Méthodes de Bonne Gestion d'entreprise (BGE )

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Méthodes de Bonne Gestion d'entreprise (BGE )"

Transcription

1 Programme Pilote pour la Promotion de la Gestion Environnementale du Secteur Privé dans les Pays en voie de Développement, (P3U) Méthodes de Bonne Gestion d'entreprise (BGE ) Février 2003

2 Pourquoi la GTZ/P3U a-t-elle mis au point ce «Manuel de bonne gestion d entreprise»? 1. Le Programme Pilote pour la Promotion de la Gestion Environnementale du Secteur privé dans les Pays en voie de Développement (P3U), mis en œuvre par la Coopération Technique Allemande (GTZ), a pour objectif d élaborer des instruments de gestion environnementale simples, faciles à appliquer, bon marché et adaptés aux petites et moyennes entreprises (PME) des pays en voie de développement. Des consultations d experts ont montré que la «bonne gestion d entreprise» (BGE) représente un excellent point de départ pour améliorer les performances globales et environnementales des PME. Jusqu'à ce jour, il n existe à notre connaissance aucune méthodologie de bonne gestion d entreprise pouvant être mise à la disposition des PME des pays en voie de développement. Telle est la raison pour laquelle nous avons développé ce manuel de bonne gestion d'entreprise en même temps qu'un module de formation d'une à trois journées. 2. Depuis lors, le manuel a été utilisé par des industriels, des consultants, et des associations d'entreprises au Brésil, au Mexique, aux Philippines, en Thaïlande et au Zimbabwe de même qu'au Proche- Orient (Jordanie, Liban, Palestine, Syrie) et en Afrique du Nord (Algérie, Maroc). 3. Sur la base des expériences des entreprises et des consultants ainsi que de la formation assurée par GTZ/P3U, ce manuel a maintenant été révisé et comporte des questions supplémentaires et une nouvelle check-liste relative à la sécurité du travail et à la protection de la santé. 4. En plus de la version générale de ce manuel, des manuels sectoriels de bonne gestion d'entreprise ont été élaborés par la GTZ/P3U, des consultants et des partenaires locaux au Brésil, aux Philippines, au Sri Lanka et en Thaïlande pour les boulangeries et les pâtisseries, les menuiseries et l industrie du meuble, les garages, la production et l industrie agroalimentaires, l hôtellerie, la production de chaussures, l industrie de transformation du cuir, les entreprises agricoles. Pour qui la GTZ/P3U a-t-elle mis au point ce manuel? La GTZ/P3U espère que ce manuel général permettra aux entreprises et aux consultants d introduire des méthodes de bonne gestion dans leurs opérations quotidiennes afin d accroître leur productivité, de réduire l impact environnemental néfaste de leur production et de réduire les coûts. Les consultants, les associations d'entreprises et les institutions qui interviennent dans le domaine de la promotion de l'environnement ou des PME pourront voir dans ce manuel un complément utile aux instruments qu ils mettent déjà en œuvre. Observations et cours de formation Nous prions les utilisateurs de bien vouloir transmettre toutes observations et études de cas à GTZ/P3U afin de nous permettre d'améliorer encore ce manuel (voir à la fin de ce document études de cas et formulaire). Pour tous cours de formation (1 à 3 jours, y compris mise en œuvre du manuel dans les entreprises), veuillez contacter l'équipe GTZ/P3U. Publié par : GTZ - Programme Pilote pour la Promotion de la Gestion Environnementale du Secteur Privé dans les Pays en voie de Développement (P3U) Tulpenfeld 2, Bonn, Allemagne Tél. : +49 (228) , Fax : +49 (228) Site Internet : Responsable : Dr. Edith Kürzinger (responsable du programme GTZ/P3U) Auteurs : Équipe P3U (notamment Petra Kontny-Eimer),Joyce Miller GTZ/P3U : Pour obtenir une autorisation de reproduction, contacter GTZ/P3U; Prix: EUR 120, reduit : EUR 50 (ou montant équivalent en monnaie locale). Depuis 2001 les Instruments de GTZ-P3U sont enregistrés comme marque déposé au niveau national et international Le projet pilote P3U est réalisé par la GTZ à la demande et avec le financement du Ministère fédéral de la Coopération économique et du Développement (BMZ).

3 Table des matières page 1 Introduction Pourquoi et pour qui ce manuel a-t-il été réalisé? Qu est-ce que la «bonne gestion d entreprise»? Que faut-il pour mettre en œuvre la bonne gestion d entreprise? Le contenu des check-listes Comment utiliser les check-listes Check-listes pour le repérage de mesures de bonne gestion d entreprise...15 Matières premières...19 Déchets...25 Stockage et manipulation des matières...31 Eau et eaux usées...39 Énergie...47 Sécurité du travail et protection de la santé Analyse et mise en œuvre des mesures de bonne gestion d entreprise Recherche systématique du potentiel de bonne gestion d entreprise Établissement d un plan d action Calcul des coûts et des économies...70 Diagramme 1 : Calcul du délai de récupération d une mesure de bonne gestion d entreprise Diagramme 2 : Tableau récapitulatif d analyse économique des mesures de bonne gestion d entreprise Diagramme 3 : Tableaux récapitulatifs d analyse de l impact environnemental et des améliorations organisationnelles Formation du personnel Analyse des intrants et des extrants (matières de production résiduaires) du processus de production Comment utiliser les schémas pour l analyse des intrants et extrants...77 Diagramme 4 : Schéma de Flux de Matières Diagramme 5 : Exemple de schéma fonctionnel simplifié d un fabricant de bougies Conclusions...83 Annexes...85

4 PRÉFACE L objectif de ce manuel est de permettre aux petites et moyennes entreprises (PME) d'appliquer repérer des méthodes simples, pratiques et judicieuses de «bonne gestion d entreprise» (BGE). Ces mesures peuvent être mises en œuvre pour réduire leurs coûts de production, augmenter leur productivité globale (notamment au moyen d améliorations organisationnelles) et atténuer leur impact sur l environnement. La bonne gestion d entreprise (BGE) consiste en un certain nombre de mesures visant à prévenir le gaspillage des matières premières, à minimiser les déchets, à utiliser rationnellement l'eau, à économiser l'énergie et à améliorer les processus fonctionnels et organisationnels de l'entreprise. Ces mesures sont relativement simples et rapides à mettre en œuvre, et leur coût est habituellement faible. Elles conviennent donc tout particulièrement aux PME. Ce manuel s adresse en particulier aux responsables de la gestion des opérations quotidiennes dans les PME ainsi qu'aux consultants qui apportent leur concours aux PME. opérations quotidiennes Il devra permettre aux cadres des PME de s initier aux principaux éléments de la BGE, de mettre en place les procédures de gestion permettant d intégrer ces mesures dans les opérations quotidiennes de l entreprise, et d'installer ainsi les bases d une démarche plus systématique d amélioration de la compétitivité et de l éco-efficacité de leur entreprise. Nous espérons par ailleurs que les consultants l'utiliseront pour aider les cadres à s'acquitter de ces tâches. 1

5 2

6 1 Introduction 3

7 4

8 1.1 Pourquoi et pour qui ce manuel a-t-il été réalisé? Spécialement à l intention des petites et moyennes entreprises (PME) ; pour être consulté par les cadres, les ingénieurs, les directeurs de la production et/ou leurs personnels techniques, de même que par les consultants qui apportent leur concours à des PME ; pour être mis en œuvre avec un appui externe (consultants) minime (une demi-journée à une journée), pour autant que cela soit nécessaire. pour être appliqué sans grand investissement de temps ou d argent, c'est-à-dire utilisé par les employés eux-mêmes pour analyser leur entreprise en une demi-journée à une journée ; pour repérer les domaines spécifiques auxquels s applique la BGE et les mesures pertinentes susceptibles de permettre de réaliser des économies et de réduire l impact environnemental ; pour déterminer des priorités d action ; pour être utilisé par les entreprises comme un instrument de gestion simple permettant d assurer un suivi des résultats obtenus ; pour servir de base à l introduction d instruments de gestion environnementale plus sophistiqués (comme la gestion des coûts axée sur des critères environnementaux, les systèmes de gestion de la qualité et de l'environnement ou les systèmes de gestion intégrés) ; pour être présenté dans les entreprises et/ou aux consultants pendant une formation de un à trois jours, avec une visite de l entreprise et son évaluation et la planification d éventuelles mesures de suivi. 5

9 1.2 Qu est-ce que la «bonne gestion d entreprise»? La bonne gestion d entreprise (BGE) consiste en un certain nombre de mesures pratiques basées sur le simple bon sens qu une entreprise peut mettre en œuvre de manière immédiate et en toute autonomie afin d accroître sa productivité, de réaliser des économies, de réduire l impact environnemental de ses opérations et d améliorer ses procédures organisationnelles et la sécurité sur le lieu de travail. Elle représente donc un instrument de gestion des coûts, de gestion environnementale et de changement organisationnel. Lorsqu'il est bien tenu compte de ces aspects, on peut obtenir un «triple bénéfice» (économique, environnemental, organisationnel) et déclencher avec succès un processus d amélioration continue dans l entreprise. Les trois bénéfices de la bonne gestion d entreprise : économies meilleure performance environnementale améliorations en matière d'organisation peuvent être considérés comme un triangle doté d effets de synergie, permettant aux entreprises de bénéficier des options du «triple bénéfice», ce qui peut aboutir à un processus d amélioration permanente. Environnement Coûts Changement Mettre en œuvre la formule de la bonne gestion d entreprise, c est mener des mesures volontaires ayant pour but : d optimiser l utilisation des matières premières, de l eau et de l énergie, de réduire les pertes au niveau des ressources mises en œuvre et de réduire ainsi les coûts de fonctionnement ; de réduire la quantité et/ou la toxicité des déchets, des eaux usées et des émissions liées à la production ; de réutiliser et de recycler au maximum les matières premières et les emballages ; d améliorer les conditions de travail et de sécurité dans l entreprise ; de réaliser des améliorations organisationnelles. 6

10 Les méthodes de bonne gestion d entreprise peuvent donc se traduire pour les entreprises par un véritable bénéfice économique. C est ainsi, par exemple, la réduction de la consommation de matières premières, d eau et d énergie de même que des rejets de déchets et d eaux usées entraîne une diminution des coûts. En introduisant les méthodes de bonne gestion d entreprise, les entreprises peuvent en outre réduire l impact environnemental de leur activité. L entreprise peut ainsi améliorer son image de marque et celle de ses produits auprès de ses clients, de ses fournisseurs, de ses voisins et des autorités. A cet égard, ce sont des résultats notables que l on peut obtenir à faible coût, ou en réalisant même des économies, grâce à des méthodes qu il est facile pour les PME de mettre en œuvre. La mise en œuvre des mesures de bonne gestion d entreprise implique communication, motivation des employés et définition claire des responsabilités. Ces aspects doivent constituer un élément du processus de mise en œuvre, ce qui peut aboutir à des bénéfices organisationnels permettant à l entreprise d améliorer ses performances à long terme. 1.3 Que faut-il pour mettre en œuvre la bonne gestion d entreprise? a) Du bon sens et la volonté d agir Bon nombre de mesures proposées dans ce manuel sont assez simples et relèvent du pur bon sens. De ce fait, elles ne requièrent pas de savoir-faire techniques spécifiques, mais plutôt de la motivation et une volonté de changement. d) Des actions simples L adoption des mesures de bonne gestion d entreprise ne requiert pas d investissement majeur dans des technologies plus propres, qui peuvent être très coûteuses, surtout pour une PME. L objectif est plutôt d améliorer en permanence la production sur le plan technique et organisationnel au moyen de mesures faciles à mettre en œuvre et économiques, d une utilisation plus rationnelle des ressources et d une optimisation des processus de production. c) Une sensibilisation aux problèmes Les dirigeants et cadres d'entreprise doivent prendre des mesures pour sensibiliser leurs employés aux aspects critiques et repérer quelles sont les capacités d action de chacun. 7

11 d) Des flux efficaces de collecte et de diffusion des informations On peut renforcer l efficacité des mesures de bonne gestion d entreprise en recueillant les informations internes requises et en assurant leur bonne diffusion dans l entreprise. Ceci permet d assurer le développement, le suivi et l intégration dans le fonctionnement quotidien de l entreprise de méthodes judicieuses et efficaces de bonne gestion d entreprise. e) Une culture d entreprise Mettre en œuvre la bonne gestion d entreprise, c est aussi changer les comportements et instaurer une culture de la productivité. La participation et la motivation du personnel à tous les niveaux de l entreprise améliorent nettement le processus de mise en œuvre. 8

12 1.4 Le contenu des check-listes Ce manuel se présente sous forme de check-listes consacrées à six domaines d'action différents. Chacune comporte une série de questions permettant de repérer d'éventuels problèmes, leurs causes et les mesures qui peuvent être mises en œuvre dans une entreprise dans les six domaines concernés par la bonne gestion d entreprise : matières premières, déchets, stockage et manipulation, eau et eaux usées, énergie, sécurité du travail et protection de la santé. Les six check-listes proposent des mesures dans les domaines suivants: 1. Matières premières Utilisation rationnelle des matières premières et évaluation de l impact environnemental - Contrôler la consommation de matières premières - Procéder à des évaluations régulières des pertes dans toutes les phases de la fabrication et de la production - Éviter les pertes dues aux déversements et aux fuites - Introduire des programmes de maintenance préventive - Remplacer les substances polluantes et/ou réduire leur utilisation (p. ex. détergents, désinfectants, essence avec plomb) 9

13 2. Déchets Réduction, réutilisation, recyclage et traitement des déchets en ménageant l environnement - Contrôler le volume et la qualité des déchets - Trier et collecter séparément les déchets selon différentes catégories - Éviter/réduire les déchets (y inclus les déchets d emballage) - Réutiliser les déchets et les sous-produits dans le cycle de production de l entreprise elle-même - Recycler/vendre certains déchets (p. ex. papier, verre, matières plastiques, aluminium, acier, etc.) - Éliminer convenablement les déchets qui ne peuvent pas être réutilisés ou recyclés 3. Stockage et manipulation des matières Stockage, manipulation et transport appropriés des matières - Contrôler la qualité des matières premières achetées - Assurer une manipulation et un stockage appropriés des matières premières et des produits fabriqués - Appliquer le système «premier entré, premier sorti» - Mettre en place un système approprié, sûr et contrôlé de stockage des matières dangereuses - Manipuler avec prudence les substances dangereuses - Nettoyer et éliminer convenablement les matières d emballage 10

14 4. Eau et eaux usées Réduction de la consommation d eau, des eaux usées et de la pollution - Contrôler la consommation et la qualité de l eau - Réduire la consommation d eau dans les processus de production ainsi que dans d autres domaines - Éviter les déversements et les fuites - Réutiliser et/ou recycler si possible les eaux utilisées - Réduire la pollution émanant des eaux usées - Traiter les eaux usées de manière à ménager l environnement 5. Énergie Réduction de la consommation d énergie, récupération de la chaleur dégagée et utilisation de sources d énergie propres - Contrôler la consommation d énergie - Réduire la consommation d énergie et les coûts qui en résultent - Éviter les pertes d énergie et optimiser les installations électriques - Récupérer et réutiliser l énergie - Utiliser les équipements électriques (éclairage, chauffage, réfrigération, congélation, climatisation) au mieux de leur rendement énergétique - Mettre en œuvre un programme de maintenance préventive des équipements électriques - Acheter des équipements électriques à bon rendement énergétique - Prendre des mesures appropriées pour prévenir les pannes électriques 11

15 6. Sécurité du travail et protection de la santé Protection contre les accidents, les substances dangereuses, les odeurs, le bruit et les blessures - Minimiser les risques d accident et d incendie - Prendre des dispositions nécessaires en cas d accident et d incendie - Créer un environnement de travail sécurisé pour les travailleurs - Fournir des équipements de protection individuels et assurer leur entretien correct - Manipuler avec prudence les substances nocives - Diminuer les risques pour la santé des travailleurs - Limiter les émissions dans l air - Réduire les odeurs - Réduire le niveau de bruit 12

16 1.5 Comment utiliser les check-listes Les six check-listes présentent une structure identique pour chaque domaine de la bonne gestion d'entreprise : des questions clés pouvant vous aider à repérer les possibilités de bonne gestion dans votre entreprise ; une liste de questions auxiliaires attirant votre attention sur différentes possibilités d action dans chaque domaine spécifique ; une colonne «observations» où vous pouvez noter des informations complémentaires sur les spécificités de votre entreprise, afin de mieux répondre aux questions clés. Une inspection des différentes opérations de l'entreprise (en suivant le flux de matières à partir du service de stockage, à travers les étapes de la production, jusqu'au produit fini) peut permettre de repérer des possibilités de mise en œuvre de mesures de bonne gestion d'entreprise. Chaque check-liste est précédée d'un schéma récapitulatif présentant les aspects à examiner pendant cette visite initiale de l'entreprise. Les schémas récapitulatifs confèrent une structure à cette démarche globale d'évaluation en vous guidant à travers les aspects concernés des différents domaines de l'entreprise. Il est également possible de prendre des notes pendant la visite. Après cette visite initiale, on peut procéder à une analyse plus détaillée des check-listes en les confrontant aux opérations de l'entreprise. Analysez tout d abord les questions auxiliaires et inscrivez dans la colonne de droite de la check-liste les observations qui pourront vous aider à déterminer si des mesures peuvent être prises en réponse à la question clé. Apportez alors seulement une réponse globale à la question clé en cochant la case appropriée. 13

17 En évaluant ainsi les opérations de l'entreprise au moyen des checklistes, on peut procéder à une rapide analyse des forces et des faiblesses de l entreprise en ce qui concerne la bonne gestion d entreprise. Il sera possible à partir de cette analyse de remédier de manière plus structurée aux faiblesses de l entreprise en élaborant et en mettant en œuvre un plan d action (voir section 3.2). 14

18 2 Check-listes pour le repérage de mesures de bonne gestion d entreprise 15

19 16

20 Check-liste 1 : Matières premières Contrôler la consommation de matières premières 2. 1 Éviter. les pertes de matières premières 7. Réduire l utilisation de détergents Utilisation rationnelle des matières premières et évaluation de l impact environnemental Optimiser la planification de la production Remplacer les substances nuisibles Pratiquer une maintenance préventive 5. Réparer les fuites dans la tuyauterie et les équipements 4. 17

21

22 Check-liste 1 Objectif : Potentiel d optimisation Matières premières Utilisation rationnelle des matières premières et évaluation de l impact environnemental Contrôlez-vous la consommation de matières premières dans votre entreprise? oui non partiellement Consignez-vous par écrit le type, la qualité, la quantité et le coût des matières premières, intrants et composants auxiliaires utilisés chaque mois dans la production? Avez-vous recherché comment diminuer la consommation de ces matières afin de réduire les coûts de production? Évitez-vous les achats excessifs de matières premières? Maintenez-vous les approvisionnements et les stocks au niveau des besoins de production réels? Observations Avez-vous pris des mesures visant à éviter d inutiles pertes de matières premières lors de la production? oui non partiellement Mettez-vous à la disposition de la production seulement la quantité de matières utilisée pendant la journée ou pour une commande/un lot? Placez-vous les matières premières en emballage papier sur palettes en bois ou en plastique dans les zones de production afin de les protéger contre l eau et l humidité au sol? Avez-vous recherché des possibilités d optimiser la planification de la production? oui non partiellement Avez-vous déjà pensé à consacrer certains équipements à la fabrication d un seul produit? Maximisez-vous la production de chaque produit (par exemple en travaillant pendant une journée ou une semaine sur le même processus ou la même chaîne et en changeant ensuite)? 19

23 Check-liste 1 Objectif : Potentiel d optimisation Matières premières Utilisation rationnelle des matières premières et évaluation de l impact environnemental Avez-vous réparé toutes les fuites au niveau de la tuyauterie ou des équipements? oui non partiellement Procédez-vous à un contrôle visuel régulier (p. ex. mensuel) de tous les tuyaux, conduites et équipements afin de repérer les fuites? Avez-vous remplacé les joints défectueux? Avez-vous réalisé toutes les réparations nécessaires en utilisant des matériaux adéquats? Avez-vous contrôlé les réparations effectuées pour vérifier que les fuites ont été éliminées? Observations Avez-vous élaboré un plan de maintenance préventive pour vos équipements afin d éviter les pertes de matières premières? oui non partiellement Avez-vous dressé un inventaire de tous les équipements précisant leur emplacement, leurs caractéristiques et leur planning de maintenance? Avez-vous établi des calendriers de maintenance pour tous les équipements qui requièrent un entretien? Ces calendriers spécifient-ils les responsabilités, les intervalles et les procédures à suivre lorsque des réparations s imposent (p. ex. recherche des fuites dans tous les systèmes fermés tels que les conduites de liquides ou d air, nettoyage régulier des équipements d aération et remplacement des filtres dans le systèmes d air conditionné/de refroidissement afin d éviter la propagation de mauvaises odeurs ou la prolifération de bactéries)? Les manuels de maintenance fournis par les constructeurs des équipements sont-ils placés à un endroit accessible? Dispensez-vous à vos personnels une formation régulière pour garantir l application des recommandations émises par le constructeur? Vérifiez-vous régulièrement le respect des calendriers de maintenance? 20

24 Check-liste 1 Objectif : Potentiel d optimisation Matières premières Utilisation rationnelle des matières premières et évaluation de l impact environnemental Pouvez-vous remplacer les substances nuisibles par des produits ou méthodes moins nocifs? oui non partiellement Évitez-vous toujours l utilisation de substances proscrites en ayant recours à des alternatives plus respectueuses de l environnement? Optez-vous, dans le choix des détergents et produits de nettoyage, pour des produits biodégradables (c'est-à-dire sans phosphates, chlore et/ou oxydes chlorés)? Utilisez-vous de l essence sans plomb pour vos véhicules de livraison et de transport (p. ex. camionnettes, chariots élévateurs, etc.)? Encouragez-vous les travailleurs à suggérer des améliorations susceptibles de réduire la consommation de matières premières et les risques pour la santé et l environnement? Observations Essayez-vous de réduire l utilisation des détergents? oui non partiellement Avez-vous étudié la possibilité d acheter des produits concentrés à la place des solutions toutes prêtes? Avez-vous vérifié si une quantité de détergent inférieure à celle indiquée par le producteur permet également d obtenir un niveau de propreté satisfaisant? Avez-vous affiché les instructions de dosage des détergents là où ils sont régulièrement utilisés? Utilisez-vous des désinfectants efficaces mais ménageant l environnement? Si vous utilisez des détergents ou des désinfectants, les utilisez-vous aussi parcimonieusement que possible? Évitez-vous l utilisation de produits chimiques pour le nettoyage des conduites de décharge, en recourant à leur place à des ventouses et/ou serpentins? 21

25 22

26 Check-liste 2 : Déchets Contrôler les quantités et le flux de déchets 1. Trier les déchets Éliminer les déchets de manière sûre Réduction, réutilisation, recyclage et traitement des déchets en protégeant l environnement Installer des conteneurs adéquats pour la collecte des déchets Réutiliser et recycler les déchets Réduire les rebuts et les retours clients 5. Réduire et éviter les déchets d emballage 4. 23

27

28 Check-liste 2 Objectif : Potentiel d optimisation Déchets Réduction, réutilisation, recyclage et traitement des déchets en protégeant l environnement Contrôlez-vous les quantités de déchets générées dans votre entreprise? oui non partiellement Avez-vous identifié les principales sources de déchets dans le déroulement du processus de production? Connaissez-vous la quantité globale et la composition des déchets générés chaque mois dans votre entreprise? Savez-vous combien l élimination de ces déchets vous coûte chaque mois? Observations Avez-vous instauré un système de collecte sélective des déchets? oui non partiellement Essayez-vous de séparer les flux de déchets qu il pourrait être plus difficile de traiter ensemble par la suite? Avez-vous pris des mesures de collecte des déchets organiques distincte de celle des autres déchets (p. ex. emballages) afin de pouvoir les traiter séparément? Les déchets dangereux sont-ils séparés des autres déchets pour éviter toute contamination et toute augmentation du volume des déchets dangereux? Séparez-vous les déchets solides des déchets liquides? Assurez-vous le plus souvent possible la collecte des déchets et leur transfert depuis les zones de production vers des emplacements spécialement conçus en vue de leur stockage provisoire avant évacuation et élimination? 25

29 Check-liste 2 Objectif : Potentiel d optimisation Déchets Réduction, réutilisation, recyclage et traitement des déchets en protégeant l environnement Avez-vous mis en place des conteneurs adéquats pour la collecte des déchets? oui non partiellement Avez-vous mis en place en nombre suffisant des conteneurs de taille appropriée pour chacun des différents types de déchets pouvant faire l objet d une collecte séparée (p. ex. papier, verre, bidons, matières plastiques, etc.)? Tous les conteneurs à déchets sont-ils marqués de la même manière selon leur usage prévu (codage couleur, étiquetage, symboles univoques)? Est-il facile pour les travailleurs d accéder aux conteneurs requis? Avez-vous informé les travailleurs de la nécessité de trier les déchets, des objectifs fixés et des résultats obtenus? Encouragez-vous les travailleurs à suggérer des améliorations du système de tri des déchets? Observations Avez-vous étudié des possibilités de réduire les déchets d emballage? oui non partiellement Avez-vous demandé aux fournisseurs s il était possible d acheter les matières premières avec moins d emballages? Avez-vous étudié des possibilités de réduire l emballage de vos propres produits? Avez-vous vérifié tous les conteneurs pour voir s il serait possible de remplacer les conteneurs à usage unique par des conteneurs à usage multiple? Avez-vous étudié la possibilité d acheter certains produits dans des récipients plus grands (p. ex. détergents)? Avez-vous recherché s il serait possible de réutiliser des matières d emballage à d autres fins dans votre propre entreprise? Réparez-vous et réutilisez-vous les palettes de transport pour le stockage et/ou pour la protection de vos propres matières premières contre l eau au sol? 26

30 Check-liste 2 Objectif : Potentiel d optimisation Déchets Réduction, réutilisation, recyclage et traitement des déchets en protégeant l environnement Avez-vous étudié des possibilités de réduire le rebut et les retours? oui non partiellement Procédez-vous à des contrôles de qualité réguliers après chaque étape de production afin de corriger les erreurs et de réduire le rebut et les pertes de matières? Connaissez-vous le nombre de produits retournés, et avez-vous essayé de le réduire pour améliorer en même temps la satisfaction des clients? Observations Avez-vous recherché comment réutiliser et/ou recycler les déchets provenant de votre entreprise? oui non partiellement Avez-vous pris en considération la possibilité de réutiliser les déchets ou les produits secondaires dans les différentes phases du processus de production? Avez-vous étudié la possibilité de régénérer les solvants utilisés dans le processus de production afin de récupérer des substances d une certaine valeur? Avez-vous essayé de vendre vos matières de production résiduaires (déchets) à d autres entreprises aux fins de réutilisation dans leurs processus de production? Avez-vous étudié la possibilité de vendre vos déchets organiques pour le compostage ou l alimentation du bétail? Avez-vous étudié la possibilité de vendre certains déchets (p. ex. papier, carton, matières plastiques, aluminium, verre, tissus, acier, etc.) à des entreprises de recyclage? Si vos déchets ne peuvent pas être recyclés ou réutilisés, sont-ils éliminés de manière inoffensive pour l environnement? oui non partiellement Disposez-vous d informations sur la sécurité et la compatibilité environnementale de la ou des décharges où sont déposés vos autres déchets? Avez-vous étudié la possibilité de déposer vos déchets non réutilisables et non recyclables dans une décharge couverte et pourvue d une protection spéciale contre l infiltration des eaux de ruissellement dans la nappe phréatique? 27

QUIZZ! C est toi l expert en énergie! Ta mission: Répondre aux questions du cahier en explorant cette maison sur le site energie-environnement.

QUIZZ! C est toi l expert en énergie! Ta mission: Répondre aux questions du cahier en explorant cette maison sur le site energie-environnement. QI! C est toi l expert en énergie! a mission: Répondre aux questions du cahier en explorant cette maison sur le site energie-environnement.ch i tu réponds correctement, tu obtiendras un code secret qui

Plus en détail

Et après mes travaux?

Et après mes travaux? 10 Et après mes travaux? Voilà, les travaux sont terminés! Vous vous (ré)installez confortablement dans votre logement. Comment profiter le plus longtemps possible des améliorations que vous venez d apporter

Plus en détail

Soyez. Pour un logement

Soyez. Pour un logement Soyez Pour un logement Sommaire LE CHAUFFAGE 2 LA VENTILATION 2 LES EQUIPEMENTS MENAGES 3 L ECLAIRAGE ET L ELECTRICITE 4 L EAU 4 TRIE DES DECHETS 5 LA CONSOMMATION DURABLE 6 LE TRANSPORT 7 Ce guide va

Plus en détail

Transport sur la route

Transport sur la route Transport sur la route Dans un camion ou un fourgon, il faut garder le poisson et les produits du poisson au froid et éviter la contamination, pendant toute la période de la livraison aux clients. Suivez

Plus en détail

eedd LA PLANETE N EST PAS UNE POUBELLE 1/7

eedd LA PLANETE N EST PAS UNE POUBELLE 1/7 eedd LA PLANETE N EST PAS UNE POUBELLE 1/7 I- ETUDE D UNE PHOTOGRAPHIE DE YANN ARTHUS-BERTRAND : Stockage d ordures dans la périphérie de Saint-Domingue en République dominicaine au cœur des Caraïbes Légende

Plus en détail

DelTA. La Bonne Gestion d Entreprise. des mesures environnementales éco-efficaces. Edité par : Sustainable Business Associates Avec le soutien de :

DelTA. La Bonne Gestion d Entreprise. des mesures environnementales éco-efficaces. Edité par : Sustainable Business Associates Avec le soutien de : DelTA La Bonne Gestion d Entreprise des mesures environnementales éco-efficaces Edité par : Sustainable Business Associates Avec le soutien de : PREFACE En relation avec ses activités de coopération suisse

Plus en détail

GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE

GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE Politique Environnementale du Groupe UNILOGI 70.000 personnes logées au sein de notre patrimoine dans 210 communes sur 7 départements et 3 régions, xxx entreprises fournisseurs

Plus en détail

Métallerie / Serrurerie

Métallerie / Serrurerie Votre activité peut être liée à celles de traitement de surface/polissage et de décapage. Si vous êtes dans ce cas, reportezvous aux fiches correspondantes. 1 Les déchets Les déchets issus de votre activité

Plus en détail

DÉCLARATIONS DU VENDEUR SUR L IMMEUBLE 1 INFORMATIONS GÉNÉRALES VENDEUR 2 / PAR VENDEUR 1 / PAR

DÉCLARATIONS DU VENDEUR SUR L IMMEUBLE 1 INFORMATIONS GÉNÉRALES VENDEUR 2 / PAR VENDEUR 1 / PAR DÉCLARATIONS DU SUR L IMMEUBLE 1 / PAR 2 / PAR nom, adresse, téléphone et courriel du vendeur 1 nom, adresse, téléphone et courriel du vendeur 2 ci-dessous collectivement nommés «vendeur» Ce formulaire

Plus en détail

GESTION DES EAUX ET DES DECHETS DANS LES ETABLISSEMENTS DE LA BRANCHE AUTOMOBILE

GESTION DES EAUX ET DES DECHETS DANS LES ETABLISSEMENTS DE LA BRANCHE AUTOMOBILE DEPARTEMENT DE LA SECURITE ET DE L ENVIRONNEMENT DCPE 550 SERVICE DES EAUX, SOLS ET ASSAINISSEMENT DECEMBRE 2012 DIRECTIVE CANTONALE GESTION DES EAUX ET DES DECHETS DANS LES ETABLISSEMENTS DE LA BRANCHE

Plus en détail

Grille d'évaluation Compétences reliées aux activités Evaluation du stage en entreprise

Grille d'évaluation Compétences reliées aux activités Evaluation du stage en entreprise Page 1 sur 6 Grille d'évaluation Compétences reliées aux activités Evaluation du stage en entreprise Nom élève:.. Entreprise: Nom et fonction du professeur:. Dates de stage:.. Zone de compétence: Zone

Plus en détail

Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires

Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires Applicable au 1 er janvier 2006 Objectif : Etablit les règles générales en matière d hygiène, est directement applicable

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail

MC1-F www.primo-elektro.be

MC1-F www.primo-elektro.be NOTICE D UTILISATION CAFETIÈRE MUG ISOTHERME www.primo-elektro.be WWW.PRIMO-ELEKTRO.BE 2 WWW.PRIMO-ELEKTRO.BE Lisez toutes les instructions Conservez-les pour consultation ultérieure 1. CONDITIONS DE GARANTIE

Plus en détail

Construire un plan de nettoyage et de désinfection

Construire un plan de nettoyage et de désinfection Construire un plan de nettoyage et de désinfection Docteur Régine POTIÉ-RIGO Médecin du Travail Mlle Laetitia DAVEZAT IPRP Ingénieur Hygiène/Sécurité Mme Laetitia MARCHE Technicienne des services généraux

Plus en détail

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles H. Bonnes pratiques environnementales 1. Déchets La gestion des déchets est régie par : des grands principes définissant, par exemple, les responsabilités du producteur ou détenteur de déchets ou la prise

Plus en détail

GUIDE pour l aménagement sanitaire des établissements alimentaires. Centre québécois d inspection des aliments et de santé animale

GUIDE pour l aménagement sanitaire des établissements alimentaires. Centre québécois d inspection des aliments et de santé animale GUIDE pour l aménagement sanitaire des établissements alimentaires Centre québécois d inspection des aliments et de santé animale La «marche en avant» consiste à éviter autant que possible le croisement

Plus en détail

Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé

Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé Manuel d installation et d utilisation Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé 600/150-750/200-1000/220-1500/300 V 1.3 SOMMAIRE 1 Description du dispositif... 3 1.1 Série type... 3 1.2 Protection du

Plus en détail

Mécanique automobile. Les déchets. Déchets banals (DIB) Déchets dangereux (DIS)

Mécanique automobile. Les déchets. Déchets banals (DIB) Déchets dangereux (DIS) Si vous réalisez également des activités de démontage des voitures ou des travaux sur la carrosserie, reportez-vous également aux fiches correspondantes. 1 Les déchets Les déchets issus de votre activité

Plus en détail

GUIDE TECHNIQUE : LA RÉCUPÉRATION D EAU DE PLUIE

GUIDE TECHNIQUE : LA RÉCUPÉRATION D EAU DE PLUIE GUIDE TECHNIQUE : LA RÉCUPÉRATION D EAU DE PLUIE Préface p. 3 1. Le cadre réglementaire p. 4 2. Le champ d application p. 5 3. Les avantages p. 5 4. Le principe de conception p. 6 5. Le dimensionnement

Plus en détail

Déchets dangereux dans l entreprise

Déchets dangereux dans l entreprise Déchets dangereux dans l entreprise Pe! é t i r u c é s z e s n Déchets dangereux Les déchets dangereux sont présents dans toutes les activités industrielles! Chaque année, les entreprises industrielles,

Plus en détail

Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire

Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire 1 2 3 4 Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire Partie 1 Chapitre 3: Locaux et matériel 5 6 7 8 9 10 11 12 13 PRINCIPE Les locaux et le matériel doivent être situés,

Plus en détail

INSTRUCTIONS CONCERNANT LA REMISE DE DENRÉES ALIMENTAIRES LORS DE MARCHÉS OU DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES

INSTRUCTIONS CONCERNANT LA REMISE DE DENRÉES ALIMENTAIRES LORS DE MARCHÉS OU DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES Service de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires SAAV Amt für Lebensmittelsicherheit und Veterinärwesen LSVW Chemin du Musée 15, 1700 Fribourg T +41 26 305 80 10, F +41 26 305 80 19 www.fr.ch/lsvw

Plus en détail

Sommaire. Règles de calcul des installations de plomberie sanitaire

Sommaire. Règles de calcul des installations de plomberie sanitaire Sommaire 1. Généralités 7 2. Réseaux d alimentation d eau dans les bâtiments 8 2.1 Généralités 8 2.2 Dimensionnement du réseau d alimentation - Méthode générale 8 2.2.1 Principes généraux 8 2.2.2 Données

Plus en détail

Notice d emploi. Module hydraulique hybride GENIA MODULE CRM BB MI

Notice d emploi. Module hydraulique hybride GENIA MODULE CRM BB MI Notice d emploi Module hydraulique hybride GENIA MODULE CRM BB MI Table des matières LIRE ATTENTIVEMENT AVANT UTILISATION 1 Lisez-moi... 2 1.1 Bienvenue... 2 1.2 Enregistrement de votre garantie... 2

Plus en détail

Réussir son installation domotique et multimédia

Réussir son installation domotique et multimédia La maison communicante Réussir son installation domotique et multimédia François-Xavier Jeuland Avec la contribution de Olivier Salvatori 2 e édition Groupe Eyrolles, 2005, 2008, ISBN : 978-2-212-12153-7

Plus en détail

Hygiène SSOP et SPS. Les Bonnes Pratiques de Fabrication (BPF) peuvent être utilisées pour répondre à de nombreuses, voire

Hygiène SSOP et SPS. Les Bonnes Pratiques de Fabrication (BPF) peuvent être utilisées pour répondre à de nombreuses, voire Au cours de cette session de formation, nous parlerons des Procédures Opérationnelles de Propreté et de Désinfection (SSOP), des Normes de Performance d Hygiène (SPS) et des Bonnes Pratiques de Fabrication

Plus en détail

Les chaudières au gaz naturel

Les chaudières au gaz naturel Les chaudières au gaz naturel Sommaire Les chaudières au gaz naturel avec Gaz de France DolceVita P.4 P.6 P.8 P.10 P.14 P.16 P.18 P.20 P.22 P.23 Comment ça fonctionne? Les chaudières à condensation Les

Plus en détail

la climatisation automobile

la climatisation automobile Un équipement en question : la climatisation automobile LES TRANSPORTS la climatisation en question La climatisation automobile, grand luxe il y a encore peu de temps, devient presque banale pour tous

Plus en détail

Votre expert-comptable vous accompagne dans cette thématique

Votre expert-comptable vous accompagne dans cette thématique Téléchargez l'intégralité des supports du programme technique du congrès 2007 sur www.experts-comptables.org/62/ De l'0rdre des Experts-Comptables Votre expert-comptable vous accompagne dans cette thématique

Plus en détail

F ORMULAIRE DE D EMANDE D'AUTORISATION F_33

F ORMULAIRE DE D EMANDE D'AUTORISATION F_33 PAE 1/15 Règlement grand-ducal du 16 juillet 1999 portant nomenclature et classification des établissements classés; Annexe Nomenclature des établissements classés : N 33 Ateliers et garages de réparation

Plus en détail

Elimination sur mesure

Elimination sur mesure La qualité couche après couche Elimination sur mesure Solutions sectorielles pour peintres et applicateurs de peinture. Nous vous aidons à éliminer ou recycler dans les règles de l art pour le bien d une

Plus en détail

Fiche Contenu 4-1 : Approvisionnement et gestion des stocks Vue d ensemble

Fiche Contenu 4-1 : Approvisionnement et gestion des stocks Vue d ensemble Fiche Contenu 4-1 : Approvisionnement et gestion des stocks Vue d ensemble Rôle dans le système de gestion de la qualité La gestion de l approvisionnement, la gestion des achats et des stocks est une composante

Plus en détail

de l Université Laval Orientations et exigences générales et techniques de construction

de l Université Laval Orientations et exigences générales et techniques de construction de l Université Laval Orientations et exigences générales et techniques de construction Guide de conception de projets GC-3.2.4 Fabrication et distribution de l'air comprimé et de l'eau réfrigérée (11/2007)

Plus en détail

Carrefour ARRAS. Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier

Carrefour ARRAS. Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier Carrefour ARRAS Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier Page / 4 Site : Carrefour ARRAS Expertise Identité complète Responsable : M. Bidon Paul rue des Sachets 600 ARRAS Date d'audit : 06/05/00 Consultant

Plus en détail

Guide branchement Eaux usées

Guide branchement Eaux usées Guide branchement Eaux usées Description du branchement Le raccordement au réseau public d assainissement collectif consiste à mettre en place un branchement d assainissement, allant de la limite de votre

Plus en détail

Communauté de Communes Sud Pays Basque - Rue Leku-Eder BP 10350 64703 HENDAYE Cedex Tél : 05 59 48 30 85 Fax : 05 59 48 34 0 N SIRET 200 000 990 000

Communauté de Communes Sud Pays Basque - Rue Leku-Eder BP 10350 64703 HENDAYE Cedex Tél : 05 59 48 30 85 Fax : 05 59 48 34 0 N SIRET 200 000 990 000 Communauté de Communes Sud Pays Basque - Rue Leku-Eder BP 10350 64703 HENDAYE Cedex Tél : 05 59 48 30 85 Fax : 05 59 48 34 0 N SIRET 200 000 990 000 16 N SIREN 200 000 990 Code APE 751 Administration publique

Plus en détail

Rénovation du chauffage Pour préserver l environnement

Rénovation du chauffage Pour préserver l environnement Rénovation du chauffage Pour préserver l environnement Sommaire Rénovation optimale Rénovation optimale Gaz naturel/biogaz Choisir le système de chauffage approprié Chaudière à condensation Chaudière à

Plus en détail

«Le peu, le très peu que l on peut faire, il faut le faire quand même» Théodore Monod. ECO GESTES AU QUOTIDIEN - Mercredi du Développement Durable

«Le peu, le très peu que l on peut faire, il faut le faire quand même» Théodore Monod. ECO GESTES AU QUOTIDIEN - Mercredi du Développement Durable «Le peu, le très peu que l on peut faire, il faut le faire quand même» Théodore Monod «La terre n appartient pas à l homme, c est l homme qui appartient à la terre» Sitting Bull L habitat est le premier

Plus en détail

CENTRE NATIONAL DES TECHNOLOGIES DE PRODUCTION PLUS PROPRE

CENTRE NATIONAL DES TECHNOLOGIES DE PRODUCTION PLUS PROPRE République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de l Aménagement du Territoire de l Environnement et du Tourisme CENTRE NATIONAL DES TECHNOLOGIES DE PRODUCTION PLUS PROPRE (C.N.T.P.P) Présentée

Plus en détail

Traitement de l eau par flux dynamique

Traitement de l eau par flux dynamique GmbH Traitement de l eau par flux dynamique afin de réduire les impuretés microbiologiques afin d empêcher l apparition de nouveaux germes dans les eaux de consommation et de process et Nouveau avec certificat

Plus en détail

l éco-agent Le Guide de Mairie de Saint-Barthélemy-d Anjou

l éco-agent Le Guide de Mairie de Saint-Barthélemy-d Anjou Le Guide de l éco-agent Mairie de Saint-Barthélemy-d Anjou «L'écologie est aussi et surtout un problème culturel. Le respect de l'environnement passe par un grand nombre de changements comportementaux.»

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE D AUTORISATION CLASSE 2

FORMULAIRE DE DEMANDE D AUTORISATION CLASSE 2 INFORMATIONS GENERALES Page 1 / 14 1. INFORMATIONS GENERALES N du dossier : Art. 7.7.b «La nature et l emplacement de l établissement, l objet de l exploitation, les installations et procédés à mettre

Plus en détail

NOTICE D UTILISATION

NOTICE D UTILISATION ASPIRATEUR SANS SAC COMPACT REF ZW1011S23010 Puissance NOM. : 1000W / Puissance MAX. : 1200W / 220-240V 50hz NOTICE D UTILISATION LIRE ATTENTIVEMENT LES INSTRUCTIONS SUIVANTES AVANT TOUTE PREMIERE UTILISATION

Plus en détail

CHECK-LIST POUR UNE PREMIÈRE VISITE DE MAISON

CHECK-LIST POUR UNE PREMIÈRE VISITE DE MAISON CHECK-LIST POUR UNE PREMIÈRE VISITE DE MAISON CHECK-LIST POUR UNE PREMIÈRE VISITE DE MAISON 1 PREMIÈRE PRISE DE CONNAISSANCE DE LA MAISON La maison est-elle bien raccordée au réseau d assainissement? Si

Plus en détail

PROGRAMME DE RÉCUPÉRATION ET DE VALORISATION DES LAMPES AU MERCURE APPEL DE DEMANDE D EXPRESSION D INTÉRÊT (ADEI)

PROGRAMME DE RÉCUPÉRATION ET DE VALORISATION DES LAMPES AU MERCURE APPEL DE DEMANDE D EXPRESSION D INTÉRÊT (ADEI) PROGRAMME DE RÉCUPÉRATION ET DE VALORISATION DES LAMPES AU MERCURE APPEL DE DEMANDE D EXPRESSION D INTÉRÊT (ADEI) 1. Introduction. 1.1. L Association des Producteurs Responsables (l APR) développe un programme

Plus en détail

Diesel. Véhicules légers, suivez le bon itinéraire! DÉCOUVREZ LA SOLUTION ADBLUE

Diesel. Véhicules légers, suivez le bon itinéraire! DÉCOUVREZ LA SOLUTION ADBLUE Diesel Véhicules légers, suivez le bon itinéraire! DÉCOUVREZ LA SOLUTION ADBLUE Sommaire # 02 L ESSENTIEL Qu est-ce qu AdBlue?.... 3 À quoi ça sert?.... 4 Comment ça marche?.... 5 ADBLUE EN PRATIQUE Quelles

Plus en détail

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants Date d impression : 23/08/02 Valable à partir du : 08.08.01 Page: 1/7 1. Identification de la substance ou préparation et de la Société Données relatives au produit : Nom commercial : KNAUF ZADUR Mortier

Plus en détail

Sauvons notre planète

Sauvons notre planète présente Economisez l eau Dans des conditions de fosses septiques normales, toute l eau utilisée dans votre maison est alimentée par le biais de trappes àgraisse, de gravières et ensuite gaspillée. Avec

Plus en détail

Registre des dossiers et des mesures correctives du programme LCQ

Registre des dossiers et des mesures correctives du programme LCQ Programme Lait canadien de qualité des Producteurs laitiers du Canada Registre des dossiers et des mesures correctives du programme LCQ Utiliser avec le Registre et le Calendrier de DGI pour des dossiers

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

Emis le : 5/08/2011 Mis à jour : 10/2014

Emis le : 5/08/2011 Mis à jour : 10/2014 Emetteur : CRMA Limousin Page 1 sur 6 1. Quelle réglementation s applique à mon entreprise? Emis le : 5/08/2011 Toute entreprise artisanale ou industrielle est soumise au règlement sanitaire départemental.

Plus en détail

ASPIRATEUR CUVE 935153 CI30L

ASPIRATEUR CUVE 935153 CI30L ASPIRATEUR CUVE 935153 CI30L V3 20130813 Caractéristiques du produit 1. Aspirateur eau et poussière 2. Support sur la base du tuyau, pour déposer les accessoires (cf. Schéma) 3. Fonction soufflerie Noms

Plus en détail

COMPOSANTS DE LA MACHINE

COMPOSANTS DE LA MACHINE FR COMPOSANTS DE LA MACHINE Voyant vapeur prête Interrupteur vapeur Interrupteur de distribution de café Voyant café prêt Couvercle du réservoir à eau Figure A Bouton de distribution vapeur et eau chaude

Plus en détail

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG Direction de la Santé FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL Un plan d hygiène permet de garantir la propreté du personnel et éviter toutes contaminations

Plus en détail

ÉNERGIE-CHAUFFAGE. Référentiel. des supports de communication existants. énergie

ÉNERGIE-CHAUFFAGE. Référentiel. des supports de communication existants. énergie ÉNERGIE-CHAUFFAGE Référentiel des supports de communication existants énergie Le présent document recense l ensemble des outils de communication existants et disponibles, ainsi que les matériels disponibles

Plus en détail

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie.

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie. 1 L eau c est la vie! À l origine était l eau... Lors du refroidissement de la terre, qui était une boule de feu à sa création, les nuages qui l entouraient ont déversé leur eau, formant les mers et les

Plus en détail

5211 Entretien général d immeubles. Fiches descriptives. Reconnaissance des acquis et des compétences FP2009-12

5211 Entretien général d immeubles. Fiches descriptives. Reconnaissance des acquis et des compétences FP2009-12 Formation professionnelle et technique et formation continue Direction de la formation continue et du soutien 5211 Entretien général d immeubles Fiches descriptives Reconnaissance des acquis et des compétences

Plus en détail

RAPPORT AUDIT HYGIENE AVXX-0XX-XXX

RAPPORT AUDIT HYGIENE AVXX-0XX-XXX Date: SITE: Heure: par: MENTION GLOBAL DE L'AUDIT: NOMBRE D'ECARTS CONSTATES: ECARTS CONSTATES: 1. RESPONSABILITÉ DE LA DIRECTION / DÉFINITION & CONTRÔLE DES RÈGLES D HYGIÈNE 1.1 Déclaration de l'établissement

Plus en détail

Version initiale : Franck BOELHY (QSE Région Nord Est)

Version initiale : Franck BOELHY (QSE Région Nord Est) GUIDE DES DÉCHETS Version initiale : Franck BOELHY (QSE Région Nord Est) Référence : 10QSE1103 mise à jour Novembre 2010 PRÉAMBULE L aspect gestion des déchets, (Papier, Cartons, Cartouches d encres, Piles,

Plus en détail

Les clés pour entretenir facilement votre spa. SpaTime la gamme d entretien pour les spas

Les clés pour entretenir facilement votre spa. SpaTime la gamme d entretien pour les spas Les clés pour entretenir facilement votre spa SpaTime la gamme d entretien pour les spas Equilibre de l eau Votre spa est un lieu de détente et de bien-être par excellence. Il est donc essentiel que l

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1. Construire vert ne devrait pas être un casse-tête

LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1. Construire vert ne devrait pas être un casse-tête LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1 Construire vert ne devrait pas être un casse-tête LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 2 6/4/08 11:53 AM Page 2 LOG 8869 Residential

Plus en détail

CONSIGNES D'UTILISATION ET D'ENTRE TIEN VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT LES CONSIGNES DE CE DOCUMENT AVANT D UTILISER VOTRE MACHINE À ESPRESSO.

CONSIGNES D'UTILISATION ET D'ENTRE TIEN VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT LES CONSIGNES DE CE DOCUMENT AVANT D UTILISER VOTRE MACHINE À ESPRESSO. The Else CONSIGNES D'UTILISATION ET D'ENTRE TIEN VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT LES CONSIGNES DE CE DOCUMENT AVANT D UTILISER VOTRE MACHINE À ESPRESSO. www.adrianos.ch Hey! Ces consignes contiennent toutes

Plus en détail

LA GESTION DES DECHETS

LA GESTION DES DECHETS LA GESTION DES DECHETS AML BATIMENT Ensemble contribuons à protéger l environnement AML Bâtiment Page 1 LA GESTION DES DECHETS SUR LES CHANTIERS AML BATIMENT AML Bâtiment Page 2 SOMMAIRE POURQUOI CONNAITRE

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE

FICHE DE DONNEES DE SECURITE PAGE 1/7 DATE DE MISE A JOUR : 16/11/2011 1/ - IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Identification du produit : Gaines, films, housses, et/ou sacs transparents et colorés en polyéthylène. Famille

Plus en détail

Registres de fermentation lente. Critères d inspection

Registres de fermentation lente. Critères d inspection Chapitre 15 - tâches liées traitement non-thermique Chapitre 15 - tâches liées traitement non-thermique Registres de fermentation lente 1.15.0.3204 Registres de fermentation lente Registres Un échantillon

Plus en détail

Bonnes pratiques d hygiènes alimentaires pour le poisson 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F)

Bonnes pratiques d hygiènes alimentaires pour le poisson 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) Bonnes pratiques d hygiènes alimentaires pour le poisson 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) Dès que le poisson entre dans votre usine, vous

Plus en détail

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Eau chaude sanitaire 2 5 6 6 CONNAÎTRE > Les besoins d eau chaude sanitaire > Les modes de production > La qualité de l eau > Les réseaux de distribution > La température de l eau REGARDER

Plus en détail

Fiche de données de sécurité

Fiche de données de sécurité Produit 2T QUAD R BIODEGRADABLE Page 1/5 Etiquette du produit ETIQUETAGE (d usage ou CE) Phrases de risque Conseils de prudence ETIQUETAGE TRANSPORT Non concerné Néant Néant Non concerné 1. IDENTIFICATION

Plus en détail

CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001

CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001 CAC/RCP 47-2001 Page 1 de 7 CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001 INTRODUCTION...2 SECTION I

Plus en détail

2 Trucs et Astuces 2

2 Trucs et Astuces 2 Trucs et Astuces 2 2 Le chauffe-eau solaire 1.Les capteurs 2.Les circuits solaires 3.Le circuit sanitaire 4.Les systèmes d appoint 5.Fiches synthèse 6.Bon à savoir Trucs et Astuces 3 1 Les capteurs Trucs

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES Définition de l emploi Le titulaire de la spécialité gestion des pollutions et protection de l environnement de baccalauréat professionnel est un professionnel

Plus en détail

Gestion des déchets dangereux dans les entreprises

Gestion des déchets dangereux dans les entreprises Actualités Gestion des déchets dangereux dans les entreprises Avril 2012 - Fiche n 1 Rédigée par Margot Liatard CCIR Champagne-Ardenne Qu est ce qu un déchet dangereux? Les déchets dangereux sont des déchets

Plus en détail

Liste de contrôle d auto-évaluation pour le niveau de confinement 1 pour les phytoravageurs

Liste de contrôle d auto-évaluation pour le niveau de confinement 1 pour les phytoravageurs Bureau du confinement des biorisques et de la sécurité Office of Biohazard, Containment and Safety Direction générale des sciences Science Branch 59, promenade Camelot 59 Camelot Drive Ottawa ON K1A 0Y9

Plus en détail

Epreuve écrite d admissibilité du Mercredi 15 Janvier 2014 DOSSIER REPONSE

Epreuve écrite d admissibilité du Mercredi 15 Janvier 2014 DOSSIER REPONSE SUJET DE CONCOURS COMMUN AUX CENTRES DE GESTION : CONCOURS D ADJOINT TECHNIQUE DE 1ERE CLASSE SESSION 2014 SPECIALITE «ENVIRONNEMENT, HYGIENE» Epreuve écrite d admissibilité du Mercredi 15 Janvier 2014

Plus en détail

ENTRETIEN & RÉPARATIONS. Qui paie quoi dans votre logement?

ENTRETIEN & RÉPARATIONS. Qui paie quoi dans votre logement? ENTRETIEN & RÉPARATIONS Qui paie quoi dans votre logement? Qui paie quoi dans votre logement? Peinture, papier peint sur murs et plafonds Peinture sur les portes palières et huisseries L entrée Un évier

Plus en détail

A savoir. > Les déchets de l ensemble de la restauration française représentent 10 % de la production de déchets ménagers, soit 2,5 millions de tonnes

A savoir. > Les déchets de l ensemble de la restauration française représentent 10 % de la production de déchets ménagers, soit 2,5 millions de tonnes Déchets > 1 tonne de verre recyclé = 660 kg de sable + 100 kg de fioul économisé > 1 tonne de plastique recyclé = entre 600 et 800 kg de pétrole brut économisé > 670 canettes valorisées = 1 vélo > 19 000

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue d'ougrée N : 211 Boîte : 011 CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue d'ougrée N : 211 Boîte : 011 CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment : CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment : Appartement Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : Numéro de référence du permis : Construction : avant 1971 ou inconnu Version du protocole: 17/07/2013

Plus en détail

Déchets spécifiques de type F, stockés en alvéole spécifique mono matériaux, dans un centre de stockage d inertes

Déchets spécifiques de type F, stockés en alvéole spécifique mono matériaux, dans un centre de stockage d inertes Les déchets actuellement considérés comme inertes en France et stockés comme tels sont des déchets suivants : (1) Stockage en classe III, recyclage, 17 01 01 Béton (armé ou non) 17 01 02 Briques (1) Stockage

Plus en détail

Profitez au mieux de votre logement économe en énergie. Bâtiment basse consommation. Ce qu il faut savoir et comment vous adapter

Profitez au mieux de votre logement économe en énergie. Bâtiment basse consommation. Ce qu il faut savoir et comment vous adapter CONSEILS AUX PARTICULIERS Bâtiment basse consommation Profitez au mieux de votre logement économe en énergie Ce qu il faut savoir et comment vous adapter Que vous apporte un bâtiment économe en énergie?

Plus en détail

Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire

Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire Service d information sur les économies d énergie Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire 1 Préparation de l eau chaude sanitaire 2 1) Différents systèmes de production A Chaudière combinée

Plus en détail

Une introduction aux chauffe-eau solaires domestiques

Une introduction aux chauffe-eau solaires domestiques Une introduction aux chauffe-eau solaires domestiques Les objectifs d'apprentissage: Cet exposé vous informera au sujet de l utilisation de l énergie solaire afin de produire de l eau chaude domestique,

Plus en détail

Garder son indépendance

Garder son indépendance Pour de plus amples renseignements, appelez : Avancez de pied ferme Nipissing. (705) 474-1400 Avancez de pied ferme Parry Sound. (705) 746-5801 1-800-563-2808 Soyez actif, soyez indépendant et avancez

Plus en détail

FEMMES DE CHAMBRE DANS L HOTELLERIE. 5 avril 2012

FEMMES DE CHAMBRE DANS L HOTELLERIE. 5 avril 2012 PAUSE-CAFE FEMMES DE CHAMBRE DANS L HOTELLERIE 5 avril 2012 Plan de la réunion Missions de votre service de santé au travail Pourquoi ce thème? L exposition aux risques et les préconisations Conclusion

Plus en détail

GUIDE DE L AGENT ÉCORESPONSABLE. pour économiser les fournitures et les ressources

GUIDE DE L AGENT ÉCORESPONSABLE. pour économiser les fournitures et les ressources GUIDE DE L AGENT ÉCORESPONSABLE pour économiser les fournitures et les ressources En route vers une administration écoresponsable Aujourd hui notre planète est en danger : sa biodiversité est menacée.

Plus en détail

Cafetière. Mode d Emploi. 1Notice cafetière v1.0

Cafetière. Mode d Emploi. 1Notice cafetière v1.0 Cafetière Mode d Emploi 1Notice cafetière v1.0 SOMMAIRE 1 CONSIGNES DE SÉCURITÉ... 3 2INSTALLATION DE L APPAREIL EN TOUTE SÉCURITÉ...4 3PRECAUTION CONCERNANT L UTILISATION DE L APPAREIL...5 4DESCRIPTION

Plus en détail

Notre Alimentation Notre Climat. Notre Monde. environnement. changement climatique. Prenons soin de notre environnement

Notre Alimentation Notre Climat. Notre Monde. environnement. changement climatique. Prenons soin de notre environnement Notre Climat RÉALISEZ LA PREMIÈRE OU LA SECONDE ACTIVITÉ DE CETTE SECTION EN FONCTION DE VOTRE TRANCHE D ÂGE. PUIS CHOISISSEZ TROIS ACTIVITÉS SUPPLÉMENTAIRES SUR LA LISTE CI-APRÈS. Prenons soin de notre

Plus en détail

INSCRIPTION, CLASSEMENT ET EMBALLAGE. Communication de l expert de l Afrique du Sud

INSCRIPTION, CLASSEMENT ET EMBALLAGE. Communication de l expert de l Afrique du Sud NATIONS UNIES ST Secrétariat Distr. GÉNÉRALE ST/SG/AC.10/C.3/2005/47 13 septembre 2005 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ D EXPERTS DU TRANSPORT DES MARCHANDISES DANGEREUSES ET DU SYSTÈME GÉNÉRAL HARMONISÉ

Plus en détail

HÔTEL DE VILLE ALLÉES GASTON RODRIGUES BP 105 33173 GRADIGNAN CEDEX TÉL. : 05 56 75 65 26 FAX : 05 56 75 65 65

HÔTEL DE VILLE ALLÉES GASTON RODRIGUES BP 105 33173 GRADIGNAN CEDEX TÉL. : 05 56 75 65 26 FAX : 05 56 75 65 65 Préservez les ressources naturelles par des constructions écologiques n est qu une étape dans la protection de l environnement. Cela passe aussi par des gestes éco-citoyens au quotidien. Pour en savoir

Plus en détail

Questions pratiques: Comment éviter la condensation sur la vitre intérieur de ma fenêtre?

Questions pratiques: Comment éviter la condensation sur la vitre intérieur de ma fenêtre? Questions pratiques: Comment éviter la condensation sur la vitre intérieur de ma fenêtre? Qu est-ce que la condensation? L air contient de la vapeur d eau en suspension. Des études spécialisées démontrent

Plus en détail

UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES

UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT Une entreprise de Bayer et LANXESS UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Identifier Stocker Distribuer Transformer

Identifier Stocker Distribuer Transformer Les énergies dans les transports Stocker Distribuer Transformer JPS - MAZAMET _ACT6_Energies.pub - 1 Les différentes énergies utilisées dans les transports... Tâche 1 IDENTIFIER LES ÉNERGIES... Dans le

Plus en détail

Avant de réparer ou remplacer le revêtement du toit

Avant de réparer ou remplacer le revêtement du toit 17/09/07 11:44 1 of 7 Les feuillets d information suivants sont de la série générale Votre maison. Avant de réparer ou remplacer le revêtement du toit Tout revêtement de toit doit à un moment ou à un autre

Plus en détail

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ conformément au Règlement (CE) nº1907/2006 REACH Nom : KR-G KR-G

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ conformément au Règlement (CE) nº1907/2006 REACH Nom : KR-G KR-G KR-G Page 1 de 5 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ/ENTREPRISE 1.1 Identificateur de produit : Nom du produit : KR-G 1.2 Utilisations identifiées pertinentes de la substance

Plus en détail

Le capteur solaire thermique : un exemple concret

Le capteur solaire thermique : un exemple concret Le capteur solaire thermique : un exemple concret Une utilisation possible du soleil est le chauffage de l eau sanitaire, utilisée pour se laver, pour faire la vaisselle ou encore le ménage. Il s agit

Plus en détail

M A N U E L D I N S T R U C T I O N S

M A N U E L D I N S T R U C T I O N S M A N U E L D I N S T R U C T I O N S FR RÈGLES GÉNÉRALES POUR L UTILISATION DE LA MACHINE SOMMAIRE Lire attentivement le manuel d instructions et les limitations de la garantie. La machine doit être branchée

Plus en détail

FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION - ENREGISTREMENTS

FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION - ENREGISTREMENTS FICHES 1et 2 : HYGIENE DU PERSONNEL FICHE 3 : PLAN DE NETTOYAGE DESINFECTION FICHE 4 : SUIVI DES OPERATIONS DE NETTOYAGE DESINFECTION FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES

Plus en détail

L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES

L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES ARCHITECTURE ET CREATION Rue Jules Antheunis n 44/1-7030 MONS - Tél. : 065/36.46.07 & Fax : 065/35.50.09 -

Plus en détail

Produits dangereux. Définition

Produits dangereux. Définition Produits dangereux Définition Les produits dangereux sont capables de provoquer des effets indésirables en cas de contact ou d ingestion. Ces effets peuvent se manifester sous forme de : intoxication ;

Plus en détail