LA NOUVELLE LOI BANCAIRE : LA MAITRISE DES RISQUES ET LE RENFORCEMENT DES FONDS PROPRES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA NOUVELLE LOI BANCAIRE : LA MAITRISE DES RISQUES ET LE RENFORCEMENT DES FONDS PROPRES"

Transcription

1 LA NOUVELLE LOI BANCAIRE : LA MAITRISE DES RISQUES ET LE RENFORCEMENT DES FONDS PROPRES Denis PHILIPPE Avocat aux barreaux de Bruxelles et Luxembourg Professeur extraordinaire à l Université catholique de Louvain 1

2 CHAPITRE I STRUCTURE NORMATIVE 5 1. BÂLE 5 2. RÈGLEMENTS EUROPÉENS 5 3. LOI BELGE 5 4. LES AUTORITÉS PRUDENTIELLES 6 a) Autorité bancaire européenne (ABE) 6 b) Banque Nationale de Belgique 6 5. CONSEIL DE RÉSOLUTION 6 CHAPITRE II MECANISME DE SURVEILLANCE (MSU) ET DE RESOLUTION UNIQUE (MRU) 7 1. MÉCANISME DE SURVEILLANCE UNIQUE 7 2. MÉCANISME DE RÉSOLUTION UNIQUE ( MRU) 8 CHAPITRE III EXIGENCES NOUVELLES EN MATIERE DE FONDS _ 8 1. LE NUMÉRATEUR 9 a) Fonds propres 9 2. EXIGENCE GLOBALE DE FONDS PROPRES DE BASE DE CATÉGORIE 1 10 a) Les fonds propres de base purs (common equity tier one): 10 b) Fonds propres tier 1 de deuxième catégorie ( fonds propres complémentaires) 10 c) Tier 2 11 d) Evolution des exigences dans le temps 11 e) Observations générales COUSSINS 13 a) Coussin de conservation des fonds propres 13 b) Coussin contracyclique 14 c) Coussin pour établissements de crédit d importance systémique 14 d) Le risque macroprudentiel 16 e) Garde fous AU DÉNOMINATEUR: ACTIFS PONDÉRÉS 17 CHAPITRE IV - POLITIQUES A SUIVRE EN MATIERE DE RISQUE RISQUE DE CRÉDIT ET DE CONTREPARTIE LE RISQUE RÉSIDUEL LE RISQUE DE CONCENTRATION ACTIVITÉS DE NÉGOCIATION DES BANQUES(TRADING) RISQUE OPÉRATIONNEL RISQUE DE MARCHÉ RISQUE D INTÉRÊT 20 2

3 8. RISQUE DE LEVIER EXCESSIF TITRISATION 21 CHAPITRE V - LIQUIDITE LE LCR (LIQUIDITY COVERAGE RATIO) LE NSFR (NET STABLE FUNDING RATIO) 23 CHAPITRE VI - RATIO DE LEVIER 24 CHAPITRE VII - GOUVERNANCE 24 CHAPITRE VIII - MESURES POUVANT ETRE PRISES PAR L AUTORITE DE SUPERVISION 25 CHAPITRE IX - DISPOSITIONS TRANSITOIRES 25 CHAPITRE X - SANCTIONS 26 CHAPITRE XI - CONCLUSION 26 3

4 La nouvelle loi bancaire du 25 avril 2014 et toutes les législations y afférentes renforcent le contrôle des banques. Notre exposé se développera comme suit : En première lieu, nous décrirons brièvement la structure normative. (Chapitre I). Nous étudierons ensuite le mécanisme de surveillance unique (Chapitre II). En troisième lieu, nous nous pencherons sur les nouvelles règles en matière de fonds propres (Chapitre III). Par après, nous nous attacherons aux nouvelles règles en matière de gestion de risques et de liquidité (Chapitre IV). Nous aborderons ensuite le ratio de liquidité (Chapitre V) ainsi qu au ratio de levier. En troisième lieu, (Chapitre VI) Enfin, nous évoquerons les nouvelles règles en matière de gouvernance (Chapitre VII). Décrivons en quelques mots les principaux changements en la matière : a) la qualité des fonds propres a été améliorée ; b) des coussins de sécurité ont été introduits ; c) un ratio de levier à respecter a été prescrit ; Un mécanisme de surveillance européen a été mis en place. 4

5 CHAPITRE I STRUCTURE NORMATIVE 1. Bâle Le Comité de Bâle a été créé en 1974 par les gouverneurs de banques centrales de pays essentiellement du G 20; il vise au renforcement de la sécurité et de la fiabilité du système financier. Le travail de ce comité a donné lieu à d importants accords, Bâle I signé en 1988, Bâle II en 2004 dont l idée de base est de permettre aux banques de calculer leur exigence de fonds propres réglementaires pour risques de crédit sur la base de leurs données de risque internes plutôt que par application d un système forfaitaire. Bâle II.5, approuvé en juillet 2009, est venu améliorer le traitement du risque de position et les exigences qualitatives et quantitatives aux modèles internes. Bâle III, signé en 2010 tire les leçons de la crise financière de Bâle III fait l objet d une mise en œuvre progressive. Ces accords doivent ensuite être implémentés dans les normes européennes ou nationales. 2. Règlements européens La directive 2013/36/UE, complétée par son règlement d exécution, le règlement 575/2013, constitue la refonte intégrale des directives 2006/48/CE et 2006/49/CE. Elle incorpore les règles prudentielles élaborées au niveau du Comité de Bâle (règles Bâle III). C est essentiellement dans le règlement 575/2013 que sont insérées les normes posant les exigences en matière de fonds propres. Par ailleurs, la nouvelle architecture bancaire est aussi le résultat des travaux du groupe de haut niveau sur la surveillance financière, présidé par Jacques de LAROSIERE Loi belge La directive a donc été transposée en droit belge, par la loi du 25 avril 2014 et dans ses annexes. La loi la transpose de manière stricte 2. La loi tient également compte des enseignements de la Banque Nationale.. S agissant de la légistique, ce sera généralement dans les annexes que l on trouvera les textes principaux concernant les ratios des banques 3. Les renvois réciproques aux différents textes normatifs n en facilitent pas la compréhension. 1 Règlement UE 575/2013 du 26 juin 2013, considérant n 2. 2 Exposé des motifs par le Ministre Koen GEENS, DOC /005, p Voy. sur l avantage de la méthode, l exposé des motifs, DOC. 53/3406/001, p

6 En outre, comme cela résulte du raisonnement ci-dessus, les recommandations du Comité de Bâle, qui ont reçu force juridique par la directive, sont donc incluses dans notre dispositif règlementaire. 4. Les autorités prudentielles a) Autorité bancaire européenne (ABE) Elle a pour objectif de sauvegarder la stabilité et l efficacité du système bancaire et se focalise sur tout risque présenté par les banques dont la défaillance est susceptible de mettre à mal le fonctionnement du système financier dans son ensemble. L ABE dispose de pouvoirs de normalisation, c est-à-dire qu elle peut adopter les normes techniques liées à la mise en œuvre de ces nouvelles règles ; ces normes sont contraignantes. Elle est également chargée d émettre des recommandations. b) Banque Nationale de Belgique Celle-ci dispose de larges pouvoirs de réglementation et de contrôles 4 notamment sur la base de l'article 123 de la loi du 25 avril 2014 qui se base sur l article 458 du Règlement 575/2013. La Banque est désormais formellement chargée de la détection et du suivi des risques systémiques et est dotée d instruments pour prévenir ou atténuer ces risques afin de préserver et d'améliorer la résilience du système financier belge. Si des risques systémiques devaient se faire jour, la Banque a dorénavant à sa disposition un large éventail d instruments et le pouvoir d'émettre des recommandations à l intention des autorités susceptibles de contribuer à combattre les risques systémiques identifiés. La BCE a également été investie de pouvoirs de surveillance importants par le règlement MSU que nous étudierons ci-après. 5. Conseil de résolution L accord européen prévoit la mise en place d un conseil de résolution et d un fonds de résolution, qui sera financé par des contributions bancaires et dont le montant s élèvera à 1% des dépôts couverts dans les Etats participants. La loi belge prévoit que la Banque Nationale de Belgique peut imposer des règles plus strictes que la directive CRD IV 5, soit à l occasion d une procédure d évaluation prudentielle, soit en cas de non-respect des dispositions prudentielles de la loi bancaire 6 ou au cas où la banque ne réussit pas à établir un bon plan de redressement 7. 4 Voy. not. les articles 97 et 123 de la loi. 5 Art. 149 à Art. 244, 2. 7 Art. 116, 2. 6

7 L article 458 du règlement CRR autorise l autorité de surveillance macroprudentielle à prendre des mesures spéciales si elle détecte un risque constituant une menace pour la stabilité du système financier. Ces mesures doivent être justifiées. L article 97 de la loi belge désigne à cet effet la Banque nationale. Les règlements pris par la Banque requièrent approbation par arrêté royal délibéré en Conseil des Ministres. Précisons enfin que la réglementation belge comme européenne couvre les banques et entreprises d investissement. CHAPITRE II MECANISME DE SURVEILLANCE (MSU) ET DE RESOLUTION UNIQUE (MRU) 1. Mécanisme de surveillance unique C est désormais la BCE qui exercera le contrôle des établissements de crédit «importants», les autorités nationales étant compétentes pour les établissements moins importants. 8 Le Mécanisme de surveillance unique (MSU) doit garantir la cohérence et l efficacité de la politique de l Union en matière de surveillance prudentielle des établissements de crédit et l application uniforme dans l ensemble des pays. S agissant d un règlement, il ne doit pas faire l objet d une transposition. 9 Ce mécanisme vise à pallier à la crise européenne de 2008 et il vise aussi à réduire la fragmentation du système bancaire qu a entraînée la crise et marqué par des replis sur soi au niveau national. Le MSU s applique à tous les Etats-membres de la zone Euro et non de l Union et suppose une collaboration entre le MSU et les autorités nationales de surveillance. Le système est aussi ouvert aux Etats-membres de l Union Européenne ne faisant pas partie de la zone Euro. Le critère d importance est apprécié en fonction de la taille de l établissement de crédit, son importance pour l économie de l Union et l importance des activités transfrontalières de l établissement. Le règlement prévoit que, sauf circonstances particulières, les établissements sont importants lorsque les conditions suivantes sont remplies : 1. la valeur totale de leurs actifs est supérieure à 30 milliards d'euros ; 2. le ratio entre leurs actifs totaux et le PIB de l État membre d établissement participant est supérieur à 20 %, à moins que la valeur totale de leurs actifs soit inférieure à 5 milliards d euros ; 8 Règlement 1024/2013 du 15 octobre Le Conseil d Etat avait demandé un tableau de concordance mais le législateur ne l a pas estimé nécessaire puisque le Règlement est d application directe ; voy. Trav. Préparatoires, p.10. 7

8 3. à la suite d une notification de l autorité nationale estimant que l établissement présente un intérêt important pour l économie nationale, la BCE arrête une décision qui confirme cette importance après avoir procédé à une évaluation. 10 En tous les cas, la BCE exercera ce contrôle pour les trois établissements de crédit les plus importants dans chacun des Etats participants ainsi que pour les établissements qui ont bénéficié d une aide financière publique européenne. C est désormais la BCE qui est seule compétente pour agréer les établissements de crédit. Une coopération est cependant prévue par l article 14 du règlement entre les autorités nationales et la BCE. Les banques plus petites seront contrôlées par les autorités nationales. Le Mécanisme de surveillance unique entrera en vigueur le 4 novembre La BCE est chargée de l octroi et du retrait d agrément et à l appréciation d acquisition et de cession de participation. 2. Mécanisme de résolution unique ( MRU) Le mécanisme de résolution unique sur lequel un accord politique est intervenu au niveau européen en mars 2014, vise à garantir la gestion efficace des défaillances bancaires. En cas d effondrement d une banque, c est d abord aux banques, à leurs actionnaires et créanciers à supporter les coûts et ce n est qu à titre ultime que les pouvoirs publics ou européens interviendront ; un Fonds de résolution unique a été mis en place à cet effet. CHAPITRE III EXIGENCES NOUVELLES EN MATIERE DE FONDS Ces exigences visent à rendre les banques plus solides et rendre plus coûteuse la prise de risque. 12 Un ratio dont on trouve au numérateur les fonds propres et au dénominateur les actifs pondérés en fonction du risque : FONDS PROPRES ACTIFS PONDERES EN FONCTION DU RISQUE 10 Article 6.4 du Règlement 1024/ Art du règlement 1024/ M. SEVE, La régulation financière face à la crise, Bruylant, 2013, p

9 Dans Bale I, le ratio Cooke (du nom du président du comité) était de 8%. Dans Bale II, le ratio Cooke devient le ratio McDonough (nom du président de l époque) (toujours 8%) mais la mesure des fonds propres est alors plus fine, notamment avec l intégration du risque opérationnel et la notion de fonds propres. Depuis Bâle III, le ratio est toujours de 8% mais est assorti d exigences complémentaires, objet de ce chapitre. Ce ratio est repris dans les réglementations européenne et belge Le numérateur a) Fonds propres Rappelons que le règlement 575/2013 sera directement applicable afin d'éviter les divergences de mise en œuvre entre les États membres. En application de ce règlement, les banques et les entreprises d'investissement devront détenir des fonds propres de base de catégorie 1 correspondant à 4,5 % des actifs pondérés en fonction du risque (jusqu'en décembre 2014 entre 4 et 4,5 %), au lieu des 2 % applicables en vertu des règles actuelles. L'exigence totale de fonds propres, qui inclut les fonds propres de catégories 1 et 2, demeure inchangée, soit 8 % des actifs pondérés en fonction du risque. Le règlement définit les instruments de fonds propres de base de catégorie 1 à l'aide de quatorze critères, similaires à ceux qui figurent dans l'accord de Bâle III, et charge l'autorité bancaire européenne (ABE) de contrôler la qualité des instruments émis par les établissements. Dans le Tier 2, on distingue les Upper Tier 2 et les Lower Tier 2. Dans le premier cas, il s agit des titres subordonnés à durée indéterminée. Leur risque est plus limité car, même s ils n ont pas de date de maturité, la banque a une option de remboursement anticipé (call) à partir de 5 ans de vie et le coupon est cumulable en cas de non versement. Avec les Lower Tier 2, on sort de la catégorie des dettes à durée indéterminée (sans date d échéance), mais on reste dans celle des titres subordonnés. Ils n ont donc pas de priorité de remboursement en cas de faillite. Mais ils ont une date d échéance (supérieure à 5 ans) et leur coupon est obligatoire (il peut toutefois être reporté en cas de difficulté de la banque Le capital Tier 3 a été abondonné par Bâle III. 13 Voy. Travaux préparatoires, p. 93, article 95. 9

10 2. Exigence globale de fonds propres de base de catégorie 1 a) Les fonds propres de base purs (common equity tier one): Ceux-ci ont été «durcis» dans Bâle III car auparavant, on y trouvait des instruments complexes qui ne permettaient plus d évaluer correctement si la banque serait à même de rembourser ses crédits en cas d imprévu. La qualité des fonds propres purs a donc été améliorée. Les fonds propres purs (core tier 1) consistent désormais dans Le capital (actions ordinaires). Les réserves (autres que les réserves de réévaluation). Les primes d'émission ou de fusion. Le report à nouveau (s'il est débiteur) à savoir le résultat du dernier exercice clos, dans l'attente de son affectation, diminué de la distribution de dividende. 14 Les fonds propres purs (common equity) sensu stricto passent de 2 à 4,5%. b) Fonds propres tier 1 de deuxième catégorie ( fonds propres complémentaires) En effet, si on fait la dette d une banque, les dettes subordonnées ne doivent être payées qu après le remboursement des créanciers ordinaires et privilégies. Il faut également qu il ait une absence d obligation contractuelle de remboursement et d obligation contractuelle de rémunération pour que ces instruments de dettes soient assimilés à du capital. Dans le Tier 1 complémentaire, on trouve des titres hybrides comme les titres super subordonnés et sont «perpétuelles» c est-à-dire n ont pas de date de remboursement.. Leurs spécificités: ils ne sont pas prioritaires en cas de liquidation, ils ne sont pas assortis de garantie, ils n ont pas 14 M.SEVE, op.cit., p.405. L auteur traite des intérêts minoritaires notamment qui peuvent être inclus dans certaines hypothèses dans le capital. Voy. aussi Basel Committee on Banking Supervision, Basel III : A global regulatory framework for more resilient banks and banking systems, June

11 d échéance, leur coupon est facultatif et non cumulable. Ce sont les titres de dette les plus risqués et offrant pour cela, des rendements parmi les plus importants. Tous les instruments de capital innovants hybrides sont exclus des fonds propres de catégorie 1 alors qu ils étaient limités auparavant à 15%. c) Tier 2 Le Tier 2 comprend, les titres subordonnés à durée indéterminée, d une durée minimale de 5 ans. Leur risque est plus limité car, même s ils n ont pas de date de maturité, la banque a une option de remboursement anticipé (call) à partir de 5 ans de vie et le coupon est cumulable en cas de non versement. Le Tier 2 est destiné à absorber les pertes en cas de liquidation de l établissement de crédit. 15 Celui-ci doit d abord utiliser les fonds propres réglementaires de base pour couvrir l exigence de 8%. En l absence de fonds propres additionnels de catégorie 1 ou de fonds de catégorie 2, les fonds propres réglementaires de base de catégorie 1 devront couvrir la totalité de l exigence de 8%. d) Evolution des exigences dans le temps es contraintes se déclinent dans les années à venir, comme suit : 2013 : Fonds propres à 8% des engagements dont 4.5% de Tier One 2014 : Fonds propres à 8% des engagements dont 5.5% de Tier One 2015 : Fonds propres à 8% des engagements dont 6% de Tier One 2016 : Fonds propres à 8.625% des engagements dont 6% de Tier One 2017 : Fonds propres à 9.25% des engagements dont 6% de Tier One 2018 : Fonds propres à 9.875% des engagements dont 6% de Tier One 2019 : Fonds propres à 10.5% des engagements dont 6% de Tier One Intégration d un matelas de sécurité (coussin de conservation) supplémentaire de 2,5 % à horizon Niveau des fonds propres durs porté à 7 % à horizon Mise en œuvre progressive entre 2013 et La part du «Common Equity Tier 1» (ou plus communément «Core Tier 1») doit être majoritaire dans les fonds propres réglementaires. 15 Trav. prép., p

12 Conservation buffer (+ 250 pb en CET1) : mise en place progressive entre 2016 à 2019 Source : ACP e) Observations générales L ABE doit tenir une liste actualisée de toutes les formes d instruments de capital dans chaque Etat-membre, qui sont éligibles en tant qu instruments de fonds propres de base de catégorie 1. La présente loi et le règlement européen respectent le principe de proportionnalité 16. Aux termes de l article 12.1 de la directive du 27 juin 2013, le capital initial d une banque doit nécessairement être de 5 millions d euros. 16 Voy. considérant n 46 de la directive. 12

13 3. Coussins Désormais, pour un repos tranquille, une paillasse ne suffit plus ; il faut désormais un matelas épais et confortable ainsi que de moelleux coussins. Des exigences supplémentaires de fonds propres (common equity) sont ainsi imposées sous la forme de coussins. Ces coussins sont ainsi composés d actions ordinaires et de profits mis en réserve. Ces coussins visent à préserver l activité de la banque en cas de pertes inattendues ou de dégradation de la situation général. Les coussins (buffers) qui visent à compenser des risques sont intimement liés au dénominateur que nous allons aborder maintenant. a) Coussin de conservation des fonds propres Aux termes de l article 1 de l annexe IV de la loi belge intitulé «Coussin de conservation des fonds propres de base de catégorie 1 et instruments de politique macroprudentielle», le coussin de conservation des fonds propres de base de catégorie 1 d un établissement de crédit s élève à 2,5% du montant total d exposition au risque. Ce ratio est calculé conformément à l article 92, 3, du règlement 575/2013. Il s agit d un coussin de sécurité complémentaire qui vise à s assurer que les fonds propres permettront de subvenir aux pertes encourues. Ces fonds ne sont donc pas destinés à financer le développement de l activité de la banque. 13

14 Si les fonds inclus dans ce coussin devaient être utilisés, ils seraient réapprovisionnés notamment en y plaçant les profits au lieu de distribuer des dividendes. b) Coussin contracyclique Celui-ci est uniquement constitué en cas de croissance excessive des octrois de crédit ou de menace d une belle croissance 17 ; il sert précisément à freiner cette croissance et à pourvoir les banques d une marge, pour qu elles puissent continuer à garantir l octroi de crédits pendant la période de pénurie de crédit, qui peut traditionnellement succéder à l éclatement d une bulle de crédit 18. Ce coussin n entraînera pas une pénurie du crédit, bien au contraire. Le coussin doit être égal à la moyenne pondérée des taux de coussins contracycliques s appliquant dans les pays dans lesquels ces établissements ont des expositions de crédit 19. Le taux du coussin doit tenir compte de la croissance du volume de crédit et de l évolution du ratio des crédits par rapport au PIB de l Etat, ainsi que toute autre variable influant sur le risque d instabilité du système financier. Il ne portera que sur certaines catégories d exposition au risque de crédit. 20 La Banque Nationale fixe ce taux chaque trimestre sur base d un ou plusieurs indicateurs de référence, traduisant le cycle de crédit et les risques liés à la croissance excessive du crédit en Belgique ; il est également tenu compte des spécificités de l économie nationale, notamment la croissance des volumes de crédits octroyés sur le territoire belge, l évolution de produits intérieurs bruts, les recommandations formulées par le CERF. Il est fixé dans une fourchette entre 0% et 2,5%. La Banque nationale peut, si elles l estime nécessaire, exiger un taux supérieur à 2,5%. 21 Le taux est publié sur le site de la Banque nationale. 22 L on tient aussi compte de l exposition géographique. 23 Le taux de coussin contracyclique pour les expositions dans un Etat membre tient compte du taux fixé dans cet Etat membre par l autorité désignée. La Banque nationale peut ne pas reconnaître ce taux s il est supérieur à 2.5% et le réduire à ce taux pour le calcul du coussin. 24 Le Conseil d Etat a souligné le caractère très complexe de ce texte législatif. c) Coussin pour établissements de crédit d importance systémique Le risque systémique est celui qui correspond à la propagation des difficultés rencontrées par un agent ou un sous-groupe d agents à tous les autres agents, c'est-à-dire au «système» 25. Ce risque 17 Exposé des motifs précité, p Ibidem. 19 Voy. directive 2013, considérant n J.COUPPEY SOUBEYRAN, Les réformes de la régulation bancaire, Idées économiques et sociales, 2013/4, p.26travaux préparatoires, p Article 5, Article 5, Article 4, annexe 4 24 Article 8, annexe M. SÈVE, «La régulation financière face à la crise», Larcier, 2013, p. 354, qui cite P. TRAINAR, «Assurance, stabilité financière et risque systémique», p

15 doit être, bien évidemment, pris en considération dans la régulation financière. Rien n est plus interconnecté que les banques 26. Les exigences pourront varier d une banque à l autre ; ainsi le coussin relatif aux risques systémiques sera plus élevé pour une institution d importance systémique mondiale. La loi belge tient compte du profil systémique de l établissement de crédit ou d une catégorie d établissement. Le risque se détermine de manière différente selon qu il s agit d une banque de taille mondiale ou de taille locale. La classification des établissements est décidée par la Banque Nationale qui prend en compte les éléments suivants : La taille de l établissement. La corrélation entre le système financier mondial et l établissement de crédit. La faculté de substitution des services ou de l infrastructure financière. La complexité de l établissement de crédit. L importance des activités transfrontalières. 27 Chaque critère reçoit une pondération égale et est évalué sur base d'indicateurs quantifiables. La méthodologie utilisée permet de produire un score global pour chaque EIS m et, sur cette base, d'affecter chaque EIS m dans une sous-catégorie. Les sous-catégories d'eis m et les seuils sont définis en respectant, outre la Directive 2013/36/UE, les normes techniques de l'abe. Le montant du coussin de fonds propres de base de catégorie 1 pour EIS m dépend de la souscatégorie à laquelle l'eis m concerné appartient et se situe dans une fourchette allant de 1 % à 3,5 % du montant total d'exposition au risque de l'établissement concerné, calculé conformément à l'article 92, paragraphe 3, du Règlement n 575/2013. Un dialogue étroit doit avoir lieu entre les autorités de contrôle et les établissements de crédit pour définir au mieux l adéquation des capitaux aux risques et activités de cet établissement. Le 18 juillet 2014, l autorité bancaire européenne a lancé une consultation sur le projet de recommandation relative aux critères permettant d identifier les institutions qui sont importantes d un point de vue systémique, que l on appelle les autres institutions systémiquement importantes. Ces recommandations ont pour but de réaliser un degré approprié de convergence dans le processus d identification et d assurer une évaluation comparable, claire et transparente de ces institutions. La consultation commencera le 18 octobre En premier lieu, sur la base de critères quantitatifs obligatoires (liés à l interconnexion, à la taille, à la pertinence pour l économie et la complexité), un score indiquera l importance systémique de chaque banque. Toute banque, atteignant ou dépassant le seuil supérieur, sera retenue. Toute banque qui se situe en dessous du seuil inférieur sera écartée. Les autorités pourront ensuite retenir toute institution comprise entre le seuil minimal et le seuil maximal sur base d une liste définie d indicateurs optionnels, mentionnés dans les recommandations. Les autorités seront, par souci de transparence, obligées de justifier leur décision. Ces recommandations ont été développées 26 M. SÈVE, p Article 14, annexe IV, Voy. l article 13 annexe IV de la loi. 29 Article 13, annexe IV, 2. 15

16 conformément à l article de la directive CRD IV, qui mandate l autorité de contrôle pour élaborer ces recommandations. Le coussin pour le risque systémique varie entre 1% et 3.5% de l exposition. C est sur la base consolidée que doit s apprécier l exigence de fonds propres. Si plusieurs critères doivent être respectés qui poursuivent des fonctions convergentes ( risque systémique et risque macroprudentiel), c est l exigence de coussin la plus élevée qui est retenue. 30 Les recommandations du Comité européen de risques systémiques seront prises en considération. d) Le risque macroprudentiel Il s agit ici d appréhender les risques systémiques macroprudentiels structurels de perturbation du système financier susceptibles d avoir de graves répercussions sur la stabilité du système financier et l économie réelle en Belgique. Il peut s agir de «modifications apportées à la législation ou aux normes comptables, de répercussions cycliques en provenance de l économie réelle, du poids élevé du système financier par rapport au produit intérieur brut ou d une innovation financière qui accroît la complexité du système financier». 31 La Banque nationale peut requérir la constitution d un coussin de 1% ; un ou plusieurs établissements de crédit peut être visé. Le taux du coussin est revu tous les deux ans. 32 L exigence de fonds propres pourra aller jusqu à 13%. 33 e) Garde fous Au terme de l article 99 de la loi, des dividendes ne peuvent être distribués s il n est pas satisfait aux exigences en matière de coussins de fonds propres de base de catégorie 1. Si l établissement ne satisfait pas à l exigence précitée, il en informe l autorité de contrôle et lui soumet un plan de conservation des fonds propres. 34 Soit celle-ci approuve le plan, soit elle fixe des exigences complémentaires consistant en une augmentation de fonds propres ou l imposition de restrictions strictes en matière de distribution des dividendes. L utilisation d instruments de fonds propres additionnels de catégorie 1 pour combler les déficits ressortant du scénario de test de résistance est limitée afin de favoriser le recours à des éléments de capital de haute qualité et de favoriser l utilisation d instruments AT1 (fonds propres additionnels de catégorie 1) au seuil de déclenchement plus élevé. 30 Trav. Prép., p Trav. Prép., p Voy. article 17, annexe Ibid., p Article 104 de la loi. 16

17 Sur la base de l'article 123 de la loi du 25 avril 2014 relative au contrôle des établissements de crédit (ci-après loi bancaire), la Banque nationale de Belgique a décidé d'imposer une exigence complémentaire de fonds propres pour les activités de négociation dépassant les seuils fixés par l'article 12 du règlement de la BNB sur les activités de négociation des banques. 4. Au dénominateur: actifs pondérés Un actif plus risqué qu un autre doit avoir une couverture de fonds propres plus importante. La pondération des actifs prend la forme suivante: Le RWA, c est-à-dire Risk Weighted Assets, sera de 0% pour les actifs à risque de défaut quasi nul ; ainsi, aucun capital ne devra être constitué pour les fonds qui portent sur des obligations émises par les gouvernements centraux et banques centrales des pays membres de l OCDE et 20% pour les actifs à risque de défaut modéré comme les dépôts et prêts effectués entre banques de pays membres de l OCDE, 50% pour certains actifs présentant un risque moyen, comme les prêts hypothécaires, 100% pour les autres actifs comme les prêts aux entreprises ou aux particuliers qui exigent donc un capital de 8 euros pour 100 euros prêtés. Les engagements hors bilan se voient appliquer les mêmes pondérations que celles qui s appliquent aux actifs mais après application d un facteur de conversion qui les transforment préalablement en équivalent actif, facteur mesurant la probabilité que l engagement se réalise, par exemple un facteur de conversion de 50% qui est appliqué à la partie non utilisée d une ligne de crédit à long terme signifie qu il y a 1 chance sur 2 pour que le montant disponible soit effectivement utilisé et se transforme en actif. 35 Dans Bâle I, le critère de pondération unique était la nature des emprunteurs. Mais ces pondérations ont été affinées, selon les modèles internes des banques dans Bâle II et selon des critères plus généraux par la suite. Parmi les éléments, il convient de pondérer ceux-ci en fonction des incertitudes liées en premier lieu au remboursement du crédit. Le comité de Bâle II.5 propose une pondération plus importante des risques de marché et de titrisation. Les exigences de fonds propres ont donc été renforcées pour ces risques. 36 La directive CRD III pondère de façon plus importante les opérations de retitrisation détenues dans le portefeuille bancaire. 35 A. Verboomen & L. De Bel : BALE II est le risque de crédit, les règles actuelles et leurs évolutions actuelles sur BALE III, Larcier M. SEVE, op.cit., p

Bâle II. Changements en cours. Janvier 2010

Bâle II. Changements en cours. Janvier 2010 Bâle II Changements en cours Janvier 2010 Sommaire Renforcer de la résistance du secteur bancaire Les raisons des changements. Les fonds propres. Risque de contrepartie. Introduction d un ratio de levier

Plus en détail

La surveillance prudentielle du secteur financier

La surveillance prudentielle du secteur financier La surveillance prudentielle du secteur financier Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre II Chapitre I Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre

Plus en détail

Formation «Ba le III (CRR, CRD4) : Approfondissement»

Formation «Ba le III (CRR, CRD4) : Approfondissement» Formation «Ba le III (CRR, CRD4) : Approfondissement» REFERENCE : 301 1. Objectif général Situer les enjeux de la nouvelle réglementation issue de Bâle III : «Capital Requirements Regulation (CRR)» et

Plus en détail

En millions CHF ou selon indication 2014 2013

En millions CHF ou selon indication 2014 2013 32 Distribution de dividendes Les réserves distribuables sont déterminées sur la base des capitaux propres statutaires de la maison mère Swisscom SA et non sur les capitaux propres figurant dans les états

Plus en détail

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 20.10.2015 COM(2015) 509 final RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL présenté en vertu de l article 503 du règlement (UE) nº 575/2013 Exigences

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion de placements collectifs et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des Textes

Plus en détail

BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 48/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative au dispositif de gestion du risque de concentration du crédit

BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 48/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative au dispositif de gestion du risque de concentration du crédit BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 48/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative au dispositif de gestion du risque de concentration du crédit Le Gouverneur de Bank Al-Maghrib; vu la loi ns 34-03 relative

Plus en détail

Les banques et la stabilité financière

Les banques et la stabilité financière Les banques et la stabilité financière 26e Rendez vous de la Mondialisation : Banques et stabilité financière dans la mondialisation Mercredi 27 juin 2012 Laurent Clerc Directeur de la stabilité financière

Plus en détail

Processus du G20. Sommet Bancaire Francophone 2011. Michel Cardona, Secrétaire Général Adjoint de l Autorité de Contrôle Prudentiel

Processus du G20. Sommet Bancaire Francophone 2011. Michel Cardona, Secrétaire Général Adjoint de l Autorité de Contrôle Prudentiel Sommet Bancaire Francophone 2011 Bâle 3 et nouvelles règles prudentielles Processus du G20 Banque 04/03/2011 de France - Autorité de Contrôle Prudentiel Michel Cardona, Secrétaire Général Adjoint de l

Plus en détail

BALE III MAITRISER LE RISQUE DE LIQUIDITÉ

BALE III MAITRISER LE RISQUE DE LIQUIDITÉ BALE III MAITRISER LE RISQUE DE LIQUIDITÉ COMMENT AMELIORER LA LIQUIDITE DE VOS ACTIFS? «Bâle III, dispositif international de mesure, normalisation et surveillance du risque de liquidité» est paru en

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Décret n o 2004-486 du 28 mai 2004 relatif aux règles prudentielles applicables aux mutuelles et unions pratiquant

Plus en détail

Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales

Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales EIFR Risques opérationnels Enjeux structurels et défis à venir Paris, 5 novembre 2014 Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales Philippe BILLARD Chef du service des affaires internationales

Plus en détail

Circulaire relative aux fonds propres des établissements de crédit

Circulaire relative aux fonds propres des établissements de crédit BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur CN 24/G/2006 04 décembre 2006 Circulaire relative aux fonds propres des établissements de crédit Le gouverneur de Bank Al-Maghrib ; vu la loi n 34-03 relative aux établissements

Plus en détail

Table des matières. Section 1. Bâle I, Bâle II, Bâle III : même combat... 3

Table des matières. Section 1. Bâle I, Bâle II, Bâle III : même combat... 3 Table des matières Introduction.... 1 Chapitre 1 De quoi s agit-il?.... 3 Section 1. Bâle I, Bâle II, Bâle III : même combat.... 3 Section 2. Pourquoi les banques?.... 3 1. Protéger les épargnants....

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion d OPCVM ou d OPCI et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des risques Textes

Plus en détail

Gouvernance et contrôle interne Table ronde

Gouvernance et contrôle interne Table ronde Gouvernance et contrôle interne Table ronde Conférence ASSFOR 10 Marie-Agnès NICOLET Regulation Partners Présidente fondatrice 35, Boulevard Berthier 75017 Paris marieagnes.nicolet@regulationpartners.com

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Traitement du financement du commerce dans le cadre du dispositif de Bâle sur les fonds propres

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Traitement du financement du commerce dans le cadre du dispositif de Bâle sur les fonds propres Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Traitement du financement du commerce dans le cadre du dispositif de Bâle sur les fonds propres Octobre 2011 Le présent document est traduit de l anglais. En cas

Plus en détail

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Le paragraphe 27 est modifié. Les paragraphes 27A et 27B sont ajoutés. Importance des instruments

Plus en détail

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises modifié par les règlements n 92 04 du 17 juillet 1992, n 95-04 du 21 juillet 1995,

Plus en détail

Avis relatif à la désignation du Mouvement Desjardins à titre d institution financière d importance systémique intérieure

Avis relatif à la désignation du Mouvement Desjardins à titre d institution financière d importance systémique intérieure Avis relatif à la désignation du Mouvement Desjardins à titre d institution financière d importance systémique intérieure Contexte Le présent avis constitue un complément aux diverses lignes directrices

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 22.2.2014 Journal officiel de l Union européenne C 51/3 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 19 novembre 2013 sur une proposition de directive du

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Ratio structurel de liquidité à long terme : normes de publicité

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Ratio structurel de liquidité à long terme : normes de publicité Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Ratio structurel de liquidité à long terme : normes de publicité Juin 2015 Le présent document est traduit de l anglais. En cas de doute ou d ambiguïté, se reporter

Plus en détail

ECB-PUBLIC. AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 12 décembre 2012 sur la stabilité bancaire et financière (CON/2012/106)

ECB-PUBLIC. AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 12 décembre 2012 sur la stabilité bancaire et financière (CON/2012/106) FR ECB-PUBLIC AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 12 décembre 2012 sur la stabilité bancaire et financière (CON/2012/106) Introduction et fondement juridique Le 15 novembre 2012, la Banque centrale

Plus en détail

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT)

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) Portefeuille de trésorerie de l Université d Ottawa Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) 1. But L Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie

Plus en détail

Présentation de la consolidation

Présentation de la consolidation Chapitre I Présentation de la consolidation Établir les comptes consolidés d un groupe consiste à présenter son patrimoine, sa situation financière et les résultats de l ensemble des entités qui le constituent

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission - 53 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution, Vu la proposition de règlement du Conseil confiant à la Banque centrale européenne

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Décret n o 2014-1008 du 4 septembre 2014 relatif aux contrats comportant des engagements donnant lieu à constitution

Plus en détail

La surveillance prudentielle des institutions de dépôt

La surveillance prudentielle des institutions de dépôt La surveillance prudentielle des institutions de dépôt Journée des carrières de PRMIA Montréal Présentée par : Gouro Sall Diagne Mardi 17 mars 2015 Autorité des marchés financiers AGENDA L AUTORITÉ DES

Plus en détail

Observations générales

Observations générales Luxembourg, le 9 décembre 2010. Objet: Projet de loi n 6216 portant : transposition, pour le secteur de l assurance, de la directive 2009/49/CE du Parlement européen et du Conseil du 18 juin 2009 modifiant

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Rapport intérimaire sur la mise en œuvre de Bâle III

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Rapport intérimaire sur la mise en œuvre de Bâle III Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Rapport intérimaire sur la mise en œuvre de Bâle III Octobre 2011 Le présent document est traduit de l anglais. En cas de doute ou d ambiguïté, se reporter à l original.

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie (Ordonnance sur l assurance dommages, OAD) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 8 septembre

Plus en détail

BANKING BUSINESS CONSULTING. Luxembourg Paris Brussels. POINT OF VIEW MAY 2012 Bâle III : la réforme de la liquidité dans les banques

BANKING BUSINESS CONSULTING. Luxembourg Paris Brussels. POINT OF VIEW MAY 2012 Bâle III : la réforme de la liquidité dans les banques BANKING BUSINESS CONSULTING Luxembourg Paris Brussels POINT OF VIEW MAY 2012 Bâle III : la réforme de la liquidité dans les banques 11/05/2012 Luxembourg Paris Brussels La réforme Bâle III a énoncé de

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 99 -

TABLEAU COMPARATIF - 99 - - 99 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Vu la proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil sur les exigences prudentielles applicables aux établissements

Plus en détail

Introduction. 18 février 2016

Introduction. 18 février 2016 18 février 2016 Évaluation de la notification par la Belgique conformément à l article 458, paragraphe 9, du règlement (UE) n 575/2013 concernant la prorogation d une mesure nationale plus stricte pour

Plus en détail

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT)

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) Portefeuille de trésorerie de l Université d Ottawa Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) 1. But L Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie

Plus en détail

EMIR PRINCIPAUX IMPACTS POUR LES UTILISATEURS DE PRODUITS DERIVES

EMIR PRINCIPAUX IMPACTS POUR LES UTILISATEURS DE PRODUITS DERIVES EMIR PRINCIPAUX IMPACTS POUR LES UTILISATEURS DE PRODUITS DERIVES Carole Uzan Autorité des Marchés Financiers Direction de la Régulation et des Affaires Internationales INTRODUCTION LES PRINCIPALES ÉTAPES

Plus en détail

L Union bancaire européenne : un remède anti-crise. Les Rencontres de l IEFP

L Union bancaire européenne : un remède anti-crise. Les Rencontres de l IEFP L Union bancaire européenne : un remède anti-crise Les Rencontres de l IEFP Les principaux facteurs à l origine de la crise financière Un évènement déclencheur (les «subprimes») mais des origines multiples

Plus en détail

Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa

Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa 1. But de l Énoncé L Énoncé des principes et objectifs de placement («l EPOP») décrit les objectifs,

Plus en détail

Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants

Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants L ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet

Plus en détail

Modifications au commentaire du règlement relatif aux fonds propres des établissements de crédit

Modifications au commentaire du règlement relatif aux fonds propres des établissements de crédit Modifications au commentaire du règlement relatif aux fonds propres des établissements de crédit Les modifications suivantes sont apportées au commentaire du règlement relatif aux fonds propres des établissements

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie Ordonnance sur l assurance directe sur la vie (Ordonnance sur l assurance-vie, OAssV) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 29 novembre 1993 sur l assurance-vie

Plus en détail

DIRECTIVE 2007/16/CE DE LA COMMISSION

DIRECTIVE 2007/16/CE DE LA COMMISSION 20.3.2007 Journal officiel de l Union européenne L 79/11 DIRECTIVES DIRECTIVE 2007/16/CE DE LA COMMISSION du 19 mars 2007 portant application de la directive 85/611/CEE du Conseil portant coordination

Plus en détail

Lettre uniforme aux établissements de crédit et aux sociétés de bourse

Lettre uniforme aux établissements de crédit et aux sociétés de bourse Politique prudentielle Bruxelles, le 24 octobre 2005 PPB/154 Lettre uniforme aux établissements de crédit et aux sociétés de bourse Madame, Monsieur, Dans sa lettre du 3 juin 2005 (PPB/57), la Commission

Plus en détail

Catégorie d actif Minimum Cible Maximum. Actions 45 % 55 % 70 % Revenu fixe 20 % 30 % 45 % Alternatifs 0 % 15 % 25 %

Catégorie d actif Minimum Cible Maximum. Actions 45 % 55 % 70 % Revenu fixe 20 % 30 % 45 % Alternatifs 0 % 15 % 25 % Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa 1. But de l Énoncé L Énoncé des principes et objectifs de placement («l EPOP») décrit les objectifs,

Plus en détail

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Pologne Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Norme 16 : Risques de garde et d investissement Objectif

Plus en détail

Crédit Agricole CIB. Année 2014. Le présent rapport est établi conformément à l'article 450 du règlement (UE) N 575/2013 du 26 juin 2013.

Crédit Agricole CIB. Année 2014. Le présent rapport est établi conformément à l'article 450 du règlement (UE) N 575/2013 du 26 juin 2013. Crédit Agricole CIB Rapport annuel relatif à la politique et aux pratiques rémunération s personnes définies à l article L. 511-71 du co monétaire et financier et en application du règlement délégué (UE)

Plus en détail

Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le

Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le Comité consultatif sur le Test du capital minimal Page

Plus en détail

Résolutions à titre ordinaire

Résolutions à titre ordinaire COFACE SA CONSEIL D ADMINISTRATION DU 17 FEVRIER 2015 Rapport du Conseil d administration sur les résolutions présentées à l Assemblée Générale Mixte Le rapport a pour objet de présenter les résolutions

Plus en détail

Bruxelles, le 18 novembre 2004 CIRCULAIRE D. 249 AUX ENTREPRISES D ASSURANCES. Objet : transposition des directives :

Bruxelles, le 18 novembre 2004 CIRCULAIRE D. 249 AUX ENTREPRISES D ASSURANCES. Objet : transposition des directives : Contrôle prudentiel des entreprises d'assurances Bruxelles, le 18 novembre 2004 CIRCULAIRE D. 249 AUX ENTREPRISES D ASSURANCES Objet : transposition des directives : - 2002/12/CE du Parlement européen

Plus en détail

A S S O C I A T I O N L U X E M B O U R G E O I S E D E S F O N D S D E P E N S I O N, A S B L

A S S O C I A T I O N L U X E M B O U R G E O I S E D E S F O N D S D E P E N S I O N, A S B L A S S O C I A T I O N L U X E M B O U R G E O I S E D E S F O N D S D E P E N S I O N, A S B L FLASH n 19 juillet 2014 LA PROCHAINE REFONTE DE LA DIRECTIVE IORP La directive 2003/41/CE a marqué une première

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Rapport intérimaire sur la mise en œuvre de Bâle III

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Rapport intérimaire sur la mise en œuvre de Bâle III Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Rapport intérimaire sur la mise en œuvre de Bâle III Octobre 2012 Le présent document est traduit de l anglais. En cas de doute ou d ambiguïté, se reporter à l original

Plus en détail

POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT

POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT Page 1 de 7 POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT 1.0 CONTEXTE La présente politique est établie conformément au principe 16 b) de la Charte du conseil d administration.

Plus en détail

www.pwc.com Alerte regulatory Le dispositif de gouvernance et de contrôle interne des établissements bancaires Novembre 2014

www.pwc.com Alerte regulatory Le dispositif de gouvernance et de contrôle interne des établissements bancaires Novembre 2014 www.pwc.com Alerte regulatory Le dispositif de gouvernance et de contrôle interne des établissements bancaires Novembre 2014 En bref L arrêté du 3 novembre 2014 relatif au contrôle interne des entreprises

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE. Aide d État N 677/A/2007 - France Méthode de calcul de l élément d aide contenu dans les prêts publics

COMMISSION EUROPÉENNE. Aide d État N 677/A/2007 - France Méthode de calcul de l élément d aide contenu dans les prêts publics COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, 16.07.2008 C(2008) 3473 final Objet: Aide d État N 677/A/2007 - France Méthode de calcul de l élément d aide contenu dans les prêts publics Monsieur le Ministre, 1. PROCEDURE

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ Avril 2009 Table des matières Préambule... 3 Introduction... 4 Champ d application... 5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour... 6 1. Cadre de gestion de la conformité...

Plus en détail

Circulaire adressée aux établissements financiers concernant la mise en place d'une bonne politique de rémunération

Circulaire adressée aux établissements financiers concernant la mise en place d'une bonne politique de rémunération Circulaire _2011_05 du 14 février 2011 Circulaire adressée aux établissements financiers concernant la mise en place d'une bonne politique de rémunération Champ d'application: La présente circulaire s

Plus en détail

Bruxelles, 18 décembre 2007. Madame, Monsieur,

Bruxelles, 18 décembre 2007. Madame, Monsieur, Politique prudentielle banques et assurances PB Bruxelles, 18 décembre 2007. CIRCULAIRE PPB-2007-15-CPB-CPA aux établissements de crédit et entreprises d investissement indiquant certaines attentes prudentielles

Plus en détail

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 25.11.2011 COM(2011) 832 final 2007/0229 (COD) COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN conformément à l'article 294, paragraphe 6, du traité sur le fonctionnement

Plus en détail

Quid de la réglementation du système bancaire parallèle (SBP)? Olivier Jaudoin

Quid de la réglementation du système bancaire parallèle (SBP)? Olivier Jaudoin Quid de la réglementation du système bancaire parallèle (SBP)? Olivier Jaudoin Directeur adjoint de la stabilité financière Banque de France 23/11/2014 1 SOMMAIRE Pourquoi amender la réglementation financière?

Plus en détail

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée aux états financiers présentés par les régimes

Plus en détail

Séminaire EIFR / Covered bonds et titrisation Intérêt des covered bonds pour les investisseurs institutionnels

Séminaire EIFR / Covered bonds et titrisation Intérêt des covered bonds pour les investisseurs institutionnels 4 avril 2014 Séminaire EIFR / Covered bonds et titrisation Intérêt des covered bonds pour les investisseurs institutionnels Sommaire 1. Cadre légal français / focus SFH 2. Caractéristiques des crédits

Plus en détail

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS L objet de ce document est de vous présenter un panorama des principaux instruments financiers utilisés par CPR AM dans le cadre de la fourniture d un service

Plus en détail

PARTIE 3 Impact total sur le capital des modifications proposées inclues dans l ébauche de la ligne directrice sur le TCM

PARTIE 3 Impact total sur le capital des modifications proposées inclues dans l ébauche de la ligne directrice sur le TCM Résumé de l impact sur le capital des modifications que l on propose d apporter au cadre de capital réglementaire 2015 des sociétés d assurances multirisques Le présent rapport, qui expose l impact total

Plus en détail

Directive de la Présidence

Directive de la Présidence Directive de la Présidence Date : 5 mars 2004 DIRECTIVE RELATIVE À LA CONSTITUTION DE FONDS D AFFECTATION SPÉCIALE DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE Section première Dispositions générales 1.1. La présente

Plus en détail

Orientations sur le traitement des expositions au risque de marché et au risque de contrepartie dans la formule standard

Orientations sur le traitement des expositions au risque de marché et au risque de contrepartie dans la formule standard EIOPA-BoS-14/174 FR Orientations sur le traitement des expositions au risque de marché et au risque de contrepartie dans la formule standard EIOPA Westhafen Tower, Westhafenplatz 1-60327 Frankfurt Germany

Plus en détail

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse (Ordonnance de la Banque nationale, OBN) Modification du 7 mai 2014 La Banque nationale suisse arrête: I L ordonnance du 18 mars 2004

Plus en détail

Position AMF n 2013-16 Notions essentielles contenues dans la directive sur les gestionnaires de fonds d investissement alternatifs

Position AMF n 2013-16 Notions essentielles contenues dans la directive sur les gestionnaires de fonds d investissement alternatifs Position AMF n 2013-16 Notions essentielles contenues dans la directive sur les gestionnaires de fonds Texte de référence : article L. 214-24, I du code monétaire et financier. L AMF applique l ensemble

Plus en détail

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Les paragraphes qui suivent présentent les principaux changements en ce qui a trait aux

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 246 24 décembre 2015. S o m m a i r e

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 246 24 décembre 2015. S o m m a i r e MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 5999 1623 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 246 24 décembre 2015 S o m m a i r e Résolution et liquidation

Plus en détail

Les aides aux petites et moyennes entreprises

Les aides aux petites et moyennes entreprises FICHE 9 Les aides aux petites et moyennes entreprises Les petites et moyennes entreprises «jouent un rôle décisif dans la création d emplois et, d une manière plus générale, représentent un facteur de

Plus en détail

DOCUMENT DE CONSULTATION REGLEMENT DE LA BANQUE CENTRALE EUROPEENNE SUR LES REDEVANCES DE SURVEILLANCE PRUDENTIELLE QUESTIONS - RÉPONSES

DOCUMENT DE CONSULTATION REGLEMENT DE LA BANQUE CENTRALE EUROPEENNE SUR LES REDEVANCES DE SURVEILLANCE PRUDENTIELLE QUESTIONS - RÉPONSES DOCUMENT DE CONSULTATION REGLEMENT DE LA BANQUE CENTRALE EUROPEENNE SUR LES REDEVANCES DE SURVEILLANCE PRUDENTIELLE QUESTIONS - RÉPONSES MAI 2014 1 POUR QUELLE RAISON LA BCE PRÉLÈVE-T-ELLE UNE REDEVANCE

Plus en détail

Liste de vérification de la politique de gestion du risque de liquidité Onglet 5 2010

Liste de vérification de la politique de gestion du risque de liquidité Onglet 5 2010 Liste de vérification Partie A Exigences législatives en matière de politique sur les liquidités La caisse a t elle établi une politique relative à ses liquidités? Par. 85(1) de la Loi. La politique sur

Plus en détail

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005/2002 du 07 mai 2002

Plus en détail

Le plan français pour assurer le financement de l économie et restaurer la confiance

Le plan français pour assurer le financement de l économie et restaurer la confiance Christine LAGARDE, Ministre de l Economie, de l Industrie et de l Emploi Le plan français pour assurer le financement de l économie et restaurer la confiance Lundi 13 octobre 2008 Dossier de presse Communiqué

Plus en détail

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Rapport sur la qualité des actifs au 31 mars 2015 (Instruction

Plus en détail

Les instruments financiers

Les instruments financiers Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales 1 Les instruments financiers L IAS 32 définit les instruments financiers comme étant tout contrat qui donne lieu

Plus en détail

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE Introduction La présente Règle établit les règles que les analystes doivent suivre lorsqu ils publient des rapports de recherche

Plus en détail

NOTE DE PRÉSENTATION

NOTE DE PRÉSENTATION AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRÉSENTATION RÈGLEMENT N 2014-07 du 26 novembre 2014 Relatif aux comptes des entreprises du secteur bancaire Cette note de présentation a pour objet de présenter

Plus en détail

Capital Requirement Regulation

Capital Requirement Regulation Capital Requirement Regulation Sommaire du règlement UE n 575/2013 Exigences prudentielles applicables aux établissements de crédit et entreprises d investissement La directive CRD IV et le règlement

Plus en détail

EDC. Analyse des risques bancaires 5 ème année Finances Dominique Soulier. Durée de l épreuve : 2 heures

EDC. Analyse des risques bancaires 5 ème année Finances Dominique Soulier. Durée de l épreuve : 2 heures EDC Analyse des risques bancaires 5 ème année Finances Dominique Soulier Durée de l épreuve : 2 heures Calculatrice autorisée Pas de documentation autorisée Notation Questions à choix multiples (25) Une

Plus en détail

COMITÉ EUROPÉEN DU RISQUE SYSTÉMIQUE

COMITÉ EUROPÉEN DU RISQUE SYSTÉMIQUE 13.10.2011 Journal officiel de l Union européenne C 302/3 COMITÉ EUROPÉEN DU RISQUE SYSTÉMIQUE DÉCISION DU COMITÉ EUROPÉEN DU RISQUE SYSTÉMIQUE du 21 septembre 2011 relative à la fourniture et à la collecte

Plus en détail

Ordonnance du DFF concernant les prêts hypothécaires à taux bonifié

Ordonnance du DFF concernant les prêts hypothécaires à taux bonifié Ordonnance du DFF concernant les prêts hypothécaires à taux bonifié (Ordonnance du DFF sur les prêts hypothécaires) du 10 décembre 2001 Le Département fédéral des finances, vu l art. 116, al. 1, de l ordonnance

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE 65 TABLEAU COMPARATIF Texte du projet de loi Texte adopté par l Assemblée nationale Propositions de la Commission PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE CONDITIONS GÉNÉRALES DE L ÉQUILIBRE FINANCIER

Plus en détail

La SOAD déterminera qu une caisse populaire a commis une faute grave de non-conformité au présent Règlement administratif si celle-ci :

La SOAD déterminera qu une caisse populaire a commis une faute grave de non-conformité au présent Règlement administratif si celle-ci : SOCIÉTÉ ONTARIENNE D ASSURANCE-DÉPÔTS RÈGLEMENT N o 5 NORMES DE SAINES PRATIQUES COMMERCIALES ET FINANCIÈRES Règlement administratif pris en vertu de l alinéa 264(1)g) de la Loi de 1994 sur les caisses

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

Observations de l ASF, concernant le crédit-bail, sur le document consultatif de la Commission européenne sur son futur ratio de solvabilité.

Observations de l ASF, concernant le crédit-bail, sur le document consultatif de la Commission européenne sur son futur ratio de solvabilité. Observations de l ASF, concernant le crédit-bail, sur le document consultatif de la Commission européenne sur son futur ratio de solvabilité. - Pour le crédit-bailleur l opération de crédit-bail consiste

Plus en détail

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Rapport sur la qualité des actifs au 30 juin 2015 (Instruction

Plus en détail

Journal officiel de l'union européenne

Journal officiel de l'union européenne 31.3.2015 FR L 86/13 RÈGLEMENT (UE) 2015/534 DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 17 mars 2015 concernant la déclaration d'informations financières prudentielles (BCE/2015/13) LE CONSEIL DES GOUVERNEURS

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Rapport intérimaire sur la mise en œuvre de Bâle III

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Rapport intérimaire sur la mise en œuvre de Bâle III Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Rapport intérimaire sur la mise en œuvre de Bâle III Avril 2012 Le présent document est traduit de l anglais. En cas de doute ou d ambiguïté, se reporter à l original

Plus en détail

Régime de capital des sociétés de portefeuille d assurances et des sociétés d assurance-vie inactives

Régime de capital des sociétés de portefeuille d assurances et des sociétés d assurance-vie inactives Ligne directrice Objet : d assurances et des sociétés d assurance-vie inactives Catégorie : Capital N o : A-2 Date : Juillet 2005 Introduction La présente ligne directrice décrit le régime de capital applicable

Plus en détail

SÉNAT PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE

SÉNAT PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE N 22 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2008-2009 Annexe au procès-verbal de la séance du 15 octobre 2008 PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE pour le financement de l économie, ADOPTÉ PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE,

Plus en détail

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Présentation dans le cadre de l événement «Journée carrière PRMIA» 17 mars 2015 Mathieu Derome, M.Sc. Directeur Principal

Plus en détail

SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE

SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE DOCTRINE D EMPLOI APPROUVEE PAR LE C.N.O.S. DU 13 NOVEMBRE 2014 Principes : Le fonds de soutien créé par la loi de finances initiale pour

Plus en détail

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Rapport sur la qualité des actifs au 30 septembre 2015 (Instruction

Plus en détail

COMMUNIQUÉ. Lignes directrices sur la taille des fonds d assurance-dépôts

COMMUNIQUÉ. Lignes directrices sur la taille des fonds d assurance-dépôts COMMUNIQUÉ 14-COM-001 11 juillet 2014 Lignes directrices sur la taille des fonds d assurance-dépôts L Association des superviseurs prudentiels des caisses (ASPC) a créé un groupe de travail composé de

Plus en détail

PRINCIPALES CARACTERISTIQUES DE L EMISSION DE CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA) NORD EST (visa AMF n 04-869 en date du 04 novembre 2004)

PRINCIPALES CARACTERISTIQUES DE L EMISSION DE CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA) NORD EST (visa AMF n 04-869 en date du 04 novembre 2004) PRINCIPALES CARACTERISTIQUES DE L EMISSION DE CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA) NORD EST (visa AMF n 04-869 en date du 04 novembre 2004) EMETTEUR CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE DU NORD EST

Plus en détail

KEY ISSUES - Corporate Governance COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE

KEY ISSUES - Corporate Governance COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE KEY ISSUES - Corporate Governance COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE Reporting corporate governance Bruxelles, le 18 novembre 1999 Madame, Monsieur La Commission bancaire et financière et Brussels Exchanges

Plus en détail

Les instruments juridiques de la Banque centrale européenne

Les instruments juridiques de la Banque centrale européenne Les instruments juridiques de la Banque centrale européenne Légende: Examen des différents instruments juridiques dont dispose la Banque centrale européenne. Source: Bulletin mensuel de la BCE. dir. de

Plus en détail