REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS"

Transcription

1 Conseil d État N Inédit au recueil Lebon M. Alain Ménéménis, président Mme Emilie Bokdam-Tognetti, rapporteur Mme Emmanuelle Cortot-Boucher, rapporteur public SCP ROCHETEAU, UZAN-SARANO, avocat(s) 3ème sous-section jugeant seule lecture du mercredi 21 mars 2012 REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Vu, avec les pièces qui y sont visées, la décision du 5 juillet 2010 par laquelle le Conseil d Etat, statuant au contentieux sur le pourvoi enregistré sous le n présenté par le MINISTRE DE L INTERIEUR, DE L OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITES TERRITORIALES et tendant à l annulation de l arrêt n 04BX BX BX01405 du 12 juin 2007 de la cour administrative d appel de Bordeaux en tant, d une part, qu il annule les jugements n et du tribunal administratif de Limoges du 3 juin 2004 en tant qu ils rejettent les conclusions de la Chambre de commerce et d industrie (CCI) de l Indre tendant, le premier, à l annulation de la décision du préfet de l Indre du 23 janvier 2002 en ce qu elle lui demande de reverser la subvention d un montant de ,60 euros perçue au titre du fonds européen de développement régional (FEDER) et la décision implicite du préfet de l Indre rejetant le recours gracieux contre cette décision, et le second, à l annulation du titre de recettes d un montant de ,60 euros émis à son encontre et de la décision implicite rejetant son opposition à ce titre, et d autre part, qu il annule dans cette mesure ces décisions et ce titre, a sursis à statuer jusqu à ce que la Cour de justice de l Union européenne se soit prononcée sur les questions de savoir : 1 ) En ce qui concerne l existence d un fondement j uridique duquel résulterait une obligation de récupération de l aide versée à la CCI : Si lorsqu un pouvoir adjudicateur bénéficiaire de subventions versées au titre du FEDER n a pas respecté une ou plusieurs règles de passation des marchés publics pour la réalisation de l action subventionnée, alors qu il n est par ailleurs pas contesté que l action est éligible à ce fonds et qu elle a été réalisée, il existe une disposition de droit communautaire, notamment dans les règlements (CEE) n 2052/88 du Conseil du 24 juin 1988 et (CEE) n 4253/88 du Conseil du 19 décembre 1988, fondant une obligation de récupération des subventions ; si elle existe, si une telle obligation vaut pour tout manquement aux règles de passation des marchés publics, ou seulement pour certains d entre eux ; dans ce dernier cas, lesquels ; 2 ) En cas de réponse au moins partiellement positi ve à la première question, en ce qui concerne les modalités de récupération d une aide indûment versée : a) Si la méconnaissance, par un pouvoir adjudicateur bénéficiant d une aide au titre du FEDER, d une ou de plusieurs règles relatives à la passation des marchés publics pour le choix du prestataire chargé de réaliser l action subventionnée constitue une irrégularité au sens du règlement n 2988/95 ; si la circonstance q ue l autorité nationale compétente ne

2 pouvait pas ignorer, au moment où elle a décidé d accorder l aide demandée au titre du FEDER, que l opérateur bénéficiaire avait méconnu les règles relatives à la passation des marchés publics pour recruter, avant même l attribution de l aide, le prestataire chargé de réaliser l action financée par celle-ci est de nature à avoir une incidence sur la qualification d irrégularité au sens du règlement n 2988/95 ; b) En cas de réponse positive à la question 2) a), et dès lors que, ainsi que l a jugé la Cour de justice (29 janvier 2009, Hauptzollamt Hamburg-Jonas / Josef Vosding Schlacht, Kühlund Zerlegebetrieb GmbH et Co, aff. C-278/07 à C-280/07), le délai de prescription prévu à l article 3 du règlement n 2988/95 est applicabl e aux mesures administratives telles que la récupération d une aide indûment perçue par un opérateur en raison d irrégularités commises par lui : - s il y a lieu de fixer le point de départ du délai de prescription à la date du versement de l aide à son bénéficiaire ou à celle de l utilisation, par ce dernier, de la subvention perçue pour rémunérer le prestataire recruté en méconnaissance d une ou plusieurs règles relatives à la passation des marchés publics ; - si ce délai doit être regardé comme étant interrompu par la transmission, par l autorité nationale compétente, au bénéficiaire de la subvention, d un rapport de contrôle constatant le non-respect des règles de passation des marchés publics et préconisant à l autorité nationale d obtenir en conséquence le remboursement des sommes versées ; - si lorsqu un Etat membre use de la possibilité que lui ouvre le paragraphe 3 de l article 3 du règlement n 2988/95 d appliquer un délai de pre scription plus long, notamment lorsqu il est fait application, en France, du délai de droit commun prévu à la date des faits en litige à l article 2262 du code civil aux termes duquel : Toutes les actions, tant réelles que personnelles, sont prescrites par trente ans (...), la compatibilité d un tel délai avec le droit communautaire, notamment avec le principe de proportionnalité, doit s apprécier au regard de la durée maximale de prescription prévue par le texte national servant de base légale à la demande de récupération de l administration nationale ou bien au regard du délai effectivement mis en oeuvre dans le cas d espèce ; c) En cas de réponse négative à la question 2) a), si les intérêts financiers de la Communauté font obstacle à ce que, pour le versement d une aide telle que celle en cause dans le présent litige, le juge fasse application des règles nationales relatives au retrait des décisions créatrices de droits, selon lesquelles, hors les hypothèses d inexistence, d obtention par fraude, ou de demande du bénéficiaire, l administration ne peut retirer une décision individuelle créatrice de droits, si elle est illégale, que dans le délai de quatre mois suivant la prise de cette décision, une décision administrative individuelle pouvant toutefois, notamment lorsqu elle correspond au versement d une aide, être assortie de conditions résolutoires, dont la réalisation permet le retrait de l aide en cause sans condition de délai - étant précisé que le Conseil d Etat a jugé qu il y avait lieu d interpréter cette règle nationale comme ne pouvant être invoquée par le bénéficiaire d une aide indûment accordée en application d un texte communautaire que s il a été de bonne foi ; Vu les autres pièces du dossier ; Vu le traité sur le fonctionnement de l Union européenne ; Vu le règlement (CEE) n 2052/88 du Conseil du 24 j uin 1988 ; Vu le règlement (CEE) n 4253/88 du Conseil du 19 d écembre 1988 ; Vu la directive 92/50/CEE du Conseil du 18 juin 1992 ;

3 Vu la directive 93/36/CEE du Conseil du 14 juin 1993 ; Vu le règlement (CEE) n 2081/93 du Conseil du 20 j uillet 1993 ; Vu le règlement (CEE) n 2082/93 du Conseil du 20 j uillet 1993 ; Vu le règlement (CE, Euratom) n 2988/95 du 18 déce mbre 1995 ; Vu la loi n du 11 juillet 1979 ; Vu le décret n du 29 décembre 1962 ; Vu l arrêt du 21 décembre 2011 rendu par la Cour de justice de l Union européenne dans l affaire C-465/10 ; Vu le code de justice administrative ; Après avoir entendu en séance publique : - le rapport de Mme Emilie Bokdam-Tognetti, Auditeur, - les observations de la SCP Rocheteau, Uzan-Sarano, avocat de la Chambre de commerce et d industrie de l Indre, - les conclusions de Mme Emmanuelle Cortot-Boucher, rapporteur public, La parole ayant été à nouveau donnée à la SCP Rocheteau, Uzan-Sarano, avocat de la Chambre de commerce et d industrie de l Indre ; Considérant qu il ressort des pièces du dossier soumis aux juges du fond que la Chambre de commerce et d industrie (CCI) de l Indre a reçu, pour la réalisation d une opération dite Objectif Entreprises, visant à rechercher des investisseurs français et étrangers susceptibles de s installer dans l Indre, une subvention d un montant de ,60 euros au titre du fonds européen de développement régional (FEDER) dans le cadre d une convention signée avec l Etat le 20 décembre 1996, ainsi que des subventions d un montant de ,33 euros et ,71 euros versées en 1996 et 1997 au titre du fonds national d aménagement et de développement du territoire (FNADT) ; que, par une décision du 23 janvier 2002, le préfet de l Indre a indiqué à la CCI de l Indre que, compte tenu de la méconnaissance des règles de passation des marchés publics pour le recrutement du prestataire de services chargé de la réalisation de cette opération, ces subventions devaient être remboursées ; qu il a émis des titres de perception correspondant aux sommes ainsi réclamées ; que, d une part, la CCI de l Indre a formé un recours gracieux contre la décision du 23 janvier 2002, qui a fait l objet d une décision implicite de rejet par le préfet de l Indre ; que, d autre part, le silence gardé sur l opposition à l exécution des titres de perception formée par la CCI auprès du trésorier-payeur général a fait naître une autre décision implicite de rejet ; que la CCI de l Indre a demandé à la juridiction administrative l annulation de l ensemble des décisions et titres mentionnés ci-dessus ; que, par plusieurs jugements du 3 juin 2004, le tribunal administratif de Limoges a rejeté ces demandes ; que, par un arrêt du 12 juin 2007, la cour administrative d appel de Bordeaux, après avoir joint les requêtes dirigées par la CCI de l Indre contre ces jugements, a annulé ceux-ci et l ensemble des décisions mentionnées ci-dessus et a déchargé la CCI de l obligation de payer les sommes en cause ; que le MINISTRE DE L INTERIEUR, DE L OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITES TERRITORIALES, suivant l interprétation donnée de ses écritures par le Conseil d Etat, statuant au contentieux dans sa décision du 5 juillet 2010, se pourvoit en cassation contre cet arrêt en tant seulement qu il concerne les subventions versées au titre du FEDER ; Considérant qu aux termes du paragraphe 1 de l article 7 du règlement (CEE) n 2052/88 du Conseil du 24 juin 1988 concernant les missions des fonds à finalité structurelle, leur

4 efficacité ainsi que la coordination de leurs interventions entre elles et celles de la Banque européenne d investissement et des autres instruments financiers existants, dans sa version en vigueur à la date des subventions litigieuses : Les actions faisant l objet d un financement par les Fonds structurels ou d un financement de la BEI ou d un autre instrument financier existant doivent être conformes aux dispositions des traités et des actes arrêtés en vertu de ceux-ci, ainsi que des politiques communautaires, y compris celles concernant les règles de concurrence, la passation des marchés publics et la protection de l environnement ; qu aux termes de l article 23 du règlement (CEE) n 4253/88 du Conseil du 19 décembre 1988 portant dispositions d application du règlement (CEE) n 2052/88 cité ci-dessus : 1. Afin de gara ntir le succès des actions menées par des promoteurs publics ou privés, les Etats membres prennent les mesures nécessaires pour : / - vérifier régulièrement que les actions financées par la Communauté ont été menées correctement, / - prévenir et poursuivre les irrégularités, / - récupérer les fonds perdus à la suite d un abus ou d une négligence. Sauf si l Etat membre et/ou l intermédiaire et/ou le promoteur apportent la preuve que l abus ou la négligence ne leur est pas imputable, l Etat membre est subsidiairement responsable du remboursement des sommes indûment versées (...) ; que l article 1er de la directive 92/50/CEE du Conseil du 18 juin 1992 portant coordination des procédures de passation des marchés publics de services, alors en vigueur, définit les marchés publics de services comme des contrats à titre onéreux conclus par écrit entre un prestataire de services et un pouvoir adjudicateur, et dispose que sont en principe considérés comme pouvoirs adjudicateurs l Etat, les collectivités territoriales, les organismes de droit public, les associations formées par une ou plusieurs de ces collectivités ou de ces organismes de droit public ; que l article 7 de cette directive prévoit que celle-ci s applique aux marchés publics de services dont le montant estimé hors taxe sur la valeur ajoutée égale ou dépasse euros ; Considérant que, dans l arrêt du 21 décembre 2011 par lequel elle s est prononcée sur les questions dont le Conseil d Etat, statuant au contentieux l avait saisie à titre préjudiciel après avoir écarté l autre moyen du pourvoi et avoir jugé que le moyen d erreur de droit soulevé par le ministre tiré de l existence d un fondement communautaire à l obligation de récupération des aides versées n était pas nouveau en cassation, la Cour de justice de l Union européenne a dit pour droit que, lorsque le bénéficiaire d une subvention octroyée au titre du FEDER est un pouvoir adjudicateur au sens de la directive 92/50/CEE du Conseil du 18 juin 1992 portant coordination des procédures de passation des marchés publics de services, et que le montant du contrat de marché public de services passé pour la réalisation de l opération faisant l objet de cette subvention dépasse le seuil de euros prévu à l article 7 de cette directive, le financement communautaire du projet est, en vertu du paragraphe 1 de l article 7 du règlement (CEE) n 2052/88 du Conseil du 24 juin 1988, subordonné au respect par le bénéficiaire des procédures de passation prévues par la directive 92/50/CEE ; qu une violation par le bénéficiaire de ces règles constitue, selon le cas, un abus ou une négligence au sens du troisième tiret du paragraphe 1 de l article 23 du règlement (CEE) n 4253/88 du Conse il du 19 décembre 1988, dès lors que, en raison de cette irrégularité, les fonds indûment perçus doivent, alors même que le projet pour laquelle l aide a été versée a été réalisé, être considérés comme perdus à la suite d un abus ou d une négligence au sens de ces dispositions ; que l article 23, paragraphe 1, troisième tiret, du règlement (CEE) n 4253/88 du Conseil du 19 décembre 1988 tel que modifié par le règlement (CEE) n 2082 /93 du Conseil du 20 juillet 1993, lu en combinaison avec l article 7, paragraphe 1, du règlement (CEE) n 2052/88 du Conseil du 24 juin 1988 tel que modifié par le règlement (CEE) n 2081/93 du Conseil du 20 juillet 1993, constitue, dans un tel cas, un fondement juridique permettant aux Etats membres de récupérer la subvention octroyée, sans qu une habilitation prévue par le droit national soit nécessaire ; que, par ailleurs, lorsque la règle violée par le bénéficiaire de la subvention

5 est l une des obligations fondamentales prévues par la directive 92/50/CEE, par exemple lorsque le bénéficiaire a décidé de l attribution d un marché public de services sans publication d un avis au Journal officiel des Communautés européennes, la récupération doit porter sur l intégralité de la subvention versée, afin de produire l effet dissuasif nécessaire à la bonne gestion des fonds structurels européens ; Considérant qu il résulte de l interprétation ainsi donnée par la Cour de justice de l Union européenne qu en jugeant qu aucune des dispositions en débat devant elle ne subordonnait l octroi des subventions allouées à la CCI de l Indre au titre du FEDER pour l opération Objectif Entreprises à la condition que les marchés conclus par la CCI pour la réalisation de cette opération respectent les règles de passation des marchés publics, et en déduisant que le préfet de l Indre n avait pu légalement se fonder sur le motif que la CCI avait attribué à la société DDB-Needham le marché public de services pour la réalisation de cette opération sans publication d un avis au Journal Officiel des Communautés européennes, pour demander à la CCI le remboursement de la subvention qui lui avait été versée au titre du FEDER à raison de l opération litigieuse, alors qu avaient été évoquées devant elle les dispositions de l article 7 du règlement (CEE) n 2052/88 du Conseil du 24 juin 1988, pour l application duquel a été pris l article 23 du règlement n 4253/88 du Conseil du 19 décembre 1988 dans sa rédaction issue du règlement (CEE) n 2082/93, qui était également men tionné par les parties, la cour administrative d appel de Bordeaux a commis une erreur de droit ; que son arrêt doit, par suite, être annulé en tant qu il se prononce sur le reversement de la subvention perçue au titre du FEDER ; Considérant qu il y a lieu, dans les circonstances de l espèce, de régler, dans cette mesure, l affaire au fond en application des dispositions de l article L du code de justice administrative ; Considérant que les conclusions des requêtes n 04B X01401 et n 04BX01404 présentent à juger des questions semblables ; qu il y a lieu de les joindre pour statuer par une seule décision ; Sur les conclusions de la requête n 04BX01401 diri gées contre le jugement n du tribunal administratif de Limoges du 3 juin 2004 en tant qu elles concernent la subvention versée au titre du FEDER : Considérant qu il ressort des pièces du dossier qu à l appui de sa demande devant le tribunal administratif de Limoges, la CCI de l Indre soutenait que les décisions litigieuses du préfet de l Indre étaient insuffisamment motivées ; que, toutefois, le tribunal administratif ne s est pas prononcé sur ce moyen, qui n était pas inopérant ; que par suite, et sans qu il soit besoin d examiner les autres moyens de la requête, le jugement attaqué doit être annulé en tant qu il se prononce sur la subvention versée au titre du FEDER ; Considérant qu il y a lieu d évoquer dans cette limite et de statuer immédiatement sur la demande présentée par la CCI de l Indre devant le tribunal administratif de Limoges ; Sans qu il soit besoin d examiner les autres moyens de la demande ; Considérant, d une part, qu il ressort des pièces du dossier que la décision du 23 janvier 2002 par laquelle le préfet de l Indre a demandé à la CCI le reversement de l aide qui lui avait été versée au titre du FEDER, qui se borne à indiquer que le non respect de la procédure de passation du marché public passé entre la CCI et l agence DDB-Needham

6 a pour conséquence d entraîner le reversement des aides perçues au titre de l opération Objectif entreprises, ne comporte aucune mention des textes applicables qui auraient fondé en droit cette décision ; que, dès lors, elle est insuffisamment motivée ; que la CCI de l Indre est fondée, par suite, à en demander pour ce motif l annulation en tant qu elle lui demande de reverser la subvention perçue au titre du FEDER ; Considérant, d autre part, que si l illégalité dont une décision est entachée n entraîne pas nécessairement l annulation de la décision par laquelle a été rejeté le recours gracieux formé à son encontre, il en va toutefois autrement lorsque la décision prise sur recours gracieux est implicite et ne peut être regardée comme exempte du vice ayant entaché la décision initiale ; que, par suite, l illégalité dont est entachée la décision du 23 janvier 2002 du préfet de l Indre, qui est insuffisamment motivée, doit entraîner l annulation de la décision implicite par laquelle le préfet a rejeté le recours gracieux formé par la CCI contre cette décision ; Considérant qu il résulte de tout ce qui précède que la CCI de l Indre est fondée à demander l annulation de la décision du préfet de l Indre du 23 janvier 2002 en tant qu elle lui demande de reverser la subvention perçue au titre du FEDER pour l opération Objectif entreprises, et de la décision implicite par laquelle le préfet a rejeté le recours gracieux formé contre cette décision dans cette mesure ; Sur les conclusions de la requête n 04BX01404 diri gées contre le jugement n du tribunal administratif de Limoges du 3 juin 2004 en tant qu elles concernent le titre de recettes d un montant de ,60 euros émis le 23 janvier 2002 et la décision implicite rejetant l opposition de la CCI de l Indre à ce titre : Sur la régularité du titre de perception litigieux : Considérant qu aux termes de l article 81 du décret du 29 décembre 1962 portant règlement général sur la comptabilité publique : Tout ordre de recette doit indiquer les bases de la liquidation ; Considérant que le titre litigieux, qui correspond à la récupération de la totalité de la subvention versée au titre du FEDER pour la première tranche de l opération de recherche d investisseurs, indique l ordonnateur, le redevable, le montant à percevoir, mentionne comme objet subvention indûment versée et comporte dans la case observations la mention FEDER 1ère tranche ; qu ainsi, il satisfait aux exigences de l article 81 du décret du 29 décembre 1962, qui n impose pas l indication des dispositions légales et réglementaires constituant le fondement de la créance ; Sur le bien-fondé du titre de perception litigieux : Considérant, en premier lieu, que l illégalité d un ordre de reversement n est pas susceptible d affecter la légalité du titre de perception ultérieurement émis par l autorité compétente au cas où l ordre de reversement n a pas été suivi d effet ; que, dès lors, la requérante n est pas fondée à demander l annulation du titre de perception litigieux par voie de conséquence de l insuffisance de motivation dont est entachée la décision du 23 janvier 2002 ; Considérant, en deuxième lieu, que la CCI de l Indre conteste le caractère indu de la subvention qui lui a été versée et l existence d un fondement juridique à la récupération de cette aide par l Etat ;

7 Considérant, d une part, que, contrairement à ce que soutient la CCI de l Indre, cette dernière avait, en tant qu établissement public administratif de l Etat, la qualité de pouvoir adjudicateur à la date à laquelle le contrat litigieux a été conclu avec la société DDB-Needham, et était par suite soumise au respect des règles de procédure de passation des marchés publics de services ; que le montant du marché litigieux, passé pour la réalisation de l action de recherche d investisseurs pour laquelle a été octroyée la subvention de ,60 euros au titre du FEDER, dépassait le seuil de euros ; que, dès lors, il résulte de ce qu a jugé la Cour de justice de l Union européenne dans son arrêt du 21 décembre 2011 rendu dans l affaire C-465/10, que le financement communautaire du projet était, en vertu du paragraphe 1 de l article 7 du règlement (CEE) n 2052/88 du Conseil du 24 juin 1988, subordonné a u respect par la CCI de l Indre des procédures de passation des marchés publics de services ; Considérant, d autre part, qu il ressort des pièces du dossier que la CCI de l Indre achoisi la société DDB-Needham pour mener à bien cette opération sans qu aucun avis d appel d offres n ait été publié au Journal officiel des Communautés européennes ; qu ainsi, la CCI a méconnu des règles fondamentales des procédures de passation des marchés publics de services ; que les fonds structurels qu elle a perçus au titre de ce projet doivent, par suite, alors même que l action de recherche d investisseurs a été réalisée, être regardés comme perdus à la suite d un abus ou d une négligence au sens du troisième tiret du paragraphe 1 de l article 23 du règlement (CEE) n 4253/88 du Conseil du 19 décembre 1988 ; Considérant, dès lors, qu il résulte de l interprétation donnée par la Cour de Justice de l Union européenne dans son arrêt du 21 décembre 2011 que l article 23, paragraphe 1, troisième tiret, du règlement (CEE) n 4253/88 du C onseil du 19 décembre 1988, lu en combinaison avec l article 7, paragraphe 1, du règlement (CEE) n 2052/88 du Conseil du 24 juin 1988, constituait un fondement juridique permettant au préfet de l Indre de récupérer auprès de la CCI l intégralité de la subvention octroyée au titre du FEDER ; Considérant, en troisième lieu, que la CCI de l Indre fait valoir qu à supposer qu elle ait commis un manquement aux règles de passation des marchés publics, le retrait de l aide octroyée n était plus légalement possible après l expiration d un délai de quatre mois en vertu des règles de droit national relatives au retrait des décisions individuelles créatrices de droit, à défaut de modalités de récupération prévues par le droit communautaire ; Considérant que lorsqu est en cause, comme c est le cas en l espèce, la légalité d un titre de perception émis pour la récupération d une aide indûment versée en application d un texte communautaire, il y a lieu de vérifier d abord si une disposition communautaire définit les modalités de récupération de cette aide ; Considérant qu aux termes de l article 1er du règlement (CE, Euratom) n 2988/95 du Conseil du 18 décembre 1995 relatif à la protection des intérêts financiers des Communautés européennes : 1. Aux fins de la protection des intérêts financiers des Communautés européennes, est adoptée une réglementation générale relative à des contrôles homogènes et à des mesures et des sanctions administratives portant sur des irrégularités au regard du droit communautaire. / 2. Est constitutive d une irrégularité toute violation d une disposition du droit communautaire résultant d un acte ou d une omission d un opérateur économique qui a ou aurait pour effet de porter préjudice au budget général des Communautés ou à des budgets gérés par celles-ci, soit par la diminution ou la suppression de recettes provenant des ressources propres perçues directement pour le compte des Communautés, soit par une dépense indue ; qu aux termes de l article 3 du

8 même règlement : 1. Le délai de prescription des poursuites est de quatre ans à partir de la réalisation de l irrégularité visée à l article 1er paragraphe 1. (...) / Pour les irrégularités continues ou répétées, le délai de prescription court à compter du jour où l irrégularité a pris fin. Pour les programmes pluriannuels, le délai de prescription s étend en tout cas jusqu à la clôture définitive du programme. / La prescription des poursuites est interrompue par tout acte, porté à la connaissance de la personne en cause, émanant de l autorité compétente et visant à l instruction ou à la poursuite de l irrégularité. Le délai de prescription court à nouveau à partir de chaque acte interruptif (...) / 3. Les Etats membres conservent la possibilité d appliquer un délai plus long que celui prévu respectivement au paragraphe 1 et au paragraphe 2 ; qu enfin, aux termes de l article 4 de ce règlement : 1. Toute irrégularité entraîne, en règle générale, le retrait de l avantage indûment obtenu : / - par l obligation de verser les montants dus ou de rembourser les montants indûment perçus (...) ; Considérant que, dans l arrêt du 21 décembre 2011 par lequel elle s est prononcée sur les questions dont le Conseil d Etat, statuant au contentieux l avait saisie à titre préjudiciel dans la présente affaire, la Cour de justice de l Union européenne a dit pour droit que la méconnaissance, par un pouvoir adjudicateur bénéficiant d une subvention FEDER, des règles relatives à la passation des marchés publics lors de l attribution du marché ayant pour objet la réalisation de l action subventionnée, constitue une irrégularité au sens de l article 1er du règlement (CE, Euratom) n 2988/95 du Conseil, du 18 décembre 1995, même lorsque l autorité nationale compétente ne pouvait pas ignorer, lors de l octroi de cette subvention, que le bénéficiaire avait déjà décidé de l identité du prestataire à qui il confierait la réalisation de l action subventionnée ; qu en effet, dès lors que les fonds structurels ne sauraient servir à financer des actions menées en méconnaissance de la directive 92/50/CEE, la violation par le bénéficiaire d une subvention FEDER, en sa qualité de pouvoir adjudicateur, des règles de passation des marchés publics de services en vue de la réalisation de l action subventionnée entraîne une dépense indue et porte ainsi préjudice au budget de l Union ; qu ainsi que l a jugé la Cour de justice de l Union européenne dans le même arrêt, dans de telles circonstances, cette violation perdure pendant toute la durée d exécution du contrat illégalement conclu entre le prestataire et le bénéficiaire de cette subvention, de sorte que l irrégularité doit être considérée comme une irrégularité continue au sens de l article 3, paragraphe 1, deuxième alinéa, du règlement n 2988/95 ; Considérant qu il résulte de l interprétation ainsi donnée par la Cour de justice de l Union européenne que les modalités de récupération de la subvention indûment perçue par la CCI de l Indre au titre du FEDER pour l opération Objectif entreprises ne sont pas régies par les règles de droit national relatives aux conditions de retrait des décisions individuelles créatrices de droits invoquées par la requérante, mais par les dispositions du règlement (CE, Euratom) n 2988/95 du Conseil du 18 décembre 1995, qui est applicable à l irrégularité continue commise par la CCI de l Indre et permet la poursuite d une irrégularité au-delà d un délai de quatre mois ; que, dès lors, la CCI de l Indre n est pas fondée à soutenir que le titre de perception litigieux serait illégal au motif que la récupération de cette subvention aurait été demandée plus de quatre mois après son attribution ; Considérant, en quatrième lieu, que la requérante soutient qu à supposer que le règlement (CE, Euratom) n 2988/95 du Conseil du 18 décembre 1995 soit applicable, l irrégularité commise serait prescrite à la date du 23 janvier 2002 en vertu du délai de quatre ans prévu par le paragraphe 1 de l article 3 de ce règlement ;

9 Considérant qu ainsi que l a jugé la Cour de justice de l Union européenne dans son arrêt du 21 décembre 2011, en présence d une irrégularité continue telle que celle en cause dans la présente affaire, le délai de prescription de quatre années prévu par le paragraphe 1 de l article 3 du règlement n 2988/95 aux fins d e la récupération de la subvention indûment versée commence à courir à compter du jour où s achève l exécution du contrat de marché public illégalement passé ; Considérant qu il ressort des pièces du dossier que le contrat de recherche d investisseurs signé entre la CCI de l Indre et la société DDB-Needham le 20 mai 1996 a été conclu pour une durée d un an renouvelable, dans la limite d une durée totale de trois ans ; que ce contrat a été exécuté et qu il ne ressort d aucune pièce du dossier qu il aurait été résilié avant la fin de la période de trois ans ; que, dès lors, le délai de quatre années prévu par l article 3 du règlement (CE, Euratom) n 2988/95 n était pas expiré à la date du 23 janvier 2002 ; qu ainsi, contrairement à ce que soutient la requérante, l irrégularité en cause n était pas prescrite ; Considérant qu il résulte de tout ce qui précède que la CCI de l Indre n est pas fondée à se plaindre de ce que, par le jugement attaqué, le tribunal administratif de Limoges a rejeté ses conclusions tendant à l annulation du titre de perception d un montant de ,60 euros émis à son encontre et de la décision implicite rejetant son opposition à ce titre ; Sur les conclusions de la CCI de l Indre présentées au titre des dispositions de l article L du code de justice administrative : Considérant qu il n y a pas lieu, dans les circonstances de l espèce, de mettre à la charge de l Etat la somme que demande la CCI de l Indre au titre des dispositions de l article L du code de justice administrative ; DECIDE Article 1er : L arrêt de la cour administrative d appel de Bordeaux du 12 juin 2007 est annulé en tant, d une part, qu il annule les jugements n et n du 3 juin 2004 du tribunal administratif de Limoges en tant qu ils rejettent les conclusions de la Chambre de commerce et d industrie (CCI) de l Indre tendant, pour le premier, à l annulation de la décision du préfet de l Indre du 23 janvier 2002 en ce qu elle lui demande de reverser la subvention d un montant de ,60 euros perçue au titre du fonds européen de développement régional (FEDER), ensemble la décision implicite du préfet de l Indre rejetant le recours gracieux contre cette décision dans cette mesure, et pour le second, à l annulation du titre de recettes d un montant de ,60 euros émis à son encontre et de la décision implicite rejetant son opposition à ce titre, et d autre part, qu il annule dans cette mesure ces décisions et ce titre. Article 2 : Le jugement n du 3 juin 2004 du tribunal administratif de Limoges est annulé en tant qu il rejette les conclusions de la demande de la CCI de l Indre tendant à l annulation de la décision du préfet de l Indre du 23 janvier 2002 en ce qu elle lui demande de reverser la subvention d un montant de ,60 euros perçue au titre du fonds européen de développement régional (FEDER) et de la décision implicite du préfet de l Indre rejetant le recours gracieux contre cette décision dans cette mesure. Article 3 : La décision du préfet de l Indre du 23 janvier 2002, en ce qu elle demande à la CCI de l Indre de reverser la subvention d un montant de ,60 euros perçue au titre du fonds européen de développement régional (FEDER), et la décision implicite du préfet

10 de l Indre rejetant le recours gracieux contre cette décision dans cette mesure sont annulées. Article 4 : Le surplus des conclusions de la requête n 04BX01404 est rejeté. Article 5 : Les conclusions de la Chambre de commerce et d industrie de l Indre présentées au titre des dispositions de l article L du code de justice administrative sont rejetées. Article 6 : La présente décision sera notifiée au MINISTRE DE L INTERIEUR, DE L OUTRE-MER, DES COLLECTIVITES TERRITORIALES ET DE L IMMIGRATION et à la Chambre de commerce et d industrie de l Indre.

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 295358 Mentionné dans les tables du recueil Lebon 3ème et 8ème sous-sections réunies M. Martin, président Mme Anne Egerszegi, rapporteur M. Glaser Emmanuel, commissaire du gouvernement

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 364551 ECLI:FR:CESSR:2013:364551.20130311 Mentionné dans les tables du recueil Lebon Mme Laurence Marion, rapporteur M. Bertrand Dacosta, rapporteur public FOUSSARD ; SCP BOULLOCHE, avocat(s)

Plus en détail

SCP DELAPORTE, BRIARD, TRICHET ; SCP BARTHELEMY, MATUCHANSKY, VEXLIARD, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP DELAPORTE, BRIARD, TRICHET ; SCP BARTHELEMY, MATUCHANSKY, VEXLIARD, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 16/02/2011 Conseil d État N 329254 Publié au recueil Lebon 5ème et 4ème sous-sections réunies M. Arrighi de Casanova, président M. Xavier de Lesquen, rapporteur Mme Lieber Sophie-Justine, commissaire

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État statuant au contentieux N 286316 Mentionné aux Tables du Recueil Lebon M. Jean-Pierre Jouguelet, Rapporteur M. Boulouis, Commissaire du gouvernement M. Martin, Président 7ème et 2ème sous-sections

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 307321 Mentionné dans les tables du recueil Lebon 5ème et 4ème sous-sections réunies M. Daël, président M. Marc Lambron, rapporteur M. Thiellay Jean-Philippe, commissaire du gouvernement

Plus en détail

Acte anormal de gestion et renonciation un droit l affaire EXOR (4 juin 2012)

Acte anormal de gestion et renonciation un droit l affaire EXOR (4 juin 2012) Juin 2012 v1 Acte anormal de gestion et renonciation un droit l affaire EXOR (4 juin 2012) La renonciation à une renégociation d un contrat de prêt est elle un acte anormal de gestion? Une société acquiert

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Bordeaux N 10BX00529 Inédit au recueil Lebon 6ème chambre (formation à 3) M. JACQ, président M. Jean-Emmanuel RICHARD, rapporteur M. GOSSELIN, rapporteur public BOULLOCHE,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 325834 Inédit au recueil Lebon 8ème et 3ème sous-sections réunies M. Arrighi de Casanova, président Mme Eliane Chemla, rapporteur M. Olléon Laurent, rapporteur public LE PRADO, avocat(s)

Plus en détail

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l audience ; Après avoir entendu au cours de l audience publique du 24 novembre 2009 :

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l audience ; Après avoir entendu au cours de l audience publique du 24 novembre 2009 : Cour Administrative d Appel de Bordeaux 6 ème chambre (formation à 3) 22 décembre 2009 Rejet Sources : - http://www.legifrance.gouv.fr Références au greffe : - Pourvoi n 08BX02277 Références de publication

Plus en détail

Sur le premier moyen :

Sur le premier moyen : Assurance sur la vie Procédure fiscale - Contrôle des déclarations de succession - Procédure de répression des abus de droit Cass. com., 26 octobre 2010, N de pourvoi: 09-70927, Non publié au bulletin

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 11DA01951 Inédit au recueil Lebon M. Nowak, président M. Hubert Delesalle, rapporteur M. Moreau, rapporteur public SELARL LÉTANG &ASSOCIÉS, avocat(s) 1re chambre

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE --- AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE --- AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Cour de discipline budgétaire et financière Première section Arrêt du 11 octobre 2013, «Maison de retraite intercommunale de Champcevrais» N 191-701 REPUBLIQUE FRANCAISE --- AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 296948 Mentionné dans les tables du recueil Lebon 7ème et 2ème sous-sections réunies M. Martin, président M. Alban de Nervaux, rapporteur M. Dacosta Bertrand, commissaire du gouvernement

Plus en détail

Vu I ), la requête, enregistrée le 2 avril 2007, sous le n 0700806 présentée par Mme Michèle GODICHAUD, domiciliée à Beau Soleil à Gençay (86160) ;

Vu I ), la requête, enregistrée le 2 avril 2007, sous le n 0700806 présentée par Mme Michèle GODICHAUD, domiciliée à Beau Soleil à Gençay (86160) ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE POITIERS er N os 0700806, 0701422 Mme Michèle GODICHAUD c/ - Inspecteur de l académie de la Vienne - Recteur de l académie de Poitiers Mme Jaffré Rapporteur RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 269102 Mentionné dans les tables du recueil Lebon 8ème et 3ème sous-sections réunies M. Martin, président M. Thomas Andrieu, rapporteur M. Olléon, commissaire du gouvernement SCP ROGER,

Plus en détail

3 ) d enjoindre au CNFPT d organiser de nouvelles élections, dans un délai de deux mois à compter de la notification du jugement à intervenir ;

3 ) d enjoindre au CNFPT d organiser de nouvelles élections, dans un délai de deux mois à compter de la notification du jugement à intervenir ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS N 1431317, 1500865/5-1 Union Syndicale SUD des SDIS de France et des DOM-TOM M. Guiader Rapporteur M. Martin-Genier Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 10DA01327 Inédit au recueil Lebon 2e chambre - formation à 3 M. Mortelecq, président Mme Perrine Hamon, rapporteur M. Minne, rapporteur public COIN, avocat(s) lecture

Plus en détail

SCP BARADUC, DUHAMEL ; SCP MASSE-DESSEN, THOUVENIN, COUDRAY, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP BARADUC, DUHAMEL ; SCP MASSE-DESSEN, THOUVENIN, COUDRAY, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 342291 ECLI:FR:CESSR:2013:342291.20130703 Publié au recueil Lebon 4ème et 5ème sous-sections réunies M. Régis Fraisse, rapporteur Mme Gaëlle Dumortier, rapporteur public SCP BARADUC, DUHAMEL

Plus en détail

Décision du Conseil d Etat : Le refus d autorisation de raccordement définitif peut faire l objet de recours

Décision du Conseil d Etat : Le refus d autorisation de raccordement définitif peut faire l objet de recours Document Raccordements électriques Décision du Conseil d Etat : Le refus d autorisation de raccordement définitif peut faire l objet de recours Conseil d État N 343442 Mentionné dans les tables du recueil

Plus en détail

Cour de cassation. Chambre sociale

Cour de cassation. Chambre sociale Cour de cassation Chambre sociale Audience publique du 12 juin 2014 Pourvoi n 12-29063 Pourvoi n 13-11448 Publié au bulletin Rejet Cour de cassation Chambre sociale Audience publique du 12 juin 2014 N

Plus en détail

La liberté de circulation vue par le traite de l union européenne

La liberté de circulation vue par le traite de l union européenne Revirement de jurisprudence??? La taxation forfaitaire de l article 164C CGI est contraire à la liberté de circulation des capitaux L arrêt Kramer du 26 décembre 2013 Les faits M. et Mme B...A..., de nationalité

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Bordeaux N 07BX00650 Inédit au recueil Lebon M. LEDUCQ, président Mme Evelyne BALZAMO, rapporteur M. ZUPAN, commissaire du gouvernement SCP CHARREL ET ASSOCIÉS, avocat(s)

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 367724 ECLI:FR:CESSR:2015:367724.20150204 Mentionné dans les tables du recueil Lebon 5ème / 4ème SSR Mme Leïla Derouich, rapporteur Mme Fabienne Lambolez, rapporteur public SCP DIDIER,

Plus en détail

Jurisprudence catégorie «DICTDR» - Cour administrative d'appel de Bordeaux. 7 mars 2006 REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Jurisprudence catégorie «DICTDR» - Cour administrative d'appel de Bordeaux. 7 mars 2006 REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Jurisprudence catégorie «DICTDR» - Cour administrative d'appel de Bordeaux 7 mars 2006 Cour administrative d appel de Bordeaux N 02BX02124 Inédit au recueil Lebon 3EME CHAMBRE (FORMATION A 3) M. MADEC,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Paris N 11PA02525 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre M. PERRIER, président Mme Michelle SANSON, rapporteur M. ROUSSET, rapporteur public SELARL DAVIDEAU ASSOCIES, avocat(s)

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Nantes N 12NT00637 Inédit au recueil Lebon 1ère Chambre M. PIOT, président Mme Valérie COIFFET, rapporteur Mme WUNDERLICH, rapporteur public GUILLOUX, avocat(s) lecture du

Plus en détail

TROISIÈME SECTION AFFAIRE COOPERATIVA DE CREDIT SĂTMĂREANA. (Requête n o 32125/04) ARRÊT STRASBOURG. 11 mars 2014

TROISIÈME SECTION AFFAIRE COOPERATIVA DE CREDIT SĂTMĂREANA. (Requête n o 32125/04) ARRÊT STRASBOURG. 11 mars 2014 TROISIÈME SECTION AFFAIRE COOPERATIVA DE CREDIT SĂTMĂREANA c. ROUMANIE (Requête n o 32125/04) ARRÊT STRASBOURG 11 mars 2014 Cet arrêt deviendra définitif dans les conditions définies à l article 44 2 de

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 321416 Mentionné dans les tables du recueil Lebon 8ème et 3ème sous-sections réunies M. Vigouroux, président M. Nicolas Agnoux, rapporteur Mme Escaut Nathalie, commissaire du gouvernement

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Versailles N 12VE00585 Inédit au recueil Lebon 5ème chambre Mme COËNT-BOCHARD, président Mme Sylvie MEGRET, rapporteur Mme BESSON-LEDEY, rapporteur public SCP VAILLANT &

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 06MA01524 Inédit au recueil Lebon M. GUERRIVE, président Mme Sylvie CAROTENUTO, rapporteur Mme BUCCAFURRI, commissaire du gouvernement SELARL BURLETT PLENOT SUARES

Plus en détail

CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux REPUBLIQUE FRANÇAISE. Nos 313710, 313713 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux REPUBLIQUE FRANÇAISE. Nos 313710, 313713 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux Nos 313710, 313713 ASSOCIATION NATIONALE D'ASSISTANCE AUX FRONTIERES POUR LES ETRANGERS (ANAFE) et GROUPE D'INFORMATION ET DE SOUTIEN DES IMMIGRES (GISTI) M. Jérôme

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence de la Consommation et de la Répression des Fraudes Retour au sommaire N 8 du 26 septembre 2006 Arrêt de la cour d appel de Paris (1 re chambre, section H) en date du

Plus en détail

2 ) de mettre à la charge de l Etat la somme de 3 000 euros en application de l article L. 761-1 du code de justice administrative ;

2 ) de mettre à la charge de l Etat la somme de 3 000 euros en application de l article L. 761-1 du code de justice administrative ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE CERGY-PONTOISE N 1407765 COMITE CENTRAL D'ENTREPRISE HJ HEINZ FRANCE SAS et autres Mme Lorin Rapporteur M. Charier Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 13/10/2011 Cour Administrative d Appel de Versailles N 08VE00008 Inédit au recueil Lebon 5ème chambre M. MOUSSARON, président M. Frédéric MARTIN, rapporteur M. DAVESNE, commissaire du gouvernement

Plus en détail

-----------------------------------------------------------------------------------------------------

----------------------------------------------------------------------------------------------------- TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LILLE N 1003008 N 1003238 PREFET DU NORD Mme Frackowiak Rapporteur M. Lavail Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Lille

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA CHAMBRE,

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA CHAMBRE, Jugement n 2015-0011 Audience publique du 9 juillet 2015 Jugement prononcé le 30 juillet 2015 Commune de Pithiviers (Loiret) 045 044 252 Exercices 2008 à 2013 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

Plus en détail

Arrêt du 17 juin 2014, «Société de valorisation foncière et immobilière (SOVAFIM)» REPUBLIQUE FRANCAISE --- AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

Arrêt du 17 juin 2014, «Société de valorisation foncière et immobilière (SOVAFIM)» REPUBLIQUE FRANCAISE --- AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Cour de discipline budgétaire et financière Première section Arrêt du 17 juin 2014, «Société de valorisation foncière et immobilière (SOVAFIM)» N 193-696 -------------- REPUBLIQUE FRANCAISE --- AU NOM

Plus en détail

2 ) de mettre à la charge de la commune de Goyave une somme de 700 euros au titre de l article L.761-1 du code de justice administrative ;

2 ) de mettre à la charge de la commune de Goyave une somme de 700 euros au titre de l article L.761-1 du code de justice administrative ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE BASSE-TERRE N 1100754 Mme Marie-Line A... M. Sauton Rapporteur M. Porcher Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Basse-Terre

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 23 octobre 2012 N de pourvoi: 11-23521 Publié au bulletin Rejet M. Espel (président), président Me Blondel, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s)

Plus en détail

CINQUIÈME SECTION DÉCISION

CINQUIÈME SECTION DÉCISION CINQUIÈME SECTION DÉCISION Requête n o 29395/09 SOCIÉTÉ CRT FRANCE INTERNATIONAL contre la France La Cour européenne des droits de l homme (cinquième section), siégeant le 3 mars 2015 en une chambre composée

Plus en détail

Vu, I, sous le n 13BX02448, la requête enregistrée le 23 août 2013, présentée par la commune d Aragnouet par le cabinet d avocat Noyer-Cazcarra ;

Vu, I, sous le n 13BX02448, la requête enregistrée le 23 août 2013, présentée par la commune d Aragnouet par le cabinet d avocat Noyer-Cazcarra ; COUR ADMINISTRATIVE D APPEL DE BORDEAUX NBA N s 13BX02448, 13BX02449 Commune d Aragnouet M. Robert Lalauze Président M. Henri Philip de Laborie Rapporteur REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

Plus en détail

Vu la requête, enregistrée le 21 septembre 2011, présentée pour Mme M.H. [ ], par Me Jorion, avocat ; Mme M.H. demande au tribunal :

Vu la requête, enregistrée le 21 septembre 2011, présentée pour Mme M.H. [ ], par Me Jorion, avocat ; Mme M.H. demande au tribunal : TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE CERGY-PONTOISE N 1110539 Mme M. H. M. Mulot Rapporteur M. Merenne Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Cergy-Pontoise,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 331669 Mentionné dans les tables du recueil Lebon 5ème et 4ème sous-sections réunies M. Philippe Martin, président Mme Anissia Morel, rapporteur Mme Sophie-Justine Lieber, rapporteur public

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 14/01/2015 Cour Administrative d Appel de Nancy N 13NC01839 Inédit au recueil Lebon 2ème chambre - formation à 3 M. MARTINEZ, président M. Olivier DI CANDIA, rapporteur M. GOUJON-FISCHER, rapporteur

Plus en détail

M. Couzinet Président Le Tribunal adm inistratif d'amiens. M -Tm y. Le président du tribunal Rapporteur public

M. Couzinet Président Le Tribunal adm inistratif d'amiens. M -Tm y. Le président du tribunal Rapporteur public TRIBUNAL ADMINISTRATIF D'AMIENS N 1003418 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS M. Couzinet Président Le Tribunal adm inistratif d'amiens M -Tm y. Le président du tribunal Rapporteur public

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 392476 ECLI:FR:CESSR:2015:392476.20151109 Inédit au recueil Lebon 1ère et 6ème sous-sections réunies Mme Marie Sirinelli, rapporteur M. Jean Lessi, rapporteur public SCP GATINEAU, FATTACCINI,

Plus en détail

Contributions et taxes

Contributions et taxes du PMU, pour son activité dans le réseau physique, à l imposition à laquelle seraient soumis les opérateurs en ligne ne serait sans doute pas considérée comme constituant une distorsion de concurrence

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS CAA de NANCY N 14NC00699 Inédit au recueil Lebon 2ème chambre - formation à 3 M. MARTINEZ, président Mme Laurie GUIDI, rapporteur M. GOUJON-FISCHER, rapporteur public FIDAL SOCIÉTÉS D AVOCATS, avocat(s)

Plus en détail

C O N V E N T I O N N 20XX-XX-XXX - XX

C O N V E N T I O N N 20XX-XX-XXX - XX FOR02 v. 4 d u 15.05.2012 DG2/DPR/CRE 2007-2013 Proj. XXXX-XX-XXX CO XX-2012 (Gestionnaires du projet) C O N V E N T I O N N 20XX-XX-XXX - XX «Compétitivité régionale et emploi» 2007-2013 Relative à la

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMÉRIQUE Ordonnance n o 2015-1033 du 20 août 2015 relative au règlement extrajudiciaire des litiges de consommation

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE VERSAILLES sl

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE VERSAILLES sl TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE VERSAILLES sl N 1303891 M. X. Mme Ozenne Rapporteur Mme Syndique Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Versailles (3 ème

Plus en détail

Mme Lambremon (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Mme Lambremon (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 30/11/2015 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 18 novembre 2015 N de pourvoi: 14-16112 ECLI:FR:CCASS:2015:SO01874 Non publié au bulletin Rejet Mme Lambremon (conseiller le plus

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 23/10/2015 Cour Administrative d Appel de Nancy N 14NC01413 Inédit au recueil Lebon 2ème chambre - formation à 3 M. MARTINEZ, président Mme Laurie GUIDI, rapporteur M. GOUJON-FISCHER, rapporteur public

Plus en détail

Police administrative. Interdiction de sortie du territoire

Police administrative. Interdiction de sortie du territoire COMMUNIQUÉ DE PRESSE Police administrative Interdiction de sortie du territoire Le tribunal administratif de Paris se prononce pour la première fois sur la légalité de décisions d interdiction de sortie

Plus en détail

La société civile immobilière Saint-Etienne et M. et Mme Aime demandent à la

La société civile immobilière Saint-Etienne et M. et Mme Aime demandent à la ld COUR ADMINISTRATIVE D APPEL DE LYON N 12LY00100 ------------------ Société civile immobilière Saint-Etienne et M. et Mme Aime M. Bourrachot Président M. Segado Rapporteur RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS COUR ADMINISTRATIVE D APPEL DE LYON N 08LY02748 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre - formation à 3 M. du BESSET, président M. Philippe ARBARETAZ, rapporteur Mme GONDOUIN, rapporteur public POUJADE, avocat(s)

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF de BESANCON RÉPUBLIQUE FRANÇAISE N 1401378 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. Football Club X Association Football Club Y

TRIBUNAL ADMINISTRATIF de BESANCON RÉPUBLIQUE FRANÇAISE N 1401378 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. Football Club X Association Football Club Y N 1401378 TRIBUNAL ADMINISTRATIF de BESANCON Football Club X Association Football Club Y M. Fabre Rapporteur RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le tribunal administratif de Besançon, (2 ème

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES Décret n o 2013-269 du 29 mars 2013 relatif à la lutte contre les retards de paiement dans les contrats de la commande

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 10/02/2012 Cour administrative d appel de Marseille N 01MA02002 Inédit au recueil Lebon 5EME CHAMBRE - FORMATION A 3 Mme BONMATI, président M. Michel POCHERON, rapporteur M. LOUIS, commissaire du

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LYON

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LYON TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LYON N 1101904 Mme B M. Rivière Rapporteur Mme Lesieux Rapporteur public Audience du 15 janvier 2014 Lecture du 29 janvier 2014 01-05-01-03 49-05-08 R-HM RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

Plus en détail

Organisation et fonctionnement des Tribunaux administratifs

Organisation et fonctionnement des Tribunaux administratifs S O M M A I R E Organisation et fonctionnement des Tribunaux administratifs Page 1 CHAPITRE I Dispositions générales page 1 CHAPITRE II Organisation et compétence page 1 CHAPITRE III Procédures page 2

Plus en détail

JUGEMENT REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

JUGEMENT REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS A Centre hospitalier de la Risle (Département de l Eure) 027 047 999 Centre des finances publiques de Pont-Audemer Exercices 2005 à 2007 Jugement n 2012-0011 Audience publique du 22 juin 2012 Lecture publique

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 29 octobre 2014 N de pourvoi: 13-19729 ECLI:FR:CCASS:2014:C101250 Publié au bulletin Cassation partielle Mme Batut (président), président Me Le Prado,

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ. Direction de la sécurité sociale

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ. Direction de la sécurité sociale SANTÉ Professions de santé MINISTÈRE DE LA JUSTICE _ MINISTÈRE DES OUTRE-MER _ Direction de la sécurité sociale _ MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ _ Circulaire interministérielle DSS n o

Plus en détail

CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES (1 ère section) Décision du 28 juin 2012

CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES (1 ère section) Décision du 28 juin 2012 Recours 12/08 CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES (1 ère section) Décision du 28 juin 2012 Dans l affaire enregistrée sous le n 12-08 ayant pour objet un recours introduit le 29 février 2012 pour

Plus en détail

Les personnes résidant à l étranger qui ne sont pas affiliées à la sécurité sociale française sont désormais en droit de réclamer le remboursement :

Les personnes résidant à l étranger qui ne sont pas affiliées à la sécurité sociale française sont désormais en droit de réclamer le remboursement : Contributions sociales sur les revenus du patrimoine: le Conseil d'état ouvre la voie au remboursement d Comme on pouvait s y attendre, le Conseil d État a jugé illégal l assujettissement aux prélèvements

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 72 11 août 2000. S o m m a i r e INDEMNISATION DES INVESTISSEURS

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 72 11 août 2000. S o m m a i r e INDEMNISATION DES INVESTISSEURS MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 1421 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 72 11 août 2000 S o m m a i r e INDEMNISATION DES INVESTISSEURS Loi

Plus en détail

Mme Bignon (conseiller doyen faisant fonction de président), président. SCP Garreau, Bauer-Violas et Feschotte-Desbois, SCP Odent et Poulet, avocat(s)

Mme Bignon (conseiller doyen faisant fonction de président), président. SCP Garreau, Bauer-Violas et Feschotte-Desbois, SCP Odent et Poulet, avocat(s) Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 24 septembre 2014 N de pourvoi: 13-21339 ECLI:FR:CCASS:2014:C101057 Non publié au bulletin Rejet Mme Bignon (conseiller doyen faisant fonction de

Plus en détail

13 Madame S a formé un pourvoi en cassation contre cet arrêt devant le Högsta domstolen (cour suprême).

13 Madame S a formé un pourvoi en cassation contre cet arrêt devant le Högsta domstolen (cour suprême). Isabelle Chaumont Avocate Au Barreau de Lyon Lettre d actualité Mars 2008 DROIT DES PERSONNES ET DE LA FAMILLE DROIT DE LA CONSOMMATION DROIT BANCAIRE RECOUVREMENT DE CREANCES CIVILES ET COMMERCIALES PROCEDURES

Plus en détail

SCP ROGER, SEVAUX ; SCP MASSE-DESSEN, THOUVENIN, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP ROGER, SEVAUX ; SCP MASSE-DESSEN, THOUVENIN, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 301572 Publié au recueil Lebon Assemblée M. Sauvé, président M. Raphaël Chambon, rapporteur M. Roger-Lacan Cyril, commissaire du gouvernement SCP ROGER, SEVAUX ; SCP MASSE-DESSEN, THOUVENIN,

Plus en détail

CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES (1 ère section) Décision du 15 décembre 2010. la Chambre de recours des Ecoles européennes, composée de

CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES (1 ère section) Décision du 15 décembre 2010. la Chambre de recours des Ecoles européennes, composée de Recours 10/63 CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES (1 ère section) Décision du 15 décembre 2010 Dans l affaire enregistrée au greffe de la Chambre sous le n 10/63, ayant pour objet un recours introduit

Plus en détail

Me Ricard, SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Me Ricard, SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 30 mai 2012 N de pourvoi: 11-13087 Non publié au bulletin Rejet M. Charruault (président), président Me Ricard, SCP Célice, Blancpain et Soltner,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 373858 ECLI:FR:CESSR:2015:373858.20150605 Mentionné dans les tables du recueil Lebon 9ème / 10ème SSR M. Julien Anfruns, rapporteur Mme Emilie Bokdam-Tognetti, rapporteur public SCP ORTSCHEIDT,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMÉRIQUE Décret n o 2015-1382 du 30 octobre 2015 relatif à la médiation des litiges de la consommation NOR :

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS JUGEMENT

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS JUGEMENT Université d Orléans 045 098 982 Exercices 2009 à 2010 Audience publique du 2 avril 2013 Jugement n 2013-0006 Lecture publique en date du 30 avril 2013 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS JUGEMENT LA CHAMBRE RÉGIONALE

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Bordeaux N 09BX02843 Inédit au recueil Lebon M. LEDUCQ, président Mme Evelyne BALZAMO, rapporteur M. ZUPAN, commissaire du gouvernement ROORYCK, avocat(s) 1ère chambre -

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG N 1102824 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE ASSOCIATION PIETONS 67 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. Mme Privet Rapporteur

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG N 1102824 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE ASSOCIATION PIETONS 67 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. Mme Privet Rapporteur TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG N 1102824 ASSOCIATION PIETONS 67 Mme Privet Rapporteur Mme Messe Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Strasbourg

Plus en détail

Loi relative à l exercice et à l organisation de la profession de médecin

Loi relative à l exercice et à l organisation de la profession de médecin République du Cameroun /p.48/ /p.49/ Loi relative à l exercice et à l organisation de la profession de médecin Loi N 90-36 du 10 août 1990 Loi N 90-36 du 10 août 1990 Relative à l exercice et à l organisation

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2015-494 QPC du 16 octobre 2015. Consorts R.

Commentaire. Décision n 2015-494 QPC du 16 octobre 2015. Consorts R. Commentaire Décision n 2015-494 QPC du 16 octobre 2015 Consorts R. (Procédure de restitution, au cours de l information judiciaire, des objets placés sous main de justice) La Cour de cassation a renvoyé

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 29/05/2013 Cour Administrative d Appel de Nancy N 12NC00126 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre - formation à 3 M. LAPOUZADE, président Mme Pascale ROUSSELLE, rapporteur M. WIERNASZ, rapporteur public

Plus en détail

N 392809 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 392809 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux N 392809 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE SOCIÉTÉ ROCHE SAS Ordonnance du 21 septembre 2015 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LE JUGE DES RÉFÉRÉS Vu la procédure suivante : Par une requête

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Paris N 11PA02799 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre M. PERRIER, président M. Jean-Marie PIOT, rapporteur M. ROUSSET, rapporteur public COIN, avocat(s) lecture du mercredi

Plus en détail

RECOURS CONTRE UNE DECISION DE REFUS D ADMISSION DANS UNE FILIERE APRES UN ECHEC DEFINITIF

RECOURS CONTRE UNE DECISION DE REFUS D ADMISSION DANS UNE FILIERE APRES UN ECHEC DEFINITIF Référence Titre Résumé Arrêt 2013.9 du 12 février 2014 en la cause X. contre la Direction générale de la Haute école de Genève et la Haute Ecole du paysage, d ingénierie et d architecture de Genève (HEPIA).

Plus en détail

NOTE DE SERVICE. N 01-045-A82-B2 du 3 avril 2001 NOR : BUD R 01 00045 N. Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique

NOTE DE SERVICE. N 01-045-A82-B2 du 3 avril 2001 NOR : BUD R 01 00045 N. Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique NOTE DE SERVICE N 01-045-A82-B2 du 3 avril 2001 NOR : BUD R 01 00045 N Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique RECOUVREMENT DES TAXES D'URBANISME ANALYSE Paiement des intérêts moratoires

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 09MA02599 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre-formation à 3 Mme FELMY, président M. Dominique REINHORN, rapporteur M. GUIDAL, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

La détermination du domicile fiscal est une opération complexe qui donne lieu à de fréquentes contestations. D où une jurisprudence abondante.

La détermination du domicile fiscal est une opération complexe qui donne lieu à de fréquentes contestations. D où une jurisprudence abondante. Retraités établis hors de France: le Conseil d'état précise les critères de détermination de la résidence fis Le Conseil d État considère qu un contribuable établi à l étranger dont l unique source de

Plus en détail

tous deux comparants par la SELARL DUMONS & Associés, Société d avocats au barreau de NOUMEA,

tous deux comparants par la SELARL DUMONS & Associés, Société d avocats au barreau de NOUMEA, TRIBUNAL DU TRAVAIL DE NOUMÉA N 04/00282 Présidente : Mme LE TAILLANTER RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier : Corinne LEROUX Jugement du 21 Juillet 2006 PARTIES EN CAUSE : DEMANDEURS

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 370797 ECLI:FR:CESJS:2015:370797.20151102 Inédit au recueil Lebon 8ème SSJS M. Etienne de Lageneste, rapporteur Mme Nathalie Escaut, rapporteur public SCP DELAPORTE, BRIARD, TRICHET, avocat(s)

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MARSEILLE

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MARSEILLE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MARSEILLE N 0703444 M. Geoffroy CHEVALIER M. Retterer Rapporteur M. Chanon Rapporteur public Audience du 15 juin 2010 Lecture du 29 juin 2010 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 11 février 2014 N de pourvoi: 13-11197 ECLI:FR:CCASS:2014:C300194 Non publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président Me Foussard, SCP

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 259385 Publié au recueil Lebon 1ère et 6ème sous-sections réunies Mme Hagelsteen, président Mlle Anne Courrèges, rapporteur M. Devys, commissaire du gouvernement SCP WAQUET, FARGE, HAZAN,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : Le : 13/05/2011 Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 9 mars 2010 N de pourvoi: 08-16752 Publié au bulletin Rejet Mme Favre, président M. Sémériva, conseiller apporteur M. Lacan, avocat

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 09MA00702 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre-formation à 3 Mme FELMY, président Mme Elydia FERNANDEZ, rapporteur M. GUIDAL, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-374 QPC du 4 avril 2014. Société Sephora

Commentaire. Décision n 2014-374 QPC du 4 avril 2014. Société Sephora Commentaire Décision n 2014-374 QPC du 4 avril 2014 Société Sephora (Effet suspensif du recours contre les dérogations préfectorales au repos dominical) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 8 janvier

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 28/08/2014 Cour administrative d appel de Bordeaux N 12BX03223 Inédit au recueil Lebon 2ème chambre (formation à 3) Mme MARRACO, président M. Jean-Pierre VALEINS, rapporteur M. KATZ, rapporteur public

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 15 septembre 2011 N de pourvoi: 10-21269 Non publié au bulletin Rejet M. Loriferne (président), président SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Defrenois

Plus en détail

Le Conseil d Etat (Section de l intérieur), saisi par le ministre de la culture et de la communication des questions suivantes :

Le Conseil d Etat (Section de l intérieur), saisi par le ministre de la culture et de la communication des questions suivantes : Section de l intérieur Avis n 370.169 18 mai 2004 Domaine public de l Etat Consistance et délimitation Cas de la mise à disposition de la Cinémathèque française de locaux acquis par l Etat - Affectation

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 27/03/2015 Cour Administrative d Appel de Marseille N 13MA02417 Inédit au recueil Lebon 3ème chambre - formation à 3 M. POURNY, président Mme Ghislaine MARKARIAN, rapporteur M. MAURY, rapporteur public

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-362 QPC du 6 février 2014 Société TF1 SA (Taxe sur les éditeurs et distributeurs de services de télévision)

Commentaire. Décision n 2013-362 QPC du 6 février 2014 Société TF1 SA (Taxe sur les éditeurs et distributeurs de services de télévision) Commentaire Décision n 2013-362 QPC du 6 février 2014 Société TF1 SA (Taxe sur les éditeurs et distributeurs de services de télévision) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 6 novembre 2013 par le

Plus en détail

JUGEMENT REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA CHAMBRE,

JUGEMENT REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA CHAMBRE, CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE BRETAGNE ----------- Chambre ----------- Jugement n 2013-04 Commune de Cesson-Sévigné (Ille-et-Vilaine) Exercices 2006 à 2010 Audience publique du 17 mai 2013 Lecture du

Plus en détail