Lettres : La sagesse biblique de David Shahar Actualité : Cuba, porte-drapeau de l'antisionisme

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "3:HIKLTA=\UXUUU:?k@n@a@h@a; Lettres : La sagesse biblique de David Shahar Actualité : Cuba, porte-drapeau de l'antisionisme"

Transcription

1 La Torah, notre feuille de route par Yehuda Lancry Histoire : La légende du rabbin Aby Serour Lettres : La sagesse biblique de David Shahar Actualité : Cuba, porte-drapeau de l'antisionisme Israël : Que veut Barack Obama? La vie des mots : L'outrance négationniste N D É C E M B R E M F: 3,00 E

2

3 N DÉCEMBRE AU SOMMAIRE D NOTRE OPINION 4- Retour à l'essentiel par Philippe Meyer MÉMOIRE 5- Sur les traces du Yiddishland par Alain Guillemoles ISRAËL 10- Que veut Barack Obama? par Paul Giniewski 12- La Torah, notre feuille de route par Yehuda Lancry ACTUALITÉ 14- Cuba, porte-drapeau de l'anti-sionisme par Jacobo Machover ISRAËL 16- Il faut maison garder par Albert Bensoussan REPÈRES - 19 LA VIE DU CONSISTOIRE HISTOIRE 25- La légende du rabbin Aby Serour par Jacob Oliel LA VIE DES MOTS 28- L'outrance négationniste par Annie Lelièvre DIASPORA 29- Un shabbat-pèlerinage à Berlin par Odette Lang POUR MÉMOIRE 31 - Qu'est-ce qu'un Juif? Un texte de Léon Tolstoï LETTRES 34- La sagesse biblique de David Shahar par Albert Bensoussan LIVRES 36- La Torah au cœur des ténèbres Un livre du rabbin Ephraïm Oshry LE LIVRE ET L HISTOIRE 37- La catholicite au temps des nazis par Paul Giniewski LIVRES 38- Les résistances juives pendant l'occupation Par Georges Loinger LIVRES EN BREF - 39 CINÉMA 40 - L'adaptation réussie d'un roman de A. B. Yehoshua par Elie Korchia IN MEMORIAM 41- Adam Loss un bâtisseur par Jean-Luc Allouche VERBATIM - 42 INFORMATION JUIVE 17, rue Saint-Georges Paris Rédaction : Administration : Fax : Fondateur : Jacques Lazarus Gérant de la SARL, directeur de la publication : Philippe Meyer Directeur : Victor Malka Editorialiste : Josy Eisenberg Chroniqueur : Guy Konopnicki Comité de rédaction : Josy Eisenberg, Michel Gurfinkiel, Victor Malka, Joël Mergui, Philippe Meyer, Clément Weill-Raynal. Collaborateurs : Armand Abécassis, Albert Bensoussan, Paul Giniewski, Hélène Hadas-Lebel,Carol Iancu, Gérard Israël, André Kaspi, Naïm Kattan, Elie Korchia, Odette Lang, Annie Lelièvre, Daniel Sibony. Administration : Jessica Toledano Maquette : Information Juive Photographies : Alain Azria Edité par S.a.r.l. Information Juive le journal des communautés au capital de 304,90 Durée de la société : 99 ans Commission paritaire des journaux et publications : 0708K83580 Dépôt légal n N ISSN : Impression : SPEI Imprimeur - Tél. : Les textes de publicité sont rédigés sous la responsabilité des annonceurs et n engagent pas Information juive. Abonnement annuel : 33 Abonnement de soutien : 46 Abonnement expédition avion : 37 ABONNEMENT EN LIGNE SUR Les IN Fmanuscrits ORMATIOnon N JUIVE retenus Juin ne sont pas renvoyés.

4 NOTRE OPINION Retour à l'essentiel PAR PHILIPPE MEYER L'année civile 2010 qui s'achève aura été marquée par son lot d'événements et de nouvelles plus ou moins importantes qui se sont une fois de plus succédé à un rythme effréné à nous donner le tournis. Pour nous, juifs de France attachés à nos racines, à notre culture, aux valeurs de la République et à la terre d'israël, que doit on retenir dans l'actualité de ces douze mois écoulés? Le nouveau et difficile bras de fer diplomatique et politique entre le gouvernement israélien et les dirigeants palestiniens sous une pression américaine de plus en plus affirmée ; la défaite du camp Obama lors des élections de mi-mandat ; la crise financière européenne ; la poursuite du processus de nucléarisation de l'iran ; les élections au sein des institutions juives de France parmi les plus importantes ; les très belles performances de l'économie israélienne ; etc... suffisamment expliquées. Face au torrent d'informations qui nous inonde en permanence, le risque de se noyer est grand. Pas une heure sans scoop, révélations ou flash de dernière minute. Plus que jamais, le recul est nécessaire pour ne pas finir par être saoulé de ces vapeurs qui s'échappent des multiples médias nous entourant au quotidien. Trop d'information tue l'information diront certains. Pour le moins, abondance de Le souci de la rigueur, de l'objectivité et de l'impartialité reste, et restera, au cœur de notre ligne éditoriale dépêches, d'articles, et d'analyses en tout genre rend particulièrement difficile de faire le tri et de relativiser. C'est pourtant là une nécessité. Tout au long de cette année 2010, le journal Information Juive est resté, comme c'est le cas depuis plusieurs décennies, soucieux de ne pas se perdre, de rester fidèle aux valeurs du judaïsme, d'être aux cotés de nos communautés et de leurs représentants, et de défendre sans faille Israël et sa capitale Jérusalem. Précision Tout au long de cette année 2010, loin de toute polémique et de toute caricature, nous avons abordé, traité, analysé tous ces sujets d'actualité majeurs, et bien d'autres encore, qui alimentent et traversent les débats au sein de la communauté juive et plus largement de la communauté nationale. Toute au long de cette année 2010, priorité a encore été donnée à l'analyse, à la réflexion, au débat d'idées. En privilégiant toujours la pluralité et la diversité des opinions, la parole et la plume ont continué d'être confiées à d'éminents spécialistes dans les domaines de la politique, de l'histoire, de la vie juive, de la culture, de l'art, de la Mémoire. Le souci de la rigueur, de l'objectivité et de l'impartialité reste, et restera, au cœur de notre ligne éditoriale en continuant d'éviter les pièges de la facilité et de la démagogie. Informer c'est ne pas oublier l'essentiel, en restant fidèle à ses valeurs. Au cours de cette année 2011 qui s'ouvre, nous continuerons sur cette voie tout en sachant que nous pouvons compter sur votre vigilance pour nous rappeler, le cas échéant, de ne jamais nous en écarter. Dans le même temps, que ne doit-on pas oublier? La séquestration interminable de Guilad Shalit par les terroristes du Hamas ; la persistance d'actes antisémites en France et dans le monde ; les attaques antijuives du dictateur iranien dans un silence international toujours aussi assourdissant; le terrible bilan du krach du vol Air France Rio-Paris ; le drame du mont Carmel ; les intempéries effroyables à travers la planètes avec leur cortège de victimes et de laissés pour compte ; etc... Au-delà, et à l'heure d'internet et des nouveaux moyens de communications, la succession d'informations, qui peuvent même parfois relever du secret d'etat et être malgré tout rendues publiques sur la toile, se transforme en véritable tourbillon infernal et donc dangereux. Gare à l'indigestion d'informations trop rapidement avalées sans avoir été L'article intitulé "Lettre américaine" et paru dans le numéro de novembre 2010 d'information Juive n'engage que son auteur. La direction du journal se démarque à la fois du contenu de ce billet et de toute interprétation qui a pu en être faite. Information Juive réaffirme avec la plus grande clarté son soutien à l'action et à la personne du Grand Rabbin de France actuel comme de son prédécesseur. De par ses liens historiques avec le Consistoire, Information Juive a toujours été, est, et restera attaché à défendre les valeurs et l'éthique du judaïsme, les communautés juives de France, ses représentants à tous les niveaux, et Israël, loin de toute polémique et de toute ambiguïté. Information Juive condamne avec la plus grande fermeté l'utilisation honteuse et scandaleuse qui a été faite de ce billet par certains dans le seul but de porter atteinte à l'institution consistoriale, et par là même à l'ensemble de la communauté juive, à travers des pratiques indignes, lâches et inconscientes qui déshonorent ceux qui s'y livrent, loin de tout respect élémentaire de l'éthique et de la morale juive. Information Juive continuera de soutenir le Grand Rabbin de France et le Président du Consistoire Central dans leur mission de représenter et de défendre les intérêts du judaïsme français. PM Directeur de la publication 4 IN FORMATION JUIVE Décembre 2010

5 MÉMOIRE Sur les traces du Yiddishland PAR ALAIN GUILLEMOLES Depuis un certain nombre d'année, notre confrère Alain Guillemoles mène une enquête sur ce qu'on a appelé naguère le Yiddishland. Il a effectué de multiples voyages en Europe centrale et spécialement dans des capitales où la présence juive a été forte avant la deuxième guerre mondiale. Dans le livre Sur les traces du Yiddishland qu'il publie aux éditions Les Petits Matins ( 27 euros), Guillemoles part à la recherche de ce qui fut la Vilnius juive qu'on appelait la Jérusalem du Nord.Il note en passant que les relations entre les Lituaniens et les juifs continuent d'être compliquées et que les plaies ne sont pas cicatrisées.il observe qu'en Pologne, la culture juive est aujourd'hui à la mode chez les jeunes. Il s'intéresse aux nouvelles institutions et associations juives mises en place et souvent dirigées par des rabbins venus des Etats-Unis. L'auteur s'est également passionné pour le village d'ouman, au sud de l'ukraine, aujourd'hui célèbre parce que c'est là que se trouve la tombe de Nahman de Braslaw. Avec l'autorisation de l'éditeur et de l'auteur, nous publions ici l'introduction que notre confrère a donnée à son travail. In'est pas facile d'explorer un vide. C'est pourtant ce que j'ai tenté de faire ici. Ce livre parle d'un continent disparu : le Yiddishland. Je nomme ainsi ce continent sans vraies frontières en référence, bien sûr, à la langue yiddish qui unissait les communautés juives, des rives de la Baltique à celles de la mer Noire, et de l'allemagne jusqu'à la Russie. Du Moyen Âge jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, toute une civilisation juive s'était développée au centre de l'europe. Elle y a prospéré avec des hauts et des bas. Et puis elle a brutalement disparu, comme si la terre s'était ouverte sous ses pieds. Et en un sens, c'est bien ce qu'il s'est passé. Derrière cette langue, se trouvait tout un mode de pensée et de vie. Dans les années 1930, les Juifs ont représenté de 30 à 70 % de la population des villes de Pologne ou d'ukraine de l'ouest. En tout, onze à douze millions d'habitants. Ils vivaient dans des shtetls, ces villages juifs traditionnels, ou dans les villes. Ils avaient donné naissance à des courants spirituels et des partis politiques ; ils avaient créé des journaux et des hôpitaux, des entreprises et des universités ; ils comptaient des artistes et des intellectuels ; ils avaient inventé avec les autres populations d'europe centrale un modèle de coexistence qui Comment cette mémoire est-elle considérée aujourd'hui par ceux qui vivent sur place? Que sont devenues les communautés juives? a connu une certaine réussite avant d'être brutalement mis en échec par l'action de l'allemagne nazie et de ses alliés. On peut penser que la première moitié du XXe siècle fut l'apogée du développement de la culture juive en Europe. Tout cela ne sera plus. Le Yiddishland a disparu comme l'a fait l'atlantide. Il est ce continent mythique englouti. Des communautés juives ont survécu. Le yiddish demeure encore appris ici ou là. Mais cette vie juive qui reposait sur l'emploi généralisé de la langue yiddish n'a plus d'existence nulle part, sauf dans des cercles intellectuels ou chez des ultra-orthodoxes. Deux générations plus tard, au moment où l'europe centrale s'installe dans une nouvelle vie libre, que restet-il de ce monde englouti? Toutes les traces ont-elles disparu? Comment a-t-il été possible que s'opère une telle destruction? Qu'ont fait les régimes communistes de ce passé? Comment cette mémoire est-elle considérée aujourd'hui par ceux qui vivent sur place? Que sont devenues les communautés juives? C'est à ces questions et à quelques autres que tentent de répondre les reportages qui suivent. Ils sont le résultat de multiples voyages en Europe centrale avec, à chaque fois, l'envie de creuser un thème particulier. Ils ont d'abord été réalisés pour le quotidien La Croix. Puis, ayant eu le sentiment qu'il fallait continuer, que ce sujet ne pouvait pas être laissé de côté, j'ai poursuivi ce travail, pour réaliser ce livre, grâce aux encouragements de mon éditeur. Ce livre est donc une tentative de cheminer sur des routes à demi IN FORMATION JUIVE Décembre

6 MÉMOIRE effacées. C'est pourquoi il est sans doute si imparfait, si inachevé. Il est une collection de fragments, d'impressions, de traces arrachées au néant. Oui, je mets un point final à ce livre avec le sentiment de n'avoir pas fini, d'avoir laissé de côté des endroits pourtant importants. Que le lecteur qui possède un attachement particulier pour telle ou telle ville et qui se sentira déçu de ne pas la voir mentionnée ici, ne m'en veuille pas. Le Yiddishland était vraiment grand J'ai pu le mesurer au cours de mes voyages. Et il est certain que l'on pourrait encore multiplier les reportages sans risquer de se répéter, mais il fallait mettre un terme, fût-il provisoire, à cette série de périples pour livrer ce résultat. Au moins m'a-t-il permis d'apercevoir, par moments, un peu de ce que fut ce monde, de renouer le lien avec un passé qui est finalement si proche et qui ne demande bien souvent qu'à être réveillé. À Cracovie, Prague ou Budapest, la présence juive est toujours très forte, même si elle reste marquée par une fin tragique. L'intérêt des Polonais, des Hongrois ou des Tchèques pour la musique klezmer ou la cuisine juive est aujourd'hui bien réel. Les interrogations sur le rôle de chacun dans les événements de la Seconde Guerre mondiale sont toujours en cours. La recherche historique, qui a longtemps laissé de côté toute une part importante de la Shoah - celle qui s'est déroulée à l'est, faute de sources -, comble aujourd'hui cette lacune. Et en même temps, l'europe centrale prend petit à petit conscience du poids de ce passé juif. Vingt ans après la chute des régimes communistes, elle est encore en pleine reconstruction, et la redécouverte du rôle des communautés juives en fait partie. Cela se fait lentement, mais de façon irréversible, me semble-t-il. Petit à petit, l'existence du Yiddishland entre dans la mémoire collective, quand elle n'était plus, de l'aprèsguerre à 1989, qu'un souvenir porté par des individus conservant une mémoire familiale et qui préféraient taire leur identité. Ce processus de redécouverte est initié par quelques précurseurs, quelques individus rares. J'ai eu la chance d'en rencontrer plusieurs. Je les ai trouvés dans des endroits inattendus. Il s'agit de personnes qui se sont instituées en porteuses de cette mémoire, sans que personne ne le leur demande et alors que rien ne les y destinait. Certaines n'avaient d'ailleurs aucune origine juive, mais elles ne se résignaient pas à la disparition de leurs anciens voisins. Et là se trouve sans doute l'une des découvertes les plus surprenantes faites au cours de mes différents voyages. À la recherche des restes du Yiddishland, j'ai en effet trouvé beaucoup de cimetières abandonnés, de synagogues transformées en salles de boxe, des centres communautaires Au musée des juifs de Bucovie devenus des maisons de la culture. Mais j'ai aussi trouvé des bâtiments parfaitement conservés, des musées, d'autres lieux de mémoire, et des gens qui ne veulent pas oublier. Ils s'efforcent, par de petits gestes symboliques, de maintenir une place pour les Juifs, de façon à ce qu'ils soient toujours là, et d'éveiller l'attention sur ce sujet pas toujours facile à aborder en Europe centrale. C'est Rita qui nettoie le cimetière juif abandonné de sa petite ville de Lituanie. C'est Tomasz qui a obtenu qu'un réverbère reste toujours allumé à l'entrée de l'ancien quartier juif de sa ville de Pologne. Ils sont deux personnages importants de ce livre, où l'on peut en croiser beaucoup d'autres encore. 6 IN FORMATION JUIVE Décembre 2010

7

8 MÉMOIRE Ces rencontres conduisent à réviser quelques-unes de nos certitudes. Il est souvent acquis, vu de France, que les pays d'europe centrale sont fortement antisémites et qu'ils ont soutenu la Shoah. Or, la réalité semble moins simpliste. Les responsables juifs rencontrés sur place estiment que les connaissances sur l'holocauste, de la part des habitants d'europe centrale, restent toujours très faibles au regard de ce qu'elles sont en Europe occidentale aujourd'hui, mais qu'il n'y a pas un niveau particulièrement élevé d'antisémitisme. Certes, il existe des mouvements extrémistes, des rassemblements de skinheads, des publications révisionnistes ou des actes d'agression antisémite dans toute l'europe centrale et dans l'ex-urss. Les lois pénalisant les propos antisémites doivent encore y être renforcées. Mais le Congrès juif euro-asiatique, une organisation qui regroupe l'ensemble des communautés des deux continents et qui tient un registre précis des manifestations Vilinius reste le lieu où des Juifs du monde entier viennent étudier le yiddish, chaque été. Une association réalise en effet des cours qui durent quatre semaines Au musée des juifs de Bucovie d'antisémitisme, estime que la situation est loin d'être idéale mais stable et ne doit pas être dramatisée. Quant à l'implication dans la Shoah, elle a existé bien sûr, essentiellement à titre individuel, parfois à titre collectif, comme ce fut le cas en Roumanie ou en Hongrie, avec des régimes qui ont eux-mêmes assumé une partie du travail d'extermination. Mais cela ne peut résumer les relations entre les Juifs et le restant de la population d'europe centrale. La réalité doit être décrite de la façon suivante, me semble-t-il, après avoir abordé le sujet avec une multitude d'historiens ou de responsables juifs locaux : l'europe centrale est la région où vivaient le plus de Juifs. C'est donc celle où le plus grand nombre de Juifs ont été tués. Mais c'est aussi celle où il y eut le plus d'actes individuels visant à sauver des Juifs. Il faut consulter le site Internet de Yad Vashem pour voir que la nationalité la plus représentée, parmi les personnes ayant reçu le titre de Juste parmi les Nations, est la nationalité polonaise... Les Polonais ayant sauvé des Juifs sont presque deux fois plus nombreux que les Français. Bien sûr, cet indicateur est imparfait, mais il donne une idée. Une autre surprise, lors de cette enquête, fut de découvrir à quel point les régimes communistes ont pu pencher, dans les années 1950 à 1970, vers des politiques antisémites. On pensait qu'après les horreurs de la Shoah les Juifs, qui n'étaient de toutes les façons plus très nombreux, auraient au moins pu vivre tranquilles dans le cadre des nouveaux régimes progressistes qui s'étaient mis en place, tenter de se construire une nouvelle vie dans un ancien Yiddishland devenu subitement très silencieux. Il n'en fut rien. Dans les années 1960, le gouvernement communiste polonais a, au contraire, mené une campagne pour pousser au départ les derniers Juifs ayant survécu sur son sol. L'URSS, de son côté, engagée du côté des pays arabes, a fait pression sur les Juifs, ouvertement soupçonnés d'être des traîtres potentiels, cosmopolites et pro israéliens, et s'est employée à À la recherche des restes du Yiddishland, j'ai en effet trouvé beaucoup de cimetières abandonnés, de synagogues transformées en salles de boxe, des centres communautaires devenus des maisons de la culture. les conduire vers une assimilation forcée. Dès les années 1950, Staline a procédé à la liquidation de nombreuses personnalités juives du monde intellectuel. Les régimes communistes ont donc poursuivi, certes avec une idéologie et des moyens très différents, la tâche que les nazis s'étaient fixée consistant à faire disparaître toute trace de la vie juive en Europe centrale. 8 IN FORMATION JUIVE Décembre 2010

9 MÉMOIRE Cette question est particulièrement complexe. En Europe centrale, elle continue de peser sur les relations entre les nouveaux pouvoirs en place et les communautés juives. Durant toute la période d'essor des partis communistes, il s'est trouvé, en effet, beaucoup de Juifs qui ont choisi de rejoindre les organisations de gauche, y voyant la perspective d'une émancipation. Et il se trouve aujourd'hui des gens en Europe centrale pour le leur reprocher. Ceuxlà oublient à quel point ces mêmes régimes communistes se sont ensuite tournés contre les Juifs. Quand aux Juifs eux-mêmes, ils ont également été nombreux à rejoindre les organisations informelles anticommunistes, constituant en particulier le mouvement des refuzniks en URSS. Les Juifs ont été en réalité divisés sur l'attitude à avoir face aux régimes communistes, comme l'ensemble des sociétés d'europe centrale. Il y eut des idéalistes, des carriéristes, des héros et des traîtres chez tous. C'est pourquoi cette discussion a quelque chose de vain. Mais elle est présente et il est difficile de l'éviter pour celui qui se rend aujourd'hui dans les pays de l'ancien Yiddishland. Il existe toujours des communautés juives en Europe centrale. Elles sont actives, mais peu nombreuses. Elles se relèvent et sont en même temps conscientes que le centre de la vie juive s'est déplacé. Il est désormais en Israël. Bon nombre de Juifs qui redécouvrent leur identité choisissent l'émigration. Quoi de plus logique d'ailleurs? Le mouvement sioniste est né dans cette Europe centrale juive, il y a un siècle, comme si certains pressentaient, dans ce Yiddishland, qu'ils n'en avaient plus pour longtemps, que tout cela ne pouvait pas durer. D'autres Juifs du Yiddishland étaient contre le Avant la guerre, la communauté juive de Lituanie a compté plus de personnes dont pour la capitale, soit 40 % des habitants Aujourd'hui, les juifs ne sont plus que en Lituanie dont un millier à Vilnius mouvement sioniste. Ils étaient laïques, de gauche, et ils croyaient en la possibilité d'une vie juive en Europe centrale. Ils étaient notamment regroupés au sein du Bund, le parti socialiste juif créé à la fin du XIXe siècle dans l'empire de Russie. Cela n'a pas marché. Ils ont été pourchassés à la fois par les nazis et le régime stalinien. Peu ont survécu. Aujourd'hui, les Juifs qui vivent en Europe centrale se posent toujours la question de savoir où est leur avenir. Le rabbin Noikh Koframski Mais après les grandes vagues de départ des années 1990, il semble bien, aujourd'hui, qu'un nombre important de Juifs choisit plutôt de rester et de tenter de reconstruire une vie communautaire sur place. D'autres, comme les ultra-religieux, reviennent vivre et prier près de la tombe d'un ancien rabbin à Ouman. Le passé ne reviendra pas. Mais il reste présent dans la géographie et les mémoires de l'europe centrale. Aujourd'hui, le Yiddishland a d'autres frontières. La culture qui s'était développée autour de la langue yiddish a trouvé d'autres territoires où elle subsiste, voire se développe. Ainsi, il existe toujours un enseignement universitaire, des traducteurs, des écrivains qui continuent à penser et à travailler dans cette langue. Il existe aussi des périodiques en yiddish, des associations qui donnent accès à cette culture. Mais peu sont en Europe centrale. On les trouve surtout à New York, à Jérusalem, voire à Paris, où l'attachement à cette culture reste fort chez bon nombre de descendants de familles ashkénazes (juives d'europe centrale). Un autre territoire sur lequel le Yiddishland survit de façon étonnante, c'est Internet. Il existe désormais sur le réseau mondial une grande quantité de sites qui racontent l'histoire du Yiddishland. Ces sites ont trait à la culture, donnent accès à des articles thématiques, permettent de voir des photos anciennes. Certains vont plus loin, grâce au travail collaboratif que permet le réseau. Il existe ainsi un moteur de recherche qui permet à chacun de retrouver la trace de ses ancêtres disparus et de les chercher dans des centaines de villages ou de villes qui n'existent plus ou dont la géographie s'est transformée. Un site permet aussi de visiter ces anciens shtetls. On navigue sur le Net. On cherche par pays, par région. Le site nous oriente vers le village qu'on cherche, puis on peut voir des photos, lire des extraits de livres de souvenirs, des mémoires familiales. On a presque l'impression de visiter physiquement ce continent. Et ce Yiddishland virtuel ne cesse de s'enrichir, comme si les passionnés de la culture yiddish souhaitaient reconstituer quelque part ce monde disparu. La plupart de ces sites sont en anglais. Mais le yiddish existe aussi sur Internet. L'encyclopédie en ligne Wikipédia possède sa version en yiddish, de même que le moteur de recherche Google! À la fin de ce livre, se trouvent une liste de ces sites, des conseils pour s'y orienter, ainsi qu'un certain nombre de contacts français afin d'aider chacun à se lancer sur les routes du Yiddishland virtuel avant, peut-être, de partir à la découverte de celui, bien réel, dont les traces subsistent en Europe centrale. (Copyright Les Petits Matins) IN FORMATION JUIVE Décembre

10 ISRAËL Que veut Barack Obama? Guy Millière, un bon observateur de la société et de la vie politique américaine, nous donne dans L'irrésistible ascension de Barack Obama (1) de sérieuses raisons de nous inquiéter de l'avenir. En 1999, le futur président des Etats-Unis avait participé "à une réunion de collecte de fonds pour la cause palestinienne". En 2003, à une réunion publique du "Réseau d'action arabo-américaine". Tandis qu'un exporte-parole de l'olp s'y explose en rage "anti-israélienne", Obama aurait déclaré que "Dieu n'a jamais donné de blanc-seing à Israël pour occuper la Palestine". Les fonds collectés en faveur de sa campagne électorale comprenaient une somme de dollars venus d'un "habitant palestinien de Gaza". Après son élection, "le premier entretien télévisé sera accordé par Obama à la chaîne al Arabya, basée à Dubaï, propriété du gouvernement saoudien". On y entend Obama dire qu'israël doit "abandonner ses préjugés" et envisager de "négocier avec le Hamas", que les Etats-Unis ont " beaucoup à apprendre du monde musulman, qu'il entend, sur cette base, créer un "nouveau partenariat et qu'il tend la main à l'iran". Et Guy Millière revient sur le fameux " Discours du Caire " de 2009, où Barack Obama esquisse sa vision du passé et du présent du vis-à-vis américano-musulman. "Les Etats-Unis sont responsables de l'hostilité iranienne à leur égard". "Ils ont été esclavagistes". "Thomas Jefferson était un lecteur du Coran" (omettant que c'était "pour comprendre la mentalité de ceux qui exerçaient des actes de prédation violente contre les navires marchands américains"). "Tout au long de l'histoire, l'islam a démontré, par les paroles et par les actes, les possibilités de la tolérance religieuse et de l'égalité raciale", une phrase, commente Guy Millière, qu'obama a prononcée sans rire Et dans ce même discours, "la destruction des Juifs d'europe par le régime nazi" est comparée au sort subi par le "peuple palestinien" dont la lutte est comparée"à celle des Noirs contre l'esclavagisme aux Etats-Unis et contre l'apartheid en Afrique du Sud" Et ainsi de suite. Barack Obama et Benjamin Netanyahu 10 IN FORMATION JUIVE Décembre 2010

11 ISRAËL Quant aux associations liées à l'islam radical et aux personnes avec lesquelles Barack Obama a été en relations, on relève d'arab America Action Network, qui a notamment organisé une exposition consacrée à la "Nakba", la catastrophe du Muslim Public Affairs Council et de la Islamic Society of North America. Etc. Cependant, cette juxtaposition d'indices cohérents pourrait donner l'impression d'un montage malveillant cesse de rappeler ses racines islamiques". Nous assistons à une "fixation obamienne sur les implantations, rebaptisées, pour complaire au monde arabe 'colonies'" et faire ainsi "du conflit israélo-arabe un avatar des guerres de décolonisation". Les enjeux sont beaucoup plus vastes que ceux du Moyen-Orient. Il s'agit de modifier la civilisation occidentale réorganisation catastrophique du monde. Car les enjeux sont beaucoup plus vastes que ceux du Moyen-Orient. Il s'agit de modifier la civilisation occidentale, de changer l'univers. En quoi? Comment? Au cours de l'histoire, le peuple juif a toujours été la première en date ou la principale victime des périls menaçant toute l'humanité. Espérons que Guy Millière se trompe dans ses prévisions pessimistes. Il semble bien, hélas, qu'il voit juste et n'exagère pas le danger. N'oublions pas le constat-avertissement de Paul Valéry: "Les civilisations sont mortelles". Paul Giniewski et à charge, si elle n'était plus que corroborée par le revirement de la politique américaine depuis la présidence d'obama. Selon Guy Millière, les "années de formation et l'essentiel de sa vie d'adulte" font d'obama "le président le plus à gauche que les Etats-Unis aient connu dans toute leur histoire. C'est un homme qui, voici quelques mois encore, trouvait très fréquentables d'anciens terroristes non repentis, des islamistes, des antisémites et des ennemis avoués de la civilisation occidentale". Ce jugement semble être illustré, sur le plan du conflit israélo-arabe et son environnement historique et régional, par les silences ou les accents d'obama. Comme l'écrit Laurent Murawiec, chercheur au Hudson Institute, à la mémoire de qui Guy Millière dédie son livre, Obama "excuse, ou omet la brutale oppression que tous les régimes arabes et musulmans font subir aux femmes, aux dhimmis, aux intellectuels, aux contestataires. Il ne parle ni de dictature, ni de répression, ni de sous-développement endémique". "Alors que c'était un véritable crime d'utiliser son deuxième prénom, Hussein, pendant la campagne électorale, Obama n'a aujourd'hui de De même les pressions opérées sur Israël pour le contraindre à négocier avec les terroristes, à consentir à la création d'un Etat en guise de punitionrécompense de leurs crimes, traduiraient dans les faits et sur le terrain une vision globale d'une O D A S E J (1) Guy Millière, L'irresistible ascension de Barack Obama, La part de l'esprit, (Fabrica Libré), 20 Euros. L Œ U V R E D A S S I S TA N C E S O C I A L E A L E N FA N C E J U I V E est une association reconnue d utilité publique par décret du 28 mai 1919 Parce qu un enfant heureux devient un adulte qui a de meilleures chances de construire son avenir et celui de la communauté L O DASEJ a pour mission d aider les enfants et les adolescents défavorisés ou en dif ficulté sur le territoire national L e u r a v e n i r e s t e n t r e v o s m a i n s Transmettez votre nom à un programme de solidarité Perpétuez la mémoire de vos parents Faites un legs ou une donation à l O DASEJ Q ue vous ayez des héritiers ou non, vous pouvez faire un legs ou une donation en faveur de l O DASEJ en exonération des droits de succession ou de mutation Pour un rendez-vous confidentiel Appelez Tony SULTAN Tél. : Fax : O DASEJ ESPACE RACHI, 39, RUE BR O CA, PARIS IN FORMATION JUIVE Décembre

12 ISRAËL " La Torah, notre feuille de route " UN ENTRETIEN AVEC YEHUDA LANCRY M.Yehuda Lancry, ancien ambassadeur d'israël en France puis aux Nations Unies, ancien député de la Knesset, a pris l'initiative de publier ses Mémoires sous le titre " Le messager meurtri " ( Editions Albin Michel. Collection Présences du judaïsme.20 E ). Dans ce livre, Lancry raconte les souvenirs de ses missions, les rencontres politiques auxquelles elles ont donné lieu ainsi que les amitiés en en sont nées. Ce livre constitue aussi un hommage que l'ancien ambassadeur a voulu rendre à la mémoire de son fils Ran, disparu à l'âge de 27 ans. Yehuda Lancry a accepté d'aller plus loin dans cet entretien accordé à la rédaction d'information juive. Votre livre est intitulé Le messager meurtri. Messager de quoi? Yehuda Lancry : Ambassadeur d'israël en France puis aux Nations Unies, je me sentais investi d'une mission de représentativité de mon pays et particulièrement dans l'ambiance de paix qui prévalait au lendemain des accords d'oslo.il est évident que je me sentais porteur de la parole de paix. C'est dans ce sens qu'il faut entendre le terme de messager. Quant à celui de meurtri, il y a une dimension personnelle qui est la disparition de mon fils Ran.C'est un hommage que j'ai tenu à lui rendre à travers la rédaction de ces mémoires. d'avoir avec nous l'ambassadeur d'israël qui, de plus, est juif. Il est vrai que ma religiosité et ma fidélité à la tradition ont des racines très profondes. La vie politique israélienne avec ses turbulences ne vous a pas fait perdre ce respect des traditions? Y.L : Il faut dire que quand je parle de religion, je ne fais pas référence à je ne sais quelle ultra- orthodoxie. Je ait pris le temps de mettre les tefilline et de prier. Cela correspondait à un besoin? Y.L : Oui et il a été plus vif encore après la disparition de mon fils Ran. Jusque là, je me contentais de mettre les phylactères et de dire le Chema Israël Quand le malheur m'a frappé, j'ai décidé que les tefilline que je mettais désormais étaient ceux de mon fils. Ma prière était devenue plus complète et plus fervente. Le plus Deux mille ans durant, la Torah a été notre feuille de route dans l'exil. Elle doit aujourd'hui continuer à l'être Vous avez été un ambassadeur atypique. :il y a très peu d'ambassadeurs d'israël qui aient été, autant que vous, respectueux de la tradition religieuse juive. Ce respect de la religion vient de loin chez vous? Y.L : De très loin. Mes deux grands pères étaient pratiquants, comme tout le monde au Maroc. J'ai grandi dans cet univers, à la fois laborieux - chacun avait son petit métier - et en même temps articulé très profondément sur les règles du judaïsme. Je me rappelle, à cet égard, que le grand rabbin Sitruk m'avait reçu à la synagogue à l'occasion de Yom Kippour. Il m'avait invité à chanter avec lui quelques fragments de liturgie. En me présentant aux fidèles il a dit : nous avons l'honneur ne porte pas de kippa et je n'ai pas de barbe. Mais j'ai à cœur de respecter le chabbat, la cachrout et les prières quotidiennes notamment celle de Chahrit. Comment faisiez-vous quand vous étiez ambassadeur - aux Nations Unies spécialement - pour ne manger que cacher? Y.L : Il y a des modalités possibles. Dans des restaurants, je mange seulement du poisson : une daurade, du thon, du saumon etc des plats parfaitement consommables au regard des lois de la cachrout. De tous les diplomates israéliens qui ont été en poste àparis, vous avez été, à ma connaissance, le seul qui, chaque matin, souvent j'essaye de faire cette prière avec un minyane Je vous ai vu mettre les tefilline dans des conditions parfois peu communes. Y.L : Il n'y a pas longtemps, je me trouvais à Accra, au Ghana. J'y mettais les pieds pour la première fois. Dans la chambre d'hôtel, il m'arrive de me dire : c'est sans doute la première fois dans l'histoire que quelqu'un a mis les tefilline dans ce lieu. Comment prie-t-on quand on a eu, comme vous, le cœur brûlé et brisé par la mort d'un fils. Qua dit-on dans une telle prière? Y.L : Les larmes accompagnent 12 IN FORMATION JUIVE Décembre 2010

13 ISRAËL souvent cette prière. Le texte de la prière est fixé une fois pour toutes par nos sages. Vous pouvez, peut-être, y ajouter, ici ou là, quelques formules de votre cru. Dans les règles du deuil instituées par la religion juive, j'ai tenté de trouver un salut possible. Je n'ai à aucun instant jamais contesté la décision divine de me priver de mon fils. Aucun mouvement de révolte contre le ciel? Y.L : Absolument pas! J'ai tout accepté dans les larmes, la douleur et la résignation et surtout dans l'œuvre de rapprochement spirituel que j'ai entrepris avec la mémoire de mon fils. Vous n'avez à aucun moment remis en question l'essentiel de votre foi? Y.L : J'appartiens à cette éducation qui s'enracine dans les traditions antérieures et qui passe de génération en génération. Cela ne pouvait pas se décliner autrement que dans cette acceptation du décret divin. De quelle nature est votre foi? Y.L : Je crois en le Dieu unique révélé à notre ancêtre Abraham et qui a bien voulu solliciter notre grand législateur, Moïse qui a codifié la Loi de Dieu et qui l'a transcrite pour les hommes. Je veux dire ceci : avant d'arriver à ce moment fondateur du Chema Israël, il y a ce texte préparatoire appelé le Yotser, un texte consacré à la Création et dans lequel il est question d'un Dieu qui a besoin de reconnaissance et de louanges. On le glorifie d'abord pour la création de son univers. Ensuite, on adopte avec lui une sorte de pacte cordial. On le loue pour avoir enseigné à nos ancêtres les lois de la vie. Nous demandons à Dieu de nous donner la capacité de nous instruire, d'écouter, d'apprendre et d'enseigner. On s'adresse à l'intelligence du cœur. Quelle est l'idée que vous vous faites de Dieu? Y.L : Quelque chose de totalement abstrait, d'intangible. Omniprésent et omniscient. Lisez le texte de l'adone Olam que nous disons au terme de nos offices et vous saurez l'idée que je me fais de Dieu. Ce qui est étonnant dans votre parcours c'est que vous ayez appartenu à l'extrême gauche. Vous apparteniez au parti aujourd'hui disparu Mapam dont on peut dire qu'il était relativement antireligieux? Y.L : Je pense qu'il y a du bon dans chaque zone de la vie politique. Le Mapam m'avait intéressé parce qu'il indiquait la voie à prendre en matière de justice sociale. A l'époque dont vous parlez, la société israélienne était scindée en deux camps : les séfarades constituaient le prolétariat israélien. Militer pour le Mapam me paraissait donc correspondre à ce que je recherchais. On devait vous considérer comme un élément folklorique? Y.L : Cela dura jusqu'au moment de l'arrivée au pouvoir de Menahem Begin qui se posait en homme de la justice sociale. Comment percevez-vous aujourd'hui la question religieuse en Israël? Y.L : Je n'aime pas les attitudes manichéennes : le bon d'un côté et le mauvais de l'autre. Tous les orthodoxes ne sont pas ce que l'on dit : il y a des orthodoxes religieux qui sont tout à fait merveilleux. Je pense notamment au rabbin Grossmann de Migdal Haemek qui accomplit un travail social remarquable. Il est vrai qu'il existe par ailleurs des orthodoxes qui contestent jusqu'au droit d'israël à l'existence, échappent Israël dans le coeur au service militaire, à la contribution au développement de la société et revendiquent de façon exacerbée des droits et des passe-droits. Le devoir des uns et des autres est, à mon sens, de protéger ce qui doit innerver la vie,la société, le devenir, l'histoire, la culture et la civilisation d'israël, je veux parler de l'apprentissage de la Torah. Deux mille ans durant, la Torah a été notre feuille de route dans l'exil. Elle doit aujourd'hui continuer à l'être mais à condition qu'elle ne conduise pas à la confrontation et à l'exacerbation des choses. Nous sommes en train de chercher cette zone médiane qui pourrait permettre à la société israélienne de résoudre ses contradictions. Dans votre livre, vous dites ce qu'israël représente pour vous : " Patrie intemporelle frappée du sceau immarcessible de la Loi de Moïse, terre investie du divin, habitée par les forces vives du rassemblement comme par les chocs, chutes et dispersions, Israël sacre le retour du juif d'une vocation ascensionnelle, l'aliya, la montée ". Y.L : Bien entendu, on peut dire que c'est une terre trop investie de divin quand on considère qu'il y a de si grands dangers au sujet de Jérusalem, de ses synagogues, de ses églises et de ses mosquées. Cette terre de pèlerinages qui se cristallisent autour d'abraham notre ancêtre commun. " Pour un ambassadeur d'israël à Paris, la communauté juive de France représente un véritable enjeu. Première au sein de l'union européenne par son importance démographique avec plus de six cent mille membres, elle se signale aussi par une élite intellectuelle hors pair dans a diaspora juive. Si le primat du judaïsme américain réside essentiellement dans son énorme pouvoir financier, celui de France s'illustre, surtout, par son assise intellectuelle prédominante. Certes, on trouvera au sein du judaïsme américain pléthore de brillants universitaires, dont certains prix Nobel, ainsi que des écrivains de renommée internationale - Philip Roth ou Paul Auster - mais peu d'intellectuels engagés à la française. Exception faite de Noam Chomsky et d'elie Wiesel, aux antipodes l'un de l'autre idéologiquement mais fortement engagés dans leur siècle, l'élite américaine agissante et influente s'exprime dans la politique par sa puissance financière Dans son écrasante majorité, la communauté juive française manifeste un soutien permanent à Israël " IN FORMATION JUIVE Décembre

14 ACTUALITÉ Cuba, porte-drapeau de l'anti-sionisme UN ENTRETIEN AVEC JACOBO MACHOVER Né à La Havane, Jacobo Machover est maître de conférences à l'université d'avignon et professeur à l'ecole supérieure de gestion de Paris. Il a consacré certains de ses ouvrages à la situation à Cuba. Dans le livre qu'il publie aux éditions Armand Colin ( Cuba : l'aveuglement coupable. Les compagnons de la barbarie, il s'en prend à ceux des intellectuels français qui n'ont vu dans la révolution cubaine que ce qu'ils ont voulu voir. Dans l'entretien qu'il a accordé à Information juive, il s'explique sur le rôle que joue Cuba comme porteparole de l'anti-sionisme. Comment expliquez-vous qu'il y ait tant d'intellectuels, en France notamment, pour chanter les louanges de cette révolution momifiée? Jacobo Machover : Il est difficile de brûler ce que l'on a auparavant adoré. Dans le monde entier, bon nombre d'intellectuels ont voulu voir dans cette révolution une alternative à d'autres révolutions momifiées, notamment en URSS ou en Chine. Les dirigeants castristes semblaient si jeunes, si romantiques Il leur était pénible de voir que, derrière cette image, il y avait également une extrême cruauté, pourtant étalée au grand jour par la presse et la télévision, avec procès sommaires, exécutions, emprison-nements à des peines avec toutes les horreurs qu'il portait en lui. Ceux qui sont revenus sur leurs fautes, humaines et morales, ne l'ont fait que du bout des lèvres. Ils n'ont jamais renié leurs engagements. Il valait mieux se taire pour eux, de peur d'être accusés de complicité dans les crimes commis. Cuba est devenue un des porte-drapeaux de l'antisionisme. Au point qu'à Durban, en 2001, elle a cherché à faire systématiquement condamner Israël. Est-ce uniquement par antiaméricanisme? J.M : La rupture des relations diplomatiques avec Israël, après une période de sympathie mutuelle, date de Auparavant, Cuba avait envoyé une L'alliance avec les ennemis d'israël ne date donc pas d'hier. Elle est antérieure à l'action diplomatique menée à Durban en La récente repentance de Fidel Castro, considérant que le peuple juif était celui qui avait le plus souffert dans l'histoire et demandant à Mahmoud Ahmadinejad d'abandonner ses diatribes antisémites, ne peuvent pas effacer le mal qui a été fait. insensées. En ce qui concerne la France, particuliè-rement, la justice révolutionnaire faisait partie du folklore recherché. C'était sans nul doute la continuation de la Terreur jacobine. La plupart des intellectuels ont approuvé et encouragé cela. Ils ont adopté le castrisme brigade de combattants internationalistes en Syrie à la fin de la guerre du Kippour. Par la suite, le castrisme a abondamment entraîné les terroristes palestiniens, toutes tendances confondues, à la fois dans l'île et dans les camps du Sud-Liban. Des livres et des brochures de propagande étaient publiés dans l'île. Parmi ces documents, il y avait même la thèse de Mahmoud Abbas, l'actuel président de l'autorité palestinienne, défendue en Union Soviétique, portant sur les points communs entre sionisme et nazisme. L'alliance avec les ennemis d'israël ne date donc pas d'hier. Elle est antérieure à l'action diplomatique menée à Durban en La récente repen-tance de Fidel Castro, considérant que le peuple juif était celui qui avait le plus souffert dans l'histoire et demandant à Mahmoud Ahmadinejad d'abandonner ses diatribes antisémites, ne peuvent pas effacer le mal qui a été fait. Bibi Netanyahu et Shimon Peres se sont un peu trop précipités en félicitant Castro pour sa soudaine prise de position. Ses propos ont décontenancé certains soutiens de Cuba, notamment Hugo Chávez et beaucoup d'altermondialistes, mais les messages des dirigeants israéliens ont également déçu les exilés cubains anticastristes. Le meilleur exemple en est celui d'ileana Ros-Lehtinen, la nouvelle porte-parole de la Chambre des représentants aux États-Unis, auprès de qui Netanyahu s'est finalement excusé. Tout cela entretient une énorme confusion, mais la réalité historique est que l' antisionisme affiché par Cuba, comme corollaire de sa lutte contre l' impérialisme américain, a été néfaste en tous points. Vous dites que l'ignorance est l'un des points communs à la plupart des amoureux de Castro. Laissons de côté le cas pathétique et parfois grotesque du directeur du Monde diplomatique Ignacio Ramonet. Mais Jack Lang et Danielle Mitterrand ne pouvaient ignorer la réalité des choses 14 IN FORMATION JUIVE Décembre 2010

15 ACTUALITÉ J.M : Il était, et il est, impossible de ne pas savoir. Nous sommes quelquesuns à essayer, depuis de longues années, de rétablir la vérité sur ce régime, qui n'est plus qu'une tyrannie dynastique, à l'instar de la Corée du nord de la famille Kim, de la Syrie des El-Assad ou de la République démocratique du Congo de Kabila père et fils. Jack Lang, Danielle Mitterrand et son défunt époux, l'ancien président de la République François Mitterrand, ont été les chevaux de Troie d'un appui certain de l'union Européenne à la dictature castriste au milieu des années Ils ont pratiquement toujours refusé d'intervenir en faveur de la libération des prisonniers politiques, sauf lorsque cela leur convenait, le pouvoir cubain s'en servant comme monnaie d'échange en vue d'un soutien financier ou d'une reconnaissance politique. Le gouvernement socialiste espagnol a ensuite pris le relais, notamment par la voix de son président, José Luis Rodríguez Zapatero, et de son exministre des Affaires étrangères, Miguel Ángel Moratinos, qui ont accepté d'accueillir des prisonniers injustement condamnés tout en plaidant pour la levée des sanctions, plus symboliques Un député européen du Front de gauche, Jean-Luc Mélenchon aime la dictature cubaine et le montre. En compagnie de son groupe, il a quitté la cérémonie de remise du prix Sakharov - qui récompense les défenseurs des droits de l'homme - au journaliste cubain Guillermo Farinas. qu'efficaces, prises par l'union Européenne contre Cuba. Tous, sans exception, sont aussi pathétiques que Ignacio Ramonet, l' exécuteur testamentaire de Fidel Castro. Ils soutiennent aujourd'hui la dictature de Raúl Castro qui n'est que la continuation, par les mêmes moyens, de celle de son frère aîné. Quand l'un des appuis de Castro, le Portugais José Saramago, compare en 2002 les événements de Jénine à l'extermination des juifs à Auschwitz, estil en service commandé ou bien s'agitil d'un dérapage? J.M : L'écrivain José Saramago, que j'ai bien connu à une époque où il était moins virulent et plus critique à l'égard du castrisme, n'a commencé à s'affirmer comme porte-voix des altermondialistes et d'une fraction importante de la gauche qu'après avoir obtenu le Prix Nobel. Il s'est alors rendu pour la première fois à Cuba en 1998, lors de la visite du Pape Jean-Paul II, où il a paradé, avec son ami Gabriel García Márquez, aux côtés de Fidel Castro. Ces Prix Nobel ont vénéré le Líder Máximo, qui les avait d'ailleurs grandement aidés à obtenir leur récompense. Ce sont des écrivains qui ne remplissent pas leur fonction, celle d'une posture critique vis-à-vis des pouvoirs, quels qu'ils soient. De sa fréquentation des dirigeants castristes, Saramago a acquis un simplisme outrancier, qui l'a empêché de discerner la réalité. Pour leur donner des gages, il a fait des déclarations indignes de son statut d'intellectuel. Par la suite, il a tenté de revenir sur certains des propos qu'il avait tenus. En ce qui concerne Cuba, il a même émis une critique acerbe à l'égard du régime, rompant spectaculairement avec lui en avril 2003, à la suite de la vague répressive connue sous la dénomination de printemps noir. Puis il est rentré dans le rang, multipliant les prises de Fidel et Raùl Castro position et les signatures en bas de pétitions contre Israël, contre les États- Unis et de soutien aux pires des aspects de la répression à Cuba. Il était certainement tenu sous pression par le pouvoir castriste, ses agents et ses propagandistes de toute sorte, de même que beaucoup d'autres, par exemple l'écrivain chilien Luis Sepúlveda, qui a adopté la même posture outrancière. Au terme de la lecture de votre livre, on se dit que les intellectuels français sont souvent légers et frivoles. J.M : Ceux d'entre eux qui ont soutenu et soutiennent encore le castrisme ou qui sont des adorateurs de ses icônes (Che Guevara, un homme aux mains grandement tachées de sang) sont ses complices. Lorsqu'ils ont appuyé les exécutions perpétrées par cette tyrannie, ils sont aussi coupables, sinon plus, que ceux qui ont tenu les fusils et, surtout, que ceux qui ont donné les ordres. Je ne leur trouve guère de circonstances atténuantes. Mais il n'est jamais trop tard pour se racheter. Pour cela, il faudrait qu'ils soient capables de se remettre en question et de reconnaître les injustices commises en leur nom envers les Cubains dans leur ensemble, ceux qui demeurent dans l'île comme ceux qui se trouvent en exil. IN FORMATION JUIVE Décembre

16 ISRAËL Il faut maison garder PAR ALBERT BENSOUSSAN Après ces derniers mois de discussion sur le droit et le devoir de la Diaspora juive à juger de la politique d Israël et à peser sur elle, qu on me permette de substituer à l expression de Raison garder (répondant à une précédente démarche intitulée Appel à la raison ) le concept de Maison garder. En effet, si Israël est bien, au fond de moi (comme pour tout Juif depuis les siècles des siècles), une raison d être, c est aussi ma maison, au sens fort qu a su donner le cinéaste Steven Spielberg à sa créature? disons même, son Golem? E.T., lorsque l androïde à court d oxygène, échoué sur la plage à des annéeslumière de sa planète, ne sait que balbutier maison. Je crois, en effet, que faire son alya, ou même aller périodiquement en Israël, c est rentrer à la maison. Quand je me rends à Netanya, par exemple, de deux à trois fois par an, je ne fais pas du tourisme mais vais retrouver ma sœur, mes cousins germains, mes petits cousins, mes amis d enfance, tant de visages familiers et aimés. Je sens alors profondément que je suis chez moi. Je fais Shabbat à la synagogue des Rabbanim algérois et j y entends les airs et prières qui ont bercé ma jeunesse, me voilà éperdu de bonheur en écoutant ces piyyotim que je croyais perdus : je me retrouve à la maison. Et si l on s étonne et me demande? à moi qui ai tant écrit sur l Algérie? pourquoi je n y retourne plus, je réponds que ma géographie humaine y est à tout jamais effacée ; l ayant constaté lors du séjour effectué vingt ans après l Indépendance, envoyé par Jacques Lazarus et Information Juive pour enquêter sur l état ruineux de notre cimetière (à Saint-Eugène, devenu Bologhine) : parcours calamiteux où tous les murs et les rues, toutes les pierres, étaient comme décolorés, délavés, ou disons dépeuplés. Non, rien ne m y retient plus, malgré une vieille tendresse pour la terre algérienne ; c est en Israël que je retrouve l atmosphère natale. Allant prier chez les Libyens de Netanya, je me revois dans le Sud algérien, la Djelfa de mes étés, entouré de tous ces hommes aux yeux enfoncés et au regard de feu. Traversant tel souk hiérosolomytain, je retrouve les effluves du marché Randon devant lequel se dressait feu notre Grand-Temple, avec cette forte odeur d épices qui me fait encore éternuer, bien plus que lorsque je redescendis la casbah d Alger, lors du dernier voyage, en total dépaysement, étranger à mon propre pays. Et moi qui me suis tant pâmé du boulevard dominant la darse aux îlots, me voilà parcourant la Tayelet en m émerveillant face à l immensité Israël retire-t-il ses troupes du Liban Sud? Le terrorisme s'implante à sa frontière nord et menace de plus belle. David Ben Gourion bleue et répétant, après Baudelaire : Homme libre, toujours tu chériras la mer. Je suis ici chez moi. Comme cette part du kahal algérois a franchi la Méditerranée, dans les années soixante, jusqu au rivage cananéen, mon Algérie s est déplacée là, dans ce pays qui a de tout temps été une terre juive? dans ma jeunesse, on désignait d ailleurs les Juifs comme des Palestiniens, et les murs du refus se couvraient de cette inscription : Les Juifs en Palestine!. La guerre m a déplacé en Bretagne, de la même façon que les Juifs des pays arabes ont été déplacés (expulsés?) au moment des Indépendances. Si le nationalisme est la chose au monde la mieux partagée, il est rageant de voir qu on l admet pour tous les peuples pour le refuser encore à certains, par trop minoritaires. Le mot le plus pernicieux, dernier en date d une propagande d exclusion, est délégitimation ; né, sans doute, des officines palestiniennes, le voilà encouragé dans maintes cours européennes. 16 IN FORMATION JUIVE Décembre 2010

17 Enlacés face à la mort Les corps des victimes de l'incendie meurtrier ont été retrouvés par des bénévoles de ZAKA, enlacés les uns aux autres. "L'image de ces corps calcinés qui se tenaient la main m'a rappelé des scènes de la Shoa ", a confié l'un des responsables de ZAKA, présent jeudi soir dans le massif du Carmel. L'incendie, a couté la vie à 42 personnes, en majorité des gardiens de prison appelés sur le secteur pour aider à l'évacuation d'un centre de détention. L'autobus, pris au piège des flammes n'a pas pu sortir de la fournaise ; ses passagers essayant d'échapper à la mort, ont péri ensemble, quelques mètres plus loin, se tenant la main. Plus de 100 volontaires de ZAKA ont risqué leurs vies jeudi soir, en rejoignant les forces d'urgence pour lutter contre le plus grand incendie forestier qu'israël ait jamais connu. Le chef d'équipe de ZAKA, Abraham Danziger a témoigné : "L'odeur épouvantable des corps calcinés répandue dans l'air restera avec moi pour longtemps." Pour Hezki Farkash, commandant des opérations de ZAKA pour la région Nord, "C'est l'incident le plus difficile et complexe avec lequel nous avons dû nous mesurer dans la région du Nord. Nos bénévoles ont fait preuve d'un courage immense alors qu'ils œuvraient pour récupérer les corps dans l'autobus et les collines environnantes, tandis que l'incendie continuait à faire rage. Une autre équipe de volontaires de ZAKA a participé à l'identification des corps calcinés ". Les bénévoles, ont continué leur tache difficile, dimanche matin, pour tenter de collecter les restes des victimes de l'incendie avant les funérailles. Pour atteindre le lieu où les bénévoles de ZAKA avaient découvert les 15 corps serrés les uns contre les autres après avoir tenté en vain d'échapper aux flammes, ils ont été contraints de descendre en rappel la colline, attachés à des cordes au bord de la route. Le Premier ministre Binyamin Netanyahou a félicité les volontaires de ZAKA qui " se sont dévoués pour sauver des vies et garder le respect des mort. "

18 ISRAÊL Si j ai signé la pétition de Raison garder répondant à cet Appel à la raison qui entendait peser d un poids diasporique sur la politique israélienne en l incitant à toutes les concessions, c est qu en premier lieu, n étant pas israélien, je ne me sentais pas autorisé à jouer les donneurs de conseil. Comme on dit dans cette France, mère des arts, des armes et des lois, si chère à mon cœur : Meunier est maître chez soi. En second lieu, c est qu à regarder les choses depuis l autre rive, l on a vu que les concessions territoriales, peutêtre inconsidérées car effectuées sans l accord des deux parties, n ont pas jusqu ici apaisé la région, aboutissant au contraire à une radicalisation belliqueuse : Israël retire-t-il ses troupes du Liban Sud? Le terrorisme s implante à sa frontière nord et menace de plus belle. Jérusalem se dégage-t-elle unilatéralement de Gaza? Aussitôt, les roquettes pleuvent sur son territoire. L on est conscient qu il n y aura pas de paix sans concessions, et de tout ordre, même territorial, mais l on se dit que pour faire la paix, il faut d abord discuter face à face et obtenir de sérieuses garanties, ce qui est en 18 IN FORMATION JUIVE Décembre 2010 pourparlers. La seule garantie et elle est de poids qu offre Israël, c est l aspiration quasi unanime de son peuple à vivre en harmonie avec ceux qui l entourent ; c était déjà dans le discours d Indépendance de Ben Gourion, le 14 mai 1948, avec cette objurgation si émouvante et généreuse, qui n obtint d autre réponse qu une mobilisation hargneuse alentour : Nous demandons aux fils du peuple arabe de l État d Israël de préserver la paix Aller prier à Netanya et de prendre leur part dans l édification de l État sur la base d une égalité complète des droits et devoirs et d une juste représentation dans tous les organismes provisoires et permanents de l État. Nous tendons la main, en signe de paix et de bon voisinage, à tous les pays voisins et à leurs peuples. Nous les invitons à coopérer avec le peuple juif rétabli dans sa souveraineté nationale. L État d Israël est prêt à contribuer à l effort commun de développement du Moyen-Orient tout entier. Le chemin de la paix passe par la confiance et le partage des puits. Rappelons-nous l alliance mythique à Beer-Shev a entre Abraham et Abimelec. Souvenons-nous justement du hessed La propagande actuelle, dans laquelle l'on doit reconnaître que les Palestiniens sont passés maîtres, n'est faite, le plus souvent, que de rejet de l'autre et d'éducation à la haine. grâce et bienveillance emblématique de notre patriarche commun, Abraham. Or la propagande actuelle, dans laquelle l on doit reconnaître que les Palestiniens sont passés maîtres, n est faite, le plus souvent, que de rejet de l autre et d éducation à la haine. Moi, je n ai pas de détestation de l Arabe, que je considère comme cousin et dont je défends les droits. À l instar d Antigone, cette sœur de deux frères qui s entretuent pour la possession du trône, je ne suis pas né pour partager la haine, mais l amour. Mon plus grand souhait se nourrit de cette embrassade finale, qui a longtemps peuplé mes rêves (oui, j ai rêvé naguère du vieil homme au keffieh et mal rasé qui venait vers moi, et l on tombait dans les bras l un de l autre en pleurant). Cette accolade, cet embras-sement (qui, par un heureux effacement linguistique, remplacera l embrasement), adviendra, non pas Bezraat Hachem ou Inch Allah, comme on le dit de part et d autre inconsidérément? car la paix est l affaire des hommes, et non de Dieu?, mais par la volonté réciproque d en finir et de réaliser enfin No more blood!

19 REPÈRES Le brasier du Carmel Il entrera dans l'histoire comme un sacré brasier. Ce n'était pas un vulgaire incendie, c'était un cauchemar national. Plutôt que de se calmer, il redoublait d'intensité, attisé par une colère incontrôlable. Des vents et des gens. Un tourbillon de feu que rien ne pouvait arrêter. Parce que les pompiers n'étaient pas prêts. Parce qu'israël qui possède plus de six cents avions de combat n'avait pas un seul canadair. Dans ce brasier ont brûlé un des kibboutzim les plus enchantés d'israël, un des villages les plus artistiques et pastoraux, une des réserves écologiques les plus attachantes. On doit néanmoins noter un acquis de taille. Désormais, on ne pourra plus prétendre qu'on ne nous aime pas. Cela dit, la douloureuse nous attend. Elle ne sera pas seulement sociale et écologique. A.B Mariages mixtes La Commission de la Knesset qui travaille sur l'immigration et la diaspora a présenté une étude conduite depuis deux ans. Les résultats de cette recherche indiquent que recrudescence dramatique des mariages mixtes dans les communautés juives. " La crainte de l'assimilation des juifs de diaspora est une menace pour la pérennité d'israël " écrit le responsable de l'étude. Selon cette étude, aux Etats-Unis, 55 % des juifs sont mariés à des non- juifs. Ce taux est de 30 % dans des pays comme le Canada,, l'australie ou la Turquie. En France, on évalue à 40 % le pourcentage des mariages mixtes, un taux qui serait identique à celui que l'on observe en Grande Bretagne ou en Amérique latine. Les chiffres de ce type de mariages sont, en revanche, beaucoup plus inquiétants en Europe orientale et dans l'ex-urss où ils atteindraient 65 %. Au Mexique cependant, le taux des mariages mixtes approche les 15 %. Juifs de Turquie " Les communautés juives en Orient. XIX et XXèmes siècles : la Turquie " C'est le titre du livre que vient de publier ( en hébreu ) aux éditions de l'institutt Ben Zvi à Jérusalem le docteur Yaron ben Naé. Dans cet ouvrage, l'auteur parle des juifs de Turquie comme d'une communauté florissante qui a apporté au pays de nombreuses contributions en matière de musique notamment, mais également dans les domaines de la kabbale, de la poésie religieuse et de la littérature du Moussar. " Cette communauté a même donné aux juifs un faux messie en la personne de Chabbtaï Tsvi. L'auteur qui raconte les grandes périodes de l'histoire de cette communauté rappelle que c'est à Izmir qu'a été écrit le livre célèbre dans la littérature rabbinique " Chevet Moussar ", un livre qui a été traduit même en yiddish et qui est un best-seller jusqu'à nos jours encore. Yaron ben Naé rappelle également que jusqu'au milieu du 19ème siècle, les juifs de Turquie ont constitué la majorité des juifs vivant en Terre sainte. Selon cet auteur, alors qu'on raconte mille et une histoires en Israël sur les juifs d'iran, du Yémen et de Pologne, il n'en existe pas qui soient consacrées aux juifs de Turquie ". Castro et les juifs " L'Etat d'israël a sans aucun doute le droit d'exister " : c'est la surprenante déclaration faite par l'ancien président de Cuba Fidel Castro. Dans un entretien accordé à l'un de nos confrères. C'est dans ce même entretien que Fidel Castro s'en prend pour les critiquer aux déclarations faites par le président Ahmadinejad sur la Shoah. Castro qui a cédé le pouvoir à son frère Raul en 2006 a ajouté que l'iran doit comprendre la portée de l'antisémitisme : " Cela dure depuis deux mille ans. Je ne pense pas qu'il y ait un peuple qui ait été aussi piétiné que le peuple juif. Plus que les musulmans, on l'a accusé de toute chose. Or personne n'accuse les musulmans. Castro a confié à son interlo-cuteur sa théorie sur la permanence du peuple juif : "Durant deux mille ans, les juifs ont été opprimés puis il y a eu des pogroms. On aurait pu penser que les juifs disparaîtraient. Mais leur culture et leur religion les ont maintenus unis - comme Etat. Il n'y a rien qui ressemblerait à la Shoah" IN FORMATION JUIVE Décembre

20 LA VIE DU CONSISTOIRE 140 ème anniversaire du Décret Crémieux Le Consistoire Central, à l'initiative de son Président Joël Mergui, a organisé le 12 décembre dans la salle Clémenceau du Palais du Luxembourg à Paris un colloque consacré au 140ème anniversaire du décret Crémieux. L'intérêt du sujet et le prestige des participants ont incité un public nombreux de se rendre à cet après-midi de réflexion destiné à rendre hommage à l'homme qui, par le décret du 24 octobre 1870, accorda, collectivement, la citoyenneté française aux juifs d'algérie. Dans son discours introductif, le Président Mergui a rappelé l'émotion de parler de cet illustre personnage, qui fut un de ses prédécesseurs, Président du Consistoire Central en A été évoquée l'importance de la création d'un consistoire d'algérie, rattaché au Consistoire Central, qui allait avoir des conséquences majeures plus d'un siècle plus tard, en permettant un apport capital du judaïsme algérien au judaïsme français après l'horreur de la Shoah. Cette contribution du judaïsme d'algérie aura été décisive jusqu'à nos jours. Le Grand Rabbin René Samuel Sirat a à son tour rappel avec beaucoup d'émotion ses souvenirs du judaïsme d'algérie dont il est originaire. L'ancien Grand Rabbin de France a fait part de sa fierté d'avoir pu, lui aussi, avoir une éducation à égalité avec les petits français. Et de citer le Rambam, " si l'on peut adopter des enfants pour les faire siens, il est inversement possible d'adopter, comme siens, des parents, autrement dit une mère patrie ". Un souvenir douloureux rappelé par le Grand Rabbin réside dans l'abolition décidée par Pétain du décret Crémieux et les délais de sa remise en place par la suite. Le Conservateur des Archives du Consistoire Philippe Landau a fait un exposé sur la vie de l'homme Adolphe Crémieux, son parcours, les grandes étapes de sa vie. Il a rappelé son rôle majeur dans la défense de l'émancipation des juifs et du judaïsme sépharade. La vie, la personnalité et l'œuvre de Crémieux furent également au cœur de l'intervention de l'historienne Béatrice Philippe qui analysa le rôle de Crémieux à la lumière de son attachement au judaïsme et aux valeurs de la République qui l'ont conduit à des défendre des causes allant bien au-delà de la seule émancipation des juifs d'algérie : la défense du divorce ou encore la suppression de la peine de mort pour raisons politiques. Deux fois Ministre de la justice et Sénateur, ces valeurs républicaines lui ont permis de penser que l'égalité n'est pas une faveur dans la France de Crémieux a profondément cru que les juifs ont le devoir de défendre tous ceux qui sont victimes des mêmes discriminations et des mêmes injustices dont ils ont souffert pendant des siècles. On notera également la présence au colloque de Jacques Attali qui a insisté sur le fait que Crémieux était emblématique d'une époque où l'amour de la patrie était la condition première de rattachement. Raphaël Drai, autre intervenant de marque de cette journée, a fait état des controverses au sujet du décret, et notamment la soit disant désolidarisation des juifs d'algérie au moment du décret Crémieux qui expliquerait le départ massif de tous les juifs d'algérie. Pour Raphaël Drai, cette désolidarisation n'a pas été avérée et le débat aujourd'hui devrait d'abord porter sur un dialogue entre juifs, musulmans et chrétiens. Il a terminé en demandant qu'un effort soit fait pour rééditer les oeuvres de grands rabbins d'algérie. Une demande à laquelle le Président Mergui a tout de suite répondu positivement, en rappelant également l'importance de l'action menée actuellement pour la sauvegarde des cimetières juifs d'algérie. Le professeur Cohen-Tannoudji, Prix Nobel de physique, a mis l'accent sur le thème de l'éducation. Rappelant que l'éducation est une des valeurs juives par excellence, il a également précisé qu'il s'agit dans le même temps d'une valeur Le Président Mergui, le Grand Rabbin de France Gilles Bernheim et le Grand Rabbin René Samuel Sirat à la tribune du colloque républicaine centrale qui a permis à travers l'histoire l'émancipation de la majorité des hommes de la soumission et de l'arbitraire. A cet égard, le professeur s'est demandé si dans certains pays en proie au fanatisme, nous pourrons voir dans l'avenir " se lever un autre Adolphe Crémieux pour investir dans des écoles et sortir sa population de l'obscurantisme?". Enfin, le Grand Rabbin de France Gilles Bernheim a conclu le colloque en rappelant l'œuvre et la mémoire de ses Maîtres sépharades qui ont largement contribué à lui faire vivre pleinement la richesse du judaïsme français sous toutes ses facettes. Le Grand Rabbin de France a rappelé la représentation touchante des juifs d'algérie sur les cartes postales du 19ème siècle, et qui symbolisait très souvent le juif en mouvement, c'est à dire la modernité. Le Grand Rabbin de France a terminé en insistant également sur l'apport majeur des juifs d'algérie au paysage du judaïsme français. Au final, ce colloque prestigieux organisé dans l'enceinte de l'un des plus importants édifices de la République a été l'occasion de débattre de l'oeuvre et de l'héritage d'un personnage majeur du judaïsme français qui, à travers son action, a contribué de façon déterminante à inscrire le judaïsme français dans la fidélité à ses valeurs et à celles de la République. Une leçon qui reste d'actualité 140 ans après. 20 IN FORMATION JUIVE Décembre 2010

Tu avais quel âge au moment de la guerre d'algérie? En as-tu des souvenirs? Je suis né en Algérie en 1950. J'ai donc grandi pendant cette guerre.

Tu avais quel âge au moment de la guerre d'algérie? En as-tu des souvenirs? Je suis né en Algérie en 1950. J'ai donc grandi pendant cette guerre. Tu avais quel âge au moment de la guerre d'algérie? En as-tu des souvenirs? Je suis né en Algérie en 1950. J'ai donc grandi pendant cette guerre. Elle s'est déroulée quand j'avais entre 4 et 11 ans. J'ai

Plus en détail

Présentation au CONGRES MONDIAL de PSYCHIATRIE de l atelier théâtre de l ARAPS : «LES PLANCHES à PINS» (La Villette, PARIS, mai 2000)

Présentation au CONGRES MONDIAL de PSYCHIATRIE de l atelier théâtre de l ARAPS : «LES PLANCHES à PINS» (La Villette, PARIS, mai 2000) Présentation au CONGRES MONDIAL de PSYCHIATRIE de l atelier théâtre de l ARAPS : «LES PLANCHES à PINS» (La Villette, PARIS, mai 2000) Depuis Septembre 1997, un groupe composé de patients et de soignants

Plus en détail

Révision de l ombudsman du texte sur le camp d extermination nazi de Sobibor en Pologne, diffusé au Téléjournal le 30 novembre 2009.

Révision de l ombudsman du texte sur le camp d extermination nazi de Sobibor en Pologne, diffusé au Téléjournal le 30 novembre 2009. Révision de l ombudsman du texte sur le camp d extermination nazi de Sobibor en Pologne, diffusé au Téléjournal le 30 novembre 2009. SOMMAIRE Un plaignant estime que le Téléjournal du 30 novembre a commis

Plus en détail

I la question d'israël. 1 les origines et le conflit iraélo-arabe

I la question d'israël. 1 les origines et le conflit iraélo-arabe I la question d'israël 1 les origines et le conflit iraélo-arabe Le sionisme apparaît à la fin du XIXe siècle, à l'époque des nationalismes. Pour cette idéologie, les juifs doivent retourner sur la terre

Plus en détail

Auschwitz : visite d'un lieu de mémoire

Auschwitz : visite d'un lieu de mémoire Auschwitz : visite d'un lieu de mémoire En ce Mercredi 12 février2014, nous, élèves de 2ndes de l'enseignement défense du lycée de Barral de Castres, avons vécu une expérience mémorable. Avec nos professeurs,

Plus en détail

«Qui est donc responsable du déclenchement de la deuxième guerre Mondiale?»

«Qui est donc responsable du déclenchement de la deuxième guerre Mondiale?» «Qui est donc responsable du déclenchement de la deuxième guerre Mondiale?» Michael Jabara Carley Professeur au département d histoire de l Université de Montréal, auteur de 1939: l'alliance de la dernière

Plus en détail

1962- La crise de Cuba «Jalons pour l histoire du temps présent» INA Catherine Picquet Lycée Pierre Mendès-France - Vitrolles

1962- La crise de Cuba «Jalons pour l histoire du temps présent» INA Catherine Picquet Lycée Pierre Mendès-France - Vitrolles 1962- La crise de Cuba «Jalons pour l histoire du temps présent» INA Catherine Picquet Lycée Pierre Mendès-France - Vitrolles Une séance d histoire en 1 ère séries générales Durée : 1h Documents : o vidéo

Plus en détail

Intervention de S.E.M. Paul BIYA, Président de la République du Cameroun.

Intervention de S.E.M. Paul BIYA, Président de la République du Cameroun. 14 ème SOMMET DE LA FRANCOPHONIE Intervention de S.E.M. Paul BIYA, Président de la République du Cameroun. (Kinshasa, 12-14 octobre 2012) Point 7 à l ordre du jour sur le thème : «L Afrique dans la francophonie

Plus en détail

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan Le premier visage fait le dernier voyage Amir Hassan 3 e prix Je me souviens de mon père quand j étais petite. Il me parlait toujours de la Palestine, il disait : «C est un pays volé par des occupants

Plus en détail

Introduction à la Shoah

Introduction à la Shoah Introduction à la Shoah Des Juifs de la Ruthénie subcarpatique sont soumis à une sélection sur l aire de transit à Auschwitz-Birkenau. (Photo : Musée du Mémorial de l Holocauste aux États-Unis, offerte

Plus en détail

Régulièrement tu arrives à Paris et puis le soir, tu te rends compte que tu as laissé ta brosse à dents à Berlin

Régulièrement tu arrives à Paris et puis le soir, tu te rends compte que tu as laissé ta brosse à dents à Berlin Une interview avec la direction de l'ofaj, Max Claudet et Eva Sabine Kuntz Régulièrement tu arrives à Paris et puis le soir, tu te rends compte que tu as laissé ta brosse à dents à Berlin Le Grand méchant

Plus en détail

Que fait l Église pour le monde?

Que fait l Église pour le monde? Leçon 7 Que fait l Église pour le monde? Dans notre dernière leçon, nous avons vu que les croyants ont des responsabilités vis-à-vis des autres croyants. Tous font partie de la famille de Dieu. Les chrétiens

Plus en détail

27 janvier 2015 Journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l Humanité

27 janvier 2015 Journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l Humanité Monsieur le Maire, Eric LEJOINDRE Mesdames et Messieurs Les enseignants et représentants de l Education Nationale Mesdames et Messieurs les Présidents et représentants d associations patriotiques Mesdames

Plus en détail

L'accueil des divorcés, mariés à l'eglise qui, à l'occasion de leur mariage civil, demandent un temps de prière.

L'accueil des divorcés, mariés à l'eglise qui, à l'occasion de leur mariage civil, demandent un temps de prière. 1 L'accueil des divorcés, mariés à l'eglise qui, à l'occasion de leur mariage civil, demandent un temps de prière. A l'adresse des prêtres et des diacres Préambule : C'est bien souvent qu'il nous est donné

Plus en détail

Carte de Visite de Tibhirine pour l année 1996

Carte de Visite de Tibhirine pour l année 1996 Témoins Carte de Visite de Tibhirine pour l année 1996 Communauté de Notre-Dame de l Atlas (Fès, 20-28 novembre 1995 Tibhirine, 12-19 janvier 1996) Chers Frères, L élément essentiel d une Visite Régulière

Plus en détail

Rencontre prix des «Incos» 2014/2015

Rencontre prix des «Incos» 2014/2015 Rencontre prix des «Incos» 2014/2015 «Reborn» de T. Robberecht Dans le cadre du prix des incorruptibles 2014-2015, nous avons rencontré, à la médiathèque de Mérignac, mardi 24 mars, Thierry Robberecht,

Plus en détail

Corrigé du Brevet blanc janvier 2008. Partie histoire : La Shoah Etude de documents

Corrigé du Brevet blanc janvier 2008. Partie histoire : La Shoah Etude de documents Corrigé du Brevet blanc janvier 2008 Partie histoire : La Shoah Etude de documents Doc.1 : P.V de la conférence de Wannsee, tenue à Berlin en 1942, et réunissant secrètement la haute hiérarchie nazie.

Plus en détail

CHAOS. Pièce en 14 tableaux de m.

CHAOS. Pièce en 14 tableaux de m. CHAOS Pièce en 14 tableaux de m. 1995 1 TABLEAU 1 L'UNE : Je t'aime. L'AUTRE : Chut... As-tu entendu ce bruit-là? L'UNE : Quel bruit? L'AUTRE : Le même bruit et pratiquement à la même heure. Le bruit de

Plus en détail

Le bilan humain et politique de la seconde guerre mondiale.

Le bilan humain et politique de la seconde guerre mondiale. Le bilan humain et politique de la seconde guerre mondiale. Le bilan pour les Alliés et pour l'axe. Les archives de la Solution Finale: Des Ghettos à Auschwitz ou Treblinka. Des juifs envoyés sous escorte

Plus en détail

Le coup en valait-il la peine de prison?

Le coup en valait-il la peine de prison? Les peines pour adolescents Le coup en valait-il la peine de prison? Mise en situation Salut, je m appelle Jason et j ai 16 ans. Cet été, j étais au palais de justice. C était mon procès. J ai été déclaré

Plus en détail

Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint

Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint 1 Esprit Saint, que fais-tu dans le cœur des personnes? 2 Le 3 ème CLIC nous a donné des indices en provenance de la Bible

Plus en détail

Histoire. Chapitre n. : La Guerre froide

Histoire. Chapitre n. : La Guerre froide Histoire Chapitre n. : La Guerre froide I) Le monde en 1945 : Des espoirs de paix rapidement déçus Problématiques : Quels sont les principes, les objectifs et le fonctionnement de l ONU? Comment s organisent

Plus en détail

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous?

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous? Les textes de l exposition «Dictature et démocratie» et le questionnaire pédagogique sont assez longs. Nous vous conseillons donc de répartir les fiches de travail entre vos élèves et de mettre les réponses

Plus en détail

Guerre du Vietnam, Photographie de presse, Nick Ut 1972

Guerre du Vietnam, Photographie de presse, Nick Ut 1972 Guerre du Vietnam, Photographie de presse, Nick Ut 1972 P H O T O D E P R E S S E EPREUVE D HISTOIRE DES ARTS Brevet 2011 ANGLAIS PERSONNAGE ET CONTEXTE 1. Dans quel pays s est produit cet évènement? Dans

Plus en détail

25 juin 2006 Institut du Renseignement Centre d Etudes du Terrorisme

25 juin 2006 Institut du Renseignement Centre d Etudes du Terrorisme 25 juin 2006 Institut du Renseignement Centre d Etudes du Terrorisme Examen des caricatures anti-israéliennes et antisémites haineuses publiées de façon systématique et continue dans le quotidien jordanien

Plus en détail

Titre Usage Livret. Chantez, priez, célébrez le Seigneur Entrée Page 3. Dieu nous accueille Entrée Page 3

Titre Usage Livret. Chantez, priez, célébrez le Seigneur Entrée Page 3. Dieu nous accueille Entrée Page 3 SOMMAIRE : Titre Usage Livret Chantez, priez, célébrez le Seigneur Entrée Page 3 Dieu nous accueille Entrée Page 3 Nous sommes le corps du Christ Entrée Page 4 Si le Père vous appelle Entrée Page 4 Je

Plus en détail

Je dis «célébrer», car il s agit bel et bien d une célébration, d une fête, et d une fête à caractère religieux.

Je dis «célébrer», car il s agit bel et bien d une célébration, d une fête, et d une fête à caractère religieux. 1 Prédication de mariage de Ginette DARBOUX et de Roland OUFFOUE Mission libanaise, à Dakar Samedi 26 avril 2008 Pasteur Vincent BRU De l Eglise Réformée Evangélique (France) Chers frères et sœurs en Christ,

Plus en détail

Rapport de mission : Mission éducation-animation à Noflaye, Sénégal.

Rapport de mission : Mission éducation-animation à Noflaye, Sénégal. Rapport de mission : Mission éducation-animation à Noflaye, Sénégal. 1 Je m'appelle Gabrielle, j'ai 20 ans et je suis partie en tant que bénévole pour Urgence Afrique au Sénégal à Noflaye dans la région

Plus en détail

Septième Tradition. «Tous les groupes devraient subvenir entièrement à leurs besoins et refuser les contributions de l extérieur.»

Septième Tradition. «Tous les groupes devraient subvenir entièrement à leurs besoins et refuser les contributions de l extérieur.» Septième Tradition «Tous les groupes devraient subvenir entièrement à leurs besoins et refuser les contributions de l extérieur.» Des alcooliques qui subviennent à leurs besoins? A-t-on jamais entendu

Plus en détail

Représentant des ventes Un portrait

Représentant des ventes Un portrait Représentant des ventes Un portrait Un représentant des ventes est un employé du service des ventes dont la fonction est de promouvoir et de vendre les produits et les services d une entreprise tels que

Plus en détail

Les femmes, un moteur de la révolution arabe

Les femmes, un moteur de la révolution arabe Les femmes, un moteur de la révolution arabe Si l'on s'en tient aux images de télévisions, on pourrait croire que la Syrie est peuplée exclusivement d'hommes. Pourtant ce sont les femmes qui ont bravées

Plus en détail

Comprendre les attentats du 13 novembre 2015

Comprendre les attentats du 13 novembre 2015 Comprendre les attentats du 13 novembre 2015 Les faits, les enjeux des lieux visés, le contexte international, la réponse de l Etat français, le rôle des médias. Que s est-il passé? (Les faits) Le bilan

Plus en détail

LA DÉSINTÉGRATION de Philippe Faucon

LA DÉSINTÉGRATION de Philippe Faucon MyFrenchFilmFestival.com Fiche d activités pour la classe LA DÉSINTÉGRATION de Philippe Faucon Thèmes : l intégration, la religion. Parcours - B2 : en bref Après avoir découvert l ambiance du film grâce

Plus en détail

livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche

livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche Trente-troisième dimanche du temps ordinaire B livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 13, 24-32 Jésus parlait à ses disciples

Plus en détail

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales Ministère de la modernisation des secteurs publics Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Ecole Nationale d Administration Fondation Hanns Seidel Original :

Plus en détail

Besoin de créer un produit à 697 - Cliquez ici pour le faire en 48 heures... 1

Besoin de créer un produit à 697 - Cliquez ici pour le faire en 48 heures... 1 Besoin de créer un produit à 697 - Cliquez ici pour le faire en 48 heures... 1 Introduction Bienvenue et merci d'avoir pris le temps de télécharger ce rapport gratuit. Voici l'affaire. Après la lecture

Plus en détail

Heureux Evénements. Assa. Shimshon

Heureux Evénements. Assa. Shimshon Heureux Evénements Un heureux évéénement est survenu chez nos amis Cathy et Yossi BenYaïr BenYaïr ïrr,, ce dernier étant membre du comité de notre communauté. En effet, un garçon gar est venu agrandir

Plus en détail

Extrait de la publication

Extrait de la publication PRÉSENTATION Une toute jeune ille comprend dificilement les derniers mots de sa mère mourante, mais n ose lui faire répéter. Pourtant voilà Cendrillon liée à cette phrase : Tant que tu penseras à moi tout

Plus en détail

LA NUIT DU PASSAGE DÉMARCHE

LA NUIT DU PASSAGE DÉMARCHE LA NUIT DU PASSAGE DÉMARCHE 1. Revenir sur la dernière catéchèse... 2. -Raconter une expérience de«passage» : -Exemple: déménagement, maladie, deuil, naissance. Insister sur ce que vous avez perdu ou laissé,

Plus en détail

Avant de commencer : Pour un bref rappel de notre progression dans le programme

Avant de commencer : Pour un bref rappel de notre progression dans le programme H5 La guerre froide Avant de commencer : Pour un bref rappel de notre progression dans le programme Le monde d aujourd hui Pour un essai de compréhension de l élaboration du monde d aujourd hui à partir

Plus en détail

Sommaire Principales conclusions

Sommaire Principales conclusions Sommaire Principales conclusions À quoi ressemble la vie en ligne des jeunes Canadiens moyens? Tout d'abord, ces enfants et ces adolescents sont très branchés, la plupart d'entre eux ayant l'habitude d'aller

Plus en détail

KHALED AL KHAMISSI. traduit de l arabe (Egypte) par Hussein Emara et Moïna Fauchier Delavigne

KHALED AL KHAMISSI. traduit de l arabe (Egypte) par Hussein Emara et Moïna Fauchier Delavigne KHALED AL KHAMISSI Taxi traduit de l arabe (Egypte) par Hussein Emara et Moïna Fauchier Delavigne 1 Mon Dieu! Quel âge pouvait avoir ce chauffeur de taxi? Et quel âge pouvait avoir sa voiture? Je n en

Plus en détail

L'Holocauste. Table des matières. L Holocauste : aperçu

L'Holocauste. Table des matières. L Holocauste : aperçu L'Holocauste Table des matières The Holocaust: Theme Overview 1 Objets personnels Helena Zaleska 2 Auschwitz-Birkenau, 1944 3 Étoile de David 4 Gobelet de métal 5 Chaussure d enfant 6 L Holocauste : aperçu

Plus en détail

En voiture (*) de Sylvain BRISON

En voiture (*) de Sylvain BRISON En voiture (*) de Sylvain BRISON Pour demander l'autorisation à l'auteur : sylvain@kava.fr Durée approximative : 8 minutes Personnages - A, homme ou femme - B, homme ou femme Synopsis Un voyage pour Issoudun

Plus en détail

Le monde a besoin de paix en Palestine

Le monde a besoin de paix en Palestine ANALYSE 2007 Le monde a besoin de paix en Palestine Publié avec le soutien du service de l éducation permanente de la Communauté française Pax Christi Wallonie-Bruxelles Le monde a besoin de paix en Palestine

Plus en détail

DEVOIR-MAISON APPRENDRE À FAIRE UNE FICHE DE LECTURE

DEVOIR-MAISON APPRENDRE À FAIRE UNE FICHE DE LECTURE DEVOIR-MAISON APPRENDRE À FAIRE UNE FICHE DE LECTURE Manuel p. 32-33 ÉTAPE 1 : A FAIRE SUR UNE COPIE DOUBLE a/ Relevez et recopiez le vocabulaire spécifique de cette leçon, proposé en bas de la page 33.

Plus en détail

On aurait pu penser que le

On aurait pu penser que le Chrétiens d Orient Un pape inquiet, un Occident muet Le sort des chrétiens d Orient ne mobilise guère la communauté internationale, tout au moins jusque récemment. C est pourquoi François n a pas attendu

Plus en détail

LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique. Guy LUISIER. Marie et l'icône

LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique. Guy LUISIER. Marie et l'icône LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique Guy LUISIER Marie et l'icône Dans Echos de Saint-Maurice, 1988, tome 84, p. 67-72 Abbaye de Saint-Maurice 2013 Marie et l'icône On parle beaucoup d'icônes ces

Plus en détail

Entretien réalisé avec des enfants de CM1-CM2. École du Lac de la Villeneuve de GRENOBLE (Classe de Jacqueline BASSET)

Entretien réalisé avec des enfants de CM1-CM2. École du Lac de la Villeneuve de GRENOBLE (Classe de Jacqueline BASSET) ELMO DES ENFANTS... EN PARLENT Nous incitons de mille manières nos enfants à lire. Nous tentons de nous montrer psychologues en tenant compte de leurs manières de choisir, de leur goût, des aides dont

Plus en détail

Enquête sur LES RELATIONS INTERNATIONALES APR ÈS 1945.

Enquête sur LES RELATIONS INTERNATIONALES APR ÈS 1945. 1 Enquête sur LES RELATIONS INTERNATIONALES APR ÈS 1945. TITRE PREMIER : LES RELATIONS EST-OUEST. * Notion d'impérialisme*. I. Le climat général des relations entre les " Alliés ". (s'interroger ). Parcourir

Plus en détail

CULTE DOMINICAL 3 AVEC BAPTEME D ENFANT SANS CELEBRATION DE LA CENE

CULTE DOMINICAL 3 AVEC BAPTEME D ENFANT SANS CELEBRATION DE LA CENE CULTE DOMINICAL 3 AVEC BAPTEME D ENFANT SANS CELEBRATION DE LA CENE CE CULTE EST CONSTRUIT AUTOUR D UN BAPTEME D ENFANT. L ORDRE LITURGIQUE A ETE LEGEREMENT MODIFIE. ATTENTION A LA PLACE DES SPONTANES.

Plus en détail

La Mort Aux Trousses (1959)

La Mort Aux Trousses (1959) La Mort Aux Trousses (1959) I/ Explication du titre original:«north by Northwest» 1ère interprétation: Expression utilisée dans la pièce Hamlet de Shakespeare 2ème interprétation: Le héro du film, Roger

Plus en détail

Témoignage devant le Comité. Comité permanent du patrimoine canadien

Témoignage devant le Comité. Comité permanent du patrimoine canadien Témoignage devant le Comité Comité permanent du patrimoine canadien Projet de loi S-219 : Loi instituant une journée nationale de commémoration de l'exode des réfugiés vietnamiens et de leur accueil au

Plus en détail

Déroulement de l activité

Déroulement de l activité Enseignement des habiletés sociales au primaire Groupe 4 : Solutions de rechange à l agression Habileté 42 : Accepter des conséquences Chantal Thivierge Fiche de planification Habileté sociale : ACCEPTER

Plus en détail

NOUVEAU TEST DE PLACEMENT. Niveau A1

NOUVEAU TEST DE PLACEMENT. Niveau A1 NOUVEAU TEST DE PLACEMENT Compréhension écrite et structure de la langue Pour chaque question, choisissez la bonne réponse parmi les lettres A, B, C et D. Ne répondez pas au hasard ; passez à la question

Plus en détail

JUMELAGE DES COLLEGES LE GRAND MEAULNES (BOURGES) ET RAMLA (GAZA) Signature officielle de la convention

JUMELAGE DES COLLEGES LE GRAND MEAULNES (BOURGES) ET RAMLA (GAZA) Signature officielle de la convention Dossier de presse JUMELAGE DES COLLEGES LE GRAND MEAULNES (BOURGES) ET RAMLA (GAZA) Signature officielle de la convention HOTEL DU DEPARTEMENT PLACE MARCEL PLAISANT 18023 BOURGES CEDEX www.cg18.fr fil

Plus en détail

1-1. La constitution des «BLOCS». Un monde bipolaire.

1-1. La constitution des «BLOCS». Un monde bipolaire. 1-De la guerre froide au monde d aujourd hui 1-1. La constitution des «BLOCS». Un monde bipolaire. Un monde bipolaire Le bloc de l ouest Le bloc de l est Grande puissance, chef de file du bloc Les Etats

Plus en détail

IDENTIFIER UNE OEUVRE

IDENTIFIER UNE OEUVRE 1 IDENTIFIER UNE OEUVRE Pour présenter une œuvre, il faut d abord l identifier, c est-à-dire trouver les éléments qui permettront à d autres personnes de trouver l ouvrage dont il est question. Pour cela,

Plus en détail

Mieux vaut seul que mal accompagné

Mieux vaut seul que mal accompagné Mieux vaut seul que mal accompagné C est là le plus souvent une formule que l on prononce en étant désolé et qui console assez mal les gens esseulés. L humanité a la plupart de temps considéré la solitude

Plus en détail

Leçon 1 DIEU EST INSONDABLE. Enseignement: Qu'est-ce que le culte?

Leçon 1 DIEU EST INSONDABLE. Enseignement: Qu'est-ce que le culte? Leçon 1 1. PRIERE Responsable du groupe: Invoquez le Seigneur et recommandez-lui votre groupe et cette leçon sur la formation des disciples. 2. CULTE (20 minutes) Enseignement: Qu'est-ce que le culte?

Plus en détail

Prendre soin des enfants nécessiteux

Prendre soin des enfants nécessiteux Chapitre 25 Prendre soin des enfants nécessiteux Les orphelins Plus d un père qui est mort dans la foi, confiant en l éternelle promesse de Dieu, a quitté ses bien-aimés pleinement assuré que le Seigneur

Plus en détail

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.»

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.» Métonymie : image désuète de l instrument servant à écrire. Représentation traditionnelle et glorieuse du travail de l écrivain. Allusion à une époque révolue. Idée de durée, de permanence. edoublée dans

Plus en détail

L Enlèvement Avant la Tribulation, La Grande Déception. http://www.islam-bible-prophecy.com/enlevement-eglise/

L Enlèvement Avant la Tribulation, La Grande Déception. http://www.islam-bible-prophecy.com/enlevement-eglise/ L Enlèvement Avant la Tribulation, La Grande Déception http://www.islam-bible-prophecy.com/enlevement-eglise/ QUATRE LUNES ROUGES COINCIDENT AVEC PESSAH ET SUKOT 2014-2015 2015 81 La Bible nous décrit

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

Témoin : Julie Michalland pour l Association Une Rive, Un Rêve

Témoin : Julie Michalland pour l Association Une Rive, Un Rêve Témoin : Julie Michalland pour l Association Une Rive, Un Rêve * Peux-tu nous expliquer en quoi a consisté l'association Une Rive, Un Rêve? Quel était votre projet? Avant tout amis depuis longtemps, nous

Plus en détail

Les Cahiers de la Franc-maçonnerie

Les Cahiers de la Franc-maçonnerie Les Cahiers de la Franc-maçonnerie N O 25 : QU EST-CE QU UNE «PLANCHE», À QUOI SERT-ELLE, QU EXIGE-T-ELLE DE CELUI QUI LA PRÉSENTE? Par le «Collectif des cahiers» «La planche» : l angoisse! Un ami, brillant

Plus en détail

5 ième partie Comment découvrir et développer nos dons spirituels 1 Corinthiens 12 Pasteur Claude Houde

5 ième partie Comment découvrir et développer nos dons spirituels 1 Corinthiens 12 Pasteur Claude Houde 5 ième partie Comment découvrir et développer nos dons spirituels 1 Corinthiens 12 Pasteur Claude Houde Le Saint-Esprit: le Dieu oublié Éphésiens 1.15-19 (Parole vivante) C est pourquoi moi aussi, ayant

Plus en détail

Liturgie pour enfants

Liturgie pour enfants Liturgie pour enfants Liturgie pour enfants Semaine québécoise des familles du 11 au 18 mai 2014 Nous vous proposons deux liturgies de la Parole selon les textes des Évangiles du dimanche choisi. On évoquera

Plus en détail

Refondation de l'école primaire : prenez la parole

Refondation de l'école primaire : prenez la parole Refondation de l'école primaire : prenez la parole Depuis cet été des concertations pour refonder l'école ont été engagées. Vous qui en serez au quotidien les premiers acteurs, qu'en pensez-vous? À travers

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

Protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l'enfant, concernant l'implication d'enfants dans les conflits armés

Protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l'enfant, concernant l'implication d'enfants dans les conflits armés Protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l'enfant, concernant l'implication d'enfants dans les conflits armés Les États Parties au présent Protocole, Encouragés par l'appui considérable

Plus en détail

«Aspects spirituels de l'accompagnement des enfants» - Hafid Ouardiri

«Aspects spirituels de l'accompagnement des enfants» - Hafid Ouardiri Fondation de l Entre-Connaissance 14 rue du Môle 1201 Genève T. +4122 7320137 fec@worldcom.ch www.fec-geneve.ch Journée du RNAPU à l'attention des membres des Care teams le 23 novembre 2013 de 9 à 17 heures

Plus en détail

Ezéchiel, homme de visions

Ezéchiel, homme de visions La Bible pour enfants présente Ezéchiel, homme de visions Ecrit par : Edward Hughes Illustré par : Lazarus Adapté par : Ruth Klassen Traduit par : Yvon l'hermitte Produit par : Bible for Children www.m1914.org

Plus en détail

EMERVEILLE. Psaume 19

EMERVEILLE. Psaume 19 EMERVEILLE Psaume 19 Cédric Chanson La Colline, le 12 juillet 2015 Soli Deo Gloria 1. S émerveiller, remercier, partager (Faire passer et déguster des morceaux de melon) Comment vous trouvez ce melon?

Plus en détail

Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe

Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe Gabriella Battaini-Dragoni Coordinatrice du dialogue interculturel Directrice générale «Éducation, Culture et Patrimoine, Jeunesse

Plus en détail

HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS

HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS DOCUMENT : 1979. 29489 (1). «L'Actualité. L'union fait la force. Jeu stratégique». Sans éditeur. Vers 1915. PLACE

Plus en détail

des droits! Tous les enfants ont Convention des droits de l enfant Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.unicef.fr

des droits! Tous les enfants ont Convention des droits de l enfant Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.unicef.fr Tous les enfants ont des droits! Tous les enfants du monde ont les mêmes droits, quels que soient le pays où ils vivent, la couleur de leur peau, leur religion, leur sexe Le droit d avoir un nom, une famille,

Plus en détail

TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS. Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale

TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS. Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale Qu est-ce que ce film nous apprend sur l évolution de la mémoire de la Seconde Guerre mondiale en France?

Plus en détail

Discours de Madame Hélène Conway-Mouret, ministre déléguée chargée des Français de l étranger, devant la communauté française de Tunisie

Discours de Madame Hélène Conway-Mouret, ministre déléguée chargée des Français de l étranger, devant la communauté française de Tunisie Discours de Madame Hélène Conway-Mouret, ministre déléguée chargée des Français de l étranger, devant la communauté française de Tunisie Monsieur l Ambassadeur, Mesdames les élues, Chers compatriotes,

Plus en détail

Correction brevet blanc n 2 Avril 2013

Correction brevet blanc n 2 Avril 2013 Correction brevet blanc n 2 Avril 2013 Première partie histoire 13 points 1.Questions 1. Quand et où sont apparues les premières civilisations? 1 point Les premières civilisation sont apparues : - En Mésopotamie

Plus en détail

Et si on se mariait?

Et si on se mariait? Et si on se mariait? Mais quel mariage choisir? 1) Le mariage catholique? 2) Le mariage musulman? 3) Le mariage juif? 4)Le mariage orthodoxe? 5)Le mariage civil? I. Le mariage Catholique La signification

Plus en détail

Il est de notre devoir de rappeler ce que fut l une des plus effroyables et honteuses pages de notre Histoire. La

Il est de notre devoir de rappeler ce que fut l une des plus effroyables et honteuses pages de notre Histoire. La Discours de Frédérik BERNARD, Maire de Poissy Journée nationale du souvenir des victimes et héros de la déportation - dimanche 24 avril 2011 - Monsieur le Député (présence non confirmée), Monsieur le Vice-Président

Plus en détail

Lettre ouverte Cause animale

Lettre ouverte Cause animale Lettre ouverte Cause animale Bonjour à toutes et à tous, Dans la simplicité, je vous adresse ce message car je suis très proche des animaux et de la Nature, engagé avec mes qualités et mes défauts à prendre

Plus en détail

Entretien avec M.Jacques-René Rabier, fondateur de l'eurobaromètre Mardi, 21 octobre 2003

Entretien avec M.Jacques-René Rabier, fondateur de l'eurobaromètre Mardi, 21 octobre 2003 Entretien avec M.Jacques-René Rabier, fondateur de l'eurobaromètre Mardi, 21 octobre 2003 - En 2003, l Eurobaromètre a eu 30 ans, d où vous est venue l idée d étudier l opinion publique européenne? Le

Plus en détail

Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler

Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler Allocution prononcée le dimanche 1 er juin 2008 par Son Excellence Monsieur Bernard Kouchner, Ministre des Affaires étrangères et européennes, lors

Plus en détail

La Constitution européenne

La Constitution européenne La Constitution européenne "Le Parlement européen approuve la Constitution et appuie sans réserve sa ratification"(*): elle éclaire la nature et les objectifs de l'union, renforce son efficacité et son

Plus en détail

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème DU REGIME DE VICHY AU RETOUR DE LA REPUBLIQUE DE LA DECLARATION DE GUERRE A LA DEFAITE DE LA FRANCE PAGES 4-5 Les documents ci-dessous évoquent les premiers mois

Plus en détail

Amnesty International

Amnesty International Amnesty International DOCUMENT PUBLIC HALTE A LA VIOLENCE CONTRE LES FEMMES! RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO Le combat d une femme en quête de justice Index AI : AFR 62/001/2004 ÉFAI Résolue à défendre

Plus en détail

La liberté de religion des enfants et des adolescents. Thomas, ses parents et leur religion

La liberté de religion des enfants et des adolescents. Thomas, ses parents et leur religion La liberté de religion des enfants et des adolescents Thomas, ses parents et leur religion Mise en situation Tu es un avocat qui travaille en droit familial depuis bientôt 15 ans. Tu participes également

Plus en détail

Célébrer le deuil. À l attention des familles et des proches. Une initiative de l'église catholique de Bruxelles

Célébrer le deuil. À l attention des familles et des proches. Une initiative de l'église catholique de Bruxelles Célébrer le deuil À l attention des familles et des proches Une initiative de l'église catholique de Bruxelles Quel est le sens des funérailles chrétiennes? à Lors de ses funérailles, le défunt est entouré

Plus en détail

La 1 ère Guerre mondiale

La 1 ère Guerre mondiale CM2 La 1 ère Guerre mondiale Histoire L Epoque contemporaine Objectifs notionnels : o o o -Prendre conscience de l ampleur du conflit -Comprendre la notion de guerre mondiale - Comprendre les conséquences

Plus en détail

Centre Meir Amit d'information sur les Renseignements et le Terrorisme

Centre Meir Amit d'information sur les Renseignements et le Terrorisme Centre Meir Amit d'information sur les Renseignements et le Terrorisme 20 janvier 2011 Les porte-parole du Hamas et du JIP (principalement officieux) ont salué l'intifada tunisienne et ne cachent pas leur

Plus en détail

Peut-on être sans péché (ne plus jamais pécher)?

Peut-on être sans péché (ne plus jamais pécher)? Peut-on être sans péché (ne plus jamais pécher)? Guillaume B. 2014-2015 Chaque chrétien s'est déjà probablement demandé s'il était normal, après avoir reçu la foi en Jésus-Christ, de pécher, et de continuer

Plus en détail

LES PAYS EN TRANSITION

LES PAYS EN TRANSITION CENTRE DE RECHERCHES POUR LE DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL RECHERCHE POUR LE DÉVELOPPEMENT DANS LES PAYS EN TRANSITION >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> CRDI : Peter Bennett Récemment, le CRDI a examiné pourquoi et

Plus en détail

EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL

EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL Voici les conditions idéales pour faire le test : 50 minutes maximum choisir une réponse seulement si vous êtes sûrs. Ne devinez pas par de dictionnaire, ni

Plus en détail

Récemment, un concierge à la retraite LE MUSÉE MENAHEM BEGIN. Par Roland S. Süssmann ART ET CULTURE

Récemment, un concierge à la retraite LE MUSÉE MENAHEM BEGIN. Par Roland S. Süssmann ART ET CULTURE LE MUSÉE MENAHEM BEGIN Menahem Begin a été le premier leader juif avec qui un État arabe a accepté de signer un traité de paix. Par Roland S. Süssmann Récemment, un concierge à la retraite du célèbre Hôtel

Plus en détail

Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio.

Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio. Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio. Mode d emploi du cours audio REUSSIR Tout d abord, félicitations pour l achat de ce cours et pour la décision

Plus en détail

Difficultés d écoute et de communication

Difficultés d écoute et de communication 1 CHAPITRE 1 Difficultés d écoute et de communication Dans le monde entier il y a beaucoup d enfants qui sont soit sourds soit incapables d entendre très bien. Les parents peuvent ne pas savoir ce qui

Plus en détail

Discours de Monsieur Gérard COLLOMB Sénateur-Maire de Lyon

Discours de Monsieur Gérard COLLOMB Sénateur-Maire de Lyon Discours de Monsieur Gérard COLLOMB Sénateur-Maire de Lyon A l occasion de la cérémonie au cours de laquelle le Pasteur Jacques Maury a remis les insignes de Chevalier de la Légion d Honneur au Pasteur

Plus en détail