de Rafic Hariri (15 juin

Plus en détail

Prépa Sciences Po : Les frontières - Le Proche-Orient

Prépa Sciences Po : Les frontières - Le Proche-Orient Prépa Sciences Po : Les frontières - Le Proche-Orient par webmaster - Jeudi, janvier 27, 2011 http://ses-noailles.fr/2011/01/prepa-sciences-po-les-frontieres-le-proche-orient/ Dans le cadre de la préparation

Plus en détail

Addis Abéba, ETHIOPIE Boîte postale: 3243 Téléphone 513822 Fax : 519321 E-mail : oau-ews@telemcom.net.et

Addis Abéba, ETHIOPIE Boîte postale: 3243 Téléphone 513822 Fax : 519321 E-mail : oau-ews@telemcom.net.et AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Addis Abéba, ETHIOPIE Boîte postale: 3243 Téléphone 513822 Fax : 519321 E-mail : oau-ews@telemcom.net.et QUATRE-VINGT-SEPTIEME SESSION ORDINAIRE DE L ORGANE

Plus en détail

QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION

QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION La Constitution est un ensemble de textes juridiques qui définit les différentes institutions composant l État et qui organise leurs relations. Elle peut comporter également

Plus en détail

Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange

Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange 5 6 avril 2004 Compte Rendu La conférence s est tenue le 5 et 6 avril 2004 à Doha. Elle a été inaugurée par S.E. Royale Sheikh/ Hamad

Plus en détail

ASSOCIATION DES MEDIATEURS DES PAYS MEMBRES DE L UEMOA (AMP-UEMOA) STATUTS

ASSOCIATION DES MEDIATEURS DES PAYS MEMBRES DE L UEMOA (AMP-UEMOA) STATUTS ASSOCIATION DES MEDIATEURS DES PAYS MEMBRES DE L UEMOA (AMP-UEMOA) STATUTS PREAMBULE Les Médiateurs des pays membres de l UEMOA, conformément à la recommandation de leur première réunion tenue à Ouagadougou

Plus en détail

Situation actuelle, réinstallation et relocalisation

Situation actuelle, réinstallation et relocalisation Département fédéral de justice et police DFJP Secrétariat d Etat aux migrations SEM Fiche d information Date : 18 septembre 2015 Situation actuelle, réinstallation et relocalisation 1.1 Situation dans

Plus en détail

FEDERATION EUROPEENNE DE FINANCES ET BANQUES ETHIQUES et ALTERNATIVES STATUTS

FEDERATION EUROPEENNE DE FINANCES ET BANQUES ETHIQUES et ALTERNATIVES STATUTS FEDERATION EUROPEENNE DE FINANCES ET BANQUES ETHIQUES et ALTERNATIVES Association Internationale Sans But Lucratif STATUTS Approuvé par l Assemblée Générale du 16/06/2015 Dénomination, but et objectif

Plus en détail

LE MOYEN-ORIENT, UN FOYER DE CONFLITS

LE MOYEN-ORIENT, UN FOYER DE CONFLITS RÉVISIONS DES ÉPREUVES DU BACCALAURÉAT Histoire LE MOYEN-ORIENT, UN FOYER DE CONFLITS HISTOIRE Le Moyen-Orient, un foyer de conflits Le Moyen-Orient est un des principaux foyers de tension géopolitiques

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Décret n o 2015-215 du 25 février 2015 relatif aux conditions et modalités d agrément des groupements

Plus en détail

STATUTS. Il pourra être transféré par simple décision du Conseil d Administration ; la ratification par l Assemblée Générale sera nécessaire.

STATUTS. Il pourra être transféré par simple décision du Conseil d Administration ; la ratification par l Assemblée Générale sera nécessaire. STATUTS ARTICLE 1- TITRE de l ASSOCIATION Il est fondé entre les adhérents, actuels et futurs, aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901, ayant

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

Traité entre la Principauté de Liechtenstein la Confédération suisse sur la protection conférée par les brevets d invention

Traité entre la Principauté de Liechtenstein la Confédération suisse sur la protection conférée par les brevets d invention Traité entre la Principauté de Liechtenstein la Confédération suisse sur la protection conférée par les brevets d invention (Traité sur les brevets) Conclu à Vaduz le 22 décembre 1978 Entré en vigueur

Plus en détail

DAHIR N 1-15-75 DU 7 RAMADAN 1436 (24 JUIN 2015) PORTANT CREATION DE LA FONDATION MOHAMMED VI DES OULEMA AFRICAINS

DAHIR N 1-15-75 DU 7 RAMADAN 1436 (24 JUIN 2015) PORTANT CREATION DE LA FONDATION MOHAMMED VI DES OULEMA AFRICAINS DAHIR N 1-15-75 DU 7 RAMADAN 1436 (24 JUIN 2015) PORTANT CREATION DE LA FONDATION MOHAMMED VI DES OULEMA AFRICAINS 1 DAHIR N 1-15-75 DU 7 RAMADAN 1436 (24 JUIN 2015) PORTANT CREATION DE LA FONDATION MOHAMMED

Plus en détail

L E T T R E S D U P. C. A. A U F. L. N. ( j u i l l e t a o û t 1 9 5 6 ) à la Direction du Front de Libération Nationale

L E T T R E S D U P. C. A. A U F. L. N. ( j u i l l e t a o û t 1 9 5 6 ) à la Direction du Front de Libération Nationale L E T T R E S D U P. C. A. A U F. L. N. ( j u i l l e t a o û t 1 9 5 6 ) PARTI COMMUNISTE ALGERIEN COMITE CENTRAL Le 12 juillet 1956 à la Direction du Front de Libération Nationale Chers Frères, Au cours

Plus en détail

SYNDICAT NATIONAL ALGERIEN DES PHARMACIENS D OFFICINE

SYNDICAT NATIONAL ALGERIEN DES PHARMACIENS D OFFICINE SYNDICAT NATIONAL ALGERIEN DES PHARMACIENS D OFFICINE S N A P O Siège national : TOUR EL QUODS DE CHERAGA- KAOUCH Bloc F. Niveau11. Aile SUD. Bureau N CA1130. CHERAGA. ALGER Lignes mixtes Tel & Fax: 021341053

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Statuts Association Ethno-médias Suisse

Statuts Association Ethno-médias Suisse Statuts Association Ethno-médias Suisse (Version à l intention de l assemblée constituante du 1 ier nov. 2012) 0. MISSION Une bonne information et une participation sociale authentique des migrants et

Plus en détail

EXPOSE ECRIT DU GOUVERNEMENT IRLANDAIS PRESENTE EN SA QUALITE DE PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION EUROPEENNE.

EXPOSE ECRIT DU GOUVERNEMENT IRLANDAIS PRESENTE EN SA QUALITE DE PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION EUROPEENNE. EXPOSE ECRIT DU GOUVERNEMENT IRLANDAIS PRESENTE EN SA QUALITE DE PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION EUROPEENNE [Traduction] Monsieur le président, j ai l honneur de prendre la parole au nom

Plus en détail

N 151 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 151 ASSEMBLÉE NATIONALE Document mis en distribution le 30 août 2007 N 151 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 24 août 2007. PROJET DE

Plus en détail

Commission de la défense nationale

Commission de la défense nationale Commission de la défense nationale RÈGLEMENT XII e LÉGISLATURE CHAPITRE I Dénomination, composition et attributions Article 1 er (Dénomination) 1. La Commission de la défense nationale est la commission

Plus en détail

Avis à l opinion Public

Avis à l opinion Public Avis à l opinion Public La Syrie était le berceau de la civilisation humaine où toutes les civilisations ont né et se sont épanouies. La Syrie a une situation géographique et stratégique très importante

Plus en détail

ACCORD SUR LE STATUT LES FONCTIONS DE LA COMMISSION INTERNATIONALE POUR LES PERSONNES DISPARUES

ACCORD SUR LE STATUT LES FONCTIONS DE LA COMMISSION INTERNATIONALE POUR LES PERSONNES DISPARUES ACCORD SUR LE STATUT ET LES FONCTIONS DE LA COMMISSION INTERNATIONALE POUR LES PERSONNES DISPARUES Les Parties au présent Accord, Préoccupées par la disparition de nombreuses personnes chaque année partout

Plus en détail

L action de la France au sein du Conseil des droits de l Homme

L action de la France au sein du Conseil des droits de l Homme La France candidate au Conseil des droits de l Homme UN Photo/Jean-Marc Ferré Les droits de l Homme font partie des valeurs fondatrices de la République française et de sa politique étrangère. C est dans

Plus en détail

CONCOURS DE SECRÉTAIRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES (CADRE GÉNÉRAL) NATURE DES ÉPREUVES

CONCOURS DE SECRÉTAIRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES (CADRE GÉNÉRAL) NATURE DES ÉPREUVES CONCOURS DE SECRÉTAIRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES (CADRE GÉNÉRAL) NATURE DES ÉPREUVES Les épreuves écrites et orales des concours externe et interne pour l accès à l emploi de secrétaire des affaires étrangères

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/2006/10 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr.: Générale 29 novembre 2006 Français Original: Anglais Première session Amman, 10-14

Plus en détail

LIBERTE SOCIALE STATUTS LIBERTE SOCIALE

LIBERTE SOCIALE STATUTS LIBERTE SOCIALE LIBERTE SOCIALE STATUTS Article 1 : CONSTITUTION Il est constitué entre les adhérents aux présents statuts, ayant participé à l assemblée constitutive du 12 février 2014, une association régie par la loi

Plus en détail

REglement d organisation de

REglement d organisation de REglement d organisation de Burkhalter Holding AG Par souci de simplicité, le texte suivant utilise uniquement la forme masculine pour les désignations comprenant des formes féminines et masculines. I.

Plus en détail

Charte de la Ligue de Soccer Sénior Mixte Participation de Rivière-du-Loup

Charte de la Ligue de Soccer Sénior Mixte Participation de Rivière-du-Loup Charte de la Ligue de Soccer Sénior Mixte Participation de Rivière-du-Loup Dernière modification : Mardi le 6 novembre 2012 Chapitre 1 Généralités Nom Le présent organisme est connu et désigné sous le

Plus en détail

Israël et la nouvelle carte du monde

Israël et la nouvelle carte du monde Israël et la nouvelle carte du monde Emmanuel Navon CRIF Marseille, 29 janvier 2012 Au début du processus d Oslo, il y a de cela 18 ans, Shimon Pérès publia un livre intitulé «Le Nouveau Proche Orient.»

Plus en détail

ASSOCIATION AQUILENET STATUTS

ASSOCIATION AQUILENET STATUTS ASSOCIATION AQUILENET STATUTS Article 1 Titre de l Association Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une Association régie par la loi du premier juillet 1901 et le décret du 16 août 1901,

Plus en détail

STATUTS DE LA FEDERATION FEMMES 3000

STATUTS DE LA FEDERATION FEMMES 3000 Les femmes du troisième millénaire STATUTS DE LA FEDERATION FEMMES 3000 Titre I : Dénomination - Siège - Objet Article 1. Dénomination Conformément à la loi du 1er juillet 1901 et au décret du 16 août

Plus en détail

Statuts de l Association du Pôle scientifique et technologique du canton de Fribourg (PST-FR)

Statuts de l Association du Pôle scientifique et technologique du canton de Fribourg (PST-FR) Page 1 / 8 Statuts de l Association du Pôle scientifique et technologique du canton de Fribourg (PST-FR) Art. 1 Constitution I. Constitution, siège Sous la dénomination «Pôle scientifique et technologique

Plus en détail

Séminaire d introduction au droit international humanitaire Collège d Europe 16-18 février 2009

Séminaire d introduction au droit international humanitaire Collège d Europe 16-18 février 2009 Séminaire d introduction au droit international humanitaire Collège d Europe 16-18 février 2009 Document de travail. Copyright Yves Sandoz. A ne pas citer ni reproduire Ouverture du Séminaire Ire demi-journée:

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Première Commission (A/58/462)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Première Commission (A/58/462)] Nations Unies A/RES/58/51 Assemblée générale Distr. générale 17 décembre 2003 Cinquante-huitième session Point 73, d, de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur le rapport de la

Plus en détail

STATUTS FÉDÉRAUX FÉDÉRATION DE

STATUTS FÉDÉRAUX FÉDÉRATION DE STATUTS FÉDÉRAUX FÉDÉRATION DE Rattachée à l Association nationale "SECOURS POPULAIRE FRANÇAIS" dont le siège est à Paris 3ème au 9 11 rue Froissart, qui est agréée d éducation populaire par arrêté du

Plus en détail

STATUTS DU COMITE DIOCESAIN DE L ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE DE VAUCLUSE

STATUTS DU COMITE DIOCESAIN DE L ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE DE VAUCLUSE STATUTS DU COMITE DIOCESAIN DE L ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE DE VAUCLUSE Article 1 1.1 Entre toutes les personnes physiques désignées dans les conditions prévues aux articles 6 et 7 des présents statuts il

Plus en détail

Conseil de sécurité. Nations Unies S/RES/1706 (2006) Résolution 1706 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5519 e séance, le 31 août 2006

Conseil de sécurité. Nations Unies S/RES/1706 (2006) Résolution 1706 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5519 e séance, le 31 août 2006 Nations Unies S/RES/1706 (2006) Conseil de sécurité Distr. générale 31 août 2006 Résolution 1706 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5519 e séance, le 31 août 2006 Le Conseil de sécurité, Rappelant

Plus en détail

Chapitre 6 Le Proche et le Moyen-Orient, un foyer de conflits depuis la fin de la Première Guerre mondiale

Chapitre 6 Le Proche et le Moyen-Orient, un foyer de conflits depuis la fin de la Première Guerre mondiale CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN IMPRESSION DU 16 février 2015 Chapitre 6 Le Proche et le Moyen-Orient, un foyer de conflits depuis la fin de la Première Guerre mondiale Table des matières 1 Le

Plus en détail

Convention sur la reconnaissance des divorces et des séparations de corps

Convention sur la reconnaissance des divorces et des séparations de corps Texte original Convention sur la reconnaissance des divorces et des séparations de corps 0.211.212.3 Conclue à La Haye le 1 er juin 1970 Approuvée par l Assemblée fédérale le 4 mars 1976 1 Instrument de

Plus en détail

Secrétariat. Nations Unies ST/SGB/2008/13. Circulaire du Secrétaire général. Organisation du Bureau des affaires juridiques.

Secrétariat. Nations Unies ST/SGB/2008/13. Circulaire du Secrétaire général. Organisation du Bureau des affaires juridiques. Nations Unies ST/SGB/2008/13 Secrétariat 1 er août 2008 Circulaire du Secrétaire général Organisation du Bureau des affaires juridiques En application de la circulaire ST/SGB/1997/5, intitulée «Organisation

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR De l Orchestre Universitaire de Lille

REGLEMENT INTERIEUR De l Orchestre Universitaire de Lille REGLEMENT INTERIEUR De l Orchestre Universitaire de Lille Conformément à l article 14 de ses statuts, le «Orchestre Universitaire de Lille» arrête son Règlement Intérieur d association. ARTICLE 14 - Règlement

Plus en détail

Baccalauréat Technologique. Session 2014-2015. Histoire- Géographie. Série : STMG

Baccalauréat Technologique. Session 2014-2015. Histoire- Géographie. Série : STMG Baccalauréat Technologique Devoir Commun Session 2014-2015 ***** Histoire- Géographie Série : STMG Durée : 2h30 Coefficient : 2 Les calculatrices ne sont pas autorisées Le candidat doit répondre à toutes

Plus en détail

Pourquoi le Traité de. De Nice à Lisbonne

Pourquoi le Traité de. De Nice à Lisbonne Pourquoi le Traité de Lisbonne? De Nice à Lisbonne Le Traité de Nice Conclusion à Nice le 11 décembre 2000 Signature le 26 février 2001 1 er février 2003 Entrée en vigueur du traité 2000 2001 2002 2003

Plus en détail

Proposition de modification des statuts de l Association INTERPRET à l attention de l Assemblée générale du 11 juin 2015

Proposition de modification des statuts de l Association INTERPRET à l attention de l Assemblée générale du 11 juin 2015 Proposition de modification des statuts de l Association INTERPRET à l attention de l Assemblée générale du 11 juin 2015 Présentation synoptique des changements proposés Légende: Colonne de gauche: version

Plus en détail

Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical

Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical Page 1 Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical Le Conseil Syndical existe de plein droit dans toutes les copropriétés en vertu de la loi. --> Il est chargé d

Plus en détail

Introduction à la Shoah

Introduction à la Shoah Introduction à la Shoah Des Juifs de la Ruthénie subcarpatique sont soumis à une sélection sur l aire de transit à Auschwitz-Birkenau. (Photo : Musée du Mémorial de l Holocauste aux États-Unis, offerte

Plus en détail

DISCLAIMER: As Member States provide national legislations, hyperlinks and explanatory notes (if any), UNESCO does not guarantee their accuracy, nor

DISCLAIMER: As Member States provide national legislations, hyperlinks and explanatory notes (if any), UNESCO does not guarantee their accuracy, nor 2 STATUTS DE LA FONDATION DU PATRIMOINE TITRE II ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DE LA FONDATION Article 6- Organes Les organes de la Fondation sont : - le Conseil de Fondation ; - l Administration général.

Plus en détail

Il est constitué entre les soussignés une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901 ayant pour titre : Gixe.

Il est constitué entre les soussignés une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901 ayant pour titre : Gixe. Gixe Statuts d association conforme à la loi du 1er juillet 1901 1 Constitution Il est constitué entre les soussignés une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901 ayant

Plus en détail

Statuts de l association Electrolab

Statuts de l association Electrolab Statuts de l association Electrolab Mardi 16 Novembre 2010 Article 1 : Titre Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 juillet 1901 relative au contrat

Plus en détail

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé Livre blanc 2006 sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr Résumé I. La politique de sécurité de l Allemagne Douze années se sont écoulées depuis la publication du dernier

Plus en détail

Table des matières. I. Nom, vision, mission et langues officielles... 2. II. Adhésion... 2. III. Principe de subsidiarité... 3. IV. Conseil...

Table des matières. I. Nom, vision, mission et langues officielles... 2. II. Adhésion... 2. III. Principe de subsidiarité... 3. IV. Conseil... Table des matières I. Nom, vision, mission et langues officielles... 2 II. Adhésion... 2 III. Principe de subsidiarité... 3 IV. Conseil... 3 V. Dirigeants... 6 VI. Comité exécutif... 6 VII. Autres comités...

Plus en détail

LES CONFLITS AUTOUR DE LA CREATION D'ISRAËL

LES CONFLITS AUTOUR DE LA CREATION D'ISRAËL LES CONFLITS AUTOUR DE LA CREATION D'ISRAËL 1948 : Ben Gourion proclame la naissance de l'etat d'israël La «nakba» = exode d'environ 700 000 palestiniens arabes vers la Cisjordanie, Gaza, ou encore les

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

STATUTS DU GROUPEMENT D EMPLOYEURS DES ASSOCIATIONS DU PAYS D AIX Modification du 12 septembre 2005

STATUTS DU GROUPEMENT D EMPLOYEURS DES ASSOCIATIONS DU PAYS D AIX Modification du 12 septembre 2005 STATUTS DU GROUPEMENT D EMPLOYEURS DES ASSOCIATIONS DU PAYS D AIX Modification du 12 septembre 2005 Article 1 : Dénomination. Il est fondé, entre les personnes morales adhérentes aux présents statuts,

Plus en détail

DÉLÉGATION FRANÇAISE À L'ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE DE L OSCE COMPTE RENDU N 2. Mercredi 23 février 2005 (Séance de 11 heures) SOMMAIRE

DÉLÉGATION FRANÇAISE À L'ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE DE L OSCE COMPTE RENDU N 2. Mercredi 23 février 2005 (Séance de 11 heures) SOMMAIRE DÉLÉGATION FRANÇAISE À L'ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE DE L OSCE COMPTE RENDU N 2 Mercredi 23 février 2005 (Séance de 11 heures) SOMMAIRE page Audition de M. Yves Doutriaux, Ambassadeur de France auprès de l

Plus en détail

«Association Maison des lycéens du lycée (Nom du lycée)»

«Association Maison des lycéens du lycée (Nom du lycée)» 1 «Association Maison des lycéens du lycée (Nom du lycée)» Statuts Article 1 Création Il est créé, une association dénommée «Maison des lycéens (MDL) du lycée (Nom du lycée)», conformément aux dispositions

Plus en détail

PROTOCOLE SUR LES AMENDEMENTS A L ACTE CONSTITUTIF DE L UNION AFRICAINE

PROTOCOLE SUR LES AMENDEMENTS A L ACTE CONSTITUTIF DE L UNION AFRICAINE PROTOCOLE SUR LES AMENDEMENTS A L ACTE CONSTITUTIF DE L UNION AFRICAINE 1 PROTOCOLE SUR LES AMENDEMENTS A L ACTE CONSTITUTIF DE L UNION AFRICAINE Les Etats membres de l Union africaine, Etats parties à

Plus en détail

La culture de la haine sur les Réseaux Sociaux palestiniens Updated 12 October 2015

La culture de la haine sur les Réseaux Sociaux palestiniens Updated 12 October 2015 La culture de la haine sur les Réseaux Sociaux palestiniens Updated 12 October 2015 Messages sur les Réseaux Sociaux Palestiniens "Poignarde, Poignarde, Poignarde, Demain est le jour de l Attaque au Couteau

Plus en détail

ASSOCIATION DU DOCTEUR FATIHA STATUTS DE L ASSOCIATION

ASSOCIATION DU DOCTEUR FATIHA STATUTS DE L ASSOCIATION ASSOCIATION DU DOCTEUR FATIHA STATUTS DE L ASSOCIATION Article 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901

Plus en détail

Association pour la Réalisation des Actions et des Missions Sociales

Association pour la Réalisation des Actions et des Missions Sociales Association pour la Réalisation des Actions et des Missions Sociales STATUTS OBJET SIEGE SOCIAL DUREE ARTICLE 1 Dénomination Il est fondé une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

MÉMORANDUM D ACCORD ENTRE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE ET L ORGANISATION DES NATIONS UNIES SUR LE RENFORCEMENT DE LA CAPACITÉ DES

MÉMORANDUM D ACCORD ENTRE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE ET L ORGANISATION DES NATIONS UNIES SUR LE RENFORCEMENT DE LA CAPACITÉ DES MÉMORANDUM D ACCORD ENTRE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE ET L ORGANISATION DES NATIONS UNIES SUR LE RENFORCEMENT DE LA CAPACITÉ DES ÉTATS À EXÉCUTER, CONFORMÉMENT AUX RÈGLES INTERNATIONALES QUI RÉGISSENT

Plus en détail

Projet du Code de l Investissement

Projet du Code de l Investissement République Tunisienne Ministère du Développement, de l Investissement et de la Coopération Internationale Projet du Code de l Investissement Version préliminaire 22 mai 2015 Article1premier. TITRE PREMIER.

Plus en détail

Traité d'amitié, de coopération et d'assistance mutuelle (Varsovie, 14 mai 1955)

Traité d'amitié, de coopération et d'assistance mutuelle (Varsovie, 14 mai 1955) Traité d'amitié, de coopération et d'assistance mutuelle (Varsovie, 14 mai 1955) Légende: Le 14 mai 1955, l'albanie, la Bulgarie, la Hongrie, la République démocratique allemande, la Pologne, la Roumanie,

Plus en détail

Le monde a besoin de paix en Palestine

Le monde a besoin de paix en Palestine ANALYSE 2007 Le monde a besoin de paix en Palestine Publié avec le soutien du service de l éducation permanente de la Communauté française Pax Christi Wallonie-Bruxelles Le monde a besoin de paix en Palestine

Plus en détail

Erpyleva Natalia La contrariété d une sentence arbitrale étrangère a l ordre public comme motif de refus de l exequatur

Erpyleva Natalia La contrariété d une sentence arbitrale étrangère a l ordre public comme motif de refus de l exequatur Erpyleva Natalia La contrariété d une sentence arbitrale étrangère a l ordre public comme motif de refus de l exequatur L une des questions les plus importantes de l arbitrage commercial international

Plus en détail

d'annuler la décision en date du 14 mars 2007 par laquelle le préfet de la Loire a refusé de lui délivrer un titre de séjour,

d'annuler la décision en date du 14 mars 2007 par laquelle le préfet de la Loire a refusé de lui délivrer un titre de séjour, TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LYON RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS N0702717 M. A X M. Pernot Conseiller Audience du 30 avril 2007 Lecture du 30 avril 2007 MD LA DEMANDE M. A X, de nationalité

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise)

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) Commentaire Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012 M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel le 18 novembre

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION Le Canada dans le monde Sondage national auprès des Canadiens et des Canadiennes

DOCUMENT D INFORMATION Le Canada dans le monde Sondage national auprès des Canadiens et des Canadiennes DOCUMENT D INFORMATION Le Canada dans le monde Sondage national auprès des Canadiens et des Canadiennes Commandé par la Fondation Pierre Elliott Trudeau en collaboration avec l Université de Montréal Contexte

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

Algérie. Accord d investissements avec l Espagne

Algérie. Accord d investissements avec l Espagne Accord d investissements avec l Espagne Décret exécutif n 90-39 du 30 janvier 1990 [NB - Accord entre la République algérienne démocratique et populaire et le Royaume d Espagne relatif à la promotion et

Plus en détail

Le contexte sécuritaire, menaces et risques

Le contexte sécuritaire, menaces et risques Titre 1 Le contexte sécuritaire, menaces et risques 1. LE CONTEXTE REGIONAL Depuis les évènements de fin 2010 en Tunisie, la situation géopolitique et sécuritaire dans notre région, le monde arabe, est

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION DES MAIRES ET DES PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE

STATUTS DE L ASSOCIATION DES MAIRES ET DES PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE STATUTS DE L ASSOCIATION DES MAIRES ET DES PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE (mis à jour Assemblée générale extraordinaire du 26 juin 2015) (Conseil d Administration du 8 juin 2015) Article

Plus en détail

«Association Maison des lycéens du lycée (Nom du lycée)»

«Association Maison des lycéens du lycée (Nom du lycée)» «Association Maison des lycéens du lycée (Nom du lycée)» Statut-type Article 1 Création Il est créé, à compter du (Jour/Mois/Année), conformément aux dispositions de la loi du 1 er juillet 1901 relative

Plus en détail

Résolution sur une stratégie de lutte contre le groupe terroriste «Etat Islamique»

Résolution sur une stratégie de lutte contre le groupe terroriste «Etat Islamique» Résolution sur une stratégie de lutte contre le groupe terroriste «Etat Islamique» Commission Affaires étrangères et migration (Version originale) Insistant sur la nécessité de freiner puis stopper l expansion

Plus en détail

et le Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget,

et le Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget, Arrêté Conjoint du Ministre de la Communication Porte parole du Gouvernement et du Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget, N 2491.12 du 2 Doulkeada 1433 (19

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GENERALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/70/34/Add.1 17 juin 2013 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITE EXECUTIF DU FONDS MULTILATERAL AUX FINS

Plus en détail

CONCLUSIONS ET PLAN D ACTION DU CONSEIL EUROPEEN EXTRAORDINAIRE DU 21 SEPTEMBRE 2001

CONCLUSIONS ET PLAN D ACTION DU CONSEIL EUROPEEN EXTRAORDINAIRE DU 21 SEPTEMBRE 2001 CONCLUSIONS ET PLAN D ACTION DU CONSEIL EUROPEEN EXTRAORDINAIRE DU 21 SEPTEMBRE 2001 Le Conseil européen s est réuni le 21 septembre 2001 en session extraordinaire afin d analyser la situation internationale

Plus en détail

LOI 614.05 du 21 novembre 2006. sur la Cour des comptes LE GRAND CONSEIL DU CANTON DE VAUD

LOI 614.05 du 21 novembre 2006. sur la Cour des comptes LE GRAND CONSEIL DU CANTON DE VAUD LOI 614.05 du 21 novembre 2006 sur la Cour des comptes LE GRAND CONSEIL DU CANTON DE VAUD vu l article 166 de la Constitution du Canton de Vaud du 14 avril 2003 vu le projet de loi présenté par le Conseil

Plus en détail

03.460. Initiative parlementaire

03.460. Initiative parlementaire 03.460 Initiative parlementaire Procédures de la délégation des Commissions de gestion et enquêtes disciplinaires ou administratives de la Confédération menées parallèlement et sur un même objet Rapport

Plus en détail

RÈGLEMENT CM 2002-37 RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL MUNICIPAL LE CONSEIL MUNICIPAL DÉCRÈTE CE QUI SUIT : CHAPITRE I DÉFINITIONS

RÈGLEMENT CM 2002-37 RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL MUNICIPAL LE CONSEIL MUNICIPAL DÉCRÈTE CE QUI SUIT : CHAPITRE I DÉFINITIONS RÈGLEMENT CM 2002-37 RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL MUNICIPAL LE CONSEIL MUNICIPAL DÉCRÈTE CE QUI SUIT : CHAPITRE I DÉFINITIONS 1. Dans le présent règlement, à moins que le contexte n indique un sens différent,

Plus en détail

Commission des finances Distr. GÉNÉRALE

Commission des finances Distr. GÉNÉRALE AUTORITÉ INTERNATIONALE DES FONDS MARINS Commission des finances Distr. GÉNÉRALE ISBA/5/FC/1 30 septembre 1999 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS AUTORITÉ INTERNATIONALE DES FONDS MARINS Cinquième session Kingston

Plus en détail

STATUTS ASSOCIATION loi 1901 France Douleurs

STATUTS ASSOCIATION loi 1901 France Douleurs 1 STATUTS ASSOCIATION loi 1901 France Douleurs ARTICLE 1 : Titre de l association Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901, ayant pour

Plus en détail

Elle a été déclarée à la Préfecture de, sous le numéro, le (Journal Officiel du ). 2

Elle a été déclarée à la Préfecture de, sous le numéro, le (Journal Officiel du ). 2 STATUTS TYPES D UNE ASSOCIATION DE RANDONNEE PEDESTRE Le modèle proposé n a rien d obligatoire. Les dispositions suivantes peuvent donc être adaptées à chaque cas d espèce. Ainsi les durées, les quotas,

Plus en détail

STATUTS ARAET. Approuvés par l'assemblée générale de l'araet, le 17 mars 2012

STATUTS ARAET. Approuvés par l'assemblée générale de l'araet, le 17 mars 2012 -1- STATUTS ARAET Approuvés par l'assemblée générale de l'araet, le 17 mars 2012 TITRE I : Nom Buts Siège - Durée Article 1 : Nom 1.1 L Association Romande Arts, Expression et Thérapies - ARAET - est une

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

REGLES DE PROCEDURE DU CONSEIL DE l OHI

REGLES DE PROCEDURE DU CONSEIL DE l OHI REGLES DE PROCEDURE DU CONSEIL DE l OHI 1 REGLES DE PROCEDURE DU CONSEIL TABLE DES MATIERES REGLE SUJET PAGE 1 Membres 3 2-3 Réunions 3 4 Invitation aux observateurs 3 5-6 Délégations 3 7-10 Ordre du

Plus en détail

Participation aux groupements de consommateurs SwissElectricity, ci-après «le groupe» ou «groupement»

Participation aux groupements de consommateurs SwissElectricity, ci-après «le groupe» ou «groupement» Participation aux groupements de consommateurs SwissElectricity, ci-après «le groupe» ou «groupement» Résultat : 1. Obtenir les meilleures conditions d approvisionnement possibles, en termes de prix, de

Plus en détail