Les services Web rajeunissent le mainframe

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les services Web rajeunissent le mainframe"

Transcription

1 Analyse Les services Web gagnent du terrain P16 Pratique Icare s ouvre sans se brûler les ailes P18 Prospective Se lancer dans l architecture orientée services P22 Offre Au-delà de l intégration, une exigence de fiabilité P26 Les services Web rajeunissent le mainframe Ce n est pas la révolution annoncée voici quelques années. Mais pas plus le flop redouté voici quelques mois. Les services Web, notamment par leur capacité à se connecter sans tout chambouler au patrimoine informatique de l entreprise, gagnent peu à peu les faveurs des architectes des systèmes d information. En particulier quand il s agit de donner un coup de jeune aux applications historiques, sur grands systèmes. N novembre 2004 LE MONDE INFORMATIQUE 15

2 Prospective SOA, nouvelle architecture pour nouvelle organisation Les principes de l architecture orientée services font l unanimité. Leur mise en œuvre requiert cependant une réflexion préalable sur l organisation de l entreprise, trouvant un compromis entre productivité et flexibilité. Avec tous les acteurs qui cherchent à imposer la SOA, est-il encore besoin de la définir? En fait, c est davantage des moyens de parvenir à cette architecture orientée services qu il faut discuter. Personne ne remet vraiment en cause le bien-fondé de la démarche SOA (Services Oriented Architecture). C est même, après les outils de représentation de l architecture, le deuxième sujet d intérêt des architectes logiciels, souligne Henry Peyret, directeur de recherches chez Forrester. Et pour cause : lorsque l informatique sera composée d unités fonctionnelles autonomes, qu il sera possible d agencer et de réagencer à loisir, alors une DSI sera capable d autoriser en un temps record les modifications souhaitées par une direction opérationnelle. Une société d assurances doit offrir un nouveau produit à souscrire en ligne à un segment de marché ignoré jusque-là? Il suffit de développer un nouveau composant du portail pour le courtier, le reste sera réutilisé : modules de calcul, analyse de données, facturation, authentification Des éditeurs comme SAP ou Webmethods commencent de leur côté à parler de frameworks d applications composites (CAFen anglais), des middlewares facilitant la réutili- Les services Web raniment une idée pas vraiment neuve erpent de mer décati, la SOA a retrouvé une nouvelle jeunesse S avec la généralisation de et des services Web. L idée n est pas neuve. Les normes d interopérabilité Corba, dans le monde Unix, ou DCOM, dans le monde Microsoft, ont essayé en leur temps de favoriser une telle architecture orientée services. Leur utilisation est restée confidentielle à cause de la complexité de leur mise en œuvre, témoigne Philippe Bessis, responsable marketing Webmethods Europe du Sud. On pourrait même faire remonter cette volonté aux applications mainframe, plus faciles à considérer comme des services (l éditeur d outils d intégration mainframe Attachmate enfonce même le clou en parlant de SOH, sation d applications et de données pour créer de nouveaux services applicatifs, répondant à de nouveaux besoins, voire à de nouveaux métiers. Le tout en agençant graphiquement des processus métier au sein d un outil de BPM (Business Process Management). Partir de l infrastructure Il y a traditionnellement deux façons d aborder ce type de problématique : en partant de l infrastructure technique (bottom-up), ou au contraire d une vue métier (top-down). Dans le premier cas, Olivier Dennery, architecte au sein de la branche Business Consulting Services d IBM, préconise une adoption en quatre étapes : 1) créer des services depuis des fonctions existantes ; 2) commencer à intégrer des services interapplicatifs ; 3) généraliser l utilisation de services grâce à un bus applicatif ; 4) déployer des nouveaux processus métier dynamiquement reconfigurables. Pour Maxence Varangot, de la SSII Devoteam Solutions, il faut surtout savoir profiter des opportunités qui se présentent. Par exemple, lorsqu une entreprise veut fournir un service en marque blanche à un partenaire, ou mettre en place une diffusion de contenu sur Suite page 24 Service-Oriented Host) que des applications client-serveur. Intégrateurs et éditeurs considèrent, à l instar de Philippe Bessis, qu avec les services Web nous avons la technologie et les standards qui permettent d aller vers les architectures orientées services. Langage normalisé, adapté aux protocoles du Web, s est imposé comme moyen standard d échanger des données. Il n est pas un progiciel qui ne sache aujourd hui publier ses données en, ou une base de données qui ne sache les stocker. Les services Web, ensuite, faisant abstraction des plates-formes techniques, permettent d échanger ces informations entre tout type de système. De quoi concilier SOA et existant. O. R. Source : Client Serveur Web Messagerie L architecture orientée services Application spécifique X MISE EN ŒUVRE Workflow Processus métier P&T Luxembourg, (également appelée EPT pour Entreprise des postes et télécommunications) Privilégier l approche métier L erreur est humaine. Mais, quand on peut l éviter, c est mieux. C est avec cette idée en tête que P&T Luxembourg (également appelée EPT pour Entreprise des postes et télécommunications) a entrepris la refonte de son système de gestion de la clientèle, avec comme objectif d ouvrir l accès à cette base de données. Le moteur du projet? Des informations souvent erronées dans le système de backoffice, en raison d une mise à jour manuelle, et la volonté d interagir avec les clients. EPT a choisi de mettre en place une architecture orientée services, grâce à laquelle ces erreurs ont été éliminées et de nouveaux services proposés aux clients. Nous sommes partis du constat que l on avait besoin d une SOA, explique Marco Van Maris, responsable du projet chez EPT. Notre choix s est porté sur Transidiom de Seagull Software. Pour supporter Middleware asynchrone Connecteur Base commerciale Progiciel intégré Dans ce modèle d architecture orientée services, c est le système de gestion du workflow métier qui pilote le système d information et pioche dans les services mis à sa disposition par les applications. notre architecture, nous avons également utilisé un serveur applicatif sous WebSphere équipé de MQSeries [messagerie d IBM]. Les processus de back-office supportés par l application historique, comme les opérations de solde du compte ou de création d un ordre de service, se muent en services que peuvent appeler des interfaces. Contrairement à la plupart des projets SOA, Marco Van Maris a misé sur une démarche top-down, c est-à-dire partant d une vue métier. S. C. LA SOLUTION ADOPTÉE Mise en place d une architecture J2EE.La solution comprend un navigateur Internet sur le poste client et un serveur applicatif sous WebSphere équipé de MQSeries (messagerie d IBM).Le PGI hérité a été conservé.pour faire le lien entre ce PGI et WebSphere, EPT a choisi Transidiom de Seagull Software, qui permet de reprendre, telles quelles, les transactions du PGI et de les interfacer avec WebSphere et MQSeries. 22 LE MONDE INFORMATIQUE N novembre 2004

3 multiples canaux, ou encore mettre en place un système d authentification centralisé. Dans tous les cas, le service doit être pensé de façon à pouvoir être consommé par plusieurs applications. Ce qui implique de développer une culture d entreprise. La SOA ne se justifie que pour le métier De fait, les expérimentations actuelles correspondent surtout à du bottom-up, relève Henry Peyret. Pourtant Axway, branche EAI de Sopra, revendique des clients abordant la SOA par le haut, avec du BPM. Faire de la SOA pour la technique, cela n a aucune chance d aboutir, lance Christophe Fabre, qui dirige l édition logicielle. Cela ne se justifie que pour le métier. Il s agit de donner de l agilité aux processus. Et là, ça ne se discute pas. Le principal problème, finalement, n est pas technique mais fonctionnel: le BPM n est pas adapté à toutes les applications. Il faut investir sur des projets pour lesquels l agilité est critique, continue Christophe Fabre. Donc pas sur la comptabilité, qui ne bouge pas, mais plutôt sur une application de gestion de lignes ADSL, qui évolue constamment. L idée est d éviter de retomber dans le travers des projets pharaoniques d urbanisation, en ciblant des périmètres précis. Tout en conseillant également une approche top-down, Henry Peyret évoque un autre problème, organisationnel cette fois. Pour Forrester, il faut repenser l entreprise avant de penser SOA. Les grandes entreprises ont abandonné le modèle fordiste, en silos, où l informatique correspond à des entités par métier, car cela ne permet pas de prendre en compte la personnalisation par client. Elles ont mis en place un modèle matriciel, avec des services adaptés à chaque type de client et des services orientés productivité. Même si on peut mettre en place du BPM avec ce modèle, à condition de bien identifier les besoins, on arrive au bout de cette logique. Elle ne s applique plus aux multinationales, avec plusieurs lignes de produits, plusieurs marchés, plusieurs types de clients Il faut inventer un nouveau type d organisation, trouvant le bon compromis entre productivité et flexibilité. Il faudra alors contractualiser le lien entre les unités de production et les fournisseurs de services partagés. C est la prise de conscience de la nécessité de ce nouveau modèle d organisation qui va aider à tirer la SOA au niveau métier. OLIVIER RAFAL INTERVIEW JEAN-MARIE CHAUVET, directeur associé LC Capital, Dassault Développement (*) Des principes pour guider les architectes Que signifie pour vous SOA? Jean-Marie Chauvet La Services Oriented Architecture est une spécification mise au point par un groupe de travail du W3C. Il s agit à ce stade d un principe de construction de la communication entre applications. Deux des objectifs intéressants de l architecture SOA consistent à promouvoir la plus grande autonomie de services et à élever la découverte dynamique des services et de leur disponibilité en un principe architectural. Au-delà de l indépendance entre interface publique et implémentation privée, et de la portabilité entre systèmes d exploitation, supposées acquises par le recours à la pile TCP/IP-SOAP-WSDL, l idée de service autonome décrit une déconnexion complète entre le développement, la gestion, la sécurisation, le déploiement des services, d une part, et leur consommation, leur usage, d autre part. C est la forme la plus aboutie de la vision (mythique?) des composants logiciels. Qu en est-il de l association des services Web et de la SOA? J.-M. C. Les services Web peuvent être utilisés avec profit ils partagent les mêmes principes de conception que la SOA, mais ce n est pas une obligation. Construire une architecture SOA exclusivement Java s avère par exemple relativement aisé. A l inverse, la mise en œuvre des protocoles et des standards des services Web ne produit pas automatiquement une architecture orientée services : on peut faire du bon vieux clientserveur avec (c est même assez pratiqué avec -RPC, une forme néandertalienne de SOAP)! La SOA est-elle le Saint-Graal à atteindre absolument? J.-M. C. L architecture SOA est plutôt un ensemble de principes destinés à orienter et guider les architectes des systèmes d information. C est plus une méthode qu une solution d implémentation, et plus un vocabulaire et une grammaire pour décrire les services et leurs interactions qu un plan d action précisément défini. On peut utiliser ou non les concepts que la SOA formalise pour décrire un système d information. Employer la méthode permet de s entendre, entre parties concernées, sur le système décrit, même si les options d implémentation peuvent ensuite varier. Dans quelle mesure le discours services Web-SOA est-il compatible avec la réalité des entreprises? J.-M. C. Des sites Web comme Yahoo ou Google ont d emblée construit des systèmes d information (volontairement ou non) fondés sur la SOA : leur métier même est de livrer un service fonctionnel à travers le Web. Pour les autres, c est bien souvent le dilemme : satisfaire des clients, employés ou partenaires qui ont de plus en plus de mal à comprendre la lourdeur des interactions avec l entreprise alors qu il est si simple de naviguer sur le Web, tout en évitant de faire une croix sur un existant parfois très important. Comme par le passé, lors de ruptures technologiques importantes, il y aura cohabitation pendant une période indéterminée. SOA et services Web ne sont qu une nouvelle manière de parler des mêmes choses. Elle est peut-être plus pertinente pour répondre à un certain nombre de contraintes nouvelles auxquelles les entreprises et leurs systèmes d information doivent se plier, mais elle ne fait, au mieux, qu éclairer sous une autre lumière la fonctionnalité et les processus d entreprise déjà existants. PROPOS RECUEILLIS PAR OLIVIER RAFAL (*) Auteur de Services Web, avec Soap, WSDL, UDDI, eb, 2002, éditions Eyrolles. 24 LE MONDE INFORMATIQUE N novembre 2004

4 ICARE EN FAITS ET EN CHIFFRES Secteur : commerce B-to-B dans le secteur automobile. Activité : vente d extensions de garanties et de contrats d assurances à des concessionnaires ou constructeurs automobiles. Siège social : Boulogne-Billancourt (92). Chiffre d affaires : 56 millions d euros. Effectifs : 150 personnes environ. Effectif informatique : 10 personnes. Nombre de sites en France : 2 Nombre de sites informatiques en France : 1 PROBLÉMATIQUE : La société française Icare souhaitait offrir à l ensemble de ces partenaires une interface Web pour la saisie, la validation et l enregistrement de nouveaux contrats, qu ils soient français, espagnols, italiens ou belges (francophones et flamands). Le tout impliquant un dialogue avec l application historique cobol manipulant les données métier. LE PROJET Historique du projet Eté 2003 : premières réflexions, premiers développements. Janvier 2004 : première version opérationnelle en phase de tests. Février 2004 : mise en œuvre de la version opérationnelle. Avril 2004 : mise en œuvre de la version multilingue. Solution technique : Logiciels Synapta d Attachmate pour la récupération d écrans et la génération de javabeans. Développement de code en langage Java. Logiciels Open Source (Struts, Eclipse, MySQL, Linux). La partie Smart Connector hébergée sur un serveur mutualisé monoprocesseur sous Windows 2000 avec 2 Go de RAM. La partie WebApp (en Java), gérée par un serveur Linux avec Tomcat & Struts. L application historique cobol, hébergée par un serveur Unisys. Investissements n.c. Coût des licences des produits Attachmate, auquel il faut ajouter plus de 3 mois-hommes, hors tests. Pratique Icare : les services Web sans se brûler les ailes Le spécialiste de l entretien des véhicules a ouvert son système d information aux concessionnaires et revendeurs à travers une interface Web. Ce qui a exigé la mise en place d une solution de connexion aux applications historiques de l entreprise. 1 Photos Les locaux d Icare à Boulogne-Billancourt. Avant le projet de connexion à l application cobol, revendeurs et concessionnaires accédaient à la plateforme informatique au travers d une appliquette Java. Ouvrir son système d information et fournir une interface Web conviviale à l ensemble de ses partenaires : c est le pari d Icare, société française récemment rachetée par Europ Assistance et spécialiste de la vente de contrats d entretien et d extensions de garantie pour des véhicules automobiles, neufs ou d occasion. L activité fonctionne sur un principe simple : en cas de panne, un particulier ayant souscrit un contrat auprès d un revendeur ou d un concessionnaire montre sa carte d accréditation à son garagiste. Celui-ci contacte alors le centre d appels d Icare qui s engage ensuite à payer les réparations ou révisions sous 48heures. Le système d information hébergé par des serveurs Unisys gère ainsi plus de véhicules en France, en Espagne, en Italie et en Belgique, l Hexagone représentant plus de 90 % de ce total. En back-office, une application écrite en cobol permet de manipuler l historique des interventions et toutes les données clients. Initialement, le seul point d accès des revendeurs et concessionnaires était constitué d une appliquette Java fournie par Unisys permettant uniquement l émulation d un terminal en mode caractères de type T27. Ces partenaires pouvaient ainsi se connecter par le biais du Minitel pour saisir de nouveaux contrats. Mais les temps de chargement de l appliquette (plusieurs minutes en bas débit) et l absence de machine virtuelle Java sous Windows XP posaient de plus en plus de difficultés aux revendeurs et concessionnaires. Sans parler des complications créées par les stratégies de sécurité informatique mises en place chez les partenaires, certains pare-feu d entreprise bloquant le téléchargement de l application. Les responsables informatiques d Icare se fixent alors un objectif multiple : permettre à tous la saisie de produits Icare, offrir une interface plus intuitive aux utilisateurs et fournir en temps réel les informations liées à la création des contrats. La solution envisagée passe par le Web et prévoit l utilisation de pages HTML standard et conviviales. Mais pas question pour autant d envisager la migration de l applica- MÉTHODOLOGIE : TROIS CLÉS POUR BIEN DÉBUTER Acquérir un maximum de compétences sur le produit utilisé afin d en appréhender pleinement la complexité. Selon Christian Picard, chef du projet nouvelles technologies chez Icare, cette garantie permet d éviter de perdre du temps au démarrage du projet. S entourer de personnes 2 fonctionnelles maîtrisant les applications métier historiques et susceptibles d appréhender l enchaînement des écrans transactionnels et les besoins des partenaires. 3 Ne pas associer systématiquement un écran transactionnel à une nouvelle page Web. L enchaînement des écrans sur un mainframe est assez éloigné de ce qui se fait sur le Net, rappelle Christian Picard. tion cobol maison dont les premiers développements datent de l origine de la société. Pour combiner ces ingrédients, Icare recherche alors une solution non propriétaire avec un développement logiciel réalisable en interne. Un gain de temps de développement Christian Picard, chef du projet nouvelles technologies chez Icare : Notre besoin était finalement relativement simple, malgré la complexité technique due à la mise en place. Pour Christian Picard, chef du projet nouvelles technologies chez Icare, rapidement, les logiciels d Attachmate sont apparus comme la solution la plus adaptée à nos besoins. L adéquation du produit avec Java, langage que nous souhaitions utiliser, a été déterminante dans notre décision. L avantage majeur de ce choix : l intégration totalement transparente dans une application J2EE. Nous n avions ni souhait, ni compétences quant à un développement sous environnement Microsoft. Attachmate, société américaine implantée dans plus de trente pays, est l un des acteurs proposant des solutions d accès aux données métier de l entreprise, comme le font aussi iway, Microfocus, Iona, Sterling Commerce, Acucorp ou 2Gamma. Pour la DSI d Icare, les produits d Attachmate ne nécessitent pas de compétences Java, mais seulement des compétences métier Suite page LE MONDE INFORMATIQUE N novembre 2004

5 Marc Boullier, directeur technique de la SSII Vistali AVIS D EXPERT Tirer profit du capital logiciel a société Icare avait le L choix entre garder et faire évoluer une solution propriétaire ou une décision stratégique d ouverture. Elle a décidé d ouvrir ses fonctions au monde Java. Dans ce type de développement, l utilisation d un standard et de services Web est effectivement souvent la solution. La problématique de base est la suivante : comment tirer profit d un capital logiciel alors qu il existe de nouvelles méthodes de travail auxquelles il faut s adapter? Les applications mainframes travaillent dans un esprit terminal-client léger où plusieurs postes clients peuvent solliciter le mainframe en parallèle. Dès lors, ces applications sont plus facilement intégrables que celles des architectures clientserveur où le poste client lourd héberge localement beaucoup trop d informations pour rendre cette intégration aisée. Dans ce projet, il y a un couplage très fort entre le serveur Web et le serveur mainframe, et la solution retenue par Icare montre l importance du container qui représente un espace dans lequel va s exécuter un programme, et qui va gérer les sessions multiples et la montée en charge. Aujourd hui, la dynamique informatique passe avant tout par l utilisation de standards ouverts. Ce type de projet est un vecteur de réduction des coûts. Il n est plus si compliqué à mener, car les technologies mises à disposition sur le marché arrivent à maturité et sont accessibles. et une bonne maîtrise de l application cobol et des écrans qu elle génère. Dans un premier temps, le logiciel Designer Studio a pris en charge la manipulation des écrans austères de l application historique cobol puis la réalisation de la maquette. Un scénario a été conçu pour l occasion et les données à récupérer en provenance des différents écrans ont été rigoureusement sélectionnées. Des containers javabeans ont ensuite été générés automatiquement par le logiciel, puis récupérés par l équipe de développement Java et encapsulés dans le code de l application Web. Enfin, un runtime de l éditeur a pris en charge le dialogue du nouveau programme Java avec l application historique cobol qui, elle, n a pas été modifiée. Christian Picard précise : La génération de ces javabeans est fiable et permet de gagner en temps de développement. Pour l équipe de développeurs, ce travail n est pas plus difficile que d implanter une bibliothèque Java. Une réécriture en J2EE Lancé durant l été 2003, le projet visait la réalisation d une maquette pour le début de l automne de la même année. Mais le logiciel Designer, éprouvé sur les plates-formes IBM, a connu un démarrage plus poussif sur l architecture Unisys dont dispose Icare. Christian Picard explique: Nous avons travaillé avec le support d Attachmate pour stabiliser la version actuelle du produit et le projet a véritablement décollé début Sans évolution des objectifs au cours de la réalisation du projet. Notre besoin était finalement relativement simple, malgré la complexité technique due à la mise en place. La DSI d Icare a souhaité garder une architecture à n niveaux offrant, à la fois, des garanties de fonctionnalités et de sécurité avec un serveur frontal d applications, un middleware et un serveur métier hébergeant les données et l application cobol. Christian Picard poursuit: Après avoir testé, puis mis en œuvre la version opérationnelle, nous avons souhaité réaliser une application compatible avec les différents pays. Pour cela, nous avons revu l architecture Java afin d obtenir une seule application proposant une interface commune et servant cinq langues. Finalement, le produit a répondu à l objectif fixé et son utilisation a rapproché deux populations aux compétences différentes et complémentaires : l une plutôt applicative métier autour des écrans (pour la partie Attachmate) et l autre orientée Java pour la mise en œuvre. Aujourd hui, quelque 300 à 400 connexions concernant des nouvelles saisies de contrats sont enregistrées chaque jour. A plus long terme, Icare envisage la réécriture de l application cobol en J2EE. Seul bémol, la documentation fournie avec le produit mériterait d être beaucoup plus claire et surtout plus intrusive dans le fonctionnement du produit. Beaucoup de paramètres ne sont connus que des seules équipes techniques d Attachmate. GÉRARD CANESI 20 LE MONDE INFORMATIQUE N novembre 2004

6 Offre Des serviceswebbons à tout faire L usage des services Web, déjà très répandu chez les éditeurs de solutions d intégration, a besoin de solutions complémentaires pour réussir à s imposer dans les entreprises. Des lacunes se font notamment sentir dans la prise en charge de la sécurité et de la qualité de service. Source : pôle technologies / IDG France LES OUTILS DE SUPERVISION Actional (fusion SOA Command Gère les niveaux de services, déploie avec Westbridge) and Control et sécurise les services Web. Amberpoint Management Foundation, Gère les performances, la sécurité, les versions. Service Level Manager, Partenariat avec Systinet. Exception Manager Computer Web Services Plate-forme d analyse des performances. Associates Distributed Management Alertes, sécurisation, indicateurs métier. Compuware ApplicationVantage Solution globale (support des services Web) : analyse des performances, résolution de problèmes. HP Open View Management Gère performances, qualité de service, Integration Platform, contrôle d accès. Limitée pour l instant LCM4WS aux primo-adopteurs. Infravio Ensemble Annuaire, bus (routage, sécurité) et console de supervision. Contrats sur la qualité de service. Service Integrity SIFT Gère les performances. Alertes, analyse de la disponibilité et des niveaux de services.! Les tableaux de cette double page ne présentent qu'une partie de l'offre LES PARE-FEU Check Point Firewall-1 Pare-feu généraliste, capable d analyser les flux Soap/. Confluent Oblix COREsv Pare-feu, gestion de la sécurité à plusieurs niveaux. (acquis par Oblix) Gère également la qualité de service. DataPower XS40 Boîtier : pare-feu, cryptage, signatures, contrôle d accès. Security Gateway Bien noté aux tests de notre confrère Infoworld. Entrust Secure Transaction Authentification des utilisateurs, contrôle d accès, Platform cryptage et signatures. F5 TrafficShield Boîtier pare-feu capable de scanner les contenus pour prévenir les vols d information. Kavado ScanDo Scanne contenus et services Web pour détecter les vulnérabilités. Netegrity TransactionMinder Interception des flux pour contrôler l accès. (acquis par CA) Authentification centralisée. RSA BSAFE Secure-WS Contrôle d accès, cryptage et signature des messages Soap. Verisign Trust Service API Java pour intégrer cryptage et authentification Integration Kit de Verisign dans les services Web. Vordel VordelSecure, Passerelle contrôlant accès et contenus. VordelDirector Serveur centralisant les règles de sécurité. Westbridge XMS Message Suite comportant un pare-feu, un bus, (fusion avec Server des outils de supervision et d administration. Actional) Xtradyne WS-DBC Boîtier combinant pare-feu et contrôle d accès. Technologies Partenaires Logiciels intermédiaires Pare-feu Réutilisables, ouverts et (relativement) interopérables, les services Web apparaissent bien pratiques. Un constat qui vaut en premier lieu pour les éditeurs, à tel point que les services Web sont devenus incontournables dans toute solution confrontée à des problématiques d intégration. Aux vieilles applications mainframe, ils apportent une nouvelle jeunesse en leur permettant d échanger avec des systèmes plus récents, basés sur les environnements J2EE ou.net. Du côté de la gestion des processus métier (BPM), les services Web ont été adoptés en masse, tant par les éditeurs spécialistes que par les poids lourds de l intégration d application (EAI). Difficile en effet de contester les avantages qu ils procurent par rapport aux technologies propriétaires, lourdes à mettre en œuvre. Une entreprise qui a structuré son métier sous forme de services Web peut facilement réutiliser ceux-ci comme des briques pour mettre en œuvre de nouveaux processus, ou agencer différemment les processus existants. Des langages d orchestration comme le BPEL (Business Process Execution Langage), créé par BEA, Microsoft et IBM, permettent de coordonner plusieurs services Web pour exécuter un processus métier. Les bus d entreprises (ESB), nouvelle génération de middlewares d intégration, exploitent le concept de service jusqu au bout : dans un ESB, toute opération est vue comme un service. Les messages circulant sur ces bus sont construits sur, ce qui permet d inclure de nombreuses informations pour affiner le routage. Des intermédiaires pour contrôler la fiabilité Les services Web peuvent également être utilisés pour l intégration avec des systèmes partenaires, par exemple dans une entreprise souhaitant mettre à la disposition de clients ou de fournisseurs certains de ses processus et applications. La fiabilité et la sécurité sont alors primordiales. Des standards émergent actuellement pour prendre en compte ces aspects (notamment au sein du consortium Oasis) : encore jeunes, ils restent assez peu mis en œuvre. Plusieurs catégories de logiciels intermédiaires (WSI) sont donc apparues pour répondre à ces besoins. Ces solutions, placées entre le fournisseur du service Web et son client, collectent des informations ou fournissent des fonctionnalités supplémentaires. Parmi ces intermédiaires, on trouve des solutions destinées à la supervision des services Web, capables d analyser en permanence les performances des services déployés et d alerter en cas de défaillance ou de dégradation du service. Ces outils procurent une visibilité nécessaire pour les projets de grande envergure ou d importance stratégique. D autres outils contrôlent les accès et ajustent la qualité de service, d autres encore fiabilisent les transactions. Pour protéger d attaques susceptibles d exploiter des protocoles comme Soap, il existe enfin des pare-feu spécifiques aux flux, souvent complétés de fonctionnalités de cryptage et de signature pour éviter que les données sensibles ne circulent en clair. AURÉLIE CHANDÈZE 26 LE MONDE INFORMATIQUE N novembre 2004

7 Plate-forme Application Entreprise CONNECTIVITÉ AUX GRANDS SYSTÈMES Acucorp extend 6 Fournit une interopérabilité avec applications (Interoroperability Series) MS.Net, documents et services Web. Attachmate Synapta Réutilisation des données et logiques métier des applications mainframe. HostBridge HostBridge Intégration des applications CICS sous forme Technology de services Web dans des processus métier. Icom Winsurf Mainframe Génère des composants Java métier, intégrables Informatique Integrator notamment sous forme de services Web. Infotel Info-Wink Transforme applications mainframe en composants (JSP, ), interconnexion par services Web. iway Adapter Manager, 250 connecteurs pouvant exploiter les services Web, Adapter Factory, supervision, déploiement. SOAPswitch MicroFocus Net Express with.net, Transforme en services Web les composants écrits Server Express en cobol pour réutiliser leur logique applicative. NetManage OnWeb Crée des services Web et des composants Open Connect xmlconnect EAI Mainframe.Net et Java à partir d applications mainframe. Donne accès au mainframe en communiquant avec les applications supportant les services Web. Scort Mainframe Integrator Relie sites centraux et nouvelles technologies en privilégiant l approche fonctionnelle. Seagull Module Transidiom Transforme les applications mainframe en composants (dans Legasuite) avec, Java,.Net ou services Web. Syspertec Virtel Host Intègre les applications mainframe dans un portail Web Services ou accès à travers les services Web. WRQ Verastream Encapsule des fonctions de sites centraux dans des services réutilisables par des applications Web. Xlipstream XGA 1000, XGA 3000 Boîtiers pour convertir des données mainframe en. BASIC PROFILE OU LA COMPATIBILITÉ MINIMALE es spécifications Basic Profile Lfournissent une réponse aux nombreuses zones d ombre des standards existants autour des services Web, notamment Schema, Soap, WSDL ou UDDI. A cause de leur base, ces standards peuvent être étendus par les éditeurs pour y ajouter des fonctionnalités non prévues à l origine. Conscients qu une telle ouverture pouvait paradoxalement déboucher sur des produits BPM Serveur d'applications ESB Base de données incompatibles entre eux, les industriels ont créé le WS-I, à l origine du Basic Profile. Celui-ci répond à plus de 200 problèmes de compatibilité courants liés aux standards cités plus haut. Attention, il ne garantit pas une compatibilité totale. Simplement, un produit conforme au Basic Profile a nettement plus de chances d interopérer sans heurts avec les autres solutions s y conformant. LES OUTILS DE BPM C-Log Workey Moteur de workflow capable d invoquer des services Web, outil de modélisation. Filenet P8 (Business Adapté aux processus orientés GED et workflow. Process Manager) Support du langage BPEL. Fuego FuegoBPM Modélisation, workflow, supervision (BAM). Software Suite Adapté aux développeurs. Handysoft Bizflow 9 Inclut des outils de simulation et de supervision (BAM). Adapté aux processus humains et documentaires. IDS Scheer Aris Platform Suite complète pour modélisation et réingénierie des processus. Intalio n3 Conforme aux standards, ouverture. Convient aux processus étendus. JBoss jbpm Open Source. Combine fonctionnalités de workflow et d EAI pour environnements J2EE. Lombardi Teamworks Gestion collaborative des processus. Analyses en fonction Software d indicateurs métier. Mega Process, Designer Modélise les processus (Process) et l architecture (Designer) : génération de code BPEL, Metastorm e-work Platform Adapté aux workflows humains, accessible aux utilisateurs non techniciens. Pegasystems PegaRules Process Adapté aux workflows humains. Fonctionnalités de supervision Savvion Commander et de recherche. BusinessManager Adapté aux développeurs et aux non-techniciens (deux éditeurs de processus différents). Ultimus BPM Suite Orienté workflow, adapté aux environnements.net. Sait travailler avec Biztalk. W4 Suite Workflow et outil de modélisation. Ouvert vers de nombreux environnements (.Net, J2EE, MOM...). EAI/ESB ESB ET MIDDLEWARES Cape Clear Cape Clear 5 Bus d entreprise bâti autour des services Web. Workflow, support du langage d exécution BPEL. Cordys Business Suite de BPM construite sur un bus d entreprise Collaboration Platform et complétée par des outils collaboratifs. Fiorano Business Suite d intégration et moteur d exécution des processus. Integration Suite Iona Artix Bus d entreprise extensible et ouvert. Technologies Support natif des services Web. Polarlake Jintegrator, Interchange, Jintegrator : ESB. Interchange : intégration B-to-B. Integration Suite Support du langage d exécution BPEL. Sonic Sonic ESB, Business Bus d entreprise à l architecture distribuée, Software Integration Suite moteur d exécution des processus et serveur. Software AG EntireX Middleware orienté message (MOM), complété par un gestionnaire de flux et des connecteurs. Systinet Middleware Fournit une couche d exécution pour les services Web Enablement aux MOM existants. EAI Axway Integration Platform Gère les processus métier grâce au langage de notation BPMN. De Gamma Service Provider, Un référentiel central stocke les descriptions de services. Repository Basé sur.net. InterSystems Ensemble Basée sur le SGBD objet Caché. BPM, supervision (BAM). Support du BPEL. Magic ibolt Editeur de flux et de processus, serveur d orchestration. Software Portail et outil de pilotage (BAM). Seebeyond ICAN Suite Suite d intégration complète : ESB, BPM, BAM, ETL... Sterling Integrator Moteur de BPM avec une architecture orientée services. Commerce Intégration B-to-B. Sybase EAServer, Web Services Serveur d applications et outil d intégration des données Integrator Suite et processus (orienté B-to-B). Tibco BusinessWorks, Suite d EAI et suite de BPM (issue de Staffware), Staffware Process Suite adaptées aux forts volumes. Vitria BusinessWare Plate-forme pour l intégration des processus : BPM, supervision des processus (BAM), B-to-B. WebMethods Enterprise Services EAI, BPM, BAM. Les services héritent automatiquement Platform de fonctions d analyse. PLATES-FORMES BEA WebLogic Platform Serveur d applications, BPM, intégration, portail. Support du langage BPEL. IBM WebSphere, DB2 Serveur d applications, développement et déploiement Information Integrator des services Web, BPM, portail. Supporte BPEL. Microsoft Biztalk Server BPM et intégration basés sur le langage XLANG. Support de BPEL. Novell Extend Enterprise Suite Professionnal : MOM, portail, EDI, annuaire et connecteurs. (deux versions) Enterprise : GED, workflow, BPM. Oracle AS, BPEL Process Process Manager, issu de Collaxa, complète le serveur Manager d applications. SAP NetWeaver Plate-forme d intégration. Portail, serveur d applications, décisionnel. Sun One Integration Serveur d intégration basé sur les services Web. Server EAI Edition, Workflow, BPM. Serveur d applications. Java System AS N novembre 2004 LE MONDE INFORMATIQUE 27

8 Analyse Les services Web gagnent du terrain, même sur mainframe Même si le mouvement de standardisation a marqué le pas, la technologie trouve peu à peu ses usages, en particulier pour la réutilisation sans heurt des applications historiques de l entreprise. Cette fois, ça y est, les services Web sont entrés dans les mœurs. Certes, ils ne sont pas de tous les projets. Heureusement d ailleurs. Il ne suffit pas de développer un service Web ce qui, avec les ateliers actuels, requiert une petite minute pour que, soudain, tout se mette à fonctionner parfaitement, et en plus selon les principes d une SOA (voir page 22). Y recourir pour tout et n importe quoi engendre même des risques techniques et financiers. A exposer des services Web sans chercher à les orchestrer dans un cadre plus large, nous risquons de retomber dans la dérive de type plat de spaghettis, préviennent Patrick Mahu, responsable architecte des systèmes d information, et Jean-Christophe Olivain, responsable technique d agence du pôle Sogeti-Transiciel, en référence à l architecture classique où les traitements s enchevêtrent. Mais l utilisation raisonnée des services Web peut s avérer payante dès aujourd hui pour connecter des applications distantes, anciennes ou récentes, et préparer le terrain pour une architecture plus souple. Débarrassés de la gangue marketing qui les entoure, les services Web redeviennent de simples mécanismes pour invoquer des fonctions distantes. Avec tout de même quelques avantages. Primo, ils s appuient sur les protocoles d Internet, et réutilisent donc une infrastructure en place. Secundo, ils reposent sur des standards. Pour une fois,souligne Mariano Boni, directeur technique de la SSII Les services Web sont souvent identifiés comme un bon moyen de connecter les applications mainframe au reste du système d information : ils n exigent en effet ni migration, ni réécriture. Dreamsoft, standard signifie vraiment interopérable. En d autres termes, les services Web permettent réellement de neutraliser l hétérogénéité technologique. Peu importe que le service appelé et l application consommant ce service soient écrits en cobol, en C# ou en Java, ou qu ils tournent sur Windows, Unix ou une machine virtuelle Java, du moment que l un et l autre comprennent le langage de description d interfaces WSDL et sachent interpréter du. Tertio, les services Web sont définis par des contrats, ce qui permet à chaque partenaire de savoir précisément quelles seront les exigences auxquelles il devra se conformer, note Marc Boullier, directeur technique de la SSII Vistali. Cela facilite le découplage de responsabilités, les tests unitaires et d intégration, et par conséquent réduit les coûts et les risques projets. De son côté, la liste des handicaps s est réduite, grâce à des outils dits intermédiaires, logiciels ou appareils (voir panorama page26), dont le rôle est de gérer la sécurité des échanges, d établir les contrats, de définir les niveaux de service Des outils pratiques, qui commencent à être déployés, mais qui éloignent des standards. Une entreprise qui choisit un boîtier spécialisé pour encrypter ses flux priera ses partenaires d acheter le même équipement L art délicat de la standardisation des services Web serait en train de montrer ses limites, regrette Henry Peyret, directeur de recherches chez Forrester : A la différence de Corba ou de DCE, les services Web ont progressé petit pas par petit pas. Et aujourd hui, on n arrive pas à trouver le pas suivant. Les bagarres politiques entre éditeurs rendent la progression difficile. Forrester avait prévu l émergence cette année de standards plus avancés, sur la sécurité et la gestion des transactions notamment. Mais il ne désespère pas de voir en 2005 des profils avancés, traitant de ces sujets, venir du WSIO, l organisme définissant les critères minimaux d interopérabilité entre services Web. Autre frein au déploiement massif, le concept d annuaire recensant les services disponibles prend difficilement. Les divers volets d UDDI avaient pourtant tout prévu: des pages blanches pour les fournisseurs de services, des pages jaunes qui les répertorient par secteurs, des pages vertes détaillant les possibilités d interfaçage Tout, sauf la confiance qu exige un tel système. Pour que les services communiquent, il faut d abord que les hommes communiquent, estime-t-on chez Sogeti-Transiciel. Nouveau départ pour les applications mainframe Paradoxalement, les annuaires UDDI trouvent donc leur première utilité à l intérieur des murs des entreprises, pour favoriser à terme le découplage entre applications, note Marc Boullier. De même, les services Web sont d abord déployés en interne, ne serait-ce que pour tester la technologie et éviter certains Glossaire EAI Enterprise Application Integration. Outil d intégration d applications mettant en œuvre trois fonctions principales : connexion, transformation et routage. ESB Enterprise Service Bus. Bus applicatif remplissant peu ou prou les mêmes offices qu un EAI (il y a là matière à un débat, généralement jugé fondamental par les éditeurs et stérile par les intégrateurs ). Service Web Fonction applicative pourvue d une interface standardisée (WSDL), acceptant et renvoyant les données au format, à l aide des mécanismes d Internet. SOA Service-Oriented Architecture. Conception d un système d information constitué d un ensemble de services faiblement couplés. Soap Simple Object Access Protocol. Protocole pour transporter des données sur un réseau Internet. UDDI Universal Description, Discovery and Integration. Annuaire répertoriant les services Web, leur rôle, leurs conditions d utilisation, etc. WSDL Web Services Description Language. Langage de description des services Web, définissant le rôle du composant, son mode d accès, etc. extensible Markup Language. Langage normalisé et autodescriptif, dérivé de SGML. GARTNER : DES USAGES APPELÉS À S ÉTENE ous demandez-vous encore : Vest-ce que les services Web sont importants? Probablement pas. Il est plus probable que vous ayez même oublié que cette question se soit posée, parce que vous utilisez déjà les services Web ou que vous prévoyez de les employer dans un proche avenir. Ainsi commence la dernière note de recherche sur le sujet du cabinet Gartner, datant de début novembre. Le ton est donné. La question n est plus : les entreprises vont-elles avoir recours aux services Web? mais bien : jusqu où les emploieront-elles? A cette interrogation, Gartner répond par un certain nombre de prévisions. D ici à 2006, 40 millions d euros seulement seront dépensés dans la gestion des performances et de la disponibilité des services Web. Mais 45 % des entreprises américaines adopteront une forme d informatique à la demande grâce à ces services. D ici à 2007, 10 % des entreprises utilisant les services Web ou une architecture SOA mettront en place un annuaire UDDI. D ici à 2008, les standards assurant la fédération en portails des services Web seront finalisés. R. F. 16 LE MONDE INFORMATIQUE N novembre 2004

9 écueils. On sait ainsi que traiter du, langage très verbeux, est coûteux en termes de ressources CPU et de bande passante. Tout dépend du volume, constate Maxence Varangot, responsable offre applications Web chez Devoteam Solutions. Il faut ménager des phases de vérification avec des tests de charge. Alliance de l ancêtre et du petit jeune, les services Web sont souvent vus comme un bon moyen de connecter les applications mainframe au reste du système d information : ils n exigent ni migration ni réécriture. Les solutions dites de Web-to-host autrement dit l accès aux programmes historiques écrits en cobol, fortran, dans des architectures trois niveaux et Web ont su donner un second souffle aux applications mainframe, en remaniant l interface utilisateur, tant en ergonomie qu en cinématique. Allant plus loin que les middlewares de type messagerie, qui permettent d échanger des données, les services Web exposent directement des transactions, qui peuvent être appelées depuis un outil d intégration (serveur d applications, EAI, ESB ). Les éditeurs d outils de développement et de connectivité aux mainframes se sont engouffrés sur ce marché. D autant que les spécialistes des adaptateurs, comme iway, visent les grands progiciels, laissant le champ libre aux services Web pour connecter les applications spécifiques. Les entreprises veulent continuer d utiliser leurs applications héritées telles qu elles sont, sans recourir à des techniques invasives,témoigne Yves Guéry, directeur du support technique de Seagull Software France. En règle générale, ces outils créent des composants logiciels (en technologies Java et/ou Microsoft selon les éditeurs) manipulables par des serveurs d applications intermédiaires. Ce sont les ateliers intégrés de ces logiciels qui exposent ces composants en tant que services Web. Nous avons réalisé une intégration poussée dans BEA WebLogic, indique Frédéric Anselin, directeur des opérations de Scort. L atelier Workshop voit les Maxence Varangot, responsable offre applications Web chez Devoteam : Il faut ménager des phases de vérification avec des tests de charge. Mariano Boni, directeur technique de la SSII Dreamsoft : Les services Web permettent réellement de neutraliser l hétérogénéité technologique. Marc Guillaumot ILS ONT DIT Henry Peyret, directeur de recherches chez Forrester : La standardisation a avancé petit pas par petit pas. Les bagarres politiques entre éditeurs rendent la progression difficile. composants métier du mainframe comme de simples contrôles. Le problème essentiel, rappelle Patrick Rataud, directeur des opérations France de Micro Focus, reste de déterminer les périmètres technique et fonctionnel de ce qui deviendra les services Web. Autrement dit, de déterminer ce qu on appelle la granularité. Trop fine, cette granularité atténue l effet de réutilisation ; à l inverse, avec des composants trop génériques, on obtient une interface trop lourde, estiment Jean-Christophe Olivain et Patrick Mahu. Autre écueil à éviter, surtout pour les transactions mainframe: multiplier l usage de services Web en mode synchrone, où le processus attend la réponse à la requête pour enchaîner. Coupler des systèmes en utilisant des protocoles synchrones revient à réduire la qualité de service globale, prévient Marc Boullier. Le couplage synchrone de deux briques applicatives fiables à 99 % ramène la fiabilité globale à 98,01 % (0,99 x 0,99). OLIVIER RAFAL Standards : un faux problème pour les DSI bjets de batailles incessantes, et souvent mis en cause pour O repousser l emploi des services Web, les standards ne sont pas encore figés. Ce qui explique d ailleurs leur grand nombre. Une jungle qui paraît compliquer la vie d un directeur informatique. Un avis que ne partage pourtant pas Jean-François Legras, DSI du groupe de presse Belles Demeures. Pour lui, les standards font figure de faux problème d un point de vue technique : Ce qui compte avant tout, ce ne sont pas les technologies, mais les personnes qui vont les utiliser. Voici maintenant deux ans que le groupe Belles Demeures déploie des services Web. A l époque, l objectif était de gérer plus facilement la relation client et le pilotage automatique des communications téléphoniques des agences immobilières. Pari tenu. Aujourd hui, le projet s étend à d autres domaines. Selon le DSI, la réussite d un tel projet passe par le choix des produits, imposés par l historique de la société, et non par les standards. Néanmoins, mieux vaut ne pas sortir des sentiers battus. Mais nous sommes surtout à la merci des arguments marketing des éditeurs, qui ont pour but de vendre des outils toujours plus compliqués, s insurge Jean-François Legras. Pour éviter de se voir entraîné dans cette spirale, le DSI préfère disposer, en interne, de ressources compétentes sur les technologies qu il retient. C est d ailleurs en se focalisant sur ce critère que Jean-François Legras essaie de choisir ses applications informatiques, en reléguant au second plan les qualités techniques de l outil. Avec les risques que cela comporte, comme une disparition progressive des ressources dans certaines technologies qui ne s appuient pas sur des standards. C est d ailleurs l une des raisons qui ont poussé Belles Demeures à abandonner Visual Basic pour passer à C#. Pour Jean-François Legras, ce rapprochement des compétences et des technologies fait figure de condition sine qua non pour assurer la pérennité de l entreprise, même si, dans la pratique, nos besoins n ont pas évolué. S. C. TOUTE L INFO POUR MIEUX COMPRENE sur lemondeinformatique.fr [ Chaque semaine les dossiers du Monde Informatique sont archivés et disponibles au format pdf S I N F O R M E R A V E C L E M O N D E I N F O R M A T I Q U E N novembre 2004 LE MONDE INFORMATIQUE 17

Conception Exécution Interopérabilité. Déploiement. Conception du service. Définition du SLA. Suivi du service. Réception des mesures

Conception Exécution Interopérabilité. Déploiement. Conception du service. Définition du SLA. Suivi du service. Réception des mesures Software propose une offre d intégration unique, qui apporte l équilibre parfait entre investissements et performances pour les entreprises qui doivent sans cesse améliorer leurs processus. Des caractéristiques

Plus en détail

Urbanisme du Système d Information et EAI

Urbanisme du Système d Information et EAI Urbanisme du Système d Information et EAI 1 Sommaire Les besoins des entreprises Élément de solution : l urbanisme EAI : des outils au service de l urbanisme 2 Les besoins des entreprises 3 Le constat

Plus en détail

NFP111 Systèmes et Applications Réparties

NFP111 Systèmes et Applications Réparties NFP111 Systèmes et Applications Réparties 1 de 16 NFP111 Systèmes et Applications Réparties Cours 10 - Les Enterprise Java Beans ( aux serveurs ) Claude Duvallet Université du Havre UFR Sciences et Techniques

Plus en détail

Les serveurs d applications :une introduction

Les serveurs d applications :une introduction Les serveurs d applications : une introduction Université du Havre UFR Sciences et Techniques 25 rue Philippe Lebon - BP 540 76058 LE HAVRE CEDEX Claude.Duvallet@gmail.com Octobre 2006 Plan de la présentation

Plus en détail

Les serveurs applicatifs et les architectures Java

Les serveurs applicatifs et les architectures Java 03 Lucas Part 02 Page 179 Lundi, 20. août 2001 2:58 14 Chapitre 15 Les serveurs applicatifs et les architectures Java Nous avons vu jusqu ici, dans les chapitres précédents, que les utilisateurs accèdent

Plus en détail

NOVA BPM. «Première solution BPM intégr. Pierre Vignéras Bull R&D

NOVA BPM. «Première solution BPM intégr. Pierre Vignéras Bull R&D NOVA BPM «Première solution BPM intégr grée» Pierre Vignéras Bull R&D Définitions Business Process Pratiques existantes qui permettent aux personnes et systèmes de travailler ensemble Business Process

Plus en détail

Les Architectures Orientées Services (SOA)

Les Architectures Orientées Services (SOA) Les Architectures Orientées Services (SOA) Ulrich Duvent Guillaume Ansel Université du Littoral Côte d Opale 50, Rue Ferdinand Buisson BP 699 62228 Calais Cedex Téléphone (33) 03.21.46.36.92 Télécopie

Plus en détail

L EAI. par la pratique. François Rivard. Thomas Plantain. Groupe Eyrolles, 2003 ISBN : 2-212-11199-1

L EAI. par la pratique. François Rivard. Thomas Plantain. Groupe Eyrolles, 2003 ISBN : 2-212-11199-1 L EAI par la pratique François Rivard Thomas Plantain ISBN : 2-212-11199-1 Table des matières Avant-propos................................................ Quel est l objectif de cet ouvrage...............................

Plus en détail

Les nouvelles architectures des SI : Etat de l Art

Les nouvelles architectures des SI : Etat de l Art Les nouvelles architectures des SI : Etat de l Art Objectif Mesurer concrètement les apports des nouvelles applications SI. Être capable d'évaluer l'accroissement de la complexité des applications. Prendre

Plus en détail

Architectures web pour la gestion de données

Architectures web pour la gestion de données Architectures web pour la gestion de données Dan VODISLAV Université de Cergy-Pontoise Plan Le Web Intégration de données Architectures distribuées Page 2 Le Web Internet = réseau physique d'ordinateurs

Plus en détail

D une part, elles ne peuvent faire table rase de la richesse contenue dans leur système d information.

D une part, elles ne peuvent faire table rase de la richesse contenue dans leur système d information. PACBASE «Interrogez le passé, il répondra présent.». Le Module e-business Les entreprises doivent aujourd hui relever un triple défi. D une part, elles ne peuvent faire table rase de la richesse contenue

Plus en détail

IBM WebSphere ILOG JRules Business Rule Management System (BRMS) systèmes de gestion de règles métier

IBM WebSphere ILOG JRules Business Rule Management System (BRMS) systèmes de gestion de règles métier Automatisation des décisions métier et réduction du délai de lancement de nouvelles initiatives IBM WebSphere ILOG JRules Business Rule Management System (BRMS) systèmes de gestion de règles métier Gestion

Plus en détail

Workflow et Service Oriented Architecture (SOA)

Workflow et Service Oriented Architecture (SOA) White Paper Workflow et Service Oriented Architecture (SOA) Présentation Cet article offre une approche pragmatique de la SOA et du workflow à travers des problématiques d'entreprises, une méthodologie

Plus en détail

Urbanisation des SI. Des composants technologiques disponibles. Urbanisation des Systèmes d'information Henry Boccon Gibod 1

Urbanisation des SI. Des composants technologiques disponibles. Urbanisation des Systèmes d'information Henry Boccon Gibod 1 Urbanisation des SI Des composants technologiques disponibles Urbanisation des Systèmes d'information Henry Boccon Gibod 1 Plan de l'exposé Technologies à la mode disponibles. Bus de données, ETL et EAI

Plus en détail

Parole d utilisateur. Témoignage Infrastructure Windows Server. Italcementi Calcia réduit ses coûts par la consolidation de son infrastructure

Parole d utilisateur. Témoignage Infrastructure Windows Server. Italcementi Calcia réduit ses coûts par la consolidation de son infrastructure Parole d utilisateur Témoignage Infrastructure Windows Server Italcementi Calcia réduit ses coûts par la consolidation de son infrastructure Témoignage Infrastructure Windows Server Italcementi Calcia

Plus en détail

Le moteur de workflow JBPM

Le moteur de workflow JBPM Le moteur de workflow Claude Duvallet Université du Havre UFR Sciences et Techniques 25 rue Philippe Lebon - BP 540 76058 LE HAVRE CEDEX Claude.Duvallet@gmail.com http://litis.univ-lehavre.fr/ duvallet/

Plus en détail

Le moteur de workflow JBPM

Le moteur de workflow JBPM Le moteur de Workflow Le moteur de workflow 1 Claude Duvallet Université du Havre UFR Sciences et Techniques 25 rue Philippe Lebon - BP 540 76058 LE HAVRE CEDEX Claude.Duvallet@gmail.com http://litis.univ-lehavre.fr/

Plus en détail

VisualAge Pacbase 3.0 et WebSphere

VisualAge Pacbase 3.0 et WebSphere VisualAge Pacbase 3.0 et WebSphere Conférence VisualAge Pacbase 13 décembre 2001 Fernand Bonaguidi Jean-François Lévi 1 La plateforme logicielle WebSphere Applications de s et de Partenaires Accélérateurs

Plus en détail

1. Une approche innovante, basée sur «l objet document» 2. Le respect des chaînes éditoriales de l entreprise

1. Une approche innovante, basée sur «l objet document» 2. Le respect des chaînes éditoriales de l entreprise Lucid e-globalizer, solution globale de gestion de contenu multilingue. Ce document a pour objectif de vous présenter Lucid e-globalizer, la solution de gestion de contenu multilingue de Lucid i.t., ses

Plus en détail

l'esb JBI au coeur de l'initiative SOA

l'esb JBI au coeur de l'initiative SOA l'esb JBI au coeur de l'initiative SOA Initiative SOA Gaël Blondelle CTO EBM WebSourcing Chairman Technology Council OW2 13 Juin 2007 Agenda Ptf de référence OW2 Initiative SOA PEtALS, l'esb d'ow2 2 Opportunité

Plus en détail

NFP111 Systèmes et Applications Réparties

NFP111 Systèmes et Applications Réparties NFP111 Systèmes et Applications Réparties 1 de 38 NFP111 Systèmes et Applications Réparties Cours 11 - Les Enterprise Java Beans (Introduction aux Enterprise Claude Duvallet Université du Havre UFR Sciences

Plus en détail

Montréal. New York. Les fournisseurs et utilisateurs des technologies de l'information et de communication

Montréal. New York. Les fournisseurs et utilisateurs des technologies de l'information et de communication BPM: état de l art Qui sommes-nous? PAC en bref Stockholm Une société européenne indépendante De notoriété internationale Reconnue par tous les acteurs du marché Offrant une grande variété de prestations

Plus en détail

INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION

INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION A. LA PROBLEMATIQUE La mission de toute production informatique est de délivrer le service attendu par les utilisateurs. Ce service se compose de résultats de traitements

Plus en détail

*4D, quand c est la solution qui compte. 4D démocratise les services Web

*4D, quand c est la solution qui compte. 4D démocratise les services Web *4D, quand c est la solution qui compte. 4D démocratise les services Web Table des matières I. INTRODUCTION page 3 II. VERS UNE DEFINITION DES SERVICES WEB 1. Qu est ce que c est? page 3 2. A quoi ça sert?

Plus en détail

Objectif : Passer de l analyse métier et fonctionnelle à la définition des applications qui

Objectif : Passer de l analyse métier et fonctionnelle à la définition des applications qui Formation PARTIE 1 : ARCHITECTURE APPLICATIVE DUREE : 5 h Objectif : Passer de l analyse métier et fonctionnelle à la définition des applications qui automatisent les fonctions Définir une architecture

Plus en détail

Evolutions des solutions d accès aux mainframes

Evolutions des solutions d accès aux mainframes Evolutions des solutions d accès aux mainframes Web Access 2 Sommaire Table des matières p 2 Essentiel p 3 Introduction p 4 1- Solutions d émulation d accès aux applications mainframe IBM (Emulation 3270)

Plus en détail

Modéliser et déployer des processus d entreprise avec Biztalk 2006

Modéliser et déployer des processus d entreprise avec Biztalk 2006 Modéliser et déployer des processus d entreprise avec Biztalk 2006 L Entreprise : Un Écosystème Complexe Client Contoso Client Internet Logistique HR System XML Banque ERP CRM Fournisseur ecomm Considérer

Plus en détail

Le 09 et 10 Décembre 09

Le 09 et 10 Décembre 09 Séminaire de 2 jours Le 09 et 10 Décembre 09 Mettez les évolutions technologiques au service de vos objectifs métier 2 OXIA a pour mission de concevoir et mettre en œuvre les meilleures solutions technologiques

Plus en détail

Composition de Services Web

Composition de Services Web Composition de Services Web Dr. Djamel Benmerzoug Email : djamel.benmerzoug@univ-constantine2.dz Maitre de Conférences A, Département TLSI Faculté des NTIC Université Constantine 2 Abdelhamid Mehri 127

Plus en détail

SOA et Services Web. 23 octobre 2011. SOA: Concepts de base

SOA et Services Web. 23 octobre 2011. SOA: Concepts de base SOA et Services Web 23 octobre 2011 1 SOA: Concepts de base 2 Du client serveur à la SOA N est Nest pas une démarche entièrement nouvelle: années 1990 avec les solutions C/S Besoins d ouverture et d interopérabilité

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 3 : Le web dans l entreprise Sommaire Introduction... 1 Intranet... 1 Extranet...

Plus en détail

WEB15 IBM Software for Business Process Management. un offre complète et modulaire. Alain DARMON consultant avant-vente BPM alain.darmon@fr.ibm.

WEB15 IBM Software for Business Process Management. un offre complète et modulaire. Alain DARMON consultant avant-vente BPM alain.darmon@fr.ibm. WEB15 IBM Software for Business Process Management un offre complète et modulaire Alain DARMON consultant avant-vente BPM alain.darmon@fr.ibm.com Claude Perrin ECM Client Technical Professional Manager

Plus en détail

W4 - Workflow La base des applications agiles

W4 - Workflow La base des applications agiles W4 - Workflow La base des applications agiles, W4 philippe.betschart@w4global.com Vous avez dit «workflow»? Processus : Enchaînement ordonné de faits ou de phénomènes, répondant à un certain schéma et

Plus en détail

Gestion Projet : Cours 2

Gestion Projet : Cours 2 Gestion Projet : Cours 2 Le Système d Information «Ensemble d acteurs humains et/ou applicatifs en interaction les uns avec les autres ayant pour but de traiter, diffuser, persister l information afin

Plus en détail

Modèle de cahier des charges pour un appel d offres relatif à une solution de gestion des processus métier (BPM)

Modèle de cahier des charges pour un appel d offres relatif à une solution de gestion des processus métier (BPM) LA BOITE A OUTILS DE L ACHETEUR DE BPM Modèle de cahier des charges pour un appel d offres relatif à une solution de gestion des processus métier (BPM) La boîte à outils de l acheteur de solution BPM -

Plus en détail

BUSINESSOBJECTS EDGE PREMIUM

BUSINESSOBJECTS EDGE PREMIUM PRODUITS BUSINESSOBJECTS EDGE PREMIUM Avantages de la Business Intelligence Assurer une visibilité intégrale des activités Identifier de nouvelles opportunités Détecter et résoudre les problèmes Remplacer

Plus en détail

Urbanisation des Systèmes d'information

Urbanisation des Systèmes d'information Urbanisation des Systèmes d'information Des composants technologiques disponibles Urbanisation des Systèmes d'information - Henry Boccon-Gibod 1 Plan de l'exposé Technologies à la mode disponibles. Bus

Plus en détail

PRIMAVERA P6 ENTERPRISE PROJECT PORTFOLIO MANAGEMENT WEB SERVICES

PRIMAVERA P6 ENTERPRISE PROJECT PORTFOLIO MANAGEMENT WEB SERVICES PRIMAVERA P6 ENTERPRISE PROJECT PORTFOLIO MANAGEMENT WEB SERVICES DÉCOUVREZ DES POSSIBILITÉS ILLIMITÉES GRÂCE A L INTÉGRATION À DES SYSTÈMES D ENTREPRISE EXISTANTS FONCTIONNALITÉS Connectivité des systèmes

Plus en détail

Intégration de systèmes client - serveur Des approches client-serveur à l urbanisation Quelques transparents introductifs

Intégration de systèmes client - serveur Des approches client-serveur à l urbanisation Quelques transparents introductifs Intégration de systèmes client - serveur Des approches client-serveur à l urbanisation Quelques transparents introductifs Jean-Pierre Meinadier Professeur du CNAM, meinadier@cnam.fr Révolution CS : l utilisateur

Plus en détail

FICHE CONCEPT 01 ETL (EXTRACT TRANSFORM & LOAD)

FICHE CONCEPT 01 ETL (EXTRACT TRANSFORM & LOAD) FICHE CONCEPT 01 ETL (EXTRACT TRANSFORM & LOAD) BIEN GERER SES REFERENTIELS DE DONNEES : UN ENJEU POUR MIEUX PILOTER LA PERFORMANCE DE SON ETABLISSEMENT octobre 2008 GMSIH 44, Rue de Cambronne 75015 Paris.

Plus en détail

Offre Supervision OF. mercredi 17 septembre 2014. Groupe CGI inc. CONFIDENTIEL

Offre Supervision OF. mercredi 17 septembre 2014. Groupe CGI inc. CONFIDENTIEL Offre Supervision OF mercredi 17 septembre 2014 Groupe CGI inc. CONFIDENTIEL Agenda 1 2 3 4 5 6 7 Pourquoi cette solution? Principes et enjeux de la solution Les modules & fonctionnalités Architecture

Plus en détail

La virtualisation par Stéphane Dutot, Chef de produit de Internet Fr

La virtualisation par Stéphane Dutot, Chef de produit de Internet Fr Communiqué de Presse Massy, le 31 Mars 2009 La virtualisation par Stéphane Dutot, Chef de produit de Internet Fr Depuis quelques années, une nouvelle technologie révolutionne l informatique : la virtualisation.

Plus en détail

BizTalk 2006. Business Process Integration

BizTalk 2006. Business Process Integration BizTalk 2006 Business Process Integration Préoccupations Métier vs IT Accroître la Qualité de Service (Faire plus avec Moins) Meilleure Visibilité et Contrôle Sur le Métier Motivé par des enjeux métiers

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 4 : Web Service Sommaire Introduction... 1 Web Service... 1 Les technologies des

Plus en détail

Repoussez vos frontières

Repoussez vos frontières Repoussez vos frontières Avec la plateforme d applications la plus rapide et agile au monde Vos applications métier disponibles tout le temps, partout. La Liberté de Choisir Client/Serveur - Applications

Plus en détail

Comment initialiser une démarche SOA

Comment initialiser une démarche SOA Comment initialiser une démarche SOA Placer l approche l SOA au cœur c de la vie du Système d Informationd Olivier Dennery IT Architect IBM certified BCS Application Innovation Objectifs Objectifs - Rappeler

Plus en détail

L'interopérabilité. Ou comment les programmes apprennent à se parler! Séminaire Patient numérique 20 octobre 2011 Pablo d Alcantara, PhD

L'interopérabilité. Ou comment les programmes apprennent à se parler! Séminaire Patient numérique 20 octobre 2011 Pablo d Alcantara, PhD L'interopérabilité Ou comment les programmes apprennent à se parler! Séminaire Patient numérique 20 octobre 2011 Pablo d Alcantara, PhD Présentation Ingénieur Physicien Docteur en Sciences Biomédicales

Plus en détail

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace 1 Table of Contents 3 Manque de centralisation 4 Manque de données en temps réel 6 Implémentations fastidieuses et manquant de souplesse 7

Plus en détail

Logiciel d analyse du monde des objets connectés intelligents

Logiciel d analyse du monde des objets connectés intelligents Logiciel d analyse du monde des objets connectés intelligents Le défi : Transformer les données en intelligence décisionnelle Le logiciel SkySpark analyse automatiquement les données issues des équipements

Plus en détail

La démarche SOA et l interopérabilité applicative

La démarche SOA et l interopérabilité applicative La démarche SOA et l interopérabilité applicative Retour d'expérience des projets RITA / PRESTO de la Direction Générale de la Modernisation de l'état Abdelaziz Skalli Consultant Tél : +33.630.78.54.75

Plus en détail

IBM Business Process Manager

IBM Business Process Manager IBM Software WebSphere Livre blanc sur le leadership en matière d innovation IBM Business Process Manager Une plateforme de BPM complète, unifiée et facilement adaptable aux projets et aux programmes d

Plus en détail

L Orchestration de Services Web avec Orchestra. Goulven Le Jeune Orchestra Project Manager

L Orchestration de Services Web avec Orchestra. Goulven Le Jeune Orchestra Project Manager L Orchestration de Services Web avec Orchestra Goulven Le Jeune Orchestra Project Manager D1 Bull, Architecte d un Monde Ouvert : contributeur et acteur majeur de l'open Source Applications métiers Infrastructures

Plus en détail

QU EST CE QUE LE CLOUD COMPUTING?

QU EST CE QUE LE CLOUD COMPUTING? En France, on parle plus volontiers d «informatique en nuage» 1 pour décrire ce concept. Apparu au début des années 2000, le cloud computing constitue une évolution majeure de l informatique d entreprise,

Plus en détail

La Gestion Electronique des Documents

La Gestion Electronique des Documents La Gestion Electronique des Documents La mise en place d une solution La gestion de l information est devenue un enjeu stratégique majeur à l intérieur des organisations. D après l observation des projets

Plus en détail

Conception d Applications Réparties

Conception d Applications Réparties Jean-François Roos LIFL - équipe GOAL- bâtiment M3 Extension - bureau 206 -Jean-Francois.Roos@lifl.fr 1 Objectifs du Cours Appréhender la conception d applications réparties motivations et concepts architectures

Plus en détail

Intégration d'applications d'entreprise (INTA)

Intégration d'applications d'entreprise (INTA) Master 2 SITW - Recherche Intégration d'applications d'entreprise (INTA) Dr. Djamel Benmerzoug Email : djamel.benmerzoug@univ-constantine2.dz Maitre de Conférences A Département TLSI Faculté des NTIC Université

Plus en détail

Développement logiciel pour l Architecture Orientée Services avec IBM Rational Software Development Platform

Développement logiciel pour l Architecture Orientée Services avec IBM Rational Software Development Platform IBM Software Group Développement logiciel pour l Architecture Orientée Services avec IBM Rational Software Development Platform Thierry Bourrier, Techical Consultant thierry.bourrier@fr.ibm.com L Architecture

Plus en détail

Présentation générale des Web Services

Présentation générale des Web Services Présentation générale des Web Services Vue Globale Type d'architecture reposant sur les standards de l'internet Alternative aux architectures classiques : Client/serveur n/tiers Orientée services permettant

Plus en détail

CONNECTIVITÉ. Options de connectivité de Microsoft Dynamics AX. Microsoft Dynamics AX. Livre blanc

CONNECTIVITÉ. Options de connectivité de Microsoft Dynamics AX. Microsoft Dynamics AX. Livre blanc CONNECTIVITÉ Microsoft Dynamics AX Options de connectivité de Microsoft Dynamics AX Livre blanc Ce document décrit les possibilités offertes par Microsoft Dynamics AX en terme de connectivité et de montée

Plus en détail

Exécution des applications réparties

Exécution des applications réparties Exécution des applications réparties Programmation des Applications Réparties Olivier Flauzac URCA Master STIC-Informatique première année Olivier Flauzac (URCA) PAR : Exécution des applications réparties

Plus en détail

Rapidité, économies et sécurité accrues : comment améliorer la souplesse, le coût total de possession (TCO) et la sécurité grâce à une planification

Rapidité, économies et sécurité accrues : comment améliorer la souplesse, le coût total de possession (TCO) et la sécurité grâce à une planification Rapidité, économies et sécurité accrues : comment améliorer la souplesse, le coût total de possession (TCO) et la sécurité grâce à une planification des tâches sans agent Livre blanc rédigé pour BMC Software

Plus en détail

Nouvelles technologies pour l intégration : les ESB

Nouvelles technologies pour l intégration : les ESB 10, avenue de l Europe Parc Technologique du Canal 31520 Ramonville st Agne 05.61.28.56.20 05.61.28.56.00 www.ebmwebsourcing.com Nouvelles technologies pour l intégration : les ESB EBM Websourcing Sommaire

Plus en détail

Construire un annuaire d entreprise avec LDAP

Construire un annuaire d entreprise avec LDAP Construire un annuaire d entreprise avec LDAP Marcel Rizcallah Éditions Eyrolles ISBN : 2-212-09154-0 2000 Introduction L économie en réseau ou la Net-économie est au cœur des débats et des stratégies

Plus en détail

L intégration d applications unifiée par les Services Web et XML Réconcilier J2EE.NET EIS et mainframes

L intégration d applications unifiée par les Services Web et XML Réconcilier J2EE.NET EIS et mainframes L intégration d applications unifiée par les Services Web et XML Réconcilier J2EE.NET EIS et mainframes Page 1 Un système d information: vue de 10.000 mètres A C Système de communication AtoA (EAI) ou

Plus en détail

Modernisation des applications Mainframe. avec. WebSphere Host Access Transformation Services

Modernisation des applications Mainframe. avec. WebSphere Host Access Transformation Services Modernisation des applications Mainframe avec WebSphere Host Access Transformation Services Donald Calas dcalas@fr.ibm.com 2/25/2005 2005 IBM Corporation WebSphere Host Access Transformation Services (HATS)

Plus en détail

Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc

Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc L intégration de la gestion des identités et des accès avec l authentification unique Objectif : Renforcer la politique de sécurité et améliorer la productivité

Plus en détail

Résumé CONCEPTEUR, INTEGRATEUR, OPERATEUR DE SYSTEMES CRITIQUES

Résumé CONCEPTEUR, INTEGRATEUR, OPERATEUR DE SYSTEMES CRITIQUES Aristote ----- Cloud Interopérabilité Retour d'expérience L A F O R C E D E L I N N O V A T I O N Résumé Les systèmes d'information logistique (SIL) sont des outils qui amènent des gains de productivité

Plus en détail

Pour une entreprise plus performante

Pour une entreprise plus performante Pour une entreprise plus performante Smart Technology Services Raison Sociale - Smart Technology Services llc Pôle d activités - Service et conseil dans la technologie de l information Pôle d activités

Plus en détail

IBM Cognos TM1. Fiche Produit. Aperçu

IBM Cognos TM1. Fiche Produit. Aperçu Fiche Produit IBM Cognos TM1 Aperçu Cycles de planification raccourcis de 75 % et reporting ramené à quelques minutes au lieu de plusieurs jours Solution entièrement prise en charge et gérée par le département

Plus en détail

1 JBoss Entreprise Middleware

1 JBoss Entreprise Middleware 1 JBoss Entreprise Middleware Les produits de la gamme JBoss Entreprise Middleware forment une suite de logiciels open source permettant de construire, déployer, intégrer, gérer et présenter des applications

Plus en détail

La reconquête de vos marges de manœuvre

La reconquête de vos marges de manœuvre La reconquête de vos marges de manœuvre Libérez vos applications critiques Bull ouvre de nouvelles portes à votre patrimoine applicatif. Bull LiberTP fait passer simplement vos applications transactionnelles

Plus en détail

Business Process Execution Language

Business Process Execution Language Business Process Execution Language Rapport du projet de systèmes distribués d information Markus Lindström 6 mai 2009 Motivation personnelle Le sujet que j ai retenu et présenté dans le cadre du cours

Plus en détail

IBM Software IBM Business Process Manager - Simplicité et performances

IBM Software IBM Business Process Manager - Simplicité et performances IBM Software IBM Business Process Manager - Simplicité et performances Gérer ses processus métier et bénéficier d une visibilité totale avec une plateforme de BPM unique IBM Software 2 IBM Business Process

Plus en détail

DOSSIER SPÉCIAL TRAVAIL COLLABORATIF ET GESTION DE CONTENU COMMENT AMÉLIORER LA COLLABORATION ET LA COMMUNICATION AU SEIN DE VOTRE ORGANISME?

DOSSIER SPÉCIAL TRAVAIL COLLABORATIF ET GESTION DE CONTENU COMMENT AMÉLIORER LA COLLABORATION ET LA COMMUNICATION AU SEIN DE VOTRE ORGANISME? DOSSIER SPÉCIAL TRAVAIL COLLABORATIF ET GESTION DE CONTENU COMMENT AMÉLIORER LA COLLABORATION ET LA COMMUNICATION AU SEIN DE VOTRE ORGANISME? AUTEUR : HEFAIEDH MYRIAM DOSSIER TRAVAIL COLLABORATIF ET GESTION

Plus en détail

Bénéfices pour votre organisation : une solution pouvant supporter vos besoins d affaires

Bénéfices pour votre organisation : une solution pouvant supporter vos besoins d affaires Pivotal CRM 6.0 Quelle que soit la tendance d évolution des marchés, faites de vos clients le moteur de votre réussite avec une meilleure maîtrise et une meilleure flexibilité et un coût de possession

Plus en détail

PRotocole d'echange STandard Ouvert

PRotocole d'echange STandard Ouvert PRotocole d'echange STandard Ouvert 28 février 2007 Frédéric Law-Dune Direction Générale de la modernisation de l'etat 1 Contexte L administration électronique monte en puissance De nombreux services sont

Plus en détail

Agenda. Le problème -> La réponse : NADAP Les limites. NADAP pour les MOA, les MOE et les bénéficiaires

Agenda. Le problème -> La réponse : NADAP Les limites. NADAP pour les MOA, les MOE et les bénéficiaires Présentation NADAP Nouvelle Approche Dédiée aux Processus MAJ 17/10/2014 Rafael Gutierrez Agenda Le problème -> La réponse : NADAP Les limites NADAP pour les MOA, les MOE et les bénéficiaires Guides et

Plus en détail

Présentation NADAP Nouvelle Approche Dédiée aux Processus-V1 MAJ 20/01/2015. Rafael Gutierrez

Présentation NADAP Nouvelle Approche Dédiée aux Processus-V1 MAJ 20/01/2015. Rafael Gutierrez Présentation NADAP Nouvelle Approche Dédiée aux Processus-V1 MAJ 20/01/2015 Rafael Gutierrez Agenda Le problème -> La réponse : NADAP Les limites NADAP pour les MOA, les MOE et les bénéficiaires Guides

Plus en détail

Mise en œuvre des serveurs d application

Mise en œuvre des serveurs d application Nancy-Université Mise en œuvre des serveurs d application UE 203d Master 1 IST-IE Printemps 2008 Master 1 IST-IE : Mise en œuvre des serveurs d application 1/54 Ces transparents, ainsi que les énoncés

Plus en détail

par Philippe Poulard Web services 0 Philippe.Poulard@sophia.inria.fr Philippe Poulard

par Philippe Poulard Web services 0 Philippe.Poulard@sophia.inria.fr Philippe Poulard 0 Philippe.Poulard@sophia.inria.fr Philippe Poulard Sommaire Qu est-ce? Middleware XML Web Services in situ Couches de services Architecture des Web Services avec Java JAX-RPC JAXR JAXM Outils 1 Présentation

Plus en détail

REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE HONNEUR FRATERNITE JUSTICE INSPECTION GENERALE D'ÉTAT TERMES DE REFERENCE

REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE HONNEUR FRATERNITE JUSTICE INSPECTION GENERALE D'ÉTAT TERMES DE REFERENCE REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE HONNEUR FRATERNITE JUSTICE INSPECTION GENERALE D'ÉTAT TERMES DE REFERENCE POUR LA MISE EN PLACE D UN SYSTEME DE GESTION DES MISSIONS DE L IGE Liste des abréviations IGE

Plus en détail

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas :

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : Introduction Le CRM se porte-t-il si mal? Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : «75 % de projets non aboutis» «La déception du CRM» «Le CRM : des

Plus en détail

T A L E N T E D T O G E T H E R. Métiers de la Banque. Métiers de la Banque Part 4 / 2007 1

T A L E N T E D T O G E T H E R. Métiers de la Banque. Métiers de la Banque Part 4 / 2007 1 T A L E N T E D T O G E T H E R Métiers de la Banque Métiers de la Banque Part 4 / 2007 1 Sommaire 1 er Partie : Panorama du monde bancaire Organisation de la profession Les grandes activités bancaires

Plus en détail

Modèle spagetthi et solution EAI

Modèle spagetthi et solution EAI EAI Définition L'EAI est une notion ancienne mais toujours d'actualité. En effet, le besoin de faire communiquer des applications développées à des moments différents, dans des technologies différentes

Plus en détail

2008 : Diplômé Master 2 ASR (Architecture Système et Réseaux) Université d Evry (Evry - 91)

2008 : Diplômé Master 2 ASR (Architecture Système et Réseaux) Université d Evry (Evry - 91) Connaissances techniques Serveurs d application Langages et frameworks techniques Systèmes Réseaux et Sécurité IBM Tivoli Identity Manager (4.5, 4.6, 5.0, 5.1), IBM Tivoli Directory Server, IBM Tivoli

Plus en détail

Bénéfices de Citrix NetScaler pour les architectures Citrix

Bénéfices de Citrix NetScaler pour les architectures Citrix Bénéfices de Citrix NetScaler pour les architectures Citrix 15 novembre 2007 Auteurs: Mahmoud EL GHOMARI E-mail: mahmoud.elghomari@eu.citrix.com Stéphane CAUNES E-mail: stephane.caunes@eu.citrix.com Riad

Plus en détail

Figure 1-1. Plateformes compatibles avec WCF

Figure 1-1. Plateformes compatibles avec WCF 1 Bonjour Indigo Windows Communication Foundation (WCF), auparavant connu sous le nom de code «Indigo», est une nouvelle plateforme de messages distribués. Il fait partie du Framework.NET 3.0 livré avec

Plus en détail

SOA : une brique de la 4 ième génération de l architecture informatique? Hervé Crespel Président du club urba-ea

SOA : une brique de la 4 ième génération de l architecture informatique? Hervé Crespel Président du club urba-ea SOA : une brique de la 4 ième génération de l architecture informatique? Hervé Crespel Président du club urba-ea Gartner 1992 : styles of client-server computing L origine du SOA? Presentation Presentation

Plus en détail

Programmation d applications distribuées

Programmation d applications distribuées Programmation d applications distribuées François Charoy Université Henri Poincaré 8 octobre 2007 Première partie I Développement d applications distribuées Objectifs du cours Comprendre ce qu est une

Plus en détail

Moderniser. le système d information et le portefeuille applicatif. www.bull.com

Moderniser. le système d information et le portefeuille applicatif. www.bull.com Moderniser le système d information et le portefeuille applicatif L évolution technologique des plates-formes, l ouverture du système d information et la modernisation du portefeuille applicatif sont des

Plus en détail

Cloud Computing, discours marketing ou solution à vos problèmes?

Cloud Computing, discours marketing ou solution à vos problèmes? Cloud Computing, discours marketing ou solution à vos problèmes? Henri PORNON 3 avril 2012 IETI Consultants 17 boulevard des Etats-Unis - F-71000 Mâcon Tel : (0)3 85 21 91 91 - fax : (0)3 85 21 91 92-

Plus en détail

e-business, EAI et Business Intelligence Le triptyque gagnant profondément les structures des organisations et par conséquence

e-business, EAI et Business Intelligence Le triptyque gagnant profondément les structures des organisations et par conséquence e-business, EAI et Business Intelligence Le triptyque gagnant Alain Fernandez Consultant indépendant, il intervient depuis plus de 15 ans auprès des grands comptes et des PME sur la conception des systèmes

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 4: l approche processus et le management du système d informations

Plus en détail

IBM WebSphere MQ File Transfer Edition, Version 7.0

IBM WebSphere MQ File Transfer Edition, Version 7.0 Transfert de fichiers administré pour architecture orientée services (SOA) IBM, Version 7.0 Solution de transport polyvalente pour messages et fichiers Transfert de fichiers haute fiabilité basé sur la

Plus en détail

Perceptive Software : Profil de l entreprise

Perceptive Software : Profil de l entreprise Perceptive Software : Profil de l entreprise Il a été estimé que 80% des informations de l entreprise n est pas structuré. Les contrats et factures scannés, la communication client, les fichiers des employés

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2004 ISBN : 2-212-11504-0

Groupe Eyrolles, 2004 ISBN : 2-212-11504-0 Groupe Eyrolles, 2004 ISBN : 2-212-11504-0 Avant-propos L économie en réseau, ou la netéconomie, est au cœur des débats et des stratégies de toutes les entreprises. Les organisations, qu il s agisse de

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 3 : Progiciels de Gestion Intégrés Sommaire Définition... 2 ERP... 2 Objectifs

Plus en détail

K2 : Guide pratique du BPM

K2 : Guide pratique du BPM K2 : Guide pratique du BPM Mars 2014 K2 FRANCE Guide Pratique du Business Process Manageme,nt 1/9 Introduction... 3 1. Définitions... 3 2. Refléter et s adapter à la réalité de l entreprise... 4 3. Analyser

Plus en détail