La solidarité à travers les produits : l'achat-geste écologique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La solidarité à travers les produits : l'achat-geste écologique"

Transcription

1 XIIème CONGRES DE L'AFM POITIERS - 22 et 23 mai 1996 La solidarité à travers les produits : l'achat-geste écologique Patricia THIERY-SEROR IUT B - Département T.C. 17, rue de France Villeurbanne Cedex Tél : Fax : Résumé Ce travail tente d'élargir les perspectives de recherche du comportement du consommateur de produits écologiques en faisant intervenir une notion essentielle: la solidarité. Elle peut s'exprimer à travers des produits de consommation associés à une cause, qu'elle soit écologique, sociale ou humanitaire et servir ainsi de fondement commun à l'existence de produits verts et de produits-partage. Nous introduirons l'achat-geste, acte d'achat doublé d'un geste de solidarité, pour éclairer notre approche. Puis, nous explorerons les conditions d'expression de l'achat-geste écologique en tant que révélateur de valeurs sociétales émergentes. Abstract This work proposes to bring a new perspective on consumer behavior towards ecological products by outlining an essential concept, that of solidarity. This solidarity may be expressed through the purchase of products which are cause-related, be it ecological, social or humanitarian. The concept of "cause-concerned" purchase will be introduced to account for the emergence of new societal values expressed by consumers through their purchase acts.

2 "Nous produisons des choses et des hommes qui deviennent aussitôt les conditions globales de notre vie à venir." Michel Serres (1992) Introduction Dans le cadre de ce travail, nous nous intéresserons aux achats de produits associés à une cause. Il peut s'agir de la cause écologique véhiculée par les produits verts, ou bien d'une cause de solidarité sociale, ou humanitaire véhiculée par des produits dont une part des bénéfices est reversée à un organisme caritatif. Nous ferons appel à une nouvelle notion, l'achat-geste, pour décrire ce phénomène qui correspond à un acte d'achat doublé d'un geste de solidarité. Il est à ce titre révélateur de valeurs sociétales émergentes en France (Cairncross 1993). Après avoir introduit l'achat-geste, nous concentrerons notre travail sur l'exemple particulier de l'achat-geste écologique. Nous essaierons de le mettre en scène, c'est-à-dire de décrire le contexte dans lequel il interviendra comme une possibilité nouvelle d'expression de la solidarité à travers l'univers familier de la consommation. Nous interrogerons les notions de conscience écologique et de valeur environnementale pour mieux en tracer les contours. D'autres concepts essentiels comme la confiance et le sentiment de responsabilité, seront autant de paramètres décisifs dans l'accomplissement de l'achat-geste. Enfin, une fois l'achatgeste inscrit dans son contexte, quel sens peut-on envisager de lui donner? 1. L'achat-geste 1.1. L'achat-geste, mode d'expression de valeurs Dans un contexte d'échanges mondiaux où les produits les plus lointains nous parviennent au quotidien, jamais le consommateur n'a disposé d'un tel choix. La variété de combinaisons d'attributs des produits commercialisés inspire autant la liberté de choix qu'elle ne sème la confusion. L'association d'une cause à un produit, en lui ajoutant une composante symbolique forte, permet au consommateur d'exprimer certaines de ses valeurs comme élément de préférence dans sa consommation. Ainsi en est-il de l'achat-geste, c'est-à-dire d'un achat qui, au-delà de la satisfaction de ses besoins, permet à l'individu d'exprimer ses valeurs et d'y rester fidèle. Notre conception de l'achat-geste nécessite que les produits concernés ne soient pas uniquement le prétexte à une bonne action de la part de l'acheteur, mais répondent à un besoin fonctionnel et que le soutien d'une cause se greffe à ce besoin initial. L'exemple classique est celui des produits d'entretien respectueux de l'environnement. Ce sont des produits de grande consommation en univers concurrentiel qui se distinguent des autres par leur fonction symbolique de soutien de la cause écologique. De nombreux travaux récents (Cairncross 1993, Miller 1994, Peixoto 1991, Rochefort 1995) mettent en évidence l'importance croissante prise par ces gestes qui semblent montrer un changement d'attitude de l'être humain à l'égard de son environnement. Ainsi, le philosophe et historien des sciences Michel Serres (1992), a mis en évidence des changements fondamentaux dans le rapport que l'homme entretient avec la terre, et notamment l'élargissement à l'infini de la sphère des préoccupations et des responsabilités de l'individu. Il met ainsi en évidence le difficile arbitrage entre le proche et le lointain, entre ce qui nous touche directement et ce qui parait abstrait. Ceci remet en cause le précepte de Marc-Aurèle selon lequel il y a des choses qui dépendent de nous, d'autres qui ne dépendent pas de nous, la sagesse étant l'art de ne se préoccuper que des premières, précepte qui a gouverné la morale occidentale jusqu'à nos jours. 3

3 Dans l'élargissement de la sphère de nos préoccupations, les achats-gestes peuvent concerner des causes nationales (solidarité sociale, médicale, ou économique), mondiales (l'aide humanitaire), voire planétaires (l'écologie) et traduisent "la recherche d'une harmonie avec la nature et les autres peuples, à l'échelle d'une planète devenue soudain si petite" (Maresca 1993 in Rochefort 1995, p.161). Les achats de produits made in la nation du consommateur traduisent, il est vrai, un geste de solidarité sociale et économique souvent destiné à protéger les emplois des compatriotes. Le point commun avec les autres formes de solidarité réside dans un geste destiné à autrui ou à la planète, en d autres termes des bénéficiaires lointains et non-identifiables. Cependant une nuance l en distingue; les achats ethnocentriques, par définition, tendent à privilégier le groupe social auquel on appartient et à en faire le seul groupe de référence (Le Nouveau Petit Robert 1993, p.831). De fait, la coexistence de préoccupations humanitaires et ethnocentriques laisse deviner, à l intérieur même du concept d achat-geste, des comportements potentiellement complémentaires, mais vraisemblablement opposés. Par ailleurs, la même réflexion mériterait d être menée à propos des gestes en faveur de l humanité ou de la planète. La vision anthropocentrique de l aide humanitaire semblerait s opposer à la vision planétaire de l écologie. Et pourtant ne s agit-il pas de notre planète et ne la protégeons-nous pas pour mieux en bénéficier? Et les autres hommes ne font-ils pas partie de la nature et de la planète? Décidément, cette solidarité à distance peut s exercer à différents niveaux sans doute imbriqués et interdépendants, et cette distance n est pas tant kilométrique que psychologique L'achat-geste, acte de solidarité à travers les produits L'achat-geste est un acte d'achat doublé d'un geste de solidarité. Cette approche suggère une dimension citoyenne de l'individu en situation de consommation. "En s'associant à des causes humanitaires et sociales, les marques de produits de consommation et les distributeurs leur proposent (aux consommateurs) des actes de petite solidarité faciles à réaliser." (Rochefort 1995). Cette petite solidarité dont parle le directeur du Crédoc est également applicable aux produits verts, qui soutiennent la cause écologique du respect de l'environnement. Il s'agit là d'inscrire au quotidien, jusque dans sa consommation privée, un geste de petite solidarité pour une grande cause, ou plutôt plusieurs petits gestes répétés de solidarité, ancrés dans le quotidien de la consommation, temple de l'individualisme. Comme la télévision fait entrer au coeur des foyers les grands phénomènes de société (Miller 1995), la distribution y fait entrer les grandes causes sociales par l'entremise de produits. Ces produits sont un mode d'objectification d'une cause à travers un acte d'achat, dont la dimension symbolique prend le pas sur la dimension fonctionnelle. Dans le cas d'un produit peu impliquant, le produit peut être relié aux valeurs du consommateur par l'intermédiaire du symbole, par sa valeur de signe. Dans le cadre de l'achat-geste, la forte implication peut concerner le symbole plus que l'objet. Les lessives sans phosphates ou des piles électriques sans mercure en sont un exemple probant. L implication peut alors devenir plus forte lorsqu un produit de consommation courante s associe à une cause. Les consommateurs disposent ainsi d'une nouvelle forme de "pouvoir d'achat" qui s'apparente à un vote en faveur d une cause. L'entreprise joue un rôle médiateur essentiel dans la relation de l'homme à son environnement, et en s'engageant pour des causes, les entreprises pratiquent le marketing sociétal. Serait-ce une façon de se légitimer? Quoiqu'il en soit, le choix de l'argument humaniste ou écologique correspond à une tendance de fond, à une orientation vers un aspect non utilitaire (au sens économique du terme) du produit, véhicule de symboles plus forts. Même si l'impulsion vient 4

4 de l'entreprise (sous contrainte ou spontanément), il revient aux consommateurs de décider ou non de l'encourager. En ont-ils vraiment conscience? 1.3. Produit-geste, produit-partage La différence essentielle entre le produit-geste et le produit-partage tient dans la façon dont l'engagement de l'entreprise se manifeste. Le produit-geste est issu de l'engagement de l'entreprise pour une cause. Le produit-partage est le résultat de l'association entre une entreprise et un organisme soutenant une cause, produits dont une petite partie des bénéfices est affectée à celle-ci soit directement, soit par l'intermédiaire du consommateur qui doit renvoyer un coupon figurant sur l'étiquette du produit. Les définitions des produits-gestes et des produits-partages sont à envisager sous l'angle de l'entreprise, car c'est elle qui décide d'associer ses produits à une cause, même si le consommateur ne les perçoit pas toujours comme tel. Ces produits existent dans plusieurs pays, mais nous citerons ici quelques exemples français recensés par le directeur du Crédoc (Rochefort 1995) : - en 1993, la marque de café Stentor reverse 50 centimes par paquet de café de 1 kg vendu à l'association Pharmaciens Sans Frontières (Résultat : Francs ), puis à Enfance et Partage et au Secours Populaire dans un deuxième temps; - pour Noël 1993, Lancôme a reversé 10F par produit vendu de la ligne Trésor à la fondation Abbé Pierre (Résultat : 2 millions de francs) - La même année, la marque d'eau minérale Evian (groupe Danone) a inventé le "libre choix" humanitaire en reversant 20 centimes à l'association choisie par le consommateur parmi quatre proposées. (Résultat : 8 millions d'étiquettes collectées pour les Restos du coeur, l'unicef, Médecins Sans Frontières et la Croix Rouge). Quant à Mac Donald, il réalise dans certaines régions de France depuis maintenant 10 ans, une opération similaire mais plus ponctuelle (le Big Mac Don) en reversant 10F par Big Mac acheté un jour J à un ou plusieurs organismes d'aide à l'enfance L'achat-geste, acte volontaire et conscient Un constat s'impose : les produits-partage concernent souvent des causes humanitaires et sociales alors que le même principe peut également s'appliquer à des causes écologiques, comme par exemple la protection des animaux sauvages (Schlegelmilch 1994). En effet, la cause écologique est plus souvent promue par des produits-gestes comme les éco-produits ou les éco-recharges. Pour clarifier notre approche, nous distinguerons plusieurs types d'écoproduits. Dans un cas, c'est la composition du produit qui est conçue pour respecter l'environnement : les lessives sans phosphate, les piles sans mercure, les produits d'entretien à fort taux de biodégradabilité; dans l'autre cas, c'est l'emballage qui joue ce rôle : emballage recyclable, emballage biodégradable, emballage "allégé" (éco-recharges). Il arrive que les deux éléments écologiques se combinent sous forme d'un emballage et d'un produit plus respectueux de l'environnement. Nous excluerons du champ de nos investigations les produits dont l'achat ne correspond pas à une démarche volontaire et engagée du consommateur dans le sens où il n'effectue pas de choix en univers concurrentiel. Citons l'exemple de l'essence sans plomb qui est imposée aux automobilistes en possession d'une voiture récente, ou celui des produits dont l'emballage est recyclable mais n'intervient pas de manière déterminante dans l'acte de vente. 5

5 Les produits dont le procédé de fabrication ou de transport est écologique nous intéressent dans la mesure où l entreprise communique sur cet aspect auprès du grand public, ce qui ne représente pas la majorité des cas. Ces produits ne peuvent pas faire l'objet d'un achat-geste. L'achat-geste se distingue du simple acte d'achat du fait du consommateur qui effectue alors un achat engagé, volontaire et conscient de soutenir une cause Un engagement légitime? Les bénéfices liés aux ventes du produit-geste reviennent dans leur intégralité à l'entreprise qui s'engage pour une cause; alors qu'une partie des bénéfices est reversée à une association indépendante de l'entreprise dans le cas d'un produit-partage. Dans le premier cas, l'engagement de l'entreprise est permanent et c'est l'entreprise que les consommateurs encouragent en achetant le produit, dans l'autre il a un caractère plus ou moins ponctuel et l'encouragement s'adresse plutôt aux organismes soutenant une cause. Bien entendu, on peut objecter que certains consommateurs achètent ce type de produits sans nécessairement vouloir soutenir une cause mais uniquement pour les autres composantes de ces produits. Une des limites des produits-partage tient au fait que l'immatériel humanitaire est plaqué artificiellement sur un produit (Rochefort 1995), ce qui pose la question de la légitimité et donc de la crédibilité de l'élan humanitaire de ces entreprises qui pourraient être soupçonnées, parfois à juste titre, d'utiliser une cause pour mieux vendre leur produit. Est-ce, dans ce cas, le produit qui soutient la cause ou la cause qui soutient les ventes du produit? Et pourquoi pas une synergie bénéfique aux deux parties prenantes? Cette stratégie risque toutefois de se retourner contre l'entreprise émettrice, si elle agit en contradiction avec ses engagements en dehors de l'opération. Les produits verts tiennent leur spécificité de l'indissociabilité des produits à la cause écologique. L'indissociabilité physique se vérifie lorsque la composante écologique fait partie de l'écoproduit, mais pas dans le cas des éco-recharges où la composante écologique est dans le conditionnement mais pas systématiquement dans le produit. L'indissociabilité symbolique semble acquise si l'on considère que tout produit est potentiellement polluant. La légitimité de ces actions apparaît plus clairement, si ce n'est qu'il peut paraître difficile d'admettre qu'un produit soit à la fois la cause d'un problème et un acteur de sa solution. Le problème de la crédibilité aussi reste entier quant à la réelle détermination des entreprises concernées à protéger l'environnement et à la cohérence de leur comportement d'ensemble avec les valeurs promues à travers leurs produits. Ces deux formes de solidarité (produit-geste et produitpartage) peuvent bien sûr se combiner. Une autre forme de solidarité proposée à travers l'achat de produits se manifeste par l'engagement d'une entreprise dans une charte sociale. La marque de jeans Levi's en est un exemple intéressant (Rochefort 1995). Elle s'est engagée à ne fabriquer ses jeans que dans des pays respectant un minimum les droits de l'homme comme l'absence de travail des enfants ou des prisonniers. Dans de tels cas, la légitimité devient possible et l'engagement chargé de sens. Ces jeans s'apparentent alors à des produits-gestes mais leurs acheteurs n'effectueront un achat-geste que dans la mesure où Levis communiquera sur cet engagement et où les clients choisiront et achèteront ces jeans en connaissance de cause. Cet engagement par l'intermédiaire d'une charte est également envisageable pour les éco-produits. 6

6 Conclusion Le champ d'action de l'achat-geste semble vaste, comme nous venons de le montrer, et c'est pourquoi nous nous limiterons dans cet article à l'étude de l'achat-geste écologique. L'écologie appelant à s'intéresser à la sphère la plus large de nos préoccupations, elle sera choisie comme thème dominant dans ce travail. "Le champ ouvert par l'écologie est de ce fait extrêmement large, il va de l'aspiration au bien-être, qui recouvre un ensemble de préoccupations individuelles, à une philosophie de la nature dont le contenu varie en fonction des caractéristiques socio-culturelles" (Maresca 1993 in Rochefort 1995, p.161). 2. Impact de la conscience écologique sur l'acte d'achat 2.1. Ecologie, environnement, nature : la confusion Quand faut-il parler d'écologie, d'environnement et de nature? Avant d'aller plus loin dans l'étude des conditions de développement de l'achat-geste, il convient d'explorer les nuances de la terminologie, révélatrices de modes de pensée divergents à l'égard du rapport hommenature. L'environnement est "l'ensemble des conditions naturelles (physiques, chimiques, biologiques) et culturelles (sociologiques) dans lesquels les organismes vivants (en particulier l'homme) se développent." (Le Nouveau Petit Robert 1993, p.787) La nature est "ce qui, dans l'univers, se produit spontanément, sans intervention de l'homme." (Le Nouveau Petit Robert 1993, pp ). Elle serait donc pure extériorité. L'environnement se distingue de la nature en ce sens qu'il est constitué par la nature et le construit humain (Maldonado 1972), c'est-à-dire que la nature est pensée par l'homme à travers une culture et que cette réfraction constitue la notion d'environnement. Dans un article intitulé Crimes against the ecosphere, Stan Rowe commente ainsi le rapport de 1985 proposé par la commission de réforme des lois au Canada (Ferry 1992): "Le rapport intitulé "Crimes contre l'environnement" accepte le parti pris anthropocentriste (homocentrique) traditionnel selon lequel l'environnement n'est rien d'autre que ce suggère son étymologie : le simple contexte qui entoure les choses de plus grande valeur - à savoir les gens. En ce sens vulgaire, l'environnement n'est que périphérique et son concept est intrinsèquement péjoratif. Il est donc logique, dans ces conditions, que la défense de l'environnement ne soit conçue qu'en termes d'utilité pour les hommes. Il n'est qu'une valeur sociale et un droit, non une chose possédant une valeur intrinsèque." Dans les discours relatifs à l'écologie, le terme "nature" est progressivement remplacé par le terme "environnement", signe de la prééminence de la vision anthropocentriste classique dans notre culture des rapports homme-nature. Rappelons l'origine du mot écologie. Forgé vers 1866 par un biologiste allemand, Ernst Haeckel, il résulte de la fusion de deux racines grecques : oikos (maison,habitat) et logos (discours). Etymologiquement, l'écologie est donc la science étudiant les interactions entre les organismes (êtres vivants) et leur milieu de vie. Le choix du terme environnement dans ce document n'est effectivement pas neutre mais semble être le plus adapté à notre sujet dans son acception de vision humaine de la nature et pouvant supporter l'idée de leur interaction. Ainsi au fil de ce travail, le terme environnement prédominera dans le souci d'être en phase avec le vocabulaire usuel et celui des différentes recherches dans ce domaine. Une exception sera faite lors de l'étude des rapports de l'homme avec la nature pour distinguer plus aisément les différentes conceptions existantes de 7

7 l'environnement. Par ailleurs, précisons que les individus peuvent avoir une conception explicite ou implicite de la notion d'environnement et qu'elle est susceptible d'évoluer dans le temps L'environnement, une donnée de consommation A la recherche de références solides, notre société a hissé l'environnement au rang de valeur. Son respect prend une dimension d'engagement pour une cause. La conscience environnementale des consommateurs est vue comme la tendance marketing de notre décennie (Ottman 1992, Kirkpatrick 1990). "Le marketing est en train de changer d'orientation. Il s'éloigne de la vision selon laquelle il représente uniquement les intérêts des entreprises, à savoir : que produire et comment le vendre? Maintenant,...(il s'intéresse) au bien-être des producteurs, des consommateurs et de la société dans sa globalité" (Schlegelmilch 1994). Vivre dans le respect de l'environnement va influencer le quotidien des français, et donc leur mode de consommation. Lors de la "révolution verte " des années 80, les entreprises françaises ont assisté à un changement radical du comportement des consommateurs avertis des dangers des CFC (les chlorofluorocarbones sont suspectés de nuire à la couche d ozone de la stratosphère) et des pesticides. Cette mobilisation des consommateurs, largement initiée et relayée par les médias, a été une des premières manifestations du pouvoir et de la volonté des consommateurs en termes environnementaux. Depuis, les consommateurs français semblent s'être démobilisés. Mais, à l'instar de leurs voisins européens (ex : l'allemagne), ils pourraient devenir plus explicites dans leurs demandes et utiliser leur pouvoir d'achat comme un vote économique afin d'initier un changement social et environnemental (Dembkowski et Hanmer-Lloyd 1994). Ce type de comportement s'apparente à celui du consommateur doté d'une conscience sociale (Socially conscious consumer) qui "prend en compte les conséquences publiques de sa consommation privée ou qui essaye d'utiliser son pouvoir d'achat pour amener des changements dans la société" (Webster 1975 in Joy et Auchinachie 1994). Selon un sondage CSA (Science et Avenir 1990) de Juin 1990, 81 % des français déclarent que la protection de la nature est plus importante que la croissance économique et 57 % estiment que l'environnement est un des problèmes majeurs de l'avenir de notre société (contre 35 % en 1988). Trois années plus tard, une étude réalisée par l'ined (Population & Société 1993) à la demande du ministère de l'environnement livre qu'une très grande majorité des personnes interrogées (82 % sur 4179 répondants), et en particulier les plus jeunes, perçoivent la situation de l'environnement comme "réellement inquiétante". Seulement 15 %, plutôt des personnes âgées, pensent qu'on exagère la gravité des problèmes environnementaux. Les français ont une sensibilité environnementale de plus en plus forte. Selon une enquête de consommation du Crédoc en 1994 (in Rochefort 1995, pp ), 38% des consommateurs français pensent acheter plus de produits verts que maintenant, 48% autant et seulement 7% moins. En achetant ces produits, 60% pensent contribuer d'une façon très ou assez importante à la protection de l'environnement, contre 36% qui sont d'un avis contraire. Pourtant, les produits verts représentent en France moins de 1% de la consommation totale des ménages en 1993 et environ 7% des ventes de produits (Levi 1993). Bien que de nombreuses études insistent sur le fait qu'une large majorité des populations industrialisées se sente généralement concernée par l'environnement, il reste qu'une part marginale de ces préoccupations se traduit par des achats de produits verts. Le marché français des consommateurs verts semble donc encore à l'état de marché potentiel. Tout au long du travail qui va suivre, nous nous emploierons à comprendre les moteurs et les 8

8 freins de l'achat-geste écologique Conceptualisation de la conscience environnementale Revue de la littérature Depuis les années 70, l'environnement est devenu une question importante pour le grand public. Elle a généré des recherches sur les attitudes des gens face aux questions environnementales ainsi que des mesures de la préoccupation environnementale du public. De nombreuses échelles d'attitude sur ce thème font intervenir des notions comme les croyances, le degré de connaissance, les intentions et les comportements du consommateur. Les recherches réalisées en sociologie se distinguent par plusieurs aspects (Van Liere et Dunlap 1981) 1) d'une part, certaines études prennent en compte différents aspects de l'environnement séparément (ex : pollution, ressources naturelles, protection de la vie sauvage, ou population), alors que d'autres les agrègent pour former une mesure unique de ce construit ; 2) d'autre part, les mesures existantes diffèrent dans leur conceptualisation théorique. Ces variations sont dues aux différentes hypothèses de ce qui constitue la sensibilité environnementale : - la perception de la gravité des problèmes environnementaux, - le degré de connaissance des problèmes environnementaux, - le soutien aux dépenses gouvernementales pour la protection de l'environnement, - le soutien des réformes pour la protection de la qualité de l'environnement, et/ou - l'implication réelle dans des comportements pro-environnementaux. 3) A cela s'ajoute le fait que les construits n'étant pas mesurés sur les mêmes bases, il y a peu de corrélations entre les mesures. De plus, les études sont souvent basées sur des échantillons assez homogènes, d'où la difficulté d'isoler des variables socio-démographiques... Après étude des différentes recherches effectuées sur ce thème et pour toutes les raisons évoquées plus haut, Van Liere et Dunlap en concluent qu'il n'y a pas équivalence entre les différents types de mesures de la sensibilité environnementale. Sans vraiment poser la question cruciale de la définition de ce construit, les chercheurs s'opposent dans leurs propositions pour son évaluation : est-il unidimensionnel (Dunlap and Van Liere 1978) ou tripartite? (Banerjee et Mc Keage 1994) La revue de la littérature réalisée par Martin et Simintiras (1994) met en lumière la convergence vers une multidimensionnalité du construit de conscience environnementale, celle-ci ayant été conceptualisée dans bien des cas comme une attitude avec ses trois composantes : cognitive, affective, conative. L'hétérogénéité dans la conceptualisation de la sensibilité environnementale et les difficultés rencontrées dans la recherche de corrélations entre cette sensibilité et le comportement d'achat montrent que ce construit n'a pas encore trouvé de contours et de contenu clair et satisfaisant. Alors que se dessine l'idée selon laquelle la solution aux problèmes passe plus par l'étude des comportements pro-environnementaux que des attitudes pro-environnementales, les raisons d'une faible relation entre les attitudes et les comportements environnementaux et les conditions dans lesquelles elles peuvent se renforcer méritent réflexion Définition de la conscience écologique 9

9 Tout d'abord, il est important de clarifier le terme de conscience écologique qui est indifféremment employé en lieu et place de la sensibilité environnementale, de la conscience environnementale ou de l'environnementalisme. Que choisir? Ces notions n'ont pas de définition consensuelle dans la "littérature" internationale, ce terme étant né d'un langage politique et du langage de tous les jours. Il s'agit néanmoins d'un des principaux construits utilisés pour expliquer le comportement du consommateur conscient de son environnement. A ce titre, le choix d'une terminologie cohérente en correspondance avec la terminologie anglosaxonne s'impose. Les anglo-saxons parlent de environmental concern, mais ils utilisent aussi les termes de ecologically concerned consumer ou ecologically conscious consumer dès lors qu'il s'agit des individus. Ainsi, ils introduisent parfois la notion de conscience et l'assimilent implicitement à la préoccupation ou à la sensibilité. En langue française, environmental concern n'a pas d'équivalent immédiat évident et l'on utilise plus facilement les termes de sensibilité environnementale, de conscience écoloqigue ou éventuellement de préoccupation environnementale et on parle des individus en tant que consommateurs verts. L'environnementalisme, dérivé de l'anglais environmentalism est défini comme la "science de l'environnement" (Robert & Collins compact 1993, p.719), et sort par conséquent du thème de cette réflexion. Quant à la sensibilité environnementale, elle relève plutôt de la réaction affective, de la sensation et semble à cet égard une notion incomplète. Par contre, le terme de conscience est chargé de sens et il convient de s'interroger sur la pertinence de son emploi dans de telles recherches. Conscience vient du latin conscientia, connaissance. Elle est définie comme "la faculté qu'a l'homme de connaître sa propre réalité et de la juger" (Le Nouveau Petit Robert 1993, p.445). Dans le cadre d'une réflexion sur l'achatgeste écologique, cette notion nous intéresse dans sa double acception : - la conscience psychologique en tant qu'"ensemble des opinions, des convictions, des croyances de quelqu'un" et dans le sens où l'on réalise l'importance d'un phénomène, et - la conscience morale en tant que faculté ou fait de porter des jugements de valeur sur ses actes" et dans le sens où certains de nos actes liés à l'environnement sont teintés selon les cas de bonne ou mauvaise conscience. Rabelais ne disait-il pas : "science sans conscience n'est que ruine de l'âme"? Nous emploierons donc indifféremment les termes de conscience environnementale ou écologique dans le sens où écologique signifie dans le language courant "respectueux de l'environnement" (Le Nouveau Petit Robert 1993, p.711). Banerjee et Mc Keage (1994) proposent alors une conceptualisation intéressante de ce qu'ils nomment l'environnementalisme sous forme de 4 types de croyances : 1) Croyance en la relation homme-nature : L'environnementalisme "traduit" la croyance selon laquelle l'humanité et l'environnement biophysique sont interdépendants rejetant la vision selon laquelle les hommes ont l'intention de dominer la nature, 2) Croyance de l'importance de l'environnement pour soi. Cela implique une utilité personnelle, un intérêt pour les questions environnementales, et le sentiment de connexion avec l'environnement, 3) Croyance que les conditions environnementales actuelles sont un problème sérieux auquel 10

10 le monde doit faire face, 4) Croyance que des changements radicaux dans le mode de vie courante et les systèmes économiques sont nécessaires pour éviter la dégradation de l'environnement. Cette conceptualisation permet des variations dans les degrés d'environnementalisme selon la force de leurs convictions. Quelques remarques s'imposent sur cette définition : 1) La croyance de la relation homme-nature nous semble plutôt intervenir au niveau des conceptions de l'homme dans son rapport au monde, ce que nous considérons comme important mais distinct du concept de conscience écologique. 3) La définition de Banerjee et Mc Keage semble complète et claire mais elle est lourde à manipuler et ressemble plus à une opérationnalisation d'un concept destinée à le tester qu'à une définition parcimonieuse. 4) La volonté d'action en faveur de l'environnement n'est pas le corrollaire systématique de la conscience écologique. Est souvent faite l'hypothèse implicite de la reconnaissance d'un problème ou d'un phénomène entraînant la volonté d'agir en conséquence. Cette hypothèse forte reste à démontrer. Compte-tenu de ces remarques, voici notre conception de la conscience écologique : la conscience écologique est la conscience des menaces qui pèsent sur l'environnement du fait de l'amplification des activités humaine et économique sur la planète Conceptualisation du consommateur écoconscient Nous sommes de plus en plus confrontés à la controverse écologie/marché. Un facteur-clé de cette controverse est le consommateur qui, par ses décisions personnelles de consommation, va contribuer à préserver l'environnement ou à le détériorer. Pour les écologistes engagés, le consommateur vert est un paradoxe puisque pour eux il s'agit de consommer moins et non pas autrement!... Dans une optique marketing, nous nous intéresserons aux consommateurs qui choisissent des produits plus propres en lieu et place de produits polluants. Nous emploierons indifféremment les termes éco-produits et produits verts dans ce document selon la définition suivante : "Un éco-produit doit respecter l'environnement à tous les stades de vie : depuis l'extraction des matières premières jusqu'aux conditions de son élimination. Ces stades peuvent être décrits de la façon suivante : extraction des matières premières, production, distribution, utilisation, entretien, possibilité de récupération et de recyclage...." (Ventere 1989) Revue de la littérature Une étude BVA de 1991 (Peixoto 1991) propose une typologie des consommateurs selon leur attitude face à l'environnement. Ils sont répartis en écogroupes qui peuvent toutefois varier selon les segments de marché des produits verts et selon le type de produit impliqué. L'étude distingue 5 écogroupes : - Les "écoresponsables" (18%) vivent l'environnement avec une forte implication dans les 11

11 gestes quotidiens. Ce sont eux qui respectent le plus l'environnement. Ils achètent systématiquement des produits dits écologiques même s'ils n'ont pas de label tout en sachant qu'ils peuvent être dupés, et ce, pour témoigner de leur engagement. - Les "écodurs" (15%) sont contre tout ce qui a trait au progrès, à la société d'abondance. Ils rejettent tout produit vert s'il n'a pas de label contresigné par une association écologique qui crédibilise son positionnement. - Les "désabusés" (25%) font des compromis car ils acceptent la société de progrès même si elle génère des pollutions. Ils refusent d'acheter des produits verts s'ils sont plus chers. - Les "écoconfiants" (22%) ont plutôt un haut niveau de vie. Ils font confiance aux industriels et aux pouvoirs publics pour trouver des solutions aux problèmes d'environnement. Ils adhèreront aux labels mais ne voudront pas de produits moins séduisants - Les "écodistants" (20%) ne font pas de l'environnement une priorité. Ecologie et économie sont selon eux incompatibles. Ils mettront en doute l'efficacité des éco-produits. Kinnear, Taylor et Ahmed (1974) ont essayé de dégager le profil des consommateurs concernés par l'écologie à partir d'une étude empirique sur les relations entre les caractéristiques socio-démographiques, les traits de personnalité des consommateurs et leur sensibilité à l'écologie. Ils ont mesuré le concept de sensibilité environnementale par l'attitude exprimée par les consommateurs sur l'environnement ainsi que par le déclaratif sur leurs comportements d'achat. Il en ressort que les variables socio-démographiques sont de piètres indicateurs du degré de sensibilité à l'écologie, et que les traits de personnalité semblent un peu plus révélateurs. Dans leur revue de la littérature, Joy et Auchinachie (1994) ont fait état des recherches sur les variables de segmentation pour obtenir des profils de consommateurs sensibles à l'environnement (ecologically concerned consumers). Ils ont recensé 16 articles proposant des variables de segmentation pour déterminer leur profil : socio-économiques, personnalité, attitude, orientation politique, race, degré de connaissance, cycle de vie, sexisme, etc... Ils en concluent que les résultats ne sont ni significatifs ni cohérents Définition du consommateur écoconscient Il est difficile de traduire ecologically concerned consumer à moins de dire : consommateur concerné par l'environnement dont la terminologie est lourde et où la notion de conscience disparaît. Il existe aussi ecologically conscious consumer pour établir le parallèle avec socially conscious consumer et qui pourrait se traduire par consommateur écologiquement conscient ce qui présente l'avantage de cohérence avec la notion de conscience mais n'est pas très élégant. L'appellation consommateur vert correspondrait à un raccourci appréciable de ce concept mais à condition que le terme vert n'implique pas obligatoirement une action en faveur de l'environnement. Il serait intéressant d'employer une nouvelle terminologie capable de satisfaire toutes ces exigences; le terme écoconscient en serait une intéressante. Un consommateur écoconscient est un consommateur doté d'une conscience écologique, c'està-dire, en reprenant le concept du socially conscious consumer décrit plus haut et en l'adaptant, "un consommateur qui prend en compte les conséquences environnementales collectives de sa consommation individuelle ou qui serait susceptible d'utiliser son pouvoir d'achat pour contribuer à la protection de l'environnement". Par contre, si l'on fait abstraction de la notion de consommation, l'individu doté d'une conscience écologique sera appelé individu écoconscient. 12

12 Maintenant que les concepts de conscience écologique et de consommateur écoconscient sont clarifiés, se pose la question de savoir quelles sont les conditions pour que la conscience écologique s'exprime à travers un achat-geste parmi d'autres modes d'expression possibles? 3. Les conditions d'expression de l'achat-geste écologique 3.1. Cadre théorique La sensibilité environnementale peut être liée aux valeurs centrales d'une personnalité, aux attitudes envers les produits ou encore au comportement visible (Böcker, Hausruckinger et Herke 1991). Seront étudiées ici les relations entre valeurs, attitudes et comportements pour tenter d'expliquer comment cette "nouvelle" valeur est susceptible d'influencer le comportement du consommateur. Ce travail s'inscrit dans le courant de recherche des modèles moyens-fins que Gutman (1982) définit comme "des modèles qui tentent d'expliquer en quoi le choix d'un produit ou service contribue à la réalisation d'états finals désirés". Le modèle de Vinson, Scott et Lamont (1977) essaye de tracer des liens entre les principaux attributs d'un produit perçus par le consommateur, les actes d'achat et les valeurs. Dembkowski et Hanmer-Lloyd (1994) étudient le système Wimmer, qui propose une application du système Valeurs-Attitudes de Vinson, Scott et Lamont pour expliquer les comportements d'achat et de consommation liés à une conscience environnementale en intégrant les influences du système de valeurs individuel. Les trois niveaux du modèle forment un réseau hiérarchique inter-relié et représentent différents degrés d'abstraction : - Les valeurs générales (culturelles) qui concernent les états finals désirés de l'existence et les comportements associés, - Les valeurs spécifiques à un domaine, et notamment les croyances relatives aux activités de consommation (de produits respectueux ou non de l'environnement), - Les évaluations d'attributs de produits. Filser (1994) souligne qu'une conséquence importante de cette analyse est de reconnaître une relative autonomie au comportement du consommateur par rapport aux valeurs culturelles : "... la lenteur des évolutions culturelles est telle que l'essentiel des changements dans les comportements de consommation n'est pas directement influencé par la culture." En s'appuyant sur cette hiérarchie des valeurs proposée par Vinson, Scott et Lamont (1977), la réflexion que nous soumettons ici introduit plusieurs notions essentielles : le concept de soi, la notion de responsabilité, et le degré de confiance. Ces concepts se combinent à la conscience écologique pour aboutir à différents modes d'expression des convictions des consommateurs. L'attachement à la cause écologique peut s'exprimer à travers l'acte d'achat et correspond à la fois à la satisfaction personnelle immédiate d'être fidèle à ses valeurs jusque dans ses actes de consommation et à la satisfaction médiate d'avoir un jour un impact en faveur de cette cause Valeurs, valeur 13

13 Le système de valeurs Les sciences sociales font classiquement appel aux travaux de Kluckhohn (1951) pour définir les valeurs, "conceptions implicites ou explicites du désirable, propres à un individu ou à un groupe, qui influencent le choix parmi les modes, moyens ou fins possibles de l'action". Le concept de valeurs intègre des éléments socio-culturels et personnels. Rokeach (1968) définit une valeur comme "une conviction persistante qui guide les actions et jugements au travers de situations spécifiques et au-delà d'objectifs immédiats vers de plus ultimes états finals de l'existence". Rokeach ajoute que les valeurs ne reposent pas seulement sur les besoins des individus mais prennent aussi en compte des facteurs sociétaux et autres facteurs extérieurs. Ces valeurs sont considérées comme des principes importants guidant les comportements de quelqu'un tout au long de sa vie. Dans ses travaux, Rokeach (1968, 1973) a distingué les valeurs finales (objectifs poursuivis) des valeurs instrumentales (les moyens de les atteindre). La valeur environnement propre s'apparente à une valeur finale selon sa terminologie alors que le comportement est instrumental pour la réalisation d'états de valeurs spécifiques. Rokeach propose 18 valeurs finales et 18 valeurs instrumentales dans sa RVS (Rokeach Value Survey). Les valeurs qu'il propose sont des valeurs très générales. Elles ont été traduites et adaptées par Aurifeille (1993) ainsi que par Schwartz et Bilsky (1993) La valeur environnementale Le préalable à la volonté de protéger l'environnement est la prise de conscience du phénomène environnemental, c'est-à-dire la reconnaissance d'un problème. Deux attitudes s'opposent : - celle des individus qui considèrent que l'environnement est un faux problème ou que la question est exagérée, ou encore qu'il faut laisser le soin aux générations futures de résoudre leurs problèmes, et - celle des individus qui perçoivent la situation de l'environnement comme réellement inquiétante et qui se rattachent à notre définition de la conscience écologique. Parmi les individus préoccupés par la situation de l environnement, certains n oeuvrent pas en faveur de sa protection pour de multiples raisons : - soit parce qu ils estiment que la nature est capable de s'adapter aux modifications apportées par l'homme. Les créationnistes peuvent être définis comme des personnes qui croient que les ressources sont illimitées puisque les hommes ont la capacité de créer de nouvelles ressources par le biais de la technologie et de la créativité (Joy et Auchinachie 1994). Les recherches en marketing ont confirmé qu'une large part de la population adhère aux idées créationnistes et croit qu'il n'y a aucune crise puisque la technologie viendra toujours à bout des dilemmes environnementaux actuels; - soit parce qu'ils sont face à une double-contrainte telle que la décrit Terrasson (1991) : "Toute société, tout individu a tendance à définir la nature comme étant ce qui ne dépend pas de notre volonté. Or, la protection de la nature est une intervention volontaire...protéger, c'est détruire"; - soit parce qu'ils sont en situation d'indécidabilité, face aux incertitudes des scientifiques qui ne sont pas toujours unanimes quant à l'impact des activités humaines sur l'environnement. Van Raaij (1995) a proposé une hiérarchie des excuses mises en avant par les individus pour expliquer leur absence de comportements pro-environnementaux. Il distingue huit stages qui représentent des lignes de défense et de résistance au changement susceptibles de tomber les 14

14 unes après les autres grâce à la prise de conscience de plus en plus grande des liens de cause à effet entre leur comportement de consommateurs et la dégradation de l'environnement. Ces huit étapes sont : 1) Ignorer le problème; le considérer comme un faux problème 2) Changer ses connaissances et ses attitudes, mais dissonance du comportement 3) Accuser les autres acteurs, leur attribuer le phénomène par manque de motivation 4) Faire confiance aux solutions technologiques 5) Déformer le problème, minimiser ses propres possibilités 6) Accepter son manque de motivation et se sentir coupable 7) Céder partiellement, seulement pour les changements à faible coût comportemental 8) Changer de comportement, même pour ceux qui ont des coûts comportementaux élevés. Nous venons de le voir, ne pas effectuer d'achat-geste ne signifie pas être incohérent avec ses valeurs et convictions. Par ailleurs, ne pas s'exprimer en faveur de l'environnement (appelé ici non-expression) ne signifie pas être contre l'environnement mais y être indifférent, manquer de confiance, ou alors être en situation d'indécidabilité due à des informations floues, controversées et parfois insuffisantes. Une vision manichéenne et systématique du monde consiste à "comprendre le monde en fonction de paires de concepts opposés" (Watzlawick 1988). S'abstenir ou nier l'opposé n'ont pas la même signification. C'est ce que tente d'expliquer le philosophe norvégien J. Elster (cité dans Watzlawick 1988) avec les concepts kantiens de négation passive et de négation active. Cette situation alimente la métaphore du vote et représente ainsi l abstentionnisme. Quant aux individus écoconscients, ils pensent qu'il faut protéger l'environnement pour une vie meilleure présente et future sur la planète et intégrent la valeur "environnement propre" dans leur système de valeurs personnel. Celle-ci peut révéler de multiples facettes, liées à l interprétation que chacun lui donnera Les différentes facettes de la valeur environnementale Les différentes interprétations de cette valeur passent par les différentes représentations que l'homme se fait de la nature et de son rapport au monde. La croyance en la capacité d'adaptation de l'espèce humaine à la dégradation de l'environnement est remise en cause du fait même de l'évolution du concept de soi et de la nature comme une extension de soi. Cette réflexion est importante dans la mesure où "notre orientation envers la nature va influencer nos idées sur ce que sont les comportements appropriés à son égard." (Joy et Auchinachie 1994). Plusieurs typologies du rapport homme-nature ont été proposées par différents auteurs (Evernden 1989 in Joy et Auchinachie 1994; Ferry 1992; Terrasson 1991) et leur étude nous a permis de dégager des registres alternatifs et de les associer pour former des schémas de pensées cohérents, autant de façons différentes d'envisager la valeur environnementale. Plusieurs thèmes récurrents et inter-dépendants ont été organisés au sein d'un tableau synthétique faisant naître trois registres et trois systèmes de relations : 1) Le registre de l'appartenance qui peut se décliner sur le mode de la séparation, de 15

15 l'interaction, ou de l'intégration de l'homme à la nature. 2) Le registre de l'affectif, de l'émotionnel : méfiance, respect, admiration de la nature 3) Le registre des rapports de force : domination de l'homme, équilibre, harmonie. Les différents éléments de chaque registre semblent pouvoir se combiner entre eux sous forme de trois systèmes de pensée : Exploitation, Gestion de la nature par l'homme et Parité entre homme et nature : SYSTEMES REGISTRES EXPLOITATION GESTION PARITE APPARTENANCE Séparation Interaction Intégration EMOTION Méfiance Respect Admiration RAPPORT DE FORCE Domination Equilibre Harmonie La protection de la nature interviendrait dans le premier système d'une manière instrumentale donc destinée à protéger l'homme des réactions néfastes de son environnement. Il s'agit de la vision anthropocentrique classique qui a dominé jusqu'à notre siècle. Dans le deuxième système, l'homme pense qu'il peut perturber définitivement son équilibre et qu'une gestion de ses ressources assurerait sa pérennité pour les hommes ainsi que pour les autres espèces vivantes sur terre. Il s'agit ici d'une vision biocentrique. Le dernier système considère la nature comme un sujet de droit au même titre que l'homme et les autres espèces vivantes, et des notions de réciprocité et d'échange interviennent. C'est l'objet du "contrat naturel" de Michel Serres (1990). Ces différents systèmes mettent au jour les différentes facettes de la valeur environnementale, dont les interprétations sont multiples. Kluckhohn (1951) souligne en effet que les individus peuvent avoir leur propre interprétation d'une valeur. L'aspect fondamental de l'évolution de la vision occidentale des problèmes d'environnement repose sur la modification de la relation de l'individu avec la terre en un glissement d'une relation de domination (datant du siècle de Descartes) vers une relation de respect. L'écologie dans sa forme idéologique propose une vision du monde systémique. Entre le cartésianisme qui nous veut "maîtres et possesseurs de la nature" et un retour vers une vie vraie, frugale, libérée de tous les artifices de la culture moderne (le mythe du paradis perdu), la sensibilité écologiste moyenne aspire à une certaine qualité de vie passant par un souci de soi (culte de la forme et du corps) et une recherche d'authenticité. En situation concrète, plusieurs valeurs incompatibles peuvent s'affronter et l'individu tranchera en fonction de l'importance qu'il accordera aux différentes valeurs (Cotgrove et Duff 1981). La valeur environnementale peut se trouver renforcée par des valeurs connexes, mais aussi entrer en conflit avec des valeurs concurrentes. Essayons de trouver celles susceptibles d'entrer en conflit avec elles Les valeurs conflictuelles Valeurs matérielles 16

16 Une étude de Banerjee et Mc Keage (1994) a tenté d'opposer deux valeurs a priori conflictuelles : l'environnementalisme et une valeur de consommation, le matérialisme (au sens galvaudé du terme philosophique). Ils se sont inspirés de différentes échelles existantes : les résultats montrent que les femmes semblent plus concernées que les hommes par l'environnement et qu'il y a, quoique faible, une corrélation négative entre matérialisme et environnementalisme. Moschis et Churchill (1978) posent que "l'attitude matérialiste est définie comme des orientations accordant de l'importance aux biens (possessions) et à l'argent pour contribuer au bonheur personnel et au progrès social". Dans un travail récent, le matérialisme a été conceptualisé comme une valeur économique du consommateur (Richins and Dawson 1992) mettant l'accent sur le type et la qualité des biens consommés. Sur le continuum matérialismepost matérialisme, le post matérialisme met l'accent sur l'auto-expression, l'appartenance et la qualité de vie et rejette la notion selon laquelle les possessions sont la source du bonheur. La protection de l'environnement coïncide donc avec les valeurs post matérialistes (Knutsen 1990). La prolifération des biens de consommation a généré une culture orientée vers l'acquisition de biens matériels comme une fin en soi, et non plus comme un instrument pour atteindre d'autres objectifs sociaux. Ceci revient à mettre en conflit les objectifs personnels de consommation et les objectifs sociétaux comme la protection de l'environnement. Il semble y avoir contradiction entre les exigences de qualité et de confort des consommateurs et les exigences de l'environnement. Les produits jetables correspondent à une évolution de la société où temps et confort sont les maîtres mots et si le prix de la gestion des déchets reste non-facturé ou sous-évalué, les gens continueront à substituer les marchandises au temps. Par ailleurs, les consommateurs semblent refuser d'acheter des produits verts si leurs performances sont inférieures aux autres produits Les valeurs de progrès "L'écologie politique sort l'homo oeconomicus de son cadre étriqué de travailleurconsommateur pour le considérer comme un être unique doué de désirs et d'une culture. La notion de mieux-être s'oppose à celle de plus avoir, le progrès n'est pas réductible à la croissance économique. Les écologistes ne s'interrogent pas seulement sur les modes de production, mais aussi sur la nature du progrès et proposent d'inventer un développement durable qui tiendrait compte de la nouvelle réalité de la planète, désormais entièrement colonisée, avec des ressources limitées, air, eau, espace, qu'il faut faire prospérer." (Simonnet 1994) Nous possédons les moyens technologiques d'anéantir toute vie sur la terre, mais notre connaissance ne nous permet pas toujours de mesurer les conséquences de nos décisions technologiques, économiques et politiques. Le développement technologique a ceci de paradoxal qu'il est à la fois une cause majeure des dommages écologiques et le principal moyen d'y remédier...tout en créant de nouvelles nuisances parfois insoupçonnées. Les valeurs de progrès prônent l'amélioration du bien-être de l'humanité par de nouvelles générations de technologies destinées à épargner l'environnement et que seule l'industrie peut mettre au point. Conclusion Les différentes facettes de la valeur environnementale ainsi que les valeurs entrant en conflit avec elles sont autant de motivations différentes et de freins liés à la protection de 17

17 l'environnement. Les relations que l'homme entretient avec la nature vont conditionner ses attitudes et comportements à son égard, et notamment son sentiment de responsabilité. En effet, même si les individus pensent qu'il faut protéger l'environnement, la conception qu'il se font des responsabilités respectives des différents protagonistes impliqués dans ce phénomène va être déterminante quant à la pertinence perçue de leur contribution personnelle Responsabilité face à l'environnement Dans quelle mesure la nature et l'humanité nous concernent-elles, sont-elles une extension du soi, font-elles partie intégrante du soi? Nous faisons partie de la nature et de l'humanité; en même temps, nous les portons en nous. Quelle part d'extériorité et d'intériorité contiennentelles? La conception de son propre rôle dans la société, sur la planète, ainsi que la part que l'on a envie d'y prendre ou que l'on pense pouvoir prendre définiront l'étendue perçue d'un champ de responsabilités. La responsabilité à l'égard de l'environnement est ressentie comme à la fois individuelle et collective. L'entourage d'un individu peut l'influencer en faveur ou en défaveur de l'environnement. Une récente enquête de l'ined (1991) sur la population, l'espace de vie et l'environnement a montré que l'environnement est plutôt ressenti comme une question collective (74% des réponses) qu'individuelle (18%). Mais la notion de collectif fait plus référence à la solidarité qu'à une intervention des pouvoirs publics. D'autre part, un individu peut décider de mettre l'accent sur des valeurs différentes selon qu'il s'agit de lui ou de la société (Rokeach 1968). Alors qui l'individu considère-t-il comme responsable, non pas de la dégradation de l'environnement, mais de son amélioration ou protection? Plusieurs combinaisons sont envisageables entre les différents acteurs pressentis pour prendre en charge ce projet : entreprises, gouvernement, individus, organismes spécialisés, scientifiques... Hull et St Pierre (1990) ont identifié trois approches pour atteindre les objectifs environnementaux : - Le volontarisme (consumérisme vert), qui consiste à influer sur le marché par des modifications de comportement d'achat en faveur des produits verts ; - Un gouvernement interventionniste, chargé de contrôler la pollution et les technologies et de mettre en place des normes ; - L'approche par le marché, approche intermédiaire qui vise à pallier les défaillances du marché par l'intervention de l'état (taxes, licences) et de groupes écologistes, c'est-à-dire de faire en sorte que les nouvelles lois du marché rendent plus rentables les investissements technologiques en faveur de l'environnement La responsabilité des individus L'écologie ne peut pas compter sur les seuls consommateurs pour rendre l'évolution écologique durable. La population est mal informée et son influence trop aléatoire, mais son soutien aux initiatives de protection de l'environnement fait évoluer nombre de chefs d'entreprises et provoque un changement des habitudes sociales en faveur de l'environnement. On peut désormais distinguer une catégorie grandissante de la population, les Nimby (Not In My Back Yard), qui refusent de vivre près d'une menace écologique La responsabilité du gouvernement Une politique environnementale nécessite une intervention de l'état et pose d'embarrassantes questions de justice et de droits. Mais quel rôle délicat d'essayer de faire assumer les coûts de la maintenance planétaire à une génération qui l'a jusqu'à présent jugée gratuite!! Rôle d'autant plus délicat que seule la génération actuelle vote pour les hommes politiques qui 18

18 composent les gouvernements, et pas la posterité, ni les électeurs du pays voisin sachant que la pollution ne connait pas de frontières... Une alternative à cette question consisterait à reporter sur les générations futures le soin de résoudre ces difficultés. Cependant, les questions écologiques prennent progressivement une place de premier plan en diplomatie internationale. Fin 1993, un sondage du Crédoc sur "les français, la nature et l'environnement" révélait que 55% des français considéraient que "les pouvoirs publics ne s'occupent pas assez de protection de l'environnement", 32% qu'ils s'en occupent, mais que "ce n'est pas efficace", et 7% "qu'ils ne s'en occupent pas du tout" (Dufour 1994 in Rochefort 1995, p.159) La responsabilité des entreprises Le marché est souvent incapable de fixer un juste prix pour les ressources naturelles et par conséquent elles sont sur-exploitées. L'air est gratuit et il est gratuit de le polluer. Par ailleurs, la nature n'a pas de prix pour les écologistes. Les signaux de prix sur le marché, en reflétant le véritable coût d'utilisation des ressources naturelles, inciteraient les entreprises à améliorer leur productivité au même titre que la main-d'oeuvre ou le capital La responsabilité des scientifiques Puisque les scientifiques annoncent les risques écologiques majeurs et semblent capables de les détecter, ils sont susceptibles de trouver les parades scientifiques efficaces au problème de l'environnement La responsabilité des associations engagées Les organisations environnementales, mandatées pour oeuvrer en faveur de l'environnement peuvent attirer les volontés individuelles en son sein comme elles peuvent fournir une excuse pour se décharger de la responsabilité individuelle de chacun sur une structure collective. Conclusion Un individu peut décider de mettre l'accent sur des valeurs différentes selon qu'il s'agit de lui ou de la société en général. Selon la conception des responsabilités de chacun, individuellement ou collectivement, les comportements associés seront plus ou moins favorables à la protection de l'environnement et leur action même pourra prendre des formes variées et complémentaires. En effet, en rejetant la responsabilité sur d'autres acteurs, l'individu peut s'exclure de l'engagement en faveur de l'environnement tout en attendant des autres une réelle action. Par contre, certaines responsabilités ne sont pas exclusives et l'individu peut considérer que chacun doit contribuer à sa façon à cette cause, et qu'il a un rôle à jouer. Mais ce rôle ne pourra se concrétiser que s'il a confiance dans l'efficacité de ses actes individuels inscrits dans une action collective. 4. La confiance Pour que les achats-geste aient un impact positif sur les politiques d entreprises en faveur de l environnement, il faudrait que chaque consommateur utilise son pouvoir d achat et de sélection en ayant conscience que son acte se cumulera à ceux des autres consommateurs écoconscients. Mais encore faut-il que les individus aient confiance dans leur capacité effective d'action en faveur d'une cause, et que leur mode d'expression se révèle être un achatgeste écologique... Pour agir, il faut avoir confiance dans l'efficacité d'une action (Howard 1989). Deux facettes de cette confiance peut constituer des freins ou des moteurs d'action : 19

19 - Le degré de confiance dans l'efficacité environnementale des produits : la méfiance peut provenir aussi bien du manque de crédibilité des annonceurs dans leurs messages publicitaires que d'un doute quant aux vertus écologiques réelles des éco-produits. Une ébauche de solution réside dans la labellisation selon une norme unique et officielle élaborée par des experts. - Le degré de confiance dans l'efficacité environnementale des acteurs : les acteurs pressentis comme chargés de résoudre les dilemmes posés par l'environnement sont : l'individu luimême agissant comme un maillon d'une communauté sociale, le gouvernement, les entreprises, les scientifiques et/ou les organisations environnementales. Ces deux formes de confiance vont avoir des implications fortes sur les modes d'expression de la valeur environnementale et donc sur les comportements des individus. 5. Les modes d'expression individuels Il existe trois façons différentes mais non exclusives d'exprimer ses convictions écologiques pour un individu : l'action, la délégation, et la délé-action. Ces modes d'expression supposent que les individus aient un minimum de confiance dans leur capacité à agir efficacement sur l'environnement L'action L'action consiste à s'engager personnellement, c'est-à-dire à consacrer du temps, de l'énergie et/ou des idées à la cause que l'on défend. Les différents modes d'action sont : - l'engagement pour la cause environnementale à travers une participation active au sein d'une organisation militante, l'activisme (pétitions, manifestations), ou au travers d'un vote politique. - le recyclage volontaire - la réduction de sa consommation et/ou la privation d'un certain confort (réparer au lieu de jeter par exemple) - le boycott de certains produits reconnus comme très néfastes (ex : le CFC dans les aérosols) ou d'entreprises peu respectueuses de l'environnement (boycott des stations d'essence Shell en Allemagne en Juin 1995) La délégation La délégation consiste plutôt à l'encouragement d'un intermédiaire engagé pour la cause environnementale par un don à une organisation chargée de protéger l'environnement ou en acceptant de soutenir l'action du gouvernement au travers d'impôts. Le don peut prendre plusieurs formes : donner du temps, donner de l'argent, ce qui dans un cas est une action et dans l'autre une délégation La délé-action Ce que nous nommons la délé-action correspondrait alors à une action (l'achat d'un produit) destinée en partie à encourager l'entreprise dans sa quête d'un plus grand respect de l'environnement. Il s'agit d'une action à caractère direct dans le sens où il ne suffit pas de donner de l'argent : le produit entre dans la maison et aura des conséquences sur son mode de 20

20 fonctionnement. Mais cette action garde un caractère indirect dans le sens où elle passe par l'intermédiaire du produit d'une entreprise, produit dont on a besoin par ailleurs et laisse ainsi à l'entreprise le soin de s'engager pour le respect de l'environnement. Le terme délé-action est proposé ici comme phase intermédiaire entre l'action "proprement" dite et la délégation. L'achat-geste entre bien sûr dans cette catégorie (achat d'éco-produits, de recharges,...). Cette démarche de consommateur écoconscient suppose que l'individu ait confiance (ou accorde le bénéfice du doute) dans les écoproduits et dans sa capacité personnelle à agir efficacement sur l'environnement. Conclusion Nous venons de tracer le cheminement possible ainsi que les conditions dans lesquelles l'achat-geste peut avoir lieu. La première condition veut que l'individu ait conscience des menaces qui pèsent sur l'environnement, et l'on s'aperçoit que les individus écoconscients sont de plus en plus nombreux en France. Il est également nécessaire que la protection de l'environnement recueille une opinion favorable de leur part. Ces deux conditions préalables ne suffisent pas à transformer les vélléités en volonté individuelle de protéger l'environnement. Pour cela, l'individu doit se sentir une part de responsabilité dans ce phénomène, si ce n'est dans ses causes, du moins dans son devoir d'agir positivement. Cette responsabilité va donner lieu à différents modes d'expression de la valeur environnementale selon le degré de confiance que l'on accorde à l'efficacité de son action individuelle. Les modes d'expression d'un engagement en faveur de l'environnement sont multiples et peuvent bien entendu se combiner entre eux. L'achat-geste est donc une des multiples formes d'expression possibles de la valeur environnementale. Parmi les conditions d'expression de l'achat-geste, il faut aussi supposer que les entreprises proposent des produits-geste et des produits-partage aux consommateurs, qu'ils soient de bonne qualité et que la distribution joue le jeu de cet engagement en référençant ces produits. Conclusion générale et orientations de recherche Il existe plusieurs façons d'exprimer des valeurs, et l'achat-geste, thème central de cette étude, ne peut être dissocié d'autres modes d'expression alternatifs, voire complémentaires dans une vision globale du phénomène. Ce travail montre l'intérêt très limité des sondages d'opinion dans la traduction de comportements d'achat. Ils révèlent seulement un niveau global de préoccupations. Bien que l'engouement pour les produits verts s'infléchisse en période de crise économique, et que la branche politique de l'écologie perde du terrain en France, la sensibilité croissante à l'écologie semble être une tendance lourde et durable, potentiellement porteuse de marchés verts en expansion (Cairncross 1993). Mais alors, comment expliquer ce décalage entre prise de conscience et comportement? La première explication a été évoquée sous l'angle de l'arbitrage entre des valeurs conflictuelles, souvent en défaveur des valeurs environnementales. Nous l'avons vu, le souci de l'environnement s'est hissé au rang de valeur et émerge comme donnée de consommation; cependant, il ne s'agit pas d'une valeur de consommation. Par conséquent, des modes d'expression alternatifs sont envisageables et l'achat-geste figure parmi eux sur un même plan, 21

Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France?

Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France? Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France? Le développement du bois énergie va se traduire par une situation de concurrence entre les différents acteurs économiques

Plus en détail

Introduction. Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1

Introduction. Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1 Introduction Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1 Marketing des services de l information Vos attentes Redéfinir clairement à qui vous vous adressez Mieux connaître les attentes de votre

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

Chapitre E : Allégations environnementales dans la communication commerciale

Chapitre E : Allégations environnementales dans la communication commerciale Chapitre E : Allégations environnementales dans la communication commerciale Le présent chapitre doit être lu en conjonction avec les Dispositions générales sur les pratiques de publicité et de communication

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 Baromètre annuel vague 7-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel

Plus en détail

Séminaire de recherche «principal» : Economie

Séminaire de recherche «principal» : Economie Séminaire de recherche «principal» : Economie Université Paris Dauphine Master recherche ATDD 1 ère partie : Alain Ayong Le Kama Plan du séminaire Introduction générale : acceptions économiques du DD Liens

Plus en détail

3 Les premiers résultats des plans d'actions

3 Les premiers résultats des plans d'actions 3 Les premiers résultats des plans d'actions Les résultats que nous avons obtenus en ce qui concerne les plans d'action, résultent de l'analyse de 48 entreprises seulement. Revenons sur notre échantillon.

Plus en détail

Bien-être et performance au travail

Bien-être et performance au travail Bien-être et performance au travail Synthèse des résultats de l enquête «Parlons bienêtre au travail» en Suisse romande Cette enquête porte sur 723 employés de Suisse romande. Elle s est déroulée sous

Plus en détail

LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE

LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE réseau PLURIDIS LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE COACHING 1. ANALYSER LA DEMANDE, UNE ACTION DE COACHING A PART ENTIERE Dans la relation de coaching, l étape de l analyse de la demande représente

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

La formation d adaptation : laboratoire de l internationalisation des références.

La formation d adaptation : laboratoire de l internationalisation des références. La formation d adaptation : laboratoire de l internationalisation des références. Formatrices à l Ecole Normale sociale qui accueille des Assistantes Sociales diplômées à l étranger pour une formation

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

L éco-consommation. L éco-consommation

L éco-consommation. L éco-consommation L éco-consommation L éco-consommation Agenda Préoccupations des wallons Perception de l implication personnelle Effort réalisé 4 profils de consommateurs 4 logiques de perception 4 logiques de comportement

Plus en détail

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Préambule Méthodologie Structures observées Les recherches ont porté sur toutes les entreprises entrant dans la composition de l indice CAC 40 au 1 er juillet

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

TECHNIQUES D ENQUETE

TECHNIQUES D ENQUETE TECHNIQUES D ENQUETE Le Système d Information Marketing L étude de marché Les différentes sources d informations Méthodologie d enquête BENSGHIR AFAF ESTO 1 Plan d'apprentissage du cours " Méthodologie

Plus en détail

Baromètre du commerce équitable Malongo - TNS SOFRES Edition 2006

Baromètre du commerce équitable Malongo - TNS SOFRES Edition 2006 Baromètre du commerce équitable Malongo - TNS SOFRES Edition 2006 Fiche technique Sondage réalisé pour : MALONGO Dates de réalisation : Les 22 et 23 mars 2006 Échantillon national de 1000 personnes, représentatif

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e Les objectifs pédagogiques Savoir délimiter les trois phases distinctes de la recherche Savoir identifier, pour chacune des trois

Plus en détail

Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé

Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé Dr Hervé LECLET Médecin radiologue Consultant et formateur en management, gestion des risques et évaluation des pratiques en

Plus en détail

OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits -

OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits - OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits - PollingVox 67, rue Saint-Jacques 75005 Paris pollingvox.com SOMMAIRE Note technique... 3 Synthèse des résultats...

Plus en détail

L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012

L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012 L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012 Léa Morabito, Centre d Etudes Européennes, Sciences Po Paris. Manon Réguer-Petit,

Plus en détail

La confiance joue un rôle prépondérant en économie ; c est un fait avéré et il n est point nécessaire de produire un recensement exhaustif pour s en convaincre. Une seule référence peut suffire : celle

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 4 Décembre 2008

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 4 Décembre 2008 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 4 Décembre 2008 Baromètre annuel vague 4-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

Économie d'entreprise

Économie d'entreprise Économie d'entreprise Leneant 27 Économie d'entreprise Variation de l' et positionnement produit Variation de l' et positionnement produit 1/17 Économie d'entreprise Leneant 27 Sommaire 1. Objet...3 2.

Plus en détail

Psychosociologie des organisations INTRODUCTION

Psychosociologie des organisations INTRODUCTION 1 INTRODUCTION Le phénomène de groupe a attiré plusieurs chercheurs et il a fait l objet d énormes recherches en psychosociologie des organisations vu l importance q il revêt ce phénomène ans la vie de

Plus en détail

impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces

impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces résumé en 2014, nous avons mené une étude auprès de 0 investisseurs dans huit pays à travers le monde (australie, france, allemagne,

Plus en détail

Les Français et le développement durable

Les Français et le développement durable Les Français et le développement durable Baromètre Louis-Harris Club RmD2 CLUB R m D 2 Luc BALLEROY DGA 01 55 33 20 54 luc.balleroy@lharris.fr NOTE TECHNIQUE Étude réalisée par l Institut Louis-Harris

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

GERER DES PROBLEMES. Marc Thiébaud. Novembre 2005

GERER DES PROBLEMES. Marc Thiébaud. Novembre 2005 www.forres.ch Séminaire de base GERER DES PROBLEMES Marc Thiébaud Novembre 2005 «Un problème, c'est un défi à surmonter. Mais c'est surtout un défi que l'on se crée, car il n'est pas simplement posé, il

Plus en détail

Utilité des stages de perfectionnement à la conduite Juin 2015

Utilité des stages de perfectionnement à la conduite Juin 2015 Utilité des stages de perfectionnement à la conduite Juin 2015 Sondage réalisé par pour LEVEE D EMBARGO IMMEDIATE Objectifs et méthodologie Objectifs La Fondation BMW a mandaté l institut d études BVA

Plus en détail

Protection des données et e-commerce: Aide à la mise en pratique et propositions présentées par le préposé fédéral à la protection des données

Protection des données et e-commerce: Aide à la mise en pratique et propositions présentées par le préposé fédéral à la protection des données Le Préposé fédéral à la protection des données et à la transparence Protection des données et e-commerce: Aide à la mise en pratique et propositions présentées par le préposé fédéral à la protection des

Plus en détail

ETUDE MARKETING: LE PORTRAIT ROBOT DU TOURISTE DURABLE - Le Journal de l'ecotourisme Dimanche, 09 Mai 2010 22:15

ETUDE MARKETING: LE PORTRAIT ROBOT DU TOURISTE DURABLE - Le Journal de l'ecotourisme Dimanche, 09 Mai 2010 22:15 Avis aux agences de voyages, entre autres! Au cours de la 9ème conférence internationale marketing & marché, qui se tenait en janvier dernier en Italie, fut présentée une étude qualitative sur les attitudes

Plus en détail

Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages

Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages Note Méthodologique Dernière mise à jour : 27-1-214 Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages Présentation de l enquête L Insee réalise depuis janvier 1987 l enquête mensuelle de conjoncture

Plus en détail

TNS Behaviour Change. Accompagner les changements de comportement TNS 2014 TNS

TNS Behaviour Change. Accompagner les changements de comportement TNS 2014 TNS Accompagner les changements de comportement TNS 2014 Comprendre et accompagner les changements de comportement Inciter et accompagner les changements de comportements des individus est un enjeu fondamental

Plus en détail

Entreprises et ménages

Entreprises et ménages Entreprises et ménages Producteurs et consommateurs Les agents économiques sont classés dans les comptes nationaux en fonction de leur rôle dans le processus de création, de répartition et de destruction

Plus en détail

TAUX DE TRANSFORMATION

TAUX DE TRANSFORMATION Table des matières 1 Le choix des produits...2 2 La politique tarifaire...4 Introduction Afin de convertir efficacement vos visiteurs en acheteurs, il faut veiller à ne jamais les décevoir. La cause première

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

1. Un partenariat innovant

1. Un partenariat innovant 1. Un partenariat innovant Foncière des Régions et AOS Studley ont en commun le succès du projet immobilier d un utilisateur, Suez environnement. Grâce au conseil expert d AOS Studley et aux savoir-faire

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

Fiche conseil n 1. 4.2 : Politique environnementale Annexe I.-A.2 : Politique environnementale. 4.2 : Politique de santé et sécurité au travail

Fiche conseil n 1. 4.2 : Politique environnementale Annexe I.-A.2 : Politique environnementale. 4.2 : Politique de santé et sécurité au travail Fiche conseil n 1 POLITIQUE 1. Ce qu exigent les référentiels Environnement ISO 14001 EMAS 4.2 : Politique environnementale Annexe I.-A.2 : Politique environnementale SST OHSAS 18001 4.2 : Politique de

Plus en détail

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 Pages 38 à 41. Pourquoi on a fait l'euro. Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 - situe en 1970 le projet de créer une monnaie unique au sein de la Communauté économique européenne

Plus en détail

SOCA-D-544 : Diagnostic et gestion de projets

SOCA-D-544 : Diagnostic et gestion de projets SOCA-D-544 : Diagnostic et gestion de projets Secteur non-marchand Professeure : Síle O Dorchai Année académique 2014-2015 1 Qu est-ce qu un projet? Comment le concevoir? Comment l organiser et le réaliser?

Plus en détail

Passer à l action. Plan climat: Changement climatique: nous pouvons agir! Pierre Radanne

Passer à l action. Plan climat: Changement climatique: nous pouvons agir! Pierre Radanne Passer à l action Pierre Radanne Plan climat: Changement climatique: nous pouvons agir! Deux hypothèses : - Des émissions stables à partir de 2000 - Parvenir à stabiliser le climat Emissions de CO 2 Concentration

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ÉDITION 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. À propos du CETEQ 2. Politique de développement durable 3. Notre vision du développement durable 4. L intégration de la responsabilité

Plus en détail

FONDATION MARCEL HICTER POUR LA DÉMOCRATIE CULTURELLE ASBL

FONDATION MARCEL HICTER POUR LA DÉMOCRATIE CULTURELLE ASBL FONDATION MARCEL HICTER POUR LA DÉMOCRATIE CULTURELLE ASBL PROGRAMMATION CULTURELLE POUR UN DEVELOPPEMENT URBAIN DURABLE une analyse de Franco Bianchini NOVEMBRE 2008 PROGRAMMATION CULTURELLE POUR UN DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Rapport pour Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec

Rapport pour Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec Rapport pour Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec Programme de bourses Fonds commémoratif Louise-Montpetit-Morisseau Développement et validation de l échelle de mesure

Plus en détail

Environnement en milieu urbain

Environnement en milieu urbain Environnement en milieu urbain Professeur Djamel Fadel Editions Al-Djazair FADEL Djamel Professeur d'université Environnement en milieu urbain 3 ème Année Licence Aménagement urbain Cours Editions Al-Djazair

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

Faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec

Faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec Faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec Préparé par Filière biologique du Québec Lévis (Québec) Juin 2011 1. Profil des répondants Un échantillon de 718 personnes

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

Faits saillants du sondage auprès de la population québécoise sur la consommation de produits biologiques

Faits saillants du sondage auprès de la population québécoise sur la consommation de produits biologiques Faits saillants du sondage auprès de la population québécoise sur la consommation de produits biologiques Préparé par Filière biologique du Québec Lévis (Québec) Mai 2013 1. Profil des répondants Un échantillon

Plus en détail

PROJET ÉDUCATIF ÉCOLE ASSOMPTION

PROJET ÉDUCATIF ÉCOLE ASSOMPTION PROJET ÉDUCATIF ÉCOLE ASSOMPTION Titre de notre projet : L'estime de soi la clé de la réussite de nos jeunes (adultes en devenir). L'école Assomption se familiarise avec le concept de l'estime de soi.

Plus en détail

Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion. Année Universitaire: 2011-2012. L3 Economie et gestion

Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion. Année Universitaire: 2011-2012. L3 Economie et gestion Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion Année Universitaire: 2011-2012 L3 Economie et gestion 1 SEANCE 1 Introduction : Comptabilité de gestion : historique, définitions

Plus en détail

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE Plan Introduction I : Définition des concepts A. : la communication (com. Interne) B. : la motivation II : la communication dans l entreprise A.

Plus en détail

Introduction à la conduite de projet "systèmes d'information"

Introduction à la conduite de projet systèmes d'information Centre national de la recherche scientifique Direction des systèmes d'information REFERENTIEL QUALITE Guide méthodologique Introduction à la conduite de projet "systèmes d'information" Référence : CNRS/DSI/conduite-projet/principes/guide-introduction

Plus en détail

Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande

Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande La notion de marché, dans les économies industrialisées contemporaines, est devenue pour une large majorité d économistes la référence

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

SOCIOLOGIE DES ORGANISATIONS

SOCIOLOGIE DES ORGANISATIONS Objectifs spécifiques... 2 1- Les fonctions économiques... 2 1.1- Production et répartition des biens et services : deux fonctions économiques classique des entreprises... 2 1.2-L innovation, une récente

Plus en détail

Collecte de données. Laurent Dorey

Collecte de données. Laurent Dorey Laurent Dorey Mercredi 16 Décembre 2014 Programme : Recensement & Echantillonnage Étapes pour sélectionner un échantillon La population observée La base de sondage Les unités d enquête La taille de l échantillon

Plus en détail

Le Code Génétique de la Marque

Le Code Génétique de la Marque Le Code Génétique de la Marque Le clé pour identifier et renforcer durablement le modèle de reussite de la marque Société de conseil international en gestion stratégique et opérationnelle des marques 39,

Plus en détail

Le Modèle Conceptuel de Virginia Henderson. P. Bordieu (2007)

Le Modèle Conceptuel de Virginia Henderson. P. Bordieu (2007) Le Modèle Conceptuel de Virginia Henderson P. Bordieu (2007) Postulats qui l étayent (= fondements) Valeurs qui le justifient Éléments qui le composent: - But poursuivi - Cible - Rôle de l infirmière -

Plus en détail

Chapitre II. L'analyse de la demande

Chapitre II. L'analyse de la demande Chapitre II. L'analyse de la demande La demande existe s'il y a un besoin associé à des moyens (pouvoir d'achat). La demande se définit comme l'ensemble des acheteurs d'un produit ou d'un service, dans

Plus en détail

Découvrir le thème à l aide du jeu réalisé par Les Artisans du changement.

Découvrir le thème à l aide du jeu réalisé par Les Artisans du changement. PFEG Thème 3: Nouveaux enjeux économiques Développement durable: contrainte ou opportunité pour l'entreprise? Intérêt du jeu : Découvrir le thème à l aide du jeu réalisé par Les Artisans du changement.

Plus en détail

La question sociale et le genre dans l Approche de la Santé Humaine

La question sociale et le genre dans l Approche de la Santé Humaine La question sociale et le genre dans l Approche Écosystémique de la Santé Humaine Bamako, Juin 2006 CRDI Jean-Michel LABATUT Facteurs qui influencent la santé Contacts populations humaines - vecteurs Biologiques

Plus en détail

UNE EXTENSION DU MODELE DE CONSOMMATION DES MENAGES L'OFFRE DE TRAVAIL

UNE EXTENSION DU MODELE DE CONSOMMATION DES MENAGES L'OFFRE DE TRAVAIL UNE EXTENSION DU MODELE DE CONSOMMATION DES MENAGES L'OFFRE DE TRAVAIL I P L A N... A Arbitrage entre consommation et travail B Effets de l'augmentation du salaire C Déterminants de l'offre du travail

Plus en détail

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal III CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR A - Propriétés et détermination du choix optimal La demande du consommateur sur la droite de budget Résolution graphique Règle (d or) pour déterminer la demande quand

Plus en détail

RÉSUMÉ 9. Résumé. Le concept de la «demande» appliqué à l éducation

RÉSUMÉ 9. Résumé. Le concept de la «demande» appliqué à l éducation RÉSUMÉ 9 Résumé Le concept de la «demande» appliqué à l éducation La demande est rapidement devenue une partie importante du discours sur la réforme éducative dans le monde entier. C est un concept controversé.

Plus en détail

DR NEMB PIERRE SAMUEL VICE DOYEN CHARGE DE LA PROGRAMMATION ET DU SUIVI DES ACTIVITES ACADEMIQUES UNIVERSITE DE DSCHANG/FSEG INTRODUCTION

DR NEMB PIERRE SAMUEL VICE DOYEN CHARGE DE LA PROGRAMMATION ET DU SUIVI DES ACTIVITES ACADEMIQUES UNIVERSITE DE DSCHANG/FSEG INTRODUCTION DR NEMB PIERRE SAMUEL VICE DOYEN CHARGE DE LA PROGRAMMATION ET DU SUIVI DES ACTIVITES ACADEMIQUES UNIVERSITE DE DSCHANG/FSEG EVALUATION D IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX DANS LES VILLES. INTRODUCTION La ville

Plus en détail

Le développement par fusionsacquisitions

Le développement par fusionsacquisitions Chapitre 1 Le développement par fusionsacquisitions Le développement par fusions-acquisitions s inscrit en général dans le champ de la croissance externe. Il est proposé de clarifier les différentes définitions

Plus en détail

Notions et définitions utiles

Notions et définitions utiles Notions et définitions utiles 1 Notions et définitions utiles I. Notions d usage 1. La notion de compétitivité. La notion de «compétitivité» est la symbolique de l enjeu de développement des entreprises.

Plus en détail

GROUPE DE CONFIANCE protection de la personnalité MEDIATION INFORMATIONS

GROUPE DE CONFIANCE protection de la personnalité MEDIATION INFORMATIONS GROUPE DE CONFIANCE protection de la personnalité INFORMATIONS MEDIATION La médiation fait partie du dispositif de protection de la personnalité des membres du personnel de l'etat de Genève et des institutions

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

Révisions : définir et expliquer

Révisions : définir et expliquer Révisions : définir et expliquer 1. Fondements du marketing et études de marché 1) Notions de valeurs perçues par le client? Rapport qualité prix. 2) Quels sont les leviers d actions qui crée de la valeur?

Plus en détail

2. Vote et hiérarchisation des leviers Chaque participant a en sa possession 6 gommettes, la question posée est :

2. Vote et hiérarchisation des leviers Chaque participant a en sa possession 6 gommettes, la question posée est : Les ateliers débat Groupe 3 Animation : Natacha Jacquin, OIEau Rapporteure : Gaëlle Nion, OIEau L atelier s est déroulé en 4 temps : - Présentation - Atelier «gommettes» et présentation des leviers identifiés

Plus en détail

ÉTUDE DE PERCEPTION DE L EMBALLAGE ET D IMAGE DU RECYCLÉ

ÉTUDE DE PERCEPTION DE L EMBALLAGE ET D IMAGE DU RECYCLÉ ÉTUDE DE PERCEPTION DE L EMBALLAGE ET D IMAGE DU RECYCLÉ Synthèse des principaux enseignements Une étude réalisée par Ipsos pour Eco-Emballages, avec le soutien technique et financier de l ADEME. SYNTHÈSE

Plus en détail

5.1.1 La procédure pour la description d'une situation-problème

5.1.1 La procédure pour la description d'une situation-problème 5 LE CHOIX DES PARTIES DE COURS : UNE PROGRESSION DES APPRENTISSAGES Éléments du cinquième chapitre 5.1 La description de la situation-problème finale 5.1.1 La procédure pour la description d'une situation-problème

Plus en détail

Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines

Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines Zoom sur le contexte des ressources humaines Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines Au travers de leur management stratégique, les entreprises voient les ressources humaines comme le moyen

Plus en détail

Analyse, modélisation et simulation de la demande pour des véhicules électriques en Suisse

Analyse, modélisation et simulation de la demande pour des véhicules électriques en Suisse Analyse, modélisation et simulation de la demande pour des véhicules électriques en Suisse Dr. Michaël Thémans, Vice-Présidence pour le Transfert de Technologie Directeur Adjoint du Centre de Transport

Plus en détail

G R E C A U Rapport sur le mémoire de thèse de doctorat ENSA de Toulouse, INSA, école doctorale MEGeP, Spécialité Génie Civil, En co-tutelle avec l'université de Laval, Québec, Canada présenté par Catherine

Plus en détail

Satisfaction du patient

Satisfaction du patient Satisfaction du patient Johan Van der Heyden Institut Scientifique de Santé Publique Direction opérationnelle Santé publique et surveillance Rue J. Wytsman, 14 B - 1050 Bruxelles 02 / 642 57 26 E-mail

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail

MARKETING. Plan du cours. Introduction aux notions liées au marketing. MARKETING - CBD/GYB tiré de Berset/diMeo 1

MARKETING. Plan du cours. Introduction aux notions liées au marketing. MARKETING - CBD/GYB tiré de Berset/diMeo 1 MARKETING http://lelay.blog.lemonde.fr/files/2007/04/marketing-portrait-chinois.1176298189.jpg (29.08.07) Plan du cours Chapitre 1: Chapitre 2: Chapitre 3: Chapitre 4 : Chapitre 5 : Chapitre 6 : Introduction

Plus en détail

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE Un problème de recherche est l écart qui existe entre ce que nous savons et ce que nous voudrions savoir à propos d un phénomène donné. Tout problème de recherche

Plus en détail

Plan quinquennal de développement de la Côte-Nord 2014-2019

Plan quinquennal de développement de la Côte-Nord 2014-2019 Plan quinquennal de développement de la Côte-Nord 2014-2019 Principes fondamentaux du PQD de la Côte-Nord Des énoncés exploratoires relatifs à la vision se dégagent des principes fondamentaux qui transcendent

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

La culture : quatrième pilier du développement durable

La culture : quatrième pilier du développement durable La culture : quatrième pilier du développement durable S'appuyant sur le travail mené de longue date par la Commission de culture de CGLU, sur la Déclaration universelle de l'unesco sur la diversité culturelle

Plus en détail

Taux de recommandation net ou le ressenti des clients

Taux de recommandation net ou le ressenti des clients Cet article provient de la banque des meilleures pratiques de la Fondation européenne de la qualité. Taux de recommandation net ou le ressenti des clients Introduction Le taux de recommandation net est-il

Plus en détail

SOLUTIONS RESSOURCES HUMAINES SUD

SOLUTIONS RESSOURCES HUMAINES SUD «Impacts de la pratique de la reconnaissance au travail sur la santé des salariés» Jean-Marie GOBBI La reconnaissance, une préoccupation actuelle Le contexte social Montée de l individualisme Effritement

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

La situation de la sécurité des clés USB en France

La situation de la sécurité des clés USB en France La situation de la sécurité des clés USB en France Synthèse Sponsorisé par Kingston Technology Préparé indépendamment par Ponemon Institute LLC Date de publication : novembre 2011 Rapport d'étude du Ponemon

Plus en détail

Pré-diagnostic du Développement Durable

Pré-diagnostic du Développement Durable Pré-diagnostic du Développement Durable à l usage des PME-PMI et Autres Entreprises Le présent questionnaire a été réalisé par le groupe Développement Durable de l AUEG qui comprenait des membres d entreprises,

Plus en détail

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles aria DIRECCTE A Q U I T A I N E Collection «Études» N 09 Juin 2011 DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI SERVICE ÉTUDES, STATISTIQUES, ÉVALUATION

Plus en détail

Principes de management de la qualité

Principes de management de la qualité Principes de management de la qualité Hassen Ammar, consultant formateur en management PLUS CONSEIL: www.plusconseil.net PLUS CONSEIL ISO 9000 Les 8 huit principes de management Principe 1 Orientation

Plus en détail

MEDIAPPRO Jeunes et médias numériques en Europe

MEDIAPPRO Jeunes et médias numériques en Europe MEDIAPPRO Jeunes et médias numériques en Europe Poitiers, 17/9/07 CARACTÉRISTIQUES DE LA RECHERCHE Mieux connaître la manière dont les 12-18 s approprient les médias électroniques et identifier les axes

Plus en détail

L ingénieur-conseil, votre partenaire pour le développement durable

L ingénieur-conseil, votre partenaire pour le développement durable L ingénieur-conseil, votre partenaire pour le développement durable L ingénieur-conseil, votre partenaire pour le développement durable Le concept de développement durable est aujourd hui incontournable

Plus en détail