Le navire tout électrique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le navire tout électrique"

Transcription

1 Le navire tout électrique Propulsion et production d énergie par Gérard FILLIAU Chef du groupe Énergie Propulsion Service des Programmes Navals Ministère de la Défense-DGA Alain BONDU Ingénieur système Jeumont Industrie. Division Marine Intervenant à l École Nationale Supérieure des Techniques Avancées et Laurent MAZODIER Senior Business Manager Marine and Offshore Systems Alstom Power Conversion 1. Généralités... D Définition des besoins en énergie Navire de croisière Frégate Tanker Navire de recherche offshore Propulsion et architecture électrique Propulsion intégrée dans la coque Propulsion en nacelle Production d énergie Généralités Turbines à gaz Turbines à vapeur Moteurs Diesel Piles à combustible Pour en savoir plus... Doc. D L es applications de la propulsion électrique des navires sont plus anciennes qu on ne le croit généralement. Dès le tout début du XX e siècle, elles apparaissent pour les sous-marins, puis pour des cuirassés, des porte-avions et des brise-glace. Enfin, dans les années 1930, le prestigieux «Normandie» ( ch) traversait l Atlantique à 30 nœuds, ses quatre hélices de ch chacune étant entraînées par des moteurs électriques. Il s agissait, à l époque, de systèmes du type «arbre électrique» entre la turbine à vapeur et l hélice, en remplacement de la longue ligne d arbre et du réducteur associé. Par «arbre électrique» on entend une liaison borne à borne entre génératrice et moteur, laquelle, aux puissances considérées, ne pouvait se faire, pour ces grands paquebots, que par des «arbres» constitués par un alternateur entraîné par une turbine et un moteur synchrone ou asynchrone. Vinrent ensuite, pendant la Seconde Guerre mondiale, des propulsions «diesels-électriques» et en particulier les «T2», et, dans l après-guerre, des transmissions à réglage de vitesse du type «Ward-Léonard». Rappelons que le «Ward-Léonard» est l association d une génératrice à courant continu et d un Techniques de l Ingénieur, traité Génie électrique D

2 LE NAVIRE TOUT ÉLECTRIQUE ou plusieurs moteurs à courant continu, du type à excitation séparée, disposés en série et qui offrait ainsi, de manière assez rustique mais réelle, à la fois les avantages de l arbre électrique et de la vitesse variable par le réglage des excitations. Le développement prodigieux de l électronique de puissance, à partir des années 1960, n a pas été appliqué dans la marine aussi fortement que dans l industrie. Sauf quelques navires, comme par exemple pour la recherche océanographique, la pose de câbles et les brise-glace, il faut attendre pratiquement le début des années 1990 pour voir enfin le «tout électrique» s appliquer aux paquebots modernes de croisière. L article «Le navire tout électrique» fait l objet de plusieurs fascicules : D 5610 Propulsion et production d énergie D 5615 État de l art des composants D 5620 Évolutions et systèmes de conduite Les sujets ne sont pas indépendants les uns des autres. Le lecteur devra assez souvent se reporter aux autres fascicules. 1. Généralités Par «navire tout électrique», nous entendons, aujourd hui, des bâtiments dont la distribution d énergie est entièrement électrique et pratiquement commune au réseau de bord et à la propulsion. La production d énergie est constituée de groupes électrogènes plus ou moins regroupés, selon les exigences architecturales civiles ou militaires. Les applications aux bâtiments de combat sont retardées par rapport aux applications de la marine civile, du fait des contraintes particulières de masse et de volume de ces navires très fortement «motorisés». On compte beaucoup, dans ce secteur, sur la généralisation des nouvelles techniques de machines tournantes et de convertisseurs statiques : nouvelles techniques de machines plus compactes et mieux adaptées aux vitesses des turbines et des hélices ; nouvelles techniques de convertisseurs plus universels et plus compacts. La grande finalité du «tout électrique» est essentiellement l ouverture à toutes les techniques modernes et futures. Dans l immédiat, et en particulier pour les paquebots, on y a vu les avantages sur l architecture, le confort, la souplesse d exploitation et de pilotage, ainsi que sur la gestion de l énergie avec, en fin de compte, une économie substantielle sur le coût de fonctionnement, pour l armateur. Pour les bâtiments de combat, l expression «tout électrique» implique, outre les avantages en discrétion, en souplesse d exploitation et de pilotage, en fiabilité et en gestion de l énergie, les notions des futures armes électriques et de production d énergie électrique par piles à combustible. D une manière générale, les finalités recherchées sont, principalement : une grande souplesse architecturale à la conception et à la construction du navire (aménagement amélioré), pouvant aller jusqu à la suppression de toute ligne d arbre ; cette souplesse architecturale permet un choix d esquisses de navires beaucoup plus vaste que les solutions de propulsion classiques ; une globalisation des moyens de production d énergie, d où une réduction du nombre de types de générateurs au niveau de toute une flotte, ainsi que de leur nombre à bord d un navire (réduction du nombre de 8 à 4 ou 5), et un fonctionnement optimisé de ceux-ci ; une amélioration de la disponibilité des installations (réseaux électriques) ; une plus grande souplesse de mise en œuvre (manœuvrabilité, temps de réponse, reconfiguration) ; un allégement de la logistique et de la maintenance ; un meilleur potentiel de croissance des capacités du navire sur sa durée de vie (refonte, modernisation) ; une réduction des consommations aux différentes vitesses, pour une autonomie donnée, et donc une réduction du coût de fonctionnement. Certaines finalités concernent spécialement les navires de guerre : une réduction des signatures (acoustique, infrarouge, électromagnétique, sillage...) ; une réduction de la vulnérabilité (répartition des moyens de production, diminution de la longueur des lignes d arbre) ; une capacité d adaptation aux armes futures (hautes énergies pulsées). Une des principales réalisations types est le navire de croisière Legend of the Seas (figure 1) qui comporte : 5 diesels générateurs de 11,4 MW 6,6 kv ; 2 moteurs électriques de propulsion de 20,1 MW. 2. Définition des besoins en énergie La présentation est faite en prenant pour exemple les quatre types de navire suivants : navire de croisière, frégate, tanker, navire de recherche offshore. La figure 2 donne la puissance propulsive en fonction de la vitesse pour ces quatre types de navire. D Techniques de l Ingénieur, traité Génie électrique

3 LE NAVIRE TOUT ÉLECTRIQUE Figure 1 Réalisation type d un navire tout électrique : Legend of the Seas Vitesse du navire (nœuds) Navire de recherche offshore t Tanker t Campagne de mesure Route libre Croisière t Figure 2 Puissance propulsive en fonction de la vitesse pour les quatre types de navire 2.1 Navire de croisière Frégate t À ce jour, on peut dire que la propulsion électrique est devenue un standard sur tous les gros navires de croisière ; les finalités, telles que décrites au paragraphe 1, ont convaincu les principaux armateurs quant aux gains d exploitation qu ils pouvaient retirer d un navire «tout électrique» par rapport à un navire à propulsion mécanique. Le plus gros navire de croisière à propulsion électrique à vitesse variable en service à ce jour est le Queen Elisabeth II ; modernisé à la fin des années 1980, il est aujourd hui équipé de deux moteurs électriques de 44 MW chacun. Néanmoins, la puissance propulsive des navires de croisière à propulsion électrique actuels se situe entre 2 x 5 MW et 2 x 20 MW. On peut également noter que, dans un navire de croisière à propulsion électrique, le système de propulsion est de loin le plus gros Puissance propulsive (MW) consommateur du bord (cela étant d ailleurs également vrai pour les autres types de navire). Pour un bâtiment de t, les besoins en énergie sont, à titre d exemple, les suivants : Propulsion principale (figure 2)...2 x 2,7 MW à 15 nœuds 2 x 4,7 MW à 18 nœuds 2 x 7,3 MW à 20 nœuds 2 x 9,2 MW à 21 nœuds (dont 15 % de marge de mer) Propulsion auxiliaire... 2 x 1 MW (propulseurs d étrave) Compresseurs d air conditionné... 2 x 1 MW Réseau de bord (440 V-60 Hz)... 4 MW en navigation Utilisation : 54 % du temps au port 6 % du temps en manœuvre 13 % du temps à environ 15 nœuds 27 % du temps à environ 20 nœuds (sur la base d une semaine de croisière) Dans ces conditions, la production d énergie électrique doit être d environ : 10 MW en navigation à 15 nœuds ; 20 MW en navigation à 20 nœuds. Les modes de marche du navire étant très différents, la configuration des groupes électrogènes retenus, soit 4 alternateurs de 6,3 MW à 750 tr/min, permet une charge optimale de chaque groupe, donc les meilleurs rendements et conditions d utilisation. Ainsi : au port : un seul groupe électrogène alimente le réseau de bord ; en manœuvre : deux groupes électrogènes alimentent la propulsion principale, les propulseurs auxiliaires et le réseau de bord ; en vitesse de croisière : trois ou quatre groupes électrogènes alimentent la propulsion principale et le réseau de bord. 2.2 Frégate Un navire de combat, de type frégate, possède une puissance à la tonne dix fois supérieure à celle d un paquebot moderne, à savoir : un bâtiment de t est équipé d une propulsion de 2 x 16 MW à 28 nœuds, un bâtiment de t est équipé d une propulsion de 2 x 23 MW à 30 nœuds. Pour une frégate de t, on peut citer, à titre d exemple, les caractéristiques suivantes de besoins en énergie : Propulsion (figure 2) : 2 x 1,6 MW à 15 nœuds 2 x 4 MW à 20 nœuds 2 x 16 MW à 28 nœuds Réseau de bord : 1,3 MW en navigation < 20 nœuds (440 V-60 Hz) 1,5 à 2 MW en situation de combat Distance franchissable : milles marins à 18 nœuds Utilisation : 13 % du temps de 0 à 8 nœuds 16 % du temps de 8 à 11 nœuds 32 % du temps de 11 à 16 nœuds 26 % du temps de 16 à 21 nœuds 13 % du temps de 21 à 28 nœuds Ces différentes données montrent que la production du réseau électrique doit être environ de : 10 MW vers 18 nœuds, en navigation, Techniques de l Ingénieur, traité Génie électrique D

4 LE NAVIRE TOUT ÉLECTRIQUE 35 MW vers 28 nœuds, au maximum, avec les considérations suivantes : 33 MW pour la propulsion et ses auxiliaires, 2 MW pour les deux réseaux de bord. Cette puissance de «production» ne prend pas en compte le besoin des armes futures. Ces besoins estimés, aujourd hui, à environ 100 MW et 100 MJ crête, se révéleront plus ou moins contraignants selon la répétitivité et les capacités de stockage d énergie réservés à cet usage. On considère que la puissance de rechargement du stockage sera prise sur la propulsion pendant les courtes durées nécessaires. Les régimes de navigation étant très variables (veille, écoute, croisière, forcing et combat), les architectes sont amenés à associer des groupes électrogènes de puissance et de nature différentes afin de mieux répondre au besoin énergétique et de souplesse d exploitation ( 3). 2.3 Tanker Autant la propulsion électrique a été adoptée par la plupart des armateurs de navires de croisière depuis de nombreuses années, autant dans le domaine de la marine marchande ce concept est récent (hormis pour les navires spéciaux et l offshore, où il est rapidement devenu incontournable). À partir de 1994, la réalisation de 7 transporteurs de produits chimiques (chemical tankers) à propulsion électrique a constitué une première mondiale ; cette première commande sera suivie de 5 pour des navires identiques puis de 9 pour des navires identiques à tonnage inférieur. Les bureaux d études des chantiers ne se sont pas limités à placer une propulsion électrique dans une salle des machines standards, mais ont conçu un véritable navire électrique. Cette démarche a permis de tirer le meilleur parti de la propulsion électrique et de réaliser un navire comparable, sur le plan de l investissement initial, à un navire à propulsion par moteurs Diesel, et offrant de meilleures performances dans de nombreux domaines. Nous n évoquerons ici que les principales. D une part, les moteurs Diesel de la centrale de production d énergie électrique étant dissociés de la ligne d arbre, les différents matériels peuvent être logés aux meilleurs emplacements possibles. Cette souplesse d implantation des matériels électriques est très appréciable. Il en résulte une diminution des coûts d installation et une augmentation de l espace disponible. Cela a permis d installer des réservoirs supplémentaires pour le transport des produits chimiques. D autre part, en propulsion électrique, les diesels-alternateurs tournent sous une charge optimale et à vitesse constante, ce qui a pour effet d en limiter l encrassement et l usure, et donc de réduire les coûts de maintenance. Autre avantage non négligeable, ces diesels génèrent moins de gaz polluants, ce qui permet l accès des navires à des ports aux normes antipollution de plus en plus draconiennes. Pour la série de bâtiments de t, les besoins en énergie sont environ les suivants. Propulsion (figure 2) : 1 x 2 MW à 10 nœuds 1 x 4,4 MW à 13 nœuds 1 x 10 MW à 17 nœuds Propulsion auxiliaire : 1 x 1,2 MW (propulseur d étrave) Réseau de bord (440 V-60 Hz), dont pompes de chargement/déchargement : 1,8 MW. La centrale d énergie retenue, équipée de trois alternateurs de kw à 720 tr/min et d un alternateur de kw à 720 tr/min, permet d alimenter : soit la propulsion, en navigation ; soit les pompes de chargement/déchargement, à quai. Ainsi, contrairement à une propulsion diesel mécanique utilisant un ou plusieurs diesels pour la propulsion et plusieurs groupes électrogènes pour l alimentation du bord, le concept «tout électrique» permet l utilisation d une seule centrale d énergie commune. 2.4 Navire de recherche offshore Faisant suite aux sous-marins et aux navires de croisière, les navires de recherche, qu ils soient de type océanographique ou offshore, ont été parmi les premiers à être équipés en «tout électrique». Outre la plus grande souplesse d exploitation et la meilleure manœuvrabilité, la forte réduction des bruits et vibrations générés par le système de propulsion a été un critère essentiel pour le choix du «tout électrique» sur ce type de navire. En effet : d une part, les diesels des groupes électrogènes fonctionnant à vitesse constante, il est facile de dimensionner des systèmes amortisseurs efficaces ; d autre part, les progrès en matière de conception des moteurs électriques (alimentation double étoile, forme des pôles, ordonnancement des fréquences propres, suspension élastique du stator, ventilation optimisée...) ont permis de réduire les bruits et vibrations générés par ces moteurs. Ainsi, les bruits transmis dans l eau, nuisibles aux mesures sousmarines, sont considérablement réduits par l utilisation d une propulsion électrique à la place d une propulsion classique dieselmécanique. Par ailleurs, l utilisation de moteurs à double enroulement apporte une redondance permettant une grande disponibilité du navire. Ci-après, on donne l exemple d un navire de recherche offshore de t destiné à la recherche géophysique par méthode sismique, autrement dit à l étude des fonds sous-marins pour la recherche de gisements d hydrocarbures. Ce type de navire est équipé de compresseurs générant vers le fond de la mer une onde acoustique. L écho est alors capté par des hydrophones répartis le long de lignes d écoute tractées par le navire. Les mesures sont analysées à bord par un puissant calculateur. Les besoins en énergie pour un tel navire sont environ les suivants. Propulsion principale (figure 2) : en campagne de mesure : 2 x 0,3 MW à 2 nœuds 2 x 1,7 MW à 3,5 nœuds 2 x 5 MW à 5 nœuds en route libre, à vitesse maximale : 2 x 1,7 MW à 11 nœuds 2 x 3,3 MW à 13 nœuds 2 x 5 MW à 15 nœuds Propulsion auxiliaire : 1 x 600 kw (propulseur d étrave) Compresseurs sismiques : 3 x 700 kw Réseau de bord (440 V 60 Hz) : 2 MW Dans ces conditions, la centrale d énergie retenue comprend 4 alternateurs de kw chacun à 720 tr/min. D Techniques de l Ingénieur, traité Génie électrique

5 LE NAVIRE TOUT ÉLECTRIQUE Alternateur attelé Multiplicateur Diesel alternateur semi-rapide Diesel semi-rapide Diesel lent Diesel-alternateur Diesel alternateur Figure 3 Installation à diesels lents Figure 4 Installation à diesels semi-rapides 3. Propulsion et architecture électrique 3.1 Propulsion intégrée dans la coque Pour mieux comprendre les améliorations apportées par le «tout électrique», examinons d abord les caractéristiques des propulsions classiques de navires, puis celles des propulsions diesels-électriques Propulsion «classique» par transmission directe Diesels lents La figure 3 représente un exemple d installation à diesels lents directement attelés aux hélices. Les hélices sont à pales orientables. Il s agit là d un dispositif mécanique qui permet de renverser rapidement (inversion du pas) le sens de poussée des hélices sans inverser le sens de rotation des diesels. Sans cet artifice, la manœuvrabilité du navire serait réduite, car il serait nécessaire de stopper puis de lancer le moteur diesel en arrière, après réduction de l allure du navire en-dessous d un seuil compatible avec le faible couple disponible au diesel au moment de son lancement. Ces hélices à pales orientables réduisent malheureusement le rendement de propulsion. Pour réduire la consommation de combustible et éviter de faire tourner les diesels-alternateurs à la mer, la production d électricité est assurée, à la mer, par deux alternateurs attelés entraînés par les diesels principaux à partir de multiplicateurs mécaniques placés sur la ligne d arbre. Les hélices doivent donc tourner à vitesse constante, condition difficile à respecter en cas de mauvais état de la mer. L allure du navire est réglée en jouant sur les pas des hélices avec, comme conséquence, une réduction de leur rendement. Au port, les diesels principaux de propulsion étant stoppés, la production d électricité est assurée par des diesels-alternateurs. Ces groupes de port sont constitués de deux petits alternateurs entraînés par des diesels semi-rapides et de deux gros alternateurs entraînés par un même diesel lent et un multiplicateur à deux sorties. Diesels semi-rapides La figure 4 représente un exemple d installation à diesels semirapides. Chaque ligne d arbre est entraînée au travers d un réducteur par deux diesels débrayables. La production d électricité est assurée en mer comme au port par des diesels-alternateurs indépendants. Commande du pas des hélices Alternateurs principaux Convertisseur de vitesse Embrayages Embrayage des moteurs principaux Réducteurs Paliers Moteurs principaux Dieselsalternateurs Figure 5 Schéma d une installation mécanique complexe Les hélices doivent être à pales orientables pour les mêmes raisons de manœuvrabilité que dans l exemple avec diesels lents. Il n y a pas d alternateur attelé. La vitesse des hélices peut donc varier dans une certaine mesure et les pertes de rendement de l hélice dues aux variations de pas sont plus faibles que pour les diesels lents. Aux allures réduites, pour assurer une charge suffisante des diesels, la propulsion est assurée par un seul diesel par ligne d arbre, le deuxième étant débrayé. Le pas doit être réduit pour permettre au diesel de tourner à une vitesse compatible avec le niveau de puissance propulsive qu il doit fournir. Cette réduction de pas entraîne une perte de rendement de l hélice. La production d électricité est assurée par des diesels-alternateurs indépendants dont la consommation spécifique est supérieure à celle des diesels principaux. En résumé, les propulsions «diesels classiques» conduisent aux complexités suivantes : hélices à pales orientables ; réducteurs, multiplicateurs, embrayages ; alternateurs attelés ; diesels-alternateurs ; liaisons délignables si les diesels sont montés sur suspensions élastiques. Il est bien entendu possible de rassembler sur une même installation toutes les solutions imaginables. La figure 5 représente une telle installation. Techniques de l Ingénieur, traité Génie électrique D

6 LE NAVIRE TOUT ÉLECTRIQUE Dieselalternateur Tableau MT MAT MAT MAT MAT Propulseurs d'étrave et compresseurs de conditionnement d'air Transformateur de propulsion Convertisseurs MAT MAT MAT MAT Propulseurs d'étrave et compresseurs de conditionnement d'air Transformateur de distribution Filtre d'harmoniques Moteur de propulsion MSY Excitation Moteur de propulsion MSY Filtre d'harmoniques Tableau BT Figure 6 Schéma de l installation de propulsion diesel-électrique d un navire de croisière Propulsion diesel-électrique appliquée à un navire de croisière Description de l installation Le schéma électrique de la figure 6 représente l ensemble de l installation d un navire de t. Cette installation comprend les éléments suivants. a) 5 diesels-alternateurs, en 6,6 kv, constituent une centrale unique de production d énergie du navire : énergie électrique pour toutes les installations ; énergie thermique par récupération de chaleur sur les gaz d échappement et l eau de réfrigération des diesels. b) Un tableau à 6,6 kv distribue la moyenne tension (MT) aux divers consommateurs : les transformateurs 6 600/440 V pour l alimentation en basse tension (BT) du navire ; les moteurs électriques de forte puissance (MAT, moteur asynchrone triphasé) : propulseurs d étrave et compresseurs de conditionnement d air. c) Les ensembles électriques (transformateurs, convertisseurs statiques de fréquence) alimentent, à fréquence variable, deux moteurs électriques synchrones (MSY) de propulsion à double enroulement à vitesse variable, directement liés aux lignes d arbre et aux hélices à pales fixes. Fonctionnement La figure 6 est un schéma unifilaire qui ne décrit que les constituants principaux de la propulsion électrique. Le système d entraînement des hélices par moteur synchrone à vitesse variable est du type synchroconvertisseur. Ce système comporte, par ligne d arbre, deux montages redresseur-onduleur à thyristors couplés au réseau par l intermédiaire de transformateurs. Ces deux synchroconvertisseurs indépendants alimentent chacun un des deux enroulements statoriques du moteur synchrone de propulsion. Ce système présente les avantages spécifiques suivants. Il entraîne une réduction importante des courants harmoniques injectés par le système redresseur dans le réseau grâce à la différence de couplage, étoile d une part et triangle d autre part, des enroulements secondaires des transformateurs. Cela permet de réduire considérablement le dimensionnement des filtres nécessaires à l obtention d un taux de distorsion de la tension du jeu de barres à 6,6 kv inférieur à 5 % à tous les régimes de fonctionnement de la propulsion. Ces dispositions, complétées par d autres mesures appropriées parmi lesquelles nous citerons l existence d écrans entre enroulements primaires et secondaires des transformateurs et les règles de câblage de tous les dispositifs électriques installés sur le navire (choix des types de câbles et routage par familles en fonction des caractéristiques de l énergie électrique transportée : circuits de puissance et circuits véhiculant des signaux sensibles à bas niveaux D Techniques de l Ingénieur, traité Génie électrique

7 LE NAVIRE TOUT ÉLECTRIQUE d énergie), permettent d obtenir un fonctionnement sans perturbation de tous les appareils. Il s accompagne d une amélioration du rendement des alternateurs et des moteurs synchrones par réduction des pertes supplémentaires dues aux courants harmoniques. Il permet, en cas d indisponibilité de l un des convertisseurs à thyristors d un moteur, de conserver l usage de ce moteur qui sera encore capable de fournir 70 % de son couple nominal ; cela permet donc de disposer sur la ligne d arbre d une puissance qui atteint presque 60 % de sa valeur nominale. La maintenance est simplifiée du fait que les moteurs de propulsion, comme les alternateurs, ont une excitation à diodes tournantes, sans bagues ni balais. À ces avantages, spécifiques au schéma de la figure 6, s ajoutent ceux inhérents à toute solution électrique intégrée, tels que : tous les éléments du système étant statiques, hormis les machines tournantes, l entretien est très réduit ; la télécommande de la propulsion électrique est très simple, car tous les paramètres du convertisseur de fréquence sont surveillés et limités par le système de contrôle ; un automatisme propre à la propulsion électrique mérite d être mentionné ; c est celui qui gère les transferts de puissance et que l on appelle en anglais «PMS» (Power Management System). Ce dispositif PMS contrôle, à tout instant, l état de charge des groupes électrogènes, la consommation du bord et de la propulsion électrique. Il permet de : limiter le niveau de puissance appelée en fonction des possibilités de la centrale ; limiter la dynamique d appel de puissance pour ménager la centrale ; contrôler le niveau de retour de puissance pendant les «crash stop» (arrêt d urgence du navire) et ainsi de maîtriser en toute circonstance la stabilité de la production électrique et d assurer une bonne protection des machines primaires en contrôlant leur utilisation. Ainsi, la configuration de la centrale d énergie est à tout instant contrôlée et optimisée, de manière à éviter tout risque de «blackout» Propulsion diesel-électrique appliquée à un navire marchand Description de l installation Le schéma électrique de la figure 7 représente l installation d un transporteur de produits chimiques (Chemical Tanker) de tonnes. Dieselalternateur Tableau MT MAT Moteur propulseur d'étrave Transformateur de distribution Convertisseurs Transformateur de propulsion Filtre d'harmoniques Moteur de propulsion MSY Filtre d'harmoniques Réducteur Excitation Alternateur secours Tableau BT Tableau secours Figure 7 Schéma de l installation de propulsion diesel-électrique d un navire de transport de produits chimiques Techniques de l Ingénieur, traité Génie électrique D

8 LE NAVIRE TOUT ÉLECTRIQUE Cette installation comprend les éléments suivants. a) Les 4 diesels-alternateurs en 6,6 kv constituent une centrale unique de production d énergie du navire : pour la propulsion et la charge de bord en mer ; pour les pompes de chargement/déchargement à quai. b) Un tableau moyenne tension à 6,6 kv distribue la moyenne tension aux divers consommateurs : les transformateurs 6 600/450 V pour l alimentation en basse tension du navire ; le propulseur d étrave. c) L ensemble électrique (transformateurs, convertisseurs statiques de fréquence) alimente, à fréquence variable, un moteur électrique synchrone de propulsion à double enroulement à vitesse variable, lié à la ligne d arbre et à l hélice à pales fixes par l intermédiaire d un réducteur de vitesse. d) Deux tableaux basse tension à 450 V, un normal et un secours, alimentent les consommateurs basse tension du navire. Fonctionnement La figure 7 est un schéma unifilaire qui ne décrit que les constituants principaux de la propulsion électrique. Le système d entraînement de l hélice par moteur synchrone à vitesse variable est du type synchroconvertisseur. Optimisation de l architecture du navire Les moteurs Diesel sont dissociés de la ligne d arbre, ce qui permet d implanter les matériels aux meilleurs emplacements possibles et d obtenir des gains de place substantiels. Ainsi, le choix d une propulsion électrique pour une série de 12 transporteurs de produits chimiques a permis de rajouter 2 cuves supplémentaires sur 40 pour certains de ces navires, ou de raccourcir les navires de 8 m sur les autres. La souplesse d implantation permet également d optimiser les formes arrières du navire et l hélice, et ainsi de compenser les pertes de rendement de la propulsion. Cela a été réalisé de manière très réussie sur les transporteurs de produits chimiques : par rapport à une solution classique diesel 2 temps, l encombrement réduit de l ensemble moteur électrique et réducteur a permis de les localiser à l extrême-arrière du navire, en épousant au mieux les formes de la coque Propulsion diesel-électrique appliquée à un sous-marin L exemple de la figure 8 est dérivé d un sous-marin conventionnel de conception récente. Ce schéma comporte : a) deux bancs de batteries (un par bord) ; ils peuvent être, pour la propulsion, couplés en série ou en parallèle par l intermédiaire du combinateur de couplage ; b) deux groupes diesel-alternateur-redresseurs identiques (G 1, G 2 ) : leur principale fonction est de recharger les bancs de batterie ; leur puissance est de quelques centaines de kilowatts et leur marche n est bien entendu possible qu en surface ou au schnorchel (dispositif spécifique assurant l évacuation des gaz) ; c) les départs vers le réseau de bord du navire : celui-ci peut être alimenté à partir de l un ou l autre bord ; d) le moteur de propulsion M : dans ce schéma simplifié, il est seul et à simple induit, mais il est le plus souvent soit à double induit, soit complété par un moteur de secours ; dans le cas où il est à double induit, les possibilités de mise en série ou en parallèle sont augmentées d autant ; e) un contacteur principal de propulsion ; f) un démarreur ; il est classiquement constitué de résistances court-circuitées par des thyristors (dans les réalisations un peu plus Alternateurredresseur G1 + Réseau de bord + G2 Combinateur de couplage Figure 8 Schéma de l installation de propulsion diesel-électrique d un sous-marin anciennes, le court-circuitage des résistances de démarrage était réalisé par des contacteurs ou un combinateur) ; g) un hacheur d induit : celui-ci, mis en ou hors circuit par le combinateur de fonctionnement à basse vitesse, permet de contrôler les vitesses à partir de la vitesse nulle ; h) un hacheur d excitation : celui-ci est bidirectionnel et prend donc en charge les renversements de sens de marche ; il faut noter que, dans certaines réalisations, le renversement de sens de marche est assuré par un inverseur d induit. 3.2 Propulsion en nacelle Rappel historique + + Contacteur principal Au début des années 1990 est apparue l idée de combiner les avantages de manœuvrabilité des propulseurs mécaniques azimutaux avec la flexibilité de conception et d utilisation apportée par la propulsion électrique. L idée de base était de loger le moteur électrique de propulsion, jusque-là intégré dans la coque, dans une nacelle, appelée pod, fixée sous la coque du navire. Ayant la possibilité d effectuer des rotations complètes sur 360, ce procédé permettait d agir à la fois comme gouvernail et comme système de propulsion (figure 9) Caractéristiques principales d une propulsion par pod Hacheur d'induit M Moteur de propulsion Combinateur de fonctionnement à basse vitesse Démarreur DC DC Hacheur d'excitation bidirectionnel La motivation première était de simplifier les systèmes existants. Comparé à un propulseur azimutal classique, arrangement complexe d engrenages en «Z», un pod permet de s affranchir des limites inhérentes à ce type de propulsion. Une des conséquences majeures est la possibilité d atteindre des puissances bien plus importantes qu avec des propulseurs azimutaux classiques. D Techniques de l Ingénieur, traité Génie électrique

9 LE NAVIRE TOUT ÉLECTRIQUE Il a été démontré qu un pod de type tracteur a un bien meilleur rendement qu un pod de type pousseur, le flux d eau à travers l hélice n étant pas perturbé par la nacelle. Télécommande L alimentation électrique du pod est strictement équivalente à celle d une propulsion électrique conventionnelle. Convertisseurs de fréquence et contrôle associé Pod Moteurs électriques synchrones Figure 9 Schéma de principe d une propulsion par pod Moteurs diesels Alternateurs Tableau de distribution L autre point majeur est l amélioration du rendement (au moins 5 %), dû à la suppression des deux engrenages de renvoi d angle. Comparé à une propulsion électrique classique, le système incorpore dans une seule unité, livrée au chantier naval en un seul bloc (figure 10) : le gouvernail ; l appareil à gouverner ; l hélice ; le moteur de propulsion ; la ligne d arbre ; les paliers ligne d arbre ; le palier butée ; le tube d étambot. Le système étant orientable sur 360, il est possible de choisir entre un pod tracteur ou un pod pousseur. En d autres termes, l hélice peut être placée soit à l avant, soit à l arrière de la nacelle Avantages d une propulsion par pod sur une propulsion électrique intégrée dans la coque Cas des navires civils Réduction de la consommation de carburant ou augmentation de la vitesse du navire La suppression de la ligne d arbre et des «bras de chaise» (c està-dire les supports de la ligne d arbre à l extérieur de la coque) permet de réduire de manière significative la résistance à l avancement du navire. En outre, l optimisation de la forme, du positionnement et de l angle de la nacelle par rapport à la coque permet de diminuer considérablement la résistance à l avancement totale et, ainsi, d accroître le rendement de l ordre de 15 % par rapport à une propulsion électrique conventionnelle. Exemple : pour un navire dont la coque a été optimisée pour ce type de propulsion, il est possible de réduire la puissance des moteurs de 12 à 20 % par rapport à une propulsion électrique classique. Cela peut se traduire soit par une réduction de la consommation de carburant à vitesse égale, soit par un accroissement de la vitesse du navire à consommation équivalente. De plus, une réduction de la consommation diminue les émissions polluantes. Gain d espace à bord du navire Comme indiqué sur la figure 10, l ensemble du système propulsif est intégré dans une nacelle fixée sous la coque du navire, libérant un espace considérable à l intérieur du navire. Propulsion en nacelle Gourvernail Hélice Paliers Appareil Moteur ligne d'arbre à gouverner Palier butée de propulsion Propulsion conventionnelle Figure 10 Comparaison entre une propulsion électrique conventionnelle et une propulsion en nacelle Techniques de l Ingénieur, traité Génie électrique D

10 LE NAVIRE TOUT ÉLECTRIQUE Le système pod permet, ainsi, d éliminer de la salle des machines certains éléments indispensables à une propulsion électrique traditionnelle : ligne d arbre, paliers, voire un éventuel réducteur. Meilleure manœuvrabilité, diminution des temps de manœuvre Un pod, orientable sur 360 avec un contrôle de couple disponible dans toutes les directions, permet une manœuvrabilité accrue du navire, d où : grande maniabilité en zone portuaire, avec pour conséquences : manœuvres plus rapides et plus sûres (environ 20 % de gain de temps) ; économies de carburant ; possibilité d économie en frais de remorquage ; réduction de la distance en crash stop ; possibilité de positionnement dynamique précis (par exemple, plates-formes pétrolières semi-submersibles) ; meilleure manœuvrabilité par gros temps et manœuvres d évitement facilitées. Réduction des bruits et vibrations à bord Le contrôle précis de l angle d assiette et de dérive de la nacelle permet d optimiser le positionnement de l hélice dans un flux d eau régulier. Ainsi sont évitées les pulsations de pression sur les pales de l hélice qui, dans une propulsion conventionnelle, engendrent une cavitation précoce et des vibrations au niveau de la coque. Le pod permet également la suppression de la ligne d arbre et des bras de chaise qui causent des perturbations dans la régularité du flux d eau. Enfin, le bruit induit par la ligne d arbre et ses paliers est complètement éliminé. Réduction du temps de construction des navires Le concept du pod permet de réduire de façon significative le temps de construction des navires ; en effet : les nacelles contenant les moteurs peuvent être livrées au chantier naval beaucoup plus tard au cours du cycle de construction que les moteurs de propulsion «conventionnels» ; l installation séparée par le chantier, dans le cas d une propulsion conventionnelle, du gouvernail, de l appareil à gouverner, de l hélice, du moteur de propulsion, de la ligne d arbre et de ses paliers, du palier butée et du tube d étambot se résument à la mise en place en un seul bloc du pod. Ces gains peuvent entraîner, selon les types de navires, une réduction du temps de construction jusqu à 20 %, et une réduction des frais d environ 10 %. Le concept du pod, appliqué, dans un premier temps, à des navires de type brise-glace, connaît actuellement une croissance notable sur les marchés de l offshore et de la croisière, et s étendra vraisemblablement à d autres types de navires tels que les navires militaires, les tankers, les câbliers, les navires de recherche Cas des navires militaires Les avantages énumérés au paragraphe restent globalement valables. Toutefois les conséquences en matière de discrétion et de vulnérabilité sont actuellement controversées. Discrétion Des bénéfices sont attendus en matière de bruits d origine hydrodynamiques. Par contre, la filtration des vibrations résiduelles dues au moteur de propulsion risque d être plus délicate. Vulnérabilité Des bénéfices sont de même attendus grâce à la réduction de la surface vulnérable ; en contrepartie, certains auteurs craignent que la structure en porte-à-faux mécanique inhérente au pod ne dégrade légèrement la tenue aux chocs. 4. Production d énergie 4.1 Généralités Le paragraphe 4 décrit les différents types de production d énergie, tant thermique (excepté nucléaire) que directe (piles à combustible), utilisés et envisagés pour les navires de surface à propulsion électrique. Les paramètres nécessaires à l établissement d un avant-projet (puissance, rendement, masse et encombrement) sont analysés pour chacun des principaux producteurs, c est-à-dire les turbines à gaz, turbines à vapeur, moteurs Diesel et piles à combustible. Une attention particulière sera portée aux moteurs Diesel et aux turbines à gaz qui assurent aujourd hui plus de 80 % de la puissance de propulsion installée. La figure 11 présente l état actuel de la puissance massique des turbines à gaz et des moteurs diesel en fonction de leur puissance. Dans le cas de la propulsion électrique, la vitesse de rotation des générateurs thermiques n est plus imposée par la vitesse de l hélice. Il devient alors possible de choisir des points de fonctionnement plus favorables selon chaque type de machine et de réseau envisagé. En alternatif La vitesse de rotation est a priori constante et limitée à tr/ min dans le cas d un entraînement direct de l alternateur et une fréquence du réseau de 60 Hz. Sous certaines conditions, on peut envisager d ajuster la fréquence du réseau en fonction de la puissance absorbée pour obtenir une meilleure utilisation du générateur. En continu La liberté de choix des vitesses de rotation des machines est plus importante. Celles-ci ne sont plus limitées par les caractéristiques du réseau. Il devient alors possible de réaliser des générateurs plus compacts. De même que pour l alternatif, on peut envisager de régler la vitesse de rotation des générateurs en fonction de la puissance absorbée. 4.2 Turbines à gaz Les turbines à gaz sont bien adaptées à la production de puissances élevées, de 10 à 45 MW, et sont moins polluantes que les moteurs Diesel du point de vue des rejets en oxyde d azote (NO x ). Les machines à cycle simple permettent d obtenir des masses spécifiques de 0,6 à 1,5 t/mw et des rendements d environ 37 % à leur point nominal de fonctionnement. Les derniers développements, récents ou en cours, ont pour objectifs d augmenter la puissance de ces machines et d améliorer leur rendement sur toute la plage de fonctionnement. Ce dernier paramètre est probablement le plus important pour la production d énergie. Les deux voies d amélioration concernent l augmentation de la température de combustion et la récupération de l énergie perdue à l échappement. D Techniques de l Ingénieur, traité Génie électrique

11 LE NAVIRE TOUT ÉLECTRIQUE Puissance massique (kw / kg) 1 0,9 0,8 0,7 0,6 0,5 0,4 0,3 0,2 0, kw / BAUDOUIN-BTI kw / WARTSILA-UD kw / MTU-8V kw / BAUDOUIN-BTI 1400 Puissance sur l'arbre (kw) / constructeur type de machine diesel : grisé ; turbine à gaz : blanc kw / PAXMAN-VAL, kw / TUBOMECA EURODYNE kw / MTU-16V kw / PAXMAN-12VP kw / WARTSILA-200 V kw / MTU-12V kw / WARTSILA-16V kw / PIELSTICK-16PA kw / CAT-3616 V kw / PIELSTICK-16PA kw / MTU-20V kw / PIELSTICK-20PA6B kw / PIELSTICK-18PC2, kw / WARTSILA-18V kw / SULZER-RTA84L kw / WARTSILA-18V kw / ROLLS-ROYCE SPEY-SM1C kw / GE LM kw / ROLLS-ROYCE-WR kw / PIELSTICK-18PC4.2B kw / SULZER-RTA84L kw / MAN-K90MCV12 Figure 11 Évolution de la puissance massique des machines en fonction de la puissance nominale Augmentation de la température de combustion Durant les dernières décennies, les températures d admission à l entrée du premier étage de détente mobile sont passées de 800 à C. Les rendements, pour des turbines de 20 MW à cycle simple, ont ainsi augmenté de 25 % en 1960 à 35 % voire 38 % à partir de Les limites de rendement prévisibles, pouvant être obtenues par l amélioration de la tenue au fluage des aubages et des systèmes de réfrigération, sont proches de 38 % à 42 %. Récupération de l énergie perdue à l échappement L énergie perdue à l échappement, pour une turbine à gaz à cycle simple, est supérieure à 50 % de l énergie qui lui est fournie. Plusieurs systèmes de récupération de cette énergie sont en cours de développement. RACER «Rankine cycle energy recovery» : l énergie en sortie de la turbine est récupérée pour produire de la vapeur et alimenter une turbine auxiliaire. ICR «Intercooled recuperated cycle» : le rendement thermique de la turbine est amélioré par réfrigération de l air entre les deux étages du compresseur et récupération de l énergie à l échappement afin de préchauffer l air en entrée de la chambre de combustion. ABC «Air bottoming cycle» : ce système permet d alimenter une turbine auxiliaire en air chaud. STIG (*marque déposée) «Steam injected gaz turbine cycle» : une chaudière de récupération de chaleur produit la vapeur injectée en même temps que le combustible dans la chambre de combustion. Ces différents systèmes améliorent le rendement de 10 à 30 %, mais impliquent une augmentation de la masse des équipements installés dans un rapport deux à trois. Les performances des machines les plus récentes sont analysées dans le tableau 1, pour les conditions d utilisation normalisées (ISO 2314 Gas Turbines Acceptance Tests) : température ambiante ou d entrée d air : 15 C ; perte de charge et contre-pression nulle sur air comburant/ échappement des gaz. La puissance maximale disponible chute d environ 1 % pour une augmentation de la température d entrée d air de 1 C au-delà de 15 C. Le rendement thermique des turbines à gaz décroît lorsque la puissance délivrée diminue. La consommation spécifique de fioul augmente par conséquent pour des fonctionnements à puissance partielle. 4.3 Turbines à vapeur La masse et l encombrement de la chaudière (tableau 2), permettant d alimenter la turbine en vapeur, pénalisent l utilisation de ce type de machine pour la propulsion des navires. Techniques de l Ingénieur, traité Génie électrique D

12 LE NAVIRE TOUT ÉLECTRIQUE Tableau 1 Caractéristiques nominales de quelques turbines (conditions d utilisation normalisées ISO) Caractéristique Cycle simple ICR Type de machine LM6000 LM2500 LM1600 SM1C (SM2) WR21 Vitesse de rotation... (tr/min) Puissance sur l arbre... (MW) 41, ,4 17,5 25 Rendement mécanique... (%) 41, ,7 Consommation spécifique. (kg/kwh) 0,203 0,228 0,228 0,235 0,198 Masse : militaire/ civile... (t) 33,4/25 22/ ,7/16 53 Volume de l enveloppe. (m 3 ) 103,5 65,3 45,7 53,1 89,7 Masse spécifique : militaire/civile... (t/mw) 0,8/0,6 0,94/ 0,7 0,84 1,46/ 0,91 2,5 Volume spécifique. (m 3 /MW) 3,1 2,8 3,2 3 4,55 Caractéristiques Tableau 2 Caractéristiques des chaudières Réalisations militaires années 1970 Réalisations militaires années 1990 Réalisations civiles Puissance de sortie de la turbine... (MW) 11,5 41 Pression maximale. (bar) 45 à Température maximale. ( C) 450 à à 540 Rendement théorique.. (%) 70 à Masse... (t) 45 à à 280 Encombrement... (m 3 ) 105 à à La masse spécifique et le volume spécifique actuellement obtenus pour l ensemble chaudière et turbine sont respectivement de 7 à 11 t/mw et de 13 à 33 m 3 /MW. L amélioration de ces caractéristiques ne peut être obtenue que par une réduction de la masse et du volume de la chaudière au détriment de son rendement. Les performances de cette technologie ont peu évolué durant les trois dernières décennies et on n imagine pas d améliorations significatives dans le futur. L utilisation des turbines à vapeur est aujourd hui réservée aux propulsions nucléaires de navires militaires, sous-marins, porteavions ou à des bâtiments particuliers tels que les méthaniers. On se limitera par conséquent à rappeler brièvement les principales caractéristiques de quelques réalisations navales. Les tableaux 3 et 4 donnent respectivement les caractéristiques nominales de la turbine et les consommations de combustible en fonction de la puissance fournie. Tableau 3 Caractéristiques nominales des turbines Pression... (bar) Température... ( C) Vide... (%) Puissance de sortie de la turbine... (MW) Vitesse de rotation... (tr/min) à à Masse... (t) Encombrement... (m 3 ) Masse spécifique... (t/mw) 1,14 1,1 0,9 Volume spécifique. (m 3 /MW) 1,14 1 0,9 Consommation combustible. (kg/kwh) 0,3 à 0,37 0,27 Tableau 4 Consommation de combustible (en kg/kwh) pour différentes puissances P délivrées (PCS = kj/kg) Pression... (bar) Température... ( C) Vide... (%) ,1 P 0,34 à 0,41 0,29 à 0,35 0,5 P 0,31 à 0,38 0,27 à 0,33 0,75 P 0,3 à 0,37 0,26 à 0,32 P 0,3 à 0,37 0,27 0,26 à 0,32 PCS : pouvoir calorifique supérieur Tableau 5 Caractéristiques des différentes catégories de moteurs Diesel Caractéristiques 4.4 Moteurs Diesel Moteurs lents Moteurs semirapides Moteurs rapides Vitesse de rotation.. (tr/min) 70 à à à Puissance délivrée... (MW) 10 à 50 6 à 22 3 à 8 Masse... (t) 250 à à à 40 Masse spécifique... (t/mw) 20 à 25 4,5 à 11,7 3 à 6 Le tableau 5 donne les principales caractéristiques pour les trois catégories de moteurs Diesel. Outre leur bon rendement, les moteurs lents permettent d entraîner directement l arbre d hélice, mais leur masse spécifique est élevée (20 à 25 t/mw). Les moteurs Diesel rapides sont mieux adaptés à l application du navire tout électrique. Ils présentent en effet des rendements D Techniques de l Ingénieur, traité Génie électrique

13 LE NAVIRE TOUT ÉLECTRIQUE supérieurs à 40 % sur toute la plage de fonctionnement comprise entre 25 et 100 % de leur puissance nominale et des masses spécifiques plus faibles. Leurs vitesses de rotation, supérieures à celles des moteurs semirapides, permettent d utiliser des alternateurs plus compacts. Leur puissance unitaire est limitée à environ 8 MW. Toutefois, pour un navire dont la puissance propulsive installée est de 40 MW, cette puissance unitaire est suffisante pour assurer sa propulsion jusqu à 60 % de sa vitesse maximale. Leurs masses spécifiques (3 à 6 t/mw) sont plus importantes que celles des turbines à gaz en ICR (2,5 t/mw). Cet inconvénient est compensé par leur bon rendement sur une plage importante de la puissance délivrée, par leur fiabilité et par une bonne adaptation au profil de mission des bâtiments de combat (fonctionnement à vitesse moyenne pendant des durées importantes). Bien que ces moteurs évoluent toujours pour procurer plus de puissance dans une masse et un encombrement plus faibles, la plupart des développements actuels visent à réduire le niveau d émissions de polluants à l échappement. Dans le tableau 6, on trouvera les caractéristiques nominales de quelques moteurs Diesel. Tableau 6 Caractéristiques nominales de quelques moteurs Diesel rapides Types de machines 20PA6B STC 20V 1163 TB Valenta V VEE Vitesse de rotation... (tr/min) Puissance sur l arbre... (MW) 8,1 7,4 3 5 Rendement... (%) Consommation spécifique... (kg/kwh) 0,196 0,218 Masse... (t) 41 20,5 9,4 30 Volume enveloppe... (m 3 ) ,8 26,2 Masse spécifique... (t/mw) 5,1 2,8 3,1 6 Volume spécifique... (m 3 /MW) 7,4 2,8 3,9 5,2 L air aspiré est réfrigéré en sortie du turbocompresseur. La température en entrée du moteur dépend donc de celle de l air aspiré mais aussi de celle de l eau de réfrigération. En général, les constructeurs garantissent les caractéristiques maximales continues pour des températures jusqu à 40 C pour l air et jusqu à 35 C pour l eau de mer. Au-delà, la puissance disponible (P) est réduite et la consommation spécifique de combustible (SFC) augmente, mais la limitation des caractéristiques due à une augmentation de la température d air est bien plus faible que celle des turbines à gaz. Contrairement aux turbines à gaz, les moteurs Diesel maintiennent leur bon rendement sur une plage de puissance importante. 4.5 Piles à combustible Les principales familles de piles à combustible sont (tableau 7) : les piles alcalines (AFC «Alkaline fuel cell») ; les piles à électrolyte polymère solide (PEMFC «Proton exchange membrane fuel cell») également appelé (SPE «Solid Polymère électrolyte» (marque déposée)) ; les piles à acide phosphorique (PAFC «Phosphoric acid fuel cell») ; les piles à carbonate fondu (MCFC «Molten carbonate fuel cell») ; les piles à oxyde solide (SOFC «Solid oxyd fuel cell»). Les piles alcalines (AFC) sont les plus anciennes et de ce fait les moins prometteuses. Le lecteur pourra utilement se reporter à l article [D 3 340] Piles à combustible de ce traité. Tableau 7 Principales caractéristiques des prototypes en cours d essais Caractéristiques PEMFC PAFC MCFC SOFC Température de fonctionnement... ( C) Tension par élément... (V) 0,7-0,8 0,7-0,8 0,7-0,8 0,84 Densité de courant normale... (ma/cm 2 ) à à à 500 Puissance prototype... (kw) Rendement... (%) < 50 < 45 < 55 < 55 Masse spécifique... (t/mw) (1) 5 à à 20 Volume spécifique... (m 3 /MW) (1) (1) Les masses et volumes spécifiques ne comprennent pas le système de réformage (production d hydrogène à partir d hydrocarbures ou de méthanol). Les piles en cours de développement présentent les avantages suivants : elles sont régies par les lois de Faraday et leur rendement théorique est nettement supérieur à celui des machines thermiques soumises au rendement de Carnot ; leur temps de montée en puissance est très inférieur à celui des machines classiques ; leurs niveaux vibratoire et acoustique devraient être bien plus faibles ; l absence de rejets nocifs dans l atmosphère répond aux attentes écologiques. Les développements ultérieurs des piles à combustible, visant à réduire leur masse et volume spécifiques, faciliteront sans doute leur utilisation à bord des navires. Les possibilités offertes par la cogénération piles à combustible/turbines à gaz seront à prendre en compte, à l horizon 2005/ 2010, notamment en terme de rendement et de production d eau douce. Techniques de l Ingénieur, traité Génie électrique D

La propulsion électrique des navires

La propulsion électrique des navires La propulsion électrique des navires 1 D après un article de Laurent Mazodier paru dans la Revue de l'electricité et de l'electronique. Quels avantages peuvent convaincre un nombre croissant de chantiers

Plus en détail

La fée électricité sous le capot?

La fée électricité sous le capot? La fée électricité sous le capot? Quand on analyse les nouvelles motorisations proposées pour les véhicules on s aperçoit vite qu elles reposent pratiquement toutes sur l emploi de moteurs électriques

Plus en détail

XDOC-MK-Novembre 2012 FR. Déplacement

XDOC-MK-Novembre 2012 FR. Déplacement Gamme XDOC-MK-Novembre 2012 FR Coques à Déplacement Gamme Coques à Déplacement La gamme Nanni pour coques à déplacement Les moteurs Nanni pour coques à déplacement ont une fiabilité record éprouvée. La

Plus en détail

Origine du courant électrique Constitution d un atome

Origine du courant électrique Constitution d un atome Origine du courant électrique Constitution d un atome Electron - Neutron ORIGINE DU COURANT Proton + ELECTRIQUE MATERIAUX CONDUCTEURS Électrons libres CORPS ISOLANTS ET CORPS CONDUCTEURS L électricité

Plus en détail

Le turbo met les gaz. Les turbines en équation

Le turbo met les gaz. Les turbines en équation Le turbo met les gaz Les turbines en équation KWOK-KAI SO, BENT PHILLIPSEN, MAGNUS FISCHER La mécanique des fluides numérique CFD (Computational Fluid Dynamics) est aujourd hui un outil abouti de conception

Plus en détail

Le moteur asynchrone triphasé

Le moteur asynchrone triphasé Cours d Electricité 2 Électrotechnique Le moteur asynchrone triphasé I.U.T Mesures Physiques Université Montpellier 2 Année universitaire 2008-2009 Table des matières 1 Définition et description 2 2 Principe

Plus en détail

Réduction de la pollution d un moteur diesel

Réduction de la pollution d un moteur diesel AUBERT Maxime SUP B Professeur accompagnateur : DELOFFRE Maximilien SUP B Mr Françcois BOIS PAGES Simon SUP E Groupe n Réduction de la pollution d un moteur diesel Introduction L Allemand Rudolf Diesel

Plus en détail

véhicule hybride (première

véhicule hybride (première La motorisation d un véhicule hybride (première HERVÉ DISCOURS [1] La cherté et la raréfaction du pétrole ainsi que la sensibilisation du public à l impact de son exploitation sur l environnement conduisent

Plus en détail

K16 CARACTERISTIQUES GENERALES PUISSANCES ENCOMBREMENT VERSION COMPACT ENCOMBREMENT VERSION INSONORISEE DEFINITION DES PUISSANCES

K16 CARACTERISTIQUES GENERALES PUISSANCES ENCOMBREMENT VERSION COMPACT ENCOMBREMENT VERSION INSONORISEE DEFINITION DES PUISSANCES Réf. moteur Réf. Alternateur Classe de performance KDW1603 AT00470T G2 CARACTERISTIQUES GENERALES Fréquence (Hz) 50 Tension de Référence (V) 400/230 Coffret Standard APM303 Coffret en Option TELYS PUISSANCES

Plus en détail

Solutions moyenne tension pour applications maritimes. Efficacité optimale sur votre navire

Solutions moyenne tension pour applications maritimes. Efficacité optimale sur votre navire Solutions moyenne tension pour applications maritimes Efficacité optimale sur votre navire Propulser le rendement et les performances vers de nouveaux horizons Coûts de l énergie en hausse. Réglementations

Plus en détail

Electrotechnique. Fabrice Sincère ; version 3.0.5 http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere/

Electrotechnique. Fabrice Sincère ; version 3.0.5 http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere/ Electrotechnique Fabrice Sincère ; version 3.0.5 http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere/ 1 Sommaire 1 ère partie : machines électriques Chapitre 1 Machine à courant continu Chapitre 2 Puissances électriques

Plus en détail

NO-BREAK KS. Système UPS dynamique PRÉSENTATION

NO-BREAK KS. Système UPS dynamique PRÉSENTATION NO-BREAK KS Système UPS dynamique PRÉSENTATION Table des matières Chapitre 1 : Description du système No-Break KS...3 Chapitre 2 : Fonctionnement lorsque le réseau est présent...4 Chapitre 3 : Fonctionnement

Plus en détail

Système d énergie solaire et de gain énergétique

Système d énergie solaire et de gain énergétique Système d énergie solaire et de gain énergétique Pour satisfaire vos besoins en eau chaude sanitaire, chauffage et chauffage de piscine, Enerfrance vous présente Néo[E]nergy : un système utilisant une

Plus en détail

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR CPTF et CSC CYCLES COMBINES A GAZ (CCG) COGÉNÉRATION DÉVELOPPEMENT DES RENOUVELABLES SOLUTIONS DE STOCKAGE CPTF ET CSC Le parc thermique est un outil essentiel pour ajuster l offre et la demande, indispensable

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

Système ASC unitaire triphasé. PowerScale 10 50 kva Maximisez votre disponibilité avec PowerScale

Système ASC unitaire triphasé. PowerScale 10 50 kva Maximisez votre disponibilité avec PowerScale Système ASC unitaire triphasé 10 50 kva Maximisez votre disponibilité avec Protection de première qualité est un système ASC triphasé de taille moyenne qui offre une protection électrique remarquable pour

Plus en détail

Systèmes d apprentissage pour les énergies renouvelables. Acquérir les compétences en s orientant à la pratique et à des projets concrets

Systèmes d apprentissage pour les énergies renouvelables. Acquérir les compétences en s orientant à la pratique et à des projets concrets Systèmes d apprentissage pour les énergies renouvelables Acquérir les compétences en s orientant à la pratique et à des projets concrets Formation de qualité Inépuisable, durable, naturel L avenir est

Plus en détail

ALFÉA HYBRID DUO FIOUL BAS NOX

ALFÉA HYBRID DUO FIOUL BAS NOX ALFÉA HYBRID BAS NOX POMPE À CHALEUR HYBRIDE AVEC APPOINT FIOUL INTÉGRÉ HAUTE TEMPÉRATURE 80 C DÉPART D EAU JUSQU À 60 C EN THERMODYNAMIQUE SOLUTION RÉNOVATION EN REMPLACEMENT DE CHAUDIÈRE FAITES CONNAISSANCE

Plus en détail

Thermostate, Type KP. Fiche technique MAKING MODERN LIVING POSSIBLE

Thermostate, Type KP. Fiche technique MAKING MODERN LIVING POSSIBLE MAKING MODERN LIVING POSSIBLE Fiche technique Thermostate, Type KP Les thermostats de type KP sont des commutateurs électriques unipolaires dont le fonctionnement est lié à la température (SPDT). Un thermostat

Plus en détail

Une efficacité garantie grâce aux combustibles solides.

Une efficacité garantie grâce aux combustibles solides. Une efficacité garantie grâce aux combustibles solides. HMX la reine du chauffage au bois. HMX la technique de chauffage optimale pour un chauffage écologique. Chaudière modulante à bûches de bois. Puissance

Plus en détail

LE CIRCUIT DE CHARGE

LE CIRCUIT DE CHARGE MAINTENANCE AUTOMOBILE 1 LE CIRCUIT DE CHARGE PROBLÈME POSÉ Les véhicules automobiles modernes sont maintenant équipés de circuits électriques et électroniques aussi variés que nombreux. Il est donc nécessaire

Plus en détail

Gestion et entretien des Installations Electriques BT

Gestion et entretien des Installations Electriques BT Durée : 5 jours Gestion et entretien des Installations Electriques BT Réf : (TECH.01) ² Connaître les paramètres d une installation basse tension, apprendre les bonnes méthodes de gestion et entretien

Plus en détail

Énergie décentralisée : La micro-cogénération

Énergie décentralisée : La micro-cogénération Énergie décentralisée : La micro-cogénération Solution énergétique pour le résidentiel et le tertiaire Jean-Paul ONANA, Chargé d activités projet PRODÉLEC PRODuction et gestion de la production d ÉLECtricité

Plus en détail

Expert en technologies de pointe pour applications en gaz industriel, énergie propre, GNL et hydrocarbures. www.cryostar.com

Expert en technologies de pointe pour applications en gaz industriel, énergie propre, GNL et hydrocarbures. www.cryostar.com Expert en technologies de pointe pour applications en gaz industriel, énergie propre, GNL et hydrocarbures www.cryostar.com L esprit Cryostar Leader commercial et technologique Cryostar est à la pointe

Plus en détail

V112-3,0 MW. Un monde, une éolienne. vestas.com

V112-3,0 MW. Un monde, une éolienne. vestas.com V112-3,0 MW Un monde, une éolienne vestas.com NOUS TENONS LES PROMESSES DE L ÉNERGIE ÉOLIENNE UNE ÉOLIENNE FIABLE ET PERFORMANTE POUR LE MONDE ENTIER Fiabilité et performances La V112-3,0 MW est une

Plus en détail

Chaudière à gaz à condensation UltraGas

Chaudière à gaz à condensation UltraGas Chaudière à gaz à condensation UltraGas Une technique de condensation au gaz avec l alufer breveté D une grande efficacité, combustion propre et facile à entretenir. 1 UltraGas (15-2000D) Vos avantages

Plus en détail

Objectifs : Notion de rendement. 1 ère GMB Technologie Les performances moteur 1 / 14

Objectifs : Notion de rendement. 1 ère GMB Technologie Les performances moteur 1 / 14 1 ère GMB Technologie Les performances moteur 1 / 14 Les performances moteur Objectifs : L élève devra être capable de : Définir et calculer un rendement global du moteur ; Citer les paramètres influents

Plus en détail

OTIS. Mod. La modernisation réinventée. Plus de sécurité Plus de fiabilité Plus de confort. Et plus d attention à l environnement.

OTIS. Mod. La modernisation réinventée. Plus de sécurité Plus de fiabilité Plus de confort. Et plus d attention à l environnement. OTIS Mod La modernisation réinventée Plus de sécurité Plus de fiabilité Plus de confort Et plus d attention à l environnement. GeN2 Mod, un concept novateur. ➍ CÂBLE TRADITIONNEL EN ACIER ➌ ➋ ➌ ➌ POULIE

Plus en détail

Gestion moteur véhicules légers

Gestion moteur véhicules légers Module 8 Gestion moteur véhicules légers Orientation véhicules légers Diagnosticien d'automobiles avec brevet fédéral Orientation véhicules utilitaires Modules 7 à 9 Modules 10 à12 Modules 1 à 6 UPSA,

Plus en détail

Les résistances de point neutre

Les résistances de point neutre Les résistances de point neutre Lorsque l on souhaite limiter fortement le courant dans le neutre du réseau, on utilise une résistance de point neutre. Les risques de résonance parallèle ou série sont

Plus en détail

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer E. BRAJEUL D. LESOURD, A. GRISEY (Ctifl) T. BEAUSSE (Gaz de France) Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier 2008 1

Plus en détail

Systèmes Autonomes Photovoltaïques : Couplage DC ou AC?

Systèmes Autonomes Photovoltaïques : Couplage DC ou AC? Systèmes Autonomes Photovoltaïques : Couplage DC ou AC? Clément Brossard, Clément Joulain, le 10/07/2014 Sommaire 1. Introduction... 2 2. Couplage DC... 2 a) Présentation... 2 b) Fonctionnement et régulation...

Plus en détail

Besoin en puissance d une chaufferie

Besoin en puissance d une chaufferie Besoin en puissance d une chaufferie Le surdimensionnement fréquent des anciennes chaufferies trouve son origine dans le fait que les chauffagistes ou les bureaux d'étude avaient pour habitude de prendre

Plus en détail

>> Compacte et légère >> Installation rapide et simple >> Maintenance aisée. << project.dedietrich-thermique.fr >> Le Confort Durable PMC-X

>> Compacte et légère >> Installation rapide et simple >> Maintenance aisée. << project.dedietrich-thermique.fr >> Le Confort Durable PMC-X SOLAIRE BOIS POMPES À CHALEUR CONDENSATION FIOUL/GAZ PMC-X CHAUDIÈRE MURALE GAZ À CONDENSATION MICRO-ACCUMULÉE PROJECT L essentiel de la condensation >> Compacte et légère >> Installation rapide et simple

Plus en détail

Les machines électriques Électricité 2 Électrotechnique Christophe Palermo IUT de Montpellier Département Mesures Physiques & Institut d Electronique du Sud Université Montpellier 2 e-mail : Christophe.Palermo@univ-montp2.fr

Plus en détail

2105-2110 mm 1695 mm. 990 mm Porte-à-faux avant. Modèle de cabine / équipage Small, simple / 3. Codage 46804211 46804311 46804511

2105-2110 mm 1695 mm. 990 mm Porte-à-faux avant. Modèle de cabine / équipage Small, simple / 3. Codage 46804211 46804311 46804511 CANTER 3S13 2105-2110 mm 1695 mm 990 mm Porte-à-faux avant 3500 3995 4985 Longueur max. de carrosserie** 2500 2800 3400 Empattement 4635 4985 5785 Longueur hors tout Masses/dimensions Modèle 3S13 Modèle

Plus en détail

Actions de réduction de bruit sur un moteur poids lourd

Actions de réduction de bruit sur un moteur poids lourd 10 Actions de réduction de bruit sur un moteur poids lourd Laurent Moulin, Renault VI, 99, route de Lyon, 69802 Saint Priest, e-mail : laurent.moulin@renaultvi.com D epuis 1974 à aujourd hui, la réglementation

Plus en détail

Conversion électronique statique

Conversion électronique statique Conversion électronique statique Sommaire I) Généralités.2 A. Intérêts de la conversion électronique de puissance 2 B. Sources idéales.3 C. Composants électroniques..5 II) III) Hacheurs..7 A. Hacheur série

Plus en détail

FUEL / GAZ / ÉLECTRIQUE

FUEL / GAZ / ÉLECTRIQUE EPA Environnement Peinture et Application ÉTUVES POUR SÉCHAGE CUISSON PEINTURE OU POUDRE AVEC ÉCHANGEUR FUEL / GAZ / ÉLECTRIQUE 200 C 95 C 0 à 95 C pour peinture liquide / colle 0 à 200 C pour peinture

Plus en détail

CIRCUITS DE PUISSANCE PNEUMATIQUES

CIRCUITS DE PUISSANCE PNEUMATIQUES V ACTIONNEURS PNEUMATIQUES : 51 Généralités : Ils peuvent soulever, pousser, tirer, serrer, tourner, bloquer, percuter, abloquer, etc. Leur classification tient compte de la nature du fluide (pneumatique

Plus en détail

27/31 Rue d Arras 92000 NANTERRE Tél. 33.(0)1.47.86.11.15 Fax. 33.(0)1.47.84.83.67

27/31 Rue d Arras 92000 NANTERRE Tél. 33.(0)1.47.86.11.15 Fax. 33.(0)1.47.84.83.67 Caractéristiques standards MODELE Puissance secours @ 50Hz Puissance prime @ 50Hz Moteur (MTU, 16V4000G61E ) Démarrage électrique, alternateur de charge 24 V, régulation Elec Alternateur (LEROY SOMER,

Plus en détail

Ventilateurs centrifuges pour cuisines collectives non classées et nombreux autres domaines d application. Ventilateurs centrifuges MegaBox

Ventilateurs centrifuges pour cuisines collectives non classées et nombreux autres domaines d application. Ventilateurs centrifuges MegaBox Ventilateurs centrifuges Points forts de la gamme Ventilateur centrifuge insonorisé Groupe moto-turbine monté sur porte avec charnières pour un nettoyage et un entretien facilités Moteur à vitesse variable,

Plus en détail

Etude d une installation de cogénération industrielle

Etude d une installation de cogénération industrielle Etude d une installation de cogénération industrielle Objectif du TD : L objectif de ce TD est l étude et la modélisation sous Thermoptim d une installation de cogénération existante, et l influence des

Plus en détail

Volvo FE hybride Pour la distribution et la collecte des ordures

Volvo FE hybride Pour la distribution et la collecte des ordures Volvo FE hybride Pour la distribution et la collecte des ordures Avec des PTR jusqu à 26 tonnes, le Volvo FE hybride réunit tous les atouts pour la collecte des ordures et la distribution. Le moteur électrique

Plus en détail

1 ROLE ET DESCRIPTION DES DIESELS D ULTIME SECOURS

1 ROLE ET DESCRIPTION DES DIESELS D ULTIME SECOURS Fontenay-aux-Roses, le 9 juillet 2014 Monsieur le président de l Autorité de sûreté nucléaire Avis/IRSN N 2014-00265 Objet : Réacteurs électronucléaires EDF - Réacteur EPR de Flamanville 3 Conception détaillée

Plus en détail

jusqu à 250 bar jusqu à 12,6 l/min adapté pour: durées de service réduites S2 service intermittent S3 HYDAC Générateur hydraulique CA

jusqu à 250 bar jusqu à 12,6 l/min adapté pour: durées de service réduites S2 service intermittent S3 HYDAC Générateur hydraulique CA jusqu à 250 bar jusqu à 12,6 l/min adapté pour: durées de service réduites S2 service intermittent S3 HYDAC Générateur hydraulique CA 1. DONNEES TECHNIQUES 1.1 GENERALITES Utilisation en service réduit

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL TECHNIQUE

RÉFÉRENTIEL TECHNIQUE SYSTÈMES ÉNERGÉTIQUES INSULAIRES RÉFÉRENTIEL TECHNIQUE CONTRÔLES DES PERFORMANCES AVANT LA MISE EN EXPLOITATION DEFINITIVE DES INSTALLATIONS DE PRODUCTION D ÉNERGIE ÉLECTRIQUE RACCORDÉES EN HTB DANS LES

Plus en détail

Chaudière à condensation fioul WTC-OW

Chaudière à condensation fioul WTC-OW Chaudières à condensation fioul murales Thermo Condens WTC-OW Chaudière à condensation fioul WTC-OW Echangeur très performant en Si/Al Brûleur fioul Premix Le fonctionnement silencieux et l utilisation

Plus en détail

L énergie sous toutes ses formes : définitions

L énergie sous toutes ses formes : définitions L énergie sous toutes ses formes : définitions primaire, énergie secondaire, utile ou finale. Quelles sont les formes et les déclinaisons de l énergie? D après le dictionnaire de l Académie française,

Plus en détail

Extraction et production

Extraction et production Alimenter en énergie électrique les plates-formes offshore Quelles solutions pour couvrir les besoins énergétiques des plates-formes pétrolières et gazières? Rahul Chokhawala La fourniture d électricité

Plus en détail

Le triac en commutation : Commande des relais statiques : Princ ipe électronique

Le triac en commutation : Commande des relais statiques : Princ ipe électronique LES RELAIS STATIQUES (SOLID STATE RELAY : SSR) Princ ipe électronique Les relais statiques sont des contacteurs qui se ferment électroniquement, par une simple commande en appliquant une tension continue

Plus en détail

1- Maintenance préventive systématique :

1- Maintenance préventive systématique : Page 1/9 Avant toute opération vérifier que le système soit correctement consigné. Avant de commencer toute activité, vous devez être en possession d une attestation de consignation 1- Maintenance préventive

Plus en détail

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 Pour faciliter la correction et la surveillance, merci de répondre aux 3 questions sur des feuilles différentes et d'écrire immédiatement votre nom sur toutes

Plus en détail

Dimensionnement d une roue autonome pour une implantation sur un fauteuil roulant

Dimensionnement d une roue autonome pour une implantation sur un fauteuil roulant Dimensionnement d une roue autonome pour une implantation sur un fauteuil roulant I Présentation I.1 La roue autonome Ez-Wheel SAS est une entreprise française de technologie innovante fondée en 2009.

Plus en détail

HRC 15% 23% haute température 70 C AUER 1892-2012. - 120 ans d innovations. Le chauffage garanti même par grands froids! www.auer.fr.

HRC 15% 23% haute température 70 C AUER 1892-2012. - 120 ans d innovations. Le chauffage garanti même par grands froids! www.auer.fr. AUER 1892-2012 1892-2012 - 120 ans d innovations www.auer.fr 70 HRC modulante haute température 70 C é néficiez 15% de Le chauffage garanti même par grands froids! ou que t d e tr a énéficiez va u x 23%

Plus en détail

par Jacques DURANDEAU Ingénieur de l École Nationale Supérieure d Arts et Métiers Directeur de SETRADEX Conseil

par Jacques DURANDEAU Ingénieur de l École Nationale Supérieure d Arts et Métiers Directeur de SETRADEX Conseil Escaliers mécaniques Trottoirs roulants par Jacques DURANDEAU Ingénieur de l École Nationale Supérieure d Arts et Métiers Directeur de SETRADEX Conseil 1. Définitions... C 3 726-2 2. Constitution... 3

Plus en détail

MOBILAIR M 13 M 15 M 17 Avec le PROFIL SIGMA de réputation mondiale

MOBILAIR M 13 M 15 M 17 Avec le PROFIL SIGMA de réputation mondiale Compresseurs mobiles pour le B.T.P. MOBILAIR M 13 M 15 M 1 Avec le PROFIL SIGMA de réputation mondiale Débit : 0,5 à 1,6 m³/min M13 / M15 / M1 Il trouve partout sa place Petits mais puissants La puissance

Plus en détail

Série 77 - Relais statiques modulaires 5A. Caractéristiques. Relais temporisés et relais de contrôle

Série 77 - Relais statiques modulaires 5A. Caractéristiques. Relais temporisés et relais de contrôle Série 77 - Relais statiques modulaires 5A Caractéristiques 77.01.x.xxx.8050 77.01.x.xxx.8051 Relais statiques modulaires, Sortie 1NO 5A Largeur 17.5mm Sortie AC Isolation entre entrée et sortie 5kV (1.2/

Plus en détail

Le moteur roue électrique dans les transports terrestres

Le moteur roue électrique dans les transports terrestres Le moteur roue électrique dans les transports terrestres Robert BERNARD Directeur, NOVELTÉ Système, 6 avenue des usines 90000 BELFORT robert.bernard@novelte-systeme.fr En collaboration avec : Christophe

Plus en détail

Les différentes technologies

Les différentes technologies Les différentes technologies 1 2 Différentes architectures pour la traction Le véhicule tout électrique Mono moteur Bi moteur Le véhicule électrique (mono moteur) Architecture avec moteur à courant continu

Plus en détail

Tableau des consommations moyennes recueillies en décembre 2011 par enquête sur plusieurs forums nautiques et en direct auprès d amis plaisanciers.

Tableau des consommations moyennes recueillies en décembre 2011 par enquête sur plusieurs forums nautiques et en direct auprès d amis plaisanciers. Tableau des consommations moyennes recueillies en décembre 2011 par enquête plusieurs forums nautiques et en direct auprès d amis plaisanciers. Type Moteur Poids tonne Puiss Nom CV Régime Croisière t/mn

Plus en détail

Consommation de diesel pour les véhicules à moteurs

Consommation de diesel pour les véhicules à moteurs Consommation de diesel pour les véhicules à moteurs VD 4-601 f 09.2008 Ayez un meilleur contrôle sur votre consommation de diesel et économisez de l argent! Le DFM-System est un appareil de mesure de très

Plus en détail

Canter Eco Hybrid Mitsubishi Fuso

Canter Eco Hybrid Mitsubishi Fuso Canter Eco Hybrid Mitsubishi Fuso Camion de petit tonnage à propulsion hybride Premier camion hybride de Daimler Trucks Environ 200 unités produites en un peu plus d un an Avec le Canter Eco Hybrid, Mitsubishi

Plus en détail

ROTEX E-SolarUnit - Chaleur du soleil et courant électrique.

ROTEX E-SolarUnit - Chaleur du soleil et courant électrique. ROTEX E-SolarUnit : Accumulateur d eau chaude sanitaire avec option solaire et générateur de chaleur électrique. ROTEX E-SolarUnit - Chaleur du soleil et courant électrique. E-SolarUnit - Chaleur du soleil

Plus en détail

Chaudières et chaufferies fioul basse température. Olio 1500, 2500, 3500, 4500, 7000

Chaudières et chaufferies fioul basse température. Olio 1500, 2500, 3500, 4500, 7000 Olio 1500, 2500, 3500, 4500, 7000 Chaudières et chaufferies fioul basse température 2 Chaudières et chaufferies fioul basse température Olio 1500 F. La qualité et la robustesse au meilleur prix. Les chaudières

Plus en détail

La solution éco performante pour la sécurisation de l alimentation électrique des Datacenters à haut niveau de disponibilité

La solution éco performante pour la sécurisation de l alimentation électrique des Datacenters à haut niveau de disponibilité La solution éco performante pour la sécurisation de l alimentation électrique des Datacenters à haut niveau de disponibilité Alimentation Sans Interruption en liaison avec : Les échanges et besoins en

Plus en détail

Bus hybrides Scania : un concept novateur qui améliore le rendement de 25 %

Bus hybrides Scania : un concept novateur qui améliore le rendement de 25 % PRESS info P09601FR / Per-Erik Nordström Mai 2009 Bus hybrides Scania : un concept novateur qui améliore le rendement de 25 % Scania lance un vaste programme d essais en service réel d une chaîne cinématique

Plus en détail

ventilation Caisson de ventilation : MV

ventilation Caisson de ventilation : MV ventilation Caisson de ventilation : MV FTE 101 148 C Septembre 2012 MV caisson de ventilation économique Descriptif technique Encombrement, réservation et poids Ø X Y Z H h A B Poids (kg) MV5-6P 248 450

Plus en détail

MOTO ELECTRIQUE. CPGE / Sciences Industrielles pour l Ingénieur TD06_08 Moto électrique DIAGRAMME DES INTER-ACTEURS UTILISATEUR ENVIRONNEMENT HUMAIN

MOTO ELECTRIQUE. CPGE / Sciences Industrielles pour l Ingénieur TD06_08 Moto électrique DIAGRAMME DES INTER-ACTEURS UTILISATEUR ENVIRONNEMENT HUMAIN MOTO ELECTRIQUE MISE EN SITUATION La moto électrique STRADA EVO 1 est fabriquée par une société SUISSE, située à LUGANO. Moyen de transport alternatif, peut-être la solution pour concilier contraintes

Plus en détail

Zetor major. www.zetor.be. Le tracteur avec toutes les aptitudes de base. Zetor Major

Zetor major. www.zetor.be. Le tracteur avec toutes les aptitudes de base. Zetor Major major 80 Major Zetor major Le tracteur avec toutes les aptitudes de base Le Major avec un moteur de 80 ch offre toutes les aptitudes de base qu un tracteur doit avoir! Son coût d utilisation est faible

Plus en détail

Etude Annuelle. Analyse expérimentale et données constructeur. Comportement «durable» Contenu. Citroën C4-Coupé, Entreprise.

Etude Annuelle. Analyse expérimentale et données constructeur. Comportement «durable» Contenu. Citroën C4-Coupé, Entreprise. décembre 8 Yann DUCHEMIN Citroën C4-Coupé, Entreprise Etude Annuelle Analyse expérimentale et données constructeur Au terme d une année d utilisation d un véhicule de marque Citroën, et de type C4- coupé

Plus en détail

GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE

GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE Distributeur exclusif de GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE INTRODUCTION...2 GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE...2 La température...2 Unités de mesure de température...3 Echelle de température...3

Plus en détail

Notions fondamentales sur le démarrage des moteurs

Notions fondamentales sur le démarrage des moteurs Notions fondamentales sur le démarrage des moteurs Démarrage traditionnel Démarreur progressif, convertisseur de fréquence Motor Management TM Préface Ce manuel technique sur le démarrage des moteurs fait

Plus en détail

MTS. Systèmes de tests de compteurs

MTS. Systèmes de tests de compteurs MTS Systèmes de tests de compteurs - Générateur de signaux arbitraires - Amplificateurs - Compteur étalon - Calculateur d erreur - Têtes de lecture - Transformateurs Conception d un système standard ou

Plus en détail

Hoval UltraGas AM condens. Chaudière à gaz au sol, à condensation jusqu à 1 300 kw.

Hoval UltraGas AM condens. Chaudière à gaz au sol, à condensation jusqu à 1 300 kw. Hoval UltraGas AM condens. Chaudière à gaz au sol, à condensation jusqu à 1 300 kw. A l extérieur on se bat contre les humeurs du temps pour évacuer la neige avec de gros engins. A l intérieur on s assied

Plus en détail

Bateau à moteur PROPULSEURS. Comment choisir le propulseur adapté à vos besoins. Bateau 1 Tableau 1. Bateau 2. Bateau 4. Bateau 1. Bateau 3.

Bateau à moteur PROPULSEURS. Comment choisir le propulseur adapté à vos besoins. Bateau 1 Tableau 1. Bateau 2. Bateau 4. Bateau 1. Bateau 3. PROPULSEURS Comment choisir le propulseur adapté à vos besoins En tunnel ou rétractable? Les propulseurs en tunnel représentent une solution simple et efficace pour les bateaux à moteur et voiliers à fort

Plus en détail

Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz

Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz Office fédéral de l énergie Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz 1 1 Introduction Correctement dimensionnée et dotée d une puissan-ce calorifique adaptée, l installation de chauffage fonctionne

Plus en détail

Système de graissage par injection SKF

Système de graissage par injection SKF 1-4101-FR Système de graissage par injection SKF Lubrification pour chaîne et galets de convoyeurs par injection de graisse directement dans les axes Les systèmes de graissage GVP permettent le graissage

Plus en détail

DAHER-SOCATA dévoile le TBM 900, son nouveau TBM

DAHER-SOCATA dévoile le TBM 900, son nouveau TBM Aéronautique & Défense DAHER-SOCATA dévoile le TBM 900, son nouveau TBM Après plus de 3 ans de développement, le TBM 900 vole plus vite et plus loin Certifié, l avion est déjà en production, commandé et

Plus en détail

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage M. Prévost Version V2/ nov 2006 Structure du cours Partie 1 : Introduction Partie 2 : Mise en contact de Gaz et de

Plus en détail

Maîtrisez votre confort en toutes saisons

Maîtrisez votre confort en toutes saisons Maîtrisez votre confort en toutes saisons CF2 de Danfoss La régulation sans fil des planchers chauffants/rafraichissants Plus de confort et moins de consommation d énergie Une des vocations de Danfoss

Plus en détail

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES CHAPITRE 1 NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1 suite Chapitre 1 : NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1.1 Généralités 1.2 L'énergie dans le monde 1.2.1 Qu'est-ce que l'énergie? 1.2.2 Aperçu sur

Plus en détail

REMOTORISATION CONSEILS UTILES POUR UNE REMOTORISATION REUSSIE

REMOTORISATION CONSEILS UTILES POUR UNE REMOTORISATION REUSSIE REMOTORISATION CONSEILS UTILES POUR UNE REMOTORISATION REUSSIE TABLE DES MATIERES REMOTORISATION. UNE BONNE IDEE? Vous pensez à un nouveau moteur pour votre bateau? 3 Comment tirer profit d un nouveau

Plus en détail

AQUASNAP TOUT INTÉGRÉ RIEN À AJOUTER 30RY/30RYH REFROIDISSEURS DE LIQUIDE / POMPES À CHALEUR GAINABLES

AQUASNAP TOUT INTÉGRÉ RIEN À AJOUTER 30RY/30RYH REFROIDISSEURS DE LIQUIDE / POMPES À CHALEUR GAINABLES AQUASNAP TM REFROIDISSEURS DE LIQUIDE / POMPES À CHALEUR GAINABLES 30RY/30RYH TOUT INTÉGRÉ RIEN À AJOUTER S INTÉGRER SANS ÊTRE VU UN VÉRITABLE CONCEPT URBAIN INVISIBLE! Invisible, inaudible, discret, l

Plus en détail

FICHE PRODUIT CSI 6500 Machinery Health TM Monitor

FICHE PRODUIT CSI 6500 Machinery Health TM Monitor ? TM Suite FICHE PRODUIT CSI 6500 Machinery Health TM Monitor Protection et surveillance vibratoire des machines tournantes critiques de l usine Information de surveillance vibratoire temps réel des machines

Plus en détail

Optimisations énergétiques sur un réseau vapeur

Optimisations énergétiques sur un réseau vapeur Optimisations énergétiques sur un réseau vapeur Table des Matières A. Utilisations de la vapeur et terminologie Chaleur latente,chaleur sensible La boucle vapeur Le prix de la vapeur B. Optimisation de

Plus en détail

Pompe à chaleur Air-Eau. Confort et économies

Pompe à chaleur Air-Eau. Confort et économies Pompe à chaleur Air-Eau Confort et économies Le système de chauffage réversible de l avenir! Un pas en avant pour réduire les émissions de CO₂. L augmentation des émissions de CO₂ et autres gaz à effet

Plus en détail

Réussir son installation domotique et multimédia

Réussir son installation domotique et multimédia La maison communicante Réussir son installation domotique et multimédia François-Xavier Jeuland Avec la contribution de Olivier Salvatori 2 e édition Groupe Eyrolles, 2005, 2008, ISBN : 978-2-212-12153-7

Plus en détail

Les installations de brûleurs de Zantingh. La certitude d un chauffage écologique et économique en énergie

Les installations de brûleurs de Zantingh. La certitude d un chauffage écologique et économique en énergie Les installations de brûleurs de Zantingh La certitude d un chauffage écologique et économique en énergie You Zantingh fabrique des brûleurs au gaz sous son propre nom depuis 1970. Au cours des années,

Plus en détail

Véhicule Electrique Electrique 1/5

Véhicule Electrique Electrique 1/5 Véhicule Electrique Electrique 1/5 I Limite de l étude ElectricPowered Vehicle 1 2 3 4 Electrique 2/5 II Principe de fonctionnement Batteries Haute Tension Régulateur Variateur Convertisseur Onduleur Moteur

Plus en détail

Mdrive4K. Technic achat 9, rue du Lugan 33 130 Bègles. Tel : 05 57 96 38 33 Fax : 05 56 87 97 66 contact@technic-achat.com

Mdrive4K. Technic achat 9, rue du Lugan 33 130 Bègles. Tel : 05 57 96 38 33 Fax : 05 56 87 97 66 contact@technic-achat.com Technic achat 9, rue du Lugan 33 130 Bègles Tel : 05 57 96 38 33 Fax : 05 56 87 97 66 contact@technic-achat.com Mdrive4K Manuel d utilisation du MDrive-Version1.0-02/11/2010 Page 1 Schéma de câblage du

Plus en détail

DimNet Gradateurs Numériques Evolués Compulite. CompuDim 2000

DimNet Gradateurs Numériques Evolués Compulite. CompuDim 2000 DimNet Gradateurs Numériques Evolués Compulite La gamme des gradateurs Compulite est conçue autour des technologies les plus récentes et les plus évoluées que ces 20 dernières années ont vu apparaître.

Plus en détail

Les véhicules La chaîne cinématique

Les véhicules La chaîne cinématique Un peu d histoire 1862 : M. BEAU DE ROCHAS invente le cycle à 4 temps 1864 : premier moteur à 4 temps, par M.OTTO 1870 : industrialisation de la voiture 1881 : première voiture électrique par M. JEANTAUD

Plus en détail

Lindab Poutres climatiques. Terminaux à eau. Avantages Larges gammes de poutres certifiées EUROVENT

Lindab Poutres climatiques. Terminaux à eau. Avantages Larges gammes de poutres certifiées EUROVENT lindab poutres Avantages Larges gammes de poutres certifiées EUROVENT Eco-énergétique Applications Tertiaires (bureaux, hôpitaux, hôtels...) Modularité et design Neuf et rénovation Simplicité de montage

Plus en détail

Page : 1 de 6 MAJ: 01.03.2010. 2-10_Chaudieresbuches_serie VX_FR_010310.odt. Gamme de chaudières VX avec régulation GEFIcontrol :

Page : 1 de 6 MAJ: 01.03.2010. 2-10_Chaudieresbuches_serie VX_FR_010310.odt. Gamme de chaudières VX avec régulation GEFIcontrol : Page : 1 de 6 Gamme de chaudières VX avec régulation GEFIcontrol : Référence article 058.01.250: VX18 Référence article 058.01.251: VX20 Référence article 058.01.252: VX30 Chaudière spéciale à gazéification

Plus en détail

WWW.ELCON.SE Multichronomètre SA10 Présentation générale

WWW.ELCON.SE Multichronomètre SA10 Présentation générale WWW.ELCON.SE Multichronomètre SA10 Présentation générale Le SA10 est un appareil portable destiné au test des disjoncteurs moyenne tension et haute tension. Quoiqu il soit conçu pour fonctionner couplé

Plus en détail

2.1 Détermination de la puissance du générateur de chaleur

2.1 Détermination de la puissance du générateur de chaleur Détermination de la puissance du générateur de chaleur 1 Marche à suivre Un dimensionnement correct des installations de chauffage est essentiel pour l utilisation rationnelle de l énergie dans les bâtiments.

Plus en détail

TRAITEMENT DE DONNÉES

TRAITEMENT DE DONNÉES Local Area Net works (LAN) SERVEURS CENTRES DE TRAITEMENT DE DONNÉES DISPOSITIFS POUR LES TÉLÉCOMMU- NICATIONS e-business (Parcs de serveurs, ISP/ASP/POP) API INDUSTRIELS DISPOSITIFS ÉLECTRO- MÉDICAUX

Plus en détail

Remplacement des chaudières dans les immeubles d appartements

Remplacement des chaudières dans les immeubles d appartements Remplacement des chaudières dans les immeubles d appartements Xavier Kuborn 7 octobre 2014 Avec le support de la guidance technologique éco-construction et développement durable de la Région de Bruxelles-Capitale

Plus en détail

Sommaire Parties engagées... 2 Préambule... 2 Synthèse des résultats et conclusion de ces tests.... 3 II.

Sommaire Parties engagées... 2 Préambule... 2 Synthèse des résultats et conclusion de ces tests.... 3 II. 0 Sommaire Parties engagées... 2 Préambule... 2 I. Synthèse des résultats et conclusion de ces tests.... 3 1. Réduction de la consommation de carburant... 4 2. Réduction des émissions de gaz polluants...

Plus en détail