TABLE RONDE 4 DU 21 AVRIL MEDIA PRESSE EDITION ET COMMUNICATION

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TABLE RONDE 4 DU 21 AVRIL MEDIA PRESSE EDITION ET COMMUNICATION"

Transcription

1 TABLE RONDE 4 DU 21 AVRIL MEDIA PRESSE EDITION ET COMMUNICATION Thème : la presse spécialisée en art Président : Richard Lagrange Rapporteur : Françoise Ducros Présents : Sandra Cattini Jean-Marc Bourgeois Maison des Artistes Henri Jobbé Duval François Blanc Communic art Véronique Leprette Communication Mobilier national Jean-Christophe Castelain Le journal des arts et l œil Marie-Ange Gonzales attachée de presse à la mission communication Nicolas Laugero Lasserre Collectionneur et Artistik Rezo Alice Morgaine Hermès Isabelle Vierget-Rias Association conseillers arts plastiques DRAC Patrice Joly Revue Florence-Guionneau-Joie Fondation François Schneider Sylvie Perrin Cité de la Céramique Sèvres Guy Boyer Directeur de la rédaction de Connaissance des Arts Alain Lombard Marc Vaudey CNAP Catherine Viergete DGCA Françoise Ducros - DGCA L objectif de cette table ronde qui a réuni une partie du groupe de travail a porté sur la presse spécialisée et sur l approche de son dynamisme comme de sa présence dans le champ de l art contemporain et celui de la presse ainsi que sur son risque de dépérissement. Elle devait permettre de diagnostiquer les questions émergeantes à son propos en vue des orientations qui pourraient être prises à l égard de questions spécifiques concernant son développement. 1. Le dynamisme de la presse spécialisée est-il une apparence? Le développement de la presse spécialisée est un fait tangible de ces dernières années qui s est caractérisé par le développement des titres de manière

2 symptomatique. Ce développement a pris de telle proportion qu il est possible de considérer que les titres sont devenus trop nombreux. En tous cas, ils le sont davantage si l on compare la situation française à la situation anglo-saxonne ou allemande. Il est considéré que la multiplication des titres dans les kiosques est un signe encourageant car ils signalent un pluralisme venant répondre à des regards différents tandis que cet élargissement de la presse coïncide avec une spécificité française Mais elle révèle un revers, soit un morcellement du lectorat faisant que l on arrive au paradoxe selon lequel «la presse va mal bien que les titres vont bien». De ce fait, le dynamisme est singulièrement nuancé par des réflexions en provenance de la presse diffusée par les kiosques ainsi que par la presse gratuite Le visiteur et le lectorat : un différentiel Le lectorat de la presse spécialisée en art fait l objet d une remarque récurrente. La multiplication de la presse a actuellement, pour conséquence, un morcellement du lectorat. Dans le contexte d une offre très abondante, il apparaît que le lectorat n augmente pas, alors que les visiteurs sont eux en augmentation. Le hiatus entre l augmentation des regards sur l art et le faible achat de la presse est visible. Les achats sont insuffisants et l augmentation des visiteurs ne se traduit pas en terme de vente. Il apparaît de ce fait que le différentiel entre le visiteur et le lecteur est un véritable problème, dont la nature est à analyser. Il renvoie, dans le débat, à deux idées principales : la critique ne le concernerait pas au sens où elle ne s adresserait pas suffisamment au lecteur ; la critique ne parviendrait pas à l atteindre dans la mesure où les moyens de la presse écrite seraient en train d être dépassés par le développement technologique la publicité La publicité a chuté considérablement avec la crise, soit 30% en 2009, mais avec une récupération de la part des annonces (pour un des grands titres des revues) sans que ce soit, semble-t-il le cas pour les autres titres. La presse gratuite est plus gravement menacée car plus instable en raison des annonceurs dont la disparition peut menacer les titres. Il apparaît, d une manière ou d une autre, que la scène critique est forgée en raison des budgets publicitaires. Il est regretté, de ce fait, la diminution des budgets publicitaires du Ministère qui permettent, en fait, de rétablir certains équilibres et d assurer une indépendance. 2

3 L étayage économique Pour les grandes revues, la multiplication des titres hors-série (40 à 48 par an), avec des pré-achats, est une solution de même que la production de produits dérivés, sous la forme de livres, par exemple. La presse gratuite a inventé son schéma économique. Il repose sur la création d un club avec adhésion (20 euros par an), ce qui permet de proposer aux lecteurs des avantages dans le cadre de partenariats, sous la forme d échanges en nature, un système qui recycle la formule du troc, sans échange d argent, mais qui constitue un système de soutien relativement efficace ( euros de chiffre d affaires par an). Certaines revues spécialisées dans les régions reçoivent des subventions régionales. Une autre forme d étayage est apparue. Elle concerne le rapprochement entre un titre de la presse spécialisée et un grand titre. Mais il est souligné que les gros groupes spécialisés contrôlent les dépenses ce qui implique une limitation des activités des journalistes ou une diminution de la commande de photographies. Il est évoqué également la collaboration avec les marques et les risques qu elle entraîne d une baisse du niveau rédactionnel en dépit de l exemple de la Suisse. 2. Le dynamisme de la presse est-il menacé par des décalages? Le dynamisme de la presse spécialisé, son abondance accrue pourrait révéler qu elle masque une série de décalages qui relèvent principalement de la mutation technologique en cours et de l évolution de l art contemporain Trois constats L offre gratuite Internet Le diagnostic du décalage entre le visiteur et le lecteur a fait l objet d une double observation. L offre de la presse spécialisée est-elle en accord avec son attente? Le visiteur n est-il pas en attente d émotions? Cherche-t-il un apprentissage de ses émotions? Internet pourrait être l une des causes principales de ce décalage et cela d autant plus que le jeune public s est tourné naturellement vers Internet. Toutes les institutions proposent des sites. Des revues ont aussi créé des sites avec l aide de 3

4 l Etat mais ces derniers ne sont pas porteurs d économie. Des revues existent également en ligne La réactivité de la presse Une autre lecture est apportée. Elle consiste à considérer que face à la sacralisation de l art contemporain, face sans doute à une recherche émotionnelle, les articles paraissent décalés et ne semblent pas porter l engagement d autres secteurs, comme celui du cinéma où la critique est vive. Le terme de «presse tiédasse» est avancé. La dimension informative de la presse spécialisée s explique par son mode de parution mensuelle générant des articles d anticipation et écrits à partir des dossiers de presse. Elle n a pas, de ce fait, les outils en main pour effectuer un travail critique et elle peut apparaître, de ce fait consensuelle. Une presse travaillant selon un calendrier plus court a la possibilité d être plus critique Le primat de l information Quant à la connivence de la presse, qui pourrait signifier que le travail du critique n existe pas, il a pour corollaire un changement de statut du discours sur l art au profit d une augmentation considérable de l information. Elle est produite par la multiplication des sites et des réseaux, ce qui finit par poser une crise de crédibilité. Par exemple, les journalistes reçoivent 200 informations par jour en moyenne qu ils doivent trier Des orientations 2.3. La mutation technologique L idée la plus forte de cette analyse contient la proposition d une solution. Si les sites ne sont pas porteurs d un retour économique, il apparaît que l avenir se trouve dans les tablettes numériques. Ces dernières, par l intégration de vidéos et de bandes son, peuvent enrichir les contenus. Elles peuvent également apporter des solutions diversifiées au niveau des abonnements et des services. Elles peuvent aussi être réactives à l information. Mais les Revues n ont pas les capitaux suffisants pour investir La traduction en anglais La réunion précédente avait déjà insisté sur la nécessaire traduction anglo-saxonne. Cette proposition est réitérée, car elle apparaît comme le véhicule de la création, mais aussi comme un élément économique qui pourrait être porteur. Le problème d une écriture directe en anglais (sauf exception) ne paraît pas envisageable, 4

5 compte tenu de la spécificité de l écriture dans le domaine artistique. La traduction en anglais est aussi une nécessité afin de transmettre les idées des historiens de l art et critiques français. Elle doit amener un produit séparé de celui publié en langue originale. Cette demande d ouverture internationale est transversale et concerne également la presse gratuite qui cherche des réseaux de diffusion dans les foires La «marque» Il a été souligné un point intéressant : celui de la nécessité de trouver une particularité, un positionnement. Ce qui est évoqué, c est l impact d un titre sur l évolution de la société. C est dans ce sens qu il convient sans doute de lire la proposition d une meilleure concertation entre presse générale et presse spécialisée. 3. Des propositions pour l avenir La table ronde a fait rapidement émerger plusieurs questions centrales dont certaines sollicitent une intervention de la puissance publique. Il a été souligné que l organisation d une telle discussion avec le Ministère, portant sur les questions de logistique, était un phénomène nouveau et fortement apprécié par les interlocuteurs. Il a été remarqué que les instances de discussions à mettre en place, de manière collective et partagée, devaient permettre de trouver des outils de concertation démocratique afin de développer la vie artistique. Des journalistes et des critiques d art font partie de commissions mais il s agit, dans ce cadre, de réfléchir sur des stratégies communes, dans le cadre de la gestion de dispositifs ou des nouvelles orientations qui pourraient être prises La recherche d un nouveau paradigme La recherche d une adaptation aux mutations technologiques est apparue très clairement au cours de cette table ronde. C est dans les propositions émises qu il est possible de trouver des perspectives aux analyses précédentes L aide à la traduction Abordée dans la table ronde précédente, cette demande est réitérée L aide aux tablettes numériques Il s agit de la proposition centrale de cette table ronde. Elle a été suggérée par plusieurs personnalités. D ici cinq ans, appuyée par le succès notamment de l ipad, la presse devra se confronter à un nouveau paradigme économique et, à cet égard, les tablettes 5

6 numériques paraissent validées à l échelle de la presse nationale (à vocation internationale) Le soutien aux régions et à la critique d art Les régions Face à la multiplication des évènements en région, il a été proposé l organisation de tables rondes périodiques en régions regroupant la presse nationale et régionale et traitant de tous les sujets artistiques de la région, avec des forums pour le public. Cette proposition, si elle est appréciée, pose la question de sa légitimation tant à l égard de l Etat que de la Région La critique d art Sans que ce sujet ait été développé, il apparaît une autre piste de travail. Elle reprend les remarques de la séance précédente. S y ajoute également une observation concernant la protection juridique des revues. Cependant, elle concerne surtout la fragilité de l activité des journalistes spécialistes en art et le développement de l activité des pigistes, voire une forme de bénévolat. Cette remarque est transversale à la presse en kiosque et à la presse gratuite. Perspectives de travail et outils de concertation Il est proposé que des groupes de travail soient mis en place à l avenir sur des questions spécifiques mises en place. Face à la proposition concernant l évolution technologique en faveur des tablettes numériques, c est avec la collaboration de la Direction générale des médias et des industries culturelles (DGMIC), dont l absence a été excusée, que la mutation pourra être accompagnée. 6

Le numérique au service de l École

Le numérique au service de l École Le numérique au service de l École L essentiel > Notre monde connaît aujourd hui avec le numérique une rupture technologique aussi importante que celle de l invention de l imprimerie au XV e siècle. La

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION

POLITIQUE DE COMMUNICATION POLITIQUE DE COMMUNICATION Mise à jour en juillet 2010 POLITIQUE DE COMMUNICATION 1. MISE EN CONTEXTE... 2 2. FONDEMENTS DE LA POLITIQUE DE COMMUNICATION... 2 3. MISSION DU MINISTÈRE... 2 4. VALEURS...

Plus en détail

Appel à projets «Résidences artistiques et culturelles dans les lycées»

Appel à projets «Résidences artistiques et culturelles dans les lycées» Appel à projets «Résidences artistiques et culturelles dans les lycées» Terre de curiosité et d'ouverture, la Lorraine propose au plus grand nombre une offre culturelle de qualité et encourage les expériences

Plus en détail

Les Contrats éducatifs

Les Contrats éducatifs Les Contrats éducatifs locaux en 2010 31 CEL (39 en 2009) 110 500 de participation de l Etat 103 porteurs pour 270 actions 31 collectivités et 72 associations A - La subvention d Etat Dispositif 2010 -

Plus en détail

FICHE PROSPECTIVE. Chargé-e de mission environnement et développement durable ASSOCIATIONS DE L ENVIRONNEMENT. Autres intitulés possibles :

FICHE PROSPECTIVE. Chargé-e de mission environnement et développement durable ASSOCIATIONS DE L ENVIRONNEMENT. Autres intitulés possibles : Autres intitulés possibles : Chargé-e d accompagnement environnement et développement durable Accompagnateur-trice des démarches de développement durable Chargé-e de médiation environnement et développement

Plus en détail

CHARTE DOCUMENTAIRE DES MEDIATHEQUES

CHARTE DOCUMENTAIRE DES MEDIATHEQUES CHARTE DOCUMENTAIRE DES MEDIATHEQUES CENTRES D INFORMATION DU RESEAU CULTUREL FRANCAIS AU MAROC La Charte documentaire des médiathèques-centres d informations sur la France au Maroc présente les principes

Plus en détail

Nécessité d une réglementation pour la région des Etats Arabes

Nécessité d une réglementation pour la région des Etats Arabes Nécessité d une réglementation pour la région des Etats Arabes Bill Wigglesworth Directeur général adjoint, Offtel, R-U 1984-94 (Directeur général par intérim 1992-93) Processus de réforme des télécoms

Plus en détail

Sponsoring et mécénat

Sponsoring et mécénat Sponsoring et mécénat Sponsoring : association à un événement (retomber commercial) Mécénat : aide (mais pas forcement de retomber médiatique, publique restreint ) Introduction : Il existe un démarche

Plus en détail

La formation des demandeurs d emploi en Limousin

La formation des demandeurs d emploi en Limousin La formation des demandeurs d emploi en Limousin EXPERIENCE La Région Limousin avait depuis 2005 engagé un partenariat avec les ASSEDIC pour coordonner l offre de formation aux demandeurs d emploi et leur

Plus en détail

Animation de la vie sociale

Animation de la vie sociale Animation de la vie sociale Pour un projet social répondant aux critères d agrément Document à l usage des gestionnaires des structures Département des Interventions Sociales Document réalisé par les Pôles

Plus en détail

Le financement de la culture

Le financement de la culture Le financement de la culture Plan I Le financement public de la culture II La nécessité de trouver d autres formes de financements Introduction Préambule de la Constitution de 1946 La Nation garantit l

Plus en détail

QUEL ACCOMPAGNEMENT POUR L ENTREPRISE QUI FORME?

QUEL ACCOMPAGNEMENT POUR L ENTREPRISE QUI FORME? Contrat n FR/06/B/P/PP-152512 QUEL ACCOMPAGNEMENT POUR L ENTREPRISE QUI FORME? REUNION DU PARTENARIAT FRANÇAIS : CCCA-BTP, MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE, CREDIJ Paris, le 22 janvier 2008 de 10 h à

Plus en détail

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

Préconisations. pour le développement des musiques actuelles en Sarthe *** février 2012 I 1 I

Préconisations. pour le développement des musiques actuelles en Sarthe *** février 2012 I 1 I Préconisations pour le développement des musiques actuelles en Sarthe *** février 2012 I 1 I Enjeux principaux Diversité et attractivité Les enjeux liés à l existence d espaces d expressions des cultures

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DU CONTRAT LOCAL D'ACCOMPAGNEMENT A LA SCOLARITE 2015/2016

CAHIER DES CHARGES DU CONTRAT LOCAL D'ACCOMPAGNEMENT A LA SCOLARITE 2015/2016 1 CAHIER DES CHARGES DU CONTRAT LOCAL D'ACCOMPAGNEMENT A LA SCOLARITE 2015/2016 La procédure de l appel à projet change à compter de 2015. Nous vous invitons à prendre connaissance de la nouvelle procédure

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR L EVALUATION DU PROJET EDUCATIF LOCAL BRESTOIS. Mission Projet Educatif Local Direction Education Enfance Socioculturel Page 1

CAHIER DES CHARGES POUR L EVALUATION DU PROJET EDUCATIF LOCAL BRESTOIS. Mission Projet Educatif Local Direction Education Enfance Socioculturel Page 1 CAHIER DES CHARGES POUR L EVALUATION DU PROJET EDUCATIF LOCAL BRESTOIS Mission Projet Educatif Local Direction Education Enfance Socioculturel Page 1 SOMMAIRE I / Préambule II/ Remarques générales et préalables

Plus en détail

chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe

chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe 4.1 définir L innovation selon l insee, l innovation est un changement significatif de nature technique, commerciale, organisationnelle, structurelle ou de logique

Plus en détail

Artisanat et environnement. Un programme d actions pilote en Alsace

Artisanat et environnement. Un programme d actions pilote en Alsace Artisanat et environnement Un programme d actions pilote en Alsace 1996 1999 Artisanat et environnement En Alsace, les corporations artisanales ont décidé de miser sur l avenir en s engageant dans une

Plus en détail

Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles

Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles Rappel : caractéristiques du Loi du 24/11/09 relative à l orientation et à la formation tout au long de la vie Objectifs : Définir

Plus en détail

L initiative PME à l Agence spatiale européenne

L initiative PME à l Agence spatiale européenne l iniative pme L initiative PME à l Agence spatiale européenne F. Doblas & N. Bougharouat Bureau de la Politique industrielle, Section des Relations industrielles, ESA, Paris L initiative PME de l ESA

Plus en détail

Etude d impact environnemental

Etude d impact environnemental Etude d impact environnemental Réunion du réseau : Janvier 2014 Problématique L Etude d Impact Environnemental (EIE) est un outil de référence depuis plusieurs années, reconnu internationalement et approuvé

Plus en détail

Roche Diagnostics France. Manuel Qualité Sécurité Environnement

Roche Diagnostics France. Manuel Qualité Sécurité Environnement Manuel Qualité Sécurité Environnement «Notre stratégie place le patient au cœur de nos préoccupations, avec l ambition d améliorer sa santé et sa qualité de vie. Inscrite dans une perspective de développement

Plus en détail

COMPTE-RENDU Lundi 7 mars 2011

COMPTE-RENDU Lundi 7 mars 2011 FORUM 2011 Projets collectifs et mutualisation dans le spectacle vivant Réseau des arts vivants en Ile-de-France COMPTE-RENDU Lundi 7 mars 2011 RAVIV Réseau des arts vivants en Ile-de-France Maison des

Plus en détail

CONSEIL DU LIVRE CONSEIL SUPERIEUR DES BIBLIOTHEQUES PUBLIQUES

CONSEIL DU LIVRE CONSEIL SUPERIEUR DES BIBLIOTHEQUES PUBLIQUES CONSEIL DU LIVRE CONSEIL SUPERIEUR DES BIBLIOTHEQUES PUBLIQUES Propositions d actions pour une politique du livre et de la lecture en Communauté française Wallonie-Bruxelles 0. Introduction et rappel du

Plus en détail

Présentation de la Note d analyse. «La presse à l ère numérique : comment ajouter de la valeur à l information?»

Présentation de la Note d analyse. «La presse à l ère numérique : comment ajouter de la valeur à l information?» Paris, le 30 novembre 2011 Présentation de la Note d analyse «La presse à l ère numérique : comment ajouter de la valeur à l information?» Mercredi 30 novembre 2011 par Vincent Chriqui, Directeur général

Plus en détail

photographes documentaires soutien à la photographie documentaire contemporaine

photographes documentaires soutien à la photographie documentaire contemporaine Centre national des arts plastiques soutien à la création 2016 1 Ι 4 photographes documentaires soutien à la photographie documentaire contemporaine Le soutien à la photographie documentaire contemporaine

Plus en détail

Accessibilité handicapés. Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées

Accessibilité handicapés. Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées Accessibilité handicapés Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées Introduction Les établissements de l Enseignement catholique

Plus en détail

www.youthinfinance.com

www.youthinfinance.com 1 L association en bref Yfinance (prononcer «Why Finance») est une association qui a pour but de mobiliser la population à soutenir activement son Économie en s'appuyant sur les jeunes entrepreneurs, juristes

Plus en détail

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions Le référentiel mission et Profil de Poste de l d et de contre les Animateur Insertion Lutte Exclusions Préambule 1. La jeunesse, le Département du Nord et la Fédération des centres sociaux du Nord : Une

Plus en détail

entre Le Ministère de l Education Nationale (Académie d Aix-Marseille)

entre Le Ministère de l Education Nationale (Académie d Aix-Marseille) Convention de partenariat entre Le Ministère de l Education Nationale (Académie d Aix-Marseille) et Le Ministère de la Culture et de la Communication ( Direction régionale des affaires culturelles de Provence-Alpes-Côte

Plus en détail

Avis n 30 du Conseil du livre sur le projet de création d une «Banque du livre» en Communauté française Wallonie- Bruxelles

Avis n 30 du Conseil du livre sur le projet de création d une «Banque du livre» en Communauté française Wallonie- Bruxelles Avis n 30 du Conseil du livre sur le projet de création d une «Banque du livre» en Communauté française Wallonie- Bruxelles - Février 2002 - L Argumentaire sur la situation du livre et la lecture en Communauté

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES MEDECINS CONSEILLERS TECHNIQUES RESPONSABLES DEPARTEMENTAUX

RÉFÉRENTIEL DES MEDECINS CONSEILLERS TECHNIQUES RESPONSABLES DEPARTEMENTAUX 1 RÉFÉRENTIEL DES MEDECINS CONSEILLERS TECHNIQUES RESPONSABLES DEPARTEMENTAUX La santé des élèves constitue un enjeu d'importance pour l'ecole : son incidence sur les apprentissages et la réussite scolaire,

Plus en détail

AMBASSADEUR- CHEF DE POSTE DIPLOMATIQUE

AMBASSADEUR- CHEF DE POSTE DIPLOMATIQUE 78 Diplomatie Le domaine fonctionnel Diplomatie regroupe les emplois concourant à la définition et à la mise en œuvre de l action extérieure de la France, ainsi que ceux relatifs aux affaires consulaires

Plus en détail

GOUVERNANCE PROPOSITIONS DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES RELATIONS INTERNATIONALES POUR UNE IDENTITE INTERNATIONALE FORTE A L UNIVERSITE DE LIMOGES

GOUVERNANCE PROPOSITIONS DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES RELATIONS INTERNATIONALES POUR UNE IDENTITE INTERNATIONALE FORTE A L UNIVERSITE DE LIMOGES PROPOSITIONS DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES RELATIONS INTERNATIONALES POUR UNE IDENTITE INTERNATIONALE FORTE A L UNIVERSITE DE LIMOGES Le domaine des relations internationales doit être un élément fort du

Plus en détail

Dép. 35 «LE SESAME» PRESENTATION DE L ACTION

Dép. 35 «LE SESAME» PRESENTATION DE L ACTION Dép. 35 «LE SESAME» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation Le Sésame, «Service Educatif de Suivis Alternatifs à la Maison de l Enfance», est un dispositif adossé à la Maison

Plus en détail

Déclaration de la Réunion sur le Tourisme durable dans les Îles

Déclaration de la Réunion sur le Tourisme durable dans les Îles Déclaration de la Réunion sur le Tourisme durable dans les Îles La Conférence sur «Le développement durable du tourisme des îles», organisée par l OMT (Nations-Unies) et le Gouvernement français à Saint-Denis

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE MUTUALISTE DE SAINT-NAZAIRE CENTRE DE CONVALESCENCE. 36, avenue de la Vera-Cruz 44600 SAINT-NAZAIRE

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE MUTUALISTE DE SAINT-NAZAIRE CENTRE DE CONVALESCENCE. 36, avenue de la Vera-Cruz 44600 SAINT-NAZAIRE COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE MUTUALISTE DE SAINT-NAZAIRE CENTRE DE CONVALESCENCE 36, avenue de la Vera-Cruz 44600 SAINT-NAZAIRE Décembre 2002 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»...

Plus en détail

Secrétariat national à la formation et aux universités permanentes et d'été. Brochure des activités et des formations

Secrétariat national à la formation et aux universités permanentes et d'été. Brochure des activités et des formations Secrétariat national à la formation et aux universités permanentes et d'été 20 Brochure des activités et des formations 2011 Édito Le combat des socialistes exige, plus que jamais, des militant-e-s politiquement

Plus en détail

Comparatif avant-après des articles 1 à 5 du décret relatif aux missions et à l organisation de l administration centrale

Comparatif avant-après des articles 1 à 5 du décret relatif aux missions et à l organisation de l administration centrale Comparatif avant-après des articles 1 à 5 du décret relatif aux missions et à l organisation de l administration centrale Remarques générales sur les modifications effectuées par les services du SGG :

Plus en détail

Prix Avenir Métiers d Art INMA en partenariat avec La Fondation Michelle et Antoine RIBOUD et la Banque Populaire

Prix Avenir Métiers d Art INMA en partenariat avec La Fondation Michelle et Antoine RIBOUD et la Banque Populaire Prix Avenir Métiers d Art INMA en partenariat avec La Fondation Michelle et Antoine RIBOUD et la Banque Populaire Règlement édition 2015-2016 Le Prix Avenir Métiers d Art INMA a pour objectif d encourager

Plus en détail

Le marché de la profession comptable

Le marché de la profession comptable DOSSIER Le marché de la profession comptable NOVEMbre 2010 Sic 290 15 DOSSIER Les perspectives de développement de la profession passent plus par l élargissement des missions aux clients actuels que par

Plus en détail

Valoriser de manière globale l animation culturelle FICHE ACTION N 15 Culture pour tous par un maillage et des évènements fédérateurs

Valoriser de manière globale l animation culturelle FICHE ACTION N 15 Culture pour tous par un maillage et des évènements fédérateurs Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel Agglomération de Nevers, de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Valoriser de manière globale l animation culturelle FICHE ACTION N

Plus en détail

Mercredi 5 octobre 2011 DOSSIER DE PRESSE

Mercredi 5 octobre 2011 DOSSIER DE PRESSE Signature d une convention de partenariat entre le Rectorat de Nantes et la Fondation du Crédit Mutuel pour la Lecture et le Crédit Mutuel Loire-Atlantique Centre-Ouest. Mercredi 5 octobre 2011 DOSSIER

Plus en détail

Lettre de cadrage Plan d action triennal 2012-2014

Lettre de cadrage Plan d action triennal 2012-2014 Mars 2012 Lettre de cadrage Plan d action triennal 2012-2014 Les huit orientations Le projet stratégique, voté en juin 2011 par les adhérents du Syneas, liste les huit orientations qui doivent guider l

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS Novembre 2015 Les modes de production et les parcours

Plus en détail

Baccalauréat. Document ressources

Baccalauréat. Document ressources Baccalauréat Document ressources "#$%&'(&($)*+&,'(-.))$+/.0,&+&,'(*1.)).2.*#3.'45678 Sommaire du document d accompagnement "##$%&'()*()"+*#',-().$++"#/$0,'#',-1111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111112

Plus en détail

Pour des lieux autonomes d expérimentation artistique partagée

Pour des lieux autonomes d expérimentation artistique partagée Pour des lieux autonomes d expérimentation artistique partagée Projet de référentiel complémentaire à la Charte de la Coordination Nationale des Lieux Intermédiaires et Indépendants L analyse comparée

Plus en détail

Groupement «Télévision Numérique pour Tous»

Groupement «Télévision Numérique pour Tous» Groupement «Télévision Numérique pour Tous» c/o France Télévisions 7, esplanade Henri-de-France 75907 Paris cedex 15 tel : +33 (0)1 56 22 10 80 fax +33 (0)1 56 22 10 81 Paris, le 24 septembre 2007 Consultation

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Journalisme et medias régionaux de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section

Plus en détail

Architecture d entreprise gouvernementale 3.0

Architecture d entreprise gouvernementale 3.0 Avis au lecteur sur l accessibilité : Ce document est conforme au standard du gouvernement du Québec SGQRI 008-02 (SGQRI 008-03, multimédia : capsules d information et de sensibilisation vidéo) afin d

Plus en détail

Guide des premiers jours

Guide des premiers jours Accueillir un enfant du voyage dans une classe ordinaire : Guide des premiers jours Quatre facteurs entravent sensiblement la réussite scolaire des enfants itinérants : «- changement de maître, et partant

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE)

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) Master Sciences Humaines et Sociales mention CONDUITE DE PROJETS CULTURELS spécialité professionnelle CONDUITE DE PROJETS TOURISTIQUES

Plus en détail

KIT BÉNÉVOLES COMMENT GÉRER LES RELATIONS AVEC LA PRESSE. l association qui lutte contre la leucémie. www.laurettefugain.org

KIT BÉNÉVOLES COMMENT GÉRER LES RELATIONS AVEC LA PRESSE. l association qui lutte contre la leucémie. www.laurettefugain.org l association qui lutte contre la leucémie COMMENT GÉRER LES RELATIONS AVEC LA PRESSE KIT BÉNÉVOLES soutenir mobiliser aider la recherche médicale sur les leucémies et les maladies du sang autour des Dons

Plus en détail

Appui conseil pour les organisations sociales et solidaires

Appui conseil pour les organisations sociales et solidaires Appui conseil pour les organisations sociales et solidaires PRESENTATION DU PROJET Coup de Pousse est une agence de Conseil orientée vers les petites et moyennes organisations agissant dans le secteur

Plus en détail

Présentation de Magazines Canada. Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations préalables au budget.

Présentation de Magazines Canada. Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations préalables au budget. Présentation de Magazines Canada Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations préalables au budget Août 2010 Sommaire Magazines Canada est l association nationale qui représente

Plus en détail

Présentation. Il s agit donc ici d informations données à titre indicatif pour soutenir la réflexion des milieux.

Présentation. Il s agit donc ici d informations données à titre indicatif pour soutenir la réflexion des milieux. Nouvelles orientations en évaluation des apprentissages au primaire Informations des conseillers pédagogiques disciplinaires pour soutenir le travail d élaboration des normes et modalités dans les établissements

Plus en détail

CHARTE. 1. Légitimité du projet Enjeu artistique démocratique Enjeu économique Enjeu temporel Enjeu du vivre ensemble Enjeu paysager et touristique

CHARTE. 1. Légitimité du projet Enjeu artistique démocratique Enjeu économique Enjeu temporel Enjeu du vivre ensemble Enjeu paysager et touristique CHARTE CHARTE 1. Légitimité du projet Enjeu artistique démocratique Enjeu économique Enjeu temporel Enjeu du vivre ensemble Enjeu paysager et touristique 2. Méthode : Sélection Production - Vie de l œuvre

Plus en détail

Congrès mondial du tourisme social, São Paulo, 10 octobre 2014 Séance de clôture / Intervention d Yves Godin, Secrétaire général de l OITS

Congrès mondial du tourisme social, São Paulo, 10 octobre 2014 Séance de clôture / Intervention d Yves Godin, Secrétaire général de l OITS Congrès mondial du tourisme social, São Paulo, 10 octobre 2014 Séance de clôture / Intervention d Yves Godin, Secrétaire général de l OITS Monsieur le Directeur du SESC de São Paulo, Mesdames et Messieurs

Plus en détail

Les principales causes d échec d une création d entreprise

Les principales causes d échec d une création d entreprise CHAPITRE 1 Les principales causes d échec d une création d entreprise Introduction «[ ] Échouer, c est avoir la possibilité de recommencer de manière plus intelligente [ ]» Henry Ford Depuis ces dix dernières

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Médiation et gestion de projets culturels dans la zone océan indien de l Université de la Réunion Vague E 2015-2019

Plus en détail

Appel à projets Solidarité intergénérationnelle

Appel à projets Solidarité intergénérationnelle Appel à projets Solidarité intergénérationnelle Soutenir le développement de projets solidaires innovants par le crowdfunding et la mobilisation des étudiants 1 1 L APPEL A PROJETS 2 LES ORGANISATEURS

Plus en détail

La rentabilité socio économique et financière de la LGV PACA

La rentabilité socio économique et financière de la LGV PACA La rentabilité socio économique et financière de la LGV PACA Janvier 2005 2 Préambule : Les données chiffrées encore indicatives dont on dispose sur un projet de ligne nouvelle au stade du débat public

Plus en détail

ACCUEIL DES REFUGIES D IRAK ET DE SYRIE

ACCUEIL DES REFUGIES D IRAK ET DE SYRIE ACCUEIL DES REFUGIES D IRAK ET DE SYRIE REPONSES AUX QUESTIONS LES PLUS FREQUENTES (FAQ) Dans le cadre de l action menée par la Fédération de l Entraide Protestante (FEP) auprès des refugiés d Irak et

Plus en détail

Les conseils généraux, acteurs des politiques de jeunesse. coordonné par Bernard Bier et Jean-Claude Richez

Les conseils généraux, acteurs des politiques de jeunesse. coordonné par Bernard Bier et Jean-Claude Richez 1 Les conseils généraux, acteurs des politiques de jeunesse coordonné par Bernard Bier et Jean-Claude Richez 2 AUTOUR DE QUELQUES ENJEUX DES POLITIQUES DE JEUNESSE MENEES PAR LES CONSEILS GENERAUX Les

Plus en détail

Les réseaux sociaux et le recrutement

Les réseaux sociaux et le recrutement Les réseaux sociaux et le recrutement 1. La Charte réseaux sociaux et internet La Charte réseaux sociaux, internet, vie privée et recrutement a été lancée en novembre 2009 par l'association "A compétence

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

Atelier thématique «Stratégies de développement durable»

Atelier thématique «Stratégies de développement durable» Atelier thématique «Stratégies de développement durable» Par Christian BRODHAG École nationale supérieure des mines de Saint-Etienne (France) brodhag@emse.fr Le thème stratégie de développement durable

Plus en détail

L influence d un progiciel de gestion sur le système d information d une organisation

L influence d un progiciel de gestion sur le système d information d une organisation Chapitre 8 L influence d un progiciel de gestion sur le système d information d une organisation Notions Processus : nature et présentation Progiciels de gestion dans les métiers de l organisation : approche

Plus en détail

OBJET : CONTRIBUTION DE L UNIC 16 JUILLET 2012 CONTRIBUTEURS : Pascal BOVÉRO, Hubert PÉDURAND, Dominique AYMARD.

OBJET : CONTRIBUTION DE L UNIC 16 JUILLET 2012 CONTRIBUTEURS : Pascal BOVÉRO, Hubert PÉDURAND, Dominique AYMARD. OBJET : CONTRIBUTION DE L UNIC 16 JUILLET 2012 CONTRIBUTEURS : Pascal BOVÉRO, Hubert PÉDURAND, Dominique AYMARD. RAPPORT : Kurt Salmon du 28 Juin 2012 MOTIF : Actualisation du schéma directeur du réseau

Plus en détail

Comité aviseur femmes en développement de la main-d œuvre

Comité aviseur femmes en développement de la main-d œuvre Comité aviseur femmes en développement de la main-d œuvre Avis sur le Projet de politique de l éducation des adultes dans une perspective de formation continue présenté au ministre d État à l Éducation

Plus en détail

Introduction. Formation des enseignants et intégration des TIC

Introduction. Formation des enseignants et intégration des TIC Formation et pratiques d enseignement en questions Introduction. Formation des enseignants et intégration des TIC Bernadette CHARLIER et Pierre-François COEN L intégration des usages technologies de l

Plus en détail

Système d information : Maximiser le retour sur investissement

Système d information : Maximiser le retour sur investissement Améliorer le contrôle interne Système d information : Maximiser le retour sur investissement LAURA FREDERICK, CONSULTANTE EN TI ET GESTION DU CHANGEMENT, ECHANGE, LLC, (MARS 2002) WWW.GLOBALECHANGE.COM

Plus en détail

Rencontres nationales de la librairie 2013. Librairie : quelle économie pour quel métier?

Rencontres nationales de la librairie 2013. Librairie : quelle économie pour quel métier? Rencontres nationales de la librairie 2013 Librairie : quelle économie pour quel métier? Dimanche 2 juin matin (Session plénière Salle Vitez) Programme susceptible d être modifié 30/04/13 9h30 : petit

Plus en détail

dossier de presse par, président du conseil général de la Loire La prise en charge des enfants et adolescents : 2 La prise en charge des adultes : 3

dossier de presse par, président du conseil général de la Loire La prise en charge des enfants et adolescents : 2 La prise en charge des adultes : 3 s a m e d i 2 3 j u i n 2 0 0 7 dossier de presse par, président du conseil général de la Loire La prise en charge des enfants et adolescents : 2 La prise en charge des adultes : 3! Les activités financées

Plus en détail

Opinion du CEATL sur le projet de rapport de Julia Reda concernant la mise en œuvre de la directive 2001/29/EC sur le droit d auteur

Opinion du CEATL sur le projet de rapport de Julia Reda concernant la mise en œuvre de la directive 2001/29/EC sur le droit d auteur Opinion du CEATL sur le projet de rapport de Julia Reda concernant la mise en œuvre de la directive 2001/29/EC sur le droit d auteur Bruxelles, le 6 mars 2015 Représentant 10 000 traducteurs littéraires

Plus en détail

22.5.16. À la découverte de votre. musée préféré. Les musées suisses. D une richesse incomparable.

22.5.16. À la découverte de votre. musée préféré. Les musées suisses. D une richesse incomparable. Dossier d accompagnement pour la Journée des musées 2016 22.5.16 À la découverte de votre musée préféré À LA DÉCOUVERTE DE VOTRE MUSÉE PRÉFÉRÉ Le 22 mai 2016, les musées suisses auront une occasion exceptionnelle

Plus en détail

TABLE RONDE. Communication et langue en navigation intérieure. Rapport succinct

TABLE RONDE. Communication et langue en navigation intérieure. Rapport succinct COMMISSION CENTRALE POUR LA NAVIGATION DU RHIN TABLE RONDE Communication et langue en navigation intérieure Rapport succinct AVANT PROPOS Le présent rapport présente les interventions, les débats et les

Plus en détail

Appel à projets: le serious game au service de la filière numérique d Aquitaine

Appel à projets: le serious game au service de la filière numérique d Aquitaine REGION AQUITAINE - DELEGATION TIC Appel à projets: le serious game au service de la filière numérique d Aquitaine La Région Aquitaine soutient une politique ambitieuse de développement numérique. Dans

Plus en détail

CIRCULAIRE SG/DICOM/C2006-9501 Date: 18 mai 2006

CIRCULAIRE SG/DICOM/C2006-9501 Date: 18 mai 2006 MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DE LA PECHE SECRETARIAT GENERAL DELEGATION A L INFORMATION ET A LA COMMUNICATION Adresse : 78, rue de varenne 75349 PARIS 07 SP Dossier suivi par : Tél. : 01.49.55.48.78 Fax

Plus en détail

13.3652 é Mo. Schwaller. Pénurie de main-d œuvre qualifiée. La libre circulation des personnes n est pas la panacée

13.3652 é Mo. Schwaller. Pénurie de main-d œuvre qualifiée. La libre circulation des personnes n est pas la panacée Ständerat Conseil des Etats Consiglio degli Stati Cussegl dals stadis 13.3652 é Mo. Schwaller. Pénurie de main-d œuvre qualifiée. La libre circulation des personnes n est pas la panacée 14.3009 é Mo. CSEC-CE

Plus en détail

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER L Association France Alzheimer est une association de familles créée par des familles et des professionnels du soin en 1985. A cette époque il n existe aucun traitement

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Agir pour réussir : première campagne nationale de promotion des CMA

DOSSIER DE PRESSE. Agir pour réussir : première campagne nationale de promotion des CMA Agir pour réussir : première campagne nationale de promotion des CMA 1 L APCM et LES CHAMBRES DE METIERS ET DE L ARTISANAT LANCENT LEUR PREMIERE CAMPAGNE NATIONALE DE PROMOTION Les chambres de métiers

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Automatique et informatique industrielle de l Université de Haute-Alsace Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section

Plus en détail

L Ecolabel Européen pour les hébergements touristiques : De quoi parle t-on?

L Ecolabel Européen pour les hébergements touristiques : De quoi parle t-on? L Ecolabel Européen pour les hébergements touristiques : De quoi parle t-on? Présentation d une démarche innovante : le club des hébergements éco-labellisés d Aquitaine Alban Martinez U.M.I.H.R.A Unat

Plus en détail

Considérations préliminaires

Considérations préliminaires 1 Considérations préliminaires Le message que Claude m a envoyé il y a quelques semaines m a fait comprendre qu en dépit du succès du séminaire de Paris en mai dernier, le CEDEP a des soucis financiers

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ Arrêté du 4 mai 2011 fixant le cahier des charges relatif au label national «Orientation pour tous - pôle

Plus en détail

1. L organisation des enseignements dans l établissement. Projet de circulaire relative à l organisation des enseignements au collège

1. L organisation des enseignements dans l établissement. Projet de circulaire relative à l organisation des enseignements au collège Projet de circulaire relative à l organisation des enseignements au collège La loi n 2013-595 du 8 juillet 2013 d orientation et de programmation pour la refondation de l école de la République confie

Plus en détail

La Consommation et la Production Durables en un clic

La Consommation et la Production Durables en un clic PORTAIL MONDIAL DE LA CPD Consommation et Production Durables www.start.scpclearinghouse.org La Consommation et la Production Durables en un clic Animé par Action Mondiale pour la Consommation et la Production

Plus en détail

Cartographie de compétences d un entrepreneur

Cartographie de compétences d un entrepreneur Cartographie de compétences d un entrepreneur Mission générale L entrepreneur définit la stratégie générale de l entreprise et supervise sa mise en œuvre Principales activités L entrepreneur fixe les objectifs

Plus en détail

1.000 parrains pour 1.000 emplois

1.000 parrains pour 1.000 emplois 1.000 parrains pour 1.000 emplois En partenariat avec l ANDRH IDF, l Association Nationale des DRH Ile-de-France Dossier de presse Lundi 1 er juin 2015 Contact presse - Quitterie Lemasson -presse@paris.fr

Plus en détail

Direction de l Environnement Service Ecocitoyenneté. Note d information sur un appel à projets en cours de préparation

Direction de l Environnement Service Ecocitoyenneté. Note d information sur un appel à projets en cours de préparation Direction de l Environnement Service Ecocitoyenneté Note d information sur un appel à projets en cours de préparation «(r)évolutions des pratiques des associations environnementales pour accompagner l

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Ingénierie et innovation en images et réseaux de l Université Paris 13 Paris-Nord Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013

Plus en détail

Efficiente : elle évalue le rapport entre les moyens mis en œuvre et les résultats de l action publique.

Efficiente : elle évalue le rapport entre les moyens mis en œuvre et les résultats de l action publique. EVALUER LES POLITIQUES PUBLIQUES Les collectivités locales interviennent dans des champs de plus en plus étendus, depuis les services publics de la vie quotidienne jusqu aux politiques les plus complexes.

Plus en détail

Au service de votre déploiement vers de nouvelles frontières.

Au service de votre déploiement vers de nouvelles frontières. Au service de votre déploiement vers de nouvelles frontières. ELEKTEK appréhendera vos ambitions et/ou vos raisons de développement export dans le secteur électrique; puis vous accompagnera dans toutes

Plus en détail

Le POn et l entrepreneuriat

Le POn et l entrepreneuriat Le POn et l entrepreneuriat Mai - 2015 Rédaction de documents supports, préparation et animation de tables rondes ou d'ateliers organisés au titre de la valorisation du programme opérationnel national

Plus en détail

AVIS DU CONSEIL DE LA JEUNESSE Vers un Conseil fédéral de la publicité

AVIS DU CONSEIL DE LA JEUNESSE Vers un Conseil fédéral de la publicité AVIS DU CONSEIL DE LA JEUNESSE Vers un Conseil fédéral de la publicité INTRODUCTION Dans le débat sur la publicité qui oppose adversaires et partisans, il est une question essentielle, celle de son contrôle.

Plus en détail

RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES

RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES OBJET : POLITIQUE DE VALORISATION DE COTE : DG 2012-02 LA LANGUE FRANÇAISE APPROUVÉE PAR : Le conseil d administration En vigueur le 16 mai 2012 RESPONSABLE DE L APPLICATION

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE CREER UNE MAISON DE SERVICES AU PUBLIC LES POINTS D ATTENTION, ETAPE PAR ETAPE

FICHE TECHNIQUE CREER UNE MAISON DE SERVICES AU PUBLIC LES POINTS D ATTENTION, ETAPE PAR ETAPE FICHE TECHNIQUE CREER UNE MAISON DE SERVICES AU PUBLIC LES POINTS D ATTENTION, ETAPE PAR ETAPE DEFINIR LE PROJET DEFINIR LE PORTAGE MONTER LE PARTENARIAT AVEC LES OPERATEURS DE SERVICES ET LES ACTEURS

Plus en détail

Organisation Internationale du Tourisme Social. Un Tourisme pour Tous, Durable et Solidaire

Organisation Internationale du Tourisme Social. Un Tourisme pour Tous, Durable et Solidaire Organisation Internationale du Tourisme Social Un Tourisme pour Tous, Durable et Solidaire Plan d actions 2014-2016 2 Plan d actions 2014-2016 Organisation Internationale du Tourisme Social 1. Objectifs

Plus en détail