L OBLIGATION D IDENTIFICATION DE LA PUBLICITÉ EN GÉNÉRAL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L OBLIGATION D IDENTIFICATION DE LA PUBLICITÉ EN GÉNÉRAL"

Transcription

1 INC document ÉTUDE JURIDIQUE LCEN 3 LA PUBLICITÉ EN LIGNE Le chapitre 2 de la loi n o du 21 juin 2004 pour la confiance dans l économie numérique (LCEN) traite de la publicité par voie électronique. En réalité, trois aspects de la publicité sont traités par les articles 20 à 24 : la publicité proprement dite, les offres promotionnelles et la prospection commerciale. Trois aspects analysés dans ce troisième volet d une série de quatre études juridiques autour de la LCEN. L OBLIGATION D IDENTIFICATION DE LA PUBLICITÉ EN GÉNÉRAL La loi nouvelle transpose à la publicité par voie électronique les principes généraux du droit de la communication qui, dans les domaines de la presse écrite, de la radio et de la télévision, imposent que les messages à caractère publicitaire soient clairement distingués des informations non commerciales. La LCEN vise ainsi à éviter les messages commerciaux déguisés ou clandestins. L article 20 de la LCEN transpose l article 6 de la directive 2000/31/CE du Parlement européen et du Conseil du 8 juin 2000, dite directive sur le commerce électronique 1 : «Toute publicité, sous quelque forme que ce soit, accessible par un service de communication au public en ligne, doit pouvoir être clairement identifiée comme telle. Elle doit rendre clairement identifiable la personne physique ou morale pour le compte de laquelle elle est réalisée. L alinéa précédent s applique sans préjudice des dispositions réprimant la publicité trompeuse prévues à l article L du code de la consommation.» La référence à la publicité trompeuse va de soi et ne suscite donc aucun commentaire particulier 2. Tant la publicité que l annonceur pour le compte duquel elle est réalisée doivent être clairement identifiables. Il s agit de permettre au destinataire d identifier la publicité sans avoir à ouvrir le courrier électronique, pour lui permettre de l effacer, voire de recourir à un service de filtrage automatique qui bloque le message avant son arrivée dans sa boîte aux lettres. Cela vise aussi les messages ou informations présentés comme anodins mais qui cachent en réalité une démarche publicitaire, qui peuvent être présents dans les forums de discussions. L identification de la publicité en tant que telle est une obligation qui figure aussi dans le décret du 27 mars 1992 relatif à la publicité télévisée 3. Cependant, si cette identification est relativement aisée à la télévision en raison de la diffusion de génériques de début et de fin d émission publicitaire, et en faisant abstraction de la question de la publicité clandestine, cette identification suscitera certainement des difficultés et des controverses s agissant d Internet. Certes, certaines formes de publicité sont clairement identifiées comme telles par les internautes. Il s agit des bannières, des pop-up, pop-under 4 et autres nouveaux supports aisément reconnaissables 5. Mais de manière générale, il est tout d abord nécessaire de déterminer ce qui est de la publicité et ce qui n en est pas. 1 Directive 2000/31/CE du Parlement européen et du Conseil du 8 juin 2000 relative à certains aspects juridiques des services de la société de l information, et notamment du commerce électronique, dans le marché intérieur ; JOCE n o L 178 du 17 juillet 2000, p. 1. Sur cette directive, cf. Premier rapport de la Commission sur l application de la directive, doc. COM (2003) 702 du 21 novembre Outre ces textes, d autres dispositions sont applicables à la publicité. Il s agit notamment des dispositions de l arrêté 77/105/P relatif à la publicité d annonces de réduction de prix (condamnation du responsable d un site web pour non-respect de ce texte : tribunal de police Boissy-Saint- Léger, 3 février 2004, procureur de la République c/ O. S. ; jurisprudence publiée sur < >). 3 Concernant les radios privées diffusées par voie hertzienne terrestre ou par satellite, l article 8 du décret n o du 6 avril 1987 dispose que «les messages publicitaires doivent être clairement annoncés et identifiés comme tels». 4 Définitions extraites de l Encyclopédie e-business (www.journaldunet.com/encyclopedie) : Le pop-up (de l anglais, to pop up : apparaître, surgir) : une fenêtre pop-up s ouvre au-dessus d une page existante, de manière à n en recouvrir qu une petite partie. Elle est fréquemment utilisée pour afficher de la publicité sur une page d information. À noter que cette technique publicitaire serait en voie de disparition : «Avec la mise à jour SP2 de Windows XP, le format publicitaire le plus rentable est condamné à disparaître. Mais des solutions de substitution apparaissent déjà», écrit le Journal du Net dans un article du 24 septembre 2004 ( La fausse mort du pop-up, < >). Le pop-under : cette fenêtre de publicité s ouvre sous la fenêtre principale. 5 Les nouveaux formats publicitaires se fondent dans la partie éditoriale du site et ne s y superposent plus. Ce sont le carré (250 x 250 pixels) et le flash transparent (une animation créée sur un calque transparent qui permet de visualiser le reste de la page où n est pas présente l animation), selon le Journal du Net (< >). V

2 Aucune définition générale de la publicité n est donnée par le législateur, y compris dans la LCEN. Cela est d autant plus curieux que cette dernière loi définit la notion de prospection directe par courrier électronique en s inspirant de la notion de publicité telle que dégagée par la jurisprudence (voir ciaprès). La directive 2000/31/CE fait référence aux communications commerciales, définies comme «toute forme de communication destinée à promouvoir, directement ou indirectement, des biens, des services, ou l image d une entreprise, d une organisation ou d une personne ayant une activité commerciale» ou autre (article 2-f). Toutefois, ne constitue pas une telle communication la diffusion des coordonnées de l entreprise, dont le «nom de domaine ou une adresse de courrier électronique» permettant un accès direct à l activité de l entreprise, pas plus que les «communications relatives aux biens, aux services ou à l image de l entreprise, de l organisation ou de la personne élaborées d une manière indépendante, en particulier lorsqu elles sont fournies sans contrepartie financière». Voici les interrogations actuelles sur l application de cette mesure. S agit-il de tous les messages émanant d un annonceur ayant acheté de l espace et sous quelle forme (message particulier, page web, parties entières de site) en vue de la promotion de biens ou de services ou de la promotion commerciale d une entreprise? Le site d un fabricant ou d un distributeur vendant en ligne est-il un site publicitaire, analogue au catalogue papier d un vendeur à distance? Le décret de 1992 précité exclut de la définition de la publicité télévisée «les offres directes au public en vue de la vente, de l achat ou de la location de produits, ou en vue de la fourniture de services contre rémunération». Mais il est vrai que le téléachat et le parrainage sont définis par ailleurs et obéissent à des règles propres. Faut-il distinguer les pages relatives à la communication institutionnelle de l entreprise de celles qui sont consacrées à sa publicité commerciale? Se posent aussi les questions de frontière entre le rédactionnel et le publicitaire, qui sont pour le moins aussi délicates qu en matière de presse où elles sont signalées par la mention équivoque et ambiguë de communiqué 6. D autres questions se posent à propos de l appréciation du caractère publicitaire de certains courriels, de la distinction entre simple lien et lien sponsorisé, forums et chats. Quid du «contenu éditorial d un site non marchand, en réalité produit et réalisé par une marque» 7? S agissant de l annonceur, la loi n est pas précise et l on peut s interroger sur le point de savoir de quelle manière celui-ci doit être identifié. Sa marque ou son logo suffira-t-il, ou faudra-t-il indiquer clairement son nom, ses coordonnées, son numéro d inscription au registre du commerce et des sociétés (numéro dont l indication est rendue obligatoire sur les documents publicitaires par l article 72 du décret du 30 mai 1984 sur le registre du commerce et des sociétés). Quelles seront les mentions exigées pour rendre identifiables les annonceurs étrangers, sachant que, pour ces derniers, se posera inévitablement la question du droit applicable lorsque la plainte du consommateur portera sur un site hébergé dans un pays dont la législation est différente? Quant aux modalités d identification, le texte n exige pas que les informations figurent directement dans la publicité même. Le recours à un hyperlien pourrait, sous toutes réserves, être admis. Enfin, s agissant de la publicité télévisée, le décret de 1992 prévoit un certain nombre de règles éthiques (véracité, décence, respect de la dignité de la personne humaine), de protection des enfants, de la langue française et il serait utile que la publicité sur Internet obéisse aux mêmes règles. Un décret d application relatif à la publicité n est pas expressément prévu dans la loi, mais son utilité paraît évidente. La violation de l obligation d identification ne fait pas l objet de sanctions pénales au titre de l article 20, ce qui peut s expliquer par la reprise d une mesure équivalente à l article 21 de ladite loi, lequel renvoie aux dispositions applicables à la sanction de la publicité trompeuse (voir ci-après). LES RÈGLES SPÉCIFIQUES AUX PROMOTIONS L obligation d identification La loi complète le code de la consommation pour imposer au prestataire en ligne des conditions de transparence et d information, que les publicités soient adressées à des consommateurs ou à des professionnels (art. L code consom.). Selon l article 21, qui transpose également l article 6 de la directive 2000/31/CE, «les publicités, et notamment les offres promotionnelles, telles que les rabais, les primes ou les cadeaux, ou les jeux et concours, doivent pouvoir être identifiées de manière claire et non équivoque dès leur réception par leur destinataire, ou, en cas d indisponibilité technique, dans le corps du message» (nouv. art. L et nouv. art. L al. 1 code consom.). Par exemple, pour un rabais, cela pourra être la formule suivante dans l objet du message : «C est un rabais.» La référence à l obligation d identifier la publicité en tant que telle est redondante par rapport à celle évoquée par l article 20, la directive évoquant uniquement les offres promotionnelles (article 6-c) et les concours ou jeux promotionnels (article 6-d). La possibilité de placer les informations d identification dans le corps du message et pas nécessairement dès le stade de la page d accueil a été introduite en vue de faciliter la publicité par téléphone portable. Les conditions auxquelles sont soumises la possibilité de bénéficier d offres promotionnelles ainsi que celle de participer à des concours ou à des jeux promotionnels doivent être «clairement précisées» et «aisément accessibles» (nouv. art. L et L al. 1 code consom.), notions qui seront soumises à l appréciation souveraine des juges. Les sanctions En cas de violation des articles L (publicités non identifiables dès leur réception) et L du code de la consommation (transparence pour les offres, concours ou jeux par voie électronique), la LCEN renvoie aux peines 6 Mention imposée par l article 10 alinéa 2 de la loi n o du 1 er août J.-M. Coblence, LCEN. Le statut de la publicité dans la loi pour la confiance dans l économie numérique, Comm. com. électr. 2004, étude, p. 28. VI

3 prévues pour le délit de publicité trompeuse (art. L code consom.). Les infractions sont recherchées et constatées dans des conditions identiques à celles prévues en cas de publicité trompeuse, lesquelles prévoient en particulier la compétence des agents de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). Toute infraction à ces dispositions est passible (art. L , L et L , sur renvoi de l art. nouv. L al. 2 code consom.) : pour les personnes physiques, d un emprisonnement de deux ans et/ou d une amende de , le maximum de l amende pouvant être porté à 50 % des dépenses de la publicité constituant le délit, ainsi que de peines complémentaires telles que la publication du jugement ou d une annonce rectificative sur le site du défendeur 8. pour les personnes morales, d une amende de , somme qui peut être portée à 250 % des dépenses de la publicité constituant le délit, ainsi que des peines complémentaires mentionnées à l article à 9 du code pénal (notamment l interdiction, provisoire ou non, d exercer l activité à l occasion de laquelle l infraction a été commise, et la diffusion de la décision prononcée soit par la presse écrite, soit par tout moyen de communication audiovisuelle). En outre, la cessation de la publicité peut être ordonnée par le juge d instruction ou par le tribunal saisi des poursuites, soit sur réquisition du ministère public, soit d office (art. L code consom.). LA PROSPECTION COMMERCIALE PAR COURRIER ÉLECTRONIQUE Jusqu à présent, la prospection commerciale directe par un professionnel, par des techniques de communication à distance autres que les automates d appel ou les télécopieurs, était autorisée si le consommateur n avait pas manifesté son opposition (système dit de l opt-out ) [anc. art. L code consom. 9 ]. Mais, compte tenu de leur prolifération, les envois de prospection directe par voie électronique non sollicités (dits aussi spams ) sont devenus de véritables nuisances pour les utilisateurs de boîtes à lettres électroniques. Il fallait donc renforcer la protection de leurs destinataires tout en recherchant un équilibre entre la protection des personnes et la liberté de développement de l activité économique sur Internet. L article 22 de la LCEN transpose l article 13 de la directive 2002/58/CE dite vie privée et communications électroniques du 12 juillet Le texte est codifié comme étant l article L du code des postes et télécommunications, lui-même recodifié en article L du code des postes et communications électroniques (CPCE) par la loi du 9 juillet 2004 relative aux communications électroniques et aux services de communication audiovisuelle (Cesca). Ledit article est également reproduit à l article L du code de la consommation ainsi modifié. Les conditions d application des mesures prévues par l article 22 de la loi nouvelle seront fixées par un décret, en tenant compte notamment des différentes technologies utilisées. Le texte pose le principe de l opt-in (A) : «Est interdite la prospection directe au moyen d un automate d appel, d un télécopieur ou d un courrier électronique utilisant, sous quelque forme que ce soit, les coordonnées d une personne physique qui n a pas exprimé son consentement préalable à recevoir des prospections directes par ce moyen.» Certaines dérogations sont prévues, notamment pendant une période transitoire (B). Enfin, la loi confie à la Commission nationale de l informatique et des libertés (Cnil) le contrôle du respect des dispositions qu elle édicte (C). À ce texte s ajoutent les dispositions de la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 modifiée, car les adresses de courrier électronique constituent des informations nominatives. Ainsi, tout utilisateur de telles données doit avoir déclaré son fichier auprès de la Cnil. C est d ailleurs la raison pour laquelle la LCEN confie à cette autorité administrative indépendante le soin de veiller au respect des dispositions qu elle instaure (voir ci-après). À ces dispositions se rajoutent les articles et suivants du code pénal relatifs aux atteintes aux droits de la personne résultant des fichiers ou des traitements informatiques. Le champ d application des nouvelles dispositions Les messages concernés Sont concernés les messages de courrier électronique. Selon la directive 2002/58/CE (art. 2-h), le courrier électronique est défini comme «tout message sous forme de texte, de voix, de son ou d image envoyé par un réseau public de communications, qui peut être stocké dans le réseau ou dans l équipement terminal du destinataire jusqu à ce que ce dernier le récupère». Cette notion est très large. Outre les courriers électroniques classiques (c est-à-dire utilisant le protocole SMTP, Simple Mail Transport Protocol ), sont également concernés les services de minimessages téléphoniques écrits (SMS, Short Message Service ) ou multimédia (MMS, Multimedia Messaging Service ), les messages laissés sur répondeur, les systèmes de messagerie vocale y compris sur les services mobiles, les communications net send adressées directement à un ordinateur identifié par son adresse IP ( Internet Protocol ) Les lettres d information sont également incluses. Cette liste n est pas exhaustive et peut devoir être révisée en considération des développements technologiques et des marchés. L envoi de courrier à des fins de prospection directe La prospection directe est définie par la LCEN comme «l envoi de tout message destiné à promouvoir, directement ou indirectement, des biens, des services ou l image d une personne vendant des biens ou fournissant des services». 8 L insertion d une publication sur la page d accueil du professionnel est admise par les tribunaux en matière d action collective intentée par une association de consommateurs (exemple de publication sur la page d accueil de l opérateur : CA Versailles, 4 février 2004, SA Orange c/ufc-que Choisir, réf. INC n o 3707). 9 Texte lui-même issu de l ordonnance n o du 23 août 2001 transposant partiellement en droit interne la directive n o 97/7/CE du 20 mai 1997 sur la vente à distance. 10 Directive n o 2002/58/CE du 12 juillet 2002 concernant le traitement des données à caractère personnel et la protection de la vie privée dans le secteur des communications électroniques (JOCE n o L 201 du 31 juillet 2002). VII

4 Outre les messages vantant directement les mérites d un produit ou d un service, voire de l annonceur lui-même, «il semblerait que cette définition permette d inclure des formes de marketing plus élaborées telles que, par exemple, la communication autour de la couverture d événements par les marques, les lettres d information, mais peut-être pas les messages participant de la relation client tels les vœux de bonne année». En ce qui concerne les prospections autres que celles de nature commerciale comme par exemple le démarchage politique, associatif, religieux ou caritatif, la question s est posée, lors des travaux parlementaires, de savoir s il convenait de les inclure dans le champ d application du principe de l opt-in. Finalement, la crainte d une atteinte à la liberté d expression et l objet commercial de la nouvelle loi ont fait renoncer à y soumettre la sollicitation directe non commerciale. Au regard du droit communautaire, de tels messages pouvaient être englobés dans le périmètre de la loi. Le considérant 30 de la directive 95/46/CE du Parlement européen et du Conseil du 24 octobre 1995 relative à la protection des personnes physiques à l égard du traitement des données à caractère personnel et à la libre circulation de ces données décrivait ainsi les finalités de la prospection : «les États membres peuvent de même préciser les conditions dans lesquelles la communication à des tiers de données à caractère personnel peut être effectuée à des fins de prospection commerciale, ou de prospection faite par une association à but caritatif ou par d autres associations ou fondations, par exemple à caractère politique [ ]». Le groupe dans son avis n o 5/2004 en a alors déduit que l article 13 de la directive 2002/52/CE «englobe par conséquent toute forme de promotion des ventes, y compris la prospection directe réalisée par les associations caritatives et les organisations politiques (par ex. collecte de fonds, etc.)». En tout état de cause, la Cnil rappelle que cette prospection doit s effectuer dans le respect de la législation relative à la protection des données (collecte loyale des données, existence du droit d opposition ). Les personnes protégées La LCEN protège «la personne physique». Cette définition est plus large que celle d abonné contenue dans la directive 2002/58/CE et, par renvoi, dans la directive 2002/21/CE dite service universel qui le définit comme «toute personne physique ou morale partie à un contrat avec un fournisseur de services de communication électronique accessibles au public, pour la fourniture de tels services». Cette définition permet ainsi de protéger les personnes physiques d une même famille ou d une entreprise alors que l abonnement est souscrit par un membre de ladite famille ou par la personne morale. Une telle définition va bien dans le sens voulu par le texte européen, à savoir la protection des informations personnelles contenues dans les courriers électroniques. La loi visant «la personne physique» et non pas le consommateur au sens restrictif du terme tel qu indiqué par la directive commerce électronique (article 2-e) c est-à-dire la personne qui agit «à des fins qui n entrent pas dans le cadre de son activité professionnelle ou commerciale», les personnes physiques professionnelles telles les professions libérales bénéficient des dispositions protectrices. La question de la protection des personnes morales En visant expressément «la personne physique», comme l énonçait la directive, la LCEN exclut par là même l application du principe de l opt-in aux personnes morales, soumettant dès lors ces dernières, implicitement, au système de l opt-out. Toutefois, cette interprétation trouve sa limite dans le fait que les adresses électroniques renvoient en général vers une personne physique. Par exemple l adresse < entreprise.fr > sera soumise au principe de l acceptation préalable, l utilisation d une telle adresse permettant l identification d une personne physique. Seules les adresses dites impersonnelles telles que < nom-de-l entreprise.fr > semblent soumises au principe de l opt-out. En modifiant les dispositions de l ancien article L du code des postes et télécommunications, la loi a entraîné par ricochet un assouplissement du régime applicable à la prospection directe par automate d appel ou télécopieur. En effet, auparavant, le consentement de l «abonné ou utilisateur du réseau de télécommunications» était nécessaire. Le remplacement de cette expression par celle de «personne physique» conduit à établir désormais une distinction entre le régime applicable à celle-ci (opt-in) et celui applicable aux personnes morales (opt-out), avec selon nous, les mêmes observations que ci-dessus concernant les télécopies nominatives. (A) Le principe de l opt-in Désormais, est interdite la prospection directe par courrier électronique de toute personne physique consommateur ou professionnel qui n aura pas exprimé son consentement préalable à recevoir de telles prospections par ce moyen (système de l opt-in), y compris lors du premier envoi. Cela signifie notamment que les listes d adresses électroniques qui n auront pas été établies moyennant le consentement préalable de la personne physique ne peuvent plus en principe être utilisées sous le régime de l opt-in, tant qu elles n auront pas été adaptées aux nouvelles exigences législatives. La location de telles listes est illégale. Remarque. Alors que les États membres de l Union européenne ont choisi le système de l opt-in, les États-Unis ont adopté celui de l opt-out dans la loi américaine sur le spam (Can-Spam Act du 26 décembre 2003). La divergence de régime est problématique puisque plus de 80 % des spams viennent des États-Unis. Seule une lutte planétaire peut s avérer efficace. C est la raison pour laquelle l OCDE a mis en place un groupe de réflexion sur ce sujet (voir encadré en dernière page). Avec la LCEN, la prospection directe bénéficie d un régime unifié pour les prospections par automate d appel, télécopieur et courrier électronique. Le consentement est défini par la LCEN comme «toute manifestation de volonté libre, spécifique et informée par laquelle une personne accepte que des données à caractère personnel la concernant soient utilisées à fin de prospection directe». Dans ses observations de juillet dernier, la Cnil «se félicite que la notion du consentement soit définie par la loi, ce qui lui confère une portée plus explicite dans les opérations de prospection». Le recueil du consentement ne saurait par exemple être dilué dans une acceptation des conditions générales, ou encore couplé à une demande de bons de réduction ou de participation à un jeu. La nécessité de recueillir le consentement préalable suscite de nombreuses interrogations sur la question suivante : comment obtenir le consentement préalable, dans la mesure où ni la directive 2002/58/CE ni la LCEN ne définissent de méthode? Peut-il s agir d une adresse mail, d un site web ou d un lieu d enregistrement volontaire auprès duquel les personnes désireuses de recevoir des publicités par courrier 11 Le groupe de protection des données, dit groupe 29, est un organe consultatif européen indépendant institué par l article 29 de la directive n o 95/46/CE. Ses missions sont définies par l article 30 de cette directive. Voir < europa.eu.int/comm/privacy >. VIII

5 électronique s enregistreraient volontairement? d une case à cocher sur un formulaire en ligne? Certains plaident en faveur d une conception pragmatique de l opt-in : il devrait autoriser un premier courrier électronique non sollicité qui aurait pour seul objet de proposer au destinataire de s inscrire dans un registre opt-in en ligne, un mail étant jugé préférable au téléphone ou au fax considérés plus intrusifs dans la vie privée. Une telle méthode ne paraît pas opportune. Le considérant n o 17 de la directive 2002/58/CE indique que «le consentement peut être donné selon toute modalité appropriée permettant à l utilisateur d indiquer ses souhaits librement, de manière spécifique et informée, y compris en cochant une case lorsqu il visite un site». Le groupe 29, dans son avis n o 5/2004, indique que «les modalités par lesquelles un abonné donne son consentement préalable en s enregistrant sur un site Internet et à qui l on demande par la suite de confirmer qu il était bien la personne s étant enregistrée et de confirmer son consentement semblent compatibles avec la directive». Il indique cependant que «d autres modalités peuvent également être compatibles avec la directive». Par contre, «la simple demande de consentement pour recevoir des courriers électroniques commerciaux par un courrier électronique général envoyé aux destinataires ne serait pas compatible avec l article 13 de la directive 2002/58/CE afin de respecter l exigence selon laquelle la finalité doit être légitime, explicite et spécifique». La Cnil, quant à elle, recommande que le consentement soit recueilli par le biais d une case à cocher et considère que «l apposition d une case précochée est contraire à l esprit de la loi ainsi qu au principe de loyauté de la collecte des informations» (avis précité). Pour obtenir ce consentement, la ou les finalités du traitement doivent être clairement indiquées. Cela implique, selon le groupe 29, que «les biens et services, ou les catégories de biens et services, pour lesquels des messages de prospection directe pourraient être envoyés aux fins de prospection directe, doivent être clairement indiqués à l abonné. Le consentement à communiquer des données personnelles à des tiers devra également être obtenu le cas échéant. L information fournie à la personne concernée devra alors inclure les biens et services (ou catégories) pour lesquels les tiers procéderaient à l envoi de courriers électroniques à des fins de prospection». Il appartiendra à la personne physique ou morale d apporter la preuve que le consentement libre, spécifique et informé de l intéressé a bien été recueilli (selon les professionnels, par archivage de la preuve sur un support lisible). Le Syndicat national de la communication directe (SNCD) a annoncé qu il prépare un code de déontologie commun aux différentes organisations professionnelles du secteur. (B) Les exceptions au principe de l opt-in La loi prévoit une dérogation au titre du suivi des relations commerciales avec des clients existants (dérogation appelée soft opt-in et prévue par la directive) ainsi qu une période transitoire. La prospection au titre du suivi des relations commerciales Selon l article L du CPCE, «la prospection directe par courrier électronique est autorisée si les coordonnées du destinataire ont été recueillies directement auprès de lui, dans le respect des dispositions de la loi n o du 6 janvier 1978 relative à l informatique, aux fichiers et aux libertés, à l occasion d une vente ou d une prestation de services, si la prospection directe concerne des produits ou services analogues fournis par la même personne physique ou morale, et si le destinataire se voit offrir, de manière expresse et dénuée d ambiguïté, la possibilité de s opposer, sans frais, hormis ceux liés à la transmission du refus, et de manière simple, à l utilisation de ses coordonnées lorsque celles-ci sont recueillies et chaque fois qu un courrier électronique de prospection lui est adressé». En clair, il pourra être dérogé au principe du consentement préalable si les quatre conditions suivantes sont réunies : 1 re condition. Une collecte loyale des coordonnées du destinataire. Les coordonnées du destinataire auront été recueillies directement auprès de lui, dans le respect des dispositions de la loi n o du 6 janvier 1978 modifiée, à l occasion d une vente ou d une prestation de services. La collecte des informations devra avoir été loyale, le fichier déclaré, etc. 2 e condition. Des services ou produits semblables. La prospection directe doit concerner des produits ou services analogues fournis par la même personne physique ou morale. Mais le législateur n a pas défini ce que sont des produits ou services «analogues», ce que n avait d ailleurs pas fait non plus la directive n o 2002/58/CE. Lors des travaux parlementaires, il a été néanmoins précisé que l on peut considérer comme tels ceux qui appartiennent à une même grande famille de produits (biens culturels, services financiers, produits touristiques, etc.). Il appartiendra aux tribunaux de départager les tenants d une interprétation large et les partisans d une interprétation stricte de cette notion. Devraient être assimilés au titre d une même catégorie de produits les CD, les DVD, les cassettes vidéo, et, sous réserve d une interprétation différente, les livres au titre de la catégorie biens culturels. En revanche, une banque qui envoie des publicités pour des produits bancaires peut-elle adresser des publicités pour un nouveau produit d assurances? Dans son avis n o 5/2004 précité, le groupe 29 indique que cette exception doit être interprétée de manière restrictive et que «la similarité pourrait en particulier être jugée du point de vue objectif du destinataire (attentes raisonnables), plutôt que du point de vue de l expéditeur». Dans sa communication du 22 janvier 2004 sur les spams, la Commission affirme très clairement que «cette exception doit toutefois être rédigée strictement afin de ne pas compromettre le fonctionnement du régime opt-in». En raison du risque de divergence d interprétation, la Cnil envisage, en concertation avec les professionnels, d établir une ligne directrice sur l interprétation qui pourra en être faite, selon les secteurs d activité concernés. La référence aux «produits [ ] fournis par la même personne physique ou morale» s oppose à la notion de tiers. A priori, devraient donc être exclues du bénéfice de cette dérogation les «entreprises appartenant au même groupe de sociétés que le prestataire ayant obtenu le consentement de la personne (filiales, sociétés sœurs, société mère ), étant donné qu il s agit de personnes juridiques différentes». Ce qui signifie également que les échanges ou locations de fichiers clients ne sont pas possibles au titre de cette dérogation. 3 e condition. La possibilité de s opposer à l utilisation des coordonnées. «Le destinataire se verra offrir, de manière expresse et dénuée d ambiguïté, la possibilité de s opposer, sans frais, hormis ceux liés à la transmission du refus, et de manière simple, à l utilisation de ses coordonnées lorsque celles-ci seront recueillies et chaque fois qu un courrier électronique de prospection lui sera adressé.» Les frais liés à la transmission du refus visent ceux qu entraînent une communication par téléphone mobile ou tout autre moyen de connexion. IX

«Marketing /site web et la protection des données à caractère personnel»

«Marketing /site web et la protection des données à caractère personnel» «Marketing /site web et la protection des données à caractère personnel» Incidence de la réforme de la loi «Informatique et libertés» et de la loi «Économie Numérique» Emilie PASSEMARD, Chef du service

Plus en détail

CHARTE DE L E-MAILING. Code relatif à l utilisation de coordonnées électroniques à des fins de prospection directe

CHARTE DE L E-MAILING. Code relatif à l utilisation de coordonnées électroniques à des fins de prospection directe Déclaré conforme à la loi Informatique et Libertés par la CNIL, le 30 mars 2005, suivant procédure prévue par l article 11-3 de la loi du 6 janvier 1978. CHARTE DE L E-MAILING Code relatif à l utilisation

Plus en détail

GUIDE LA PUB SI JE VEUX!

GUIDE LA PUB SI JE VEUX! GUIDE LA PUB SI JE VEUX! Édition 2011 Sommaire Avant-propos Ce que vous devez savoir Vos droits Comment éviter de recevoir des publicités? La prospection commerciale par courrier électronique, télécopie

Plus en détail

LES OUTILS. Connaître et appliquer la loi Informatique et Libertés

LES OUTILS. Connaître et appliquer la loi Informatique et Libertés LES OUTILS Connaître et appliquer la loi Informatique et Libertés SEPTEMBRE 2011 QUE FAUT-IL DÉCLARER? Tous les fichiers informatiques contenant des données à caractère personnel sont soumis à la Loi Informatique

Plus en détail

COURRIER ELECTRONIQUE : LES REGLES DE L'OPT-IN

COURRIER ELECTRONIQUE : LES REGLES DE L'OPT-IN COURRIER ELECTRONIQUE : LES REGLES DE L'OPT-IN 14/11/2008 Le courrier électronique est défini dans la loi pour la confiance dans l économie numérique, dite LCEN, du 21 juin 2004. Il s agit de «tout message

Plus en détail

TRADUCTION EXTÉRIEURE NON RÉVISÉE

TRADUCTION EXTÉRIEURE NON RÉVISÉE ARTICLE 29 Groupe de travail sur la protection des données TRADUCTION EXTÉRIEURE NON RÉVISÉE 11601/FR WP 90 Avis 5/2004 portant sur les communications de prospection directe non sollicitées selon l'article

Plus en détail

LES GUIDES DE LA CNIL HALTE AUX PUBLICITÉS EDITION JANVIER 2005 COMMISSION NATIONALE DE L INFORMATIQUE

LES GUIDES DE LA CNIL HALTE AUX PUBLICITÉS EDITION JANVIER 2005 COMMISSION NATIONALE DE L INFORMATIQUE LES GUIDES DE LA CNIL HALTE AUX PUBLICITÉS EDITION JANVIER 2005 COMMISSION NATIONALE DE L INFORMATIQUE E T D E S L I B E R T É S Sommaire CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR page 2 VOS DROITS page 3 COMMENT ÉVITER

Plus en détail

Avis n 1 du Conseil national du numérique relatif au projet d ordonnance relatif aux communications électroniques

Avis n 1 du Conseil national du numérique relatif au projet d ordonnance relatif aux communications électroniques Le 23 mai 2011 Avis n 1 du Conseil national du numérique relatif au projet d ordonnance relatif aux communications électroniques Conformément aux dispositions de l article 1 er du décret n 2011-476 du

Plus en détail

Le présent site accessible à l adresse http://www.o2.fr/ (ci-après le Site ) est la propriété de la société O 2 Développement.

Le présent site accessible à l adresse http://www.o2.fr/ (ci-après le Site ) est la propriété de la société O 2 Développement. Mentions légales Le présent site accessible à l adresse http://www.o2.fr/ (ci-après le Site ) est la propriété de la société Il est édité par la société Développement, SAS au capital de 737 600 euros,

Plus en détail

Atelier 5. La conception de la réglementation. Cristina BUETI (UIT) Marie DEMOULIN (Université Belgique) Didier GOBERT (SPF Economie Belgique)

Atelier 5. La conception de la réglementation. Cristina BUETI (UIT) Marie DEMOULIN (Université Belgique) Didier GOBERT (SPF Economie Belgique) Atelier 5 La conception de la réglementation Cristina BUETI (UIT) Marie DEMOULIN (Université Belgique) Didier GOBERT (SPF Economie Belgique) Introduction Le spam est un thème «transversal» qui touche à

Plus en détail

FICHE N 2 LA GESTION COMMERCIALE DES CLIENTS ET PROSPECTS POUR LE SECTEUR DES ASSURANCES (NS 56)

FICHE N 2 LA GESTION COMMERCIALE DES CLIENTS ET PROSPECTS POUR LE SECTEUR DES ASSURANCES (NS 56) Pack de conformité - Assurance 14 FICHE N 2 LA GESTION COMMERCIALE DES CLIENTS ET PROSPECTS POUR LE SECTEUR DES ASSURANCES (NS 56) LES TRAITEMENTS DE DONNÉES PERSONNELLES AU REGARD DE LA LOI I&L Finalités

Plus en détail

ANNEXE 2 : CHARTE DE COMMUNICATION

ANNEXE 2 : CHARTE DE COMMUNICATION ANNEXE 2 : CHARTE DE COMMUNICATION L Editeur respecte les lois et règlements en vigueur, le cas échéant les recommandations d instances telles que celles du Conseil Supérieur de l Audiovisuel, de l Autorité

Plus en détail

Les fiches déontologiques Multicanal

Les fiches déontologiques Multicanal Les fiches déontologiques Multicanal Avril 2011 SOMMAIRE Préalable Fiche 1 Droit d information des personnes - Multicanal Fiche 2 Droit d opposition - Postal Fiche 3 Droit d opposition - Téléphone Fiche

Plus en détail

CODE DE DEONTOLOGIE DE LA COMMUNICATION DIRECTE ELECTRONIQUE

CODE DE DEONTOLOGIE DE LA COMMUNICATION DIRECTE ELECTRONIQUE CODE DE DEONTOLOGIE DE LA COMMUNICATION DIRECTE ELECTRONIQUE Avis conforme de la CNIL le 22 mars 2005 Mars 2005 Syndicat National de la Communication Directe 44, rue d Alésia 75682 Paris Cedex 14 Tel :

Plus en détail

2/ Dispositions issues de la loi du 17 mars 2014 (*ces nouvelles dispositions ne s appliquent qu aux contrats conclus après le 13 juin 2014)

2/ Dispositions issues de la loi du 17 mars 2014 (*ces nouvelles dispositions ne s appliquent qu aux contrats conclus après le 13 juin 2014) CONTRATS A DISTANCE/ CONTRATS HORS ETABLISSEMENT/DEMARCHAGE TELEPHONIQUE Nouvelles dispositions issues de la loi n 2014-344 du 17 mars 2014 1/ Dispositions antérieures à la loi du 17 mars 2014 Rappel :

Plus en détail

Quelles sont les informations légales à faire figurer sur un site Internet?

Quelles sont les informations légales à faire figurer sur un site Internet? > Accueil > Le Droit en pratique > Fiches pratiques Quelles sont les informations légales à faire figurer sur un site Internet? Le site Internet est un vecteur d informations. Mais il en collecte également,

Plus en détail

FORMULAIRE DE DESINSCRIPTION. Comment créer un formulaire de désabonnement? Comment voir les statistiques de désabonnement de vos actions e-mail?

FORMULAIRE DE DESINSCRIPTION. Comment créer un formulaire de désabonnement? Comment voir les statistiques de désabonnement de vos actions e-mail? FORMULAIRE DE DESINSCRIPTION Comment créer un formulaire de désabonnement? Comment voir les statistiques de désabonnement de vos actions e-mail? TABLE DES MATIERES TABLE DES MATIERES... 2 LA PROSPECTION

Plus en détail

CENTRE DE RECHERCHE GRENOBLE RHÔNE-ALPES

CENTRE DE RECHERCHE GRENOBLE RHÔNE-ALPES informatiques d Inria CENTRE DE RECHERCHE GRENOBLE RHÔNE-ALPES Table des matières 1. Préambule...3 2. Définitions...3 3. Domaine d application...4 4. Autorisation d accès aux ressources informatiques...5

Plus en détail

PUBLICITÉ ET CRÉDIT À LA CONSOMMATION. Les modifications apportées par la Loi du 1 er juillet 2010

PUBLICITÉ ET CRÉDIT À LA CONSOMMATION. Les modifications apportées par la Loi du 1 er juillet 2010 PUBLICITÉ ET CRÉDIT À LA CONSOMMATION Les modifications apportées par la Loi du 1 er juillet 2010 La Directive «crédit à la consommation» du 23 avril 2008 a été transposée par la loi n 2010-737 du 1 er

Plus en détail

LCEN, loi Chatel et LME : quelles conséquences pour les PME?

LCEN, loi Chatel et LME : quelles conséquences pour les PME? Conférence APECA : La dématérialisation, réelle opportunité pour les PME? LCEN, loi Chatel et LME : quelles conséquences pour les PME? 7 avril 2009 Denise Lebeau-Marianna Avocat, Baker & McKenzie SCP denise.lebeau_marianna@bakernet.com

Plus en détail

Commission nationale de l informatique et des libertés

Commission nationale de l informatique et des libertés 1 Commission nationale de l informatique et des libertés Délibération no 2012-209 du 21 juin 2012 portant création d une norme simplifiée concernant les traitements automatisés de données à caractère personnel

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) Circulaires de la Direction des affaires criminelles Signalisation des circulaires du 1 er avril au 30 juin 2006 Circulaire

Plus en détail

Photos et Droit à l image

Photos et Droit à l image Photos et Droit à l image 1) Le droit à l image (photos-vidéos) L atteinte au droit à l image n est pas caractérisée dès lors que la personne photographiée n est pas identifiable et que sa vie privée n

Plus en détail

Vu la loi du 8 décembre 1992 relative à la protection de la vie privée à l'égard des traitements de données à caractère personnel;

Vu la loi du 8 décembre 1992 relative à la protection de la vie privée à l'égard des traitements de données à caractère personnel; AVIS N 07 / 2003 du 27 février 2003. N. Réf. : 10 / Se / 2003 / 005 / 009 / ACL OBJET : Utilisation des moyens de communication électroniques à des fins de propagande électorale. La Commission de la protection

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 11 mars 2015 relative à la communication aux administrations publiques et aux organismes exerçant une prérogative de puissance publique d informations ou copies de pièces issues des procédures

Plus en détail

Charte pour la communication sur internet des entreprises pharmaceutiques

Charte pour la communication sur internet des entreprises pharmaceutiques DIRECTION DE L EVALUATION DE LA PUBLICITE, DES PRODUITS COSMETIQUES ET DES BIOCIDES Charte pour la communication sur internet des entreprises pharmaceutiques Préambule Mise à jour 2010 Au plan mondial,

Plus en détail

Charte d'usage des TIC

Charte d'usage des TIC Schéma Informatique Ministériel Groupe Chartes d usage des TIC Introduction Charte d'usage des TIC Le développement et la diffusion au sein du MINEFI des nouveaux moyens de communication et d information

Plus en détail

Charte d'hébergement des sites Web sur le serveur de la Mission TICE de l'académie de Besançon

Charte d'hébergement des sites Web sur le serveur de la Mission TICE de l'académie de Besançon Charte d'hébergement des sites Web sur le serveur de la Mission TICE de l'académie de Besançon La présente charte a pour but : de définir les termes relatifs à la diffusion d informations sur l internet

Plus en détail

DEFINITION. Ce concept est de plus en plus utilisé pour des applications de gestion de flottes et de sécurisation de véhicules.

DEFINITION. Ce concept est de plus en plus utilisé pour des applications de gestion de flottes et de sécurisation de véhicules. LA GEOLOCALISATION DEFINITION - A l origine : La géolocalisation est la localisation d un objet sur une carte à l aide de positions géographiques. On utilise la géolocalisation par GPS (Global Positionning

Plus en détail

Sommaire. 1. Préambule

Sommaire. 1. Préambule 2. Annexe juridique Sommaire 1. Préambule.......................... page 11 2. La protection des données nominatives..... page 11 3. La protection des personnes............. page 12 4. La protection des

Plus en détail

Comores. Entreprises de crédit différé

Comores. Entreprises de crédit différé Entreprises de crédit différé Loi n 52-332 du 24 mars 1952 [NB - Loi n 52-332 du 24 mars 1952 relative aux entreprises de crédit différé] Art.1.- Sont considérées comme entreprises de crédit différé, toutes

Plus en détail

LA VENTE ET SES CONDITIONS

LA VENTE ET SES CONDITIONS LA VENTE ET SES CONDITIONS I - LES PRINCIPES GENERAUX Le refus de vente au consommateur (article L. 122-1 du Code de la consommation) A- Le principe Lorsqu un consommateur demande des produits ou des services

Plus en détail

Vente et publicité pour les vins et alcools : de la loi Evin à la loi Bachelot

Vente et publicité pour les vins et alcools : de la loi Evin à la loi Bachelot Vente et publicité pour les vins et alcools : de la loi Evin à la loi Bachelot La vente et la publicité pour les vins et alcools opposent les intérêts de protection de la santé publique aux intérêts économiques

Plus en détail

Loi pour la confiance dans l économie Numérique : examen du nouveau régime du commerce électronique

Loi pour la confiance dans l économie Numérique : examen du nouveau régime du commerce électronique Présente : Loi pour la confiance dans l économie Numérique : examen du nouveau régime du commerce électronique Par Thibault Verbiest Avocat à la Cour (Cabinet Ulys), Chargé d enseignement à l Université

Plus en détail

Charte E-mails Code relatif à la traçabilité de l adresse électronique en collecte directe et indirecte

Charte E-mails Code relatif à la traçabilité de l adresse électronique en collecte directe et indirecte Code relatif à la traçabilité de l adresse électronique en collecte directe et Préambule La présente Charte «Collecte d E-mails» a été conçue et rédigée par les membres du Collectif des Plateformes d Affiliation

Plus en détail

Service public fédéral Economie, P.M.E., Classes moyennes et Energie

Service public fédéral Economie, P.M.E., Classes moyennes et Energie Service public fédéral Economie, P.M.E., Classes moyennes et Energie Direction générale de la Régulation et de l Organisation du Marché www.mineco.fgov.be janvier 2005 le Spamming Auteur et traduction

Plus en détail

Étape 2. Respecter les règles applicables aux relations commerciales entre professionnels et les droits du consommateur

Étape 2. Respecter les règles applicables aux relations commerciales entre professionnels et les droits du consommateur Étape 2 Respecter les règles applicables aux relations commerciales entre professionnels et les droits du consommateur n Les règles applicables aux relations entre professionnels (relations b to b) Des

Plus en détail

La légalité du marketing viral

La légalité du marketing viral Service public fédéral Economie, P.M.E., Classes moyennes et Energie Le SPF Economie vous informe! La légalité du marketing viral La légalité du marketing viral Auteur et traduction La version d origine

Plus en détail

PROSPECTION COMMERCIALE PAR E-MAIL L E-MAILING SE LEGALISE POINT SUR LA REGLEMENTATION JURIDIQUE : L OPT-IN DEVIENT LA NORME EUROPEENNE ET FRANCAISE

PROSPECTION COMMERCIALE PAR E-MAIL L E-MAILING SE LEGALISE POINT SUR LA REGLEMENTATION JURIDIQUE : L OPT-IN DEVIENT LA NORME EUROPEENNE ET FRANCAISE PROSPECTION COMMERCIALE PAR E-MAIL L E-MAILING SE LEGALISE POINT SUR LA REGLEMENTATION JURIDIQUE : L OPT-IN DEVIENT LA NORME EUROPEENNE ET FRANCAISE 2007 A propos de la législation sur la prospection commerciale

Plus en détail

- La mise en cause d une personne déterminée qui, même si elle n'est pas expressément nommée, peut être clairement identifiée ;

- La mise en cause d une personne déterminée qui, même si elle n'est pas expressément nommée, peut être clairement identifiée ; E-réputation : la poursuite et les sanctions des propos injurieux ou diffamatoires sur internet Article juridique publié le 15/07/2014, vu 4483 fois, Auteur : MAITRE ANTHONY BEM L'injure et la diffamation

Plus en détail

Chapitre 6 Les aspects juridiques de l'e-pub

Chapitre 6 Les aspects juridiques de l'e-pub Chapitre 6 Les aspects juridiques de l'e-pub A. Publicité : généralités................................................... 149 B. Définition large de la publicité...........................................

Plus en détail

2008 Spam École et TIC

2008 Spam École et TIC Spam 2008 École et TIC Mentions légales Éditeur educa.ch Auteur Rédaction educa.ch educa.ch CC BY-NC-ND (creativecommons.org) Août 2003, actualisé: 2008, 2011 Table des matières Spam: comment prévenir

Plus en détail

Encadrement juridique de l e-assurance en France et en Europe

Encadrement juridique de l e-assurance en France et en Europe Les rencontres de l argus de l assurance, 23 octobre 2008 Encadrement juridique de l e-assurance en France et en Europe Cathie-Rosalie Joly Avocat au barreau de Paris Docteur en droit Cabinet ULYS 251

Plus en détail

LOI N 2006-01 portant Code des Postes

LOI N 2006-01 portant Code des Postes REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi LOI N 2006-01 portant Code des Postes EXPOSE DES MOTIFS Le secteur postal connaît actuellement des mutations liées notamment aux avancées technologiques,

Plus en détail

POLITIQUE DE DANAHER CORPORATION EN MATIERE DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION

POLITIQUE DE DANAHER CORPORATION EN MATIERE DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION POLITIQUE DE DANAHER CORPORATION EN MATIERE DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION I. OBJET La corruption est interdite par le droit de presque tous les pays et territoires de la planète. Danaher Corporation («Danaher»)

Plus en détail

LA LOI DE MODERNISATION DE LA FONCTION PUBLIQUE MODERNISATION FONCTION PUBLIQUE. Note d information N 2007-30 du 1 er septembre 2007 REFERENCES

LA LOI DE MODERNISATION DE LA FONCTION PUBLIQUE MODERNISATION FONCTION PUBLIQUE. Note d information N 2007-30 du 1 er septembre 2007 REFERENCES Note d information N 2007-30 du 1 er septembre 2007 LA LOI DE MODERNISATION DE LA REFERENCES Loi n 2007-148 du 2 février 2007 de modernisation de la fonction publique (Journal officiel du 6 février 2007)

Plus en détail

Charte de déontologie SMS+ applicable au 01/10/2013

Charte de déontologie SMS+ applicable au 01/10/2013 Charte de déontologie SMS+ applicable au 01/10/2013 Principales évolutions : Les principales évolutions par rapport aux versions précédentes ont été surlignées en jaune. Article modifié Charte de déontologie

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084

LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084 Montreuil, le 03/11/2009 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION, DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084 OBJET : Loi de simplification et clarification du droit et d allègement des procédures

Plus en détail

REGLEMENT TIRAGE AU SORT «10 VOITURES DE LUXE»

REGLEMENT TIRAGE AU SORT «10 VOITURES DE LUXE» REGLEMENT TIRAGE AU SORT «10 VOITURES DE LUXE» ARTICLE I : OBJET ITISSALAT AL MAGHRIB S.A à Directoire et à Conseil de surveillance, au capital de 5.274.572.040 DH ayant son siège social à Rabat, Avenue

Plus en détail

La Loi canadienne anti-pourriel. Séance d information 2014

La Loi canadienne anti-pourriel. Séance d information 2014 La Loi canadienne anti-pourriel Séance d information 2014 Avis Cette présentation a été préparée par le personnel de la Commission dans le but de fournir des informations générales à l égard de la Loi

Plus en détail

La légalité du «marketing viral»

La légalité du «marketing viral» SERVICE PUBLIC FÉDÉRAL ÉCONOMIE, PME, CLASSES MOYENNES ET ÉNERGIE Direction générale Régulation et Organisation du Marché Cellule Economie électronique La légalité du «marketing viral» Septembre 2005 1

Plus en détail

Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C

Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C Secret de la défense nationale Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C Textes source : Articles 413-5, 413-7, 413-9 à 413-12,

Plus en détail

REGLES INTERNES AU TRANSFERT DE DONNEES A CARACTERE PERSONNEL

REGLES INTERNES AU TRANSFERT DE DONNEES A CARACTERE PERSONNEL REGLES INTERNES AU TRANSFERT DE DONNEES A CARACTERE PERSONNEL L important développement à l international du groupe OVH et de ses filiales, conduit à l adoption des présentes règles internes en matière

Plus en détail

Charte de communication SMS+ applicable au 01/10/2013

Charte de communication SMS+ applicable au 01/10/2013 Charte de communication SMS+ applicable au 01/10/2013 Principales évolutions : Les principales évolutions par rapport aux versions précédentes ont été surlignées en jaune. Article modifié Charte de communication

Plus en détail

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 (Peine d annulation du permis de conduire pour conduite en état alcoolique en récidive et

Plus en détail

REGLEMENT DU JEU-CONCOURS MEDIA MARKT

REGLEMENT DU JEU-CONCOURS MEDIA MARKT REGLEMENT DU JEU-CONCOURS MEDIA MARKT ARTICLE 1 La société MMS Online Belgium NV/SA (ci-après «Media Markt»), inscrite à la Banque Carrefour des Entreprises sous le n 0846.855.431, RPM de Bruxelles, ayant

Plus en détail

L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 2 décembre 1995 ;

L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 2 décembre 1995 ; Loi n 96-024/ Portant Statut de l ordre des Comptables agréés et Experts-comptables agréés et réglementant les professions de Comptable agréé et d expert-comptable agréé. L Assemblée Nationale a délibéré

Plus en détail

ANNEXE 1 RECOMMANDATIONS DEONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX SERVICES SMS+ / MMS+

ANNEXE 1 RECOMMANDATIONS DEONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX SERVICES SMS+ / MMS+ ANNEXE 1 RECOMMANDATIONS DEONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX SERVICES SMS+ / MMS+ Outre les présentes règles déontologiques, l Editeur de service par SMS/MMS, ci-après l Editeur, s'engage à respecter l ensemble

Plus en détail

Les autorités judiciaires françaises n ont pas mis en œuvre de politique nationale de prévention dans ce domaine.

Les autorités judiciaires françaises n ont pas mis en œuvre de politique nationale de prévention dans ce domaine. COMITE D EXPERTS SUR LE TERRORISME (CODEXTER) CYBERTERRORISME L UTILISATION DE L INTERNET A DES FINS TERRORISTES FRANCE Avril 2008 Kapitel 1 www.coe.int/gmt A. Politique Nationale 1. Existe-t-il une politique

Plus en détail

L'AGENT IMMOBILIER. Attention : les cartes professionnelles déjà délivrées restent valables jusqu à leur date d expiration.

L'AGENT IMMOBILIER. Attention : les cartes professionnelles déjà délivrées restent valables jusqu à leur date d expiration. L'AGENT IMMOBILIER L'agent immobilier est un intermédiaire intervenant dans les opérations d achat, de vente, d échange, de sous-location ou de location de maisons, appartements, fonds de commerce, terrains.

Plus en détail

OBJET : FORMULES DE FINANCEMENT EN PREVISION D OBSEQUES.

OBJET : FORMULES DE FINANCEMENT EN PREVISION D OBSEQUES. MINISTERE DE L INTERIEUR ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Paris, le 20/12/06 Le Ministre d Etat, ministre de l'intérieur et de l aménagement du

Plus en détail

Note relative au projet de loi relatif à la géolocalisation

Note relative au projet de loi relatif à la géolocalisation Note relative au projet de loi relatif à la géolocalisation - 6 janvier 2014 - Le 23 décembre 2013, le Gouvernement a déposé sur le Bureau du Sénat, un projet de loi relatif à la géolocalisation. Ce texte

Plus en détail

Fiche pratique n 22: la protection des données personnelles. I. Les conditions de licéité des traitements de données à caractère personnel

Fiche pratique n 22: la protection des données personnelles. I. Les conditions de licéité des traitements de données à caractère personnel Fiche pratique n 22: la protection des données personnelles Savoir protéger vos données personnelles dans le monde d aujourd hui est primordial. Sachez que la loi vous offre des droits spécifiques que

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993 relative à la protection des informations nominatives, modifiée ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993 relative à la protection des informations nominatives, modifiée ; DELIBERATION N 2015-04 DU 28 JANVIER 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

DÉCISION DEC022/2015-A001/2015 du 1 er juillet 2015

DÉCISION DEC022/2015-A001/2015 du 1 er juillet 2015 DÉCISION DEC022/2015-A001/2015 du 1 er juillet 2015 du Conseil d administration de l Autorité luxembourgeoise indépendante de l audiovisuel concernant une autosaisine à l encontre du service de radio RTL

Plus en détail

Blanchiment d argent : fin de l anonymat des bénéficiaires de sociétés et de fiducies?

Blanchiment d argent : fin de l anonymat des bénéficiaires de sociétés et de fiducies? Blanchiment d argent : fin de l anonymat des bénéficiaires de sociétés et de fiducies? Chantal CUTAJAR Présidente de l OCTFI Directrice du GRASCO (Université de Strasbourg) La Commission des affaires économiques

Plus en détail

Être plus proche, mais pas à n importe quel prix

Être plus proche, mais pas à n importe quel prix TABLE RONDE N 4 Être plus proche, mais pas à n importe quel prix 1 TABLE RONDE N 4 Johanna CARVAIS Direction des affaires internationales et de l expertise CNIL 2 1) Bref rappel des notions contenues dans

Plus en détail

Charte E-mails (Version V2)

Charte E-mails (Version V2) (Version V2) Préambule La présente charte (version V2) est une mise à jour de la charte E-mails initiale (version V1). Elle constitue un code de bonnes pratiques relatives au fonctionnement de l emailing

Plus en détail

RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL

RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL 02/06/2015 En matière de droit du travail, la responsabilité de l employeur peut être engagée dans de nombreuses situations que nous allons examiner ci-dessous.

Plus en détail

Le célèbre «plombier polonais» est revenu récemment

Le célèbre «plombier polonais» est revenu récemment Les sanctions pénales liées au travail illégal dans le cadre des contrats publics La notion de travail illégal regroupe différents types d infractions. La plus répandue en matière de marchés publics est

Plus en détail

3 novembre 2010. 1 Les dernières recommandations du GAFI datent de 2003 et sont au nombre de 40. Elles fixent les grands axes du dispositif de

3 novembre 2010. 1 Les dernières recommandations du GAFI datent de 2003 et sont au nombre de 40. Elles fixent les grands axes du dispositif de 3 novembre 2010 Lignes directrices de la Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes et de Tracfin relatives à la mise en œuvre, par les professionnels visés

Plus en détail

N 3038 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

N 3038 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI N 3038 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 19 août 2015. PROJET DE LOI ratifiant l ordonnance n 2015-380 du

Plus en détail

Règles de bonne conduite applicables à toutes les villes désireuses d obtenir l organisation des Jeux Olympiques. Article 1 : CHAMP D APPLICATION

Règles de bonne conduite applicables à toutes les villes désireuses d obtenir l organisation des Jeux Olympiques. Article 1 : CHAMP D APPLICATION Règles de bonne conduite applicables à toutes les villes désireuses d obtenir l organisation des Jeux Olympiques Texte adopté par la commission exécutive du CIO, Lausanne, 7 février 2007 Article 1 : CHAMP

Plus en détail

LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE

LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE Suite à l examen des modalités de service élaborées par différentes entreprises offrant des services de téléphonie cellulaire, l Union des consommateurs a constaté que

Plus en détail

LOI 614.05 du 21 novembre 2006. sur la Cour des comptes LE GRAND CONSEIL DU CANTON DE VAUD

LOI 614.05 du 21 novembre 2006. sur la Cour des comptes LE GRAND CONSEIL DU CANTON DE VAUD LOI 614.05 du 21 novembre 2006 sur la Cour des comptes LE GRAND CONSEIL DU CANTON DE VAUD vu l article 166 de la Constitution du Canton de Vaud du 14 avril 2003 vu le projet de loi présenté par le Conseil

Plus en détail

Commission Statut et Juridique AH-HP. COMMENTAIRES et OBSERVATIONS sur le PROJET du CODE de DEONTOLOGIE du CONSEIL NATIONAL de l ORDRE des INFIRMIERS

Commission Statut et Juridique AH-HP. COMMENTAIRES et OBSERVATIONS sur le PROJET du CODE de DEONTOLOGIE du CONSEIL NATIONAL de l ORDRE des INFIRMIERS Commission Statut et Juridique AH-HP COMMENTAIRES et OBSERVATIONS sur le PROJET du CODE de DEONTOLOGIE du CONSEIL NATIONAL de l ORDRE des INFIRMIERS Février 2010 1 Origine du code de déontologie Faisant

Plus en détail

CONTRAT DE SOUSCRIPTION OFFRE PUSH-CLASSIQUE

CONTRAT DE SOUSCRIPTION OFFRE PUSH-CLASSIQUE CONTRAT DE SOUSCRIPTION OFFRE PUSH-CLASSIQUE ANNEXE 5 : CONDITIONS SPECIFIQUES AUX APPLICATIONS DE CAT. 3 V7.0 () Bouygues Telecom Société anonyme au capital de 616 661 789.28, immatriculée au RCS Nanterre

Plus en détail

Charte d'hébergement des sites Web

Charte d'hébergement des sites Web Page 1 Charte d'hébergement des sites Web mise à jour : 12/2006 Définitions Serveur Ensemble des matériels destinés à héberger un ou plusieurs sites. Site Ensemble d informations (intégrant documents,

Plus en détail

Commandes Vous pouvez passer vos commandes sur le site du Club :

Commandes Vous pouvez passer vos commandes sur le site du Club : HC U L T I V E Z V O T R E C U R I O S I T E P O U R L H I S T O I R E Commandes Vous pouvez passer vos commandes sur le site du Club : Par Internet http://www.clubhistoire.com Par téléphone 08 92 16 22

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION 1 CONDITIONS GENERALES D UTILISATION CHAMPS D APPLICATION : Les présentes conditions d utilisation ont pour objet de définir les modalités d utilisation pour les éditeurs de blogues du site Made in blog

Plus en détail

Article 1. Enregistrement d un nom de domaine

Article 1. Enregistrement d un nom de domaine Conditions Générales d Utilisation du Service «Nom de domaine pro» Les présentes Conditions Générales d Utilisation ont pour objet de définir les conditions dans lesquelles le Relais Internet, département

Plus en détail

DISPOSITIONS GENERALES D ACCES ET D UTILISATION ACCES SECURISE A L ESPACE ADHERENT AGPM AGPM FAMILLES. Mise en ligne Octobre 2010 version 01

DISPOSITIONS GENERALES D ACCES ET D UTILISATION ACCES SECURISE A L ESPACE ADHERENT AGPM AGPM FAMILLES. Mise en ligne Octobre 2010 version 01 DISPOSITIONS GENERALES D ACCES ET D UTILISATION ACCES SECURISE A L ESPACE ADHERENT AGPM AGPM FAMILLES Mise en ligne Octobre 2010 version 01 TABLE DES MATIERES 1. PREAMBULE... 3 2. DEFINITIONS... 3 3. OBJET...

Plus en détail

Chartes SMS+ applicables au 01/04/2015

Chartes SMS+ applicables au 01/04/2015 Chartes SMS+ applicables au 01/04/2015 Principales évolutions : Les principales évolutions par rapport aux versions précédentes ont été surlignées en jaune. Article modifié Charte de conception Article

Plus en détail

Michel Deruère. Conditions générales de vente

Michel Deruère. Conditions générales de vente Conditions générales de vente Article 1 : Champ d application 1.1 Le présent contrat a pour objet de définir les termes et conditions ainsi que les modalités selon lesquelles MICHEL DERUÈRE fournit les

Plus en détail

Note relative au Projet de Loi de programmation militaire 2014-2019 - 3 décembre 2013 -

Note relative au Projet de Loi de programmation militaire 2014-2019 - 3 décembre 2013 - Note relative au Projet de Loi de programmation militaire 2014-2019 - 3 décembre 2013 - Depuis de nombreuses années, parlementaires et Gouvernements ont étendu les pouvoirs des services spécialisés en

Plus en détail

ANNEXE 1 RECOMMANDATIONS DEONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX SERVICES SMS+ / MMS+

ANNEXE 1 RECOMMANDATIONS DEONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX SERVICES SMS+ / MMS+ ANNEXE 1 RECOMMANDATIONS DEONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX SERVICES SMS+ / MMS+ Outre les présentes règles déontologiques, l Editeur de service par SMS/MMS, ci-après l Editeur, s'engage à respecter l ensemble

Plus en détail

CODE PROFESSIONNEL. déontologie. Code de déontologie sur les bases de données comportementales

CODE PROFESSIONNEL. déontologie. Code de déontologie sur les bases de données comportementales déontologie Code de déontologie sur les bases de données comportementales 1 Code de déontologie sur les bases de données comportementales Préambule Les bases de données comportementales constituées principalement

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Ordonnance n o 2006-344 du 23 mars 2006 relative aux retraites professionnelles supplémentaires NOR

Plus en détail

VENTES AVEC PRIMES ET CADEAUX

VENTES AVEC PRIMES ET CADEAUX VENTES AVEC PRIMES ET CADEAUX 17/06/2015 Les primes et cadeaux offerts à un consommateur par un commerçant sont des procédés tendant à augmenter les ventes. Ces pratiques ont des incidences indirectes

Plus en détail

Circulaire du 7 juillet 2009

Circulaire du 7 juillet 2009 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l économie, de l industrie et de l emploi NOR : ECEC0907743C Circulaire du 7 juillet 2009 concernant les conditions d application de l arrêté du 31 décembre 2008 relatif

Plus en détail

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Texte adopté par la Commission du droit international à sa soixante-troisième session, en 2011, et soumis à l Assemblée générale dans le cadre de

Plus en détail

ecrm: Collecter et exploiter les données prospects et clients en toute légalité en France

ecrm: Collecter et exploiter les données prospects et clients en toute légalité en France ecrm: Collecter et exploiter les données prospects et clients en toute légalité en France Cabestan Livre Blanc Introduction La communication comportementale est une source essentielle de revenus pour un

Plus en détail

Toute utilisation du site www.eau-services.com doit respecter les présentes conditions d utilisation.

Toute utilisation du site www.eau-services.com doit respecter les présentes conditions d utilisation. Mentions légales Toute utilisation du site www.eau-services.com doit respecter les présentes conditions d utilisation. I CONDITIONS D UTILISATION DU SITE Ce Site est soumis à la loi française. En consultant

Plus en détail

Commission nationale de l informatique et des libertés

Commission nationale de l informatique et des libertés Commission nationale de l informatique et des libertés Délibération n o 2012-020 du 26 janvier 2012 portant recommandation relative à la mise en œuvre par les partis ou groupements à caractère politique,

Plus en détail

Les. carnets. de la. déon. La distinction entre publicité et journalisme. Directive. Les carnets de la déontologie

Les. carnets. de la. déon. La distinction entre publicité et journalisme. Directive. Les carnets de la déontologie Les Les carnets de la déontologie carnets Directive de la La distinction entre publicité et journalisme déon Adoptée par le Conseil de déontologie journalistique le 15 décembre 2010 Directive La distinction

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Commentaire de la décision n 2007-557 DC du 15 novembre 2007 Loi relative à la maîtrise de l immigration, à l intégration et à l asile Déposé sur le bureau

Plus en détail

Table des matières. INTRODUCTION Du droit de la consommation au droit du commerce électronique... 15. PARTIE 1 La publicité

Table des matières. INTRODUCTION Du droit de la consommation au droit du commerce électronique... 15. PARTIE 1 La publicité Table des matières Remerciements... 7 Préface... 9 Abréviations utilisées... 13 INTRODUCTION Du droit de la consommation au droit du commerce électronique... 15 PARTIE 1 La publicité CHAPITRE 1 Définition

Plus en détail

DECRET N 13/032 DU 25 JUIN 2013 PORTANT REGLEMENTATION DE L EXERCICE DE LA PROFESSION D EXPERT IMMOBILIER.

DECRET N 13/032 DU 25 JUIN 2013 PORTANT REGLEMENTATION DE L EXERCICE DE LA PROFESSION D EXPERT IMMOBILIER. DECRET N 13/032 DU 25 JUIN 2013 PORTANT REGLEMENTATION DE L EXERCICE DE LA PROFESSION D EXPERT IMMOBILIER. Le Premier Ministre, Vu la Constitution, telle que modifiée et complétée par la Loi n 11/002 du

Plus en détail

Guide juridique de l'utilisateur des systèmes d information des ministères de l éducation nationale, et de l'enseignement supérieur et de la recherche

Guide juridique de l'utilisateur des systèmes d information des ministères de l éducation nationale, et de l'enseignement supérieur et de la recherche Guide juridique de l'utilisateur des systèmes d information des ministères de l éducation nationale, et de l'enseignement supérieur et de la recherche 1/ 10 Sommaire Article I Préambule... 3 Article II

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D ABONNEMENT VIA L OFFRE FRANSAT Valables à compter du 16 décembre 2014

CONDITIONS GENERALES D ABONNEMENT VIA L OFFRE FRANSAT Valables à compter du 16 décembre 2014 CONDITIONS GENERALES D ABONNEMENT VIA L OFFRE FRANSAT Valables à compter du 16 décembre 2014 Le contrat est constitué de la Lettre de Confirmation d abonnement, des Conditions Particulières propres à chaque

Plus en détail