Archives départementales du Val-de-Marne

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Archives départementales du Val-de-Marne"

Transcription

1 Archives départementales du Val-de-Marne Collecte de témoignages oraux sur la Seconde guerre mondiale : enregistrements sonores AV 137, , , Délai de communicabilité : Immédiate Laurence Bourgade, Stéphanie Rivoire 2007

2 Campagne de collecte de témoignages oraux sur la Seconde guerre mondiale par la Direction des Archives départementales du Val-de-Marne, I- Introduction A - Définition du projet La Direction des Archives départementales a engagé un travail de valorisation des archives traitant de la Seconde guerre mondiale dès 1998 dans la perspective d une publication à destination du grand public, publication dont la réalisation fut confiée à Serge Wolikow, professeur à l Université de Bourgogne 1. La publication de chacun des deux tomes a accompagné les manifestations commémoratives organisées par le Conseil général à l occasion du 60 e anniversaire de ces évènements. En novembre 2004 fut ainsi présenté le premier tome de l ouvrage à l occasion de la table ronde «Eté 1944-mai 1945 : citoyenneté renouvelée, renaissance républicaine». Cette table ronde fut l occasion de croiser discours historiques des historiens et témoignages d acteurs de la période, acteurs retenus parmi les élus du département (Michel Germa, Roland Nungesser, Olivier d Ormesson, Gaston Viens). La disparition progressive des témoins directs avait en effet incité la vice-présidence en charge des Commémorations à porter le projet de valoriser la parole des témoins et donc de réaliser des entretiens auprès de personnes recensées par ses soins, en partenariat avec le Musée de la résistance nationale 2. L objectif de faire partager ces parcours aux plus jeunes générations a par ailleurs conduit à programmer la réalisation d un DVD à caractère pédagogique axé sur le témoignage oral. La Direction des Archives départementales a donc mis en place ce programme, engagé en juillet Quelques entretiens avaient déjà été réalisés ou collectés par des tiers, notamment la Direction de la communication, la ville de Vitry-sur-Seine, l association Mémoire vive des convois (cf sources complémentaires). Cette campagne différait néanmoins des enregistrements ponctuels précédemment réalisés par les Archives départementales, étant conçue comme un ensemble plus cohérent. Il s agissait de constituer un corpus de témoignages variés, matériau historique contextualisé et exploitable à long terme. Ce travail a permis la constitution d un corpus de 31 témoignages menés juillet 2004 à mars Des campagnes nationales avaient déjà été menées auprès des acteurs de la Seconde guerre mondiale. Les Archives nationales conservent ainsi plus de témoignages écrits de résistants, déportés, de prisonniers de guerre, collecte menée par le Comité d histoire de la Seconde guerre mondiale et par l Institut d histoire du temps présent. A partir des années 1980, la cellule «Histoire orale et collections audiovisuelles» des Archives nationales a mené une politique de recueil de témoignages oraux en enregistrant d une part des témoignages et en collectant d autre part des enquêtes extérieures. 1 Wolikow, Serge, Zuzula Marianne, «La Seconde guerre mondiale à travers les archives du Val-demarne, Paris, le Cherche-midi, , deux tomes. 2

3 Le guide réalisé par Agnès Callu et Hervé Lemoine 3 recense les sources du patrimoine sonore et audiovisuel français, notamment sur le monde combattant et les victimes de guerre : les principaux centres d archives, musées, instituts de recherche, centres de documentation et les collections privées (amicales, fondations, associations) y sont répertoriés et accompagnés d une présentation des corpus : récits biographiques et corpus thématiques. Au niveau départemental, plusieurs lieux travaillant sur des sources sonores sur la Seconde guerre mondiale ont été recensés : - le Musée de la résistance nationale à Champigny-sur-Marne possède 200 enregistrements réalisés depuis 1965 ; - l association Mémoire vive des convois des et vers les camps d Auschwitz et Birkenau a mis en dépôt aux Archives départementales une vingtaine d entretiens filmés, - certaines communes ont collecté des enregistrements d habitants concernant cette période, comme les archives municipales de Vitry-sur-Seine qui ont réalisé plusieurs entretiens pour le 50 e anniversaire de la Libération. B - Préparation de la collecte Dans le contexte de commémoration explicité ci-dessus, il n a pas été possible de mener l enquête préalable nécessaire à toute campagne de collecte de témoignages oraux, la priorité étant d abord donnée à la réalisation d un documentaire basé sur quelques entretiens. Réalisé par la Direction de la communication du Conseil général pour la table ronde tenue en novembre 2004, le film de 23 minutes s appuie sur sept entretiens. L enquêteur des Archives départementales a signalé ces sept témoins, accompagnant l équipe de tournage au domicile des témoins et sur les lieux de tournage. Les rushes et le produit fini sont consultables aux Archives départementales 4. Dans un second temps, ces témoins ont été également interviewés (un enregistrement sonore uniquement) par l archiviste en suivant la méthodologie et la grille d entretien construites au cours de ces premières semaines. Parallèlement à ce travail, les archives départementales ont peu à peu constitué un corpus de témoins. 1 - Constitution du corpus Des contacts ont été pris avec plusieurs partenaires pour constituer le corpus : en mai 2004, les Archives départementales, le Service départemental de l Office national des anciens combattants et le Musée de la résistance nationale s étaient réunis et avaient entamé le travail de repérage de témoins. le Service départemental de l Office national des anciens combattants a fourni plusieurs noms. L équipe du Musée de la résistance nationale à Champigny-sur- Marne fut un partenaire précieux et régulier tout au long de cette campagne, communiquant 3 CALLU, Agnès, LEMOINE, Hervé «Patrimoine sonore et audiovisuel : guide de recherches en sciences sociales : entre archives et témoignages». Paris, Belin, 2005, 7 tomes. 4 Conseil général du Val-de-Marne : «De l occupation à la Libération», film réalisé pour la table ronde du 24 novembre 2004, 23mn (2AV 3076).

4 des noms, une documentation, des outils méthodologiques, et servant d intermédiaire entre l archiviste et le témoin lors du premier entretien. D autres contacts ont été pris avec les associations d anciens combattants : l association des Combattants volontaires de la résistance-section Val-de-Marne a été très présente en la personne de son président et de son secrétaire. Le Mémorial Leclerc et de la libération de Paris - Musée Jean Moulin a permis de repérer deux témoignages de Val-de-Marnais dans son corpus de témoignages filmés. De même la Fondation pour la mémoire de la déportation a remis le témoignage d une résistante val-de-marnaise déportée. Les maires et les archivistes des quarante-sept communes du département furent sollicités. Petit à petit, le bouche-à-oreille aidant, le réseau s est constitué et des candidatures spontanées ont vu le jour. Des personnes se sont manifestées auprès du Conseil Général, ont été remarquées dans la presse ou en salle de lecture des Archives départementales lors de recherches sur les enfants juifs dans les écoles du Val-de-Marne par exemple. Des personnes de différentes associations du monde combattant ont été également repérées lors de la table ronde organisée en novembre L évolution du corpus : des résistants aux enfants cachés La collecte était à l origine axée sur les résistants présents sur le territoire de l actuel Val-de- Marne. Les témoins ayant agi sur ce territoire ne sont malheureusement plus très nombreux. Les associations locales d anciens combattants ont tendance maintenant à rassembler tous les anciens combattants qu ils soient résistants intérieurs ou de la France Libre. Nous avons alors décidé d étoffer le corpus en intégrant les personnes installées sur le département après la guerre et toute personne ayant traversé cette période pour ne pas limiter le regard à celui des résistants intérieurs et montrer la diversité des engagements ou les épreuves encourues par la population. Ces personnes ont eu des parcours différents qu il était dommage de ne pas prendre en compte, comme l épouse d un Français Libre qui a vécu l exode de la Belgique jusque dans les Deux-Sèvres en France. Nous avons élargi les profils en incluant les Français libres, les déportés, les STO (Service du travail obligatoire) et les Requis, les juifs déportés, les enfants juifs cachés, internés et déportés, les Justes parmi les nations, les évadés par l Espagne 3 - Motivations des témoins à parler Cette campagne a permis de fixer la parole des témoins qui parlent volontiers dans les collèges et lycées ou qui acceptent de témoigner après soixante ans de silence. Au moment de la remise de la copie du CD audio, beaucoup évoquent le désir de transmettre leur témoignage à leurs descendants. Les motivations sont diverses : certains n aiment pas parler mais se sentent moralement obligés de le faire comme Madame Matéos, résistante communiste arrêtée en 1941 qui répétait sans cesse «qu elle n avait rien à dire» et «qu elle n avait rien fait, que tout ce qu elle avait fait, tout le monde l aurait fait à sa place». Les enfants cachés parlent également

5 dans ce souci du devoir, notamment pour témoigner du sort de leurs proches disparus en déportation et profiter de cette occasion pour mener des recherches sur leur propre passé D autres témoins impliqués dans des associations d anciens combattants et d actions de mémoire voient dans cet exercice le prolongement de leurs propres activités mémorielles. M. Frébour, président de l Union nationale des déportés de Rawa-Ruska s est volontiers plié à l exercice après quelques réticences de peur que son témoignage ne soit tronqué ou mal exploité. Il s est d abord enquis de la démarche des Archives départementales avant d accorder pleinement sa confiance. Certains témoignent pour la première fois, curieux ou intimidés par l exercice comme Madame Savournin qui a relaté son exode depuis la Belgique ou M. Pastoukoff racontant le Service du travail obligatoire dans une usine de Linz en Autriche. Quelques témoins ayant déjà consigné par écrit leurs mémoires ou maniant avec aisance la langue française voient dans l exercice une reconnaissance supplémentaire de leurs actions et de leurs mérites. M. Tchakarian a volontiers accompagné l équipe audiovisuelle du Conseil Général à l église d Auteuil où son groupe FTP-MOI (Francs tireurs partisans Mains d œuvre immigrée) a mené une action armée contre un car de militaires allemands. De même, M. Carmagnat a souhaité être filmé au Musée de la résistance nationale de Champigny-sur- Marne afin de rendre plus concret son témoignage sur le sabotage, l armement et le parachutage. 4 - Elaboration d une grille d enquête Le Musée de la résistance nationale a fourni les grilles d entretien qu elle utilise pour interviewer trois profils de résistants (voir modèles en annexe 1) : - Résistant (document établi par la commission Histoire du MNR) - Français Libre (document établi par la commission Histoire du MNR) - Interné ou déportée (document établi par la commission Audiothèque de la FMD) Chaque grille était ensuite personnalisée en fonction des informations récoltées sur le témoin afin de l affiner et la rendre plus pertinente. Nous avons réalisé d autres grilles adaptées en fonction des profils des témoins : enfant caché, STO (voir annexe 1). Les grilles comprennent trois chapitres principaux : l avant-guerre, la période de la guerre et l après-guerre. L accent a été mis sur la période de l avant-guerre en interrogeant les témoins sur leurs origines familiales, la formation et l engagement politique, syndical, religieux souvent déterminants pour saisir l engagement et les motivations d entrée en résistance. De même, l engagement après-guerre a été questionné pour saisir les changements opérés par le conflit. La méthode retenue est l entretien semi-directif qui permet de lancer les sujets et de le laisser parler le témoin, en l interrompant seulement pour des éclaircissements, des précisions ou pour relancer ou reformuler la question. 5 - Choix de l enregistrement sonore

6 Le choix de l enregistrement sonore s est imposé dès le départ du projet. L enregistrement sonore est en effet à considérer comme une source autonome, immédiatement exploitable, pour laquelle l image n apporte finalement que peu d informations nouvelles dans le cas d un récit de vie. En effet, le film semble peu pertinent si le témoin y est filmé en plan fixe. En outre, le témoin peut se révéler réticent ou nerveux face à une caméra. Sa parole risque de s altérer en présence d un plus grand nombre de personnes et l aspect «confidence» peut être gommé alors que la qualité de l échange dépend de la relation de confiance instaurée. Or si l entretien sonore mobilise une seule personne, l archiviste menant l entretien tout en s occupant du matériel, le témoignage filmé, quant à lui, requiert la présence d au moins deux personnes qualifiées : l archiviste et le technicien maîtrisant la caméra, la prise de son et l éclairage. Une exception a été faite pour un témoin qui, en sus de l entretien sonore accordé, a souhaité faire un témoignage filmé au Musée de la résistance nationale pour commenter les objets et les vitrines consacrées au sabotage et aux parachutages. Le film a été réalisé par le technicien de la régie audiovisuelle avec une caméra DVCAM. La séance fut riche d enseignement car elle a permis de voir concrètement comment monter et démonter une arme, fabriquer une charge explosive, ouvrir un caisson de parachutage. C - Déroulement de l enquête La campagne s est déroulée entre juillet 2004 et mars Moyens techniques Les enregistrements ont été réalisés en majorité sur un appareil enregistreur DAT Sony 5, appareil utilisé aux Archives départementales depuis Même si ce support est déconseillé pour la conservation (sa production est désormais arrêtée chez le fabricant Sony), il présente plusieurs avantages : compact, maniable, numérique. Quelques enregistrements ont également été effectués sur un ordinateur portable avec le logiciel d enregistrement libre «Audacity» 6. Un peu plus encombrant, il passe cependant inaperçu auprès des interviewés car ces derniers l assimilent à un ordinateur portable et non à un appareil enregistreur. Un seul micro unidirectionnel (micro-cravate accroché sur le vêtement du témoin) a été utilisé qui possède l avantage de ne capter que la voix du témoin mais rend par contre la voix de l archiviste moins audible. 5 La Digital Audio Tape (DAT) est un support d'enregistrement audio numérique sur bande magnétique conçu par Sony dans les années 1980 dans le but de remplacer la musicassette (K7). Le support, peu soutenu par les éditeurs, frileux devant les performances élevées du système, n'a jamais eu les faveurs du grand public. Il sert aujourd'hui comme support pour les sauvegardes de données de grande capacité et comme "master" pour les enregistrements en studio. Cependant, ce support est en sévère perte de vitesse, que ce soit pour l'enregistrement de données ou de musique, face aux supports optiques et aux disques durs. Il n'est, de plus, plus supporté par la plupart des constructeurs, son concepteur en tête. Les cassettes DAT sont plus petites que les cassettes classiques puisque leur taille est de 73mm 54mm 10.5mm. Source : 6

7 2 - Préparation du recueil de témoignage Les premiers contacts téléphoniques ont été pris rapidement, notamment pour les sept témoins filmés par le service communication pendant l été Ces contacts permettaient de présenter le projet des Archives départementales et de convenir d un lieu et d une date de rendez-vous pour une première rencontre. Très souvent, l équipe du Musée de la Résistance nationale, le personnel du Conseil Général ou les membres d associations d anciens combattants ont servi d intermédiaire auprès des interviewés. Les témoins eux-mêmes pouvaient parfois faire l intermédiaire auprès de témoins potentiels en leur parlant de la collecte. La plupart des personnes contactées ont volontiers accepté de témoigner, exceptées trois personnes, un couple qui s est rétracté sans donner de motivations claires et une femme «Juste parmi les nations» qui a refusé net la proposition. D autres personnes se sont au contraire proposées à l instar de M. Wenig qui a souhaité faire témoigner son père Zysman Wenig, juif polonais déporté à Auschwitz. Une rencontre préliminaire est nécessaire pour faire connaissance, présenter le travail des Archives départementales et de l archiviste, et plus spécialement la collecte. Il s agit de passer un contrat moral avec eux : exposer les conditions d entretien, signer une convention de dépôt au moment de la remise d un exemplaire du témoignage. Des informations générales sont également recueillies afin de personnaliser et de contextualiser la grille d entretien. S agissant des résistants, il convient au préalable de prendre les renseignements sur le groupe de résistance, les activités, de maîtriser le vocabulaire de base, de connaître les noms, les événements et d avoir une chronologie de la période Les entrevues suivantes sont consacrées à l enregistrement du témoignage. Celui-ci dépend entièrement du témoin dans le sens où aucune limite de temps n est imposée. Parfois, plusieurs entrevues sont nécessaires pour ménager sa concentration et sa santé. Les rendezvous s effectuent de préférence à son domicile dans une pièce isolée des bruits extérieurs (la maison, la rue, le téléphone, les pendules) et de la présence de tiers (les conjoints, les enfants). Certains entretiens se sont déroulés aux Archives départementales à la demande des témoins. Le matin ou le début d après-midi sont privilégiés afin de ménager une plage horaire assez souple. Avant de mettre en marche l appareil, l archiviste donne les grandes lignes de l entretien (période avant-guerre, pendant, après-guerre) ainsi que les principales questions : origines familiales, raisons de l engagement Les premières secondes de l enregistrement sont réservées à introduire l entretien en présentant le témoin, la date et le lieu et le sujet de l entretien. Le cadre donné au témoin est d exposer son histoire, son parcours personnel en suivant une trame chronologique et en évitant les cours d histoire et les reconstitutions, les événements auxquels où le témoin n avait pas participé. Parfois il était difficile d éviter cet écueil, tant

8 certains témoins sont rompus à l exercice pour avoir témoigné fréquemment dans les établissements scolaires, ou pour avoir écrit leurs souvenirs. Dans la mesure du possible, les interventions de l archiviste se limitent à la relance, la demande de précision et la reformulation de certains propos. L enregistrement est clos par l archiviste qui prend soin, après chaque séance, de réinscrire le témoin dans le temps présent en parlant du quotidien, de l actualité ou de sujets plus légers. La juste distance entre l archiviste et le témoin s installe pendant la construction de la relation. Il est nécessaire de se rencontrer plusieurs fois, d expliquer le travail des archivistes, le rôle des archives départementales. C est dans cette perspective qu une visite guidée des Archives départementales a été proposée aux membres d une association d anciens combattants afin de montrer les conditions de conservation des documents et leur consultation en salle de lecture. La relation de confiance s établit facilement grâce aux liens transgénérationnels, plusieurs témoins ayant assimilé l archiviste à un de leurs petits-enfants. De même des liens réguliers avec les témoins sont précieux (remise de la convention, échange de vœux, invitation à des manifestations, envoi de textes et de documentation, déjeuners) afin de tenir au courant les témoins des activités des Archives départementales et revenir vers eux pour des questions, des contacts. Dans une relation privilégiée, la disponibilité, l écoute et la neutralité permettent à la parole de s installer. Des témoins ont parfois dit «vous ne le répéterez pas», «je ne devrais pas dire ça» au milieu de l enregistrement, ou se sont étonnés à l écoute de l entretien d avoir tenu des propos personnels. S en tenir à la grille d enquête permet en général de préserver les limites. De même, l enquêteur s interdit d émettre un jugement sur la parole du témoin. 3 - La convention de dépôt de témoignage oral Une copie de l enregistrement est envoyée ou remise au témoin en même temps que la convention de dépôt signée en deux exemplaires par le témoin (voir annexe 3). Ce geste est une simple formalité lorsque l archiviste a pris soin d expliquer au préalable le pourquoi d une convention : permettre aux archives d exploiter le document et le rendre accessible au public. Dans deux cas, le témoin a souhaité limiter l accès à certains extraits. Les limitations sont alors indiquées dans la convention, les copies de consultation sont modifiées mais le master d archivage reste inchangé. D - Traitement archivistique 1 - Traitement technique et cotation Une fois l entretien terminé, les cassettes DAT ou le fichier numérique sont transmis à la régie audiovisuelle des Archives et transférés sur cd audio en trois exemplaires : - un master de conservation coté en 11AV, - une copie de consultation en 31AV, - une copie pour le témoin sans cote.

9 Les cassettes DAT ne sont pas conservées en raison de la fragilité de ce support. 2 - Description archivistique Les témoignages sont décrits dans la base Thot-Cindoc à deux niveaux : - au groupe d articles pour l ensemble du témoignage. Il s agit du premier niveau de recherche pour le lecteur (base d orientation). Nous avons choisi à ce niveau de signaler les éléments biographiques permettant au lecteur de repérer les témoins susceptibles de l intéresser. Les notices sont indexées par lieux, personnes, mot-clés du thésaurus réglementaire W.

10 - au dossier pour chaque cd audio : un relevé des principaux thèmes et événements évoqués par le témoin permet au lecteur qui a retenu ce témoin de prendre connaissance du contenu de l entretien. Enfin, les copies de consultation sont dotées d un relevé chrono-thématique qui liste au dos du cd audio les principaux sujets abordés et les time-codes correspondants. Ce relevé permet au lecteur de s orienter dans le témoignage et d aller directement au passage choisi. 3 La question de la transcription La plupart des témoignages ont été transcrits dans l optique de la préparation du DVD. Les transcriptions se sont révélées un outil utile pour les archivistes qui ont sélectionné des extraits en fonction des thèmes retenus. Cependant, à long terme, il est souhaitable de s en tenir au seul relevé chrono-thématique car le temps manque à transcrire la totalité des témoignages. Il convient par ailleurs de s interroger sur une pratique de consultation des témoignages très répandue qui consiste pour le lecteur à se référer uniquement à la transcription écrite. Or il semble réducteur de ne pas s intéresser aux voix, aux silences, aux hésitations, aux émotions qui passent par la voix bien plus facilement que par une transcription. 4 - Le dossier documentaire En parallèle avec la collecte, un dossier documentaire a été réalisé sur chaque témoin permettant de replacer le témoin dans son contexte. Il était constitué de trois types de documents : - une documentation sur le sujet permettant de contextualiser le témoignage (les groupes de résistance, les textes de loi sur le STO, les mesures anti-juives, les camps de concentration et les camps de déportation ) - des documents remis par le témoin : photographies d époque, photocopies d attestations, correspondance, articles de presse, témoignages écrits. Informels au départ, ces documents ont pris une place croissante et l on songe lors de la révision de la convention de dépôt de témoignage d inclure un paragraphe sur cette documentation papier car elle s est avérée utile lors de la réalisation du DVD sur la Seconde guerre mondiale. - de même, il a été décidé de prendre en photographie le témoin lors de l enregistrement afin de fixer son image. Cette demande est souvent bien accueillie et un tirage papier du portrait et des documents numérisés sont remis au témoin. Le dossier documentaire sera à terme consultable dans la base de données sous réserve de l autorisation du témoin (voir en annexe un exemple de documents remis par un témoin). E - Description globale du fonds Le corpus de 31 témoignages (ce qui représente environ 85 heures de témoignages, un témoignage variant de 40 minutes à 9 heures) se compose de : 8 entretiens de résistant(e)s intérieur(e)s 1 entretien de Juste parmi les nations

11 5 entretiens de Français Libres 3 entretiens de résistant(e)s déporté(e)s 4 entretiens d enfants juifs cachés 2 entretiens de juifs déportés 1 entretien d enfant juif interné 3 entretiens de civils ayant notamment subi l exode 2 entretiens de requis au service du travail obligatoire 1 entretien de prisonnier de guerre évadé 1 entretien de républicain espagnol interné en France. Il comprend notamment le témoignage de huit femmes. Des lacunes existent dues notamment à l ancienneté du sujet : les personnes interrogées en 2004 qui ont 80 ans n en avaient que 16 à la déclaration de la guerre. D autres personnes ont quitté le Val-de-Marne, certaines se sont installées dans le département après la guerre et y ont mené une vie associative active. Il est difficile d interviewer des prisonniers de guerre, car ils sont en général plus âgés, des Juifs déportés car peu sont revenus. Nous avons essayé de palier à certaines de ces lacunes en interviewant par exemple des enfants cachés qui ont pu raconter l histoire de leur famille touchée par la déportation. 1 - Intérêt du fonds, orientations de recherche Le fonds présente un intérêt certain car il constitue une source historique originale. Il ne s agit pas ici d un fonds sonore venant en complément d un fonds d archives papier, servant d illustration, mais bien d un fonds propre qui puisse être exploité comme principal matériau de recherche. Sans revenir sur l intérêt que présente une source sonore (voir les ouvrages de Florence Descamps 7 ), la collecte propose un panel de témoins ayant vécu la période de la Seconde guerre mondiale. Elle reflète une partie de la diversité des situations existantes à cette période troublée. Si des paroles sont hésitantes, des dates erronées, des noms imprécis soixante ans après les faits, des reconstructions mentales inévitables, elles ont le mérite de dresser un portrait varié et nuancé de la période de l Occupation et des moyens de résistance mis en action. Les questions comme la motivation dans une action de résistance, l engagement politique avant guerre, la situation de la famille sont révélatrices des parcours. Les «leçons» tirées du conflit expliquent les engagements après-guerre. Les histoires familiales et l héritage laissés aux générations suivantes sont également présentes dans cette campagne notamment par le biais des enfants cachés qui racontent à la fois la situation des parents pendant la guerre et leur destin personnel. En exemple, l histoire de Zysman Wenig, juif polonais déporté et son fils, Jacques âgé de six ans, caché chez une nourrice. Des sujets communs abordés permettent de croiser les témoignages : les modes d entrée en résistance, les actions menées les 14 juillet, le rôle et la place des femmes dans la résistance, les solidarités pour cacher les enfants juifs, les restrictions et la vie quotidienne 7 DESCAMPS, Florence, Les sources orales et l histoire : récits de vie, entretiens, témoignages oraux, Rosnysous-Bois, Bréal, 2006, 287 p. (AA 4479) DESCAMPS, Florence, L'Historien, l archiviste et le magnétophone : de la constitution de la source orale à son exploitation, Paris, Comité pour l histoire économique et financière de la France, 2001, 863 p. (AA 4304)

12 2 - Les conditions d accès et d utilisation Tous les témoignages sont communicables et accessibles en salle de lecture, la copie du témoignage et les usages par des tiers sont soumis à l autorisation du déposant. 3 - La valorisation Un DVD est réalisé par le service de l action culturelle des AD avec le concours du Musée de la résistance nationale de Champigny-sur-Marne. Il est à destination du public scolaire, collège, lycée. Le DVD, en cours d élaboration, prévoit deux entrées : une entrée par témoin qui raconte en 10 minutes les principaux événements de sa vie à cette période et une entrée par thème toujours à partir des témoignages : la vie quotidienne, l encadrement de la jeunesse sous Vichy, réquisition et STO, engagement en résistance, mesures anti-juives, déportation, libération de la France, libération des camps. Les extraits seront illustrés de documents concernant les témoins ou touchant spécifiquement le territoire du Val-de-Marne. Un dossier pédagogique accompagne le DVD en fournissant des fiches thématiques et contextuelles.

13 II Bibliographie Les sources orales o Direction des archives de France. «La Seconde guerre mondiale, guide des sources conservées en France : », Paris, Archives nationales 1994 (BR 3823) o Jenn, Jean-Marie. «Guide des sources historiques conservées aux Archives de Paris», Paris, Editions des musées de la ville de Paris (1994 BR 3189) o Callu, Agnès, Lemoine, Hervé. «Patrimoine sonore et audiovisuel : guide de recherches en sciences sociales : entre archives et témoignages». Paris, Belin, 2005, 7 tomes (AA 4225) Méthodologie des entretiens o Descamps, Florence. «Les sources orales et l histoire : récits de vie, entretiens, témoignages oraux», Rosny-sous-Bois, Bréal, 2006, 287 p. (AA 4479) o Descamps, Florence. «L'Historien, l archiviste et le magnétophone : de la constitution de la source orale à son exploitation», Paris, Comité pour l histoire économique et financière de la France, 2001, 863 p. (AA 4304) La guerre sur le territoire du Val-de-Marne o Wolikow, Serge, Zuzula Marianne, «La Seconde guerre mondiale à travers les archives du Val-de-marne, Paris, le Cherche-midi, , deux tomes, bibliographie (BB 4535 et BB 4357). Le deuxième volume contient une bibliographie détaillée des ouvrages, la plupart disponibles aux Archives départementales. Les autobiographies des témoins o Belbéoch, Roger, «Je n ai fait que mon devoir», Paris, Robert Laffont, 2007 (AA4547) o Biegielman, Albert, «J ai eu 12 ans à Bergen-Belsen, s.l., nouveau monde, 2005 (AA4359) o London, lise, «La mégère de la rue Daguerre», Paris, Seuil, 1995 (AA 3382) o London, Lise, «Le printemps des camarades», Paris, Seuil, 1996 (AA 4306) o Savournin, Henri, «Parachutiste avec la France combattante», s.l., Barre et Dayer, s.d. (BB4375) o Tchakarian, Arsène, «Les Francs-tireurs de l affiche rouge», Paris, éditions sociales, 1986 (épuisé) Les ouvrages cités dans l instrument de recherche o BOULLIGNY Arnaud, "Les Déportés de France arrêtés en Europe nazie". Université de Caen, mémoire de Dea d'histoire, o Amicale de Sachsenhausen-Oranienbourg, "Sachso, au coeur du système concentrationnaire nazi, Paris, Editions de Minuit, 1982 (AA4266) o Amicale des Anciens d Eysses, «Eysses contre Vichy 1940, Paris, Tirésias, 1992 (épuisé) o "D'hier à aujourd'hui, le club athlétique de l'haÿ-les-roses se raconte", 2000 (BR 3590)

14 Les sites internet o Prison d Eysses : (site non mis à jour), (site en construction), o Union nationale des déportés de Rawa Ruska : o Association pour l'histoire des chemins de fer en France : III - Sources complémentaires Aux Archives départementales Archives sonores o «Eté 1944-mai 1945 : citoyenneté renouvelée, renaissance républicaine», table ronde organisée par les Archives départementales le 24 novembre 2004 (11AV 10-13) o «50e anniversaire de la Libération, collecte de témoignages menée auprès des habitants de Vitry-sur-Seine», Archives municipales de Vitry-sur-Seine, 1994 (14AV ) o Témoignage de Paul de Ronne sur la Seconde guerre mondiale, Office départemental des anciens combattants 2000 (14AV ) Archives audiovisuelles o «Témoignages de déportés et/ou de leur famille», Association Mémoire vive des convois des et d'auschwitz-birkenau, (4AV ). o «Témoignage de Geneviève Mathieu sur la Seconde guerre mondiale», Fondation pour la mémoire de la déportation (4AV ) o «De l occupation à la Libération», film réalisé pour la table ronde du 24 novembre 2004, 23mn (2AV 3076) et rushs (2AV ). Réalisation Direction de la communication, Conseil général du Val-de-Marne. Autres lieux possédant des archives sur des Val-de-Marnais

15 o Musée Jean Moulin-mémorial Leclerc : entretien filmé du père Fouquet et du père Cordier, aumôniers militaires engagés dans la 2e DB, 1992 (1h33) ; entretien avec Lise London, 2004 o Mémorial de la Shoah : entretien filmé de Roger Belbéoch, 2006 o Centre de documentation juive contemporaine : interview filmée d Albert Bigielman par Esther Shalvez-Gerz, , 1h33mn, collection "Derniers témoins" puis par Yvette Withschafter, , 1h11mn, collection "Témoins et documents". o Université de Yale, Antenne française des archives vidéo Fortunoff, interwiew filmée de Danièle Dubowsky-Haddad et ses deux frères par Josette Zarka, Régine Waintraier, 1993

Carnet de Guerre de Rob Roy, 1939 à 1944. Dossier de presse

Carnet de Guerre de Rob Roy, 1939 à 1944. Dossier de presse Dossier de presse 1 Présentation Né à Mont-de Marsan dans la Landes, le 3 octobre 1909, Robert de la Rivière (1909-1992) dit Rob Roy fut dès sa jeunesse un amoureux fou de l automobile et du dessin. Il

Plus en détail

70 e anniversaire Libération

70 e anniversaire Libération 70 e anniversaire Libération de la Haute-Savoie Sujet du module (libellé du programme) : Connaître les événements de la Seconde Guerre Mondiale et leurs conséquences pour la France Comprendre et connaître

Plus en détail

Qui sont Rachel et Hannah?

Qui sont Rachel et Hannah? Qui sont Rachel et Hannah? Des personnages virtuels : Rachel est une petite fille juive de 8 ans qui vit dans le 20 ème arrondissement de Paris. Hannah, la sœur de Rachel, a 13 ans en 1939. Les restrictions,

Plus en détail

Dossier de presse. Exposition «Les Juifs de Corrèze dans la Shoah»

Dossier de presse. Exposition «Les Juifs de Corrèze dans la Shoah» Exposition «Les Juifs de Corrèze dans la Shoah» Dossier de presse Reprenant et complétant l exposition «Les Juifs de France dans la Shoah», réalisée en 2012 par l ONAC et le Mémorial de la Shoah, cette

Plus en détail

Techniques d enquête. Florence Huguenin-Richard - 2014

Techniques d enquête. Florence Huguenin-Richard - 2014 Techniques d enquête Florence Huguenin-Richard - 2014 1. Méthodologie générale Pourquoi faire une enquête? On a besoin d informations qui n existent pas ailleurs! Une enquête vient après une recherche

Plus en détail

UN PROJET MULTIMÉDIA avec les classes 702A et 712B et le logiciel MISTRALMOVIE, au Cycle d Orientation des Grandes-Communes

UN PROJET MULTIMÉDIA avec les classes 702A et 712B et le logiciel MISTRALMOVIE, au Cycle d Orientation des Grandes-Communes UN PROJET MULTIMÉDIA avec les classes 702A et 712B et le logiciel MISTRALMOVIE, au Cycle d Orientation des Grandes-Communes Buts Mise en place d une période de révision d allemand en fin de 7e année sous

Plus en détail

Les petites lanternes magiques

Les petites lanternes magiques FESTIVAL DU FILM D ANIMATION SCOLAIRE Les petites lanternes magiques Juin 2008, Tournefeuille, cinéma Utopia Le G.R.A.P.E & La Menagerie Pour la troisième édition du Festival Les Petites Lanternes Magiques,

Plus en détail

Les quatrièmes et l histoire des arts

Les quatrièmes et l histoire des arts Les quatrièmes et l histoire des arts Objectifs documentaires Mettre en œuvre l ensemble des savoirs en recherche et maîtrise de l information pour réaliser un dossier documentaire. Objectifs disciplinaires

Plus en détail

Au cœur des célébrations du centenaire de la Grande Guerre, le Bleuet de France, Fleur Française du Souvenir renaît pour redonner de l espoir!

Au cœur des célébrations du centenaire de la Grande Guerre, le Bleuet de France, Fleur Française du Souvenir renaît pour redonner de l espoir! DOSSIER DE PRESSE Au cœur des célébrations du centenaire de la Grande Guerre, le Bleuet de France, Fleur Française du Souvenir renaît pour redonner de l espoir! 11 novembre 1934 11 novembre 2014 80 ans

Plus en détail

STAGE AUX ARCHIVES HISTORIQUES DE PATEK PHILIPPE SA

STAGE AUX ARCHIVES HISTORIQUES DE PATEK PHILIPPE SA STAGE AUX ARCHIVES HISTORIQUES DE PATEK PHILIPPE SA Partie A Mathieu Lourdin Responsable du stage : Mme Flavia Ramelli Cours : stage professionnel Professeure : Mme Ariane Rezzonico Août-octobre 2014 1

Plus en détail

Communiqué de presse. Les Voies de la Liberté. Exposition temporaire 2015 Mémorial National de la Prison de Montluc

Communiqué de presse. Les Voies de la Liberté. Exposition temporaire 2015 Mémorial National de la Prison de Montluc Exposition temporaire 2015 Mémorial National de la Prison de Montluc Les Voies de la Liberté Du 15 septembre 2015 au 28 mai 2016 Communiqué de presse Mémorial de la Shoah, CDLV82017 Le Mémorial En 2009,

Plus en détail

Collecter des témoignages

Collecter des témoignages Collecter des témoignages 1 la méthode de la collecte Le témoignage oral = une source complémentaire de l écrit et de l image Méthode de l entretien bien établie dans les sciences sociales notamment en

Plus en détail

Dossier de Presse. Porte-plume éditions. Conception et réalisation de beaux livres sur mesure.

Dossier de Presse. Porte-plume éditions. Conception et réalisation de beaux livres sur mesure. Biographies Livres d entreprises Récits de cuisine Envies de livres Porte-plume éditions Conception et réalisation de beaux livres sur mesure. Porte-plume éditions 33-35 rue de Chazelles 75017 Paris 01

Plus en détail

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Un livre illustré Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Résumé de la tâche Domaines généraux de formation Compétences transversales Domaines d apprentissage et compétences

Plus en détail

Chambon-sur-Lignon. Transmettre le message des Justes Pour une éducation citoyenne. Appel à Projets

Chambon-sur-Lignon. Transmettre le message des Justes Pour une éducation citoyenne. Appel à Projets Chambon-sur-Lignon Transmettre le message des Justes Pour une éducation citoyenne Appel à Projets 2013-2014 Un pays d humanité «Le Chambon-sur-Lignon, paradis des enfants» Depuis la fin du XIXe siècle,

Plus en détail

La création artistique : outil de construction et de développement personnel des individus.

La création artistique : outil de construction et de développement personnel des individus. Association Loi 1901 Siret n 399 056 050 00046 APE n 900 1Z 13 rue Etienne Marcel 93500 PANTIN Tél : 01 49 42 10 52 Mail : association.latribu@free.fr Site : www.latribudepantin.com TEAM BUILDING Dynamisation

Plus en détail

L'utilisation d'une plateforme collaborative dans le cadre de la formation des enseignants

L'utilisation d'une plateforme collaborative dans le cadre de la formation des enseignants Christine Dollo 7138 L'utilisation d'une plateforme collaborative dans le cadre de la formation des enseignants Introduction Ce texte a pour objectif de présenter un dispositif de formation mis en place

Plus en détail

SEANCE PLENIERE DU 18 JUIN 2014

SEANCE PLENIERE DU 18 JUIN 2014 SEANCE PLENIERE DU 18 JUIN 2014 COMMISSION CULTURE Présenté par Anaïs GUILLEMET et Paul NANNARONE Dès notre 1 ère commission, nous avons été sollicités pour participer à l action «1914-1944, D une guerre

Plus en détail

ARCHIVES DE LA TÉLÉ ET DE LA RADIO

ARCHIVES DE LA TÉLÉ ET DE LA RADIO LA MAIRIE DE PLOZEVET & PLOZARCH présentent sous le parrainage de l Institut National de l Audiovisuel (Ina) COMMUNIQUÉ DE PRESSE Les Journées du Patrimoine à Plozévet / 17-18 septembre 2011 / salle Avel-Dro

Plus en détail

Stage à la Bibliothèque Braille Romande et livre parlé

Stage à la Bibliothèque Braille Romande et livre parlé Stage à la Bibliothèque Braille Romande et livre parlé Stage réalisé par Christelle Voser (3ème année HEG-ID) Du 28 août au 20 octobre 2006 Responsable : Mme Anne Pillet, Responsable de la BBR Table des

Plus en détail

Associations : construisez aujourd hui votre formation de demain

Associations : construisez aujourd hui votre formation de demain ORLY CHAMPIGNY-SUR-MARNE NOGENT-SUR-MARNE VILLECRESNES VILLEJUIF Associations : construisez aujourd hui votre formation de demain Synthèse des résultats du questionnaire BONNEUIL-SUR-MARNE SUCY-EN-BRIE

Plus en détail

Ecrire un récit fantastique avec les TICE

Ecrire un récit fantastique avec les TICE Ecrire un récit fantastique avec les TICE Aymeric Simon, professeur au collège Gérard Philipe, Villeparisis Niveau : 4e Durée : 7-8 heures Objectifs : Etre capable d écrire un récit complet d au moins

Plus en détail

1. Recevabilité administrative et scientifique de la demande

1. Recevabilité administrative et scientifique de la demande PROCEDURE DE VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE pour l obtention d un Doctorat à l Université SHS Lille 3, au sein de l Ecole doctorale SHS Lille Nord de France (adoptée au Conseil Scientifique du10

Plus en détail

Avenir des métiers Métiers d avenir

Avenir des métiers Métiers d avenir Résultats de l enquête croisée «Entreprises / Jeunes» de l Association Jeunesse et Entreprises Avenir des métiers Métiers d avenir Enquête réalisée avec OpinionWay, de juin à septembre 2014 auprès de 304

Plus en détail

Un regard sur le travail social en Seine-Saint-Denis.

Un regard sur le travail social en Seine-Saint-Denis. Un regard sur le travail social en Seine-Saint-Denis. Outils de réflexion et de valorisation des actions de prévention. Ce projet est né de notre participation aux rencontres Carrefour-Prévention proposées

Plus en détail

Présentation. Sommaire du dossier. Parcours de l exposition 3. Intérêt pédagogique 4. Actions pédagogiques 5. Informations pratiques 6

Présentation. Sommaire du dossier. Parcours de l exposition 3. Intérêt pédagogique 4. Actions pédagogiques 5. Informations pratiques 6 1 Présentation Quelques mois après la libération de la France, Pierre Betz, directeur de la revue Le Point, demande à Robert Doisneau de réaliser un reportage photographique dans le but d illustrer son

Plus en détail

USAGES ET PRATIQUES DES JEUNES TARNAIS EN MATIERE DE RECHERCHE ET D INFORMATION

USAGES ET PRATIQUES DES JEUNES TARNAIS EN MATIERE DE RECHERCHE ET D INFORMATION USAGES ET PRATIQUES DES JEUNES TARNAIS EN MATIERE DE RECHERCHE ET D INFORMATION Etude 2013 Usages et pratiques des jeunes tarnais en matière de recherche d information Contexte général : La Fédération

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

LIONEL LECHEVALIER. Lionel Lechevalier, militant politique en Val-de-Marne. 1980-2001 177J 1-6. http://archives.cg94.fr/

LIONEL LECHEVALIER. Lionel Lechevalier, militant politique en Val-de-Marne. 1980-2001 177J 1-6. http://archives.cg94.fr/ Lionel Lechevalier, militant politique en Val-de-Marne. 1980-2001 Communicabilité : libre communication, reproduction soumise à l autorisation de la direction des Archives Répertoire numérique établi par

Plus en détail

Les archives. On conserve ces documents pour faire des recherches historiques, administratives ou généalogiques.

Les archives. On conserve ces documents pour faire des recherches historiques, administratives ou généalogiques. Les archives Les Archives sont : les documents les administrations qui conservent ces documents les bâtiments dans lesquels sont conservés les documents. Tous les documents produits par les services municipaux

Plus en détail

Lire, écrire, publier à l aide d internet. Récit d expérience d une aventure éditoriale. http://lettres.ac-dijon.fr. http://www.lettrestice.

Lire, écrire, publier à l aide d internet. Récit d expérience d une aventure éditoriale. http://lettres.ac-dijon.fr. http://www.lettrestice. Académie de Dijon LETTRES TICE Lire, écrire, publier à l aide d internet Récit d expérience d une aventure éditoriale http://lettres.ac-dijon.fr http://www.lettrestice.com Lire, écrire, publier à l aide

Plus en détail

Envoi et réception des documents sociaux par voie électronique

Envoi et réception des documents sociaux par voie électronique 2008 Envoi et réception des documents sociaux par voie électronique EASYPAY GROUP Juli 2008 Table des matières Introduction... 3 Simplification administrative... 3 Participation au développement durable...

Plus en détail

JEUDI. Sciences et Vie de la Terre Physique-Chimie. Philosophie

JEUDI. Sciences et Vie de la Terre Physique-Chimie. Philosophie LYCEE PONTUS DE TYARD 13 rue des Gaillardons BP 121 71321 CHALON SUR SAONE Travaux Personnels Encadrés 1 ère S A l attention des parents et des élèves PRESENTATION : Depuis septembre 2005, les Travaux

Plus en détail

Ensemble, soutenons le Bleuet de France!

Ensemble, soutenons le Bleuet de France! DOSSIER DE PRESSE Il ne peut y avoir de Solidarité sans Mémoire Depuis 1991, les fonds récoltés par l Œuvre Nationale du Bleuet de France (ONBF) permettent d accompagner la politique mémorielle de l ONACVG.

Plus en détail

FICHE METIER. «Documentaliste» Documentaliste en radiodiffusion APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER

FICHE METIER. «Documentaliste» Documentaliste en radiodiffusion APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER Documentaliste radio «Documentaliste» APPELLATION(S) DU METIER Documentaliste en radiodiffusion DEFINITION DU METIER Le documentaliste radio exerce trois missions principales : > Il gère le fonds documentaire

Plus en détail

Préparation au concours Sciences Po. Cours Galien Lyon 68, cours Albert Thomas 69008 Lyon 04 78 01 00 81 lyon@cours-galien.fr

Préparation au concours Sciences Po. Cours Galien Lyon 68, cours Albert Thomas 69008 Lyon 04 78 01 00 81 lyon@cours-galien.fr Sciences Politiques Préparation au concours Sciences Po Cours Galien Lyon 68, cours Albert Thomas 69008 Lyon 04 78 01 00 81 lyon@cours-galien.fr Établissement d enseignement privé déclaré auprès du Rectorat

Plus en détail

Exposition Camps d internement du Limousin (1940-1944)

Exposition Camps d internement du Limousin (1940-1944) COMMUNIQUE DE PRESSE Exposition Camps d internement du Limousin (1940-1944) Du 11 mars au 20 avril 2013 au musée Edmond-Michelet Destinés à l origine à regrouper les étrangers «indésirables», les camps

Plus en détail

KIT PEDAGOGIQUE La visite professionnelle : Comment l organiser, comment l exploiter?

KIT PEDAGOGIQUE La visite professionnelle : Comment l organiser, comment l exploiter? KIT PEDAGOGIQUE La visite professionnelle : Comment l organiser, comment l exploiter? Associa(on Banyan Siège : 86, rue de Miromesnil 75008 Paris Adr. Ges(on : 10, Bd Bap(s(n Ardisson 06160 Juan les Pins

Plus en détail

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important?

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important? Pages 77-78. Passage en italique. «Je crois devoir attirer votre attention sur le fait qu en exécution des ordres reçus du commandeur des SS, les arrestations ont été opérées uniquement par la police française

Plus en détail

outil pédagogie Produire une émission Pourquoi produire une émission en cours de langue? Quel matériel utiliser?

outil pédagogie Produire une émission Pourquoi produire une émission en cours de langue? Quel matériel utiliser? outil pédagogie 5 Produire une émission Grâce à la démocratisation des outils numériques, il devient aujourd hui facile de faire produire aux apprenants des vidéos ou des sons. Pourquoi produire une émission

Plus en détail

CATALOGUE FORMATIONS

CATALOGUE FORMATIONS CATALOGUE DE FORMATIONS 2015 Association Départementale des Pupilles de l Enseignement Public de l Essonne 16 rue Thibaud de Champagne 91090 Tel : 01 69 11 23 83 Fax : 01 60 86 16 36 Site : www.adpep91.org

Plus en détail

Service Intercommunal d Aide au Classement et à la Valorisation des Archives FICHE INFORMATIVE N 2 L A COMMU N IC AT I O N DES AR C HIVES

Service Intercommunal d Aide au Classement et à la Valorisation des Archives FICHE INFORMATIVE N 2 L A COMMU N IC AT I O N DES AR C HIVES Département des Alpes -de-haute-provence CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Rue de Font de Lagier - BP 9-04130 VOLX - Tél. 04 92 70 13 00 - Fax. 04 92 70 13 01 E-Mail : courrier@cdg04.fr

Plus en détail

Etat des lieux - Actions de lutte contre l isolement - Le Havre

Etat des lieux - Actions de lutte contre l isolement - Le Havre Etat des lieux - Actions de lutte contre l isolement - Le Havre Juin 2015 Ce document a pour vocation à recenser les principaux services et aides proposés dans le cadre de la lutte contre l isolement il

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

Bande dessinée IMG2 Cahier du participant

Bande dessinée IMG2 Cahier du participant Bande dessinée IMG2 Cahier du participant Formation continue dans un contexte d apprentissage en ligne pour l intégration des TIC dans le domaine des arts. Bonne pratic! Description du cours Titre du cours

Plus en détail

Campagne de communication Pas de relations sexuelles sans consentement

Campagne de communication Pas de relations sexuelles sans consentement Dossier de presse Campagne de communication Pas de relations sexuelles sans consentement 7 janvier 2015 Communiqué de presse Campagne de communication «Pas de relations sexuelles sans consentement» «Pas

Plus en détail

Choisy-le-Roi, le 15 avril 2014

Choisy-le-Roi, le 15 avril 2014 Choisy-le-Roi, le 15 avril 2014 Espace d information et de conseil sur l emploi, l orientation, la formation et la création d entreprise, la Cité des métiers accueille depuis le 10 mars les Val-de- Marnais,

Plus en détail

JOURNÉE SUR LA VIE ASSOCIATIVE DE TRAVAIL. Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion. www.ville-bonneuil.fr

JOURNÉE SUR LA VIE ASSOCIATIVE DE TRAVAIL. Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion. www.ville-bonneuil.fr JOURNÉE DE TRAVAIL SUR LA VIE ASSOCIATIVE Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion www.ville-bonneuil.fr Les associations au cœur des débats Le discours du maire, Patrick Douet 2 «Je veux tout

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

Le stage choisi est celui d un club de jeunes cadres en formation «recherche d emploi».

Le stage choisi est celui d un club de jeunes cadres en formation «recherche d emploi». Témoignages d Anne-Laure Mausner, Sophrologue Thème : Préparation pour un entretien d embauche (Les prénoms ont été modifiés pour respecter l anonymat) Le stage choisi est celui d un club de jeunes cadres

Plus en détail

Mundaneum. Les collecteurs de mondes. RENAISSANCE 2.0: Voyage aux origines du Web. Dossier du professeur

Mundaneum. Les collecteurs de mondes. RENAISSANCE 2.0: Voyage aux origines du Web. Dossier du professeur Mundaneum RENAISSANCE 2.0: Voyage aux origines du Web Les collecteurs de mondes Dossier du professeur 1. Présentation de l animation Description Cet outil pédagogique a pour but de mettre l élève au centre

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

REMUNERATION POUR COPIE PRIVEE

REMUNERATION POUR COPIE PRIVEE SONDAGE SUR LA REMUNERATION POUR COPIE PRIVEE Date: 27 juin 2011 Etude menée par Opinion Way pour les industriels du GITEP TICS Méthodologie Méthodologie Sondage quantitatif mené sur un échantillon de

Plus en détail

L entretien professionnel à titre pérenne

L entretien professionnel à titre pérenne L entretien professionnel à titre pérenne Le décret n 2014-1526 du 16 décembre 2014 a définitivement substitué l entretien professionnel à la notation pour l évaluation de l ensemble des fonctionnaires

Plus en détail

Dossier de présentation. Prix du jeune historien du Calvados 2015. Vendredi 5 juin 2015 à 14 heures

Dossier de présentation. Prix du jeune historien du Calvados 2015. Vendredi 5 juin 2015 à 14 heures Préserver, étudier et valoriser le patrimoine Dossier de présentation Prix du jeune historien du Calvados 2015 Vendredi 5 juin 2015 à 14 heures 1 Sommaire Editorial. 3 Le prix du jeune historien du Calvados

Plus en détail

Epreuve orale de langues vivantes obligatoires (LVO) en série L

Epreuve orale de langues vivantes obligatoires (LVO) en série L Ce document s adresse aux professeurs d élèves de Terminale L ainsi qu aux professeurs convoqués à faire passer les oraux en juin en centre d interrogation. Par «épreuve ponctuelle», on entend les candidats

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Les jeunes contre l oubli

Les jeunes contre l oubli Ici, il y a des gens qui : Fabriquent de faux-papiers, Tout en restant discrets ; Aident des enfants, Même pas pour un franc. Ils sont cachés dans les maisons, Au lieu d être dans les camps de concentration.

Plus en détail

ATELIERS 2015 PÉDAGOGIQUES Projets socioculturels et éducation à l image et au son

ATELIERS 2015 PÉDAGOGIQUES Projets socioculturels et éducation à l image et au son ATELIERS 2015 PÉDAGOGIQUES Projets socioculturels et éducation à l image et au son CIEL! LES NOCTAMBULES Depuis sa création en 1997, Ciel! Les Noctambules milite en faveur du court-métrage et de la création

Plus en détail

Cahier des charges APJ 2015 2016

Cahier des charges APJ 2015 2016 Cahier des charges APJ 2015 2016 Dossier de candidature pour le 1 er février 2016 Dossier de candidature complet avec pièces justificatives pour le 7 mars 2016 www.msa-beauce-coeurdeloire.fr www.msa.fr

Plus en détail

L Ina, avec le Mondial de l Automobile, lance une nouvelle opération Ina Mémoires partagées

L Ina, avec le Mondial de l Automobile, lance une nouvelle opération Ina Mémoires partagées L Ina, avec le Mondial de l Automobile, lance une nouvelle opération Ina Mémoires partagées L Institut national de l audiovisuel (INA) lance l opération Ina Mémoires partagées Automobile. Cet appel à contribution

Plus en détail

II. Modalités de mise en œuvre du CCF pour l épreuve E4 et E6 du BTS TC

II. Modalités de mise en œuvre du CCF pour l épreuve E4 et E6 du BTS TC 1. RECOMMANDATIONS pour l épreuve E4 en CCF II. Modalités de mise en œuvre du CCF pour l épreuve E4 et E6 du BTS TC E4 : Négociation technico-commerciale (coef 4) SITUATION 1 SITUATION 2 Compétences C111

Plus en détail

Conseil général du Val-de-Marne Pôle Education et culture Direction des Archives départementales

Conseil général du Val-de-Marne Pôle Education et culture Direction des Archives départementales Conseil général du Val-de-Marne Pôle Education et culture Direction des Archives départementales France Terre d'asile (FTDA), témoignages de personnels et autres témoins : enregistrements audiovisuels

Plus en détail

Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010

Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010 Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010 Délibération faisant suite à un refus d embauche en raison de la grossesse de la réclamante Grossesse - Emploi Emploi privé Rappel à la loi La haute autorité

Plus en détail

Ils constituent un cadre pour l organisation, le pilotage et l évaluation du dispositif et doivent servir de base à sa «labellisation».

Ils constituent un cadre pour l organisation, le pilotage et l évaluation du dispositif et doivent servir de base à sa «labellisation». COURS NATIONAUX INTEGRES dans la scolarité primaire Circonscription du Pays de Gex Éléments pour une contractualisation du partenariat entre - l Education nationale, - les sections nationales et les associations

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

victimes civiles de la guerre en Belgique :

victimes civiles de la guerre en Belgique : Direction générale Victimes de la Guerre victimes civiles de la guerre en Belgique : entre droits et mémoire NOS ACTIVITÉS Plus de 70 ans après la Deuxième Guerre mondiale, on peut se demander pourquoi

Plus en détail

Commission de récolement des dépôts d oeuvres d art. Base CDOA

Commission de récolement des dépôts d oeuvres d art. Base CDOA Commission de récolement des dépôts d oeuvres d art Base CDOA Mai 2012 1 2 Table des matières 1. Historique de la base...5 1.1 Pourquoi une base de données sur les dépôts...5 1.2 Mise en place de la base

Plus en détail

Étude Fondation MACSF / Harris Interactive La relation de communication patient-soignant. expliquer. professionnel. temps.

Étude Fondation MACSF / Harris Interactive La relation de communication patient-soignant. expliquer. professionnel. temps. La relation de communication patient-soignant vérité patient expliquer professionnel écoute écoute médecin clarté bonne respect être relation santé relation être bonne respect empathie franchise communication

Plus en détail

Rôle de l ENT dans l apprentissage des langues vivantes dans l enseignement secondaire.

Rôle de l ENT dans l apprentissage des langues vivantes dans l enseignement secondaire. Rôle de l ENT dans l apprentissage des langues vivantes dans l enseignement secondaire. Le fait que tous les enseignants de l Académie de Clermont-Ferrand disposent d un environnement numérique de travail

Plus en détail

A V I S N 1.876 ----------------------- Séance du mardi 26 novembre 2013 --------------------------------------------------

A V I S N 1.876 ----------------------- Séance du mardi 26 novembre 2013 -------------------------------------------------- A V I S N 1.876 ----------------------- Séance du mardi 26 novembre 2013 -------------------------------------------------- Avant-projet de loi - Aidants proches x x x 2.653-1 Av. de la Joyeuse Entrée,

Plus en détail

Doisneau à l école. Caroline TELLIER, Collège Léon Blum de Wingles, académie de Lille

Doisneau à l école. Caroline TELLIER, Collège Léon Blum de Wingles, académie de Lille Doisneau à l école Caroline TELLIER, Collège Léon Blum de Wingles, académie de Lille Classe de 6 ème SEQUENCE N 1 Les études à travers les âges : Quelle école pour quels élèves? Niveaux et entrées du programme

Plus en détail

Le cahier de Susi Fiche pédagogique École CP CE1 CE2 CM1 CM2

Le cahier de Susi Fiche pédagogique École CP CE1 CE2 CM1 CM2 Supports Documentaire Le cahier de Susi, de Guillaume Ribot, en intégralité à l exception du prologue, et les documents d archives intégrés au DVD. Fac-similé du Cahier de Susi et présentation de Guillaume

Plus en détail

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule La société doit faire face à de nouveaux défis pour satisfaire les

Plus en détail

Date de réception du dossier : Nom : Prénom : Cursus visé :

Date de réception du dossier : Nom : Prénom : Cursus visé : Date de réception du dossier : Nom : Prénom : Cursus visé : J atteste sur l honneur ne pas avoir déposé de demande de valorisation des acquis de l expérience personnelle et professionnelle visant un même

Plus en détail

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015 Maison de l Enfance et de la Jeunesse 2 route de Keroumen 29480 Le Relecq Kerhuon 02 98.28.38.38 02.98.28.41.11 E-Mail : mej@mairie-relecq-kerhuon.fr Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans)

Plus en détail

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS DE LA CAMPAGNE «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 Réalisé par le Service Prévention Santé de

Plus en détail

FEDERATION NATIONALE CLUBS DE LOISIRS ET D ACTION DE LA JEUNESSE (FNCLAJ)

FEDERATION NATIONALE CLUBS DE LOISIRS ET D ACTION DE LA JEUNESSE (FNCLAJ) FEDERATION NATIONALE CLUBS DE LOISIRS ET D ACTION DE LA JEUNESSE (FNCLAJ) Fonctionnement et activités 1952-1999 Affiches Communicabilité : Librement communicable Répertoire numérique établi par Ludovic

Plus en détail

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Pour vous donner une vision la plus complète possible de la démarche, le contenu qui vous est présenté ici a été élaboré pour correspondre à une personne

Plus en détail

Témoignage méthodologique: le recueil et l analyse de discours

Témoignage méthodologique: le recueil et l analyse de discours Témoignage méthodologique: le recueil et l analyse de discours Les savoirs écologiques paysans : connaissance, recueil et valorisation Du 22 au 26 mars 2010 Maya Leclercq Doctorante en ethnologie MNHN

Plus en détail

1/6. L icône Ordinateur

1/6. L icône Ordinateur 1/6 L icône Ordinateur Référence : Ces cours sont en grande partie extraits de l excellent site Xxyoos auquel vous pouvez vous référer http://www.cours-informatique-gratuit.fr/formation-informatique.php

Plus en détail

FICHE METIER. «Chef opérateur du son» Ingénieur du son (en prise de son) APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER

FICHE METIER. «Chef opérateur du son» Ingénieur du son (en prise de son) APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER Chef opérateur du son Version 1 «Chef opérateur du son» APPELLATION(S) DU METIER Ingénieur du son (en prise de son) DEFINITION DU METIER Le chef opérateur du son assure les prises de son sur les lieux

Plus en détail

Objet : Archives de l intercommunalité. Modèles de convention P.J. : 3

Objet : Archives de l intercommunalité. Modèles de convention P.J. : 3 Paris, le 21 juillet 2009 Le ministre de la culture et de la communication à Mesdames et Messieurs les préfets de régions Mesdames et Messieurs les préfets de départements Mesdames et Messieurs les présidents

Plus en détail

PROCEDURE DE REALISATION DE LA VAE «Manager du déploiement opérationnel du Développement Durable»

PROCEDURE DE REALISATION DE LA VAE «Manager du déploiement opérationnel du Développement Durable» PROCEDURE DE REALISATION DE LA VAE «Manager du déploiement opérationnel du Développement Durable» Objet : Ce document a pour objectif de fournir au candidat les informations nécessaires pour réaliser une

Plus en détail

Cahier des charges APJ 2015 2016 15 ème édition

Cahier des charges APJ 2015 2016 15 ème édition Pour tout renseignement : MSA Loire-Atlantique Vendée Service Communication Vie Mutualiste 33 Boulevard Réaumur 85933 LA ROCHE SUR YON Cedex 9 Correspondante : Cécile Mariette Tél : 02.51.36.89.78 Mail

Plus en détail

Système d'information Page 1 / 7

Système d'information Page 1 / 7 Système d'information Page 1 / 7 Sommaire 1 Définition... 1 2 Fonctions du système d information... 4 2.1 Recueil de l information... 4 2.2 Mémorisation de l information... 4 2.3 Traitement de l information...

Plus en détail

1 ère partie. Isabelle MICHEL CPAIEN 2014

1 ère partie. Isabelle MICHEL CPAIEN 2014 1 ère partie Isabelle MICHEL CPAIEN 2014 Cahiers de vie collectif ou cahier de vie de la classe, cahier mémoire de la classe Cahier de vie individuel et personnalisé «Support pour les apprentissages, il

Plus en détail

COMMUNIQUÉ. I/ Concepts des émissions traitant de politique sur l antenne de TV Cristal à partir de la publication de ce communiqué.

COMMUNIQUÉ. I/ Concepts des émissions traitant de politique sur l antenne de TV Cristal à partir de la publication de ce communiqué. COMMUNIQUÉ Bitche, le 30/01/2015 Madame, Monsieur, En se tiendra l élection départementale. Ce communiqué comportant 7 pages a pour objet de vous informer sur le dispositif des émissions politiques diffusées

Plus en détail

PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE

PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE Proposition d aide à la mise en œuvre pédagogique Domaine : SE CULTIVER ET SE DIVERTIR Programme National de pilotage Séminaire «Mise en œuvre pédagogique

Plus en détail

Les archives sont uniquement conservées pour l administration et la bonne gestion d une collectivité ou d un État?

Les archives sont uniquement conservées pour l administration et la bonne gestion d une collectivité ou d un État? Les archives sont uniquement conservées pour l administration et la bonne gestion d une collectivité ou d un État? FAUX Les archives ont certes une valeur administrative, mais aussi une dimension culturelle

Plus en détail

REFONTE DU SITE INTERNET

REFONTE DU SITE INTERNET Commune de Lannilis REFONTE DU SITE INTERNET CAHIER DES CHARGES Maitrise d ouvrage : Commune de LANNILIS - Mairie 19 rue de la Mairie 29870 Lannilis Tél. 02 98 04 00 11 - Email : mairie.lannilis.m@wanadoo.fr

Plus en détail

TEMPS D ACTIVITÉS PÉRISCOLAIRES (TAP) RÈGLEMENT INTÉRIEUR

TEMPS D ACTIVITÉS PÉRISCOLAIRES (TAP) RÈGLEMENT INTÉRIEUR TEMPS D ACTIVITÉS PÉRISCOLAIRES (TAP) RÈGLEMENT INTÉRIEUR Commune de SAUNAY Année 2015-2016 A. DISPOSITIONS GÉNÉRALES Article 1 - Objet du règlement A compter de la rentrée 2015, les TAP (temps d activités

Plus en détail

Bibliothèque Atelier : Les essentiels de la recherche

Bibliothèque Atelier : Les essentiels de la recherche Bibliothèque Atelier : Les essentiels de la recherche Accès aux outils de recherche de la bibliothèque Accès au Collège o À partir du site du CLG, cliquer sur l onglet bleu «Bibliothèque». o À partir du

Plus en détail

A. Procéder à la description des conditions de conservation (annexe 1).

A. Procéder à la description des conditions de conservation (annexe 1). Introduction Les prochaines élections municipales, en mars 2008, vont s accompagner d une procédure réglementaire, le récolement des archives de la commune. Cette opération revêt un caractère obligatoire,

Plus en détail

Mise en place des AI en Classe de première ST2S FAQ complémentaire

Mise en place des AI en Classe de première ST2S FAQ complémentaire Mise en place des AI en Classe de première ST2S FAQ complémentaire Textes de référence concernant les AI : Présentation des Activités Interdisciplinaires (Arrêté du 28 décembre 2011, en lien avec les programmes

Plus en détail

Kit d organisation des rencontres académiques

Kit d organisation des rencontres académiques Concertation nationale sur le numérique pour l éducation Kit d organisation des rencontres académiques Ce kit a été réalisé en coopération avec 1 Comment organiser une rencontre au sein de mon académie

Plus en détail

ANNEXE I. Modalités de mise en place de l entretien professionnel pour les agents relevant de la fonction publique territoriale

ANNEXE I. Modalités de mise en place de l entretien professionnel pour les agents relevant de la fonction publique territoriale ANNEXE I Modalités de mise en place de l entretien professionnel pour les agents relevant de la fonction publique territoriale Le Département des Hauts-de-Seine substitue, à titre expérimental, au titre

Plus en détail

ANALYSE DE PRATIQUES La posture d'accompagnateur DLA

ANALYSE DE PRATIQUES La posture d'accompagnateur DLA ANALYSE DE PRATIQUES La posture d'accompagnateur DLA I. CONTEXTE Dans le cadre de l exercice de son cœur de métier, le-a chargé-e de mission DLA fait face à des situations locales souvent complexes du

Plus en détail

La dictée à l adulte. Dessin d une expérimentation. «Après j ai rebouché avec la main et il était tout sec le chiffon. J ai rebouché en appuyant.

La dictée à l adulte. Dessin d une expérimentation. «Après j ai rebouché avec la main et il était tout sec le chiffon. J ai rebouché en appuyant. La dictée à l adulte Dessin d une expérimentation «Après j ai rebouché avec la main et il était tout sec le chiffon. J ai rebouché en appuyant.» La dictée à l adulte Déjà préconisée dans les IO de 1995,

Plus en détail