Désinfectez et dites adieu aux microbes et aux infections

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Désinfectez et dites adieu aux microbes et aux infections"

Transcription

1 Désinfectez et dites adieu aux microbes et aux infections P armi les activités régulières d un service de garde, il y a la désinfection des jouets 1. La technique que vous utilisez est-elle efficace? Les produits et les méthodes de travail tiennent-ils compte de la santé et de la sécurité des personnes affectées à cette tâche? Voici des informations pour vous aider à mieux planifier cette activité. Pourquoi désinfecter? Un des moyens les plus importants pour réduire le nombre de microbes et le risque de transmission des infections dans un CPE est de nettoyer à fond les surfaces. Cela comprend les jouets, les côtés de lit, les aires de préparation des repas et, tout spécialement, les zones de soins d hygiène (tables à langer, toilettes, lavabos, robinets, etc.). En fait, les infections circulent par les objets contaminés (ex. : hochet, pâte à modeler) ou par des personnes déjà infectées. Ensuite, l infection se propage d un individu infecté à un autre sain : d enfant à enfant, d enfant à adulte ou d adulte à enfant. Saviez-vous qu un jeune enfant «trottineur» porte un objet à sa bouche toutes les trois minutes! Ainsi, l âge des enfants contribue à l importance du nombre d infections dans un CPE : immaturité du système de défense, habitude de porter les objets à la bouche, port de couches, dépendance par rapport à l hygiène, contacts physiques fréquents, nombreuses infections sans symptôme ou en incubation, etc. Louise Morissette asstsas Laver et bien rincer avant de désinfecter, car les désinfectants n agissent pas en présence de savon, de gras ou de saleté. Comment nettoyer et désinfecter? Un bon nettoyage mécanique, c est-à-dire frotter avec de l eau chaude et du savon, élimine les matières organiques (sang, salive, selles) et la majorité (80 %) des microbes. Un détergent comme celui pour laver la vaisselle accomplit bien le travail. Toutefois, certains objets exigent une opération supplémentaire pour tuer tous les microbes, même après un bon nettoyage à l eau chaude et au savon. C est l étape de la désinfection avec un produit chimique. Il s agit de mouiller ou de faire tremper les objets pendant plusieurs minutes (10 à 20 minutes) afin de laisser le produit chimique tuer les germes. Les objets sont ensuite rincés à fond à l eau froide et séchés à l air. N oubliez pas de laver et de bien rincer avant de désinfecter, car les désinfectants n agissent pas en présence de savon, de gras et de saleté. L eau de Javel L eau de Javel, ou hypochlorite de sodium, constitue un bon désinfectant (bactéricide, virucide, sporicide et fongicide) et ne coûte pas cher. Assurez-vous d acheter une eau de Javel concentrée à 5 ou 6 %, ce qui n est pas > jour, il faut désinfecter les jouets portés à la bouche. S A N S P É P I N S V O L. 4, N O 4, D É C E M B R E

2 le cas pour toutes les marques. L eau de Javel ne s utilise jamais pure et ne doit jamais être mélangée à d autres produits de nettoyage. Elle doit être diluée en ajoutant l eau de Javel à l eau, et non l inverse. Le ministère de la Famille et de l Enfance (MFE) recommande d utiliser une solution d eau javellisée à une concentration1:10, soit une partie d eau de Javel à usage domestique pour neuf parties d eau. L efficacité de cette solution désinfectante est démontrée contre la plupart des microorganismes pathogènes présents dans un service de garde. Sur le contenant, notez la date à laquelle vous avez préparé la solution d eau javellisée. Il faut la renouveler au moins toutes les deux semaines pour s assurer de son pouvoir désinfectant. Dès sa fabrication, l eau de Javel perd progressivement de son pouvoir. La durée de vie des produits achetés au Québec est d environ six mois 2.Vous devez donc lire l étiquette du produit pour vous assurer qu il n est pas déjà périmé. En plus, le produit doit être entreposé à l abri de la lumière et de la chaleur, dans un Renouveler la solution d eau javellisée au moins toutes les deux semaines pour s assurer de son pouvoir désinfectant. récipient opaque, très bien fermé. Sinon, il perd plus rapidement ses propriétés. Connaître les dangers potentiels d un produit Plusieurs autres produits commerciaux sont disponibles sur le marché. Assurez-vous que l étiquette montre qu il s agit bien d un produit de type virucide général, capable d inactiver la majorité des virus (VIH, varicelle, cytomégalovirus, hépatites B et C, influenza, etc.). Selon les produits, des effets sur la santé ou d autres effets peuvent survenir : irritation ou brûlure de la peau, irritation des voies respiratoires ou des yeux, certains effets toxiques plus ou moins graves, réactions chimiques, etc. Les dangers résultent de la nature du produit et des conditions d utilisation (voir Les signaux de danger). Si un produit est transvasé, une étiquette doit être apposée sur le nouveau contenant.vous devez y indiquer le nom du produit, les directives de manutention sécuritaire et le renvoi à la fiche signalétique. La date de transvasage peut aussi être utile. > L eau de Javel perd progressivement son pouvoir.vous devez donc lire l étiquette du produit pour vous assurer qu il n est pas déjà périmé 2. 2 S A N S P É P I N S V O L. 4, N O 4, D É C E M B R E

3 Bien lire les étiquettes Deux outils peuvent vous renseigner sur les dangers potentiels d un produit : l étiquette du produit et la fiche signalétique. > L étiquette donne des informations sur les dangers reliés au produit, son mode d emploi, les mesures de premiers soins, etc. Il peut s agir de l étiquette du fournisseur requise par le SIMDUT (Système d information sur les matières dangereuses utilisées au travail) ou de l étiquette de produit de consommation courante. > La fiche signalétique offre des informations plus complètes sur le produit. Vous pouvez l obtenir en téléphonant au numéro indiqué sur l étiquette du produit ou en visitant le site Internet du fabriquant 3. Les fiches signalétiques des produits doivent être disponibles sur les lieux de travail. L organisation de la désinfection Comme le spécifie la réglementation du MFE, la désinfection se réalise en dehors de la présence des enfants. Il faut donc planifier cette activité et répondre aux questions suivantes : où, quand, comment et qui? Dans la mesure du possible, évitez de transporter les gros jouets d un étage à l autre, à moins de disposer d un ascenseur ou d un monte-charge! Sur un même étage, utilisez toujours un chariot pour le transport. Désinfectez au lave-vaisselle Quelle bonne idée! Les jouets de petit format peuvent être placés dans un sac en filet et lavés au lave-vaisselle domestique ou commercial. L eau très chaude et la durée du cycle dans le cas du lave-vaisselle domestique assurent une désinfection adéquate. Attention aux jouets utilisés dehors : les petits grains de sable risquent d endommager le lave-vaisselle. Évidemment, pour une question d hygiène, la désinfection des jouets s effectue en dehors des heures de préparation des repas. De plus, à cette période, la cuisinière a besoin de l espace et des équipements. Un lieu de choix : la buanderie Plusieurs nouvelles constructions de CPE prévoient la désinfection des gros jouets à la buanderie. Un comptoir de chaque côté, un évier de grande dimension, un robinet muni Les signaux de danger Nature du produit Définition Signal de danger > Corrosif >Qui brûle la peau ou les yeux, qui brûlera la gorge et l estomac si avalé. > Explosif > Le contenant peut exploser s il est chauffé ou percé. Les morceaux du contenant peuvent causer des blessures graves. > Inflammable > Le produit ou les vapeurs peuvent prendre feu s ils sont près d une source de chaleur, de flammes ou d étincelles. > Poison > Si le produit est avalé ou, dans certains cas, tout simplement respiré, il peut provoquer des malaises graves ou la mort. L A F ORME GÉOMÉTRIQUE DES SIGNAUX DE DANGER MONTRE LE NIVEAU DE DANGEROSITÉ DU PRODUIT > 3 côtés : attention > 4 côtés : avertissement > 8 côtés : danger Source : BLEAU, Julie. Entretien ménager sécuritaire à domicile. Cahier du formateur, ASSTSAS, 2002, 185 p. S A N S P É P I N S V O L. 4, N O 4, D É C E M B R E

4 d une douchette facilitent la tâche. Au besoin, un séchoir à cheveux peut compléter le séchage des parties plus difficiles à atteindre. Si aucun comptoir n est disponible, un chariot placé à côté d un lavabo peut servir de surface de travail. À éviter : les lavabos profonds à cause des postures penchées nécessaires pour récupérer les accessoires au fond. Évitez aussi de transporter des contenants d eau : il y a un risque de se blesser en transportant des charges lourdes et aussi de glisser sur un plancher mouillé. L endroit de désinfection doit permettre à la personne affectée à cette tâche de travailler sans avoir le dos penché (surface de travail trop basse) ni les bras écartés du corps (surface de travail trop haute). Le maintien de ces postures pendant une longue période peut entraîner des douleurs au dos et aux épaules. S agenouiller ou s asseoir par terre n est pas recommandé non plus. Que prévoit le MFE? L e Règlement sur les centres de la petite enfance (article 77,1) et le Règlement sur les garderies (article 31) mentionnent que le titulaire d un permis de centre de la petite enfance ou celui d une garderie doit s assurer que les locaux, l équipement, le mobilier et le matériel de jeu sont maintenus propres et désinfectés régulièrement, en dehors de la présence des enfants. Le Règlement sur les centres de la petite enfance (article 72) précise aussi que la personne responsable d un service de garde en milieu familial doit maintenir propres les locaux, l équipement, le mobilier et le matériel de jeu qu elle utilise pour son service de garde en milieu familial. Fréquence de désinfection et de lavage recommandée par le MFE Objets ou surfaces Après chaque usage > Tables à langer et petits pots ; > débarbouillettes pour les fesses ; > baignoires et tapis antidérapants ; > vaisselle et verres ; > tables utilisées pour repas et collations ; > thermomètres. jour > Jouets portés à la bouche ; > toilettes, lavabos et robinets ; > distributeurs à savon et à papier ; > poignées de porte des toilettes ; > planchers des aires de jeux, du vestiaire, des toilettes et de la cuisine ; > poubelles, seaux à débarbouillettes et à couches ; > miroirs, sièges de bébé, parcs ; > chaises hautes, tables de jeux ; > comptoirs de cuisine, four à micro-ondes ; > pataugeoires. semaine > Jouets des enfants de moins de 3 ans ; > grands jeux (camion, structure d escalade, etc.) (laver à l eau savonneuse) ; > literie ; > planchers des aires de circulation ; > partie inférieure des murs et rebords de fenêtres ; > poignées et cadres de porte ; > comptoirs et tablettes, tablettes des casiers ; > tapis amovibles ; > équipements de cuisine et hotte ; > chaises, porte-brosses à dents ; > lits et matelas de sieste ; > poussettes ; > carrés de sable ; > filtre et réservoir des humidificateurs. mois > Ensemble des jouets ; > tentures et stores. 4 S A N S P É P I N S V O L. 4, N O 4, D É C E M B R E

5 Eh oui, c est toujours à recommencer! Pour l ensemble des objets et surfaces du CPE, vous devez respecter la fréquence de désinfection établie par le MFE (voir Que prévoit le MFE?). À chacun ses petits trucs! Par exemple, les toutous de peluche appartiennent aux enfants et sont utilisés pour la sieste seulement. Les parents se chargent du lavage régulier. Pour ce qui est des nombreux petits jouets, certains CPE les divisent en plusieurs bacs. Les enfants jouent avec le contenu d un seul bac par jour et en changent tous les jours. Il n y a donc qu un bac de jouets à désinfecter chaque jour. Les pratiques liées à la désinfection des jouets varient beaucoup d un CPE à l autre. Que la désinfection soit effectuée par une personne affectée exclusivement à cette tâche, par chacune des éducatrices ou par les parents, elle ne doit pas se faire en présence des enfants. Donc, peu importe le mode de fonctionnement, un horaire vous permettra de vous assurer que tout le matériel est désinfecté selon les fréquences recommandées par le MFE. Bonne désinfection! RÉFÉRENCES 1. Bye-Bye Les Microbes. Le site du MFE a publié plusieurs articles sur la désinfection en CPE (www.mfe.gouv.qc.ca/ publications/byebye_microbes/index.asp). 2. RENAUD, Hélène. «Votre eau de Javel est-elle encore efficace?», ASSTSAS, Sans pépins, vol. 2, n o 4, été 2000, p Sur le site Internet de l ASSTSAS, vous pouvez obtenir la fiche signalétique de l eau de Javel (www.asstsas.qc.ca). POUR EN SAVOIR PLUS BOUDREAU, Marie-Josée. «Nettoyants antibactériens. Psychose bactérienne : un complot réussi», Protégez-vous, janvier 2000, p CENTERS FOR DISEASE CONTROL AND PREVEN- TION. Cleaning and Disinfection, in the ABC s of Safe and Healthy Child-Care, ENVIRO-NET. Cours d éducation sanitaire pour le personnel des garderies, Régie régionale de la santé et des services sociaux de Laval et Université Mc Gill, hiver La santé des enfants en services de garde éducatifs, Les publications du Québec, 2000, 271 p. Prévention et contrôle des infections dans les centres de la petite enfance, Comité provincial de prévention des infections en service de garde, 1998, 435 p. > Les jouets de petit format peuvent être placés dans un sac en filet et lavés au lave-vaisselle domestique ou commercial (CPE Julie-Soleil). > À la sortie du lave-vaisselle, les jouets sont laissés à sécher sur un comptoir. > Au CPE Julie-Soleil, de Sainte-Julie, la désinfection s effectue dans la salle de lavage qui offre un évier de grande dimension et un comptoir de chaque côté. S A N S P É P I N S V O L. 4, N O 4, D É C E M B R E

Tout ce que vous devez savoir pour bien équiper vos locaux

Tout ce que vous devez savoir pour bien équiper vos locaux Hélène Renaud asstsas Louise Morissette asstsas Tout ce que vous devez savoir pour bien équiper vos locaux Vous rénovez les aires de jeux? Vous achetez de nouveaux équipements? Quels modèles choisir et

Plus en détail

Centre de la petite enfance. Méthode de travail et Organisation de son travail

Centre de la petite enfance. Méthode de travail et Organisation de son travail Centre de la petite enfance Méthode de travail et Organisation de son travail Colloque ASSTSAS 2001 Plan de la présentation Facteurs de risque en CPE Comment réduire ces facteurs de risque Nouvelles façons

Plus en détail

MATÉRIEL ET AMEUBLEMENT

MATÉRIEL ET AMEUBLEMENT MATÉRIEL ET AMEUBLEMENT TÉLÉPHONE Paragraphe 12(1) Le titulaire de licence fournit un téléphone en état de fonctionner sur les lieux. Toutes les garderies doivent avoir un téléphone sur les lieux, et un

Plus en détail

DIRECTIVES DE LUTTE CONTRE LES INFECTIONS

DIRECTIVES DE LUTTE CONTRE LES INFECTIONS DIRECTIVES DE LUTTE CONTRE LES INFECTIONS POUR LES CENTRES DE LA PETITE ENFANCE Directives de lutte contre les infections - 1 Introduction Les directives de lutte contre les infections qui suivent ont

Plus en détail

Document Unique Evaluation des Risques à domicile

Document Unique Evaluation des Risques à domicile Document Unique Evaluation des Risques à domicile Nom et adresse de l assistante maternelle: Sylvie OGER 9 Résidence de Kerhuel 29150 CHATEAULIN Le Document Unique doit lister et hiérarchiser les risques

Plus en détail

CHANGEMENT DE COUCHE ET INSTALLATIONS SANITAIRES CHANGEMENT DE COUCHE ESPACE RÉSERVÉ AU CHANGEMENT DE COUCHE

CHANGEMENT DE COUCHE ET INSTALLATIONS SANITAIRES CHANGEMENT DE COUCHE ESPACE RÉSERVÉ AU CHANGEMENT DE COUCHE CHAPITRE 4 - PRATIQUES DE BASE ESPACE RÉSERVÉ AU L espace réservé au changement de couche comprend : Une table à langer dédiée au changement de couche. Les surfaces qui servent à d autres usages sont à

Plus en détail

OXIVIR AHP5 RTD Johnson Diversey (Manufacturier) Wood Wyant (Distributeur)

OXIVIR AHP5 RTD Johnson Diversey (Manufacturier) Wood Wyant (Distributeur) Solutions inc. En cas de pandémie du Virus A (H1N1), voici un résumé formatif de l entretien ménager des salles à manger et des toilettes, dont les points de contact («high touch»). Le désinfectant à base

Plus en détail

Encouragés par la publicité, nous avons pris l habitude d utiliser de l eau de javel régulièrement.

Encouragés par la publicité, nous avons pris l habitude d utiliser de l eau de javel régulièrement. Encouragés par la publicité, nous avons pris l habitude d utiliser de l eau de javel régulièrement. L eau de javel s utilise soit pure, pour désinfecter uniquement, soit mélangée à du détergent, dans un

Plus en détail

L eau et la santé sont indissociables

L eau et la santé sont indissociables L eau, indispensable à notre hygiène quotidienne L hygiène repose sur le respect de règles de conduites quotidiennes qui permettent de préserver sa santé. L être humain est porteur de nombreux micro-organismes

Plus en détail

dossier dossier La pouponnière : un lieu à part Louise Morissette, asstsas

dossier dossier La pouponnière : un lieu à part Louise Morissette, asstsas La pouponnière : un lieu à part Louise Morissette, asstsas dossier dossier P lanifier l aménagement d une nouvelle pouponnière n est pas un jeu d enfant. Réflexion et discussion avec toute l équipe de

Plus en détail

Formation Initiale du personnel. A l hygiène et à l entretien des locaux

Formation Initiale du personnel. A l hygiène et à l entretien des locaux Formation Initiale du personnel A l hygiène et à l entretien des locaux Formation initiale à l hygiene et l entretien des locaux 1.Principes d hygiène fondamentaux 1.1. Notions de base sur les salissures:

Plus en détail

Produits nettoyants. Détergents en poudre. Savons à mains DÉTERGENT EN POUDRE POUR LAVE-VAISSELLE

Produits nettoyants. Détergents en poudre. Savons à mains DÉTERGENT EN POUDRE POUR LAVE-VAISSELLE Détergents en poudre POUR LAVE-VAISSELLE POUR LA LESSIVE Code Colabor : 4289 4291 13394 18 kg Ce détergent en poudre à mousse contrôlée pour lave-vaisselle est recommandé pour les lave-vaisselle automatiques

Plus en détail

La vaccination des enfants

La vaccination des enfants FICHES DE DIALOGUE Fiche n 1 La vaccination des enfants Question : Que voyez-vous sur ces images? Réponses : 1. Une mère qui tient son enfant pendant qu il est vacciné. 2. Un père portant son enfant vacciné

Plus en détail

Entretien des locaux Utilisation de produits chimiques

Entretien des locaux Utilisation de produits chimiques HYGIENE & SECURITE Entretien des locaux Utilisation de produits chimiques Irritations, brûlures, allergies, maladies, l utilisation de produits chimiques lors de l entretien des locaux expose les agents

Plus en détail

Entretien des locaux : principes et méthodes C. CHAPUIS, HCL

Entretien des locaux : principes et méthodes C. CHAPUIS, HCL Entretien des locaux : principes et méthodes C. CHAPUIS, HCL Objectifs Assurer une propreté visuelle Assurer un environnement agréable au patient/résident Prévenir la transmission croisée La classification

Plus en détail

DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT

DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT Généralités L EAU La tension superficielle : Phénomène naturel; paramètre qu a une surface a être mouillée( tension qu exerce l eau sur une surface) L eau

Plus en détail

Transport sur la route

Transport sur la route Transport sur la route Dans un camion ou un fourgon, il faut garder le poisson et les produits du poisson au froid et éviter la contamination, pendant toute la période de la livraison aux clients. Suivez

Plus en détail

Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission respiratoire. Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission féco-orale

Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission respiratoire. Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission féco-orale Mesures d hygiène Mesures d hygiène générales Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission respiratoire Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission féco-orale Mesures d hygiène vis-à-vis

Plus en détail

Entretien des jouets et du matériel partagé

Entretien des jouets et du matériel partagé Association des hygiénistes de Picardie 9 ème Journée d automne Noyon - 19 Septembre 2013 Entretien des jouets et du matériel partagé Annie BRENET ARLIN Picardie CCLIN PN Généralités L hygiène est un ensemble

Plus en détail

CONSIGNES GENERALES L HYGIENE EN CUISINE

CONSIGNES GENERALES L HYGIENE EN CUISINE CONSIGNES GENERALES L HYGIENE EN CUISINE Les métiers de l hôtellerie nécessitent une tenue professionnelle spécifique pour chaque secteur du complexe hôtelier (production culinaire, service et commercialisation,

Plus en détail

ENTRETIEN DES LOCAUX Date de dernière mise à jour : 20/11/06

ENTRETIEN DES LOCAUX Date de dernière mise à jour : 20/11/06 Page 1 sur 8 ENTRETIEN DES LOCAUX ASPECT REGLEMENTAIRE En matière d entretien et de nettoyage des locaux, la règlementation impose à l autorité territoriale certaines opérations : Tenir en état constant

Plus en détail

L'EAU DE JAVEL ET SES USAGES

L'EAU DE JAVEL ET SES USAGES L'EAU DE JAVEL ET SES USAGES Groupe de travail composé de : Floriane Douet - CH d'alençon Sylvie Guezet - CH d'avranches-granville Dr Stéphanie Lefflot - CH de Cherbourg Dr Claire Lesteven - CHP St Martin

Plus en détail

Unité soins protégés. Conseils pour la sortie de votre enfant. CHRU Montpellier 34295 Montpellier cedex 5

Unité soins protégés. Conseils pour la sortie de votre enfant. CHRU Montpellier 34295 Montpellier cedex 5 Unité soins protégés Conseils pour la sortie de votre enfant CHRU Montpellier 34295 Montpellier cedex 5 Introduction Le premier retour à la maison est un moment attendu mais aussi angoissant, que se soit

Plus en détail

Construire un plan de nettoyage et de désinfection

Construire un plan de nettoyage et de désinfection Construire un plan de nettoyage et de désinfection Docteur Régine POTIÉ-RIGO Médecin du Travail Mlle Laetitia DAVEZAT IPRP Ingénieur Hygiène/Sécurité Mme Laetitia MARCHE Technicienne des services généraux

Plus en détail

Annexes jointes Annexe 1 : Fiches d entretien par zone Annexe 2 : Fiche de traçabilité

Annexes jointes Annexe 1 : Fiches d entretien par zone Annexe 2 : Fiche de traçabilité Référence : PT/HYG/003-C Page :Page 1 sur 15 Objet : - Permettre de dispenser des soins de qualité dans un environnement maîtrisé (garantie de propreté visuelle et bactériologique). - Eviter la propagation

Plus en détail

POLITIQUE DE PRÉVENTION DES INFECTIONS ET POLITIQUE DE RETRAIT DES ENFANTS MALADES

POLITIQUE DE PRÉVENTION DES INFECTIONS ET POLITIQUE DE RETRAIT DES ENFANTS MALADES POLITIQUE DE PRÉVENTION DES INFECTIONS ET POLITIQUE DE RETRAIT DES ENFANTS MALADES CENTRE DE LA PETITE ENFANCE LE PETIT RÉSEAU INC. 50 rue Sainte-Catherine Ouest, bureau 220 Montréal (Québec) H2X 3V4 Avril

Plus en détail

vous ne pouvez installer monte-charge ou un ascenseur de type résidentiel dans un CPE ou une garderie.

vous ne pouvez installer monte-charge ou un ascenseur de type résidentiel dans un CPE ou une garderie. Faites monter s il vous plaît! Louise Morissette asstsas Ascenseur, monte-plats ou montecharge? Difficile de s y retrouver sans les spécialistes du domaine. Plusieurs acteurs entrent en jeu lorsque vous

Plus en détail

Prendre soin des personnes atteintes du VIH et du sida sans risque

Prendre soin des personnes atteintes du VIH et du sida sans risque Prendre soin des personnes atteintes du VIH et du sida sans risque Ce qu il faut savoir sur le VIH et le sida Soigner prudemment les personnes atteintes du VIH ou du sida dans la communauté est surtout

Plus en détail

Analyse de l adaptation du travail aux individus dans un souci de santé et sécurité des employées ainsi que de l efficacité de l organisation du

Analyse de l adaptation du travail aux individus dans un souci de santé et sécurité des employées ainsi que de l efficacité de l organisation du Analyse de l adaptation du travail aux individus dans un souci de santé et sécurité des employées ainsi que de l efficacité de l organisation du travail. Centre de la petite enfance (Québec) RÉSUMÉ Au

Plus en détail

Novembre 2013. Outil. L architecture (Partie 2)

Novembre 2013. Outil. L architecture (Partie 2) Novembre 2013 Outil L architecture (Partie 2) Ce document a été produit grâce à l aide financière du Ministère de la Famille. Table des matières ANNEXE 3... 4 Modèle d annonce publique... 4 ANNEXE 4...

Plus en détail

modèle d atelier de LECTURE-ÉCRITURE

modèle d atelier de LECTURE-ÉCRITURE modèle d atelier de LECTURE-ÉCRITURE à partir du tableau SIMDUT et des fiches signalétiques Les commissions scolaires, les experts de la formation en entreprise. Durée : 3 heures Les étapes de l atelier

Plus en détail

GUIDE DE LAVAGE, DÉSINFECTION ET SÉCHAGE DES PORCHERIES

GUIDE DE LAVAGE, DÉSINFECTION ET SÉCHAGE DES PORCHERIES fiche technique GUIDE DE LAVAGE, DÉSINFECTION ET SÉCHAGE DES PORCHERIES MAINTENIR LA SANTÉ DES ÉLEVAGES La maladie dans un élevage est une menace constante aux conséquences économiques pouvant être désastreuses.

Plus en détail

Éliminez les poisons chez vous

Éliminez les poisons chez vous Éliminez les poisons chez vous Informations pour les familles Votre guide pour protéger votre famille des poisons Comment protéger votre famille des poisons Votre domicile contient de nombreux produits

Plus en détail

L HÉPATITE B L ABC DE. S informer, se protéger et protéger ses proches LES GESTES À FAIRE

L HÉPATITE B L ABC DE. S informer, se protéger et protéger ses proches LES GESTES À FAIRE L ABC DE L HÉPATITE B LES GESTES À FAIRE S informer, se protéger et protéger ses proches Direction de santé publique de Laval www.santepubliquelaval.qc.ca Je m informe QU EST-CE QUE L HÉPATITE B? 1 C est

Plus en détail

GUIDE D EQUIPEMENT SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL EN LP

GUIDE D EQUIPEMENT SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL EN LP GUIDE D EQUIPEMENT SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL EN LP 1 Objectifs : Ce guide s appuie sur le guide d équipement national élaboré en mai 95 et concerne les formations au BEP Carrières Sanitaires et Sociales

Plus en détail

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques Chapitre VI : Fiche n VI.1 : Gale Fiche n VI.2 : Tubeculose pulmonaire (accessible dans la prochaine version) Fiche n VI.3 : Gastro-entérite Fiche n VI.4 : Infection respiratoire aigüe basse Sommaire Sommaire

Plus en détail

SAUVER LA TERRE J APPRENDS À LE FAIRE!

SAUVER LA TERRE J APPRENDS À LE FAIRE! NOM DE L ÉLÈVE NIVEAU: NOM DU TITULAIRE DE CLASE Message destiné aux élèves et à leurs parents Dans le cadre du thème du projet-école, Sauver la terre j apprends à le faire, nous vous invitons, tes parents

Plus en détail

MÉTHODE DE LAVAGE, DÉSINFECTION ET SÉCHAGE DES VÉHICULES DE TRANSPORT DES PORCS VIVANTS

MÉTHODE DE LAVAGE, DÉSINFECTION ET SÉCHAGE DES VÉHICULES DE TRANSPORT DES PORCS VIVANTS Ce projet a été financé dans le cadre du Programme de biosécurité et de stabilisation sanitaire des entreprises porcines du Québec, une initiative du Conseil canadien de la santé porcine. Le financement

Plus en détail

La paralysie cérébrale 8 - L hygiène. livret informatif destiné aux familles du. programme Enfants et adolescents

La paralysie cérébrale 8 - L hygiène. livret informatif destiné aux familles du. programme Enfants et adolescents La paralysie cérébrale 8 - L hygiène livret informatif destiné aux familles du programme Enfants et adolescents Centre de réadaptation Estrie, 2008 Et splash à l eau! L heure du bain... Pour votre enfant,

Plus en détail

Pré-évaluation Echelle à 5 points

Pré-évaluation Echelle à 5 points Pré-évaluation Echelle à 5 points NM Bon nettoyage des mains jamais NM1 Je me lave les mains avec de l eau chaude et du savon pendant au moins 10 secondes, je les rince et les essuie avec une serviette

Plus en détail

démarche qualité Hygiène

démarche qualité Hygiène démarche qualité Hygiène SALLES DE CLASSE, BUREAUX Chaise, table, bureau, sols, armoire, tableau, portes, interrupteurs, poubelle 1 z LAVETTE z SEAU z BALAI z SYSTEME DE LAVAGE DE SOL 1 z Eliminer tous

Plus en détail

QCM : Hygiène et sécurité des enfants

QCM : Hygiène et sécurité des enfants QCM : Hygiène et sécurité des enfants 1. En jouant dans la cour, un enfant est tombé et son genou saigne. Quelques gravillons adhèrent à la plaie. Que faites-vous en premier? a. Vous appelez les parents.

Plus en détail

Hygiène au cabinet. Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine

Hygiène au cabinet. Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine Hygiène au cabinet Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine Environnement : air/eau Aération quotidienne des locaux Point d eau dans chaque salle de consultation

Plus en détail

Documents du PMS. spécimen. Fiches des Bonnes Pratiques d Hygiène B.P.H. Appelées également prérequis. chalphil-docs de travail

Documents du PMS. spécimen. Fiches des Bonnes Pratiques d Hygiène B.P.H. Appelées également prérequis. chalphil-docs de travail 11 Documents du PMS Fiches des Bonnes Pratiques d Hygiène B.P.H Appelées également prérequis Tenue réglementaire exigée On n'entre pas sans sa tenue Toute personne travaillant dans une zone de manutention

Plus en détail

Fiche documentaire FAIRE LES PRODUITS D USAGE DOMESTIQUE SANS DANGER POUR L AIR

Fiche documentaire FAIRE LES PRODUITS D USAGE DOMESTIQUE SANS DANGER POUR L AIR Fiche documentaire FAIRE LES PRODUITS D USAGE DOMESTIQUE SANS DANGER POUR L AIR Les produits d usage domestique comprennent les produits de nettoyage (p. ex., les nettoie-vitres et les produits de nettoyage

Plus en détail

ELIMINATION DES DECHETS ET ENTRETIEN MENAGER

ELIMINATION DES DECHETS ET ENTRETIEN MENAGER ELIMINATION DES DECHETS ET ENTRETIEN MENAGER L hygiène et la propreté générale d un établissement sont essentielles pour la santé et la sécurité du personnel, des clients, des visiteurs et de la communauté

Plus en détail

Fiche d information sur le mercure

Fiche d information sur le mercure Fiche de sécurité chimique # 18 Fiche d information sur le mercure Le mercure (Hg, CAS [7439-97-6]) est le seul métal à l état liquide à température pièce. Il est très dense, très mobile, modérément volatil,

Plus en détail

Allaitement maternel en structure d'accueil. Allaitement maternel et mode d accueil

Allaitement maternel en structure d'accueil. Allaitement maternel et mode d accueil Réf. : Date : 03/07/2012 Allaitement maternel en structure d'accueil Pôle : Pilotage et coordination Thème : Alimentation Allaitement maternel et mode d accueil L allaitement maternel en crèche ou chez

Plus en détail

Liste de vérifications destinée aux producteurs

Liste de vérifications destinée aux producteurs PLAN DE SURVEILLANCE ET DE CONTRÔLE DES SALMONELLES CHEZ LE PORC Liste de vérifications destinée aux producteurs FICHE TECHNIQUE no 14 Le questionnaire qui suit est conçu pour aider le producteur de porcs

Plus en détail

matière de nettoyage de l'environnemen

matière de nettoyage de l'environnemen Trousse pédagogique relative a matière de nettoyage de l'environnemen Script vidéo : Les scripts suivants vous sont fournis comme ressource supplémentaire aux vidéos des procédures de nettoyage. Pour plus

Plus en détail

Mesures préventives suggérées afin d éviter une infestation dans l établissement

Mesures préventives suggérées afin d éviter une infestation dans l établissement MESURES DE PRÉVENTION POUR LES ÉTABLISSEMENTS OFFRANT DE L HÉBERGEMENT Les travailleurs œuvrant dans les établissements de santé ou communautaire offrant de l hébergement sont susceptibles d être confrontés

Plus en détail

MATÉRIEL ORTHOPÉDIQUE Attelle thoraco-brachiale

MATÉRIEL ORTHOPÉDIQUE Attelle thoraco-brachiale MATÉRIEL ORTHOPÉDIQUE Attelle thoraco-brachiale Définition : Une attelle thoraco-brachiale est un accessoire orthopédique qui sert à limiter les mouvements de l épaule afin de diminuer la douleur et faciliter

Plus en détail

Je fais vacciner mes enfants. Je demande à mes proches de. Je me fais vacciner contre l hépatite A. si le médecin me l a prescrit.

Je fais vacciner mes enfants. Je demande à mes proches de. Je me fais vacciner contre l hépatite A. si le médecin me l a prescrit. Pour plus d information, je contacte : Dr 1 Mon médecin : 2 Le service Info-Santé : 811 3 La Fondation canadienne du foie : www.liver.ca ou 514 876-4170 www.lavalensante.com MA LISTE D ACTIONS Je visite

Plus en détail

LES NOUVEAUX PICTOGRAMMES

LES NOUVEAUX PICTOGRAMMES LES NOUVEAUX PICTOGRAMMES Le règlement CPL Le règlement CLP est l appellation donnée au règlement (CE) n 1272/2008 du Parlement européen et du Conseil du 16 décembre 2008 relatif à la classification, à

Plus en détail

LES BÉNÉFICES DU BROSSAGE DE DENTS EN SERVICES DE GARDE

LES BÉNÉFICES DU BROSSAGE DE DENTS EN SERVICES DE GARDE APPRENDRE À SE BROSSER LES DENTS Il est important de créer un climat agréable pendant le brossage de dents et d encourager les efforts des enfants. C est le gage du développement d une habitude durable.

Plus en détail

Bicarbonate de soude & cristaux de soude

Bicarbonate de soude & cristaux de soude Bicarbonate de soude & cristaux de soude Ingrédients de base par excellence, ils sont multi-usages. NB: Ne pas confondre avec la soude caustique (dangereuse pour la santé) Bicarbonate de soude Cristaux

Plus en détail

La restauration en maison de repos

La restauration en maison de repos La restauration en maison de repos La restauration en maison de repos! Un métier spécifique de plus en plus pointu au niveau de:! La sécurité alimentaire.! La gestion de la qualité.! L Optimisation des

Plus en détail

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD Sommaire Maîtrise du risque infectieux en EHPAD Préparation et distribution des repas 1. Objectifs La distribution des repas peut présenter des pratiques diverses et nécessite de présenter de manière synthétique

Plus en détail

Le lavage des mains dans les écoles Juin 2012

Le lavage des mains dans les écoles Juin 2012 Le lavage des mains dans les écoles Juin 2012 Le lavage des mains est le meilleur moyen de freiner la propagation d infections Les germes à l école Des chercheurs de l Université de l Arizona ont constaté

Plus en détail

ENTRETIEN MENAGER D UNE CHAMBRE D UN PATIENT FAISANT L OBJET DE PRECAUTIONS SPECIFIQUES

ENTRETIEN MENAGER D UNE CHAMBRE D UN PATIENT FAISANT L OBJET DE PRECAUTIONS SPECIFIQUES 1 ENTRETIEN MENAGER D UNE CHAMBRE D UN PATIENT FAISANT L OBJET DE PRECAUTIONS SPECIFIQUES A. NETTOYAGE COURANT Il est effectué: en dernier lieu, Idéalement ½ heure minimum après la réfection du lit. en

Plus en détail

Nettoyage des appareils de traitement

Nettoyage des appareils de traitement Chapitre 25 Nettoyage des appareils de traitement Dans ce chapitre Mots-clés Pourquoi est-il de nettoyer? Après avoir étudié la matière de ce chapitre, vous serez en mesure de : 1. Décrire les raisons

Plus en détail

Procédé de Bionettoyage par la vapeur Dans les établissements de santé

Procédé de Bionettoyage par la vapeur Dans les établissements de santé Procédé de Bionettoyage par la vapeur Dans les établissements de santé 9èmes Journées de prévention des infections associées aux soins OBJECTIFS DEFINIS ET ATTEINTS PAR SANIVAP DEPUIS 13 ANS VALIDER L

Plus en détail

DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT

DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT I LES DETERGENTS a) Définition : Substances utilisées pour le lavage ou le nettoyage. Le détergent a uniquement des propriétés nettoyantes. Il ne détruit pas

Plus en détail

Norovirus / Gale: les mesures en EMS (valaisans)

Norovirus / Gale: les mesures en EMS (valaisans) Norovirus / Gale: les mesures en EMS (valaisans) Marive 06.02.2015 Marguerite Métral Delalay Service des maladies infectieuses ICHV, Hôpital du Valais Les épidémies de gastroentérites à norovirus Institutions

Plus en détail

«Mes recettes écologiques»

«Mes recettes écologiques» «Mes recettes écologiques» Parce que la protection de l environnement nous concerne tous! En 2016, en adoptant le ménage vert au domicile Depuis maintenant 5 ans, nos salariés sont sensibilisés et formés

Plus en détail

Garder son indépendance

Garder son indépendance Pour de plus amples renseignements, appelez : Avancez de pied ferme Nipissing. (705) 474-1400 Avancez de pied ferme Parry Sound. (705) 746-5801 1-800-563-2808 Soyez actif, soyez indépendant et avancez

Plus en détail

Prévention LES LOCAUX SOCIAUX. Infos INTRODUCTION : SOMMAIRE :

Prévention LES LOCAUX SOCIAUX. Infos INTRODUCTION : SOMMAIRE : Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de la Dordogne - Infos Prévention n 10 Septembre 2008 Infos Prévention LES LOCAUX SOCIAUX SOMMAIRE : LES LOCAUX SOCIAUX Introduction Les locaux de

Plus en détail

1/ Lavage des mains de l'aidant. 2/ La douche

1/ Lavage des mains de l'aidant. 2/ La douche 1/ Lavage des mains de l'aidant Le lavage des mains est le moyen le plus efficace de prévenir la propagation des germes ou des infections. Utilisez du savon en flacon doseur. Si la personne que vous accompagnez

Plus en détail

L heure du bain FICHES CONSEILS EN SAVOIR PLUS :

L heure du bain FICHES CONSEILS EN SAVOIR PLUS : , c est un moment important de la journée pour votre enfant et pour vous... Un moment d échange privilégié avec son papa ou sa maman, de détente, de plaisir et de découvertes, dont il serait dommage de

Plus en détail

L hygiène alimentaire Réduisez le risque d intoxication alimentaire

L hygiène alimentaire Réduisez le risque d intoxication alimentaire Division de la santé publique L hygiène alimentaire Réduisez le risque d intoxication alimentaire Cette feuille de renseignements est publiée à titre d information seulement. Elle ne remplace en aucun

Plus en détail

La réglementation quelques incontournables

La réglementation quelques incontournables Unité d Hygiène et d Épidémiologie 2012 La réglementation quelques incontournables Code du Travail - Article L 231-2 du titre 3 Hygiène, sécurité et conditions de travail Paragraphe 2 : «Les établissements

Plus en détail

PUNAISES DE LIT. prévention et intervention

PUNAISES DE LIT. prévention et intervention PUNAISES DE LIT prévention et intervention À quoi ressemble la punaise de lit? La punaise de lit, aussi appelée punaise, est un insecte brunâtre visible à l œil nu qui mesure de 4 à 7 millimètres. Elle

Plus en détail

CENTRE SPATIAL JOHN H. CHAPMAN ST-HUBERT

CENTRE SPATIAL JOHN H. CHAPMAN ST-HUBERT Programme d hygiène et salubrité des locaux à usage alimentaire CENTRE PATIAL OHN H. CHAPAN T-HUBERT AVRIL 2012 TABLE DE ATIÈRE PARTIE 1. RAPPEL DE BONNE PRATIQUE DE BAE PARTIE 2. PROFIL DE ALUBRITÉ PAR

Plus en détail

ANALYSE COMPARATIVE DES ÉQUIPEMENTS DE TRAITEMENT DES BASSINS DE LIT

ANALYSE COMPARATIVE DES ÉQUIPEMENTS DE TRAITEMENT DES BASSINS DE LIT ANALYSE COMPARATIVE DES ÉQUIPEMENTS DE TRAITEMENT DES BASSINS DE LIT Points clefs tirés de l étude de l Agence d Evaluation des Technologies et des Modes d Intervention en Santé(AETMIS) ETMIS 2009 Préface

Plus en détail

12. Normes sanitaires SECTION 12 ARTICLES 40 À 44 DU RÈGLEMENT NORMES SANITAIRES

12. Normes sanitaires SECTION 12 ARTICLES 40 À 44 DU RÈGLEMENT NORMES SANITAIRES SECTION 12 ARTICLES 40 À 44 DU RÈGLEMENT 12. Normes sanitaires NORMES SANITAIRES Section 12 Articles 40 à 44 du Règlement NORMES SANITAIRES La présente section porte sur les règlements ayant trait : à

Plus en détail

Plateaux de bureau, bureaux

Plateaux de bureau, bureaux LOT 1 Siège central de Fedasil Plateaux de bureau, bureaux SOLS 2x par an Dépoussiérer tous les sols à l aide d un balai muni de voiles imprégnés Enlever les taches éventuelles sur les sols Aspirer à fond

Plus en détail

Elimination des souillures physiques (visibles ou non) d une surface. Le résultat est une surface propre.

Elimination des souillures physiques (visibles ou non) d une surface. Le résultat est une surface propre. L E N T RE T IE N : NE T T O Y A GE E T D E SI N FE C TI O N. Introduction. Satisfaction de la clientèle Sécurité microbiologique des préparations Matériel a une durée de vie plus longue : économie Satisfaction

Plus en détail

UE. 4.1 S1 Soins de confort et bien-être TDP LA TOILETTE DU NOURRISSON

UE. 4.1 S1 Soins de confort et bien-être TDP LA TOILETTE DU NOURRISSON UE. 4.1 S1 Soins de confort et bien-être TDP LA TOILETTE DU NOURRISSON OBJECTIF GLOBAL - L étudiant est capable de pratiquer le change d un nourrisson en respectant les règles d hygiène et de sécurité

Plus en détail

L eau de Javel. Le produit idéal pour les piscines privées. Chambre Syndicale Nationale de l Eau de Javel

L eau de Javel. Le produit idéal pour les piscines privées. Chambre Syndicale Nationale de l Eau de Javel L eau de Javel Le produit idéal pour les piscines privées Chambre Syndicale Nationale de l Eau de Javel REMARQUE PRÉLIMINAIRE NOUS ATTIRONS L ATTENTION DE L UTILISATEUR SUR LE FAIT QUE CE DOSSIER CONCERNE

Plus en détail

(D après sujet de CAP Secteur 1 Groupement interacadémique II Session 2005)

(D après sujet de CAP Secteur 1 Groupement interacadémique II Session 2005) EXERCICES SUR LES RISQUES CHIMIQUES Exercice 1 1) Une solution acide est particulièrement dangereuse lors de sa manipulation. Parmi les pictogrammes,,, et suivants, lequel indique que les solutions sont

Plus en détail

BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE

BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE P r é v e n t i o n d u r i s q u e i n f e c t i e u x e n E HPAD V. MOULIN Praticien Hygiéniste D.SEVALI Biohygiéniste 03/04/2014 L'ENTRETIEN DE L ENVIRONNEMENT

Plus en détail

GUIDE pour l aménagement sanitaire des établissements alimentaires. Centre québécois d inspection des aliments et de santé animale

GUIDE pour l aménagement sanitaire des établissements alimentaires. Centre québécois d inspection des aliments et de santé animale GUIDE pour l aménagement sanitaire des établissements alimentaires Centre québécois d inspection des aliments et de santé animale La «marche en avant» consiste à éviter autant que possible le croisement

Plus en détail

CONGRES DES KINES PREVENTEURS

CONGRES DES KINES PREVENTEURS CONGRES DES KINES PREVENTEURS 2010-Santé du dos et Métiers de la Petite Enfance Exemple d une action de prévention auprès des assistantes maternelles CONGRES 2010 / PLAN DE L INTERVENTION Les métiers de

Plus en détail

La Capsule Verte. Le Bicarbonate de Soude. 1-Comme agent nettoyant. Article et Recherche Par Joyce Tucci N.D., S.É.S.

La Capsule Verte. Le Bicarbonate de Soude. 1-Comme agent nettoyant. Article et Recherche Par Joyce Tucci N.D., S.É.S. La Capsule Verte Affiché par le Centre de Formation Professionnel de Sorel-Tracy, dans le cadre des activités reliées à l école Verte Buntland 2013-2014 Le Bicarbonate de Soude 1-Comme agent nettoyant

Plus en détail

La Contamination croisée dans les espaces commerciaux

La Contamination croisée dans les espaces commerciaux La Contamination croisée dans les espaces commerciaux La contamination croisée a toujours été une source de préoccupation pour le milieu médical et pour l industrie des services en alimentation. Les menaces

Plus en détail

infectieuses Le 7 mars 2013 DES ENFANTS EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ Un manuel sur la santé et la sécurité destiné aux fournisseurs de services de garde

infectieuses Le 7 mars 2013 DES ENFANTS EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ Un manuel sur la santé et la sécurité destiné aux fournisseurs de services de garde Quand vous accueillez les enfants le matin, prenez le temps d observer leur état de santé général. Tâchez de vous assurer qu ils sont assez bien pour participer pleinement au programme et qu ils n ont

Plus en détail

BRICOLAGE. Les précautions à prendre

BRICOLAGE. Les précautions à prendre BRICOLAGE Les précautions à prendre Chaque année, près de 300 000 personnes arrivent aux Urgences à la suite d un accident de bricolage et/ou de jardinage. Respecter quelques règles simples de prévention

Plus en détail

PROCÉDURE. Code : PR-DSI-000-31

PROCÉDURE. Code : PR-DSI-000-31 Code : PR-DSI-000-31 PROCÉDURE Instance responsable : Direction des soins infirmiers Approuvée par : Diane Benoit Présentée et adoptée au comité de direction le : 16 janvier 2013 Entrée en vigueur le :

Plus en détail

MESURES DE PRÉVENTION DANS UN CONTEXTE DE PANDÉMIE D INFLUENZA À L INTENTION DES EMPLOYEURS ET TRAVAILLEURS DU QUÉBEC

MESURES DE PRÉVENTION DANS UN CONTEXTE DE PANDÉMIE D INFLUENZA À L INTENTION DES EMPLOYEURS ET TRAVAILLEURS DU QUÉBEC MESURES DE PRÉVENTION DANS UN CONTEXTE DE PANDÉMIE D INFLUENZA À L INTENTION DES EMPLOYEURS ET TRAVAILLEURS DU QUÉBEC Le présent document a été produit par les équipes de santé au travail et de maladies

Plus en détail

Septembre 2009 28/09 Social 14. Retrouvez toutes nos circulaires sur www.fncf.org GRIPPE A H1N1

Septembre 2009 28/09 Social 14. Retrouvez toutes nos circulaires sur www.fncf.org GRIPPE A H1N1 SEPTEMBRE 2009 Auteur : MOS Retrouvez toutes nos circulaires sur www.fncf.org 28/09 Social N 14 GRIPPE A H1N1 Faisant suite aux interrogations de certains exploitants et aux différentes notes, communications

Plus en détail

Les étiquettes de danger et leur signification (transport)

Les étiquettes de danger et leur signification (transport) Les étiquettes de danger et leur signification (transport) 1 Explosif 2.2 Gaz non inflammable et non toxique 3 + 2.1 Liquide ou gaz inflammable 4.1 Solide inflammable 4.2 Spontanément inflammable 4.3 Dégage

Plus en détail

Entretien des locaux. «Faut qu ça brille»

Entretien des locaux. «Faut qu ça brille» Entretien des locaux «Faut qu ça brille» Besson Martine cadre hygièniste ARLIN Auvergne Oui, mais pas seulement! L entretien de l environnement à 2 objectifs : Maintenir une propreté visuelle par le nettoyage

Plus en détail

Corinne TAMAMES Cadre de santé expert en hygiène

Corinne TAMAMES Cadre de santé expert en hygiène Corinne TAMAMES Cadre de santé expert en hygiène 1 Détergent Définition: Substance contenant des tensio actifs, destinée à favoriser l élimination par l eau de souillures non solubles dans l eau pure Propriétés

Plus en détail

SALUBRITÉ DANS LES STANDS OU LES KIOSQUES ALIMENTAIRES TEMPORAIRES

SALUBRITÉ DANS LES STANDS OU LES KIOSQUES ALIMENTAIRES TEMPORAIRES Service des Infrastructure, transport et environnement Direction de l environnement Inspection des aliments 827, boul. Crémazie Est, bureau 301 Montréal (Québec) H2M 2T8 Téléphone : (514) 280-4300 Télécopieur

Plus en détail

BON USAGE DES DESINFECTANTS

BON USAGE DES DESINFECTANTS BON USAGE DES DESINFECTANTS Agents antiinfectieux DUCRUET L, Saint Genis Laval Août 2010 Objectif Ce document donne les principes généraux du bon usage des désinfectants pour aider à la mise au point de

Plus en détail

INSTRUCTIONS CONCERNANT LA REMISE DE DENRÉES ALIMENTAIRES LORS DE MARCHÉS OU DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES

INSTRUCTIONS CONCERNANT LA REMISE DE DENRÉES ALIMENTAIRES LORS DE MARCHÉS OU DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES Service de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires SAAV Amt für Lebensmittelsicherheit und Veterinärwesen LSVW Chemin du Musée 15, 1700 Fribourg T +41 26 305 80 10, F +41 26 305 80 19 www.fr.ch/lsvw

Plus en détail

Acides et bases. Acides et bases Page 1 sur 6

Acides et bases. Acides et bases Page 1 sur 6 Acides et bases Acides et bases Page 1 sur 6 Introduction Sont réputés acides et bases au sens des règles de sécurité en vigueur en Suisse, les solides ou liquides qui ont une réaction acide ou alcaline

Plus en détail