PLAN LOCAL DE DEVELOPPEMENT de la Communauté Rurale de Ngayokhème

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PLAN LOCAL DE DEVELOPPEMENT de la Communauté Rurale de Ngayokhème"

Transcription

1 REPUBLIQUE DU SENEGAL REGION DE FATICK COMMUNAUTE RURALE DE NGAYOKHEME PLAN LOCAL DE DEVELOPPEMENT de la Communauté Rurale de Ngayokhème Approuvé en décembre 2003 par le Sous-Préfet de l Arrondissement de Niakhar PLD élaboré avec l appui du procr

2 INTRODUCTION PRESENTATION DE LA COMMUNAUTE RURALE DE DIONEWAR MILEIU PHYSIQUE LE RELIEF LE CLIMAT LES SOLS LA VEGETATION LES RESSOURCES EN EAU HYDROGRAPHIE HYDROLOGIE MILEIU HUMAIN STRUCTURE DEMOGRAPHIQUE REPARTITION ETHNIQUE RELIGION ET SECTES CATEGORIES SOCIO PROFESSIONNELLES REPARTITION DE LA POPULATION ZONAGE LES MIGRATIONS BILAN DIAGNOSTIC ANALYSE SECTORIELLE SECTEUR PRIMAIRE AGRICULTURE ELEVAGE FORESTERIE SECTEUR SECONDAIRE ARTISANAT SECTEUR TERTIAIRE TRANSPORT ET COMMUNICATION COMMERCE SECTEUR QUATERNAIRE HYDRAULIQUE EDUCATION SANTE JEUNESSE ET SPORT SYSTEME DES ACTEURS LE CONSEIL RURAL COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT RESSOURCES HUMAINES RESSOURCES FINANCIERES LA SOCIETE CIVILE LES ORGANISATIONS TRADITIONNELLES LES ORGANISATIONS MODERNES LES SERVICES ETATIQUES

3 LE CENTRE D EXPANSION RURAL POLYVALENT (CERP) LE SOUS PREFET LES SERVICES REGIONAUX ET DEPARTEMENTAUX LES INTERVENANTS EXTERIEURS ARAF (Association Régionale des agriculteurs de Fatick) CARITAS COMMUNAUTE EMMANUEL PROMER (Projet de Promotion des Micro Entreprises Rurales) PAPEL II (Projet d appui à l élevage phase 2) PROCR PROGRAMME D ACTION ET D INVESTISSEMENT OPTION DE DEVELOPPEMENT ( ) PLAN PRIORITAIRE D ACTION (PPA) COHERENCE ENTRE LES PLANS NATIONAUX ET REGIONAUX CADRE DE COHERENCE ENTRE LE PLD, PRDI ET DSRP COHERENCE DU PLD AVEC LE DOCUMENT DE STRATEGIE DE REDUCTION DE LA PAUVRETE (DSRP) STRATEGIE DE GESTION ET DE MISE EN ŒUVRE DU PLD SYSTEME DE SUIVI ET MISE EN ŒUVRE DU PLD ASPECTS INSTITUTIONNELS DE LA MISE EN ŒUVRE ANNEXE N 1 : POPULATION DE LA CR DE NGAYOKHENE EN ANNEXE N 2 : INFRASTRUSTURES SANITAIRES : POSTE DE SANTE ANNEXE N 3 : INFRASTRUSTURES SANITAIRES : CASE DE SANTE ANNEXE N 4: PERSONNEL DE SANTE ANNEXE N 5 : PERSONNEL ENSEIGNANT ANNEXE N 6: INFRASTRUCTURES SCOLAIRES : ECOLES PRIMAIRES ANNEXE N 7: INFRASTRUCTURES SCOLAIRES ANNEXE N 8 : ORGANISATION COMMUNAUTAIRE DE BASE ANNEXE N 9 : INFRASTRUCTURES HYDRAULIQUES : FORAGES ANNEXE N 10 : INFRASTRUCTURES HYDRAULIQUES ANNEXE N 11 : INFRASTRUCTURES AGRO PASTORALE PAR VILLAGE ANNEXE N 12 : Fiche d identification des élus locaux ANNEXE N 13 : Centre d échange par village de la CR de Ngayokhème

4 AGR : Activités générales de revenus AGETIP : Agence d Exécution des Travaux d Intérêt Publique contre le sous-emploi ANCAR : Agence nationale de conseil agricole rural ANCR : Association nationale des conseillers ruraux APCR : Association des présidents des conseils ruraux APE : Association des Parents d Elèves ARAF : Association régionale des agriculteurs de Fatick ASC : Agent de Santé Communautaire ASC : Association Sportive et Culturelle CDEPS : Centre départemental d éducation populaire et sportive CEM : Collège d enseignement moyen CEPE : Certificat d Etudes Primaires Elémentaires CERP : Centre d Expansion Rurale Polyvalent CF: Comités de forages CFA : Communauté Financière Africaine CFEE : Certificat de fin d Etude Elémentaire CG : Comites de gestion CIVD : Comité intervillageois de développement CLJ : Conseil local de la jeunesse CMS : Crédit Mutuel du Sénégal CPD : Comité de Pilotage du Développement CPN : Consultation prénatale CR : Communauté Rurale CR : Conseil Rural CS : Comites de santé CV : Chef de village CVD : Comité villageois de développement 4

5 CZD : Comité Zonal de Développement DPV : Direction de la production végétale DPS : Direction de la Prévision et de la Statistique DSRP : Document de stratégie de la réduction de la pauvreté EF : Eaux et Forêt ESIS : Enquête sénégalaise sur les infrastructures sanitaires FEM : Fond d entretien et de maintenance GEC : Groupement d épargne et de crédit GIE : Groupement d Intérêt Economique GPF : Groupement de promotion Féminine HA : Hectare ICP : Infirmier chef de Poste IDE : Inspection départementale de l éducation IEC : Information Education Communication JICA : Japon International cooperation African Kg : kilogramme Km² : Kilomètre carré mm : Millimètre N : Numéro OCB : Organisation Communautaire de Base OI : Objectif Intermédiaire OMS : Organisation mondiale de la santé ONG : Organisation non gouvernementale OP : Organisation paysanne OS : Objectif stratégique PCR : Président du Conseil Rural PLD : Plan Local de Développement PNAES : Plan national économique et social PRDI : Plan Régional de développement Intégré PROCR : Projet de Promotion des Communautés Rurales PROMER : Projet de Promotion des Micro Entreprises Rurales SDDR : Service départemental du développement rural SNH : Service national de l hygiène ST : Service Technique 5

6 Tableau N 1 : Démarche D élaboration Du PLD Tableau N 2 : Evolution de la pluviométrie des 10 dernières années Tableau N 3 : Typologie des sols de la collectivité locale Tableau N 4 : Evolution de la population de Ngayokhème Tableau N 5 : Répartition de la population par village Tableau N 6 : Production et rendement de différentes spéculations Tableau N 7 : Contraintes Agriculture C R. De Ngayokhème Tableau N 8 : Objectifs Agriculture / C.R. Ngayokhème Tableau N 9 : Cheptel de la CR de Ngayokhème entre 1999 et 2003 Tableau N 10 : Contraintes Elevage CR. Ngayokhème Tableau N 11 : Objectifs Elevage. C.R. de Ngayokhème Tableau N 12 : Contraintes Elevage CR. Ngayokhème Tableau N 13 : Objectifs Elevage. CR. de Ngayokhème Tableau N 14 : Contraintes Hydrauliques CR. de Ngayokhème Tableau N 15 : Objectifs Hydrauliques CR. Ngayokhème Tableau N 16 : Contraintes Education de la CR. de Ngayokhème Tableau N 17 : Contraintes Santé Et Action Sociale CR. de Ngayokhème Tableau N 18 : Objectifs Santé Et Action Sociale CR. Ngayokhème Tableau N 19 : Contraintes Jeunesse et Sport C R. de Ngayokhème Tableau N 20 : Objectifs Jeunesse et Sport CR. Ngayokhème Tableau N 21 : Budget de la CR en 2002 Tableau N 22 : Hiérarchisation des Axes de développement 6

7 Carte N 1 : Présentation de la communauté rurale de Ngayokhème Carte N 2 : Répartition des infrastructures hydrauliques CR Ngayokhème Carte N 3 : Répartition des infrastructures sanitaires CR Ngayokhème Carte N 4 : Répartition des infrastructures scolaires CR Ngayokhème 7

8 INTRODUCTION Depuis plusieurs années, le Sénégal s'est engagé dans un vaste programme de réformes institutionnelles (régionalisation et décentralisation, etc.) marqué entre autre par un transfert de certaines compétences de l'etat aux collectivités locales (Régions Communes et Communauté Rurales). Le transfert de ces 9 compétences (cf. les articles 16 à 53 de la loi du 22 mars 1996) qui étaient jusqu'ici dévolues à l'état, implique un nouveau rôle pour ces collectivités locales qui ont maintenant une personnalité juridique. Ainsi ces dernières sont désormais chargées de la planification et de la gestion du développement de leur territoire comme le stipule l'article 198 du code des collectivités locales : "La Communauté Rurale élabore le Plan Local de Développement et donne son avis sur tous les projets de développ-ement concernant tout ou partie de la communauté rurale". Par ailleurs, ces réformes qui visent à promouvoir la cogestion du développement, exigent la définition de nouvelles pratiques et une recomposition du système d'acteurs autour de valeurs et de principes démocratiques. En effet, les instances locales qui sont chargées de la gestion collective doivent être désormais les premiers acteurs à vivre cette décentralisation à travers une nouvelle pratique de la fonction d'élus et de société civile. Autrement dit, les populations doivent être les véritables acteurs de leur développement et non plus de simples bénéficiaires. Conscient de tous ces enjeux et de ses faibles moyens, le Conseil Rural de Ngayokhème a jugé opportun de s'engager dans un processus d'élaboration d'un Plan Local de Développement (PLD) qui n est rien d autre qu un «document cadre issu d un processus participatif et itératif, qui définit après diagnostic et pour une période donnée, les orientations de développement de la collectivité locale, les actions prioritaires à mener, les ressources à mettre en œuvre pour atteindre les objectifs que la collectivité s est fixée». 8

9 Autrement dit, l objectif que la communauté rurale de Ngayokhème visé à travers ce processus est de : mieux planifier ses objectifs de développement dans le temps et dans l'espace, identifier les ressources et les moyens qui devront lui permettre d'atteindre les objectifs de développement planifiés, définir des stratégies de mobilisation de ses ressources locales (humaines et financières) disponibles pour la mise en œuvre des objectifs planifiés, impulser et pérenniser le dialogue social entre les différentes familles d'acteurs, Et mieux harmoniser ses actions de développement d'une part et d'optimiser ses ressources (financières et humaines) locales d'autres part. C'est ainsi que la démarche adoptée par le Conseil rural (cf. Tableau N 1) a permis : De solliciter conformément à l'article 17 de la loi du code des collectivités locales l'appui méthodologique et financier du projet de promotion des Communautés Rurales dans les Régions de Kaolack et Fatick (procr). Ceci a d'ailleurs fait l'objet d'une convention de subvention signée le 02/09/03 entre ces deux institutions ; Aux représentants de l'etat de participer, comme prévu par l'article 336 du code des collectivités locales, au processus en approuvant le PLD après son adoption par le conseil rural (cf. annexe N 5). Le sous préfet avait approuvé auparavant, dès le démarrage du processus, la création de la commission de planification par le conseil rural et le procès-verbal portant l'intention de faire un PLD ; A l'agence Régionale de Développement (ARD) de veiller, conformément à l'article 43 de la loi 96-07, à l'harmonisation et à la cohérence des objectifs de développement planifiés dans le PLD avec ceux des plans nationaux et régionaux; Aux services techniques de contribuer de manière significative lors des étapes de bilan diagnostic et planification grâce aux conventions types qui ont été signées entre le conseil rural et le représentant de l'état ; 9

10 Et aux intervenants extérieures (ONG et projets) de mieux harmoniser leurs interventions dans la communauté rurale. En outre, ce plan qui est élaboré pour 4 ans, se veut glissant et réaliste. Donc, son coût est fonction de la capacité (financière et humaine) de la communauté rurale dont le montant de ses investissements est de Francs CFA par année. Conformément aux mécanismes de cofinancement des partenaires au développement, le PLD de la collectivité Locale de Ngayokhème s estime aux environ de de Francs CFA pour les 4 prochaines années. Cependant, le financement de ce PLD est assujetti à la libération de la contribution, qui du reste est obligatoire, du conseil rural 10

11 TABLEAU N 1 : DEMARCHE D ELABORATION DU PLD PHASE N 1 :ANALYSE DU CONTEXTE LOCAL EVALUATION DE LA PERFORMANCE DES COMMUNAUTES RURALES PAR RAPPORT A LA DECENTRALISATION EVALUATION DU DYNAMISME DE LA SOCIETE CIVILE ET DES DYNAMIQUES LOCALES SELECTION DES CR PARTENAIRES DU procr NEGOCIATIONS DES CONDITIONS DE COLLABORATION PHASE N 2 :PREPARATION AU LANCEMENT DU PROCESSUS FORMATION DES ANIMATEURS COMMUNAUTAIRES TOURNEES D INFORMATIONS ET DE SENSIBILISATIONS VILLAGEOISES COLLECTES DE DONNEES VILLAGES FORUM DE LANCEMENT PHASEN 3 : DIAGNOSTIC DIAGNOSTIC EXTERNE AUTO DIAGNOSTICS ZONAUX MONTAGE DU COMITE DE PILOTAGE DU DEVELOPPEMENT (CPD) / CELLULE DE VULGARISATION ET D ANIMATION DU PLD PHASE N 4 : PLANIFICATION ATELIER DE MISE EN COHERENCE DES DIAGNOSTICS ELABORATION DU PLAN D ACTIONS PRIORITAIRES (PAP) PHASE 5 : FINALISATION PLD DELIBERATION PAR LE CONSEIL RURAL ET APPROBATION PAR LE SOUS PREFET AUTO EVALUATION DU PROCESSUS D ELABORATION DU PLD PHASE N 6 : MISE EN ŒUVRE DU PLD PREPARATION DE REQUETES DE FINANCEMENT ET construction SUIVI EVALUATION : ELABORATION DU PLAN D ACTIONS ANNUEL 11

12 1. PRESENTATION DE LA COMMUNAUTE RURALE DE DIONEWAR La communauté rurale de Ngayokhème est localisée dans la partie Ouest de l arrondissement de Niakhar, département de Fatick, région de Fatick. Elle est composée de 18 villages et s étend une superficie de 112 km² représentant respectivement 27,31% de celle de l arrondissement, 4,23% et 1,4% des superficies du département et de la région. La collectivité locale de Ngayokhème est limitée ( cf. carte N 1) : Au Nord, par l arrondissement de Ngoye (département de Bambey) A l Ouest, par les arrondissements de Tattaguine et Fissel, A l Est, par la communauté rurale de Patar Au Sud, par la communauté rurale de Niakhar 1.1. MILEIU PHYSIQUE LE RELIEF Il est relativement plat sur toute l étendue de la collectivité locale LE CLIMAT De type tropical soudano à variante Sahélo-Soudanien, le climat est caractérisé par l existence de saisons : Une saison des pluies qui dure trois à quatre mois (juillet-octobre) Une saison sèche plus longue qui va de novembre à juin et subdivisée en quatre sous-saisons : Le «lolli ou Biyaat» s étale du mois d octobre à fin décembre. Il comprend à la fin des périodes de récolte et de soudure. C est la période propice aux grandes manifestations socio culturelles (lutte) de mise en meule et de battage de l arachide et de l engrènement du mil Le «noor ou Ĉiid»qui va de janvier à mars est la période de grande chaleur à cause de l harmattan vent sec et chaud qui souffle d Est en Ouest. C est un agent érosif très actif car il emporte une bonne partie de la couche superficielle. En outre, la température à cette période atteint généralement les 39 C 12

13 Le «cooroon» va généralement d avril à juin, correspondant à la période de régénération des arbres. Elle est consacrée à la préparation des terres de cultures et de l entretien du matériel agricole. C est également la période de disette chez les animaux causée par le manque d eu (pluies) constaté ces trois dernières années. Le «navet ou ndiig» correspond à la période pluvieuse qui s étale de juillet à octobre. C est la période durant laquelle, la mousson se fait sentir. Ce vent humide qui provient du Sud détermine le niveau des précipitations En ce qui concerne la pluviométrie, la moyenne décennale ( ) enregistrée au niveau de l arrondissement est de 468,5 mm pour 38 jours. L évolution de la pluviométrie est marquée par une instabilité surtout durant ces trois dernières années. C est pendant l hivernage 2002 que la variation s est plus accentuée avec 263 mm pour 21 jours. 13

14 Carte N 1 : LOCALISATION CR NGAYOKHEME 14

15 Tableau N 2 : Evolution de la pluviométrie des 10 dernières années Années Hauteurs (mm) Nombre de jours de pluies , , , , , , , , , Source : CERP Niakhar. Sept LES SOLS On rencontre trois types de sols que sont : Les sols ferrugineux tropicaux lessivés ou «Dior» : Ils représentent 70% de la superficie de la communauté rurale. Ce sont des sols meubles et perméables très carencés en phosphore en azote et en potasse. Leur dégradation est accentuée par les effets néfastes de l érosion qui soustrait au sol tout son potentiel en élément fertilisant. Ces sols constituent un domaine spécifiquement propice à la culture du mil souna et de l arachide et nécessitent un apport en engrais. Les sols de transition entre les deck et les dior ou «deck-dior» : Ils sont argilo-sableux en couvrent 25% de la superficie. Ils sont localisés dans la zone du plateau qui représente le 1/3 de la superficie de la communauté rurale. Leur texture les confère une grande richesse en matière organique et une bonne résistance à l érosion. Ils sont aptes à la culture du mil souna, de l arachide du niébé et de la pastèque Les bas-fonds : Ils sont disséminés sur toute la zone Ouest correspondant celle des bas-fonds et couvrent 5% de la superficie totale. En hivernage, ils constituent les principales zones de pâturage et l abreuvement du bétail 15

16 Tableau N 3 : Typologie des sols de la collectivité locale Type de sols Superficie (ha) Pourcentage % Dior Deck-dior Bas-fonds Total Source : CERP Niakhar sept LA VEGETATION Elle est essentiellement composée de trois strates : La strate arborée : Elle est faiblement représentée. Les espèces dominantes dans cette strate sont : L accacia abbida (kadd) : Les arbres sont devenus vieillants L adansonia digitata (baobab) Le khaye Nguédiane La strate arbustive : C est une strate qui offre d énormes potentialités fourragères aux animaux durant la période des soudures et elle contribue aussi à la restauration de la fertilité des sols. Elle est essentiellement composée de Guiera senegalensis (Nger) et de combretum glutino-sium (ratt). Les espèces se rencontrent partout à travers la collectivité locale La strate herbacée. Elle est saisonnière et est fonction de la pluviométrie qui s étale de juillet à octobre. Ainsi pendant la période hivernale e tapis herbacé est bien fourni et est très varie. Cette strate est d une très grande utilité pour la localité car constituant une source d alimentation du bétail dont la survie est étroitement liée à l abondance de cette dernière (strate) Malgré ces différentes formations végétales, la communauté rurale est dépourvue de formation forestière. 16

17 LES RESSOURCES EN EAU HYDROGRAPHIE Le réseau hydrographique est principalement composé : De bas fonds inondables durant la saison des pluies et qui sont localisés dans la zone Ouest mais non exploitée De mares (dont certaines sont totémiques) qui peuvent conserver l eau jusqu en mi-décembre. Elles sont d une grande utilité pour les populations qui les utilisent surtout pour abreuver le bétail HYDROLOGIE Les eaux souterraines de la communauté rurale sont captées à travers différentes nappes : Le paléocène alimente la quasi-totalité des puits villageois. La profondeur de la nappe se situe à 10 m des zones de bas fonds et entre 15 et 35 m dans la zone du plateau. La qualité des eaux est comparable à celle du maestrichtien, elle est presque partout saumâtre à salée. Le paléocène est souvent fluoré avec 8 mg/l soit 5 fois la limite admissible selon l OMS. La teneur en fluor est 6 mg/l dans l arrondissement de Niakhar. La Maestrichtien : Il est la source d alimentation des différents forages. La nappe se situe à des profondeurs venant entre 150 à 300 métiers selon les zones MILEIU HUMAIN D après les statistiques, la population de la collectivité locale de Ngayokhème a un taux d accroissement de 1,5% par an. C est ainsi que la population est passée de habitants en 1988 à en Force est de constater que ces chiffres ne reflètent pas la réalité vécue sur le terrain car certains chefs de ménage minimisent souvent leurs imposables à cause de la taxe rurale. 17

18 Tableau N 4 : Evolution de la population de Ngayokhème Année Population totale Variation par an , ,1 Source : Enquête relais, sept STRUCTURE DEMOGRAPHIQUE. La population de la communauté rurale est très jeune avec 52% qui ont moins de 15 ans et 2,44% ont atteint les 70 ans. La jeunesse de la population découle de l importance de la population féminine qui représente 49% de la population totale dont 24% sont en âge de procréer. A ce phénomène s y ajoute l âge précoce du mariage qui se situe entre 14 et 17 ans surtout en milieu sérère Ndiafadji. Quant à la structure par sexe, l observation du sexe-ratio fait apparaître une domination de la population féminine avec un rapport de masculinité de 97 hommes pour 100 femmes. Ce qui est en parfaite adéquation avec les tendances constatées au plan régional voir national. Toutefois, le nombre de garçons dans la communauté rurale est nettement plus important que celui des filles, ils représentent 52% contre 48% pour les filles. Pour cette tranche d âge, le rapport de masculinité est de 108 garçons de moins de 15 ans pour 100 filles. 18

19 1.2.2.REPARTITION ETHNIQUE La collectivité locale est peuplée à 94% de sérères ethnie majoritaire et fondatrice des villages. Les sérères cohabitent avec des Toucouleurs qui représentent 3% de la population et des peulhs et wolofs qui constituent les minorités car représentant 1,5% chacune RELIGION ET SECTES L islam est la principale religion pratiquée dans la collectivité locale avec 70% d adeptes, ensuite vient le christianisme avec 25% de pratiquant ensuite les autres 5% (animistes). Toutefois on y trouve des sectes tels que : Le Mouridisme : 80%, (cela s explique par le fait que les sérères du Sine sont proches du baol) Le Tidjanisme : 19% Les autres : 01% CATEGORIES SOCIO PROFESSIONNELLES La population est composée de quatre couches socio professionnelles Les agro pasteurs représentent 97% de la population active Les artisans 2% (maçons, tailleurs, forgeron ) Les autres 1% (commerçants) REPARTITION DE LA POPULATION Avec une population de habitants répartis à travers 18 villages pour une superficie de 112 km², la densité est de 176 habitants par kilomètre carré. Ce qui est largement supérieure à la moyenne nationale qui est de 35 hts/km². Les villages sont répartis de manière équitable à travers les deux zones que compte la communauté rurale. 19

20 Tableau N 5 : Répartition de la population par village Taille des villages habitants habitants habitants habitants habitants habitants habitants Source : recensement administratif 2003 Nombre de villages L analyse des données ci-dessus permet de dire que les habitations sont fortement peuplées car 50% des villages ont une population comprise entre 500 et 1000 habitants. Sur 18 villages, deux demeurent le lus peuplés avec respectivement et habitants ZONAGE C est un procédé qui consiste à faire un découpage de la collectivité locale dans les entités spatiales appelées zone qui doivent servir de base pour les auto diagnostics villageois. Cependant ce groupement n est pas fait de manière fortuite mais répond plutôt à des critères socio économique et géographique. 20

21 C est sur cette base que les populations ont découpé la communauté rurale en deux zones : La zone de Toucar : Elle comprend 9 villages pour une population de habitants. Elle correspond aussi à la partie Ouest de la communauté rurale. Sur le plan infrastructurel, c est une zone très bien nantie car elle dispose de : 05 écoles primaires publiques 02 écoles privées catholiques (primaire) 01 collège d enseignement moyen (CEM) 01 foyer des jeunes 01 poste de santé 01 case de santé 01 secco 01 grande mosquée à (Toucar) 01 marché qui fait office de louma tous les mercredis C est une zone d accès très difficile car elle n est reliée au chef lieu de la communauté rurale et aux villages que par des pistes qui demeurent impraticable en saison hivernale. La zone de Ngayokhème : Elle correspond à la partie Est, peuplée de habitants répartis à travers 9 villages de taille variable. La zone dispose de plusieurs infrastructures socio économiques telles que : 03 écoles primaires publiques 02 écoles privées catholiques 01 foyer des jeunes 01 foyer des femmes (non fonctionnel) 01 poste de santé 04 cases de santé 02 forages (dont un fonctionnel) 01 marché hebdomadaire (tous les vendredis) 01 secco 21

22 Comme celle de Toucar, la zone de Ngayokhème dépourvue de pistes latéritiques qui peut la relier au chef lieu de l arrondissement ou vers les communautés rurales limitrophes LES MIGRATIONS Elles sont très importantes dans la collectivité locale et concernent surtout les jeunes garçons (55%) et les jeunes filles (35%) et se font généralement pendant la saison sèche. Les destinations privilégiées par ces migrants sont les grands centres urbains comme Dakar- Kaolack-Mbour qui sont consommateurs de main d œuvre. Cette situation s explique par l état de dénuement auquel les populations rurales sont exposées et le sous emploi des jeunes pendant la saison sèche (09 mois). Par ailleurs cet exode massif des jeunes a un impact sur l économie locale car la plupart d entre eux soutiennent leur famille restée aux villages. Au demeurant, un important flux monétaire vers les villages d origines est constaté lors des périodes de retour, et des fêtes ou cérémonies. En outre l exode rural engendre aussi une profonde mutation spatiale en milieu rural avec le changement du mode d habitation qui a tendance à s urbaniser. Malgré ses nombreux avantages, l exode a des conséquences néfastes telles que : La diminution voire la perte de main d œuvre locale La dégradation des mœurs consécutives à l influence de la culture citadine L abandon des jeunes filles de l école à cause des gains obtenus lors des travaux effectués durant les vacances Quant à l émigration, elle demeure orienter vers les pays de la sous région et les pays du nord (Europe, Etats Unis d Amérique). De retour au bercail, les émigrés sont perçus comme de nouveaux riches qui s investissent surtout dans l élevage et le bâtiment, ils sont surtout à la base d importantes mutations socio économiques dans certains villages. A part ces deux flux migrations, il y a la migration quotidienne des populations qui parcourent les marchés hebdomadaires ou louma organisés dans la communauté rurale ou dans les dans les communautés rurales limitrophes (Patar, Niakhar, Diakhao, Diouroup ) 22

23 2. BILAN DIAGNOSTIC S il est évident que l environnement, la lutte contre la pauvreté et l approche genre sont des secteurs transversaux, force est de constater qu il n a pas été facile de faire leur diagnostic. En effet, les populations ne connaissent pas l environnement en tant que tel et souvent lorsqu elles parlent par exemple de problèmes de dégradation des sols, elles les lient plus à la baisse des rendements, donc à l agriculture. Par ailleurs, la définition de l environnement pose toujours problème aux spécialistes qui l abordent chacun selon sa formation. Donc, par souci pédagogique et de lisibilité, il a été jugé opportun de traiter individuellement les thèmes relatifs à l environnement. C est ainsi que ce dernier est traité en fonction de la perception que les populations en ont dans les domaines suivants : l agriculture, l élevage, la santé, la foresterie, l hydraulique, etc., En outre, les préoccupations des femmes et des jeunes qui sont les couches les plus vulnérables sont prises en compte dans divers secteurs dont l hydraulique et la santé. En effet, ces catégories sont les plus touchées par les difficultés d accès à l eau potable et aux soins de santé de qualité ANALYSE SECTORIELLE SECTEUR PRIMAIRE AGRICULTURE Elle constitue la principale activité au niveau de la collectivité locale de Ngayokhème car elle emploie 85% de la population active et près de 90% du terroir soit hectares de terres cultivables. C est une activité qui ne se développe que durant la période hivernale. 23

24 C est ainsi que les spéculations suivantes sont cultivées : Le mil : Considéré comme élément de base dans la société sérère, il constitue la principale culture vivrière avec un hommage annuelle peu important et 1539 t de rendements très faibles 0,318 tonnes par hectare. La culture du mil occupe 42% des superficies enclavées soit 4841 hectares et elle est pratiquée au niveau des sols dior et deck dior. L arachide : Elle occupe 22% des surfaces emblavées et est pratiquée au niveau des sols dior et deck dior sur une superficie de ha avec un rendement moyen de 0,410 T/ha. Le mil sorgho : Il est cultivé sur tous les sols sur une superficie de 250 hectares représentant 2% des surfaces emblavées avec un rendement de 0,105 T/ha. Le niébé : Il est souvent cultivé en association avec d autres spéculations. Les superficies emblavées sont de 18 ha et ne représentent que 0,1% des superficies cultivées. Malgré la faiblesse des superficies emblavées, son rendement demeure très intéressant avec 0,250 T/ha. Tout comme le sorgho, le niébé sert généralement à l autoconsommation et à la réduction du déficit alimentaire de certains ménages La pastèque : Elle a été introduite ces dernières années dans le système agraire. C est une activé qui gagne progressivement du terrain sur les autres spéculations du fait de son rendement très élevé 10 à 15 T/ha. Sous ce rapport, la pastèque peut être considérée en milieu rural comme une activité génératrice de revenus mais son écoulement pose souvent problème surtout en période récolte. Tableau N 6 : Production et rendement de différentes spéculations Spéculations Superficie cultivée Ha % Rendement T/ha Productions Tonnes Mil , ,4 Arachide 2 483,2 22 0, ,1 Sorgho ,105 26,25 Niébé 18 0,1 0, Source : CERP Niakhar sept

25 Cependant, l agriculture qui est de type extensif et artisanal est fortement dépendant de la pluviométrie qui varie d une année à l autre (cf. tableau N 6). Ainsi, la baisse de la pluviométrie de ces dernières années a eu des répercutions négatives sur les productions agricoles. Cela s est traduit parla baisse des rendements agricoles qui est due à : La baisse de la fertilité des sols causés par : La faible utilisation d engrais chimique et organique La pratique de la monoculture de l arachide L insuffisance et la vétusté du matériel agricole qui n a pas été renouvelé à cause de la faiblesse des revenus de l agriculture et des difficultés d accès du crédit L accès difficile aux semences de qualité du fait de : L absence des programmes locaux de multiplication de semences L absence de réserves personnelles de semences La cherté des semences certifiées mais indisponibles. La faible capacité organisationnelle des producteurs qui méconnaissent les changements introduits dans le secteur. Devant cette situation préoccupante, la principale activité économique locale souffre d une sous valorisation des autres filières telles que le maraîchage, l arboriculture et la riziculture. C est ainsi celles-ci sont faiblement exploitées malgré un potentiel non négligeable surtout dans la zone de Toucar. Conscientes du rôle stratégique que joue l agriculture sur le plan social et économique de la communauté rurale, les populations de Ngayokhème se sont fixées comme objectif d ici 2006 de mettre l accent «l augmentation des rendements agricoles sur toutes les spéculations». 25

PLAN DE SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNE RURALE DE KALABANCORO

PLAN DE SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNE RURALE DE KALABANCORO PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE DU MALI ---------------------- Un Peuple Un But Une Foi Commissariat à la Sécurité Alimentaire (CSA) ----------------------- Projet de Mobilisation des Initiatives

Plus en détail

PLAN DE SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNE RURALE DE BENGUENE

PLAN DE SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNE RURALE DE BENGUENE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE DU MALI ---------------------- Un Peuple Un But Une Foi Commissariat à la Sécurité Alimentaire (CSA) ----------------------- Projet de Mobilisation des Initiatives

Plus en détail

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3 Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire Groupe 3 Plan de l exposl exposé Introduction Méthodologie Résultats : Présentation de l Union paysanne Diagnostic sur les changements

Plus en détail

PLAN DE SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNE RURALE DE YASSO

PLAN DE SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNE RURALE DE YASSO PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE DU MALI ---------------------- Un Peuple Un But Une Foi Commissariat à la Sécurité Alimentaire (CSA) ----------------------- Projet de Mobilisation des Initiatives

Plus en détail

K A O L A C K. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Kaolack

K A O L A C K. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Kaolack K A O L A C K REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE

Plus en détail

FICHE DE PROJET CONTEXTE :...2 JUSTIFICATION...2 GROUPES CIBLES...2. OBJECTIFS / ACTIVITES RESULTATS (Cf. tableau 2)...3 APPORTS...3 COUT...

FICHE DE PROJET CONTEXTE :...2 JUSTIFICATION...2 GROUPES CIBLES...2. OBJECTIFS / ACTIVITES RESULTATS (Cf. tableau 2)...3 APPORTS...3 COUT... FICHE DE PROJET SOMMAIRE CONTEXTE :...2 JUSTIFICATION...2 GROUPES CIBLES...2 OBJECTIFS / ACTIVITES RESULTATS (Cf. tableau 2)...3 APPORTS...3 COUT...3 CHRONOGRAMME DES ACTIVITES (Cf. Tableau 3)...3 Tableau

Plus en détail

PROJET DU GOUVERNEMENT DU SENEGAL FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PROGERT

PROJET DU GOUVERNEMENT DU SENEGAL FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PROGERT 1 PROJET DU GOUVERNEMENT DU SENEGAL PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DEVELOPPEMENT (PNUD) FONDS POUR L ENVIRONNEMENT MONDIAL (FEM) FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PROGERT I. INFORMATIONS DE BASE

Plus en détail

République du Niger. Croix-Rouge Nigérienne

République du Niger. Croix-Rouge Nigérienne République du Niger Croix-Rouge Nigérienne Thème présenté: La promotion des cultures maraîchères à travers des petits périmètres irrigués collectifs féminins ou mixtes Yayé Mounkaïla Coordonnateur Sécurité

Plus en détail

Annexe n 3 - Cadre logique 2009-2012

Annexe n 3 - Cadre logique 2009-2012 1. Objectifs globaux 1. Contribuer à l atteinte des Objectifs du Millénaire (ODM) par la réalisation d actions de proximité (éducation, santé, eau potable, etc.) ; 2. Promouvoir la bonne gouvernance en

Plus en détail

AGRICULTURE. Note technique thématique

AGRICULTURE. Note technique thématique AGRICULTURE Note technique thématique CONTEXTE DE L AGRICULTURE SENEGALAISE La pauvreté rurale, la sécurité alimentaire et l'agriculture durable constituent des défis pressants au Sénégal. Les trois problèmes

Plus en détail

Rapport synthèse. Du 06 au 10 avril 2009. Rapport synthèse du Séminaire régional de formation aux outils et méthodologies pour l intégration

Rapport synthèse. Du 06 au 10 avril 2009. Rapport synthèse du Séminaire régional de formation aux outils et méthodologies pour l intégration 01 BP. 6269, Ouagadougou 01, Burkina Faso; Tel: (226) 50 36 98 21; GSM: (226) 70 80 64 52 Email: iavs_mail@yaho.fr; iavs.refer.ne http:// iavs.6mablog.com Agreement n 2001-1080/MESSR/AG/SG/DGESRS Rapport

Plus en détail

Generated by Foxit PDF Creator Foxit Software http://www.foxitsoftware.com For evaluation only.

Generated by Foxit PDF Creator Foxit Software http://www.foxitsoftware.com For evaluation only. SOMMAIRE I. CONTEXTE... 3 II. OBJECTIFS... 4 III. APPROCHE METHODOLOGIQUE... 5 IV. PRESENTATION DE LA COMMUNAUTE RURALE... 10 4.1.Milieu Physique... 10 4.1.1. Climat... 10 4.1.2. Sols... 10 4.1.2.1.Les

Plus en détail

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO ELABORATION D UN PLAN DE DEVELOPPEMENT COMMUNAL Par : LEGONOU François, Directeur SYDEL AFRIQUE, Consultant En guise d introduction La décentralisation

Plus en détail

Projet pilote de développement local communautaire durable

Projet pilote de développement local communautaire durable - 1 - Projet pilote de développement local communautaire durable Projet «Avenir de Nkounda» Zone rurale périurbaine de la Rivière Rouge et de ses environs (Naissance du 5 ème arrondissement de Pointe-Noire)

Plus en détail

AVSF (Agronomes & Vétérinaires Sans Frontières), Coordination Nationale Sénégal, recherche : Un (01) Ingénieur Agronome

AVSF (Agronomes & Vétérinaires Sans Frontières), Coordination Nationale Sénégal, recherche : Un (01) Ingénieur Agronome AVSF (Agronomes & Vétérinaires Sans Frontières), Coordination Nationale Sénégal, recherche : Un (01) Ingénieur Agronome Pour la mise en œuvre des projets : «Renforcement de la sécurité alimentaire et nutritionnelle

Plus en détail

favoriser l emploi au profit de la jeune population.

favoriser l emploi au profit de la jeune population. Comme dans beaucoup de pays, l Algérie est confrontée aujourd hui à des défis majeurs, et plus particulièrement celui de la création d emploi avec comme priorité, de favoriser l emploi au profit de la

Plus en détail

S E D H I O U SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013 AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE

S E D H I O U SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013 AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE S E D REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE ------------------

Plus en détail

RAPPORT D EVALUATION DE LA SECURITE ALIMENTAIRE

RAPPORT D EVALUATION DE LA SECURITE ALIMENTAIRE Programme FIM RAPPORT D EVALUATION DE LA SECURITE ALIMENTAIRE «Situation agro-pastorale de la Sous-préfecture de Gozbeida, région de Sila» Septembre 2014 Equipe de l enquête 1. Kiram Kou Hamid (Officier

Plus en détail

REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE UNION-DISCIPLINE-TRAVAIL LA SITUATION DE L INTEGRATION DU GENRE SUR LE PLAN INSTITUTIONNEL, POLITIQUE ET DE PROJET

REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE UNION-DISCIPLINE-TRAVAIL LA SITUATION DE L INTEGRATION DU GENRE SUR LE PLAN INSTITUTIONNEL, POLITIQUE ET DE PROJET REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE UNION-DISCIPLINE-TRAVAIL LA SITUATION DE L INTEGRATION DU GENRE SUR LE PLAN INSTITUTIONNEL, POLITIQUE ET DE PROJET Introduction A l instar de tous les pays qui ont adhéré à

Plus en détail

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne?

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Les récentes inondations au Pakistan illustrent les effets dévastateurs que les événements naturels peuvent avoir sur

Plus en détail

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre COMMISSION DE LA CEDEAO Note méthodologique Task Force «Instrument de financement des intrants» Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plus en détail

Chambres d agriculture du Centre PRDAR 2014-2020

Chambres d agriculture du Centre PRDAR 2014-2020 N de l action 122 Améliorer la professionnalisation des élevages pour une meilleure rentabilité, une meilleure gestion des risques et un maintien des activités d élevages et de polycultureélevages en région

Plus en détail

SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA

SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA INTITULE DU PROJET : PROJET DE PROMOTION DE L INITIATIVE LOCALE POUR LE DEVELOPPEMENT D AGUIE 1 Intitulé du Projet : Projet de Promotion de l Initiative Locale pour le

Plus en détail

Le programme-cadre de développement des SADA

Le programme-cadre de développement des SADA 4 Le programme-cadre de développement SADA L étude de cas ne saurait être complète sans présenter une méthode d élaboration programmes de développement SADA. Les sections suivantes montrent les étapes

Plus en détail

Développement rural territorial et sécurité alimentaire

Développement rural territorial et sécurité alimentaire Cette présentation revient sur les expériences de de la la FAO en en matière de de développement local, identifie les conditions pour promouvoir une approche territoriale du développement rural, fait des

Plus en détail

CHAPITRE I - DISPOSITIONS GENERALES SECTION I : DE L OBJET ET DU CHAMP D APPLICATION

CHAPITRE I - DISPOSITIONS GENERALES SECTION I : DE L OBJET ET DU CHAMP D APPLICATION PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE GABONAISE Union-Travail-Justice Loi n 022/2008 Portant Code Agricole en République Gabonaise. L Assemblée Nationale et le Sénat ont délibéré et adopté ; Le Président

Plus en détail

ATELIER SUR L AGRICULTURE ET LA PROTECTION SOCIALE EXPERIENCE DU SENEGAL

ATELIER SUR L AGRICULTURE ET LA PROTECTION SOCIALE EXPERIENCE DU SENEGAL ATELIER SUR L AGRICULTURE ET LA PROTECTION SOCIALE EXPERIENCE DU SENEGAL Présenté par Mouhamadou Moustapha FALL Ingénieur agroéconomiste spécialiste assurance agricole Directeur Général Adjoint de la Compagnie

Plus en détail

Fiches de synthèse AGRICULTURE

Fiches de synthèse AGRICULTURE CERCAM Fiches de synthèse AGRICULTURE Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali Mars 2014 1- Secteur agricole au Sénégal Foncier Le foncier sénégalais appartient à 95 % au domaine national

Plus en détail

Valeur ajoutée et rentabilité

Valeur ajoutée et rentabilité 6 e Forum Mondial de l Eau Solutions Existantes Titre de la Solution : Gestion sociale des forages en zone rurale Cas d étude : Tchad Groupe-cible 1.1.2: D ici à 20xx, garantir que la population rurale

Plus en détail

********************* Par

********************* Par ********************* Par Salifou B DIARRA Dr Niama Nango DEMBELE : OMA : PROMISAM Mai 2006 1 PERSPECTIVES D EVOLUTION DES MARCHES CEREALIERS POUR LA PERIODE DE SOUDURE 2005/06 Introduction On ne parlerait

Plus en détail

République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION

République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION Investir pour le futur Anticiper - Innover 01 BP 3726 ABIDJAN

Plus en détail

EVOLUTION ET PERSPECTIVES EN MATIERE DE GESTION DES FORETS NATURELLES AU NIGER : QUELS PROGRES ET QUEL AVENIR?

EVOLUTION ET PERSPECTIVES EN MATIERE DE GESTION DES FORETS NATURELLES AU NIGER : QUELS PROGRES ET QUEL AVENIR? EVOLUTION ET PERSPECTIVES EN MATIERE DE GESTION DES FORETS NATURELLES AU NIGER : QUELS PROGRES ET QUEL AVENIR? DAN BARIA Soumaila Ingénieur des Eaux et Forêts Coordonnateur d Antenne régionale PNEDD- Haute

Plus en détail

REPUBLIQUE TOGOLAISE. Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET NUTRITION

REPUBLIQUE TOGOLAISE. Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET NUTRITION REPUBLIQUE TOGOLAISE Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE PROGRAMME NATIONAL D INVESTISSEMENT AGRICOLE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET

Plus en détail

Présenté: é Mme Antoinette PA AH. Point focal REFACOF Cameroun ( Réseau des Femmes Africaines pour la Gestion Communautaire des Forêts)

Présenté: é Mme Antoinette PA AH. Point focal REFACOF Cameroun ( Réseau des Femmes Africaines pour la Gestion Communautaire des Forêts) OCBB: OBSERVA ATOIRE DES CULT TURES BA AKA ET BANTOU CA AMEROU UN Présenté: é Mme Antoinette PA AH Directrice de l OCBB(Observatoire des Cultures Baka et Bantou pour l Education Environnementale et le

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO INADES-Formation Togo B.P. 12 472 Lomé TEL. (228) 225-92-16 FAX : (228) 225-92-17 inadesformation@if-togo.net EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO Présentée par N Key Kwami AMONA Directeur

Plus en détail

PLANIFICATION ET ADAPTATION DES RESSOURCES EN EAU

PLANIFICATION ET ADAPTATION DES RESSOURCES EN EAU PLANIFICATION ET ADAPTATION DES RESSOURCES EN EAU M. KOUASSI Jules Venance Assistant au PCCI (Côte d Ivoire) kouassjv2003@yahoo.fr ATELIER REGIONAL SUR L ADAPTATION ACCRA 21 au 23 septembre 2006 INTRODUCTION

Plus en détail

Thème: Gestion foncière au Tchad, stratégies des acteurs locaux. Etude appliquée au canton Bédogo, Département du Lac-Wey.

Thème: Gestion foncière au Tchad, stratégies des acteurs locaux. Etude appliquée au canton Bédogo, Département du Lac-Wey. ÉCOLE D ÉTÉ DE L IEPF ET DU SIFEE ET COLLOQUE INTERNATIONAL DU SIFEE, CAMEROUN DU 05 AU 15 SEPTEMBRE 2011 Thème: Gestion foncière au Tchad, stratégies des acteurs locaux. Etude appliquée au canton Bédogo,

Plus en détail

Projet Promotion d Elevage dans l Atacora (PPEA)

Projet Promotion d Elevage dans l Atacora (PPEA) Domaines d apprentissage : Autopromotion Expérience : Gestion de terroir Développement local 1. Situation de départ La promotion de l élevage démarrée avec le projet en juillet 1983 sur la base d un programme

Plus en détail

ORGANISATION POUR LA MISE EN VALEUR DU FLEUVE SENEGAL (OMVS)

ORGANISATION POUR LA MISE EN VALEUR DU FLEUVE SENEGAL (OMVS) ORGANISATION POUR LA MISE EN VALEUR DU FLEUVE SENEGAL (OMVS) PROJET DE GESTION DES RESSOURCES EN EAU ET DE L ENVIRONNEMENT DU BASSIN DU FLEUVE SENEGAL (GEF/BFS) ATELIER DE CONCERTATION SUR LA GESTION DES

Plus en détail

Des semences produites par les agriculteurs pour les agriculteurs

Des semences produites par les agriculteurs pour les agriculteurs apport annuel O 1998 es semences produites par les agriculteurs pour les agriculteurs L POUCTIO et la distribution de semences sont de véritables contraintes pour la diffusion de nouvelles variétés culturales.

Plus en détail

C est dans ce contexte que le CIRDES organise une formation régionale sur le thème cité en titre.

C est dans ce contexte que le CIRDES organise une formation régionale sur le thème cité en titre. TERMES DE REFERENCES Cours régional de formation sur la gestion des risques dans les systèmes de production de polycultures-élevage en Afrique sub-saharienne du 12 au 22 mai 2014 1. CONTEXTE L une des

Plus en détail

PLAN D ACTION CSRP GROUPES VULNERABLES

PLAN D ACTION CSRP GROUPES VULNERABLES PLAN D ACTION CSRP GROUPES VULNERABLES Objectifs clés CSRP 1 Actions préalables en gras CSRP II Déclencheurs en gras CSRP III Déclencheurs en gras CSRP IV Résultats de moyen terme/indicateurs Global :

Plus en détail

PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES

PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES Centre de Recherche-action pour l Environnement et le Développement Intégré CREDI PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES BP : 80450 Lomé TOGO Tél. /Fax (228) 22.25.37.60 Email : credi@laposte.tg Site web:

Plus en détail

Agriculture et changement climatique au Sénégal : les réponses de la recherche. Dr Mbaye DIOP ISRA

Agriculture et changement climatique au Sénégal : les réponses de la recherche. Dr Mbaye DIOP ISRA Agriculture et changement climatique au Sénégal : les réponses de la recherche Dr Mbaye DIOP ISRA 1 Comprendre le changement climatique Définition des changement climatiques (CC) La variabilité naturelle

Plus en détail

Le Cycle de Programme Humanitaire

Le Cycle de Programme Humanitaire REUNION DU CLUSTER SÉCURITÉ ALIMENTAIRE 28/10/2014 Le Cycle de Programme Humanitaire Outil principal du système humanitaire pour obtenir une analyse, une stratégie et un plan d action communs. Un cycle

Plus en détail

L agro écologie pour nourrir aujourd hui et demain ( Former des agents de changements au service de l agriculture paysanne familiale )

L agro écologie pour nourrir aujourd hui et demain ( Former des agents de changements au service de l agriculture paysanne familiale ) L agro écologie pour nourrir aujourd hui et demain ( Former des agents de changements au service de l agriculture paysanne familiale ) Le contexte Depuis les années 1980 suite aux programmes d ajustement

Plus en détail

Centre d Appui à la Microfinance et au Développement. Du micro-crédit au meso-crédit

Centre d Appui à la Microfinance et au Développement. Du micro-crédit au meso-crédit Centre d Appui à la Microfinance et au Développement Du micro-crédit au meso-crédit Contexte Région de Kayes: Population de 1,6M d habitants 7 cercles, 129 communes regroupant 1564 villages Villages bien

Plus en détail

RAPPORT D ETUDE. Mission de vérification des conditions préalables en vue de la mise en place d une mutuelle de santé à Mengong

RAPPORT D ETUDE. Mission de vérification des conditions préalables en vue de la mise en place d une mutuelle de santé à Mengong PROGRAMME GERMANO-CAMEROUNAIS DE SANTE / SIDA (PGCSS) VOLET MICRO ASSURANCE / MUTUELLES DE SANTE ET PVVS B.P. 7814 / YAOUNDE / CAMEROUN TEL. ( 00237 ) 2221 18 17 FAX ( 00237 ) 2221 91 18 Email komi.ahawo@gtz.de

Plus en détail

Pour un avenir Durable: Nos choix & voix sur le climat

Pour un avenir Durable: Nos choix & voix sur le climat Pour un avenir Durable: Nos choix & voix sur le climat Regard des communautés sur les impacts du changement climatique «Nos maisons sont emportées par l avancée de la mer. Nous sommes obligés de partir

Plus en détail

PROGRAMME DE RESTRUCTURATION ET DE MISE A NIVEAU DE L INDUSTRIE DES ETATS MEMBRES DE L UEMOA

PROGRAMME DE RESTRUCTURATION ET DE MISE A NIVEAU DE L INDUSTRIE DES ETATS MEMBRES DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------------- LA COMMISSION ------------ PROGRAMME DE RESTRUCTURATION ET DE MISE A NIVEAU DE L INDUSTRIE DES ETATS MEMBRES DE L UEMOA Page 1 sur 15 SOMMAIRE

Plus en détail

Colloque Rabat : 9-10 décembre 2013 Mohamed KAANICHE

Colloque Rabat : 9-10 décembre 2013 Mohamed KAANICHE La Micro finance au Maghreb,quelles perspectives pour le développement économique et social et la lutte contre le chômage des jeunes Colloque Rabat : 9-10 décembre 2013 Mohamed KAANICHE Le rôle de la BTS

Plus en détail

Thématique: sécurité humaine et Développement en Afrique

Thématique: sécurité humaine et Développement en Afrique Sujet: «Santé et sécurité humaine en milieu rural: stratégie de prise en charge des problèmes d accessibilité aux soins de santé des populations dans la zone du Ferlo au Sénégal» Thématique: sécurité humaine

Plus en détail

CAS DE LA VULGARISATION DU GAZ BUTANE

CAS DE LA VULGARISATION DU GAZ BUTANE CAS DE LA VULGARISATION DU GAZ BUTANE Présenté par Mr Coulibaly Davy Wohary, Action en Faveur de l Homme et de la Nature Côte D Ivoire (AFHON_CI) GENERALITES SUR LA COTE D IVOIRE SITUATION ENERGETIQUE

Plus en détail

MISE EN PLACE D UN STOCK REGIONAL ALIMENTAIRE

MISE EN PLACE D UN STOCK REGIONAL ALIMENTAIRE MISE EN PLACE D UN STOCK REGIONAL ALIMENTAIRE UNE ACTION DU RESEAU DES SOCIETES, COMMISSARIATS, OFFICES CHARGES DE LA GESTION DES STOCKS DE SECURITE ALIMENTAIRE AU SAHEL ET EN AFRIQUE DE L OUEST (RESOGEST)

Plus en détail

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE 05 janvier 2012 BUTS DE L ATELIER C est aider à mieux faire comprendre la décision du Conseil Municipal

Plus en détail

CEFAM/ LOUGA. «GENRE ET DÉVELOPPEMENT: QUELS ENJEUX POUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE.» SAMEDI 30 MAI 2015.

CEFAM/ LOUGA. «GENRE ET DÉVELOPPEMENT: QUELS ENJEUX POUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE.» SAMEDI 30 MAI 2015. CEFAM/ LOUGA. SAMEDI 30 MAI 2015. «GENRE ET DÉVELOPPEMENT: QUELS ENJEUX POUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE.» DEFINITION. Le genre est un concept utilisé en sciences sociales pour désigner les différences

Plus en détail

REPUBLIQUE TOGOLAISE MINISTERE DU DEVELEPPEMENT A LA BASE, DE L ARTISANAT, DE LA JEUNESSE ET DE L EMPLOI DES JEUNES

REPUBLIQUE TOGOLAISE MINISTERE DU DEVELEPPEMENT A LA BASE, DE L ARTISANAT, DE LA JEUNESSE ET DE L EMPLOI DES JEUNES REPUBLIQUE TOGOLAISE MINISTERE DU DEVELEPPEMENT A LA BASE, DE L ARTISANAT, DE LA JEUNESSE ET DE L EMPLOI DES JEUNES Le Programme National de développement de la Plateforme Multifonctionnelle (PN-PTFM)

Plus en détail

Expérience du Burkina dans le domaine de la comptabilité environnementale

Expérience du Burkina dans le domaine de la comptabilité environnementale Expérience du Burkina dans le domaine de la comptabilité environnementale Communication à la 23 ème CASA, Rabat/Maroc, du 4 au 7 décembre 2013 Par Lassina PARE, Ingénieur statisticien économiste Directeur

Plus en détail

Pastoralisme dans la région du Tadress et le Sud du Ténéré en zone sahélo - saharienne

Pastoralisme dans la région du Tadress et le Sud du Ténéré en zone sahélo - saharienne Réflexion sur les problématiques de l hydraulique pastorale Exemple de la Commune rurale d Aderbissanat au Niger ONG Tidène (Niger) Association Les Puits Du Désert (France) Régie des Eaux de Grenoble (France)

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007

RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007 RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007 2 Du 13 au 14 Mars 2007 a eu lieu au Palais des Congrès de Cotonou,

Plus en détail

La ferme expérimentale de l ADRAO

La ferme expérimentale de l ADRAO La ferme expérimentale de l ADRAO ADRAO/WARDA 01 B.P. 2551 Bouaké 01 Côte d Ivoire Téléphone : (225) 31 63 45 14 Télécopie : (225) 31 63 47 14 Page web: http://www.warda.cgiar.org/ Création et localisation

Plus en détail

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE)

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) PAYS ET REGION DE MISE EN ŒUVRE DU PROJET Ce projet sera mise en

Plus en détail

PARTENARIAT AVEC AGRISUD

PARTENARIAT AVEC AGRISUD PARTENARIAT AVEC AGRISUD Depuis 2008, un partenariat cadre Constatant que, dans certains cas, l organisation de l offre locale ne permettait pas de répondre à la demande de ses Villages en produits frais,

Plus en détail

Projet de Gestion des Ressources Naturelles phase II (PGRN2)

Projet de Gestion des Ressources Naturelles phase II (PGRN2) Projet de Gestion des Ressources Naturelles phase II (PGRN2) Unité de Coordination Centrale (UCC) Direction Générale du Financement, des Investissements et des Organismes Professionnels Ministère de l

Plus en détail

Sommaire SOMMAIRE 3 UN CADRE DE VIE ET UN ENVIRONNEMENT PRESERVE ET VALORISE 13 INTRODUCTION 5

Sommaire SOMMAIRE 3 UN CADRE DE VIE ET UN ENVIRONNEMENT PRESERVE ET VALORISE 13 INTRODUCTION 5 Sommaire SOMMAIRE 3 INTRODUCTION 5 UN CENTRE BOURG REDYNAMISE 7 CONFORTER LA VOCATION D HABITAT 7 METTRE EN PLACE UNE POLITIQUE DE STATIONNEMENT AMBITIEUSE ET COHERENTE 7 RENFORCER L OFFRE EN EQUIPEMENTS,

Plus en détail

République du Sénégal Un peuple Un but Une foi INTEGRER LA PROTECTION SOCIALE DANS LA STRATEGIE DE DEVELOPPEMENT HELSINKY 7-97 9 JUIN 2004 ------

République du Sénégal Un peuple Un but Une foi INTEGRER LA PROTECTION SOCIALE DANS LA STRATEGIE DE DEVELOPPEMENT HELSINKY 7-97 9 JUIN 2004 ------ République du Sénégal Un peuple Un but Une foi INTEGRER LA PROTECTION SOCIALE DANS LA STRATEGIE DE DEVELOPPEMENT HELSINKY 7-97 9 JUIN 2004 ------ PRÉPARATION DE LA STRATÉGIE DE PROTECTION SOCIALE AU SÉNÉGAL

Plus en détail

AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE

AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE FAITS ET CHIFFRES 1 NOMBRE D HABITANTS : 9,2 millions (estimation World Gazetteer) 2 POURCENTAGE DE LA POPULATION VIVANT AVEC MOINS DE 1,25 $

Plus en détail

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 1. L expérience analysée L animation de la concertation dans le processus d élaboration du Plan Communal de Développement (PCD) de Jean

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

Présentation de la politique de Renouveau Agricole et Rural en Algérie et du programme quinquennal 2010-2014.

Présentation de la politique de Renouveau Agricole et Rural en Algérie et du programme quinquennal 2010-2014. Présentation de la politique de Renouveau Agricole et Rural en Algérie et du programme quinquennal 2010-2014. -------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Pacte d Istanbul pour l Eau

Pacte d Istanbul pour l Eau Pacte d Istanbul pour l Eau Des autorités locales et régionales Réunis à Istanbul en mars 2009, nous Maires et autorités locales et régionales des différentes parties du monde adhérons au présent PACTE

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

Inades Formation. Secrétariat Général FONSDEV

Inades Formation. Secrétariat Général FONSDEV Inades Formation Secrétariat Général FONSDEV Inades-Formation Secrétariat Général 08 B. P. : 8 Abidjan 08 Côte d Ivoire - Tél. (225) 22 40 02 16 - Fax (225) 22 40 02 30 - E-mail : ifsiege@inadesfo.net

Plus en détail

Agence Tunisienne de la Formation Professionnelle

Agence Tunisienne de la Formation Professionnelle République Tunisienne Ministère de la Formation Professionnelle et de l Emploi Agence Tunisienne de la Formation Professionnelle MISSIONS Crée en 1999 par le Ministère de la formation Professionnelle et

Plus en détail

L Assurance agricole au Sénégal

L Assurance agricole au Sénégal COLLOQUE FARM - Pluriagri : Assurer la production agricole Comment faire des systèmes assurantiels des outils de développement? 1 Paris, le 18 décembre 2012 Thème L Assurance agricole au Sénégal Un système

Plus en détail

RÉUNION PUBLIQUE sur le Plan Local d Urbanisme intercommunal (PLUi) Mercredi 2 juillet 2014-20h30

RÉUNION PUBLIQUE sur le Plan Local d Urbanisme intercommunal (PLUi) Mercredi 2 juillet 2014-20h30 RÉUNION PUBLIQUE sur le Plan Local d Urbanisme intercommunal (PLUi) Mercredi 2 juillet 2014-20h30 Le déroulement de la soirée 1. Qu est-ce qu un PLUi? 2. Etat des lieux du territoire 3. Temps d échanges

Plus en détail

SEMINAIRE DES ANIMATEURS TERRITORIAUX. «Témoignage d un animateur sur l application d un contrat»

SEMINAIRE DES ANIMATEURS TERRITORIAUX. «Témoignage d un animateur sur l application d un contrat» SEMINAIRE DES ANIMATEURS TERRITORIAUX (du 6 au 8 octobre 2010 à Angerville l Orcher) «Témoignage d un animateur sur l application d un contrat» Intervenant : Katy Carville Animatrice du Contrat Global

Plus en détail

Le warrantage : un moyen efficace pour une meilleure commercialisation des produits au profit des petits agriculteurs

Le warrantage : un moyen efficace pour une meilleure commercialisation des produits au profit des petits agriculteurs Le warrantage : un moyen efficace pour une meilleure commercialisation des produits au profit des petits agriculteurs Diakalia SOGODOGO, André BATIONO, Béjamé COULIBALY et Boubacar S. Camara I. INTRODUCTION

Plus en détail

Les Fiches de projet et leur canevas

Les Fiches de projet et leur canevas Les Fiches de projet et leur canevas République du Burundi Ministère de la Sécurité Publique Agence nationale d exécution : Fiche de Projet1 Titre du Projet : Renforcement des capacités de planification

Plus en détail

ETUDE DE CAS FACILITATION POUR LA MISE EN PLACE D UNE FAITIERE DE MARAICHAGE A VOCATION ECONOMIQUE DANS LA REGION DE KOLDA/SENEGAL

ETUDE DE CAS FACILITATION POUR LA MISE EN PLACE D UNE FAITIERE DE MARAICHAGE A VOCATION ECONOMIQUE DANS LA REGION DE KOLDA/SENEGAL Séminaire de partage "Nourrir les villes par une agriculture familiale durable" du samedi 7 au lundi 9 décembre 2013 à Dakar, Sénégal ETUDE DE CAS FACILITATION POUR LA MISE EN PLACE D UNE FAITIERE DE MARAICHAGE

Plus en détail

La Veille environnementale au Centre de suivi écologique (CSE) Utilisation des images d estimation des pluies dans le suivi de la campagne agricole.

La Veille environnementale au Centre de suivi écologique (CSE) Utilisation des images d estimation des pluies dans le suivi de la campagne agricole. La Veille environnementale au Centre de suivi écologique (CSE) Utilisation des images d estimation des pluies dans le suivi de la campagne agricole. Par Papa Boubacar Soumaré 12 et Massimo Martini 13 Résumé

Plus en détail

Table des matières - I - Choix du thème de recherche 13 Les objectifs 14 Question principale 14 Les hypothèses 15

Table des matières - I - Choix du thème de recherche 13 Les objectifs 14 Question principale 14 Les hypothèses 15 Table des matières - I - Table des matières Avant-propos...3 Introduction...9 Problématique...13 Choix du thème de recherche 13 Les objectifs 14 Question principale 14 Les hypothèses 15 Méthodologie...17

Plus en détail

Contexte. par Garba Hamissou Ingénieur des Eaux et Forêts, Niger

Contexte. par Garba Hamissou Ingénieur des Eaux et Forêts, Niger Evaluation de l incidence de la foresterie participative sur les moyens d existence durables, le comportement des utilisateurs, leur situation socio-économique et l administration forestière au Niger par

Plus en détail

PROGRAMME REGIONAL POUR LA COHESION SOCIALE ET L EMPLOI DES JEUNES EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE

PROGRAMME REGIONAL POUR LA COHESION SOCIALE ET L EMPLOI DES JEUNES EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE PROGRAMME REGIONAL POUR LA COHESION SOCIALE ET L EMPLOI DES JEUNES EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE Bureau sous-régional, Afrique de l Ouest et du Centre. ASRO-WACA Dakar RAPPORT ANNUEL 2011 D ACTIVITES DU PROJET

Plus en détail

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN ATELIER REGIONAL AFRIQUE SUR LE FONDS POUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES: POUR UNE MEILLEURE INTEGRATION DES COMMUNAUTES VULNERABLES BÉNIN ATLANTIQUE BEACH HÔTEL, COTONOU, 29 ET 30 AVRIL 2012

Plus en détail

Présentation de MCA Sénégal:

Présentation de MCA Sénégal: République du Sénégal Un Peuple Un But Une Foi ---------------- Primature ---------------- TDRs CONSULTANT FACILITATEUR ATELIER DE DEVELOPPEMENT DE L ESPRIT D EQUIPE AU SEIN DU PERSONNEL DE MCA SENEGAL

Plus en détail

I INTRODUCTION GENERALE

I INTRODUCTION GENERALE RÔLE DU RESEAU DE FORESTERIE COMMUNAUTAIRE (RFC) DANS LA PROMOTION ET LA MISE EN PLACE EFFECTIVE DES FORETS COMMUNAUTAIRE AU CAMEROUN ET DANS LA SOUS- REGION AFRIQUE CENTRALE. Par Mr Jean ABBE ABESSOLO

Plus en détail

Rapport : Le développement des capacités pour soutenir les politiques nationales de gestion de la sécheresse

Rapport : Le développement des capacités pour soutenir les politiques nationales de gestion de la sécheresse Rapport : Le développement des capacités pour soutenir les politiques nationales de gestion de la sécheresse Les conditions de la sècheresse et les stratégies de l aménagement au Cabo Verde 1. Les domaines

Plus en détail

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Appel à projets 2010 Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Un programme conjoint entre la Fondation de France et le Comité français pour la solidarité internationale (CFSI) Date limite

Plus en détail

LA POLITIQUE AGRICOLE DE. un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs

LA POLITIQUE AGRICOLE DE. un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs LA POLITIQUE AGRICOLE DE l UEMOA: un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs Plan de l exposé 1. Un rappel sur l espace UEMOA et sur le Traité 2. L importance

Plus en détail

PROJET DE SEMINAIRES ITINERANTS SUR LE TEMPS ET LE CLIMAT AU PROFIT DES AGRICULTEURS ET ELEVEURS DE LA MAUTRITANIE RAPPORT

PROJET DE SEMINAIRES ITINERANTS SUR LE TEMPS ET LE CLIMAT AU PROFIT DES AGRICULTEURS ET ELEVEURS DE LA MAUTRITANIE RAPPORT PROJET DE SEMINAIRES ITINERANTS SUR LE TEMPS ET LE CLIMAT AU PROFIT DES AGRICULTEURS ET ELEVEURS DE LA MAUTRITANIE RAPPORT Lors de la réunion des Experts sur

Plus en détail

LES ETUDES D AMENAGEMENT FORESTIER EN TUNISIE

LES ETUDES D AMENAGEMENT FORESTIER EN TUNISIE Projet AGORA Atelier de concertation avec les parties prenantes Rabat-ENFI le 1 er et 2 juin 2010 LES ETUDES D AMENAGEMENT FORESTIER EN TUNISIE Présenté par : MOKHTAR Ameur Sous Directeur des Aménagements

Plus en détail

La FONGS : 30 ans d expériences paysannes

La FONGS : 30 ans d expériences paysannes Fédération des ONG du Sénégal FONGS Action Paysanne Quel rôle des organisations professionnelles agricoles dans la finance rurale : Expérience de la FONGS Paris, 05 décembre 2007 Nadjirou SALL (Secrétaire

Plus en détail

RAPPORT DE FORMATION DES MEMBRES DE L UCP DE KETOU SUR LA GESTION INTEGREE DE LA FERTILITE DES SOLS

RAPPORT DE FORMATION DES MEMBRES DE L UCP DE KETOU SUR LA GESTION INTEGREE DE LA FERTILITE DES SOLS REPUBLIQUE DU BENIN Union Commun ale des Producteurs de Kétou RAPPORT DE FORMATION DES MEMBRES DE L UCP DE KETOU SUR LA GESTION INTEGREE DE LA FERTILITE DES SOLS Consultant-Formateur : Arnaud DETCHENOU

Plus en détail

Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable

Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable Marcel MAZOYER professeur à La Paz juillet 2 007 Contenu 1. Une situation agricole et alimentaire mondiale inacceptable 2. Développement

Plus en détail

Durabilité financière des organisations paysannes Les OP peuvent-elles être financièrement plus autonomes? CSA 30/11/2012

Durabilité financière des organisations paysannes Les OP peuvent-elles être financièrement plus autonomes? CSA 30/11/2012 Durabilité financière des organisations paysannes Les OP peuvent-elles être financièrement plus autonomes? CSA 30/11/2012 Principales idées et conclusions issues de l Atelier OP AgriCord organisé à Cotonou,

Plus en détail

Communication en Conseil des Ministres. Plan de gestion de la rareté de l eau

Communication en Conseil des Ministres. Plan de gestion de la rareté de l eau Communication en Conseil des Ministres Plan de gestion de la rareté de l eau Bilan de l année 2005 De septembre 2004 à septembre 2005, la France a connu une sécheresse s étendant sur un large croissant

Plus en détail