PROCÈS-VERBAL DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES 23 ET 24 MARS 2012

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROCÈS-VERBAL DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES 23 ET 24 MARS 2012"

Transcription

1 PROCÈS-VERBAL DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES 23 ET 24 MARS 2012 VENDREDI 23 MARS 2012 : Etaient présents : MMES et MM. ABOUDARAM, ADJEDJ, AZOULAY, Louis-Georges BARRET, Patrick BARRET, BEDRY, BELLOC, BERREBI, BERTHAT, BERTHET, BOZON, BRAULT, BRILLATZ, BRUN, CARRERE, CHAMBEAU, CHARRIERE-BOURNAZEL, CHAUDON, COCUSSE, COUDERC, COURET, DONNEDIEU DE VABRES TRANIE, DUSSEAU, DUTHEIL, FERAL-SCHUHL, FEUGERE, FORGET, GALLIN, GIROIRE REVALIER, GLON, GUILBAUD, HERCE, HEURTREY, JANBON, JOUANNEAU, LAGRUE, LALLEMENT, LE DONNE, LE FOYER DE COSTIL, LEGRAND, LEROY, LIZOP, MAGNIER, MARTER, MATHE, MENARD, MODELSKI, MONZAT, NATALI, NIORE, PICOT, PIWNICA, POIRIER, POUCHELON, RUETSCH, SAINT GENIEST, SALA, SANFELLE, SAVIN, SCHERMANN, SCIACQUA, TAMET, TEBOUL, TISSEYRE, TONNELLIER, VAUCHER Mandats : MME ATTIAS à MME JOUANNEAU M. BASDEVANT à M. DUSSEAU M. BENICHOU à M. FEUGERE M. BURGUBURU à M. CHARRIERE-BOURNAZEL M. DEBOSQUE à M. LALLEMENT M. DUFRANC à MME PICOT M. GAVAUDAN à MME ABOUDARAM M. HEINTZ à MME FERAL-SCHUHL M. JOBERT à MME LEGRAND M. LAFONT à M. COCUSSE M. LINGIBE à M. FORGET M. RODRIGUEZ à M. SCIACQUA Absents : MMES ET MM. BITTON, CADARS-BEAUFOUR, CROS, ROBERT 1/59

2 SAMEDI 24 MARS 2012 : Etaient présents : MMES et MM. ABOUDARAM, ADJEDJ, ATTIAS, AZOULAY, Patrick BARRET, BEDRY, BERREBI, BERTHET, BITTON, BOZON, BRAULT, BRILLATZ, BRUN, CADARS-BEAUFOUR, CARRERE, CHAMBEAU, CHARRIERE-BOURNAZEL, CHAUDON, COCUSSE, COUDERC, COURET, CROS, DUSSEAU, DUTHEIL, FERAL-SCHUHL, FEUGERE, FORGET, GALLIN, GIROIRE REVALIER, GUILBAUD, HERCE, HEURTREY, JANBON, LAGRUE, LALLEMENT, LE DONNE, LE FOYER DE COSTIL, LEGRAND, LEROY, MAGNIER, MARTER, MATHE, MODELSKI, MONZAT, NIORE, PICOT, PIWNICA, POIRIER, POUCHELON, RUETSCH, SAINT GENIEST, SALA, SANFELLE, SAVIN, SCIACQUA, TAMET, TEBOUL, VAUCHER Mandats : M. BASDEVANT à M. DUSSEAU M. BENICHOU à M. FEUGERE M. BERTHAT à M. LE FOYER DE COSTIL M. BURGUBURU à M. CHARRIERE-BOURNAZEL M. DEBOSQUE à M. LALLEMENT M. DUFRANC à MME PICOT M. GAVAUDAN à MME ABOUDARAM MME GLON à MME LAGRUE M. HEINTZ à MME FERAL-SCHUHL M. JOBERT à MME LEGRAND MME JOUANNEAU à MME ATTIAS M. LAFONT à M. COCUSSE M. LINGIBE à M. FORGET M. NATALI à MME MODELSKI M. RODRIGUEZ à M. SCIACQUA M. SCHERMANN à M. HERCE Absents : MMES ET MM. Louis-Georges BARRET, BELLOC, DONNEDIEU DE VABRES TRANIE, LIZOP, MENARD, ROBERT, TISSEYRE, TONNELLIER 2/59

3 PLAN COMMUNICATIONS DU PRESIDENT Etats généraux du droit de la famille Assiette des cotisations du Conseil national des barreaux pour les anciens avoués à la cour Création d une commission ad hoc sur le statut du vice-bâtonnier Convention nationale des avocats APPROBATION DU PROCES-VERBAL DE L ASSEMBLEE DES FEVRIER DOSSIERS ADMISSION DES AVOCATS ETRANGERS ARTICLES 99 ET ORIENTATIONS POLITIQUES DU BUREAU ) L organisation de la profession ) L accès au droit et à la justice ) La formation professionnelle ) La défense des libertés ) L avenir des avocats et de la profession... 8 FONDATION POUR LE DROIT CONTINENTAL... 9 REPARTITION DU PRODUIT DE LA CONTRIBUTION POUR L AIDE JURIDIQUE FINANCEMENT DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE : AJUSTEMENT DE LA CONTRIBUTION PROFESSIONNELLE POUR TRAITEMENT DES DOSSIERS DE SPECIALISATION DES AVOCATS PLAN DE COMMUNICATION ) La communication grand public : ) La valorisation du travail fait par le CNB pour les avocats VOTE DU PLAN DE COMMUNICATION CONVENTION-CADRE SUR L INTELLIGENCE ECONOMIQUE (CNB / D2IE) PROJET DE DECRET RELATIF AUX CONDITIONS PARTICULIERES D ACCES A LA PROFESSION D AVOCAT (Art. 97 et 98 du Décret du 27 novembre 1991) TIERS DE CONFIANCE EN MATIERE FISCALE (Dispositif et projet de Convention-cadre CNB / DGFIP) EXPERT-COMPTABLE SALARIE DE L ENTREPRISE Une meilleure représentativité de l institution au niveau international Un renforcement de la transparence financière dans les entreprises Un partage des connaissances et échange de bonnes pratiques PROJET DE DECRET RELATIF AUX CONDITIONS PARTICULIERES D ACCES A LA PROFESSION (VOTE) COMMUNICATION ELECTRONIQUE ARRET CA BORDEAUX 5 MARS RAPPORT PARLEMENTAIRE SUR LE SUIVI DES AUTEURS D INFRACTIONS A CARACTERE SEXUEL (Rapport d information AN n 4421 du 24 Février 2012) COUR NATIONALE DU DROIT D ASILE (CNDA) /59

4 ANNEXES: Annexe n 1 Décisions article 99 et a) Tableau global des décisions articles 99 et b) Tableau des décisions article c) Tableau des décisions article Annexe n 2 - Résolution relative à la répartition entre les barreaux du produit de la contribution pour l aide juridique a) Décision b) Tableau de répartition par barreau Annexe n 3 Délibération relative au financement de la formation professionnelle : ajustement de la contribution professionnelle Annexe n 4 Délibération relative à la fixation des frais administratifs pour le traitement des dossiers de spécialisation Régime transitoire Annexe n 5 Délibération relative à la fixation du montant des droits d inscription pour l entretien de validation des compétences professionnelles en vue de l obtention d un certificat de spécialisation Régime général Annexe n 6 Projet de convention cadre nationale relative à l intelligence économique entre le Conseil national des barreaux (CNB) et la Délégation Interministérielle à l Intelligence Economique (D2IE) Annexe n 7 Résolution relative au dispositif du «Tiers de confiance» en matière fiscale et à la signature de la convention nationale prévus à l article 170 ter du code général des impôts Annexe n 8 Résolution relative au projet de décret transmis par la Chancellerie pour avis au Conseil d Etat et relatif aux conditions particulières d accès à la profession d avocat /59

5 VENDREDI 23 MARS 2012 Le Président Christian CHARRIERE-BOURNAZEL ouvre la séance à 17 h 20. Il salue la présence de : - Jean-Christophe BARJON, ancien membre du Conseil national des barreaux - Odile BELINGA, ancien membre du Conseil national des barreaux - Henri CHRISTOPHE, bâtonnier du barreau de Roanne - Stéphane DHONTE, président de la FNUJA - Brigitte MARSIGNY, ancien membre du Conseil national des barreaux - Didier LIGER, ancien membre du Conseil national des barreaux - Laurent MARTINET, ancien membre du conseil de l ordre du barreau de Paris - Alexandra PERQUIN, présidente de l UJA de Paris - Hélène POIVEY-LECERCQ, ancien membre du Conseil national des barreaux - Frédéric SICARD, ancien membre du Conseil national des barreaux Patricia SAVIN constate que le quorum est atteint. Elle donne la liste des pouvoirs. Il est passé à l ordre du jour de l assemblée générale. COMMUNICATIONS DU PRESIDENT 1- Etats généraux du droit de la famille Le Président donne la parole à Paul ABOUDARAM qui dresse le bilan moral et financier de la dernière édition des Etats généraux du droit de la famille organisés à la Maison de la Chimie. Cette manifestation mobilise le barreau de la famille dans la France entière avec 1534 avocats inscrits. Elle remercie Hélène POIVEY-LECLERCQ et Béatrice WEISS-GOUT pour cette organisation depuis huit ans en relation avec le service communication. Elle annonce l organisation à Lyon le 28 septembre prochain d une journée de formation sur la procédure participative. 2- Assiette des cotisations du Conseil national des barreaux pour les anciens avoués à la cour Le Président précise qu en application des textes les avoués qui deviennent avocat sont autorisés à être inscrits au tableau du barreau à la date de leur prestation de serment dans l une ou l autre des professions d avoué et d avocat (article 7 du décret n du 22 avril 2011 pris pour l application de la loi du 25 janvier 2011). Pour le recouvrement des cotisations du conseil national des barreaux, le bureau a considéré que devait être prise en compte la date d inscription au tableau correspondant à la date de prestation de serment dans la profession d avoué. L assemblée générale adopte à l unanimité la proposition de fixer la cotisation des anciens avoués à la date de leur prestation de serment en cette qualité. 5/59

6 3- Création d une commission ad hoc sur le statut du vice-bâtonnier Le Président informe les membres de l assemblée qu à la suite de la publication du décret du 28 décembre 2011 relatif au statut du vice-bâtonnier, une commission ad hoc va être mise en place en lien avec la Conférence des bâtonniers et le barreau de Paris pour examiner la place, le rôle et les missions confiées au vice-bâtonnier et transmettre des propositions de réforme sur ce point à la Chancellerie. Elle aura notamment pour mission d entendre les anciens vice-bâtonniers ou ceux en exercice. Christiane FERAL-SCHUHL indique que le conseil de l Ordre de Paris a décidé de former un recours à l encontre du décret du 28 décembre Il convient parallèlement de définir le périmètre des missions confiées au vice-bâtonnier, dont le statut n est pas prévu dans la loi, et qui n intervient que sur délégation du bâtonnier. 4- Convention nationale des avocats 2014 Le Président demande aux membres du Conseil national de relayer les candidatures des barreaux pour l organisation de la prochaine édition de la Convention, en rappelant les exigences du cahier des charges, notamment une salle plénière d une capacité de personnes et une hôtellerie suffisante. La date limite est fixée au 15 avril prochain. Arnaud LIZOP suggère d allonger le délai de candidature. La Président précise qu il ne s agit pas de la date limite de candidature mais de l indication de l intention pour un barreau de se porter candidat. APPROBATION DU PROCES-VERBAL DE L ASSEMBLEE GENERALE DES 10 ET 11 FEVRIER 2012 Il n y a pas d observation sur ce projet. Le Président met aux voix l approbation du procès-verbal de l assemblée générale des 10 et 11 février Le procès-verbal est approuvé à l unanimité des voix. DOSSIERS ADMISSION DES AVOCATS ETRANGERS ARTICLES 99 ET 100 La parole est donnée à Alain MARTER, président de la commission d admission des avocats étrangers. Alain MARTER constate une forte proportion de français demandant le bénéfice des dispositions des articles 99 et 100 du décret du 27 novembre Les candidats article 99 passent une épreuve d aptitude dans des matières déterminées par le Conseil national, alors que l examen est fixé par un arrêté pour les articles 100, sous réserve de dispenses accordées par le Conseil national à la demande des candidats. La commission d admission présente 6 dossiers article 99 dont 1 décision de changement de centre et 16 dossiers article 100 dont 5 décisions de changement de centre ou de matières, et 3 décisions de refus de dispense d épreuves. Ces dossiers ne présentent pas de difficulté particulière. 6/59

7 Le Président remercie le rapporteur et met aux voix les décisions articles 99 et 100 (voir annexe n 1). L assemblée générale du Conseil national ratifie à l unanimité des voix les décisions articles 99 et 100 pour les dossiers instruits par la commission d admission et sur lesquels la commission de la formation professionnelle a statué dans sa séance du 22 mars Le Président demande que des membres rejoignent la commission d admission afin d aider le Président MARTER dans sa tâche. ORIENTATIONS POLITIQUES DU BUREAU Le Président présente les travaux et chantiers essentiels aux yeux du bureau. 1) L organisation de la profession Le Président rappelle la récente lettre ouverte publiée par la FNUJA qui demande que le Conseil national débatte à nouveau de l organisation de la profession. Ce chantier est important car il pose des questions essentielles : le Conseil national doit-il rester un parlement avec les composantes actuelles? Doit-il être plus proche d un ordre avec un vote au suffrage universel direct? Faut-il garder le scrutin de liste? Faut-il modifier le seuil de représentation? Le Président du Conseil national doit-il être élu au suffrage universel direct? Il rappelle avoir proposé de réfléchir à la création d une composante ordinale et disciplinaire au sein du Conseil national qui aurait une triple fonction : arbitrer les différends inter-barreaux, statuer en tant que juridiction de règlement en cas de proximité de l avocat mis en cause ou de récusation du conseil régional de discipline, exercer une fonction d appel des décisions des conseils de discipline, le cas échant avec un échevinage. 2) L accès au droit et à la justice Il s agit d un chantier prioritaire pour régler le problème de l aide juridictionnelle, de la rémunération des avocats et de la recherche de financement complémentaire. La présence de l avocat doit être assurée partout où il y a des besoins de droit. 3) La formation professionnelle La formation initiale des futurs avocats doit être améliorée et recentrée sur l exercice professionnel et la formation de praticiens du droit. Il faut aussi généraliser les prêts pour les élèves avocats afin de leur permettre d étudier et de se former à l étranger. Le système qui fonctionnait à Paris pourrait être étendu au plan national. 4) La défense des libertés La profession est menacée par un nouveau projet de directive blanchiment qui prévoit une dénonciation même si l avocat n accepte pas le dossier. La réforme de la garde à vue doit être achevée par l obtention d un texte prévoyant qu une personne se rendant dans un local de police a la possibilité de se faire accompagner par un avocat. Il faut également mener une grande réforme la procédure pénale. Il appartient aux avocats de dire la procédure pénale qu ils veulent. Enfin, il faut être attentif à la volonté du gouvernement britannique de réformer la Cour européenne des droits de l homme en la vidant d une partie de ses attributions. 7/59

8 5) L avenir des avocats et de la profession Il faut réfléchir à l interprofessionnalité et à la manière de s organiser fonctionnellement avec les experts-comptables. L avocat en entreprise devra être débattu de nouveau ; le gouvernement se préoccupe de faire passer une réforme fondée sur le rapport PRADA sans que l avocat bénéficie de la protection de la déontologie de la profession, notamment de son secret professionnel. Jean-Luc FORGET partage ces axes d orientation politique mais souhaite en proposer d autres. Les membres du bureau sont encore en train de mesurer la place de l institution et n ont pas achevé de débattre en son sein. Les débats ne sont donc pas figés ou fermés. Il estime qu il faut donner une vision à la profession. On ne refera pas le rapport sur la gouvernance, il convient désormais de prendre des décisions pour ne pas fragiliser la profession par des débats interminables. La place des outils techniques à côté de l organe politique qu est le Conseil national doit être définie. Pour l avocat en entreprise, reprendre les votes de chaque institution ne répondrait pas aux questions qui sont posées. Il faut donc réfléchir à la place de l avocat dans l entreprise. Il faudra aussi avoir une réflexion internationale. Christiane FERAL-SCHUHL indique que la profession attend que le Conseil national réfléchisse à sa place institutionnelle. Ce chantier doit être au cœur de la mandature. Le sujet de la place de la profession à l international est aussi primordial. Le barreau de paris souhaite travailler avec la Commission des affaires européennes et internationales. Quant à l avocat en entreprise, il y a des réflexions à mener, par exemple sur le commissariat au droit ou le détachement de l avocat en entreprise. Frank NATALI propose une réflexion sur le fonctionnement de la justice en termes budgétaires. Une étude pourrait être menée sur la mise en place systématique des partenariats public-privé. Il fait part de son inquiétude concernant les phénomènes de privatisation de la justice de même qu en matière pénitentiaire. Le Président cite l exemple de l établissement public du Palais de justice de Paris. Il indique qu un terrain serait disponible pour construire la maison des avocats de France regroupant le siège du Conseil national, de la Conférence des bâtonniers et des organismes techniques de la profession. Christiane FERAL-SCHUHL indique que la concrétisation de ce projet suppose un grand rassemblement de tous les organismes de la profession. Les avocats doivent utiliser la clé RPVA pour se positionner comme acteurs de la société numérique et garants du secret professionnel. Le RPVA n est pas réservé aux avocats qui font du judiciaire. Il faut trouver ensemble les solutions, notamment dans le cadre du projet de gestion des habilitations et des délégations dans les cabinets. Elle travaille avec Clarisse Berrebi, présidente de la commission intranet et nouvelles technologies, et la remercie pour son action. Clarisse Berrebi indique avoir participé à une importante réunion à la Chancellerie sur la gestion des habilitations dans les cabinets. Sur le plan technique, la solution du barreau de Paris vaut pour l ensemble de la profession et devrait être rapidement mise en œuvre nationalement. 8/59

9 FONDATION POUR LE DROIT CONTINENTAL Le Président indique que la Fondation pour le droit continental travaille actuellement sur deux projets : d une part, la préparation d un index de 450 questions pour répondre aux rapports Doing Business ; d autre part, la réponse à un appel d offres pour enseigner le droit continental en Pologne et en Roumanie. Le Conseil national a contribué à hauteur d un million d euros. Thierry WICKERS représente le Conseil national au sein du comité scientifique de la Fondation. Si la Fondation continue, la question se pose de savoir ce que l on veut en faire et si le Conseil national doit s y maintenir. La querelle entre le droit continental et le common law est absurde car la synthèse entre ces cultures juridiques est en marche. Une idée pourrait être de subventionner de jeunes avocats venant de pays de la francophonie pour se former en France et pour dispenser à l étranger des formations. Le Président indique qu il n y aura pas de vote. Jean-Luc FORGET précise que la profession s est engagée dans la Fondation. Avant de voter sur un éventuel départ, il faut entendre les représentants de la profession au sein de la Fondation et vérifier ce qu ils ont pu y faire et ce qu ils y ont constaté. La Commission internationale doit aussi se prononcer. Il faut du temps pour réfléchir avant toute décision. Christiane FERAL-SCHUHL pense également que la Commission internationale doit être directement impliquée dans la réflexion. Il faut avoir des représentants ayant une mission clairement définie. Avant de condamner la Fondation, il convient de s interroger sur nos propres actions à l international. Eric AZOULAY indique que la Commission internationale travaille déjà sur le sujet. Mathilde JOUANNEAU juge que le portrait dressé de la Fondation est assez sévère. Loïc DUSSEAU fait part de son expérience avec la Fondation. Loraine DONNEDIEU DE VABRE-TRANIE suggère que l on consacre du temps à la promotion du droit continental. Il faut donner à la profession et aux jeunes avocats les moyens de se développer. Nous sommes incapables de promouvoir le droit continental. Il faut identifier dans le droit français les dispositions attractives face au droit de common law. Philippe CHAUDON rappelle que l Angleterre veut vider la CEDH de ses prérogatives. Frank NATALI rappelle que la création de la Fondation répond à une demande de la profession d avocat. Elle réunit en son sein les professions du droit et travaille avec ses homologues étrangers. Le travail de la Fondation doit être mieux connu au sein de la profession. Le Président indique que ce sont les moyens de la Fondation qui sont en cause. Jean-Louis COCUSSE pense que les travaux peuvent être réorientés pour valoriser réellement le droit continental. Le rapport Doing Business est le fruit d un intense lobbying. C est donc une question de moyens qui sont dérisoires par apport aux efforts des concurrents. Il faut rechercher une Fondation européenne en intégrant les pays de droit écrit. 9/59

10 Christiane FERAL-SCHUHL pense qu il faut dialoguer avec les notaires et que l on peut construire un projet commun avec eux. Vincent BERTHAT confirme la nécessité de cesser le combat franco-français avec les notaires. La Fondation permet de se lier à d autres professions du droit dans la perspective d une action internationale. Il existe aussi d autres nationalités au sein de la Fondation avec lesquelles on peut faire des partenariats utiles. La Fondation doit devenir un instrument européen pour la promotion du droit continental. Le Président indique que la Commission des affaires européennes et internationale présentera un rapport complet à l assemblée générale sur l activité de la Fondation pour le droit continental. REPARTITION DU PRODUIT DE LA CONTRIBUTION POUR L AIDE JURIDIQUE La parole est donnée à Myriam PICOT, présidente de la commission accès au droit et à la justice, pour la présentation d un rapport et d un projet de décision sur la répartition du produit de la contribution pour l aide juridique (taxe de 35 euros). Il s agit de répartir entre l'ensemble des barreaux le premier versement du produit de la contribution pour l'aide juridique instituée par l article 1635 bis Q du code général des impôts, mise en place au 1 er octobre 2011, conformément aux dispositions de l article 21-1 de la loi n du 31 décembre 1971 modifié, d un montant de ,80 (en date du 19 mars 2012) Cette répartition a été faite selon les critères légaux, la base de calcul étant la consommation des crédits d'aide juridictionnelle par barreau pour la période du 1 er janvier au 31 décembre 2011 arrêtée par l Unca (159 barreaux). D'ores et déjà, il est apparu que ce mode complémentaire de financement de l'aide juridique, unanimement critiqué par la profession, et contre lequel le Conseil national a exercé un recours en annulation devant le Conseil d Etat (contestation de la légalité du décret n du 28 septembre 2011 pris pour l application de l article 54 de la loi n du 29 juillet 2011 de finances rectificative pour 2011) et intervient aux côtés d'autres organismes de la profession pour contester sa constitutionnalité au regard du droit au recours effectif devant une juridiction (Aff. n QPC), est non seulement inique mais encore inapproprié. En effet, si l'etat n'a recouvré que 8 millions d'euros en trois mois et demi (du 1er octobre 2011 au 19 janvier 2012), il n'obtiendra pas les quelques 80 millions d'euros de complément de financement de la garde à vue nécessité par les nouvelles missions dévolues aux avocats et figurant dans l étude d impact de la loi de finances rectificative pour 2011! Contrairement à l annonce qui nous avait été faite lors des travaux préparatoires, la contribution pour l aide juridique de 35 euros n a pas vocation à financer la garde à vue qui reste du domaine de l Etat. Le produit généré est substitutif de la dotation étatique et s impute sur l enveloppe budgétaire globale destinée au règlement des missions d aide juridictionnelle aux avocats, hors dotation de l Etat pour les missions effectuées en garde à vue. Myriam PICOT soumet au vote de l assemblée générale un projet de décision sur la répartition entre les barreaux du produit de la contribution. 10/59

11 Le Président remercie le rapporteur. Catherine GLON indique que l on doit rester très vigilant sur cette première phase de désengagement de l Etat dans le système de financement de l aide juridictionnelle. Le diktat de l Etat ne peut pas être accepté, et le vote de ce rapport ne doit pas être une approbation politique de ce constat. Jean-Louis SCHERMANN s interroge sur la certitude du chiffre du produit de la taxe et la manière dont il a été communiqué. Le timbre électronique n est pas encore en place dans certaines juridictions. Jean-Luc FORGET demande si l on peut corréler l état de la somme reçue avec d autres données. On ne dispose d aucun instrument de contrôle. Yves TAMET pense que le Conseil national doit obtenir de la Chancellerie un état précis sur le calcul de la taxe. Il rappelle qu il ne s agit pas d une dotation complémentaire, la somme perçue étant déduite de la dotation finale qui sera liquidée en fin d année. Par ailleurs, la rétribution de l avocat à l aide juridictionnelle reste identique, le coût de la taxe étant supporté par le justiciable. Le Président pense qu il faut protester contre un système aberrant qui traite les avocats de manière méprisante. Michèle TISSEYRE estime important de savoir si les timbres vont réellement à l abondement du budget de l aide juridictionnelle. Stéphane LALLEMENT pense que le compte n y est pas. La seule taxe sur les justiciables ne permet pas d abonder le budget de l aide juridictionnelle. Cela démontre qu il faut revenir à la proposition de la profession de taxation des actes juridiques. Le Président demande à l observatoire de rechercher les données relatives au nombre d actes juridiques soumis à enregistrement en France. Myriam PICOT indique que ces actes seraient au nombre de 6 millions (données 2006). Le Président met aux voix la décision de répartition proposée (voir annexe n 2). L assemblée générale adopte à l unanimité des voix la décision de répartition du produit de la contribution pour l aide juridique. 11/59

12 FINANCEMENT DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE : AJUSTEMENT DE LA CONTRIBUTION PROFESSIONNELLE POUR 2012 La parole est donnée à Didier CHAMBEAU, membre de la commission de la formation professionnelle. La décision qu il est demandé à l assemblée générale d approuver s inscrit dans la continuité de la contribution votée au mois de décembre L ajustement tient compte, conformément aux dispositions du décret n du 6 mars 2002 (art. 3), de deux paramètres qui sont inconnus au moment de la fixation de la contribution professionnelle : 1) le montant des droits d inscription 2) et les effectifs réels des élèves avocats dans les écoles. Comme pour les années précédentes, pour l ajustement en fonction de l effectif réel, il est considéré que les charges proportionnelles représentent 20 % de l enveloppe contribution professionnelle (hors Dotation d Etat et allocations diverses). Nous rappelons à cet effet que cette enveloppe est de S agissant du critère des droits d inscription, il était inopérant jusqu en 2010, puisque tous les centres pratiquaient les mêmes droits d inscription alignés sur le plafond du montant, fixé par un arrêté du garde des Sceaux, ministre de la justice, en date du 12 septembre 2005 à Deux EDA ont depuis 2010 décidé de réduire le montant de leurs droits d inscription (l EFB à et l EDA de Villeurbanne à ). La méthode retenue consiste, dans un premier temps, à déterminer par école un écart entre les droits d inscription calculés sur la base du tarif fixé par l école et les droits déterminés sur la moyenne des droits d inscription pratiqués au plan national. L ajustement opéré consiste à appliquer l écart, tel que défini, au rapport existant entre le total des droits d inscription attendus au plan national ( ) et le total du financement constitué par les droits d inscription, les contributions professionnelles (hors jeunes barreaux et centres ne dispensant pas de FI ), augmenté de la dotation pédagogique de l Etat ( ). Le calcul s opère sur une base annuelle correspondant aux 12 premiers mois de formation sur les 18 mois de scolarité. Pour les 6 derniers mois de formation, un second ajustement égal à la moitié de celui déterminé pour la première année devrait intervenir. Il impactera l ajustement de la contribution professionnelle de l année N + 1. L ajustement global correspond ainsi à la somme arithmétique de l ajustement selon l effectif et de l ajustement selon les droits d inscription, soit un montant de Conformément à l article 3 du décret du 6 mars 2002, l ajustement ainsi calculé viendra en augmentation de la participation des Ordres pour l année Il sera réparti entre les Ecoles et viendra en augmentation ou en diminution du montant de la quote-part de contribution professionnelle qui leur sera alloué au titre de 2013, elle-même votée par l assemblée générale du au mois de novembre Didier CHAMBEAU propose à l assemblée d adopter le projet de délibération annexé au rapport, tout en précisant que la réforme des modalités de calcul des droits d inscription qui a été présentée et votée par la précédente mandature pour permettre une étude d impact, se concrétisera dès le retour de cette étude d impact si celle-ci s avère concluante. Le Président remercie le rapporteur. 12/59

13 Didier COURET demande si les deux écoles qui pratiquent des droits d inscription moins élevés que les autres reçoivent une contribution supérieure supportée par la collectivité. Didier CHAMBEAU précise que l EFB de Paris a accepté de ne plus percevoir son allocation «jeune barreau», le barreau de Paris ayant décidé de rendre gratuite la formation continue, ce qui a abaissé le montant de sa contribution professionnelle. Il y a eu pour l école de Paris un ajustement positif d effectif qui justifie l écart constaté. S il existe une prime à la baisse des droits d inscription, les écoles sont tenues de présenter au Conseil national dans le cadre du financement un budget équilibré. Il faudra régler le problème des droits d inscription pendant cette mandature. Il renvoie à ce titre au rapport qu il a présenté sous l ancienne mandature et à la réalisation par les écoles de l étude d impact. Le Président met aux voix la proposition de décision d ajustement de la contribution professionnelle 2012 (voir annexe n 3). La décision d ajustement de la contribution professionnelle 2012 est adoptée à l unanimité. TRAITEMENT DES DOSSIERS DE SPECIALISATION DES AVOCATS La parole est donnée à Didier CHAMBEAU, membre de la commission de la formation professionnelle, pour la présentation de deux projets de délibération sur les coûts de traitement des dossiers de spécialisation par le Conseil national des barreaux. 1- Délibération sur la fixation des frais administratifs exigés des avocats pour le traitement des dossiers de spécialisation déposés au titre du régime transitoire Le traitement administratif et l examen de ces dossiers de spécialisation induit une charge financière pour le Conseil national des barreaux qui ne peut être supportée sur le seul budget de fonctionnement de l institution qui n est abondé que par les cotisations individuelles des avocats. La commission formation a estimé qu il n était pas normal de faire peser sur l ensemble des avocats de France une charge qui se rapporte au traitement de dossiers individuels. Ainsi, au titre du régime transitoire fixé par l article 50-II de la loi du 31 décembre 1971 modifiée pour les avocats déjà titulaires d un certificat de spécialisation, et pour la délivrance de la mention de spécialisation en procédure d appel aux anciens avoués devenus avocats et aux personnes ayant travaillé en qualité de collaborateur d avoué, il est proposé de demander une participation financière pour couvrir les frais de traitement administratif des dossiers de spécialisation dont le montant a été fixé à 80 euros TTC. Cette participation financière est demandée à tous les avocats ayant déposé leur dossier auprès du Conseil national des barreaux depuis le 1er janvier 2012, date d entrée en vigueur de la réforme du régime des spécialisations. Il est rappelé que la durée de la période transitoire étant d une année, les avocats titulaires d une ou plusieurs mentions de spécialisation ont jusqu au 31 décembre /59

14 afin de solliciter, en application des tables de concordance arrêtées par la commission formation, la délivrance des nouveaux certificats correspondants (dans la limite de deux). Le Président remercie le rapporteur. Marianne LAGRUE insiste sur les informations déjà données aux avocats sur l absence de frais pour le traitement administratif des dossiers de spécialisation pendant la période transitoire et estime que l on ne peut pas revenir sur un vote acquis. Le Président indique que ce n était pas une décision d assemblée générale. Il considère que le Conseil national peut modifier ses positions en fonction des réalités économiques. Marianne LAGRUE pense que cela est soumis à la condition d indiquer qu il y a eu erreur du Conseil national. Georges TEBOUL rappelle le vote majoritaire de la Commission de la formation professionnelle en faveur de cette délibération. La quasi-totalité des avocats ont d ores et déjà réglé cette contribution de 80 euros correspondant à des frais administratifs. Michèle TISSEYRE pense qu il s agit d un problème de méthodologie. Elle s interroge sur le point de savoir s il faut une délibération de l assemblée générale. Le Président estime nécessaire de régulariser cette décision par un vote de l assemblée. Yves TAMET rappelle que l on s adresse à des avocats qui ont déjà payé leur spécialisation et dont le nombre de certificats va être limité à deux par l effet de la réforme. Un principe de gratuité avait été admis. Il faudra faire preuve de pédagogie. Pascale MODELSKI comprend les réactions, mais il y a des frais administratifs dont il faut tenir compte. Les avocats ont spontanément réglé les 80 euros dans le cadre de la validation de leur(s) certificat(s) de spécialisation. Didier COURET relève que la somme de 80 euros par avocat, et non par certificat de spécialisation, doit être précisée. Christiane FERAL-SCHUHL pense qu il est urgent que tous les bâtonniers communiquent sur cette réforme auprès des avocats dont les mentions de spécialisation ont été supprimées. Le Président indique qu il adressera une lettre circulaire aux barreaux. Il met aux voix la délibération sur la participation de 80 euros TTC pour le traitement administratif des dossiers de spécialisation dans le cadre du régime transitoire (voir annexe n 4). Après que 6 voix contre et 8 abstentions se sont exprimées, la délibération est adoptée à la majorité. 14/59

15 2- Délibération sur le montant des droits d inscription pour l entretien de validation des compétences professionnelles en vue de l obtention d un nouveau certificat de spécialisation Au titre du nouveau régime, les droits d'inscription perçus par le Conseil national pour les dossiers de spécialisation doivent tenir compte des coûts de gestion administrative, notamment l embauche d un salarié à plein temps, et de défraiement des membres du jury. Il est rappelé que les écoles d avocats ont la charge de l organisation matérielle des sessions d'entretien de validation des compétences professionnelles en vue de l'obtention d'un certificat de spécialisation ; qu en contrepartie, elles recevront du Conseil national une contribution financière afin de couvrir les frais afférents à l organisation de ces entretiens dont l Association des écoles d avocats a estimé le coût global moyen à 200 euros par candidat. Tenant compte de ces éléments, la commission formation propose à l assemblée générale de fixer les droits d'inscription pour l'entretien de validation des compétences professionnelles en vue de l'obtention d'un certificat de spécialisation à 800 euros TTC, au lieu de 600 euros fixés par la précédente mandature. Ces nouveaux montants de droits d'inscription seront perçus par le Conseil national à compter de la date de notification de la présente délibération aux barreaux et aux écoles d avocats. Le Président s interroge sur le point de savoir si le montant de 800 euros est HT ou TTC. Didier CHAMBEAU indique que la facturation des droits d inscription est faite par l entité CNB colloque soumise à TVA. Il ne dispose cependant d aucune explication sur ce point. Eric AZOULAY demande pourquoi on est obligé de passer par une association soumise à la TVA pour l encaissement des droits d inscription. Nicolas SANFELLE estime que la somme de 800 euros n est pas acceptable pour certains avocats et constitue une barrière à l accès à la spécialisation notamment pour les pus jeunes confrères. Il propose de réduire le coût et de le mutualiser en le faisant porter sur l ensemble des avocats dans le cadre du budget du Conseil national. Il regrette que cette question n ait pas été budgétée efficacement par la mandature précédente. Le Président indique que les non spécialistes ne peuvent pas financer les spécialistes. Philippe CHAUDON suggère de réfléchir à un système de proportionnalité des cotisations du Conseil national. Cependant, on ne peut pas faire le parallèle avec les spécialisations dont les dossiers ne concernent que certains avocats. Stéphane LALLEMENT indique que l esprit de la réforme est de la rendre accessible au plus grand nombre. Cependant, certains jeunes avocats ne peuvent pas récupérer la TVA. Quant à la communication sur la réforme des spécialisations, elle a déjà été faite sur la somme de 600 euros. Si l on peut ajuster ce montant, il ne faut pas l augmenter de manière inconsidérée. François-Antoine CROS rappelle qu il existait une forte disparité des montants de droits d inscription entre les écoles dans l ancien régime. Bertrand COUDERC indique que le conseil de l ordre du barreau de Bourges avait voté une prise en charge à hauteur de 50 % du montant des droits d inscription pour les examens de spécialisation. 15/59

16 Franck HEURTREY indique que la somme de 600 euros est la plus basse des anciens tarifs pratiqués par les écoles d avocats. Ce choix a été fait pour faciliter l accès du plus grand nombre à la spécialisation. La somme reversée aux écoles était estimé à 30 euros, ce qui ne correspondait pas au coût réel de l organisation matérielle des entretiens de validation. La commission formation a accepté de porter cette somme à 200 euros par dossier, ce qui implique d augmenter mécaniquement le montant des droits d inscription. Le Président met aux voix la délibération sur le montant des droits d inscription pour les dossiers de spécialisation nouveau régime qu il propose de fixer à 800 euros HT, soit 956,80 euros TTC (voir annexe n 5). Après que 6 voix contre et 6 abstentions sont exprimées, la délibération est adoptée à la majorité. PLAN DE COMMUNICATION 2012 La parole est donnée à Olivier GUILBAUD, président de la commission de la communication institutionnelle, pour la présentation du plan de communication 2012 en présence de l agence New BBDO. Olivier GUILBAUD rappelle les objectifs pour 2012 : asseoir la communication auprès du grand public et s adresser davantage aux avocats pour continuer à démontrer la légitimité et l efficacité du Conseil national des barreaux. Pour ce faire, la commission a décidé d optimiser les outils et les actions de communication, dans une logique d efficacité et d audience, et notamment : - Donner au site avocats.fr une dimension de services et de contenus d information de référence sur des questions de droit, avec une évolution éditoriale et graphique du site qui s appuie sur la fusion des deux sites existants avocats.fr et TVDroit.fr en un unique portail ; - Supprimer l agent conversationnel, coûteux, et désormais inadapté ; - Communiquer au travers d autres media que la télévision, trop onéreuse 1) La communication grand public : Elle se déroule en deux temps forts : Toute l année, une stratégie d audience avec le soutien d un dispositif de référencement payant du site pour une meilleure remontée sur les moteurs de recherche et davantage de trafic, l animation éditoriale du site et des réseaux sociaux, afin de pousser la posture d information et de service. En mai, le lancement du nouveau dispositif, à savoir : La valorisation du nouveau site avocats.fr en tant que portail d information et de service sur les questions de droit que se posent les Français, via une campagne de publicité sur les antennes radio généralistes et business (France Inter, Europe 1, RTL, BFM, etc.) ainsi qu une campagne de bannières Internet. La diffusion de chroniques radio et vidéo prêtes à l emploi aux stations radio et 45 TV locales pour prolonger la campagne publicitaire. L ouverture d une chaîne officielle Daily motion pour prolonger l audience sur la plateforme de partage de vidéos (optionnel). En novembre, la valorisation de la 7ème édition de la Semaine des avocats et du droit 16/59

17 Est proposée la création de trafic vers le numéro d appel, via une campagne dans la presse régionale (dispositif PQR66 pour donner une bonne visibilité locale de l événement) et une campagne de bannières Internet. En parallèle sera développé un soutien des communes partenaires de l opération (affichage électronique et magazines municipaux) Cet évènement sera valorisé et soutenu quelques jours en amont par une journée spéciale «avocats» sur RTL. En amont de la Semaine des avocats, seront diffusés un document de sensibilisation et un kit de communication aux barreaux. 2) La valorisation du travail fait par le CNB pour les avocats La Commission travaillera toute l année avec comme objectif de valoriser les actions du Conseil national des barreaux auprès des avocats. Il s agit notamment : d aller à la rencontre des barreaux ou des Conférences régionales, d organiser un rendez-vous de la profession par la création d un prix, de proposer des opérations pensées dans une logique de valorisation des avocats. Olivier GUILBAUD présente le récapitulatif du plan media, ainsi que l estimation budgétaire qui reste dans l enveloppe allouée à la commission de la communication par l assemblée générale. Le Président remercie le rapporteur. Guillaume LE FOYER DE COSTIL ne voit pas les efforts faits sur le budget alloué. Il s interroge notamment sur l opportunité du référencement payant. Olivier GUILBAUD indique qu il ne s agit pas de voter un budget, ce qui a déjà été fait. Le projet d actions de communication s inscrit dans l enveloppe fixée à la commission de la communication. L agence New BBDO précise avoir prévu un seuil de plafonnement des dépenses de référencement en fonction des résultats obtenus. Le Président évoque le choix des moyens de communication. Georges TEBOUL s interroge sur le coût d achat d espaces dans les médias ( euros). Les avocats communiquent chacun individuellement et sont aptes à ce titre à faire passer des messages de la profession. Il s agit d un moyen important de communication. Olivier GUILBAUD prend l exemple de la campagne de communication de l Institut pour la justice avec quatre pleines pages dans des journaux nationaux qui a coûté euros. Le Conseil national n a pas ces moyens. Jérôme HERCE ne retrouve pas dans la présentation de l agence les engagements pris lors du vote du budget. Il estime que ce plan de communication va à l encontre de la popularité et de l image du Conseil national dans les barreaux. Frank NATALI rappelle que le budget a été voté en diminution. Pour respecter la ligne consacrée à la communication institutionnelle, des choix de médias ont été faits, notamment la suppression du recours à la télévision au profit du média radio très écouté. 17/59

18 TV droit contient 460 vidéos que l on peut continuer à utiliser. L idée est de tout regrouper sur le site «avocats.fr», lieu de contact avec le public. Par ailleurs, il faut communiquer sur la publicité personnelle des avocats qui peut effectivement être un relai de communication. La profession d avocat est en mouvement pour satisfaire les besoins du public. Clarisse BERREBI précise que la commission intranet et nouvelles technologies est à la disposition de la commission communication. La communication vers les avocats peut être faite sur la plateforme e-barreau et avec le RPVA. En outre, il faut développer la présence sur les réseaux sociaux et relayer la campagne sur ces réseaux via les avocats qui y sont déjà. Cela implique également de réfléchir à la gestion de la blogosphère. Stéphane LALLEMENT félicite la commission pour son travail. Il est séduit à titre personnel par le plan de communication institutionnelle présenté. Catherine GLON estime que la commission a remarquablement travaillé avec un budget réduit. Il faut se donner les moyens de faire connaître la profession et se placer sur le terrain de l égalité des chances entre avocats dans tous les domaines d activité. La communication médiatique est très relative. Elle ne comprendrait pas à titre personnel que l on utilise le slogan de la profession sans se donner les moyens de le faire connaître à l égard des usagers du droit. On ne doit pas communiquer uniquement à l égard des avocats et de ceux qui ont les moyens d accéder à la communication. Jean-Luc FORGET remercie également la commission du respect du cadre budgétaire fixé. Il y a encore quelques idées à creuser, notamment celle des réseaux sociaux. On ne peut donc pas voter maintenant. Olivier GUILBAUD souhaite un vote de confirmation pour mettre en œuvre la campagne de communication. Patricia SAVIN indique que le plan de communication présenté n a pas besoin d être soumis au vote de l assemblée. On doit faire confiance aux présidents de commissions et à leurs membres dans la mesure où le cahier des charges est respecté. Il y aura toujours la possibilité d enrichir en continu cette campagne de communication. Jean-Luc FORGET n avait pas compris que les commissions décidaient et qu il n y avait pas de vote sur leurs propositions. Le Président pense que les choses sont précipitées. Michèle BRAULT pense que l on coupe l élan de la communication si aucune décision n intervient. Christiane FERAL-SCHUHL propose d avancer sur un programme pour une durée limitée et de remettre le vote au 24 mars. Le Président reporte le vote au 24 mars. La séance est levée à 21 h /59

19 SAMEDI 24 MARS 2012 Le président Christian CHARRIERE-BOURNAZEL ouvre la séance à 9 h 15. Patricia SAVIN constate que le quorum est atteint. Elle donne la liste des pouvoirs. VOTE DU PLAN DE COMMUNICATION 2012 Le Président rappelle qu il faut une communication institutionnelle mais que le débat est nécessaire sur les moyens mis en œuvre. Il remercie Olivier GUILBAUD et les membres de la commission communication pour le travail réalisé et met aux voix le plan de communication 2012 présenté. Après que deux abstentions sont exprimées, le plan de communication 2012 est approuvé. CONVENTION-CADRE SUR L INTELLIGENCE ECONOMIQUE (CNB / D2IE) La parole est donnée à Jean-Louis COCUSSE, membre du bureau, pour la présentation du projet de convention cadre entre la Délégation interministérielle à l intelligence économique (D2IE) et le Conseil national des barreaux. La D2IE créée par un décret du 17 septembre 2009 est rattachée à la Présidence de la République par l intermédiaire de son comité directeur. Elle élabore et propose la politique publique d intelligence économique, en anime et en coordonne la mise en œuvre, puis en évalue l efficacité. Le droit est un élément essentiel de l intelligence économique publique et concourt à la sécurisation du patrimoine matériel ou immatériel de l économie française et de son environnement. La présente convention cadre a pour objet d améliorer les conditions de connaissance et de maîtrise de l intelligence économique par la profession d avocat. Le Conseil national et la D2IE mobiliseront ainsi leurs efforts dans les axes de collaboration suivants : - La promotion et le développement de l influence et du rayonnement de la France à l international. - La sensibilisation de la profession d avocat à l intelligence économique. - La formation aux aspects juridiques de l intelligence économique. - L échange d informations relatives aux évolutions de l intelligence économique. - La diffusion d un questionnaire d autodiagnostic de sécurité économique à destination des entreprises clientes des avocats. Cette convention est conclue pour une durée de trois ans. Deux représentants du Conseil national siègeront au sein d un comité de pilotage. Aucune participation financière n est demandée au Conseil national. Jean-Louis COCUSSE demande à l assemblée générale d approuver ce projet de convention cadre pour signature par le président du Conseil national. Le barreau de Paris sera également signataire d une convention similaire. 19/59

20 Christiane FERAL-SCHUHL insiste sur l importance de cette convention. A Paris, un plan de formation des avocats est prévu dans cette spécialité. William FEUGERE indique qu un groupe de travail est déjà constitué au Conseil national sur le sujet animé par Jean-Michel CASANOVA. Philippe CHAUDON s interroge sur les raisons d une double signature du Conseil national et du barreau de Paris. Christiane FERAL-SCHUHL précise que les discussions avec la D2IE ont été menées par le barreau de Paris qui a souhaité étendre la convention à toute la profession par le biais du Conseil national. Aurélie BERTHET participe au groupe de travail sur l intelligence économique, en partenariat avec les commissions prospective et droit et entreprise, qui est ouvert à tous. Elle demande communication d un exemplaire de la convention parisienne. Le Président demande à l assemblée de lui donner mandat pour signer la convention cadre sur l intelligence économique avec la D2IE et déléguer à Jean-Louis COCUSSE et à Jean-Michel CASANOVA le soin de suivre sa mise en œuvre et de représenter le Conseil national des barreaux au sein du comité de pilotage. Le projet de convention cadre sur l intelligence économique est approuvé à l unanimité des voix (voir annexe n 6). PROJET DE DECRET RELATIF AUX CONDITIONS PARTICULIERES D ACCES A LA PROFESSION D AVOCAT (ART. 97 ET 98 DU DECRET DU 27 NOVEMBRE 1991) La parole est donnée à Loïc DUSSEAU, président de la commission textes, pour la présentation du nouveau projet de décret relatif aux conditions particulières d accès à la profession d avocat. Il rappelle les observations précédentes formulées par le Conseil national à l issue de son assemblée générale des 10 et 11 février 2012 à propos de la création d une nouvelle voie d accès direct au barreau pour les membres du gouvernement et les parlementaires, et regrette à ce titre que la Chancellerie ait transmis le projet de décret pour avis au Conseil d Etat sans tenir compte des fortes réserves exprimées sur ce texte. La rédaction proposée du nouvel article 97-1 du décret du 27 novembre 1991 qui dispenserait de la formation théorique et pratique et du CAPA «les personnes justifiant de huit ans au moins d exercice de responsabilités publiques les faisant directement participer à l élaboration de la loi» apparaît trop imprécise quant à son champ d application et à la définition des catégories de personnes pouvant en bénéficier. Par ailleurs, l exigence de la condition de diplôme (maîtrise en droit ou diplôme équivalent) pour l accès à la profession d avocat posée par l article 11.2 de la loi du 31 décembre 1971 modifié devrait être expressément rappelée. Si cette nouvelle voie d accès à la profession devait être instituée, il conviendra a minima que les membres du gouvernement et les parlementaires soient soumis à une obligation de formation continue de 20 heures minimum en déontologie et règlementation professionnelle préalable à leur prestation de serment, en plus de l obligation renforcée 20/59

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

Statuts. Les soussignés :

Statuts. Les soussignés : Statuts Les soussignés : APICIL PRÉVOYANCE, institution de prévoyance régie par le titre III du livre IX du Code de la Sécurité sociale, dont le siège social est situé 38 rue François Peissel 69300 Caluire

Plus en détail

TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES

TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES Article 1 er CONSTITUTION Il est fondé entre les personnes physiques adhérant aux présents statuts un parti politique dénommé «L Union pour un Mouvement Populaire» (UMP),

Plus en détail

PRESENTATION DE L UNION NATIONALE DES CARPA (UNCA) ARTICLE 21-1 DE LA LOI N 71-1130 DU 31 DECEMBRE 1971

PRESENTATION DE L UNION NATIONALE DES CARPA (UNCA) ARTICLE 21-1 DE LA LOI N 71-1130 DU 31 DECEMBRE 1971 PRESENTATION DE L UNION NATIONALE DES CARPA (UNCA) ARTICLE 21-1 DE LA LOI N 71-1130 DU 31 DECEMBRE 1971 & DES CAISSES DES REGLEMENTS PECUNAIRES DES AVOCATS (CARPA) GESTION DES FONDS DE TIERS, DES SEQUESTRES

Plus en détail

TA de Paris - 21 février 2013, Mme X. n 1118574 /5-2

TA de Paris - 21 février 2013, Mme X. n 1118574 /5-2 Le tribunal administratif de Paris annule le refus opposé à une candidate de participer aux épreuves d entrée à l Ecole Nationale de la Magistrature au regard de la condition de bonne moralité. Le 3 de

Plus en détail

Commission de la défense nationale

Commission de la défense nationale Commission de la défense nationale RÈGLEMENT XII e LÉGISLATURE CHAPITRE I Dénomination, composition et attributions Article 1 er (Dénomination) 1. La Commission de la défense nationale est la commission

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE

LICENCE PROFESSIONNELLE LICENCE PROFESSIONNELLE Composante : UFR SHS Domaine : Droit, économie, gestion Mention : Métiers de la gestion et de la comptabilité : responsable de portefeuille clients en cabinet d'expertise Numéro

Plus en détail

NOUVEAUXSTATUTS MAI 2015. Éditions de l Union

NOUVEAUXSTATUTS MAI 2015. Éditions de l Union NOUVEAUXSTATUTS Éditions de l Union TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES ARTICLE 1 ER CONSTITUTION Il est fondé entre les personnes physiques adhérant aux présents statuts un parti politique dénommé «Les Républicains»,

Plus en détail

CIRCULAIRE CDG90 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE

CIRCULAIRE CDG90 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE CIRCULAIRE CDG90 11/12 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée, portant droits et obligations

Plus en détail

LICENCE MODALITES DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES 2014 2015

LICENCE MODALITES DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES 2014 2015 LICENCE Domaine : ARTS, LETTRES, LANGUES Mention : ARTS DU SPECTACLE Tronc commun : L1-L2-L3 Parcours : Spectacle et musique Numéro d accréditation : [20140588] Régime : formation initiale et formation

Plus en détail

Adoptés par l Assemblée Générale Constitutive du 17 janvier 2015.

Adoptés par l Assemblée Générale Constitutive du 17 janvier 2015. ASSOCIATION GABONAISE DES EXPERTS COMPTABLES STAGIAIRES AGECS STATUTS Adoptés par l Assemblée Générale Constitutive du 17 janvier 2015. SOMMAIRE PREAMBULE 3 Article 1 : Dénomination - Durée 4 Article 2

Plus en détail

Benoit Chabert & Philip Cohen

Benoit Chabert & Philip Cohen Benoit Chabert & Philip Cohen Candidats au Bâtonnat 2016 Élections des 23 et 25 JUIN Benoit Chabert Candidat au Bâtonnat Né le 2 novembre 1963 à Boulogne Billancourt Père de Jeanne (17 ans), Etienne (15

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE

LICENCE PROFESSIONNELLE LICENCE PROFESSIONNELLE Composante : IUT d EVRY Département Génie Thermique et Energie Domaine : DEG / STS Mention : Métiers de l'immobilier : gestion et développement de patrimoine immobilier Parcours

Plus en détail

Version consolidée AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ----- Règlement intérieur du Collège. Chapitre 1 er Composition des formations

Version consolidée AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ----- Règlement intérieur du Collège. Chapitre 1 er Composition des formations Version consolidée AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ----- Règlement intérieur du Collège Article 1 er Chapitre 1 er Composition des formations Les membres composant le Collège restreint, les sous-collèges

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES RÉPUBLIQUE DU BÉNIN COUR CONSTITUTIONNELLE REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er : Le présent Règlement Intérieur est pris en application des dispositions de la Loi n 90-032

Plus en détail

STATUTS DE CONTACT PARIS ILE-DE-FRANCE

STATUTS DE CONTACT PARIS ILE-DE-FRANCE STATUTS DE CONTACT PARIS ILE-DE-FRANCE Chapitre 1 - BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Article 1 Il est fondé entre les adhérent-e-s aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU REDRESSEMENT PRODUCTIF PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES, INNOVATION ET ÉCONOMIE NUMÉRIQUE Ordonnance n o 2014-329 du 12 mars 2014 relative à l

Plus en détail

RÈGLEMENTINTÉRIEUR MAI 2015. Éditions de l Union

RÈGLEMENTINTÉRIEUR MAI 2015. Éditions de l Union RÈGLEMENTINTÉRIEUR Éditions de l Union TITRE I ADHÉRENTS Article 1 er DEMANDE D ADHÉSION 1. Toute personne physique souscrivant à l objet et aux valeurs du Mouvement peut adresser une demande d adhésion,

Plus en détail

Institut d études Judiciaires

Institut d études Judiciaires Institut d études Judiciaires Année universitaire 01/013 MASTER «Droit privé et sciences criminelles» SECONDE ANNEE (M) MENTION PROFESSIONNELLE «PROFESSIONS JUDICIAIRES» Responsables de la formation E.

Plus en détail

REGLEMENT D'ORDRE INTERIEUR DU CONSEIL ACADEMIQUE

REGLEMENT D'ORDRE INTERIEUR DU CONSEIL ACADEMIQUE REGLEMENT D'ORDRE INTERIEUR DU CONSEIL ACADEMIQUE (Adopté par le Conseil académique du 20 janvier 2014, PV n 1, p. 5 ; modifié par le Conseil académique du 30 juin 2014, PV n 9, p. 1100.). Conditions de

Plus en détail

La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement?

La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement? La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement? La nouvelle loi organique relative aux lois de finances a été promulguée en août 2001. Deux ans plus tard, et bien que la mise en œuvre de cette

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC ET DU FONDS D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC

RÈGLEMENT SUR LA GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC ET DU FONDS D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC RÈGLEMENT SUR LA GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC ET DU FONDS D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC Loi sur la Société de l assurance automobile du Québec (chapitre S-11.011) Le

Plus en détail

ASSOCIATION «HABITER ENFIN!» Loi de 1901 STATUTS

ASSOCIATION «HABITER ENFIN!» Loi de 1901 STATUTS 1 ASSOCIATION «HABITER ENFIN!» Loi de 1901 STATUTS ARTICLE 1 - DENOMINATION La présente Association a pour dénomination : «Habiter Enfin!». ARTICLE 2 - SIEGE Le siège de l association est fixé au : 14

Plus en détail

DOSSIER D INSCRIPTION

DOSSIER D INSCRIPTION O R D R E D E S A V O C A T S D U B A R R E A U D E P A R I S DOSSIER D INSCRIPTION EN application DE l article 100 du Décret 91-1197 du 27 novembre 1991 NOM : Prénom : Réservé à l Ordre des Avocats de

Plus en détail

La pratique du droit confrontée à la mauvaise qualité de la loi

La pratique du droit confrontée à la mauvaise qualité de la loi 227 La pratique du droit confrontée à la mauvaise qualité de la loi Jean- Christophe Ménard Avocat au Barreau de Paris, docteur en droit public Maître de conférences à l Institut d études politiques de

Plus en détail

DOSSIER D INSCRIPTION

DOSSIER D INSCRIPTION O R D R E D E S A V O C A T S D U B A R R E A U D E P A R I S DOSSIER D INSCRIPTION EN APPLICATION DE L ARTICLE 100 DU DÉCRET 91-1197 DU 27 NOVEMBRE 1991 NOM : Prénom : Réservé à l Ordre des Avocats de

Plus en détail

TITRE I : LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS

TITRE I : LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS STATUTS MISE A JOUR APRES LE 115EME CONGRES 5 ET 6 SEPTEMBRE 2015 TITRE I : LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS Article 1 er - Le Parti Dans le cadre de l article 4 de la Constitution, le Parti républicain radical

Plus en détail

Statuts de Paris Region Entreprises

Statuts de Paris Region Entreprises Statuts de Paris Region Entreprises Article 1. Forme et dénomination TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Il est institué entre les adhérents aux présents statuts et ceux qui y adhéreront, une Association

Plus en détail

CENTRE DE MEDIATION DE MONTPELLIER STATUTS. Soumis à la loi du 1er juillet 1901 et au décret du 16 août 1901

CENTRE DE MEDIATION DE MONTPELLIER STATUTS. Soumis à la loi du 1er juillet 1901 et au décret du 16 août 1901 CENTRE DE MEDIATION DE MONTPELLIER STATUTS Soumis à la loi du 1er juillet 1901 et au décret du 16 août 1901 A Montpellier le 4 mai 2000, les membres fondateurs suivants : M. Charles-Henri COSTE Mme Inge

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE

LICENCE PROFESSIONNELLE LICENCE PROFESSIONNELLE Composante : IUT Domaine : Droit, économie, gestion Mention : E-Commerce et Marketing numérique Parcours : Marketing et commerce sur internet Numéro d accréditation : 20150290 Régime

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE

LICENCE PROFESSIONNELLE LICENCE PROFESSIONNELLE Composante : UFR SHS Domaine : Droit Economie Gestion Mention : Organisation et gestion des établissements hôteliers et de restauration Parcours : Management des entreprises de

Plus en détail

PROTOCOLE DE MISE EN OEUVRE DE LA COMMUNICATION ELECTRONIQUE ENTRE LES AVOCATS ET LES CHAMBRES CIVILES DE LA COUR D APPEL DE LYON

PROTOCOLE DE MISE EN OEUVRE DE LA COMMUNICATION ELECTRONIQUE ENTRE LES AVOCATS ET LES CHAMBRES CIVILES DE LA COUR D APPEL DE LYON PROTOCOLE DE MISE EN OEUVRE DE LA COMMUNICATION ELECTRONIQUE ENTRE LES AVOCATS ET LES CHAMBRES CIVILES DE LA COUR D APPEL DE LYON La cour d appel de Lyon représentée par son premier président et son procureur

Plus en détail

L ACCES A LA JUSTICE SUPPRIMER LES CONDITIONS FINANCIERES D ACCES AU JUGE

L ACCES A LA JUSTICE SUPPRIMER LES CONDITIONS FINANCIERES D ACCES AU JUGE 10 mai 2012 L ACCES A LA JUSTICE SUPPRIMER LES CONDITIONS FINANCIERES D ACCES AU JUGE Le libre accès à la justice pour tout justiciable est, en principe, l un des éléments constitutifs de l Etat de droit.

Plus en détail

MANDAT DE SYNDIC (no.. )

MANDAT DE SYNDIC (no.. ) MANDAT DE SYNDIC (no.. ) Syndicat des Copropriétaires - RESIDENCE - Contrat type prévu à l article 18-1 A de la loi n 65-557 du 10 juillet 1965 modifiée fixant le statut de la copropriété des immeubles

Plus en détail

Le fonctionnement du CHSCT

Le fonctionnement du CHSCT Le fonctionnement du CHSCT La personnalité civile du CHSCT La qualité à agir du CHSCT La capacité d ester en justice La prise en charge des frais de justice La capacité d acquérir et de contracter La responsabilité

Plus en détail

FORMATION INITIALE - STAGE AVOCAT -

FORMATION INITIALE - STAGE AVOCAT - FORMATION INITIALE - STAGE AVOCAT - DOSSIER DE PRESSE 8 juin 2010 Contacts presse : Stéphanie DUPERIE, assistante des relations presse / stephanie.duperie@justice.fr 05 56 00 10 38 Claire KELLER, Chef

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AUVERGNE, STATUANT EN SECTION

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AUVERGNE, STATUANT EN SECTION CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'AUVERGNE COMMUNE DE CERILLY N codique : 003 015 048 Département : Allier Trésorerie de Cérilly-Ainay-Le-Château Exercices 2004 et 2005 Audience publique du 9 juin 2010 Lecture

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE

RÈGLEMENT INTÉRIEUR RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE RÈGLEMENT INTÉRIEUR Règlement intérieur de la Croix-Rouge française adopté par l assemblée générale extraordinaire du 20 janvier 2012 et approuvé par le ministre de l Intérieur RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA

Plus en détail

ÉLECTIONS CNB 25 NOVEMBRE 2014

ÉLECTIONS CNB 25 NOVEMBRE 2014 ÉLECTIONS CNB 25 NOVEMBRE 2014 Les prochaines élections au CNB, le 25 novembre, seront d une particulière importance. Les récents projets de réformes des professions réglementées en sont la démonstration.

Plus en détail

LOI N 86-21 du 16 juin 1986 instituant une Caisse des Règlements Pécuniaires des Avocats (CARPA)

LOI N 86-21 du 16 juin 1986 instituant une Caisse des Règlements Pécuniaires des Avocats (CARPA) LOI N 86-21 du 16 juin 1986 instituant une Caisse des Règlements Pécuniaires des Avocats (CARPA) EXPOSE DES MOTIFS L Article 82 de la loi N 84-09 du 4 janvier 1984, portant création de l Ordre des Avocats

Plus en détail

Statuts. Article I Désignation

Statuts. Article I Désignation Statuts Article I Désignation Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er Juillet 1901 et le décret du 16 Août 1901, ayant pour titre : Association des

Plus en détail

STATUTS BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION

STATUTS BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION STATUTS BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION ARTICLE 1 er : L arrondissement, constituée sous le régime de la Loi du 1 er juillet 1901 et en conformité avec le Code de la Famille et de l Aide Sociale, groupe

Plus en détail

Ociane Professionnels Indépendants

Ociane Professionnels Indépendants JUIN 2012 Ociane Professionnels Indépendants Statuts approuvés par l Assemblée Générale du 11 septembre 2012 OCIANE PROFESSIONNELS INDÉPENDANTS Association régie par la Loi du 1 er juillet 1901 Siège social

Plus en détail

7 ème partie du rapport

7 ème partie du rapport 3 6 ème partie du rapport SOMMAIRE DU TOME II Avertissement : De très nombreuses modifications purement formelles ont été apportées au texte adopté par le Sénat, sans avoir fait l objet d amendements en

Plus en détail

EPREUVE : REGLEMENTATION PROFESSIONNELLE ET DEONTOLOGIE

EPREUVE : REGLEMENTATION PROFESSIONNELLE ET DEONTOLOGIE MESR - DGES EPREUVE D APTITUDE EXPERTS-COMPTABLES ETRANGERS (art.7 décret 96-352 du 24 avril 1996) EPREUVE : REGLEMENTATION PROFESSIONNELLE ET DEONTOLOGIE Date : 20 octobre 2008 Durée : 1 heure Les candidats

Plus en détail

Lettre recommandée avec AR : N 1A 091 493 8417 0. Adresse Mail : sec.pg.ca-toulouse@justice.fr

Lettre recommandée avec AR : N 1A 091 493 8417 0. Adresse Mail : sec.pg.ca-toulouse@justice.fr Monsieur LABORIE André Le 11 février 2014 2 rue de la Forge 31650 Saint Orens Courrier transfert Tél : 06-14-29-21-74. Tél : 06-16-15-23-45. Mail : laboriandr@yahoo.fr http://www.lamafiajudiciaire.org

Plus en détail

Statuts : Etoile Saint Amandoise.

Statuts : Etoile Saint Amandoise. Statuts : Etoile Saint Amandoise. Sommaire : Présentation But et composition Affiliation Ressources Administration et fonctionnement o Comité de direction o Le bureau o Assemblée générale Ordinaire o Assemblée

Plus en détail

Chambre Professionnelle du Conseil de Midi-Pyrénées. N SIRET : 411 910 649 000 10 Code APE : 911 C Organisations Professionnelles

Chambre Professionnelle du Conseil de Midi-Pyrénées. N SIRET : 411 910 649 000 10 Code APE : 911 C Organisations Professionnelles Chambre Professionnelle du Conseil de Midi-Pyrénées N SIRET : 411 910 649 000 10 Code APE : 911 C Organisations Professionnelles N du Répertoire Départemental : 2291 Les statuts initiaux de l association

Plus en détail

CHAMBRE PROFESSIONNELLE DU CONSEIL DE LA RÉGION CENTRE

CHAMBRE PROFESSIONNELLE DU CONSEIL DE LA RÉGION CENTRE CHAMBRE PROFESSIONNELLE DU CONSEIL DE LA RÉGION CENTRE ARTICLE 1 : CONSTITUTION ET DÉSIGNATION L Association «Chambre Professionnelle du Conseil de la région centre» (C.P.C Région Centre.) a décidé en

Plus en détail

REGLEMENT DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES FORMATION EN INITIAL, APPRENTISSAGE, FORMATION CONTINUE

REGLEMENT DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES FORMATION EN INITIAL, APPRENTISSAGE, FORMATION CONTINUE UNIVERSITE D EVRY VAL D ESSONNE IUT d EVRY-BRETIGNY-ATHIS MONS Département TC Arrêté d habilitation : 20014028 LICENCE PROFESSIONNELLE COMMERCE Spécialité : MARKETING ET COMMERCE SUR INTERNET Les métiers

Plus en détail

COMPTE-RENDU de la SEANCE du CONSEIL MUNICIPAL du 19 DECEMBRE 2013

COMPTE-RENDU de la SEANCE du CONSEIL MUNICIPAL du 19 DECEMBRE 2013 Mairie de Trèves (Rhône) 450 route des Deux Vallées 69420 TREVES COMPTE-RENDU de la SEANCE du CONSEIL MUNICIPAL du 19 DECEMBRE 2013 Le Conseil Municipal, dûment convoqué le 13 décembre 2013 s est réuni

Plus en détail

CREATION D UNE ASSOCIATION SPORTIVE ET DEROULEMENT D UNE ASSEMBLEE GENERALE Sources : Legifrance, Mémento Lefebvre Associations, URSSAF

CREATION D UNE ASSOCIATION SPORTIVE ET DEROULEMENT D UNE ASSEMBLEE GENERALE Sources : Legifrance, Mémento Lefebvre Associations, URSSAF CREATION D UNE ASSOCIATION SPORTIVE ET DEROULEMENT D UNE ASSEMBLEE GENERALE Sources : Legifrance, Mémento Lefebvre Associations, URSSAF LA CREATION D UNE ASSOCIATION SPORTIVE Une association est définie

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI NOTE : Le texte que vous consultez est une codification administrative des Règlements de l'uqar. La version officielle est contenue dans les résolutions adoptées par le Conseil d'administration. RÈGLEMENT

Plus en détail

COMPTE RENDU DU COMITE SYNDICAL SEANCE DU 19 MAI 2014

COMPTE RENDU DU COMITE SYNDICAL SEANCE DU 19 MAI 2014 COMPTE RENDU DU COMITE SYNDICAL SEANCE DU 19 MAI 2014 L an deux mil quatorze, le dix-neuf mai à dix-neuf heures, le Comité Syndical, dûment convoqué, s est réuni en séance ordinaire dans le lieu habituel

Plus en détail

Statuts de l Association des Anciens du Master Conseil Editorial, Paris-Sorbonne (Paris IV)

Statuts de l Association des Anciens du Master Conseil Editorial, Paris-Sorbonne (Paris IV) Statuts de l Association des Anciens du Master Conseil Editorial, Paris-Sorbonne (Paris IV) I. But et composition de l Association Article 1 : Nom Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts

Plus en détail

MASTER DROIT, ECONOMIE, GESTION Mention DROIT PUBLIC

MASTER DROIT, ECONOMIE, GESTION Mention DROIT PUBLIC Adopté par le conseil d UFR le 10 juillet 2013 Voté au CA du 1 er octobre 2013 Adopté par la CFVU du 09 septembre 2013 MASTER DROIT, ECONOMIE, GESTION Mention DROIT PUBLIC Master année 1 Arrêté d habilitation

Plus en détail

J U G E M E N T n 2 0 1 4-0013

J U G E M E N T n 2 0 1 4-0013 Troisième section Audience du 23 septembre 2014 Lecture du 17 novembre 2014 Commune de JONZAC (017029 197) Département de Charente-Maritime Exercice 2012 J U G E M E N T n 2 0 1 4-0013 R E P U B L I Q

Plus en détail

Conseil d Etablissement des établissements primaire et secondaire de Renens Règlement

Conseil d Etablissement des établissements primaire et secondaire de Renens Règlement des établissements primaire et secondaire de Renens Règlement Septembre 2008 4 septembre 2008 Renens 2 Table des matières Titre I. Formation du...4 Chapitre I Nombre de membres...4 Article premier Composition...4

Plus en détail

L EIRL : l interprofessionnalité en action

L EIRL : l interprofessionnalité en action L EIRL : l interprofessionnalité en action Vos intervenants Jean-Bernard Cappelier o Co-rapporteur général du 66ème Congrès o Vice-président du Conseil Supérieur de l Ordre des expertscomptables Frédéric

Plus en détail

ASSOCIATION DE SOUTIEN DES INITIATIVES LOCALES AFRICAINES

ASSOCIATION DE SOUTIEN DES INITIATIVES LOCALES AFRICAINES STATUTS DE L ASSOCIATION EBENE Titre I Formation et but de l association Article 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi

Plus en détail

SNAV «les Professionnels du Voyage» Organisation nationale des Professionnels du Voyage : Producteurs Distributeurs - Réceptifs

SNAV «les Professionnels du Voyage» Organisation nationale des Professionnels du Voyage : Producteurs Distributeurs - Réceptifs SNAV «les Professionnels du Voyage» Organisation nationale des Professionnels du Voyage : Producteurs Distributeurs - Réceptifs RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL EXÉCUTIF DES RÉCEPTIFS ARTICLE 1 TITRE I Définition

Plus en détail

ASSOCIATION DE FINANCEMENT DU PARTI NOUS CITOYENS STATUTS

ASSOCIATION DE FINANCEMENT DU PARTI NOUS CITOYENS STATUTS ASSOCIATION DE FINANCEMENT DU PARTI NOUS CITOYENS STATUTS Article 1er : Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ Manuel Qualité 5 place du Rosoir 21000 DIJON Tél. : 03.80.59.65.20 Fax : 03.80.53.09.50 Mèl : contact@bfc.experts-comptables.fr www.bfc.experts-comptables.fr SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

NOTE SUR LES SUBVENTIONS. - Récapitulatif des obligations des associations subventionnées

NOTE SUR LES SUBVENTIONS. - Récapitulatif des obligations des associations subventionnées NOTE SUR LES SUBVENTIONS - Récapitulatif des obligations des associations subventionnées - Les produits de la tarification ne sont pas des subventions A. Récapitulatif des obligations des associations

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2007-01 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Séance du 6 juillet 2007 Lors de la séance du

Plus en détail

Epreuve n 1 : Réglementation professionnelle et. déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes

Epreuve n 1 : Réglementation professionnelle et. déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes DIPLOME D EXPERTISE COMPTABLE Session de novembre 2010 Epreuve n 1 : Réglementation professionnelle et déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes Durée : 1 heure Aucune documentation

Plus en détail

ANNEXE AU REGLEMENT INTERIEUR DE LA FFGOLF STATUTS ET REGLEMENT INTERIEUR DES COMITES DEPARTEMENTAUX. ARTICLE 1 er DEFINITION

ANNEXE AU REGLEMENT INTERIEUR DE LA FFGOLF STATUTS ET REGLEMENT INTERIEUR DES COMITES DEPARTEMENTAUX. ARTICLE 1 er DEFINITION ANNEXE AU REGLEMENT INTERIEUR DE LA FFGOLF STATUTS ET REGLEMENT INTERIEUR DES COMITES DEPARTEMENTAUX ARTICLE 1 er DEFINITION L'association dite Comité Départemental de Golf de est une association Loi 1901

Plus en détail

LE METIER DE SYNDIC. I) - Le cadre légal :

LE METIER DE SYNDIC. I) - Le cadre légal : 1 LE METIER DE SYNDIC Avec près de 8 millions de logements en Copropriété, la plupart des Français sont en relation avec un Syndic qui administre les parties communes de leur habitat collectif. Ils payent

Plus en détail

RÈGLEMENT GÉNÉRAL DES ACTIONS DE FORMATION NATIONALES

RÈGLEMENT GÉNÉRAL DES ACTIONS DE FORMATION NATIONALES RÈGLEMENT GÉNÉRAL DES ACTIONS DE FORMATION NATIONALES Préambule Le présent règlement général des formations fixe les conditions générales et spécifiques notamment pour la mise en œuvre de procédures d

Plus en détail

STATUTS-TYPES D ASSOCIATION DEPARTEMENTALE ENFANCE & FAMILLES D ADOPTION. Titre I - BUTS ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION

STATUTS-TYPES D ASSOCIATION DEPARTEMENTALE ENFANCE & FAMILLES D ADOPTION. Titre I - BUTS ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION STATUTS-TYPES D ASSOCIATION DEPARTEMENTALE ENFANCE & FAMILLES D ADOPTION Titre I - BUTS ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Article Premier : 1.1. Titre : Il est formé entre les adhérents aux présents statuts

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL COMMUNAUTAIRE

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL COMMUNAUTAIRE REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL COMMUNAUTAIRE 1 SOMMAIRE Titre I Organisation et déroulement des séances du Conseil Communautaire P.3 A- Organisation des séances B- Déroulement des séances Titre II Police

Plus en détail

NANTES METROPOLE. Délégation de service public du réseau de transports publics urbains de voyageurs de l agglomération nantaise

NANTES METROPOLE. Délégation de service public du réseau de transports publics urbains de voyageurs de l agglomération nantaise NANTES METROPOLE Délégation de service public du réseau de transports publics urbains de voyageurs de l agglomération nantaise RAPPORT DE PRESENTATION SUR LE PRINCIPE DE LA DELEGATION DU RESEAU DE TRANSPORTS

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013. M. Jory Orlando T.

Commentaire. Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013. M. Jory Orlando T. Commentaire Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013 M. Jory Orlando T. (Conditions d attribution d une carte de séjour mention «vie privée et familiale» au conjoint étranger d un ressortissant français)

Plus en détail

ASCOMADE Association des Collectivités pour la Maîtrise des Déchets et de l Environnement LES STATUTS. Article 1 - CONSTITUTION ET TITRE

ASCOMADE Association des Collectivités pour la Maîtrise des Déchets et de l Environnement LES STATUTS. Article 1 - CONSTITUTION ET TITRE ASCOMADE Association des Collectivités pour la Maîtrise des Déchets et de l Environnement LES STATUTS Les soussignés Article 1 - CONSTITUTION ET TITRE Membres ayant adhéré aux présents statuts de l association

Plus en détail

Cahier des Clauses Administratives Particulières C.C.A.P. Marché de travaux RENOVATION DE LA BIBLIOTHEQUE DE CASTELNAU-DE-MEDOC

Cahier des Clauses Administratives Particulières C.C.A.P. Marché de travaux RENOVATION DE LA BIBLIOTHEQUE DE CASTELNAU-DE-MEDOC Cahier des Clauses Administratives Particulières C.C.A.P. PROCEDURE ADAPTEE (Articles 28 et 40 II du Code des Marchés Publics) Marché de travaux RENOVATION DE LA BIBLIOTHEQUE DE CASTELNAU-DE-MEDOC Pouvoir

Plus en détail

ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE LE BARREAU DU QUÉBEC LE CONSEIL NATIONAL DES BARREAUX

ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE LE BARREAU DU QUÉBEC LE CONSEIL NATIONAL DES BARREAUX ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE LE BARREAU DU QUÉBEC ET LE CONSEIL NATIONAL DES BARREAUX ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNES DES GRANDS LACS 7 Avenue du 11 novembre 40160 PARENTIS EN BORN. Compte rendu du 20 décembre 2002

COMMUNAUTE DE COMMUNES DES GRANDS LACS 7 Avenue du 11 novembre 40160 PARENTIS EN BORN. Compte rendu du 20 décembre 2002 COMMUNAUTE DE COMMUNES DES GRANDS LACS 7 Avenue du 11 novembre 40160 PARENTIS EN BORN Compte rendu du 20 décembre 2002 L an deux mil deux et le 20 décembre à 20h30, le Conseil de Communauté de Communes

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE Décret n o 2014-736 du 30 juin 2014 pris pour l application de l ordonnance n o 2014-326 du 12 mars 2014 portant réforme de la prévention

Plus en détail

STATUTS ARTICLE 1 ER CONSTITUTION ARTICLE 2 OBJET ARTICLE 3 DURÉE - EXERCICE SOCIAL CONSEIL D ADMINISTRATION DU 10/07/2013

STATUTS ARTICLE 1 ER CONSTITUTION ARTICLE 2 OBJET ARTICLE 3 DURÉE - EXERCICE SOCIAL CONSEIL D ADMINISTRATION DU 10/07/2013 STATUTS CONSEIL D ADMINISTRATION DU 10/07/2013 Les présentes dispositions statutaires sont décidées par le Conseil d administration de l Apec dans le respect du principe général de transparence applicable

Plus en détail

Ligue de Défense des Conducteurs 23 avenue Jean Moulin, 75014 Paris Tél : 01 40 01 06 51 contact@liguedesconducteurs.org

Ligue de Défense des Conducteurs 23 avenue Jean Moulin, 75014 Paris Tél : 01 40 01 06 51 contact@liguedesconducteurs.org Avril 2014 Contact : Christiane Bayard Secrétaire générale 06 11 29 47 69 Contact : Christiane Bayard Secrétaire générale 06 11 29 47 69 Ligue de Défense des Conducteurs 23 avenue Jean Moulin, 75014 Paris

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Décret n o 2010-1463 du 1 er décembre 2010 mettant en œuvre la réforme du réseau des chambres de commerce

Plus en détail

S I E T SYNDICAT DES INDUSTRIELS DES EQUIPEMENTS DU TRAITEMENT DE L EAU S T A T U T S C H A P I T R E P R E M I E R

S I E T SYNDICAT DES INDUSTRIELS DES EQUIPEMENTS DU TRAITEMENT DE L EAU S T A T U T S C H A P I T R E P R E M I E R S I E T SYNDICAT DES INDUSTRIELS DES EQUIPEMENTS DU TRAITEMENT DE L EAU S T A T U T S C H A P I T R E P R E M I E R ARTICLE PREMIER CONSTITUTION Conformément au chapitre premier du titre premier du Livre

Plus en détail

STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE

STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE Article 1 - Constitution La présente association est une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901.

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE. HOTELLERIE ET TOURISME Spécialité : Management des Entreprises de l Hôtellerie et de la restauration

LICENCE PROFESSIONNELLE. HOTELLERIE ET TOURISME Spécialité : Management des Entreprises de l Hôtellerie et de la restauration LICENCE PROFESSIONNELLE HOTELLERIE ET TOURISME Spécialité : Management des Entreprises de l Hôtellerie et de la restauration Arrêté d habilitation : 20044176 REGLEMENT DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES FORMATION

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE 3 novembre 2014 AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE 3 novembre 2014 AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE 3 novembre 2014 PLF POUR 2015 - (N 2234) Commission Gouvernement Adopté AMENDEMENT présenté par le Gouvernement ---------- ARTICLE ADDITIONNEL N o II-464 (2ème Rect) APRÈS L'ARTICLE

Plus en détail

DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D

DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D Le Premier ministre, Sur le rapport de la ministre de l enseignement supérieur et de la recherche,

Plus en détail

DEPARTEMENT CHARENTE PROCES VERBAL DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA COMMUNE DE BLANZAC-PORCHERESSE

DEPARTEMENT CHARENTE PROCES VERBAL DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA COMMUNE DE BLANZAC-PORCHERESSE REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT CHARENTE NOMBRES DE MEMBRES Afférents au Conseil En exercic e Qui ont pris part à la Délibération Municipal 15 15 15 Date de la convocation 04/06/2014 Date d affichage

Plus en détail

TITRE II : DES ORGANES DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D'INDUSTRIE DU MALI

TITRE II : DES ORGANES DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D'INDUSTRIE DU MALI DECRET N 98-228/P-RM Fixant l organisation et les modalités de fonctionnement de la chambre de commerce et d industrie du Mali. Le Président de la République, Vu la Constitution ; Vu la Loi n 94-009 du

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Date limite de remise des candidatures : Le 27/12/2013 Envoi des offres : aurelie.huby@midi-pyrenees.cci.fr Le

Plus en détail

Association Suisse des Sophrologues Caycédiens (SOPHROLOGIE SUISSE ) du 9 mai 2015

Association Suisse des Sophrologues Caycédiens (SOPHROLOGIE SUISSE ) du 9 mai 2015 Association Suisse des Sophrologues Caycédiens (SOPHROLOGIE SUISSE ) du 9 mai 2015 SOPHROLOGIE SUISSE Statuts du 09.05.15 1/12 Dénomination, siège Article 1 Buts Article 2 L Association dénommée Association

Plus en détail

ASSOCIATION AQUILENET STATUTS

ASSOCIATION AQUILENET STATUTS ASSOCIATION AQUILENET STATUTS Article 1 Titre de l Association Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une Association régie par la loi du premier juillet 1901 et le décret du 16 août 1901,

Plus en détail

Critère environnemental dans la réforme du Code des Marchés Publics

Critère environnemental dans la réforme du Code des Marchés Publics Critère environnemental dans la réforme du Code des Marchés Publics 2006 SOURCE D INFORMATION Cette note de veille réglementaire a été établie à partir des Décrets n 2004-15 du 7 janvier 2004 et n 2006-975

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE ASSURANCE BANQUE - FINANCE

LICENCE PROFESSIONNELLE ASSURANCE BANQUE - FINANCE LICENCE PROFESSIONNELLE ASSURANCE BANQUE - FINANCE Spécialité: Gestion Clientèle Particuliers Arrêté d habilitation : 20090979 REGLEMENT DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES 2013-2015 VU la loi 84-52 du 26 janvier

Plus en détail

Fiche Info. haute ecole AIDE JURIDIQUE AIDE JURIDIQUE

Fiche Info. haute ecole AIDE JURIDIQUE AIDE JURIDIQUE LES CONDITIONS de la reussite AIDE JURIDIQUE Fiche Info haute ecole AIDE JURIDIQUE LES CONDITIONS de la reussite et les recours en cas d echec Fédération des Étudiants Francophones ASBL - 20 rue de la

Plus en détail

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010 Référentiel métier de Directeur(trice) des soins Ce référentiel intègre à la fois le métier Directeur(trice) des soins en établissement et celui de Directeur(trice) des soins en institut de formation paramédicale.

Plus en détail

Réunion du Conseil Municipal en date du 11 mars 2015. Séance n 2015_02. Compte rendu de séance

Réunion du Conseil Municipal en date du 11 mars 2015. Séance n 2015_02. Compte rendu de séance Réunion du Conseil Municipal en date du 11 mars 2015 Séance n 2015_02 Compte rendu de séance Le Conseil Municipal s est réuni le onze mars deux mil quinze, à dix-huit heures, en séance ordinaire, avec

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 749 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 17 octobre 2011 PROJET DE LOI de finances rectificative pour 2011,

Plus en détail

Objet : délivrance des formules numérotées de reçus et justification de leur utilisation.

Objet : délivrance des formules numérotées de reçus et justification de leur utilisation. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Paris, le 16 février 2015 Service juridique Pôle partis politiques Contact : suivi_recu_don@cnccfp.fr SJ/SPP/MP Objet : délivrance des formules numérotées de reçus et justification

Plus en détail