Le poids des banques étrangères en Belgique: questions/réponses

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le poids des banques étrangères en Belgique: questions/réponses"

Transcription

1 Visitez notre site web: Le poids des banques étrangères en Belgique: questions/réponses Philippe Lamberts, Député européen Ecolo - Date: Comment le paysage bancaire belge a-t-il évolué depuis la crise? Comme le montre le graphique présenté en annexe, une large part du secteur bancaire belge est aujourd hui dominée par cinq grandes banques étrangères. Quatre d entre elles (Deutsche Bank, BNP Paribas, ING, et Crédit Agricole Group) sont désignées par les régulateurs financiers comme systémiques : c est-à-dire qu en raison de leur grande taille, elles représentent un danger pour l ensemble de l économie en cas de faillite. Ce processus d internationalisation du système bancaire belge s est par ailleurs accéléré depuis le déclenchement de la crise financière de Pourquoi les groupes bancaires étrangers s intéressent-ils autant au marché belge? Les banques étrangères sont intéressées par le marché belge principalement parce que le pays se caractérise par une épargne abondante, qu elles peuvent récolter et investir ailleurs. En effet, les Belges épargnent plus que la moyenne européenne : fin 2012, ils disposaient de 230,6 milliards sur leurs comptes épargne, un record historique! 3. Quels sont les effets pervers liés à l internationalisation du système bancaire belge? La présence de banques étrangères sur le marché belge ne constitue pas un mal en soi. Au contraire, l économie belge n étant pas en mesure d absorber la totalité de l excédent d épargne des ménages, il est plutôt utile que des banques étrangères investissent une partie de l épargne collectée en Belgique ailleurs en Europe ou dans le monde. En outre, disposer d une appellation Blanc-Bleu Belge est loin d être un gage de bonne gestion dans le secteur bancaire (pensons aux récents déboires financiers de Fortis, Dexia ou KBC). Néanmoins, l internationalisation du système bancaire belge pose problème aujourd hui pour deux raisons principales: d une part, l ampleur prise par le phénomène est inédite; d autre part, la nature des activités des grandes banques étrangères présentes en Belgique pose un risque pour la stabilité du système financier belge. Plus précisément, cinq effets pervers découlent du poids démesuré des grandes banques étrangères en Belgique: L éloignement des centres de décision. Selon Febelfin, plus de 80% des banques présentes en Belgique ont désormais leurs centres de décision situés à l étranger 1. Or, un tel processus peut nuire aux intérêts économiques de la Belgique. Exemples: (a) concernant la réduction de son réseau d agences, BNP Paribas a décidé de passer à l acte d abord en Belgique, en procédant d ici trois ans à la fermeture de 150 agences; (b) un certain nombre d entreprises belges observent depuis 2010 que, suite à la restructuration par les banques de leurs services aux entreprises et au transfert de ceux-ci à Paris ou à Amsterdam, elles éprouvent des difficultés à trouver une banque chef de file pour le financement de leurs opérations importantes 2. 1 VINCENT, Anne, 2012, La recomposition du paysage bancaire belge depuis 2008, CRISP, Numéro 2158/ Interview de Pierre Mottet, administrateur délégué d IBA, L Echo, 17 mars 2012, cité par VINCENT, Anne, 2012, op. cit.

2 L augmentation du risque de transferts massifs de fonds depuis les filiales/succursales belges vers leur société-mère. Ce risque est particulièrement aigu en période de crise où, confrontée au resserrement du crédit interbancaire, une société-mère en difficulté est encline à transférer massivement des liquidités depuis ses filiales ou succursales vers ses propres comptes et ce, afin de rembourser ses dettes venues à échéance. Ces liquidités ne peuvent plus être à leur tour utilisées par les filiales et/ou succursales concernées pour faire face à leurs propres engagements financiers 3. Certes, dans le cas d une filiale, celle-ci est légalement obligée de maintenir un seuil minimum de fonds propres, ce qui limite les transferts potentiels vers la société-mère. Par contre, dans le cas d une succursale, les fonds peuvent être délocalisés plus facilement, dans la mesure où celle-ci n est généralement pas contrainte de respecter des exigences minimales de fonds propres. Concernant le contexte belge, plusieurs exemples illustrent le risque de transferts massifs évoqué ci-dessus. Fin 2010, Deutsche Bank Belgique (succursale du groupe Deutsche Bank) a irrigué en liquidités sa maison-mère allemande pour un montant avoisinant les 10 milliards d euros. Il s agissait à l époque de quasi 95% du bilan de Deutsche Bank Belgique et de 29 fois ses fonds propres 4! En octobre 2011, la Banque nationale de Belgique (BNB) s est montrée préoccupée par l ampleur des transferts de Fortis Banque (filiale belge du groupe BNP Paribas) - de l ordre de 30 milliards d euros - vers sa maison-mère française, qui était alors secouée sur les marchés financiers en raison de la crise grecque. Des transferts de même ampleur - de l ordre de 30 à 40 milliards d euros - avaient été observés également par le passé entre Dexia Banque et la branche française Dexia Crédit local de France 5. L accroissement des risques de contagion transfrontalière. L exposition de la maisonmère à des risques excessifs peut mettre en danger la santé financière de ses filiales et/ ou succursales. L expérience récente montre en particulier que les banques qui se livrent de manière excessive à des activités de marché (activités de trading en anglais) sont vulnérables aux chocs soudains et aux réactions extrêmes des marchés financiers 6. Or, dans le cas du secteur bancaire belge, quatre des cinq groupes bancaires qui le dominent (Deutsche Bank, BNP Paribas, ING, Crédit Agricole) se livrent - dans des proportions non négligeables - à ce type d activités [voir le péché Perversion ]. Si ces banques devaient à l avenir enregistrer des pertes massives sur les marchés financiers, leurs filiales et/ou succursales établies en Belgique en paieraient directement les frais. Deux remarques peuvent être formulées à ce sujet. Tout d abord, rappelons que les succursales sont théoriquement plus vulnérables aux risques de contagion transfrontalière que les filiales, dans la mesure où elles ne sont pas légalement distinctes de leur maison-mère et, par conséquent, n ont aucune obligation de capital. Deuxièmement, il convient de noter qu en cas de transmission de chocs financiers de la maison-mère vers la filiale belge, c est à l Etat belge qu il incombe in fine d en supporter les couts éventuels. Voilà un paradoxe inquiétant: bien que les orientations stratégiques des banques belges soient aujourd hui majoritairement le fruit de décisions prises à l étranger, les risques qui y sont associés sont toujours supportés en dernier ressort par l Etat belge. L aggravation du risque d utilisation des dépôts des épargnants belges à des fins spéculatives. Comme nous l avons souligné ci-dessus, les grands établissements bancaires étrangers actifs en Belgique se livrent - dans des proportions non négligeables - à des activités de marché, dont l utilité économique est douteuse, parfois même négative. A travers leurs filiales et/ou succursales établies en Belgique, elles ont un accès direct à des liquidités abondantes qui, de surcroît, bénéficient de la garantie de l Etat belge (du moins dans le cas des dépôts des filiales belges). L affaiblissement de la supervision exercée au niveau national. La Banque Nationale de Belgique (BNB) en charge du contrôle prudentiel n est en mesure d exercer une supervision directe que sur les filiales belges des groupes transfrontaliers, et non sur l ensemble de leurs activités. En outre les succursales de groupes étrangers qui sont établies en Belgique échappent totalement à son contrôle. Autrement dit, la Banque nationale n a pas les moyens d empêcher les sociétés-mères de groupes étrangers de prendre des positions risquées qui peuvent mettre en danger la santé financière de leurs filiales ou succursales établies 3 BREI, Michael, mars 2013, note interne 4 Trends tendances, 18 novembre 2011, Deutsche Bank Belgique continue d abreuver sa maison-mère, 5 VINCENT, Anne, op. cit. 6 BREI, Michael, mars 2013, op. cit.

3 en Belgique. Néanmoins, suite à l accord européen de mars 2013 sur la mise en place d un mécanisme de supervision unique des banques (premier pas vers l Union bancaire), la Banque centrale européenne (BCE) sera désormais directement en charge de la supervision des plus grands établissements bancaires et systémiques (dont BNP Paribas, Crédit Agricole, Deutsche Bank, et ING). Il faut donc espérer bien que la BCE ait tendance à servir d abord les intérêts du secteur bancaire que l établissement d une supervision intégrée des établissements à haut risque limite à l avenir les risques de contagion transfrontalière. L enjeu est particulièrement important pour la Belgique. 4. En cas de faillite de la maison mère, qui garantit les dépôts des clients belges de la filiale et/ou succursale? Le régime appliqué varie selon qu il s agisse d une filiale ou d une succursale. Dans le cas d une filiale, c est à l Etat qui accueille la filiale de garantir les dépôts (à hauteur de maximum euros) des clients nationaux en cas de faillite. Par exemple, en cas de faillite de BNP Paribas, ce serait à l Etat belge de garantir les dépôts de BNP Paribas Fortis (filiale belge du groupe BNP Paribas). A l inverse, lorsqu il s agit d une succursale, c est à l Etat dans lequel est basé la maison-mère du groupe d indemniser les clients. Par exemple, en cas de faillite du groupe Deutsche Bank, ce serait à l Etat allemand de garantir les dépôts des clients de Deutsche Bank Belgique (succursale du groupe Deutsche Bank). Le cas islandais met néanmoins en question l application d une telle règle. Le 28 janvier 2013, la cour de l Association européenne de libre-échange (AELE) a en effet tranché en faveur l Islande, en lui reconnaissant le droit suite à l effondrement de ses banques survenu en octobre de refuser de rembourser les épargnants étrangers Comment limiter les effets pervers liés à l internationalisation du système bancaire belge? Les dispositions suivantes peuvent être envisagées : Limiter les expositions intragroupes. Il est nécessaire de plafonner le montant des prêts octroyés par les filiales bancaires établies en Belgique à leur société-mère. À ce propos, la Belgique a précisément prévu de limiter dès cette année à 100 % des fonds propres les expositions aux risques des filiales opérant en Belgique sur leur société-mère ou sœur. Une telle disposition vise à réduire deux risques principaux: (i) la propagation à une filiale établie en Belgique des difficultés subies par la société mère ou d autres filiales; (ii) la cession - à la société mère ou à d autres filiales - d actifs bilanciels importants de la filiale. Néanmoins, certains économistes estiment que ce pourcentage demeure encore trop élevé 8. En effet, dans les cas de BNP Paribas Fortis et d ING Belgique, le seuil de 100% des fonds propres représentent tout de même respectivement 25,5 milliards d euros et 10,4 milliards d euros (chiffres 2011). En outre, les succursales bancaires de droit étranger (ex. Deutsche Bank Belgique) échappent à la limitation des prêts par les filiales bancaires belges à leur société mère. Renforcer la transparence sur les investissements réalisés au moyen de l épargne collectée en Belgique. Il convient d imposer aux banques une traçabilité de l épargne collectée, comme le font déjà actuellement des banques telles que Triodos 9. Contraindre les banques actives en Belgique à commercialiser un livret vert orienté vers le financement de projets à haute valeur environnementale et sociale. L objectif d une telle disposition - qui s inspire du modèle du Livret A français - est d injecter rapidement des dizaines de milliards d euros dans l économie belge et dans la création d emplois, pour la construction ou la rénovation de logements à haute efficacité énergétique, pour le financement des investissements des PME ou des collectivités locales. Pour rappel, le député fédéral Ecolo Georges Gilkinet a déposé le 6 septembre 2012 une proposition de loi relative à la création d un livret d épargne vert Le Monde, , L AELE donne raison à l Islande face aux épargnants étrangers, 8 AGEFI, 10 novembre 2011, L atout envié des dépôts bancaires belges, Proposition de loi du 6 septembre 2012, déposée par G.Gilinet, M. Almaci et consorts (chambre des représentants). Doc /001, Lien vers le texte officiel:

4 Promouvoir une désintermédiation de l activité financière 11. Rien ne garantit aujourd hui que l argent collecté par les banques via les livrets d épargne soit prêté à l économie belge. Dans le cas de certaines grandes banques, les crédits à l économie belge représentent en effet moins de 20 ou 30 % du bilan 12. En outre, en raison du manque de concurrence, les banques sont en mesure de réduire leur disponibilité à financer à long terme et d augmenter leurs marges bénéficiaires sur les crédits octroyés. D où la nécessité d encourager le financement direct de l Etat ou de l économie belge par les épargnants. Comment? De nombreux experts suggèrent de procéder à une réforme de la fiscalité sur l épargne, en étendant l exonération de précompte mobilier (impôt forfaitaire sur les revenus du capital) - dont ne bénéficient actuellement que les livrets d épargne et les bons d assurance - à d autres instruments d épargne. Ces derniers pourraient, par exemple, inclure les bons d Etat, les obligations d entreprise, ou encore certains fonds de placement et instruments collectifs d épargne de type sicav spécialisés dans l investissement en créances de PME ou en crédit hypothécaire. L impact d une telle disposition sur les recettes fiscales de l Etat devrait néanmoins faire l objet d une étude plus approfondie. Favoriser une relocalisation financière 13. Il est nécessaire d encourager la réémergence de banques publiques et de banques coopératives locales et régionales focalisées sur le financement de l activité économique et des particuliers. A ce sujet, la création annoncée de la banque coopérative NewB doit être saluée. De même, l Etat belge devrait maintenir Belfius sous contrôle public, à condition de redéfinir les objectifs de la banque belge en matière d intérêt public et de transparence de ses activités. Enfin, la création d associations de crédit - s inspirant des anciens comptoirs d escompte - pourrait également être envisagée 14. Visitez notre site web: Tableau 1. Quelle est la différence entre une filiale et une succursale? Une filiale est une société disposant d une personnalité juridique distincte de la sociétémère. Elle doit maintenir un ratio minimum de fonds propres ; Une succursale est un centre d activités, dénué de personnalité juridique propre. Bien qu elle constitue une entité économique séparée, il s agit avant tout d une extension de la maison-mère. Une succursale n a aucune obligation de capital, dans la mesure où elle peut fonctionner avec le compte de la maison-mère. Autrement dit, contrairement à une filiale, la maison mère et la succursale ont une comptabilité commune ; 11 DE KEULENEER, Eric, avril 2013, Les banques: constat et propositions, note interne 12 Idem 13 Idem 14 Eric De Keuleneer entend par associations de crédit des associations locales rassemblant un ensemble d individus et d institutions locales qui mettent ensemble des capitaux en vue de garantir des crédits octroyés localement à des entreprises petites et moyennes et même à des particuliers. Le financement de ces crédits serait assuré par des banques ou des sicav de crédit spécialisées (voir le point désintermédiation de l activité financière ci-dessus).

5 Les grandes banques étrangères actives en Belgique et leurs filiales/succursales Les grandes banques étrangères actives en Belgique et leurs filiales/succursales Division indépendante de BNP Paribas Fortis (100%), BE 11,2 milliards d euros de dépôts en 2011 Belgique Succursale du Groupe Deutsche Bank 11,2 milliards d euros Filiale détenue à 100% par Crelan - 2,2 milliards d euros Filiale détenue à 74% par BNP Paribas, BE milliards d euros Maison mère, DE 2164 milliards d euros Filiale détenue à 50% par Crédit Agricole Group BE-FR Bilan (estimation) : 16 milliards d euros *Fusion des banques CA Belgique et Centea * Filiale détenue à 100% par Crelan - 1 milliard d euros Filiale détenue à 50% par BNP Paribas Fortis, BE 10,5 milliards d euros 1965 milliards d euros 1879 milliards d euros Maison mère, NL 731 milliards d euros 605 milliards d euros filiale de Crédit Mutuel - Filiale détenue à 100% par ING Belgique, bilan en 2011 : 17,5 milliards d euros Belgique Filiale détenue à +50% par ING Group - 143,9 milliards d euros *Banque systémique: banque qui, de par sa taille, représente un danger pour l ensemble de l économie en cas de faillite. Filiale détenue à 100% par Crédit Mutuel Nord Europe 3,3 milliards d euros (Beobank) Filiale détenue à 100% par Crédit Mutuel Nord Europe 2,9 milliards d euros

WORKING PAPER SERIES 2014-EQM-01

WORKING PAPER SERIES 2014-EQM-01 January 2014 WORKING PAPER SERIES 2014-EQM-01 La forte chute des revenus d intérêts des ménages belges en raison de la gestion de la crise financière Eric Dor IESEG School of Management (LEM-CNRS) IESEG

Plus en détail

ET SI ON ARRÊTAIT DE PAYER?

ET SI ON ARRÊTAIT DE PAYER? ET SI ON ARRÊTAIT DE PAYER? La dette publique belge et les alternatives à l austérité 2012 Quelques questions 1. Pourquoi s intéresser à la dette publique? 2. D où ne vient pas la dette publique belge?

Plus en détail

La crise financière internationale. 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière

La crise financière internationale. 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière Tunis, 10 octobre 2008 La crise financière internationale 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière Le déclenchement de la crise financière est en grande partie attribué

Plus en détail

Restructurations et réductions d emplois dans le secteur bancaire belge

Restructurations et réductions d emplois dans le secteur bancaire belge Restructurations et réductions d emplois dans le secteur bancaire belge Anne Vincent L e secteur bancaire belge vient de connaître des années mouvementées, et les transformations à l œuvre ne sont certainement

Plus en détail

ET SI ON ARRÊTAIT DE PAYER?

ET SI ON ARRÊTAIT DE PAYER? ET SI ON ARRÊTAIT DE PAYER? La de&e publique belge et les alterna2ves à l austérité 2012 Quelques questions 1. Pourquoi s intéresser à la de4e publique? 2. D où ne vient pas la de4e publique belge? 3.

Plus en détail

Soirée d'information sur la crise financière

Soirée d'information sur la crise financière Soirée d'information sur la crise financière 6 ème Sciences Economiques 18 novembre 2008 Questions abordées I. Quelle est l'origine de la crise? II.Comment les subprimes se sont retrouvées dans nos banques

Plus en détail

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux Module 6 : Comprendre comment l'activité économique est financée et analyser les conséquences de la globalisation financière 6.1 : Identifier les modes de financement de l'activité économique et analyser

Plus en détail

Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration

Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration Arnaud Marchand et Olivier Jérusalmy Réseau Financité L attirance des Belges pour le compte d épargne est loin d être fortuite. Deux facteurs principaux

Plus en détail

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 2 E PARTIE Les banques et la crise financière

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 2 E PARTIE Les banques et la crise financière Les crises bancaires Les risques de l activité bancaire L activité principale des banques s accompagne inévitablement de risques: si un débiteur ne rembourse pas son crédit, la banque doit pouvoir absorber

Plus en détail

Systèmes de protection des dépôts dans les pays membres du Comité de Bâle

Systèmes de protection des dépôts dans les pays membres du Comité de Bâle Systèmes de protection des dépôts dans les pays membres du Comité de Bâle (Juin 1998) Introduction Le Comité de Bâle n a pas publié de recommandations sur les systèmes de protection des dépôts en ce qui

Plus en détail

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE 18 MARS 2008 INTERVENTION DE MONSIEUR MOHAMMED LAKSACI GOUVERNEUR DE LA BANQUE D ALGERIE A LA CONFERENCE REGIONALE SUR LA GLOBALISATION ET LES DEFIS ET OPPORTUNITES AUXQUELS FONT FACE LES INSTITUTIONS

Plus en détail

Le secteur financier dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) Aperçu pour les réunions annuelles 2008

Le secteur financier dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) Aperçu pour les réunions annuelles 2008 Le secteur financier dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) Aperçu pour les réunions annuelles 2008 Dans l ensemble, le secteur financier dans les pays de la région MENA continue de jouer

Plus en détail

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Pologne Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la Alger, le 11 Juin 2015 Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la croissance 1. Stabilité macroéconomique et financière Contrairement aux années 1990 marquées par l ajustement structurel (1991

Plus en détail

La politique macroprudentielle peut-elle éviter une nouvelle crise de la dette?

La politique macroprudentielle peut-elle éviter une nouvelle crise de la dette? La politique macroprudentielle peut-elle éviter une nouvelle crise de la dette? Liège, 9 novembre 2015 Mathias DEWATRIPONT Directeur Plan de la présentation Stabilité financière, dette et politique macroprudentielle

Plus en détail

Les conséquences de la crise financière et économique sur l implantation internationale des PME et ETI

Les conséquences de la crise financière et économique sur l implantation internationale des PME et ETI Les conséquences de la crise financière et économique sur l implantation internationale des PME et ETI Jiawei Ye Pramex International Université Paris-Dauphine - 1 - - 2 - Pramex International (cabinet

Plus en détail

CES DOCUMENT DE RÉFLEXION SUR LA CRISE 2010/2 BANQUES, SAUVETAGES ET PRIMES

CES DOCUMENT DE RÉFLEXION SUR LA CRISE 2010/2 BANQUES, SAUVETAGES ET PRIMES CES DOCUMENT DE RÉFLEXION SUR LA CRISE 2010/2 BANQUES, SAUVETAGES ET PRIMES Qu en est-il de la valeur de certains titres? Les titres adossées à des créances sont aujourd hui considérés comme des «actifs

Plus en détail

Aspects fiscaux des placements en société

Aspects fiscaux des placements en société Aspects fiscaux des placements en société Sommaire 1. Généralités 2. Exploiter d abord l épargne fiscale 2.1. L engagement individuel de pension via une assurance externe (EIP) 2.2. Une pension libre complémentaire

Plus en détail

À quoi sert une banque?

À quoi sert une banque? À quoi sert une banque? Trois fonctions clés La banque remplit trois fonctions essentielles. Elle collecte, gère vos dépôts, et vous fournit des moyens de paiement (chéquier, carte bancaire, ordre de virement

Plus en détail

Troisième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 28 juillet 2009 Rabat

Troisième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 28 juillet 2009 Rabat Troisième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 28 juillet 2009 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Monsieur le Ministre, Messieurs les Secrétaires

Plus en détail

Crelan sort renforcée de sa fusion: le bénéfice du Groupe augmente de 36%

Crelan sort renforcée de sa fusion: le bénéfice du Groupe augmente de 36% B r u x e l l e s, l e 2 6 f é v r i e r 2015 Crelan sort renforcée de sa fusion: le bénéfice du Groupe augmente de 36% Crelan récolte 200 millions EUR de capital coopératif et accueille plus de 25.000

Plus en détail

Type d assurance-vie. Garanties

Type d assurance-vie. Garanties Smart Invest Bon Demography 2, fonds d investissement lié au produit d assurance Smart Invest Portfolio d AG Insurance 1 Exposition à 100% du montant net investi via un dépôt auprès de BNP Paribas Fortis

Plus en détail

Les conséquences du changement de régime fiscal et social des PEL sur l épargne logement

Les conséquences du changement de régime fiscal et social des PEL sur l épargne logement Les conséquences du changement de régime fiscal et social des PEL sur l épargne logement Elisabeth FONTENY Direction des Études et Statistiques monétaires Service des Analyses et Statistiques monétaires

Plus en détail

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle Mobiliser l épargne pour l investissement productif Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle 18 Juin 2014 1. Introduction La frilosité de l épargnant belge suite

Plus en détail

Asset Quality Review

Asset Quality Review Asset Quality Review Eclairage, par Harwell Management 1 Table des Matières En quelques mots... 3 Contexte : une confiance sur la santé des bilans des banques européennes fragile... 3 Objectifs et Enjeux...

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES le Financement des entreprises, un soutien indispensable à l économie parlons de la banque... LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES UN SOUTIEN INDISPENSABLE À L ÉCONOMIE Mars 2014 Retrouvez les chiffres actualisés

Plus en détail

Présentation de la GUINEE au séminaire régional de l'afritac OUEST sur le thème "Gestion des Crises Bancaires et Politiques de Restructuration"

Présentation de la GUINEE au séminaire régional de l'afritac OUEST sur le thème Gestion des Crises Bancaires et Politiques de Restructuration 1 SOMMAIRE 1. Crise bancaire : contexte sociopolitique 2. Résolution des crises 3. Situation du système bancaire 4. Vulnérabilités 2 I. CRISES BANCAIRES : CONTEXTE SOCIOPOLITIQUES A l accession de la Guinée

Plus en détail

Évaluation de l'utilité sociale des banques européennes: un "stress-test" éthique des Verts européens

Évaluation de l'utilité sociale des banques européennes: un stress-test éthique des Verts européens DOSSIER DE PRÉSENTATION Les Sept péchés capitaux des banques - Données mises à jour Évaluation de l'utilité sociale des banques européennes: un "stress-test" éthique des Verts européens 27 octobre 2014

Plus en détail

Institutions financières coopératives: collecte d épargne et financement des entreprises. Francine Swiggers Présidente du Comité de Direction

Institutions financières coopératives: collecte d épargne et financement des entreprises. Francine Swiggers Présidente du Comité de Direction 1 Institutions financières coopératives: collecte d épargne et financement des entreprises Francine Swiggers Présidente du Comité de Direction 2 Groupe ARCO : Groupe coopératif Holding Financier + Holding

Plus en détail

Le financement de l entreprise

Le financement de l entreprise Le financement de l entreprise Lors de sa création, puis au cours de son développement, l entreprise au moment opportun, doit détenir les ressources financières nécessaires pour faire face à ses échéances,

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

LES LBO. Une technique particulière de financement des entreprises

LES LBO. Une technique particulière de financement des entreprises LES LBO Une technique particulière de financement des entreprises Les LBO («leverage buy-out») font aujourd hui la une de l actualité financière et économique. Plus de 5000 entreprises françaises seraient

Plus en détail

Les Lignes Directrices pour les entreprises en difficulté

Les Lignes Directrices pour les entreprises en difficulté Les Lignes Directrices pour les entreprises en difficulté 1. Les aides au sauvetage et à la restructuration 1. Dans certains cas, l entreprise qui sollicite une intervention publique est dans une situation

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Section K : ACTIVITÉS FINANCIÈRES ET D ASSURANCE Cette section comprend les activités des

Plus en détail

Les dépenses et la dette des ménages

Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses des ménages représentent près de 65 % 1 du total des dépenses au Canada et elles jouent donc un rôle moteur très important dans l économie. Les ménages

Plus en détail

Danemark. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Danemark. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Danemark Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-172 du 29 novembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Crédit Foncier et Communal d Alsace et de Lorraine Banque par la société Crédit Mutuel

Plus en détail

Norvège. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Norvège. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Norvège Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

GLOSSAIRE ET QUESTIONNAIRE DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES BANQUES SUR LA DISTRIBUTION DU CRÉDIT

GLOSSAIRE ET QUESTIONNAIRE DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES BANQUES SUR LA DISTRIBUTION DU CRÉDIT MÉTHODE GLOSSAIRE ET QUESTIONNAIRE DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES BANQUES SUR LA DISTRIBUTION DU CRÉDIT 19 novembre 2013 Définitions utilisées dans le questionnaire de l enquête 2 Questionnaire de l enquête trimestrielle

Plus en détail

L ACTUALITE JURIDIQUE

L ACTUALITE JURIDIQUE 1 L ACTUALITE JURIDIQUE de DEPREZ DIAN GUIGNOT «CORPORATE M&A FISCAL» Lettre Périodique Janvier 2005 PRINCIPALES MESURES I. FISCALITE PERSONNELLE Nouveau régime d actionnariat des salariés (1.3.) Suppression

Plus en détail

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Ville de Clamart PARTENAIRES Finances Locales Avril 2015 Ville de Clamart 1 Présentation de PARTENAIRES Finances Locales PARTENAIRES Finances Locales

Plus en détail

Initiative populaire «Pour une monnaie à l abri des crises : émission monétaire uniquement par la Banque nationale! (Initiative Monnaie pleine)»

Initiative populaire «Pour une monnaie à l abri des crises : émission monétaire uniquement par la Banque nationale! (Initiative Monnaie pleine)» COMITÉ DU 2 JUILLET 204 Berne, le 26 juin 204/5 décembre 204 Annexe 20 DL traduction ultérieure au Comité le texte allemand fait foi. Initiative populaire «Pour une monnaie à l abri des crises : émission

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 10/19 (F) 16 février 2010 Les notes d'information au public (NIP) s inscrivent dans

Plus en détail

COMITÉ DE HAUT NIVEAU POUR UNE NOUVELLE ARCHITECTURE FINANCIÈRE RAPPORT FINAL RÉSUMÉ

COMITÉ DE HAUT NIVEAU POUR UNE NOUVELLE ARCHITECTURE FINANCIÈRE RAPPORT FINAL RÉSUMÉ COMITÉ DE HAUT NIVEAU POUR UNE NOUVELLE ARCHITECTURE FINANCIÈRE RAPPORT FINAL RÉSUMÉ 16 JUIN 2009 RÉSUMÉ La Belgique est une petite économie ouverte dont le système financier, suite à la crise en cours,

Plus en détail

Deutsche Bank Dossier spécial

Deutsche Bank Dossier spécial Deutsche Bank Dossier spécial Tout ce que vous devez savoir sur la réforme du livret d épargne Sommaire La réforme des comptes d épargne réglementés en 9 points Introduction...3 1. Plus de conditions pour

Plus en détail

Les conséquences potentielles d une restructuration de la dette souveraine sur les banques européennes

Les conséquences potentielles d une restructuration de la dette souveraine sur les banques européennes 26 Mai 2011 6A, rue Goethe, L-1637 Luxembourg, Tel.: (+352) 26 895-1, Fax: (+352) 26 895-24 e-mail: secretariat@bcee-am.lu, www.bcee-assetmanagement.lu Si le montant de dette des pays PIG est relativement

Plus en détail

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA FinAfrique Research Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA Octobre 2015 Dans ce document nous comparons la performance du secteur bancaire des zones CEMAC et UEMOA depuis 2006. Si la pénétration

Plus en détail

Décision n 12-DCC-163 du 29 novembre 2012 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Natixis Financement par le groupe BPCE

Décision n 12-DCC-163 du 29 novembre 2012 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Natixis Financement par le groupe BPCE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 12-DCC-163 du 29 novembre 2012 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Natixis Financement par le groupe BPCE L Autorité de la concurrence, Vu le dossier

Plus en détail

RECHERCHE D URGENCE : LEADERSHIP EUROPÉEN POUR LUTTER CONTRE LA NOUVELLE DÉPRESSION

RECHERCHE D URGENCE : LEADERSHIP EUROPÉEN POUR LUTTER CONTRE LA NOUVELLE DÉPRESSION RECHERCHE D URGENCE : LEADERSHIP EUROPÉEN POUR LUTTER CONTRE LA NOUVELLE DÉPRESSION DÉCLARATION DE LA CES ADRESSÉE AU SOMMET EUROPÉEN DE PRINTEMPS DE MARS 2009 Ière partie : Ce à quoi nous sommes confrontés

Plus en détail

FOIRE AUX QUESTIONS (FAQ)

FOIRE AUX QUESTIONS (FAQ) FOIRE AUX QUESTIONS (FAQ) Q1 Qu est ce que la cotisation supplémentaire sur des revenus mobiliers? Q2 Qui est soumis à la cotisation supplémentaire sur des revenus mobiliers? Q3 Comment est perçue la cotisation

Plus en détail

Vos projets au cœur de votre Gestion Financière

Vos projets au cœur de votre Gestion Financière Vos projets au cœur de votre Gestion Financière un profil financier un profil financier un profil financier un profil financier un profil financier un profil financier un profil financier vos projets quatre

Plus en détail

Les caractéristiques du secteur bancaire français

Les caractéristiques du secteur bancaire français Les caractéristiques du secteur bancaire français Fiche 1 Objectifs Découvrir le poids du secteur bancaire en France et ses intervenants Prérequis Aucun Mots-clefs Produit intérieur brut (PIB), organismes

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE PROJET DE LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2009 MISSION VILLE ET LOGEMENT

MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE PROJET DE LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2009 MISSION VILLE ET LOGEMENT MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE PROJET DE LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2009 MISSION VILLE ET LOGEMENT PROGRAMME «DEVELOPPEMENT ET AMELIORATION DE L OFFRE DE LOGEMENT» QUESTION N DL 21 Libellé de la

Plus en détail

La loi qui valait 300 milliards d euros

La loi qui valait 300 milliards d euros David Benamou +44 330822 03 74 david.benamou@axiom-ai.com Philip Hall +33 1 44 69 43 91 p.hall@axiom-ai.com Jérôme Legras +44 330 822 03 75 Jerome.legras@axiom-ai.com Adrian Paturle +33 1 44 69 43 92 adrian.paturle@axiom-ai.com

Plus en détail

Analyse 2012/17 31 octobre 2012

Analyse 2012/17 31 octobre 2012 Analyse 2012/17 31 octobre 2012 État des lieux des "pensions complémentaires" dans un état critique! À découvrir dans cette analyse «Épargne pension. Épargnez-vous un job d étudiant à la retraire!». On

Plus en détail

Crise financière et perspectives économiques

Crise financière et perspectives économiques Crise financière et perspectives économiques Genval, le 26 janvier 2009 Guy QUADEN Gouverneur de la Banque nationale de Belgique 2/ 19 La crise financière en bref Première phase (jusque septembre 2008)

Plus en détail

La crise financière : rappel des faits

La crise financière : rappel des faits La crise financière : rappel des faits Les Jeunes de l'ump Origines de la crise : politique du crédit facile aux États-Unis et «subprimes» Suite aux attentats du 11 septembre, la Banque centrale américaine

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

Smart Invest Bon Deep Value 90 Europe 2, fonds d investissement lié au produit d assurance Smart Invest Portfolio d AG Insurance 1

Smart Invest Bon Deep Value 90 Europe 2, fonds d investissement lié au produit d assurance Smart Invest Portfolio d AG Insurance 1 Smart Invest Bon Deep Value 90 Europe 2, fonds d investissement lié au produit d assurance Smart Invest Portfolio d AG Insurance 1 Exposition à 100% du montant net investi via un dépôt auprès de BNP Paribas

Plus en détail

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION LA CRISE DES ANNEES 1980 DU SYSTEME BANCAIRE DE L UMOA : ORIGINES ET REPONSES INSTITUTIONNELLES INTRODUCTION Système bancaire= Institution ou Corps organique

Plus en détail

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France Focus sur les politiques publiques de l épargne en France T. Mosquera Yon Banque de France 1 En France, les pouvoirs publics ont, dès 1818, souhaité mettre en place des dispositifs visant à encourager

Plus en détail

INCITANTS FISCAUX EN FAVEUR DE LA RECHERCHE & DEVELOPPEMENT

INCITANTS FISCAUX EN FAVEUR DE LA RECHERCHE & DEVELOPPEMENT L UNION FAIT LA FORCE Service Public Fédéral FINANCES INCITANTS FISCAUX EN FAVEUR DE LA RECHERCHE & DEVELOPPEMENT Exercice d imposition 2016 - Année de revenus 2015 10 raisons d investir en R&D en Belgique

Plus en détail

REFORME DU SECTEUR FINANCIER AU MAROC

REFORME DU SECTEUR FINANCIER AU MAROC Comité d experts de la FEMIP Luxembourg 7-8 mars 2005 REFORME DU SECTEUR FINANCIER AU MAROC Zouhair CHORFI Directeur du Trésor et des Finances Extérieures 1 Introduction Secteur financier marocain à la

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 L année 1994 a été marquée par la poursuite de la baisse des taux d intérêt, mais à un rythme plus modéré et de manière moins continue qu en 1993

Plus en détail

Le contrat d assurance-vie luxembourgeois. Focus sur les atouts du contrat d assurance-vie

Le contrat d assurance-vie luxembourgeois. Focus sur les atouts du contrat d assurance-vie Le contrat d assurance-vie luxembourgeois Focus sur les atouts du contrat d assurance-vie L obligation déclarative des contrats d assurance-vie étrangers en Belgique A l instar des comptes bancaires étrangers,

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 205 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2008-2009 19 novembre 2008 PROJET DE LOI en faveur des revenus du travail.

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1993

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1993 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1993 Dans un contexte marqué par un repli général des taux d intérêt (d une fin d année à l autre, les taux directeurs ont baissé de près de 300 points

Plus en détail

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro?

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Document 1. L évolution des taux d intérêt directeurs de la Banque centrale européenne

Plus en détail

Finlande. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Finlande. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 FM/AMA 25 janvier 2013 LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 Les principales mesures de la Loi de Finances pour 2013 et des Lois de Finances rectificatives pour 2012, sont

Plus en détail

ReThink:Tax. Mobiliser l épargne pour l investissement productif. ReThink:Tax

ReThink:Tax. Mobiliser l épargne pour l investissement productif. ReThink:Tax Mobiliser l épargne pour l investissement productif Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle Bruxelles, 18 juin 2014 2 Une cellule de réflexion composée d experts

Plus en détail

1 Introduction. 2 Mise en perspective du sujet

1 Introduction. 2 Mise en perspective du sujet Dusenge Tony N de matricule : 060499 E-mail : tdusenge@ulb.ac.be Assistant : Iason Foscolos Groupe : 2 Introduction à la macroéconomie : travail d actualité Les répercussions de la baisse du taux directeur

Plus en détail

Société A Compte. Société B Compte. Société F. Société E. Compte pivot. Compte. Compte. Société D. Société C. Compte. Compte

Société A Compte. Société B Compte. Société F. Société E. Compte pivot. Compte. Compte. Société D. Société C. Compte. Compte La gestion de trésorerie de groupe 1. L organisation de la trésorerie dans un groupe 2. Les contraintes réglementaires, juridiques et fiscales 3. La centralisation du risque de change 1. L organisation

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 2 : Banque et Monnaie I)- Principes Généraux : 1)- Définition du Terme Monnaie

Plus en détail

ADDENDUM BELGE AU PROSPECTUS D EMISSION

ADDENDUM BELGE AU PROSPECTUS D EMISSION ADDENDUM BELGE AU PROSPECTUS D EMISSION ADDENDUM DE JANVIER 2011 INVESCO TAIGA Société d'investissement à Capital Variable de droit français conforme à la Directive 85/611/CEE Rue de Londres, 16/18 75009

Plus en détail

Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG

Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG Au Luxembourg, deux associations (la Ligue médico-sociale et Inter-Actions ) fournissent des informations et conseils financiers aux ménages en matière

Plus en détail

1. Introduction. Aux causes générales : - les crises sanitaires ; - les dérégulations climatiques ; - et les mises aux normes sanitaires ;

1. Introduction. Aux causes générales : - les crises sanitaires ; - les dérégulations climatiques ; - et les mises aux normes sanitaires ; Proposition de loi relative aux procédures collectives visant à traiter les difficultés, à assurer le maintien des exploitations et de l emploi dans le secteur agricole. 1. Introduction Au cours des dernières

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*)

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*) POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE par Patrick ARTUS (*) Incertitudes sur la croissance future, cependant plus de crise aussi violente qu en 2009 On ne peut pas dire aujourd hui que

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Argenta Bank- en Verzekeringsgroep SA

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Argenta Bank- en Verzekeringsgroep SA COMMUNIQUÉ DE PRESSE Argenta Bank- en Verzekeringsgroep SA Résultats exceptionnels d Argenta pour l année de crise 2011 La cinquième banque de Belgique n a pas désappris le métier du banquier de détail.

Plus en détail

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE I. Quelques définitions Politique conjoncturelle : C est l ensemble des décisions prisent à court terme par les pouvoirs publics dans le but de maintenir ou de rétablir

Plus en détail

Exposition à 100 % de la prime nette investie via un dépôt auprès de BNP Paribas Fortis SA 1

Exposition à 100 % de la prime nette investie via un dépôt auprès de BNP Paribas Fortis SA 1 AG Protect+ Select Observation 1 Exposition à 100 % de la prime nette investie via un dépôt auprès de BNP Paribas Fortis SA 1 Obtenez le meilleur du potentiel des actions européennes 2! Les actions européennes

Plus en détail

Hausse des prix des céréales Plan d action du ministère de l agriculture, de l agroalimentaire et de la forêt

Hausse des prix des céréales Plan d action du ministère de l agriculture, de l agroalimentaire et de la forêt Hausse des prix des céréales Plan d action du ministère de l agriculture, de l agroalimentaire et de la forêt La hausse des prix des céréales et des oléagineux constatée sur les marchés mondiaux ces derniers

Plus en détail

Le rôle du secteur bancaire suisse dans la transformation de l épargne en investissements réels

Le rôle du secteur bancaire suisse dans la transformation de l épargne en investissements réels Le rôle du secteur bancaire suisse dans la transformation de l épargne en investissements réels Dans la théorie de l intermédiation financière, un système bancaire fonctionne correctement s il favorise

Plus en détail

La banque publique : pour financer l économie réelle?

La banque publique : pour financer l économie réelle? La banque publique : pour financer l économie réelle? par Franco Carminati, pour Attac Wallonie-Bruxelles et Nicolas Bardos Feltoronyi, ex membre de direction d'une banque commerciale belge et professeur

Plus en détail

Crelan: un ancrage 100% coopératif

Crelan: un ancrage 100% coopératif B R U X E L L E S, l e 1 8 j u i n 2 0 1 5 Crelan: un ancrage 100% coopératif Il y a un peu plus d un an, Crelan annonçait qu un accord avait été conclu entre les actionnaires français et belges de la

Plus en détail

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière Les grandes étapes de la crise financière Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière (Banque de France, février 2009), qui a pour objet d expliquer le passage d une crise

Plus en détail

Commission financière de l AFEP. Structure de l épargne et financement des économies européennes 21 juin 2000

Commission financière de l AFEP. Structure de l épargne et financement des économies européennes 21 juin 2000 Commission financière de l AFEP Structure de l épargne et financement des économies européennes 2 juin 2000 Jacques de Larosière Président de l Observatoire de l Epargne Européenne Le bouclage classique

Plus en détail

L accompagnement du secteur privé par l AFD et OSEO :

L accompagnement du secteur privé par l AFD et OSEO : Mars 2013 L accompagnement du secteur privé par l AFD et OSEO : Présentation des dispositifs (hors innovation) PRODUITS HISTORIQUES Liste des produits Le Fonds Dom permet de garantir les crédits bancaires

Plus en détail

> La catastrophe économique et financière qui a ébranlé le monde en 2008 permet de s interroger

> La catastrophe économique et financière qui a ébranlé le monde en 2008 permet de s interroger Missions, structures et actionnariat des banques: les leçons à tirer de la crise Axel Miller 1 Petercam Axel.miller@petercam.be > La catastrophe économique et financière qui a ébranlé le monde en 2008

Plus en détail

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 Septembre 2015 Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 L objet de cette revue est de présenter les principaux éléments qui caractérisent l évolution de la situation de la position

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Crédit hypothécaire : croissance durable

Crédit hypothécaire : croissance durable Union Professionnelle du Crédit Communiqué de presse Crédit hypothécaire : croissance durable Bruxelles, le 6 mai 2011 Au cours du premier trimestre de 2011, 24 % de crédits hypothécaires de plus ont été

Plus en détail

PLACE FINANCIERE SUISSE

PLACE FINANCIERE SUISSE PLACE FINANCIERE SUISSE Importance économique et interactions avec la place industrielle Une étude réalisée sur mandat de l Association suisse des banquiers et d economiesuisse Mars 2011 Editeur BAK Basel

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Argenta Bank- en Verzekeringsgroep nv

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Argenta Bank- en Verzekeringsgroep nv C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Argenta Bank- en Verzekeringsgroep nv Argenta a la durabilité dans ses gènes et ses résultats Argenta peut s enorgueillir, au vu de ses résultats 2012 et de son premier

Plus en détail

Comptes financiers des particuliers, entreprises et administrations publiques

Comptes financiers des particuliers, entreprises et administrations publiques Comptes financiers des particuliers, entreprises et administrations publiques 7. Comptes financiers des particuliers, entreprises et administrations publiques 7.1 Conséquences de la crise financière La

Plus en détail

Impôts 2015. Revenus des valeurs et capitaux mobiliers. les revenus imposables. les revenus exonérés d impôt sur le revenu. quelle imposition?

Impôts 2015. Revenus des valeurs et capitaux mobiliers. les revenus imposables. les revenus exonérés d impôt sur le revenu. quelle imposition? Impôts 2015 Revenus des valeurs et capitaux mobiliers les revenus imposables les revenus exonérés d impôt sur le revenu quelle imposition? abattements, crédits d impôt, prélèvements sociaux Les revenus

Plus en détail