les risques d investissements touristiques

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "les risques d investissements touristiques"

Transcription

1 les risques d investissements touristiques

2 Introduction Plan Première partie: Définitions d investissement Les intervenants au niveau des investissements touristiques au Maroc. La charte d investissement. L impact de la charte d investissement sur le Tourisme. Deuxième partie: Les différents risques d investissement Nécessité de l investissement étranger Les bénéfices escomptés Les risques entravant à l investissement touristique Conclusion

3 Première partie

4 définitions d investissement Z Définition générale: Investir c est se priver de liquidités monétaires immédiates contre l espérance de gains futurs. Autrement dit c est le fait d engager un capital présent et disponible (sous forme de biens matériels, immatériels et circulants) dans l espoir de rentrées futures (à échéance plus ou moins longue avec un degré de réalisation plus ou moins certain)

5 Z Notion comptable : L investissement est assimilé au terme «immobilisation»; c est à dire: «tout bien, meuble ou immeuble, corporel ou incorporel, acquis ou crée par l entreprise, destiné à rester durablement sous la même forme. Z Notion économique : L investissement c est le fait d engager des ressources dans le but d obtenir dans le futur, des résultas, Certes étalés dans le temps, mais d un montant total supérieur à la dépense initiale.

6 Z Notion financière: L investissement est un ensemble de dépenses qui générera sur une large période des revenus.

7 Les intervenants au niveau des investissements Touristiques au Maroc Z Le secteur public : Le secteur public, qui est coiffé par le ministère du tourisme, a pour fonction d assurer l infrastructure, la publicité, les études, la formation professionnelle de plus, il statue en matière d allocations des subventions et d avances de l Etat

8 Z Le secteur semi public : Le secteur semi-public est constitué notamment par des organismes financiers spécialisés qui prêtent assistance au secteur touristique marocain. Il s agit essentiellement du CIH spécialisé dans l octroi direct des prêts pour la construction et l acquisition de logement ainsi que pour la réalisation des projets hôteliers ou à caractère touristique divers. Z Le secteur privé : Le secteur privé est formé par l ensemble des agents de voyages, des hôteliers et corollaires des restaurateurs et qui sont regroupés et organisés sous forme d associations, de syndicats et de fédérations

9 La charte d investissement A. Définition : La charte d investissement est un nouveau code d investissement qui revoit des avantages à tous les secteurs d activités sauf le secteur agricole.

10

11 L impact de la charte d investissement sur le Tourisme Dés l application de la charte d investissement nous avons assisté à un développement considérable en matière d investissement touristique au Maroc et pour la 1ére fois, le Maroc a affranchi le cap de 9 millions de touristes.

12 deuxième partie Risques d investissements touristiques

13 Investissement étranger: une nécessité z Remède aux faiblesses de l offre touristique locale, publique ou privée par l apport de capitaux, de savoir- faire, de marques z Mise aux normes internationales de l offre touristique locale z Rôle catalyseur pour la définition de produits adaptés aux attentes du consommateurs et aux tendances du marché z Promotion du pays par la mise des produits en catalogue

14 Des bénéfices escomptés importants Développement du secteur touristique = puissant effet d entraînement et de structuration sur le reste de z Effets directs : l économie et de la société : } Contribution à l équilibre de la balance des paiements: flux d IDE entrant pour la réalisation des projets + devises étrangères apportées par les touristes } Développement d activités à fort contenu en emploi et faible contenu en importations z Impact indirect : } Développement des infrastructures (transport, télécoms, etc.) } Mise à niveau de l offre locale connexe de services et biens de consommation

15 et des risques tout aussi importants z Forte dépendance: } Dans certaines économies de la région, le tourisme représente une part importante du PIB z Risque politique z Déséquilibre dans le partage de la valeur ajoutée: } La demande, principalement étrangère (tourisme international de loisir) est surtout satisfaite par des opérateurs étrangers, à tous les maillons de la chaîne: prestataires de transport, fournisseurs d hébergement et de restauration, producteurs de voyages, distributeurs z Pouvoir de marché disproportionné des tour opérateurs occidentaux: } Offre globale avec mise en concurrence des grandes destinations mondiales (encore

16 z Défaut de diversification de l offre qui accroît la vulnérabilité à: } la saisonnalité marquée des activités (tourisme balnéaire estival) } et à la concurrence avec destinations alternatives z Incertitudes sur l évolution effective du marché } Impact du vieillissement de la population occidentale } Sur-investissements difficiles à rentabiliser z Impacts environnementaux et sociaux négatifs du tourisme de masse très concentrée: } Dégradation des sites, pratiques illégales de construction } Congestion saisonnière (eau, trafic etc.), hausse des prix } Effet perturbateur sur les sociétés locales z Médiocre qualité des emplois peu qualifiés, peu rémunérés et saisonniers

17 Autres risques : - La lourdeur des B- La complexitéc- Un régime démarches du régime fiscale administratives foncier : marocain: pénalisant: :

18 A- La lourdeur des démarches administratives : La lourdeur et la complexité des procédures administratives constituent un véritable «goulot d étranglement» qui rend inefficace le dispositif réglementaire au Maroc (les codes et la charte) ; En effet, l opération d investissement au Maroc nécessitait un ensemble de conditions, qui s avéraient inutiles pour la plupart des investisseurs.

19 B- La complexité du régime foncier marocain: L indisponibilité, le coût excessif, la multiplicité des intervenants propriétaires des bases foncières et l absence d infrastructure d ordre touristique, constituent les principaux handicaps à la réalisation effective des intentions d investissements enregistrées au Maroc. Pour expliquer d avantage ceci, on ajoute que le Maroc dispose d un régime foncier complexe, qui reconnaît la propriété personnelle du terrain sur certain (Melk,Habous, Guich),ces terrains sont en effet, difficiles à acquérir et empêchent la réalisation de plusieurs projets d investissement.

20 C- Un régime fiscal pénalisant La fiscalité reste la principale cause du malaise de l investissement touristique au Maroc. De ce fait, l énorme poids fiscal pesant sur l ensemble des opérateurs du secteur demeure un réel fardeau, et constitue une enclave structurelle pour l efflorescence du secteur.

21 Conclusion z L avenir est dans la qualité, le sur-mesure et dans la différenciation z Les objectifs trop quantitatifs de certaines politiques de développement font craindre le pire z Plusieurs facteurs (coût de l'énergie, goûts des consommateurs, temps de séjour raccourcis) vont faire évoluer la demande vers un tourisme de proximité, plus écologique, plus diversifié, basé sur la rencontre avec des habitants ou des cultures -et plus seulement le tourisme balnéaire estival standardisé. Dans le cadre de la promotion de l investissement touristique, le Maroc a pris un certain nombre de dispositions et engagements afin de faciliter la tâche aux entrepreneurs privés.

Loi n 2013/004 du 18 Avril 2013 fixant les incitations à l investissement privé en République du Cameroun

Loi n 2013/004 du 18 Avril 2013 fixant les incitations à l investissement privé en République du Cameroun Loi n 2013/004 du 18 Avril 2013 fixant les incitations à l investissement privé en République du Cameroun L Assemblée Nationale a délibéré et adopté, le Président de la République promulgue la loi dont

Plus en détail

Décret n 82-179 du 15 mai 1982 fixant le contenu et le mode de financement des oeuvres sociales, p. 709.J.O.R.A. N 20 DU 18/05/1982

Décret n 82-179 du 15 mai 1982 fixant le contenu et le mode de financement des oeuvres sociales, p. 709.J.O.R.A. N 20 DU 18/05/1982 Décret n 82-179 du 15 mai 1982 fixant le contenu et le mode de financement des oeuvres sociales, p. 709.J.O.R.A. N 20 DU 18/05/1982 Le Président de la République, Vu la constitution, notamment ses articles

Plus en détail

Sénégal. Code des investissements

Sénégal. Code des investissements Code des investissements Loi n 2004-06 du 6 février 2004 [NB - Loi n 2004-06 du 6 février 2004 portant Code des investissements Modifiée par la loi n 2012-32 du 31 décembre 2012] Titre 1 - Définitions

Plus en détail

L e C i r c u i t é c o n o m i q u e

L e C i r c u i t é c o n o m i q u e L e C i r c u i t é c o n o m i q u e C est un schéma qui résume les relations qui se produisent entre les agents économiques. En fait ces relations sont des flux économiques. Un flux économique et les

Plus en détail

Document d information Budget du Québec 2015-2016

Document d information Budget du Québec 2015-2016 Document d information Budget du Québec 2015-2016 27 mars 2015 LE BUDGET EN BREF 3 FORMATION ET ÉDUCATION Déclarations pertinentes Discours sur le budget 4 Explication des mesures 5 1- Adapter la formation

Plus en détail

L incidence spatiale des politiques publiques

L incidence spatiale des politiques publiques Chaire Politiques publiques et durabilité PPD Prof. Peter Knoepfel Université d automne des acteurs politiques suisses Module 2 : enjeux de politique nationale - L incidence spatiale des politiques publiques

Plus en détail

LA MICROFINANCE Un levier de développement mais à quelles conditions?

LA MICROFINANCE Un levier de développement mais à quelles conditions? LA MICROFINANCE Un levier de développement mais à quelles conditions? Abderrahim BOUAZZA Directeur de la Supervision Bancaire La microcrédit dans la région: un secteur encadré et orienté vers le tissu

Plus en détail

Centre Communal d Action Sociale. Rapport d activités 2012

Centre Communal d Action Sociale. Rapport d activités 2012 Centre Communal d Action Sociale Rapport d activités 2012 Le contexte Liffréen et le public reçu Contexte Liffréen et public reçu La population légale de la commune au 1 er janvier 2013 s établit à 6 829

Plus en détail

Ordonnance sur les améliorations structurelles (OAS)

Ordonnance sur les améliorations structurelles (OAS) Département fédéral de l'économie, de la formation et de la recherche DEFR Office fédéral de l agriculture OFAG Ordonnance sur les améliorations structurelles (OAS) Initiatives collectives des producteurs

Plus en détail

Détail du programme par Unité d Enseignement

Détail du programme par Unité d Enseignement Détail du programme par Unité d Enseignement UE 1 - INTRODUCTION AU DROIT : 150 heures / 12 ECTS Semestre 1 : 6 ECTS 1. Introduction générale au droit 1.1 Prolégomènes 1.2 Les sources du droit 1.3 La preuve

Plus en détail

Les organismes nationaux de réglementation dans les pays en développement: le VoIP et les questions de politique réglementaire

Les organismes nationaux de réglementation dans les pays en développement: le VoIP et les questions de politique réglementaire Séminaire régional sur les coûts et tarifs pour les pays membres du Groupe TAF Bamako (Mali), 7-9 avril 2003 Les organismes nationaux de réglementation dans les pays en développement: le VoIP et les questions

Plus en détail

ETUDE DE MARCHÉ & POLITIQUE COMMERCIALE. Quelles démarches?

ETUDE DE MARCHÉ & POLITIQUE COMMERCIALE. Quelles démarches? ETUDE DE MARCHÉ & POLITIQUE COMMERCIALE Quelles démarches? DÉFINITION Une étude de marché est un travail de collecte et d analyse d informations ayant pour but d identifier les caractéristiques d un marché.

Plus en détail

SCHEMA ACCUEIL HEBERGEMENT INSERTION

SCHEMA ACCUEIL HEBERGEMENT INSERTION SCHEMA ACCUEIL HEBERGEMENT INSERTION DU PAS-DE-CALAIS 2007-2012 2012 0 SCHEMA DEPARTEMENTAL ACCUEIL HEBERGEMENT INSERTION DU PAS-DE-CALAIS Préambule 4 Préambule Le présent document constitue le troisième

Plus en détail

Évolution des paniers de consommation et des indices des prix des services des télécommunications au Maroc sur la période 2008-2011 Rapport public

Évolution des paniers de consommation et des indices des prix des services des télécommunications au Maroc sur la période 2008-2011 Rapport public Évolution des paniers de consommation et des indices des prix des services des télécommunications au Maroc sur la période 2008-2011 Rapport public Février 2012 Évolution des paniers et Indices des prix

Plus en détail

La réforme institutionnelle des déplacements urbains au Maroc Un levier de développement durable

La réforme institutionnelle des déplacements urbains au Maroc Un levier de développement durable ROYAUME DU MAROC Ministère de l Intérieur DGCL DPE La réforme institutionnelle des déplacements urbains au Maroc Un levier de développement durable Par M. Abdellatif CHADALI Directeur de la Planification

Plus en détail

Préfecture de Guadeloupe Sous-Préfète chargée de mission Rue Lardenoy 97100 BASSE TERRE. aapess@guadeloupe.pref.gouv.fr.

Préfecture de Guadeloupe Sous-Préfète chargée de mission Rue Lardenoy 97100 BASSE TERRE. aapess@guadeloupe.pref.gouv.fr. Soutien de l économie sociale et solidaire APPEL A PROJETS DOSSIER DE CANDIDATURE Le dossier complet est à déposer à minuit au plus tard le 15 juillet 2016 sous forme postale à Préfecture de Guadeloupe

Plus en détail

Vu le code des postes et télécommunications, et notamment son article L. 36 7 ;

Vu le code des postes et télécommunications, et notamment son article L. 36 7 ; Avis n 00 1026 de l Autorité de régulation des télécommunications en date du 4 octobre 2000 sur les décisions tarifaires de France Télécom n 00 090 relative à la commercialisation des contrats "Ligne Locale"

Plus en détail

STATUTS. Article 2. Création de la Communauté de Communes

STATUTS. Article 2. Création de la Communauté de Communes STATUTS Article 1 Création de la Communauté de Communes En application de l article 69 et 71 de la loi n 92-125 du 6 Février 1992 relative à l Administration Territoriale de la République et des dispositions

Plus en détail

STATUTS SYNDICAT MIXTE DU PAYS DE LA VALLEE DE LA DORDOGNE

STATUTS SYNDICAT MIXTE DU PAYS DE LA VALLEE DE LA DORDOGNE STATUTS SYNDICAT MIXTE DU PAYS DE LA VALLEE DE LA DORDOGNE I. DISPOSITIONS GENERALES Article 1 CONSTITUTION Un Syndicat Mixte est constitué sous la forme d un syndicat mixte dit «fermé» au sens des dispositions

Plus en détail

charte marocaine DU TOURISME RESPONSABLE avec bande.indd 2 22/01/2016 14:31:10

charte marocaine DU TOURISME RESPONSABLE avec bande.indd 2 22/01/2016 14:31:10 charte marocaine DU TOURISME RESPONSABLE avec bande.indd 2 22/01/2016 14:31:10 www.tourisme.gov.ma 2D DAMA avec bande.indd 1 22/01/2016 14:31:09 Le tourisme est un important vecteur de développement économique,

Plus en détail

Fonds social européen Fonds européen de développement régional Fonds européen agricole pour le développement rural Fonds européen pour la pêche

Fonds social européen Fonds européen de développement régional Fonds européen agricole pour le développement rural Fonds européen pour la pêche Comité de suivi des programmes européens de la période 2007-2013 Dossier de Presse FSE FEDER FEADER FEP Fonds social européen Fonds européen de développement régional Fonds européen agricole pour le développement

Plus en détail

Budget 2017 de l Etat de Fribourg

Budget 2017 de l Etat de Fribourg Finanzdirektion FIND Budget 2017 de l Etat de Fribourg Conférence de presse, 26 septembre 2016 Conférence de presse / 26 septembre 2016 1 Partie 1 Résultats généraux Conférence de presse / 26 septembre

Plus en détail

Dîner-débat : «Combattre le chômage, les solutions des patrons alsaciens» *** Vendredi 27 Mars 2015, Hôtel Europe à Horbourg-Wihr

Dîner-débat : «Combattre le chômage, les solutions des patrons alsaciens» *** Vendredi 27 Mars 2015, Hôtel Europe à Horbourg-Wihr Dîner-débat : «Combattre le chômage, les solutions des patrons alsaciens» *** Vendredi 27 Mars 2015, Hôtel Europe à Horbourg-Wihr Déroulement : 1. Constat : L emploi en Alsace Lucas Fattori, responsable

Plus en détail

Rencontre sur les Stratégies de promotion locale du territoire et la promotion touristique

Rencontre sur les Stratégies de promotion locale du territoire et la promotion touristique Rencontre sur les Stratégies de promotion locale du territoire et la promotion touristique RENCONTRE SUR LES STRATEGIES DE PROMOTION LOCALE ET LA PROMOTION TOURISTIQUE 30 et 31 Mars 2016 COMMUNE URBANE

Plus en détail

Déclaration de l Impôt Sur le Revenu Des Personnes Physiques

Déclaration de l Impôt Sur le Revenu Des Personnes Physiques REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES IMPOTS Déclaration de l Impôt Sur le Revenu Des Personnes Physiques Code acte (1) Revenu de l'exercice N du registre de commerce N CIN

Plus en détail

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION ET DE LA FORMATON DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES ET DE LA FORMATION CONTINUE -------------------------- DIRECTION DES PROGRAMMES ET DES MANUELS SCOLAIRES

Plus en détail

LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES

LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES Les collectivités locales en chiffres LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES CHAPITRE 3 Présentation - Définitions 32 3-1 Les administrations publiques locales dans les comptes de la Nation

Plus en détail

CESSIONS D'ELEMENTS D ACTIF - PRINCIPES et ASPECTS FISCAUX

CESSIONS D'ELEMENTS D ACTIF - PRINCIPES et ASPECTS FISCAUX CESSIONS D'ELEMENTS D ACTIF - PRINCIPES et ASPECTS FISCAUX Objectif(s) : o Conséquences comptables des opérations de cessions, o Aspects fiscaux. Pré-requis : o Maîtrise des amortissements et dépréciations,

Plus en détail

La filière bois, un enjeu majeur pour l avenir de la Guyane? Agence de Guyane Réunion économique Novembre 2016

La filière bois, un enjeu majeur pour l avenir de la Guyane? Agence de Guyane Réunion économique Novembre 2016 La filière bois, un enjeu majeur pour l avenir de la Guyane? Agence de Guyane Réunion économique Novembre 2016 42 % de la population a moins de 20 ans Âges Pyramide des âges en 1995 et en 2015 95 ans ou

Plus en détail

L Andorre: une nouvelle opportunité en Europe. Joan Miquel Rascagneres

L Andorre: une nouvelle opportunité en Europe. Joan Miquel Rascagneres L Andorre: une nouvelle opportunité en Europe Joan Miquel Rascagneres 1 I. L essentiel de l Andorre 2 1. Économie Les chiffres de l économie: - Population: 70.000 habitants - PIB: 2,5 milliards d euros.

Plus en détail

Budget Citoyen. 9ème édition du Colloque International sur : «La Modernisation de l Administration Publique et la Gouvernance»

Budget Citoyen. 9ème édition du Colloque International sur : «La Modernisation de l Administration Publique et la Gouvernance» Royaume du Maroc MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DU BUDGET 1 Budget Citoyen 9ème édition du Colloque International sur : «La Modernisation de l Administration Publique et la Gouvernance»

Plus en détail

La libéralisation des investissements et l Afrique: le cas du secteur extractif

La libéralisation des investissements et l Afrique: le cas du secteur extractif La libéralisation des investissements et l Afrique: le cas du secteur extractif Kabinet CISSE, Economiste Directeur Exécutif du CECIDE (Guinée-Conakry) E-Mail: cecideomc@yahoo.fr En filigrane Rappel contextuel

Plus en détail

FILIÈRE CONCERNÉE : Plantes à Parfum, Aromatiques et Médicinales.

FILIÈRE CONCERNÉE : Plantes à Parfum, Aromatiques et Médicinales. DÉCISION DU DIRECTEUR GÉNÉRAL DE FRANCEAGRIMER MEP/SMEF/ Délégation nationale de VOLX. BP 8 25 Rue Maréchal Foch 04130 VOLX Dossier suivi par : Denis Cartier-Millon Tel. : 04.92.79. 34.55 E-mail : denis.cartier-millon@franceagrimer.fr

Plus en détail

CONTRIBUTION L éco-construction

CONTRIBUTION L éco-construction CONTRIBUTION L éco-construction Conseil de développement Groupe développement 22-Fév-11 Sommaire 1. Introduction... 3 Qu est-ce qu un habitat?... 3 2. Enjeux... 3 3. Objectifs généraux de l éco-construction

Plus en détail

COPROPRIÉTAIRES SOYEZ COPRO-ACTIFS! Un accompagnement sur-mesure pour une gestion durable des copropriétés

COPROPRIÉTAIRES SOYEZ COPRO-ACTIFS! Un accompagnement sur-mesure pour une gestion durable des copropriétés COPROPRIÉTAIRES SOYEZ COPRO-ACTIFS! Un accompagnement sur-mesure pour une gestion durable des copropriétés Chef de file en matière d habitat depuis plus de 30 ans, la Communauté urbaine du Grand Nancy

Plus en détail

ADMINISTRATION DE PILOTAGE DES LAURENTIDES RÉSUMÉ DU PLAN D ENTREPRISE 2012-2016 RÉSUMÉ DU BUDGET D EXPLOITATION RÉSUMÉ DU BUDGET D INVESTISSEMENT

ADMINISTRATION DE PILOTAGE DES LAURENTIDES RÉSUMÉ DU PLAN D ENTREPRISE 2012-2016 RÉSUMÉ DU BUDGET D EXPLOITATION RÉSUMÉ DU BUDGET D INVESTISSEMENT ADMINISTRATION DE PILOTAGE DES LAURENTIDES RÉSUMÉ DU PLAN D ENTREPRISE 2012-2016 RÉSUMÉ DU BUDGET D EXPLOITATION 2012 RÉSUMÉ DU BUDGET D INVESTISSEMENT 2012 FÉVRIER 2012 Résumé du plan L orientation stratégique

Plus en détail

Fiscalités appliquées aux opérateurs de téléphonie mobile en Centrafrique

Fiscalités appliquées aux opérateurs de téléphonie mobile en Centrafrique Fiscalités appliquées aux opérateurs de téléphonie mobile en Centrafrique Séminaire sur les coûts et les tarifs SG3RG-AFR, Février 2013 - Caire (Egypte) Djallo AMADOU Agence de Régulation des télécommunications

Plus en détail

3.2. Préservation et valorisation de l environnement

3.2. Préservation et valorisation de l environnement 3.2. Préservation et valorisation de l environnement 3.2.1. Espaces naturels 3.2.1.1. Prévention des risques de pollution maritime Objet de l aide : Inscrire le transport maritime dans une perspective

Plus en détail

Le tourisme : un enjeu de développement économique

Le tourisme : un enjeu de développement économique Réseau de Villes Brioude Issoire Saint-Flour Le tourisme : un enjeu de développement économique 7 novembre 2014 Eléments de contexte Contexte national 80 millions de visiteurs (1 er rang devant US et Chine)

Plus en détail

Plan de classification des documents

Plan de classification des documents Plan de classification des documents Suivi des versions Norme ISO N 15489 Version Date Auteur Modification V2 2013-08-20 Musées de la civilisation Liste des séries du plan 01 Administration et gestion

Plus en détail

L économie de proximité en Dordogne

L économie de proximité en Dordogne L économie de proximité en Dordogne LE CONTEXTE DEPARTEMENTAL Date L environnement Grand département rural d intérieur Aucune grande ville : Bordeaux à 1H30, Toulouse à 2H30 Plus de 550 communes Un potentiel

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE. 2ème Bac Sciences Economiques

ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE. 2ème Bac Sciences Economiques ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE 2ème Bac Sciences Economiques Première partie: Les concepts économiques de base 1- Le Marché 27/09/2014 Année scolaire 2014-2015 Mr Larbi TAMNINE Important: Pour les remarques

Plus en détail

FIP DIRECTION FRANCE N 1

FIP DIRECTION FRANCE N 1 P O FIP DIRECTION FRANCE N 1 I C ISIN A : FR0013050986 France :1 ère destination touristique, 4 ème pour les revenus tirés du tourisme*... [La] part [du tourisme] dans l économie - en France, 7% du PIB

Plus en détail

Les Philippines : opportunités et défis

Les Philippines : opportunités et défis Les Philippines : opportunités et défis Medef International Nos valeurs : l'ouverture, la loyauté, l'engagement, l'esprit d'équipe Une économie solide au sein de l ASEAN Indicateurs clés de l économie

Plus en détail

Politique d investissement du Fonds de développement et de promotion touristique de la Matawinie

Politique d investissement du Fonds de développement et de promotion touristique de la Matawinie Politique d investissement du Fonds de développement et de promotion touristique de la Matawinie Préambule La politique d investissement de la MRC de Matawinie repose sur la base de la viabilité. Celle-ci

Plus en détail

Le tourisme au Maroc

Le tourisme au Maroc Le tourisme au Maroc Atouts naturels Introduction Promotion du secteur touristique Priorité nationale «vision 2010» La Problématique Quels sont les moyens mis en œuvre par le gouvernement marocain, afin

Plus en détail

CADRE LOGIQUE DU FONCTIONNEMENT DES STRUCTURES DU MOUVEMENT SPORTIF SCOLAIRE ET UNIVERSITAIRE NATIONAL

CADRE LOGIQUE DU FONCTIONNEMENT DES STRUCTURES DU MOUVEMENT SPORTIF SCOLAIRE ET UNIVERSITAIRE NATIONAL MINISTERE DE LA PROMOTION DE REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DES LOISIRS Union-Discipline-Travail --------------------- ------------- OFFICE IVOIRIEN DES SPORTS SCOLAIRES ET UNIVERSITAIRES

Plus en détail

DOCUMENT DE SOUMISSION EN VUE DE LA SELECTION. Premier appel à projets «Plates-formes mutualisées d innovation»

DOCUMENT DE SOUMISSION EN VUE DE LA SELECTION. Premier appel à projets «Plates-formes mutualisées d innovation» DOCUMENT DE SOUMISSION EN VUE DE LA SELECTION Premier appel à projets «Plates-formes mutualisées d innovation» RECOMMANDATIONS SUR LA REDACTION DU DOCUMENT Le présent document a pour but d aider et d accompagner

Plus en détail

Les enjeux du. Tourisme équitable. Page 1. Rotary de l'ain Janvier 2010

Les enjeux du. Tourisme équitable. Page 1. Rotary de l'ain Janvier 2010 Les enjeux du Tourisme équitable Page 1 le Tourisme qu est ce que c est? Aérien Maritime Ferroviaire Automobile Hôtellerie V Vacances Camping Immobilier loisirs Tour opérateur Agence de voyage Office de

Plus en détail

Formation des membres des CE Pôle Politique du travail

Formation des membres des CE Pôle Politique du travail Formation des membres des CE Dossier d agrément Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l Emploi Pôle Politique du travail 23/25, rue Borde 132285 MARSEILLE

Plus en détail

Genève: une agriculture dans un contexte péri-urbain

Genève: une agriculture dans un contexte péri-urbain Genève: une agriculture dans un contexte péri-urbain Terres en Villes 2 juillet 2008 François Erard AgriGenève 1 La Suisse: une confédération de (20 + 6 ½) 26 cantons Surface totale: 4 128 500 ha Surface

Plus en détail

L Administration de l aéroport international d Ottawa. Établir des liens avec le monde

L Administration de l aéroport international d Ottawa. Établir des liens avec le monde L Administration de l aéroport international d Ottawa Établir des liens avec le monde Novembre 2008 Y YOW L aéroport de la capitale du Canada L Aéroport international (Macdonald-Cartier) d Ottawa (AIO),

Plus en détail

CONSEIL GENERAL DE LA VIENNE

CONSEIL GENERAL DE LA VIENNE CONSEIL GENERAL DE LA VIENNE REUNION DU CONSEIL GENERAL DU 17 DECEMBRE 2010 BP 2011 COMMISSION DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE, DE LA COOPERATION INTERNATIONALE ET DE LA SECURITE CIVILE Direction Générale

Plus en détail

Rencontre sur les Stratégies de promotion locale du territoire et la promotion touristique

Rencontre sur les Stratégies de promotion locale du territoire et la promotion touristique Rencontre sur les Stratégies de promotion locale du territoire et la promotion touristique Culture et tourisme à ASILAH: Etat des lieux et perspectives EJBARI Zouhair Enseignant à la FSJEST Groupe de recherche

Plus en détail

Des touristes occidentaux. De l ensemble du «monde occidental». Pour visiter, découvrir culturellement un autre pays.

Des touristes occidentaux. De l ensemble du «monde occidental». Pour visiter, découvrir culturellement un autre pays. Qui sont les personnes visibles ici? Pompéi Des touristes occidentaux. Migrants africains Des réfugiés locaux : ils viennent du Congo. D où viennentelles? De l ensemble du «monde occidental». Pour fuir

Plus en détail

Franchir une frontière n est jamais sans incertitude pour un

Franchir une frontière n est jamais sans incertitude pour un Introduction Franchir une frontière n est jamais sans incertitude pour un investisseur. Mais l environnement des «pays émergents» crée des risques particuliers : il n est pas indifférent de travailler

Plus en détail

allégements fiscaux Service de l économie, du logement et du tourisme (SELT) Promotion économique

allégements fiscaux Service de l économie, du logement et du tourisme (SELT) Promotion économique Service de l économie, du logement et du tourisme (SELT) Promotion économique Nestlé, Vevey Alain Herzog / EPFL allégements fiscaux création, implantation et développement d entreprises EE TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

A qui profite le tourisme?

A qui profite le tourisme? 4ème Assises Internationales du Tourisme et de l'economie Solidaire Colmar 6 novembre 2013 A qui profite le tourisme? ou comment comparer les retombées économiques du tourisme de masse et du tourisme solidaire

Plus en détail

ETUDE COMPAREE DE LA FISCALITE DU DON EN EUROPE

ETUDE COMPAREE DE LA FISCALITE DU DON EN EUROPE ETUDE COMPAREE DE LA FISCALITE DU DON EN EUROPE Pays Allemagne Belgique Espagne France Italie Royaume- Uni Suisse Bund (fédération) Régime général des OSBL Impôt sur le revenu Impôt sur les sociétés Impôt

Plus en détail

Le régime fiscal des associations loi 1901

Le régime fiscal des associations loi 1901 Le régime fiscal des associations loi 1901 1 Sommaire I) Le principe de la fiscalité associative II) Comment déterminer son statut fiscal III) Les impôts IV) Les exonérations possibles V) Les factures

Plus en détail

ANNEXE 3 A L'ARRETE ROYAL FIXANT LE PLAN COMPTABLE APPLICABLE A L ETAT FEDERAL, AUX COMMUNAUTES, AUX REGIONS ET A LA COMMISSION COMMUNAUTAIRE COMMUNE

ANNEXE 3 A L'ARRETE ROYAL FIXANT LE PLAN COMPTABLE APPLICABLE A L ETAT FEDERAL, AUX COMMUNAUTES, AUX REGIONS ET A LA COMMISSION COMMUNAUTAIRE COMMUNE ANNEXE 3 A L'ARRETE ROYAL FIXANT LE PLAN COMPTABLE APPLICABLE A L ETAT FEDERAL, AUX COMMUNAUTES, AUX REGIONS ET A LA COMMISSION COMMUNAUTAIRE COMMUNE TABLEAU DE SYNTHESE DU COMPTE RECAPITULATIF DES OPERATIONS

Plus en détail

Possédant des atouts naturels importants et un patrimoine culturel riche et diversifié, le Maroc a opté pour la promotion du secteur touristique en

Possédant des atouts naturels importants et un patrimoine culturel riche et diversifié, le Maroc a opté pour la promotion du secteur touristique en LA VISION 2010 Le plan I- La vision 2010 en bref A- Définition B- Stratégies C- Objectifs D- L accord cadre et l accord d application E-Chantiers F-Atouts G-Grands axes du relancement du tourisme a-formation

Plus en détail

Le Plan de développement durable : son encadrement légal. par Léopold Gaudreau, sous-ministre adjoint

Le Plan de développement durable : son encadrement légal. par Léopold Gaudreau, sous-ministre adjoint Le Plan de développement durable : son encadrement légal par Léopold Gaudreau, sous-ministre adjoint Présentation à la journée de travail sur l intégration des principes de développement durable dans les

Plus en détail

1 CADRE GENERAL DE LA POLITIQUE DE COHESION...

1 CADRE GENERAL DE LA POLITIQUE DE COHESION... 9 SOMMAIRE 1 CADRE GENERAL DE LA POLITIQUE DE COHESION... 15 1.1 INFORMATIONS UTILES SUR LA RÉPUBLIQUE TCHÈQUE...15 1.1.1 Présentation de la République tchèque...15 1.1.2 Indicateurs macroéconomiques dépuis

Plus en détail

Projet de campagne enchères inversées «Choisirsonfioul»

Projet de campagne enchères inversées «Choisirsonfioul» Projet de campagne enchères inversées «Choisirsonfioul» Le fioul en France 3 ème énergiedechauffageaprèsl électricitéetlegaz Prèsde4millionsdeménageschauffésaufioul +- 1.000.000 logements chauffés au fioul

Plus en détail

PROGRAMME D ACTION 2013-2018 EAU POTABLE. Aides financières Rhône Méditerranée Corse. Établissements publics de coopération intercommunale

PROGRAMME D ACTION 2013-2018 EAU POTABLE. Aides financières Rhône Méditerranée Corse. Établissements publics de coopération intercommunale PROGRAMME D ACTION 2013-2018 Aides financières Rhône Méditerranée Corse EAU POTABLE Collectivités locales Établissements publics de coopération intercommunale PROTECTION DES CAPTAGES D EAU POTABLE Mettre

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC HAUT COMMISSARIAT AU PLAN DIRECTION DE LA COMPTABILITE NATIONALE

ROYAUME DU MAROC HAUT COMMISSARIAT AU PLAN DIRECTION DE LA COMPTABILITE NATIONALE ROYAUME DU MAROC HAUT COMMISSARIAT AU PLAN DIRECTION DE LA COMPTABILITE NATIONALE Introduction 3 I Cadre conceptuel du compte satellite du tourisme.. 4 1.1- Présentation générale.. 4 1.2- Architecture

Plus en détail

الجمهورية الجزائرية الديمقراطية الشعبية

الجمهورية الجزائرية الديمقراطية الشعبية الجمهورية الجزائرية الديمقراطية الشعبية REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE Ministère de l Aménagement du Territoire du Tourisme et de l Artisanat Direction Des Systèmes d Information et des

Plus en détail

Le Camping, des Vacances qui changent!

Le Camping, des Vacances qui changent! Le Camping, des Vacances qui changent! Fédération Régionale de l Hôtellerie de Plein Air Rhône-Alpes L offre d hôtellerie de plein air en Rhône-Alpes La région Rhône-Alpes offre le plus grand nombre de

Plus en détail

PRÉSENTATION BUDGET 2017 PTI DÉCEMBRE 2016

PRÉSENTATION BUDGET 2017 PTI DÉCEMBRE 2016 PRÉSENTATION BUDGET 2017 PTI 2017-2018-2019 12 DÉCEMBRE 2016 2 Plan de la présentation Par madame Suzanne Roy, mairesse Introduction Survol et grandes orientations Budget 2017 Les dépenses et les revenus

Plus en détail

Comptes 2015 de l Etat de Fribourg

Comptes 2015 de l Etat de Fribourg Finanzdirektion FIND 2015 de l Etat de Fribourg Conférence de presse, 6 avril 2016 Partie 1 Résultats généraux Revenus et charges > comparaisons comptes / budget 2015 2 Résultats principaux (en mios de

Plus en détail

LE DEVELOPPEMENT URBAIN AU MOYEN-ORIENT ET EN AFRIQUE DU NORD

LE DEVELOPPEMENT URBAIN AU MOYEN-ORIENT ET EN AFRIQUE DU NORD N O T E S E C T O R I E L L E LE DEVELOPPEMENT URBAIN AU MOYEN-ORIENT ET EN AFRIQUE DU NORD Enjeux et opportunités Un crédit de la Banque mondiale pour inciter la croissance et la création d'emplois dans

Plus en détail

Équilibrer c est dans ma nature

Équilibrer c est dans ma nature Message du maire Chères citoyennes, Chers citoyens «Équilibrer c est dans ma nature» En effet, c est avec un souci d équilibre budgétaire que nous vous présentons aujourd hui le budget 2015 de la Ville

Plus en détail

LE RÉSEAU DES ASSOCIATIONS TOURISTIQUES RÉGIONALES

LE RÉSEAU DES ASSOCIATIONS TOURISTIQUES RÉGIONALES LE RÉSEAU DES ASSOCIATIONS TOURISTIQUES RÉGIONALES CATALYSEUR DE L ÉCONOMIE TOURISTIQUE DANS TOUTES LES RÉGIONS DU QUÉBEC 2 e ÉDITION JANVIER 2015 LE RÉSEAU DES ATR 9651 ENTREPRISES ET ORGANISMES Le Québec

Plus en détail

3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011

3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES 3-1 Les administrations publiques locales dans les comptes de la Nation 42 3-2 Les comptes des administrations

Plus en détail

Note explicative de synthèse CA Communauté de Communes des Deux Rives ****

Note explicative de synthèse CA Communauté de Communes des Deux Rives **** Note explicative de synthèse CA 2016 Communauté de Communes des Deux Rives **** Le Compte Administratif 2016 reprend l ensemble des dépenses et des recettes réalisé au cours de l année. Les dépenses du

Plus en détail

EUROVALYS. Société Civile de Placement Immobilier à capital variable SCPI de murs d entreprises et de commerces principalement investie en Allemagne

EUROVALYS. Société Civile de Placement Immobilier à capital variable SCPI de murs d entreprises et de commerces principalement investie en Allemagne EUROVALYS Société Civile de Placement Immobilier à capital variable SCPI de murs d entreprises et de commerces principalement investie en Allemagne Diversifiez votre patrimoine en investissant indirectement

Plus en détail

Note de propositions Consultations prébudgétaires 2014-2015

Note de propositions Consultations prébudgétaires 2014-2015 Rencontre avec Nicolas Marceau, ministre des Finances et de l Économie du Québec, 24 janvier 2014 Note de propositions Consultations prébudgétaires 2014-2015 REPRÉSENTATION POLITIQUE / INFORMATION STRATÉGIQUE

Plus en détail

5 AUTRES IDÉES POUR RÉDUIRE SES IMPÔTS

5 AUTRES IDÉES POUR RÉDUIRE SES IMPÔTS 5 AUTRES IDÉES POUR RÉDUIRE SES IMPÔTS Il existe de multiples aides fiscales liées à la famille, d autres aux personnes dépendantes ou encore aux dons et cotisations. Revue de détail. 1- SE FAIRE AIDER

Plus en détail

AU MALI: Plan de la présentation. Présentation du Doing Business. Objectif et Historique du programme. Mode d intervention. Activités.

AU MALI: Plan de la présentation. Présentation du Doing Business. Objectif et Historique du programme. Mode d intervention. Activités. PROGRAMME DE REFORME AU MALI: AMELIORER LE CLIMAT DES AFFAIRES POUR LE DEVELOPPEMENT DU SECTEUR PRIVE Mahamoud Magassouba Coordinateur du programme IFC Mali 17 Mars 2011 En partenariat avec: Plan de la

Plus en détail

Un littoral touristique aménagé et convoité

Un littoral touristique aménagé et convoité Un littoral touristique aménagé et convoité Le Cap d Agde Sophie Gaudelette (académie de Versailles) La Grande Motte 2 vidéos http://www.ina.fr/fresques/jalons/fichemedia/inaedu01076/une-realisation-importante-de-lamenagement-du-territoire-la-mise-en-valeur-dulanguedoc-roussillon.html

Plus en détail

FIDAL Tunisie AEROSPACE MEETINGS TUNISIE 2010. Comment sécuriser vos investissements en Tunisie d un point de vue juridique et fiscal

FIDAL Tunisie AEROSPACE MEETINGS TUNISIE 2010. Comment sécuriser vos investissements en Tunisie d un point de vue juridique et fiscal AEROSPACE MEETINGS TUNISIE 2010 Comment sécuriser vos investissements en d un point de vue juridique et fiscal Tunis, Hôtel Ramada Plaza Tunis, le 6 juillet 2010 11h50 en bref 1200 avocats 295 millions

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LA LOGIQUE COMPTABLE - Introduction

CHAPITRE 1 : LA LOGIQUE COMPTABLE - Introduction CHAPITRE 1 : LA LOGIQUE COMPTABLE - Introduction Vidéo : Combien gagne réellement une entreprise? CA Conso marchandise = VA salaire taxe apprentissage = EBE Amortissement = REX + R financier = R courant

Plus en détail

Diagnostic stratégique de l entreprise IKEA

Diagnostic stratégique de l entreprise IKEA Diagnostic stratégique de l entreprise IKEA 1 Objectifs / Méthodologie Objectif : Identifier les raisons de succès de l entreprise, ses particularités vis-à-vis des offres semblables et similaires Présenter

Plus en détail

Le «tourisme social» fait depuis bien longtemps partie de notre paysage national, en matière de vacances et de loisirs.

Le «tourisme social» fait depuis bien longtemps partie de notre paysage national, en matière de vacances et de loisirs. Introduction Le «tourisme social» fait depuis bien longtemps partie de notre paysage national, en matière de vacances et de loisirs. Mais, bien souvent, on ne sait plus trop ce qu il recouvre ni quels

Plus en détail

Les arts et la culture au cœur de la stratégie de relance économique

Les arts et la culture au cœur de la stratégie de relance économique Les arts et la culture au cœur de la stratégie de relance économique MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2012 PRÉSENTÉ PAR CULTURE MONTRÉAL AU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMMUNES Le 12 août 2011

Plus en détail

PORTRAIT RÉGIONAL 2016. Auvergne-Rhône-Alpes

PORTRAIT RÉGIONAL 2016. Auvergne-Rhône-Alpes UR E T C E S E AÎTRE L CONN TOUR TELLERIE ISME, HÔ, RESTAU RAT TIVITÉS D ION ET AC PORTRAIT RÉGIONAL 2016 Auvergne-Rhône-Alpes E LOISIRS SOMMAIRE Les chiffres clés du secteur dans la région Le territoire

Plus en détail

Bonne nouvelle pour les agences : les Français conçoivent l achat d un voyage comme un investissement

Bonne nouvelle pour les agences : les Français conçoivent l achat d un voyage comme un investissement Communiqué de presse 25 novembre 2005 Convention Tourcom 2005 Bonne nouvelle pour les agences : les Français conçoivent l achat d un voyage comme un investissement Réalisée par le cabinet d expertise en

Plus en détail

Les programmes de mise à niveau des entreprises Quels enseignements?

Les programmes de mise à niveau des entreprises Quels enseignements? Hervé Bougault, Département de la Recherche, AFD Les programmes de mise à niveau des entreprises Quels enseignements? Tunisie, unisie, Maroc, SénégalS Introduction Présentation de l étude - Objectifs de

Plus en détail

Conception d une Charte graphique pour le Pays d Auge et d un mobilier de signalétique

Conception d une Charte graphique pour le Pays d Auge et d un mobilier de signalétique Cahier des charges Conception d une Charte graphique pour le Pays d Auge et d un mobilier de signalétique 1. OBJET DE LA MISE EN CONCURRENCE OBJET DU MARCHÉ Le présent marché concerne l assistance à maîtrise

Plus en détail

(2) ACTIVITÉS GÉNÉRATRICES DE REVENUS

(2) ACTIVITÉS GÉNÉRATRICES DE REVENUS (2) ACTIVITÉS GÉNÉRATRICES DE REVENUS Dans les 10 premières années de son activité, M&D a concentré toutes ses forces sur les infrastructures villageoises. A la fin des années 90, la question des activités

Plus en détail

Animations touristiques «Sport et nature» dans la Région Tanger-Tétouan. II- Présentation du secteur du tourisme dans la Région

Animations touristiques «Sport et nature» dans la Région Tanger-Tétouan. II- Présentation du secteur du tourisme dans la Région Animations touristiques «Sport et nature» dans la Région Tanger-Tétouan Abdelkrim El Arrim I- Introduction Entrée de la méditerranéen et porte de l Afrique, une position géographique qui a conféré à la

Plus en détail

EVOLUTIONS DES EMPLOIS TOURISTIQUES

EVOLUTIONS DES EMPLOIS TOURISTIQUES EVOLUTIONS DES EMPLOIS TOURISTIQUES Par Béatrice Lévy 1. L EMPLOI SALARIÉ DANS LES ACTIVITÉS CARACTÉRISTIQUES DU TOURISME I.1. L EMPLOI SALARIE Pôle emploi fournit les chiffres de l'emploi salarié au 31

Plus en détail

COMPTES ADMINISTRATIFS ET DE GESTION 2015 BUDGETS PRIMITIFS 2016

COMPTES ADMINISTRATIFS ET DE GESTION 2015 BUDGETS PRIMITIFS 2016 COMPTES ADMINISTRATIFS ET DE GESTION 2015 BUDGETS PRIMITIFS 2016 BUDGET COMMUNAL Résultats des comptes administratif et de gestion 1. RÉSULTATS DE L EXERCICE 2015 RECETTES 2015 (tous les titres de recettes

Plus en détail

Production des Statistiques au Sénégal

Production des Statistiques au Sénégal ATELIER REGIONAL DU PROGRAMME DE RENFORCEMENT DES CAPACITES EN MATIERE DE STATISTIQUES DU TOURISME Production des Statistiques au Sénégal Présenté par : Oumar DIOP SOMMAIRE 1- Sources et Supports de Collecte

Plus en détail

Rapport Financier Semestriel

Rapport Financier Semestriel Rapport Financier Semestriel 30 juin 2008 1. FAITS MARQUANTS DU 1ER SEMESTRE 2008 «FORTE CROISSANCE ET PERSPECTIVES FAVORABLES» CHIFFRES CLÉS En '000 06/2008 06/2007 Chiffre d'affaires 10.470 7.755 Marge

Plus en détail

RAPPORT SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE LA VILLE DE L ASSOMPTION 2016

RAPPORT SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE LA VILLE DE L ASSOMPTION 2016 RAPPORT SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE LA VILLE DE L ASSOMPTION 2016 Chers concitoyens, Chères concitoyennes, Messieurs les conseillers, Mesdames les conseillères, En tant que maire suppléant de L Assomption,

Plus en détail

FISCALITÉ POUR NON-SPÉCIALISTES

FISCALITÉ POUR NON-SPÉCIALISTES FISCALITÉ POUR NON-SPÉCIALISTES Bernard Plagnet FISCALITÉ POUR NON-SPÉCIALISTES Calculer les impôts dus par l entreprise Bien gérer ses bénéfices Faire le lien avec la comptabilité Évaluer les charges

Plus en détail

Rentrée des neiges mardi 15 décembre Valmorel

Rentrée des neiges mardi 15 décembre Valmorel Rentrée des neiges mardi 15 décembre 2015 - Valmorel Le renforcement de l attractivité de la destination par la qualité de l offre et des services Le tourisme : du point de vue du prestataire :. de l activité,.

Plus en détail

Discours du maire. Sur la situation financière de la Ville de Dolbeau-Mistassini 17 novembre 2014

Discours du maire. Sur la situation financière de la Ville de Dolbeau-Mistassini 17 novembre 2014 Discours du maire Sur la situation financière de la Ville de Dolbeau-Mistassini 17 novembre 2014 Introduction L article 474.1 de la Loi sur les cités et villes requiert que le maire fasse rapport sur la

Plus en détail