Le navire tout électrique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le navire tout électrique"

Transcription

1 Le navire tout électrique Propulsion et production d énergie par Gérard FILLIAU Chef du groupe Énergie Propulsion Service des Programmes Navals Ministère de la Défense-DGA Alain BONDU Ingénieur système Jeumont Industrie. Division Marine Intervenant à l École Nationale Supérieure des Techniques Avancées et Laurent MAZODIER Senior Business Manager Marine and Offshore Systems Alstom Power Conversion 1. Généralités... D Définition des besoins en énergie Navire de croisière Frégate Tanker Navire de recherche offshore Propulsion et architecture électrique Propulsion intégrée dans la coque Propulsion en nacelle Production d énergie Généralités Turbines à gaz Turbines à vapeur Moteurs Diesel Piles à combustible Pour en savoir plus... Doc. D L es applications de la propulsion électrique des navires sont plus anciennes qu on ne le croit généralement. Dès le tout début du XX e siècle, elles apparaissent pour les sous-marins, puis pour des cuirassés, des porte-avions et des brise-glace. Enfin, dans les années 1930, le prestigieux «Normandie» ( ch) traversait l Atlantique à 30 nœuds, ses quatre hélices de ch chacune étant entraînées par des moteurs électriques. Il s agissait, à l époque, de systèmes du type «arbre électrique» entre la turbine à vapeur et l hélice, en remplacement de la longue ligne d arbre et du réducteur associé. Par «arbre électrique» on entend une liaison borne à borne entre génératrice et moteur, laquelle, aux puissances considérées, ne pouvait se faire, pour ces grands paquebots, que par des «arbres» constitués par un alternateur entraîné par une turbine et un moteur synchrone ou asynchrone. Vinrent ensuite, pendant la Seconde Guerre mondiale, des propulsions «diesels-électriques» et en particulier les «T2», et, dans l après-guerre, des transmissions à réglage de vitesse du type «Ward-Léonard». Rappelons que le «Ward-Léonard» est l association d une génératrice à courant continu et d un Techniques de l Ingénieur, traité Génie électrique D

2 LE NAVIRE TOUT ÉLECTRIQUE ou plusieurs moteurs à courant continu, du type à excitation séparée, disposés en série et qui offrait ainsi, de manière assez rustique mais réelle, à la fois les avantages de l arbre électrique et de la vitesse variable par le réglage des excitations. Le développement prodigieux de l électronique de puissance, à partir des années 1960, n a pas été appliqué dans la marine aussi fortement que dans l industrie. Sauf quelques navires, comme par exemple pour la recherche océanographique, la pose de câbles et les brise-glace, il faut attendre pratiquement le début des années 1990 pour voir enfin le «tout électrique» s appliquer aux paquebots modernes de croisière. L article «Le navire tout électrique» fait l objet de plusieurs fascicules : D 5610 Propulsion et production d énergie D 5615 État de l art des composants D 5620 Évolutions et systèmes de conduite Les sujets ne sont pas indépendants les uns des autres. Le lecteur devra assez souvent se reporter aux autres fascicules. 1. Généralités Par «navire tout électrique», nous entendons, aujourd hui, des bâtiments dont la distribution d énergie est entièrement électrique et pratiquement commune au réseau de bord et à la propulsion. La production d énergie est constituée de groupes électrogènes plus ou moins regroupés, selon les exigences architecturales civiles ou militaires. Les applications aux bâtiments de combat sont retardées par rapport aux applications de la marine civile, du fait des contraintes particulières de masse et de volume de ces navires très fortement «motorisés». On compte beaucoup, dans ce secteur, sur la généralisation des nouvelles techniques de machines tournantes et de convertisseurs statiques : nouvelles techniques de machines plus compactes et mieux adaptées aux vitesses des turbines et des hélices ; nouvelles techniques de convertisseurs plus universels et plus compacts. La grande finalité du «tout électrique» est essentiellement l ouverture à toutes les techniques modernes et futures. Dans l immédiat, et en particulier pour les paquebots, on y a vu les avantages sur l architecture, le confort, la souplesse d exploitation et de pilotage, ainsi que sur la gestion de l énergie avec, en fin de compte, une économie substantielle sur le coût de fonctionnement, pour l armateur. Pour les bâtiments de combat, l expression «tout électrique» implique, outre les avantages en discrétion, en souplesse d exploitation et de pilotage, en fiabilité et en gestion de l énergie, les notions des futures armes électriques et de production d énergie électrique par piles à combustible. D une manière générale, les finalités recherchées sont, principalement : une grande souplesse architecturale à la conception et à la construction du navire (aménagement amélioré), pouvant aller jusqu à la suppression de toute ligne d arbre ; cette souplesse architecturale permet un choix d esquisses de navires beaucoup plus vaste que les solutions de propulsion classiques ; une globalisation des moyens de production d énergie, d où une réduction du nombre de types de générateurs au niveau de toute une flotte, ainsi que de leur nombre à bord d un navire (réduction du nombre de 8 à 4 ou 5), et un fonctionnement optimisé de ceux-ci ; une amélioration de la disponibilité des installations (réseaux électriques) ; une plus grande souplesse de mise en œuvre (manœuvrabilité, temps de réponse, reconfiguration) ; un allégement de la logistique et de la maintenance ; un meilleur potentiel de croissance des capacités du navire sur sa durée de vie (refonte, modernisation) ; une réduction des consommations aux différentes vitesses, pour une autonomie donnée, et donc une réduction du coût de fonctionnement. Certaines finalités concernent spécialement les navires de guerre : une réduction des signatures (acoustique, infrarouge, électromagnétique, sillage...) ; une réduction de la vulnérabilité (répartition des moyens de production, diminution de la longueur des lignes d arbre) ; une capacité d adaptation aux armes futures (hautes énergies pulsées). Une des principales réalisations types est le navire de croisière Legend of the Seas (figure 1) qui comporte : 5 diesels générateurs de 11,4 MW 6,6 kv ; 2 moteurs électriques de propulsion de 20,1 MW. 2. Définition des besoins en énergie La présentation est faite en prenant pour exemple les quatre types de navire suivants : navire de croisière, frégate, tanker, navire de recherche offshore. La figure 2 donne la puissance propulsive en fonction de la vitesse pour ces quatre types de navire. D Techniques de l Ingénieur, traité Génie électrique

3 LE NAVIRE TOUT ÉLECTRIQUE Figure 1 Réalisation type d un navire tout électrique : Legend of the Seas Vitesse du navire (nœuds) Navire de recherche offshore t Tanker t Campagne de mesure Route libre Croisière t Figure 2 Puissance propulsive en fonction de la vitesse pour les quatre types de navire 2.1 Navire de croisière Frégate t À ce jour, on peut dire que la propulsion électrique est devenue un standard sur tous les gros navires de croisière ; les finalités, telles que décrites au paragraphe 1, ont convaincu les principaux armateurs quant aux gains d exploitation qu ils pouvaient retirer d un navire «tout électrique» par rapport à un navire à propulsion mécanique. Le plus gros navire de croisière à propulsion électrique à vitesse variable en service à ce jour est le Queen Elisabeth II ; modernisé à la fin des années 1980, il est aujourd hui équipé de deux moteurs électriques de 44 MW chacun. Néanmoins, la puissance propulsive des navires de croisière à propulsion électrique actuels se situe entre 2 x 5 MW et 2 x 20 MW. On peut également noter que, dans un navire de croisière à propulsion électrique, le système de propulsion est de loin le plus gros Puissance propulsive (MW) consommateur du bord (cela étant d ailleurs également vrai pour les autres types de navire). Pour un bâtiment de t, les besoins en énergie sont, à titre d exemple, les suivants : Propulsion principale (figure 2)...2 x 2,7 MW à 15 nœuds 2 x 4,7 MW à 18 nœuds 2 x 7,3 MW à 20 nœuds 2 x 9,2 MW à 21 nœuds (dont 15 % de marge de mer) Propulsion auxiliaire... 2 x 1 MW (propulseurs d étrave) Compresseurs d air conditionné... 2 x 1 MW Réseau de bord (440 V-60 Hz)... 4 MW en navigation Utilisation : 54 % du temps au port 6 % du temps en manœuvre 13 % du temps à environ 15 nœuds 27 % du temps à environ 20 nœuds (sur la base d une semaine de croisière) Dans ces conditions, la production d énergie électrique doit être d environ : 10 MW en navigation à 15 nœuds ; 20 MW en navigation à 20 nœuds. Les modes de marche du navire étant très différents, la configuration des groupes électrogènes retenus, soit 4 alternateurs de 6,3 MW à 750 tr/min, permet une charge optimale de chaque groupe, donc les meilleurs rendements et conditions d utilisation. Ainsi : au port : un seul groupe électrogène alimente le réseau de bord ; en manœuvre : deux groupes électrogènes alimentent la propulsion principale, les propulseurs auxiliaires et le réseau de bord ; en vitesse de croisière : trois ou quatre groupes électrogènes alimentent la propulsion principale et le réseau de bord. 2.2 Frégate Un navire de combat, de type frégate, possède une puissance à la tonne dix fois supérieure à celle d un paquebot moderne, à savoir : un bâtiment de t est équipé d une propulsion de 2 x 16 MW à 28 nœuds, un bâtiment de t est équipé d une propulsion de 2 x 23 MW à 30 nœuds. Pour une frégate de t, on peut citer, à titre d exemple, les caractéristiques suivantes de besoins en énergie : Propulsion (figure 2) : 2 x 1,6 MW à 15 nœuds 2 x 4 MW à 20 nœuds 2 x 16 MW à 28 nœuds Réseau de bord : 1,3 MW en navigation < 20 nœuds (440 V-60 Hz) 1,5 à 2 MW en situation de combat Distance franchissable : milles marins à 18 nœuds Utilisation : 13 % du temps de 0 à 8 nœuds 16 % du temps de 8 à 11 nœuds 32 % du temps de 11 à 16 nœuds 26 % du temps de 16 à 21 nœuds 13 % du temps de 21 à 28 nœuds Ces différentes données montrent que la production du réseau électrique doit être environ de : 10 MW vers 18 nœuds, en navigation, Techniques de l Ingénieur, traité Génie électrique D

4 LE NAVIRE TOUT ÉLECTRIQUE 35 MW vers 28 nœuds, au maximum, avec les considérations suivantes : 33 MW pour la propulsion et ses auxiliaires, 2 MW pour les deux réseaux de bord. Cette puissance de «production» ne prend pas en compte le besoin des armes futures. Ces besoins estimés, aujourd hui, à environ 100 MW et 100 MJ crête, se révéleront plus ou moins contraignants selon la répétitivité et les capacités de stockage d énergie réservés à cet usage. On considère que la puissance de rechargement du stockage sera prise sur la propulsion pendant les courtes durées nécessaires. Les régimes de navigation étant très variables (veille, écoute, croisière, forcing et combat), les architectes sont amenés à associer des groupes électrogènes de puissance et de nature différentes afin de mieux répondre au besoin énergétique et de souplesse d exploitation ( 3). 2.3 Tanker Autant la propulsion électrique a été adoptée par la plupart des armateurs de navires de croisière depuis de nombreuses années, autant dans le domaine de la marine marchande ce concept est récent (hormis pour les navires spéciaux et l offshore, où il est rapidement devenu incontournable). À partir de 1994, la réalisation de 7 transporteurs de produits chimiques (chemical tankers) à propulsion électrique a constitué une première mondiale ; cette première commande sera suivie de 5 pour des navires identiques puis de 9 pour des navires identiques à tonnage inférieur. Les bureaux d études des chantiers ne se sont pas limités à placer une propulsion électrique dans une salle des machines standards, mais ont conçu un véritable navire électrique. Cette démarche a permis de tirer le meilleur parti de la propulsion électrique et de réaliser un navire comparable, sur le plan de l investissement initial, à un navire à propulsion par moteurs Diesel, et offrant de meilleures performances dans de nombreux domaines. Nous n évoquerons ici que les principales. D une part, les moteurs Diesel de la centrale de production d énergie électrique étant dissociés de la ligne d arbre, les différents matériels peuvent être logés aux meilleurs emplacements possibles. Cette souplesse d implantation des matériels électriques est très appréciable. Il en résulte une diminution des coûts d installation et une augmentation de l espace disponible. Cela a permis d installer des réservoirs supplémentaires pour le transport des produits chimiques. D autre part, en propulsion électrique, les diesels-alternateurs tournent sous une charge optimale et à vitesse constante, ce qui a pour effet d en limiter l encrassement et l usure, et donc de réduire les coûts de maintenance. Autre avantage non négligeable, ces diesels génèrent moins de gaz polluants, ce qui permet l accès des navires à des ports aux normes antipollution de plus en plus draconiennes. Pour la série de bâtiments de t, les besoins en énergie sont environ les suivants. Propulsion (figure 2) : 1 x 2 MW à 10 nœuds 1 x 4,4 MW à 13 nœuds 1 x 10 MW à 17 nœuds Propulsion auxiliaire : 1 x 1,2 MW (propulseur d étrave) Réseau de bord (440 V-60 Hz), dont pompes de chargement/déchargement : 1,8 MW. La centrale d énergie retenue, équipée de trois alternateurs de kw à 720 tr/min et d un alternateur de kw à 720 tr/min, permet d alimenter : soit la propulsion, en navigation ; soit les pompes de chargement/déchargement, à quai. Ainsi, contrairement à une propulsion diesel mécanique utilisant un ou plusieurs diesels pour la propulsion et plusieurs groupes électrogènes pour l alimentation du bord, le concept «tout électrique» permet l utilisation d une seule centrale d énergie commune. 2.4 Navire de recherche offshore Faisant suite aux sous-marins et aux navires de croisière, les navires de recherche, qu ils soient de type océanographique ou offshore, ont été parmi les premiers à être équipés en «tout électrique». Outre la plus grande souplesse d exploitation et la meilleure manœuvrabilité, la forte réduction des bruits et vibrations générés par le système de propulsion a été un critère essentiel pour le choix du «tout électrique» sur ce type de navire. En effet : d une part, les diesels des groupes électrogènes fonctionnant à vitesse constante, il est facile de dimensionner des systèmes amortisseurs efficaces ; d autre part, les progrès en matière de conception des moteurs électriques (alimentation double étoile, forme des pôles, ordonnancement des fréquences propres, suspension élastique du stator, ventilation optimisée...) ont permis de réduire les bruits et vibrations générés par ces moteurs. Ainsi, les bruits transmis dans l eau, nuisibles aux mesures sousmarines, sont considérablement réduits par l utilisation d une propulsion électrique à la place d une propulsion classique dieselmécanique. Par ailleurs, l utilisation de moteurs à double enroulement apporte une redondance permettant une grande disponibilité du navire. Ci-après, on donne l exemple d un navire de recherche offshore de t destiné à la recherche géophysique par méthode sismique, autrement dit à l étude des fonds sous-marins pour la recherche de gisements d hydrocarbures. Ce type de navire est équipé de compresseurs générant vers le fond de la mer une onde acoustique. L écho est alors capté par des hydrophones répartis le long de lignes d écoute tractées par le navire. Les mesures sont analysées à bord par un puissant calculateur. Les besoins en énergie pour un tel navire sont environ les suivants. Propulsion principale (figure 2) : en campagne de mesure : 2 x 0,3 MW à 2 nœuds 2 x 1,7 MW à 3,5 nœuds 2 x 5 MW à 5 nœuds en route libre, à vitesse maximale : 2 x 1,7 MW à 11 nœuds 2 x 3,3 MW à 13 nœuds 2 x 5 MW à 15 nœuds Propulsion auxiliaire : 1 x 600 kw (propulseur d étrave) Compresseurs sismiques : 3 x 700 kw Réseau de bord (440 V 60 Hz) : 2 MW Dans ces conditions, la centrale d énergie retenue comprend 4 alternateurs de kw chacun à 720 tr/min. D Techniques de l Ingénieur, traité Génie électrique

5 LE NAVIRE TOUT ÉLECTRIQUE Alternateur attelé Multiplicateur Diesel alternateur semi-rapide Diesel semi-rapide Diesel lent Diesel-alternateur Diesel alternateur Figure 3 Installation à diesels lents Figure 4 Installation à diesels semi-rapides 3. Propulsion et architecture électrique 3.1 Propulsion intégrée dans la coque Pour mieux comprendre les améliorations apportées par le «tout électrique», examinons d abord les caractéristiques des propulsions classiques de navires, puis celles des propulsions diesels-électriques Propulsion «classique» par transmission directe Diesels lents La figure 3 représente un exemple d installation à diesels lents directement attelés aux hélices. Les hélices sont à pales orientables. Il s agit là d un dispositif mécanique qui permet de renverser rapidement (inversion du pas) le sens de poussée des hélices sans inverser le sens de rotation des diesels. Sans cet artifice, la manœuvrabilité du navire serait réduite, car il serait nécessaire de stopper puis de lancer le moteur diesel en arrière, après réduction de l allure du navire en-dessous d un seuil compatible avec le faible couple disponible au diesel au moment de son lancement. Ces hélices à pales orientables réduisent malheureusement le rendement de propulsion. Pour réduire la consommation de combustible et éviter de faire tourner les diesels-alternateurs à la mer, la production d électricité est assurée, à la mer, par deux alternateurs attelés entraînés par les diesels principaux à partir de multiplicateurs mécaniques placés sur la ligne d arbre. Les hélices doivent donc tourner à vitesse constante, condition difficile à respecter en cas de mauvais état de la mer. L allure du navire est réglée en jouant sur les pas des hélices avec, comme conséquence, une réduction de leur rendement. Au port, les diesels principaux de propulsion étant stoppés, la production d électricité est assurée par des diesels-alternateurs. Ces groupes de port sont constitués de deux petits alternateurs entraînés par des diesels semi-rapides et de deux gros alternateurs entraînés par un même diesel lent et un multiplicateur à deux sorties. Diesels semi-rapides La figure 4 représente un exemple d installation à diesels semirapides. Chaque ligne d arbre est entraînée au travers d un réducteur par deux diesels débrayables. La production d électricité est assurée en mer comme au port par des diesels-alternateurs indépendants. Commande du pas des hélices Alternateurs principaux Convertisseur de vitesse Embrayages Embrayage des moteurs principaux Réducteurs Paliers Moteurs principaux Dieselsalternateurs Figure 5 Schéma d une installation mécanique complexe Les hélices doivent être à pales orientables pour les mêmes raisons de manœuvrabilité que dans l exemple avec diesels lents. Il n y a pas d alternateur attelé. La vitesse des hélices peut donc varier dans une certaine mesure et les pertes de rendement de l hélice dues aux variations de pas sont plus faibles que pour les diesels lents. Aux allures réduites, pour assurer une charge suffisante des diesels, la propulsion est assurée par un seul diesel par ligne d arbre, le deuxième étant débrayé. Le pas doit être réduit pour permettre au diesel de tourner à une vitesse compatible avec le niveau de puissance propulsive qu il doit fournir. Cette réduction de pas entraîne une perte de rendement de l hélice. La production d électricité est assurée par des diesels-alternateurs indépendants dont la consommation spécifique est supérieure à celle des diesels principaux. En résumé, les propulsions «diesels classiques» conduisent aux complexités suivantes : hélices à pales orientables ; réducteurs, multiplicateurs, embrayages ; alternateurs attelés ; diesels-alternateurs ; liaisons délignables si les diesels sont montés sur suspensions élastiques. Il est bien entendu possible de rassembler sur une même installation toutes les solutions imaginables. La figure 5 représente une telle installation. Techniques de l Ingénieur, traité Génie électrique D

6 LE NAVIRE TOUT ÉLECTRIQUE Dieselalternateur Tableau MT MAT MAT MAT MAT Propulseurs d'étrave et compresseurs de conditionnement d'air Transformateur de propulsion Convertisseurs MAT MAT MAT MAT Propulseurs d'étrave et compresseurs de conditionnement d'air Transformateur de distribution Filtre d'harmoniques Moteur de propulsion MSY Excitation Moteur de propulsion MSY Filtre d'harmoniques Tableau BT Figure 6 Schéma de l installation de propulsion diesel-électrique d un navire de croisière Propulsion diesel-électrique appliquée à un navire de croisière Description de l installation Le schéma électrique de la figure 6 représente l ensemble de l installation d un navire de t. Cette installation comprend les éléments suivants. a) 5 diesels-alternateurs, en 6,6 kv, constituent une centrale unique de production d énergie du navire : énergie électrique pour toutes les installations ; énergie thermique par récupération de chaleur sur les gaz d échappement et l eau de réfrigération des diesels. b) Un tableau à 6,6 kv distribue la moyenne tension (MT) aux divers consommateurs : les transformateurs 6 600/440 V pour l alimentation en basse tension (BT) du navire ; les moteurs électriques de forte puissance (MAT, moteur asynchrone triphasé) : propulseurs d étrave et compresseurs de conditionnement d air. c) Les ensembles électriques (transformateurs, convertisseurs statiques de fréquence) alimentent, à fréquence variable, deux moteurs électriques synchrones (MSY) de propulsion à double enroulement à vitesse variable, directement liés aux lignes d arbre et aux hélices à pales fixes. Fonctionnement La figure 6 est un schéma unifilaire qui ne décrit que les constituants principaux de la propulsion électrique. Le système d entraînement des hélices par moteur synchrone à vitesse variable est du type synchroconvertisseur. Ce système comporte, par ligne d arbre, deux montages redresseur-onduleur à thyristors couplés au réseau par l intermédiaire de transformateurs. Ces deux synchroconvertisseurs indépendants alimentent chacun un des deux enroulements statoriques du moteur synchrone de propulsion. Ce système présente les avantages spécifiques suivants. Il entraîne une réduction importante des courants harmoniques injectés par le système redresseur dans le réseau grâce à la différence de couplage, étoile d une part et triangle d autre part, des enroulements secondaires des transformateurs. Cela permet de réduire considérablement le dimensionnement des filtres nécessaires à l obtention d un taux de distorsion de la tension du jeu de barres à 6,6 kv inférieur à 5 % à tous les régimes de fonctionnement de la propulsion. Ces dispositions, complétées par d autres mesures appropriées parmi lesquelles nous citerons l existence d écrans entre enroulements primaires et secondaires des transformateurs et les règles de câblage de tous les dispositifs électriques installés sur le navire (choix des types de câbles et routage par familles en fonction des caractéristiques de l énergie électrique transportée : circuits de puissance et circuits véhiculant des signaux sensibles à bas niveaux D Techniques de l Ingénieur, traité Génie électrique

7 LE NAVIRE TOUT ÉLECTRIQUE d énergie), permettent d obtenir un fonctionnement sans perturbation de tous les appareils. Il s accompagne d une amélioration du rendement des alternateurs et des moteurs synchrones par réduction des pertes supplémentaires dues aux courants harmoniques. Il permet, en cas d indisponibilité de l un des convertisseurs à thyristors d un moteur, de conserver l usage de ce moteur qui sera encore capable de fournir 70 % de son couple nominal ; cela permet donc de disposer sur la ligne d arbre d une puissance qui atteint presque 60 % de sa valeur nominale. La maintenance est simplifiée du fait que les moteurs de propulsion, comme les alternateurs, ont une excitation à diodes tournantes, sans bagues ni balais. À ces avantages, spécifiques au schéma de la figure 6, s ajoutent ceux inhérents à toute solution électrique intégrée, tels que : tous les éléments du système étant statiques, hormis les machines tournantes, l entretien est très réduit ; la télécommande de la propulsion électrique est très simple, car tous les paramètres du convertisseur de fréquence sont surveillés et limités par le système de contrôle ; un automatisme propre à la propulsion électrique mérite d être mentionné ; c est celui qui gère les transferts de puissance et que l on appelle en anglais «PMS» (Power Management System). Ce dispositif PMS contrôle, à tout instant, l état de charge des groupes électrogènes, la consommation du bord et de la propulsion électrique. Il permet de : limiter le niveau de puissance appelée en fonction des possibilités de la centrale ; limiter la dynamique d appel de puissance pour ménager la centrale ; contrôler le niveau de retour de puissance pendant les «crash stop» (arrêt d urgence du navire) et ainsi de maîtriser en toute circonstance la stabilité de la production électrique et d assurer une bonne protection des machines primaires en contrôlant leur utilisation. Ainsi, la configuration de la centrale d énergie est à tout instant contrôlée et optimisée, de manière à éviter tout risque de «blackout» Propulsion diesel-électrique appliquée à un navire marchand Description de l installation Le schéma électrique de la figure 7 représente l installation d un transporteur de produits chimiques (Chemical Tanker) de tonnes. Dieselalternateur Tableau MT MAT Moteur propulseur d'étrave Transformateur de distribution Convertisseurs Transformateur de propulsion Filtre d'harmoniques Moteur de propulsion MSY Filtre d'harmoniques Réducteur Excitation Alternateur secours Tableau BT Tableau secours Figure 7 Schéma de l installation de propulsion diesel-électrique d un navire de transport de produits chimiques Techniques de l Ingénieur, traité Génie électrique D

8 LE NAVIRE TOUT ÉLECTRIQUE Cette installation comprend les éléments suivants. a) Les 4 diesels-alternateurs en 6,6 kv constituent une centrale unique de production d énergie du navire : pour la propulsion et la charge de bord en mer ; pour les pompes de chargement/déchargement à quai. b) Un tableau moyenne tension à 6,6 kv distribue la moyenne tension aux divers consommateurs : les transformateurs 6 600/450 V pour l alimentation en basse tension du navire ; le propulseur d étrave. c) L ensemble électrique (transformateurs, convertisseurs statiques de fréquence) alimente, à fréquence variable, un moteur électrique synchrone de propulsion à double enroulement à vitesse variable, lié à la ligne d arbre et à l hélice à pales fixes par l intermédiaire d un réducteur de vitesse. d) Deux tableaux basse tension à 450 V, un normal et un secours, alimentent les consommateurs basse tension du navire. Fonctionnement La figure 7 est un schéma unifilaire qui ne décrit que les constituants principaux de la propulsion électrique. Le système d entraînement de l hélice par moteur synchrone à vitesse variable est du type synchroconvertisseur. Optimisation de l architecture du navire Les moteurs Diesel sont dissociés de la ligne d arbre, ce qui permet d implanter les matériels aux meilleurs emplacements possibles et d obtenir des gains de place substantiels. Ainsi, le choix d une propulsion électrique pour une série de 12 transporteurs de produits chimiques a permis de rajouter 2 cuves supplémentaires sur 40 pour certains de ces navires, ou de raccourcir les navires de 8 m sur les autres. La souplesse d implantation permet également d optimiser les formes arrières du navire et l hélice, et ainsi de compenser les pertes de rendement de la propulsion. Cela a été réalisé de manière très réussie sur les transporteurs de produits chimiques : par rapport à une solution classique diesel 2 temps, l encombrement réduit de l ensemble moteur électrique et réducteur a permis de les localiser à l extrême-arrière du navire, en épousant au mieux les formes de la coque Propulsion diesel-électrique appliquée à un sous-marin L exemple de la figure 8 est dérivé d un sous-marin conventionnel de conception récente. Ce schéma comporte : a) deux bancs de batteries (un par bord) ; ils peuvent être, pour la propulsion, couplés en série ou en parallèle par l intermédiaire du combinateur de couplage ; b) deux groupes diesel-alternateur-redresseurs identiques (G 1, G 2 ) : leur principale fonction est de recharger les bancs de batterie ; leur puissance est de quelques centaines de kilowatts et leur marche n est bien entendu possible qu en surface ou au schnorchel (dispositif spécifique assurant l évacuation des gaz) ; c) les départs vers le réseau de bord du navire : celui-ci peut être alimenté à partir de l un ou l autre bord ; d) le moteur de propulsion M : dans ce schéma simplifié, il est seul et à simple induit, mais il est le plus souvent soit à double induit, soit complété par un moteur de secours ; dans le cas où il est à double induit, les possibilités de mise en série ou en parallèle sont augmentées d autant ; e) un contacteur principal de propulsion ; f) un démarreur ; il est classiquement constitué de résistances court-circuitées par des thyristors (dans les réalisations un peu plus Alternateurredresseur G1 + Réseau de bord + G2 Combinateur de couplage Figure 8 Schéma de l installation de propulsion diesel-électrique d un sous-marin anciennes, le court-circuitage des résistances de démarrage était réalisé par des contacteurs ou un combinateur) ; g) un hacheur d induit : celui-ci, mis en ou hors circuit par le combinateur de fonctionnement à basse vitesse, permet de contrôler les vitesses à partir de la vitesse nulle ; h) un hacheur d excitation : celui-ci est bidirectionnel et prend donc en charge les renversements de sens de marche ; il faut noter que, dans certaines réalisations, le renversement de sens de marche est assuré par un inverseur d induit. 3.2 Propulsion en nacelle Rappel historique + + Contacteur principal Au début des années 1990 est apparue l idée de combiner les avantages de manœuvrabilité des propulseurs mécaniques azimutaux avec la flexibilité de conception et d utilisation apportée par la propulsion électrique. L idée de base était de loger le moteur électrique de propulsion, jusque-là intégré dans la coque, dans une nacelle, appelée pod, fixée sous la coque du navire. Ayant la possibilité d effectuer des rotations complètes sur 360, ce procédé permettait d agir à la fois comme gouvernail et comme système de propulsion (figure 9) Caractéristiques principales d une propulsion par pod Hacheur d'induit M Moteur de propulsion Combinateur de fonctionnement à basse vitesse Démarreur DC DC Hacheur d'excitation bidirectionnel La motivation première était de simplifier les systèmes existants. Comparé à un propulseur azimutal classique, arrangement complexe d engrenages en «Z», un pod permet de s affranchir des limites inhérentes à ce type de propulsion. Une des conséquences majeures est la possibilité d atteindre des puissances bien plus importantes qu avec des propulseurs azimutaux classiques. D Techniques de l Ingénieur, traité Génie électrique

9 LE NAVIRE TOUT ÉLECTRIQUE Il a été démontré qu un pod de type tracteur a un bien meilleur rendement qu un pod de type pousseur, le flux d eau à travers l hélice n étant pas perturbé par la nacelle. Télécommande L alimentation électrique du pod est strictement équivalente à celle d une propulsion électrique conventionnelle. Convertisseurs de fréquence et contrôle associé Pod Moteurs électriques synchrones Figure 9 Schéma de principe d une propulsion par pod Moteurs diesels Alternateurs Tableau de distribution L autre point majeur est l amélioration du rendement (au moins 5 %), dû à la suppression des deux engrenages de renvoi d angle. Comparé à une propulsion électrique classique, le système incorpore dans une seule unité, livrée au chantier naval en un seul bloc (figure 10) : le gouvernail ; l appareil à gouverner ; l hélice ; le moteur de propulsion ; la ligne d arbre ; les paliers ligne d arbre ; le palier butée ; le tube d étambot. Le système étant orientable sur 360, il est possible de choisir entre un pod tracteur ou un pod pousseur. En d autres termes, l hélice peut être placée soit à l avant, soit à l arrière de la nacelle Avantages d une propulsion par pod sur une propulsion électrique intégrée dans la coque Cas des navires civils Réduction de la consommation de carburant ou augmentation de la vitesse du navire La suppression de la ligne d arbre et des «bras de chaise» (c està-dire les supports de la ligne d arbre à l extérieur de la coque) permet de réduire de manière significative la résistance à l avancement du navire. En outre, l optimisation de la forme, du positionnement et de l angle de la nacelle par rapport à la coque permet de diminuer considérablement la résistance à l avancement totale et, ainsi, d accroître le rendement de l ordre de 15 % par rapport à une propulsion électrique conventionnelle. Exemple : pour un navire dont la coque a été optimisée pour ce type de propulsion, il est possible de réduire la puissance des moteurs de 12 à 20 % par rapport à une propulsion électrique classique. Cela peut se traduire soit par une réduction de la consommation de carburant à vitesse égale, soit par un accroissement de la vitesse du navire à consommation équivalente. De plus, une réduction de la consommation diminue les émissions polluantes. Gain d espace à bord du navire Comme indiqué sur la figure 10, l ensemble du système propulsif est intégré dans une nacelle fixée sous la coque du navire, libérant un espace considérable à l intérieur du navire. Propulsion en nacelle Gourvernail Hélice Paliers Appareil Moteur ligne d'arbre à gouverner Palier butée de propulsion Propulsion conventionnelle Figure 10 Comparaison entre une propulsion électrique conventionnelle et une propulsion en nacelle Techniques de l Ingénieur, traité Génie électrique D

10 LE NAVIRE TOUT ÉLECTRIQUE Le système pod permet, ainsi, d éliminer de la salle des machines certains éléments indispensables à une propulsion électrique traditionnelle : ligne d arbre, paliers, voire un éventuel réducteur. Meilleure manœuvrabilité, diminution des temps de manœuvre Un pod, orientable sur 360 avec un contrôle de couple disponible dans toutes les directions, permet une manœuvrabilité accrue du navire, d où : grande maniabilité en zone portuaire, avec pour conséquences : manœuvres plus rapides et plus sûres (environ 20 % de gain de temps) ; économies de carburant ; possibilité d économie en frais de remorquage ; réduction de la distance en crash stop ; possibilité de positionnement dynamique précis (par exemple, plates-formes pétrolières semi-submersibles) ; meilleure manœuvrabilité par gros temps et manœuvres d évitement facilitées. Réduction des bruits et vibrations à bord Le contrôle précis de l angle d assiette et de dérive de la nacelle permet d optimiser le positionnement de l hélice dans un flux d eau régulier. Ainsi sont évitées les pulsations de pression sur les pales de l hélice qui, dans une propulsion conventionnelle, engendrent une cavitation précoce et des vibrations au niveau de la coque. Le pod permet également la suppression de la ligne d arbre et des bras de chaise qui causent des perturbations dans la régularité du flux d eau. Enfin, le bruit induit par la ligne d arbre et ses paliers est complètement éliminé. Réduction du temps de construction des navires Le concept du pod permet de réduire de façon significative le temps de construction des navires ; en effet : les nacelles contenant les moteurs peuvent être livrées au chantier naval beaucoup plus tard au cours du cycle de construction que les moteurs de propulsion «conventionnels» ; l installation séparée par le chantier, dans le cas d une propulsion conventionnelle, du gouvernail, de l appareil à gouverner, de l hélice, du moteur de propulsion, de la ligne d arbre et de ses paliers, du palier butée et du tube d étambot se résument à la mise en place en un seul bloc du pod. Ces gains peuvent entraîner, selon les types de navires, une réduction du temps de construction jusqu à 20 %, et une réduction des frais d environ 10 %. Le concept du pod, appliqué, dans un premier temps, à des navires de type brise-glace, connaît actuellement une croissance notable sur les marchés de l offshore et de la croisière, et s étendra vraisemblablement à d autres types de navires tels que les navires militaires, les tankers, les câbliers, les navires de recherche Cas des navires militaires Les avantages énumérés au paragraphe restent globalement valables. Toutefois les conséquences en matière de discrétion et de vulnérabilité sont actuellement controversées. Discrétion Des bénéfices sont attendus en matière de bruits d origine hydrodynamiques. Par contre, la filtration des vibrations résiduelles dues au moteur de propulsion risque d être plus délicate. Vulnérabilité Des bénéfices sont de même attendus grâce à la réduction de la surface vulnérable ; en contrepartie, certains auteurs craignent que la structure en porte-à-faux mécanique inhérente au pod ne dégrade légèrement la tenue aux chocs. 4. Production d énergie 4.1 Généralités Le paragraphe 4 décrit les différents types de production d énergie, tant thermique (excepté nucléaire) que directe (piles à combustible), utilisés et envisagés pour les navires de surface à propulsion électrique. Les paramètres nécessaires à l établissement d un avant-projet (puissance, rendement, masse et encombrement) sont analysés pour chacun des principaux producteurs, c est-à-dire les turbines à gaz, turbines à vapeur, moteurs Diesel et piles à combustible. Une attention particulière sera portée aux moteurs Diesel et aux turbines à gaz qui assurent aujourd hui plus de 80 % de la puissance de propulsion installée. La figure 11 présente l état actuel de la puissance massique des turbines à gaz et des moteurs diesel en fonction de leur puissance. Dans le cas de la propulsion électrique, la vitesse de rotation des générateurs thermiques n est plus imposée par la vitesse de l hélice. Il devient alors possible de choisir des points de fonctionnement plus favorables selon chaque type de machine et de réseau envisagé. En alternatif La vitesse de rotation est a priori constante et limitée à tr/ min dans le cas d un entraînement direct de l alternateur et une fréquence du réseau de 60 Hz. Sous certaines conditions, on peut envisager d ajuster la fréquence du réseau en fonction de la puissance absorbée pour obtenir une meilleure utilisation du générateur. En continu La liberté de choix des vitesses de rotation des machines est plus importante. Celles-ci ne sont plus limitées par les caractéristiques du réseau. Il devient alors possible de réaliser des générateurs plus compacts. De même que pour l alternatif, on peut envisager de régler la vitesse de rotation des générateurs en fonction de la puissance absorbée. 4.2 Turbines à gaz Les turbines à gaz sont bien adaptées à la production de puissances élevées, de 10 à 45 MW, et sont moins polluantes que les moteurs Diesel du point de vue des rejets en oxyde d azote (NO x ). Les machines à cycle simple permettent d obtenir des masses spécifiques de 0,6 à 1,5 t/mw et des rendements d environ 37 % à leur point nominal de fonctionnement. Les derniers développements, récents ou en cours, ont pour objectifs d augmenter la puissance de ces machines et d améliorer leur rendement sur toute la plage de fonctionnement. Ce dernier paramètre est probablement le plus important pour la production d énergie. Les deux voies d amélioration concernent l augmentation de la température de combustion et la récupération de l énergie perdue à l échappement. D Techniques de l Ingénieur, traité Génie électrique

11 LE NAVIRE TOUT ÉLECTRIQUE Puissance massique (kw / kg) 1 0,9 0,8 0,7 0,6 0,5 0,4 0,3 0,2 0, kw / BAUDOUIN-BTI kw / WARTSILA-UD kw / MTU-8V kw / BAUDOUIN-BTI 1400 Puissance sur l'arbre (kw) / constructeur type de machine diesel : grisé ; turbine à gaz : blanc kw / PAXMAN-VAL, kw / TUBOMECA EURODYNE kw / MTU-16V kw / PAXMAN-12VP kw / WARTSILA-200 V kw / MTU-12V kw / WARTSILA-16V kw / PIELSTICK-16PA kw / CAT-3616 V kw / PIELSTICK-16PA kw / MTU-20V kw / PIELSTICK-20PA6B kw / PIELSTICK-18PC2, kw / WARTSILA-18V kw / SULZER-RTA84L kw / WARTSILA-18V kw / ROLLS-ROYCE SPEY-SM1C kw / GE LM kw / ROLLS-ROYCE-WR kw / PIELSTICK-18PC4.2B kw / SULZER-RTA84L kw / MAN-K90MCV12 Figure 11 Évolution de la puissance massique des machines en fonction de la puissance nominale Augmentation de la température de combustion Durant les dernières décennies, les températures d admission à l entrée du premier étage de détente mobile sont passées de 800 à C. Les rendements, pour des turbines de 20 MW à cycle simple, ont ainsi augmenté de 25 % en 1960 à 35 % voire 38 % à partir de Les limites de rendement prévisibles, pouvant être obtenues par l amélioration de la tenue au fluage des aubages et des systèmes de réfrigération, sont proches de 38 % à 42 %. Récupération de l énergie perdue à l échappement L énergie perdue à l échappement, pour une turbine à gaz à cycle simple, est supérieure à 50 % de l énergie qui lui est fournie. Plusieurs systèmes de récupération de cette énergie sont en cours de développement. RACER «Rankine cycle energy recovery» : l énergie en sortie de la turbine est récupérée pour produire de la vapeur et alimenter une turbine auxiliaire. ICR «Intercooled recuperated cycle» : le rendement thermique de la turbine est amélioré par réfrigération de l air entre les deux étages du compresseur et récupération de l énergie à l échappement afin de préchauffer l air en entrée de la chambre de combustion. ABC «Air bottoming cycle» : ce système permet d alimenter une turbine auxiliaire en air chaud. STIG (*marque déposée) «Steam injected gaz turbine cycle» : une chaudière de récupération de chaleur produit la vapeur injectée en même temps que le combustible dans la chambre de combustion. Ces différents systèmes améliorent le rendement de 10 à 30 %, mais impliquent une augmentation de la masse des équipements installés dans un rapport deux à trois. Les performances des machines les plus récentes sont analysées dans le tableau 1, pour les conditions d utilisation normalisées (ISO 2314 Gas Turbines Acceptance Tests) : température ambiante ou d entrée d air : 15 C ; perte de charge et contre-pression nulle sur air comburant/ échappement des gaz. La puissance maximale disponible chute d environ 1 % pour une augmentation de la température d entrée d air de 1 C au-delà de 15 C. Le rendement thermique des turbines à gaz décroît lorsque la puissance délivrée diminue. La consommation spécifique de fioul augmente par conséquent pour des fonctionnements à puissance partielle. 4.3 Turbines à vapeur La masse et l encombrement de la chaudière (tableau 2), permettant d alimenter la turbine en vapeur, pénalisent l utilisation de ce type de machine pour la propulsion des navires. Techniques de l Ingénieur, traité Génie électrique D

12 LE NAVIRE TOUT ÉLECTRIQUE Tableau 1 Caractéristiques nominales de quelques turbines (conditions d utilisation normalisées ISO) Caractéristique Cycle simple ICR Type de machine LM6000 LM2500 LM1600 SM1C (SM2) WR21 Vitesse de rotation... (tr/min) Puissance sur l arbre... (MW) 41, ,4 17,5 25 Rendement mécanique... (%) 41, ,7 Consommation spécifique. (kg/kwh) 0,203 0,228 0,228 0,235 0,198 Masse : militaire/ civile... (t) 33,4/25 22/ ,7/16 53 Volume de l enveloppe. (m 3 ) 103,5 65,3 45,7 53,1 89,7 Masse spécifique : militaire/civile... (t/mw) 0,8/0,6 0,94/ 0,7 0,84 1,46/ 0,91 2,5 Volume spécifique. (m 3 /MW) 3,1 2,8 3,2 3 4,55 Caractéristiques Tableau 2 Caractéristiques des chaudières Réalisations militaires années 1970 Réalisations militaires années 1990 Réalisations civiles Puissance de sortie de la turbine... (MW) 11,5 41 Pression maximale. (bar) 45 à Température maximale. ( C) 450 à à 540 Rendement théorique.. (%) 70 à Masse... (t) 45 à à 280 Encombrement... (m 3 ) 105 à à La masse spécifique et le volume spécifique actuellement obtenus pour l ensemble chaudière et turbine sont respectivement de 7 à 11 t/mw et de 13 à 33 m 3 /MW. L amélioration de ces caractéristiques ne peut être obtenue que par une réduction de la masse et du volume de la chaudière au détriment de son rendement. Les performances de cette technologie ont peu évolué durant les trois dernières décennies et on n imagine pas d améliorations significatives dans le futur. L utilisation des turbines à vapeur est aujourd hui réservée aux propulsions nucléaires de navires militaires, sous-marins, porteavions ou à des bâtiments particuliers tels que les méthaniers. On se limitera par conséquent à rappeler brièvement les principales caractéristiques de quelques réalisations navales. Les tableaux 3 et 4 donnent respectivement les caractéristiques nominales de la turbine et les consommations de combustible en fonction de la puissance fournie. Tableau 3 Caractéristiques nominales des turbines Pression... (bar) Température... ( C) Vide... (%) Puissance de sortie de la turbine... (MW) Vitesse de rotation... (tr/min) à à Masse... (t) Encombrement... (m 3 ) Masse spécifique... (t/mw) 1,14 1,1 0,9 Volume spécifique. (m 3 /MW) 1,14 1 0,9 Consommation combustible. (kg/kwh) 0,3 à 0,37 0,27 Tableau 4 Consommation de combustible (en kg/kwh) pour différentes puissances P délivrées (PCS = kj/kg) Pression... (bar) Température... ( C) Vide... (%) ,1 P 0,34 à 0,41 0,29 à 0,35 0,5 P 0,31 à 0,38 0,27 à 0,33 0,75 P 0,3 à 0,37 0,26 à 0,32 P 0,3 à 0,37 0,27 0,26 à 0,32 PCS : pouvoir calorifique supérieur Tableau 5 Caractéristiques des différentes catégories de moteurs Diesel Caractéristiques 4.4 Moteurs Diesel Moteurs lents Moteurs semirapides Moteurs rapides Vitesse de rotation.. (tr/min) 70 à à à Puissance délivrée... (MW) 10 à 50 6 à 22 3 à 8 Masse... (t) 250 à à à 40 Masse spécifique... (t/mw) 20 à 25 4,5 à 11,7 3 à 6 Le tableau 5 donne les principales caractéristiques pour les trois catégories de moteurs Diesel. Outre leur bon rendement, les moteurs lents permettent d entraîner directement l arbre d hélice, mais leur masse spécifique est élevée (20 à 25 t/mw). Les moteurs Diesel rapides sont mieux adaptés à l application du navire tout électrique. Ils présentent en effet des rendements D Techniques de l Ingénieur, traité Génie électrique

13 LE NAVIRE TOUT ÉLECTRIQUE supérieurs à 40 % sur toute la plage de fonctionnement comprise entre 25 et 100 % de leur puissance nominale et des masses spécifiques plus faibles. Leurs vitesses de rotation, supérieures à celles des moteurs semirapides, permettent d utiliser des alternateurs plus compacts. Leur puissance unitaire est limitée à environ 8 MW. Toutefois, pour un navire dont la puissance propulsive installée est de 40 MW, cette puissance unitaire est suffisante pour assurer sa propulsion jusqu à 60 % de sa vitesse maximale. Leurs masses spécifiques (3 à 6 t/mw) sont plus importantes que celles des turbines à gaz en ICR (2,5 t/mw). Cet inconvénient est compensé par leur bon rendement sur une plage importante de la puissance délivrée, par leur fiabilité et par une bonne adaptation au profil de mission des bâtiments de combat (fonctionnement à vitesse moyenne pendant des durées importantes). Bien que ces moteurs évoluent toujours pour procurer plus de puissance dans une masse et un encombrement plus faibles, la plupart des développements actuels visent à réduire le niveau d émissions de polluants à l échappement. Dans le tableau 6, on trouvera les caractéristiques nominales de quelques moteurs Diesel. Tableau 6 Caractéristiques nominales de quelques moteurs Diesel rapides Types de machines 20PA6B STC 20V 1163 TB Valenta V VEE Vitesse de rotation... (tr/min) Puissance sur l arbre... (MW) 8,1 7,4 3 5 Rendement... (%) Consommation spécifique... (kg/kwh) 0,196 0,218 Masse... (t) 41 20,5 9,4 30 Volume enveloppe... (m 3 ) ,8 26,2 Masse spécifique... (t/mw) 5,1 2,8 3,1 6 Volume spécifique... (m 3 /MW) 7,4 2,8 3,9 5,2 L air aspiré est réfrigéré en sortie du turbocompresseur. La température en entrée du moteur dépend donc de celle de l air aspiré mais aussi de celle de l eau de réfrigération. En général, les constructeurs garantissent les caractéristiques maximales continues pour des températures jusqu à 40 C pour l air et jusqu à 35 C pour l eau de mer. Au-delà, la puissance disponible (P) est réduite et la consommation spécifique de combustible (SFC) augmente, mais la limitation des caractéristiques due à une augmentation de la température d air est bien plus faible que celle des turbines à gaz. Contrairement aux turbines à gaz, les moteurs Diesel maintiennent leur bon rendement sur une plage de puissance importante. 4.5 Piles à combustible Les principales familles de piles à combustible sont (tableau 7) : les piles alcalines (AFC «Alkaline fuel cell») ; les piles à électrolyte polymère solide (PEMFC «Proton exchange membrane fuel cell») également appelé (SPE «Solid Polymère électrolyte» (marque déposée)) ; les piles à acide phosphorique (PAFC «Phosphoric acid fuel cell») ; les piles à carbonate fondu (MCFC «Molten carbonate fuel cell») ; les piles à oxyde solide (SOFC «Solid oxyd fuel cell»). Les piles alcalines (AFC) sont les plus anciennes et de ce fait les moins prometteuses. Le lecteur pourra utilement se reporter à l article [D 3 340] Piles à combustible de ce traité. Tableau 7 Principales caractéristiques des prototypes en cours d essais Caractéristiques PEMFC PAFC MCFC SOFC Température de fonctionnement... ( C) Tension par élément... (V) 0,7-0,8 0,7-0,8 0,7-0,8 0,84 Densité de courant normale... (ma/cm 2 ) à à à 500 Puissance prototype... (kw) Rendement... (%) < 50 < 45 < 55 < 55 Masse spécifique... (t/mw) (1) 5 à à 20 Volume spécifique... (m 3 /MW) (1) (1) Les masses et volumes spécifiques ne comprennent pas le système de réformage (production d hydrogène à partir d hydrocarbures ou de méthanol). Les piles en cours de développement présentent les avantages suivants : elles sont régies par les lois de Faraday et leur rendement théorique est nettement supérieur à celui des machines thermiques soumises au rendement de Carnot ; leur temps de montée en puissance est très inférieur à celui des machines classiques ; leurs niveaux vibratoire et acoustique devraient être bien plus faibles ; l absence de rejets nocifs dans l atmosphère répond aux attentes écologiques. Les développements ultérieurs des piles à combustible, visant à réduire leur masse et volume spécifiques, faciliteront sans doute leur utilisation à bord des navires. Les possibilités offertes par la cogénération piles à combustible/turbines à gaz seront à prendre en compte, à l horizon 2005/ 2010, notamment en terme de rendement et de production d eau douce. Techniques de l Ingénieur, traité Génie électrique D

Introduction. Le Navire Électrique

Introduction. Le Navire Électrique Introduction Xavier Lagorce Prépa Agreg GE Dossier sur le navire électrique. Ensemble de 12 documents, regroupables en 3 grandes catégories Descriptions générales (3) Composants de conversion et de distribution

Plus en détail

Amélioration du rendement...

Amélioration du rendement... Amélioration du rendement...... grâce à des moteurs à vitesse variable avec variateurs de fréquence Tomi Ristimäki Responsable produit 08 I 2008 Compte tenu de l augmentation continue des prix de l énergie,

Plus en détail

Partie A : Le superéthanol E85

Partie A : Le superéthanol E85 BTS AA 2011 Pour répondre aux différentes contraintes en terme de disponibilité des ressources énergétiques d origine fossile et pour contribuer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre, de

Plus en détail

TD 1 CALCULS D ENERGIE

TD 1 CALCULS D ENERGIE TD 1 CALCULS D ENERGIE Exercice n 1 On désire élever la température d un chauffe-eau de 200 litres de 8 C à 70 C. On rappelle que la capacité thermique massique de l eau est de 1cal/ C/g. 1-1 Quelle est

Plus en détail

LA COGENERATION. Durée : 2 heures. Thème abordé : La cogénération. Objectifs : - A partir de la cogénération de la ville d Amiens

LA COGENERATION. Durée : 2 heures. Thème abordé : La cogénération. Objectifs : - A partir de la cogénération de la ville d Amiens LA COGENERATION Classes : Lycée technique et BTS Durée : 2 heures Disciplines : STI, SSI, Génie Electrique Thème abordé : La cogénération Objectifs : - A partir de la cogénération de la ville d Amiens

Plus en détail

RÉSIDENTIEL COLLECTIF ET TERTIAIRE

RÉSIDENTIEL COLLECTIF ET TERTIAIRE RÉSIDENTIEL COLLECTIF ET TERTIAIRE Production combinée de chaleur et d électricité SOLUTION POUR L INDUSTRIE Récupération de chaleur-rejets thermiques La ligne de produits ENEFCOGEN GREEN est conçue pour

Plus en détail

Volvo FE hybride Pour la distribution et la collecte des ordures

Volvo FE hybride Pour la distribution et la collecte des ordures Volvo FE hybride Pour la distribution et la collecte des ordures Avec des PTR jusqu à 26 tonnes, le Volvo FE hybride réunit tous les atouts pour la collecte des ordures et la distribution. Le moteur électrique

Plus en détail

XDOC-MK-Novembre 2012 FR. Déplacement

XDOC-MK-Novembre 2012 FR. Déplacement Gamme XDOC-MK-Novembre 2012 FR Coques à Déplacement Gamme Coques à Déplacement La gamme Nanni pour coques à déplacement Les moteurs Nanni pour coques à déplacement ont une fiabilité record éprouvée. La

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Mécanique du solide... 17 I. Introduction...17 II. Définitions...17 III. Energies...21 IV. Les lois de la mécanique...

TABLE DES MATIERES. Mécanique du solide... 17 I. Introduction...17 II. Définitions...17 III. Energies...21 IV. Les lois de la mécanique... Table des matières iii TABLE DES MATIERES RESUME DE COURS Grandeurs périodiques. Circuits linéaires en régime sinusoîdal... 3 I. Propriétés des grandeurs périodiques...3 II. Régime sinusoïdal...3 III.

Plus en détail

Valorisation des rejets thermiques des moteurs à combustion interne pour une production d électricité ou de froid

Valorisation des rejets thermiques des moteurs à combustion interne pour une production d électricité ou de froid Valorisation des rejets thermiques des moteurs à combustion interne pour une production d électricité ou de froid Adrien Bétrancourt 1, Thierry Le Pollès 1, Emmanuel Chabut 1, Maurice-Xavier François 1,2

Plus en détail

Repère : Session : 2001 Durée : 2 H 30 Page : 1/5 Coefficient : 2 SCIENCES PHYSIQUES

Repère : Session : 2001 Durée : 2 H 30 Page : 1/5 Coefficient : 2 SCIENCES PHYSIQUES Page : 1/5 Coefficient : 2 SCIENCES PHYSIQUES - La clarté des raisonnements et la qualité de la rédaction interviendront pour une part importante dans l appréciation des copies. - Conformément au dispositions

Plus en détail

Acoustique & Vibrations des navires à passagers

Acoustique & Vibrations des navires à passagers Acoustique & Vibrations des navires à passagers Sylvain BRANCHEREAU Responsable du Service Acoustique & Vibrations STX Europe ; Saint Nazaire Paris - 22 mars 2011 Rencontres Acoustique & Techniques Chantiers

Plus en détail

Régulation précédente de la puissance des installations

Régulation précédente de la puissance des installations Régulation par vitesse variable de la puissance de compresseurs à vis d installations frigorifiques ABB Refrigeration AB a développé un nouvel entraînement pour installations frigorifiques. Il s agit d

Plus en détail

Sciences et technologie industrielles

Sciences et technologie industrielles Sciences et technologie industrielles Spécialité : Génie Energétique Classe de terminale Programme d enseignement des matières spécifiques Sciences physiques et physique appliquée CE TEXTE REPREND LE PUBLIE

Plus en détail

QUELLES PERPECTIVES POUR LES APPLICATION STATIONNAIRES? Claude FREYD DE DIETRICH THERMIQUE

QUELLES PERPECTIVES POUR LES APPLICATION STATIONNAIRES? Claude FREYD DE DIETRICH THERMIQUE QUELLES PERPECTIVES POUR LES APPLICATION STATIONNAIRES? Claude FREYD DE DIETRICH THERMIQUE L HYDROGENE ENERGIVIE : DEVELOPPEMENT ET APPLICATIONS POTENTIELLES 21 mars 2013 Contexte Tendance globale à la

Plus en détail

Electrotechnique. Fabrice Sincère ; version 3.0.5 http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere/

Electrotechnique. Fabrice Sincère ; version 3.0.5 http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere/ Electrotechnique Fabrice Sincère ; version 3.0.5 http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere/ 1 Sommaire 1 ère partie : machines électriques Chapitre 1 Machine à courant continu Chapitre 2 Puissances électriques

Plus en détail

Les compresseurs Scroll dédiés aux applications de réfrigération

Les compresseurs Scroll dédiés aux applications de réfrigération Les compresseurs Scroll dédiés aux applications de réfrigération Le compresseur est le cœur de toute installation de froid à compression. Il aspire les vapeurs du fluide frigorigène à partir d un niveau

Plus en détail

Dimensionnement d une roue autonome pour une implantation sur un fauteuil roulant

Dimensionnement d une roue autonome pour une implantation sur un fauteuil roulant Dimensionnement d une roue autonome pour une implantation sur un fauteuil roulant I Présentation I.1 La roue autonome Ez-Wheel SAS est une entreprise française de technologie innovante fondée en 2009.

Plus en détail

VERS LE MIX ELECTRIQUE

VERS LE MIX ELECTRIQUE DE L ENERGIE PRIMAIRE A L ELECTRICITE PRODUIRE EN TEMPS REEL CHOISIR LE MIX ELECTRIQUE DE L ENERGIE PRIMAIRE A L ELECTRICITE De la centrale au consommateur L électricité qui arrive au bout de la prise

Plus en détail

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 Pour faciliter la correction et la surveillance, merci de répondre aux 3 questions sur des feuilles différentes et d'écrire immédiatement votre nom sur toutes

Plus en détail

LA PILE À COMBUSTIBLE ET LA COGÉNÉRATION

LA PILE À COMBUSTIBLE ET LA COGÉNÉRATION LA PILE À COMBUSTIBLE ET LA COGÉNÉRATION Thierry PRIEM Salon de la méthanisation en Lorraine CEA 10 AVRIL 2012 PAGE 1 14 OCTOBRE 2014 MÉTHANISATION ET COGÉNÉRATION PAGE 2 LE PRINCIPE DE LA COGÉNÉRATION

Plus en détail

Système ASC unitaire triphasé. PowerScale 10 50 kva Maximisez votre disponibilité avec PowerScale

Système ASC unitaire triphasé. PowerScale 10 50 kva Maximisez votre disponibilité avec PowerScale Système ASC unitaire triphasé 10 50 kva Maximisez votre disponibilité avec Protection de première qualité est un système ASC triphasé de taille moyenne qui offre une protection électrique remarquable pour

Plus en détail

Plusieurs technologies différentes de piles à combustible

Plusieurs technologies différentes de piles à combustible Qu est-ce qu une pile à combustible? Un générateur (pas un stockage) électrochimique, alimenté en gaz, et transformant directement son énergie chimique en électricité et chaleur, sans pièces mobiles, sans

Plus en détail

AquaMobil. Systèmes mobiles de décontamination, de douches et de chauffage SWINGTEC

AquaMobil. Systèmes mobiles de décontamination, de douches et de chauffage SWINGTEC AquaMobil Systèmes mobiles de décontamination, de douches et de chauffage SWINGTEC Le premier chauffe-eau instantané mobile type DH1 a été développé dès 1962, puis construit et fabriqué en série un peu

Plus en détail

embrayage ou transmission hydraulique (frottements visqueux) ex. : engin de chantier

embrayage ou transmission hydraulique (frottements visqueux) ex. : engin de chantier G. Pinson - Physique Appliquée Machine asynchrone - C34 / 1 C34 - Machine Asynchrone (MAS) Moteur asynchrone Transmissions mécaniques asynchrones (transmissions de couple) : P m s bain d huile ailettes

Plus en détail

Pompe à Chaleur Air / Eau Haute Température

Pompe à Chaleur Air / Eau Haute Température Pompe à Chaleur Air / Eau Haute Température Gamme L É N E R G I E E S T N O T R E A V E N I R, É C O N O M I S O N S - L A. * La culture du Meilleur Pour le chauffage et l eau chaude sanitaire des maisons

Plus en détail

BERNARD & BONNEFOND est spécialisé dans la conception et la fabrication d alternateurs basse vitesse.

BERNARD & BONNEFOND est spécialisé dans la conception et la fabrication d alternateurs basse vitesse. 6 ème Rencontres France Hydro Electricité Grenoble 9 et 10 avril 2013 Présentation BERNARD & BONNEFOND est spécialisé dans la conception et la fabrication d alternateurs basse vitesse. Nous regroupons

Plus en détail

Section : ELECTROTECHNIQUE ET ELECTRONIQUE MARITIMES EPREUVE N 1 CULTURE DISCIPLINAIRE. (Durée : 5 heures ; Coefficient : 2)

Section : ELECTROTECHNIQUE ET ELECTRONIQUE MARITIMES EPREUVE N 1 CULTURE DISCIPLINAIRE. (Durée : 5 heures ; Coefficient : 2) CONCOURS DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS DE LYCEE PROFESSIONNEL AGRICOLE Enseignement Maritime SESSION 2015 Concours : EXTERNE Section : ELECTROTECHNIQUE ET ELECTRONIQUE MARITIMES EPREUVE N 1 CULTURE DISCIPLINAIRE

Plus en détail

Systèmes Autonomes Photovoltaïques : Couplage DC ou AC?

Systèmes Autonomes Photovoltaïques : Couplage DC ou AC? Systèmes Autonomes Photovoltaïques : Couplage DC ou AC? Clément Brossard, Clément Joulain, le 10/07/2014 Sommaire 1. Introduction... 2 2. Couplage DC... 2 a) Présentation... 2 b) Fonctionnement et régulation...

Plus en détail

15 exercices corrigés d Electrotechnique sur la machine à courant continu

15 exercices corrigés d Electrotechnique sur la machine à courant continu 15 exercices corrigés d Electrotechnique sur la machine à courant continu Sommaire Exercice MCC01 : machine à courant continu Exercice MCC02 : machine à courant continu à excitation indépendante Exercice

Plus en détail

Cas pratique d une installation de cogénération. Introduction Rappel principes de base cogénération

Cas pratique d une installation de cogénération. Introduction Rappel principes de base cogénération Cas pratique d une installation de Introduction Rappel principes de base Circuit de valorisation thermique (intégration hydraulique) Organes de régulation hydrauliques (dimensionnement, ) et équipements

Plus en détail

Mieux sur la route sur toute la ligne. Le package d efficacité DIWA

Mieux sur la route sur toute la ligne. Le package d efficacité DIWA Mieux sur la route sur toute la ligne. Le package d efficacité DIWA 1 Economiser le carburant. Réduire les émissions. Augmenter la disponibilité. Baisse des consommations de carburant, réduire la complexité,

Plus en détail

ATI Piccolo. Véhicule électrique polyvalent destiné au transport et à la récolte et très efficace pour la culture fruitière. véhicules électriques

ATI Piccolo. Véhicule électrique polyvalent destiné au transport et à la récolte et très efficace pour la culture fruitière. véhicules électriques ATI Piccolo Véhicule électrique polyvalent destiné au transport et à la récolte et très efficace pour la culture fruitière véhicules électriques ATI Piccolo advanced-tech.eu ATI Piccolo Le véhicule électrique

Plus en détail

Ventilateurs centrifuges pour cuisines collectives non classées et nombreux autres domaines d application. Ventilateurs centrifuges MegaBox

Ventilateurs centrifuges pour cuisines collectives non classées et nombreux autres domaines d application. Ventilateurs centrifuges MegaBox Ventilateurs centrifuges Points forts de la gamme Ventilateur centrifuge insonorisé Groupe moto-turbine monté sur porte avec charnières pour un nettoyage et un entretien facilités Moteur à vitesse variable,

Plus en détail

Process de certification CEM des ASI forte puissance

Process de certification CEM des ASI forte puissance Process de certification CEM des ASI forte puissance Méthodologie appliquée au laboratoire CEM de All content in this presentation is protected 2008 American Power Conversion Corporation Agenda Les produits

Plus en détail

INFORMATIONS TECHNIQUES CLIMATISATION

INFORMATIONS TECHNIQUES CLIMATISATION INFORMATIONS TECHNIQUES CLIMATISATION Le chauffage et la climatisation peuvent dans bien des cas, être fournis par le même appareil. Il s'agit là d'une solution que les utilisateurs apprécient : elle permet

Plus en détail

Technologie de pompe : Une meilleure efficacité énergétique dans les installations de froid

Technologie de pompe : Une meilleure efficacité énergétique dans les installations de froid ETUDE SPECIALISEE Une meilleure efficacité énergétique dans les installations de froid Conformément aux recommandations EDL (Efficacité et prestations de service énergétiques) des mesures ciblées doivent

Plus en détail

VOILIERS 2014 MOTEURS, OPTIONS ET NOUVEAUTES

VOILIERS 2014 MOTEURS, OPTIONS ET NOUVEAUTES VOILIERS 2014 MOTEURS, OPTIONS ET NOUVEAUTES 2 UNE QUESTION DE FIABILITE UNE QUESTION DE FIABILITE Que vous considériez la voile comme un simple passe-temps destiné à vous procurer plaisir et détente,

Plus en détail

Le Système de Récupération de l Energie Cinétique (SREC)

Le Système de Récupération de l Energie Cinétique (SREC) Concours EPITA 011 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur Le Système de Récupération de l Energie Cinétique (SREC) Tous documents interdits Calculatrice autorisée Durée : h L augmentation de

Plus en détail

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE?

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? 2 COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? Si vous voulez entreprendre des travaux d amélioration énergétique, vous allez rapidement devoir faire face à la question du chauffage. En tant qu élément central du

Plus en détail

Réduction de la pollution d un moteur diesel

Réduction de la pollution d un moteur diesel AUBERT Maxime SUP B Professeur accompagnateur : DELOFFRE Maximilien SUP B Mr Françcois BOIS PAGES Simon SUP E Groupe n Réduction de la pollution d un moteur diesel Introduction L Allemand Rudolf Diesel

Plus en détail

Power over Ethernet Plus. James Withey Ingénieur R&D senior chez Nexans

Power over Ethernet Plus. James Withey Ingénieur R&D senior chez Nexans Power over Ethernet Plus James Withey Ingénieur R&D senior chez Nexans Livre blanc Nexans Cabling Solutions Mai 2011 Power over Ethernet Plus La promesse de PoE+ pour la gestion des réseaux d entreprise

Plus en détail

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage M. Prévost Version V2/ nov 2006 Structure du cours Partie 1 : Introduction Partie 2 : Mise en contact de Gaz et de

Plus en détail

Le moteur asynchrone triphasé

Le moteur asynchrone triphasé Cours d Electricité 2 Électrotechnique Le moteur asynchrone triphasé I.U.T Mesures Physiques Université Montpellier 2 Année universitaire 2008-2009 Table des matières 1 Définition et description 2 2 Principe

Plus en détail

La fée électricité sous le capot?

La fée électricité sous le capot? La fée électricité sous le capot? Quand on analyse les nouvelles motorisations proposées pour les véhicules on s aperçoit vite qu elles reposent pratiquement toutes sur l emploi de moteurs électriques

Plus en détail

Département Aérospatiale et mécanique.

Département Aérospatiale et mécanique. Département Aérospatiale et mécanique. Laboratoire de Thermodynamique Université de Liège Campus du Sart-Tilman - Bâtiment B49 Parking P33 B-4000 LIEGE (Belgium) tel : +32 (0)4 366 48 00 fax : +32 (0)4

Plus en détail

4035 fr - 04.2006 / a. Production d énergie

4035 fr - 04.2006 / a. Production d énergie 4035 fr - 04.2006 / a DÉFENSE NAVALE Production d énergie et systèmes d entraînement 150 180 Leroy-Somer, leader mondial dans la conception et la fabrication d alternateurs et de systèmes d entraînement,

Plus en détail

Les cogénérations en Ile-de-France

Les cogénérations en Ile-de-France Les cogénérations en Ile-de-France Hélène SANCHEZ Direction Régionale et Interdépartementale de l Environnement et de l Énergie (DRIEE) Service Energie Climat Véhicules Colloque ATEE/AFG/APC/AICVF/ARENE

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES «Génie Électronique» Session 2012 Épreuve : PHYSIQUE APPLIQUÉE Durée de l'épreuve : 4 heures Coefficient : 5 Dès que le sujet vous est

Plus en détail

RECUPERATION D ENERGIE THERMIQUE A L ECHAPPEMENT PAR TURBOCOMPOUND & AUTRES APPLICATIONS POTENTIELLES. JF NICOLINO 3 avril 2012

RECUPERATION D ENERGIE THERMIQUE A L ECHAPPEMENT PAR TURBOCOMPOUND & AUTRES APPLICATIONS POTENTIELLES. JF NICOLINO 3 avril 2012 RECUPERATION D ENERGIE THERMIQUE A L ECHAPPEMENT PAR TURBOCOMPOUND APPLICATION COMPETITION AUTOMOBILE & AUTRES APPLICATIONS POTENTIELLES JF NICOLINO 3 avril 2012 AGENDA I) CONTEXTE II) ETAT DE L ART SYSTÈME

Plus en détail

BTS AVA 2009 : sciences physiques

BTS AVA 2009 : sciences physiques BTS AVA 2009 : sciences physiques On souhaite montrer que dans l état actuel des technologies, il n est pas réaliste de concevoir un véhicule électrique ayant la même autonomie qu un véhicule à essence.

Plus en détail

Epreuve d électronique de puissance F. Costa, G. Coquery (Durée 3h, calculatrice et documents autorisés 1 )

Epreuve d électronique de puissance F. Costa, G. Coquery (Durée 3h, calculatrice et documents autorisés 1 ) Epreuve d électronique de puissance F. Costa, G. Coquery (Durée 3h, calculatrice et documents autorisés 1 ) Présentation du sujet La recherche de miniaturisation est actuellement un domaine important dans

Plus en détail

Ventilateurs de toiture type CVD ECO-fan 2

Ventilateurs de toiture type CVD ECO-fan 2 Ventilateurs de toiture type CVD ECO-fan 2 Application es ventilateurs de toiture Codumé type CVDECO ont été essentiellement conçus pour des systèmes de ventilation mécanique individuels réglables pour

Plus en détail

produits de climatisation york Systèmes VRF Edition: Juin 2013

produits de climatisation york Systèmes VRF Edition: Juin 2013 produits de climatisation york Systèmes VRF Edition: Juin 2013 produits de climatisation york Un monde plus confortable, plus sûr et plus durable 2/3 Systèmes VRF yv2v r410a produits de climatisation york

Plus en détail

Turbines à gaz industrielles

Turbines à gaz industrielles Industrial Power Turbines à gaz industrielles Toute la gamme de 5 à 50 MW Scan the QR code with the QR code reader in your mobile! siemens.com / energy / gasturbines Les turbines à gaz industrielles de

Plus en détail

moteur asynchrone MOTEUR ASYNCHRONE

moteur asynchrone MOTEUR ASYNCHRONE MOTEUR ASYNCHRONE Rappel: trois bobines, dont les axes font entre eux des angles de 120 et alimentées par un réseau triphasé équilibré, crée dans l'entrefer un champ magnétique radial, tournant à la fréquence

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

TPE Alternateur. Jordan Offroy Jérémy Brandt Nicolas Crosetti Bastien Dherbomez

TPE Alternateur. Jordan Offroy Jérémy Brandt Nicolas Crosetti Bastien Dherbomez TPE Alternateur Jordan Offroy Jérémy Brandt Nicolas Crosetti Bastien Dherbomez 1 Thème : Avancées scientifiques et réalisations techniques. Problématique : Comment peut-on transformer de l énergie mécanique

Plus en détail

Un groupe mondial à votre service

Un groupe mondial à votre service Un groupe mondial à votre service Fort de ses 10 000 collaborateurs, Leroy-Somer a tissé un réseau international de 470 centres d expertise et de service capable de vous apporter l assistance commerciale

Plus en détail

D'où vient l'énergie électrique?

D'où vient l'énergie électrique? PAGE 1 / 9 SOUS / Objectif Reconnaître le type de centrale électrique. Énoncer le principe de fonctionnement des centrales électriques. Savoir technologique visé : S1-1 PRODUCTION : Diverses sources de

Plus en détail

Nouveaux usages du gaz en résidentiel-tertiaire permettant de répondre aux enjeux du Développement Durable

Nouveaux usages du gaz en résidentiel-tertiaire permettant de répondre aux enjeux du Développement Durable Nouveaux usages du gaz en résidentiel-tertiaire permettant de répondre aux enjeux du Développement Durable Thomas Muller, Gaz de France Réseau Distribution Le 12 septembre 2007 Bâtiment et développement

Plus en détail

RENDEMENT DES ALTERNATEURS Comment neutraliser le couple antagoniste de la réactance d induit et quelle en est la conséquence.

RENDEMENT DES ALTERNATEURS Comment neutraliser le couple antagoniste de la réactance d induit et quelle en est la conséquence. RENDEMENT DES ALTERNATEURS Comment neutraliser le couple antagoniste de la réactance d induit et quelle en est la conséquence. Explications détaillées pages 2-12 Annexe pages 13-14 L Effet de la réactance

Plus en détail

L air pur où il fait bon vivre!

L air pur où il fait bon vivre! L air pur où il fait bon vivre! Un partenariat empreint de confiance Conjointement avec deux sociétés partenaires installées en Allemagne et en Autriche, l entreprise fondée en 1978 fabrique des produits

Plus en détail

Hako-Citymaster 90. Les autres services Hako: SUCCURSALES

Hako-Citymaster 90. Les autres services Hako: SUCCURSALES Hako-Citymaster 90 Fiche Technique Moteur: moteur diesel écologique 2 cylindres refroidi par eau, avec système de refroidissement fermé. Cylindrée: 686 cm 3. Puissance 9,7 kw (13,2 ch.) à 2.700 tr/min.,

Plus en détail

Transformer L énergie

Transformer L énergie Chapitre IV : Les récepteurs hydrauliques. IV.1 Introduction : Les récepteurs hydrauliques transforment l énergie hydraulique en énergie mécanique. On distingue : - Les récepteurs pour mouvement de translation

Plus en détail

Fonction des variateurs électriques :

Fonction des variateurs électriques : LES VARIATEURS DE VITESSE Généralité Fonction des variateurs électriques : Un variateur de vitesse est un équipement électrotechnique alimentant un moteur électrique de façon à pouvoir faire varier sa

Plus en détail

BP Génie Climatique Le brûleur fuel à air soufflé C.F.A.B REIMS

BP Génie Climatique Le brûleur fuel à air soufflé C.F.A.B REIMS BP Génie Climatique Le brûleur fuel à air soufflé C.F.A.B REIMS Stockage non enterré Capacité maximale de 2 500 litres Le stockage peut être implanté en rez-de-chaussée ou en sous-sol. Le local doit être

Plus en détail

ALFÉA HYBRID DUO FIOUL BAS NOX

ALFÉA HYBRID DUO FIOUL BAS NOX ALFÉA HYBRID BAS NOX POMPE À CHALEUR HYBRIDE AVEC APPOINT FIOUL INTÉGRÉ HAUTE TEMPÉRATURE 80 C DÉPART D EAU JUSQU À 60 C EN THERMODYNAMIQUE SOLUTION RÉNOVATION EN REMPLACEMENT DE CHAUDIÈRE FAITES CONNAISSANCE

Plus en détail

Ballon tampon. Chaudières françaises fabriquées en Alsace depuis 1973

Ballon tampon. Chaudières françaises fabriquées en Alsace depuis 1973 Ballon tampon Chaudières françaises fabriquées en Alsace depuis 1973 Ballon Tampon BT Ballon tampon avec isolation, pour couplage avec chaudière bois, 4 départs, 4 retours, 4 raccordement sonde/thermomètre,

Plus en détail

Motorisation hybride Toyota Prius

Motorisation hybride Toyota Prius Motorisation hybride Toyota Prius Modélisation phénomènes physiques : Coefficient d adhérence : f : coefficient d adhérence φ = arctan f φ = φ s limite adhérence φ < φ s adhérence φ > φ s glissement Plus

Plus en détail

POWER SYSTEMS : L ENERGIE DE VOS PROJETS

POWER SYSTEMS : L ENERGIE DE VOS PROJETS POWER SYSTEMS : L ENERGIE DE VOS PROJETS Séminaire Tractafric Equipment Maroc, 9-11 avril 2014 La BU ENERGY-MANUFACTURING &SERVICES Segments de Marchés : Producteurs d électricité, Oil & Gas, Marine, Transport,

Plus en détail

Les applications de l électronique de puissance

Les applications de l électronique de puissance Les applications de l électronique de puissance Domaines d application de l électronique de puissance Domaine du traitement de l énergie : conditionner l énergie sans pertes ni perturbations Indépendant

Plus en détail

MSR 4-840 Sécheurs frigorifiques

MSR 4-840 Sécheurs frigorifiques MSR 4-840 Sécheurs frigorifiques Solide, simple, intelligent. Fiabilité accrue de l air comprimé. facilité D ENTRETIEN facilité D ENTRETIEN Les atouts de notre gamme Installation simple - Conception peu

Plus en détail

La relève de chaudière, une solution intermédiaire économique et fiable.

La relève de chaudière, une solution intermédiaire économique et fiable. 111 39 240 1812 906 La relève de chaudière, une solution intermédiaire économique et fiable. La relève de chaudière, qu est ce que c est? On parle de relève de chaudière lorsqu on installe une pompe à

Plus en détail

Le circuit de charge

Le circuit de charge 1 1. Mise en situation : 2. Définition : comprend l intégralité des pièces permettant l alimentation électrique de l ensemble des consommateurs du véhicule et la charge de la batterie 3. Fonction globale

Plus en détail

LES CENTRALES EOLIENNES

LES CENTRALES EOLIENNES LES CENTRALES EOLIENNES FONCTIONNEMENT Les éoliennes utilisent l énergie cinétique du vent (énergie éolienne) pour la transformer en énergie électrique. Elles produisent une énergie renouvelable (et même

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES GÉNIE MÉCANIQUE SESSION 2009. Polynésie SCIENCES PHYSIQUES ET PHYSIQUE APPLIQUÉE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES GÉNIE MÉCANIQUE SESSION 2009. Polynésie SCIENCES PHYSIQUES ET PHYSIQUE APPLIQUÉE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES GÉNIE MÉCANIQUE SESSION 2009 Polynésie SCIENCES PHYSIQUES ET PHYSIQUE APPLIQUÉE Durée : 2 heures Coefficient : 5 L'emploi de toutes les

Plus en détail

Pleine puissance La technologie de pré-séparation cyclonique quand la poussière tombe sans fin

Pleine puissance La technologie de pré-séparation cyclonique quand la poussière tombe sans fin Pleine puissance La technologie de pré-séparation cyclonique quand la poussière tombe sans fin La pleine puissance pour vos applications La plus haute qualité Les conditions d exploitation difficiles requièrent

Plus en détail

Inforindus Solution photovoltaïque hybride pour la RDC

Inforindus Solution photovoltaïque hybride pour la RDC Inforindus Solution photovoltaïque hybride pour la RDC Solution photovoltaïque hybride pour la RDC 1-Présentation des solutions Il existe en fait plusieurs types de solutions pour l alimentation d un consommateur

Plus en détail

Evaluation du potentiel de récupération d énergie à l échappement d un moteur TDI à l aide d un cycle de Rankine organique (ORC)

Evaluation du potentiel de récupération d énergie à l échappement d un moteur TDI à l aide d un cycle de Rankine organique (ORC) Evaluation du potentiel de récupération d énergie à l échappement d un moteur TDI à l aide d un cycle de Rankine organique (ORC) Sébastien DECLAYE 1*, Sylvain QUOILIN 1, Vincent LEMORT 1. 1 Laboratoire

Plus en détail

CONVERTIR L ENERGIE MACHINES A COURANT CONTINU

CONVERTIR L ENERGIE MACHINES A COURANT CONTINU CONVERTIR L ENERGIE MACHINES A COURANT CONTINU Les machines à courant continu sont réversibles. Elles peuvent devenir génératrices ou moteur. Energie mécanique GENERATRICE CONVERTIR L ENERGIE Energie électrique

Plus en détail

récupération d énergie > bâtiments tertiaires > récupérateurs avec rafraîchissement intégré Récupérateur haute performance avec PAC intégrée Nouveau

récupération d énergie > bâtiments tertiaires > récupérateurs avec rafraîchissement intégré Récupérateur haute performance avec PAC intégrée Nouveau Nouveau Récupérateur haute performance avec PAC intégrée ÆÆTarifs p. 1142 ÆÆPièces détachées p. 1947 échangeur Contre-flux Moteur Basse consommation ECM RAFRAICHISSEMENT PAC intégrée InsTAllation Intérieur

Plus en détail

EPREUVE N 2 : EPREUVE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE COMMUNE A L ENSEMBLE DE LA SECTION : PHYSIQUE APPLIQUEE, TECHNOLOGIE

EPREUVE N 2 : EPREUVE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE COMMUNE A L ENSEMBLE DE LA SECTION : PHYSIQUE APPLIQUEE, TECHNOLOGIE EPREUVE N 2 : EPREUVE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE COMMUNE A L ENSEMBLE DE LA SECTION : PHYSIQUE APPLIQUEE, TECHNOLOGIE (Coefficient : 1 Durée : 4 h) Matériel(s) et document(s) autorisé(s) : calculatrice

Plus en détail

produit L avenir est clair Brûleur Weishaupt purflam jusqu à 40 kw Information sur les brûleurs Weishaupt purflam

produit L avenir est clair Brûleur Weishaupt purflam jusqu à 40 kw Information sur les brûleurs Weishaupt purflam produit Information sur les brûleurs Weishaupt purflam L avenir est clair Brûleur Weishaupt purflam jusqu à 40 kw Brûleur Weishaupt purflam : La technique au service de l environnement Plus de 90 personnes

Plus en détail

LA CLIMATISATION DANS LES BATIMENTS TERTIAIRES. S. Deleval. Résumé

LA CLIMATISATION DANS LES BATIMENTS TERTIAIRES. S. Deleval. Résumé LA CLIMATISATION DANS LES BATIMENTS TERTIAIRES S. Deleval Résumé La climatisation des bureaux reste un sujet tabou au CERN et est encore considérée comme l expression d un besoin de confort. Cependant

Plus en détail

Guide pneumatique. Nous distinguerons 2 familles de vérins :

Guide pneumatique. Nous distinguerons 2 familles de vérins : Guide pneumatique Introduction: Les systèmes automatisés qui mettent en œuvre des actionneurs pneumatiques sont nombreux dans les secteurs industriels automatisés. L objet de cette série est de décrire

Plus en détail

Lyon. eco 6. Solutions de compensation d énergie réactive. Ensemble nous pouvons faire la différence. eco 6 TECHNOLOGIES

Lyon. eco 6. Solutions de compensation d énergie réactive. Ensemble nous pouvons faire la différence. eco 6 TECHNOLOGIES FABRIQUÉ Lyon EN FRANCE eco 6 Solutions de compensation d énergie réactive Ensemble nous pouvons faire la différence eco 6 TECHNOLOGIES Vous cherchez à réduire votre facture d électricité sans changer

Plus en détail

Refroidisseurs air/huile

Refroidisseurs air/huile REFROIDISSEURS AIR / HUILE MOBILES HAUTE PERFORMANCE NOUVEAU DESIGN COMPACT AVEC VENTILATEURS DC Applications Ces refroidisseurs sont spécialement conçus pour des applications dans le mobile où puissance,

Plus en détail

Diagnostic De Performance ÉnergÉtique

Diagnostic De Performance ÉnergÉtique ELÉMENTS DE THERMIQUE Diagnostic De Performance ÉnergÉtique Mesurer la performance énergétique La conduction La conduction est un transfert de chaleur entre solides. L exemple plaque électrique. La plaque

Plus en détail

2195257 ballons ECS vendus en France, en 2010

2195257 ballons ECS vendus en France, en 2010 SOLUTIONS D EAU CHAUDE SANITAIRE En 2010, le marché de l ECS en France représente 2 195 257 ballons ECS de différentes technologies. Dans ce marché global qui était en baisse de 1,8 %, les solutions ENR

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE REMPLACEMENT 2013 France métropolitaine BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE ÉPREUVE N 2 DU PREMIER GROUPE ÉPREUVE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE Option : Génie des équipements agricoles Durée : 3 heures

Plus en détail

ÉTUDE DE LA VOITURE ÉLECTRIQUE SANS PERMIS. ARNOULT Simon GOUNOT Maxence LOPEZ Vincent RIBEYROL Simon

ÉTUDE DE LA VOITURE ÉLECTRIQUE SANS PERMIS. ARNOULT Simon GOUNOT Maxence LOPEZ Vincent RIBEYROL Simon ÉTUDE DE LA VOITURE ÉLECTRIQUE SANS PERMIS ARNOULT Simon GOUNOT Maxence LOPEZ Vincent RIBEYROL Simon Analyse fonctionnelle de la voiture électrique sans permis I-] Les différents types de tractions et

Plus en détail

Programme général des essais de validation des centrales éoliennes raccordées au réseau de transport d'hydro-québec

Programme général des essais de validation des centrales éoliennes raccordées au réseau de transport d'hydro-québec Programme général des essais de validation des centrales éoliennes raccordées au réseau de transport d'hydro-québec Direction Planification des actifs et expertise de transport Février 2011 TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Moteurs à courant continu Moteurs asynchrones

Moteurs à courant continu Moteurs asynchrones Chapitre 17 Sciences Physiques - BTS Moteurs à courant continu Moteurs asynchrones 1 Loi de Laplace 1.1 Etude expérimentale Le conducteur est parcouru par un courant continu ; il est placé dans un champ

Plus en détail

Turbines à gaz industrielles. Toute la gamme de 4 à 47 MW. Answers for energy.

Turbines à gaz industrielles. Toute la gamme de 4 à 47 MW. Answers for energy. Turbines à gaz industrielles Toute la gamme de 4 à 47 MW Answers for energy. Les turbines à gaz industrielles de Siemens : au service de la rentabilité et adaptées à vos besoins Une alimentation énergétique

Plus en détail

La place du granulé dans les secteurs collectif et industriel

La place du granulé dans les secteurs collectif et industriel La place du granulé dans les secteurs collectif et industriel 1 Contexte énergétique Les engagements nationaux et européens 2050 : Facteur 4 réduction par 4 des émissions des GES (Gaz à Effet de Serre)

Plus en détail

Version MOVITRANS 04/2004. Description 1121 3027 / FR

Version MOVITRANS 04/2004. Description 1121 3027 / FR MOVITRANS Version 04/2004 Description 1121 3027 / FR SEW-USOCOME 1 Introduction... 4 1.1 Qu est-ce-que le MOVITRANS?... 4 1.2 Domaines d utilisation du MOVITRANS... 4 1.3 Principe de fonctionnement...

Plus en détail

Objectifs : Notion de rendement. 1 ère GMB Technologie Les performances moteur 1 / 14

Objectifs : Notion de rendement. 1 ère GMB Technologie Les performances moteur 1 / 14 1 ère GMB Technologie Les performances moteur 1 / 14 Les performances moteur Objectifs : L élève devra être capable de : Définir et calculer un rendement global du moteur ; Citer les paramètres influents

Plus en détail

Développement, fabrication et service après-vente des micro-unités de cogénération

Développement, fabrication et service après-vente des micro-unités de cogénération Développement, fabrication et service après-vente des micro-unités de cogénération Qu est-ce qu une microunité de cogénération? Une unité de cogénération est une unité indépendante de production simultanée

Plus en détail

Etude d'un monte-charge

Etude d'un monte-charge BTS ELECTROTECHNIQUE Session 1998 3+

Plus en détail