INTRODUCTION QU EST CE QUE L ÉCOLE À LA MAISON? POUR QUELLES RAISONS DES PARENTS DÉCIDENT-ILS D INSTRUIRE LEURS ENFANTS À LA MAISON?.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INTRODUCTION.- 3 - QU EST CE QUE L ÉCOLE À LA MAISON?.- 5 - POUR QUELLES RAISONS DES PARENTS DÉCIDENT-ILS D INSTRUIRE LEURS ENFANTS À LA MAISON?."

Transcription

1

2 INTRODUCTION QU EST CE QUE L ÉCOLE À LA MAISON? POUR QUELLES RAISONS DES PARENTS DÉCIDENT-ILS D INSTRUIRE LEURS ENFANTS À LA MAISON? HISTOIRE D ALEX ET SYLVIE QUAND LE HOMESCHOOLING TROUVENT LES FAMILLES, OU QUAND ELLES LE RECHERCHENT LA DIVERSITÉ DES MOTIVATIONS PORTRAITS DE PARENTS HOMESCHOOLERS Käthi et Peter Heidi et Ernst Sarah et Sigmund BILDUNG ZU HAUSE : LORSQUE LES PARENTS S UNISSENT POUR DÉFENDRE UNE CAUSE COMMUNE COMMENT ÇA SE PASSE? DESCRIPTION CHEZ LES FAMILLES VISITÉES Une journée à Oberwil Home sweet homeschooling Séjour chez une famille américaine ANALYSE L INSTRUCTION À LA MAISON : UNE MANIÈRE DIFFÉRENTE D APPRENDRE CAPACITÉ ET VOLONTÉ DES PARENTS À ENSEIGNER À DOMICILE CONTRÔLES DE L ETAT «ET LA SOCIALISATION?» Interaction avec d autres enfants Omniprésence parentale et indépendance de l enfant Compréhension et évolution dans la société Intégration au monde du travail et aux études supérieures REGARD SUR L ENFANT CONCLUSION EST-CE QUE ÇA MARCHE? RÉFLEXIONS PERSONNELLES REMERCIEMENTS ANNEXES LEXIQUE LOIS NOTES RÉFLEXION SUR L ENSEIGNEMENT RELIGIEUX PÉDAGOGIE ACTIVE BIBLIOGRAPHIE

3 Introduction Ecole à la maison, enseignement à domicile, instruction familiale, déscolarisation, «homeschooling», «Bildung zu Hause» : voici quelques-uns des termes existants pour désigner ce phénomène particulier auquel j ai décidé de consacrer mon travail de maturité. Comment j en suis venue à m intéresser à ce sujet? Je me rappelle très bien la surprise que j ai éprouvée, il y a maintenant plus d un an, lorsque ma tante vivant en Angleterre m apprit que mes cousins n allaient pas à l école et qu elle se chargeait elle-même de leur instruction à la maison. «N est-ce pas mauvais pour eux?» m entendis-je lui demander ; ses réponses assurées et convaincantes réveillèrent en moi un brin de curiosité. Quelques mois plus tard, dans un quartier de la banlieue londonienne, j eus un petit aperçu de cet univers pas comme les autres Je revins transformée de ce voyage, du moins avec un esprit plus ouvert et une vision positive de ce que j avais découvert à Londres. Je voulais communiquer mon enthousiasme autour de moi, et je me heurtais le plus souvent à des positions méfiantes ou ignorantes : «Mais l école est obligatoire!», «Les pauvres! Je n aimerais pas toujours devoir rester à la maison avec mes parents.», «J en serai incapable, je n ai pas eu la chance de faire des études», «comme pour tout il faut avoir de l argent» et ce qui revenait le plus souvent «et la socialisation?!». Face à ces préjugés négatifs, je ne savais que répondre, et encore moins comment exprimer cette belle impression que j avais eue m étais-je trompée? Mais, après tout, pourquoi devrait-on rester fixé sur la vision que nous impose la société? Pourquoi tout ce qui ne correspond pas à la norme de la majorité devrait être perçu négativement? Il me semble parfois qu habitués au train-train quotidien et pris dans le cercle vicieux de la consommation, nous ne nous posons plus de questions et fermons les yeux sur les contradictions entre certaines valeurs prônées par la société et la réalité de la vie. Prenons donc le temps de nous arrêter et posons notre regard sur ce qui, à première vue, semble étrange, mais qui serait susceptible de nous enrichir C est un peu dans cet état d esprit que j ai décidé de me tourner vers un sujet peu connu et qui ne concerne apparemment qu une infime partie de la population suisse. Carnet de notes et stylo à la main, appareil photo en bandoulière, l esprit éveillé et curieux, j ai mené une petite enquête en cherchant à aborder, entre autres, les thèmes suivants : les motivations des parents, le déroulement d une journée d école à la maison et la question de la socialisation. Un extra-muros en Suisse allemande m a permis de séjourner chez trois familles ayant fait ce choix de vie et de mieux connaître l organisation de Bildung zu Hause, l association suisse pour l éducation à domicile. Ce travail n est pas une étude scientifique avec des chiffres et des statistiques à l appui. Il se base essentiellement sur mes expériences avec les familles rencontrées et les conclusions de ma démarche empirique sont le résultat d une enquête subjective et d une analyse plus objective. Au cours de la lecture, vous constaterez une diversité de styles de rédaction, choisis en fonction de la partie traitée : ne soyez donc pas surpris de voir des définitions et des textes d analyse côtoyer des récits de type journalistique! Ce travail ne pourra sûrement pas fournir des réponses claires et définitives, mais amènera un début de questionnement sur le sujet, confirmera ou viendra nuancer ma première impression sur l école à la maison. Dernière précision concernant mes motivations : si l éducation me tient particulièrement à cœur, c est peut-être parce qu elle est un moyen efficace de lutter contre les calamités de ce monde : l ignorance, désignée par Socrate comme la pire - 3 -

4 d entre elles, ne serait-elle pas la cause de tous les maux? Au lieu d examiner le problème en le prenant par le bout de la lorgnette, ne faudrait-il pas plonger dedans et remonter à sa source? Or, à l origine des maux, c est bien souvent une idée fausse ou un préjugé qui se cache. Pour un monde meilleur, changer les mentalités grâce à l éducation? Mais ceci est un autre débat. Pour l heure, que ce soit la première fois que vous entendiez parler de l enseignement à domicile, que vous n ayez aucun point de vue sur le sujet ou que vous soyez contre cette pratique, je vous invite à vous plonger dans ces pages, en espérant que vous y trouverez de quoi vous échapper un temps de votre sphère privée pour vous évader dans un monde où, qui sait, vous rencontrerez peutêtre des idées qui vous semblaient étrangères, mais qui en réalité se cachent aussi au plus profond de vous Bon voyage! * renvoie au lexique en annexes p.41 (1) renvoie aux notes en annexes p

5 Qu est ce que l école à la maison? L école à la maison* est une forme d éducation* dispensée par les parents à leurs enfants. Elle est une alternative à l école publique et aux établissements privés. Elle résulte du choix des parents de prendre la responsabilité de l instruction de leur(s) enfant(s) et de leur donner un enseignement à la maison. Si aujourd hui c est l Etat qui se charge de l éducation de la majorité des enfants, autrefois cette tâche revenait le plus souvent à la famille. Dans les foyers modestes ou pauvres, la fille apprenait les tâches de la maison avec sa mère et le garçon était initié à son futur métier par son père ou auprès d une corporation. Seul quelques familles aisées possédaient un précepteur et peu nombreux étaient les enfants qui fréquentaient l école lorsque celle-ci était sous la tutelle de l Eglise. L école à la maison était une pratique courante avant l instauration de l enseignement public il y a environ un siècle. C est aux Etats-Unis dans les années 70 que cet enseignement traditionnel connut une véritable renaissance sous le nom d un mouvement appelé homeschooling. L école traversait alors une crise, notamment en raison de son adaptation aux nouvelles conditions liées au phénomène de scolarisation de masse. Cette période fut riche en nouvelles idées sur l éducation et vit la naissance d écoles alternatives, dans un contexte de mouvements de libération comme celui des hippies. Le homeschooling ne peut être attribué à une seule personne, mais l on peut citer le nom de l enseignant et humaniste américain John Holt, qui, après avoir essayé de trouver une solution aux problèmes rencontrés par l école publique, abandonna cette idée pour prôner et défendre l éducation à domicile. Il publia de nombreux ouvrages et un magazine intitulé Growing without school donnant des idées aux familles homeschoolers pour s entraider. Le mouvement s étendit rapidement à de nombreux pays à travers le monde : le Canada, la Nouvelle-Zélande, l Australie, la France, l Espagne, la Grèce, la Suisse, le Mexique, le Japon, la Russie et l Afrique du Sud. Qu en est-il aujourd hui? Il est difficile d établir des chiffres ou des statistiques sur l école à la maison. Une enquête menée en 2003 par le Département fédéral de l éducation révèle qu en quatre ans le nombre d enfants éduqués à la maison aux Etats- Unis aurait augmenté de 29% pour atteindre 1,1 million. (1) Les associations d éducation à domicile du Canada estiment à le nombre d enfants éduqués à la maison dans le pays, alors que selon les statistiques des Ministères de l Education ils étaient 2000 à la fin des années 80! (2) Finalement, une étude de Brian D.Ray indique que le nombre d enfants éduqués à la maison représente aux Etats-Unis 24% du nombre d étudiants dans le privé. (3) En Europe, le mouvement n est pas aussi important mais connaît aussi un essor considérable, notamment en Grande-Bretagne, où il existe de nombreux groupes de soutien. Est-ce que l école à la maison est légale? Aux Etats-Unis, il semble qu après des années de lutte et de procès cette pratique ait été admise dans les cinquante Etats. En Europe, où le phénomène est moins répandu, les lois concernant l instruction en famille varient selon les pays. La loi allemande stipule que les enfants sont obligés d aller à l école : les parents qui s y opposent se voient recevoir une amende ou même être emprisonnés. D autres pays ne mentionnent pas cette possibilité dans la loi (Espagne) ou l acceptent sous certaines conditions concernant la formation d un des parents (Italie). L école à la maison est cependant permise en Angleterre, Irlande, France, Italie et Danemark où la liberté d instruction existe dans la loi et laisse le choix aux parents. C est aussi le cas d une majorité de cantons en Suisse, même si certains interdisent cette pratique ou ne l admettent que si un des parents possède une formation pédagogique. (Voir lois en annexes) - 5 -

6 Pour quelles raisons des parents décident-ils d instruire leurs enfants à la maison? Histoire d Alex et Sylvie Il est environ 14h : le soleil de février illumine le quartier de Carouge. Je descends du tram et cherche l adresse en suivant les instructions que l on m a données par téléphone la veille. En repensant aux s que nous avons échangés, je suis toute excitée à l idée de rencontrer cette mère qui m a invitée chez elle pour répondre à mes questions. Je grimpe quatre à quatre les escaliers du vieil immeuble, frappe à la porte et fais la connaissance de Sylvie, mère de trois enfants, qui m accueillent avec un grand sourire. Elle m invite à prendre place à la table de la salle à manger et à la tutoyer : c est dans une ambiance chaleureuse et décontractée que nous discutons trois heures durant de l éducation à domicile, de pédagogie, des débats actuels sur les notes Cela fera bientôt deux ans que Sylvie scolarise à domicile Alex, son troisième et dernier fils âgé de dix ans et ayant fréquenté l école jusqu en 2P. La raison de ce choix? «Une expérience scolaire catastrophique l ayant conduit à des difficultés psychologiques» m avait écrit sa mère dans un . J ai droit à une version plus complète des faits Dès le jardin d enfants, les parents ont constaté qu Alexandre manquait de confiance en lui et qu'en raison d une acquisition tardive du langage, il avait des difficultés relationnelles, ce qui lui a valu d être suivi par une logopédiste. Mais les choses se sont compliquées lorsqu en 1P il s est retrouvé dans une classe dirigée par un duo de maîtresses «à la pédagogie dangereuse». Bombardé par des commentaires du genre «t as pas encore fini?», «Alexandre avait perdu toute confiance en lui et petit à petit s était résigné à être nul, cancre, moins intelligent que les autres». Après une année de cauchemar, les deux maîtresses diagnostiquent un déficit d attention et recommandent à Alex de la ritaline. Sylvie refuse d entrer en matière, mais est quand même forcée par l inspectrice à consulter une pédopsychiatre. Celle-ci confirmera ce dont la mère n a jamais douté : Alex ne souffre d aucun déficit d attention ni d hyperactivité, mais il subit un gros stress dont Sylvie commence à deviner l origine Réunion avec les représentants scolaires : malgré le bilan de la pédopsychiatre, le duo infernal insiste pour placer Alex dans une classe spécialisée. Pour Sylvie, c en est trop! Avec son mari, elle prend conscience des limites de l école publique et se tourne vers le secteur privé, auquel elle doit très vite renoncer : les écoles sont hors de prix ou offrent une pédagogie qu elle désapprouve. C est grâce à Internet que les parents d Alex lisent des témoignages de personnes faisant l école à domicile. «C était une alternative qui ne m avait même pas effleuré l esprit, n ayant aucune connaissance en matière d enseignement.» En consultant la loi fédérale, elle découvre que «tout parent suisse a le droit d enseigner à ses enfants.» Encouragée par son mari, elle décide de se jeter à l eau et d instruire elle-même son fils à la maison. Voilà ce qu elle m écrit dans un , après deux ans de pratique : «Nous n avons pas choisi l école à domicile par réaction, par revanche, ou même par choix, mais il fallait que nous trouvions une solution aux problèmes de notre fils. Cependant mes deux aînés continuent leur scolarité dans le publique. Si je suis convaincue que c est une option qui mériterait d être étudiée, et qu il s agit d une expérience extraordinaire que je ne regrette pas, je n en fais pas pour autant la promotion. Je pense qu elle est simplement une réponse parmi d autres, et je suis heureuse de bénéficier de cette possibilité.» - 6 -

7 En découvrant le cas spécifique d Alex, je remarque que ses parents ont commencé à remettre l école publique en question et ont cherché une alternative pour celle-ci, car leur fils y rencontrait des problèmes. C est ainsi qu ils ont consulté la loi genevoise qui dit clairement que c est l instruction et non l école qui est obligatoire, ce qu actuellement très peu de gens ignorent. Suffirait-il donc de rencontrer des problèmes avec l école pour avoir l idée de jeter un coup d œil à la législation? Comment les parents entendent-ils parler de l école à la maison, alors que la plupart des gens vivent dans la certitude que tous les enfants doivent aller à l école? Quand le homeschooling trouvent les familles, ou quand elles le recherchent Tout comme Sylvie, certains parents ont découvert cette alternative scolaire sur Internet. Quoi de plus normal lorsqu on sait que c est l espace idéal pour faire circuler une information partout dans le monde? En tapant sur un moteur de recherche les mots «homeschooling», «enseignement à domicile» ou «école à la maison», l on voit s afficher une liste de plusieurs sites consacrés à ce sujet : témoignages de familles désirant partager leur expérience, associations soutenant les parents en leur proposant matériel, aide ou idées. La grande majorité des auteurs des sites vivent en France, Angleterre, Canada ou Etats-Unis, pays où l éducation à domicile est plus répandue. Plus difficile de découvrir quelque chose dans une bibliothèque, mais néanmoins possible lorsqu on sait où et quoi chercher : des livres sur l éducation à domicile, surtout d auteurs anglais, et même quelques études réalisées par des étudiants à la FAPSE (Faculté de Psychologie et des Sciences de l Education) à Genève. S il est possible de tomber là-dessus par hasard, grand nombre de parents en entendent parler en rencontrant d autres parents qui éduquent déjà leurs enfants à la maison. Cela peut être un proche, un ami, un professeur, souvent d origine anglaise ou américaine. Si cette pratique choque beaucoup de gens, elle peut aussi éveiller la curiosité et l intérêt de parents particulièrement soucieux de l éducation de leurs enfants. Finalement, d autres familles en arrivent à cette alternative après avoir remis certaines habitudes de leur quotidien en question. Ainsi, cette mère qui disait en avoir marre de s occuper uniquement de la cuisine et qui désirait faire autre chose avec ses enfants, ou encore une autre femme se demandant s il était nécessaire que les enfants passent autant de temps loin de la maison. De même qu un père constatant que la joie d apprendre de son fils avait disparu lorsqu il était entré à l école. Tous se sont posé ces questions : «Pourquoi est-ce comme cela et pas autrement? Qui dit que nos enfants doivent passer cinq jours par semaine dans cet établissement? D ailleurs, est-ce qu ils sont vraiment obligés?» Et lorsqu on va fouiller dans les lois, on découvre avec surprise que l on a le moyen d échapper à l école de ce sacré Charlemagne La diversité des motivations J ai très vite pu constater qu il n est pas possible d établir le portrait type d un parent homeschooler. Comme tout être humain, chaque famille a un vécu, des valeurs et une vision particulière du monde différents des autres. Pour cela, l on trouve une grande variété parmi les raisons qui poussent les parents à instruire leurs enfants à la maison. De plus, il est rare que ce choix se rattache à une seule et unique raison, il s agit généralement d un mélange de plusieurs facteurs. Voici quelques-unes des raisons qui peuvent encourager des parents à éduquer leurs enfants à la maison : - 7 -

8 - Certaines familles font l école à la maison principalement pour des raisons religieuses. Elles comptent beaucoup de chrétiens qui sont sûrement plus sensibles à certaines valeurs grâce à leurs croyances de salut et d amour, ce qui les pousse à opter pour cette vie familiale en harmonie avec Dieu. - D autres pensent autrement que la majorité et aimeraient transmettre une philosophie différente à leurs enfants. - Les enfants passent beaucoup de temps à l école et une fois à la maison doivent encore faire leurs devoirs. Un apprentissage à la maison est plus rapide. - Des raisons psychologiques ou le désir de voir évoluer l enfant dans un cadre harmonieux peuvent être des causes de l éducation à la maison. - Certains parents estiment que leurs enfants sont encore trop jeunes et ne sont pas prêts pour aller à l école, ils préfèrent respecter le rythme naturel du développement de leurs enfants. - Une grande partie des familles rencontrées sont bilingues et profitent de l éducation à la maison pour permettre à leurs enfants de conserver une deuxième langue, dans la plupart des cas l anglais, l un des deux parents étant souvent originaire des Etats-Unis ou d Angleterre. - Il peut y avoir également l envie de protéger l enfant contre la violence et les mauvaises expériences qu il pourrait vivre à l école, surtout à notre époque quelque peu tourmentée où les problèmes semblent augmenter. - L éducation à la maison peut être utile lorsqu un parent ou la famille est souvent en déplacement et voyage pour des raisons professionnelles ou autres. - Le désir de fonctionner comme une famille, de faire participer activement les enfants à la maison et de leur permettre de trouver leur place font de l école à la maison un véritable choix de vie. Il serait possible de prolonger cette liste encore sur plusieurs pages, mais je pense qu il serait plus judicieux de me pencher sur mon expérience et d établir le portrait des parents des trois familles chez lesquelles j ai pu séjourner. Ces portraits permettront d avoir une vision plus précise et concrète de ces familles et de répondre aux questions suivantes : Quels parents ont choisi l éducation à la maison et pourquoi? - 8 -

9 Portraits de parents homeschoolers Käthi et Peter Peter est né dans un village du Seeland bernois il y a bientôt 41 ans. Il a grandi avec ses trois sœurs et son frère à Kallnach où il a fait quatre ans de scolarité, suivis de cinq ans d école secondaire au Aarberg. Ayant développé une passion pour le bois, il a fait un apprentissage d ébéniste, qu il a complété quelques années plus tard par la maîtrise fédérale à Bienne. Entre-temps, comme tout bon Suisse, il a fait son service militaire et a travaillé quatre ans à Yverdon, avant de faire un séjour en Angleterre pour apprendre la langue. Käthi est originaire de Seon dans le canton d Argovie. Son père avait une entreprise de charpente et menuiserie pour nourrir ses quatre enfants. Après les années d école primaire et secondaire, Käthi a suivi un apprentissage d horticultrice pendant trois ans, puis deux ans supplémentaires pour celui de fleuriste. Elle a travaillé une année à Lausanne, notamment pour acquérir un peu de français. Tous deux chrétiens et ayant suivis une école biblique en Suisse, Käthi et Peter se sont rencontrés dans un groupe de jeunes à Zurich. Après leur mariage, ils ont habité quelques temps à Bienne et Brügg, avant de retourner à la campagne. Ils vivent actuellement dans une ancienne ferme située dans un petit village du canton de Berne, où ils élèvent leurs quatre enfants. Cela fait quatre ans que l aînée est éduquée à la maison par sa mère et aucun des enfants n a jamais mis les pieds dans une école. Pourquoi ce choix? Käthi et Peter ont constaté des changements depuis l époque où eux fréquentaient l école : la société semble être moins respectueuse envers Dieu et la Bible a perdu de son importance. Ils désiraient transmettre leur vision chrétienne du monde à leurs enfants, non seulement en parlant, mais aussi en vivant quotidiennement ce que la foi représente pour eux. L école publique ayant une autre façon d approcher le monde, le couple redoutait les contradictions qui pourraient perturber leurs enfants s ils étaient constamment confrontés à deux visions du monde qui s opposent. «Ce ne serait pas si grave de les envoyer à l école, mais je préfère investir mes forces pour faire quelque chose de positif avec les enfants, au lieu d utiliser mon temps et mes forces pour corriger ou mettre au clair» explique-t-il. Autres changements qui inquiètent les parents : la violence, la façon grossière de parler, le manque de respect, les drogues, phénomènes qui semblent augmenter de nos jours dans les établissements scolaires. A ceux qui verraient là un désir trop grand de protection de la part d un parent, voilà ce que Peter répond : «Nous ne pouvons pas et nous ne voulons pas mettre une cloche par-dessus nos enfants, mais j ai l impression qu à leur âge, ils ne sont pas capable de discerner. C est pourquoi je pense qu il est bien de les protéger encore de certains dangers jusqu à ce qu ils aient atteint une certaine maturité.» Il compare ces dangers à un carrefour dangereux qu un enfant doit traverser. Dans ce cas, tout le monde trouve logique d accompagner l enfant au début, même après lui avoir expliqué qu il doit regarder s il y a une voiture avant de traverser. Comment faire pour remédier à ces problèmes? Käthi et Peter se sont renseignés auprès d écoles chrétiennes, comme la plupart des parents utilisant le domaine privé comme plan de secours. Puis, ils ont entendu parler de l école à la maison grâce à des amis le faisant dans le canton de Zurich. Première réaction : «Non, non, surtout pas, les enfants seraient trop séparés des autres». Mais au fil du temps, en rencontrant des familles de Bildung zu Hause, en discutant et en apprenant plus sur cette alternative scolaire, Käthi et Peter ont acquis la certitude que ce serait une bonne décision pour leur famille. Les craintes par rapport à l isolement de leurs enfants ont disparu, il ne - 9 -

10 s agit pas de les enfermer pour les forcer à suivre une voie tracée qu ils ne devront plus quitter. «Nous voulons d abord montrer à nos enfants notre façon de vivre, ce qui nous est cher. Maintenant ils vivent et pratiquent avec nous, mais ils pourront ensuite choisir de continuer sur cette voie ou non. Nous nous rendons bien compte que les enfants doivent apprendre à trouver leur chemin et qu un jour ils devront prendre leurs propres décisions.» Si les points religieux sont prioritaires pour eux, cela n exclut pas un regard critique des parents sur l école publique : les résultats de l étude PISA, par exemple, éveillent des doutes quant à l efficacité de la pédagogie utilisée Peter estime que l Etat est une bonne chose, ce qui ne l empêche pas de poser certaines questions auxquelles il dit ne pas posséder de réponses claires : «Est-ce vraiment l Etat qui possède le droit de dire ce qu il faut enseigner? A qui revient cette décision?» Questions intéressantes à méditer Heidi et Ernst C est en faisant le choix de travailler pour la mission Wycliffe que Heidi et Ernst ont mené pendant 9 ans une vie de nomades afin de suivre le chemin qui leur semblait le plus juste. Pour participer aux activités de cette organisation ayant pour but la traduction de la Bible, notamment en langues africaines, ils ont dû suivre de nombreux cours de préparations dans divers pays. Ainsi, ils ont effectué des séjours de plusieurs mois en Angleterre, Allemagne, France et aux Etats-Unis, avant de s envoler pour le Cameroun. Là-bas, ils ont aidé la mission durant deux ans en travaillant dans le domaine où ils avaient été formés. Heidi, originaire d un village au bord du lac de Zurich où elle a grandi avec ses sœurs et sa mère, a derrière elle deux ans de gymnase et surtout un brevet d intendante. Celui-ci lui a permis de travailler dans une maison de retraite et au Cameroun de s occuper de l aménagement des maisons et appartements du camp missionnaire. Ernst, quant à lui, contribuait dans un autre domaine: il réparait les ordinateurs, télévisions et vidéos, utilisant ainsi les compétences acquises durant son apprentissage d électronicien et ses trois années de «Fachhochschule» dans le secteur électronique. Ce Thurgovien né dans un village de 400 habitants et ayant fréquenté une classe ne comptant que six élèves ne se doutait sûrement pas qu un jour ils rencontreraient Heidi à l église de Stäfa, qu après leur mariage ils suivraient une école biblique et qu ils se trouveraient embarqués dans l aventure Wycliffe Heidi et Ernst ont quatre enfants, nés dans des pays différents, au gré des voyages. Les deux aînées ont vu le jour pendant la préparation pour le Cameroun, et une fois en Afrique, étaient sous la garde de mamans de la communauté missionnaire. C est durant un autre entraînement que naît leur premier garçon qui va à la maternelle tandis que sa sœur aînée entre au jardin d enfants. De retour au Cameroun, Tabea a été placée à l école internationale et Rebekka à la maternelle. Mais où se trouve l école à la maison dans tout ça? Heidi et Ernst en ont entendu parler pour la première fois aux Etats-Unis et ont trouvé cela un peu trop spécial pour eux : «Nous trouvions exagéré de consacrer tout son temps à l éducation des enfants.» Dans le village missionnaire, ils ont constaté que des gens le faisaient parce que les écoles étaient trop loin, ils n avaient pas le choix. A la bibliothèque du centre ou dans des magasins sur le homeschooling, Heidi a lu des livres sur le sujet. Ce qui l attirait le plus, c était le fait que «les parents voulaient vraiment prendre l initiative d éduquer leurs enfants et qu ils désiraient avoir plus d influence sur le développement de leur famille.» Cet engagement pour les enfants lui a fait remarquer sa propre tendance à laisser les autres se charger de l éducation des siens, alors qu elle ne s occupait que de les nourrir et de leur faire un peu de discipline. «J ai réfléchi et j ai pensé que je devrais aussi prendre du temps pour mes enfants, que

11 je ne devrais pas simplement me contenter de leur donner à manger et vérifier leurs connaissances de bases.» Après 5 ans au Cameroun, des problèmes de visa mettent fin à l aventure Wycliffe et la famille revient s installer un peu à contrecœur dans un appartement dans le village natal de Heidi. Elle retrouve le sourire en accueillant le quatrième et dernier enfant un mois après leur retour. «Quand nous sommes rentrés en Suisse, je n ai pas pensé que nous allions faire l éducation à la maison.» dit la mère. Alors qu elle pensait que ce n était pas possible dans son pays, elle lit un jour un petit paragraphe annonçant la création de l association Bildung zu Hause. L information attire l attention de Heidi et Ernst qui commencent à réfléchir aux avantages que cela leur apporterait : l enseignement à domicile permettrait aux enfants de conserver leur anglais en le parlant plus couramment à la maison, l apprentissage en famille serait une bonne expérience pour tous, autant les parents que les enfants. Le désir de protéger les enfants de certaines mauvaises influences de la société a aussi fait pencher la balance du côté de cette nouvelle façon de vivre. Tandis que les parents réfléchissaient à cette option, les deux aînées sont entrées à l école publique en 2P et 5P. Heidi a constaté que les enfants en général n ont plus de respect envers les adultes ni même les autres enfants, qu ils ne sont pas «gentils» entre eux. «Je ne pense pas qu il soit nécessaire que les enfants soient toujours autour d autres enfants qui se font souvent du mal.» Le déménagement dans le village voisin fini de les convaincre : après tant de périples, Heidi et Ernst s installent dans une maison mitoyenne près du lac de Zurich et commencent l école à la maison avec leurs enfants, en espérant un jour pouvoir repartir à nouveau Sarah et Sigmund Sarah est née dans le Michigan aux Etats-Unis, pays où l éducation à domicile a connu un grand essor durant les années 8o. Eux-mêmes professeurs mais insatisfaits avec le système public, ses parents ont commencé une école privée où Sarah a passé la fin de sa scolarité. Elle a vu le mouvement du homeschooling grandir avec elle et s étendre sur plus en plus d Etats, elle a connu la création de groupes de soutien, de matériel pour les parents et aujourd hui selon elle il y aurait des millions d enfants éduqués à la maison à travers le monde. A présent c est à son tour de choisir le meilleur pour ses cinq enfants. Pour elle, le terme à employer n est pas homeschooling, mais bien «Home education», une vraie éducation sur laquelle elle s est interrogée plusieurs années et a élaboré plusieurs théories. Voici comment elle me communique sa définition : «From our view, education is not so much stuffing some things in the children s heads. Education is passing along a set of ideas about who you are, as part as a family and a community. We want to give our children more than a random collection of facts, we want them to attain wisdom and guiding principles for all of their life. We are shaping a whole person in a continuum of generations. Ne pourrait-on pas envisager que l école apporte la connaissance de certains faits et que les parents s occupent de transmettre les notions de sagesse? Autrement dit, l école instruit et les parents éduquent? Pour Sarah, cette idée est impossible à réaliser, car quelle que soit la connaissance que l on désire transmettre, celle-ci est toujours inscrite dans un cadre spécifique de valeurs. Ces valeurs ou cette vision du monde sont celles de la personne qui transmet la connaissance. Exemple : If you are going to study history, what view of history are you studying? Whose facts are you using? Ou encore: When you say that you are not going to talk about religion because somebody might be offended, that says to the children listening: all religions are equal. We don t believe all religions are equal; we believe in that some things are true and other things are not

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Guide d accompagnement à l intention des intervenants

Guide d accompagnement à l intention des intervenants TABLE RÉGIONALE DE L ÉDUCATION CENTRE-DU-QUÉBEC Campagne de promotion la de la lecture Promouvoir Guide d accompagnement à l intention des intervenants Présentation Le projet sur la réussite éducative

Plus en détail

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer.

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Mais je me suis repris : En fait, je préférais les recevoir dans

Plus en détail

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce?

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce? 1 LA FAMILLE 1.1 Lecture premier texte Nadja va passer quatre mois de la prochaine année scolaire en France. Aujourd hui, elle a reçu cette lettre de sa famille d accueil. Chère Nadja, Je m appelle Martine

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Type d outil : Outil pour favoriser la mise en mémoire et développer des démarches propres à la gestion mentale. Auteur(s) : Sarah Vercruysse,

Plus en détail

Les repères de temps familiers

Les repères de temps familiers séquence 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Les repères de temps familiers Je me repère dans le temps séance 1 A. Observe bien chacune de ces séries de deux photographies. À chaque fois, indique dans quel ordre elles

Plus en détail

Compte rendu : Bourse Explora Sup

Compte rendu : Bourse Explora Sup Compte rendu : Bourse Explora Sup J ai effectué un stage d un mois et demi passionnant au sein de l école de langue anglaise LTC à Brighton. J ai eu par la suite la chance d être embauchée durant un mois

Plus en détail

Les jeunes (12 et +) et la prière Quelques idées d'animations...

Les jeunes (12 et +) et la prière Quelques idées d'animations... Les jeunes (12 et +) et la prière Quelques idées d'animations... Au fait, la prière c est quoi, quand, comment, pourquoi? Utilisez cette courte vidéo de 2 pour faire réfléchir les jeunes sur le thème de

Plus en détail

Le Cauchemar révélateur

Le Cauchemar révélateur Le Cauchemar révélateur Hier c était le départ de ma mère. On l emmena à l aéroport. Elle devait partir pour son travail. Quand l avion dans lequel elle était décolla, il passa au-dessus de nos têtes.

Plus en détail

V3 - LE PASSE COMPOSE

V3 - LE PASSE COMPOSE CM1 V.3 LE PASSE COMPOSE DE L INDICATIF Il s agit de mettre en évidence la conjugaison des verbes en «er», en «ir-iss» des verbes être, avoir, faire, prendre, aller, pouvoir. On mettra en évidence le fait

Plus en détail

MODERN LANGUAGES DEPARTMENT

MODERN LANGUAGES DEPARTMENT MODERN LANGUAGES DEPARTMENT Common Assessment Task 3 YEAR 9 Je m appelle Ma classe Mark 20 10 19 22 16 13 Total Effort Instructions For this extended piece of homework, you are going to learn and write

Plus en détail

Chers parrains, chers amis, chère famille

Chers parrains, chers amis, chère famille Jeudi 1 er Janvier 2015, Jet New s n 2 Chers parrains, chers amis, chère famille Tout d abord je crois qu il est important que je vous souhaite pleins de belles choses pour cette année 2015!! «Vivez, si

Plus en détail

Histoire de Manuel Arenas

Histoire de Manuel Arenas Histoire de Manuel Arenas Dieu est le seul Dieu vivant nous pouvons Lui faire entièrement confiance! Source : Hugh Steven, «Manuel» ( 1970 Wycliffe Bible Translators) En français : «Manuel le Totonac»

Plus en détail

Examen de français Université de Technologie chimique et de Métallurgie TEST DE GRAMMAIRE ET DE LEXIQUE

Examen de français Université de Technologie chimique et de Métallurgie TEST DE GRAMMAIRE ET DE LEXIQUE Examen de français Université de Technologie chimique et de Métallurgie TEST DE GRAMMAIRE ET DE LEXIQUE PARTIE 1 Complétez les pointillés par une des réponses ci-dessus de manière que les phrases obtenues

Plus en détail

Compréhension de lecture

Compréhension de lecture o Coche pour indiquer si les phrases sont es ou o Paul et Virginie sont assis sur des fauteuils très confortables. o Virginie a une robe à pois. o Paul boit un café fumant dans une tasse rouge. o Virginie

Plus en détail

DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE

DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE Ecole d Application STURM Janvier-Février 2012 CM2 Salle 2 Mme DOUILLY DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE Sujet proposé par les élèves et choisi par la majorité. 1 ère séance : définitions et explications Réflexion

Plus en détail

Dans le noir, je l entends qui m appelle RENCONTRE PRÉPARATOIRE

Dans le noir, je l entends qui m appelle RENCONTRE PRÉPARATOIRE Complément à la rencontre préparatoire GUIDE Dans le noir, je l entends qui m appelle ÉTAPE Qu est-ce que je vise dans cette rencontre? Permettre aux enfants d avoir une impression positive par rapport

Plus en détail

Questionnaire pour les enseignant(e)s

Questionnaire pour les enseignant(e)s info@educatout123.fr www.educatout123.fr +31 614303399 L enfant qui bouge beaucoup! C est un fait, un enfant bouge beaucoup, il a besoin de se dépenser. Il arrive même parfois qu on n arrive plus à tenir

Plus en détail

EXERCICIOS AUTOAVALIABLES

EXERCICIOS AUTOAVALIABLES EXERCICIOS AUTOAVALIABLES 1.- Transforme les phrases au passé récent a) Il a changé de travail b) Nous avons pris une décision importante c) Elle a téléphoné à Jean d) J ai envoyé un SMS à ma collègue

Plus en détail

Devoirs, leçons et TDA/H1 Gaëtan Langlois, psychologue scolaire

Devoirs, leçons et TDA/H1 Gaëtan Langlois, psychologue scolaire Devoirs, leçons et TDA/H1 Gaëtan Langlois, psychologue scolaire Pourquoi traiter des devoirs et leçons avec les TDA/H? Parce que c est un des problèmes le plus souvent rencontrés avec les enfants hyperactifs

Plus en détail

bénévole à la paroisse où elle sert la messe, fait des lectures, distribue la communion.

bénévole à la paroisse où elle sert la messe, fait des lectures, distribue la communion. Rencontre Notre secteur AREQ vient de fêter son 25 e anniversaire d existence. En 1986, sous la présidence de Rita Fortin, quarante membres se sont réunis. Deux ans plus tard, Anne-Marie Roy Coulombe était

Plus en détail

Auxiliaire avoir au présent + participe passé

Auxiliaire avoir au présent + participe passé LE PASSÉ COMPOSÉ 1 1. FORMATION DU PASSÉ COMPOSÉ Formation : Auxiliaire avoir au présent + participe passé PARLER MANGER REGARDER J ai parlé Tu as parlé Il/elle/on a parlé Nous avons parlé Vous avez parlé

Plus en détail

ECOLE SAINTE ANNE PROJET PEDAGOGIQUE ECOLE PRIMAIRE CATHOLIQUE HORS CONTRAT

ECOLE SAINTE ANNE PROJET PEDAGOGIQUE ECOLE PRIMAIRE CATHOLIQUE HORS CONTRAT ECOLE SAINTE ANNE PROJET PEDAGOGIQUE ECOLE PRIMAIRE CATHOLIQUE HORS CONTRAT L école Sainte-Anne a été fondée dans le souci de transmettre à nos enfants un enseignement complet intégrant l intelligence

Plus en détail

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Jalousie Du même auteur Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Dominique R. Michaud Jalousie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

La petite poule qui voulait voir la mer

La petite poule qui voulait voir la mer Découverte Complète la carte d identité du livre. Titre du livre Nom de l auteur Nom de l illustrateur Editeur Que voit- on sur la 1 ère page de couverture? C est l histoire q d un poisson q d une souris

Plus en détail

Conseil Diocésain de Solidarité et de la Diaconie. 27 juin 2015. «Partager l essentiel» Le partage est un élément vital.

Conseil Diocésain de Solidarité et de la Diaconie. 27 juin 2015. «Partager l essentiel» Le partage est un élément vital. 27 juin 2015 Le partage est un élément vital. Notre démarche Notre chemin Dans un premier temps, nous sommes partis de mots qui expriment ce qui est essentiel pour nous, indispensable pour bien vivre.

Plus en détail

Activités autour du roman

Activités autour du roman Activité pédagogique autour du roman Un chien différent, de Laura Cousineau ISBN 978-2-922976-13-7 ( 2009, Joey Cornu Éditeur) Téléchargeable dans la rubrique Coin des profs sur 1 Activités

Plus en détail

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Stephen Wang COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Mariage, sacerdoce, vie consacrée, diaconat permanent, célibat «Petits Traités Spirituels» Série III «Bonheur chrétien» éditions des Béatitudes Ava n t-p r o

Plus en détail

que dois-tu savoir sur le diabète?

que dois-tu savoir sur le diabète? INVENTIV HEALTH COMMUNICATIONS - TERRE NEUVE - FRHMG00277 - Avril 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés. que dois-tu savoir sur le diabète? Lilly France 24 boulevard Vital Bouhot CS 50004-92521

Plus en détail

Lorsqu une personne chère vit avec la SLA. Guide à l intention des enfants

Lorsqu une personne chère vit avec la SLA. Guide à l intention des enfants Lorsqu une personne chère vit avec la SLA Guide à l intention des enfants 2 SLA Société canadienne de la SLA 3000, avenue Steeles Est, bureau 200, Markham, Ontario L3R 4T9 Sans frais : 1-800-267-4257 Téléphone

Plus en détail

Et avant, c était comment?

Et avant, c était comment? 3 Et avant, c était comment? Objectifs de l unité Tâche La première partie de l évaluation comprend une tâche, QUELS CHANGEMENTS!, divisée en quatre phases. Dans la première phase, il s agit d écouter

Plus en détail

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie Décembre 2012 Biographie Sylvie Louis Sylvie Louis a toujours ADORÉ les livres, surtout ceux que ses parents lui racontaient, le soir, quand elle était toute petite. Ensuite, apprendre à lire a constitué

Plus en détail

VOYAGE AU JAPON OCTOBRE-NOVEMBRE 2014, COLIBRI

VOYAGE AU JAPON OCTOBRE-NOVEMBRE 2014, COLIBRI VOYAGE AU JAPON OCTOBRE-NOVEMBRE 2014, COLIBRI Durant 3 semaines j étais { Hiratsuka, près de Yokohama où j allais tous les jours au lycée. Ma famille d accueil se composait du père, de la mère, de ma

Plus en détail

Stress and Difficulties at School / College

Stress and Difficulties at School / College Stress and Difficulties at School / College This article will deal with the pressures and problems that students face at school and college. It will also discuss the opposite - the positive aspects of

Plus en détail

UN AN EN FRANCE par Isabella Thinsz

UN AN EN FRANCE par Isabella Thinsz UN AN EN FRANCE par Isabella Thinsz Musique On entend toujours l anglais mais le français, ça peut passer des semaines ou même des mois avant qu on entende le français à la radio ou à la télé, donc j ai

Plus en détail

COMMUNIQUÉ LE PETIT LIVRET. pour dire STOP. aux idées fausses sur. la pauvreté

COMMUNIQUÉ LE PETIT LIVRET. pour dire STOP. aux idées fausses sur. la pauvreté LE PETIT LIVRET pour dire COMMUNIQUÉ STOP aux idées fausses sur la pauvreté LE PETIT LIVRET pour dire COMMUNIQUÉ As-tu déjà entendu dire : «On est chômeur parce qu on ne veut pas travailler»? C est une

Plus en détail

Maison Intercommunale de la Petite Enfance Inauguration le 2 février 2011

Maison Intercommunale de la Petite Enfance Inauguration le 2 février 2011 Maison Intercommunale de la Petite Enfance Inauguration le 2 février 2011 J ai pas envie d y aller, à la crèche! Déjà, on a changé de ville et de maison, et je n ai plus ma Nounou, et je suis tout perdu.

Plus en détail

************************************************************************ Français

************************************************************************ Français Ministère de l Education Centre National d innovation Pédagogique et de Recherches en Education Département d Evaluation ************************************************************************ Français

Plus en détail

HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript

HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript 2014 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text M: Bonjour Yasmine. Ça va? F: Ah bonjour! Oui, ça va bien. Écoute, ce weekend

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

Lola. Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin. www.majuscrit.

Lola. Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin. www.majuscrit. Lola Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin www.majuscrit.fr www.majuscrit.fr Marcus Papa Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine

Plus en détail

LA BALADE DE LA PETITE BALLE JAUNE

LA BALADE DE LA PETITE BALLE JAUNE LA BALADE DE LA PETITE BALLE JAUNE C est l histoire d une balle jaune en mousse. Coralie Guye et Hubert Chèvre. Avec la participation des élèves. Octobre 2011 Un beau matin d automne......notre classe

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

L Intégrale de l Humour ***

L Intégrale de l Humour *** Un enfant va dans une épicerie pour acheter des bonbons. Comme l épicier n en vend généralement pas beaucoup, il les range tout en haut d une étagère très haute. Le garçon demande : 1 euro de bonbons s

Plus en détail

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript 2013 H I G H E R S C H O O L C E R T I F I C A T E E X A M I N A T I O N French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text FEMALE: MALE: FEMALE: MALE: FEMALE: Salut,

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

La Fondatrice des Editions Bakame classée parmi les Entrepreneures Modèles

La Fondatrice des Editions Bakame classée parmi les Entrepreneures Modèles RWANDA NEWS AGENCY GRANDS LACS HEBDO La Fondatrice des Editions Bakame classée parmi les Entrepreneures Modèles Tuesday, 05 March 2013 17:49 by Gakwaya André La Fondatrice de l Edition Bakame au Rwanda

Plus en détail

Offrez un avenir international à vos enfants

Offrez un avenir international à vos enfants E I B : UNE ECOLE INTERNATIONALE BILINGUE MATERNELLE PRIMAIRE u COLLÈGE Dans la lignée de l Ecole Internationale Bilingue d Angers, le Collège accueille vos enfants dès la 6ème dans un environnement sain

Plus en détail

UN AN EN PROVENCE. ČECHOVÁ Veronika

UN AN EN PROVENCE. ČECHOVÁ Veronika UN AN EN PROVENCE ČECHOVÁ Veronika Depuis mon enfance, j ai eu un grand rêve. De partir en France et d apprendre la plus belle langue du monde. Grâce à ma professeur de français, Mme Drážďanská, qui m

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

Questionnaire 6-12 ans

Questionnaire 6-12 ans N D IDENTIFICATION DE LA FAMILLE : E Questionnaire 6-12 ans Protocole de passation : Lorsque la réponse de l enfant est suggérée ou influencée par une autre personne présente (parent, frère ou sœur.),

Plus en détail

Choisir et décider ensemble

Choisir et décider ensemble Choisir et décider ensemble Catherine Ollivet Présidente de l'association France Alzheimer 93, coordinatrice du groupe de réflexion et de recherche "éthique et vieillesse", Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

THE JOHN LYON SCHOOL. MODERN LANGUAGES DEPARTMENT 13+ ENTRANCE EXAMINATION January 2011

THE JOHN LYON SCHOOL. MODERN LANGUAGES DEPARTMENT 13+ ENTRANCE EXAMINATION January 2011 THE JOHN LYON SCHOOL MODERN LANGUAGES DEPARTMENT 13+ ENTRANCE EXAMINATION January 2011 Section 1: Reading (20 mins) Section 2: Writing (25 mins) Important: Answer all the questions on the question paper

Plus en détail

A vertissement de l auteur

A vertissement de l auteur A vertissement de l auteur Attention, ce livre n est pas à mettre entre toutes mains ; il est strictement déconseillé aux parents sensibles. Merci à Madame Jeanne Van den Brouck 1 qui m a donné l idée

Plus en détail

Agir avec. Intelligence, assuranceetprudence. 5-6 année Leçon 2

Agir avec. Intelligence, assuranceetprudence. 5-6 année Leçon 2 Agir avec Intelligence, assuranceetprudence 5-6 année Leçon 2 Leçon 2 Relations saines et relations malsaines Objectifs Comprendre qu une relation saine est une relation basée sur le respect de soi-même

Plus en détail

S ickness Impact Profile (SIP)

S ickness Impact Profile (SIP) Nom : Prénom : Date de naissance : Service : Hôpital/Centre MPR : Examinateur : Date du jour : Étiquettes du patient S ickness Impact Profile (SIP) Il présente le même problème de droit d auteur (pour

Plus en détail

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE!

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! rétablissement et psychose / Fiche 1 JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! JJérôme s énerve : «Je ne suis pas psychotique! Vous ne dites que des conneries! Je suis moi, Jérôme, et je ne vois pas le monde comme vous,

Plus en détail

«Tous les autres le font» L influence, les fréquentations et les consommations.

«Tous les autres le font» L influence, les fréquentations et les consommations. LA LETTRE AUX PARENTS N o 2 Cher-s Parent-s, «Tous les autres le font» L influence, les fréquentations et les consommations. L adolescence est une période de changement de contexte scolaire ou de formation

Plus en détail

Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences

Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences Cette révélation est donnée en français à Sulema, une femme née en 1954 au Salvador. Depuis plus de 30 ans, elle vit au Canada avec

Plus en détail

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS Je suis une poupée dans une maison de poupée. Un jour j ai quitté mari et enfants, pourquoi? je ne sais plus très bien. À peine le portail s était-il refermé derrière

Plus en détail

DIPLOME NATIONAL DU BREVET SESSION 2009 Séries : TECHNOLOGIQUE ET PROFESSIONNELLE CONSEILS AUX CANDIDATS

DIPLOME NATIONAL DU BREVET SESSION 2009 Séries : TECHNOLOGIQUE ET PROFESSIONNELLE CONSEILS AUX CANDIDATS DIPLOME NATIONAL DU BREVET SESSION 2009 NOTATION SUR 40 Durée : 3 heures Epreuve : FRANÇAIS Code : CONSEILS AUX CANDIDATS L épreuve se déroule en deux parties séparées par une pause. Rappel : PREMIERE

Plus en détail

La rue. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document

La rue. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document La rue Grandir, qu est-ce que cela signifie vraiment? Un jeune qui a vécu isolé dans les rues de Paris témoigne. Cette fiche pédagogique propose de découvrir une réalité peu connue de la France d aujourd

Plus en détail

NOUVEAU TEST DE PLACEMENT. Niveau A1

NOUVEAU TEST DE PLACEMENT. Niveau A1 NOUVEAU TEST DE PLACEMENT Compréhension écrite et structure de la langue Pour chaque question, choisissez la bonne réponse parmi les lettres A, B, C et D. Ne répondez pas au hasard ; passez à la question

Plus en détail

Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant. Texte de la comédie musicale. Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques

Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant. Texte de la comédie musicale. Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant Texte de la comédie musicale Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques Les Serruriers Magiques 2013 2 Sommaire Intentions, adaptations, Droits

Plus en détail

Service de presse 15 20 novembre 2014

Service de presse 15 20 novembre 2014 Service de presse 15 20 novembre 2014 40 ans après la ratification de la Convention européenne des droits de l homme (CEDH) Les droits fondamentaux remis en question Isabelle Bindschedler Un soutien pour

Plus en détail

Orthographe. Majuscules/minuscules. Sa/ça Se/ce

Orthographe. Majuscules/minuscules. Sa/ça Se/ce Orthographe Majuscules/minuscules Un Américain, un Français Le gouvernement américain, le gouvernement français La langue française, le français Sa/ça Se/ce Emploi des prépositions Avec les noms de lieu

Plus en détail

DEC accéléré en Soins infirmiers

DEC accéléré en Soins infirmiers P O R T R A I T S D É T U D I A N T E S I M M I G R A N T E S P A R C O U R S I N S P I R A N T S Nous vous présentons des personnes immigrantes dont le parcours de vie, professionnel et scolaire est à

Plus en détail

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui Les chaises.' Ca a ete terrible, a l'ecole, aujourd'hui! Nous sommes arrives ce matin, comme d'habitude, et quand Ie Bouillon (c'est notre surveillant) a sonne la cloche, nous sommes alles nous mettre

Plus en détail

OLIVER L ENFANT QUI ENTENDAIT MAL

OLIVER L ENFANT QUI ENTENDAIT MAL OLIVER L ENFANT QUI ENTENDAIT MAL «Oliver l enfant qui entendait mal» est dédié à mon frère, Patrick, qui est malentendant, à la famille, aux amis, et aux professionnels, qui s impliquèrent pour l aider.

Plus en détail

Un autre regard sur. Michel R. WALTHER. Directeur général de la Clinique de La Source 52 INSIDE

Un autre regard sur. Michel R. WALTHER. Directeur général de la Clinique de La Source 52 INSIDE 52 INSIDE Un autre regard sur Michel R. WALTHER Directeur général de la Clinique de La Source Directeur général de la Clinique de La Source, Michel R. Walther est né en 1949 au Maroc de parents suisses.

Plus en détail

Modultest 2 Eintritt ins LAP-Modul 1

Modultest 2 Eintritt ins LAP-Modul 1 LÖSUNGEN Modultest 2 Eintritt ins LAP-Modul 1 1. La conjugaison au p.c., impf. et futur (Attention à la personne indiquée!) verbe pers passé composé imparfait futur points 1. être je j ai été étais serai

Plus en détail

LE SECOURS CATHOLIQUE EN CORREZE C EST D ABORD DE L ACCUEIL POUR ROMPRE LA SOLITUDE ET L ISOLEMENT.

LE SECOURS CATHOLIQUE EN CORREZE C EST D ABORD DE L ACCUEIL POUR ROMPRE LA SOLITUDE ET L ISOLEMENT. LE SECOURS CATHOLIQUE EN CORREZE C EST D ABORD DE L ACCUEIL POUR ROMPRE LA SOLITUDE ET L ISOLEMENT. I Des permanences d accueil et des visites à domicile Toutes les équipes de Corrèze assurent des permanences

Plus en détail

Regard sur l accueil du jeune enfant au Québec, rencontre avec les amis...

Regard sur l accueil du jeune enfant au Québec, rencontre avec les amis... Regard sur l accueil du jeune enfant au Québec, rencontre avec les amis... Par Danielle Pommier Danielle Pommier est étudiante à l école d Éducatrice de Jeunes Enfants de Lyon, en France. Elle a effectué

Plus en détail

«J aime la musique de la pluie qui goutte sur mon parapluie rouge.

«J aime la musique de la pluie qui goutte sur mon parapluie rouge. J aime, je n aime pas Extrait de "J'aime", Minne/Natali Fortier (Albin Michel) «J aime la musique de la pluie qui goutte sur mon parapluie rouge. Quand je traverse la route au passage piéton, j aime marcher

Plus en détail

Organiser l espace dans une classe de maternelle : Quelques idées. I - Les textes officiels : II - Les coins jeux : III - L enfant et le jeu :

Organiser l espace dans une classe de maternelle : Quelques idées. I - Les textes officiels : II - Les coins jeux : III - L enfant et le jeu : Organiser l espace dans une classe de maternelle : I - Les textes officiels : Quelques idées «L aménagement des salles de classe doit offrir de multiples occasions d expériences sensorielles et motrices.

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

LES CONSEILS CRÉATIFS DE DOUG HARRIS ET DAN O DAY

LES CONSEILS CRÉATIFS DE DOUG HARRIS ET DAN O DAY D O S S I E R libérez- LES CONSEILS CRÉATIFS DE DOUG HARRIS ET DAN O DAY La VAR organisait le 27 mars 2003 un séminaire consacré à la créativité et à la pub radio. A cette occasion, elle avait invité deux

Plus en détail

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan Album de baptême L'album de mon baptême Cet album est celui de:... Né(e) le:... à:... 1 Quoi de neuf? Il est tout petit, mais... il a déjà sa personnalité,

Plus en détail

TOUS MALADES! (Texte de M.-A. Ard) - Le Médecin : -----------------------------------------------------------------------------

TOUS MALADES! (Texte de M.-A. Ard) - Le Médecin : ----------------------------------------------------------------------------- L ATELIER du COQUELICOT 1 «Spectacle marionnettes», juillet 2015 TOUS MALADES! (Texte de M.-A. Ard) Personnages : - Le Médecin : -----------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe

Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe de Luc Tartar * extraits * Les sardines (on n est pas des bêtes) - Qu est-ce qu

Plus en détail

LANGUAGE STUDIES INTERNATIONAL

LANGUAGE STUDIES INTERNATIONAL Répondez aux questions suivantes : 1. Où habitez-vous? 2. Quand êtes-vous arrivé à Paris? 3. Quelle est votre profession? Complétez les phrases : 1. Je ne (être) pas français. 2. Je (parler) un peu le

Plus en détail

Oficina d Accés a la Universitat Pàgina 1 de 6 PAU 2015 Criteris de correcció ALERTE AUX «BIG MOTHERS»

Oficina d Accés a la Universitat Pàgina 1 de 6 PAU 2015 Criteris de correcció ALERTE AUX «BIG MOTHERS» Oficina d Accés a la Universitat Pàgina 1 de 6 SÈRIE 2 Comprensió escrita ALERTE AUX «BIG MOTHERS» 1. Oui, leur utilisation augmente progressivement. 2. Pour savoir si sa fille est rentrée à l heure prévue.

Plus en détail

Quelle est situation durant sa vie?

Quelle est situation durant sa vie? Benjamin CHOPARD CM1 Avril 2008 Ecole de saint Blaise Briançon Vincent Van Gogh (1853 1890) Qui est Van Gogh? Vincent Van Gogh est né en Hollande ( au Pays-Bas) en 1853 à Groot- Zundert. C est le fils

Plus en détail

MUSIQUE ET POINTS DE VENTE FOCUS SALONS DE COIFFURE

MUSIQUE ET POINTS DE VENTE FOCUS SALONS DE COIFFURE 1 Date Titre présentation MUSIQUE ET POINTS DE VENTE FOCUS SALONS DE COIFFURE Service études et prospective, Direction des ressources et de la stratégie, Juliette Delfaud Octobre 2014 www.sacem.fr SOMMAIRE

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

Newsletter - 3 - Saison 2013/14

Newsletter - 3 - Saison 2013/14 technical partner Newsletter - 3 - Saison 2013/14 Nous voilà arrivés en 2014 Le premier semestre à la CSFA Biel / Bienne est derrière. Nous avons déjà vécu beaucoup de choses ensemble, des nouvelles viendront

Plus en détail

Mercredi soir, boulevard aux Oiseaux

Mercredi soir, boulevard aux Oiseaux Mercredi soir, boulevard aux Oiseaux Ça se passe chez nous, boulevard aux Oiseaux. Après l école, pour me rendre utile, j ai ciré l escalier jusqu à ce que ça reluise à mort. «Ça fera plaisir à papa»,

Plus en détail

Informations aux parents pour choisir un lieu d accueil ou une garde à domicile de qualité pour leurs jeunes enfants

Informations aux parents pour choisir un lieu d accueil ou une garde à domicile de qualité pour leurs jeunes enfants Section ambulatoire Säule Praxis Informations aux parents pour choisir un lieu d accueil ou une garde à domicile de qualité pour leurs jeunes enfants Il est souvent difficile pour les parents de savoir

Plus en détail

LE PLAISIR D APPRENDRE POUR APPRENDRE

LE PLAISIR D APPRENDRE POUR APPRENDRE Ville-École-Intégration, n 119, décembre 1999 LE PLAISIR D APPRENDRE POUR APPRENDRE Jean-Pierre ARCHAMBAULT (*) Les TICE favorisent le travail collectif et aident au travail individuel, ont l attrait de

Plus en détail

Enquête 2013. Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français. http://www.myexpat.fr/

Enquête 2013. Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français. http://www.myexpat.fr/ Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français http://www.myexpat.fr/ Sommaire My Expat... Résumé de l étude... Qui sont les Français de l étranger?... Où les Français partent-ils

Plus en détail

Trucs et astuces pour les devoirs et leçons

Trucs et astuces pour les devoirs et leçons Trucs et astuces pour les devoirs et leçons Pour les Parents Établissez une routine Identifiez avec votre enfant le moment le plus propice (ex : avant ou après le souper) ; Identifiez avec votre enfant

Plus en détail

LA LETTRE D UN COACH

LA LETTRE D UN COACH LA LETTRE D UN COACH COACH DIDIER GAGNANT KALIPE N 18 du Dimanche 04 Mai 2014 «Il fallait commencer un peu plutôt ; c'est-à-dire maintenant et résolument.» Un Coach vous enseigne la Méthode qui permet

Plus en détail

Rapport de fin de séjour Explo RA Sup. Ecole polytechnique de Montréal CANADA

Rapport de fin de séjour Explo RA Sup. Ecole polytechnique de Montréal CANADA ASTIER Marine Université Jean Monnet Saint -Etienne Rapport de fin de séjour Explo RA Sup Ecole polytechnique de Montréal CANADA 2010-2011 L opportunité m a été offerte de pouvoir effectuer mon stage de

Plus en détail

❶ Écris le nom des auteurs de cette histoire. ❷ Écris le nom de l illustratrice. ❸ Comment se prénomme le personnage principal de cette histoire?

❶ Écris le nom des auteurs de cette histoire. ❷ Écris le nom de l illustratrice. ❸ Comment se prénomme le personnage principal de cette histoire? Léo adore sa maitresse. Surtout quand elle lui frotte la tête en disant : Bravo Léo, tu as encore bien travaillé. Il adore. Pour demain, elle a demandé à chacun de ses élèves de rapporter un objet ancien.

Plus en détail

Grand jeu - Le secret du manoir de Kergroas

Grand jeu - Le secret du manoir de Kergroas Grand jeu - Le secret du manoir de Kergroas @2008 - Le Centre de Loisirs de Lannilis www.clsh-lannilis.com Public : A partir de 8 ans 4, 5 ou 6 équipes de 2 à 5 joueurs 3 animateurs Histoire : Le comte

Plus en détail

«Le Leadership en Suisse»

«Le Leadership en Suisse» «Le Leadership en Suisse» Table des matières «Le Leadership en Suisse» Une étude sur les valeurs, les devoirs et l efficacité de la direction 03 04 05 06 07 08 09 11 12 13 14 «Le Leadership en Suisse»

Plus en détail

Si clauses: si + present, future

Si clauses: si + present, future Si clauses Type 1: si + present, future Type 2: si + imperfect, conditional Type 3: si + pluperfect, past conditional Practice of all three Help: formation of the future tense formation of the imperfect

Plus en détail

MEILLEURS AMIS... PEUT-ÊTRE? Producent Gabriella Thinsz Sändningsdatum: 23/11 2004

MEILLEURS AMIS... PEUT-ÊTRE? Producent Gabriella Thinsz Sändningsdatum: 23/11 2004 MEILLEURS AMIS... PEUT-ÊTRE? Producent Gabriella Thinsz Sändningsdatum: 23/11 2004 Salut! Est-ce que tu as un bon copain? Un meilleur ami? Est-ce que tu peux parler avec lui ou avec elle de tout? Est-ce

Plus en détail

LBE Ordinateurs et Internet Programme 8. Auteur: Richard Lough Rédaction: Maja Dreyer Traduction : Yann Durand

LBE Ordinateurs et Internet Programme 8. Auteur: Richard Lough Rédaction: Maja Dreyer Traduction : Yann Durand LBE Ordinateurs et Internet Programme 8 Auteur: Rédaction: Maja Dreyer Traduction : Yann Durand Personnages: Beatrice (fille adolescente), John (garçon adolescent), Ordinateur (voix électronique off) Clips

Plus en détail