Analyse hiérarchique de tâches (AHT)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Analyse hiérarchique de tâches (AHT)"

Transcription

1 (AHT) Définition Cette méthode consiste à décomposer la tâche principale (ou le but) de l'opérateur en sous-tâches (ou sous-buts), puis chacune de ces sous-tâches en plusieurs sous-sous-tâches, et ainsi de suite jusqu'à ce que l'on ait atteint un niveau de décomposition jugé satisfaisant pour l'application visée. La décomposition hiérarchique peut être considérée comme étant proche de la représentation mentale que l'opérateur se fait de sa tâche, si les données proviennent directement de ce dernier (ex., en utilisant des entrevues, ou la méthode "penser tout haut") et si elles ont été validées par lui. Raison d utiliser cette méthode d analyse Connaître la structure des buts et sous-buts de l opérateur. Historique et applications L AHT a été développée par Annett et Duncan (1967) dans un contexte de formation technique. Elle a été disséminée par Annett et al. (1971) et Duncan (1972), puis raffinée par Duncan (1974), Shepherd (1976) et Piso (1981) afin de tenir compte des rôles changeants de l'opérateur dans un contexte d'automatisation et de développement technologique. Elle est connue depuis 40 ans. Elle a été utilisée en ergonomie pour analyser des tâches de nature perceptive et cognitive ayant une faible composante motrice (ex., Grégoire et St-Cyr, 1995; Pelletier, 1992; Régnier, 1992 ; St- Cyr, 1998). Elle a été appliquée avec succès à plusieurs domaines, notamment à la formation technique (ex., Shepherd, 1989) et au contrôle de processus (ex., Duncan, 1974; Shepherd & Duncan, 1980; Shepherd, 1986; Astley & Stammers 1988). Bien-fondé psychologique Le bien-fondé psychologique de l'aht est que l organisation des tâches procédurales passe le plus souvent par la planification hiérarchique (Miller, 1962; Sacerdoti, 1974, 1977). On établirait une sorte de plan d'action pour atteindre un objectif, et ce plan agit comme un véritable guide du comportement. Ainsi, pour une tâche donnée, on définit un but principal, que l on affine en le décomposant en sous-buts, et cette décomposition se poursuit jusqu'au niveau d'opérations élémentaires. Cela se manifeste de la façon suivante dans la pratique: si on demande à un opérateur de nous décrire son travail, il va vraisemblablement répondre en présentant d'abord la tâche du plus haut niveau ou son but principal (ex., contrôler un centre de production), puis une série de sous-tâches ou de sous-buts qui forment la tâche principale, et ainsi de suite pour chacune de ces sous-tâches ou sous-buts. L AHT nous renvoie à la théorie des schémas de Donald Norman (1978) qui est basée sur une organisation hiérarchique des connaissances pour des tâches procédurales : un schéma-parent (ex., rentrer chez soi) comprend plusieurs schémas-enfants (ex., ramasser ses affaires, fermer son bureau, se rendre à sa voiture, conduire, garer sa voiture, marcher à la maison) qui eux-mêmes sont les schémas-parents d autres schémas-enfants, jusqu à ce que l on ait des opérations élémentaires qui permettent de faire des choses et changer l état d une situation (ex., marcher jusqu à ma voiture, sortir mes clés, déverrouiller, ouvrir, entrer, faire démarrer la voiture, etc.).

2 Critiques Certains auteurs s'opposent à cette thèse d'organisation hiérarchique des connaissances ou des comportements humains, arguant que la représentation hiérarchique est une construction a posteriori nette et bien structurée qui n'a rien ou très peu à voir avec la réalité qui serait beaucoup plus complexe et bien moins ordonnée. Cette critique prend son appui sur les trois points suivants: D'abord l'aht est un modèle de l'activité et non pas une description de l'activité réelle; cette dernière est plus complexe que le modèle épuré de l'activité, qui implique divers processus perceptifs, cognitifs et moteurs mis en jeu par l'opérateur. Puis, l'opérateur fait inévitablement des erreurs au cours de l'exécution d'une activité, que l'on ne peut pas prévoir et qui ne sont donc pas décrites dans l'aht, et qui souvent doivent être corrigées sur le champ avant que l'on puisse effectuer une autre activité. Une AHT est donc toujours incomplète par rapport à la réalité, sans compter que certaines erreurs peuvent provoquer une réorganisation importante de l'activité de l'opérateur, rendant ainsi une bonne partie des plans invalides. Enfin, les plans dans l'aht sont beaucoup moins présents, puissants et utiles que les auteurs de l'aht ne le laissent penser a priori parce qu'ils ne tiennent pas compte des caractéristiques de la situation immédiate de travail qui font que l'activité ne se déroule jamais tout à fait comme prévu, non seulement à cause de la présence des erreurs évoquées ci-dessus, mais à cause des innombrables facteurs qui interviennent dans toute situation de travail et qui rendent l'exécution d'une activité étroitement liée à un contexte particulier. On retrouve ici les arguments fondamentaux des auteurs de la théorie de l'action située ou de la cognition située (ex., Suchman, 1987). Ainsi, l'opérateur n'aurait pas un plan précis et détaillé des activités à effectuer, qui de toute façon serait peu utile, parce qu'il ne peut pas prévoir comment son activité va se dérouler dans la réalité. Il aurait plutôt une représentation de l'action très "située" ou limitée à un contexte. Ces critiques sont majeures et montrent les limites de l'aht. Malgré leur importance, l'aht demeure une méthode très utilisée en ergonomie et en génie industriel (et dans d autres disciplines telles que la gestion), que l'on va sans doute continuer à utiliser encore longtemps. D'ailleurs, elle est à la base de deux autres méthodes d'analyse de tâches très connues dans le domaine des interfaces humain-ordinateur: GOMS de Card et al. (1983) et MAD de Scapin & Pierret-Golbreich (1989). Caractéristiques de l'aht Chaque nœud de décomposition (c.-à-d. tâche, sous-tâche, ) est généralement représenté par un verbe et un nom (par ex., vérifier la température, entrer des données) qui proviennent des opérateurs eux-mêmes; en ce sens, l'aht respecte la terminologie utilisée par les opérateurs pour décrire leurs tâches. La décomposition des tâches se fait du haut vers le bas, mais on peut aussi procéder du bas vers le haut, ou de façon mixte lorsque les deux approches sont combinées. Chaque nœud doit être numéroté; on utilise habituellement le 0 pour le but le plus élevé, puis 1, 2, 3, n pour le premier niveau de décomposition, par la suite, on numérote soit à nouveau 1, 2, 3, n ou 1.1, 1.2,, 2.1, 2.2, etc. L'essentiel est d'avoir un système clair, complet et cohérent. Les plans sont essentiels dans une AHT, ils sont la clé de lecture à chaque niveau hiérarchique et à chaque nouvelle branche de l'arbre. Ils montrent comment on effectue les tâches et les 2/5 Jean-Marc Robert

3 sous-tâches à chaque niveau (ex., séquentiel, parallèle, simultanée, ) et quelles sont les conditions d exécution de chacune (ex., avec butée temporelle, conditionnelles, alternatives, facultatives, en boucles, en dilettante). On peut mettre dans un plan toute l'information nécessaire sur la façon de réaliser la tâche. On peut utiliser l'une ou l'autre des règles suivantes pour mettre fin au processus de décomposition de la tâche dans une AHT. Règle 1: on arrête la décomposition lorsque l'opérateur (qui fournit les données) ne peut plus décomposer la sous-tâche car elle ne lui semble plus pénétrable cognitivement. Cette règle a l'avantage d'être simple à utiliser, par contre elle dépend du niveau de compétence de l'opérateur et donne des résultats très différents d'un opérateur à l'autre. Règle 2: l'analyse décide d'arrêter la décomposition de la sous-tâche jugeant que des informations de ce niveau ne sont pas nécessaires à l'usager final de l'analyse de tâche (ex., le responsable de la formation). Règle 3: P x C, où P est la probabilité (valeur entre 0 et 1) de faire une erreur pour l opérateur si on n'a pas décomposé suffisamment, et C est le coût de cette erreur (valeur entre 0 et 1). Cette règle a l'avantage d'identifier les paramètres pertinents à considérer pour décider de continuer ou d'arrêter une décomposition, par contre elle est difficile à mettre en application, d'une part parce que l'évaluation des deux paramètres reste subjective, et d'autre part parce que l'évaluation doit être faite à la fin de chaque branche de l'arbre, ce qui devient rapidement très coûteux et fastidieux. Les résultats d'une AHT peuvent être représentés sous forme d'arbre ou de tableau, chaque mode de représentation ayant ses avantages et ses inconvénients. Plusieurs analystes utilisent simultanément les deux modes de représentation, d'où l'intérêt de pouvoir passer rapidement d'un à l'autre et de faire de modifications simultanément dans les deux modes si possible. Avantages Cette méthode d'analyse est connue depuis presque 30 ans et très bien documentée. Elle a été validée par de nombreux auteurs dans différents domaines d'applications, et elle s'applique à une multitude de tâches perceptives, cognitives et motrices. C'est une méthode flexible qui permet de décomposer la tâche du haut vers le bas (c.-à-d. des buts vers les sous-buts), ou de procéder du bas vers le haut (des sous-buts vers les buts) ou de façon combinée en utilisant les deux approches à la fois. À toutes fins pratiques, la méthode est a-théorique, ce qui la rend facile à utiliser par différentes personnes. Le résultat est facile à comprendre et à utiliser. Limites L'AHT présente une tâche faite sans erreurs, sans interruptions par d'autres tâches, sans variations ou sans imprévus. Or, nous faisons tous des erreurs, les tâches sont parfois interrompues par d'autres tâches, et il y a toujours des variations ou des imprévus qui modifient la tâche. Dès que survient l'un de ces problèmes que l'on peut pas prévoir et que l'on n'a donc pas décrit, l'aht ne correspond plus à la tâche. Cette méthode est uniquement centrée sur les buts et les sous-buts de l'utilisateur, elle ne montre pas l'état et les réponses du système à chaque action de l'opérateur dans les tâches interactives. Cela peut être une lacune importante dans les situations où on veut connaître l'état et la réponse du système suite à chaque action de l'opérateur. 3/5 Jean-Marc Robert

4 Débat sur la largeur vs la profondeur de l'ah : il n'y a pas de critères précis et rigoureux pour décider. Cela dépend de l'opérateur et de l'analyste. De façon générale, on ne dépasse pas 3-4 niveaux de profondeur. L'AHT n'est pas universelle parce qu'elle ne s'applique pas à tous les types de tâches, notamment celles où plusieurs activités fines (perceptives et cognitives) se déroulent en même temps ou de façon parallèle (ex., lecture, conduite, traduction). Il est difficile de noter des facteurs qui affectent toutes les tâches à tout moment (ex., la sécurité, la recherche de performance). Il peut être difficile de faire une AHT si les opérateurs d'un groupe ne voient pas la tâche de la même manière: comment alors concilier différentes représentations? Il n'y a pas de lignes directrices à suivre dans tels cas. La représentation hiérarchique, sous forme graphique, peut être difficile à suivre lorsque la tâche est vaste et comprend de nombreux renvois à d'autres pages, et difficiles à manipuler lorsque l'analyse nécessite plusieurs corrections surtout si l'on n'a pas de logiciel approprié. L'analyste ne connaît pas l'impact de son AHT (ex., du nombre de niveaux, de branches, de feuilles) sur l'application (ex., la conception du système). Pourtant, il transmet sa compréhension ou son interprétation de l'activité de l'opérateur en montrant une certaine hiérarchie de buts, sous-buts, et actions. Cela n est pas neutre. La méthode n apporte aucune aide sur ce plan. Logiciels Plusieurs logiciels disponibles sur le marché permettent de construire et d'éditer des hiérarchies (ex., ABC FlowCharter, VISIO, Power Point, etc.). Logiciel dédié à l AHT Il s'agit d'une version démo sans date d'expiration, mais ayant des limitations quant à la quantité de sous-tâches que l on peut représenter. Coût : 450 $ CAD. Avec la réduction de 20% pour l'éducation, 360 $ CAD. Terminologie Activité : c est le comportement mis en jeu par l opérateur pour faire la tâche. Aussi appelée tâche réelle, ou tâche effective. Tâche : c est ce qui est à faire. Aussi appelée tâche prescrite. Tâche conditionnelle : SI les conditions 1, 2, 3, sont satisfaites, ALORS la sous-tâche t peut être effectuée. Tâche avec butée temporelle : la sous-tâche t doit être faite avant tel moment : par ex., sortir le train d atterrissage avant d atterrir Tâche en boucle : on refait la même tâche avec une certaine fréquence. Par ex., vérifier les données d un tableau de bord à toutes les 5 minutes. Tâche facultative : l opérateur a le choix de faire ou de ne pas faire la tâche. Par ex., faire le rangement ou le nettoyage de son poste de travail, une copie de sauve-garde de ses fichiers, etc. 4/5 Jean-Marc Robert

5 Tâche optionnelle (c.-à-d. avec options ou alternatives): la tâche doit être effectuée mais l opérateur a le choix entre des options. Par ex., se déplacer à pied, avec sa voiture, en transport en commun, en faisant du co-voiturage, etc. Tâche effectuée en dilettante : l opérateur effectue la tâche lorsqu il a le temps, ou qu il en a envie. Par ex., faire le rangement de son poste de travail. Tâches prioritaires vs interrutibles : dans le cas de conflits entre tâches, la tâche prioritaire est prédominante, donc effectuée avant les autres, et les autres tâches sont interrompues. Tâches séquentielles: les sous-tâches qui la composent sont strictement faites l une à la suite de l autre, ce qui signifie qu une sous- tâche ne peut commencer que lorsqu une autre soustâche est terminée. Par ex., un correcteur corrige l examen de l étudiant 1, puis de l étudiant 2, 3, 4,... n, ou bien la réponse 1, puis la 2, la 3, etc. Tâches parallèles : n sous-tâches évoluent en même temps, dû au fait que l opérateur, qui est seul, partage son temps entre celles-ci. La différence entre le mode séquentiel et le mode parallèle est que chaque sous-tâche évolue par petits bouts qui sont intercalés entre les petits bouts d une autre tâche. Tâches simultanées : 2 sous-tâches sont effectuées exactement en même temps. Par ex., conduire une voiture tout en faisant la conversation avec quelqu un. A toutes fins pratiques, il est impossible pour un opérateur de faire 2 tâches en même temps si celles-ci mobilisent des ressources semblables (c.-à-d. 2 tâches visuelles, 2 tâches auditives, 2 tâches avec réponses motrices des mains ou avec réponses verbales). 5/5 Jean-Marc Robert

Analyse et modélisation de tâches

Analyse et modélisation de tâches Analyse et modélisation de tâches 1. Introduction La conception de logiciel interactif (ou conception d'interface homme-machine [IHM], ou conception d'interface) est l'activité qui vise à définir le fonctionnement

Plus en détail

PLANIFICATION ET SUIVI D'UN PROJET

PLANIFICATION ET SUIVI D'UN PROJET Centre national de la recherche scientifique Direction des systèmes d'information REFERENTIEL QUALITE Guide méthodologique PLANIFICATION ET SUIVI D'UN PROJET Référence : CNRS/DSI/conduite-projet/developpement/gestion-projet/guide-planfi-suivi-projet

Plus en détail

L'audit des systèmes d'informations - Une méthode formalisée, la technique des Flow-Charts.

L'audit des systèmes d'informations - Une méthode formalisée, la technique des Flow-Charts. L'audit des systèmes d'informations - Une méthode formalisée, la technique des Flow-Charts. L'objectif de l'auditeur est de comprendre les méthodes et les systèmes employés au sein de l'organisation, ainsi

Plus en détail

Petit lexique de l'ergonomie des interfaces

Petit lexique de l'ergonomie des interfaces Petit lexique de l'ergonomie des interfaces Cet article a pour objectif de dessiner ce qu'est l'ergonomie des interfaces à travers les termes clés employés dans ce domaine. Il s'agit à la fois de donner

Plus en détail

Algorithme Algorigramme

Algorithme Algorigramme CONVENTIONS D ECRITURE : Définition : Un algorithme est une série d actes ou d opérations élémentaires qu il faut exécuter en séquence pour accomplir une tâche quelconque, en suivant un enchaînement strict.

Plus en détail

Algorithme Algorigramme page 1/10 Algorithmique Algorigramme

Algorithme Algorigramme page 1/10 Algorithmique Algorigramme Algorithme Algorigramme page 1/10 Algorithmique Algorigramme Centre d'interêt : Analyser les constituants d'un système réel d'un point de vue structurel et comportemental Objectifs A la fin de la séquence,

Plus en détail

ADMINISTRATION GENERALE DES DOUANES

ADMINISTRATION GENERALE DES DOUANES MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ADMINISTRATION GENERALE DES DOUANES Candidature au 62 eme Programme de Bourses de l OMD (du 27 Janvier au 07 Mars 2014) Thème Choisi : «Développement organisationnel

Plus en détail

LA GESTION DES INTERVENTIONS

LA GESTION DES INTERVENTIONS I INTRODUCTION : Une intervention est effectuée à la suite d un évènement prévu ou non. Les conséquences sur la production, la maintenance, l organisation, la sécurité, etc, seront donc différentes. II

Plus en détail

MS PROJECT 2000. Prise en main. Date: Mars 2003. Anère MSI. 12, rue Chabanais 75 002 PARIS E mail : jcrussier@anere.com Site : www.anere.

MS PROJECT 2000. Prise en main. Date: Mars 2003. Anère MSI. 12, rue Chabanais 75 002 PARIS E mail : jcrussier@anere.com Site : www.anere. DOCUMENTATION MS PROJECT 2000 Prise en main Date: Mars 2003 Anère MSI 12, rue Chabanais 75 002 PARIS E mail : jcrussier@anere.com Site : www.anere.com Le présent document est la propriété exclusive d'anère

Plus en détail

Présentation de GnuCash

Présentation de GnuCash Par Jean-Marc St-Hilaire De JMS Informatique Enr. Jean-Marc St-Hilaire a une formation en programmation et en comptabilité (H.E.C.) Cette présentation est disponible à www.jmsinformatique.com/ateliers

Plus en détail

Gestion de projet - les chaînes critiques

Gestion de projet - les chaînes critiques Gestion de projet - les chaînes critiques GÉRARD CASANOVA - DENIS ABÉCASSIS Paternité - Pas d'utilisation Commerciale - Pas de Modification : http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/ Table

Plus en détail

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Source : "Comptable 2000 : Les textes de base du droit comptable", Les Éditions Raouf Yaïch. Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Le nouveau système comptable consacre d'importants

Plus en détail

Analyse de l activité

Analyse de l activité Plan et liens avec UE2-15 Fondamentaux des IHM (M2 UE2-6) Valérie Renault valerie.renault@lium.univ-lemans.fr Analyse préalable de l activité [UE2-6] (cours / TP) Spécifications cahier des charges et spécifications

Plus en détail

Le diagramme des relations met en évidence les multiples relations entre les différents éléments, causes et effets d'un système.

Le diagramme des relations met en évidence les multiples relations entre les différents éléments, causes et effets d'un système. Sept outils du management (Les) Introduction Diagramme des relations Diagramme des affinités Diagramme en arbre Diagramme matriciel Diagramme des décisions d'action (PDPC) Diagramme sagittal (CPM) Analyse

Plus en détail

5.1.1 La procédure pour la description d'une situation-problème

5.1.1 La procédure pour la description d'une situation-problème 5 LE CHOIX DES PARTIES DE COURS : UNE PROGRESSION DES APPRENTISSAGES Éléments du cinquième chapitre 5.1 La description de la situation-problème finale 5.1.1 La procédure pour la description d'une situation-problème

Plus en détail

Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET

Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET Glossaire La terminologie propre au projet, ainsi que les abréviations et sigles utilisés sont définis dans le Glossaire. Approbation Décision formelle, donnée

Plus en détail

Section 7 : Guide de l'analyste de données Présentation générale

Section 7 : Guide de l'analyste de données Présentation générale Présentation générale Introduction Cette section donne des lignes directrices générales pour l'équipe d'analyse des données, mais n'inclut pas les instructions précises pour l'analyse des données elle-même.

Plus en détail

Les moteurs de progrès

Les moteurs de progrès MANAGEMENT PILOTAGE Les moteurs de progrès Si le management par les processus connaît une certaine réussite, le pilotage et les processus qui lui sont liés restent précaires. Pourtant là aussi, appliquer

Plus en détail

Chapitre 10. Architectures des systèmes de gestion de bases de données

Chapitre 10. Architectures des systèmes de gestion de bases de données Chapitre 10 Architectures des systèmes de gestion de bases de données Introduction Les technologies des dernières années ont amené la notion d environnement distribué (dispersions des données). Pour reliér

Plus en détail

Logiciels Tableur et Bases de Données Applications Tableur Thème 1-01 : Environnement de travail EXCEL EPS - Bachelier - U.F.

Logiciels Tableur et Bases de Données Applications Tableur Thème 1-01 : Environnement de travail EXCEL EPS - Bachelier - U.F. Applications Tableur Thème 1-01 : Environnement de travail EXCEL EPS - Bachelier - U.F. :754603U32D1 info@clerbois-serge.be www.clerbois-serge.be 1. INTERFACE LOGICIELLE 1-1 1.1. EXEMPLES D'OBJETS SOUS

Plus en détail

ORDONNANCEMENT DE L'UNITE DE TRAITEMENT

ORDONNANCEMENT DE L'UNITE DE TRAITEMENT ORDONNANCEMENT DE L'UNITE DE TRAITEMENT 1. OBJECTIFS... 2 2. ASSIGNATIONS ET DIAGRAMMES DE GANTT... 2 3. ALGORITHMES SANS RÉQUISITION... 4 3.1. ORDONNANCEMENT DANS L'ORDRE D'ARRIVÉE (FIFO)... 4 3.2. PLUS

Plus en détail

Algorithmique et programmation. Cours d'algorithmique illustré par des exemples pour le picbasic

Algorithmique et programmation. Cours d'algorithmique illustré par des exemples pour le picbasic Algorithmique et programmation Cours d'algorithmique illustré par des exemples pour le picbasic Même s'il est possible d'écrire un programme petit à petit par touches successives, le résultat est souvent

Plus en détail

pedigree d'un cheval Zoe ; son père est Tonnerre et sa mère Belle ; mère de Belle est Rose et père de Belle est Eclair jean jean marc paul luc

pedigree d'un cheval Zoe ; son père est Tonnerre et sa mère Belle ; mère de Belle est Rose et père de Belle est Eclair jean jean marc paul luc Chap. 3 Les arbres binaires Un arbre est un ensemble de nœuds, organisés de façon hiérarchique, à partir d'un nœud distingué, appelé racine. La structure d'arbre est l'une des plus importantes et des plus

Plus en détail

Solutions de surveillance OMICRON

Solutions de surveillance OMICRON Solutions de surveillance OMICRON Surveillance des décharges partielles sur les équipements haute tension M/G Allongement de la durée de vie des équipements haute tension Pourquoi assurer une surveillance?

Plus en détail

Méthodes fonctionnelles : SADT

Méthodes fonctionnelles : SADT Méthodes fonctionnelles : SADT Bernard ESPINASSE Professeur à l'université d'aix-marseille Plan Introduction Principes de base Représentations graphiques Actigrammes & Datagrammes Conventions simplificatrices

Plus en détail

Expression des besoins

Expression des besoins Centre national de la recherche scientifique Direction des systèmes d'information REFERENTIEL QUALITE Guide méthodologique Expression des besoins Référence : CNRS/DSI/conduite-projet/developpement/technique/guide-expression-besoins

Plus en détail

Exemples d application

Exemples d application Exemples d application Pour que vous puissiez tester les méthodes décrites ci-dessous, commencez par copier sur votre disque dur les exemples de bruits contenus dans le dossier Soundsamples qui se trouve

Plus en détail

CONTROLES, ANALYSE ET AMELIORATION

CONTROLES, ANALYSE ET AMELIORATION Manuel de management de la qualité Chapitre 5 : CONTROLES, ANALYSE ET AMELIORATION Approuvé par Guy MAZUREK Le 1/10/2014 Visa Page 2 / 8 SOMMAIRE 1 CONTRÔLES DE CONFORMITE... 3 1.1 Contrôle effectués sur

Plus en détail

Etude réalisée. Présentation GCodeEdit. Conclusions

Etude réalisée. Présentation GCodeEdit. Conclusions Etude réalisée Echange et partage de l information Présentation GCodeEdit Architecture logicielle Conclusions Introduction Les développements gigantesques des technologies informatiques avec leurs effets

Plus en détail

Prise en Main de MS Project

Prise en Main de MS Project Prise en Main de MS Project Télécharger une version de démo valable 60 jours ici: http://www.zdnet.fr/telecharger/windows/fiche/0,39021313,39076442s,00.htm Microsoft Project vous aide à créer des prévisions

Plus en détail

Introduction à la programmation orientée objet

Introduction à la programmation orientée objet 1. De la programmation par Goto à la programmation structurée Introduction à la programmation orientée objet 1.1. Branchement par Goto * Un simple test sur les valeurs des données: * Plus l'application

Plus en détail

Page : 1 de 9 POLITIQUE DE SUPERVISION DE LA FORMATION DANS LES CENTRES DE FORMATION GÉNÉRALE DES ADULTES

Page : 1 de 9 POLITIQUE DE SUPERVISION DE LA FORMATION DANS LES CENTRES DE FORMATION GÉNÉRALE DES ADULTES POLITIQUE Code : Page : 1 de 9 Titre : POLITIQUE DE SUPERVISION DE LA FORMATION DANS LES CENTRES DE FORMATION GÉNÉRALE DES ADULTES Origine : Le Service de l'éducation des adultes et de la formation professionnelle

Plus en détail

EVALUER PAR COMPETENCES EN EGPA

EVALUER PAR COMPETENCES EN EGPA EVALUER PAR COMPETENCES EN EGPA 1. POUR EN FINIR AVEC LES NOTES? Les notes ne sont pas le meilleur indicateur de l atteinte d une compétence, pourtant on les utilise largement surtout dans le second degré.

Plus en détail

Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines

Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines Zoom sur le contexte des ressources humaines Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines Au travers de leur management stratégique, les entreprises voient les ressources humaines comme le moyen

Plus en détail

ISTA H.H www.developpez.c.la Diagramme d activité SOMMAIRE

ISTA H.H www.developpez.c.la Diagramme d activité SOMMAIRE SOMMAIRE I. Définition... 2 II. Intérêts des diagrammes d activité... 5 III. Quand employer le diagramme d activité?... 5 IV. Avantage et Inconvénient... 6 V. Les étapes de constructions... 7 VI. Comment

Plus en détail

Conception par les élèves d exercices d évaluation

Conception par les élèves d exercices d évaluation Conception par les élèves d exercices d évaluation Jean-Jacques Belen, professeur de Sciences de la Vie et de la Terre au lycée Jean Mermoz de Saint-Louis Discipline : SVT Niveau : Terminale scientifique

Plus en détail

Le diagramme e ve nements-re sultat

Le diagramme e ve nements-re sultat Le diagramme e ve nements-re sultat Présentation : les objectifs de la modélisation de processus Rappel : un processus organisationnel regroupe un ensemble d'activités coordonnées permettant de répondre

Plus en détail

Les méthodes de conduite de projets

Les méthodes de conduite de projets M1 Miage & Informatique - Conduite de projets - D. Leclet Page 1 Les méthodes de conduite de projets I - Introduction Les seules véritables causes d échec d un projet, résident dans l incapacité à communiquer

Plus en détail

Texte 13 La résolution de problèmes en techniques de génie électrique

Texte 13 La résolution de problèmes en techniques de génie électrique Texte 13 Deux personnes décrivent la résolution de problèmes comme stratégie pédagogique. Lise Poirier Proulx, adjointe à la direction de PERFORMA à l Université de Sherbrooke en 1997, décrit cette stratégie

Plus en détail

TP Maîtrise Statistique des Procédés

TP Maîtrise Statistique des Procédés TP Maîtrise Statistique des Procédés Vous allez utiliser un programme informatique «SIMDI Tour» qui simule (sommairement) le fonctionnement d un tour à commande numérique. Pendant ce TP, qui se déroule

Plus en détail

INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TELECOMMUNICATIONS

INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TELECOMMUNICATIONS INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TELECOMMUNICATIONS CONSULTATION DU MARCHE A LA DEMANDE DU CONSEIL DE L IBPT DU 28 JANVIER 2009 CONCERNANT LES OPTIONS POLITIQUES POSSIBLES AU NIVEAU DE L'EVOLUTION

Plus en détail

Norme d'audit suisse: Audit réalisé dans l environnement de la technologie de l information et de la communication (NAS 401)

Norme d'audit suisse: Audit réalisé dans l environnement de la technologie de l information et de la communication (NAS 401) Norme d'audit suisse: Audit réalisé dans l environnement de la technologie de l information et de la communication (NAS 401) "Préface explicative" Chiffre Cette NAS donne des instructions sur un audit

Plus en détail

Introduction aux S.G.B.D.

Introduction aux S.G.B.D. NFE113 Administration et configuration des bases de données - 2010 Introduction aux S.G.B.D. Eric Boniface Sommaire L origine La gestion de fichiers Les S.G.B.D. : définition, principes et architecture

Plus en détail

Préservation de la qualité sonore. Benoît Courribet

Préservation de la qualité sonore. Benoît Courribet Préservation de la qualité sonore Benoît Courribet CICM, MSH Paris Nord, Université Paris 8, 2009 Table des matières Introduction:...3 1.Opérations de traitement du signal...5 1.1.Conversion de formats

Plus en détail

Normes Mauritaniennes de l Action contre les Mines (NMAM) Inclus les amendements Janvier 2014

Normes Mauritaniennes de l Action contre les Mines (NMAM) Inclus les amendements Janvier 2014 NMAM 11.10 Normes Mauritaniennes de l Action contre les Mines (NMAM) Inclus les amendements Gestion de l information et rédaction de rapports en Mauritanie Coordinateur Programme National de Déminage Humanitaire

Plus en détail

FORMATION «PLANNER» Le 10 Avril 2015

FORMATION «PLANNER» Le 10 Avril 2015 FORMATION «PLANNER» Le 10 Avril 2015 DROITS D'AUTEURS Licence Ce document est sous licence GNU Free documentation 1.3, hormis les dessins, ceci n'étant pas la production de Nâga. L'objet de cette Licence

Plus en détail

FAITES CONFIANCE AU NUMÉRO 1

FAITES CONFIANCE AU NUMÉRO 1 FAITES CONFIANCE AU NUMÉRO 1 PROFIL DE L'ENTREPRISE CaseWare International Inc. 145 rue King Est, 2e étage Toronto, Ontario, Canada M5C 2Y8 Téléphone: 416-867-9504 Télécopieur: 416-867-1906 Courriel: info@caseware.com

Plus en détail

Chapitre 9 Solutions des exercices de révision

Chapitre 9 Solutions des exercices de révision Chapitre 9 Solutions des exercices de révision Section 9.3 Équivalent-certain et critères de décision non probabilistes 1. Les critères non probabilistes (a) Le tableau ci-dessous donne les équivalents-certains

Plus en détail

METH05 PLANIFICATION. 70682814@fr.ibm.com Page 1 du 23-12-02

METH05 PLANIFICATION. 70682814@fr.ibm.com Page 1 du 23-12-02 PLANIFICATION 70682814@fr.ibm.com Page 1 du 23-12-02 Planifier Définir et programmer les actions à accomplir Prévoir les moyens nécessaires Contrôler le bon déroulement des actions programmées Réagir aux

Plus en détail

Bulletin officiel spécial n 9 du 15 octobre 2009. Annexe II c Définition des épreuves

Bulletin officiel spécial n 9 du 15 octobre 2009. Annexe II c Définition des épreuves Annexe II c Définition des épreuves Épreuve EP.1 : Épreuve d étude d un projet de construction Unité UP 1 Coefficient : 4 1 - Contenu de l épreuve Cette épreuve recouvre tout ou partie des compétences

Plus en détail

SOMMAIRE. I. Introduction 02. II. Glossaire 03 a. Glossaire technique 03 b. Glossaire fonctionnel 04

SOMMAIRE. I. Introduction 02. II. Glossaire 03 a. Glossaire technique 03 b. Glossaire fonctionnel 04 SOMMAIRE I. Introduction 02 II. Glossaire 03 a. Glossaire technique 03 b. Glossaire fonctionnel 04 III. Présentation de l'association 05 a. Présentation juridique et géographique 05 b. Présentation de

Plus en détail

Analyse et conception des Systèmes d Information. La démarche Merise : La Production Logicielle

Analyse et conception des Systèmes d Information. La démarche Merise : La Production Logicielle Analyse et conception des Systèmes d Information La démarche Merise : La Production Logicielle La production du logiciel Place, objectifs et principes directeurs Christophe.Nicolle@u-bourgogne.fr Introduction

Plus en détail

O RMATION. Ingénierie Système Management de Projet Évaluation de la Maturité

O RMATION. Ingénierie Système Management de Projet Évaluation de la Maturité PLANS F de O RMATION Ingénierie Système Management de Projet Évaluation de la Maturité O R G A N I S A T I O N ACTEURS CONCERNÉS Les concepteurs de systèmes doivent détecter, analyser les besoins des utilisateurs,

Plus en détail

MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN INTÉGRATION DE PLUS D UNE APPLICATION DE LA MICRO-INFORMATIQUE INF-5066-2

MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN INTÉGRATION DE PLUS D UNE APPLICATION DE LA MICRO-INFORMATIQUE INF-5066-2 MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN INTÉGRATION DE PLUS D UNE APPLICATION DE LA MICRO-INFORMATIQUE INF-5066-2 Quebec MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN INTÉGRATION DE PLUS

Plus en détail

Fiche pratique. Les outils systèmes. Maintenance, défragmenter, planifier, sauvegarder

Fiche pratique. Les outils systèmes. Maintenance, défragmenter, planifier, sauvegarder 1 Fiche pratique Les outils systèmes Maintenance, défragmenter, planifier, sauvegarder Les outils système Proposés dans Windows Vista vous permettent de défragmenter, nettoyer, sauvegarder, restaurer...

Plus en détail

Les remarques environnementales vous donnent des conseils en matière de comportement écoresponsable.

Les remarques environnementales vous donnent des conseils en matière de comportement écoresponsable. Téléchargement d'une nouvelle version de logiciel sur le module de gestion moteur 912 is (ECU) pour le moteur ROTAX type 912 i (série) Système ATA : 76-00-00, gestion moteur. OBLIGATOIRE Symboles employés

Plus en détail

R E S U P. RÉSEAU d ÉTUDE SUR l ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR. Texte de la communication de : Gabriela NAVARRO 1

R E S U P. RÉSEAU d ÉTUDE SUR l ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR. Texte de la communication de : Gabriela NAVARRO 1 R E S U P RÉSEAU d ÉTUDE SUR l ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR Journée «JEUNES CHERCHEURS» : IREDU - Dijon, le 19 Septembre 2003 Texte de la communication de : Gabriela NAVARRO 1 Les pratiques d'évaluation dans

Plus en détail

Conception d'un système de gestion de logs -

Conception d'un système de gestion de logs - Conception d'un système de gestion de logs - Dossier d'initialisation Version : 0.2-22/05/2008 Rédiger par : Gassmann Sébastien Lu et revu par : Petit Jean-Marc (23/05/2008) Table des matières 1 Contexte

Plus en détail

Note d orientation : Gestion des risques d'entreprise (GRE)

Note d orientation : Gestion des risques d'entreprise (GRE) 4711 Yonge Street Suite 700 Toronto ON M2N 6K8 Telephone: 416-325-9444 Toll Free 1-800-268-6653 Fax: 416-325-9722 4711, rue Yonge Bureau 700 Toronto (Ontario) M2N 6K8 Téléphone : 416 325-9444 Sans frais

Plus en détail

7. La gestion des risques : en pratique

7. La gestion des risques : en pratique 7. La gestion des risques : en pratique L'identification des risques L'identification des risques est un processus permettant de trouver, lister, et caractériser les éléments du risque. L'identification

Plus en détail

Processus Gestion de Projet

Processus Gestion de Projet Processus Gestion de Projet 1 / 11 Contenu 1 Introduction... 3 2 Le cycle de vie du projet... 4 2.1 Présentation... 4 2.2 Cycle de vie d un projet... 5 2.3 Les livrables... 5 3 Les étapes du management

Plus en détail

montage et gestion de projets d'aménagement - mgpa

montage et gestion de projets d'aménagement - mgpa montage et gestion de projets d'aménagement - mgpa Les étudiants de la maîtrise en aménagement (option mgpa) peuvent choisir entre s'inscrire (i) à un travail dirigé ou (ii) à un stage. Ce document introduit

Plus en détail

AMDEC Analyse des Modes de Défaillance de leurs Effets et de leur Criticité A.1

AMDEC Analyse des Modes de Défaillance de leurs Effets et de leur Criticité A.1 AMDEC Analyse des Modes de Défaillance de leurs Effets et de leur Criticité A.1 AMDEC dans l'industrie de l'utilisation de cette méthode dans le secteur industriel AMDEC pour : l'analyse prévisionnelle

Plus en détail

Guide de configuration de SQL Server pour BusinessObjects Planning

Guide de configuration de SQL Server pour BusinessObjects Planning Guide de configuration de SQL Server pour BusinessObjects Planning BusinessObjects Planning XI Release 2 Copyright 2007 Business Objects. Tous droits réservés. Business Objects est propriétaire des brevets

Plus en détail

Annexe : La Programmation Informatique

Annexe : La Programmation Informatique GLOSSAIRE Table des matières La Programmation...2 Les langages de programmation...2 Java...2 La programmation orientée objet...2 Classe et Objet...3 API et Bibliothèque Logicielle...3 Environnement de

Plus en détail

E x c e l. P o l C R O V A T T O

E x c e l. P o l C R O V A T T O E x c e l P o l C R O V A T T O 2 / 25 Table des matières PRÉAMBULE.... 4 L'ANALYSE.... 4 LA RÉALISATION.... 6 POUR RÉSUMER.... 6 LABORATOIRE 01... 7 CRÉATION D'UNE FEUILLE DE CALCUL... 7 SAUVETAGE...

Plus en détail

Algorithmique et programmation : introduction

Algorithmique et programmation : introduction PAD INPT ALGORITHMIQUE ET PROGRAMMATION 1 Cours, Semaine 0 avril mai 2013 Algorithmique et programmation : introduction Résumé Ce document décrit le module «Algorithmique et Programmation 1». Il introduit

Plus en détail

COMMUNICATEUR BLISS COMMANDE PAR UN SENSEUR DE POSITION DE L'OEIL

COMMUNICATEUR BLISS COMMANDE PAR UN SENSEUR DE POSITION DE L'OEIL COMMUNICATEUR BLISS COMMANDE PAR UN SENSEUR DE POSITION DE L'OEIL J. TICHON(1) (2), J.-M. TOULOTTE(1), G. TREHOU (1), H. DE ROP (2) 1. INTRODUCTION Notre objectif est de réaliser des systèmes de communication

Plus en détail

Règles de conception d'un modèle de traitement de texte

Règles de conception d'un modèle de traitement de texte 15 décembre 2006 Règles de conception d'un modèle de traitement de texte La plupart des règles qui sont proposées dans cette note s'appliquent à tous les modèles de production de documents, indépendamment

Plus en détail

L audit Informatique et la Qualité

L audit Informatique et la Qualité L audit Informatique et la Qualité Bennani Samir Ecole Mohammadia d Ingénieurs sbennani@emi.ac.ma emi.ac.ma Qu'est-ce que l'audit informatique? Pour Directeur général : voir plus clair dans l'activité

Plus en détail

Maps Tableau de bord avec MindManager et Power Markers

Maps Tableau de bord avec MindManager et Power Markers Maps Tableau de bord avec MindManager et Power Markers Nick Duffill, Harport Consulting traduction Martine Jésus Qu est-ce exactement qu une map tableau de bord? Qu est-ce qu une map tableau de bord? N

Plus en détail

1. A partir de quand les certifications peuvent-elles être effectuées selon les nouvelles normes?

1. A partir de quand les certifications peuvent-elles être effectuées selon les nouvelles normes? TÜV NORD CERT Foire Aux Questions Révision de l'iso 9001: 2015 et ISO 14001: 2015 TÜV NORD France S.A.S 26, avenue des Fleurs F-59110 LA MADELEINE Tél. : +33 3 20 76 62 75 Fax: +33 3 20 76 62 75 france@tuv-nord.com

Plus en détail

Évolution 2008 de l'iso 9001

Évolution 2008 de l'iso 9001 Évolution 2008 de l'iso 9001 accueil offre de services me contacter dossiers téléchargements liens plan du site La Norme ISO 9001 évolue C'est une étape normale, qui aurait même pu intervenir avant (la

Plus en détail

Choix des instruments de mesure

Choix des instruments de mesure Amélioration des processus grâce à une gestion des techniques de mesure L'évaluation des valeurs d un processus est plus qu uniquement l'intégration du capteur et la lecture des indications. Afin de faire

Plus en détail

La réalisation des tâches de planification stratégique

La réalisation des tâches de planification stratégique Identifier les principaux composants de la réussite Pour obtenir les résultats escomptés, un projet doit bénéficier d'objectifs clairement définis et approuvés, d'une équipe motivée, ainsi que d'un plan

Plus en détail

GESTION. III Une entité structurable. II / a Les grands types de structure traditionnelle

GESTION. III Une entité structurable. II / a Les grands types de structure traditionnelle LEA 1 re année, LA0002Y. Université Toulouse II-Le Mirail. Mme Garrouste, le 2007-10-29. Document réalisé par Choplair. Diffusé selon les termes de la GNU Free Documentation License. GESTION COURS 4 OURS

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES ARMEES. Edition Chronologique n 38 du 30 août 2013. PARTIE PERMANENTE Armée de terre. Texte n 11

BULLETIN OFFICIEL DES ARMEES. Edition Chronologique n 38 du 30 août 2013. PARTIE PERMANENTE Armée de terre. Texte n 11 BULLETIN OFFICIEL DES ARMEES Edition Chronologique n 38 du 30 août 2013 PARTIE PERMANENTE Armée de terre Texte n 11 INSTRUCTION N 15935/DEF/SIMMT/SDTL/BIS relative à la circulation de l'information technique

Plus en détail

Université Laval Faculté des sciences et de génie Département d'informatique et de génie logiciel IFT-3101. Travail pratique #2

Université Laval Faculté des sciences et de génie Département d'informatique et de génie logiciel IFT-3101. Travail pratique #2 Université Laval Faculté des sciences et de génie Département d'informatique et de génie logiciel IFT-3101 Danny Dubé Hiver 2014 Version : 11 avril Questions Travail pratique #2 Traduction orientée-syntaxe

Plus en détail

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition nº 2 Dépréciation des actifs

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition nº 2 Dépréciation des actifs Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition nº 2 Dépréciation des actifs Les normes IFRS et les PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur des concepts; de ce point de vue, bon nombre

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. But. Généralités

GUIDE PRATIQUE. But. Généralités GUIDE PRATIQUE destiné aux sociétés d'audit se chargeant de l'audit de banques et de négociants en valeurs mobilières et concernant le traitement des formulaires relatifs à l'analyse des risques, la présentation

Plus en détail

2. Activités et Modèles de développement en Génie Logiciel

2. Activités et Modèles de développement en Génie Logiciel 2. Activités et Modèles de développement en Génie Logiciel Bernard ESPINASSE Professeur à l'université d'aix-marseille Plan Les Activités du GL Analyse des besoins Spécification globale Conceptions architecturale

Plus en détail

Rappel de cours. Contenu d'un diagramme de comportement

Rappel de cours. Contenu d'un diagramme de comportement Université Lumière Lyon 2, Faculté de Sciences Économiques et de Gestion Master 2 Année 2005-2006 UML TD n 6 : Diagramme Etats-Transitions kaouiche@eric.univ-lyon2.fr Rappel de cours Contenu d'un diagramme

Plus en détail

Programmabilité du réseau avec l'infrastructure axée sur les applications (ACI) de Cisco

Programmabilité du réseau avec l'infrastructure axée sur les applications (ACI) de Cisco Livre blanc Programmabilité du réseau avec l'infrastructure axée sur les applications (ACI) de Cisco Présentation Ce document examine la prise en charge de la programmabilité sur l'infrastructure axée

Plus en détail

Conseils pour rédiger. un article scientifique

Conseils pour rédiger. un article scientifique Conseils pour rédiger un article scientifique L'écrit permet de faire passer un message, à condition de respecter certaines règles de base lors de la rédaction de rapports ou de publications : - être concis,

Plus en détail

Prise de contrôle à distance de PC

Prise de contrôle à distance de PC Prise de contrôle à distance de PC VNC = Virtual Network Computing Il sagit de prendre très facilement le contrôle d'un PC à distance en utilisant un programme performant. Par exemple, si vous souhaitez

Plus en détail

BOOK REFERENCES ERGONOMIQUES Gfi Informatique

BOOK REFERENCES ERGONOMIQUES Gfi Informatique 2014 BOOK REFERENCES ERGONOMIQUES Gfi Informatique SECTEUR INDUSTRIE-SERVICE CHORUS 2 : Refonte du référentiel des process Groupe Refondre le réferentiel des process Groupe grâce à la réalisation d un

Plus en détail

Écoles européennes. Bureau du Secrétaire général. Secrétariat général. Réf. : 2009-D-422-fr-5 Original : FR

Écoles européennes. Bureau du Secrétaire général. Secrétariat général. Réf. : 2009-D-422-fr-5 Original : FR Écoles européennes Bureau du Secrétaire général Secrétariat général Réf. : 2009-D-422-fr-5 Original : FR Règlement d'application concernant la nomination et l évaluation des Directeurs et des Directeurs-Adjoints

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE

INTRODUCTION GENERALE INTRODUCTION GENERALE Chaque année, les entreprises ont de nombreux challenges à relever; adaptation à des contraintes légales nationales, européennes ou internationales, lancement de nouveaux services

Plus en détail

Génie Logiciel M2CCI

Génie Logiciel M2CCI Génie Logiciel M2CCI Joelle Coutaz Creative Commons Plan 1) Introduction 2) Analyse des besoins Modèle de tâche = expression des besoins fonctionnels centrés sur l utilisateur cible 3) Modèle du domaine

Plus en détail

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes Les 3 objectifs sont poursuivis aussi bien à l'école maternelle, qu'à l école primaire MATERNELLE * Favoriser la construction des actions motrices

Plus en détail

Conduire un projet de numérisation : principes et règles

Conduire un projet de numérisation : principes et règles Conduire un projet de numérisation : principes et règles 9 juin 2010 Catherine Mocellin BMVR d Orléans cmocellin@ville-orleans.fr Instruction préalable Numériser pour mettre en ligne Deux instructions

Plus en détail

Fonctionnement du serveur Z39.50

Fonctionnement du serveur Z39.50 Fonctionnement du serveur Z39.50 Table des matières 1 Configuration du serveur...2 1.1 Comportement du serveur...2 1.2 Configuration de la traduction z39.50 -> base de données...2 1.3 Configuration du

Plus en détail

Ne jurer que par Excel et le couvrir de jurons : 5 stratégies d'amélioration de vos analyses

Ne jurer que par Excel et le couvrir de jurons : 5 stratégies d'amélioration de vos analyses Ne jurer que par Excel et le couvrir de jurons : 5 stratégies d'amélioration de vos analyses p2 Il ne fait aucun doute qu'excel est l'un des outils de choix pour l'analyse et les rapports. Les utilisateurs

Plus en détail

MANUEL DE L'USAGER 2002-09-01

MANUEL DE L'USAGER 2002-09-01 MANUEL DE L'USAGER 2002-09-01 Société G.R.I.C.S. (C) Copyright 2002 DESCRIPTION DU MANUEL Le manuel de l'usager contient les 6 sections suivantes : 1 GUIDE FONCTIONNEL Le GUIDE FONCTIONNEL décrit les

Plus en détail

Comprendre le concept d objet : l analogie

Comprendre le concept d objet : l analogie Visual Basic est un langage de programmation orienté objet. En tant que tel, il repose sur des concepts communs à tous les langages de programmation orientés objet. Avant de vous lancer dans la programmation

Plus en détail

À l ère d une GRH en transition 3 e édition

À l ère d une GRH en transition 3 e édition DelasupervisionàlagestiondesRESSOURCESHUMAINES Àl èred unegrhentransition 3 e édition Chapitre4 L analysedespostesetlaplanificationdesressources humaines 1. Parmi les méthodes suivantes, laquelle ne fait

Plus en détail

ERP5. Gestion des Services Techniques des Collectivités Locales

ERP5. Gestion des Services Techniques des Collectivités Locales Gestion des Services Techniques des Collectivités Locales Cte 1 2 P 3 s tio T 4 m ilg h trc c n p.o 5 re u fe ro a le tio c M S tw u aa c e O 2 Relation Citoyen Interventions Patrimoine Core Ressources

Plus en détail

RETRO-INGENIERIE DES BASES DE DONNEES

RETRO-INGENIERIE DES BASES DE DONNEES RETRO-INGENIERIE DES BASES DE DONNEES Les contenus de ce document sont la propriété exclusive de la société REVER. Ils ne sont transmis qu à titre d information et ne peuvent en aucun cas être considérés

Plus en détail

Positionnement de UP

Positionnement de UP UNIFIED PROCESS Positionnement de UP Unified Process Langage Méthode Outil logiciel UML UP RUP 6 BONNES PRATIQUES développement itératif gestion des exigences architecture basée sur des composants modélisation

Plus en détail