ROLE DES MEDIAS DANS LA PERSPECTIVE DU DEVELOPPEMENT DURABLE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ROLE DES MEDIAS DANS LA PERSPECTIVE DU DEVELOPPEMENT DURABLE"

Transcription

1 ROLE DES MEDIAS DANS LA PERSPECTIVE DU DEVELOPPEMENT DURABLE Les médias sont un moyen puissant d orienter le choix des consommateurs et les styles de vie, en particulier chez les jeunes. Par conséquent, les medias ont incontestablement un rôle fondamental à jouer dans la promotion du développement durable au sein de nos sociétés. Cependant, force est de constater que le sensationnalisme demeure trop souvent prépondérant en leur sein, et le développement durable est d ordinaire illustré par les médias à travers des images de catastrophes naturelles. De plus, les informations délivrées par les medias tendent à se focaliser sur des évènements ponctuels, au lieu de suivre les enjeux à long terme et les tendances lourdes. Ces biais font que, pour les médias, le développement durable demeure un sujet difficile à couvrir. Enfin, les médias doivent faire preuve d imagination afin de donner au développement durable un aspect concret et réel en traitant de sujets liés aux problèmes qui touchent la vie quotidienne des gens EXPOSES : «Le Développement Durable, sujet pour un «autre» journalisme» Le Dr. Jacques Mirenowicz, Rédacteur responsable de La Revue Durable a ouvert cette séance en faisant un bref exposé dans lequel il a rappelé les obstacles qui font du développement durable un sujet difficile à traiter par les médias : c est un sujet lointain qui demande un changement de pratique, de style de vie qui permette de sortir du modèle dominant actuel qui écrase l actualité. «ISAS BC 9001 : Universal quality management standart for broadcasters and internet producers» Le Prof. Louis Balme, Vice-président de la Fondation Media et Société, professeur à l'institut national polytechnique de Grenoble et spécialiste international en management de la qualité, a ensuite présenté un cadre de standardisation pour les médias. résumé 161

2 TABLE RONDE «JOURNALISME ET DEVELOPPEMENT DURABLE» 1 Modérateur : Massimo Lorenzi, Journaliste-Producteur Tsr photo Viola Krebs (ICV) Avec la participation de : M. Gérard Tschopp, Directeur de la RSR, M. Pierre-André Léchot, Directeur de Canal Alpha, Mme Eve Siegenthaler, Cheffe du service Environnement-Info, M. Michel Chevrolet, Directeur de Léman Bleu, M. Christian Campiche, Chef rubrique économique, La liberté, M. Daniel Monnat, rédacteur en chef des magazines de l information, TSR. Texte envoyé par M. Suren Erkmann (excusé), Fondateur et Directeur de l Institut pour la Communication et l Analyse des Sciences et des Technologies (ICAST) La problématique du développement durable (DD) constitue un défi majeur pour le monde des médias, sur trois plans: 1) Pour intégrer le DD dans la conduite opérationnelle des entreprises de presse (impression, papier, informatique, etc.). 2) Pour intégrer le DD dans la pratique concrète du métier de journaliste (voyages, etc.) 3) Pour intégrer le DD dans la ligne et le contenu rédactionnel des médias. Constat n 1: les entreprises de presse (journalist es, imprimeurs, informaticiens, etc.) représentent l un des secteurs d activité économique les plus éloignés du DD, dans leur pratique comme sur le plan conceptuel (la plupart des journalistes ne se sentent pas directement concernés, sous prétexte qu ils produisent de l information immatérielle). Constat n 2: en dépit des déclarations de bonnes i ntentions, force est de reconnaître que les médias, de manière générale, contribuent aujourd hui massivement et ouvertement au développement NON durable. La prise en compte du DD suppose donc une remise en cause et des changements majeurs au sein des entreprises de presse, aussi bien sur le plan organisationnel que culturel. L intervention esquissera quelques pistes susceptibles d orienter une entreprise de presse désireuse de s engager dans la voie du DD. résumé DEBAT : Gérard Tschopp : il est réducteur de ramener l information à l actualité stricte. Le travail des médias va au-delà. A la radio, magazines et sujets en rapport avec le DD sont grandement développés, mais c est un service public et elle n a donc pas un rôle messianique. Les médias font appel à la capacité de vulgarisation de la part des 1 Ce texte a été lu par M. Massimo Lorenzi, modérateur de la table ronde, afin de lancer le débat. 162

3 journalistes et des personnes qui interviennent. Les acteurs du DD devraient trouver un moyen de rentrer davantage dans les médias et de vulgariser plus afin de pouvoir transmettre leur message. L appui sur l actualité est souvent utile mais c est aux acteurs même de prendre l initiative pour aller au-delà de la simple information d actualité. Le recul des glaciers en Suisse et la canicule de l été 2003 sont deux exemples d occasions à prendre pour expliquer de manière plus large certains éléménts importants. Daniel Monnat explique qu il doit faire face à une contradiction entre d un côté la concurrence et le besoin de séduction du public et, de l autre, la tradition humaniste des magazines de la TSR. Tout le monde est pour le DD mais il y a une ambiguïté dans le rôle que l on prétend aux médias et qui reflète une contradiction de la société. Michel Chevrolet trouve que l on est sévère dans les analyses faites. Les journalistes sont les premiers intéressés par toutes les thématiques du DD. Pierre-André Léchot : quelles sont les attentes du public? Comment donner des outils au public pour consommer différemment les médias? Il faut donner des outils critiques aux personnes pour pouvoir sortir d un traitement de l image au jour le jour. Il faudrait habituer le public à un nouveau style de média par le biais d une éducation aux médias. Christian Campiche : Il existe de bonnes émissions mais il faut faire attention à ne pas en faire des alibis. Il y a un besoin d apporter un suivi sur des grands thèmes. Un exemple : quand le prestige échoue, on ne donne pas de suite alors qu il faudrait justement faire une pression de tous les jours.. Eve Siegenthaler rappelle que c est lors des conférences de presse directement liées au DD qu il y a le moins de journalistes présents. Pour Mirenowicz, on ne perçoit pas assez que l on va droit dans le mur car le mode de développement actuel n est pas durable. La presse n est pas le mouton noir de la société mais elle est le reflet d une société qui n est pas durable. Ce qui domine dans les médias : le téléjournal. Et là, il y a une ligne éditoriale forte qui va dans le sens du développement non durable. Louis Balme : qui fixe l agenda? C est une illusion de croire que médias grand public fixent eux-même leur agenda. S interroge sur la possibilité de dégager des scientifiques/politiciens capables de communiquer sur les questions de DD. Faut-il appliquer même type de formation aux journalistes que celle qui existe pour les ingénieurs? résumé Daniel Monnat : journalistes n ont pas besoin d être des spécialistes. Ils sont le pont entre le public et le sujet. Leur approche de non spécialiste peut ainsi être plus proche des questions que le public se pose. Massimo Lorenzi rappelle le fonctionnement du TJ où le temps est passé à écoper les arrivées permanentes de dépêches d agence. Seules grandes rédactions ont moyen d avoir des gens capables de prendre du recul mais il y a aussi loi de l hyperconformisme qui domine. 163

4 «LE DÉVELOPPEMENT DURABLE, SUJET POUR UN «AUTRE» JOURNALISME» cadre de l intervention du Prof. Jacques Mirenowicz Rédacteur responsable de La Revue Durable Le développement durable, un sujet abstrait Le développement durable se prête mal au journalisme généraliste classique. Compliqué, abstrait, difficile à cerner, il échappe à sa pratique courante. Mais cette difficulté immédiate ne résume pas le problème de sa relative absence dans les médias ou de la place très subalterne qu ils lui réservent. Car il est facile de contourner l obstacle. Et c est précisément une partie du rôle des journalistes que de rendre attirant les sujets les plus ardus et les plus arides. Les meilleurs d entre eux savent très bien le faire. En réalité, deux obstacles plus profonds barrent la route des médias classiques au développement durable. Un sujet lointain Le problème fondamental, c est que le développement durable concerne l avenir. Or, le journalisme s occupe avant tout de ce qui a lieu maintenant, en ce moment même : «Je viens de recevoir une dépêche», «on m annonce à l instant que» Ce qui s est passé hier soir garde de l intérêt, de même que la réunion qui aura lieu demain matin, mais c est avant tout aujourd hui qui importe. Ainsi, les journalismes s intéressent-ils ô combien aux catastrophes, mais pas tant à celles qui pourraient frapper en Il y en a d ailleurs bien assez aujourd hui pour que le chômage ne les guette pas : il suffit de penser au tsunami qui vient de frapper l Asie. Et ce n est là que la dernière en date d une interminable série. La mission du journaliste n est pas d anticiper. Elle est de rapporter ce qui se passe lorsque cela se passe. En Inde, les journalistes ont joué un rôle très actif dans l amélioration de la qualité de l air à Delhi, devenu irrespirable. Mais comme chacun le sait aujourd hui, ce pays qui possède l arme nucléaire ne dispose pas de système d alerte au tsunami. Qu il soit permis de douter de l intensité des mises en garde à l égard de cette lacune dans les médias indiens avant le 26 décembre Un sujet loin des préoccupations quotidiennes Le deuxième obstacle majeur à la présence centrale du développement durable dans les médias courants est encore plus évident : comment les médias, qui sont le miroir des choix de sociétés qui dominent, pourraient-ils mettre en avant ce thème autrement qu à la marge alors que la mise en route d un authentique développement durable impose de revoir les manières de faire actuelles? Comment un journaliste sans cesse en train de courir après la «dernière dépêche» aurait-il le temps, l occasion, le souhait de faire un pas de côté pour réfléchir en profondeur à la destinée non durable de l humanité? Là n est ni sa tâche, ni sa vocation. Il n a pas choisi ce métier pour cela. Réfléchir à la durabilité nécessite le contraire de ce qui guide la quête quotidienne du journaliste, cette volonté de se laisser constamment emporté par l actualité. Il y a une logique profonde à ce que les médias n évoquent le développement durable qu à la marge. 164

5 Pour un autre journalisme, complémentaire L aptitude du développement durable à générer l intérêt et l enthousiasme nécessaires à sa concrétisation passe néanmoins par l information. Une information solide, sérieuse, riche. Avec pour la transmettre des médiateurs. Et sans doute aussi d «autres» lieux médiatiques, complémentaires des médias généralistes classiques. Leur objectif serait de rendre le développement durable attirant pour motiver un public significatif, d en faire un sujet mobilisateur, auquel les gens pourraient croire, générant ainsi l élan nécessaire pour en faire, à terme, un sujet aussi pour les médias courants. LaRevueDurable a pour vocation d être un tel lieu. Son rythme de parution, bimestriel, lui permet de prendre du recul, de lire l actualité à la lumière de dossiers approfondis, par exemple sur la souveraineté alimentaire, l éducation, l énergie, l emploi ou la consommation. Les sources d informations de LaRevueDurable sont moins les dépêches d agences que des rapports, études ou articles émanant des administrations, du milieu académique et des associations qui se projettent dans l avenir. L idée phare est aussi d identifier partout où elles existent des actions exemplaires, sources d inspiration pour tous ceux qui cherchent à rendre l avenir humainement viable. «ISAS BC 9001: UNIVERSAL QUALITY MANAGEMENT STANDARD FOR BROADCASTERS AND INTERNET PRODUCER» Cadre de l intervention de M. Guillaume Chenevière (excusé) et Dr. Louis Balme M. Guillaume Chenevière : Directeur de la Fondation Media et Societe, ancien Directeur de la TSR Dr. Louis Balme : Vice-président de la Fondation Media et Société, professeur à l'institut national polytechnique de Grenoble et spécialiste international en management de la qualité Summary The essential role of electronic media in social development and democracy is widely recognized, but political and economic powers often hamper their most important service to society, which is to give a faithful representation of the world, to induce citizens participation in political decisions, and to create an open space for democratic debate. Independence and accuracy of information, quality and creativity of programmes are key to the mission of radio and television, the most influential media, and it is not acceptable to see them reduced either to propaganda outlets or to entertainment carriers without content To assist broadcasters in resisting outside pressures and serving society efficiently, a group of prominent Swiss media professionals have introduced a universal quality management standard, ISAS BC 9001, specially designed for broadcasters and internet content providers. This tool to generate trust a definition coined by a television CEO will give the public an internationally recognized guarantee that the content he watches or listens to has been produced in accordance with a world standard of good governance within the 165

6 media. Media themselves, by submitting their internal quality processes to a neutral, independent, professional control, will increase their credibility for a larger audience. All over the world, people use the same criteria to measure the quality of their media. In comparing the editorial charters of various broadcasters on five continents, the Commonwealth Broadcasting Association observed very little difference between broadcasters, although there are big differences between the societies to which they are broadcasting. A research conducted by the World Radio and Television Council reached the same conclusion : everywhere around the globe, professionals, experts, and listeners-viewers judge radio and television from the point of view of their contribution to social development and democracy and use identical criteria, such as quality and accuracy of information, innovation and creativity, editorial independence, management transparency, promotion and respect of ethical and professional standards. This is the basis upon which the Media and Society Foundation, a Geneva-based nonprofit institution created by media professionals, has launched an international quality media management standard, ISAS BC ISAS BC 9001 is an adaptation of ISO 9001, the world reference for quality management systems, which, in the last ten years, has been adopted by companies, both public and private, in 160 countries. ISAS BC 9001 measures how radios, televisions and internet content providers meet the ISO 9001 criteria of good management, while at the same time meeting specific media quality criteria, which are universally recognized. ISAS BC 9001 sets clear, measurable objectives. Broadcasters who agree with them can request their certification through independent auditors and, if meeting the standard s criteria, obtain from the Media and Society Foundation a certificate of conformity, valid for three years, under provision of yearly checks. The certification process, conducted on a purely voluntary basis, is entrusted to private companies operating under the control and moral authority of the Media and Society Foundation. ISAS BC 9001 does not certify the content of media, i.e. the quality of a given information or entertainment programme, but the production process which results in such a programme. The public thus knows that the programme it watches or listens to has been produced according to strict rules of independence, transparency and professional ethics. This is a clear advantage for listeners and viewers, as well as for journalists and producers, who will find professional support in the standard s implementation. Broadcasting companies themselves, both public and private, will also gain from its implementation : in order to be certified, they will review their management processes from the ISO perspective, mixing ethical requirements, audience satisfaction and economic rationality. This approach will bring them new opportunities for improved management and market development. An ISO type quality standard allows professionals from all over the world to support each other in the defence of the professional quality they are striving for, while meeting at the same time the economic imperatives which none of them can avoid. ISAS BC 9001 is a concrete answer to the weakening of professional standards in radio and television. Favouring good governance and transparency within the media 166

7 themselves, it helps them to contribute more efficiently to good governance and democratic debate within the societies they are serving. Why certify the quality management of broadcasters? Information is a basic human right no less than water, food, health or free speech; it is essential to social development and democracy. Media -particularly radio and television, being the main source of information of most people around the globe - have a special responsibility to ensure that this right is fully enjoyed in the 21 st century. Specifically, they must: - Disseminate accurate information and knowledge as widely as possible - Offer a lively social and political debate at the local, national and global levels The World Electronic Media Forum (www.wemfmedia.org), which gathered radio and television executives from 122 countries in Geneva last December, during the UN World Summit on the Information Society, highlighted both this central task and the many obstacles, political as well as economical, which makes it increasingly difficult to fulfil. It is thus essential for media professionals to establish and promote universal quality standards of their trade. To meet this challenge, the independent, Swiss-based Media and Society Foundation has created a voluntary certification process, presented in world premiere at the Forum. Through this process, broadcasters who want to improve their quality and image while demonstrating a commitment to social development and democracy will be able to submit their efforts to an independent, neutral audit. The Media and Society Foundation cooperated with two other organizations to develop this new international standard for broadcasting: the Canadian-based, not-for-profit World Radio and Television Council (www.wrtvc.org), and ISAS (www.isasgroup.com), a private standardization and accreditation body. The result is ISAS BC 9001, dedicated to radio, television and Internet broadcasting. ISAS BC 9001 was adapted from the well-known ISO 9001 standard, which in less than 10 years has succeeded in certifying 550,000 companies, both public and private, in 160 countries, and which is now recognized as the world reference for management systems. 167

8 Figure 1: Evolution of ISO 9000 Certification scheme Source ISO Organization Geneva In addition of being ISO 9001 compliant, ISAS BC 9001 will focus on broadcasting companies, measuring the degree to which they meet the following criteria: - Satisfaction of viewers-listeners - Quality and accuracy of information - Quality and diversity of other types of programming - Innovation and creativity - Independence and transparency of management - Promotion and respect for ethical rules - Representation of national minorities - Universal access - Social relevance For each of these criteria ISAS BC 9001 sets specific objectives. Any broadcast organization that aims to meet these standards may apply to be audited by independent, 168

9 accredited professionals. Following a successful audit, Media & Society Foundation will deliver a Conformity Certificate valid for three years, with an annual conformity check. The origins of ISAS BC 9001 The decision to create this standard is a consequence of the WRTVC strategic plan of November Taken over in 2002 by the Media & Society Foundation in Geneva and with the financial support of the Hoso Bunka Foundation intokyo, Unesco, Office Fédéral de la Communication (OFCOM) and the Swiss Agency for Development and Cooperation (SDC) in Bern the ISAS BC 9001 standard is based on best practices in the world broadcasting industry. A survey has been conducted in five countries (Canada, Columbia, India, South Africa and Switzerland); three working groups in each country answered the following question: What should be the evaluation criteria of the electronic media (Radio, TV and Internet) in terms of contents, structure and infrastructure in their contribution to social development and democracy. Group 1: The Providers (Radio and TV operators and professionals) Group 2: The Users (representatives of the audience) Group 3: The Experts (non-providers renowned for their expertise in this field such as regulators, journalists of the written press, philosophers, sociologists, etc.). Specifics of the broadcasting industry In order to satisfy the needs and expectations of all concerned stakeholders, a lot of requirements specific to the broadcasting industry, found relevant in the five countries selected in the survey and completed by the Technical Committee, have been introduced in the standard such as: Independence & Transparency Ethics & Policies Proximity to Cultural Identities Audience Satisfaction Accessibility to the Media Innovation and Creation Other topics have also been found significant such as: Quality of Information Social Relevance Quality of Contents Diversity of Contents Citizen Empowerment Educative Mission Participation & Interactivity Pluralism 169

10 Opening to the World Competence of Broadcaster Staff Corporate Social Investment Religion Programs Scheduling Quality of Equipment Figure 2 below shows the complexity of the broadcasting industry. It shows an ideal representation of the main stakeholders involved in the broadcasting industry with their interactions sorted in three categories: 1- Financial flows (in green) 2- Power flows (in blue) 3- Feed-back loops (in red) POLITICAL POWER / POUVOIR POLITIQUE CIVIL SOCIETY/ SOCIETE CIVILE GOVERNMENT/ GOUVERNEMENT Taxes NATIONAL REGULATION AUTHORITY/ AUTORITE NATIONALE DE REGULATION ADVERTISERS / ANNONCEURS Publicity / Publicité Subscriptions / Abonnements BROADCASTER / RADIODIFFUSEUR LISTENERS / VIEWERS AUDITEURS / TELESPECTATEURS Financing / Financement Audience feedback loop / Boucle de rétroaction audience Figure 2: specifics of broadcasting industry The reality in many countries often differs from this ideal representation. The main divergences with this ideal model are: 1- A strong dependency of the broadcasters from government, which represents a significant, often dominant source of financing and can exert pressure through legal and political measures, as well as through direct intervention. 170

11 2- A strong dependency of the broadcasters from the advertisers, which represent the other major source of financing, dominant in the private broadcasting industry. 3- A weak consideration for audience satisfaction which is at the moment essentially measured in terms of quantity according to the rule: a good program is a program watched or listened by the biggest audience. From a general point of view, the feedback loops coming from the audience and citizens have a weak influence on the strategy of the broadcasters. 4- On the contrary, other non-official feed-back loops not shown on the diagram, such as the one from the advertisers and/or media owners to the Government are strongly influential. ISAS BC 9001 standard has the ambition to help broadcasters and all associated stakeholders to comply with this balanced representation of the business. The benefits for broadcasters? The main benefits of any ISO certification is a stronger, better managed organization: more responsive to customers, more capable of delivering quality, more reactive to change and in the long run more likely to prosper. The benefits specific to broadcasting include: - Greater credibility with viewers, listeners thus advertisers - Higher efficiency of investments in content - Cost saving in production process - Better access to sources of information - The ability to attract and motivate high-quality journalists - Independent recognition of the contribution to social development and democracy How to proceed? The first step is the evaluation of present management systems, viewed from three separate and complementary angles: - Efficiency and performance, focussing on the costs of quality - Perceptions of the management system by personnel, customers, suppliers and other stakeholders - The specific criteria of the ISAS BC 9001 standard mentioned above On the basis of this evaluation, companies will be given detailed recommendations for improvement that should be implemented to meet the requirements of ISAS BC All details of the certification process are available on Some testimonials on the benefits of Quality Management Reuters, Geneva We wanted our quality system to give us a clear vision of our systems and procedures. The quality process allowed us to present our objectives more clearly and to follow them up through quality circles. 171

12 Denis HURON, Director General Source Challenge Optimum S.A., Geneva Teleantioquia, Columbia ISO certification is the start of a permanent process of internal organizational self-evaluation. To become certified is to join the culture through a process and to strengthen our teamwork. It is a tool to generate trust, a letter of introduction and a way to say to our clients that we are part of a nation that seeks efficiency and wants to offer the best of public television to our television audience, our sponsors, and our contractors. It is the challenge of continuous improvement. Ana Cristina Navarro, Manager of Teleantioquia, the first regional television channel that obtained the ISO certificate Source Media & Society Foundation, Geneva Canal 11, Mexico With 750 employees and 5000 hours of production per annum, Canal 11 is the first channel of public television of Mexico. We decided to improve quality of our internal processes and to obtain certification ISO 9001 as of the year This step deeply transformed the culture of the company: the satisfaction of our collaborators thus passed from 17% to more than 90% today. The same phenomenon was noted for the satisfaction of our televiewers. Today we have decided to go even further with the certification ISAS BC Julio Di Bella, General Manager Canal 11 Source Media & Society Foundation, Geneva «LE RÔLE DE LA TELEVISION LOCALE» cadre de l intervention de M. Pierre- André Léchot Journaliste RP, titulaire d'un Master of Arts en religion avec spécialisation média, a appris les métiers de la télévision par la pratique au sein d'une société de production et d'une TV locale. Depuis 2001 il dirige avec 2 collègues la télévision de proximité Canal Alpha dans le canton de Neuchâtel et développe un secteur de formation actif notamment dans le domaine de l'éducation aux médias: La télévision demeure le média dominant dans la vie des Européens qui lui consacrent en moyenne 3h33' chaque jour (Médiamétrie, Eurodata TV 2004). Le petit écran alimente bien des sujets de conversations, fixant l'agenda de thèmes dont on parle. Trop souvent la TV est consommée de façon passive, et, faute d'une éducation au média télévisuel offerte de façon équitable à tous, nombre de personnes peinent à distinguer les valeurs sous-jacentes, à différencier commentaire et rapport de faits, à questionner les choix de sujets ou d'interviews et la hiérarchisation proposée. 172

13 Canal Alpha, télévision de service public de proximité dans le canton de Neuchâtel, veut oeuvrer dans le sens du développement durable sur deux plans: 1) en fournissant aux habitant d'un canton de l'arc jurassien un média indépendant, porté par des gens du terroir qui entendent contribuer de façon constructive au développement de leur région en donnant la parole au plus grand nombre; 2) en contribuant à une éducation au média télévisuel dynamique et participative, à travers des visites interactives, des émissions spéciales avec des classes d'écoles et diverses formes de dialogues avec parents, enseignants et autres citoyens. 1. Apport original d'une TV de proximité. Ainsi que le relève le ministère de la culture et de la communication français dans son rapport de mai 2003 "Quelles perspectives de développement pour les télévisions locales?" les télévisions de proximité ont "vocation à constituer un forum de la citoyenneté et un espace d'interactivité" et contribuent ainsi à "l'essor d'une véritable démocratie de proximité". Une télévision de proximité peut donner plus de temps aux intervenants, étant moins tributaire de l'instantanéité et de contraintes de rentabilité financière que les grands médias. La TV régionale offre aussi un miroir approprié pour que chaque citoyen se sente participant au développement de quelque chose qui le concerne de près. Au contraire des grands médias, la télévision de proximité invite concrètement à l'action dans la durée, puisque les lieux, les gens et les problématiques abordées sur le petit écran sont atteignables dans le réel, géographiquement, physiquement. 2. Pour une éducation au média télévisuel renouvelée. Canal Alpha accueille de nombreux groupes qui visitent les locaux, visionnent et décortiquent quelques publicités TV, expérimentent l'usage d'un téléprompteur et prennent connaissance des contraintes du métier de journaliste reporter image (matériel, temps à disposition, cadre d'un journal télévisé). Chaque visiteur ressort avec une appréhension enrichie de tout ce qui préside aux choix et à la construction des émissions diffusées sur le petit écran. Pour éviter que les téléspectateurs ne consomment clichés et stéréotypes sans les remettre en question, pour susciter plus de réactions et de participation du public au développement des médias, il faut que les professionnels des médias s'engagent en faveur d'un dialogue actualisé avec leur public. A Séville en février 2002 l'unesco a souligné, à la suite de la Conférence de Vienne en 1999, l'importance de l'éducation au média, qui "fait partie du droit fondamental de tout citoyen, dans tout pays du monde, de la liberté d'expression et du droit à l'information" et qui "contribue à établir et maintenir la démocratie". La recommandation préconise que l'éducation aux médias soit proposée partout où cela est possible. 173

14 Aux yeux de Canal Alpha, une télévision de service public de proximité a le devoir d'oeuvrer dans le secteur de l'éducation aux médias en accueillant gratuitement des visites, et en proposant des outils pratiques pour analyser les émissions TV, prendre du recul, commenter, critiquer et contribuer ainsi au développement de médias de meilleure qualité tout en oeuvrant dans le réel pour le mieux être social de ses concitoyens. Des exemples concrets d'éducation au média télévisuel développés au sein d'une TV de proximité peuvent être considérés sur formation. Pour tout contact: Pierre-André Léchot, Canal Alpha, Rochettes 3, 2016 Cortaillod, tél , «SERVICE ENVIRONNEMENT-INFO» Cadre de l intervention de Mme Eve Siegenthaler Chef du service Environnement-Info, au département de l intérieur, de l agriculture et de l environnement de l Etat de Genève Environnement-Info est le service de l'etat de Genève chargé de l'information sur la protection de l'environnement. Il communique sur les thématiques de l'air, de l'air intérieur, du bruit, des déchets, de l'eau, de l écologie au travail, de l'énergie, de la mobilité et des rayonnements non ionisants, et ponctuellement du développement durable. Il offre un service de renseignements ( ), un centre de documentation et un site Internet (www.geneve.ch/environnement-info). Il publie de nombreux documents destinés aussi bien aux particuliers qu'aux professionnels, dans le but d'améliorer les connaissances sur l environnement et d initier de nouveaux comportements (tri des déchets, maîtrise de l énergie, réflexion à l achat, etc.). Il organise également d'importantes campagnes de communication ("Précieux le tri", "Pollution + soleil = ozone", "La mobilité douce, ça marche pour tous"). Très attentif à produire du matériel d'information à l'intention des écoles, il est à la base de nombreux dossiers pédagogiques et dessins animés ("Amour et poubelles", "Voyage au bout de l'eau", "Le Concert", "Les envahisseurs", "L'homme mobile") et propose des animations dans les classes ainsi que des expositions itinérantes sur différents sujets (déchets, eau, énergie ). Impliqué dans l'information sur le développement durable depuis l'adoption de l'agenda 21 par le Grand Conseil genevois en 2001, l'équipe d'environnement-info s'est heurtée à de nombreuses reprises aux difficultés d'informer sur ce thème. Trop dense? Trop abstrait? Trop complexe? Un exemple : La conférence de presse organisée pour présenter le guide du développement durable aux PME, documents qui fait référence aujourd'hui, n'a attiré qu un journaliste de la presse écrite, contre une demi-douzaine pour une conférence de presse sur un thème environnemental ordinaire. Paradoxalement, les médias seraient pourtant les relais idéaux pour traduire en information concrète et simple les enjeux du développement durable. Le service cantonal du développement durable, comme Environnement-Info, sont prêts à entamer le dialogue pour trouver des voies de collaboration! 174

ISAS BC 9001 : UN STANDARD UNIVERSEL DE QUALITÉ DU MANAGEMENT POUR LES DIFFUSEURS

ISAS BC 9001 : UN STANDARD UNIVERSEL DE QUALITÉ DU MANAGEMENT POUR LES DIFFUSEURS ISAS BC 9001 : UN STANDARD UNIVERSEL DE QUALITÉ DU MANAGEMENT POUR LES DIFFUSEURS Rapport présenté par Louis BALME Vice-Président de ISAS, Professeur à l Ecole polytechnique de Grenoble Le rôle essentiel

Plus en détail

Experiences TCM QUALITY MARK. Project management Management systems ISO 9001 ISO 14001 ISO 22000

Experiences TCM QUALITY MARK. Project management Management systems ISO 9001 ISO 14001 ISO 22000 TCM QUALITY MARK Jean-Marc Bachelet Tocema Europe workshop 4 Project management Management systems ISO 9001 ISO 14001 ISO 22000 + lead auditors for certification bodies Experiences Private and state companies,

Plus en détail

INTERNATIONAL STANDARD Résumé Exécutif. BC-9001 version 1.0 SYSTEMES DE MANAGEMENT DE LA QUALITE

INTERNATIONAL STANDARD Résumé Exécutif. BC-9001 version 1.0 SYSTEMES DE MANAGEMENT DE LA QUALITE INTERNATIONAL STANDARD Résumé Exécutif BC-9001 version 1.0 SYSTEMES DE MANAGEMENT DE LA QUALITE Exigences pour les Radiodiffuseurs (Radio, TV et sites internet associés) ISAS MSF 2003-2007 All rights reserved.

Plus en détail

Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs. social. An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS

Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs. social. An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS Le capital Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs social capital An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS Présentation des participants participants presentation Fondation Dufresne et Gauthier

Plus en détail

Developpement & Formation. Serge Dubois, BP Algeria Communications Manager

Developpement & Formation. Serge Dubois, BP Algeria Communications Manager Developpement & Formation Serge Dubois, BP Algeria Communications Manager Building capability «BP Strategy, Safety People Performance» Tony Hayward, CEO BP Octobre 2007 Human resources are the most invaluable

Plus en détail

Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference

Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference 13-14 novembre 2008-13th -14th Novembre 2008 Centre des Congrès, Lyon Le rôle des accords d entreprise transnationaux

Plus en détail

90558-CDT-06-L3French page 1 of 10. 90558: Listen to and understand complex spoken French in less familiar contexts

90558-CDT-06-L3French page 1 of 10. 90558: Listen to and understand complex spoken French in less familiar contexts 90558-CDT-06-L3French page 1 of 10 NCEA LEVEL 3: FRENCH CD TRANSCRIPT 2006 90558: Listen to and understand complex spoken French in less familiar contexts New Zealand Qualifications Authority: NCEA French

Plus en détail

GLOBAL COMPACT EXAMPLE

GLOBAL COMPACT EXAMPLE GLOBAL COMPACT EXAMPLE Global Compact Good Practice GROUPE SEB 2004-2005 1/4 FIRM: GROUPE SEB TITLE: GROUPE SEB Purchasing Policy contributing to sustainable development GC PRINCIPLES taken into account:

Plus en détail

The ISIA Minimum Standard. Why, What, How

The ISIA Minimum Standard. Why, What, How The ISIA Minimum Standard Why, What, How Budapest 10-11 October 2011 Vittorio CAFFI 1 Questions to address Why a Minimum Standard? Who is concerned? When has to be implemented? What is it? How can it be

Plus en détail

SENEGAL DIAGNOSTICS DE LA GOUVERNANCE TRANSPORTS ET TRAVAUX PUBLICS

SENEGAL DIAGNOSTICS DE LA GOUVERNANCE TRANSPORTS ET TRAVAUX PUBLICS SENEGAL DIAGNOSTICS DE LA GOUVERNANCE TRANSPORTS ET TRAVAUX PUBLICS FOCUS GROUPE: Sociétés Privées qui Utilisent Services de Transport Terrestre et/ou PAD Groupe A Routes et Port Les questions de Sections

Plus en détail

SGR Services de gestion des risques

SGR Services de gestion des risques Title: Safety Achievement Financial Incentive System (SAFIS) Titre : Système d incitation financière à la sécurité DIRECTIVE Effective / En vigueur: 01/05/2008 Release / Diffusion No. 003 Page 1 of / de

Plus en détail

Réussir en Afrique. Travaillons main dans la main à la réussite de vos investissements en Afrique.

Réussir en Afrique. Travaillons main dans la main à la réussite de vos investissements en Afrique. Réussir en Afrique Travaillons main dans la main à la réussite de vos investissements en Afrique. 1 2 Le Cabinet CBI, dirigé par Ousmane H. Guedi vous accompagne dans votre conquête du marché africain,

Plus en détail

Autres termes clés (Other key terms)

Autres termes clés (Other key terms) Autres termes clés (Other key terms) Norme Contrôle qualité des cabinets réalisant des missions d audit ou d examen d états financiers et d autres missions d assurance et de services connexes ( Quality

Plus en détail

Introduction. Pourquoi cette conférence? 2010 netinall, All Rights Reserved

Introduction. Pourquoi cette conférence? 2010 netinall, All Rights Reserved Publicité et Vidéo sur Internet (1 partie) L Echangeur Paris Le 9 février2010 Introduction Pourquoi cette conférence? 2 Introduction Agenda 9:30 : La vidéo sur Internet 9:30 : L état du marché 10:45 :

Plus en détail

Design and creativity in French national and regional policies

Design and creativity in French national and regional policies Design and creativity in French national and regional policies p.01 15-06-09 French Innovation policy Distinction between technological innovation and non-technological innovation (including design) French

Plus en détail

LA TENUE DES RÉUNIONS DES COMMISSIONS DE DISTRICT D AMÉNAGEMENT CONDUCT OF DISTRICT PLANNING COMMISSION MEETINGS

LA TENUE DES RÉUNIONS DES COMMISSIONS DE DISTRICT D AMÉNAGEMENT CONDUCT OF DISTRICT PLANNING COMMISSION MEETINGS CONDUCT OF DISTRICT PLANNING COMMISSION MEETINGS LA TENUE DES RÉUNIONS DES COMMISSIONS DE DISTRICT D AMÉNAGEMENT A Guideline on the Conduct of District Planning Commission Meetings Directive sur la tenue

Plus en détail

Optimiser la recherche d informations dans deux des Bases de Données internes et Accroître la productivité des analystes

Optimiser la recherche d informations dans deux des Bases de Données internes et Accroître la productivité des analystes Optimiser la recherche d informations dans deux des Bases de Données internes et Accroître la productivité des analystes Mémoire de stage Promotion 2010 Priscillia VON HOFMANN Abstract Today, the importance

Plus en détail

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe Formation en conduite et gestion de projets Renforcer les capacités des syndicats en Europe Pourquoi la gestion de projets? Le département Formation de l Institut syndical européen (ETUI, European Trade

Plus en détail

EXPERTISE & SOLUTIONS POUR OPERATEURS & PROPRIETAIRES D AVIONS PRIVES EXPERTISE & SOLUTIONS FOR PRIVATE AIRCRAFT OPERATORS & OWNERS

EXPERTISE & SOLUTIONS POUR OPERATEURS & PROPRIETAIRES D AVIONS PRIVES EXPERTISE & SOLUTIONS FOR PRIVATE AIRCRAFT OPERATORS & OWNERS EXPERTISE & SOLUTIONS POUR OPERATEURS & PROPRIETAIRES D AVIONS PRIVES EXPERTISE & SOLUTIONS FOR PRIVATE AIRCRAFT OPERATORS & OWNERS JET SERVICES GROUP vous propose la solution MANAJETS destinée aux opérateurs

Plus en détail

Appel à Présentations de PMEs. «Workshop on GNSS applications» Toulouse Space Show 2014. En présence de la GSA (European GNSS Agency)

Appel à Présentations de PMEs. «Workshop on GNSS applications» Toulouse Space Show 2014. En présence de la GSA (European GNSS Agency) Appel à Présentations de PMEs «Workshop on GNSS applications» Toulouse Space Show 2014 En présence de la GSA (European GNSS Agency) 1. TOULOUSE SPACE SHOW Le Toulouse Space Show 2014 se tiendra du 30 Juin

Plus en détail

companies FEDERAL BILINGUAL VET DIPLOMA IN COMMERCE May 30th, 2013 Département de la solidarité et de l'emploi

companies FEDERAL BILINGUAL VET DIPLOMA IN COMMERCE May 30th, 2013 Département de la solidarité et de l'emploi FEDERAL BILINGUAL VET DIPLOMA IN COMMERCE A new offer adapted to English speaking companies May 30th, 2013 19.06.2013 - Page 1 SWISS PILOT PROJECT DEVELOPED IN GENEVE Project from the Swiss Confederation

Plus en détail

Technical Capability in SANRAL. Les compétences et capacités techniques du SANRAL. Solutions. Les solutions

Technical Capability in SANRAL. Les compétences et capacités techniques du SANRAL. Solutions. Les solutions Technical Capability in SANRAL Les compétences et capacités techniques du SANRAL Solutions Les solutions 2 3 2007 SANRAL 2007 SANRAL Continuous change Integrated, systemic solutions Global focus Multiple

Plus en détail

October 6, 2003. Jos Engelen VLVnT Workshop, NIKHEF

October 6, 2003. Jos Engelen VLVnT Workshop, NIKHEF October 6, 2003 Jos Engelen VLVnT Workshop, NIKHEF Astroparticle Physics European Coordination between European Funding Agencies: France, Germany, Italy, United Kingdom, The Netherlands, Spain, Greece,

Plus en détail

Matinale Recherche. «G20 & Global Systemic Risk : how to differentiate Insurance vs Banking challenges?» avec Amélie de Montchalin et Zhili Cao

Matinale Recherche. «G20 & Global Systemic Risk : how to differentiate Insurance vs Banking challenges?» avec Amélie de Montchalin et Zhili Cao Matinale Recherche «G20 & Global Systemic Risk : how to differentiate Insurance vs Banking challenges?» avec Amélie de Montchalin et Zhili Cao INFORMATIONS PRATIQUES FORMAT Matinale Recherche DATE 15 octobre

Plus en détail

Rassegna del 05/02/2014

Rassegna del 05/02/2014 Rassegna del 05/02/2014... 04/02/14 africanmanager.com 1 4-02-2014 : L aéroport de Monastir se dote du système de navigation européen EGNOS 04/02/14 airtrafficmanagement.n et 2 1 ENAV tests first EGNOS

Plus en détail

To be signed by the Chief Executive Officer or Senior Manager responsible for operations at this location.

To be signed by the Chief Executive Officer or Senior Manager responsible for operations at this location. Application Package Name of Organization Address Contact Tel Email Nature of Workplace Number of Employees Covered by this Application Date Submitted by Wellness Committee Members (if applicable) To be

Plus en détail

Débat Citoyen Planétaire Climat et Energie. Provence-Alpes-Côte d Azur (France)

Débat Citoyen Planétaire Climat et Energie. Provence-Alpes-Côte d Azur (France) Débat Citoyen Planétaire Climat et Energie Provence-Alpes-Côte d Azur (France) Provence-Alpes-Côte d Azur Une Région à fortes disparités / A lot of disparities Population: 5 000 000 80% sur le littoral

Plus en détail

Mise en place d un système de cabotage maritime au sud ouest de l Ocean Indien. 10 Septembre 2012

Mise en place d un système de cabotage maritime au sud ouest de l Ocean Indien. 10 Septembre 2012 Mise en place d un système de cabotage maritime au sud ouest de l Ocean Indien 10 Septembre 2012 Les défis de la chaine de la logistique du transport maritime Danielle T.Y WONG Director Logistics Performance

Plus en détail

Nos Métiers. Historique. Notre Vision. Notre Mission

Nos Métiers. Historique. Notre Vision. Notre Mission Historique 1958 : Création de la SMMO : Minoterie de blé tendre à Oujda. Première minoterie cotée en bourse entre 1972 et 1980. 1989 : Création de la société COPATES ; première unité industrielle de production

Plus en détail

Editing and managing Systems engineering processes at Snecma

Editing and managing Systems engineering processes at Snecma Editing and managing Systems engineering processes at Snecma Atego workshop 2014-04-03 Ce document et les informations qu il contient sont la propriété de Ils ne doivent pas être copiés ni communiqués

Plus en détail

How to be a global leader in innovation?

How to be a global leader in innovation? How to be a global leader in innovation? 2014-03-17 / Rybinsk Marc Sorel Safran Country delegate /01/ Innovation : a leverage to create value 1 / 2014-01-30/ Moscou / Kondratieff A REAL NEED FOR INNOVATION

Plus en détail

The new consumables catalogue from Medisoft is now updated. Please discover this full overview of all our consumables available to you.

The new consumables catalogue from Medisoft is now updated. Please discover this full overview of all our consumables available to you. General information 120426_CCD_EN_FR Dear Partner, The new consumables catalogue from Medisoft is now updated. Please discover this full overview of all our consumables available to you. To assist navigation

Plus en détail

CORGANISATION EUROPÉENNE POUR LA RECHERCHE NUCLÉAIRE

CORGANISATION EUROPÉENNE POUR LA RECHERCHE NUCLÉAIRE CORGANISATION EUROPÉENNE POUR LA RECHERCHE NUCLÉAIRE EUROPEAN ORGANIZATION FOR NUCLEAR RESEARCH L a b o r a t o i r e E u r o p é e n p o u r l a P h y s i q u e d e s P a r t i c u l e s E u r o p e a

Plus en détail

Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech

Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech Le dispositif L Institut suisse de brainworking (ISB) est une association

Plus en détail

Audio and Web Conferencing services. Orange Business Services. Web Conferencing

Audio and Web Conferencing services. Orange Business Services. Web Conferencing Audio and Web Conferencing services Orange Business Services Web Conferencing web conferencing completely integrated audio and web services conference availability 24hrs/7days up to 100 participants complete

Plus en détail

2002 Maritime Mathematics Competition Concours de Mathématiques des Maritimes 2002

2002 Maritime Mathematics Competition Concours de Mathématiques des Maritimes 2002 2002 Maritime Mathematics Competition Concours de Mathématiques des Maritimes 2002 Instructions: Directives : 1 Provide the information requested below Veuillez fournir les renseignements demandés ci-dessous

Plus en détail

Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique?

Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique? Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique? Mardi 3 juin 2014 Younes TAZI Directeur Général Agence Marocaine de Développement de la Logistique younes.tazi@amdl.gov.ma

Plus en détail

PROJET DE LOI C- BILL C- SECRET SECRET HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA

PROJET DE LOI C- BILL C- SECRET SECRET HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA SECRET C- SECRET C- First Session, Forty-first Parliament, Première session, quarante et unième législature, HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA BILL C- PROJET DE LOI C- An Act to

Plus en détail

L ESPACE À TRAVERS LE REGARD DES FEMMES. European Economic and Social Committee Comité économique et social européen

L ESPACE À TRAVERS LE REGARD DES FEMMES. European Economic and Social Committee Comité économique et social européen L ESPACE À TRAVERS LE REGARD DES FEMMES 13 European Economic and Social Committee Comité économique et social européen 13 This publication is part of a series of catalogues published in the context of

Plus en détail

This is a preview - click here to buy the full publication NORME CEI INTERNATIONALE IEC INTERNATIONAL STAN DARD. Systèmes d'alarme

This is a preview - click here to buy the full publication NORME CEI INTERNATIONALE IEC INTERNATIONAL STAN DARD. Systèmes d'alarme NORME CEI INTERNATIONALE IEC INTERNATIONAL STAN DARD 60839-2-5 Première édition First edition 1990-07 Systèmes d'alarme Partie 2: Prescriptions pour les systèmes d'alarme anti-intrusion Section 5 Détecteurs

Plus en détail

Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development. Bil.

Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development. Bil. A usage officiel/for Official Use C(2006)34 C(2006)34 A usage officiel/for Official Use Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development

Plus en détail

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS MINISTERE DE L AGRICULTURE LES CRUDETTES SAS www.lescrudettes.com MÉMOIRE DE FIN D ÉTUDES présenté pour l obtention du diplôme d ingénieur agronome spécialisation : Agro-alimentaire option : QUALI-RISQUES

Plus en détail

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations Initiative d excellence de l université de Bordeaux Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014 Recommandations 2/1 RECOMMANDATIONS DU COMITE STRATEGIQUE Une feuille de route pour le conseil de gestion

Plus en détail

Assoumta Djimrangaye Coordonnatrice de soutien au développement des affaires Business development support coordinator

Assoumta Djimrangaye Coordonnatrice de soutien au développement des affaires Business development support coordinator 2008-01-28 From: [] Sent: Monday, January 21, 2008 6:58 AM To: Web Administrator BCUC:EX Cc: 'Jean Paquin' Subject: RE: Request for Late Intervenorship - BCHydro Standing Offer C22-1 Dear Bonnie, Please

Plus en détail

Fiche d Inscription / Entry Form

Fiche d Inscription / Entry Form Fiche d Inscription / Entry Form (A renvoyer avant le 15 octobre 2014 Deadline octobrer 15th 2014) Film Institutionnel / Corporate Film Film Marketing Produit / Marketing Product film Film Communication

Plus en détail

GEIDE MSS /IGSS. The electronic document management system shared by the Luxembourg

GEIDE MSS /IGSS. The electronic document management system shared by the Luxembourg GEIDE MSS /IGSS The electronic document management system shared by the Luxembourg Social Security Ministry and IGSS Introduction: The administrative context IGSS missions Legal and international affairs

Plus en détail

eid Trends in french egovernment Liberty Alliance Workshop April, 20th 2007 French Ministry of Finance, DGME

eid Trends in french egovernment Liberty Alliance Workshop April, 20th 2007 French Ministry of Finance, DGME eid Trends in french egovernment Liberty Alliance Workshop April, 20th 2007 French Ministry of Finance, DGME Agenda What do we have today? What are our plans? What needs to be solved! What do we have today?

Plus en détail

Publication IEC 61000-4-3 (Edition 3.0 2008) I-SH 01

Publication IEC 61000-4-3 (Edition 3.0 2008) I-SH 01 Publication IEC 61000-4-3 (Edition 3.0 2008) I-SH 01 Electromagnetic compatibility (EMC) Part 4-3: Testing and measurement techniques Radiated, radio-frequency, electromagnetic field immunity test INTERPRETATION

Plus en détail

20 ans. Votre partenaire pour le changement. Your Partner for Change. Your Partner for Change

20 ans. Votre partenaire pour le changement. Your Partner for Change. Your Partner for Change 100 C 70 M 10 K 55 M 100 Y Offset Your Partner for Change 20 ans Votre partenaire pour le changement Your Partner for Change Basel Bern Buchs Genève Luzern Lugano Schindellegi Zürich 20 ans au service

Plus en détail

2010 European Education Fair Taiwan is Now Hiring

2010 European Education Fair Taiwan is Now Hiring 2010 European Education Fair Taiwan is Now Hiring The 2010 European Education Fair Taiwan is now hiring a Full Time Project Manager. Position will start on May 1 st, 2010. The application deadline is April

Plus en détail

MAT 2377 Solutions to the Mi-term

MAT 2377 Solutions to the Mi-term MAT 2377 Solutions to the Mi-term Tuesday June 16 15 Time: 70 minutes Student Number: Name: Professor M. Alvo This is an open book exam. Standard calculators are permitted. Answer all questions. Place

Plus en détail

APPLICATION FORM / FORMULAIRE DE CANDIDATURE

APPLICATION FORM / FORMULAIRE DE CANDIDATURE COUNCIL OF EUROPE TRAINING PROGRAMME FOR EDUCATION PROFESSIONALS PROGRAMME DE FORMATION DU CONSEIL DE L EUROPE POUR LES PROFESSIONNELS DE L EDUCATION APPLICATION FORM / FORMULAIRE DE CANDIDATURE This form

Plus en détail

SE/05/C/F/TH-82601. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=3295

SE/05/C/F/TH-82601. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=3295 (EuroguideVAL) SE/05/C/F/TH-82601 1 Information sur le projet Implementing the Common European Principles through Improved Guidance and Titre: Implementing the Common European Principles through Improved

Plus en détail

I-12 Insurance Act 2001-56 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2001-56 NEW BRUNSWICK REGULATION 2001-56. établi en vertu de la.

I-12 Insurance Act 2001-56 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2001-56 NEW BRUNSWICK REGULATION 2001-56. établi en vertu de la. I-12 Insurance Act 2001-56 NEW BRUNSWICK REGULATION 2001-56 under the INSURANCE ACT (O.C. 2001-344) Filed July 27, 2001 1 Section 6 of New Brunswick Regulation 85-151 under the Insurance Act is amended

Plus en détail

Objectif : Programme: Projet coordonné par l Office International de l Eau. Evènement labellisé World Water Forum 6

Objectif : Programme: Projet coordonné par l Office International de l Eau. Evènement labellisé World Water Forum 6 Atelier WaterDiss2.0: Valoriser les résultats de la recherche sur l'eau comme catalyseur de l'innovation. Paris, Pollutec, 1 er Décembre 2011 De 14h à 17h Salle 617 Objectif : L'objectif du projet WaterDiss2.0

Plus en détail

AWICO instrument pour le bilan de compétences élargie

AWICO instrument pour le bilan de compétences élargie AWICO instrument pour le bilan de compétences élargie No. 2009 LLP-LdV-TOI-2009-164.603 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: Année: 2009 Type de Projet: Statut: Accroche marketing: Résumé: Description:

Plus en détail

Application Form/ Formulaire de demande

Application Form/ Formulaire de demande Application Form/ Formulaire de demande Ecosystem Approaches to Health: Summer Workshop and Field school Approches écosystémiques de la santé: Atelier intensif et stage d été Please submit your application

Plus en détail

Section B: Receiving and Reviewing the Technician Inspection Report & Claims Decision Process

Section B: Receiving and Reviewing the Technician Inspection Report & Claims Decision Process Phoenix A.M.D. International Inc. - Claim Procedures, Timelines & Expectations Timelines & Expectations 1. All telephone messages and e-mail correspondence is to be handled and responded back to you within

Plus en détail

La collaboration germano-luxembourgeoise dans le domaine de la recherche fondamentale est intensifiée

La collaboration germano-luxembourgeoise dans le domaine de la recherche fondamentale est intensifiée 09.09.2009 INFORMATION A LA PRESSE La collaboration germano-luxembourgeoise dans le domaine de la recherche fondamentale est intensifiée DFG et FNR signent un accord visant à simplifier les procédures

Plus en détail

BILL C-539 PROJET DE LOI C-539 C-539 C-539 HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA. An Act to promote local foods

BILL C-539 PROJET DE LOI C-539 C-539 C-539 HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA. An Act to promote local foods C-539 C-539 First Session, Forty-first Parliament, Première session, quarante et unième législature, HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA BILL C-539 PROJET DE LOI C-539 An Act to promote

Plus en détail

Préconisations pour une gouvernance efficace de la Manche. Pathways for effective governance of the English Channel

Préconisations pour une gouvernance efficace de la Manche. Pathways for effective governance of the English Channel Préconisations pour une gouvernance efficace de la Manche Pathways for effective governance of the English Channel Prochaines étapes vers une gouvernance efficace de la Manche Next steps for effective

Plus en détail

GESTION DE PROJETS AGILE

GESTION DE PROJETS AGILE GESTION DE PROJETS AGILE Jean-Louis Lefèvre jean-louis.lefevre@univ-lyon1.fr 2014 AGILE & Project Management Polytech 5A JL Lefèvre P 1 QUATRE (GROS) PROBLÈMES EN GESTION DE PROJETS Classiquement, pour

Plus en détail

LA PERSONNE SPÉCIALE

LA PERSONNE SPÉCIALE LA PERSONNE SPÉCIALE These first questions give us some basic information about you. They set the stage and help us to begin to get to know you. 1. Comment tu t appelles? What is your name? Je m appelle

Plus en détail

ICC International Court of Arbitration Bulletin. Cour internationale d arbitrage de la CCI

ICC International Court of Arbitration Bulletin. Cour internationale d arbitrage de la CCI ICC International Court of Arbitration Bulletin Cour internationale d arbitrage de la CCI Extract for restricted use Extrait à tirage limité International Court of Arbitration 38, Cours Albert 1er, 75008

Plus en détail

Quatre axes au service de la performance et des mutations Four lines serve the performance and changes

Quatre axes au service de la performance et des mutations Four lines serve the performance and changes Le Centre d Innovation des Technologies sans Contact-EuraRFID (CITC EuraRFID) est un acteur clé en matière de l Internet des Objets et de l Intelligence Ambiante. C est un centre de ressources, d expérimentations

Plus en détail

A joint institute between LIRMM and NXP. Un laboratoire commun LIRMM-NXP

A joint institute between LIRMM and NXP. Un laboratoire commun LIRMM-NXP A joint institute between LIRMM and NXP Un laboratoire commun LIRMM-NXP ISyTest, Institute for System Testing In the fast-moving world of integrated systems, test solutions are faced with two major issues:

Plus en détail

IS/07/TOI/164004. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=6140

IS/07/TOI/164004. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=6140 La vente au détail - RetAiL est un cours fondé sur la technologie de l information, un IS/07/TOI/164004 1 Information sur le projet La vente au détail - RetAiL est un cours fondé sur la technologie de

Plus en détail

Niveau débutant/beginner Level

Niveau débutant/beginner Level LE COFFRE À OUTILS/THE ASSESSMENT TOOLKIT: Niveau débutant/beginner Level Sampler/Echantillon Instruments d évaluation formative en français langue seconde Formative Assessment Instruments for French as

Plus en détail

INGENIERIE COLLABORATIVE, ELLE A TOUT D'UNE GRANDE...

INGENIERIE COLLABORATIVE, ELLE A TOUT D'UNE GRANDE... INGENIERIE COLLABORATIVE, ELLE A TOUT D'UNE GRANDE... Article rédigé pour les Etats généraux 2008 du MICADO, par Yannick BOUDIER. Résumé : L ingénierie collaborative est souvent prise pour un système d

Plus en détail

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Workshop on Integrated management of micro-databases Deepening business intelligence within central banks statistical

Plus en détail

Agro-environmental Monitoring: a Tool for Evaluation and Support of Decision-making in Swiss Agricultural Policy

Agro-environmental Monitoring: a Tool for Evaluation and Support of Decision-making in Swiss Agricultural Policy Département fédéral de l économie DFE Office fédéral de l agriculture OFAG Agro-environmental Monitoring: a Tool for Evaluation and Support of Decision-making in Swiss Agricultural Policy, Federal Office

Plus en détail

ICM STUDENT MANUAL French 1 JIC-FRE1.2V-12 Module: Marketing Communication and Media Relations Study Year 2. 1. Course overview. Learning objectives:

ICM STUDENT MANUAL French 1 JIC-FRE1.2V-12 Module: Marketing Communication and Media Relations Study Year 2. 1. Course overview. Learning objectives: ICM STUDENT MANUAL French 1 JIC-FRE1.2V-12 Module: Marketing Communication and Media Relations Study Year 2 1. Course overview Books: Français.com, niveau intermédiaire, livre d élève+ dvd- rom, 2ième

Plus en détail

Program Vision sûreté

Program Vision sûreté Program Vision sûreté Security innovation for passenger screening French Civil aviation authority (DGAC) Air Transport Directorate Security and Defence subdirectorate (SRD) François Dubuisson Civil aviation

Plus en détail

1 ère mondiale. Carol PTAK "Roughly Right is better than precisely wrong"

1 ère mondiale. Carol PTAK Roughly Right is better than precisely wrong 1 ère mondiale Carol PTAK "Roughly Right is better than precisely wrong" All material and content copyright 2015 Institute. All rights reserved. 1 http://demanddriveninstitute.com/ Carol PTAK est actuellement

Plus en détail

TITRE DE LA THESE. Développement durable et lutte contre la pauvreté, Cas de la Tunisie. Par. Riadh Béchir. Unité de recherche ; Laboratoire ;

TITRE DE LA THESE. Développement durable et lutte contre la pauvreté, Cas de la Tunisie. Par. Riadh Béchir. Unité de recherche ; Laboratoire ; TITRE DE LA THESE Développement durable et lutte contre la pauvreté, Cas de la Tunisie Par Riadh Béchir Unité de recherche ; Laboratoire ; Entreprise - Economie - Environnement Economie et sociétés rurales

Plus en détail

Implementation of OECD Guidelines in Canada

Implementation of OECD Guidelines in Canada Implementation of OECD Guidelines in Canada March 1314, 2001 Berlin, Germany 1. 2. 3. 4. Overview Canada s involvement in OECD on Electronic Commerce and Consumer Protection Electronic Commerce in Canada

Plus en détail

Autres termes clés (Other key terms)

Autres termes clés (Other key terms) Carve-out method Autres termes clés (Other key terms) Norme Rapports d assurance sur les contrôles d une société de services extérieurs (, Assurance Reports on Controls at a Third Party Service Organization)

Plus en détail

ARRÊTÉ N A-10 BY-LAW NO. A-10 ARRÊTÉ CONCERNANT LE DIRECTEUR GÉNÉRAL. 1. Purpose. 2. Title

ARRÊTÉ N A-10 BY-LAW NO. A-10 ARRÊTÉ CONCERNANT LE DIRECTEUR GÉNÉRAL. 1. Purpose. 2. Title ARRÊTÉ N A-10 BY-LAW NO. A-10 ARRÊTÉ CONCERNANT LE DIRECTEUR GÉNÉRAL A BY-LAW CONCERNING THE CHIEF ADMINISTRATIVE OFFICER En vertu de l autorité que lui confère la Loi sur les municipalités, L.R.N.-B.

Plus en détail

Brochure de Presentation. (Janvier 2015)

Brochure de Presentation. (Janvier 2015) Brochure de Presentation (Janvier 2015) Présentation du Cabinet _Melhenas & Associés est un cabinet indépendant d expertise comptable, d audit et de conseil. _Notre métier, conseiller et accompagner nos

Plus en détail

Archived Content. Contenu archivé

Archived Content. Contenu archivé ARCHIVED - Archiving Content ARCHIVÉE - Contenu archivé Archived Content Contenu archivé Information identified as archived is provided for reference, research or recordkeeping purposes. It is not subject

Plus en détail

Informations principales / Main information

Informations principales / Main information Fiche d Inscription Entry Form À renvoyer avant le 15 Octobre 2015 Deadline October 15th 2015 Dans quelle catégorie participez-vous? In what category do you participate? Institutionnel / Corporate Marketing

Plus en détail

Forthcoming Database

Forthcoming Database DISS.ETH NO. 15802 Forthcoming Database A Framework Approach for Data Visualization Applications A dissertation submitted to the SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY ZURICH for the degree of Doctor of

Plus en détail

34, rue Duranton 75015 Paris Tél. : +33 (0)1 44 26 25 44 Fax : +33 (0)173 72 99 09 contact@objectim.fr www.objectim.fr

34, rue Duranton 75015 Paris Tél. : +33 (0)1 44 26 25 44 Fax : +33 (0)173 72 99 09 contact@objectim.fr www.objectim.fr 34, rue Duranton 75015 Paris Tél. : +33 (0)1 44 26 25 44 Fax : +33 (0)173 72 99 09 contact@objectim.fr www.objectim.fr des projets maîtrisés / the well-managed projects ANALYSER ORGANISER AGIR CONTROLER

Plus en détail

937-1-IPG-003. Table of Contents. Table des matières. Page. 1. Subject 1 1. Objet. 2. Issue 1 2. Point en litige. 3. Question 2 3.

937-1-IPG-003. Table of Contents. Table des matières. Page. 1. Subject 1 1. Objet. 2. Issue 1 2. Point en litige. 3. Question 2 3. 937-1-IPG-003 Part II Canada Labour Code Bomb Threats Right to Know Partie II Code canadien du travail Alertes à la bombe Droit de savoir Table of Contents Table des matières Page 1. Subject 1 1. Objet

Plus en détail

Tier 1 / Tier 2 relations: Are the roles changing?

Tier 1 / Tier 2 relations: Are the roles changing? Tier 1 / Tier 2 relations: Are the roles changing? Alexandre Loire A.L.F.A Project Manager July, 5th 2007 1. Changes to roles in customer/supplier relations a - Distribution Channels Activities End customer

Plus en détail

3 rd ORGANIC PROCESSING CONFERENCE

3 rd ORGANIC PROCESSING CONFERENCE 3 rd ORGANIC PROCESSING CONFERENCE FUTURE CHALLENGES: Sustainability, Quality, Integrity & New Regulation Yvonne Henkel AöL Rapporteur for Sustainability 17 18 November, Paris New environmental management

Plus en détail

GCSE Bitesize Controlled Assessment

GCSE Bitesize Controlled Assessment GCSE Bitesize Controlled Assessment Model 2 (for A/A* grade) Question 3 Subject: Topic: French Writing In this document you will find practical help on how to improve your grade. Before you start working

Plus en détail

Bienvenue au Séminaire sur les Chaussées urbaines

Bienvenue au Séminaire sur les Chaussées urbaines Welcome to the Seminar on Urban Pavements Bienvenue au Séminaire sur les Chaussées urbaines Association mondiale de la route World Road Association Seminar on Urban Pavements Séminaire sur les Chaussées

Plus en détail

Étapes et calendrier de l audit Voici une courte description du processus de certification et calendrier provisoire :

Étapes et calendrier de l audit Voici une courte description du processus de certification et calendrier provisoire : Avis public pour Audit de réenregistrement du certificat d aménagement forestier de La Fédération des Organismes de Gestion en Commun du Bas-St-Laurent à Lac-au-Saumon, Québec, Canada 12 mai 2015 (ENGLISH

Plus en détail

Lean approach on production lines Oct 9, 2014

Lean approach on production lines Oct 9, 2014 Oct 9, 2014 Dassault Mérignac 1 Emmanuel Théret Since sept. 2013 : Falcon 5X FAL production engineer 2011-2013 : chief project of 1st lean integration in Merignac plant 2010 : Falcon 7X FAL production

Plus en détail

EN/FR. Europaudvalget 2013 Rådsmøde 3229 - transport, tele og energi Bilag 3 Offentligt COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 11 March 2013 7342/13

EN/FR. Europaudvalget 2013 Rådsmøde 3229 - transport, tele og energi Bilag 3 Offentligt COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 11 March 2013 7342/13 Europaudvalget 2013 Rådsmøde 3229 - transport, tele og energi Bilag 3 Offentligt COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION Brussels, 11 March 2013 7342/13 TRANS 106 INFORMATION NOTE from: General Secretariat to: Council

Plus en détail

Fiche d Inscription / Entry Form

Fiche d Inscription / Entry Form Fiche d Inscription / Entry Form Catégories - Category Film Institutionnel / Corporate Film Film Marketing Produit / Marketing Product film Film Communication Interne / Internal Communication film Film

Plus en détail

State as a shareholder, corporate governance of SOEs

State as a shareholder, corporate governance of SOEs France : Etat-actionnaire, gouvernance des entreprises publiques State as a shareholder, corporate governance of SOEs Alain TURC, contrôleur général économique et financier Ministère de l économie, des

Plus en détail

Les licences Creative Commons expliquées aux élèves

Les licences Creative Commons expliquées aux élèves Les licences Creative Commons expliquées aux élèves Source du document : http://framablog.org/index.php/post/2008/03/11/education-b2i-creative-commons Diapo 1 Creative Commons presents : Sharing Creative

Plus en détail

INFINIMENT POINT DE VENTE INFINIMENT POINT DE VENTE

INFINIMENT POINT DE VENTE INFINIMENT POINT DE VENTE INFINIMENT POINT DE VENTE INFINIMENT POINT DE VENTE INSPIRER LE MONDE, CREER LE FUTUR. INFINIMENT POINT DE VENTE OXHOO La société OXHOO, Filiale de AXLUAS au capital de 165 K, est le fruit de plus de 20

Plus en détail

GUEST AMENITY PORTFOLIO

GUEST AMENITY PORTFOLIO GUEST AMENITY PORTFOLIO Eco-green Creation Production Distribution 28 29 COSMETIC REGULATIONS & USERS SAFETY We guarantee the safety and conformity of all our cosmetic products, including their traceability.

Plus en détail

ISAS BC 9001 ISAS BC 9001

ISAS BC 9001 ISAS BC 9001 ISAS BC 9001 ISAS BC 9001 CERTIFIER LA QUALITE DES RADIODIFFUSEURS (Radio, Télévision, Internet) QUALITY CERTIFICATION FOR BROADCASTERS (Radio, Television, Internet) International Standard BC-9001 : 2003

Plus en détail

Présentation de la Boîte à Outiles du IOMC pour la Prise de Décisions sur la Gestion de produits Chimiques

Présentation de la Boîte à Outiles du IOMC pour la Prise de Décisions sur la Gestion de produits Chimiques Le projet est Présentation de la Boîte à Outiles du IOMC pour la Prise de Décisions sur la Gestion de produits Chimiques Mars 2015 Programme inter-organisations pour la gestion rationnelle des produits

Plus en détail

French Three Unit Four Review

French Three Unit Four Review Name Class Period French Three Unit Four Review 1. I can discuss with other people about what to do, where to go, and when to meet (Accept or reject invitations, discuss where to go, invite someone to

Plus en détail

MARINE ECOSYSTEMS DYNAMICS and MANAGEMENT --------- FONCTIONNEMENT et GESTION des ECOSYSTEMES MARINS

MARINE ECOSYSTEMS DYNAMICS and MANAGEMENT --------- FONCTIONNEMENT et GESTION des ECOSYSTEMES MARINS MARINE ECOSYSTEMS DYNAMICS and MANAGEMENT --------- FONCTIONNEMENT et GESTION des ECOSYSTEMES MARINS PEGASEAS Theme: MARINE ECOSYSTEMS DYNAMICS and MANAGEMENT: final outputs and Questions of the reports:

Plus en détail