RÈGLEMENT GÉNÉRAL AFFÉRENT AUX OUVERTURES DE CRÉDIT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RÈGLEMENT GÉNÉRAL AFFÉRENT AUX OUVERTURES DE CRÉDIT"

Transcription

1 RÈGLEMENT GÉNÉRAL AFFÉRENT AUX OUVERTURES DE CRÉDIT DE BANCO BILBAO VIZCAYA ARGENTARIA SUCCURSALE DE DROIT BELGE daté du 8 janvier 2004 Conditions Générales des Crédits de Banco Bilbao Vizcaya Argentaria (ci-après la "Banque") Succursale belge dont les bureaux sont établis Avenue des Arts, Bruxelles Belgique Numéro d'entreprise: Numéro T.V.A.: BE

2 TABLE DE MATIERES ARTICLE 1 : CHAMP D'APPLICATION 4 ARTICLE 2 : FORMATION DU CONTRAT 4 ARTICLE 3 : UTILISATION DU CRÉDIT 5 ARTICLE 4 : IMPUTATION SUR LE CREDIT 6 ARTICLE 5 : INTÉRÊTS, COMMISSION ET FRAIS 6 ARTICLE 6 : DÉPASSEMENT DU CRÉDIT 8 ARTICLE 7 : MOBILISATION DU CRÉDIT 8 ARTICLE 8 : UNICITÉ DE COMPTE 9 ARTICLE 9 : DURÉE DU CRÉDIT 10 ARTICLE 10 : ENGAGEMENT DU CRÉDITE 10 ARTICLE 11 : DÉNONCIATION OU SUSPENSION DU CRÉDIT 11 ARTICLE 12 : DÉCÈS DU CRÉDITE 15 ARTICLE 13 : JUSTIFICATION DU CRÉDIT 16 ARTICLE 14 : REMBOURSEMENT DU CRÉDIT 16 ARTICLE 15 : PLURALITÉ DES CRÉDITES 17 ARTICLE 16 : CRÉDITS D'ESCOMPTE DE BILLETS À ORDRE OU DE LETTRES DE CHANGE. 17 ARTICLE 17 : CAUTIONNEMENTS ET GARANTIES 18 ARTICLE 18 : CESSION - SUBROGATION 19 ARTICLE 19 : NANTISSEMENT 20 ARTICLE 20 : TIERS GARANT 22 ARTICLE 21 : CRÉDITS D'ACCEPTATION. 23

3 ARTICLE 22 : NOTIFICATION 24 ARTICLE 23 : PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE 24 ARTICLE 24 : LOI APPLICABLE ET ATTRIBUTION DE COMPÉTENCE 25 3

4 Article 1 : Champ d'application 1.1. Sauf dérogation expresse et constatée par écrit, le présent règlement (ci-après le "Règlement") régit les relations d'affaires en matière de crédit entre: BANCO BILBAO VIZCAYA ARGENTARIA, succursale belge de la société anonyme de droit espagnol Banco Bilbao Vizcaya Argentaria C.I.F. A (ayant son siège social situé Plaza de San Nicolas 4 à Bilbao, Espagne), dont les bureaux sont situés Avenue des Arts 43 à 1040 Bruxelles (Belgique), dont le numéro d'entreprise est le , immatriculée à la Taxe sur la Valeur Ajoutée sous le numéro BE (ci-après la "Banque") ou tout ayant-droit de celle-ci; le(s) bénéficiaire(s) de crédit, c'est-à-dire de toutes facilités quelconques (ci-après le "Crédité"); toute(s) personne(s) ayant constitué des Sûretés au profit de la Banque (ci-après le "Tiers Garant") Les termes "Crédité" ou "Tiers Garant" peuvent ne viser qu'un seul des co-crédités ou Tiers Garants. Le terme "Sûreté" est pris dans son sens le plus large et vise notamment tout engagement dont la Banque a tenu compte pour l'octroi ou le maintien du crédit. Article 2 : Formation du contrat 2.1. La convention se forme soit par acte authentique ou sous seing privé, soit par échange de correspondance qui fixe les conditions et les modalités du crédit La Banque a le droit de reconsidérer tant le principe que les modalités de son concours: (i) au cas où l'accord du Crédité sur les termes de la lettre ou convention d'ouverture ou de majoration de crédit ne lui parviendrait pas dans les quinze jours de la date de celle-ci, et; (ii) au cas où les Sûretés exigées ne seraient pas constituées dans les deux mois suivant cette même date. 4

5 Le fait pour la Banque de ne pas user des droits ci-dessus à l'expiration des délais précités ne pourra être invoqué comme constitutif d'une renonciation par elle à user ultérieurement de ces droits Le crédit ne peut être utilisé aussi longtemps que les formalités convenues ne sont pas accomplies et que les Sûretés prises par la Banque ne sont pas opposables aux tiers Le crédit est réalisable sur base modes d'opérations prévus dans la convention et en cas de silence de celle-ci, par tout mode d'opérations que la Banque accepterait de laisser faire par le Crédité ou pour son compte. Article 3 : Utilisation du crédit 3.1. Tout crédit est réalisé en compte-courant. Il est susceptible d'être utilisé notamment sous l'une ou l'autre des formes suivantes: a) le prélèvement d'avances et les facilités de caisse; b) l'émission ou la remise à l'escompte d'effets de commerce (crédit d'escompte cédant); c) l'escompte effectué par la Banque ou par des tiers sur instructions de la Banque, de traites, avalisées ou non, tracées par des tiers sur le Crédité (crédit d'escompte fournisseur); d) l'acceptation par la Banque ou par des tiers suivant les instructions de la banque, de traites, tracées par le Crédité soit sur la Banque, soit sur des tiers (crédit d'acceptation); e) l'ouverture de crédits documentaires; f) les avances sur endossement de factures; g) la constitution par la Banque de garanties sous forme d'aval de cautionnement, de ducroire, etc. (crédit d'aval); h) l'ouverture de prêt et de crédits hypothécaires; i) les opérations de financement même assorties de garanties spéciales. 5

6 3.2. L'énumération de ces formes de crédit précitées n'est pas limitative et l'ouverture de crédit peut être utilisée sous les formes d'utilisation fixées par le Crédité et la Banque dans la lettre ou la convention d'ouverture de crédit initiale ou lors d'une modification ultérieure. Article 4 : Imputation sur le crédit 4.1. Sauf disposition légale impérative contraire, la Banque pourra imputer sur le crédit, sans en aviser le Crédité, toutes les sommes que ce dernier lui doit ou pourrait lui devoir du chef d'engagements exigibles ou non, même assumés en faveur de tiers, contractés par le Crédité envers elle, soit au cours du crédit, soit antérieurement à l'octroi de celui-ci, et en tenant compte du fait que le terme "engagement" susmentionné doit être compris dans son sens le plus large Cette imputation et l'inscription éventuelle en compte-courant qui pourrait en résulter, n'opérera pas novation. Article 5 : Intérêts, commissions et frais 5.1. Sauf disposition légale impérative contraire, les intérêts, commission et frais sont régis comme ci-dessous Le calcul des intérêts s'effectue selon les usages 1. Le montant ainsi calculé sera dû et son paiement devra être effectué net de tout impôt, taxe ou retenue de quelque nature que ce soit Les conditions conventionnelles d'intérêts et de commissions s'appliquent de plein droit et sans mise en demeure jusqu'à parfait remboursement du crédit Il est expressément stipulé que lorsque le compte aura été arrêté pour un motif quelconque, le solde débiteur et toutes valeurs du compte qui viendraient s'y ajouter postérieurement continueront à produire des intérêts au taux du compte. Ces intérêts sont payables, au plus tard, dans les 15 jours de la réception de leur décompte trimestriel, à défaut de quoi ils seront capitalisés pour produire eux-mêmes intérêts au même taux jusqu'au remboursement final, sans préjudice du droit de la Banque d'en réclamer le règlement immédiatement. 1 A la date du Règlement, ce calcul s'effectue sur base du nombre exact de jours que comporte la période de calcul divisé par

7 5.5. Tous droits et honoraires de tiers et tous frais généralement quelconques, y compris les frais de renouvellement et de mainlevée qui résultent de l'ouverture de crédit ou de la constitution des garanties sont à charge du Crédité. Il en sera de même de tous les frais de poursuite judiciaire et extra-judiciaire, y compris les honoraires d'avocat, en cas d'exécution forcée des engagements du Crédité ou du Tiers Garant. Si la Banque en faisait l'avance, elle imputerait sur le crédit accordé le montant de cette avance La Banque prélèvera en outre les commissions et frais du chef des opérations effectuées à la demande et pour compte du Crédité en fonction de son tarif habituel Sauf pour les crédits à terme en cours, la Banque peut à tout moment, moyennant simple avis au Crédité, modifier pour l'avenir les conditions et les modalités d'intérêts et de commission. Ces modifications entrent en vigueur à la date de l'avis Dans le cadre de crédits hypothécaires, les modifications dont il est question au point 5.7 du Règlement ne font pas obstacle au caractère exécutoire de l'acte et des conditions d'intérêts et de commission qui y sont stipulées, pour autant qu'elles n'aggravent pas la situation de Crédité telle qu'elle est prévue dans le dit acte L'envoi par la Banque d'une simple lettre adressée à l'ensemble de ses clients signalant les modifications suffit à prouver l'envoi de cette lettre au Crédité. Le Crédité est censé avoir accepté ces modifications s'il n'a pas dénoncé le crédit par lettre recommandée à la poste adressée à la Banque dans les 15 jours de l'entrée en vigueur des modifications Pour les opérations de toute nature, la Banque peut, moyennant avis au Crédité, mettre à charge de celui-ci tout coût ou charge supplémentaire qui résulterait de toute mesure, de quelque nature que ce soit, qui lui serait imposée par toute autorité quelconque. Dans ce cas, le Crédité a le droit de résilier le contrat de crédit affecté, par lettre recommandée adressée à la Banque dans le mois calendrier suivant la notification précitée et de rembourser ledit crédit Si le Crédité fait usage de la faculté qui lui est reconnue au point 5.10 du Règlement, il dédommage la Banque de la perte éventuellement encourue par elle suite à ce remboursement, à raison de la différence entre: (a) les intérêts que la Banque aurait dû percevoir sur les fonds remboursés jusqu'à la prochaine révision contractuelle du taux, ou à défaut, jusqu'à l'échéance du crédit, et; 7

8 (b) ceux qu'elle percevra suite au remploi de ces fonds pendant l'une ou l'autre des périodes visées au (a) L'avis dont question à l'alinéa précédent mentionne, d'une part, le coût ou la charge supplémentaire visés, et, d'autre part, le montant de la perte éventuellement encourue par la Banque si le Crédité choisissait de résilier et de rembourser le crédit affecté En cas de modification affectant la composition et/ou la définition du taux de référence/de l'indice de référence auquel se réfère une convention, de même qu'en cas de disparition de ce taux/de cet indice et de substitution d'un taux/d'un indice de même nature ou équivalent, ainsi qu'en cas de modification affectant l'organisme le publiant ou les modalités de publication ou en cas de modification de la base de calcul de ce taux ou de cet indice, il est, pour autant que de besoin, précisé que le taux/l'indice résultant de cette modification ou de cette substitution s'appliquera de plein droit à ladite convention. A défaut, le taux ou indice que la Banque estimera le plus proche, compte tenu des pratiques de marché internationaux, sera de plein droit applicable. Article 6 : Dépassement du crédit 6.1. Les crédits accordés ne pouvant, en principe, donner lieu à dépassement, toute tolérance éventuelle à ce sujet ne sera en aucun cas constitutive d'un droit quelconque, que ce soit au maintien du dépassement ou à une répétition de tolérance Par ailleurs, sauf disposition légale impérative contraire, une commission dite "de dépassement" pourra être perçue, en outre du taux légal, par la Banque: cette commission majorera l'intérêt contractuellement fixé de 2 % mensuellement En cas de dépassement, la Banque pourra, à tout moment exiger remise immédiate et suffisante pour ramener le montant dû dans les limites du crédit. Article 7 : Mobilisation du crédit 7.1. La Banque peut exiger l'acceptation ou la souscription par le Crédité, pour un montant égal à celui de son solde débiteur, de lettres de change ou de billets à ordre négociables réunissant les conditions d'admissibilité à la Banque Nationale de Belgique, à l'institut de Réescompte et de Garantie, à la Société Nationale de Crédit à l'industrie, à la Caisse Nationale de Crédit Professionnel ou à d'autres organismes des secteurs public et privé du crédit, sans qu'il puisse en résulter novation. 8

9 7.2. Elle se réserve le droit de mobiliser, auprès d'un des organismes précités, tout ou partie du crédit utilisé, soit à l'ouverture soit au cours du crédit, à l'aide des traites ou billets à ordre dont question ci-dessus La mobilisation sous forme de traites ou de billets à ordre ne peut être considérée comme l'octroi par la Banque de termes et délais de remboursement. Au contraire, après le paiement de ces traites ou billets à ordre à leur échéance, le Crédité pourra à nouveau utiliser les tranches du crédit devenues disponibles Les frais afférents à la création de ces effets de commerce, à leurs renouvellements ou prorogations éventuels sont à charge du Crédité; s'il y a plusieurs Crédités solidaires, l'un des Crédités pourra signer valablement les effets à souscrire La Banque sera fondée à se faire remettre par le Crédité la documentation exigée par l'organisme récepteur. Article 8 : Unicité de compte 8.1. Les formes d'utilisation de l'ouverture de Crédit sont en principe enregistrées dans un ou plusieurs compte(s) Sauf convention contraire, tous les comptes ouverts par la Banque à un même Crédité, soit en euros, soit en devises étrangères, constituent les éléments d'un compte unique et indivisible, quel que soit le lieu et le pays où ils sont tenus. Par conséquent, la Banque a la faculté de fusionner les comptes ou de procéder à des transferts, totaux ou partiels, entre comptes débiteurs et comptes créditeurs, le solde final constatant la position en compte du Crédité Lorsque le transfert ou la compensation entre les différents comptes nécessite une conversion de devises étrangères, celle-ci se fait au cours en vigueur au moment de la conversion L'unicité de comptes ne modifie pas les taux d'intérêts utilisés pour et dans les divers comptes. 9

10 Article 9 : Durée du crédit 9.1. Si la durée du crédit n'est pas limitée, la Banque peut, à tout moment et sans justification, par lettre recommandée avec ou sans accusé de réception, par simple lettre, télex ou téléfax prenant effet dès le moment de leur envoi, y mettre fin ou en suspendre les effets, en tout ou en partie, moyennant préavis de quinze jours en ce qui concerne la partie utilisée du crédit et sans préavis en ce qui concerne la partie non utilisée A partir du début de la période de préavis, le Crédité ne pourra plus utiliser le crédit qu'à concurrence du montant du crédit remboursé pendant cette période et pour autant que l'échéance de la nouvelle utilisation ne dépasse pas la date d'expiration du préavis Pendant le préavis, le Crédité ne peut remettre à la Banque en utilisation du crédit, des effets dont l'échéance est postérieure à la date de suspension ou de cessation du crédit Il en sera de même des garanties ou cautionnements à fournir, des crédits documentaires à ouvrir et des contrats de change à terme à souscrire, et, d'une manière générale, de tout engagement bancaire dont l'échéance dépasserait la date à laquelle le crédit doit cesser ou être suspendu Lorsque la créance de la Banque sera entièrement remboursée, le Crédité aura toujours le droit de mettre fin au crédit par simple déclaration écrite. Article 10 : Engagement du crédite Le Crédité mettra à la disposition de la Banque, à première demande, tout renseignement jugé par celle-ci nécessaire à l'appréciation de sa situation économique, financière et patrimoniale. Il s'engage, par ailleurs, à faire part spontanément à la Banque de tout élément de nature à influencer significativement sa situation économique, financière et patrimoniale En outre, la Banque pourra, en tout temps et aux frais du Crédité: a) procéder ou faire procéder, sans responsabilité à sa charge, à l'examen de la situation économique, financière et patrimoniale du Crédité par des experts qu'elle désigne; b) se faire communiquer par tout tiers tout élément permettant une telle appréciation; 10

11 10.3. Le Crédité communiquera au plus tard cent vingt jours après la fin de chaque exercice social, ses comptes de résultats annuels, ses annexes ainsi que les éléments principaux de son compte d'exploitation. De même, il fournira trimestriellement une situation comptable résumée au plus tard quarante-cinq jours après la fin de chaque trimestre, établie selon les principes comptables généralement admis. Le Crédité fournira à la Banque toutes autres informations financières que celle-ci pourra raisonnablement lui réclamer. En outre, en touts temps, la Banque pourra faire procéder à l'examen des écritures comptables du Crédité et à l'examen technique de son entreprise aux frais du Crédité. La responsabilité de la Banque ne sera pas engagée de ce fait. La Banque ne sera toutefois pas non plus tenue pour responsable si elle n'a pas fait procéder à un tel examen D'autre part, la Banque pourra se faire délivrer, aux frais du Crédité, tous extraits cadastraux, certificats hypothécaires, de fonds de commerce ou de privilège agricole relatifs aux biens appartenant au Crédité ou au Tiers Garant Le Crédité autorise la Banque à se faire communiquer par l'onss l'état en capital, intérêts et tous accessoires des créances de cet organisme contre lui La Banque est autorisée à communiquer en tout temps au Tiers Garant comme à ses ayants-droit en cas de décès de celui-ci, l'état des engagements du Crédité. La Banque n'a cependant pas l'obligation de l'en informer spontanément, même en cas de dépassement du crédit, et quelle que soit l'importance de celui-ci Il appartient au Tiers Garant de s'informer auprès de la Banque. Article 11 : Dénonciation ou suspension du crédit Dans les cas énumérés ci-après de manière non limitative, que la durée du crédit soit limitée ou non, la Banque peut, par lettre recommandée avec ou sans accusé de réception, par simple lettre, télex ou téléfax, prenant effet dès le moment de leur envoi, en tout ou en partie et sans préavis, suspendre les effets du crédit ou y mettre fin et, dans ce dernier cas, exiger la libération des engagements souscrits par elle sous la responsabilité du Crédité et le remboursement immédiat des engagements du Crédité, ces libérations et remboursement étant limités, en cas de réduction du crédit, aux engagements dépassant le montant restant en vigueur: 11

12 1. le Crédité ne respecte pas les obligations qui lui sont imparties par le contrat, par le Règlement et plus particulièrement par l'article 10 du Règlement ou par toute convention annexe; 2. dans tous les cas d'exigibilité avant terme prévus par la loi; 3. la faillite, la déconfiture, la demande de sursis de paiement ou de concordat judiciaire ou amiable, la cessation de paiement; 4. le retard de plus de six mois dans l'exécution des obligations envers le fisc ou un organisme de sécurité sociale ou en cas de poursuites par eux exercées; 5. un effet de commerce portant la signature du Crédité est protesté à l'intervention de la Banque ou non, ou n'est pas payé dans le mois de son échéance; le Crédité fait l'objet de poursuites pour le remboursement d'effets portant sa signature à quelque titre que ce soit; 6. l'émission de chèques sans provision est constatée; 7. le Crédité cesse son activité ou modifie la forme ou l'activité de son entreprise; 8. il résulte d'une expertise comptable pratiquée ou vérifiée par un délégué de la Banque, que l'entreprise du Crédité a subi des pertes mettant sa solvabilité en péril; 9. le retard ou la négligence dans la tenue de la comptabilité; 10. en cas de décès, d'interdiction, de mise sous conseil judiciaire ou de toute autre incapacité légale, de dissolution de la communauté ayant existé entre le Crédité et son conjoint ou en cas de demande de séparation de biens judiciaires; 11. si le Crédité est une société commerciale, et outre les cas évoqués ci-avant: la dissolution, la fusion avec une autre entreprise, l'absorption même partielle, la scission, la mise en liquidation, la réduction du capital, la perte d'un quart du capital, le retrait d'un associé s'il s'agit d'une société en nom collectif, le retrait d'un associé commandité s'il s'agit d'une société en commandite simple, le retrait d'un associé responsable s'il s'agit d'une société en commandite par actions, la modification substantielle de l'activité ou de l'actionnariat, la perte d'un quart du capital constatée par une expertise comptable pratiquée ou vérifiée par un délégué de la Banque; 12

13 12. si le Crédité est une personne morale autre qu'une société commerciale: en cas de transformation, de dissolution, de mise en liquidation, de fusion, d'absorption ou de scission; 13. si la solvabilité du Crédité est en péril; 14. si le Crédité confère une Sûreté réelle ou personnelle à un tiers sans l'accord écrit de la Banque; 15. en cas de disparition ou de dépréciation d'une ou plusieurs Sûretés réelles ou personnelles conférées à la Banque; 16. en cas de saisie, de revendication ou de notification fiscale pratiquée sur des biens ou valeurs quelconques gagés ou non en faveur de la Banque, appartenant au Crédité ou à son conjoint non séparé de biens; 17. si l'ouverture de crédit est garantie par une hypothèque, une promesse d'hypothéquer, un mandat de conférer hypothèque, un engagement de ne pas ou de ne plus hypothéquer un ou des immeuble(s) ou par un gage sur fonds de commerce: a) en cas de mutation de propriété notamment par partage, vente, échange, donation, expropriation ou destruction, même en partie, de l'objet de la garantie; en cas de danger d'éviction ou de trouble concernant l'objet de la garantie; en cas d'existence de charges réelles non déclarées et en cas de diminution de la valeur de l'objet de la garantie; b) dans les cas où, postérieurement à la constitution de la garantie: i. un mandat de conférer hypothèque ou une promesse d'hypothéquer, une hypothèque ou un gage pris par un tiers sur les immeubles ou les fonds de commerce grevés au profit de la Banque est signé sans que l'accord préalable et écrit de celle-ci ait été obtenu; ii. le Tiers Garant, propriétaire des immeubles sur lesquels porte la garantie affecte en gage au profit d'un créancier autre que la Banque les loyers afférents aux dits immeubles. c) en cas de coupe anormale dans les forêts ou bois donnés en garantie; d) si l'inscription n'occupe pas le rang promis. 13

14 18. en cas de transcription soit d'un commandement préalable à saisie, même non suivi d'exécution, soit d'un exploit de saisie conservatoire ou de saisie exécution visant un immeuble grevé ou non; 19. en cas d'inexécution par le Crédité des obligations imposées par la loi en vue d'assurer l'existence et le maintien d'un quelconque privilège; 20. si le Crédité n'assure pas pour toute sa valeur, contre tout risque d'incendie, le bien meuble ou immeuble donné en garantie à la Banque; 21. en cas de résiliation ou d'invalidation d'une police d'assurance dont le bénéfice a été transféré à la Banque ou qui couvre un bien meuble ou immeuble donné en garantie à la Banque; 22. s'il est mis fin à l'une des Sûretés réelles ou personnelles fournies à la Banque pour garantir les engagements du Crédité; 23. si le Crédité souscrit ou accepte des effets qui ne sont pas la représentation d'opérations régulièrement effectuées ou qui ont le caractère de circulation; 24. à défaut de paiement par le Crédité dans les trois jours à partir de la demande qui lui en sera faite par simple lettre des effets escomptés sur des tiers et restant impayées avec ou sans protêt; 25. si le Tiers Garant se trouve dans l'un des cas énumérés dans le présent article; 26. si la passation au débit du compte d'intérêts, commissions, frais provoque un dépassement de la limite d'utilisation du crédit et que ce dépassement n'est pas résorbé endéans les quinze jours; 27. en cas de résiliation d'une ouverture de crédit accordée au Crédité ou au Tiers Garant par un tiers, lorsque celle-ci résulte du non respect par le Crédité ou le Tiers Garant de ses obligations ou d'une modification de leur situation financière; 28. lorsqu'une information ou déclaration fournie par le Crédité ou le Tiers Garant en leur nom et qui a conduit la Banque à accorder le crédit ne correspond pas à la réalité; 29. lorsque surviennent des événements qui ébranlent légitimement la confiance envers le Crédité ou le Tiers Garant; 14

15 30. si la Banque ne dénonce ou ne suspend pas le crédit malgré la survenance de l'un des événements énumérés au présent article, cette tolérance ne pourra être invoquée comme constitutive d'une renonciation à appliquer ultérieurement les clauses du Règlement; 31. si la Banque met fin aux crédits conformément aux articles 9 à 11 du Règlement, la totalité de la créance devient immédiatement exigible sans autre mise en demeure. Sauf disposition légale impérative contraire, le compte peut être débité au moment de la clôture: a) du montant des cautions et avals fournis par la Banque à des tiers sur la requête du Crédité ainsi que des obligations contractées par la Banque au titre d'opérations du ducroire, de crédit documentaire ou d'acceptation bancaire; b) du montant des cautions et avals que le Crédité aurait fournis au profit de la Banque pour garantir les obligations de tiers; c) du montant de la lettre de change ou du billet à ordre escompté qui ont été portés au crédit du compte du Crédité en contrepassant l'opération sans devoir attendre l'échéance; d) du montant des lettres de change escomptées dans le cadre du crédit d'escompte fournisseur sans devoir attendre l'échéance; e) du montant des billets à ordre non encore arrivés à échéance souscrits dans le cadre d'un crédit à terme. Article 12 : Décès du crédite En cas de décès du Crédité, d'un co-crédité ou d'un Tiers Garant, le droit qu'a la Banque, de suspendre les effets du crédit ou d'y mettre fin sans préavis, ne nuira en rien à la perception des intérêts, frais et commissions Les héritiers ou ayants-droits du Crédité décédé sont tenus solidairement et indivisiblement de tous les engagements résultant du crédit et notamment, en cas de dénonciation de celui-ci, du solde débiteur découlant de la contre-passation d'effets escomptés antérieurement au décès et de toutes les opérations ordonnées ou initiées avant le décès, mais non encore comptabilisées ou réalisées à la date du décès. 15

16 Article 13 : Justification du crédit L'existence et le montant de la créance de la Banque sont établis à suffisance par arrêté de compte dressé par elle. Au jour de la cessation du crédit, le compte est clôturé et son solde débiteur éventuel devient exigible de plein droit et sans mise en demeure. A ce solde, s'ajouteront les engagements éventuels résultant d'opérations initiées mais non encore comptabilisées A partir de la clôture du compte, la Banque peut, sans renoncer à ses droits, suspendre la comptabilisation des intérêts et commissions et, éventuellement, la mise d'extraits de compte à la disposition du Crédité. Sur simple demande de ce dernier, la Banque lui communique l'état de ses engagements. Article 14 : Remboursement du crédit En cas de cessation du crédit et dans les limites établies par toute disposition légale impératives, toutes sommes parvenant à la Banque en faveur du Crédité ou versées directement à la Banque en sa qualité de créancier du Crédité sont imputées par elle sur la dette ou partie de dette qu'elle entend éteindre par priorité Si certains engagements ne sont pas encore exigibles, la Banque peut, en cas de cessation du crédit, verser les sommes dont il est question au point 14.1 du Règlement à un compte distinct à son nom ou au nom du Crédité, ces sommes étant affectées en garantie de tous les engagements du Crédité issus des relations d'affaires entre la Banque et le Crédité. En cas de suspension du crédit, la Banque aura la même faculté La Banque aura la même faculté en ce qui concerne les sommes provenant de Sûretés réelles ou personnelles à moins que la Sûreté ne garantisse qu'une seule des créances Jusqu'à l'extinction complète des obligations du Crédité envers la Banque, les conditions conventionnelles d'intérêts et de commissions continueront à être appliquées Nulle situation, sinon légale, ne sera de nature à retarder ou suspendre, au gré de la Banque, la réalisation des Sûretés ou de l'une d'entre elles, qu'elles soient conférées par le Crédité ou un Tiers Garant. 16

17 14.6. En cas d'exécution forcée et sauf disposition légale impérative contraire, la Banque est en droit d'exiger l'exécution des engagements du Tiers Garant, simultanément à l'exécution des engagements du Crédité. Article 15 : Pluralité de crédites En cas de pluralité de crédités, ces derniers seront tenu solidairement et de façon indivisible, même si les effets ne portent que la signature de l'un d'eux. L'engagement de ces crédités est indivisible quant au capital, aux intérêts et accessoires. Article 16 : Crédits d'escompte de billets à ordre ou de lettres de change Les traites présentées à l'escompte doivent être acceptées, être créées en euros sur un tiré résidant en Belgique et réunir les conditions d'admissibilité à la Banque National de Belgique. La Banque se réserve cependant, en toute hypothèse, le droit de refuser d'escompter les traites qui ne lui satisferaient pas, même pour des raisons d'opportunité. La Banque ne devra jamais donner au Crédité le motif de son refus Les traites ne peuvent avoir été créées dans le cadre d'un crédit à la consommation (loi du 12 juin 1991 relative au crédit à la consommation) ou d'un crédit hypothécaire (loi du 4 août 1992 relative au crédit hypothécaire) En cas de faillite, de demande de concordat ou de liquidation amiable, la Banque se réserve le droit de reporter au crédit du compte-courant du Crédité le montant des effets même non échus, par elle escomptés ou portés en compte sans escompte, tout en se réservant de les garder par devers elle pour l'exercice de ses droits de tiers porteur Aucune novation ne pourra jamais être invoquée en raison des effets escomptés renouvelés, imputés sur le crédit L'endossement d'un effet par la Banque est sans recours contre sa signature La Banque se réserve le droit de dénoncer sans préavis tout crédit consenti au Crédité ainsi que celui de contre-passer immédiatement au débit du compte-courant du Crédité le montant des effets même non échus et d'exiger le remboursement immédiat de sa créance et la libération de tout engagement du Crédité, par simple déclaration de volonté, sans mise en demeure, ni formalité quelconque, dans les cas énumérés à l'article 11 du Règlement et en outre: 17

18 a) si le Crédité revêt de sa signature, à quelque titre que ce soit des effets qui ne sont pas la représentation d'opérations régulièrement effectuées; b) si le Crédité ne rembourse pas les effets qui lui ont été escomptés et ce, qu'il y ait ou non protêt, dans les trois jours de l'avis du non-paiement des dits effets qui sera donné par simple lettre; c) si, lors du renouvellement ou de la prorogation des effets - l'éventuelle prolongation de l'opération d'escompte dépendant de la seule convenance de la Banque - le Crédité ne paie pas immédiatement les intérêts ou frais de renouvellement ou de prorogation; d) si le Crédité se fait remettre la provision des effets escomptés par la Banque sans l'accord écrit de celle-ci La Banque peut conserver les effets contre-passés pour exercer ses droits de tiers porteur La Banque est dispensée des formalités requises en matière d'effets de commerce; elle peut cependant décider de les accomplir, et notamment faire dresser protêt Le Crédité ne peut exciper du défaut de présentation de protêt, de dénonciation de celui-ci ou de toutes autres formalités quelconques, y compris les avis de nonacceptation ou de non-paiement, ainsi que du défaut de l'exercice de l'action récursoire dans les délais prescrits, des lettres de change, billets à ordre, chèques et autres valeurs portant sa signature à un titre quelconque et dont la Banque pourra devenir porteuse ou bénéficiaire pour quelque cause que ce soit. A cet égard, le Crédité dispense la Banque de l'obligation de faire dresser protêt. La Banque pourra néanmoins faire protester lesdits effets si elle le juge utile. Les intérêts, qu'il y ait eu ou non protêt, courront de plein droit, à partir de l'échéance desdits effets La Banque a le droit de prélever pour le porter en un compte "Retenues" un pourcentage à déterminer sur le montant des traites escomptées par elle au Crédité; les sommes à provenir de ce prélèvement pourront servir à l'achat de titres qui seront d'office affectés en gage à son profit. Article 17 : Cautionnements et garanties 18

19 17.1. Les cautionnements et garanties constitués par la Banque, ou par un tiers sur ses instructions, le sont sous l'entière responsabilité du Crédité. Cette responsabilité est maintenue tant que tout engagement résultant du cautionnement ou de la garantie en cause subsiste La Banque est irrévocablement autorisée à exécuter son engagement, dans les conditions prévues, à première demande du bénéficiaire ou du tiers Lorsque l'engagement de la Banque revêt le caractère d'un cautionnement, le Crédité et le Tiers Garant renoncent à se prévaloir des dispositions de l'article 2031 du Code civil Si l'engagement de la Banque est indépendant (abstrait), le Crédité s'interdit de faire valoir une exception fondée sur ses relations avec le bénéficiaire Le Crédité doit rembourser sans délai les sommes que la Banque a décaissées en exécution de son engagement; la Banque peut en débiter le compte du Crédité L'ensemble des cautionnements et garanties constitués ou à constituer par ou pour le Crédité en faveur de la Banque, peu importe leur date de constitution, garantit toujours le paiement ou le remboursement de toutes les sommes dont le Crédité peut être ou devenir débiteur, du chef de n'importe laquelle des relations d'affaires que le Crédité pourrait avoir eues ou avoir avec la Banque, que ces relations soient antérieures à la présente ouverture de crédit, simultanées ou futures La constitution de nouveaux cautionnements ou de nouvelles garanties ne supprime pas les cautionnements ou garanties antérieures en date, sauf accord exprès de la Banque donné par écrit. Article 18 : Cession - Subrogation 2 L'article 2031 du Code civil stipule que: "La caution qui a payé une première fois n'a point de recours contre le débiteur principal qui a payé une seconde fois, lorsqu'elle ne l'a point averti du paiement par elle fait; sauf son action en répétition contre le créancier. Lorsque la caution aura payé sans être poursuivie et sans avoir averti le débiteur principal, elle n'aura point de recours contre lui dans le cas où, au moment du paiement, ce débiteur aurait eu des moyens pour faire déclarer la dette éteinte; sauf son action en répétition contre le créancier". 19

20 La Banque a le droit de céder, totalement ou partiellement, ses droits résultant du contrat de crédit et de subroger totalement ou partiellement un tiers dans ces mêmes droits. Le Crédité accepte ce transfert et cette subrogation. Article 19 : Nantissement Toutes les créances du Crédité sur la Banque résultant de dépôts en compte sont affectées en gage en faveur de celle-ci. Pour couvrir son risque, tel qu'elle l'évalue, résultant de tous les engagements directs ou indirects, même conditionnels ou éventuels, du Crédité, la Banque peut à tout moment débiter d'office le compte du Crédité du montant nécessaire soit à l'alimentation, en exécution de l'affectation en gage précitée, d'un compte distinct au nom du Crédité, soit à la constitution d'une provision dans un compte distinct au nom de la Banque La consistance du gage commercial est prouvée à suffisance soit par les récépissés ou par les bordereaux établis, soit par les écritures comptables de la Banque Si le nantissement est constitué par un tiers, la Banque peut affecter le produit des coupons et primes afférents aux titres constitués en gage au remboursement du compte du Crédité, dès que les engagements de celui-ci envers la Banque sont devenus exigibles La Banque a la faculté de réduire, sans préavis et à due concurrence de la dette du Crédité à ce moment, le crédit octroyé au Crédité à concurrence du montant obtenu soit par le remboursement des créances affectées en gage, soit par la réalisation des droits de souscription afférents aux valeurs constituées en gage La valeur des titres donnés en gage est déterminée soit d'après la cote officielle de la bourse de Bruxelles, soit à défaut de cotation d'après l'estimation de la Banque Si la valeur vénale du gage diminue de 10 % par rapport à sa valeur à l'époque de l'affectation du gage, la Banque peut, à son choix, après en avoir avisé le Crédité par lettre recommandée, soit fixer le montant auquel le crédit sera réduit, soit exiger un supplément de gage. Le Crédité doit donner suite à la demande de la Banque dans la huitaine de l'envoi de la lettre recommandée. 20

REGLEMENT GENERAL DES CREDITS (Edition 2012)

REGLEMENT GENERAL DES CREDITS (Edition 2012) Article 1 Champ d application Ce Règlement régit, sauf dérogations écrites, les relations d affaires en matière de crédit entre: ING Belgique SA ( la Banque ) ou tout ayant droit de celle-ci; le(s) bénéficiaire(s)

Plus en détail

Garanties diverses fournies par le crédit- preneur

Garanties diverses fournies par le crédit- preneur Garanties diverses fournies par le crédit- preneur 1.- Cautionnement solidaire par la société Est à l'instant intervenu aux présentes :, agissant ici au nom et en sa qualité de président de la société

Plus en détail

Avons ordonné et ordonnons:

Avons ordonné et ordonnons: Doc. parl. 3671 Loi du 3 juin 1994 portant organisation des relations entre les agents commerciaux indépendants et leurs commettants et portant transposition de la directive du Conseil 86/653/CEE du 18

Plus en détail

ANNEXE 3: Demande d émission et/ou de modification d un crédit documentaire à l'importation

ANNEXE 3: Demande d émission et/ou de modification d un crédit documentaire à l'importation ANNEXE 3: Demande d émission et/ou de modification d un crédit documentaire à l'importation La présente version annule et remplace toute version précédente. Elle a été enregistrée à Bruxelles le 28 septembre

Plus en détail

COMMUNICATION N D. 134

COMMUNICATION N D. 134 71.074/PERM.FIN/CV. Bruxelles, le 18 avril 1995. COMMUNICATION N D. 134 Objet : Utilisation des "créances sur réassureurs" comme valeurs représentatives. Application de l'article 10 3-8 de l'arrêté royal

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE CREDIT

CONDITIONS GENERALES DE CREDIT CONDITIONS GENERALES DE CREDIT Article 1 Préambule 1. Les ouvertures de crédits, prêts, garanties bancaires, facilités de caisse et autres avances généralement quelconques accordés ou à accorder (ci-après

Plus en détail

AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS. ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 )

AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS. ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) Le présent texte pris dans le cadre de l'article 19 du décret n 77-608

Plus en détail

LE PETIT PROPRIETAIRE

LE PETIT PROPRIETAIRE Prospectus concernant les prêts hypothécaires sociaux accordés par la s.a. LE PETIT PROPRIETAIRE agréée par la région Bruxelles-Capitale inscrite en vertu d'une décision de la Commission bancaire, financière

Plus en détail

ANNEXE 3: crédits documentaires à l'importation. Conditions générales

ANNEXE 3: crédits documentaires à l'importation. Conditions générales ANNEXE 3: crédits documentaires à l'importation Conditions générales La présente demande ainsi que le crédit documentaire ouvert par la Banque sont régis par les Règles et Usances uniformes de la Chambre

Plus en détail

Recoveris.com Conditions Générales de Service

Recoveris.com Conditions Générales de Service Recoveris.com Conditions Générales de Service Préambule Recoveris.com (le «Site») est un site édité par Demander Justice (le «Mandataire»), société par actions simplifiée au capital de 228.005 euros, immatriculée

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES CONTENANT LES CLAUSES ET CONDITIONS GÉNÉRALES RELATIVES AUX CREDITS ET AUX OUVERTURES DE CREDITS HYPOTHÉCAIRES

CAHIER DES CHARGES CONTENANT LES CLAUSES ET CONDITIONS GÉNÉRALES RELATIVES AUX CREDITS ET AUX OUVERTURES DE CREDITS HYPOTHÉCAIRES CAHIER DES CHARGES CONTENANT LES CLAUSES ET CONDITIONS GÉNÉRALES RELATIVES AUX CREDITS ET AUX OUVERTURES DE CREDITS HYPOTHÉCAIRES Article 1 - REMBOURSEMENT ANTICIPÉ 1. L'emprunteur aura la faculté de se

Plus en détail

COMPTES ETRANGERS EN DINARS ET COMPTES ETRANGERS EN DEVISES CONVERTIBLES. sont subordonnés à l'autorisation de la Banque Centrale de Tunisie (1).

COMPTES ETRANGERS EN DINARS ET COMPTES ETRANGERS EN DEVISES CONVERTIBLES. sont subordonnés à l'autorisation de la Banque Centrale de Tunisie (1). AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) * * * * * Le présent texte pris dans le cadre de l'article 19 du décret

Plus en détail

Conditions générales des crédits & financements page 1/8

Conditions générales des crédits & financements page 1/8 Chers partenaires-crédités, En acceptant un crédit de CREDAL SC, vous marquez votre acceptation sur les conditions précisées ci-après, qui tendent au respect d un équilibre entre les droits et les obligations

Plus en détail

DIRECTIVES POUR LES PRÊTS HYPOTHÉCAIRES

DIRECTIVES POUR LES PRÊTS HYPOTHÉCAIRES DIRECTIVES POUR LES PRÊTS HYPOTHÉCAIRES à durée déterminée et taux d intérêt fixe Edition Septembre 2014 Pensionskasse Alcan Schweiz Directives pour les hypothèques fixes 2 TABLE DES MATIERES Art. 1 Champ

Plus en détail

Conditions d ouverture de crédit lombard

Conditions d ouverture de crédit lombard Conditions d ouverture de crédit lombard Article 1. Objet des présentes conditions 1.1 Les présentes conditions régissent les ouvertures de crédit lombard qui sont octroyées par Keytrade Bank Luxembourg

Plus en détail

ARRÊTÉ ROYAL 19 janvier 1960. - Gage de fonds de commerce, escompte et gage de la facture commerciale.

ARRÊTÉ ROYAL 19 janvier 1960. - Gage de fonds de commerce, escompte et gage de la facture commerciale. ARRÊTÉ ROYAL 19 janvier 1960. - Gage de fonds de commerce, escompte et gage de la facture commerciale. CHAPITRE 1 er DU GAGE DU FONDS DE COMMERCE Art. 1 er. - Le fonds de commerce peut être donné en gage

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DES OUVERTURES DE CRÉDIT AUX ENTREPRISES *

CONDITIONS GÉNÉRALES DES OUVERTURES DE CRÉDIT AUX ENTREPRISES * CONDITIONS GÉNÉRALES DES OUVERTURES DE CRÉDIT AUX ENTREPRISES * * Les dispositions indiquées en italique ne sont applicables que si le crédité et/ou le tiers-garant éventuel sont des personnes physiques.

Plus en détail

CAUTIONNEMENT ET SUBORDINATION DE CRÉANCES. (Prêts aux particuliers)

CAUTIONNEMENT ET SUBORDINATION DE CRÉANCES. (Prêts aux particuliers) CAUTIONNEMENT ET SUBORDINATION DE CRÉANCES DEST. : BANQUE ROYALE DU CANADA DÉFINITIONS (Prêts aux particuliers) Les mots dont les définitions apparaissent ci-dessous sont utilisés tout au long de ce document.

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE SERVICES PASSE SELON LA PROCEDURE ADAPTEE

MARCHE PUBLIC DE SERVICES PASSE SELON LA PROCEDURE ADAPTEE MARCHE PUBLIC DE SERVICES PASSE SELON LA PROCEDURE ADAPTEE - ARTICLES 26, 28 et 29 DU CODE DES MARCHES PUBLICS - OBJET du MARCHE : Etude relative au projet de fusion entre les communautés de communes de

Plus en détail

Comores. Réglementation des warrants agricoles

Comores. Réglementation des warrants agricoles Réglementation des warrants agricoles Décret du 10 mai 1932 [NB - Décret du 10 mai 1932, réglementant les warrants agricoles Modifié par le décret du 19 mars 1937] Art.1.- Tout agriculteur peut emprunter

Plus en détail

Encouragement à la propriété du logement (EPL)

Encouragement à la propriété du logement (EPL) Encouragement à la propriété du logement (EPL) Guide explicatif concernant la demande d un versement anticipé Objectifs de ce document Ce document, qui complète la formule "Demande de versement anticipé"

Plus en détail

LOI N 93.022 du 26 janvier 1993 1 INSTITUANT UN REGIME PARTICULIER DE RECOUVREMENT DES CREANCES BANCAIRES ET DES ETABLISSEMENTS DE CREDIT.

LOI N 93.022 du 26 janvier 1993 1 INSTITUANT UN REGIME PARTICULIER DE RECOUVREMENT DES CREANCES BANCAIRES ET DES ETABLISSEMENTS DE CREDIT. REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE HONNEUR- FRATERNITE-JUSTICE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE LOI N 93.022 du 26 janvier 1993 1 INSTITUANT UN REGIME PARTICULIER DE RECOUVREMENT DES CREANCES BANCAIRES ET DES

Plus en détail

N 60 le crédit renouvelable

N 60 le crédit renouvelable Publicité Exemple représentatif obligatoire - Présence de mentions obligatoires Art L311-4 code de la Exemple représentatif pour un crédit renouvelable assortie d une carte de crédit mentions obligatoires

Plus en détail

PRETS HYPOTHECAIRES DIRECTIVES GENERALES

PRETS HYPOTHECAIRES DIRECTIVES GENERALES PRETS HYPOTHECAIRES DIRECTIVES GENERALES Version août 2013 TABLE DES MATIERES 1. PRINCIPES GENERAUX 1.1 Cadre financier 3 1.2 Principes de prêt 3 1.3 Utilisation du prêt 3 1.4 Lieu de situation du gage

Plus en détail

Conditions générales pour les prêts hypothécaires aux membres du 10 février 2014 (état au 20 mars 2014)

Conditions générales pour les prêts hypothécaires aux membres du 10 février 2014 (état au 20 mars 2014) Conditions générales pour les prêts hypothécaires Article 1 Qualité de l emprunteur 1 L emprunteur doit être un membre de la Caisse de prévoyance de l Etat de Genève (ci-après, «la Caisse»). S il perd

Plus en détail

Conditions Générales Location d équipements terminaux

Conditions Générales Location d équipements terminaux Conditions Générales Location d équipements terminaux Vous trouverez dans le présent document les conditions générales qui s'appliquent à la location des équipements terminaux de Orange. Elles peuvent

Plus en détail

CONDITIONS SPÉCIALES

CONDITIONS SPÉCIALES ASSURANCE-CRÉDIT POLICE INDIVIDUELLE D ASSURANCE-CRÉDIT CONDITIONS SPÉCIALES ETABLISSEMENTS DE CREDIT Garantie d un crédit acheteur - DGP 507 A - SOMMAIRE Article 1 Prise d effet de la garantie 5 Article

Plus en détail

CAHIER-TYPE (crédit hypothécaire, Code de Droit Economique, livre VII, titre 4, chapitre 2)

CAHIER-TYPE (crédit hypothécaire, Code de Droit Economique, livre VII, titre 4, chapitre 2) ......... CAHIER-TYPE (crédit hypothécaire, Code de Droit Economique, livre VII, titre 4, chapitre 2) des clauses et conditions générales relatives aux ouvertures de crédit hypothécaire consenties par

Plus en détail

CONTRAT DE DOMICILIATION Spécimen sans valeur légale

CONTRAT DE DOMICILIATION Spécimen sans valeur légale CONTRAT DE DOMICILIATION Spécimen sans valeur légale Entre la société PRESTAFORMA 98 bis Boulevard de LA TOUR-MAUBOURG 75007 PARIS SAS AU CAPITAL DE 40 000,00 immatriculé au Greffe du Tribunal de Commerce

Plus en détail

Conditions générales de vente et de mise en service

Conditions générales de vente et de mise en service Conditions générales de vente et de mise en service Article 1: Applicabilité des conditions générales - Etendue des obligations 1.1 Le simple fait de confier à KSB une commande, un travail ou un service,

Plus en détail

LOI N 2004-045 du 14 janvier 2005. (JO n 2966 du 25.04.05, p.3450) CHAPITRE PREMIER DE LA PREVENTION DES INFRACTIONS

LOI N 2004-045 du 14 janvier 2005. (JO n 2966 du 25.04.05, p.3450) CHAPITRE PREMIER DE LA PREVENTION DES INFRACTIONS LOI N 2004-045 du 14 janvier 2005 relative à la prévention et la répression des infractions en matière de chèques (JO n 2966 du 25.04.05, p.3450) CHAPITRE PREMIER DE LA PREVENTION DES INFRACTIONS Article

Plus en détail

CONTRAT DE PRET N [ ]

CONTRAT DE PRET N [ ] CONTRAT DE PRET N [ ] REGI PAR LES DISPOSITIONS DE L ORDONNANCE N 2014-559 DU 30 MAI 2014 RELATIVE AU FINANCEMENT PARTICIPATIF AINSI QUE CELLES CONTENUES DANS LE DECRET N 2014-1053 DU 16 SEPTEMBRE 2014

Plus en détail

Conditions générales CONDITIONS GENERALES DES CONTRATS HOYANET. Les conditions générales de Hoyanet

Conditions générales CONDITIONS GENERALES DES CONTRATS HOYANET. Les conditions générales de Hoyanet Conditions générales Les conditions générales de Hoyanet En commandant, vous acceptez les conditions générales de Hoya. CONDITIONS GENERALES DES CONTRATS HOYANET Tous les produits et services cités sur

Plus en détail

Article 4. - Garantie concernant la régularité des documents et actes sociaux

Article 4. - Garantie concernant la régularité des documents et actes sociaux CONVENTION DE VENTE D'ACTIONS ENTRE LES SOUSSIGNES 1.* Ci-après dénommé*s invariablement : «le cédant ou le vendeur». 2.* Ci-après dénommé*s invariablement : «le cessionnaire ou l'acquéreur». IL EST CONVENU

Plus en détail

Loi n 24-01 relatives aux opérations de pension.

Loi n 24-01 relatives aux opérations de pension. Loi n 24-01 relatives aux opérations de pension. Bourse de Casablanca Sommaire CHAPITRE PREMIER- DISPOSITIONS GENERALES...3 CHAPITRE II - DES MODALITES DE CONCLUSION DES OPERATIONS DE PENSION...3 CHAPITRE

Plus en détail

N 130 SENAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1983-1984 MODIFIÉ PAR LE SÉNAT EN DEUXIÈME LECTURE

N 130 SENAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1983-1984 MODIFIÉ PAR LE SÉNAT EN DEUXIÈME LECTURE PROJET DE LOI adopté le 13 juin 1984 N 130 SENAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1983-1984 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT EN DEUXIÈME LECTURE tendant à faciliter l'accession à la propriété immobilière

Plus en détail

Par MARKEL INTERNATIONAL LTD

Par MARKEL INTERNATIONAL LTD Par MARKEL INTERNATIONAL LTD Conditions Générales N GF AI 2005-1 EN AUCUN CAS LE PRESENT DOCUMENT NE VAUT ATTESTATION DE GARANTIE Le contrat est régi par les dispositions du Code des Assurances. Il est

Plus en détail

Article: 1 Le commissionnaire est celui qui agit en son nom propre ou sous un nom social pour le compte d'un commettant.

Article: 1 Le commissionnaire est celui qui agit en son nom propre ou sous un nom social pour le compte d'un commettant. 19 JANVIER 1920 - DÉCRET. DES COMMISSIONNAIRES ET DES TRANSPORTEURS. (B.O., 1920, P.194). Section 1. Des commissionnaires Article: 1 Le commissionnaire est celui qui agit en son nom propre ou sous un nom

Plus en détail

PROMESSE D ACHAT. l' «acheteur» (nom), (téléphone, domicile) ; (téléphone, bureau). (téléphone, domicile) ; (téléphone, bureau).

PROMESSE D ACHAT. l' «acheteur» (nom), (téléphone, domicile) ; (téléphone, bureau). (téléphone, domicile) ; (téléphone, bureau). PROMESSE D ACHAT La présente promesse d achat est conclue entre : l' «acheteur» (nom), (domicile actuel) (téléphone, domicile) (avec coacquéreur) (nom) domicile actuel) (téléphone, domicile) et le «vendeur»

Plus en détail

Convention de Designer

Convention de Designer http://www.droitbelge.net infos@droitbelge.net Convention de Designer Auteur: Me Frédéric Dechamps, avocat AVERTISSEMENT Ce document est une version d évaluation du contrat. Il a pour seul objectif de

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES

CONDITIONS GENERALES CONDITIONS GENERALES 1. Sauf stipulation contraire écrite, toutes offres et toutes conventions (même celles à venir) sont régies par les présentes conditions, lesquelles en font partie intégrante et priment

Plus en détail

AVERTISSEMENT PREALABLE

AVERTISSEMENT PREALABLE AVERTISSEMENT PREALABLE Ce contrat vous est proposé à titre de documentation. Un contrat doit toujours être adapté aux objectifs poursuivis par les parties et à leurs particularités juridiques propres.

Plus en détail

DIRECTIVES POUR LES PRÊTS HYPOTHÈCAIRES

DIRECTIVES POUR LES PRÊTS HYPOTHÈCAIRES DIRECTIVES POUR LES PRÊTS HYPOTHÈCAIRES à durée déterminée et taux d intérêt fixe Edition 2014 Pensionskasse Alcan Schweiz TABLE DES MATIERES Art. 1 Art. 2 Art. 3 Art. 4 Art. 5 Art. 6 Art. 7 Art. 8 Art.

Plus en détail

ACCORD DE PRÊT. Membre ou Conseil de (ci-après appelé «l'emprunteur»)

ACCORD DE PRÊT. Membre ou Conseil de (ci-après appelé «l'emprunteur») ACCORD DE PRÊT INTERVENU CE jour du mois de 20. N o de prêt du Prêteur : ENTRE : La Société canadienne d'hypothèques et de logement ou Un prêteur approuvé par la Société canadienne d'hypothèques et de

Plus en détail

CONTRAT APPORT D AFFAIRE

CONTRAT APPORT D AFFAIRE CONTRAT APPORT D AFFAIRE Il est préférable de signer un accord écrit liant les deux parties sur des droits et des devoirs de la part de l un et de l autre. Avant de s engager envers une entreprise, il

Plus en détail

Conditions Générales ING Life Optima

Conditions Générales ING Life Optima Conditions Générales ING Life Optima Table des matières I. Description de l'assurance 1. Constitution du capital 2. Capitalisation de la prime 2.1. Taux d'intérêt garanti 2.2. Participation bénéficiaire

Plus en détail

DIRECTIVES POUR LES PRETS HYPOTHÉCAIRES. de premier et deuxième rang (à taux d'intérêt variable)

DIRECTIVES POUR LES PRETS HYPOTHÉCAIRES. de premier et deuxième rang (à taux d'intérêt variable) DIRECTIVES POUR LES PRETS HYPOTHÉCAIRES de premier et deuxième rang (à taux d'intérêt variable) Édition Septembre 2014 Pensionskasse Alcan Schweiz Directives pour les hypothèques à taux variable 2 Sommaire

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE Sauf stipulation expresse contraire dans les conditions particulières, les présentes conditions générales régissent toutes les ventes effectuées entre ABBAKAN (ci-après dénommée

Plus en détail

CONTRAT D'ASSURANCE ET MODALITES DE RESILIATION. Article juridique publié le 16/02/2015, vu 1139 fois, Auteur : Maître HADDAD Sabine

CONTRAT D'ASSURANCE ET MODALITES DE RESILIATION. Article juridique publié le 16/02/2015, vu 1139 fois, Auteur : Maître HADDAD Sabine CONTRAT D'ASSURANCE ET MODALITES DE RESILIATION Article juridique publié le 16/02/2015, vu 1139 fois, Auteur : Maître HADDAD Sabine I Le défaut d information ou l information tardive du délai de préavis

Plus en détail

LE LOGEMENT EST VENDU : QUE DEVIENT LE BAIL?

LE LOGEMENT EST VENDU : QUE DEVIENT LE BAIL? 0 LE LOGEMENT EST VENDU : QUE DEVIENT LE BAIL? Rien n interdit au propriétaire de mettre en vente le bien loué pendant la durée de la location. En soi, la vente du bien loué ne met pas fin au bail, mais

Plus en détail

Cahier des clauses administratives particulières. Marché de prestations de services Marché Assurances. Commune de COUX. Numéro du marché : 2014_002

Cahier des clauses administratives particulières. Marché de prestations de services Marché Assurances. Commune de COUX. Numéro du marché : 2014_002 Cahier des clauses administratives particulières Marché de prestations de services Marché Assurances Commune de COUX Numéro du marché : 2014_002 CCAP-n 2014_002, Assurances 1 / 13 Sommaire 1. Objet du

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DES PRETS A L'AMELIORATION

CONDITIONS GENERALES DES PRETS A L'AMELIORATION www.caissedesdepots.fr DIRECTION REGIONALE UNDEFINED Fascicule AMEPI 09-03 Préfinancement Simplement révisable Indexé inflation CONDITIONS GENERALES DES PRETS A L'AMELIORATION ARTICLE 5 - DEFINITIONS La

Plus en détail

La procédure de sauvegarde

La procédure de sauvegarde La procédure de sauvegarde La procédure de sauvegarde est une procédure préventive, dont l objet principal est la prévention et l anticipation de la cessation des paiements d une entreprise. Elle est ouverte

Plus en détail

Insaisissabilité de la demeure principale [1] de l indépendant

Insaisissabilité de la demeure principale [1] de l indépendant Insaisissabilité de la demeure principale [1] de l indépendant Loi du 25 avril 2007 Moniteur Belge 8 mai 2007 Note destinée à nos collaboratrices et collaborateurs Jean-Claude Brulé 23 mai 2007 1 On entend

Plus en détail

CONVENTION DE COMPTE COURANT. Dénommé «Le Client «,

CONVENTION DE COMPTE COURANT. Dénommé «Le Client «, CONVENTION DE COMPTE COURANT Entre : Dénommé «Le Client «, Et : Mega International Commercial Bank Company Ltd. Succursale de Paris 131-133, Rue de Tolbiac 75013 Paris Dénommé «La Banque», Il a été convenu

Plus en détail

PROPOSITION DE LOI ADOPTÉE PAR LE SÉNAT

PROPOSITION DE LOI ADOPTÉE PAR LE SÉNAT PROPOSITION DE LOI adoptée le 21 juin 1990 N 137 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1989-1990 PROPOSITION DE LOI ADOPTÉE PAR LE SÉNAT tendant à l' introduction dans le code des assurances de dispositions

Plus en détail

Algérie. Crédit-bail

Algérie. Crédit-bail Crédit-bail Ordonnance n 96-09 du 10 janvier 1996 Titre 1 - Des dispositions générales relatives au crédit-bail Chapitre 1 - De la définition des opérations de crédit-bail Art.1.- Le crédit-bail ou leasing,

Plus en détail

Fiche d information relative au fonctionnement des garanties «responsabilité civile» dans le temps

Fiche d information relative au fonctionnement des garanties «responsabilité civile» dans le temps GENERALI assurances Société Anonyme d Assurances Au capital de 53 193 775 EUR Entièrement versé. Entreprise régie par le code des Assurances Siège social : 7, boulevard Haussmann 75456 Paris Cedex 09 552

Plus en détail

CONTRAT DE GESTION IMMOBILIERE. (Loi n 70-09 du 02 Janvier 1970, décret n 72-678 du 20 juillet 1972) N du registre des mandats :

CONTRAT DE GESTION IMMOBILIERE. (Loi n 70-09 du 02 Janvier 1970, décret n 72-678 du 20 juillet 1972) N du registre des mandats : 1 CONTRAT DE GESTION IMMOBILIERE (Loi n 70-09 du 02 Janvier 1970, décret n 72-678 du 20 juillet 1972) N du registre des mandats : ENTRE LES SOUSSIGNES ET Usufruitiers des droits immobiliers ci-après énoncés,

Plus en détail

MODELE DE CONVENTION DE DEPOT

MODELE DE CONVENTION DE DEPOT MODELE DE CONVENTION DE DEPOT La présente convention est conclue entre: 1. l'entreprise d'assurances / le fonds de pension... dont le siège social est établi à..., ci-après dénommée l'entreprise d'assurances

Plus en détail

Loi n 2006-05 du 21 Moharram 1427 correspondant au 20 février 2006 portant titrisation des créances, p. 11. Le Président de la République,

Loi n 2006-05 du 21 Moharram 1427 correspondant au 20 février 2006 portant titrisation des créances, p. 11. Le Président de la République, Loi n 2006-05 du 21 Moharram 1427 correspondant au 20 février 2006 portant titrisation des créances, p. 11. Le Président de la République, Vu la Constitution, notamment ses articles 119, 122 et 126; Vu

Plus en détail

Règlement pour le dépôt des actions nominatives Romande Energie Holding SA

Règlement pour le dépôt des actions nominatives Romande Energie Holding SA Romande Energie Holding SA Dépôt-titres c/o SIX SAG AG Case postale CH-4601 Olten N de fax: +41 (0) 58 499 3971 http://www.romande-energie.ch Règlement pour le dépôt des actions nominatives Romande Energie

Plus en détail

Chapitre IV : Des obligations des tiers responsables ou solidaires. Article 93 : Les rôles d'impôts, états de produits et autres titres de

Chapitre IV : Des obligations des tiers responsables ou solidaires. Article 93 : Les rôles d'impôts, états de produits et autres titres de Chapitre IV : Des obligations des tiers responsables ou solidaires Article 93 : Les rôles d'impôts, états de produits et autres titres de perception régulièrement mis en recouvrement sont exécutoires contre

Plus en détail

La régularisation du contrat de crédit pour lequel des facilités de paiement ont été accordées est comprise sous le point b).

La régularisation du contrat de crédit pour lequel des facilités de paiement ont été accordées est comprise sous le point b). RAPPORT AU ROI Sire, La loi du 10 août 2001 relative à la Centrale des Crédits aux Particuliers réorganise la Centrale des Crédits aux Particuliers qui existe au sein de la Banque nationale de Belgique.

Plus en détail

CONTRAT DE MANDAT DE GESTION IMMOBILIERE - :- :- :- :- (Loi 70-09 du 2-1-1970, art. 6 et 7 Décret 72-678. du 20-7-1972, art.

CONTRAT DE MANDAT DE GESTION IMMOBILIERE - :- :- :- :- (Loi 70-09 du 2-1-1970, art. 6 et 7 Décret 72-678. du 20-7-1972, art. CONTRAT DE MANDAT DE GESTION IMMOBILIERE - :- :- :- :- (Loi 70-09 du 2-1-1970, art. 6 et 7 Décret 72-678 du 20-7-1972, art. 64, 66 et 67) Numéro du registre : Numéro de l immeuble : OBJET du MANDAT : Des

Plus en détail

Arrangement administratif relatif à l application de la Convention sur la sécurité sociale entre le Royaume de Belgique et le Monténégro

Arrangement administratif relatif à l application de la Convention sur la sécurité sociale entre le Royaume de Belgique et le Monténégro 1 Arrangement administratif relatif à l application de la Convention sur la sécurité sociale entre le Royaume de Belgique et le Monténégro (Entré en vigueur le 01-06-2014, publié dans le MB du 23-06-2014)

Plus en détail

Formation 12. Lutter contre les impayés. Formation + modèle de contrat. Module 1 : LES OUTILS POUR CONNAITRE LA SOLVABILITE DES CLIENTS

Formation 12. Lutter contre les impayés. Formation + modèle de contrat. Module 1 : LES OUTILS POUR CONNAITRE LA SOLVABILITE DES CLIENTS Formation 12 Lutter contre les impayés. Formation + modèle de contrat. Module 1 : LES OUTILS POUR CONNAITRE LA SOLVABILITE DES CLIENTS A - LES OUTILS INTERNES DE L'ENTREPRISE 1 - Le service commercial

Plus en détail

Contrat Type DroitBelge.Net. Contrat de travail AVERTISSEMENT

Contrat Type DroitBelge.Net. Contrat de travail AVERTISSEMENT http://www.droitbelge.net infos@droitbelge.net Contrat de travail Auteur: Me Arnaud Carlot, avocat E-mail: (Bruxelles) arnaudcarlot@skynet.be Tel / @lex4u.com 02.346.00.02 Fax: AVERTISSEMENT Le contrat

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES

CONDITIONS GÉNÉRALES ASSURANCE PROSPECTION GARANTIE DU REMBOURSEMENT DES CRÉDITS DE FINANCEMENT ASSURANCE PROSPECTION CONDITIONS GÉNÉRALES RÉFÉRENCE : FAP - 01 SOMMAIRE Préambule 5 Article 1 Objet de la garantie 6 Article

Plus en détail

La rente viagère. I. Définition et principes. 1. La vente en viager est un contrat aléatoire

La rente viagère. I. Définition et principes. 1. La vente en viager est un contrat aléatoire La rente viagère I. Définition et principes 1. La vente en viager est un contrat aléatoire La vente en viager est la vente d'un bien dont le vendeur (le crédirentier) cède la pleine ou la nue-propriété

Plus en détail

Règlement. relatif à l'octroi de. prêts hypothécaires. aux collaborateurs actifs et retraités en Suisse

Règlement. relatif à l'octroi de. prêts hypothécaires. aux collaborateurs actifs et retraités en Suisse CAISSE DE PENSIONS NOVARTIS 1 Règlement relatif à l'octroi de prêts hypothécaires aux collaborateurs actifs et retraités en Suisse Etat au 1er janvier 1998 2 Au 1.1.1998, la Caisse de Pensions Ciba-Geigy

Plus en détail

Projet de loi Q 6 9 cdmiliétant la loi n 15.95. formant code de commerce

Projet de loi Q 6 9 cdmiliétant la loi n 15.95. formant code de commerce Royaume du Maroc Ministère de l'industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies..: (L C I j

Plus en détail

Conditions générales de vente de matériels, logiciels et prestations

Conditions générales de vente de matériels, logiciels et prestations 1. Définitions Pour l application des présentes, le terme "Société" désigne la Société SERIANS. Le terme "C lient " désigne tout personne physique ou morale qui achète ou émet le souhait d'acheter les

Plus en détail

Article 3 : Demeurent en dehors du champ d'application de la présente loi :

Article 3 : Demeurent en dehors du champ d'application de la présente loi : Location-accession à la propriété immobilière (Leasing) Dahir n 1-03-202 du 16 ramadan 1424 portant promul gation de la loi n 51-00 relatif à la location -accession à la propriété immobilière (B.O. du

Plus en détail

Arrêté Royal du 7 juillet 2002 règlementant la Centrale des Crédits aux Particuliers

Arrêté Royal du 7 juillet 2002 règlementant la Centrale des Crédits aux Particuliers Arrêté Royal du 7 juillet 2002 règlementant la Centrale des Crédits aux Particuliers CHAPITRE I. - Définitions. Article 1. Pour l'application du présent arrêté, il faut entendre par : 1 la loi : la loi

Plus en détail

Norme comptable relative aux Contrats de construction

Norme comptable relative aux Contrats de construction NC 09 Norme comptable relative aux Contrats de construction Objectif 01. Les contrats de construction portent généralement sur la construction d'immeubles, de barrages, de ponts, de bateaux ou d'autres

Plus en détail

OFFRE D ACHAT IMMEUBLE DE RAPPORT

OFFRE D ACHAT IMMEUBLE DE RAPPORT OFFRE D ACHAT IMMEUBLE DE RAPPORT Les modèles de documents sur ce site sont à titre de référence seulement ; ils peuvent être modifiés par les parties, notamment en ce qui concerne les conditions et les

Plus en détail

Règlement pour l octroi de prêts complémentaires sous seing privé en vue de la rénovation d habitations

Règlement pour l octroi de prêts complémentaires sous seing privé en vue de la rénovation d habitations p1 Article 1 Règlement pour l octroi de prêts complémentaires sous seing privé en vue de la rénovation d habitations Dans les limites des crédits budgétaires dûment approuvés, un prêt sous seing privé

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES. Objet du marché n 2015-06

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES. Objet du marché n 2015-06 CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES Objet du marché n 2015-06 Contrat Groupe assurance complémentaire santé (Article 40 du Code des marchés publics) MSA ARDECHE DROME LOIRE 29, rue Frédéric

Plus en détail

MODALITÉS DE TRANSFERT

MODALITÉS DE TRANSFERT 14 novembre 2003. ARRÊTÉ ROYAL portant exécution de la loi du 28 avril 2003 relative aux pensions complémentaires et au régime fiscal de celles-ci et de certains avantages complémentaires en matière de

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES AU CONTRAT DE CONSEIL EN REFERENCEMENT

CONDITIONS GENERALES AU CONTRAT DE CONSEIL EN REFERENCEMENT CONDITIONS GENERALES AU CONTRAT DE CONSEIL EN REFERENCEMENT ARTICLE 1 - OBJET ARTICLE 2 - QUALITE DES SERVICES ARTICLE 3 - ASSISTANCE ARTICLE 4 - PRIX DES SERVICES FACTURATION RÈGLEMENTS ARTICLE 5 - RESPONSABILITÉ

Plus en détail

Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de

Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de DELEGATION DE CREANCE D UN CONTRAT D ASSURANCE VIE RACHETABLE Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Ci-après dénommé «le Délégant», Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de Ci-après

Plus en détail

CHAPITRE PREMIER: Champ d'application

CHAPITRE PREMIER: Champ d'application Directive 86/653/CEE du Conseil du 18 décembre 1986 relative à la coordination des droits des États membres concernant les agents commerciaux indépendants Journal officiel n L 382 du 31/12/1986 p. 0017-0021

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE REALISATION DE SITE INTERNET ET DE SERVICES CONNEXES

CONDITIONS GENERALES DE REALISATION DE SITE INTERNET ET DE SERVICES CONNEXES 1/7 CONDITIONS GENERALES DE REALISATION DE SITE INTERNET ET DE SERVICES CONNEXES 1. ACCEPTATION DES CGV / PROCESSUS DE COMMANDE Les présentes conditions générales de vente (ci-après les «CGV») s appliquent

Plus en détail

N Rue Commune Etage Bâtiment Porte. Dépendances dont le locataire a la jouissance exclusive

N Rue Commune Etage Bâtiment Porte. Dépendances dont le locataire a la jouissance exclusive CONTRAT DE LOCATION MEUBLEE Entre les soussignés, M., Mme, Mlle (nom, prénom, adresse) désigné(s) ci-après le bailleur et M., Mme, Mlle (nom, prénom, adresse) désigné(s) ci-après le preneur il a été convenu

Plus en détail

Règlement pour l octroi de prêts complémentaires sous seing privé en vue de l achat ou la construction d habitations

Règlement pour l octroi de prêts complémentaires sous seing privé en vue de l achat ou la construction d habitations p1 Règlement pour l octroi de prêts complémentaires sous seing privé en vue de l achat ou la construction d habitations Article 1 1. Dans les limites des crédits budgétaires dûment approuvés, un prêt sous

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE L ASSURANCE PRINCIPALE

CONDITIONS GENERALES DE L ASSURANCE PRINCIPALE Feuillet 1 DE L ASSURANCE PRINCIPALE Article 1 Article 2 Article 3 Article 4 Article 5 Ed. 04.05 QUELLES SONT LES PERSONNES QUE LE CONTRAT CONCERNE? Le preneur d'assurance est la personne qui conclut le

Plus en détail

Recommandation n 9 relative à l information réciproque de l acquéreur et du syndic en cas de vente amiable d un lot.

Recommandation n 9 relative à l information réciproque de l acquéreur et du syndic en cas de vente amiable d un lot. Recommandation n 9 relative à l information réciproque de l acquéreur et du syndic en cas de vente amiable d un lot. La Commission, Considérant que les articles 19 et 20 de la loi n 65-557 du 10 juillet

Plus en détail

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part,

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part, CONVENTION D INTERMEDIAIRE D ASSURANCES. Entre les soussignés, ci-après dénommés «les Parties» : a) IBS Europe s.a. dont le siège social est situé au N 68 de la Route de Luxembourgà L-4972 DIPPACH (Grand

Plus en détail

Club des juristes Projet de 14 ème directive. sur les transferts transfrontaliers des sièges sociaux des sociétés de capitaux

Club des juristes Projet de 14 ème directive. sur les transferts transfrontaliers des sièges sociaux des sociétés de capitaux Club des juristes Projet de 14 ème directive DIRECTIVE /./CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du. sur les transferts transfrontaliers des sièges sociaux des sociétés de capitaux LE PARLEMENT EUROPEEN

Plus en détail

Convention des banques et négociants en valeurs mobilières suisses relative à la garantie des dépôts

Convention des banques et négociants en valeurs mobilières suisses relative à la garantie des dépôts Garantie des dépôts des banques et négociants en valeurs mobilières suisses Etat du 5 septembre 005 Convention des banques et négociants en valeurs mobilières suisses relative à la garantie des dépôts

Plus en détail

Conditions générales de vente VELDA CABLE TECHNICS SA

Conditions générales de vente VELDA CABLE TECHNICS SA 1. Conditions d application Conditions générales de vente VELDA CABLE TECHNICS SA Les conditions générales de vente concernent le vendeur, étant Velda Cable Technics SA, avec siège social en Belgique,

Plus en détail

PROSPECTUS. PROSPECTUS 14 valable à compter du 01.01.2010

PROSPECTUS. PROSPECTUS 14 valable à compter du 01.01.2010 20 PROSPECTUS PROSPECTUS 14 valable à compter du 01.01.2010 Article 47 2 de la loi du 4 août 1992 relative aux Crédits Hypothécaires et l article 4 de l Arrêté royal du 5 février 1993 portant diverses

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS MME et MM. les Directeurs Date : des Caisses Régionales d'assurance Maladie 10/06/97 MM. les Directeurs

Plus en détail

Conditions générales vente en ligne

Conditions générales vente en ligne Page 1 de 6 Conditions générales vente en ligne Article 1 Introduction 1.1. D une part, les présentes conditions générales règlent l utilisation du site de vente ayant pour url www.jungheinrich.be/webshop

Plus en détail

Vu la Constitution, notamment son article 26,

Vu la Constitution, notamment son article 26, Loi n 6-79 organisant les rapports contractuels entre les bailleurs et les locataires des locaux d'habitation ou à usage professionnel promulguée par le Dahir n 1-80-315 (17 safar 1401) (B.O. 21 janvier

Plus en détail

VILLE DE FROUARD PRESTATIONS NETTOYAGE DES VITRES DES BATIMENTS COMMUNAUX CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (C.C.A.

VILLE DE FROUARD PRESTATIONS NETTOYAGE DES VITRES DES BATIMENTS COMMUNAUX CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (C.C.A. VILLE DE FROUARD PRESTATIONS NETTOYAGE DES VITRES DES BATIMENTS COMMUNAUX CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (C.C.A.P) (le présent cahier des clauses administratives contient 10 pages dont

Plus en détail