GUIDE DES ARCHIVES DE LA SEINE-MARITIME

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GUIDE DES ARCHIVES DE LA SEINE-MARITIME"

Transcription

1 François BURCKARD GUIDE DES ARCHIVES DE LA SEINE-MARITIME Tome 1 - ROUEN - ARCHIVES DÉPARTEMENTALES 1990

2 ISBN :

3 TOME 1 GÉNÉRALITÉS ARCHIVES ANTÉRIEURES À 1990

4 9 INTRODUCTION En 1911 a été publié par P. Chevreux et J. Vernier un état général des fonds conservés par les Archives départementales de Seine-inférieure (1). Il donnait, pour chaque fonds, les dates extrêmes et le nombre d articles, la liste des inventaires et répertoires anciens, et un recueil de planches reproduisant les documents les plus représentatifs, avec transcription. Si le répertoire des inventaires anciens et ce recueil de fac-similés restent parfaitement utiles, l état des fonds, outre qu il était très sommaire, est naturellement largement dépassé : c est à une description détaillée de chacun d eux, avec mise à jour et indication des instruments de recherche actuels qu est consacré le présent guide. Il se situe dans le cadre des guides des archives départementales prescrits par une circulaire du ministre d État chargé des Affaires culturelles du 8 avril Une première partie est consacrée aux généralités qu un chercheur débutant peut avoir à connaître : renseignements pratiques sur les archives, leur classement, les conditions de leur communication ; histoire sommaire du département et du dépôt des Archives départementales ; liste des communes ayant existé dans le département, de leurs fusions, séparations, rattachements successifs particulièrement complexes ; conseils de départ pour les principaux types de recherche ; liste exhaustive des instruments de travail, à laquelle il sera renvoyé tout au long de ce guide. La seconde partie, la plus importante, est la description de chaque série, suivant le cadre de classement officiel décrit au chapitre 1. Dans une troisième partie seront données des indications sur les «annexes» des Archives : les bibliothèques qui y sont mises à la disposition du public, le Centre de documentation ; sur les principaux fonds d archives conservées dans le département en dehors des Archives départementales ; sur les principaux fonds intéressant la Seine-maritime conservés hors du département. Le tome 1 comprend la première partie et, pour la seconde partie, l essentiel des séries antérieures à 1790 (séries A à H). Le tome 2 comprendra les séries postérieures à 1790 et la troisième partie. Le guide décrit ce qui existe, dans l état où il se trouve, à la date de livraison à l imprimeur. On aurait été tenté de classer au préalable certains petits (1) Les Archives de Normandie et de la Seine-inférieure. État général des fonds, par Paul Chevreux et Jules Vernier (Rouen, 1911).

5 10 fonds décrits comme «en vrac», d améliorer des détails. Pour ne pas retarder davantage cette publication, le parti a été pris d y renoncer. Le temps passant, le chercheur trouvera des instruments de travail supplémentaires, des cotes provisoires (repérables par la lettre P suivant la lettre de série) remplacées par des cotes définitives, des fonds nouveaux. La description des séries suit en principe un plan uniforme : origine et articulation de la série, instruments de recherche et bibliographie, description de chaque fonds, ou de chaque sous-série lorsque le cadre de classement comporte des subdivisions méthodiques, ce qui est en général le cas pour les séries modernes. Cette description est plus ou moins détaillée suivant que le fonds ou la sous-série est, ou non, pourvu d un instrument de recherche : c est ainsi que des fonds non classés peuvent faire l objet d un long exposé, pour permettre leur exploitation sans attendre la publication, parfois lointaine et hypothétique, d un répertoire. A la fin de chaque série, sous-série ou fonds sont indiquées des sources complémentaires pour le sujet concerné, mais de façon non exhaustive. Un même sujet ou un même lieu peuvent naturellement se trouver en plusieurs séries : l index final permettra les rapprochements. Le guide est parsemé d indications bibliographiques. Il ne s agit que d une orientation sommaire. Certains des ouvrages mentionnés donneront à leur tour une bibliographie plus complète. Commencé en 1969, ce guide a eu une lente élaboration. il a été constamment interrompu par d autres travaux, notamment le classement de plusieurs séries et la réception de nombreux fonds nouveaux, de sorte que non seulement sa rédaction n avançait pas mais que les chapitres faits étaient à refaire ou à remanier. Cela explique aussi qu il ait bénéficié de la collaboration de plusieurs «générations» de conservateurs adjoints. Si j ai revu l ensemble et rédigé, dans leur dernier état, la plupart des chapitres, j ai bénéficié de travaux de base importants. A M. Georges Mouradian surtout, est due la rédaction, presque intacte, de l histoire du département et des importantes séries E, H, J, R, S. Madame Brigitte Laine a fourni en grande partie la matière des séries M, O, U, X. M. Gérard Mauduech a donné la base des séries C, G, L, N, R, et trouvé de nombreuses références bibliographiques. M. Alain Roquelet a refait, après ses travaux de classement des fonds du Parlement, de la Haute justice du duché d Elbeuf et de la Juridiction consulaire de Rouen, une partie de la série B. La rédaction définitive des séries L, M et Z devra beaucoup aux travaux de classement dirigés par Mademoiselle Vivienne Miguet. M. Georges Guérif, documentaliste, a fourni plusieurs renseignements de détail. La publication de ce guide a été assurée grâce aux crédits inscrits au budget départemental par le Conseil général de la Seine-Maritime.

6 11 Octobre François BURCKARD. Conservateur en chef des Archives de la région de Haute- Normandie, Directeur des services d archives de Seine-Maritime.

7

8 PREMIÈRE PARTIE GÉNÉRALITÉS

9 14

10 15 Chapitre 1 RENSEIGNEMENTS PRATIQUES I. QUE SONT LES ARCHIVES? La loi du 3 janvier 1979 sur les archives les a définies ainsi : «Les archives sont l ensemble des documents, quels que soient leur Date, leur forme et leur support matériel, produits ou reçus par toute personne physique ou morale, et par tout service ou organisme privé, dans l exercice de leur activité». Les archives sont publiques ou privées. Les archives publiques sont celles qui proviennent de l activité des services de l État, des collectivités locales (régions, départements, communes), des établissements et entreprises publics (notamment hôpitaux), des organismes privés chargés d une mission de service public, ainsi que les minutes et répertoires des officiers publics et ministériels (notamment notaires et commissaires-priseurs). Elles comprennent aussi les archives des institutions civiles et ecclésiastiques de l Ancien Régime. Les archives privées sont les autres. Les Archives départementales conservent les archives publiques, pour les institutions dont le siège est ou était sur le territoire du département, même si elles couvrent un territoire plus vaste : par exemple, l ensemble de la Normandie pour le Parlement de Rouen, la région de Pontoise pour l archevêché de Rouen. Les archives d une institution ne sont, en principe, pas partagées. Les Archives départementales conservent aussi des archives d origine privée, reçues en don ou legs ou achetées, et des archives privées en dépôt. L accroissement normal des archives se fait par versements des services publics et des notaires, par dépôts des communes ou de services et personnes privés, et dans une plus faible mesure par achats et par dons. Il représente en moyenne, en Seine-Maritime, à m.l. par an. Voici quelques définitions concernant les archives :

11 16 Un fonds est l ensemble des archives d une même provenance. Dans le classement des archives, on pratique le «respect des fonds» : un fonds n est jamais partagé. Les fonds, suivant la nature des institutions dont ils viennent, sont répartis entre des séries qui correspondent en gros aux lettres de l alphabet, et des sous-séries désignées en général par un chiffre devant la lettre : voir le cadre de classement à la fin du chapitre, p Un fonds ne doit pas être confondu avec une collection : ensemble de documents réunis artificiellement sur un sujet ou suivant un critère donné. A l intérieur d un fonds, les documents sont, pour la plupart, soit des registres, soit des cahiers, soit des feuilles de parchemin ou de papier. Cahiers, parchemins et papiers sont réunis en liasses. La liasse est une unité matérielle, tandis que le dossier, consacré à un sujet, est une unité intellectuelle. Une liasse contient en général plusieurs dossiers ; mais un dossier important peut être partagé entre plusieurs liasses. On donne en général aux documents sur parchemin les plus anciens le nom de chartes. Un chartrier désigne en principe un ensemble de chartes, ou plus généralement un fonds seigneurial. Une minute désigne le premier état (et souvent le seul) d un acte notarial ou d un jugement. L ensemble des minutes d un notaire est un minutier, qui désigne aussi bien un volume que l ensemble des volumes. Les minutes d une juridiction sont consignées dans un registre appelé plumitif. Registres et liasses s appellent des articles. Chaque article porte une cote permettant de le désigner et de le trouver. La cote se compose des chiffres et lettres de sous-série et série et d un numéro d ordre, sans ponctuation ; les cotes des registres sont précédées par un astérisque. Chaque série, sous-série ou fonds est, en principe, décrit dans un instrument de recherche imprimé, dactylographié ou manuscrit, dont les types les plus courants sont l inventaire sommaire (par opposition à un inventaire détaillé, plus rare), qui donne, pour chaque article, une analyse en plusieurs lignes, et le répertoire numérique, qui ne donne pour chaque article que l essentiel en une ou deux lignes. Inventaires et répertoires peuvent être complétés par des index, ou tables alphabétiques par noms de personnes, lieux ou matières, renvoyant aux cotes ou aux pages. Ces index peuvent être sous forme de registres, de fichiers, ou être imprimés à la fin des inventaires ou répertoires correspondants. Voir plus bas, ch. 6, p. 133, la liste des instruments de recherche. Les archives sont l ensemble de tout cela, réuni dans un bâtiment appelé dépôt. On ne dit pas «une archive».

12 17 Le personnel des archives est chargé de conserver, classer, répertorier et communiquer les archives. Il n est pas chargé de faire les recherches pour le public, sinon par correspondance et dans des limites raisonnables ; mais il doit naturellement conseiller au mieux le public pour l utilisation des instruments de recherche qui lui seront utiles. II. ORGANISATION ADMINISTRATIVE. Les archives dépendent de la direction des Archives de France (ministère de la Culture), à l exception des archives des ministères des Affaires étrangères et de la Défense et des services qui en dépendent. De la direction des Archives de France relèvent les Archives nationales et, jusqu en 1985, les Archives départementales. La loi n du 22 juillet 1983 relative à la répartition des compétences, applicable à partir de 1986, a mis les Archives départementales dans la compétence des départements, chargés de conserver les archives des départements et des services extérieurs de l État dans le cadre des départements, et éventuellement par dépôt ou convention les archives des communes, des régions, des services extérieurs de l État au-delà du ressort des départements. La direction des Archives de France contrôle toutes les archives publiques : État (sauf Affaires étrangères et Défense), régions, départements, communes, établissements publics (voir tome 2, ch. 36). Les ministères des Affaires étrangères et de la Défense ont leurs propres services d archives : Archives du ministère des Affaires étrangères, Service historique de l Armée, Service historique de l Armée de l air, Service historique de la Marine. Ce dernier est décentralisé au niveau de chaque région maritime : la Seine-Maritime dépend de la l re région maritime dont les archives sont à Cherbourg (Caserne de l abbaye, 57, rue de l abbaye, Cherbourg, tél , poste (voir tome 2, ch. 37 et série S). III. ACCÈS AUX ARCHIVES. Les Archives départementales de la Seine-Maritime sont situées à Rouen, sur les quais de la rive gauche de la Seine, dans l ensemble de la Préfecture, Hôtel du département (adresse postale : cours Clemenceau, Rouen cedex ; téléphone : ). L accès se fait, comme pour la Préfecture, par le cours Clemenceau. Elles sont ouvertes au public du lundi au vendredi de 9 heures à 18 heures, le samedi de 9 heures à 12 heures et de 13 heures à 17 heures. Les lecteurs du samedi sont invités à demander leurs

13 18 documents à l avance, au plus tard la veille avant 16 heures. Les Archives sont fermées, sauf pour communications administratives ou urgentes, du 1 er au 14 juillet. Toute personne, quelle que soit sa nationalité, a libre accès à la salle de travail des Archives. Lors de sa première visite, il lui est demandé une pièce d identité, une photographie, son adresse (ou la carte nationale de lecteur établie par les Archives nationales) et le sujet de sa recherche. Pour chaque article demandé, doit être rempli un bulletin comportant la cote du document. Un lecteur ne peut avoir communication de plusiers boîtes ou liasses à la fois ; mais il peut avoir plusieurs registres. Si les nécessités du service l imposent, la communication peut être limitée à dix articles par jour. Les lecteurs sont invités à rendre les documents en bon ordre. La communication des documents en cours de classement, ou très fragiles, ou en mauvais état, peut être refusée. Pour la lecture des microfilms, des appareils de lecture sont à la disposition du public, dont un lecteur-reproducteur pour les microfilms positifs (microfilms de registres paroissiaux et d état civil) ; en cas d affluence, les appareils sont utilisés par le premier demandeur, mais le service se réserve le droit de répartir le temps d utilisation au mieux, dans l intérêt de chacun. Les lecteurs peuvent demander à utiliser un des box attenant à la salle de travail pour l usage d un magnétophone ou d une machine à écrire personnelle. Une machine à calculer est à leur disposition sur demande. Exceptionnellement, des documents peuvent être communiqués gratuitement d un dépôt à un autre, à condition de n être ni trop grands ni trop fragiles ni trop précieux. Dans chaque dépôt existe une liste des documents exclus de la communication à l extérieur : c est le cas notamment des registres paroissiaux et d état civil, dont on ne peut communiquer que les microfilms. Les demandes doivent être faites au dépôt qui recevra les documents. Les documents peuvent être, si leur état le permet, photocopiés ou photographiés sur demande, moyennant un droit perçu au profit du département. Elle est cependant interdite pour les registres d état civil reliés. La photocopie, pour les formats courants, est instantanée. La réalisation de photographies, microfilms, diapositives, demande un délai variable. Il est perçu en outre, le cas échéant, un droit supplémentaire si l on désire un visa de conformité, et un droit de reproduction si l on désire publier la photo. Les plans peuvent être recopiés ou photographiés mais non calqués.

14 19 Les inventaires et répertoires des archives sont à la disposition du public dans la salle de travail. Ceux qui sont imprimés peuvent être vendus. Le public peut aussi consulter aux Archives départementales les inventaires et répertoires des Archives nationales et des Archives des autres départements s ils sont imprimés. IV. DÉLAIS DE COMMUNICATION. Conformément à la loi du 3 janvier 1979 sur les archives, les archives sont normalement communicables au bout de 30 ans. Mais il existe des exceptions au-delà et en-deçà. Au-delà, le délai est porté à : 150 ans après la naissance pour les documents comportant des renseignements individuels de caractère médical ; 120 ans après la naissance pour les dossiers de personnel ; 100 ans pour les dossiers judiciaires (sauf les jugements), les minutes et répertoires des notaires, l état civil, les registres de l enregistrement, les renseignements de caractère individuel collectés dans le cadre des enquêtes statistiques (les listes nominatives de la population restent cependant communicables après 30 ans) ; 60 ans pour une partie des archives du ministère de l Intérieur et de la Préfecture (notamment du cabinet du préfet), les archives relatives à la police, aux impôts, à la prospection minière, aux dommages de guerre, d une façon générale les archives mettant en cause la sûreté de l État, la défense nationale, ou la vie privée. En deçà, certains documents peuvent être communiqués sans délai : en principe ce qui est imprimé ; les documents publics par nature, par exemple procès-verbaux d élections, procès-verbaux de séances tenues publiquement par des collectivités locales, documents établis à l occasion d enquêtes d utilité publique, jugements rendus publiquement, registres de transcription d hypothèques ; les documents administratifs visés par la loi du 17 juillet 1978 portant diverses mesures d amélioration des relations entre l administration et le public, qui comporte elle-même certaines exceptions ; ces documents doivent être

15 20 nommément désignés par le chercheur, et, s il y a doute, c est le service versant qui appréciera s ils entrent dans le cadre de la loi. En dehors de ce dernier cas, pour les documents n ayant pas atteint le délai de 30, 60, 100, 120 ou 150 ans, une dérogation peut être éventuellement accordée, sur demande écrite motivée (à adresser au directeur des services d archives du département), par le directeur général des Archives de France, après avis du service versant. Il est en général demandé, dans ce cas, de ne citer aucun nom. Aucune dérogation n est possible pour les documents statistiques de caractère individuel. V. ORGANISMES PROCHES DES ARCHIVES. Plusieurs services ou associations sont, ou liés aux Archives, ou au contraire bien distincts contrairement à ce que l on pourrait croire. Voici ce qui en est, en ce qui concerne les Archives de la Seine-Maritime. 1) Monuments historiques, objets d art, sites : Le service de la Conservation des antiquités et objets d art de la Seine- Maritime, qui relève de la Conservation régionale des monuments historiques, siège aux Archives. Il concerne les objets mobiliers classés ou inscrits, principalement le mobilier des églises. Par contre, les monuments historiques immeubles relèvent directement de la Conservation régionale des monuments historiques (Cité administrative Saint-Sever, Rouen cedex), l Inventaire des monuments est de la compétence du secrétariat régional de l Inventaire des monuments et richesses artistiques (2, rue Maladrerie, Rouen). Les fouilles relèvent des deux directions régionales des Antiquités préhistoriques et historiques (12, rue Ursin- Scheid, Le Petit-Quevilly). Les sites relèvent du service régional de l Environnement (Cité administrative Saint-Sever, Rouen cedex). Les Archives départementales sont le siège de la Commission départementale des antiquités, créée en 1818 pour donner au préfet, et depuis 1982 au président du Conseil général, des avis sur les «antiquités» au sens le plus large.

16 21 2) Sociétés savantes : Les Archives de la Seine-Maritime sont le siège de la Société de l histoire de Normandie, créée en 1869 pour publier des documents originaux concernant l histoire de la province. Elle ne tient pas de séances publiques, à l exception d une ou deux conférences par an, mais vit du soutien financier de ses membres. Elles sont le siège et abritent, le samedi, les réunions et permanences du Cercle généalogique et héraldique de Normandie, créé en Elles sont le siège de l Association pour le musée de l homme et de l industrie de Haute-Normandie, créée en 1981 pour la connaissance et la sauvegarde du patrimoine industriel. La plupart des sociétés savantes de Normandie se sont groupées, pour l organisation de leurs congrès annuels, en une association dite Secrétariat permanent des congrès des sociétés historiques et archéologiques de Normandie. Son siège est également aux Archives de la Seine-Maritime. Un certain nombre de sociétés savantes ont déposé aux Archives leurs archives et leur bibliothèque : voir tome 2, ch. 12 et ch ) Affaires culturelles en général : Les affaires culturelles, d une façon générale, relèvent de la Direction régionale des affaires culturelles, cité administrative Saint-Sever, Rouen cedex. IV. CADRE DE CLASSEMENT. Les fonds d archives sont répartis entre 28 séries, les mêmes dans tous les dépôts d archives départementales : Ancien Régime, jusqu à 1790 : séries A à E, G et H (la série E étant prolongée jusqu à l époque contemporaine pour les archives notariales et l état civil). Révolution : série L et sous-série 1 Q. Période : série K et M à Z (sauf W), série E pour les archives notariales et l état civil.

17 22 Période postérieure à 1940 : série W, et provisoirement en Seine- Maritime, ancienne série Z. Documents entrés par «voies extraordinaires» (achats, dons, dépôts) : séries F et J, quelle que soit la date. Documents figurés (images, photos, cartes et plans) : série Fi. Microfilms : série Mi. Les archives imprimées arrivées isolément, les journaux et périodiques locaux, sont hors séries. Voici le détail : Ancien régime : A : Actes du pouvoir souverain et domaine du roi B : Cours et juridictions C : Administration civile D : Enseignement, lettres, sciences et arts E : Familles, notaires et autres officiers ministériels, communes, état civil, corporations (série prolongée jusqu à l époque contemporaine pour les notaires et l état civil) F : Clergé séculier H : Clergé régulier Révolution : L : Administrations et tribunaux 1 Q : Biens nationaux Période : K : Lois, ordonnances, arrêtés, conseil de préfecture M : Administration générale : 1 M : Cabinet du préfet 2 M : Personnel de la préfecture 3 M : Élections 4 M : Police 5 M : Santé publique et hygiène

18 23 6 M : Population, affaires économiques, statistiques 7 M : Agriculture, eaux et forêts 8 M : Commerce et tourisme 9 M : Industrie 10 M : Travail et main d œuvre N : Administration et comptabilité départementales O : Administration et comptabilité communales P : Finances, cadastre, postes Q : 2 Q : Domaines 3 Q : Enregistrement et timbre 4 Q : Hypothèques R : Affaires militaires, organismes de temps de guerre S : Travaux publics et transports T : Enseignement, affaires culturelles, sports, radiodiffusion U : Justice V : Cultes (jusqu à la séparation des églises et de l État) X : Assistance et prévoyance sociales Y : Établissements pénitentiaires Z : Sous-préfectures. Provisoirement, des documents antérieurs à 1940 peuvent encore se trouver dans l ancienne série Z et dans la série W. Période postérieure à 1940 : Ancienne série Z : versements effectués depuis 1965, progressivement cotés en série W Sous-séries 1 W à 1000 W : versements effectués de 1940 à 1979, série en cours de constitution Sous-séries 1001 W et suiv. : versements effectués depuis Documents entrés par «voies extraordinaires» : F : Documents de seconde main, notes d érudits J : Documents originaux, quelle qu en soit la date.

19 24 Documents figurés : 1 Fi à 4 Fi : Documents isolés 5Fietsuiv.:Fondsetcollections. Des documents figurés, notamment cartes et plans, peuvent avoir été extraits de leurs fonds d origine à cause de leur format pour être placés dans la série Fi. Ils portent donc une double cote : dansleurséried origineetenfi. Microfilms : 1 Mi : Microfilms de complément 2 Mi : Microfilms de sécurité 3 Mi : Microfilms de substitution 4 Mi : Microfilms de documents imprimés 5Mi:Microfilmsdel étatcivil(réalisésparlasociétégénéalogiquede Salt Lake City.

20 25 Chapitre 2 HISTOIRE DE LA SEINE-MARITIME Le département de Seine-Maritime n a d existence propre que depuis la Révolution : son histoire s est toujours inscrite dans un ensemble plus vaste : province de Normandie au Moyen Age, généralité de Rouen aux XVII e et XVIII e siècles. Le particularisme normand, dans ses traits les plus popularisés : prudence mais esprit d entreprise, souci jaloux de préserver son originalité mais large ouverture sur l extérieur, opulence rurale mais développement industriel, donne à la province un visage de grande unité en même temps que de contrastes. C est que la Normandie, ensemble naturellement hétérogène est une construction de l histoire. Le traité de Saint-Clair-sur-Epte en 911 n est qu un des faits qui ont contribué à la création d une entité territoriale en avance sur son temps dans le domaine des institutions, de l alphabétisation et de la diffusion de l écrit, de la mise en culture du sol, totalement défriché dès le XIII ème siècle, et du haut niveau de peuplement : au milieu du XI ème siècle, à l époque de la conquête, la Normandie comptait autant d habitants que l Angleterre. Cette réalité normande connaît pourtant bien des nuances : l ancienneté de peuplement est plus grande dans la partie orientale de la province, témoin la petite taille en Seine-Maritime des communes héritières des paroisses très nombreuses d Ancien Régime malgré les regroupements ; on voit aussi ces nuances dans les «pays» qui tirent leur origine des pagi du haut Moyen Age et présentent chacun des particularités dont certaines ont survécu jusqu à nos jours. A. - LE «DÉPARTEMENT» DES ORIGINES AU RATTACHEMENT DÉFINITIF AU ROYAUME. Dans l état actuel de nos connaissances, les hommes les plus anciens qui auraient commencé à peupler la Seine-Maritime n apparaissent pas antérieurs à l Acheuléen (Paléolithique ancien, à ans). Pourtant, dès cette époque, et c est encore plus vrai au Moustérien (Paléolithique moyen, à ans), les sites abondent : briqueteries de la région de Rouen, du Havre, d Elbeuf... Des fouilles sur les sites de Goderville, Épouville, Houppeville, Tancarville, Oissel, ont livré de riches séries d outils ; de plus, ont

21 26 pu être mis au jour, à Épouville, des sols structurés, et à Tourville-la-Rivière, un lieu d abattage et de dépeçage du gibier. A partir de 35000, avec le début du Paléolithique Supérieur, le froid devient très vif et la région se vide. C est pourtant l époque du triomphe de Vhomo sapiens, dont les préoccupations religieuses l amènent à devenir artiste : gravures de la grotte de Gouy, ponctuations d ocre de celle d Orival. Ce n est qu à l extrême fin de cette période (vers 8000) que des groupes épars reviennent dans la région (Vattetot-sous-Beaumont, Mirville, Angerville- Bailleul, Yport, Saint-Wandrille...). A partir de 4000 ans avant notre ère, les groupes de chasseurs-pêcheurscueilleurs, nomades, sont remplacés par les éleveurs-agriculteurs, venus des régions danubiennes : c est le début du Néolithique. Les premiers villages apparaissent. A la fin du III eme millénaire, on assiste à une véritable explosion démographique et les habitats néolithiques se comptent alors par milliers (seul habitat fouillé récemment : le Grand Épaville à Montivilliers). L Age de Bronze débute vers 1800, la Seine joue alors un rôle essentiel comme l attestent de nombreuses «cachettes» (Gonfreville-l Orcher, Heurteauville, le Havre, Jumièges, Val de la Haye...) et les objets rapportés par les dragues (Bardouville). L habitat-nécropole de Theuville-aux-Maillots (vers 1000) montre, par ses enceintes successives, sa nécropole à incinération, avec bûchers crématoires, une vie sociale et religieuse complexe. Les Celtes arrivent plus tard, en vagues successives, jusqu au III eme siècle avant notre ère. Les Calètes s établirent dans le Pays de Caux, les Aulerques au Sud de la Seine, les Véliocasses dans le Vexin et peut-être dans le Roumoist (1). Ces tribus participèrent à la lutte contre César, en 57 à la bataille de l Aisne et en 52 lors de l insurrection générale. (1) Ces quelques lignes sur la préhistoire sont dues à l amabilité de M. Jean Pierre Watté. archéologue municipal du Havre.

22 P Deux villages de Seine-Maritime : Belleville-sur-Mer et Berneval-le- Grand(Interphotothèque D.F., photo Port autonome du Havre)

23 28 Une implantation urbaine eut lieu après la conquête romaine, marquée par le déplacement de l habitat des plateaux vers les vallées et par le développement de Lillebonne dont subsistent les vestiges d un théâtre du III e siècle (pl. 2), Harfleur et Rouen. Mellon, premier évêque de Rouen, fut ordonné par le pape Étienne vers 250. Les invasions ralentirent un temps la christianisation ; l apport germanique fut faible en Haute-Normandie, sauf dans le pays de Bray et le Caux oriental proches du pays d origine des Francs. L essor reprit sous les Mérovingiens, avec l appui des rois neustriens qui avaient des résidences dans la forêt de Brotonne, à Étrépagny et au Vaudreuil. Il est illustré par Dadon, évêque de Rouen en 639 mieux connu sous le nom de saint Ouen, par saint Philibert, fondateur de Jumièges en 654, par saint Wandrille, par Germer. Les abbayes de Fécamp et Montivilliers remontent aussi à cette époque. Les raids normands durèrent tout le IX ème siècle : Jumièges et Rouen furent incendiées en 841. La colonisation qui suivit Saint-Clair-sur-Epte fut plus d encadrement que de peuplement : il serait hasardeux d en chercher la trace dans la population actuelle de Seine-Maritime ; les seuls souvenirs sont toponymiques avec les terminaisons noroises en bec (ruisseau), beuf (cabane), dalle (vallée), fleur (golfe), lond (bois), tuit et tôt. Elle était axée sur les activités commerciales et maritimes. Malgré la mobilité de la cour ducale, Rouen devint très tôt la capitale du duché ; la bande de Rollon était d ailleurs appelée les «Normands de Rouen». Les sessions de Pâques de la curia se tenaient parfois à Fécamp où fut retrouvé en 1962 le trésor monétaire le plus riche connu pour le X ème siècle. Les dates charnières de la Normandie ducale sont Hastings et la conquête de l Angleterre par Guillaume le Conquérant (pl. 3) en 1066 et le passage du duché entre les mains des Plantagenets en Rouen comptait habitants au XII e siècle, ce qui en faisait une des villes les plus importantes du royaume, et ses marchands avaient un entrepôt à Londres. Le mouvement communal se fit sans heurts : en 1174 à Rouen, en 1202 à Fécamp, Montivilliers et Harfleur. La province fut la première à pratiquer les formes contractuelles de concession foncière ; elle était également à l avant-garde du progrès technique en agriculture avec l assolement triennal et l utilisation du cheval de trait. Les institutions ecclésiastiques, abattues par les Normands furent relevées au XI e siècle. La renaissance romane débuta à Fécamp, avec l abbé Guillaume de Vulpiano. Fécamp, Jumièges (pl. 4), et Saint-Wandrille ne le cèdent en rien à la célèbre abbaye du Bec-Hellouin pour la diffusion de la

ARCHIVES MUNICIPALES SAINT-PAUL-TROIS-CHATEAUX MEMOIRE VIVANTE DE VOTRE VILLE

ARCHIVES MUNICIPALES SAINT-PAUL-TROIS-CHATEAUX MEMOIRE VIVANTE DE VOTRE VILLE ARCHIVES MUNICIPALES DE SAINT-PAUL-TROIS-CHATEAUX MEMOIRE VIVANTE DE VOTRE VILLE DEFINITION DES ARCHIVES Code du patrimoine Partie législative o LIVRE II : ARCHIVES TITRE Ier : RÉGIME GÉNÉRAL DES ARCHIVES

Plus en détail

Présentation des candidats FN «Rassemblement Bleu Marine» de Seine-Maritime

Présentation des candidats FN «Rassemblement Bleu Marine» de Seine-Maritime Élections législatives - 10 et 17 juin 2012 Présentation des candidats FN «Rassemblement Bleu Marine» de Seine-Maritime 1 re circonscription MONT-SAINT-AIGNAN, ROUEN-1, ROUEN-2, ROUEN-3, ROUEN-4, ROUEN-5

Plus en détail

FICHE DESCRIPTIVE I - IDENTIFICATION II - CONTEXTE III - CONTENU IV - CONDITIONS D ACCES ET D UTILISATION V - RENSEIGNEMENTS COMPLEMENTAIRES

FICHE DESCRIPTIVE I - IDENTIFICATION II - CONTEXTE III - CONTENU IV - CONDITIONS D ACCES ET D UTILISATION V - RENSEIGNEMENTS COMPLEMENTAIRES REGISTRES D ETAT CIVIL D AUBERVILLIERS NAISSANCES ET MARIAGES (1792-1885) - DECES (1792-1905) TABLES DECENNALES (1792-1902) FICHE DESCRIPTIVE I - IDENTIFICATION II - CONTEXTE III - CONTENU IV - CONDITIONS

Plus en détail

Archives départementales du Finistère ------ Cadre de classement

Archives départementales du Finistère ------ Cadre de classement En noir : les séries ou sous-séries intégralement conservées à Quimper En bleu : les séries ou sous-séries intégralement conservées à Brest En rose : les séries ou sous-séries partagées entre les deux

Plus en détail

Centre médico-social CMS LE DÉPARTEMENT DE SEINE-MARITIME MET GRATUITEMENT À VOTRE DISPOSITION UN SERVICE MÉDICO-SOCIAL DE PROXIMITÉ

Centre médico-social CMS LE DÉPARTEMENT DE SEINE-MARITIME MET GRATUITEMENT À VOTRE DISPOSITION UN SERVICE MÉDICO-SOCIAL DE PROXIMITÉ Centre médico-social CMS LE DÉPARTEMENT DE SEINE-MARITIME MET GRATUITEMENT À VOTRE DISPOSITION UN SERVICE MÉDICO-SOCIAL DE PROXIMITÉ DES ÉQUIPES À VOTRE ÉCOUTE Une centaine de centres médico-sociaux sont

Plus en détail

Lcommunales. es archives

Lcommunales. es archives Lcommunales es archives rchives es archives communales Les archives sont l ensemble des documents quels que soient leur date, leur forme et leur support matériel, produits ou reçus par toute personne physique

Plus en détail

A. Procéder à la description des conditions de conservation (annexe 1).

A. Procéder à la description des conditions de conservation (annexe 1). Introduction Les prochaines élections municipales, en mars 2008, vont s accompagner d une procédure réglementaire, le récolement des archives de la commune. Cette opération revêt un caractère obligatoire,

Plus en détail

Service Intercommunal d Aide au Classement et à la Valorisation des Archives FICHE INFORMATIVE N 2 L A COMMU N IC AT I O N DES AR C HIVES

Service Intercommunal d Aide au Classement et à la Valorisation des Archives FICHE INFORMATIVE N 2 L A COMMU N IC AT I O N DES AR C HIVES Département des Alpes -de-haute-provence CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Rue de Font de Lagier - BP 9-04130 VOLX - Tél. 04 92 70 13 00 - Fax. 04 92 70 13 01 E-Mail : courrier@cdg04.fr

Plus en détail

Décret n 76-166 du 27 avril 1976 Fixant les modalités de gestion du Domaine National. LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. CHAPITRE PREMIER.

Décret n 76-166 du 27 avril 1976 Fixant les modalités de gestion du Domaine National. LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. CHAPITRE PREMIER. Décret n 76-166 du 27 avril 1976 Fixant les modalités de gestion du Domaine National. LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. Vu la constitution du 2 juin 1972, modifiée et complétée par la loi n 75-1 du 9 mai

Plus en détail

Établir une généalogie immobilière en se rendant aux AD17 à La Rochelle

Établir une généalogie immobilière en se rendant aux AD17 à La Rochelle Établir une généalogie immobilière en se rendant aux AD17 à La Rochelle La généalogie immobilière requiert la consultation de quatre grands types de documents d archives pour la période postérieure à la

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Décret n o 2015-215 du 25 février 2015 relatif aux conditions et modalités d agrément des groupements

Plus en détail

Association des retraités et futurs retraités de l Imprimerie nationale

Association des retraités et futurs retraités de l Imprimerie nationale Direction des services d archives Association des retraités et futurs retraités de l Imprimerie nationale 1933-2013 Sous-série 463 J Archives départementales de la Seine-Saint-Denis 18, avenue Salvador

Plus en détail

La Direction des Archives Départementales

La Direction des Archives Départementales DIRECTION DES ARCHIVES DEPARTEMENTALES DE LA SEINE-MARITIME La Direction des Archives Départementales Bilan d activités 2011 MISSIONS ET OBJECTIFS La Direction des Archives départementales de la Seine-Maritime

Plus en détail

La Missive des Archives N 10. Inauguration du bureau télégraphique d Ozoir la Ferrière le 4 juin 1883. La poste à cette époque se situait, place de

La Missive des Archives N 10. Inauguration du bureau télégraphique d Ozoir la Ferrière le 4 juin 1883. La poste à cette époque se situait, place de La poste : La Missive des Archives N 10 Inauguration du bureau télégraphique d Ozoir la Ferrière le 4 juin 1883 La poste à cette époque se situait, place de l église dans la maison de Monsieur CAROUZET,

Plus en détail

ASSOCIATIONS ET FONDATIONS

ASSOCIATIONS ET FONDATIONS ASSOCIATIONS ET FONDATIONS Bilan des versements du ministère de l Intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales conservés au Centre des Archives contemporaines (au 31-12-2005) 1 Les versements

Plus en détail

B 2 15.01. Règlement d application de la loi sur les archives publiques (RArch) Disposition générale. Titre II (3) Organisation de l archivage

B 2 15.01. Règlement d application de la loi sur les archives publiques (RArch) Disposition générale. Titre II (3) Organisation de l archivage Règlement d application de la loi sur les archives publiques (RArch) B 2 15.01 du 21 août 2001 (Entrée en vigueur : 1 er septembre 2001) Le CONSEIL D ÉTAT de la République et canton de Genève vu l article

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR Décret n o 2015-832 du 7 juillet 2015 pris pour l application de la loi du 31 juillet 2014 sur l économie sociale et solidaire et

Plus en détail

Arrondissement de Dieppe

Arrondissement de Dieppe de Seine Maritime, Lieux d accueil du public et territoires concernés Arrondissement de Dieppe Agglomération Dieppe Maritime Caisse d Allocations Familiales Site de Dieppe Boulevard Georges Clémenceau

Plus en détail

guide pratique de recherches formalités hypothécaires

guide pratique de recherches formalités hypothécaires guide pratique formalités hypothécaires Rechercher un relevé de formalités dans la documentation hypothécaire (an VIII-1955) Les relevés de formalités sont des cases (parfois appelées comptes ), situées

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE L OUTRE-MER, DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET DE L IMMIGRATION Décret n o 2012-124 du 30 janvier 2012 relatif à la mise en œuvre

Plus en détail

Archives départementales de l Isère

Archives départementales de l Isère ARCHIVES DEPARTEMENTALES DE L'ISERE SOUS-SERIE 4 E (dépôts des communes) 4 E 3 LA FERRIERE-d ALLEVARD Aurélie BOUILLOC, attachée de conservation du patrimoine 1990 SOMMAIRE ARCHIVES ANCIENNES ET REVOLUTIONNAIRES

Plus en détail

Utilisation non commerciale autorisée sur demande auprès de la délégation Haute-Vienne de Maisons Paysannes de France

Utilisation non commerciale autorisée sur demande auprès de la délégation Haute-Vienne de Maisons Paysannes de France Utilisation non commerciale autorisée sur demande auprès de la délégation Haute-Vienne de Maisons Paysannes de France I Les titres de propriété - II Les hypothèques - III Le cadastre - IV Les archives

Plus en détail

POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW

POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW Adoptée le 18 mai 2006 par le Conseil d administration ATTENDU que les archives sont la propriété du Conseil de la Nation Atikamekw

Plus en détail

Retrouver l état signalétique ou le passé militaire d un combattant des armées françaises nés en France

Retrouver l état signalétique ou le passé militaire d un combattant des armées françaises nés en France Retrouver l état signalétique ou le passé militaire d un combattant des armées françaises nés en France Origine, composition des fonds d archives C est la loi Jourdan du 15 septembre 1798 qui substitue

Plus en détail

Formation complète. à distance professionnelle. Le monde de la généalogie s ouvre à vous. 47 rue d Auvergne 41000 Blois. www.formation-genealogie.

Formation complète. à distance professionnelle. Le monde de la généalogie s ouvre à vous. 47 rue d Auvergne 41000 Blois. www.formation-genealogie. 47 rue d Auvergne 41000 Blois Formation complète à distance professionnelle www.formation-genealogie.com 47 rue d'auvergne 41 000 Blois Le monde de la généalogie s ouvre à vous tel 09 52 39 57 67 : courriel

Plus en détail

Lettre d actualité de l urbanisme

Lettre d actualité de l urbanisme n 20 février 2014 Lettre d actualité de l urbanisme de la Direction Départementale des Territoires et de la Mer du Calvados Sommaire 1. Performance énergétique et permis de construire : extension de l

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE. Saison 2012/2013 MAROMME. Le Vendredi 28 juin 2013 COMMISSION PROMOTION MINI-HAND & DEVELOPPEMENT

ASSEMBLEE GENERALE. Saison 2012/2013 MAROMME. Le Vendredi 28 juin 2013 COMMISSION PROMOTION MINI-HAND & DEVELOPPEMENT ASSEMBLEE GENERALE Saison 2012/2013 MAROMME Le Vendredi 28 juin 2013 COMMISSION PROMOTION MINI-HAND & DEVELOPPEMENT Comité de Seine Maritime de Handball 38 place Eugène Delacroix - 76120 Le Grand Quevilly

Plus en détail

H dépôt 42. Hospice intercommunal de vieillards, puis Maison de retraite intercommunale de Bruyères (1892-2000) Répertoire numérique détaillé

H dépôt 42. Hospice intercommunal de vieillards, puis Maison de retraite intercommunale de Bruyères (1892-2000) Répertoire numérique détaillé ARCHIVES DEPARTEMENTALES DES VOSGES H dépôt 42 Hospice intercommunal de vieillards, puis Maison de retraite intercommunale de Bruyères (1892-2000) Répertoire numérique détaillé établi par Brigitte CHOSSENOT

Plus en détail

Le service éducatif des Archives départementales du Val-d'Oise : un partenaire ressource

Le service éducatif des Archives départementales du Val-d'Oise : un partenaire ressource Le service éducatif des Archives départementales du Val-d'Oise : un partenaire ressource Matières concernées : Histoire-Géographie, Lettres, Latin, Arts, Biologie. Enseignements d'exploration : Patrimoine,

Plus en détail

Première partie : Le monde du livre à Toulouse

Première partie : Le monde du livre à Toulouse TABLE DES MATIÈRES Introduction... 9 Première partie : Le monde du livre à Toulouse CHAPITRE PREMIER. LA LÉGISLATION ROYALE ET SES ACTEURS... 21 I- La réglementation de l'impression... 23 1- Les permissions

Plus en détail

Formation complète. à distance. Le monde de la généalogie s ouvre à vous. 47 rue d Auvergne 41000 Blois. www.formation-genealogie.com.

Formation complète. à distance. Le monde de la généalogie s ouvre à vous. 47 rue d Auvergne 41000 Blois. www.formation-genealogie.com. 47 rue d Auvergne 41000 Blois Formation complète à distance www.formation-genealogie.com 47 rue d'auvergne 41 000 Blois Le monde de la généalogie s ouvre à vous tel 09 52 39 57 67 : Page 2 Page 11 Formation

Plus en détail

Textes Juridiques Décret exécutif n 98-355 du 20 Rajab 1419 correspondant au 10 novembre 1998 portant création, organisation et fonctionnement du

Textes Juridiques Décret exécutif n 98-355 du 20 Rajab 1419 correspondant au 10 novembre 1998 portant création, organisation et fonctionnement du Textes Juridiques Décret exécutif n 98-355 du 20 Rajab 1419 correspondant au 10 novembre 1998 portant création, organisation et fonctionnement du fonds national de développement de l apprentissage et de

Plus en détail

Plan d accès. 2 - Les Archives Municipales de la Ville d Hyères

Plan d accès. 2 - Les Archives Municipales de la Ville d Hyères Plan d accès 2 - Les Archives Municipales de la Ville d Hyères Archives : Le terme s emploie toujours au pluriel pour désigner un ensemble de documents, produits ou reçus par toute personne physique ou

Plus en détail

STATUTS FÉDÉRAUX FÉDÉRATION DE

STATUTS FÉDÉRAUX FÉDÉRATION DE STATUTS FÉDÉRAUX FÉDÉRATION DE Rattachée à l Association nationale "SECOURS POPULAIRE FRANÇAIS" dont le siège est à Paris 3ème au 9 11 rue Froissart, qui est agréée d éducation populaire par arrêté du

Plus en détail

Convention commune pour le développement du mécénat culturel. Département de l Hérault

Convention commune pour le développement du mécénat culturel. Département de l Hérault Préfecture de la région LR Direction Régionale des Affaires Culturelles Chambre de Commerce et d Industrie de Montpellier Chambre départementale des notaires de l Hérault Convention commune pour le développement

Plus en détail

DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution.

DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution. DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution. Le Président de la République Vu la Constitution, Vu la loi n 90-07 du 28 juin 1990 relative à l organisation

Plus en détail

ARRÊTE N 01/0096/MINESUP DU 07 Décembre 2001 Fixant les Conditions de Création et de Fonctionnement des Institutions Privées d Enseignement Supérieur.

ARRÊTE N 01/0096/MINESUP DU 07 Décembre 2001 Fixant les Conditions de Création et de Fonctionnement des Institutions Privées d Enseignement Supérieur. ARRÊTE N 01/0096/MINESUP DU 07 Décembre 2001 Fixant les Conditions de Création et de Fonctionnement des Institutions Privées d Enseignement Supérieur. LE MINISTRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR, VU la Constitution

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, lutter contre le sentiment d insécurité, la ville de CASTRES a décidé de

Plus en détail

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ;

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ; DELIBERATION N 2013-129 DU 27 NOVEMBRE 2013 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LES DECLARATIONS DE TRAITEMENTS AUTOMATISES D INFORMATIONS NOMINATIVES CONCERNANT

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection Ville d ANGOULÊME Souhaitant améliorer la sûreté des personnes et la sécurité des biens, afin de lutter contre les actes de malveillance, la ville

Plus en détail

Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014

Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014 Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014 Préambule La vidéo protection est un outil de gestion de l espace public au service

Plus en détail

LA RENAISSANCE SOUS FRANÇOIS 1 er PAR LES IMAGES POULAIN

LA RENAISSANCE SOUS FRANÇOIS 1 er PAR LES IMAGES POULAIN INTRODUCTION C est autour de l œuvre publicitaire d Auguste POULAIN, né à Pontlevoy, à la Ferme des Bordes en 1825 et fondateur de la chocolaterie de Blois, que nous vous invitons à découvrir les grands

Plus en détail

LE COMITÉ TECHNIQUE PARITAIRE

LE COMITÉ TECHNIQUE PARITAIRE République française Polynésie française www.cgf.pf LE COMITÉ TECHNIQUE PARITAIRE (Mode d emploi de la FPC) SOMMAIRE I La mise en place du comité technique paritaire p. 2 A Une instance paritaire pour

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L'ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE Décret n o 2014-1416 du 28 novembre 2014 relatif aux modalités d exercice de l activité privée

Plus en détail

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Préambule Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Validé par le Conseil d Administration du 28 juin 2013. Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, répondre

Plus en détail

LA FABRICATION ET LE COMMERCE

LA FABRICATION ET LE COMMERCE DLPAJ/CAB/BPA LA FABRICATION ET LE COMMERCE Code de la sécurité intérieure (L 313-1 et suivants) Code de la défense (L2332-1 et suivants) Chapitre III du décret n 2013-700 du 30 juillet 2013 Pour le commerce

Plus en détail

INSTRUCTION DE TRAVAIL ATTRIBUTION DE LOGEMENT Règlement Intérieur Commission d attribution de logements SA HABITAT DU NORD

INSTRUCTION DE TRAVAIL ATTRIBUTION DE LOGEMENT Règlement Intérieur Commission d attribution de logements SA HABITAT DU NORD Page : 1 sur 5 ARTICLE 1 CREATION & COMPETENCE GEOGRAPHIQUE En vertu des dispositions de l article R 441.9 du Code de la Construction et de l Habitation, il a été créé et validé par le Conseil d Administration

Plus en détail

ANNEXE 8.5-1 Caractérisation patrimoniale du Pont des Trous, évaluation des impacts des différents tracés proposés pour sa traversée et

ANNEXE 8.5-1 Caractérisation patrimoniale du Pont des Trous, évaluation des impacts des différents tracés proposés pour sa traversée et ANNEXE 8.5-1 Caractérisation patrimoniale du Pont des Trous, évaluation des impacts des différents tracés proposés pour sa traversée et recommandations Le Pont des Trous constitue un des rares exemples

Plus en détail

SOMMAIRE. 1 - Renseignements sur les réunions mensuelles d informations sur l hébergement des personnes âgées hors de leur domicile

SOMMAIRE. 1 - Renseignements sur les réunions mensuelles d informations sur l hébergement des personnes âgées hors de leur domicile Ce document a été conçu pour faciliter vos démarches dans la recherche D un établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes SOMMAIRE 1 - Renseignements sur les réunions mensuelles d informations

Plus en détail

CASERNE SULLY A SAINT-CLOUD

CASERNE SULLY A SAINT-CLOUD Dossier de presse Le 5 avril 2012 CASERNE SULLY A SAINT-CLOUD Le Conseil général des Hauts-de-Seine et la Ville de Saint-Cloud présentent le projet de valorisation du site Dossier de presse Contacts presse

Plus en détail

Règlement des concours d adjoint de direction Section : 8.2.1

Règlement des concours d adjoint de direction Section : 8.2.1 Date de publication : 13 novembre 2014 EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉCISIONS DE M. LE GOUVERNEUR DE LA BANQUE DE FRANCE DR n 2014-16 du 7 novembre 2014 Règlement des concours d adjoint de direction Section

Plus en détail

ARCHIVES DEPARTEMENTALES DES VOSGES. E dpt 407. Archives communales de Rouvres-en-Xaintois (1746-1943) Répertoire numérique détaillé.

ARCHIVES DEPARTEMENTALES DES VOSGES. E dpt 407. Archives communales de Rouvres-en-Xaintois (1746-1943) Répertoire numérique détaillé. ARCHIVES DEPARTEMENTALES DES VOSGES E dpt 407 Archives communales de Rouvres-en-Xaintois (1746-1943) Répertoire numérique détaillé établi par Marie-Claire MARTIN et Geneviève RODRIQUE sous la direction

Plus en détail

Secrétariat. Nations Unies ST/SGB/2008/13. Circulaire du Secrétaire général. Organisation du Bureau des affaires juridiques.

Secrétariat. Nations Unies ST/SGB/2008/13. Circulaire du Secrétaire général. Organisation du Bureau des affaires juridiques. Nations Unies ST/SGB/2008/13 Secrétariat 1 er août 2008 Circulaire du Secrétaire général Organisation du Bureau des affaires juridiques En application de la circulaire ST/SGB/1997/5, intitulée «Organisation

Plus en détail

JEANNE D ARC ET LA GUERRE DE CENT ANS

JEANNE D ARC ET LA GUERRE DE CENT ANS JEANNE D ARC ET LA GUERRE DE CENT ANS Cycle et niveau Cycle 3, classe de CM1 Chapitre Le Moyen Age Objectifs Découvrir les conséquences de la rivalité opposant le Roi de France au plus puissant de ces

Plus en détail

L Administration De L ESM

L Administration De L ESM L Administration De L ESM 1. L Organisation de l Ecole Sur le plan organisationnel, l'ecole est dirigée par un directeur général, assisté par un directeur de la formation de base, un directeur de la formation

Plus en détail

LES DELEGUES SYNDICAUX

LES DELEGUES SYNDICAUX LES DELEGUES SYNDICAUX Chaque syndicat représentatif dans une entreprise ou un établissement de 50 salariés ou plus peut désigner un délégué syndical (DS). Nommé pour une durée indéterminée, le délégué

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Décret n o 2015-1588 du 4 décembre 2015 relatif à l organisation et au fonctionnement

Plus en détail

LA VENTE AU DEBALLAGE

LA VENTE AU DEBALLAGE Paris, le 20 juin 2009 Département Administration et Gestion Communales JM/MB : Note n 7 Affaire suivie par Judith MWENDO ( 01 44 18 13 60) LA VENTE AU DEBALLAGE Défini à l article L 310-2 du code de commerce,

Plus en détail

instruction du 18 février 2003

instruction du 18 février 2003 99 année service téléphone document 2003 drhrs/dorh 01 41 41 84 01 RH 12 cab/sna 01 55 44 01 43 permanent instruction du 18 février 2003 Règles d archivage et de communication des dossiers de personnel

Plus en détail

11 janvier 2003. DÉCRET-LOI n 003-2003 portant création et organisation de l Agence nationale de renseignements.

11 janvier 2003. DÉCRET-LOI n 003-2003 portant création et organisation de l Agence nationale de renseignements. 11 janvier 2003. DÉCRET-LOI n 003-2003 portant création et organisation de l Agence nationale de renseignements. TITRE Ier DE LA CRÉATION ET DE LA MISSION Art. 1er. Il est créé un service public doté de

Plus en détail

UN SIÈCLE DE TRANSPORTS URBAINS À TRAVERS LES ARCHIVES

UN SIÈCLE DE TRANSPORTS URBAINS À TRAVERS LES ARCHIVES HISTOIRE DE RENNES DOSSIER UN SIÈCLE DE TRANSPORTS URBAINS À TRAVERS LES ARCHIVES JULIETTE PATRON - MARS 2002 www.archives.rennes.fr LE TEMPS DES VÉLOCIPÈDES ET DES VOITURES HIPPOMOBILES Archives de Rennes,

Plus en détail

Typologie Commerciale

Typologie Commerciale Schéma de développement commercial de l agglomération Rouen-Elbeuf Diagnostic Schéma de développement commercial de l agglomération de Rouen-Elbeuf Typologie Commerciale Février 2005 Chambre de Commerce

Plus en détail

7 juin 2010 Journal Officiel de la République Démocratique du Congo Première partie - n spécial

7 juin 2010 Journal Officiel de la République Démocratique du Congo Première partie - n spécial Première partie 51 ème année Numéro spécial JOURNAL OFFICIEL de la République Démocratique du Congo Cabinet du Président de la République Kinshasa - 7 juin 2010 PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE Loi organique

Plus en détail

ACTES CONSULTABLES À FONTAINE LE DUN

ACTES CONSULTABLES À FONTAINE LE DUN ACTES CONSULTABLES À FONTAINE LE DUN CANTONS COMMUNES Paroisses ou Ex-communes PERIODES ou COTES COMMENTAIRES BACQUEVILLE EN CAUX Bacqueville en Caux 890 photos Greuville 197 photos ACTES Naissance Mariage

Plus en détail

Objet : Archives de l intercommunalité. Modèles de convention P.J. : 3

Objet : Archives de l intercommunalité. Modèles de convention P.J. : 3 Paris, le 21 juillet 2009 Le ministre de la culture et de la communication à Mesdames et Messieurs les préfets de régions Mesdames et Messieurs les préfets de départements Mesdames et Messieurs les présidents

Plus en détail

Vu la loi fondamentale n 2011-6 du 16 décembre 2011, portant organisation provisoire des pouvoirs publics,

Vu la loi fondamentale n 2011-6 du 16 décembre 2011, portant organisation provisoire des pouvoirs publics, REPUBLIQUE TUNISIENNE PRESIDENCE DU GOUVERNEMENT Décret N 1299 du 26 Février 2013 portant création de la Commission nationale de toponymie et fixant sa composition, ses missions et les modalités de son

Plus en détail

Introduction historique au droit

Introduction historique au droit Introduction historique au droit Auteurs : Marie Bassano, Professeur agrégé d histoire du droit, Ecole de droit, Université d Auvergne. Florent Garnier, Professeur agrégé d Histoire du Droit à l Université

Plus en détail

Les ressources généalogiques du Service historique de la Défense et les inventaires disponibles en ligne : l exemple des contrôles de troupes

Les ressources généalogiques du Service historique de la Défense et les inventaires disponibles en ligne : l exemple des contrôles de troupes Les ressources généalogiques du Service historique de la Défense et les inventaires disponibles en ligne : l exemple des contrôles de troupes Géné@2012 Sandrine HEISER, lieutenant B. LAGARDE Service historique

Plus en détail

Vu le code général des Collectivités Territoriales, articles L. 2321 2, L. 1421 1 7 à 11 et articles R 317 1 à R 317 4 sur les archives communales,

Vu le code général des Collectivités Territoriales, articles L. 2321 2, L. 1421 1 7 à 11 et articles R 317 1 à R 317 4 sur les archives communales, Arrêté Règlement de la salle de lecture des Archives Municipales d Amboise Le Maire de la ville d Amboise, Vu le code général des Collectivités Territoriales, articles L. 2321 2, L. 1421 1 7 à 11 et articles

Plus en détail

I. Dispositions générales. Article premier : Le cimetière de Cotterd est le lieu officiel d inhumation de la commune de Bellerive.

I. Dispositions générales. Article premier : Le cimetière de Cotterd est le lieu officiel d inhumation de la commune de Bellerive. I. Dispositions générales Article premier : Le cimetière de Cotterd est le lieu officiel d inhumation de la commune de Bellerive. Art. 2. Le service des inhumations et des incinérations, ainsi que la police

Plus en détail

LA CRÉATION D ENTREPRISE

LA CRÉATION D ENTREPRISE FOCUS études septembre 2012 LA CRÉATION D ENTREPRISE en Seine-et-Marne information économique Depuis 2009, la crise économique mondiale et la création du statut d auto-entrepreneur ont profondément bouleversé

Plus en détail

NOTICE DE RENSEIGNEMENTS

NOTICE DE RENSEIGNEMENTS NOTICE DE RENSEIGNEMENTS ADJOINT TECHNIQUE SESSION 2016 MINISTERE DE LA JUSTICE SESSION 2016 Direction de l'administration Pénitentiaire 1 SOMMAIRE I - RECRUTEMENT... p. 4 1.1- CONDITIONS D INSCRIPTION

Plus en détail

CIRCULAIRE AD 93-4 DU 14 MAI 1993 Archives des établissements publics d hospitalisation

CIRCULAIRE AD 93-4 DU 14 MAI 1993 Archives des établissements publics d hospitalisation CIRCULAIRE AD 93-4 DU 14 MAI 1993 Archives des établissements publics d hospitalisation LE MINISTRE DE LA CULTURE ET DE LA FRANCOPHONIE AUX PRÉSIDENTS DES CONSEILS GÉNÉRAUX (ARCHIVES DÉPARTEMENTALES),

Plus en détail

STATUTS DE LA FEDERATION FEMMES 3000

STATUTS DE LA FEDERATION FEMMES 3000 Les femmes du troisième millénaire STATUTS DE LA FEDERATION FEMMES 3000 Titre I : Dénomination - Siège - Objet Article 1. Dénomination Conformément à la loi du 1er juillet 1901 et au décret du 16 août

Plus en détail

Origines de la Common Law

Origines de la Common Law Origines de la Common Law I. Origines du droit anglais 1. La common law est considérée comme le système juridique propre à l Angleterre : a. parce que ses origines remontent à des temps très anciens (les

Plus en détail

Ministère de la Justice Ministère de l Intérieur Ministère des Affaires CIRCULAIRE CONJOINTE A MESSIEURS :

Ministère de la Justice Ministère de l Intérieur Ministère des Affaires CIRCULAIRE CONJOINTE A MESSIEURS : Royaume du Maroc Rabat, le 14 juin 2007 Ministère de la Justice Ministère de l Intérieur Ministère des Affaires 178 س 2 77 Etrangères et de la Coopération 11/ /08 CIRCULAIRE CONJOINTE A MESSIEURS : - Les

Plus en détail

ARCHIVES NATIONALES DU MONDE DU TRAVAIL LE SOLEIL L'AIGLE COMPAGNIE GÉNÉRALE DE RÉASSURANCE 117 AQ

ARCHIVES NATIONALES DU MONDE DU TRAVAIL LE SOLEIL L'AIGLE COMPAGNIE GÉNÉRALE DE RÉASSURANCE 117 AQ ARCHIVES NATIONALES DU MONDE DU TRAVAIL LE SOLEIL L'AIGLE COMPAGNIE GÉNÉRALE DE RÉASSURANCE 117 AQ INTRODUCTION Activités assurances Présentation de l entrée Ce fonds est transféré aux Archives nationales

Plus en détail

L ENSEIGNEMENT SECONDAIRE SUPÉRIEUR DU XIX e SIÈCLE À 1960 ENVIRON

L ENSEIGNEMENT SECONDAIRE SUPÉRIEUR DU XIX e SIÈCLE À 1960 ENVIRON 1 L ENSEIGNEMENT SECONDAIRE SUPÉRIEUR DU XIX e SIÈCLE À 1960 ENVIRON Jean-François CHARLES, adjoint au chef du Service de l enseignement secondaire supérieur, Espace, 1991, n 11-12, pp. 8-11 (Publication

Plus en détail

MAX ET FRANÇOISE GAUGRY, AVOCATE

MAX ET FRANÇOISE GAUGRY, AVOCATE MAX ET FRANÇOISE GAUGRY, AVOCATE Archives personnelles et professionnelles. 1906-1968 Communicabilité : Article 1 : immédiat Articles 2-3 : 100 ans (affaires concernant des mineurs ou pouvant porter atteinte

Plus en détail

Michel KAFANDO, Président de la Transition, Président du Faso aux hommes politiques burkinabè

Michel KAFANDO, Président de la Transition, Président du Faso aux hommes politiques burkinabè Michel KAFANDO, Président de la Transition, Président du Faso aux hommes politiques burkinabè «Avec les jeunes, oui tout est possible, sans les jeunes, attention!». i Assises Nationales de la Jeunesse

Plus en détail

DESCRIPTION DU POUVOIR JUDICIAIRE

DESCRIPTION DU POUVOIR JUDICIAIRE DESCRIPTION DU POUVOIR JUDICIAIRE Pouvoir judiciaire Le Pouvoir judiciaire est l institution chargée d administrer la justice à travers ses tribunaux. Sa fonction est d assurer la préservation, la protection

Plus en détail

Exemple de recherche Je recherche les actes concernant mon aïeul (exemple : Taillandier Jean-Baptiste, propriétaire à Saint-Laurent).

Exemple de recherche Je recherche les actes concernant mon aïeul (exemple : Taillandier Jean-Baptiste, propriétaire à Saint-Laurent). COMMENT RECHERCHER DANS LES ARCHIVES DES HYPOTHÈQUES? Définition et éléments historiques La documentation hypothécaire est mise en place par la loi du 1 er novembre 1798 (11 brumaire an VII). Les registres

Plus en détail

UNION FÉDÉRALE DES CONSOMMATEURS - QUE CHOISIR Association de la région de Versailles STATUTS

UNION FÉDÉRALE DES CONSOMMATEURS - QUE CHOISIR Association de la région de Versailles STATUTS UNION FÉDÉRALE DES CONSOMMATEURS - QUE CHOISIR Association de la région de Versailles STATUTS Article 1 er : formation Sous le régime de la loi du premier juillet mille neuf cent neuf, il est créé entre

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION Décret n o 2011-2008 du 28 décembre 2011 modifiant le décret n o 2006-1388 du 16 novembre 2006 portant création

Plus en détail

LES GRANDS NUMISMATES

LES GRANDS NUMISMATES 15 LES GRANDS NUMISMATES François Joyaux JULES SILVESTRE (1841 1918) Jules Silvestre fut le premier grand spécialiste français de la numismatique extrême-orientale. Sa carrière militaire et administrative

Plus en détail

Les objectifs du colloque

Les objectifs du colloque Les objectifs du colloque Avec la création de la charge de secrétaire d État à la marine, en 1669, «la marine se fit plus bureaucratique 1», nous dit Michel Vergé-Franceschi. Sous l impulsion des premiers

Plus en détail

CONVOCATION DES MEMBRES DU COMITE

CONVOCATION DES MEMBRES DU COMITE REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE D HYGIENE DE SECURITE ET DE CONDITIONS DE TRAVAIL DE L UNIVERSITE DE REIMS CHAMPAGNE ARDENNE Document validé par le CHSCT au cours de sa séance du 18 septembre 2012 Mis à

Plus en détail

Arrangement de La Haye concernant le dépôt international des dessins ou modèles industriels revisé à Londres le 2 juin 1934 1

Arrangement de La Haye concernant le dépôt international des dessins ou modèles industriels revisé à Londres le 2 juin 1934 1 Texte original Arrangement de La Haye concernant le dépôt international des dessins ou modèles industriels revisé à Londres le 2 juin 1934 1 0.232.121.1 Conclu à Londres le 2 juin 1934 Approuvé par l Assemblée

Plus en détail

Sur proposition du Ministre de l environnement et du développement durable,

Sur proposition du Ministre de l environnement et du développement durable, Décret n 2005-1991 Du 11 juillet 2005, relatif à l étude d impact sur l environnement et fixant les catégories d unités soumises à l étude d impact sur l environnement et les catégories d unités soumises

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier

2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier 2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier Selon la loi, le comité d entreprise est présidé de droit par le chef d entreprise ou son représentant. Lors

Plus en détail

ECOLE DE MUSIQUE HENRI REBER REGLEMENT INTERIEUR. Le fonctionnement de l Ecole de Musique doit se conformer aux statuts de l Association.

ECOLE DE MUSIQUE HENRI REBER REGLEMENT INTERIEUR. Le fonctionnement de l Ecole de Musique doit se conformer aux statuts de l Association. ECOLE DE MUSIQUE HENRI REBER REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : BUT, FONCTIONNEMENT ET ORGANISATION Article 1 Le fonctionnement de l Ecole de Musique doit se conformer aux statuts de l Association. Article

Plus en détail

Comité des Fêtes d Oulins

Comité des Fêtes d Oulins Comité des Fêtes d Oulins Association loi 1901- Statuts du COMITE DES FETES D OULINS ARTICLE 1 : CONSTITUTION Création Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par

Plus en détail

COMMISSION LOCALE DE L EAU (CLE)

COMMISSION LOCALE DE L EAU (CLE) COMMISSION LOCALE DE L EAU (CLE) DU SAGE DE LA DOLLER - * REGLES DE FONCTIONNEMENT * - ADOPTE PAR LA CLE LE JOUR MOIS ANNEE MODIFIEE LE Remarque préliminaire : le décret d application de la Loi sur l Eau

Plus en détail

AJ/53 ÉCOLE NATIONALE SUPÉRIEURE DES ARTS DÉCORATIFS

AJ/53 ÉCOLE NATIONALE SUPÉRIEURE DES ARTS DÉCORATIFS AJ/53 ÉCOLE NATIONALE SUPÉRIEURE DES ARTS DÉCORATIFS Intitulé : ÉCOLE NATIONALE SUPÉRIEURE DES ARTS DÉCORATIFS (ENSAD). Niveau de classement : fonds. Dates extrêmes : 1766-1972. Importance matérielle :

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS Ordonnance n o 2015-904 du 23 juillet 2015 portant simplification du régime des associations et des fondations

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Arrêté du 24 avril 2015 relatif au règlement intérieur de la commission administrative paritaire compétente à l égard du corps d encadrement et d application du personnel de surveillance de l administration

Plus en détail

Archives départementales

Archives départementales Archives départementales Mémoire des générations et des territoires Les Archives, d hier à aujourd hui Nées peu après la Révolution française, les Archives départementales sont aujourd hui une institution

Plus en détail

GESTION DU DOSSIER SCOLAIRE, DU DOSSIER D AIDE PARTICULIÈRE ET DU DOSSIER PROFESSIONNEL DE L ÉLÈVE AU SECTEUR DES JEUNES

GESTION DU DOSSIER SCOLAIRE, DU DOSSIER D AIDE PARTICULIÈRE ET DU DOSSIER PROFESSIONNEL DE L ÉLÈVE AU SECTEUR DES JEUNES 209 GESTION DU DOSSIER SCOLAIRE, DU DOSSIER D AIDE DE L ÉLÈVE AU SECTEUR DES JEUNES TABLE DES MATIÈRES Pages OBJECTIFS... 1 SECTION I - CLAUSES INTERPRÉTATIVES... 1 SECTION II - DISPOSITIONS GÉNÉRALES...

Plus en détail