Leucémie Lymphoïde Chronique

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Leucémie Lymphoïde Chronique"

Transcription

1 Sur la Leucémie Lymphoïde Chronique Coordination : Pierre Feugier, Nancy Avec le soutien de

2 Sur la Leucémie Lymphoïde Chronique Sommaire Qu est-ce que la leucémie lymphoïde chronique? Le diagnostic de la leucémie lymphoïde chronique L évolution et les complications de la leucémie lymphoïde chronique La prise en charge de la leucémie lymphoïde chronique Vivre avec une leucémie lymphoïde chronique Nous remercions le Dr Pierre Feugier (CHU de Nancy) pour la coordination de ce guide, ainsi que le Dr Christian Puppinck de l Association de Soutien et d Information à la Leucémie Lymphoïde Chronique et la Maladie de Waldenström (SILLC). 2

3 Qu est-ce que la leucémie lymphoïde chronique? La LLC est une forme de cancer du sang Comme son nom l indique, la leucémie lymphoïde chronique (LLC) est l une des nombreuses formes de leucémie. Ce type de maladie est lié à la prolifération d une cellule anormale dans la moelle osseuse et dans le sang. La multiplication incontrôlée par l organisme d une cellule (dite maligne) est caractéristique des cancers, que ceux-ci touchent un organe solide (le côlon ou le poumon, par exemple) ou le sang. Le terme de leucémie fait souvent peur car il évoque les formes aiguës de cette maladie, c est-à-dire les formes qui évoluent rapidement en l absence de traitement. Il faut cependant savoir que, parmi les leucémies, la LLC est l une des moins sévères et qu elle ne se transforme jamais en leucémie aiguë. La LLC est une maladie des lymphocytes B Les lymphocytes B sont des cellules sanguines qui jouent un rôle important dans les défenses de l organisme contre les agents extérieurs (virus, bactéries, champignons, etc.). Ils font partie des globules blancs. Comme toutes les cellules, les lymphocytes B ont une durée de vie limitée, de l ordre de quelques jours à quelques mois. La mort de ces cellules est physiologiquement programmée par un processus appelé apoptose. Elles sont ensuite remplacées par de nouveaux lymphocytes, la production des cellules étant continue. Au cours de la LLC, un des lymphocytes devient anormal, prolifère et ne meurt plus. Il échappe au processus d apoptose. En revanche, l organisme continue de le produire, au même titre que les lymphocytes B normaux. Faute d apoptose, tous ces clones (ou copies conformes) du lymphocyte anormal de départ se multiplient et s accumulent dans le sang. Au cours de la LLC, les lymphocytes anormaux sont présents uniquement dans le sang Les lymphocytes anormaux s accumulent dans le sang mais aussi dans la moelle osseuse et les ganglions lymphatiques. Ces derniers 3

4 Sur la Leucémie Lymphoïde Chronique sont de petits organes en forme de haricots qui sont répartis dans tout le corps, en particulier au niveau de l aine, du cou et des aisselles. Ils font partie du système lymphatique, qui joue un rôle important dans les défenses de l organisme. Certains organes sont affiliés au fonctionnement du système lymphatique. C est le cas, en particulier, de la rate, dans laquelle on retrouve généralement des lymphocytes anormaux. La maladie peut passer inaperçue au départ La LLC est une maladie d évolution lente. Lorsqu elle survient, il n y a le plus souvent aucun symptôme physique dans un premier temps. En fait, les signes initiaux de la maladie s observent uniquement dans le sang, liés à l accumulation des lymphocytes anormaux, mais cela ne provoque aucun trouble particulier et n a pas de répercussion sur la vie quotidienne. Il est dès lors fréquent que la présence de la LLC soit diagnostiquée plusieurs années après son apparition. Ce n est que lorsque la maladie évolue que des symptômes physiques peuvent survenir. La LLC peut entraîner une augmentation de volume des ganglions Les lymphocytes anormaux à l origine de la LLC tendent à s accumuler progressivement dans les ganglions lymphatiques. Cela peut, dès lors, conduire à ce que ceux-ci augmentent de volume (on parle alors d adénopathies), en particulier au niveau du cou et de l aine. L augmentation est généralement modérée et les ganglions ne sont le plus souvent pas douloureux. Le même phénomène d accumulation des lymphocytes peut également être responsable d un grossissement de la rate (appelée splénomégalie). Les causes de la LLC sont connues Si les mécanismes de survenue de la LLC sont aujourd hui de mieux en mieux compris, l origine de la maladie reste inconnue. Il n a pas été identifié de facteurs de risque individuels particuliers prédisposant à l apparition de la LLC. 4

5 La survenue de la LLC n est pas liée à l environnement Jusqu à présent, aucune étude n a permis d établir un lien entre la survenue de la LLC et l exposition à des produits présents dans l environnement. Cependant, il faut reconnaître qu il est compliqué d établir un tel lien. Cela nécessite en effet des études auprès d une large population de personnes suivie pendant de nombreuses années et l examen d un grand nombre de facteurs de risque possibles. Par ailleurs, pour certaines maladies proches de la LLC, les lymphomes en particulier, des facteurs environnementaux (l exposition à des pesticides, par exemple) commencent à être mis en cause. L existence d un lien entre de tels facteurs et la LLC ne peut donc pas être totalement exclue. La LLC n est pas une maladie héréditaire La LLC n est pas à proprement parler une maladie héréditaire. Dans la très grande majorité des cas, elle survient chez une personne sans qu aucun membre de sa famille ait auparavant été touché et sans que ses enfants présentent de risque spécifique d être eux-mêmes un jour atteints. Cependant, il existe des formes dites familiales de la maladie. Celles-ci sont rares, comptant pour environ 5 % de l ensemble des cas de LLC. Ces formes familiales sont liées à une sensibilité génétique à la maladie, sensibilité qui peut se transmettre de parents à enfants. La sensibilité génétique est également fonction de l origine ethnique. Ainsi, la LLC est très rare chez les Asiatiques. La LLC est une maladie transmissible Comme tous les cancers, la LLC n est pas contagieuse ; elle ne peut se transmettre d un individu à un autre. Vivre avec une personne atteinte de LLC ne présente donc aucun risque pour soi. 5

6 Sur la Leucémie Lymphoïde Chronique La LLC est une maladie fréquente Selon les dernières estimations disponibles, on compte un peu plus de nouveaux cas de LLC par an en France. Cette maladie représente 1 % de l ensemble des cancers. En revanche, la LLC est la plus fréquente des leucémies, puisqu elle représente 35 % de l ensemble de ces maladies du sang. La LLC touche le plus souvent les hommes Parmi les nouveaux cas de LLC diagnostiqués chaque année, 58 % concernent des hommes. Les raisons de cette fréquence masculine légèrement plus élevée ne sont pas connues. La LLC survient le plus souvent chez l adulte jeune La maladie est inexistante chez l enfant et, chez l adulte, elle survient à partir de 45 ans. Cependant, au moment du diagnostic, les deux tiers des patients ont plus de 60 ans, l âge moyen lors de la découverte de la LLC étant de 69 ans. C est donc une maladie qui touche essentiellement les seniors. Le diagnostic de la leucémie lymphoïde chronique La LLC est souvent découverte de façon fortuite La maladie est d évolution lente et, généralement, ne se traduit par aucun symptôme physique pendant plusieurs années. C est donc souvent à l occasion d un examen sanguin, prescrit pour une raison n ayant rien à voir avec la LLC, que celle-ci est décelée, lorsqu un nombre de lymphocytes B plus élevé que la normale est constaté. 6

7 Le diagnostic de la LLC nécessite un examen clinique Un examen clinique complet, effectué lors d une consultation médicale, constitue la première étape pour établir le diagnostic. Cet examen permet notamment d évaluer l état de santé général du patient et de rechercher d éventuels symptômes de la maladie. Le médecin s attache particulièrement à rechercher une augmentation du volume des ganglions et de la rate. Le diagnostic de la LLC repose également sur des examens sanguins La LLC étant avant tout une maladie des cellules du sang, le diagnostic est établi sur la base d examens effectués à partir de simples prises de sang. Le premier examen consiste tout d abord à compter les différents types de cellules sanguines ; c est ce que l on appelle un hémogramme ou, plus couramment, une numération. Un nombre de lymphocytes plus élevé que la normale oriente vers le diagnostic de LLC. Dans un second temps, les lymphocytes sont examinés au microscope par un cytologiste, un médecin spécialisé dans l analyse des échantillons sanguins. Les lymphocytes anormaux responsables de la maladie présentent en effet des caractéristiques particulières. Le diagnostic de la LLC est formellement établi à partir d un examen appelé immunophénotypage. Cette technique permet, en recherchant des marqueurs précis (des antigènes) à la surface des lymphocytes, de reconnaître ceux qui sont responsables de la maladie. Ces marqueurs sont en quelque sorte la signature de la LLC. Lorsqu ils sont retrouvés, le diagnostic de LLC peut être affirmé. L analyse des cellules au microscope et l immunophénotypage permettent ainsi de certifier le diagnostic et d éliminer la présence d autres maladies qui pourraient être responsables de l augmentation du nombre de lymphocytes. L examen clinique associé aux analyses de sang constitue ce que l on appelle le bilan initial. 7

8 Sur la Leucémie Lymphoïde Chronique L immunophénotypage peut être réalisé dans tous les laboratoires d analyse Cet examen repose sur une technique particulière et n est réalisé que par des laboratoires spécialisés, auxquels sont adressés les échantillons sanguins. Le diagnostic de la LLC est long à établir À partir du moment où les prises de sang nécessaires pour les différents examens sont réalisées, les résultats sont généralement obtenus en quelques jours. Le médecin peut alors annoncer le diagnostic au patient au cours d une consultation. Un scanner peut être demandé pour compléter le bilan initial La réalisation d un scanner, qui permet d obtenir des images précises de différentes régions du corps, peut être demandée par le médecin, en particulier lorsque le patient présente des ganglions dont le volume a augmenté. Cet examen permet alors de déterminer si d autres ganglions, présents dans des régions non palpables, sont eux aussi plus volumineux que la normale. Le résultat apporte ainsi des précisions sur l extension et le stade de la maladie. Le scanner n est toutefois pas systématique, notamment lorsque la maladie en est à un stade précoce de son évolution. Un myélogramme et/ou une biopsie de la moelle osseuse sont toujours nécessaires L étude de la moelle osseuse n est pas indispensable pour compléter le bilan initial. Elle est parfois réalisée, notamment si le diagnostic n a pu être affirmé par les examens sanguins (hémogramme et immunophénotypage). Pour cela, il faut pratiquer une biopsie ou un myélogramme. Ces deux interventions différentes consistent à prélever (pour la biopsie) ou à aspirer (pour le myélogramme) un échantillon de 8

9 moelle. Elles sont réalisées sous anesthésie locale, au niveau du sternum (os plat situé au milieu de la poitrine) pour le myélogramme ou de l os iliaque (partie saillante de la hanche) pour la biopsie. Elles ne nécessitent pas d hospitalisation. L échantillon obtenu est ensuite examiné au microscope. Cela permet d étudier les cellules présentes dans la moelle (avec le myélogramme) ou la structure de celle-ci (avec la biopsie). Des examens génétiques peuvent être demandés Le développement de la recherche génétique a permis d identifier sur les lymphocytes anormaux différents marqueurs susceptibles de fournir des indications sur l évolution possible de la maladie. Il peut ainsi être réalisé une étude des chromosomes et des gènes des lymphocytes anormaux. Ces analyses sont effectuées à partir de prélèvements sanguins. Après le diagnostic, la maladie est classée selon trois stades Une classification a été définie pour déterminer le stade d évolution au moment du diagnostic. Appelée classification de Binet, elle distingue trois stades : le stade A. Il correspond à une élévation du nombre de lymphocytes B mais sans autre anomalie sanguine (ou alors minime), et avec pas ou très peu de ganglions ayant augmenté de volume. le stade B. Il se rapporte à une élévation du nombre de lymphocytes B sans autre anomalie sanguine (ou alors minime), mais avec des ganglions plus volumineux que la normale dans plusieurs régions du corps. La taille du foie et/ou de la rate peut également être augmentée. le stade C. Dans ce cas, l élévation du nombre de lymphocytes B s accompagne d autres anomalies sanguines, en particulier une anémie (abaissement du taux d hémoglobine dans le sang en deçà de 10 g/dl) et/ou une thrombopénie (abaissement du nombre de plaquettes sanguines en deçà de /μl), et ce quel que soit le nombre de ganglions ayant augmenté de volume. 9

10 Sur la Leucémie Lymphoïde Chronique Globalement, les médecins considèrent que les malades atteints d une LLC de stade A sont asymptomatiques (ils n ont pas de symptômes physiques), alors que ceux dont la LLC est classée comme étant de stade B ou C présentent une maladie active. Lors du diagnostic, la maladie se situe le plus souvent au stade A Au moment du diagnostic, environ 60 % des patients présentent une LLC de stade A. Chez 30 %, la maladie se situe au stade B et chez 10 %, au stade C. L évolution et les complications de la leucémie lymphoïde chronique La LLC est une maladie qui évolue rapidement Contrairement aux leucémies dites aiguës, la LLC est une maladie dont l évolution est la plupart du temps lente (raison pour laquelle elle est qualifiée de chronique ). Cependant, cette évolution est très variable d un patient à un autre. Chez certains, elle reste stable pendant très longtemps alors que, chez d autres, elle peut évoluer vers une forme agressive quelques mois ou années après le diagnostic. Il existe plusieurs formes d évolution de la LLC Les médecins ont l habitude de présenter la LLC comme une maladie des trois tiers. Il existe en effet trois modes principaux d évolution de la maladie. 10

11 Dans le premier tiers des cas, la maladie est asymptomatique au moment du diagnostic (stade A) et elle n évoluera pas ou très peu. Les patients n auront jamais besoin de recevoir un traitement. Dans le second tiers des cas, la maladie est asymptomatique lorsque le diagnostic est établi (stade A) et ne requiert pas de traitement dans l immédiat. Cependant, elle évoluera dans les années à venir et une prise en charge thérapeutique deviendra alors nécessaire. Dans le troisième tiers des cas, la maladie est déjà évolutive lorsqu elle est diagnostiquée (stades B et C) et un traitement doit être mis en œuvre assez rapidement. En d autres termes, on considère que, en cas de stade A lors du diagnostic, la maladie évoluera au cours des années, et devra alors être traitée, chez la moitié des patients, tandis qu elle restera asymptomatique, sans nécessiter de traitement, chez l autre moitié. Il est possible de connaître en partie le risque d évolution de la maladie De nombreuses recherches ont été conduites ces dernières années pour identifier des marqueurs permettant de pronostiquer l évolution future de la LLC lorsqu elle est diagnostiquée. Il a ainsi été constaté que certaines anomalies présentes sur les chromosomes des lymphocytes B anormaux sont associées à une évolution plus défavorable (en particulier les délétions 11q22 et 17p13). Il en est de même d une augmentation rapide (doublement en moins d un an) du nombre de lymphocytes sanguins. La connaissance de ces marqueurs permet aux médecins d orienter, dans une certaine mesure, le suivi et la prise en charge des malades. De nombreux autres marqueurs pronostiques font actuellement l objet d études. Ces dernières ne sont toutefois pas encore suffisamment abouties pour que ces marqueurs soient utilisés en pratique courante par les médecins. 11

12 Sur la Leucémie Lymphoïde Chronique La LLC peut s accompagner de différentes complications Lorsqu elle est évolutive, la maladie se traduit par une accumulation progressive de lymphocytes B anormaux, non seulement dans le sang, mais aussi dans la moelle osseuse, c est-à-dire dans le tissu contenu dans les os où sont produites toutes les cellules sanguines. La présence en excès de ces lymphocytes anormaux a des répercussions sur le bon fonctionnement de la moelle osseuse. Ainsi, celle-ci tend à ne plus pouvoir produire en quantité suffisante les cellules dont l organisme a besoin. Il peut en résulter la survenue : d un déficit immunitaire, en raison d une production amoindrie d anticorps ; d une anémie, liée à une diminution du taux d hémoglobine dans les globules rouges ; d une thrombopénie, c est-à-dire une baisse du nombre de plaquettes sanguines, cellules indispensables au mécanisme de coagulation du sang. L anémie et la thrombopénie peuvent parfois être aggravées par un processus de réaction immunitaire ; on parle alors d anémie hémolytique auto-immune et de thrombopénie auto-immune. Une prise en charge thérapeutique adaptée doit dans ce cas être rapidement mise en œuvre. Un déficit immunitaire lié à la LLC n a pas de conséquence En cas de diminution des défenses immunitaires, il devient plus difficile à l organisme de lutter contre les infections (qu elles soient dues à un virus, à une bactérie ou à un champignon). Celles-ci tendent ainsi à devenir plus fréquentes et, en l absence de traitement approprié, plus sévères. Le plus souvent, ces infections concernent l appareil respiratoire (nez, gorge et poumons), mais elles peuvent toucher d autres organes. 12

13 Tout épisode infectieux survenant chez une personne atteinte d une LLC doit être pris au sérieux et amener à consulter un médecin afin que celui-ci puisse prescrire le traitement requis. Ainsi, une fièvre, une perte de poids et/ou des troubles respiratoires, signes d une possible infection, doivent conduire le malade à prendre contact sans tarder avec son médecin. Des saignements sans cause apparente sont possibles au cours de la LLC De tels saignements, au niveau des gencives par exemple, peuvent survenir lorsque le nombre de plaquettes sanguines est diminué de façon importante (ce que l on appelle une thrombopénie), car ces cellules sont essentielles pour la coagulation. S ils deviennent fréquents, il est nécessaire d en informer son médecin. Il pourra prescrire des traitements (transfusion de plaquettes, prise de corticoïdes, notamment) pour corriger la thrombopénie. L anémie peut avoir des répercussions sur la qualité de vie La baisse du nombre de globules rouge entraîne une diminution du taux d hémoglobine dans le sang. Or, c est ce pigment qui assure le transport de l oxygène, depuis les poumons, dans tout l organisme. L anémie se traduit donc par un moindre apport en oxygène, avec pour première conséquence une pâleur de la peau et une sensation de fatigue chronique. D autres répercussions de l anémie peuvent également survenir : vertiges, essoufflement à l effort, troubles de la concentration, maux de tête, accélération du rythme cardiaque. Passé un certain seuil, il est indispensable de corriger l anémie afin d éviter qu elle ne retentisse trop sur la qualité de vie. La correction de l anémie s effectue grâce à des transfusions de globules rouges et/ou l administration de médicaments spécifiques (l érythropoïétine en injections sous-cutanées, par exemple). Le traitement de la LLC participe également à l amélioration de l anémie. 13

14 Sur la Leucémie Lymphoïde Chronique Le risque de survenue d un autre cancer est augmenté lorsque l on a une LLC Il a été constaté que la fréquence d autres cancers était plus élevée chez les personnes atteintes d une LLC. D une part, la maladie peut évoluer vers une forme de lymphome. Les lymphocytes anormaux se développent alors dans le système lymphatique, c est-à-dire le réseau de vaisseaux et de ganglions qui joue un rôle essentiel pour les défenses de l organisme. Cette transformation de la LLC en lymphome s appelle le syndrome de Richter et survient chez 5 % à 10 % des malades. Un traitement adapté, associant chimiothérapie et immunothérapie, différent de ceux administrés contre la LLC, doit alors être initié. D autre part, le risque de survenue d un autre cancer, pouvant toucher notamment la peau, mais aussi les poumons, la prostate ou le côlon, par exemple, apparaît plus important. La surveillance de l éventuelle survenue de ce type de cancer secondaire fait partie du suivi médical des patients atteints de LLC. Il n est pas normal d être fatigué lorsqu on est atteint d une LLC La fatigue est l un des symptômes fréquents de la LLC. Elle est liée aux répercussions de la maladie sur l organisme ainsi qu au stress que celle-ci génère. De plus, elle est accentuée en cas d anémie et parfois au cours des traitements. Cette fatigue peut devenir handicapante dans la vie de tous les jours, car elle ne s améliore pas véritablement avec le repos (par exemple, une bonne nuit de sommeil). Face à cette sensation de perte d énergie ou de faiblesse persistante, les malades ont tendance à culpabiliser. Il s agit toutefois d une conséquence normale de la maladie, et il ne faut pas hésiter à en parler à son médecin. Ce dernier peut en effet prescrire des traitements pour corriger l anémie ou d autres causes pouvant être responsables de la fatigue. Par ailleurs, il est conseillé d avoir un minimum d activité physique, adaptée à ses capacités, car cela favorise l amélioration de la qualité de vie. 14

15 La prise en charge de la leucémie lymphoïde chronique Il est préférable que la prise en charge des personnes atteintes de LLC soit assurée par un médecin spécialiste Il est en effet recommandé de s adresser à un spécialiste, en l occurrence un médecin spécialisé dans les maladies du sang, un hématologue. Les médecins de cette spécialité connaissent les modalités optimales de la prise en charge de la LLC et sont au courant des dernières évolutions thérapeutiques. Le suivi médical proposé par l hématologue doit être organisé en étroite collaboration avec le médecin généraliste. Ce dernier est en effet en mesure d assurer l accompagnement du patient et la prise en charge des soins non spécialisés. Leurs rôles respectifs sont ainsi complémentaires. La LLC nécessite toujours un traitement dès le diagnostic Lorsqu elle est découverte, la maladie est le plus souvent asymptomatique. Il n a jusqu à présent pas été montré que proposer un traitement à ce stade pouvait apporter un bénéfice, notamment concernant l évolution ultérieure de la LLC. Les traitements actuels sont donc prescrits uniquement lorsque la maladie se situe à un stade plus évolué (stade B ou C, plus rarement stade A, et, dans ce dernier cas, c est généralement dans le cadre d un essai clinique). Une personne atteinte de LLC peut donc rester sans traitement pendant plusieurs années après le diagnostic. Certaines personnes atteintes de LLC n auront jamais besoin d un traitement Chez environ un tiers des patients, la LLC n évoluera jamais, ou très peu. Ces personnes présentent un nombre de lymphocytes 15

16 Sur la Leucémie Lymphoïde Chronique plus élevé que la normale, en raison de la présence de cellules anormales, mais cela ne s accompagne de la survenue d aucun autre signe de la maladie. La maladie restant stable et asymptomatique, aucun traitement ne leur sera nécessaire. Même en l absence de traitement, il est nécessaire de consulter régulièrement son hématologue Le fait qu aucun traitement n ait été prescrit signifi e que la maladie se situe à un stade asymptomatique. Cependant, elle peut évoluer. Les marqueurs prédictifs du risque d évolution qui sont aujourd hui disponibles ne permettent pas de déterminer avec certitude, pour une personne donnée, si la maladie va progresser, et surtout quand. C est pourquoi un suivi régulier auprès d un hématologue est indispensable. Cela permettra au médecin d établir si la maladie reste stable ou si elle est entrée en phase d évolution. Une consultation tous les ans, voire tous les six mois, est ainsi recommandée, toujours en collaboration avec le médecin traitant. Les examens sanguins n ont pas d intérêt pour suivre l évolution de la maladie Comme pour le diagnostic, les examens sanguins sont les principaux outils du suivi de la LLC, en particulier l hémogramme, qui permet de compter les différents types de cellules sanguines. Les lymphocytes anormaux s accumulant de façon continue, c est la rapidité de leur augmentation (en général, un temps de doublement de leur nombre inférieur à douze mois), plus que leur nombre, qui permet de déterminer si la maladie évolue ou si elle reste stable. La mesure des taux d hémoglobine et de plaquettes permet de détecter une éventuelle anémie et/ou thrombopénie. Ces deux complications fréquentes de la LLC sont également, lorsqu elles surviennent, le signe d une progression de la maladie. Un hémogramme réalisé deux ou trois fois par an est suffisant si l évolution clinique de la maladie est stable. 16

17 Le traitement de la LLC repose d abord sur une chimiothérapie L objectif premier du traitement de la LLC est d éliminer le plus grand nombre possible de lymphocytes anormaux, ce qui permet, dans le même temps, de corriger les conséquences de leur présence (anémie, thrombopénie, ganglions augmentés de volume, notamment) et d améliorer la qualité de vie. Pour cela, les médecins proposent principalement des médicaments de chimiothérapie, qui peuvent être associés à une immunothérapie par anticorps monoclonaux (cf. infra). Ces derniers sont rarement prescrits seuls en première intention. Un ou plusieurs médicaments peuvent être prescrits, en fonction du stade de la maladie et de l état de santé général du patient. Les médicaments sont généralement administrés au cours de cures (ou cycles) qui sont répétées à intervalle régulier. Certains traitements nécessitent toutefois une prise en continu. La durée totale du traitement est variable d un malade à un autre, allant de trois à douze mois dans la plupart des cas. Cela dépend notamment des médicaments choisis et de l efficacité obtenue. Dans tous les cas, le traitement et sa durée sont adaptés au fur et à mesure du suivi, en fonction de la façon dont le patient supporte les médicaments et des bénéfices observés. La chimiothérapie est toujours administrée par perfusions Aujourd hui encore, de nombreux médicaments utilisés contre les cancers se présentent sous une forme liquide injectable. C est en effet sous cette forme qu ils se diffusent le mieux dans l organisme et qu ils sont le plus efficaces. Compte tenu de leur présentation, il est nécessaire de les injecter lors de perfusions. Cependant, grâce aux progrès de la recherche, de plus en plus de médicaments de chimiothérapie sont mis au point sous forme de comprimés ou de gélules. Ces médicaments, que l on présente comme des chimiothérapies orales, sont tout aussi actifs et bien plus pratiques d emploi. C est particulièrement le cas de certains d entre eux, prescrits pour lutter contre la LLC ; ils se prennent par voie orale, avec un verre d eau. 17

18 Sur la Leucémie Lymphoïde Chronique D autres traitements que la chimiothérapie peuvent être proposés Ces dernières années, un nouveau type de médicament a été mis au point contre les cancers, et en particulier la LLC : les anticorps monoclonaux. Obtenues par génie génétique, ces molécules imitent les anticorps naturels et sont dirigées spécifiquement contre les cellules cancéreuses, dont elles entraînent la mort. Plusieurs médicaments d immunothérapie de ce type sont aujourd hui utilisés dans le traitement de la LLC, en association avec une chimiothérapie. Lorsqu un traitement par anticorps monoclonal est mis en route, une courte hospitalisation est nécessaire Les anticorps monoclonaux sont des médicaments qui sont administrés par perfusion intraveineuse ou en injection sous-cutanée. Une surveillance étroite est nécessaire lors de la première perfusion, car une réaction d hypersensibilité au produit peut survenir. Cette réaction se traduit notamment par de la fièvre, des frissons et des tremblements. Elle s observe le plus souvent au cours des deux premières heures qui suivent le début de la perfusion. La diminution de la vitesse de la perfusion ou l arrêt de celle-ci, éventuellement associés à la prise de médicaments adaptés, s accompagnent d un arrêt des symptômes. Lors des perfusions suivantes, la fréquence de ces réactions diminue très sensiblement et la surveillance n a plus besoin d être aussi étroite. L efficacité d un traitement est déterminée par des examens cliniques et des bilans sanguins Au cours du traitement, des consultations régulières avec l hématologue sont programmées. À chaque fois, ce dernier effectue un examen clinique complet. Cela lui permet notamment de constater la diminution du volume des ganglions et de la rate, et de s assurer de l amélioration de l état général du patient. 18

19 Parallèlement, grâce à la réalisation régulière d un hémogramme pendant le traitement, il est possible de constater la baisse du nombre de lymphocytes consécutive à l élimination des cellules anormales par les médicaments. Les autres examens sanguins prescrits par l hématologue permettent par ailleurs de contrôler la normalisation des répercussions de la maladie, en particulier de l anémie et de la thrombopénie. Après un premier traitement efficace, la maladie peut réapparaître ultérieurement Les médicaments actuellement disponibles permettent généralement d obtenir une rémission complète, c est-à-dire la disparition de tous les signes de la maladie ; les ganglions ne sont plus volumineux, l anémie, la thrombopénie et l augmentation du nombre des lymphocytes sont corrigées. Cependant, il est possible que des lymphocytes anormaux soient toujours présents dans l organisme après le traitement. Même s il n en reste qu un tout petit nombre, ceux-ci vont continuer de se multiplier et de s accumuler. Cela explique que, après une période plus ou moins longue de rémission, les symptômes de la LLC puissent réapparaître. En cas de récidive de la maladie, aucun traitement ne peut être proposé Il est tout à fait possible de prescrire à nouveau un traitement en cas de réapparition des symptômes et de signes d évolution de la LLC. Il peut s agir du même traitement que celui prescrit initialement, si la récidive survient à distance de l arrêt de ce dernier. Mais d autres médicaments ou stratégies thérapeutiques peuvent également être envisagés. Il n existe pas, pour l heure, de traitement qui permette de faire disparaître totalement la maladie Les médicaments actuellement disponibles ne permettent pas d éliminer de façon certaine la totalité des lymphocytes 19

20 Sur la Leucémie Lymphoïde Chronique anormaux présents dans l organisme des personnes atteintes de LLC. En revanche, la maladie peut être définitivement éradiquée par une greffe de cellules souches (à partir desquelles sont produites toutes les cellules sanguines) provenant d un donneur (allogreffe). Ces cellules peuvent être prélevées de deux manières différentes : soit directement dans la moelle osseuse du donneur. Le prélèvement s effectue alors sous anesthésie générale ; soit dans le sang du donneur. Au préaléable, le donneur aura reçu des médicaments appelés facteurs de croissance, qui stimulent le passage des cellules souches de la moelle vers le sang. Pour le patient, l allogreffe consiste dans un premier temps à administrer un traitement (conditionnement) à doses variables (définissant ainsi l intensité du conditionnement) qui détruisent tout ou partie des cellules de la moelle du patient et qui, surtout, diminuent ses défenses immunitaires (permettant ainsi de ne pas rejeter la greffe). Ensuite, les cellules souches du donneur sont injectées au malade. Ces nouvelles cellules vont coloniser la moelle osseuse, se multiplier et progressivement produire de nouvelles cellules sanguines, dont les lymphocytes. Ceux-ci seront alors indemnes de la maladie. La greffe de cellules souches ne peut être envisagée pour tous les patients Pour qu une greffe de cellules souches soit envisageable, le patient doit notamment être en mesure de supporter le conditionnement précédant la greffe (même si en raison de l âge la majorité des conditionnements utilisés dans cette indication sont dits atténués), ainsi que l immunodépression (baisse des défenses immunitaires de l organisme) qui la suit. Cette approche thérapeutique n est pas dénuée de risques et il faut donc que l état de santé général du malade soit bon. La greffe de cellules souches est ainsi plutôt réservée aux patients les plus jeunes et les moins fragiles, et qui, sauf exception, sont en situation de rechute de la maladie. 20

21 Les traitements de la LLC sont dénués d effets indésirables Comme la plupart des médicaments, ceux employés contre la LLC présentent des effets indésirables. Ceux-ci sont plus ou moins fréquents et plus ou moins importants. Cela dépend notamment des médicaments administrés et de la sensibilité individuelle de chaque malade. Les principaux effets indésirables de chaque médicament sont connus des hématologues. Avant tout traitement, ils informent leurs patients des effets indésirables qui risquent de survenir et des signes annonciateurs. De leur côté, les malades ne doivent surtout pas hésiter à parler à leur médecin des effets indésirables qu ils subissent, afin d éviter que ceux-ci ne deviennent trop importants et de modérer leur impact sur la qualité de vie. Dans la plupart des cas, il est en effet possible de limiter, voire de prévenir, ces effets indésirables avec des médicaments appropriés. Toute perte de cheveux liée au traitement est définitive Le mode d action d un certain nombre de médicaments de chimiothérapie fait que ceux-ci s attaquent non seulement aux cellules cancéreuses, mais aussi à d autres cellules de l organisme, en particulier aux follicules pileux. Ceux-ci sont les cellules où prennent naissance les poils. La prise de ces médicaments entraîne alors la chute des cheveux, mais aussi des cils, des sourcils et des poils pubiens, au cours des premières semaines qui suivent le début de la chimiothérapie. Bien que souvent difficile à accepter, car très voyante, la perte des cheveux est toujours réversible. Les cheveux et les autres poils commencent à repousser dès la fin du traitement ou peu de temps après selon les cas. Les médicaments habituellement prescrits contre la LLC entraînent le plus souvent une perte de cheveux modérée. 21

22 Sur la Leucémie Lymphoïde Chronique Il est possible de prévenir ou de limiter les nausées et les vomissements liés aux traitements Certains médicaments de chimiothérapie sont dits émétisants, c est-à-dire qu ils provoquent des nausées et/ou des vomissements. Ces effets indésirables apparaissent le plus souvent immédiatement après l administration du traitement ou au cours des jours qui suivent. Ils s estompent ensuite progressivement. La survenue de ces troubles est variable d une personne à une autre, en fonction des médicaments prescrits et de la sensibilité individuelle de chacun. Il existe aujourd hui de nombreux médicaments qui permettent non seulement de soulager, mais surtout de prévenir les nausées et les vomissements induits par la chimiothérapie. Ces médicaments antiémétiques sont généralement associés pour obtenir une plus grande efficacité. Selon les cas, ils sont administrés par voie orale, intraveineuse ou rectale. Par ailleurs, différentes mesures concernant l alimentation sont préconisées : par exemple, préférer les aliments faciles à digérer, éviter les odeurs trop prononcées, fractionner les repas. Des transfusions de produits sanguins peuvent être nécessaires au cours de la maladie Lorsque la baisse du taux d hémoglobine et/ou du nombre de plaquettes sanguines devient trop prononcée, l hématologue peut proposer d effectuer une ou plusieurs transfusions de globules rouges et/ou de plaquettes. Grâce à ces apports, il est ainsi possible de corriger pendant un certain temps l anémie et/ou la thrombopénie induites par la LLC. En cas d infections, il faut arrêter le traitement contre la LLC Les infections par des virus, des bactéries ou des champignons peuvent être relativement fréquentes et répétées lorsque la 22

23 maladie est en phase évoluée. Ces infections nécessitent d être traitées rapidement avec les médicaments appropriés afin d éviter qu elles ne deviennent trop sévères. Dans certains cas, une hospitalisation peut être nécessaire. La prise en charge thérapeutique des infections n empêche pas de poursuivre le traitement de la LLC. Cependant, il est parfois nécessaire d adapter ou de décaler ce dernier afin d éviter des interactions avec les médicaments prescrits contre une infection. Pour diminuer le risque infectieux, le médecin peut prescrire à titre préventif des médicaments anti-infectieux de façon systématique et pendant plusieurs mois. Il peut être proposé de participer à un essai thérapeutique De nombreuses recherches sont en cours pour tenter d améliorer le traitement de la LLC. C est grâce à de telles recherches que d importants progrès thérapeutiques ont été obtenus ces dernières années, en particulier la mise à disposition de nouveaux médicaments et de nouvelles stratégies thérapeutiques. Mais, pour que ces avancées puissent bénéficier à l ensemble des malades, il est nécessaire de les évaluer auparavant dans le cadre d essais thérapeutiques. Les essais ont pour objectif de s assurer qu un nouveau médicament ou une nouvelle approche thérapeutique sont à la fois efficaces et sûrs, comparativement à des traitements ou des stratégies parfaitement connus. Les modalités de réalisation des essais sont très encadrées par la loi, afin notamment de protéger les patients et de ne pas les exposer à des risques inutiles. Ainsi, un patient ne peut pas être inclus dans un essai sans avoir reçu une information détaillée, par oral et par écrit, et sans avoir donné son consentement écrit. La recherche thérapeutique sur la LLC est très active et de nombreux essais sont régulièrement réalisés. Il est donc fréquent que soit proposé aux patients qui ont besoin d un traitement de participer à ces essais. 23

24 Sur la Leucémie Lymphoïde Chronique Vivre avec une leucémie lymphoïde chronique La survenue d une fièvre ou d une perte de poids doit conduire à consulter Chez les personnes dont la maladie est en phase d évolution, les défenses immunitaires sont souvent altérées, de façon plus ou moins prononcée. L organisme de ces personnes est alors moins en mesure de contrôler les virus, bactéries ou champignons que l on rencontre dans la vie de tous les jours. Chez ces patients, les infections sont généralement plus fréquentes et présentent un risque plus important de devenir sévères. Les premiers signes de toute infection ne doivent donc pas être pris à la légère et nécessitent de consulter sans délai son médecin généraliste ou son hématologue. Ces signes peuvent notamment être une fi èvre, une toux ou des diffi cultés à respirer, des maux de tête ou de ventre, une perte de poids sans cause apparente. Des précautions particulières sont nécessaires dans la vie de tous les jours Lorsque la maladie est asymptomatique, aucune précaution particulière ne doit être respectée dans la vie de tous les jours. Les personnes atteintes de la maladie et leur entourage peuvent vivre le plus normalement possible. À partir du moment où un traitement devient nécessaire, il faut surtout prendre garde aux risques d infection en raison de l affaiblissement des défenses immunitaires. Il est ainsi préférable d éviter d être en contact avec des personnes présentant des signes d infection, même s il s agit d un simple rhume. 24

25 Après les traitements, toute activité physique est déconseillée Il est recommandé d avoir des activités physiques après l arrêt d un traitement, voire, si cela est possible, pendant ce dernier, et ce malgré la fatigue que l on peut ressentir. L activité physique contribue en effet à améliorer la qualité de vie. Elle a des effets bénéfiques pour le corps, car elle aide à lutter contre la perte du capital musculaire (qui augmente la fatigue), et permet une récupération plus efficace. De plus, elle concourt à un mieuxêtre psychologique. L intensité des exercices pratiqués n est pas importante. L essentiel est de faire ce que l on peut, si possible tous les jours : une promenade, une petite balade en vélo, des assouplissements, etc. Il n est pas recommandé de se faire vacciner contre la grippe si l on est atteint d une LLC La vaccination contre la grippe est tout à fait envisageable lorsqu on a une LLC, notamment pour les personnes au stade A qui ne sont pas traitées. Il n existe pas de contre-indication à recevoir ce vaccin. Cependant, en cas de déficit immunitaire, l efficacité de cette vaccination est incertaine. Il est donc conseillé de discuter avec son médecin de l intérêt de se faire vacciner ou pas. Un soutien psychologique est rarement nécessaire pendant la maladie Savoir que l on est atteint d une maladie comme la LLC, c est-àdire d un cancer, a toujours des répercussions psychologiques. Déprime, colère, ressentiment, frustration, de nombreux sentiments peuvent surgir tout au long de la maladie. L anxiété et le stress générés par le fait d être malade et par l incertitude de l avenir peuvent altérer, parfois de façon importante, la qualité de vie et les relations avec l entourage. Lorsque les difficultés rencontrées deviennent trop lourdes à porter, il peut être bénéfique de consulter un psychologue ou un psychiatre. Au cours des entre- 25

26 Sur la Leucémie Lymphoïde Chronique tiens, le patient peut exprimer ses émotions, ses angoisses, les problèmes qu il rencontre, et bénéficier de l avis, neutre et bienveillant, d un spécialiste. Le soutien psychologique ainsi apporté peut contribuer à apaiser les tensions éprouvées par le patient et à lever les difficultés auxquelles il se heurte. Pour rencontrer un psychologue ou un psychiatre, le plus simple est de demander conseil à son hématologue et/ou à son médecin traitant. La maladie peut avoir un retentissement sur la sexualité La sexualité fait partie intégrante de la vie de tout un chacun. Mais le poids de la maladie et de ses répercussions peut conduire à une baisse du désir, chez la personne malade mais aussi chez son partenaire. Afin d éviter que des sentiments d incompréhension ou d insatisfaction ne s installent durablement, il est généralement utile de communiquer avec son partenaire sur les difficultés rencontrées. Pour favoriser la communication, la consultation d un psychologue ou d un sexologue, seul ou en couple, peut apporter une aide bénéfique. Le recours aux médecines alternatives est à éviter à tout prix Les médecines alternatives, telles que l acupuncture, l homéopathie, la phytothérapie ou la sophrologie, peuvent être utiles pour aider une personne malade à faire face au stress et aux difficultés psychologiques engendrées par la maladie. Elles peuvent également permettre de surmonter des troubles tels que les maux de tête ou l insomnie. Enfin, elles peuvent contribuer à se sentir mieux dans son corps et dans sa tête lorsque l un et l autre sont malmenés par la maladie. Il est toutefois préférable d éviter les traitements alternatifs qui promettent des miracles ou qui réclament l arrêt de tout traitement conventionnel. Dans tous les cas, il est recommandé de demander conseil auparavant à son médecin traitant et/ou son hématologue, notamment pour s assurer de l absence d interactions entre les produits proposés et le traitement de la maladie. 26

27 La LLC est une maladie prise en charge à 100 % par l Assurance maladie La LLC fait partie des affections de longue durée (ALD), c està-dire des pathologies qui donnent droit à une prise en charge à 100 % par l Assurance maladie. Cela signifie que le patient n a pas à s acquitter de ce que l on appelle le ticket modérateur, autrement dit la part des prestations et des soins qui reste normalement à la charge des malades (et qui est éventuellement remboursée par une mutuelle). La prise en charge à 100 % concerne tous les soins et toutes les prestations liés à la LLC, dans la limite des tarifs de remboursement prévus par l Assurance maladie. Les éventuels dépassements d honoraires ainsi que, en cas d hospitalisation, le forfait journalier hospitalier restent dus par le patient (ou sont remboursés par sa mutuelle). Par ailleurs, la prise en charge à 100 % ne porte pas sur les frais médicaux liés aux problèmes de santé autres que la LLC. Ceux-ci sont remboursés aux taux usuels. C est au patient de faire la demande de prise en charge à 100 % La demande est effectuée par le médecin traitant, en concertation avec l hématologue. Pour cela, il doit remplir un formulaire spécifique, le protocole de soins. Celui-ci mentionne le diagnostic de la LLC ainsi que les traitements prévus. Ce formulaire est adressé par le praticien au médecin-conseil de la caisse primaire d assurance maladie dont dépend le patient. Le médecin-conseil donne ensuite son accord pour la prise en charge à 100 % d une partie ou de la totalité des soins et des traitements liés à la LLC. La validité du protocole du soin est établie pour une durée déterminée, qui peut être renouvelée en fonction de l évolution de la maladie. 27

28 Sur la Leucémie Lymphoïde Chronique Il n est plus possible de travailler lorsqu on est atteint d une LLC Pour les personnes dont la maladie est asymptomatique, la poursuite d une activité professionnelle est tout à fait envisageable. Lorsque la LLC est en phase évolutive, notamment pendant la période de traitement, il peut être plus compliqué de continuer à travailler, en raison des allers-retours répétés à l hôpital, des effets indésirables des médicaments et de la fatigue ressentie. En pratique, tout dépend de l état de santé général de la personne, de la manière dont elle supporte le traitement et des aménagements de son temps de travail qu elle est susceptible d obtenir pour suivre correctement le traitement. S il devient difficile de poursuivre l activité professionnelle, le médecin est en mesure de prescrire un arrêt de travail. La personne doit alors en informer son employeur et l assurance maladie dans un délai de 48 heures. Pour les salariés du régime général, l arrêt de travail est pris en charge sur une durée de trois ans dès lors que le patient est reconnu être en situation de longue maladie. Pour les fonctionnaires, un congé de longue maladie, d une durée de trois ans, peut être demandé. Ils ont également la possibilité de prendre un congé de longue durée pour une période maximale de cinq ans. De leur côté, les contractuels ont droit à un congé de grave maladie si leur ancienneté est d au moins trois ans. Un mi-temps thérapeutique peut être envisagé pour reprendre son activité professionnelle Après une période d arrêt de l activité professionnelle en raison de la maladie, il est possible de recommencer à travailler dans un cadre aménagé. Une visite de pré-reprise doit dans un premier temps avoir lieu avec le médecin du travail, afin d évaluer l aptitude de la personne et les aménagements possibles (ceux-ci 28

29 devant être définis en accord avec l employeur). Une demande de mi-temps thérapeutique, quant à elle, doit être adressée au médecin-conseil de la caisse d assurance maladie dont le patient dépend, accompagnée d un certificat du médecin traitant. En cas d accord, le mi-temps thérapeutique est autorisé pour une période de trois mois, et peut être renouvelé pour une durée maximale d un an. Lorsqu une invalidité est reconnue (catégorie 1), il est possible de prolonger le mi-temps thérapeutique sans limitation de durée. Des indemnités peuvent être perçues en cas d invalidité liée à la maladie Une pension d invalidité, appelée allocation aux adultes handicapés (AAH), peut être obtenue par les personnes dont la capacité de travail ou les gains sont réduits de deux tiers au minimum. Cette pension peut également être attribuée lorsqu un malade a bénéficié des indemnités journalières pendant trois ans. La demande d AAH est effectuée par le médecin traitant ou le médecin-conseil de l Assurance maladie. Elle doit être adressée au bureau d aide sociale de la mairie du domicile du patient, qui statue sur dossier médical. Il est possible d avoir accès aux assurances et aux prêts bancaires lorsqu on est atteint d une LLC Ces dernières années, différentes dispositions successives ont été adoptées pour améliorer l accès à l emprunt et à l assurance des personnes atteintes d une maladie grave. La dernière en date, entrée en vigueur en janvier 2007, est la convention AERAS (s assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé). Cette dernière concerne les prêts professionnels et immobiliers, ainsi que les crédits à la consommation. Des informations précises concernant cette convention sont disponibles sur le site www. aeras-infos.fr. 29

30 Sur la Leucémie Lymphoïde Chronique Il existe une association de patients spécifiquement axée sur la leucémie lymphoïde chronique Des patients et leur entourage ont souhaité former une association pour échanger des informations, trouver une assistance, sentir un soutien pour affronter cette pathologie : l association SILLC (association de Soutien et d Information à la Leucémie Lymphoïde Chronique et à la Maladie de Waldenström). Les membres de cette association ont voulu utiliser les moyens modernes de communication pour mettre à la disposition de tous ce qui par expérience nous a semblé essentiel. Il appartient à chacun de contribuer à enrichir, à partager et de diffuser ce soutien. Vous pourrez trouver d autres informations sur l association SILLC en vous rendant sur le site Les articles publiés dans Correspondances en Onco-hématologie le sont sous la seule responsabilité de leurs auteurs. Tous droits de reproduction, d adaptation et de traduction par tous procédés réservés pour tous pays. Edimark SAS (DaTeBe éditions) décembre 2006 Imprimé en France Point Champigny-sur-Marne Dépôt légal à parution 30

Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH)

Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) Infection par le Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) Le virus de l immunodéficience humaine, le VIH, est responsable du syndrome de l'immunodéficience acquise, le sida. Une personne est séropositive

Plus en détail

Parents Note H1N1 : n o 3

Parents Note H1N1 : n o 3 École secondaire Rosemère et écoles primaires McCaig et Pierre Elliott Trudeau Parents Note H1N1 : n o 3 Destinataires : Tous les parents de l école secondaire Rosemère et des écoles primaires McCaig et

Plus en détail

Leucémie Lymphoïde Chronique

Leucémie Lymphoïde Chronique Sur la Leucémie Lymphoïde Chronique Coordination : Pierre Feugier, Nancy Avec le soutien de Sur la Leucémie Lymphoïde Chronique Sommaire Qu est-ce que la leucémie lymphoïde chronique?..........................

Plus en détail

- 1 - POUR MIEUX COMPRENDRE LE SYNDROME POST-POLIO

- 1 - POUR MIEUX COMPRENDRE LE SYNDROME POST-POLIO - 1 - POUR MIEUX COMPRENDRE LE SYNDROME POST-POLIO Association Polio Québec Visitez notre site internet : www.polioquebec.org Appelez-nous : 514-489-1143 / 1-877-765-4672 Écrivez-nous : association@polioquebec.org

Plus en détail

Session /Questions réponses Dr Xavier Leleu

Session /Questions réponses Dr Xavier Leleu Journée rencontre Hem-Fr et Waldenström Vienne, 26 septembre 2009. Session /Questions réponses Dr Xavier Leleu Waldenström et hérédité : La MW ne se transmet pas génétiquement. On ne connait pas à l heure

Plus en détail

MabThera. rituximab. Qu est-ce que MabThera? Dans quel cas MabThera est-il utilisé? Résumé EPAR à l'intention du public

MabThera. rituximab. Qu est-ce que MabThera? Dans quel cas MabThera est-il utilisé? Résumé EPAR à l'intention du public EMA/614203/2010 EMEA/H/C/000165 Résumé EPAR à l'intention du public rituximab Le présent document est un résumé du rapport européen public d'évaluation (EPAR) relatif à. Il explique de quelle manière l

Plus en détail

Pertinence et non-pertinence de la susceptibilité génétique pour l établissement de normes dans le cadre du contrôle des risques.

Pertinence et non-pertinence de la susceptibilité génétique pour l établissement de normes dans le cadre du contrôle des risques. Pertinence et non-pertinence de la susceptibilité génétique pour l établissement de normes dans le cadre du contrôle des risques. Rapport synthétique de la recherche PS/17 ( 1 ) K. Van Damme (coordinateur),

Plus en détail

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le moment des examens est une période de doute et d espoir : «on me fait tant d examens car il y a un espoir qu il n y ait rien». Le rôle

Plus en détail

Orthodontie et enfants malades

Orthodontie et enfants malades Orthodontie et enfants malades Atelier Presse du jeudi 25 septembre 2008 Avec la participation des docteurs Brigitte Vi-Fane et Jean-Baptiste Kerbrat Contact presse : BV CONSEiL Santé Alexandra Dufrien

Plus en détail

Dire oui au don d organes, c est donner l accord. Le don d organes, c est l autre façon de donner la vie.

Dire oui au don d organes, c est donner l accord. Le don d organes, c est l autre façon de donner la vie. Le don d organes, c est l autre façon de donner la vie. Dire oui au don d organes, c est donner l accord de son vivant, à un éventuel prélèvement après son décès. Ce livret est destiné à fournir les informations

Plus en détail

Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE

Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE LE CANCER EN QUELQUES CHIFFRES Problème majeur de santé publique avec près de 355 000 nouveaux cas estimés chaque année, le cancer est la première

Plus en détail

Santé. Les analyses sanguines et votre animal

Santé. Les analyses sanguines et votre animal Santé Les analyses sanguines et votre animal Les analyses de sang, c est important! Les analyses sanguines permettent fréquemment de détecter des maladies avant que votre chien ou votre chat ne montre

Plus en détail

TRANSFUSION SANGUINE. Des. réponses. à vos. questions

TRANSFUSION SANGUINE. Des. réponses. à vos. questions TRANSFUSION SANGUINE Des réponses à vos questions Des réponses à vos questions La présente brochure s adresse aux personnes qui pourraient avoir besoin d une transfusion de sang ou de produits sanguins

Plus en détail

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER L Association France Alzheimer est une association de familles créée par des familles et des professionnels du soin en 1985. A cette époque il n existe aucun traitement

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

Immunologique. Le Purpura Thrombopénique. Groupe d'etude des Cytopénies Auto-immunes de l'adulte (GECAI) www.pti-ahai.fr

Immunologique. Le Purpura Thrombopénique. Groupe d'etude des Cytopénies Auto-immunes de l'adulte (GECAI) www.pti-ahai.fr Le Purpura Thrombopénique Immunologique Medhi Khellaf - Marc Michel - Philippe Bierling - Bertrand Godeau Centre de référence labellisé pour la prise en charge des cytopénies auto-immunes de l adulte.

Plus en détail

S informer, se proteger, prevenir

S informer, se proteger, prevenir Liens www.wacc-network.org www.eurogin.com www.invs.sante.fr www.has-sante.fr/portail/jcms/j_5/accueil www.sante.gouv.fr www.afssaps.sante.fr www.inpes.sante.fr www.e-cancer.fr S informer, se proteger,

Plus en détail

Comment vivre avec la Drépanocytose maladie chronique et handicapante? Les symptômes et complications.

Comment vivre avec la Drépanocytose maladie chronique et handicapante? Les symptômes et complications. 1 Comment vivre avec la Drépanocytose maladie chronique et handicapante? Les symptômes et complications. Contexte L ASPH en tant qu association de défense des droits des personnes handicapées est tout

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

Ponction-biopsie abdominale en radiologie

Ponction-biopsie abdominale en radiologie Formulaire d information Ponction-biopsie abdominale en radiologie Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé un examen en radiologie. Il sera pratiqué avec votre consentement. Vous avez en effet la

Plus en détail

Vitiligo et psoriasis

Vitiligo et psoriasis Vitiligo et psoriasis Le vitiligo et le psoriasis sont deux maladies relativement fréquentes et partageant de nombreux points communs. Elles ont toutes deux longtemps été considérées à tord comme des pathologies

Plus en détail

LIVRET D INFORMATION SUR LA CHIMIOTHERAPIE ORALE

LIVRET D INFORMATION SUR LA CHIMIOTHERAPIE ORALE Centre de Coordination Régional d Hématologie du Limousin LIVRET D INFORMATION SUR LA CHIMIOTHERAPIE ORALE Document d information pour les patients La chimiothérapie orale La chimiothérapie orale est un

Plus en détail

Les donneurs bénévoles constituent un élément fondamental et précieux du système d approvisionnement en sang. Le donneur doit :

Les donneurs bénévoles constituent un élément fondamental et précieux du système d approvisionnement en sang. Le donneur doit : 1 : DU DONNEUR AU RECEVEUR UN OUVRAGE SUR L ACTIVITÉ TRANSFUSIONNELLE AU CANADA Robert Barr et Ted Alport Le système canadien d approvisionnement en sang est complexe, solidement intégré et rigoureusement

Plus en détail

Revolade. eltrombopag. Qu est-ce que Revolade? Dans quel cas Revolade est-il utilisé? Résumé EPAR à l'intention du public

Revolade. eltrombopag. Qu est-ce que Revolade? Dans quel cas Revolade est-il utilisé? Résumé EPAR à l'intention du public EMA/33466/2016 EMEA/H/C/001110 Résumé EPAR à l'intention du public eltrombopag Le présent document est un résumé du rapport européen public d'évaluation (EPAR) relatif à. Il explique de quelle manière

Plus en détail

Quelles sont les questions associées aux problèmes de santé mentale?

Quelles sont les questions associées aux problèmes de santé mentale? Santé mentale Termes clés Maladie mentale : affection médicale qui perturbe les pensées d une personne, ses sensations, son humeur, sa capacité à établir des relations avec les autres et sa vie quotidienne.

Plus en détail

Qu est-ce qu un vaccin?

Qu est-ce qu un vaccin? Fiche technique n 8 Qu est-ce que la vaccination? Un vaccin est un médicament particulier, destiné à «éduquer» le système immunitaire* à se défendre contre un agent pathogène* bien déterminé. Il a pour

Plus en détail

Massage et cancer Partie 1

Massage et cancer Partie 1 http://blog.cliniquealtermed.com/massage et cancer partie 1/407 Massage et cancer Partie 1 Publié le 5 septembre 2011 par Johanne Roussy Au cours de ma pratique, j entends souvent de nombreux commentaires

Plus en détail

Aide-mémoire personnel

Aide-mémoire personnel Aide-mémoire personnel L Aide-mémoire personnel sert d accompagnement au Guide de référence pour les patients et les familles, conçu pour les personnes aux prises avec le cancer du rein et leur famille.

Plus en détail

Vacciner protège. Un guide des vaccinations pour propriétaires de chats

Vacciner protège. Un guide des vaccinations pour propriétaires de chats Vacciner protège Un guide des vaccinations pour propriétaires de chats 2 VACCINER PROTÈGE Les vaccins sont-ils vraiment nécessaires? La réponse est clairement OUI! On voit encore et toujours des chats

Plus en détail

LA GESTION DE L INQUIÉTUDE

LA GESTION DE L INQUIÉTUDE LA GESTION DE L INQUIÉTUDE RESSENTIE FACE À UNE ÉVALUATION Révision : 2008-09, NN GESTION DE L INQUIÉTUDE RESSENTIE FACE À UNE ÉVALUATION 1. EXPLICATION DE CETTE INQUIÉTUDE C est décidé, l officiel en

Plus en détail

142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE?

142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE? Item 142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE? I/ Introduction 1 On rappelle la définition des soins palliatifs, par la S.F.A.P.

Plus en détail

LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE. Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE

LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE. Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE PLAN 1. Cancérogénèse/Définition 2. Les causes connues 3. Epidémiologie 4. Prévention

Plus en détail

traitement de la SEP *

traitement de la SEP * 4 Le traitement de la SEP * * Sclérose en plaques Cette brochure fait partie d'une série de brochures sur la Sclérose En Plaques (SEP). Bien qu'il n'existe pas à l'heure actuelle de traitement capable

Plus en détail

État de santé des suicidés au cours des six mois précédant le geste suicidaire

État de santé des suicidés au cours des six mois précédant le geste suicidaire État de santé des suicidés au cours des six mois précédant le geste suicidaire Cette étude rétrospective est la première de grande ampleur réalisée en France, chez 38 sujets connus des services de médecine

Plus en détail

s installent les lésions cérébrales?

s installent les lésions cérébrales? 1 Comment s installent les lésions cérébrales? E Beaufi ls, K Mondon, C Hommet La maladie d Alzheimer (MA) est une maladie neurodégénérative caractérisée sur le plan microscopique par la coexistence de

Plus en détail

Qu'est-ce que l'hyperthyroïdie? Pourquoi?

Qu'est-ce que l'hyperthyroïdie? Pourquoi? Corps du texte 1.Qu'est-ce que l'hyperthyroïdie? 2.Pourquoi? 3.Quels symptômes et quelles conséquences? 4.Quelques chiffres 5.Traitement 6.Conséquences sur la vie scolaire 7.Quand faire attention? 8.Comment

Plus en détail

QU EST-CE QUE L AMNIOCENTÈSE?

QU EST-CE QUE L AMNIOCENTÈSE? QU EST-CE QUE L AMNIOCENTÈSE? Préparé par : Docteur Oleg Soroko, chef du département de gynécologie Sylvain Boisvert, chef de l unité familiale Direction des soins infirmiers 2011-04-18 Qu est-ce que l'amniocentèse?

Plus en détail

Pour un bon usage des médicaments chez les personnes âgées : Guide à l intention des patients et des aidants

Pour un bon usage des médicaments chez les personnes âgées : Guide à l intention des patients et des aidants Pour un bon usage des médicaments chez les personnes âgées : Guide à l intention des patients et des aidants Avec le vieillissement de la population, les médicaments occupent une place de plus en plus

Plus en détail

Programme d aide à l emploi pour les personnes présentant des troubles autistiques *

Programme d aide à l emploi pour les personnes présentant des troubles autistiques * Programme d aide à l emploi pour les personnes présentant des troubles autistiques * S. Michael Chapman, Directeur Aide à l emploi Division TEACCH Philosophie générale du programme Lorsque les personnes

Plus en détail

Durée de la maladie L influenza dure en général de deux à sept jours, mais la toux et la fatigue peuvent persister plus de deux semaines.

Durée de la maladie L influenza dure en général de deux à sept jours, mais la toux et la fatigue peuvent persister plus de deux semaines. INFLUENZA INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition L influenza est une infection virale aiguë saisonnière très contagieuse, qui peut être prévenue annuellement par la vaccination. La maladie est causée par le

Plus en détail

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque.

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. LES CANCERS DU SEIN Ne donnez pas votre sein au cancer! Sommaire : 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. 4-Le dépistage : Les symptômes. Ce dépliant est

Plus en détail

N'oubliez pas de vous procurer votre carnet d'information et de suivi auprès de votre médecin, de votre biologiste ou de votre pharmacien.

N'oubliez pas de vous procurer votre carnet d'information et de suivi auprès de votre médecin, de votre biologiste ou de votre pharmacien. REPUBLIQUE FRANÇAISE Avril 2009 Questions / Réponses Traitement anticoagulant oral par anti-vitamine k (AVK) Vous recevez un traitement anticoagulant oral par antivitamine K. Ce traitement vous est indispensable

Plus en détail

TROUBLES PSYCHOLOGIQUES

TROUBLES PSYCHOLOGIQUES TROUBLES PSYCHOLOGIQUES DANS LA SEP Pr Michèle Montreuil Professeur de psychologie Université Paris 8 La dépression, l anxiété et la labilité émotionnelle ne sont pas rares Dans la sclérose en plaques,

Plus en détail

TABLE RONDE DU 21/11/2001

TABLE RONDE DU 21/11/2001 TABLE RONDE DU 21/11/2001 Devenir parents est une aventure qui se construit au quotidien avec ses enfants. Dans notre société, les modifications récentes de la structure familiale comme les familles monoparentales

Plus en détail

LA CHIRURGIE DU REFLUX GASTRO-OESOPHAGIEN

LA CHIRURGIE DU REFLUX GASTRO-OESOPHAGIEN LA CHIRURGIE DU REFLUX GASTRO-OESOPHAGIEN CLINIQUE SAINT-JOSEPH rue de Hesbaye 75 B-4000 Liège Tél. 04 224 81 11 Fax 04 224 87 70 Service de chirurgie digestive Tél. 04 224 89 00-04 224 89 01 de 8h à 18h,

Plus en détail

Centre de la petite enfance Trois Petits Points

Centre de la petite enfance Trois Petits Points POLITIQUE DE SANTÉ DE L INSTALLATION Centre de la petite enfance Trois Petits Points Ajournée le 5 mai 2015, adoptée le 14 mai 2015 Lors d une séance ordinaire du conseil d administration TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Thérapie anti-âge. Revitalisation cellulaire

Thérapie anti-âge. Revitalisation cellulaire Thérapie anti-âge Revitalisation cellulaire La qualité du fonctionnement de notre organisme diminue avec l âge, en particulier les systèmes physiologiques importants tels que : Le système immunitaire,

Plus en détail

Explications des réponses

Explications des réponses Explications des réponses Explications des réponses Question 1 : Un vaccin, c est... (information adaptée de l ouvrage Avoir la piqûre pour la santé de votre enfant, 3e édition, page 10) La vaccination

Plus en détail

GRIPPE SAISONNIÈRE - FOIRE AUX QUESTIONS

GRIPPE SAISONNIÈRE - FOIRE AUX QUESTIONS GRIPPE SAISONNIÈRE - FOIRE AUX QUESTIONS 1. Qu est-ce que la grippe? 2. Comment se transmet la grippe? 3. Combien de temps une personne infectée est-elle contagieuse? 4. Quels sont les symptômes de la

Plus en détail

Livret d information aux patients ayant une ostéoporose et traités par ACIDE ZOLÉDRONIQUE. Acide zolédronique 5 mg solution pour perfusion

Livret d information aux patients ayant une ostéoporose et traités par ACIDE ZOLÉDRONIQUE. Acide zolédronique 5 mg solution pour perfusion Livret d information aux patients ayant une ostéoporose et traités par ACIDE ZOLÉDRONIQUE Acide zolédronique 5 mg solution pour perfusion Source : www.ansm.sante.fr V1 10/2013 1/6 Sommaire - Qu est-ce

Plus en détail

Le corps humain contient 2 à 4 grammes de zinc, les plus fortes concentrations se trouvant dans la prostate et certaines parties de l œil.

Le corps humain contient 2 à 4 grammes de zinc, les plus fortes concentrations se trouvant dans la prostate et certaines parties de l œil. Zinc EN BREF Introduction Le zinc (Zn) est un oligoélément essentiel à toutes les formes de vie et que l on trouve dans près de 100 enzymes spécifiques. Après le fer, le zinc est l oligoélément le plus

Plus en détail

1/ Renseignements sur la grippe y compris la nouvelle grippe H1N1 à l intention de personnes atteintes de certaines maladies

1/ Renseignements sur la grippe y compris la nouvelle grippe H1N1 à l intention de personnes atteintes de certaines maladies 1/ Renseignements sur la grippe y compris la nouvelle grippe H1N1 à l intention de personnes atteintes de certaines maladies 2/ DÉPARTEMENT DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DES ÉTATS-UNIS Centre pour

Plus en détail

Limiter les douleurs liées aux soins et aux actes médicaux

Limiter les douleurs liées aux soins et aux actes médicaux Limiter les douleurs liées aux soins et aux actes médicaux Est-ce que ça va faire mal? Pour que chaque soin se déroule au mieux Les traitements utiles pour éviter ou diminuer la douleur 72 73 75 De nombreux

Plus en détail

Ce qu il faut savoir sur le virus du papillome humain (VPH) : Questions et réponses

Ce qu il faut savoir sur le virus du papillome humain (VPH) : Questions et réponses Ce qu il faut savoir sur le virus du papillome humain (VPH) : Questions et réponses Qu est-ce que le VPH? Qu est-ce que le VPH? Quels sont les signes et les symptômes d une infection à VPH? Le VPH cause-t-il

Plus en détail

Politique relative aux enfants malades et à l exclusion Centre de la petite enfance Du Boisé Vimont

Politique relative aux enfants malades et à l exclusion Centre de la petite enfance Du Boisé Vimont Politique relative aux enfants malades et à l exclusion Centre de la petite enfance Du Boisé Vimont Ce document a été conçu à partir de la politique des CPE suivants : CPE La Ritournelle, CPE La P tite

Plus en détail

La fatigue dans la sclérose en plaques

La fatigue dans la sclérose en plaques brochure destinée au patient atteint de sclérose en plaques ou à son entourage A. Catteau du CHU de Dijon T. Moreau président du CIRMA et vice-président du comité scientifique de la Fondation ARSEP et

Plus en détail

CANCER DU FOIE ET TUMEURS

CANCER DU FOIE ET TUMEURS CANCER DU FOIE ET TUMEURS CANCER DU FOIE ET TUMEURS Foie en santé Foie cirrhotique Tumeur Quelle est la cause du cancer du foie? Plusieurs facteurs jouent un rôle dans le développement du cancer. Comme

Plus en détail

Que savez-vous de la ménopause?

Que savez-vous de la ménopause? Que savez-vous de la ménopause? La ménopause est synonyme de bouleversements dans la vie affective et physique de la femme. Quels en sont les symptômes et les conséquences? Faut-il suivre des traitements

Plus en détail

LES PLUS BEAUX CADEAUX NE SONT PAS FORCÉMENT LES PLUS GROS. Offrir des ovocytes. dondovocytes.fr. à un couple qui ne peut pas avoir d enfants,

LES PLUS BEAUX CADEAUX NE SONT PAS FORCÉMENT LES PLUS GROS. Offrir des ovocytes. dondovocytes.fr. à un couple qui ne peut pas avoir d enfants, LES PLUS BEAUX CADEAUX NE SONT PAS FORCÉMENT LES PLUS GROS Offrir des ovocytes à un couple qui ne peut pas avoir d enfants, c est lui faire un cadeau tout petit pour un bonheur très grand. 3 familles de

Plus en détail

Au troisième mois, vous avez pris conscience de votre grossesse et votre corps la vit plus sereinement.

Au troisième mois, vous avez pris conscience de votre grossesse et votre corps la vit plus sereinement. Le troisième mois Voir aussi : La déclaration de grossesse Le choix de la maternité Échographie : Video d un coeur à 14 SA Votre corps Au troisième mois, vous avez pris conscience de votre grossesse et

Plus en détail

Vivre avec mon traitement contre la tension

Vivre avec mon traitement contre la tension LES FONDAMENTAUX POUR SOIGNER MA TENSION Vivre avec mon traitement contre la tension L'apprentissage PHARAON UN PROGRAMME POUR l HYPERTENDU Programme éducatif Hygiéno-diététique et d Auto prise en charge

Plus en détail

DIAGNOSTIC PRÉNATAL TABLE DES MATIÈRES. Qu est ce qu un diagnostic prénatal?... 1. Qu est-ce qu une malformation congénitale?... 1

DIAGNOSTIC PRÉNATAL TABLE DES MATIÈRES. Qu est ce qu un diagnostic prénatal?... 1. Qu est-ce qu une malformation congénitale?... 1 DIAGNOSTIC PRÉNATAL TABLE DES MATIÈRES Qu est ce qu un diagnostic prénatal?... 1 Qu est-ce qu une malformation congénitale?... 1 Diagnostic prénatal pour les risques maternels liés à l âge... 3 Tests diagnostics

Plus en détail

BIOPSIE DE TROPHOBLASTE ou PRÉLÈVEMENT DE VILLOSITÉS CHORIALES

BIOPSIE DE TROPHOBLASTE ou PRÉLÈVEMENT DE VILLOSITÉS CHORIALES BIOPSIE DE TROPHOBLASTE ou PRÉLÈVEMENT DE VILLOSITÉS CHORIALES Le diagnostic prénatal par biopsie de trophoblaste ( 1 ) au premier trimestre de la grossesse est devenu une alternative fréquente aux techniques

Plus en détail

La parvovirose canine

La parvovirose canine Fiche technique n 5 La parvovirose canine La parvovirose canine est une affection contagieuse très grave et souvent mortelle. Elle est l une des causes les plus fréquentes de diarrhées infectieuses chez

Plus en détail

LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL?

LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL? LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL? La dysplasie fibreuse des os (DF) est une maladie osseuse rare pouvant atteindre tous les os. Le nombre d os concernés est très variable : un seul os, deux, trois

Plus en détail

L impact psychologique du cancer du sein. RENY Justine, psychologue clinicienne

L impact psychologique du cancer du sein. RENY Justine, psychologue clinicienne L impact psychologique du cancer du sein RENY Justine, psychologue clinicienne Groupe de parole : hôpital de Dreux Groupe ouvert à tous les patients en cours de traitement et/ou en rémission Un mardi par

Plus en détail

Assemblée des Premières Nations. Document d information technique : Plan de gestion des produits chimiques du Canada

Assemblée des Premières Nations. Document d information technique : Plan de gestion des produits chimiques du Canada Assemblée des Premières Nations Document d information technique : Plan de gestion des produits chimiques du Canada 2012-2013 1 Contexte Les Chefs en assemblée de l Assemblée des Premières Nations (APN)

Plus en détail

Traitement de l incontinence urinaire d effort par pose d une bandelette sous urétrale (TOT ou TVT)

Traitement de l incontinence urinaire d effort par pose d une bandelette sous urétrale (TOT ou TVT) CONSENTEMENT ECLAIRE version 1.1 (2011) Traitement de l incontinence urinaire d effort par pose d une bandelette sous urétrale (TOT ou TVT) Cette fiche d information est rédigée par la Belgian Association

Plus en détail

VIH et sida. Mots clés. Quel est le problème? Données statistiques 1

VIH et sida. Mots clés. Quel est le problème? Données statistiques 1 VIH et sida Mots clés VIH : virus de l immunodéficience humaine. Virus qui provoque une infection incurable transmis par les relations sexuelles, les seringues, le sang contaminé ou de la mère à l enfant,

Plus en détail

La médecine personnalisée Daniel Locker Professeur honoraire Université Orléans

La médecine personnalisée Daniel Locker Professeur honoraire Université Orléans La médecine personnalisée Daniel Locker Professeur honoraire Université Orléans Introduction En 1992, l introduction d'un anticorps monoclonal, l herceptine, pour le traitement du cancer du sein a donné

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ Conclusion Dans le cadre de ses missions, le CCSF a confié au CRÉDOC une étude portant sur l accès aux services bancaires des ménages en situation de pauvreté. Cette étude s inscrit en continuité de celle

Plus en détail

Conseils aux hypertendus stressés

Conseils aux hypertendus stressés Conseils aux hypertendus stressés 1. 2. 3. 4. 5. 6. Si votre pression artérielle est élevée mais a été prise dans une période de stress, dites-le à votre médecin, et faites-la mesurer à nouveau, dans un

Plus en détail

Enjeux de la susceptibilité génétique en milieu professionnel

Enjeux de la susceptibilité génétique en milieu professionnel SPP Politique Scientifique Journée d étude 30 octobre 2003 ITUH - Bruxelles Enjeux de la susceptibilité génétique en milieu professionnel Tests cytogénétiques : utilité en médecine du travail Difficulté

Plus en détail

ANNEXE III. Modifications apportées aux rubriques pertinentes du résumé des caractéristiques du produit, de l étiquetage et de la notice

ANNEXE III. Modifications apportées aux rubriques pertinentes du résumé des caractéristiques du produit, de l étiquetage et de la notice ANNEXE III Modifications apportées aux rubriques pertinentes du résumé des caractéristiques du produit, de l étiquetage et de la notice 20 RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT Ce médicament fait l objet

Plus en détail

Vaccination contre le HPV Questions et réponses

Vaccination contre le HPV Questions et réponses Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Santé publique Etat au 04.07.2012 Vaccination contre le HPV Questions et réponses 1. Qu est-ce que le

Plus en détail

Grippe pandémique. Tout ce que vous devez savoir sur la grippe pandémique

Grippe pandémique. Tout ce que vous devez savoir sur la grippe pandémique Grippe pandémique Tout ce que vous devez savoir sur la grippe pandémique Quel est l objet de cette brochure? Cette brochure vise à vous informer sur la grippe pandémique. Vous y trouverez les réponses

Plus en détail

Instructions pour la sauvegarde et l envoi du questionnaire

Instructions pour la sauvegarde et l envoi du questionnaire Instructions pour la sauvegarde et l envoi du questionnaire 1) Pour accéder aux options de sauvegarde et d envoi du questionnaire, veuillez cliquer sur le bouton représenté ci-après, situé en dernière

Plus en détail

ou recherche sur la personne biomédicale la recherche GUIDE À L USAGE DES PERSONNES CONCERNÉES

ou recherche sur la personne biomédicale la recherche GUIDE À L USAGE DES PERSONNES CONCERNÉES GUIDE À L USAGE DES PERSONNES CONCERNÉES la recherche biomédicale ou recherche sur la personne p4 p6 p6 p8 p 10 p 10 p 11 p 12 Quoi? Pourquoi? Comment? Étape par étape Pour préparer la recherche Lorsque

Plus en détail

Tiré à Part du BDP volume 7 n 1

Tiré à Part du BDP volume 7 n 1 Tiré à Part du BDP volume 7 n 1 LE ROLE DE L INFIRMIERE DE DIALYSE PERITONEALE DANS L EDUCATION DU PATIENT Ghislaine VENIEZ Infirmière - Unité de Dialyse Péritonéale C.H. René Dubos - 95300 Pontoise 1997

Plus en détail

CCNE Avis 120 : Questions éthiques associées au développement des tests génétiques fœtaux sur sang maternel Membres du groupe de travail :

CCNE Avis 120 : Questions éthiques associées au développement des tests génétiques fœtaux sur sang maternel Membres du groupe de travail : CCNE Avis 120 : Questions éthiques associées au développement des tests génétiques fœtaux sur sang maternel Membres du groupe de travail : Christiane BASSET François BEAUFILS Frédérique DREIFUSS-NETTER

Plus en détail

Expérimenté depuis 2003, le. Dépistage organisé du cancer colorectal. Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France

Expérimenté depuis 2003, le. Dépistage organisé du cancer colorectal. Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France DÉPISTAGE Dépistage organisé du cancer colorectal Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France UN CANCER CURABLE À UN STADE PRÉCOCE LE DÉPISTAGE ORGANISÉ : UNE STRATÉGIE

Plus en détail

Ce que nous devons savoir sur le virus VIH (HIV) et le SIDA (AIDS) Lidia Belkis Archbold Ministère de la Santé Division Interaméricaine

Ce que nous devons savoir sur le virus VIH (HIV) et le SIDA (AIDS) Lidia Belkis Archbold Ministère de la Santé Division Interaméricaine Ce que nous devons savoir sur le virus VIH (HIV) et le SIDA (AIDS) Lidia Belkis Archbold Ministère de la Santé Division Interaméricaine Le virus VIH Il fut découvert, en 1983, par l équipe de Luc Montagnier,

Plus en détail

Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale

Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS DE BONNES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale Février 2009 MESSAGES CLÉS Ces

Plus en détail

Oncologie Interventionnelle Information pour les patients

Oncologie Interventionnelle Information pour les patients Oncologie Interventionnelle Information pour les patients Radiologie Interventionnelle: Votre alternative à la chirurgie www.cirse.org Cardiovascular and Interventional Radiological Society of Europe Cardiovascular

Plus en détail

Item 49 : Évaluation clinique et fonctionnelle d un handicap sensoriel : la surdité

Item 49 : Évaluation clinique et fonctionnelle d un handicap sensoriel : la surdité Item 49 : Évaluation clinique et fonctionnelle d un handicap sensoriel : la surdité Collège Français d'orl Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...2 SPECIFIQUE :...2 I Surdités...4

Plus en détail

Hypothyroïdie. Livret N 15 b

Hypothyroïdie. Livret N 15 b Hypothyroïdie Livret N 15 b Guide d accompagnement du Patient Brochure : lecture moyenne 28/04/09 1 Hypothyroïdie Livret N 15 b Cette brochure a été conçue à l origine par Fernando Vera et le Professeur

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

Information à l intention du personnel. Les conditions de la retraite dès 2012. Le 19 juillet 2011. Direction des Finances DFIN Finanzdirektion FIND

Information à l intention du personnel. Les conditions de la retraite dès 2012. Le 19 juillet 2011. Direction des Finances DFIN Finanzdirektion FIND Information à l intention du personnel Les conditions de la retraite dès 2012 Le 19 juillet 2011 Direction des Finances DFIN Finanzdirektion FIND Page 2 de 10 Sommaire 1. En bref, les nouveautés concernant

Plus en détail

Intégration à la profession de technologiste médical

Intégration à la profession de technologiste médical Intégration à la profession de technologiste médical CLA.05 Information : (514) 376-1620, poste 419 Programme de formation Type de sanction Attestation d études collégiales permettant de cumuler 53,33

Plus en détail

INTERVIEW. Dr K. MOUSSAYER. SUR L'AUTO-IMMUNITE

INTERVIEW. Dr K. MOUSSAYER. SUR L'AUTO-IMMUNITE INTERVIEW Dr K. MOUSSAYER Présidente de l Association Marocaine des Maladies Auto-immunes et Systémiques (AMMAIS) Pouvez vous nous définir les missions de l AMMAIS Les objectifs de l AMMAIS, créée en 2010

Plus en détail

Polyarthrite Rhumatoïde. & Rémission. qualité de vie

Polyarthrite Rhumatoïde. & Rémission. qualité de vie Polyarthrite Rhumatoïde & Rémission qualité de vie Rémission : Contrôle des symptômes Contrôle de la douleur et de l inflammation articulaire Rémission stable dans le temps Préservation des articulations

Plus en détail

Cancer de la thyroïde de type papillaire et vésiculaire : Le traitement par iode 131

Cancer de la thyroïde de type papillaire et vésiculaire : Le traitement par iode 131 INFORMATION DU PATIENT Le Centre Henri-Becquerel est le Centre de Lutte Contre le Cancer de Haute-Normandie, spécialisé dans le dépistage, le diagnostic, les soins en cancérologie, ainsi que dans la recherche

Plus en détail

VEUILLEZ LIRE CE DOCUMENT POUR UNE UTILISATION SÉCURITAIRE ET EFFICACE DU MÉDICAMENT. RENSEIGNEMENTS DESTINÉS AUX PATIENTS.

VEUILLEZ LIRE CE DOCUMENT POUR UNE UTILISATION SÉCURITAIRE ET EFFICACE DU MÉDICAMENT. RENSEIGNEMENTS DESTINÉS AUX PATIENTS. VEUILLEZ LIRE CE DOCUMENT POUR UNE UTILISATION SÉCURITAIRE ET EFFICACE DU MÉDICAMENT. RENSEIGNEMENTS DESTINÉS AUX PATIENTS Pr NUCALA MC [nu-ka-la] mépolizumab en poudre lyophilisée pour solution injectable

Plus en détail

Plan du document : 1. Réactions liées au stress :

Plan du document : 1. Réactions liées au stress : Fiche technique T1-B MODES OPERATOIRES A DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTE Version 01 décembre 2009 URGENCES MEDICALES A L OCCASION D UNE VACCINATION Document ayant fait l objet d une relecture scientifique

Plus en détail

épileptique Vivre avec un animal

épileptique Vivre avec un animal e 100744 - DEPLIANT MAE - A13 - TVM est une marque déposée - Conception et réalisation graphiques : Vice Versa Clermont-Fd, 04 73 90 94 05 - Crédit photos : Fotolia Vivre avec un animal épileptique www.tvm.fr

Plus en détail

Vaccination contre le HPV Questions et réponses pour les adolescents

Vaccination contre le HPV Questions et réponses pour les adolescents Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Santé publique État au 02.07.2012 Vaccination contre le HPV Questions et réponses pour les adolescents

Plus en détail

(ah SPARE ah gin aze)

(ah SPARE ah gin aze) Fiche d'information sur les médicaments asparaginase (ah SPARE ah gin aze) Ce document fournit des renseignements généraux à propos de votre médicament. Il ne remplace pas les conseils de votre équipe

Plus en détail

VACCINATION CONTRE LA GRIPPE A :

VACCINATION CONTRE LA GRIPPE A : French VACCINATION CONTRE LA GRIPPE A : Informations pour les parents d enfants âgés de plus de six mois et de moins de cinq ans La grippe. Protégez-vous et protégez les autres. 1 Sommaire Au sujet de

Plus en détail

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LE DOMICILE LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LEGISLATION LOI DU 4 MARS 2002:définition des réseaux de santé : «Ils ont pour objet de favoriser l

Plus en détail

Société Française de Cardiologie et Fédération Française de Cardiologie. Journée Européenne de l insuffisance cardiaque Vendredi 11 mai 2012

Société Française de Cardiologie et Fédération Française de Cardiologie. Journée Européenne de l insuffisance cardiaque Vendredi 11 mai 2012 1 Sommaire Société Française de Cardiologie et Fédération Française de Cardiologie Journée Européenne de l insuffisance cardiaque «Agir pour vivre mieux!» Communiqué de presse Société Française de Cardiologie

Plus en détail