Analyse hiérarchique de tâches (AHT)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Analyse hiérarchique de tâches (AHT)"

Transcription

1 (AHT) Définition Cette méthode consiste à décomposer la tâche principale (ou le but) de l'opérateur en sous-tâches (ou sous-buts), puis chacune de ces sous-tâches en plusieurs sous-sous-tâches, et ainsi de suite jusqu'à ce que l'on ait atteint un niveau de décomposition jugé satisfaisant pour l'application visée. La décomposition hiérarchique peut être considérée comme étant proche de la représentation mentale que l'opérateur se fait de sa tâche, si les données proviennent directement de ce dernier (ex., en utilisant des entrevues, ou la méthode "penser tout haut") et si elles ont été validées par lui. Raison d utiliser cette méthode d analyse Connaître la structure des buts et sous-buts de l opérateur. Historique et applications L AHT a été développée par Annett et Duncan (1967) dans un contexte de formation technique. Elle a été disséminée par Annett et al. (1971) et Duncan (1972), puis raffinée par Duncan (1974), Shepherd (1976) et Piso (1981) afin de tenir compte des rôles changeants de l'opérateur dans un contexte d'automatisation et de développement technologique. Elle est connue depuis 40 ans. Elle a été utilisée en ergonomie pour analyser des tâches de nature perceptive et cognitive ayant une faible composante motrice (ex., Grégoire et St-Cyr, 1995; Pelletier, 1992; Régnier, 1992 ; St- Cyr, 1998). Elle a été appliquée avec succès à plusieurs domaines, notamment à la formation technique (ex., Shepherd, 1989) et au contrôle de processus (ex., Duncan, 1974; Shepherd & Duncan, 1980; Shepherd, 1986; Astley & Stammers 1988). Bien-fondé psychologique Le bien-fondé psychologique de l'aht est que l organisation des tâches procédurales passe le plus souvent par la planification hiérarchique (Miller, 1962; Sacerdoti, 1974, 1977). On établirait une sorte de plan d'action pour atteindre un objectif, et ce plan agit comme un véritable guide du comportement. Ainsi, pour une tâche donnée, on définit un but principal, que l on affine en le décomposant en sous-buts, et cette décomposition se poursuit jusqu'au niveau d'opérations élémentaires. Cela se manifeste de la façon suivante dans la pratique: si on demande à un opérateur de nous décrire son travail, il va vraisemblablement répondre en présentant d'abord la tâche du plus haut niveau ou son but principal (ex., contrôler un centre de production), puis une série de sous-tâches ou de sous-buts qui forment la tâche principale, et ainsi de suite pour chacune de ces sous-tâches ou sous-buts. L AHT nous renvoie à la théorie des schémas de Donald Norman (1978) qui est basée sur une organisation hiérarchique des connaissances pour des tâches procédurales : un schéma-parent (ex., rentrer chez soi) comprend plusieurs schémas-enfants (ex., ramasser ses affaires, fermer son bureau, se rendre à sa voiture, conduire, garer sa voiture, marcher à la maison) qui eux-mêmes sont les schémas-parents d autres schémas-enfants, jusqu à ce que l on ait des opérations élémentaires qui permettent de faire des choses et changer l état d une situation (ex., marcher jusqu à ma voiture, sortir mes clés, déverrouiller, ouvrir, entrer, faire démarrer la voiture, etc.).

2 Critiques Certains auteurs s'opposent à cette thèse d'organisation hiérarchique des connaissances ou des comportements humains, arguant que la représentation hiérarchique est une construction a posteriori nette et bien structurée qui n'a rien ou très peu à voir avec la réalité qui serait beaucoup plus complexe et bien moins ordonnée. Cette critique prend son appui sur les trois points suivants: D'abord l'aht est un modèle de l'activité et non pas une description de l'activité réelle; cette dernière est plus complexe que le modèle épuré de l'activité, qui implique divers processus perceptifs, cognitifs et moteurs mis en jeu par l'opérateur. Puis, l'opérateur fait inévitablement des erreurs au cours de l'exécution d'une activité, que l'on ne peut pas prévoir et qui ne sont donc pas décrites dans l'aht, et qui souvent doivent être corrigées sur le champ avant que l'on puisse effectuer une autre activité. Une AHT est donc toujours incomplète par rapport à la réalité, sans compter que certaines erreurs peuvent provoquer une réorganisation importante de l'activité de l'opérateur, rendant ainsi une bonne partie des plans invalides. Enfin, les plans dans l'aht sont beaucoup moins présents, puissants et utiles que les auteurs de l'aht ne le laissent penser a priori parce qu'ils ne tiennent pas compte des caractéristiques de la situation immédiate de travail qui font que l'activité ne se déroule jamais tout à fait comme prévu, non seulement à cause de la présence des erreurs évoquées ci-dessus, mais à cause des innombrables facteurs qui interviennent dans toute situation de travail et qui rendent l'exécution d'une activité étroitement liée à un contexte particulier. On retrouve ici les arguments fondamentaux des auteurs de la théorie de l'action située ou de la cognition située (ex., Suchman, 1987). Ainsi, l'opérateur n'aurait pas un plan précis et détaillé des activités à effectuer, qui de toute façon serait peu utile, parce qu'il ne peut pas prévoir comment son activité va se dérouler dans la réalité. Il aurait plutôt une représentation de l'action très "située" ou limitée à un contexte. Ces critiques sont majeures et montrent les limites de l'aht. Malgré leur importance, l'aht demeure une méthode très utilisée en ergonomie et en génie industriel (et dans d autres disciplines telles que la gestion), que l'on va sans doute continuer à utiliser encore longtemps. D'ailleurs, elle est à la base de deux autres méthodes d'analyse de tâches très connues dans le domaine des interfaces humain-ordinateur: GOMS de Card et al. (1983) et MAD de Scapin & Pierret-Golbreich (1989). Caractéristiques de l'aht Chaque nœud de décomposition (c.-à-d. tâche, sous-tâche, ) est généralement représenté par un verbe et un nom (par ex., vérifier la température, entrer des données) qui proviennent des opérateurs eux-mêmes; en ce sens, l'aht respecte la terminologie utilisée par les opérateurs pour décrire leurs tâches. La décomposition des tâches se fait du haut vers le bas, mais on peut aussi procéder du bas vers le haut, ou de façon mixte lorsque les deux approches sont combinées. Chaque nœud doit être numéroté; on utilise habituellement le 0 pour le but le plus élevé, puis 1, 2, 3, n pour le premier niveau de décomposition, par la suite, on numérote soit à nouveau 1, 2, 3, n ou 1.1, 1.2,, 2.1, 2.2, etc. L'essentiel est d'avoir un système clair, complet et cohérent. Les plans sont essentiels dans une AHT, ils sont la clé de lecture à chaque niveau hiérarchique et à chaque nouvelle branche de l'arbre. Ils montrent comment on effectue les tâches et les 2/5 Jean-Marc Robert

3 sous-tâches à chaque niveau (ex., séquentiel, parallèle, simultanée, ) et quelles sont les conditions d exécution de chacune (ex., avec butée temporelle, conditionnelles, alternatives, facultatives, en boucles, en dilettante). On peut mettre dans un plan toute l'information nécessaire sur la façon de réaliser la tâche. On peut utiliser l'une ou l'autre des règles suivantes pour mettre fin au processus de décomposition de la tâche dans une AHT. Règle 1: on arrête la décomposition lorsque l'opérateur (qui fournit les données) ne peut plus décomposer la sous-tâche car elle ne lui semble plus pénétrable cognitivement. Cette règle a l'avantage d'être simple à utiliser, par contre elle dépend du niveau de compétence de l'opérateur et donne des résultats très différents d'un opérateur à l'autre. Règle 2: l'analyse décide d'arrêter la décomposition de la sous-tâche jugeant que des informations de ce niveau ne sont pas nécessaires à l'usager final de l'analyse de tâche (ex., le responsable de la formation). Règle 3: P x C, où P est la probabilité (valeur entre 0 et 1) de faire une erreur pour l opérateur si on n'a pas décomposé suffisamment, et C est le coût de cette erreur (valeur entre 0 et 1). Cette règle a l'avantage d'identifier les paramètres pertinents à considérer pour décider de continuer ou d'arrêter une décomposition, par contre elle est difficile à mettre en application, d'une part parce que l'évaluation des deux paramètres reste subjective, et d'autre part parce que l'évaluation doit être faite à la fin de chaque branche de l'arbre, ce qui devient rapidement très coûteux et fastidieux. Les résultats d'une AHT peuvent être représentés sous forme d'arbre ou de tableau, chaque mode de représentation ayant ses avantages et ses inconvénients. Plusieurs analystes utilisent simultanément les deux modes de représentation, d'où l'intérêt de pouvoir passer rapidement d'un à l'autre et de faire de modifications simultanément dans les deux modes si possible. Avantages Cette méthode d'analyse est connue depuis presque 30 ans et très bien documentée. Elle a été validée par de nombreux auteurs dans différents domaines d'applications, et elle s'applique à une multitude de tâches perceptives, cognitives et motrices. C'est une méthode flexible qui permet de décomposer la tâche du haut vers le bas (c.-à-d. des buts vers les sous-buts), ou de procéder du bas vers le haut (des sous-buts vers les buts) ou de façon combinée en utilisant les deux approches à la fois. À toutes fins pratiques, la méthode est a-théorique, ce qui la rend facile à utiliser par différentes personnes. Le résultat est facile à comprendre et à utiliser. Limites L'AHT présente une tâche faite sans erreurs, sans interruptions par d'autres tâches, sans variations ou sans imprévus. Or, nous faisons tous des erreurs, les tâches sont parfois interrompues par d'autres tâches, et il y a toujours des variations ou des imprévus qui modifient la tâche. Dès que survient l'un de ces problèmes que l'on peut pas prévoir et que l'on n'a donc pas décrit, l'aht ne correspond plus à la tâche. Cette méthode est uniquement centrée sur les buts et les sous-buts de l'utilisateur, elle ne montre pas l'état et les réponses du système à chaque action de l'opérateur dans les tâches interactives. Cela peut être une lacune importante dans les situations où on veut connaître l'état et la réponse du système suite à chaque action de l'opérateur. 3/5 Jean-Marc Robert

4 Débat sur la largeur vs la profondeur de l'ah : il n'y a pas de critères précis et rigoureux pour décider. Cela dépend de l'opérateur et de l'analyste. De façon générale, on ne dépasse pas 3-4 niveaux de profondeur. L'AHT n'est pas universelle parce qu'elle ne s'applique pas à tous les types de tâches, notamment celles où plusieurs activités fines (perceptives et cognitives) se déroulent en même temps ou de façon parallèle (ex., lecture, conduite, traduction). Il est difficile de noter des facteurs qui affectent toutes les tâches à tout moment (ex., la sécurité, la recherche de performance). Il peut être difficile de faire une AHT si les opérateurs d'un groupe ne voient pas la tâche de la même manière: comment alors concilier différentes représentations? Il n'y a pas de lignes directrices à suivre dans tels cas. La représentation hiérarchique, sous forme graphique, peut être difficile à suivre lorsque la tâche est vaste et comprend de nombreux renvois à d'autres pages, et difficiles à manipuler lorsque l'analyse nécessite plusieurs corrections surtout si l'on n'a pas de logiciel approprié. L'analyste ne connaît pas l'impact de son AHT (ex., du nombre de niveaux, de branches, de feuilles) sur l'application (ex., la conception du système). Pourtant, il transmet sa compréhension ou son interprétation de l'activité de l'opérateur en montrant une certaine hiérarchie de buts, sous-buts, et actions. Cela n est pas neutre. La méthode n apporte aucune aide sur ce plan. Logiciels Plusieurs logiciels disponibles sur le marché permettent de construire et d'éditer des hiérarchies (ex., ABC FlowCharter, VISIO, Power Point, etc.). Logiciel dédié à l AHT Il s'agit d'une version démo sans date d'expiration, mais ayant des limitations quant à la quantité de sous-tâches que l on peut représenter. Coût : 450 $ CAD. Avec la réduction de 20% pour l'éducation, 360 $ CAD. Terminologie Activité : c est le comportement mis en jeu par l opérateur pour faire la tâche. Aussi appelée tâche réelle, ou tâche effective. Tâche : c est ce qui est à faire. Aussi appelée tâche prescrite. Tâche conditionnelle : SI les conditions 1, 2, 3, sont satisfaites, ALORS la sous-tâche t peut être effectuée. Tâche avec butée temporelle : la sous-tâche t doit être faite avant tel moment : par ex., sortir le train d atterrissage avant d atterrir Tâche en boucle : on refait la même tâche avec une certaine fréquence. Par ex., vérifier les données d un tableau de bord à toutes les 5 minutes. Tâche facultative : l opérateur a le choix de faire ou de ne pas faire la tâche. Par ex., faire le rangement ou le nettoyage de son poste de travail, une copie de sauve-garde de ses fichiers, etc. 4/5 Jean-Marc Robert

5 Tâche optionnelle (c.-à-d. avec options ou alternatives): la tâche doit être effectuée mais l opérateur a le choix entre des options. Par ex., se déplacer à pied, avec sa voiture, en transport en commun, en faisant du co-voiturage, etc. Tâche effectuée en dilettante : l opérateur effectue la tâche lorsqu il a le temps, ou qu il en a envie. Par ex., faire le rangement de son poste de travail. Tâches prioritaires vs interrutibles : dans le cas de conflits entre tâches, la tâche prioritaire est prédominante, donc effectuée avant les autres, et les autres tâches sont interrompues. Tâches séquentielles: les sous-tâches qui la composent sont strictement faites l une à la suite de l autre, ce qui signifie qu une sous- tâche ne peut commencer que lorsqu une autre soustâche est terminée. Par ex., un correcteur corrige l examen de l étudiant 1, puis de l étudiant 2, 3, 4,... n, ou bien la réponse 1, puis la 2, la 3, etc. Tâches parallèles : n sous-tâches évoluent en même temps, dû au fait que l opérateur, qui est seul, partage son temps entre celles-ci. La différence entre le mode séquentiel et le mode parallèle est que chaque sous-tâche évolue par petits bouts qui sont intercalés entre les petits bouts d une autre tâche. Tâches simultanées : 2 sous-tâches sont effectuées exactement en même temps. Par ex., conduire une voiture tout en faisant la conversation avec quelqu un. A toutes fins pratiques, il est impossible pour un opérateur de faire 2 tâches en même temps si celles-ci mobilisent des ressources semblables (c.-à-d. 2 tâches visuelles, 2 tâches auditives, 2 tâches avec réponses motrices des mains ou avec réponses verbales). 5/5 Jean-Marc Robert

Analyse et modélisation de tâches

Analyse et modélisation de tâches Analyse et modélisation de tâches 1. Introduction La conception de logiciel interactif (ou conception d'interface homme-machine [IHM], ou conception d'interface) est l'activité qui vise à définir le fonctionnement

Plus en détail

Gestion de projet - les chaînes critiques

Gestion de projet - les chaînes critiques Gestion de projet - les chaînes critiques GÉRARD CASANOVA - DENIS ABÉCASSIS Paternité - Pas d'utilisation Commerciale - Pas de Modification : http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/ Table

Plus en détail

Algorithme Algorigramme page 1/10 Algorithmique Algorigramme

Algorithme Algorigramme page 1/10 Algorithmique Algorigramme Algorithme Algorigramme page 1/10 Algorithmique Algorigramme Centre d'interêt : Analyser les constituants d'un système réel d'un point de vue structurel et comportemental Objectifs A la fin de la séquence,

Plus en détail

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Chapitre 1 Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Sommaire : 1.1 La construction logicielle, qu est-ce que c est? : page 3 1.2 Pourquoi la construction logicielle est-elle importante? :

Plus en détail

PLANIFICATION ET SUIVI D'UN PROJET

PLANIFICATION ET SUIVI D'UN PROJET Centre national de la recherche scientifique Direction des systèmes d'information REFERENTIEL QUALITE Guide méthodologique PLANIFICATION ET SUIVI D'UN PROJET Référence : CNRS/DSI/conduite-projet/developpement/gestion-projet/guide-planfi-suivi-projet

Plus en détail

Analyse de l activité

Analyse de l activité Plan et liens avec UE2-15 Fondamentaux des IHM (M2 UE2-6) Valérie Renault valerie.renault@lium.univ-lemans.fr Analyse préalable de l activité [UE2-6] (cours / TP) Spécifications cahier des charges et spécifications

Plus en détail

Choix des instruments de mesure

Choix des instruments de mesure Amélioration des processus grâce à une gestion des techniques de mesure L'évaluation des valeurs d un processus est plus qu uniquement l'intégration du capteur et la lecture des indications. Afin de faire

Plus en détail

Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines

Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines Zoom sur le contexte des ressources humaines Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines Au travers de leur management stratégique, les entreprises voient les ressources humaines comme le moyen

Plus en détail

L'être humain en situation de travail. Traitement des erreurs

L'être humain en situation de travail. Traitement des erreurs L'être humain en situation de travail Modèle du processus humain Les principaux travaux dans le domaine de l'ergonomie s'appuient sur le modèle du processus humain de Card 83. Considère l'individu comme

Plus en détail

FICHE JANVIER 2009 THÉMATIQUE. Direction de projets et programmes

FICHE JANVIER 2009 THÉMATIQUE. Direction de projets et programmes FICHE JANVIER 2009 THÉMATIQUE Direction de projets et programmes La représentation par les processus pour les projets Système d Information (SI) La modélisation de l'entreprise par les processus devient

Plus en détail

A PROPOS DE BASES DE DONNEES

A PROPOS DE BASES DE DONNEES A PROPOS DE BASES DE DONNEES DES PRIX DE CONSTRUCTION INTERNATIONALES Dans ce document, "estimate" et "Devis et Métrés" se réfèrent à un même document, une liste d unités de travail, regroupées en chapitres,

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN INTÉGRATION DE PLUS D UNE APPLICATION DE LA MICRO-INFORMATIQUE INF-5066-2

MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN INTÉGRATION DE PLUS D UNE APPLICATION DE LA MICRO-INFORMATIQUE INF-5066-2 MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN INTÉGRATION DE PLUS D UNE APPLICATION DE LA MICRO-INFORMATIQUE INF-5066-2 Quebec MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN INTÉGRATION DE PLUS

Plus en détail

IFT3913 Qualité du logiciel et métriques. Chapitre 5 Mesure de la qualité du logiciel

IFT3913 Qualité du logiciel et métriques. Chapitre 5 Mesure de la qualité du logiciel IFT3913 Qualité du logiciel et métriques Chapitre 5 Mesure de la qualité du logiciel Plan du cours Introduction Théorie de la mesure Qualité du logiciel Mesure du produit logiciel Mesure de la qualité

Plus en détail

-- Séance 10 -- Prototypage et spécification des interfaces utilisateurs

-- Séance 10 -- Prototypage et spécification des interfaces utilisateurs -- Séance 10 -- Prototypage et spécification des interfaces utilisateurs Objectifs: Être en mesure de comprendre les niveaux de prototypage Comprendre comment analyser les tâches de l utilisateur Analyser

Plus en détail

Quelles sont les caractéristiques de la perception tactile manuelle chez les jeunes enfants et leurs conséquences cognitives?

Quelles sont les caractéristiques de la perception tactile manuelle chez les jeunes enfants et leurs conséquences cognitives? Quelles sont les caractéristiques de la perception tactile manuelle chez les jeunes enfants et leurs conséquences cognitives? Par Edouard GENTAZ Professeur de Psychologie, Université de Genève Habituellement,

Plus en détail

Les moteurs de progrès

Les moteurs de progrès MANAGEMENT PILOTAGE Les moteurs de progrès Si le management par les processus connaît une certaine réussite, le pilotage et les processus qui lui sont liés restent précaires. Pourtant là aussi, appliquer

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

STAF17 - REALISATION D'UN DISPOSITIF DE FORMATION ENTIEREMENT OU PARTIELLEMENT A DISTANCE

STAF17 - REALISATION D'UN DISPOSITIF DE FORMATION ENTIEREMENT OU PARTIELLEMENT A DISTANCE STAF 2001-2002 STAF17 - REALISATION D'UN DISPOSITIF DE FORMATION ENTIEREMENT OU PARTIELLEMENT A DISTANCE Présentation du cours Responsable : Daniel Peraya Assistante : Nathalie Deschryver TABLE DES MATIERES

Plus en détail

14 Adopter une attitude professionnelle

14 Adopter une attitude professionnelle 14 Adopter une attitude professionnelle Pour mener à bien votre projet et instaurer des relations constructives le groupe doit adopter une attitude professionnelle et se montrer : 1. Mobilisé tous les

Plus en détail

Génie logiciel avancé

Génie logiciel avancé Université Paris-Sud L3 MIAGE apprentissage Année 2014-2015 Génie logiciel avancé Analyse des besoins et spécification Delphine Longuet delphine.longuet@lri.fr Analyse des besoins et spécification Objectif

Plus en détail

GESTION. III Une entité structurable. II / a Les grands types de structure traditionnelle

GESTION. III Une entité structurable. II / a Les grands types de structure traditionnelle LEA 1 re année, LA0002Y. Université Toulouse II-Le Mirail. Mme Garrouste, le 2007-10-29. Document réalisé par Choplair. Diffusé selon les termes de la GNU Free Documentation License. GESTION COURS 4 OURS

Plus en détail

Algorithmique et programmation. Cours d'algorithmique illustré par des exemples pour le picbasic

Algorithmique et programmation. Cours d'algorithmique illustré par des exemples pour le picbasic Algorithmique et programmation Cours d'algorithmique illustré par des exemples pour le picbasic Même s'il est possible d'écrire un programme petit à petit par touches successives, le résultat est souvent

Plus en détail

Ergonomie et utilisabilité

Ergonomie et utilisabilité Chapitre 7 Ergonomie et utilisabilité L ergonomie est la recherche de la meilleure adaptation possible entre une fonction, un matériel et son utilisateur. 7.1 L ergonomie est une science L ergonomie est

Plus en détail

FICHE METIER. «Directeur de production» APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER

FICHE METIER. «Directeur de production» APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER Directeur de production activité 1 APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER Le directeur de production assume les responsabilités de la préparation, de la gestion budgétaire et du bon déroulement

Plus en détail

MANUEL DE L'USAGER 2002-09-01

MANUEL DE L'USAGER 2002-09-01 MANUEL DE L'USAGER 2002-09-01 Société G.R.I.C.S. (C) Copyright 2002 DESCRIPTION DU MANUEL Le manuel de l'usager contient les 6 sections suivantes : 1 GUIDE FONCTIONNEL Le GUIDE FONCTIONNEL décrit les

Plus en détail

La réalisation des tâches de planification stratégique

La réalisation des tâches de planification stratégique Identifier les principaux composants de la réussite Pour obtenir les résultats escomptés, un projet doit bénéficier d'objectifs clairement définis et approuvés, d'une équipe motivée, ainsi que d'un plan

Plus en détail

Système de gestion de sécurité dans le transport ferroviaire

Système de gestion de sécurité dans le transport ferroviaire Système de gestion de sécurité dans le transport ferroviaire Dr CHEN Daoxing, ingénieur expert au Bureau de la sécurité des transports du Canada Présentation générale du système de sécurité Définition

Plus en détail

À l ère d une GRH en transition 3 e édition

À l ère d une GRH en transition 3 e édition DelasupervisionàlagestiondesRESSOURCESHUMAINES Àl èred unegrhentransition 3 e édition Chapitre4 L analysedespostesetlaplanificationdesressources humaines 1. Parmi les méthodes suivantes, laquelle ne fait

Plus en détail

Note d orientation : Gestion des risques d'entreprise (GRE)

Note d orientation : Gestion des risques d'entreprise (GRE) 4711 Yonge Street Suite 700 Toronto ON M2N 6K8 Telephone: 416-325-9444 Toll Free 1-800-268-6653 Fax: 416-325-9722 4711, rue Yonge Bureau 700 Toronto (Ontario) M2N 6K8 Téléphone : 416 325-9444 Sans frais

Plus en détail

Introduction à la conduite de projet "systèmes d'information"

Introduction à la conduite de projet systèmes d'information Centre national de la recherche scientifique Direction des systèmes d'information REFERENTIEL QUALITE Guide méthodologique Introduction à la conduite de projet "systèmes d'information" Référence : CNRS/DSI/conduite-projet/principes/guide-introduction

Plus en détail

TP Maîtrise Statistique des Procédés

TP Maîtrise Statistique des Procédés TP Maîtrise Statistique des Procédés Vous allez utiliser un programme informatique «SIMDI Tour» qui simule (sommairement) le fonctionnement d un tour à commande numérique. Pendant ce TP, qui se déroule

Plus en détail

Le génie logiciel. maintenance de logiciels.

Le génie logiciel. maintenance de logiciels. Le génie logiciel Définition de l IEEE (IEEE 1990): L application d une approche systématique, disciplinée et quantifiable pour le développement, l opération et la maintenance de logiciels. Introduction

Plus en détail

Brique BDL Gestion de Projet Logiciel

Brique BDL Gestion de Projet Logiciel Brique BDL Gestion de Projet Logiciel Processus de développement pratiqué à l'enst Sylvie.Vignes@enst.fr url:http://www.infres.enst.fr/~vignes/bdl Poly: Computer elective project F.Gasperoni Brique BDL

Plus en détail

Assainissement de ponts rôle. dans la conservation des ponts

Assainissement de ponts rôle. dans la conservation des ponts Assainissement de ponts rôle des inspections et des interventions dans la conservation des ponts Cet exposé a pour objectif de rappeler, dans un moment de débat accru sur la durabilité et la pérennité

Plus en détail

Améliorer votre approche processus

Améliorer votre approche processus Améliorer votre approche processus Décrire de manière complète les processus, Mettre en place des tableaux de bord de manière à en surveiller le fonctionnement et à en déterminer l efficacité, Réaliser

Plus en détail

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Texte allemand : EQM/Misereor, janvier 2012 Traduction : Service des langues de MISEROR, mars 2012 Ce document

Plus en détail

MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D'EXAMEN BASE DE DONNÉES CONSULTATION INF-5060-1

MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D'EXAMEN BASE DE DONNÉES CONSULTATION INF-5060-1 MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D'EXAMEN BASE DE DONNÉES CONSULTATION INF-5060-1 OCTOBRE 1996 MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D'EXAMEN BASE DE DONNÉES CONSULTATION INF-5060-1 OCTOBRE

Plus en détail

Prise en Main de MS Project

Prise en Main de MS Project Prise en Main de MS Project Télécharger une version de démo valable 60 jours ici: http://www.zdnet.fr/telecharger/windows/fiche/0,39021313,39076442s,00.htm Microsoft Project vous aide à créer des prévisions

Plus en détail

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS SANTE AU TRAVAIL ET MEDECINE DU TRAVAIL 41 Chemin de la Durance 13300 SALON DE PROVENCE 0 SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 I. GENERALITES... 3 A. Définitions...

Plus en détail

ISO 9001:2000. CHAPITRE par CHAPITRE

ISO 9001:2000. CHAPITRE par CHAPITRE ISO 9001:2000 PARTIE 2-3 CHAPITRE par CHAPITRE 9001:2000, domaine Satisfaction du client par la prévention des N.C. (ISO 9001:1994) Appliquer efficacement le système pour répondre aux besoins du client

Plus en détail

COBIT (v4.1) INTRODUCTION COBIT

COBIT (v4.1) INTRODUCTION COBIT COBIT (v4.1) Un référentiel de «bonnes pratiques» pour l informatique par René FELL, ABISSA Informatique INTRODUCTION Le Service Informatique (SI) est un maillon important de la création de valeur dans

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste OFFRE D EMPLOI 1 Introduction Définir une offre d emploi type n est pas un processus anodin à sous-estimer. En effet, l offre que l entreprise va communiquer représente la proposition d emploi vacant.

Plus en détail

LES FICHES OUTILS DE L ANIMATION

LES FICHES OUTILS DE L ANIMATION LES FICHES OUTILS DE L ANIMATION Page 1 sur 16 FICHE 1 LES TECHNIQUES D ANIMATION DE GROUPE FICHE 2 LES DIFFERENTES OPERATIONS MENTALES FICHE 3 LES VERBES D ACTION FICHE 4 LES METHODES DE RESOLUTIONS DE

Plus en détail

Analyse et conception des Systèmes d Information. La démarche Merise : La Production Logicielle

Analyse et conception des Systèmes d Information. La démarche Merise : La Production Logicielle Analyse et conception des Systèmes d Information La démarche Merise : La Production Logicielle La production du logiciel Place, objectifs et principes directeurs Christophe.Nicolle@u-bourgogne.fr Introduction

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

5.1.1 La procédure pour la description d'une situation-problème

5.1.1 La procédure pour la description d'une situation-problème 5 LE CHOIX DES PARTIES DE COURS : UNE PROGRESSION DES APPRENTISSAGES Éléments du cinquième chapitre 5.1 La description de la situation-problème finale 5.1.1 La procédure pour la description d'une situation-problème

Plus en détail

METH05 PLANIFICATION. 70682814@fr.ibm.com Page 1 du 23-12-02

METH05 PLANIFICATION. 70682814@fr.ibm.com Page 1 du 23-12-02 PLANIFICATION 70682814@fr.ibm.com Page 1 du 23-12-02 Planifier Définir et programmer les actions à accomplir Prévoir les moyens nécessaires Contrôler le bon déroulement des actions programmées Réagir aux

Plus en détail

Le projet technique industriel en BTS Électrotechnique

Le projet technique industriel en BTS Électrotechnique Le projet technique industriel en BTS Électrotechnique Le projet technique industriel fait partie intégrante de la formation et de l examen du BTS Electrotechnique par apprentissage. Il consiste, en 192

Plus en détail

Norme d'audit suisse: Audit réalisé dans l environnement de la technologie de l information et de la communication (NAS 401)

Norme d'audit suisse: Audit réalisé dans l environnement de la technologie de l information et de la communication (NAS 401) Norme d'audit suisse: Audit réalisé dans l environnement de la technologie de l information et de la communication (NAS 401) "Préface explicative" Chiffre Cette NAS donne des instructions sur un audit

Plus en détail

pedigree d'un cheval Zoe ; son père est Tonnerre et sa mère Belle ; mère de Belle est Rose et père de Belle est Eclair jean jean marc paul luc

pedigree d'un cheval Zoe ; son père est Tonnerre et sa mère Belle ; mère de Belle est Rose et père de Belle est Eclair jean jean marc paul luc Chap. 3 Les arbres binaires Un arbre est un ensemble de nœuds, organisés de façon hiérarchique, à partir d'un nœud distingué, appelé racine. La structure d'arbre est l'une des plus importantes et des plus

Plus en détail

LES OUTILS DE LA GESTION DE PROJET

LES OUTILS DE LA GESTION DE PROJET LES OUTILS DE LA GESTION DE PROJET PROJET : «ensemble des actions à entreprendre afin de répondre à un besoin défini dans des délais fixés». Délimité dans le temps avec un début et une fin, mobilisant

Plus en détail

REVUE DE DIRECTION RICHARD MANUNU

REVUE DE DIRECTION RICHARD MANUNU REVUE DE DIRECTION 1. REFERENCES NORMATIVES Il existe de nombreuses normes et référentiels qui abordent différentes thématiques ayant des finalités spécifiques. Néanmoins, chaque norme et référentiel que

Plus en détail

ITIL V2 Processus : La Gestion des Configurations

ITIL V2 Processus : La Gestion des Configurations ITIL V2 Processus : La Gestion des Configurations Auteur: Fabian PIAU, Master 2 MIAGE, Nantes La Gestion des Configurations est un processus issu d ITIL version 2 qui aide au soutien du service («Service

Plus en détail

La gestion de projet

La gestion de projet K E K σ C D C C O N S U L T A N T S rue Hugi 3 CH 2502 Biel Bienne Tél: +41 32 325 19 25 Fax: +41 32 325 19 29 e-mail: kessler@kek.ch www.kek.ch La gestion de projet Sommaire 1 Le concept de «projet» 1

Plus en détail

Présentation de GnuCash

Présentation de GnuCash Par Jean-Marc St-Hilaire De JMS Informatique Enr. Jean-Marc St-Hilaire a une formation en programmation et en comptabilité (H.E.C.) Cette présentation est disponible à www.jmsinformatique.com/ateliers

Plus en détail

Exemples d application

Exemples d application Exemples d application Pour que vous puissiez tester les méthodes décrites ci-dessous, commencez par copier sur votre disque dur les exemples de bruits contenus dans le dossier Soundsamples qui se trouve

Plus en détail

INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION

INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION A. LA PROBLEMATIQUE La mission de toute production informatique est de délivrer le service attendu par les utilisateurs. Ce service se compose de résultats de traitements

Plus en détail

INTRODUCTION. QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel.

INTRODUCTION. QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel. INTRODUCTION QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel. Ce certificat est destiné à toutes les écoles d enseignement

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

LES ORIGINES D ITIL Origine gouvernementale britannique 20 ans d existence et d expérience Les organisations gérant le référentiel :

LES ORIGINES D ITIL Origine gouvernementale britannique 20 ans d existence et d expérience Les organisations gérant le référentiel : La méthode ITIL plan Introduction C est quoi ITIL? Utilisation d ITIL Objectifs Les principes d ITIL Domaines couverts par ITIL Les trois versions d ITIL Pourquoi ITIL a-t-il tant de succès Inconvénients

Plus en détail

Experience N 52. Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Mars 2012

Experience N 52. Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Mars 2012 Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 MIGRATIONS Garder la maîtrise lors de migrations GARdER la maîtrise LORS de migrations Lors

Plus en détail

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Source : "Comptable 2000 : Les textes de base du droit comptable", Les Éditions Raouf Yaïch. Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Le nouveau système comptable consacre d'importants

Plus en détail

SOUTIEN ADMINISTRATIF adjoint de direction PROJET DE FIN D ÉTUDES (STAGE) 412-8B1-MA (1-3-3) Du 7 octobre au 1 er novembre 2013 Groupe 1616

SOUTIEN ADMINISTRATIF adjoint de direction PROJET DE FIN D ÉTUDES (STAGE) 412-8B1-MA (1-3-3) Du 7 octobre au 1 er novembre 2013 Groupe 1616 SOUTIEN ADMINISTRATIF adjoint de direction PROJET DE FIN D ÉTUDES (STAGE) 412-8B1-MA (1-3-3) Du 7 octobre au 1 er novembre 2013 Groupe 1616 Professeur superviseur Philippe Pelletier ppelletier@cmaisonneuve.qc.ca

Plus en détail

Mise en place des sprints

Mise en place des sprints 101 Chapitre 4 Mise en place des sprints 1. Introduction Mise en place des sprints Afin de parvenir à une mise en place efficace de ses sprints, l équipe doit prendre en compte divers facteurs, qui vont

Plus en détail

Génie Logiciel M2CCI

Génie Logiciel M2CCI Génie Logiciel M2CCI Joelle Coutaz Creative Commons Plan 1) Introduction 2) Analyse des besoins Modèle de tâche = expression des besoins fonctionnels centrés sur l utilisateur cible 3) Modèle du domaine

Plus en détail

DIANE-SPIRALE. Rôle du PMP

DIANE-SPIRALE. Rôle du PMP DIANE-SPIRALE V1 Rôle du PMP Copyright Michel ANDRE Page 1 sur 8 02/12/2005 1. PRESENTATION : 3 2. OBJECTIFS : 3 3. MAQ A DISPOSITION : 4 4. CONTENU : 4 5. UTILISATION : 6 6. PILOTAGE : 6 7. GUIDES & AIDES

Plus en détail

Cours de Génie Logiciel. David Janiszek. Le projet. En résumé. Troisième partie III. Eléments de gestion de projet

Cours de Génie Logiciel. David Janiszek. Le projet. En résumé. Troisième partie III. Eléments de gestion de projet Troisième partie III Eléments de gestion de projet Un projet informatique est l ensemble des activités et des actions à entreprendre pour répondre au besoin d informatisation d un ensemble de tâches dans

Plus en détail

Types de REA produites dans le cadre de la séquence pédagogique

Types de REA produites dans le cadre de la séquence pédagogique Scénario pédagogique APPRENDRE À ENSEIGNER AUTREMENT Description générale du scénario Titre Les bases de données relationnelles Résumé Dans le cadre d'un cours à distance, la visioconférence est une REA

Plus en détail

L ANALYSE COUT-EFFICACITE

L ANALYSE COUT-EFFICACITE L ANALYSE COUT-EFFICACITE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L analyse coût-efficacité est un outil d aide à la décision. Il a pour but d identifier la voie la plus efficace, du point de vue

Plus en détail

COMPTE DE RESULTAT SIG CAF RATIOS SEUIL DE RENTABILITE BILAN COMPTABLE. Bilan Financier RATIOS. Structure financière

COMPTE DE RESULTAT SIG CAF RATIOS SEUIL DE RENTABILITE BILAN COMPTABLE. Bilan Financier RATIOS. Structure financière ORGANISATION DE L ANALYSE FINANCIERE L analyse financière est l'étude de l'activité, de la rentabilité et du Financement de l entreprise : Soit a posteriori (données historiques et présentes) Soit a priori

Plus en détail

Plan de formation relatif à l ordonnance sur la formation professionnelle initiale de graphiste CFC Leçons B Resumé par semestre

Plan de formation relatif à l ordonnance sur la formation professionnelle initiale de graphiste CFC Leçons B Resumé par semestre Plan de formation relatif à l ordonnance sur la formation professionnelle initiale de graphiste CFC Leçons B Resumé par semestre 21 javier 2010 Legende Le plan de formation règle obligatoirement les objectifs

Plus en détail

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010 Livre Blanc Optimiser la gestion et le pilotage des opérations Août 2010 Un livre blanc édité par : NQI - Network Quality Intelligence Tél. : +33 4 92 96 24 90 E-mail : info@nqicorp.com Web : http://www.nqicorp.com

Plus en détail

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION APRÈS LA FORMATION 2.3. APRÈS LA FORMATION Lorsque la formation est terminée, l organisation doit finalement s assurer que l apprenant puisse utiliser de manière concrète les nouveaux apprentissages. Cette

Plus en détail

Correction des systèmes d exploitation et des applications Bulletin de sécurité des TI à l intention du gouvernement du Canada

Correction des systèmes d exploitation et des applications Bulletin de sécurité des TI à l intention du gouvernement du Canada Correction des systèmes d exploitation et des applications Bulletin de sécurité des TI à l intention du gouvernement du Canada ITSB-96 Dernière mise à jour : mars 2015 1 Introduction La correction des

Plus en détail

Le client/serveur repose sur une communication d égal à égal entre les applications.

Le client/serveur repose sur une communication d égal à égal entre les applications. Table des matières LES PRINCIPES DE BASE... 1 Présentation distribuée-revamping...2 Présentation distante...3 Traitements distribués...3 données distantes-rd...4 données distribuées-rda distribué...4 L'ARCHITECTURE

Plus en détail

L évaluation du rendement de la formation en entreprise

L évaluation du rendement de la formation en entreprise L évaluation du rendement de la formation en entreprise Université de Fribourg (Suisse) - CIRDEP, UQAM Atelier de l Observatoire Compétences-Emplois 9.12.2010 Chaire des Ressources Humaines et Organisation

Plus en détail

Méthode de tests MODE D EMPLOI POINTS IMPORTANTS

Méthode de tests MODE D EMPLOI POINTS IMPORTANTS Méthode de tests MODE D EMPLOI Cette première partie est destinée à ceux qui débutent en tests et permet une approche progressive et simple de la méthodologie des tests. L introduction vous aura permis

Plus en détail

COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET

COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET De manière superficielle, le terme «orienté objet», signifie que l on organise le logiciel comme une collection d objets dissociés comprenant à la fois une structure de

Plus en détail

Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc

Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc L intégration de la gestion des identités et des accès avec l authentification unique Objectif : Renforcer la politique de sécurité et améliorer la productivité

Plus en détail

GUIDE DE LECTURE VAE BEES1 CYCLISME

GUIDE DE LECTURE VAE BEES1 CYCLISME GUIDE DE LECTURE VAE BEES1 CYCLISME CONSIGNES DE LECTURE Ce tableau comporte de gauche à droite 4 colonnes: Colonne activités: Colonne tâches: il s'agit des activités professionnelles de référence que

Plus en détail

LA GESTION DES INTERVENTIONS

LA GESTION DES INTERVENTIONS I INTRODUCTION : Une intervention est effectuée à la suite d un évènement prévu ou non. Les conséquences sur la production, la maintenance, l organisation, la sécurité, etc, seront donc différentes. II

Plus en détail

Gestion de Projet. Génie Logiciel. Renaud Marlet. LaBRI / INRIA. http://www.labri.fr/~marlet. (d'après A.-M. Hugues) màj 19/04/2007

Gestion de Projet. Génie Logiciel. Renaud Marlet. LaBRI / INRIA. http://www.labri.fr/~marlet. (d'après A.-M. Hugues) màj 19/04/2007 1 Génie Logiciel (d'après A.-M. Hugues) Gestion de Projet Renaud Marlet LaBRI / INRIA http://www.labri.fr/~marlet màj 19/0/007 Est-ce bien nécessaire? Principes de gestion = beaucoup d'évidences Pourtant

Plus en détail

WinReporter et RemoteExec vs SMS Analyse comparative

WinReporter et RemoteExec vs SMS Analyse comparative White Paper WinReporter et RemoteExec vs Analyse comparative Ce document détaille les différences entre l environnement de gestion Microsoft Systems Management Server et l utilisation conjuguée de WinReporter

Plus en détail

Interaction Personne-Machine

Interaction Personne-Machine Interaction Personne-Machine Techniques d Interaction 1 Techniques d Interaction La mise en place d interactions peut se faire dans une démarche organisée, dans laquelle on s appuie sur trois niveaux bien

Plus en détail

Guide d utilisation de l outil d audit de sécurité. AUDITSec. Version 3.0

Guide d utilisation de l outil d audit de sécurité. AUDITSec. Version 3.0 Guide d utilisation de l outil d audit de sécurité AUDITSec Version 3.0 Mai 2011 Historique du document Version Date Auteur Description 1.0 6 novembre 2010 Éric Clairvoyant http://ca.linkedin.com/pub/ericclairvoyant/7/ba/227

Plus en détail

Techniques d évaluation des risques norme ISO 31010

Techniques d évaluation des risques norme ISO 31010 Techniques d évaluation des risques norme ISO 31010 www.pr4gm4.com Gestion des risques Présentation Mars 2010 Copyright 2010 - PR4GM4 Actualité du 27 janvier 2010 2 Actualité du 11 février 2010 3 Domaine

Plus en détail

Section 7 : Guide de l'analyste de données Présentation générale

Section 7 : Guide de l'analyste de données Présentation générale Présentation générale Introduction Cette section donne des lignes directrices générales pour l'équipe d'analyse des données, mais n'inclut pas les instructions précises pour l'analyse des données elle-même.

Plus en détail

WBS est une décomposition successive d une activité plus grande (le projet lui même) dans des activités plus petites.

WBS est une décomposition successive d une activité plus grande (le projet lui même) dans des activités plus petites. Démo 1- Correction Gestion de projet Professeur : Bruno Dufor Démonstrateurs : Marouane Kessentini Hassen Grati Partie théorique : Exercice 1 : WBS (Work Breakdown Structure) 1. Qu est-ce que WBS? «Décomposition

Plus en détail

Algorithme Algorigramme

Algorithme Algorigramme CONVENTIONS D ECRITURE : Définition : Un algorithme est une série d actes ou d opérations élémentaires qu il faut exécuter en séquence pour accomplir une tâche quelconque, en suivant un enchaînement strict.

Plus en détail

Pourquoi les règles et comment

Pourquoi les règles et comment Pourquoi les règles et comment Conséquences sur le développement humain > http://www.sistemaambiente.net/form/fr/iso/2_consequences_sur_le_developpement_humain.pdf Les normes ISO Le système de gestion

Plus en détail

Processus Gestion de Projet

Processus Gestion de Projet Processus Gestion de Projet 1 / 11 Contenu 1 Introduction... 3 2 Le cycle de vie du projet... 4 2.1 Présentation... 4 2.2 Cycle de vie d un projet... 5 2.3 Les livrables... 5 3 Les étapes du management

Plus en détail

NC 11 Norme comptable relative aux Modifications comptables

NC 11 Norme comptable relative aux Modifications comptables NC 11 Norme comptable relative aux Modifications comptables Objectifs 01. La divulgation des informations financières repose sur les caractéristiques qualitatives prévues par le cadre conceptuel, notamment,

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

Intégration de la flotte privée et du transport sous traité

Intégration de la flotte privée et du transport sous traité Intégration de la flotte privée et du transport sous traité Des coûts réduits et un service de meilleure qualité grâce à l'intégration dynamique et multimode de la flotte privée et du transport sous traité

Plus en détail

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Définition Le terme organisation dans le contexte d un modèle de gestion de la qualité est utilisé pour indiquer

Plus en détail

Introduction à Windows Workflow Foundation

Introduction à Windows Workflow Foundation Introduction à Windows Workflow Foundation Version 1.1 Auteur : Mathieu HOLLEBECQ Co-auteur : James RAVAILLE http://blogs.dotnet-france.com/jamesr 2 Introduction à Windows Workflow Foundation [07/01/2009]

Plus en détail

2. Activités et Modèles de développement en Génie Logiciel

2. Activités et Modèles de développement en Génie Logiciel 2. Activités et Modèles de développement en Génie Logiciel Bernard ESPINASSE Professeur à l'université d'aix-marseille Plan Les Activités du GL Analyse des besoins Spécification globale Conceptions architecturale

Plus en détail

Conseils pour l évaluation et l attribution de la note

Conseils pour l évaluation et l attribution de la note Entreprise formatrice Candidat/-e Téléphone: Téléphone: Ce document ne doit en aucun cas être montré au candidat après l attribution des points. Conseils pour l évaluation et l attribution de la note Documentation

Plus en détail

une SOluTION basée SuR un modèle POuR PRévOIR le TRaFIc en TemPS Réel

une SOluTION basée SuR un modèle POuR PRévOIR le TRaFIc en TemPS Réel Comment anticiper le temps réel? Une solution basée sur un modèle pour prévoir le trafic en temps réel PTV Optima est la clé pour une gestion du trafic réussie. Cette solution basée sur un modèle propose

Plus en détail