Document de Base sur la Conservation des Données

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Document de Base sur la Conservation des Données"

Transcription

1 Document de Base sur la Conservation des Données Tous les documents comportant des données à caractère personnel doivent être conservés pour une durée déterminée et limitée. A. Définitions 1. La «durée de conservation» La durée de conservation est le temps qui sépare le moment de la collecte (ou de la génération) d une donnée de son effacement complet du traitement. La durée de conservation réelle de chaque donnée individuelle ne doit pas dépasser la valeur maximale déclarée lors de la procédure préalable à la mise en œuvre d un traitement. Par simplification, on appelle couramment «durée de conservation d une donnée» cette valeur maximale, même si elle n est pas toujours atteinte. Le terme DUA est le plus employé dans les services d archives publics soit Durée d utilité administrative. C est une «durée légale ou pratique pendant laquelle un document est susceptible d être utilisé par le service producteur ou son successeur, au terme de laquelle est appliquée la décision concernant son traitement final. Le document ne peut être détruit pendant cette période qui constitue sa durée minimale de conservation». (in Abrégé d archivistique : principes et pratiques du métier d archiviste, Association des archivistes français, Paris, 2004, glossaire, p ) A noter que dans les tableaux publiés par Archimag, guide pratique n 39, DUA est entre parenthèse après Durée de conservation. La durée de conservation peut correspondre à une obligation de conservation fixée par la législation ou la réglementation. La «durée de conservation» d un document correspond au temps de conservation indiqué par les textes réglementaires, des lois nationales, européennes ou des besoins internes si le document n est soumis à aucun délai spécifique. Ces durées figurent dans les textes des différents codes, lois que l on peut consulter sur le site de Légifrance (http://www.legifrance.gouv.fr/). Certaines lois étrangères s appliquent également aux entreprises du fait de leur activité dans les pays où elles sont en vigueur (Sarbanes-Oxley act, les contrôles de la SEC) Tous les documents à archiver ne sont pas visés par une durée légale de conservation. Il faut alors définir et motiver une durée de conservation, grâce à l évaluation des responsables de traitement des documents. Il est utile d attribuer un délai de conservation aux documents y compris les non validés ou documents de travail, à la documentation qui n ont pas vocation à être archivé. (cf. Glossaire dans la bibliographie)

2 2. Distinction entre conservation, archive et archivage La conservation des documents correspond à un besoin juridique précis : celui d apporter la preuve, au regard des exigences législatives ou règlementaires. Le langage courant et même le législateur utilisent fréquemment le terme «archivage» en lieu et place du mot «conservation». Pourtant, ces deux termes revêtent une portée juridique différente : Dans l action de conserver, il s agit de maintenir intacts les documents et de les préserver de toute altération, modification ou destruction, à des fins juridiques, dans la mesure où cette opération matérielle doit notamment permettre d assurer la sauvegarde d un droit (preuve) ou respecter une obligation légale (validité). Dans ce cadre, la conservation doit se conformer à certaines règles. Les archives, suivant l article L du Code du Patrimoine «sont l'ensemble des documents, quels que soient leur date, leur lieu de conservation, leur forme et leur support, produits ou reçus par toute personne physique ou morale et par tout service ou organisme public ou privé dans l'exercice de leur activité». L archivage «est l ensemble des actions, outils et méthodes mises en œuvre pour conserver à moyen ou long terme des informations dans le but de les exploiter» (dictionnaire du multimédia, AFNOR, 1995). La maitrise de l archivage est une démarche d organisation et de contrôle de la production, de la conservation et du sort final des informations liées à l environnement réglementaire et aux besoins de traçabilité (CSTIC : commission spécialisée de terminologie et de néologie de l informatique et des composants électroniques) 3. Les différentes catégories d archives : La notion d archives est indépendante de la période d utilisation des documents. En effet les documents acquièrent la qualité d archives dès leur création dans le cadre d une activité. La forme ou la nature du support est indépendante de la notion d archives. Qu il soit sur papier ou sur support électronique, la notion d archives aura vocation à lui être appliqué. Cette définition s applique aussi bien au secteur public que privé. Il faut souligner que la loi Informatique & Libertés s'applique essentiellement aux traitements automatisés de données à caractère personnel. La notion d archive n apparaît dans la loi Informatique & Libertés qu aux articles 36 et 37 concernant «les traitements dont la finalité se limite à assurer la conservation à long terme de documents d'archives dans le cadre du livre II» du Code du patrimoine. Ce n est qu en 2005 que la CNIL adopta la classification tripartite des archives, dans sa recommandation n concernant les modalités d archivage électronique dans le secteur privé de données à caractère personnel. Ces catégories sont les suivantes (recommandation de la CNIL adoptée le 11 octobre 2005) :

3 par archives courantes, il convient d entendre les données d'utilisation courante par les services concernés dans les entreprises, organismes ou établissements privés (par exemple les données concernant un client dans le cadre de l exécution d un contrat) ; par archives intermédiaires, il convient d entendre les données qui présentent encore pour les services concernés un intérêt administratif, comme par exemple en cas de contentieux, et dont les durées de conservation sont fixées par les règles de prescription applicables ; par archives définitives, il convient d entendre exclusivement les données présentant un intérêt historique, scientifique ou statistique justifiant qu elles ne fassent l objet d aucune destruction. Ainsi nous pouvons considérer que : - Les archives courantes sont conservées pendant le temps strictement nécessaire à l'atteinte de la finalité déclarée (utilisation par les destinataires). - Les archives intermédiaires peuvent être conservées jusqu'à ce qu aucune action en contentieux ne puisse plus être intentée, c'est-à-dire à l'atteinte du délai de prescription des faits. Une procédure très stricte d accès doit être alors utilisée, comme un accès par le seul administrateur système sur ordre du directeur juridique. - Les archives définitives n'ont pas à être déclarées (au sens Informatique et Libertés), lorsqu elles sont anonymes. 4. La vision des Record Manager et des documentalistes : L usage habituel du terme «archive» peut avoir plusieurs définitions suivant la nature des professionnels : Pour les records Managers et les archivistes Le record Management est lié à l environnement réglementaire. Le Journal Officiel du 22 avril 2009 donne la définition suivante du Records Management ou «gestion de l archivage» soit «organisation et contrôle de la constitution, de la sélection, de la conservation et de la destination finale des documents d une administration, d une entreprise ou d un organisme». Pour les Record Manager la norme ISO d octobre 2001 donne la définition suivante pour les archives : «les documents créés, reçus et préservés à titre de preuve et d information par une personne physique ou morale dans l exercice de ses obligations légales ou la conduite de ses activités» Pour les documentalistes La documentation (méthodes et techniques d organisation et de gestion de l information) est distincte du records Management et des méthodes et objectifs des archivistes :

4 l information provient de toutes les sources possibles pour mieux répondre aux questions des utilisateurs. Un documentaliste peut gérer la «documentation interne» de son entreprise et à ce titre gérer des archives courantes (rapports internes par exemples) ayant une valeur juridique et d information. B. Les responsabilités 1. Le responsable de traitement La loi I&L dispose : "Le responsable d un traitement de données à caractère personnel est......la personne, l autorité publique, le service ou l organisme qui détermine ses finalités et ses moyens." Dans le cas d'une personne morale (une entreprise, par exemple) la responsabilité est assumée par le représentant légal (le P-DG dans notre exemple). Cette responsabilité peut être transférée vers des collaborateurs par le jeu des délégations de pouvoirs. Attention: une délégation de pouvoirs est une procédure juridique officielle qui ne se met pas en œuvre n'importe comment. (Cf. bibliographie vade-mecum du Medef Dans la chaîne hiérarchique, le responsable de traitement est le cadre qui a le pouvoir officiel de décider de la mise en œuvre du traitement (P-DG, Directeur de branche, Directeur des Systèmes d Information, Directeur Juridique, Chef de Service, etc.). C'est donc lui qui doit signer la déclaration CNIL du traitement (ou son équivalent interne en cas d'existence d'un C.I.L.), ou la demande d'autorisation à la CNIL le cas échéant. Il peut déléguer sa signature, mais il en conserve alors la responsabilité. Un responsable de traitement a la responsabilité juridique (et donc pénale) des traitements de données dont il décide la mise en œuvre. En tant que responsable des traitements il doit s assurer des durées de conservation mise en œuvre et déclarées. Le responsable de traitement a par ailleurs la responsabilité de désigner un C.I.L. lorsqu'il souhaite bénéficier de cette possibilité offerte par la loi. Il peut donc y avoir plusieurs C.I.L., dans une même entreprise, affectés à des domaines différents. Cette organisation relève d'une politique d'entreprise. En cas de non-respect de ses obligations, le responsable de traitement est passible d une peine pouvant aller jusqu à et 5 ans d emprisonnement (art du code pénal). 2. Le C.I.L ou le chargé de la protection des données La loi I&L et son décret d'application disposent: "...un correspondant à la protection des données à caractère personnel [est] chargé d assurer, d une manière indépendante, le respect des obligations prévues dans la présente loi..."

5 "...Le responsable des traitements fournit au correspondant tous les éléments lui permettant d établir et d actualiser régulièrement une liste des traitements automatisés..." "...le correspondant à la protection des données à caractère personnel dresse la liste..." Le C.I.L. n'est donc pas pénalement responsable de la conformité des traitements à la loi. Son rôle consiste à vérifier cette conformité, et à conseiller le responsable de traitement ou/et ses collaborateurs (en particulier le chargé du projet) pour l'atteindre. Pour les assister utilement, il doit comprendre parfaitement la finalité du traitement et les argumentaires justifiant le contenu du dossier (fonctionnalités, liste des données, durées de conservation, destinataires). Il doit connaître la règlementation afin d'aider le responsable du projet à bâtir ces argumentaires concernant la durée de conservation. 3. Le responsable de projet Le chargé de projet (sponsor, directeur, chef de projet) est responsable, en interne à l'entreprise, devant le responsable de traitement. Il définit le contenu du projet de traitement de données avec l'aide de son équipe. Il s'assure le plus en amont possible de la conformité du traitement à la loi en présentant son contenu prévisionnel au C.I.L., accompagné de tous les argumentaires nécessaires. Il tient compte des conseils du C.I.L. ou du chargé de la protection des données pour faire évoluer le projet, si nécessaire. Il accomplit les procédures préalables à la mise en oeuvre pour le compte du responsable de traitement et avant de les lui faire signer. 4. Les records Managers et les archivistes Ils sont responsables de la gestion des documents soit dans sa totalité soit partiellement (par exemple uniquement pour les archives définitives). Ce sont eux qui, dans le périmètre qui leur est attribué, définissent et appliquent les conditions de conservation des documents. Ils connaissent les textes de loi définissant les durées de conservation et sont donc apte à conseiller le responsable de la mise en œuvre. 5. La CNIL La CNIL a la responsabilité de veiller à l'application de la loi I&L. Ses outils principaux sont les textes réglementaires et les contrôles. Si les textes règlementaires ne sont pas des lois, ils concrétisent les raisonnements de la CNIL sur des sujets spécifiques, et doivent être examinés avec la plus grande attention par le C.I.L. et le responsable de la mise en œuvre.

6 Tout écart d'un traitement par rapport à un texte normatif doit faire l'objet d'un argumentaire solide. C. Détermination de la durée de conservation 1. Une logique de détermination de la durée de conservation Dans un premier temps, le responsable de la mise en œuvre s'assure qu'il est bien en possession de l'expression des besoins du responsable de traitement, afin de formaliser la finalité du traitement. Il liste ensuite les durées de conservation envisagées dans les différentes catégories de données et va présenter l'ensemble au C.I.L. ou le chargé de la protection des données. Le cas échéant, il prend conseil auprès de l archiviste ou du juriste d entreprise. Le C.I.L. recherche alors s'il existe des textes règlementaires de la CNIL en rapport avec la finalité du traitement présenté. Si de tels textes existent, il compare les durées de conservation qu'ils recommandent à celles présentées par le chargé de projet. Si aucun texte normatif n'est trouvé, il détermine lui-même des valeurs proportionnées à la finalité. En cas d'écart entre les durées préconisées par la CNIL (ou celles qu'il a lui-même définies) et celles présentées dans le projet, le C.I.L. invite le chargé de projet à justifier ses choix ou à les amender. Une fois qu'un accord est trouvé, les nouvelles valeurs sont intégrées dans les documents des procédures préalables à la mise en service, validées par le responsable de traitement, puis portées au registre du C.I.L. Le C.I.L. n a pas le pouvoir d imposer son analyse. Il doit utiliser ses facultés de conviction, et en dernier ressort aviser la CNIL de la défaillance du responsable de traitement. Il est important pour le C.I.L. de tracer les justificatifs des durées de conservation lorsqu'elles sont différentes des valeurs préconisées par la CNIL. Le C.I.L. interroge le chargé du projet sur les moyens prévus pour assurer le respect des durées de conservation décidées (procédures manuelles, effacements automatisés, ). Il en vérifie l application aux moments qu il juge bon. Ses audits ou contrôles font partie des ressources mises à disposition par le responsable de traitement. Contrairement à d autres éléments constitutifs d un traitement (finalité, destinataires, catégories de données, ), les durées de conservation ne font pas, aujourd hui, partie des informations devant être fournies aux personnes concernées. Il n y a pas obligation à inscrire ces renseignements dans le registre du C.I.L. Cette question étant susceptible d évolution, il est conseillé aux C.I.Ls de la surveiller.

7 2. Durée de conservation et archivage Il est primordial de rappeler que le responsable de traitement doit définir les durées de conservation de manière spécifique et adéquate pour chaque catégorie de données collectées et traitées. Il ne saurait en effet se contenter de fixer une durée globale de conservation pour l ensemble des données appelées à figurer dans un traitement donné. Les données à caractère personnel peuvent être collectées et traitées pour la poursuite de plusieurs finalités. Cela signifie qu une même donnée peut être appelée à figurer dans plusieurs traitements mis en œuvre au sein d une même entité. Cette donnée pourra par conséquent être soumise à des durées de conservation différentes au regard de la finalité de chacun de ces traitements (cf. multiplicité des durées de conservation pour une même donnée). Ce constat doit impérativement être pris en considération pour la définition des politiques d effacement des données, au risque de supprimer indûment des données dont la conservation reste nécessaire et justifiée. Les données à caractère personnel peuvent être conservées : 1- «Pendant une durée qui n excède pas la durée nécessaire aux finalités pour lesquelles elles sont collectées et traitées» (article 6 de la loi Informatique et Libertés). Typiquement, les données peuvent par exemple êtres conservées en archives courantes pendant la durée de la relation contractuelle. Malgré tout, il se peut que la durée de conservation ne soit pas évidente. En effet, la simple prise en compte de la finalité d un traitement ne permet pas nécessairement d en déduire de manière spontanée la durée pendant laquelle les différentes catégories de données pourront être traitées. Il est dès lors recommandé de chercher parmi les guides, délibérations, recommandations, normes, dispenses ou autorisations de la CNIL (lois et décrets) si elle ne s est pas déjà exprimée sur le sujet ou sur un sujet proche. Attention! Les durées de conservation recommandées par la CNIL concernent généralement les archives courantes et non les archives intermédiaires. Les durées de conservation de celles-ci peuvent être déterminées en interrogeant votre service juridique qui sera à même de vous renseigner sur les délais de prescription et les obligations particulières de conservation. 2- Au-delà de la durée nécessaire à la finalité du traitement, lorsqu elles présentent encore un intérêt administratif pour l entité. Cette conservation des données en archives intermédiaires (avec des accès limités à la direction juridique par exemple) peut tout d abord être justifiée par l observation des durées légales de prescription définies par la réglementation pénale, civile, commerciale ou fiscale. Les données peuvent encore être conservées en vue de respecter des durées de conservation particulières (conservation des documents comptables et pièces justificatives, archivage des contrats électroniques B to C, etc.), essentiellement à des fins probatoires. Le maintien des données dans les fichiers du responsable de traitement peut enfin être nécessaire afin d être en capacité de répondre aux demandes de communication susceptibles d être adressées par certains tiers autorisés légalement habilités (l administration fiscale, les organismes sociaux, les services de police et de gendarmerie, certaines AAI, etc.).

8 3- sous certaines conditions (cf Définitions), au titre des archives définitives lorsqu elles présentent encore un intérêt historique, scientifique ou statistique. 3. La difficulté de déterminer la durée de conservation d un document Un même document (papier ou électronique) peut être soumis à des durées de conservation différentes en vue de satisfaire à diverses exigences, notamment d ordre juridique. Ainsi, les factures doivent être conservées pendant 5 ans en tant que preuve d un contrat avec un particulier, 6 ans en tant que pièce justificative dans le cadre de la déduction de T.V.A. et, enfin, au moins 10 ans en tant que pièce comptable et document commercial. Nous sommes ainsi régulièrement confrontés à des durées de conservation des actes juridiques variant entre quelques mois et des dizaines d années. Dans ce cas, la durée de conservation doit en effet être calquée sur la période la plus longue. La conservation d un document doit également être déterminée au regard des données à caractère personnel qu il contient et des durées de conservations qui leur sont attachées. Les documents sont issus ou utilisés pour les données qu ils contiennent et leur valeur juridique. Ces données sont enregistrées dans des fichiers applicatifs. La recherche de la durée de conservation des données électroniques est intimement liée à leurs utilisations et leurs finalités. Il est recommandé d intégrer les durées de conservation variables selon les catégories de données, dès la conception du traitement informatique afin que les effacements de données soient réalisés automatiquement. Naturellement, les valeurs doivent être paramétrables pour permettre les évolutions ou les corrections. (Cf. bibliographie.) 4. Prenons un exemple de multiplicité des durées de conservation pour une même donnée La durée de conservation est en fonction de la finalité du traitement qu il l utilise ou du document qui l intègre. Il est évidemment plus pratique d avoir une durée unique pour toutes les données d un traitement, mais ceci est rarement possible. Prenons l exemple du nom d un collaborateur il peut être conservé avec une durée différente en fonction que son nom est utilisé pour sa retraite, pour son salaire, pour un prêt que lui accorde son entreprise, pour un remboursement de frais Par exemple, dans la norme simplifiée 46, il est écrit que «Les données visées à l article 3 ne sont pas conservées par les services gestionnaires au-delà de la période d emploi de la personne concernée». Ces données peuvent avoir une conservation plus longue obligatoire par ailleurs, comme les données nécessaires à l établissement des droits à pension. Le responsable de traitement est donc alors obligé de gérer plusieurs durées suivant les catégories de données. Au sens de l article 6 de la loi I et L, les données à caractère personnel «sont conservées [ ] pendant une durée qui n excède pas la durée nécessaire aux finalités

9 pour lesquelles elles sont collectées et traitées». La CNIL précise quant à elle, notamment dans sa recommandation du 11 octobre 2005, que les durées de conservation doivent être définies de manière spécifique et adéquate pour chaque catégorie de données. Néanmoins, sauf existence d une obligation légale visant à imposer une durée déterminée maximale, dans le cadre d un traitement (même finalité), certaines données peuvent être conservées pour plusieurs finalités ou en raison de plusieurs obligations légales : durées de prescriptions différentes, lutte anti blanchiment, recours des tiers ou des héritiers et ayants droits. Comme nous l avons indiqué précédemment, il conviendra de retenir la durée de conservation la plus longue lorsque coexistent plusieurs durées afin de pourvoir garantir le respect d une durée de conservation. Néanmoins, il est important de respecter le fait que seuls peuvent accéder aux données, ceux qui sont habilités pour y accéder au regard de la finalité. Ainsi prenons l exemple d un membre du personnel d une société d assurance ayant un contrat auto avec celle-ci, le nom de cette personne peut disparaître du traitement de la DRH parce qu il ne fait plus parti du personnel mais il peut rester accessible pour le contrat d assurance. Les membres du personnel n ont plus accès au dossier de cette personne mais le gestionnaire du contrat d assurance oui. Si le responsable de traitement souhaite conserver les données au-delà du besoin justifié par la finalité du traitement, pour se protéger en cas de contentieux futur il peut indiquer deux durée de conservation sur sa déclaration. D. La protection de la durée de conservation 1. Les logs des traitements La majorité de nos systèmes informatiques enregistrent en permanence les changements réalisés dans la base de données (qui a changé quelle donnée en quelle autre donnée à quel moment) ; ceci correspond à des "audits trail" susceptibles d'être audités par des autorités de différents pays). (cf.fiche n 7 du Guide de Travail V2 de la cnil) 2. L accès aux données personnelles Le responsable de traitement est responsable des données à caractère personnel qu il collecte. Il lui revient donc de s assurer que les destinataires ont bien été identifiés et qu ils ne conservent pas eux-mêmes les données (ne les communiquent) au-delà de ce qui est justifié dans la déclaration. Il est possible de contractualiser, avec les prestataires, partenaires, sous-traitants, qui sont en charge de la mise en œuvre de traitements, une clause pour se prémunir de toutes dérives à la loi I & L.

10 3. Utilisation des données par les audits interne Dans le cadre d une opération d audit, il faut se poser la question de la pertinence d une déclaration CNIL. (cf. Revue mai 2007 AFAI (Association Française des Auditeur Interne). Souvent de par son métier, l auditeur effectue des interconnexions de fichiers, avec des données personnelles, qui sortent du cadre du traitement déclaré. Cette nouvelle finalité doit faire l objet d une nouvelle durée de conservation qu il faut déterminer. 4. Les Commissaires aux comptes (audit externe) Suivant l article L al 2 du Code de commerce, le secret professionnel ne peut être opposé aux commissaires aux comptes dans le cadre de leur mission, sauf par les auxiliaires de justice. E. Droit d accès et secret professionnel 1. Le droit d accès à ses données personnelles : un droit strictement personnel «Les données à caractère personnelles sont conservées sous une forme permettant l'identification des personnes concernées pendant une durée qui n'excède pas la durée nécessaire aux finalités pour lesquelles elles sont collectées et traitées.» Le droit d accès n a pas être motivé, il peut porter sur l ensemble des données concernant son titulaire quel que soit le support (papier, enregistrement audio, vidéo, informatique ). Le responsable de traitement ne peut communiquer que les données à caractère personnel qu il a conservé. Lors de la déclaration CNIL du traitement concerné, il mentionne une durée de conservation des données qu il doit respecter. Dans ce cadre, seules les archives courantes et intermédiaires sont soumises au droit d accès. Le responsable de traitement doit, par conséquent prévoir la possibilité d une demande de droit d accès aux données archivées et doit être en mesure d y répondre favorablement. La CNIL recommande de mettre en œuvre des dispositifs de traçabilité des consultations des données archivées. Pour la CNIL dès lors que le traitement des archives définitives se limitent à assurer la conservation à long terme de document d archive, et sauf demande spéciale motivée, soumise le cas échéant à l appréciation de la CNIL, le responsable de traitement n est pas tenu de donner suite aux demandes concernant les informations archivées et n a pas à le notifier préalablement à la CNIL. (Cf. Un guide de la CNIL «Guide droit d accès» édité en 2010, accessible en ligne en rappelle l ensemble des modalités).

11 2. Le bénéficiaire du secret professionnel pendant la durée de conservation L article L du code du patrimoine, qui s applique indistinctement aux archives publiques et privées, impose aux agents chargés de la conservation des archives (fonctionnaires, salariés ou autres) de respecter le secret professionnel pour «tout document qui ne peut être légalement mis à la disposition du public». Le secret professionnel peut être défini comme l obligation pour les personnes qui ont eu connaissance de faits confidentiels dans l exercice ou à l occasion de leurs fonction de ne pas divulguer hors les cas ou la loi impose ou autorise la révélation du secret. Cette obligation sanctionnée pénalement pèse sur un certain nombre de professions (médecin, notaire, établissements de crédit.). Le client, personne physique ou morale, est normalement seul bénéficiaire de l'information sur ses données. L'obligation de confidentialité est reconnue d'une manière générale au visa de l'article 9 du Code civil garantissant à chacun le droit au respect de sa vie privée. Pour une personne morale, les informations soumises au secret professionnel ne peuvent être communiquées qu'au représentant légal en fonction de la société/de l'entité sauf pouvoirs ou exception. 3. Précautions en matière d'échange de données confidentielles avec un tiers Par précaution, lorsqu'il y a échange de données confidentielles, un engagement de confidentialité doit être signé entre les parties. Les personnes recevant des informations couvertes par le secret professionnel, qui leur ont été fournies pour les besoins de l accomplissement de leur prestation, doivent les conserver confidentielles, il doit être prévu à l issu du contrat soit leur destruction soit leur restitution. Le fait pour les personnes précitées de méconnaître le secret professionnel est sanctionné pénalement. F. La politique d archivage (PA) 1. Politique d archivage et conservation des données et des documents La politique d archivage des données à caractère personnel et des documents d une entreprise doit en outre permettre d assurer : - les obligations de conservation des données à caractère personnel liées à l activité des sociétés. Les types d archivage sont rappelés (cf Définitions) et dans la délibération n de la CNIL (voir bibliographie).

12 - le droit à l oubli des personnes concernées par un traitement de données à caractère personnel, ce droit étant protégé par l article 6-5 de la loi Informatique et libertés et qui consiste à garantir à une personne physique de ne pas voir ses données à caractère personnel conservées par une société pendant des durées qui pourraient apparaitre comme manifestement excessives L adaptation du droit aux technologies de l information et de la communication vise les écrits électroniques sans tenir compte des préoccupations relatives aux durées de conservation applicables. Il s ensuit que l archivage devra respecter les durées de conservation prescrites par les textes en fonction de la nature et du statut juridique du document concerné, quelque soit le support. Les archivistes ou Record Managers connaissent les durées de conservation et surtout la méthode, conforme aux normes (MoReq 2) pour réaliser des référentiels de conservation et évaluer les risques pour les différents types de documents. Cette démarche peut se résumer ainsi : Evaluer les archives : s agit-il une version non validée du document (donc non archivable?) Rechercher pour tous les documents référencés par secteur d activité s il existe des textes de lois, règlements fixant un délai Rechercher les délais de prescription s ils existent pour les documents Si le document n est pas soumis à un délai, effectuer une analyse de risque : le document contient-il des données personnelles? peut-il être impliqué dans un dossier contentieux ou exigé par le juge dans la résolution d un litige? est-il vital (contexte du Plan de Continuité d Activité)? Faire valider juridiquement les délais proposés par sa direction juridique et le responsable du traitement. Afin de définir la politique d archivage de l entreprise, on peut, sous la forme d un tableau, organiser et codifier l ensemble de l information archivable et ce, en fonction de la valeur des documents et de leur durée réglementaires ou interne de conservation. Cet outil méthodologique est un référentiel de conservation. Attention! Nous rappelons que les durées recommandées par la CNIL concernent généralement les archives courantes (cf. définitions) mais pas les archives intermédiaires. Les durées de conservation de celles-ci peuvent être fournies par les juristes, qui connaissent les délais de prescription. 2. La politique de destruction des données S il y a une durée de conservation des données, il y a une fin à la conservation de ces données. Que ce soit pour respecter les obligations de la loi Informatique et Libertés ou, tout simplement, dans le cadre de l intelligence économique il est effectivement recommandé de disposer d une politique systématique plutôt que de développer une

13 procédure propre à chaque traitement. Il est nécessaire, en tout premier lieu, d expliquer dans la politique d archivage les modalités de traçabilité des opérations d éliminations. 3. Quelle sécurité mettre en œuvre pour protéger les données archivées En application de l article 34 de la loi du 6 janvier 1978 modifiée, le responsable du traitement doit mettre en œuvre les mesures techniques et d'organisation appropriées pour protéger les données archivées de toute nature contre la destruction accidentelle ou illicite, la perte accidentelle, l'altération, la diffusion ou l'accès non autorisés, notamment lorsque le traitement comporte des transmissions de données dans un réseau, ainsi que contre toute autre forme de traitement illicite. Ces mesures doivent assurer un niveau de sécurité approprié au regard des risques présentés par le traitement et de la nature des données à protéger. Le non-respect de l obligation de sécurité est sanctionné par l article du code pénal. L obligation de sécurité reste à la charge du responsable du traitement y compris en cas de recours à la sous-traitance pour assurer la mise en œuvre de traitement de ces données à caractère personnel. La CNIL recommande enfin que des procédés «d anonymisation soient mis en place pour l archivage des données sensibles relevant de l article 8 de la Loi Informatique et Libertés. Il s agit de la délibération n du 4 février 1997 portant adoption d'une recommandation sur le traitement des données de santé à caractère personnel. 4. Garantir la conservation en fonction des changements technologiques La conservation doit garantir les exigences d intelligibilité, d imputabilité à leur auteur et d intégrité, les technologies utilisées pourraient l empêcher. Le responsable de traitement a l obligation d assurer la sécurisation des données qu il collecte et traite (art. 34 de la Loi Informatique & Libertés). La sauvegarde est un aspect de cette sécurisation. Elle doit naturellement tenir compte de l évolution des technologies, des formats des fichiers, de la nature des supports, des équipements de lecture/écriture, etc Les conséquences des conditions d imputabilité et d intégrité des écrits électroniques sur leur conservation L exigence d imputabilité de l écrit électronique imposée par le texte régissant la valeur juridique de l acte en cause doit être prise en compte dans le cadre de l archivage électronique. En ce sens, lorsque le document sera signé électroniquement, l ensemble des éléments permettant d établir la validité de la signature apposée devra être conservé. Pour être reconnu en tant que preuve ou à titre de validité, que l intégrité de l acte soit garantie tout au long de son cycle de vie, c'est-à-dire de son établissement jusqu à la fin

14 de sa durée de conservation. Pour être admis juridiquement, les écrits électroniques devront donc être conservés de façon intègre, ce qui signifie que la conservation électronique doit garantir que l acte archivé soit la traduction de la volonté exacte de l auteur et que la «vérité» dont l acte est porteur puisse être rapportée à tout moment. Si la conservation ne garantit pas les conditions exigées pour la reconnaissance d un écrit électronique et remplies à la date de son établissement, l écrit électronique perd sa valeur juridique.

15 Glossaire ANNEXE 1 BIBLIOGRAPHIE Marie-Anne CHABIN, nouveau glossaire de l archivage, février 2010 (http://www.archive17.fr/component/option,com_performs/itemid,55/ pour le télécharger gratuitement) Les guides des durées de conservation publiés Association des Archivistes Français ( AAF), les archives dans l'entreprise, guide des durées de conservation, éd. AAF, 1997, 138 p. [ une réédition du guide est prévue en 2011]. La revue fiduciaire, dossiers-services, archiver dans une entreprise privée commerciale, dossier préparé par Mme Bérangère Donnevide-Paris, éd. Groupe Revue Fiduciaire, mise à jour du 11 septembre Guide pratique Archimag Records management et archivage, éd Groupe SERDA, 2 éd, septembre 2005, 96 p + supplément de 48 p sur les durées de conservation et tableaux de gestion (disponible uniquement sous format PDF). Guide pratique Archimag n 39 records management, archivage et sécurité, 28 p + supplément durées de conservation et tableaux de gestion, 68 p, éd, groupe SERDA, Vade-Mecum du MEDEF sur ce sujet à l'adresse Les normes NF Z «spécifications relatives à la conception et à l exploitation de systèmes informatiques en vue d assurer la conservation et l intégrité des documents stockés dans ces systèmes», mars ISO OAIS ( Open Archival information System) norme ISO Records Management, stratégie globale pour la traçabilité de l'information et des responsabilités norme ISO PDF/A format de conservation des documents MoReq «Model requirements for the management of electronic records» Il existe également un guide pour l application de MoReq 2 apprivoiser MoReq pour Archiver et Conserver l information.

16 Livres blancs, rapports de la FEDISA L archivage électronique à l usage du dirigeant : Conserver les documents électroniques? Ou comment résoudre la problématique de l archivage des s par Philippe BALLET et Jean-Marc RIETSCH Livres blancs du CR2PA L archivage des mails ou les utilisateurs face aux mails qui engagent l entreprise D C/$File/LivreBlancGTmails_BaT.pdf?OpenElement

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ; DELIBERATION N 2012-118 DU 16 JUILLET 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LES DISPOSITIFS D ENREGISTREMENT DES CONVERSATIONS TELEPHONIQUES MIS EN ŒUVRE

Plus en détail

Se conformer à la Loi Informatique et Libertés

Se conformer à la Loi Informatique et Libertés Se conformer à la Loi Informatique et Libertés Le cadre législatif Loi n 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l informatique, aux fichiers et aux libertés modifiée par la loi du 6 août 2004 dite loi Informatique

Plus en détail

DÉLIBÉRATION N 2014-13 DU 4 FÉVRIER 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE

DÉLIBÉRATION N 2014-13 DU 4 FÉVRIER 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DÉLIBÉRATION N 2014-13 DU 4 FÉVRIER 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISÉ D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

Décision de dispense de déclaration n 3

Décision de dispense de déclaration n 3 Délibération n 2005-003 du 13 janvier 2005 décidant la dispense de déclaration des traitements mis en œuvre par les organismes publics dans le cadre de la dématérialisation des marchés publics Décision

Plus en détail

Paris, le 3 septembre 2009

Paris, le 3 septembre 2009 Sophie Martinet Société d Avocat inscrite au barreau de Paris 73, bd de Clichy - 75009 Paris Tel :01 48 74 52 61 - fax : 01 53 01 38 19 Palais : J 125 sophie.martinet@cassiopee-avocats.fr Paris, le 3 septembre

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ; DELIBERATION N 2012-63 DU 16 AVRIL 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION SUR LA DEMANDE PRESENTEE PAR LE CREDIT SUISSE RELATIVE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT

Plus en détail

2. Les droits des salariés en matière de données personnelles

2. Les droits des salariés en matière de données personnelles QUESTIONS/ REPONSES PROTECTION DES DONNEES PERSONNELLES Ce FAQ contient les trois parties suivantes : La première partie traite des notions générales en matière de protection des données personnelles,

Plus en détail

Traitements de données à caractère personnel

Traitements de données à caractère personnel I G 518 Avril 2008 I N S T R U C T I ON G E N E R A L E Traitements de données à caractère personnel Procédures préalables à la mise en service et droits d accès A D M I N I S T R AT I O N G É N É R A

Plus en détail

GUIDE DE LA GÉOLOCALISATION DES SALARIÉS. Droits et obligations en matière de géolocalisation des employés par un dispositif de suivi GSM/GPS

GUIDE DE LA GÉOLOCALISATION DES SALARIÉS. Droits et obligations en matière de géolocalisation des employés par un dispositif de suivi GSM/GPS GUIDE DE LA GÉOLOCALISATION DES SALARIÉS Droits et obligations en matière de géolocalisation des employés par un dispositif de suivi GSM/GPS De plus en plus d entreprises, par exemple les sociétés de dépannage

Plus en détail

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Question 1 : «En France, la rédaction d un rapport sur la responsabilité sociale et environnementale

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-33 DU 25 MARS 2015 PORTANT RECOMMANDATION SUR LES

DELIBERATION N 2015-33 DU 25 MARS 2015 PORTANT RECOMMANDATION SUR LES DELIBERATION N 2015-33 DU 25 MARS 2015 PORTANT RECOMMANDATION SUR LES TRAITEMENTS AUTOMATISES D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR FINALITE «VIDEO-PROTECTION DU DOMICILE» EXCLUSIVEMENT MIS EN ŒUVRE PAR

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-12 DU 28 JANVIER 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE

DELIBERATION N 2015-12 DU 28 JANVIER 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DELIBERATION N 2015-12 DU 28 JANVIER 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

LE CODE DE BONNE CONDUITE D ELENGY

LE CODE DE BONNE CONDUITE D ELENGY LE CODE DE BONNE CONDUITE D ELENGY I. Introduction I.1. L objectif du Code de bonne conduite I.2. La réglementation applicable I.3. Les engagements I.4. Contractualisation avec les prestataires II. Règles

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-55 DU 12 MARS 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT

DELIBERATION N 2014-55 DU 12 MARS 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT DELIBERATION N 2014-55 DU 12 MARS 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR FINALITE

Plus en détail

Déclaration simplifiée à la CNIL. www.data-mobiles.com

Déclaration simplifiée à la CNIL. www.data-mobiles.com Déclaration simplifiée à la CNIL Informatique embarquée www.data-mobiles.com 2 La déclaration simplifiée à la CNIL se fait en se connectant sur le site de la CNIL : http://www.cnil.fr Pour faire votre

Plus en détail

COLLECTE ET TRAITEMENT DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL. Hélène Lebon Avocat Associé

COLLECTE ET TRAITEMENT DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL. Hélène Lebon Avocat Associé COLLECTE ET TRAITEMENT DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL Hélène Lebon Avocat Associé PROGRAMME Champ d application de la loi I&L Principales obligations imposées par la loi Informatique et libertés Pouvoirs

Plus en détail

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ;

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ; DELIBERATION N 2013-129 DU 27 NOVEMBRE 2013 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LES DECLARATIONS DE TRAITEMENTS AUTOMATISES D INFORMATIONS NOMINATIVES CONCERNANT

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993 relative à la protection des informations nominatives, modifiée ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993 relative à la protection des informations nominatives, modifiée ; DELIBERATION N 2015-76 DU 16 SEPTEMBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Préambule Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Validé par le Conseil d Administration du 28 juin 2013. Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, répondre

Plus en détail

Loi Informatique et libertés Cadre réglementaire

Loi Informatique et libertés Cadre réglementaire Loi Informatique et libertés Cadre réglementaire 1 Loi Informatique et Libertés La loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 modifiée par la loi du 6 août 2004 définit les principes à respecter lors

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-06 DU 4 FEVRIER 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE

DELIBERATION N 2014-06 DU 4 FEVRIER 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DELIBERATION N 2014-06 DU 4 FEVRIER 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

RELATIONS AVEC LES PARTENAIRES COMMERCIAUX

RELATIONS AVEC LES PARTENAIRES COMMERCIAUX RELATIONS AVEC LES PARTENAIRES COMMERCIAUX Politique Groupe Keolis - Mai 2015 - Document à usage interne et externe RE Rappels des principes fondamentaux posés par le GUIDE ETHIQUE DE CONDUITE DES AFFAIRES

Plus en détail

Fiche pratique n 22: la protection des données personnelles. I. Les conditions de licéité des traitements de données à caractère personnel

Fiche pratique n 22: la protection des données personnelles. I. Les conditions de licéité des traitements de données à caractère personnel Fiche pratique n 22: la protection des données personnelles Savoir protéger vos données personnelles dans le monde d aujourd hui est primordial. Sachez que la loi vous offre des droits spécifiques que

Plus en détail

DELIBERATION N 2013-109 DU 16 JUILLET 2013 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE

DELIBERATION N 2013-109 DU 16 JUILLET 2013 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DELIBERATION N 2013-109 DU 16 JUILLET 2013 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

Le DMP et vos droits Dossier Médical Personnel

Le DMP et vos droits Dossier Médical Personnel BROChURE D information PATIENT Le DMP et vos droits Dossier Médical Personnel Créer votre DMP, un acte important pour votre santé au service de la santé www.dmp.gouv.fr 2 Le dmp et vos droits 4 Qu est-ce

Plus en détail

Datagest, une entité de

Datagest, une entité de Datagest, une entité de Datagest en quelques mots Entité informatique de BDO à Luxembourg Gestion de l informatique du groupe Société informatique pour les clients externes Nos activités : Éditeur de logiciel

Plus en détail

Vu la Convention de sauvegarde des droits de l homme et des libertés fondamentales du Conseil de l Europe du 4 novembre 1950 ;

Vu la Convention de sauvegarde des droits de l homme et des libertés fondamentales du Conseil de l Europe du 4 novembre 1950 ; DELIBERATION N 2012-128 DU 23 JUILLET 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE SUR LA DEMANDE PRESENTEE PAR LE MINISTRE D ETAT RELATIVE A LA MISE EN ŒUVRE DU

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie

Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie 2013-R-01 du 8 janvier 2013 1 Contexte Pour la commercialisation

Plus en détail

Loi Informatique et libertés Cadre réglementaire

Loi Informatique et libertés Cadre réglementaire Loi Informatique et libertés Cadre réglementaire 1 Loi Informatique et Libertés La loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 modifiée par la loi du 6 août 2004 définit les principes à respecter lors

Plus en détail

CODE DE BONNE CONDUITE

CODE DE BONNE CONDUITE CODE DE BONNE CONDUITE I. Introduction I.1. L objectif du Code de bonne conduite I.2. La réglementation applicable I.3. Les engagements I.4. Contractualisation avec les prestataires II. Règles de bonne

Plus en détail

Vu les articles 225-1 à 225-3 ; 226-1 et 226-16 à 226-24 du Code pénal ;

Vu les articles 225-1 à 225-3 ; 226-1 et 226-16 à 226-24 du Code pénal ; DÉLIBÉRATION N 03-034 DU 19 JUIN 2003 PORTANT ADOPTION D'UNE RECOMMANDATION RELATIVE AU STOCKAGE ET À L UTILISATION DU NUMÉRO DE CARTE BANCAIRE DANS LE SECTEUR DE LA VENTE À DISTANCE La Commission nationale

Plus en détail

Commission nationale de l informatique et des libertés. Paris, le 10 novembre 2005

Commission nationale de l informatique et des libertés. Paris, le 10 novembre 2005 Commission nationale de l informatique et des libertés Paris, le 10 novembre 2005 Document d orientation adopté par la Commission le 10 novembre 2005 pour la mise en œuvre de dispositifs d alerte professionnelle

Plus en détail

FICHIERS INFORMATISES ET CNIL

FICHIERS INFORMATISES ET CNIL FICHIERS INFORMATISES ET CNIL 17/11/2011 L intérêt actuel pour les entreprises de recueillir des informations précises sur leur clientèle potentielle n est plus à démontrer. Le «profiling» joue un rôle

Plus en détail

VIE PRIVEE CIRCUS BELGIUM

VIE PRIVEE CIRCUS BELGIUM VIE PRIVEE CIRCUS BELGIUM CIRCUS BELGIUM reconnaît l'importance de la protection des informations et données à caractère personnel. C'est pourquoi nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour protéger

Plus en détail

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Délais de conservation des documents de l association»

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Délais de conservation des documents de l association» DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT «Délais de conservation des documents de l association» Points clés Les documents, émis ou reçus par une association dans l'exercice de son activité, doivent être conservés

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-96 DU 10 JUIN 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE

DELIBERATION N 2014-96 DU 10 JUIN 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DELIBERATION N 2014-96 DU 10 JUIN 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

Conditions générales d utilisation du portail web de FranceAgriMer et de ses e-services (téléservices)

Conditions générales d utilisation du portail web de FranceAgriMer et de ses e-services (téléservices) Conditions générales d utilisation du portail web de FranceAgriMer et de ses e-services (téléservices) 1. Les conditions générales d utilisation (CGU) décrites ci-dessous peuvent être complétées par les

Plus en détail

Commission Nationale de l'informatique et des Libertés

Commission Nationale de l'informatique et des Libertés Délibération nº 2015-165 du 4 juin 2015 portant adoption d'une norme simplifiée concernant les traitements automatisés de données à caractère personnel mis en œuvre par les organismes publics ou privés

Plus en détail

Loi sur l'archivage (LArch)

Loi sur l'archivage (LArch) 22 février 2011 Loi sur l'archivage (LArch) Etat au 1 er janvier 2012 Le Grand Conseil de la République et Canton de Neuchâtel, sur la proposition du Conseil d'etat, du 30 août 2010, décrète: CHAPITRE

Plus en détail

Les données à caractère personnel

Les données à caractère personnel Les données à caractère personnel Loi n 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertésrefondue par la loi du 6 août 2004, prenant en compte les directives 95/46/CE du Parlement

Plus en détail

Consultation : projet de règlement général relatif aux conseillers en investissements financiers

Consultation : projet de règlement général relatif aux conseillers en investissements financiers Consultation : projet de règlement général relatif aux conseillers en investissements financiers LIVRE III- PRESTATAIRES TITRE 3- AUTRES PRESTATAIRES CHAPITRE 5- CONSEILLERS EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS

Plus en détail

La Commission de Contrôle des Informations Nominatives,

La Commission de Contrôle des Informations Nominatives, Délibération n 09-12 du 23 novembre 2009 portant proposition d élaboration d une norme permettant la déclaration simplifiée de conformité des traitements automatisés d informations nominatives relatifs

Plus en détail

Règlement du label «Logiciel Maison et Centre de santé»

Règlement du label «Logiciel Maison et Centre de santé» Règlement du label «Logiciel Maison et Centre de santé» 1 Candidats éligibles Version n 3.0 du 15/10/2014 La procédure de labellisation est ouverte à toute personne morale propriétaire d une solution logicielle

Plus en détail

Solution de facturation électronique Signée

Solution de facturation électronique Signée Solution de facturation électronique Signée (Article 289V du Code Général des Impôt) Fiche d information Sommaire La facture... 2 En quoi consiste la dématérialisation fiscale de la facture?... 3 Qu est-ce

Plus en détail

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14 Le 30 janvier 2012 JORF n 0024 du 28 janvier 2012 Texte n 14 DECRET Décret n 2012-100 du 26 janvier 2012 relatif à l immatriculation des intermédiaires en opérations de banque et en services de paiements,

Plus en détail

Convention de cotraitance pour groupement solidaire

Convention de cotraitance pour groupement solidaire Convention de cotraitance pour groupement solidaire Ce modèle peut être modifié, complété en fonction des souhaits émis par les membres du groupement. Il est souhaitable que le maître d ouvrage soit informé

Plus en détail

Les factures dématérialisées

Les factures dématérialisées ANNEXE 8 Les factures dématérialisées Les sources de droit en matière de factures. Deux sources de droit définissent la facture : le Code de commerce et le Code général des impôts. Article 441-3 du Code

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-136 DU 17 SEPTEMBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE

DELIBERATION N 2014-136 DU 17 SEPTEMBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DELIBERATION N 2014-136 DU 17 SEPTEMBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DE LA MODIFICATION DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS

Plus en détail

Le modèle européen MoReq mars 2001

Le modèle européen MoReq mars 2001 Le modèle européen MoReq mars 2001 présentation de la version française Marie-Anne Chabin Réunion PIN 01/09/04 1 Model Requirements for the Management of Electronic Records Modèle d exigences pour l organisation

Plus en détail

DELIBERATION N 2013-15 DU 22 JANVIER 2013 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION SUR LA DEMANDE PRESENTEE

DELIBERATION N 2013-15 DU 22 JANVIER 2013 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION SUR LA DEMANDE PRESENTEE DELIBERATION N 2013-15 DU 22 JANVIER 2013 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION SUR LA DEMANDE PRESENTEE PAR LA BANK AUDI SAM RELATIVE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Politique de sécurité de l information. Adoptée par le Conseil d administration

Politique de sécurité de l information. Adoptée par le Conseil d administration Politique de sécurité de l information Adoptée par le Conseil d administration Le 10 novembre 2011 Table des matières PRÉAMBULE 1. GÉNÉRALITÉS... 3 2. RÔLES ET RESPONSABILITÉS... 4 3. DÉFINITIONS... 8

Plus en détail

Agrément des Hébergeurs de données de Santé Exemple d Audit de conformité Sécurité et Technique «ASIP Santé»

Agrément des Hébergeurs de données de Santé Exemple d Audit de conformité Sécurité et Technique «ASIP Santé» Agrément des Hébergeurs de données de Santé Exemple d Audit de conformité Sécurité et Technique «ASIP Santé» Sommaire 1 Glossaire et abréviations... 3 1.1 Glossaire... 3 1.2 Abréviations... 3 2 Liminaire...

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION

PROGRAMME DE FORMATION F-5.04 : METHODOLOGIE D UN PROJET DE DEMATERIALISATION ET D ARCHIVAGE ELECTRONIQUE, APPLICATION AUX MAILS /// Objectifs pédagogiques Apporter aux participants les informations essentielles pour aborder

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, lutter contre le sentiment d insécurité, la ville de CASTRES a décidé de

Plus en détail

La Commission de Contrôle des Informations Nominatives,

La Commission de Contrôle des Informations Nominatives, DELIBERATION N 2012-99 DU 25 JUIN 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE SUR LA DEMANDE PRESENTEE PAR LE MINISTRE D ETAT RELATIVE A LA MISE EN ŒUVRE PAR LA

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ; DELIBERATION N 2012-60 DU 16 AVRIL 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION SUR LA DEMANDE PRESENTEE PAR LE MINISTRE D ETAT, RELATIVE AU TRANSFERT D INFORMATIONS

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE

RAPPORT DE TRANSPARENCE RAPPORT DE TRANSPARENCE Publié sur le site www.2aec.fr en application des dispositions de l article R.823-21 du Code de commerce Préambule Conformément à l article R 823-21 du Code de commerce, les commissaires

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection Ville d ANGOULÊME Souhaitant améliorer la sûreté des personnes et la sécurité des biens, afin de lutter contre les actes de malveillance, la ville

Plus en détail

A cet effet, un exemplaire des présentes Conditions est annexé à toute Offre Commerciale émise par A.M.O.I.

A cet effet, un exemplaire des présentes Conditions est annexé à toute Offre Commerciale émise par A.M.O.I. Article 1 : Définitions A.M.O.I. SARL (ciaprès dénommée «A.M.O.I.») est une société de prestations de services informatiques intervenant dans le domaine des réseaux informatiques et des nouvelles technologies

Plus en détail

Position AMF n 2013-02 Le recueil des informations relatives à la connaissance du client

Position AMF n 2013-02 Le recueil des informations relatives à la connaissance du client Position AMF n 2013-02 Le recueil des informations relatives à la connaissance du client Textes de référence : articles 314-44, 314-46, 314-47, 314-51 à 314-53 et 325-7 du règlement général de l AMF 1.

Plus en détail

Conditions générales d'utilisation Site web gaea21

Conditions générales d'utilisation Site web gaea21 Conditions générales d'utilisation Site web gaea21 Objet Les présentes conditions générales définissent les termes et les conditions générales d utilisation ainsi que les conditions de mise à disposition

Plus en détail

La Commission de Contrôle des Informations Nominatives,

La Commission de Contrôle des Informations Nominatives, DELIBERATION N 2014-151 DU 12 NOVEMBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 23 septembre 2014 MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 1. Introduction La Banque du Canada (la «Banque») est l administrateur du Régime de pension de la Banque du Canada (le «Régime de pension»)

Plus en détail

VALEUR JURIDIQUE DES ECRITS SUR SUPPORT ELECTRONIQUE

VALEUR JURIDIQUE DES ECRITS SUR SUPPORT ELECTRONIQUE VALEUR JURIDIQUE DES ECRITS SUR SUPPORT ELECTRONIQUE 14/11/2008 L écrit est associé depuis des siècles à son support, le papier. Le développement des nouvelles technologies de l information et de la communication

Plus en détail

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public Le Conseil de la concurrence (commission

Plus en détail

LES OUTILS. Connaître et appliquer la loi Informatique et Libertés

LES OUTILS. Connaître et appliquer la loi Informatique et Libertés LES OUTILS Connaître et appliquer la loi Informatique et Libertés SEPTEMBRE 2011 QUE FAUT-IL DÉCLARER? Tous les fichiers informatiques contenant des données à caractère personnel sont soumis à la Loi Informatique

Plus en détail

Le Correspondant Informatique & Libertés. Forum International de l Assurance. 19 avril 2013 - Casablanca

Le Correspondant Informatique & Libertés. Forum International de l Assurance. 19 avril 2013 - Casablanca Le Correspondant Informatique & Libertés Forum International de l Assurance 19 avril 2013 Casablanca Ph. SALAÜN : CIL de CNP Assurances 1 Sommaire La Loi «Informatique et Libertés» Le CIL Risques et moyens

Plus en détail

Présentation du projet de loi n 6543 relatif à l archivage électronique. Conférence-débat ICTluxembourg 19 février 2013

Présentation du projet de loi n 6543 relatif à l archivage électronique. Conférence-débat ICTluxembourg 19 février 2013 Présentation du projet de loi n 6543 relatif à l archivage électronique Conférence-débat ICTluxembourg 19 février 2013 1 1 Sommaire 1. Pourquoi une nouvelle législation? Situation actuelle. 2. Structure

Plus en détail

Mentions légales et conditions générales d'utilisation du site web www.vivens.fr

Mentions légales et conditions générales d'utilisation du site web www.vivens.fr Mentions légales et conditions générales d'utilisation du site web www.vivens.fr Préambule Les présentes conditions générales définissent les conditions d'utilisation par les Utilisateurs du site www.vivens.fr

Plus en détail

ANNEXE 4 CONDITIONS GENERALES D UTILISATION

ANNEXE 4 CONDITIONS GENERALES D UTILISATION ANNEXE 4 CONDITIONS GENERALES D UTILISATION L accès et l utilisation du site de CDGP accessible à l adresse http://www.cdgp.fr (ci-après «le Site») et des services qui y sont proposés (ci-après «les Services»)

Plus en détail

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ;

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ; DELIBERATION N 09-18 DU 15 DECEMBRE 2009 PORTANT RECOMMANDATION RELATIVE A LA MISE EN ŒUVRE DE DISPOSITIFS DESTINES A GEOLOCALISER LES VEHICULES PROFESSIONNELS UTILISES PAR LES EMPLOYES D'UN ORGANISME

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-49 DU 20 MAI 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE

DELIBERATION N 2015-49 DU 20 MAI 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DELIBERATION N 2015-49 DU 20 MAI 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR FINALITE

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993 relative à la protection des informations nominatives, modifiée ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993 relative à la protection des informations nominatives, modifiée ; DELIBERATION N 2015-96 DU 21 OCTOBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

Ordonnance sur la protection des données (OPD)

Ordonnance sur la protection des données (OPD) 1 15.040.1 octobre 008 Ordonnance sur la protection des données (OPD) Le Conseil-exécutif du canton de Berne, vu l article 8 de la loi du 19 février 1986 sur la protection des données (LCPD), sur proposition

Plus en détail

DELIBERATION N 2010-08 DU 1 ER MARS 2010

DELIBERATION N 2010-08 DU 1 ER MARS 2010 DELIBERATION N 2010-08 DU 1 ER MARS 2010 PORTANT AVIS FAVORABLE SUR LA DEMANDE PRESENTEE PAR LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES RELATIVE AU TRAITEMENT AUTOMATISE AYANT POUR FINALITE

Plus en détail

------------- ------------ DECRET N /PM DU portant Code de déontologie du secteur de l Audit, de Contrôle et de la Vérification.

------------- ------------ DECRET N /PM DU portant Code de déontologie du secteur de l Audit, de Contrôle et de la Vérification. REPUBLIQUE DU CAMEROUN PAIX TRAVAIL - PATRIE ------------- ------------ DECRET N /PM DU portant Code de déontologie du secteur de l Audit, de Contrôle et de la Vérification. LE PREMIER MINISTRE, CHEF DU

Plus en détail

Vu la loi n 76-03 du 23 novembre 2005, portant statut de Bank Al-Maghrib ;

Vu la loi n 76-03 du 23 novembre 2005, portant statut de Bank Al-Maghrib ; Délibération n 481-AU-2013 du 01/11/2013 portant modèle de demande d autorisation relative au traitement de données à caractère personnel mis en œuvre par des établissements de crédit et organismes assimilés

Plus en détail

RÈGLEMENT D UTILISATION DES MOYENS INFORMATIQUES DE L ECOLE DES MINES DE SAINT-ETIENNE

RÈGLEMENT D UTILISATION DES MOYENS INFORMATIQUES DE L ECOLE DES MINES DE SAINT-ETIENNE RÈGLEMENT D UTILISATION DES MOYENS INFORMATIQUES DE L ECOLE DES MINES DE SAINT-ETIENNE 1. Domaines d application Ce règlement a pour fondement la loi du 6 janvier 1978 relative à l informatique, aux fichiers

Plus en détail

PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS

PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS PRÉAMBULE La Préfecture de Police assure dans la capitale, au quotidien, la sécurité des citoyens et la défense des libertés. Afin de doter ses

Plus en détail

sur l archivage et les Archives de l Etat (LArch)

sur l archivage et les Archives de l Etat (LArch) Loi du 10 septembre 2015 Entrée en vigueur :... sur l archivage et les Archives de l Etat (LArch) Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu les articles 19 al. 2, 22 al. 1 et 73 al. 3 de la Constitution

Plus en détail

LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME

LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME Sommaire Introduction Cadre législatif et réglementaire applicable Extension de l obligation de déclaration Obligations des professionnels Textes

Plus en détail

POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW

POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW Adoptée le 18 mai 2006 par le Conseil d administration ATTENDU que les archives sont la propriété du Conseil de la Nation Atikamekw

Plus en détail

CHARTE DE LA SÉCURITÉ DES SYSTÈMES D INFORMATION DE L INSA ROUEN

CHARTE DE LA SÉCURITÉ DES SYSTÈMES D INFORMATION DE L INSA ROUEN CHARTE DE LA SÉCURITÉ DES SYSTÈMES D INFORMATION DE L INSA ROUEN Diffusion Référence Accès non restreint Charte_SSI_INSAR.doc Version Propriétaire 1 Responsable Qualité Date Jean- Louis Billoët Directeur,

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

Le Traitement des Données Personnelles au sein d une Association

Le Traitement des Données Personnelles au sein d une Association Fiche actualisée le 27/02/2015 Le Traitement des Données Personnelles au sein d une Association Préambule Une association est naturellement amenée à regrouper des informations à caractère personnel sur

Plus en détail

RÈGLEMENT DE CERTIFICATION

RÈGLEMENT DE CERTIFICATION QSE_DOC_015 V4.0 RÈGLEMENT DE CERTIFICATION Systèmes de management Tél. : 01 41 98 09 49 - Fax : 01 41 98 09 48 certification@socotec.com Sommaire Introduction 1. Déroulé d une prestation de certification

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET

POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET LA BANQUE DE NOUVELLE ÉCOSSE POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET PROCÉDURES Y AFFÉRENTES Supplément au Code d éthique Octobre 2015 BANQUE SCOTIA Table des matières SECTION 1 INTRODUCTION... 3 SECTION 2 RAISON

Plus en détail

(Règles agréées par arrêté ministériel du 7 septembre 2010 applicables à partir du 12 septembre 2010) SOMMAIRE INTRODUCTION 1-3 DÉFINITIONS 4

(Règles agréées par arrêté ministériel du 7 septembre 2010 applicables à partir du 12 septembre 2010) SOMMAIRE INTRODUCTION 1-3 DÉFINITIONS 4 RÈGLES PROFESSIONNELLES RELATIVES AUX OBLIGATIONS DES PROFESSIONNELS DE L EXPERTISE COMPTABLE POUR LA PRÉVENTION DE L UTILISATION DU SYSTÈME FINANCIER AUX FINS DE BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET DE FINANCEMENT

Plus en détail

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ;

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ; DELIBERATION N 2010-42 DU 15 NOVEMBRE 2010 PORTANT AUTORISATION PRESENTEE PAR SUISSCOURTAGE S.A.M. RELATIVE AU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR FINALITE «GESTION DES SINISTRES

Plus en détail

Le statut des sous-traitants est essentiellement régi par la loi n 75-1334 du 31 décembre 1975 relative à la sous-traitance.

Le statut des sous-traitants est essentiellement régi par la loi n 75-1334 du 31 décembre 1975 relative à la sous-traitance. RAPPEL Le statut des sous-traitants est essentiellement régi par la loi n 75-1334 du 31 décembre 1975 relative à la sous-traitance. Un décret du 21 novembre 2011 modifie le contenu de l'attestation que

Plus en détail

Clauses de Protection de la Vie Privée du Site Internet. Informations fournies volontairement par un utilisateur du site

Clauses de Protection de la Vie Privée du Site Internet. Informations fournies volontairement par un utilisateur du site Politique générale Vippass de Protection de la Vie privée et des données personnelles sur Internet Vippass respecte votre droit à la vie privée. Le présent documentent vise à identifier quels types de

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

SYNERGIE Société Anonyme au capital de 121.810.000 euros 11 Avenue du Colonel Bonnet 75016 PARIS 329 925 010 RCS PARIS

SYNERGIE Société Anonyme au capital de 121.810.000 euros 11 Avenue du Colonel Bonnet 75016 PARIS 329 925 010 RCS PARIS SYNERGIE Société Anonyme au capital de 121.810.000 euros 11 Avenue du Colonel Bonnet 75016 PARIS 329 925 010 RCS PARIS REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA SOCIETE SYNERGIE Approuvé par

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale 1 Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/11/127 DÉLIBÉRATION N 11/083 DU 8 NOVEMBRE 2011 AUTORISANT LES MAISONS DE SOINS PSYCHIATRIQUES ET LES INITIATIVES

Plus en détail

La Cnil et le Chu de Poitiers. 15/02/2012 : Jean-Jacques Sallaberry Présentation CNIL - CHU Poitiers

La Cnil et le Chu de Poitiers. 15/02/2012 : Jean-Jacques Sallaberry Présentation CNIL - CHU Poitiers La Cnil et le Chu de Poitiers 15/02/2012 : Jean-Jacques Sallaberry Présentation CNIL - CHU Poitiers 1 La Cnil et le CHU de Poitiers Sommaire La Loi «Informatique et Libertés» La CNIL Les Mots clés Les

Plus en détail

CONTRAT DE LICENCE DE REUTILISATION DES INFORMATIONS PUBLIQUES MONTPELLIER AGGLOMERATION EN ACCES LIBRE

CONTRAT DE LICENCE DE REUTILISATION DES INFORMATIONS PUBLIQUES MONTPELLIER AGGLOMERATION EN ACCES LIBRE CONTRAT DE LICENCE DE REUTILISATION DES INFORMATIONS PUBLIQUES MONTPELLIER AGGLOMERATION EN ACCES LIBRE Pour favoriser la création de nouveaux produits et services et contribuer au développement économique,

Plus en détail

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération;

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; COMITÉ D AUDIT 1. Composition et quorum minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; seuls des administrateurs indépendants,

Plus en détail